International -News (Part 2)

Page 32 sur 33 Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Juil - 13:33

EAU : Farfan, de Schalke, à Al-Jazira



L'attaquant international péruvien Jefferson Farfan, 30 ans, depuis 2008 à Schalke 04, s'est engagé pour trois saisons avec Al-Jazira, a indiqué jeudi le club des Emirats Arabes Unis.

Selon la presse sportive argentine, l'ancien joueur de l'Alianza Lima (2001-04) et du PSV Eindhoven (2004-08) gagnera 13,5 millions de dollars (12,28 millions d'euros) pour chacune de ses trois années de contrat, ce qui en ferait le joueur le mieux payé du football péruvien.

Fifa.com (23/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Juil - 13:37

L'Argentine doit encore trouver la clé



L'Argentine de Lionel Messi, finaliste de la dernière Coupe du Monde de la FIFA™ puis de la Copa America, encaisse les critiques et cherche encore le moyen de franchir cette dernière marche avant d'entamer les qualifications pour Russie 2018. A deux reprises en un an, l'Albiceleste est passée tout près d'enrichir enfin un palmarès qui, hormis des médailles d'or olympiques en 2004 et 2008, a pris un peu la poussière.

Mais un but de l'Allemand Mario Götze, en prolongation de la finale de Brésil 2014 (1-0), puis une séance de tirs au but en juin face au pays hôte de la Copa America, le Chili, ont privé les équipiers de Lionel Messi d'un titre international qui les fuit depuis 1993 en coupe continentale, et 1986 en Coupe du Monde (après 1978).

L'Argentine s'est pourtant emparé début juillet de la première place du classement FIFA. Malgré cela, elle entame sa campagne de qualification pour le Mondial russe avec pas mal d'incertitudes.
Au centre des crispations, une question: "Mais que fait Messi?" "Je ne trouve pas d'explication, personne n'a pu m'en donner, et c'est cela la torture", s'était désolé début juillet le coéquipier de la "Pulga" à Barcelone, Javier Mascherano.

La différence de palmarès entre le Barça, où Messi a encore brillé cette saison et été l'un des grands artisans du triplé Ligue des champions-Coupe du Roi-Championnat d'Espagne, et l'Albiceleste, interroge en Argentine.

Décevant lors de la finale de Brésil 2014, à nouveau transparent en finale de la Copa America en dépit d'une demi-finale étincelante, Messi s'est fait tancer par certains Argentins. Au point que des rumeurs fassent état de l'envie supposée du joueur de faire "une pause" dans sa relation avec la sélection.

Bien étouffé lors du dernier match de la Copa America par deux Chiliens durs au marquage, Marcelo Diaz et Gary Medel, il fut pourtant le seul Argentin à inscrire son tir au but lors de la séance. Mais son statut de meilleur joueur du monde génère logiquement des attentes hors normes.

A l'aune des chiffres, Messi n'a pourtant rien à envier à son illustre prédécesseur, Diego Maradona, champion du monde en 1986 : en 103 sélections, il a inscrit 46 buts quand son aîné n'en a marqué "que" 31 en 91 matches internationaux. Palmarès et statistiques en club donnent aussi un très net avantage à Leo : il a inscrit 412 buts en 482 matches, remporté le Ballon d'Or à quatre reprises, et collectionne les titres de champion d'Espagne (7) et les Ligues des champions (4). Mais lui n'a pas remporté de Coupe du Monde.

Martino aussi critiqué
Messi n'est pas le seul à faire l'objet de critiques en Argentine : le sélectionneur, Gerardo Martino, a de son côté reçu une volée de bois vert pour n'avoir pas titularisé Carlos Tevez, "le joueur du peuple", adulé en Argentine, et pour n'avoir pas fait son autocritique après la séance de tirs au but perdue face au Chili.

"Le match d'aujourd'hui ne change rien, a plutôt asséné l'ancien entraîneur du Barça après la finale. Nous allons continuer de tout tenter de la même manière, avec les mêmes joueurs qui doivent actuellement être en train de pleurer dans les vestiaires. L'Argentine méritait de gagner."

De mieux en mieux placée, mais toujours pas vainqueur, la sélection double championne du monde entamera donc sa campagne qualificative samedi avec la crainte, à nouveau, de manquer cette dernière marche. Mais au moins son sélectionneur a-t-il, lui, quelques certitudes.

Fifa.com (24/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Juil - 13:38

Les calendriers des matches de la Coupe des Confédérations 2017 et de la Coupe du Monde 2018 dévoilés



À la veille du tirage au sort préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™ à Saint-Pétersbourg, la Commission d’Organisation de la Coupe du Monde de la FIFA™ a dévoilé le 24 juillet 2015 les calendriers des matches de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2017 et de la Coupe du Monde de la FIFA 2018™. La Russie, pays organisateur, a été placée en A1 pour ces deux compétitions. Les heures des coups d’envoi seront communiquées ultérieurement.

Présidée par Michel Platini, la Commission d’Organisation a également formellement approuvé les modalités du tirage au sort préliminaire ainsi que celles des compétitions qualificatives des six confédérations, qu'elles ont elles-mêmes élaborées et soumises. La compétition préliminaire comptera 851 matches étalés sur 32 mois, de mars 2015 à novembre 2017, pour déterminer les nations qui rejoindront la Russie parmi les 32 associations participant à la 21ème édition de la Coupe du Monde de la FIFA™. De plus amples informations sur les modalités du tirage au sort sont disponibles sur FIFA.com.

Pas moins de 17 millions de supporters se sont rendus dans les stades pour assister aux 820 matches de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, témoignant de l’intérêt considérable pour la compétition préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA™.

La "poignée de main pour la paix", un geste d’amitié et de respect, sera exécutée lors du protocole d’avant et d’après match lors de chacun des matches de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Le Comité Organisateur Local, présidé par Vitaly Mutko et dirigé par Alexey Sorokin, a fait un point avec le Comité Organisateur sur l’état d’avancement des préparatifs pour les deux compétitions majeures de 2017 et 2018. La Commission d’Organisation a exprimé sa satisfaction quant aux progrès réalisés à ce jour et a remercié le COL pour son accueil chaleureux et l’excellente organisation du tirage au sort préliminaire, première grande étape sur le chemin de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Afin de faciliter les déplacements des supporters et améliorer la qualité de leur expérience dans le pays hôte, celui-ci a lancé un important portail de tourisme (welcome2018.com).

La Coupe des Confédérations de la FIFA, aussi connue sous le nom de "Festival des Champions", aura lieu du 17 juin au 2 juillet 2017 et mettra aux prises huit équipes dont la Russie (pays hôte), l’Allemagne (championne du monde) l’Australie (vainqueur de la Coupe d’Asie) et le Chili (récent vainqueur de la Copa América). Ces pays seront rejoints par le vainqueur d'un barrage entre les Etats-Unis, vaiqueur de la Gold Cup de la CONCACAF 2013, et celui de l'édition 2015 qui sera connu à l’issue de la finale opposant la Jamaïque au Mexique le 26 juillet, ainsi que par les vainqueurs de la Coupe d’Afrique des Nations 2016, de l’UEFA EURO 2016 et de la Coupe des Nations de l’OFC. Le tirage au sort aura lieu en novembre 2016 à Kazan.

La prochaine séance de la Commission d’Organisation de la Coupe du Monde de la FIFA™ se tiendra le mercredi 16 mars 2016 à Zurich.

Fifa.com (24/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Juil - 13:39

La Mannschaft émoussée vise le doublé à l'EURO



Un doublé en Russie ? Trop tôt pour y penser, soutiennent les champions du monde allemands, qui n'avouent qu'une obsession: mettre fin à vingt ans de disette continentale et oublier une saison poussive en décrochant en France leur quatrième Euro.

"Pour le moment, je m'occupe uniquement de la qualification pour le Championnat d'Europe", a balayé ces derniers jours le sélectionneur Joachim Löw, qui ne sera pas à Saint-Pétersbourg samedi pour le tirage au sort préliminaire de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

L'icône au pull cachemire a dépêché sur les rives de la Neva le manager de la Mannschaft, Oliver Bierhoff, chargé de grappiller "une première impression" sur l'hôte russe. "Au Brésil, c'était aussi très important de se faire une idée du pays et des gens", assure l'ancien buteur.

L'hebdomaire Kicker, en pages intérieures, s'est borné à mettre en garde les Weltmeister contre les deux épouvantails du tirage au sort - France et Italie, privées du statut de tête de série -, sans spéculer plus avant sur une cinquième étoile.

Car l'Allemagne, moins éclatante cette année que lors de sa campagne brésilienne, vise d'abord l'été prochain un doublé Mondial-Euro que seules la France (1998-2000) puis l'Espagne (2010-2012, après un premier titre continental en 2008) ont réalisé dans ce sens.

Automne décisif
Longtemps cantonnée aux places d'honneur (2e de l'Euro-2008, 3e du Mondial-2010), cette génération exceptionnelle rêve d'une passe de deux que ni les hommes de Franz Beckenbauer (un Mondial en 1990), ni ceux de Berti Vogts (vainqueurs de l'Euro-1996) n'ont réussie.

Or les champions du monde, affaiblis depuis leur sacre de Rio par les blessures et les retraites internationales (Lahm, Klose et Mertesacker), "entrent à l'automne dans une phase décisive", a averti leur sélectionneur, jugeant l'année écoulée "difficile".

La Mannschaft pointe à la deuxième place du groupe D, à une longueur de la Pologne, qui lui a infligé en octobre dernier sa première défaite (2-0) en qualifications depuis le revers subi à domicile en octobre 2007 face à la République tchèque (0-3).

Alors que les Allemands sont "toujours meilleurs" en deuxième partie de saison, a reconnu Löw, ils recevront dès le 4 septembre leurs rivaux polonais, avant de se rendre en Ecosse (7 septembre) puis en Irlande (8 octobre) et d'accueillir la Georgie (11 novembre).

S'ils valident leur billet pour la France, il leur faudra combler les lacunes dévoilées l'an passé, avec quatre matches de préparation face aux Bleus (13 novembre), aux Pays-Bas (17 novembre), à l'Angleterre (26 mars) et à l'Italie (29 mars).

Schweinsteiger relancé ?
"L'idée est d'avoir d'une part un plan de jeu clairement défini et d'autre part d'être imprévisible", a annoncé Löw, sibyllin, avant de rappeler à ses troupes les bases posées depuis dix ans: "Relancer rapidement, permuter, jouer dans le dernier tiers" du terrain.

Parmi les chantiers du technicien souabe figurent la reconstruction de la défense, où personne ne s'est imposé sur les flancs, et le milieu de terrain, pénalisé cette année par les pépins physiques et le peu de temps de jeu de Bastian Schweinsteiger.

L'intégration du nouveau capitaine allemand à Manchester United, après 17 saisons au Bayern, sera scrutée de près, tout comme celle de Sami Khedira à la Juventus Turin et, dans une moindre mesure, du vétéran Lukas Podolski à Galatasaray.

Löw, s'il doit composer avec les intermittences de stars comme Mario Götze, toujours critiqué pour sa nonchalance, peut s'appuyer sur une attaque caméléon emmenée par Thomas Müller, aussi polyvalent que régulier.

Dans sa quête du sacre européen, il pourra aussi compter sur l'éclat intact de son libéro-gardien, Manuel Neuer, et sur l'ascension du jeune portier Marc Ter Stegen, 23 ans, étincelant cette année avec le Barça de Messi.

Fifa.com (24/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Juil - 13:41

Copa Libertadores
Gignac, le choix du Mexique, pari déjà gagnant




Son départ pour le Mexique et Tigres après 5 saisons à l'OM avait soulevé incrédulité et scepticisme en France. Un mois plus tard, André-Pierre Gignac est en finale de la Copa Libertadores, adulé par les supporters et a déjà en partie gagné son exotique pari.

"La révolution Gignac": c'est tout en emphase que la presse mexicaine a salué l'excellente prestation du Français en demi-finale de la Copa Libertadores mercredi, contre l'Internacional de Porto Alegre (3-1, défaite 2-1 l'aller). L'ancien Marseillais a inscrit le premier des trois buts de son club, qui s'est qualifié pour la première finale de Libertadores de son histoire.

Certes, en optant pour le Mexique, Gignac (29 ans, 21 sélections, 5 buts) semble avoir fait le deuil de son histoire avec les Bleus à un an de l'Euro-2016 en France. Mais il n'avait de toute façon plus été appelé par Didier Deschamps pour les derniers matches amicaux.

Interloquée, la France du foot avait suspecté des motivations financières dans son choix de rejoindre les riches Tigres, détenus par l'une des principales entreprises de matériaux de construction au monde, la Cemex.

Mais en posant ses valises près de la frontière américaine, "APG" a trouvé d'autres motifs de satisfaction, que n'ont pas ceux qui choisissent d'aller jouer au Qatar ou dans des clubs anglais de milieu de tableau.

D'abord, il va disputer la finale de la Copa Libertadores que tous les clubs d'Amérique latine rêvent de remporter un jour. L'aller aura lieu mercredi 29 juillet à domicile et le retour le 5 août sur le terrain des Argentins de River Plate.

Une compétition prestigieuse à laquelle il participe avec un statut enviable: star de son club, qui a aussi recruté l'attaquant nigérian de Villarreal Ikechukwu Uche, Gignac est déjà adoré des supporters.

Tweets, sombrero et mariachis
Ils l'ont prouvé mercredi lors du premier match de Gignac au stade Universitario de Monterrey, surnommé "le Volcan": 40.000 fans de Tigres ont hurlé leur joie lorsqu'il a ouvert le score de la tête dès la 18e minute, avant de manquer aggraver la marque à plusieurs reprises.

"Gignac! Gignac!", a scandé le stade après le match, sous les feux d'artifices et au son des guitares et trompettes d'une centaine de mariachis qui a défilé sur la pelouse.

"C'est une soirée incroyable (...). Et le public est tout simplement parfait", a sobrement déclaré le deuxième buteur de L1 de la saison écoulée, qui est allé communier avec les tribunes à plusieurs reprises pendant le match.

Car "Dédé" a su se mettre les supporters dans la poche depuis son arrivée le 18 juin. Disponible, retweetant souvent des photos sur lesquelles il pose avec des supporters, il s'est employé à avoir une attitude exemplaire.

On l'a vu poser avec sombrero sur la tête, t-shirt aux motifs locaux et plaque d'immatriculation "100% Tigres" dans une main, pouce levé dans l'autre.

On l'a vu également enfiler la tenue des Sultanes, le grand club de base-ball, très populaire à Monterrey, et assister dans les tribunes à leur match le 7 juillet.

Si la boutique officielle de Tigres ne possède pas encore d'objets à l'effigie du joueur français, son maillot de numéro 10 et la casquette rétro du club qu'il portait à son arrivée à l'aéroport en juin font déjà partie des meilleures ventes. Et d'autres accessoires sont en préparation.

La "révolution Gignac" est donc bien en marche... et pourrait tout renverser sur son passage si le destin sourit au Français en finale.

Fifa.com (24/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 27 Juil - 17:22

Pirès : "Jouer derrière Bergkamp et Henry, c'est pas mal !"



Cette semaine, nous vous proposons le second volet du long entretien que Robert Pirès a accordé à FIFA.com. Après être revenu sur les grands moments de sa carrière, l'ancien milieu de terrain évoque cette fois les joueurs et les entraîneurs qui ont compté pour lui et qui l'ont accompagné vers les sommets.

Aimé Jacquet (sélectionneur des Bleus de 1993 à 1998)
J'ai tout simplement envie de lui dire merci (rires). Un grand merci de m'avoir choisi parmi les 23, d'avoir cru en moi, d'avoir aimé mon style de jeu et mes qualités, et de m'avoir permis d'être dans cette génération championne du monde.

Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal depuis 1996)
Je l'ai toujours considéré comme mon deuxième père. Quand j'étais à Metz, il voulait absolument me faire venir à Monaco. Il est venu me chercher en 2000, et j'ai travaillé avec lui pendant six ans, tous les matins. J'ai atteint le sommet à ses côtés. Ce que j'ai aimé chez lui, c'est que j'avais des qualités et qu'il les a travaillées et perfectionnées. On a tous des défauts, mais lui s'en moquait. Il savait de quoi j'étais capable et me faisait travailler mes points forts. 

Dennis Bergkamp (ancien international néerlandais, coéquipier de Pirès à Arsenal entre 2000 et 2006)
Ah ! El Maestro ! Quand on me demande quel est le meilleur joueur avec lequel j'ai joué, je réponds tout le temps Dennis Bergkamp. Il avait la classe, tout simplement. Il faisait jouer l'équipe et c'est pour ça que j'ai adoré évoluer avec lui. Je l'ai beaucoup regardé pendant les entraînements, parce que c'était un joueur qui jouait simple. Pour moi, le football, c'est ça. Il m'a beaucoup inspiré pendant ma période à Arsenal. Son but contre Newcastle, je crois que c'est le plus beau que j'ai vu pour l'instant. Quand on le revoit, c'est tellement facile, tellement fluide… et souvent les gens me demandent s'il a voulu faire ça. Et moi je répond : "Mais bien sur qu'il a voulu faire ça, c'est Bergkamp !". L'action est juste géniale. On peut dire que c'est grâce à la passe un peu appuyée que je lui ai faite, mais mes droits ne dépassent pas les 10% (rires) !

Didier Deschamps (capitaine des Bleus champions du monde en 1998 et champions d'Europe en 2000)
Il m'a apporté cette capacité de ne jamais abandonner et d'y croire jusqu'au bout. Je dis ça parce qu'en finale de l'EURO 2000 contre l'Italie, c'était le seul à y croire. Il avait ce tempérament de meneur d'hommes, et surtout il sait ce que ça veut dire de gagner. Ils nous a mis sur le droit chemin. Je ne suis pas étonné que l'équipe de France ait réussi ce doublé avec un capitaine comme Deschamps. Perdre des joueurs comme ça a fait mal à l'équipe de France, notamment en 2002 et en 2004.

Thierry Henry (ancien coéquipier de Pirès en club et en sélection)
La fusée ! Ça a été un plaisir de jouer avec lui à Arsenal et en équipe de France. C'était l'un des meilleurs et je suis déçu qu'il n'ait jamais remporté le Ballon d'Or, parce qu'il l'aurait mérité au moins une fois. Il a été exceptionnel sous le maillot des Gunners. Je sais que j'ai été un privilégié, parce que jouer derrière Bergkamp et Henry, c'est pas mal ! (rires). Mon travail, c'était juste de leur donner des bons ballons, et ils faisaient le reste. 

Zinedine Zidane (ancien coéquipier de Pirès en équipe de France)
Il faudrait inventer un adjectif pour lui. C'est le meilleur joueur avec qui j'ai joué en sélection, mais c'est évident, ça n'est même pas la peine de le dire. Il le sait, je lui ai dit 10 000 fois. J'ai été un privilégié de tomber dans l'une des meilleures générations de l'équipe de France, avec lui. C'est un joueur qu'on ne reverra plus, je pense. Il m'a apporté beaucoup de choses avec sa technique. S'entraîner avec lui, c'était un régal. Je ne voulais pas faire comme lui ou le copier, mais il a été une source d'inspiration, un peu comme Dennis Bergkamp.

Tiburce Darou (ancien préparateur physique et mental français, décédé le 2 juillet 2015)
C'est quelqu'un qui a compté énormément dans ma carrière aux moments les plus difficiles et pénibles, notamment avec ma blessure aux ligaments croisés. C'était un passionné, un grand professionnel et un connaisseur du sport en général. Il était apprécié de beaucoup de gens à cause de ses méthodes, qui étaient parfois à la limite. Mais justement, c'est ce qui m'a permis de progresser énormément sur le plan mental. Malheureusement, il n'est plus avec nous aujourd'hui, mais je peux dire que ça a été un sacré personnage, et je remercie Arsène Wenger de l'avoir mis sur mon chemin.

Qui d'autre avez-vous envie de citer ?
Mon premier entraîneur, Bernard Roussel. Peu de gens le savent, mais j'ai été champion de France à l'âge de 10 ans, avec Saint-Anne Reims. D'ailleurs, je suis très fier car le club a décidé de donner mon nom au stade. Roussel a toujours cru en moi. Pourtant, j'étais petit, j'étais maigre. Il me disait tout le temps "Robert, joue devant ! Toi t'es un buteur !", alors que bon… il n'y avait que lui qui voyait ça ! Mais il en était persuadé et il me faisait toujours jouer en attaque. C'est le premier à avoir vu mon potentiel. Tous les entraîneurs que j'ai eus ont été importants pour moi. Que ce soit Joël Muller à Metz, Rolland Courbis à Marseille, Manuel Pellegrini à Villarreal, Roger Lemerre avec les Bleus… Chacun a été important sur mon chemin, et chacun d'eux m'a fait confiance et m'a fait jouer. Si j'ai eu la chance de faire 19 saisons au plus haut niveau, c'est grâce à mes entraîneurs, et c'est difficile pour moi de ne pas citer tout le monde.

Fifa.com (27/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 28 Juil - 21:33

Copa Libertadores
Gignac pour mener Tigres dans l'histoire




André-Pierre Gignac et les Tigres de Monterrey jouent mercredi soir (01H00 GMT jeudi) à domicile, le match aller de la finale de la Copa Libertadores face aux Argentins de River Plate, le Français pourrait de nouveau être l'homme-clé du match, devant un public déjà conquis. Un peu plus d'un mois seulement après son arrivée au Mexique, Gignac, avait été l'auteur d'un but en demi-finale.

Dès lundi, les 42.000 billets avaient été vendus pour assister à cette rencontre entre deux équipes offensives au stade Universitario, surnommé "le Volcan".

Si les Tigres peuvent compter sur l'international français (29 ans, 21 sélections, 5 buts), deuxième meilleur buteur en L1 cette saison, ainsi que sur le Nigérian Ikechukwu Uche et le Brésilien Rafael Sobis, les "Millionnaires" de River Plate auront dans leurs rangs l'Uruguayen Rodrigo Mora, l'ex-attaquant au FC Barcelone et Real Madrid, Javier Saviola, et l'ex-Girondin Fernando Cavenaghi.

Le club argentin, déjà qualifié pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015 espère brandir pour la troisième fois ce trophée, équivalent de la Ligue des champions pour les clubs d'Amérique latine. Pour les Tigres et le Mexique tout entier, ce trophée serait une première. Jamais un club mexicain n'a remporté cette compétition, après les échecs en finale de Cruz Azul (2001) et de Guadalajara (2010).

Les dernières rencontres entre les Tigres et River Plate lors de la phase de poule se sont soldées par deux matchs nuls, laissant augurer une finale serrée. "Nous avons du respect pour eux, mais nous avons confiance",  a indiqué l'Argentin Saviola à son arrivée lundi à Monterrey, riche ville industrielle proche de la frontière avec les Etats-Unis.

Les Tigres, propriété de l'entreprise Cemex, l'une des principales entreprises de matériaux de construction au monde, sont conscients qu'ils devront obtenir un bon résultat à domicile avant le match retour au stade Monumental de Buenos Aires. "Là-bas, le match va être compliqué", reconnaît Jürgen Damm, jeune espoir mexicain recruté récemment par les Tigres. "L'important c'est d'arriver avec une avance d'un ou deux buts".

Fifa.com (28/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 28 Juil - 21:56

Mexique : Herrera limogé



Le sélectionneur de l'équipe nationale du Mexique, Miguel "Piojo" ("le pou") Herrera, a été démis de ses fonctions mardi après avoir agressé un journaliste de télévision, a annoncé le président du Championnat et futur président de la Fédération mexicaine, Decio de Maria.

"J'ai pris la décision d'écarter Miguel Herrera de la direction technique de l'équipe nationale (...) Nos valeurs, nos principes sont supérieurs à n'importe quel résultat", a-t-il déclaré en conférence de presse.

Herrera, connu pour avoir le sang chaud, a frappé Christian Martinoli, populaire commentateur de la chaîne télévisée TV Azteca, lundi à l'aéroport américain de Philadelphie, selon plusieurs témoins, peu après la victoire du Mexique en finale de la Gold Cup contre la Jamaïque (3-1).

Herrera a affirmé ensuite ne pas avoir frappé, mais avoir seulement "poussé" le journaliste, qui ne lui avait jamais épargné les critiques.

Decio De Maria n'a donné aucune indication sur la succession du sélectionneur, en poste depuis octobre 2013.

Limoger Herrera a été "une décision complexe", a-t-il encore déclaré, mais "la violence n'a pas sa place dans la société, dans la famille et encore moins dans notre sport".

"Je crois que Miguel comprend parfaitement la raison de cette décision (...) Tout cela l'a beaucoup fait souffrir", a-t-il conclu.

Herrera ne s'est pas exprimé publiquement depuis l'incident.

Fifa.com (28/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 29 Juil - 16:52

Copa Libertadores
Ayala ne veut pas de la passe de trois




Le premier club mexicain à avoir atteint la finale de la Copa Libertadores est Cruz Azul, en 2001, avec à la clé une défaite aux tirs au but contre le Boca Juniors de Juan Román Riquelme. Neuf ans plus tard, en 2010, Guadalajara atteint de nouveau la finale de l'épreuve, où il s'incline devant les Brésiliens de l'Internacional. La troisième chance pour une formation aztèque de remporter la compétition suprême des clubs en Amérique du Sud arrive donc en 2015, grâce à Tigres, brillant depuis la phase de groupes.

Dans les 12 rencontres qu'ils ont disputées jusqu'ici, les Felinos ont subi seulement deux défaites. Leur motivation de ne pas se louper sur la dernière marche du tournoi est plus forte que jamais. "Nous espérons que la troisième fois sera la bonne pour le Mexique. Nous voulons entrer dans l'histoire pour notre pays et pour Tigres", confie avec conviction le défenseur Hugo Ayala à FIFA.com. "C'est notre intention c'est l'objectif que nous poursuivons depuis le début. Nous allons tous essayer de faire les choses le mieux possible. Nous avons une occasion rare de conclure par un trophée l'excellent travail réalisé depuis plusieurs mois", ajoute le Mexicain né à Morelia.

Dans le rôle de l'équipe qui va tout faire pour gâcher la fête, River Plate, deux fois vainqueur de la Copa Libertadores. Les Millonarios n'ont plus remporté l'épreuve depuis 19 ans et voudraient bien ajouter un troisième sacre continental à leur palmarès. "Nous allons essayer de ne pas leur laisser d'espace et de les empêcher d'entrer dans le dernier quart du terrain. C'est une équipe avec de grands noms et beaucoup de qualités, qui est capable d'exploiter la moindre faille. Il faudra être concentré et leur mettre la pression pour neutraliser leur créativité", analyse le défenseur de 28 ans, excellent dans le domaine aérien, la vision du jeu et l'anticipation. "Nous sommes à l'aise dans la possession et la circulation du ballon. Nous avons une bonne coordination entre la défense et l'attaque et lorsque nous n'avons pas la balle, nous savons réduire les espaces. Au moment d'attaquer, nous sommes une équipe très compacte également. Ce sont les principales raisons de notre présence en finale", poursuit Ayala.

Des renforts en or
Tigres s'est en outre renforcé récemment afin d'atteindre le but recherché. "André-Pierre Gignac, Jürgen Damm, Javier Aquino et Ikechukwu Uche se sont bien adaptés aux idées de l'entraîneur Ricardo Ferretti. En plus, ce sont évidemment de grands joueurs, qui ont déjà connu le succès avec leurs clubs précédents, et ils sont tous arrivés avec la ferme intention de porter l'équipe et le football mexicain au sommet. La meilleure manière de le faire est de gagner la Copa Libertadores", annonce Ayala.

Cette finale en deux manches débutera au Mexique, dans la bouillante atmosphère du Volcán, qui sera une nouvelle fois plein à craquer. Pas d'autre objectif que la victoire, ne serait-ce que pour remercier les supporters des Felinos de leur soutien inconditionnel depuis le début de la compétition. "Leur surnom le dit bien : les Incomparables", décrit Ayala. "Ils sont comme nous : ils ont beaucoup d'espoir et sont très heureux de ce qu'ils vivent depuis le début de la compétition jusqu'à la finale. Nous espérons pouvoir leur offrir le bonheur qu'ils méritent."

Tigres est prêt pour son rendez-vous avec l'histoire et espère que cette fois-ci, les larmes mexicaines seront des larmes de joie. "Ça va être un match très difficile, car nous aurons devant nous une équipe de grande qualité qui, comme nous, va tout faire pour soulever le trophée. L'équipe la mieux préparée et la plus concentrée pendant 180 minutes va s'imposer. J'espère que ce sera nous", conclut Ayala sur le ton de l'espoir.

Fifa.com (29/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 29 Juil - 16:58

Copa Libertadores
Retour en grâce ou première historique




Après s'être affrontés en phase de groupes, Tigres et River Plate ont rendez-vous en finale de la Copa Libertadores. Pour les Mexicains, il s'agira d'une grande première alors que du côté du argentin, il s'agit de la cinquième finale de l'édition suprême des clubs en Amérique du Sud, 19 ans après sa dernière participation.

Ironie du sort, c'est grâce à Tigres que la Banda Roja, qui a obtenu le moins de points parmi les équipes qualifiées à l'issue de la phase de groupes, a pu poursuivre sa route dans la compétition. Etant donné que le règlement stipule que le trophée de la Copa Libertadores doit être remis sur le territoire sud-américain, la qualification des Mexicains pour la finale a permis aux Argentins d'obtenir que la finale retour se déroule chez eux. Dernier coup de pouce du destin pour les Millonarios, ils sont déjà assurés de participer à la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015, étant donné que le club de Monterrey appartient à la CONCACAF et participe sur invitation à la Libertadores 2015. FIFA.com vous dit tout ce qu'il y a à savoir sur cette finale.

Le programme
Finale aller

Mercredi 29 juillet, 20h00 (heure locale)
Tigres (MEX) - River Plate (ARG)

Le parcours
La formation mexicaine s'est qualifiée sans problème à l'issue de la phase de groupes, grâce à quatre victoires et deux matches nuls, précisément face à River Plate. Lors de l'ultime journée de cette phase de groupes, Tigres, déjà qualifié, a battu à l'extérieur Juan Aurich 5:4, permettant ainsi à River de valider lui aussi son billet pour le tour suivant. En huitième de finale, les Mexicains ont pris le meilleur sur Universitario de Sucre, au bénéfice d'une victoire loin de leurs bases, suivie d'un nul à domicile. En quart, ils ont écarté Emelec 2:1 en score cumulé. En demi-finale, ils l'ont emporté 3:1 contre l'Internacional de Porto Alegre, après avoir perdu 1:2 à l'aller. Récemment, Tigres s'est renforcé dans le but de réaliser son rêve de devenir le premier club mexicain à soulever la Copa Libertadores.

River Plate a réalisé un parcours en dents de scie jusqu'à la finale. En phase de groupes, la Banda Roja est passée tout près de l'élimination. Elle s'est qualifiée en tant que huitième et dernière équipe au classement par points, avec comme conséquence de devoir disputer le match aller à domicile lors de tous les tours suivants, à l'exception de la finale. En huitième, River a écarté de sa route son plus grand rival, Boca Juniors, avant de sortir Cruzeiro en quart. À cette occasion, les Argentins se sont d'abord inclinés 0:1 à domicile, avant d'infliger un 3:0 à leur adversaire à Belo Horizonte. En demi-finale contre les Paraguayens de Guaraní, les Millonarios ont fait le gros du travail au Monumental en s'imposant 2:0, avant de concéder le nul 1:1 à Asuncion. River aborde cette finale au sommet de sa forme.

Le passé
Tigres est l'une des équipes mexicaines qui a passé le plus de saisons en première division de son pays (41). Le club possède à son palmarès trois championnats et trois Coupes du Mexique. En 2009, Tigres est passé à deux doigts de la relégation. C'est de là que date le début d'un processus de reconquête qui a permis aux Felinos, depuis six ans, de toujours jouer les premiers rôles sur la scène nationale et de décrocher plusieurs qualifications pour les tournois continentaux. Depuis le début de la Libertadores 2015, la formation mexicaine ne cache pas ses ambitions. C'est dans le but de conquérir le trophée qu'elle a recruté le Français André-Pierre Gignac.

On ne présente plus River Plate, l'un des clubs les plus populaires et les plus titrés de son pays. Avec 35 titres nationaux, River est l'équipe qui a remporté le plus de championnats d'Argentine. Le seul nom de River Plate est synonyme de football de qualité et de grands joueurs de l'histoire, comme Alfredo Di Stéfano, Angel Labruna, Omar Sívori, Enzo Francescoli ou Ariel Ortega. Malgré tous ces antécédents, le club n'a pas pu éviter la descente en deuxième division il y a quatre ans, pour la première fois en plus d'un siècle d'existence. Après avoir retrouvé l'élite, River s'est immédiatement fixé des objectifs élevés. Il a remporté depuis un championnat d'Argentine, une Copa Sudamericana et la Recopa Sudamericana. River possède à son tableau de chasse sept trophées internationaux. Il vise aujourd'hui une troisième Libertadores, compétition qu'il a remportée pour la dernière fois en 1996.

Les joueurs-clés
Egidio Arévalo Ríos (Tigres)
Le milieu de terrain uruguayen est l'un des leaders de la formation mexicaine. Doté d'une forte personnalité, il est également très discipliné tactiquement et précis dans le marquage. Il a été l'un des rouages essentiels de la régularité affichée par Tigres depuis le début de la compétition. C'est un joueur expérimenté, qui a déjà participé avec sa sélection à deux éditions de la Coupe du Monde de la FIFA™, une Coupe des Confédérations de la FIFA et deux Copas América. Il est l'un des atouts de l'entraîneur Ricardo Ferretti pour conquérir cette Copa Libertadores.

Jonatan Maidana (River Plate)
L e défenseur est l'un des joueurs les plus expérimentés de l'équipe. C'est un élément crucial dans le système défensif des Millonarios. Son assurance, son aisance dans le jeu aérien et sa personnalité font de lui l'un des joueurs les plus utilisés par River. Maidana a été l'un rouages essentiels du parcours des Argentins jusqu'en finale. Il a même inscrit un but décisif face à Cruzeiro, en quart de finale.

La stat
0 - C'est le nombre de fois où Tigres a connu la défaite devant son public dans la présente édition du tournoi. À domicile, les Mexicains ont signé quatre victoires et deux nuls, dont un précisément contre River Plate en phase de groupes, et l'autre devant Universitario de Sucre en huitième.

Entendu…
"Au moment d'aborder cette finale, l'histoire de River ne compte plus. Aujourd'hui, c'est le présent, et le présent nous dit que nous avons de bonnes chances de l'emporter. Ce sera une finale serrée et intense, face à un adversaire qui possède beaucoup de qualités, au même titre que nous. Rien ne sera facile pour eux. Nous espérons être champions." - Jorge Torres Nilo, défenseur de Tigres

"Nous n'allons rien changer à notre façon de jouer. Il serait évidemment bon de marquer au moins un but à l'extérieur, mais nous devrons être compacts dans toutes les lignes. Cela ne veut pas dire que nous n'allons pas proposer du jeu. Nous allons devoir faire preuve d'intelligence. La Copa est une obsession pour tous et il nous reste une marche à franchir. Notre objectif est de gagner la Libertadores et d'aller au Japon de façon méritée." - Marcelo Gallardo, entraîneur de River Plate

Fifa.com (29/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 30 Juil - 18:40

Copa Libertadores
Gignac et Tigres tenus en échec par River Plate




André-Pierre Gignac et Tigres ont été tenus en échec mercredi à domicile 0-0 par les Argentins de River Plate en finale aller de la Copa Libertadores. L'international français, moins flamboyant qu'au cours de la demi-finale et souvent neutralisé par une défense argentine efficace, s'est créé peu d'occasions lors d'un match tendu et rugueux.

Les "Millionnaires" de River Plate, portés par leur jeune milieu de terrain Matias Kranevitter, ont imposé en début de match un rythme soutenu, mettant sous pression Tigres, maintenu dans leur moitié de terrain. Malgré tout, au quart d'heure de jeu, Tigres, sur un centre d'Arevalo Rios détourné par le défenseur argentin Funes Mori, manquait d'ouvrir le score, la balle frappant la barre transversale.

Les joueurs de Monterrey s'offraient une autre occasion franche quelques minutes plus tard sur une tête de l'attaquant Rafael Sobis, seul face au gardien argentin (19e). A la 22e, Gignac faisait preuve de maladresse, ratant un contrôle sur un centre dangereux qui pouvait lui ouvrir le chemin des filets.

Les joueurs de Monterrey parvenaient peu à peu à reprendre le contrôle du match, sous une chaleur accablante de plus de 30°C. L'arbitre décidait une interruption de partie à la demi-heure de jeu afin que les joueurs puissent s'hydrater malgré les vives protestations des joueurs mexicains. A la mi-temps, les Argentins procédaient à deux changements pour renforcer le milieu de terrain, en remplacement des attaquants uruguayens Rodrigo Mora et Tabare Viudez.

Le match gagnait en intensité devant 40.000 supporters de Tigres qui donnaient de la voix et avaient déployé en début de match un immense drapeau mexicain, espérant rapporter au pays la première Copa Libertadores de son histoire. La tension montait encore d'un cran avec l'expulsion de l'entraîneur de River Plate, Marcelo Gallardo, trop pressant sur le bord du terrain.

Dans les dernières minutes, Tigres tentait de trouver l'ouverture et y parvenaient presque à la 83e par le biais de Jurgen Damm qui débordait le gardien argentin mais ne parvenait à tirer dans un angle trop fermé.

Quatre ans après sa descente en seconde division, le club argentin de River Plate se retrouve en bonne position pour remporter une troisième Copa Libertadores, équivalent de la Ligue de champions pour les clubs d'Amérique latine. Tigres devra, de son côté, jouer un match retour difficile le 5 août au stade Monumental de Buenos Aires.

Fifa.com (30/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 4 Aoû - 19:55

Copa Libertadores
River et Tigres jouent et rejouent le jeu




On joue depuis 86 minutes et River Plate est pour l'instant éliminé au premier tour de la Copa Libertadores de América. Menés 0:2 au Mexique face à Tigres, les Millonarios occupent la dernière place du Groupe 6. Il leur reste quatre minutes et un match pour redresser la situation dans une compétition qui, une nouvelle fois, se révèle impitoyable pour le géant du football argentin. Mais le Colombien Teófilo Gutiérrez réduit le score et trois minutes plus tard, l'Uruguayen Rodrigo Mora égalise d'une reprise de volée sur un corner. River entrevoit la lumière au bout du tunnel. "C'est un signe", avait commenté le technicien Marcelo Gallardo après la partie.

Il ne s'est pas trompé. River Plate est aujourd'hui qualifié pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015 et se trouve à un match d'un premier sacre en 19 ans dans la compétition suprême des clubs en Amérique du Sud. Son adversaire dans cette ultime revue n'est autre que l'équipe qui aurait pu porter l'estocade finale au premier tour, à savoir Tigres.

La miséricorde des Mexicains est même allée plus loin que ces quatre dernières minutes au stade Universitario. Une semaine plus tard, River reçoit San José de Oruro et ne peut se qualifier qu'à deux conditions : gagner son match et espérer que Tigres, déjà qualifié en tant que leader du groupe, s'impose au Pérou face à Juan Aurich. Un match nul pourrait suffire, en fonction du nombre de buts marqués dans chacune des deux rencontres.

Comme souvent dans ces cas-là, les supporters présents au Monumental avaient deux yeux rivés sur le terrain et une oreille collée au transistor. Ce soir-là, River domine relativement facilement son adversaire bolivien, puis attend les nouvelles en provenance de Chiclayo. L'entraîneur mexicain de Tigres, Ricardo Ferretti, annonça qu'il allait se rendre au Pérou avec une équipe de remplaçants. De quoi rendre péssimiste les supporters argentins sur l'issue de la rencontre. Mais au bout d'un match invraisemblable, le club mexicain fait l'un des plus beaux honneurs de l'année au fair-play en s'imposant 5:4, grâce notamment à un triplé de l'attaquant Enrique Esqueda. Aujourd'hui encore, les supporters de River ne cachent pas leur reconnaissance envers le joueur de Tigres.

"En Argentine, je supporte Boca Juniors. Cela dit, je ne regrette pas ce que j'ai fait. Nous savions tous que nous pourrions peut-être de nouveau tomber sur River plus tard dans la compétition, mais nous étions loin de penser que ce serait en finale", avait confié Esqueda. "Gagner une finale de Libertadores contre River serait doublement historique : ce serait la première fois qu'une équipe mexicaine gagne ce tournoi et le faire contre une équipe du calibre de River serait une très grosse performance." Damián Álvarez, formé à River mais aujourd'hui pensionnaire de Tigres, précise quant à lui : "Nous avons fait taire beaucoup de gens. Peu de gens s'attendaient à nous voir en finale, à part nous-mêmes".

Petite porte et grande finale
Après la qualification de River pour les huitièmes de finale en tant que moins bon deuxième, Gallardo avait lancé : "Nous avons souffert beaucoup plus que nécessaire et nous sommes entrés par la petite porte. Nous voulons sortir par la grande". L'ancien joueur du Paris Saint-Germain et de Monaco savait de quoi il parlait. En 2014, River Plate avait remporté la Copa Sudamericana sans concéder la moindre défaite, avec en tout huit victoires et deux nuls, et une demi-finale à très haute tension face à Boca Juniors.

Après la qualification in extremis pour les huitièmes de finale de la Libertadores 2015, la Banda Sangre s'est métamorphosée. Pour la deuxième fois en cinq mois, River élimine Boca d'une compétition continentale, fait inédit dans l'histoire du club. Après avoir écarté les Brésiliens de Cruzeiro en quart de finale, les hommes de Gallardo disposent de Guaraní en demi-finale. Chaque fois, ils disputent le match retour à l'extérieur. Des huitièmes jusqu'à la finale, ils ne concèdent qu'une seule défaite, à domicile contre Cruzeiro, mais renversent la situation de façon inespérée en s'imposant 3:0 à Belo Horizonte.

"Ces joueurs sont capables de donner le meilleur d'eux-mêmes lorsque la pression est au plus haut. Nous avons une opportunité unique", conclut Gallardo. Une opportunité qui est passée à quatre petites minutes - et beaucoup de fair-play de la part de Tigres - de l'extinction.

Fifa.com (04/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 4 Aoû - 20:31

Copa Libertadores
Le Tigre Gignac dans la gueule de River Plate




André-Pierre Gignac espère brandir mercredi la Copa Libertadores, la plus prestigieuse compétition de clubs d'Amérique latine, mais son club mexicain, Tigres, ne sera pas favori face aux Argentins de River Plate, de retour au plus haut niveau.

Après un décevant 0-0 à Monterrey (Mexique), Gignac et ses coéquipiers joueront dans un stade Monumental en effervescence. River a enlevé en 2014 la Copa Sudamericana (équivalent de l'Europa League), la Supercoupe en janvier et espère ajouter une 3e Copa Libertadores dans son immense vitrine de trophées.

Depuis son arrivée au Mexique, Gignac n'a pas encore démontré l'étendue de son talent. Certes, il a ouvert le score lors de la victoire en demi-finale contre l'Internacional de Porto Alegre (3-1), mais à l'aller contre River, il n'a pas su se défaire du marquage du défenseur central Jonathan Maidana.

Tigres a fait un pont d'or (12 millions de dollars de salaire sur 3 ans) à Gignac pour l'attirer à Monterrey. Le club est riche car il appartient au groupe Cemex, un des géants mondiaux du ciment avec LafargeHolcim, issu de la fusion récente du français Lafarge et du suisse Holcim. Mais sur le terrain, les Tigres n'ont glané que 3 titres nationaux depuis leur création en 1960.

River Plate connait une fortune contraire. Le club n'a plus la capacité financière d'antan pour attirer des joueurs renommés, mais l'entraîneur Marcelo Gallardo a signé de jolis coups en juillet en rapatriant les milieux de terrain Lucho Gonzalez (Porto, OM) et Javier Saviola (Barcelone, Benfica), 34 et 33 ans.

Au rayon des trophées, River affiche notamment 36 titres de champion, 1 Coupe intercontinentale (1986), 2 Copas Libertadores (1986, 1996) et une Copa Sudamericana (2014). "Cette coupe, on ne peut pas la laisser échapper", a prévenu Gallardo.

Les vices
L'entraîneur brésilien de Tigres Ricardo Ferretti juge que les deux équipes sont sur un pied d'égalité. "La pièce de monnaie est en l'air, dit-il, on verra de quel côté elle tombe. J'ai des joueurs qui ont les qualités nécessaires (pour gagner)". "Ils se voient déjà champions, on va leur rendre la vie impossible", menace le milieu uruguayen de Monterrey, Egidio Arevalo Rios. Pour sa formation, le défi est grand: jamais un club mexicain n'a gagné la Copa Libertadores, où les clubs mexicains sont invités.

Un grand Gignac pourrait changer la donne? "Ne vous inquiétez pas, le Français, je m'en occupe", riposte Maidana, qui espère le museler une seconde fois. "Gignac, c'est un joueur avec des qualités énormes, mais il doit apprendre les vices du football sud-américain et ne pas se laisser déconcentrer", opine Oswaldo Piazza, ancien défenseur argentin de Saint-Etienne dans les années 1970.

"En Copa Libertadores, poursuit-il, on joue chaque match comme une finale. Les joueurs sud-américains sont prêts à mourir sur le terrain, il faut gagner à tout prix, les joueurs t'accrocher le maillot, te poussent, te mettent un doigt aux fesses, on essaie d'énerver l'adversaire, de lui faire perdre les pédales et l'arbitre ne dit rien".

Pour Piazza, les Tigres sont "une bonne équipe qui a un gros potentiel offensif avec Gignac et le Brésilien Rafael Sobis". Tigres et River s'affrontent pour la 4e fois de la saison, car ils étaient dans le même groupe lors de la phase de groupes: trois matches nuls au compteur, mais mercredi, il y aura un vainqueur.

Fifa.com (04/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 5 Aoû - 16:48

Copa Libertadores
La gloire argentine ou l'histoire mexicaine


La Copa Libertadores de América 2015 est sur le point de livrer son verdict. La finale retour opposera River Plate à Tigres, deux équipes qui, de façon étonnante, ont déjà croisé le fer à trois reprises dans la présente édition de l'épreuve. Les trois fois, elles se sont quittées sur un score de parité.

Au coup d'envoi de ce match retour chez eux, à Buenos Aires, les Millonarios partiront en ballottage favorable après avoir rapporté un nul 0:0 du Mexique. Avec la qualification pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015 déjà assurée, les Argentins espèrent décrocher leur troisième trophée dans la compétition tandis que pour les Mexicains, un sacre serait synonyme d'entrée dans l'histoire, aucun club aztèque n'ayant à ce jour remporté la Libertadores. FIFA.com présente la confrontation à venir.

Le programme
Finale retour

Mercredi 5 août, 22h00 (heure locale)
River Plate (ARG) - Tigres (MEX)

Après le nul 0:0 obtenu à Monterrey, la formation argentine tentera de profiter au mieux de l'ambiance du Monumental pour faire pencher la balance en sa faveur. Toutefois, les Millonarios devront se passer de Rodrigo Mora et Tabaré Viudez, blessés, et de Gabriel Mercado, suspendu. L'entraîneur Marcelo Gallardo ne cache pas son jeu : il a publié la composition de son équipe deux jours avant la finale. Fernando Cavenaghi sera en attaque et Camilo Mayada évoluera au poste de latéral droit.

Tigres se rend à Buenos Aires le moral au beau fixe. Le fait de ne pas avoir concédé de but à domicile lors de la première manche permettra probablement aux Mexicains d'avoir plus d'espace. La formation aztèque possède dans ses rangs des joueurs dangereux et talentueux, capable de faire différence à n'importe quel moment.

Les joueurs-clés
Fernando Cavenaghi (River Plate)
El Torito a peu joué jusqu'ici dans la compétition et tentera de profiter de l'occasion en or qui lui est donnée par son entraîneur. En tant que titulaire, il aura la responsabilité de faire la différence en attaque. Cavenaghi possède suffisamment d'expérience pour gérer la pression à ce niveau-là. Il n'a rien perdu de son flair devant le but adverse, il est aujourd'hui le deuxième buteur du championnat d'Argentine.

Nahuel Guzmán (Tigres)
Le gardien de la formation mexicaine est au sommet de son art. Il a brillé tout au long de la présente édition de la Libertadores et a fait partie de l'équipe d'Argentine finaliste de la dernière Copa América. Au match aller à Monterrey, il s'est montré intraitable face aux attaques des Millonarios. Il est à lui seul l'un des principaux arguments permettant à Tigres d'espérer décrocher le trophée au Monumental de Buenos Aires.

La stat

0 - C'est le nombre de fois où River Plate s'est incliné à domicile en quatre finales de la Copa Libertadores. La Banda Sangre a successivement battu Peñarol 3:2 en 1966, Cruzeiro 2:1 en 1976, l'América de Cali 1:0 en 1986 et 2:0 en 1996. Les deux fois contre la formation colombienne, River a décroché le titre continental.

Entendu…
"Tigres est l'une des équipes les plus fortes, sinon la plus forte, de cette édition de la Copa. Ce sera une finale très disputée. Ces joueurs sont capables de résister à la pression car ils ont beaucoup d'expérience et de classe. Ça va être une finale très intense. Nous avons là une occasion très rare et très prestigieuse. C'est un privilège de pouvoir disputer une finale de Copa Libertadores" - Marcelo Gallardo, entraîneur de River Plate

"River est un grand adversaire et il l'a démontré lors des trois précédentes confrontations avec nous. Ça va être un match complètement différent des trois autres, très serré et sans espaces. Ils vont peut-être essayer de profiter des premières minutes, avec l'euphorie du public, pour nous mettre la pression. Nous ne sommes plus très loin de la gloire. La pièce est en l'air et c'est à nous de tout faire pour qu'elle retombe du bon côté" - Egidio Arévalo Ríos, milieu de Tigres

Fifa.com (05/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 6 Aoû - 9:50

Copa Libertadores
River Plate sacré 19 ans après




Les Argentins de River Plate ont remporté mercredi la Copa Libertadores, pour la première fois depuis 1996, en battant nettement les Mexicains de Tigres (3-0), de l'attaquant français André-Pierre Gignac. Déjà qualifiés pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015 avant même le coup d'envoi de la finale, la Banda Sangre y arrivera en tant que championne continentale.

Après un match nul (0-0) à l'aller à Monterrey (Mexique), les "Millionnaires" de River Plate ont fait plier les "Félins" sous une pluie battante, grâce aux buts de Lucas Alario (45e), Carlos Sanchez (75e sur penalty) et Ramiro Funes Mori (79e), devant 62.000 spectateurs survoltés.

Très attendu, l'international français André-Pierre Gignac pourra regretter longtemps ses occasions perdues, surtout son raté à la 23e minute alors qu'il était en position idéale face aux buts argentins, peu de temps après avoir écopé d'un carton jaune. En seconde période, l'ancien buteur de l'Olympique de Marseille frappe au-dessus du cadre à la 54e minute.

Après une première mi-temps fermée et engagée, le match s'est soudain emballé avec l'ouverture du score juste avant la pause, sur une tête de l'attaquant argentin Lucas Alario, superbement servi par le latéral gauche Leonel Vangioni. Au retour des vestiaires, les Argentins, emmenés par le brillant espoir Matias Kranevitter, ont creusé l'écart sur un pénalty, marqué par l'Uruguayen Carlos Sanchez, avant de confirmer leur avance grâce à une tête de Ramiro Funes Mori, sur un corner.

Les Tigres n'auront donc pas réussi leur pari de devenir la première équipe non sud-américaine à remporter cette compétition, où les clubs du Mexique participent en tant qu'invités.

River Plate, qui remporte sa 3e Copa Libertadores (équivalent de la Ligue des champions pour les clubs d'Amérique latine), poursuit son impressionnant cycle de victoires de ces derniers mois, après la Copa Sudamericana (équivalent de l'Europa League) en 2014 puis la Supercoupe en janvier.

Avec ce nouveau succès, l'équipe des beaux quartiers de Buenos Aires confirme son retour au premier plan, quatre ans après sa descente en deuxième division. Elle avait remporté son premier trophée dans cette compétition en 1986, et succède cette fois au palmarès à un autre club argentin, San Lorenzo.

Et c'est aussi une belle réussite pour l'entraîneur Marcelo Gallardo, 39 ans, ancien joueur de Monaco et du PSG arrivé à River Plate en 2014 : alors que le club n'a plus la capacité financière d'antan pour attirer les joueurs renommés, il a signé de jolis coups en juillet avec le retour au bercail de Lucho Gonzalez (Porto, OM) et Javier Saviola (Barcelone, Benfica).

Fifa.com (06/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 7 Aoû - 14:52

Copa Libertadores
River Plate redevient le patron du football sud-américain



Le club argentin de River Plate, quatre ans après une relégation en 2e division, est redevenu le patron du football sud-américain, gagnant coup sur coup Copa Sudamericana (2014) et Copa Libertadores, mercredi soir.

Face à Tigres, le club mexicain qui a recruté André-Pierre Gignac voici un mois, River Plate, souvent bousculé, a fait preuve mercredi soir d'un redoutable pragmatisme en inscrivant trois buts. Alors que les joueurs de River fêtaient la troisième Copa Libertadores du club, Gignac s'est engouffré dans le tunnel menant au vestiaire, lâchant, dépité: "C'est dur, ça fait mal."

Très attendu, l'international français pourra regretter longtemps ses occasions perdues, surtout son raté à la 23e minute alors qu'il était en position idéale face aux buts argentins, peu de temps après avoir écopé d'un carton jaune.

Depuis son retour en première division en 2012, River Plate, club des beaux quartiers de Buenos Aires a d'abord enlevé un titre de champion du tournoi de clôture 2014, sous la houlette de Ramon Diaz. Puis l'ancien N.10 du Paris SG et de Monaco Marcelo Gallardo, jeune entraîneur de 39 ans, a pris la tête de l'équipe, lui offrant les deux titres les plus prestigieux du continent (Sudamericana et Libertadores), et la Supercoupe.

"Cette victoire, nous la méritions après 19 ans (sans succès)", a déclaré Gallardo après la finale retour. "Cela n'a pas été facile. Cela a été le sacrifice d'un groupe dont les efforts sont récompensés. Nous avions ce défi dans le viseur depuis un an. C'est un groupe de grands professionnels, les supporteurs le méritaient."

'Un triomphe mérité'
Gallardo est le premier à gagner la Libertadores comme joueur, puis entraîneur de River Plate. "C'est un triomphe mérité. Pour moi, c'est une étape qui se termine. Je suis fier de partir en soulevant une coupe", a confié l'ancien Bordelais Fernando Cavenaghi, 31 ans, en fin de contrat.

Si la précédente Copa Libertadores, en 1996, avait été acquise par une génération dorée (Hernan Crespo, Marcelo Salas, Enzo Francescoli), River Plate a aligné cette saison des joueurs méconnus et quelques trentenaires sur le retour comme Fernando Cavenaghi, Lucho Gonzalez ou Javier Saviola.

Mercredi, le joueur du match a été l'attaquant Lucas Alario, 22 ans, arrivé en juillet du petit club de Colon de Santa Fe. Il a ouvert le score d'une tête au ras du poteau (45e), mettant son équipe sur le chemin de la victoire. Après un match nul (0-0) à l'aller à Monterrey (Mexique), les "Millionnaires" de River Plate ont fait plier les "Félins" sous une pluie battante, grâce à deux autres buts de l'Uruguayen Carlos Sanchez (75e sur penalty) et Ramiro Funes Mori (79e), devant 62.000 spectateurs survoltés.

River succède au palmarès à un autre club argentin, San Lorenzo. Les Tigres n'auront donc pas réussi leur pari de devenir la première équipe non sud-américaine à remporter cette compétition, où les clubs du Mexique participent en tant qu'invités. La victoire de River Plate renforce encore la domination de l'Argentine sur la Libertadores, avec 24 succès, devant les clubs brésiliens (17) et uruguayens (Cool.

Aux avants-postes du championnat, l'insatiable River Plate pourrait conquérir un 36e titre de champion. Mercredi soir, les joueurs de River Plate brandissaient des drapeaux japonais, référence au Mondial des clubs, qu'ils disputeront en décembre contre le FC Barcelone, notamment.

Fifa.com (06/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 7 Aoû - 21:11

Slutsky prend les rênes de la Russie



L'entraîneur du CSKA Moscou Leonid Slutsky a été nommé sélectionneur de l'équipe de Russie "jusqu'à la fin des qualifications de l'Euro-2016", en remplacement de l'Italien Fabio Capello, a annoncé vendredi la Fédération russe de football (RFU). "L'entente prévoit que Slutsky tienne ses deux emplois en même temps: le poste de sélectionneur national et celui d'entraîneur du CSKA Moscou", a précisé la RFU.

Agé de 44 ans, Slutsky a pris les commandes du CSKA en 2009, menant le club de l'Armée rouge a deux titres de champion en 2013 et 2014, et deux Coupes de Russie en 2011 et 2013.

La RFU avait mis fin le 14 juillet au contrat de son sélectionneur italien en poste depuis juillet 2012, sous le feu de féroces critiques après une défaite cuisante en juin face à l'Autriche (1-0) à Moscou, compromettant la qualification pour l'Euro-2016.

Ce revers a placé la Russie à la troisième place du groupe G, à 8 points de l'Autriche et à 4 longueurs de la Suède (2e), qu'elle recevra le 5 septembre. Il reste quatre matches à Slustky pour renverser la tendance. Seul le meilleur 3e des neuf groupes de qualification obtiendra un billet direct pour l'Euro-2016 en France. Les huit autres troisièmes disputeront des play-offs pour les quatre dernières places.

"Nous avons répété à plusieurs reprises que, dans cette situation, seul un entraîneur russe pourrait reprendre les rênes de l'équipe nationale", a réagi le ministre russe des Sports Vitaly Mutko, qui considère Slutsky comme "capable de mener l'équipe nationale jusqu'à l'Euro-2016".

Fifa.com (07/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 7 Aoû - 21:13

Copa Libertadores
River du purgatoire à la gloire




Le triomphe de River Plate dans la Copa Libertadores vient couronner l'extraordinaire résurrection de l'un des plus grands clubs d'Argentine qui, après être descendu en deuxième division pour la première fois de son histoire en 2011, est devenu quatre ans plus tard l'unique club des annales champion en titre des trois tournois organisés par la CONMEBOL : la Copa Libertadores, la Copa Sudamericana et la Recopa Sudamericana.

Dans un stade Monumental bouillant et plein craquer, le Millonario a conquis devant Tigres le titre suprême continental 19 ans après son dernier triomphe dans l'épreuve. À cette époque, en 1996, l'actuel entraîneur de River - Marcelo Gallardo - était un jeune joueur de 20 ans, amené à prendre la relève d'anciennes légendes du club comme Enzo Francescoli ou Ariel Ortega.

Le vainqueur
Les trois titres continentaux consécutifs de River Plate font honneur à la résilience d'une équipe qui a toujours su rebondir dans les moments difficiles, ceux où elle bafouillait son football et où les résultats n'étaient pas au rendez-vous.

Le premier tour de la Libertadores 2015 a été un martyr pour les Argentins, à tel point que River est le premier club à remporter l'épreuve après s'être qualifié pour les huitièmes de finale en tant que moins bon deuxième. Mais à partir des matches à élimination directe, la Banda Sangre a fait preuve d'une discipline tactique et d'une force mentale exceptionnelles. Parmi les rouages essentiels dans ce parcours triomphal, on peut citer les milieux de terrain Matías Kranevitter et Leonardo Ponzio, le gardien Marcelo Barovero et les défenseurs centraux Jonathan Maidana et Ramiro Funes Mori. River n'a ainsi concédé que deux buts depuis les huitièmes de finale.

Sur le plan offensif, l'Uruguayen Carlos Sánchez a été un poison pour toutes les défenses sur son côté droit et l'opportunisme de Rodrigo Mora, combiné au talent de Teófilo Gutiérrez, ont fait le reste. Après le départ du Colombien à destination de l'Europe, Lucas Alario s'est affirmé comme un avant-centre efficace, malgré son absence d'expérience internationale.

Les enseignements
Pour le vice-champion Tigres, la demande des joueurs - nombre d'entre eux sud-américains - à l'entraîneur Ricardo Ferretti d'accorder la priorité à la Copa Libertadores par rapport au championnat national a porté ses fruits : à domicile, les Mexicains n'ont jamais connu la défaite, avec quatre victoires et trois nuls.

Autre phénomène notable du tournoi : depuis le sacre de l'Atlético Mineiro en 2013, la Copa n'a plus souri aux équipes brésiliennes, traditionnellement très fortes dans la compétition. En 2014, le Brésil n'a eu aucun représentant en demi-finales et cette année, seul l'Internacional de Porto Alegre est parvenu à se hisser dans le dernier carré.

Les moments-clés
Il y en a eu trois pour River. Le premier date de l'avant-dernière journée du premier tour, avec la remontée contre Tigres, au Mexique. À quatre minutes du coup de sifflet final, les Argentins étaient menés 2:0 et donc éliminés. Ils sont finalement revenus à 2:2. Lors de l'ultime journée de la phase de groupes, les Millonarios ont décroché la qualification grâce à la fois à leur victoire et à celle indispensable de Tigres sur la pelouse des Péruviens de Juan Aurich. Deuxième moment-clé : le triomphe en huitième de finale face à l'éternel rival Boca Juniors, qui venait de gagner ses six matches en phase de groupes et semblait invincible. Enfin, River a renversé la vapeur contre toute attente en quart de finale : après avoir été battu à domicile par les Brésiliens de Cruzeiro, les futurs champions d'Amérique du Sud sont allés s'imposer 3:0 à Belo Horizonte.

Les joueurs-clés
Jonathan Maidana et Nicolás Bertolo sont devenus les deux premiers joueurs de l'histoire à remporter la Libertadores avec River et Boca, en 2007. Alors que le milieu gauche est arrivé au club il y a seulement quelques semaines, le défenseur central a été l'un des principaux artisans du titre obtenu par le Millonario.

Après un premier tour discret, Maidana a été efficace face à Boca, après quoi il a ouvert le score d'une tête superbe lors du 3:0 crucial obtenu sur le terrain de Cruzeiro. Il a également su neutraliser des avants-centres dangereux comme Federico Santander en demi-finale et André-Pierre Gignac en finale. Le sacre continental a une saveur toute particulière pour lui : Maidana est le seul rescapé, chez les nouveaux champions d'Amérique du Sud, de l'équipe de River qui est descendue en deuxième division en 2011.

Les surprises
La grande révélation de la Libertadores 2015 est incontestablement Guaraní. L'Aborigen a fait honneur au football paraguayen en atteignant les demi-finales après avoir éliminé des candidats sérieux au titre, comme Corinthians en huitième et le Racing Club en quart. Après n'avoir encaissé aucun but dans ces quatre matches, la formation paraguayenne a craqué en demi-finale contre River.

Dans cette année historique pour le Chili avec le sacre de l'équipe nationale dans la Copa América à domicile, les clubs du pays andin n'ont pas été à la hauteur : Colo-Colo, Universidad de Chile et Palestino ont tous étés éliminés au premier tour.

Dernière surprise : l'élimination du champion en titre, San Lorenzo de Almagro, dès la phase de groupes, avec comme circonstance atténuante la présence dans son groupe de grosses cylindrées comme São Paulo et Corinthians.

Le saviez-vous ?
Depuis 1997 et la première invitation d'un club mexicain à jouer la Copa Libertadores, seules trois équipes aztèques sont parvenues à atteindre la finale : Cruz Azul (2001), Chivas de Guadalajara (2010) et Tigres (2015). Aucun club mexicain n'a encore soulevé le trophée.

La stat
3 - Comme le nombre de Copas Libertadores remportées par River Plate, qui rejoint ainsi au palmarès continental Olimpia (Paraguay), Santos (Brésil), São Paulo (Brésil) et Nacional (Uruguay). À la première place de ce classement, on trouve Independiente, avec sept triomphes.

Entendu…
"Pour moi, l'aspect psychologique était fondamental. J'ai joué la Libertadores aux côtés de très grands joueurs, mais il nous a toujours manqué quelque chose pour aller au bout. Ces expériences m'ont servi." - Marcelo Gallardo, entraîneur de River Plate

Les meilleurs buteurs
1 - Gustavo Bou (ARG/Racing Club), 8 buts.
2 - Guido Carrillo (ARG/Estudiantes de La Plata), 7 buts.
3 - Miller Bolaños (ECU/Emelec) et Federico Santander (PAR/Guaraní), 6 buts.

Fifa.com (07/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 7 Aoû - 21:38

Grèce : Tsanas sélectionneur par intérim



Kostas Tsanas, en charge des moins de 21 ans grecs, a été nommé sélectionneur de l'équipe nationale de Grèce par intérim en remplacement de l'Uruguayen Sergio Markarian, qui a démissionné fin juillet, a annoncé la Fédération grecque vendredi.

C'est la deuxième fois que Tsanas, âgé de 48 ans, reprend temporairement la sélection en main. La Fédération avait déjà eu recours à lui l'an dernier, après le départ de l'Italien Claudio Ranieri.

Markarian (70 ans) n'a obtenu aucune victoire au cours des cinq mois qu'il a passés aux commandes de la Grèce. Les Grecs s'étaient même inclinés face aux modestes Iles Féroé (2-1) en qualifications pour l'Euro-2016.

La Grèce occupe la dernière place du groupe F, avec deux points en six matches, et a déjà très largement hypothéqué ses chances de se qualifier pour l'Euro-2016. Il lui reste quatre matches à jouer, le premier le 4 septembre à domicile contre la Finlande.

Fifa.com (07/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 12 Aoû - 19:27

Pedro sauve le Barça



Un but de Pedro en prolongation a permis au FC Barcelone de remporter la Supercoupe d'Europe mardi contre Séville (5-4 a.p.), après un scénario ébouriffant qui a vu le club catalan mener 4-1, dilapider son avance et arracher la victoire à la 115e minute.

Peut-on imaginer plus beau cadeau d'adieu? L'attaquant international espagnol, remplaçant au coup d'envoi après avoir fait part au club de ses envies de départ, est sorti du banc pour offrir le trophée au Barça, soit le quatrième titre des Catalans en 2015 après la Liga, la Coupe du Roi et la Ligue des champions.

Avec neuf buts et un final haletant à la Dinamo Arena de Tbilissi (Géorgie), cette Supercoupe d'Europe a atteint des niveaux rarement vus pour cet habituel match de reprise estivale.

L'équipe catalane devra sans doute voir et revoir cette rencontre pour tenter de comprendre comment, de parfaitement maîtrisée, elle a pu ainsi basculer et déboucher sur un nombre de buts record dans cette compétition depuis l'entrée en vigueur du format à une seule rencontre en 1998.

Dans cette soirée folle, un héros a émergé: Pedro Rodriguez. Pourtant, quelques minutes avant la rencontre, on avait appris du secrétaire technique du Barça Robert Fernandez que le joueur avait communiqué au club son désir de partir, faute de temps de jeu et face à l'intérêt de clubs comme Manchester United.

Le sextuplé a eu chaud
A la 115e minute de jeu, c'est pourtant le petit attaquant canarien qui a surgi sur un coup franc tiré en deux temps par Lionel Messi, se précipitant pour glisser au fond le ballon repoussé par le gardien.

Sans lui, le rêve de sextuplé a bien failli retomber comme un soufflé pour le Barça, avant même de disputer la Supercoupe d'Espagne contre l'Athletic Bilbao (14 et 17 août) et le Mondial des clubs en décembre.

Le "Roi Leo" avait pourtant répondu de deux splendides coups francs directs (7e, 16e) à l'ouverture du score d'Ever Banega (3e), avant des buts de Rafinha (44e) et Luis Suarez (52e) qui semblaient mettre Barcelone à l'abri.

Au passage, Messi a semblé en pleine forme pour son retour de vacances, loin de la déception de la finale de Copa America perdue cet été avec l'Argentine contre le Chili (0-0, 4 t.a.b. à 1). Ses deux buts mardi soir lui ont d'ailleurs permis d'égaler Cristino Ronaldo comme meilleur buteur de l'histoire en compétitions européennes de clubs avec 80 buts.

Messi intenable puis éteint

Intenable en début de rencontre, le quadruple Ballon d'Or a semblé évoluer au rythme supersonique de la fin de saison dernière. Tricotant dans les petits périmètres, trouvant ses partenaires les yeux fermés et multipliant les accélérations, il a souvent fait perdre la boule à ses vis-à-vis.

Au point que la Dinamo Arena, conquise, a scandé son nom à plusieurs reprises, même lorsque l'Argentin s'est éteint en deuxième période.

C'est précisément le moment où le Barça a commencé à craquer défensivement et à scier la branche sur laquelle il était assis. Et Séville a aussitôt refait bonne figure: réduction du score par José Antonio Reyes (57e), penalty transformé par Kevin Gameiro (72e) et égalisation inespérée de la recrue ukrainienne Yevhen Konoplyanka (81e).

C'est le signe que l'arrière-garde barcelonaise n'a pas été dans le coup. Quand, à 20 minutes de la fin, le Barça menait encore 4-2, Jérémy Mathieu a accroché Vitolo dans la surface, penalty à la clé. Et le Sévillan Adil Rami a bien failli arracher la séance de tirs au but dans le temps additionnel de la prolongation sur un centre de Ciro Immobile (120e+2).

Bref, comme l'avait souligné le capitaine Andres Iniesta lundi, avoir Messi avec soi "est pratiquement une garantie de succès". Mais avoir des joueurs de devoir et de talent, comme Pedro Rodriguez, aide aussi grandement.

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 12 Aoû - 19:52

Finlande : Hans Back nouveau sélectionneur



La Finlande a nommé mercredi comme sélectionneur l'ancien entraîneur de Thierry Henry aux New York Red Bulls, le Suédois Hans Backe, 63 ans.

Lors d'une conférence de presse à Helsinki, le président de la Fédération finlandaise de football, Pertti Alaja, s'est félicité du recrutement d'un "entraîneur très expérimenté, international, qui a réussi".

Backe n'avait pas retrouvé de poste après trois saisons à New York (2010-2012), où l'attraction de son équipe était le buteur français.

Il succède à Mixu Paatelainen, limogé en juin après une série de quatre défaites consécutives lors des qualifications pour l'Euro-2016. La Finlande a presque perdu tout espoir d'aller en France, ne comptant que quatre points après six journées.

Backe, champion du Danemark quatre fois (avec Aalborg et le FC Copenhague), a été adjoint de Sven-Göran Eriksson à Manchester City et a entraîné Salzbourg et le Panathinaïkos. Sa seule expérience en sélection est celle d'adjoint pour le Mexique en 2008 et 2009.

Fifa.com (12/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 21 Aoû - 12:30

Etats Unis : Howard de retour en sélection



Le gardien d'Everton Tim Howard va faire son retour en équipe des Etats-Unis à l'occasion de matches amicaux contre le Pérou et le Brésil début septembre après une pause d'un an, a annoncé Jürgen Klinsmann, le sélectionneur allemand de Team USA.

Howard avait décidé de mettre sa carrière en sélection entre parenthèses après la Coupe du monde 2014 au Brésil. "Nous pouvons être très contents d'avoir Tim Howard de nouveau avec nous. Il a pris une année pour se consacrer à sa famille et après la Gold Cup, nous avions convenu de nous parler et il m'a dit qu'il voudrait revenir en sélection", a expliqué Klinsmann.

L'ancien international allemand a toutefois indiqué à Howard qu'il revenait en tant que doublure de Brad Guzan (Aston Villa), son gardien titulaire depuis un an. "Tim accepte cette configuration pour le moment et à terme, il y aura un duel entre les deux pour le place de N.1", a insisté Klinsmann.

Howard, 36 ans, a été sélectionné à 104 reprises en équipe des Etats-Unis et avait fait forte impression lors de la Coupe du monde 2014 au Brésil où son équipe avait atteint les 8e de finale.

Les Etats-Unis vont affronter le Pérou le 4 septembre à Washington et le Brésil le 8 septembre à Foxborough.

Ces deux matches serviront de répétition générale pour le match de barrage contre le Mexique le 10 octobre: le vainqueur de ce match entre les vainqueurs des deux dernières éditions de la Gold Cup participera à la Coupe des Confédérations 2017 en Russie.

Les Etats-Unis ont terminé à une très décevante 4e place de la Gold Cup 2015 organisée le mois dernier à domicile.

Fifa.com (21/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 25 Aoû - 15:50

Mexique : Ferreti nommé sélectionneur par intérim



Le Brésilien Ricardo Ferreti, actuel entraineur de Tigres, a été nommé lundi sélectionneur par intérim du Mexique, alors que la Fédération mexicaine de football cherche toujours un successeur à Miguel Herrera, licencié fin juillet.

"C'est avec une grande fierté et une grande satisfaction que je dirigerai cette équipe, avec tout l'engagement nécessaire, pour se qualifier pour la Coupe des Confédérations 2017", a déclaré Ferreti en conférence de presse.

Le technicien brésilien a été nommé pour assurer l'intérim au poste de sélectionneur, vacant depuis le renvoi en juillet de Miguel Herrera pour avoir agressé un journaliste aux Etats-Unis, peu après la victoire du Mexique en Gold Cup.

Ferreti dirigera l'équipe nationale pour les quatre prochains matches, mais a écarté l'idée de poursuivre en raison de "l'engagement" qui le lie au club de Monterrey depuis 2010, avec lequel il est en contrat pour encore trois ans.

A 61 ans, Ferreti a déjà dirigé l'équipe mexicaine en juin 1993 de façon temporaire, lors d'une victoire contre le Costa Rica. Depuis, il avait plusieurs fois été sollicité mais avait toujours refusé le poste.

Le Mexique rencontrera le 10 octobre les Etats-Unis à Los Angeles, en barrage de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2017 qui se déroulera en Russie (17 juin - 2 juillet 2017).

Fifa.com (24/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 26 Aoû - 16:58

Messi a-t-il tué le suspense ?



Vainqueur de la Ligue des champions, du championnat espagnol et de la Coupe du Roi, l'Argentin Lionel Messi, redevenu souverain la saison dernière, a tout fait pour être élu meilleur joueur UEFA 2015, trophée qui sera décerné jeudi.

Les autres finalistes peuvent bien se nommer Cristiano Ronaldo, "pichichi" de Liga espagnole avec 48 buts et tenant du titre, et Luis Suarez, qui a fait oublier ses frasques de la Coupe du Monde en réalisant lui aussi une superbe saison avec Barcelone.

Mais la supériorité de Messi, clé de voute de la ligne d'attaque barcelonaise, semble écrasante. A 28 ans, la "Pulga" a passé en revue la plupart des défenses espagnoles et européennes, éliminant quatre défenseurs de l'Athletic Bilbao pour marquer en solitaire en finale de Coupe du Roi ou humiliant Jérôme Boateng en le gratifiant d'un dribble qui lui a fait perdre l'équilibre, en demi-finale de C1 face au Bayern Munich.

Après une saison en demi-teinte sous les ordres de Tata Martino, devenu depuis son sélectionneur en Argentine, Messi a retrouvé le niveau extraordinaire qui est le sien sous les ordres de Luis Enrique. Et son entente avec les stars brésilienne Neymar et uruguayenne Luis Suarez a fait des merveilles.

Seule ombre au tableau: ses performances en sélection ont encore fait débat en Argentine, et ce quand bien même il a atteint la finale de la Copa America (défaite aux tirs au but par le pays hôte, le Chili) un an après celle de la Coupe du monde, dont il fut élu meilleur joueur.

Ses deux challengers n'ont pas fait mieux avec leur équipe nationale, et si Luis Suarez a lui aussi brillé avec Barcelone, Cristiano Ronaldo n'a remporté aucun titre avec le Real Madrid la saison dernière, hormis la Supercoupe d'Europe en 2014... Celle-là même qui a été conquise de haute lutte par le Barca début août face à Séville (5-4, a.p.).

L'élection du meilleur joueur UEFA sera effectuée par 54 journalistes (un par fédération membre de l'UEFA) en marge du tirage au sort de la phase de groupes de Ligue des champions, jeudi à partir de 15H45 GMT à Monaco.

Le vainqueur succèdera au palmarès de ce trophée, créé par Michel Platini, à Messi (2011), Andres Iniesta (2012), Franck Ribéry (2013) et Ronaldo (2014).

Fifa.com (26/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 28 Aoû - 10:19

Messi redétrône Cristiano Ronaldo



Ronaldo-Messi, Messi-Ronaldo, Ronaldo-Messi et désormais de nouveau Messi-Ronaldo: l'Argentin a repris le pas sur le Portugais en lui reprenant jeudi sans surprise le trophée du meilleur joueur de la saison UEFA pour la saison 2014-2015.

Dans la rivalité entre les deux extra-terrestres du foot mondial s'est enclenché le quatrième chapitre, avec en filigrane le Ballon d'Or 2016 qui se dessine.

L'an 2007 avait constitué le prologue avec, sur le podium du Ballon d'Or décerné à Kaka, Ronaldo et Messi, dans cet ordre. La domination sans partage du duo Puce-CR7 pouvait commencer.

Chapitre I: Ronaldo décroche son premier Ballon d'Or (2008), Messi est 2e.

Chapitre II: Messi récolte un record de quatre Ballons d'Or consécutifs (2009, 2010, 2011, 2012), et Ronaldo finit trois fois sur la deuxième marche. Messi glane également le premier trophée de joueur UEFA (2011).

Chapitre III: Ronaldo reprend la main avec les Ballons d'Or 2013 et 2014, ainsi que le trophée UEFA 2014 (succédant à Andres Iniesta et Franck Ribéry).

Chapitre IV, nous voici en 2015, la Puce (28 ans) a rebondi: comme en 2009, elle fait le triplé Championnat-Coupe d'Espagne-Ligue des champions avec le FC Barcelone, en plus de la Supercoupe d'Europe.

Avec un rôle encore une fois prépondérant: Messi a inscrit 43 buts en Liga et a fini en tête du classement des buteurs (10) et des passeurs (6) de Ligue des champions.

Ronaldo 'Pichichi' sans trophée

S'il n'a pas marqué en finale de C1 contre la Juventus (3-1), il a été à l'origine des deux derniers buts. Et il a, une fois de plus, participé à la légende de la compétition reine en inscrivant un doublé en trois minutes face au Bayern en demi-finale aller (3-0), avec surtout l'action mémorable où il fait perdre l'équilibre à Jerome Boateng puis pique son ballon devant Manuel Neuer.

Dans ce tableau éclatant, les ombres au tableau ne risquaient pas de lui porter ombrage, que ce soit le nouvel échec en finale avec l'équipe d'Argentine, à la Copa America face au Chili aux tirs au but (un an après celle en Coupe du monde face à l'Allemagne), ou la défaite en Supercoupe d'Espagne (0-4, 1-1 face à l'Athletic Bilbao).

Ombres qui ont en revanche obstrué la saison de son éternel rival (30 ans). Si Ronaldo a fini la saison passée en meilleur buteur de la Liga (48 réalisations) et de la C1 et ex-aequo avec Messi (10 buts), il n'a gagné aucun trophée.

Mais sa nouvelle orgie de buts, 61 en 54 matches toutes compétitions confondues (66 en 60 rencontres si l'on ajoute celles du Portugal), lui garantit encore une fois sa place sur le podium du trophée UEFA pour la cinquième fois en cinq éditions, cas unique.

Luis Suarez (28 ans) complète le podium: l'avant-centre du Barça avait déjà créé une petite sensation en devançant son coéquipier brésilien Neymar.

Fifa.com (27/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 32 sur 33 Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum