Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Page 1 sur 11 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mar 10 Nov - 12:09

Postez ici tout ce qui est relatif aux anciennes gloires "Dirigeants+ joueurs" de la prestigieuse JSK


Dernière édition par adenisurmer le Mar 6 Avr - 10:33, édité 2 fois

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mar 10 Nov - 12:12

Salem Amri ancien joueur de la JSK


“Jouer à la Jsk est la plus belle des choses qui m’est arrivée dans ma vie”


Il faisait partie de la génération qui a offert à la JSK son premier titre de champion pendant les années soixante-dix au cours desquelles, il a joué avec le club phare de Djurdjura, il s’est donné corps et âme pour les couleurs du club, Salem Amri nous relate aujourd’hui son passage avec les Canaris et son vécu dans le monde de la balle ronde.

Rubrique animée par Hamid Oukaci

******************


La Dépêche de kabylie : Pour commencer, pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Salem Amri : Je suis né en 1949 a Ahfir, un village de la commune d’Imqouhal dans la daïra d’Iferhounene . J’ai passé une partie de mon enfance en France avant de revenir en Algérie et plus exactement à Rouiba où je vis jusqu’à ce jour.



Comment êtes-vous venu au monde du football ?

Comme tout jeune de mon époque, j’ai commencé à taper dans le ballon dans mon quartier à Rouiba, de temps en temps, des joueurs de l’équipe locale venaient assister à nos rencontres, et sur insistance de ces derniers, que j’ai signé ma première licence avec le club de Rouïiba en catégorie cadet en 1964, et depuis, j’ai passé six années avec ce dernier. J’ai intégré l’équipe seniors à l’âge de 18 ans, j’ai même affronté la JSK quand elle jouait en division d’honneur.



Justement, comment avez-vous rejoint la JSK ?

Mes premier contacts avec la JSK remontent à l’époque du président Abtouche, Ben Fedda qui était mon entraineur à Rouiba, a voulu me ramener avec lui à la JSK, mais le destin a voulu que j’intègre la Jsk en 1971 par le biais d’un dirigeant, Ould Hamouda en l’occurrence, qui m’a présenté au défunt Abdelkader Khalef. J’avoue que le contact a été vite établi, étant donné que j’avais affaire à un brave homme et en plus de cela, j’ai été sélectionné en équipe nationale A, donc, j’ai été international, sans oublier bien sûr mon rêve, dès mon jeune âge de défendre les couleurs de la JSK.



Vous étiez adulé par le public de Rouiba et puis d’un coup, vous avez changé de club, est ce que cela ne vous a pas crée de problèmes ?

Sincèrement, j’ai senti que le public de Rouiba n’a pas avalé mon départ mais tout de même, j’ai pris cette décision que je ne regrettais pas bien entendu, car j’ai joué dans un grand club qui représentait toute une région, voir une identité.



Racontez-nous vos débuts avec la JSK ?

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que j’a fait un sacrifice pour jouer à la JSK. J’ai été obligé de passer une année blanche où comme l’appellait à l’époque, signer une licence B avant d’être qualifié. Personnellement, j’ai passé des moments difficiles durant la saison 1971-1972. Je n’ai joué aucun match officiel, moi qui était titulaire à Rouiba, mais j’avoue tout de même que les dirigeants de la Jsk étaient à mes cotés, d’ailleurs, on me considèrait comme un élément actif.



En venant d’un autre club, est-ce que vous n’avez pas de problèmes d’intégration ?

Pas du tout, au contraire l’intégration était parfaite tout d’abord, je suis un enfant de la région donc quelque part, je n’étais pas dépaysé, en plus de cela, je connaissais la majorité des joueurs surtout ceux de l’équipe nationale espoir. Néanmoins, je reconnais que les débuts étaient un peu difficiles, car en venant d’un club d’une petite ville vers un grand club comme la Jsk qui jouait en division une, il y avait une terrible pression



Comment avez-vous géré cette pression ?

Avec le temps, je me suis habitué, en plus cette pression est justifiée, car il y avait que le stade où on pouvait s’exprimer et se défouler. Avec le recul, je trouve que c’est tout à fait légitime vu l’enjeu et surtout la particularité de la JSK qui représentait toute une région.



Vous faites partie de la génération qui a offert à la JSK son premier titre de championnat, comment avez-vous vécu ce sacré ?

Cela était très difficile vu les concurents de l’époque, mais avec le travail et le sacrifice, on a réussi à décrocher ce premier titre qui est à mon avis, le point de départ pour la grande JSK. Souvenez-vous que l’année d’avant, on avait échappé à la relegation et ont était condamné pour assurer le maintien à battre le MOC, ici même à Tizi Ouzou. Chose faite Dieu merci. Pour ce qui est du titre, on l’a fété comme il se doit dans une liesse et une joie indescriptible.



Quels sont les moments forts que vous avez vécu avec la Jsk ?

Honnêtement, j’ai passé les meilleurs moments de ma vie avec la JSK, c’est grâce à elle, que je me suis fait un nom, j’ai connu des gens, j’ai gagné des titres et j’ai réalisé mes rêves. Sans me vanter, je dirai que la meilleure chose qui m’est arrivée dans ma vie est d’avoir joué à la JSK.



Durant votre carrière vous avez évolué dans plusieurs postes, quel est le secret ?

Au début de ma carrière avec Rouiba, je jouais comme avant-centre, ensuite, j’ai joué avec la Jsk au milieu du terrain durant les trois premières saisons, et enfin, ailler droit à partir de 1975, c’est dans ce dernier poste que je me sentais très à l’aise, d’ailleurs en 1976, j’étais même contacté par un club français qui s’appelle SETE, les dirigeants de ce club m’ont vu à l’œuvre durant le stage d’intersaison que nous avons effectué en France, et ils ont sollicité mes services. A l’époque, il te faut une autorisation, donc faute de cette dernière, je n’ai pas tenté une expérience professionnelle.



Etant attaquant vous avez marqué beaucoup de buts, quelle est la réalisation qui vous ai restée en tête ?

Durant ma carrière, j’ai marqué effectivement beaucoup de buts, mais le but qui m’a vraiment marqué, c’était celui que j’ai inscrit face a la DNC dans les quarts de finale de la coupe d’Algérie, on était à égalité un but partout et j’ai marqué le deuxième but, d’un retourné acrobatique, finalement on a gagné par trois buts à un.



Quel est l’entraîneur qui vous a le plus marqué ?

Durant ma carrière, j’avais connu beaucoup d’entraineurs que ce soit à Rouiba où à la jsk mais je dirais que le duo khalef-zyvotco resteront pour moi, les meilleurs de ma carrière, car ils sont complémentaires d’ailleurs, leurs résultats parlent pour eux.



En quelle année avez-vous quitté la JSK ?

J’ai contracté une méchante blessure au genou qui m’a éloigné des terrains, donc j’ai décidé d’arrêter de jouer, mais j’ai intégré directement le staff de la jsk en 1981, l’année d’après, j’ai rejoint le staff administratif.J’ai joué aussi durant une année avec El-kahla d’El-Harrach en 1983, enfin, je suis revenu à Rouiba pour terminer ma carrière de joueur en 1984.



Vous avez complètement quitté le monde de football ?

Absolument, j’ai consacré mon temps pour mes affaires personnelles jusqu’à 1993 où j’ai présidé les destinées du club de Rouiba pendant trois années, j’ai essayé de donner tout ce que j’avais pour ce club durant tout mon mandat, et puis je me suis retiré en 1996, depuis, le président de la JSK m’a contacté à plusieurs reprises mais j’ai décliné l’offre à cause de mes activités professionnelles.



Si on parle de l’équipe nationale, comment voyez-vous son prochain match contre l’Egypte ?

C’est un match très difficile, on ne peut pas imaginer de scénario durant cette rencontre, car en 90 minutes tout est possible ; mais je reste optimiste pour cette équipe qui a pris de l’ampleur, je dirai qu’heureusement, on a des professionnels qui ont l’habitude de jouer sous pression, et surtout, cette génération qui a un défi à relever, je souhaite de tout cœur la qualification de l’Algérie .



Un dernier mot pour conclure ?

Tout d’abord, je vous remercie pour cet espace que vous m’avez réservé afin de rémémorer mon vécu dans la balle ronde, je profite de cette occasion pour souhaiter un prompt rétablissement à mon ami Aouis Kamal, je souhaite aussi que l’équipe nationale se qualifie au mondial sans oublier la Jsk, à laquelle je souhaite plein de succés.

DDK

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Mer 30 Déc - 17:08


Sademi : "se ne sont pas les clubs de la D1 qui ont atteint le niveau de la JSK, c'est ce club qui est descendu au leur"

source : planète sport

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mer 30 Déc - 17:13

JS-Kabylie.fr a écrit:
Sademi : "se ne sont pas les clubs de la D1 qui ont atteint le niveau de la JSK, c'est ce club qui est descendu au leur"

source : planète sport

Sademi, Chay et Meddane, ce trio avait essayé d'imposer certaines bonnes décisions au Berzidene mais malheureusement Hannachi a réussit à les avoir.....un triste épisode de la Saga Hannachi....

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mer 30 Déc - 18:51

Exactement Mr Sadmi, c'est la JSK qui est descendue plus bas.
Grâce à son Berzidan, la famile JSK dont tous les membres applaudissent, des supporters naipulables à souhait, des partenaires de choix dans la gestion extraordinaire de Moh ABrikuli ..........et hya raiha.

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 12:34



J'aime bien cette photo .... Messaoud Ait Abderrahmane, 19 ans, Finale de la coupe d'Afrique des Nations 1990 Cool

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Jeu 31 Déc - 12:36

JS-Kabylie.fr a écrit:

J'aime bien cette photo .... Messaoud Ait Abderrahmane, 19 ans, Finale de la coupe d'Afrique des Nations 1990 Cool

Oui...et ce que je n'aime pas c'est la manière dont s'est terminée la carrière de ce grand talant ....

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:08


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:10


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:12


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:16


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:16


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:17


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:17


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:18


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:19


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 31 Déc - 13:22


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mar 5 Jan - 11:35

Ali Belahcene ancien gardien de but de la JSK
“Je souhaite une meilleure considération pour les authentiques de la JSK”


Il fait partie des joueurs qui ont joué a la JSK avant et après l’indépendance, connu aussi pour sa rage de vaincre et ses parades spectaculaires au point d’être surnommer le kamikaze, Ali Belahcene revient dans cet entretien sur les moments forts qu’il a vécu avec le club phare de la Kabylie et son parcours dans la balle ronde.

La Dépêche de Kabylie : Pour commencer, présentez vous à nos lecteurs ?
Ali Belahcene : Je suis né en 1938 à Tizi Ouzou, mais mes origines sont du coté de Makouda , donc, j’ai vécu toute mon enfance à la ville des Génêts ou j’ai commencé à taper dans le ballon

Comment avez vous intégré la JSK ?
Tout d’abord étant enfant, je jouais des matchs de football avec mes voisins dans des terrains vagues à la haute ville, et c’est à partir de là que j’ai découvert en moi cette passion de jouer au football, alors des proches m’ont conseillé de rejoindre la JSK qui venait d’être crée, alors j’ai intégré le club en 1950 en catégorie Benjamins.

Qui a eu l’initiative de créer la JSK ?
Ce sont les tizi-ouziens qui ont créé la JSK, parmi eux, je peux citer Mohemdi et Elhadj Ali Belhocine ce dernier sera président par la suite, mais je veux vous signaler que les créateurs de la JSK ont voulu donner une grande dimension pour ce club afin de le faire sortir du cadre local de Tizi Ouzou, donc, ils l’ont dénommé, jeunesse sportive de Kabylie, d’abord il représente toute une région, et il défend aussi les couleurs de notre patrie, car avant l’Indépendence tout club musulman est créé justement pour dire que nous sommes des algériens, d’ailleurs quand on jouait contre les club français celà dépassant le cadre sportif et nous entrons sur le terrain comme des combattants.

Racontez nous votre parcours de joueur avant l’indépendance ?
J’ai commencé ma carrière comme je vous le disais tout a l’heure avec la JSK en 1950 en catégorie benjamins, deux ans après je suis promu en cadet, mon premier match avec les séniors remonte à la saison 1955/1956, je me souviens que nous avions un périlleux déplacement à Alger pour affronter la grande équipe de WRB (Widad Riadi de Belcout) à l’époque cette dernière possédait des supporters chauvins en plus de son riche effectif, malheureusement nous avons eu beaucoup de défections dans notre effectif et parmi eux, notre gardien titulaire qui ne voulait pas jouer, alors l’entraîneur est venu me voir pour me faire savoir que c’était moi qui allait jouer ce match, au début, j’avais le trac ; mais dès que je suis rentré sur le terrain, j’ai tout oublié, d’ailleurs j’étais l’un des meilleurs joueur de la rencontre et c’est à partir de là que j’ai décroché ma place de titulaire. En 1956 suite à l’appel du FLN pour arrêter toutes activités sportives, nous avons suivi l’ordre comme tous les clubs musulmans de l époque donc, j’ai arrêté de jouer mais j’ai fait un passage en France où j’ai roulé ma bosse dans un club amateur.

Comment ont été les débuts de la JSK après l’indépendance ?
Je dirai très difficiles à cause surtout du manque de moyens, à notre époque il n’y avait pas tout cet argent comme de nos jours, on nous payait seulement des repas en déplacements, mais notre passion pour le sport roi et surtout notre amour pour les couleurs du club font de nous des guerriers, alors nous avons entamé le 1er championnat 1962/1963 sur la bonne voie, malheureusement on passait à côté des accessions à chaque fois, mais par la suite nous avons acquis de l’expérience ou a réussi à mettre la JSK dans l’élite du football national grâce aux sacrifices des hommes .

Vous êtes un acteur des deux accessions historiques du club, comment aviez vous vécu ces moments ?
En réalité, on ne s’attendait pas a deux accessions consécutives, mais je dirais, que la venue de Ben Fedda en 1967 a été pour beaucoup dans notre performance, tout d’abord il avait une grande expérience et en plus il était entraîneur –joueur, il jouait rarement d’entrée, il restait sur le banc de touche pour diriger les joueurs, et dès qu’il découvre une faille dans le camps adverse il rentre, et généralement, il fait la différence, sans négliger bien sur les sacrifices de l’ensemble des joueurs qui ont cru dès le début et ils se sont sacrifiés pour que la JSK retrouve sa place parmi l’élite du football national.

Quel est le climat qui régnait au sein du club à votre époque ?
Je dirais tout simplement familial, on dirait une vraie famille, on se respectait mutuellement et on avait le même objectif se battre pour les couleurs du club, autre chose nous intéressaient nullement, d’ailleurs c’est la chose qui nous a permis de gagner l’amour de notre cher public, à l’époque les commerçants nous mettaient dans l’embarras, je me souviens même qu’ils refusaient de nous faire payer dès qu’ils nous reconnurent que nous sommes des joueurs de la JSK . Sincèrement c’est cet amour du public qui est resté jusqu'à nos jours qui me fait énormément plaisir car au moins eux, ils reconnaissent notre sacrifice pour le club. Je ne vous parle pas de ma personne, mais je parle de l’ensemble des anciens joueurs, je crois qu’ils méritent une meilleure considération au vu de tout ce qu’ils ont donné pour les couleurs du club, il y a des joueurs qui sont mort dans le besoin, et personne n’a osé faire un geste pour eux, et aujourd’hui encore il y a ceux qui vivent dans des conditions pénibles. Je ne vous cache pas qu’avant mon jubilé, j’ai été contre parce que je savais qu’il y a des joueurs qui sont dans le besoin plus que moi.

Quelles sont les moments forts que vous avez vécus pendant votre carrière ?
Sincèrement j’ai passé des moments inoubliables à la JSK et je suis tout fier aujourd’hui de faire partie de ceux qui ont eu l’honneur de faire accéder ce grand club en division une, tout de même il y a des moments particuliers, avant l’indépendance on rentrait sur le terrain comme des guerriers et chaque match qu’on fournissait face a une équipe coloniale était une bataille, après l’indépendance je me souviens de deux rencontres la première face à l’USMA où j’ai fait une grande rencontre malgré qu’en face de moi il y a avait pas moins de huit internationaux et aussi celle contre le CRB qui était à l’époque une machine avec le grand Lalmas.

Vous avez aussi un surnom ?
(Rire) effectivement on me surnommait le chat noir, à cause de ma tenue noire que je garde à ce jour et encore "le Kamikaze" à cause des mes parades spectaculaires et risquées, d’ailleurs je ne vous cache pas que j’ai mis fin à ma carrière à cause de nombreuses blessures que j’ai contracté, puisque l’état des terrains à l’époque était très mauvais.

En quelle année avez vous arrêté de jouer ?
Ma dernière saison fut celle de 1968-1969 soit celle de l’accession en division, une comme je vous le disais tout à l’heure les nombreuses blessures que j’ai contracté m’ont poussé a mettre fin à ma carrière à l’âge de 31 ans, mais malgré ma retraite comme joueur je suis resté toujours dans le milieu du football, d’ailleurs j’ai intégré le corps arbitream dans les année 70 ensuite comme formateur des arbitres dans les années 80 à partir de 1990 j’ai pris en main les catégories jeunes de la JSK.

Que pensez-vous de la JSK d’aujourd’hui ?
Le monde a changé et le football a évolué, je peux résumer par deux mots "nous, on jouait pour les couleurs et les joueurs d’aujourd’hui jouent pour encaisser des millions".

Et de notre équipe nationale ?
Je dirais qu’on a une bonne équipe qui a su comment arracher le billet pour la coupe du monde, mais je crois qu’il ne faut pas prendre comme repère la dernière rencontre contre l’Egypte, car à mon avis nous n’avons pas été aussi performant qu’auparavant, alors il faut savoir tirer les conséquences de nos erreurs.

Puisque vous êtes ancien gardien, a votre avis qui sera le numéro 1 des verts dans cette CAN ?
Sans même réfléchir je dirai que c’est Gaouaoui tout simplement car il a beaucoup d’expérience soit avec la JSK ou bien avec l’équipe nationale et permettez moi de vous ajouter une chose.

Allez y ?
Quand j’étais responsable des catégories jeunes de la JSK, on affrontait l’équipe juniors de Draâ Ben Khadda en 1/8 de finale de la coupe d’Algérie, on s’est fait éliminer à la séance de tirs au buts, et ce jour la j’ai vu un grand gardien qui a fait une très belle rencontre pour ne pas vous dire que c’était lui qui nous a éliminé, sur place j’ai pris attache avec notre président qui n’a pas pris la chose au sérieux ; mais l’année d’après c’est moi qui ai insisté pour le faire signer a la JSK, parce que je voyais en lui un grand gardien, effectivement, comme vous pouvez le constater le temps m’a donné raison puisqu’il est devenu le gardien numéro 1 en Algérie.

Un dernier mot pour conclure ?
Je vous remercie d’abord pour cet entretien qui m’a permis de relater mon vécu avec mon club de toujours, je profite de l’occasion pour lancer un appel aux supporters de le JSK pour être dernière leur club dans les moments difficiles, et bien sur souhaiter un prompt rétablissement à mon ami Kamel Aouis.

DDK (05/01/2010)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Mar 5 Jan - 11:38

il n'y aucun doute sur le fait que la JSK a été créée pour toute la kabylie

...En effet, Maître Sidi Saïd Hanafi, en liaison avec d’anciens joueurs évoluant alors à l’OTO (Olympique de Tizi-Ouzou) et quelques personnes de bonne volonté reprennent et développent autours d’eux l’idée de mettre en place un club de football Musulman avec une dimension géographique et social plus grande que celle qui a prévalu du temps du RCTO. Il s’agira en fait d’une association sportive pour toute la Kabylie....

tout l'article Arrow http://www.js-kabylie.fr/index/index.php?option=com_content&view=article&id=46:du-rc-tizi-ouzou-a-la-js-kabylie&catid=34:histoire&Itemid=64

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Ven 8 Jan - 16:36



Le Libyen Omar Daoud

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Ven 8 Jan - 16:40



Yacine Amaouche

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Ven 8 Jan - 16:41

JS-Kabylie.fr a écrit:

Yacine Amaouche

Malgré qu'il a gagné quelques titres avec la JSK, il est passé à coté d'une grande carrière. Neutral

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Ven 8 Jan - 16:42


Lounes Gaouaoui

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Ven 8 Jan - 16:49


Nassim Dehouche

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Ven 8 Jan - 17:00


Harb, Aouis, Baris

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:13


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 11 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum