CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 22:18

La Suisse revoit ses ambitions à la baisse



Tête de série au Mondial-2014 et sixième au classement Fifa, la "Nati" se serait-elle vue trop belle? "On n'est que la petite Suisse", bredouille-t-elle désormais, la joue encore rouge de la claque administrée par la France (5-2).

"Mais ils sont où les petits Suisses ?", chambraient les supporters français, ivres de bonheur, durant la démonstration de Salvador vendredi. A cette condescendance répond désormais, de l'autre côté des Alpes, une certaine humilité.

"Je ne sais pas si les attentes sont montées de l'extérieur ou si c'est nous qui les avons fait monter, avance le milieu Granit Xhaka. On ne doit pas oublier qu'on n'est que la petite Suisse, même si on ne doit se cacher devant aucune équipe. On n'a pas fait de bonnes performances en première mi-temps contre l'Equateur et la France, on était mené à chaque fois, mais on a mieux joué en deuxième période: il faut réussir à être performants pendant 90 minutes".

"On voit que les grandes équipes qui jouent sur l'individualisme sont vite éliminées, alors nous, la petite Suisse, on ne peut pas se le permettre, enchaîne le milieu Blerim Dzemaili. Il faut tout donner ensemble, ce qu'on a toujours fait; on l'a fait contre la France mais on a eu aussi un peu de malchance, ils ont marqué un super but pour le 1-0, le 2-0 est arrivé tout de suite et ça nous a cassé l'espoir".

Excès de confiance ?
La relève de la "Nati", incarnée par Xhaka et la star Xherdan Shaqiri, est suspectée, du côté du lac Léman, d'avoir pris la grosse tête sur les bords de l'Atlantique, à Porto Seguro (nord-est), qui signifie "port sûr". Trop ?

Ce sixième rang Fifa a peut-être contribué à surmonter le fameux "complexe suisse", pour verser dans une nouvelle arrogance. Or, la fréquentation du top 10 vient d'une phase de qualification réussie dans un groupe qui comptait des terreurs continentales telles que l'Islande, la Slovénie, la Norvège, l'Albanie et Chypre...

Les deux sélectionneurs, Ottmar Hitzfeld et Didier Deschamps, s'étaient efforcés de refourguer le mistigri du rôle de favori à l'autre, histoire de décharger la pression. A ce jeu-là, le patron des Bleus, s'appuyant sur le classement Fifa et le statut de tête de série de la "Nati", aurait-il trouvé une oreille réceptive chez certains Rouges ?

L'apparent excès de confiance chez la jeune garde s'est en outre doublé d'une faillite de la part des cadres expérimentés, les Behrami, Inler et Lichtsteiner. Peut-être l'élan créé par la victoire à l'arraché contre l'Equateur (2-1), dans les dernières secondes, a-t-il un peu trop masqué les déficiences apparues pendant le temps réglementaire.

'Petits devoirs'
L'encadrement avait pourtant insisté là-dessus, comme le sélectionneur Ottmar Hitzfeld qui avait pointé à chaud des pertes de balle. "On ne doit pas oublier ce qu'il s'est passé avant" le deuxième but, avait aussi rappelé mercredi son adjoint, Michel Pont.

Dimanche, Dzemaili s'est chargé de traduire la nouvelle dimension prise par la "Nati", plus modeste. "Si on s'est pris des contres, nous la petite Suisse face à la France, ça veut dire qu'on a poussé et qu'on a essayé de jouer", a relevé le remplaçant qui a réduit le score sur coup franc.

"Chacun peut nourrir de grands rêves, mais nous devons d'abord faire nos petits devoirs, et c'est battre le Honduras et montrer la volonté qu'on a déjà su montrer", poursuit-il, sachant que la Suisse avait déjà buté sur la petite nation centre-américaine au Mondial-2010, un 0-0 synonyme d'élimination dès le premier tour.

Contre la France, "on n'était pas favori, et le problème c'est qu'on a perdu 5-2, remarque-t-il aussi. Si on avait perdu 1-0, personne n'y aurait rien trouvé à redire". Evidemment, pas un joueur suisse n'y aurait souscrit avant le match...

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 14:18

L'Equateur s'attend à avoir du travail en défense



L'Equateur s'attendent à avoir beaucoup de travail en défense contre la France, mercredi lors de son dernier match du groupe E à Rio. "Nous allons avoir énormément de travail défensif", a déclaré le défenseur Frickson Erazo dimanche à Viamao, le camp de base de la "Tri".

"C'est le moment pour l'Equateur d'élever son niveau. Nous savons que la France est un adversaire difficile qui vient de réussir un gros score, mais l'Equateur aussi a soif", a-t-il ajouté. "Marquer un but dans un Mondial est difficile, alors en marquer trois... Ca donne une idée de ce qu'est la France", a dit le milieu de terrain Christian Noboa.

"Ce sera un adversaire très compliqué, nous connaissons les forces de la France", a reconnu l'attaquant Enner Valencia, auteur des trois buts équatoriens jusque-ici.

"La France est une équipe dynamique, nous avons vu les buts qu'elle a marqués. C'est une équipe qui sait profiter des espaces, mais nous espérons pouvoir les contrecarrer", a dit le défenseur Walter Ayovi.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:30

France : Incertitudes sur la charnière



Mamadou Sakho, touché à la cuisse, Raphaël Varane, victime d'une gastro-entérite: la charnière centrale de l'équipe de France bat de l'aile à deux jours du dernier match du premier tour du Mondial-2014 contre l'Equateur, mercredi au Maracana de Rio de Janeiro.

Est-ce la première contrariété dans le monde idyllique des Bleus au Brésil? Didier Deschamps aurait en tout cas sûrement souhaité aborder dans d'autres conditions un dernier rendez-vous du groupe E à double enjeu: la qualification pour les huitièmes de finale et la tête de la poule qui permettrait d'éviter de croiser l'Argentine de Lionel Messi.

La première alerte est survenue vendredi à la 66e minute face à la Suisse (5-2) quand Sakho a dû céder sa place à Laurent Koscielny. Le diagnostic n'a pas tardé au coup de sifflet final: une élongation à la cuisse. Après 24 heures passées aux soins, l'ancien Parisien a repris la course dimanche avec un préparateur physique et son état ne semble pas réellement préoccupant. Mais le sélectionneur a déjà ouvert les portes à un forfait en avouant dès samedi qu'il serait "peut-être juste" pour être aligné, quatre jours seulement après avoir connu une alerte physique.

Pour Varane, les données sont plus complexes mais tout aussi problématiques. Le défenseur du Real Madrid souffre d'une gastro-entérite depuis dimanche et n'a pas participé à la séance de l'après-midi. L'encadrement de l'équipe de France a annoncé qu'il devrait être présent au stade Santa Cruz de Ribeirao Preto pour l'entraînement à huis clos de lundi après-midi.

Vers une charnière Koscielny-Mangala?
Mais selon des médias brésiliens, la situation a été jugée suffisamment grave dimanche pour nécessiter une visite à l'hôpital de la ville avant que les examens finissent par rassurer le staff médical. Dans quelles conditions sera le Madrilène mercredi? La question se pose. Même s'il est rétabli, Deschamps prendra-t-il le risque de l'incorporer dans son onze de départ?

Comme avec Sakho, le sélectionneur pourrait vouloir prendre un maximum de précautions avec un joueur qui, à 21 ans, s'est imposé comme un titulaire indiscutable en défense et ne cesse d'impressionner par son calme, sa sérénité et sa technique au-dessus du lot. Si les Bleus veulent aller loin dans le tournoi, comme leurs premiers résultats les y autorisent, ils auront besoin d'un Varane au sommet de sa forme.

En cas de défection de Sakho et Varane, Deschamps sera dans l'obligation de mettre en place un duo Koscielny-Eliaquim Mangala. Les deux joueurs se connaissent un peu pour avoir disputé 135 minutes côte à côte en bleu, l'intégralité du match en Uruguay (défaite 1-0 en amical, le 5 juin 2013) et une mi-temps face au Paraguay à Nice (1-1 en amical, le 1er juin).

Affronter l'Equateur sera une belle occasion pour le Gunner (28 ans, 18 sélections), l'une des victimes du naufrage des Bleus au barrage aller en Ukraine (2-0, le 15 novembre) où il avait, comme trop souvent, perdu le contrôle du match en concédant un penalty avant de se faire exclure pour avoir donné une gifle à Kucher.

Pour Mangala, qui avait été mystifié par Luis Suarez à Montevideo, ce serait aussi un beau cadeau de fouler la pelouse du mythique Maracana, le défenseur de Porto, N.4 dans la hiérarchie des défenseurs centraux, étant voué à rester dans l'ombre durant cette Coupe du monde.

Si Patrice Evra, déjà averti, et Mathieu Debuchy étaient eux aussi préservés et remplacés par Lucas Digne (20 ans, 2 sélections) et Bacary Sagna (31 ans, 41 sélections), la France pourrait ainsi se présenter contre l'Equateur avec un quatuor défensif inédit. Mais elle n'a pas grand chose à craindre, les jeux étant quasiment faits dans la poule et son billet pour le prochain tour pratiquement assuré.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:31

France, Valbuena : "On ne m'a jamais fait de cadeaux"



Le milieu Mathieu Valbuena, rouage essentiel du secteur offensif de l'équipe de France, savoure son statut en bleu mais estime qu'"on ne (lui) a jamais fait de cadeaux" tout au long de sa carrière.

Quelle est votre influence sur le jeu des Bleus et vous considérez-vous comme le véritable meneur de cette équipe?
J'essaye de faire jouer mes partenaires. L'essentiel est de prendre du plaisir sur un terrain. Cela fait pas mal de temps que je suis régulier, j'essaye d'être le plus performant et d'apporter un plus à l'équipe. En plus je joue dans un 4-3-3 que je connais bien, sur un côté, ce qui me permet de repiquer dans l'axe. On est tous une pièce importante de l'équipe de France. Je suis fier d'en faire partie mais il faut louer l'état d'esprit. Même les remplaçants sont fiers et contents quand on marque. Quand tu gagnes, ça donne le sourire. Mais on verra quand l'équipe de France sera en difficulté, comment on réagira.

Comment vivez-vous ce nouveau statut et avez-vous déjà pris autant plaisir dans une équipe?
Non. On prend beaucoup de plaisir à chaque entraînement, chaque match. En ayant vécu 2010 et 2012, ça a été compliqué. On ne va pas revenir sur 2010, qui a été compliqué, et 2O12 où je n'ai pas disputé une minute, ça a été difficile à accepter. On ne va pas revenir sur le passé mais on prend beaucoup de plaisir et j'espère que ça va continuer.

Que vous évoque le Maracana?
Cela évoque beaucoup de choses. C'est un stade mythique où de grands joueurs ont joué. Jouer au Maracana dans une Coupe du monde c'est quelque chose de fantastique. Ce sont de grands moments que tout le monde a envie de vivre.

Comment préparez-vous d'éventuels coups durs dans ce tournoi?
Cela arrivera bien un moment et on sera là pour me le rappeler. Mais je ne me mets pas ça en tête. Le plus important c'est d'être performant. Il y aura peut-être un coup de mou mais le plus tard sera le mieux.

Avez-vous l'impression que vous devez toujours prouver plus que les autres?
C'est une habitude dans ma carrière, ça sera comme ça tout le temps. Cela s'est un peu calmé mais ce n'est pas pour ça que je vais me relâcher. Rien n'est acquis et je vais donner le maximum pour être performant, pour ne pas me relâcher. A chaque fois que ça a été le cas, je l'ai payé cash. Dans la vie, on ne peut pas faire l'unanimité. Aujourd'hui, je sais où je veux aller et ce que je veux faire. Mon gabarit m'a desservi, sur le terrain quand je suis mois bon, on le remarque très vite, je le sais. Je continue mon bonhomme de chemin avec humilité et détermination. Je sais que je n'ai rien eu dans la facilité et qu'on ne m'a jamais fait de cadeaux.

Quelles relations entretenez-vous avec Didier Deschamps?
A Marseille, il y a eu des débuts compliqués. Je n'étais pas dans ses petits papiers. A force de travail, j'ai su jouer et gagner des titres avec lui pour retrouver l'équipe de France. C'est un beau clin d'oeil. Maintenant, ça se passe très bien et j'espère que ça va continuer comme ça. Il a beaucoup d'expérience, du vécu. Il veut qu'on garde de l'humilité et pas qu'on s'enflamme. Quand il a quelque chose à dire, il le dit en tête à tête et pas en groupe. Il sait mobiliser un groupe. Quand tu as 23 joueurs, il y a des heureux et d'autres qui jouent moins et il arrive à motiver et concerner tout le monde et retirer le meilleur de chaque joueur. Il nous inculque cette culture de la gagne, de mordre sur nos adversaires et l'état d'esprit qu'on a, on l'a parce qu'on met beaucoup d'agressivité. Le jour où on se relâchera, on le paiera cash.

Comment ne pas s'emballer après de si bons débuts?
Le football, ça va vite. Il y a cinq-six mois, il n'y avait pas un grand enthousiasme autour de l'équipe de France et les résultats montrent aujourd'hui tout le contraire. On sent qu'il y a un grand soutien des supporteurs mais on est dans notre bulle et on sait que la route est encore longue.

Où en est votre avenir sur un plan personnel?
Je ne fais pas la Coupe du monde pour trouver un club mais pour mon pays, mon avenir on verra après.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 20:32

France : Deschamps et l'art du contrôle



Michel Platini joueur ne cessait de dire que dans le foot le plus important c'est le contrôle; pour Didier Deschamps sélectionneur aussi le contrôle est primordial, celui du ballon, certes, mais surtout celui qu'il exerce sur l'environnement de l'équipe de France au Mondial.

Si le groupe "vit bien", selon l'expression employée communément par les joueurs, il le doit, outre aux résultats actuels, largement au sélectionneur qui l'a constitué le 13 mai dernier. Celui-ci a évidemment tiré les enseignements du barrage retour contre l'Ukraine, mais également ceux de la déroute à l'aller à Kiev et de deux années passées à la tête des Bleus.

A ce titre sa décision forte a été d'écarter l'élément perturbateur Samir Nasri, au talent évident mais au caractère potentiellement néfaste au collectif, sans que personne n'y trouve à redire quoi que ce soit.

Le sélectionneur n'a pas d'état d'âme dès qu'il s'agit d'insuffler le bon état d'esprit et de le préserver.

Pour le président de la Fédération française de football, Noël Le Graët, "il est à la fois proche des joueurs, dur quand il convient de l'être, mais régulier". Le management à la mode Deschamps est avant tout une question de dosage.

Ainsi, sur la question potentiellement sensible pour l'image des Bleus de l'utilisation des réseaux sociaux juste avant et pendant la Coupe du monde, il a joué la carte de la responsabilisation, en autorisant ses joueurs à s'exprimer par cette voie, avec pour règle "de faire attention au contenu". Au final, les nombreux selfies témoignant de la bonne humeur ambiante dans le groupe augmentent son capital sympathie auprès du public.

Deschamps a forcément un avis, mais il n'est pas toujours définitif. Mathieu Valbuena en est la preuve, lui qui a longtemps bataillé du temps de l'Olympique de Marseille pour "rentrer dans ses petits papiers". Au final, le meneur de poche a même su convaincre le patron de lui donner les clés du jeu des Bleus.

Autorité naturelle
Si le Marseillais constate que DD "arrive à mobiliser, à concerner tout le monde, à tirer de chaque joueur le meilleur", Olivier Giroud en donne la raison: "On a beaucoup de respect pour sa carrière, pour ce qu'il a accompli en tant que joueur et entraîneur, ça lui donne une grande crédibilité et une grande légitimité à nos yeux."

L'autorité naturelle du sélectionneur lui permet cette emprise sur son groupe sans que celui-ci s'en trouve étouffé. La moindre frustration est tuée dans l'oeuf, comme justement celle du Gunner, déçu de n'avoir pas débuté contre le Honduras, mais qui est revenu plus fort contre la Suisse avec un but et une passe pour sa première titularisation.

La maîtrise tactique de Deschamps remporte de fait l'adhésion de tous, même celle de la presse avec laquelle il maîtrise également les débats.

Au traditionnel jeu du chat et de la souris que se livrent généralement un sélectionneur et les journalistes à propos de la composition d'équipe du lendemain, DD a montré qu'il contrôlait la situation dans ce Mondial.

Sa façon de brouiller les pistes lors des deux séances d'entraînement précédant le match contre la Suisse (5-2) lui a permis de titulariser Sissoko à la place de Pogba sans que personne n'ait pu anticiper cette décision. Affront supplémentaire, Sissoko savait depuis la veille qu'il jouerait et rien n'a filtré.

De l'intérieur, Mathieu Debuchy se félicite d'avoir en Deschamps "le sélectionneur idéal, car on peut échanger beaucoup avec lui", de l'extérieur la presse s'interroge jusqu'à quel point son contrôle agit.

"Mais je ne suis pas là avec un joystick (manette de jeu) pour télécommander" les joueurs, s'agaçait-il récemment, alors qu'il lui était demandé si les manifestations de joie collective après les buts de son équipe résultaient de consignes de sa part.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 13:55

L'Equateur va fermer le jeu contre la France



Le sélectionneur de l'Equateur Reinaldo Rueda n'a pas caché que son équipe allait "fermer le jeu" contre la France pour contrecarrer les "géniales individualités" des Bleus, lors du dernier match du groupe E mercredi à Rio.

"Nous allons essayer de faire en sorte que ce soit un match fermé parce que nous en avons besoin. Ils ont des qualités que nous devrons contrôler", a dit l'entraîneur, un Colombien, en conférence de presse à Vila Ventura, camp de base des Equatoriens.

"La France, c'est un autre style (que les deux adversaires précédents, la Suisse et le Honduras), un autre système de jeu, une équipe qui possède des individualités géniales", a estimé Rueda.

"L'une des forces de la France c'est la possession du ballon, le jeu en triangle, la circulation. C'est pourquoi si nous parvenons à avoir la balle nous leur enlèverons de l'efficacité", a-t-il poursuivi.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:33

France : Les Bleus ont rendez-vous avec la légende



Irrésistible depuis le début du Mondial, la France a un dernier petit effort à fournir mercredi (17HOO locales, 20H00 GMT, 22H00 françaises) dans le mythique Maracana de Rio de de Janeiro contre l'Equateur afin de valider son billet pour les 8e de finale et décrocher la 1re place du groupe E. Un résultat nul ou une victoire contre l'Equateur devrait lui permettre de se prémunir d'un éventuel duel face à l'Argentine de Messi.

Avec 2 succès en 2 rencontres, 8 buts inscrits et seulement deux encaissés, les Bleus n'ont théoriquement pas grand-chose à craindre et il faudrait une catastrophe monumentale pour qu'ils échouent aux portes du Top 16. Didier Deschamps ne fait qu'exhorter ses joueurs à "ne pas s'enflammer" alors que leurs prestations en ont fait des terreurs du tournoi, voire des favoris en puissance. Mais le danger mathématique est tellement minime qu'ils peuvent aborder tranquillement cet ultime rendez-vous du 1er tour avant de basculer dans l'inconnue des matches à élimination directe.

L'objectif est surtout de maintenir l'élan des premiers jours passés au Brésil et de se montrer digne du légendaire Maracana, la perspective de le retrouver le 13 juillet pour la finale étant un rêve que personne n'ose encore envisager à voix haute malgré les louanges qui s'abattent de tous côtés sur cette équipe. Dans cette enceinte chargée d'histoire où il y a 37 ans la bande à Platini avait signé son acte fondateur en tenant tête à la Seleçao brésilienne (2-2) de Rivelino, la France doit se montrer à la hauteur de l'événement et de son nouveau statut.

Une défense remaniée
Traditionnellement, les 3e rencontres d'un premier tour sont toujours l'occasion de faire participer les suppléants à la fête. Celui-ci ne dérogera pas à la règle même si, sur le papier, rien n'est encore joué. Deschamps est soumis à plusieurs contraintes. Outre la suspension de Yohan Cabaye, qui l'obligera à changer de "sentinelle" devant la défense, il doit gérer les menaces qui pèsent sur Patrice Evra et Paul Pogba, déjà avertis.

Le sélectionneur est également tributaire de l'état de santé de Raphaël Varane, victime d'une gastro-entérite dimanche, et du physique de Mamadou Sakho, blessé à une cuisse (petite élongation) contre la Suisse (5-2), vendredi. Ce qui devrait le pousser à modifier, au moins en partie, sa charnière centrale. Le joueur du Real Madrid a de fortes chances de passer son tour pour revenir en forme optimale pour les 8e de finale, ce qui ouvre la voie à une titularisation de Laurent Koscielny, l'une des principales victimes du naufrage des Tricolores au barrage aller en Ukraine (2-0, le 15 novembre). Devenu N.3 dans la hiérarchie des défenseurs centraux, le Gunner a l'occasion de se racheter.

Pour Sakho, le flou persiste. Deschamps a beau avoir déclaré samedi que l'ancien Parisien serait "peut-être juste" pour affronter l'Equateur, ce dernier semble avoir récupéré puisqu'il a repris normalement l'entraînement lundi à huis clos. Autre inconnue: le degré d'ouverture aux remplaçants habituels que se permettra le sélectionneur.

Seule quasi-certitude, Karim Benzema devrait être conservé aux avant-postes. L'attaquant du Real Madrid s'est pour l'instant imposé comme l'une des grandes vedettes de cette Coupe du monde et les Bleus ne peuvent plus s'en passer. Avec 3 buts et des actions de classe à la pelle, Benzema rayonne et il aurait été injuste de lui faire manquer la visite du Maracana. La légende lui tend les bras.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:38

France : Sissoko lancé à pleine vitesse



Didier Deschamps avait tout prévu. Dans un milieu de terrain peuplé comme un hall de gare contre la Suisse, le sélectionneur de la France a sacrifié le talentueux Paul Pogba pour Moussa Sissoko, au style plus discret et moins spectaculaire. Résultat, une éclatante victoire 5:2, grâce entre autres à l’apport du milieu de terrain, entré dans la Coupe du Monde de la FIFA au même rythme qu’il mène sa carrière depuis ses débuts au centre de formation de Toulouse : à grande vitesse.

"Comme nous nous le sommes dit au début de la compétition, nous partageons tous le même objectif et le sélectionneur sait qu’il peut attendre la même chose de chacun des 23 membres de l’effectif", explique à la FIFA le joueur de Newcastle, remplaçant lors du premier match contre le Honduras. "Chacun est préparé à entrer sur le terrain n’importe quand. Je n’étais pas titulaire lors du premier match, je l’étais au deuxième, mais je me prépare de la même manière dans les deux cas, pour répondre présent le jour J."

Le milieu tricolore a répondu aux attentes de Deschamps, imposant sa puissance son endurance et son pressing haut pour perturber les relances suisses. "Nous avons su marquer dans le premier quart d’heure, et nous avons inscrit deux buts en l’espace de 30 secondes. Ça leur a fait très mal, et ça nous a parfaitement lancés", se souvient-il, à propos de l’entame réussie des Bleus, qui menaient déjà 3:0 à la pause. Mis sur les bons rails, les Tricolores sont restés sur la voie du succès après le repos, Sissoko multipliant les trajets dans un sens pour prêter main forte à ses défenseurs, et dans l’autre pour participer au festival offensif.

Resté à quai

A l’origine du quatrième but, il se paie même le luxe d’inscrire le cinquième d’un plat du pied parfaitement placé. "Un première participation à la Coupe du Monde et un premier but, je ne peux pas être plus heureux", assure celui qui, à 24 ans, a ouvert son compteur-buts en Bleu pour sa 19ème sélection. "Ce sont les moments dont on rêve quand on joue au football, et je suis heureux de les partager avec cette équipe-là."

Ce train bleu, lancé à pleine vitesse vers le deuxième tour de Brésil 2014, Sissoko y est monté en août 2010, grâce à Laurent Blanc, le cheminot de l’époque, mais il n’accroche pas le bon wagon pour l’UEFA EURO 2012. Rappelé par Didier Deschamps deux ans après, en octobre 2012, l’ancien Toulousain est désormais dans son élément dans un compartiment français métamorphosé depuis la qualification en barrage. "Nous améliorons régulièrement notre niveau depuis le deuxième mach contre l’Ukraine", assure le Magpie, en référence au succès 3:0 après la défaite 0:2 à l’aller. "Depuis, nous avons pris conscience que nous avons les qualités pour accomplir quelque chose de grand, c’est ce que nous sommes en train de montrer au monde."

Un parcours qui rappelle celui de Sissoko lui-même, de sa région parisienne natale aux pelouses brésiliennes. Né de parents maliens, il rêve de rouler dans les rails de son idole Mahamadou Diarra, et le train de banlieue le mène au centre de formation du TFC, où il apprend le métier dans les grandes lignes, débute en première division en 2007 et devient la locomotive de l'équipe de France Espoirs. "Venir d’un quartier défavorisé, voir les parents travailler, être issu d'une famille nombreuse, pour moi c'est une force", raconte-t-il à l’époque. "C'est ce qui fait que j'ai quelque chose en plus, en ayant toujours la rage en moi, en ayant toujours envie d'aller plus haut."

Train d’enfer
Il fera un trajet de six ans sous le maillot violet avant d’emprunter l’Eurostar pour la Premier League. Il entre en gare de Newcastle en janvier 2013 et passe sans encombre le passage à - haut - niveau. Auteur des deux buts qui offrent la victoire aux Magpies face à Chelsea pour son premier match à domicile, Sissoko justifie l’annonce faite à son arrivée : "L'Angleterre est faite pour moi, elle correspond à mon style de jeu. J'ai saisi cette chance et je suis très content d'être dans le pays du football."

Une description qui s’applique aussi au Brésil, où il poursuit son trajet vers les sommets. Prochaine station, l’Equateur le 25 juin, et la possibilité d’assurer la première place du Groupe E. "Nous avons joué deux bons matches, avec beaucoup de buts, de combinaisons, de bonnes phases défensives et de belles actions offensives",  juge Sissoko, qui voit déjà plus loin. "Nous allons essayer de jouer comme depuis le début du tournoi, et d’être solidaires sur le terrain. Si nous y parvenons, la France peut aller très loin." Terminus de ce train d’enfer ? Peut-être le 13 juillet au Maracanã…

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:40

Suisse : Xhaka ne baisse pas encore les bras



Ces derniers jours, les Suisses ont disséqué leur échec, dans leur hôtel de Porto Seguro. Il fallait repérer et corriger les erreurs à l'origine de la défaite sans appel (2:5) face à la France. "L'analyse vidéo était indispensable. Nous avons ainsi pu voir clairement ce qui n'a pas marché", expliqué le milieu de terrain, dans un entretien avec la FIFA. Cette défaite a évidemment freiné les ambitieux Suisses dans leur progression vers les huitièmes de finale. Toutefois, ils ne comptent pas se laisser éliminer. "Nous avons également relevé quelques aspects positifs", indique le joueur de 21 ans.

Si les deux premières rencontres ne se sont pas vraiment passées comme il l'espérait, l'auteur du deuxième but suisse face à la France n'entend pas renoncer à ses objectifs pour autant. Il retient que la Nati a su faire preuve de beaucoup de discipline en seconde mi-temps. Xhaka préfère aller de l'avant et se concentrer sur le prochain duel face au Honduras. Une victoire à Manaus assortie d'une défaite de l'Équateur dans l'autre match du Groupe E garantirait aux Helvètes une place en huitièmes de finale. Le joueur de Mönchengladbach est prêt à relever le défi : "C'est comme une finale de Coupe du Monde. Il faut se battre et courir pour l'équipe. Nous devons gagner contre le Honduras, un point c'est tout".

Confiance et talent
Xhaka, qui occupe une position plus offensive en équipe nationale qu'en club, est persuadé que, grâce à leur "formidable sélectionneur", en référence à Ottmar Hitzfeld, et aux joueurs expérimentés du groupe, les Suisses peuvent relever la tête et livrer une prestation plus convaincante que face aux Bleus. Le milieu de terrain  fera de son mieux, car il veut aller loin dans la compétition. "C'est génial de pouvoir jouer ici au Brésil", lance-t-il, même s'il avoue avoir été un peu tendu avant la première rencontre.

Mais tout ça appartient déjà au passé. Xhaka a retrouvé la confiance. À l'en croire, il ne peut y avoir qu'un seul vainqueur le 25 juin prochain : "Nous avons une meilleure équipe et plus de talent que le Honduras. Par aileurs, je pense que nous méritons de faire partie des 16 derniers. C'est ce que nous voulons par-dessus tout et nous le prouverons face aux Honduriens !"

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:41

Suisse : Eviter le scénario de 2010



La Suisse, rossée par la France (5-2), doit maintenant éviter que se reproduise le scenario de 2010 contre ce Honduras qui l'avait justement éliminée en Afrique du Sud, mercredi à Manaus (20h00 GMT) en clôture du groupe E du Mondial-2014.

Jusque-là, l'aventure des joueurs d'Ottmar Hitzfeld a en effet un petit air de déjà vu: une victoire en entame, l'Espagne il y a quatre ans, l'Equateur cette année, puis une défaite qui oblige à se retrousser les manches au dernier match. En 2010, le Honduras avait accroché 0-0 la Suisse et cela avait suffit à éliminer l'actuel N.6 mondial au classement Fifa. Pourtant, ce 2e match entre les deux nations ne se présente pas idéalement pour les Européens, étrillés par la France. De quoi mettre sous pression leur sélectionneur avant son 60e match.

Si les joues sont encore rouges, les têtes seront-elles remises pour ce duel à quitte ou double? Actuel 3e de la poule, la Suisse peut s'en sortir cette fois avec une défaite, mais elle peut aussi être éliminée avec une victoire puisque l'Equateur la devance actuellement à la différence de but (0 contre -2). Il ne devrait pourtant pas y avoir de révolution dans l'équipe qui s'est retrouvée menée à la mi-temps les deux fois précédentes, mais a inscrit trois de ses quatre buts dans les dix dernières minutes.

Von Bergen blessé, Senderos pourrait le suppléer dans l'axe de la défense. Au milieu, Shaqiri, neuf buts en 35 sélections à 22 ans, est enfin prié d'être à la hauteur de l'évènement. "Chacun peut nourrir de grands rêves, mais nous devons d'abord faire nos petits devoirs, et c'est battre le Honduras et montrer la volonté qu'on a déjà su montrer", synthétise bien Blerim Dzemaili. L'équipe, qui vient d'encaisser en 2014 autant de buts que lors des neuf matches précédents, n'a toutefois perdu aucune de ces trois rencontres à ce niveau contre un représentant de la Concacaf.

En face, cela tombe bien, il faudrait un miracle pour que celui-ci, qui à six reprises n'a jamais dominé un Européen, atteigne le tour suivant. Une large victoire et des prières envoyées aux Bleus sont pour cela indispensables. Alors que le Honduras reste sur quatre matches sans but marqué contre des adversaires issus de l'UEFA, heureusement que Costly a inscrit contre l'Equateur le premier but de son pays au Mondial depuis 1982 ! Ce qui n'a pas empêché la défaite (2-1), ni d'aggraver la différence de buts (-4).

"Il faut prendre des risques car on doit gagner, a donc appelé le meneur Palacios, de retour de suspension. Mais la Suisse ne veut pas perdre non plus donc ce sera très compliqué". Sa sélection nationale est pourtant avant toute chose une équipe rugueuse qui sait bien défendre quand la situation l'exige. Derrière, elle sera dirigée par l'imposant Bernardez et Figueroa, qui avait grandement contribué à dégoutter la Nati en 2010.

Le petit pays, qui fête seulement sa troisième apparition, attend pourtant depuis huit longues rencontres une victoire en Mondial.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:45

Equateur : Un collectif solide, une défense friable



L'équipe d'Equateur, qui affronte la France mercredi à 17h00 locales (22h00 françaises) à Rio de Janeiro, s'appuie sur une grosse force collective et un buteur en confiance (Enner Valencia), mais a laissé filtrer quelques lacunes défensives depuis le début du Mondial.

FORCES
Un buteur en confiance. Personne n'attendait Enner Valencia et pourtant le petit attaquant (25 ans, 1,74 m), joueur de Pachuca au Mexique, est l'un des meilleurs buteurs de ce début de Mondial (3 buts en 2 matchs). Il fait de l'ombre à son homonyme Antonio Valencia (Manchester United), plus discret lors des deux premiers matches. Ailier de formation, dribbleur, habile des deux pieds et bon de la tête, Enner a fait preuve d'une efficacité redoutable face à la Suisse (2 tirs, 1 but) et le Honduras (4 tirs, 2 buts). Le N.13, qui a honoré sa première cape en août 2013, porte chance à l'Equateur: Il a inscrit sept buts lors de ses six derniers matches.

Vitesse, technique et physique. Ces trois qualités permettent à la "Tri" de déstabiliser n'importe quel adversaire, selon l'attaquant hondurien Jerry Palacios: "Ils sont rapides et très costauds. Ils aiment bien conserver le ballon et bouger beaucoup". Le sélectionneur de la Suisse, Ottmar Hitzfeld, le reconnaissait lui-même après la victoire arrachée par la Nati en toute fin de match (2-1): "l'Equateur nous empêchait de jouer, ils étaient très rapides et ne nous laissaient pas organiser notre jeu de passes". Le milieu Jefferson Montero, excellent dribbleur, s'est notamment amusé dans la défense suisse.

Force collective. L'équipe ne possède aucun joueur de stature mondiale, à l'exception du joueur de ManU, Antonio Valencia, mais fait preuve d'une belle force collective, qui lui a permis de terminer devant l'Uruguay dans les qualifications amsud très relevées. "Mon groupe est très solidaire et possède un esprit d'équipe très fort", souligne le sélectionneur, Reinaldo Rueda. Ses joueurs "se transforment" en gladiateurs au service de l'équipe nationale pour former un groupe "de caractère, viril, ordonné, qui joue du bon football et est assez intelligent pour faire face à un Mondial difficile.

FAIBLESSES
Manque d'expérience. L'Equateur, pays d'Amérique du Sud de quelque 15 millions d'habitants situé entre la Colombie (nord) et le Pérou (sud) et deux fois plus petit que la France, dispute seulement la troisième Coupe du monde de son histoire (après 2002 et 2006). Peu habitués au très haut niveau, les internationaux s'exportent principalement dans le championnat mexicain. L'Equateur a "une équipe jeune avec beaucoup de talents", en train d'opérer "la relève d'une génération" relativise toutefois le sélectionneur. Seuls cinq joueurs ont participé à la précédente Coupe du monde de l'Equateur, en 2006: Castillo, A. Valencia, Luis Saritama, Jorge Guagua et Edison Méndez, qui à 35 ans dispute son troisième Mondial.

Des cadres défaillants ou absents. L'émergence d'Enner Valencia ne parvient pas à masquer la faillite individuelle de son homonyme Antonio. Le rapide ailier de Manchester United s'est dépensé sans compter sur son flanc droit, sans être déterminant jusqu'à présent. Même déception pour Christian Noboa, le milieu de 29 ans du Dinamo Moscou, qui a souffert d'un problème musculaire à la jambe droite avant d'arriver au Brésil. L'équipe souffre aussi de l'absence de Segundo Castillo (Al-Hilal, Arabie saoudite), forfait après une blessure au genou droit lors de la préparation.

Déconcentration. Le corollaire de ce manque d'expérience, ce sont ces sautes de concentration qui coûtent cher à l'Equateur, comme contre la Suisse. La Tri, incapable de préserver son avantage au score, s'est faite surprendre après la pause (48e) avant de craquer en toute fin de match (90e+3). Reinaldo Rueda ne le cachait pas: "Nous avons perdu notre rigueur, l'ordre qui a toujours caractérisé le comportement tactique de l'Equateur, à cette dernière minute. Nous nous sommes laissés emporter par l'émotion".

Défense friable. La défense est le point faible de l'équipe. La plupart des joueurs évoluent au pays ou au Brésil (Erazo à Flamengo). Dans les buts, le sélectionneur fait confiance à Alexander Dominguez depuis le début du Mondial, alors que le gardien de la LDU Quito constitue plutôt son second choix habituellement. Le titulaire, Maximo Banguera (Barcelona Guayaquil), a été écarté depuis son match raté en préparation face à l'Angleterre (2-2).

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 20:05

France : Quelle ligne défensive contre l'Equateur ?



Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps devrait procéder à une large rotation au sein de la défense pour le dernier match du premier tour du Mondial-2014 face à l'Equateur, mercredi au Maracana de Rio de Janeiro.

Revue de détail des changements attendus.

Varane juste, Koscielny prêt
Victime dimanche d'une gastro-entérite, qui a nécessité une visite à l'hôpital de Ribeirao Preto, Varane est très incertain. Il est certes réapparu à l'entraînement lundi mais s'est contenté d'un travail individualisé quand ses coéquipiers effectuaient la mise en place tactique. Difficile dans ces conditions d'imaginer Deschamps prendre le risque d'aligner son nouveau patron de l'axe central dans un match de Coupe du monde dont l'intensité sera élevée, le tout par une forte chaleur (30 degrés sont annoncés au Maracana), le but étant d'éviter une nouvelle déshydratation et de le récupérer frais et dispo pour les huitièmes de finale. En conséquence, Laurent Koscielny devrait connaître sa première titularisation dans le tournoi après la petite demi-heure disputée contre la Suisse (5-2), vendredi. Il sera attendu au tournant, lui qui avait perdu ses nerfs et sa place lors du barrage aller en Ukraine (0-2, le 15 novembre), en étant impliqué sur les deux buts avant d'être exclu pour une gifle assénée à un joueur adverse. Sa suspension ayant été minime avec un match ferme, Deschamps ne lui a pas fermé la porte des Bleus. Il a même confirmé ses bonnes dispositions en préparation. A lui de ne pas manquer l'occasion rêvée de se racheter.

Sakho semble remis, Mangala devrait attendre
Son élongation à la cuisse droite ne serait qu'un mauvais souvenir au vu des deux dernières séances d'entraînement effectuées sans frein particulier. Pourtant, Deschamps avait laissé entendre au lendemain du match contre le Suisse que son rétablissement serait trop juste pour celui face à l'Equateur. La tendance est donc en faveur d'une titularisation. Qui plus est, cela permettrait de ne pas bouleverser d'un seul coup toute la charnière centrale. De fait, sauf alerte de dernière minute, Eliaquim Mangala, qui n'a pas encore joué durant le tournoi, ne devrait pas avoir la joie de fouler la pelouse du Maracana. Le joueur de Porto (23 ans, 3 sélections), qui avait réussi une belle sortie contre les Pays-Bas en mars (2-0), paye sans doute son inexpérience au plus haut niveau international.

Sagna, la prime à l'ancienneté
Le futur joueur de Manchester City (31 ans, 41 sélections) fait partie des cinq joueurs français qui ont déjà disputé une Coupe du monde (avec Evra, Lloris, Landreau, Valbuena) mais c'est en tant que doublure de Mathieu Debuchy qu'il a attaqué l'aventure brésilienne. Blessé juste avant l'Euro-2012 et donc forfait, l'ancien défenseur d'Arsenal s'est petit à petit éloigné du onze de départ bleu, victime des qualités de contre-attaquant de Debuchy, un domaine qui a toujours été son gros point faible. Mais il s'est accroché et est resté dans les petits papiers de Deschamps, profitant il est vrai de la faiblesse de la concurrence au poste d'arrière droit. Avec lui, le sélectionneur sait qu'il ne ne part pas dans l'inconnu même si Sagna devrait logiquement retourner sur le banc une fois la qualification acquise.

Digne, l'avenir des Bleus
Le champion du monde U20 (21 ans, 2 sélections) incarne l'avenir de l'équipe de France et sera amené à prendre la relève de Patrice Evra sur le côté gauche de la défense dans l'optique de l'Euro-2016. C'est d'ailleurs la menace de suspension du Mancunien, averti face au Honduras (3-0), qui devrait lui permettre de vivre sa grande permière en Coupe du monde. Son transfert au Paris SG à l'été 2013 ne lui a pas porté préjudice, bien au contraire, puisque son statut de remplaçant de Maxwell ne l'a pas empêché d'être convoqué pour le Brésil, au détriment de Gaël Clichy. Ce Mondial intervient trop tôt pour l'ancien Lillois, Evra étant, de part son statut de leader du vestiaire et de cadre, quasiment indéboulonnable, sauf pépin physique. Mais il est là pour emmagasiner du vécu. Le match contre l'Equateur, à moindre enjeu, est idéal pour le plonger dans le grand bain d'une phase finale.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 22:09

Equateur : Noboa prêt à retourner au combat



Christian Noboa est l'architecte de l'entrejeu de l'Equateur. Dur au marquage et passeur précis, il est l'une des pièces maîtresses du dispositif de Reinaldo Rueda. À la veille de la rencontre face à la France qui décidera de l'avenir des Sud-Américains en terres brésiliennes, le milieu se prépare à une véritable finale et rêve de décrocher le billet pour les huitièmes.

Le pensionnaire du Dynamo Moscou fait part à la FIFA de ses réflexions à propos du face-à-face crucial qui l'attend. "On peut battre la France. En Coupe du Monde, tous les pays ont une chance, on l'a vu dans les autres matches", estime-t-il. "L'écart s'est rétréci entre les équipes. Mais c'est la France. On doit se concentrer sur notre jeu, parce que ça va être dur. On joue pour la qualification en huitièmes de finale."

"On doit gagner pour accéder au deuxième tour. Pour nous, c'est une finale", ajoute le Tsar. "Il faudra qu'on montre les qualités qui nous ont servi face au Honduras, le comportement et la concentration par exemple. Mais on modifiera notre stratégie, parce que tous les matches sont différents. Les équipes ne jouent pas de la même façon. Cela dit, notre envie et notre style de jeu ne dévieront pas."

La victoire sur le Honduras, qui a remis les Tricolores dans la course à la qualification, a été accueillie par une explosion de joie en Équateur. "On s'est mis une énorme pression, parce que c'était une question de vie ou de mort", commente Noboa. "On devait gagner pour espérer rester dans la compétition. À la fin du match, on était fous de joie d'avoir pris les trois points et d'offrir ce bonheur à notre pays. Je vais de mieux en mieux au fil des matches", poursuit Christian. "C'est ma première Coupe du Monde, j'ai tout à apprendre. Mais je me sens très bien et j'espère que ça va continuer contre la France. Et si je peux livrer une meilleure performance, tout le monde en profitera".

Un objectif clair
L'Équateur a atteint le deuxième tour de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™, sa meilleure prestation jusqu'ici. Aujourd'hui, Noboa et ses coéquipiers se sont fixé un but précis : "Notre objectif est de franchir la phase de groupes et de faire aussi bien que la sélection en 2006. Nous avons une bonne équipe, mais ce sera compliqué. Nous donnerons le meilleur de nous-mêmes comme on l'a fait face au Honduras. Je l'ai déjà dit, pour nous, c'est une question de vie ou de mort."

Auteur de trois buts en deux confrontations, Enner Valencia est l'une des révélations de la compétition. "Je le connais bien", sourit le Moscovite à l'évocation de son coéquipier. "C'est un homme calme, très timide. C'est difficile de le faire rire parce qu'il est introverti. Mais c'est un grand joueur. Il se donne à fond dans tous les entraînements et il cherche toujours à s'améliorer. Il fait un excellent travail et il nous donne confiance en notre attaque."

Malgré les difficultés qui attendent les Sud-Américains, il est hors de question de guetter le résultat du match qui se disputera en même temps entre la Suisse et le Honduras. "Pour nous, c'est simple : on ne dépend que de nous-mêmes. Si on gagne, on se qualifie", conclut Noboa. Clair et net, comme son jeu.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 12:58

France : Six changements contre l'Equateur



Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps devrait procéder à 6 changements pour affronter l'Equateur, mercredi 25 juin lors du dernier match du groupe E du Mondial, en se passant du défenseur Raphaël Varane et en titularisant le milieu Morgan Schneiderlin, selon la mise en place tactique à huis clos mardi.

L'absence de Varane était dans l'air, l'arrière du Real Madrid ayant été victime d'une gastro-entérite dimanche. Ce sera donc Laurent Koscielny qui sera chargé de le remplacer en formant la charnière centrale avec Mamadou Sakho, visiblement bien remis de son élongation à une cuisse, contractée vendredi face à la Suisse (5-2).

Les deux joueurs seront accompagnés à droite par Bacary Sagna, qui suppléera Mathieu Debuchy, et par Lucas Digne à gauche, Patrice Evra étant sous la menace d'une suspension pour les 8èmes de finale en cas de nouveau carton jaune.

La grande surprise vient de la présence de Schneiderlin dans l'entre-jeu. Le milieu de Southampton (24 ans), qui a profité du forfait de Clément Grenier pour intégrer la liste des 23, ne compte qu'une sélection et n'est pas encore entré en jeu durant cette Coupe du monde. Il occupera le poste de sentinelle devant la défense, Yohan Cabaye étant suspendu.

Schneiderlin grille la politesse à Rio Mavuba, beaucoup plus expérimenté (30 ans, 13 sélections) et qui était considéré jusque-là comme la doublure attitrée de Cabaye.

Paul Pogba, pourtant averti contre le Honduras (3-0), le 15 juin, et l'indispensable Blaise Matuidi complèteront le milieu.

En attaque, Karim Benzema, le meilleur buteur bleu (3 réalisations depuis le début du Mondial), est logiquement reconduit et sera entouré par le polyvalent Moussa Sissoko et Antoine Griezmann. Olivier Giroud, auteur d'un très gros match contre la Suisse (1 but, 1 passe décisive), retournera donc sur le banc.

Composition probable de l'équipe de France
Lloris (cap.) - Sagna, Koscielny, Sakho, Digne - Schneiderlin, Matuidi, Pogba - Sissoko, Benzema, Griezmann

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:04

France : Les Bleus ont rendez-vous avec la légende



Irrésistible depuis le début du Mondial, la France a un dernier petit effort à fournir dans le mythique Maracana de Rio de de Janeiro contre l'Equateur afin de valider son billet pour les 8ème de finale et décrocher la 1re place du groupe E.

Un résultat nul ou une victoire contre l'Equateur devrait lui permettre de se prémunir d'un éventuel duel face à l'Argentine de Messi. Avec 2 succès en 2 rencontres, 8 buts inscrits et seulement deux encaissés, les Bleus n'ont théoriquement pas grand-chose à craindre et il faudrait une catastrophe monumentale pour qu'ils échouent aux portes du Top 16.

Didier Deschamps ne fait qu'exhorter ses joueurs à "ne pas s'enflammer" alors que leurs prestations en ont fait des terreurs du tournoi, voire des favoris en puissance. Mais le danger mathématique est tellement minime qu'ils peuvent aborder tranquillement cet ultime rendez-vous du 1er tour avant de basculer dans l'inconnue des matches à élimination directe.

L'objectif est surtout de maintenir l'élan des premiers jours passés au Brésil et de se montrer digne du légendaire Maracana, la perspective de le retrouver le 13 juillet pour la finale étant un rêve que personne n'ose encore envisager à voix haute malgré les louanges qui s'abattent de tous côtés sur cette équipe.

Dans cette enceinte chargée d'histoire où il y a 37 ans la bande à Platini avait signé son acte fondateur en tenant tête à la Seleçao brésilienne (2-2) de Rivelino, la France doit se montrer à la hauteur de l'événement et de son nouveau statut.

Une défense remaniée
Traditionnellement, les troisièmes rencontres d'un premier tour sont toujours l'occasion de faire participer les suppléants à la fête. Celui-ci ne dérogera pas à la règle même si, sur le papier, rien n'est encore joué.

Deschamps est soumis à plusieurs contraintes. Outre la suspension de Yohan Cabaye, qui l'obligera à changer de "sentinelle" devant la défense, il doit gérer les menaces qui pèsent sur Patrice Evra et Paul Pogba, déjà avertis.

Selon la mise en place tactique de mardi effectuée à huis-clos, c'est Morgan Schneiderlin qui aura la haute charge de remplacer Cabaye. Il s'agit d'une petite surprise, le milieu de Southampton (24 ans) ne comptant qu'une sélection et n'étant pas encore entré en jeu durant la compétition. Il grille la politesse à Rio Mavuba, beaucoup plus expérimenté (30 ans, 13 sélections) et qui était considéré jusque-là comme la doublure attitrée du Parisien.

Evra sera logiquement suppléé par le jeune champion du monde U20 Lucas Digne (21 ans, 2 sélections) alors que Pogba sera tout de même aligné en dépit de son carton jaune reçu contre le Honduras (3-0, le 15 juin).

Le sélectionneur est également tributaire de l'état de santé de Raphaël Varane, victime d'une gastro-entérite dimanche, et du physique de Mamadou Sakho, blessé à une cuisse (petite élongation) face à la Suisse (5-2), vendredi. Ce qui devrait le pousser à modifier, en partie, sa charnière centrale.

Six changements
Le joueur du Real Madrid devrait passer son tour pour revenir en forme optimale pour les 8e de finale, ce qui ouvre la voie à une titularisation de Laurent Koscielny, l'une des principales victimes du naufrage des Tricolores au barrage aller en Ukraine (2-0, le 15 novembre). Devenu N.3 dans la hiérarchie des défenseurs centraux, le Gunner a l'occasion de se racheter.

Sakho sera en revanche être maintenu. Deschamps avait pourtant déclaré samedi que l'ancien Parisien serait "peut-être juste" pour affronter l'Equateur mais ce dernier semble avoir récupéré puisqu'il a repris normalement l'entraînement lundi à huis clos et a formé la paire défensive axiale avec Koscielny mardi. Au total: le sélectionneur effectuera 6 changements par rapport à l'équipe qui avait laminé la Suisse.

Karim Benzema sera lui logiquement conservé aux avant-postes. L'attaquant du Real Madrid s'est pour l'instant imposé comme l'une des grandes vedettes de cette Coupe du monde et les Bleus ne peuvent plus s'en passer. Avec 3 buts et des actions de classe à la pelle, Benzema rayonne et il aurait été injuste de lui faire manquer la visite du Maracana. La légende lui tend les bras.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 16:44

France : Les Bleus tout près du huitième ciel



L'équipe de France, redevenue une sélection qui fait peur, n'a plus qu'une dernière formalité à remplir, contre l'Equateur mercredi, dans le mythique Maracana de Rio, pour composter son billet pour les huitièmes de finale du Mondial-2014 au Brésil.

Les joueurs de Didier Deschamps avancent jusqu'ici comme dans un rêve, même s'il est vrai que le groupe E n'était pas le plus ardu du tournoi au pays du "futebol".

Les résultats (2 victoires, 8 buts marqués, 2 encaissés) font que la France est seule en tête et pourrait même se qualifier en cas de défaite grâce à sa différence de buts confortable (+6). Il faudrait un concours de circonstances hautement improbable pour priver la bande à Benzema du Top 16 mondial.

Les joueurs français ne vont sans doute pas chercher à jouer le nul qui les qualifierait à coup sûr et leur garantirait la première place du groupe, celle qui permettrait d'éviter l'Argentine de Lionel Messi au tour suivant.

En premier lieu, il y a une dynamique à entretenir, celle d'une formation où le danger peut venir de partout. Lors du match précédent, une correction pour la Suisse (5-2), les buteurs habituels -Benzema et Giroud- furent au rendez-vous, mais les autres aussi, plus inattendus, comme Valbuena, Matuidi et même Sissoko.

Au-delà d'un rythme à garder, il y a aussi un écrin à honorer. Les hommes du capitaine Lloris vont jouer dans un des temples légendaires de la planète football, le Maracana.

Le public brésilien, qui garde encore en mémoire la défaite choc de la Seleçao en finale du Mondial-1998 (3-0), viendra en curieux pour ces Bleus période "Renaissance".

Car au-delà des résultats, la manière a frappé les esprits, et les autres équipes regardent désormais les Français d'un oeil différent.

La surprise Schneiderlin ?
"La France a une excellente équipe", a ainsi salué David Luiz, défenseur central du Brésil et futur joueur du Paris SG la saison prochaine.

La sélection française devra aussi montrer au Maracana, au-delà de ses qualités, qu'elle a de la ressource, en l'absence prévue de Cabaye, suspendu, et de celle probable de Varane, diminué par une gastro-entérite cette semaine.

Deschamps devrait procéder à six changements pour affronter l'Equateur, avec une charnière centrale Koscielny-Sakho, et surprise, dans l'entre-jeu, le milieu de terrain méconnu de Southampton Schneiderlin (24 ans).

Jusqu'ici Didier Deschamps a toujours fait des choix judicieux. Et, en dehors du terrain, l'ancien champion du monde 1998 a réussi à éviter les excès de confiance.

Dans l'autre match du groupe E, à Manaus, la Suisse devra montrer qu'elle s'est remise de sa gifle et tenter, face au faible Honduras, de se qualifier pour les huitièmes de finale.

France et Suisse, qui jouent à 22h00 françaises, auront évidemment un oeil plus tôt dans l'après-midi (18h00 françaises) sur le groupe F qui leur fournira leur adversaire en huitième de finale en cas de qualification.

L'Argentine, déjà qualifiée, affrontera le Nigeria à Porto Alegre, avec l'ambition de conserver sa première place et de convaincre enfin, après avoir bafouillé son foot en s'en remettant trop aux fulgurances de son Messi(e).

Dans la dernière rencontre, l'Iran étonnant (nul 0-0 contre le Nigeria et défaite 1 à 0 seulement contre l'Argentine) tentera d'abattre une dernière carte en rêvant à un improbable exploit qui passe par une large défaite du Nigeria et une victoire face à la Bosnie, bizuth de ce tournoi, déjà éliminée.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:02

France : Schneiderlin, baptisé au Maracana



Morgan Schneiderlin, invité de dernière minute au Mondial après le forfait de Clément Grenier, a parfaitement tenu son rôle de sentinelle contre l'Équateur (0-0) pour sa première titularisation avec la France, mercredi au Maracana.

Né sous une bonne étoile, Schneiderlin (23 ans) a fait honneur à une deuxième sélection dans le prestigieux stade de Rio de Janeiro, assurant un pressing qu'il était souvent le premier à lancer.

La tête dans les étoiles, le joueur a parlé d'"un rêve qui se réalise, au Maracana, dans un stade mythique, c'est juste incroyable". Le milieu de terrain de Southampton, inconnu du grand public avant la Coupe du monde, a contenu les offensives équatoriennes et écoeuré son vis-à-vis, Antonio Valencia, qu'il côtoie en Championnat d'Angleterre sous le maillot de Manchester United.

Schneiderlin s'est jeté dans ses pieds pour empêcher sa seule frappe (45+2), l'autre Valencia, Enner, se montrant plus dangereux sur le match. L'équatorien de ManU, nerveux, a d'ailleurs écopé d'un carton rouge peu après la pause.

Pour son premier match entier depuis un mois et dix jours il a essayé pour se "remettre en route" de "faire des choses basiques, et petit à petit entrer dans le match". "J'espère que je ne l'ai pas déçu, j'ai donné mon maximum", a-t-il dit après avoir "remercié le coach" pour sa confiance.

Et dire qu'il ne devait même pas en être. Parmi les sept réservistes au début du rassemblement à Clairefontaine, le natif de Strasbourg n'aurait pas figuré dans le groupe pour le Brésil sans la blessure du Lyonnais Grenier. Didier Deschamps l'avait plutôt inclus dans le réservoir en vue de l'Euro-2016 à la maison. Le sélectionneur lui avait fait sentir le parfum des Bleus, concédant à Schneiderlin les dernières minutes de la promenade contre la Jamaïque (8-0), à la place de Karim Benzema.

Tacleur
Pour sa première vraie sélection, contre l'Équateur, DD lui a confié le rôle de Yohan Cabaye, suspendu, la pointe basse du triangle du milieu, en chien de garde, au service de Blaise Matuidi et de Paul Pogba, plus tournés vers l'avant.

Sa spécialité, c'est le tacle. Il a été le deuxième meilleur dans cet exercice lors de la saison 2013-2014 du Championnat d'Angleterre, derrière Lucas Leiva (Liverpool), avec 4,1 tacles réussis par match en moyenne, et reste le roi de l'interception. Il s'est spécialisé dans le rôle de sentinelle à Southampton, avant d'étendre son registre avec l'arrivée l'été dernier de Mauricio Pochettino sur le banc, qui lui demande également de servir de lien défense-attaque.

Sur un de ses précieux tacles aux 40 m, les Bleus ont amorcé l'occasion d'Antoine Griezmann qui a fini sur le poteau (47). Il n'en a raté qu'un dans la soirée, sur Enner Valencia, pour le contre le plus dangereux de l'Équateur (54), mais s'est rattrapé en enrayant le contre suivant.

"Bon, il y a des choses à améliorer, avec par exemple une perte de balle à la fin", a admis Schneiderlin. Il a même tenté une frappe de loin, mais trop enlevée (72), après un petit jongle de patience qui en dit long sur son sang-froid.

Ce calme lui vient peut-être d'un début de carrière plein de prises de risque. Formé à Strasbourg, professionnel à 16 ans, Schneiderlin s'est retrouvé à Southampton en 2008. Un an plus tard, les "Saints" tombaient en 3e division... Ils ont remonté les échelons avec Schneiderlin. Du Memorial Stadium des Bristol Rovers au Maracana, quel parcours!

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:03

Honduras 0 - Suisse 3
Shaqiri sort le grand jeu pour la Nati




Il est petit, mais il a les épaules larges. Dans tous les sens du terme. Xherdan Shaqiri, le milieu offensif de poche de la Suisse, a fait oublier presque à lui tout seul la déroute contre la France (2:5) en inscrivant face au Honduras un triplé qui envoie son équipe en huitièmes de finale.

Et le joueur du Bayern Munich ne met pas longtemps à montrer les muscles. Ceux de sa jambe gauche se portent bien et lui permettent d’expédier une sublime frappe enroulée dans la lucarne de Noel Valladares (0:1, 6’), puis de placer une accélération phénoménale sur un contre parfaitement joué avec Josip Drnic, conclu avec sang-froid (0:2, 31’). Côté Catrachos, on n’en menait pas large au coup d’envoi, avec zéro point et une statistique déprimante : aucune victoire contre une équipe européenne en six confrontations. Inutile de dire que la sortie sur blessure de l’attaquant vedette Carlo Costly ne fait qu’empirer la situation…

Les Centraméricains tentent bien de relancer le bras de fer après la pause, notamment grâce au puissant Jerry Bengtson, mais celui qui bombe le torse, c’est Shaqiri. Nouveau débordement de Drnic, nouveau service parfait, et nouvelle démonstration de force du petit Suisse, du gauche et au ras du poteau (0:3, 71’).

La Nati peut jouer les gros bras, elle termine à la deuxième place du Groupe, mais peut s’attendre à du costaud en huitième : l’Argentine.

Homme du Match : Xherdan Shaqiri (SUI)

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:04

Equateur 0 - France 0
Les Bleus restent en tête




Face à l’Equateur, Didier Deschamps avait opté pour un profond bouleversement dans son 11 de départ, avec six changements par rapport au match face à la Suisse. Les probabilités pour que la France soit coiffée au poteau dans le Groupe E étaient infimes, encore fallait-il tenir tête à une Tri encore en course pour la qualification.

Antoine Griezmann d’une frappe aux 20 mètres à côté (10’), Moussa Sissoko d’une volée bien captée par Alexander Dominguez (16’) et Paul Pogba du crâne (38’) installaient la domination européenne. Mais pas de quoi inquiéter réellement le portier équatorien. Enner Valencia (39’) rééquilibrait les débats, mais sa reprise de la tête faisait briller Hugo Lloris.

La pause inspirait les Français. A peine étaient-ils revenus sur la pelouse du Maracanã, que Griezmann coupait un centre de Bacary Sagna et manquait d’un poil l’ouverture du score : poteau ! L’exclusion d’Antonio Valencia pour une semelle sur Lucas Digne libérait des espaces à des Bleus dominateurs. Pogba (58’, 73’), Matuidi (61’), Benzema (64’, 77’, 84’) et Loic Remy (87') allumaient tour à tour les mèches, mais rien n’y faisait. Sur contre-attaque, Alex Ibarra était même proche de signer le but d’une victoire qui aurait été de toute façon été inutile, la Suisse s'étant imposée 3:0 dans l'autre rencontre.

Avec ce 0:0, la France conserve la tête du Groupe E mais devra faire preuve de davantage de toupet face au Nigeria, le 30 juin prochain à Brasilia.

Homme du Match : Alexander Dominguez (ECU)

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:05

Honduras : Luis Fernando Suarez veut arrêter



Le sélectionneur colombien du Honduras Luis Fernando Suarez souhaite mettre fin à son mandat, a-t-il déclaré mercredi après la défaite contre la Suisse (3-0) qui élimine le pays du Mondial-2014.

"Je viens juste de prendre unilatéralement la décision d'arrêter, a expliqué le technicien de 54 ans arrivé en 2011. Je ne sais pas ce que les dirigeants ont en tête mais j'ai envie d'aller travailler ailleurs".

"On avait dit avant le tournoi qu'il fallait attendre pour voir la volonté de chacun. Aujourd'hui, j'ai l'impression que mon travail arrive au bout. C'est difficile d'aborder cette question sans émotion mais je pars tranquillement et je vais me mettre à la recherche d'un emploi".

M. Suarez n'a cependant pas été très clair sur la nature de son contrat, si celui-ci avait expiré ou s'il lui restait des années. Il n'a pas non plus clairement dit s'il avait annoncé sa décision à ses dirigeants.

"Je ne suis pas satisfait évidemment, mais le Honduras a fait un beau parcours. On a dû remplacer de bons joueurs et des personnalités fortes. Je suis convaincu que les résultats seront bons à l'avenir. Je resterai supporteur du Honduras", a-t-il poursuivi.

"Ses joueurs ont d'énormes capacités, ils sont exubérants, ils ont un grand potentiel. Il faut juste améliorer le travail avec la base et désormais on ne peut plus voir l'équipe comme un cendrillon", a conclu le Colombien.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:06

France, Deschamps : "Je ne vais pas retenir le négatif"



Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a expliqué que le nul contre l'Equateur (0-0), mercredi, n'était pas de nature à "gâcher le bonheur et la joie" de la qualification pour les 8e de finale du Mondial-2014.

Quel sentiment domine après la qualification ?
Il en faudrait beaucoup plus pour gâcher notre satisfaction et notre joie. On était là pour nous qualifier pour les 8ème et terminer premier. C'est fait. On avait des joueurs différents mais le fil conducteur était le même. On a eu énormément d'occasions, le gardien a fait de bons arrêts, parfois on lui a mis le ballon dessus mais on a eu un manque d'efficacité. Je ne vais pas retenir le négatif, ça ne gâche en rien notre bonheur et notre joie.

Qu'est-ce qui a manqué aux Bleus ?
Marquer des buts. Pour qu'il y ait du spectacle, il faut qu'il y ait des buts.

Ce nul est-il un mal pour un bien et de nature à calmer l'euphorie ?
On ne fait pas ça pour calmer les gens, on ne s'est pas vus comme les rois du monde après notre victoire contre la Suisse (5-2). Il y a aussi des adversaires qui ont des qualités, comme l'Equateur. Tous les matches sont difficiles, l'Argentine a eu un match difficile contre le Nigeria. C'est une Coupe du monde de haut niveau avec de l'intensité. Les supporteurs français étaient plus de 10.000 aujourd'hui, on n'a pas gagné ce match mais on a tout fait pour le gagner. Mais je ne suis pas là pour calmer leur euphorie. Ce sera à nous de maintenir ça et c'est très agréable. Les joueurs en ont besoin.

Que pensez-vous du Nigeria ?
Elle a un bloc solide, a une aptitude à bien défendre avec un bon gardien et de la qualité devant avec de la vitesse. Ce sera un match difficile.

Qu'est-ce qui a changé chez les Bleus depuis 4 ans et la dernière Coupe du monde?
Depuis le premier jour du rassemblement, il y a un état d'esprit dans ce groupe qui a envie de faire des choses et de bien les faire. Il y a une grande application, une envie commune de se battre ensemble et d'aller le plus loin possible. Mon rôle et celui du staff est de fédérer tout ça.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:07

Suisse, Hitzfeld : "Chaque joueur a touché sa limite"



"On a commencé à écrire une histoire, on peut la continuer", a assuré mercredi l'entraîneur Ottmar Hitzfeld, qui a loué les qualités mentales de la Suisse après sa victoire contre le Honduras (3-0) et avant son 8e de finale du Mondial-2014 contre l'Argentine.

Quel est votre sentiment après cette victoire et la qualification en 8ème de finale ?
Je veux féliciter ceux qui ont joué. On a joué contre un adversaire très fort, mais aussi le climat. On était conscient du problème, on l'avait analysé. On était convaincu de pouvoir atteindre les 8e de finale. Je connais parfaitement les points forts de mes joueurs. On a montré de la discipline, une envie de courir, d'être solidaire. Il y a eu un bel esprit de corps. L'équipe a montré de la force et de la volonté. Elle s'est dépassée et a fait preuve de passion. Parfois c'est bien la souffrance, et aujourd'hui on a un peu souffert pour avancer. On va récupérer, on va rentrer tard. C'est important de se reposer demain, de se soigner, de compenser la perte de liquide, et pas avec de l'alcool! Avec de l'eau et des sels minéraux. Et ensuite, on passera à la préparation du match contre l'Argentine.

Sentiez-vous Shaqiri touché par les critiques avant son coup d'éclat ?
Trois buts, c'est formidable et il faut le féliciter. Mais je n'avais pas vu jusque-là ses matches aussi négativement que certains experts. Même contre la France, dans sa position, il avait pu amorcer des contre-attaques. C'était important de pouvoir compter sur lui et de savoir que l'équipe pouvait compter sur lui. On est conscient de ses qualités. Il a montré ce qu'il est capable de faire. Il a confirmé tout son potentiel alors qu'il évolue dans une position axiale qui est un peu neuve pour lui et qui lui demande de plus courir au milieu. Évidemment le Honduras aussi a eu des occasions et il faut aussi féliciter notre gardien qui a bien réagi. Chaque joueur a touché sa limite.

Justement, comment comptez-vous vous y prendre contre l'Argentine ?
A partir de maintenant, tout est question de motivation. On a commencé à écrire une histoire, on peut la continuer. Se qualifier ne sera pas facile mais contre l'Argentine on n'a rien à perdre. On n'a même tout à gagner. Il faudra prendre les bonnes décisions mais on a nos chances. On verra comment on joue, je ne sais pas encore ce qu'on va faire d'un point de vue tactique. Il faudra analyser ce qu'il s'est passé contre le Honduras et en fonction de cela créer la bonne stratégie.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:15

France : Pogba, des bains turcs au grand bain



Il y a pratiquement un an jour pour jour, Paul Pogba, assistait impuissant à la victoire de son adversaire lors du troisième et dernier match de la phase de groupes de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013. Une contre-performance sans incidence : elle n’avait pas empêché la France de se qualifier pour les huitièmes de finale de l’épreuve reine de la catégorie. Avant d’aller beaucoup plus loin...

"J’espère juste que ça va faire comme les U-20", raconte l’intéressé, tout sourire, au micro de la FIFA, en référence au parcours effectué il y a un an par lui-même et Lucas Digne, également titulaire ce 25 juin face à l’Equateur. "C’est vrai qu’on avait buté sur l’Espagne au troisième match de la compétition. Mais on a fini par gagner cette Coupe du Monde U-20. Si on pouvait faire le même chemin, ça serait pas mal !"
 
Du chemin, Paul Pogba en a parcouru depuis ce 27 juin 2013. Révélation de l’année à la Juventus de Turin, Il Polpo Paul ("Paul Le poulpe") est, depuis, devenu un cadre des Bleus, du haut de ses 21 ans et de son mètre 91. Impressionnant de facilité face à la Tri, Pogba a parfois donné l’impression qu’il jouait contre des U-20. "Je suis content, je me sens bien, mais je préfère ne pas m’appesantir sur mes performances et plutôt évoquer celles de l’équipe", commente-t-il sobrement.

Omniprésent dans l’entrejeu, il est le Français qui s’est créé les meilleures occasions du match. Sa tête sortie par miracle par Alexander Dominguez à la 38ème minute, son tir sauvé in extremis par Cristhian Noboa à la 58ème, son autre tête à la 73ème et son shoot à la 89ème tous deux au ras du poteau, auraient mérité meilleure fin au vue de sa prestation cinq étoiles.
 
Pas de barrière
"On a bien joué, on a réalisé le match qu’il fallait, on n’a pas été récompensé. On a juste manqué de réussite, c’est tout", résume-t-il. "Je ne pense pas que ce match puisse influer sur notre confiance. On a fait match nul : on n’a pas perdu. C’est important. On peut être satisfait de notre performance et de la qualification pour le tour suivant."
 
C’est finalement ça qu’il faut retenir : le chemin continue pour Paul Pogba et la France. Et pour le coup, au vu de la trajectoire du milieu de terrain des Bleus, le grand Paul n’est pas du genre à s’encombrer des obstacles sur sa route : "On va jouer le Nigeria en huitième de finale mais ça aurait pu être l’Argentine, ou n’importe quelle une autre équipe d’ailleurs, c’est la même chose pour nous : l’objectif est de gagner, c’est d’aller le plus loin possible. On fait tout pour le réaliser."
 
Il vaudrait mieux prendre au sérieux les paroles du bonhomme… car tout juste sorti de sa Coupe du Monde U-20, Paul Pogba s’était fixé un but très clair : "Je voulais jouer une Coupe du Monde, une vraie, c’était mon rêve", conclut-il, après sa brillante performance au Maracanã.

Fifa.com (26/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:16

Suisse : La défense suisse recolle les morceaux



Pour une équipe habituée à briller pour ses capacités défensives, il n’a pas dû être évident d’encaisser six buts lors des deux premières journées de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Logiquement, c’est la peur au ventre que la Suisse a abordé le choc contre le Honduras, ayant besoin d’une victoire, de beaucoup de buts et d’une solidité retrouvée après la lourde défaite 5:2 concédée contre la France.

Le succès 3:0 avec lequel elle a confirmé sa qualification pour les huitièmes a de quoi satisfaire tout le monde. Non seulement l’attaque, avec un Xherdan Shaqiri des grands jours, mais aussi la défense, rassurée par sa solidité malgré les occasions enregistrées côté hondurien. "Le collectif a bien marché aujourd’hui. On avait besoin de retrouver la solidité derrière pour que nos milieux et nos attaquants se montrent plus efficaces devant", souligne Stephan Lichtsteiner pour FIFA.com. "Cette réaction arrive à point nommé et nous en sommes très satisfaits parce que nous avons su proposer un bon match et ne pas prendre de risques."

"Le Honduras était quasiment éliminé, mais il a donné du fil à retordre à l’Équateur", complète Johan Djourou pour FIFA.com. "En seconde mi-temps, ils ont démontré qu’ils n’avaient pas l’intention de baisser les bras. Ils se sont créé quelques occasions mais nous avons su y faire face. Nous n’avons pas été bons face à la France, mais cela nous a permis de comprendre qu’il fallait élever notre niveau de jeu."

Plus équilibrée, la Suisse a d’ores-et-déjà fait mieux qu’en 2010, puisqu’elle rejoint le deuxième tour de la compétition, mais il lui faudra encore procéder à quelques ajustements. "Les attaques sont extrêmement performantes lors de cette Coupe du Monde. Il y a eu peu de 0:0 et de grosses équipes comme l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre ont beaucoup souffert", explique-t-il. "Tout le monde aime voir des buts et tout le monde profite de ce jeu porté vers l’attaque. Mais pour nous défenseurs, cela représente plus de travail !"

Une réputation à tenir
La réflexion du latéral droit vaut également pour le prochain adversaire de la Suisse, l’Argentine, qui n’a pas forcément offert toutes les garanties défensives dans sa poule. "Nous avons suivi le match des Argentins contre le Nigeria. Il y a eu cinq buts, donc c’est encore une preuve que les défenses sont prises en défaut, même celles des grandes équipes", insiste Djourou. "C’est pourquoi la présence de Xherdan Shaqiri peut être si importante. Il a des qualités, il sait se mettre en valeur et il nous donne du rythme. Aujourd’hui, nous en avons marqué trois, mais on aurait pu en mettre davantage."

Pour cette bataille féroce entre des défenses qui n’ont pas encore donné leur pleine mesure, la Suisse peut se prévaloir de la cohésion d’une équipe qui semble avoir digéré la défaite face aux Bleus. "Je suis fier de mes coéquipiers et de nos supporters, parce qu’on a réussi à se remotiver après le match contre la France", explique Lichtsteiner. "Ils nous ont envoyé beaucoup de messages pour nous dire que toute la Suisse était derrière nous. Cela nous a énormément aidés."

À présent, les Helvètes espèrent récupérer cet esprit qui avait permis à la Nati de réussir une campagne qualificative convaincante, avec seulement six buts encaissés en dix journées. "Nous avons toujours eu la réputation de bien défendre, donc il est essentiel que nous retrouvions cette solidarité", analyse Djourou. Contre l’Argentine d’un certain Lionel Messi, elle est indispensable.

Fifa.com (26/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 16:24

France : Rendez-vous en terre inconnue



La qualification pour les 8e de finale du Mondial-2014 acquise, l'équipe de France se prépare désormais à basculer dans une autre compétition avec les matches à élimination directe, forte des acquis du 1er tour mais avec la sensation étrange de plonger dans une certaine inconnue.

Didier Deschamps a voulu prendre le temps de savourer juste après le nul contre l'Equateur (0-0) qui a ouvert mercredi les portes du Top 16 à ses joueurs. Pas question pour lui d'évoquer longuement le Nigeria, le futur adversaire des Bleus le 30 juin à Brasilia, et de se projeter immédiatement vers le prochain tour.

Après une demi-journée passée en famille, la préparation proprement dite du choc ne débutera vraiment que vendredi.

Le résultant frustrant concédé au Maracana n'était pas de nature à "gâcher la joie" du sélectionneur, qui sait mieux que quiconque la fragilité de son édifice et d'une formation, qui n'a repris vie que depuis le 19 novembre et le barrage retour face à l'Ukraine au Stade de France (3-0).

Les Tricolores ont franchi une première étape et le fiasco de la Coupe du monde 2010 commence petit à petit à n'être plus qu'un mauvais et lointain souvenir. Une page s'est peut-être enfin tournée à voir l'insistance des journalistes étrangers à questionner DD sur ce qui a changé en 4 ans.

Le message délivré par Deschamps au coup de sifflet final s'apparentait ainsi à un ouf de soulagement même si le chemin vers les 8e avait été largement balisé par les deux premières rencontres.

Les Français reviennent de tellement loin que cette qualification suffit déjà largement à leur bonheur pour l'instant. Mais le plus dur ne fait que débuter.

Dos au mur
Les deux succès éclatants contre le Honduras (3-0) et la Suisse (5-2) ont certes impressionné le monde et soudainement métamorphosé les Bleus en favoris potentiels dans un tournoi devenu le cimetière des nations européennes. Mais personne, pas même le sélectionneur, ne sait ce que vaut réellement cette équipe. L'échec de mercredi, avec pas moins de 6 changements au coup d'envoi, a en tout cas démontré qu'elle était dépourvue de réserve.

Il y a deux ans à l'Euro-2012, la série d'invincibilité de 23 rencontres des hommes de Laurent Blanc s'était fracassée sur l'obstacle suédois (2-0 au 1er tour) avant que la grande Espagne ne les remette définitivement à leur place en quarts de finale (2-0).

Les champions d'Afrique ne sont pas du même calibre mais personne ne s'attend à une partie de plaisir contre un pays qui a failli tenir tête à l'Argentine de Lionel Messi, mercredi (3-2).

Sept mois après la soirée magique de novembre, cette jeune équipe de France sera de nouveau dos au mur et pourra jauger son niveau sur l'échiquier international à deux ans du Championnat d'Europe organisé à la maison.

Les motifs d'espérer ne manquent pourtant pas. Les Bleus sont toujours dans une dynamique vertueuse depuis leur victoire fondatrice de l'automne 2013 (aucune défaite en 8 matches).

Défi physique
Même si Karim Benzema, auteur de 3 buts jusqu'ici, est resté muet pour la première fois en 6 rencontres en sélection, il a parfaitement pris la relève de Franck Ribéry pour s'imposer comme le patron technique. Il aura un rôle essentiel à jouer lundi alors que le gardien nigérian Vincent Enyeama fait figure de terreur.

Avec le retour dans le onze de départ de Mathieu Valbuena, ménagé mercredi, l'équipe de France retrouvera également son créateur. Ce qui vaut aussi pour Yohan Cabaye, qui a purgé sa suspension et sera précieux devant la défense. Et que dire de l'infatigable Blaise Matuidi, toujours au top et le plus régulier des Bleus.

Physiquement, les Français auront du répondant face aux colosses nigérians bien que l'état de la cuisse du roc Mamadou Sakho soit un motif d'inquiétude. Il faudra aussi que Paul Pogba, trop vite annoncé comme l'une des stars de l'épreuve, entre enfin dans cette Coupe du monde. Aujourd'hui, et au vu du défi athlétique que promettent les Nigérians, Moussa Sissoko présente bien plus de garanties.

La ligne d'attaque choisie par le tacticien et rusé Deschamps (Benzema-Giroud ou maintien de Griezmann à gauche) sera aussi l'une des clés de la réussite.

Pour la France, l'alternative est claire lundi: soit elle parvient à poursuivre sa route et elle pourra se présenter tête haute en quarts de finale en ayant ouvert une nouvelle page de son histoire. Soit elle sort une nouvelle fois par la petite porte avec cette désagréable sensation que la reconstruction n'est pas encore totalement achevée.

Fifa.com (26/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 9 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum