Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Page 6 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Mer 2 Nov - 16:02


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Jeu 3 Nov - 10:08

Menad précise : «Je n’ai fait que proposer des solutions, je ne veux polémiquer avec personne»
L’ancien international de la JSK, Menad, a tenu à réagir à propos de l’information parue hier dans Le Buteur «Menad interpellé» en avouant que ce qu’il nous a déclaré au lendemain de la défaite de la JSK face à l’USMH comme solutions pour que la JSK sorte de la crise n’a pas eu pour but de compliquer la situation, mais que ses propos visaient à proposer une issue de sortie de crise, Menad dira : «Je respecte énormément la JSK qui nous est très chère. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais penser à en dire du mal, car je suis connu de tous. Si ce n’est pour apporter un plus, je m’abstiendrai de toute forme de polémique stérile. Peut-être que mes propos ont été mal interprétés car ils sont intervenus juste après une défaite et que les gens ont paniqués.» Poursuivant son droit de réponse, Menad dira : «Je tiens à préciser que ce que j’ai voulu dire, c’est ce que pensent les véritables supporters de la JSK. Je sillonne les quatre coins du pays, et c’est ce qui se dit partout. Je tiens à signaler que je n’ai rien à me reprocher, donc je ne crains absolument rien ni personne.»

Le buteur (03/11/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Jeu 3 Nov - 11:47

rachid_as a écrit:Menad précise : «Je n’ai fait que proposer des solutions, je ne veux polémiquer avec personne»
L’ancien international de la JSK, Menad, a tenu à réagir à propos de l’information parue hier dans Le Buteur «Menad interpellé» en avouant que ce qu’il nous a déclaré au lendemain de la défaite de la JSK face à l’USMH comme solutions pour que la JSK sorte de la crise n’a pas eu pour but de compliquer la situation, mais que ses propos visaient à proposer une issue de sortie de crise, Menad dira : «Je respecte énormément la JSK qui nous est très chère. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais penser à en dire du mal, car je suis connu de tous. Si ce n’est pour apporter un plus, je m’abstiendrai de toute forme de polémique stérile. Peut-être que mes propos ont été mal interprétés car ils sont intervenus juste après une défaite et que les gens ont paniqués.» Poursuivant son droit de réponse, Menad dira : «Je tiens à préciser que ce que j’ai voulu dire, c’est ce que pensent les véritables supporters de la JSK. Je sillonne les quatre coins du pays, et c’est ce qui se dit partout. Je tiens à signaler que je n’ai rien à me reprocher, donc je ne crains absolument rien ni personne.»

Le buteur (03/11/2011)

s10 s10

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Jeu 3 Nov - 12:36

adsm a écrit:
rachid_as a écrit:Menad précise : «Je n’ai fait que proposer des solutions, je ne veux polémiquer avec personne»
L’ancien international de la JSK, Menad, a tenu à réagir à propos de l’information parue hier dans Le Buteur «Menad interpellé» en avouant que ce qu’il nous a déclaré au lendemain de la défaite de la JSK face à l’USMH comme solutions pour que la JSK sorte de la crise n’a pas eu pour but de compliquer la situation, mais que ses propos visaient à proposer une issue de sortie de crise, Menad dira : «Je respecte énormément la JSK qui nous est très chère. Ce n’est pas aujourd’hui que je vais penser à en dire du mal, car je suis connu de tous. Si ce n’est pour apporter un plus, je m’abstiendrai de toute forme de polémique stérile. Peut-être que mes propos ont été mal interprétés car ils sont intervenus juste après une défaite et que les gens ont paniqués.» Poursuivant son droit de réponse, Menad dira : «Je tiens à préciser que ce que j’ai voulu dire, c’est ce que pensent les véritables supporters de la JSK. Je sillonne les quatre coins du pays, et c’est ce qui se dit partout. Je tiens à signaler que je n’ai rien à me reprocher, donc je ne crains absolument rien ni personne.»

Le buteur (03/11/2011)

s10 s10

et surtout préciser que se sont ceux que Muhuc ignore le plus !

_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Lun 14 Nov - 8:42

Coulibaly : «Un clin d’œil à la Kabylie !»

Tout auréolé de son titre de champion d’Afrique, Idrissa Coulibaly redescend de son piédestal le temps de cet entretien. Le défenseur central de l’EST, qui est revenu du «front» libyen intact, n’oublie pas de dédier son titre aux amis qu’il a laissés à Tizi Ouzou. Dédicace !

Idrissa Coulibaly, vous êtes champion d’Afrique en titre avec l’Espérance de Tunis, vous jubilez sans doute là…
(Rires) Non, mais je suis content. Très content même. C’est une fierté d’avoir pu remporter un aussi prestigieux titre que la Ligue des champions. C’est énorme ! J’ai connu des joies des succès, mais ce que je ressens là est indescriptible.

Vous avez connu la «guerre» en Libye, des mois au chômage, ce titre est en quelque sorte un pied du nez à l’histoire, non ?
Après coup, oui. Quand j’y pense… Je suis passé par des moments très difficiles. Déjà le fait d’avoir trouvé un club et rejoué aussi vite était une satisfaction en soi. Alors là, réaliser le triplé, c’est la cerise sur le gâteau.

A qui l’avez-vous dédié ?
A ma famille, d’abord. Et puis à tous les Kabyles. J’étais content de recevoir depuis hier soir des messages de félicitations d’amis ou de simples supporters de la JSK. J’ai laissé des amis à Tizi Ouzou et ce titre est un clin d’œil pour eux.

Vous avez connu un transfert compliqué, un bras de fer avec les dirigeants d’Al Ahly de Tripoli, la guerre en Libye et un triplé avec l’Espérance. Finalement, le destin n’est pas si cruel que ça…
Dieu merci. Ça a été dur. Il y a eu des moments de doute, mais comme on dit, Dieu a bien fait les choses.

Que retenez-vous de votre passage en Libye ?
Beaucoup de choses. Ça a été court, mais instructif. J’ai connu des hommes là-bas. Je suis l’un des rares joueurs à avoir été évacué durant la guerre. J’ai été mis dans le premier avion pour Alger. Ils ne m’ont jamais laissé tomber. Je ne sais pas ce qu’il en est advenu d’eux, mais je leur serai à jamais reconnaissant.

Etaient-ce des proches du défunt Guide ?
Oui.

Que peut-on vous souhaiter de plus ?
Du bonheur (rires). Il y a la Coupe du monde des clubs en décembre. On veut faire quelque chose. Ce n’est pas évident, mais on partira sans complexe. Il y aura aussi les phases finales de la CAN avec le Mali. La nouvelle année s’annonce intéressante.

Le buteur (14/11/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Lun 14 Nov - 12:58

rachid_as a écrit:Coulibaly : «Un clin d’œil à la Kabylie !»

Tout auréolé de son titre de champion d’Afrique, Idrissa Coulibaly redescend de son piédestal le temps de cet entretien. Le défenseur central de l’EST, qui est revenu du «front» libyen intact, n’oublie pas de dédier son titre aux amis qu’il a laissés à Tizi Ouzou. Dédicace !

Idrissa Coulibaly, vous êtes champion d’Afrique en titre avec l’Espérance de Tunis, vous jubilez sans doute là…
(Rires) Non, mais je suis content. Très content même. C’est une fierté d’avoir pu remporter un aussi prestigieux titre que la Ligue des champions. C’est énorme ! J’ai connu des joies des succès, mais ce que je ressens là est indescriptible.

Vous avez connu la «guerre» en Libye, des mois au chômage, ce titre est en quelque sorte un pied du nez à l’histoire, non ?
Après coup, oui. Quand j’y pense… Je suis passé par des moments très difficiles. Déjà le fait d’avoir trouvé un club et rejoué aussi vite était une satisfaction en soi. Alors là, réaliser le triplé, c’est la cerise sur le gâteau.

A qui l’avez-vous dédié ?
A ma famille, d’abord. Et puis à tous les Kabyles. J’étais content de recevoir depuis hier soir des messages de félicitations d’amis ou de simples supporters de la JSK. J’ai laissé des amis à Tizi Ouzou et ce titre est un clin d’œil pour eux.

Vous avez connu un transfert compliqué, un bras de fer avec les dirigeants d’Al Ahly de Tripoli, la guerre en Libye et un triplé avec l’Espérance. Finalement, le destin n’est pas si cruel que ça…
Dieu merci. Ça a été dur. Il y a eu des moments de doute, mais comme on dit, Dieu a bien fait les choses.

Que retenez-vous de votre passage en Libye ?
Beaucoup de choses. Ça a été court, mais instructif. J’ai connu des hommes là-bas. Je suis l’un des rares joueurs à avoir été évacué durant la guerre. J’ai été mis dans le premier avion pour Alger. Ils ne m’ont jamais laissé tomber. Je ne sais pas ce qu’il en est advenu d’eux, mais je leur serai à jamais reconnaissant.

Etaient-ce des proches du défunt Guide ?
Oui.

Que peut-on vous souhaiter de plus ?
Du bonheur (rires). Il y a la Coupe du monde des clubs en décembre. On veut faire quelque chose. Ce n’est pas évident, mais on partira sans complexe. Il y aura aussi les phases finales de la CAN avec le Mali. La nouvelle année s’annonce intéressante.

Le buteur (14/11/2011)

Quelle chance !
Un Triplé en si peu de temps............ drunken

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Dim 18 Déc - 15:20


rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Ven 13 Jan - 15:58


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Mer 18 Jan - 8:34

Comme Hamened et Gaouaoui, Berrafane, serait international en jouant ailleurs qu'à la JSK. Bravo Mourad


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par idir321 le Mar 24 Jan - 18:15

Le mariage de Rabi3 Meftah, l'occasion de revoir plusieurs anciens joueurs de la JSK.


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mar 24 Jan - 21:31

idir321 a écrit:Le mariage de Rabi3 Meftah, l'occasion de revoir plusieurs anciens joueurs de la JSK.


Tanemirt IDIR

Félicitations à lui ! cheers

Le décès de Da-Cherif nous a complètement mis à la touche des infos sportives!

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par jsk86 le Dim 5 Fév - 11:11

Quelqu'un dans ce forum a cite le nom de FETAL, l'ancien gardien de but Junior/Senior de la JSK, tout en mentionnant qu'il n'est plus de ce monde.
Je me demande si c'est vrai.
Je l'ai vu a la JSK en tant que gardien de buts Junior/Senior, il etait un vrai Dasaeve, l ancien gardien de l'URSS.


jsk86

Messages : 8
Date d'inscription : 29/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Dim 5 Fév - 13:51

jsk86 a écrit:Quelqu'un dans ce forum a cite le nom de FETAL, l'ancien gardien de but Junior/Senior de la JSK, tout en mentionnant qu'il n'est plus de ce monde.
Je me demande si c'est vrai.
Je l'ai vu a la JSK en tant que gardien de buts Junior/Senior, il etait un vrai Dasaeve, l ancien gardien de l'URSS.


C'est moi qui est écrit cela !
Je ne suis très sur du nom du gardien , mais un ghardien de la JSK durant les années que j'ai cité et qui a joué à la JSK est décédé il y'a quelques années de cela !

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mar 7 Fév - 12:02

Entretien, Lahcen Amar Nazef (Ancien joueur de la JSK) : «Il n’y a pas meilleur que Hannachi en ce moment, qu’on le veuille ou non !»

Celui qui a fait partie de la belle génération de la JSK des années fin 90/2000, des Moussouni, Dob, Belkaïd, Bendahmane, Berguiga, Driouèche, Zafour et compagnie, qui a donné tant de joie et de bonheur aux supporters kabyles, avec trois coupes de la CAF remportées consécutivement, nous donne son avis sur l’actuelle crise qui secoue le club le plus titré d’Algérie. Par ailleurs, il n’est pas à écarter de voir cet ancien joueur racé revenir au football.

Comment va Nazef qui se fait discret depuis un bon moment ?
Dieu merci, tout va bien pour moi. Si je me suis retiré du milieu du football, c’est pour la simple raison que je suis préoccupé par des affaires personnelles, qui marchent bien. Après le football, je me consacre davantage à ma famille avec une vie paisible et tranquille.

Des informations font part de votre retour prochain au football. Qu’en est-il au juste ?
Pour le moment, je ne peux rien dire, mais aucune possibilité me concernant n’est à écarter.

Que pensez-vous de la frange de supporters de la JSK, votre ancien club, qui exige le départ du président Hannachi et le retour d’Ighil ?
Ce que je pourrai dire, c’est qu’au vu de leur riche expérience respective dans le football et quel que soit ce qui oppose Hannachi à Meziane Ighil, on ne devrait vraiment pas en arriver là, surtout pas de la manière dont la presse en a fait l’écho. Se donner en spectacle de cette manière, je trouve cela vraiment navrant. Je n’ai pas de jugement à faire non plus, mais je pourrai néanmoins donner un simple avis sur la question…

Oui, poursuivez…
La situation s’est envenimée suite à la défaite de la JSK contre le CRB, après ce qui s’est passé, comme tout le monde le sait à présent et qui a conduit la JSK à se séparer d’Ighil. A mon sens, le problème sur le plan technique ne concerne pas le président parce que moi j’estime que la JSK dispose d’un bon effectif dans l’ensemble. Ça dépend seulement de quelle manière il est utilisé par le coach. Avec le groupe actuel, il y a de quoi faire quelque chose. Je dis ça parce que je le pense sincèrement. Voyez par exemple l’ESS ; depuis la venue d’Alain Geiger qui a su insuffler sa touche et trouver la bonne formule sur le plan technico-tactique avec les éléments qu’il a sous la main, et bien, elle a réussi à se hisser à la tête du championnat après un difficile début de saison.

Cela pour dire, qu’à mon sens, la conception de jeu de Meziane Ighil ne sied pas vraiment à la JSK, connue pour avoir une certaine culture tactique pratiquée à travers plusieurs générations.

Celle-ci n’est pas basée sur un jeu direct et trop rapide, mais sur la construction du jeu à partir des bases arrière de l’équipe, avec la patience nécessaire, en basculant le jeu sur les flancs et en alternant le jeu rapide avec le jeu dosé, à travers un collectif bien huilé.

Que voulez-vous dire par-là ?
Je veux dire que c’est à l’entraîneur de trouver les solutions et l’amalgame pour que la mayonnaise prenne. Pour ce qui est du président Hannachi, je dirai que même si j’estime que beaucoup de choses doivent-être faites autrement, il ne mérite franchement pas un tel traitement pour tout ce qu’il a donné à la JSK. Personne ne pourra nier son dévouement et son implication totale des années durant dans l’intérêt du club. Son dévouement et son amour pour la JSK, personne ne pourra les mettre en doute. Libre à chacun d’avoir l’avis qu’il veut, toutefois, on ne pourra jamais effacer l’histoire.

C’est-à-dire ?
Hannachi dispose d’un riche palmarès qu’aucun autre président sur la scène footballistique nationale n’a. Pour réussir et réaliser ce qu’il a fait, il faut du savoir-faire, beaucoup de sacrifices et de disponibilité, ainsi que nombre d’autres éléments importants lorsqu’on est à la tête d’un club du standing de la JSK.

Toutefois, beaucoup affirment que depuis quelques années, il fait fausse route et que la JSK ne fait que perdre son aura, d’où l’exigence de son départ par ceux-là…
Certains s’agitent sans raison pour pousser Hannachi à partir, tout en insistant sur le retour de Da Meziane Ighil ! Qui a tant donné à la JSK et écrit en lettres d’or une partie importante de l’histoire du club entre les deux ? Ighil n’a pas le palmarès de Hannachi, si l’on veut parler en termes concrets, en chiffres et en résultats. Hannachi n’est pas exempt de tout reproche, certes, seulement, il ne mérite franchement pas qu’on lui tombe dessus comme une meute. Qu’on le veuille ou non, il demeure le meilleur président de club en Algérie. Il connaît les rudiments du football et maîtrise ce qui se passe en coulisse pour pouvoir défendre les intérêts de la JSK. Lui au moins il est capable de beaucoup de choses. Hannachi n’est pas éternel, mais il n’y a pas meilleur que lui en ce moment.

Certains affirment que le temps de voir un autre président à la JSK est venu. Votre opinion ?
Je dirai, parce que je le pense vraiment, que la JSK ne trouvera pas meilleur président que lui. Certains pseudo-supporters s’agitent dans le vide, car apparemment manipulés, sans rien proposer en échange. Nombre de personnes critiquent Hannachi, c’est leur droit, mais ça c’est très facile à faire ! Mais que proposent-ils en termes concrets ? Rien d’intéressant que des choses du genre…«on va faire ceci, on va ramener cela», mais pas de projets pratiques de suite. Les vrais fans du club, eux, ne sont pas manipulables et n’agissent pas n’importe comment. Ils savent ce qu’il faut à la JSK. Je ne voudrais pas terminer sans souhaiter bonne chance à la JSK pour la suite de son parcours, mais aussi au Mouloudia d’Alger qui est un grand club et qui mérite de revenir au premier plan. Ça fera énormément de bien à ses milliers de supporters à travers le pays et au football algérien.

El-Moudjahid (07/02/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mar 7 Fév - 12:02

El-moudjahid ==> Le FLN au secours de Vu ivernussen

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mar 7 Fév - 15:17

rachid_as a écrit:Entretien, Lahcen Amar Nazef (Ancien joueur de la JSK) : «Il n’y a pas meilleur que Hannachi en ce moment, qu’on le veuille ou non !»

Celui qui a fait partie de la belle génération de la JSK des années fin 90/2000, des Moussouni, Dob, Belkaïd, Bendahmane, Berguiga, Driouèche, Zafour et compagnie, qui a donné tant de joie et de bonheur aux supporters kabyles, avec trois coupes de la CAF remportées consécutivement, nous donne son avis sur l’actuelle crise qui secoue le club le plus titré d’Algérie. Par ailleurs, il n’est pas à écarter de voir cet ancien joueur racé revenir au football.

Comment va Nazef qui se fait discret depuis un bon moment ?
Dieu merci, tout va bien pour moi. Si je me suis retiré du milieu du football, c’est pour la simple raison que je suis préoccupé par des affaires personnelles, qui marchent bien. Après le football, je me consacre davantage à ma famille avec une vie paisible et tranquille.

Des informations font part de votre retour prochain au football. Qu’en est-il au juste ?
Pour le moment, je ne peux rien dire, mais aucune possibilité me concernant n’est à écarter.

Que pensez-vous de la frange de supporters de la JSK, votre ancien club, qui exige le départ du président Hannachi et le retour d’Ighil ?
Ce que je pourrai dire, c’est qu’au vu de leur riche expérience respective dans le football et quel que soit ce qui oppose Hannachi à Meziane Ighil, on ne devrait vraiment pas en arriver là, surtout pas de la manière dont la presse en a fait l’écho. Se donner en spectacle de cette manière, je trouve cela vraiment navrant. Je n’ai pas de jugement à faire non plus, mais je pourrai néanmoins donner un simple avis sur la question…

Oui, poursuivez…
La situation s’est envenimée suite à la défaite de la JSK contre le CRB, après ce qui s’est passé, comme tout le monde le sait à présent et qui a conduit la JSK à se séparer d’Ighil. A mon sens, le problème sur le plan technique ne concerne pas le président parce que moi j’estime que la JSK dispose d’un bon effectif dans l’ensemble. Ça dépend seulement de quelle manière il est utilisé par le coach. Avec le groupe actuel, il y a de quoi faire quelque chose. Je dis ça parce que je le pense sincèrement. Voyez par exemple l’ESS ; depuis la venue d’Alain Geiger qui a su insuffler sa touche et trouver la bonne formule sur le plan technico-tactique avec les éléments qu’il a sous la main, et bien, elle a réussi à se hisser à la tête du championnat après un difficile début de saison.

Cela pour dire, qu’à mon sens, la conception de jeu de Meziane Ighil ne sied pas vraiment à la JSK, connue pour avoir une certaine culture tactique pratiquée à travers plusieurs générations.

Celle-ci n’est pas basée sur un jeu direct et trop rapide, mais sur la construction du jeu à partir des bases arrière de l’équipe, avec la patience nécessaire, en basculant le jeu sur les flancs et en alternant le jeu rapide avec le jeu dosé, à travers un collectif bien huilé.

Que voulez-vous dire par-là ?
Je veux dire que c’est à l’entraîneur de trouver les solutions et l’amalgame pour que la mayonnaise prenne. Pour ce qui est du président Hannachi, je dirai que même si j’estime que beaucoup de choses doivent-être faites autrement, il ne mérite franchement pas un tel traitement pour tout ce qu’il a donné à la JSK. Personne ne pourra nier son dévouement et son implication totale des années durant dans l’intérêt du club. Son dévouement et son amour pour la JSK, personne ne pourra les mettre en doute. Libre à chacun d’avoir l’avis qu’il veut, toutefois, on ne pourra jamais effacer l’histoire.

C’est-à-dire ?
Hannachi dispose d’un riche palmarès qu’aucun autre président sur la scène footballistique nationale n’a. Pour réussir et réaliser ce qu’il a fait, il faut du savoir-faire, beaucoup de sacrifices et de disponibilité, ainsi que nombre d’autres éléments importants lorsqu’on est à la tête d’un club du standing de la JSK.

Toutefois, beaucoup affirment que depuis quelques années, il fait fausse route et que la JSK ne fait que perdre son aura, d’où l’exigence de son départ par ceux-là…
Certains s’agitent sans raison pour pousser Hannachi à partir, tout en insistant sur le retour de Da Meziane Ighil ! Qui a tant donné à la JSK et écrit en lettres d’or une partie importante de l’histoire du club entre les deux ? Ighil n’a pas le palmarès de Hannachi, si l’on veut parler en termes concrets, en chiffres et en résultats. Hannachi n’est pas exempt de tout reproche, certes, seulement, il ne mérite franchement pas qu’on lui tombe dessus comme une meute. Qu’on le veuille ou non, il demeure le meilleur président de club en Algérie. Il connaît les rudiments du football et maîtrise ce qui se passe en coulisse pour pouvoir défendre les intérêts de la JSK. Lui au moins il est capable de beaucoup de choses. Hannachi n’est pas éternel, mais il n’y a pas meilleur que lui en ce moment.

Certains affirment que le temps de voir un autre président à la JSK est venu. Votre opinion ?
Je dirai, parce que je le pense vraiment, que la JSK ne trouvera pas meilleur président que lui. Certains pseudo-supporters s’agitent dans le vide, car apparemment manipulés, sans rien proposer en échange. Nombre de personnes critiquent Hannachi, c’est leur droit, mais ça c’est très facile à faire ! Mais que proposent-ils en termes concrets ? Rien d’intéressant que des choses du genre…«on va faire ceci, on va ramener cela», mais pas de projets pratiques de suite. Les vrais fans du club, eux, ne sont pas manipulables et n’agissent pas n’importe comment. Ils savent ce qu’il faut à la JSK. Je ne voudrais pas terminer sans souhaiter bonne chance à la JSK pour la suite de son parcours, mais aussi au Mouloudia d’Alger qui est un grand club et qui mérite de revenir au premier plan. Ça fera énormément de bien à ses milliers de supporters à travers le pays et au football algérien.

El-Moudjahid (07/02/2012)

Les relais de l'inculte s'agitent les uns derrière les autres pour se créer des ITW de tous genre !

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mar 6 Mar - 10:06

Brahim Maghrici Ex-stoppeur de la JSK et actuel coach des U17 de l’ES Nanterre
«Mon parcours à la JSK m’a beaucoup aidé dans ma carière»


Profitant de sa présence dans sa ville natale, Draâ Ben Khedda où il est venu passer quelques jours
de repos, l’ex-stoppeur des Canaris et actuel entraineur des U17 du club français de l’ES Nanterre, Brahim Meghrici, a bien voulu répondre à nos questions.


La Dépêche de Kabylie : Parlons d’abord de votre parcours, certains vous prédisaient une très grande carrière…
Brahim Maghrici : Cela reste un avis, quant à moi, j’ai connu toutes les sensations du haut niveau. J’ai fait toutes les catégories à la JSK aux côtés des Gaouaoui, Hamlaoui, Meftah Rahim… J’ai été capitaine de l’équipe nationale Juniors où évoluaient Madoni, Farès El Aouni, Gheloubi, etc. J’ai été promu en séniors à la JSK en 1997-98. J’ai évolué comme latéral et parfois comme stoppeur aux côtés de Zafour. L’année d’après, j’ai signé au MC Alger alors dirigé par Henkouche et Zenir puis j’ai atterri à la JS Bordj Menaiel de 1999 à 2001. Depuis je suis à l’ES Nanterre.

Justement ne regrettez-vous pas d’avoir opté pour Nanterre, un club de banlieue ?
Pas du tout. J’ai évolué cinq ans à l’ES Nanterre, tout en entraînant l’équipe « Juniors », une façon de préparer ma reconversion. Quand j’ai raccroché, on m’a proposé le coaching des catégories U17. J’y suis toujours et je me perfectionne.

Suivez-vous toujours le championnat d’Algérie ?
Je ne rate aucun match de la JSK et de l’EN. Vous savez, je dois tout à la JSK qui a fait de moi ce que je suis. Dans les années 1990 déjà, la JSK fonctionnait à un régime professionnel.
Quant à l’EN, je pense que certains joueurs sont saturés. Ils n’arrivent plus à se maintenir à un très haut niveau. Je crois qu’il faut rajeunir l’équipe nationale en intégrant quelques jeunes de l’équipe olympique.

Revenons à la JSK, nombre de vos coéquipiers champions d’Algérie avec l’équipe Espoirs sont partis en France…
C’est vrai. Toutefois, ici dans la région parisienne, Mehdi Benarab et Nacer Sandjak (Noisy-Le-Sec) font du bon boulot.
Nous avons une amicale des footballeurs algériens, on organise des matchs amicaux de temps en temps. Ça me permet de retrouver Guedioura, Hamdoud (ex USMA), Djadaoui, Sandjak…

Le jeune entraîneur algérien peine à s’imposer, n’est-ce pas ?
Je crois que Azeddine Ait Djoudi ou encore Mohamed Mekhazni sont l’exemple type du jeune entraîneur algérien. Ils ont démontré de quoi ils étaient capables quand on leur donne de bonnes conditions de travail. Quant à moi, je suis fier d’avoir formé des jeunes que Sedan ou l’O Marseille mettent à l’essai.
Plus tard, je compte bien revenir en Algérie et faire bénéficier mon pays de mon expérience.

DDK (06/03/2012à

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mer 7 Mar - 11:25

Saïb : «C’est difficile pour la JSK de rattraper son retard»

L’ex-entraîneur et ancien joueur de la JSK, Moussa Saïb était l’invité avant-hier soir de la chaîne satellitaire, Berbère TV. L’ancien Auxerrois qui a évoqué plusieurs sujets relatifs à sa carrière professionnelle, a jugé utile de parler de la situation délicate que la JSK traverse ces derniers temps, soit depuis que les supporters réclament le départ du président Mohand Cherif Hannachi. Saïb est revenu sur les incidents entre les anciens joueurs et le président kabyle. Ainsi, il en a profité pour déclarer que c’est difficile pour les Kabyles de revenir dans le championnat, après avoir laissé filer plusieurs points à domicile : «Comme tout le monde le sait, il reste encore 9 rencontres, ce qui veut dire 27 points à jouer. D’ailleurs, c’est pour cela que je vous dis que c’est difficile pour la JSK de rattraper tout le retard. Je me souviens qu’en 2008, nous n’avons perdu aucun match à domicile mis à part le nul concédé contre l’USM Blida.»

«Je miserai sur l’Entente, l’USMA et l’ASO pour le titre de champion»
A propos des clubs qui pourraient conquérir le titre, donc potentiellement champions, Moussa Saïb a misé sur l’ESS, l’USMA et l’ASO, vu les noms de joueurs que les clubs renferment : «D’après les résultats enregistrés jusqu’à présent, je miserai sur l’Entente, l’USMA et l’ASO pour remporter le titre de champion d’Algérie. Si je dis ça, c’est par rapport aux noms des joueurs que chaque équipe renferme.»

«Ce qu’a vécu la JSK l’an dernier est très grave»
Moussa Saïb a jugé utile de revenir sur le parcours de la JSK l’an dernier. D’après lui, c’est grave qu’un club comme la JSK évite de justesse la relégation en Ligue 2. A ce sujet, il dira : «C’est inadmissible qu’un club comme la JSK évite la relégation en Ligue 2, dans la dernière journée de championnat. Il reste encore 9 journées, je demande aux joueurs de rester concentrés et ce, pour éviter le scénario de l’an dernier.»

«Je le dis encore une fois, la JSK appartient à tous les Kabyles»
«Je ne vous cache pas que je suis toute l’actualité de la JSK. Comme tout le monde le sait, la JSK appartient à tous les Kabyles. A mon avis, il faut que tout le monde soit réuni pour trouver les meilleures solutions.»

«C’est Baris qui a encaissé l’argent de mon transfert à Auxerre, pas Iboud»
Profitant de sa présence sur le plateau de Berbère Télévision, Moussa Saïb a tenu à rappeler que ce n’est pas Iboud qui a encaissé l’argent de son transfert à Auxerre en 1992. Il dira aussi que c’est Rachid Baris qui s’était occupé des formalités. Il ajoutera à ce sujet : «Lorsque je suis parti à Auxerre en 1992, le président Baris m’y avait rejoint quelques jours après. Il a d’ailleurs récupéré le chèque représentant le montant de la transaction. Je tiens donc à préciser que Mouloud Iboud n’a rien à voir dans cette histoire.»

«Je n’ai jamais pris part à un match arrangé»
A propos de l’histoire du match US Chaouia-JSK de 1992, Saïb lancera : «Je ne me souviens pas avoir pris part à un match arrangé. Lorsque je jouais à la JSK, on se donnait à fond sur la pelouse.»

Le buteur (07/03/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mer 7 Mar - 14:37

Saïb : «C’est difficile pour la JSK de rattraper son retard»
Yiwen n' le retard ani kan?
Des retards sur tous les plans; la JSK a accéléré la cadence vers les fonds !!

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Jeu 15 Mar - 10:13

Rachid Baris : «Yousfi est un menteur !»

La nouvelle génération ne connaît pas Rachid Baris. Voulez-vous vous présenter aux lecteurs du Buteur ?
Je suis né le 22 mars 1952 à El Kseur. J’ai commencé à taper dans le ballon au stade Zaïdi-Brahim. J’ai eu ma première licence au club de ma ville natale, l’OSEK, à 16 ans, sous la direction du défunt entraîneur Akli Sellami, un grand formateur, que Dieu ait son âme, très connu sur la scène footballistique. Il a formé beaucoup de jeunes dans la vallée et à Béjaïa. Cette année-là, on avait accédé en Division-Honneur. Puis, j’ai rejoint la JSM Béjaïa où j’ai passé deux saisons (1970/1972), avant de rejoindre la JSK de 1972 à 1985. Après, j’ai été à la JS Bordj Ménaïel de 1985 à 1987 et, enfin, président de la JSK en 1992. Depuis, je me sus retiré complètement du football.

Vous avez également porté les couleurs nationales, n’est-ce pas ?
Ah oui ! Vous avez bien fait de le rappeler. J’ai été convoqué par Rachid Mekhloufi en Equipe nationale en 1978 pour les Jeux africains. J’ai pris part à plusieurs matches de préparation contre la Turquie, la Syrie, l’Irak et Anderlecht de Belgique en aller-retour (on les a battus à Alger 3-1 et au retour 0-3). Pour l’anecdote, lors de ce match, j’ai reçu un choc en disputant une balle avec avec Kahn. Je me suis évanoui. On m’a évacué aussitôt à l’hôpital Mustapha-Pacha. Le joueur belge est venu s’enquérir de mon état de santé et s’excuser.

Comment avez-vous atterri à la JSK ?
Je m’en souviens très bien, c’est Seridi qui a parlé de moi à Abdelkader Khalef, que Dieu ait son âme, lequel a assisté au match joué entre la JSM Béjaïa et ES Guelma qu’on a d’ailleurs gagné par 3 buts à 0. Le défunt président des Canaris m’a proposé de rejoindre la JSK. Je n’ai pas hésité un instant à répondre par l’affirmative. J’étais aux anges, car le fait de porter les couleurs de ce prestigieux club est une fierté pour tout Kabyle. Il était le porte-flambeau de la Kabylie.

Vous rejoignez donc un grand club où il était très difficile de s’imposer…
Non, la JSK était une véritable famille. On m’a vite adopté, je n’ai trouvé aucune difficulté. Quand je suis arrivé à la JSK, on était nombreux (Kerbous, Amri, Aouis, Younsi et moi) à postuler au poste de milieu offensif. Il y avait une concurrence assez rude pour porter ce numéro 8 tant convoité. En 1976, il y avait Annane en attaque. Djebbar, Derridj, Koufi et Dali étaient des titulaires indiscutables et personne ne pouvait les remplacer. Mais j’ai pu m’imposer et devenir un des pions des échiquiers des coaches qui se sont succédé à la JSK. Après que Annane, Allah yerrahmou, avec qui je m’entendais très bien, eut pris sa retraite en 1977, l’entraîneur m’a repositionné en milieu défensif pour occuper son poste.

Est-ce que vous vous souvenez de votre premier match sous les couleurs de la JSK ?
Je dois vous dire que lorsque je suis arrivé, Popescu, l’entraîneur de la JSK de l’époque, m’avait testé lors d’un tournoi qui s’était déroulé à Blida et il y avait deux autres équipes de la Nationale 1 dont je ne me souviens pas des noms. Puis, nous sommes partis à Metz pour la préparation d’avant-saison. A partir de là, j’étais devenu l’un des piliers de l’équipe. Je n’ai raté que quatre matches pour suspension durant toute ma carrière. Même si le poste que j’occupais était très sensible, je n’ai eu que trois cartons rouges. Je vous avoue, j’ai tellement joué de matchs et comme cela remonte à très loin, je ne me souviens même pas de mon premier match. Il faut revoir les archives.

Vous avez certainement gardé des souvenirs émouvants durant vos douze années de carrière avec les Canaris ?
D’abord, il y avait le championnat d’Algérie qu’on avait perdu en 1984 lors de la dernière journée face à Mascara 1-0. Avant cette rencontre, on les dépassait d’un point, on a perdu ce jour-là et ils ont remporté le titre. C’était un silence de cathédrale durant tout le trajet du retour tellement on était déçus. La finale de Coupe d’Algérie de 1979 face au NAHD au stade du 5-Juillet m’a laissé de mauvais souvenir. La déception était indescriptible. Déçus surtout pour les supporters qui étaient ce jour-là très nombreux. On était tous en larmes au coup de sifflet final de l’arbitre.

Et quels sont les moments forts de votre carrière ?
A la JSK, il n’y avait que de la joie étant donné qu’on avait remporté beaucoup de titres. Si ma mémoire est bonne, on a remporté sept titres. Le championnat à plusieurs reprises, mais je ne me souviens pas des dates. Une Coupe d’Algérie en 1977 face au NAHD (2-1), buts de Makri et Amri, la Coupe d’Afrique des clubs champions contre Vita Club du Zaïre qu’on avait battu en aller-retour. A Tizi, on avait gagné 4-0 et au retour à Kinshasa, on s’est également imposés (0-1). En plus de la Supercoupe d’Afrique qu’on a remportée face à Douala du Cameroun en Côte d’Ivoire, j’ai décroché la médaille d’or lors des Jeux africains avec l’Equipe nationale.

Comment vivez-vous, à cette époque-là, la pression des supporters de la JSK qui venaient des quatre coins de la Kabylie et qui étaient connus pour leurs exigences ?
Il y a une grande différence entre notre génération et celle d’aujourd’hui. A notre époque, on jouait pour les couleurs, on se donnait à fond, on ne pensait pas à l’argent. On mouillait le maillot et on se battait comme des lions sur le terrain. On ne touchait que 50 DA pour un match nul et 100 DA pour une victoire. En entrant sur le terrain, on avait des frissons en voyant tous nos supporters dans le stade archicomble venus des quatre coins du pays. Il y avait un respect mutuel, de la communion. On était bien dans notre peau, car on défendait un symbole qui est le jaune et vert. Actuellement, la mentalité du joueur algérien en général a changé. Maintenant, le joueur ne cherche que l’argent et j’en passe. Personnellement, je trouve que des joueurs qui évoluent en Ligue 1 ne méritent même pas un salaire de 5 millions de centimes tellement qu’on ne voit rien durant les 90 minutes de jeu.

Revenons à cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre concernant l’épisode du transfert de Moussa Saïb à l’AJ Auxerre…
A cette époque-là, on avait un premier contact avec le Club Africain de Tunisie qui voulait l’engager, puis il y a eu l’AJ Auxerre qui s’est manifesté. Guy Roux m’avait appelé et nous avions discuté ensemble, puis nous nous sommes mis d’accord sur tous les points concernant le transfert de Moussa. Le montant était fixé à 200 000 francs français en plus de deux stages de préparation à Feurs, à côté de Marseille, pris en charge par l’AJ Auxerre.

Moussa Saïb était-il était au courant ?
Bien sûr, puisqu’il était le premier concerné par ce transfert.

Mourad Yousfi, qui avait occupé le poste de président de la JSK quelques mois plus tard, a laissé entendre que vous n’avez laissé aucune pièce comptable au club…
C’est qui, lui ? Moi, je ne le connais pas. Lorsque j’étais en poste, je ne l’avais jamais vu. On m’a dit qu’il avait occupé le poste de président pendant deux mois. Moi, je ne l’ai jamais rencontré et et c’est pour ça que je n’ai pas à lui rendre des comptes. Je ne le connais même pas. De quel droit se permet-il de m’attaquer ? Hannachi a bien déclaré que j’avais remis les justificatifs de l’argent touché pour le transfert de Saïb. On me sort l’histoire de Unishipping. Je ne sais même pas c’est quoi cette histoire. Je n’étais plus en poste quand les faits se sont déroulés. Quant à l’équipement de la finale de la Coupe d’Algérie, le bonhomme qui me l’avait vendu à Marseille avait accepté que je le paye une fois que l’argent du transfert soit arrivé et c’est ce qui s’est passé : je l’ai payé en septembre. Et puis, c’est quoi cette histoire de 25 billets Alger-Marseille que je n’aurais pas payés ? La billetterie était prise en charge par le MJS et le club n’avait rien à débourser. Je ne peux pas me taire devant tous ces mensonges.

Vous considérez ces attaques comme des mensonges ?
Oui. Yousfi est un menteur ! D’ailleurs, il aura à répondre de ses accusations devant la justice. J’ai pris un avocat et je me rendrai ces jours-ci à Tizi Ouzou afin de récupérer le bilan de l’année 1993. Moi, je le reconnais, je n’ai pas été un président élu. J’ai été désigné dans l’urgence alors que l’équipe était à un point de la relégation. Non seulement je l’ai sauvée de la descente, mais nous avons même remporté la Coupe d’Algérie. Et voilà comment on me remercie !

Que pensez-vous de la situation que vit actuellement le club kabyle ?
Sincèrement, on ne devrait pas étaler tout cela sur la scène publique. Le linge sale se lave en famille. C’est le moment pour que les deux groupes se mettent autour d’une table et discutent tous les aspects, que ce soit le positif ou le négatif, afin de sortir de cette situation qui va l’encontre de la notoriété d’un club aussi prestigieux. Il temps de mettre fin à tous ces tiraillements car le problème de la famille de la JSK ne doit pas s’étaler sur les journaux. La JSK mérite mieux. C’est un symbole qu’on doit tous préserver et défendre. Rassurez-vous, elle possède des hommes capables de la faire sortir de ce tunnel et hisser les couleurs de ce club cher aux Kabyles.

Est-ce que vous suivez toujours l’actualité de la JSK ?
Evidemment. Néanmoins, quand je vois ou j’entends que la JSK perd un match, cela me rend malade. Mes camarades et moi avons souffert pour ce club et je n’aimerais pas qu’il descende aussi bas. Je ne peux pas rester insensible. La JSK coule dans mes veines.

Quelle appréciation faites-vous du bilan de Hannachi à la tête de la JSK ?
Je n’ai qu’une chose à dire à ce propos : la JSK pouvait prétendre à mieux.

Certains vous en veulent pour n’avoir pas participé aux jubilés organisés pour les anciens joueurs. Qu’avez-vous à dire à ce sujet ?
On m’avait contacté par l’intermédiaire de mon frère Salim. Comme j’étais absent, je ne pouvais donc pas y participer.

Et si on vous fait appel à l’avenir ?
Je vais vous donner un scoop : j’ai mis une croix sur le football. Plus jamais je ne remettrai les pieds dans un stade.

Pourquoi avez-vous quitté la JSK ?
J’ai quitté la JSK en 1992 juste à la fin de mon mandat à cause d’un journaliste à Tizi Ouzou qui s’était acharné sur moi à cette époque en m’accusant d’avoir détourné 106 930 FF pour acheter un hôtel de 85 chambres à Marseille. C’est archifaux. Pouvez-vous acheter un hôtel avec une telle somme ? Je n’ai pas voulu polémiquer et l’ester en justice pour diffamation. Comme je suis un enfant de bonne famille, je le laisse à sa conscience. Je me suis rendu compte qu’on n’aime pas les hommes intègres. Je suis parti et je n’y ai plus remis les pieds. Ainsi, j’ai mis une croix définitive sur le football. Je suis quelqu’un de réservé et je n’aime pas étaler ces choses-là sur les journaux.

Au fait, que fait actuellement Baris ?
Je m’occupe de mes affaires personnelles.

Je vous laisse le soin de conclure…
Si la JSK est devenue un grand club, c’est grâce à Abdelkader Khalef ainsi qu’à son frère Mahieddine. Le regretté Abdelkader Khalef s’est donné corps et âme pour que la JSK arrive au sommet. C’est un Berbère au sens propre du terme, un homme avec un grand H. Pour terminer, je souhaite que la JSK retrouve son lustre d’antan et que les supporters, que je n’oublierais jamais, reviennent au stade.

Le buteur (15/03/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Mer 18 Avr - 10:04

Berguiga : «Hannachi m'avait envoyé des voyous à l'hôtel Lalla Khedidja»

L’attaquant Hamid Berguiga a porté le maillot de la JSK de 2001 à 2006. Il a remporté deux titres de champion d’Algérie et deux coupes de la CAF avec le club kabyle avant de jouer à la JSMB, le RCK, le CRB, le DPMM Brunie, l’ESS et enfin l’O Médéa.

Sans club depuis plusieurs mois après avoir décidé de quitter le RCK avec lequel il a joué quelques semaines au début de la saison, Berguiga apporte son témoignage sur son passage avec les Canaris. Il n’a pas encore oublié la mésaventure qu’il a vécue à l’hôtel Lalla Khedidja lorsqu’il s’est déplacé à Tizi Ouzou avec la délégation de la JSMB pour affronter son ancienne équipe. «Je ne pourrai jamais oublier ce jour-là. A la veille de la rencontre JSK-JSMB sur le terrain du 1er-Novembre, j’ai fait le déplacement avec l’équipe de la JSMB et j’étais loin d’imaginer que j’allais vivre la journée la plus cauchemardesque de ma vie. Le président Hannachi m’avait envoyé ses voyous dont certains étaient dans son comité de supporters pour me menacer à l’hôtel Lalla Khedidja. Ils étaient munis d’armes blanches et en plus des insultes ils avaient essayé de m’agresser. Ils avaient même tenté d’étrangler le secrétaire de la JSMB. J’avais très peur surtout qu’ils étaient très nombreux. Au lieu de m’accueillir avec des fleurs après tout ce que j’ai donné pour la JSK, ils m’ont reçu avec des coteaux et des bombes lacrymogènes. On dirait qu’on était dans la jungle. J’étais obligé de fuir de l’hôtel pour sauver ma peau. Depuis, je n’ai plus joué face à la JSK à Tizi Ouzou. La seule fois où j’ai évolué sur le terrain du 1er-Novembre, c’était lors du match de coupe d’Algérie qui a opposé le CRB au MCA. J’ai vu ce qui s’est passé à Saïda et je condamne fermement les agressions dont ont été victimes les joueurs de l’USMA. Lorsque les dirigeants de notre football fréquentent les voyous, il ne faut pas s’étonner de voir de tels incidents se produire dans notre football. Je sais de quoi je parle puisque j’ai failli être lynché par les voyous de Hannachi à l’hôtel Lalla Khedidja», regrette Berguiga.

«Il offrait des appartements aux joueurs qui ne le méritaient pas»
Sacré deux fois de suite meilleur buteur du championnat avec 18 buts pour les deux distinctions, Berguiga avoue aujourd’hui qu’il ne s’est assuré son avenir qu’après son départ de la JSK. «Si je dis aujourd’hui combien je touchais à la JSK, personne ne me croira. Pourtant, j’ai remporté deux championnats et deux coupes de la CAF avec les Canaris. En plus, j’ai été sacré deux fois meilleur buteur du championnat. Si je n’avais pas quitté la JSK, je ne me serais jamais fait une situation. Hannachi offrait des appartements aux joueurs qui ne le méritaient pas. Moi, il me disait à chaque fois d’attendre. Sa politique du deux poids deux mesures a irrité plusieurs joueurs, ce qui les a poussés à partir par la suite. En revanche, il donnait plus qu’il fallait à ceux qui ne le méritaient pas. Je me rappelle que deux joueurs dont je préfère taire les noms n’ont joué que quelques mois pour la JSK, mais ils avaient droit à des primes supérieures aux nôtres. Ce que je regrette aujourd’hui, c’est d’avoir quitté la JSMB, car les frères Tiab sont des gens honnêtes et corrects», confie l’ancien canonnier des Jaune et Vert.

«Je suis parti de la JSK sans même chercher à récupérer mon argent»
Lésé par le président Hannachi, l’attaquant Hamid Berguiga avait décidé de quitter la JSK en 2006. Même s’il ne s’est jamais expliqué sur son départ, il révèle qu’il fut obligé de changer d’air pour s’assurer une belle retraite. «Vous savez, lorsque je suis parti de la JSK, je n’ai même pas cherché à récupérer mon argent. Je ne sais même pas aujourd’hui combien les dirigeants me doivent, mais ce qui comptait pour moi à ce moment-là était de partir. Dieu merci, je me suis fait une situation. Mais si j’avais poursuivi mon aventure avec les Canaris, je n’aurais même un appartement aujourd’hui.»

«Il faut aider Meghraoui, car il est dans le besoin»
Le sympathique Berguiga a tenu à lancer un appel à tous les anciens joueurs pour venir en aide à Meghraoui. «Azeddine est dans le besoin et il a raison de réclamer ses 150 millions de centimes. Cet argent lui permettra de monter une affaire, malheureusement le président Hannachi l’a privé de son dû. Je profite de l’occasion qui m’a été offerte par votre journal pour lancer un appel à tous les anciens pour aider Meghraoui. Si chaque joueur lui apporte son aide, Azeddine s’en sortira. Il faut vraiment l’aider, car il le mérite. Moi, je n’ai pas cherché à récupérer mon argent car je ne suis pas dans le besoin. Mais pour Meghraoui, les 150 millions de centimes pourront changer sa vie», a conclu Berguiga.

Compétition (18/04/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par adsm le Mer 18 Avr - 18:55

Ulac d'accu ideja Muhuc !

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Jeu 19 Avr - 9:56

Berguiga dément : «Je n’ai jamais critiqué Hannachi»


Les déclarations de l’ancien goléador de la JSK, Hamid Berguiga, parues hier dans la presse, dans lesquelles il s’est vivement attaqué au président Hannachi, ont surpris plus d’un, surtout les dirigeants kabyles qui ne s’attendaient pas à une telle sortie venant de l’un des meilleurs buteurs du championnat par le passé. L’ex-attaquant koubéen, qui a pris attache avec notre rédaction, a tenu à démentir et à préciser que tout ce qui a été dit à son égard n’est que mensonges.

Vous nous avez sollicités pour donner quelques éclaircissements à propos de l’interview parue hier dans la presse. Que voulez-vous préciser au juste ?
Personnellement, je ne sais pas pourquoi on m’a accusé à tort, alors que je n’ai jamais parlé du président Hannachi. Le but de l’interview était de parler de Abdelkader Laïfaoui et Azzedine Meghraoui, qui vivent une situation très difficile. Concernant l’affaire Hannachi, je n’ai jamais dit qu’il m’avait envoyé des voyous.

L’interview ne devait concerner que Laïfaoui et Meghraoui, pourquoi alors avoir cité le président Hannachi ?
Nous avons jugé utile, nous les anciens joueurs, de cotiser pour aider notre frère Meghraoui pour qu’il puisse retrouver le goût de la vie. Toutefois, même le président Hannachi pourrait aussi l’aider financièrement.

Racontez-nous exactement l’affaire des deux personnes que Hannachi vous a envoyées à l’hôtel Lala Khedidja ?
Ce n’est pas Hannachi qui a chargé deux personnes de me menacer à l’hôtel Lala Khedidja, mais un ami que j’avais l’habitude de faire rentrer au stade, qui m’a envoyé les deux personnes. Hannachi n’a rien à voir là dedans.

Concernant votre argent, pourquoi vous n’avez pas cherché à récupérer votre dû avant de quitter le club ?
C’est moi qui ai décidé de quitter la JSK et vivre une autre aventure avec un autre club. Je sais bien que si j’avais continué avec la JSK, j’aurai pris tout mon argent et au dernier centime. D’ailleurs, je n’ai même pas réclamé mon dû, et j’ai laissé ma place propre.

Etes-vous prêt à rencontrer Hannachi pour tirer les choses au clair ?
Bien sûr que oui. D’ailleurs, à peine j’ai appris la nouvelle, j’ai directement cherché à rencontrer le président. Avant d’apprendre qu’il n’était même pas en Algérie. Vous savez, je respecte beaucoup le président Hannachi, que je salue à chaque occasion. Si j’avais à le critiquer, je l’aurais fait il y a quelques années et non pas aujourd’hui.

On vous laisse le soin de conclure…
Je profite de cette occasion pour dire que les gens qui ont des problèmes avec Hannachi n’ont pas à citer les noms des autres. Que chacun s’occupe de ses affaires. Toutefois, on regrette tous ce qui s’est passé lors du match MCS-USMA et surtout le cas de Abdelkader Laïfaoui.

Le Buteur (19/04/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Jeu 19 Avr - 10:09

Bendahmane : «L’entourage de Hannachi est pourri»

L’ex-milieu de la JSK et actuel pensionnaire du CABBA, Lounès Bendahmane, se dit très attristé par ce qui se passe dans son ancien club. Il a porté le maillot des Canaris de 2000 à 2005, mais il a remporté trois coupes de la CAF et deux titres de champion d’Algérie avec eux. Joint hier au téléphone pour s’exprimer sur la situation que traverse l’équipe, Bendahmane affirme : «Cela me fait mal de voir ce qui se passe dans l’équipe.

L’entourage de Hannachi est pourri. C’est à cause de son entourage que les joueurs quittent l’équipe. J’ai joué pendant cinq saisons dans ce club et je sais de quoi je parle. Le président Hannachi doit faire appel à des gens capables d’apporter un plus à l’équipe et non pas aux gens qui aiment qu’on les prenne en photo dans les journaux. Je dois vous dire que certains d’entre eux, on les faisait entrer au stade et aujourd’hui ils se proclament dirigeants. C’est vraiment malheureux que des personnes pareilles rôdent autour du club. Je n’ai rien contre le président Hannachi auquel je voue toujours un grand respect, mais il doit se débarrasser de son entourage», affirme Bendahmane.

«Malgré mon départ de la JSK, je le soutiens toujours»
Questionné sur le bras de fer opposant Hannachi aux anciens joueurs, Bendahmane avoue qu’il soutient toujours le président actuel. «Cela fait longtemps que j’ai quitté la JSK, mais j’entretiens toujours de bons rapports avec Hannachi. Je le respecte et je lui souhaite bonne chance. Tout ce que je lui demande est de ramener des personnes capables d’apporter un plus au club. Je n’ai jamais eu de problème avec qui que ce soit et les gens m’estiment toujours à Tizi Ouzou.»

«Il doit dialoguer avec les anciens joueurs»
Tout en apportant son soutien au président Hannachi, Bendahmane appelle à l’union de toute la famille de la JSK. «Les anciens joueurs ont beaucoup donné au club. Ils ont marqué l’histoire de la JSK et Hannachi doit dialoguer pour trouver une issue à la crise qui secoue le club depuis plusieurs semaines. J’espère que la sagesse finira par l’emporter car si la situation persiste, l’équipe en pâtira.»

«C’est malheureux de voir la JSK jouer le maintien»
Bien qu’il ait quitté la JSK depuis plusieurs années, Bendahmane suit de très près les résultats de son ancienne équipe. Il pense qu’une équipe comme la JSK doit jouer le titre chaque saison. «C’est malheureux de voir la JSK jouer le maintien. Les gens veulent revoir le Jumbo-Jet, mais je peux leur dire que cette époque ne reviendra plus. J’espère qu’elle assurera le maintien le plus vite possible et que la saison prochaine, elle jouera les premiers rôles afin de rendre le sourire à ses nombreux fans», souhaite Bendahmane.

Compétition (19/04/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par rachid_as le Ven 20 Avr - 9:31

M. Dob «Tous ces problèmes nuiront au club et seul le dialogue en fin de saison apportera des solutions»

Bonjour Dob, peut-on avoir de vos nouvelles ?
Bonjour. Dieu merci, je me porte bien.

A travers l’entretien que vous avez aimablement voulu nous accorder, pourriez-vous nous faire part de votre point de vue sur ce que vit en ce moment votre ancienne équipe la JSK ?
Administrativement parlant, il est vraiment dommage d’assister à cette situation où un club de la trempe de la JSK vit des moments difficiles et qu’une opposition est née demandant le départ du président Hannachi. Connaissant la JSK, je pense que ce n’est pas de cette manière qu’on pourra faire avancer les choses et tous ces problèmes vont encore aggraver la situation plus qu’ils la régleront.

Ne pensez-vous pas que les mauvais résultats enregistrés par l’équipe sont derrière tous ces problèmes ?
C’est évident que dans un tel cadre de vie, tous les problèmes que vit le club depuis plusieurs semaines influent négativement sur le rendement des joueurs. Chaque jour que Dieu fait, les joueurs se réveillent en trouvant tous les problèmes de leur équipe étalés sur les journaux. C’est une véritable catastrophe de voir le club kabyle jouer pour assurer son maintien.

Et en ce qui concerne le président Hannachi, plusieurs parties demandent son départ, pensez-vous que le moment est propice ?
Pas du tout. Ce n’est pas le moment de réclamer un quelconque changement et ce, à tous les niveaux. D’abord, la saison n’est pas encore pas terminée et les joueurs doivent se concentrer beaucoup plus sur cette fin de saison. Pour ce qui est de Hannachi en personne, et c’est mon point de vue personnel, c’est un homme expérimenté qui maîtrise bien la gestion de son club, notamment dans ces moments difficiles. Tout le monde doit s’unir pour sauver le club qui représente toute une région. En ma qualité d’ancien joueur de la JSK, j’invite tout le monde à la sagesse et laisser Hannachi terminer la saison, et en fin de saison, il faudra opter pour un dialogue qui conduira la JSK à voir le bout du tunnel.

On comprend à travers vos propos que vous le défendez…
Non, je ne suis pas de ceux qui défendent Hannachi en tant que personne, mais pour tout ce qu’il a fait pour la JSK; personne ne peut occulter les titres qu’il a remportés en tant que président et qui ont beaucoup donné de la joie à tout le peuple algérien. J’ai toujours de bons rapports avec lui. Et à ce jour, à chaque fois que je le rencontre, je le considère comme mon président (rires).

Estimez-vous que Hannachi pourra résister ou cédera-t-il sous peu ?
Connaissant l’homme, je sais qu’il est d’une forte personnalité et qu’il est imperturbable devant cette situation. Je me rappelle de l’époque où la JSK a été forcée à jouer en dehors de Tizi sans ses supporters, malgré tout on a terminé la saison à la deuxième place et le mérite revient à Hannachi aussi. Je voudrais bien ajouter une chose.

Laquelle ?
C’est dommage qu’en Algérie, il y a qu’en football où l’on ne rend pas hommage aux hommes qui ont tant donné. Au lieu de pousser Hannachi à la sortie, il serait mieux de lui organiser quelque chose pour tout ce qu’il a fait pour son club.

Par le passé, vous avez vécu quelques problèmes avec Hannachi, peut-on comprendre que tout a été réglé ?
En réalité, il n’y a aucun problème avec Hannachi. Même si je ne suis pas un enfant du club, je porte la JSK dans mon cœur et je n’oublierais jamais les moments vécus sous les couleurs des Jaune et Vert.

Même votre ancien partenaire Meghraoui s’est exprimé et aussi Berguiga, avez-vous suivi l’actualité ?
Tout à fait, je ne rate pas un seul détail de tout ce qui concerne la vie actuelle de la JSK. D’ailleurs, j’ai été étonné de voir ce qu’on a voulu attribuer à Hamid Berguiga comme propos sur le président Hannachi. Je le connais bien Hamid, c’est une personne qui ne pourrait jamais s’attaquer à Hannachi de la sorte. Je sais même qu’ils se respectent mutuellement.

On vous laisse le soin de conclure ?
Je souhaite que tous ces conflits trouvent une solution. A propos du départ ou du maintien de Hannachi à la tête du club, les gens doivent laisser ce sujet jusqu’en fin de saison, seul le dialogue, je le redis, mènera la JSK au bout du tunnel.

Le Buteur (20/04/2012)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Anciennes Gloires de la JSK (ITRAN)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 11 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum