International -News

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 25 Juin - 14:45

Argentine : River Plate - Trezeguet vers la sortie



David Trezeguet, blessé au genou gauche, ne figure pas dans la liste de 25 joueurs convoqués pour la reprise de l'entraînement le 8 juillet: les médias argentins y voient une exclusion du groupe professionnel de River Plate.

Le club n'a pas confirmé la fin de la collaboration avec le champion du monde français, âgé de 35 ans, et très aimé des supporteurs. "C'est fini", écrit en français le quotidien sportif Olé sur son site internet, alors que le contrat de Trézeguet court jusqu'à fin 2014.

Opéré en mai du genou gauche, Trezeguet avait affirmé jusqu'ici qu'il était déterminé à poursuivre sa carrière avec River Plate, club dont il est supporteur depuis son enfance à Buenos Aires. "Le cycle Trezeguet est terminé. Le Français a eu lundi une discussion tendue avec Ramon Diaz, il ne va pas participer à la pré-saison. L'entraîneur a fourni une liste des joueurs sur lesquels il ne compte plus dans laquelle figure Trezeguet", poursuit le journal Olé. "Une bombe à River, Ramon Diaz efface Trezeguet", s'étonne le quotidien La Nacion dans son édition web.

Au siège de River Plate, au stade Monumental de Buenos Aires, un porte-parole du club prend ses distances avec les affirmations des principaux médias argentins. "Que Trezeguet ne figure pas sur la liste, ne signifie pas qu'il s'éloigne du club, tout se saura le 8 juillet", a-t-il déclaré sous couvert d'anonymat.

Sur le site officiel de River Plate, Trezeguet apparait toujours sur la page d'accueil et dans la boutique du club, le maillot marqué de son numéro 7 est en tête de gondole.

Le Tournoi de clôture du championnat d'Argentine s'est achevé ce week-end et River Plate a terminé à la 2e place derrière Newell's Old Boys, alors que le grand rival Boca Juniors a fini au 19e et avant-dernier poste.

Après avoir explosé à Monaco, porté les couleurs de la Juventus de Turin et remporté le Mondial-1998 et l'Euro-2000, David Trezeguet a signé pour River Plate en janvier 2012, alors que le club était en deuxième division. Souvent indisponible pour blessure, Trezeguet a disputé 38 matches pour River et a marqué 17 buts.

Fifa.com (24/06/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 26 Juin - 20:44

Argentine : River - Hommage du président à Trezeguet



Le président de River Plate Daniel Passarella a rendu hommage mercredi à David Trezeguet tout en soutenant la décision de l'entraîneur Ramon Diaz d'écarter le franco-argentin.

Ramon Diaz, ancien Monégasque comme Trezeguet, a annoncé lundi à son attaquant qu'il ne comptait plus sur lui pour la saison prochaine et ne l'a pas convoqué pour la reprise de l'entraînement le 8 juillet.Trezeguet, 35 ans, en convalescence après une opération du genou gauche, est sous contrat à River Plate jusqu'à fin 2014.

La décision a fait l'effet d'une bombe chez les supporteurs de River, "Trezegol" étant adoré pour être venu au secours en janvier 2012, alors que le club se trouvait en 2e division.

"David est un exemple à suivre pour ce qu'il a apporté au club dans des moments critiques, comme joueur et comme personne, il a aidé beaucoup de gamins, leur montrant le chemin dans le monde professionnel. Dimanche, il m'a dit dans le vestiaire qu'il ferait la préparation pour revenir à son meilleur niveau", a déclaré Passarella, à la chaîne ESPN.

"Je dois appuyer la décision de Ramon (Diaz)", a-t-il ajouté, mettant en avant que c'était un choix sportif de l'entraîneur, le technicien le plus titré de l'histoire de River Plate.

Après avoir notamment joué à Monaco (1995-1999), la Juventus de Turin (1999-2010), "le Roi David", comme il est surnommé à River, a signé pour le club dont il est supporteur en 2012.

Fifa.com (26/06/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Ven 28 Juin - 1:28

Etats-Unis : Donovan de retour en sélection



Landon Donovan, meilleur buteur de l'histoire de la sélection des Etats-Unis de football, fait partie du groupe convoqué par l'Allemand Jürgen Klinsmann pour disputer la Gold Cup, une compétition des nations de la zone Concacaf, à partir du 7 juillet.

L'attaquant des Los Angeles Galaxy dans la Ligue nord-américaine (MLS) n'avait pas été retenu par Klinsmann pour les trois rencontres des qualifications au Mondial-2014 que les USA viennent de disputer en juin.

Après le titre de champion des Galaxy en décembre 2012, l'Américain de 31 ans avait fait part de sa fatigue physique et de sa lassitude mentale, coupant du monde du football pendant plusieurs mois.

Revenu sur les terrains à la fin mars, Donovan, 49 buts sous le maillot US, a retrouvé ses marques aux Galaxy mais Klinsmann s'était montré prudent quant à son possible retour en sélection.

Le défenseur Oguchi Onyew, qui lui n'a plus joué en sélection depuis un an, fait également partie des 23 appelés à jouer la Gold Cup, qui se joue aux Etats-Unis et dont le vainqueur rencontrera le vainqueur de l'édition 2015 pour une place à la Coupe des Confédérations 2017.

"Les joueurs qui seront avec nous pendant la Gold Cup savent que c'est l'occasion pour eux de prouver leur valeur à un an de la Coupe du monde", a déclaré Klinsmann, qui a laissé la plupart de ses meilleurs joueurs de côté, comme Jozy Altidore (AZ Alkmaar) ou Clint Dempsey (Tottenham).

Fifa.com (27/06/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Ven 28 Juin - 20:48

Décès : L’adieu à Stefano Borgonovo



L'ancien attaquant international italien Stefano Borgonovo s'est éteint jeudi à 49 ans des suites d'une longue maladie, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) contre laquelle il luttait courageusement depuis cinq ans. Le Président Blatter lui a rendu hommage.

Borgonovo, originaire de Giussano en Lombardie, avait fait ses débuts en Serie A le 14 mars 1982 sous le maillot de Come contre Ascoli. Il allait connaître ses heures de gloire lors de la saison 1988-89 avec la Fiorentina (14 buts en 30 matches) et surtout la saison suivante avec l'AC Milan avec qui il remportait la Coupe des clubs champions et la Coupe Intercontinentale.

Il avait fait ses débuts avec la Nazionale le 22 février 1989 contre le Danemark totalisant trois sélections en un mois. Mais ce seront les seules de sa carrière. En 1990 il est en effet victime d'une grave blessure au genou droit et ne retrouvera jamais l'intégralité de ses moyens. Il avait raccroché les crampons en 1996 avant d'entrainer pendant cinq saisons les équipes de jeunes de Côme.

Il était alors rattrapé par la maladie. Le 5 septembre 2008 il annonçait qu'il souffrait d'une sclérose latérale amyotrophique, une maladie dégénérescente. Même s'il ne pouvait plus s'exprimer que par synthèse vocale il n'a jamais arrêté de se battre et avait lancé la Fondation Stefano Borgonovo Onlus. Son but, mobiliser la grande famille du football qui avait organisé plusieurs manifestations pour réunir des fonds pour la recherche.

Le président de la FIFA Joseph S. Blatter a tenu à rendre hommage vendredi 28 juin dans une lettre adressée à sa famille "au grand homme de football et au grand champion dans la vie". "Il a été et restera un exemple pour la ténacité et la sérénité avec laquelle il a lutté contre sa maladie (...) Il restera également un symbole de force et de dignité", a ajouté le Président Blatter. Il a présenté ses condoléances à sa famille pour "la perte d'un homme qui réunissait les valeurs humaines et sportives". Les funérailles auront lieu lundi 1er juillet à 14h30 à Giussano, sa ville natale où il résidait avec sa famille.

Fifa.com (28/06/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Sam 29 Juin - 14:38

Tahiti : Vahirua prend sa retraite



Le Tahitien Marama Vahirua a annoncé sa retraite de footballeur professionnel mardi en direct sur le plateau du journal télévisé de la chaîne polynésienne TNTV.

"Je mets un terme à ma carrière professionnelle, sauf si le Barça m'appelle ce soir", a déclaré en souriant l'attaquant tahitien.

Le joueur, qui évoluait cette année au club grec du Panthrakikos, vient de disputer la Coupe des Confédérations au Brésil avec la sélection tahitienne, en tant que qualifiée de la zone Océanie. Petit Poucet de cette compétition, les Toa Aito (guerriers de fer) ont encaissé 24 buts en trois matchs, dont 10 contre l'Espagne. Mais ils ont réussi à marquer un but contre le champion d'Afrique nigérian (6-1).

Vahirua a confirmé à l'AFP avoir eu plusieurs propositions, mais avoir pris la décision avec sa femme de "poser ses valises". S'il aimerait se "consacrer au football tahitien", il n'a pas encore "de projet arrêté".

Il avait auparavant joué toute sa carrière en Ligue 1 (Nantes, Nice, Lorient, Nancy et Monaco), avec un titre de champion de France, avec Nantes, en 2001, et six sélections en équipe de France Espoirs.

Pascal Vahirua, qui a joué en équipe de France et remporté une Coupe de France avec Auxerre en 1994, est son cousin.

Fifa.com (29/06/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 2 Juil - 15:25

Slovaquie : Jan Kozak nouveau sélectionneur



Jan Kozak a été nommé sélectionneur de la Slovaquie en remplacement de Stanislav Griga et Michal Hipp, renvoyés en raison de mauvais résultats en qualifications au Mondial-2014, a annoncé mardi la Fédération nationale.

"Le comité exécutif de la Fédération slovaque de football a choisi Jan Kozak pour présider aux destinées de la sélection nationale à partir du 2 juillet 2013 et jusqu'au 11 novembre 2015", affirme Jan Kovacik, président de la Fédération, dans un communiqué.

Kozak, 59 ans, évoluait au poste de milieu de terrain comme joueur et faisait partie de l'équipe de Tchécoslovaquie, 3e de l'Euro-1980, et au Mondial-1982. Il avait été désigné joueur tchécoslovaque de l'année en 1981.

A la tête du club de MFK Kosice, avec lequel il a remporté deux titres de champion en 1997 et 1998, Kozak s'était fait interdire de football pendant sept mois en juillet 2009 pour avoir proféré des insultes contre un entraîneur d'une équipe adverse.

Griga et Hipp, eux aussi deux anciens joueurs, avaient pris en main la sélection en mai 2012. Ils n'ont obtenu que deux victoires en six rencontres du groupe G et ont été renvoyés à la mi-juin après un nul 1-1 au Liechtenstein. La Slovaquie est 3e de sa poule de qualification avec 9 points, derrière la Bosnie (1re, 16 pts) et la Grèce (2e, 13 pts).

Fifa.com (02/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 3 Juil - 15:46

Messi bat Neymar 8:5 à Lima



Lionel Messi et "ses amis" ont battu (8-5) une équipe du "reste du monde" emmenée par le Brésilien Neymar, nouveau coéquipier de la vedette argentine à Barcelone, lors d'un match caritatif disputé mercredi à Lima devant 30.000 spectateurs dont certains ont payé jusqu'à 9.000 sols (2.444 euros).

Messi, dont l'équipe était dirigée par le technicien italien Fabio Capello, et Neymar, sous la houlette du Brésilien Zico, ont inscrit chacun deux buts durant cette rencontre.

Le Brésilien Dani Alves a débuté la partie et marqué avec l'équipe de Messi, aux côtés également des Argentins Daniel Osvaldo, Pablo Aimar, Ezequiel Lavezzi, avant de changer et d'inscrire un nouveau but avec la formation de Neymar qui comptait également dans ses rangs les Brésiliens Julio Cesar et Julio Baptista, les Italiens Paolo Cannavaro et Marco Materazzi, le Colombien Mario Yepes et le Français Florent Malouda.

Messi et ses amis ont débuté samedi dernier à Medellin (Colombie) une tournée de matches caritatifs en battant le "reste du monde" du Brésilien Robinho (9-6). La tournée doit se poursuivre aux Etats-Unis, mercredi à Los Angeles et samedi à Chicago.

Fifa.com (03/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 4 Juil - 1:35

Argentine : River - Trezeguet prêt à jouer pour un autre club



L'attaquant français David Trezeguet a regretté sa mise à l'écart de River Plate, annoncée la semaine dernière par l'entraîneur Ramon Diaz, et s'est dit prêt à jouer ailleurs, dans un entretien publié mercredi par le quotidien sportif Olé.

"J'ai été surpris et blessé, mais c'est une décision de l'entraîneur et je dois l'accepter. Je suis un salarié comme un autre de River Plate et je souhaite le meilleur pour le club. Nous allons chercher une solution car il me reste deux années de contrat", a expliqué "Trezegol", 35 ans.

"Je ne pense pas qu'il y aura un retour en arrière, la décision est prise", a ajouté l'ancien international français, adoré par les supporteurs pour être venu au secours au club en janvier 2012 alors qu'il se trouvait en 2e division.

Trezeguet, en convalescence après une opération du genou gauche, a précisé qu'il voulait continuer à jouer. "Je me sens bien et je me prépare pour recommencer à jouer. Je n'ai pas pris de vacances pour arriver en forme optimale pour la pré-saison, même si je ne pourrai pas la faire avec mes coéquipiers. Lundi, je pourrai commencer à travailler, n'importe où", a-t-il affirmé.

"Plusieurs clubs argentins et étrangers m'ont contacté, mais ma priorité est de régler ma situation avec River. Quand l'entraîneur sera revenu et que la préparation commencera, je verrai ce que je ferai. Je veux continuer à jouer et je travaille quotidiennement pour cela", a conclu Trezegol.

Fifa.com (03/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Sam 6 Juil - 16:57

Gold Cup de la CONCACAF
Les gros bras avec leurs petits soldats




Comme d'habitude, le Mexique et les Etats-Unis sont les deux grands favoris de la Gold Cup de la CONCACAF. L'édition 2013 de cette épreuve biennale réunissant 12 nations d'Amérique du Nord, centrale et Caraïbes se déroulera dans 13 villes américaines du 7 au 28 juillet. Compte tenu du télescopage avec la compétition préliminaire pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, la plupart des grosses équipes y dépêcheront un groupe expérimental, notamment le pays organisateur, le Mexique, le Costa Rica et le Honduras.

Le Groupe A rassemble le Mexique, pays le plus titré avec six sacres, le Canada, Panama et la Martinique. Jose Manuel de la Torre traverse des moments difficiles à la tête des Aztèques. Non seulement la qualification pour Brésil 2014 est loin d'être assurée, mais El Tri s'est fait éliminer dès la phase de poules en Coupe des Confédérations de la FIFA. Pour le technicien, ce sera l'occasion de mettre à l'épreuve une nouvelle génération de joueurs, tous issus du championnat local et pour la plupart âgés de moins de 25 ans, avec l'objectif de glaner une troisième couronne continentale consécutive. Les deux leaders de l'équipe sont Rafael Márquez Lugo et Marco Fabián, sociétaires de Chivas Guadalajara, mais ils seront épaulés par Javier Orozco et Raúl Jiménez, la pépite de Club América.

Julio César Dely Valdes, sélectionneur du Panama, a fait le même choix que son confrère, décidant d'offrir du repos à nombre de titulaires, notamment le capitaine habituel Felipe Baloy. Cependant, cette formation rajeunie pourra s'appuyer sur le gardien vétéran Jaime Penedo, qui tentera d'emmener ses troupes jusqu'à une nouvelle finale, le meilleur résultat de l'histoire du pays, obtenu en 2005. L'entraîneur par intérim du Canada, Colin Miller, est à la tête d'une délégation très inexpérimentée. Son but est de rebâtir un groupe après l'élimination précoce dans les éliminatoires mondialistes. Enfin, les Martiniquais espèrent bien créer la surprise, notamment avec Frédéric Piquionne, aujourd'hui âgé de 34 ans et pensionnaire de Portland Timbers, dans le championnat nord-américain.

Composé du Salvador, Haïti, le Honduras et Trinidad-et-Tobago, le Groupe B s'annonce très ouvert. Sur le papier, le favori est le Honduras, seule équipe encore en course pour le rendez-vous mondialiste de 2014. Même si le sélectionneur, Luis Fernando Suarez, a décidé de se passer de plusieurs grands noms, les Catrachos font partie de l'élite de la CONCACAF. Il faudra garder un œil sur Andy Najar, qui évolue à Anderlecht.

Trinité-et-Tobago est dirigé en ce moment par l'ancien sélectionneur du Canada Stephen Hart, qui a été chargé d'enrayer le lent déclin entamé en 2007, un an après la seule participation du pays à la Coupe du Monde de la FIFA, lors d'Allemagne 2006. La présence dans le groupe de Kenwyne Jones, attaquant de Stoke City, constitue un excellent atout pour la formation insulaire, qui a été privée des deux dernières éditions de la Gold Cup. Haïti a récemment mené la vie dure à l'Espagne, finalement victorieuse 2:1 en amical, avant de créer la sensation en tenant la dragée haute à l'Italie. Mais la régularité n'étant pas le propre des Haïtiens, il faudra juger sur pièces. Enfin, le Salvador cherchera à rééditer l'exploit de 2011, où il s'était extirpé des poules en enchaînant les belles performances.

Dans le Groupe C, la tête d'affiche est toute désignée : les Etats-Unis, qui évolueront à domicile contre le Belize, le Costa Rica et Cuba. Juergen Klinsmann comptera notamment sur Landon Donovan, de retour d'une année sabbatique volontaire, Oguchi Onyewu, Jack McInerny, meilleur buteur de la MLS, et DaMarcus Beasley, le capitaine des Stars and Stripes. "Je suis ravi de porter le brassard en l'absence de Clint Dempsey pour apporter mon vécu", confie le vétéran, qui a retrouvé l'équipe pour le tour final des éliminatoires de Brésil 2014 après une longue absence. "C'est toujours un privilège pour moi de représenter mon pays et ça le sera encore plus en tant que capitaine."

Même privé d'une partie de ses grands noms, le Costa Rica reste une formation dangereuse. Aux côtés d'Alvaro Saborio, Roy Miller sera chargé de faire oublier Bryan Ruiz, le joueur de Fulham, autorisé à profiter de son été. On n'attend pas grand-chose du Belize et Cuba, mais rien n'est impossible tant les ogres continentaux ont décidé de se passer de leurs principaux atouts.

Au terme de la première phase, les huit meilleurs s'affronteront en quarts de finale à partir du 20 juillet. Les demi-finales auront lieu le 24 juillet et la finale, quatre jours plus tard au Soldier Field de Chicago.

Fifa.com (06/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 8 Juil - 13:25

Italie, Buffon : "Nous sommes en phase de progression"



Gianluigi Buffon est un monument du football. Cela fait plus de 15 ans que le gardien de la Juventus de Turin et de l'Italie occupe le devant de la scène et il restera sûrement gravé dans la mémoire de plusieurs générations de supporters. Champion du monde et vice-champion d'Europe avec la Squadra Azzurra, et vainqueur de la Coupe de l'UEFA avec Parme, il présente un palmarès impressionnant auquel il ne manque qu'une ligne : la Ligue des champions de l'UEFA, dans laquelle il a échoué en finale avec la Vecchia Signora.

À 35 ans, le portier transalpin est plus vigilant que jamais. Capitaine de l'équipe nationale, il est prêt pour aborder une nouvelle aventure : la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Avant la grand-messe de l'an prochain, les Italiens ont participé à la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013. Lors du Festival des Champions, ils ont pris une honorable troisième place grâce, en grande partie, à Buffon, auteur de trois parades lors de la séance de tirs au but face à l'Uruguay en petite finale.

A cette occasion, la légende vivante du football azzurro a discuté avec FIFA.com. Avec sa bonne humeur et son sens de l'humour, Gigi a livré ses impressions sur la compétition, sur le présent et l'avenir de la sélection italienne, et sur ses prestations personnelles.


Gianluigi Buffon, vous était-il déjà arrivé d'arrêter trois tirs au but au cours d'une même séance, comme vous l'avez fait contre l'Uruguay ?
Oui, je l'avais déjà fait. Mais je n'y accorde pas une importance particulière, ça fait partie du métier. C'est clair que ça fait très plaisir de gagner aux tirs au but, surtout en arrêtant trois tentatives. Après, c'était le match pour la troisième place donc ça enlève un peu de prestige à la performance. On a toujours tendance à penser qu'on aurait pu le faire en finale. D'ailleurs, si j'en avais arrêté ne serait-ce qu'un dans la séance de tirs au but contre l'Espagne en demi-finale, nous serions allés au Maracanã...

N'êtes-vous pas un peu dur avec vous-même, sachant que vous avez quand même réalisé une excellente compétition ?
J'ai davantage l'habitude de faire mon autocritique que de fêter mes réussites. Ça ne m'empêche pas de profiter des bons moments, mais je suis très exigeant envers moi-même.

Quelle est votre impression générale après ce match face à l'Uruguay ?
Ça a été un match compliqué, en raison de l'adversaire et de la très forte chaleur. Mais nous avons réussi à aller jusqu'au bout et j'ai pu apporter ma pierre à l'édifice donc je suis satisfait. Cela aurait été décevant de subir une nouvelle défaite. Nous avons su jouer avec les tripes quand nous avons commencé à être dans le dur au niveau des jambes. Il faut saluer ça.

Quels enseignements l'Italie tire-t-elle de cette compétition ?
Nous tirons un bilan positif de cette Coupe des Confédérations, il n'y a pas photo. Elle nous laisse une très bonne saveur en bouche. L'Italie a démontré qu'elle est capable de produire du très beau jeu, qu'elle a les moyens de rivaliser avec n'importe qui. C'est une grande qualité. L'autre motif de satisfaction, c'est que nous avons un groupe de joueurs fantastiques. C'est difficile d'obtenir une telle osmose au sein d'une équipe, d'autant plus en sélection.

Comment jugez-vous votre prestation personnelle ?
Si l'on excepte ma mauvaise demi-heure face au Brésil, j'ai fait moi aussi une bonne compétition et j'ai pu bien la terminer avec ces arrêts face à l'Uruguay. Quand ça se passe mal face à l'équipe locale, c'est toujours difficile, mais je préfère retenir l'impression générale, qui est positive selon moi.

Le fait d'avoir participé à la Coupe des Confédérations de la FIFA va-t-il être utile pour l'Italie en vue de Brésil 2014 ?
Évidemment. On en tire plein d'enseignements qui nous seront utiles pour arriver mieux préparés l'an prochain. Depuis le climat jusqu'à la forme de nos adversaires, nous avons engrangé plein de données très intéressantes. C'est vrai que c'était très intéressant de prendre nos marques avant la Coupe du Monde car nous aurons un petit avantage sur les autres.

Au vu de vos résultats face au Brésil et à l'Espagne, pensez-vous que l'Italie se trouve au niveau des meilleures équipes du football mondial ?
Non. L'Italie est à son niveau. Nous sommes dans une phase de progression depuis quelques temps, depuis quelques années. Nous espérons que ce processus va se poursuivre et que nous pourrons arriver là où nous le voulons. Pour l'instant en tout cas, l'heure n'est pas aux comparaisons ; nous voulons atteindre le niveau que nous recherchons à Brésil 2014.

Que doit faire l'Italie pour atteindre ce niveau ?
Je crois que nous sommes sur la bonne voie. Bien sûr, ça s'inscrit dans un processus et il faut continuer à soigner les détails, mais nous avons montré un visage intéressant à la Coupe des Confédérations et nous avons respecté la place acquise par l'Italie dans l'histoire du football. À la Coupe du Monde, nous essaierons de faire la même chose, nous devons arriver à un niveau conforme à notre statut. Nous travaillons à ça.

Avant la séance de tirs au but, on vous a vu rire avec votre homologue uruguayen Fernando Muslera. Que vous êtes-vous raconté dans ce moment d'extrême tension ?
Entre gardiens, nous entretenons souvent de très bonnes relations. Nous parlions de la difficulté de la rencontre, de la longueur de la compétition, du fait qu'il fallait jouer ce match pour la troisième place, avec prolongation, tirs au but… Nous étions épuisés. Je lui disais qu'ils avaient un petit avantage car ils n'avaient pas dû en passer par là en demi-finale !

Fifa.com (08/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 9 Juil - 19:25

Copa Libertadores
Deux retours pour une finale




Olimpia, triple vainqueur de la compétition, et Newell’s Old Boys, finaliste à deux reprises, abordent la demi-finale retour de la Copa Libertadores en position favorable. Cependant, ils ne devront pas oublier que leurs adversaires respectifs, Santa Fe et l’Atlético Mineiro, sont très performants à domicile. Colombiens et Brésiliens tenteront de faire jouer à plein l’avantage du terrain afin d’atteindre la finale de l’épreuve pour la première fois de leur histoire. FIFA.com vous présente les deux confrontations.

Le programme

Demi-finales retour

Mardi 9 juillet
Independiente Santa Fe (COL) - Olimpia (PAR) (0:2)

Mercredi 10 juillet
Atlético Mineiro (BRA) - Newell’s Old Boys (ARG) (0:2)

Les affiches
Santa Fe - Olimpia

Grâce à leur victoire 2:0 à l’aller, qui aurait pu être plus large au vu de la physionomie de la rencontre, les Paraguayens se rendent en Colombie avec un avantage précieux. Précieux mais pas décisif. Il faut en effet savoir qu'Independiente a remporté ses quatre derniers matches de Copa Libertadores à Bogotá, où il n’a pas encaissé de buts depuis 446 minutes dans le cadre de la compétition. En outre, Santa Fe est en pleine confiance puisqu’il s’est déjà assuré le sacre dans le Championnat d’ouverture colombien 2013.

De son côté, le Decano a été soulagé de voir Juan Carlos Ferreyra (4 buts) se remettre rapidement d’aplomb, lui qui avait été très éprouvé par le match aller. L’Argentin sera peut-être chargé d’occuper la place de titulaire de l’attaquant uruguayen Juan Manuel Salgueiro, exclu à domicile. Olimpia peut également s’appuyer sur une statistique rassurante : le club paraguayen a inscrit au moins un but lors de quatre de ses cinq déplacements en Libertadores.

Le joueur à suivre
Omar Pérez (Santa Fe)


Depuis son arrivée au club en 2009, le milieu créatif est l’un des rouages essentiels des Cardenales. Avec l’Argentin à la baguette, Santa Fe a remporté trois titres nationaux. Pérez pourrait aussi détenir la clé des espoirs colombiens en Copa Libertadores. Sous les couleurs de Boca Juniors, il a en effet remporté la compétition en 2000 et 2001. Son expérience sera un atout précieux pour inverser le cours de cette demi-finale face à Olimpia.

Les stats
24 - Comme le nombre d’années qui se sont écoulées depuis le dernier match d’Olimpia à Bogotá en Copa Libertadores. Le Decano, dont les cages étaient alors gardées par son actuel entraîneur Ever Almeida, avait disputé la finale retour de l’édition 1989 face à l’Atlético Nacional de Medellín, lequel s’était délocalisé dans la capitale colombienne. Comme cette année, les Paraguayens étaient arrivés avec un avantage de 2:0, mais ils s’étaient inclinés sur le même score avant de céder le titre au terme d’une séance de tirs au but mémorable.

52 - C’est le nombre d’année qu’a dû attendre Independiente Santa Fe pour disputer une nouvelle demi-finale de Copa Libertadores. Lors de cette édition de 1961, il avait été défait 6:3 sur l’ensemble des deux matches par les Brésiliens de Palmeiras.

Entendu...
"Nous pouvons inverser la vapeur. Nous avons les moyens de le faire, mais nous devons réussir le match parfait" - Wilder Medina, attaquant de Santa Fe

"Nous sommes conscients que nous allons affronter une très bonne équipe, qui joue très bien au football et que ça va être difficile. Nous n’allons pas faire de calculs ; comme toujours, nous allons viser la victoire" - Wilson Pittoni, milieu de terrain d’Olimpia


Atlético Mineiro - Newell’s Old Boys

L’Atlético Mineiro a dû attendre 35 ans pour disputer une nouvelle demi-finale de Copa Libertadores. On peut donc imaginer qu’il vendra chèrement sa peau. Il lui faudra en tout cas afficher beaucoup plus d’envie qu’à l'aller pour faire plier une équipe de Newell’s qui, en plus de s’être nettement imposée 2:0 à l’aller, reste sur un nul et une victoire lors de ses deux derniers déplacements.

Certes, le Galo est invaincu chez lui, où il a enregistré quatre victoires et un nul en cinq matches. Mais il faut ajouter un bémol à cette invulnérabilité : à chaque fois, le club brésilien a encaissé un but. S’il devait en prendre un lors de ce match, il devrait en marquer au moins quatre pour accéder à la finale.

L’Atlético Mineiro aura donc besoin de tout le potentiel offensif de son tandem Diego Tardelli - Jo (12 buts à eux deux), mais aussi d’une solide assise défensive.

Le joueur à suivre
Ronaldinho (Atlético Mineiro)

Il est évident que s’il compte faire pencher la balance en sa faveur, le Galo aura besoin de retrouver un Ronaldinho au sommet de son art. Car en Argentine, l’ancien Barcelonais avait été littéralement transparent. Outre son statut de leader psychologique et footballistique, Ronnie présente une statistique éloquente : ses passes décisives ont amené 24 % des buts de l’Atlético Mineiro (6 sur 25). Sa vista pourrait donc se révéler décisive face à la solide arrière-garde rosarina.

Les stats
4 - Comme le nombre d’éditions consécutives lors desquelles la meilleure équipe de la phase de poules n’a pas accédé à la finale de la Libertadores. Le dernier meilleur élève de la phase préliminaire à avoir disputé le titre est Fluminense, en 2008. Les Brésiliens s’étaient pourtant inclinés face à Liga Deportiva Universitaria de Quito. L'Atlético Mineiro cherchera donc à rompre avec la malédiction qui a touché ses compatriotes de Grêmio, Corinthians, Cruzeiro et Fluminense ces quatre dernières années.

3 - C’est la troisième fois que Newell’s accède au dernier carré de la Copa Libertadores. La Lepra s’était qualifiée pour la finale à deux reprises, à chaque fois en déplacement. Les Argentins ne se sont jamais inclinés à ce stade, où ils ont enregistré trois victoires et deux nuls.

Entendu...
"Les gens rêvent Newell’s, les gens respirent Newell’s. Beaucoup de joueurs, dont je fais partie, vont disputer le match le plus important de leur carrière. C'est le plus important de l'histoire du club. Quand il s'agit du Galo, tous les sacrifices sont justifiés" - Victor, gardien de l'Atlético Mineiro

"Nous allons faire abstraction du 2:0 et attaquer l'Atlético Mineiro car c'est ça qui le met en difficulté" - Gerardo Martino, entraîneur de Newell’s Old Boys

Fifa.com (09/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 10 Juil - 19:47

Copa Libertadores
Victor, la victoire à portée de main





Depuis que la Copa Libertadores est entrée dans sa phase décisive, Victor entend inlassablement les mêmes mots : "Si l'Atletico Mineiro ne prend pas de buts…" Un gardien moins expérimenté pourrait souffrir de la pression, d'autant que la remarque revient systématiquement.

Tout a commencé en huitième de finale. Vainqueur 2:1 à Sao Paulo, O Galo avait la qualification en poche, à condition de ne pas prendre de buts à domicile. Le pari n'a pas été tenu mais les quatre buts réalisations signées Jô et Diego Tardelli ont suffi au bonheur des supporters. Le scénario s'est répété en quart de finale, face à Tijuana. Victor et ses coéquipiers ont arraché le nul (2:2) au Mexique. La deuxième manche, conclue sur un nouveau score de parité (1:1) s'est déroulée sous haute tension. Duvier Riascos a eu la qualification des siens au bout du pied, sur penalty. Victor est parti du mauvais côté mais, bien décidé à ne plus s'incliner, il a tendu la jambe et repoussé in extremis la tentative du Colombien. Ce faisant, il est devenu le héros de l'un des moments les plus intenses de cette Copa Libertadores 2013 et même de l'histoire d'un club en quête de son premier triomphe continental.

Il arrive que l'histoire se répète et que les moments décisifs s'enchaînent. Ce 10 juillet, l'Atletico Mineiro jouera une fois de plus sa qualification à domicile, avec la même consigne que les fois précédente : ne pas encaisser de buts. Une fois de plus, Victor n'aura pas le droit à l'erreur. Heureusement, le dernier rempart d' O Galo commence à avoir l'habitude. "Je sais à quoi m'attendre, en effet. De toute façon, un gardien entre toujours sur le terrain avec l'idée de ne pas encaisser de buts, quelles que soient les circonstances. On s'entraîne toute la semaine dans l'espoir de garder ses cages inviolées. Une fois de plus, il faudra marquer et ne pas prendre de buts", explique le portier de 30 ans au micro de FIFA.com .

L'ancien joueur de Grê;mio affiche un calme olympien mais il n'ignore pas que la qualification ne dépendra pas uniquement de sa performance. En effet, l'Atletico Mineiro doit impérativement remonter les deux buts encaissés à Rosario. "Si vous restez intraitable en défense, vous avez déjà fait un pas dans la bonne direction", estime-t-il. "Nous serons à domicile et nous devrons trouver le juste équilibre entre l'attaque et la défense. Il ne sert à rien de se ruer à l'assaut n'importe comment."

Il suffit de se pencher sur le bilan de l'Atletico Mineiro dans cette compétition pour comprendre le discours de Victor. La formation dirigée par Cuca se distingue par son audace offensive. Ronaldinho, Diego Tardelli ainsi que les récents vainqueurs de la Coupe des Confédérations de la FIFA Jô et Bernard tirent naturellement l'équipe vers l'avant. Lors des dix matches qui ont précédé les demi-finales, les Brésiliens ont encaissé 14 buts mais ils en ont aussi inscrit 25. Dans ces conditions, il n'est pas forcément surprenant qu' O Galo ait concédé deux buts en terre argentine ; il est en revanche beaucoup plus étonnant qu'il n'ait pas trouvé la faille dans la défense de Newell's Old Boys. La situation a peu de chances de se reproduire à l'Independência, où Victor et ses coéquipiers sont invaincus en 2013. Ils restent sur une série de 52 matches sans défaite sur leurs terres.

Rester maître chez soi
"La mission est difficile mais je crois que nous avons les moyens de la remplir. La présence de nos supporters va également jouer en notre faveur. Je crois beaucoup en notre équipe", poursuit Victor, qui se préoccupe uniquement de l'action sur le terrain. En effet, le gardien brésilien tente de minimiser l'effet Copa Libertadores. Les joueurs évoquent souvent une pression supplémentaire, surtout lorsque deux équipes de pays différents s'affrontent. "Nous devons nous concentrer sur Newell's. La Libertadores est toujours passionnante. Il s'agit du plus grand tournoi continental et il y règne une atmosphère particulière. Un succès dans cette compétition ouvre les portes de la Coupe du Monde des Clubs et permet à un club de changer de stature. Toutefois, je ne pense pas que ces éléments entrent en ligne de compte au coup d'envoi. Le sort de la partie dépend de la qualité des deux équipes, de la capacité de chacun à faire la différence et à réussir des gestes décisifs. J'espère que tous ces éléments joueront en notre faveur."

À première vue, le succès d' O Galo dépendra davantage de sa puissance de feu offensive que sur les interventions décisives de son gardien. Toutefois, le geste décisif de Victor contre Tijuana et l'excellent parcours du club de Belo Horizonte en Copa Libertadores restent indissociables, dans l'esprit des supporters. Il est devenu un symbole. Alors que l'Atlético Mineiro se cherche un sauveur contre Newell's, le nom du gardien brésilien est l'un de ceux qui reviennent fréquemment. "Cette action restera à jamais dans ma mémoire. C'était incroyable, à cause de tout ce que cet arrêt représentait. J'y repense parfois. Tout aurait pu être très différent."

Au lendemain de son arrêt miraculeux contre Tijuana, Victor s'est retrouvé propulsé sur le devant de la scène au Brésil. Nous étions alors le 31 mai, deux semaines après l'annonce de la composition du groupe retenu par Luiz Felipe Scolari pour la Coupe des Confédérations de la FIFA. Derrière l'indiscutable Júlio César, le sélectionneur avait choisi d'appeler deux portiers évoluant au pays : Jéfferson (Botafogo) et Diego Cavalieri (Fluminense). Vétéran de l'édition 2009, Victor n'avait pas participé à l'épreuve suprême organisée l'année suivante en Afrique du Sud. Depuis, le gardien a appris à modérer ses attentes. Il relève désormais les défis les uns après les autres. Pour l'heure, l'ancien international n'a qu'une idée en tête : "Je veux gagner la Libertadores. C'est tout ce qui m'intéresse pour l'instant. Il reste encore un an avant la Coupe du Monde et tout peut arriver. Je suis totalement concentré sur l'échéance car je veux devenir champion d'Amérique du Sud". 

Fifa.com (10/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 15 Juil - 13:06

Russie : Capello heureux comme sélectionneur



L'Italien Fabio Capello a indiqué lundi dans la presse russe qu'il était heureux d'occuper son poste de sélectionneur de la Russie, démentant ainsi des rumeurs sur une possible démission.

"Quand un entraîneur obtient des succès dans sa profession, il est naturel que des clubs sérieux montrent leur intérêt pour s'attacher ses services", a déclaré Capello, 67 ans, au Soviet Sport Daily.

"Toutefois, je peux dire que j'aime la Russie et que je suis totalement heureux de travailler ici", a-t-il ajouté.

Le technicien avait été sollicité par le Paris SG, champion de France, mais avait décliné l'offre.

Les responsables du football russe veulent absolument conserver Capello qui, selon eux, fournira un tremplin vers le succès à l'équipe nationale quand le pays accueillera la Coupe du monde en 2018.

Capello a insisté sur l'importance du prochain match de la Russie contre l'Irlande du Nord le 14 août à Belfast comptant pour les qualifications pour le Mondial-2014.

La Russie occupe actuellement la 2e place du groupe F avec 12 points en 5 matches à deux longueurs derrière le Portugal qui a, lui, disputé déjà 7 matches.

Fifa.com (15/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 16 Juil - 19:09

Copa Libertadores
Deux entraîneurs pour un rêve




Sur les bancs respectifs d'Olimpia et de l'Atlético Mineiro, finalistes de la Copa Libertadores 2013, on trouve Ever Hugo Almeida et Cuca, deux entraîneurs qui partagent un même objectif : remporter le tournoi le plus prestigieux du football de clubs en Amérique du Sud. FIFA.com analyse quelques chiffres qui permettent de mieux connaître les deux stratèges.

Âge :
Almeida : 65 ans
Cuca : 50 ans

Né en Uruguay le 1er juillet 1948, Almeida acquiert la nationalité paraguayenne en 1975, trois ans après être arrivé en terre guarani pour y évoluer comme footballeur. À cette époque, il ne défend pas encore les couleurs du Club Olimpia, l'institution qui changera sa vie à jamais. En 2013, il entame son troisième mandat à la tête du Decano, dont il est également le premier supporter. Il suffit de l'appeler sur son portable pour en avoir le coeur net : vous entendrez les paroles du tango Soy del Olimpia ("je suis d'Olimpia") !

Cuca a 15 ans de moins que son homologue. Alexi Stival, de son vrai nom, est né le 7 juin 1963 à Curitiba, au Brésil, pays où il a travaillé toute sa vie à l'exception d'une expérience éphémère à Valladolid, en Espagne, en 1990. Fervent croyant, Cuca est également connu pour manquer foncièrement de réussite dans les moments cruciaux... Même s'il préfère se focaliser sur les résultats probants qu'il a obtenus par son travail. Un sacre dans la Libertadores lui permettrait en tous cas de vaincre définitivement le signe indien.

Carrière comme joueur
Almeida : 3 clubs, 16 titres
Cuca : 13 clubs, 5 titres

Gardien sobre, sûr et souvent inspiré lorsqu'il s'agissait de repousser les penalties, Almeida a connu trois clubs en 25 ans de carrière : Cerro (Uruguay), Guaraní (Paraguay, pendant un an) et Olimpia (Paraguay), où il a passé 18 ans. C'est avec le Decano qu'il s'est constitué l'intégralité de son palmarès en tant que joueur : dix championnats nationaux et six trophées internationaux, dont deux Copas Libertadores et une Coupe intercontinentale. Il a raccroché gants et crampons à l'âge de 42 ans. Il a également disputé 20 matches pour le compte du Paraguay et aurait pris part à la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1986™ sans une blessure de dernière minute.

Cuca était un milieu offensif habile et intelligent, adroit dans la finition. Sa période dorée se situe entre la fin des années 1980 et le début de la décennie suivante. Sous le maillot de Grêmio, il a notamment évolué avec Roberto Assis, frère de Ronaldinho, ce dernier évoluant aujourd'hui sous ses ordres à l'Atlético Mineiro. En 1989, il marque le but qui permet à Grêmio de remporter la Coupe du Brésil. Il sera également l'un des fers de lance de l'équipe qui s'adjugera le Campeonato Gaucho cette saison-là et la suivante. En 1991, il gagne son troisième championnat d'État, mais cette fois pour le compte de l'ennemi juré de Grêmio, l'Internacional. La même année, il enregistre sa première et unique sélection avec le Brésil où Falcão l'aligne en match amical contre le Paraguay (1:1).

Carrière comme entraîneur :
Almeida : 7 clubs, 10 titres
Cuca : 21 clubs, 4 titres

Pragmatique, Almeida est un technicien qui a les idées claires et le mot juste. Il débute sa carrière d'entraîneur à Nacional, au Paraguay, un an après avoir pris sa retraite de footballeur. En 1993, il rejoint Olimpia, avec qui il remporte pour la première fois - et la dernière à ce jour - le titre de champion du Paraguay en tant qu'entraineur. Ses succès avec Municipal, club guatémaltèque, lui ouvrent les portes des sélections seniors et U-20 de ce pays, qu'il qualifie pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Colombie 2011. C'est la dernière participation en date du Guatemala à l'épreuve suprême de la catégorie. En 1999, il prend place sur le banc de la sélection paraguayenne, avec qui il atteint les quarts de finale de la Copa América. À cette occasion, il a sous ses ordres Ricardo Tavarelli, qui insistera en faveur de sa venue à Olimpia l'an passé.

La philosophie du jeu de Cuca est claire : "Ce qui m'intéresse, c'est le beau jeu". Selon certains, c'est la raison même pour laquelle l'intéressé n'a encore jamais remporté de titre national ou international comme entraîneur. Il compte à son tableau de chasse quatre championnats d'État, le premier d'entre eux remporté à la tête de Flamengo en 2009, plus d'une décennie après avoir entamé sa carrière d'entraîneur. Sa couronne la plus récente dans le championnat d'État date de 2013 justement, aux commandes de l'Atlético Mineiro. Cuca disputera contre Olimpia sa deuxième finale continentale. En 2009, il avait miraculeusement sauvé Fluminense de la relégation, avant de s'incliner en finale de la Copa Sudamericana contre la Liga Deportiva Universitaria de Quito.

Palmarès en Copa Libertadores :
Almeida : 3 finales et record de parties disputées en tant que joueur
Cuca : 2 fois entraîneur de la meilleure équipe en phase de groupes

Almeida est le footballeur qui a disputé le plus grand nombre de matches dans toute l'histoire de la Libertadores : 116 au total, tous sous le maillot d'Olimpia. De fait, il a été le premier gardien à trouver le chemin des filets dans la compétition suprême des clubs en Amérique du Sud, sur penalty, face à Estudiantes, en 1984 à La Plata. Outre les titres de 1979 et 1990, il a été vice-champion en 1989, après avoir perdu en finale contre l'Atlético Nacional de Medellín, aux tirs au but. À cette occasion, un certain René Higuita avait arrêté sa tentative.

Cuca, quant à lui, a obtenu ses meilleurs résultats en Copa Libertadores comme entraîneur. Cette année, pour la deuxième fois de sa carrière de technicien, son équipe a terminé la phase de groupes de la compétition avec le plus grand nombre de points. Il avait réalisé cette performance en 2011 à la tête de Cruzeiro, avant de récidiver cette année aux commandes de l'Atlético Mineiro. En 2011, Cruzeiro avait toutefois été éliminé à la surprise générale par l'équipe colombienne d'Once Caldas, qui lui avait déjà barré la route en demi-finale de l'édition 2004 de la Libertadores, lorsqu'il entraînait São Paulo.

Confrontations directes en Libertadores :
Almeida : 1 victoire, 1 nul
Cuca : 1 nul, 1 défaite

Comme joueurs, Almeida et Cuca se sont affrontés deux fois en Copa Libertadores, lors de la phase de groupes de l'édition 1990. À l'aller à Asuncion, Olimpia avait battu Grêmio 1:0. Au retour à Porto Alegre, les deux équipes avaient fait match nul 2:2. La suite de leurs parcours respectifs cette année-là : Grêmio n'avait pas dépassé la phase de groupes, tandis qu'Olimpia était allé au bout, remportant ainsi la deuxième Libertadores de son histoire.

Fifa.com (16/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 17 Juil - 14:27

Népal : Entre Afrique et Népal, un prêté pour un rendu



En débarquant à Katmandou, Adewumi Joshua Femi ne savait vraiment pas à quoi s'attendre. "Je n'avais jamais entendu parler du Népal", avoue le Nigérian qui, depuis, s'est imposé comme le fer de lance d'une communauté africaine de plus en plus importante au sein du championnat national. FIFA.com a rencontré ces expatriés, afin de mieux comprendre à quoi ressemblent leurs vies dans cet environnement inattendu.

Zikahi Léonce Dodoz assure avoir été "piégé" par un agent qui lui aurait proposé un contrat lucratif, dans un grand championnat asiatique. Du coup, l'ancien pensionnaire de JCAT, en Côte d'Ivoire, a fait ses valises. "Mais quand je suis arrivé à l'aéroport, je ne savais plus où j'étais. Tout était si différent de ce que j'attendais et de ce dont on m'avait parlé", se souvient-il.

Dodoz est finalement resté jouer sous les couleurs du Friends Club. Après une première saison réussie, il a rejoint le Three Star Club, une équipe plus prestigieuse. "Il m'a fallu quelques semaines pour m'adapter à ce pays"admet-il. "Compte tenu du niveau de vie local, je gagne très bien ma vie. J'aime beaucoup le Népal et les Népalais. Les gens ici sont très accueillants. Je me suis fait beaucoup d'amis. Les étrangers sont très appréciés car les habitants du Népal sont aussi très ouverts. Je parle même ali ali (un peu) népalais."

L'histoire de Dodoz n'a rien d'exceptionnel. Ils sont aujourd'hui près de 50 Africains à figurer dans les différents clubs du Népal, qui apprécient leur technique et leurs qualités athlétiques. Le défenseur nigérian Peter Segan, qui dispute sa troisième saison au Friends Club, estime que les faits et gestes des nouveaux venus sont étudiés à la loupe. "C'est un grand défi pour les Africains car nous sommes bien mieux payés que les Népalais. Nous devons donc mériter notre salaire sur le terrain."

Se fondre dans le paysage
Adewumi Joshua Femi évolue au poste d'attaquant à Three Star. Son parcours l'a mené successivement en Inde et au Népal, sur les conseils d'un entraîneur de ses amis. "Il m'a suggéré de venir le rejoindre car on pratique un football technique ici", confie-t-il. "Il m'a assuré que je pourrais progresser dans mes dribbles et il avait raison. Je suis arrivé au Népal et, après quelques séances d'entraînement, on m'a proposé de jouer pour Three Star."

Avec Three Star, Dodoz a pour sa part disputé la Coupe du Président de l'AFC. Il a ainsi rencontré des équipes du Bangladesh, de Chinese Taipei et de Mongolie, avant de valider son billet pour le tour final. "Ces adversaires se sont révélés beaucoup plus faciles à battre que les autres équipes népalaises, qui nous donnent souvent du fil à retordre", assure-t-il. "Dans les autres pays, les joueurs misent surtout sur le physique. Au Népal, la technique individuelle tient une place importante."

Le football a beau être le sport le plus populaire du pays, l'équipe nationale doit se contenter de la 169ème place du Classement mondial FIFA/Coca-Cola. Pour Femi, Dodoz et Segan, les Népalais devraient davantage tenter leur chance à l'étranger. "Quand on joue loin de chez soi, on gagne en expérience. On se sent apprécié et mis en valeur. Beaucoup d'Ivoiriens jouent en Europe. Lorsqu'ils rentrent au pays, ils font profiter les autres de leur expérience. C'est ce qui fait de la Côte d'Ivoire un grand pays de football", explique Dodoz.

La vie au Népal
Mais Dodoz met en garde les nouveaux arrivants contre tout complexe de supériorité. "Quand on vit loin de son pays, il ne faut pas chercher à se distinguer", prévient-il. "Il faut au contraire adopter les habitudes locales. C'est le meilleur moyen d'apprécier son séjour à l'étranger."

Les footballeurs africains sont parfois confrontés au racisme sur d'autres continents. Au Népal, ce phénomène semble inexistant. "Quand je suis arrivé, on m'appelait Hapsi. Au début, je l'ai mal pris car je croyais que ça signifiait "esclave" ou quelque chose comme ça. Puis, j'ai découvert que ce terme faisait seulement référence à la couleur de ma peau et qu'il était aussi utilisé pour décrire des Népalais", raconte Dodoz.

Pour le moment, tous trois se disent satisfait de leur expérience au Népal, même s'ils n'ont pas abandonné leur rêve de jouer un jour en Europe ou dans un grand championnat d'Asie. "Je crois que tous les footballeurs espèrent venir un jour en Europe. Je ne suis pas différent. Je travaille dur pour ça tous les jours", conclut Segan.

Fifa.com (17/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 17 Juil - 14:30

Copa Libertadores
Olimpia-Atlético, finale entre jumeaux




Pour arriver en finale de la Copa Libertadores, Olimpia et l'Atlético-MG ont emprunté des chemins relativement semblables, et c'est avec des armes similaires également que les deux équipes abordent la première manche, qui aura lieu le 17 juillet à Asuncion. Autant dire qu'à la veille de la finale aller de cette 54ème édition de la compétition, il est difficile de désigner un favori pour le triomphe final.

Côté paraguayen, on fera valoir le poids de la tradition et l'expérience, en raison des trois trophées continentaux en 1979, 1990 et 2002, remportés par le Decano, à quoi il faut ajouter trois finales perdues. Cet avantage psychologique des Guarani sera compensé par le palmarès récent des clubs brésiliens dans l'épreuve, présents dans toutes les finales depuis 2005 et vainqueurs de cinq des huit dernières éditions, y compris les trois plus récentes. Le Galo aura ces chiffres en tête au moment de pénétrer sur la pelouse.

Sur le plan offensif, les deux équipes se valent, avec un petit avantage peut-être à la formation dirigée par Cuca, 27 fois buteuse à ce jour dans le tournoi et qui compte dans ses rangs quatre des meilleurs buteurs de la compétition : Jô, Diego Tardelli, Bernard et Ronaldinho. Cela dit, avec 23 réalisations et des attaquants aussi prolifiques que Juan Manuel Salgueiro, Freddy Bareiro et Juan Carlos Ferreyra, l'équipe entraînée par Ever Hugo Almeida n'aura rien à envier à son adversaire.

Autre point commun entre les deux équipes dans cette campagne : elles ont toutes les deux réussi de gros scores - contre Arsenal et São Paulo pour le Galo, face à Newell's Old Boys et au Deportivo Lara dans le cas du Decano -, signé des victoires de prestige mais également connu quelques grosses frayeurs dans les matches à élimination directe. Ultime similitude entre les deux finalistes : la couleur de leur tenue. Tout comme Corinthians, tenant du trophée, le représentant de l'Amérique du Sud à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013 sera vêtu de noir et de blanc.

L'affiche
Olimpia - Atlético-MG, mercredi 17 juillet, stade Defensores del Chaco (Asuncion, Paraguay), 20h50 (heure locale)

Si Olimpia et l'Atlético-MG restent fidèles au jeu qu'ils ont pratiqué pour atteindre la finale, on devrait assister à un match ouvert. En demi-finale, les Paraguayens l'avaient emporté 2:0 à domicile contre Santa Fe, avant de s'incliner 1:0 en Colombie. Les dernières minutes du match retour avaient été insoutenables. Scénario plus tendu encore pour les Brésiliens, battus 2:0 en Argentine par Newell's et vainqueurs sur le même score dans la demi-finale retour. Devant son public, le Galo avait finalement triomphé aux tirs au but.

Au moment d'aborder cette finale aller, les deux équipes ont quelques problèmes d'effectif. Le Decano ne sait pas encore s'il pourra compter sur Salgueiro et Ferreyra, qui ne sont pas complètement remis de blessures, mais pourraient toutefois faire leur apparition. Bareiro sera disponible. Dans le camp du Galo, le petit Bernard ne jouera pas, mais Cuca pourra compter sur un attaquant en très grande forme : Guilherme. Même s'il est encore contesté par certains, il a marqué le but salvateur contre Newell's. L'entraîneur enregistrera en outre le retour de son capitaine Réver, qui a purgé sa suspension lors du tour précédent.

Joueurs à suivre

En l'absence de Bernard, les deux autres membres du trio offensif du Galo auront encore plus de responsabilités : Jô et Diego Tardelli, tous deux meilleurs buteurs de la compétition avec six réalisations, à égalité avec Ignacio Scocco, de Newell's Old Boys, devront faire oublier qu'ils n'ont plus marqué au cours des neuf derniers matches de leur équipe, Libertadores et Brasileirão confondus, et une victoire 2:1 contre Curitiba, le 26 mai dernier.

La stat
11 - C'est le nombre de victoires d'Olimpia en 46 matches disputés contre des équipes brésiliennes en Libertadores. C'est peu et pourtant, les formations brésiliennes semblent porter chance au Decano, qui a toujours éliminé un représentant brésilien au cours de ses diverses campagnes victorieuses dans l'épreuve. Le dernier en date est São Caetano, en 2002. Chaque fois, Olimpia avait disputé son premier match à domicile. Faut-il y voir un présage ?

Entendu…
"Les gens ne donnaient pas cher des chances de cette équipe, mais nous avons montré qu'avec des efforts, du travail et de la camaraderie, il est possible d'aller très loin. Nous sommes plus qu'une équipe, nous sommes une famille et personne ne nous enlèvera le rêve de gagner la Copa Libertadores. Nous devons absolument gagner ce match à domicile, peu importe le score." - Freddy Bareiro, attaquant d'Olimpia

"Nous n'avons pas le droit de commettre la même erreur que contre Newell's car très souvent, une finale se décide à l'aller. Cette défaite 2:0 à Rosario nous a fait prendre conscience qu'il était extrêmement difficile de remonter deux buts. 0:2 est un très mauvais score au moment de débuter un match retour à domicile." - Diego Tardelli, attaquant de l'Atlético-MG

Fifa.com (17/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 18 Juil - 12:03

Jamaïque : Schäfer à la tête des Reggae Boyz



L'Allemand Winfried Schäfer sera l'entraîneur de la Jamaïque pour les quatre derniers matches des qualifications au Mondial-2014 dans la zone CONCACAF (Amérique du nord, centrale et Caraïbes), a indiqué mercredi la Fédération jamaïcaine (JFF).

Le précédent entraîneur, Theodore Whitmore, avait donné sa démission le mois dernier à la suite des mauvais résultats qui ont fait que les Reggae Boyz occupent actuellement la dernière place du groupe unique de la zone CONCACAF avec deux matches nuls et quatre défaites.

"A cette heure, la Jamaïque a besoin d'un entraîneur galonné et expérimenté et c'est ce que M. Schäfer représente", a indiqué le président de la Fédération Horace Burrell.

Schäfer, 63 ans, était aux commandes de la sélection du Cameroun qui avait remporté la Coupe d'Afrique des nations en 2002 et avait atteint la finale de la Coupe des Confédérations en 2003 face à la France.

L'ancien joueur du Borussia Mönchengladbach était jusqu'à cette année le sélectionneur de la Thaïlande.

Sa première rencontre à la tête de la Jamaïque aura lieu le 6 septembre au Panama.

Fifa.com (18/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 18 Juil - 12:06

Copa Libertadores
Olimpia prend une option (2:0)




Les Paraguayens d'Olimpia ont pris une option importante sur un quatrième sacre en Copa Libertadores après avoir battu 2:0 les Brésiliens de l'Atlético Mineiro, en finale aller de la compétition. Ce match s'est disputé le mercredi 17 juillet dans le stade Defensores del Chaco à Asuncion.

À la 22ème minute, Alejandro Silva déclenche l'ivresse des 35 000 fans présents pour cette première manche en trouvant l'ouverture à la suite d'une splendide action individuelle. Jusque-là, la défense brésilienne avait été particulièrement efficace. Mais sur cette frappe de l'Uruguayen, le ballon vient caresser le poteau gauche du but adverse avant de venir faire trembler les filets, laissant le gardien Víctor complètement impuissant.

La deuxième réalisation paraguayenne intervient à la 93ème minute, sur coup franc. Sans élan, le milieu de terrain Wilson Pittoni enveloppe le ballon, qui vient heurter le dessous de la transversale des cages gardées par Víctor et termine sa course au fond des filets pour la deuxième fois de la partie.

Le danger Tardelli
À la 47ème minute, Diego Tardelli est tout près de faire mouche sur une belle frappe. Les Brésiliens ont le monopole du ballon et les Paraguayens procèdent par contre. Une minute plus tard, c'est encore Tardelli qui déclenche un tir croisé de la droite. Ronaldinho n'est pas à la réception. L'ancien joueur du FC Barcelone et de l'AC Milan ne parviendra plus à créer le danger.

À la 71ème minute, Tardelli se présente seul devant le but, mais le juge de touche Hernán Maidana signale un hors-jeu. Sept minutes plus tard, c'est au tour de l'attaquant Jô de se mettre en évidence. Il frappe à bout portant, mais le gardien uruguayen Martín Silva repousse le ballon miraculeusement des deux pieds.

But décisif ?
Quelques minutes plus tard, les locaux ont une occasion magnifique de doubler le score, mais sur la même action, Juan Carlos Ferreyra puis l'attaquant Fredy Bareiro manquent de précision.

Trois minutes après l'exclusion de Richarlyson, et alors que l'on semble se diriger tout droit vers une victoire d'Olimpia sur la plus étroite des marges, le Decano obtient un bon coup franc, magistralement converti par Pittoni. Les supporters franjeados exultent : leurs protégés viennent de faire un pas supplémentaire vers le titre.

La finale retour aura lieu le mercredi 24 juillet au stade Mineirão de Belo Horizonte. Le vainqueur de la Copa Libertadores sera qualifié pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013.

Fifa.com (18/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Ven 19 Juil - 20:30

Argentine : Estudiantes - Veron continue l'aventure



Le milieu de terrain argentin Juan Sebastián Verón, 38 ans, s'est engagé pour une saison à l'Estudiantes, son club formateur, un an après avoir annoncé sa retraite sportive.

"La Brujita" (la petite sorcière), de retour au pays et à l'Estudiantes en 2006-07 après avoir joué à la Sampdoria, Parme, la Lazio, Manchester United, Chelsea et l'Inter Milan, a annoncé sa retraite en 2012 après une dernière saison dans son club de coeur.

Selon la presse locale, Verón versera la totalité de son salaire aux équipes des divisions inférieures du club.

Cadre de la sélection d'Argentine (73 capes) avec laquelle il a disputé trois Coupes du monde (1998, 2002, 2010), Verón a remporté la Coupe de l'UEFA (1999), le championnat d'Angleterre (2003), celui d'Italie (2000), celui d'Argentine (Ouverture 2006 et 2010), deux Coupes d'Italie (1999, 2000) et la Copa Libertadores (2009), l'équivalent latino-américain de la Ligue des champions.

Fifa.com (19/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Sam 20 Juil - 19:38

Brésil : Santos quitte Arsenal pour Flamengo



Le défenseur brésilien Andre Santos qui ne s'est jamais imposé à Arsenal, va retrouver le Championnat du Brésil sous le maillot de Flamengo, a annoncé samedi le club de 1re division anglaise.

Santos, 30 ans, a disputé 33 matches avec les Gunners qu'il avait rejoint en août 2011 en provenance de Fenerbahçe pour 7,9 millions d'euros.

Il avait être prêté en 2012-13 au club brésilien de Gremio et retrouvera Flamengo, où il a brièvement joué durant la saison 2005-06.

Fifa.com (20/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 22 Juil - 18:48

France, Nasri : "J’accepte la critique si elle est justifiée"



À seulement 25 ans, Samir Nasri a sans doute vécu en 2012/13 la saison la plus compliquée de sa carrière. Vivement critiqué lors de l’UEFA EURO 2012 à la suite d’une altercation avec un journaliste, l’actuel milieu de terrain de Manchester City a ensuite affiché un niveau de jeu insuffisant lors d’une grande partie de la saison, ce qui lui a valu de vives remontrances de la part de son entraineur d’alors, Roberto Mancini.  

Rappelé en juin en sélection par Didier Deschamps après un an d’absence et une fin de saison convaincante avec City, l’ancien joueur d’Arsenal n’a pas pu rejoindre le groupe tricolore en raison d’une blessure au genou.

Au micro de FIFA.com, Samir Nasri revient sur son année mouvementée, sur les leçons qu’il a tirées de ses erreurs, et sur la saison de Manchester City. Il évoque également son envie de redevenir un élément incontournable de l’équipe de France et parle de son rêve de disputer la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.


Samir, vous venez de vivre l’une des saisons les plus mouvementées de votre carrière. Comment-vous sentez-vous aujourd’hui ?
Aujourd’hui je me sens bien, j’ai l’esprit plus léger. Mais les derniers mois ont été très éprouvants pour moi. Émotionnellement, je suis passé par plusieurs périodes de doute et de remise en question. Certaines critiques m’ont fait du mal, beaucoup de mauvaises choses ont été dites. J’accepte la critique si et seulement si celle-ci est justifiée. Beaucoup de mensonges ont été dits sur ma personne. J’ai fait des erreurs, je le sais, mais je ne suis pas le vilain petit canard, contrairement à ce que pensent certaines personnes.

Vous faites allusion à cet incident avec un journaliste lors de l’UEFA EURO 2012 ?
Oui, mais pas seulement. Concernant cet incident, j’ai commis une erreur en réagissant à la provocation d’un journaliste. Je n’aurais pas dû tenir ces propos. Cet épisode m’a beaucoup fait réfléchir et le fait d’être sous le feu des critiques me pesait beaucoup. J’ai peut-être pris un peu trop de temps à faire mon mea culpa, mais aujourd’hui c’est chose faite. C’est un poids en moins. Et cela me fait beaucoup de bien.

Pensez-vous avoir grandi dans ces épreuves et gagné en maturité ?
Oui, c’est certain. J’ai appris de mes erreurs et je me sens plus mûr aujourd’hui. Je suis encore jeune et je sais que je dois encore beaucoup apprendre. Ces derniers mois m’ont fait grandir en tant qu’homme.

Votre club a également vécu une année assez difficile, sans aucun titre remporté et avec une éliminations dès la phase de groupes de la Ligue des champions de l’UEFA. Quel bilan faites-vous de la saison de Manchester City ?
Effectivement, la saison a été très moyenne et la perte du titre de champion d’Angleterre a été un échec difficile à encaisser pour tout le groupe. Nous n’avons pas réussi à gagner le moindre trophée, ce qui est décevant pour une équipe du standing de Manchester City. Nous avons passé une année compliquée, mais nous allons apprendre de nos erreurs pour faire une exceptionnelle saison l’an prochain.

Vous deviez effectuer votre retour en équipe de France après un an d’absence mais une blessure vous a empêché d’honorer la convocation de Didier Deschamps. Qu’est-ce cela représente pour vous d’être à nouveau aux portes de la sélection nationale ?
J’en suis très heureux. L’une de mes priorités est de revenir en équipe de France au plus vite. Porter le maillot bleu et quelque chose de très important pour moi et je vais tout faire pour regagner ma place dans le groupe. Je sais que je peux aider l’équipe mais je suis aussi parfaitement conscient que je dois prouver au sélectionneur que je peux être à la hauteur. On m’a redonné une chance, à moi de me donner à fond.

Que pensez-vous des possibilités de qualification des Bleus pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™ ?
Franchement, je suis confiant, même si le chemin jusqu’à la qualification est encore long. L’équipe a effectué de belles prestations jusqu’à présent, comme par exemple en arrachant un match nul en Espagne, et j’estime que le groupe de joueurs est l’un des plus talentueux d’Europe. Entre les cadres confirmés et les jeunes qui émergent comme Raphaël Varane et Paul Pogba, nous avons de quoi avoir une équipe très compétitive. Il n’y a qu’un seul point de retard sur l’Espagne et nous pouvons encore accrocher la première place du groupe, ce qui éviterait de passer par les barrages.

Si la France parvenait à se qualifier, que représenterait pour vous le fait de faire partie du groupe et de joueur le tournoi mondial au Brésil ?
J’en rêve ! C’est l’un des plus grands pays de football au monde et le peuple brésilien vit ce sport comme une religion. Je ne pense pas qu’un seul footballeur n’aimerait pas disputer une compétition d’une telle importance dans un pays comme le Brésil. Le Brésil, c’est mythique… On pense au jeu spectaculaire, à Pelé, à Ronaldo, au maillot jaune, à l’ambiance festive dans les tribunes. Tout footballeur ou fan de ce sport a des souvenirs magiques liés à la Seleçaõ.

Fifa.com (22/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 22 Juil - 18:58

Argentine :Trezeguet tout proche des Newell's Old Boys



L'attaquant français David Trezeguet a passé lundi sa visite médicale avant de s'engager pour un an avec les Newell's Old Boys, champions d'Argentine en titre, a annoncé à l'AFP une source du club.

"Il a subi un examen très complet en raison de son opération au genou (gauche)", a déclaré la source du club de Rosario, au sujet du champion du monde 1998.

"Après la visite, si tout est normal, la signature du contrat est prévue, suivie d'une conférence de presse (17H30 GMT)", ajoute la source.

"Je me sens très bien et me suis préparé à rejouer", avait déclaré Trezeguet en référence à sa blessure au genou, qui le tient à l'écart des terrains depuis le 30 mars.

"Trezegol", 35 ans, qui évoluait la saison passée à River Plate, avait été écarté du groupe fin juin par le directeur technique du club de Buenos Aires, Ramon Diaz, qui lui a annoncé ne plus compter sur lui pour le prochain Championnat.

Trezeguet a joué 38 matches et inscrit 17 buts avec River depuis son retour en Argentine en janvier 2012, et avait notamment joué un rôle clef dans la remontée du club en première division il y a un an.

Après s'être révélé à Monaco (1995-1999), Trezeguet a joué à la Juventus de Turin (1999-2010), avant de passer par l'Hercules d'Alicante (2010-2011) et le Baniyas d'Abu Dhabi (2011).

Fifa.com (22/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 22 Juil - 18:58

Levée de la suspension de la Fédération Camerounaise de Football



La FIFA a décidé aujourd’hui, 22 juillet 2013, de lever de la suspension de la Fédération Camerounaise de Football (Fecafoot), étant donné que les conditions préalablement fixées sont désormais remplies.

Comme requis par le Comité d’Urgence de la FIFA, le comité de normalisation désigné le 20 juillet 2013 a en effet pu prendre ses fonctions ce lundi 22 juillet 2013 au siège de la Fecafoot en présence des observateurs de la FIFA et de la CAF.

La levée de la suspension signifie que les clubs, officiels et autres représentants de la Fecafoot peuvent immédiatement reprendre les activités interrompues. Il en va de même pour ce qui est de la reprise des cours et des différents programmes dispensés par la FIFA, la CAF et les autres associations nationales.

La FIFA et la CAF continueront de suivre de près la situation, notamment en ce qui concerne la révision des statuts de la Fecafoot.

Fifa.com (22/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 23 Juil - 1:03

Argentine : Trezeguet s'engage avec les Newell's Old Boys



L'attaquant français David Trezeguet a signé un contrat d'un an avec les Newell's Old Boys, champions d'Argentine en titre, a annoncé le club lundi lors d'une conférence de presse.

"Bienvenue Roi David. Je te donne le maillot qui va te servir à communiquer avec le public à partir d'aujourd'hui", a déclaré le président du club de Rosario, Guillermo Lorente.

"J'arrive dans une équipe que tout le monde admire en Argentine et qui vient de remporter le titre. Je suis en pleine forme physique et mon objectif est de gagner le prochain tournoi ("Inicial") et la Copa Libertadores", a confié Trezeguet, aux côtés de Lorente.

"C'est un jour très spécial. Newell's s'intéresse à moi depuis un mois, lorsque River m'a dit de partir, et c'était la seule proposition concrète et sérieuse."

"Je me sens très bien et me suis préparé à rejouer", avait déclaré Trezeguet en référence à sa blessure au genou, qui le tient à l'écart des terrains depuis le 30 mars.

"Il a subi un examen très complet en raison de son opération au genou (gauche)", a indiqué une source du club de Rosario.

Le champion du monde 1998 retrouvera parmi ses coéquipiers l'ancien défenseur argentin du PSG et de Marseille Gabriel Heinze et l'ancien milieu de terrain de l'Atletico Madrid Maxi Rodriguez.

"Trezegol", 35 ans, qui évoluait la saison passée à River Plate, avait été écarté du groupe fin juin par le directeur technique du club de Buenos Aires, Ramon Diaz, qui lui a annoncé ne plus compter sur lui pour le prochain Championnat.

Trezeguet a joué 38 matches et inscrit 17 buts avec River depuis son retour en Argentine en janvier 2012, et avait notamment joué un rôle clef dans la remontée du club en première division il y a un an.

Après s'être révélé à Monaco (1995-1999), Trezeguet a joué à la Juventus de Turin (1999-2010), avant de passer par l'Hercules d'Alicante (2010-2011) et le Baniyas d'Abu Dhabi (2011).

Fifa.com (22/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 23 Juil - 14:36

Copa Libertadores
Almeida revient sur scène à l'Olimpia




Ever Hugo Almeida faisait partie de la grande histoire d'Olimpia bien avant le 27 janvier dernier, lorsqu'il a pris les rênes du colosse paraguayen pour la troisième fois de sa carrière. En 18 ans au poste de gardien du club, il a remporté 16 titres, parmi lesquels deux Copas Libertadores et une Coupe Intercontinentale.

Malgré tout, Almeida n'a pas hésité à mettre son statut en péril pour revenir au club de ses premières amours, qui traversait alors une phase de doute. Certes, les Paraguayens étaient qualifiés pour la Libertadores, mais le football proposé par l'équipe était loin de convaincre les supporters. Le technicien a ainsi été intronisé juste avant le match retour face à Defensor Sporting en première phase de la compétition continentale, après un 0:0 aussi fade qu'inquiétant en Uruguay.

Aujourd'hui, le décor a changé. Après s'être imposé 2:0 à Asunción face à l'Atlético Mineiro en finale aller, le Decano se trouve aux portes d'un quatrième sacre continental, situation inenvisageable il y a six mois. "Peu de monde croyait en nos chances, ne serait-ce que de passer le premier tour", reconnaît Almeida, interrogé par FIFA.com quelques heures avant de se rendre au Brésil. "C'était pratiquement la même équipe que celle qui avait terminé le dernier championnat par une lourde défaite face à une formation pratiquement condamnée à la descente. Le club devait plusieurs mois de salaire aux joueurs. On me demande parfois si c'est un miracle et je réponds que non, que c'est le fruit du travail d'un groupe qui s'est convaincu qu'il pourrait y arriver s'il se regroupait autour d'une idée commune", avance le technicien de 65 ans.

Almeida identifie un tournant dans la campagne paraguayenne en Libertadores : "La victoire 5:1 face au Deportivo Lara en phase de groupes. Nous sortions d'une défaite en Argentine face à Newell’s et d'un nul chez nous face à Lara après avoir mené 2:0. Mais au retour, nous avons décroché cette large victoire. Ce jour-là, les joueurs ont compris à quel point il était important d'adhérer à notre projet. L'an dernier, ils avaient connu trois entraîneurs et chacun avait mis en place un projet différent. Ils n'étaient pas habitués, mais ils se rendus compte que celui qui ne s'adapterait pas ne jouerait pas", démontre-t-il avec conviction.

L'entraîneur d'Olimpia sait de quoi il parle. Il a disputé trois finales avec le club. Après avoir remporté le titre continental en 1979 et 1990, il a échoué en finale en 1998. Il ne peut d'ailleurs s'empêcher de trouver un parallélisme avec le premier sacre, obtenu face à Boca Juniors en Argentine. "On ne donnait pas cher de notre peau et sur le plan footballistique, on n'était pas au mieux. Ça s'est passé comme cette année : un nouvel entraîneur est arrivé, il nous a inculqué une façon de jouer et il nous a fait progresser", se souvient-il.

Résultats à l'appui
Almeida est beaucoup plus pragmatique que ne laissent penser ses propos. Dans cette Libertadores, il a testé différents dispositifs tactiques jusqu'à arriver au 3-5-2 qui lui a donné satisfaction au Venezuela. Depuis, il est resté fidèle à ce schéma, sauf dans quelques situations ponctuelles. Il s'agit d'ailleurs de l'une des principales qualités d'Almeida: savoir s'adapter aux circonstances et aux effectifs pour former un groupe et construire un style de jeu.

Ses résultats sont éloquents. En 1993, un an à peine après ses débuts sur le banc, il remporte le championnat du Paraguay avec Olimpia sans concéder la moindre défaite. En 1999, il est aux commandes de la sélection albirroja dans la Copa América disputée en Colombie, où les Guarani finissent premiers de leur groupe avant de s'incliner aux tirs au but en quart sans avoir perdu un seul match. En 2001, il prend les commandes du club guatémaltèque de Municipal, avec lequel il décroche quatre titres en autant de saisons, trois au niveau national, un à l'échelle internationale. Il met ensuite le cap sur l'Équateur, où il remporte deux fois le championnat avec Nacional, avant de revenir au Paraguay pour mener Nacional à son premier titre national en 63 ans.

En 2010, il est revenu au Guatemala pour diriger la sélection chapina. En 2011, il a mené les U-20 à une qualification historique pour la Coupe du Monde de la FIFA de la catégorie. Cette réussite lui a permis de conserver son poste avec les A jusqu'à l'échec dans les qualifications pour l'Hexagonal final de la Zone Amérique du Nord, centrale et Caraïbes pour Brésil 2014. Puis il a bouclé la boucle en revenant à Olimpia.

Des priorités bien affirmées
Cette accumulation d'expériences et de succès ont replacé le nom d'Almeida dans la liste des candidats au poste de sélectionneur national au Paraguay."Ça me plairait, bien sûr. Je suis revenu au pays au bout de 12 ans avec l'idée de repositionner Olimpia, mais aussi pour rester et voir ce que l'avenir me réserve. Je regrette encore d'avoir manqué la Coupe du Monde 1986 sur blessure, mais je ne verrais pas ce projet comme un compte que je dois régler en tant qu'entraîneur".

Et de continuer sur la lancée : "Ma plus grande frustration, c'est cette Coupe Intercontinentale que nous avons perdue contre l'AC Milan au Japon en 1990. J'ai toujours dit que je rejouerais une finale pour m'ôter cette épine du pied. En remportant cette Libertadores, j'aurais cette occasion de disputer la Coupe du Monde des Clubs, mais je ne veux pas m'avancer. Le plus important maintenant, c'est de rapporter ce quatrième trophée".

Dans cette optique, Almeida peut compter sur un soutien supplémentaire qui le surprend. "Nos supporters ne sont pas les seuls à nous voir remporter le titre. Tout le pays est derrière nous. Je me suis déjà retrouvé dans des finales, mais je n'avais jamais vécu quelque chose de comparable. Il existe une énergie contagieuse, qui nous rend plus forts et nous pousse", s'exclame-t-il sans perdre son calme.

Son calme, il devra le garder et le transmettre à ses joueurs dans le stade Mineirão, où il sait déjà ce qu'il attend de ses joueurs. "Je leur dirai probablement que je ne veux voir aucun maillot propre au retour dans les vestiaires. Je veux voir des maillots sales, tâchés, trempés de transpiration et en lambeaux s'il le faut."

Fifa.com (23/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum