CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 17 Mar - 18:15

Mexique, Herrera : "Tout le monde pense en savoir plus que toi" 



Le football offre toujours des occasions de se venger. S'il est bien un homme qui ne contredira pas ce lieu commun cher au ballon rond, c'est Miguel Herrera, l'actuel sélectionneur de l'équipe du Mexique. Il y a 20 ans, el Piojo (le pou, son surnom) était écarté au dernier moment du groupe aztèque retenu pour disputer la Coupe du Monde de la FIFA aux États-Unis.

Aujourd'hui, le scenario et les rôles ont changé. C'est encore au dernier moment, avant la double confrontation face à la Nouvelle-Zélande en barrages, que la Fédération mexicaine de football a appelé le désormais ex-entraîneur d'América pour prendre les rênes d'une équipe à la dérive. Le succès autoritaire face aux All Whites ainsi que ses résultats dans le championnat ont ouvert les portes de l'épreuve reine à l'ancien défenseur du Tri.

Au micro de FIFA.com, Herrera évoque cette coïncidence amusante, de son entretien avec Carlos Vela et de sa façon bien à lui d'aborder le football.


Miguel, cela fait déjà six mois que vous êtes à la tête de l'équipe du Mexique. Quels sont les bons et les mauvais côtés de ce poste ?
En accédant à ce poste, j'ai atteint le summum de ce que je peux attendre du métier d'entraîneur. Pour moi, il n'y a pas mieux. C'est le top, cela ne fait aucun doute. Le plus dur, c'est qu'on est critiqué par tout le monde, tout le monde pense en savoir davantage que toi, tout le monde se dit meilleur que toi. Mais bon, ça fait partie du jeu. C'est le poste le plus exposé à la critique.

Cela ne doit pas être facile de composer avec la critique. Vous qui êtes assez sanguin, comment gérez-vous cela ?

Oui, c'est vrai que je suis franc et très direct. Je ne suis pas du genre à calculer ce que je dis, je dis ce que je pense. Cela m'a valu d'être dans l'œil du cyclone partout où je suis passé. J'ai eu la chance que les choses se passent bien pour moi sur le terrain, mais je devrais prendre un peu plus de recul. Prendre le temps de respirer tranquillement pour réfléchir davantage à la réponse que je dois donner et ne pas répondre du tac au tac. Au fil du temps, j'apprends à faire cela.

En tant que joueur, vous aviez manqué la Coupe du Monde de la FIFA 1994 in extremis. Aujourd'hui, la vie fait que vous vous retrouvez dans la même situation, mais de l'autre côté de la barrière. Qu'en pensez-vous ?
C'est la vie. En tant que joueur, j'ai participé à l'intégralité des qualifications pour finalement m'entendre dire que j'étais dans la liste… mais de ceux qui restaient au Mexique. Je n'ai pas été retenu. Ça m'a fait très mal. Aujourd'hui, je me retrouve dans la peau de celui qui part à la Coupe du Monde au pied levé. Je suis content de ce que je suis arrivé à faire en tant qu'entraîneur. Maintenant, c'est derrière moi. Nous sommes qualifiés et il faut aller chercher de bons résultats à la Coupe du Monde. Je ne pense plus à cette phase de qualification… je veux passer à l'étape suivante.

Carlos Vela a refusé de jouer avec le Tri. Pourriez-vous expliquer aux gens qui suivent de loin l'actualité de la sélection mexicaine l'influence de ce joueur ? Quel joueur international se rapproche le plus de Vela en termes d'impact sur sa sélection ?
Je ne présenterais pas les choses de cette façon. Il y a quelques jours, j'ai entendu une très grosse bêtise… Quelqu'un le comparait à Messi ou Ronaldo. Je ne suis pas d'accord. Au Mexique, nous n'avons pas encore ce type de joueur. Carlos est un très bon joueur, il évolue à un niveau extraordinaire en ce moment, mais c'est à lui qu'appartient la décision de venir ou pas. Le Mexique ne sera pas moins bon sans lui, au contraire : il va être plus fort, car les joueurs retenus dans le groupe vont être impliqués à fond.

Compte tenu de votre mésaventure personnelle en 1994, avez-vous du mal à comprendre sa position ?
Et comment ! J'ai beaucoup souffert de ne pas être sélectionné pour la Coupe du Monde. J'ai tout donné pour y aller et au dernier moment, j'ai été laissé de côté. J'ai été choqué et j'ai ressenti la même chose quand je l'ai rencontré et qu'il m'a dit "non, non et non". Il m'a dit qu'il n'est pas prêt dans sa tête, qu'il ne va pas être utile à l'équipe car il n'est pas concentré et qu'il vaut mieux appeler un autre joueur. C'est clair, il ne veut pas y aller.

Quid de Javier Hernández ? Son manque de temps de jeu à Manchester United est-il une source d'inquiétude ?
Ça me préoccupe, j'aimerais qu'il joue davantage. Hélas, on se rend compte qu'il n'entre pas dans les plans de l'entraîneur actuel, David Moyes. C'est un fait, on ne pas va chercher à occulter ce qui saute aux yeux. Il y a eu beaucoup de blessés et de suspendus, et malgré ça, il n'a pas été titularisé. Pourtant, il répond présent à chaque fois qu'il entre en jeu, que ce soit pour 10, 20 ou deux minutes. Il court sur tous les ballons, il donne tout ce qu'il a. On connaît bien sa façon d'être, sa façon de s'entraîner et sa façon de se battre sur tous les ballons à chaque fois qu'il entre en jeu. On pense évidemment à lui et je lui ai dit, mais on va voir comment évoluent les choses. Aujourd'hui, ce n'est pas que son niveau ait baissé, mais la concurrence porte atteinte à son rendement  car il n'a pas le rythme des matches.

Au Mexique, le poste de gardien fait l'objet de beaucoup de débats. Vous savez déjà qui vous allez emmener au Brésil ?
Je ne peux pas vous le dire car je ne le sais pas moi-même. J'ai six excellents gardiens : cinq au Mexique et Memo Ochoa en France. Quand je vais annoncer mes trois gardiens, beaucoup de gens vont approuver mon choix, tout en s'interrogeant sur les raisons pour lesquelles je n'ai pas retenu les trois autres. Aujourd'hui, j'en ai quatre en concurrence pour trois places. Les deux autres, je les connais très bien et je sais ce qu'ils peuvent apporter. Si l'un des quatre premiers baisse de niveau, ces deux-là vont entrer dans la bagarre. Ce n'est pas le poste qui m'inquiète le plus. Les cages seront bien gardées.

Avec quelles ambitions allez-vous partir au Brésil ? Nous savons que vous n'aimez pas parler du fameux cinquième match et que vous préférez viser la finale, mais le Mexique a-t-il vraiment les armes pour aspirer à cela ?

C'est vrai que l'histoire ne vient pas étayer nos propos. Ce que j'ai dit, c'est que si je ne vais pas à une Coupe du Monde avec l'ambition de la remporter, autant que j'y aille dans un rôle de figurant ou d'accompagnant. Et le Mexique n'est pas dans cette logique. Ce qui nous fait avancer, c'est la volonté de tout faire pour être champions du monde. Nous avons de bonnes infrastructures, de bons joueurs, pourquoi ne pas y penser ? Bien entendu, les performances passées font qu'on se focalise sur ce cinquième match. Si nous passons, les gens seront déjà très heureux, quoi qu'il arrive. Mais c'est le niveau que m'impose la fédération : nous allons nous qualifier pour les quarts et ensuite, nous verrons bien qui peut nous arrêter. Nous n'y sommes arrivés qu'une seule fois dans notre histoire et maintenant, nous voulons le refaire. Ce serait extraordinaire.

Nous sommes à un peu moins de 100 jours du coup d'envoi de la compétition. Que vous inspire le Brésil en tant que pays organisateur ?

Ces 100 jours qui nous séparent de la Coupe du Monde vont être très intenses. 100 jours, ça passe d'autant plus vite quand on attend un événement sensationnel. Disputer une Coupe du Monde au Brésil, c'est un peu comme remonter le temps : le Maracaná, les années 50, le souvenir de cette compétition épique. C'est énorme de vivre au cœur de la fête du football, car il y a des joueurs extrêmement talentueux dans ce pays. Ça va être sensationnel. Le Mexique va réussir une Coupe du Monde à part, c'est certain. Pourquoi ne pas choisir le Brésil, de la même façon que le Brésil a un jour choisi le Mexique pour écrire l'histoire ?

Fifa.com (17/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 28 Mar - 23:06

Le Brésil à la sauce italienne



C'est un Pauliste et fils d'Écossais, Charles Miller, qui a introduit le football au Brésil quand il est revenu d'Angleterre. Mais un peu plus tard, les immigrants italiens ont joué un rôle crucial dans la popularisation du ballon rond en lui faisant franchir les frontières des clubs. Ces immigrants ne pouvaient pas imaginer qu'ils étaient en train d'encourager la naissance d'un futur géant du sport qui, des dizaines d'années plus tard, poserait bien des problèmes à l'Italie en Coupe du Monde de la FIFA™, y compris dans deux finales.

"Le brillant journaliste Thomaz Mazzoni, auteur de nombreux ouvrages sur l'évolution du football au Brésil, explique qu'à ses débuts le sport, de par son caractère élitiste, était considéré comme un événement social. C'était comme aller au cinéma ou au théâtre. On choisissait ce qu'il y avait de mieux. On s'identifiait beaucoup moins à tel ou tel club qu'au spectacle proposé. C'était surtout une question de spectacle", affirme à FIFA.com Fernando Galuppo, historien et journaliste, auteur de plusieurs livres sur les clubs d'origine italienne.

La propagation du football à São Paulo s'est faite par la création de clubs d'ouvriers des grandes usines qui, au début, n'avaient pas vraiment de siège et profitaient de terrains la plupart du temps improvisés dans les quartiers pour se construire, peu à peu, une histoire. Venus en grand nombre pour travailler dans les plantations de café de l'intérieur du Brésil, les immigrants italiens ont ensuite rejoint les villes pour exercer toutes sortes de métiers. C'est alors qu'ils ont joué un rôle décisif dans le processus de développement du football.

Les Oriundi
Fondé en 1914, Palestra Itália devient le représentant le plus important des Oriundi, les Italiens immigrés au Brésil. Jusqu'en 1930, toutes les réunions se font en italien. En 1920, le club acquiert le stade Palestra Itália, également connu sous le nom de Parque Antárctica, celui du conte d'Alcântara Machado et aujourd'hui en phase de rénovation. L'institution d'origine transalpine s'est considérablement élargie au fil des ans et a commencé à collectionner des titres, au point de dépasser les frontières de la colonie, mais sous un autre nom.

Durant la Deuxième Guerre mondiale en effet, par décret du gouvernement de Getúlio Vargas, il est interdit à toute entité d'avoir dans son intitulé le nom de l'un des pays de l'Axe : Allemagne, Italie et Japon. Le club décide de se renommer Palmeiras, conservant ainsi dans son appellation les trois premières lettres de son nom original. La même chose se produit pour la Societá Sportiva Palestra Itália de Belo Horizonte. Fondé dans la capitale du Minas Gerais en 1921, ce club, qui a lui aussi connu une croissance exponentielle, devient Cruzeiro, en référence à la constellation de la Croix du Sud, qui orne le drapeau brésilien et celui de plusieurs pays de l'hémisphère sud.

Compétitif lors de ses premières décennies d'existence mais sans réussir à imiter le développement et la progression de ses compatriotes, se laissant distancer par l'élite du football brésilien ou pauliste mais n'en conservant pas moins un fort rôle social, le Clube Atlético Juventus, lui aussi de São Paulo, a réussi à maintenir son nom sur sa tenue grenat. Vous avez bien lu "grenat". Au Brésil, la Juventus a adopté les couleurs de son plus grand rival en Italie, le Torino...

Une autre histoire

Après avoir assisté au derby de Turin lors d'un voyage en Italie, Conde Rodolfo Crespi suggère l'adoption du nom de la Vecchia Signora pour le club qu'il avait fondé dans le quartier de Mooca. Au début, les couleurs de la Juventus brésilienne étaient le noir et le blanc, mais étant donné que la fédération à laquelle le club est affilié possède parmi ses membres déjà beaucoup d'équipes évoluant en noir et blanc, comme Corinthians et Santos, Conde Rodolfo Crespi opte pour le grenat. "Compte tenu de la situation, le CA Juventus a cherché une couleur que personne ne portait dans la division où il jouait. Sur la suggestion de l'un de ses grands bienfaiteurs, qui aurait préféré quant à lui un changement de nom complet, on opta pour le blanc et le grenat, précisément les couleurs de Torino", écrivent Fernando Galuppo, Angelo Eduardo Agarelli et Vicente Romano Netto dans le livre Glórias de Um Moleque Travesso.

La Juventus n'est jamais devenue un grand club brésilien, ce qui ne l'a pas empêché d'acquérir une réputation et un grand capital de sympathie. En outre, c'est dans son stade de la rue Javari, devant 5 000 spectateurs, que Pelé affirme avoir inscrit le plus beau but de sa carrière. C'était le 2 août 1959 et ce jour-là, Santos avait battu la Juventus 4:0. "Si tous ceux qui disent avoir vu ce but de Pelé en vrai étaient réellement au Javari, alors le stade à cette époque devait être aussi grand que le Maracanã", fera remarquer un commentateur.

À Javari, s'il n'y avait évidemment pas autant de spectateurs ce jour-là, le stade n'en était pas moins toujours plein comme un œuf pour voir la Juventus affronter les grandes équipes paulistes. Ce n'était pas la seule enceinte à connaître le privilège de la surpopulation. À cette époque, le football était déjà devenu une véritable institution nationale, le Brésil venant de conquérir, avec Pelé comme fer de lance, la Coupe du Monde de la FIFA 1958™.

Dans ce tournoi où le jeune prodige de 17 ans n'était pas encore surnommé Le Roi, c'est José João Altafini, surnommé Mazzola, qui inscrit le premier but du Brésil, contre l'Autriche. Il fera de nouveau trembler les filets dans ce match, avant de perdre sa place de titulaire. Quatre années plus tard au Chili, il dispute de nouveau la Coupe du Monde de la FIFA™, mais cette fois sous les couleurs de l'Italie. Après Suède 1958, l'ancien joueur de Palmeiras avait en effet rejoint les rangs de l'AC Milan, où il restera jusqu'en 1965. Après être passé encore par Naples et la Juventus, il deviendra un chroniqueur respecté du football italien.

"C'était très simple. À cette époque, vous n'aviez aucune chance d'être appelé en sélection brésilienne si vous jouiez dans un club étranger. Aucune. J'avais alors 23 ou 24 ans et je ne voulais pas manquer le Mondial. Ce n'est pas moi qui ai quitté le Brésil, c'est le Brésil qui m'a quitté", a affirmé un jour Mazzola au journal Lance!.

La Brasilazio de Rome

Il n'était cependant pas le premier Brésilien à jouer avec la Squadra Azzurra. En définitive, l'influence de l'Italie sur la naissance d'une grande puissance du football a porté ses fruits pour l'Italie elle-même, qui avait l'habitude d'accueillir un type particulier d'immigrants : les génies du ballon rond. L'ailier droit Anfilogino Guarisi, ou Filó, a été le premier d'entre eux et a remporté avec l'Italie la Coupe du Monde de la FIFA 1934™. Il a même participé au premier match du pays hôte dans l'épreuve, qui s'est soldé par une très large victoire 7:1 sur les États-Unis.

Révélé par Portuguesa, Guarisi a joué à Paulistano et à Corinthians avant de rejoindre la Lazio, dont il a défendu les couleurs de 1931 à 1937. À Rome, il devait se sentir un peu comme à São Paulo : quatre autres anciens de Corinthians, dont l'excellent défenseur Del Debbio, avaient en effet rejoint avec lui le club de la capitale, à tel point que cette équipe était parfois surnommée la Brasilazio.

Le club romain avait même engagé toute une équipe de Brésiliens, dont la plupart venaient des deux Palestras, pour la saison 1931/32. Cette formation insolite était dirigée par un ancien de Corinthians, Amílcar Barbuy, qui faisait à la fois office d'entraîneur et d'attaquant. Mais l'expérience a tourné court, l'équipe se retrouvant à lutter contre la relégation.

Certains joueurs sont vite retournés au Brésil, mais pas les membres de la famille Fantoni, originaires de l'État du Minas Gerais et anciens de Cruzeiro. Cinq membres de la famille, le plus connu d'entre eux étant Nininho, ont porté les couleurs de la Lazio. Nininho s'est même entraîné avec l'Italie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Italie 1934™, mais n'a pas été retenu dans le groupe final.

Aujourd'hui, presque 80 ans plus tard, le milieu de terrain Thiago Motta, né dans l'état de Sao Paulo et révélé par la Juventus, est l'un des joueurs qui rêvent de participer avec la Squadra Azzurra à la Coupe du Monde de la FIFA. Car l'occasion est belle pour la diaspora brésilienne d'Italie de célébrer les bénéfices mutuels de cette relation intime qui unit ces deux grandes nations du football.

Fifa.com (28/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 1 Avr - 15:01

Brésil : Filipe Luis-Miranda, le duo se bat et y croit



"Donnez tout pour votre club, vivez et mourez pour lui. Car tous ceux qui ne mouilleront pas le maillot pourraient ne pas aller à la Coupe du Monde". Les déclarations effectuées par Luiz Felipe Scolari avant le dernier match amical de préparation du Brésil contre l’Afrique du Sud, constituaient à première vue un avertissement pour le groupe de joueurs régulièrement convoqués par ses soins. Mais loin de Johannesburg, parmi ceux qui n’ont plus porté le maillot canarinho depuis quelque temps, ce message ressemblait davantage à un espoir qu’à une menace.

Miranda et Filipe Luís font partie de ceux qui ont accueilli ces mots avec optimisme, même s’ils sont en ce moment bien loin de la Seleção. En effet, peut-on rêver meilleurs arguments vis-à-vis de Felipão que de briller au sein de l’un des clubs les plus en vue de la saison ?

Les deux joueurs de l'Atlético de Madrid appliquent à la lettre la recette du stratège brésilien. "Alors que les sélectionneurs en sont aux derniers réglages, il est très intéressant de pouvoir bénéficier de l'exposition que nous avons avec l'Atlético, surtout avec la saison que nous réalisons", explique Miranda à FIFA.com. "Je vais encore tout donner parce que je sais que j’ai des qualités et que je joue actuellement à un niveau très élevé qui pourrait suffire pour la Seleção.”

Aujourd’hui, la confiance du défenseur est à l’aune du rendement affiché par les Colchoneros depuis le début de la saison. Pourtant, pendant les 13 mois au cours desquels il est resté à l’écart de la sélection depuis sa seule convocation en février 2013, il a vécu une situation très paradoxale. Alors qu’il s’affirmait au cœur de la défense de Diego Simeone, il a vu des concurrents comme Réver, Dedé, Henrique et Marquinhos débarquer tour à tour dans le groupe verdeamarelho en complément de Thiago Silva, David Luiz et Dante.

Un groupe plus ou moins arrêté
Filipe Luís accorde la même attention aux messages de Felipão. Premier titulaire du sélectionneur dans le couloir gauche, il a remporté la Coupe des Confédérations 2013, mais s’est fait doubler depuis lors par Maxwell pour le poste de doublure de Marcelo. Et dire que pendant cette même période, aux côtés de Miranda, il a contribué à la formidable saison de l’Atlético, qui trône aujourd'hui en tête de la Liga avec la défense la plus hermétique de la compétition (22 buts en 31 matches) et qui s’apprête à disputer les quarts de finale de la Ligue des champions de l'UEFA. "Je pense que Felipão a déjà plus ou moins arrêté son groupe, mais je vais tout donner jusqu'au bout pour faire partie de l’aventure", affirme le latéral à FIFA.com. "Comme il l’a dit, celui qui n’est pas prêt à mourir pour son club n’ira pas à la Coupe du Monde."

Ils vont donc se donner au maximum, mais tout en évitant de faire de la Coupe du Monde une obsession. À un moment aussi important de la saison, se concentrer sur son club peut aider à faire baisser la pression. "Il y a plusieurs joueurs de très haut niveau qui se disputent les dernières places. Moi, je dois continuer à aider l’Atlético à aller de l’avant. La saison dernière, nous avions déjà la meilleure défense, ce qui est toujours très utile", explique Miranda.

"Bien sûr que je me tiens à sa disposition et que j’espère de bonnes nouvelles, mais en même temps, je pense que Felipão est dans le vrai", complète Filipe Luís avec une maturité étonnante pour quelqu'un qui faisait encore partie de la liste il y a peu de temps. "Je pense qu’on se tient plus ou moins avec Marcelo, Maxwell et Adriano. Ce n’est pas un poste où il y a autant de doutes, comme en attaque. C’est pourquoi si je n’y vais pas, je ne crierai pas à l’injustice."

Thérapie de groupe et certitude
Cette hauteur de vue face à une situation potentiellement défavorable s’avère très positive et elle est renforcée par la présence à ses côtés d’un joueur qui comprend sa situation. Le respect mutuel et la cohésion du duo brésilien de l’Atlético rejaillit sur les performances de leur club. Or, avec des défenseurs aussi solides, avec un Diego Costa irrésistible et avec une base qui a brillé en UEFA Europa League 2012, il n’est pas étonnant de voir l’équipe madrilène se battre aux côtés des géants.

Pourtant, cette question arrive bel et bien dans la conversation. "J’entends certains se demander comment il est possible que ce groupe soit là où il est avec les mêmes joueurs que les saisons passées. Eh bien la réponse est contenue dans la question. Ce qui a changé, c’est que nous sommes maintenant convaincus d’être au niveau du Barça et du Real. Aujourd'hui on nous respecte. Et tout le monde veut nous éviter", indique Miranda.

"Il est normal que certains aient pu considérer que l’on ne tiendrait pas le coup. On n’a pas de superstar dans l'effectif et on connaît nos limites. Mais tout le monde se donne à fond et participe aux tâches défensives. Même quand on n’est pas bien, on ne baisse jamais les bras et on parvient toujours à se créer des occasions", corrobore Filipe Luís.

Ce qu’ils veulent éviter, c’est de trop se prendre au jeu et de commencer à dire que l’équipe va tout gagner en 2014. Ce ne serait pas compatible avec la prudence mise en avant par les deux joueurs. "C’est difficile de parler du titre. La philosophie de Diego Simeone est de faire à chaque match le maximum", confirme Filipe Luís. "Mais il est évident que nos objectifs ont évolué au fil de la saison." À l’Atlético ou en Seleção, la seule certitude de ce duo est qu’il faudra se battre jusqu'à la fin, quelle que soit la compétition.

Fifa.com (01/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 4 Avr - 21:57

Brésil, Neymar : "La peur au ventre"



A moins de 70 jours du Mondial de football au Brésil, Neymar, la jeune star de l'équipe brésilienne, révèle que l'anxiété commence à le gagner et qu'il a déjà "la peur au ventre".

"Je pense que c'est un honneur de porter le maillot de la sélection brésilienne dans mon pays pour réaliser mon plus grand rêve depuis l'enfance. Mais l'anxiété commence à me gagner, à me donner la peur au ventre", révèle Neymar, dans une interview publiée vendredi par le quotidien sportif Lance.

Neymar, 22 ans, sur qui repose une bonne partie des espoirs des supporteurs brésiliens pour remporter un sixième titre, affirme que sa préparation est "la meilleure possible", tout comme celle de tous ses compagnons d'équipe.

"Nous allons donner le maximum sur le terrain pour donner ce titre au Brésil", souligne-t-il alors qu'il sera le second joueur le plus jeune après le "roi Pelé" (17 ans en 1958 et 21 ans en 1962) à porter le maillot numéro 10 de la Seleçao.

L'ambiance au sein de l'équipe est également "la meilleure possible" car tout le monde "a toujours rêver de revêtir un jour le maillot du Brésil" et que c'est beaucoup d'honneur que de représenter le Brésil avec la Seleçao", assure-t-il.

L'attaquant vedette du Brésil, qui joue au FC Barcelone, prévoit "qu'aucun match ne sera facile".

"Les adversaires veulent toujours gagner et donner leur maximum contre le Brésil. Nous n'avons aucune préférence d'adversaires car nous savons que tous les matchs seront difficiles".

Pour lui, "arriver à la finale du Mondial sera un rêve" indépendamment de l'adversaire.

"La finale de mes rêves inclut sans aucun doute l'équipe brésilienne", souligne-t-il.

Au sujet de son absence du Mondial de 2010, il déclare que "ce n'était pas son tour de disputer une Coupe du Monde".

"J'ai toujours travaillé pour que ce jour arrive et malheureusement il n'est pas arrivé à l'époque. Mais après, j'ai eu la joie d'être convoqué pour porter le maillot de la sélection brésilienne. Je crois que la différence entre le Neymar de 2010 et celui de 2014, c'est qu'il a mûri, fort de l'expérience sur le terrain, parce que le plaisir de jouer au foot est toujours le même", assure-t-il.

Fifa.com (04/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 11 Avr - 17:10

Quand l'élève mexicain dépasse le maître brésilien



Le coup de sifflet final de Rudolf Gloeckner, le 21 juin 1970, a marqué la fin d'un match, et beaucoup plus… Il a également permis de consolider une mystique et une relation d'adoration entre deux pays, comme en témoigne ce début d'invasion du terrain, du jamais vu jusque-là dans l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA™. Grâce à une victoire 4:1 contre l'Italie en finale, le Brésil gagne le titre mondial et le droit de conserver définitivement le trophée Jules Rimet. Mais ce 21 juin au stade Azteca, ce sont bien les Mexicains, hôtes de la compétition, qui font la fête.

"Le match venait de se terminer et soudain, en plus d'être heureux, nous avons été très impressionnés. Des Mexicains arrivaient de tous les côtés et voulaient participer d'une manière ou d'une autre : certains nous prenaient dans leurs bras, d'autres nous embrassaient, ils voulaient garder quelque chose en souvenir, une chaussette, un protège-tibia, n'importe quoi", raconte à FIFA.com le capitaine brésilien lors de ce Mondial, Carlos Alberto Torres. "À vrai dire, c'était comme si nous étions devant notre public. Les gens étaient passionnés. C'était comme si nous étions leurs héros : des Mexicains."

Des héros, les footballeurs brésiliens champions du monde au Mexique le sont devenus. Même au Brésil, la Coupe du Monde de la FIFA 1970™ est perçue comme la convergence de tout ce qui était nécessaire pour créer une image magique du football brésilien : avec un troisième sacre dans l'épreuve suprême du sport roi, le Brésil devenait ainsi le plus titré de l'histoire. Et comme pour mieux marquer les esprits, cette Coupe du Monde de la FIFA™ était également la première à être retransmise en direct et en couleur sur le sol brésilien, le tout avec un Pelé en grande forme. Avec dans ses rangs Gérson, Rivellino, Tostão et autres Jairzinho, les Auriverdes ont inscrit plus de trois buts en moyenne dans chacune des six rencontres qu'ils ont disputées - et gagnées - à Mexique 1970.

On comprend donc qu'un pays qui vivait le début de son développement footballistique n'ait eu aucun mal à se prendre de passion pour la sélection qui proposait ce qui se faisait de mieux en la matière. La place devant le stade Jalisco de Guadalajara, où la Seleção a disputé ses cinq premières parties jusqu'à la finale, est ainsi devenue la "Plaza Brasil". Durant les années qui ont suivi cette édition de la Coupe du Monde de la FIFA™, il était courant au Mexique de donner comme prénom à un nouveau-né Carlos Alberto, Clodoaldo ou Edson.

"La Coupe du Monde 1970 a fait du football brésilien un miroir pour les Mexicains, un idéal", explique à FIFA.com Mário Jorge Lobo Zagallo, entraîneur de cette équipe du Brésil. "Avec le temps, cette admiration n'a pas viré au complexe d'infériorité. Au contraire, quand les Mexicains jouent contre le Brésil, malgré tout le respect qu'ils éprouvent, ils sont deux fois plus motivés."

Une surprise, des surprises
La motivation en question est forcément subjective. Elle ne peut pas se mesurer, sauf peut-être en se penchant sur les résultats des confrontations entre les deux pays, et pas n'importe lesquelles. À la Gold Cup de la CONCACAF 1996, le Mexique affronte un Brésil composé principalement des joueurs amenés à disputer le Tournoi Olympique de Football, et dont le sélectionneur est un certain Zagallo. En finale à Los Angeles, sous une pluie torrentielle, le Mexique de Luís García et Cuauhtémoc Blanco l'emporte 2:0. La chose se reproduit en 2003, au stade Azteca cette fois. Alors que le Brésil compte dans ses rangs Robinho et Kaká, les maîtres des lieux remportent une deuxième Gold Cup de la CONCACAF contre la Seleção, cette fois grâce à un but en or.

À la Coupe des Confédérations de la FIFA 1999, toujours au stade Azteca, le Brésil de Dida, Alex et Ronaldinho arrive en finale après avoir outrageusement dominé ses adversaires dans les matches précédents, mais se casse une nouvelle fois les dents sur l'hôte de la compétition, à l'issue d'un match agité. Et que dire de la finale de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA, Pérou 2005, dans laquelle les jeunes Mexicains donnent une leçon de ballon rond à leurs adversaires brésiliens en s'imposant 3:0, avec une équipe qui compte dans ses rangs notamment Carlos Vela et Giovani dos Santos ? La génération dorée du football mexicain monte sur le toit du monde aux dépens du Brésil : tout un symbole.

À cela s'ajoute pour le Brésil une frustration plus récente. Avide de rapporter au pays le dernier grand titre international qui lui manque, la Seleção emmène du beau monde pour disputer le Tournoi Olympique de Football Masculin, Londres 2012. Mais en finale dans le mythique Wembley, Neymar, Oscar et autres Hulk ne parviennent pas à empêcher le Mexique de créer une nouvelle fois la surprise en s'imposant 2:1, et ce malgré l'absence sur blessure de Giovani dos Santos. Le Mexique, adorateur du football brésilien depuis 1970, ne serait-il pas progressivement devenu la bête noire de la Seleção ?

"L'histoire montre que notre équipe joue mieux contre les grandes équipes. C'est ce qui s'est passé aujourd'hui. Ça se vérifie tout particulièrement contre le Brésil, qui pratique un football plus franc", expliquait après la rencontre Luis Fernando Tena, sélectionneur de ce Mexique olympique, qui en l'occurrence a reçu les éloges du sélectionneur brésilien Mano Menezes : "Ils nous ont affrontés sans aucune appréhension, car ils ont suffisamment de qualités pour ne craindre personne. Cette nouvelle génération est talentueuse et la présence de trois joueurs plus expérimentés (Carlos Salcido, José Corona et Giovani dos Santos) les a rendus encore meilleurs. Le football mexicain s'est développé sur le tard, au cours des dernières décennies, mais compte aujourd'hui parmi les grandes forces au niveau mondial."

Migration restreinte, mais intense
Les plus attentifs auront remarqué la présence de la particule "dos", en portugais, devant le "Santos" dans le nom de Gio. Le brillant attaquant de Majorque est l'un des représentants de footballeurs brésiliens émigrés au Mexique et qui, s'ils ne sont pas nombreux dans l'histoire, ont souvent laissé une empreinte indélébile. C'est le cas de Giovani et de son frère Jonathan, tous deux fils de Francisco dos Santos, ou "Zizinho", qui a fait carrière à l'América dans les années 1980. On pense aussi à Zague, ou Zaguinho, pour reprendre le diminutif en portugais. Il s'agit en fait de Luís Roberto Alves, fils de José Alves, ailier gauche à Corinthians de 1961 à 1967, qui a ensuite rejoint l'América. Citons également Muricy Ramalho qui, après avoir quitté São Paulo en 1979, est allé non seulement dans un pays inhabituel, mais également dans une équipe modeste, Puebla, où a débuté en 1993 sa glorieuse carrière d'entraîneur. Les Brésiliens au Mexique ont été peu nombreux, mais influents.

La relation entre les deux pays s'enrichira d'un nouveau chapitre à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Après avoir été versés dans le même groupe à la Coupe des Confédérations de la FIFA l'an dernier -où Neymar avait conduit les siens à une victoire 2:0- la Seleção et El Tri vont de nouveau s'affronter dans un mélange de respect et d'histoire, avec certainement de nouvelles surprises à la clé. Ce sera pour le deuxième match du Groupe A, le 17 juin à Fortaleza.

Une fois de plus, la passion initiée en 1970 renaîtra. Une fois de plus, on pourra se remémorer toutes les fois où le Mexique a su jouer d'égal à égal, voire de surpasser son modèle. Et, une fois de plus, chacun aura l'occasion de prouver cette approche du football peut produire des résultats spectaculaire.

Fifa.com (11/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 22 Avr - 21:14

Brésil, Carlos Alberto : "La Seleçao en phase de transition"



Carlos Alberto, capitaine du Brésil champion du monde en 1970, a estimé mardi que la Seleçao actuelle se trouvait "en phase de transition" générationnelle et qu'elle avait raté "une belle occasion" avec la naturalisation espagnole du buteur Diego Costa.

"Le football brésilien est dans une phase de transition, entre deux générations", a dit l'ancien défenseur central en marge de l'arrivée du trophée du Mondial à Rio de Janeiro avant une tournée dans le pays qui organise le tournoi (12 juin-13 juillet).

"Une génération a pris fin en 2010 à la Coupe du monde en Afrique du Sud, a-t-il poursuivi. Une nouvelle prend le relais, très bonne. Il y a ce garçon qui s'est naturalisé espagnol, avec lequel on a perdu une belle occasion, c'est Diego Costa. On a Fred et Jô, on a des bons joueurs pour former un bon groupe et viser la conquête de la Coupe du monde".

Il s'est aussi dit confiant sur Neymar, la star de l'équipe qui s'est blessée le 16 avril au pied gauche : "D'après ce qu'on sait, ce n'est pas une blessure aussi grave que ce qui semblait de prime abord, a-t-il avancé. Il sera certainement rétabli".

Les quatre favoris de Carlos Alberto pour le tournoi sont : le Brésil, l'Argentine, l'Allemagne et l'Espagne.

Fifa.com (22/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Jeu 24 Avr - 20:57

Brésil : Scolari dévoile huit noms



Le sélectionneur de l'équipe du Brésil Luiz Felipe Scolari a annoncé jeudi l'identité de huit joueurs parmi les 23 de sa liste pour le Mondial-2014, sans surprise: Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar, Fred, Willian, Oscar, Paulinho et Ramires.

Interrogé sur ses leaders ou capitaines, lors du congrès "Football et Psychologie" à Sao Paulo, "Felipao" a donné les quatre noms: les défenseurs Thiago Silva (Paris SG) et David Luiz (Chelsea), le gardien Julio Cesar (Toronto FC) et l'attaquant Fred (Fluminense).

"J'ai parlé avec cinq joueurs à Londres et je leur ai dit que je comptais sur eux", a ajouté le sélectionneur, qui s'était réuni début avril avec les milieux Paulinho (Tottenham), Willian, Oscar et Ramires (Chelsea), outre David Luiz (également à Chelsea), lors de sa tournée européenne.

Scolari doit annoncer le 7 mai sa liste complète de 23 joueurs pour la Coupe du monde disputée à domicile (12 juin-13 juillet). Cette liste, que ni son staff technique ni sa propre épouse ne connaissent, est déjà élaborée "à 95-99%", a-t-il précisé.

Il s'est dit confiant sur Neymar, actuellement blessé, dont le transfert de Santos au FC Barcelone a créé un scandale en février et qui est parfois critiqué pour sa première saison en Europe. "Neymar est serein, a-t-il indiqué. C'est son équipe qui ne va pas bien, mais en équipe nationale il aura un bon rendement comme toujours. Je le vois d'une manière très différente par rapport à ce que pensent certains journalistes espagnols. En sélection, les caractéristiques sont différentes, c'est pourquoi je ne suis pas du tout inquiet".

Scolari a aussi estimé que le groupe avait passé un cap psychologique durant la Coupe des Confédérations remportée en juin dernier lorsque le public du stade de Fortaleza avait poursuivi a cappella l'hymne national avant la rencontre contre le Mexique et avait ainsi transmis son "euphorie" à la Seleçao.

Dans le Mondial, l'équipe du Brésil (groupe A) jouera le match d'ouverture le 12 juin à Sao Paulo contre la Croatie, avant d'affronter le Mexique (17 juin à Fortaleza) et le Cameroun (23 juin à Brasilia).

Les joueurs se rassembleront le 26 mai, puis disputeront deux amicaux de préparation, contre le Panama (le 3 juin à Goiana, centre-ouest) et la Serbie (le 6 juin au stade Morumbi de Sao Paulo, sud-est).

Fifa.com (24/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 25 Avr - 12:33

Brésil : Scolari lève le voile sur sa liste



En voici déjà huit: Luiz Felipe Scolari a créé une petit événement en révélant jeudi l'identité de près d'un tiers des 23 joueurs du Brésil au Mondial-2014, et notamment trois milieux jusqu'alors incertains.

Et les heureux élus sont: Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar, Fred, Willian, Oscar, Paulinho et Ramires. On pourrait ajouter Neymar à cette ébauche de liste, tant il est évident que "Felipao" compte sur le N.10 vedette de sa Seleçao.

Le sélectionneur, venu parler "Football et psychologie", le thème du congrès qui l'accueillait à Sao Paulo, s'est d'abord montré réticent à parler de sa liste, qu'il dévoilera le 7 mai. Mais, psychologie oblige, il s'est ensuite déridé jusqu'à livrer des noms, de manière directe ou indirecte.

Interrogé sur ses leaders ou capitaines, il a cité les défenseurs Thiago Silva (Paris SG) et David Luiz (Chelsea), le gardien Julio Cesar (Toronto FC) et l'attaquant Fred (Fluminense).

Ces quatre-là, piliers du groupe vainqueur de la Coupe des Confédérations 2013, étaient déjà dans la case "certains d'y aller": titulaires indiscutables de "Felipao", les deux premiers forment la charnière centrale et les deux derniers occupent les deux extrémités du onze sur le terrain.

Le technicien réitère son expérience de 2002, couronnée du sacre mondial, lorsqu'il avait nommé, sur la suggestion d'une psychologue, un groupe de cinq leaders, après la blessure du capitaine, Emerson: Cafu (nommé capitaine), Roque Junior, Roberto Carlos, Rivaldo et Ronaldo.

Paulinho
Scolari avait maintenu sa confiance au gardien et à l'avant-centre alors qu'ils étaient en difficulté en début d'année: Julio Cesar ne jouait plus depuis l'été dernier avant de débarquer au Canada (dans le peu huppé Championnat nord-américain), tandis que Fred relevait de blessure. Le technicien avait même scindé sa précédente liste en vue de l'amical en Afrique du Sud (5-0) pour laisser le temps à son buteur de se remettre.

"J'ai parlé avec cinq joueurs à Londres et je leur ai dit que je comptais sur eux", a ajouté le sélectionneur, qui s'était réuni début avril avec les milieux Paulinho (Tottenham), Willian, Oscar et Ramires (Chelsea), outre David Luiz déjà mentionné (également à Chelsea), lors de sa tournée européenne.

"Felipao" était venu superviser des Brésiliens concernés par les quarts de finale de la Ligue des Champions, dans la capitale anglaise, à Paris et Munich.

Oscar ? Aucune surprise pour le meneur de jeu attitré de la Seleçao. La convocation anticipée des trois autres milieux londoniens semblait en revanche beaucoup plus hypothétique.

Paulinho, révélation de la Coupe des Confédérations (Ballon de Bronze du tournoi), craignait pour sa place dans le groupe en raison de son maigre temps de jeu cette saison à Tottenham.

"'Ah, mais moi je ne joue pas, Felipao', pensait un joueur. Mais je lui ai dit qu'il reste tranquille, parce que X ou Y a déjà donné beaucoup pour la Seleçao et qu'il sera convoqué", avait cependant narré Scolari le 7 avril à Lisbonne, dans une probable allusion au milieu des Spurs.

Ramires et Willian
Quant à Ramires, il n'avait pas été appelé pour la "Coupe des Conf'" après une incartade disciplinaire. Et il vient, ce jeudi, d'écoper d'une suspension de quatre matches pour son coup de coude contre un joueur de Sunderland samedi dernier... Mais son profil polyvalent et marathonien détonne.

Willian, qui n'avait été convoqué qu'à partir de novembre dernier par "Felipao", s'est installé sans faire de bruit dans le onze-type de José Mourinho et s'en voit manifestement récompensé.

Il reste désormais peu de places chez les milieux relayeurs ou offensifs; la concurrence s'aiguise pour celles qui restent. Fernandinho (Manchester City) semble avoir une longueur d'avance, après sa prestation à Johannesburg assortie d'un but sublime, sur Hernanes voire Kaka.

Après la bataille du milieu (quid du défensif Luiz Gustavo qui joue à Wolfsburg ?), s'annoncera celle des côtés. En attaque, Neymar et Hulk font figure de titulaires. Bernard et/ou Lucas feront-ils les frais du profil polyvalent de Ramires, qui peut jouer ailier ? En défense, Dani Alves et Rafinha semblent tenir la corde à droite. Mais qui, de Filipe Luis ou de Maxwell, servira de doublure à gauche derrière Marcelo ?

Fifa.com (24/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 28 Avr - 18:20

Brésil, Scolari : "Nous bénéficions de toutes les conditions pour l'emporter"



Le sélectionneur de l'équipe du Brésil Luiz Felipe Scolari a déclaré que le Brésil avait de grandes chances de gagner le Mondial, lors d'une interview dimanche soir dans le cadre du programme "Fantastico" de la chaîne de TV Globo.

"C'est notre Coupe. Nous bénéficions de toutes les conditions pour être champions, sur le plan du football, mais aussi grâce au fait de jouer à domicile, car c'est comme avoir un joueur de plus", a assuré "Felipao".

Interrogé sur la pression que pourraient ressentir les joueurs, l'entraîneur a répondu: "ils sont jeunes et feront face facilement à la pression de jouer à domicile". Il a ajouté qu'il se sentait "privilégié" et "heureux" de préparer une Coupe du Monde "à la maison". "Etre entraîneur du Brésil en ce moment, n'est pas un poids, c'est formidable", a-t-il souligné.

Scolari a indiqué qu'il avait déjà choisi 21 des 23 joueurs. "Il m'en manque deux, je me dis celui-là est plus jeune, cet autre à plus d'expérience internationale. Si ce n'est pas A, ce sera B". Jeudi, le sélectionneur avait déjà annoncé l'identité de huit joueurs et annoncera le 7 mai sa liste complète pour la Coupe du monde (12 juin-13 juillet).

Fifa.com (27/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Ven 2 Mai - 10:40

Brésil : Oscar blessé et inquiet



Le meneur de Chelsea et de l'équipe du Brésil Oscar est inquiet à l'approche du Mondial-2014, a-t-il expliqué jeudi à Globo Sport, après la demi-finale retour de la Ligue des champions qu'il a manquée en raison d'une blessure aux adducteurs.

"On me soigne pour que je puisse jouer le dernier match de la saison avec Chelsea (le 11 mai, ndlr), mais je dois faire attention en vue du Mondial. Il nous reste des matches important en club mais c'est important aussi de se reposer parce que la Coupe du monde arrive", a déclaré l'Auriverde de 22 ans qui a manqué les trois derniers matches des Blues.

"Je me suis échauffé mercredi mais Mourinho savait que je pouvais à peine jouer et je ne l'ai pas fait finalement car je ressentais une douleur due à une blessure aux adducteurs. En jouant, la blessure pourrait devenir plus grave et il le sait", a-t-il poursuivi.

Le Brésilien compte 29 sélections avec la Seleçcao et a inscrit neuf buts.

La Coupe du monde aura lieu au Brésil du 12 juin au 13 juillet 2014.

Fifa.com (01/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 6 Mai - 15:39

Brésil : Scolari abat ses cartes



Et 14 qui font 23: le sélectionneur de l'équipe du Brésil Luiz Felipe Scolari dévoile mercredi son jeu complet de 23 atouts pour remporter le Mondial-2014 après en avoir déjà posé neuf sur la table.

Outre son as Neymar, actuellement blessé et qu'il a toujours défendu, "Felipao" avait révélé le 24 avril l'identité de huit joueurs: Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar et Fred, qui forment la suite des "capitaines"; Paulinho, Ramires, Willian et Oscar.

"L'entraîneur Felipao convoquera le 7 mai 2014 la sélection brésilienne pour disputer la Coupe du monde", avait annoncé la Confédération (CBF) en décembre. Donc a priori 23 joueurs; mais rien n'empêche une donne plus ample.

Le onze brésilien vainqueur de la Coupe des Confédérations 2013 en mettant l'Espagne au tapis en finale (3-0) fait figure d'équipe-type: Julio Cesar - Dani Alves, David Luiz, Thiago Silva (cap.), Marcelo - Luiz Gustavo, Paulinho - Hulk, Oscar, Neymar - Fred.

Les seules petites incertitudes chez ces cartes maîtresses concernent Oscar, touché aux adducteurs et absent des quatre derniers matches de Chelsea, et Luiz Gustavo, qui évolue au modeste club de Wolfsburg en Allemagne et dont la place de titulaire est menacée, par exemple par Ramires (Chelsea).

Le sélectionneur a répété le 28 avril qu'il avait bouclé sa liste "à 95-99%", laquelle, sauf bluff, se dessine ainsi:

. Joueurs déjà annoncés (9): Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar, Fred, Willian, Oscar, Paulinho, Ramires, ainsi que Neymar.

. Joueurs à la présence naturelle (Cool: Jefferson, Dani Alves, Dante, Marcelo, Luiz Gustavo, Hulk, Bernard, Jô.

. Joueurs en balance (5 ou 6): Victor/Diego Cavalieri (troisième gardien), Maicon/Rafinha (arrière droit remplaçant), Miranda/Dede/Henrique/Marquinhos (défenseur central remplaçant), Filipe Luis/Maxwell (arrière gauche remplaçant), Lucas Leiva/Fernandinho/Hernanes (milieu relayeur remplaçant, un ou deux).

Lucas, Robinho, Coutinho ?
Scolari peut prendre deux milieux relayeurs sur les trois en balance. S'il n'en retenait qu'un, il resterait une place à pourvoir, pour un milieu offensif ou un ailier. Et c'est là que pourrait se nicher LA surprise.

Lucas, ignoré par "Felipao" depuis octobre, viendrait en joker qui s'est démonétisé en sélection et à Paris au bout d'une saison au goût d'inachevé.

"Il me reste à en choisir deux, avait dit Scolari le 28 avril. Nous évaluons si l'un est plus jeune, si l'autre a plus d'expérience internationale"...

C'est le 10 de der: le sélectionneur peut miser sur un vieux roi, un trentenaire milanais comme Kaka ou Robinho, proche de Neymar, ou un valet fringant, avec Philippe Coutinho, meneur de 22 ans auteur d'une bonne saison à Liverpool.

Les joueurs se rassemblent le 26 mai au centre d'entraînement récemment rénové de Granja Comary, avant deux matches de préparation pour annoncer la couleur, contre le Panama (3 juin à Goiânia) et la Serbie (6 juin au Morumbi de Sao Paulo).

Et le 12 juin, la Seleçao inaugure "son" Mondial contre la Croatie (à l'Arena Corinthians de Sao Paulo), puis affronte le Mexique (17 juin à Fortaleza) et le Cameroun (23 juin à Brasilia). La levée, ou la chute.

Fifa.com (06/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 7 Mai - 21:11

Brésil : Les 23 de Scolari sans grande surprise



Le sélectionneur de l'équipe du Brésil Luiz Felipe Scolari a annoncé mercredi une liste sans grande surprise de 23 joueurs pour le Mondial-2014, comprenant notamment les latéraux Maicon et Maxwell et le défenseur central Henrique.

Chez les doublures des latéraux titulaires, le joueur du PSG Maxwell a été convoqué plutôt que Filipe Luis, qui était pourtant à la Coupe des Confédérations et joue à l'Atletico Madrid, ainsi que Maicon plutôt que Rafinha, pourtant testé lors du dernier match amical en Afrique du Sud (5-0).

Il restait une place à prendre en défense centrale, et c'est Henrique (Naples) qui l'a prise.

Au milieu, "Felipao" a fourni son contingent en appelant finalement Fernandinho et Hernanes, en plus des milieux déjà annoncés.

Les stars trentenaires Ronaldinho, Kaka, Ballons d'Or 2005 et 2007, et Robinho n'ont donc pas été rappelées. Déjà en 2002, Scolari avait écarté Romario de sa liste finale.

"Felipao" avait déjà levé un coin du voile en donnant dès le 24 avril l'identité de huit joueurs: Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar et Fred, les quatre "capitaines", ainsi que Paulinho, Ramires, Willian et Oscar. Et il avait déjà fait allusion à la présence, évidente, de sa star Neymar au Mondial.

Le groupe qu'il convoque est dans la continuité de celui qui a remporté la Coupe des Confédérations 2013, en battant l'Espagne en finale (3-0).

La liste des 23 Brésiliens :

Gardiens (3): Jefferson (Botafogo), Julio Cesar (Toronto/MLS), Victor (Atletico Mineiro)

Défenseurs (Cool: Dani Alves (FC Barcelone/ESP), Dante (Bayern Munich/GER), David Luiz (Chelsea/ENG), Henrique (Naples/ITA), Maicon (AS Rome/ITA), Maxwell (Paris SG/FRA), Marcelo (Real Madrid/ESP), Thiago Silva (Paris SG/FRA)

Milieux (7): Fernandinho (Manchester City/ENG), Hernanes (Inter Milan/ITA), Luiz Gustavo (Wolfsburg/GER), Oscar (Chelsea/ENG), Paulinho (Tottenham/ENG), Ramires (Chelsea/ENG), Willian (Chelsea/ENG)

Attaquants (5): Bernard (Shakhtar Donetsk/UKR), Fred (Fluminense), Hulk (Zenit Saint-Pétersbourg/RUS), Jô (Atletico Mineiro), Neymar (FC Barcelone/ESP)

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 7 Mai - 21:17

Brésil : Scolari reste flou sur son avenir



Le sélectionneur de l'équipe du Brésil, Luiz Felipe Scolari, est resté flou sur sur le fait de rester en poste ou non après la Coupe du monde (12 juin-13 juillet) à domicile, mercredi en conférence de presse.

"Je n'ai jamais rien dit sur gagner, perdre, rester, partir, a-t-il dit après avoir divulgué sa liste de 23 joueurs convoqués. Il n'y a rien d'officiel. Ce qui est officiel, c'est mon ambition de travailler avec la sélection et gagner le Mondial".

Interrogé sur ce que représente pour lui le fait de diriger la sélection du Brésil, il a répondu: "Tout entraîneur travaille et rêve d'aller jusqu'à l'équipe nationale. Moi j'y suis arrivé petit à petit. Y arriver à la sélection une 2e fois, et diriger cette sélection dans ce pays, ça n'arrive que rarement".

"C'est la plus grande joie et satisfaction de ma vie, c'est une des choses les plus belles qui puisse arriver dans ma vie dans le domaine du foot", a-t-il ajouté.

"Felipao" avait emmené l'équipe nationale à son cinquième sacre mondial, en 2002. Il en a repris les rênes fin 2012, succédant à Mano Menezes.

La Seleçao dispute le match d'ouverture le 12 juin contre la Croatie à Sao Paulo.

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 7 Mai - 21:18

Brésil, Scolari : "Huit, neuf, dix titulaires"



"Tout le monde au Brésil sait qu'il y a huit, neuf, dix titulaires", a dit mercredi l'entraîneur de la Seleçao, Luiz Felipe Scolari, après avoir divulgué la liste de ses 23 joueurs convoqués pour le Mondial-2014.

Quel a été votre plus grand doute dans l'établissement de la liste?
Là où on a jeté un dernier coup d'oeil, en observant tout une série de détails, c'était pour choisir le quatrième défenseur central. On a discuté avec le staff technique et on s'est décidé pour Henrique.   

Pourquoi convoquer 23 joueurs au lieu de 30?
Appeler trois ou quatre joueurs en plus puis devoir les retirer, je ne crois pas que ce soit le plus adéquat, je ne partage pas cette idée. Je dois donner sept noms de plus, mais je n'ai pas besoin d'appeler un de ces sept si je devais en changer un. Ces sept, ce seront un gardien, un défenseur central, un latéral, deux milieux et deux attaquants.

L'équipe qui a battu l'Espagne en finale de la Coupe des Confédérations sera-t-elle alignée contre la Croatie, en ouverture du Mondial?
Contre la Croatie, je ne sais pas, ça dépend des détails, mais c'est la base. Tout le monde au Brésil sait qu'il y a huit, neuf, dix titulaires.

Avez-vous parlé avec des joueurs récemment?
Thiago Silva joue aujourd'hui (mercredi) le titre national (avec le PSG en France), hier on a parlé ensemble. On a parlé de son masque, il se demandait s'il devait l'enlever. Je lui ai dit de le garder et de le retirer le lendemain à l'entraînement. J'ai parlé avec Oscar pour lui dire de bien se soigner. C'est l'ambiance qu'on est en train de construire. Cafu a dit récemment que l'entraîneur devait construire une ambiance. Quand je suis allé en Europe, j'ai dit aux joueurs qu'ils seraient convoqués. C'était pour leur enlever le doute et former cette ambiance qui pour moi est spectaculaire.

Quel est le rôle de Neymar en sélection?
Il a une responsabilité plus grande en sélection qu'en club, pas seulement pour la création, pour la contre-attaque, mais aussi pour l'improvisation, des choses qu'il est le seul à pouvoir faire. Le groupe travaillera souvent pour lui, et lui parfois devra travailler pour le groupe.

Etes-vous préoccupé par l'état physique de certains joueurs, comme Oscar ou Jô?
Non. Nous ferons des examens physiques au début du rassemblement. Personne ne perd sa qualité technique. Oscar est un des meilleurs joueurs du monde, il peut avoir quelques difficultés physiques, il devra travailler correctement à partir du 26 mai pour arriver dans de bonnes conditions au Mondial. Pour Jô, le médecin de l'Atletico Mineiro a envoyé au nôtre les résultats des examens qui montrent qu'il sera remis avant le 26, donc pas d'inquiétude.

Marcelo joue la finale de la Ligue des champions le 24 au soir...
On va parler avec lui. Mais s'il gagnait, empêcher un joueur de retourner dans le pays de son club pour faire la fête, ce n'est pas juste. On va en discuter.

Peu de joueurs ont l'expérience de la Coupe du monde...
Six seulement. En 2002, les joueurs avaient plus d'expérience. Mais ils en prennent dans les compétitions qu'ils disputent. Ils ne sentiront pas beaucoup de différence entre les championnats européens ou les Coupes d'Europe et le Mondial. Ca ne fera pas tant de différence, et j'ai pleinement confiance en eux, pour avoir vécu avec eux. Et à partir du 7 juin, nous allons inviter quelques anciens champions du monde, avec du bagage et de l'influence, pour qu'ils nous aident, nous montrent ce qu'est une Coupe du monde.

Comment les jeunes vont-ils gérer la pression?
Ils jouent aussi pour prendre du plaisir, ils aiment ce qu'ils font. Ce qu'on doit faire, c'est apporter un équilibre tactique, mais ils doivent garder leur joie de jouer.

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 7 Mai - 21:20

Brésil : Un groupe dans la continuité, ajusté à la marge



Les doublures des latéraux (Maicon et Maxwell), le troisième gardien (Victor) et le quatrième défenseur central (Henrique): voilà où se nichaient les nouveautés du sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari dans sa liste pour le Mondial-2014.

Devant pas moins de 866 journalistes accrédités à Rio de Janeiro, "Felipao" a dévoilé mercredi 23 noms sans grande surprise, parmi lesquels ne figurait aucun crack sur le retour de type Kaka, Ronaldinho ou Robinho.

Exit aussi Lucas, ailier à la saison frustrante au Paris SG, ignoré des convocations depuis octobre et victime de la polyvalence de Willian et Ramires, qui peuvent jouer en milieux relayeurs ou sur l'aile droite. La pointe de l'attaque reste dévolue à Fred (avec Jô en suppléant), devant le trio Hulk-Oscar-Neymar, et Bernard en joker.

Neymar ? "Il a une responsabilité plus grande en sélection qu'en club, pas seulement pour la création, pour la contre-attaque, mais aussi pour l'improvisation, des choses qu'il est le seul à pouvoir faire, a noté le sélectionneur. Le groupe travaillera souvent pour lui, et lui parfois devra travailler pour le groupe".

Scolari a reconnu qu'il avait "huit, neuf, dix titulaires", et que le onze qui a écrasé l'Espagne (3-0) en finale de la Coupe des Confédérations 2013 constituait "la base": Julio Cesar - Dani Alves, David Luiz, Thiago Silva (cap.), Marcelo - Luiz Gustavo, Paulinho - Hulk, Oscar, Neymar - Fred.

Maicon et Maxwell
En 2002, le cinquième titre mondial de la Seleçao s'était dessiné autour du concept de la "Famille Scolari". En 2014, le leitmotiv de "Felipao" reste un peu le même: construire une "ambiance" avec les joueurs, les mettre dans des conditions psychologiques entièrement tendues vers l'objectif de la sixième étoile.

En 2002, il avait nommé un groupe de cadres, de leaders. Rebelote douze ans plus tard avec l'annonce d'un carré de capitaines: Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar et Fred. Pour ces deux derniers, plus ou moins décriés, c'est une manière de leur marquer sa confiance.

Il n'y avait dès lors que des ajustements à faire. "Là où on a jeté un dernier coup d'oeil, en observant tout une série de détails, c'était pour choisir le quatrième défenseur central, a précisé le sélectionneur. On a discuté avec le staff technique et on s'est décidé pour Henrique". Le Napolitain était en concurrence surtout avec Miranda (Atletico Madrid). Il y avait des doutes sur les côtés, et c'est l'expérience qui a été privilégiée. A droite, Rafinha, testé contre l'Afrique du Sud en février (5-0), a été écarté au profit d'un retour de Maicon, en remplaçant de Dani Alves. A gauche, derrière Marcelo, ce sera Maxwell, pourtant absent en Afrique du Sud, et alors que Filipe Luis avait disputé la Coupe des Confédérations et participe à la grande saison de l'Atletico Madrid.

Fernandinho et Hernanes
Dans l'entrejeu, Fernandinho et Hernanes semblaient en balance. Ce sera l'un et l'autre. Le premier avait fait une apparition remarquée à Johannesburg, assortie d'un but sublime, tandis que le second, absent, faisait partie du groupe à la Coupe des Confédérations.

Cela étoffe un secteur qui comptait déjà, depuis que "Felipao" avait levé un coin du voile le 24 avril, avec les Londoniens Paulinho, Oscar, Ramires et Willian. Luiz Gustavo a été confirmé mercredi. Il évolue dans le modeste club allemand de Wolfsburg, mais le sélectionneur l'a couvert d'éloges, en parlant d'un joueur qui "joue toujours bien", en club comme en sélection.

Seuls six joueurs sur les 23 ont déjà disputé une Coupe du monde (cinq en 2010, deux en 2006, sachant que Julio Cesar était présent aux deux).

Les joueurs se rassemblent le 26 mai au centre d'entraînement de Granja Comary, avant deux matches de préparation, contre le Panama (3 juin à Goiânia) et la Serbie (6 juin au Morumbi de Sao Paulo).

Et le 12 juin, la Seleçao inaugure "son" Mondial contre la Croatie (à l'Arena Corinthians de Sao Paulo), puis affronte le Mexique (17 juin à Fortaleza) et le Cameroun (23 juin à Brasilia).

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Jeu 8 Mai - 19:57

Brésil : La joie de Maxwell, la déception de Lucas



Deux des Brésiliens du Paris Saint-Germain, ont connu une journée différente avec la joie pour Maxwell, qui après sa sélection pour le Mondial a célébré le titre de champion avec le PSG mais un sentiment mitigé pour Lucas non retenu dans la liste des 23 Brésiliens pour la Coupe du monde.

"Ca été énorme magique, c'est un rêve qui devient réalité. Je suis fier, content. Il n'y a pas de paroles pour exprimer mon sentiment", a affirmé Maxwell en apprenant sa sélection.

"Il n'y pas de paroles: disputer une Coupe du monde au Brésil, qu'est ce que je peux dire. C'est quelque chose d'énorme pour les amis, la famille et tous ceux qui me suivent", a ajouté le défenseur du PSG, précisant qu'il avait suivi l'annonce de la liste en direct à la télévision avec son coéquipier Thiago Silva.

"C'est toujours une surprise jusqu'à ce qu'on entende le nom... C'est jamais facile! Aujourd'hui ca été fait. Il faut remercier le staff technique qui m'a donné beaucoup de confiance et à Dieu qui me donne la possibilité de jouer la Coupe du Monde au Brésil. C'est déjà plus qu'un rêve d'être avec l'équipe", a-t-il dit.

"C'est un jour inoubliable", a insisté Maxwell soulignant aussi sa joie de remporter le titre malgré la défaite (2-1 contre Rennes, au Parc des Princes, en L1, ndlr): "Ce n'est pas une défaite qui efface tout ce qu'on a fait pendant la saison. On a travaillé dur".

Pour l'attaquant Lucas, qui avait de réelles chances d'être sélectionné, la journée a été plus difficile.

"C'est un jour d'émotions mélangées. L'après-midi, la non-convocation pour le Mondial, et le soir, le titre sans jouer. Ca a un peu équilibré mon état d'esprit... Je suis encore jeune (21 ans) et j'aurai d'autres possibilités", a-t-il déclaré précisant qu'il soutiendrait "ses amis et son pays".

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Jeu 8 Mai - 20:00

Cameroun : Aboubakar veut sa place au soleil



"A mes débuts en sélection, Samuel Eto'o m'a dit : 'Tu sais, petit, on ne juge un attaquant que par le but'. Je repense souvent à cette phrase qui me pousse à travailler et à me surpasser", sourit Vincent Aboubakar au micro de FIFA.com. Quand il reçu ce conseil, il n'avait que 18 ans et s'apprêtait à être jeté par Paul Le Guen dans le très grand bain : celui de la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique 2010 avec le Cameroun.

Le natif de Yaoundé a eu le temps de signer deux entrées intéressantes malgré l'élimination précoce des Lions Indomptables, balayés en trois défaites. Quatre ans après, Aboubakar n'est plus le même homme. Celui qui a découvert le football européen avec Valenciennes au lendemain du Mondial a sérieusement accéléré sa métamorphose avec le FC Lorient pour qui il a inscrit 16 buts depuis l'été dernier, soit plus qu'en trois ans dans le Nord. Au classement des buteurs, seul Zlatan Ibrahimovic fait mieux actuellement.

"Lorient est une équipe joueuse avec un style très offensif, qui évolue en 4-4-2. J'ai de la chance d'être ici, mais ça a aussi été beaucoup de travail pour en arriver là", explique-t-il, en tenant à rappeler le rôle qu'a joué son ancien club dans son ascension, même si cette première expérience en France s'est achevée sur une crise de confiance et une efficacité en berne. Au final, son contrat n'a pas été renouvelé et Christian Gourcuff a flairé la bonne affaire. "J'ai beaucoup d'estime et de respect pour lui", sourit-il à l'évocation de son entraîneur actuel. "Il m'a donné de très bons conseils quand je suis arrivé. Il a su me remonter le moral et me remettre en confiance quand c'était difficile pour moi. Je lui dois beaucoup, à lui et à toute l'équipe".

Respect et ambition
A un mois de l'épreuve reine, le Merlu arrive lancé à pleine vitesse sur la route du Brésil et a bon espoir d'être du voyage. Celui-ci ne sera pourtant pas de tout repos avec le pays hôte, la Croatie et le Mexique comme adversaires dans le Groupe A. "La Coupe du Monde est une compétition très difficile et il faut se souvenir de notre échec de 2010. Cette fois encore, nous sommes dans un groupe très difficile, mais je pense que le Cameroun peut quand même créer une petite surprise. Si nous avons la volonté de bien défendre nos couleurs, Dieu nous aidera", espère ce grand croyant.

S'il a la chance de fouler la scène mondiale pour la deuxième fois à seulement 22 ans, Aboubakar pourra sans doute à nouveau profiter de l'expérience de son mentor : "J'ai souvent joué aux côtés de Samuel Eto'o et c'est un grand attaquant, un leader qui tire l'équipe vers le haut et qui montre l'exemple aux jeunes. C'est un modèle pour moi, au même titre que Roger Milla, une immense personnalité que j'ai eu la chance de rencontrer et pour qui j'ai beaucoup d'estime et de repect. Ce sont des exemples pour le Cameroun et pour toute l'Afrique, sur le plan footballistique comme sur le plan humain".

Cette admiration pour ses aînés, ces grandes figures du passé et du présent, n'empêche pas le Lorientais d'être ambitieux et de vouloir sortir de l'ombre pour se faire sa place au soleil : "C'est difficile et c'est normal. Mais après, c'est une question de mental. Quand on est attaquant, il faut savoir savoir dépasser ce genre de choses et se mettre au-dessus pour montrer aussi ce dont on est capable". Et de pouvoir un jour lancer à son tour à jeune qui débarque en sélection : "Tu sais, petit, on ne juge un attaquant que par le but".

Fifa.com (08/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Sam 10 Mai - 19:27

23 noms sans surprise pour le Mexique



Le sélectionneur mexicain Miguel Herrera a dévoilé une liste de 23 noms sans surprise pour le Mondial brésilien, avec sept "Européens" et huit champions olympiques 2012, et pour objectif "minimum" les quarts de finale.

"Notre objectif minimum est de jouer cinq matchs (NDLR: soit trois matchs de poule, puis les 8e et quarts de finale), et au mieux de ramener la Coupe au Mexique", a déclaré Herrera lors d'une conférence de presse.

La sélection aztèque, qui rencontrera le Brésil, le Cameroun et la Croatie dans le groupe A, n'est pas parvenue en quarts de finale depuis "son" Mondial, à domicile, en 1986. La "Tri" a été sortie en huitième de finale lors de ses cinq dernières participations au Mondial.

La sélection mexicaine retenue pour le Mondial compte sept joueurs évoluant en Europe, avec l'absence cependant de Carlos Vela, l'ancien joueur d'Arsenal, désormais sous les couleurs espagnoles de la Real Sociedad et absent volontairement de la sélection nationale depuis trois ans, pour raisons personnelles.

Parmi ces sept Européens figurent Javier "Chicharito" Hernandez, malgré son temps de jeu très limité cette saison à Manchester United, ainsi que Giovani dos Santos, l'ancien attaquant barcelonais, désormais à Villarreal.

Miguel Herrera n'est arrivé à la tête de la sélection mexicaine qu'en octobre, après que ses trois prédécesseurs ont été démis de leur fonction en quelque six semaines. C'est sous sa direction que le Mexique, 4e de la zone Concacaf, s'est qualifié pour le Brésil en battant la Nouvelle-Zélande en barrage intercontinental.

La sélection mexicaine pour le Brésil


Gardiens: Jesus Corona (Cruz Azul/MEX), Alfredo Talavera (Toluca/MEX), Guillermo Ochoa (Ajaccio/FRA)

Défenseurs: Paul Aguilar (America/MEX), Miguel Layun (America/MEX), Hector Moreno (Espanyol/ESP), Diego Reyes (Porto/POR), Francisco Rodriguez (America/MEX), Rafael Marquez (Leon/MEX), Carlos Salcido (Tigres/MEX)

Milieux de terrain: Hector Herrera (Porto/POR), José Juan Vazquez (Leon/MEX), Juan Carlos Medina (America/MEX), Carlos Peña (Leon/MEX), Isaac Brizuela (Toluca/MEX), Luis Montes (Leon/MEX), Marco Fabian (Cruz Azul/MEX), Andres Guardado (Bayer Leverkusen/GER)

Attaquants: Oribe Peralta (Santos/MEX), Javier Hernandez (Manchester United/ENG), Raul Jimenez (America/MEX), Alan Pulido (Tigres/MEX), Giovani dos Santos (Villarreal/ESP).

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (10/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Dim 11 Mai - 14:56

Brésil : Scolari prépare sa "famille" pour le rendez-vous




Le onze de départ se dessine, les 23 joueurs sont connus et l'objectif, la conquête par le Brésil d'un sixième titre lors du Mondial-2014 à domicile, évident: Luiz Felipe Scolari peaufine l'esprit de sa "Famille" à un mois de son rendez-vous avec l'Histoire.

Soixante-quatre ans que tout un pays attendait cela: avoir la possibilité d'organiser une Coupe du monde sur les terres du "futebol", avec le rêve de l'emporter en finale au Maracana de Rio de Janeiro, là où la Seleçao s'était faite surprendre par le "Maracanazo" de l'Uruguay, sacré au Mondial-1950.

Surmonter cette tragédie nationale suppose une pression énorme pour le sélectionneur et ses joueurs à mesure que s'approchent les échéances, l'entrée en lice contre la Croatie le 12 juin (avant Mexique et Cameroun) et en ligne de mire la finale du 13 juillet. Mais pour l'instant, "tudo bem" !

"Tout va bien", du moins depuis que "Felipao" a repris les rênes, fin 2012, d'une sélection à la dérive. Fort de son aura de champion du "penta" (cinquième titre mondial en 2002), il a trouvé la bonne formule lors des matchs de préparation à la Coupe des Confédérations et durant le tournoi lui-même, écrasant l'Espagne en finale (3-0).

"Ambiance"
Quel contraste avec 2002, lorsque des supporters étaient venus lui mettre la pression avant et après son annonce de liste ! Il avait dû dormir dans un autre hôtel que d'habitude, pour fuir leur furie. "Cette fois, je n'en ai pas eu besoin", s'est-il félicité mercredi.

A l'époque, la non convocation de Romario avait fait débat. Cette fois, aucune polémique. L'absence de ces anciens (outre Ronaldinho) et des jeunes de la "génération olympique" de 2012 (Lucas, Pato, Ganso, Leandro Damiao...) répond au souhait du sélectionneur de maintenir l'osmose apparue dans le groupe pendant la Coupe des Confédérations.

Il a cependant changé sept joueurs par rapport au groupe de la Coupe des Confédérations, pour muscler son milieu (Fernandinho, Ramires et Willian) et apporter de l'expérience sur les côtés (Maicon et Maxwell), en plus d'un troisième gardien (Victor) et d'un quatrième défenseur central (Henrique). Scolari a répété qu'il était en train de "construire une ambiance" avec ses joueurs. C'est la recette de 2002. A l'époque, il avait nommé un groupe restreint de "capitaines". Rebelote en 2014 avec comme leaders Thiago Silva, David Luiz, Julio Cesar et Fred.

Quels milieux ?
Ces deux derniers étaient chahutés par les circonstances et la presse: le gardien s'est engagé dans le peu relevé Championnat nord-américain après plus de six mois d'inactivité, et le buteur a connu en début d'année un enchaînement de blessures. "Felipao" leur a ostensiblement apporté son soutien. Et ils vont désormais beaucoup mieux.

Neymar a effectué une saison seulement correcte au FC Barcelone et son transfert a défrayé la chronique. Encore un soutien indéfectible du sélectionneur: "Il a une responsabilité plus grande en sélection qu'en club, pas seulement pour la création, pour la contre-attaque, mais aussi pour l'improvisation, des choses qu'il est le seul à pouvoir faire. Le groupe travaillera souvent pour lui, et lui parfois devra travailler pour le groupe".

Paternaliste, Scolari a vu la plupart des joueurs qui évoluent en Europe en avril et leur a dit qu'ils seraient convoqués. Il leur téléphone, leur donne des conseils. Et il le reconnaît, il compte "huit, neuf, dix titulaires". Son équipe-type est déjà connue: Julio Cesar - Dani Alves, David Luiz, Thiago Silva (cap.), Marcelo - Luiz Gustavo, Paulinho - Hulk, Oscar, Neymar - Fred.

La défense et l'attaque semblent intouchables, et c'est au milieu que des changements peuvent s'opérer, avec Fernandinho, Hernanes, Willian et Ramires en solutions de rechange fiables. Rassemblés à partir du 26 mai, les joueurs disputeront deux matchs de préparation, contre le Panama (3 juin à Goiânia) et la Serbie (6 juin au Morumbi de Sao Paulo). Derniers réglages en famille.

Fifa.com (11/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mar 13 Mai - 13:55

Cameroun : Une préliste de 28 Lions Indomptables



Le sélectionneur du Cameroun l'Allemand Volker Finke a dévoilé lundi une préliste de 28 joueurs le Mondial-2014.

Tous les joueurs retenus évoluent à l'étranger, à l'exception du gardien Loïc Feudjou et du défenseur Cédric Djeugoue, de Cotonsport Garoua.

La liste des 28 Camerounais:

Gardiens (4): Charles Itandje (Konyaspor/TUR), Ndy Assembé (Guingamp/FRA), Sammy Ndjock (Fetihespor/TUR), Loïc Feudjou (Coton Sport).

Défenseurs (9): Allan Nyom (Grenade/ESP), Dany Nounkeu (Besiktas/TUR), Cédric Djeugoue (Coton Sport), Aurélien Chedjou (Galatasaray/TUR), Nicolas Nkoulou (Olympique Marseille/FRA), Armel Kana-Biyik (Rennes/FRA), Henri Bedimo (Lyon/FRA), Benoît Assou-Ekotto (QPR/ENG), Gaetang Bong (Olympiakos/GRE).

Milieux (Cool: Eyong Enoh (Antalyaspor/TUR), Jean II Makoun (Rennes/FRA), Joël Matip (Schalke/GER), Stéphne Mbia (Séville/ESP), Landry Nguémo (Bordeaux/FRA), Alexandre Song (FC Barcelone/ESP), Cédric Loe (Osasuna/ESP), Edgar Sally (Lens/FRA).

Attaquants (7): Samuel Eto'o (Chelsea/ENG), Eric Choupo Moting (Mayence/GER), Benjamin Moukandjo (Nancy/FRA), Vincent Aboubakar (Lorient/FRA), Achille Webo (Fenerbahçe/TUR), Mohamadou Idrissou (Kaiserslautern/GER), Fabrice Olinga (Zulte-Waregem/BEL).

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (12/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Mer 14 Mai - 18:17

Croatie : Kovac dévoile une liste des 30



Luka Modric et Mario Mandzukic, les deux grandes stars du football croate, figurent dans une première liste provisoire de 30 joueurs retenus par le sélectionneur Niko Kovac pour le Mondial-2014.

Seul le vétéran Josip simunic, dont les 10 matchs de suspension infligés par la FIFA ont été confirmés lundi par le Tribunal arbitral du sport (TAS), est absent de cette liste.

La liste définitive comprenant les noms des 23 joueurs qui participeront au Mondial brésilien sera divulguée par Niko Kovac le 31 mai à l'issue du match amical contre le Mali à domicile.

"Nous sommes ravis de disputer ce championnat du monde, nous n'avons pas d'impératifs, nous jouerons de notre mieux", a indiqué Kovac.

La Croatie, qui hérité du Groupe A avec le Cameroun et le Mexique, jouera son premier match contre le Brésil en ouverture du Mondial le 12 juin.

Les 30 joueurs préselectionnés :

Gardiens : Stipe Pletikosa (Rostov/RUS), Danijel Subasic (Monaco/FRA), Oliver Zelenika (Lokomotiva Zagreb)

Défenseurs : Darijo Srna (Shakhtar Donetsk/UKR), Domagoj Vida (Dynamo Kiev/UKR), Sime Vrsaljko (Gênes/ITA), Ivan Strinic (Dniepropetrvsk/UKR), Danijel Pranjic (Panathinaikos/GRE), Vedran Corluka (Lokomotiv Moscou/RUS), Dejan Lovren (Southampton/ENG), Gordon Schindelfeld (Panathinaikos/GRE), Igor Bubnjic (Udinese/ITA)

Milieux : Luka Modric (Real Madrid/ESP), Ivan Rakitic (Seville/ESP), Mateo Kovacic (Inter Milan/ITA), Niko Kranjcar (QPR/ENG), Marcelo Brozovic (Dinamo Zagreb), Ognjen Vukojevic (Dynamo Kiev/UKR), Milan Badelj (Hambourg/GER), Ivan Mocinic (Rijeka), Mario Pasalic (Hajduk Split), Sammir (Getafe/ESP)

Attaquants : Mario Mandzukic (Bayern Munich/GER), Nikica Jelavic (Hull/ENG), Ivica Olic (VfL Wolfsburg/GER), Eduardo Da Silva (Shakhtar Donetsk/UKR), Duje Cop (Dinamo Zagreb), Ivo Ilicevic (Hambourg/GER), Ivan Perisic (VfL Wolfsburg/GER), Ante Rebic (Fiorentina/ITA)

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (14/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 19 Mai - 17:40

Groupe A - Sans faute exigé pour le Brésil



Le Brésil ne sait pas si ses rues seront agitées de mouvements sociaux, mais au moins la Seleçao sait ce qui l'attend sur le terrain: 200 millions de Brésiliens exigent un sans faute dans le Groupe A, aux côtés du Mexique, du Cameroun et de la Croatie.

Le jour fatidique approche. Le 12 juin, le Brésil donnera le coup d'envoi de "SA" Coupe du monde contre la Croatie, dans le stade de Sao Paulo. Ce jour-là, en entrant sur la pelouse, les joueurs de la Seleçao devront être forts à tout point de vue. Malheur à ceux qui auront déjà joué trop souvent ce match dans leur tête. Neymar, l'attaquant qui peine à crever l'écran au Barça, et le capitaine Thiago Silva, qui avait déjà la tête au Mondial ces dernières semaines au Paris SG, devront trouver les mots dans le vestiaire et les gestes sûrs sur le terrain.

Au pays du foot roi, toute contre-performance dans la quête d'une sixième étoile de champion du monde débouchera sur un cataclysme.  La Fédération brésilienne (CBF) avait tellement peur de décevoir avec le précédent sélectionneur Mano Menezes qu'elle a rappelé son coach talisman, Luis Felipe Scolari, le technicien du dernier sacre mondial en 2002. Le tirage au sort du 6 décembre dernier a livré aux joueurs "auriverde" un groupe à leur portée.

Felipao se méfie du Mexique
Le sélectionneur brésilien se méfie beaucoup du Mexique, qui affrontera la Selecao le 17 juin à Fortaleza: "C'est une équipe très dangereuse. Au cours des 20 dernières années, nous avons toujours disputé des matches qui ressemblaient à des clasicos et ils nous ont toujours créé beaucoup de difficultés. C'est pourquoi je les considère comme une pierre sur notre chemin".

Le Mexique, emmené par son attaquant vedette Javier "Chicharito" Hernandez, joueur de Manchester United, fait en effet figure sur le papier de deuxième du groupe derrière un Brésil ultra-favori chez lui s'il surmonte la pression.  La Croatie peine en effet à faire briller son équipe organisée autour de son prodige Luka Modric, le meneur de jeu du Real Madrid.

Les parieurs sont peu nombreux à voir le Cameroun sortir de la poule. A moins que le ressort de l'orgueil de leur star, Samuel Eto'o, ne se transforme en un moteur surpuissant. Le joueur de Chelsea avait peu apprécié qu'une caméra française enregistre son entraîneur José Mourinho le traiter de "vieux". "Ce n'est pas parce qu'un guignol m'a traité de vieux que vous allez croire à cela", a récemment lâché le joueur dans la presse ivoirienne.

Quelle que soit sa position, qu'il finisse 1er ou 2e de son groupe, le Brésil aura de grandes chances de rencontrer en 8e de finale soit l'Espagne soit les Pays-Bas, les deux ogres du groupe B, où le Chili et l'Australie ne devraient faire que de la figuration. Il faudra donc jouer la "Roja", tenante du titre, ou les "Oranje", vice-champions. De quoi en voir de toutes les couleurs.

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 19 Mai - 17:42

Brésil : Scolari, le sergent-chef de famille



Meneur d'homme, imperméable aux pressions, le sélectionneur Luiz Felipe Scolari, qui a l'immense responsabilité de diriger le Brésil lors de son Mondial, donne souvent l'image d'un sergent-chef au caractère bien trempé mais qui, en fin psychologue, sait conquérir un vestiaire.

Avec sa gueule de Gene Hackman (qui a déjà joué des rôles d'entraîneurs...) "Felipao" (le grand Philippe), 65 ans, ne s'en laisse jamais conter. Avant le Mondial-2002, il avait résisté au courant populaire en faveur de Romario et quelques mois plus tard, le Brésil et Scolari revenaient du Japon avec le 5e titre mondial brésilien, acclamés par des millions de supporteurs. S'il n'est pas forcément très à l'aise avec la presse, il sait mener sa barque. Il a ainsi su composer avec la toute-puissante télévision Globo là où Dunga, un de ces prédécesseurs, était en conflit ouvert et pouvait faire des grimaces hors antenne. Conséquence, il a su mettre l'opinion dans sa poche. 

Une 'nullité comme joueur'
Sa nomination en novembre 2012 à la tête de la Seleçao en remplacement de Mano Menezes a fait l'unanimité, de Pelé à Ronaldo en passant par... Romario! Il a aussi su trouver les mots justes pour naviguer entre les problèmes sociaux et ne pas hypothéquer le soutien à la Seleçao. Aujourd'hui, la grande majorité des Brésiliens pense qu'il est l'homme de la situation.   S'il est moins respecté en Europe où son unique expérience en club à Chelsea s'est soldée par un cuisant échec, Scolari a, il est vrai, un palmarès aussi épais qu'un dictionnaire. Il a dirigé plus de vingt clubs ou équipes nationales pendant sa carrière et a remporté des dizaines de titres, notamment deux fois le Graal sud-américain (la Copa Libertadores) avec des clubs différents, Gremio en 1995 et Palmeiras en 1999.

Pourtant, c'était un footballeur sans réelles qualités autres que morales: "C'était une nullité comme joueur, mais il se dépassait grâce à sa détermination. Il mouillait le maillot. Il n'avait pas peur et assumait le rôle de leader pour tirer l'équipe vers le haut. Il n'a jamais aimé perdre", se souvient un de ses coéquipiers cité dans le livre "Felipao: l'âme du Penta" de Ruy Carlos Ostermann (2002).

Fini le spectacle, place aux résultats
Le défenseur aux pieds carré est devenu un entraîneur aux idées claires, grimpant rapidement les échelons pour atteindre le plus haut niveau. A l'image d'une nouvelle génération de techniciens, il enterre le football spectacle cher au Brésil pour préférer les résultats avec des défenses rigoureuses. Mais, même si cet aspect lui est souvent reproché, le sélectionneur sait laisser s'exprimer les talents comme Rivaldo et Ronaldo en 2002 ou Cristiano Ronaldo en 2006 avec le Portugal. Il détient d'ailleurs le record de victoires consécutives en Coupe du monde pour un entraîneur, 7 en 2002 avec le Brésil puis 4 avec le Portugal en 2006. Le Brésil espère maintenant que le coach saura faire exploser le talent de Neymar, qui n'a pas complètement percé en Europe avec le FC Barcelone.

Mais Scolari, qui lisait "L'art de la Guerre" de Sun Tzu lors du Mondial-2002, sait aussi réussir des coups tactiques: il a éteint par exemple le jeu de l'invincible Espagne à la Coupe des Confédérations l'été dernier avec des lignes à géométrie variable. "Indifférent au Football-art, Scolari incarne le pater familias qui exige (beaucoup) et protège ses joueurs au nom de la victoire à tout prix", écrit le journaliste brésilien Daniel Galera dans la revue Piaui, qui raconte notamment comment en 2002, avec psychologie, il a su mettre en confiance un Rivaldo que beaucoup considéraient comme un autiste.

Le Brésil appelle désormais la sélection 2014 à retrouver cet "esprit de famille" qui régnait en 2002 pour effacer le "Maracanazo" de 1950, traumatisme national né de la défaite à domicile contre l'Uruguay. "Nous avons l'obligation de gagner le titre. On n'organise pas la Coupe (du monde) pour être troisième ou quatrième", a résumé Felipao, qui sait qu'il n'a pas le droit à l'erreur sous peine d'être honni dans son pays. Mais, comme dans certains films de guerre de Gene Hackman, le sergent-chef Scolari a accepté la mission, persuadé de sa réussite.

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 19 Mai - 17:43

Brésil : Neymar, le prince à la croisée des chemins



Certains voient en lui un nouveau Pelé, d'autres un enfant doué mais gâté et surcoté: à 22 ans, Neymar est la star incontestée du Brésil qui compte sur lui pour remporter sa Coupe du monde même si ses performances en Europe font débat.

Depuis la retraite du "Roi", le Brésil cherche son successeur. Beaucoup estiment que Neymar, qui a fait l'essentiel de sa jeune carrière à Santos comme son glorieux ainé, est enfin cet héritier. L'attaquant a tout pour lui. Il est un dribbleur hors pair, il a une belle vision du jeu et marque des buts. Il a porté Santos sur ses épaules pour le mener à une Coupe Libertadores, la Ligue des champions sud-américaine (2011), une Coupe des Coupes sud-américaine (2012), un titre brésilien et trois championnats paulista. 136 buts en 225 matches... Ses performances ont été si bonnes que les clubs du monde entier ont voulu le recruter, de Chelsea au Real Madrid, avant que le FC Barcelone n'arrache la star.

Par ailleurs, ses sponsors se comptent par dizaines, la star a crée une marque à son nom (NJR), une BD à sa gloire a été éditée... Au pays du football, il est la star du sport-roi, et le joueur, qui a longtemps arboré une crête dorée est un people dont les amours avec la top model Bruna Marquezine ont fait fantasmer le pays. Difficile das ces conditions de ne pas avoir la grosse tête. En 2010 alors qu'il était encore à Santos, il avait insulté son entraîneur Dorival Junior parce qu'il avait désigné un autre joueur pour tirer un penalty. Et Santos lui avait donné raison en licenciant l'entraîneur, une fois la saison terminée. "On est en train de créer un monstre", s'était écrié René Simoes, technicien chevronné ayant entraîné des sélections brésiliennes de jeunes.

Défendu par Scolari
La phrase est restée célèbre. Mais Neymar avait aussi vu son ego dégonflé en décembre 2011 en finale du Mondial des clubs qu'il convoitait et jugeait à sa portée... 90 minutes et une leçon de football du Barça (4-0) l'avaient resitué dans la hiérarchie mondiale. "Avant de devenir Pelé, qu'il devienne déjà Messi", a d'ailleurs rappelé Romario, à ESPN. Mais, le joueur a mis de l'eau dans son vin de superstar. Au Barça, il a adopté un profil bas tout en se montrant souvent décisif pendant les périodes d'absence de Messi alors qu'il découvre le football européen.

Il a en Luiz Felipe Scolari, le sélectionneur brésilien, un fervent défenseur, qui l'utilisera dans un système qui lui convient: "Le cas de Neymar est très simple, seuls ceux qui ferment les yeux ne le voient pas. Neymar est très souvent critiqué par la presse espagnole parce qu'elle a intérêt à ce qu'il ne soit pas très mis en valeur", a dit Felipao à Globo.

Neymar a aussi muri hors du terrain. Interrogé sur le prix de sa célébrité, il a déclaré à TV Caras: "Je suis un mec normal. J'aime bien aller à une fête, au cinéma, au shopping... Mais, heureusement, et je dis bien heureusement, grâce à ce que je suis devenu, je ne peux plus aller au shopping ou à la plage. Ca me manque mais je remercie Dieu pour ce que j'ai". il a une pression énorme sur les épaules. Les 200 millions de Brésiliens attendent de lui qu'ils fassent gagner la seleçao à domicile. S'il les déçoit, les quatre ans d'ici la prochaine Coupe du monde vont lui paraître longs. S'il les satisfait, il sera un Prince adulé qu'on continuera à comparer au Roi Pelé, dont le talent avait explosé à la face du monde en 1958 en Suède à l'âge de 18 ans.

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par rachid_as le Lun 19 Mai - 17:43

Croatie : Modric ou l'ambition discrète de la Croatie



Métamorphosé depuis plusieurs mois, le discret Luka Modric s'est enfin imposé dans le clinquant effectif du Real Madrid et, sans faire de bruit, le milieu ambitionne de replacer la Croatie dans le gotha planétaire lors du Mondial au Brésil. Modric, c'est l'histoire d'un joueur passé en un an du statut de bête noire à celui de chouchou du public madrilène, lequel apprécie son abnégation dans l'entrejeu et sa capacité à transpercer les lignes adverses.

Ce milieu de poche (1,74 m, 65 kg) avait pourtant été élu pire transfert de l'année 2012 par les internautes du journal madrilène Marca. Mais il a réussi à retourner l'opinion cette saison et à devenir un élément-clé du onze merengue. L'international aux 73 sélections (8 buts) sait désormais qu'il porte une bonne partie des espoirs de la Croatie, versée avec le Cameroun et le Mexique dans le groupe A du Mondial, celui du Brésil, le pays-hôte.

Dans une poule aussi dense, les chances de qualification sont très aléatoires mais si Modric a tiré son épingle du jeu au Real, pourquoi les Croates n'y parviendraient-ils pas au Mondial ? "Personnellement, je ne sous-estimerais pas la Croatie, a mis en garde Modric il y a quelques mois. Nous avons toujours bien joué dans les grandes compétitions, que ce soit à l'Euro ou à la Coupe du monde (...) Nous sommes dans un groupe difficile mais nous espérons y parvenir." Surmonter les épreuves et déjouer les pronostics a longtemps été le quotidien de Luka Modric, dont la famille a été durement ébranlée par les années de conflit en ex-Yougoslavie.

"Pas de pression"
Trop petit, trop frêle, le joueur recruté par le Dinamo Zagreb a dû pour sa part partir s'endurcir à 17 ans dans le championnat de Bosnie, avec un prêt au Zrinjski Mostar, pour convaincre enfin. Recruté par Tottenham après un Euro-2008 brillant - Modric avait été retenu dans l'équipe-type de la compétition -, le Croate a ensuite fait son trou en Angleterre, musclant son jeu pour pouvoir rivaliser physiquement.

Au Real Madrid, qui l'a acquis à l'été 2012 pour une quarantaine de millions d'euros, l'adaptation a mis un peu de temps. Mais le départ du milieu allemand Mesut Özil à Arsenal et l'arrivée de l'entraîneur italien Carlo Ancelotti ont favorisé la montée en puissance de ce meneur moderne et technique, précieux pour son apport défensif, sa vision du jeu et sa percussion. "Quand l'équipe adverse est très regroupée derrière, la possibilité (qu'il offre) de générer des un contre un nous donne davantage de chances", a résumé Ancelotti.

Cheveux blonds mi-longs, voix grave et sourire timide, Luka Modric aborde désormais la Coupe du monde avec son habituelle réserve, mais pas sans ambition malgré une entrée en lice qui s'annonce délicate en match d'ouverture, le 12 juin contre le Brésil. "Je ne pense pas que ce soit la pire situation pour nous, a-t-il dédramatisé en décembre dernier. Sur un match, nous pouvons battre n'importe qui. Le Brésil est l'un des favoris mais nous sommes convaincus que nous leur compliquerons la tâche. Ils ont besoin de gagner, alors que nous, nous n'avons pas autant de pression."

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe A (Brésil, Croatie, Mexique, Cameroun)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum