Mouloud IBOUD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Mar 30 Avr - 9:22

ADDAL PLUS SPORT AVEC MOULOUD IBOUD SUR BERBÈRE TÉLÉVISION 29 AVRIL 2013


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Mar 30 Avr - 9:29

Iboud : «Hannachi, honte à vous de traîner un enfant de la JSK devant les tribunaux !»

L’ancien président de la JSK, Mouloud Iboud, est intervenu hier soir sur la chaîne de télévision Berbère TV où il est revenu sur le différend qui existe entre lui et l’actuel président de la SSPA-JSK, Moh Cherif Hannachi, qui a déposé plainte contre Iboud pour diffamation concernant l’affaire du match USC-JSK de la saison 93. A ce propos, Iboud dira : «Le président actuel de la JSK a déposé plainte contre moi pour avoir dit la vérité. Je dois lui dire : ‘‘Honte à vous Hannachi, de traduire un enfant du club qui a servi la JSK en tant que joueur, entraîneur puis président devant les tribunaux’’», dit-il amèrement, avant de rappeler la genèse dudit différend.

«C’est parce que j’ai fait des révélations à propos du match USC- JSK de 93 !»
Expliquant les raisons de cette plainte déposée par Hannachi, Iboud relate les faits : «Lorsque j’étais président de la JSK en 93, l’actuel président du club a retiré deux joueurs de mon effectif qu’il a pris avec lui à la JSBM pour me priver du championnat. Il a usé de toutes les pratiques pour m’empêcher de travailler. Lors du match aller face au CSC de la même année, des étudiants de Chaouia à Tizi sont venus nous voir pour nous demander d’organiser un match de gala entre les anciens joueurs des deux clubs pour faire la fête. C’est ce qui est arrivé, le jour du match, on a pris en charge leur délégation à l’hôtel Mizrana et le président Yahi a été satisfait. Ce dernier m’a clairement dit qu’au match retour, si la JSK avait besoin des points pour remporter le championnat, on pouvait les considérer acquis, j’ai même des témoins qui ont assisté à cette rencontre. Au match retour, on s’est déplacés à Chaouia pour jouer le titre. Curieusement, Hannachi était présent alors que durant toute l’année, il suivait les matches de la JSBM. A notre arrivée à Oum El Bouagui, aucun signe du président Yahi, il s’est éclipsé complètement et c’est ce qui m’a amené à émettre des doutes quant à un arrangement de la rencontre et à dire ce que j’avais dit par le passé.»

«Le conflit entre lui et moi date de plus de 35 ans, à cause du brassard de capitaine d’équipe»
Pour expliquer le début du conflit qui existe entre eux, Iboud dira : «Le conflit qui existe entre nous ne date pas d’aujourd’hui, il remonte à 35 ans en arrière, à cause du brassard de capitaine. L’actuel président a de la haine contre ma personne, car j’étais capitaine et que j’avais brandi les premiers trophées remportés par la JSK. Quel mal ai-je fait d’être capitaine et d’avoir brandi le premier les trophées ?», poursuit-il.

«Je suis un fils de Chahid, je dirai toujours la vérité, je n’ai peur de personne !»
Toujours lors de son intervention, Iboud dira qu’il ne se taira jamais et continuera à critiquer la gestion de la JSK en déclarant : «Moi, je suis un fils de Chahid, je dirai toujours la vérité, je n’ai peur de personne. La JSK est notre club, nous avons entièrement le droit de critiquer la gestion actuelle, personne ne pourra m’en empêcher !»

«Sandjak n’a qu’à assumer son limogeage»
A propos du limogeage de Sandjak, Iboud livre son point de vue : «J’ai toujours critiqué la valse des entraîneurs à la JSK. Ce n’est pas nouveau. A propos de Sandjak qui a été limogé, j’estime qu’il doit assurer entièrement son limogeage. Il a déjà drivé la JSK, a été limogé et il est revenu dans les mêmes circonstances. Il devait s’attendre à telle issue.»

«Lorsque j’étais président de la JSK, le wali de Tizi de l’époque m’avait bloqué les subventions et les a débloquées lorsque Hannachi est arrivé»
Revenant sur les conditions dans lesquelles il a géré la JSK, Iboud ajoute : «Ne croyez pas que lorsque j’ai dirigé la JSK, j’avais tous les moyens. Je vous assure qu’on m’a mis les bâtons dans les roues. A titre d’exemple, lorsque j’étais président du club, le wali de Tizi Ouzou de l’époque m’avait bloqué les subventions et les a débloquées lorsque Hannachi est arrivé.»

«Pour justifier l’échec de sa politique d’importation de joueurs, il dit qu’il n’y a pas de joueurs en Kabylie, Belkalem a prouvé le contraire de ce qu’il dit»
A propos de la situation de Belkalem à la JSK, Iboud dira : «Personnellement, la situation que vit Belkalem m’inquiète. Le président actuel a toujours dit, pour justifier l’échec de sa politique d’importation de joueurs, qu’il n’y a pas de joueurs en Kabylie. Moi, je lui dis aujourd’hui que Belkalem est une preuve, il est de la région et fait honneur au club et à toute la Kabylie.»

«J’ai comme l’impression que Hannachi a une dent contre tous les enfants du club, jeunes ou anciens !»
Toujours à propos de Belkalem, Iboud ajoute : «La situation que vit Belkalem m’inquiète. Il ne veut même pas polémiquer sur sa situation administrative vis-à-vis du club, mais je m’inquiète beaucoup, car j’ai comme l’impression que Hannachi a une dent contre tous les enfants du club, jeunes ou anciens. Belkalem est jeune, c’est un joueur qu’il faut protéger et encourager.»

Le Buteur (30/04/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Mer 1 Mai - 22:28


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Ven 17 Mai - 18:38

Miloud Iboud : ancien capitaine des Canaris
«La JSK ne possède pas de dirigeants»


L’ex-capitaine des Canaris, Miloud Iboud, est très affecté par la situation de son club de toujours. Joint, hier, par nos soins, l’ex-président des Jaune et Vert déclare qu’il ne reste rien à la JSK. Il n’a, également, pas manqué de tirer à boulets rouges sur l’équipe dirigeante. Pour lui, cette dernière n’a rien construit et a échoué sur toute la ligne dans sa gestion du club. Il estime que les choses doivent changer et que le club doit avoir un projet sportif et ouvrir son capital aux investisseurs pour retrouver son lustre d’antan.

La Dépêche de Kabylie : Quelle lecture faites-vous de la situation actuelle de la JSK ?
Mouloud Iboud : La situation est catastrophique depuis plusieurs années déjà, et pas seulement lors des trois dernières années. Le club continu de manger son pain noir. Personnellement, ça fait une quinzaine d’années que je condamne ce qui arrive dans le club, et rien n’a changé depuis, la situation est tout simplement catastrophique. Je vous dirai même qu’il ne reste plus rien à la JSK et les résultats sont connus de tout le monde.

Le club dépense des milliards, chaque année, pour recruter des joueurs et des entraineurs… qu’est-ce qui n’a pas marché, selon vous?
En l’absence d’un projet sportif, il ne faut pas s’attendre à réaliser grand chose. La construction d’un club, ce n’est pas de dépenser des milliards en ramenant, à chaque fois, des entraineurs et des joueurs n’importe comment. Personnellement, je me demande sur quelle base on recrute des joueurs qui n’ont aucun niveau et qui touchent des milliards sans rien apporter à l’équipe. On recrute pour recruter, sans aucune base, et le résultat est là, l’équipe se contente de jouer les seconds rôles à chaque saison.

En parlant de la gestion de l’effectif, plusieurs cas d’indiscipline ont étéenregistrés, surtout cette saison, quel est votre avis sur ce sujet ?
Si le club a enregistré des cas d’indiscipline, cela signifie tout simplement qu’il ne possède pas de dirigeants. Et en l’absence des dirigeants, tout peut arriver, y compris ce qu’a vécu le club ces derniers mois. C’est vous dire que rien ne marche comme il faut et le club paye les frais de sa mauvaise gestion. Si la JSK est arrivée à cette situation, c’est parce que les dirigeants ont échoué dans leur mission, tout simplement.

Vous paraissez pessimiste …
Il y a de quoi l’être, car la JSK n’est pas n’importe quel club. Beaucoup de choses doivent changer pour que le club retrouve la place qu’il mérite. Ça ne doit pas continuer comme ça, car avec une telle gestion, le club ne sortira jamais la tête de l’eau.

Et quelle est la solution idéale, selon vous ?
Tous d’abord, il faut ouvrir le capital pour permettre aux investisseurs de venir investir et d’aider le club à avoir ses propres infrastructures. Un club professionnel doit être bien structuré et bien géré. Il faut avoir un projet sportif et ne pas se contenter de recruter des joueurs et des entraineurs. Sans investissement et sans un projet sportif établi et bien étudié, il ne faut pas s’attendre à grand chose.

DDK (16/05/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Lun 28 Avr - 17:51

Iboud :«La Finale de 1977 était une occasion pour les supporters de déclencher la revendication berbère"

L’ex-international de la JSK, Mouloud Iboud, qui a passé toute sa carrière footballistique à la JSK, est le premier capitaine kabyle qui a soulevé la Coupe d’Algérie face au NAHD en 1977. Iboud a remporté beaucoup de titres à l’échelle locale et continentale, mais avoue que la 1re Coupe d’Algérie avait un goût spécial. Plusieurs années après, Iboud n’a rien oublié de ces moments qu’il a passés à la JSK, notamment les confrontations face au MCA. Pour cette 10e finale de son club de cœur, Iboud souhaite la consécration à la JSK pour que la fête soit grandiose à travers tout le territoire de la Kabylie. Entretien.

Dans cinq jours seulement, la JSK jouera sa 10e finale de la Coupe d’Algérie. Quel est le sentiment qui vous anime à l’approche de ce rendez-vous sportif spécial pour toute la Kabylie ?
C’est un sentiment de fierté qui m’anime et qui anime tous les anciens joueurs de la JSK, toutes générations confondues. Cette 10e finale, que jouera la JSK jeudi, le 1er mai prochain, face au MCA, est une autre étape historique qui marquera le riche palmarès de notre cher club. Toute la Kabylie, non pas à Tizi Ouzou seulement, est en effervescence depuis la qualification en finale et tous les supporters seront derrière leur cher club pour remporter cette coupe.

C’est une première finale qui opposera la JSK au MCA en Coupe d’Algérie. Quelle sera la particularité de cette rencontre, à votre avis ?
Effectivement, c’est une finale de Coupe d’Algérie inédite dans l’histoire des confrontations directes entre la JSK et le MCA, n’empêche qu’il y a lieu de souligner que, depuis la nuit des temps, les matchs qui ont opposé la JSK au MCA, que ce soit à Tizi ou à Alger, étaient des finales, même s’il n’y avait pas de trophée en jeu. Ceci pour vous dire que les matchs entre ces deux équipes sont, depuis toujours, caractérisés par une forte rivalité.

Vendredi dernier, la JSK s’est inclinée face au RCA par quatre buts à trois en déplacement, tandis que le MCA a gagné face au CABBA (1-0). Sur le plan psychologique, les Mouloudéens partent avec un léger avantage. Quel est votre avis ?
Oui, je pense que le match joué vendredi après-midi par la JSK était important à tous les niveaux. Tout d’abord, il fallait le gagner pour consolider la deuxième place, qui offre l’occasion de jouer la saison prochaine la Ligue des champions ; puis, sur le plan psychologique, une victoire face au RCA était souhaitée. À mon avis, les joueurs avaient peut-être la tête à cette finale. Pour sa part, le MCA a réalisé une bonne opération, sa victoire va assurer un ascendant psychologique sur ses joueurs. Ceci dit, ça ne sera pas le même contexte et d’ici jeudi prochain, je pense que le staff de la JSK trouvera des solutions.

Quel sera, selon vous, le rôle du staff technique kabyle cette semaine ?
Les membres du staff technique, Aït Djoudi en particulier, doivent remettre les joueurs d’aplomb sur le plan psychologique. Ils doivent évacuer la pression qui pourrait les bloquer et bien se préparer techniquement. Je reconnais que la défaite de vendredi face au RCA risquerait de causer des séquelles psychologiques. Mettre les joueurs dans d’excellentes conditions et les préparer convenablement va beaucoup aider la JSK.

Pendant toute votre carrière à la JSK, vous avez joué beaucoup de Clasicos. Qu’est-ce qui caractérise cette confrontation entre deux anciens clubs de notre championnat ?
Les matchs entre la JSK et le MCA ont de tout temps été serrés. Ça s’est souvent joué sur un petit détail. Cette finale ne sera pas différente des autres. Je suis persuadé qu’elle se jouera aussi sur un simple détail.

Quel est le match qui vous a le plus marqué pendant toute votre carrière footballistique ?
Sans conteste, ce fut le Clasico joué au stade du 5-Juillet en 1983. Un match fou, et que je considère comme une référence de tous les temps. Le peuple algérien a eu droit à l’une des plus grandes affiches de l’histoire et qui a opposé une armada de joueurs talentueux, que ce soit de la JSK ou du MCA. Sur la pelouse, il y avait du spectacle, et le fair-play était exemplaire entre les joueurs. Plusieurs années après, tous les anciens sont unanimes : cette confrontation restera dans l’histoire. Le MCA a gagné par le score de 3 buts à 2, et sur un détail.

Comment ça ?
En parlant du détail qui peut faire la différence en plein Clasico ; en 1983, on avait opté pour une défense en ligne, ce qui a été notre spécialité d’ailleurs pendant plusieurs années. On était à égalité, deux partout, et on avait les moyens de gagner le match en déplacement. Malheureusement lorsque le MCA a amorcé une attaque, on croyait avoir assuré notre défense en ligne, mais Abdeslam, qui attachait les lacets de ses chaussures, s’est oublié derrière et donc annulé la position du hors jeu. Il a essayé toutefois de stopper l’attaquant du MCA, mais c’était trop tard.

On dit que ce match avait été suivi par un public record…
Exactement ! Cette grande affiche a drainé 80 000 supporters au stade du 5-Juillet. 40 000 n’ont pas eu la chance d’accéder au stade, et figurez-vous que la rencontre était retransmise en direct sur l’ENTV.

Vous êtes le 1er capitaine qui a soulevé la première Coupe d’Algérie de la JSK remportée face au NAHD (2-1) en 1977. Quel a été le sentiment qui vous a animé ?
C’est un moment qui restera gravé dans ma mémoire à tout jamais. La 1re Coupe d’Algérie remportée par la JSK en 77 a été une étape importante dans l’histoire. On a remporté auparavant des titres, je me rappelle du premier titre de champion décroché en 72 ; les responsables du football nous ont organisé une cérémonie à l’ITHT de Tizi Ouzou, et au cours de laquelle j’ai eu droit à une distinction personnelle de meilleur joueur de la saison. J’avoue en revanche que la première coupe avait un goût plus particulier.

Pourquoi ?
Je pense que tout le monde se rappelle de cette marée humaine qui avait rallié la capitale le jour de la finale. En plus de l’enjeu purement sportif, c'est-à-dire : on devait offrir à la JSK et à toute la Kabylie la première coupe de l’histoire ; la finale de 77 a constitué une occasion pour le déclenchement de la revendication de la cause amazighe. Les milliers de supporters qui ont envahi le 5-Juillet n’ont pas cessé de réclamer à Boumediene la reconnaissance de la cause berbère, avec le fameux slogan «Anwa Wigui D Imazighen» qui a donné la chair de poule à tous les joueurs sur le terrain. Pendant toute la rencontre, les supporters n’ont pas cessé de s’adresser au président, qui était sur la tribune. 

Racontez-nous ce moment où vous êtes allé chercher le trophée ?
Tout d’abord, au moment où je m’apprêtais en tant que capitaine à monter sur la tribune pour récupérer la coupe, j’avais senti que le président Boumediene était très fâché. Un haut responsable chargé du protocole m’avait remis un mouchoir pour m’essuyer avant de monter et m’avait recommandé de ne pas saluer le président, ni lui tendre la main en premier. C’est pour vous dire qu’il y avait vraiment un climat tendu dans la tribune d’honneur où il y avait également des hauts responsables politiques du pays.

Y avait-il eu échange de propos entre vous et le président Boumediene une fois sur la tribune d’honneur ?
Non, pas du tout. Juste le temps de récupérer la coupe. Il m’a juste dit : félicitations ; puis je suis reparti. J’ai bien senti en lui un homme contrarié. Avant de récupérer la coupe, j’ai remis au président Boumediene un cadeau (un Bijou de valeur), que le défunt président de la JSK, Abdelkader Khalef, avait ramené d’At Yenni.

Quel autre souvenir gardez-vous de cette finale ?
Plutôt une anecdote que je ne pourrais oublier. Sur la tribune, il y avait un policier de la garde républicaine originaire de la Kabylie. Lui aussi avait vécu le match sur les nerfs. Au vu de sa mission d’assurer la garde des officiels, il ne pouvait bouger et fêter avec nous la victoire. Il était très heureux de la consécration et m’avait confié qu’il allait la fêter à sa manière, la nuit, une fois rentré chez lui.

À Tizi, la consécration en coupe a été fêtée d’une manière très spéciale, n’est-ce pas ?
C’étaient des milliers de supporters, hommes et femmes, qui avaient rallié Tizi pour crier victoire. La JSK venait de marquer un autre passage de son histoire. C’est pour vous dire à quel point la JSK est plus qu’un club de football. Elle a de tout temps accompagné les Kabyles à revendiquer une cause noble et juste, celle de la reconnaissance de Tamazight. Aujourd’hui, je m’incline à la mémoire de tous les hommes et femmes qui ont sacrifié leur vie pour cette cause.

Comment voyez-vous les chances de la JSK de remporter la coupe cette saison ?
Jeudi prochain, la JSK jouera sa 10e finale. Elle en a remporté 5 et perdu 4. J’estime que le staff technique doit bien préparer l’équipe et faire oublier aux joueurs la défaite du RCA pour qu’ils puissent uniquement se concentrer sur cette affiche. Les chances sont intactes, pour peu que les joueurs soient bien préparés sur les plans psychologique et technique.

Quel avis donneriez-vous sur l’effectif de la JSK, notamment sur les jeunes du cru lancés cette saison ?
Tout d’abord, permettez-moi de féliciter les deux jeunes Raïah et Aïboud, qui sont en train de progresser et de confirmer leur talent à la JSK. Moi, j’ai toujours privilégié cette formation, car je suis convaincu qu’en Kabylie, il y a un potentiel important. Il n’y a pas que Raïah et Aïboud, plusieurs autres joueurs à la JSK peuvent s’imposer en équipe première, il suffit juste de leur donneur la chance de jouer.

Allez-vous être présent le 1e mai prochain au stade de Mustapha-Tchaker ?
Malheureusement, je ne pourrai pas assister à cette finale au stade, car je suis invité dans pratiquement tous les plateaux de la télévision pour parler du match et, bien entendu, de l’historique des confrontations entre les deux équipes. Mon cœur y sera, et je souhaite de tout cœur et en toute franchise à la JSK de remporter sa 6e coupe. Je sais ce que représente un titre pour toute la Kabylie.

Quel est votre message à l’adresse des supporters ?
La JSK est le club qui représente toute la région de la Kabylie et qu’on ne peut confiner uniquement à Tizi. Les supporters viendront de partout le jour de la finale et, avec une seule voix, ils vont encourager leur club à gagner le match. Je les appelle à se réunir tous derrière la JSK et prêter main forte à cette jeune génération qui veut marquer son passage dans l’histoire du club.

Le Buteur (28/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Jeu 4 Sep - 10:57

Iboud : «Les propos de Bell sont indignes d’un international camerounais»

Miloud Iboud, l’ancien capitaine d’équipe de la JSK, a été outré par les accusations de Joseph Antoine Bell, l’ex-portier du Cameroun qu’il invite à avoir un peu de retenue.

Quel a été votre sentiment en apprenant le décès d’Ebossé ?
C’est une mort tragique qui nous a doublement touchés. D’une part, c’est arrivé en Algérie à un footballeur étranger, d’autre part il est mort avec le maillot de la JSK au stade du 1er-Novembre. C’est une première dans notre pays, je n’irai pas jusqu’à dire que j’aurais souhaité que cela se soit produit ailleurs mais, enfin, Tizi Ouzou, la JSK… Maintenant, il ne faut pas que les instances internationales ou nationales s’empressent de prendre des sanctions hâtives contre la JSK qui mérite un peu plus de respect et d’égards pour tout ce qu’elle a donné au football national et africain.

Que dites-vous des déclarations de Joseph Antoine Bell, l’ancien gardien de but du Cameroun, qui a affirme qu’Ebossé a été assassiné dans le tunnel et pas par une pierre ?
C’est excessif ! Ce n’est pas digne d’un grand joueur qui a été international camerounais. Je comprends que tous les Camerounais soient touchés dans leur chair mais pas au point de faire des déclarations aussi incendiaires. Citer des responsables de la JSK ou de l’Algérie en général est un peu hâtif. Bell aurait dû mesurer un peu ses propos.

Dans ses fabulations, Bell croit même avoir des preuves…
En tout cas, moi, je ne peux pas m’avancer, j’ai vu le match comme beaucoup d’autres à la télévision. A la limite, je me contenterai des rapports successifs du tribunal et du directeur de l’hôpital de Tizi Ouzou. C’est à la Justice ensuite de faire son travail.

Comment envisager la reprise après un épisode aussi douloureux ?
Ce sera difficile. Ce dont j’ai peur c’est qu’on reprenne la compétition, que tout le monde retrouve ses repères et qu’on oublie petit à petit Ebossé et tout ce qui a été déclaré à gauche et à droite. Il faut maintenant des sanctions fermes et des mesures concrètes qui peuvent mettre les joueurs à l’abri de ces énergumènes qui fréquentent les stades et qui ont sali notre image et notre football national.

Quitte aussi à sanctionner la JSK ?
Non ! On ne peut pas sanctionner la JSK, elle n’a rien à voir dans cette histoire. Le joueur a été touché par des supporters et rien ne dit qu’ils sont de la JSK. Vous savez, dans un stade il peut y avoir de tout, des fans qui peuvent venir d’un peu partout. La JSK ne doit pas payer à cause d’un, deux ou une centaines d’énergumènes. Il est vrai aussi que la sécurité dans les stades est à revoir. La violence existe dans tous les stades d’Algérie, elle est également dans la rue, nous la vivons quotidiennement dans les rues, sur les autoroutes… La JSK a représenté dignement l’Algérie, c’est le club le plus titré du pays, il faut la laisser continuer sa marche vers l’avant.

Compétition (04/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Mer 25 Fév - 12:41

Iboud : «Il est temps à Hannachi d’appeler les enfants du club»

L’ex-capitaine et président de la JSK, Miloud Iboud, a encore une fois partagé sa douleur, celle de tous les Kabyles aujourd’hui de voir le club de la région traverser l’une des plus dures périodes de son histoire. Iboud a fait savoir à travers son intervention sur le plateau de Berbère TV que le président Hannachi doit aujourd’hui plus que jamais faire appel aux enfants de la JSK et à toute la grande famille pour qu’ils viennent donner un coup de main et sauvent le club de la crise : «Je lance un appel au président actuel d’inviter tous les enfants du club et toute la grande famille de la JSK afin de leur demander de venir aider le club. Je reconnais qu’il a beaucoup donné à ce club, mais le temps est venu pour lui d’appeler ceux qui doivent apporter leur aide. Il a toujours dit qu’il est malade et fatigué. Qu’il vienne devant une assistance composée de la grande famille et dire : «Je vous confie la JSK qui est aussi votre club moi je n’en peux plus.» Je suis certain qu’ils seront nombreux ceux qui lui diront reste encore mais au moins il aura associé les enfants du club pour qu’ils viennent en aide à la JSK. Je le dis et je le répète, ces doivent trouver des solutions, chacun a le droit de donner son idée, un point de vue pour faire sortir l’équipe du tunnel. Il est temps que Hannachi fasse appel aux hommes crédibles, aux compétences mais surtout aux hommes qui jouissent du respect de tout le monde en Kabylie. La JSK est victime aujourd’hui d’une injustice, victime de la hogra et quand il y aura des hommes derrière elle, personne n’osera lui faire du mal.»

«Les sanctions sont lourdes et injustes et doivent être levées»
Commentant les sanctions prononcées à l’échelle locale et continentale, Iboud a ajouté : «Les sanctions infligées à la JSK sont lourdes. Après la mort tragique de l’attaquant Ebossé, il fallait suspendre uniquement le stade car les supporters ne sont pas responsables. Je parle des vrais supporters qui aiment le club. Il se pourrait qu’un pseudo-supporter se rende coupable d’un acte abject, le club et ses fans ne doivent pas payer pour lui. Les sanctions doivent être levées.»

«La JSK ne doit pas être au centre du conflit Hannachi-Raouraoua»
Pour Miloud Iboud, la JSK est aujourd’hui victime d’un conflit personnel entre le président actuel Mohand Cherif Hannachi et celui de la FAF, Mohamed Raouraoua : «Il n’y a pas de secret de polichinelle, la JSK aujourd’hui est au centre du conflit entre Hannachi et Raouraoua. Chacun s’attaque ouvertement à l’autre, des attaques par voie de presse interposée et à la fin c’est le club qui en prend à son compte.»

«L’ouverture du capital est une bonne chose, il y a en Kabylie ceux qui veulent apporter un plus»
S’exprimant sur la dernière décision annoncée par Hannachi concernant l’ouverture du capital, Iboud dira : «C’est toujours une bonne chose d’ouvrir le capital aux industriels, capables et susceptibles de venir aider le club. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Je sais qu’en Kabylie, il y a beaucoup qui veulent venir apporter leur contribution pour le bien-être de notre cher club à tous.»

Le Buteur (25/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Ven 13 Mar - 10:29

Miloud Iboud : «La JSK est clochardisée»

Miloud Iboud, voilà un nom qu’on ne peut dissocier de la JS Kabylie. L’ancien capitaine du Jumbo-Jet aura incarné des années durant, la sagesse au prestigieux club kabyle. Aujourd’hui, s’il y a quand même des années qu’il n’est plus aux affaires, il suit de très près la vie de son club. Nous l’avons rencontré pour connaître son point de vue sur la situation de la JSK. Miloud Iboud n’y va pas avec le dos de la cuillère pour dénoncer ce qu’il appelle «la clochardisation de la JSK». Interview.

La JSK vit une crise, une énième crise. Eliminée de la coupe, menacée de relégation, qu’est-ce que cela vous inspire ?
Mais ce n’est pas la première fois ces dernières années que la JSK est dans cette situation. Il y a trois années, elle était dans une position similaire. Cette saison, cela avait commencé avec le tragique décès d’Albert Ebossé, que Dieu ait son âme. Après, il y a eu cette suspension du stade de Tizi qui avait obligé le club à s’exiler. Mais pour dire les choses franchement, telles qu’elles sont, ce n’est pas la mort d’Ebossé qui a mis le club dans cette situation. Le club est en état de déliquescence avancé et cela n’a pas commencé cette saison. La JSK vit depuis dix ans maintenant une crise, une instabilité criante qui aura raison de son statut si la situation persiste encore et si on ne fait rien pour stopper cette descente aux enfers.

Vous en avez sur le cœur…
…Et comment ne pas en avoir, le club est clochardisé. Comment voulez-vous que je n’en ai pas sur le cœur quand je vois comment est géré le club aujourd’hui ? Vous vous rendez compte, on attend, tel le Messie, un certain Kerrar qui doit venir d’Irak pour sauver la JSK. Le monsieur fait tout un périple pour venir, il arrive la veille du match, il est titulaire et dans le match il est complètement invisible. Quand vous faites jouer quelqu’un sans entraînement, vous devez savoir que dans le groupe vous êtes en train de créer un climat d’incertitude. Parce qu’il y a des joueurs qui se sont donnés à fond une semaine durant pour jouer ce match et le jour J vous titularisez un joueur qui ne s’était pas entraîné. Mais arrêtez, c’est du n’importe quoi qui se fait dans cette JSK, la situation est cauchemardesque voyons ! Et puis, c’est quoi cette histoire de joueurs qu’on fait signer au mois de décembre et qu’on renvoie un mois après ? Comme c’est le cas de Kooh, Abdeldjallil et l’autre, Boutadjine. Vous pensez vraiment que cette gestion est digne d’un club aussi glorieux que la JSK ? Moi, en tout cas, je ne le pense pas.

Cela vous fait mal de voir votre ancien club dans cette situation ?
Bien sûr. La JSK est un héritage collectif, c’est un patrimoine précieux pour tous les Kabyles. Comment ne pas avoir mal quand voit la JSK d’aujourd’hui devenir la risée de tout le monde ? Comment ne pas avoir mal quand ont voit que ce club qui fut un modèle de gestion dans un passé récent, faire du n’importe quoi ? Comment ne pas avoir mal quand on voit la JSK, modèle de stabilité, changer d’entraîneur comme on change de chemise ? Et puis, je vous le dit maintenant. Walleme ne va pas s’éterniser à la barre, il sera viré comme ses prédécesseurs.  Bien sûr que j’ai mal, parce que la JSK ne doit pas être dans la situation actuelle. Elle ne le doit pas parce que c’est la JSK, c’est un club glorieux, prestigieux, tout ce que vous voulez, mais pas un club quelconque.

Qu’est ce que vous préconisez alors dans ce cas-là ?
Un sursaut. Que les gens se révoltent. Que les amoureux de ce grand club disent basta. Il faut un sursaut d’orgueil, la JSK n’est pas une propriété privée à ce que je sache. Alors que ceux qui tiennent les leviers aujourd’hui sachent que ce bien de toute une région on ne doit pas l’accaparer pour soi-même. J’ai lu dans la presse que le président de la JSK  va ouvrir le capital et attend de voir. Qu’il ouvre le capital et laisse les gens investir dans ce prestigieux club au lieu de faire tous les deux mois de l’aumône pour trouver les sous qui lui permettent de payer ses salariés. Cela dit, je suis sûr qu’il se trouvera certains qui ne vont pas aimer ce que je dis, mais tant pis si cette vérité ne plaît pas à tout le monde.

Passons à autre chose maintenant. Le feuilleton Fekir a pris fin, le joueur lyonnais vient de décider de porter les couleurs de la France. Un commentaire ?
Il est libre de choisir le pays qu’il veut, le problème n’est pas là. Cependant, je voulais juste dire que, personnellement, j’étais persuadé qu’il allait opter pour la France. Mais ce qui me désole le plus dans cette histoire c’est que certains médias ont parlé de Fekir comme si l’avenir du football algérien allait dépendre de ce joueur. Or, l’Algérie existait bien avant Fekir et elle existera toujours bien après lui.

Compétition (13/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Sam 14 Mar - 10:20

Iboud : «Hannachi a ouvert les portes du club aux anciens, mais il a mis des chiens-loups à l’entrée !»

Invité avant hier soir sur le plateau de l’émission Week-end foot diffusée sur El Heddaf TV tous les jeudis à partir de 21h, l’ancien joueur emblématique et président de la JSK, Miloud Iboud, n’a pas été tendre une nouvelle fois avec Moh-Cherif Hannachi. Mouloud Iboud a dénoncé la gestion chaotique de Hannachi en l’accusant d’avoir fermé la porte aux anciens joueurs. Il n’a pas caché son inquiétude quant à l’avenir de la JSK. Il a tiré, pour la énième fois, la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard.

«La JSK n’a pas été gâtée en affrontant l’ESS en quart»
Dans un premier temps, Miloud Iboud s’est exprimé sur le match de coupe opposant l’ESS à la JSK mardi dernier au stade du 8-Mai-45 : «J’ai suivi la rencontre et je n’ai pas été surpris. Je dirais aussi que la JSK n’a pas été gâtée en affrontant l’ESS en quart. Actuellement, c’est la meilleure équipe africaine qui se trouve sur une bonne dynamique. La JSK est tombée sur un gros morceau.»

«Après le jeu produit face au MCEE, l’élimination en coupe était prévisible»
Avant d’ajouter dans la foulée : «Toutefois, je dois dire que cette élimination était prévisible. Je n’ai pas suivi la totalité du match de la JSK, mais suite à la dernière prestation des joueurs en championnat face au MCEE, je ne m’attendais pas à grand-chose en coupe contre l’ESS. L’équipe n’a rien montré d’intéressant. Le jeu produit par la JSK est loin d’être convainquant.»

«La titularisation de Kerrar est une insulte à tous les autres joueurs»
Dans son analyse, il n’a pas été tendre suite à la titularisation de l’Irakien Muhanned Kerrar, en avançant : «J’ai été surpris de voir l’Irakien jouer d’entrée face à l’ESS. Ce n’est pas normal qu’un joueur qui débarque de l’Irak la veille du match se retrouve titulaire le lendemain. J’estime que ce geste est une insulte à tous les autres joueurs qui se sont préparés convenablement depuis des semaines, voire des mois avec l’équipe.»

«Ce qui s’est passé est scandaleux»
Et de poursuivre : «Ce qui s’est passé cette fois est scandaleux ! C’est insensé de faire jouer un élément qui est resté pendant des semaines sans la moindre compétition. Le staff ne connaît absolument rien de sa forme physique. Personne ne sait dans quelles conditions Kerrar s’entraînait en Irak. Le faire jouer d’entrée est une insulte et un fait inédit à la JSK.»

«Hannachi s’est entouré d’incompétents et s’y plaît dans cet environnement»
Par la suite, l’ancien joueur de Jumbo-Jet a cité l’entourage mal sein à la JSK, en n’hésitant pas à le dénoncer : «L’entourage de Hannachi ? C’est lui qui l’a mis en place, pas nous. Il s’est entouré d’incompétents. Je dois dire aussi qu’il s’y plaît dans cet environnement mal sein. C’est ce qui m’inquiète plus dans le club. En continuant à gérer le club de la sorte, la JSK va vers la dérive.»

«Je ne critique pas la personne, mais sa gestion»
Avant d’enchaîner par ceci : «Que les choses soient claires, Hannachi en tant que personne ne m’intéresse pas. Il est libre de vivre sa vie comme bon lui semble et nous avons chacun de nous une vie privée. Par contre, j’ai le droit de critiquer sa politique. Par sa gestion, cet homme a coulé le club en 20 ans de règne. Aujourd’hui, sa gestion est chaotique et en tant qu’enfant du club, il est de mon droit de le dénoncer.»

«La JSK était un modèle de gestion et de formation. J’ai mal quand je la vois dans cette situation»
Toujours dans ce même contexte, Iboud ajouta : «La JSK était un modèle de gestion. Et ce n’est pas tout, puisque même en matière de formation, le club avait de bonnes bases. D’ailleurs sa politique de recrutement était bien claire, on ne ramenait que des joueurs de qualité, qui étaient en mesure d’apporter un plus au club. Ce n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui.»

«Critiquer l’entraîneur est une forme d’ingérence»
Revenant sur les déclarations de Hannachi après le match de coupe où il a critiqué ouvertement les choix tactiques de Wallemme, Iboud répondra : «Critiquer l’entraîneur de cette manière est une forme d’ingérence. Lorsqu’on est un bon gestionnaire, on n’accorde pas ce genre de déclarations après une élimination. Mais je ne vous cache pas que je ne suis pas surpris, car Hannachi nous a habitués à ce genre de sortie médiatique tordue.»

«On ne peut pas ramener 14 joueurs d’un coup et changer 3 entraîneurs en 3 mois, ensuite parler du titre»
En évoquant le recrutement de l’été dernier, Iboud précisera : «Nous avons mille et une raison de prouver une nouvelle fois cette mauvaise gestion à la JSK. L’été dernier, il y a de nombreux départs et plus de 14 nouvelles recrues. Et ce n’est pas tout, puisque la valse des entraîneurs continue. Et ce n’est pas en recrutant 14 joueurs d’un coup et trois entraîneurs en l’espace de trois mois qu’on peut parler du titre. C’est insensé !»

«Les fondements du club sont remis en cause»
«En voyant la gestion de la JSK, je constate que les fondements du club sont remis en cause. Ce club n’a jamais été géré de cette manière. C’est une gestion anarchique basée sur rien du tout. C’est triste. J’ai vraiment mal quand je vois ça. Le pire est que le club va vers la dérive.»

«En 20 ans de règne, il n’y a ni stade, ni siège,ni formation»
Iboud a été ferme en parlant des 20 ans de présence de Moh-Cherif Hannachi : «En 20 ans de règne, la JSK n’a ni stade, ni siège, ni centre de formation et vous voulez que je dise que la gestion de Hannachi est une réussite ? Il aurait fallu que le ministre se déplace à Tizi pour rencontrer le wali afin de dégager une assiette de terrain pour la construction d’un nouveau stade. Après tout ce que Hannachi a dépensé depuis qu’il est président, ce dernier n’a même pas pu dégager une somme pour la formation du club. C’est grave !»

«Lorsque je parle, on me traite de perturbateur et quand je me tais on me demande de parler»
Si Iboud s’est lâché, c’est qu’il en a ras-le-bol de voir cette descente aux enfers de la JSK, qui ne joue que le maintien pour sa 4e saison : «J’ai toujours dénoncé la politique de Hannachi. Mais lorsque je parle, on me traite de perturbateur. Et le hic,  quant je me tais, on me demande de parler. J’ai toujours agi seul. Je le dis aujourd’hui, Iboud ne parle qu’en son nom. Je ne parle au nom de personne d’autre.»

«Si les gens attendent que je prenne un klash pour déloger Hannachi, cela n’est pas dans mon éducation»
Avant de continuer : «Il est de mon devoir de critiquer la gestion de cet homme. Maintenant si les gens attendent que je prenne un klash pour déloger Hannachi de son bureau, cela n’est pas dans mon éducation. Aujourd’hui, j’ai la chance de venir dans un plateau télé et de parler. Mais il y a de nombreux anciens joueurs qui pensent la même chose que moi.»

«Il faut ouvrir le capital du club aux investisseurs»
Interrogé sur les probables solutions pour sauver le club, Iboud répondra : «Il faut impérativement ouvrir le capital social du club. C’est la chose que j’attends depuis des années. Aujourd’hui, le capital est à 1 million de dinars. Soyons sérieux ! Nous sommes dans l’ère du professionnalisme et il n’y a plus d’assemblée. Aujourd’hui, c’est le conseil d’administration qui tranche. Soit on a de l’argent et on gère le club, soit on en a pas et on dégage.»

«Je ne suis pas un milliardaire pour prendre le club !»
Quant à la possibilité de le voir un jour retourner à la présidence du club, Iboud expliquera : «Moi président de la JSK ? Non, je ne suis pas intéressé. Je ne suis pas un milliardaire pour me porter candidat à la présidence du club. C’est un poste qui ne m’intéresse pas. Je le dis encore une fois, je combats Hannachi par mes idées seulement.»

«Il y a des gens qui veulent mettre de l’argent, mais sous conditions»
Et de conclure : «Si je ne suis pas intéressé par la présidence, il y a des industriels qui veulent mettre de l’argent dans le club, mais sous conditions. C’est-à-dire, ils veulent se rassurer que leur argent soit réellement mis au service de la formation, car c’est l’avenir de la JSK.»

«Tous les sponsors sont partis après la mort d’Ebossé»
Iboud a estimé que la JSK se trouve aujourd’hui en difficultés financières, et la non-régularisation des joueurs en est une preuve. Il ajouta dans ce sens : «Ce n’est une surprise pour personne, tous les sponsors sont partis après la mort d’Ebossé. Le club se trouve dans la difficulté. La JSK a perdu des milliards depuis le mois d’août dernier. C’est une chose que le président ne peut nier.»

«Travailler avec Hannachi ? Il ne faut même pas y penser !»
Quant à la possibilité de le voir un jour travailler avec le président Hannachi, Iboud a aussitôt répliqué : «Moi travailler avec Hannachi ? Il ne faut même pas y penser. C’est une chose qui ne se produira jamais. Tant que cette personne est au club, je ne remettrai plus jamais les pieds.»

Le Buteur (14/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Mer 18 Mar - 14:11

Iboud : «La JSK est devenue la propriété privée de Hannachi»

Pour sa part, Miloud Iboud est revenu à la charge, suite aux accusations de Hannachi. L’ancien joueur emblématique du Jumbo Jet et ancien président de la JSK lors de la saison 1993/1994 dira : «Je suis désolé de le dire mais la JSK est devenue la propriété privée d’une seule personne. Ce n’est pas normal. En tant qu’enfant de ce club, j’ai le droit de critiquer la gestion de Hannachi qui est en train de mener la JSK vers la dérive.»

«Je continuerai à dénoncer la mauvaise gestion de cet homme»
Iboud se dit avoir le droit de parler et ne compte nullement s’arrêter là : «Personne ne peut m’interdire de parler de la mauvaise gestion de Hannachi. Nous sommes tous responsables de la situation de la JSK. Je ne suis pas un dirigeant de ce club mais j’ai mal en le voyant dans cette situation. La moindre des choses est de dénoncer ça. J’ai tiré la sonnette d’alarme afin de sensibiliser les amoureux de ce club. Ce n’est plus normal de laisser la JSK dans cette situation. Il faut réagir avant qu’il ne soit trop tard.»

«Il n’y a qu’à la JSK qu’on recrute des joueurs qui étaient des remplaçants»
En évoquant le recrutement, Iboud dira : «Il n’y a qu’à la JSK qu’on recrute des joueurs remplaçants ! C’est du jamais vu. Depuis toujours, la JSK attirait des joueurs de haut niveau qui venaient apporter un plus. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. C’est d’ailleurs ce qui explique les résultats qu’enregistre le club. La JSK n’est plus en mesure d’attirer les grands noms comme elle le faisait par le passé.»

Le Buteur (18/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Mar 7 Avr - 22:22

Sur notre site, Iboud : «J’appelle à l’union et à la sagesse »

Pour lire l'article ==> http://www.js-kabylie.fr/index.php/informations/articles/3675-iboud-j-appelle-a-l-union-et-a-la-sagesse


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par rachid_as le Jeu 9 Avr - 12:10

La confidence d’Iboud

Invité par Berbère TV, Mouloud Iboud, l’ancien libero de la JSK, a livré une petite confidence croustillante. «Lorsqu’Adghigh et moi composions la charnière centrale de JSK, beaucoup de joueurs émettaient le souhait de porter le maillot kabyle. Je me souviens qu’un défenseur international est même allé voir Mahieddine Khalef, chez lui, pour lui demander de le prendre dans l’équipe. Khalef a refusé en lui expliquant que s’il signait à la JSK, il n’aurait pas de chance de jouer», a laissé entendre l’ex-capitaine du Jumbo-Jet, sans livrer l’identité du joueur concerné. «En fait, il y avait un défilé de joueurs chez Khalef, tous voulaient jouer à la JSK», a ajouté Iboud.

Compétition (09/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mouloud IBOUD

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:19


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum