CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 16 Avr - 22:18

France, Deschamps : "La notion de groupe est fondamentale"



"La notion de groupe est fondamentale" pour une Coupe du monde, a déclaré mercredi le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps dans un entretien accordé à une dizaine de médias dont l'AFP, à moins d'un mois de la divulgation d'une liste de 30 joueurs, le 13 mai.

Qu'attendez-vous de cette Coupe du monde pour les Bleus?
Qu'elle soit la plus belle possible. On va partir là-bas avec beaucoup d'ambition et le devoir vis-à-vis du public français de lui faire vivre des émotions et de montrer de la détermination, de la conviction, de l'enthousiasme. L'objectif numéro un est de gagner le premier match contre le Honduras, cela nous placerait idéalement dans la phase de poules. Pour rappel, le dernier match que la France a gagné en phase de poules en Coupe du monde remonte à 2006 et c'était le Togo, avec tout le respect que j'ai pour le Togo.

Où en êtes-vous au niveau de la constitution de votre liste?
Je l'ai déjà dit, par rapport aux deux ans qui se sont écoulés, j'ai une vingtaine de noms en tête. Je sais que je vais faire des malheureux, mais j'ai des choix à faire. Il y a encore des interrogations et des incertitudes aujourd'hui. Il y a la vérité du terrain, mais il y a aussi la notion de groupe qui est fondamentale pour une Coupe du monde. Faire la prochaine liste, ce n'est pas comme faire une liste pour un match amical ou une double confrontation. Il y a des caractères, des personnalités, ce n'est pas évident. Quand je dis que je ne prendrai pas les 23 meilleurs joueurs, ça veut dire que je prendrai les 23 les plus aptes à aller le plus loin dans la compétition ensemble.

Quels sont justement vos critères pour constituer cette liste?
Le critère de forme a aujourd'hui peu d'importance, c'est plus le potentiel du joueur qui m'intéresse, ce qu'il est capable de faire ou ce qu'il a fait avec son club, ce qu'il a fait avec l'équipe de France s'il a déjà été appelé. Après, sur une période de 10 mois de compétition, il y a toujours une période d'un mois et demi, deux mois, où tous les joueurs sont moins bien. Il vaut mieux bien finir la saison plutôt que de bien la commencer et mal la finir, mais ça reste relatif pour moi.

Avez-vous fait le choix entre une liste de 30 noms et une liste de 23 avec 7 réservistes?
Je communiquerai cela le 13 mai. J'y réfléchis depuis un petit moment, même avant que l'on soit qualifié. Il n'y a pas une bonne solution de tous points de vue. Il y a une opposition entre une logique sportive et une logique humaine. Donc, je vais prendre la solution la moins mauvaise.

Il y a une interrogation forte sur Samir Nasri et Eric Abidal, plus alignés en Bleu depuis le barrage aller en Ukraine...
Vous le saurez le 13 mai. Il n'y pas de condamnation.

Y a-t-il un avant et un après-barrages pour les Bleus?

Bien évidemment. Sur les 24 joueurs, mis à part trois qui étaient en finale en 2006, aucun n'avait vraiment un lien positif avec le maillot de l'équipe de France. Là, ils l'ont. Parce qu'il y a eu des émotions, une communion. C'est un élément fondateur sur lequel je compte m'appuyer. Le haut niveau, c'est être capable de rééditer ces performances dans le temps. Le niveau de l'équipe de France, c'est le match aller en Ukraine ou le match retour? On est capable de faire les deux. Aujourd'hui, on ne fait pas partie des 6-8 meilleures nations mondiales ou européennes.

Avez-vous un rêve de sélectionneur?
Je ne rêve pas mais j'ai beaucoup d'ambitions, j'ai envie d'emmener les joueurs le plus haut possible. Je ne suis pas devenu entraîneur ou sélectionneur pour m'amuser, mais pour avoir les meilleurs résultats. Après, c'est l'histoire des joueurs, je ne dis pas que le sélectionneur ne compte pas, mais sur le terrain, c'est eux qui prennent les décisions, je n'ai pas une télécommande.

L'Euro-2016 est-il aussi dans un coin de votre tête?
Oui. J'ai pas mal incorporé de jeunes. Sur la dernière liste, j'avais neuf joueurs de moins de 25 ans. On va aller faire la meilleure Coupe du monde possible, mais le fait d'être là après m'oblige à penser à ce qui peut arriver en 2016. Des joueurs vont connaître leur première phase finale et plus il y en aura, plus ça servira pour l'Euro-2016.

Fifa.com (16/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Jeu 17 Avr - 19:22

Honduras : Palacios, infatigable serviteur du Honduras



C'est toujours celui que l'on attend le moins qui surprend le plus. Cela a été le cas en mars dernier lorsque Stoke City, calé dans le ventre mou de la Premier League, s'est remis d'un mauvais départ contre Aston Villa pour finalement s'imposer 4:1. Le réveil des Potters dans cette partie doit beaucoup à un homme : Wilson Palacios. Transparent pendant le premier quart d'heure, l'infatigable milieu de terrain hondurien a relevé la tête. Interventions cruciales, passes millimétrées, puissance et autorité : le solide demi défensif a été la principale source d'inspiration de la vive réaction de Stoke.

Depuis son arrivée en Premier League en 2008, à Birmingham City, Palacios a rarement déçu, à ceci près qu'il n'a pas été épargné par les blessures. Mais depuis quelque temps, les pépins physiques le laissent tranquille et à 29 ans, le milieu hondurien semble enfin avoir atteint sa meilleure forme. Ses performances en club et en sélection s'en ressentent.

Sur la pelouse, Palacios dégage une double impression d'humilité et de confiance tranquille. Il n'est pas le joueur le plus rapide du monde, ni le plus costaud, mais sa farouche détermination de se mettre au service de l'équipe fait de lui un joueur à part. "Un footballeur apprend toujours de ses coéquipiers. C'est la seule façon de progresser. Au fil des années, je pense que j'ai beaucoup appris au contact de très bons joueurs", explique Palacios au micro de FIFA.com.

Le Honduras d'abord
Sur le plan défensif, Palacios est un véritable chasseur de ballons. Infatigablement, il arpente le terrain à l'affût de sa seule proie : le cuir. Une fois le travail de récupération accompli, il se transforme en passeur d'une rare précision. Dans l'ensemble, son style n'est pas sans rappeler celui de Claude Makelele. Un modèle pour le poumon de Stoke City ? "Non. Mon modèle est José Luis Pineda", tranche l'intéressé. "Je l'ai souvent vu jouer quand j'étais petit et je crois que mon style ressemble beaucoup au sien." Peu connu hors du Honduras, Flaco est pourtant un footballeur légendaire dans la petite nation d'Amérique centrale, où il a remporté neuf championnats et aidé Olimpia à se qualifier pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

Palacios a même pu bénéficier des conseils de Pineda directement sur la pelouse. Pendant un laps de temps en effet, les deux hommes ont évolué ensemble en équipe nationale. Aujourd'hui, c'est Palacios lui-même qui fait figure de grand frère pour les jeunes internationaux. "Notre rêve est de nous qualifier régulièrement pour la Coupe du Monde. Nous espérons que les joueurs qui viendront après nous aurons la même mentalité, même si le niveau en CONCACAF est de plus en plus relevé", répond-il quand on lui demande comment il envisage l'avenir de la sélection hondurienne.

Quels sont les joueurs qui pourraient faire office de leader à l'avenir en équipe nationale ? "Jerry Bengtson", lance Palacios sans hésiter en référence à l'avant-centre qui a marqué plusieurs buts décisifs avec les Catrachos dans les qualifications pour Brésil 2014 et évolue actuellement aux États-Unis, au New England Revolution. "Il s'améliore de match en match. C'est un modèle de sang-froid. L'équipe nationale avait vraiment besoin d'un joueur comme lui, qui peut faire la différence dans les moments décisifs."

À Stoke, Palacios partage le vestiaire avec plusieurs joueurs évoluant en équipe des États-Unis, l'un des grands rivaux du Honduras dans la CONCACAF. "Ils sont comme des frères", estime pourtant Palacios. "Non seulement ce sont de très bons joueurs, mais également de très bons gars. Je communique beaucoup avec Maurice Edu, Brek Shea, Juan Agudelo, et Geoff Cameron. On parle sans arrêt de nos équipes nationales respectives. On se soutient mutuellement."

L'Azteca, tremplin vers le Brésil
De la part d'un joueur qui passe son temps sur le terrain à travailler pour ses partenaires, il serait surprenant d'entendre des propos virulents, même sur ses plus grands rivaux. Cela dit, Palacios précise quand même - non sans humour - qu'à chaque duel entre les États-Unis et le Honduras, "on laisse la fraternité dans les vestiaires".

Après un passage mi-figue mi-raisin à Tottenham, Palacios semble revivre dans les Midlands. "Ça se passe bien à Stoke. Je travaille très dur à l'entraînement. Pour l'instant, je suis sur le banc mais, comme on dit au Honduras, en puntillas - prêt à bondir, car l'entraîneur peut faire appel à moi à n'importe quel moment."

Un entraîneur qui fera à coup sûr appel à lui est le sélectionneur du Honduras, Luis Fernando Suarez. Au Brésil, les Catrachos auront l'ambition de faire mieux que leur élimination dès le premier tour il y a quatre ans en Afrique du Sud. "Je suis très impatient de représenter le Honduras pour la deuxième fois de suite en Coupe du Monde", poursuit Palacios, qui sait que tous les Honduriens attendront de lui et de ses partenaires qu'ils reproduisent le petit miracle accompli en septembre dernier au légendaire stade Azteca, où ils ont battu le Mexique dans sa forteresse traditionnellement imprenable. "Ce match a véritablement été un tremplin pour nous."

Le Honduras a donc de l'élan, et Palacios prend le sien pour retourner à sa routine quotidienne, non sans nous avoir adressé un cordial "A La Orden", "à votre service" en espagnol. En trois mots, Palacios vient de résumer lui-même et mieux que quiconque sa principale force sur les terrains.

Fifa.com (17/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 25 Avr - 12:39

France, Varane : "Faire quelque chose de beau"



L'équipe de France est capable de "bouger" ses adversaires à la Coupe du monde et peut "faire quelque chose de beau" au Brésil cet été, estime le défenseur des Bleus Raphaël Varane dans un entretien avec l'AFP.

S'exprimant en marge d'un événement organisé à Madrid par son équipementier, le joueur du Real assure être remis de ses problèmes au genou droit et être prêt pour la dernière ligne droite de la saison à moins de 50 jours du Mondial.


Vous fêtez vos 21 ans ce vendredi, quel trophée serait votre plus beau cadeau pour cette fin de saison ?
Le plus possible de trophées. J'espère, en club comme en sélection, réussir à en gagner un maximum et bien sûr les objectifs sont élevés. Le maximum, c'est le mieux. (Sur la demi-finale de Ligue des champions contre le Bayern) Je pense qu'il faudra faire un gros match là-bas, tout est jouable et tout reste à jouer. (Sur la Coupe du monde) Le Mondial, c'est une compétition spéciale, c'est le top. C'est ce qui se fait de mieux, c'est quelque chose qui fait rêver. Jouer pour son pays c'est aussi particulier, c'est vraiment spécial.

Où en êtes-vous physiquement après votre opération d'un ménisque il y a un an et les problèmes d'inflammations récurrentes que vous avez connus cet hiver ?
Physiquement je me sens bien. Le genou est solide, ça me permet de jouer et d'enchaîner les matches. Je suis content, parce que c'était un problème assez embêtant. Mais c'est un problème qui est derrière moi. Je me projette dans l'avenir, sur ce que je peux faire. Je peux jouer, c'est vraiment une grosse satisfaction. Après un début de saison compliqué à cause de cette blessure, c'est vraiment un plaisir de pouvoir enchaîner les matches. (Cette blessure) m'a permis de mûrir. C'est une expérience malheureuse mais c'est une bonne expérience qui fait grandir. Je reviens avec encore plus d'envie, j'ai vraiment envie de pouvoir enchaîner et de continuer à progresser.

Dans quel état d'esprit se trouve l'équipe de France ? L'exploit en barrage contre l'Ukraine a-t-il été un basculement pour vous tous ?
Psychologiquement, cela a fait du bien. Les derniers mois étaient compliqués, il y avait pas mal de critiques mais ce genre d'événements permet de créer des liens et je pense que ça a solidifié le groupe. On est plus confiant qu'avant. On sent derrière nous l'appui du public, des supporteurs et ça, ça aide beaucoup. Avoir un peu plus de confiance, c'est positif et ça nous aide à progresser. On est sur le bon chemin, il faut continuer. Ca vient avec les résultats, avec l'attitude aussi. Et le fait d'avoir une équipe qui se soude et a envie de faire de belles choses, c'est primordial dans une compétition comme le Mondial. On a les qualités pour bouger des équipes. Il va falloir bien se préparer, réaliser de bonnes performances. L'idée, c'est de faire quelque chose de beau. Il n'y a que des choses positives qui viennent dans la tête quand on pense à cette compétition. Cette équipe de France, je la vois bien. Mais après, ça ne veut rien dire, il faut confirmer sur le terrain.

Fifa.com (25/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 25 Avr - 23:42

France : Mavuba ne veut pas rater le train pour Rio



Le capitaine de Lille Rio Mavuba, qui a rejoué dimanche dernier après un mois d'absence, a encore quatre matches de Ligue 1 pour convaincre le sélectionneur Didier Deschamps de l'emmener au Mondial au Brésil en juin.

Le milieu défensif, âgé de 30 ans, a fait une bonne rentrée sur la pelouse du Stade Vélodrome, disputant l'intégralité de la rencontre au terme de laquelle le Losc a décroché le nul face à l'OM (0-0).

"Je me sens très bien. Ce mois sans jouer a été long, donc le fait d'avoir repris directement à Marseille ça m'a permis de me remettre tout de suite dans le bain. Je n'ai pas eu le temps de cogiter. J'ai eu un petit coup de moins bien à un moment, mais dans l'ensemble je suis content", explique le N.24 lillois.

La Coupe du monde est "un gros objectif donc il faut que la santé revienne", insiste Mavuba, qui devra confirmer son retour en forme dimanche contre Bordeaux en clôture de la 35e journée de L1.

Appelé par Didier Deschamps fin février pour le match de préparation des Bleus contre les Pays-Bas le 6 mars dernier (2-0), il avait dû renoncer après s'être blessé aux ischio-jambiers de la cuisse gauche en début de match à Ajaccio (3-2) le 2 mars.

Il avait fait son retour dans le onze de départ du Losc le 18 mars, à l'occasion de la réception de Nantes (0-0), mais avait cédé sa place à la 58e minute, visiblement pas remis de sa lésion.

Mavuba avait ensuite été tenu éloigné des terrains pendant un mois, son entraîneur René Girard préférant ne prendre aucun risque et attendre d'être sûr "qu'il ait bien récupéré de sa blessure" pour éviter une nouvelle rechute.

Marcher sur les traces de son père
"S'il joue avec nous, il se prépare pour le reste. Mais le principal, c'est qu'il soit en bonne santé", expliquait René Girard la semaine dernière avant le match à Marseille.

"Pour lui, le plus important est de ne pas forcer. Mentalement, il est très fort. Et ce n'est pas en cinq matches qu'il va montrer ses qualités. Le sélectionneur le connaît", ajoutait son coéquipier Salomon Kalou, qui devrait aller au Brésil avec la sélection ivoirienne.

Le capitaine du Losc, qui rêve de marcher sur les traces de son père, Ricky Mavuba, qui avait disputé le Mondial 1974 en RFA avec le Zaïre, pense évidemment au Brésil mais reste concentré sur la fin de saison du Losc.

"Il y a un gros objectif, aller chercher la troisième place, martèle-t-il. Il faut la garder et c'est très motivant. On y croit. On est là depuis octobre et être troisième, c'est beau. Si on nous avait dit ça en début de saison, on aurait signé tout de suite !"

Si le club nordiste parvient à garder sa place sur le podium de L1, cela augmentera les chances de Mavuba de figurer dans la liste des 23.

Hasard du destin, son principal concurrent pour être la doublure de Yohan Cabaye au poste de sentinelle, Josuha Guilavogui, évolue à Saint-Etienne, l'équipe qui est à la lutte avec le Losc pour s'adjuger la troisième place depuis le début de saison. Et Lille est très bien parti pour remporter ce duel face aux Verts...

Fifa.com (25/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 6 Mai - 15:12

Le Honduras, premier à dévoiler sa liste des 23



Le sélectionneur du Honduras, Luis Fernando Suarez, a dévoilé lundi la liste des 23 joueurs retenus pour participer à la Coupe du monde 2014 au Brésil (12 juin-13 juillet).

Si le sélectionneur auriverde Luiz Felipe Scolari avait déjà dévoilé l'identité de huit joueurs sélectionnés pour le Mondial, parmi lesquels Neymar (Barcelone) ou Thiago Silva (Paris SG) et le sélectionneur de la Bosnie Safet Susic une première liste de 24 joueurs, Suarez est le premier à dévoiler le nom de "ses" 23.

Parmi eux, 13 joueurs évoluent hors du Honduras.

Le Honduras, premier adversaire de la France, débutera la compétition le 15 juin à Porto Alegre.

Les 23 joueurs retenus entameront leur préparation à la Coupe du Monde le 12 mai à Fort Lauderdale, aux Etats-Unis. Ils affronteront la Turquie le 29 mai à Washington, la sélection israélienne le 1er juin à Houston, et enfin l'Angleterre (Groupe D) le 6 juin à Miami.

Outre la France, le Honduras affrontera, pour sa troisième participation au Mondial, l'Equateur le 20 juin à Curitiba (sud) et la Suisse cinq jours plus tard à Manaus (nord-ouest).

La liste des 23 joueurs

Gardiens: Noel Valladares, Donis Escober (Olimpia), Luis López (Real España).

Défenseurs: Arnold Peralta (Glasgow Rangers/SCO), Maynor Figueroa (Hull City/ENG), Víctor Bernárdez (San José/USA), Emilio Izaguirre (Celtic Glasgow/SCO), Osman Chávez (Qingdao Jonoon/CHN), Juan Carlos García (Wigan/ENG), Brayan Beckeles (Olimpia), Juan Pablo Montes (Motagua).

Milieux: Boniek García (Houston Dynamo/USA), Andy Najar (Anderlecht/BEL), Roger Espinoza (Wigan/ENG), Wilson Palacios (Stoke City/ENG) Marvin Chávez (Colorado Rapids/USA), Jorge Claros (Motagua), Luis Garrido (Olimpia), Mario Martínez (Real España).

Attaquants: Jerry Bengtson (New England/USA), Jerry Palacios (Alajuelense/CRC), Carlo Costly (Real España), Rony Martínez (Real Sociedad).

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (05/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 7 Mai - 20:50

France : Landreau, fine lame et troisième couteau



Le 15 juin prochain, la France fera son entrée en lice face au Honduras dans le Groupe E de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Les internationaux français espèrent tous être à Porto Alegre ce jour-là et attendent avec fébrilité la liste finale de Didier Deschamps. "Personnellement, je le vis assez sereinement, car j'ai déjà vécu une Coupe du Monde et un Euro et je sais ce que c'est", explique Mickaël Landreau à FIFA.com. "Si on ne me prend pas, je serai déçu évidemment, mais si on me prend, je sais pourquoi. Je sais ce que je dois apporter à l'équipe, au groupe et sur le terrain. Finalement, c'est assez limpide."

Beau joueur, le portier de 35 ans respectera le choix de son sélectionneur qui, dès sa prise de fonction en août 2012, lui a permis de retrouver les Bleus après plus deux ans d'absence dans le groupe, et cinq après son dernier match. La doublure d'Hugo Lloris et de Steve Mandanda estime que les choix de DD sont compris et respectés : "Je pense que, par rapport à ce qu'il a fait, on a confiance en ce qu'il ressent, en son analyse. Il a une vraie légitimité et il n'y a pas de hasard. C'est quelqu'un qui fédère autour de lui, que ce soit en tant que joueur ou en tant qu'entraîneur".

Même s'il est au crépuscule de sa carrière, Landreau affiche une fraîcheur et un enthousiasme qui donnent parfois le sentiment que  le temps n'a pas de prise sur ce vétéran qui a débuté son parcours professionnel avec le FC Nantes en 1996, à l'âge de 17 ans. Véritable phénomène sur sa ligne, ce spécialiste des penalties a ensuite fait le bonheur du Paris Saint-Germain, de Lille et aujourd'hui de Bastia. C'est avec le club corse qu'il a battu en décembre dernier le fameux record de Jean-Luc Ettori du plus grand nombre de matches disputés dans le championnat de France (602).

En équipe de France, il compte 11 sélections dont la dernière remonte à 2007. "J'ai été numéro un à certaines périodes, notamment lors des qualifications pour l'Euro 2008", rappelle-t-il. "Je n'ai aucun regret par rapport à ça. La vie de sélection et de club, c'est complètement différent. Même si on peut être frustré par moments, on est à la disposition de son pays et on doit apporter le maximum au groupe et être exemplaire".

Doublure en or
C'est avec ce même sens du devoir qu'il avait pris part à l'aventure des Bleus jusqu'à la finale contre l'Italie il y a huit ans, un exploit qu'il espère bien revivre au Brésil : "Personnellement, quand je vais quelque part, j'imagine toujours réussir le meilleur parcours possible, en tous cas de m'investir et d'apporter le maximum. Quand on me sélectionne bien sûr ! (rires) C'était le cas en 2006 où je suis allé à la Coupe du Monde avec cette envie de remplir mon rôle de la meilleure des façons, dans un contexte qui était très difficile entre Fabien Barthez et Gregory Coupet. Je m'adapte à ce qui se présente".

Aujourd'hui, l'ambiance entre Lloris et Mandanda semble bien plus détendue : "Il y a beaucoup de respect entre eux", assure Landreau, qui estime par ailleurs que, pour être du voyage au Brésil, mieux vaut être le meilleur troisième gardien, que le troisième meilleur gardien... "Il y a aussi une grande compréhension du rôle de chacun. Être numéro un, c'est différent d'être numéro deux. Je connais Steve depuis des années et nous avons une certaine complicité. C'est quelqu'un d'une grande intelligence et qui a un vrai sens du collectif. Il fait le maximum pour que le niveau d'entraînement soit très élevé, et pour qu'Hugo puisse être dans les meilleures conditions."

Cette bonne émulation chez les gardiens semble illustrer la dynamique nouvelle qui porte depuis plusieurs mois des Tricolores qui semblent armés pour gommer le souvenir désastreux laissé en Afrique du Sud en 2010. "La France est un bon outsider",  avance prudemment Landreau. "Le premier match sera très important car il y a toujours beaucoup de pression. Il y a de telles attentes autour d'une Coupe du Monde qu'il faut bien vivre l'événement et savoir le gérer, en plus face à des équipes qui sont prêtes physiquement. Ce premier match peut idéalement te lancer comme te rajouter encore plus de pression. Tout le monde a tendance à sous-estimer le Honduras, mais par expérience je peux dire qu'un premier match n'est jamais facile. C'est pour ça que le sélectionneur insiste autant là-dessus", conclut-il.

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 7 Mai - 20:58

Landreau : "La France est un bon outsider"



Mickaël Landreau fait partie des meilleurs gardiens français des 15 dernières années. Que ce soit avec le FC Nantes, son club formateur où il a débuté à seulement 17 ans, avec le Paris Saint-Germain, Lille ou Bastia, son club actuel, il a su maintenir un haut niveau d'excellence, avec une incroyable régularité.

Après avoir battu le record du nombre de matches disputés en première division en décembre dernier (602, jusqu'alors détenu par Jean-Luc Ettori), le portier de 34 ans vise désormais une deuxième participation à une Coupe du Monde de la FIFA. Il s'est confié en exclusivité pour FIFA.com.


Parmi tous les titres que vous avez remporté, lequel est le plus beau ?
C'est difficile d'en dégager un parce qu'ils ont tous une saveur particulière. Le premier, évidemment a joué un rôle important et a été un déclencheur, surtout que je l'ai remporté avec Nantes, mon club formateur. Le doublé coupe-championnat avec Lille a également été exceptionnel parce qu'être capable d'être toujours là et de gagner à ce niveau 10 ans après, c'est quelque chose de marquant.

Vous êtes le joueur le plus capé de l'histoire du championnat de France. Quelle qualités faut-il pour accomplir un tel exploit ?
Beaucoup de travail et de remises en question. De l'humilité aussi, parce qu'on a un poste qui est très difficile, et également du talent parce qu'il en faut à ce niveau-là. C'est un mélange de tout ça. Qui dit travail dit aussi hygiène de vie et bonne préparation pour la compétition et l'entraînement.

Vous souvenez-vous du moment où vous commencé à entrevoir le record de Jean-Luc Ettori, et celui où vous vous êtes fixé comme objectif de le battre ?
Ce qui est sûr, c'est qu'on m'en a parlé rapidement. Je répondais qu'en effet, c'était envisageable en terme d'âge, mais je savais trop bien à quel point il est difficile de durer pour m'emballer. C'est dans les trois dernières années que je me suis dit que j'allais l'atteindre si je continuais à faire ce qu'il faut au quotidien et à travailler. Mais il fallait continuer à être performant, parce qu'aujourd'hui il y a beaucoup d'enjeux dans les clubs. Que l'on joue pour le maintien ou pour la Ligue des champions, chaque point compte. Le gardien est tellement décisif qu'on ne peut pas se relâcher.

Comment jugez-vous votre saison avec Bastia, et comment envisagez-vous la suite ?
Je suis super content d'être là où on est. Maintenir le club en L1 et terminer comme on le fait, ce n'était pas écrit au début de la saison. Pour la suite, j'ai plusieurs options. Soit je continue à jouer comme titulaire dans un club comme Bastia, soit je vais dans un grand club pour jouer un autre rôle. Je pourrais également être dans l'encadrement ou opter pour une reconversion. J'ai plein de pistes, puisque je suis en fin de contrat et que je vais avoir 35 ans. Mais si je reste en Ligue 1, ce sera à Bastia.

Parlons de l'équipe de France. Avec votre expérience, comment vivez-vous cette période d'attente de la liste des 23 qui iront au Brésil, et les spéculations qui vont avec ?
Je trouve ce phénomène assez logique, mais j'estime qu'il n'y en a pas tant que ça par rapport aux fois précédentes. J'ai l'impression qu'on se pose moins de questions cette fois-ci. Personnellement, je le vis assez sereinement, car j'ai déjà vécu une Coupe du Monde et un Euro et que je sais ce que c'est. Si on ne me prend pas, je serai déçu évidemment, mais si on me prend, je sais pourquoi. Je sais ce que je dois apporter à l'équipe, au groupe et sur le terrain. Finalement, c'est assez limpide.

Cette impidité, est-ce une preuve de la réussite de Didier Deschamps ?
Je pense que par rapport à ce qu'il a fait, on a confiance en ce qu'il ressent, en son analyse. Il a une vraie légitimité et il n'y a pas de hasard. C'est quelqu'un qui fédère autour de lui, que ce soit en tant que joueur ou en tant qu'entraîneur. Ça nous a permis de passer la première étape, à savoir nous qualifier pour la Coupe du Monde. Maintenant, une grande compétition s'ouvre à nous.

A son arrivée en août 2012, le sélectionneur vous a rapidement installé comme troisième gardien. Quelles qualités faut-il pour tenir ce rôle ?
Il n'y a pas de vérité absolue. Ça dépend du numéro un et du numéro deux. Il faut en tous cas être un compétiteur, un passionné et aimer s'entraîner. J'ai certainement d'autres qualités dont l'équipe a besoin, qui correspondent aux deux autres et à Franck Raviot, l'entraîneur des gardiens. Je ne serai peut-être pas choisi au final, mais tout ça, c'est un équilibre.

Quels rapports avez-vous avec Hugo Lloris et Steve Mandanda ?
Ça se passe très bien, il y a beaucoup de respect. Il y a aussi une grande compréhension du rôle de chacun. Être numéro un, c'est différent d'être numéro deux. Je connais Steve depuis des années et nous avons une certaine complicité. C'est quelqu'un d'une grande intelligence et qui a un vrai sens du collectif. Il fait le maximum pour que le niveau d'entraînement soit très élevé, et pour qu'Hugo puisse être dans les meilleures conditions.

C'est tout de même difficile pour Mandanda, qui n'a pas su s'imposer en tant que numéro un…
Je trouve qu'il a un comportement qui est exceptionnel par rapport à cette situation qui peut être frustrante, car il pouvait avoir légitimement envie de plus. Mais c'est notre poste qui fait qu'il n'y en a qu'un qui joue. Steve aime son métier et donne le maximum, et en même temps il est respectueux et professionnel. Pour moi, c'est un grand plaisir de travailler avec lui et Hugo.

Et vous qui comptez 11 sélections en tout, auriez-vous aimé une plus belle carrière internationale ?
J'ai été numéro un à certaines périodes, notamment lors des qualifications pour l'Euro 2008. Je n'ai aucun regret par rapport à ça. La vie de sélection et de club, c'est complètement différent. Même si on peut être frustré par moment, on est à la disposition de son pays et on doit apporter le maximum au groupe et être exemplaire. On est là pour servir sa nation et il faut essayer de bien vivre les choix qui sont faits, même si on estime qu'on mérite mieux. En club, on a forcément envie de jouer et on est libre de faire des choix et de partir si on n'est pas satisfait.

Comment imaginez-vous votre tournoi au Brésil, si vous êtes du voyage ?
Personnellement, quand je vais quelque part, j'imagine toujours de réussir le meilleur parcours possible, en tous cas de m'investir et d'apporter le maximum. Quand on me sélectionne bien sûr ! (rires) C'était le cas en 2006 où je suis allé à la Coupe du Monde avec cette envie de remplir mon rôle de la meilleure des façons, dans un contexte qui était très difficile entre Fabien Barthez et Gregory Coupet. Je m'adapte à ce qui se présente.

Et le parcours des Bleus ?
La France est un bon outsider. Le premier match sera très important car il y a toujours beaucoup de pression. Il y a de telles attentes autour d'une Coupe du Monde qu'il faut bien vivre l'événement et savoir le gérer, en plus face à des équipes qui sont préparées physiquement. Ce premier match peut idéalement te lancer comme te rajouter encore plus de pression. Tout le monde a tendance à sous-estimer le Honduras, mais par expérience je peux dire qu'un premier match n'est jamais facile. C'est pour ça que le sélectionneur insiste autant là dessus.

Quels gardiens voyez-vous faire une grande compétition ?
C'est particulier, parce que jouer pour une grande nation est différent de jouer pour un pays moins fort où le gardien est beaucoup sollicité. Je pense que Vincent Enyeama peut faire quelque chose d'extraordinaire avec le Nigeria, car il a déjà montré qu'il pouvait être un gardien incroyable. Pour moi, en l'absence de Petr Cech, deux des trois meilleurs gardiens du monde seront là-bas avec Manuel Neuer et Thibault Courtois.

Fifa.com (07/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 12 Mai - 20:08

France : Le baromètre des Bleus avant la liste des 30



Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps communiquera mardi une liste de 30 joueurs pour le Mondial-2014. Découvrez le baromètre des Bleus avant ce premier verdict.

Les certains
Depuis son arrivée à la tête de la sélection après l'Euro-2012, Deschamps a privilégié la notion de groupe et possède aujourd'hui un noyau dur d'une quinzaine de joueurs, régulièrement convoqué (Lloris, Mandanda, Debuchy, Sagna, Sakho, Varane, Koscielny, Evra, Matuidi, Cabaye, Pogba, Moussa Sissoko, Valbuena, Ribéry, Benzema, Giroud). Sauf pépin physique, le onze qui débutera la Coupe du monde face au Honduras le 15 juin à Porto Alegre est à chercher au sein de ce cercle fermé.

Les possibles
Le sélectionneur a jusqu'au 2 juin pour réduire sa liste à 23 noms mais plusieurs joueurs sont d'ores et déjà en ballottage favorable pour être du voyage au Brésil. Le poste de 3e gardien devrait être dévolu à Mickaël Landreau, 35 ans mercredi et qui jouera le rôle de "grand frère" pour Lloris et Mandanda. Deschamps ne voudra peut-être pas prendre le risque de fragiliser ses portiers en leur collant un concurrent potentiel comme Stéphane Ruffier entre les pattes. En défense, Eliaquim Mangala, titulaire face aux Pays-Bas (2-0, le 5 mars en amical) et pilier du FC Porto, tient la corde pour être le 4e défenseur central des Bleus. La doublure d'Evra à gauche pourrait bien être le Parisien Lucas Digne, qui semble avoir pris le dessus sur Gaël Clichy, disparu des tablettes à Manchester City, la jeunesse du champion du monde des moins de 20 ans en 2013 étant un atout non négligeable à deux ans de l'Euro-2016 en France. Dans l'entre-jeu, Clément Grenier, Rio Mavuba et Maxime Gonalons sont des candidats crédibles mais "DD" ne pourra pas emmener tout le monde et devra trancher dans le vif. Enfin en attaque, la cote d'Antoine Griezmann est au plus haut. Le joueur de la Real Sociedad (23 ans), auteur de 16 buts en Liga, a fait des débuts timides en bleu en mars mais il pourrait profiter de la saison très moyenne de Dimitri Payet pour le coiffer sur le poteau. Loïc Rémy, très apprécié par "DD" pour sa polyvalence, possède une petite longueur d'avance sur Alexandre Lacazette malgré les 15 réalisations en L1 du Lyonnais. Tous ces joueurs pourraient cependant se retrouver dès le 19 mai pour le début du stage de préparation à Clairefontaine dans le cadre d'une liste élargie.

Les grands absents
Il ne devrait pas y avoir de suspense et hormis un retournement de situation exceptionnel, Samir Nasri et Eric Abidal seront les deux grands perdants, mardi. Le premier effectue une saison remarquable avec Manchester City, bien parti pour être sacré champion d'Angleterre ce dimanche, mais il pourrait payer encore une fois son incompatibilité avec le reste de la troupe. Ce revers a peut-être également mis fin aux derniers espoirs d'Abidal, rappelé à la surprise générale par le sélectionneur après une greffe du foie. Hormis Benzema, Deschamps devrait faire table rase de la fameuse "génération 87" (Nasri, Ménez, Ben Arfa), à qui Blanc avait fait confiance en Ukraine.

Fifa.com (11/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 12 Mai - 20:36

France : Docteur Samir à Londres et Mister Nasri à Paris



Samir Nasri nourrit l'incompréhension de l'Angleterre vis-à-vis de la France, les Britanniques se demandant comment les Bleus pourraient se passer au Mondial-2014 d'un joueur brillant chez eux et tout juste auréolé du titre de champion avec Manchester City. Le meneur des Citizens sort en effet d'une saison pleine avec son club, vraisemblablement la plus aboutie depuis qu'il évolue de ce côté-ci de la Manche où il est arrivé en 2008.

A 26 ans, il vient ainsi de réaliser le doublé championnat-Coupe de la Ligue et ce sacre national est le 2e après celui obtenu en 2012 après quatre années frustrantes passées à Londres avec Arsenal. En 46 matches toutes compétitions confondues avec les Bleus ciel, il a donc inscrit 11 buts et délivré autant de passes décisives. Dont sept réalisations et sept caviars en 34 matches de championnat. Dimanche, il a justement fermé son compteur en ouvrant la marque contre West Ham (2-0), avant d'être même désigné "homme du match".

Pourtant, le joueur aux 5 buts en 41 sélections ne sera vraisemblablement pas du voyage au Brésil, comme il l'a reconnu lui-même en marge de la célébration du titre. "Pas besoin de spéculer, je pense que les jeux sont faits, c'est comme ça, a assuré Nasri sur Canal+. Si j'avais été du voyage au Brésil, j'aurais tout donné. Si être titulaire dans un club comme Manchester City et gagner deux titres, être performant, ce n'est pas suffisant, et bien tant pis je n'aurai pas de regret, j'ai tout fait sur le terrain".

Autant dire qu'en Angleterre personne ne comprendrait cette absence, tant le joueur s'y est montré régulier, décisif et efficace depuis août. "Je ne peux imaginer que Nasri ne soit pas au Brésil parce qu'il a été l'un des meilleurs joueurs du championnat et quelqu'un de très important pour nous cette saison, a ainsi déclaré son entraîneur Manuel Pellegrini. S'il ne va pas au Mondial, c'est une grosse erreur".

Reflet de tensions du passé
"Deschamps a viré Nasri en février après la déception du match aller des barrages contre l'Ukraine mais pourtant il semble difficile d'ignorer sa récompense d'homme du match dimanche ainsi que ses bonnes performances tout au long de la saison", écrit lundi The Daily Mail. "Cela s'explique évidemment par le reflet de tensions du passé dans le camp français plutôt que par la forme de Nasri, qui a encore été excellente", abonde The Times alors que le joueur est en Une de nombreux journaux lundi.

L'ex-Marseillais à la réputation sulfureuse en France pourrait en effet payer son comportement du 15 novembre 2013 lors de sa dernière sélection en barrage aller des éliminatoires du Mondial-2014 contre l'Ukraine. Balayée 2-0 ce jour-là à Kiev, la France avait déjoué et Nasri s'était une nouvelle fois montré irritant sous le maillot bleu. International depuis 2007, Nasri s'apprête donc à manquer un nouveau tournoi supra-national.

Non-retenu en 2010 pour le Mondial sud-africain par le sélectionneur Raymond Domenech (qui disait du joueur dans son livre: "Samir Nasri symbolise cette dérive des joueurs ne pensant qu'à leur gueule. Au sein d'un groupe, il vient toujours appuyer là où ça fait mal et révèle la faille au lieu de la colmater") le milieu offensif n'a jusque-là joué que l'Euro en 2008 et 2012.

Et il ne s'y était pas fait que des amis puisqu'il avait été accusé par les anciens de manquer de respect en 2008, puis avait été suspendu en 2012 par la FFF pour des écarts de conduite à répétition. "Je pense que le sélectionneur n'a pas grand chose à me reprocher. J'ai fait un mauvais match en Ukraine, comme mes coéquipiers. Le reste, ce sont des faux-semblants, des fausses excuses. J'ai joué dans plusieurs clubs, je n'ai jamais eu un problème extra-sportif ou dans le vestiaire. Voilà. On ne peut pas être ami avec 23 mecs dans une équipe, c'est comme ça", a tranché Nasri.

Fifa.com (12/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 12 Mai - 20:52

France : Deschamps abat ses cartes



Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps abat ses premières cartes dans la perspective de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ (12 juin-13 juillet) en divulguant mardi sa liste dans laquelle ne devraient théoriquement pas figurer Samir Nasri et Eric Abidal.

Le patron des Bleus livrera son verdict sur le plateau du 20h de TF1, la chaîne partenaire, avant de donner une conférence de presse dans la foulée. Il entrera ensuite dans le vif du sujet avec le début de la préparation le 19 mai à Clairefontaine, entrecoupée par trois amicaux contre la Norvège (le 27 mai au Stade de France), le Paraguay (1er juin à Nice) et la Jamaïque (8 juin à Lille).

Les derniers rassemblements permettent de se faire une petite idée des contours du groupe pour le Brésil et il ne faut pas s'attendre à de grosses surprises. La principale interrogation concerne l'architecture de la liste. Deschamps annoncera-t-il 30 noms ou bien fera-t-il une distinction entre les 23 partants et les 7 réservistes?

Interrogé à ce sujet le 16 avril lors d'un entretien accordé à une dizaine de médias dont l'AFP, le sélectionneur avait dit y réfléchir "depuis un petit moment, même avant que l'on soit qualifié". "Il n'y a pas une bonne solution de tous points de vue. Il y a une opposition entre une logique sportive et une logique humaine. Donc, je vais prendre la solution la moins mauvaise".

Les précédents, marqués par des départs en catimini (1998) ou par hélicoptère (2008) des recalés de dernière minute, ne plaident pas forcément en faveur de la première solution.

Pour une grosse quinzaine de joueurs (Lloris, Mandanda, Debuchy, Sagna, Sakho, Varane, Koscielny, Evra, Matuidi, Cabaye, Pogba, Moussa Sissoko, Valbuena, Ribéry, Benzema, Giroud), il n'y aura en tout cas pas de soucis. Landreau (gardien), Mangala (défense centrale), Digne (arrière gauche), Grenier et Mavuba (milieux), Griezmann (attaque), Rémy (attaque) devraient également être de la partie.

La 'génération 87' recalée
Reste à savoir si une nouveauté se glissera parmi les 7 autres Bleus appelés. Deschamps peut faire son choix entre des éléments ayant déjà un petit vécu en sélection (Ruffier, Zouma, Clichy, Mathieu, Gonalons, Lacazette, Payet, Fanni) et des espoirs pas encore promus (Cabella, Stambouli) avec l'UEFA Euro 2016 en France en ligne de mire.

Mais c'est désormais une quasi-certitude: Samir Nasri et Eric Abidal devraient suivre la Coupe du Monde à la télévision. L'attaquant de Manchester City, sacré champion d'Angleterre pour la 2e fois en 3 ans, a effectué une remarquable saison mais il paiera encore une fois son incompatibilité avec le reste de la troupe.

Rappelé en catastrophe par Deschamps en août 2013, un an après ses problèmes de comportement à l'Euro sous la direction de Laurent Blanc (suspension de 3 matches), Nasri (26 ans, 41 sélections, 5 buts) s'est discrédité lors du barrage aller en Ukraine (défaite 2-0) et n'a pas été retenu pour l'amical du 5 mars face aux Pays-Bas (2-0), tout comme Abidal.

L'ancien Marseillais, accusé dès l'Euro 2008 de manquer de respect aux anciens (Henry, Gallas), ne se fait d'ailleurs plus d'illusions sur ses chances de voir le Brésil et manquerait ainsi un nouveau Mondial après celui de 2010. "Pas besoin de spéculer, je pense que les jeux sont faits, c'est comme ça, a-t-il déclaré sur Canal+ dimanche. Je pense qu'il (Deschamps, ndlr) n'a pas grand chose à me reprocher. J'ai fait un mauvais match en Ukraine, comme mes coéquipiers. Le reste, ce sont des faux-semblants, des fausses excuses."

Plus globalement et hormis Benzema, ce sont les illustres représentants de la fameuse "génération 87" (Nasri, Ménez, Ben Arfa) qui resteront à quai, deux ans après avoir en grande partie plombé l'Euro 2012 de Blanc, le premier à les avoir réuni chez les A dans une phase finale.

Le revers en Ukraine a également mis fin aux derniers espoirs d'Abidal (34 ans, 67 sélections), rappelé à la surprise générale par le sélectionneur après une greffe du foie avant de montrer rapidement ses limites physiques aussi bien en bleu qu'à Monaco.

Fifa.com (12/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 13 Mai - 14:13

Suisse : Une liste de 23 homogène et sans surprise



Le sélectionneur de la Suisse Ottmar Hitzfeld a dévoilé mardi une liste de 23 joueurs pour le Mondial au Brésil sans surprise, dont le jeune Xherdan Shaqiri en maître de jeu et le gardien trentenaire Dieglo Benaglio sont les piliers.

Pour sa dernière expérience sur le banc avant de prendre sa retraite en juillet, l'Allemand a reconduit ces mêmes joueurs qui ont permis à la Suisse de traverser les qualifications invaincus.

C'est forte des belles promesses de la génération Shaqiri que la Suisse se présentera en Amérique Latine dans le rôle de tête de série du Groupe E qui comprend la France, le Honduras et l'Équateur, premier adversaire le dimanche 15 juin, à Brasilia.

Sa mission ? "Se qualifier pour les huitièmes de finale pour être en mesure de créer une agréable surprise", a souligné l'ancien coach du Bayern lors d'une conférence de presse à Zurich.

La Nati offre un tout autre visage de celle menée par Alexander Frei il y a quatre ans en Afrique du Sud, quand elle avait été éliminée sans gloire au premier tour après avoir pourtant réussi à battre l'Espagne, future championne du monde.

"Si je vous dis qu'elle est meilleure qu'il y a quatre ans alors tout le monde va s'attendre à ce qu'on soit qualifié pour les 8e de finale. Je suis d'un genre optimiste et je dis que nous sommes meilleurs", a estimé l'Allemand.

'Tous les éléments'
Et d'ajouter: "on a plus de joueurs créatifs, on a une meilleure cohésion, un esprit d'équipe supérieur. L'équipe fait front sur le terrain et en dehors. On a tous les éléments pour connaître le succès".

Après l'échec de la campagne de l'Euro-2012, l'ancien coach du Bayern a fait de la place à la relève, qu'incarne Shaqiri. D'ores et déjà, cette génération passe pour la meilleure de l'histoire du football suisse.

Trois d'entre eux, Ricardo Rodriguez, Haris Seferovic, et Granit Xhaka, ont déjà gagné une Coupe du monde... celle des moins de 17 ans en 2009 au Nigeria, le seul et unique trophée mondial décroché par le football suisse à ce jour.

Pajtim Kasami, qui fut lui aussi l'un des héros de l'équipe des "rougets", a en revanche été écarté par Hitzfeld, qui a jugé son temps de jeu avec Fulham insuffisant.

Josip Drmic, troisième meilleur buteur de Bundeliga cette saison, n'a pas eu de mal à gagner sa place. En cinq sélections, le jeune attaquant, 21 ans, a déjà inscrit deux buts.

Prudent, Hitzfeld s'est gardé sept réservistes pour prévenir les coups durs d'ici le 2 juin, date butoir pour communiquer la liste définitive des 23.

Car les blessures n'ont pas épargné plusieurs de ses internationaux dernièrement, dont Shaqiri. Le milieu Tranquillo Barnetta devra s'être remis de sa déchirure musculaire à la cuisse droite pour vivre sa troisième Coupe du monde.

La Liste :

Gardiens : Diego Benaglio (Wolfsburg), Roman Bürki (Grasshopper), Yann Sommer (FC Bâle),

Défenseurs : Steve von Bergen (Young Boys de Berne), Johannes Djourou (Hambourg), Michael Lang (Zurich Grasshopper), Stephan Lichsteiner (Juventus), Ricardo Rodriguez (Wolfsburg), Fabian Schär (FC Bâle), Philippe Senderos (Valence), Reto Ziegler (U.S. Sassuolo Calcio)

Milieux de terrain : Tranquillo Barnetta (Eintracht Francfort), Valon Behrami (Naples), Blerim Dzemaili (Naples), Gelson Fernandes (SC Freiburg), Gökhan Inler (Naples), Xherdan Shaqiri (Bayern Munich), Valentin Stocker (FC Bâle)

Attaquants : Josip Drmic (FC Nuremberg), Mario Gavranovic (FC Zürich), Admir Mehmedi (SC Freiburg), Haris Seferovic (Real Sociedad), Granit Xhaqa (Borussia Mönchengladbach)

Les sept réservistes : Marwin Hitz (Augsbourg), Timm Klose (Wolfsburg), Silvan Widmer (Udinese), Eren Derdiyok (Bayer Leverkusen), Fabian Frei (Bâle), Pajtim Kasami (Fulham), Pirmin Schwegler (Eintracht Francfort).

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (13/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 14 Mai - 18:23

Equateur : Une sélection de 30 Equatoriens sans nouveauté



Le sélectionneur de l'équipe d'Equateur, le Colombien Reinaldo Rueda, a composé une pré-sélection de 30 joueurs sans nouveauté pour le Mondial-2014 dévoilée mardi par la Fédération équatorienne (FEF).

Dans ce groupe figure une moitié de joueurs évoluant à l'étranger dont le milieu de terrain de Manchester United, Antonio Valencia.Le reste vient des clubs nationaux de Barcelona, El Nacional, Liga de Quito, Emelec et Universidad Catolica.

Une partie de cette pré-sélection se trouve actuellement aux Pays-Bas où l'Equateur disputera samedi un match amical. Au Mondial, l'Equateur est dans le groupe E avec la Suisse, le Honduras et la France.

Composition de la pré-sélection équatorienne de 30 joueurs :

Gardiens : Maximo Banguera (Barcelona), Adrian Bone (El Nacional), Alexander Dominguez (Liga de Quito)

Défenseurs : Frickson Erazo (Flamengo, BRA), Jorge Guagua, Oscar Bagüi, Gabriel Achilier et John Narvaez (Emelec), Juan Carlos Paredes (Barcelona), Cristian Ramirez (Fortuna Dusseldorf, GER) et Walter Ayovi (Pachuca, MEX)

Milieux de terrain : Segundo Castillo (Al-Hilal, KSA), Carlos Gruezo (VFB Stuttgart, GER), Renato Ibarra (Vitesse Arnhem, NED), Christian Noboa (Dinamo Moscou, RUS), Pedro Quinónez et Angel Mena (Emelec), Luis Saritama (Barcelona), Antonio Valencia (Manchester United, ENG), Edison Mendez (Independiente Santa Fe, COL), Fidel Martínez (Tijuana, MEX), Oswaldo Minda (Chivas USA, USA)

Attaquants : Joao Rojas (Cruz Azul, MEX), Felipe Caicedo (Al-Jazira, UAE), Jefferson Montero (Morelia, MEX), Jaime Ayovi (Tijuana, MEX), Armando Wila (Universidad Catolica), Enner Valencia (Pachuca, MEX), Cristian Penilla (Barcelona), Michael Arroyo (Atlante, MEX)

Remarque : Les listes de joueurs retenus par les sélectionneurs ne seront officielles que lorsqu'elles auront été communiquées à et annoncées par la FIFA, le 16 mai 2014 à 12h00 CET.

Fifa.com (14/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Dim 18 Mai - 14:40

France : Mandanda incertain pour le Brésil



Steve Mandanda, gardien numéro 2 des Bleus, devra soigner pendant six semaines ses cervicales, selon le diagnostic livré à Marseille dimanche, ce qui annihile quasiment ses chances d'être au Mondial-2014.

"Steve Mandanda présente une fissure stable de la première vertèbre cervicale et une entorse cervicale. Ceci l'obligera à porter une minerve pendant trois semaines et à suivre une période de rééducation équivalente", a expliqué le docteur Christophe Baudot, médecin de l'OM sur le site du club dimanche.

Cette période de soins raye donc sur le papier les chances du portier d'être au Mondial-2014 avec les Bleus, dont le premier match au Brésil est prévu le 15 juin face au Honduras. Soit dans 28 jours.

Le médecin de l'OM ne parle pas de forfait pour le Mondial. Car une telle annonce, si elle est effective, reviendrait à l'encadrement des Bleus.

Mais dès samedi soir, ses partenaires en club craignaient que sa présence au Brésil ne soit remise en cause, comme l'a confié Souleymane Diawara à l'AFP: "J'espère que ce n'est pas trop grave, ce serait un gros coup dur pour lui s'il ne jouait pas la Coupe du monde".

"Il était KO au sol, il a un peu perdu connaissance", a poursuivi le Sénégalais. "Je me suis approché, j'ai eu très peur et puis j'ai vu que ça allait un peu mieux. Et tout de suite, le médecin est venu".

L'image fait toujours froid dans le dos. C'était à la 18e minute de la victoire de l'OM contre Guingamp (1-0) samedi soir lors de la 38e et dernière journée de L1. Mandanda, sorti au devant de Mustapha Yatabaré, a pris de plein fouet dans le visage le genou de l'attaquant guingampais et est resté au sol, groggy. Le staff médical marseillais est aussitôt intervenu et l'ensemble des joueurs marseillais, inquiets, ont entouré leur gardien.

Ruffier dans les réservistes
Mandanda a été ensuite évacué sur une civière par les pompiers vers l'hôpital de la Timone pour y passer un scanner et une IRM. Il a pu rentrer chez lui dans la nuit de samedi à dimanche avec une minerve.

"Sa blessure, ça me touche énormément parce que j'ai une relation particulière avec lui", a expliqué devant la presse son équipier en club et en sélection Mathieu Valbuena. Et "Valbu" de rappeler que Mandanda était "très important à la fois pour l'équipe de France et pour le club".

Mandanda, 29 ans (1,85 m/82 kg), qui a fait ses débuts avec les Bleus en 2008 (France-Equateur 2-0), compte 16 sélections en équipe de France.

Mardi dernier, Didier Deschamps a donné sa liste des 23 et des sept réservistes pour le Mondial. Dans les 23, derrière Hugo Lloris (Tottenham/55 sélections), gardien numéro 1, il y avait le portier marseillais, habituel numéro 2 et Mickaël Landreau (Bastia/11 sélections) en numéro 3.

Ce dernier a fêté samedi soir contre Nantes avec Bastia son 618e et dernier match en L1 (record en France). Clin d'oeil de l'histoire, il avait débuté sa carrière professionnelle il y a près de 18 ans sous le maillot nantais face à Bastia et il arrête sous la tunique corse sa carrière en club contre le FC Nantes. Sans prendre de but (0-0). La saison prochaine il sera consultant pour Canal+.

Parmi les sept réservistes figure Stéphane Ruffier, gardien de Saint-Etienne, très probablement appelé dans les 23 si l'encadrement médical des Bleus devait établir un forfait de Mandanda pour le Mondial.

La logique voudrait alors que Landreau devienne numéro 2 et Ruffier numéro 3. Sauf si Didier Deschamps décide de bousculer la hiérarchie des gardiens.

Fifa.com (18/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 19 Mai - 17:56

France : Les premiers Bleus arrivés à Clairefontaine



Le stage de préparation de l'équipe de France en vue du Mondial-2014 (12 juin-13 juillet) a débuté lundi avec l'arrivée des premiers Bleus à Clairefontaine, a constaté un photographe de l'AFP.

Au total neuf internationaux déchargés de leurs obligations avec leurs clubs depuis une semaine étaient attendus ce lundi: Lloris, Debuchy, Sakho, Mangala, Evra, Sissoko, Rémy, Schneiderlin et Trémoulinas, qui n'était pas supposé arriver dès ce lundi, mais était bien présent pour notamment passer entre les mains du staff médical.

Le latéral gauche de Saint-Etienne, qui fait office de réserviste, n'a pas pris part aux deux dernières journées de Ligue 1, en raison d'une douleur à un mollet.

"Il a un petit souci au mollet depuis une quinzaine de jours, a déclaré le sélectionneur Didier Deschamps. C'était bien d'être là, de voir le staff médical pour faire en sorte d'avoir un travail adapté. Mangala a aussi un souci de genou. Il aura un programme adapté pour lui permettre d'être à 100% sur les terrains d'entraînement."

Il faudra en fait patienter jusqu'au mercredi soir pour voir arriver les autres joueurs retenus, ceux évoluant dans les Championnats de France, d'Italie et d'Espagne, ceux d'Arsenal et Franck Ribéry, tous sur le pont ce week-end et qui ont droit à quelques jours de repos.

Karim Benzema et Raphaël Varane, finalistes de la Ligue des Champions le 24 mai avec le Real Madrid contre l'Atletico Madrid, ne devraient débarquer que le 28 mai, jour du départ définitif des réservistes (Gonalons, Schneiderlin, Cabella, Lacazette, Perrin, Trémoulinas). Ruffier est lui passé chez les 23 après le forfait de Mandanda et est donc attendu mercredi soir.

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Lun 19 Mai - 18:01

France, Deschamps : "Le début d'une nouvelle aventure"



"C'est le début d'une nouvelle aventure", a déclaré le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps au premier jour du rassemblement pour le Mondial-2014, lundi à Clairefontaine.

Comment vous sentez-vous en débutant ce rassemblement ?
Je suis content. C'est le début d'une nouvelle aventure, on va rentrer dans le vif du sujet. L'important c'est le 15 juin (date du premier match du Mondial contre le Honduras, ndlr), d'ici là il y a la préparation avec des arrivées en décalé. Mais l'aventure du groupe démarre aujourd'hui.

Comment travaille-t-on à 9 ?
On travaille plus le qualitatif car le staff est plus nombreux que les joueurs aujourd'hui. On ne rentre pas dans le dur, on y va progressivement. Il y aura du travail avec ballons aussi. La sélection Espoirs est là jusqu'à vendredi, avant l'arrivée du gros de la troupe mercredi après-midi, on pourra mixer.

La gestion des arrivées échelonnées n'est-elle pas compliquée ?
Il y a des joueurs qui sortent de compétition avec de lourdes saisons. C'est normal d'avoir des jours de repos, les plus heureux ce sont ceux qui ont fini il y a une semaine, ils ont pu décompresser un peu. Quand on finit tard, on n'a pas la même durée de repos.

Le fait que la question des primes soit réglée depuis plusieurs mois est-il un poids en moins (30% de la dotation Fifa au Brésil, ndlr) ?
Oui. Les choses ont été décidées en amont entre les représentants des joueurs et le président de la Fédération française de football.

Avez-vous des nouvelles de Benzema et de sa blessure ?
Il a un petit souci à un adducteur, le staff du Real Madrid va faire en sorte de le rendre disponible pour la finale de la Ligue des champions. Aujourd'hui, on est en début de semaine, il faut suivre l'évolution.

Qu'avez-vous retenu du nul entre l'Equateur et les Pays-Bas en amical (1-1 samedi, ndlr) ?
L'Equateur a des joueurs offensifs de qualité, il y a du répondant, beaucoup, de l'agressivité. Ce n'est pas une nation qui est là par hasard. Elle a fini devant l'Uruguay en qualifications. Je ne veux pas les faire passer pour plus dangereux qu'ils ne le sont mais ils ont de la qualité offensive et du répondant collectivement.

Avez-vous des nouvelles rassurantes concernant les blessures de Rémy et de Cabaye ?
Pour Loïc (Rémy, ndlr), ça va, c'est bénin. Yohan (Cabaye, ndlr) va bien, il a refait un travail de courses et d'appui. Aujourd'hui, je n'écarte pas la possibilité qu'ils soient disponibles pour le premier match.

Quelles sont les qualités de l'équipe de France ?
On est compétitif avec des joueurs de qualité. Il faudra faire en sorte d'être à 100% le 15 juin. Il faudra montrer la même force collective qu'on a démontrée sur les deux derniers matches, il faudra avoir la même intention, la même détermination, l'envie féroce de chercher des victoires.

Qu'avez-vous pensé des déclarations de Franck Ribéry qui s'est dit triste pour Samir Nasri et Eric Abidal, absents de la liste ?
Il était déçu pour Samir et Abi, qui sont ses potes. J'ai surtout retenu ce qu'il a dit à la fin, "je ne suis pas le coach et c'est le coach qui décide". C'est ça le plus important."

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par Bofartato le Lun 19 Mai - 18:04

nchalah que la France vont perdre et serons eliminer
avatar
Bofartato

Messages : 1090
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 26
Localisation : Ouadhia

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mar 20 Mai - 19:24

France : Premier entraînement à sept



Sept des neuf joueurs de l'équipe de France, présents depuis lundi au Centre d'entraînement de Clairefontaine pour préparer la Coupe du monde, ont effectué mardi un premier entraînement en douceur, sous une pluie battante.

Le gardien Lloris, les défenseurs Debuchy, Sakho et Evra, les milieux Sissoko et Schneiderlin, ainsi que l'attaquant Rémy, ont revêtu leurs blousons, mais sans leur capuche, pour la première d'une longue série de séances d'ici le début du Mondial au Brésil (12 juin-13 juillet).

Deux joueurs sont restés aux soins, à l'abri de la pluie et des regards: Mangala, souffrant d'une cheville, et le réserviste Trémoulinas, blessé au mollet. Le stoppeur de Porto pourrait prendre part à l'entraînement de mercredi, selon un membre du staff.

Au menu de la séance du jour: échauffement, étirements, petites courses, conduite et contrôles du ballon, "jongles" pour les joueurs de champ, exercices de passes et petite opposition à 3x3. Pour Lloris, essentiellement du travail d'appuis et d'équilibre, sur une pelouse forcément rendue glissante, et plusieurs exercices de dextérité, notamment avec une balle de tennis.

Mercredi, une deuxième séance est au programme en fin d'après-midi pour ce petit groupe. Après quoi il s'agira d'accueillir 18 de leurs coéquipiers, juste avant le repas du soir.

Fifa.com (20/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 21 Mai - 17:17

France, Ribéry : "Ce sera ma dernière Coupe du Monde"



L'attaquant de l'équipe de France Franck Ribéry, qui doit rallier le Centre d'entraînement de Clairefontaine comme 17 autres Bleus dans la soirée mercredi, a annoncé à RTL que la Coupe du Monde de la FIFA 2014 au Brésil serait sa dernière.

"Ca sera ma dernière Coupe du Monde (au Brésil). Après il faut y aller pour faire quelque chose, pour essayer de gagner la Coupe du Monde, tout simplement", a affirmé Ribéry.

Le leader d'attaque des Bleus, âgé de 31 ans, en aura 35 en 2018. S'il entend ne pas disputer le prochain Mondial en Russie, il n'a pas pour autant annoncé sa retraite internationale et sera donc disponible pour le prochain Euro-2016 organisé en France.

Au Brésil (12 juin-13 juillet), Ribéry jouera sa troisième Coupe du Monde après celle qui l'a révélé en 2006 avec une finale à la clé, perdue contre l'Italie (1-1 a.p. 5-3 t.a.b), et la dernière en date en 2010, marquée par le fiasco de Knysna (grève d'entraînement des joueurs) et une piteuse élimination au 1er tour.

"Francky" qui a réussi cette saison le doublé coupe-championnat d'Allemagne avec le Bayern Munich, mais a échoué à conserver la Ligue des champions et à remporter le Ballon d'Or (3e), compte à ce jour 81 sélections en Bleu (16 buts).

Il est attendu dans la soirée à Clairefontaine dans un groupe de 18 qui grossiront considérablement le contingent de sélectionnés. Ils seront au total 27 pour un premier dîner ensemble, en attendant l'arrivée des deux Madrilènes Benzema et Varane, après leur finale de la Ligue des champions samedi.

Fifa.com (21/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Mer 21 Mai - 18:05

Honduras : Valdano en motivateur



Jorge Valdano, champion du monde avec l'Argentine, a accepté d'aller "motiver" l'équipe du Honduras au Mondial brésilien, où elle affrontera dans le Groupe E la France, l'Equateur et la Suisse, selon l'entourage de la sélection, cité mercredi dans la presse.

L'entraîneur colombien du Honduras, Luis Fernando Suarez "avait demandé s'il était possible de faire venir Valdano pour assurer la motivation de l'équipe, a expliqué Mario Faraj, vice-président du groupe de distribution Diunsa, qui parraine la sélection hondurienne. Nous avons lancé des démarches, et nous y sommes parvenus".

"Cela n'a pas été facile, en raison de ses engagements de commentateur de la finale avec une chaîne de télévision, mais finalement il a accepté volontiers", a-t-il ajouté.

"Valdano viendra travailler avec les joueurs dans les domaines du mental et du football. Il est content de venir partager son expérience", a-t-il souligné. Valdano, champion du monde en 1986, a entraîné le Real Madrid puis en a été directeur sportif, avant d'être poussé au départ en raison de ses relations difficiles avec José Mourinho.

Le Honduras a participé à deux éditions de la Coupe du monde, en 1982 en Espagne et en 2010 en Afrique du Sud, et a été éliminé à chaque fois en phase de groupes.

Fifa.com (21/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:03

Groupe E - Suisse et France en favorites



La solide et ambitieuse Suisse, et la France, en quête de rachat quatre ans après son fiasco en Afrique du Sud, lutteront pour la première place du groupe E du Mondial-2014, mais ne sauraient mésestimer l'Equateur, outsider sud-américain. Le Honduras, qui complète le groupe, fait en revanche figure de Petit Poucet ayant peu de chances d'atteindre les 8e de finale.

La Nati, avec à sa tête Ottmar Hitzfeld, a toujours en son ADN cette solidité collective qui lui a souvent permis de faire déjouer ses adversaires, mais, avec la jeune génération montante des Shaqiri, Inler et autres Xhaka, s'est ajoutée une bonne dose de talent qui a rehaussé ses ambitions. A ce titre sa campagne de qualifications, terminée à la première place de son groupe et invaincue, a gonflé sa confiance. Elle a de quoi espérer atteindre les 8e de finale comme en 1994 et 2006, voire pourquoi pas les quarts comme à ses lointaines époques glorieuses (1934, 1938, 1954).

Avec son statut de tête de série, la Suisse découvrira celui de favori, certes partagé avec la France. Elle se sait donc attendue, elle qui n'affectionnait jusque-là rien de mieux que de piéger les cadors, comme l'Espagne future championne du monde 2010, en phase de groupe (1-0).

La France en rédemption
Sa plus sérieuse rivale sera la France, qu'elle a rencontrée dans ce même contexte au Mondial-2006 (0-0) et qui est passée près d'une déconvenue en barrages en novembre dernier, contre l'Ukraine finalement renversé au match retour (3-0, aller 0-2). Pourtant les Bleus peuvent nourrir quelques ambitions. D'une part car le groupe de 23 sélectionné par Didier Deschamps est composé de nombreux joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens (Ribéry au Bayern Munich, Benzema et Varane au Real Madrid, Pogba à la Juventus...) et qui sont donc rompus aux joutes du très haut niveau.

D'autre part, parce que l'aventure au Brésil a tout d'une quête rédemptrice, quatre ans après le désastre en Afrique du Sud, marqué par une piteuse élimination dès le 1er tour et surtout le fiasco en coulisses qui a atteint son paroxysme avec une grève d'entraînement des joueurs. Le souvenir de cet épisode, probablement le plus sombre de l'histoire de l'équipe de France, est encore vivace, d'autant que l'Euro-2012 a vu la maison bleue encore légèrement vaciller avec, notamment, les insultes de Samir Nasri à un journaliste. L'attaquant de Manchester City n'a d'ailleurs pas été appelé par Deschamps, le sélectionneur estimant qu'il pouvait être nuisible pour la vie de groupe. Ce choix fort atteste qu'il est bien le patron d'une équipe peut-être née contre l'Ukraine et dont le 4-3-3 a confirmé ses belles promesses contre les Pays-Bas en mars (2-0).

Deux Valencia pour la Tri
Force émergente d'Amérique du Sud, l'Equateur n'a pas de quoi effrayer, avec ces deux participations à son actif (2002, 2006). Pourtant, il a fini 4e des éliminatoires, poussant notamment l'Uruguay à en passer par un barrage intercontinental. Adepte d'un jeu rapide passant par les côtés, la "Tri" sera emmenée par deux Valencia. Son ailier-star, Luis Antonio, qui joue à Manchester United, et sa révélation, l'avant-centre Enner évoluant à Pachuca au Mexique.

Le Honduras, enfin, disputera également sa 3e phase finale après celles de 1982 et 2010, pour un bilan de 3 nuls et 3 défaites. Une première victoire au Mondial sera l'objectif de cette nation modeste de la planète foot, qui s'appuiera sur l'expérience des frères Palacios, Wilson et Jerry, et bénéficiera d'une préparation mentale façonnée par le technicien argentin Jorge Valdano, ancien champion du monde. 

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:04

France : Ribéry, l'ombre d'un doute



Depuis son échec dans la course au Ballon d'Or, Franck Ribéry a perdu son rayonnement de l'automne passé et le doute s'est installé sur sa capacité à relever la tête avec l'équipe de France lors du Mondial-2014. Quel visage "Francky" offrira-t-il au Brésil? C'est l'une des questions qui doit actuellement torturer le sélectionneur Didier Deschamps à la lumière des prestations en dents de scie de son atout offensif N.1 ces dernières semaines.

S'il a donné le change sur la scène allemande où il reste le "Kaiser" (doublé Bundesliga-Coupe), l'attaquant du Bayern Munich (31 ans, 81 sélections, 16 buts) n'a été que l'ombre de lui-même en Ligue des champions où le grand club bavarois a été éjecté sans ménagement de son trône européen en demi-finales par le Real Madrid (1-0, 4-0).

Quelque chose s'est visiblement cassé le 13 janvier à Zurich chez Ribéry, obligé de s'incliner face à Cristiano Ronaldo et Lionel Messi au classement du Ballon d'Or malgré une saison de rêve et un quintuplé réussi avec le Bayern Munich en 2013 (Ligue des champions, Championnat, Coupe, Supercoupe d'Europe, Mondial des clubs). Ce soir-là, le natif de Boulogne-sur-Mer, sacré fin août 2013 meilleur joueur européen par l'UEFA, a sans doute pris conscience d'avoir laissé échapper une chance unique d'obtenir cette récompense suprême sur le plan individuel.

'C'est dans la tête'
Ribéry n'a ensuite pas été aidé sur le plan physique: il y a d'abord eu une opération (hématome à l'aine) début février puis des douleurs dorsales qui ont handicapé sa fin de saison avec le Bayern.  Mais le mal est ailleurs comme l'a reconnu fin avril son entraîneur Pep Guardiola: "C'est dans la tête pas dans les jambes".

La 3e Coupe du monde de Ribéry est donc entourée d'un petit voile de mystère et ses faits et gestes seront disséqués d'ici l'entrée en lice de la France à la Coupe du monde, le 15 juin face au Honduras à Porto Alegre. Quatre ans après le fiasco de Knysna et cette grève de l'entraînement qui lui avait valu 3 matches des suspension de la part de la Fédération française de football, l'ancien Marseillais a pourtant des raisons objectives d'aborder le voyage au Brésil en toute sérénité.

Si son cas divise toujours auprès du public français, Ribéry, relaxé dans l'affaire Zahia, est redevenu le leader technique des Bleus sous le mandat de Laurent Blanc (2010-2012), un statut qu'il n'a fait que renforcer avec l'arrivée aux commandes de Didier Deschamps (6 buts, 12 passes décisives). La perspective de disputer son dernier Mondial, comme il l'a annoncé mercredi, ne peut en outre que le motiver. "Ca sera ma dernière Coupe du monde. Après il faut y aller pour faire quelque chose, pour essayer de gagner la Coupe du monde, tout simplement", a-t-il affirmé sur RTL.

Son parcours sinusoïdal en Bleu est toutefois en soi un point d'interrogation. Révélé au monde entier en 2006 en Allemagne sous le haut patronage de Zidane, il n'a jamais su endosser les habits du leader à l'Euro-2008 avant d'être totalement discrédité en 2010 en Afrique du Sud où il est passé à la postérité pour son rôle dans la mutinerie du 20 juin. Plus à l'aise dans le rôle d'amuseur de vestiaire que de patron, Ribéry n'est d'ailleurs peut-être pas fait pour ce costume. Mais Deschamps n'attend de lui qu'une chose: qu'il éclaire le côté gauche par ses fulgurances.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:08

Equateur : Valencia, pour oublier ManU et honorer Benitez



Surnommé "Le Train" ou encore "Usain Bolt", le véloce ailier équatorien Antonio Valencia arrive au Mondial avec deux objectifs: oublier la terrible saison de Manchester United et rendre hommage à son coéquipier en sélection Christian Benitez, terrassé par un arrêt cardiaque en 2013.

Né à Nueva Loja, petite ville perdue dans la jungle équatorienne aux confins de la Colombie, "Toño" Valencia va disputer à 28 ans sa deuxième Coupe du monde après celle de 2006 en Allemagne. Doté d'une vitesse de pointe hors du commun, il s'est imposé ces dernières années à Manchester United, où son explosivité et ses centres d'une précision diabolique font merveille.

Cette saison toutefois, ni ses qualités ni l'addition de talents des "Red devils" n'ont pu éviter au club une saison blanche après le départ de sir Alex Ferguson. Seulement 7e de Premier League, le champion 2013 ne sera pas européen pour la première fois depuis 1989. Déçu, Valencia compte bien redresser la tête au Brésil, où l'Equateur affrontera la France, la Suisse et le Honduras dans le groupe E.

Lorsqu'il a entamé sa carrière chez les professionnels à l'âge de 15 ans, Valencia n'était qu'un joueur moyen presque frêle, mais son passage en Europe à 20 ans lui a permis de se transformer physiquement et d'exprimer pleinement son potentiel. Après avoir fait ses armes dans son pays à Caribe Junior et à El Nacional, il rejoint en 2005 la Liga espagnole, à Villareal puis au Recreativo Huelva. Mais c'est trois ans plus tard, à Wigan (Angleterre), que son talent apparaît au grand jour, et en 2009 il est recruté pour environ 20 millions d'euros par le grand Manchester United.

Après Best, Beckham ou Ronaldo
Après le départ de Cristiano Ronaldo au Real Madrid, on lui attribua même le numéro 7 porté par d'illustres anciens qui ont fait vibrer Old Trafford, après Best, Cantona ou encore Beckham. "Il y a beaucoup de joueurs qui ont un talent supérieur au mien, mais plus que tout j'aimerais avoir la capacité de démarrage d'Antonio Valencia", dit de lui en forme d'hommage son coéquipier, la star de ManU Wayne Rooney.

Valencia a dû se remettre en 2011 d'une grave blessure à la cheville gauche qui l'a éloigné des terrains pendant six mois, mais il semble aujourd'hui avoir retrouvé ses qualités. Avec les "Tricolor", Valencia a disputé 37 rencontres depuis 2004. Au cours des dernières qualifications de la zone Amsud, il a gagné le brassard de capitaine sous les ordres du Colombien Reinaldo Rueda.  Mais en juillet 2013, il doit affronter le décès brutal de son ami et coéquipier en sélection, "Chucho" Benitez, talentueux attaquant foudroyé par une crise cardiaque. L'image d'un Valencia inconsolable face au cercueil de son ami a marqué les Equatoriens et la "Tricolor" tient à bien figurer au Mondial pour rendre hommage à son buteur, auteur de cinq buts au début des qualifications.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:09

Honduras : Najar, le sans-papiers devenu étoile montante



Andy Najar, l'ailier droit d'Anderlecht, a connu les affres de la vie clandestine aux Etats-Unis avant que son talent balle au pied permette à ce jeune Hondurien d'éclore en MLS puis de rejoindre l'élite européenne l'année dernière.

Né en 1993 à Santa Cruz de Marcovia, village de pêcheurs de la côte Pacifique, Andy Najar entreprend à 13 ans le périlleux voyage effectué chaque année par des dizaines de milliers de Centraméricains sans-papiers vers les Etats-Unis.

Après un périple de deux semaines, il parvient à rejoindre ses parents à Alexandria, en Virginie, où il se contente de jouer dans son quartier avant d'être repéré par les recruteurs du centre de formation de DC United (MLS).

En 2010, sa carrière décolle brusquement avec une signature en professionnels, suivie la même année d'un titre de meilleur "rookie" (débutant) du championnat américain.

Deux ans plus tard, alors que la fédération américaine lui fait les yeux doux, il opte pour la sélection hondurienne. Avec les "Catrachos" (surnom de la sélection inspiré de l'ethnie indienne locale), il atteint les quarts de finale des jeux Olympiques 2012.

Un futur plein de promesses
Pour l'actuel sélectionneur colombien Luis Fernando Suarez, un brillant avenir est promis à ce jeune ailier de 1,71 m, précis, rapide et pétri de talent. "C'est le joueur le plus jeune de la sélection (...) il progresse énormément (...) son avenir est plein de promesses", déclarait récemment le technicien.

En janvier 2013, la pépite hondurienne est tranférée à Anderlecht (Belgique), où ses dribbles et ses passes au cordeau le rendent rapidement indispensable. Cette année, le club a remporté le championnat de Belgique, se qualifiant ainsi directement pour la phase de poules de la prochaine Ligue des champions.

En avril, il prolonge avec son club jusqu'en 2018 et les experts le voient rapidement franchir de nouveaux paliers.

Najar "est un joueur qui provoque, qui déséquilibre, il a acquis un haut niveau technique et une grande force", explique à l'AFP Jose de la Paz Herrera Ucles, l'homme qui a mené le Honduras à sa première Coupe du monde, en Espagne (1982).

Depuis, ce petit pays d'à peine huit millions d'habitants a aussi participé à la Coupe du monde 2010, mais sans davantage parvenir à s'extirper de la phase de poules.

Face à l'Equateur, la France et la Suisse dans le groupe E, Najar se présente comme un des meilleurs éléments de la sélection hondurienne aux côtés du défenseur de Hull (Angleterre) Maynor Figueroa, du milieu de terrain Wilson Palacios (Stoke City) ou du buteur de Real España (Honduras) Carlo Costly.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:13

Suisse : Shaqiri ou le nouveau visage de la Suisse



Petit mais costaud: Xherdan Shaqiri incarne, à 22 ans, le visage glorieux d'une équipe de Suisse qui puise sa force dans les jeunes talents issus de l'immigration balkanique.

Du haut de son 1,69 m, "XS" a du mal à peser lourd parmi le lot de stars du Bayern Munich, qui l'a recruté il y a deux ans pour quelque 12 millions d'euros afin de jouer la doublure de luxe de Franck Ribéry. Mais sous le maillot rouge et blanc, le premier rôle masculin revient à ce fils d'immigrés du Kosovo. Avec sa vision du jeu, sa qualité de dribble et sa force mentale, Shaqiri est l'incontestable pièce maîtresse de la "Nati", l'équipe nationale. Joueur polyvalent, il apporte une flamboyance à un football réputé pour en manquer. "Shaqiri a de la classe, de l'instinct et reste calme avec le ballon", souligne le sélectionneur de la Suisse, Ottmar Hitzfeld. "Xherdan est un joueur essentiel. Sans lui, notre animation offensive n'est plus la même", insiste son assistant, Michel Pont.

Aussi, la Suisse reste dépendante de la condition physique de son "Baby Popeye", aux mensurations dignes d'un culturiste. Des mollets de 44 cm, des cuisses de 60 cm, une musculature cependant bien fragile. En sept mois, il a cumulé trois blessures à la cuisse droite, ratant ainsi l'opportunité d'accroître son temps de jeu au Bayern. Il n'a disputé cette saison que 10 matchs comme titulaire.

Fabuleux palmarès
Même s'il n'est qu'un joker chez le "Rekordmeister", il peut afficher à 22 ans un palmarès fabuleux, avec des titres en Bundesliga, en Coupe d'Allemagne, en Supercoupe d'Allemagne, en Supercoupe de l'UEFA, au Mondial des clubs et surtout le plus beau trophée, la Ligue des champions. Du coup, sa valeur marchande est désormais estimée à 20 millions d'euros.

Certains joueraient les divas pour moins que cela, mais Shaqiri sait rester humble. Il n'oublie pas ses racines, lui dont les parents ont fui l'ex-Yougoslavie en guerre quand il avait un an. Pour faire vivre la famille de quatre enfants, sa maman faisait des ménages, tandis que le père allait de chantier en chantier.  Xherdan a à peine 10 ans quand il intègre la section juniors du FC Bâle, dont les recruteurs ont vite décelé un pur talent en le voyant disputer un match contre leur propre équipe.

En 2009, il passe chez les professionnels et devient immédiatement incontournable au point que le petit prodige qui a aidé au double sacre de Bâle en championnat et Coupe de Suisse est du voyage pour la Coupe du monde en 2010. En Afrique du Sud, la Nati ne passe pas le premier tour et Shaqiri ne joue que 13 minutes. Quatre ans plus tard, "XS" a d'autres ambitions pour une équipe qui n'a jamais, de son histoire, réussi à passer les quarts de finale. "Nous ne serons jamais l'Espagne, l'Allemagne ou le Brésil", soulignait-il dans la presse suisse cette semaine, mais "une équipe jeune et talentueuse qui a un coup à jouer".

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:28

France : Des Bleus en quête de renaissance



Quatre ans après le fiasco de Knysna, l'équipe de France de Didier Deschamps va embarquer pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014 avec des ambitions mesurées mais avec la ferme intention de reconquérir les coeurs tout en posant des jalons pour l' UEFA EURO 2016.

Nommé en 2012, l'ancien capitaine des Bleus champions du monde et d'Europe a réussi un parcours quasi sans faute, pacifiant une sélection encore marquée au fer rouge par les polémiques incessantes de l'ère Domenech (2004-2010) et le mandat mitigé de Laurent Blanc (2010-2012).

Rien n'a été simple pourtant pour DD et sa bande, reversés dans un groupe de qualification comprenant les champions du monde et d'Europe espagnols et obligés d'en passer par des barrages incertains pour obtenir leur billet pour Brésil 2014.

L'angoisse a gagné l'ensemble du football français après la défaite concédée à l'aller en Ukraine (2:0 le 15 novembre) mais les Bleus sont parvenus à renverser la vapeur quatre jours plus tard au Stade de France (3-:0 avec un doublé de Sakho), renforçant la légende de Deschamps, le dépositaire de la fameuse "culture de la gagne" qui a porté la France au sommet en 1998 et 2000.

Michel Platini a beau répéter que la "chance" ne cesse d'accompagner Deschamps tout au long de sa carrière, il faut tout de même reconnaître au sélectionneur une gestion des hommes sans faille et un sens tactique peu commun, qui ont permis aux Tricolores de longtemps talonner l'Espagne dans leur groupe et d'éviter surtout la multiplication des "affaires", même si l'année 2013 a été très poussive (5 victoires, 2 nuls, 5 défaites).

Le barrage homérique face aux Ukrainiens est peut-être ce match fondateur que les Bleus attendaient depuis des années, eux qui n'ont plus remporté la moindre rencontre dans une phase finale de Coupe du Monde depuis la demi-finale de 2006 contre le Portugal (1:0) et n'en ont gagné qu'une au 1er tour, Mondial et EURO confondus, en 8 ans.

Reconquête
Le chemin vers la reconquête sera tout de même très long pour une équipe qui mêle quelques joueurs expérimentés à un bataillon de jeunes pousses. Le classement FIFA/Coca-Cola reste à cet égard édifiant, la France, malgré une légère amélioration, étant encore à distance respectable des grandes nations (16e).

Hormis Franck Ribéry (Bayern Munich) et Karim Benzema (Real Madrid), les joueurs de classe mondiale ne sont pas légion chez les Bleus. Deschamps a d'ailleurs pour le moment limité son objectif à une victoire face au Honduras au 1er match, le 15 juin à Porto Alegre, avant de croiser dans le groupe E la Suisse (20 juin à Salvador) et l'Equateur (25 juin au Maracana de Rio de Janeiro).

Mais le sélectionneur, assuré de diriger l'équipe de France jusqu'au Championnat d'Europe organisé au pays, est aussi là pour préparer l'avenir. D'où cette ouverture en direction de la "génération 93", championne du monde U-20, avec l'incorporation dans les 23 de Pogba, Varane (non présent au Mondial en Turquie) et Digne ainsi que des Sakho, Griezmann, Mangala et Grenier.

Lacazette, Schneiderlin et Cabella ont aussi pris date pour 2016 en étant convoqués en tant que réservistes.

"On ne peut pas galvauder une Coupe du monde", a cependant déclaré Deschamps au soir de la qualification mais la réalité et cette échéance capitale pour le football français ont fini par le rattraper.

"On va aller faire la meilleure Coupe du monde possible, mais le fait d'être là après m'oblige à penser à ce qui peut arriver en 2016", a-t-il concédé en avril.

Pour se prémunir d'un nouvel épisode fâcheux et effacer ainsi définitivement l'image désastreuse laissée par la grève de l'entraînement de 2010, le sélectionneur a mis de côté les "brebis galeuses" telles que Samir Nasri. La communication de sa liste pour le Brésil, avec une séparation nette entre les 23 et les réservistes, a également été habile, tranchant avec les non-dits de ses prédécesseurs.

"Je ne suis pas là pour préparer ce Mondial en pensant au passé", a expliqué Deschamps. La rupture est manifeste. Les résultats seront-ils à la hauteur?

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe E (Suisse, Equateur, France, Honduras)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum