International -News (Part 2)

Page 33 sur 33 Précédent  1 ... 18 ... 31, 32, 33

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 28 Aoû - 21:39

Bolivie : Baldivieso nommé sélectionneur



Le Bolivien Julio César Baldivieso a été nommé nouveau sélectionneur de la Bolivie, en remplacement de Miguel Angel Portugal, a annoncé vendredi la Fédération bolivienne de football (FBF).

Les clubs du championnat se sont opposés au recrutement de Miguel Angel Portugal, dont la nomination avait pourtant été annoncée le 15 août par la FBF, au lendemain de la démission de Mauricio Soria, qui entretenait des relations houleuses avec les dirigeants de la fédération.

Baldivieso, âgé de 43 ans, est entraîneur depuis la saison 2008-2009. Il a alors remporté le titre de champion national avec le club de première division Aurora. Il a notamment participé à la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis en tant que joueur.

La Bolivie entamera sa campagne de qualification pour le Mondial-2018 par la réception de l'Uruguay en octobre.

Fifa.com (28/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 16:52

Pizarro : "Le Chili mérite le statut de favori"



Doyen de l'équipe nationale du Chili, David Pizarro est le dernier représentant de la formation revenue avec la médaille de bronze du Tournoi Olympique de Football Masculin, Sydney 2000. International depuis 1999, le milieu de 35 ans ne compte pourtant que 46 capes, des raisons personnelles l'ayant tenu éloigné de la sélection de 2005 à 2013. Paradoxalement, ces huit années l'ont vu s'illustrer en Europe au sein de formations de premier plan comme l'Inter Milan, l'AS Rome et la Fiorentina, avec lesquels il a engrangé sept titres, dont un lors de son passage éclair à Manchester City.

El Fantasista est revenu en sélection à l'appel de Jorge Sampaoli dans la dernière ligne droite des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, mais n'a pas été retenu pour la phase finale au Brésil. Loin de se décourager, il a patienté en attendant sa chance. Il est donc particulièrement heureux d'avoir participé à la conquête historique de la Copa América 2015, pendant laquelle il a disputé quatre matches sur six. Après 17 saisons en Europe, Pizarro est de retour au Chili où il a retrouvé le maillot du club qui l'a lancé, Santiago Wanderers. Il parle de l'actualité de la Roja avec FIFA.com.


David, quel regard portez-vous sur votre triomphe en Copa América avec quelques semaines de recul ?
Nous avons réussi quelque chose de grand. Ce premier sacre est un bel accomplissement pour notre sélection. Ce qui m'inquiète, c'est qu'on parle de faire du 4 juillet la journée nationale du sport au Chili. Je m'interroge : croit-on que nous n'allons plus jamais gagner ? (rires)

Quelle est l'étape suivante ?
Nous devons exploiter cette génération et nous accrocher. Le style de jeu chilien a été mis en place par Marcelo Bielsa. C'est un peu ce que Johann Cruyff a fait à Barcelone : il a impulsé une idée avec les résultats qu'on connaît. Nous sommes sur la même ligne, avec pour objectif de changer l'histoire du football de notre pays.

Votre victoire vous a ouvert les portes de la Coupe des Confédérations de la FIFA. Comment abordez-vous ce défi de taille ?
Avec enthousiasme ! Nous allons affronter des équipes de haut niveau et ce sera une première étape cruciale avant une nouvelle Coupe du Monde, du moins nous l'espérons. Le tournoi revêtira une importance capitale pour cette génération, qui est courageuse et charismatique. Nous voulons continuer à battre des records et rester sur la lancée de notre succès en Copa América.

Qu'est-ce qui est le plus difficile dans une montée en puissance ?
Savoir rester humble et laisser les ego de côté. Par exemple, je ne vois pas trop l'intérêt des réseaux sociaux, si ce n'est de gonfler les ego justement. Il nous faudra conserver la passion, l'engagement et le sens du sacrifice qui nous ont conduits jusqu'ici. Si nous y parvenons, nous serons sur la bonne voie.

Vous avez évoqué la Coupe du Monde, une compétition à laquelle vous n'avez jamais pris part. À 35 ans et à l'orée d'une nouvelle campagne de qualification, espérez-vous aller en Russie ?
Absolument ! Je n'ai pas disputé les autres Coupes du Monde pour des raisons que je défendrai toujours, mais je peux encore faire partie de la sélection. Il n'y a rien de plus grand qu'une Coupe du Monde. Ça m'est égal de ne pas y participer en tant que joueur. Je dois aller à une Coupe du Monde d'une manière ou d'une autre (rires) !

Votre sacre historique en Copa América risque-t-il de laisser place à un certain relâchement à la veille du coup d'envoi des qualifications ?
La Coupe du Monde est l'objectif suprême d'un footballeur. Aujourd'hui, nous sommes champions d'Amérique du Sud, mais les Chiliens ne sont pas du genre à se reposer sur leurs lauriers. Nous sommes en pleine évolution. Des joueurs bourrés d'ambition sont aux portes de la sélection. Quant aux internationaux actuels, ils jouent dans de grands clubs, où ils doivent sans cesse se remettre en question. Arturo Vidal, Alexis Sánchez, Gary Medel et Claudio Bravo sont tous appelés à devenir des acteurs phares de leur équipe. Ils baignent dans la culture de la gagne, ce qui entretient l'esprit de compétition en sélection. Le Chili ne doit jamais oublier qu'il est capable de faire jeu égal avec n'importe quel adversaire. C'est mon seul souci.

Grâce aux performances de la Roja, le Chili part désormais avec le statut de favori dans toutes les compétitions, y compris les qualifications mondialistes. Qu'en pensez-vous ?
Le Chili mérite ce statut. Mais la Copa América nous a prouvé que cette campagne sera bien la plus dure depuis très longtemps. Aux grandes sélections des éditions précédentes se sont ajoutés le Pérou et le Paraguay, qui est de retour dans la course. De plus, il nous faut aller dans des pays comme la Bolivie et l'Équateur, où les conditions de jeu sont très difficiles. Quand j'étais en Europe, je chambrais sans cesse mes coéquipiers à propos de leurs qualifications. Elles n'ont rien à voir avec les nôtres !

Comment définissez-vous votre rôle dans le vestiaire chilien ?
Je pense tenir un rôle important au niveau du groupe. Ce qui compte le plus pour moi, c'est que tous les membres de l'équipe tirent dans le même sens et qu'aucun ne fasse cavalier seul ou cherche à éclipser les autres. Ce sont des comportements que je trouve intolérables, parce que le football est un jeu collectif.

Votre retour au Chili a-t-il changé votre vision de la sélection et de ses succès ?
Tout à fait. Quand on vit longtemps à l'étranger, on perd de vue le quotidien de son pays. Maintenant que je suis ici, je suis étonné non seulement des remerciements que le titre nous a valus, mais aussi de l'agitation autour de la sélection. Mais il faut être prudent. Le Chili ne se résume pas à son équipe nationale, il possède également un championnat que nous devons respecter.

Fifa.com (31/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:17

Nigeria : Ujah, un buzz et des buts



Anthony Ujah avait été convoqué au sein de l'effectif du Nigeria en vue de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013. Naturellement, l'attaquant pensait continuer l'aventure et  représenter son pays à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Quelle ne fut pas sa déception lorsqu'il a appris qu'il ne faisait pas partie de la liste des 23 publiée par le sélectionneur de l'époque, Stephen Keshi, quelques semaines avant le Mondial.

Ujah s'est alors promis de tout faire pour revenir en équipe nationale. La saison passée, Cologne, nouveau promu, a terminé à la 12ème place de la Bundesliga, ce qui n'a pas manqué de susciter l'intérêt de plusieurs clubs envers son avant-centre, auteur de 10 buts lors de l'exercice 2014/15. "J'ai eu des offres en Chine et en Russie, où j'aurais pu gagner plus d'argent, mais j'ai décidé de signer au Werder Brême. J'ai choisi ce club car il me paraissait plus adapté à mon développement, et plus susceptible de me permettre de rejouer en équipe nationale" confie-t-il au micro de FIFA.com.

Pari payant. Ujah vient d'être convoqué par Sunday Oliseh, nouveau sélectionneur du Nigeria, en perspective des matches contre la Tanzanie et le Niger dans les qualifications pour la prochaine Coupe d'Afrique des Nations de la CAF. "Il est très important pour moi d'avoir une nouvelle chance de jouer pour mon pays car jusqu'ici, je n'ai pas trop eu l'occasion de montrer ce dont j'étais capable en sélection. C'est une chance à saisir. Je pense que mon transfert à Brême a joué dans la décision de l'entraîneur, car j'ai réalisé une très bonne préparation. Ce club pratique depuis longtemps un football très offensif. C'est un vrai bonheur pour un attaquant. Je pense que je vais encore y progresser."

Un but et un bouc
Ujah a fait ses débuts dans le football européen en Norvège, à Lillestrom, où il inscrit 27 buts en 36 journées de championnat. Cela lui a valu un transfert à Mayence où il est resté deux ans,avant de rejoindre Cologne où il a également évolué pendant deux saisons. "Chaque nouveau club m'a permis de franchir un palier", poursuit-il.

Le Nigérian a défrayé la chronique sportive en mars dernier, en raison d'une célébration de but peu banale lors d'un match remporté par Cologne, devant son public, face à l'Eintracht Francfort. Ujah a donné le ballon décisif pour le troisième but de son équipe, avant d'inscrire lui-même le quatrième. Après avoir trouvé le chemin des filets, il s'est précipité vers la mascotte du club, un bouc nommé Hannes VIII, et a littéralement pris la bête par les cornes pour essayer de l'entraîner sur le terrain. Cela a fortement déplu au préposé chargé de tenir l'animal en laisse. "J'étais vraiment très heureux. J'avais déjà célébré des buts à côté de Hannes, mais je ne l'avais encore jamais touché", raconte-t-il. "Cologne est un club que j'adore et sa mascotte, le bouc, symbolise l'équipe. Il est toujours là, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il fasse chaud. Quand j'ai marqué ce but, l'émotion a pris le dessus. Je ne sais même pas pourquoi j'ai fait ça. Après le match, j'ai vite compris que je n'aurais pas dû", regrette Ujah.

Ujah a même dû se rendre au zoo de Cologne pour s'excuser. "Quelques jours plus tard, c'était l'anniversaire du bouc. Je suis allé au zoo pour voir l'animal, mais j'avais plus d'une vingtaine de journalistes autour de moi. Ça a été une semaine difficile, mais j'en ai tiré les leçons", assure-t-il. "Ce n'est pas mon genre de faire mal aux animaux ou de leur manquer de respect de quelque façon que ce soit. J'ai présenté mes excuses dès que j'ai compris que mon geste avait dérangé."

Le joueur de 24 ans a retenu la leçon : il promet de ne jamais s'approcher de la mascotte de Brême - un chien - et encore moins de celle du Nigeria, un aigle. "Ce sont des animaux beaucoup plus dangereux !", rigole-t-il. En revanche celle de la CAN 2017 et de Russie 2018, même si elle ne sont pas encore connues, Ujah rêve de les voir de près.

Fifa.com (03/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 6 Sep - 20:40

Rooney, 50ème hurlant en vue



En rejoignant Sir Bobby Charlton et ses 49 buts avec l'Angleterre, Wayne Rooney a dépoussiéré un record national vieux de 45 ans dont il pourra s'emparer seul mardi, libéré du poids de la qualification pour l'Euro-2016, acquise samedi.

L'histoire compliquée du buteur de Manchester United avec la sélection aux Trois Lions a donc pris un tour heureux à Serravalle, à Saint-Marin, écrasé 6 à 0.

Buteur sur penalty dès la 13e minute -- sa 8e réalisation lors de ses neuf dernières sélections -- "Mr Waynederful" (jeu de mots sur "Wonderful", "Merveilleux") a rejoint dans l'histoire son prestigieux aîné, qui s'était arrêté là en mai 1970.

Et en club, il n'est plus qu'à 17 buts des 249 réalisations sous le maillot des Red Devils du champion du monde en 1966. Au sortir de sa 106e sélection, Rooney avait déjà la tête au record, seul cette fois devant Charlton, avec une occasion à saisir mardi contre la Suisse, à la maison, à Londres. "Cela aurait été génial de décrocher le record samedi soir mais je suis fier de rejoindre Charlton, a-t-il déclaré sur ITV. Mon but, c'est de pousser encore, essayer d'aider l'équipe à gagner mardi et battre le record. A l'évidence, il y a la tradition de Wembley et y battre le record ce sera fort."

Car à 29 ans, il a encore de belles années devant lui. "Ce serait sympa que Wayne marque son 50e but mardi contre la Suisse mais une chose est sûre, ça viendra, est ainsi convaincu Roy Hodgson, son sélectionneur. Si ce n'est pas mardi, ce sera en octobre, en novembre ou en 2016. Ce n'est pas comme si c'était sa dernière chance."

"Si cela avait été son dernier match, et qu'il avait besoin d'un but de plus pour battre le record, je ne l'aurais pas sorti", a-t-il poursuivi pour expliquer son remplacement à la 58e minute. Le coach pensait certainement aussi réserver ce record pour Wembley, avec une belle ovation à la clé mardi soir en cas de réussite.

Ses buts pour "une médaille"
Le record, c'est bien. Mais gagner quelque chose avec l'Angleterre, ce serait mieux. Rooney l'admet: "J'échangerais tous ces buts contre la médaille du vainqueur l'été prochain", à l'Euro-2016 en France.

International depuis février 2003, plus jeune buteur sept mois plus tard à l'âge de 17 ans et 317 jours (avant d'être détrôné par le précoce Theo Walcott en 2006), porteur du brassard depuis le départ de Steven Gerrard en 2014, le Mancunien formé à Everton a en effet connu son lot de revers.

Non qualifié pour l'Euro-2008, il a ainsi été exclu en quart du Mondial-2006 après avoir piétiné un Portugais (Ricardo Carvalho), précipitant l'élimination des siens. Enfin, buteur redoutable, il traîne comme une misère son unique but inscrit en trois Coupes du monde, en 2014 contre l'Uruguay (élimination de l'Angleterre au premier tour).

Samedi encore, contre la 193e nation mondiale, il a été loin de rayonner (il n'a marqué qu'un but sur les six des Anglais) et n'a pas vraiment eu l'occasion ensuite de flirter avec le 50e hurlant.

C'est un peu à l'image de son début de saison à Manchester United, où son statut semble s'éroder malgré les déclarations d'amour de son entraîneur Louis van Gaal. Triple buteur contre Bruges en Ligue des champions, l'Anglais n'a plus marqué en championnat depuis avril et, pour 80 millions d'euros (futurs bonus inclus), son club vient même de lui mettre Anthony Martial dans les pattes.

Fifa.com (06/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 9 Sep - 15:50

Angleterre : Rooney, premier au Top 50



L'attaquant Wayne Rooney a effacé des tablettes Sir Bobby Charlton en devenant mardi, à 29 ans ans seulement, le premier Anglais à inscrire 50 buts pour la sélection aux Trois Lions, après sa nouvelle réalisation contre la Suisse en éliminatoires de l'Euro-2016.

Comme samedi à Saint-Marin, la délivrance est venue d'un penalty obtenu par Sterling, qu'il a converti alors qu'il était pourtant jusque-là bien discret (84e).

Pour le plus grand plaisir du public, qui a soudainement rugi de plaisir alors qu'il n'avait avant ça pas eu grand chose à se mettre sous la dent.

Le record précédent, écrit par l'un des monstres sacrés du foot anglais tenait depuis 45 ans et mai 1970.

Avec 48 buts, Gary Lineker, rejoint en juin par "Mr. Waynederful", avait tutoyé les 49 réalisations du champion du monde 1966 mais n'était pas parvenu à passer devant.

Cette performance appartient désormais au passé, et elle aide un peu mieux à situer la place que mérite le talent des Red Devils dans l'histoire de son pays.

La sélection et Rooney, tantôt bon génie, tantôt mauvais garçon, jouent en effet à "je t'aime... moi non plus" depuis ses débuts internationaux en février 2003, à 17 ans et 317 jours (record national ensuite amélioré en 2006 par Theo Walcott).

Côté pile, du haut de ses 107 sélections, Rooney, fidèle soldat qui disputera en juin sa 6e compétition majeure après trois Mondiaux et deux Euros, porte le brassard depuis le départ de Steven Gerrard en juillet 2014.

Mais l'enfant d'Everton, qui a claqué deux fois la porte d'United avant de se laisser convaincre par Sir Alex Ferguson en 2004, a aussi connu son lot de déboires personnels et sportifs dans un pays où la presse people n'est jamais tendre.

Tout pour le titre à l'Euro
Au point de reconnaître vendredi, avant de rejoindre Charlton le lendemain en inscrivant son 49e but contre Saint-Marin, qu'il "échangerait bien tous ces buts contre la médaille du vainqueur l'été prochain".

Non qualifié pour l'Euro-2008, il a été exclu en quart du Mondial-2006 après avoir piétiné le Portugais Ricardo Carvalho, précipitant l'élimination des siens. Enfin, buteur redoutable, il traîne comme une misère son unique but inscrit en trois Coupes du monde, en 2014 contre l'Uruguay (élimination de l'Angleterre au premier tour).

Comme Beckham avant lui, il a donc connu le déshonneur national après avoir été placé sur un piédestal.

Son nouveau record, Rooney entend pourtant le porter bien plus haut puisqu'il lui reste de nombreuses années et qu'il n'a pas l'intention de raccrocher les crampons.

"Je pense être capable d'aller en Russie, estimait-il lundi en regardant déjà jusqu'en 2018. Après cela, il semble réaliste de voir comment je me sens et, si je pense que ce n'est pas une bonne chose pour l'Angleterre ou pour moi, il faudra prendre une décision. Je ne suis pas du genre à dire que je ne suis pas disponible pour l'équipe nationale. Ca viendra plus du choix du sélectionneur que de moi. C'est un grand honneur de jouer pour l'Angleterre".

"Si moi je pense que je peux continuer, j'essaierais. Mais si le sélectionneur dit que je ne fais pas partie de ses plans, c'est peut-être mieux que je ne dispute pas les éliminatoires", poursuivait-il.

Car un nuage au-dessus d'Old Trafford menace actuellement le Mancunien.

Sous l'influence de Louis van Gaal, le statut de Rooney, qui n'est plus qu'à 17 buts des 249 réalisations de son aîné Charlton sous le maillot des Red Devils, est en effet en train de s'éroder.

Ce serait oublier un peu vite que ce technicien puissant doté d'un gros volume de jeu est aussi un redoutable instinctif, capable d'écrire encore de nombreuses pages de son livre personnel.

Fifa.com (08/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 9 Sep - 16:12

Etats Unis : Guzan, la doublure a pris de l'étoffe



Brad Guzan peut être considéré comme un habitué des joutes internationales. Vétéran de deux Coupes du Monde de la FIFA™, le gardien desEtats-Unis a honoré sa première sélection il y a près de dix ans.  Pendant la majeure partie de sa carrière, Guzan a pourtant dû se battre pour arracher du temps de jeu à Tim Howard. Mais depuis l'élimination des États-Unis en huitième de finale de Brésil 2014 face à la Belgique 2:1, après prolongation, la donne a changé. En dépit d'une performance héroïque face aux Diables Rouges, Howard a fait savoir qu'il prenait congé de la sélection pour un an, afin de passer davantage de temps en famille et de se concentrer sur sa carrière à la télévision. 

Après des années passées dans l'ombre, Guzan avait soudain l'occasion de prouver pourquoi Bruce Arena, Bob Bradley et Jürgen Klinsmann l'avaient tour à tour présenté comme l'héritier naturel de Howard. "Avec l'âge, j'essaye de profiter des expériences des gardiens avec lesquels j'ai travaillé", explique-t-il à FIFA.com . "J'ai eu la chance de côtoyer de grands portiers Brad Friedel, Kasey Keller, Tim Howard, Shay Given... J'essaye d'entrer dans leur tête, de comprendre comment ils fonctionnent et de voir si ce qui marche pour eux pourrait aussi me servir. Je veux développer mon propre style de jeu, mais sans me priver pour autant de l'influence des gardiens que j'ai eu l'occasion de fréquenter."

"La route a été longue", soupire Guzan lorsqu'on l'interroge sur le parcours qui l'a conduit au poste de titulaire en équipe nationale. "Quand on a traversé autant de choses, on retient aussi bien le positif que le négatif." Les récents succès sur l'Allemagne et les Pays-Bas, ainsi que le Gant d'Or de la Gold Cup de la CONCACAF appartiennent à la première catégorie. En revanche, l'échec face à la Jamaïque en demi-finale de l'épreuve continentale figure dans la seconde, tout comme l'incertitude qui a un temps entouré son statut de titulaire. Avec le retour de Tim Howard, la question se posait de savoir qui serait aligné sur le long terme.

"Brad est le numéro un ; Tim est le numéro deux", a annoncé Jürgen Klinsmann, sélectionneur des USA, avant le match amical face au Pérou, qui marquait le retour du gardien d'Everton en sélection. "Nous avons beaucoup de respect l'un pour l'autre, mais nous sommes conscients qu'il ne peut y avoir qu'un seul titulaire. Le retour de Tim ne change rien pour moi. En tant qu'international, je suis là pour aider mes coéquipiers. Je ferai tous les arrêts nécessaires pour que la victoire soit au rendez-vous", souligne Guzan.

Le Mexique en ligne de mire

Visiblement, la présence de Howard sur le banc ne l'a pas perturbé, loin de là. Comme pour justifier la confiance de son sélectionneur, le dernier rempart d'Aston Villa a réalisé une double parade décisive en seconde mi-temps du match contre le Pérou, alors que les deux équipes étaient encore à égalité (1:1). Quelques secondes plus tard, Jozy Altidore signait son deuxième but de la soirée pour offrir la victoire (2:1) à son équipe. L'exploit est de taille car, jusqu'à présent, aucune équipe américaine n'avait réussi à vaincre un adversaire sud-américain après avoir été menée à la pause. "Caque fois que l'on vous demande de représenter votre pays, on ressent toujours une certaine excitation. C'est un sentiment dont je ne me lasse pas. Maintenant que je suis numéro un, l'émotion est encore plus forte. Je veux qu'on puisse compter sur moi, que mes coéquipiers me fassent confiance. Je veux participer aux grands matches," poursuit-il. 

Malgré la lourde défaite 4:1 concédée au Brésil en amical, Guzan doit déjà se préparer à relever de nouveaux défis et non des moindres. Les États-Unis affronteront le Mexique en Coupe de la CONCACAF le 10 octobre. L'issue de cette confrontation entre les deux derniers lauréats de la Gold Cup déterminera le nom du représentant régional en Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017. L'expérience de Guzan dans cette compétition remonte à Afrique du Sud 2009. À l'époque, les États-Unis s'étaient inclinés en finale, face au Brésil.

"Nous devions absolument battre l'Égypte et il fallait en outre que les autres résultats nous soient favorables. Ce match reste comme l'un des temps forts de ma carrière. Nous avons gagné et nous nous sommes qualifiés. C'était très intense", raconte-t-il, le sourire aux lèvres, avant de conclure : "Nous connaissons l'importance de la Coupe des Confédérations. À chaque fois que nous affrontons le Mexique, c'est un match de gala. Notre rivalité reste très forte. Avec la perspective d'une qualification pour la Coupe des Confédérations, l'occasion n'en sera que plus belle."

Fifa.com (09/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 9 Sep - 16:14

Croatie : Kovac limogé



Le sélectionneur Niko Kovac a été remercié mercredi par la Fédération croate de football (HNS) après la défaite de l'équipe nationale (0-2) face à la Norvège en match de qualification pour l'Euro-2016 (Gr.H).

La Croatie n'a réussi à prendre qu'un seul point au cours des deux derniers matchs de qualification ce qui a poussé la HNS à prendre cette décision, a expliqué son président Davor Suker, cité par l'agence nationale Hina. "Il est très important de nous qualifier pour l'Euro. Nous sommes inquiets car nous sommes troisièmes (du groupe) et j'espère que nous trouverons un successeur adéquate. Quelque chose n'allait pas sur le terrain et j'espère que remporterons nos deux derniers matchs et que la Norvège ne battra pas l'Italie", a déclaré Suker.

Le successeur de Niko Kovac sera désigné d'ici le 21 septembre.

Après la défaite face à la Norvège, Kovac avait critiqué ses joueurs leur reprochant de ne pas s'être "donnés à fonds". Mais ses critiques ont été fermement rejetées par les joueurs, notamment le milieu du Real Madrid Luka Modric et le capitaine Darijo Srna. La défaite en Norvège faisait suite à un nul (0-0) face à l'Azerbaïdjan à Baku, deux résultats qui compromettent la qualification de la Croatie pour l'Euro-2016.

Dans une lettre ouverte diffusée sur le site internet de la HNS, Kovac s'est excusé auprès de "tous ceux qui s'attendaient à de meilleurs résultats". "Les meilleurs et les plus grands ne gagnent pas toujours. Le football est le plus beau des jeux tout en étant imprévisible et c'est pour cela que nous l'aimons tant", a écrit Niko Kovac.

La Croatie est actuellement troisième du groupe H avec 14 points, devancée par la Norvège (16 points) et l'Italie (18 points). Niko Kovac, 43 ans, avait succédé au poste de sélectionneur à Igor Stimac en octobre 2013 et dirigé la Croatie à 19 reprises. Ancien international croate né en Allemagne, il a disputé 83 matchs pour la sélection nationale entre 1996 et 2008 et marqué 15 buts.

Fifa.com (09/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 13 Sep - 21:20

Décès de Springett, champion du monde 1966



Le gardien anglais Ron Springett, champion du monde avec les Trois Lions en 1966 à domicile, est décédé à l'âge de 80 ans, a annoncé dimanche son ancien club de Sheffield Wednesday, pour lequel il a fait 384 apparitions.

Springett, retourné en 1967 à Queens Park Rangers chez son club formateur, compte également 33 sélections. Il s'agit toujours du joueur le plus capé de Wednesday au niveau international.

Fifa.com (13/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 33 sur 33 Précédent  1 ... 18 ... 31, 32, 33

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum