Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Page 6 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par siberian84 le Lun 21 Oct - 13:36

Par Rédaction d'UEFA.com
Lundi, 21 octobre 2013 14.13CET


L'équipe de France rencontrera l'Ukraine lors des barrages de la Coupe du Monde de la FIFA à jouer les 15 et 19 novembre. Match aller en Ukraine.

Autres barrages (le premier nommé reçoit à l'aller) :
Portugal - Suède
Grèce - Roumanie
Islande - Croatie

Les huit meilleurs deuxièmes de groupes de qualification s'affrontent pour une place en phase finale (12 juin-13 juillet au Brésil).

Tirage de la phase finale (17 heures HEC, 6 décembre à Bahia)

Qualifiés (21/32) : Brésil (hôte), Argentine, Australie, Belgique, Bosnie-Herzegovine, Colombie, Costa Rica, Angleterre, Allemagne, Iran, Italie, Japon, Pays-Bas, Russie, Corée du Sud, Espagne (tenant), Suisse, États-Unis

Autres barrages
Intercontinental (13 et 20 novembre)
Jordanie - Uruguay
Mexique - Nouvelle-Zélande

Afrique (score de l'aller)
Nigeria (2-1) Éthiopie – retour le 16 novembre
Sénégal (1-3) Côte d'Ivoire – retour le 16 novembre
Cameroun (0-0) Tunisie – retour le 17 novembre
Égypte (1-6) Ghana – retour le 17 novembre
Algérie (2-3) Burkina Faso – retour le 16 novembre

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par siberian84 le Lun 21 Oct - 14:06

La France face à l'Ukraine, les huit barragistes fixés



À l’issue du tirage au sort des barrages européens qualificatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, qui a eu lieu ce 21 octobre au siège de la FIFA à Zurich, les huit meilleurs deuxièmes de la compétition qualificative européenne savent désormais à quoi s’en tenir.

Les équipes encore en lice pour décrocher l’un des quatre billets européens encore disponibles ont été appariées comme suit :

Portugal - Suède
Ukraine - France
Grèce - Roumanie
Islande - Croatie


Le Portugal (classé 14e), la Grèce (15e), la Croatie (18e) et l’Ukraine (20e) étaient les équipes têtes de série tandis que la France (21e), la Suède (25e), la Roumanie (29e) et l’Islande (46e) ne l’étaient pas, conformément à la dernière édition du Classement mondial FIFA/Coca-Cola, parue le 17 octobre 2013.

Le tirage au sort a été conduit par Gordon Savic, chef du département des Qualifications de la Coupe du Monde de la FIFA™, assisté d’Alexander Frei, ancien international suisse comptant 84 sélections, recordman du nombre de buts inscrits avec la Suisse (42) et présent lors des deux dernières Coupes du Monde de la FIFA™.

Les huit sélectionneurs étaient présents : Niko Kovac (Croatie), Didier Deschamps (France), Fernando Santos (Grèce), Lars Lagerback (Islande), Paulo Bento (Portugal), Victor Piturca (Roumanie), Eri Hamren (Suède) et Mikhail Fomenko (Ukraine).

Ces barrages aller-retour seront disputés respectivement les 15 et 19 novembre.

L’équipe qui aura marqué le plus de buts à l’issue des deux rencontres sera qualifiée. En cas d’égalité, c’est l’équipe qui aura marqué le plus de buts à l’extérieur qui sera qualifiée. Si aucun vainqueur ne peut être désigné à l’issue du temps règlementaire du match retour, une prolongation de deux fois quinze minutes sera disputée (lors de laquelle la règle des buts marqués à l’extérieur continue de s’appliquer). Si aucun but n’est marqué durant la prolongation, le vainqueur sera alors décidé par une séance de tirs au but organisée conformément aux Lois du Jeu.

(FIFA.com) Lundi 21 octobre 2013

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par siberian84 le Lun 21 Oct - 14:15

Tirage au sort clément pour les Bleus avec l'Ukraine



L'équipe de France a hérité avec l'Ukraine de l'adversaire a priori le plus abordable en barrages de la zone Europe pour le Mondial-2014, en match aller et retour les 15 et 19 novembre, selon le tirage au sort, lundi, au siège de la Fifa à Zurich.

La France aura en plus l'avantage de recevoir au match retour. La première manche aura lieu en Ukraine le 15 novembre et le retour se tiendra le 19 novembre au Stade de France.

Les trois autres affiches seront Portugal-Suède, le choc de ces barrages, Grèce-Roumanie et Islande-Croatie. Les quatre vainqueurs se qualifieront pour le Mondial-2014.

Les Bleus, deuxièmes de leur groupe éliminatoire derrière l'Espagne, avaient tout à craindre de ce tirage au sort pour lequel ils n'étaient pas tête de série.

Or, avec l'Ukraine, ils auront face à eux l'adversaire le plus souvent cité comme le plus faible des quatre têtes de série (avec le Portugal de Cristiano Ronaldo, la Croatie de Modric et Mandzukic et la très solide Grèce).

C'est la quatrième fois que l'Ukraine se qualifie pour des barrages et elle s'est inclinée lors de ses trois premières tentatives.

A l'inverse, la France avait passé l'obstacle barrages en 2009, sur la route du Mondial-2010, en éliminant l'Eire au prix du fameux épisode de la main de Thierry Henry.

(FIFA.com) Lundi 21 octobre 2013

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par siberian84 le Lun 21 Oct - 16:29

Ibrahimovic : "Le Portugal est favori"



Le capitaine de la Suède, Zlatan Ibrahimovic, a estimé lundi que son adversaire en barrages du Mondial-2014, le Portugal, était favori.

"Le Portugal est favori, mais ça va être deux matches fantastiques! Nous jouons une bonne équipe avec beaucoup de bons joueurs", a écrit l'attaquant sur son application pour mobiles, Zlatan Unplugged.

"Les matches de barrages sont comme deux finales: c'est complètement autre chose que les matches de groupe", a-t-il poursuivi.

"Je pense qu'on doit réduire nos erreurs. L'équipe qui en fera le plus sera celle qui manquera la Coupe du monde", a-t-il ajouté.

La Suède doit se déplacer au Portugal le 15 novembre puis recevoir le 19.

(FIFA.com) Lundi 21 octobre 2013

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par siberian84 le Lun 21 Oct - 16:31

Deschamps : "Méfiance quand même"



Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps, qui affrontera l'Ukraine en barrages du Mondial-2014, a reconnu que le tirage au sort de lundi "aurait pu être pire" mais a appelé ses troupes à la "méfiance".

Que pensez-vous de ce tirage au sort ?
On connaissait nos quatre adversaires potentiels, certains comme le Portugal ou la Croatie avaient un vécu plus important. Sur le papier, ça aurait pu être pire. Mais l'Ukraine n'est pas là par hasard non plus. Elle était tête de série et reste sur 7 matches sans défaite. Elle ne prend pas beaucoup de buts non plus. Les Ukrainiens n'ont peut-être pas de joueurs de classe internationale comme peuvent en avoir le Portugal ou la Croatie, mais c'est un collectif, donc, méfiance quand même. Je vais me plonger dans le visionnage. J'ai fait superviser leur dernier match de qualification pour avoir le maximum d'informations et bien préparer ces deux rendez-vous.

L'Ukraine n'a jamais battu la France et ne s'est jamais qualifiée lors de barrages...
J'espère que l'histoire se répétera, mais ça dépendra de nous. Il faut qu'on ait beaucoup de confiance, respecter l'adversaire et ne pas penser qu'on a atteint notre objectif avant d'avoir joué ces deux matches. On a eu deux belles ambiances lors de nos deux derniers matches à domicile. Les joueurs ont besoin de ce soutien. Aller au Brésil et jouer cette Coupe du monde est important pour tout le monde et le peuple français.

Vous n'avez pas peur que l'affaire Evra n'altère ce soutien populaire et nuise à l'image des Bleus ?
Ce n'est pas d'actualité. Aujourd'hui, c'est le tirage, c'est l'Ukraine. Il peut se passer beaucoup de choses d'ici là, mais on connaît notre adversaire. A nous de nous préparer pour atteindre notre objectif.

Le froid ukrainien peut-il influer sur la performance des Bleus ?
Il risque de faire des températures plutôt fraîches, voire froides, mais on s'adaptera aussi. Il y a aussi un long déplacement et la récupération à gérer pour le match retour le mardi. Mais on va s'organiser pour y aller dans les meilleures conditions.

(FIFA.com) Lundi 21 octobre 2013

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Lun 21 Oct - 18:34

Zone Europe
Barrages : un choc Portugal-Suède




Le tirage au sort des barrages du Mondial-2014 dans la zone Europe a accouché lundi d'un choc Portugal-Suède, qui mettra aux prises les 15 et 19 novembre Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic, deux stars planétaires.

En procédant à ce tirage, lundi au siège de la FIFA à Zurich, l'ancien attaquant international suisse Alexander Frei a eu la main lourde: il manquera donc une de ces deux vedettes, soit "CR7" soit "Ibra", à la grande fête du foot au Brésil (12 juin-13 juillet).

Les trois autres affiches des barrages seront Ukraine-France, Grèce-Roumanie et Islande-Croatie. Les quatre vainqueurs se qualifieront pour le Mondial-2014. Le match aller aura lieu sur le terrain du premier nommé le 15 novembre (retour quatre jours plus tard).

Cristiano Ronaldo répétait avant le tirage qu'il ne voulait pas de la France. Sera-t-il pour autant plus heureux de croiser Ibrahimovic sur la route du Brésil ?

Pour rappel, les deux rencontres entre l'Allemagne et la Suède dans le groupe C des qualifications du Mondial-2014 ont donné un total de 16 buts: 4-4 à l'aller à Hanovre et 5-3 pour la Mannschaft à Solna au retour.

Le match aller avait notamment été marqué par un retourné inouï d'"Ibra" qui fait encore le tour du net. Et pour la petite histoire, quand la Suède a marqué trois buts au retour à l'Allemagne, le grand "Zlatan" était suspendu, preuve que les Suédois sont dangereux même sans leur colosse (1,95 m; 95 kg).

Selecçao : avantage vécu
Sur le papier, la Selecçao a l'avantage du vécu dans ces barrages, puisque le Portugal a dû passer par cette épreuve pour aller au Mondial-2010 et à l'Euro-2012, battant à chaque fois dans cet exercice la Bosnie.

La France a quant à elle hérité d'un bon tirage avec l'Ukraine. Les Bleus de Franck Ribéry, dont le nom revient avec insistance pour le prochain Ballon d'Or, partent favoris face aux troupes du sélectionneur Mikhail Fomenko, en manque de joueurs de standing international.

La France doit juste gérer habilement avant ces barrages l'affaire Patrice Evra, qui vient de critiquer avec virulence quatre consultants dans les médias français.

Le joueur de Manchester United est convoqué par le président de la Fédération française de football Noël Le Graët et par son sélectionneur Didier Deschamps pour s'expliquer. Evra, titulaire au poste d'arrière gauche et leader du vestiaire, pourrait-il être privé de barrages ?

La Croatie s'en tire bien aussi avec la modeste Islande. C'était le meilleur tirage possible pour une sélection aux damiers en pleine crise et qui vient de changer d'entraîneur après trois défaites et un nul.

Un Grèce-Roumanie fermé
Les Croates, 18e au classement FIFA, comptent dans leurs rangs deux belles individualités, le meneur du Real Madrid Luka Modric et l'attaquant du Bayern Munich Mario Mandzukic.

L'Islande, 46e nation FIFA, qui ne compte aucune star, avait fini à la surprise générale deuxième du groupe E derrière la Suisse et devant la Slovénie, la Norvège, l'Albanie et Chypre. Le coup d'éclat des Islandais reste un 4-4 arraché en Suisse lors des qualifications, alors que les partenaires de Xherdan Shaqiri menaient 3 à 1 à la pause.

L'affiche Grèce-Roumanie s'annonce de son côté très fermée entre deux équipes à vertus défensives.

Sur le papier, la balance penche tout de même en faveur des Grecs. Sélection sans génie mais sans faille, la Grèce s'appuie sur une défense très solide et sur une vraie science de la victoire 1-0, développée depuis l'Euro-2004. Et ses supporteurs savent comment créer une ambiance intimidante.

L'avantage du match retour à domicile des Roumains pourrait être gommé par la faculté des Grecs à tenir un résultat et préserver leurs cages.

Les vainqueurs des barrages rejoindront les pays de la zone Europe déjà qualifiés pour le Mondial, Pays-Bas, Italie, Belgique, Suisse, Allemagne, Espagne, Angleterre, Russie et Bosnie.

Fifa.com (21/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Lun 21 Oct - 18:45

L'Ukraine pour la France, qui dit ouf !



La France du football l'espérait, le tirage au sort l'a rassurée lundi: les Bleus joueront leur billet pour le Mondial-2014 contre l'Ukraine, la tête de série la plus abordable des barrages.

"On connaissait nos quatre adversaires potentiels, certains comme le Portugal ou la Croatie avaient un vécu plus important. Sur le papier, ça aurait pu être pire", a commenté le sélectionneur Didier Deschamps, dont les hommes défieront l'Ukraine le 15 novembre à Kiev avant de la recevoir le 19 à Saint-Denis.

Comme il y a quatre ans lorsque l'Eire avait été désignée comme son adversaire des barrages pour le Mondial-2010, la France a encore bénéficié d'un tirage clément avec la nation a priori la moins difficile, évitant le Portugal, la Croatie et la Grèce.

"Ce qui me paraît bien, c'est de recevoir le deuxième match, s'est encore félicité Noël Le Graët, président de la Fédération française. En cas de prolongation, il vaut mieux jouer chez soi, les statistiques le montrent."

La qualification obtenue aux dépens de l'Eire en est une preuve. Mais il avait pourtant fallu un "coup de main" de Thierry Henry (à l'origine de l'égalisation de William Gallas au retour, 1-1 a.p.) pour valider le ticket en Afrique du Sud.

L'Ukraine, même à la portée des Bleus, ne sera donc pas à prendre à la légère.

Dynamique positive
En complète reconstruction après un Euro-2012, coorganisé avec la Pologne, qui fut le chant du cygne de la génération Shevchenko, avec une élimination dès la phase de poule, de durs lendemains attendaient les Ukrainiens.

Le début de campagne qualificative dans le groupe H fut conforme aux craintes du pays, avec deux nuls et une défaite, et en sus le départ du sélectionneur Oleg Blokhine, fragilisé par sa santé et incapable de cumuler avec ses fonctions d'entraîneur du Dynamo Kiev.

Son successeur Mikhaïl Fomenko a réussi à relancer l'Ukraine au point que celle-ci à fini à une longueur de l'Angleterre, directement qualifiée, et présente un bilan sous sa houlette de 8 victoires et 2 nuls en 10 matches.

Cette dynamique positive s'est traduite par des chiffres éloquents lors des 7 derniers matches des éliminatoires: 27 buts marqués (dont 17 contre Saint-Marin en deux confrontations), 2 encaissés. Et au bout, le statut de tête de série pour les barrages chipé pour un point à la France (871/870).

Ironie du sort, les Bleus auront donc l'occasion de bouleverser l'ordre établi par le classement Fifa qui les place en 21e position juste derrière l'Ukraine (20e), pour justifier leur présence au Mondial (12 juin-13 juillet 2014).

La nouvelle star Yarmolenko
Invaincue contre l'Ukraine -4 victoires (la dernière 2-0 en poules à l'Euro-2012) et 3 nuls- la France devra surtout se méfier d'Andreï Yarmolenko. La nouvelle star ukrainienne aux faux airs de Shevchenko a signé 12 buts en 36 sélections. Hormis le capitaine-vétéran (34 ans) Anatoli Timochtchouk (Zenit Saint-Pétersbourg), l'équipe n'est consituée que de joueurs évoluant "au pays".

Emmenée par un Franck Ribéry, qui se présenterait en favori pour le Ballon d'Or en cas de qualification, la France aura au moins l'avantage de l'expérience des grands rendez-vous par rapport à une jeune génération ukrainienne face à son histoire: elle ne s'est jamais qualifiée en trois barrages de Mondial (1998, 2002, 2010).

Si Deschamps sait que l'Ukraine "prend très peu de buts" et que "ce sera un long déplacement" jusqu'à Kiev, d'autres certitudes s'offrent au sélectionneur parmi lesquelles la bonne forme retrouvée par son équipe qui reste sur trois victoires (13 buts marqués, 2 encaissés).

Une période faste ternie par la sortie médiatique de Patrice Evra, auteur d'une attaque virulente contre des consultants, et qui doit être entendu par la FFF dans les jours à venir, probablement avant le 7 novembre, jour où Deschamps devrait dévoiler sa liste de 23 joueurs pour les barrages.

Quelle que soit l'issue de cette nouvelle affaire et ses conséquences à l'intérieur du groupe, les Bleus devront garder la tête froide.

Fifa.com (21/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mar 22 Oct - 6:00

Zone Europe
Tirage au sort : les réactions




Le monde entier avait les yeux braqués vers Zurich, où a eu lieu le tirage au sort des barrages européens qualificatifs pour la Coupe du Monde de la FIFA™ ce 21 octobre 2013. On connaît désormais les affiches qui désigneront les quatre derniers représentants européens. FIFA.com a recueilli les réactions des sélectionneurs à l’issue du tirage.

Portugal - Suède
"La Suède est un adversaire délicat. Elle compte dans ses rangs l’un des meilleurs joueurs au monde, Zlatan Ibrahimovic, mais il n’est pas seul. C’est une équipe très physique, particulièrement à l’aise sur les ballons aériens. Ça ne change pas vraiment la donne. Quelle que soit l’opposition, nous avons l’intention de bien jouer et de nous battre jusqu’au bout pour décrocher notre billet pour le Brésil. Ça passe forcément par deux belles performances collectives. Le match aller sera particulièrement important. Il décidera de l’attitude à adopter au retour. L’objectif sera le même, mais l’approche tactique dépendra évidemment du résultat du premier match." - Paulo Bento, sélectionneur du Portugal

"C'est un défi difficile, mais cela l'aurait été avec n'importe quelle équipe bien sûr. Le Portugal est à coup sûr une très bonne équipe, ce sera deux matches passionnants. Le Portugal a une très bonne équipe, nous l'avons vu à l'Euro. Ils se sont presque qualifiés pour la finale avant de perdre aux tirs au but contre l'Espagne. Ils ont un niveau très élevé, mais comme nous l'avons vu dans les éliminatoires, ils ont aussi des jours sans. Mais c'est une équipe de très haut niveau quand tout fonctionne bien. Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic, c'est le petit plus. Ce sont deux grandes stars et ils sont très importants pour leur équipe. Ce sera un match supplémentaire dans le match." - Erik Hamren, sélectionneur de la Suède

Ukraine - France
"Ce sera un bon tirage seulement si on se qualifie. Étant donné que nous n’étions pas tête de série, il fallait éviter le Portugal et la Croatie, qui ont un vécu, une histoire. Ça ne sera pas facile non plus contre l’Ukraine. Elle reste sur sept matches sans défaite et prend très peu de buts. Le déplacement sera long, mais on a l’avantage de recevoir au match retour. On les a battus à l’EURO 2012, mais le contexte est complètement différent cette fois. C’était un match de groupe. Là, une des deux équipes restera à la maison. On jouera notre avenir en l’espace de quatre jours. On doit aborder ce barrage avec confiance tout en respectant notre adversaire, qui jettera sûrement toutes ses forces dans la bataille." - Didier Deschamps, sélectionneur de la France

Grèce - Roumanie
"Ce sera une confrontation assez ouverte entre deux nations qui ont à peu près le même niveau et les mêmes ambitions. La Roumanie est une équipe solide. Elle a progressé ces dernières années pour retrouver son lustre d’antan. Ce sera difficile des deux côtés, mais je pense qu’on a vraiment un coup à jouer. Les deux matches devraient être serrés. Lorsque que le nom de la Roumanie est sorti, j’ai d’abord pensé que j’allais avoir du travail pour bien analyser cette équipe et identifier ses forces et ses faiblesses. Si j’avais eu le choix, j’aurais certainement préféré jouer le match retour à la maison, mais je crois que ça n’a finalement pas trop d’importance. J’espère que nos supporters seront à fond derrière nous au match aller, qui sera décisif. On a besoin que le stade soit plein pour nous porter jusqu’au Brésil." - Fernando Santos, sélectionneur de la Grèce

"C'est un adversaire extrêmement difficile. La Roumanie sera l'outsider, c'est très clair. La Grèce est une équipe très expérimentée, avec des joueurs qui ont réussi à aligner plusieurs victoires d'affilée, et un seul match perdu dans leur groupe de qualification, ls ont terminé avec 25 points, ls sont classés 15èmes au classement mondial. C'est une équipe formidable à mon avis." - Victor Piturca, sélectionneur de la Roumanie

Islande - Croatie
"Le tirage aurait été difficile pour nous quoi qu’il arrive, mais la Croatie devrait être un adversaire intéressant. Mon passé avec l’équipe de Suède devrait nous être utile pour ce barrage. J’ai hâte. Nous ne partons pas favoris sur le papier, mais nous avons déjà réussi à créer la surprise pendant les qualifications et j’espère évidemment pouvoir le faire à nouveau. Tout est possible sur une confrontation de ce type. J’ai confiance dans les qualités et le caractère de mes joueurs. Si nous parvenons à ne pas encaisser de but à la maison, alors nous partirons avec un léger avantage au retour." - Lars Lagerbäck, sélectionneur de l’Islande

"Je suis satisfait de ce tirage, mais nous savons que ce ne sera pas un match facile. L’Islande a également terminé à la deuxième place de son groupe. Nous nous attendons donc à une lutte difficile. Mais nous avons la chance de disputer le match retour à Zagreb. Nous avons commencé à faire le tour des joueurs pour connaître leurs dispositions physiques et leur état d’esprit. Il faudra également bien analyser le style de jeu de notre adversaire." - Niko Kovac, sélectionneur de la Croatie

Fifa.com (21/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mer 23 Oct - 18:55

Croatie, Kovac : "Agir sur les mentalités"



Quelques jours avant le tirage au sort des barrages européens pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, la Fédération croate de football (HNS) a pris acte de la démission de son sélectionneur, Igor Stimac. Son successeur, Niko Kovac, aura la lourde tâche de conduire les Vatreni à la victoire face à l'Islande.

Né à Berlin, l'ancien milieu de terrain international aux 14 buts en 83 sélections ne semble pas outre mesure intimidé par l'ampleur de la tâche. Passé par le Hertha Berlin, le Bayer Leverkusen, Hambourg et le Bayern Munich, le technicien de 42 ans allie à la perfection la mentalité allemande et les qualités traditionnelles du footballeur croate.

Depuis la fin de sa carrière en 2009, Kovac a pris en charge le centre de formation du Red Bull Salzbourg, avant d'être propulsé au poste d'entraîneur adjoint de l'équipe première. En janvier 2013, les dirigeants croates lui avaient déjà confié les rênes de la sélection U-21.

FIFA.com l'a rencontré pour évoquer son nouveau rôle de sélectionneur, les barrages à venir, ses ambitions pour Brésil 2014 et sa relation avec son frère Robert, qui est aussi son adjoint à la tête de l'équipe nationale.


Niko Kovac, vous êtes officiellement sélectionneur de la Croatie depuis quelques jours. Quels sont vos sentiments ?
C'est une belle aventure, mais aussi un défi difficile à relever. Les Croates attendent beaucoup de leur équipe nationale. J'en suis conscient et mon équipe aussi. Néanmoins, nous avons foi en nos capacités. Nous avons immédiatement entamé un voyage à travers l'Europe pour rencontrer les joueurs, afin de mieux comprendre leur état d'esprit actuel et cerner les problèmes qui se posent.

Tout avait pourtant bien commencé pour la Croatie dans les qualifications pour la Coupe du Monde. Que s'est-il passé ensuite ?
C'est vrai ! Nous avons pris un bon départ, mais les performances n'étaient pas toujours très convaincantes. Nous n'avons jamais réussi à nous imposer franchement. Finalement, il est arrivé ce qui devait arriver. Il nous a manqué ce petit quelque chose qui faisait la force de la Croatie par le passé. Autrefois, nous faisions corps sur le terrain. Aujourd'hui, nous sommes moins organisés. Individuellement, nous ne manquons pas de talent, mais il faut instaurer une certaine discipline de jeu pour qu'il puisse s'exprimer.

Comptez-vous procéder à de grands changements ?
Non, ça ne fait pas partie de mes projets. Ce n'est pas comme si j'avais une centaine d'internationaux à ma disposition. Il faut agir sur la mentalité des joueurs, car un match se joue avant tout dans les têtes. Si nous parvenons à faire passer notre message, je suis certain que nous nous qualifierons pour la Coupe du Monde.

Les barrages se profilent déjà à l'horizon. Concrètement, que pouvez-vous mettre en place dans ce court laps de temps ?
Nous allons disséquer le jeu de notre adversaire. Il faut étudier et analyser en profondeur l'Islande. C'est très important. En outre, nous allons nous pencher sur les derniers matches de notre équipe, qui n'ont pas été bons. Je pense qu'il a manqué une certaine convivialité au sein de la sélection. C'est quelque chose que nous voulons changer. Si l'ambiance au sein du groupe est bonne, tout sera plus facile. Nous avons des joueurs talentueux, ils n'ont quand même pas pu oublier leur football en si peu de temps. J'espère que nous y parviendrons.

Vous avez vous-même disputé deux Coupes du Monde en tant que joueur, en 2002 et 2006. Cette expérience et celle de votre frère Robert vous sont-elles utiles dans votre nouveau rôle ?
Avec mon frère, nous sommes là pour apporter notre vécu. Les joueurs doivent se faire une idée de ce qui les attend au Brésil. S'ils se rendent compte de la chance qui s'offre à eux, ils feront certainement le maximum pour être du voyage.

J'ai eu la chance de jouer avec Robby à Leverkusen, au Bayern et en équipe nationale. Il était toujours là pour me couvrir. C'est encore le cas aujourd'hui. Nous nous entendons bien et nous sommes complémentaires. Nous nous comprenons à demi-mots. Plus généralement, j'ai la chance de travailler avec d'excellents collaborateurs. J'ai une totale confiance en mes capacités et en celles de mon frère. Je n'aurais pas pu rêver meilleur environnement.

Comment considérez-vous vos adversaires ?
Les Islandais font partie des outsiders, au même titre que la Roumanie. Pourtant, les huit équipes encore en lice n'ont pas volé leur place à ce niveau. Ce ne sera certainement pas facile, compte tenu de l'enjeu. Chaque joueur, chaque fédération et chaque pays va tout mettre dans la balance pour tenter d'arracher l'un des derniers billets pour le Brésil. Je m'attends donc à vivre une épreuve difficile.

Vous disputerez le match aller à l'extérieur. Est-ce un avantage de jouer le match décisif devant vos supporters ?
Ces derniers temps, les relations entre le public et l'équipe ne sont pas au beau fixe. Comme toujours dans le football, cette situation s'explique avant tout par nos récents résultats. Si la performance est au rendez-vous, les supporters seront toujours du côté des joueurs. Dans le cas contraire, on ne peut rien espérer de bon. Bien entendu, la critique est nécessaire. Tout le monde doit pouvoir s'exprimer, mais l'exemple doit venir du terrain. Si nous produisons cette étincelle, tout le pays se retrouvera derrière son équipe. Ma génération savait allumer ce feu dans le cœur des fans. Nous allons tenter de transmettre cette expérience. Cela dit, si on m'avait donné le choix, j'aurais opté sans hésiter pour un premier match à l'extérieur. Les deux équipes sont toujours plus prudentes lors de la première confrontation. Le pays qui évolue à domicile doit faire attention à ne pas encaisser de buts. Les deux formations ne se connaissent encore pas très bien et chacun cherche à jauger son adversaire. La deuxième partie se déroule selon un scénario différent. Les deux protagonistes savent ce qu'ils ont à faire pour se qualifier. Dans ces conditions, c'est une bonne chose de bénéficier du soutien de ses supporters.

Qu'attendez-vous de cette Coupe du Monde 2014 ?
Avant tout, du spectacle ! Une Coupe du Monde est toujours l'occasion d'une belle fête mais, cette fois, nous aurons en outre la chance de jouer dans un grand pays de football. Nous serons loin de l'Europe et il y aura sans doute d'importants déplacements à prévoir. J'attends ça avec impatience. J'ai eu la chance de vivre cette expérience en tant que joueur et je serais ravi de recommencer. Certains de mes joueurs n'ont jamais eu l'occasion de disputer une Coupe du Monde. Je leur souhaite de connaître rapidement cette joie, qui marquerait certainement un tournant important dans leur carrière.

Fifa.com (23/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Jeu 24 Oct - 17:26

Burkina Faso : Les Étalons au triple galop



Une "génération dorée" avait émergé au Burkina Faso à la fin des années 1990. Les Burkinabés s’étaient notamment qualifiés à deux reprises pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, en 1999 et 2001. Ils avaient terminé à la troisième place cette année-là, avant de participer à la Coupe du Monde U-20 de la FIFA en 2003. On s’attendait alors à voir la sélection A profiter de l’arrivée de ces jeunes joueurs rompus aux joutes internationales, mais les Étalons n’ont jamais été en mesure jusqu’ici d’atteindre la Coupe du Monde de la FIFA™.

Un seul match les sépare aujourd’hui d’une qualification historique pour la grand-messe du football mondial. Vainqueur 3:2 de son barrage aller contre l’Algérie, le Burkina Faso revient pourtant de loin. Dernière de son groupe de qualification après deux défaites, la sélection accusait à l’époque six points de retard sur le Congo, qui semblait alors hors de portée. Mais le réveil des Burkinabés est intervenu au lendemain de la meilleure Coupe d’Afrique des Nations de la CAF de leur histoire en janvier et février, perdue en finale contre le Nigeria.

A en croire le défenseur Saidou Panandetiguiri, seul rescapé des campagnes mondiales U-17 et U-20, ce beau parcours a complètement changé l’état d’esprit des Étalons. "On a commencé à croire en nos chances de qualification pour la Coupe du Monde", confirme-t-il au micro de FIFA.com. "Malgré la défaite en finale, on a très bien joué tout au long du tournoi et la confiance est revenue. Notre campagne qualificative pour la Coupe du Monde avait mal démarré, mais on s’est dit qu’on était capable de gagner nos quatre derniers matches et c’est ce qu’on a fait ! On n’est désormais qu’à 90 minutes du Brésil et on n’a pas du tout l’intention de laisser notre place à l’Algérie. On revient de tellement loin, ça serait dommage de ne pas tout donner maintenant."

Un match nul suffirait au Burkina Faso pour se qualifier, mais Panandetiguiri assure que son équipe ne fera pas de calculs en Algérie. "Ce serait une erreur d’aller là-bas pour assurer le nul", prévient le joueur aux 50 sélections. "C’est toujours difficile de défendre dans ces situations. On doit aller chercher la victoire et essayer de jouer le plus possible dans leur camp."

Le Burkinabé de 29 ans s’attend néanmoins à souffrir face aux Fennecs : "On sait très bien que la tâche ne sera pas facile, qu’il va falloir s’employer si on veut se qualifier", ajoute Panandetiguiri, conscient que les Etalons seront privés l’attaquant Aristide Bancé, auteur du but de la victoire à l’aller. "N’oublions pas que les Algériens ont réussi à marquer deux buts à l’aller et qu’ils doivent absolument l’emporter cette fois. Mais on a une bonne équipe et je suis persuadé qu’on a les moyens de faire quelque chose là-bas."

Les jeunes à bonne école
Passé par l’Allemagne, la France, l’Espagne et la Belgique avant de rejoindre l’Afrique du Sud, Panandetiguiri évolue désormais à Chippa United. Lui et les joueurs les plus expérimentés de la sélection ont pris les jeunes sous leur aile : "J’ai déjà pris beaucoup de plaisir à participer aux Coupe du Monde U-17 et U-20, mais le Brésil devrait encore être un cran au-dessus. J’essaie de donner des conseils aux plus jeunes, de leur décrire l’ambiance des matches sur la scène mondiale".

"Il ne faut pas que les jeunes se mettent trop de pression sur les épaules. Ils doivent garder leur calme. On peut battre n’importe qui si on joue aussi bien qu’à la CAN, mais ça ne marchera pas si tout le monde commence à se prendre pour Maradona", ajoute l'intéressé. "On doit rester nous-mêmes. Beaucoup de nos joueurs évoluent dans des grands clubs européens. Ils ont l’expérience de ce genre de matches, mais la qualification pour la Coupe du Monde passera avant tout par une grande performance collective."

Fifa.com (24/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Ven 25 Oct - 21:49

Colombie, Rodriguez : "Une grande pression"



L'attaquant colombien de Monaco, James Rodriguez est revenu, vendredi sur la qualification de son pays à la Coupe du Monde au Brésil, évoquant "le poids énorme" et "la grande pression" qui pesaient sur les épaules des joueurs de la sélection.

"Je suis heureux de ce grand pas effectué. Tout le pays était en attente de notre qualification pour le Mondial au Brésil. Je suis donc également heureux de voir toute la Colombie heureuse", a déclaré l'attaquant en conférence de presse.

"Il y avait un poids énorme, a-t-il ajouté. C'est quelque chose de grand, car la Colombie attendait cela depuis 15 ans (depuis la Coupe du monde 1998 en France, ndlr). Il y avait donc une grande pression. On a réussi à la gérer et à la dépasser pour nous qualifier.

"Maintenant, on est au Brésil. Et le rêve de chacun d'entre nous est d'aller loin dans cette compétition. Il y a tant de bons joueurs (en Colombie, ndlr). Notre génération rêve vraiment d'aller loin dans cette compétition au Brésil", a encore dit Rodriguez.

Fifa.com (25/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Lun 28 Oct - 16:39

Portugal, Bento : "Ronaldo fera partie des meilleurs de l'Histoire"



À 44 ans, Paulo Bento s'apprête à relever l'un des plus grands défis de sa longue carrière dans le football. Même lorsqu'il avait défendu les couleurs du Portugal à la Coupe du Monde de la FIFA, Corée/Japon 2002™, l'actuel sélectionneur lusitanien n'avait pas été soumis à une telle pression. Deuxième du Groupe F des qualifications européennes, son équipe jouera son ticket pour Brésil  2014 face à la Suède d'un certain Zlatan Ibrahimovic. De quoi cogiter…

Pourtant, riche de la sérénité acquise au fil de ses années dans le football international, l'ancien stratège du Sporting Potugal fait preuve de tranquillité et de patience au cours de son entretien avec FIFA.com. Il y évoque les faux pas de son équipe dans son groupe de qualifications, la difficulté du Portugal à endosser le rôle de favori et les projecteurs qui sont systématiquement braqués sur son capitaine : "Comme Eusebio, Ronaldo, n'a pas besoin de gagner une Coupe du Monde pour être considéré comme le meilleur".


Paulo Bento, quelle sensation prédomine chez vous, maintenant que la phase régulière des qualifications est terminée : la déception de ne pas avoir pris la première place ou l'impatience en vue de repêchage ?
Je crois que les deux sont liées. Notre objectif était d'aller au Brésil, en principe par la voie directe. Nous n'avons pas fait le nécessaire pour y parvenir mais le barrage nous donne une nouvelle chance. C'est notre objectif maintenant.

Que vous-a-t-il manqué ?
Certaines choses essentielles. Nous aurions dû mieux jouer sur certains matches, surtout les deux rencontres face à Israël et la première face à l'Irlande du Nord chez nous. Nous n'avons pas évolué à notre niveau. Même quand nous avons bien joué, il nous a manqué un ingrédient fondamental, qui est l'efficacité. Je dirais que même si nous n'avons pas bien joué sur les 90 minutes de ces trois matches, nous avons eu des occasions de gagner et nous ne les avons pas saisies.

On a l'impression qu'au fil des ans, le Portugal éprouve des difficultés face aux adversaires qui lui sont inférieurs sur le papier. Êtes-vous d'accord ?
C'est vrai dans certains cas, mais je n'irais pas jusqu'à en faire une généralité. Cela a toujours été le cas dans l'histoire du football portugais, ça ne date pas d'aujourd'hui. Il arrive que le Portugal ait du mal face à des équipes où il part largement favori en théorie. Au cours de cette campagne pour Brésil 2014, nous n'avons perdu qu'un seul match, face à la Russie, qui était notre adversaire direct. Mais c'est vrai que nous n'avons pas réussi à battre des adversaires auxquels nous sommes supérieurs. C'est une affaire de mental, mais aussi de technique et de tactique. Nous n'avons pas été assez forts pour gagner ces matches. Le côté émotionnel nous a porté préjudice dans certaines situations, au fil des ans, dans d'autres campagnes. Nous n'arrivons toujours pas à résoudre ce problème qui nous pénalise.

Le fait que la Coupe du Monde ait lieu au Brésil constitue-t-il une source de pression supplémentaire pour le Portugal ?
Je comprends l'idée que cette Coupe du Monde au Brésil engendre plus d'attentes, mais si la compétition avait lieu ailleurs, notre objectif serait exactement le même. L'ambition ne bougerait pas d'un iota. Mais c'est vrai qu'il existe davantage d'attentes de la part des gens extérieurs, car la Coupe du Monde se joue au Brésil, un pays lusophone.

En tant que joueur, vous avez toujours fait passer l'intérêt collectif avec l'intérêt individuel. Vous maintenez cette philosophie en tant qu'entraîneur. Pensez-vous que cette approche sera prédominante au Brésil ?
Les joueurs peuvent faire basculer certains matches, mais ce sont les grandes équipes qui remportent les grandes compétitions. À mon avis, on ne peut pas voir les choses autrement. J'admire énormément les équipes qui ont du talent, bien entendu, mais l'obligation d'un entraîneur, c'est de mettre le talent au service du collectif. Il faut placer les meilleurs éléments à sa disposition dans le cadre d'une organisation collective. Il arrivera que ces individualités fassent basculer certains matches, mais sur les Coupes du Monde, les Championnats d'Europe et les championnats, les grandes équipes finissent toujours par s'imposer.

Quels sont selon vous les candidats au titre à Brésil 2014 ?
L'état de forme des équipes à l'heure actuelle pourra évoluer d'ici à 2014. Il faut voir dans quelles dispositions les joueurs se présenteront sur cette grande compétition. Cela dit, je partage l'opinion de la majorité du monde du football. Pour moi, l'Espagne, l'Allemagne, le Brésil et l'Argentine sont les grands candidats au titre. Ces équipes ont de bons joueurs, elles sont aussi très fortes sur le plan collectif, elles ont un palmarès… L'Espagne n'a gagné qu'une Coupe du Monde mais elle a fait preuve d'une grande suprématie ces dernières années. L'Argentine a été deux fois championne du monde, l'Allemagne trois fois, le Brésil cinq fois. De par leurs qualités individuelles, leur force collectif et leur palmarès, ces équipes ont de grandes chances de décrocher un nouveau titre mondial l'an prochain.

Que manque-t-il au Portugal pour intégrer le cercle des prétendants ?
Je ne sais pas, les choses pourraient changer si nous gagnons un premier titre. Peut-être qu'il nous manque d'autres choses. Le Portugal n'a pas la capacité de recrutement que possèdent les quatre sélections que j'ai mentionnées. Malgré tout, les résultats de ces dernières années sont extrêmement positifs : nous avons atteint les demi-finales de l'Euro 2000, les demi-finales de la Coupe du Monde 2006, la finale de l'Euro 2004. Compte tenu de la taille de notre pays et de notre capacité de recrutement, c'est un travail très positif. Nous sommes parfois passés très près de la gloire. Nous devons essayer de suivre cette ligne, de détecter un maximum de joueurs de qualité et essayer de rivaliser du mieux que possible avec des puissances et des sélections qui ont davantage de ressources que nous.

Peut-on considérer Cristiano Ronaldo comme l'un des meilleurs joueurs du monde sans qu'il ait remporté de titre majeur en sélection ?
Au Portugal, nous avons déjà un exemple. Eusebio n'a jamais été champion du monde ou d'Europe avec la sélection. Et pourtant, on parle là de deux des meilleurs joueurs de l'histoire du football mondial, deux joueurs qui vont rester longtemps comme deux des meilleurs footballeurs de l'histoire du Portugal. Ronaldo est un immense joueur qui marquera son époque. Quand il arrêtera sa carrière, il restera dans les annales du sport et du football portugais comme un joueur exceptionnel. Je ne crois pas qu'il soit nécessaire de remporter une grande compétition pour gagner sa place parmi les meilleurs joueurs du monde ou pour être le meilleur footballeur du Portugal. Il a l'ambition d'y arriver, comme nous tous, mais si l'on raisonnait de la sorte, nous ne pourrions pas considérer Eusebio comme l'un des meilleurs joueurs de l'histoire du pays, voire le meilleur, pour certains qui l'ont vu jouer davantage que moi.

Comment voyez-vous Cristiano dans son rôle de capitaine ? Le brassard peut-il constituer une source de pression supplémentaire ?
Ça ne semble pas lui mettre la pression. Il voit le brassard comme un héritage, en toute simplicité. L'expérience accumulée en sélection et en club a été extrêmement précieuse pour lui. Quand il a endossé ce rôle, il était encore très jeune. C'est vrai qu'il l'est encore, mais il est désormais plus mûr et plus expérimenté. Non seulement il a assumé son rôle au niveau du jeu et du leadership, mais il a aussi acquis un profond respect de la part de ses coéquipiers. Nous sommes extrêmement satisfaits de tous les efforts qu'il consent pour faire partie de la sélection.

Pour finir, quel message souhaiteriez-vous adresser aux supporters portugais avant la double confrontation face à la Suède ?
Le message est très simple. La volonté qui était la nôtre avant le début de la campagne pour l'Euro 2012 n'a pas du tout changé. Quand nous avons fixé nos objectifs, la qualification pour Brésil 2014 figurait en tête de liste. Cet objectif n'a pas changé. Nous ne l'atteindrons pas comme nous l'avions prévu, à savoir en prenant la première place de notre groupe. Nous passerons par le repêchage. Face à la Suède, nous allons jouer comme le dictent les circonstances : avec respect pour l'adversaire, mais avec l'immense conviction que nous pouvons aller à Brésil 2014.

Fifa.com (28/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Jeu 31 Oct - 16:54

France, Deschamps : "Ecrire une nouvelle histoire ensemble"



Didier Deschamps aime voir l’histoire se répéter. Premier capitaine d’un club français à remporter une Coupe d’Europe, en l’occurrence la Ligue des champions de l’UEFA 1993 avec l’Olympique de Marseille, l’ancien milieu de terrain était ce jour-là le dernier joueur de l’OM à soulever un trophée avant une disette de 17 ans. Une longue attente qui s’est terminée en 2010 avec un titre de champion de France pour les Phocéens. L’entraîneur qui avait pris ses fonctions cette année-là était un certain Didier Deschamps… "Deschamps, joueur ou entraîneur, tu fais notre bonheur", affichaient alors les supporters sur leurs banderoles.




Alors lorsque l’ancien poumon des Bleus a été nommé à la tête de la sélection française en juillet 2012, les supporters tricolores y ont vu une bonne raison d’être optimistes. Car partout où Deschamps passe, le succès ne tarde pas à arriver. Outre son passage sur le banc de l’OM, marqué notamment par un titre de champion et trois Coupes de la Ligues consécutives, l’ancien joueur du FC Nantes a conduit l’AS Monaco en finale de la Ligue des champions 2004 et la Juventus au titre de champion de Serie B en 2007.




Sa première année à la tête des Bleus n’a pas été un long fleuve tranquille, mais le Basque a assuré l’essentiel, à savoir une place de barragiste pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, grâce à une deuxième place d’un groupe logiquement dominé par l’Espagne, championne du monde et double championne d’Europe en titre. Du coup, si Deschamps veut voir l’histoire se répéter avec la France, et revoir un joueur français soulever le trophée suprême, il faudra remporter un match aller-retour contre l’Ukraine. A l’issue du tirage au sort de la Zone Europe qui a décidé du destin des Bleus, le sélectionneur français a livré les clés de la qualification à FIFA.com.

Didier Deschamps, jouer l’Ukraine en barrage et avoir le statut de favori et le match retour à domicile, est-ce un atout ?
C’est comme ça, nous n’avons pas le choix ! Mais évidemment, sur le papier, rencontrer le Portugal, la Croatie ou la Grèce qui ont un vécu international et des joueurs de classe internationale, cela aurait été plus compliqué. L’Ukraine s’appuie plus sur un collectif. Avoir le match retour à domicile est plutôt une bonne chose également. Tous ces éléments doivent nous donner confiance, mais il faudra aussi se méfier de nos adversaires. Surtout, nous ne devons pas penser avoir gagné nos deux matches avant de les avoir joués. Cette qualification, il faudra aller la chercher !

Ce sont deux matches-couperets qui vous attendent. Qu’est-ce qui fait la différence dans de telles rencontres par rapport aux matches de groupes ?
Il faudra du caractère, c’est certain. Tout se joue sur deux matches, avec peu de temps entre l’aller et le retour. C’est un long voyage, il fera sans doute frais, voire froid, il faudra donc être bien préparé, et qu’on soit bien organisé pour assurer une bonne récupération. De mon côté, je vais m’efforcer de récupérer le plus d’informations possible sur cette équipe. Mais je rappelle que l’Ukraine était tête de série, qu’elle est mieux classée que nous et qu’elle reste sur une très belle série depuis l’UEFA Euro 2012. Donc respect et méfiance.

Après une longue période de doute, depuis trois matches, la France joue mieux et marque des buts : 2:4 au Belarus, 6:0 contre l’Australie et 3:0 contre la Finlande. Y’a-t-il eu un déclic ?
Non, il y a des périodes avec plus de confiance, ce qui explique sans doute que l’équipe soit mieux en ce moment. Lors du dernier stage, j’avais des joueurs au top de leur forme, j’ai aussi récupéré des joueurs suspendus précédemment, d’autres étaient blessés. J’espère que rien ne se passera d’ici à ce que je donne ma liste et avant ces deux matches, car nous aurons besoin de toutes nos forces. Et il faudra faire l’union sacrée, car c’est dans l’intérêt de tous les Français de voir les Bleus au Brésil.

Lorsque vous étiez joueur, vous aviez une réputation de gagneur, que vous avez notamment renforcée en Italie. Vous servez-vous de cela avec vos joueurs dans le vestiaire ?
Un sélectionneur doit faire passer des messages, transmettre son vécu. Mais j’ai la chance de pouvoir compter sur des joueurs qui sont de vrais compétiteurs, qui sont habitués à cela dans des clubs qui sont dans l’exigence, dans l’obligation de résultats. Là en l’occurrence, il y a un contexte particulier, celui des matches de barrage à élimination directe, où l’expérience est importante. Il s’agit alors de bien gérer ses émotions pour évacuer ce contexte et se concentrer sur le terrain uniquement.

Vous étiez-vous-même capitaine de l’équipe de France vainqueur de la Coupe du Monde de la FIFA 1998. Parlez-vous à vos joueurs de ce bonheur que représente le fait de disputer et de remporter une Coupe du Monde ?
Je parle très peu du passé. Cela fait partie de ma vie, mais c’était une autre période, avec d’autres personnes. Là, on doit écrire une nouvelle histoire ensemble. Et pour qu’elle soit belle, il faut qu’on soit présent au Brésil. Cela faisait un moment qu’on savait qu’on serait barragiste. Maintenant nous avons identifié notre adversaire, il ne nous reste plus qu’à nous focaliser là-dessus.

Le fait que la Coupe du Monde de la FIFA 2014 se joue au Brésil, pays du football par excellence, représente-t-il une motivation supplémentaire ?
Jouer une Coupe du Monde en soi, pour un joueur professionnel, il n’y a rien de plus beau. Même si vous êtes dans un grand club et si vous jouez les plus belles compétitions, porter le maillot de l’équipe nationale à une Coupe du Monde, on ne fait pas mieux. Là, je suis dans une autre fonction, celle de sélectionneur, j’ai accepté cette mission d’emmener les Bleus au Brésil. Nous allons tous tout faire pour atteindre notre objectif.

Imaginons que les barrages se passent bien. Comment imagineriez-vous le parcours des Bleus au Brésil ?
Pour le moment nous n’y sommes pas encore ! Il faut d’abord se qualifier et après on en reparlera ! A dire vrai, si je parlais aujourd’hui de ce que pourrait être la Coupe du Monde pour nous, je manquerais de respect à l’Ukraine. Allons étape par étape et pensons à nous qualifier…

Justement, pour vous qualifier, comment faudra-t-il aborder ces rencontres face aux Ukrainiens ?
Il faut avoir de l’ambition dans notre jeu, il faut savoir l’imposer. Je sais que cette équipe d’Ukraine est très organisée pour bien défendre. Il faudra faire en sorte d’avoir la maîtrise, de leur créer des problèmes tout en restant vigilant. C’est à nous d’aller chercher cette qualification.    

Fifa.com (31/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Jeu 31 Oct - 16:56

France, Ribéry : "Un Mondial sans la France serait une catastrophe"



L'international français du Bayern Munich, Franck Ribéry, a estimé jeudi qu'une Coupe du monde de football sans la participation de la France serait "une catastrophe", alors que les Bleus disputeront les barrages du Mondial-2014 contre l'Ukraine les 15 et 19 novembre.

"Je ne peux tout simplement pas imaginer que l'équipe de France ne soit pas au Mondial, ce serait une catastrophe pour nous, pour tous les gens, pour toute la France", a jugé le milieu de terrain de 30 ans, selon des propos recueillis par l'agence SID, filiale de l'AFP, et rapportés en allemand.

"Nous devons jouer comme toujours, ne pas avoir peur et ne pas stresser", a-t-il ajouté, précisant qu'il était important que la France dispute en premier le match extérieur.

Ribéry, nominé dans la liste des 23 joueurs retenus pour le Ballon d'Or 2013, a marqué son 15e but en 77 capes lors du match contre l'Australie (6-0) mi-octobre.

Fifa.com (31/10/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mar 5 Nov - 18:14

Bosnie-Herzégovine : Ibisevic, plein de buts et un nouvel objectif



D'ici quelques semaines, les noms de toutes équipes qualifiées pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ seront enfin connus. Le contingent européen comptera au moins un nouveau venu l'été prochain. Car 18 ans après la fin de la guerre, la Bosnie-Herzégovine fera ses premiers pas en phase finale de l'épreuve suprême. Auteur de huit réalisations tout au long de la campagne préliminaire, Vedad Ibisevic a été l'un des instigateurs de cet exploit historique.

Buteur décisif face à la Lituanie, l'attaquant du VfB Stuttgart a déclenché de véritables scènes de liesse à travers tout le pays. "Cette qualification signifie beaucoup pour la Bosnie-Herzégovine et pour moi-même. La Coupe du Monde n'a lieu qu'une fois tous les quatre ans et ce tournoi est encore plus prestigieux que l'Euro. Par deux fois, nous avons échoué en barrages. Ce triomphe n'en est que plus beau", confie l'ancien joueur de Dijon au micro de FIFA.com.

Entre fierté et soulagement
Une fois la qualification acquise, les supporters bosniens ont envahi les rues pour célébrer l'événement. Bien décidés à ne pas être en reste, les joueurs ont laissé éclater leur joie jusqu'au bout de la nuit. "Nous sommes rentrés au pays directement après le match", se souvient le joueur de 29 ans. "On avait organisé une grande réception en notre honneur. Nous avons même eu droit à un tour de la ville en bus. L'ambiance était vraiment magique."

Quant aux circonstances qui ont entouré ce but historique, sans doute le plus important de sa carrière, Ibisevic s'en rappelle très bien. Au comble du bonheur, il s'est précipité vers les fans bosniens qui avaient fait le déplacement, pour fêter ces instants en leur compagnie. "C'était de l'émotion à l'état pur !", savoure-t-il. La Bosnie-Herzégovine doit avant tout sa qualification à sa redoutable efficacité, qui lui a permis d'engranger 25 points sur 30 possibles et de devancer, au final, la Grèce. "La pression était énorme lors des deux dernières journées, mais nous sommes restés calmes et nous avons fait ce qu'il fallait", estime l'attaquant.

Désormais, tous les regards bosniens sont tournés vers le Brésil. Cette fois, l'attaquant du VfB Stuttgart va pouvoir suivre les barrages tranquillement, devant sa télévision et espère réaliser un de ses rêves. Le troisième meilleur buteur des qualifications européennes se réjouit à l'idée d'éventuellement croiser la route du Brésil.

Jouer les premiers rôles
Impatient d'entrer dans le vif du sujet, le natif de Vlasenica s'attend à découvrir une ambiance unique dans des stades magnifiques. La Coupe du Monde sera également l'occasion pour lui de croiser des adversaires qu'il n'a pas encore eu l'occasion d'affronter en Bundesliga ou dans les compétitions européennes. "Les meilleurs joueurs de chaque pays seront présents. J'ai très envie de me mesurer à tous ces champions", confie-t-il, espérant secrètement croiser le fer avec Lionel Messi.

Ibisevic et ses coéquipiers se rendront au Brésil avec des objectifs précis et de réelles ambitions, quels que soient leurs adversaires : "Nous n'irons pas là-bas uniquement pour découvrir le pays et ses habitants. Nous serons là avant tout pour représenter dignement la Bosnie-Herzégovine", conclut-il.

Fifa.com (05/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mar 5 Nov - 18:15

La Suède garde un groupe quasi inchangé



Le sélectionneur suédois Erik Hamrén a dévoilé mardi un groupe quasi inchangé par rapport à celui battu par l'Allemagne pour affronter le Portugal en barrages du Mondial-2014.

Le seul changement concerne l'attaque: Tobias Hysén, blessé, est remplacé par Alexander Gerndt, de retour après une suspension pour violences conjugales.

Aux côtés de Zlatan Ibrahimovic, le titulaire habituel en pointe est Johan Elmander, qui avait manqué la rencontre contre l'Allemagne (perdue 5-3 le 15 octobre) à cause d'une douleur au dos.

Le match aller est prévu à Lisbonne le 15 novembre et le retour à Solna le 19.

Le groupe de la Suède :

Gardiens : Andreas Isaksson (Kasimpasa/TUR), Johan Wiland (FC Copenhague/DEN), Kristoffer Nordfeldt (Heerenveen/NED).

Défenseurs : Pierre Bengtsson (FC Copenhague/DEN), Mikael Antonsson (Bologne/ITA), Per Nilsson (Nuremberg/GER), Jonas Olsson (West Bromwich/ENG), Andreas Granqvist (Krasnodar/RUS), Martin Olsson (Norwich/ENG), Adam Johansson (Göteborg), Mikael Lustig (Celtic/SCO)

Milieux : Rasmus Elm (CSKA Moscou/RUS), Pontus Wernbloom (CSKA Moscou/RUS), Anders Svensson (Elfsborg), Alexander Kacaniklic (Fulham/ENG), Kim Källström (Spartak Moscou/RUS), Sebastian Larsson (Sunderland/ENG), Jimmy Durmaz (Genclerbirligi/TUR), Erkan Zengin (Eskisehirspor/TUR)

Attaquants : Johan Elmander (Norwich/ENG), Ola Toivonen (PSV Eindhoven/NED), Zlatan Ibrahimovic (Paris SG/FRA), Alexander Gerndt (Young Boys/SUI).

Fifa.com (05/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mar 5 Nov - 18:21

Le groupe de l'Ukraine contre la France



Le sélectionneur ukrainien Mikhail Fomenko a annoncé une liste quasi inchangée de 25 joueurs mardi pour les barrages du Mondial-2014 contre la France en novembre.

Le match aller sera joué le 15 novembre à Kiev et le retour à Paris le 19 novembre.

La sélection ukrainienne est identique à celle convoquée pour les derniers matches de groupe contre la Pologne et Saint-Marin, à une exception près.

Le milieu de terrain du Dynamo Kiev Sergei Sidorchuk, international espoirs, a été appelé pour la première fois.

Il remplace Serhiy Nazarenko, du Tavriya Simferopol.

Gardiens : Andrei Pyatov (Shakhtar Donetsk), Maxim Koval (Dynamo Kiev), Rustam Khudzhamov (Mariupol)

Défenseurs : Vyacheslav Shevchuk, Alexander Kucher, Yaroslav Rakitsky (Shakhtar Donetsk), Yevgeny Khacheridi (Dynamo Kiev), Vitaly Mandzyuk, Artem Fedetsky (Dniepropetrovsk)

Milieux de terrain : Oleg Gusev, Andrei Yarmolenko, Roman Bezus, Sergei Sidorchuk (Dynamo Kiev), Yevgeny Konoplyanka, Ruslan Rotan (Dniepropetrovsk), Nikolai Morozyuk (Metalurg Donetsk), Taras Stepanenko (Shakhtar Donetsk), Edmar (Metalist Kharkiv), Denis Dedechko (Vorskla Poltava), Anatoly Tymoshchuk (Zenit Saint-Pétersbourg/RUS), Dmitry Khomchenovsky (Zorya Lugansk), Valery Fedorchuk (Karpaty Lviv)

Attaquants : Yevgeny Seleznov, Roman Zozulya (Dniepropetrovsk), Marko Devic (Metalist Kharkiv).

Fifa.com (05/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mer 6 Nov - 13:19

Barrage Asie/Amérique du Sud
La Jordanie s'appuie sur ses souvenirs




Le 13 novembre prochain à Amman, l'Asie sera représentée par la Jordanie et l'Amérique du Sud par l'Uruguay lors du barrage intercontinental aller pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Toute la Jordanie ne parle que de ce match et se demande si les Al-Nashama seront à la hauteur de l'événement. Il est également question de la seule et unique rencontre entre ces deux pays, en phase finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Canada 2007.

Pour leur première participation à cette compétition, les jeunes Jordaniens ont livré un match historique face à la Celeste lors de la deuxième journée de cette Coupe du Monde U-20. Pour leur première sortie au Canada, les deux pays avaient concédé le nul, contre la Zambie (1:1) et l'Espagne (2:2) respectivement.

Au Swangard Stadium, situé dans la forêt luxuriante du Central Park de Burnaby, les Jordaniens ont fait jeu égal avec leurs adversaires pendant 40 minutes, résistant aux assauts de la paire Edinson Cavani-Luis Suarez, jusqu'à ce que l'actuel attaquant du Paris Saint-Germain n'inscrive le but qui a donné la victoire aux Sud-Américains et leur a permis de se qualifier pour le second tour, malgré une défaite contre la Zambie dans le troisième match.

Un oeil sur le Matador
La défense centrale jordanienne était alors composée d'Anas Bani Yaseen, réputé pour sa solidité et son jeu de tête, et d'Ibrahim Zawahreh. "Nous ne le connaissions pas très bien", se souvient Bani Yaseen au micro de FIFA.com, à propos du Matador. "Lors de leur premier match, nous avions remarqué Cavani et Suarez, chacun auteur d'un but. J'étais défenseur central et devais donc surveiller Cavani, qui évoluait en pointe. Avec Zawahreh, nous l'avons contré à plusieurs reprises, mais il lui a suffi d'une balle en profondeur pour marquer. Nous n'étions pas très expérimentés à l'époque. Nous avons quand même réussi à le contenir durant la seconde période. Aujourd'hui, c'est un grand buteur. Nous le connaissons bien et nous l'aurons à l'œil à chaque instant".

"La confrontation avec l'Uruguay s'annonçait compliquée, étant donné le style de jeu sud-américain, basé sur la technique et la vitesse", ajoute Zawahreh, qui confirme les propos de son partenaire en défense. "Avec le recul, je suis fier de notre performance dans ce match et j'espère que nous parviendrons à la répéter. Nous ne ménagerons pas nos efforts pour y arriver".

Pour l'instant, Zawahreh peaufine sa préparation pour le barrage, tandis que Bani Yaseen espère bien être remis de sa blessure pour le match retour une semaine après la première manche. La défense est également composée du polyvalent Adnan Hasan, qui avait lui aussi participé au Jordanie-Uruguay de 2007, ainsi que de Mohammad Aldmeiri, privé de compétition au Canada pour cause de blessure, et qui sera suspendu pour le barrage aller.

Travail et efforts
Depuis la création de l'équipe U-20 en 2005, Baha Suleiman et Ala Al Bashir assurent la cohésion du milieu de terrain. Ils sont en grande partie responsables de la qualification historique pour la Coupe du Monde U-20. Ils ont ensuite rejoint la sélection senior, où Suleiman s'est imposé comme titulaire ces dernières années. "Un match important nous attend face à l'Uruguay", annonce-t-il. "Quand je me remémore le match contre eux au Canada, je réalise que seuls le travail et les efforts font la différence. C'est encore le cas aujourd'hui. Certes, ils ont une histoire riche et des stars, mais nous devons faire preuve de courage et ne pas avoir peur".

Les Al-Nashama ont plusieurs armes offensives, comme Abdallah Salim, qui a brillé en juniors puis en équipe A ces dernières années. À Canada 2007, il avait inscrit le but de l'égalisation face à la Zambie, avant de faire mouche à nouveau devant l'Espagne. Contre l'Uruguay, il était resté muet mais avait quand même fait trembler la barre transversale. "Nous étions très intimidés au début de la Coupe du Monde, mais après le match nul face à la Zambie, nous voulions obtenir un deuxième résultat positif contre l'Uruguay", se souvient-il aujourd'hui. "Nous avions très bien joué offensivement et touché deux fois les montants. Nous aurions très bien pu obtenir un nul".

Six ans après, un partage des points serait certes un bon résultat face à une valeur sûre du football mondial. Mais la Jordanie vise plus haut. "Il faudra profiter de l'avantage de jouer à domicile", estime l'attaquant. "Notre principale arme sera notre motivation. Tous les joueurs choisis par le sélectionneur pour disputer ces deux matches donneront le maximum. Il faut y croire."

Fifa.com (06/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mer 6 Nov - 13:20

Nouvelle-Zélande, Herbert : "Le Mexique a la pression"



Le sélectionneur de la Nouvelle-Zélande Ricki Herbert a lancé mercredi les hostilités avec le Mexique en s'interrogeant sur la fragilité des joueurs mexicains alors que les deux équipes s'affrontent les 13 et 20 novembre en barrage qualificatif pour le Mondial-2014.

"C'est une sacrée bonne équipe et dans un bon jour, elle peut battre n'importe qui devant son public", a déclaré Herbert sur une radio néo-zélandaise. "Mais j'ai perçu de la vulnérabilité, de la nervosité, de l'incertitude parmi les joueurs mexicains", a-t-il poursuivi en rappelant que le Mexique n'a remporté que deux de ses dix derniers matches.

Le sélectionneur néo-zélandais croit même que disputer le match aller de ce barrage le 13 novembre à l'Atzeca Stadium devant 105.000 spectateurs pourrait être un atout pour son équipe.  "Je ne suis pas sûr que (les joueurs mexicains) pourront supporter la pression si l'ambiance devait leur devenir hostile alors qu'on attend d'eux qu'ils gagnent", a-t-il souligné.

Le Mexique qui a remporté le tournoi olympique des JO-2012 de Londres et a participé à toutes les phases finales de la Coupe du monde depuis 1994, va disputer ce barrage avec un nouveau sélectionneur, Miguel Herrera, le quatrième en deux mois.

"El Tri" a décroché dans la douleur la 4e place de la zone Concacaf, synonyme de barrage intercontinental (aller-retour) contre la Nouvelle-Zélande, le vainqueur de la zone Océanie.

La Nouvelle-Zélande a participé à deux phases finales de Coupe du monde en 1982 et 2010. Lors de la dernière Coupe du monde en Afrique du Sud, les All Whites, déjà dirigés par Herbert, n'avaient pas perdu un seul match mais s'étaient arrêtés dès la phase de poules après trois nuls.

Fifa.com (06/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Mer 6 Nov - 19:15

Sénégal : Toujours sans Demba Ba



Le sélectionneur du Sénégal Alain Giresse a publié mercredi sa liste des 23 joueurs retenus pour le barrage retour du Mondial-2014 dans la zone Afrique contre la Côte d'Ivoire (défaite 3-1 à l'aller) le 16 novembre à Casablanca (Maroc), en se passant toujours de l'attaquant de Chelsea Demba Ba.

Giresse a rappelé les attaquants Mame Biram Diouf et Pape Kouli Diop, ainsi que le défenseur Zarco Touré.

La liste des 23 joueurs convoqués :

Gardiens : Cheikh Ndiaye (Rennes/FRA), Bouna Coundoul (Ethnikos Achnas/CHY), Issa Ndoye (Créteil/FRA)

Défenseurs : Zarco Touré (Le Havre/FRA), Issa Cissokho (Nantes/FRA), Lamine Sané (Bordeaux/FRA), Cheikhou Kouyaté (Anderlecht/BEL), Modou Mbodji (Genk/BEL), Papy Djilobodji (Nantes/FRA), Cheikh Mbengue (Rennes/FRA), Pape Ndiaye Souare (Lille/FRA)

Milieux : Mouhamed Diame (West Ham/ENG), Idrissa Gueye (Lille/FRA), Salif Sane (Hanovre/GER), Stéphane Badji (Brann/NOR), Alfred Ndiaye (Eskisehirspor/TUR), Sadio Mané (Salzburg/AUT)

Attaquants : Moussa Sow (Fenerbahce/TUR), Dame Ndoye (Lokomotiv Moscou/RUS), Papis Cissé (Newcastle/ENG), Pape Kouli Diop (Levante/ESP), Mame Biram Diouf (Hanovre/GER), Henri Saivet (Bordeaux/FRA)

Fifa.com (06/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Jeu 7 Nov - 15:53

Nouvelle-Zélande : Le capitaine Reid forfait



Le capitaine néo-zélandais Winston Reid est forfait pour les deux matches de barrage du Mondial-2014 face au Mexique en raison d'une blessure à une cheville, a annoncé jeudi la Fédération de Nouvelle-Zélande.

Le défenseur de 25 ans s'est blessé lors d'un entraînement avec son équipe anglaise de West Ham et le scanner passé par le joueur a révélé qu'il ne serait pas remis à temps pour les barrages.

Winston Reid est le seul joueur de la sélection à évoluer de manière régulière dans un grand championnat.

Le match aller des barrages aura lieu le 13 novembre au stade Azteca de Mexico d'une capacité de 105.000 places. Le retour se déroulera la 20 novembre à Wellington.

Fifa.com (06/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Jeu 7 Nov - 16:29

Burkina Faso : Retour d'Alain Traoré contre l'Algérie



L'attaquant de Lorient (1re div. française) Alain Traoré effectuera son retour en sélection du Burkina Faso pour affronter l'Algérie le 19 novembre à Blida, en barrage retour des qualifications de la zone Afrique au Mondial-2014, a annoncé jeudi la Fédération burkinabè de football.

Traoré, l'un des atouts majeurs des "Etalons" (surnom de la sélection), s'était blessé fin août lors d'un match de Championnat de France avec Lorient et n'était plus apparu en sélection depuis.

A l'aller, devant son public, l'équipe dirigée par le Belge Paul Put s'était imposé 3 à 2 devant l'Algérie.

Le groupe des 26 joueurs convoqués :

Gardiens: Abdoulaye Soulama (Asante Kotoko/GHA), Daouda Diakité (CF Mounana/GAB), Mohamed Kaboré (ASFA Yennenga)

Défenseurs: Benjamin Balima (Sheriff Tiraspol/MDA), Narcisse Bambara (FC Concordia/ROM), Ibrahim Gnanou (CF Mounana/GAB), Steeve Yago (Toulouse/FRA), Bakary Koné (Lyon/FRA), Keba Paul Koulibaly (El Shorta/IRQ), Madi Mandetiguiri (Chippa United/RSA), Jean Noël Lingani (Horoya FC/GUI), Issoufou Dayo (EFO), Issa Gouo (Santos FC)

Milieux: Djakaridja Koné (Evian TG/FRA), Florent Rouamba (FC Lens/FRA, essai), Charles Kaboré (FC Kuban Krasnodar/RUS), Bertrand Isidore Traoré (Chelsea/ENG), Jonathan Zongo (Alméria/ESP), Moussa Yedan (Cotonsport Garoua/CMR), Jonathan Pitroipa (Rennes/FRA), Abdoul Razack Traoré (Gaziantespor/TUR), Préjuce Nacoulma (Gornik Zabrze/POL)

Attaquants: Alain Traoré (FC Lorient/FRA), Moumouni Dagano (Al Sailiya/QAT), Issiaka Ouédraogo (Admira Wacker/AUT), Aristide Bancé (Fortuna Düsseldorf/GER)

Fifa.com (07/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Jeu 7 Nov - 16:41

France : Avec Evra, Sagna et Mavuba



Bacary Sagna et Rio Mavuba font leur retour en équipe de France, où a également été convoqué Patrice Evra, pour la double confrontation contre l'Ukraine en barrages qualificatifs pour le Mondial-2014 (15-19 novembre), selon la liste de 24 joueurs annoncée jeudi par le sélectionneur Didier Deschamps.

Par rapport aux deux derniers matches des Bleus mi-octobre contre l'Australie (6-0 en amical) et la Finlande (3-0, éliminatoires), les rappels de Sagna, Mavuba mais également Landreau qui, comme Sagna, avait finalement déclaré forfait après avoir été appelé, sont les trois changements opérés par Deschamps. Le sélectionneur n'a donc pas sollicité Rod Fanni, Kurt Zouma et Stéphane Ruffier.

En revanche, il a fait confiance à Evra malgré la sortie médiatique du latéral gauche contre quatre consultants et journalistes. Le joueur de Manchester United, cadre respecté et écouté des Bleus, s'était mis en évidence sur le terrain lors des deux derniers matches de la France, avant de se distinguer en dehors, et devrait a priori avoir la préférence de Deschamps dans son duel avec Gaël Clichy.

Sans surprise, Deschamps a donc choisi de ne pas bouleverser son groupe, qui reste sur trois victoires d'affilée avec 13 buts inscrits et n'a surtout aucun blessé à déplorer.

Il a donc opté pour la continuité en rappelant des abonnés au club France, même si Mavuba a été le plus intermittent ces dernières années en sélection, avant ces deux matches décisifs, à Kiev le 15 novembre puis à Saint-Denis, qui devront valider le ticket des Bleus pour la Coupe du monde au Brésil.

Sagna, qui avait dû déclarer forfait il y a un mois en raison de douleurs aux ischio-jambiers, effectue un retour attendu au poste de latéral droit, où la concurrence sera forte avec Mathieu Debuchy, qui s'est particulièrement illustré contre l'Australie (un but) et la Finlande. Logiquement le Marseillais Fanni fait les frais du rétablissement du Gunner.

Mavuba récompensé
Autre retour pressenti, celui de Rio Mavuba, qui tire les bénéfices de ses bonnes performances depuis le début de saison avec Lille, qui a pris la 2e place de Ligue 1 derrière le Paris SG.

Le capitaine du LOSC, qui compte 9 sélections et n'avait plus été convoqué depuis plus d'un an et le succès contre le Belarus (3-1) à Paris, vient gonfler un milieu de terrain très fourni où la concurrence sera rude, surtout avec les incontournables Blaise Matuidi, Paul Pogba et Yohan Cabaye, tandis que Moussa Sissoko et Clément Grenier sont plutôt d'habituels réservistes.

Pour le reste, c'est donc du grand classique, avec Landreau réintégrant en 3e position le groupe des gardiens, aux côtés de Steve Mandanda et du N.1 Hugo Lloris, qui a connu une grosse frayeur avec un choc subi à la tête, dimanche lors de Tottenham-Everton en championnat d'Angleterre.

En défense, le quatuor de centraux reste le même, avec Eric Abidal, Raphaël Varane, Laurent Koscielny et Mamadou Sakho.

Côté attaquants, Mathieu Valbuena et Samir Nasri, cibles d'un débat nourri sur leur association ou non, sont logiquement là, tout comme l'incontournable Franck Ribéry, sur lequel reposent énormément d'espoirs pour les Bleus.

Olivier Giroud, plutôt dans la peau d'un avant-centre N.1 depuis trois matches, et son concurrent Karim Benzema, sont présents, tout comme Loïc Rémy et Dimitri Payet.

La liste :

GARDIENS : Mickaël Landreau (Bastia), Hugo Lloris (Tottenham/ANG), Steve Mandanda (Marseille).

DEFENSEURS :
Eric Abidal (Monaco), Gaël Clichy (Manchester City/ANG), Mathieu Debuchy (Newcastle/ANG), Patrice Evra (Manchester United/ANG),  Laurent Koscielny (Arsenal/ANG), Bacary Sagna (Arsenal/ANG), Mamadou Sakho (Liverpool/ANG), Raphaël Varane (Real/ESP)

MILIEUX : Blaise Matuidi (Paris SG), Paul Pogba (Juventus/ITA), Moussa Sissoko (Newcastle/ANG), Clément Grenier (Lyon), Samir Nasri (Manchester City/ANG), Yohan Cabaye (Newcastle/ANG), Rio Mavuba (Lille)

ATTAQUANTS : Karim Benzema (Real Madrid/ESP), Olivier Giroud (Arsenal/ANG), Dimitri Payet (Marseille), Franck Ribéry (Bayern Munich/ALL), Mathieu Valbuena (Marseille), Loïc Rémy (Newcastle/ANG)

Fifa.com (07/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Ven 8 Nov - 17:52

Uruguay : Rodríguez, l'oignon qui ne veut plus pleurer



"La qualification parfaite ? Gagner 3:0 là-bas avec trois buts de moi-même, et gagner 2:0 au retour, devant notre public, avec encore deux buts de moi", affirme Cristian Rodríguez avant d'éclater d'un grand rire. "Non, je plaisante. La perfection serait d'aller à la Coupe du Monde, c'est tout."

L'attaquant de l'Uruguay est aussi rusé sur le terrain qu'en dehors. Volontiers blagueur, El Cebolla (l'oignon), un surnom qui lui vient de son père, est avant tout quelqu'un qui se donne tout entier. "En football, on souffre beaucoup. Mais nous sommes habitués à ça, aux sacrifices. S'il faut y laisser notre peau, nous la laisserons", assure-t-il.

Après avoir terminé à la cinquième place des qualifications sud-américaines pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™, la Celeste se retrouve au pied du mur. Elle s'apprête à affronter la Jordanie, dans un barrage en deux manches dont le vainqueur sera qualifié pour le Brésil. "Nous sommes peut-être un peu masochistes, car ça fait la quatrième fois de suite que nous passons par les barrages", rappelle au micro de FIFA.com le milieu offensif de l'Atlético de Madrid, avant de partir pour la Turquie où la sélection dirigée par Óscar Tabárez effectuera sa préparation en vue de la rencontre aller à Amman, le 13 novembre prochain .

L'heure est venue
"Nous avons d'excellents joueurs et une motivation énorme d'aller au Mondial, mais les qualifications sud-américaines n'en restent pas moins très compliquées, les plus difficiles de toutes peut-être", estime Rodríguez. "L'Uruguay a maintenu son niveau de football dans ces éliminatoires, avec de bons passages et d'autres moins. Tout dépend de la forme des joueurs avec leurs clubs respectifs. Certains arrivent plus fatigués que d'autres, il y a des blessures ; tout cela vous freine un peu mais malgré tout, vous devez être au top", analyse-t-il.

L'Uruguay aborde cependant ce barrage intercontinental dans de bonnes dispositions après sa victoire contre l'Argentine, lors de la dernière journée des qualifications de la CONMEBOL. "C'est toujours important, surtout quand il s'agit du derby du Río de La Plata. C'est un clásico, même si les Argentins ont fait jouer pas mal de remplaçants", affirme Rodríguez, buteur dans la victoire 3:2 de la Celeste. Jolie façon pour lui de se racheter de ce qui lui était arrivé quatre ans plus tôt, contre l'Argentine déjà. Il avait alors été exclu et suspendu quatre matches, ce qui lui avait valu de manquer les barrages et, ultérieurement, la phase finale en Afrique du Sud.

Tabárez ne l'avait pas inclus dans sa liste des 23 en raison des deux matches qui lui restaient à purger. "J'ai fait une erreur qui m'a coûté cher, mais les revanches finissent toujours par arriver. Aujourd'hui, c'est mon heure", annonce-t-il, motivé à l'idée de disputer les barrages et d'accéder à son premier Mondial. "En raison de mon histoire personnelle, j'aborde ce match contre la Jordanie avec un plus par rapport aux autres. La Coupe du Monde ne se joue pas tous les ans et si votre équipe se qualifie, vous n'êtes pas automatiquement sélectionné. En plus, avec les années, les occasions se font de plus en plus rares. C'est donc le moment parfait et j'espère vraiment que nous irons au Brésil."

Un souvenir impérissable
Quand il prononce le mot magique, "Brésil", Rodríguez a les yeux qui brillent. Pour lui comme pour tout Uruguayen, ce nom évoque avant tout le fameux Maracanazo de 1950. "Il est clair que le fait de jouer au Brésil sera une motivation supplémentaire, car on parle encore de cette Coupe du Monde. C'est historique et personne ne peut l'oublier. Les gens en Uruguay disent que nous devons y aller et gagner une deuxième fois là-bas", révèle-t-il avec un franc sourire.

Mais pour cela, il faudra d'abord surmonter l'obstacle jordanien. "Nous savons tous qu'un barrage est une affaire compliquée. Nous avons pas mal de joueurs sous le coup d'un deuxième avertissement. Il y a des blessures. Tout peut arriver. Ces deux matches seront deux finales", promet El Cebolla, conscient de la difficulté de la tâche. "L'Uruguay est favori parce qu'au niveau des statistiques, nous avons déjà gagné plusieurs Coupes du Monde et Copas América. Mais si la Jordanie est arrivée à ce niveau, ce n'est pas pour rien. Il faut la respecter. Et cela fait un certain temps déjà que les favoris n'existent plus", prévient-il, prudent avant le dernier obstacle, mais conscient que son rêve n'est plus très loin.

Fifa.com (08/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par rachid_as le Ven 8 Nov - 17:57

Roumanie : La troisième chance de Piturca



C'est un poste qui ne se refuse pas. Malgré les moments de doute et les déceptions, Victor Piturca, 57 ans, a pris les commandes de la sélection roumaine à trois reprises depuis 1998. Sa partition est inachevée. L'ancien attaquant international n'a en effet jamais réussi à conduire son équipe jusqu'à la Coupe du Monde de la FIFA™.

Une lacune qu'il espère combler très vite : la Roumanie affronte la Grèce, les 15 et 19 novembre prochain, en barrage qualificatif de la zone Europe. "J'ai qualifié l'équipe pour trois phases finales de l'EURO, mais jamais pour la Coupe du Monde", confie Victor Piturca au micro de FIFA.com. "C'est essentiel pour moi d'y parvenir cette fois, mais ça l'est encore plus pour les joueurs. Ils pourraient avoir la chance de vivre une expérience incroyable."

Mais Piturca peut déjà être fier de son travail. Les Roumains ont terminé deuxièmes de leur groupe, derrière les Pays-Bas, finalistes d'Afrique du Sud 2010, mais devant la Hongrie, la Turquie et l'Estonie. La génération actuelle n'a peut-être pas sur le papier le talent de ses devancières des années 1980 et 1990, mais le sélectionneur estime qu'elle a trouvé sa propre voie. "Il n'y a pas de stars dans cette équipe, seulement des joueurs déterminés, talentueux et surtout très soudés", explique-t-il. "Ce groupe a une marge de progression énorme. J'espère qu'il comptera un jour parmi les meilleurs en Europe et dans le monde. J'ai dû composer avec un changement de génération à chaque fois que j'ai pris en main la sélection. Il a fallu tout remettre à plat et reconstruire de zéro. La mayonnaise a enfin pris."

Une autre histoire
La Roumanie devra d'abord franchir l'obstacle grec lors des barrages. Même si l'équipe de Fernando Santos est parvenue à se qualifier pour les trois dernières compétitions internationales majeures, Piturca estime que les Roumains auraient pu être moins bien servis au tirage. "La Grèce est un adversaire à notre portée", juge l'entraîneur roumain. "Je suis content d'avoir évité le Portugal et la Croatie, deux équipes très fortes, avec de grosses individualités.La Grèce est une bonne équipe également. Elle n'a pas perdu beaucoup de matches dernièrement, elle a terminé la phase de groupes avec 25 points et compte plusieurs joueurs d'expérience. Ce sera une confrontation très difficile."

Sans doute plus difficile que la dernière opposition entre les deux formations. "On les a battus 3:1 lors d'un match amical, mais ces deux rencontres de barrage devraient être une autre histoire", prévient Piturca. "Je dirais que les Grecs partent favoris. Notre équipe est jeune et prometteuse et j'espère qu'elle fera deux grosses prestations matches pour se qualifier."

Les attentes sont hautes chez les Roumains, qui courent toujours après leur glorieux passé. La formidable épopée de la Coupe du Monde 1994 aux États-Unis, où Gheorghe Hagi et ses coéquipiers avaient atteint les quarts de finale, est encore dans toutes les mémoires roumaines. A en croire Piturca, il y a peu de chances néanmoins que l'histoire se répète. "Ce sera très difficile de faire aussi bien", reconnaît-il. "C'était une génération exceptionnelle, avec des joueurs de grand talent. Celle d'aujourd'hui attend encore son heure. Une qualification pour la Coupe du Monde au Brésil serait déjà quelque chose d'exceptionnel pour le football roumain."

Fifa.com (08/11/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2014 (2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 12 Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum