Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Page 20 sur 21 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 19:58



Nico Rosberg (Mercedes) : "J'ai faibli à la fin de la séance"

GRAND PRIX DE MONACO - Nico Rosberg (Mercedes) a fait le chemin exactement inverse de son coéquipier Lewis Hamilton, samedi et a abandonné une pole position qui lui semblait promise.

Nico Rosberg (Mercedes) a manqué une troisième pole position consécutive à Monaco samedi qui lui aurait permis de cotoyer Stirling Moss (1959-1961), Jim Clark (1962-194), Jackie Stewart (196-1971) et Niki Lauda (1974-1976) dans le livre des records, à un exploit d'Ayrton Senna (1988-1991).

Pilote le plus rapide en Q1 et en Q2, l'Allemand a curieusement été fébrile au moment décisif. UIl a détruit un premier pneu avant droit au freinage du n°1 en fin de Q2, puis puis récidivé dans son second tour rapide en Q3. Jusque-là, il avait pris le dessus sur son coéquipier Lewis Hamilton, qui s'est emparé logiquement de la pole position.

"Au contraire de Lewis, j'avais un bon rythme au début de la qualification, que je n'avais pas eu depuis le début du week-end, puis j'ai faibli à la fin de la séance", a admis le vice-champion du monde, battu de 0"342. "Je me suis élancé pour aller chercher la pole position, je savais que Lewis allait être très rapide mais j'étais convaincu que je pouvais faire mieux que son chrono."



"J'avais modifié l'équilibre de la voiture car je souffrais trop de sous-virage. J'étais pourtant confiant mais ça n'a pas fonctionné comme je voulais", a-t-il ajouté.

"En course, je n'aurai pas besoin d'utiliser les pneus que j'ai abîmés samedi en Q3, car il n'y aura qu'un arrêt au stand", a-t-il précisé. "Je partirai en pneus "super tendre", ceux avec lesquels j'ai fait mon meilleur temps en Q2, qui ne sont pas abîmés, et après je passerai des pneus "tendre" pour finir."

Leader sans être réellement attaqué en 2013 et en 2014, Nico Rosberg a désormais statistiquement peu de chances de l'emporter. Si l'on considère que dix des onze vainqueurs depuis 2004 sont parti de la pole position. L'exception étant… Lewis Hamilton en 2008.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 20:00



Sebastian Vettel (Ferrari) est formel : la Ferrari a eu froid

GRAND PRIX DE MONACO - Sebastian Vettel (Ferrari) a été battu par la température ambiante et celle de la piste, samedi. Qualifié 3e, il s'estime content.

Sebastian Vettel (Ferrari), qualifié 3e à 0"751 de Lewis Hamilton, n'a jamais joué la pole position contrairement à ce que son meilleur chrono en essais libres 3 l'avait suggéré le matin même. Après la qualification de la 6ème manche du Mondial, le quadruple champion du monde est revenu sur les raisons de son échec. Confirmant le peu de disposition de la SF15-T pour les gommes dures.

"Je suis content de ce résultat mais il faisait un peu trop frais pour nous", a-t-il expliqué. "Tout le monde a rencontré des difficultés pour faire monter les pneus en température, même les pneus "super tendre". C'est dommage que le soleil se soit caché derrière les nuages."
Sa meilleure chance sera au départ

"La troisième place est une bonne chose pour prendre le départ et j'espère que je pourrai me glisser entre les deux Mercedes", a-t-il repris. "Honnêtement, on n'était pas dans la meilleure position dans le stand, quand on voyait les autres faire tomber les chronos. Finalement, ça allait, et ça nous a permis d'économiser un train de pneus."

"Tout est possible car il y a 78 tours à faire, même s'il est toujours difficile de dépasser ici. Le départ sera important et je m'élancerai depuis l'intérieur de la piste, ce qui devrait me faciliter les choses pour mettre les Mercedes en difficulté. Du point de vue stratégique, ce n'est pas le Grand Prix le plus excitant de l'année, mais si nous avons de la pluie... Je ne sais pas ce qu'ils annoncent."

Sa marge de manoeuvre s'annonce effectivement des plus réduite quand on sait que dix des onze derniers polemen monégasques ont gagné et qu'il n'y aura qu'un arrêt au stand.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 20:02



Daniel Ricciardo (Red Bull) ne cache pas sa frustration

GRAND PRIX DE MONACO - Daniel Ricciardo (Red Bull) pensait faire mieux que 4e à Monaco, smaedi.

Quatrième sur la grille de départ du Grand Prix de Monaco, Daniel Ricciardo (Red Bull) est convaincu qu’il aurait pu finir la séance qualificative dans le top 3. Une erreur de communication avec son équipe a toutefois compromis sa dernière tentative, le reléguant au final à 0"2 de son ancien équipier Sebastian Vettel (Ferrari).

"Nous aurions dû occuper la troisième place sur la grille de départ", a déploré l'Australien. "Je n’ai pas perdu cette position à la suite d’un blocage de roue ou quelque chose du genre. Nous avons commencé le tour sans bénéficier de toute la puissance moteur."

"Il s’agit juste d’une erreur de communication avec le muret des stands. Cela m’a fait perdre deux dixièmes avant de prendre le premier virage, et ce sont les deux dixièmes dont j’avais besoin pour être troisième."

"Je suis donc naturellement déçu, car au lieu d’obtenir un bon résultat aujourd’hui, nous aurions pu accomplir une excellente performance. J’essayerai maintenant de prendre un départ canon."

Ricciardo ajoute qu’il a l’intention de prendre tous les risques dimanche pour décrocher son premier podium de la saison. "Nous sommes bien placés pour attaquer. Nous allons prendre des risques. Naturellement, c’est déjà bien d’inscrire des points, mais si cela se joue entre une quatrième place ou un podium, nous allons tout donner pour finir sur le podium. Terminer quatrième ne m’excite pas trop…"
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 20:06



Lewis Hamilton (Mercedes) : "Je n'étais pas dans le rythme jusqu'aux deux derniers tours"

GRAND PRIX DE MONACO - Lewis Hamilton (Mercedes) a confié après sa première pole en Principauté qu'il avait eu beaucoup de mal à faire fonctionner ses pneus.

C'est étrange que ce soit votre première pole position à Monaco…

Lewis Hamilton: Ça l'est. Ça faisait longtemps que j'attendais ce moment. Vous ne pouvez pas savoir à quel point c'est spécial pour moi. Ce ne fut pas la séance la plus simple qui soit. J'ai rencontré plein de choses qui peuvent facilement mettre hors du coup. Et c'est ce qui s'est passé. Je n'étais pas dans le rythme jusqu'aux deux derniers tours. J'étais donc très, très content en passant la ligne. En espérant que cette fois serait la bonne.

A un moment (en Q2), vous n'étiez pas content et vous avez appelé votre ingénieur pour lui dire : "Il faut que l'on se calme. On recommence, ce run était très médiocre. Les pneus restent en bon état." Que s'est-il passé ?

L.H. : Au volant, c'est très dur. Il est difficile de dire à quel point cette piste est éprouvante. On la connait depuis des années, mais de là à garder la tête froide et à progresser… C'est important de prendre le rythme et vraiment important de continuer à progresser. C'est comme monter à une échelle et qu'à chaque barreau on glisse sur celui d'en dessous. C'est parfois dur de se reprendre. On a eu des problèmes de pneus et d'aileron, de trafic... Pas facile. C'est très spécial parce que normalement on aligne les bons tours. Mais on en a eu de médiocres. Je n'ai pas fait les meilleurs qui soit en Q1 ni en Q2. Mais je ne me plains pas. C'était super. Je suis vraiment content.



Quel pourcentage du travail est accompli, étant donné la nature du circuit et la façon dont la course tourne ici ?

L.H. : Même pas la moitié. Il reste tellement à faire dimanche. Ça va être un long, long chemin avec beaucoup de tours (78). Eprouvant mentalement et physiquement.

Comment avez-vous mis les pneus en conditions et à quoi ressemble l'utilisation des "super tendre" ici ?

L.H. : Heu, il faut que je choisisse bien mes mots pour en parler (ndlr : les pilotes trouvent que le "super tendre" devrait être le type le plus dur à Monaco et que Pirelli aurait dû apporter des gommes encore plus tendres). Ces pneus prennent beaucoup de temps à monter en température.Il faut beaucoup attaquer pour commencer à les faire fonctionner. Ils sont très durs. Considérant les "tendre" et les "super tendre", ils sont incroyablement durs. On peut faire beaucoup de tours avec. Ça allait ce matin, la piste était un peu plus adhérente à un moment, ils étaient donc très bien, assez rapidement. Mais cet après-midi, en étant peut-être un peu plus froids, il fallait faire deux tours pour les chauffer avant le tour rapide. Mais même dans ce tour-là, ils étaient couci-couça.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:41



Ronaldo, Cara Delevingne, la Princesse Charlene : le glamour était au rendez-vous au Grand Prix de Monaco

Le Grand Prix de Monaco est l’un des événements sportifs les plus glamour de l’année, d’autant plus qu’il coïncide avec la fin du Festival de Cannes.

Comme chaque année, les stars se sont pressées sur les yachts et dans le paddock.

Le Prince Albert de Monaco et la Princesse Charlene ont effectué un tour d’honneur à bord d’un bolide rutilant.

Le couple princier a posé aux côtés de Jenson Button et Lewis Hamilton, deux pilotes britanniques.



Une fois n’est pas coutume, les grid girls ont été remplacées par des hommes cette année !



Passionné de voitures, Cristiano Ronaldo est arrivé de Madrid pour rencontrer Fernando Alonso sur le stand McLaren.



Le Portugais a croisé le mannequin Cara Delevingne qui a essayé la monoplace d’Alonso.





Invitée spéciale de l’écurie Force India, Hello Kitty a pris la pose avec le Mexicain Sergio Pérez et l’Allemand Nico Hülkenberg.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:44



Mercedes plombe Lewis Hamilton, Nico Rosberg en profite

GRAND PRIX DE MONACO - Nico Rosberg a profité d'une erreur tactique de Mercedes vis-à-vis de son coéquipier leader Lewis Hamilton pour gagner, dimanche en Principauté. Comble pour Mercedes, le doublé lui a éhappé au profit de Sebastian Vettel (Ferrari). Au championnat, Rosberg revient à 10 points d'Hamilton.

Nico Rosberg (Mercedes) a obtenu dimanche à Monaco une victoire miraculeuse qui laissera sûrement des traces dans le moral du grand perdant, son coéquipier Lewis Hamilton. Jusqu'au 61e tour, l'Allemand faisait figure d'indiscutable battu. Incapable depuis le départ de suivre le rythme impérial du Britannique. Lorsque l'accident entre l'adolescent Max Verstappen (Toro Rosso) - il a 17 ans - et le Français Romain Grosjean (Lotus), au virage n°1, a conduit à la neutralisation de la course. Et à son chamboulement.

Avec 18 tours encore à couvrir, Nico Rosberg est resté en piste, devant Sebastian Vettel (Ferrari). Alors que Lewis Hamilton a tout perdu en rentrant changer de pneus, à l'invitation de son équipe. Des enveloppes fraîches qui ne lui ont pas permis ensuite de tenter une attaque.

Entre le temps nécessaire pour remettre en état le mur de pneus à Sainte-Dévote et la procédure fédérale obligeant les retardataires à reprendre leurs positions en queue de peloton, Lewis Hamilton n'a en effet eu que huit tours pour changer son triste sort. Et bien moins en réalité, après avoir rapidement déclaré à la radio sa mission "impossible."



"Nous gagnons et nous perdons ensemble", a dit Hamilton, qui a stoppé sa voiture à l'entrée du tunnel avant de rejoindre au ralenti le podium, où il n'a pas caché sa déception. "Nous allons discuter de ce qui s'est passé et essayer de trouver une façon de nous améliorer. Une chose est sûre : je reviendrai ici l'an prochain pour gagner ce Grand Prix." "J'ai eu beaucoup de chance. C'est sûr qu'il méritait la victoire", a reconnu Rosberg.

Ce retournement de situation dans cette fin de la 6e manche du Mondial jusque-là totalement insipide a surtout mis en exergue les insuffisances tactiques chez Mercedes, consciente de son énorme maladresse. Quand bien même elle aurait eu l'idée de faire aussi rentrer Nico Rosberg pour mettre ses deux pilotes sur un plan d'égalité, Ferrari en aurait profité pour laisser Sebastian Vettel en piste et gagner.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:45



Maurizio Arrivabene (Ferrari) : "Mercedes a été arrogante"

GRAND PRIX DE MONACO - Maurizio Arrivabene, le directeur d'équipe de Ferrari, juge que Mercedes a en fait trop dimanche.

Le directeur d'équipe de Ferrari, Maurizio Arrivabene, s'est réjoui de la deuxième place inespérée obtenue par Sebastian Vettel ce dimanche au Grand Prix de Monaco.

L'Allemand a profité d'une grossière erreur de stratégie commise par les champions du monde en titre. Estimant que l'écart avec Nico Rosberg et Sebastian Vettel était suffisamment important, Mercedes a choisi de faire rentrer Lewis Hamilton lors de l'intervention en piste de la voiture de sécurité. Mal lui en a pris puisque cette décision l'a privée du doublé et a coûté à Hamilton un succès mérité en Principauté.

"Vettel est très content et nous aussi", a déclaré Arrivabene. "Je reconnais que nous avons eu de la chance, mais il en faut toujours, surtout sur un circuit comme celui-ci. Mais selon moi, on peut dire que Mercedes a été un peu arrogante."

"Nous n'avons jamais imaginé un seul instant faire ce que Mercedes a fait. Pour le moment, ils sont plus forts que nous, c'est également une équipe intelligente, mais aujourd'hui nous avons été plus malins qu'eux."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:47



Sebastian Vettel (Ferrari) profite des errements de Mercedes

GRAND PRIX DE MONACO - Sebastian Vettel (Ferrari), 2e en Principauté, a rappelé qu'il se tenait prêt à saisir la moindre opportunité.

Deuxième à l'arrivée de ce Grand Prix de Monaco, Sebastian Vettel (Ferrari) est l'autre gagnant du jour. Profitant d'une erreur d'appréciation incroyable des stratèges de Mercedes qui ont arrêté une seconde fois Lewis Hamilton à la sortie de la voiture de sécurité, l'Allemand est ressorti un petit mètre devant le Britannique après Sainte-Dévote.

Interrogé au pied du podium monégasque, le quadruple champion du monde n'a pas caché son enthousiasme quant à ce résultat inattendu. "C'était assez surprenant avec ce retournement de situation en fin de course, a-t-il déclaré, mais nous avons été présents au moment crucial et c'est ce qui compte."

"C'était assez serré avec Lewis à la sortie de la pitlane mais j'étais persuadé d'être devant lui et il s'agissait de le garder derrière nous jusqu'au bout. Au final, cette deuxième place est bonne à prendre et récompense le travail de toute l'équipe."

Le pilote Ferrari a également tenu à retenir le rythme de la SF15-T sur les longs relais, sans avoir pu en profiter compte tenu de la nature tortueuse du tracé monégasque. "Nous étions plus proches des Mercedes ce dimanche qu'en qualifications et nous espérons que nous allons pouvoir garder cette bonne dynamique. Nous avons été en mesure de mettre la pression sur Nico tout au long de la course mais il est toujours parvenu à répondre. En fin de course, je n'avais plus aucune chance de rattraper Nico et il me fallait contenir Lewis."

Mission accomplie donc pour Vettel qui confirme ses propos tenus cette semaine et se sent toujours impliqué dans la course au titre, à 28 points du leader Hamilton.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:48



Nico Rosberg (Mercedes) : "Lewis méritait la victoire"

GRAND PRIX DE MONACO - Nico Rosberg (Mercedes) a reconnu la supériorité de son coéquipier Lewis Hamilton en course. Et la chance qui a décidé de le faire vainqueur.

Alors que la victoire semblait toute destinée à un impérial Lewis Hamilton, en tête durant la majorité de la course, elle est revenue à son équipier allemand à la suite d'un choix stratégique surprenant de la part de Mercedes.

Succès inattendu, et sans beaucoup de mérite, mais succès quand même. Rosberg ne boude pas son plaisir, mais reconnaît volontiers que Hamilton devait logiquement remporter cette victoire.

"Je suis super content évidemment, admet-il. Je sais que j'ai eu beaucoup de chance aujourd'hui. Tout peut toujours arriver ici, il y a beaucoup de tours. Lewis a piloté brillamment, c'est sûr qu'il méritait la victoire, mais c'est la course…"

"Il est difficile de juger depuis la voiture si une décision est bonne au mauvaise. Mais, encore une fois, je sais que j'ai été très chanceux aujourd'hui. Je vais juste profiter du moment. Lewis était un peu plus fort ce week-end, je sais donc que je dois encore travailler dur."

Avec cette troisième victoire en trois ans à Monaco, Nico Rosberg rejoint les légendes que sont Graham Hill, Alain Prost et Ayrton Senna, seuls pilotes de l'histoire à avoir signé une telle série sur le Rocher.

Au classement général, l'Allemand, 116 points, revient à 10 unités de Hamilton (126), qui a dû se contenter des 15 points de la troisième marche du podium ce dimanche.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:50



Toto Wolff (Mercedes) : "Nous avons foutu sa course en l’air"

GRAND PRIX DE MONACO - Toto Wolff, directeur d'équipe de Mercedes, a reconnu une grossière erreur tactique au détriment de Lewis Hamilton, dimanche.

Le directeur de Mercedes Motorsport, Toto Wolff, était encerclé de caméras de télévision à l'arrivée de cet étonnant Grand Prix de Monaco. L'Autrichien a immédiatement reconnu la grossière erreur de stratégie commise par son équipe après la sortie de la voiture de sécurité, ce qui a coûté un succès mérité à Lewis Hamilton. Et un doublé puisque Sebastian Vettel (Ferrari) a fini deuxième.

"Nous pensions que l'écart qui séparait Lewis de Nico [Rosberg] et Vettel était différent de ce qu'il était en réalité", a-t-il expliqué. "C'est une grossière erreur de jugement de notre part et je suis sincèrement désolé pour cela. Nous avons foutu sa course en l'air."

Hamilton a finalement dû se contenter de la troisième place, derrière Nico Rosberg, qui s'est imposé pour la troisième fois consécutive en Principauté. Le Britannique fait également une mauvaise opération au championnat puisqu'il ne possède plus que dix points d'avance sur son équipier.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:53



Lewis Hamilton (Mercedes) : "On gagne et on perd ensemble"

GRAND PRIX DE MONACO - Lewis Hamilton (Mercedes) a ravalé sa déception du couac collectif qui l'a conduit à perdre la victoire en Principauté.

Lewis Hamilton (Mercedes) n'a pas souhaité polémiquer à l'arrivée du Grand Prix de Monaco, lors de la traditionnelle interview réalisée juste après la cérémonie du podium. Privé d'un succès mérité à la suite d'une erreur stratégique de son équipe, le Britannique a déclaré qu'ils en débattraient en interne.

"Ce ne fut pas une course facile pour moi, a-t-il réagi. L'équipe a fait un travail de dingue tout au long de l'année. Nous gagnons et nous perdons ensemble. Je suis sûr que nous allons discuter de ce qui s'est passé durant le débriefing et essayer de trouver une façon de nous améliorer."

"Une chose est sûre : je reviendrai ici l'an prochain pour gagner ce Grand Prix", a-t-il conclu.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Dim 24 Mai - 18:54



Max Verstappen (Toro Rosso), pénalisé de 5 places, ne comprend pas

GRAND PRIX DE MONACO - Max Verstappen (Toro Rosso) ne s'est pas démonté après son accident avec Romain Grosjean (Lotus). Pour lui, c'est le Français qui est responsable.

Max Verstappen (Toro Rosso) sera pénalisé de cinq places sur la grille de départ du Grand Prix du Canada, le 7 juin à Montréal, à la suite de son accrochage dimanche avec Romain Grosjean (Lotus), au Grand Prix de Monaco.

Après avoir écouté les explications des deux pilotes, la direction de course a jugé que le Néerlandais de 17 ans avait "causé la collision" avec la Lotus du Français au premier virage du circuit, celui de Sainte-Dévote, à l'entame du 64e tour de course (sur 78).

"J'ai été surpris par le freinage de Romain, 50 mètres plus tôt que d'habitude, et je n'ai pas pu l'éviter. Je n'avais pas du tout l'intention de le doubler à cet endroit-là, même si j'allais très vite, je me régalais", a expliqué Verstappen à l'AFP, très calmement, moins de deux heures après cet accident très spectaculaire.

La monoplace de Verstappen, surpris par un écart de trajectoire de Grosjean, a touché la roue arrière droite de la Lotus du Français, ce qui a arraché son aileron avant, et elle a terminé sa course tout droit dans les blocs absorbants. Après avoir retiré son volant, le jeune Max est sorti tout seul de sa voiture détruite.

"J'allais à 280 km/h quand j'ai touché Romain", a précisé Verstappen. "Il allait plus vite que moi et j'étais bien parti pour rentrer dans les points. Il aurait pu abîmer ma voiture", a déclaré Grosjean, juste après la course, au micro des radios et des télévisions. Puis il est allé s'expliquer auprès des commissaires et il s'est bien défendu, puisqu'il n'a pas été puni.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:08



Mercedes explique son "erreur de calcul"

GRAND PRIX DE MONACO - Mercedes a avoué s'être trompé de 3"5 sur la marge de Lewis Hamilton au moment de la neutralisation.

Toto Wolff a expliqué que l’erreur de stratégie commise par Mercedes ce dimanche durant le Grand Prix de Monaco n’était qu’une simple erreur de calcul. Qui a pourtant eu une grosse incidence sur le classement final de l’épreuve, faisant passer Lewis Hamilton de la première à la troisième place.

"Nous avons eu un problème de calcul", a déclaré le responsable de la compétition de Mercedes. "Nous pensions que nous pouvions nous permettre de nous arrêter pour nous mettre à l’abri si Vettel décidait lui aussi de rentrer aux stands pour chausser un nouveau train de pneus super-tendres."

"Ferrari aurait très bien pu décider de rentrer aux stands pour changer de pneus. Quand Lewis était à la Rascasse, ils (Rosberg et Vettel, ndlr) n’avaient même pas passé le virage du Bureau de Tabac. Au final, nous n’avons aucune excuse car nous nous sommes trompés dans nos calculs, ce qui nous a fait croire que nous disposions d’une avance plus importante qu’en réalité. Nous nous sommes trompés de 3,5 secondes."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:13



Bonus-malus : Hamilton trompé, Rosberg (Mercedes) verni, Verstappen (Toro Rosso) juvénile

GRAND PRIX DE MONACO - Lewis Hamilton, Nico Rosberg (Mercedes) et Max Verstappen (Toro Rosso) ont incarné dimanche la fébrilité et les incertitudes d'une course hors-norme. Nos bonus et nos malus.

La note

1/5. Un Grand Prix où il ne se passait strictement et qui a eu besoin d'un accident pour rebondir et finalement offrir de l'injustice.

Le vainqueur

Nico Rosberg n'a même pas signé un meilleur temps dans une séance d'essais ou partie de qualification et s'est fait démolir pendant 61 tours avant de cueillir une victoire providentielle. A Monaco, il ne faut commettre aucune erreur et se tenir prêt. Il l'était car il a aussi payé pour le savoir (ndlr : 2008) et ce succès vient finalement peut-être de plus loin qu'on ne pense. Un troisième de suite qui le fait entrer dans le club fermé des triples vainqueurs consécutifs Graham Hill (1963-65) et Alain Prost (1984-86). A deux longueurs d'Ayrton Senna (1989-93).

Le battu

Lewis Hamilton, encore lui. Autant il avait été battu à la régulière à Montmelo, autant il ne pouvait s'imaginer que la faiblesse viendrait de son propre camp. Mercedes a 99,9% de responsabilité dans cette histoire. 0,01% pour lui ? Oui. A force de se plaindre de ses pneus, il a poussé inconsciemment Mercedes à vouloir lui offrir le luxe de finir en pneus frais. Un mieux ennemi du bien qui n'aurait pas eu cours pour Nico Rosberg, qui avait flingué deux trains de "super tendre" samedi, en fins de Q2 et de Q3.



Le regret

Que la FIA donne des super licences de Formule 1 à des adolescents.

Le vilain

Max Verstappen (Toro Rosso), qui n'a même pas reconnu sa responsabilité dans son accident avec Romain Grosjean (Lotus). Qui aurait freiné 50 mètres plus tôt que d'habitude... Et puis quoi aussi ?

Le gaffeur

Celui qui a calculé que Lewis Hamilton avait le temps de rentrer pendant la neutralisation.

L'attaquant

Carlos Sainz (Toro Rosso). De dernier à 10e.

Le bonus

La forme de Sergio Pérez, qui éclipse décidemment Nico Hülkenberg chez Force India et s'avère le promoteur idéal du Grand Prix du Mexique.

Le malus

Après la Q2, Fernando Alonso subi une nouvelle panne technique au virage n°1. Le pauvre, il s'est même fait vanner par Giedo van der Garde ! Toujours zéro point, alors que Jenson Button a ouvert le score.

La stat

4 abandons en 5 gp pour Pastor Maldonado (Lotus).

La déclaration

Maurizio Arrivabene, le directeur d'équipe de Ferrari :

"On peut dire que Mercedes a été un peu arrogante. Nous n'avons jamais imaginé un seul instant faire ce que Mercedes a fait."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:20



Les notes : Sergio Pérez (Force India) retrouvé, Daniil Kvyat (Red Bull) libéré

GRAND PRIX DE MONACO - Max Verstappen (Toro Rosso) était excité dimanche, Sergio Pérez (Force India) d'une sagesse exemplaire et Daniil Kvyat (Red Bull) a fait un beau 4e corporate. Nos notes.

Max VERSTAPPEN (Toro Rosso) : 1

J'ai aimé : quand Romain Grosjean (Lotus) lui a fermé la porte à l'épingle au tour 59.

Je n'ai pas aimé : son petit côté voyou avec les drapeaux bleus derrière les leaders pour doubler des concurrents (ça a marché avec Bottas et Sainz) comme on se faufilerait dans un embouteillage en suivant une ambulance en alerte. Pas l'esprit de la course. Un contact fautif sur Pastor Maldonado à la sortie du tunnel. Pas d'honnêteté dans son accident avec l'autre pilote de Lotus.

En bref… Excité, instable. Immature. Énervant.

Kimi RÄIKKÖNEN (Ferrari) : 3

J'ai aimé : l'undercut sur Ricciardo.

Je n'ai pas aimé : poussé par Ricciardo, qui n'a finalement payé son incartade.

En bref… Bouffé par Vettel, il fait l'appoint chez Ferrari.

Jenson BUTTON (McLaren) : 6

J'ai aimé : les premiers points 2015 de McLaren.

Je n'ai pas aimé : il se plaint trop.

En bref… Il a acheté un peu de tranquillité à Woking.

Nico ROSBERG (Mercedes) : 7

J'ai aimé : Il sait que Lewis Hamilton en a pris un gros coup sur la tête et il a été beaucoup plus sobre qu'après sa pole polémique de 2014.

Je n'ai pas aimé : rien.

En bref… Monaco, son opium.



Sergio PEREZ (Force India) : 8

J'ai aimé : sa Q3, sa course impeccable qui lui a permis de maximiser une Force India qui s'éteint peu à peu. De la maturité, enfin. Loin de son week-end monégasque d'excité de 2013.

Je n'ai pas aimé : bridé par des problèmes de consommation dans les 20 derniers tours.

En bref… Il est en train d'enterrer Nico Hülkenberg (Force India).

Carlos SAINZ (Toro Rosso) : 8

J'ai aimé : alors qu'il pressait Bottas, il s'est écarté devant Hamilton, Rosberg et Vettel.

Je n'ai pas aimé : piégé par Verstappen en respectant trop les drapeaux bleus.

En bref… Entre bon esprit et naïveté, un juste milieu à trouver.

Daniil KVYAT (Red Bull) : 9

J'ai aimé : le jeu d'équipe auquel il s'est soumis sans broncher en laissant passer Ricciardo, non pénalisé pour son accrochage avec Räikkönen, en fin de course. 4e, son meilleur résultat, il

Je n'ai pas aimé : rien.

En bref… Le déclic ?

Lewis HAMILTON (Mercedes) : 9

J'ai aimé : ses runs magiques en Q3. Son train de leader dimanche.

Je n'ai pas aimé : la décision de Mercedes qui n'avait aucun intérêt à le faire rentrer.

En bref… Il a affirmé qu'il pouvait prendre 20 ou 40 secondes d'avance. Ça ne tenait qu'à lui de s'acheter cette sécurité. Un péché d'orgueil pour Mercedes, une leçon à retenir pour tout le monde.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:23



Bernie Ecclestone : "Désolé de te dire ça Nico, mais tu n'es pas bon pour les affaires"

Pour Bernie Ecclestone, les Allemands Nico Rosberg (Mercedes) et Sebastian Vettel (Ferrari) n'ont pas assez de caractères. Il les juge même responsables de l'absence de Grand Prix outre-Rhin cette année !

Bernie Ecclestone a conseillé à Nico Rosberg de prendre exemple sur son double champion du monde d'équipier Lewis Hamilton. Selon lui, Rosberg et Sebastian Vettel ne font rien pour promouvoir le sport et sont en partie responsables de l'absence du Grand Prix d'Allemagne du calendrier cette saison.

"Je suis un énorme fan de Lewis car c'est un super ambassadeur de notre sport", a déclaré le promoteur du Championnat du monde, au site officiel de la F1 dans une interview conjointe réalisée avec Rosberg.

"D'un aspect purement marketing, désolé de te dire ça Nico, mais tu n'es pas bon pour les affaires. Malheureusement, tu n'as pas les fans allemands de ton côté. L'annulation du Grand Prix d'Allemagne en est le parfait exemple, or l'Allemagne est un marché important pour la F1", a poursuivi Mister E.

"Les gens reconnaissent à peine Vettel quand ils le croisent dans la rue ! A l'inverse, Lewis est un héros au Royaume-Uni. Les Britanniques adorent la Formule 1. Et Sebastian [Vettel] ne fait également pas grand-chose pour la F1. Les gens le reconnaissent à peine quand ils le croisent dans la rue ! De manière générale, je pense que Lewis est le meilleur champion que nous ayons eu depuis un très long moment. Il parvient à avoir une vie très médiatique : sur les tapis rouges, avec la musique, etc."

Dans cette interview, Ecclestone, 84 ans, s'en est également pris aux patrons d'écurie, en premier lieu à Toto Wolff et Maurizio Arrivabene, respectivement à la tête de Mercedes et Ferrari. "Les directeurs d'équipe devraient se montrer davantage. Sans sa chemise Mercedes, personne ne reconnaîtrait Toto Wolff dans la rue", a-t-il indiqué.

Et quand il lui a été demandé si Arrivabene – dont le style franc le différencie des autres directeurs d'équipe – était un bon personnage pour la Formule 1, Ecclestone a répondu : "Seulement pour lui-même mais pas pour la F1."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:25



Fernando Alonso (McLaren) : "Ma pénalité était injuste"

GRAND PRIX DE MONACO - Fernando Alonso (McLaren) estime avoir écopé d'une pénalité aléatoire, dimanche.

Fernando Alonso (McLaren) s'est joint à son ancien coéquipier Kimi Räikkönen (Ferrari) en déplorant le manque de cohérence dans les décisions prises par les commissaires sportifs du Grand Prix de Monaco ce dimanche.

L'Espagnol a dû observer une pénalité de cinq secondes durant son arrêt au stand pour son contact survenu avec la Force India de Nico Hülkenberg dans le premier tour de course. Il avait heurté Hülkenberg à Mirabeau après avoir perdu le contrôle de sa McLaren alors qu'il avait déjà passé la Force India.

A l'inverse, Daniel Ricciardo a bénéficié de la clémence des commissaires lorsqu'il a touché la Ferrari de Kimi Räikkönen – alors qu'il n'avait pas perdu le contrôle de sa Red Bull – durant sa manœuvre de dépassement effectuée à Mirabeau dans les derniers tours de course.

La pénalité infligée à Alonso était-elle donc injuste ? "Bien sûr qu'elle l'était, a réagi le pilote McLaren à l'arrivée. J'étais à l'intérieur au virage 5, Hülkenberg était à l'extérieur, et quand vous êtes à l'extérieur à cet endroit du circuit vous devez généralement lever le pied… Donner des pénalités de manière aléatoire comme ça est pour le moins étrange, mais je ne peux rien y faire", a-t-il ajouté.

Alonso n'a pas vu l'arrivée du Grand Prix de Monaco. Il a été contraint à l'abandon au 41ème tour de course suite à un problème de boîte de vitesses. Il occupait la neuvième place avant de devoir jeter l'éponge.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:26



Red Bull fait le plein de points

GRAND PRIX DE MONACO - Du mieux que Red Bull : Daniil Kvyat a fini 4e et Daniel Riccairdo 5e, dimanche. 22 points d'un coup !

Avec un tir groupé aux 4e et 5e places, Red Bull a enregistré son meilleur week-end de la saison, inscrivant un total de 22 points. Terminant au pied du podium, Daniil Kvyat a par la même occasion réalisé sa meilleure course depuis le début de sa carrière en Formule 1, l'an dernier.

Mais cette étape monégasque n'a pas été de tout repos pour l'équipe autrichienne, avec un échange de positions entre ses deux pilotes après la rentrée aux stands de la voiture de sécurité, ainsi qu'un contact à Mirabeau entre Daniel Ricciardo et Kimi Räikkönen, qui a eu le don de faire sortir le Finlandais de Ferrari de ses gonds.

"Nous avons fait un pari, avoue Kvyat, Je laissais passer Daniel pour qu'il aille chercher un podium grâce à des pneus "super tendre" frais, mais s'il n'y parvenait pas, il me rendait ma quatrième place. C'est une journée très positive pour moi avec mon meilleur résultat à ce jour en F1. Je vous laisse deviner la prochaine étape..."

"Depuis le début de la saison, nous avons eu quelques bonnes périodes sans parvenir à tout mettre ensemble, ce que nous sommes parvenus à faire aujourd'hui. Espérons garder cet élan pour la suite."

Et la suite à court terme, c'est le Canada, théâtre de la première victoire en F1 de Ricciardo la saison passée. "En s'appuyant sur ce meilleur week-end, je vais aller chercher un très bon résultat à Montréal", annonce-t-il, reconnaissant par ailleurs une petite erreur en début de course. "Mon départ en lui-même était bon mais à la sortie du virage 1, j'ai mal géré le changement des rapports et j'ai perdu mon élan, ce qui a permis à Kvyat de me passer."

Mais ce que l'on retient surtout de la course du souriant Australien, c'est sa touchette avec Räikkönen à Mirabeau, classé comme incident de course par les commissaires sportifs. "J'avais tenté une première fois de le dépasser là mais il ne m'avait pas laissé un espace suffisant pour passer. Au tour suivant, j'ai vu un petit trou et je m'y suis engouffré", explique-t-il. "Ici, à Monaco, si on veut dépasser, on ne doit faire de la place et parfois aller un peu au contact."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 25 Mai - 15:29



Comment une série d'erreurs a conduit Lewis Hamilton (Mercedes) à l'échec

GRAND PRIX DE MONACO - Mercedes et Lewis Hamilton ont des choses à se reprocher dans la perte de la victoire pour le Britannique et du doublé pour l'équipe.

1 - Une faible marge de sécurité

Avant de rentrer changer ses gommes, Lewis Hamilton possédait au 64e tour un avantage de 25”727 sur son plus proche poursuivant Nico Rosberg. Sur le Rocher, il faut au moins 24 secondes pour remplacer les quatre pneus : le passage le plus rapide par les stands a été dimanche de 24”177 au 37e tour (Kimi Räikkönen). L’avance du pilote britannique était donc juste suffisante, d’autant plus quand on sait a posteriori que le pitstop en lui-même n’a guère été spécialement rapide : 25”495, soit 1”314 de plus que pour le précédent arrêt de Lewis (au 38e passage).

Quoi qu’il en soit, cette avance était en principe suffisante, avec un temps au tour “normal”. Ce qui n’a justement pas été le cas...

2 - Une mauvaise estimation

Le tour de rentrée d’Hamilton (comprenant son arrêt) a été anormalement long : 2’11”32. Un éternité qui s’explique par la position de la voiture de sécurité. Le leader l’a rejointe dans le deuxième secteur et a dû passer le reste du tour à rouler au ralenti derrière elle, alors que Rosberg et Vettel l’ont rattrapée bien plus tard sur la piste, ce qui leur a permis de boucler le même tour plus rapidement. Lewis a mis 53”240 pour parcourir le secteur 2 alors que Rosberg l’a bouclé en 44”5. Il a perdu grosso modo 8,7 secondes dans cette partie du circuit. C’est en roulant plus vite que Lewis à ce moment-là que Nico et Sebastian ont gagné le temps que croyaient posséder les stratèges de Mercedes.

Ces derniers auraient dû noter que l’avance du leader n’était plus suffisante. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait ? Parce qu’ils ne connaissaient pas la position exacte sur la piste du pilote de la Mercedes n° 44, ne disposant pas de la localisation par GPS habituelle, comme l’a expliqué Toto Wolff :

“Le problème à Monaco, explique le directeur excécutif de Mercedes, c’est qu’on n’a pas le GPS, ce qui rend l’exercice plus difficile encore. C’est pour cela en partie que l’on s’est trompés quand on est passé de la voiture de sécurité virtuelle à la safety car [réelle]. […] Il y avait un risque potentiel que Sebastian [Vettel] s’arrête pour passer en surpertendres. Il aurait pu constituer une menace en fin de course. Le bon sens, sans analyse des données, aurait voulu que… Bon, il fallait se fier aux chiffres. C’est comme ça que l’équipe fonctionne, mais je suis d’accord, il y avait un risque. La réponse est que les chiffres étaient erronés.”

Au final, Hamilton boucle le 65e tour en 2’11”32. Plus rapides et dispensés de pitstop, Rosberg et Vettel le parcourent respectivement en 1”43”38 et 1’43”22, soit en 28 secondes de moins, grosso modo. La marge de 25,7 secondes d’Hamilton n’était logiquement pas suffisante pour ressortir devant.

3 - Une mauvaise interprétation

En toute objectivité, Lewis Hamilton a déclaré qu’il s’agissait d’une erreur collective.

Et en effet, si l’écurie assume la responsabilité de l’erreur, une discussion entre elle et son pilote a bien eu lieu avant le pitstop. Durant celle-ci, une mauvaise interprétation d’un écran géant par Hamilton a poussé l’écurie à le faire rentrer alors que ce n’était pas son intention initiale :

“J’ai vu un écran, explique Hamilton. L’équipe avait l’air d’être sortie [pour effectuer un changement de gommes]. J’ai pensé que Nico et les gars derrière étaient en train d’observer un arrêt. Et donc, quand l’équipe m’a dit de rester en piste, j’ai dit [à la radio] : ‘La température de mes pneus va chuter’, j’étais inquiet qu’ils [Rosberg et Vettel] aient chaussé les options [super tendres], alors que j'étais sur des pneus plus durs. Du coup, ils m'ont dit de rentrer. Avec ces éléments, je suis rentré au stand en étant convaincu que les autres avaient fait de même.”

Wolff a toutefois précisé que le message radio d’Hamilton n’avait pas été déterminant:

“Il y a eu le message [de Lewis] que les températures [du pneu] chutaient beaucoup et que le tendre n’avait plus d'adhérence, mais ce n’est pas la raison pour laquelle nous l’avons fait [appeler Hamilton]. La décision finale a été prise 50 mètres avant l’entrée de la voie des stands. Les décisions sont collégiales, avec le plus d’apport possible de la part des ingénieurs, du management, du pilote – et ensuite on décide. Cette fois-ci, l’algorithme était faux.”

Dans la fièvre du moment, avec de mauvaises données et des indications involontairement biaisées de la part de son pilote, Mercedes a pris la décision de faire rentrer le leader. On connaît la suite...
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 28 Mai - 14:09



Renault considère un rachat du Lotus F1 Team

À un an de la fin de son contrat de motoriste avec Red Bull, Renault travaille à un retour plus poussé dans les stands, avec le rachat de l'écurie Lotus.

Renault envisage un rachat du Lotus F1 Team, l’équipe qu’il a vendue au fonds Genii Capital de Gérard Lopez et Eric Lux en 2010, pour préparer l’après-Red Bull. Cette information est révélée dans le dernier numéro du magazine Auto Hebdo qui vient de paraître.

Renault a entamé au début de cette année une profonde réflexion en interne afin de définir la stratégie future du groupe.

Quand son contrat avec Red Bull arrivera à échéance à la fin de l’année prochaine, le Losange disposera de trois options : poursuivre ses activités de motoriste, redevenir un constructeur ou bien cesser son implication en Formule 1.

C’est la deuxième option qui semble être considérée par Renault à l’heure actuelle, rapporte Patrick Camus dans Auto Hebdo. Le constructeur automobile français aurait même obtenu la bénédiction de Mercedes, qui motorise actuellement l’équipe d’Enstone.

"A la demande de Renault, les discussions au plus haut niveau entre les deux constructeurs ont eu lieu avec pour objectif une demande de collaboration [en F1] sur quelques domaines spécifiques où le motoriste français souhaiterait progresser rapidement", relate-t-il.

"Le sujet d’une rupture du contrat Lotus-Mercedes par anticipation a déjà été abordé et ne devrait pas poser problème."

Reste à voir si le Comité Exécutif de l’Alliance Renault-Nissan donnera son feu vert à un tel projet. Une décision pourrait être prise à la fin de cet été.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Lun 1 Juin - 12:16



Depuis 1999, la F1 a cumulé 14,7 milliards de revenus et c’est plus que la FIFA

On brasse beaucoup d’argent à la FIFA. Mais moins que du côté de Delta Topco, la maison mère du championnat du monde de Formule 1.

Depuis 1999, la catégorie reine des sports mécaniques a cumulé 14,7 milliards d’euros de revenus selon Forbes. Et cela ne prend même pas en compte l’exercice 2014. Pendant ce temps, la FIFA a fait rentrer 13,2 milliards, en comptant 2014.

Des revenus multipliés par cinq

En quinze ans, la Formule 1 a réussi a multiplié ses revenus par cinq. Les données financières de 1999 présentent des revenus de 311,6 millions d’euros. En 2013, ce sont 1,2 milliard qui sont rentrés, grâce notamment à 236 millions des publicités en bord de piste, ou 31 millions des buvettes sur les circuits.

Dans le même temps, la FIFA n’a multiplié ses revenus “que” par trois.

Bernie Ecclestone milliardaire

Si la F1 a atteint un tel niveau de richesse, c’est aussi grâce à Bernie Ecclestone. Selon le Daily Express, le businessman de 84 ans aurait signé pour 21 milliards d’euros de contrat depuis qu’il a pris les commandes de la discipline il y a 30 ans. Rien que le contrat TV avec la chaine allemande RTL aurait rapporté 1,2 milliard depuis sa signature en 1991.

Il faut aussi payer cher pour accueillir les Grand Prix. En Australie, l’an dernier, on a signé un chèque de 650 millions pour faire venir la F1 à Melbourne jusqu’à 2020.

Tout ça fait les affaires de la F1, mais aussi d’Ecclestone, dont la fortune est estimée à près de 3,6 milliards de dollars ! Tout ça malgré de multiples polémiques plus douteuses les unes que les autres.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Mar 2 Juin - 14:59



Bell, ex-directeur technique de Mercedes, rejoint Marussia

TRANSFERTS - L'équipe Manor, qui fait rouler les Marussia cette saison, vient de réaliser quelques bonnes opérations de recrutement dont Bob Bell.

Manor vient d’annoncer une série de recrutements, et pas des moindres. L’ex-designer en chef de Toro Rosso, Luca Furbatto, a décidé d’intégrer la modeste écurie britannique. Il devient son nouveau responsable du design avec effet immédiat.

L’équipe accueille également Giancula Pisanello en qualité d’ingénieur en chef. Pisanello était chez Caterham la saison dernière, il était son responsable des opérations sur tous les Grands Prix.

Finalement, et de manière plus surprenante, Manor est parvenue à un accord avec Bob Bell, l’ancien directeur technique de l’équipe Mercedes et ex-team principal du Renault F1 Team.

Bell – qui a récemment été sollicité par Renault Sport F1 concernant la suite à donner à son engagement en Formule 1 – apportera son expertise technique à Manor jusqu’à la fin de cette saison 2015.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 5 Juin - 13:28



Daniel Ricciardo (Red Bull) : "Le pire est derrière nous"

GRAND PRIX DU CANADA - Convaincu que Red Bull et Renault ont mangé leur pain noir, Daniel Ricciardo n'a pas peur d'évoquer un podium d'ici la fin de saison.

Daniel Ricciardo est persuadé que Red Bull a passé la partie la plus difficile de la saison et que le meilleur est désormais à venir. L’équipe autrichienne a obtenu son meilleur résultat de l’année il y a une dizaine de jours au Grand Prix de Monaco, avec les quatrième et cinquième places de Daniil Kvyat et Ricciardo.

"Je ne sais pas à quel point nous pouvons progresser, mais je suis sûr que nous pouvons nous améliorer", affirme l’Australien au Herald Sun. "Je suis sûr que le pire est derrière nous pour cette année. Je ne pense pas que l’on nous reverra terminer une course à la neuvième ou dixième place."

Vainqueur de trois Grands Prix la saison dernière, Ricciardo se met même à rêver d’un podium cette année. "Le championnat est long et je sais que nous allons améliorer notre voiture. Alors, monter une fois sur le podium, je crois que cela pourrait le faire durant la seconde partie de la saison. Nous adorerions obtenir un podium. Si nous terminons la saison sans avoir fini un Grand Prix une seule fois dans le top 3, ce sera difficile. Je pense que nous obtiendrons un podium d’ici la fin du championnat."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 5 Juin - 13:32



Il y a 20 ans, à Montréal, l'éternel second Jean Alesi accédait enfin au rang de vainqueur

GRAND PRIX DU CANADA - Il y a 20 ans, Jean Alesi inscrivait son nom au palmarès de la Formule 1 après une collection de deuxièmes places. Sur un Circuit Gilles-Villeneuve hautement symbolique pour lui.

11 juin 1995, Grand Prix du Canada : l'instant de gloire de Jean Alesi. Tantôt maudit des circuits tantôt perdant magnifique, éternel espoir de la Formule 1, le Français accède le jour de ses 31 ans à la consécration d'une victoire, à Montréal, six ans après son arrivée sur les circuits.

Il porte le n°27, celui immortalisé par Gilles Villeneuve, icône parmi les icônes de la Scuderia. Celui qu'il enviait à Alain Prost sur la machine voisine de garage en 1991, avant de le récupérer à l'éviction de son compatriote triple champion du monde. Un symbole ? Une incarnation jamais réalisée jusqu'à l'incomparable popularité mais un hommage toujours honoré.

Cependant, autant le Québécois - fatalement victime d'une incompréhension au Grand Prix de Belgique en 1982 - était casse-cou, autant le fils de carrossier avignonnais est rangé des accidents. Et chez ce pilote affable, charmant mais souvent "mèche courte" dans les réactions à chaud, ce que ses collègues apprécient le plus c'est sa loyauté, la confiance aveugle qu'ils peuvent placer en lui dans la bagarre. Bref, il est un bon compagnon de route.

57e tour, le coup de théâtre

Pour le reste, si Ferrari est en mode crescendo depuis l'arrivée de Jean Todt, deux ans plus tôt, Michael Schumacher est l'épouvantail de ce championnat. Et Damon Hill un faire-valoir avec une Williams meilleure que sa Benetton, qu'il ne va pas tarder à écraser.

Pour une fois donc, sa seule en carrière en fait, Jean Alesi va déjouer les pronostics et émerger en vainqueur. Le premier Français qui ne s'appelle pas Alain Prost depuis 1983. Qualifié 5e, "Jeannot" passe son coéquipier Gerhard Berger au 1er tour puis profite de l'abandon de David Coulthard au 2e. Il sait aussi utiliser le trafic, et au 17e passage il surprend un Damon Hill écarté de la bonne trajectoire. Il a bien mérité sa 2e place. En position d'attente loin derrière le leader Michael Schumacher, il note que l'écart diminue. Au 57e tour, la Benetton file au stand, pour recevoir un nouveau volant.

Emporté par la foule

"Quand j'ai appris que Schumacher était arrêté, les larmes me sont venues, je ne voyais plus bien clair dans mon casque et je me suis repris pour ne pas faire de bêtise", Alesi confiera. "Je ne suis pas très bien, j'ai mal à tous les muscles".

Ovationné dans le tour d'honneur, il dégrafe son harnais, cale, descendu de la voiture. "J'ai salué les tribunes et j'ai entendu des coups d'accélérateurs rageurs derrière moi. C'était Schumi." A cheval sur le capot moteur de la Benetton (5e), il termine son drôle de tour. Et fou de bonheur il lancera tout ce qu'il peut par-dessus le grillage à la foule. "Un casque à 50.000 balles (un peu moins de 10.000 euros actuels), avec la radio et tout le bazar dedans." Alesi dans toute sa générosité.



avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 5 Juin - 13:37



Renault projette de racheter la base d'Enstone à Lotus pour s'inventer un futur

GRAND PRIX DU CANADA - Pour Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport F1, être motoriste en Formule 1 "ne suffit plus". Le Losange s'active pour redevenir constructeur, à travers la reprise de son ancienne base d'Enstone vendue à Lotus. Comment en est-on arrivé là ? Rappel des faits.

Un virage technique devenu un piège

En 2005, Renault et Fernando Alonso dominent les Grands Prix avec un moteur atmosphérique V10, et en 2006 avec un V8. Cependant, ce moteur est considéré comme appartenant au passé : il fait trop penser au V8 introduit par Cosworth en 1967. C'est pourquoi Renault s'invente un nouveau crédo : mettre la recherche et le développement technique en Formule 1 au service des projets industriels, de la voiture de Monsieur Tout-le-monde en tenant compte des nécessités environnementales.

Le Losange, qui a imposé le turbo à la fin des années 70, milite pour un groupe propulseur de nouvelle génération : un V6 de 1.6 litre de 750 chevaux qui consommera 35% d'essence de moins grâce à un très complexe double système de récupération d'énergie. Dans l'attente impatiente de ce retour au bloc suralimenté, Renault fait des ravages de 2010 à 2013 avec son V8 atmosphérique installé dans la Red Bull de Sebastian Vettel.



Mais, bercé par ses succès, Viry-Châtillon ne met pas autant de moyens que Mercedes, qui joue sa présence en F1 à travers le futur règlement. Et en 2014, c'est la douche froide : le Renault affiche un net retard vis-à-vis du Mercedes. Les trois victoires de Daniel Ricciardo passent pour un lot de consolation, mais à l'échelle des énormes soucis de fiabilité qui s'ajoutent en 2015, elles deviennent formidables…

Mais là n'est pas le seul problème. Pour Renault, le plus handicapant est que les d'évolutions techniques sont limitées afin de contenir les coûts. Chaque motoriste a un quota annuel de "jetons" pour modifier son propulseur. Un "jeton" pour un changement mineur, plusieurs "jetons" pour une grosse modification. Et 12 "jetons" sont un quota bien insuffisant pour rectifier un concept mal né...

Résultat : pendant que Mercedes jouait sur du velours en améliorant son V6 sans dépenser de "jetons", Ferrari et Honda en consommaient quelques-uns pour introduire des évolutions ce week-end, au Canada. Renault ? "Quand vous rencontrez des problèmes de fiabilité aussi importants que ceux auxquels nous avons été confrontés en début de saison, vous ne faites rien d'autre que travailler sur la fiabilité", a expliqué Cyril Abiteboul, le directeur général de Renault Sport F1, à Motorsport. "Si les problèmes de fiabilité accaparent le plus clair de votre temps, vous ne travaillez pas sur autre chose. Cela a donc retardé l'introduction de nos évolutions destinées à gagner en performance." Red Bull et Toro Rosso n'auront pas un moteur plus performant avant la Belgique, soit le 11e des 19 Grands Prix 2015…

Des dégâts à l'image

C'est le volet le plus épineux, finalement. Déjà frustrés en 2014, les dirigeants de l'écurie autrichienne - son directeur Christian Horner et son conseiller Helmut Marko - sont passés de la colère à l'entreprise de dénigrement à l'endroit des Français. Pour Viry-Châtillon, dont on ne parle que des défaillances à répétition, c'est devenu un désastre. Une position intenable.

Entre Red Bull, qui n'a que des exigences et des mises en garde à exprimer, et le Losange, qui n'a pas non plus tous les torts vu les performances des Toro Rosso, l'histoire va donc se terminer au terme de l'actuel contrat avec les deux écuries, fin 2016. Une façon de stopper l'hémorragie médiatique, même si Red Bull s'est calmé ces derniers temps.



Redevenir constructeur pour tout maitriser

Cyril Abiteboul avait été clair, début mars : "Le fait de reprendre une écurie n'est pas exclu. Cela doit faire partie d'un plan de très longue durée, qui doit aller de pair avec une stratégie industrielle". Il parlait en particulier du secteur des sportives. La nouveauté est qu'il n'envisage désormais plus l'option d'un retrait. "Le modèle de motoriste ne fonctionne pas avec la réglementation moteur actuelle", a-t-il déclaré à Motorsport, mercredi. "Le niveau de dépenses est tellement élevé que le retour sur investissement n'est pas assez bon. Si Mercedes n'avait pas placé la barre si haut, alors peut-être que les dépenses auraient pu être limitées et qu'être impliqué en Formule 1 comme simple motoriste aurait du sens".

Renault a donc décidé de ne pas en rester là, et après avoir exploré la piste d'un rachat de Toro Rosso, elle a décidé d'entamer des négociations avec l'équipe Lotus, a révélé le magazine Auto-Hebdo, pour lui reprendre sa base d'Enstone vendue en 2011. L'affaire se discute au plus haut niveau avec Bernie Ecclestone, le promoteur du Championnat du monde. Pour y parvenir, il faudra écourter le contrat avec Mercedes, ce qui ne poserait pas de problème. Redevenu compétiteur sous son seul nom en 2016 - au plus tard en 2017 -, Renault aurait alors la maîtrise de beaucoup de paramètres qui lui ont échappé ces dernières années. Du choix des pilotes à l'impact médiatique de ses résultats. Bons ou mauvais.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 20 sur 21 Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum