International -News (Part 2)

Page 3 sur 33 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 18 ... 33  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 16 Oct - 19:14

Allemagne : Beckenbauer voit Lahm battre un record



Philipp Lahm est en route pour battre le record de 150 capes de Lothar Matthäus, prédit le légendaire Franz Beckenbauer, après la 103e sélection du capitaine de la Mannschaft lui permettant de rejoindre dans les annales le "Kaiser".

"S'il est un joueur capable de détrôner Lothar Matthäus et ses 150 capes, c'est bien (Philipp) Lahm", assure Beckenbauer dans une interview sur le site de la Fédération allemande de football (DFB), persuadé que "cela se fera dans les quatre années à venir".

"Bien sûr que (Miroslav) Klose a aussi une bonne chance avec déjà 130 capes. Mais il a déjà 35 ans et on ne sait pas s'il continuera en équipe nationale après le Mondial", ajoute le "Kaiser", soulignant que Lahm "n'a que 29 ans et encore de belles saisons devant lui".

Pour Beckenbauer, le capitaine de la Mannschaft "incarne tout ce qui rend un joueur capable d'atteindre ce total élevé de sélections". Il cite "l'intelligence du jeu", "la constance au plus haut niveau comme je ne l'ai vu chez aucun joueur" et "les bonnes performances en club sans lesquelles on n'est pas sélectionné".

Tous deux Munichois de naissance, Lahm et Beckenbauer ont aussi en commun le fait d'avoir été titulaires pour chacune de leurs 103 sélections, le record en la matière appartenant à Jürgen Kohler (105).

Lahm, qui fêtera ses 30 ans le 11 novembre, a connu sa première sélection le 18 février 2004.

Fifa.com (16/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 17 Oct - 11:45

Eriksson : "Le football asiatique progresse à toute vitesse"



Pendant des décennies, tous les footballeurs d'Asie ont rêvé de tenter leur chance en Europe. De nos jours, les choses ont changé. Des stars de renommée internationale n'hésitent plus à faire le chemin en sens inverse.

Ancien sélectionneur de l'Angleterre et entraîneur de la Lazio, Sven-Göran Eriksson est de ces pionniers. Le Suédois est aux commandes de Guangzhou R&F depuis le milieu de la saison, après de brèves expériences au BEC Tero, en Thaïlande, et à Al Nasr, aux Émirats Arabes Unis.

À 65 ans, Eriksson n'a rien perdu de ses qualités. En l'espace de quelques semaines, il a mené son nouveau club de la zone de relégation à une confortable cinquième place. Alors que l'exercice 2013 touche à son terme, l'expérimenté technicien répond aux questions de FIFA.com sur le football asiatique, ses ambitions pour la saison à venir, sans oublier les perspectives de l'Angleterre et de la Suède en Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.


M. Eriksson, votre décision de rejoindre la Thaïlande pour travailler en tant que conseiller technique au BEC Tero a surpris, compte tenu de votre réputation. Pourquoi avoir fait ce choix ?
J'ai quelques amis dans ce pays, qui m'ont demandé d'aider le club à un moment où je n'avais rien d'autre à faire. Je me suis dit : pourquoi pas ? Le BEC possède un potentiel intéressant, tout comme Al Nasr et Guangzhou R&F. Le football asiatique est en progrès. 

Qu'est-ce qui vous a donné envie de rejoindre Guangzhou, un club relativement méconnu en RP Chine ?

Je me suis rendu plusieurs fois à Guangzhou. C'est une grande ville cosmopolite, qui compte 10 millions d'habitants. J'aime cet endroit. L'effectif est riche et les dirigeants ont envie de construire une équipe de haut niveau.

Le mois dernier, vos joueurs ont affronté l'Evergrande de Marcello Lippi. Quel regard portez-vous sur le nouveau champion de RP Chine ?
Marcello est un vieil ami et nous étions heureux de nous retrouver dans le cadre de ce championnat. C'est un grand entraîneur, à la tête d'une belle équipe. Evergrande est aujourd'hui la force dominante du football chinois et compte parmi les meilleures formations du continent. Lippi et ses joueurs sont en finale de la Ligue des champions et je pense qu'ils ont les moyens de l'emporter.

Sous votre impulsion, Guangzhou R&F a effectué une belle remontée au classement. Quel bilan tirez-vous de votre première saison en RP Chine ?
Les joueurs ont travaillé dur pour obtenir ces résultats. Nous espérions nous qualifier pour la prochaine Ligue des champions, mais ce sera sans doute difficile. Je souhaite néanmoins que mon équipe reste concentrée lors des trois derniers matches, afin de terminer dignement la saison. Pour la saison prochaine, nous essaierons à nouveau de nous qualifier pour la Ligue des champions.

Après avoir travaillé dans trois clubs asiatiques, comment jugez-vous ce continent ? Que reste-t-il à améliorer pour rivaliser avec les clubs européens ?
À mon avis, le football asiatique n'a rien à envier à ses concurrents. Il a même connu une forte progression ces dernières années. Cela se ressent aussi bien au niveau national qu'international. À travers tout le continent, de nombreux clubs, notamment chinois, ne regardent pas à la dépense pour attirer des joueurs et des entraîneurs de qualité. De ce fait, le niveau s'est rapidement élevé. Les seules améliorations possibles concernent le domaine technique. 

Votre patrie, la Suède, participera le mois prochain aux barrages pour la Coupe du Monde. Une qualification pour le Brésil est-elle envisageable ?
La Suède possède une bonne équipe. Nos internationaux ont du talent et ils ont livré de très bons matches tout au long de la compétition préliminaire. J'ai hâte de savoir quel adversaire le hasard va nous réserver. Quel que soit le résultat du tirage au sort, je suis convaincu que cette équipe a les moyens de battre n'importe qui. J'espère vraiment que nous serons présents en phase finale cette fois-ci après avoir manqué l'édition 2010.

Une autre équipe que vous connaissez bien, l'Angleterre, a validé son billet pour le Brésil. Quelles ambitions peut-elle nourrir ?
Quand il s'agit de l'Angleterre, je suis toujours optimiste. Cette équipe possède une véritable aura sur le plan international et elle compte dans ses rangs quelques jeunes joueurs intéressants. Je m'attends donc à la retrouver parmi les candidats au titre. J'espère en tout cas qu'elle fera mieux qu'en Afrique du Sud.

Fifa.com (17/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 18 Oct - 11:31

Le Mexique limoge de nouveau son sélectionneur



Victor Manuel Vucetich a indiqué jeudi qu'il avait été limogé de son poste de sélectionneur du Mexique alors qu'il a réussi à décrocher -in extremis- une place en barrage intercontinental de qualification au Mondial-2014. "J'ai des indications en ce sens (de son limogeage, ndlr) même s'il n'y pas encore de communiqué officiel", a expliqué Vucetich, déçu, au site internet en espagnol ESPNDeportes.com après une journée de rumeurs au Mexique.

"El Tri" a maintenu ses espoirs de qualification pour le Mondial-2014 en prenant mardi la 4e place de la zone Concacaf, synonyme d'un barrage (aller-retour) contre la Nouvelle-Zélande, le vainqueur de la zone Océanie. Mais la sélection aztèque, battue au Costa Rica (2-1) lors de cette 10e et dernière journée des qualifications en Amérique du nord, centrale et Caraïbes, n'a dû son salut qu'aux Etats-Unis, qui ont littéralement sauvé les Mexicains en battant le Panama dans le temps additionnel.

Vucetich, 58 ans, avait été désigné sélectionneur en septembre après la défaite du Mexique aux Etats-Unis, qui compromettait sérieusement les chances du géant de la CONCACAF de se qualifier pour la Coupe du monde au Brésil.

Il restait alors deux matches au Mexique pour éviter de manquer le Mondial pour la première fois depuis 1990: "El Tri" a gagné de justesse le 11 octobre à domicile face au Panama (2-1) avant de chuter mardi au Costa Rica.

Selon la presse mexicaine, les dirigeants de la Fédération, qui se réunissent vendredi, s'apprêtent à nommer Miguel Herrera au poste de sélectionneur. Il est l'entraîneur de l'América, actuel champion du Mexique. Il sera le quatrième homme à occuper ce poste en moins de deux mois. José Manuel de la Torre avait été limogé le 7 septembre après une défaite à domicile face au Honduras (1-2). Son adjoint Luis Fernando Tena avait assuré l'intérim pour un match, perdu aux Etats-Unis (2-0), après lequel Vucetich avait été nommé.

Le barrage entre le Mexique et la Nouvelle-Zélande aura lieu les 13 ou 14 novembre (aller) et 20 novembre (retour).

Fifa.com (18/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 18 Oct - 11:34

Allemagne : Löw prolonge jusqu'en 2016



Le sélectionneur de l'équipe d'Allemagne Joachim Löw a prolongé son contrat avec la Fédération allemande de football (DFB) de deux ans jusqu'en 2016, a annoncé vendredi la DFB.

Löw, 53 ans, dirige la Nationalmannschaft depuis juillet 2006 et sa nomination à la succession de Jürgen Klinsmann. Son contrat avait déjà été prolongé en mars 2011 jusqu'au Mondial-2014 pour lequel l'Allemagne s'est qualifiée après un brillant parcours de 9 victoires pour un match nul.

"Depuis le Mondial-2006, l'équipe nationale a atteint le top-4 à chaque Mondial et Euro et l'équipe s'est qualifiée avec brio pour le Mondial-2014 au Brésil. Tout le mérite en revient à Joachim Löw et son équipe, a déclaré le président Wolfgang Niersbach. A travers cette prolongation, la DFB veut montrer sa confiance en ce groupe".

"On n'est pas au bout de notre voyage, nous avons encore de gros objectifs que nous souhaitons atteindre ensemble", a dit pour sa part Löw, estimant que "la DFB offre à l'encadrement et à l'équipe un environnement idéal".

Les contrats du manager Oliver Bierhoff et de l'entraîneur des gardiens Andreas Köpke sont également prolongés de deux ans alors que l'adjoint Hansi Flick passera au poste de directeur sportif après le Mondial au Brésil.

L'ancien honnête joueur de D2 allemande, au modeste passé d'entraîneur, a conduit l'Allemagne en finale de l'Euro-2008, perdue 1-0 face à l'Espagne, à la 3e place du Mondial-2010 et en demi-finale de l'Euro-2012 (défaite face à l'Italie 2 à 1).

Löw totalise 68 victoires, 16 nuls et 15 défaites avec la Mannschaft et célèbrera son 100e match le 15 novembre à Milan en amical contre l'Italie.

Seule ombre au tableau du sélectionneur: l'Allemagne n'a plus remporté le moindre trophée depuis son 3e et dernier sacre européen en 1996.

Fifa.com (18/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 18 Oct - 15:05

La France et le Sénégal rendent hommage à Metsu



Un hommage public a été rendu vendredi matin à Dunkerque (Nord) à l'ancien joueur et entraîneur français Bruno Metsu, décédé d'un cancer le 15 octobre à 59 ans, avant des obsèques nationales prévues en début de semaine prochaine au Sénégal.

Près de 400 personnes, dont les anciens internationaux sénégalais Pape Bouba Diop et Habib Beye, et les anciens internationaux français Roger Boli et Sabri Lamouchi, sont venus rendre hommage à l'ancien sélectionneur du Sénégal, quart de finaliste au Mondial-2002, au Stade de Flandres, pour une levée de corps, a constaté l'AFP.

"Vous êtes venus de près, de loin, de presque tous les continents pour saluer la mémoire d'un enfant du pays, de votre ville, dont le Sénégal voudrait faire un héros", a déclaré l'ambassadeur du Sénégal en France, Paul Badji, présent aux côtés du sénateur-maire de Dunkerque Michel Delebarre (PS), de l'ancien président de Marseille Pape Diouf ou encore de l'entraîneur de Brest Alex Dupont, ami très proche de Bruno Metsu.

La cérémonie s'est déroulée à deux pas des terrains de football de l'USL Dunkerque, où Bruno Metsu avait frappé dans ses premiers ballons, parfois pieds nus, comme l'a raconté Alex Dupont, son "frère de coeur".

Tour à tour, son épouse et sa soeur, Viviane et Véronique, ont témoigné de sa générosité et de son énergie déployée pour combattre la maladie.

La dépouille de Bruno Metsu doit être transportée "dans quelques jours" au Sénégal, où des obsèques nationales lui sont réservées, a annoncé Paul Badji

Selon un de ses proches, l'ancien entraîneur des "Lions" (surnom des joueurs de la sélection sénégalaise) sera inhumé lundi ou mardi à Dakar, la date n'étant pas encore fixée.

"Bruno Metsu a été Sénégalais parmi les Sénégalais. Il a été plus que Sénégalais, il est venu vivre avec le peuple sénégalais la passion du sport-roi, le football, que les Sénégalais aiment tant", a souligné l'ambassadeur.

"Il n'a pas été qu'un éducateur ou un entraîneur, il a été un véritable Lion qui a su galvaniser l'équipe nationale jusqu'à la révéler au monde", a-t-il ajouté.

La cérémonie religieuse initialement prévue en l'église Saint-Eloi de Dunkerque avait été remplacée par cet hommage public, Bruno Metsu s'étant converti à l'Islam.

"Le Sénégal est son pays de coeur. Il est normal qu'il y repose", a déclaré à l'AFP sa soeur Véronique.

Ancien milieu de terrain né à Coudekerque (Nord), Bruno Metsu a joué en D1 française dans les années 70 et 80 pour Valenciennes, Lille et Nice avant de devenir entraîneur, à Lille, Valenciennes, Beauvais ou encore Sedan. Mais il s'est surtout fait connaître comme sélectionneur en Afrique (Guinée, Sénégal) puis en Asie (Emirats arabes unis, Qatar).

Fifa.com (18/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 18 Oct - 15:12

Allemagne : Löw, contrat de confiance jusqu'à l'EURO 2016



Joachim Löw a obtenu vendredi, sans surprise, la confiance de la Fédération allemande de football (DFB) pour prolonger de deux ans jusqu'à l'Euro-2016 en France son contrat de sélectionneur national.

A 53 ans, Löw a obtenu la deuxième prolongation de sa carrière après celle de mars 2011, aux commandes d'une sélection qu'il dirige depuis juillet 2006, une semaine après la brillante qualification (9 victoires, 1 défaite) pour le Mondial-2014 au Brésil.

"Depuis le Mondial-2006, l'équipe nationale a atteint le top-4 à chaque Mondial et Euro et l'équipe s'est qualifiée avec brio pour le Mondial-2014 au Brésil. Tout le mérite en revient à Joachim Löw et son équipe, a déclaré le président Wolfgang Niersbach en conférence de presse au siège de la DFB à Francfort.

"A travers cette prolongation, la DFB veut montrer sa confiance en ce groupe", a ajouté le patron du football allemand, qui n'a jamais caché son soutien au sélectionneur, particulièrement ces dernières semaines.

L'annonce a été saluée par de nombreux grands noms du football allemand, comme Franz Beckenbauer: "L'équipe nationale est en confiance, la sélection des joueurs n'a jamais été aussi bonne... C'est tout à fait logique que cette collaboration se poursuive dans l'avenir", a déclaré le "Kaiser", qui a guidé l'Allemagne à son troisième triomphe mondial en 1990 (après 1972 et 1980).

"On n'est pas au bout de notre voyage, nous avons encore de gros objectifs que nous souhaitons atteindre ensemble", a déclaré Löw, estimant que "la DFB offre à l'encadrement et à l'équipe un environnement idéal".

Objectif, le titre
Son équipe a été également prolongée: Oliver Bierhoff au poste de manager et Andreas Köpke au service des gardiens de but, tous deux pour deux ans, tandis que Hansi Flick quittera son poste d'ajoint après le Mondial pour occuper celui de directeur sportif de la DFB.

Le premier objectif est évidemment la conquête du titre mondial au Brésil, trophée attendu par tout un pays depuis le sacre européen de 1996, après les échecs sous la direction de Löw sur la scène européenne (2e en 2008 et demi-finaliste en 2012) et mondiale (3e en 2010).

Ni le sélectionneur ni le président de la DFB n'ont voulu évoquer l'existence d'une clause de sortie selon le résultat de la Mannschaft l'été prochain au Brésil.

Sans en démentir l'existence, Wolfgang Niersbach a souligné que "la tradition à la DFB veut que l'on ne parle pas des détails du contrat", et que "c'est bien de ne pas le faire en public".

Löw a affirmé qu'il ne pensait nullement à de "tels scénarios". "Ca n'a aucun sens. On est convaincu que l'on va faire une belle Coupe du monde, cela ne fait aucun doute parmi nous", a assuré "Jogi", qui totalise 68 victoires en 99 matches à la tête de la Mannschaft.

Cet ancien honnête joueur de D2 allemande, au modeste passé d'entraîneur avant spon arrivée à la tête de l'équipe nationale, célèbrera son 100e match le 15 novembre à Milan en amical contre l'Italie, avant d'aller quatre jours plus tard à Wembley pour affronter l'Angleterre: deux autres qualifiés pour le Mondial brésilien.

Fifa.com (18/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 21 Oct - 18:16

Ronaldo : "Mon histoire et mes buts sont ineffaçables"



On ne présente plus Ronaldo Luís Nazário da Lima. Le Brésilien est purement et simplement l'un des meilleurs attaquants de l'histoire du football. Meilleur buteur de la Coupe du Monde de la FIFA™ avec 15 réalisations, l'ancien avant-centre du Real Madrid, du FC Barcelone, de l'Inter Milan et de l'AC Milan, entre autres clubs, a célébré il y a quelques mois les 20 ans de ses grands débuts dans le football professionnel, le 25 mai 1993. Cette date marque le coup d'envoi d'une carrière couronnée des plus grands succès.

Ronaldo avait 16 ans et il allait faire ses grands débuts avec les professionnels de Cruzeiro contre Caldense, dans le Campeonato Mineiro 1993. Vingt ans plus tard, à l'occasion d'une visite à Zurich, il évoque pour FIFA.com le trac du néophyte, sa première paye, ses passages successifs par des clubs rivaux et la grande fête qui s'annonce : la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.


Ronaldo, il y a 20 ans, vous faisiez vos grands débuts comme footballeur professionnel. Avec le recul, quels sont les premiers souvenirs qui vous viennent à l'esprit de ce jour-là ?
Cela fait tellement longtemps ! Je me souviens parfaitement de tout dans ma carrière, depuis le début. J'avais cette sensation de grandir et de devenir un footballeur professionnel à Cruzeiro. J'ai toujours rêvé d'être joueur de football professionnel. Par conséquent, j'ai ressenti une grande émotion quand je me suis rendu compte que c'était en train d'arriver. Ce fut vraiment magique ! J'avais les jambes qui tremblaient, les bras, les mains, tout. Après, le match a commencé et ça m'a un peu calmé.

Vous souvenez-vous de ce que vous avez pensé quand l'entraîneur vous a annoncé que vous joueriez ?
Ça m'a rendu très nerveux, très stressé. Mais en même temps, j'étais optimiste car c'était tout ce que je souhaitais : pouvoir jouer. J'avais une boule dans le ventre à cause de la peur et des responsabilités, mais je me dis en même temps que c'est ce que j'avais cherché. J'ai réussi à surmonter la nervosité. En général, les footballeurs sont nerveux avant les matches mais dès que le coup d'envoi est donné, ça passe. On oublie tout.

À qui avez-vous annoncé la nouvelle en premier ?
À cette époque, nous n'avions pas de téléphones portables. Je me souviens même que parmi mes amis de Bento Ribeiro, presque personne n'avait le téléphone fixe à cette époque. Ils étaient tous très contents. Le match n'était pas télévisé, alors mon père est allé dans un autre quartier, où il y avait une colline assez élevée. De là, avec son vieux transistor grandes ondes, il a capté une station de Belo Horizonte, à 600 kilomètres de Rio de Janeiro. Il a écouté le match en direct. Nous avons gagné… Quelle émotion !

La vie a beaucoup changé depuis cette époque. Vous souvenez-vous de ce que vous avez fait avec votre première paye ?
Oui, oui, je me souviens… Ma première paye, je l'ai donnée à ma mère, car nous avions un canapé à Bento Ribeiro, et je dormais dessus. Mes frères avaient un lit, mes parents aussi et moi, je dormais sur le canapé. Ma mère a tout transformé, par reconnaissance aussi, pour que j'aie un meilleur endroit pour dormir.

Quand vous repensez à cette époque, vous dites-vous que vous auriez peut-être dû faire les choses différemment ?
Non non, pas du tout. Grâce à ma discipline, aux sacrifices et à mon dévouement pour le football, tout s'est passé comme je le voulais. Ou plutôt : mieux que je ne l'espérais. Je n'avais jamais pensé arriver aussi loin. J'ai toujours rêvé d'être footballeur et de ce point de vue, ma vie sportive a été parfaite.

Parfaite, mais pas simple. Très jeune par exemple, vous avez émigré aux Pays-Bas. Comment s'est déroulée cette étape, avec l'éloignement et la difficulté pour communiquer avec vos proches ?
Ce fut très difficile. J'avais à peine 17 ans. La Hollande est un pays très différent du Brésil, où il peut faire moins 30 degrés. Pour quelqu'un qui a grandi à Rio, ce n'est pas une bonne nouvelle ! J'ai beaucoup souffert du froid. Parfois à l'entraînement, j'étais vraiment frigorifié. J'avais froid partout : aux pieds, aux jambes, aux mains, au cou, aux oreilles, partout. Je ne pensais pas que dans ma vie, j'aurais un jour aussi froid. L'alimentation aussi posait problème. Je ne parlais pas la langue et j'avais beaucoup de mal à choisir ce que je voulais sur le menu. J'ai mis des années à apprendre la langue. Aujourd'hui, je ne parle plus le Hollandais car je ne l'utilise plus. Mais sur le terrain, je m'amusais. Le sacrifice en valait donc la peine.

Quels attaquants admiriez-vous à cette époque ?
Zico, sans aucun doute, a été ma grande idole. Mais comme attaquant, à ce moment-là, je dirais Marco Van Basten. Il a été l'un des meilleurs numéros 9.

Pourriez-vous citer un événement qui a marqué votre carrière de manière positive ? Un seul…
C'est difficile d'en isoler un seul. Je dirais que toutes les décisions que j'ai prises ont été parfaites et sont arrivées au bon moment. Le choix de Cruzeiro, du PSV, de Barcelone, de l'Inter… et ainsi de suite. C'était ça le plus important.

Regrettez-vous de ne pas avoir joué dans un club en particulier ?

Un club, je ne sais pas, mais j'aurais aimé jouer dans le championnat d'Angleterre. Je n'en ai eu ni l'opportunité ni le temps.

Vous avez brillé avec le FC Barcelone, mais vous avez signé au Real Madrid. Vous avez également défendu les couleurs de l'Inter Milan et de l'AC Milan. Beaucoup de fans vous aimaient, cela ne fait aucun doute, d'autres moins...
Comme le disait le grand écrivain Nelson Rodrigues, "l'unanimité est stupide." Ça ne me dérange absolument pas de ne pas plaire à tout le monde. J'espère seulement plaire à la majorité (rires).

Un an après vos débuts professionnels, vous remportez la Coupe du Monde de la FIFA™ aux États-Unis. Même si vous n'avez pas eu de temps de jeu à cette occasion, comment se passait la cohabitation avec des joueurs comme Romario, Dunga ou Bebeto ?
Ce fut magnifique. Je partageais le quotidien de Romario, Bebeto, Dunga, Raí, Leonardo… autant de joueurs que j'ai longtemps connus seulement par la télévision et que j'admirais. Soudain, je me retrouvais avec eux, en train de jouer et d'apprendre. Je me souviens qu'à l'entraînement, j'observais minutieusement tous les mouvements de Romario et de Bebeto. J'ai beaucoup appris comme ça.

Brésil 2014 approche à grands pas. Quelle analyse faites-vous de la Seleção actuelle ? Une Coupe du Monde de la FIFA™ n'est pas la même chose que la Coupe des Confédérations de la FIFA…
Ce n'est pas la même chose, non, mais l'équipe a quand même montré son potentiel. Elle a eu le temps de s'entraîner et les résultats sont là : le Brésil a beaucoup amélioré son jeu. Les Brésiliens espèrent gagner la Coupe du Monde à domicile et moi aussi, j'y crois beaucoup. Nous avons de nombreuses possibilités.

Quels sont vos favoris pour le titre ?
L'Espagne et l'Allemagne restent des candidats sérieux, mais le Brésil a montré une grande force et il jouera devant son public. Je dirais que les favoris sont le Brésil, l'Allemagne et l'Espagne. Dans cet ordre.

Savez-vous que Miroslav Klose est à un but d'égaler votre record du meilleur buteur de l'histoire de la compétition ?
Oui, oui… beaucoup de gens m'en parlent. Je crois que dans le football, les records existent pour être battus. Cette possibilité ne m'inquiète pas. Un jour, quelqu'un battra ce record. J'ai écrit mon histoire en marquant beaucoup de buts et cela, personne ne me l'enlèvera. Mon histoire et mes 15 buts sont ineffaçables. S'il marque plus de buts que moi, je le féliciterai et je l'admirerai pour cela. Mais mes buts, mon histoire, personne ne pourra me les enlever.

Ce serait une revanche pour les Allemands. Après tout, vous avez battu le record de Gerd Müller dans son propre pays…
Oui, c'est possible ! Ce record pourrait revenir en Allemagne. Mais c'est une satisfaction individuelle, cela n'a rien à voir avec une conquête collective. Ça a aidé l'équipe, c'est certain, mais le plus important reste ce qui est atteint collectivement.

Au vu de tout ce qui s'est passé au cours des 20 dernières années, quel conseil donneriez-vous au Ronaldo de 1993 si vous en aviez l'opportunité ?
D'avoir de la patience, de l'ambition et beaucoup de discipline. Mais ma tête n'a pas beaucoup changé au fil des années. Je referais tout exactement à l'identique.

Fifa.com (21/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 22 Oct - 19:31

Ahmadi rêve en grand et fait rêver l'Afghanistan



Après le succès de l'Afghanistan 2:0 face à l'Inde en finale du Championnat d'Asie du Sud, le président Hamid Karzai a décrété un jour férié, tant l'événement a rendu heureux tout le pays. Ce jour de fête n'aurait peut-être jamais eu lieu, si le héros du match,Sandjar Ahmadi, n'avait pas pris une décision courageuse avant le début du tournoi.

Quelques semaines plus tôt, Ahmadi était à Hambourg pour entamer une formation quand l'équipe nationale d'Afghanistan vient sonner à sa porte. La raison l'emporte sur la passion et Ahmadi refuse sa convocation dans un premier temps. Sauf qu'il réalise que c'est son rêve depuis tout petit de devenir professionnel. Il finit par changer d'avis, quelques jours avant le premier match du Championnat d'Asie du Sud à Katmandou. "Deux jours avant le match, je me suis décidé à rejoindre l'équipe nationale, quoi qu'il m'en coûte !", raconte-t-il aujourd'hui

Aussitôt dit, aussitôt fait. Ahmadi arrive juste à temps pour l'entrée en lice de l'Afghanistan. La suite, jamais l'attaquant n'aurait pu l'imaginer, même dans ses rêves les plus fous. Grâce à ses buts, le joueur de 21 ans a mené les Lions de Khurasan jusqu'en demi-finale face à l'hôte népalais, avant de leur offrir la victoire en finale à l'issue d'un véritable conte de fées. Quelques jours auparavant, il jouait encore pour le TuS Dassendorf, en cinquième division, contre d'autres amateurs de la région de Hambourg.

De retour dans son pays d'origine, le voilà fêté par 30 000 supporters déchaînés au stade national de Ghazi pour ce qui constitue le plus grand succès de l'histoire du football afghan. "Quand nous avons ramené la coupe à la maison, les gens sont devenus fous", poursuit-il. "Les rues étaient bondées, tout le monde était heureux. Des milliers de personnes ont scandé mon nom. Ils voulaient nous toucher, nous embrasser. Je ne pouvais pas sortir tout seul dans la rue sans être accompagné ou bien sous escorte policière."

Une passion, un métier

Mais lorsque le nouveau héros national rentre en Allemagne, il ne tarde pas à déchanter. Il commence par perdre le poste en formation qu'il venait d'obtenir. Il se retrouve tiraillé entre le bonheur intense qu'il venait de vivre et, la peur du lendemain. Mais le destin s'en mêle à nouveau... Les dirigeants du Mumbai FC ont apprécié son lob remarquable face au Népal en demi-finale et souhaitent s'attacher les services de l'attaquant aux huit buts en 18 sélections. Ahmadi tient enfin la chance de faire de sa passion un métier. 

Après avoir réglé ses problèmes de visa, l'international afghan peut enfin commencer son aventure en I-League. En Inde, Ahmadi habite dans un appartement confortable, qu'il partage avec son capitaine en équipe nationale, Haroon Amiri. "Le fait qu'il soit ici m'aide beaucoup", assure Ahmadi. "Venir en Inde, loin de ma famille, de chez moi, n'était pas une décision facile à prendre. Il m'a beaucoup appuyé dans mon choix", confie le nouvel attaquant du Mumbai FC.

En Inde, le football reste encore dans l'ombre du cricket, le sport national, ce qui ne choque pas outre mesure le nouveau venu. "Ici, le football, ce n'est pas comme en Europe, mais il y a des matches où les stades sont vraiment bien remplis et je peux vraiment réaliser mon rêve..."

Fifa.com (22/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 23 Oct - 11:51

Australie : Gallas à Perth



Le défenseur français William Gallas a signé mercredi pour un an en faveur du club de Perth évoluant en 1re division australienne, après avoir été remercié par Tottenham (1re div. anglaise).

L'ancien international français, qui a évolué notamment à Chelsea et Arsenal et qui aurait reçu des propositions de Manchester City, Crystal Palace (Angleterre) ainsi que de clubs du Moyen-Orient et d'Amérique, a dit avoir choisi Perth pour le défi que représentait cette option.

"J'ai hâte de porter avec fierté le maillot de Perth Glory cette saison", déclare Gallas dans un communiqué.

"Je suis impatient de relever ce défi et j'espère faire plaisir aux fans", ajoute le joueur de 36 ans.

"Quel meilleur joueur au monde pouvions-nous faire venir (...) que quelqu'un comptant 84 sélections avec l'une des plus grandes nations du football mondial ?", s'est félicité l'entraîneur de Perth Alistair Edwards qui compte sur l'expérience de Gallas pour guider une équipe composée de jeunes joueurs.

Gallas, 84 sélections avec la France, sera le premier joueur français à évoluer dans le championnat australien où jouent déjà d'anciennes vedettes des championnats européens comme l'Italien Alessandro Del Piero ou l'Anglais Emile Heskey.

Fifa.com (23/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 23 Oct - 11:52

Australie : Postecoglou nouveau sélectionneur



Ange Postecoglou a été nommé mercredi sélectionneur de l'Australie après le limogeage de l'Allemand Holger Osieck, et sera chargé de diriger les Socceroos durant le Mondial-2014 au Brésil, a annoncé la Fédération australienne (FFA).

La FFA a donc préféré Postecoglou, qui a signé un contrat de 5 ans, au Néerlandais Guus Hiddink un temps présenté comme favori à la succession d'Osieck. Ce dernier, qui a pourtant qualifié l'Australie pour le Mondial-2014, a été remercié après les deux défaites 6-0 concédées face au Brésil (7 septembre) et à la France (12 octobre).

"Il a toujours été dans nos plans de nommer un jour un Australien à la tête de la sélection", a commenté un responsable de la FFA, Frank Lowy. "Mais il ne s'est jamais agi d'avoir un Australien pour avoir un Australien. J'ai toujours cru que nous devions avoir la meilleure personne possible pour ce poste", a-t-il ajouté.

Postecoglou, ancien défenseur international australien de 48 ans, est né en Grèce et a émigré en Australie à l'âge de 5 ans. Le nouveau sélectionneur, qui a remporté deux fois le championnat australien avec Brisbane avant de rejoindre Melbourne la saison dernière, veut pousser les Socceroos à "s'efforcer à être grands, jouer avec courage et avoir une foi inébranlable dans notre mission".

Le premier match de Postecoglou à la tête de l'Australie est programmé le 19 novembre à Sydney contre le Costa Rica.

Fifa.com (23/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 24 Oct - 11:31

AFC Champions League
Damjanovic, buteur "Asie-muté"




Au Monténégro, la réputation de Dejan Damjanovic n’est plus à faire. Décisif face à l’Ukraine (0:1), l’Angleterre (1:1) et la Pologne (1:1) - entre autres - il a été l’homme fort de la campagne mondialiste des Hrabri Sokolila, achevée sur une malheureuse troisième place du Groupe H. Au rythme de ses exploits, l’Europe a également eu l’occasion de découvrir ce serial buteur de 32 ans jusque-là plutôt méconnu… Au-delà des frontières du Vieux Continent, le natif de Mostar est paradoxalement une véritable star.

C’est dans un relatif anonymat que l'attaquant complet d’1m86 a fait ses débuts professionnels en 1998. Balloté d’un club serbe à un autre pendant huit saisons quelconques, Damjanovic se voit offrir en 2006 la possibilité de quitter le pays où il a été obligé d’émigrer durant la guerre qui frappa la région aux débuts des années 90. Les portes de l’Asie s’ouvrent à lui. Celles de la gloire également.

"Aucun parcours de joueur n’est semblable à l’autre. Certains trouvent le succès en Amérique, d’autre se révèlent en Europe. Un peu par hasard, ma carrière m’a conduit en Asie. Je pourrais difficilement le regretter", raconte l’intéressé au micro de FIFA.com. "Je n’étais pas malheureux en Serbie, on y joue un football de grande qualité. Mais je cherchais un endroit où je pourrais m’épanouir pleinement. Et Je l’ai trouvé."

Sa première expérience asiatique, au club saoudien d’Al-Ahli, va annoncer la couleur : Damjanovic inscrit sept buts en huit rencontres et devient incontournable sur le plus grand continent du monde. Son ratio-buts séduit le clud d’Icheon United : le Monténégrin répond à l’appel en faisant trembler les filets à 14 reprises en 26 matches. Déjà idole en République de Corée, le FC Séoul attire le phénomène dans ses filets la saison suivante. Cinq ans plus tard, Il y est devenu une légende.

"Bien sûr, ce n’était pas si idyllique que cela. Les premières semaines ont été dures. Il faut un certain temps pour s’acclimater. Mais la qualité de vie ici est telle qu’on peut finalement s’adapter très rapidement. Aujourd’hui, je me sens ici chez moi et c’est, je crois, le plus important", raconte le meilleur buteur étranger de l’histoire du championnat. "J’ai eu de multiples opportunités de revenir en Europe, mais j'ai préfé refuser les offres. J’aurais eu l’impression de commencer une nouvelle carrière professionnelle avec toutes les difficultés que cela engendre. Ici, je suis heureux, relax et très attaché au club de Séoul."

C’est réciproque. Damjanovic jouit dans la capitale coréenne d’une immense cote d’amour. Ses 113 réalisations pour 189 apparitions étalées sur cinq ans y sont pour beaucoup. Mais pas seulement. Le garçon présente en plus l’immense avantage d’être drôle, intelligent et sympathique à la fois. "Cela n’a rien de révolutionnaire, mais plus tu joues bien, plus on t’aime", résume-t-il avant d’ajouter : "Les gens m’acceptent peut-être plus facilement parce que je suis quelqu’un de décontracté. Le fait que je respecte le club, en m’inscrivant ici dans la durée, doit également compter". Seul bémol : le langage. "Je me fais beaucoup charrier, mais je bloque vraiment : c’est impossible pour moi de parler le coréen".

Le Maroc à défaut du Brésil
Alors, il s’exprime sur le terrain, et y prend du plaisir : "Question football, ça joue vraiment bien ici. C'est rapide, technique, physique... La K-league n’a rien à envier à certains championnats européens. Elle me semble équivalente à l’élite belge ou néerlandaise, à l’exception peut-être du PSV Eindhoven ou de l’Ajax. En Asie, elle est en tout cas parmi les meilleures, à en croire les bons résultats de ses représentants dans les coupes continentales".

Il est bien placé pour le savoir. Champion de K-League 2012 , un titre auquel Damjanovic et ses 31 pions auront grandement contribué,  le FC Séoul s’apprête à disputer la finale de la Ligue des champions de l’AFC face à Guangzhou Evergrande : "C’est une grande équipe. Elle est pour moi favorite, ayant notamment l’avantage de recevoir au match retour. Mais je reste confiant, on peut créer la surprise, d’autant que Guangzhou a toujours eu des problèmes à chaque fois qu’elle a dû affronter une équipe sud-coréenne", note le Monténégrin. "On va tout faire en tout cas pour ramener le trophée, ce serait historique pour mon club."

Une victoire propulserait le FC Séoul et Damjanovic en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013. Ce serait une belle consolation pour celui qui "rêvait avant tout d’emmener son pays au Brésil". Ce serait aussi l’occasion idéale, pour le monde entier, de découvrir pour de bon ce buteur qui gagne… à être connu.

Fifa.com (24/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 24 Oct - 17:30

France : La Fédération ne suspend pas Evra



Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët a reçu Patrice Evra jeudi et a décidé de le laisser "à la disposition de la sélection", après "le regret manifesté par le joueur sur la forme" de ses récents propos polémiques, a indiqué la FFF.

"Tenant compte des explications fournies, du regret manifesté par le joueur sur la forme employée et dans la perspective de deux matches décisifs pour l'avenir du football français, le président Noël Le Graët décide que Patrice Evra reste à la disposition du sélectionneur national", explique la "3F" dans un communiqué.

Dimanche dernier, Evra avait traité quatre consultants de "clochards" et "parasites", entre autres, dans un entretien télévisé.

Le joueur de Manchester United a été reçu jeudi par Le Graët et le sélectionneur Didier Deschamps qui "ont, de nouveau, signifié devant le joueur leur désaccord formel quant à certains termes employés et à l'opportunité de ce règlement de comptes personnel à l'approche d'une échéance capitale (barrages qualificatifs pour le Mondial contre l'Ukraine les 15 et 19 novembre)", selon ce texte.

Evra s'est défendu "d'avoir voulu nuire, de quelque manière que ce soit, à l'image de la sélection nationale ou du football français", poursuit la FFF.

Le latéral gauche "a fait valoir que, si le moment était effectivement mal choisi, et l'emploi de certains mots déplacé, l'acharnement dont il estimait être la victime de la part des personnes visées était une réalité dont avait eu à souffrir sa famille".

Cette polémique avait ressuscité les fantômes de Knysna, nom resté célèbre pour la fameuse grève des Bleus, dont Evra était alors le capitaine, à un entraînement pendant le Mondial-2010 en Afrique du Sud.

Evra avait reçu mardi le soutien d'Alex Ferguson, l'ex-entraîneur de Manchester United, et de David Moyes, son entraîneur actuel.

Fifa.com (24/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 24 Oct - 17:31

Le Liberia sanctionné pour avoir aligné un joueur inéligible



La Commission de Discipline de la FIFA a sanctionné ce 24 octobre 2013 la Fédération Libérienne de Football (LFA) pour avoir aligné un joueur inéligible lors du match de la compétition préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ disputé le 7 septembre 2013 entre l’Angola et le Liberia.

L’Angola est déclaré vainqueur de ce match par forfait sur le score de 3:0, tandis que la LFA écope également d’une amende de CHF 6 000 après que la Commission de Discipline a considéré que l’association a violé les dispositions de l’art. 55, al. 1 du Code disciplinaire de la FIFA et de l’art. 8 du Règlement de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

La sanction est liée au fait que le joueur libérien Nathaniel Sherman n’ait pas purgé la suspension automatique d’un match qui lui a été imposée pour avoir obtenu deux avertissements lors de deux matches différents (art. 17, al. 3 du Code disciplinaire de la FIFA).

La décision de la Commission de Discipline n’a aucune incidence sur le classement des équipes dans le groupe J des éliminatoires de la zone Afrique puisque le résultat initial du match était de 4:1 pour l’Angola. Aucune des deux équipes ne s’est qualifiée pour le troisième tour des éliminatoires après que le Sénégal a terminé en tête du groupe avec quatre points d’avance sur l’Ouganda.

La décision a été dûment notifiée à la LFA ce 24 octobre.

Fifa.com (24/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 25 Oct - 17:50

AFC Champions League
Zhang voit très grand avec Evergrande




Régulièrement comparé à l'Espagnol Sergio Ramos dans son pays, tant pour son physique que pour son comportement sur le terrain, le Chinois Zhang Linpeng, défenseur de Guangzhou Evergrande, a hérité du surnom de Zhang-mos.

Honoré par la comparaison, Zhang confie pourtant vouer une grande admiration à un tout autre joueur. "Ramos est un grand champion. Cette comparaison est évidemment très flatteuse, mais mon joueur préféré est Nemanja Vidic", avoue le joueur de 24 ans au micro de FIFA.com. "J'apprécie son attitude, ses qualités de meneur et sa technique."

Lors du Championnat U-19 de l'AFC 2008, Zhang avait tenu son rôle de capitaine avec brio, en menant la RP Chine à la première place de son groupe. Malheureusement, la courte défaite concédée aux tirs au but devant l'Ouzbékistan l'avait privé d'une qualification pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Égypte 2009. Depuis, le Chinois s'est taillé une solide réputation en Asie grâce à la justesse de ses interventions, la puissance de ses tacles et l'efficacité de ses montées offensives.

Xu Genbao, son mentor au Shanghai SIPG, a très vite vu en lui le successeur de Fan Zhiyi, l'emblématique capitaine de l'équipe nationale. L'ancien défenseur de Crystal Palace compte justement parmi les admirateurs du jeune prodige. "C'est un joueur que j'apprécie beaucoup", confirme Fan. "Il possède toutes les qualités d'un bon défenseur. Il a un bel avenir devant lui."

L'année suivante, Zhang a reçu sa première convocation en équipe nationale. Titularisé à trois reprises lors du Coupe d'Asie de l'Est 2010, il a contribué au triomphe de la RP Chine devant la République de Corée et le Japon. "Je remercie Gao Hongbo de m'avoir donné ma chance", se souvient-il. "Ce titre régional m'a donné de la confiance. J'ai su que j'étais capable de tirer mon épingle du jeu contre n'importe quel adversaire."

Lippi ,le perfectionniste
Son talent, son expérience et cet état d'esprit conquérant lui ont permis de s'imposer rapidement à Guangzhou Evergrande. Plus gros transfert de la saison 2010 en RP Chine, Zhang a immédiatement mené l'ambitieux promu à son premier titre de champion. Il a depuis ajouté deux autres couronnes nationales à son palmarès, remportées sous la houlette de Marcello Lippi. Sur la scène continentale, Guangzhou Evergrande a atteint la finale de la Ligue des champions de l'AFC cette année, après avoir échoué en quart de finale la saison précédente.

Le champion de RP Chine aborde sa double confrontation avec le FC Séoul en position de favori. De son côté, Zhang préfère insister sur l'excellent travail réalisé par le technicien italien depuis son arrivée. "Lippi est un grand entraîneur", assure-t-il. "Aucun détail ne lui échappe. Si vous commettez une erreur ou si vous n'êtes pas concentré à l'entraînement, il vous arrête, vous corrige et vous encourage à faire mieux. C'est un perfectionniste."

Capable d'évoluer à tous les postes de la défense, Zhang est régulièrement aligné dans le couloir droit par Lippi. Sa rigueur défensive et ses montées percutantes font de lui l'un des principaux animateurs du jeu offensif de son équipe. Auteur de quatre réalisations en championnat, il a signé une passe décisive lors du succès de la RP Chine sur l'Irak dans les qualifications pour la Coupe d'Asie de l'AFC 2015, en mars dernier.

Ce 26 octobre, Zhang aura peut-être un grand rôle à jouer en finale aller de la Ligue des champions. Touché à la cheville en demi-finale contre Kashiwa Reysol, l'international chinois a passé les dernières semaines à l'infirmerie. Il a ainsi manqué le déplacement de la RP Chine en Indonésie pour le compte des préliminaires de la Coupe d'Asie, lequel s'est soldé sur un nul 1:1. Heureusement pour Guangzhou, le défenseur sera rétabli à temps pour participer à la finale. "Je serai prêt. J'ai déjà gagné trois titres de champion avec Guangzhou et j'ai bien l'intention de franchir un nouveau cap en remportant cette Ligue des champions."

Fifa.com (25/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 26 Oct - 14:02

Pologne : Nawalka nouveau sélectionneur



Le Polonais Adam Nawalka prendra en charge l'équipe nationale de football, en remplacement de Waldemar Fornalik, limogé après n'avoir pu la qualifier pour le Mondial-2014, a annoncé samedi la Fédération polonaise PZPN.

"L'objectif de la représentation et du nouveau sélectionneur est évident: se qualifier à l'Euro-2016 en France", ajoute la fédération sur son site internet. Nawalka, 56 ans, ancien milieu de terrain au Wisla Cracovie, 35 sélections, entraîne Gornik Zabrze (1ère division polonaise) depuis 2010.

Depuis la fin de l'Euro-2012 la Pologne a accumulé les défaites, tombant à la 69e position dans les classements de la Fédération internationale de football (FIFA).

La Pologne s'est classée quatrième du groupe H des qualifications de la zone Europe pour la Coupe du monde 2014, devant la Moldavie et Saint-Marin, derrière l'Angleterre, l'Ukraine et le Monténégro.

Fifa.com (26/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 26 Oct - 16:47

AFC Champions League
Guangzhou dans le coup





Le FC Séoul et les Chinois du Guangzhou Evergrande ont fait match nul 2 à 2 (mi-temps: 1-1) en finale aller de la Coupe de la Confédération asiatique de football (Ligue des champions), samedi, à Séoul.

Guangzhou, entraîné par l'Italien Marcello Lippi, a été mené 1 à 0 après l'ouverture du score pour la formation locale par Sergio Escudero dès la 12e minute. Mais les visiteurs ont égalisé par Elkeson à la 30e avant de prendre l'avantage juste avant l'heure de jeu grâce à un but signé Gao Lin. Mais follement soutenu par son public, Séoul a réussi à égalisé à la 83e minute par l'intermédiaire de Dejan Damjanovic.

Le match retour aura lieu le 9 novembre en Chine, à la recherche d'un premier vainqueur de Ligue des champions depuis 23 ans.

Le vainqueur de la C1 d'Asie se qualifiera pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2013, du 11 au 21 décembre.

Fifa.com (26/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 29 Oct - 20:02

Roque Junior : "J'ai toujours su me battre contre les préjugés"



Outre son titre de champion du monde en 2002 et sa réussite au poste de défenseur au Brésil et en Europe, Roque Júnior, 37 ans, est l'un des footballeurs les mieux à même d'analyser le sport roi. Futur entraîneur, le natif de Santa Rita do Sapucaí (État de Minas Gerais) aborde avec courage n'importe quel thème, y compris celui de la discrimination raciale, dont il a lui-même été victime. C'est ce problème qui sert de fil rouge à l'entretien qui suit avec FIFA.com.

Roque Júnior, vos prises de position contre le racisme sont bien connues. Avez-vous toujours été conscient de ce phénomène, ou bien est-ce quelque chose que vous avez découvert en tant que joueur ?
Je pense que c'est essentiellement lié à mon histoire. Je viens d'une famille où tout le monde est noir, des deux côtés, et dont l'histoire est marquée par le racisme et les souffrances qui en découlent. Quand mon grand-père, qui est mort en février dernier à l'âge de 97 ans, est arrivé dans ma ville natale, les noirs longeaient la place centrale, alors que les blancs pouvaient se promener dessus. Il a été la première personne venant de l'extérieur à casser cela, dans une petite ville paysanne, où le racisme était très présent. J'ai donc pris conscience de tout cela très tôt, car c'est étroitement lié à l'histoire de ma famille. Je suis né dans une famille qui non seulement parlait de ces choses-là, mais qui en plus cherchait à affirmer un certain nombre de principes : que les noirs puissent s'exprimer, qu'il n'y ait plus de différences et que nous puissions être nous-mêmes, point. Tout cela était très clair pour moi. J'ai subi les préjugés depuis tout petit et j'ai toujours su me battre contre eux.

Tout au long de votre carrière, vous avez dû rencontrer d'autres joueurs qui ont été victimes de préjugés raciaux. Avez-vous essayé de les soutenir et de créer une forme de sensibilisation ?
Toute la question du discours sur le racisme est difficile, car il y a une grosse différence entre dire que l'on comprend le phénomène et le subir soi-même. Pour savoir de quoi il s'agit vraiment, il faut avoir été victime du racisme. Au fond, tout le monde ne comprend pas ce qui se passe et le football d'aujourd'hui présente cette particularité : le fait d'être un sportif reconnu et célèbre fait qu'en tant que noir, vous êtes parfois mieux accepté. C'est une chose horrible, mais réelle. Quand j'ai commencé à être reconnu, cela a commencé à changer mais en fin de compte, le football n'est qu'un reflet de la société. Le racisme existe et dans les endroits où il est le plus présent, on le retrouve dans tous les domaines de la société, y compris dans le sport.

Pour vous, quel serait le mécanisme le plus efficace pour combattre la discrimination dans le football ?
Ce n'est pas facile, mais d'une manière ou d'une autre, il est possible aujourd'hui de réussir à identifier les coupables, ou d'obliger les clubs à faire plus attention. Il faut mélanger les responsabilités. D'une certaine manière, l'institution qui gère le jeu doit être responsabilisée au même titre que ces personnes.

L'histoire du football brésilien est riche en très grands joueurs noirs et cependant, il est très rare que les entraîneurs brésiliens ne soient pas blancs. Vous êtes en train de suivre une formation pour devenir entraîneur et vous allez donc arriver sur ce marché. Que vous inspire cette incongruité ?
Je crois que là encore, il s'agit d'un reflet de ce que nous vivons. Lors du dernier recensement, plus de la moitié de la population brésilienne ne s'est pas déclarée blanche. Pour autant, quel est le pourcentage de noirs au poste de recteur d'université fédérale par exemple ? On peut étendre cela à n'importe quelle fonction importante : quelle y est la proportion de noirs ? C'est pourquoi je suis favorable à une politique de quotas dans les universités publiques, car c'est selon moi le seul moyen de combattre la situation historique d'inégalité liée à l'esclavage et à tout ce qui est venu après.

Votre vocation pour l'éducation explique-t-elle votre choix de devenir entraîneur ?
Oui, car je pense qu'en tant que joueur, je possède le savoir-faire. Aujourd'hui, j'ai envie de comprendre et d'essayer de transmettre. J'ai fait un MBA en gestion sportive et j'ai commencé ma formation d'entraîneur quand j'étais dirigeant au Primeira Camisa FC. Ça m'a plu. J'ai fait un stage avec Felipe Scolari à Palmeiras et ensuite, je suis allé en Europe.

En Europe, aux côtés de qui avez-vous appris ?
Au FC Porto, j'ai parlé avec un monsieur nommé Vitor Frade, qui utilise une méthodologie d'entraînement dans le football au sujet de laquelle j'avais beaucoup lu. Ensuite, j'ai passé du temps avec Marcelo Bielsa à l'Athletic Bilbao et Jürgen Klopp au Borussia Dortmund. Je suis resté presque deux semaines. Quand je suis rentré, j'étais convaincu de vouloir continuer. En mai dernier, j'ai passé mon premier niveau UEFA, en Italie.

Qu'est-ce qui a le plus retenu votre attention quand vous avez assisté de près aux entraînements de ces équipes ?
Au Brésil, on dit en général que l'entraînement c'est l'entraînement, et le match c'est le match. Mais la réalité est différente. En général, ce que vous faites à l'entraînement, vous le retrouvez en match. Par exemple, l'intensité avec laquelle le Borussia Dortmund passe de la défense à l'attaque est très travaillée. Beaucoup de gens pensent que s'entraîner signifie se transformer en robot. Ce n'est pas ça : c'est une liberté organisée. La tactique est tout simplement ce que l'équipe doit faire, collectivement, dans les quatre grandes phases d'un match de football : la défense, l'attaque, la transition attaque-défense et la transition défense-attaque. Mais au Brésil, personne ne m'avait dit qu'un match comportait quatre grandes phases.

En Europe, vous avez joué dans trois des plus grands championnats du monde, en Italie, en Allemagne et en Angleterre. Quelles sont les spécificités footballistiques de chacun de ces pays ?
En Italie, la question de la tactique et du déplacement est poussée à l'extrême. En Allemagne, on trouve un football physiquement fort, où la tactique est également présente, mais où il existe une liberté de créer. Les Allemands aiment ça. Je vais vous donner un exemple : en Italie, vous êtes en possession du ballon dans votre moitié de terrain. Si un adversaire approche, vous faites une passe courte et vous vous démarquez. Au Brésil, l'entraîneur vous dira "bien joué". En Allemagne aussi. Mais en Italie, il vous dira : "non, pas là. Le ballon est arrivé, mais tu aurais pu te tromper". En Italie, gagner un match vous procure plus une sensation de soulagement que de bonheur. Chaque pays a ses particularités et aucun n'est meilleur que l'autre. Ce sont des différences qui reflètent l'approche que chaque culture a du football.

Fifa.com (29/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 30 Oct - 19:36

Abidal reçoit le prix Fachetti



Éric Abidal a reçu le prix de l'éthique sportive Giacinto Facchetti de la Gazzetta dello sport pour sa lutte exemplaire contre un cancer du foie, a annoncé mardi le quotidien sportif italien.

"Dans le sport on apprend des choses cruciales: le partage, le courage, la force de la volonté, c'est une école de vie", a commenté le défenseur international de Monaco dans les colonnes du journal. Il recevra son prix le 4 novembre. "J'ai reçu beaucoup de soutien de ce milieu, le foot est une famille et je l'ai vraiment ressenti comme ça", a expliqué Abidal, 34 ans, qui a reçu une greffe du foie en 2012 après une rechute de son cancer.

Il a affirmé n'avoir pas craint de ne pas s'en sortir: "Je ne me suis jamais posé cette question. Disons simplement qu'à la bataille je ne me suis jamais vu comme un perdant". "Je sais que je ne suis pas à l'abri d'une rechute ni d'une autre maladie, a-t-il ajouté. Maintenant je profite de chaque moment passé en famille ou avec les amis, ce que je ne faisais pas avant".

L'ex-joueur de Barcelone a remercié le club catalan et son club actuel: "Je suis reconnaissant à Monaco et au Mister (surnom de l'entraîneur italien de Monaco Claudio Ranieri, ndlr) qui m'ont offert le plus belle chose que je pouvais vivre, continuer à jouer".

Le prix Facchetti-La beauté du football, du nom du défenseur international italien de l'Inter de Milan, connu pour son élégance sur le terrain et décédé en 2006, a récompensé par le passé, pour leur fair-play, le président de l'Uefa Michel Platini (2011) ou encore le sélectionneur de l'Italie, Cesare Prandelli (2009), alors entraîneur de la Fiorentina.

Fifa.com (30/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 30 Oct - 19:44

Autriche : Koller prolonge à la tête de la sélection



Le Suisse Marcel Koller, sélectionneur de l'équipe nationale d'Autriche depuis l'automne 2011, a prolongé son contrat jusqu'en décembre 2015, avec option supplémentaire en cas de qualification pour l'Euro-2016, a annoncé mercredi la Fédération autrichienne de football (ÖFB) dans un communiqué.

"L'ÖFB a officialisé ce matin la poursuite pour au minimum deux années du travail en commun avec Marcel Koller" jusqu'en décembre 2015, a indiqué l'ÖFB.

Ce contrat sera prolongé "automatiquement" jusqu'à la fin de l'Euro 2016 en France, en cas de qualification de l'Autriche pour la phase finale, a-t-elle précisé.

"C'était la décision, sur le plan footballistique, la plus difficile que j'aie dû prendre dans toute ma carrière. J'ai commencé ce projet avec l'ÖFB il y a deux ans et je souhaite le continuer", a déclaré Koller, cité dans le communiqué.

Marcel Koller, 52 ans, avait été approché ces derniers jours par la fédération suisse (ASF) pour prendre la succession du sélectionneur Ottmar Hitzfeld après le Mondial-2014.

Arrivé en octobre 2011 pour prendre la suite de Dietmar Constantini, Koller a échoué dans sa mission de qualifier l'Autriche pour le Mondial-2014 au Brésil. Placés dans un groupe relevé, les rouge-blanc-rouge ont terminé la phase de qualification derrière l'Allemagne et la Suède.

L'Autriche n'a plus disputé la Coupe du monde depuis 1998.

L'Autriche disputera son premier match sous les ordres de Koller le 19 novembre, en amical contre les États-Unis à Vienne.

Fifa.com (30/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 30 Oct - 19:47

Diego Costa : "L'Espagne m'a tout donné"



L'attaquant hispano-brésilien Diego Costa, qui a renoncé mardi à la Seleçao pour pouvoir jouer sous le maillot de la Roja, a estimé mercredi avoir pris la bonne décision en optant pour le "pays qui (lui) a tout donné".

Dans une vidéo publiée sur le site internet de son club, l'Atletico Madrid, il ajoute que c'était une décision "compliquée" mais "très réfléchie" et qu'il ne renonce pas pour autant à ses liens avec le Brésil, où il espère pouvoir retourner vivre après sa carrière.

"C'a été une décision assez compliquée, comme peut l'être la décision de choisi entre le pays où tu es né et le pays qui t'a tout donné, l'Espagne", explique Diego da Silva Costa, 25 ans.

"J'ai regardé, j'ai vu, j'ai soupesé, poursuit-il. La bonne chose à faire est de jouer en Espagne parce que j'ai tout fait ici, tout ce que j'ai, c'est ce pays qui me l'a donné (...) J'ai une tendresse très particulière, ici je me sens apprécié pour tout ce que je fais au quotidien et je ressens l'affection des gens".

Actuel meilleur buteur du Championnat d'Espagne avec 11 buts, il était depuis plusieurs semaines au centre d'un imbroglio entre le Brésil, avec qui il a joué deux matches amicaux au printemps, et l'Espagne, qui souhaitait le convoquer en vertu de sa double nationalité.

Même s'il a joué ces deux rencontres amicales en mars sous le maillot du Brésil, face à l'Italie et la Russie, Diego Costa, arrivé en Espagne en 2007, peut prétendre à jouer en fin de compte pour la Roja, puisqu'il ne s'agissait pas de matches de compétition.

"Quelque chose de très grand"
"Je crois qu'il faut que les gens comprennent, jamais je n'ai renoncé au Brésil, je ne vois pas les choses comme ça, je ne l'ai pas conçu comme ça, poursuit-il. C'a été une décision très réfléchie, pas un renoncement parce que j'ai de la famille au Brésil. C'est le pays où je suis né et c'est là où je vais vivre quand j'arrêterai de jouer au football. J'espère que les gens vont comprendre et respecteront cette décision très difficile".

Porter le maillot de la Roja, championne du monde et double championne d'Europe en titre, est un "honneur" et "quelque chose de très grand dans la vie d'un footballeur", souligne-t-il encore.

"A partir du moment où Vicente (Del Bosque, le sélectionneur espagnol, ndlr) me convoque, que je suis dans la liste, que je peux jouer 5, 10, 15 minutes, peu importe, je vais tout donner parce que je suis comme ça dans le vie. Dans toutes les équipes où j'ai joué j'ai tout donné", insiste-t-il.

Barré en Seleçao par plusieurs autres attaquants comme Fred ou Jô, il avait rencontré Del Bosque début octobre et, selon la Fédération espagnole, lui avait fait part de sa volonté de jouer pour la "Roja".

Diego Costa constitue un renfort de poids pour les champions du monde en titre, qui se cherchent un avant-centre indiscutable alors que Fernando Torres et David Villa ont connu chacun leur lot de blessures et de méformes.

Attaquant tout en puissance et en sang-froid, Diego Costa a signé 13 buts en 13 matches disputés cette saison toutes compétitions confondues avec l'Atlético Madrid.

Fifa.com (30/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 1 Nov - 18:55

AFC Champions League
La finale en chiffres




La finale de la Ligue des champions de l'AFC n'a pas encore rendu son verdict. Auteur d'un match nul à l'aller sur le terrain du FC Séoul (2:2), le Guangzhou Evergrande de Marcello Lippi partira néanmoins avec un léger avantage au retour, le 9 novembre prochain.

FIFA.com passe en revue les chiffres clés de cette finale indécise.

1
 - La Ligue des champions de l'AFC couronnera cette année un nouveau vainqueur. Guangzhou Evergrande et le FC Séoul courent en effet après leur premier titre dans la compétition. Les deux équipes comptent curieusement parmi les moins expérimentées du plateau : deux participations pour Guangzhou ; une de plus seulement pour les Coréens, quarts de finalistes en 2009 et 2011. En cas de victoire, Séoul deviendrait le cinquième représentant de la K-League à soulever le trophée après Jeonbuk Motors en 2006, Pohang Steelers en 2009, Seongnam Ilhwa Chunma en 2010 et Ulsan Hyundai l'an dernier. Guangzhou pourrait mettre fin de son côté à 23 ans d'attente pour les clubs chinois sur la scène continentale et succéder enfin à Liaoning, vainqueur en 1990 de la Coupe d'Asie des clubs champions.

2
 - L'entraîneur de Guangzhou Marcello Lippi pourrait ajouter un deuxième titre continental à son palmarès après avoir déjà remporté la Ligue des champions de l'UEFA en 1996 avec la Juventus. Vainqueur de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™ sur le banc de l'Italie, le technicien transalpin a l'occasion de décrocher son premier trophée comme entraîneur hors du Vieux Continent.

5
 - Les joueurs étrangers seront encore une fois attendus au tournant. Les deux attaquants brésiliens de Guangzhou, Muriqui et Elkeson, ont déjà marqué 18 buts à eux deux, plus de la moitié du total de leur équipe. Le meneur de jeu argentin Dario Conca pointe de son côté à la deuxième place du classement des buteurs de la compétition, avec huit réalisations. Le compteur du Monténégrin du FC Séoul Dejan Damjanovic en affiche six depuis son égalisation précieuse en fin de match à l'aller. Il faudra également surveiller le Japonais Sergio Escudero, auteur d'un superbe but et d'une passe décisive lors du premier acte.

6
 - Une demi-douzaine de joueurs de cette finale pourraient participer à la Coupe du Monde de la FIFA™ l'an prochain au Brésil, tous sous les couleurs de la République de Corée. Le capitaine du FC Séoul Ha Daesung, ses deux compères du milieu de terrain Ko Yohan et Yun Illok et le défenseur Kim Chiwoo ont tous été récemment appelés sous le maillot des Taeguk Warriors. Le gardien Kim Yongdae postule également comme doublure de Jung Sung-Ryong. Les progrès du défenseur central coréen de Guangzhou, Kim Younggwon, ne devraient pas non plus être ignorés par le sélectionneur, Hong Myungbo.

13

 - L'attaquant brésilien de Guangzhou, Muriqui, est devenu le meilleur buteur de l'histoire de la compétition, avec 13 réalisations. C'est le premier joueur du championnat chinois à dominer le classement des buteurs depuis Hao Haidong, qui avait conduit Dalian Shide jusqu'en demi-finales en 2003 grâce à ses neuf buts. Le Brésilien Leandro avait fait encore mieux (10 buts) avec Gamba Osaka, facilement titré en 2008. Son record n'aura tenu que deux ans avant que son compatriote Ricardo Oliveira ne fasse trembler les filets à 12 reprises malgré l'élimination en huitièmes de finale de son équipe, Al Jazira.

35
 - Avec 35 buts en 11 matches, Guangzhou dispose de la meilleure attaque de la compétition. Le FC Séoul est loin derrière, avec seulement 22 buts inscrits jusque-là.

Fifa.com (01/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 2 Nov - 14:26

Argentine : Trezeguet, 36 ans, 301 buts et une envie intacte



Champion du monde et d'Europe avec les Bleus, l'attaquant franco-argentin David Trezeguet a ajouté une nouvelle ligne à son CV vendredi en franchissant la barre des 300 buts grâce à un doublé sous ses nouvelles couleurs des Newell's Old Boys, en Argentine.

Mené 2-0 par Colon à la mi-temps, sur la pelouse du club de Santa Fe, le club champion d'Argentine en titre a égalisé grâce à deux buts de son attaquant de 36 ans: le premier, son 300e, d'une reprise du droit de 25 m à la réception d'un centre de la droite, à la 73e minute, le second, son 301e, dix minutes plus tard d'une frappe du gauche au coeur de la surface de réparation à la réception d'un centre venu de la gauche cette fois (83e).

"Aujourd'hui est un jour spécial car j'ai marqué le 300e but de ma carrière", a reconnu Trezeguet à la sortie du terrain, en se félicitant du "jeu merveilleux" de son équipe.

"Les joueurs professionnels ayant atteint ce total ne sont pas si nombreux", avait-il déclaré il y a quelques semaines, alors qu'il se trouvait encore à une longueur de ce cap. De fait, très peu de Français ont franchi cette barre des 300 buts, et s'il se rapproche désormais de Jean-Pierre Papin ou Michel Platini, Trezeguet reste encore loin du seuil de 400 atteint par Thierry Henry.

But en or
Formé au club argentin de Platense, "Trezegol" avait ensuite rejoint Monaco, où il avait inscrit 62 buts, avant de faire trembler les filets des adversaires de la Juventus de Turin à 171 reprises. Puis il avait complété son total à Alicante en Espagne, avant un retour "au pays" à River Plate et Newell's.

Seul "accroc" à ce parcours de serial buteur: pas le moindre but lors de son passage éclair à Baniyas (3 matches), aux Emirats arabes unis, après Alicante et avant de signer à River.

Champion du monde avec l'équipe de France en 1998, avec le culot de ses 20 ans et son accent argentin, il a surtout crevé l'écran en finale de l'Euro-2000 contre l'Italie, avec ce but en or d'une reprise de volée du gauche en pleine lucarne qui offrait le titre continental aux Tricolores.

Le troisième meilleur buteur de l'histoire de l'équipe de France (34 buts en 71 sélections), derrière Thierry Henry (51 buts) et Michel Platini (41), est désormais l'un des deux derniers Bleus champions du monde encore en activité, avec Henry justement, sous le maillot des Red Bulls de New York.

Recruté par "Tata" Martino
Né à Rouen de parents argentins, Trezeguet a grandi à Buenos Aires et rêvé en regardant jouer River Plate. Début 2012, de retour en Argentine, il opte pour son club de coeur, alors en 2e division. Adulé par les supporteurs, heureux de porter le célèbre maillot blanc ceint d'une bande diagonale rouge, il marque 17 buts qu'il célèbre avec la passion d'un gamin de 18 ans.

Mais cet été il est brusquement écarté du groupe professionnel par l'entraîneur Ramon Diaz, qui préfère miser sur de plus jeunes joueurs. Surpris et affecté par cette décision, "Trezegol" a rapidement reçu plusieurs propositions.

A 35 ans et encore plein d'envie, il rebondit à 300 km de Buenos Aires, aux Newell's Old Boys de Rosario, champion en titre, où il compte parmi ses coéquipiers Gabriel Heinze (ex-Real Madrid, Marseille et PSG), Lucas Bernardi (ex-Monaco et Marseille) et Maxi Rodriguez (ex-Liverpool).

Bien remis d'une tendinite rotulienne qui l'a éloigné des terrains pendant quatre mois, l'ancien Turinois a désormais inscrit 4 buts avec Newell's, finaliste en juillet de la Copa Libertadores.

A Rosario, il a aussi croisé Gerardo Martino, qui a contribué à sa venue, avant de devenir l'entraîneur du FC Barcelone.

Fifa.com (02/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 4 Nov - 14:02

Angleterre , Owen : "Messi et Ronaldo sont toujours les meilleurs" 



Jeune retraité depuis le début de la saison, Michael Owen était récemment de passage au Siège de la FIFA. L'ancien attaquant de Liverpool, du Real Madrid, de Manchester United et de l'Angleterre a profité de l'occasion pour s'entretenir avec FIFA.com.

Le natif de Chester a débuté sa carrière à Liverpool. Seize ans plus tard, il mettait fin à sa longue et belle aventure à l'issue d'une ultime saison avec Stoke. Owen, l'un des plus talentueux buteurs des années 2000, a notamment participé à trois éditions de la Coupe du Monde de la FIFA™ en 1998, 2002 et 2006.

Il se trouve aujourd'hui au début d'une nouvelle expérience dans le monde des médias. Au micro de FIFA.com, l'Anglais revient sur sa vie loin des terrains, sa collaboration avec un autre retraité célèbre, Sir Alex Ferguson, et la qualification de l'Angleterre pour la Coupe du Monde 2014 au Brésil.


L'Angleterre a terminé en tête de son groupe dans les qualifications de la Coupe du Monde. Comment jugez-vous son parcours ?
Je pensais vraiment que nous allions nous qualifier. Pour autant, on ne peut pas dire que notre parcours ait été très impressionnant. Je crois tout de même que nos supporters auraient aimé être un peu plus tranquilles. Nos performances ont parfois laissé à désirer, mais tout ça n'est pas très important. L'essentiel, c'était de se qualifier.

Quel regard portez-vous de l'équipe actuelle, ses forces et ses faiblesses ?
Je ne crois pas qu'il y ait eu un âge d'or du football anglais. Ce n'est pas la plus belle équipe de tous les temps, mais comme toutes les sélections anglaises, elle reste compétitive. Nous sommes encore loin de formations comme le Brésil, l'Argentine, l'Espagne, l'Allemagne ou les Pays-Bas. Tous ces pays ont un temps d'avance sur nous à l'heure actuelle. Mais nous sommes tout de même difficiles à manœuvrer. Je ne crois pas que nos adversaires en Coupe du Monde s'amuseront beaucoup contre nous. En somme, nous avons du talent, mais cette équipe n'a rien d'exceptionnel.

Liverpool n'a plus gagné le championnat depuis 1990. Les Reds ont-ils une chance de mettre fin à cette série noire cette saison ? 
Le championnat s'annonce passionnant. On s'attendait à une lutte à trois entre les deux équipes de Manchester et Chelsea, qui forment le trio de pointe du football anglais. Pourtant, ces trois clubs n'ont pas très bien débuté la saison. Tous ont changé d'entraîneur. Manchester City a renouvelé une grande partie de son effectif, Chelsea se cherche un buteur et Manchester United semble à la peine. Derrière, on trouve des équipes comme Liverpool, Tottenham et Arsenal. Je ne pense pas que les Reds puissent finir en tête cette année, mais une qualification pour la Ligue des champions constituerait déjà une belle performance. Malgré des débuts intéressants, Liverpool aura quand même du mal à remporter le titre dès cette année.

Vous avez joué à sous les ordres de Sir Alex Ferguson à Manchester United. D'après vous, qu'est-ce qui a changé depuis son départ ?
Quand on succède à un entraineur qui a passé plus de 25 ans dans le même club, on se retrouve nécessairement sous les projecteurs. Les changements sont probablement assez radicaux pour les joueurs et l'encadrement. Le nouveau technicien arrive avec d'autres méthodes et il faut s'adapter. Je crois que les dirigeants ont fait le bon choix en recrutant David Moyes. Son parcours plaide en sa faveur. Il a connu une réussite exceptionnelle à Everton. Sur le long terme, il s'avèrera un très bon choix. Les Red Devils traversent une période un peu difficile, mais le calendrier n'a pas été tendre avec eux. Pour autant, je ne suis pas inquiet : ils seront encore parmi les prétendants au titre à la fin de la saison.

Quel souvenir gardez-vous de votre collaboration avec Ferguson ?
Je suis fier d'avoir travaillé avec un manager de sa trempe pendant trois saisons. De loin, on se demande toujours à quoi peut ressembler un tel homme. On joue dans une autre équipe et, tous les ans, on cherche à comprendre pourquoi Manchester United est si performant. J'étais vraiment très heureux quand il m'a proposé de le rejoindre. J'ai pu voir comment il parlait aux joueurs, comment il les traitait et comment il s'y prenait pour déléguer certaines tâches à ses adjoints. L'organisation tient une place très importante dans son système. Il n'hésite pas à s'en remettre à des professionnels dans divers secteurs. J'ai beaucoup appris à son contact.

Étiez-vous intimidé par sa présence ?
Je parlerais plutôt de respect. À mon arrivée dans le vestiaire, j'ai demandé à mes nouveaux coéquipiers : "Il crie beaucoup, non ?" Ils ont secoué la tête et ils m'ont répondu : "Non, il fallait le voir il y a cinq ou dix ans. Il est très calme maintenant". C'est à se demander comment il était à ses débuts ! (rires) Il exige le plus grand respect de ses joueurs. Avec lui, il faut toujours suivre les consignes à la lettre. Mais je suppose qu'on ne peut pas atteindre un tel niveau de performance sans un minimum d'autorité.

Quel effet cela fait-il de regarder le derby de Manchester, en sachant que vous ne participerez plus à ce genre de matches ?
Tout change quand on prend sa retraite. Le football est ainsi fait que l'on raccroche les crampons relativement tôt. Je n'ai que 33 ans et ma carrière est déjà derrière moi. On ne voit pas ça dans beaucoup de professions. Ce n'est pas évident. Les deux premiers mois ont été difficiles émotionnellement, mais tout le monde doit en passer par là. En football, tout va plus vite.

Seriez-vous tenté par une carrière d'entraîneur ?

Il m'arrive d'y penser de temps en temps… puis, je me dépêche de penser à autre chose ! (rires) Beaucoup de possibilités s'offrent à vous, à la fin de votre carrière. J'ai passé les deux premiers niveaux du diplôme d'entraîneur. Parfois, je me lève le matin et j'ai vraiment envie de me lancer. Mais c'est un engagement important. Ce métier vous occupe 365 jours par an. J'ai passé de longues années sur les terrains et je crois que j'ai besoin de faire une pause. On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve, mais je ne crois pas que je finirai sur un banc de touche.

Les supporters ont parfois du mal à comprendre les difficultés du métier de footballeur. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?
Dans toutes les professions, plus vous vous élevez et plus la compétition est rude. Tout le monde veut vous battre, pour devenir le meilleur à votre place. C'est dur. Il faut toujours être à son meilleur niveau, on ne peut jamais se relâcher. On repousse sans cesse ses limites. Il faut renoncer à certains plaisirs, surveiller son alimentation, veiller à se reposer suffisamment et beaucoup d'autres choses. Il faut du talent mais ça ne suffit pas. Il faut aussi une bonne attitude, de l'engagement et le sens du sacrifice. Cela dit, je ne nie pas que les récompenses soient à la hauteur des efforts. C'est une vie difficile, mais je n'ai pas le sentiment que les footballeurs se plaignent.

L'élection du FIFA Ballon d'Or 2013 approche. Quel est votre favori ?
Nous avons vécu une belle année de football. Cette fois encore, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo devraient se retrouver en haut de la liste. Ces deux-là sont sans doute les meilleurs footballeurs du monde, à l'heure actuelle. Il faut aussi se méfier de ceux qui ont connu de grands succès avec leur club. Le Bayern Munich a tout gagné l'année dernière : la Ligue des champions, le championnat et la coupe. Un joueur comme Franck Ribéry peut nourrir des ambitions, mais je pense tout de même que Messi et Ronaldo sont les meilleurs. Ils sont capables de maintenir un niveau de performance extraordinaire sur toute l'année. Le titre ne devrait pas échapper à l'un de ces deux champions.

Fifa.com (04/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 5 Nov - 18:22

Irlande du Nord : Deux ans de plus pour O'Neill



Le sélectionneur de l'Irlande du Nord Michael O'Neill a prolongé mardi de deux ans son contrat qui court désormais jusqu'en 2016, a indiqué sa fédération.

Arrivé en décembre 2011 pour remplacer Nigel Worthington, Michael O'Neill conduira donc la sélection lors des éliminatoires de l'Euro-2016.

"Notre équipe est très jeune mais elle s'est développée lors de la dernière campagne (de qualification, ndlr) et certains joueurs de qualité ont émergé. Je suis enchanté d'être parvenu à cet accord", s'est félicité le technicien.

Conduite par O'Neill, l'Irlande du Nord a fini à la 5e place de son groupe de qualification pour le Mondial-2014, avec une seule victoire et concédant même une embarrassante défaite au Luxembourg (3-2) en septembre.

"Michael est un professionnel passionné et fier. Il l'a montré comme joueur et maintenant comme sélectionneur. Je pense que c'est la bonne personne pour le poste. Je n'ai aucun doute, il va poursuivre tout le travail qu'il a déjà accompli", a pour sa part réagi Jim Shaw, le président de la fédération Nord-Irlandaise (IFA).

Fifa.com (05/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 6 Nov - 13:03

République d'Irlande : Nomination du duo O'Neill-Keane



L'ancien entraîneur du Celtic Glasgow Martin O'Neill et l'ancien capitaine de Manchester United Roy Keane ont été nommés mardi respectivement sélectionneur et adjoint de l'Eire, ont-ils confirmé.

"Roy arrive avec moi et c'est une bonne chose pour moi et pour l'Eire, a déclaré O'Neill à ITV. Je serai le mauvais flic et lui le très mauvais flic. Nous sommes excités et avons hâte d'y être". "C'est une nouvelle fantastique, a réagi pour sa part l'ancien joueur de MU. Je suis flatté que Martin ait demandé à travailler avec moi. Je suis impatient de commencer à travailler et d'emmener l'équipe à l'Euro".

La nomination du ticket était un secret de polichinelle et le DG de la fédération (FAI) avait indiqué dans l'après-midi que la nouvelle était imminente.

Après avoir plus tôt indiqué sur son compte Twitter que les deux hommes dirigeraient l'équipe pour la 1re fois le 15 novembre contre la Lettonie, la FAI a fini par officialiser cette nomination. "La FIA confirme que Martin O'Neill sera le prochain sélectionneur de l'Eire et prendra l'équipe en main le 11 novembre avant de jouer contre la Lettonie et la Pologne", a ainsi reconnu la fédération dans un communiqué.

O'Neill était consultant depuis son départ de Sunderland il y a sept mois. Né en Irlande du Nord, l'ancien joueur de Nottingham, avec lequel il a remporté deux fois la Ligue des champions, est surtout connu pour ses années avec le Celtic Glasgow entre 2000 et 2005. C'est d'ailleurs en Ecosse que Keane, natif de Cork, a fini sa carrière en 2005 après avoir évolué au plus haut niveau comme milieu défensif de Manchester United pendant 13 ans sous les ordres de "Sir Alex Ferguson". Aujourd'hui âgé de 42 ans, ses expériences d'entraîneur n'ont pas été un franc succès avec Sunderland et Ipswich.

Au lendemain de la fin des éliminatoires du Mondial-2014 pour lequel l'Eire n'a pas réussi à se qualifier, le sélectionneur Giovanni Trappattoni avait choisi de se retirer.

Fifa.com (05/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:13


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 33 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 18 ... 33  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum