International -News (Part 2)

Page 30 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 2 Juin - 22:25

Le Président de la FIFA remet son mandat et convoque un Congrès extraordinaire




Le Président de la FIFA Joseph S. Blatter a annoncé ce mardi 2 juin lors d'une conférence de presse à Zurich qu'il abandonnera son mandat à l'occasion d'un prochain Congrès extraordinaire électif. Jusqu'à cette élection, il continue à exercer ses fonctions. Le Président de la FIFA a également annoncé un important programme de réformes qui sera mené par Domenico Scala, le Président de la Commission d’Audit et de Conformité.

Fifa.com (02/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 7 Juin - 13:31

Belgique : Capitaine Hazard



Promu capitaine des Diables Rouges pour la première fois de sa carrière, Eden Hazard prendra du galon face à la France dimanche (21h00) au Stade de France où son sélectionneur, Marc Wilmots, attend qu'il soit davantage encore qu'un leader technique.

Certes, Hazard doit ce brassard à l'absence de Vincent Kompany (blessé) mais cette promotion a eu le don de le flatter.

"Marc Wilmots m'a appelé il y a un mois pour me le dire, confie l'ancien Lillois. Cela fait plaisir. Être capitaine d'une équipe quand on est jeune comme moi, c'est bien".

Du haut de ses 24 ans et de ses 56 sélections, Hazard peut être considéré comme un des anciens de la sélection. En lui confiant le brassard, Wilmots espère que l'ailier de Chelsea élèvera son niveau de jeu en équipe nationale avec laquelle il n'a pas souvent brillé, à l'image de son Mondial-2014 un peu terne.

"Ce nouveau statut, c'est une manière de lui dire "Je crois en toi, toute l'équipe croit en toi, tu peux le faire" ", déclare Wilmots qui attend que sa star "se discipline encore plus dans le jeu".

Thierry Hazard, le père du joueur, abonde dans le même sens: "Au niveau de l'attitude, Eden va s'impliquer encore plus car ce brassard le rend fier même s'il ne courait pas après".

Pas question toutefois pour le joueur de forcer sa nature.

"Mon rôle ne sera pas différent. J'essayerai de donner le maximum et de montrer l'exemple sur le terrain. Je vais essayer d'apporter mon expérience des matches importants parce que c'est là qu'il faut être présent. Je ne vais pas dire des choses. Je vais juste montrer ce que je sais faire sur le terrain. Ce sera mes mots à moi. Je vais m'exprimer avec le ballon", a-t-il confié vendredi en conférence de presse.

Comme Messi, Neymar et Ronaldo
Voilà donc Hazard dans la lignée des Messi, Neymar et Cristiano Ronaldo, eux aussi capitaines de leur formation.

Une récompense logique après la saison pleine livrée par le Belge à Chelsea.

"Individuellement, j'ai presque tout gagné (notamment le titre de meilleur joueur de Premier League, ndlr). Collectivement, hormis le faux-pas en Ligue des champions, je pense qu'on a fait une très belle saison", rappelle-t-il.

"Chaque année, j'essaie de progresser. Et pour l'instant, j'y arrive. J'ai été régulier ces derniers mois alors que j'avais eu des petits creux la saison dernière, insiste Hazard. J'ai marqué des buts importants dans les grands matches. Je ne vais pas dire que ma saison a été exceptionnelle mais elle a été très réussie".

Et pour qu'elle le soit encore plus, Eden Hazard compte bien remporter les deux derniers matchs de la saison avec les Diables Rouges, dimanche face à la France, en amical, et cinq jours plus tard au Pays de Galles, leader du groupe B des qualifications pour l'Euro-2016.

"Je connais beaucoup de monde en France, rappelle l'attaquant formé au Losc. C'est un beau match à jouer, contre une belle équipe, dans un beau stade. A nous de faire ce que l'on sait faire. Les deux derniers matches contre eux se sont terminés par un 0-0. Espérons qu'il y ait plus de spectacle".

"La France reste une des meilleures équipes d'Europe. Nous, on est en train de construire quelque chose de bien depuis quelques années. Je vous dirai après le match si on a été meilleurs qu'eux ou non", sourit Eden Hazard, amusé par la deuxième place qu'occupe actuellement la Belgique au classement Fifa.

Fifa.com (06/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Juin - 12:01

Forlán : "Je voulais laisser la meilleure image possible"



La voix de Diego Forlán inspire toujours cette tranquillité que l'on pouvait ressentir le 11 mars dernier lorsqu'il a annoncé publiquement qu'il se retirait de la sélection uruguayenne. Aujourd'hui, on ressent un peu moins d'émotion dans les paroles de l'attaquant, mais toujours cette même confiance dans la décision prise.

Qu'on ne s'y trompe pas : malgré sa retraite internationale, Cachavacha fait toujours partie de la famille Celeste. Non seulement parce qu'il fait toujours partie du groupe WhatsApp que partagent ses désormais anciens coéquipiers de l'équipe nationale ("il y a quelques instants encore, j'étais en train de discuter avec eux"), mais parce qu'il est une des dernières idoles du football uruguayen. Forlán est le joueur le plus capé (112 sélections) et occupe la deuxième place au classement des meilleurs buteurs (avec 36 réalisations) de l'histoire de la Celeste. Il a joué un rôle crucial dans l'équipe qui a terminé à la quatrième place de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™, où il a lui-même été Ballon d'Or adidas, et qui a remporté l'année suivante la Copa América.

C'est sur tout cela que nous revenons avec Forlán, qui a accepté d'accorder un entretien à FIFA.com depuis le Japon, où il évolue en deuxième division avec le club d'Osaka Cerezo.


Diego, à quelques jours du coup d'envoi de la Copa América, cela vous manque-t-il de voir votre nom dans la liste des sélectionnés et de rentrer au pays pour vous retrouver avec vos coéquipiers de l'équipe nationale ?
Sincèrement, quand j'arrive au bout d'un cycle, j'essaie de tourner la page et de ne plus penser à ces moments-là. C'est ce qu'il y a de mieux à faire parce que sinon, il est évident que cela vous manque. J'ai mon propre agenda, je joue toujours au foot et je vis loin de mon pays, ce qui atténue un peu tout cela. Et puis, j'en ai profité à fond quand j'étais en sélection. J'ai pris beaucoup de plaisir jusqu'à la fin, comme en 2010 par exemple. Je voulais laisser la meilleure image possible et je pense que j'y suis parvenu.

Justement, quand vous vous penchez sur ce passé proche, n'avez-vous pas envie de continuer encore un peu ?
Si. L'envie ne manque pas mais en même temps, je savais que le moment de ma retraite internationale serait un moment difficile, peu importe quand il arriverait. Je pense que le pire serait de prendre la décision au mauvais moment et de ne pas laisser une bonne image à la postérité. J'ai trouvé qu'il était bon de le faire avant des rendez-vous officiels importants comme la Copa América et les qualifications. Il y a de nouveaux joueurs, le passage de témoin entre l'ancienne génération et la nouvelle est en train de se faire et il ne peut pas avoir lieu si l'on ne donne pas leur chance aux jeunes.

Le fait d'avoir eu moins de temps de jeu sur la fin dans le onze titulaire d'Oscar Tábarez a-t-il pesé dans votre décision ?
Non, absolument pas. On peut jouer plus ou moins, mais le plus important, c'est de faire de la place pour les jeunes. Sinon, on ne peut pas avancer. Et puis franchement, je ne pense pas avoir eu beaucoup moins de temps de jeu. Après, il y a eu un processus personnel. J'ai beaucoup parlé avec mon père et mes frères avant de prendre ma décision. L'avantage de vivre aussi loin est de pouvoir réfléchir plus tranquillement.

Quel rôle a joué le facteur psychologique dans la décision de prendre votre retraite internationale ? Vous êtes une star internationale, mais évidemment, ça ne doit pas être la même chose de jouer dans les plus grands championnats européens que d'évoluer au Brésil ou au Japon...
(Il réfléchit...) Au fil du temps et des expériences, je me suis rendu compte qu'il n'existait pas de football facile. Certains championnats sont peut-être moins forts, mais cela ne change rien au devoir de l'attaquant, qui est de marquer des buts. Être un bon buteur en Italie ne veut pas dire que vous serez automatiquement un bon buteur en Espagne ou en Angleterre. C'est un paramètre à prendre en compte. Tout dépend de la faculté d'adaptation du joueur. Je suis venu au Japon car le championnat y est très compétitif, comme on peut s'en rendre compte d'ailleurs à travers la sélection nationale où les footballeurs japonais évoluant en Europe. Sans ce niveau de compétition, je ne serais pas venu.

En parlant d'adaptation, êtes-vous surpris par la manière dont votre compatriote Luis Suárez s'est adapté au jeu de Barcelone, où il est devenu beaucoup plus qu'un buteur. Il est souvent passeur décisif…
Pour des joueurs de la classe et de la qualité de Luis, il est facile de s'adapter à des équipes de ce niveau-là. Ce rôle de passeur décisif, il l'a depuis longtemps déjà en sélection, mais on le remarque plus à Barcelone, tout simplement parce qu'il a à ses côtés le meilleur joueur du monde. Avant même qu'il ne commence à jouer avec le Barça, on pouvait se douter qu'il aurait quand même plus d'occasions de marquer ou de donner des ballons décisifs. Quand vous avez Messi et Neymar comme coéquipiers en attaque, cela vous donne à la fois plus d'espace et plus de précision dans la finition. À eux trois, ils rendent le jeu offensif beaucoup plus clair.

Vous avez été deux fois meilleur buteur du championnat d'Espagne, ce que très peu de joueurs ont réussi. En revanche, Messi et Cristiano semblent y arriver très facilement. Cela vous surprend-il ?
(Rires) Oui, c'est impressionnant... Je crois d'ailleurs que j'ai été le dernier Pichichi (meilleur buteur de la Liga espagnole) avant que ces deux-là subtilisent cette récompense ! Même chose d'ailleurs pour le Soulier d'Or européen, à l'exception de l'année où Luis Suárez a terminé à égalité avec Cristiano. C'est impossible de rivaliser avec eux. Quand on voit la concurrence qui existe entre ces deux-là, où chacun fait tout pour être meilleur que l'autre, on se dit que ce trône ne va pas être libre avant quelques années encore…

Revenons un instant sur l'équipe d'Uruguay. Dans quel état de forme la trouvez-vous avant la Copa América ?
Pas mal du tout. Comme je l'ai dit, nous sommes dans une période de transition, avec des joueurs très prometteurs, à l'image de Diego Rolán pour ne prendre qu'un seul exemple. C'est toujours plus facile avec Luis mais sans lui, l'Uruguay est capable de réaliser de grands matches aussi. On a pu s'en rendre compte. Quelles que soient les qualités individuelles, le collectif sera toujours plus important. Après, la Copa América est une compétition extrêmement difficile, où le meilleur gagne. C'est ce qui s'est passé pour l'Uruguay en Argentine il y a quatre ans.

De quoi êtes vous le plus fier aujourd'hui dans tout ce que vous avez accompli avec la Celeste ?
(Il réfléchit) Le plus important pour moi, c'est un record qui est unique dans l'histoire mondiale de football, à savoir que j'appartiens à une famille ou trois générations successives de joueurs ont gagné la Copa América. Mon grand-père l'a remporté à deux reprises, mon père et moi une fois. Il y aussi le nombre de matches que j'ai joués. Quand j'étais petit, je pouvais aller au match gratuitement. Quand vous avez été sélectionné 45 fois en équipe d'Uruguay, la Fédération vous donne un passe pour assister aux matches de l'équipe nationale. C'est ce qui s'est passé pour mon père. Maintenant, quand je vois que j'ai dépassé les 100 sélections, et au vu du nombre de joueurs de qualité produits par l'Uruguay, je suis vraiment très fier.

Fifa.com (08/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Juin - 23:35

Uruguay : Forlan quitte le Japon et pense à la maison



L'attaquant uruguayen Diego Forlan a annoncé lundi sur les réseaux sociaux qu'il allait quitter le Cerezo Osaka (2e div. japonaise) et déclaré par ailleurs que sa "priorité" était de rejoindre le club uruguayen de Peñarol.

"Mon contrat d'un an et demi achevé, nous avons décidé avec le club de ne pas renouveler notre collaboration", écrit Forlan, âgé de 36 ans, sur son compte Twitter, en remerciant le club de lui "avoir fait confiance" et "le Japon pour toute l'affection reçue".

En parallèle, c'est le journal uruguayen El Pais qui rapporte les propos de l'ex-international de la "Celeste" (112 sélections, 36 buts), désigné meilleur joueur du Mondial-2010. "J'ai dit à Juan Pedro (Damiani, le président de Peñarol, ndlr) que ma priorité aujourd'hui est Peñarol. La possibilité de jouer pour Peñarol est un des défis les plus importants de ma carrière. On m'a proposé d'autres options, mais j'ai envie d'aller en Uruguay en ce moment, où je me sens bien physiquement et footballistiquement", a déclaré le joueur passé notamment au cours de sa carrière par Manchester United (2002-2004), Villarreal (2004-2007) et l'Atletico Madrid (2007-2011).

Selon une radio locale, Forlan rejoindrait le club uruguayen en juillet prochain.

Fifa.com (08/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 9 Juin - 17:30

L'Allemagne voit double



Portée par le triomphe mondial, l'Allemagne de Joachim Löw n'a qu'une idée en tête: doubler la mise en s'emparant du titre européen l'été prochain à Paris et mettre ainsi fin à vingt années d'insuccès au niveau continental. Des joueurs au sélectionneur, les héros du Brésil sont portés par le désir de revivre l'instant magique de la réception du trophée mondial puis le bain de foule de retour à Berlin.

"Je souhaite que l'on confirme notre succès et que l'on mette notre empreinte sur une époque. L'objectif est donc de gagner à Paris puis se concentrer à nouveau sur le Mondial-2018", a rapidement affiché Löw tout comme les Neuer, Müller et autres Schweinsteiger. Le projet correspond parfaitement aux attentes de la direction du football allemand qui, en mars, a prolongé sa confiance au technicien de 55 ans jusqu'en 2018, lui offrant le rêve de décrocher une 5e étoile.

L'idée est de rejoindre dans les annales l'Espagne, auteur d'un triplé historique entre 2008 et 2012 (Euro-Mondial-Euro) et que la Mannschaft a détrôné du premier rang mondial après son sacre au Maracana le 13 juillet dernier. Historiquement, l'Allemagne compte un doublé mais dans le sens Euro-Mondial en 1972 et 1974 sous l'enseigne RFA. Depuis, tous les sélectionneurs s'y sont cassé les dents, même le Kaiser Franz Beckenbauer puis son successeur Berti Vogts, qui ont dû se "contenter" respectivement du Mondial-1990 et de l'Euro-1996.

Sur le plan de l'effectif, Löw peut compter sur la base des conquérants de la 4e étoile, avec le portier magique Manuel Neuer et le meneur d'hommes Bastian Schweinsteiger qui a succédé au néo-retraité Philipp Lahm au capitanat. Ainsi qu'un réservoir de jeunes talents extra-motivés par leur absence au Brésil, comme l'attaquant de Dortmund Marco Reus ou le gardien Marc Ter Stegen qui a crevé l'écran cette saison avec le Barça de Messi.

Bémol sur la défense

Même Mario Götze, le buteur de la finale mondiale décrié après une saison terne avec le Bayern Munich, reste pour Löw "un super talent, un joueur capable de faire la différence à tout moment". Le seul bémol concerne la défense: outre la charnière Boateng-Hummels, personne n'a encore véritablement posé son empreinte sur les places de latéraux.

Le parcours des qualifications n'a pas donné de quoi s'extasier, la faute probablement aux retraites (Lahm, Klose, Mertersacker), à la fatigue mentale et physique à l'origine de blessures. Pas de mode rouleau compresseur, comme c'était le cas lors des dernières campagnes. Après une ouverture laborieuse contre l'Ecosse (2-1), la Mannschaft a chuté en Pologne (2-0), sa première défaite dans des éliminatoires (européennes ou mondiales) depuis le 3-0 encaissé à domicile face à la République tchèque le 17 octobre 2007 en route vers l'Euro-2008.

"On a assez confiance en nous et, par dessus tout, on a les qualités pour terminer premier du groupe. L'équipe sait ce qu'elle a à faire", a répété le sélectionneur, après le succès en Géorgie (2-0) fin mars replaçant sa Mannschaft au 2e rang du groupe D à une longueur du voisin polonais. "Notre équipe est encore jeune mais je vois un gros potentiel et c'est valable pour tous les joueurs", a souligné Löw dont l'idée est "d'avoir d'une part un plan de jeu clairement défini et d'autre part d'être imprévisible".

Prochaines sorties: un amical contre les Etats-Unis de Jürgen Klinsmann et une formalité contre le Petit Poucet Gibraltar. Avant les choses sérieuses de l'automne, des retrouvailles avec la Pologne, l'Eire et l'Ecosse qui doivent permettre de valider le billet pour la France.

Fifa.com (09/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 9 Juin - 17:34

Espagne : L'étoile des champions d'Europe espagnols pâlit-elle ?



Après avoir brillé au firmament européen en 2008 et 2012, l'Espagne semble comme éteinte en vue de l'Euro-2016 en France: la "Roja" affiche des zones d'ombres dans toutes ses lignes à un an de défendre sa double étoile continentale.

. De Gea dans l'orbite de Casillas
Le désenchantement né de l'élimination l'été dernier au premier tour du Mondial-2014 reste palpable en Espagne. Et le gardien Iker Casillas (34 ans, 161 sélections) reste durablement marqué par ce fiasco, au point d'avoir commis une grossière faute de main à l'automne contre la Slovaquie (défaite 2-1) en qualifications pour l'Euro. Cela a encore fragilisé son statut face à l'étoile montante David de Gea (24 ans, 4 sélections).

Et il y a pire pour "San Iker": De Gea, en fin de contrat en 2016 à Manchester United, est pressenti pour rejoindre cet été le Real Madrid, où il concurrencerait frontalement l'icône merengue. "De Gea est un gardien pour le présent et l'avenir", a commenté Casillas fin mai au micro de la radio Cadena Ser. "S'il vient, il sera bien reçu et nous l'aiderons. Nous rivaliserons", a-t-il assuré. Mais il n'est pas sûr que Casillas sorte vainqueur de ce duel-là.

. En défense, la peur du vide

Depuis plusieurs mois, le sélectionneur Vicente Del Bosque se plaint d'un "léger déficit" de vivier au niveau de la charnière centrale. De fait, derrière le duo Gerard Piqué-Sergio Ramos, c'est un peu le désert. D'ailleurs, sur ses dix dernières rencontres, l'Espagne a encaissé 14 buts: retrouver la rigueur passée semble un impératif.

Le retour en pleine forme de Piqué, vainqueur du triplé Championnat-Coupe-Ligue des champions avec le FC Barcelone, est une bonne nouvelle mais pas une garantie alors que Ramos souffre régulièrement de pépins musculaires. Quant à la relève, elle tarde à arriver: Mikel San José (Athletic Bilbao) ou Marc Bartra (Barcelone) semblent encore un peu tendres pour le haut niveau.

. Des jeunes pour éclipser Xavi et Xabi
Xavi Hernandez (35 ans) et Xabi Alonso (33 ans) ayant pris leur retraite internationale, la "Roja" doit rebâtir son milieu de terrain, ce secteur emblématique où les petits gabarits espagnols ont bâti leurs triomphes. Certes, le milieu de Chelsea Cesc Fabregas (28 ans) et les Barcelonais Andres Iniesta (31 ans) et Sergio Busquets (26 ans) devraient faire figure de cadres à l'Euro.

Mais il faudra que d'autres figures émergent d'ici là, comme Koke, milieu tout-terrain de l'Atlético Madrid, ou bien Isco, petit meneur du Real Madrid, très bon à l'automne en club et en sélection avant de s'éteindre au printemps. Dans ce secteur, l'Espagne s'accroche à un espoir: que Thiago Alcantara, récemment revenu d'une longue blessure avec le Bayern Munich, retrouve son rayonnement et devienne le maître à jouer de la "Roja", le successeur de Xavi.

. Diego Costa, l'étoile fuyante ?
Son choix de l'Espagne aux dépens de son Brésil natal avait agité la Coupe du monde brésilienne mais Diego Costa n'a pour le moment pas justifié la confiance de Del Bosque (1 but en 7 sélections). L'attaquant de Chelsea, troisième meilleur buteur de Premier League (20 buts), traîne en outre des problèmes physiques qui l'ont écarté des rendez-vous internationaux du mois de juin.

Costa n'a donc pas résolu le dilemme récurrent de la "Roja": comment éviter que le jeu de passes espagnol ne débouche sur une domination stérile ? A ce rythme, Paco Alcacer (Valence, 3 buts en 5 sélections) et Alvaro Morata, décisif pour emmener la Juventus jusqu'en finale de Ligue des champions, pourraient bien concurrencer l'Hispano-Brésilien. Et alimenter les doutes des doubles champions d'Europe en titre.

Fifa.com (09/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 9 Juin - 17:36

France : On distingue déjà les 23 Bleus



A un an jour pour jour de l'Euro-2016 et malgré les deux claques subies face au Brésil et la Belgique, la liste des 23 de l'équipe de France est déjà balisée, seuls deux néophytes, Nabil Fekir et Paul-Georges Ntep, ayant été promus depuis le Mondial-2014.

. Gardiens: trio maintenu
Derrière l'indéboulonnable capitaine Hugo Lloris, Didier Deschamps a fini par maintenir Steve Mandanda en N.2, malgré l'émergence de Stéphane Ruffier qui avait suppléé le Marseillais forfait durant le Mondial-2014. La hiérarchie étant posée, Benoît Costil est celui qui palliera un éventuel forfait, comme ses convocations en ont attesté en octobre et mars 2014.

. Défense: ouvertures possibles?
Pour Deschamps, ce secteur constitue un vaste chantier surtout après les sept buts pris contre le Brésil (défaite 3-1) puis la Belgique (revers 4-3) en 2015. A droite, le titulaire Mathieu Debuchy sort d'une saison blanche due aux blessures et serait bien inspiré de vite revenir à niveau. Bacary Sagna est lui en concurrence avec Christophe Jallet pour un rôle de doublure, mais pas plus. Autant dire que l'apparition d'un latéral droit compétitif serait bienvenue. A gauche, derrière l'insubmersible Patrice Evra, Benoît Trémoulinas (29 ans), même passé à côté de son test face aux Belges dimanche, semble prendre le dessus sur les jeunes Lucas Digne (21) et Laywin Kurzawa (22), qui peinent à franchir un cap.

S'agissant de la charnière axiale, trois des quatre joueurs présents au Brésil devraient, sauf accident, être reconduits. Même en difficulté actuellement, Raphaël Varane est le seul à jouir d'un statut de titulaire indiscutable. Mamadou Sakho, avec qui il était associé au Brésil, devra jouer plus en club pour éviter de voir Laurent Koscielny le doubler. La seule incertitude concerne le quatrième dans la hiérarchie où Eliaquim Mangala doit se méfier du jeune Kurt Zouma.

. Milieu: chasse gardée
Dans l'entre-jeu, deux joueurs sont intouchables: Paul Pogba et Blaise Matuidi. Quand il joue et quand il est en forme, Yohan Cabaye demeure la sentinelle du milieu chère à Deschamps. Mais ce n'est plus le cas depuis un an et le Parisien devra donner des garanties pour le rester, car Morgan Schneiderlin et Moussa Sissoko sont d'autres prétendants au onze-type.

Dans un registre plus offensif, Mathieu Valbuena et Dimitri Payet seront présents et en concurrence pour animer le jeu des Bleus, en fonction du dispositif tactique du moment.

Derrière ces sept joueurs quasiment certains d'être de la partie à l'Euro-2016, Geoffrey Kondogbia semble le plus armé, compte tenu de sa grande marge de progression, pour bouleverser l'ordre établi, ou du moins mener un éventuel groupe de réservistes aux côtés de Maxime Gonalons, qui l'était déjà avant le Mondial-2014.

De fait il reste peu de chances à Josuha Guilavogui, Clément Grenier voire l'Espoir Gianelli Imbula d'être sollicités par Deschamps.

. Attaque: une place en balance
A priori cinq places devraient être allouées aux attaquants. Derrière l'incontournable leader technique Karim Benzema, Olivier Giroud et Alexandre Lacazette font office de doublures, même si le "Gunner", dans un registre de remiseur, peut être associé au Madrilène.

Deschamps ne manque pas d'avant-centres axiaux et peut difficilement se passer de ces trois-là. Mais il relève à juste titre qu'il "ne peu(t) pas les empiler les uns sur les autres". Aussi s'est-il mis à la recherche d'un attaquant "au profil différent", pour permettre plus de variétés offensives, en plus de ce que propose Antoine Griezmann, désormais bien installé en Bleu.

Ce cinquième joueur, pour peu qu'il confirme sa brillante saison écoulée avec Lyon, peut être Nabil Fekir. Rapide, percutant, décomplexé, il connaît des débuts encourageants en Bleu et peut repousser Loïc Rémy aux oubliettes, surtout si celui-ci ne joue pas plus avec Chelsea.

Avec le Lyonnais, Paul-Georges Ntep est le seul à avoir intégré le groupe France et il présente à peu près les mêmes caractéristiques. Mais pour lui, tout commence avec l'actuel rassemblement. Prendra-t-il date?

Face à cette répartition des forces, André-Pierre Gignac, Rémy Cabella et Anthony Martial auront du mal à exister.

Fifa.com (09/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 11 Juin - 20:20

Xavi présenté par Al-Sadd



Le désormais ex-Barcelonais Xavi Hernandez a été officiellement présenté jeudi par Al-Sadd, qu'il s'est dit "fier" d'avoir rejoint au Qatar, moins d'une semaine après avoir participé au triomphe du Barça en Ligue des champions.

Cinq jours après son dernier match avec son ex-club de toujours à Berlin contre la Juventus Turin (3-1), qui a scellé un second triplé pour le club catalan, et deux jours après son arrivée à Doha, où il a été accueilli à l'aéroport par de nombreux admirateurs, Xavi a évoqué ses nouvelles couleurs lors d'une conférence de presse à Doha.

Le milieu de terrain a signé un contrat de deux ans qui pourrait être prolongé d'un an, et portera les casquettes de joueur et d'entraîneur, en plus de celle d'ambassadeur de la Coupe du monde 2022 dans l'émirat.

"Je suis très, très fier de faire partie d'Al-Sadd", a déclaré l'Espagnol de 35 ans. "J'espère que je serai capable de soulever tous les titres avec ce très grand club", a-t-il ajouté en remerciant "tous les gens du Qatar".

N°6
Xavi a endossé le maillot blanc N.6 de son nouveau club après plus de vingt ans passés sous la tunique blaugrana.

Le Catalan est devenu au cours de sa longue carrière le joueur de plus titré de l'histoire du Barça, ainsi que de la sélection espagnole.

L'ex-meneur de jeu emblématique de l'Espagne championne du monde (2010) et double championne d'Europe (2008, 2012) a terminé à Berlin son parcours en beauté: 25 trophées glanés depuis ses débuts en équipe première en 1998.

Recordman du nombre de matches officiels joués avec le Barça (767), Xavi a laissé l'image d'un chef d'orchestre du jeu catalan: le fameux "tiki-taka", basé sur la possession du ballon et les passes, qui a permis au club de dominer l'Europe au cours de la dernière décennie.

Xavi n'est pas la première star espagnole à évoluer au Qatar, ni au club: Raul, le prolifique attaquant du Real Madrid, a notamment joué 39 rencontres avec Al-Sadd.

Xavi a dit qu'il comptait terminer sa carrière de joueur au Qatar avant de débuter celle d'entraîneur à part entière, n'excluant pas un retour en Espagne dans cette fonction.

"Je voudrais continuer en tant qu'entraîneur. Après cela, je verrai ce qu'il se passera", a-t-il déclaré.

Fifa.com (11/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 12 Juin - 19:00

France : Pogba, le prodige est de retour



En plein doute depuis le début de l'année, l'équipe de France attend beaucoup du retour de Paul Pogba, le trésor national, pour la remettre dans le sens de la marche samedi en Albanie.

Qui aurait pu imaginer que les Bleus seraient à ce point dépendants d'un joueur d'à peine 22 ans? Depuis ses grands débuts avec les A le 22 mars 2013 contre la Géorgie (3-1), le prodige de la Juventus Turin a manqué 7 rencontres. Résultat: une seule victoire pour les troupes de Didier Deschamps, face au Danemark (2-0), le 29 mars à Saint-Etienne.

Avant et après ce succès, il y a eu les deux claques cinglantes reçues au Stade de France par le Brésil (3-1, le 26 mars) et la Belgique (4-3, dimanche). Deux revers qui ont mis en lumière les limites actuelles des Français et souligné, par ricochet, combien l'absence de Pogba déséquilibrait tout leur édifice.

"C'est un joueur important pour nous, on le sait encore plus après le match de ce week-end, a admis Dimitri Payet, mercredi à Clairefontaine. Dans toutes les sélections, il y a des joueurs incontournables et ça fait du bien de le retrouver parmi nous."

Pogba (22 sélections, 5 buts) avait dû sécher le rassemblement du mois de mars (Brésil, Danemark) en raison de douleurs musculaires à une cuisse. Il n'avait ensuite pas croisé la route des Belges puisqu'il était mobilisé la veille pour la finale de la Ligue des champions contre le FC Barcelone (défaite 3-1) à Berlin. Et comme par hasard, les Bleus ont perdu tous leurs repères au cours de cette période.

Pogba n'est arrivé que mardi à Clairefontaine en compagnie de son coéquipier en club Patrice Evra. Il a été logiquement au centre de tous les commentaires durant le stage.

"Il fait beaucoup de très très bonnes choses et les réaliser à 22 ans c'est extraordinaire", a ainsi expliqué Deschamps le 1er juin. Juste après la défaite contre la Belgique, le sélectionneur a même eu cette phrase lourde de sens: "Avoir Paul au milieu, ça change beaucoup de choses".

Denrée rare
Deschamps l'a compris. Il ne faut pas froisser ni décourager l'artiste mais plutôt choyer celui qui a toute l'Europe à ses pieds. Le changement de cap est évident car "DD" n'a pas toujours tenu ce genre de propos le concernant, pointant souvent du doigt par le passé sa trop grande propension à céder à la "facilité".

Un reproche également entendu dans la bouche de son entraîneur à la Juve, Massimiliano Allegri. "S'il ne cabotine pas un peu moins, il aura du mal à progresser encore", a lancé le technicien italien juste après la fin du championnat.

Mamadou Sakho est également venu mettre un petit bémol au concert de louanges qui s'abattent sur le champion du monde U20 en 2013.

"Si on met Paul tout seul contre onze Belges, il n'arrivera pas à faire grand chose. Il a besoin de l'équipe", a déclaré mercredi le défenseur.

Ce genre de critiques l'ont accompagné dès le début de sa mise sur orbite. Mais toujours sûr de lui et de son talent, Pogba a tracé sa route sans s'en soucier. Dès l'âge de 16 ans, il n'a pas hésité à quitter son cocon havrais pour Manchester United avant de claquer la porte du prestigieux club mancunien en 2012, Sir Alex Ferguson le reléguant le plus souvent en équipe réserve.

Exclu dès sa 2e cape contre l'Espagne (défaite 1-0), il a aussi débuté la Coupe du monde 2014 de manière mitigée avant de la terminer en trombe avec notamment un but salvateur en 8e de finale face au Nigeria (2-0) et un titre de meilleur jeune.

Quoi qu'on pense de son caractère, Pogba n'en reste pas moins une denrée rare en équipe de France, en manque de joueurs de dimension mondiale, hormis Karim Benzema et en attendant l'envol définitif de Raphaël Varane. Deschamps ne peut plus s'en cacher: son retour est un véritable soulagement.

Fifa.com (12/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 14 Juin - 21:53

Finlande : Paatelainen limogé



Mixu Paatelainen a été limogé de son poste de sélectionneur de Finlande après la quatrième défaite en six matches de son équipe dans le groupe F des qualifications pour l'Euro-2016, a annoncé dimanche la Fédération finlandaise.

"La Fédération finlandaise a mis un terme au contrat qui la liait à Mixu Paatelainen le 14 juin 2015", a déclaré la Fédération dans un bref communiqué.

Paatelainen, 48 ans, ancien international (70 sélections), était sélectionneur depuis 2011. Il avait déclaré samedi après la défaite à domicile contre la Hongrie (0-1) que son groupe "était loin du niveau de l'Euro-2016".

Après cette nouvelle défaite, la Finlande est avant-dernière du groupe F avec 4 points et a déjà pratiquement dit adieu au championnat d'Europe en France.

Fifa.com (14/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 15 Juin - 12:01

Xavi : "Je ne pouvais pas rêver de meilleurs adieux"



Après 17 années de bons et loyaux services au Barça, Xavi Hernandez a soulevé un dernier trophée avec le FC Barcelone, celui de la Ligue des champions de l'UEFA à Berlin, le 25ème d'une carrière exemplaire. Quelques jours plus tard, le milieu de terrain que beaucoup considèrent comme le meilleur joueur espagnol de tous les temps, enfilait le maillot d'Al-Sadd, le deuxième club seulement de sa vie de footballeur.

Après avoir signé de nombreux maillots pour les jeunes supporters émerveillés venus l'accueillir, le champion du monde 2010 s'est entretenu longuement avec www.sc.qa. Il revient sur son triplé extraordinaire avec Barcelone en le comparant à celui de 2009, se confie sur son nouveau club au Qatar et explique les moyens qu'il souhaite mettre en œuvre pour participer au développement du football qatari.


Xavi vous venez de réaliser votre première présentation officielle. Qu'avez-vous ressenti au moment de tenir ce nouveau maillot ?
C'était quelque chose d'inédit pour moi puisque je n'avais jamais eu à le faire avant. J'avais vécu ce genre d'événement à bien plus petite échelle à l'âge de onze ans quand je suis arrivé à Barcelone, mais ça n'avait rien à voir. J'ai été formidablement bien reçu au Qatar. Je suis reconnaissant envers Al-Sadd, les enfants qui m'ont souhaité la bienvenue ici et les supporters incroyables de ce pays qui ont été sensationnels avec moi.

Était-ce le moment idéal pour quitter le club où vous avez passé toute votre carrière ?
L'année dernière, ma mère et mes amis m'avaient conseillé de rester un an de plus et voyez le résultat ! Je suis heureux d'avoir pu vivre tous ces moments cette année, avec le triplé et tout ce qui va autour. Je ne pouvais pas rêver de meilleurs adieux.

Le FC Barcelone est le premier club à avoir réussi le triplé à deux reprises. Vous étiez un élément central des deux équipes ayant réalisé cet exploit : lequel vous a donné la plus grande satisfaction, celui de 2009 ou de 2015 ?
Les deux, bien sûr. Celui de 2015 était un mélange d'excitation, de joie et de nostalgie, parce que je savais que je jouais mon dernier match sous les couleurs du Barça. Je voulais faire mes adieux de la meilleure façon possible et je ne pouvais pas rêver de meilleur scénario. Les deux triplés ont été extraordinaires. Nous pensions qu'il était impossible de rééditer l'exploit. Mais grâce aux circonstances du football et à une équipe fantastique nous y sommes parvenus. Je suis donc fier d'avoir participé aux deux triplés.

Qu'est-ce qui vous a décidé à venir jouer au Qatar ?
C'est un projet idéal pour moi. Trois éléments ont fait pencher la balance pour que ma famille et moi venions nous installer ici. Premièrement, j'ai l'occasion avec Al-Sadd de continuer à soulever des trophées, à essayer de tout faire pour remporter le championnat et la coupe, mais aussi de faire un beau parcours en Ligue des champions. Ensuite, j'ai un projet formidable avec l'académie Aspire, où je vais poursuivre ma formation professionnelle. Enfin, la perspective de devenir ambassadeur de la Coupe du Monde 2022 est particulièrement alléchante. L'équipe va devenir de plus en plus compétitive et je me réjouis d'être ici. À l'avenir, j'aimerais passer un diplôme d'entraîneur et aussi celui de directeur sportif.

Estimez-vous être en mesure de participer au développement de la culture du football au Qatar, en amont du tournoi ?
Je souhaite partager toute l'expérience acquise à Barcelone. D'ailleurs, j'ai déjà pu constater que certaines équipes s'inspirent de notre manière de jouer. Je sais qu'Al-Sadd et son entraîneur pratiquent un style de jeu similaire à celui que nous avons mis en place ces dix dernières années à Barcelone et avec l'équipe nationale espagnole. Je viens donc avec la certitude que je pourrai apporter ma contribution. En regardant des matches d'Al-Sadd, je me suis rendu compte qu'elle essaie de conserver le ballon et déploie un jeu auquel je suis habitué.

Vous avez soulevé le trophée lors de la Coupe du Monde 2010, première compétition organisée sur le territoire africain. Que pensez-vous pouvoir accomplir pour inspirer les jeunes de la région avant le premier tournoi au Moyen-Orient ?
Je souhaite qu'ils bénéficient de mon expérience barcelonaise. Je veux leur transmettre toutes les valeurs que l'on m'a inculquées à La Masía : le sacrifice, le travail et l'humilité. J'aimerais également m'immerger dans cette formidable culture et, à ma petite échelle, partager tout ce que j'ai appris à Barcelone.

Fifa.com (15/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 15 Juin - 19:52

Décès de Zito, double champion du monde



Le footballeur brésilien Zito, double champion du monde en 1958 et 1962, est décédé dimanche à son domicile de Santos (banlieue de Sao Paulo) à l'âge de 82 ans, a annoncé lundi son ancien club de Santos sans préciser les causes de sa mort.

Zito avait été hospitalisé plus d'un mois l'an dernier après avoir subi un accident vasculaire cérébral.

L'ancien milieu de terrain avait été sacré champion du monde en 1958 en Suède et en 1962 au Chili, à chaque fois aux côtés de Pelé, marquant un but en finale du Mondial chilien contre la Tchécoslovaquie (3-1).

En tant que joueur, il avait évolué 15 ans à Santos et remporté la Copa Libertadores en 1962 et 1963, avant d'en intégrer plus tard l'équipe dirigeante et d'être à l'origine des recrutements des jeunes stars du club comme Robinho en 1996 ou Neymar en 2003.

"Je n'ai pas de mots pour le décrire, je suis simplement énormément reconnaissant pour tout ce qu'il a fait pour moi.. merci Zito" a réagi en hommage Neymar sur les réseaux sociaux.

Fifa.com (15/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 17 Juin - 17:15

Russie : L'avenir de Capello bientôt réglé



L'avenir du sélectionneur italien de la Russie Fabio Capello, actuellement sous le feu des critiques, sera réglé "avant la fin du mois", a affirmé le ministre des Sports russe Vitaly Mutko mercredi.

"Toutes les questions concernant la direction de l'équipe nationale seront réglées avant la fin du mois", a expliqué Vitaly Mutko à l'agence de presse russe ITAR-TASS, interrogé sur le sort de Fabio Capello à la tête de la sélection.

"Il n'y a pas de secret, nous avons déjà pris certaines décisions", a également déclaré Mutko, sans dévoiler la teneur de ces décisions.

Selon une source fédérale anonyme citée par l'agence sportive R-sport, le départ de Capello devrait même être officialisé dès que des "détails techniques concernant le montant des indemnités pour annuler le contrat" de l'entraîneur seront réglés.

Une information rapidement démentie par la Fédération russe de football (RFU).

"A propos des informations concernant la possibilité du retrait de Fabio Capello, la RFU souhaite faire savoir qu'aucune décision officielle sur ce cas n'a été prise", a affirmé la fédération dans un communiqué sur son site.

"La question sera débattue lors de la prochaine réunion du comité exécutif de la RFU", a précisé l'instance du football russe.

Capello, dont le contrat court jusqu'au Mondial-2018 organisé en Russie, est sous le feu des critiques depuis la défaite de la sélection russe contre l'Autriche (1-0) dimanche à Moscou, compromettant la qualification à l'Euro-2016.

Ce revers place la Russie à la troisième place de son groupe (G), à 4 points de la Suède (2e), qu'elle rencontrera à chez elle le 5 septembre.

Parallèlement à ces critiques, un groupe de supporteurs avait lancé mardi une collecte de fonds pour réunir la somme de 21,4 M EUR, nécessaire pour rompre le contrat du technicien italien, réputé le plus lucratif du monde.

Fifa.com (17/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 18 Juin - 21:53

Mexique : Gignac tourne la page avec les Tigres



Encore un coup de griffe dans une carrière pas comme les autres: André-Pierre Gignac, en fin de contrat à Marseille, a surpris en se rendant au Mexique, pour signer prochainement chez les riches Tigres de Monterrey, à un an de l'Euro-2016 en France.

Et cette fois, ce n'est pas un canular comme lorsqu'un club mexicain s'était fait de la publicité sur le dos de Fabien Barthez en 2007. "Dédé" a lui même tweeté, en espagnol, en arrivant à l'aéroport de Monterrey: "Accueil incroyable, merci à tous (il énumère les associations de supporteurs du club, ndlr) et à la ville de Monterrey! On va faire de grandes choses #Je suis un Tigre".

Son futur club a tweetté des photos d'APG avec sombrero ou casquette du club sur la tête, t-shirt aux motifs locaux et plaque d'immatriculation "100% Tigres" dans une main, pouce levé dans l'autre.

Gignac (21 sélections, 5 buts) devait "se reposer à l'hôtel", a expliqué à l'AFP une source au sein du club sous couvert d'anonymat. Ensuite, il passera les examens médicaux jeudi ou vendredi, préalables à toute signature, a ajouté cette source.

Gignac, auteur de 21 buts en Ligue 1 cette saison, était en fin de contrat avec l'OM où il évoluait depuis 2010 après trois saisons à Toulouse (2007-2010).

Son transfert ne coûtera donc rien au club du nord du Mexique, qualifié pour les demi-finales de la Copa Libertadores 2015 contre les Brésiliens de l'Internacional de Porto Alegre, les 15 et 22 juillet.

Gignac offre ainsi une fin de non recevoir à ses autres courtisans, comme Lyon, Galatasaray, Newcastle ou même West Bromwich. L'Equipe évoque pour APG un contrat de trois saisons, plus une quatrième en option, pour 4 à 5 millions d'euros annuels.

"Les joueurs sont prêts à sacrifier leur carrière sportive pour quelques dollars de plus. Ils s'en fichent: ils vont au Qatar, en Russie, ils n'ont pas d'état d'âme. André Ayew est parti à Swansea, un grand club européen...", a ironisé Michel Tonini, vice-président du club de supporteurs marseillais des Yankees, interrogé par l'AFP.

Fin de l'histoire avec les Bleus
Les Tigres de l'UANL ont en effet les moyens. Ils appartiennent à l'une des principales entreprises de matériaux de construction au monde, la Cemex, fondée en 1906 à Monterrey et qui opère actuellement dans plus de 50 pays. Elle compte quelque 43.000 employés et a réalisé un chiffre d'affaires de 15,7 milliards de dollars en 2014.

Sacrés champions du Mexique en 1978 et 1982, les Tigres ont récemment recruté l'attaquant international nigérian de Villarreal Ikechukwu Uche.

Avec ce départ dans un championnat où évolue Ronaldinho (Quéretaro), Roque Santa Cruz, ex-attaquant du Bayern, ou encore l'ancien Niçois Dario Cvitanich (Pachuca), Gignac met sans doute un terme à son histoire avec les Bleus à un an de l'Euro-2016 en France.

Malgré son excellente saison, il n'avait de toute façon pas été convoqué par le sélectionneur Didier Deschamps pour les derniers matches amicaux -perdus- contre l'Albanie (0-1) et le Belgique (3-4).

Carrière sinusoïdale

A 29 ans, l'ancien Lorientais quitte la France après une carrière en dents de scie. Transféré des Merlus à Toulouse lors du mercato d'été 2007, il avait réalisé une première saison toulousaine compliquée (2 buts en 28 matches) au point de perdre le statut de titulaire, avant de terminer meilleur buteur de L1 lors de l'exercice suivant, avec 24 réalisations.

Le Martégal avait connu le même parcours sinusoïdal à l'OM après son transfert en 2010. Il terminera meilleur buteur du club la première saison (12 buts, toutes compétitions confondues) avant de devenir l'année suivante la tête de Turc du Vélodrome, qui moquait son état de forme (2 buts) et son poids.

Susceptible, il a répondu sur le terrain, plantant depuis au moins 13 buts en championnat lors de chacune des trois saisons suivantes. Dont la dernière, sous les ordres de Marcelo Bielsa à qui il a d'abord lié son destin à l'OM, avant de prendre ses distances.

Le joueur avait longuement été acclamé par le Vélodrome à l'issue du dernier match de la saison contre Bastia (3-0) le 23 mai. Fera-t-il maintenant rugir les fans des Tigres ?

Fifa.com (18/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 19 Juin - 15:11

Soudan du Sud : Mabil, un réfugié qui n'a rien oublié



Awer Mabil a parcouru un long chemin, dans tous les sens du terme. Né il y a 19 ans dans le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, le jeune footballeur vit désormais en Australie et a évolué avec les Young Socceroos dans la catégorie U-20. Cela dit, il n'a rien oublié de ses racines ni de l'endroit où il est né.

"Je me considère moi-même comme un Soudanais du Sud", explique-t-il à FIFA.com. "Alors même que je ne suis encore jamais allé dans ce pays", s'empresse-t-il d'ajouter. Ses parents ont fui la région déchirée par la guerre, d'abord à destination du camp de réfugiés kenyan puis, avec l'aide d'un oncle, ils ont obtenu l'asile en Australie en 2006. Même si c'est surtout en Australie qu'il a peaufiné son football, Mabil est tombé amoureux du ballon à l'époque où il était dans ce camp de réfugiés. "J'ai commencé à jouer avec mes frères et mes amis à Kakuma quand j'avais environ cinq ans. On allait dehors et on tapait dans le ballon. Ce n'était pas du tout organisé. Il n'y avait rien d'autre à faire. Quand je voulais regarder du foot à la télévision, je devais marcher pendant deux heures jusqu'au premier endroit où il y avait une télé."

Tout cela a changé, bien sûr, quand la famille Mabil a fait le long voyage jusqu'à Adélaïde. "Notre vie a changé du tout au tout. Nous ne vivions plus dans une petite cabane et je n'avais plus à marcher pendant des heures pour regarder un match de football. C'était au moment de la Coupe du Monde 2006. Je n'avais pas d'équipe préférée mais malgré tout, j'étais collé à la télévision en permanence pour regarder les matches."

C'est à cette époque qu'il s'engage pour la première fois dans un club de foot. Très vite, les recruteurs du South Australian National Training Centre le repèrent. Il joue d'abord à Adelaide United, avant de rejoindre Campbelltown City, qui évolue en FFSA National Premier League. Là encore, ses performances attirent l'attention d'un plus grand club, à savoir la grosse écurie de A-League, Adelaide United.

Il dispute son premier match avec l'équipe professionnelle en janvier 2013, à l'âge de seulement 17 ans. Depuis, il est régulièrement titulaire chez les Reds. Il a également été invité à jouer pour les U-20 australiens et a fait partie de l'équipe nationale au Championnat U-19 de l'AFC 2014, où les Young Socceroos ont manqué de très peu la qualification pour la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Nouvelle-Zélande 2015.

S'il a progressé à la vitesse de l'éclair, Mabil préfère toutefois ne pas s'emballer et surtout, il n'a pas oublié ses racines.

Retour à Kakuma
L'an dernier, Mabil est revenu à Kakuma pour la première fois depuis son départ pour l'Australie. "Je vivais à Adélaïde, mais je pensais toujours au camp. J'ai toujours des amis et de la famille là-bas et je voulais y retourner pour leur montrer que je ne les oubliais pas." Son retour à Kakuma a fait une telle impression sur le jeune footballeur qu'il a très vite pris la décision d'entreprendre une deuxième visite au camp, cette fois pour apporter une aide plus concrète.

"J'ai réalisé que je devais absolument faire quelque chose. Quand j'ai raconté à l'un de mes amis, Ian Smith, ce que j'avais vu là-bas, il a immédiatement accepté de collaborer. Avec mon frère aîné Awer Bul et une amie, Rachael West, ils ont travaillé sans relâche sur le projet. Nous avons collecté des chaussures de foot et d'autres équipements nécessaires pour jouer, et je retourne là-bas cette semaine. L'un de mes coéquipiers, Osama Malik, qui a des origines soudanaises, va faire le voyage avec moi. Nous sommes également soutenus par Qantas et l'UNICEF. Ça va nous permettre d'apporter une aide un peu plus conséquente."

Mabil ne considère pas son retour à Kakuma pour aider comme un acte héroïque. "On juge souvent les footballeurs sur les apparences. Comme dans toutes les professions, beaucoup de footballeurs ont envie d'aider… et ils le font."

La visite de Mabil à Kakuma n'a rien à voir avec un coup de com'. Il s'agit d'abord et avant tout pour lui de revenir sur le lieu de sa naissance, de voir les amis et la famille et d'aider dans la mesure du possible, par exemple en donnant aux enfants des chaussures, des maillots et des ballons de football. Et grâce à cette visite, ces enfants réaliseront que les rêves liés au football peuvent un jour devenir réalité.

Fifa.com (19/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 20 Juin - 14:44

Mexique : Gignac a officiellement signé avec les Tigres



L'attaquant international français André-Pierre Gignac a signé vendredi soir un contrat avec le club mexicain des Tigres de Monterrey (nord), a-t-on appris auprès du club.

"Je suis fier de faire partie de la famille tigre" a écrit Gignac sur son compte Twitter.

Le joueur français de 29 ans, qui évoluait cette saison à l'OM, a signé un contrat dont les détails n'ont pas été communiqués.

"Il (Gignac) fait maintenant partie de notre incomparable famille. Son coeur et talent vont s'ajouter à notre équipe pour arriver à de grandes choses" peut-on lire sur le compte Twitter du club.

Gignac (21 sélections, 5 buts) était arrivé la veille à Monterrey, une riche ville industrielle du nord du Mexique. "Il y a une équipe extraordinaire, merci à tous d'être là", a-t-il déclaré en espagnol à son arrivée à l'aéroport, où l'attendait près d'une centaine de supporteurs qui chantait "francés, francés" et "tigres, tigres", du nom de l'équipe de Monterrey.

Malgré une excellente saison en L1, Gignac n'avait pas été convoqué par le sélectionneur Didier Deschamps pour les derniers matches amicaux de l'équipe de France.

Fifa.com (20/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 21 Juin - 10:24

Mexique : Ronaldinho quitte Querétaro



Le Brésilien Ronaldinho et le club mexicain de Querétaro ont mis un terme au contrat du Ballon d'Or 2005 qui laissera un souvenir mitigé en raison de son indiscipline, a annoncé samedi le club.

"La direction du Querétaro FC et la star brésilienne conviennent de prendre des chemins différents", a annoncé dans un communiqué le club, ajoutant que la rupture s'était faite "dans les meilleurs termes grâce à la compréhension des deux parties".

Le club de l'Etat homonyme, l'un des plus petits du Mexique, a remercié l'ex-Barcelonais pour avoir "fait connaître le nom de Querétaro dans le monde entier et avoir aidé les 'Coqs' à grandir".

Arrivé au Mexique en septembre dernier pour un salaire estimé à 2 millions de dollars par saison, Ronaldinho devait tirer vers le haut une formation habituée à la zone de relégation avant d'être rachetée par l'homme d'affaires Olegario Vazquez en mai 2014.

Mais l'entraîneur Victor Manuel Vucetich avait insisté le 10 juin sur le fait que sa modeste équipe devait engager des joueurs en période "d'ascension, et non de déclin", visant implicitement le champion du monde 2002, âgé de 35 ans.

Sa réputation de noceur dans une ville conservatrice, fréquentant les bars et organisant des soirées chez lui, n'a pas aidé à améliorer son image.

Dès décembre, Ronaldinho avait commencé à irriter les supporteurs en manquant les entraînements.

Sa dernière frasque a été de quitter le stade avant la fin du match lors de la demi-finale aller du championnat mexicain, vexé par la décision de Vucetich de le remplacer.

L'ancien joueur de Paris et du Milan AC n'a pas donné de piste concernant la suite de sa carrière, indiquant seulement vouloir se reposer et prendre des vacances pour "penser à l'avenir".

Fifa.com (20/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 24 Juin - 12:26

Argentine : River Plate - Saviola de retour à la maison



Javier Saviola, attaquant du Hellas Verone (1re div. italienne), rejoint son club formateur River Plate avec lequel il doit être aligné dès le mois de juillet pour les demi-finales de Copa Libertadores, a annoncé mardi soir le club argentin.

"Il ne reste qu'à signer le contrat!", s'est réjoui Saviola (33 ans) devant la presse avant de passer la visite médicale. "J'ai hâte de commencer l'entraînement. Je pense que c'était le bon moment pour revenir. Pourvu que je puisse me sentir aussi aimé que quand je suis parti", a ajouté le joueur dont le contrat en Italie expire le 30 juin.

Depuis son départ de River Plate en 2001, Saviola a joué 14 saisons à l'étranger, portant notamment les maillots du FC Barcelone, du Real Madrid, de l'Olympiakos, du Benfica Lisbonne, du FC Séville -avec lequel il a remporté une Coupe de l'UEFA- ou encore de Monaco.

Avec l'Argentine, il a été champion du monde 2001 des moins de 20 ans et a remporté la médaille d'or olympique en 2004 à Athènes.

River Plate compte sur lui pour la demi-finale de Copa Libertadores contre le club paraguayen de Guarani, qui se jouera en matchs aller-retour les 14 et 21 juillet.

Fifa.com (24/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 25 Juin - 12:47

Danemark : Sorensen, tête dans le guidon et coeur sur la main



Pendant les 90 minutes d'un match de football, le gardien de but est invariablement le joueur qui parcourt la plus petite distance sur le terrain. Même l'Allemand Manuel Neuer, qui n'est pas avare de déplacements, n'a couvert que la moitié de la distance parcourue par son coéquipier Jerome Boateng lors des sept matches des futurs vainqueurs de l'épreuve à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Après une carrière entière passée au poste de gardien, le Danois Thomas Sorensen a peut-être fini par attraper des fourmis dans les jambes.

Cela expliquerait le projet de l'ancien gardien du Danemark qui, à 39 ans, s'apprête à parcourir 5 800 kilomètres à vélo d'un bout à l'autre des États-Unis, le tout au bénéfice d'une organisation caritative de son pays qui travaille avec les enfants. Avec sa femme Maria et une équipe technique, il va traverser dix États en 52 jours, de l'Oregon sur la côte ouest au New Hampshire sur le littoral est.

"Je savais que ma carrière touchait à sa fin et il y a deux ans, j'ai commencé à imaginer ce projet d'expédition cycliste à travers les États-Unis", résume Sorensen dans l'entretien exclusif qu'il a accordé à FIFA.com. "J'ai pris la décision l'été dernier, quand j'ai signé mon dernier contrat avec Stoke. Dans les négociations, j'ai bien veillé à ce que mon nouveau salaire couvre le coût du voyage, afin que chaque centime récolté puisse aller directement aux enfants et pas à mes dépenses. Évidemment, pendant toute cette année, je me suis préparé et le football a toujours été ma priorité. À l'approche de l'été, je me sens pleine forme."

Voir du pays
Sur l'ensemble du voyage, Sorensen aura six jours de repos et couvrira entre 130 et 140 kilomètres par jour. Il traversera notamment les Rocheuses, où il franchira un col de 3 000 mètres d'altitude, le plus élevé de tout l'itinéraire.

"C'est une entreprise assez sérieuse. Pour m'aider, j'aurai une équipe de trois personnes : un mécanicien, un masseur/chiropracteur et un coach de cyclisme", explique Sorensen. "Il faut faire ça correctement et je me sens prêt. Nous nous sommes bien préparés. Après, tout peut arriver !"

Une trentaine de parents et d'amis de Sorensen vont l'aider à sensibiliser le public à la cause de cette association caritative, en rejoignant le gardien et son épouse à diverses étapes du voyage. Mais Sorensen et sa femme seront les seuls à effectuer la traversée à vélo de bout en bout. En toile de fond, ils auront les merveilleux paysages d'Amérique du Nord.

"Le Wyoming, l'Ouest sauvage, Jackson Hole, le Yellowstone National Park, traverser tout ça à vélo va être une sacrée expérience", poursuit Sorensen, les yeux pétillants. "Je vais prendre une bombe de gaz poivré au cas où des ours s'intéresseraient à nous… Les plaines, les paysages de Danse avec les loups, toute l'histoire des États-Unis, avec les réserves des Indiens d'Amérique, les rodéos… Je suis impatient de découvrir tout ça."

Cette expédition marquera-t-elle la fin de la carrière de Sorensen en tant que gardien de but professionnel ? L'intéressé n'a pas de conclusion bien arrêtée sur la question, ni sur ce qu'il fera après avoir quitté Stoke City.

L'après Schmeichel

"J'ai plusieurs possibilités. Évidemment, cette expédition cycliste va me fermer un certain nombre de portes car je ne pourrai pas être présent pour la préparation d'avant-saison de pas mal de clubs. En même temps, je vais revenir dans une condition physique parfaite, peut-être même dans une forme meilleure que jamais auparavant. À l'heure où nous parlons, je me vois bien jouer encore un ou deux ans. En même temps, je ne me mets pas la pression. Je suis absolument conscient que ma carrière professionnelle est peut-être déjà terminée."

Quoi qu'il en soit, le Danois peut être fier de ce qu'il a déjà réussi dans le monde du football. Il a évolué pendant 12 ans en équipe nationale et a participé aux éditions 2002 (Corée/Japon) et 2010 (Afrique du Sud) de la Coupe du Monde de la FIFA™. Il a par ailleurs porté les couleurs de Sunderland, Aston Villa et Stoke en Premier League anglaise. Et puis, il restera à jamais celui qui a succédé dans les buts danois au légendaire Schmeichel.

"Dès le début, j'ai essayé de ne pas imiter Peter mais de faire les choses à ma façon, comme je les avais toujours faites. Je crois que les gens m'ont respecté pour cela. J'ai créé mon propre personnage au lieu d'être une sorte de deuxième Peter Schmeichel", raconte celui qui a disputé deux Coupes du Monde de la FIFA avec son pays.

"J'ai adoré la Coupe du Monde au Japon en 2002. L'accueil a été formidable. Nous avons bien joué. Il ne faut pas oublier que nous avons battu la France, qui était alors championne du monde en titre. En huitièmes de finale, nous sommes tombés sur l'Angleterre. Ce match reste une grosse déception mais dans l'ensemble, nous avons réussi un très bon tournoi. Cette équipe du Danemark est sans aucun doute la meilleure dans laquelle il m'a été donné de jouer. Il y avait pas mal de joueurs qui évoluaient dans des grands clubs. Cette Coupe du Monde demeure l'un des grands moments de ma carrière, c'est certain."

Relever le gant
Si Sorensen admet que le Danemark avait été "décevant" à Afrique du Sud 2010, avec une élimination dès la phase de groupes, il promet à la sélection de son pays un avenir radieux, grâce notamment à la présence du fils de Peter, Kasper, au poste de gardien.

"Je le connais très bien. C'est un ami à moi et je peux vous dire qu'il est très différent de son père. Il a les pieds sur terre. Je crois qu'il fera une grande carrière. J'aimerais bien qu'il puisse jouer au plus haut niveau pendant les dix années à venir. Si c'est le cas, il devrait pouvoir se rapprocher du record de son papa (121 sélections avec le Danemark). Pour ce qui est de l'équipe en général, un gros travail de développement a été effectué au Danemark, et il commence à porter ses fruits. Christian Eriksen a un rôle de leader et je pense que la sélection va dans la bonne direction. J'espère qu'elle va se qualifier pour l'Euro et pour la prochaine Coupe du Monde, on devrait avoir une équipe du Danemark revenue à son meilleur niveau."

Grâce à Sorensen et à son périple estival, c'est également l'avenir de centaines d'enfants danois et anglais qui s'annonce radieux. KidsAid aide les enfants admis à l'hôpital en apportant "bonheur et sourire durant ces moments difficiles".

"Je pense qu'il est important de montrer l'exemple et d'inspirer les gens car ce genre d'initiative ne passe jamais inaperçu. Tout le monde peut aider, pas forcément en se lançant dans une aventure aussi ambitieuse que la mienne, mais au quotidien, en faisant de petites choses. C'est toujours l'accumulation de petites choses qui aident à faire une grande différence. J'espère que mon action va entraîner d'autres personnes à faire un geste", conclut Sorensen.

Fifa.com (24/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 25 Juin - 12:58

Argentine : Tevez vers Boca Juniors



La Juventus Turin et Boca Juniors ont trouvé un accord en vue du retour de la vedette Carlos Tevez à Buenos Aires, a annoncé mercredi soir le secrétaire général du club argentin. "Nous sommes très heureux, après tant de travail, de réaliser le retour de Carlos Tevez," a déclaré Cesar Martucci à la radio argentine AM1050.

L'information n'a pas encore été officiellement confirmée par les deux clubs. Selon M. Martucci, Tevez sera présenté le 7 juillet à la Bombonera, le stade de Boca Juniors..

Cette saison, "L'Apache", 31 ans, a terminé 2e meilleur marqueur du Championnat d'Italie. Avec la Juventus, il a atteint le finale de la Ligue des champions, perdue contre le FC Barcelone. Il dispute actuellement la Copa America avec la sélection argentine, qui doit affronter la Colombie, vendredi en quarts de finale.

Tevez a évolué de 2001 à 2004 à Boca Juniors, après y avoir été formé. Il avait rejoint la Juventus en 2013 après quatre saisons à Manchester City.

Fifa.com (25/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 26 Juin - 13:19

Argentine : Lucho Gonzalez retourne à River Plate



L'ancien milieu de terrain argentin Lucho Gonzalez retourne terminer sa carrière au pays, à River Plate, le club qui l'a révélé, a annoncé jeudi le club de Buenos Aires.

Gonzalez, 34 ans, emboîte le pas d'un autre vétéran, Javier Saviola, 33 ans, en provenance de Hellas Verone, également recrue du mercato de River Plate, qualifié pour les demi-finales de la Copa Libertadores.

"J'ai choisi River. Je veux apporter sur le terrain et en dehors. Après 10 ans, (à Porto et Marseille), c'est important de soutenir les jeunes et d'apporter son expérience", a confié le joueur avant la visite médicale.

L'Argentin compte 47 sélections en équipe nationale. Quart de finaliste du Mondial-2006, il a remporté avec l'Argentine la médaille d'or des JO d'Athènes en 2004.

Formé à Huracan, club de Buenos Aires, Gonzalez s'est révélé à River Plate, avant de partir pour l'Europe en 2005, où il a notamment joué à Porto (2005-2009 et 2012-2014) et Marseille (2009-2012). Après avoir quitté Porto fin 2014, il a joué une dizaine de matches au Qatar, pour le club Al Rayyan.

Fifa.com (25/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 29 Juin - 13:57

Brésil : Mauvaise opération pour Sao Paulo



Sao Paulo, qui avait l'occasion de prendre la tête du championnat du Brésil en cas de victoire dimanche à Palmeiras, a au contraire reculé au 3e rang à l'issue de la 9e journée en s'inclinant lourdement (4-0).

Du coup, Sport de Recife conserve la tête du championnat et est désormais talonné par quatre clubs: Atlético Mineiro, Sao Paulo, Fluminense et Gremio.

Fifa.com (29/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 29 Juin - 14:01

USA - Altidore : "Je suis quelqu'un de positif"



Pour FIFA.com, Jozy Altidore revient sur ses débuts dans le monde professionnel, l'admiration qu'il voue à la passion des supporters turcs et les raisons qui le poussent à tant haïr la défaite.

Alors que les États-Unis se préparent à défendre leur couronne régionale en Gold Cup de la CONCACAF, le puissant attaquant américain se penche sur son passé, sans oublier de se tourner vers l'avenir. 


Jozy, vous avez débuté votre carrière professionnelle à 16 ans. Étiez-vous prêt ?
Pour être précis, j'ai signé au Red Bull New York à 15 ans, mais j'ai dû patienter un an avant de commencer à jouer. C'était une période difficile pour moi à plus d'un titre. À l'époque, il était rare aux États-Unis de voir un jeune percer si tôt. J'ai dû relever de nombreux défis, mais je ne regrette rien. J'en garde un bon souvenir et cette expérience a contribué à faire de moi le footballeur que je suis aujourd'hui.

Vous avez tout de même dû renoncer aux petits et aux grands plaisirs de la vie de lycéen…
C'est vrai. J'ai manqué les soirées du lycée, même si j'ai réussi à aller au bal de fin d'année. Je n'ai donc pas tout raté ! Par bien des aspects, je n'étais pas un enfant comme les autres. Mais j'avais le football dans le sang. Le ballon faisait pratiquement partie de la famille et je l'aimais parce qu'il était toujours là. Nous partagions tous la même passion. À partir de là, je n'avais pas le sentiment de faire des sacrifices. J'ai apprécié chaque instant et si c'était à refaire, je ne changerais rien.

Vous avez beaucoup voyagé à travers le monde : vous avez joué en Espagne, en Angleterre, en Turquie, aux Pays-Bas, au Canada… Dans quel pays avez-vous eu le plus de mal à vous adapter ?
La Turquie. J'y ai passé six mois et je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre. Il m'a fallu du temps pour trouver mes marques. Les supporters sont passionnés là-bas. Ils vouent un véritable culte à leur équipe et aux joueurs. J'ai dû apprendre à m'y faire, mais j'ai fini par apprécier. C'était une bonne expérience au final. C'est une destination que je recommanderais à beaucoup de jeunes footballeurs.

À l'inverse, dans quel pays vous êtes-vous senti le plus à l'aise ?
Les Pays-Bas. J'avais une excellente relation avec le directeur sportif de l'AZ Alkmaar. J'avais en plus la chance d'évoluer au sein d'un groupe qui partageait mes convictions sur le plan du football. Trouver un environnement dans lequel on se sent à l'aise, c'est important pour un joueur. Dès le premier jour, je me suis senti comme chez moi.  

Vous avez participé à la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2007 au Canada. Que représente ce tournoi dans votre parcours ?
C'est une compétition extraordinaire. Elle vous donne l'occasion de vous mesurer aux stars de demain. Pour moi, c'était un grand moment. Nous avions joué contre l'Uruguay. Beaucoup des joueurs de cette équipe se sont depuis fait un nom sur la scène internationale.

Aujourd'hui, vous êtes de retour au Canada avec Toronto. Êtes-vous satisfait de retrouver la MLS, après toutes ces années ?
Je suis très excité. Je n'ai pas joué ici depuis des années. Je crois qu'à ce stade de ma carrière, je suis prêt à relever ce défi particulier. Il me reste encore une marge de progression. J'avais envie de me confronter à un contexte qui m'obligerait à repousser mes limites. C'est pour ça que je suis venu à Toronto.

Vous êtes très actif sur Twitter. Pourquoi ?
Franchement, je ne me souviens pas comment ça a commencé. Ça fait si longtemps… Je trouve que c'est un bon moyen d'échanger avec les supporters et de faire passer ses messages. Je crois que les fans y sont sensibles. Ils voient que je suis quelqu'un de normal, à qui on peut parler. 

Vous répondez aux messages de vos admirateurs ?
Ça m'arrive. J'aime bien plaisanter. Je réponds aux commentaires positifs comme aux remarques négatives. Je veux que les supporters sachent que je n'ai pas peur d'interagir avec eux. 

Vous répétez souvent votre devise "la famille avant tout"...
Je suis comme ça. C'est le résultat de mon éducation. Je suis très attaché à ma famille. Mes proches ont toujours été là pour moi. Ils sont présents quand tout va bien, mais aussi dans les moments difficiles. Pour moi, il n'existe pas d'autres gens avec qui l'on partage un lien aussi fort.

Vous avez récemment posté sur Twitter : Je déteste perdre. Y a-t-il d'autres choses que vous détestez ?
Je n'aime pas perdre, c'est vrai. Je ne connais pas de sportifs qui se contentent de la deuxième place. Pour être franc, je ne crois pas qu'il y a beaucoup de choses que je déteste. Je suis quelqu'un de positif. J'aime. Je ne suis pas quelqu'un de violent. Je réserve ma haine à la défaite !

Tout le monde voit rouge de temps en temps…
Je suis humain. Comme tout le monde, j'ai mes mauvais jours. Je ne suis pas toujours de bonne humeur, mais j'essaye de faire la part des choses. La vie est trop courte pour qu'on la passe à se faire du souci.

Vous vous décrivez comme quelqu'un de positif. Qu'aimez-vous particulièrement ?
J'aime le football. J'aime ma famille. J'aime le sport. J'aime être entouré de personnes positives. Je ne perds pas mon temps avec les gens qui voient toujours le verre à moitié vide ou qui se plaignent sans arrêt.

Quelle est l'ambiance actuellement au sein de la sélection américaine ?
Depuis la Coupe du Monde au Brésil, il se passe beaucoup de choses intéressantes. Sur les douze ou quinze dernières années, la trajectoire est incroyable. Nous progressons régulièrement. Notre football s'améliore d'année en année. Le meilleur reste à venir. Je pense que de belles choses nous attendent en Russie. Nous disposerons encore d'un bel effectif. J'espère que nous parviendrons à créer la surprise.  

Les autres équipes de la CONCACAF progressent elles aussi, comme on a pu le constater l'année dernière au Brésil… 
Le niveau n'a jamais été aussi élevé. J'ai suivi avec intérêt le parcours des autres représentants de la région en Coupe du Monde. Le Costa Rica a franchi un nouveau palier, le Mexique a fait honneur à sa réputation et nous n'avons pas démérité non plus. Il n'est pas facile de prendre des points à une équipe comme le Costa Rica. Ça montre à quel point il est difficile de se qualifier. La compétition est particulièrement vive chez nous. C'est une bonne chose car ça permet à chacun de progresser.

Les États-Unis vont-ils se qualifier pour Russie 2018 ?
En tout cas, c'est ce que j'espère, mais rien n'est joué d'avance. Il va falloir négocier quelques déplacements périlleux. Si nous voulons être du voyage, nous devrons travailler dur. Néanmoins, nous serions très déçus de ne pas être présents en Russie.

Quelles sont les spécificités de Jürgen Klinsmann en tant que sélectionneur ?
Depuis son arrivée, il s'est appliqué à changer notre manière de penser. Il nous lance sans cesse de nouveaux défis. Je crois que c'est important. Pour progresser dans la vie, il faut quitter sa zone de confort. Il cherche toujours à voir jusqu'où nous sommes prêts à aller. Dans l'ensemble, je pense que le groupe a répondu à ses attentes.

Vous n'avez que 25 ans, mais vous avez déjà une longue expérience du haut niveau. Quels sont vos objectifs pour les années à venir ?
Je pense que je n'ai pas fini de progresser. Ma compréhension du jeu s'améliore sans cesse. J'ai hâte de voir ce que les cinq ou six prochaines années me réservent. J'ai le sentiment d'avancer à chaque match et j'ai très envie de voir où tout ça va me mener.

Fifa.com (29/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 29 Juin - 23:50

La Barbade sanctionnée pour avoir aligné un joueur inéligible



La Fédération de Football de la Barbade (BFA) a été sanctionnée pour avoir aligné un joueur inéligible lors du match comptant pour la compétition préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ et opposant la Barbade à Aruba le 14 juin 2015.

Le match est déclaré perdu par forfait (victoire 0:3 pour Aruba), et la BFA écope également d’une amende de CHF 6 000 après que la Commission de Discipline de la FIFA a considéré que l’association a violé les dispositions de l’art. 55, al. 1 du Code disciplinaire de la FIFA et de l’art. 8 du Règlement de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. En rendant sa décision, la Commission de Discipline de la FIFA s’est référée à la formulation de l’art. 55 du Code disciplinaire de la FIFA, qui établit une sanction claire pour toute violation des règles d’éligibilité.

La sanction est liée au fait que le joueur de la Barbade, Hadan Holligan, n’a pas purgé la suspension automatique d’un match qui lui a été imposée pour avoir obtenu deux avertissements lors de deux matches différents (art. 17, al. 3 du Code disciplinaire de la FIFA).

La sanction prend effet immédiatement, et par conséquent Aruba est qualifié pour le prochain tour de la compétition préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Fifa.com (29/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 30 Juin - 12:27

Pays-Bas : Hiddink quitte son poste



Le sélectionneur des Pays-Bas Guus Hiddink, sous pression car l'équipe nationale reste en ballotage défavorable pour l'Euro 2016, va quitter son poste dès le 1er juillet, a annoncé lundi soir la Fédération néerlandaise de football (KNVB).

"Guus Hiddink et la KNVB ont décidé lundi de mettre fin dès le 1er juillet au contrat du sélectionneur", a indiqué la fédération dans un bref communiqué sur son site internet. "Le contrat était entré en vigueur le 1er août 2014 et devait courir jusqu'à la fin de l'Euro 2016 en France", a précisé la KNVB.

"Je déplore cette décision", a assuré le directeur du football professionnel au sein de la fédération, Bert van Oostveen, cité dans le communiqué. "Malheureusement, les fruits du travail de Guus n'étaient pas immédiatement visibles par tous: nous remercions Guus pour son engagement", a-t-il ajouté.

Guus Hiddink, cité dans le communiqué, a également regretté la fin de son contrat: "je trouve dommage que cela ce soit déroulé de cette façon". "Ce fut un honneur d'être encore une fois le sélectionneur de l'"Elftal" néerlandais, et je souhaite bonne chance à mon successeur, au staff et à la sélection", a-t-il ajouté.

Plusieurs médias néerlandais avaient annoncé en début de soirée la démission imminente du sélectionneur, citant des sources anonymes qui indiquaient que l'assistant de Guus Hiddink, Danny Blind, le remplacerait "immédiatement".

Mauvais début

"Les membres du staff technique de l'équipe néerlandaise restent sous contrat de la KNVB et nous réfléchissons encore au sujet de la personne qui pourrait reprendre le poste à pourvoir", a indiqué la fédération.

L'agence de presse néerlandaise ANP affirme néanmoins que "personne ne doute" que la place sera occupée par Danny Blind, 53 ans et ancien joueur de l'Ajax.

Troisième du dernier Mondial, la formation Oranje n'a toujours pas effacé les doutes quant à ses possibilités de rejoindre l'Euro. Elle est 3e de son groupe, derrière l'Islande et la République Tchèque.

Guus Hiddink, 68 ans, avait succédé à Louis van Gaal après la Coupe du monde. "Il avait commencé avec une défaite contre l'Italie et n'a su ramener que quatre victoires sur les neuf matches joués depuis", a souligné l'ANP.

L'ancien joueur et entraîneur du PSV avait déjà occupé le poste de sélectionneur de l'équipe néerlandaise entre 1994 et 1998 avant de rejoindre la Corée du Sud et l'Australie. "Lors de ses deux mandats, l'équipe a enregistré plus de défaites que de victoires", a ajouté l'ANP.

Fifa.com (29/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 30 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum