L'histoire de la JSKabylie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Mer 30 Déc - 0:22

Du RC Tizi-Ouzou à la JS Kabylie
Écrit par Rédaction - JS-Kabylie.fr

Il est courant d’entendre dire que la JSK a été créée au début de la saison 1946-47. Se limiter à cette affirmation c’est en réalité ignorer les efforts de tous ceux, qui ont longuement et durement travaillé et trahir leur mémoire alors même qu’ils furent les artisans du mouvement sportif qui aboutira à la naissance de la JSK.

C’est en effet vers l’année 1928 qu’apparaît la première association sportive musulmane en Kabylie. Elle aura pour foyer la ville de Tizi-Ouzou et pour dénomination « Rapide Club de Tizi-Ouzou » ou RCTO. Par de savantes et vicieuses manœuvres, cette équipe de football est rapidement désintégrée vers 1929-1930. C’est vers le début des années quarante que le projet, jamais abandonné, reprend sa forme. En effet, Maître Sidi Saïd Hanafi, en liaison avec d’anciens joueurs évoluant alors à l’OTO (Olympique de Tizi-Ouzou) et quelques personnes de bonne volonté reprennent et développent autours d’eux l’idée de mettre en place un club de football Musulman avec une dimension géographique et social plus grande que celle qui a prévalu du temps du RCTO. Il s’agira en fait d’une association sportive pour toute la Kabylie. Des démarches ont été faites dès 1943 auprès de l’administration afin de déposer les statuts. Mais la mort suspendra, moins d’une année plus tard, ce brillant avocat (M. Hanafi)… BELHOCINE Arezki, KHODJA Benyoucef, MEKACHER Amar, MOH Ouali Salem, OUANOUGHENE, OUAKLI Saadi, BELHADJ Khélifa, MEZBOUT Akli et bien d’autres feront le serment de continuer la lutte jusqu’à l’aboutissement de l’idée.



Un arrêt a été marqué entre 1943 et 1945 à cause de la deuxième guerre mondiale. C’est durant la période d’après les massacres du 8 Mai 1946, que la France comme pour se réhabiliter, commence à autoriser la création d’associations (interdit en 1945 pour complot contre la sureté de l’Etat). C’est ce moment que choisissent les précurseurs de la JSK pour remettre le dossier sur le tapis et obtenir, malgré les manœuvres de l’administration française l’agrément nécessaire à sa création. Il aura fallu l’intervention de Mohand ACHOUR et la démarche de Saadi OUAKLI à Paris pour que la JSK soit enfin agréée par la FFFA. Ce n’est pas fini. Il a fallu aussi affronter une certaine opposition musulmane, certains élus algériens étaient plus farouchement opposés à cette création, que les français eux-mêmes. La demande d’affiliation à la fédération été faite au café BENKANOUN à la rue RANDON à ALGER, à deux pas du café MODERNE, siège de l’USMA. Il y avait Monsieur ABTOUCHE, Ahmed KEMMAT (secrétaire général de l’USMA), DRIS Moh Seghir et Hadj-Ahmed qui a rédigé la demande. Parmi les noms proposés, on citera l’ASK, USMT et ce sera JSK qui sera retenu. Pour les couleurs, au début, on a mentionné le VERT et JAUNE et c’est un ancien joueur du MCA (YAMARENE) qui orienta les dirigeants kabyles verts le symbolique VERT et ROUGE.



Après l’affiliation du club, une réunion a été organisée dans les locaux de l’immeuble GRAINE à deux pas du stade OUKIL Ramdane). Il fut alors annoncé officiellement que la JSK est créée.

Comme il fallait s’y attendre, la municipalité ne vota aucun budget pour la JSK. Mais c’était compté sans la contribution populaire. L’aide financière viendra spontanément, de certains déshérités. KHALFI, KITOUS, OUMMIA et HADDADOU mettront bénévolement leurs cars et camions pour les déplacements. MEZIANE BERCHICHE retapait les godillots des joueurs. Ali Haddouche mettait sa gargotte au service du club et Moh Lounas MADIOU son café. L’aide moral et matérielle vient aussi d’ALGER, le MCA et l’USMA ont aidé la JSK en fournissant les tenues et les chaussures.

En vert et rouge, l’équipe de la Jeunesse Sportive de Kabylie fait son entrée officielle sur le stade le 13 Octobre 1946, par une éclatante victoire contre la JS Alma 6-1.

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Sam 2 Jan - 23:14

1946-1947 : Le baptême
Écrit par Rédaction - JS-Kabylie.fr

Affiliée à la FFFA, la JSK fait son entrée dans l’histoire de football algérien. Comme le prévoit le règlement pour toutes nouvelles équipes, il faut commencer la 3ème division (composée de 28 équipes).

La JSK est entraînée par BENSALMA. Dès le début de saison, elle fait sensation enregistrant succès après succès. Elle ne connaîtra durant toute la saison qu’une seule défaite (face à l’AS Dellys). Une seule équipe lui tiendra tête en aller comme au retour, 2 à 2, par 2 fois (c’est le BOUIRA AC). Toutes les autres rencontres se solderont par des victoires et parfois par de véritables cartons tels que :

JSK – JS Alma 6-1

JSK – JS Aumale 5-2

JSK - RC Fondouk 6-2 puis 7-1

JSK – GS Rovigo 6-1

JSK – JS Azazga 5-1

JSK – US Palestro 4-0

Ces résultats lui permettent de se classer à la 3ème place en compagnie de son voisin de Dellys. Elle le battra cependant aux ISSERS par 3 à 2 le 1er Juin 1947 ce que lui permet d’occuper seule la 3ème place. Pour un coup d’essai, il s’agit d’un coup de maître puisque la JSK accède en 2ème division une année à peine après sa création.

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Mer 10 Fév - 23:56


idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par chevalley le Mer 31 Mar - 10:49

le beau vieux temps ca me donne la cher de poule mais maitenant avec hannachi ca me donne a voumir .merci

chevalley

Messages : 3
Date d'inscription : 31/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Mer 31 Mar - 12:11

chevalley a écrit:le beau vieux temps ca me donne la cher de poule mais maitenant avec hannachi ca me donne a voumir .merci

A qui la faute mon frère ? Neutral

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Ven 21 Mai - 16:19

toutes les participations de la JSK en C1 Arrow

http://www.js-kabylie.fr/index/index.php?view=category&id=39%3Aligue-des-champions-caf&option=com_content&Itemid=63

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Mar 9 Nov - 9:21

(Vidéo) [Souvenir de 1977] la première coupe d’Algérie de la JSK



Source : JSK th'assirem sur dzfoot !

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par adsm le Mar 9 Nov - 22:31

rachid_as a écrit:(Vidéo) [Souvenir de 1977] la première coupe d’Algérie de la JSK



Source : JSK th'assirem sur dzfoot !

Dalmou ou la ZEN Attitude !! bom

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Lun 18 Avr - 9:28

Nostalgie : JET 2 - MPO 1 : Vendredi 11 avril 1986 à Constantine



Vendredi 11 avril 1986 à Constantine
Stade : 17-Juin (Constantine)
Affluence : nombreuse
Arbitres : Kouras, Koussa, Benhamida
Avertissements : Adghigh (JET) ;
Belabes, Sebbah (MPO)
Buts : Haffaf (7’), Menad (48’) (JET)
Meziane (11’) (MPO)
JET : Amara, Sadmi, Larbès, Haffaf, Adghigh, Abdeslam, Dries, Fergani, Bouiche, Bahbouh (Belahcène 65’), Menad
Entraîneurs : Khalef et Ziwotko
MPO : Drid, Benarmas, Benouakli, Ouanes, Belabbès, Cherif El Ouazzani (Chlaoua 80’), Mecheri, Sebbah, Benmimoune, Benyoucef, Meziane (Merzoud 78’)
Entraîneurs : Kechra et Potkorytow

Les Kabyles plus réalistes
Pour cette grande affiche entre la JET et le MPO considérée comme une finale avant la lettre, l’enjeu de la rencontre a pesé sur la qualité de la production. Le résultat technique du match a reflété parfaitement la physionomie du match, puisque la partie était très serrée entre deux formations qui méritaient bien d’arriver à ce stade de la compétition. Les poulains de Khalef Mahieddine étaient les premiers à ouvrir les hostilités à la 7’ grâce à un mémorable but de Haffaf qui, d’une puissante frappe des 40 mètres, surprend l’international Drid qui était le meilleur portier du championnat. Surpris sans aucun doute par le tir du défenseur kabyle, Drid a mal apprécié la trajectoire de la balle, concédant ainsi le premier but de la rencontre dont les supporters de la JET se souviennent toujours. La joie des Jetistes était de très courte durée puisque quatre minutes plus tard, et sur un centre de Benmimoun, Amar dévie le cuir dans les pieds de Meziane qui ne s’est pas fait prier pour niveler la marque. Après ce quart d’heure de jeu mouvementé, promettant à la fois, on assistera à une légère domination de la JET, sans que les coéquipiers de Fergani ne puissent concrétiser les occasions qu’ils se sont créées, notamment aux 29’ et 30’. Après la pause, la partie bascule. A la 48’, Fergani exécute de bonne manière un corner, Menad reprend le cuir d’une tête victorieuse et redonne l’avantage à la JET. Dès lors, la pression sera oranaise, mais sans pour autant inquiéter leur adversaire, malgré toutes leur tentatives d’égaliser et avoir le droit de disputer les prolongations. La JET, pour sa part, était résolue à gérer son maigre avantage. Sur l’ensemble de la partie, la bande à Khalef méritait amplement de décrocher son billet de la qualification à la finale, même si de l’autre côté, le MPO n’a pas démérité. La JET a donc préservé son acquis jusqu’à l’ultime minute du jeu, car tout lui réussissait cette saison.
-----------------------------------------------------

Ils ont déclaré après le match
Khalef : «C’est un résultat qui nous satisfait»

«C’est un résultat qui nous satisfait. La partie fut d’un niveau moyen parce qu’il y avait l’enjeu. Aussi, les deux équipes se connaissent bien. Mes joueurs ont eu en fin de partie un mauvais réflexe, celui de défendre leur acquis. Il faut se féliciter de la sportivité qui a régné et je trouve que l’arbitrage a été bon et qu’il a su diriger la partie.» Concernant la réclamation déposée par la JET, Mahieddine Khalef a précisé : «Notre réclamation visait la décision du changement. On ne prend pas une décision pour la changer quelques jours après. Ceci dit, c’est avec plaisir que nous sommes venus jouer à Constantine», a déclaré Khalef sur les colonnes d’El Moudjahid.

Kechra : «Nous avons encaissé les deux buts sur des erreurs défensives»
«Les deux buts ont été marqués sur des erreurs défensives. Notre équipe a montré son vrai visage après le second but», avait déclaré Kechra à l’issue de l’élimination de son équipe. Allusion faite sans aucun doute à la production de ses joueurs qui couraient derrière le score durant toute la seconde période de jeu, puisque la JET a inscrit le second but à la 48’.

Kouras (arbitre de la rencontre) : «Les joueurs ont tenté de m’influencer»
«La FAF nous interdit de faire des déclarations. Les joueurs ont tenté de m’influencer, mais tout le monde a vu qu’il n’y avait pas de fautes à siffler», dira le directeur du jeu.
-----------------------------------------------------

Polémique autour de la domiciliation de la demi-finale
Avant cette demi-finale qui a opposé la JET au MPO au stade du 17- Juin connu aujourd’hui sous l’appellation Chahid Hamlaoui, une vive polémique s’est enclenchée au sujet de la domiciliation de la rencontre. En effet, cette confrontation devait être programmée au stade du 5-Juillet, mais le Mouloudia des Pétroliers d’Oran avait contesté cette désignation du fait que le lieu de la rencontre ne se situe pas à mi-distance entre la ville d’Oran et celle de Tizi Ouzou. Finalement, la FAF a décidé de transférer la rencontre à l’Est du pays, où elle s’est jouée à la ville de Constantine au stade du 17- Juin, qui était doté d’une pelouse synthétique. C’est donc l’autre demi-finale entre le WKF Collo et l’USMB qui s’est jouée au stade du 5-Juillet et qui s’est soldée sur le score de 4 buts à 2 en faveur des Colliotes qui avaient disputé l’unique finale de Coupe d’Algérie de leur histoire, où les coéquipiers de Baghloul se sont inclinés sur le score d’un but à zéro face à la JET.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

Drid : «J’ai commis une erreur d’appréciation sur le tir de Haffaf et j’avais une paire de gants de mauvaise qualité»

Le MCO affrontera la JSK dans le cadre des demi-finales de la Coupe d’Algérie. Est-ce que vous vous souvenez de cette rencontre qui les a opposés en 1986 et à laquelle vous avez pris part ?
Les rencontres entre la JSK et le MCO ont toujours été palpitantes que cela soit en championnat ou en Coupe d’Algérie. Car les deux équipes pratiquaient du beau football et renfermaient dans leur composante de bons joueurs. Je me souviens de cette rencontre qui s’est déroulée à Constantine et que nous avons, malheureusement, perdue sur le score de deux buts à un. Elle était très disputée et nous avons lutté pour revenir au score jusqu'à l’ultime minute de jeu. Ce match était en réalité une finale, car le vainqueur était archi favori pour gagner la Coupe d’Algérie, ce qui s’est réellement produit.

Cette finale a été marquée par un but de Haffaf qui vous a trompé d’une distance lointaine, bien que vous soyez à l’époque le meilleur portier du championnat…
Je ne devais en aucun cas jouer ce match car j’étais grippé. C’est le défunt Kacem Limam, que Dieu ait son âme, qui a insisté pour que je prenne part à cette demi-finale même si je ne m’étais pas entraîné durant la semaine. Donc, je n’étais pas prêt à jouer ce match. Sur l’action du but, ce n’est pas la puissance du tir qui m’a trompé. J’ai juste commis une faute d’appréciation et la balle m’a glissé entre les mains, car j’avais une paire de gants de mauvaise qualité. Je me souviens que nous avons réussi à niveler la marque quelques minutes plus tard, avant de prendre un autre but en début de la seconde mi-temps. C’était une rencontre très disputée et le suspense a duré jusqu’au bout.

Le MCO affrontera la JSK une nouvelle fois en demi-finale de la Coupe d’Algérie. Quelles sont les chances des deux équipes pour aller en finale, bien que la JSK ait l’avantage du terrain ?
Même si la rencontre se jouera à Tizi Ouzou, je pense que les deux équipes partent à chances égales. Il y a beaucoup de paramètres qui entrent en jeu, comme la concentration et la détermination des joueurs. Ce genre de rencontre se jouera sur de petits détails.

Quel est votre pronostic ?
Je pense que la rencontre sera très serrée entre les deux formations qui se départageront lors de la série des tirs au but.

Le MCO possède un gardien qui s’est souvent illustré lors de la série des tirs au but. Peut-on dire que les Oranais l’emporteront dans ce cas ?
Fellah est un bon gardien et il pourra qualifier le MCO aux penalties. Mais le facteur chance reste aussi déterminant dans la série des tirs au but. Pour moi, c’est le plus méritant qui ira en finale et cette année nous avons la chance d’avoir quatre bonnes formations dans le dernier carré, à savoir le MCO, la JSK, l’ESS et l’USMH. Ce qui nous permettra d’assister à une finale de qualité. Les quatre formations que je viens de citer pratiquent un beau football

Le buteur (18/04/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Lun 18 Avr - 12:31

Mourad Karouf et Mourad Meziane

La formation du Djurdjura et son homologue d’Oran n’ont pas animé une demi-finale de la coupe d’Algérie entre elles depuis 1992. Tout le monde se souvient de cette rencontre, voire de cette saison qui a vu la consécration de la JSK en coupe d’Algérie et du MCO en championnat. Deux ex- joueurs, l’un de la JSK et l’autre du MCO, racontent cette demi-finale explosive qui s’est déroulée à Médéa et qui a vu la victoire de la JSK. Ces deux ex-joueurs internationaux racontent ce match pour cette nouvelle génération, comme ils parlent aussi du match de ce soir qui sera à leurs yeux explosif. Karouf comme Meziane, chacun d’eux souhaite la qualification pour son ancienne équipe.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

Karouf : «Faites comme nous en 1992»

La dernière demi-finale animée par la JSK et le MCO s’est déroulée à Médéa en 1992. Le dernier mot est revenu aux Kabyles qui ont remporté d’ailleurs le trophée alors que l’équipe du MCO a remporté le titre de champion d’Algérie. Mourad Karouf se souvient très bien de ce match, lui qui a été sélectionné en EN au lendemain de cette rencontre. Karouf parle de cette rencontre de 1992 comme il aborde le sujet de la rencontre de ce soir. Entretien.

- Avant de remporter la coupe d’Algérie de 1992 devant l’ASO, vous aviez joué quelle équipe en demi-finales ?
- (Rires). J’ai une bonne mémoire. On a joué le MCO à Médéa. Je me souviens bien de cette rencontre. C’était un match explosif. On a réussi à éliminer une grande équipe du MCO qui renfermait à l’époque en son sein des joueurs de grande valeur, tels que Meziane Mourad, Belatoui, Acimi, Chérif El-Ouazani et les autres.

- Sur le plan personnel, vous aviez joué comme titulaire cette rencontre ?
- Oui. J’ai réalisé un grand match et je me souviens bien, au lendemain de cette rencontre, j’ai reçu ma premiere convocation en équipe nationale. D’ailleurs, pour cette raison, je n’oublierai jamais ce match.

- Une fois vous aviez éliminé le MCO, vous aviez songé directement à la coupe, non ?
- Non, jamais, on était aux anges après notre qualification à la finale. Cependant, on n’a pas pensé à la victoire finale, car en face, il y avait l’ASO qui avait réalisé une bonne saison et qui renfermait aussi de très bons joueurs.

- Cette rencontre s’est jouée sur quel détail et comment vous aviez réussi à éliminer le MCO ?
- On a bien préparé cette rencontre. Et puis, lors de cette saison, on a réalisé un parcours décevant en championnat, on était obligés donc de se racheter en coupe d’Algérie. La volonté des joueurs était derrière notre qualification à la finale.

- Une semaine après, le MCO a réussi à vous battre à Tizi Ouzou en championnat et de remporter le titre de champion d’Algérie…
- J’ai bien compris la chanson. Vous faites allusions à ces rumeurs de l’époque. Comme quoi on avait donné le match au MCO en championnat et vice-versa. C’est du n’importe quoi.

- Le match de ce soir se déroulera à Tizi Ouzou, un avantage pour la JSK, non ?
- Exactement. Les joueurs seront appelés à faire le jeu et se qualifier à la finale, car ils joueront sur leur terrain et devant leurs supporters, contrairement à nous qui nous avions joué à Médéa. Et puis, la saison dernière, la JSK a été éliminée à ce stade de la compétition à Batna. Cette saison, les joueurs ne doivent pas donc rater cette occasion pour passer en finale.

- Selon vous, le match se jouera sur quel détail ?
- La rencontre sera très serrée. Le MCO cette saison m’a impressionné aussi. Chérif El-Ouazani a réalisé un grand travail. On est très content pour lui, il est de notre génération. Pour moi, le MCO est la deuxième meilleure équipe de notre championnat cette saison après l’ASO. Pour revenir à votre question, je dirais que celui qui réussira à marquer en premier passera en finale.

- Pour terminer, quels sont les conseils que vous donnerez aux joueurs de la JSK ?
- Dans ce genre de rencontre, les joueurs n’ont pas besoin de conseils. La JSK n’a pas remporté la coupe d’Algérie depuis 1994. Cette saison, les gars ont une bonne occasion devant eux pour se qualifier à la finale d’abord avant de penser à la coupe. Je leur dirais, faites comme nous, comme en 1992.

<><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><><>

Meziane : «J’ai le pressentiment qu’on va battre la JSK cette fois»

A l’évocation des matches de coupe opposant le MCO et la JSK, on n’oublie jamais de parler des buts de Meziane. Plusieurs années après, l’intéressé revient sur notamment la demi-finale jouée en 1992 à Médéa et donne quelques conseils aux actuels joueurs avant le match de ce soir.

- Quand on revient sur les oppositions entre le MCO et la JSK, on se rappelle surtout de vos… buts…
- Effectivement, pendant ma longue carrière de joueur, la JSK était un club qui me réussissait beaucoup. D’ailleurs, quand j’ai débuté en seniors sous la férule de Mecheri Abdellah durant la deuxième phase de la saison 1983/84, c’était moi qui avais marqué le but de la qualification à la finale de la coupe qu’on a gagnée à l’été 1984 à Batna (MCO- JSK 1/0 à Constantine), un but qui m’a fait découvrir au grand public.

- Une réussite que vous n’avez pas eue en 1992 à Médéa, comment expliquez-vous cette élimination ?
- On était les favoris avant le déroulement du match, en plus on avait bénéficié, je me rappelle, du soutien des supporters de Médéa. Hélas, alors qu’on s’était créé plusieurs occasions nettes, il avait suffi d’une à la JSK pour la transformer. Après la rencontre, notre déception était énorme, car, potentiellement, on avait une équipe qui pouvait tout gagner.

- Justement, ce que vous aviez fait une semaine après en battant la JSK à Tizi même, toutefois après ce match, on a prétendu qu’il y avait eu un arrangement entre les deux clubs, le MCO cédant le match de coupe aux Kabyles et ces derniers celui du championnat ?
- Ce n’était que des rumeurs de la rue, sincèrement, pendant les longues années que j’ai passées au MCO, on n’a jamais combiné un match. Pour revenir à cette victoire à Tizi- Ouzou, une semaine après la confrontation en coupe à Médéa, je dirais qu’après avoir perdu cet objectif, on s’est consacrés à fond sur le championnat et pour augmenter nos chances de sacre, il fallait ramener un résultat de là-bas, ce qu’on a fait en marquant deux buts, le premier c’est moi qui l’avais inscrit, le second a été l’œuvre de Bachir Mecheri. A la fin de la saison, on a été sacrés champions d’Algérie.

- Et pour la demi-finale de ce lundi, que vous recommanderez aux joueurs actuels ?
- A priori, notre équipe s’exprime mieux à l’extérieur cette saison, comme en témoigne son parcours en coupe, mais arriver en demi-finales les quatre équipes partent, à mon avis, à chances égales L’espoir de passer est grand pour notre équipe surtout que j’ai constaté que nos joueurs jouent sans complexe à l’extérieur. Ce que je leur recommande est de rester calmes et sereins jusqu’à la fin du match. En outre, l’entraîneur doit baser son discours sur l’aspect psychologique.

- Votre pronostic, alors ?
- J’ai le pressentiment que notre équipe va se qualifier à la finale, car le parcours qu’elle a fait est généralement celui d’une équipe qui triomphera à la fin. Si l’entraîneur arrive à trouver les mots adéquats pour motiver les joueurs, car ces derniers ont le talent pour battre la JSK sur son terrain même.

- Une dernière question, récemment le président Tayeb Mehiaoui vous a proposé de venir travailler avec lui, quelle a été votre réponse ?
- Après mûre réflexion, j’ai décidé de décliner cette proposition, Mehiaoui m’a rappelé au téléphone et je lui ai dit que ça ne m’intéressait pas de revenir au MCO, du moins pour le moment.

Compétition (18/04/2011)


rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Lun 18 Avr - 12:32

C'était un quart de finale et non une demi-finale.....
Compétition devra se documenter un peu plus sur l'histoire de la JSK

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Mar 3 Mai - 10:18

Finale de la Coupe d’Algérie 86 : JSK 1 - E Collo 0 :Larbès : «Sur ce coup-là, c’est moi qui était l’architecte !»

Alors qu’on se dirigeait vers les tirs au but, ce sont les anciens de l’équipe, Ali Fergani et vous, qui ont débloqué la situation. Etait-ce le fruit de l’expérience, de la patience ou bien du hasard ?
C’était plutôt le fruit de l’expérience. Lorsque j’avais intercepté le ballon sur mon côté gauche, j’ai jeté un rapide coup d’œil au tableau d’affichage et j’ai vu qu’on jouait la 119’. Je savais que si je tentais un dribble ou un crochet et que je perdais le ballon, l’arbitre pouvait siffler la fin du match quelques instants plus tard. Alors, pour forcer la décision, j’ai fait le pari de centrer instantanément vers Fergani, que j’ai vu en bonne position à l’entrée de la surface de réparation. Sur ce coup-là, c’est moi qui était l’architecte et non pas lui (rire) !*

Redoutiez-vous la séance des tirs au but ?
Pas vraiment, car nos joueurs étaient plus expérimentés que ceux de Collo, mais sait-on jamais ? Je voulais éviter les coups de dés et c’est pour ça que j’ai tenté le coup en centrant sur Fergani. Quand on est fatigué et nerveux, même quand on a une grande expérience, on peut rater des tirs au but.

Vous attendiez-vous à une telle résistance du WKFC ?
Franchement, oui car nous savions que toute équipe serait motivée dans une finale, a fortiori, lorsqu’elle joue contre nous. Il nous fallait éviter de tomber dans le piège de la facilité. Nous avons eu beau tenter, ça ne rentrait pas face à une équipe très bien organisée autour d’un très bon gardien de but.

Vous aviez comme vis-à-vis le jeune Sedrati. Vous a-t-il gêné avec son petit gabarit et sa volonté de bien faire ?
C’est vrai qu’il était très motivé, mais son inexpérience lui a joué des tours. En toute modestie, je l’ai maîtrisé sans mal, à l’expérience. En fait, ce n’est pas offensivement que Collo nous avait posé des problèmes, plutôt par sa solidité défensive.

Cette finale-là était-elle le match le plus dur de votre parcours en Coupe d’Algérie cette saison-là ?
Je pense que c’était plutôt la demi-finale face au MC Oran qui a été la plus dure. Ce match avait été domicilié à Constantine et le public local avait pris fait et cause pour le MCO. L’ambiance était hostile, mais nous avons pu l’emporter quand même grâce à notre talent et notre expérience. Sur le chemin du retour vers Tizi Ouzou, je ne vous dis pas «l’accueil» qu’on nous réservait dans les agglomérations que nous traversions ! Alors, pour ce qui est de nos supporters, n’en parlons pas !

Entre la Coupe d’Algérie remportée en 1977 et celle de 1986, laquelle préférez-vous ?
Celle de 1977 parce que c’est la première, donc la plus belle. Certes, celle de 1986 était la consécration d’une saison que nous avions largement dominée, mais même en 1977, nous avions remporté le doublé.

A présent que vous êtes à la retraite, gardez-vous toujours la même flamme pour la JSK ?
Bien sûr ! C’est mon club de toujours et je continue à vibrer pour ses exploits comme si j’en étais encore un joueur. J’avais l’intention d’assister à la finale au stade du 5-Juillet. D’ailleurs, j’ai été même invité, en tant qu’ancien joueur, à dîner avec les joueurs. Malheureusement, nous avons eu un décès dans la famille et je n’ai pu voir qu’une partie de la rencontre à la télévision. Cela dit, je suis très heureux de la victoire.

Vous avez été arrière droit et arrière gauche à la JSK. Pouvez-vous, à ce titre, nous donner votre appréciation sur le rendement de Remache et Nessakh ?
Ce sont des jeunes d’avenir. Je souhaiterais juste qu’ils prennent plus de risques offensifs. Lorsque les buteurs habituels de l’équipe sont soumis à un marquage, la solution doit venir de derrière. C’est ce qui s’est passé lors de la finale de 1986 : les défenseurs de Collo exerçaient un marquage sur Bouiche, Menad et Bahbouh et c’est de Fergani et moi qu’est venue la solution. Les latéraux doivent se montrer plus entreprenants devant car ils peuvent parfois débloquer un match.

LE buteur (03/05/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Mar 3 Mai - 10:20

Finale de la Coupe d’Algérie 77 : JSK 2 - NAHD 1 : Makri : «Le but de Larbès était encore plus beau»

Depuis que vous avez quitté la JSK en 82, vous vous êtes complètement éclipsé. Pourquoi ?
Je suis loin puisque je vis et je travaille à Paris, mais cela ne m’empêche pas d’être au courant de tout ce qui touche la JSK et le football algérien en particulier. D’ailleurs, à chaque fois que je passe mes vacances en Algérie, je passe plus de temps au stade du 1er-Novembre et dans les bureaux du club que chez moi.

Vous avez quitté la JSK un peu sur la pointe des pieds. Vous rappelez-vous encore de votre départ ?
Oui, c’était vers 82-83. J’ai été blessé face à El Asnam en recevant un coup en plein visage. J’ai dû me faire opérer pour ensuite rester inactif pendant six mois. Et c’est comme ça que j’ai décidé d’arrêter le football.

Vous aviez encore la possibilité de jouer dans d’autres clubs, mais vous ne l’avez pas fait. Peut-on en connaître les raisons ?
Je vais peut-être vous surprendre, mais je ne me voyais pas porter un maillot autre que celui de la JSK. Je n’ai rien contre les autres équipes, mais la JSK c’est ma famille. J’ai commencé en minimes à la JSK et j’ai pris ma retraite à la JSK et je ne regrette rien. C’était d’ailleurs le cas de beaucoup de joueurs de notre époque. Il est rare qu’un joueur change de club durant sa carrière.

Vous avez sans doute suivi la finale JSK-USMH à la télé…
Naturellement. J’avoue que j’étais très tendu durant tout le match. Heureusement que la JSK a gagné et que les choses se soient bien déroulées sur et en dehors du stade.

A quel moment, l’émotion était à son comble ?
A l’entrée des deux équipes sur le terrain. Voir le 5-Juillet plein et cette ambiance de fête qui caractérise les finales de Coupe d’Algérie m’a ému. J’ai vu défiler les images de la finale de 77 et j’ai eu la chair de poule.

En pensant justement à cette finale de 77, qu’est-ce qui vous revient à l’esprit ?
Le plaisir de jouer une finale de Coupe d’Algérie et le coup de sifflet final de l’arbitre. On venait de remporter la première Coupe d’Algérie et le premier doublé dans l’histoire de la JSK et ça, on ne peut pas l’oublier de sitôt.

Vous n’avez pas parlé de votre but, c’est étonnant non ?
Je n’ai pas parlé de mon but parce qu’à mes yeux, le plus important c’était la coupe. Et puis, je trouve le but de Larbès plus beau que le mien. Moi, j’ai juste eu la chance de marquer le but victorieux après un mauvais dégagement de la défense du NAHD.

Et l’ambiance dans les gradins ?
Je vais vous dire la vérité : une fois que l’arbitre a donné le coup d’envoi de la rencontre, je n’entendais et ne voyais plus rien. J’étais à 100% concentré sur le match. C’est au moment de la remise de la coupe et surtout lorsque j’ai revu le match à la télé que je me suis rendu compte de l’ambiance extraordinaire que nos supporters ont créée dans les gradins. C’est inoubliable !

Avez-vous appelé les dirigeants pour les féliciter ?
J’ai essayé d’appeler Hannachi, mais son portable était constamment éteint. J’imagine qu’il était occupé à faire la fête avec les joueurs et c’est tout à fait compréhensible. Je me suis contenté de lui envoyer un sms pour féliciter l’équipe en espérant le lui dire de vive voix lorsque les choses se seront calmées.

Lorsque vous avez remporté le doublé en 77, pensiez-vous que la JSK allait atteindre le chiffre de 25 titres majeurs aujourd’hui ?
Dire que j’en étais persuadé serait prétentieux de part, mais je peux vous dire aujourd’hui que la JSK était bien partie pour dominer le football algérien. On avait non seulement de bons joueurs et des supporters en or, mais aussi une équipe dirigeante dévouée avec à sa tête feu Abdelkader Khalef qui a effectué un grand travail et posé les premières structures du club.

Beaucoup pensent que s’il y avait autant d’argent à votre époque comme il y en a aujourd’hui, vous auriez fait des merveilles ?
Je suis de ceux qui pensent qu’il n’y a pas que l’argent dans la vie. Le football nous a donné d’autres choses plus précieuses comme la connaissance des hommes. Il n’y a pas longtemps, j’ai rencontré Bachi qui est venu jouer un tournoi à Paris et on s’est remémorés un truc extraordinaire.

Peut-on savoir lequel ?
J’étais étudiant à Ben Aknoun où je préparais un ingéniorat en statistiques. Durant la période des examens, Mokrane Baïlèche, qui faisait chirurgie dentaire à Alger aussi et moi devions rester à Alger. Et savez-vous avec qui on s’entraînait ? Avec le Mouloudia d’Alger alors que les matchs JSK-MCA étaient les plus intenses du championnat. Il nous arrivait de nous entraîner durant toute la semaine avec le Mouloudia pour ensuite les affronter le dimanche en championnat sans que cela n’entame l’amitié qui nous liait Baïlèche et moi avec les joueurs mouloudéens.

LE buteur (03/05/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Mar 3 Mai - 10:22

Finale de la Coupe d’Algérie 94 : JSK 1 - ASAM 0 : Hadj : «Ce but était mon plus beau»

En tant qu’attaquant, comment avez-vous vécu la finale de 1994 contre l’AS Aïn M’lila, qui avait failli se décider aux tirs au but ?
C’était dur ! En fait, ce n’était pas parce que notre équipe était faible, mais plutôt parce que l’ASAM était solide en défense. Cette année-là, nous avions une équipe qui carburait fort. Nous avions raté le championnat de très peu à cause d’une histoire de goal-average particulier et cela nous avait énormément déçus, mais nous étions décidés à nous rattraper en Coupe d’Algérie. Il fallait que nous remportions ce trophée car nous le méritions et nous étions très motivés au coup d’envoi.

Qu’est-ce qui a fait alors que vous n’ayez marqué qu’à la fin des prolongations ?
Aïn M’lila a évolué avec un schéma de jeu ultra-défensif. Déjà, c’est grâce à un tel schéma qu’ils avaient passé le cap des demi-finales et ils ont reconduit la même recette contre nous. A certains moments, on se retrouvait devant trois rideaux défensifs. C’était une muraille très difficile à percer, en dépit de nos multiples tentatives.

Au fil des minutes, avez-vous été saisi par le doute ?
Quand un attaquant voit que toutes les tentatives n’aboutissent pas, qu’il y a toujours une parade, un poteau, un pied ou une jambe pour repousser les tirs, que ça ne perce pas, il commence effectivement à se poser des questions et à douter. Il faut voir toutes les occasions que nous avons obtenues ! De plus, comme pour compliquer les choses, il y avait un vent fort qui gâchait la circulation du ballon. On dirait un mistral venu de Marseille (rire) !

Finalement, la délivrance est venue de vous, sur un service de Faouzi Moussouni qui, en vérité, était en position de hors-jeu…
Certes, cela peut se voir à tête reposée, sur les images de la télévision, mais l’arbitre n’a peut-être pas pu avoir une bonne appréciation compte tenu de la vitesse de l’action. Cela dit, compte tenu des occasions que nous nous sommes procurés, la victoire était méritée, avec tous mes respects pour l’équipe de l’ASAM qui s’est très bien défendue.

Après avoir inscrit le but, vous vous êtes dirigé vers la main courante et le reporter de la Chaîne III, Maâmar Djebbour, avait pénétré sur le terrain et vous avait tenu le microphone. Vous aviez alors déclaré en direct : «C’est mon plus beau but !» Le pensiez-vous sincèrement ou bien était-ce seulement l’effet de la délivrance ?
Techniquement, ce n’était pas le plus beau but que j’ai inscrit dans ma carrière, mais vu son importance, il était le plus beau à mes yeux. Déjà, c’était la première fois que je marquais en finale de Coupe d’Algérie. De plus, mon but était synonyme de victoire, après près de 120 minutes d’attente et de tentatives. Il y a des buts qui paraissent simples et banals, mais qui procurent une joie particulière. Ce but-là en fait partie et c’est pour ça que lorsque j’avais déclaré que c’était mon plus beau but, je le pensais vraiment.

Vous avez remporté 6 Coupes d’Algérie, ce qui fait de vous l’un des spécialistes en la matière. Pensez-vous que ce trophée a plus de charme que le titre de champion ?
Incontestablement, oui. La Coupe d’Algérie est une épreuve populaire qui fait parler dans la rue. Certes, le championnat procure le titre de champion et récompense une régularité sur 30 matchs sur toute une saison, mais ça n’a pas la même saveur que remporter la Coupe d’Algérie. Bien sûr, mon meilleur souvenir en Coupe d’Algérie reste la première que j’ai remportée en 1988 avec l’USMA car j’étais jeune, mais tous les trophées que j’ai gagnés m’ont procuré un bonheur spécial. J’aurais voulu être sur le terrain dimanche passé car, la coupe, on ne s’en lasse jamais.

Parce que la Coupe d’Algérie est un trophée palpable, qu’on peut toucher ?
C’est certainement à cause de cela. La coupe, c’est quelque chose de concret, de surcroît remis par le président de la République et c’est suivi par un défilé et des festivités. Quand on gagne le championnat, il n’y a pas tout ça, bien qu’être champion rapporte plus de prestige.

Le buteur (03/05/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Mar 3 Mai - 10:25

Finale de la Coupe d’Algérie 92 : JSK 1 - ASO 0 : Hakim Amaouche : «Nous sommes fiers de vous !»

La JSK vient de remporter sa 5e Coupe d’Algérie ; un commentaire ?
Comme tous les gens qui portent la JSK dans leur cœur et en tant qu’ancien joueur, je suis encore plus content que la JSK ait remporté cette coupe après 17 années de disette. N’oubliez pas que j’ai passé une partie de ma vie dans ce club qui est le symbole et le porte-drapeau de toute la Kabylie. Cette coupe qu’on vient de rempoter va apporter beaucoup de joie à la Kabylie. Nous sommes fiers de cette consécration
Vous, qui avez été le buteur en finale de la Coupe d’Algérie 92, en voyant Hamiti ouvrir la marque, quelle a été votre réaction ?
C’était de la joie, mais cela ma fait replonger 17 ans en arrière en me remémorant mon but que j’ai marqué face à Chlef. Ce but restera toujours gravé dans ma mémoire. On ne peut pas oublier ces moments-là et ses émotions. Même si ce n’est pas dans les mêmes circonstances. L’image de Boudiaf est toujours devant moi, me remettant la coupe.
Je veux vous faire une confidence …

Allez y …
Juste après ce but marqué par Hamiti, je savais qu’on allait remporter cette coupe . A 99%, je souhaitais que le match se termine sur ce score de 1 but à 0 pour que Hamiti entre dans l’Histoire de la JSK. Maintenant, nous sommes cinq à en faire partie : Makri en 77, Fergani en 86, moi en 92, Hadj Adlène en 94 et maintenant Hamiti en 2011.

Pourtant, la JSK avait vécu cette saison-là des problèmes internes…
Effectivement, il y avait quelques problèmes au niveau des dirigeants, mais pas entre les joueurs. Certains soi-disant opposants ont tenté de déstabiliser l’équipe, mais nous les joueurs, on s’était démarqués. On a fait un parcours en dessous de nos espérances, on s’était classés je crois 13es ; même si on avait un effectif riche avec Karouf, Abdeslem, Saïb, Hadj Adlène, Moussouni. Mais on a pu sauver notre saison par cette coupe qu’on a remportée face à l’ASO (1 -0) .

Rappelez-nous votre parcours en Coupe d’Algérie cette année-là ?
Ça a été difficile, même si on avait rencontré des petits clubs qui nous ont à chaque fois posé des problèmes. Chaque équipe que l’on rencontre se donne à fond puisque c’est la JSK on était l’équipe à battre. Je me souviens de cette demi-finale face au NAHD de Dziri. C’était une finale avant la lettre et on s’est qualifiés en finale aux tirs au but. C’était un match de haut niveau, très disputé de part et d’autre.

Quelle analyse faite-vous du parcours de la JSK en championnat cette saison ?
La JSK est en train de réaliser un bon parcours depuis l’arrivée de Belhout à la barre technique. Ce dernier a su redresser la barre. En se repositionnant à la 4e place et en remportant la Coupe d’Algérie, c’est donc un bon parcours. Moi, je préfère gagner la Coupe d’Algérie plutôt que le championnat, car la coupe a une saveur bien particulière.

Qu’avez-vous à dire sur la prestation de Liès Saïdi, ce diable rouge de Sidi-Aïch ?
Je suis content pour lui qui vient de remporter sa première Coupe d’Algérie. Je lui souhaite de remporter d’autres titres. Lui et El Orfi ont su comment stabiliser le milieu du terrain et bloquer toutes les actions des Harrachis. Ils ont fourni un bon match et ont suivi les consignes du coach à la lettre.

Le buteur (03/05/2011)

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par adsm le Mar 3 Mai - 21:50

Le but de Hakim Amaouche..............le plus beau but de la JSK.............en Finale de coupe d'Algerie....................sous l’ère BARIS, que beaucoup de Muhuchstes incombe à la présidence de IBOUD.....

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Lun 30 Avr - 15:44


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Lun 30 Avr - 15:50

idir321 a écrit:

Un émouvant souvenir s4 s7

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par rachid_as le Lun 4 Juin - 11:02

IL A DÉDICACÉ SON LIVRE EN PRÉSENCE D’UNE FOULE NOMBREUSE À TIZI OUZOU
Quand Rafaï ressuscite l’histoire de la JS Kabylie


C’est en présence de nombreux dirigeants et footballeurs de la JS Kabylie, toutes générations confondues, que Mustapha Rafaï, l’ancien footballeur international de la JSK des années 1960, a dédicacé, samedi dernier, à la librairie Multilivres Cheikh-Omar de Tizi Ouzou, son livre intitulé La Jeunesse sportive de Kabylie : itinéraire de la création à la réforme sportive, une vente-dédicace qui, à l’occasion, aura attiré une foule nombreuse venue témoigner toute sa sympathie à ce footballeur exemplaire que fut Mustapha Rafaï, mais aussi s’approprier un ouvrage de qualité qui vient ressusciter l’histoire fabuleuse du club kabyle depuis sa création en 1946 jusqu’à l’avènement de la réforme sportive de 1977.

Liberté (04/06/2012)

===============================

Finalement, il n'a rien apporté de nouveau.
Ce livre existe déjà. Il s'agit juste d'une révision Evil or Very Mad

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Lun 4 Juin - 12:02

rachid_as a écrit:IL A DÉDICACÉ SON LIVRE EN PRÉSENCE D’UNE FOULE NOMBREUSE À TIZI OUZOU
Quand Rafaï ressuscite l’histoire de la JS Kabylie


C’est en présence de nombreux dirigeants et footballeurs de la JS Kabylie, toutes générations confondues, que Mustapha Rafaï, l’ancien footballeur international de la JSK des années 1960, a dédicacé, samedi dernier, à la librairie Multilivres Cheikh-Omar de Tizi Ouzou, son livre intitulé La Jeunesse sportive de Kabylie : itinéraire de la création à la réforme sportive, une vente-dédicace qui, à l’occasion, aura attiré une foule nombreuse venue témoigner toute sa sympathie à ce footballeur exemplaire que fut Mustapha Rafaï, mais aussi s’approprier un ouvrage de qualité qui vient ressusciter l’histoire fabuleuse du club kabyle depuis sa création en 1946 jusqu’à l’avènement de la réforme sportive de 1977.

Liberté (04/06/2012)

===============================

Finalement, il n'a rien apporté de nouveau.
Ce livre existe déjà. Il s'agit juste d'une révision Evil or Very Mad

exactement ... d'ailleurs on attend toujours la version 1977-1986

_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Lun 11 Juin - 12:12


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par idir321 le Jeu 27 Sep - 15:23


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'histoire de la JSKabylie

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum