Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:11

Belfodil : «Je dédie cette qualification au Président de la République»

Zemma et Mbolhi, les premiers à l’échauffement



Ishak Belfodil n’a pas fait la gueule à la fin du match. La qualification au Mondial a suscité un vent d’euphorie chez l’attaquant de l’Inter qui s’est défoulé comme un enfant à la fin du match.

Quel est votre sentiment, après cette qualification ?
Du bonheur, que du bonheur ! On est contents de cette qualification. C’est un moment magique. Je ne m’attendais pas à vivre à 21 ans des moments pareils. C’est tout simplement extraordinaire. Et n’ai jamais vécu de moment pareil. Quand j’y pense, je ne crois pas encore que je vais jouer un Mondial à 21 ans. C’est un rêve.

Aujourd’hui, c’est un défenseur qui a sauvé la baraque, l’attaque a été loin des attentes…
Dans ce genre de match, peu importe celui qui marque, l’essentiel est de se qualifier. C’est fait ! Franchement, maintenant que c’est terminé, on ne se focalise pas sur celui qui a marqué. On est en train de fêter tous ensemble la qualification. C’est le plus important.

A qui dédiez-vous cette qualification ?
Au Président de la République ! On sait qu’il est malade. Ça devra lui faire plaisir. On lui souhaite un prompt
rétablissement.

Comment trouvez-vous l’ambiance ?
Elle est tout simplement extraordinaire. J’ai vu des festivités en Italie, mais c’est la première fois que je vis une telle ambiance. Les supporters ont passé la nuit au stade, ils ont créé une ambiance extraordinaire. Ce sont des moments qu’on ne vit peut-être qu’une fois dans une carrière. C’est incroyable.

Il a plu deux heures avant le coup d’envoi
Alors que le ciel était nuageux, les milliers de supporters présents à Tchaker n’ont pas eu besoin de déployer leur parapluie. Ce n’est que vers 17h30 que les premières pluies ont commencé à tomber sur la ville de Blida toute aux couleurs vert et blanc. Les supporters ayant pris leurs précautions ont commencé à sortir leur parapluie aux couleurs de l’emblème
national.

Le gazon chouchouté par le jardinier du stade
Vers 14h30, le jardiner du stade Tchaker a fait son apparition à bord d’une tondeuse. Toutes les précautions ont été prises jusqu’à la dernière minute, afin que les camarades de Lahcen puissent se produire sur une pelouse impeccable. Bien tondu, cela favorise le jeu rapide qui est la marque de fabrique de notre sélection
nationale.


Quatre drapeaux exhibés à Tchaker
Les petits bambins ont fait quelques tours du stade Tchaker munis de quatre drapeaux. Ceux de l’Algérie, du Burkina Faso, de la FIFA et du fair-play ont trôné durant de longues minutes sur la pelouse d’un stade qui était en effervescence.

L’arrivée de l’autocar des Verts enflamme le stade
Guettant l’arrivée des Verts, il a fallu attendre 17h30 pour voir l’autocar de la sélection faire son apparition au stade Tchaker. Inutile de vous décrire l’ambiance qui regagnait au stade devenue hystérique dès l’apparition de Yebda et les siens. «One two three ! Viva l’Algérie !» a accompagné pas à pas les joueurs qui regagnaient le vestiaire du stade.

La reconnaissance du terrain sous les fumigènes

Comme ils ont l’habitude de le faire, les joueurs de la sélection nationale ont reconnu

le terrain à leur arrivée au stade. C’est sous les fumigènes que Zemmamouche et consorts ont pris connaissance de cette pelouse qu’ils espèraient voir devenir le théâtre de tous les exploits.

Toufik danse avec un joueur du Burkina
Assurant le show des heures durant, comme il l’avait fait en finale de la Coupe d’Algérie, Cheb Toufik ont pris possession des lieux, bien avant l’arrivée des Burkinabés. Muni d’un micro, Cheb Toufik a accompagné des joueurs adverses par ses chants. Un joueur s’est détaché du groupe pour aller danser avec le chanteur de rai. Aussitôt, Toufik, champion de l’improvisation, a commencé à chanter «Haw mahboul djidid», tout en donnant le change au joueur du Burkina qui s’est permis quelques secondes de détente, avant d’en découdre sur le rectangle vert.

Il a conseillé aux Burkinabés de passer trois jours au Maroc
Excluant toute défaite, Cheb Toufik a demandé ou même préconisé à très haute voix aux joueurs adverses de passer trois jours de vacances au Maroc, histoire de se remettre de cette élimination qui les pend au nez. Pour rappel, c’est à l’hôtel Mazagan dans la ville d’El Jadida que les Etalons ont préparé leur rendez-vous. Le même lieu où le Mouloudia avait effectué son stage de préparation sous la houlette de Geiger.


Maxime, un Français, au stade Tchaker
Il y avait un spectateur particulier, hier, au stade Mustapha-Tchaker de Blida : Maxime, un Français de Rennes venu spécialement pour regarder le match en compagnie d’un ami algérien. Impressionné par l’ambiance au stade et par la ferveur des supporters, il a vécu le match sur les nerfs, se découvrant l’âme d’un supporter des Verts. A la fin de la partie, il a exhibé fièrement le drapeau algérien.

17h45: les projecteurs allumés
Le ciel brumeux a incité les gérants du stade Tchaker à faire usage des projecteurs qui ont été allumés à 17h45. Nous avons pu à ce moment mesurer le bon éclairage qui répond aux normes internationales.

Zemma et Mbolhi, les premiers à l’échauffement
Il était 18h20 lorsque Zemmamouche et Mbolhi ont fait leur apparition, mais cette fois-ci pour l’échauffement. Une arrivée accueillie par un tonnerre d’applaudissements. Les deux joueurs ont eu droit à des chansons à leur gloire.


Les Fennecs se sont échauffés à 18h25
Cinq minutes plus tard, ce sont tous les joueurs, sous la houlette de Halilhodzic, qui ont foulé la pelouse avec détermination. L’heure de l’échauffement avait sonné par les Verts qui ont eu droit aux encouragements des supporters.

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:14

Mostefa : «Une pensée pour mon grand-père décédé pendant la Révolution»

Papa Mostefa : «Je suis très fier de mon fils.» Le nom de Mandi scandé par les supporters.



Vous êtes au Mondial, mais ce ne fut pas facile, n’est-ce pas ?
C’était très difficile même, nous avions affaire à une très bonne équipe du Burkina Faso qui a été dangereuse du début jusqu’à la fin, mais on s’y attendait quand même, le coach nous avait avertis que ça allait être très compliqué. Mais nous avons su comment gérer les périodes difficiles, et grâce aux efforts de tout le monde, nous avons réalisé ce rêve. Il fallait mettre ce but et on l’a fait.

Pour vous, c’est une première qualification au Mondial. Que ressentez-vous ?
Une grosse fierté pour l’Algérie d’abord, pour ma famille et pour moi aussi. On a travaillé très dur pour y arriver, nous avons fait beaucoup de sacrifices. Aller au Brésil fait rêver de grands joueurs qui évoluent en Europe qui n’auront pas ce privilège. Jouer une Coupe du monde, c’est le plus beau cadeau de ma carrière.

Vous allez passer à une autre dimension maintenant…
Evidemment, cette équipe va grandir encore et sera meilleure. Mais je tiens à remercier tous les joueurs, tout le staff technique et tout l’encadrement de la sélection, car cette qualification est l’œuvre de tout un groupe, tout le monde y a contribué.

On vous a vu demander le changement à deux reprises, pourquoi ?
J’avais très mal aux adducteurs, je voulais sortir, mais le coach m’a demandé de continuer. C’est ce que j’avais fait, je voulais me sacrifier pour l’équipe, mais au bout d’un moment, je n’en pouvais plus, c’est pour cela que j’ai demandé une deuxième fois de sortir.
Quelle était votre première pensée après cette calification ?
Ma première pensée est allée vers mon père et mon frère, qui étaient dans la tribune, et à ma maman, qui m’a toujours soutenu en étant tout le temps derrière moi. Dans ma famille, on a toujours été très fiers d’être Algériens. J’ai aussi une grande pensée pour mon grand-père, décédé durant la Révolution. Il aurait été très fier de moi aujourd’hui.

Un dernier mot ?
Je tiens à remercier ce merveilleux public qui était là depuis ce matin et qui nous a soutenus sans relâche. J’embrasse aussi tous les gens de Mazouna, la ville dont je suis originaire, je leur dédie cette qualification et je les salue tous.

-----------------

Papa Mostefa : «Je suis très fier de mon fils»
Le père de Mehdi Mostefa était sur la pelouse, fou de joie à la fin de la rencontre. «Nous avons beaucoup souffert des critiques. Mon fils a été souvent désigné du doigt à chaque faux pas alors que tout le monde sait que ce n’est pas un arrière droit de métier. Qu’à cela ne tienne, il s’est toujours sacrifié pour l’Algérie. Aujourd’hui qu’il a joué au milieu de terrain, je peux être fier de lui. Il a sorti un très beau match». Papa Mostefa n’a sans doute pas oublié le lynchage dont a été victime son rejeton après le 4-0 essuyé à Marrakech face au Maroc, il y a deux ans.

-----------------

Le nom de Mandi scandé par les supporters
L’une des nouveautés de l’Equipe nationale, Aïssa Mandi, a été convoquée pour ce match barrage devant le Burkina Faso. Les supporters de l’EN n’arrêtaient pas de scander son nom. Ils voulaient à tout prix le voir défendre les couleurs de l’EN. Rappelons que Vahid a préféré aligner Khoualed au poste d’arrière droit.

Il a été préféré à Hachoud
Quelques heures avant le coup d’envoi de la partie, Vahid Halilhodzic avait éprouvé des difficultés à trancher entre Hachoud et Aïssa Mandi. Après mûre réflexion, le Bosniaque a préféré garder Mandi tout en demandant à Hachoud de suivre le match depuis la tribune officielle.

-----------------

Un drapeau pour chaque supporter
Les 40 000 supporters algériens présents hier dans les gradins du stade Mustapha-Tchaker arboraient tous des drapeaux aux couleurs du pays, ce qui donnait une image unique des tribunes. Cela a évidemment beaucoup plu aux joueurs de l’EN.

Les journalistes présents au stade à partir de 13h
Il n’y a pas que les supporters qui ont effectué le déplacement très tôt au stade Tchaker. Les différents journalistes qui avaient pour mission de couvrir l’événement, ont eux aussi rallié l’enceinte de Blida très tôt puisque dès 13h, ils ont pris place dans la tribune qui leur a été réservée.

La pluie a cessé à la mi-journée
Hier, il pleuvait des cordes sur Blida la matinée. Heureusement pour les fans des Verts, la pluie a cessé vers la mi-journée, ce qui les a soulagés, sachant qu’il faisait un froid de canard dans le stade.

Les joueurs se sont regroupés pour se mobiliser
A quelques minutes du coup d’envoi de la rencontre, les coéquipiers du capitaine Madjid Bougherra se sont regroupés pour se mobiliser en se tenant par la main, décidés à offrir aux nombreux supporters une historique qualification au Mondial.

Halilhodzic a chamboulé la défense
Apparemment, le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, est resté fidèle à ses habitudes. En effet, l’entraîneur bosniaque procède à des changements dans sa composante, notamment en défense. Après mûre réflexion, le sélectionneur algérien a décidé d’aligner Mohamed Amine Zemmamouche à la place de Mbolhi, et Faouzi Ghoulam à celle de Djamel Mesbah. Toutefois, il a renouvelé sa confiance à Neceredine Khoualed sur le flanc droit.

Doukha, Hachoud et Karaoui dans les tribunes
Trois joueurs n’ont pas été retenus dans la liste des 23 joueurs concernés par ce match barrage. Il s’agit du gardien de but Azzedine Doukha, du défenseur Abderrahmane Hachoud et du milieu de terrain Amir Karaoui. Ils ont suivi le match depuis la tribune d’honneur.

La réunion technique a duré plus longtemps que d’habitude
La réunion technique d’avant-match, qui a eu lieu au centre de Sidi Moussa, a duré plus longtemps que d’habitude. Le sélectionneur national a pris tout son temps pour parler avec ses joueurs et les motiver davantage à gagner ce match barrage qualificatif en Coupe du monde.

Des panneaux publicitaires du Buteur et d’El Heddaf au stade
Nos deux journaux Le Buteur et El Heddaf se sont associés au grand rendez-vous d’hier et étaient présents au stade Mustapha-Tchaker de Blida, avec notamment deux panneaux publicitaires placés aux abords de la pelouse.

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:17

Taïder : «Quel est le joueur qui ne voudrait pas jouer un tel match ?»

Saphir Taïder ne manie pas la langue de bois. Le milieu de terrain de l’Inter avoue être déçu de ne pas avoir joué, mais dément formellement avoir demandé de partir. Explications.



Quel a été le mot d’ordre avant le coup d’envoi ?
Il fallait gagner pour se qualifier. On savait qu’une petite victoire allait suffire. On s’est donc concentrés sur ça. On n’a pas eu peur. On est restés lucides, car on savait qu’on avait les moyens de débloquer la situation. C’est ce qui s’est passé. Bougui a mis le but et on a géré. Nous avons réalisé l’essentiel.

Comment avez-vous vécu le match ?
Il y avait beaucoup de pression. Les joueurs ont débuté sur les nerfs. J’ai personnellement ressenti la même pression. Nous jouions le match de notre carrière. Il ne fallait pas se louper. Mais comme je l’ai dit, on a su rester patients et jouer intelligemment, d’autant qu’on avait en face un adversaire redoutable.

Vous n’êtes pas déçu de votre non-incorporation d’entrée ?
Si, je ne vous le cache pas, je voulais jouer ce match. Je ne vais pas mentir, il n’y a pas un joueur qui ne voudrait pas jouer un tel match, mais le coach a décidé de me laisser sur le banc et j’ai respecté son choix. Il n’y a pas de souci. C’est lui le chef, j’ai placé l’intérêt de la sélection avant tout. La preuve, je suis resté concentré du début jusqu’à la fin.

Est-ce vrai que vous avez émis le souhait de quitter le groupe après avoir été informé de votre non-titularisation ?
N’importe quoi. C’est des racontars. Au risque de me répéter, à aucun moment, je n’ai contesté les choix du coach. Je le dis haut et fort, oui j’étais déçu, mais pas assez bête pour aller jusqu’à vouloir quitter la sélection. Et puis, si tel était le cas, vous croyez que le coach m’aurait fait jouer aujourd’hui ?

Vous êtes déjà deux mondialistes à l’Inter, ça représente quoi ?
C’est une fierté pour nous, pour l’Algérie. Je sais qu’à l’Inter, ils seront contents pour nous. Il y aura sans doute d’autres mondialistes. Mais je crois que cette qualification est d’abord algéro-algérienne. On va la savourer entre nous. On fêtera ça comme il se doit.

----------

Moments de fortes émotions hier à Tchaker
Trois heures avant le coup d’envoi de la rencontre d’hier, un vibrant hommage a été rendu par les présents au stade Mustapha-Tchaker aux deux supporters de l’USMA décédés il y a quelques jours au stade du 5-Juillet, après une chute mortelle des tribunes, mais aussi aux fans du CRB, qui avaient péri dans un accident de la route à Béjaïa, alors qu’ils avaient fait le déplacement pour soutenir leur équipe favorite. Des cadeaux symboliques ont été remis à leur famille par les organisateurs du match.

Le cameraman de l’ENTV décédé n’a pas été oublié
Aussi, les organisateurs n’ont pas manqué de rendre hommage au cameraman de l’ENTV, Arezki Hasni, décédé des suites du paludisme, après son retour du Burkina Faso où il avait pour mission de couvrir le match aller pour la Télévision nationale. Les enfants de feu Arezki, ses parents ainsi que sa femme étaient présents hier sur la pelouse du stade et ont reçu des mains des organisateurs des cadeaux symboliques. Les 40 000 supporters n’ont pas manqué de les applaudir. Après le discours de la veuve, certains supporters n’ont pu retenir leurs larmes.

Halim, rétabli, a tenu à se rendre au stade
Halim, un autre supporter invétéré des Verts qui a effectué le déplacement au Burkina Faso pour soutenir la sélection lors du match aller, a failli perdre la vie lui aussi, à son retour au pays, après avoir contracté le paludisme. Fort heureusement, il a été hospitalisé à temps et pris en charge jusqu’à son rétablissement. Hier, il a tenu à se rendre au stade Tchaker et assister à cette manche retour.

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:20

EN : 40 000 supporters ont envahi Tchaker hier

Il n’y a pas eu autant de supporters depuis le match face au Rwanda en 2009



Comme on s’y attendait, le match d’hier, qui a opposé l’Algérie au Burkina Faso, a attiré la grande foule au stade Mustapha-Tchaker de Blida. Des milliers de supporters ont bravé le froid et se sont rendus au stade très tôt dans la matinée, pour s’assurer une place dans les tribunes et apporter ainsi leur soutien indéfectible aux joueurs de la sélection nationale. Tchaker, hier, était archi comble. Il y avait au moins 40 000 spectateurs dans les différents gradins que compte le stade. Pas une place n’était disponible et les supporters ont dû se serrer pour garantir la présence d’un maximum de personnes.

9h : ouverture des portes
Face à la présence massive des supporters qui, pour la plupart, ont pris la décision de passer la nuit dehors aux abords des portes du stade, à la pleine étoile, les responsables de Tchaker ont donc décidé d’ouvrir très tôt les portes de l’enceinte, afin d’éviter qu’il y ait de la bousculade. La première porte a été ouverte vers 9h et tout le monde s’est rué pour y rentrer rapidement.

10h30 : on ferme
les portes et le stade affiche déjà complet

Il aura fallu seulement une heure et demie pour que les tribunes du stade Tchaker se remplissent complètement. En effet, vers 10h30, les responsables du stade avaient commencé à fermer les portes à la face du grand public. Beaucoup de supporters qui étaient en possession de billets n’ont malheureusement pas pu pénétrer à l’intérieur du stade.

Des bousculadesà l’entrée du stadeont fait 22 blessés dont 2 graves
Ce qu’on craignait s’est malheureusement produit. En effet, au moment de l’ouverture des portes du stade, une foule impressionnante de supporters s’est précipitée vers la porte principale, ce qui a provoqué une grosse bousculade qui a fait quelques blessés. On en a dénombré 22 dont deux graves qui ont dû rester en observation à l’hôpital de Blida.

Blida, ville paralysée !
Après la fermeture des portes du stade Tchaker, le service d’ordre, dans le souci d’éviter des débordements, ont procédé à l’évacuation des lieux, priant les supporters qui n’ont pu accéder à l’intérieur du stade de s’éloigner et surtout de regagner leur domicile. Par la suite, la police a complètement fermé les routes donnant accès au stade. Même pour se rendre au centre-ville de Blida, la circulation a été interdite. Un long détour a été mis place par les policiers pour éviter l’arrivée de la foule aux abords du stade et dans toutes la commune d’Ouled Yaïch.

Excellente organisation du service d’ordre
On a tendance à tirer sur le service d’ordre, lorsque celui-ci est défaillant et que l’organisation se révèle catastrophique, mais hier, on se doit de souligner l’excellente organisation qui a entouré l’entrée des supporters au stade, malgré les quelques échauffourées notées par-ci par-là. Le service d’ordre a bien fluidifié la circulation des supporters et a tenu son rôle convenablement. Il faut dire que le renfort était impressionnant.

300 stadiers pour encadrer et maîtriser les supporters
La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a procédé à la formation de 300 stadiers relevant de l’organisation nationale des associations de sauvegarde de la jeunesse, pour assurer l’encadrement et l’orientation des supporters dans les gradins lors du match d’hier. Ces stadiers ont fait un grand travail pour sensibiliser les fans et éviter qu’il y ait des débordements.

Il n’y a pas eu autant de supporters depuis le match face au Rwanda en 2009
Il faut remonter à octobre 2009 et au match face au Rwanda comptant pour la 5e journée des éliminatoires du Mondial-2010, pour voir autant de spectateurs au sein de l’enceinte de Blida. Hier, les fans se sont déplacés de partout et l’engouement a atteint son paroxysme

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:25

Les matchs qui nous ont qualifiés

Eliminatoires Mondial-2010: Une qualification que le peuple n’oubliera jamais !



Eliminatoires Mondial-82
Algérie 2 - Nigeria 1
Date : 30 octobre 1981
Stade : 19-Juin (Constantine)
Affluence : 60 000 spectateurs
Arbitre : M. André Diani (Suisse)
Buts : Belloumi (9'), Madjer (84’) (Algérie) ; Owulu (39’) (Nigeria)

Algérie : Mehdi Cerbah, Salah Larbès, Noureddine Kourichi, Mahmoud Gendouz, Faouzi Mansouri, Mohamed Kaci-Saïd, Bouzid Mahyouz, Lakhdar Belloumi, Djamel Zidane (Mustapha Dahleb 31’), Rabah Gamouh, Rabah Madjer.
Entraîneurs : Rogov-Saâdane-Maouche

Nigeria : Best Ogedegbe, Sylvanus Okpala, Felix Owolabi, Augustine Fregene (Fatai Yekini 64’), Leotis Boateng, John Chiedozie, Mudashiru Lawal, Okey Isima, Henry Nwosu, Segun Odegbami, Tunde Bamidele.
Entraîneur : Gottlieb Goller (RFA)

Signé Beloumi/Madjer

Après s’être imposés 2 à 0 à Lagos grâce à deux réalisations marquées par Belloumi et Djamel Zidane, la mission des Verts semblaient facile au match retour mais que ce fut difficile pour les personnes qui avaient vécu cette période faste du football algérien, avec une génération dorée qui avait par la suite écrit son histoire à Gijón notamment avec une mémorable victoire acquise face à l’ogre allemand ex-RFA, une victoire 2 buts à 1 qui a eu comme effet de décomplexer les autres nations du football africain à l’instar du Cameroun, du Maroc et d’autres représentants africains. Le 30 octobre 1981, les camarades du talentueux Mustapha Dahleb avaient pourtant réalisé l’essentiel en inscrivant un but d’entrée signé par la légende Belloumi, mais celui du Nigérian Oulu (39') a semé le doute dans les esprits des Algériens jusqu’à ce but salvateur de l’ex-star mondiale du FC Porto, Rabah Madjer, inscrit à la 6 minutes de la fin.

Belloumi : «Le talent des joueurs a fait la différence»
Légende vivante du football et l’un des grands artisans de la qualification de l’Algérie au Mondial Espagnol 82 et mexicain en 86, Lakhdar Belloumi évoque avec beaucoup d’émotion mes matchs qu’il qualifie de référence du football national : «C’était très dur, on n’était pas du tout les favoris contre une grande équipe du Nigeria. Mais on y croyait, on était jeunes certes mais on n’avait jamais parlé de ce problème de l’inexpérience ou je en sais quoi. Notre détermination bien sûr ne suffisait pas, il fallait avoir du talent et on l’avait et on l’a démontré. Le secret de notre réussite était sans conteste la qualité des joueurs et du jeu de l’Equipe nationale à cette époque. Les Madjer, Assad Merzekan et les autres joueurs de notre époque ne courent plus les rues.»

«La pression ? On a vécu pire, mais on a su nous montrer responsables»
«On formait un groupe soudé, on était tous ou presque issus du football local, il y avait la hargne de bien représenter le maillot et faire honneur au maillot qu’on postait. On pensait beaucoup au pays et au peuple algérien, vous comprendrez qu’on ne jouait pas pour l’argent. Maintenant, vous n’allez pas me dire qu’il est plus facile de jouer au 5-Juillet qu’à Blida. Le stade Tchaker ne contient pas 100 000 supporteurs. Même à Constantine, il fallait gérer ce facteur, parce qu’il y avait pas mois de 60 000 supporteurs, nous étions jeunes mais responsables. Il faut dire aussi que le public un véritable 12e homme.»

«La première qualification face au Nigeria reste pour moi la plus belle»
«Le match du Nigeria restera le plus marquant dans ma carrière, j’ai inscrit 2 buts et il faut dire aussi que la qualité de jeu était bien meilleur, après bien sûr, rien ne remplace la joie de la première qualification au Mondial espagnol.»

----------

Eliminatoires Mondial-86
Algérie 3 - Tunisie 0
Date : 18 octobre 1985
Stade : 5-Juillet
Affluence : 80 000 supporteurs
Arbitre : Galler (Suisse)
Buts : Madjer (8’), Menad (34’), Yahi (78’) (Algérie)

Algérie : Drid, Sadmi, Mansouri, Megharia, Guendouz, Kaci-Said, Maroc, Belloumi, (Yahi 74’), Madjer, Menad, Assad (Bensaoula 59’)
Entraîneur : Saadane

Tunisie : Sebar, Garsi, Cheriti, Maaloul, Khemiri (Houarbi), Zouaoui, Hergal, Benyahia, Rekbaoui, Braham, Djeridi (Henchiri)
Entraîneur : Zouaoui


«Arrafdou laalamat l’Algérie t’qualifiat»
L’Algérie qui est allée corriger les Tunisiens sur leur terrain du stade Menzah, 1 but à 4, grâce notamment à un doublé de Menad, un but de Kaci-Saïd et une réalisation de Rabah Madjer, a surtout eu un match facile au 5-Juillet, malgré ce large score acquis au match aller, les capés de Saadane, avaient respecté l’adversaire en sortant un match sérieux avant d’offrir une éclatante victoire aux exigeant public du 5-juillet. Cette génération composée essentiellement des joueurs issus de l’épopée de 82, venait d’offrir la deuxième qualification à un Mondial dans l’histoire de l’Algérie.
Après avoir assuré la victoire, les Algériens qui ont respecté nos voisins tunisiens en jouant le jeu à fond, et surtout sans donner l’impression d’avoir de la pitié pour cette équipe de la Tunisie, anéantie par le score du match aller, le public algérien s’est levé comme un seul homme pour scander : «Arafdou laalamat l’Algérie t’qualifiat» le 5-Juillet vibrait dans une ambiance indescriptible surtout beaucoup d’émotions.

Kaci-Saïd : «Le plus dur avait été fait à Tunis»
«L’infatigable milieu de terrain du RC Kouba, Mohamed Kaci-Saïd, se rappelle toujours de l’exploit des Verts réalisé à Tunis face à la Tunisie (1-4), avec une victoire avait été obtenue avec panache. «C’est le talent qui avait fait la différence, tout comme quatre ans auparavant face au Nigeria. Nous ne craignons personne car nous avions foi en nos qualités propres. Le public et l’environnement ne nous faisaient pas peur. Même en ayant encaissé le premier but des Tunisiens, nous n’avons pas cédé à la panique et nous avons su retourner la situation en notre faveur. Au match retour, à Alger, nous avons joué avec sérénité car le plus dur était fait. Même les Tunisiens n’y croyaient plus», se rappelle-t-il.

«Saadane était tellement serein qu’il mâchait du chewing-gum»
Preuve de la confiance qui régnait parmi les Verts, cette anecdote narrée par Mohamed Kaci-Saïd : «Avant le match aller à Tunis, un dirigeant avait trouvé le sélectionneur Rabah Saadane assis en train de mâcher un chewing-gum. Surpris, il lui a dit : ’’Que fais-tu ? Tu es assis alors qu’il y a un match qui arrive ?’’ Le coach lui a alors répliqué avec calme et assurance : ’’Je ne m’inquiète pas. Je sais ce que j’ai comme joueurs et ce dont ils sont capables.’’ C’est dire que notre équipe dégageait une force tranquille qui impressionnait même les plus coriaces de nos adversaires.»

«Nous avions plus de pression qu’aujourd’hui, une pression politique»
Sur l’état d’esprit qui animait les joueurs, le frère aîné de Kamel Kaci-Saïd insiste sur le fait que «le groupe de joueurs avait plus de pression que les joueurs actuels car le régime politique du parti unique de l’époque exigeait des résultats immédiats pour soigner l’image du pays». Cela n’a pas empêché les Verts, à l’époque, d’aligner deux participations de suite à la Coupe du monde, fruit d’un travail étalé sur de longues années.

---------

Eliminatoires Mondial-2010
Algérie 1 - Egypte 0
Date : 18.11.2009
Stade : Oum Dourman
(Soudan)
Affluence : 40 000 spectateurs
Arbitre : Eddy Maillet
(Sychelles)
But : Yahia (40’) (Algérie)

Algérie : Chaouchi, Bougherra, Yahia (Zaoui 68), Yebda, Halliche, Belhadj, Saïfi (Ghilas 84’), Ziani, Mansouri, Ghezzal, Meghni (Matmour 58’)
Entraîneur : Saâdane


Egypte : El Hadari, Moawad, El Sakka, Saïd, W. Gomaâ, Fathi (Zidan 46’), El Mohammadi, Abou Trika, Hassan (cap), Meteab, Zaki (Abd Rabou 46’)
Entraîneur : Hassan Shehata

Une qualification que le peuple n’oubliera jamais !
Le match d’appui qualificatif à la Coupe du monde 2010 est, de l’avis de tous, incontestablement le plus marquant de l’histoire du football national. De part son caractère derby et la sensibilité qui a toujours existé entre les deux nations, les Ziani, Yahia, Zaoui, Bougherra, Meghni, Belhadj, Chaouchi, et tous les autres resteront gravés à jamais dans les mémoires de tous les Algériens. On rappellera aussi que ce succès aura été aussi celui de la détermination et la solidarité de tous. Des joueurs dévoués à leur patrie, et un peuple uni pour un même objectif. La joie des supporteurs des Verts, les larmes des Egyptiens et le défilé des joueurs au milieu d’une foule énorme, et une ambiance inoubliable. Une chose est sûre, dans 100 ans, on en parlera encore de ce match qui restera, comme déjà dit, la référence du football national à tous les niveaux.

Yahia : «Je ne m’imaginais pas me lever le lendemain dans la peau du vaincu»
Auteur du but qui a qualifié l’Algérie au Mondial-2010, Anthar Yahia est l’une des figures emblématiques du match de Oum Dourman contre l’Egypte. Pour lui, la clef du match a été l’envie d’aller au Mondial : «Nous étions incroyablement motivés. Déjà, les incidents du Caire, que nous avions ressentis comme une profonde injustice, avaient décuplé notre envie de vaincre et d’aller au Mondial. De plus, nous avions faim de participer au plus grand rassemblement de football au monde. Donc, je pense que ça s’est joué plus sur le mental que sur la tactique ou la technique. Personnellement, je ne m’imaginais pas me lever le lendemain dans la peau du vaincu. Si cela avait été le cas, c’aurait été comme si j’avais perdu un être cher.»

«Chaouchi a été en retard parce qu’il… faisait la sieste»
Même ses coéquipiers et lui étaient stressés, ils ne ressentaient pas une pression extraordinaire, surtout que la perspective de la présence de supporters algériens au stade les avaient rassurés. Yahia nous a narré une anecdote à ce sujet : «Alors que nous étions montés dans le bus pour aller au match, nous nous sommes aperçus de l’absence de Faouzi Chaouchi. Nous l’avons signalé à Hassen Benhadji, l’entraîneur des gardiens de but, qui a couru le chercher dans sa chambre. Quelques minutes plus tard, Faouzi est monté dans le bus avec la tête de quelqu’un qui venait tout juste de se réveiller. Il faisait encore la sieste ! ’’C’est déjà l’heure du match ?’’, a-t-il demandé dans le bus, d’un air détaché, alors que nous rigolions tous de lui. Au final, il nous a sorti une superbe prestation. Cela démontre la confiance et la sérénité qui caractérisait le groupe.»

«Dans un match décisif devant le public algérien, tu te surpasses forcément»
De ce jour mémorable, l’ancien capitaine des Verts retient une chose : le public. «Quand tu joues devant les supporters algériens, tu te surpasses forcément, surtout lorsqu’il s’agit d’un match décisif. Il ne s’agit pas de jouer 5, 10 ou 20 matches, mais un seul dans lequel il faut se donner à fond. Le public algérien est une formidable source de motivation et toutes les générations successives de Verts ont eu à le constater. C’est un peuple qui mérite qu’on donne tout pour lui.»

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:30

Le monde arabe fier de l’Algérie

Les médias marocains, tunisiens et égyptiens saluent la qualification des Verts



Quelques minutes après la fin du match d’hier soir disputé au stade Tchaker, la presse étrangère a salué cette qualification historique de l’Algérie au Mondial brésilien, la 4e de son histoire. Mais le fait marquant, c’est que c’est la presse arabophone qui s’est le plus étalée sur cette belle performance des Verts. Normal, lorsqu’on sait que l’Algérie sera le seul représentant zrabe lors du prochain Mondial, après l’élimination de la Tunisie, de l’Egypte et de la Jordanie, respectivement face au Cameroun, le Ghana et l’Uruguay. Après cette belle performance, le monde arabe s’est dit fier de l’Algérie. Quant à la presse française, elle est revenue sur la victoire des Verts, tout en se penchant beaucoup plus sur le coup de génie de Madjid Bougherra qui a inscrit le seul but de la victoire. Les médias étrangers estiment que même si elle a eu beaucoup du mal face à la formation du Burkina Faso, l’Algérie mérite largement son billet pour le Brésil.

Les médias marocains, tunisiens et égyptiens saluent la qualification des Verts
Le fait marquant de cette revue de presse internationale c’est que la joie a été partagée par l’ensemble des pays arabes, particulièrement nos voisins marocains et tunisiens. La presse égyptienne est elle aussi revenue en détails sur cette qualification des Verts, quelques heures seulement après l’élimination de leur sélection pour la course au Mondial. Une qualification héroïque de l’Algérie qui l’a met, désormais, au-devant de la scène.

--------------------------

Médias du monde arabe

«L’Algérie au Mondial !»
Le quotidien marocain spécialisé est lui aussi revenu sur la qualification des Verts au prochain mondial. Dans l’article publié sur le site, il a été rapporté : «L’Algérie sera présente au prochain Mondial. C’est hier que les Algériens ont su renverser la vapeur, après leur défaite au match aller sur le score de 3 buts à 2. Et c’est grâce à Bougherra, le capitaine, que l’Algérie a pu ouvrir le score en seconde période. L’Algérie sera le seul représentant arabe au prochain Mondial, après l’’élimination de la Tunisie, de la Jordanie et de l’Egypte. Ce sera donc la seconde qualification consécutive des Algériens au Mondial, la 4e de leur histoire.»

«L’Algérie, le porte flambeau du monde arabe»
«L’Algérie est au Mondial. C’est hier que nos voisins algériens ont décroché leur billet qualificatif pour le Mondial au Brésil, après leur succès par 1 but à 0 face au Burkin Faso. L’Algérie sera le porte flambeau du monde arabe lors du prochain Mondial, après l’élimination des 3 autres représentants.»

«Les Fennecs réalisent le rêve des Arabes»
«Ils l’ont fait les Algériens ! Après avoir perdu au match aller sur le score de 3 buts à 2, les Algériens se sont imposés chez eux sur le score de 1 but à 0. Ainsi, les Fennecs réalisent le rêve des Arabes, puisque ce sera le seul pays arabe présent au prochain Mondial, comme c’était le cas en 2010, en Afrique du Sud.»

«L’Algérie droit vers le Brésil»
«Une fois de plus, l’Algérie sera présente au prochain Mondial. Les Fennecs vont tout droit vers le Brésil, après avoir gagné au match retour hier par 1 but à 0. Le but de la victoire a été inscrit par le capitaine Madjid Bougherra, en 2e mi-temps, après un mauvais dégagement d’un défenseur burkinabé. L’Algérie sera donc le seul pays arabe présent au Mondial-2014.»

«L’Algérie, seul représentant arabe au Mondial»
«L’Algérie a assuré son billet au prochain Mondial, après sont succès difficile face au Burkina Faso sur le score de 1 but à 0. Ainsi, le monde arabe sera représenté par l’Algérie uniquement, après l’élimination de l’Egypte, la Jordanie et de la Tunisie. Pour rappel, les Algériens disputeront leur 4e Mondial de leur histoire après 1982, 1986 et 2010.»

«L’Algérie surclasse le Burkina Faso»
«Après sa défaite de 3 buts à 2 au match aller, l’Algérie s’est qualifiée pour le 4e Mondial de son histoire face au Burkina Faso, après sa courte victoire par 1 but à 0, signé le capitaine Bougherra. Ainsi, l’Algérie sera le seul représentant arabe, après l’élimination de la Tunisie, de l’Egypte et de la Jordanie.»

«L’Algérie héroïque !»
«Héroïque Algérie ! C’est avec une grande difficulté que l’Algérie a arraché son billet qualificatif pour le prochain Mondial au Brésil, après sa victoire au match retour par la plus petite des marges. L’Algérie, qui sera présente au Mondial pour la 4e fois de son histoire, représentera à elle seule le monde arabe.»

«Bougherra propulse l’Algérie au Mondial»
«Le capitaine Bougherra propulse l’Algérie au Mondial, après avoir marqué le seul but de la victoire lors du match retour face au Burkina Faso. Ce sera le seul représentant arabe au Brésil. Une 4e qualification qui restera dans les annales du football algérien, africain et arabe.»

----------------------------------

La presse francophone

« Madjid Bougherra envoie l’Algérie au Mondial »
Ce mardi 19 novembre, c’était le match à ne pas rater dans la zone Afrique pour le Mondial-2014. A Blida, chez eux, les Algériens ont finalement décroché leur billet face au Burkina Faso par un score étriqué (1-0). C’est finalement Madjid Bougherra qui a délivré les Fennecs en seconde période dans une partie inégale, tant les deux formations étaient fébriles fà cause de l'enjeu.

«L’Algérie verra le Brésil»
«Battue (2-3) à l'aller, l'Algérie a vaincu le Burkina Faso (1-0) en barrage retour à Blida pour se qualifier pour la Coupe du monde, pour la deuxième fois de suite. Madjid Bougherra, qui aurait pu être expulsé en première période, a marqué l'unique but du match. Quelques secondes plus tard, le public a pu allègrement envahir la pelouse et célébrer la deuxième qualification de suite des Fennecs pour une Coupe du monde. Pour ces supporters, le Brésil vaut bien plus qu’une polémique.»

«L’Algérie et le Ghana complètent le quintet africain»
«L'Algérie et le Ghana sont devenus, hier mardi, les deux dernières équipes africaines qualifiées pour le Mondial-2014, complétant le quintet africain pour ce tournoi avec la Côte d'Ivoire, le Nigeria et le Cameroun. Ce sont donc les mêmes équipes qui étaient au Mondial-2010 en Afrique du Sud qui iront au pays du foot l'été prochain (12 juin-13 juillet). Ce sera la 4e participation des Fennecs algériens à une Coupe du monde, après celles de 2010, 1986 et 1982. Et la 3e des "Black Stars" du Ghana, après les éditions de 2006 et 2010.»

«L’Algérie sera au Mondial»
«One, two, three ! Viva l'Algérie !» Ce refain va bien résonner au Brésil. En effet, les protégés de Vahid Halildozic se sont qualifiés hier pour la Coupe du monde 2014. Mais que ce fut dur ! Victorieux à l’aller (3-2), les partenaires de Jonathan Pitroipa, surprises de la dernière CAN, pourront avoir des regrets, même s’ils n’ont pas réalisé un grand match. Peu avant la fin de la première période, Madjid Bougherra aurait dû être expulsé pour un attentat sur un joueur burkinabè. Mais le défenseur central algérien n’a récolté que d’un carton jaune. Une erreur d’arbitrage qui n’est pas restée sans conséquences puisque c’est le stoppeur de Lekhwiya (Qatar) qui a inscrit l’unique but de la partie, suite à un gros cafouillage (1-0, 49’). Dans les arrêts de jeu, un joueur algérien a dévié un corner sur son propre poteau, mais l’Algérie sera bien au Mondial pour la quatrième fois, après 1982, 1986 et 2010.»

«L’Algérie ira au Brésil»
«Dominée (3-2) à l'aller, l'Algérie a réussi à renverser la vapeur face au Burkina Faso, hier, lors du barrage retour de la Coupe du monde. Les Fennecs se sont imposés (1-0) à Blida, dans un stade Mustapha-Tchaker qui affichait déjà complet, 6 heures avant le coup d'envoi, grâce à un but du défenseur central et capitaine Madjid Bougherra (49’), qui aurait pourtant dû être exclu pour un tacle les deux pieds décollés sur l'ancien Marseillais, Charles Kaboré (45’). L'Algérie est le cinquième et dernier pays africain qualifié, après la Côte d'Ivoire, le Cameroun, le Nigeria et le Ghana qui avait décroché le quatrième ticket, en fin d'après-midi, contre l'Egypte.»

«L’Algérie se qualifie pour le Mondial»
«Battue 2-3 à l'aller, l'Algérie a décroché son billet pour le Mondial 2014, en battant le Burkina Faso (1-0) à Blida. Madjid Bougherra (49’) a inscrit le but de la qualification. La quatrième dans l'histoire du ffotball des Fennecs.»

«L’Algérie au Mondial»
«Battue 3-2 au match aller, l’Algérie a réussi à décrocher son billet pour la Coupe du monde, en s’imposant 1-0 au barrage retour, hier à Blida. Le capitaine des Algériens, Madjid Bougherra (49’), a inscrit l’unique but de la rencontre, à la suite d’un cafouillage. Il s’agit de la troisième participation des Fennecs à un Mondial, après 1982, 1986 et 2010.»

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:33

L’hymne national du Burkina respecté

Les supporters ont été sensibilisés dans ce sens.



Lors de la conférence de presse de Vahid Halilhodzic d’avant-match, le sélectionneur national n’a pas manqué l’occasion de s’adresser aux supporters algériens pour leur demander de respecter l’hymne national du Burkina Faso. Comme on s’y attendait, les amoureux de la balle ronde qui se sont rendus à Blida ont tenu à faire preuve de civisme, en respectant l’hymne burkinabé.

Les supporters ont été sensibilisés dans ce sens
Depuis l’ouverture des portes du stade, les animateurs et Cheb Toufik par la suite n’ont cessé d’appeler au respect de l’adversaire. Cheb Toufik a demandé aux présents de respecter l’hymne national du Burkina Faso. «La FIFA suit de très près ce match. Nous devons donner exemple en ne sifflant pas l’hymne national du Burkina Faso. Eux lors du match aller, ils ont respecté notre hymne national. A nous de faire de même», avait lancé Cheb Toufik. Des propos qui ont été suivis par les sifflets des supporters qui n’ont apparemment pas apprécié cette leçon de morale.

Le Buteur (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:37

Messi, Taïder et Ghoulam dans une pub pour Ooredoo

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 14:58

L'Algérie arrache son sésame dans une ambiance de feu



L'Algérie a arraché à domicile son billet pour le Mondial-2014 au Brésil grâce à un but heureux et une victoire étriquée (1-0) face au Burkina Faso dans une ambiance de feu à Blida, à 50 km d'Alger. Dans un stade Mustapha Tchaker plein à craquer six heures avant le coup d'envoi, les Algériens ont finalement réussi à renverser la vapeur après le match aller perdu 3-2 à Ouagadougou.

Après les Mondiaux 1982 en Espagne, 1986 au Mexique et 2010 en Afrique du Sud, ce sera la quatrième participation en Coupe du Monde pour les Fennecs.

Le match n'a jamais atteint des sommets sur le terrain, même si c'était la folie dans les tribunes. L'Algérie a marqué l'unique but de la rencontre à la 49e minute sur une action très confuse suite à un coup franc de Ghoulam: après un ballon touché de la main par le Lyonnais Bakary Koné dans les six mètres, Bougherra butait sur le gardien Diakité mais Bakary Koné, en voulant dégager, envoyait le ballon sur la tête du vétéran Madjid Bougherra qui marquait sans le vouloir !

Peu importe, les spectateurs algériens hurlaient leur bonheur et soutenaient leur équipe jusqu'au bout dans un stade transformé en chaudron. L'Algérie frisait toutefois la correctionnelle avec un centre burkinabé dévié par Carl Medjani sur le poteau droit de son gardien Zemmamouche, amorphe, sur un mauvais renvoi de sa défense dans les arrêts de jeu (90e).

L'attaquant vedette des Etalons, Jonathan Pitroipa, qui avait donné des sueurs froides aux Algériens au match aller, n'est jamais parvenu à être influent dans le jeu de son équipe à Blida. Le Rennais n'a pas réussi une seule fois à franchir balle au pied la défense algérienne, emmenée par la charnière Carl Medjani-Bouguerra.

Vahid Halilhodzic, le sélectionneur bosnien de l'Algérie, réputé très sévère, en versait même quelques larmes alors que ses joueurs haranguaient la foule, qui criait sa joie.

Après le coup de sifflet final de l'arbitre sénégalais Badara Diatta, une marée humaine a déferlé dans les rues de la plupart des villes du pays. A Alger, où des dizaines de milliers de supporteurs avaient regardé le match sur écran géant, devant la grande poste, d'interminables cortèges de voitures recouvertes du drapeau algérien ont commencé à sillonner les rue de la capitale, avec à bord des jeunes survoltés entonnant leur célèbre cri de ralliement "one, two, three, viva l'Algérie".

Fifa.com (20/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 15:07

L'Algérie se qualifie pour le Mondial 2014 en battant le Burkina Faso (1-0)

Battue 2-3 à l'aller, l'Algérie a décroché son billet pour le Mondial 2014 en battant le Burkina Faso (1-0) à Blida.



L’Algérie va participer à la Coupe du monde pour la quatrième fois de son histoire. Mais il s’en est fallu d’un rien. Un seul petit but sur ce match retour qui a suffi au bonheur de la bande à Vahid Halihodzic face au Burkina Faso. Battus à l’aller (3-2), les Fennecs se sont imposés au retour (1-0) et valident leur billet pour le Mondial à la faveur des deux buts marqués à Ouagadougou.

Dans un stade Mustapha Tchaker chauffé à blanc plus de cinq heures avant le coup d’envoi, c’est Madjid Bougherra sur un coup franc du Stéphanois Faouzi Ghoulam qui a inscrit le seul but du match en contrant un dégagement de Bakari Koné (49e). Le reste ne fut qu’une bataille âpre et acharnée. Bougherra n’aurait d’ailleurs pas dû démarrer la seconde période.

Le poteau pour le Burkina Faso

Auteur d’un tacle avec les deux pieds décollés, le défenseur central n’a écopé que d’un jaune (45e). Une décision lourde de conséquence pour des Burkinabés qui ne se sont procurés qu’une occasion. A la 90e, les Etalons ont touché le poteau sur corner et rendu la rencontre irrespirable jusqu’au bout. Pas beaucoup plus dangereuse, l’Algérie a eu le mérite de marquer sur sa seule occasion. Pour y avoir mis plus d’envie et d’agressivité, elle a décroché son billet en serrant les dents.

(20/11/2013)

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 20 Nov - 15:16

1, 2, 3… 4 viva l’Algérie



Publié le 19 novembre 2013 à 21h15
Mis à jour le 19 novembre 2013 à 22h13

Pour la quatrième fois de son histoire, l’Algérie participera à la Coupe du monde. Battus à l’aller (2-3), les hommes de Vahid Halilhodzic ont décroché leur billet pour le Brésil en s’imposant sur la plus courte des marges au retour à Blida contre le Burkina Faso (1-0).

Après les qualification de la Côte d’Ivoire, du Nigeria, du Cameroun et du Ghana, qui a validé son billet plus tôt dans la soirée aux dépens de l’Egypte, l’Algérie sera le cinquième représentant du continent africain lors de la Coupe du monde au Brésil. Soutenus par un tout un peuple, représenté par 30 000 fervents supporteurs qui avaient pris place dans le stade Tchaker dès 13 heures (soit plus de six heures avant le coup d’envoi !), les Fennecs ont décroché leur billet pour le Mondial 2014. Battue à l’aller (2-3), l’Algérie avait besoin d’une courte victoire mardi à Blida contre le Burkina Faso pour gagner le droit de disputer sa quatrième Coupe du monde, après ses participations en 1982, 1986 et 2010. Contrat rempli avec un succès sur la plus petite des marges obtenu grâce à un but de Madjid Bougherra, le capitaine algérien.

Un buteur heureux, puisque sur la trajectoire du dégagement de Bakary Koné après s’être emmêlé les pinceaux devant le gardien burkinabais, surpris de récupérer le ballon dans le dos de la défense adverse, mais qui n’aurait pas dû être sur la pelouse à cet instant du match (49e). Et pour cause, l’ancien défenseur central des Glasgow Rangers, aujourd’hui au Qatar, aurait dû être expulsé juste avant la pause pour un tacle d’un autre temps, les deux pieds décollés, sur l’ancien Marseillais Charles Kaboré, pas malheureux de n’avoir été qu’effleuré par l’Algérien.

A un poteau près…

Vahid Halilhodzic, le sélectionneur des Fennecs, se défendra en rappelant que sans un penalty imaginaire accordé au Burkina Faso à l’aller, décision qui avait permis au finaliste de la CAN 2013 de s’en tirer avec une victoire (3-2), l’Algérie n’aurait pas eu besoin de ce but. "Sans l’arbitre, on serait déjà qualifiés avec un nul là-bas", avait lancé, encore très énervé, le technicien bosniaque avant ce match retour.

Dans l’obligation de l’emporter, les Algériens ont commencé la rencontre la peur au ventre, trouille qui se transforme en angoisse quand les Étalons burkinabés ouvrent le score d’entrée (2e), but refusé par M. Diatta pour une faute au départ de l’action. Sous tension, les Fennecs connaissent dix minutes difficiles, avec beaucoup de déchets techniques dans leurs transmissions. Il faut une tête de Slimani, hors cadre (22e), pour les libérer. La délivrance interviendra finalement au retour des vestiaires. Avant l’explosion au coup de sifflet final, qui aurait pu se transformer en détresse si le poteau n’était pas venu sauver Zemmamouche et ses coéquipiers dans le temps additionnel. Privé de la Coupe du monde 2010 avec la Côte d’Ivoire, la faute à une CAN 2010 achevée en quarts de finale, Vahid Halilhodzic tient l’occasion de diriger une sélection en Coupe du monde. Avec l'ambition d'emmener les Fennecs plus loin que le premier tour.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 13:22

Les Burkinabés croient qu’ils sont qualifiés sur tapis vert !

Bertrand Kaboré (S.G. FBF) : «Le dossier a été ficelé avant le début du match.»



A l’ère de la technologie, de l’internet et de la communication instantanée, la rumeur a quand même la vie dure. C’est le cas au Burkina Faso où une rumeur annonçant la qualification des Burkinabés au Mondial sur tapis vert s’est propagée telle une traînée de poudre. C’est allé tellement vite que la population locale est descendue dans les rues des deux principales villes du pays, Ouagadougou, la capitale, et Bobo Dioulasso, pour fêter la «nouvelle».

Les autorités burkinabés ont lancé des appels à la prudence
Or, il n’y a absolument rien d’officiel. Une qualification sur tapis vert ne peut pas être prononcée au lendemain d’un match, alors même que la commission compétente de la FIFA n’a même pas eu le temps d’examiner les réserves qui auraient été formulées ni écouter les parties concernées. Les autorités burkinabés l’ont bien compris, elles qui se sont empressées de lancer des appels, à travers les médias publics (télévision, radios…), à la prudence en faisant remarquer qu’il ne s’agissait que de simples rumeurs et que, jusqu’à cet instant, c’est l’Algérie qui est qualifiée à la Coupe du monde.

Le SG de la fédération parle d’un «dossier en béton»
Si la qualification du Burkina Faso n’est qu’une simple rumeur, la Fédération burkinabés de football a bel et bien déposé un recours à la FIFA. Le secrétaire général de l’instance fédérale, Bertrand Kaboré, nous l’a confirmé hier, mais il s’est refusé à dévoiler l’objet de ces réserves. Il s’est contenté de révéler que «le dossier préparé est en béton et a été ficelé quelques minutes avant le coup d’envoi du match». Une telle affirmation laisse supposer que les réserves ont trait à la qualification d’un ou plusieurs joueurs pour le match d’avant-hier. En plus clair, c’est la présence d’un joueur sur la feuille de match qui serait contestée.

On parle d’un recours contre l’arbitre, mais cela ne changera pas le résultat du match
Selon des médias africains, le recours déposé par la Fédération burkinabés de football vise plutôt l’arbitre du match, Badara Diatta, accusé d’avoir commis des fautes ayant influé sur le cours du match, notamment la non expulsion de Madjid Bougherra en première mi-temps suite à un tacle sur Charles Kaboré, le refus d’un but au Burkina Faso et le non respect de la durée du temps additionnel. Or, quand bien même l’arbitre aurait commis ces fautes, cela ne fera pas changer l’issue du match. En effet, les reproches cités plus haut relèvent de l’appréciation de l’arbitre et, même s’il se révèle qu’il y a eu des erreurs, le résultat du match est validé. La France s’était bien qualifiée aux dépens de l’Irlande du Sud en 2009 avec un but entaché d’une main de Thierry Henry, mais le match n’a pas été rejoué. De même, un but valable avait été refusé à Frank Lampard lors de la dernière Coupe du monde lors du match Allemagne-Angleterre, mais le résultat de la partie avait été validé. En fait, il y a un seul cas où un match peut être rejoué : dans le cas où l’arbitre commet une faute technique (décision qui va à l’encontre des lois du jeu).

L’arbitre du match aller a offert un but, mais les Burkinabés n’ont rien dit
Cela dit, il serait surprenant que les Burkinabés déposent un recours contre l’arbitre du match retour alors qu’ils n’ont pas pipé mot sur l’énorme erreur commise par celui de la rencontre aller et qui avait amené le troisième but du Burkina Faso, un vrai cadeau. Ils sont en train de faire le nécessaire pour montrer, en interne, envers la population locale, qu’ils ont tout fait pour se qualifier. C’est de bonne guerre, mais il est surprenant que cela suffise à convaincre la FIFA, surtout qu’il serait surprenant que la FAF ait commis l’imprudence de faire participer à ce match un ou des joueurs qui n’y étaient pas qualifiés.

Pour la FIFA, c’est l’Algérie qui est qualifiée
Par ailleurs, et selon une source autorisée à la FAF, celle dernière a reçu hier, de la part de la FIFA, la notification officielle de la qualification des Verts pour le Mondial-2014. Un tel document ne peut être envoyé si un doute subsistait sur la régularité du match. Ou bien la Fédération burkinabée n’a envoyé aucun recours, ou bien le recours a été jugé irrecevable. Donc, jusqu’à preuve du contraire, l’Algérie sera bel et bien présente à la Coupe du monde du Brésil.

Bertrand Kaboré (S.G. FBF) : «Le dossier a été ficelé avant le début du match»
Dans une déclaration qu’il nous a faite hier en fin de journée, Bertrand Kaboré, secrétaire général de la Fédération burkinabée de football, a confirmé que des réserves ont été formulées concernant le match Algérie-Burkina Faso, remporté par les Verts (1-0). «Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il s’agit d’un dossier en béton. Nous l’avons ficelé quelques minutes avant le début du match. Il a été envoyé à la FIFA ce matin (hier matin, Ndlr). Je ne peux rien vous révéler de plus, mais sachez que nous sommes très confiants quant à l’issue favorable de notre recours», nous a-t-il affirmé.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 13:28

Halilhodzic : «Je suis restant, mais tout peut arriver, on ne sait jamais»

Raouraoua s’est entretenu avec Halilhodzic Raouraoua : «On va préparer le Mondial comme il se doit»



Depuis vendredi, c’est tout le monde qui parle de l’avenir du sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, avec la sélection. En effet, beaucoup ont déclaré que le match contre le Burkina Faso était le dernier de Vahid Halilhodzic à la tête de la sélection nationale. C’est d’ailleurs cette information qui a circulé dans les couloirs de la Fédération algérienne. Finalement, tout a été tiré au clair. Vahid Halilhodzic continuera sa mission à la tête des Verts, du moins pour le moment. Après avoir réussi à qualifier l’Algérie en Coupe du monde, Halilhodzic jouit toujours du soutien de la fédération, en dépit de son échec lors de la dernière CAN. Selon une source bien informée, Vahid Halilhodzic s’est réuni, hier après-midi, avec Mohamed Raouraoua. Ce dernier a profité de l’occasion pour tirer au clair quant à l’avenir du technicien franco-bosniaque.

Il lui a demandé de ne plus faire de déclarations fracassantes
Parmi les points abordés, on croit savoir que le président de la FAF a parlé de la dernière conférence de presse animée par le sélectionneur national, vendredi passé. Vahid Halilhodzic n’avait pas, en effet, hésité à tirer à boulets rouges sur tout le monde, même sur les instances. Des déclarations graves qui auraient pu tout remettre en cause. Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, qui n’a pas du tout apprécié, était en colère contre son sélectionneur qui en s’exprimant mal dans la langue de Molière dit souvent des choses qui dépasse sa pensée. Finalement, il lui a demandé de ne plus faire des déclarations fracassantes.
Il lui a reproché son comportement envers Diatta Badara et Bancé
On croit savoir aussi que le président de la Fédération algérienne de football n’a pas du tout apprécié le comportement de Vahid Halilhodzic au cours de la rencontre face au Burkina Faso. D’ailleurs, selon nos informations, Raouraoua lui a demandé de garder son calme, sachant surtout qu’il n’était pas loin de recevoir un carton rouge. Par ailleurs, le président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua, n’a pas apprécié que Vahid Halilhodzic envoie l’entraîneur des gardiens de but de l’EN, Michael Boly, en Bulgarie, sans l’aviser.

L’objectif tracé : le deuxième tour de la Coupe du monde
Mohamed Raouraoua vise haut. Le président de la fédération a fixé à Vahid Halilhodzic l’objectif d’atteindre le deuxième tour de la Coupe du monde 2014. Ce qui serait une première pour l’Algérie.

Selon une source autorisée auprès de la FAF
«Halilhodzic restera jusqu’à la fin du Mondial»
Une source autorisée auprès de la FAF a annoncé, hier, que Halilhodzic restera bel et bien en sélection. «Halilhodzic restera en sélection nationale jusqu’au Mondial. C’est désormais officiel !»


Halilhodzic : «Je suis restant, mais tout peut arriver, on ne sait jamais»
Même s’il a été conforté dans son poste, à travers les déclarations du président Mohamed Raouraoua qui a renouvelé sa totale confiance à l’entraîneur, le technicien bosnien semble toujours indécis et préfère prendre un peu de repos pour savourer cet exploit réalisé avec l’Algérie : «On mérite amplement notre qualification ; au match aller, on n’était pas bien, je parle surtout de l’arbitrage, maintenant qu’on est qualifiés, je suis très content et je veux d’abord savourer notre victoire et notre qualification, avant de parler d’autres choses.»

«J’ai qualifié la Côte d’Ivoire et on m’a remercié, peut-être qu’on va me remercier encore une fois»
Vahid Halilhodzic, après s’être abstenu d’évoquer son avenir avec l’EN en esquivant la question des journalistes présents à Djenane Al Mithak, hier, a jeté un pavé dans la mare : «Vous savez, il y a quelques années, j’ai déjà qualifié une équipe en Coupe du monde (Ndlr: la Cote d’Ivoire), mais ils m’ont remercié, je ne sais pas si on va me remercier encore une fois. Franchement, je suis tellement fatigué que j’ai besoin d’un peu de repos pour savourer notre succès. Je souhaite à l’Algérie beaucoup de succès. Donnez-moi un peu plus de tranquillité, après la vie continue normalement avec Vahid, mais on ne sait jamais !»

Raouraoua : «On va préparer le Mondial comme il se doit»
Mohamed Raouraoua n’a pas parlé de l’avenir du coach Vahid, mais il a, bien sûr, évoqué la nécessité de bien préparer le prochain Mondial, pour ne pas faire de la figuration : «C’est un travail de 3 ans qui a été récompensé, c’était dur, on est passé par des étapes particulières. C’était un vrai match de coupe, il fallait gagner. On ne pensait pas à la manière. On voulait juste gagner. On va prendre quelques jours de repos, et on va vite commencer à préparer le Mondial dans les meilleures conditions possibles».

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 13:31

Le tirage au sort du Mondial aura lieu le 6 décembre : L’Algérie devrait figurer dans le 3e chapeau

Composition probable des chapeaux.



Leur qualification au Mondial brésilien acquise, les Algériens peuvent désormais souffler et respirer tranquillement. A présent, tous les regards seront braqués au pays de la Samba où aura lieu, le 6 décembre prochain, la grande cérémonie du tirage au sort de cette Coupe du monde (12 juin-13 juillet 2014). Cette cérémonie aura lieu plus précisément dans la banlieue de Salvador de Bahia. Un rendez-vous que les Algériens ne manqueront pas de suivre avec grand intérêt pour voir quelles sélections feront face aux Verts lors de cette grande fête du football.

La composition des chapeaux sera dévoilée trois jours avant
Concernant la composition des chapeaux, rien n’est  encore officiel. Hormis le premier chapeau, celui des huit têtes de série, déjà arrêté, il faudra attendre la commission d’organisation de la Coupe du monde le 3 décembre à Costa de Sauipe, pour connaître les pots du tirage au sort. Du coup, ce premier pot comprendrait le Brésil (pays hôte) et les sept équipes les mieux classées au classement Fifa du 17 octobre 2013 (et non pas celui de novembre) et qui sont l'Espagne, l'Allemagne, l'Argentine, la Colombie, la Belgique et la Suisse, ainsi que l'Uruguay qui devrait logiquement se qualifier, après son barrage retour contre la Jordanie (battue 5-0 à l'aller). La Fifa avait aussi expliqué dans un communiqué daté du 4 octobre, à l'issue d'un comité exécutif, que les autres chapeaux seraient «composés en fonction de critères géographiques et sportifs». C'est-à-dire que la commission d'organisation de la Coupe du monde, qui se réunira le 3 décembre, soit trois jours avant le tirage, proposera des chapeaux afin d'éviter que, par exemple, deux ou trois équipes de la zone Afrique ou Asie se retrouvent dans le même groupe.

L’Algérie devrait figurer dans le 3e chapeau
Toujours est-il et même si les chapeaux ne sont pas encore connus pour ce tirage au sort, l’Algérie, selon les dernières évaluations, devrait figurer dans le 3e chapeau, en compagnie des sélections comme le Chili, la Côte d'Ivoire, la France, l’Équateur, le Ghana, le Nigeria et le Cameroun.
Suisse, Grèce et Australie, le tirage le moins compliqué...

En suivant donc la composition probable des chapeaux, le tirage au sort le moins compliqué dont pourrait hériter l’Algérie regroupera des nations comme la Suisse, la Grèce et l’Australie. Un tirage qui favorisera sans doute une possible qualification pour le deuxième tour.

... Brésil, Pays-Bas et Mexique, le plus difficile
Pour ce qui est du tirage le plus compliqué qu’on pourrait avoir, c’est celui qui regroupera des sélections, comme le Brésil, le pays hôte, ou bien l’Espagne ou l’Argentine, avec les Pays-Bas et le Mexique. Les Algériens attendront avec impatience le vendredi 6 décembre pour être fixés.

------------

Composition probable des chapeaux    

Pot 1 :
Brésil, Espagne, Allemagne, Argentine, Colombie, Belgique, Uruguay (les coéquipiers de Cavani, vainqueurs 5-0 en Jordanie, jouaient tôt ce matin leur match retour), Suisse.  
Pot 2 : Pays-Bas, Italie, Angleterre, Portugal, Grèce, Bosnie, Croatie, Russie.  
Pot 3 : Chili, Côte d'Ivoire, France, Équateur, Ghana, Algérie, Nigeria, Cameroun.  
Pot 4 : USA, Mexique, Costa Rica, Honduras, Japon, Iran, Corée du Sud, Australie.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 13:41

Kader Ghezzal annonce au Buteur : «Revenir en sélection et jouer le Mondial, l’objectif que je me suis tracé»

«Les messages que je reçois au quotidien des fans me poussent à travailler très dur pour retrouver à nouveau les Verts.» «Halilhodzic a joué un très grand rôle dans cette qualification.»



C’est un Abdelkader Ghezzal très heureux et ému de la qualification au Mondial brésilien acquise par l’Algérie qu’on a eu, hier matin, au bout du fil. Discret dans les médias depuis plusieurs mois, l’actuel sociétaire de Latina a accepté de s’exprimer et comme souvent, il a choisi Le Buteur pour le faire. Le joueur a tout d’abord tenu à féliciter ses coéquipiers pour leur belle qualification, et rendre un hommage plus particulier à Bougherra, l’unique buteur du match d’avant-hier. Kader, qui fêtera ses 29 ans le 5 décembre prochain, se veut toujours ambitieux et assure dans cet entretien que son objectif est de revenir rapidement en sélection pour garantir sa présence au pays de la Samba.

L’Algérie qui se qualifie pour la 4e fois de son histoire au Mondial. On imagine que vous avez bien fêté ça…
Ah oui, et comment ! J’étais très content de cette victoire et de cette belle qualification. J’ai vibré lors de ce match, qui était très intense. On a beaucoup stressé.

Dites-nous comment avez-vous suivi ce match ?
Je l’ai suivi avec un pote à travers la télé, bien évidemment. Néanmoins, j’étais en contact permanent avec ma famille, mes frères, plus particulièrement via la Webcam. On a sauté de bonheur après le but de Bougherra. Une joie indescriptible.

Pourquoi n’avoir pas fait le déplacement à Blida pour suivre le match de très près ?
Croyez-moi, j’aurai bien aimé venir au pays et être avec mes coéquipiers au stade pour vivre ses grands moments de bonheur. Malheureusement et comme vous le savez très bien, quand on est joueur professionnel, on ne peut faire ce qu’on veut. J’avais un entraînement et il n’était pas possible pour moi de faire le déplacement.

Avez-vous contacté certains joueurs, avant le match, pour les encourager ?
Je ne vous cache pas, j’ai appelé un seul joueur l’après-midi même du match, et c’était Boughy (Bougherra). J’ai tenu à lui souhaiter bon courage et je lui ai dit de transmettre mon message de soutien aux autres joueurs. Il m’a décris un peu l’ambiance qu’il y avait. Madjid est expérimenté et sait gérer ce genre de matchs à grosse pression.

On peut dire que vous lui avez porté chance, puisqu’il a été le héros du match en inscrivant le but libérateur qui va nous emmener au Brésil…
Oui, c’est vrai (rires…). En tout cas, je dois dire que je suis très content pour lui. Madjid est une personne formidable et mérite ce qui lui arrive. Il a beaucoup donné au pays, en répondant toujours présent à l’appel de la sélection. D’ailleurs, je compte le rappeler ce soir (Ndlr, hier) au téléphone pour le féliciter et lui tirer un gros coup de chapeau pour le grand match qu’il a fourni.

Beaucoup estiment que c’est tout un symbole qu’un joueur comme Bougherra soit notre sauveur, si on peut dire cela comme ça. Etes-vous d’accord ?
Oui, je suis totalement d’accord. Bougherra représente parfaitement la sélection nationale, et d’ailleurs même l’Algérie. C’est un véritable battant et un joueur qui s’est toujours sacrifié. Ce n’est peut-être pas une coïncidence qu’il soit le héros que tout un peuple attendait. Après, vous savez, c’est aussi un travail de tout un groupe. Il faut féliciter tout le monde et ne pas omettre le gros travail des attaquants, qui ont beaucoup donné, même s’ils n’ont pas été récompensés.

Que pensez-vous du rendement de l’équipe lors de ce match. On était un peu crispés, non ?
Oui, c’est clair qu’on n’a pas joué un match extraordinaire, mais c’est tout à fait normal. Les joueurs étaient sous pression et croyez-moi, ce n’est pas facile de gérer l’attente de tout un pays. La pression était terrible, mais les joueurs ont su rester mobilisés et concentrés sur le terrain jusqu’au bout. On a vu le même état d’esprit en 2009 et cela a été au final déterminant. Après, dans ce genre de match, peu importe la manière. L’essentiel est qu’on ait gagné et qu’on soit désormais officiellement qualifiés pour jouer un autre Mondial.

Justement, pour ce Mondial-2014, on aura droit à la présence des cinq mêmes nations africaines qui étaient en Afrique du Sud, quatre ans plutôt. On peut dire que la hiérarchie a été respectée…
L’expérience en est un facteur important, mais pour nous, l’essentiel est que l’Algérie a validé sa qualification. On est un grand pays de football et je pense qu’il est très important de participer régulièrement à ce genre de compétition. N’oublions pas surtout de souligner le gros travail du sélectionneur, qui a été pour beaucoup dans cette qualification.

Quel a été, selon-vous, le rôle de Halilhodzic dans cette qualification ?
Halilhodzic a joué un très grand rôle dans cette qualification. Il ne faut pas oublier que lorsqu’il a pris en main l’EN, on était un peu perdus et on avait loupé un peu nos repères. Le coach a su remobiliser tout le monde et surtout apporter progressivement du sang neuf dans l’équipe. Il y a eu l’arrivée de nouveaux joueurs pétris de qualités et tout cela a été bénéfique pour l’équipe ensuite.

Là, on sent à travers votre discours que vous n’êtes pas trop concerné. Vous avez perdu espoir de revenir en sélection…
Non, pas du tout. Au contraire, je garde bien l’espoir de retrouver un jour la sélection. J’ai cet objectif et Inch’Allah, je parviendrai à l’atteindre très prochainement. N’oubliez pas que j’ai eu l’année dernière cette opération au genou, qui m’a beaucoup ralenti et freiné dans mon ascension avec les Verts. Pour autant, je reste optimiste quant à un retour triomphant en sélection.

Donc, vous visez à jouer le Mondial brésilien…
C’est clair. Vous savez, je suis un joueur ambitieux et du moment que je continue à exercer ce métier, je resterai toujours au service de la sélection. Depuis quelques semaines, je retrouve mon niveau et je marque. Ça s’annonce de bon augure et si je continue sur cette voie, et je sais que je peux prétendre à un retour en sélection.

Le week-end dernier, vous avez inscrit un très joli but face à votre ancien club, Bari, qui a permis à votre club d’assurer une précieuse victoire au final…
Oui, ce fut un beau but quand même. J’étais très content de cette réalisation qui a permis à mon équipe de gagner la partie et de remonter encore au classement. El Hamdoulilah, physiquement, je suis bien et c’est à moi maintenant de continuer à travailler davantage pour être au sommet de ma forme.

Parlez-nous un peu de cette équipe de Latina pour laquelle vous joués. On ne la connaît pas vraiment ici en Algérie...
Oui, c’est une équipe pas très connue, mais croyez-moi, dans ce club, on est très professionnels. Tout est structuré et mis en place pour aider l’équipe à franchir un nouveau palier. Latina a assuré trois montées successives et est en train de marquer petit à petit son histoire dans le championnat italien. Cette saison, on ambitionne de réaliser un bon championnat, et on verra par la suite ce qu’on peut réellement atteindre. En tout cas, dans la vie, il y a un réel enthousiasme et une grosse ferveur autour de ce club.

Ainsi, on ne peut dire que les supporters des Verts vous ont oublié, puisqu’ils ne cessent de réclamer votre retour, notamment via les réseaux sociaux…
Oui, j’ai vu ça. D’ailleurs sur mon twitter, mes fans ne cessent d’espérer mon retour en sélection et croyez moi, cela me fait énormément plaisir. Je suis honoré par toute cette sympathie et cela prouve une chose, c’est que j’ai toujours joué à fond sous le maillot des Verts. Ces encouragements m’apportent aussi de la force pour me battre au quotidien aux entraînements et lors des matchs de mon club pour attirer de nouveau l’œil du coach national. Je profite de l’occasion pour remercier à travers vos colonnes tous ceux qui m’envoient des messages sur mon twitter et mon facebook aussi.

A ce propos, Samir Zaoui, votre ancien coéquipier en sélection, a tenu récemment dans une émission sur le plateau de Djazairia Foot à vous encenser et mettre en lumière votre gros travail en sélection, expliquant que le fait que vous ne marquiez pas beaucoup de buts, c’était surtout à cause du schéma tactique mis en place et de votre générosité à vouloir aider vos coéquipiers en défense. Ces propos vous font plaisir, n’est-ce pas ?

Croyez-moi, je voue un grand respect à Zaoui, que j’ai toujours considéré comme un véritable pote en sélection. C’est quelqu’un qui aime profondément l’Algérie et qui s’est toujours sacrifié. Après, c’est clair que ses paroles me vont droit au cœur et je l’en remercie.

Et quelles sont les nouvelles de votre petit frère, Rachid, qui est toujours blessé ?
Oui, Rachid a eu quelques soucis en ce début de saison. Maintenant, il revient tout doucement. Il travaille quotidiennement avec un kiné pour parfaire sa rééducation. Il a recommencé à courir et il fera son retour très bientôt sur les terrains.

Et au sujet de son choix de sélection. Les Algériens attendent toujours de le savoir…
Je vous l’avais dit dans une précédente interview. Lui et moi savons pour quelle sélection il jouera. Cependant, je pense qu’il ne veut pas se précipiter. Il est blessé et il doit se focaliser surtout sur sa blessure et faire en sorte de retrouver le plus rapidement sa forme optimale. Après, quand le temps viendra, il annoncera son choix.

Hier, vous auriez aimé être à Alger pour sortir dans les rues et défiler avec les millions d’Algériens…
Evidemment. J’en avais tellement envie, notamment après le coup de sifflet final.

Vous avez mis un peu d’ambiance alors à Latina…
(Il rigole…) A vrai dire, dans le vestiaire du club, j’ai mis en début de semaine mon poster avec le maillot national, pour apporter à ma manière mon soutien à la sélection. Mes coéquipiers en club m’ont beaucoup chambré. Ce matin, je me suis présenté à l’entraînement avec fierté, j’ai pris ma revanche comme il se doit.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 13:52

Zemmamouche «Mbolhi, Cédrid et Doukha ont eu un comportement digne envers moi, je les remercie du fond du cœur»

Michael Boly : «Zemma a fait son match, on est qualifié c’est le principal » C’est lui qui a tranché pour Zemma



Même s’il n’a pas eu l’occasion de se déployer contre le Burkina Faso, la titularisation de Mohamed Amine Zemmamouche aura été l’un des faits saillants de ce match. Vigilant, il était surtout concentré sur certaines actions où il fallait avoir une bonne lecture du jeu pour anticiper et aller intercepter ces quelques passes en profondeur des Burkinabés. Fier de cette qualification des Verts au Mondial brésilien, Zemma nous livre ses impressions.

Zemma, une qualification difficile, comment avez-vous vécu cette rencontre ?
C’était un match très difficile, les nerfs étaient vraiment sollicités. Je ne vous cache pas que vu la qualité de l’adversaire, on s’attendait un peu à cette difficulté à rentrer dans le match, mais je pense que devant un public pareil, on n’avait pas le droit de se louper. Il est clair que c’est la victoire des supporters que je tiens à remercier du fond du cœur pour leur soutien et cette qualification et aussi leur œuvre.

Vous concernant, comment avez-vous réagi lorsque le coach vous a annoncé la nouvelle de votre titularisation ?
J’étais très content. Cette chance, je l’ai longtemps attendue. Vous ne pouvez imaginer ma joie et ma détermination avant le match.

Qu’est-ce que vous vous êtes dit lorsque le coach est venu vous annoncer votre titularisation ?
Le coach est d’abord venu me dire si j’étais prêt, j’ai répondu bien entendu par l’affirmative. Après, je me suis dts qu’il fallait me montrer à la hauteur de la confiance placée. Je ne devais en aucun cas laisser passer ma chance, je devais la saisir. Hamdoulilah, l’essentiel était de ne pas encaisser et c’est ce qui s’est passé. Je ne pouvais pas espérer meilleur rendez-vous pour jouer d’entrée. C’est quelque chose de magnifique pour moi.

Cette titularisation est le fruit de votre excellent début de saison avec l’USM Alger...
Oui, sans aucun doute, je ne vous cache pas aussi que les éloges de Vahid Halilhodzic m’ont beaucoup touché, et j’ai rejoint le stage avec un moral gonflé. Dieu merci, les choses se sont bien passées pour moi. Je tiens à remercier mes dirigeants et surtout les supporteurs de l’USM Alger pour leur soutien moral. Je n’oublierai jamais ça.

Vous êtes qualifié pour la Coupe du monde, comment vivez-vous ces moments, à chaud, avant de rejoindre le vestiaire ?
C’est magnifique ! C’est tout simplement un rêve qu’on a pu réaliser tous ensemble. On avait un handicap d’un but et on ne devait pas aussi encaisser, c’était compliqué comme mission, je suis très fier de cet exploit.

Quelle a été la clé de la victoire, selon vous ?
C’est le travail accompli durant ces 10 jours de stage, la solidarité qui a régné tout au long de ce regroupement jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre du match.

Le coach est venu vous annoncer votre titularisation, il y a quelques jours, comment ça s’est passé avec les autres concurrents, particulièrement Mbolhi ?
Tout s’est très bien passé. Ils m’ont tous affiché leur soutien, surtout Mbolhi. Rais ne ratait aucune occasion pour me prodiguer des consignes. Il trouvait les mots pour me préparer à répondre présent le jour du match. C’était aussi le cas de mes amis Doukha et Cédrid (ndlr : Si Mohamed) qui m’ont franchement beaucoup aidé. Il n’y a rien à dire là-dessus, on travaille dans une ambiance saine et familiale.

Sincèrement Zemma, même si vous faites figure d’ancien de cette sélection, avez-vous eu une pensée au gardien local ?
Sincèrement, dès que le coach m’a confirmé ma titularisation, je me suis dit qu’il ne fallait absolument pas rater ce rendez-vous, parce que comme mes amis Soudani, Belkalem, Slimani et Khaled l’ont fait, j’avais le devoir de bien représenter le joueur local. C’était une motivation de plus pour moi.

Vous n’avez pas été très sollicité mais il fallait être vigilant sur certains ballons qui trainaient dans les 18 mètres ?
C’est vrai, mais je n’ai fait que mon travail. Le mérite revient au groupe et aux supporteurs algériens qui sont venus de partout pour passer la nuit ici à Blida.

L’entraîneur des gardiens de but a déclaré que vous avez fait votre match ?
Je tiens à le remercier. Il n’a pas cessé de m’encourager lui aussi. Lorsqu’il m’a dit qu’il me faisait confiance, il m’a rassuré et j’ai pu évacuer rapidement la pression du match.

A qui voudiez-vous dédier cette qualification ?
A ma famille, mon fils Houssam et particulièrement à mon club l’USMA. Je n’oublierai pas les supporteurs du Mouloudia d’Alger et tous les gens de ma ville natale, Mila.
--------------------------------------------
Michael Boly : «Zemma a fait son match, on est qualifié c’est le principal »
En fin de rencontre, nous avons eu le réflexe d’aller interroger l’entraineur des gardiens de but de l’Equipe nationale, Michael Boly, à propos de ce choix, il faut le dire, risqué mais surtout osé de titulariser Mohamed Amine Zemmamouche dans un match capital comme celui livré contre le Burkina Faso, mardi soir à Blida. Très fier de la qualification des Verts, il a bien voulu nous livrer ses impressions à chaud sur la victoire de l’EN et la prestation de Zemmamouche : «C’est une très belle victoire, l’Algérie au Brésil, c’était l’objectif. C’est le résultat de tout un groupe qui mérite de vivre ces moments magnifiques. Après, on a pris des risques en alignant Zemmamouche. Pour moi, Zemma a fait son match, il était serein et bien concentré, on a gagné, on est qualifiés, c’est le principal», nous a déclaré Michael Boly, avant de rejoindre le reste du groupe pour aller effectuer avec eux un tour d’honneur.

C’est lui qui a tranché pour Zemma
Vahid Halilhodzic avait beaucoup hésité, avant de prendre la décision d’écarter Rais Ouahab Mbolhi. Contrairement à ce qui se dit, Rais n’a à aucun moment demandé de ne pas jouer ce match. C’est une décision prise en concertation entre Halilhodzic et les entraîneurs des gardiens, notamment Michael Boly qui a tranché en faveur du portier de l’USM Alger. Une titularisation qui a fait énormément plaisir à Zemmamouche qui a tenu à le remercier : «Je tiens à remercier l’entraîneur des gardiens de but qui m’a m’affirmer qu’il me faisait confiance. Cela m’a vraiment motivé.»

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 13:57

Sellal reçoit les Verts à Djenane El Mithak

Halilhodzic à ses joueurs : «Merci, vous ne m’avez pas déçu vis-à-vis de mes compatriotes !»



Comme il fallait s’y attendre, l’exploit réalisé par les protégés de Vahid Halilhodzic a fait grandement plaisir aux Algériens où qu’ils se trouvent. Comme en 2009, les autorités algériennes n’ont pas caché leur joie, suite à cette qualification historique qui propulsera davantage le football algérien. Hier matin, les joueurs de l’Equipe nationale ainsi que l’encadrement ont été reçus à la résidence d’Etat «Djenane El Mithak» à Alger, par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, représentant du Président de la République. Sellal a tenu à féliciter, encore une fois, les joueurs de l’Equipe nationale, après s’être rendu, juste après le match, au centre technique national de Sidi Moussa pour les féliciter.

Tous les joueurs en tenue de parade à la résidence d’Etat
La délégation de l’Equipe nationale est arrivée à la résidence de l’Etat aux alentours de 12h48, à bord de deux bus. Sur place, les joueurs sont allés se changer pour se mettre en tenue de parade.

Le Premier ministre est arrivé deux minutes plus tard
Pour sa part, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, est arrivé deux minutes plus tard à la résidence d’Etat à Alger. Très heureux de la qualification historique des Verts, Sellal était très ravi de retrouver les joueurs qui ont donné de la joie aux 40 millions d’Algériens.

Un méchoui en l’honneur des joueurs
Au cours de cette réception organisée en l’honneur des joueurs de l’Equipe nationale, Sellal a convié la délégation de l’EN à un méchoui, dans une grande salle de la résidence d’Etat. Pour sa part, le Premier ministre a pris place aux côtés de Mohamed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football, et du capitaine Madjid Bougherra, auteur du but historique qui a expédié les Verts en Coupe du monde.

Des artistes conviés à la cérémonie
Des artistes ont été aussi conviés à cette cérémonie. Il s’agit de cheb Toufik qui a le show mardi soir au stade Mustapha-Tchaker de Blida. Il était accompagné de deux autres chanteuses de rai, Cheba Sihem et Hassiba Amrouche. Au cours de cette cérémonie, ils ont chanté en choeur à la gloire de l’Equipe nationale.

Les joueurs n’ont pas voulu danser, Halilhodzic crée l’événement
Les joueurs n’ont pas voulu monter sur scène pour danser. En fait, ils étaient timides, surtout en présence du Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Mais à notre grande surprise, c’est le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, qui s’est levé pour monter sur scène et danser. Il faut dire que tout le monde était impressionné par les qualités de danse de Halilhodzic. L’épouse de Vahid Halilhodzic, qui est venue de France, a assisté à la cérémonie. Par ailleurs, Hillal Soudani s’était levé lui aussi pour danser pendant quelques minutes, sur insistance de Hassiba Amrouche.

Sellal a refusé de partager la tarte en l’absence de Bougherra
Par ailleurs, une tarte spéciale a été préparée pour célébrer la qualification des Verts. Seulement, au moment où on s’apprêtait à la partager, Madjid Bougherra était en train de se faire prendre en photo, sollicité par un employé de la résidence d’Etat. C’est ainsi que Sellal a refusé de partager la tarte, attendant que Bougherra les rejoigne.

Le Premier ministre a expliqué ce que voulait dire «Bougherra»
Avant de quitter la résidence d’Etat, Abdelmalek Sellal a eu une discussion amicale avec Vahid Halilhodzic ainsi que le président de la FAF et les joueurs. Le Premier ministre a tenu à expliquer à Halilhodzic que le nom Bougherra signifiait guerrier.

----------

Halilhodzic à ses joueurs : «Merci, vous ne m’avez pas déçu vis-à-vis de mes compatriotes !»
Vahid Halilhodzic possède une approche de match d’un niveau très élevé. Lundi, soit à la veille du match, le coach a reçu un message d’encouragement de plusieurs de ses compatriotes bosniaques. Il a tenu à le transmettre à ses capés, histoire de les motiver : «Regardez, c’est les messages des Bosniens pour l’Algérie. Après avoir assuré leur qualification, toute la Bosnie est derrière vous.»

«En Bosnie, tout le monde vous soutient»
Poursuivant sa lecture, Vahid Halilhodzic, qui voulait offrir aussi à l’Algérie et aux fans de l’Equipe nationale une qualification souhaitée par tous, s’est de nouveau adressé à ses joueurs pour leur dire : «Vous voyez, je suis attendu en Bosnie. Je suis fier de la qualification de mon pays au Mondial et je voudrais être avec vous au Brésil. Faites-moi honneur, ne me décevez pas devant mes compatriotes.»

Halilhodzic et les joueurs se donnent l’accolade
A Djenane El Mithak, le coach Vahid Halilhodzic et les joueurs se sont donné l’accolade. Même Taïder et Mesbah, qui n’ont pas été titularisés, étaient très contents d’être reçus par le Premier ministre.

Vahid a fait quelques pas de danse
Décontracté lors de la cérémonie qui a été organisée hier, Vahid Halilhodzic, qui a été invité par Cheb Toufik à rejoindre la scène pour danser, a répondu favorablement, après avoir hésité.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 14:01

Slimani : «Je ne réalise pas ce qui m’arrive encore»

En arrachant par la suite un contrat professionnel avec le Sporting Portugal et, enfin, une qualification en Coupe du monde.



Islam Slimani ne réalise pas ce qu’il est en train de vivre. Il y a quatre ans, il portait les couleurs de la JSM Chéraga, avant de rejoindre le CRB, puis devenir meilleur buteur de l’Equipe nationale, en arrachant par la suite un contrat professionnel avec le Sporting Portugal et, enfin, une qualification en Coupe du monde. Le joueur parle dans l’entretien qu’il nous a accordé de ce match gagné difficilement face au Burkina Faso.

Une qualification en Coupe du monde, c’est sans doute un moment très important dans votre carrière…
Ah oui, c’est sûr. Cette qualification en Coupe du monde est un moment magique dans ma carrière. C’est une première performance intéressante que je réalise avec l’Equipe nationale. C’est important pour moi. Je ne vous cache pas, je suis aux anges, et d’ailleurs je ne réalise pas ce qui m’arrive en ce moment.

Pourquoi ?
Il ne faut pas oublier, quatre ans en arrière, je jouais à la JSM Chéraga et maintenant, je vais disputer une Coupe du monde. Je ne m’attendais pas à ça. La Coupe du monde était l’un de mes objectifs et Dieu merci, je l’ai réalisé. A présent, il faut se fixer un autre objectif.

Au coup de sifflet final, vous avez assurément eu une pensée particulière…
Oui, c’est pour toute ma famille et le peuple algérien. Nos supporters sont vraiment merveilleux. Ils nous ont encouragés à fond tout au long de la rencontre. Ils ont joué leur rôle de douzième homme. Si aujourd’hui on est qualifiés, c’est aussi grâce à nos supporters. Même au match aller, beaucoup se sont déplacés à Ouagadougou pour soutenir la sélection nationale.

Le match était quand même difficile…
Ah oui ! Le match était difficile pour les deux équipes. C’était un match très serré et disputé. Elles voulaient gagner pour se qualifier au Mondial. Avec le résultat qu’on a réalisé à l’aller, on était plus avantagés que les Burkinabés. Notre adversaire était venu pour réaliser un bon résultat. La preuve, les Etalons ont tout fait pour nous battre. C’est ce qui a rendu notre mission difficile. L’essentiel, en ce moment, c’est la qualification. On doit, désormais, continuer à travailler plus pour nous améliorer. Il ne faut pas s’arrêter là.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 14:21

Mostefa, le choix judicieux du coach Vahid

Il ne faut plus jamais le mettre à droite



Vahid Halilhodzic a pris des risques, et cela pourrait paraître fou, mais il faut reconnaître que ces risques-là étaient bien calculés et justifiés tant le résultat lui a donné raison et la nature du match exigeait une stratégie bien étudiée. Et c’est ce qui aura été le cas pour ce match du Burkina Faso disputé mardi soir au stade Tchaker de Blida. En alignant Medhi Lacen et Mehdi Mostefa Sbaâ à la récupération, Vahid a eu la main heureuse et a vu juste, puisqu’il est parvenu à anéantir le jeu de contres des Burkinabés, habiles et assez percutants dans l’axe. En privant les attaquants du Burkina de ballons, à l’image d’un Pitroipa complètement isolé, il a tout simplement gagné sa bataille tactique face à Paul Put.
Deux dobermans pour casser les offensives burkinabaises
Ayant pris conscience de la fébrilité de sa défense, Vahid Halilhodzic a décidé de placer deux dobermans juste devant la charnière centrale pour s’occuper de la récupération et permettre à Bougherra et Medjani de bien assurer la couverture derrière. Lacen, même s’il n’a pas été au sommet de sa forme physiquement, a sorti, grâce surtout à sa bonne lecture de jeu et son sens d’anticipation, un match presque parfait. Le fougueux milieu de terrain de Getafe a montré une bonne complémentarité avec son ex-équipier à ASOA Valence, Mostefa. Complice sur le terrain, les deux hommes s’apprécient beaucoup en dehors du terrain, et cela n’a pas été sans facilité leur entente.

Le public de Tchaker l’a surnommé «le gladiateur»
S’il y a un joueur qui a gagné l’estime du public du stade Mustapha-Tchaker, avant-hier, face au Burkina Faso, c’est sans conteste le milieu de terrain d’Ajaccio, Mehdi Mostefa Sbaâ. Aligné donc dans son poste de prédilection de demi-défensif, le joueur formé à Monaco a prouvé qu’il est performant lorsqu’il est positionné au milieu de terrain dans un rôle de sentinelle. Mehdi, qui a pris plusieurs coups dans ce match, n’a pas reculé. Blessé aux adducteurs, l’Algérien s’est de nouveau sacrifié pour ses camarades, en se battant sur toutes les balles au milieu.

Il ne faut plus jamais le mettre à droite
Appliqué et assez discipliné tactiquement, Mehdi Mostefa Sbaâ a eu un rendement probant dans la stabilisation de la défense de l’EN, notamment après l’ouverture du score par l’entremise de Bougherra. Un peu lourd sur les flancs, Mehdi ne possède pas cette faculté de centres indispensables pour un arrière latéral en position offensive, bien entendu. C’est pour cette raison qu’après s’être sacrifié et essuyé des critiques sévères, on n’aimerait plus revoir Mehdi sur le couloir droit de la défense des Verts, surtout qu’il s’avère un bon milieu de terrain récupérateur et peut donner à pleine mesure dans son poste qu’il affectionne. Interrogé par le Buteur, Medhi avait dans une interview récente affirmé : «Si j’étais le meilleur arrière droit du monde, je ne serai pas à Ajaccio. Mais, je suis un professionnel et au service du pays, là où on me demandera de jouer, je jouerai.»

Hachoud, Khoualed et Mandi, la solution
Maintenant, c’est clair, net et précis, le problème de l’Equipe nationale à droite devrait être résolu avant le prochain Mondial. Avec l’émergence de Nacerdine Khoualed, la forme retrouvée de Abderrahmane Hachoud et le renfort d’Aïssa Mandi, le couloir droit de la défense ne devait plus causer de soucis au coach Vahid Halilhodzic. Cela lui donnera une solution de plus au milieu de terrain, bien sûr, en remettant Mehdi Mostefa dans ce poste de demi-défensif.

Mostefa : «Toutes mes condoléances aux supporters venus de Mostaganem»
Mehdi Mostefa Sbaâ, que nous avons pu avoir hier par téléphone, a tenu à rendre hommage, encore une fois, au public algérien, tout en présentant ses condoléances aux deux jeunes natifs de la ville de Mostaganem décédés lors d’un accident de circulation, en nous disant : «J’ai lu sur votre journal qu’il y avait deux supporteurs de l’EN, venus de Mostaganem, décédés dans un accident de circulation, permettez-moi, s’il vous plaît, de présenter mes sincères condoléances à leurs familles. Qu’Allah les accueille dans Son Vaste Paradis»

«Je n’oublierai jamais la réaction du public à ma sortie»
Très touché, Mehdi Mostefa Sbaâ, qui a montré une disponibilité louable en fin de la rencontre malgré la fatigue et la blessure contractée en cours du match, nous a aussi donné son avis sur les applaudissements du public du stade Tchaker, à sa sortie du terrain : «C’est un moment inoubliable de ma carrière, je n’oublierai jamais la réaction du public envers moi. Je le remercie du fond du cœur. J’avais les larmes aux yeux, ce public mérite tout, et c’est pour ça que j’avais du mal à retenir mes larmes, j’ai trop pensé à ces supporters qui sont restés dehors et qui ont passé la nuit pour nous, je leur dis merci pour tout et cette qualification est la vôtre.»

«Fier d’avoir rendu heureux mon grand-père à Mazouna»
Très attaché à sa famille, Mehdi Mostefa Sbaâ avait presque les larmes aux yeux lorsqu’il évoquait son papa, son frère et son grand-père qui réside à Mazouna : «Mon grand-père, que Dieu lui prête vie, est un exemple pour moi. Il m’a toujours parlé de l’Algérie, mon papa m’a inculqué les valeurs de mon pays et là je suis fier de rendre toute ma famille heureuse, laquelle est également fière de moi.»




La presse burkinabé triste après l’élimination des Etalons
La presse burkinabé est unanime : l’Algérie prive les Etalons du Mondial. Dans la majorité des éditions de la presse locale, les journalistes burkinabés estiment que l’Algérie ne méritait pas de décrocher le billet qualificatif au Mondial. Selon eux, les Algériens n’ont rien fait, mis à part le but de Madjid Bougherra, lequel a donné l’avantage aux Fennecs pour assurer le plus important. Toutefois, ils n’ont pas manqué l’occasion de critiquer le schéma tactique adopté par Paul But, lequel a préféré jouer la défensive pour ne pas prendre de but. Pour preuve, aucune action valable ne mérite d’être signalée, à part celle du poteau à la 90’.

Agence de presse du Burkina Faso : «L’Algérie élimine le Burkina Faso»
D’après l’agence de presse du Burkina Faso, l’Algérie a réussi le plus important lors du match retour face aux Etalons. Pour eux, le but de Madjid Bougherra était suffisant pour l’Algérie de décrocher le billet pour le Brésil.

Le Faso.net : «Le rêve se brise à Blida»
En match retour des barrages de la Coupe du monde de la Fifa, Brésil-2014, joué hier mardi 19 novembre, à Blida, en Algérie, les Fennecs ont battu les Etalons sur la plus petite des marges, 1-0. Les Etalons, qui s’étaient contentés d’un 3-2 lors de l’aller à Ouagadougou, se voient ainsi éliminés par les Fennecs, mais non sans avoir livré un match héroïque. C’est ce qui a été rapporté par le Faso.net dans son édition d’hier. D’après le journaliste, le match retour s’annonçait difficile, vu le score enregistré à l’aller où l’Algérie avait réussi à mettre deux buts grâce à Feghouli et Medjani.

Journal L’Observateur : «Les Etalons chutent à Blida»
D’après leur envoyé spécial en Algérie, le journal L’Observateur estime que les Etalons n’étaient qu’à 45 minutes de réaliser l’exploit de jouer une Coupe du monde, avant que Madjid Bougherra n’inscrive le but victorieux qualifiant ainsi l’Algérie au Brésil.

Sidwaya.bf : «Le rêve s’évapore à Blida»
Pour sa part, le journal Sidwaya a longuement critiqué les choix tactiques de Paul Put qui, selon eux, a joué la défensive contre l’Algérie. Toutefois, le journaliste n’a pas manqué de signaler la barre qui a failli propulser son équipe en Coupe du monde.

Lasina (correspondant de la TV burkinabé) : «C’est la mission la plus difficile de ma carrière»
Après la rencontre Algérie-Burkina Faso, nous avons interrogé un correspondant de la télévision burkinabé, Lasina. Ce dernier nous révélait que la pelouse du stade Mustapha-Tchaker était en parfait état avant de nous révéler qu’il n’a jamais couvert une mission aussi difficile que ce match barrage : «Retour à Ouagadougou après une mission très difficile. J’ai appris une chose, les Algériens sont prêts à gagner avec n’importe quelle méthode.

Traoré (journaliste à L’Observateur) : «Si on avait été qualifiés, on aurait jamais pu revenir à Ouaga»
«Heureusement que nous sommes de retour à notre pays. Je suis certain que si on avait été qualifiés, personne d’entre nous n’aurait pu quitter l’Algérie. Des fois, il est bien de perdre pour revenir sain et sauf chez nos familles. Nous avons vécu l’enfer dans ce pays.»

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 14:31

La FAF l’a fixée à 100 000 euros pour chaque joueur

… en attendant les récompenses des sponsors



La Fédération algérienne de football avait décidé de motiver les joueurs, en cas de qualification, par une prime conséquente. L’instance dirigée par Mohamed Raouraoua, qui n’a jamais lésiné sur les efforts et les moyens pour mettre la sélection, les joueurs et le staff technique dans de bonnes conditions de travail, a pris cette décision dans le but de récompenser les joueurs pour tous les sacrifices consentis durant toute la campagne des éliminatoires. Mohamed Raouraoua sait, en effet, que les joueurs se sont battus et ont donné le meilleur d’eux-mêmes dans un groupe où il n’était pas du tout facile de terminer en tête, avec la présence du Mali, deux fois d’affilée troisième lors des CAN 2012 et 2013, et du Bénin. Après avoir réussi à se qualifier pour la Coupe du monde, pour la quatrième fois dans l’histoire du football algérien, la FAF octroiera 100 000 euros à chaque joueur, comme prime de qualification.

… en attendant les récompenses des sponsors
Par ailleurs, les joueurs de la sélection nationale auront d’autres récompenses des sponsors et même des autorités algériennes. En 2009, juste après le match d’Oum Dourmane où les Verts avaient réussi à se qualifier pour la Coupe du monde, 26 ans plus tard, les joueurs avaient bénéficié de belles récompenses de la part de la Fédération algérienne de football, des sponsors et même des autorités. Ce sera aussi le cas cette fois. Les sponsors majeurs de la fédération, en l’occurrence Nedjma, le Groupe Benamor, LG et Peugeot, récompenseront eux aussi les joueurs et le staff technique à leur manière. Par ailleurs, les autorités algériennes pourraient récompenser aussi les joueurs en leur accordant une prime de qualification.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 14:49

Soudani : «On a gagné parce qu’on n’avait pas du tout douté»

Khoualed, Ghoulam et Medjani donnent raison à Halilhodzic



Un commentaire sur cette victoire ?
Je suis très content. On a réussi l’essentiel dans ce match. Pour se qualifier, on savait qu’il fallait gagner, compte tenu du résultat du match aller. Le fait d’avoir marqué deux buts à Ouagadougou nous a carrément facilité la tâche.

Vous attendiez-vous à ce succès ?
Oui bien sûr. On a une très bonne équipe qui est capable de réaliser de telles performances. Au vu du match qu’on a fait à Ouagadougou, il y a de quoi être optimistes pour ce match retour.

Mais vous avez trouvé des difficultés, notamment en première mi-temps…
Je suis tout à fait d’accord avec vous. On a trouvé quelques difficultés sur le terrain. Tout d’abord, nous avons mal commencé le match, puis nous avons pris les choses en main. On a affronté une très bonne équipe du Burkina Faso, qui nous a déjà créé des problèmes à l’aller. En deuxième mi- temps, les choses ont carrément changé, puisque nous avons pris le contrôle du jeu.

Avez-vous douté ?
Pas du tout. On avait confiance en nous. On savait qu’on avait les moyens de battre les Burkinabés. On est restés concentrés, c’est ce qui nous a permis de gagner la rencontre.

Un sentiment particulier après cette qualification ?
Ma première pensée va pour le peuple algérien. On nous a beaucoup encouragés. Je suis content qu’on puisse donner de la joie au peuple. Les supporters étaient jusqu’au bout derrière nous et je tiens à les remercier. On est qualifiés en Coupe du monde, c’est un moment magique. C’est pour la première fois de ma carrière que je vis de tels moments. Je les savoure bien pour l’instant.

-----------

Khoualed, Ghoulam et Medjani donnent raison à Halilhodzic
Contraint d’effectuer des changements dans son onze de départ, ce mardi contre le Burkina Faso, pour des raisons de blessures et de choix techniques, le sélectionneur Vahid Halilhodzic, qui a bien tiré les leçons du match joué à Ouagadougou, a, le moins que l’on puisse dire trouvé la bonne formule pour assurer l’objectif principal, à savoir qualifier l’Algérie pour un deuxième Mondial d’affilée. C’est vrai que ça peut paraitre très risqué le fait que Vahid procède à un changement presque radical dans sa défense mais il demeure très juste de sa part d’avoir misé sur des joueurs plus présents physiquement et assez conquérants à l’image de Faouzi Ghoulam à gauche et Nacerdine Khoualed à droite. L’intronisation de Carl Medjani, un petit peu en manque de temps de jeu, dans l’axe, a aussi donné une meilleure stabilité à l’arrière-garde algérienne, même si elle a eu quelques difficultés à se mettre en place en première mi-temps.

------------

Après la qualification au Mondial 2014
Le président Bouteflika félicite l’EN et le peuple algérien
Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a envoyé mardi soir un message de félicitation à l’ensemble de l’équipe nationale de football et au staff dirigeant après la qualification au Mondial 2014 au Brésil, dont voici la teneur. «Le public sportif et tout le peuple algérien sont enfin comblés de joie et de bonheur après la victoire, toute méritée, de notre sélection nationale de football», écrit le président de la République. «Une fois de plus, les Algériennes et les Algériens à l’intérieur et à l’extérieur du pays sont en fête, une fête nationale où les supporters laisseront éclater toutes leurs émotions festives, ravis en extase après cette éclatante victoire, méritée, de notre équipe nationale face à nos frères burkinabés dans une compétition où les deux sélections ont fait preuve de fair-play pour la qualification au Mondial 2014 au Brésil», ajoute le président Bouteflika. «Tout en réitérant mes félicitations à notre équipe nationale, joueurs, entraîneurs et dirigeants, je félicite tout le peuple algérien pour cet exploit sportif», conclut le message.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 15:06

Benzema «Félicitations à toute l’Algérie !»

Karim Benzema a conduit la France à la qualification pour la Coupe du monde 2014.



Karim Benzema a conduit la France à la qualification pour la Coupe du monde 2014. Il en a été content, bien sûr, mais cela ne l’a pas empêché d’avoir une pensée pour son pays d’origine, l’Algérie, qui s’était qualifiée deux heures auparavant. Dans une courte déclaration faite à Berbère Télévision au Stade de France, il a commenté la nouvelle en disant : «Félicitations à toute l’Algérie ! Je suis content pour eux. C’est une grande fierté.» Néanmoins, il a évité de répondre à une question où il lui était demandé s’il espérait que la France et l’Algérie s’affrontent au Brésil.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 15:09

Une nuit inoubliable avec les Algériens à Paris !

«Le peuple algérien est unique. Je ne pense pas qu’il existe un autre peuple qui aime le football comme vous. Chapeau !»



C’est désormais officiel ! L’Algérie participera à la prochaine édition de la Coupe du monde prévue au mois de juin prochain, au Brésil. Après une défaite amère au match aller, à Ouagadougou, les protégés de Vahid Halilhodzic ont su renverser la vapeur au match retour, en battant les Burkinabés par la plus petite des marges, un but à zéro. Un résultat suffisant pour permettre à l’Algérie de décrocher son billet qualificatif. Malgré une prestation tout juste moyenne des Fennecs, une marée humaine a déferlé dans les rues de la plupart des villes du pays. A Alger, des dizaines de milliers de supporteurs avaient regardé le match sur des écrans géants, et par la suite ont commencé à sillonner les rues de la capitale en véhicule, avec à bord des jeunes survoltés entonnant leur célèbre cri de ralliement «One, two, three, viva l’Algérie». A Paris comme à Alger, les émigrés, eux, n’étaient pas trop chauds pour suivre le match barrage entre la France et l’Ukraine. Les Algériens ont squatté toutes les cafétérias et les salons de thé de Paris pour suivre en direct le match Algérie – Burkina Faso. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Algériens ont créé une folle ambiance dans la capitale parisienne démontrant leur attachement à l’équipe de leur pays natal.

Un service de sécurité impressionnant avant France - Ukraine
Comme tout le monde le sait, les Algériens sont partout en France. A Barbès, les Algériens ont préparé ce match 24 heures avant le coup d’envoi. Pour éviter toutes mauvaises surprises, un service de sécurité impressionnant a été mis en place et ce, pour empêcher les Algériens de manifester dans le cas où l’Algérie se qualifierait au Mondial. Pour preuve, toutes les rues menant à Barbès ont été barrées pour que personne ne puisse y accéder.

Plus de 1000 supporters algériens à Barbès pour suivre le match
Quatre heures avant l’entame de la rencontre entre l’Algérie et le Burkina Faso, plus de 1000 supporters algériens avaient envahi Barbès pour s’installer confortablement dans les restaurants et les cafétérias lesquels ont mis en place de grands écrans spécialement pour ce match barrage ô combien important. De l’avis de tous, cette rencontre nous a fait rappeler le fameux match entre l’Algérie et l’Egypte en 2009.

Les supporters de l’USMH et du MCA en force
A l’approche du coup d’envoi, nous nous sommes dirigés vers le restaurant «El Bahdja» dont le propriétaire est un fervent supporter du CRB. Nous avons profité de l’occasion pour suivre aux côtés des supporters du MCA et de l’USMH, le match entre l’Egypte et le Ghana. Toutefois, nous avons décidé de rester sur place pour couvrir le match Algérie - Burkina Faso. Après une première mi-temps, mi-figue mi-raisin, les coéquipiers de Madjid Bougherra ont su redresser la barre en inscrivant un but très important délivrant ainsi les nombreux Algériens, lesquels ont créé une ambiance de folie à Barbès.

Rendez-vous aux Champs- Elysées pour fêter la qualification
Après le coup de sifflet final, les nombreux supporters n’ont pas manqué l’occasion de laisser leur empreinte à Barbès avec des chants et des fumigènes tout en entonnant le célèbre «One, Two, Three Viva l’Algérie». Automatiquement, les Champs Elysées étaient l’autre destination des supporters algériens, lesquels étaient déterminés à prouver à tout le monde que l’Algérie a réussi à rejoindre les ténors du football mondial, au Brésil.

Selon un citoyen français : «Le peuple algérien est unique»
Ce qui prouve que les supporters algériens à Paris avaient créé une ambiance de folie, c’est un citoyen français, qui n’a pas manqué d’encenser les inconditionnels des Verts, qui selon lui, sont uniques : «Le peuple algérien est unique. Je ne pense pas qu’il existe un autre peuple qui aime le football comme vous. Chapeau !»

Le défilé n’a pas duré trop longtemps cette fois
Contrairement à 2009 où l’Algérie avait décroché le billet de qualification pour l’Afrique du Sud aux dépens des Egyptiens, après un match d’appui choc, au Soudan, cette fois-ci, et malgré la défaite essuyée à Ouagadougou face au Burkina Faso et la difficile mission qui attendait les Algériens au match retour, les supporters algériens de France n’ont pas défilé comme on s’y attendait. Après quatre à cinq heures d’ambiance, tout le monde a regagné son domicile. Apparemment, le froid est l’une des principales raisons après une journée agitée.

Le Buteur (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 21:13

Le succès algérien en cinq points


FIFA.com (21/11/2013)




Grâce à sa victoire en match retour contre le Burkina Faso (1:0) mardi 19 novembre 2013, l'Algérie est la dernière équipe qualifiée du continent africain pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Les Verts disputeront leur quatrième épreuve reine après 1982, 1986 et 2010. FIFA.com vous donne les cinq clés du succès algérien.

Blida, l'invincible
Durant cette campagne de qualification, les filets du stade Mustapha Tchaker n'auront tremblé qu'une seule fois dans le dos des Fennecs, c'était contre le Bénin lors de la troisième journée du Groupe H le 26 mars 2013. Blida est une forteresse imprenable pour la sélection nationale qui, en 20 matches, s'y est imposée 17 fois, concédant trois matches nuls et aucune défaite. C'est dans ce chaudron en ébullition que les hommes de Vahid Halilhodžić ont eu le bonheur de fêter leur qualification après 90 minutes d'un combat tendu face au Burkina Faso, finaliste de la CAN 2013. L'enceinte fétiche des Fennecs était déjà pleine à craquer six heures avant le coup d'envoi, malgré la pluie et le froid, symbole de la ferveur d'un pays qui avait les yeux rivés sur son équipe nationale et le cœur prêt à s'envoler pour le Brésil.

Le poids de cette attente a toutefois bien failli se retourner contre les locaux. Déjà sous pression après leur défaite 3:2 à l'aller, les Algériens ont multiplié les signes de nervosité, notamment en première période. Erreurs techniques, dégagements manqués du gardien, fautes grossières… les Verts ont joué à reculons, abusant de longs ballons dont se sont régalés les grands gabarits burkinabés. Mais poussés par leur bouillant public, les futurs mondialistes ont fini par se libérer grâce au but du vétéran Madjid Bougherra.

L'art de voyager
Solide sur ses bases, l'Algérie a également été performante en déplacement. En six rencontres dans le deuxième tour, elle n'a abandonné en tout que trois points, au Mali (2:1), son adversaire le plus coriace dans le Groupe H, le 12 juin 2012. Le 12 octobre 2013, lors du barrage aller au Burkina Faso, les Nord-Africains tenaient le point du match nul 2:2 jusqu'à un penalty concédé dans les dernières minutes. Une défaite, certes, mais ces deux buts marqués à l'extérieur se sont révélés être un avantage précieux dans l'approche tactique du match retour. "Mes joueurs doivent s’appliquer en défense surtout, avant de penser à marquer", avait annoncé Halilhodžić avant l'ultime dernière rencontre de cette campagne triomphale.

Halilhodžić, la revanche
Sauf surprise, le sélectionneur de l'Algérie devrait connaître sa première expérience en Coupe du Monde de la FIFA l'été prochain. Une belle revanche pour celui qui avait été évincé par la fédération ivoirienne juste avant Afrique du Sud 2010, après deux ans de bons et loyaux services. "Cela m’a fait mal", concède encore aujourd'hui le technicien bosnien au sujet de la fin brutale de sa première expérience de sélectionneur. Au bout d'une série de 24 matches sans défaite, il avait été remercié après l'élimination des Éléphants en quart de finale de la CAN 2010 par … l'Algérie ! Celui qui dirige les Fennecs depuis 2011 savoure donc d'autant plus l'instant présent. "C'est le plus beau moment de ma vie", s'est exclamé Halilhodžić après la qualification pour le Brésil. Fêté par ses joueurs, le technicien, réputé austère, n'a pas pas caché ses émotions et a même repris le célèbre slogan qui ponctue chacune des victoires de l'équipe nationale : "One, two, three, viva Algérie !"

Renouveau
Cet accomplissement s'est fait au prix de choix forts de la part de Coach Vahid. Intransigeant sur la discipline et le comportement de ses joueurs, ce dernier n'a pas hésité à écarter des cadres historiques de la sélection, comme Ryad Boudebouz, Karim Ziani, Anthar Yahia ou Nadir Belhadj pour faire de la place à la nouvelle génération des Sofiane Feghouli, Ishak Belfodil ou Saphir Taïder. Aujourd'hui, l'Algérie possède un groupe compact et solidaire qui encaisse peu de buts, avec des talents capables de porter le danger dans le camp adverse. A la finition, les attaquants El Arbi Hillel Soudani et Islam Slimani ont été particulièrement performants depuis qu'ils ont été lancés par Halilhodžić.

Une nouvelle histoire
Cette qualification pour Brésil 2014 est une véritable bouffée d'oxygène après les récents déboires sur la scène internationale. Après avoir manqué la CAN 2012, elle a terminé dernière de son groupe lors de l'édition 2013. Si se qualifier pour une Coupe du Monde de la FIFA est un bel accomplissement, ça n'est pas une fin en soi pour une nation qui y participera pour la quatrième fois de son histoire. La référence reste à ce jour l'épopée des Rabah Madjer, Lakhdar Belloumi et autres Salah Assad lors de l'édition 1982. En Espagne, cette génération dorée avait signé la deuxième victoire d'une équipe africaine de l'histoire de la compétition en battant la RFA 2:1. Cependant, l'Algérie n'avait pas réussi à passer le premier tour, pas plus qu'en 1986 et en 2010. Pour entrer dans l'histoire et surpasser leurs glorieux aînés, ces nouveaux Fennecs savent donc ce qu'il leur reste à faire au Brésil.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 21 Nov - 21:42

La presse célèbre en choeur la qualification des Verts



La presse algérienne célébrait mercredi en choeur la qualification des Fennecs au Mondial-2014 après sa victoire à l'arrachée (1-0) face aux Étalons du Burkina Faso, à l'issue d'un barrage retour disputé dans une ambiance électrique.

"Après le précédent d'Omdourman (Soudan) où les verts ont obtenu miraculeusement leur ticket d'entrée (pour le Mondial-2010, ndlr), nous voilà à Rio", écrivait le quotidien francophone Liberté qui titre en Une "Ola Brésil".

Une fois n'est pas coutume, le Quotidien d'Oran réservait sa Une à l'évènement avec une photo éclatée en couleurs des joueurs de l'équipe nationale sous le titre "La victoire du drapeau". La Une de l'édition d'Alger de ce journal basé dans l'ouest du pays parait habituellement en noir et Blanc.

"Brasilia Nous voilà", titrait également en Une le quotidien gouvernemental El Moudjahid qui soulignait à quel point cette qualification "fut difficile à concrétiser".

Cette qualification "était un enjeu capital" car le Burkina Faso "voulait lui aussi composter son billet pour le pays des carioca", écrivait le journal.

Dans leur stade fétiche de Blida plein à craquer six heures avant le coup d'envoi, les Algériens ont réussi à renverser la vapeur après le match aller perdu 3-2 à Ouagadougou. Une défaite qu'ils avaient imputée à des erreurs d'arbitrage.

Après les Mondiaux 1982 en Espagne, 1986 au Mexique et 2010 en Afrique du Sud, ce sera la quatrième participation en Coupe du Monde pour les Fennecs.

Le Quotidien arabophone Echorouk n'a pas hésité à faire le parallèle avec la qualification au Mondial-2010 à la suite d'une victoire mémorable en match de Barrage face à l'Égypte au Soudan, il y a tout juste quatre ans.

"L'esprit d'Omdourman fait sortir les Algériens dans la rue: les hommes au Mondial", titrait ce journal.

Une marée humaine a déferlé dans les rues de toutes les villes du pays après le match contre le Burkina Faso où les supporteurs des Verts ont fêté cette qualification dans la liesse jusqu'aux premières lueurs de l'aube.

"Petite victoire, mais très grande joie. Les Verts ont fait l'essentiel pour se qualifier au Brésil. Dure, dure a été la marche vers Rio", faisait remarquer le quotidien francophone L'expression.

FIFA.com (21/11/2013)
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Retour : Algérie 1 - 0 Burkina Faso (Après Match)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum