Ballon d'Or de la FIFA 2013

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ballon d'Or de la FIFA 2013

Message par rachid_as le Mar 14 Jan - 20:50

Ronaldo : "Mes buts font partie de moi"



L'année 2013 a été particulière dans la carrière de Cristiano Ronaldo. À 28 ans, le Portugais a vécu une période sans titre avec le Real Madrid, mais au niveau individuel et en sélection, 2013 a été l'inverse d'une traversée du désert. Il y a été capitaine des Merengue pour la première fois dans sa carrière, avant de faire la différence pour le Portugal contre la Suède en barrage pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

À force de buts et de talent, Ronaldo a obtenu la reconnaissance internationale, avec à la clé une place dans le FIFA/FIFPro World XI ainsi que le FIFA Ballon d'Or, une consécration "juste et méritée" selon Lionel Messi, l'un de ses concurrents au même titre que Franck Robéry pour l'attribution du FIFA Ballon d'Or 2013.

À la fin d'une journée qui restera dans les mémoires pour les larmes qu'il a versées sur scène, le Portugais a évoqué FIFA.com son couronnement, la disparition d'Eusebio, ses préférences footballistiques et l'actualité du Real Madrid, qu'il considère comme "le meilleur club du monde". Parole au champion.


Cristiano, vous étiez très ému au moment de recevoir le FIFA Ballon d'Or. Qu'avez-vous ressenti ?
J'ai ressenti beaucoup de bonheur et de fierté. Gagner un prix comme celui-ci demande énormément de travail et de dévouement, un effort permanent. J'avais très envie de remporter mon deuxième FIFA Ballon d'Or. Le recevoir des mains de deux légendes comme Pelé et Michel Platini est un privilège. Maintenant, j'espère gagner mon troisième l'année prochaine.

L'année 2013 a aussi été marquée par des moments remarquables dans votre carrière. Lesquels ont été les plus forts ?
Si je dois en isoler un, ce serait la qualification pour le Mondial. Je crois que c'est le plus mémorable et le plus émouvant.

Récemment, vous avez atteint le seuil des 400 buts marqués comme professionnel. Quel a été le plus important et pourquoi ?
Chaque but est spécial pour moi. Évidemment, certains ont plus de saveur que d'autres, parce que je les ai marqués au cours d'une phase finale ou même dans une finale, mais je crois qu'ils sont tous importants. Tout du moins ils le sont pour moi, car ils font partie de ma culture, de moi-même. J'aime marquer des buts et que ces buts soient importants pour gagner un titre. Cela dit, je tiens à le répéter : chaque but est important.

Le Portugal vient de perdre l'un de ses illustres représentants avec la mort d'Eusebio. Comment avez-vous vécu ce moment ?
Je ressens de la tristesse. C'est un homme important pour le Portugal, un drapeau national à lui seul, que nous avons perdu. Évidemment, cela a créé une tristesse profonde chez les Portugais et dans le monde entier. Mais il faut comprendre que cela fait aussi partie de la vie. Nous allons tous partir un jour ou l'autre. C'est pourquoi il vaut mieux se pencher sur les aspects positifs de cette année. Même chose pour Eusebio. Il a été un joueur tellement important. Il a réalisé beaucoup de choses positives et gagné tant de trophées, aussi bien en équipe nationale qu'en club, principalement avec Benfica. C'est un homme qui restera dans nos cœurs pour toujours.

Réussir une belle Coupe du Monde serait-il une bonne façon de lui rendre hommage ?
Nous espérons réussir un bon Mondial, mais il ne faut pas oublier à quel point la phase qualificative a été difficile pour nous, avec une qualification en barrage contre la Suède, après deux matches extrêmement compliqués. Bien sûr, le Mondial sera une épreuve complètement différente, tout comme la préparation d'ailleurs. Nous souhaitions tous très fort aller au Brésil, en raison de sa culture et du fait que c'est le pays où on joue le plus au foot. Mes principaux souvenirs de Coupe du Monde sont liés aux rencontres du Brésil justement. C'est pourquoi c'est une fierté d'être qualifiés, même si nous savons que la compétition sera extrêmement difficile. Notre priorité sera de passer la phase de groupes. Après, on verra bien ce qui arrivera.

Vous avez défendu les couleurs de Manchester United et aujourd'hui vous êtes au Real Madrid. Existe-t-il des clubs plus exigeants et plus importants que ceux-là ?
Selon moi, nous parlons là des deux plus grands clubs du monde. Il est certain que j'en retire un fierté personnelle. À Manchester, j'ai gagné des titres importants, ainsi que mon premier Ballon d'Or. Maintenant, je suis au Real Madrid, le plus grand club du monde actuellement. Je m'y identifie complètement. Je suis arrivé il y a quatre ans et je viens de prolonger pour cinq années supplémentaires, car je crois que c'est le club idéal pour moi, le meilleur. Voilà pourquoi je suis heureux de pouvoir le représenter.

La dixième Ligue des champions de l'UEFA du Real Madrid se fait attendre. Cette obsession est-elle devenue une source de pression ?
Cela génère de la pression, c'est certain, mais également de l'espoir. Le Real Madrid peut gagner la Ligue des champions n'importe quand. C'est une compétition extrêmement importante, que toutes les équipes veulent absolument gagner. Nous verrons si le destin nous sera favorable cette année. Nous voulons tous gagner cette dixième C1.

Le milieu du football admire Cristiano Ronaldo. Mais vous, qui admirez-vous ?
Je ne vais pas nommer quelqu'un en particulier, mais je peux dire que cette génération, la mienne, possède beaucoup de très grands joueurs dans pas mal d'équipes, à Barcelone, au Bayern Munich et dans d'autres clubs comme Manchester ou Manchester City. Le fait de pouvoir être en compétition avec une génération où il y a tellement de bons footballeurs est très bon pour nous, pour le football également. Mais je ne veux pas nommer quelqu'un en particulier. Je peux dire seulement qu'il y a beaucoup de joueurs que j'aime bien affronter ou voir en action.

Pouvez-vous compléter la phrase suivante : "En 2014, Cristiano Ronaldo sera…" ?
(Il réfléchit) … sera le même homme qu'il a été en 2013 !

Fifa.com (14/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballon d'Or de la FIFA 2013

Message par rachid_as le Mer 15 Jan - 21:29

Martino : "Le meilleur est ici"



L'entraîneur du FC Barcelone Gerardo Martino a estimé mercredi que l'Argentin Lionel Messi restait "le meilleur footballeur du monde" malgré l'attribution lundi du Ballon d'Or 2013 au Portugais Cristiano Ronaldo.

"Il faut d'abord féliciter Cristiano Ronaldo et tous ceux qui ont gagné parce que c'est un prix très important qui récompense la saison d'un joueur, d'une équipe, d'un entraîneur", a expliqué le technicien barcelonais en conférence de presse.

"C'est la reconnaissance du travail d'une année. Mais je ne perds jamais de vue ce que peut signifier le prix d'une année et celui que je considère comme étant le meilleur footballeur du monde. Et le meilleur footballeur du monde, nous l'avons ici", a ajouté Martino en faisant allusion à son compatriote Messi.

Le joueur de 26 ans, quadruple lauréat du Ballon d'Or (2009, 2010, 2011, 2012), a échoué lundi à la deuxième place derrière Ronaldo, vainqueur pour la deuxième fois après 2008.

"El Tata" Martino a estimé que Messi n'était pas forcément obnubilé par la reconquête de ce trophée l'an prochain étant donné les grandes échéances à venir avec Barcelone et l'équipe d'Argentine, qui briguera le titre mondial au Brésil cet été.

"Ce que veut Messi, c'est que les choses tournent bien pour le Barça et sûrement qu'elles tournent très bien avec la sélection argentine. C'est en conséquence de tout cela que viendra le Ballon d'Or", a dit le technicien.

"Je ne crois pas qu'il pense au Ballon d'Or, il pense à être le joueur décisif qu'il est habituellement."

Gerardo Martino n'a pas précisé si "La Puce", de retour à la compétition depuis une semaine après deux mois de blessure, serait titulaire jeudi pour un huitième de finale retour de la Coupe du Roi à Getafe qui s'annonce comme une formalité pour le Barça, victorieux 4-0 à l'aller.

"Lors des deux derniers matches, il est entré en seconde période, il a semblé bien. Evidemment, c'est une bonne opportunité. Mais nous devons évaluer, en fonction des échéances à venir cette saison, s'il convient de le lancer d'entrée ou d'attendre un match de plus", a-t-il conclu.

Fifa.com (15/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballon d'Or de la FIFA 2013

Message par rachid_as le Jeu 16 Jan - 19:38

Angerer : "Un formidable état d'esprit"



Une heure après avoir remporté le titre de Joueuse Mondiale de la FIFA 2013, Nadine Angerer n'en croyait toujours pas ses yeux et ses oreilles. La gardienne de 35 ans a pourtant réalisé une grande année 2013, de sorte que son succès était attendu, sinon annoncé.

Angerer a été l'une des instigatrices du triomphe allemand en finale de l'UEFA Euro féminin 2013 en Suède. Elle a parfaitement tenu son rôle d'internationale la plus capée, en soutenant et en encourageant ses jeunes coéquipières. En finale, elle s'est illustrée en repoussant deux penalties norvégiens.

"Il y avait une ambiance magnifique dans le stade. Dans les vestiaires, j'avais senti que nous étions prêtes à l'emporter. Dès le coup d'envoi, j'ai pu constater que l'équipe était animée par un formidable état d'esprit", explique l'intéressée lorsque FIFA.com lui propose de revenir sur le match de Göteborg. "Franchement, je n'ai jamais eu le sentiment que ce titre pouvait nous échapper. Bien entendu, j'ai contribué à la victoire en arrêtant deux penalties, mais je savais que mes coéquipières étaient suffisamment fortes pour faire la différence dans ce match." 

Des hauts et des bas
Avant même d'arriver en Suède, Angerer était convaincue que cette jeune équipe avait les moyens de marcher sur les traces de ses prestigieuses devancières, malgré les absences de six titulaires habituelles. "J'ai pu me faire une idée de notre potentiel pendant nos matches de préparation", se souvient-elle. "Je me disais que si nous enchaînions deux bons résultats, nous pourrions vaincre la nervosité. Avec un peu de confiance, ce groupe était capable de remporter le tournoi. La compétition a été très éprouvante, car nous avons connu des hauts et des bas. Nous avons dû faire face aux critiques, mais nous avons lutté ensemble et, à la fin, nous avons triomphé."

L'internationale aux 127 sélections se veut pourtant modeste sur la part qui lui revient dans ce succès. "Je ne suis pas la seule responsable", assure-t-elle. "Avec Saskia Bartusiak, Annike Krahn et Célia Okoyino da Mbabi (désormais Célia Sasic), nous disposons d'une base solide. Nous avons toutes tiré dans le même sens. Quand tout va bien, on n'a pas besoin de meneuses dans un groupe. Malheureusement, nous avons aussi vécu des moments difficiles. Dans ces situations, il est important de pouvoir compter sur des joueuses fortes, surtout pour les plus jeunes. Nous avons donc apporté notre expérience. Les internationales les plus capées ont discuté ensemble et elles ont fait leur possible pour relâcher la pression qui pesait sur les autres."

Entre changements et continuité
Depuis ses débuts internationaux en 1996, Angerer a vu évoluer son rôle en sélection. En tant que capitaine, elle doit non seulement protéger les nouvelles venues, mais aussi faire profiter les plus jeunes de son expérience. "Il faut être très présente, sur le terrain comme en dehors", poursuit-elle. "J'ai progressé au cours de ces 17 années et pas seulement sur le plan personnel. J'ai affiné mon jeu. Depuis que je travaille avec Michael Fuchs, l'entraîneur des gardiennes, mon jeu a énormément gagné."

Avec une telle longévité, Angerer est bien placée pour constater que le poste de gardienne de but a changé au cours des dernières années. "La gardienne était souvent considérée comme le maillon faible", admet-elle. "Dans beaucoup d'équipes, ce poste était un peu délaissé. On s'intéressait davantage aux joueuses de champ et les gardiennes sont un peu tombées dans l'oubli. Aujourd'hui, les entraîneurs ont pris conscience de l'importance de ce poste. De nombreux projets ambitieux ont été lancés pour former de meilleures joueuses aux exigences de cette position."

Sur le plan individuel, Angerer a également vécu plusieurs changements en 2013. En septembre, elle s'est lancée à la conquête du championnat d'Australie sous les couleurs de Brisbane Roar. En avril, elle débutera une nouvelle aventure en rejoignant Portland Thorns, champion des États-Unis en titre. "Après deux semaines, j'ai su que j'avais fait le bon choix en signant à Brisbane", assure l'Allemande. "Le niveau est excellent en Australie et je m'attends à ce que le championnat américain soit encore plus relevé. J'ai envie de découvrir un nouveau continent et de voir comment on s'entraîne là-bas, quelles sont les relations au sein d'un groupe. Chaque pays a sa mentalité et j'ai hâte de me familiariser avec le football tel qu'on le pratique aux États-Unis."

En revanche, certaines choses ne changent pas. Lorsqu'on lui demande si elle prévoit de garder les cages de l'Allemagne pendant la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, Canada 2015™, la réponse ne se fait pas attendre : "À l'heure actuelle, sans aucun doute !" 

Fifa.com (16/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ballon d'Or de la FIFA 2013

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum