CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 20:07

Uruguay : Godin, le roi des buts décisifs



Diego Godin a marqué contre l'Italie le but qui envoie l'Uruguay en 8e de finale du Mondial-2014, mardi à Natal, comme celui du titre avec l'Atlético Madrid... et presque celui de la Ligue des champions.

Oh my Godin! Le nouveau héros de l'Uruguay s'appelle Diego Godin. Il s'est hissé dans un paquet de défenseur italiens pour propulser du haut du dos le ballon au fond des filets de Gigi Buffon.

Il a profité d'un corner de Gaston Ramirez, qui a appris a les tirer à Bologne, en Italie.

Capitaine en l'absence de Diego Lugano, blessé, qui forme habituellement avec lui la charnière centrale de la "Celeste", Godin poursuit sur la lancée de sa magnifique saison avec l'Atlético Madrid.

Il avait déjà signé le but qui valait le titre lors de la dernière journée de Championnat d'Espagne, au Camp Nou, pour égaliser contre le FC Barcelone (1-1) dans une véritable finale le 17 mai: si le Barça gagnait, il soufflait la Liga aux "Colchoneros".

"Il n'y a pas de mots pour décrire ce que je ressens, a raconté Godin à propos de ce but. Ça me rappelle Alcides Ghiggia qui fit taire le Maracaná", le jour où l'attaquant uruguayen marqua le but qui offrait la Coupe du monde à l'Uruguay à Rio, contre le Brésil, en 1950.

Héros malheureux à Lisbonne
Une semaine plus tard, le 24 mai, Godin faillit être encore le héros de la finale de Ligue des champions. Son but contre le Real Madrid, à Lisbonne, a longtemps laissé croire à l'Atlético qu'il allait enfin remporter cette C1, 40 ans après s'être fait rejoindre à la dernière seconde par le Bayern Munich et avoir perdu le match à rejouer (1-1, puis 4-0).

Mais cette fois l'histoire a mal tourné pour Godin, héros malheureux. C'est lui qui laisse échapper Sergio Ramos pour l'égalisation - sur un corner - à la toute fin du match du Real Madrid.

Ensuite les "Matelassiers" se sont effondrés en prolongation et ont perdu 4-1, et la fête de Godin était gâchée. L'Uruguayen a à peine eu le temps de savourer l'exploit d'un titre conquis haut la main, contre les monstres Real Madrid et Barça, qu'il fallait se replonger dans la préparation d'une finale terminée en cauchemar.

Mais Godin a ravalé sa peine et signé un nouveau but décisif contre l'Italie, exactement un mois après, son quatrième en 81 sélections. Il s'est bien ressaisi après un match d'ouverture où la jeunesse triomphant du Costa Rica était passé sur le corps de la charnière uruguayenne (3-1).

Solide contre les Anglais (2-1), Godin (28 ans), formé au Nacional comme Luis Suarez, a bien contenu les bien inoffensifs italiens Mario Balotelli et Ciro Immobile.

S'acquittant de sa tâche de défenseur avant de marquer le but vainqueur, il a servi de tuteur au jeune José Giménez, 19 ans, qui remplaçait pour la seconde fois Lugano.

Giménez a fini le match en larmes, croulant sous l'émotion. Il faut qu'il se remette vite, car si Lugano revient et devrait le rasseoir sur le banc, l'Uruguay pourrait avoir encore besoin de lui: Godin est sous la menace d'une suspension. Mais si Godin ne joue pas, qui va marquer le but vainqueur?

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 21:05

Uruguay, Tabarez : "Comme si ma poitrine explosait"



Pour Oscar Tabarez, sélectionneur de l'Uruguay qualifié in extremis pour les huitièmes de finale du Mondial-2014 en battant l'Italie (1-0) mardi à Natal, c'était "comme si (sa) poitrine explosait".

Quel est votre analyse ?
On a essayé de mettre beaucoup d'efforts dans ce match, et on avait changé un peu la manière de nous positionner, en faisant attention aux qualités de l'Italie et son milieu où Pirlo est fondamental, et ses deux attaquants qu'il fallait contrôler. Ce groupe sait s'adapter. Le match a été aussi difficile qu'on l'attendait. Après l'expulsion de Marchisio, on a essayé de pousser dans la zone de l'Italie. Les deux équipes ont tout donné pour le résultat. On a eu les circonstances pour nous et peut-être la chance de marquer sur un corner, un beau but. Ce résultat, on ne pouvait même pas en rêver il y a quelques jours et c'est pourquoi on ne peut que savourer ce soir. Demain, on se mettra à penser au huitièmes de finale, sans doute la Colombie.

Quel sentiment vous a traversé ?

Quand il y a eu ce but qui signifie autant, c'est comme si ma poitrine explosait. Les joueurs uruguayen n'oublient jamais la passion qu'ils avaient comme enfant et leur sentiment comme supporter. Ils ont fait ce dont ils avaient rêvé.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 21:06

Italie : Prandelli annonce sa démission



Le sélectionneur de l'équipe d'Italie Cesare Prandelli et le président de la Fédération italienne (FIGC) Giancarlo Abete ont annoncé leur démission, mardi après l'élimination de l'équipe nationale dès le premier tour du Mondial-2014.

"Le projet technique est de ma responsabilité et j'ai annoncé à la Fédération que je remettais ma démission, car quand un projet technique faillit, il faut prendre ses responsabilités", a dit Cesare Prandelli.

"On n'a pas eu une seule occasion, probablement parce qu'on est techniquement limité ou pas bien structuré, a-t-il ajouté. C'est ma responsabilité, le projet technique n'a pas fonctionné et j'en assume donc toute la responsabilité".

Le président de la FIGC a formé l'espoir que le sélectionneur revienne sur sa décision. "Prandelli a signé sa démission, je convoquerai un conseil fédéral vendredi ou lundi et je lui ai dit que j'espérais qu'il retirerait sa démission".

Le dirigeant a estimé que le sélectionneur avait eu des résultats probants avec la place de vice-champion d'Europe en 2012 et la troisième place à la Coupe des Confédérations. "Il a amené ce projet technique, il aurait pu le porter encore", a-t-il estimé.

Giancarlo Abete a lui aussi dans la foulée annoncé sa "démission irrévocable".

L'Italie a perdu 1-0 face à l'Uruguay et a terminé à la troisième place du groupe D, subissant ainsi sa deuxième élimination d'affilée en Coupe du monde dès la phase de groupes.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:12

Italie : Prandelli tire les leçons de la déception



A l'image de Dino Zoff, qui avait annoncé sa démission après l'échec de l’Italie en finale de l'UEFA EURO 2000, Cesare Prandelli a immédiatement rendu son tablier après l'élimination de la Nazionale dans la phase de groupes de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. "Quand le projet technique faillit il faut prendre ses responsabilités", a-t-il commenté au soir de l'échec contre l'Uruguay (0:1). Un coup dur qui en fait n'était peut-être qu'une goutte d'eau qui a fait déborder la coupe.

Intègre, exigeant, entier et attaché à une image propre du sport, Prandelli s'est toujours montré strict sur le plan de la discipline, à l'image du code éthique qu'il avait mis en place, et ne supporte pas l'injustice. Depuis sa prise de fonction le 30 mai 2010, alors que la Nazionale était au creux de la vague, il faisait l'unanimité aussi bien auprès des dirigeants, des joueurs que des tifosi, voyant en lui l'homme du renouveau. Son grand fait d'armes, outre une finale de l'UEFA EURO 2012 et une bonne coupe des Confédérations de la FIFA, a été de tourner la page du catenaccio qui collait à la peau de l'Italie.

Son soutien inconditionnel au bouillant Mario Balotelli a engendré de nombreux débats au gré des débordements ou des exploits de son poulain. Contre vents et marée Prandelli a toujours assumé son choix : "Quand on a à faire à un talent comme lui, il faut simplement être patient. Puis il arrive un moment où le talent doit prendre ses responsabilités". Or, malgré son but contre l'Angleterre Super Mario est passé à côté de sa Coupe du Monde, rechignant notamment à effectuer sa part de travail défensif.

Responsabilité assumée
Le capitaine Gianluigi Buffon, avant même l'annonce de la démission de Prandelli, se livrait à une critique en règle de certains joueurs, sans citer de nom cepdnant. "On entend souvent dire qu'il faut faire des changements. Que Buffon, Pirlo, De Rossi, Chiellini et Barzagli sont vieux. La vérité, c'est que quand il faut tirer la charrette ce sont ces vieux qui sont au premier rang", estime-t-il. "Il est nécessaire de les respecter un peu plus, non pas pour ce qu'ils ont été mais pour ce qu'ils représentent encore."

Après le match raté contre le Costa Rica (0:1), où l'Italie est apparue usée et assommée par les efforts déployés lors du premier match, est resté fidèle à sa ligne de conduite en ajoutant un attaquant, Ciro Immobile, plutôt que de remplacer Daniele de Rossi, malade, par un autre milieu défensif. N’ayant jamais joué ensemble, Balotelli et Immobile ne se sont jamais trouvé. "On n'a pas eu une seule occasion, probablement parce qu'on est techniquement limité ou pas bien structuré", explique le Mister. "C'est mon erreur, le projet technique n'a pas fonctionné et j'en assume donc toute la responsabilité".

Une erreur qu'un habituel exploit de Balotelli aurait immédiatement gommée. Déçu par son attaquant qu'il a fait sortir à la pause, sans doute conscient qu'un choix tactique moins frileux aurait pu tout changer, énervé par les commentaires sur son contrat, qu’il avait renouvelé jusqu’en 2016 juste avant le tournoi, et sentant bien qu'il allait se retrouver au centre de toutes les critiques et polémiques, Prandelli a préféré tourner la page lui-même. Fidèle à ses principes.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:52

Uruguay : Godin, une tête qui vaut de l'or



Le 17 mai, son but contre le FC Barcelone a plongé le Camp Nou dans un silence de cathédrale et offert la Liga à l’Atlético de Madrid. Ce 24 juin, son coup de tête face à l’Italie a fait exploser de joie l’Arena das Dunas de Natal et qualifié l’Uruguay pour les huitièmes de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Si sa mission première consiste à annihiler les offensives adverses, le défenseur Diego Godín a signé quelques buts à l’importance historique. Son arme favorite ? La tête, comme il l’a également prouvé lors de la récente finale de la Ligue des champions de l’UEFA, perdue 4:1 après prolongation face au Real Madrid.

"J’ai eu la chance de mettre des buts importants cette année. Mais comme je le dis toujours, je fais le maximum pour l’équipe et c’est le collectif qui permet à chacun de s’exprimer. Que ce soit à l’Atlético ou ici en sélection, le groupe réalise des efforts remarquables", assur le défenseur-buteur à FIFA.com après avoir terrassé l’Italie. "Aujourd’hui, on a sorti l’un de ces matches qui vont entrer dans l’histoire de l'Uruguay. Un match de rêve. C’est une grande joie pour tout le pays."

Un match de rêve marqué du sceau de l’épique car jusqu’à la 80ème minute, l’Uruguay était éliminé de la Coupe du Monde et ne parvenait pas à trouver la brèche face à une Squadra Azzurra bien en place. "On s’y attendait. L’Italie était bien organisée mais on n’a pas lâché et on a insisté car on était convaincus que ça allait finir par sourire", se réjouit l'Uruguayen, auteur d’un sans-faute à la passe (33 sur 33).

Avec la tête, l’oreille et l’épaule
Le tournant du match est intervenu à la 81ème minute. Gastón Ramírez se charge de tirer le corner, Godín prend son impulsion et reprend la balle dans les airs… "Avec l’oreille, avec l’épaule, un peu tout à la fois ! J’ai sauté et je me suis retrouvé dos au but. Du coup, j’ai mis ce que je pouvais", sourit le Colchonero, qui a hérité du brassard de capitaine.

Normalement, celui-ci est dévolu à Diego Lugano, mais ce dernier a été contraint de suivre le match depuis le banc de touche à cause d’une blessure. Au coup de sifflet final, le défenseur de West Bromwich Albion a piqué un sprint pour être le premier à embrasser le buteur. "Il m’a dit que je le méritais, que j’étais un très grand joueur, que c’était obligé que ce soit moi qui marque...", raconte Godin, ému. "Quand le capitaine te dit ça, ça te remplit de fierté, mais cette victoire, c’est toute l’équipe qui est allée la chercher".

Après son but au Camp Nou, Diego avait assurait qu’il pouvait comprendre ce qu'Alcides Ghiggia avait ressenti en marquant lors du Maracanazo. Ce jour-là, en 1950, l’Uruguay avait privé le Brésil de sacre à domicile. La question coule donc de source : que ressent-il aujourd’hui, dans une situation qui invite inévitablement à la comparaison ? "J’avais dit ça par rapport au fait de réduire un stade au silence. Marquer ce but aujourd’hui, c’est encore différent... C’est difficile à expliquer… C’est un immense bonheur. Je ressens beaucoup de fierté et cette fierté doit être partagée par tout mon pays", lance le sauveur charrúa.

"On se qualifie dans la douleur, pratiquement grâce à un exploit. Après notre début compliqué, ce qu’on a réussi tient du miracle. Maintenant, il faut se tourner vers les huitièmes et rien d’autre. On doit respecter tout le monde mais n’avoir peur de personne", conclut-il. Et au cas où les choses se gâteraient, l’Uruguay pourra toujours compter sur la tête de Godín.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:54

Costa Rica : Borges, c'est l'Histoire d'un père et son fils



Le Costa Rica est entré dans l'histoire de la Coupe du Monde de la FIFA™. Celso Borges sait mieux que quiconque quelle réalité se cache derrière cette expression. Le meneur de jeu costaricain n'est autre que le fils d'Alexandre Borges Guimaraes. Ce dernier avait donné la passe décisive qui avait permis à son pays de franchir pour la première fois la phase de groupes de l'épreuve suprême, en 1990. 

Celso n'avait que deux ans à l'époque, mais il a pu constater à de nombreuses l'immense popularité dont jouit son père depuis cet exploit. Véritable icône nationale, ce dernier a également mené son pays à deux reprises en phase finale de la Coupe du Monde, en 2002 et 2006, en tant que sélectionneur. Celso n'a donc jamais eu à chercher son inspiration bien loin.

"Nous nous retrouvons tous les soirs et nous parlons ensemble", confie le fiston au micro de FIFA.com. "Il est aussi enthousiaste que moi. Il se réjouit de la façon dont les choses se passent et il me conseille toujours de profiter de chaque instant. Il n'y a aucune garantie de revivre de tels sommets dans sa carrière. J'écoute ses conseils avec attention, car j'ai le plus grand respect pour lui. Je suis fier d'avoir écrit l'une des plus belles pages de l'histoire du football costaricain, comme mon père avant moi."  

Non content de s'adjuger la première place, le Costa Rica termine la phase de groupes invaincu, ce qui ne lui était encore jamais arrivé jusqu'ici. Pour ce faire, les Ticos ont livré une lutte sans merci à l'Angleterre sur la pelouse de Belo Horizonte. L'exploit est d'autant plus impressionnant que personne ne donnait la moindre chance aux Costaricains de franchir cette première étape, compte tenu du pedigree de ses adversaires. "En dehors de nos supporters, ils n'étaient pas nombreux à miser sur notre qualification", assure Borges. "Notre présence en huitième de finale n'en est que plus douce. Malgré les critiques, nous avons toujours cru en nous. Nos performances reflètent cette conviction.

Un nouveau chapitre
Mais le milieu de terrain ne veut surtout pas se reposer sur nos lauriers. Les huitièmes de finale ne doivent être qu'une étape. "C'est formidable pour le pays et pour nous, mais nous sommes certains de pouvoir aller plus loin", assure-t-il. "Pourquoi douter de nous-mêmes ? Nous avons conscience de la difficulté de la tâche, mais nous sommes venus pour jouer et pour nous mesurer aux autres. Jusqu'à présent, cette attitude nous a plutôt réussi."

Depuis le début du tournoi, Borges s'est distingué par sa vision, son sang-froid et la justesse de ses passes. Il ne lui manque qu'un but àpour prendre une dimension supplémentaire. Son superbe coup franc contre les Three Lions a bien failli résoudre le problème. "J'ai senti que j'avais bien frappé la balle. J'ai levé les yeux, en espérant voir le ballon finir au fond des filets", se souvient-il. "Mais leur gardien a réalisé une belle parade. Je pensais avoir mis le ballon là où il ne pourrait pas aller le chercher, mais il est vraiment très grand. Il m'a surpris sur cette action."

Certes, Borges aurait aimé marquer, mais le plus important reste est ailleurs : prendre du plaisir sur le terrain. "C'est ce qui nous caractérise, nous nous amusons. Nous sommes venus pour ça", conclut le Costaricain. "Nous nous apprêtons à relever un nouveau défi. Ce sera l'occasion d'écrire un nouveau chapitre de notre histoire." Dans cet art, les Borges sont passés maîtres.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 16:46

Uruguay : Procédure disciplinaire ouverte à l'encontre de Luis Suárez



La FIFA confirme qu'une procédure disciplinaire a été ouverte à l'encontre du joueur de l'Uruguay Luis Suárez, suite à ce qui semble constituer une infraction au Code disciplinaire de la FIFA durant le match de Coupe du Monde entre l'Italie et l'Uruguay, disputé le 24 juin 2014. Le joueur et/ou la Fédération uruguayenne de football sont invités à donner leur position et à fournir toute preuve documentaire qu'ils jugent appropriée d'ici le 25 juin 2014, 17h00 heure de Brasília.

En vertu de l'art. 77 lit. a du Code disciplinaire de la FIFA, la Commission de Discipline de la FIFA a la responsabilité de sanctionner les infractions graves qui ont échappé à l'attention des officiels de match. En outre, en vertu de l'art. 96 du Code disciplinaire de la FIFA, tout type de preuve peut être fourni (par. 1), en particulier des rapports d'arbitres, des déclarations de parties et de témoins, des preuves matérielles, des enregistrements audio ou vidéo (par. 3).

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 21:07

Italie : Le foot italien doit reconstruire



L'élimination de l'Italie de l'inoffensif Mario Balotelli au Mondial-2014  a laissé d'autres traces que celles de la mâchoire de l'Uruguay de Luis Suarez sur l'épaule de Giorgio Chiellini. Sans hargne et sans attaquant de haut niveau, l'Italie quitte le Brésil sans gloire et surtout sans perspectives d'avenir, seul Marco Verratti semblant avoir l'étoffe pour la relève.

Sélectionneur : Allegri ou Mancini en pole
La Fédération italienne (FIGC) n'entend pas remettre en question le projet général de jeu plus séduisant lancé par Cesare Prandelli il y a quatre ans. Pour le conduire, Massimiliano Allegri, ex-entraîneur de l'AC Milan, et Roberto Mancini, actuellement à Galatasaray, sont les plus cités parmi les médias italiens pour succéder au sélectionneur démissionnaire.

Luciano Spaletti, ex du Zenit, Francesco Guidolin, qui a quitté l'Udinese, et Alberto Zaccheroni, entraîneur du Japon, figurent sur la seconde liste. Mais Allegri, Mancini et Spaletti sont habitués à des salaires de grands clubs que n'offre pas la FIGC, le 1,7 million d'euros annuel de Prandelli étant son maximum.

"Mancio" a comme atout dans sa manche son lien particulier avec Mario Balotelli et semble le mieux placé pour repêcher la star décevante.

Le cas Balotelli

Mais l'Italie doit-elle continuer à miser sur "Super Mario"? Il n'a marqué qu'un but au Mondial, contre l'Angleterre (2-1), et a raté les trois mi-temps suivantes, étant sorti à la pause contre l'Uruguay (0-1) car il était - encore une fois - trop nerveux.

Sur son compte Instagram, "Balo" s'est lâché contre ses critiques, notamment contre un message raciste lui reprochant de n'être pas un vrai italien car Noir. "Mario Balotelli a la conscience tranquille", a écrit le joueur, à la troisième personne, "fier d'avoir tout donné pour son pays".

"Peut-être que je ne suis pas un Italien, comme vous dites, a-t-il ajouté, mais les Africains ne lâcheraient jamais un de leurs frères, en cela, nous les "Nègres", comme vous nous appelez, nous sommes des années lumières devant vous. Honte à vous!"

Suspendu pour le premier match de la campagne de l'Euro-2016, le 9 septembre en Norvège, Balotelli laissera de toutes façons une place libre en attaque.

La relève: derrière Verratti le désert

Mais les candidats ne se bousculent pas. Peu de joueurs finalistes du dernier Euro Espoirs ont atteint l'équipe première hormis Marco Verratti. Le Parisien, agressif et inspiré contre l'Uruguay, est le seul à avoir gagné ses galons pendant ce Mondial.

Ciro Immobile a semblé écrasé par l'événement au Brésil, comme à droite Antonio Candreva. Le nouveau "Mister" pourra aussi faire appel au gaucher Lorenzo Insigne ou à Giuseppe Rossi, pas remis à temps pour le Mondial.

Les Romains Mattia Destro et Alessandro Florenzi ont déjà goûté à la Nazionale A et d'autres jeunes attaquants pourraient avoir leur chance, notamment le duo de Sassuolo, Domenico Berardi et Simone Zaza.

En défense, personne ne pointe vraiment son nez. Matteo Darmian, latéral gauche surprise, n'a pas déçu, sans être génial, et Mattia De Sciglio a raté contre l'Uruguay le seul match qu'il a joué au Brésil.

Andrea Ranocchia n'a jamais confirmé en quatre ans les louanges qui tressent le portrait d'un grand défenseur de l'école italienne.

Buffon défend les "vieux"

Finalement la révolution se fera sans doute avec les anciens colonels, le noyau dur de Prandelli, Gianluigi Buffon, Andrea Barzagli, Chiellini et Daniele De Rossi. Seule Andrea Pirlo raccroche son maillot "azzurro".

Riccardo Montolivo, blessé avant le Mondial, et Claudio Marchisio pourraient participer. Car comme l'a dit Buffon, tapant sur les doigts des jeunes loups, les "vieux" sont toujours "ceux qui poussent le chariot".

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe D (Uruguay, Costa Rica, Angleterre, Italie)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum