CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 16:13

Angleterre : Cahill, une défaite et un coup sur la tête



"Les défaites avec l’Angleterre ne me faisaient jamais aussi mal que celles subies avec mon club. Je m’en fichais ou ça ne me faisait rien. La défaite, c’était pour moi une déception mais pas une catastrophe", a écrit Jamie Carragher dans son autobiographie. Quiconque a vu les Anglais quitter l’Arena de São Paulo pourra dire que le cru 2014 est bien différent de Carragher, tant la frustration et la déception se lisaient sur tous les visages, staff compris. La douleur était encore plus palpable chez les victimes de la défaite 2:1 face à l’Uruguay.

Parmi eux, il y a Gary Cahill. La défaite, le pensionnaire de Chelsea connaît. Comme la plupart des joueurs professionnels, il y a goûté à plusieurs reprises au cours de sa carrière. Pourtant, ce revers lui fait particulièrement mal au ventre. "C’est l’une des pires sensations de ma carrière", n’hésite pas à affirmer le défenseur anglais au micro de FIFA.com. "Le seul point positif, c’est qu’on s’est donnés à 110 %. On a tout fait à fond, que ce soit au niveau de la préparation ou de l’entraînement. Parfois, ça ne suffit pas. Le football peut être cruel."

"Allez l'Italie"
Au petit jeu de la relativisation, le joueur des Blues trouve tout de même des arguments. "Nous avons fait un bon match et montré un beau visage, mais on perd et on finit bredouilles. J’ai connu des matches bien pires au niveau individuel ou collectif. Pour être honnête, je préférerais jouer moins bien et obtenir des résultats."

Malgré son abattement, Cahill tire son chapeau à l’homme du jour, Luis Suarez, qui a fêté son retour de blessure par un doublé pour la Celeste. Le vainqueur de la Ligue des champions de l’UEFA 2012 n’en est pas à sa première passe d’armes avec l’attaquant de Liverpool. Cette fois, il n’aura pas eu le dessus. "C’est un finisseur exceptionnel", juge-t-il. "Sur son premier but, il fait une très belle tête. Sur le deuxième, je trouve qu’il a eu beaucoup de chance, mais parfois, il faut un peu de réussite. Aujourd’hui, c’est eux qui en ont bénéficié."

Désormais, les Anglais n’ont plus leur destin en mains. Pour accéder aux huitièmes, ils doivent espérer que l’Italie prenne six points de ses deux prochains matches, contre le Costa Rica et l’Uruguay. De leur côté, ils devront l’emporter face aux Ticos à Belo Horizonte, où les ils avaient touché le fond lors de la Coupe du Monde de la FIFA 1950™ en ne passant pas le premier tour. "Pour le moment, c’est difficile à avaler. On s’attend à quatre jours très durs pour digérer ça", annonce Cahill, qui croisera les doigts pour voir les Azzurri donner aux Trois Lions une dernière chance de rugir.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 16:14

Uruguay : Suarez sur toutes les lèvres



Pendant toute la semaine, le Brésil a bruissé de rumeurs au sujet de Luis Suárez. Moins d’un mois après son opération du genou, allait-il pouvoir enfiler le maillot de l'Uruguay et fouler enfin les terrains de Brésil 2014 ? Serait-il en mesure d’affronter cette Angleterre qu’il connaît si bien, où évoluent nombre de ses coéquipiers de Liverpool et qui l’a couronné meilleur buteur de la Premier League ? Et en cas de retour, dans quelles dispositions serait-il ? À 50 % ? À 100 % ?

Au lieu de clore les débats, la phénoménale démonstration réussie ce jeudi 19 juin sur la pelouse de l’Arena de São Paulo a plutôt tendance à les relancer. Suárez a signé les deux buts de la victoire 2:1 de la Celeste dans le cadre du Groupe D. Et FIFA.com a rencontré de ses coéquipiers pour entamer un débriefing. "Toutes les équipes aimeraient avoir un joueur comme lui dans leurs rangs", précise le capitaine, Diego Lugano. "Chez nous, il y a quelques joueurs qui font la différence, comme lui, qui est un extraterrestre, et puis toute une armée de travailleurs de l’ombre."

Personne n’aura été surpris par le savoir-faire de l’Uruguayen. Encore moins par son sens du but ou par sa faculté à interagir avec les supporters présents dans le stade. Le personnage fait partie de ces joueur qui parviennent à toucher n’importe quel fan, au-delà des nationalités. Regardez ce qui s’est passé à São Paulo. La première fois qu’il s’en est allé tirer un corner du côté gauche, il a été copieusement hué par les Anglais installés dans ce secteur. Après la pause, sur un nouveau corner tiré à l’autre extrémité du terrain, c’est un tonnerre d’applaudissements brésiliens qui l’a accueilli. Le public était littéralement debout pour l’acclamer alors qu’il n’avait pas encore doublé la mise.

Quid des Uruguayens ? Est-ce nécessaire de préciser qu’ils l’adulent ? Pourtant, à la fin du match, juste avant de quitter le terrain, c’est lui qui est allé les remercier, les applaudir et les saluer, comme s’il n’était pas le principal héros de la soirée. De fait, ses coéquipiers ne se sont pas privés de l’acclamer eux aussi. Quant à son capitaine Lugano, blessé et cantonné au banc des remplaçants, il l’a porté en triomphe dans le rond central. "Cela fait pas mal de temps qu’il nous a habitués à ce genre de performances", le défenseur de West Bromwich Albion. Pour autant, ses copains de la Celeste ne sont pas moins admiratifs de ses performances. "C’est un extraterrestre", s’extasie le milieu de terrain Egidio Arévalo. "On aurait dû s’y attendre. On savait qu’il serait dans les temps pour ce match, mais on ignorait dans quel état il arriverait. Et aujourd’hui, il nous a encore épatés."

"Même à 3 %..."
Il faut reconnaître que Suarez a radicalement changé le visage des champions d’Amérique du Sud. "Notre équipe joue beaucoup autour de lui", admet la Tota Lugano, avant de confirmer que la simple présence de l’attaquant de Liverpool suffit à renforcer les prestations d’Edinson Cavani, qui se sent dès lors plus libre de ses mouvements. "Il a fait ce qu’il avait à faire", confirme l'attaquant du Paris Saint-Germain. Dans l’esprit d’un attaquant, les choses sont claires : le travail consiste à marquer des buts. Suárez en a mis deux, donc il est dans les clous. Mais le Matador sait également combien la situation était mal engagée. "Ce n’est jamais facile de revenir de blessure, surtout dans le contexte d’une Coupe du Monde, avec tout ce qu’on a pu dire ou écrire sur la question."

Qu’est-ce à dire ? Que les Uruguayens avaient du mal à comprendre que l’on puisse remettre en question la vitesse de récupération et le travail de leur coéquipier. "J’ai entendu beaucoup de critiques, des gens qui disaient qu’il serait à 50 %", indique le gardien Fernando Muslera, pour qui la situation est très simple. "En entendant ce genre de choses, je me disais que je rêvais d’avoir un joueur comme lui dans mon équipe, quel que soit son état de forme. Luis, il peut faire basculer un match même s’il est à 3 %..."

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 16:42

Uruguay : Suarez, roi, héros et monstre



L'attaquant de l'équipe d'Uruguay Luis Suarez, auteur du doublé de la victoire (2-1) face à l'Angleterre la veille au Mondial, fait la une de tous les quotidiens uruguayens vendredi qui le qualifient de "héros", de "roi" ou de "monstre".

"Il est revenu et a tué", affirme El País dans un titre qui barre toute la première page avec une photo de l'étoile de la Celeste et meilleur buteur de la Premier League avec Liverpool. Celui-ci était resté sur le banc lors du premier match contre le Costa Rica, perdu 3-1, et est de retour après une opération d'un genou en mai.

"Sa Majesté Luis IX (...) a fait taire les Anglais et relancé la Celeste", poursuit le quotidien.

"Suarez et ses dix chevaliers ont rendu possible l'impossible avec fierté, courage et amour-propre", ajoute El Pais.

Le triomphe de l'Uruguay coïncide avec le 250e anniversaire de la naissance de José Artigas, grand héros national de l'Uruguay, ce qui a conduit El Pais comme El Observador à qualifier Suarez de "héros".

"L'Uruguay est revenue pour offrir une autre preuve de caractère. Il reste toutefois beaucoup de chemin à parcourir. Mais c'est un triomphe qui marque", estime El Observador, qui considère la prestation de Suarez "bestiale".

"Dieu sauve le roi charrua" (nom des indigènes uruguayens), indique La Republica. "Les pires craintes britanniques se sont confirmées hier, un assassinat s'est produit à Sao Paolo (...) Il n'y a pas eu de doute sur l'identité du meurtrier qui une fois de plus a fait des siennes", ajoute le journal.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:24

Angleterre : On fait quoi maintenant?



L'Angleterre, pas encore tout à fait éliminée du Mondial-2014 après ses deux défaites, se tire toute seule, année après année, une balle dans le pied et va devoir accélérer ses réformes pour renouer avec le haut niveau.

Après deux revers initiaux, elle deviendrait même vendredi l'équipe la plus rapide à rentrer à la maison depuis ses prédécesseurs de 1958 si l'Italie ne bat pas le Costa Rica.

Hodgson confirmé
Une élimination "confirmera un autre tournoi non satisfaisant et Hodgson aura vraiment conscience que cette fois-ci l'enquête sera nettement moins sympathique", a titré The Guardian.

En 2012, à peine arrivé, le sélectionneur s'en était sorti à l'Euro par une élimination honorable en quarts contre l'Italie aux tirs au but.

Cette fois-ci, le bonhomme entraîneur va se retrouver exposé et les bookmakers font déjà de son adjoint Gary Neville l'un des favoris pour le remplacer.

Avant que la Fédération anglaise (FA) ne mette fin au débat naissant en indiquant vouloir continuer avec son technicien.

"Ce sont de courtes défaites et ce sont aux gens du football de voir ce qui n'a pas marché", a déclaré le président Greg Dyke.

"Je suis amer, bien sûr, mais je ne crois pas qu'il faille partir, avait auparavant répondu le sélectionneur. D'un autre côté, si la FA pense que je ne suis plus l'homme de la situation, ce sera leur décision, pas la mienne".

De son propre aveu "dévasté", il est toutefois aussi apparu dépassé et impuissant après le revers contre l'Uruguay (2-1).

Agé de 66 ans et sous contrat jusqu'à l'Euro-2016, Hodgson compte désormais autant de partisans que de détracteurs. Mais aura-t-il la moelle pour passer outre?

Comprendre et apprendre
"On n'apprend jamais rien, a grogné l'ex-international Chris Waddle. Il ne suffit pas de mettre les 11 meilleurs".

L'Angleterre a misé pendant des années sur sa génération dorée et les Beckham ou Terry ne lui ont rien apporté.

Au milieu, Cole a été laissé de côté juste avant le Mondial et cela doit maintenant être le tour de Gerrard et Lampard, deux milieux qui ont fait autant de bien que de mal à l'Angleterre toutes ces années en se marchant dessus.

Cette Angleterre-là a du talent devant, mais elle est faiblissime derrière quoi qu'en dise le latéral gauche Leighton Baines qui ne la voit pas comme "un maillon faible".

Lui comme son partenaire d'Everton Phil Jagielka n'ont jamais disputé un match de Ligue des champions.

Quand au "petit dernier" de la bande, Gary Cahill, il a déjà 28 ans.

Le constat, c'est que l'Angleterre manque cruellement d'un talent homogène et de culture tactique.

L'Italie et l'Uruguay, deux nations passées maître dans l'art de sanctionner les erreurs de l'adversaire, ont pris un malin plaisir à le lui rappeler.

"Après l'égalisation, il fallait être un petit peu plus intelligent et fermer un peu le jeu, a reconnu Gerrard, pourtant incapable d'enrayer la chute de son équipe. Peut-être qu'accepter de repartir avec un point aurait été la bonne option".

Au lieu de ça, naïvement, l'Angleterre a continué à attaquer. Comme toujours.

Réformer
Autant de maux qui doivent donner envie à l'Angleterre d'aller plus loin et plus vite dans les réformes engagées par la FA.

"Je ne suis pas en colère, juste fatigué de ressasser les mêmes problèmes. Le problème, c'est la Premier League. C'est un produit qui se vend bien à travers le monde, c'est agréable mais ça ne rend pas meilleurs nos joueurs", a véhément rappelé encore Waddle.

"Vous savez ce qui rend ce championnat excitant? Les joueurs étrangers. Et nos joueurs sont largement surcotés", a-t-il poursuivi.

"Comment est-ce qu'on gagne des matches? On repart de derrière, vous vous organisez. Et si vous avez 2-3 joueurs créatifs, vous construisez autour d'eux. Et là vous êtes équilibrés", a-t-il détaillé.

La Fédération anglaise a donc préconisé d'introduire les réserves des grands clubs en 5e division et limiter les visas accordés aux étrangers pour permettre aux jeunes Anglais de percer et améliorer le niveau de l'équipe nationale.

C'est une réforme qui, bien faite, portera ses fruits mais qui prendra du temps.

Mais évidemment le puissant championnat freine autant qu'il peut.

Si ce pays aime donc son équipe nationale comme il le clame, il doit donc avoir le courage de passer en force.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:30

Angleterre : Hodgson restera sélectionneur après le Mondial



Roy Hodgson conservera le poste de sélectionneur de l'Angleterre après le Mondial, bien que son équipe se trouve au bord de l'élimination au premier tour à la suite de ses deux défaites contre l'Italie et l'Uruguay, a déclaré vendredi le président de la Fédération anglaise de football.

"Nous soutenons Roy Hodgson et nous voudrions qu'il reste notre sélectionneur", a dit Greg Dyke, dont les déclarations sont reprises par plusieurs journaux britanniques.

"Nous ne voyons pas l'intérêt de changer. Nous pensons que Roy a fait du bon travail et notre approche a toujours été qu'il reste quatre ans. Nous espérons faire mieux à l'Euro", a-t-il ajouté.

Roy Hodgson, sous contrat jusqu'en 2016, avait déclaré jeudi après la défaite contre l'Uruguay (2-1) à Sao Paulo qu'il n'avait "aucune intention de démissionner".

"Je suis amèrement déçu, mais je ne pense pas devoir démissionner, non", avait dit l'entraîneur, âgé de 66 ans, qui a succédé à Fabio Capello en mai 2012.

Dyke a estimé que l'Angleterre n'avait "pas été humiliée" au Mondial. "Tout le monde pense que nous avons vraiment bien joué lors du premier match et perdu de peu (2-1 contre l'Italie). Il y a des défaites de justesse, mais c'est aux spécialistes du football de dire ce qui n'a pas marché. Le deuxième match aurait pu basculer des deux côtés", a-t-il dit.

La victoire du Costa Rica sur l'Italie (1-0) vendredi a fait perdre toute chance de qualification aux Anglais avant même leur dernier match contre les Centraméricains.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:36

Italie 0 - Costa Rica 1
Les Ticos laissent l’Italie sans réponse




Comment se compliquer la vie ? Demandez à l’Italie. La Nazionale a laissé passer l’occasion de se qualifier pour les huitièmes de finale. Au lieu de cela, elle s’est mise en difficulté avant son dernier match du Groupe D, alors que les Costaricains, eux, sont déjà en huitièmes.

Mais les Azzurri ne se sont pas mis seuls dans l’embarras, les Ticos les y ont bien aidés. Comment ? Principalement par Bryan Ruiz qui, après avoir servi ses attaquants sans succès, fait la différence lui-même sur un centre de Junior Diaz. Sa tête frappe la barre avant de rebondir derrière Gianluigi Buffon, technologie sur la ligne à l’appui (1:0, 44’). Pourtant, la précision d’Andrea Pirlo avait envoyé deux fois Mario Balotelli au but. Comment rater le plus facile ? Demandez à l’attaquant de l’AC Milan, qui manquait un lob sans difficulté apparente (31'). Comment faire briller Keylor Navas ? En lui expédiant une frappe puissante sans contrôle (33’).

Comment inverser la tendance ? Cesare Prandelli lance Antonio Cassano et Lorenzo Insigne pour chercher la solution, mais ils ne trouvent que la solidité de Navas et de ses défenseurs, qui joueront sans pression contre les Anglais, éliminés. Comment l’Italie peut-elle les rejoindre en huitièmes ? En prenant au moins un point contre l’Uruguay, qui de son côté, devra gagner.

Homme du Match : Bryan Ruiz (CRC)

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:37

Le Costa Rica au paradis, l'Angleterre en enfer



Le Costa Rica s'est qualifié contre toute attente pour les huitièmes de finale du Mondial en battant l'Italie (1-0) dans un match du groupe D, vendredi à Recife, un résultat qui élimine du même coup l'Angleterre.

Par ailleurs, la France et la Suisse, adversaires à Salvador (19h00 GMT), abattront une carte décisive dans la course à la qualification et à la première place du groupe E. A l'inverse, le perdant de la rencontre Honduras-Equateur (22h00 GMT) hypothèquera sérieusement ses chances d'accéder aux huitièmes de finale.

Le groupe "de la mort" (D) tient toutes ses promesses. Et avant les deux derniers matches, le vainqueur est... le Costa Rica, petit pays d'Amérique centrale de 4,6 millions d'habitants réputé pour ses paysages luxuriants, dont le seul titre de gloire était une participation aux huitièmes de finale en 1990.

Déjà vainqueurs de l'Uruguay (3-1), les Costariciens ont renouvelé l'exploit face à l'Italie, pour rejoindre les Pays-Bas, le Chili et la Colombie parmi les qualifiés pour le tour suivant.

A l'inverse, l'Angleterre est éliminée avant même le dernier match. Dans une curieuse synchronisation, la Fédération anglaise (FA) a officialisé pendant Italie - Costa Rica le maintien du sélectionneur Roy Hodgson à la tête de l'équipe aux Trois Lions jusqu'à l'Euro-2016 en France...

Avant de monter dans l'avion pour Londres, l'Angleterre, qui affrontera le Costa Rica le 24 juin à Belo Horizonte, se contentera d'un rôle d'arbitre.

Le même jour, Italie - Uruguay sera un véritable 16e de finale. Les Italiens seront qualifiés en cas de victoire ou de match nul, mais éliminés en cas de défaite.

France et Suisse pour éviter Messi
Dans le groupe E, la première place devrait se jouer entre la France et la Suisse. Et le fauteuil de leader à la fin de la première phase permettra vraisemblablement d'éviter l'Argentine de Lionel Messi en huitièmes de finale. D'où l'importance de la rencontre de vendredi, qui semble particulièrement équilibrée.

Certes, les Suisses ont décroché un succès sur le fil (2-1) pour leur premier match face à l'Equateur. Mais l'équipe possède un "vécu commun" et quelques solides références, notamment un succès sur l'Espagne, future championne du monde, en 2010, en Afrique du Sud.

L'équipe modelée par le sélectionneur allemand Ottmar Hitzfeld est articulée autour du madré Stephan Lichtsteiner (30 ans, Juventus Turin) et de la jeune garde incarnée par Xherdan Shaqiri (22 ans, Bayern Munich) et trois champions du monde des moins de 17 ans en 2009, dont deux d'entre eux ont été décisifs contre l'Équateur: l'arrière gauche Ricardo Rodriguez, double passeur, et Haris Seferovic, buteur à la dernière seconde.

Mais la France ne manque pas d'atouts. D'abord sur le plan mental. Le large succès face au Honduras (3-0) a permis aux Bleus de voguer sur leur petit nuage et de maintenir la dynamique enclenchée le 19 novembre en barrage retour face à l'Ukraine (3-0).

L'ambiance est au beau fixe au sein d'une formation invaincue depuis cette soirée magique et qui se met tout d'un coup à rêver d'un retour au premier plan de la scène internationale.

Outre l'élan qui la porte depuis novembre, elle a trouvé en Karim Benzema, parfaitement secondé par Mathieu Valbuena à la création, l'attaquant et le leader technique capable de la porter loin en l'absence de Franck Ribéry.

Surtout, pour les Français ce match aura une saveur particulière. Il intervient quatre ans jour pour jour après "l'affaire de Knysna", où les joueurs avaient refusé de s'entraîner, devant les caméras du monde entier, pour protester contre l'exclusion du groupe de Nicolas Anelka qui avait insulté le sélectionneur Raymond Domenech quelques jours plus tôt.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 13:57

Costa Rica : Diaz, grand destin et belle histoire



Junior Diaz a été au cœur de toutes les célébrations lors de la victoire 1:0 du Costa Rica face à l’Italie à Recife, qui assure d’ores et déjà la présence des Centre-Américains en huitièmes. Après le but de Bryan Ruiz, le seul de la rencontre, le joueur de couloir associant vitesse et puissance a été assailli par ses coéquipiers car c’est lui qui a servi son capitaine d’un centre parfait. Après le coup de sifflet final, qui a entériné la plus grande victoire de l’histoire du football tico, ses coéquipiers lui ont de nouveau fait la fête.

"C’est très particulier pour moi car je n’ai jamais eu l’assurance d’être dans le onze titulaire", explique-t-il au micro de FIFA.com, une fois que l’euphorie a baissé d’un ton à l’Arena Pernambuco. Le pensionnaire du club allemand de Mayence ne doit son entrée dans l’équipe qu’à l’absence de l’arrière gauche Bryan Oviedo, victime d’une fracture de la jambe en début d’année. "Je participe au but et à la victoire de l’équipe. C’est le meilleur moment de ma carrière et l’un des meilleurs de ma vie", se réjouit l’intéressé.

Diaz vit un rêve improbable. Son enthousiasme est contagieux et son sourire rayonnant se propage sur toute cette sélection costaricaine, qui voit désormais grand. "On écrit l’histoire", lance-t-il, alors que ses coéquipiers lui tapent sur l’épaule en passant derrière lui. "On s’est pris à rêver d’une victoire face à l’Uruguay et on est allés la chercher", se rappelle-t-il au sujet de l’entrée en lice réussie des siens à Fortaleza. Ce jour-là, Diaz avait fait ses grands débuts en Coupe du Monde de la FIFA™. "Ensuite, on s’est pris à rêver de battre l’Italie et d’atteindre le deuxième tour. On y est arrivés. Maintenant, on peut faire des rêves encore plus grands."

Père et fils, heureux et fiers
Les prestations impeccables de Diaz en disent long sur la richesse de l’effectif costaricain, qui surprend tout le monde, mis à part les supporters ticos ayant fait le déplacement. "On a perdu quelques joueurs en chemin à cause de blessures", rappelle l’ancien pensionnaire du FC Bruges. "Oviedo n’a pas été le seul à déclarer forfait. D’autres ont également dû renoncer", précise-t-il en montrant du doigt un Alvaro Saborio boitillant qui a tenu à être présent auprès de l’équipe malgré une grave blessure. L’attaquant du Real Salt Lake se déplace avec une trottinette qu’il pousse avec sa jambe valide et se fait aider par ses coéquipiers si besoin.

"Il y a de grands joueurs dans l’équipe", poursuit Diaz. "Ils ont fait les qualifications et ils ont très bien fait le métier. Mais on doit couvrir les absences. Il ne suffit pas d’être costaricain pour faire partie de cette équipe. Tous les joueurs, du numéro 1 au numéro 23, ont le niveau. Quand un joueur sort, son remplaçant se montre à la hauteur. La victoire passe par là et on a la chance de posséder cette homogénéité."

Au beau milieu des réjouissances, Diaz cherche son téléphone. Il doit passer un coup de fil à son père. Ce dernier faisait partie des stars du football costaricain dans les années 1980, mais il n’avait pas été conservé dans le groupe qui avait décroché la qualification pour Italie 1990. Au pays, sa mise à l’écart avait déclenché une véritable levée de boucliers, mais la position du sélectionneur de l’époque, Bora Milutinovic, n’avait pas bougé d’un iota. "Mon père avait été extrêmement malheureux", se souvient Junior, qui était enfant à l’époque. "Aujourd’hui, j’ai la chance d’être ici à la Coupe du Monde et de faire un parcours historique. C’est comme s’il vivait cette expérience à travers moi. C’est un peu sa Coupe du Monde aussi. Je suis heureux en tant que fils et j’ai un père heureux et fier."

Désireux de savourer encore plus ces moments de joie, Diaz se jette vers ses coéquipiers avec les yeux brillants d’émotion.

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 14:44

Italie, Prandelli : "Pas de panique"



"Pas de panique", dit Cesare Prandelli, malgré le camouflet infligé à l'Italie par le Costa Rica (1-0). Le sélectionneur appelle à la mobilisation pour sauver la qualification en 8e de finale du Mondial-2014.

L'Italie a son destin en mains
"Pas de panique, insiste Prandelli. Reprenons nos forces, nous avons encore la possibilité de nous qualifier".

Un nul suffit en effet aux "Azzurri" pour passer, ce que les Italiens traduisent par "deux résultats utiles sur trois", mardi à Natal.

L'Italie doit récupérer ses forces, elle a fini très fatiguée contre le Costa Rica, alors qu'elle galopait dans la moiteur de l'Amazonie à Manaus contre l'Angleterre. Et elle compte un jour de récupération en moins que l'Uruguay, qui a joué jeudi et a récupéré de la confiance en battant les Anglais (2-1).

Une tactique à revoir
Le naufrage du Costa Rica, échoué à Recife. Prandelli assume l'échec et reconnaît que son équipe n'a "pas réussi à libérer des joueurs sur les extérieurs. Nous étions trop lents pour échapper à la morsure des Costariciens".

"La vérité c'est qu'après le but nous n'avons plus réussi un tir cadré, admet Prandelli. Nous avons raté trop d'infiltrations et perdu trop de duels."

Le 4-1-4-1 qui avait étouffé les Anglais n'a pas fonctionné contre le Costa Rica, Balotelli a été trop peu servi et les milieux excentrés, Antonio Candreva et Claudio Marchisio, n'ont rien réussi.

Dans son nouveau système à deux créateurs, Prandelli avait remplacé Marco Verratti par Thiago Motta, mais l'Italo-Brésilien au jeu posé n'avait pas la vitesse de passe requise.

Quels joueurs contre l'Uruguay?

Prandelli n'a condamné personne après le match. "Non, je ne me sens pas trahi par mes joueurs, assure-t-il, mais les trois que j'ai fait rentrer n'ont pas servi".

L'entrée de deux ailiers purs Lorenzo Insigne et Alessio Cerci plus Antonio Cassano à la place de Thiago Motta a même semblé empirer les choses.

L'Italie pourrait revenir à son système de secours, le 5-3-2, celui que Prandelli a toujours sorti dans les moments de crise de résultats. Il permet de mieux défendre, ce qui sera le thème du match contre la "Celeste". Daniele De Rossi pourrait jouer le rôle du troisième central. Il l'a déjà fait.

Les absents ayant cette fois raison, Verratti pourrait revenir dans le jeu, et Ciro Immobile accompagner Balotelli en attaque. Malgré son match raté, "Super Mario" ne devrait pas quitter le onze de départ. "Il a été bon dans ses déplacements en première période, même si ses deux occasions manquées auraient pu changer le match".

Se pose aussi le problème de la récupération, pour de nombreux éléments, Prandelli a "vu beaucoup de joueurs fatigués, pas seulement Pirlo".

L'histoire parle pour l'Italie
Pour éviter de paniquer, les joueurs peuvent consulter l'histoire de l'Italie, grande spécialiste des faux-départs en Coupe du monde.

En 1982, elle n'était passée qu'à la différence de buts avant de finir championne du monde. Et en 1994, elle avait atteint la finale après être passée par un trou de souris, parmi les meilleurs troisièmes dans un groupe où quatre équipes étaient à égalité à 4 points!

La "Nazionale" ne gagne pas le deuxième match du Mondial depuis 1998, elle avait perdu contre la Croatie (2-1) en 2002, et fait match nul contre États-Unis (1-1) en 2006 et la Nouvelle-Zélande (1-1). Cela ne l'a pas empêché de gagner le Mondial il y a huit ans, mais cela lui avait coûté la qualification en Afrique du Sud.

Une seconde élimination au premier tour consécutive, ce ne serait pas la panique, mais la curée.

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 15:02

Angleterre : Hart a fait le voyage pour rien



Suite à la défaite 2:1 contre l'Uruguay à São Paulo, synonyme d'élimination probable de l'Angleterre  Joe Hart portait toute la tristesse du monde sur son visage. Et pourtant, 20 minutes plus tôt lors de cette deuxième journée décisive dans le Groupe D, les supporters des Trois Lions exultaient. Wayne Rooney venait d'inscrire le premier but de sa carrière en Coupe du Monde, remettant les pendules à l'heure et insufflant une bonne dose d'espoir dans le cœur de tous les supporters anglais.

Le moral des hommes de Roy Hodgson et de leurs compatriotes en tribune allait toutefois vite replonger avec le but tardif de Luis Suarez. Après cette deuxième défaite de rang, les Anglais étaient condamnés à assister la peur au ventre au match entre l'Italie et le Costa Rica. En cas de défaite transalpine, ls Britanniques pourraient dire adieu à leurs ambitions de qualification pour les huitièmes de finale. Face à la Squadra azzurra, les Ticos l'ont emporté 1:0, précipitant l'élimination de l'Angleterre dès le premier tour, ce qui n'était plus arrivé dans l'épreuve suprême du football mondial depuis Suède 1958.

Hart préfère cependant mettre l'accent sur un autre aspect des choses. "Nos supporters ont fait ce voyage pour venir nous soutenir. Il n'y a pas de mots suffisamment forts pour les remercier. Tout ce que je peux dire, c'est que si je n'avais pas été dans l'équipe, j'aurais moi aussi fait le voyage", affirme le gardien de Manchester City au micro de FIFA.com. "J'adore mon pays et j'adore jouer pour lui. Je suis très fier de le représenter et d'être sur le terrain au nom de tous ces gens qui ont fait le voyage et de tous les autres qui sont restés au pays. Je sais que tout le monde n'a pas les moyens de faire un si long voyage. Nous avons tout donné, même si le résultat n'est pas au bout", poursuit le gardien de 27 ans.

Tourner la page
Il aura fallu deux éclairs de génie d'un autre habitué de la Premier League anglaise, Suarez, qui faisait son retour, pour raviver la flamme uruguayenne et éteindre celle des protégés de Hodgson. Ce dernier avait donné comme consigne à ses joueurs de poursuivre sur la lancée de leur performance face à l'Italie, où ils s'étaient montrés entreprenants et menaçants.

Comme tous les Anglais, Hart était persuadé que son équipe avait les moyens de battre les doubles champions du monde. "Mon sentiment est que nous avons maîtrisé toute la partie, même quand nous étions menés", estime-t-il. "Quand nous avons égalisé, l'Uruguay était au pied du mur et il restait encore pas mal de temps. Ils défendaient très bas et d'ailleurs, ils ont marqué le deuxième but sur une longue balle en avant. Ils n'ont jamais réussi à nous malmener. C'est pour ça que c'est incroyablement frustrant. Maintenant, il faut tourner la page."

On imagine facilement quelle était l'ambiance dans le vestiaire anglais après la rencontre. "C'était très calme", raconte le dernier rempart. "Le sentiment dominant est la frustration. Techniquement, nous avons joué de bons matches mais ça n'a servi à rien, puisque nous n'en avons gagné aucun. Il faut se rendre à l'évidence : nous avons perdu deux rencontres que nous aurions pu gagner." Résumé parfait de la campagne anglaise au Brésil.

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Sam 21 Juin - 15:03

Angleterre : Rooney présente ses excuses



L'attaquant de l'équipe d'Angleterre Wayne Rooney a présenté samedi ses excuses aux supporters anglais après l'élimination désatreuse au 1er tour du Mondial brésilien de la sélection aux Trois Lions.

Le buteur de Manchester United, 28 ans, a écrit sur sa page Facebook qu'il était "absolument dévasté" et "hyper-dégouté" par les défaites (2-1) devant l'Italie et l'Uruguay dans le groupe D. Le Costa Rica en battant l'Italie (1-0) a ruiné le dernier mince espoir de qualification pour l'Angleterre.

"Pardon à tous les fans qui ont voyagé et ceux qui sont restés à la maison que nous n'ayons pas fait mieux", a dit Rooney qui a réussi à inscrire son premier but en Coupe du monde contre l'Uruguay.

"En entrant dans chaque match, nous avions une grande confiance en nous mais malheureusement cela n'a pas fonctionné", a-t-il ajouté.

La presse anglaise a reproché samedi à la Fédération anglaise (FA) d'avoir confirmé le sélectionneur Roy Hodgson à son poste jusqu'en 2016 dans la foulée de l'élimination du Mondial, une décision considérée comme un "affront".

Fifa.com (21/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 13:35

La légion italienne de l'Uruguay à l'assaut



Pas moins de dix Uruguayens jouent ou ont joué en Italie, dont ils connaissent par coeur la "Nazionale" avant de l'affronter en match décisif mardi à Natal (16h00 GMT).

Ils se connaissent bien
Le gardien Fernando Muslera, ex de la Lazio Rome, se méfie de l'Italie, "une équipe avec beaucoup de personnalité, une super attaque et une excellente défense", avait-il dit à la Gazzetta dello sport.

L'équipe de Prandelli est tout simplement "forte dans tous les secteurs. Pirlo est un champion, mais celui qui me surprend toujours reste Buffon. Il a 36 ans, on dirait qu'il en a encore 25", ajoutait Muslera au sujet de l'autre gardien du match décisif du "groupe de la mort", dominé par le Costa Rica à la surprise générale.

La troisième star de l'Italie selon lui, et l'homme à surveiller pour un gardien, est le buteur Mario Balotelli. Lui, je le prendrais dans mon équipe, il me plaît, il a du caractère".

Les piliers
Trois titulaires réguliers de la "Celeste", Martin Caceres, Alvaro Gonzalez et Walter Gargano, connaissent parfaitement la Serie A, le championnat idéal pour perfectionner son sens tactique.

Caceres a gagné sa place dans la défense centrale de la Juventus quand Andrea Barzagli et Leonardo Bonucci ont commencé à fatiguer. "Il va vous étonner, prévenait Muslera. Je n'en ai jamais vu des comme lui, il sait tout faire, il peut jouer partout. Ce sera lui la surprise du Mondial".

Au milieu, Oscar Tabarez, qui a entraîné Cagliari et l'AC Milan, peut compter sur deux récupérateurs acharnés, rompus au calcio, Alvaro Gonzalez (Lazio) et Walter Gargano (Parme), ancien partenaire d'Edinson Cavani à Naples.

Les anciens de la Serie A
Cavani, qui doit partager le front de l'attaque et le vedettariat avec Luis Suarez, comme il le fait au Paris SG avec Zlatan Ibrahimovic, a passé six ans en Serie A: trois à Palerme (2007-2010), avant d'exploser au Napoli jusqu'en 2013.

"El Matador" a déjà montré qu'il savait déjouer les défenses italiennes en marquant 141 buts en six ans.

Et "Cavani est toujours prêt à se replier", soulignait Muslera, qui sait qu'en Italie le rôle défensif des attaquants est primordial.

Muslera, portier de la Lazio de 2007 à 2011, a adoré ses années en Serie A. Il y a accompli les progrès affichés lors du précédent Mondial et aussi découvert la cuisine italienne! "Dès que je peux je vais à Rome me faire une +caccio e pepe+ (les spaghetti au fromage caccio et au poivre)".

Le défenseur Alvaro Pereira n'a pas laissé un souvenir impérissable en Serie A, où l'Inter Milan, qu'il avait rejoint en 2012, a fini par le prêter au Sao Paulo FC, mais il est un titulaire de Tabarez.

En réserve
Enfin la Celeste peut piocher sur le banc d'autres "Italiens". Au milieu, le rugueux Diego Perez (Bologne) peut offrir sa combativité et sa hargne de récupérateur. Son ex-partenaire Gaston Ramirez, Bolognais de 2010-2012, peut apporter une touche plus technique.

En attaque, derrière le duo Cavani-Suarez, Tabarez dispose du jeu de tête d'Abel Hernandez, qui vient de passer une saison en Serie B (2e div.) avec Palerme, mais a contribué à faire remonter tout de suite le club rose et noir avec ses quatorze buts.

Enfin Diego Forlan a toujours un rôle de joker, mais il est celui que les Italiens redoutent le moins, après son passage de six mois (fin 2011) complètement raté à l'Inter Milan, où il a fini sous les sifflets.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 13:36

Italie : La parole est à la défense



Inefficace contre le Costa Rica, le "tiqui taka spaghetti" de l'Italie pourrait laisser place à un système plus sécurisé et à une défense à cinq contre l'Uruguay pour sauver la peau de la Nazionale au Mondial-2014, mardi à Natal (16h00).

Pas de catenaccio, mais le système de secours. Le forfait très probable de Daniele De Rossi (mollet) prive en outre Cesare Prandelli du milieu de terrain qui joue habituellement devant la défense dans son 4-1-4-1 et rend plus nécessaire le changement.

Contre l'Uruguay, le sélectionneur pourrait reformer la défense à trois de la Juventus, de gauche à droite Andrea Barzagli, Leonardo Bonucci, Giorgio Chiellini, avec Mattia De Sciglio (à droite) et Matteo Darmian à gauche dans les rôles de latéraux pistons, chargés de couvrir et d'apporter le ballon devant.

Ce schéma n'est pas un reniement mais plutôt un choix dicté par les circonstances, d'autant qu'un nul suffit à l'Italie pour passer, avec son avantage à la différence de buts, 0 contre -1 pour l'Uruguay, qui compte trois points comme elle. Les "Azzurri" n'ont pas besoin de se jeter à l'attaque.

Depuis quatre ans, Prandelli a donné un nouveau visage à l'Italie, plus offensif, avec un jeu de passes parfois digne de l'Espagne (la grande, celle d'avant le Mondial brésilien).

Recours déjà utilisé
Mais il a déjà eu recours à la défense à cinq. Après un amical catastrophique à Zurich contre la Russie (3-0), juste avant l'Euro-2012, il avait changé ses plans pour le premier match, justement contre l'Espagne.

"Je me rappelle bien ce match, a raconté Prandelli à l'AFP, nous n'avions pas une condition physique acceptable. Après l'avoir analysé, nous avons vu que la défense, bien que jouant à quatre, faisait des mouvements à trois. C'était comme un message indirect, comme si l'équipe m'avait dit: ++OK, tu veux qu'on joue à quatre, mais nous inconsciemment on préfère à trois."

Après ce match, le staff "a accepté pour un ou deux matches de +contenter+ l'équipe pour avoir moins de doutes, a poursuivi Prandelli, mais moi je préfère toujours la défense à quatre, qui selon moi est plus facile à entraîner qu'une défense à cinq".

A la Coupe des Confédérations, encore contre l'Espagne, l'Italie avait rejoué avec une défense à trois, et deux rangs de latéraux, derrière et devant. "Un de nos meilleurs matches", jugeait Prandelli, perdu aux tirs au but en demi-finale (0-0, 7 t.a.b. à 6), mais nettement dominé par l'Italie.

Cette solution est donc envisageable contre la "Celeste", mais c'est à chaque fois De Rossi qui avait reculé au centre de la défense.

Trio "juventino"
Barzagli-Bonucci-Chiellini se connaissent par coeur pour évoluer ainsi depuis trois saisons sous les ordres d'Antonio Conte à la Juventus. Ces réflexes presque à l'aveugle pourraient rassurer une équipe qui a balbutié contre le Costa Rica.

Mais le trio invincible en Serie A n'est pas au mieux.

Barzagli n'est pas au top physiquement, l'enchaînement Angleterre-Costa Rica était son premier de deux matches en quatre jours depuis le mois de mars.

Bonucci a terminé la saison sur les genoux et n'a pas encore joué au Brésil. Il est frais mais n'a pas convaincu aux entraînements à Mangaratiba, le camp de base de l'Italie, déserté pendant que l'Italie enchaîne Recife et Natal.

Enfin Chiellini est passé au travers de sa première période contre les "Ticos", avant de retrouver ses vertus de stoppeur à l'ancienne.

Sur les côtés, Mattia De Sciglio (cuisse) devrait être remis après avoir manqué les deux premiers matches et le débutant Darmian (une sélection avant le Mondial) a jusque-là donné satisfaction.

Au milieu Marco Verratti devrait retrouver sa place aux côtés d'Andrea Pirlo, Thiago Motta n'ayant pas convaincu contre le Costa Rica, et de Claudio Marchisio.

Enfin en attaque, Ciro Immobile pourrait accompagner Mario Balotelli pour un 5-3-2 "juventino". Mais seulement le temps d'un match, à condition qu'il y ait un huitième de finale à disputer, car la défense à quatre, c'est mieux.

"Je ne connais pas de contre-exemple, a conclu Prandelli: une équipe avec une défense à cinq menée sort un défenseur et revient à quatre, le contraire, jamais."

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 20:53

Angleterre : Gerrard prendra son temps pour décider de son avenir



Le capitaine de l'Angleterre Steven Gerrard va prendre son temps avant d'annoncer s'il poursuit ou non sa carrière internationale, a-t-il déclaré dimanche à Rio de Janeiro.

"Il n'est pas vrai que je vais faire une annonce dans la semaine", a déclaré le milieu de terrain de Liverpool, âgé de 34 ans, en conférence de presse, pour démentir des rumeurs parues dans la presse britannique.

"J'ai demandé du temps au sélectionneur (Roy Hodgson) afin de réfléchir à mon avenir. Je ne vais pas me précipiter", a-t-il prévenu, se disant "encore très affecté" par l'élimination de l'Angleterre dès le premier tour du Mondial.

"Je suis brisé par ce qui s'est passé ces deux dernières semaines. J'ai besoin de faire le vide dans ma tête avant de prendre une décision importante", a-t-il expliqué.

Gerrard a fait ses débuts internationaux en 2000 et compte 113 sélections, soit deux de moins que le record anglais de David Beckham.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 16:37

Suarez-Chiellini, duel clef



Le combat entre le diabolique buteur Luis Suarez et le rugueux stoppeur Giorgio Chiellini synthétise le choc Uruguay-Italie de mardi à Natal, décisif pour l'accession aux huitièmes de finale du Mondial-2014.

Luis Suarez-Chiellini, "ultimate fighting"
Deux guerriers du football. La "garra charrua" (la griffe uruguayenne) de Luis Suarez contre la hargne de stoppeur à l'ancienne de Chiellini devrait faire des étincelles. La bouche un peu tordue du "Pistolero" contre le nez cassé de "Giorgione" donne des airs de "fight" à ce duel.

Si l'Uruguayen sait se servir de la main, comme en quarts de finale du dernier Mondial contre le Ghana, l'Italien sait jouer des coudes, comme en Serie A. Les sites de partage de vidéo sont chargés de coups de coude plus ou moins licites de Chiellini sous le maillot de la Juventus.

La forme du moment plaide pour Luis Suarez, auteur d'un doublé contre l'Angleterre, alors que le défenseur à la calvitie naissante est passé au travers de sa première mi-temps contre le Costa Rica. Et si l'Uruguayen était dans une chaise roulante il y a un moins, après une opération au genou, Chiellini a semblé jouer avec le frein à main au poste de latéral. Mais contre l'Uruguay, il retrouve son poste de central...

Balotelli-Giménez, les jeunes
De l'autre côté du terrain, José Giménez, le jeune (19 ans) remplaçant du capitaine Diego Lugano (blessé), aura la charge de surveiller Mario Balotelli, lourde tâche s'il joue à "Super Mario", plus légère si le buteur se montre aussi maladroit que contre le Costa Rica.

"C'est un attaquant très dur à marquer, à moi de m'en sortir", assure Giménez. Il s'agira d'être concentré à 100% pour qu'il n'ait pas d'occasion."

Finaliste du Mondial-2013 des moins de 20 ans contre la France, Giménez est "très fier et très heureux d'occuper la place du capitaine et d'avoir la confiance du Maestro (Oscar Tabárez)". Mais Balotelli est plus puissant physiquement que Daniel Sturridge, l'attaquant anglais que Giménez a contenu avec son partenaire de la charnière Diego Godin, qu'il côtoie également à l'Atletico Madrid, mais Giménez joue dans l'équipe des jeunes.

Balotelli joue lui en équipe première depuis longtemps déjà, en club comme en équipe nationale. Il ne ratera sans doute pas deux fois d'affilée un match dans les mêmes largeurs. S'il agace par son irrégularité en clubs, il est souvent très bon avec l'azzurro, son maillot préféré.

Briller contre l'Uruguay serait une bonne réponse à l'administrateur-déléguée du Milan, Barbara Berlusconi, qui a déclaré que Balotelli n'était "pas irremplaçable".

Pirlo-Gonzalez, la bataille du milieu
Le jeu de l'Italie dépend beaucoup des coups de pinceau d'Andrea Pirlo, mais l'artiste, 35 ans, est apparu fatigué dans la chaleur de Recife, et il ne fera pas plus doux à Natal.

Le bel "Architecte" devrait avoir Alvaro Gonzalez "alle calcagna", comme disent les Italiens, c'est-à-dire attaché à ses basques.

Le milieu défensif connaît particulièrement bien Pirlo pour le croiser depuis quatre ans avec la Lazio Rome.

Pirlo est le joueur qui crée le plus, celui par qui passent tous les ballons, prévient +Tata+ Gonzalez (29 ans). C'est un joueur à qui deux secondes suffisent pour donner un ballon qui fait mal".

En conséquence, "il faut le surveiller, nous devons être intelligents et contrôler la possession de balle de Pirlo", ajoute Gonzalez. Traduction: je ne le lâcherai pas d'une semelle.

De son côté Andrea Pirlo doit une revanche à ses tifosi après le Costa Rica. Il n'a tenu que 50 minutes, le temps de donner deux caviars gâchés par Balotelli et de frapper un coup franc sur le poteau. Mais l'Italie a tout fait pour récupérer physiquement et l'expérience parle pour Pirlo.

La sauna de Natal jouera aussi son rôle dans ce duel, mais il y a presque un an, Alvaro Rodriguez avait déjà tenté de prendre en individuelle Pirlo en finale de Super Coupe, et la Juve s'était imposée 4-0...

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 16:49

Uruguay - Italie : Du lourd sur le carreau



"Adios" ou bien "ciao", après "goodbye" pour l'Angleterre: le groupe de la mort du Mondial-2014 va faire sa deuxième victime, entre l'Uruguay, vainqueur de la dernière Copa America, et l'Italie, vice-championne d'Europe, mardi à Natal (13h00 locales, 16H00 GMT).

Les deux sélections comptent 3 points chacune, mais l'Italie a "l'avantage d'avoir à disposition deux résultats sur trois", résume son capitaine, Buffon, puisqu'un nul la qualifierait grâce à une meilleure différence de buts par rapport à la Celeste (0 contre -1).

"Nous avons un groupe habitué à résister à la pression et qui y répond bien", a balayé en regard Oscar Tabarez, qui a franchi le premier tour lors de ses deux précédentes Coupes du monde à la tête de la Celeste, en 2010 (demi-finaliste) et auparavant en 1990, éliminé en 8e de finale par... l'Italie (2-0).

D'un autre côté, celui de l'élan et de la confiance, les Azzurri viennent de connaître une défaite et les Uruguayens une victoire...

En attendant, sacré Costa Rica ! En matant ces deux glorieuses équipes, la principale surprise du tournoi les contraint à un match à la vie à la mort, dans la chaleur de Natal (nord-est).

Suarez a dégainé
"Natale" en italien signifie Noël, mais les Azzurri ont trouvé un cadeau empoisonné dans leurs souliers à crampons, l'Uruguay du redoutable Suarez. Double buteur contre l'Angleterre (2-1) dès son retour un peu forcé de convalescence, l'attaquant de Liverpool arrive le vent dans le dos.

Le "Pistolero", encore en chaise roulante il y a quelques semaines après une opération au genou gauche, a libéré une équipe tout en "garra", cette énergie souvent rude dont s'enorgueillit l'Uruguay. "Peut-être que notre football n'est pas très attractif mais on a des joueurs qui donnent tout, nos joueurs aiment leur pays et pour nous c'est très important", a souligné Oscar Tabarez.

Le sélectionneur, réputé conservateur, a fait confiance au petit dernier du groupe, José Giménez (19 ans), pour remplacer en défense centrale son capitaine, Diego Lugano, blessé. Un choix osé, mais le choix de la jeunesse à l'heure de se frotter à un certain Mario Balotelli.

L'arrière droit Maxi Pereira, qui a purgé son match de suspension, pourrait faire son retour, lui qui "fait partie de l'ADN de cette sélection", selon Oscar Tabarez. Son homonyme Alvaro Pereira, qui avait reçu un fort coup à la tête, s'est remis et s'entraîne normalement.

Retour du catenaccio ?
Au contraire de la Celeste, l'Italie a le nez dans le gazon après sa défaite contre le Costa Rica (1-0). Buffon a beau dire qu'il n'y a plus de Cendrillon, le personnage italien pour désigner la "petite" équipe, l'échec contre les Centraméricains a fait mal.

Le sélectionneur Cesare Prandelli répète qu'il ne faut pas paniquer, mais son système basé sur la possession a tourné à vide. L'Italie pourrait du coup retrouver des airs de "catenaccio" pour ce match, avec une défense à cinq, sans renier le jeu "propositif", pour traduire littéralement un terme italien.

Daniele De Rossi forfait, Prandelli devrait inclure Leonardo Bonucci en troisième central, entre Andrea Barzagli (à droite) et Giorgio Chiellini (à gauche), pour reformer la défense à trois de la Juventus qui se connaît par coeur.

Outre le public, c'est la touffeur qui s'invitera au match.

L'Italie a paru un peu "bouillie" contre le Costa Rica, notamment l'ancien Andrea Pirlo (35 ans), qui n'a tenu qu'une mi-temps. Et elle a disposé d'un jour de moins de récupération, restant du coup dans le Nordeste plutôt que de perdre du temps en voyages pour retourner à son camp de base de Mangaratiba, au sud de Rio de Janeiro.

L'Uruguay a disputé son dernier match à Sao Paulo, dans un climat moins pesant, et aura besoin de réserves d'énergie pour emballer le match s'il est trop tactique: à 0-0, elle est éliminée.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:26

Pinto : "Le Costa Rica n'a pas de secret"



Le sélectionneur du Costa Rica Jorge Luis Pinto a assuré lundi qu'il n'y avait "pas de secret" à l'étonnant parcours de son équipe au Mondial-2014 sinon "un travail effectué depuis longtemps".

Quel est le secret du Costa Rica?
Il n'y a pas de secret. C'est le résultat d'un travail effectué depuis longtemps. Je suis un entraîneur qui aime que ses joueurs soient appliqués tactiquement et donnent tout à l'entraînement. Nous avons été présents mentalement, notamment contre l'Uruguay. Que l'équipe d'un petit pays reste en place après avoir pris un but après une vingtaine de minutes au premier match a été très important.

Quel impact ont eu les premiers résultats sur vos joueurs?
Un gros impact. Nous avons passé le moment difficile, c'est-à-dire le premier match, et cela nous a donné confiance, cela nous a stabilisés émotionnellement. Nous avons les pieds sur terre. Nous voulons plus et nous sommes prêts physiquement, tactiquement et mentalement pour y parvenir.

Croyez-vous que les choses vont se compliquer à partir de maintenant?
Oui, car les adversaires nous connaissent désormais et vont être plus attentifs. C'est logique. Mais nous aussi nous pouvons faire plus, nous allons courir plus, nous allons plus conserver le ballon et nous allons être encore plus concentrés.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:39

Costa Rica : La Pura Vida épouse le Joga Bonito



Les joueurs du Costa Rica chérissent leurs supporters et ces derniers le leur rendent bien. Pas question pour les Ticos de passer devant la foule la tête basse et les yeux rivés sur leur téléphone, comme on le voit trop souvent dans le football moderne. Ils ne sont pas non plus du genre à se contenter d’un signe de la main discret ou d’un sourire feint. "On les adore et le sentiment est réciproque", résume l’attaquant Joel Campbell.

"Les supporters sont incroyablement passionnés", confie à FIFA.com l’attaquant costaricain à l’arrivée de l’équipe dans l’une de ses étapes brésiliennes. "On arrive à retranscrire cet enthousiasme sur le terrain. Ça nous apporte une motivation supplémentaire."

La "passion" dont parle Campbell, l’une des révélations de la compétition, saute aux yeux au Brésil. Quelque 4 000 supporters costaricains ont fait jusqu’ici le déplacement depuis l’Amérique centrale. Certains n’hésitent pas à suivre leur équipe d’un stade à l’autre, sur plusieurs milliers de kilomètres. D’autres restent en place dans la même ville. Assis sur leurs chaises longues, à l’ombre des parasols, ils agitent leurs drapeaux bleu, blanc, rouge tout en échangeant avec la population locale. Les Costaricains ont importé leur philosophie reine - la Pura Vida - sur les côtes brésiliennes.

Plusieurs centaines d’entre eux étaient réunis au pied de l’hôtel de l’équipe, à Recife, dans le nord du pays, pour lui souhaiter bonne chance avant sa victoire historique face à l’Italie, quadruple vainqueur de la compétition. "On est ici pour accompagner les joueurs et les encourager. Ils nous apportent beaucoup de joie et font la fierté de notre pays", lance Rodrigo, un supporter venu de la capitale, San José, avec toute sa famille, pour vivre "l’expérience d’une vie".

Une clameur assourdissante accompagne les joueurs à leur descente du bus. Ce n’est pas de l’admiration béate, mais une ambiance plutôt familiale, comme si l’on assistait aux retrouvailles de deux proches séparés depuis trop longtemps. Le gardien de but Keylor Navas prend ainsi une vieille dame dans ses bras comme si c’était sa propre mère. "Bravo, Keylor", harangue la foule lorsque le portier de Levante se baisse pour enlacer la supportrice. Tout sourire, il s’arrête un peu plus loin pour prendre les supporters en photo.

"Ils sont avec nous pour le meilleur et pour le pire", témoigne le milieu de terrain Christian Bolanos. Le joueur le plus âgé du groupe a connu des moments plus difficiles lorsque les Ticos ont perdu leurs trois matches de groupe lors d’Allemagne 2006, avant d’être écartés d’Afrique du Sud 2010 à la toute dernière seconde des qualifications. "Les supporters ont effectué un long voyage", souligne-t-il. "On est loin de la maison, mais on se sent un peu plus proches grâce à eux."

Un amour réciproque
Les jeunes Cristian Gamboa et Giancarlo Gonzalez, qui découvrent la Coupe du Monde, passent téléphones au poing devant les rangées de fans, amusés d’être filmés eux aussi. Les représentants de la CONCACAF sont en train de marquer l’histoire au Brésil. Déjà assurés de disputer les huitièmes de finale avant même leur dernier match du groupe face à l’Angleterre, ils écrivent actuellement la plus belle page du football costaricain.

"Bryan ! Bryan ! Capitan !", s’égosille un fan à l’attention de Bryan Ruiz. Auteur du but victorieux face à l’Italie, la Comadreja (la belette) se fraie un chemin au milieu de la foule, à qui il sourit timidement. Sa tête dépasse de la meute et ses yeux ne manquent rien du moment. Il s’arrête pour signer un autographe sur un ballon et adresse une tape amicale sur la tête d’un garçon. "Le Costa Rica est un pays qui aime énormément le football, mais aussi la vie en général et toutes ses bonnes choses", relève l’ailier Junior Diaz, auteur de débuts fracassants pour sa première participation à l'épreuve suprême. "On a la chance de pouvoir donner aux supporters quelque chose en retour sur le terrain. On sent la passion qu’ils nous transmettent sur le terrain ou à l’hôtel. C’est une source de motivation supplémentaire."

Le nombre de supporters des Ticos grandit match après match. Non seulement des Costaricains touchés pas l’euphorie ambiante, qui sautent dans le premier avion pour le Brésil, mais également la population locale. Le football chatoyant et la solidarité évidente des partenaires de Bryan Ruiz ont inspiré beaucoup de Brésiliens. "Ils nous ont fait une place dans leurs cœurs", confirme Bolanos. Clairement ému, le trentenaire n’a jamais vu quelque chose de la sorte au cours de sa longue carrière. "On est ici comme chez nous."

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:40

Italie : Darmian, rêveur débutant



Il se serait presque excusé d'avoir fait une entrée aussi tonitruante dans la grande fête du football. A la fin du match contre l'Angleterre où il a crevé l'écran, une interrogation était sur toutes les lèvres des perdants : "Who is Darmian ?" Comment un défenseur polyvalent aussi talentueux, une perle rare à un poste très recherché, a-t-il pu échapper aux recruteurs alors qu'il est professionnel depuis 2007 ?

"Si vous m'aviez dit il y a huit mois que je jouerai à la Coupe du Monde, j'aurai éclaté de rire. C'était un rêve d'enfant mais, sincèrement, je ne pensais pas y arriver. Mais depuis que j'ai reçu ma première convocation, je me suis engagé à fond et avec humilité. Je veux profiter au maximum de cette opportunité", explique ce jeune homme discret, très loin de l'image cathodique des stars du ballon rond.

D'origine arménienne mais né en Lombardie à Legnano, il a suivi la même filière que des dizaines de jeunes de son âge en usant ses chaussures et ses fonds de pantalon sur la place du gros bourg de Rescaldina, dont son père était l'entraineur de l'équipe de football. Il allait alors bénéficier d'un premier coup de chance en étant repéré par Beniamino Abate, un ancien gardien de but chargé de la détection en Lombardie par l'AC Milan. Pour la petite histoire, il n'est autre que le père d’Ignazio Abate, défenseur de l'AC Milan aujourd'hui en concurrence avec Darmian pour une place de titulaire...

Arrivé à 14 ans au centre de formation du Milan, Carlo Ancelotti lui fait faire ses débuts en Serie A trois ans plus tard, le 19 mai 2007 contre l'Udinese pour remplacer Giuseppe Favalli. Il évolue alors dans l'axe de la défense puis progressivement s'installe dans le couloir droit avant de faire preuve de la même efficacité dans le couloir gauche. La vie de rêve ? Pas vraiment…

Le bonheur est dans le prêt
Personne ne reproche rien à ce défenseur talentueux doté d'un remarquable bagage technique et d'une bonne pointe de vitesse mais tout simplement, il n'entre pas dans les plans des dirigeants milanais. En cinq saisons, de 2006 à juillet 2012, il va disputer seulement une quinzaine de rencontres de Serie A, au gré des prêts à répétition à Padoue, Palerme et au Torino. Loin de baisser les bras, d'autant plus qu'il est régulièrement convoqué dans les équipes nationales de jeunes jusqu'en 2009, Darmian serre les dents et s'accroche. A l'été 2012, l'AC Milan le cède définitivement à Palerme… qui ne veut pas de lui et le rétrocède au Torino !

"Si je suis au Brésil, c'est en grande partie grâce à l'entraineur du Torino Giampiero Ventura et au président Cairo qui ont bien voulu de moi, et de l'ambiance exceptionnelle dans ce club. Dans le cas contraire je n'aurais jamais eu une telle possibilité", confie Damian au soir de sa prestation contre l'Angleterre. A son aise dans cette ambiance, en osmose complète avec ses coéquipiers et notamment les deux autres internationaux du Toro Alessio Cerci et Ciro Immobile, Darmian s'épanouit enfin et monte en puissance.

Au point que Cesare Prandelli, qui assure la mutation de la Nazionale, le convoque à deux reprises pour des séries de tests. "Non seulement il a manifesté un grand enthousiasme, mais il a rapidement compris ce que je recherchais à ce poste. Depuis, il le fait très bien", souligne le Mister. Mais n'allez surtout pas lui dire qu'il fait penser à Paolo Maldini à son âge ! "Quand j'étais plus jeune, j'ai eu l'occasion de m’entrainer avec lui. C'est une comparaison trop flatteuse pour moi. C'est trop tôt", vous répondra Darmian qui fait également la sourde oreille aux nombreuses propositions de prestigieux clubs pour la saison prochaine.

Pour l'instant il a la tête ailleurs. Il est dans son rêve. Et celui ci pourrait se prolonger si la Nazionale décroche au moins un match nul contre l'Uruguay.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 13:57

Uruguay, Tabarez : "Nous savons ce que nous voulons"



Le sélectionneur de l'Uruguay Oscar Tabarez souligne que son équipe, qui doit battre l'Italie mardi à Natal pour accéder aux 8e de finale du Mondial-2014, est consciente de l'importance du défi à relever.

Les conditions climatiques difficiles (chaleur, humidité) peuvent-elles influer sur le cours du match ?
Les joueurs ont un potentiel physique, ils s'entraînent pour le maintenir ou l'augmenter. Bien sûr, le potentiel physique ne s'érode pas quand les conditions climatiques sont idéales. Déjà, pendant les éliminatoires (de la zone amsud), nous sommes confrontés aux différences de températures ou d'altitude. Les deux équipes ont joué contre le Costa Rica, qui est habitué à ce genre de climat. Pour ce match, ce sera un facteur important, mais pour les deux équipes. Cela ne sera un avantage pour personne. Avant le début du Mondial, on savait où on jouerait et à quelle heure.

Que représente Luis Suarez dans l'équipe ?
Luis est un joueur très important, par son expérience. Nous comptons sur Luis pour ses qualités dans la surface adverse et cela ne disparaît pas avec une opération au ménisque (en mai). Avoir Luis ne nous procure aucun avantage, mais c'est un atout que nous pouvons utiliser. Oui, il nous apporte beaucoup. Même s'il n'est pas à 100%, sa présence est très importante pour l'équipe et pose un problème à l'adversaire.

Est-ce le match le plus important de votre carrière ?
Le plus important, c'est toujours le match à venir. Et là, on fera les comptes après le match, y compris pour un sélectionneur. Comme toujours, s'il y une occasion, on va la saisir. Nous savons pourquoi nous jouons et ce que nous voulons. Et nous donnerons tout pour y arriver.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 13:59

Angleterre, Hodgson : "Donner un peu de baume au coeur"



Roy Hodgson, coach de l'Angleterre, déjà éliminée, a exposé lundi que tout ce que son équipe avait à faire était de "prendre au sérieux" le match de mardi contre le Costa Rica, déjà qualifié pour les 8e de finale du Mondial-2014

Dans quel état d'esprit abordez-vous ce dernier match ?
Nous sommes conscients que nos fans sont déçus et dévastés, comme nous le sommes, mais ils sont encore ici à nous supporter. Nous sommes rentrés à l'hôtel et nous avons reçu beaucoup de marques de sympathie, des mots gentils de leur part. Et nous voulons vraiment leur donner un peu de baume au coeur mardi. C'est un match de top-niveau international, dans la plus grande compétition au monde, la Coupe du monde, alors il n'y a pas d'autre chose à faire que de prendre ce match très au sérieux et de tenter de le gagner.

Quelle équipe alignerez-vous ?
Une équipe très différente et beaucoup de joueurs qui n'ont pas joué dans le tournoi jusqu'ici. Je veux que tous ceux qui rentrent à la maison après ce tournoi -- ou du moins le plus possible-- aient pris part à la compétition et aient joué un match, et ne se soient pas contentés d'entraînements.

Lampard pourrait annoncer sa retraite internationale après ce dernier match...
Nous ne savons pas encore quelle direction il prendra. Je serais plus qu'heureux si Frank reste à la disposition de la sélection, car vous ne savez jamais de quels joueurs vous aurez besoin un jour. Un joueur de sa qualité, je suis sûr qu'il pourra encore servir son pays à l'avenir, mais je n'ai pas encore discuté avec lui.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:11

Uruguay : González, homme de confiance



Álvaro González inspire la confiance. Son regard, son élocution, ses réponses posées, la façon dont il souligne ses propos d'un léger haussement de voix :  tout en lui dénote un homme de cœur, doté d'un courage de lion quand il revêt le maillot de l'Uruguay. Capable de gestes techniques parfaits, il irait jusqu'à saisir le ballon avec les dents s'il le fallait.

C'est sans doute la raison pour laquelle Oscar Tabárez l'a aligné dans le onze de départ lors de la rencontre face à l'Angleterre dans le cadre du Groupe D, où la Celeste jouait son destin brésilien. El Tata était entré quelques minutes contre le Costa Rica, mais le duel avec les Trois Lions était son premier match en tant que titulaire en Coupe du Monde de la FIFA™… à 29 ans !

"C'était énorme", avoue-t-il à la FIFA. "J'ai été très heureux de la confiance que l'entraîneur m'a accordée et de ne pas l'avoir déçu", ajoute le milieu, qui a fait ses débuts en sélection sous la férule de Tabárez en 2006 et a disputé les qualifications pour Afrique du Sud 2010, sans pour autant prendre part à la phase finale. "Et le plus énorme, c'est d'avoir vaincu une équipe du calibre de l'Angleterre", se réjouit-il à propos du succès 2:1. "Cela nous a remis en confiance au bon moment. Nous avons gagné un bras de fer, mais il nous en reste encore un face à l'Italie, un adversaire qui est, comme nous, habitué à ce type de chocs", admet le pensionnaire de la Lazio.

Une question de fierté
Pour ne rien arranger, seule une victoire permettra à l'Uruguay de se qualifier pour les huitièmes aux côtés du Costa Rica. "On sait qu'un nul suffit aux Italiens, mais ils viennent de perdre et ils voudront sûrement se rattraper. C'est une excellente équipe, tant au niveau individuel que collectif. S'ils font circuler le ballon comme ils savent le faire, ce sera dur", analyse-t-il.

González n'imagine pas d'autre scénario que la victoire pour des motifs qui n'ont rien de mathématique. "C’est une question de fierté. Nous attendons beaucoup de nous-mêmes, en raison de nos succès en Afrique du Sud, en Copa América et en Coupe des Confédérations. Nous devons être à la hauteur chaque fois que nous entrons sur un terrain", estime El Tata, qui compte 45 sélections avec la Celeste.

Quelles sont ses attentes ? "Rester au Brésil le plus longtemps possible. Il y a quatre ans, nous avons disputé le match pour la troisième place. Aujourd'hui, nous visons la finale. C'est notre rêve et nous ne voulons pas qu'il s'arrête déjà. Croire à un rêve permet d'accomplir de grandes choses. Nous sommes confiants", conclut González.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:15

Uruguay - Italie : Un seul ticket pour les 8e



Deux anciens champions du monde, l'Uruguay et l'Italie s'affrontent mardi à Natal (16h00 GMT) pour une place en 8e de finale du Mondial-2014, promise à la Côte d'Ivoire en cas de succès sur la Grèce.

Par ailleurs, la Colombie, déjà qualifiée, jouera pour réaliser un sans-faute face au Japon, presque éliminé, à Cuiaba, alors que l'Angleterre, l'une des déceptions du premier tour, tentera de sortir sur une bonne note face au Costa Rica, déjà tourné vers les huitièmes.

L'Uruguay, sacrée en 1930 et 1950, ou l'Italie, couronnée en 1934, 1938, 1982 et 2006 ? L'une de ces deux équipes ratera le wagon des huitièmes de finale. Et après l'Angleterre, éliminée après les deux premiers matches, le "groupe de la mort" (D), qui a consacré le Costa Rica, s'apprête à faire une deuxième victime de marque.

L'enjeu de la confrontation dans les conditions tropicales de Natal (nord-est) est simple: le vainqueur (ou l'Italie en cas de match nul) franchira le cap du premier tour.

Les deux camps abordent ce match décisif différemment. Les Italiens ont choisi de dramatiser l'événement, que le sélectionneur Cesare Prandelli a qualifié de "match le plus important de (sa) carrière professionnelle".

Les Uruguayens semblent eux sûrs de leurs forces. "Nous savons pourquoi nous jouons et ce que nous voulons. Et nous donnerons tout pour y arriver", a lancé le sélectionneur Oscar Tabarez, qui compte sur l'expérience et la science de Luis Suarez.

Absent face au Costa Rica (défaite 3-1), Suarez, qui achevait de soigner un genou opéré en mai, a fait une rentrée fracassante, en inscrivant les deux buts de la victoire face aux Anglais (2-1).

Double prime promise aux Ivoiriens
"Il nous apporte beaucoup. Même s'il n'est pas à 100%, sa présence est très importante pour l'équipe et pose un problème à l'adversaire", reconnait Tabarez. Son duel avec l'Italien Chiellini, défenseur rugueux au visage cabossé, devrait constituer l'une des clés du match.

L'autre match du groupe D s'annonce moins passionné, puisque l'Angleterre, déjà éliminée, affronte le Costa Rica, équipe-surprise du premier tour, déjà qualifié.

Très décevants, les Anglais vont tenter de quitter le Mondial sur une bonne note avant de monter dans l'avion pour Londres, alors que les Costariciens visent au moins le match nul, pour sécuriser la première place du groupe.

Dans le groupe C également, un seul billet pour les 8e de finale est en jeu, puisque la Colombie est déjà qualifiée.

Le deuxième billet reviendra à la Côte d'Ivoire en cas de succès sur la Grèce.

Pour les Grecs, la qualification passe par un succès sur la Côte d'Ivoire et une défaite (ou un nul) du Japon.

Les Japonais accèderont aux 8e de finale en cas de succès sur la Colombie et de défaite ivoirienne.

Problème: la Côte d'Ivoire rêve d'accéder pour la première fois de son histoire aux huitièmes de finale. Et la Coupe du monde devient une affaire d'Etat. La prime de qualification promise aux joueurs a été doublée, passant de 24.400 euros à 48.800 euros.

La décision, prise par le chef de l'Etat Alassane Ouattara, a été annoncée aux joueurs par le président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro, qui a traversé l'Atlantique et leur a rendu visite à leur camp de base au Brésil. Les Grecs sont prévenus !

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 19:36

Costa Rica 0 - Angleterre 0
Les Anglais partent avec leurs regrets




Les hommes de confiance de Roy Hogdson ont gâché l’aventure de l’Angleterre après deux journées. Réponse du sélectionneur ? Le banc pourra profiter de ce qu’il reste de la fête contre celui qui l’a troublé dans le Groupe D. De son côté, avec son ticket pour le deuxième tour déjà en poche, le Costa Rica peut goûter à sa troisième sortie brésilienne l’esprit léger.

Daniel Sturridge est le premier à l’animer (12'). Celso Borges répond en faisant trembler la transversale sur coup franc (23’). Les spectateurs de Belo Horizonte ont l’esprit festif mais manquent de prétextes pour le faire entendre en cette première mi-temps pauvre en occasions.

L’entracte n’y fait rien. Sturridge (65’) et Wayne Rooney sur une tentative lobée (80’) essayent tant bien que mal de faire évoluer le score. Mais rien n'y fait. Les Trois Lions ne sont pas inspirés pour mettre l’ambiance, les Ticos ne cherchent pas plus à sortir de leur réserve.

Les Anglais auront sans doute encore la gueule de bois en montant dans l'avion qui les ramènera au pays. Ils n’ont jamais su être à la hauteur des festivités. Premiers du Groupe D, les Ticos s'offrent, eux, une invitation pour un huitième de finale à Recife le 29 juin.

Homme du Match : Keylor Navas (CRC)

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 19:37

Italie 0 - Uruguay 1
Italie à terre, Celeste au nirvana




C'est un match à élimination directe avant l'heure. Les deux victimes du Costa Rica s'affrontent à Natal, avec une seule place à prendre dans le Groupe D pour les huitièmes de finale.

Le match nul suffit à l'Italie, et la première mi-temps est parfaite de ce point de vue. Pas grand-chose à se mettre sous dent pour les spectateurs de l'Estadio Das Dunas, excepté un coup franc lointain d'Andrea Pirlo (13') et une magnifique double parade de Gianluigi Buffon sur les tentatives de Luis Suarez et Nicolas Lodeiro (33').

Mais les 22 acteurs se réservaient pour le deuxième acte. Où plutôt 21, puisque Claudio Marchisio voit rouge pour un excès d'engagement (59'). Réduite à dix, l'Italie tient bon, notamment grâce à un Buffon égal à lui même sur l'extérieur du pied de Luis Suarez (66'). En revanche, le portier de la Juventus est obligé de s'incliner sur le but original de Diego Godin, qui pousse la balle au fond sur corner avec l'arrière de la tête (0:1, 81').

Sonnée, la Squadra Azzura tente d'égaliser, mais doit finalement se résoudre à quitter la compétition dès la phase de groupes, comme en 2010. En revanche, la Celeste peut savourer et remercier son buteur providentiel.

Homme du Match : Gianluigi Buffon (ITA)

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum