International -News

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 12:45

Copa Libertadores
Ronaldinho encore aux portes de l'Histoire




Quand le jeune Bernard est arrivé à la Cidade do Galo, centre d'entraînement de l'Atlético Mineiro, il a été très surpris par la grande effervescence qui régnait dans cet endroit habituellement paisible. "Il y avait deux hélicoptères et beaucoup plus de journalistes que d'ordinaire", explique l'attaquant à FIFA.com. Il a finalement compris la raison de ce remue-ménage au moment de débuter l'entraînement.

Le 4 juin 2012, Ronaldinho arrive à l'Atlético en provenance de Flamengo, dans le cadre d'un transfert rapide comme l'éclair. Le club n'avait pas rendu publique sa nouvelle acquisition que l'ancienne star du FC Barcelone et de l'AC Milan était déjà en train de s'entraîner avec ses nouveaux partenaires. L'effet a été immédiat. "Quand je l'ai vu pour la première fois, j'ai ressenti une grande joie. Il a élevé le niveau du groupe", explique Bernard. Les attentes autour de l'équipe sont soudainement devenues gigantesques. Uun peu plus d'un an après l'arrivée de Ronnie au Galo, l'investissement a été judicieux.

Le club de Belo Horizonte est en finale de la Copa Libertadores. Cependant, après avoir perdu la première manche 2:0 au Paraguay contre Olimpia, les Brésiliens comptent plus que jamais sur le talent de leur star pour essayer d'inverser le score. "Une grosse partie de ma confiance pour gagner ce titre repose sur lui. Ce sera son match", annonce sans détour l'entraîneur Cuca.

Ambition et respect
Quelques heures après son premier entraînement avec le Galo, Ronaldinho avait donné une conférence de presse au cours de laquelle il s'était montré concis. Au vu de son passé prestigieux, ses intentions s'énonçaient simplement. "Gagner des titres : voilà à quoi conduit le bon travail dans le football. Je veux gagner des titres et permettre à l'Atlético de bien figurer dans les grandes compétitions", avait confié Ronnie en guise de programme.

De fait, l'Atlético a réalisé un excellent parcours dans la dernière édition du championnat du Brésil, à la lutte pour le titre avec Fluminense jusqu'à la dernière journée, pour finalement terminer deuxième du Brasileirão. Frustrant, mais suffisant pour remplir l'un des objectifs affichés par Ronaldinho, à savoir assurer la présence du club en Libertadores.

En s'appuyant sur un effectif talentueux et organisé et sous la houlette d'un entraîneur à vocation offensive, le Galo a parfaitement négocié la phase de groupes, avant d'écarter São Paulo en huitième de finale, Tijuana en quart et Newell's Old Boys en demi-finale. Les Argentins ont poussé l'Atlético dans ses derniers retranchements, avec en guise de conclusion des deux manches une série de tirs au but au cours de laquelle le gardien Victor a été brillant. Ronaldinho, quant à lui, a fait preuve d'un sang-froid remarquable pour convertir le penalty victorieux de son équipe.

Aujourd'hui, les Brésiliens se retrouvent à nouveau dans une position inconfortable après avoir concédé deux buts à Asuncion. Ils devront s'imposer devant leur public sur le score de 2:0 pour avoir le droit de disputer une nouvelle série de tirs au but. Il est donc naturel pour la formation mineira de placer ses espoirs dans son joueur emblématique. "Depuis l'arrivée de Ronaldinho, nous avons gagné une force incroyable. Dans cette situation, nous plaçons beaucoup d'espoirs en lui", affirme l'attaquant Jô. "Il sait mieux que quiconque qu'il est une star et pour cela, tout le monde le respecte", corrobore l'autre buteur Diego Tardelli.

Le trophée manquant
Si Ronaldinho a donné une nouvelle dimension à l'Atlético, c'est aussi parce qu'il a été bien entouré. "Il est difficile de dire lequel a fait le plus de bien à l'autre, Ronaldinho à l'Atlético ou l'Atlético à Ronaldinho, mais il est certain que depuis qu'il est arrivé, nous vivons des choses merveilleuses. C'est un joueur fantastique, une référence pour nous", ajoute l'entraîneur Cuca.

Cette finale retour dans laquelle on attend tant de lui arrive au moment de fêter les dix ans de son arrivée à Barcelone. C'était en juillet 2003. Avec le club catalan, il a été élu deux fois Joueur Mondial de la FIFA, gagné une Ligue des champions de l'UEFA et deux championnats d'Espagne. À son arrivée au Camp Nou en provenance du Paris Saint-Germain, le meneur de jeu brésilien avait déjà remporté la Coupe du Monde de la FIFA™ et la Copa América. Palmarès époustouflant, dans lequel il manque cependant un grand titre : la Libertadores.

Si le Galo parvient à renverser la vapeur et à devenir champion d'Amérique du Sud, Ronaldinho pénétrera alors dans un cercle extrêmement restreint : celui des joueurs ayant remporté la compétition suprême des clubs en Europe et en Amérique du Sud. Pour l'instant, ce panthéon compte cinq membres : Dida, Cafu, Carlos Tévez, Roque Júnior et Walter Samuel. Ronaldinho assure que cette statistique est un détail, qu'elle est bien moins importante que la fête qui se déroulerait au Mineirão en cas de sacre. Si cela devait arriver, inutile de dire que le bruit dans l'enceinte de Belo Horizonte sera bien plus fort que celui des hélicoptères qui avaient accueilli Ronnie à son arrivée à la Cidade do Galo, il y a un peu plus d'un an.

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 12:47

Copa Libertadores
Olimpia et Atlético se disputent la gloire




Après 183 jours et 137 matches, la Copa Libertadores de América va livrer son verdict ce mercredi 24 juillet, au terme de la finale retour entre les Brésiliens de l’Atlético Mineiro et les Paraguayens d’Olimpia. Triple vainqueur et triple finaliste de la compétition, le Decano part avec la faveur des pronostics grâce au 2:0 obtenu à Asunción, d’autant que son adversaire n’a jamais disputé de finale.

Cette affiche opposant les deux meilleures équipes de la phase de groupes, personne ne s’aventure à enterrer le Galo, qui pallie ce manque d’expérience avec un effectif de qualité duquel ressort Ronaldinho. En plus de décrocher la gloire continentale, le vainqueur obtiendra le droit de représenter l’Amérique du Sud à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013.

FIFA.com vous présente cette rencontre décisive.

L’affiche
Atlético Mineiro - Olimpia, mercredi 24 juillet, stade Mineirao (Belo Horizonte, Brésil), 21h50 (heure locale)

De par son palmarès dans l'épreuve, Olimpia part avec un avantage, c’est indéniable. Le Franjeado s’est en outre déjà retrouvé dans une situation similaire lors de sa demi-finale face à Santa Fe, où il s’était rendu avec un avantage de 2:0. Si les Paraguayens se sont inclinés, ils ont toutefois limité la casse en assurant leur qualification. Les Guarani peuvent néanmoins s’inquiéter puisqu'ils restent sur trois matches sans victoire à l’extérieur dans le cadre de la Libertadores.

De son côté, l’Atlético Mineiro ne part pas non plus dans l’inconnu puisqu’il était mené 0:2 par Newell’s Old Boys dans sa demi-finale. Cela ne l’a pas empêché de trouver le chemin du succès. Le match se jouera au stade Mineirao et non à l’Independencia, où l’Atlético Mineiro reste sur une longue série d’invincibilité. Ce détail pourrait faire une grosse différence. Lors de cette édition, les Brésiliens ont disputé six matches à l’Independencia, où ils ont enregistré cinq victoires et un nul. Malgré tout, Olimpia n’a jamais eu la partie facile au Brésil, où il a toutefois remporté son dernier titre, en 2002.

Si les deux équipes possèdent d’excellents gardiens avec Victor et Martín Silva, les locaux semblent disposer de meilleures individualités. Reste à savoir si ce surplus de talent leur permettra encore de se sauver face à un Olimpia qui a fait preuve d’une grosse solidité collective et d’une conviction à toute épreuve.

Le joueur à suivre
Bernard (Atlético Mineiro)

À 20 ans seulement, l'ailier de poche d'1m68 est la pièce maîtresse du dispositif offensif du Galo, surtout face à des équipes présentant une solide protection centrale, comme Olimpia. Suspendu à l’aller, il n’a pu apporter le rendement auquel il a habitué son club (quatre buts au total). Bernard, qui nie avoir la tête à un possible transfert à Arsenal, espère rééditer sa performance de la demi-finale retour face à Newell’s, lors de laquelle il avait ouvert le score en début de rencontre.

La stat
6. Pour la sixième fois en autant de finales de Copa Libertadores disputées, Olimpia doit jouer le match retour à l’extérieur. Jusqu’ici, cela lui a plutôt bien réussi puisqu’il a été sacré en Argentine face à Boca Juniors (1979), en Équateur face à Barcelona (1990) et au Brésil contre São Caetano (2002). Il a dû céder le titre en Colombie face à l’Atlético Nacional (1989) et au Chili face à Colo Colo (1991).

Entendu...
"Le Mineirao est plus adapté pour jouer ce match que l'Independencia. Olimpia a un style différent de Newell’s. Cette fois, nous aurons davantage d'espace pour jouer. En plus, c'est beaucoup plus impressionnant d'avoir 63 000 supporters derrière nous que 23 000" - Cuca, entraîneur de l'Atlético Mineiro

"Nous avons une bonne avance et nous devons nous en servir pour rester sereins. Il est évident que l'Atlético Mineiro va jouer plus haut qu'à Asunción, il va se servir de ses latéraux et essayer d'élargir le jeu sur un terrain qui est déjà très grand. Le Mineirao est difficile à prendre, mais cela aurait été plus dur de jouer à l'Independencia, où il ne s'est pas incliné depuis très longtemps" - Ever Hugo Almeida, entraîneur d'Olimpia

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 14:45

Brésil : Baptista, de Malaga, à Cruzeiro



L'attaquant brésilien Julio Baptista de Malga s'est engagé avec le club de Cruzeiro (1re division brésilienne) après avoir trouvé un accord avec le club espagnol pour résilier son contrat, a informé mercredi le club andalou dans un comuniqué.

"Julio Cesar Baptista et Malaga ont trouvé un accord à l'amiable vendredi dernier pour mettre fin au contrat du joueur (...) Malaga lui souhaite bonne chance pour sa nouvelle aventure à Cruzeiro, au Brésil", indique le club espagnol sur son site internet.

Formé à Sao Paulo, Baptista, 31 ans, était parti en 2003 en Europe où il a évolué au FC Séville, au Real Madrid, à Arsenal, à l'AS Rome et à Malaga, où l'ancien international brésilien (47 sélections, 5 buts) était arrivé en janvier 2011.

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 14:47

RP Chine : Vagner Love, du CSKA Moscou, à Shandong Luneng



L'attaquant brésilien du CSKA Moscou Vagner Love va rejoindre le club chinois de Shandong Luneng Taisan, a indiqué le club moscovite mercredi dans un communiqué.

"Vagner a reçu une offre sans précédent et le club a également reçu une proposition très lucrative de la part de l'équipe chinoise", explique le CSKA.

Le montant du transfert n'a pas été dévoilé mais des sources proches du club moscovite ont indiqué que le CSKA recevrait 12 millions d'euros en échange de la vente du joueur brésilien de 29 ans.

Vagner Love a joué 255 matches et marqué 124 buts pour le CSKA, avec qui il a remporté trois championnats, six Coupes de Russie et la Coupe de l'UEFA en 2005.

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 21:59

Argentine : Newell's Old Boys - Premier entraînement pour Trezeguet



L'attaquant français David Trezeguet s'est entraîné mercredi à Rosario pour la première fois avec ses nouveaux coéquipiers des Newell's Old Boys, champions d'Argentine en titre.

"Trezegol", 35 ans, a participé à l'intégralité de la séance et n'a pas semblé souffrir de la blessure à un genou, qui l'a tenu éloigné des terrains depuis le 30 mars.

Le champion du monde 1998 s'est engagé lundi avec les Newell's Old Boys pour une saison.

Il évoluait la saison passée à River Plate qui lui a annoncé fin juin qu'il ne comptait plus sur lui pour le prochain Championnat d'Argentine.

L'ancien joueur de Monaco (1995-1999) et de la Juventus Turin (1999-2010) avait joué 38 matches et inscrit 17 buts avec River Plate depuis son retour en Argentine en janvier 2012, jouant un rôle clef dans la remontée du club en première division il y a un an.

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 22:01

Match amical : Le Bayern prend le meilleur sur le Barça



Le Bayern Munich, champion d'Allemagne et d'Europe en titre, a dominé 2 à 0 un FC Barcelone en rodage et amputé de plusieurs cadres, mercredi en match amical à l'Allianz Arena devant 71.000 spectateurs.

Les Bavarois, qui effectueront leur rentrée en championnat une semaine plus tôt que leur adversaire le 9 août, se sont montrés en jambes et affuté.

"C'était une bonne préparation pour le match contre le Borussia Dortmund", que le Bayern doit affronter samedi en Super-Coupe d'Allemagne, a déclaré Pep Guardiola, ancien du Barça et nouvel entraîneur du Bayern.

"Barcelone est toujours une bonne équipe, c'était un bon test pour nous", a-t-il ajouté, précisant que son équipe pouvait encore "améliorer sa finition".

Le Bayern a vite pris l'avantage grâce à une tête de son capitaine Philipp Lahm (14e), bien servi par un Frank Ribéry auteur d'une belle prestation jusqu'à son remplacement à l'heure de jeu. En fin de match, Mario Mandzukic, entré à la mi-temps, concrétisait la domination de son équipe en reprenant le centre de Contento lancé côté gauche (87e).

Face aux Bavarois, les Barcelonais n'ont jamais semblé en mesure de prendre leur revanche sur l'humiliation subie en demi-finale de la dernière Ligue des champions (défaites 4-0, 3-0) face au futur vainqueur, malgré une frappe enroulée de Tello qui frisait le montant de Neuer à la 37e minute.

En l'absence de leur recrue phare, le Brésilien Neymar, et de nombreux cadres espagnols laissés au repos après la Coupe des Confédérations (le gardien Victor Valdes, les défenseurs Gerard Pique et Jordi Alba, les milieux Xavi et Iniesta...), l'entraîneur par intérim Jordi Roura a fait tourner l'effectif en procédant à onze changements à la mi-temps. Gerardo Martino, le nouvel entraîneur du Barça, qui doit être présenté à la presse vendredi, n'était pas du voyage en Allemagne.

Ce bouleversement de l'équipe, qui a notamment vu le remplacement de Lionel Messi, transparent en première période n'a pas endigué la domination allemande, mais a fait chuter le rythme de la rencontre.

Face à ses anciens coéquipiers, qu'il a quitté il y a moins de deux semaines, Thiago Alcantara, la recrue "prioritaire" de Guardiola, a délivré un match correct en position de milieu relayeur avant d'être remplacé par Can (74e).

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 24 Juil - 23:15

Match amical : Lyon laisse échapper la victoire face au Real



L'Olympique lyonnais a mené 2 à 0 face au Real Madrid, avant de laisser revenir le géant espagnol dans la partie et de se contenter du nul (2-2), mercredi en match amical.

A huit jours de disputer le 3e tour préliminaire aller de la Ligue des champions, l'OL se cherche encore, même s'il a dans son effectif quelques solides certitudes, comme Clément Grenier.

Grenier a en effet ouvert la marque dès la 20e minute en reprenant magnifiquement de volée un centre adressé de l'aile droite par Alexandre Lacazette.

En seconde période, Lisandro, plutôt discret, a doublé la mise en reprenant un ballon mal renvoyé par la défense madrilène après un centre délivré de l'aile gauche par Gaël Danic (2-0, 61).

Mais Alvaro Morata a relancé les Madrilènes en transformant un penalty accordé pour une faute de Maxime Gonalons sur Denis Cheryshev (2-1, 78).

A cinq minutes de la fin, Carlos Casemiro a égalisé en reprenant de la tête un corner tiré par Angel Di Maria (85).

L'OL n'a pas tenu la distance face à un adversaire qui a repris l'entraînement il y a seulement deux semaines contre quatre pour Lyon.

Inquiétudes
A une semaine de recevoir le Grasshopper Zürich, le constat peut donner matière à inquiétudes.

L'Olympique lyonnais a dominé notamment dans la première demi-heure avant de baisser de pied sous une chaleur accablante et face à un Real Madrid bien en place collectivement.

L'OL a développé quelques bonnes offensives conclues par un tir de Grenier, arrêté par Diego Lopez (2) mais aussi beaucoup de tentatives non cadrées signées Lisandro, Danic, Miguel Lopes ou encore Maxime Gonalons.

Grenier a également tiré un bon coup franc difficilement arrêté par le deuxième gardien, Adan (54).

Défensivement, l'Olympique lyonnais, comme lors de ses trois premiers matches de préparation, a encore éprouvé des difficultés dans la récupération du ballon, cette fois-ci face à un adversaire espagnol qui n'a joué qu'une fois en amical, dimanche contre le club de 2e division anglaise de Bournemouth (6-1).

Ainsi, le gardien Anthony Lopes a dû se montrer présent face à Cristiano Ronaldo et Karim Benzema (22) et en s'interposant deux fois devant Angel Di Maria (23, 37). Miguel Lopes a aussi sauvé l'OL devant Benzema après un corner (30).

En seconde période, les Rhodaniens ont beaucoup subi et Lopes, très bon, a encore dû repousser une reprise de Di Maria (58) puis s'interposer devant Morata (74) alors qu'une reprise de la tête de Luka Modric heurtait la barre après un centre de Di Maria (75).

Fifa.com (24/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 25 Juil - 12:37

Copa Libertadores
L'Atlético pour la première fois tout en haut




L'Atlético Mineiro a remporté ce mercredi 24 juillet la première Copa Libertadores de son histoire au terme d'une séance de tirs au but sous haute tension, après avoir difficilement remonté le retard de 2:0 qu'il accusait après le match aller sur le terrain d'Olimpia. Grâce à cet exploit, les Brésiliens se sont qualifiés pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013.

L'équipe de Ronaldinho a encore vécu une rencontre épique dans cette phase à élimination directe, où elle semble avoir pris l'habitude forcer son destin depuis le point de penalty. En quart, elle avait décroché son sésame face à Tijuana grâce à un penalty arrêté dans le temps additionnel. En demi-finale, elle avait dû en passer par l'épreuve de vérité face à Newell's Old Boys pour sauver sa tête.

La finale a connu un scenario similaire. Les locaux avaient pour mission de remonter les deux buts encaissés à l'aller à Asunción et ils y sont parvenus in extremis, grâce à un coup de tête de Leonardo Sila à quatre minutes du coup de sifflet final. À la 46ème minute, Jô avait ouvert le score en profitant d'une erreur défensive paraguayenne.

Des visiteurs sereins
Olimpia est arrivé à Belo Horizonte avec la ferme volonté de vendre chèrement sa peau. L'entraîneur Ever Hugo Almeida a ainsi mis en place un rideau de cinq défenseurs qui va sérieusement compliquer la tâche de Brésiliens décidés à frapper très tôt. À la grande inquiétude des supporters locaux, les Paraguayens réalisent une meilleure entame grâce à un dispositif tactique impeccable qui étouffe toutes les velléités adverses.

Prudemment replié dans son camp, le Decano se tient aux aguets de la moindre opportunité de contre tout en appliquant un marquage resserré sur Bernard et Ronaldinho. La tactique fonctionnera bien puisque les deux joueurs les plus créatifs de l'Atlético Mineiro se montreront très discrets au cours de la première période. L'attaquant Diego Tardelli est contraint de dézoner pour aller chercher des ballons et soutenir un milieu de terrain qui n'affiche pas la fluidité espérée par l'entraîneur Cuca.

Après la demi-heure de jeu, la nervosité brésilienne est palpable. Elle se manifeste par des ballons perdus, des frappes prématurées et une tension à fleur de peau sur chaque duel. Sur son banc, Cuca se ronge les ongles jusqu'au sang, dans l'attente d'une occasion de but qui ne vient pas. Il y a en effet de quoi s'inquiéter. À la pause, les seules situations menaçantes créées par son équipe se limitent à une frappe lointaine et à deux centres de Ronaldinho.

De l'autre côté du terrain en revanche, Olimpia a bien failli faire le break sur un face-à-face entre Fredy Bareiro et Vítor ; une action qui a jeté une chape de plomb sur le stade Mineirão à la 15ème minute.

Buts, prolongation et explosion de joie
La physionomie de la rencontre va radicalement changer à la reprise, suite à une grosse bourde défensive de Wilson Pittoni, dont la glissade dans la surface permet à Jô d'ouvrir le score. À compter de ce moment-là, l'Atlético Mineiro commence à croire en ses chances. Les assauts brésiliens se succèdent alors, sous l'impulsion d'un Ronaldinho plus incisif dans la construction des attaques.

Très présent dans la surface, Jô semble retrouver les sensations de ses récentes sorties avec la Seleçao. Il manque ainsi d'aggraver le score sur une situation que le voit enchaîner un coup de tête puis une frappe en pivot. Érodé physiquement, Olimpia éprouve de plus en plus de difficultés à contenir des Brésiliens plus frais qui donnent tout ce qu'ils ont dans le ventre dans le sprint final. Dans les dernières minutes, Mineiro s'installe dans le camp paraguayen, où seuls les réflexes et le sang froid du gardien Martín Silva retardent l'échéance.

L'Argentin Juan Carlos Ferreyra se voit offrir une occasion en or de plier le match à dix minutes de la fin sur une contre-attaque, mais il glisse alors même qu'il était en train de déborder le gardien local Víctor à l'extérieur de la surface. Sur ces entrefaites, la hargne des Brésiliens trouve sa récompense dans un but de Leonardo Silva, qui envoie le match en prolongation. Profitant de l'exclusion de Manzur à sept minutes de la fin, les hommes de Cuca se montrent les plus entreprenants, mais sans conséquence sur le tableau d'affichage. Réver voit sa tentative percuter la transversale, tandis qu'Olimpia parvient tout de même à se créer deux occasions.

Lors de l'épreuve de vérité qui s'ensuit, Víctor s'interpose sur le premier tir au but paraguayen et sur le penalty décisif, Giménez échoue sur le poteau.

Fifa.com (25/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Ven 26 Juil - 20:05

Copa Libertadores
Le Galo fait le pari gagnant du jeu offensif




La Copa Libertadores est célèbre pour ses confrontations âpres, pour son football extrêmement physique dans lequel, très souvent, la force de caractère est la qualité prépondérante pour aller au bout. Cela dit, pour remporter la compétition suprême des clubs en Amérique du Sud pour la première fois de son histoire, l'Atlético Mineiro a décidé de faire vibrer une autre corde : celle du jeu offensif.

C'est en effet avec un système de jeu agressif, dans le bon sens du terme, et en tirant le meilleur du talent qu'elle compte dans ses rangs, que la formation dirigée par l'entraîneur Cuca a gagné le tournoi. Avec une moyenne de plus de deux buts marqués par rencontre, les Brésiliens enregistrent la meilleure attaque dans la phase de groupes depuis River Plate en 1996. Le Galo abordait donc les matches à élimination directe en position de force.

Plus impressionnant : pour décrocher son billet de représentant sud-américain à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013, le Galo a écarté de son chemin les vainqueurs de deux des championnats les plus relevés du continent : les Argentins de Newell's Old Boys et les Mexicains de Tijuana, à quoi il faut ajouter deux triples vainqueurs de la Copa Libertadores : les Brésiliens de São Paulo et les Paraguayens d'Olimpia. En finale contre le club d'Asuncion au Mineirão, les joueurs de Cuca ont emporté la décision à l'issue des tirs au but, après un score cumulé de 2:2 au bout de 210 minutes de jeu.

Le champion
Au total, le Galo a inscrit 29 buts en 14 matches (2,07 de moyenne) et possède ainsi l'attaque la plus prolifique, parmi les vainqueurs de l'épreuve, depuis São Paulo en 2005 (34 buts marqués). Pour mieux évaluer la performance du club de Belo Horizonte, il faut la comparer à la moyenne de buts marqués des cinq derniers champions d'Amérique du Sud - Corinthians, Santos, Internacional, Estudiantes et LiDU Quito -, à savoir 20,4 buts par édition.

Cette propension au jeu offensif a été évidente dès les premiers pas de l'Atlético dans l'épreuve. Le futur vainqueur a fait trembler les filets adverses 11 fois au cours de ses quatre premières sorties dans le Groupe 3, ce qui lui a permis de valider son billet pour les play-offs avec encore deux matches à jouer. Avec quatre victoires lors des quatre premières journées, l'Atlético a été le premier club à valider son billet pour le tour suivant, et ce dès le 14 mars.

Dans les matches à élimination directe, et malgré la qualité de ses adversaires, Cuca n'a rien changé à sa stratégie. "Nous sommes arrivés à ce stade de la compétition grâce à notre jeu offensif. Ce n'est pas maintenant que nous allons changer. Nous allons jouer notre football, sans être frileux", annonçait le technicien à la veille de la demi-finale contre Newell's. Ce courage revendiqué a été récompensé par un trophée historique, le premier remporté par le club du Minas Gerais.

Les joueurs
Dans une équipe à forte vocation offensive, il est naturel que les attaquants aient occupé le devant de la scène, à commencer par Jô. Le joueur de l'Atlético termine meilleur buteur du tournoi, avec sept réalisations. Sur la deuxième marche de ce podium, on trouve Ignacio Scocco de Newell's, à égalité avec un autre joueur du Galo, Diego Tardelli (6). Comme si cela ne suffisait pas, Ronaldinho et la révélation Bernard ont fait mouche quatre fois chacun, sans compter les nombreuses passes décisives qu'ils ont distillées.

Il serait terriblement injuste de parler du titre remporté par la formation mineira sans évoquer son gardien Victor. Le portier alvinegro a été crucial dans le sacre de son équipe, repoussant des penalties en maintes occasions : dans les dernières minutes du quart de finale contre Tijuana, en demi-finale face à Newell's et en finale contre Olimpia.

Chez les vice-champions d'Amérique du Sud, l'Uruguayen Juan Manuel Salgueiro a été impressionnant par ses qualités de leader, son talent et son flair devant le but adverse. Il boucle la compétition avec cinq buts au compteur, dont deux en quart de finale contre Fluminense, champion du Brésil en titre. Maxi Rodríguez a quant à lui pleinement fait profiter Newell's de son expérience gigantesque, tandis que le jeune Équatorien Fidel Martínez, de Tijuana, a prouvé que sa ressemblance avec Neymar ne se limitait pas à l'aspect physique.

Les surprises
La composition des quarts de finale montrait déjà que la présente édition de la Libertadores réserverait des surprises. Parmi les huit quart de finalistes, deux seulement avaient déjà remporté l'épreuve, Boca Juniors et Olimpia, tandis que le Real Garcilaso et Tijuana, deux institutions qui ont vu le jour au cours de la dernière décennie, ont réussi un parcours inattendu. Fondé en 2009, le club péruvien a dépassé toutes les attentes non seulement en sortant de la phase des groupes, mais surtout en battant les Uruguayens de Nacional, triples vainqueurs de la Libertadores, pour s'inviter parmi les huit meilleures équipes du continent. Historique !

Quant au club mexicain, créé en 2007, il a mis fin à la longue invincibilité de Corinthians et est passé tout près d'éliminer le futur vainqueur de l'épreuve. Si le gardien Victor n'avait pas repoussé le penalty de Duvier Riascos, le parcours de l'Atlético-MG dans la compétition se serait arrêté beaucoup plus tôt.

En atteignant les demi-finales, Santa Fe a aussi fait beaucoup mieux que prévu. Le champion de Colombie n'avait plus réussi un tel parcours sur la scène continentale depuis plus d'un demi-siècle. On peut inscrire également au compte des surprises l'élimination dès les huitièmes de finale du tenant du trophée, Corinthians, et de Vélez Sarsfield.

Le saviez-vous ?
Ronaldinho est devenu le premier joueur de l'histoire à remporter la Copa Libertadores, la Ligue des champions de l'UEFA, la Coupe du Monde de la FIFA™ et la récompense individuelle de Joueur Mondial de la FIFA, en 2004 et 2005.

La stat
4 - Le sacre historique de l'Atlético-MG est déterminant pour le Brésil, qui consolide ainsi sa suprématie sur le football continental. C'est en effet la quatrième fois consécutive que le pays des quintuples champions du monde remporte la Libertadores, après les triomphes de l'Internacional (2010), Santos (2011) et Corinthians (2012). Ce carré gagnant dépasse les trois victoires successives dans l'épreuve obtenues par les Brésiliens de Cruzeiro (1997), Vasco da Gama (1998) et Palmeiras (1999). Depuis 2005, on a toujours vu une équipe brésilienne en finale de l'épreuve. Au nombre des Copas Libertadores gagnées cependant, l'Argentine occupe toujours la première place, avec 22 éditions remportées, contre 17 au Brésil.

Entendu…
"J'ai récolté à l'Atlético-MG ce que j'ai semé. Aujourd'hui, cette bande de gamins est devenue une équipe de gagnants. Mais avec tout ce qui s'est passé, les remontées de 0:2 à 2:2 contre Newell's et Olimpia, les séries de tirs au but, on va avoir la réputation d'une équipe qui a de la chance. On ne peut pas dire le contraire. Aujourd'hui, nous avons eu de la chance." - Cuca, entraîneur de l'Atlético Mineiro

"C'est comme un film. Je suis revenu au Brésil pour ça, car c'était le trophée qui me manquait. Beaucoup de gens disaient que j'étais fini, que nous avions une équipe de loosers. Je ne sais pas ce que ces gens disent aujourd'hui ! " - Ronaldinho, milieu de terrain de l'Atlético Mineiro

"Je suis fier de mes joueurs, même si nous aurions pu éviter les buts encaissés aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, tout ce que nous avons fait, nous l'avons fait pour nos supporters. Nous avons gagné le respect de tous au Paraguay. C'est important. Nous n'avons pas la coupe, mais nous avons beaucoup de fierté." - Ever Hugo Almeida, entraîneur d'Olimpia

Classement final
1. Atlético-MG*
2. Olimpia
3. Newell's Old Boys et Santa Fe
*Qualifié pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013

Buteurs
1. Jô (Atlético-MG) -7 buts
2. Ignacio Scocco (Newell's Old Boys) et Diego Tardelli (Atlético-MG) - 6
3. Braian Rodríguez (Huachipato), Fredy Bareiro, Juan Manuel Salgueiro (Olimpia) et Luís Fabiano (São Paulo) - 5

Meilleurs buteurs des trois dernières saisons :
2010 : Thiago Ribeiro (Cruzeiro) - 8
2011 : Roberto Nanni (Cerro Porteño) et Wallyson (Cruzeiro) - 7
2012 : Neymar (Santos) et Matías Alustiza (Deportivo Quito) - 8

Fifa.com (26/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 29 Juil - 13:53

Russie, Capello : "Le match parfait se termine par un 0:0"



 Peu de professionnels atteignent le statut de légende alors qu'ils sont encore en activité. Fabio Capello est l'une des exceptions qui confirme la règle. Avec l'AC Milan, le Real Madrid et l'AS Rome, le stratège de 67 ans a pratiquement tout gagné. Après avoir été sélectionneur de l'Angleterre, il veut continuer d'écrire l'histoire, cette fois à la tête de la Russie, particulièrement bien partie dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Entraîneur de la sélection nationale du plus grand pays du monde, Capello est également ambassadeur de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. C'est à ce titre qu'il était présent à la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013, où il a accordé un entretien à FIFA.com.


Fabio Capello, que vous a inspiré la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013 ?
La question était de savoir comment le Brésil allait s'y prendre face à une Espagne que l'on connaît maintenant très bien, mais qui n'en reste pas moins très difficile à jouer. Personnellement, je considère qu'en tant qu'hôte du tournoi, l'équipe dirigée par Luiz Felipe Scolari devait être considérée comme favorite pour gagner le tournoi. Encore fallait-il le faire, face à une sélection qui a tout gagné. Le plus intéressant pour moi a été de voir la manière dont les Brésiliens ont réussi à récupérer le ballon en milieu de terrain et à empêcher les Espagnols d'avoir leur possession de balle habituelle, qui avoisine les 65 %.

En battant une Espagne jusque-là quasiment invincible, le Brésil a-t-il créé un précédent ?
L'Italie avait déjà montré la voie en demi-finale. En jouant avec trois défenseurs pour pouvoir fermer les espaces au milieu et avoir la possession du ballon, l'Italie a considérablement gêné l'Espagne. Les Italiens ont également montré qu'en évitant de jouer long, on pouvait mettre la Roja en difficulté. Tout cela a donné des pistes aux autres entraîneurs pour pouvoir battre l'Espagne. Tout le monde en a pris note, Felipão le premier.

Les joueurs de Vicente Del Bosque ont-ils perdu cette aura d'invincibilité ?
L'Espagne a développé une école et joue de cette manière dans toutes les classes d'âge. Il ne faut pas oublier non plus que les Espagnols ont eu un jour de repos de moins et ont disputé une prolongation contre l'Italie, sous une forte chaleur. Dans ce genre des conditions, j'aimerais qu'on puisse accorder aux joueurs au moins une minute dans chaque période pour qu'ils se désaltèrent. Je crois que ça ferait une différence importante.

Quelle est votre opinion sur cette équipe du Brésil ?
Le Brésil possède des joueurs dangereux, capables de créer des actions spectaculaires. En milieu de terrain, ils ont des footballeurs qui savent parfaitement manier le ballon. Cela dit, cette équipe n'est pas si riche dans la création. Il y a Neymar, et de temps en temps Oscar. Mais sinon, c'est le physique qui prime, un peu trop sans doute au goût des supporters brésiliens, qui ont comme modèle les sélections de 1970 et 1982. Il n'en demeure pas moins que le Brésil d'aujourd'hui est une équipe très difficile à battre.

Le pressing en milieu de terrain, c'est quelque chose que vous aviez introduit à Milan...
Oui. À cette époque, c'était nouveau, car les attaquants ne pressaient pas. Évidemment, les choses ont beaucoup évolué depuis et de nos jours, tout le monde joue comme ça. Dans le football moderne, il est quasiment impossible de gagner un match sans faire un pressing assez haut. C'est pourquoi les conceptions mêmes de 4-3-3, 4-4-2, etc. me semblent un peu absurdes aujourd'hui. Le système actuel est le 9-1, avec neuf joueurs qui attaquent et neuf qui défendent. Vous devez toujours avoir un bloc, même sur les phases offensives. Vous ne pouvez plus vous permettre d'avoir une une équipe étalée sur 40 ou 50 mètres. Ça ne se voit quasiment plus. Il faut être compact, avec la totalité des joueurs sur 20 ou 30 mètres maximum.

Avez-vous vraiment formulé cette phrase lorsque vous étiez entraîneur du Real Madrid : "le football offensif n'est pas moderne" ?
Non, je n'ai jamais dit ça ! Lors de ma première saison à Madrid, nous avions Raul, Suker et Mijatovic, Victor à droite et Redondo et Seedorf au milieu… Pas vraiment une formation défensive. Lors de ma deuxième saison, j'ai encore utilisé trois attaquants. J'ai toujours aimé avoir beaucoup de joueurs offensifs, ce qui soit dit en passant ne garantit pas forcément la victoire. À un moment donné, j'ai associé Van Nistelrooy et Ronaldo en attaque. Le résultat ? En cinq matches, nous avons perdu trois fois et Barcelone nous a pris neuf points. Finalement, j'ai décidé d'utiliser moins de joueurs offensifs, et c'est comme ça que nous avons gagné le championnat.

Le fameux système "galactique" n'était-il donc pas si efficace que ça ?
Nous avions Beckham à droite, Ronaldo et Van Nistelrooy devant, Raul aussi, mais nous n'arrivions pas à gagner (rires). Il y avait beaucoup de joueurs extrêmement talentueux dans le groupe. Seulement, vous ne pouvez pas tous les aligner en même temps.

Pour en revenir au football moderne, quelle définition en donneriez-vous en cette deuxième décennie du XXIème siècle ?
Ça dépend si l'on parle du football sur le terrain ou en dehors, car ce sont deux choses très différentes. Sur le plan médiatique, le football a évolué au point d'occuper une place énorme à la télévision, dans les journaux, sur Internet. C'est devenu un marché gigantesque. Pour ce qui est du terrain, je crois que notre période est marquée par une grande démocratisation. Aujourd'hui, il est possible d'étudier le système de jeu de n'importe quelle équipe dans le monde, ce qui permet aux entraîneurs de beaucoup apprendre. L'une des conséquences est que le jeu est devenu beaucoup plus tactique. Si vous n'avez pas des joueurs de grande qualité, il est difficile de gagner un match. Par exemple, la première période de la demi-finale entre le Brésil et l'Uruguay a été extrêmement tactique. Il n'y avait aucun espace, tout simplement parce que les deux équipes savaient exactement ce qu'allait faire l'adversaire. Je crois que la phrase du journaliste italien Gianni Brera décrit bien le football actuel : "le match parfait se termine par un 0:0".

Y a-t-il encore de la place pour l'innovation ?
Dans l'histoire récente du football, il y a eu trois révolutions. Celle de l'Ajax des années 1960, avec la défense en ligne et le pressing ; celle du Milan des années 1980 et 1990 ; et aujourd'hui celle de Barcelone, qui a montré non seulement comment conserver le ballon, mais également comment essayer de le récupérer avec beaucoup d'agressivité dès qu'il est perdu. Ces innovations sont d'abord étudiées et une fois qu'elles sont intégrées, la place est libre pour d'autres nouveautés.

À quand la prochaine ? Comment sera le football de demain ?
Ce n'est pas facile à dire. Ce que nous savons, c'est que ces révolutions arrivent à peu près tous les 15 ans. Celle de Barcelone est encore très récente. Je crois donc qu'il va falloir encore attendre un peu pour en avoir une nouvelle.

Fifa.com (29/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Lun 29 Juil - 20:24

Équateur : Décès de Christian Benitez



L'attaquant international équatorien Christian Benitez est décédé d'un infarctus lundi au Qatar, a annoncé son agent à la télévision publique équatorienne.

Lundi matin, le joueur s'est plaint de douleurs abdominales et avait été transféré à l'hôpital, où il a été victime d'un arrêt cardiaque, a révélé à Gama TV son agent Jose Chamorro.

Benitez, âgé de 27 ans et surnommé "Chucho", avait récemment été transféré par le club mexicain America de Mexico au club qatari d'Al Jaish. Ces derniers jours, il passait une série de tests médicaux dans l'Emirat.

Sélectionné à 58 reprises (24 buts), Benitez a marqué quatre buts au cours des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014 au Brésil.

Passé notamment par Birmingham (Angleterre) durant la saison 2009-2010, "Chucho" s'était révélé à El Nacional (Equateur), avant de passer une grande partie de sa carrière au Mexique, à Santos Laguna puis à l'America Mexico.

Fifa.com (29/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 30 Juil - 0:54

Brésil : Fluminense limoge son entraîneur Abel Braga



Fluminense, champion du Brésil en titre, a annoncé lundi avoir limogé son entraîneur Abel Braga en raison d'une série de mauvais résultats.

"Abel n'est plus l'entraîneur de Fluminense. C'est avec une grande émotion, du fait de la relation qui existait entre lui et le club, que nous vous informons que le moment est venu d'apporter un nouveau souffle à l'équipe. Nous allons travailler à lui trouver un remplaçant d'ici mercredi", a déclaré le président du club carioca, Peter Siemsen.

Braga, 60 ans, était arrivé à Fluminense au printemps 2011 et avait mené les "Tricolor" au titre de champion du Brésil en novembre 2012.

Cette saison, après neuf journées de championnat, Fluminense occupe la 18e place avec seulement 9 points, à neuf longueurs du leader Cruzeiro.

Pour remplacer Braga, la presse brésilienne a évoqué les noms de trois entraîneurs: Vanderlei Luxemburgo, Ney Franco et Cristovao Borges.

Fifa.com (29/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 30 Juil - 12:55

Van Bronckhorst vise haut pour les Pays-Bas



Giovanni van Bronckhorst n'a pas manqué sa dernière apparition en Coupe du Monde de la FIFA™. En Afrique du Sud, le capitaine néerlandais a signé une frappe d'anthologie contre l'Uruguay en demi-finale, avant de monter sur la deuxième marche du podium quelques jours plus tard.  

Depuis, l'ancien joueur du FC Barcelone et d'Arsenal a mis un terme à sa carrière. Tout en travaillant pour obtenir son diplôme d'entraîneur, il a déjà occupé un plusieurs rôles au Feyenoord, aux côtés de Ronald Koeman. Au terme de la saison écoulée, l'ancien défenseur international a demandé à Van Bronckhorst d'abandonner ses fonctions avec la réserve, afin de se concentrer sur l'équipe première.

FIFA.com a rencontré Gio pour en savoir plus sur la préparation du Feyenoord à quelques jours de la reprise de l'Eredivisie et sur les chances de la sélection néerlandaise lors de la prochaine Coupe du Monde de la FIFA™ au Brésil.


Giovanni, comment appréhendez-vous vos nouvelles fonctions ?
C'est intéressant mais très différent de ce que j'ai connu en tant que joueur. Après avoir raccroché les crampons, j'ai tout de suite commencé à étudier pour obtenir ma licence d'entraîneur auprès de l'UEFA. En tant qu'adjoint de Ronald Koeman, j'acquiers en ce moment une expérience qui me sera utile par la suite. Au Feyenoord, j'ai sous mes ordres des joueurs aux côtés desquels j'ai évolué. Cela me permet de découvrir une autre facette du football. Nous essayons de mettre en place un jeu attractif, tout en veillant à ce que l'équipe soit prête pour le début du championnat.  

Vous n'avez pas réussi à vous qualifier pour la Ligue des champions de l'UEFA. Quels sont les objectifs de Feyenoord en UEFA Europa League cette saison ?
Nous allons devoir passer un tour avant d'accéder à la phase de groupes, mais nous n'avons disputé que quatre matches européens la saison dernière et nous avons manqué de réussite à domicile contre Kiev. Espérons que, cette fois, nous parviendrons à nous qualifier. Cela nous permettrait de disputer au moins huit matches. Pour le développement des joueurs, il est important de jouer deux matches par semaine contre des équipes de haut niveau. Nous allons donc tout faire pour atteindre la phase de groupes.

Quelles sont vos ambitions en Eredivisie ?
Comme la saison dernière, nous allons donner le maximum pour tenter de remporter le titre. Nous sommes passés près la saison dernière mais nous avons perdu des points importants dans la dernière ligne droite. Notre groupe n'a pas beaucoup changé par rapport à l'année dernière. Nous pouvons donc espérer donner du fil à retordre aux autres équipes. La concurrence de l'Ajax et du PSV Eindhoven sera rude. Twente et Vitesse possèdent aussi d'excellents joueurs. Entre ces clubs, la lutte pour le titre sera acharnée.

Plusieurs jeunes joueurs sont en train de se faire un nom au Feyenoord. Quels sont ceux qui vous impressionnent le plus ?
Bruno Martins Indi, Jordy Clasie et Stefan de Vrij ont tous fait leurs débuts en équipe nationale. C'est un honneur pour le Feyenoord et nous sommes tous fiers de fournir des internationaux à la sélection. Cela nous encourage à poursuivre nos efforts dans le domaine de la formation. Il faut aussi espérer qu'ils poursuivront leur progression dans les mois à venir. Si tout le monde travaille dur, ces jeunes ont un bel avenir devant eux. Leur succès est une source de motivation pour tout le monde. Des joueurs comme Robin Van Persie et Arjen Robben évoluent dans les plus grands clubs européens. Nos jeunes ont ainsi l'occasion de mesurer l'écart qui les sépare encore de l'élite internationale. Ils prennent conscience qu'il faut continuer à travailler dur. Ces expériences sont bénéfiques pour leur développement. À terme, tout ceci leur permettra d'atteindre le niveau des champions qu'ils côtoient en équipe nationale.

Bruno Martins Indi a occupé le poste d'arrière gauche pendant les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, tout comme Jetro Willems et Daley Blind. En tant qu'ancien arrière gauche, lequel vous a fait la meilleure impression ?  
Chacun a son style. Bruno Martins Indi est plus porté sur le jeu défensif. Il est extrêmement rigoureux. Blind est un milieu de terrain de formation. Il est donc très à l'aise balle au pied. Enfin, Jetro Willems est le plus dynamique des trois. Il aime monter aux avant-postes. Ils sont tous très bons et représentent des options intéressantes pour Louis Van Gaal. Il peut aligner n'importe lequel des trois, en fonction de l'adversaire et de son plan de jeu.

En cas de succès lors des deux prochains matches contre l'Estonie et à Andorre, les Pays-Bas seraient assurés de valider leur billet pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™. Cela vous semble-t-il envisageable ?  
L'équipe nationale est très bien partie pour se qualifier. C'est une bonne chose de retrouver la Coupe du Monde, surtout après ce qui s'est passé en 2010. Nous avons frôlé l'exploit en Afrique du Sud. Nous aurons bientôt une chance de faire oublier cet échec. La tâche s'annonce difficile car le Brésil et l'Espagne sont très forts. Devant leur public, les Brésiliens seront particulièrement redoutables. Mais les Pays-Bas font partie des candidats au titre. Huit équipes peuvent prétendre gagner cette Coupe du Monde. Les Oranje ont une chance mais tout dépendra aussi de la forme du moment.

Que retenez-vous de l'édition sud-africaine ?
Je n'ai que de bons souvenirs. Je me rappelle de notre qualification pour la finale et de la demi-finale contre l'Uruguay. J'ai inscrit ce jour-là l'un des plus beaux buts de ma carrière. Les gens se souviendront longtemps de cette frappe magnifique. Bien entendu, j'aurais préféré gagner le titre mais je n'ai pas à me plaindre. Cette Coupe du Monde tiendra toujours une place à part dans ma mémoire.

Fifa.com (30/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 30 Juil - 12:58

Mexique : De la Torre confirmé sous condition



Le sélectionneur mexicain José Manuel de la Torre, fortement contesté après des revers de l'équipe nationale, est confirmé dans ses fonctions, mais avec "l'obligation" d'une qualification au Mondial 2014, a annoncé la Fédération du Mexique lundi soir.

"Le consensus final, c'est de soutenir José Manuel de la Torre et de prolonger sa mission", a déclaré le président de la fédération, Justino Compean, à l'issue d'une réunion avec les dirigeants des grands clubs mexicains. "Il y a obligation de se qualifier pour le Mondial. Pour le "Chepo" (le surnom de de la Torre, ndlr) c'est un engagement", a-t-il souligné néanmoins.

De la Torre, en poste depuis octobre 2010 après la démission de Javier Aguirre, a été mis sur la sellette par la presse, des supporters et d'anciennes gloires après la défaite en demi-finale de la Gold Cup contre le modeste Panama, qui ne s'est toutefois incliné qu'en finale, dimanche, face aux Etats-Unis.

Le Mexique avait déjà essuyé un revers en Coupe des Confédérations 2013, avec une élimination au premier tour en juin au Brésil.

Le sélectionneur avait toutefois reçu l'appui du président mexicain lui-même, Enrique Pena Nieto: "Je souhaite un élan de confiance en faveur de l'équipe nationale afin de lui dire que nous avons confiance et que nous sommes certains de surmonter ce moment difficile", avait-t-il lancé vendredi. "Le président du Mexique joue avec l'équipe nationale, a confiance en la sélection nationale ", avait-il ajouté.

Le Mexique est actuellement 3e des qualifications au Mondial-2014 dans la zone CONCACAF (Amérique du Nord, centrale et Caraïbes), à la dernière place qualificative, derrière les Etats-Unis et le Costa Rica et devant le Honduras et ... le Panama.

Fifa.com (30/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mar 30 Juil - 18:50

Russie, Capello : "Savoir placer chaque joueur là où il est le plus efficace"



Outre ses qualités de stratège, Fabio Capello n'a pas son pareil pour tirer le meilleur de ses joueurs. Des génies tels que Ruud Gullit, Marco van Basten, Francesco Totti, Gabriel Batistuta ou Ronaldo sont arrivés à maturité à son contact, sans oublier tous ceux qui ont fait partie des quatre clubs sacrés champions sous sa houlette en Italie et en Espagne.

Dans la seconde partie de son entretien accordé à FIFA.com, l'actuel sélectionneur de la Russie revient sur sa carrière et livre son point de vue sur le football d'aujourd'hui, sans laisser de côté sa grande passion pour l'aspect tactique, qui transparaît dans chacune de ses réponses.


Fabio Capello, vous faites partie des plus grands techniciens italiens. A ce titre, que pensez-vous de l'actuelle Squadra Azzurra ?
C'est une équipe très intéressante, dans laquelle on trouve de bons joueurs et un grand sélectionneur. Ce sera peut-être l'une des révélations de la prochaine Coupe du Monde. Cesare Prandelli a mis en place un groupe de très bonne qualité, doté d'une mentalité conquérante. Il a réalisé un excellent travail.

Quelles différences avez-vous pu noter par rapport au schéma que vous utilisiez lorsque vous entraîniez encore en Italie ?
Avec Milan, j'ai toujours utilisé le 4-4-2, qui se transformait en 4-3-3 lorsque le milieu droit, en l'occurrence Ruud Gullit ou Dejan Savicevic, montait d'un cran. En pratique, on attaquait avec cinq ou six joueurs. Avec la Roma, on a gagné le Scudetto avec trois défenseurs. Avec le Real Madrid, j'alignais quatre joueurs en défense, comme avec l'Angleterre puis aujourd'hui avec la Russie. Selon moi, la clé du succès dans le football actuel est de compter beaucoup de milieux de terrain, car ce sont eux qui s'adaptent le mieux aux différents moments d'une partie et qui peuvent débloquer la situation par leur créativité. Quand on arrive à neutraliser des joueurs comme Pirlo, Xavi ou Andrés Iniesta, on a fait un grand pas en avant.

Faites-vous référence à la philosophie mise en œuvre par Barcelone, en plaçant des milieux de terrain à plusieurs postes ?
Oui, mais cela a fonctionné car Pep Guardiola avait à sa disposition des joueurs de qualité exceptionnelle. Sinon, ce n'est pas viable. Un milieu de terrain quelconque ne fera pas l'affaire ! Il faut vraiment des joueurs excellents. Regardez par exemple le match Italie-Espagne en Coupe des Confédérations, où Daniele de Rossi finit par jouer libéro et Javi Martínez numéro 9. Tout est possible quand on possède des joueurs de ce calibre.

Quelles sont les principales différences entre le statut d'entraîneur en club et celui de sélectionneur national ?
Dans un club, on peut discuter avec un joueur au quotidien, mieux comprendre les besoins de l'équipe et traiter les problèmes en profondeur. Il est plus facile de former un groupe, et surtout, d'aider les joueurs à progresser, notamment sur l'application des différentes tactiques. Dans une sélection, vous récupérez les joueurs quatre jours avant le match. C'est beaucoup plus compliqué. Dans ces cas-là, la mentalité est un facteur décisif. Il faut créer un état d'esprit auquel tout le monde adhère. Et surtout, malgré ce laps de temps très limité, il faut que chacun comprenne bien ce que l'on attend de lui. Ce sont deux rôles très différents, notamment au niveau de la pression.

Est-ce le système qui doit s'adapter aux joueurs ou l'inverse ?
Naturellement, il faut trouver une formation qui corresponde aux talents dont on dispose. Le bon entraîneur est celui qui réussit à trouver pour chaque joueur le poste où il est le plus efficace.

Quelles difficultés spécifiques avez-vous rencontrées avec la Russie ?
Tout d'abord, la présence de l'interprète. On ne sait jamais si ce dernier a pu transposer avec exactitude ce que vous avez voulu dire, surtout pendant un match où le mot juste peut parfois être d'une aide précieuse pour l'équipe. La bonne terminologie peut tout changer. A l'entraînement, c'est plus facile, même si là aussi l'impact de certains mots peut manquer.

Vous devez aussi avoir plus de mal à trouver des joueurs à chaque poste, notamment par rapport à l'Angleterre…
C'est l'un de nos gros problèmes : dans les équipes locales, il n'y a que quatre ou cinq joueurs russes, car les clubs sont obligés d'agir ainsi. Le choix des joueurs est donc très limité en comparaison de pays comme l'Espagne, l'Italie ou la France. Toute la difficulté est donc de bien se renseigner et de faire les bons choix. Je vis à Moscou et j'assiste à trois ou quatre matches par semaine, comme mes assistants. Notre vivier se limite à 60 joueurs. Il est donc fondamental de bien travailler en amont pour appeler les meilleurs.

Et puiEst-ce un problème de ne pas compter beaucoup de joueurs russes dans les grands championnats ?
C'est vrai, nous n'avons que quatre joueurs qui évoluent en dehors de la Russie. Et à l'inverse des pays comme l'Allemagne, la France, l'Angleterre ou le Portugal, nous n'avons pas de joueurs d'origine étrangère, ce qui réduit le champ des possibles. Les footballeurs russes sont très techniques, mais il y a un manque d'individualités capables de faire la différence. L'arrivée récente de grands joueurs internationaux dans le championnat russe peut faire beaucoup de bien au football local.

Ressentiez-vous une pression plus forte avec l'Angleterre ?
Sur le terrain peut-être, mais en dehors ça se passait très bien. La pression des médias anglais est très forte, c'est certain, mais il est difficile de comparer avec la Russie… car j'ai beaucoup de mal à comprendre ce que disent les journalistes ! (rires). En réalité, je ne m'attarde pas trop là-dessus.

Avec le recul, quel bilan faites-vous de votre passage sur le banc de l'Angleterre ?
Un bilan très positif, même si nous aurions pu mieux faire. Je n'ai toujours pas avalé l'élimination contre l'Allemagne... A part ça, je m'estime satisfait. A mon arrivée, l'Angleterre ne s'était pas qualifiée pour l'EURO 2008. Avec moi, elle s'est qualifiée facilement pour la Coupe du Monde 2010 et l'EURO 2012. Le ratio de victoires est également excellent. Cela s'explique par le fait que j'ai lancé beaucoup de jeunes comme Danny Welbeck, Jack Wilshere, Phil Jones, Ashley Jones, James Milner, Joe Hart… Theo Walcott avait déjà été sélectionné, mais c'est avec moi qu'il s'est affirmé. Je suis parti en laissant un héritage solide.

D'après vous, qu'est-ce qui a manqué à l'Angleterre pour aller au bout ?
Les joueurs étaient fatigués. C'était l'équipe la moins fraîche physiquement, car il n'y a pas de répit en Premier League. C'est un peu comme quand vous conduisez une voiture. Si vous faites une pause à mi-parcours pour faire le plein d'essence, vous arriverez à bon port. Mais si vous préférez continuer à rouler coûte que coûte, vous prenez le risque de tomber en panne avant d'arriver à destination. Selon moi, le niveau de jeu est largement supérieur en première moitié de saison dans le championnat anglais. Pour avoir une chance de gagner le titre, il faut un effectif très riche. C'est un luxe qu'on ne peut pas s'offrir en sélection nationale.

Fifa.com (30/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 31 Juil - 0:30

Brésil : Luxemburgo nouvel entraîneur de Fluminense



Le Brésilien Vanderlei Luxemburgo a été nommé entraîneur de Fluminense, champion du Brésil en titre, mardi, au lendemain du limogeage de son prédécesseur Abel Braga.

"L'entraîneur s'est engagé jusqu'au 31 décembre 2013 (...) et a pour mission de remporter un cinquième titre de champion du Brésil", indique le club carioca dans un communiqué publié sur son site internet.

Luxemburgo, 61 ans, qui fait son retour chez les "Tricolor" dont il avait entraîné l'équipe des moins de 20 ans en 1986-1987, a été présenté à la presse mardi et a dirigé son premier entraînement dans la foulée.

L'entraîneur, qui a connu en 2005 une expérience désastreuse au Real Madrid, d'où il avait été renvoyé après moins de six mois, a remporté cinq championnats du Brésil avec quatre clubs différents: Palmeiras (1993 et 1994), Corinthians (1998), Cruzeiro (2003) et Santos (2004).

Luxemburgo, qui a aussi entraîné la sélection du Brésil de 1998 à 2000, remportant la Copa America 1999, avait été limogé par le Gremio Porto Alegre le 29 juin dernier.

Fluminense, 18e après 9 journées de championnat avec seulement 9 points, avait annoncé lundi le renvoi d'Abel Braga, qui avait mené les "Tricolor" au titre de champion du Brésil en novembre 2012.

Fifa.com (30/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 31 Juil - 18:14

Un joueur tahitien suspendu pour usage de substance interdite



Le président de la Commission de Discipline de la FIFA a suspendu à titre provisoire un footballeur international tahitien pour une période initiale de trente jours, et a ouvert une procédure disciplinaire à son encontre en raison d’un résultat d’analyse anormal obtenu dans le cadre d’un contrôle de dopage effectué à l’issue du match de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013 disputé à Recife le 23 juin 2013.

Au vu des résultats de l’analyse de l’échantillon A, le joueur a renoncé à son droit de demander l’analyse de l’échantillon B.

La décision du président de la Commission de Discipline de la FIFA a été dûment notifiée à la Fédération Tahitienne de Football le 31 juillet. Le joueur a jusqu’au 8 août pour indiquer à la FIFA s’il souhaite être entendu. Que le joueur demande ou non à être entendu, le joueur et/ou la Fédération Tahitienne de Football a/ont jusqu’au 15 août pour présenter à la FIFA une déclaration assortie de toute preuve documentaire y afférente.

La décision de suspendre le joueur à titre provisoire a été prise conformément aux articles 38 et suivants du Règlement antidopage de la FIFA. Ce contrôle positif à une substance interdite constitue de la part du joueur une violation de l’art. 63 du Code disciplinaire de la FIFA.

Conformément à l’art. 74, al. 2 du Règlement antidopage de la FIFA, la FIFA ne peut rapporter publiquement la violation d’une règle antidopage, le nom du joueur ayant commis cette violation, la substance interdite et les conséquences imposées uniquement lorsqu’il aura été déterminé, dans le cadre d’une audience, qu’une violation des règles antidopage a bien été commise.

Fifa.com (31/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 31 Juil - 21:14

Match amical : Festival de buts entre ManCity et l'AC Milan



Manchester City a battu l'AC Milan 5 à 3 (mi-temps: 5-3), lors de la première journée de l'Audi Cup, tournoi amical disputé mercredi à l'Allianz Arena de Munich.

En finale jeudi, Manchester City sera opposé au vainqueur du match qui devait opposer en début de soirée le Bayern Munich au FC Sao Paulo.

Buts
Manchester City: Silva (3), Richards (19), Kolarov (22), Dzeko (32 et 36)
AC Milan: El Shaarawy (37 et 39), Petagna (43)

Fifa.com (31/07/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Dim 4 Aoû - 0:14

Match amical : Arsenal sauvé par ses Frenchies contre Naples



Arsenal, mené 2-0 à la mi-temps, a arraché le match nul (2-2) lors de la première journée du tournoi amical de l'Emirates Cup contre Naples grâce aux buts des Français Giroud et Koscielny en seconde période samedi à Londres.

Le défenseur central Koscielny a marqué le but égalisateur de la tête à la 86e minute, sauvant sa formation d'une défaite qui aurait été des plus logiques au vu de la faible prestation de l'équipe d'Arsène Wenger.

Arsenal, qui a échoué pour l'instant à recruter ses principales cibles, Luis Suarez (Liverpool) et Gonzalo Higuain, qui a joué avec son nouveau club Naples samedi, a souffert face à la formation italienne qui menait 2-0 à la pause suite à deux buts de Lorenzo Insigne (7e) et du Macédonien Goran Pandev (28e).

Pour ne rien arranger, l'attaquant allemand Lukas Podolski a manqué un pénalty à la 45e minute.

Mais Arsenal a finalement réussi à arracher le nul à la faveur de deux buts d'Olivier Giroud (72e) sur une reprise acrobatique, et de Koscielny (86e).

Fifa.com (03/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Dim 4 Aoû - 0:15

Match amical : Monaco et Falcao en démonstration contre Tottenham



Monaco, et sa star Falcao auteur d'un doublé, a réussi son dernier match d'avant-saison en s'imposant, au Stade Louis-II, logiquement (5-2) face aux Anglais de Tottenham.

Les Anglais étaient visiblement à cours de préparation, sans Bale, ni leur dernière recrue Soldado, mais avec Lloris dans les buts.

Pour son seul match à domicile de préparation, Claudio Ranieri avait décidé d'aligner d'entrée son équipe-type, au sein de laquelle ne subsistent que 5 joueurs de la saison dernière: le gardien Subasic, les défenseurs latéraux Kurzawa et Raggi, le subtil milieu Obbadi et le jeune attaquant Ferreira Carrasco.

Après quelques frayeurs concernant le jeu au pied de Subasic, c'est l'un de ses anciens qui se mettait en lumière: Sur une belle ouverture de James Rodriguez, Raggi, le latéral droit italien reprenait de volée impeccablement. Lloris, trompé par le rebond, était battu (1-0, 15).

Malgré cette ouverture du score ainsi qu'un beau mouvement collectif monégasque mal terminé par Kurzawa (35), le rythme de la rencontre demeurait assez faible, les deux formations accélérant de façon sporadique.

Tour à tour, Kane (37), Sigurdsson (39) et Walker (42) ne parvenaient pas à égaliser avant la pause. Ranieri en profitait pour effectuer 4 changements, dont l'entrée d'Ocampos, à qui il fallait 2 minutes pour s'illustrer. Il déviait de la tête un coup franc de Moutinho (2-0, 47).

Dans la foulée, le jeune Argentin offrait le 3e but de la partie à Falcao, dont la reprise battait une fois de plus Lloris (3-0, 49). En deux minutes, Monaco montrait toute l'étendue de son potentiel offensif.

Mais Isimat-Marin allait, malgré lui, relancer Tottenham. Après avoir bien coupé une offensive de Dembélé, le défenseur central monégasque, entré à la mi-temps, repoussait sur Kane, qui réduisait la marque (3-1, 57).

Monaco poursuivait sa domination. Et Ocampos offrait une deuxième passe à Falcao, dont la reprise surprenait Lloris, auteur d'une faute de main sur l'occasion (4-1, 66). Toujours en contre, Ferreira Carrasco servait Obbadi, parfait exécutant pour le 5e but d'une formation monégasque déjà prête pour débuter le Championnat (5-1, 71).

Un dernier but de Townsend (5-2, 85) pour Tottenham venait cependant démontrer que les interrogations sur la force défensive monégasque n'étaient pas qu'anecdotiques.

Fifa.com (03/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Dim 4 Aoû - 11:24

Match amical : Le Real poursuit sur sa lancée contre Everton



Le Real Madrid a engrangé une deuxième victoire de suite lors de sa tournée américaine, en dominant Everton (2-1) grâce à des buts de Ronaldo et Özil, samedi en match de préparation à Los Angeles.

La star portugaise a eu l'honneur d'inscrire le premier but au Dodger Stadium, la mythique enceinte de baseball qui accueillait son premier match de football en 51 ans d'existence.

Ronaldo a ouvert la marque sur un service de Özil à la 17e minute, avant de rendre la pareille à l'international allemand à la 31e minute. Everton a réduit la marque grâce à son remplaçant Jelavic (61e).

Ce succès permet aux Madrilènes de se qualifier pour la finale de l'International Champions Cup, tournoi de préparation réunissant huit équipes.

La rencontre contre l'AC Milan ou Chelsea, qui se disputaient dimanche soir à New York l'autre billet pour la finale, aura lieu mercredi à Miami.

C'est le même jour que le président du Real, Florentino Perez, doit rencontrer dans la métropole floridienne son homologue de Tottenham Daniel Levy pour discuter du transfert de Gareth Bale, selon le quotidien britannique The Times.

Selon les médias britanniques et espagnols, le Gallois, élu meilleur joueur de Premier League les deux dernières saisons, pourrait devenir le joueur le plus cher de l'histoire, puisque Daniel Levy aurait fixé le transfert à 105 millions de livres (120 millions d'euros), montant que le Real espérerait faire diminuer en proposant un joueur dans la transaction.

Samedi soir, après le victoire sur Everton, l'entraîneur du Real Carlo Ancelotti a refusé de s'exprimer sur la possible venue de Bale, exprimant juste sa confiance dans son groupe de joueurs.

Fifa.com (04/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Mer 7 Aoû - 0:56

Japon, Kawashima : "Une expérience irremplaçable"



Eiji Kawashima est un pionnier. Il est le deuxième gardien japonais à rejoindre un championnat européen et le premier à évoluer en Belgique, où l'on est plus habitué aux recrues en provenance d'Amérique du Sud et d'Afrique que d'Asie. Depuis son arrivée il y a trois ans dans le Plat pays, il s'est imposé comme l'un des meilleurs gardiens du championnat.

Titulaire indiscutable en sélection nationale, Kawashima a été l'un des meilleurs Japonais lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013. Il a notamment arrêté un penalty contre le Mexique. Après le tournoi, le joueur emblématique des Samouraïs bleus a répondu aux questions de FIFA.com.


Eiji Kawashima, quel bilan peut-on tirer des prestations du Japon dans la Coupe des Confédérations de la FIFA ?
Au vu des résultats, on ne peut pas être satisfait, même si cela reste une bonne expérience. Nous avons perdu nos trois matches, mais il y a quand même des choses positives à retenir. Il reste un an avant la Coupe du Monde, ce qui nous donne encore pas mal de temps pour progresser. Pour nous, il était surtout important de savoir où nous nous situions. Ce tournoi nous a permis d'identifier les domaines dans lesquels nous devons encore progresser. Je crois que nous avons pu faire un bon diagnostic. Nous pouvons maintenant travailler en connaissance de cause pour revenir au Brésil l'année prochaine dans les meilleures dispositions possibles.

Le public a été impressionné par votre prestation face à l'Italie. Est-ce un match référence ?
Oui, nous avons bien joué contre l'Italie. Disons que nous avons montré un meilleur visage après les défaites face au Brésil et au Mexique. Cela dit, tout cela ne sert pas à grand-chose si le résultat n'est pas au bout. Quand vous méritez la victoire et que vous ne l'obtenez pas, c'est toujours une déception.

Dans la génération actuelle, beaucoup de joueurs possèdent l'expérience du football européen. Est-ce quelque chose d'important pour le potentiel de l'équipe nationale ?
Cela ne fait aucun doute. Cette expérience apporte quelque chose d'irremplaçable à tous les joueurs. Elle a été fondamentale dans ma carrière. Cela dit, je pense aussi que nos internationaux qui évoluent dans le championnat japonais progressent également. Dans l'ensemble, le football japonais est sur la pente ascendante. La préparation a gagné en qualité et les joueurs sont meilleurs qu'avant.

Vous évoluez dans le championnat de Belgique. C'est une destination peu commune pour les footballeurs japonais. Qu'est-ce qui a motivé votre décision ?
Depuis la Coupe du Monde 2010, je voulais absolument jouer en Europe. Mais ce n'était pas facile, car le niveau des gardiens dans les grands championnats européens est extrêmement élevé. De plus, les clubs n'aiment pas trop utiliser une place d'extracommunautaire pour un gardien de but. C'est alors que j'ai eu l'opportunité de signer à Lierse. J'ai décidé de la saisir, car je considérais que c'était fondamental pour continuer à progresser. Même si la ligue belge ne fait pas partie des grands championnats européens, cette expérience était complètement nouvelle pour moi par rapport à ce que je connaissais au Japon. Tous les jours, j'apprends de nouvelles choses.

Après avoir joué à Lierse, vous avez signé au Standard de Liège, un club plus important. Que vous apporte le football belge ?
Au cours des 20 dernières années, le football japonais a beaucoup progressé. Mais en Belgique, la culture footballistique est beaucoup plus ancienne. Les méthodes d'entraînement en Belgique et au Japon n'ont rien à voir. Cela m'a permis de devenir plus fort aussi bien mentalement que techniquement.

Comment s'est passée votre intégration dans la société et la culture belges ? Le changement a-t-il été radical ?
Je me sens très bien. J'ai des amis belges et je suis réellement très content de vivre dans ce pays. Il est vrai que par le passé, les joueurs japonais ont parfois eu du mal à s'intégrer. Ils étaient les premiers à émigrer et tout était nouveau, aussi bien pour eux que pour les sociétés qui les accueillaient. Aujourd'hui, les choses ont changé. Les gens en Europe connaissent les footballeurs japonais, ce qui nous permet de nous intégrer plus rapidement.

Vous êtes l'un des rares joueurs dans votre sélection à parler anglais. Est-ce un avantage pour s'adapter en Europe ?
Je parlais anglais avant d'aller en Europe. Il m'a semblé fondamental de l'apprendre pour ma carrière. Ces deux années à l'étranger m'ont permis de l'améliorer. En plus, il ne faut pas oublier qu'il est très important pour un gardien de pouvoir se faire comprendre de tous ses coéquipiers. Je n'arrête pas de leur donner des instructions (rires).

Il y a également eu des moments très durs, comme les chants "Fukushima-Kawashima" venus des tribunes dans un match de championnat après la catastrophe nucléaire dans votre pays…
Ça a été très difficile à digérer. J'ai été très déçu, pas sur le plan personnel évidemment, mais pour les gens au Japon qui sont très affectés et ne méritent pas ça. Malheureusement, ce n'est pas un incident isolé. Il y a des exemples d'intolérance dans le monde entier et c'est quelque chose qui doit cesser. Je pense que les supporters qui ont fait ça ne s'adressaient pas à moi personnellement, mais essayaient de provoquer mon équipe. En tant qu'êtres humains, nous devons être capables de nous mettre à la place des autres. Si tout le monde en était capable, ce genre de situation ne se produirait plus.

En guise de conclusion, quels sont vos objectifs individuels et collectifs pour l'année à venir ?
Nous sommes en train de travailler pour essayer d'être le plus performant possible à la prochaine Coupe du Monde. Nous savons que nous avons des qualités, mais aussi des points faibles. C'est là-dessus que nous travaillons. J'ai confiance. Au niveau personnel, j'aimerais réussir une belle saison pour pouvoir éventuellement jouer dans un championnat encore plus fort en Europe. J'ai 30 ans. C'est un bon âge pour un gardien. Si l'on regarde les gardiens de Premier League, ils ont quasiment tous la trentaine. Depuis mon arrivée en Belgique, j'ai toujours eu l'ambition de jouer dans un des grands championnats. Si nous faisons un bon parcours au Brésil, cela pourrait m'ouvrir des portes.

Fifa.com (05/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 8 Aoû - 21:07

Match amical : Le Real de Ronaldo bat le Chelsea de Mourinho



Le Real Madrid a battu Chelsea (3-1) mercredi soir à Miami en finale de l'International Champions Cup, un tournoi de préparation, dans un match de retrouvailles pour José Mourinho, qui a quitté le Real pour retourner entraîner son ancien club anglais.

Mourinho a été battu par le Real, d'où il était parti sous les sifflets début juin à la dernière journée du Championnat d'Espagne, et par son compatriote Ronaldo, son ancien joueur à Madrid, avec qui il avait échangé quelques piques, lançant notamment que "le vrai Ronaldo" est le Brésilien: Cristiano a marqué par deux fois à Miami.

Devant 67.273 spectateurs, l'international portugais a marqué sur coup franc direct à la 31e minute, puis de la tête à la 57e pour clore la marque. Marcelo l'avait ouverte à la 14e, et Ramires avait égalisé à la 16e.

L'AC Milan avait remporté un peu plus tôt la 3e place du tournoi en battant (2-0) les Los Angeles Galaxy, l'ancien club américain du désormais retraité David Beckham, autre star du Real en son temps.

L'International Champions Cup rassemblait ces quatre équipes ainsi que la Juventus de Turin, l'Inter Milan, Everton et Valence.

Fifa.com (08/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 8 Aoû - 21:16

France, Deschamps : "Abidal a un vécu international"



Le défenseur Eric Abidal a été rappelé jeudi en équipe de France plus d'un an après sa dernière apparition en Bleu et une seconde opération au foie, parce qu'il possède un "vécu international" et "reste compétitif", selon le sélectionneur Didier Deschamps.

"Il a rejoint Monaco, il a fait la préparation, plutôt bien. J'ai suivi les matches de préparation où il était très à l'aise. Il a une expérience internationale, il a vécu plusieurs compétitions. Il a 61 sélections. Par rapport à ça et au besoin qu'on a d'avoir des joueurs qui ont ce vécu international, après avoir discuté longuement avec lui pour connaître son état d'esprit par rapport à la sélection, j'ai pris la décision de le reconvoquer avec nous", a dit l'entraîneur.

"C'est aussi un secteur de jeu où des joueurs sont blessés ou n'ont pas de temps de jeu, comme Varane, opéré du ménisque et pas encore opérationnel, qui le sera peut-être en septembre, on ne le sait pas encore, et Mamadou Sakho qui a peu de temps de jeu, a-t-il ajouté. C'est surtout le fait qu'Abidal reste compétitif et a une envie forte et profonde de défendre les couleurs de son pays."

"Jusqu'à maintenant, il n'était plus sélectionnable, avec son parcours, a-t-il aussi rappelé. Je ne suis pas là pour lui faire un cadeau, ou par rapport au fait qu'il a dû lutter un moment avec la vie. Il est compétitif, il a fait une préparation normale. Il fait partie de ces joueurs, je n'en ai pas énormément, qui ont un vécu international."

Abidal (34 ans) avait connu sa dernière sélection le 29 février 2012, avant de connaître en avril 2012 une deuxième opération au foie en raison d'un rejet de greffe. Il a fait quatre apparitions en fin de saison dernière avec le FC Barcelone, avant de s'engager à Monaco où il a disputé quasiment tous les matches de préparation.

Fifa.com (08/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par rachid_as le Jeu 8 Aoû - 21:17

France : Deschamps parlera avec Nasri en tête à tête



Didier Deschamps aura une conversation "en tête à tête pour discuter de choses et autres" avec le milieu Samir Nasri, convoqué pour le match amical Belgique-France de mercredi, a avancé jeudi le sélectionneur de l'équipe de France.

"J'aurai l'occasion de m'entretenir avec lui en tête à tête pour discuter de choses et autres", a déclaré le technicien, qui avait ignoré Nasri pendant près d'un an, jusqu'à la tournée sud-américaine de juin pour laquelle le joueur avait dû cependant déclarer forfait sur blessure.

Nasri (26 ans) avait été sanctionné de trois matches de suspension pour son comportement durant l'Euro-2012, marqué par ses insultes à la presse. Depuis qu'il a succédé à Laurent Blanc après ce tournoi, Deschamps a régulièrement insisté sur le comportement irréprochable que devaient avoir les joueurs pour avoir une chance d'être appelés en Bleu.

"La grande partie de saison dernière, il n'était pas sélectionnable, il était blessé, jouait peu. Il a fait la préparation avec Manchester City, il aura beaucoup de concurrence aussi, mais il est redevenu compétitif, a expliqué Deschamps. Si j'avais à le reprendre en septembre (pour deux matches de qualifications au Mondial-2014, ndlr), la presse en parlera moins et on pourra plus se concentrer sur les matches."

Fifa.com (08/08/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum