CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Sam 7 Déc - 12:43

Groupe D :
1 - Uruguay

2 - Cota Rica

3 - Angleterre

4 - Italie


Les horaires des coups d'envoi des matches ne sont pas officiellement confirmés et pourraient changer
Les coups d'envois sont indiqués en heure locale

7 14/06 16:00 Fortaleza Uruguay Costa Rica
8 14/06 21:00 Manaus Angleterre Italie
23 19/06 16:00 São Paulo Uruguay Angleterre
24 20/06 13:00 Recife Italie Costa Rica
39 24/06 13:00 Natal Italie Uruguay
40 24/06 13:00 Belo Horizonte Costa Rica Angleterre

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Sam 7 Déc - 16:29

Groupe D : A la table des champions



Avec le champion d'Amérique du Sud et le vice-champion d'Europe en titre, on savait dès les deux premières boules tirées au sort que le Groupe D allait être particulièrement relevé. Alors que l'Uruguay et l'Italie attendaient de connaître leur sort, un troisième ancien vainqueur de la Coupe du Monde de la FIFA™ s'est invité à la fête : l'Angleterre. Difficile donc de prévoir l'issue de ce groupe, auquel s'est ajouté le Costa Rica. Les Sud-Américains et les deux Européens ont inscrit au total leur nom à sept reprises au palmarès de la compétition. Un ancien champion du monde, au moins, est assuré de voir les huitièmes de finale, mais il va devoir batailler ferme.

Les équipes
Vainqueur de la dernière Copa América, l'Uruguay partira favori aux côtés de l'Italie, finaliste de l'UEFA EURO 2012. Qualifiée pour Brésil 2014 sans avoir perdu un seul match, l'Angleterre aura également son mot à dire. Le Costa Rica semble légèrement en retrait, mais les équipes qui ont affronté les Ticos lors des qualifications de la zone CONCACAF confirmeront qu'il ne faudra pas les prendre à la légère.

Les joueurs à suivre
Luis Suarez (URU), Edinson Cavani (URU), Diego Forlan (URU), Joel Campbell (CRC), Bryan Ruiz (CRC), Wayne Rooney (ENG), Daniel Sturridge (ENG) Jack Wilshere (ENG), Claudio Marchisio (ITA), Guiseppe Rossi (ITA), Mario Balotelli (ITA).

L'affiche
Italie-Uruguay : Les deux équipes se sont affrontées lors du match pour la troisième place de la Coupe des Confédérations de la FIFA, Brésil 2013. Les Italiens l'avaient emporté aux tirs au but à l'issue d'un match nul passionnant (2:2). Quasiment un an après, ils retrouveront la Celeste à Natal lors de la dernière journée du Groupe D. Ce match pourrait donc être décisif pour la qualification pour les huitièmes de finale. Comme à Salvador en 2013, on peut s'attendre à un beau spectacle entre ces deux monuments du football mondial.

Dans le rétro

Uruguay 4:2 Angleterre, 26 juin 1954, stade Saint-Jacques, Suisse
Les deux équipes se retrouveront à São Paulo presque 60 ans après leur toute première confrontation officielle. La rencontre avait été riche en buts à l'époque, en quart de finale de Suisse 1954. Tenants du titre, les Sud-Américains, en route vers leur troisième demi-finale consécutive, ont passé face aux Anglais leur premier vrai test de la compétition. La Celeste n'avait pas concédé le moindre but jusque-là avant que Nat Lofthouse et Tom Finney ne parviennent à tromper sa défense. Deux buts qui n'ont pas suffi néanmoins à priver l'Uruguay du dernier carré.

Le saviez-vous ?
Le Costa Rica a répondu présent pour ses débuts en Coupe du Monde, lors d'Italie 1990. Menés 1:0 par la Suède dans leur dernier match du groupe, les Ticos sont parvenus à retourner la situation afin de se qualifier pour les huitièmes de finale, derrière le Brésil. Roger Flores et Hernan Medford - qui ont également participé à Corée/Japon 2002 - avaient inscrit les deux buts décisifs.

La stat
4 - Les quatre premières éditions de la Coupe du Monde de la FIFA ont toutes été remportées par des représentants de ce Groupe D. L'Uruguay s'est d'abord imposé à domicile lors du tournoi inaugural en 1930, avant de récidiver deux décennies plus tard. L'Italie, pays organisateur, a soulevé le trophée en 1934. Une performance renouvelée quatre ans plus tard, avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

Fifa.com (06/12/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 26 Déc - 12:47

Angleterre : Hodgson salue la forme de ses joueurs



Le sélectionneur anglais Roy Hodgson est tellement séduit par la forme actuelle de certains de ses joueurs qu'il voudrait, a-t-il dit, pouvoir la mettre "en bouteille" pour l'utiliser pendant la Coupe du monde au Brésil.

L'ailier de Tottenham Andros Townsend, le milieu de West Ham Ravel Morrison et le buteur de West Bromwich Albion, Saido Berahino, ont marqué les esprits de la Premier League cette saison et sont sélectionnables pour le match amical à Wembley contre le Danemark en mars.

"En ce moment, j'ai vu beaucoup de nos joueurs anglais et prétendants pour l'équipe d'Angleterre très bien jouer. Je regrette de ne pas pouvoir mettre leur forme en bouteille et la conserver", a déclaré Hodgson à la télévision Sky Sports News.

"C'est assez fascinant d'aller voir les matches (...). Il y a beaucoup d'équipes qui font jouer des Anglais en ce moment et je vois beaucoup de bonnes prestations", a-t-il ajouté.

"Si je devais choisir une équipe pour la coupe du monde aujourd'hui, ce serait un sacré casse-tête".

Fifa.com (26/12/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 6 Jan - 21:40

Angleterre : Walcott forfait pour Brésil 2014



L'attaquant international anglais d'Arsenal Theo Walcott, qui s'est blessé à un genou samedi, est forfait pour le reste de la saison et manquera donc le Mondial-2014 au Brésil, a annoncé son club lundi.

Walcott, qui souffre d'une rupture des ligaments antérieurs croisés du genou gauche, sera indisponible pour "au moins six mois, manquant ainsi que le reste de la saison et le Mondial au Brésil cet été", selon le communiqué.

Agé de 24 ans, l'attaquant, réputé fragile, était un des éléments-clé des Gunners et de la sélection anglaise (36 sélections, 5 buts).

Il s'est blessé samedi lors de la victoire en Coupe contre Tottenham (2-0).

Fifa.com (06/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 16 Jan - 19:33

L'Angleterre contre le Pérou, l'Equateur et le Honduras



L'équipe d'Angleterre affrontera le Pérou, l'Equateur et le Honduras en matches de préparation pour le Mondial-2014 au Brésil, a confirmé jeudi la fédération anglaise (FA).

La sélection de Roy Hodgson recevra le Pérou au stade Wembley de Londres le 30 mai, avant d'affronter l'Equateur et le Honduras les 4 et 7 juin à Miami, aux Etats-Unis.

"J'avais clairement indiqué aux responsables de la FA que je cherchais des adversaires d'Amérique centrale et du sud" dans l'optique du Mondial, a expliqué le sélectionneur des Three Lions, "ravi" par ce programme.

L'Angleterre partage le groupe D de la Coupe du monde (12 juin - 13 juillet 2014) avec l'Uruguay, le Costa Rica et l'Italie.

Fifa.com (16/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 19 Fév - 20:58

Italie, Prandelli : "Buffon et Pirlo connaissent le chemin"



Le sélectionneur de l'Italie Cesare Prandelli n'est pas du genre à critiquer à tout-va. Son arrivée à la tête de la Squadra azzurra juste après la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™ avait été placée sous le signe de l'intelligence. C'est avec la même perspicacité qu'il pèse chacun de ses mots, comme s'il savait l'impact que peut avoir chaque phrase prononcée par l'entraîneur d'une sélection quatre fois championne du monde.

Cela fait du technicien italien l'interlocuteur idéal pour une forme d'entretien que FIFA.com a testée récemment, qui consiste à présenter une série de photos à l'interviewé, puis à écouter ses réactions...

- Gianluigi Buffon
Il est très facile et très simple de parler de Gigi, car c'est le capitaine et la référence pour nous tous. Il nous apporte tranquillité et motivation et surtout, il nous fait comprendre l'importance du maillot de l'Italie. Quand un joueur arrive en sélection, il n'a pas besoin d'entendre un long discours. Il n'a qu'à observer Gigi et faire comme lui.

- Andrea Pirlo
C'est un très grand, la classe et l'intelligence pures. Dans n'importe quelle zone du terrain, il est capable de construire une action. En plus, il a beaucoup de charisme, même s'il parle peu. Il réussit la prouesse d'être un grand leader, mais de façon silencieuse. Des vétérans comme Buffon et Pirlo ont déjà tout gagné. Ils connaissent le chemin qui peut mener une équipe à la victoire. Et surtout, ils ont l'amour du maillot, une véritable gratitude lorsqu'il s'agit de défendre les couleurs de l'Italie. Ce sont des valeurs essentielles pour créer un groupe qui gagne.

- Mario Balotelli
Mario Balotelli possède le potentiel pour devenir un très grand joueur. Cela dit, pour cela, il doit acquérir le sérieux et l'équilibre qui lui permettront de démontrer ce potentiel. Au cours de ces derniers mois, de ces dernières années mêmes, il a perdu beaucoup d'énergie dans des choses futiles. Les grands champions ne font pas ça. Ils ont un objectif principal, qui est de gagner. Lui et moi entretenons une bonne relation : nous arrivons à communiquer sans avoir trop besoin de parler. Tous les entraîneurs qui ont formé Mario essaient de lui apporter quelque chose, parce qu'ils savent tous qu'il a un potentiel illimité. Son développement peut être déterminant pour n'importe quelle équipe.

- Les jeunes en équipe d'Italie
Nous avons quelques jeunes joueurs très intéressant. Outre Lorenzo Insigne et Alessandro Florenzi (les deux joueurs sur la photo montrée à Prandelli), nous avons Marco Verratti, Mattia Destro, Mattia De Sciglio… Il y a cinq ou six joueurs très intéressants, qui ont disputé la finale de l'EURO U-21 contre l'Espagne. Il est clair qu'en équipe A, il faut être particulièrement solide. Mais ils ont beaucoup de qualités.

- L'Espagne, éternel rival
Ces dernières années, nous avons souvent joué contre l'Espagne : en Coupe des Confédérations de la FIFA, en finale et lors de notre premier match de groupe de l'EURO 2012, en amical à Bari en août 2011. Chacune de ces rencontres a eu un scénario différent des autres. Cela dit, la demi-finale de la Coupe des Confédérations nous a fait comprendre que l'Espagne n'était pas imbattable, qu'elle avait des points faibles. Dans ce match, nous avons su explorer ses limites. Cela n'enlève rien au fait qu'il s'agit d'une grande sélection, riche d'histoire, de charisme et de technique. Ce sera l'une des grandes équipes de cette Coupe du Monde.

Fifa.com (19/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 27 Fév - 18:04

Uruguay : Cavani absent contre l'Autriche



Edinson Cavani, l'attaquant du Paris SG, actuellement blessé, est absent du groupe des 21 Uruguayens qui doivent affronter l'Autriche le 5 mars en match amical préparatoire au Mondial-2014, selon la liste annoncée par le sélectionneur Oscar Tabarez mercredi.

Cavani est éloigné des terrains depuis le 31 janvier, victime d'une lésion aux ischio-jambiers droits. Son absence avait été évaluée à 3 semaines.

L'Uruguay, sans aucun joueur évoluant dans le Championnat local, affrontera l'Autriche chez elle à Klagenfurt, le 5 mars. Son programme prévoit aussi des rencontres à Montevideo contre l'Irlande du Nord, le 30 mai, et la Slovénie, le 4 juin.

Au Mondial-2014, l'Uruguay est dans le groupe D, avec l'Angleterre, le Costa Rica et l'Italie.

Le groupe contre l'Autriche :

Gardiens : Fernando Muslera (Galatasaray/TUR), Martín Silva (Vasco Da Gama/BRA)

Défenseurs : Diego Lugano (West Bromwich/ENG), Diego Godín (Atletico Madrid/ESP), José Maria Gimenez (Atletico Madrid/ESP), Jorge Fucile (Porto/POR), Alejandro Silva (Lanus/ARG), Maximiliano Pereira (Benfica/POR), Martin Caceres (Juventus, ITA)

Milieux de terrain : Walter Gargano (Parme, ITA), Diego Perez (Bologne/ITA), Egidio Arevalo Ríos (Monarcas Morelia/MEX), Alvaro Gonzalez (Lazio Rome/ITA), Alvaro Pereira (Sao Paulo/BRA), Cristian Rodríguez (Atletico Madrid/ESP), Nicolás Lodeiro (Botafogo/BRA), Gastón Ramírez (Southampton/ENG)

Attaquants : Diego Forlan (Cerezo Osaka/JAP), Luis Suarez (Liverpool/ENG), Christian Stuani (Espanyol/ESP), Abel Hernandez (Palerme/ITA)

Fifa.com (27/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 27 Fév - 18:26

Angleterre : Shaw appelé, Caulker rappelé



Le latéral de 18 ans Luke Shaw a été appelé jeudi pour la première fois dans la liste des 30 joueurs de l'Angleterre pour affronter le Danemark mercredi en amical tandis que le défenseur Steven Caulker a été rappelé pour pallier des absences, a annoncé la FA.

Le gaucher de Southampton sera notamment mis en concurrence avec Ashley Cole (Chelsea) et Leighton Baines (Everton), les habituels occupants du couloir.

Dans l'axe de la défense, les blessures de Phil Jones (Manchester United) et Phil Jagielka (Everton), ainsi que le retrait de John Terry (Chelsea), profitent au stoppeur de Cardiff, plus appelé depuis novembre 2012 et son but contre la Suède lors de sa première sélection.

A noter enfin que Jermaine Defoe, en partance pour Toronto et malgré sa récente légère blessure avec Tottenham, conserve sa place dans le groupe au détriment d'Andy Carroll, l'attaquant de West Ham supervisé récemment par le sélectionneur Roy Hodgson.

L'Angleterre affronte mercredi le Danemark à Wembley, pour son dernier match avant de donner sa liste de joueurs retenus pour le Mondial-2014 au Brésil.

La liste des 30 joueurs:

Gardiens: Fraser Forster (Celtic/SCO), Ben Foster (West Bromwich Albion), Joe Hart (Manchester City), John Ruddy (Norwich City)

Défenseurs:
Leighton Baines (Everton), Gary Cahill (Chelsea), Steven Caulker (Cardiff City/WAL), Ashley Cole (Chelsea), Glen Johnson (Liverpool), Luke Shaw (Southampton), Chris Smalling (Manchester United), Kyle Walker (Tottenham Hotspur).

Milieux: Ross Barkley (Everton), Michael Carrick (Manchester United), Tom Cleverley (Manchester United), Steven Gerrard (Liverpool), Jordan Henderson (Liverpool), Adam Lallana (Southampton), Frank Lampard (Chelsea), James Milner (Manchester City), Alex Oxlade-Chamberlain (Arsenal), Raheem Sterling (Liverpool), Andros Townsend (Tottenham Hotspur), Jack Wilshere (Arsenal)

Attaquants: Jermain Defoe (Toronto FC/CAN), Rickie Lambert (Southampton), Jay Rodriguez (Southampton), Wayne Rooney (Manchester United), Daniel Sturridge (Liverpool), Danny Welbeck (Manchester United)

Fifa.com (27/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 3 Mar - 15:29

Italie : Sans De Rossi mais avec Verratti en Espagne



Le milieu de l'AS Rome Daniele De Rossi ne figure pas dans la liste de l'équipe d'Italie dévoilée dimanche pour le match amical contre l'Espagne mercredi à Madrid, écarté pour un coup de poing conformément au code éthique.

Le milieu du Paris SG Marco Verratti effectue lui son retour dans le groupe, il n'avait plus été convoqué depuis le match amical contre l'Argentine en août dernier.

De Rossi, titulaire avec la "Nazionale", a été écarté pour un coup de poing asséné samedi soir au joueur de l'Inter Milan Mauro Icardi. De Rossi a déjà manqué des sélections en équipe nationale pour non-respect du code éthique du sélectionneur, Cesare Prandelli.

Le buteur Mario Balotelli, touché à une épaule, est l'autre absent de marque d'un groupe où sont convoqués pour la première fois le défenseur de Parme Gabriel Paletta et l'attaquant du Torino Ciro Immobile.

Cesare Prandelli a rappelé Mattia Perin (Genoa) dans les buts, en raison de la méforme de l'habituel remplaçant de Gianluigi Buffon, Federico Marchetti, qui a perdu sa place à la Lazio Rome. Le rôle de numéro 2 devrait échoir au goal du PSG Salvatore Sirigu.

Le buteur de l'AS Rome, Mattia Destro, retrouve également le groupe.

L'Italie affronte les doubles champions d'Europe et champions du monde mercredi au stade Vicente Calderon de Madrid.

Les 26 joueurs convoqués

Gardiens: Gianluigi Buffon (Juventus Turin), Salvatore Sirigu (Paris SG/FRA), Mattia Perin (Genoa)

Défenseurs: Ignazio Abate (AC Milan), Davide Astori (Cagliari), Andrea Barzagli (Juventus), Leonardo Bonucci (Juventus), Giorgio Chiellini (Juventus), Domenico Criscito (Zenit Saint-Pétersbourg/RUS), Mattia De Sciglio (AC Milan), Cristian Maggio (Naples), Gabriel Paletta (Parme)

Milieux:
Antonio Candreva (Lazio), Emanuele Giaccherini (Sunderland/ENG), Claudio Marchisio (Juventus), Riccardo Montolivo (AC Milan), Thiago Motta (Paris Saint-Germain/FRA), Marco Parolo (Parme), Andrea Pirlo (Juventus), Marco Verratti (Paris Saint-Germain/FRA)

Attaquants: Alessio Cerci (Torino), Mattia Destro (AS Rome), Alberto Gilardino (Genoa), Ciro Immobile (Torino), Lorenzo Insigne (Naples), Pablo Osvaldo (Juventus)

Fifa.com (02/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 6 Mar - 16:22

Angleterre 1 - Danemark 0
L'Angleterre souffre pour battre le Danemark




L'Angleterre, à force d'obstination, a fini par convertir en victoire (1-0) sa domination contre le Danemark, mercredi en match amical, avançant ainsi un peu dans sa réflexion avant le Mondial-2014.

Après les défaites contre le Chili et l'Allemagne cet automne, les coéquipiers de Rooney, globalement décevant, évitent ainsi un troisième match sans but marqué à domicile pour la première fois depuis 1981. Ce qui aurait fait mauvais genre.

Si les intentions n'ont pas manqué, l'équipe, appliquée, s'est paradoxalement montrée trop empruntée et peu inspirée malgré son caractère joueur.

Mais, même désordonnés, ses efforts lui ont permis de forcer la décision lorsque Sturridge, en pleine réussite avec Liverpool, a trompé l'excellent Schmeichel (82e).

Avant cela, le 4-3-3 d'Hodgson, prompt à se transformer en 4-2-3-1 en phase offensive avec Wilshere montant d'un cran, a pourtant tenté de surprendre son adversaire en multipliant les permutations.

Il y est pourtant rarement parvenu. Dans la dernière partie du match, le fils du légendaire gardien danois de Manchester United a même dégoûté Welbeck (68, 71) avant de craquer une fois.

Côté satisfaction, la deuxième titularisation de Sterling, qui a touché le poteau (43), a été plus qu'intéressante dans son rôle d'agitateur malgré son déchet face au but.

Derrière, il y a toutefois à boire et à manger pour Hodgson, engagé dans sa revue d'effectif à deux mois de donner sa liste définitive pour la Coupe du monde.

Au milieu, Henderson, si bon avec Liverpool, s'est ainsi montré décevant. En revanche, Shaw, 18 ans, et Cole, en manque de temps de jeu à Chelsea, n'ont pas faibli.

Alors que les Danois, qui eux ne disputeront pas le Mondial brésilien, ne sont pas des monstres de rapidité, la paire Smalling-Cahill, parfaitement suppléée par Hart, a également trouvé le moyen de se faire surprendre deux fois dans l'axe (16, 65).

Absent sur blessure, Jagielka n'a pas trop de soucis à se faire pour sa place de titulaire.

Fifa.com (05/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 6 Mar - 16:35

Espagne 1 - Italie 0
L'Espagne s'offre l'Italie




Un but de Pedro a offert à l'Espagne une victoire de prestige contre l'Italie 1-0 mercredi en match de préparation au Mondial-2014 au stade Vicente Calderon de Madrid, où l'Hispano-Brésilien Diego Costa a fait ses premiers pas avec la "Roja".

Pour ce choc entre les deux derniers champions du monde, la sélection espagnole, sacrée en 2010, a confisqué le ballon à la "Squadra Azzurra", titrée en 2006. Et au terme d'un récital d'Andres Iniesta, c'est Pedro Rodriguez qui a concrétisé la domination des siens à l'heure de jeu (63).

Cette Espagne-là avait un petit goût carioca à 99 jours du Mondial au Brésil, avec deux joueurs d'origine brésilienne dans son onze de départ: l'attaquant de l'Atletico Madrid Diego Costa (25 ans), titulaire pour sa première sélection, et le jeune milieu du Bayern Munich Thiago Alcantara (22 ans).

Après une minute de silence en mémoire de l'ex-sélectionneur Luis Aragones, décédé il y a un mois, le scénario du match a été en tous points fidèle au jeu de passes ("toque") esquissé par le "Sage d'Hortaleza", prédécesseur de Vicente Del Bosque sur le banc espagnol et victorieux de l'Euro-2008.

D'entrée, la "Roja" -qui évoluait pour l'occasion avec un deuxième jeu de maillots noirs- a dicté son tempo avec Iniesta dans le rôle du chef d'orchestre.

Iniesta avec classe
Le Barcelonais a d'ailleurs initié la première banderille en lançant dans la surface Jordi Alba, qui a buté sur le gardien Gianluigi Buffon (2).

L'Italie, certes regroupée en défense, a aussitôt répliqué avec un déboulé d'Alessio Cerci, dont le centre-tir à angle fermé a trouvé le poteau opposé d'Iker Casillas (4).

Mais le ballon était espagnol: Pedro très en jambes sur l'aile droite, Iniesta à la baguette et un très bon Thiago Alcantara, dribbleur et distributeur, ont multiplié les occasions, sans parvenir à tromper Buffon.

Diego Costa, pas dépaysé sur la pelouse de "son" Atletico, a toutefois semblé moins à l'aise dans le 4-3-3 espagnol que dans le 4-4-2 colchonero. Il a signé de bonnes prises de balle, avec notamment un tir contré (20), une frappe non cadrée en déséquilibre (58) et un tir trop croisé (81).

Pris en tenaille par la défense centrale italienne, il a néanmoins dû se cantonner à un jeu de remises dos au but et n'a pu prendre l'espace comme il aime le faire.

Car en face, les Italiens, même avec une équipe remaniée, se sont montrés solides et patients, laissant passer l'orage lorsque Thiago Alcantara, seul au point de penalty, a trouvé Buffon (51) ou quand David Silva, sorti du banc, a frappé juste à côté (52).

Finalement, malgré l'entrée du maestro italien Andrea Pirlo, l'Espagne a pris un avantage mérité au bout d'une action de classe d'Iniesta: percée dans l'axe, une-deux d'une talonnade avec Silva dans la surface et Pedro qui surgit pour glisser le ballon sous Buffon, peut-être un peu fautif sur le coup (63).

La "Roja", meilleure défense des qualifications de la zone Europe, a ensuite tranquillement géré, l'esprit déjà tourné vers la défense de son titre mondial l'été prochain.

Fifa.com (05/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 6 Mar - 16:46

Costa Rica 2 - Paraguay 1
Le Costa Rica bat le Paraguay 2:1




Le Costa Rica a battu le Paraguay 2 à 1 (mi-temps: 1-0) en match de préparation pour le Mondial 2014, mercredi soir à San José.

Buts :
Joel Campbell (43'), Alvaro Saborío (73') pour le Costa Rica
Gustavo Gómez (86') pour le Paraguay

Fifa.com (06/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 12 Mar - 16:27

McManaman : "L'Angleterre est loin de gagner le Mondial"



En 15 ans de carrière, Steve McManaman a su se faire une place dans l'histoire du football anglais. Raffiné, fuyant les frictions et le jeu dur, le vétéran de la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998 fait partie du petit groupe de Britanniques qui ont su briller à l'étranger, notamment lors de son passage au Real Madrid, avec qui il a remporté deux Ligues des champions de l'UEFA.

De passage à Berne à l'occasion du 11ème Match contre la Pauvreté, l'ancien joueur de Liverpool et Manchester City s'est entretenu avec FIFA.com au sujet de la solidarité régnant dans le football actuel, de ses projets par rapport à Brésil 2014 et des chances de ses compatriotes : "Pour la première fois depuis longtemps, les attentes autour de l'équipe sont assez modestes", assure-t-il.


Steve, vous êtes devenu un habitué de ces matches de charité. Que pouvez-vous nous dire du Match contre la Pauvreté ?
C'est merveilleux et pas seulement parce que je retrouve tous les copains ! Dès que je peux participer à ce genre d'initiatives des Nations Unies, je le fais. Il n'y a rien de mieux que de jouer pour réunir des fonds pour des gens en difficulté. Ces matches attirent énormément de monde et la qualité des joueurs qui proposent d'y prendre part en dit long sur l'importance de ces causes.

Vous arrivez, vous retrouvez les amis, vous jouez. Mais une fois de retour à la maison, que ressentez-vous ?
Ah, il y a beaucoup plus à faire, c'est certain ! Il ne s'agit pas de venir, aider et oublier tout ça dès le lendemain. En Angleterre, nous avons participé à plusieurs matches similaires. Ce qui compte, c'est de rentrer à la maison, de retrouver sa famille et de savoir qu'on peut continuer à apporter son aide. Il y a toujours des gens qui ont besoin d'un coup de main et c'est important de rester à leur disposition.

Il reste moins de 100 jours avant le coup d'envoi d'une nouvelle Coupe du Monde de la FIFA. Qu'avez-vous à suggérer au Brésil ?
Il s'agit de la scène idéale pour la Coupe du Monde. Quand je pense à cette épreuve, la première image qui me vient à l'esprit, c'est celle de Bobby Moore brandissant le trophée en 1966, bien évidemment, mais il y a aussi le maillot du Brésil. Le jaune de la Seleçao. Ou encore Pelé en 1970, Carlos Alberto… Ce jeu qui les caractérise... Et puis je pense aussi à toutes ces villes merveilleuses qui vont recevoir la Coupe du Monde. J'ai passé un mois en Afrique du Sud en 2010 et c'était incroyable. J'avais pris beaucoup de plaisir mais j'espère que celle-ci sera encore meilleure.

Pensez-vous vous y rendre ?
Bien sûr ! Je passerai la première semaine de juin à  Rio et je partirai ensuite faire le tour du pays pendant cinq semaines. Je ne vais rien rater.

Quelles sont les chances de l'Angleterre ?
Pour la première fois depuis très longtemps, je pense que les attentes par rapport à l'équipe anglaise sont assez modestes au pays. C'est particulier, parce qu'habituellement, en Angleterre, tout le monde croit que l'équipe va gagner la Coupe du Monde. Mais cette fois, nous sommes vraiment très loin de la gagner. Nous avons un groupe très compliqué, avec l'Uruguay, l'Italie et le Costa Rica, ça va être difficile. Mais je crois que l'équipe a les moyens d'aller en huitièmes. Ce serait déjà pas mal.

Qui sont vos favoris, alors ?
L'Espagne a une super équipe, mais le favori, c'est le Brésil. Je l'ai suivi à la Coupe des Confédérations et c'était impressionnant. Le public était vraiment derrière l'équipe et je pense que ce sera encore plus fort à la Coupe du Monde. C'est vrai qu'il se trouve dans un groupe compliqué et qu'il pourrait affronter en huitième les Pays-Bas, l'Espagne ou même le Chili. Il faudra aussi faire attention à l'Argentine, qui a une poule favorable. Mais j'insiste : pour moi le favori, c'est le Brésil de Scolari.

Y a-t-il un joueur que vous comptez suivre plus qu'un autre ?
Pas vraiment. Mais ce qui m'intéresse vraiment, c'est de savoir qui sera la star de cette Coupe du Monde. Lionel Messi peut-il devenir le meilleur joueur du monde lors de cette épreuve, comme il l'est déjà en Liga ? Cristiano Ronaldo pourra-t-il emmener le Portugal au sommet ? Neymar jouera-t-il aussi bien que lors de la Coupe des Confédérations ? Un joueur planera au-dessus de cette édition et on ignore encore qui ce sera. Un Anglais ? Un Colombien peut-être, sachant que le pays a fait une super campagne ? C'est très intéressant.

Enfin, certains estiment que pour être considéré comme le meilleur de l'histoire, il faut avoir remporté une Coupe du Monde de la FIFA. Êtes-vous d'accord ?
Non non, mais ça aide ! Quand Diego Maradona jouait pour l'Argentine, il avait autour de lui une grande équipe, mais je pense que c'était vraiment lui le meilleur. C'est difficile de faire des comparaisons entre générations. Pelé est-il meilleur que Maradona ? Aujourd'hui, à Berne, nous avons deux des meilleurs : Zidane, le meilleur de son époque, et Ronaldo, qui reste le meilleur buteur en Coupe du Monde. C'est difficile. Pourtant, je pense que si Messi remporte la Coupe du Monde et qu'il joue à son niveau, on le considérera comme le meilleur de tous les temps.

Fifa.com (12/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 13 Mar - 16:45

Oriundi, valeur ajoutée de l’Italie



"Les oriundi sont les nouveaux Italiens", a lancé le sélectionneur de l’Italie Cesare Prandelli à la veille du match amical contre l'Espagne (0:1) disputé  le 5 mars dernier, où la Nazionale alignait trois oriundi dans le onze titulaire. Mais la présence de ces joueurs étrangers d’origine italienne dans le calcio n'est pas une nouveauté. Ils ont même largement contribué aux heures de gloire du football italien...

Dans la langue de Dante, le mot oriundo (oriundi au pluriel) désigne un immigré d’origine italienne, né et vivant hors d'Italie. Il vient de la contraction du latin oriri (être né) et du mot Orient, l'Italie se situant à l'Est de l'Amérique du Sud, terre d’accueil de la majorité des immigrés italiens concernés. Réduit à son sens sportif, le terme désigne aujourd’hui un joueur sud-américain d’origine italienne, revenu en Italie pour y faire sa carrière. Pour avoir droit au statut d'oriundo, il faut démontrer notamment qu'un membre de la famille proche, parents ou grands-parents, est ou était Italien ce qui ouvre le droit à réclamer un passeport italien.

En 94 ans, 63 oriundi sont ainsi venus jouer au pays de leurs ancêtres, et 42 d’entre eux ont porté le maillot de la Nazionale, dont 21 venus d'Argentine. Paradoxalement, le premier oriundo, l’attaquant Ermanno Aebi qui a porté deux fois le maillot azzurro en 1920, est venu de la voisine Suisse. Preuve de leur importance dans le football transalpin, pas moins de sept oriundi ont remporté la Coupe du Monde de la FIFA™ avec l'Italie : cinq en 1934 (Anfilogino Guarisi, né au Brésil, Attilio Demaria, Enrique Guaita, Luis Monti, Raimundo Orsi, nés en Argentine), un en 1938 (Miguel Andreolo né en Uruguay) et un en 2006 (Mauro Camoranesi, né en Argentine).

Historique et décisif
Le plus célèbre restera sans doute Luis Felipe Monti, né à Buenos Aires d'une famille originaire d'Emilie-Romagne, qui présente la particularité d'avoir disputé deux finales de Coupe du Monde sous deux maillots différents. En 1930 en Uruguay, il défend les couleurs de l'Argentine, dont il portera le maillot à 16 reprises pour cinq buts, dont le tout premier de l’histoire albiceleste en Coupe du Monde contre la France (1:0), avant d'échouer en finale contre le pays hôte. En 1931,  il rejoint la Juventus où il va passer sept saisons. Retenu avec la Squadra Azzurra, il joue un rôle décisif dans la victoire finale en 1934 contre la Tchécoslovaquie (2:1 a.p.). Deux autres oriundi participaient à cette finale. Le formidable ailier gauche Raimundo Orsi, auteur du but de l'égalisation, et Enrique Guaita, qui reste le meilleur buteur dans un championnat à 16 clubs avec 28 réalisations lors de la saison 1934/35.

Loin d'être des mercenaires revenus provisoirement au pays dans un but purement lucratif, la majorité de ces champions du monde se sont enracinés dans la terre de leurs ancêtres, à l'image d'Andreolo, quatre fois champion d'Italie avec Bologne, Guarisi, qui a disputé 137 rencontres et marqué 43 buts pour la Lazio, ou encore Demaria avec l'Inter Milan (268 matches, 76 buts) avant d'entamer une carrière d'entraineur. Guaita a préféré repartir rapidement en Argentine quand il a été mobilisé le 19 septembre 1935 pour aller faire la guerre en Ethiopie.

La campagne mondiale a été moins fructueuse pour d'autres stars comme Juan Schiaffino, champion du monde en 1950 avec l'Uruguay (21 sélections) avec qui il marque un but en finale, avant d'échouer avec l'Italie en 1958 en Suède. Pour sa part, Omar Sivori, auteur de neuf buts en 19 sélections avec l'Argentine et huit en neuf matches avec l'Italie, ne soulèvera le trophée mondial avec aucune des deux nations, mais reste un monument des deux côtés de l’Atlantique. Champion du monde avec le Brésil en 1958, Jose Altafini a ensuite passé 19 ans en Serie A, mais n'a disputé que six matches avec la Nazionale dont deux lors de la Coupe du Monde 1962.

Camoranesi relance la tendance
Après l'élimination en phase de poules, lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Chili 1962™, les dirigeants italiens rechignent à puiser dans ce réservoir et on ne recense aucun oriundo entre la dernière sélection d'Angelo Sormani en octobre 1963, et les débuts de Mauro Camoranesi le 12 février 2003. Originaire de la province argentine de Tandil mais ignoré par l’Albiceleste, le milieu offensif de la Juventus endosse le maillot azzurro grâce à ses grands-parents, originaires des Marches, et devient le recordman de sélections (55) des oriundi.

Depuis sa prise de fonction, Prandelli n'hésite pas à perpétuer la tradition. Après Cristian Ledesma et Amauri, ce fut le tour de Thiago Motta, Pablo Osvaldo et dernièrement, Gabriel Paletta, 28 ans, le plus Calabrais des Argentins, même s'il a remporté la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2005, en compagnie des Lionel Messi et autres Sergio Agüero. "J'ai grandi en Argentine ou se trouvent tous mes proches. Mais je me sens Italien si je pense au rêve de mon grand-père qui voulait que ses fils reviennent en Calabre avec un peu d'argent en poche pour démontrer qu'il avait réussi", confie le dernier oriundo appelé, grâce à ses excellentes prestations avec Parme. "D'une certaine façon, cette sélection me permet d'accomplir son rêve."

Outre la raison sentimentale, la réalité est que les oriundi sont désormais presque devenus une nécessité. "Lors du dernier week-end de Serie A, il y avait seulement 38% de joueurs de nationalité italienne", précisait Cesare Prandelli pour justifier ses choix…

Fifa.com (13/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Dim 16 Mar - 19:17

Italie : Cassano espère convaincre Prandelli



L'attaquant de Parme Antonio Cassano espère convaincre le sélectionneur de l'Italie Cesare Prandelli de l'emmener au Mondial brésilien, a-t-il dit dimanche après son doublé victorieux contre l'AC Milan (4-2).

"J'espère mettre Prandelli en grande difficulté, a dit "Fantantonio" à la chaîne Sky Sport+. Je voudrais tant faire un Mondial, ce serait le seul regret de ma carrière, je n'ai jamais disputé de Mondial."

Cassano n'a "rien à reprocher à Prandelli, il m'a emmené à l'Euro(-2012) après six mois d'inactivité et m'y a fait jouer tous les matches! C'est lui le sélectionneur, il fait ses choix, moi j'espère, c'est tout".

Cassano formait avec Mario Balotelli le duo d'attaque de l'Italie finaliste de l'Euro-2012. Il avait été arrêté six mois en 2011-2012 à cause d'un malaise cardiaque.

Mais il n'a plus été appelé depuis la finale par Prandelli, qui assure que la porte reste ouverte à tous les joueurs.

L'international est un des moteurs de l'excellente saison de Parme, invaincu depuis 16 matches, grâce à ses 11 buts. Il a expliqué avoir retrouvé la forme notamment grâce à une diète sévère qui lui a permis de perdre 7 kg.

"Si vous suiviez mon régime (d'avant), vous seriez tous obèses, a-t-il plaisanté. Des "foccaccine" (petits pains) j'en mange, mais une fois par semaine, avant c'était tous les jours, et pas qu'une seule!"

Fifa.com (16/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 21 Mar - 16:52

Italie : Les Azzurri contre l'Eire le 31 mai



L'Italie jouera contre l'Eire à Londres le 31 mai un match de préparation au Mondial-2014, a annoncé jeudi la Fédération italienne de football (FIGC).

Le match se jouera à Craven Cottage, le stade de Fulham (1re div. anglaise) où elle a déjà affronté le Nigeria en amical le 18 novembre 2013 (2-2).

Il s'agira de l'avant-dernier match de préparation des "Azzurri" pour la Coupe du monde. Il doivent recevoir le Luxembourg le 4 juin en Italie, peut-être à Vérone, à la veille de leur départ pour le Brésil.

L'Italie figure dans le groupe D avec l'Angleterre, l'Uruguay et le Costa Rica.

Fifa.com (20/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 24 Mar - 19:20

Italie : Prandelli va prolonger de deux ans



Le sélectionneur de l'Italie, Cesare Prandelli, devrait prolonger de deux ans son contrat avec des pouvoirs étendus et diriger la "Nazionale" jusqu'à l'Euro-2016, a-t-il annoncé lundi.

"Je suis très fier que la Federcalcio (Fédération italienne de football) m'ait proposé de renouveler pour deux ans", a dit Prandelli, précisant que le contrat "dépendait aussi du résultat du Mondial". "J'ai assuré de mon entière disponibilité", a-t-il ajouté.

"Un accord a été trouvé avec Prandelli pour prolonger de deux ans son contrat, a précisé un porte-parole de la Fédération (FIGC) à l'AFP. Il reste à en préciser les termes exacts". Le contrat devrait être signé dans les prochaines semaines.

Prandelli (56 ans), en poste depuis l'après-Mondial-2010, devrait comme il l'a souhaité avoir un rôle plus vaste, avec un droit de regard sur la formation au centre technique fédéral et sur les équipes de jeunes.

Arrivé après le flop sud-africain, où l'Italie tenante du titre avait été éliminée au premier tour par le Paraguay, la Slovaquie et la Nouvelle-Zélande, Prandelli a spectaculairement redressé les quadruples champions du monde.

En près de quatre ans, il n'a perdu que deux matches de compétition, la finale de l'Euro-2012 contre l'Espagne (4-0) et une rencontre contre le Brésil en Coupe des confédérations.

Révolution et code éthique
Prandelli a révolutionné le jeu de l'Italie en favorisant l'attaque et la possession de balle, et a instauré un code éthique qui prive de sélection les joueurs coupables d'un mauvais geste.

Dernier en date, le Romain Daniele De Rossi a été écarté de la liste pour le match amical en Espagne, début mars, pour un coup de coude à un joueur de l'Inter.

Le technicien devrait également étendre son influence aux autres sélections. Il évoque souvent son envie de revoir la formation en Italie et de favoriser l'éclosion des jeunes italiens, par exemple à travers la création d'équipes réserves des clubs de Serie A.

Ancien entraîneur notamment de la Fiorentina, Prandelli s'appuie sur les 4/5e de la défense de la Juventus (Gianluigi Buffon dans les buts, Andrea Barzagli, Leonardo Bonucci, Giorgio Chiellini), un milieu de terrain d'exception (Andrea Pirlo, Daniele De Rossi) et un Mario Balotelli qui donne le meilleur de son talent d'attaquant sous les ordres du sélectionneur.

La prolongation de Prandelli avec l'équipe nationale enlève également un des noms les plus cotés du prochain mercato des entraîneurs de Serie A.

L'Italie figure dans le groupe D de la Coupe du monde au Brésil, avec l'Angleterre, l'Uruguay et le Costa Rica.

Fifa.com (24/03/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 15 Avr - 15:02

Angleterre, Martinez : "Cette Coupe du Monde sera la plus belle de l'histoire"



Après avoir emmené Wigan au sacre l'année dernière en FA Cup, à la faveur d'une improbable victoire en finale contre Manchester City, Roberto Martinez a parcouru un peu plus d'une vingtaine de kilomètres pour rejoindre son nouveau club, Everton. Il a ainsi remplacé David Moyes, parti à Manchester United, et sa première saison à Goodison Park est pour l'instant placée sous le signe de la réussite : à cinq matches de la fin du championnat, les Toffees occupent la quatrième place, synonyme de qualification pour le tour préliminaire de la prochaine Ligue des champions de l'UEFA.

Au micro de FIFA.com, l'entraîneur des Blues évoque les Coupes du Monde passées et à venir. Il explique notamment comment Mexique 1986 l'a "éveillé" tactiquement, pourquoi une sélection sud-américaine a plus de chances de l'emporter à Brésil 2014 qu'une équipe européenne, et enfin ce qu'une Coupe du Monde au Brésil peut apporter.


Roberto, vous aviez environ huit ans lors d'Espagne 1982. Est-ce la première Coupe du Monde dont vous vous souvenez ?
Oui. Je me souviens surtout des préparatifs. Au début des années 1980, l'Espagne connaissait une période faste. Il y avait un air de fête permanente. J'ai d'excellents souvenirs des six ou sept mois qui ont précédé le tournoi, depuis la présentation de la mascotte "Naranjito" jusqu'au tournoi en lui-même. Les enfants sentaient mieux que personne toute l'excitation qui régnait autour de la Coupe du Monde, avec bien sûr le fol espoir de la gagner. Évidemment, le tournoi en lui-même a été une déception dès que l'Espagne a commencé à perdre. Mais ça n'enlève rien au fait que je conserve de très bons souvenirs. Encore aujourd'hui, à chaque Coupe du Monde, je m'intéresse beaucoup à la façon dont la compétition est préparée et à ce qu'elle signifie pour le pays hôte. Et puis évidemment, je regarde tous les matches.

À partir de quelle Coupe du Monde avez-vous commencé à vous intéresser à l'aspect tactique du jeu ?
Je ne crois pas me tromper en disant que c'est à partir de 1986. J'ai regardé tous les matches de cette Coupe du Monde avec mon père. Nous analysions les choses vraiment en détail et réfléchissions à des questions du genre : "Comment arrêter Maradona ?". C'est la première fois que nous regardions les rencontres en discutant sérieusement de la façon de contrer un joueur de cette classe, ou au contraire de la meilleure manière de profiter de ses qualités. C'était incroyable de voir à quel point l'équipe dépendait de ce joueur, mais en même temps comment Maradona arrivait à lui seul à hausser le niveau de l'équipe, au point de l'emmener en finale et de gagner la Coupe du Monde.

Avez-vous eu l'occasion d'assister sur place à d'autres Coupes du Monde ?
Oui, et je dois dire que j'ai beaucoup aimé Afrique du Sud 2010. J'ai eu l'opportunité de rester là-bas pendant toute la durée de la compétition. J'ai toujours voulu rester pendant toute la durée du tournoi, notamment pour suivre la préparation de certaines équipes. C'est ce que j'ai fait également en Afrique du Sud. C'était impressionnant de voir à quel point le pays a su saisir l'opportunité d'être au centre du monde pendant un mois, ce que l'événement représentait pour tout le monde là-bas et aussi ce que le football a apporté. Afrique du Sud 2010 a vraiment été un tournoi incroyable de ce point de vue.

Vous avez suivi la préparation de plusieurs équipes. Lesquelles ?
J'ai essayé de suivre une équipe de chaque continent : le Paraguay pendant quelques semaines, les Pays-Bas pour l'Europe et ensuite le Ghana pour l'Afrique. J'ai trouvé fascinant de voir comment les joueurs se préparent et surtout à quel point chacun d'entre eux a une perception différente de l'opportunité que cela représente de jouer en Coupe du Monde. Pour ce qui est de la préparation, certaines équipes avaient demandé des chambres individuelles, d'autres fonctionnaient à deux par chambre, d'autres encore à trois. Dans chaque hôtel, l'environnement était différent et je crois que cela rejaillissait sur la manière de jouer de chaque équipe. La façon d'aborder les matches est par exemple assez différente entre les joueurs sud-américains et les Européens.

Quelles sont les principales différences ?
La plupart des grands joueurs sud-américains évoluent en Europe. Par conséquent, il y a une affinité particulière quand vous représentez votre pays. Vous apportez avec vous sur le terrain tout votre bagage culturel, votre famille, tout ce que vous représentez en quelque sorte. Je crois qu'en Europe, représenter son pays procure également une grande joie, mais je pense que la majorité des joueurs européens vous diront que cette joie n'est pas supérieure à celle de disputer la Ligue des champions. Cette différence d'approche se voit en Coupe du Monde. Je suis très curieux de voir comment au Brésil, les équipes européennes parviendront à rivaliser avec l'enthousiasme et le désir des sélections sud-américaines de participer à une Coupe du Monde.

Quel sera le plus gros défi pour qu'une équipe européenne puisse remporter Brésil 2014 ? Sera-t-il d'ordre psychologique ou plutôt tactique ?
Je pense qu'il y aura un mélange des deux. D'abord, l'adaptation des équipes européennes aux terrains et au climat sera plus difficile que pour les sélections sud-américaines. Cela se ressentira forcément. Ensuite, il y a l'aspect tactique. Les Sud-Américains sont parfaitement à l'aise pour effectuer un marquage individuel pendant tout le match et gérer au mieux les situations de un-contre-un, alors que les Européens sont plus habitués à des dispositifs tactiques et une organisation plus systématiques, comme la défense en zone par exemple. Enfin, comme je le disais à l'instant, je crois que le fait de représenter son pays a une signification plus forte pour les joueurs sud-américains que pour les Européens.

L'an dernier, vous avez couvert la Coupe des Confédérations de la FIFA pour ESPN. Quelles impressions gardez-vous de ce tournoi ?
Les équipes ont dû s'adapter aux conditions du pays et le Brésil était favori d'entrée étant donné le soutien populaire dont il bénéficiait. Pour moi, ce fut la meilleure de toutes les Coupes des Confédérations, en raison de la volonté réelle des équipes européennes, l'Italie et l'Espagne, de la gagner. Le tournoi m'a impressionné et je crois qu'il nous a donné un très bon avant-goût de ce que sera la Coupe du Monde au Brésil. Je pense sincèrement qu'en raison du simple fait qu'elle se déroule au Brésil, cette Coupe du Monde sera la plus belle de l'histoire. Et je suis impatient d'être sur place pour vivre ça !

Fifa.com (15/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 16 Avr - 12:26

L'Italie sans Totti, Toni et Di Natale



Les vétérans Francesco Totti, Luca Toni et Antonio Di Natale ne figurent pas dans la liste de 42 pré-sélectionnés pour le Mondial au Brésil annoncée mardi par le sélectionneur italien Cesare Prandelli.

"J'ai un immense respect pour ces joueurs, et ils méritent bien plus d'explications (...) mais ils ne seront appelés qu'en cas d'urgence", a-t-il déclaré.

Totti, 37 ans, capitaine d'une Roma 2e du championnat derrière l'intouchable Juventus, pouvait rêver d'un dernier Mondial, tout comme les deux attaquants de 36 ans, Toni et ses 17 buts cette saison avec Vérone en Serie A, et Di Natale, 10 buts avec l'Udinese.

Dans cette liste, d'où sortira le groupe final de 23 joueurs, Prandelli a fait confiance notamment à Giuseppe Rossi et à des jeunes talents qui émergent.Rossi était le meilleur buteur de la Fiorentina et du championnat quand il a été touché à un ligament du genou début janvier, blessure dont il se remet encore. Prandelli l'a toujours soutenu, mais émet toutefois des réserves quant à son état physique: "sur Rossi je ne peux rien dire. Les examens qu'il subit doivent être analysés et comparés aux anciennes données dont nous disposons à son sujet (...) Je ne veux lui mettre aucune pression, il a besoin de se rétablir tranquillement".

Si tout va bien, Rossi sera du voyage avec l'attaquant numéro un, Mario Balotelli, la star de l'AC Milan, et ils auront à leurs côtés des jeunes comme Ciro Immobile, 24 ans, du Torino, meilleur réalisateur actuel du championnat avec 19 buts, et Mattia Destro, 23 ans, de la Roma, 13 buts.

Prandelli a néanmoins envoyé un message en forme d'avertissement à ses jeunes, à propos de la bonne conduite à tenir. "Même au dernier mois de la saison, quiconque dérapera restera à la maison, parce que cela signifiera qu'il n'est pas capable de supporter la pression de la Coupe du monde", a-t-il averti.

Fifa.com (15/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 17 Avr - 19:28

Angleterre : Hodgson craint surtout Pirlo



Le sélectionneur de l'Angleterre, Roy Hodgson, craint surtout le meneur Andrea Pirlo dans l'équipe d'Italie, qu'il croisera pour son premier match au Mondial-2014, le 14 juin à Manaus.

"Le joueur que je crains le plus? Nous respectons tout le monde, mais si je dois donner un nom je dis Andrea Pirlo", a dit Hodgson, interviewé par la chaîne Mediaset.

"Pirlo est le joueur qui fait jouer l'Italie depuis 10 ans. Je l'ai entraîné six mois (1998-1999 à l'Inter Milan), il a fait une carrière incroyable", a-t-il ajouté.

Le sélectionneur anglais a également souligné le travail de son homologue, Cesare "Prandelli, qui a fait de l'excellent travail ces quatre années".

Fifa.com (17/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 18 Avr - 20:17

Italie : La guerre des sept buteurs



Sept buteurs italiens se battent pour une place dans la liste de Cesare Prandelli pour le Mondial-2014, aux côtés de la certitude Mario Balotelli, et donnent tout dans les dernières journées de championnat pour marquer... des points.

Les animateurs offensifs Alessio Cerci (Torino) et Antonio Candreva (Lazio) sont déjà dans l'avion pour Rio, mais le flou demeure sur les places de "bombers".

Rossi, le patient américain

Giuseppe Rossi serait sûr d'y aller... s'il n'était pas si fragile. Écarté presque deux ans des terrains pour des ruptures ligamentaires au genou, "l'Américain" (il est né dans le New Jersey) s'est de nouveau blessé le 5 janvier, sans rupture cette fois. Il a repris l'entraînement mais pas encore la compétition. Longtemps leader du classement des buteurs de Serie A en une demi-saison seulement, "Pepito" est toujours dans le peloton de tête (6e), avec 14 buts, dont un retentissant triplé contre la Juventus Turin (4-2). Il reste le choix numéro un de Prandelli avec "Balo", à condition de prouver qu'il est à 100% de ses moyens. Signe encourageant, il a été convoqué dans la liste élargie de 42 joueurs convoqués en début de semaine pour des tests physiques à Coverciano, le centre d'entraînement de la sélection.

Gilardino l'expérience
A 31 ans, Alberto Gilardino est presque assuré d'un second rôle de "buteur de réserve" au Brésil. Il est dans le groupe depuis longtemps, a honorablement remplacé Balotelli quand le titulaire s'est blessé lors de la Coupe des Confédération, et réussit une honnête saison au Genoa (14 buts en Serie A). Prandelli apprécie sa participation défensive et son sens du sacrifice.

Immobile et Destro, quel espoir à Rio ?
Si Prandelli emmène un jeune, ce sera un de ces deux-là, et un seul. Avec leurs noms qui se prêtent aux jeux de mots (Destro signifie droit), Ciro Immobile (Torino, 24 ans) et Mattia Destro (AS Rome, 23 ans) ont tout fait cette saison pour se mettre en valeur. Le jeune "Toro" est le meilleur buteur de la Serie A (19 buts), le jeune "Loup" le meilleur à la moyenne (13 buts depuis son retour de blessure en décembre). Mais Immobile a l'avantage de quelques gestes de classe, et Destro le désavantage d'avoir enfreint le code éthique de la "Nazionale" en se faisant suspendre quatre matches pour un mauvais geste.

Osvaldo, la déception
Pablo Osvaldo était sûr de sa place au Nouvel An. "L'oriondo" (joueur d'origine étrangère, il est né Argentin) occupait la pointe de l'attaque en l'absence de "Super Mario". Mais son transfert de Southampton (Angleterre) à la Juventus en janvier s'est révélé désastreux, il n'a marqué aucun but en championnat, ne joue plus, et semble loin du Brésil.

Toni, Cassano les vieux outsiders

Luca Toni rêve du Brésil, son club, le Hellas Vérone, a même créé un site de soutien "ToniMondial" sur les réseaux sociaux, et le champion du monde 2006 (comme Gilardino) met vraiment tout dans la balance pour revenir en sélection: il a marqué 17 buts. Mais son absence de la liste des 42 ne laisse rien augurer de bon pour celui qui aura 37 ans à la Coupe du monde.

Antonio Cassano figurait bien, lui, dans cette liste, et il a clamé son rêve de disputer un Mondial. "Fantantonio" n'est pas un buteur pur, mais un générateur produisant deux ou trois étincelles par match capables de mettre le feu aux poudres. En outre il a un lien fort avec Prandelli, qui avait attendu son retour de maladie (problèmes cardiaques) pour l'emmener à l'Euro-2012, où il a semé ses petits coups de génie jusqu'en finale. A 31 ans, il réussit une excellente saison avec Parme et a juré qu'il avait arrêté de grignoter, son pêché mignon, pour sa condition athlétique. La diète pour voir le pain de sucre?

Fifa.com (18/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Dim 20 Avr - 19:56

Uruguay, Tabarez : "Le Maracanazo a eu un effet négatif"



Le "Maracanazo", cette victoire retentissante de l'Uruguay à la Coupe du monde 1950 au détriment du Brésil à Rio de Janeiro, a eu "un effet négatif" sur les générations suivantes, a estimé le sélectionneur de l'Uruguay Oscar Tabarez.

"Le Maracanazo a eu un effet négatif: les générations suivantes ont reçu le message, subliminal, que les champions étaient ceux du passé et non ceux d'aujourd'hui", a dit le technicien dans un entretien à la presse étrangère et publié dimanche par le quotidien brésilien Folha de Sao Paulo. "C'est comme si rien de ce qu'ils faisaient pouvait avoir le même sens que le Maracana, a-t-il ajouté. Moins on en parle, mieux c'est".

Après avoir remporté la première Coupe du monde, organisé en Uruguay en 1930, la Celeste a glané son deuxième sacre en 1950 en battant le Brésil (2-1) lors du dernier match du tour final, alors que la Seleçao n'avait besoin que d'un nul pour être titrée.

L'Uruguay se trouve dans un groupe très relevé au Mondial-2014 au Brésil (12 juin-13 juillet), en compagnie de l'Italie, l'Angleterre et le Costa Rica, mais Tabarez trouve exagéré de l'appeler "le groupe de la mort".
"Actuellement, nous ne sommes pas une puissance footballistique, a-t-il aussi estimé. N'importe quel adversaire est difficile pour nous. Cela nous motive. Si nous nous qualifions (pour les 8e de finale, ndlr), nous en sortirons très renforcés".

La force de Suarez

Interrogé sur son buteur Luis Suarez, le "Maestro" s'est souvenu du joueur qui évoluait chez les moins de 20 ans nationaux et qui "ratait des buts, perdait le ballon et se faisait même siffler".

"Mais j'avais remarqué quelque chose chez lui: ce qu'il essayait de faire, a poursuivi Tabarez. Il faisait face à l'adversité et acceptait le défi, il avait l'intention de passer le ballon derrière l'adversaire pour se retrouver devant le but, ce qu'il réussit de plus en plus et avec moins d'erreurs, en plus d'avoir une personnalité presque entêtée qui l'amène à réussir à faire des choses".

"Il a gagné en responsabilité et a toujours été à la hauteur des circonstances", a aussi relevé le sélectionneur à propos de l'attaquant de Liverpool (27 ans).

Fifa.com (20/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Jeu 24 Avr - 20:41

Uruguay, Ghiggia : "J'ai fait quelque chose pour mon pays"



"J'ai fait quelque chose pour mon pays", se félicite Alcides Ghiggia, auteur du but décisif pour l'Uruguay sacré champion du monde au détriment du Brésil en 1950 (2-1) lors du fameux "Maracanazo", dans un entretien exclusif à l'AFP.

A 87 ans, l'ancien ailier droit est le dernier survivant parmi les 22 joueurs qui ont participé à ce match décisif pour le titre lors du premier Mondial organisé au Brésil (il n'y avait pas de finale en tant que telle à cette époque, NDLR).


Quel est votre souvenir du but ?
Il reste gravé dans ma mémoire. C'est des moments délicats, et parfois quelque chose d'inespéré arrive: il fallait décider en quelques secondes de ce que je devais faire dans cette action de jeu. J'ai eu la chance de tirer au ras du poteau et marquer le deuxième but. C'était une grande joie. Dans ce moment, on pense à sa famille, ses amis. Voilà le souvenir le plus intime que j'ai de ce but.

Comment vous sentez-vous aujourd'hui en pensant à cela ?
C'est un très beau souvenir parce que j'ai fait quelque chose pour mon pays. Notre pays est connu grâce au sport, surtout au football. J'ai beaucoup voyagé à l'étranger, et on m'a toujours demandé: "Comment se fait-il qu'un pays aussi petit ait tant de titres ?" Moi je réponds toujours: parce que l'Uruguayen aime le foot, vit le foot, commence à jouer au foot tout petit. C'est comme ça qu'on forme des joueurs. C'est pour ça qu'il n'y a rien d'étonnant que dans un tel pays apparaissent des joueurs comme les nôtres.

Quand vous êtes-vous rendu compte que ce but resterait dans l'histoire ?
Pas sur le moment, parce que j'étais très jeune (23 ans, ndlr). Je n'ai pris conscience de son impact que quelques années plus tard, quand on a commencé à écrire des livres sur le sujet, qu'on m'interrogeait dessus.

Ce but a fait de vous un héros national et changé votre vie...
Un héros, non, je suis un de ceux qui ont joué ; on ne joue pas seul mais à onze. C'est vrai que ce but a changé ma vie, parce qu'il m'a fait un nom et qu'en 1952 je suis allé jouer en Europe, à la Roma et au Milan.

A l'inverse, le gardien brésilien Barbosa a été maudit dans son pays...
On a rejeté la faute sur lui, mais ce sont les onze qui gagnent et les onze qui perdent. Et puis, ils sont assez fanatiques au Brésil.

Qu'est-ce que le fantôme du Maracana ?
Le fantôme du Maracana, ce sont les journalistes qui l'ont créé, pas moi ! (rires) Je ne sais pas si c'est moi le fantôme du Maracana, ou un autre, je ne sais pas ! (rires)

Quelle était l'ambiance dans le stade après le but ?
Il y a eu ce grand silence, c'était très étonnant. Après la fin du match, nous, les Uruguayens, ressentions de la joie. Il y avait ce silence dans le stade et des gens qui pleuraient.

D'où votre fameuse phrase: "Seules trois personnes ont fait taire le Maracana: Frank Sinatra, le pape Jean Paul II, et moi". De quand date-t-elle ?
Je l'ai prononcée la première fois lors d'une interview sur TV Globo au milieu des années 1960. J'étais interrogé sur le Maracanazo et la phrase m'est venue à l'esprit. Ce n'était pas préparé.

Peut-il y avoir un autre Maracanazo ?
Dans la vie, on ne sait pas ce qui peut se passer. Il faut attendre, voir comment va jouer l'Uruguay, si l'équipe se qualifie, voir si elle marquera des buts.

Qu'attendez-vous de la sélection uruguayenne actuelle ?
J'espère toujours que l'Uruguay gagne: je veux voir l'Uruguay champion du monde, en tant que supporteur, en tant que spectateur. J'espère être avec eux.

Quel est votre favori pour la Coupe du monde ?
L'Allemagne me paraît la plus indiquée.

Fifa.com (24/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 28 Avr - 18:22

Angleterre, Hodgson : "J'espère qu'on jouera sept matches"



Le bureau qu'occupe Roy Hodgson à Wembley est simple mais spacieux. Entre ces quatre murs, le sélectionneur de l'Angleterre met la dernière main aux préparatifs de son équipe pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Avec FIFA.com, il évoque la meilleure façon d'aborder les trois premiers matches de l'Angleterre face à l'Italie, l'Uruguay et au Costa Rica.

Dans la première partie de ce long entretien, le technicien anglais revient sur l'enthousiasme qui règne au sein de son équipe, la valeur de l'expérience et la méthode à employer pour tirer le meilleur de ses joueurs physiquement et mentalement, après une saison de Premier League épuisante. 


M. Hodgson, avec vos adjoints, vous préparez cette Coupe du Monde depuis deux ans. Dans quel état d'esprit êtes-vous ?
Nous avons hâte d'entrer dans le vif du sujet. Nous portons une lourde responsabilité, mais tout le pays est dans un excellent état d'esprit. Les gens nous soutiennent. Ils sont enthousiastes et ils croient en nous. Tout le monde a conscience que nous pouvons vivre un beau rêve. C'est une bonne base. Du point de vue de notre équipe, c'est extrêmement positif. Nous sommes dynamiques et optimistes. Toute cette énergie va nous pousser à donner le meilleur de nous-mêmes. En ce moment, nous nous trouvons dans une position très favorable. Tous les ingrédients sont réunis pour que nous nous montrions sous notre meilleur jour. Que demander de plus ? On peut toujours adopter un profil bas, on peut avancer masqué,on peut bomber le torse. Quoi qu'on dise, on n'empêchera pas les gens de parler. Mais au bout du compte, les faits sont là : nous avons au moins trois matches à disputer. Bien entendu, nous aimerions aller plus loin. Si nous jouons sept matches, nous ne nous plaindrons pas, mais nous sommes assurés d'en avoir au moins trois.

Sir Alex Ferguson a toujours affirmé que l'expérience était sa plus grande force. Compte tenu de tout ce qui peut arriver pendant une Coupe du Monde, votre expérience peut-elle faire la différence ? 
Pour un entraîneur, l'expérience est très importante car elle permet de remettre les choses en perspective. Elle vous évite de vous enflammer après un bon résultat ou de vous laisser abattre après une défaite. Si vous êtes passionné, dynamique et enthousiaste et que vous ajoutez votre vécu à tous ces atouts, vous êtes déjà bien parti. Dans ce cas-là, vous êtes sur la bonne voie. En revanche, si l'expérience vous a rendu cynique ou hésitant, si elle a eu raison de votre passion ou de votre enthousiasme, elle peut être perçue comme un désavantage. Je ne crois pas qu'on puisse dire que l'expérience est utile et que la jeunesse, la passion et l'énergie sont néfastes. Ce n'est pas si simple. Si vous voulez entraîner une équipe nationale de bon niveau, il faut savoir que vous aurez besoin de qualités comme le dynamisme, l'enthousiasme, le charisme, la motivation, l'empathie, etc. José Mourinho a gagné beaucoup de titres au début de sa carrière, tout comme Sir Alex. Si Ferguson collectionnait encore les trophées à 70 ans, ce n'est pas uniquement en raison de son expérience. J'en veux pour preuve qu'il avait déjà tutoyé les sommets dans sa jeunesse. Si vous avez l'étoffe d'un champion au départ et que vous y ajoutez une bonne dose d'expérience, vous mettez évidemment toutes les chances de votre côté. Ça ne fait aucun doute.  

Vous récupérez des joueurs usés par une longue saison de Premier League. Comment trouver le juste équilibre entre récupération et préparation ? Un championnat très compétitif est-il un avantage ou un inconvénient ?
Le sélectionneur de l'Angleterre doit apprendre à faire avec ce qu'il a. La Premier League est une donnée incontournable. Certaines personnes estiment que l'intensité et le niveau de cette compétition constituent de gros avantages. D'autres pensent qu'il s'agit au contraire d'un inconvénient, car elle réclame d'énormes efforts. Il n'est pas facile pour les joueurs de retrouver la même motivation quelques semaines après la fin de la saison. La question que nous devons nous poser est donc la suivante : que pouvons-nous faire ? Évidemment, nous voulons aborder le tournoi dans les meilleures conditions. Nous sommes très motivés, nous avons des idées et nous avons beaucoup de choses que nous voulons mettre en place. Mais nous devons veiller à prendre les bonnes décisions. Il faut comprendre l'état d'esprit des joueurs. Ils n'ont eu qu'une semaine de repos. Ceux qui participeront à la finale de la FA Cup et de la Ligue des champions - et j'espère qu'ils seront nombreux - auront encore moins.

Concrètement, comment allez-vous gérer cette situation ?
 Il faut mettre les choses en perspective. D'un côté, il y a notre capacité à travailler 12 heures par jour sur un rythme très intense. De l'autre, il y a la capacité des joueurs à travailler sur un rythme très intense après 38 journées de championnat, auxquelles il faut ajouter une douzaine de matches cruciaux. Nous devons également prendre en compte les rencontres internationales disputées pendant la saison. C'est peut-être un domaine dans lequel l'expérience peut jouer un rôle. Je n'avais sans doute pas une vue aussi globale de la situation en 1994, lorsque j'étais à la tête de la Suisse. Heureusement, mes joueurs évoluaient dans un championnat beaucoup moins compétitif. Je dois donc faire très attention. Mais pour autant, nous ne pouvons pas rester les bras ballants, d'autant que nous avons beaucoup à faire. Ma tâche consiste donc à trouver une façon de faire ce que nous avons à faire, sans pousser les joueurs dans leurs derniers retranchements. Trouver le juste équilibre en toute chose, c'est l'essence du football et du sport en général.

Cette courte préparation peut-elle avoir un effet négatif ?
Je suis comme tous mes collègues sélectionneurs : j'aimerais disposer d'une préparation plus longue. Dans un monde idéal, nous passerions deux ou trois semaines au vert, après la fin de la saison. Ensuite, nous aurions quatre ou cinq semaines pour nous préparer, puis nous disputerions le tournoi. Malheureusement, un tel programme ne s'insèrera jamais dans le calendrier. Il faut donc s'accommoder des circonstances. De toute façon, les joueurs n'auront pas assez de temps pour se reposer entre deux compétitions. Mais notre cas n'a rien d'exceptionnel. De ce point de vue, toutes les équipes sont dans le même bateau.

Fifa.com (28/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 29 Avr - 14:57

Angleterre, Hodgson : "Je ne juge pas un joueur sur quelques matches"



Parmi les grands clichés récurrents à quelques mois de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, il y a celui qui veut qu'une sélection européenne n'ait jamais remporté une phase finale planétaire en Amérique du Sud. Dans la deuxième partie de son entretien avec FIFA.com, le sélectionneur de l'Angleterre Roy Hodgson estime que cette édition 2014 sera plus équilibrée.

Hodgson livre également son sentiment sur la façon dont il envisage sa sélection, le technicien anglais ayant semble-t-il choisi les 23 joueurs qui effectueront le voyage au Brésil. "Depuis deux semaines, mon choix concernant l'équipe est quasiment arrêté", affirme-t-il.


M. Hodgson, sur les sept phases finales disputées sur le continent américain, toutes ont été remportées par des équipes sud-américaines. Cela relève-t-il de la coïncidence, ou existe-t-il d'autres facteurs ?
Une coïncidence, non, mais soyons honnêtes, le fait de jouer à domicile constitue un gros avantage. Regardez la France en 1998, ou encore l'Allemagne en 2006. Personne n'attendait les Allemands avant la compétition : au final, ils avaient surpris et réussi un très bon tournoi. Pareillement, en 2002, les Japonais et les Sud-Coréens étaient allés beaucoup plus loin que l'on ne l'aurait imaginé, tandis que la Suède avait atteint la finale en 1958. Ne parlons même pas de l'Angleterre en 1966. À mon sens, il n'y a donc rien de bien nouveau au rôle positif joué par le fait d'évoluer à la maison. Ce facteur suffit peut-être à expliquer pourquoi les Sud-Américains ont toujours brillé sur leurs terres. Cependant, même si cet aspect reste assez fondamental, j'estime que ces avantages et désavantages liés au terrain vont s'aplanir avec le temps.

Quelles différences subsistent-elles entre les équipes européennes et sud-américaines ?
Les sélections européennes sont de plus en plus fortes et capables de jouer dans toutes les conditions. De leur côté, les équipes sud-américaines exportent la majorité de leurs joueurs vers l'Europe, ce qui explique pourquoi même ces sélections ont quelque chose d'européen aujourd'hui. En juin, la sélection brésilienne comptera certainement peu de joueurs évoluant au Brésil. De même, je doute que beaucoup d'Uruguayens et d'Argentins jouent dans leur propre pays.

Pouvez-vous encore être surpris en regardant le Brésil ?
Dans une certaine mesure, ce n'est plus comme avant, lorsque les Brésiliens étaient inconnus hors de leur pays jusqu'au moment du grand rendez-vous planétaire. Garrincha et Pelé évoluaient au Brésil, où ils étaient des stars, mais ne connaissaient la célébrité mondiale que tous les quatre ans, au moment de participer à la Coupe du Monde de la FIFA. Ce genre de situation n'existe plus aujourd'hui. De nos jours, à la question 'Pouvez-vous me donner la composition du Brésil ?', n'importe quel amateur de football anglais sera capable de répondre. La moitié d'entre eux jouent ou ont déjà joué en Angleterre, tandis que le reste affronte régulièrement les équipes anglaises en Ligue des champions.

Vous sentez-vous nerveux lorsque vous regardez vos joueurs évoluer en club en ce moment ?
Non, pas du tout. J'ai une idée précise de mon groupe depuis longtemps déjà. Depuis deux semaines, mon choix concernant l'équipe est quasiment arrêté. Évidemment, puisqu'on parle de 'nervosité', j'espère que la mésaventure de Jay Rodriguez, qui s'est abîmé les ligaments croisés lors d'un match auquel j'assistais, ne va pas se reproduire. Cela dit, il ne sert à rien de s'inquiéter car ce genre de chose nous échappe totalement. Comme tout le monde, je peux juste espérer que cela n'arrive pas, notamment pour le joueur, mais je n'ai aucun pouvoir en la matière.

La fin de saison peut-elle encore bouleverser vos plans sur le choix de certains joueurs ?
Tout ce que je peux faire, c'est faire preuve de lucidité concernant mes objectifs avec l'équipe et les joueurs que je veux emmener. Aucun événement lors des quatre derniers matches, en termes de forme, ne va m'affecter. Je ne juge pas un joueur sur quelques matches. Mon opinion se forme sur une période de deux ans ou, dans le cas où un joueur se révèle brutalement, sur quelques mois. Je ne prends jamais de décision lors des deux dernières semaines de la saison, car on sait tous que ce n'est pas le meilleur moment pour juger un joueur.

N'êtes-vous jamais tenté de laisser parler votre instinct et prendre un risque de dernière minute ?
En tant que manager, je n'ai jamais souhaité effectuer des choix importants, comme celui d'acheter, de vendre ou de garder un joueur, en toute fin de saison. J'ai toujours voulu prendre mes décisions entre novembre et début mars, parce que c'est là que les choses se passent. Alors, bien sûr, on regarde les matches, mais pas en se disant : "Faut-il prendre ce joueur ou pas ?" Si un joueur qui me plaît fait un bon match, je suis content pour lui et son équipe, et je me réjouis d'avoir fait un bon choix. En revanche, si ce même joueur ne livre pas une bonne performance, je me dis : 'Cela ne change rien à ma décision. J'espère seulement qu'il va vite sortir de cette mauvaise passe parce que c'est le joueur qu'il me faut'. On ne devient pas bon ou mauvais en l'espace de deux matches.

Fifa.com (29/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 8 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum