CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Aller en bas

CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mar 16 Fév - 17:22

Groupe H :
1 - Espagne

2 - Suisse

3 - Honduras

4 - Chili


15 16/06 13:30 Nelspruit Honduras Chili
16 16/06 16:00 Durban Espagne Suisse
31 21/06 16:00 Nelson Mandela Bay/Port Elizabeth Chili Suisse
32 21/06 20:30 Johannesburg - JEP Espagne Honduras
47 25/06 20:30 Tshwane/Pretoria Chili Espagne
48 25/06 20:30 Mangaung / Bloemfontein Suisse Honduras


Dernière édition par rachid_as le Lun 10 Mai - 18:12, édité 1 fois
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 24 Mar - 16:28

ESPAGNE






L'équipe d'Espagne a réalisé un parcours impérial en qualifications pour Afrique du Sud 2010. Non contente de rendre une copie parfaite de dix victoires en autant de matches, elle a bouclé la compétition préliminaire avec la deuxième meilleure attaque (28 buts marqués) et l'une des défenses les plus solides (5 buts encaissés) de la zone Europe. Au-delà de ces considérations purement statistiques, la Furia Roja a montré qu'elle est devenue une formation mûre, capable de serrer les dents et de rebondir dans l'adversité. Forte d'une équipe-type exceptionnelle, l'Espagne peut également compter sur un banc de luxe. Loin de se reposer sur ses lauriers après son sacre européen, la sélection ibérique a su dégoter de nouveaux joyaux, avec lesquels elle travaille pour atteindre d'autres sommets.

En route vers l'Afrique du Sud
L'Espagne a entamé sa campagne qualificative en étrennant son blason de championne d'Europe. Sa première sortie face à la Bosnie-Herzégovine a accouché d'une rencontre très serrée, débloquée par un seul but de David Villa. Contre l'Arménie et l'Estonie, la Furia a eu la tâche moins ardue.

La Turquie a donné davantage de fil à retordre aux Espagnols, mais le premier but de Gerard Piqué en équipe nationale leur a permis d'empocher les trois points à Madrid. À Istanbul, les hommes de Vicente Del Bosque sont allés s'imposer sur le fil après avoir été menés 1:0. Lors du premier rendez-vous face à la Belgique, ils ont également remonté un déficit initial, mais le match retour les a vus corriger les Diables Rouges 5:0. C'est en s'imposant 3:0 sans coup férir contre l'Estonie à deux journées de la fin que l'Espagne a poinçonné son ticket pour l'Afrique du Sud. Sa mission accomplie, elle n'a pas levé le pied pour autant, allant s'imposer en Arménie et clôturant son parcours par une démonstration contre la Bosnie-Herzégovine (5:1)

Le sélectionneur
Vicente del Bosque a pris le relais de Luis Aragonés après l'UEFA EURO 2008, mais il s'est attaché à respecter la philosophie et l'ossature qui ont mené l'Espagne au titre continental. L'entraîneur moustachu est entré dans la cour des grands aux commandes du Real Madrid. En l'espace de quatre ans, il y a remporté deux Ligues des champions de l'UEFA (2000 et 2002), deux Ligas (2001 et 2003), une Supercoupe d'Espagne (2001), une Supercoupe d'Europe (2002) et une Coupe Intercontinentale (2002).

Comme son prédécesseur, Del Bosque a misé sur un jeu à une touche de balle parfaitement servi par un entrejeu regorgeant de talent. Bien lui en a pris puisque son équipe a réalisé des qualifications impeccables. Depuis sa prise de fonctions, ses protégés ne se sont inclinés qu'une fois : contre les États-Unis en demi-finales de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Afrique du Sud 2009.

Les joueurs vedettes
L'Espagne doit son succès à un équilibre parfait dans toutes les lignes. Le capitaine Iker Casillas fait partie des meilleurs gardiens du monde ; ses réflexes constituent quasiment une assurance-vie. Quant à Xavi Hernández, il manie avec brio la baguette de chef d'orchestre. Par sa lecture du jeu, le Barcelonais est le cerveau du dispositif ibérique. Aux avant-postes, on retrouve un duo de flingueurs experts dans le dernier geste : David Villa et Fernando Torres, un Niño qui a bien grandi...

Passé en Coupe du Monde de la FIFA
- L'Espagne a disputé 12 éditions de la Coupe du Monde de la FIFA. Depuis Allemagne 1974, elle a toujours été fidèle au rendez-vous.
- Son meilleur résultat en Coupe du Monde de la FIFA reste sa quatrième place à Brésil 1950
- L'Espagne compte deux titres chez les A : les Euros 1964 et 2008.

Palmarès
- L'Espagne a signé 10 victoires en autant de matches de qualification.
- La Furia Roja a terminé avec la meilleure attaque d'Europe avec 28 buts marqués, soit six de moins que l'Angleterre, première.

Entendu...
"Nous avons de bons joueurs, une équipe bien équilibrée, mais l'opposition sera très forte. Nous visons le titre lors de la prochaine Coupe du Monde, mais nous sommes conscients que cela sera très difficile. Nous ne sommes pas favoris, mais nous faisons partie du groupe des candidats." - Vicente del Bosque, sélectionneur

fr.fifa
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 24 Mar - 16:31

SUISSE




La Suisse va participer en 2010 à sa neuvième Coupe du Monde de la FIFA. Le sélectionneur Ottmar Hitzfeld s'est fixé des objectifs élevés pour l'épreuve reine en Afrique du Sud.

C'est après la déception de l'UEFA EURO 2008 que l'ancien entraîneur du Borussia Dortmund et du Bayern Munich a repris les rênes de l'équipe nationale, qu'il a conduite à sa deuxième participation consécutive au grand rendez-vous du ballon rond : la Suisse avait déjà décroché son billet pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006, organisée chez ses voisins allemands. Mais son chemin s'était toutefois arrêté en huitième de finale, au terme d'une séance de tirs au but perdue contre l'Ukraine.

La sélection helvète propose un savant mélange de joueurs expérimentés, à l'image des attaquants Alexander Frei et Blaise N'Kufo, et de jeunes talents comme Eren Derdiyok, Tranquillo Barnetta ou le gardien Diego Benaglio. Cette équipe prometteuse espère réitérer ses succès de 1934, 1938 et 1954, où elle avait atteint les quarts de finale.

En route vers l'Afrique du Sud
La compétition préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA 2010 n'a pas commencé sous les meilleurs auspices pour Hitzfeld et ses joueurs. Après un match nul en Israël, les Helvètes ont vécu à Zurich leur moment le plus difficile avec une humiliante défaite 1:2 face au Luxembourg.

Cette décevante prestation contre la sélection du Grand-Duché semble toutefois avoir agi comme un signal d'alarme, puisque l'équipe de Suisse a ensuite enchaîné cinq succès consécutifs contre la Lettonie (2:1), la Grèce (2:1 et 2:0) et la Moldavie (2:0 et 2:0). Ce n'est que son match nul en Lettonie (2:2) qui a mis fin à cette série victorieuse.

Alexander Frei et ses coéquipiers se sont adjugé la première place du Groupe 2 de la zone Europe, synonyme de qualification directe pour la phase finale, grâce à leur victoire 3:0 au Luxembourg et à leur dernier duel avec Israël à Bâle, qui s'est achevé sur un score nul et vierge.

Le sélectionneur
Ottmar Hitzfeld compte parmi les entraîneurs les plus titrés d'Europe. Il est l'un des deux techniciens à avoir réussi l'exploit de remporter la Ligue des champions de l'UEFA avec deux clubs différents, le Borussia Dortmund et le Bayern Munich.

Il a pris les commandes de la sélection helvète le 1er juillet 2008 et a réussi, malgré un démarrage difficile, à emmener celle-ci jusqu'à la qualification pour la phase finale de l'épreuve reine.

Durant sa carrière de joueur, l'ancien international allemand a joué en Suisse, sous le maillot du FC Bâle (1971/75), du FC Lugano (1978/80) et du FC Lucerne (1980/83).

Les joueurs vedettes
Alexander Frei est incontestablement le leader de la Nati. L'attaquant du FC Bâle est non seulement le meilleur buteur de l'histoire de la sélection suisse, mais aussi le capitaine de l'équipe. Durant les qualifications, il a inscrit pas moins de cinq buts.

Son coéquipier Blaise N'Kufo, qui évolue à Twente Enschede, a fait trembler les filets autant de fois. L'attaquant né à Kinshasa (RD Congo) est le partenaire de Frei à l'avant. Il fait partie de l'équipe nationale depuis 2000.

Passé en Coupe du Monde de la FIFA
La Suisse participera en Afrique du Sud à l'épreuve reine du football mondial pour la neuvième fois. En 1934, en 1938 et en 1954, les Helvètes ont atteint les quarts de finale du tournoi. En 2006, ils sont allés jusqu'en huitièmes de finale.

Entendu...
"Si mon père avait su que je connaîtrais un jour de tels succès comme entraîneur non pas du Bayern Munich ou du Borussia Dortmund, mais de la Suisse, il aurait été très heureux. Car la Suisse est notre seconde patrie." - Ottmar Hitzfeld, sélectionneur

fr.fifa
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 24 Mar - 16:34

HONDURAS






Le Honduras s'est qualifié pour la deuxième fois de son histoire pour la Coupe du Monde de la FIFA, au terme d'une campagne qualificative à rebondissements. Après en avoir fini avec son tout dernier match, le Honduras n'était toujours pas fixé sur son sort. Il a fallu attendre un ultime but des Etats-Unis dans les arrêts de jeu face au Costa Rica pour voir déferler dans les rues honduriennes des milliers de supporters catrachos euphoriques. Avec du talent à chaque poste, la sélection de Reinaldo Rueda ne viendra pas en Afrique du Sud pour faire de la figuration.

En route vers l'Afrique du Sud
Les Honduriens ont dû retrousser leurs manches dès leur tout premier tour qualificatif, dans lequel ils n'ont laissé aucune chance aux malheureux Portoricains (6:2 en cumulé). Versé dans le groupe le plus compliqué du deuxième tour, le Honduras s'est frayé un chemin jusqu'au tournoi hexagonal final en terminant premier devant le Mexique, au détriment de la Jamaïque et du Canada.

Le dernier tour éliminatoire n'aurait pas pu commencer de pire manière pour les hommes de Reinaldo Rueda. Le revers initial face aux Costaricains (2:0) a jeté les bases d'un duel à distance qui n'allait connaître son épilogue qu'au bout du suspense. Un nul face à Trinité-et-Tobago (1:1), puis un succès à domicile face au Mexique (3:1), ont remis les Catrachos sur le droit chemin, en dépit d'une défaite 1:2 en terre nord-américaine. Après une nouvelle moisson de victoires contre le Salvador (1:0), le Costa Rica (4:0), et Trinité-et-Tobago (4:1), assombrie par une déconvenue en terre aztèque (1:0), la situation était claire : le Honduras n'avait plus qu'à maîtriser chez lui les Stars & Stripes pour valider son billet mondialiste. Mais les locaux chutaient à San Pedro Sula (2:3) et se retrouvaient dans l'obligation de s'imposer au Salvador en dernière journée tout en misant sur l'insuccès du Costa Rica chez lui devant l'escouade américaine. Après avoir rempli leur part du contrat (victoire 1:0 à San Salvador), les Catrachos ont dû attendre l'égalisation sur le fil des Américains pour voir s'exaucer leurs rêves de qualification.

Le sélectionneur
Les phases qualificatives pour la grand-messe du football étaient presque devenues un cauchemar pour la sélection hondurienne. Souvent favoris, les Catrachos perdaient leurs moyens dans les moments cruciaux. Tout a changé avec l'arrivée d'un Colombien nommé Reinaldo Rueda, début 2007. Sa rigueur a tout de suite plu aux dirigeants de la fédération hondurienne, qui lui ont accordé le temps dont n'avaient pas bénéficié ses devanciers. Le stratège a su honorer la confiance de ses employeurs en qualifiant la Bicolor pour Afrique du Sud 2010 dans un style aussi spectaculaire offensivement que solide défensivement.

Les joueurs vedettes
Malgré la présence dans l'effectif de nombreuses vedettes expatriées dans les grosses écuries européennes, c'est Carlos Pavón qui s'est distingué au cours des éliminatoires. Toujours aussi précieux, l'attaquant de 36 ans a été l'auteur du but décisif à San Salvador, synonyme de billet mondialiste. Entouré de joueurs brillants tels que David Suazo, Wilson Palacios, Julio León ou Amado Guevara, Pavón tentera de clore en beauté sa carrière internationale en Afrique du Sud.

Passé en Coupe du Monde de la FIFA
- Le Honduras retrouve la Coupe du Monde de la FIFA après 28 ans d'absence. A ce jour, les Catrachos n'avaient participé qu'à une seule édition de l'épreuve reine : Espagne 82.
- Lors de cette compétition, les protégés de José de la Paz avaient étonné le monde entier en tenant en échec le pays organisateur (1:1) et l'Irlande du Nord (1:1), avant d'être éliminés in extremis par la Yougoslavie sur la plus petite des marges (1:0).
- Les buteurs honduriens furent Héctor Zelaya devant l'Espagne et Antonio Laing devant l'Irlande du Nord

Palmarès
- Le Honduras a aligné une série de 8 matches sans défaite à domicile au cours des éliminatoires pour Afrique du Sud 2010, avant de rendre les armes dans son fief de San Pedro Sula face aux Etats-Unis (2:3).
- Le Honduras a eu la meilleure défense du tournoi hexagonal final de la CONCACAF, avec seulement 11 buts encaissés.
- Le meilleur finisseur catracho en qualifications a été l'illustre vétéran Carlos Pavón, auteur de 7 buts en 9 rencontres.

Entendu...
"Personne n'y croyait plus, notre match était terminé et nous étions très déçus. Mais le public a commencé à hurler et nous avons compris que les Etats-Unis avaient réussi à égaliser contre le Costa Rica. Nous sommes très heureux d'aller en Afrique du Sud et nous n'allons pas décevoir ceux qui ont cru en nous." - Carlos Pavón, attaquant

fr.fifa
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 24 Mar - 16:36

CHILI






Le football chilien traverse une période de réorganisation de son football qui a déjà commencé à porter ses fruits, avec le retour historique du pays en Coupe du Monde de la FIFA après 12 longues années d'absence. En effet, depuis l'édition 1998, marquée par les exploits de Marcelo Salas et Iván Zamorano, la Roja avait systématiquement raté le coche dans les qualifications mondialistes. Ces échecs appartiennent désormais au passé. Un passé de frustrations balayé du revers de la main par l'équipe actuellement dirigée par l'Argentin Marcelo Bielsa, qui dispose du réservoir de talents nécessaire pour imiter l'étonnant Chili de 1998.

Entre les Andes et le Pacifique, grandes sont les attentes. Aussi grandes que les performances qui ont jalonné un parcours qualificatif réputé pour ses obstacles. La Roja l'avait d'ailleurs constaté à ses dépens en route vers Corée/Japon 2002 et Allemagne 2006, en échouant respectivement aux neuvième et septième rangs. Mais les temps changent et malgré le départ en retraite du célèbre duo Za-Sa, le Chili rêve de surprendre tout son monde.

En route vers Afrique du Sud 2010
L'équipe nationale du Chili s'est qualifiée pour Afrique du Sud 2010 en décrochant la deuxième place de la poule sud-américaine, à une longueur du Brésil. Le parcours de la formation de Bielsa, la plus jeune du plateau, est le meilleur de son histoire depuis l'adoption d'un groupe unique. C'est le 10 octobre 2009 que les Andins ont réservé leur billet, à une journée du terme, grâce à un succès 4:2 sur la Colombie. Ce résultat confirme tout le potentiel de cette équipe loin de ses bases, où elle a récolté 16 de ses 33 points.

Autre preuve de la bonne santé de cette formation chilienne, sa propension à jouer l'attaque sur tous les terrains. C'est d'ailleurs elle qui a inscrit le plus grand nombre de buts (32), remporté le plus de matches (10) et aligné le meilleur buteur (Humberto Suazo, avec 10 réalisations).

Le sélectionneur
Certains fans associent peut-être Marcelo Bielsa à la terrible élimination de l'Argentine au premier tour de la Coupe du Monde de la FIFA Corée/Japon 2002. Aujourd'hui, à la tête du Chili, el Loco (le fou) a une occasion historique de se racheter.

Malgré ce surnom hérité de la passion avec laquelle il vit le football, cet homme né à Rosario un 21 juillet 1955 est souvent loué par les footballeurs, les journalistes et ses homologues. Pourquoi une telle unanimité ? En raison de son sérieux, de son engagement total et de son indéfectible éthique professionnelle. Fervent tacticien, résolument porté vers l'attaque, cet entraîneur au passé de joueur pour le moins anonyme a vu sa cote de popularité crever le plafond dans l'étroit pays sud-américain, qui rêve de le voir diriger la Roja pendant de longues années.

Les joueurs vedettes
Dans cette équipe compacte et irrésistiblement portée vers la surface adverse, c'est dans la ligne d'attaque que l'on trouve logiquement les principales vedettes. Si l'on doit ressortir trois noms, ce sera ceux du trio qui avait emmené Colo Colo au sommet lors de la saison 2006. Matías Fernández, Alexis Sánchez et Humberto Suazo défendent aujourd'hui des maillots différents mais ils s'entendent toujours comme larrons en foire. El Mati et Alexis appartiennent à la nouvelle génération qui s'est expatriée très jeune vers le Vieux Continent : le premier apporte sa clairvoyance et son intelligence, le second son explosivité sur les ailes. Plus expérimenté, Suazo est là pour faire parler la poudre dans la surface.

Passé en Coupe du Monde de la FIFA
- Il s'agit de la huitième participation du Chili à une phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA.
- Sa meilleure performance remonte à 1962, année où il a organisé l'épreuve et décroché la médaille de bronze.
- Guillermo Subiabre (1930), Leonel Ramírez (1962) et Marcelo Salas (1998) sont les meilleurs buteurs chiliens en Coupe du Monde de la FIFA : ils comptent tous 4 buts à leur actif.

Entendu...
"Je ne considère pas cette Coupe du Monde comme une revanche après l'échec de 2002. Aucune joie ne pourra effacer ce triste souvenir. Pour une Coupe du Monde, le plus important c'est de faire en sorte que les joueurs arrivent au sommet de leur forme. Ceci obéit à une multitude de facteurs. On peut en contrôler certains, mais d'autres dépendent de tout ce que le footballeur aura vécu pendant les 10 derniers mois. Espérons que ça tournera bien pour le Chili." - Marcelo Bielsa, sélectionneur

fr.fifa
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 24 Mar - 16:49

ESPAGNE, Del Bosque : "Assumer notre statut"

L'Espagnol Vicente del Bosque est un personnage à part. Issu d'une famille de cheminots, il a décidé d'emprunter une autre voie que ses parents en consacrant sa vie au football. Le natif de Salamanque n'a pas eu à regretter cet aiguillage. Après une belle carrière professionnelle pour l'essentiel tissée au Real Madrid, il a succédé à Luis Aragonés à la tête d'une Furia Roja fraîchement sacrée championne d'Europe.

Aujourd'hui, avec la tranquillité qui le caractérise, il se prépare pour le grand saut de sa carrière : la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. Conscient de l'étiquette de favoris collée à ses protégés, il enjoint son équipe à garder les pieds sur terre et à travailler en silence. C'est justement l'impression qui se dégage de l'entretien qu'il a accordé à FIFA.com lors de son déplacement à Sun City. Ses attentes, ses souhaits dans l'optique du rendez-vous sud-africain et un message : "Celui qui pense que ce serait un échec de ne pas être champion du monde se trompe".


Quels enseignements avez-vous tirés de l'Atelier des sélections à Sun City ?
C'est toujours positif de participer à ce type d'événements, où l'on recueille beaucoup d'informations en vue de la compétition. En plus, c'est l'occasion de rencontrer des amis et des connaissances comme Oscar Tabárez, Carlos Parreira, Fabio Capello, Carlos Queiroz ou Radomir Antic, pour ne citer qu'eux. Nous tous qui représentons les sélections, nous devons donner une bonne image. Ici, il y a des personnes qui ont une grande expérience et ça fait beaucoup de bien au football.

Que pouvez-vous nous dire à propos de l'Afrique du Sud ? Que peut-on attendre de la première Coupe du Monde de la FIFA organisée sur le sol africain ?
Nous en avons eu un avant-goût pendant la Coupe des Confédérations. Nous nous sommes fait une idée assez claire de ce qui nous attend. Mais avant tout, je crois que nous avons tous, les entraîneurs comme les personnes impliquées dans la Coupe du Monde dans un autre rôle, l'obligation de faire la meilleure publicité de l'Afrique. Ce continent en a besoin et je crois que cette compétition rencontrera le même succès que les dix-huit éditions précédentes.

Vous avez parlé de la Coupe des Confédérations. Vous savez donc que c'est un climat frisquet qui vous attendra au moins de juin…
C'est beaucoup mieux ! Ça fait partie des nombreux bons côtés de cette compétition. Avec la chaleur, le joueur se sent comme en été et cela peut se répercuter sur son rendement. Je crois que ce sera un aspect positif. Il fait frais en soirée et cela va favoriser le spectacle.

Depuis le Tirage au sort, quelle est la question qui revient le plus souvent chez les journalistes ?
On me demande sans cesse si nous sommes candidats pour le titre. Si nous ne sommes pas tout à fait d'accord sur ce point, il faut accepter que l'on nous donne ce statut en raison de notre titre européen et de nos séries de victoires.

Qu'est-ce qui vous fait dire que vous n'êtes pas favoris ?
Au fond de nous, nous savons qu'il y a de très grosses équipes en face. En Coupe du Monde, il n'y a plus de petites équipes ou d'immenses surprises. Nous devons rester très concentrés pour éviter d'être surpris par la Suisse, le Chili ou le Honduras.

Quelles attentes ressentez-vous chez les supporters ?
Elles sont très grandes, bien évidemment. En Espagne, tout le monde n'envisage qu'une seule alternative : le titre mondial ou l'échec. Pour moi, cette position extrémiste n'a aucun sens, mais bon… nous vivons dans une époque où l'exagération est vendeuse.

Qui est le vrai Vicente del Bosque ? En apparence en tout cas, vous renvoyez une image de tranquillité absolue…
Eh bien non, je ne suis pas tranquille ! (rires). Mais bon, tant mieux si c'est l'image que je donne…

Ce qui est étonnant, c'est que votre père, un cheminot, avait la réputation d'avoir un gros caractère. C'est vrai ?
Non, pas du tout ! (rires) Pas du tout ! (nouveaux rires) Mon père était un homme très prudent. Peut-être très à cheval sur ses principes, mais c'était un mec bien...

Qu'est-ce qui vous fait sortir de vos gonds ?
L'injustice. Et nous savons que le football est très propice à la tricherie et à toutes ces choses qui me déplaisent. Mais au fond, il faut être très prudent car ce que l'on condamne chez les autres se passe peut-être dans sa propre équipe.

Cela fait 41 ans que vous évoluez dans le football. De quoi le ballon rond vous a-t-il privé ?
De rien… (il réfléchit). Je ne crois pas qu'il m'ait privé de certaines choses, au contraire. Bien sûr, j'ai mon travail qui m'occupe toute la journée, mon travail dans le foot. Et je dois représenter la fédération espagnole de la meilleure des façons. Mais j'ai également une famille et elle passe avant tout. Je baigne dans ce milieu depuis que je suis ado donc je sais de quoi il est fait.

Revenons à l'actualité. Quel est le joueur qui vous impressionne le plus ?
En ce moment, il y a quelques très bons joueurs, qui évoluent presque tous en attaque. Plusieurs joueurs sont capables de faire la différence : Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Wayne Rooney et Didier Drogba forment un quatuor fantastique.

Il n'y a pas d'Espagnol dans cette liste. C'est cela qui fait la force de l'Espagne ? Le fait de ne pas dépendre d'individualités ?
Je ne sais pas. Le football est un sport collectif, mais on a besoin d'individualités pour faire la différence. Nous avons ce type de joueurs dans tous les compartiments : depuis les cages jusqu'à l'attaque en passant par l'entrejeu. Nous avons de grands joueurs.

Dernière question. Où sera Vicente del Bosque le 11 juillet prochain ?
On ne peut pas le savoir, c'est impossible de deviner le destin. Le plus important sera de nous préparer du mieux que possible pour le combat car il y aura du très très lourd en face. J'englobe aussi les équipes qui n'arrivent pas avec le statut de favorites. Tenez, l'Argentine en est un bon exemple. Elle dispose d'une très grosse équipe avec des joueurs immenses dans toutes les lignes. D'accord, elle a connu une campagne qualificative laborieuse, mais cela ne l'exclut certainement pas de la liste des candidats. Cette compétition va être très difficile.

fr.fifa (24/03/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Jeu 25 Mar - 13:06

Le Chili grimpe et se prend à rêver

Depuis l'arrivée de Marcelo Bielsa au poste de sélectionneur, l'équipe du Chili a le vent en poupe. La preuve la plus éclatante en est sa qualification pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA, après avoir été absente des deux dernières éditions de l'épreuve suprême du football mondial. Les excellents résultats de la Roja ont été récompensés par un bond à la 14ème place du Classement mondial FIFA/Coca-Cola. C'est la première fois depuis 12 ans qu'elle se retrouve aussi près du top 10.

Il faut remonter à 1998 pour trouver trace d'un meilleur classement du Chili, au 12ème rang mondial. Au mois d'avril de la même année, la Roja avait même atteint la 6ème position, meilleur classement de toute son histoire. Ensuite, ce fut le début d'une longue régression jusqu'à la 84ème place, en décembre 2002.

Le Chili avait entamé sa remontée sous la houlette de Nelson Acosta. Mais c'est depuis l'arrivée de Bielsa aux commandes que la sélection andine a recommencé à jouer les premiers rôles sur la scène continentale.

Des chiffres éloquents
El Loco, surnom du technicien argentin en Amérique du Sud, prend les rênes de l'équipe du Chili en août 2007, un mois après le cinglant 1:6 concédé contre le Brésil en quart de finale de la Copa América disputée au Venezuela. La Roja occupe alors le 47ème rang mondial. L'arrivée de Bielsa met quelques mois à porter ses fruits, mais un an plus tard, le Chili a déjà retrouvé le 39ème rang.

Les 12 mois suivants sont fastes pour le Chili qui, dans les qualifications pour Afrique du Sud 2010, bat chez lui l'Argentine, et va s'imposer au Pérou et au Paraguay. En août 2009, il est déjà remonté à la 26ème place et à la fin de l'année, il est 15ème. Cela ne lui était plus arrivé depuis octobre 1998.

Entre l'arrivée de Bielsa et le match contre le Panama au mois de janvier dernier, le Chili a joué 35 rencontres, officielles et amicales. Le bilan est de 18 victoires, six matches nuls et 11 défaites, ce qui représente un taux d'efficacité de 57 %. C'est dans ces chiffres qu'il faut chercher la raison de l'ascension de 35 places de la Roja depuis la prise de fonctions d'El Loco.

Des raisons moins tangibles
Le net regain de forme du football chilien est attribuable à des choses moins tangibles, comme le retour à un style de jeu bien défini et un nombre croissant de joueurs partis glaner de l'expérience à l'étranger. On pense notamment à Mauricio Isla et Fabián Orellana, à l'Udinese, avec un prêt à Xerez pour Orellana, Carlos Carmona à la Reggina, Gary Medel à Boca Juniors, Jean Beausejour à l'América et Carlos Villanueva à Blackburn Rovers, puis à Al Shabbab.

Des joueurs comme Matías Fernández, passé de Villarreal au Sporting du Portugal, ou Humberto Suazo, qui a quitté Monterrey à destination de Saragosse, ont également contribué au saut qualitatif du football pratiqué par la sélection chilienne. Sans oublier l'apport incontestable d'Alexis Sánchez, prodige de l'Udinese, d'Arturo Vidal qui brille au Bayer Leverkusen, et de Mark González, quart de finaliste de la Ligue des champions de l'UEFA avec le CSKA Moscou. Quant à Marco Estrada, son avenir footballistique semble lui aussi se situer en Europe…

Sa position au Classement mondial FIFA/Coca Cola en est la preuve : le Chili a retrouvé son football et se reprend à rêver. Ça tombe bien : Afrique du Sud 2010 n'est plus très loin.

Fifa.com (25/03/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mar 30 Mar - 14:28

Chili : Bielsa, la figure de proue



Il se dit que l’Argentin Marcelo Bielsa, actuel sélectionneur de la Roja, a attendu d’avoir passé trois mois au Chili pour se décider à acheter une voiture. Tel le citoyen lambda, il se rend dans une concession. Le véhicule recherché ? Celui qu’il conduisait lors de son séjour au Mexique à Atlas et América : un ancien modèle qui ne se fait plus aujourd’hui que pour les taxis. Le propriétaire des lieux lui suggère alors de s’acheter une voiture neuve, mais sans le luxe, les gadgets et le look sportif qui font fureur chez ses protégés. Bielsa se laisse convaincre et la voiture fait aujourd’hui partie des meilleures ventes au Chili…

Cette anecdote illustre à elle seule l’effet Bielsa dans le pays andin. Mais au-delà de son influence sur le marché automobile, l’Argentin a d’abord forcé le destin de la sélection chilienne, qui retrouvera l’épreuve suprême à partir du 11 juin prochain en Afrique du Sud. Pour son come-back sur la scène mondiale, la Roja a plusieurs arguments à faire valoir : une belle deuxième place dans les qualifications de la zone Amérique du Sud, une grosse force de frappe offensive et un football spectaculaire qui attire les louanges. Impulsée par le phénomène El Loco, cette métamorphose n’est pas sans rappeler celle opérée par Guus Hiddink à la tête d’une sélection sud-coréenne qui avait pris la quatrième place de l’édition 2002.

Un trait d'union
Ils sont nombreux à avoir élevé Bielsa au rang de héros national. Au-delà du milieu footballistique, le technicien a également joué le rôle de trait d’union entre deux pays qui cumulaient les différences historiques et politiques sur et en dehors du terrain. Dans les stades chiliens, les chants agressifs contre les clubs argentins ont cessé. Il en va de même pour le dédain mutuel entre les deux voisins séparés par la cordillère.

Bielsa a reçu au Chili la reconnaissance que l’Argentine lui avait refusée après la débâcle de Corée/Japon 2002. Mieux encore : selon ses proches, il se serait parfaitement fondu dans son pays d’adoption. "Marcelo se sent très bien, comme à la maison. D'ailleurs, là-bas, il fait des choses qu'il ne faisait pas en Argentine, comme aller au théâtre par exemple. Le genre de sorties que l'on ne fait que quand on se sent à l'aise. Parfois, il pourrait passer un peu plus de temps à Rosario, mais il a toujours hâte de revenir à Santiago", nous confie son frère Rafael, ancien ministre argentin des Affaires étrangères.

Il y a quelques mois, l'entraîneur s'est rendu dans une salle de théâtre de Santiago pour y assister à une pièce à succès. À la fin de la représentation, les comédiens ont demandé au public d'applaudir le sélectionneur de la Roja. Mettant de côté la timidité et le comportement distant qui le caractérisent, Bielsa s'est levé pour recevoir l'ovation.

C'est l'esprit tranquille qu'il a regagné le bunker où se rassemblent les équipes nationales, le Complejo Deportivo Juan Pinto Durán. En prenant ses fonctions en août 2007, l'ancien sélectionneur de l'Argentine a exigé une transformation complète de cette infrastructure, qui est devenue une résidence 5 étoiles pour les joueurs. Le Rosarino passe pratiquement toute l'année dans ce complexe où il possède également sa chambre et son bureau. Et dire que certains pensaient qu'il louerait une résidence luxueuse dans le quartier huppé de Santiago…

Personnalité de l'année
Au Chili, son image et le prestige qu'il dégage font recette. Élu "Personnalité de l'année 2009" par plusieurs médias, Bielsa fait l'objet de nombreux sujets dans la presse écrite et sur le petit écran. Mais ce n'est pas tout, puisque trois livres sont sortis fin 2009 : une biographie, un recueil de petites phrases et d'anecdotes, et un récit de la campagne qualificative pour la Coupe du Monde de la FIFA. Pendant plusieurs semaines, les trois ouvrages ont squatté le Top 10 des meilleures ventes.

Son silence envers les médias, auxquels il ne s'adresse que lors des conférences de presse, s'est brisé le samedi 6 mars, après une visite dans l'une des zones les plus touchées par le tremblement de terre qui a frappé le pays. Très vite, il est rentré à Santiago pour une interview avec un présentateur très connu en introduction d'une émission de 27 heures destinée à récolter des fonds pour les victimes. "C'est toujours une bonne chose de s'exprimer, mais dans ce cas précis, il est fondamental de dire ce que l'on pense et ce que l'on ressent. Je reviens de Constitución ; là-bas, je n'ai vu que des ruines. Toutes les conservations que j'ai eues là-bas étaient autant de sources d'optimisme pour vous tous qui souffrez. J'espère que ces gens vont reconstruire tout ce qu'ils ont perdu pour continuer à avancer", a déclaré Bielsa à la télévision chilienne.

Ses qualités de meneur d'hommes, qui ont replacé la sélection chilienne sur le devant de la scène, l'ont amené à intervenir dans plusieurs villes du pays. En novembre, près de mille chefs d'entreprises et leaders d'opinion se sont retrouvés dans le prestigieux centre des conventions de Santiago. Lors de cette conférence, Bielsa a tissé une métaphore autour du football : direction d'un groupe, règles, principes… El Loco a captivé l'assistance pendant près de deux heures.

Concernant les qualités d'un leader, Bielsa a expliqué : "Quand il entre dans un vestiaire, le murmure s'arrête un moment. Quand il parle, le silence se fait. Quand je raconte une blague, personne ne rigole, quand c'est lui, tout le monde rit". Cette définition se rapproche du phénomène qu'il a enclenché des deux côtés de la cordillère des Andes et qui fait avancer l'histoire à chaque match.

fifa.com (30/03/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Ven 2 Avr - 12:04

Espagne, Albiol : "Humilité et travail"



Son nom a beau ne pas faire la une, il est l’un des piliers du Real Madrid. Depuis qu’il a troqué le maillot blanc de Valence pour celui des Merengues en juin 2009, le défenseur central Raúl Albiol est devenu le cinquième joueur le plus utilisé par Manuel Pellegrini en Liga. A 24 ans, il est déjà champion d’Europe et titulaire habituel de la sélection espagnole. Qui l’aurait cru il y a seulement six ans, quand un accident de la route a failli lui coûter la vie ?

"A l’époque, je ne pensais qu’à me rétablir, le football était secondaire. Il m’a fallu du temps pour reprendre confiance en moi et envisager de rejouer au plus haut niveau. J’ai avancé lentement, j’ai travaillé et j’ai progressé peu à peu jusqu’à en arriver là. Maintenant, tout ce que je veux, c’est en profiter", confie-t-il dans un entretien exclusif avec FIFA.com.

Une fois remis de son accident, il a repris du service d’abord à Getafe, puis à Valence, où il s’est épanoui. Aujourd’hui, il entend jouir de chaque minute dans son nouveau club. "Je me rends compte du chemin que j’ai parcouru et je sais que le plus dur, c’est de se maintenir au niveau. Défenseur central au Real Madrid, c'est un poste exigeant, qui impose une lourde responsabilité."

Bien que venant d’un club d’élite, il ne s’en est pas moins senti intimidé à son arrivée dans le vestiaire madrilène. "Oui, c’est impressionnant, j’étais aussi nerveux qu’un débutant. A 14 ou 15 ans, j’étais un grand fan de Guti, Raúl et Casillas, que je voyais à la télé, et aujourd’hui, je joue à leurs côtés !" s'exclame-t-il. "Je suis très heureux. Toute l’équipe m’a bien accueilli et je me suis très vite adapté."

Objectif national et mondial
Quels joueurs de la dream team madridista ont le plus surpris Albiol ? "Raúl à cause de son enthousiasme, de sa détermination et de son investissement à l’entraînement. Cristiano Ronaldo aussi. C’est un grand professionnel et un excellent coéquipier, un vrai boute-en-train. Il est très différent de l’image qu’il projette", confie-t-il.

Tandis qu’il se bat avec son équipe en championnat, seul titre encore à la portée du Real Madrid cette saison, il ne peut, bien sûr, s’empêcher de penser au grand rendez-vous de l’année, la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010. "Nous rêvons de brandir ce trophée. Ce doit être exaltant ! Nous ne manquons ni de détermination, ni de confiance, ni d’envie, et nous avons un mental de gagnant", assure-t-il avant de nous révéler le principal atout de la Roja. "C’est un groupe composé de joueurs de talent qui, en plus, s’entendent bien et sont solidaires. Il y a une excellente ambiance dans le vestiaire."

Il souligne également le rôle du sélectionneur Vicente del Bosque. "C’est un homme très calme, un vieux routier du football et des compétitions. Il connaît très bien les joueurs et il aime parler avec eux."

Un cocktail détonant qui n’a cependant pas suffi à l’Espagne pour remporter la Coupe des Confédérations de la FIFA 2009, où elle s’est pourtant présentée forte d’une impressionnante série de victoires consécutives. "Si nous avons perdu face aux États-unis ce jour-là, ce n’est pas par manque de modestie ou par excès d’orgueil. Nous formons un groupe humble et travailleur. Notre titre de champion d’Europe ne nous est pas monté à la tête. Pendant la campagne de qualification mondialiste, nous avons abordé tous les matches avec humilité et c’est dans cet esprit que nous irons en Afrique du Sud. Et si nous sommes battus, ce sera parce que notre adversaire s’est montré meilleur que nous, et non parce qu’on s’est vu trop beau", insiste ce défenseur d'1m87.

Favoris sur le papier
Les premiers adversaires de la Furia seront le Chili, le Honduras et la Suisse. "Sur le papier, nous sommes favoris, mais encore faut-il le prouver sur le terrain et gagner le premier match. On ne nous fera pas de cadeau et nous devrons lutter pied à pied", anticipe-t-il. Sa prudence s’explique par la défaite inattendue des siens en demi-finale du "Festival des Champions". "Nous avons appris que tout adversaire pouvait nous éliminer d’un grand tournoi, et qu’il suffisait d’être dans un mauvais jour pour prendre la porte", observe ce jeune père de deux petites filles.

De même, il n’aventure aucun pronostic quant aux huitièmes, qui opposeraient l’Espagne à l’un des vainqueurs du redoutable Groupe G composé du Brésil, du Portugal, de la Côte d’Ivoire et de la RDP Corée. "Il n’y a pas d’adversaire facile. Ce sera un match compliqué, mais si nous voulons aller loin, nous devrons éliminer tout le monde. Une équipe en forme, solide et conquérante doit être capable de s’imposer face à n’importe qui", estime-t-il.

Malgré le souvenir amer de l’échec essuyé l’an dernier, Albiol brûle de revenir en Afrique du Sud pour écrire une nouvelle page d’histoire aux couleurs espagnoles. "Nous avons vécu de très bons moments en Afrique du Sud. Dommage que nous n’ayons vu que deux animaux pendant le safari (rires) ! Nous savons à quel point les Sud-Africains ont hâte de voir démarrer leur Coupe du Monde. Nous ferons tout pour leur offrir un beau spectacle." On s'en régale à l'avance !

Fifa.com (02/04/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 7 Avr - 12:50

La Suisse : Nkufo, le doyen se porte bien





Au cours de ses 17 années de carrière professionnelle, Blaise Nkufo a beaucoup bourlingué. Mais après avoir évolué dans neuf clubs différents en dix ans, il porte depuis sept ans les couleurs de la même équipe, Twente Enschede.

Après des étapes en Suisse, au Qatar et en Allemagne, l'attaquant a rejoint la première division néerlandaise en 2003. Depuis son transfert de Hanovre 96 aux Pays-Bas, sa patrie d'adoption, le natif de Kinshasa, en RD Congo, est devenu non seulement le chouchou du public, mais aussi le meilleur buteur de l'histoire de son club, qui occupe actuellement le haut du classement d'Eredivisie.

"Je n'ai pas toujours été reconnu à ma juste valeur en Suisse. Quand je suis parti pour la deuxième division allemande, mon choix a été mal compris. Mais c'était un tremplin vers la Bundesliga, qui était mon objectif. Je suis ensuite parti aux Pays-Bas, où j'ai obtenu la reconnaissance qui va avec mes performances", expliquait Nkufo à l'occasion d'une interview exclusive accordée à FIFA.com.

Si son parcours n'a pas toujours été facile, ses jeunes années ne l'ont pas été non plus. L'attaquant a vu le jour en mai 1975 à Kinshasa. Dès l'âge de sept ans, il a dû quitter son pays d'origine en raison des troubles politiques pour rejoindre la Suisse avec sa famille. A partir de là, le joueur a connu une irrésistible ascension. Il a passé le baccalauréat à Lausanne et obtenu la nationalité suisse à 20 ans, ce qui lui a permis de porter par la suite le maillot des Confédérés.

Twente, le choix gagnant
C'est en septembre 2000 que l'attaquant a fait ses débuts sous les couleurs de la Nati. Mais deux ans plus tard, il s'est retiré de l'équipe nationale en raison de divergences avec le sélectionneur Jakob Kuhn. Nkufo est resté pendant plus de cinq ans sans jouer pour la Suisse et n'a donc pas disputé la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006, où les Helvètes sont allés jusqu'en huitièmes de finale. "Twente m'a beaucoup aidé après les difficultés que j'ai connues avec l'équipe nationale. J'ai travaillé dur et je suis revenu", assure avec le sourire l'international aux 29 sélections.

En août 2007, Nkufo a fait son grand retour dans l'équipe de Kuhn. Depuis, il est l'un des titulaires de la sélection suisse. Il a néanmoins manqué l'UEFA EURO 2008, qui se déroulait dans son propre pays, en raison d'une blessure. Mais il accorde aujourd'hui toute son attention à la Coupe du Monde de la FIFA 2010, qui débutera en juin prochain en Afrique du Sud. Pour l'athlétique joueur de 84 kg, l'épreuve suprême sera sûrement le premier grand tournoi de sa carrière. En effet, selon toute vraisemblance, seule une nouvelle blessure pourrait empêcher Nkufo de participer au grand rendez-vous du ballon rond. Il livre depuis plusieurs années d'excellentes prestations en club et se distingue également en équipe nationale, sous la direction d'Ottmar Hitzfeld.

Respect mutuel
L'ancien entraîneur du Borussia Dortmund et du Bayern Munich fait confiance aux qualités de Nkufo, aujourd'hui doyen de la Nati. L'attaquant a disputé les dix matches de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA 2010 et inscrit cinq buts pour son pays. "C'est un joueur qui a de la classe, il peut faire de grandes choses. Il n'est peut-être pas méfiant, mais il est prudent, ce n'est pas un joueur impertinent", analysait Hitzfeld après sa prise de fonction à la tête des Confédérés.

Hitzfeld jouit en retour d'un grand respect de la part de Nkufo pour ce qu'il a accompli jusqu'ici. "Il a exposé ses grandes lignes tactiques et techniques. Son mot d'ordre est simple : en football on ne réagit pas, on agit. Il donne une chance à de nouveaux joueurs et veut accroître la concurrence en donnant un meilleur équilibre à l'équipe. Il a été clair sur le fait qu'une sélection passe par de bonnes performances en club", indiquait l'attaquant au micro de FIFA.com.

Si l'on s'en tient à cette dernière phrase, de toute évidence, Nkufo n'a aucun souci à se faire concernant son statut au sein de la Nati. Le buteur affiche une forme éclatante depuis des années et contribue par ses performances au succès de son club, au niveau national et international.

Après les records, les titres
Cette saison, tout va pour le mieux en Eredivisie pour l'international suisse et ses coéquipiers. A quatre journées de la fin de la saison, Twente Enschede possède quatre points d'avance sur l'Ajax Amsterdam. Le club est donc sur la bonne voie pour décrocher son premier titre depuis 2001, une Coupe des Pays-Bas, et sa première couronne nationale depuis 1926, alors que la formation s'appelait encore Sportclub Enschede.

En 28 rencontres, Nkufo a fait trembler les filets à onze reprises. Il a notamment marqué le week-end dernier, contribuant ainsi à la victoire 2:0 sur le terrain du VVV Venlo. En tout, l'attaquant a été l'auteur de pas moins de 112 réalisations pour son club et a ainsi battu en août dernier le record du meilleur buteur de l'histoire de Twente, détenu jusqu'alors par l'ancien international néerlandais Jan Jeuring.

Néanmoins, c'est un chapitre que Nkufo a l'intention de clore après la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA : il va changer de club une dernière fois. Le Suisse jouera l'année prochaine en Major League Soccer américaine, sous le maillot des Seattle Sounders, avec qui il vient de signer un contrat en mars. C'est donc aux côtés de grands noms du football tels que le gardien de but Kasey Keller et le milieu de terrain Freddie Ljungberg que Nkufo vivra sa dernière grande aventure.

Avant cela, il s'est fixé deux missions à accomplir sous les couleurs européennes : un championnat avec Twente et un beau parcours en Coupe du Monde avec la Suisse.

Fifa.com (07/04/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Lun 26 Avr - 15:10

Espagne, Fabregas se dit certain d'être remis à temps



Le milieu de l'Espagne Cesc Fabregas s'est dit samedi certain "à 100%" d'être remis à temps pour le Mondial-2010, d'une fracture du tibia, survenue le 31 mars avec son club d'Arsenal.

"Dans mon esprit, je suis certain à 100% d'être remis de ma blessure à temps pour la Coupe du monde", écrit l'Espagnol dans son éditorial dans le programme du match Arsenal-Manchester City, comptant pour la 36e journée du Championnat d'Angleterre.

Fabregas a expliqué qu'il resterait à Londres jusqu'à la fin de la saison avant "de retourner en Espagne pour le reste de (sa) convalescence et (se) préparer pour le Mondial".

L'Espagnol s'était blessé lors du quart de finale aller de Ligue des champions contre Barcelone.

Fifa.com (26/04/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mar 27 Avr - 18:43

Espagne : Fabregas et Iniesta blessés, Arteta espère



Le milieu d'Everton Mikel Arteta a reconnu mardi espérer que les blessures de Cesc Fabregas et d'Andres Iniesta vont inciter le sélectionneur Vicente Del Bosque à l'appeler en équipe d'Espagne pour le Mondial-2010.

"Je travaille dur pour attirer l'attention du sélectionneur. Je continue d'espérer. L'Espagne déplore des blessures, comme celles de Cesc Fabregas et Andres Iniesta", a déclaré le Basque qui n'a jamais été appelé en sélection.

"Ce serait superbe pour moi d'avoir la chance d'être appelé dans l'équipe", a déclaré Arteta qui après avoir été blessé en début de saison, impressionne depuis son retour en janvier.

Iniesta souffre d'une déchirure musculaire et son retour est prévu courant mai, si sa convalescence se déroule convenablement et s'il ne rechute pas. Fabregas se dit certain d'être remis à temps d'une fracture d'un tibia.

Fifa.com (27/04/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Ven 30 Avr - 2:41

Suisse : Hitzfeld ne croit pas en l'Allemagne



Le sélectionneur allemand de la Suisse Ottmar Hitzfeld s'est refusé dans un entretien à un quotidien allemand publié jeudi à classer l'Allemagne parmi le premier cercle des favoris de la Coupe du Monde en Afrique du Sud (11 juin-11 juillet).

"Il faut bien sûr toujours compter sur l'Allemagne, mais le onze allemand ne fait pas partie à mes yeux du premier cercle des prétendants pour le titre", a déclaré l'ancien entraîneur du Bayern Munich et de Dortmund au quotidien allemand Mannheimer Morgen.

En ce qui concerne la Suisse, Hitzfeld, en poste depuis juillet 2008, espère "atteindre dans un premier temps les 8e de finale".

"Il faut être conscient que la Suisse ne peut être favorite dans un tel tournoi, mais nous avons tout pour faire peur aux favoris", a-t-il assuré.

La Suisse affrontera dans le groupe H du Mondial-2010 l'Espagne, championne d'Europe 2008, le Chili et le Honduras.

Fifa.com (29/04/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Ven 30 Avr - 23:49

Chili : Retour aux sources pour González



Mark González a rendez-vous avec l'Histoire. Pas seulement parce qu'il fait partie de la sélection chilienne qui disputera la Coupe du Monde de la FIFA 2010, mais aussi en raison de l'endroit même où se déroule l'épreuve suprême du football mondial. L'Afrique du Sud est tout simplement le pays natal du milieu andin.

Si le joueur du CSKA Moscou est heureux à l'idée de revenir sur la terre qui l'a vu naître, il est surtout impatient de disputer - comme du reste tous les autres membres de la Roja - son premier rendez-vous mondial. À quelques semaines du coup d'envoi, FIFA.com a voulu en savoir plus sur l'état d'esprit de l'intéressé et de ses coéquipiers. Entretien exclusif.

Inconditionnel de Bielsa
Notre première question porte sur le parcours du Chili en qualifications pour Afrique du Sud 2010. "Il nous a fallu un peu de temps pour mettre en place le système de jeu demandé par Bielsa. Mais vers la fin des éliminatoires, cela ne nous posait plus aucun problème. Nous l'avons intégré et à partir de là, nous avons pu jouer de façon structurée, en montrant que nous étions solides et que nous avions les moyens de gagner tous nos matches", commence-t-il.

La clé de la réussite, selon González, est à chercher hors du terrain, plus précisément du côté de Marcelo Bielsa, qu'il considère comme le grand architecte des belles performances de la Roja. "Il est arrivé ici bien déterminé à changer le style de jeu. Aujourd'hui, nous pratiquons un football qui n'a rien à voir avec celui d'avant. Je n'ai jamais vu un entraîneur comme ça. C'est un perfectionniste".

Les éloges de González s'adressent non seulement au technicien Bielsa, mais également à l'être humain. "C'est quelqu'un de foncièrement respectueux et bon, il vous accorde toujours cette confiance qui fait qu'il est très facile de l'approcher. Dans le travail, il est très strict, très discipliné. Je pense que notre jeu reflète parfaitement sa méthode", analyse le milieu de terrain chilien.

Que pense-t-il des autres adversaires du Chili dans le Groupe H ? "Avec tout le respect que je dois aux autres équipes, je crois que l'adversaire le plus difficile sera l'Espagne. Il sera compliqué de prendre la première place mais en même temps, nous devons être deuxièmes au minimum pour pouvoir progresser. On peut donc déjà dire que les matches contre le Honduras et la Suisse seront déterminants", poursuit-il.

En même temps, les Espagnols ne l'intimident pas outre mesure. "Ils possèdent des joueurs d'une qualité incroyable, mais je pense qu'ils savent aussi qui nous sommes. Ils sont conscients que nous courons beaucoup, que nous aussi nous avons de la qualité et que nous sommes capables de leur rendre le match très difficile. Ce sera un vrai défi", affirme-t-il en souriant.

Rêves sud-africains
Quoi qu'il arrive, cette Coupe du Monde de la FIFA aura un parfum spécial pour González, qui a vécu les premières années de sa vie en Afrique du Sud. "J'ai beaucoup de souvenirs d'école et de la maison. Je connais assez bien le pays car nous nous baladions pas mal pendant les vacances. Au collège, j'ai fait un peu de rugby et de cricket, deux sports très populaires en Afrique du Sud. Mais j'ai toujours été un fanatique de football. Je crois que j'ai choisi le bon sport", ajoute-t-il avec humour.

Pour arriver à la Coupe du Monde de la FIFA en pleine possession de ses moyens, González n'a pas hésité à quitter les Espagnols du Betis Séville pour rejoindre le CSKA Moscou, au début de la saison 2009/10. Il ne regrette rien. "Je voulais jouer la Ligue des champions et aussi avoir une chance de remporter un titre, ce qui était beaucoup moins évident avec le Betis. Après, il y a les problèmes d'adaptation au climat et à la vie en général. Je me débrouille avec l'anglais, même si là-bas, peu de gens le parlent vraiment. Le plus important pour moi était d'évoluer à un niveau compétitif pour arriver à la Coupe du Monde dans la meilleure forme possible", explique-t-il.

En guise de conclusion, González nous livre ses objectifs pour le mois de juillet prochain. "Ce qui m'intéresse le plus, c'est de n'avoir rien à regretter. Après, il est évident que je veux aller le plus loin possible. Mais ça ne sert à rien de spéculer. On en saura beaucoup plus après le premier match", conclut-il avec professionnalisme et ambition, deux ingrédients indispensables pour réussir un coup sur la scène mondiale.

Fifa.com (30/04/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 5 Mai - 21:11

Espagne : Torres pourrait manquer le début du tournoi



L'attaquant espagnol Fernando Torres pourrait ne pas être remis de sa blessure au genou pour le premier match de l'Espagne dans le Mondial-2010 contre la Suisse le 16 juin, a estimé mardi le médecin du club de Liverpool où il évolue.

Torres - qui s'est fait opérer à deux reprises du genou droit depuis janvier - "progresse et il est terriblement motivé pour sa rééducation, comme tout le staff ici, et s'il y a un joueur qui peut se remettre d'une blessure, c'est bien lui", a déclaré le responsable de l'équipe médicale Peter Brukner sur le site internet du club.

"On ne peut être sûr de rien à ce stade. S'il continue de progresser à ce rythme, il devrait pouvoir être prêt pour une des phases de la Coupe du monde", mais "il n'est pas certain qu'il puisse être remis pour le premier match" de son pays le 16 juin à Durban contre la Suisse (groupe H), a estimé le médecin.

"Nous faisons attention de ne pas le presser trop (dans sa rééducation) car nous voulons obtenir des résultats sur le long terme, mais nous sommes conscients que son objectif à lui, à court terme, est de jouer la Coupe du Monde", a ajouté le Dr Brukner.

L'absence de Fernando Torres serait un coup dur pour l'Espagne, qui est une des équipes favorites pour le Mondial (11 juin-11 juillet).

Fifa.com (04/05/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 5 Mai - 22:53

Espagne : Del Bosque préoccupé par les blessés



Le sélectionneur espagnol Vicente del Bosque est "préoccupé" par les blessures de plusieurs internationaux, notamment l'attaquant de Liverpool Fernando Torres, à l'approche du Mondial en Afrique du Sud.

"Nous sommes préoccupés, car c'est quelque chose que nous ne contrôlons pas", a affirmé del Bosque dans des déclarations publiées mercredi par les médias espagnols, au sujet de ces blessures, qui affectent également les milieux Cesc Fabregas (Arsenal) et Andrès Iniesta (FC Barcelone).

Le médecin de Liverpool a estimé mardi que Torres, opéré du genou début avril, ne serait peut-être remis pour le premier match de l'Espagne au Mondial, contre la Suisse le 16 juin.

L'absence de Fernando Torres serait un coup dur pour l'Espagne, qui est une des favorites pour le Mondial (11 juin-11 juillet). Elle fait partie du Groupe H avec la Suisse, le Chili et le Honduras.

Del Bosque a néanmoins estimé que les "perspectives étaient bonnes" pour Torres, de même que pour Iniesta et Fabregas.

Il s'est dit aussi convaincu que l'entraîneur du Barça, Pep Guardiola, ne ferait pas "courir de risque" au milieu Xavi Hernandez, autre pièce maîtresse de la "seleccion", légèrement touché à la jambe gauche.

Xavi continue cependant à jouer à cent à l'heure avec le Barça, notamment mardi soir contre Tenerife (4-1), alors que le club catalan est toujours menacé par le Real Madrid dans la dernière ligne droite de la Liga.

Del Bosque doit annoncer la liste des 23 sélectionnés pour le Mondial le 20 mai, après avoir publié une liste de 30 pré-sélectionnés le 11 mai. L'équipe ira ensuite s'entraîner à Schruns (ouest de l'Autriche) avant d'aller en Afrique du sud.

Fifa.com (05/05/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 5 Mai - 22:55

Suisse : La touche cafetera de la Nati



Johan Vonlanthen, un nom qui fleure bon la Suisse. Pourtant, le jeune footballeur qui s'apprête à donner une interview à FIFA.com ne correspond pas exactement au portrait-robot de l'homme des Alpes. Teint mat, œil noir et sourire XXL accroché au visage, l'intéressé s'explique : "Je suis né à Santa Marta, en Colombie, mais je vis en Suisse depuis tout petit".

Voilà la première des nombreuses surprises que nous réserve l'ailier droit de la Nati pour cet entretien dans lequel il va également évoquer son style de jeu métissé, ses débuts précoces dans l'élite et son intention de marquer l'histoire à Afrique du Sud 2010.

Entre les deux, son cœur a balancé
La discussion se porte d'abord sur les origines du joueur. "Je suis né en Colombie il y a 24 ans", explique-t-il. "Mais quand j'avais cinq ans, ma mère a fait la connaissance d'un Suisse et nous sommes partis vivre dans ce pays. J'ai commencé à jouer au foot à Flamat, un tout petit village, puis j'ai rejoint les Young Boys. À 16 ans, j'ai été lancé en première division et je suis devenu le plus jeune buteur de l'histoire du championnat", raconte-t-il non sans une certaine fierté.

Le nom du jeune prodige arrive vite aux oreilles du sélectionneur national. Pourtant, Johan y réfléchit à deux fois avant d'accepter la convocation. "Ç'a été compliqué parce que j'avais également envie de jouer pour la Colombie", reconnaît-il. Mais je crois que là-bas, ils n'ont jamais cru que je pouvais jouer pour eux, peut-être en raison de mon nom. Au final, Kobi Kühn, l'entraîneur de la Suisse, m'a fait confiance et il m'a emmené à l'Euro 2004. Je suis très heureux de mon choix".

Même s'il a opté pour le drapeau à la croix blanche sur fond rouge, Vonlanthen a encore du sang cafetero dans les veines. Supporter du Junior de Barranquilla, il nous parle de son idole, qui n'est autre que… Carlos Valderrama ! "Je l'ai vu jouer sur les terrains de Santa Marta quand j'étais gamin et quand je suis revenu, plus tard, j'ai fait sa connaissance. C'est un grand monsieur, une idole en Colombie, mais il a gardé son humilité. Il est toujours prêt à donner des conseils", raconte-t-il, plein d'admiration.

Et sur le terrain ? Vonlanthen exprime-t-il le feu latino qui brûle encore en lui ? "C'est ce qui m'a permis de sortir un peu du lot en Suisse. J'aime le ballon, j'aime bien m'amuser avec. Même si j'ai appris à jouer davantage pour l'équipe et à laisser un peu le show de côté, je n'ai pas tout perdu du style latino", rigole-t-il.

Des rêves plein la tête
Après nous être intéressés à son passé, nous avons évoqué l'avenir du footballeur helvétique. Et l'avenir immédiat, c'est bien évidemment Afrique du Sud 2010. Pour ouvrir le sujet, l'attaquant se penche sur le groupe qui attend son équipe à la Coupe du Monde de la FIFA. "Je pense que l'Espagne évolue à un autre niveau. Il ne faut pas avoir peur de cette équipe, mais elle possède des footballeurs incroyables qui sont au-dessus des autres joueurs du groupe. Le Chili et le Honduras sont très dangereux, mais si nous conservons le même état d'esprit, je crois que nous aurons les moyens de gagner", affirme-t-il, plein de confiance.

Si le joueur affiche une telle assurance, c'est que son équipe s'appuie sur un entraîneur de renommée internationale. Selon Vonlanthen, Ottmar Hitzfeld est pour beaucoup dans cette approche débarrassée de tout complexe. "Il a instillé un état d'esprit qui fait que nous ne craignons personne. Avant, nous faisions des complexes. Contre la France ou l'Italie, nous nous disions 'oulala, nous sommes les petits poucets suisses'. Avec lui, tout a changé et cela a apporté beaucoup de force à la sélection".

Le pensionnaire du FC Zurich attend la compétition sud-africaine avec beaucoup d'impatience, lui qui avait manqué Allemagne 2006 de la plus cruelle des façons. "Je me suis blessé dès le premier jour d'entraînement. Je n'ai pas pu participer alors que j'étais en forme et que l'entraîneur comptait sur moi. C'est pour ça que cette édition 2010 me tient beaucoup à cœur. Je veux faire une grosse performance", lance-t-il, avec la confiance qu'engendrent les grands défis.

Avant de boucler l'interview, Johan nous confie une anecdote qui en dit long sur sa double culture. "J'ai surtout du mal avec la ponctualité. Je me souviens qu'une fois, alors que j'étais en vacances à Santa Marta, j'ai été invité à une fête. J'ai pressé ma famille et tout le monde pour que l'on arrive à l'heure, mais au final, il n'y avait encore personne ! Le premier invité est arrivé une demi-heure plus tard", se marre-t-il.

Fifa.com (05/05/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par adsm le Mer 5 Mai - 22:56

rachid_as a écrit:Espagne : Del Bosque préoccupé par les blessés



Le sélectionneur espagnol Vicente del Bosque est "préoccupé" par les blessures de plusieurs internationaux, notamment l'attaquant de Liverpool Fernando Torres, à l'approche du Mondial en Afrique du Sud.

"Nous sommes préoccupés, car c'est quelque chose que nous ne contrôlons pas", a affirmé del Bosque dans des déclarations publiées mercredi par les médias espagnols, au sujet de ces blessures, qui affectent également les milieux Cesc Fabregas (Arsenal) et Andrès Iniesta (FC Barcelone).

Le médecin de Liverpool a estimé mardi que Torres, opéré du genou début avril, ne serait peut-être remis pour le premier match de l'Espagne au Mondial, contre la Suisse le 16 juin.

L'absence de Fernando Torres serait un coup dur pour l'Espagne, qui est une des favorites pour le Mondial (11 juin-11 juillet). Elle fait partie du Groupe H avec la Suisse, le Chili et le Honduras.

Del Bosque a néanmoins estimé que les "perspectives étaient bonnes" pour Torres, de même que pour Iniesta et Fabregas.

Il s'est dit aussi convaincu que l'entraîneur du Barça, Pep Guardiola, ne ferait pas "courir de risque" au milieu Xavi Hernandez, autre pièce maîtresse de la "seleccion", légèrement touché à la jambe gauche.

Xavi continue cependant à jouer à cent à l'heure avec le Barça, notamment mardi soir contre Tenerife (4-1), alors que le club catalan est toujours menacé par le Real Madrid dans la dernière ligne droite de la Liga.

Del Bosque doit annoncer la liste des 23 sélectionnés pour le Mondial le 20 mai, après avoir publié une liste de 30 pré-sélectionnés le 11 mai. L'équipe ira ensuite s'entraîner à Schruns (ouest de l'Autriche) avant d'aller en Afrique du sud.

Fifa.com (05/05/2010)

Ayay, l'Espagne , c'est ce qui se fait de mieux en terme de foot , à fond avec les artistes cheers
avatar
adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 72
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Mer 5 Mai - 23:00

adenisurmer a écrit:
Ayay, l'Espagne , c'est ce qui se fait de mieux en terme de foot , à fond avec les artistes cheers

L'Espagne a toujours eu des grands joueurs voir une grosse équipe, mais ça cale toujours en coupe du monde. Certes ils ont eu la coupe d'europe, mais il faudra confirmer en Afrique du sud.
Minimum, demi-finale, sinon c'est raté pour un champion d'Europe en titre !
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par adsm le Mer 5 Mai - 23:05

rachid_as a écrit:
adenisurmer a écrit:
Ayay, l'Espagne , c'est ce qui se fait de mieux en terme de foot , à fond avec les artistes cheers

L'Espagne a toujours eu des grands joueurs voir une grosse équipe, mais ça cale toujours en coupe du monde. Certes ils ont eu la coupe d'europe, mais il faudra confirmer en Afrique du sud.
Minimum, demi-finale, sinon c'est raté pour un champion d'Europe en titre !
Exact...mais bien avant la coupe d'Europe je l'ai sentais bien, ils peuvent réediter l'exploit ...ca serait formidable pour l'Espagne de gagner la CDM après avoir enfanté tant de grands joueurs pour le monde du foot et notre bonheur !
avatar
adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 72
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par le fumeur le Mer 5 Mai - 23:06

ayouh!!!!!!! tout sauf l'Espagne (je n'ai même pas trouvé le smiley approprié!!!!!!!!!
avatar
le fumeur

Messages : 774
Date d'inscription : 07/01/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par adsm le Mer 5 Mai - 23:12

le fumeur a écrit:ayouh!!!!!!! tout sauf l'Espagne (je n'ai même pas trouvé le smiley approprié!!!!!!!!!

Accu, rebheth assidi Laughing Laughing Laughing
avatar
adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 72
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Jeu 6 Mai - 21:09

Le Chili bat Trinité-et-Tobago (2:0)

L'équipe du Chili a battu Trinidad-et-Tobago 2 à 0 (mi-temps: 1-0) en match amical de préparation au Mondial-2010 de football (11 juin-11 juillet), mercredi à Iquique (nord).

Buts
Morales (1'), Toro (48') pour le Chili

Fifa.com (06/05/2010)

avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Lun 10 Mai - 17:58

Honduras : Forfait de Carlo Costly blessé



Carlo Costly, l'attaquant international Hondurien du club roumain de FC Vaslui, blessé à un pied, devra se faire opérer et il manquera le Mondial qui débute dans un mois en Afrique du Sud.

Selon les médecins Oscar Benitez et Raul Perez qui l'ont examiné à San Pedro Sula (240 km au nord de Tegucigalpa), le joueur souffre d'une fracture au pied droit et il sera absent des terrains un peu plus d'un mois.

Costly s'est blessé lors d'un match dans le championnat de Roumanie contre le CFR Cluj.

Le Honduras jouera dans le groupe H du Mondial en Afrique du Sud (11 juin-11 juillet) avec l'Espagne, le Chili et la Suisse

Fifa.com (10/05/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par rachid_as le Lun 10 Mai - 21:39

Espagne : Evolution favorable pour Fabregas et Torres



Les blessures des internationaux espagnols Cesc Fabregas et Fernando Torres évoluent favorablement, a indiqué lundi la Fédération espagnole de football (RFEF), à un mois du début du Mondial en Afrique du Sud (11 juin-11 juillet).

Fabregas, milieu de terrain d'Arsenal, et Torres, attaquant de Liverpool, étaient présents lundi matin au siège de la RFEF au nord de Madrid et ont été examinés par les médecins de la sélection, Oscar Luis Celada et Juan Cota. Ils ont jugé "très positive" l'évolution de leurs blessures.

En outre, Fabregas a passé des examens dans une clinique qui ont montré "la consolidation totale" de sa fracture du tibia, survenue le 31 mars. En ce qui concerne Torres, il se remet dans les délais prévus de son opération au genou droit, le 18 avril.

Opéré à deux reprises du même genou depuis janvier, "El Niño" est néanmoins incertain pour le premier match de l'Espagne dans le groupe H, le 16 juin contre la Suisse. L'Espagne, championne d'Europe en 2008, doit également affronter dans ce groupe le Honduras et le Chili.

Le sélectionneur espagnol, Vicente del Bosque, a annoncé lundi une première liste de 30 joueurs et dévoilera sa liste des 23 joueurs le 20 mai.

Fifa.com (10/05/2010)
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2010 : Groupe H (Espagne, Suisse, Honduras, Chili)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 7 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum