Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Lun 15 Déc - 20:12

Le Real à la conquête d'une nouvelle couronne



Le Real Madrid, impérial sur les scènes nationale et continentale, part mardi à la conquête du Mondial des clubs, en débutant par une demi-finale face aux Mexicains de Cruz Azul, avec l'ambition de couronner une première partie de saison de toute beauté.

Nul besoin d'être un grand spécialiste pour avancer que le champion d'Europe débarque au Maroc en grandissime favori de cette épreuve : l'équipe de Carlo Ancelotti reste sur 20 victoires d'affilée, toutes compétitions confondues. Assuré de terminer l'année en tête de la Liga, certainement peu troublé à l'idée de retrouver les Allemands de Schalke 04 en 8e de finale de Ligue des champions, l'ogre madrilène se présente en outre l'esprit léger.

Vendredi à Alméria, dans un contexte pourtant difficile, la "Maison blanche" a offert un nouveau récital (4-1) qui a dû résonner tout le week-end dans les oreilles de ses futurs adversaires au Maroc."Nous terminons très bien notre année en Liga. Maintenant, nous nous concentrons sur le Mondial. Nous essaierons de le gagner et c'est un bon moment pour cela", a relevé l'entraîneur Ancelotti.

Alors que même son gardien et capitaine Iker Casillas semble retrouver des couleurs, l'armada espagnole se présente quasiment au complet. Blessé à un mollet, le Colombien James Rodriguez devrait être de retour pour la finale. Quant à Cristiano Ronaldo, en lice pour le Ballon d'Or, il a inscrit vendredi ses 24e et 25e buts en 15 journées de Liga... Rien que ça.

Que peut donc espérer Cruz Azul, qui dispute son premier Mondial des clubs et sort d'un quart de finale harassant face à Sydney (3-1 a.p) ? S'en remettre à la glorieuse incertitude du sport, sans doute. "Jouer un tel match constitue toujours une grande expérience. Ils sont les favoris de l'épreuve, mais le football réserve parfois des surprises", a clamé Luis Fernando Tena, qui a conduit le Mexique à l'or olympique en 2012 à Londres.

Si la logique est respectée, le club madrilène retrouvera samedi en finale les Argentins de San Lorenzo, qui disputent mercredi la seconde demi-finale face aux surprenants néo-zélandais d'Auckland City.

L'équipe fétiche du pape François, lauréate de la Copa Libertadores, se trouve déjà à Marrakech depuis vendredi, après avoir terminé son championnat à une modeste 8e place.

En dix éditions, le Mondial des clubs n'a jamais échappé au représentant européen (six titres) ou sud-américain (quatre). Par le passé, le Real avait remporté trois Coupes intercontinentales (1960, 98 et 2002).

Fifa.com (15/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Lun 15 Déc - 20:28

Ancelotti : "Clore une année inoubliable"



L'entraîneur du Real Madrid, Carlo Ancelotti, qui dispute la demi-finale de la Coupe du Monde des clubs, Maroc 2014 mardi face aux Mexicains de Cruz Azul, a estimé lundi que cette compétition au Maroc constituait "une manière formidable de conclure une année inoubliable".

Alors que le champion d'Europe reste sur 20 victoires de rang, le technicien italien assure que son équipe est "au top" de sa forme et pleinement "concentrée" sur ce dernier objectif de 2014.


Dans quel état d'esprit êtes-vous ?
Du point de vue physique et mental, nous sommes au top. Nous sommes parvenus à pallier récemment les quelques absences, et si James et Khedira ne serons pas disponibles demain, ils le seront sans doute pour le match suivant.

Ne craignez-vous pas une démobilisation entre la satisfaction d'avoir creusé l'écart en Liga et la trêve qui approche ?
On traverse une excellente passe, mais on va continuer de travailler. Ca ne devrait pas influencer la manière dont nous allons jouer ici. On laisse ça derrière nous. L'année n'est pas encore finie et il faut se concentrer sur ce tournoi. Nous avons fait de gros efforts pour arriver jusque-là. Tous mes joueurs considèrent que ce tournoi est spécial, pour eux ça serait une manière formidable de terminer une année inoubliable.

Que pensez-vous de Cruz Azul ?
Elle a les caractéristiques d'une formation mexicaine, avec des joueurs d'expérience dont certains ont évolué en Liga et connaissent notre jeu. Toute équipe représente un danger au niveau d'une demi-finale. Cruz Azul est une équipe qui joue un football de qualité. Dans cette épreuve, il y a des joueurs qui viennent de toutes les confédérations du monde, chacun à ses qualités. Toutes les équipes qui ont gagné leur Ligue des champions ont leur place ici.

Votre attaquant mexicain "Chicharito" sera-t-il aligné contre Cruz Azul ?
Je le vois motivé et il travaille bien au quotidien. Il aura l'opportunité de jouer et ça sera un atout pour notre équipe car il est aussi en grande forme.

Une défaite au Maroc gâcherait-elle un peu cette année faste ?
Je n'ai pas vraiment pensé aux conséquences d'une défaite. On pense à mettre toutes les chances de notre côté pour l'emporter. (...) Je suis très heureux d'être l'entraîneur de cette équipe, de collaborer avec tous ces joueurs. J'espère que ça durera longtemps comme en ce moment.

Un mot sur Schalke 04, votre futur adversaire en Ligue des champions...
Ca sera la même équipe que l'an dernier, mais on ne veut pas trop penser à la Ligue des champions et se concentrer sur notre match face à Cruz Azul.

Fifa.com (15/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Mar 16 Déc - 16:39

La Rocca ne baisse pas les bras



Iacoppo La Rocca a bien failli entrer dans l'histoire en qualifiant pour la première fois un club australien, en l'occurrence Western Sydney Wanderers, en demi-finales de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Mais Gerardo Torrado a inscrit le but de l'égalisation une minute avant la fin du temps réglementaire. En prolongation, Cruz Azul marquera encore deux fois (3:1). "Leur but a crevé le cœur à toute l'équipe", regrette l'Italien, auteur du seul but australien de la rencontre, au micro de FIFA.com." Nous étions à deux pas d'entrer dans l'histoire et d'affronter le Real Madrid en demi-finale. Tout le monde en rêvait déjà..."

Jusqu'à ce jour, Western Sydney Wanderers était béni. Il faut dire que les performances réalisées en si peu de temps tiennent du miracle. Depuis sa fondation il y a seulement deux ans et demi, l'équipe a joué deux finales du championnat national, tout en devenant le premier club australien à gagner la Ligue des champions de l'AFC. "Il faut reconnaître que la chance nous a souvent permis de faire basculer les événements en notre faveur", explique le milieu défensif. "Nous n'aurions jamais été champions d'Asie sans avoir gagné le huitième de finale (2:0) face à Sanfrecce Hiroshima. Ils avaient remporté le match aller (3:1), mais la chance nous a souri au retour et nous nous sommes qualifiés pour les quarts de finale".

Cette chance, qui a été le meilleur allié des Wanderers durant ces deux dernières années, leur a fait cruellement défaut en quart de finale Maroc 2014. "Nous n'avons pas été vernis", admet le trentenaire. "C'est le football, il y des jours avec et des jours sans. Il faut aussi reconnaître que nous avons commis beaucoup d'erreurs dans cette rencontre."

Western Sydney Wanderers a tout de même bouleversé le paysage du football asiatique en éliminant les géants du continent, issus de République de Corée, du Japon, de RP Chine et d'Arabie Saoudite. "Nous étions comme dans un rêve. Malgré notre jeune âge, nous avons cru en nos capacités et remporté la Ligue des champions", analyse La Rocca, oublian un instant l'amertume de la défaite face à Cruz Azul. "Nous avons perdu deux championnats en finale, mais nous n'avons pas baissé les bras car nous savions que nous étions capables de gagner. Au bout du compte, nous avons été récompensés. Cette défaite face à Cruz Azul n'est donc pas rédhibitoire, car nous pouvons encore revenir en Coupe du Monde des Clubs".

Le bon choix
La vie de La Rocca a complètement changé depuis son arrivée dans le club australien, en 2012. Il a été un des premiers éléments sur lesquels a été bâtie l'équipe. "Ma carrière a pris une autre tournure depuis mon arrivée au club. Je ne pensais pas jouer un jour la Coupe du Monde des Clubs ou gagner la Ligue des champions. Je suis satisfait de tout ce que j'ai réalisé jusqu'à maintenant", assure le Romain formé à la Lazio. "En Suisse, j'ai joué une rencontre d'Europa League avec Grasshopper Zurich et la finale de la Coupe nationale. J'espérais pouvoir marquer sur ma carte de visite que j'avais affronté le Real Madrid, mais cela ne sera malheureusement pas possible".

Malgré tout, La Rocca n'est pas du genre à baisser les bras et il compte bien décrocher encore de nombreux titres. "Après le match pour la cinquième place, nous allons essayer de retrouver la tête du championnat australien. Notre objectif est toujours de devenir champions", annonce-t-il, évoquant le premier pas vers une nouvelle qualification en Ligue des champions, et un éventuel retour sur la scène mondiale dans un temps record.

Fifa.com (16/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Mar 16 Déc - 16:42

La rencontre prémonitoire de Tade



Emiliano Tade ne croit pas au hasard. En revanche, il croit en ce qu'il appelle "le langage universel", en vertu duquel des choses soi-disant inattendues arrivent pour une bonne raison. Quand l'attaquant argentin de l'Auckland City FC a rencontré, à la mi-2014, l'entraîneur de San Lorenzo de Almagro dans les rues d'une ville où aucun des deux hommes ne réside, il a vu là un signe évident du destin.

"Je jure qu'à ce moment-là, j'ai tout de suite compris que c'était un signe. Je l'ai même dit à mes sœurs. En deux ans à Buenos Aires, je n'ai pas rencontré une seule célébrité dans la rue et là, à Rome, je tombe nez à nez avec Edgardo Bauza", explique Tade avec beaucoup d'enthousiasme à FIFA.com, après avoir défié tous les pronostics en aidant Auckland City à devenir le premier représentant océanien à se qualifier pour le dernier carré de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. L'Argentin vient ainsi de réaliser la plus belle prouesse de sa carrière sportive semi-professionnelle. Et l'aventure n'est pas finie. Il a rendez-vous le 17 décembre en demi-finale de Maroc 2014 avec… San Lorenzo.

Un monde fait de signes
En août dernier, Emiliano Tade est en vacances en Europe, avec ses sœurs Agustina et Luciana. Il aime bourlinguer, et c'est d'ailleurs comme cela qu'il a découvert la Nouvelle-Zélande, en 2008. "On parcourait l'Europe sans programme établi, un peu au hasard. On s'est retrouvé à Rome ce jour-là, mais ça aurait très bien pu être n'importe quel autre jour. On se promenait Via Veneto et au bout d'une vingtaine de minutes, on tombe sur Bauza et Marcelo Tinelli, vice-président de San Lorenzo et célèbre animateur télé en Argentine."

"Imaginez un peu la scène^", poursuit Emiliano tout sourire. "Mes sœurs commencent à discuter avec Tinelli, et moi avec Bauza. Ensuite, elles me demandent : 'Et l'autre, c'est qui ?' Je ne me souviens plus comment on en est arrivé à parler de football, mais j'ai dit à Bauza qu'on se reverrait peut-être au Maroc. Il a eu l'air surpris, alors je lui ai raconté que je jouais à Auckland City, et que nous aussi nous étions qualifiés pour la Coupe du Monde des Clubs. Il m'a souhaité bonne chance et juste après, j'ai dit à mes sœurs que c'était un signe du destin."

Tade a 26 ans. Avocat de formation, il n'exerce pas. Après cette rencontre dans la capitale italienne, il a gardé cette histoire pour lui. Le seul à la connaître en dehors des personnes concernées était l'Espagnol Ángel Berlanga, coéquipier et colocataire de Tade à Auckland. Mais la veille du match contre l'ES Sétif, Tade raconte l'histoire au responsable de la presse, Gordon Glen Watson. "J'avais rêvé que nous avions battu l'ES Sétif 1:0. Le but d'Irving ? Non, non, ça n'est pas allé jusque-là, sinon j'aurais joué au loto", dit-il en éclatant de rire. "Quand ce qui n'est qu'un rêve finit par arriver, ça fait vraiment tout drôle. C'est quand même incroyable. Chacun possède un livre sur lequel s'écrit l'histoire de sa vie, et… ouf."

Euphorie et détermination
Les larmes lui viennent aux yeux et il se cache le visage le temps de les sécher. "Les émotions se bousculent dans ce genre de moment", reprend-il. "Cela fait des années que nous participons à ce tournoi avec l'étiquette de l'équipe qui va logiquement être éliminée dès son premier match. Cela fait que les gens ont tendance à ne pas trop nous respecter. Ce qui nous arrive aujourd'hui est plus qu'un rêve, c'est un cadeau de la vie."

Si l'émotion était présente chez Tade et ses coéquipiers dans le vestiaire après leurs deux victoires à ce jour dans le tournoi, ils avaient aussi conscience que les choses ne s'arrêteraient pas là. "Nous devons maintenant nous focaliser sur San Lorenzo. Nous avons goûté à la victoire et maintenant, nous voulons jouer à fond notre rôle, qui est de montrer au monde entier que la Nouvelle-Zélande n'est plus le pays du football amateur, qu'elle a maintenant le niveau pour être compétitive", espère-t-il

Ce fan de Boca Juniors - et de Villa Mitre de Santiago del Estero, où il est né - ne suit plus depuis longtemps le football argentin. - "Les horaires sont incompatibles. Aux heures où ils diffusent le championnat d'Argentine, moi je dors ! - Mais le football argentin, lui, pourrait commencer à le de près. Et où qu'il aille... Car Tade sait déjà ce qu'il va faire lors du prochain été européen : "Reprendre mon sac à dos et voyager au petit bonheur, à la recherche de signes. La vie est faite pour ça".

Fifa.com (16/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Mer 17 Déc - 19:16

Cruz Azul Futbol Club 4 - 0 Real Madrid
Le Real va tranquillement en finale




Le Grand Stade de MarrakechMarrakech (MAR)
16 déc. 2014 - 19:30 Heure Locale
Demi-finales

    SERGIO RAMOS 15'
    BENZEMA 36'
    BALE 50'
    ISCO 72'
   
Cristiano Ronaldo, Karim Benzema, Gareth Bale, Sergio Ramos… Les stars du Real Madrid étaient quasiment au complet pour l'entrée en lice du champion d'Europe en demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014.

Cruz Azul, vainqueur du Western Sydney Wanderers FC en quart, a rapidement été assommé par des Madrilènes décidés à franchir sans encombre le premier obstacle vers l'un des rares trophées qui manque encore à leur palmarès. Le verrou sautait au bout d'un quart d'heure sur une tête de Ramos, bien servi par le coup franc précis de Tony Kroos et la sortie ratée de Jose Corona (0:1, 14'). Benzema profitait ensuite de la défense un peu apathique des Mexicains pour doubler la mise à bout portant (0:2, 36').

Les champions de la CONCACAF se réveillaient enfin, histoire de regagner les vestiaires avec un peu d'espoir. Ils obtenaient même un penalty pour une faute de Ramos, mais Iker Casillas se montrait intraitable sur la tentative de Gerardo Torrado (40').

Le public du Grand Stade de Marrakech n'avait pas encore tout vu avec le but de la tête de Bale (0:3, 50'), les tentatives de Ronaldo d'une bicyclette (59') puis d'un coup du foulard (63'), le poteau de Pablo Barrera qui aurait pu sauver l'honneur juste après son entrée en jeu (66') et la conclusion parfaite d'Isco après un slalom dans la surface (4:0, 72').

L'identité de l'autre finaliste sera connue ce mercredi 17 décembre à l'issue de l'autre demi-finale entre San Lorenzo et Auckland City. 

Fifa.com (16/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Mer 17 Déc - 19:22

Kalinski, l'idée de génie



En Argentine, remporter la compétition qui s'appelait avant la Coupe intercontinentale, et qui s'est mondialisée pour devenir la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, est bien plus qu'un objectif ou qu'un rêve : c'est une obsession. Il s'agit de montrer que le football argentin peut faire barrage à la puissance européenne. C'est pourquoi San Lorenzo de Almagro aborde Maroc 2014 avec une motivation extrême.

Deux mois après avoir remporté la Copa Libertadores, alors que le moteur de son équipe semblait avoir calé, l'entraîneur Edgardo Bauza ne cachait pas qu'il planchait déjà sur des solutions tactiques en vue du Mondial des clubs. Les joueurs-clés n'y arrivaient plus. C'est alors que dans la tête du technicien, surgit une idée pour changer les choses : Enzo Kalinski.

"Je suis un milieu de terrain classique. Mon rôle est de travailler avec les deux milieux et d'essayer d'animer l'entrejeu", explique Kali au micro de FIFA.com. Kalinski est demi-centre, les deux autres milieux axiaux étant Néstor Ortigoza et Juan Mercier. "Tous deux manient très bien le ballon. J'ai ajouté Kalinski, car il est plus incisif", expliquait récemment Bauza.

Le troisième homme
Remplaçant pendant toute la Copa Libertadores, Kalinski a commencé à être titulaire lors du Tournoi de Transition argentin, afin de pallier à l'absence de Mercier. Il a terminé meilleur buteur, après quoi il a conservé sa place de titulaire pour suppléer l'autre milieu axial, Ortigoza, absent à son tour. Mais l'équipe ne fonctionnait pas. Dans cette configuration, elle a perdu six matches sur 12. Les trois hommes ont été alignés pour la première fois ensemble contre Lanús. Nouvelle défaite, mais Bauza avait aimé la prestation de ses joueurs.

Une semaine plus tard, la victoire contre Boca Juniors confirme son impression. El Ciclón remporte quatre de ses six rencontres suivantes. "Je crois que ça fonctionne bien entre nous car nous sommes des joueurs avec des caractéristiques différentes", analyse Kalinski. Mercier ratisse beaucoup de ballons, alors qu'Ortigoza est meilleur dans l'organisation. Il est plus perçant également. Il ressemble un peu à un avant-centre, même s'il ne l'est pas à proprement parler. Enzo est quant à lui très à l'aise lorsqu'il s'agit de "roder" autour de la surface. C'est également là qu'il semble le plus efficace.

"Nous avons été champions de la Libertadores en pratiquant un 4-4-2", faisait également remarquer Bauza. "Aujourd'hui, nous jouons en 4-1-4-1 pour avoir plus d'équilibre, et je remarque que l'équipe est plus solide comme ça. Avec ce système, les milieux de terrain sont plus percutants et peuvent aussi marquer quand les attaquants n'y arrivent pas."

À l'école du basket
Les qualités de Kalinski ont leur origine dans sa grande passion, le basket-ball. Quand il était enfant, il enfilait les paniers avec ses amis du club qui se trouvait en face de chez lui, à Santiago del Estero. Il pratiquait le football et le basket, mais à 14 ans, il a décidé de quitter les pelouses pour se consacrer entièrement aux parquetx. Mais lorsqu'on lui a donné l'opportunité d'intégrer les juniors du club de foot de Quilmes, il est revenu vers le ballon rond. Son poste de prédilection était meneur de jeu. "Le fait d'avoir été meneur au basket m'a beaucoup aidé à développer la vision du jeu sur le terrain", assure celui qui a grandi à la campagne et chasse depuis l'âge de huit ans. Dès que le football lui laisse un peu de répit, il part donc à la campagne équipé de son fusil et de sa canne à pêche.

Kalinski a également beaucoup appris dans l'adversité. Avec Quilmes, il a connu la deuxième division, la montée à l'échelon supérieur, puis les joutes de la Primera. En 2011, il signe à San Lorenzo, à une époque où le club ne va pas bien, au point de se retrouver à quelques minutes de la relégation. "Nous avons traversé des moments très difficiles. Nous avons vu nos supporters souffrir, être littéralement terrorisés à l'idée de descendre en deuxième division. Cela nous a beaucoup marqués et appris à la fois. Nous avons alors commencé à travailler autrement, avec beaucoup plus de sacrifices et de solidarité et petit à petit, nous avons remonté la pente", résume Kalinski, qui cherchera à décrocher au Maroc son troisième titre avec San Lorenzo après le Tournoi Initial 2013 et la Libertadores 2014.

Dans la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2014, Kalinski et tous ses coéquipiers d'El Ciclón vont faire leur entrée en lice contre Auckland City. Lorsqu'il repense au chemin parcouru, Kali aboutit à la conclusion suivante : "Le fait d'avoir traversé ces épisodes agités nous permet de savourer encore mieux ce que nous sommes en train de vivre. C'est une récompense".

Fifa.com (17/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Mer 17 Déc - 19:23

Casillas, la confiance retrouvée



Iker Casillas a retrouvé le sourire. Il se promène tranquillement dans la zone réservée aux interviews de la télévision, s'arrête, salue, et sourit. Ces derniers mois ont été bien meilleurs pour lui que les deux années qui ont précédé. Il semble se sentir de nouveau le maître des lieux dans les buts du Real Madrid. L'heure de la revanche a-t-elle sonné ?

"Je ne réfléchis pas en termes de revanche. Ma carrière parle pour moi. Match après match, j'espère retrouver ma confiance. C'est le défi qui me passionne le plus et je pense être sur la bonne voie", explique-t-il à FIFA.com au sortir d'un match sans erreur remporté 4:0 par les champions d'Europe face à Cruz Azul, en demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014. Une 21ème victoire consécutive pour le Real, mais qui n'a pas été aussi facile que le score le laisse paraître : à 2:0, Iker a arrêté un penalty de Gerardo Torrado.

C'est la quinzième fois sous le maillot merengue qu'il s'interpose sur une tentative des 11 mètres. "À 2:1, on aurait peut-être vu un autre match. C'est le rôle du gardien d'aider son équipe dans les moments délicats. J'ai eu la chance de deviner le bon côté. En conservant nos deux buts d'avance, la tâche a été plus facile ensuite." Ses coéquipiers ne sont pas restés insensibles. "Iker est un immense gardien. Il est toujours là quand nous avons besoin de lui. Ce sera un plaisir de pouvoir l'aider à gagner ce tournoi", annonce au micro de FIFA.com le Brésilien Marcelo.

Si le Real est sacré champion du monde le 20 décembre prochain, Casillas décrochera ainsi son 23ème titre, club et sélection confondus, et soulèvera l'un des rares trophées qu'il n'a pas encore eu l'occasion de brandir au cours de sa carrière. "Il y a 14 ans, j'ai joué ce tournoi mais je n'ai pas réussi à le gagner", commente-t-il au sujet de l'édition de l'an 2000, où le Real Madrid avait terminé quatrième. Iker avait à peine 19 ans. "J'espère le gagner cette année, car ce serait une autre photo pour l'histoire, pour Madrid et à titre personnel aussi. Tout ce qui peut donner du bonheur à ce club est une immense source de satisfaction pour un joueur."

Tête levée, torse rentré

Les 21 succès consécutifs sont eux aussi un motif de fierté et contribuent à la bonne humeur générale, même si Casillas préfère être prudent. "Gagner 21 matches de suite est très difficile, mais il faut garder les pieds sur terre et savoir que ça ne durera pas éternellement", tempère-t-il. "Un jour va venir où nous perdrons ou concèderons le nul. C'est pourquoi nous ne voulons pas nous projeter au-delà du match suivant. Tout ce qui compte, c'est la victoire numéro 22. L'important est que nous gagnions la finale. On parlera probablement plus de nous dans les journaux si nous ne sommes pas champions du monde que si nous le devenons."

Casillas parle en connaissance de cause. Depuis ses débuts à l'âge de 18 ans, il a presque toujours eu les faveurs du public, de la presse et des entraîneurs. Presque, car il y a eu des exceptions, comme lorsque José Mourinho l'a placé sur la listele banc des remplaçants en janvier 2013. Cette saison-là, en 2012/13, Iker n'a joué que 26 matches avec son club. Avec l'arrivée de Carlo Ancelotti, les choses ne changent pas, au contraire. En 2013/14, le technicien italien ne l'utilise que 24 fois. Après le flop de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ et avec l'arrivée du gardien costaricien Keylor Navas, la saison 2014/15 s'annonçait encore plus compliquée.

Pourtant, l'Espagnol a disputé 21 rencontres sur 25 possibles depuis le coup d'envoi de l'exercice. "Je n'ai jamais baissé la tête pour que l'on m'enterre, mais je ne bombe jamais le torse quand on m'encense. Je me consacre entièrement à mon travail et j'essaie de le faire le mieux possible", dit-il avec ce sourire qui est souvent la preuve d'une confiance retrouvée.

Fifa.com (17/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Mer 17 Déc - 19:31

Real - James s'entraîne normalement



James Rodriguez, le milieu offensif colombien du Real Madrid, absent sur blessure depuis début décembre, a participé à l'entraînement collectif mercredi au Maroc, au lendemain de la qualification du champion d'Europe pour la finale du Mondial des clubs, a constaté un journaliste de l'AFP.

James s'était blessé à un mollet lors de la large victoire en Liga le 6 décembre contre le Celta Vigo (3-0), laissant craindre une indisponibilité pour le Mondial des clubs. Il avait repris la course dès le 11 décembre mais avait dû se contenter jusque-là d'un entraînement personnalisé.

Lundi, l'entraîneur Carlo Ancelotti a toutefois confirmé qu'il serait sans doute remis pour la finale, samedi. Au lendemain de la nouvelle démonstration du Real, victorieux 4 à 0 en demi-finale face aux Mexicains de Cruz Azul, James a participé à un entraînement complet avec les remplaçants et le gardien Iker Casillas, sur un terrain annexe du Grand stade, sous le lumineux soleil de Marrakech.

Les dix joueurs de champ titulaires lors de la demi-finale ont, eux, effectué un travail de récupération à l'hôtel. C'est le cas du défenseur central Sergio Ramos, touché à la jambe gauche mardi soir et remplacé par le Français Raphaël Varane après ouvert la marque de la tête. L'encadrement espère néanmoins qu'il sera pleinement remis sur pied d'ici samedi.

A l'image de James, l'international allemand Samir Khedira, entré en cours de jeu contre Cruz Azul après une absence de 15 jours, s'est pour sa part entraîné normalement. Le Real est en revanche privé pour toute la durée de l'épreuve du milieu international croate Luka Modric, blessé à une cuisse en novembre et qui ne devrait pas être opérationnel avant début février.

Le champion d'Europe, qui reste sur une série de 21 victoires toutes compétitions confondues, connaîtra mercredi soir son adversaire pour la finale: les Argentins de San Lorenzo, lauréats de la Copa Libertadores, ou la surprenante équipe néo-zélandaise d'Auckland City.

Le Real, vainqueur par le passé de trois Coupes intercontinentales (1960, 1998 et 2002), n'a encore jamais remporté le Mondial des clubs, dont c'est la 11e édition, et compte clore en beauté "une année inoubliable", selon les termes de Carlo Ancelotti.

Fifa.com (17/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 14:17

ES Sétif 2 (5) - 2 (4) Western Sydney Wanderers FC
L'ES Sétif la tête plus haute




Le Grand Stade de MarrakechMarrakech (MAR)
17 déc. 2014 - 16:30 Heure Locale
Match pour la cinquième place

ESS : MULLEN (50' CSC); ZIAYA (57')
WSW : CASTELEN (5'); SABA (89')

L'ES Sétif n'était jamais rentré dans son quart de finale de Coupe du Monde des Clubs, Western Sydney Wanderers l'avait mal terminé. L'occasion d'atténuer la déception se présente ce mercredi 17 décembre avec la cinquième place de Maroc 2014 en jeu.

Les Australiens entendent se rassurer au plus vite et se lancent à l'attaque. Le premier assaut digne de ce nom se traduit au tableau d'affichage par Romeo Castelen, à la réception d'un service de Labinot Haliti (0:1, 5'). Douze minutes plus tard, le capitaine tient à enfiler lui-même le costume de buteur sur coup franc mais la transversale en décide autrement. Sonnés par cette entrée en matière délicate, les Aigles Noirs semblent cloués au sol. Abdelmalik Ziaya tente bien de prendre de la hauteur mais sa reprise acrobatique est plus spectaculaire qu'efficace.

Ce sont donc des Algériens menés, mais remontés, qui reviennent des vestiaires. Les Océaniens reproduisent cependant le scénario du premier acte en inscrivant un but après cinq minutes de jeu... dans les mauvais filets cette fois-ci, Daniel Mullen trompant son propre gardien (1:1, 50',). L'ES Sétif revient dans le coup avant que Ziaya ne donne pour la première fois de la compétition l'avantage à ses couleurs, après un enchaînement contrôle-frappe dans la surface (2:1, 57'). Les Wanderers vont-ils encore s'incliner après avoir dominé ? Vitor Saba répond par la négative en égalisant sur coup franc (89', 2:2)

Malheureusement pour lui, ses coéquipiers se montrent moins inspirés dans l'exercice du tir au but après une prolongation sans éclat. L'ES Sétif, quant à lui, quitte le tournoi la tête haute avec une cinquième place en Coupe du Monde des Clubs inscrite à son palmarès.

Fifa.com (17/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 14:39

CA San Lorenzo 2 - 1 Auckland City FC
San Lorenzo triomphe modestement




Le Grand Stade de MarrakechMarrakech (MAR)
17 déc. 2014 - 19:30 Heure Locale
Demi-finales

CASL : BARRIENTOS (45'+2); MATOS (93')
ACFC : BERLANGA (67')

San Lorenzo affrontera le Real Madrid en finale de Maroc 2014 ! El Ciclón a du s'arracher en prolongation face à un valeureux Auckland City, et sera le troisième club argentin de l'histoire à disputer une finale de Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, après Estudiantes et Boca Juniors.

Invités surprises de ces demi-finales après avoir battu les deux représentants africains du tournoi, les Néo-Zélandais ont confirmé que leur réussite était amplement méritée en faisant quasiment jeu égal avec les champions d'Amérique du Sud. Agressif au pressing, Auckland a même tenu le ballon lors d'un premier acte nerveux et pauvre en occasions.

Le but de Pablo Barrientos juste avant la pause, un tir au ras du poteau suite à une passe laser d'Emmanuel Mas (1:0, 45'+2), permettait toutefois à San Lorenzo de laisser ses doutes à la porte du vestiaire. Mais Auckland se chargeait de les ramener en se montrant conquérant en deuxième mi-temps, une combativité récompensée avec Angel Berlanga, qui parvenait à égaliser en suivant bien la tentative de Ryan de Vries (1:1, 67').

Martin Cauterrucio sortait le grand jeu pour laver l'affront, mais son superbe enchainement coup du sombrero-frappe se heurtait au poteau de Tamati Williams (76'). Dans la foulée, l'Argentin d'Auckland Emiliano Tade était en position idéale pour jouer un mauvais tour à ses compatriotes, mais manquait son face à face avec Sebastian Torrico (77').

En prolongation, c'est finalement le remplaçant Mauro Matos qui se montre le plus réaliste, donnant un avantage définitif à San Lorenzo d'une frappe sèche sur un ballon qui traînait à l'entrée de la surface (2:1, 93'). Ce samedi 20 décembre, avant la finale, Auckland City aura une nouvelle occasion de montrer sa valeur dans le match pour la troisième place face à Cruz Azul.

Fifa.com (17/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 14:44

Le Real en terrain déjà conquis



"Bienvenue dans votre seconde maison" : voilà comment les supporters marocains ont accueilli le Real Madrid lors de la demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014, qui s'est soldée par une victoire (4:0) face aux Mexicains de Cruz Azul.

Le Real Madrid est très populaire au Maroc et ce n'est pas Al Tayeb Al Smeli, un des fondateurs du Groupe des Amis de Madrid, qui dira le contraire. "Nous préparons ce tifo depuis deux mois. Il a été réalisé par un groupe de jeunes fans du Real Madrid. En finale, il sera encore plus grand", annonce-t-il à FIFA.com.

Ce tifo représentait Cristiano Ronaldo portant le numéro 10, en référence à la dixième Ligue des champions de l'UEFA remportée par le club madrilène. Durant les 90 minutes de la rencontre, les supporters marocains ont scandé les noms de chaque joueur des Merengues, pour donner au Grand Stade de Marrakech des aires  Santiago Bernabeu. Au milieu de cette ambiance festive typiquement marocaine, les supportrices de Cristiano Ronaldo ont brandi des pancartes lui demandant de les épouser.

C'est un pays entier qui a suivi le Real Madrid, en quête de photos avec ses stars. Hommes politiques, sportifs et artistes se sont succédés pour saluer la formation espagnole tandis que les journalistes ont oublié leur travail pour prendre des photos en compagnie de Cristiano Ronaldo, Sergio Ramos et autres Gareth Bale. Quant aux personnes qui n'ont pu obtenir de billet pour le match, elles ont attendu devant l'hôtel du Real Madrid dans le froid glacial de Marrakech, afin d'apercevoir le cortège de stars. Tout ça n'a rien d'anormal pour Al Smeli. "Le Maroc et l'Espagne ne sont séparés que par quelques kilomètres", rappelle-t-il. "Les habitants du nord sont fans du Real Madrid et ils suivent tous la Liga".

Al Tayeb en fait naturellement partie, et son histoire d'amour avec le Real Madrid n'est pas née d'hier. "J'ai commencé à supporter le Real en 1971, alors que j'étais au lycée et que je jouais comme gardien de but", raconte-t-il. "Notre entraîneur, ancien joueur de basket au Real Madrid, m'a demandé quelle était mon équipe préférée. Je lui ai répondu le Wydad Casablanca et il m'a demandé mon club favori en Europe. Je lui ai répondu que je n'en avais pas mais il m'a offert une agrafeuse du Real Madrid. C'est ainsi que je suis devenu supporter du club".

Une vraie famille

Les enfants des orphelinats ont aussi eu l'occasion de suivre les Merengues, eux qui se divisent chaque fin de semaine en supporters de Madrid et de Barcelone. Mais ce 16 décembre, ils ont tous revêtu la tunique blanche, pour le quatrième match du club en terre marocaine. Le groupe des Amis du Real Madrid de Casablanca a permis à ces orphelins de suivre la demi-finale, à l'initiative d'Abderrazak Allam. "Avant d'être un club prestigieux, le Real Madrid est une grande famille, avec laquelle nous avons de nombreux partenariats", confie-t-il. "En tant que supporters fidèles du club, il est important pour nous que chacun ait l'occasion de le suivre de près. Il y a deux ans, un groupe d'orphelins a visité Santiago Bernabeu et assisté à une séance d'entraînement de l'équipe. Aujourd'hui, ils ont l'occasion de suivre l'équipe depuis les tribunes, en terre marocaine".

Allam a vécu les époques glorieuses de Gento, Butragueno, Pirri, Camacho, Ronaldo et Zidane. Malgré tout, il considère que cette Coupe du Monde des Clubs est très importante : "J'espère que le Real Madrid remportera ce titre, pour entrer dans l'histoire". Avant d'être supporter, Allam a joué dans l'équipe de volley-ball du Real Madrid, avec laquelle il a remporté deux championnats, deux Coupes du Roi et atteint la demi-finale de la Coupe d'Europe. Il a été le premier joueur arabe et africain à porter le maillot de l'équipe de volley madrilène. "Leur venue est extraordinaire", se réjouit-il aujourd'hui. "Nous les avons accueillis en rois et nous les saluerons en héros. Cela prouve que c'est le club le plus populaire au Maroc."

Les supporters du Real Madrid vont se retrouver à nouveau le 20 décembre prochain, en espérant que leur équipe favorite va brandir la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2014, synonyme d'un 80ème trophée dans son histoire.

Fifa.com (17/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 14:56

San Lorenzo a le Matos pour gagner



A 32 ans, Mauro Matos n'a une voiture que depuis six ans. C'est son père qui la lui a achetée. Il jouait alors dans les petites divisions du football professionnel argentin, qu'il avait découvert à 24 ans, après de longues années dans les championnats régionaux amateurs de la province de Buenos Aires. Dans ces conditions, on mesure mieux l'émotion qu'il a pu ressentir dans les entrailles du Grand Stade de Marrakech. C'est lui, ce buteur forgé à la dure sur des terrains à l'engazonnement approximatif, qui a signé le but de la victoire de San Lorenzo de Almagro en demi-finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA Maroc 2014.

"Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai pu penser à une situation comme celle que je suis en train de vivre", explique-t-il à FIFA.com, le visage coincé dans les mains pour éviter de pleurer. "Je me suis battu pendant toute ma vie pour vivre ce genre de choses et j'avoue que j'ai encore du mal à croire que je suis en train de disputer cette Coupe du Monde des Clubs, qui est ce qui se fait de mieux au monde au niveau des clubs. C'est le fruit de tous les sacrifices que j'ai pu faire, de tous mes entraînements, de mon humilité face au travail. C'est aussi un cadeau pour ma famille, qui ne m'a jamais laissé baisser les bras."

Comme lors de la finale aller de la Copa Libertadores au Paraguay face à Nacional, comme avec ses équipes précédentes - il a notamment offert à All Boys son retour dans l'élite argentine après 38 ans d'absence -, Matos a su marquer un but décisif devant le public marocain. San Lorenzo était le grand favori de la soirée, mais rien ne se passait comme prévu sur le terrain. Les joueurs ne se trouvaient pas et les Néo-Zélandais d'Auckland City avaient réussi à forcer la prolongation.

"On était très tendus. On savait qu'on avait les faveurs des pronostics, mais on devait le démontrer sur le terrain. Il y avait beaucoup de nervosité. C'était notre entrée en matière lors de cette Coupe du Monde des Clubs et on découvrait vraiment ce contexte. Jamais aucun joueur de l'équipe n'avait joué à ce niveau", explique-t-il, comme pour justifier l'image décevante laissée par son équipe. "C'est probablement pour ça qu'on n'a pas vu un bon spectacle, surtout en première mi-temps. C'était très difficile mais maintenant, c'est du passé. On est soulagés et on va prendre le temps de savourer cette qualification."

Sur le tard

La grosse frappe du gauche qu'il a décochée sans contrôle et qui a pris Tamati Williams au dépourvu à la 3ème minute de la prolongation a mis San Lorenzo sur les rails. Elle en dit long aussi sur sa force de caractère. Arrivé au Ciclón en début d'année, il n'était pas vraiment attendu comme un titulaire en puissance. Pourtant, il a bouclé la Libertadores parmi les meilleurs buteurs de l'équipe.

Ces derniers mois, il a perdu la bataille avec Martín Cauteruccio pour le poste d'attaquant de pointe. Au Maroc aussi, mais il a été lancé à la 77ème à la place d'Enzo Kalinski. Et chaque fois qu'on lui donne une chance, il la saisit. Une habitude qui lui aura permis de devenir footballeur professionnel malgré un parcours peu propice... "C'est au cours de ces matches disputés dans les petits championnats régionaux que j'ai appris à saisir les occasions. Le foot a fini par me sourire à un âge avancé et j'essaie d'en profiter à fond."

Ce 20 décembre, il aura une autre occasion, vraisemblablement unique : jouer une finale contre le Real Madrid. "Si ce n'est pas la meilleure équipe du monde, elle fait partie des deux meilleures, mais sur le terrain on sera 11 contre 11", annonce-t-il pour conclure. "Nous connaissons nos atouts et nous essaierons de jouer notre chance. Si eux portent des couleurs prestigieuses, nous, on aura le maillot de San Lorenzo sur le dos. Il n'y a rien de fait".

Fifa.com (18/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 22:40

Cruz Azul Futbol Club - Auckland City FC
Pour partir sur une belle note




Le Grand Stade de Marrakech (MAR)
20 déc. 2014 - 16:30 Heure Locale
Match pour la troisième place

Cruz Azul et Auckland City FC ont dû faire une croix sur leurs rêves de gloire. Ils ont cependant l'occasion de boucler leur parcours en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014 sur une note positive. Les Néo-Zélandais affronteront une équipe mexicaine pour la deuxième fois dans cette compétition. En 2009, ils s'étaient inclinés 3:0 devant Atlante en quart de finale.

Le match

Cruz Azul – Auckland City FC, grand stade de Marrakech, samedi 20 décembre, 16h30 (heure locale)

Arrivé avec de grandes ambitions au Maroc, Cruz Azul a connu une entrée en matière difficile face au Western Sydney Wanderers FC. Gênés par la pluie, les Mexicains ont dû attendre la prolongation pour s'imposer 3:1. En demi-finale, le vainqueur de la Ligue des champions de la CONCACAF a été sèchement battu 4:0 par le Real Madrid. La "petite finale" offre donc l'occasion au capitaine Gerardo Torrado et à ses coéquipiers de se racheter et de devenir le troisième représentant tricolore à monter sur la troisième marche du podium, après Monterrey (2012) et Necaxa (2000).

De son côté, Auckland City est déjà entré dans l'histoire en devenant la première formation océanienne à forcer les portes du dernier carré. Non contents d'avoir écarté deux formations africaines aux tours précédents - le Moghreb Tétouan et l'ES Sétif - les kiwis ont opposé une farouche résistance à San Lorenzo avant de baisser pavillon. Un succès contre Cruz Azul viendrait couronner de la plus belle des manières un tournoi mémorable pour Auckland et ses supporters.  

La stat
12 – Auckland City s'apprête à disputer son douzième match en Coupe du Monde des Clubs. Il rejoint Al Ahly en tête du classement des équipes les plus expérimentées du tournoi.

Entendu…

"Nous sommes parfaitement conscients de l'importance que revêt cette troisième place. Nous ne manquerons pas de motivation car c'est un match capital pour nous" - Luis Fernando Tena, entraîneur de Cruz Azul

"Que nous remportions ce dernier match ou non, mon équipe peut être fière de ce qu'elle a accompli. Nous avons réalisé un superbe parcours. Mes joueurs sont fatigués, bien entendu. Ils ont déjà joué deux prolongations. Quoi qu'il arrive, nous pouvons être fiers de ce que nous avons montré dans cette compétition. Ce sont des bases sur lesquelles on peut construire. C'est peut-être le début d'une longue et belle aventure pour Auckland City" - Ramon Tribulietx, entraîneur d'Auckland City FC 

Fifa.com (18/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 22:42

Tous les billets de la finale et du match de classement vendus



A l’occasion de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014 qui se tient au Maroc du 10 au 20 décembre, le Comité d’Organisation Local (COL) annonce que les billets mis en vente pour assister à la finale de la compétition et au match de classement pour la troisième place ont tous été vendus.

Tous les points de vente de billets sont désormais fermés. Les points de retrait des billets restent quant à eux ouverts, mais il n’existe pas de possibilités de retrait au Grand Stade de Marrakech. Maroc 2014 arrivant à son terme, le LOC remercie chaleureusement l’ensemble des supporters marocains et étrangers, qui ont massivement fait le déplacement pour assister aux rencontres et fait preuve d’un très grand fair-play tout au long de la compétition.

Il souligne à cet effet combien le public a su respecter la signalétique mise en place ainsi que la réglementation en vigueur dans les stades de Rabat et de Marrakech, et se félicite en outre que les supporters aient parfaitement réagi suite à la délocalisation de la première demi-finale à Marrakech entre le Cruz Azul FC et le Real Madrid CF. Le COL tient à remercier une fois encore les fans pour leur comportement exemplaire et leur contribution généreuse au succès de la compétition, l’une des plus prestigieuses du calendrier sportif mondial.

Pour rappel, la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, se jouera ainsi à guichets fermés et opposera samedi 20 décembre à 19h30 (heure locale) à Marrakech les Espagnols du Real Madrid CF aux Argentins de San Lorenzo. Le match de classement pour la troisème place se jouera plus tôt à 16h30 (heure locale) entre les Mexicains de Cruz Azul FC et les Néo-Zélandais d’Auckland City FC.

Fifa.com (18/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Jeu 18 Déc - 22:44

Khedairia, le bonheur après les frustrations



L'aventure se termine trop tôt mais l’ES Sétif ne veut surtout pas bouder son plaisir, son gardien en tête. Les Algériens ont finalement bouclé leur Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014 en cinquième position, après avoir dominé les Australiens de Western Sydney Wanderers (2:2 ,5:4 t.a.b.) aux tirs au but.

Sofiane Khedairia n'est pas peu fier de la nouvelle ligne qu'il pourra mettre dans son CV. Le dernier rempart n'a rien oublié des moments difficiles passés sur les bancs de touche de Toulouse et Le Mans. Il doit tout à sa décision de rejoindre le champion d'Afrique en 2012. "J'étais frustré de rester sur le banc. J'ai attendu plusieurs années qu'on me donne ma chance, mais en vain. J'ai donc choisi de prendre la direction du pays de mes ancêtres", explique-t-il au micro de FIFA.com.

Les débuts n'ont pourtant pas été rose dans son pays d'origine. "Ici, les supporters n'acceptent pas la défaite et le gardien de but est toujours désigné comme bouc-émissaire. J'ai connu des moments délicats avec le public de Sétif mais, avec de la patience et du sérieux, j'ai prouvé que je méritais la place de numéro un." Il s'agissait pour lui de faire tomber une idée reçue. "Je devais prouver que ce n'était pas mon faible niveau qui m'avait fait venir ici, juste le manque de confiance des clubs français".

"Comme Casillas"
Khedairia a d'abord contribué à la conquête du championnat d'Algérie, avant de remporter la Ligue des champions de la CAF. "Avant, nous n'osions même pas songer arriver en finale de la Ligue des champions mais aujourd'hui, nous sommes champions d'Afrique", se félicite le nouvelle figure de l'ES Sétif.

Sa photo en train d'arrêter le tir au but de Dean Bouzanis, le gardien des Wanderers, a fait la une des journaux australiens. "C'était la balle de match : s'il marquait, nous étions battus. Je me suis concentré et j'étais persuadé qu'il allait tirer à droite. J'ai plongé comme Iker Casillas et j'ai réussi à arrêter la balle." Le gardien de 25 ans n'en n'est pourtant pas à sa première. "J'ai arrêté dix tirs au but et ma plus belle parade remonte à mes seize ans. Je participais avec la réserve de Toulouse à un match contre l'équipe de France espoirs et j'ai arrêté le tir de Samir Nasri."

Frustré de ne jamais avoir eu la reconnaissance qu'il méritait, Khedairia peut enfin savourer. Son bonheur est à la hauteur de ses peines passées. "Je suis l'homme le plus heureux du monde ! Après plusieurs années difficiles, je me sens libéré."

Fifa.com (18/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Ven 19 Déc - 10:25

Real Madrid - CA San Lorenzo
Les gros bras sont bien là




Le Grand Stade de Marrakech (MAR)
20 déc. 2014 - 19:30 Heure Locale
Finale

Après la parenthèse de 2013, qui avait vu le surprenant Raja de Casablanca s'inviter en finale du tournoi, la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA va de nouveau se jouer entre l'Europe et l'Amérique du Sud, comme à l'époque de la Coupe Intercontinentale. Pour en arriver là, le Real Madrid et San Lorenzo ont tous deux justifié leur statut de favoris, mais chacun à sa manière. Si les Merengues ont facilement pris la mesure de Cruz Azul au cours d'une rencontre de gala, El Ciclón a dû s'arracher en prolongation face à un valeureux Auckland City, un peu à l'image de sa victoire en Copa Libertadores.

Le match

Real Madrid-San Lorenzo, Grand Stade de Marrakech, 20 décembre, 19h30 (heure locale)

Irrésistible depuis 21 rencontres, le Real vise une 22ème victoire consécutive afin de clôturer avec les honneurs l'une des plus belles années de son histoire. Avec déjà trois titres à son actif - Ligue des champions de l'UEFA, Supercoupe d'Europe et Coupe du Roi - il lui en faut encore un pour battre son record personnel (1989 et 2002) et pour égaler l'AC Milan au nombre de victoires (4) dans cette compétition, Coupes Intercontinentales comprises. Au niveau individuel, Carlo Ancelotti, vainqueur il y a sept ans, est bien décidé à ajouter une ligne à son palmarès alors que Toni Kroos rêve de décrocher son troisième titre mondial en un an, après la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA en 2013 avec le Bayern Munich et la Coupe du Monde de la FIFA™ avec l'Allemagne. Accueillie chaleureusement sur le sol marocain, la Casa Blanca pourra compter sur un renfort de choix en la personne de James Rodríguez, remis de sa blessure.

Si, sur le papier, les chiffres et le statut de favori penchent en faveur des Espagnols, San Lorenzo s'en remet à la fameuse grinta argentine pour rivaliser, ce qui lui a plutôt réussi dans ce type de matches à élimination. Vainqueurs in extremis d'une demi-finale dominée par Auckland, les Argentins se disent libérés et convaincus que leur équipe s'apprête à écrire un nouveau chapitre glorieux de son histoire récente. Une victoire constituerait non seulement le point d'orgue d'une année magique pour les Matadores, qui ont remporté la Copa Libertadores après un nombre incalculable de rebondissements, mais elle permettrait également à l'Argentine d'éviter un troisième échec en finale de ce tournoi - après Boca Juniors et Estudiantes, respectivement en 2007 et 2009 - et lui offrirait au contraire son dixième succès à ce niveau. Même si le public local a déjà clairement affiché sa préférence, la présence de près de 10 000 fans argentins pourrait suffire à recréer l'ambiance électrique chère à San Lorenzo.

Le chiffre
79 - C'est le nombre de buts inscrits par le Real Madrid au cours de ses 21 victoires d'affilée, soit une moyenne de 3,8 buts par match. Cristiano Ronaldo, qui pourrait devenir le quatrième joueur de l'histoire à remporter ce tournoi sous deux maillots différents, après son titre avec Manchester United en 2008, a déjà fait trembler les filets du championnat d'Espagne à 25 reprises, soit une de moins que tous les joueurs de San Lorenzo réunis dans le championnat d'Argentine. En 2014, le Portugais totalise déjà 61 réalisations, soit huit de moins que son record personnel de buts inscrits en un an, établi en 2013. Il est resté muet en demi-finale mais il lui est encore possible de rejoindre Filippo Inzaghi et Lionel Messi dans le club très fermé des joueurs qui ont marqué dans deux finales de cette compétition.

Entendu…
"Ça a été une année géniale. On a remporté beaucoup de trophées. Que ce soit au Real Madrid ou en équipe de France, ça a été une année fantastique pour moi. Il nous faut encore ce titre pour prolonger la série et clôturer cette année comme on le souhaite" - Karim Benzema, attaquant du Real Madrid

"Le Real Madrid ne nous fait pas peur. Bien sûr, il s'agit d'une des meilleures équipes du monde mais nous allons donner le meilleur de nous-mêmes. La clé sera de rester solide en défense, d'occuper les espaces et de concrétiser chacune de nos offensives. Notre rêve est de terminer ce tournoi dans une ambiance de fête"- Martín Cauteruccio, attaquant de San Lorenzo

Fifa.com (18/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Sam 20 Déc - 12:56

Carvajal, la lumière dans le couloir



L'animation règne au Grand Stade de Marrakech après la victoire du Real Madrid sur Cruz Azul. Au sortir des vestiaires, les Merengues sont accueillis par les journalistes locaux et une question étonnante fuse : "Et lui, qui est-ce ?". Lui, c'est Dani Carvajal, l'un des meilleurs joueurs du jour et pour tout dire, de la saison.

Difficile de se faire un nom quand on est le petit nouveau du onze titulaire madridista. Carvajal s'apprête à disputer la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014, il a joué un rôle crucial dans la dixième Ligue des champions remportée par le club, il enfonce les défenses adverses par ses raids destructeurs sur l'aile droite depuis un an et demi… Et pourtant, le public n'a d'yeux que pour les Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et autres Gareth Bale.

San Lorenzo ne pourra, lui, s'offrir le luxe de l'ignorer. "C'est le meilleur latéral droit issu du centre de formation depuis Chendo", assure Ricardo Gallego, ancien directeur des catégories inférieures du Real Madrid, au quotidien El País. Coéquipier de Chendo et d'Emilio Butragueño dans l'inoubliable Quinta del Buitre, Gallego n'est pas surpris : "Il suffisait de l'observer à l'entraînement pour voir en lui un joueur de grande classe".

Il s'est illustré face à Cruz Azul : c'est sur une faute à son encontre que Sergio Ramos a ouvert la marque. Quant au petit pont venu couronner sa chevauchée avant le but de Benzema, il restera comme l'une des plus belles actions du tournoi. C'est sa troisième passe décisive de la saison, où il est titulaire en Liga et remplaçant en Ligue des champions. Il en a signé trois lors de la campagne précédente et huit pendant son année au Bayer Leverkusen, en 2012, parce que José Mourinho préférait Álvaro Arbeloa. En Allemagne, le magazine Kicker l'a élu quatrième meilleur latéral droit de la Bundesliga. De son côté, l'UEFA l'a présélectionné pour l'équipe-type 2014.

En quête d'excellence
Grand admirateur de Míchel Salgado et Philipp Lahm, Carvajal garde toujours la surface adverse en ligne de mire, mais il est convaincu que pour être bon à son poste, il faut savoir quand monter. Si le cours du match ne l'impose pas, il aime autant rester au marquage. "Mon père ne comprenait pas pourquoi je ne voulais pas être attaquant ou milieu offensif, mais j'aime les face-à-face avec les avants", confie-t-il. Ses caractéristiques offensives collent parfaitement aux besoins de Carlo Ancelotti. "Comme on joue avec trois milieux, il nous faut un renfort devant la défense pour combiner avec les milieux et les attaquants", explique l'entraîneur italien.

Marcelo, l'homologue de Carvajal sur l'autre aile, confirme FIFA.com l'importance des latéraux dans la stratégie de la machine à gagner qu'est devenu le Real Madrid. "La mission première d'un latéral est de défendre, mais Ancelotti veut qu'on joue également un rôle en attaque. Carvajal est un grand latéral droit. Il possède la puissance nécessaire pour pénétrer dans la surface adverse", détaille le Brésilien, enchanté de son coéquipier espagnol de 22 ans. "Il a énormément progressé et il est encore loin d'avoir exprimé tout son potentiel. Il est jeune, calme, humble et il a une bonne mentalité. Il cherche toujours à apprendre."

Un compétiteur féroce
Calme… Pas toujours, s'il faut en croire la photo récemment publiée par Isco sur Twitter, d'une manette de Playstation détruite lors une partie perdue par Carvajal. Cette image illustre à merveille son esprit de compétition. "J'ai été surpris par son intensité dans le travail et dans le jeu", avouait Ancelotti peu après le retour du latéral. Leverkusen s'en étonne encore. "On a toujours su que le Real reconnaîtrait son talent tôt ou tard", observe Rudi Voeller, directeur sportif du club allemand.

D'après ses commentaires sur le compte Twitter du Real Madrid, Carvajal est arrivé au Maroc animé d'une "forte motivation" et de la volonté de sortir du lot lors du tournoi. "Ce serait génial de gagner. Quelle belle manière de finir l'année". Et ainsi, personne n'oserait plus demander : "Et lui, qui est-ce ?"

Fifa.com (19/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Sam 20 Déc - 12:57

San Lorenzo remercie Mercier et vice versa



Fin du temps réglementaire de la demi-finale opposant San Lorenzo de Almagro à Auckland City FC. L'étonnement et la frustration se lisent sur le visage de différents joueurs du club argentin. Surpris d'avoir été poussé jusqu'en prolongation, le vainqueur de la Copa Libertadores ne peut pas se permettre de s'incliner face à une équipe semi-professionnelle. Malgré la nervosité ambiante, un joueur semble particulièrement serein et décidé : Juan Mercier, le métronome d'une équipe prête à relever le plus grand défi de son histoire, à savoir battre le Real Madrid et remporter la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

"Nous savons que le Real Madrid possède des joueurs venus d'une autre planète, mais nous avons des qualités et nous ne nous avouons jamais vaincus, quel que soit l'adversaire. C'est comme ça que nous avons pu devenir champions d'Amérique du Sud et que nous disputons ce tournoi aujourd'hui. Nous savons pourquoi nous sommes venus", prévient Pichi au micro de FIFA.com à la veille du match décisif à Marrakech. À 34 ans, Mercier est le leader spirituel de l'équipe, comme le prouve son statut de vice-capitaine derrière Leandro Romagnoli, symbole historique du club.

Un joueur essentiel
Son impact sur le terrain est plus déterminant encore. Il forme avec Néstor Ortigoza la colonne vertébrale de l'équipe et la plaque tournante du Ciclón. "Nous nous connaissons depuis longtemps et chacun sait exactement ce que l'autre va faire. Nous sommes parfaitement complémentaires", précise le milieu de terrain à propos de ce duo. Déjà associés à Argentinos Juniors, tous deux avaient joué un rôle-clé pour les Colorados avec qui ils ont remporté le tournoi de clôture en 2010. À San Lorenzo, Mercier évolue juste devant la défense dans le 4-1-4-1 mis en place par Edgardo Bauza : il récupère, organise le jeu, distribue, temporise et accélère quand il le faut. 

Recommandé par Diego Maradona, il arrive au club en 2012 après une expérience compliquée au Moyen-Orient, où l'Argentin ne parvient pas à s'adapter à une vision des choses trop différente de la sienne. Pourtant, Mercier est de ceux qui ont appris à lutter. Il fait partie des joueurs de San Lorenzo formés tout en bas de l'échelle du football argentin et qui ont atteint l'élite à un âge avancé ; un cas de moins en moins rare dans les grandes équipes du championnat national. Être au Maroc et avoir l'occasion de se frotter à la "meilleure équipe du monde" est donc exceptionnel pour lui. "Pour un joueur de mon âge, c'est le summum. Il aura fallu attendre longtemps, être déjà grand au moment d'évoluer en première division. Je n'aurais jamais pensé arriver à ce niveau-là, avoir la chance d'affronter le Real Madrid… je suis extrêmement reconnaissant au football pour ça", affirme le natif de Campana.

Un parcours atypique
Ces jours-ci, Mercier a dû se remémorer de nombreux moments de son existence : la fracture au genou survenue à 15 ans et qui l'a empêché de devenir un avant-centre "avec un petit quelque chose en plus", l'abandon du foot à 17 ans, ses débuts en tant que maçon deux ans plus tard, parce qu'il avait l'impression de prendre racine chez lui. Le retour sur les terrains à Puerto Nuevo, en cinquième division argentine. Sans oublier les heures passées à faire du stop pour aller s'entraîner chaque jour à Flandria, à 45 kilomètres de son domicile, ou encore les nuits passées à sept dans une même chambre lors des stages avec Platense.

Comme il le précisé, il n'est pas tout seul. "Nous comptons de nombreux joueurs aux expériences différentes. Certains viennent de catégories inférieures, d'autres jouaient déjà en première division. C'est un véritable plus, sur le terrain et en dehors. Le groupe passe beaucoup de temps ensemble, nous sommes très unis. C'est notre principal atout", affirme Mercier avant d'en profiter pour faire passer un message de circonstance en vue de la rencontre du 20 décembre prochain. "Quand nous affrontons un adversaire qui nous est de loin supérieur, nous puisons nos forces d'où nous pouvons et nous donnons tout."

Ce ne sont pas que des mots. Car San Lorenzo s'est bel et bien surpassé dans les situations difficiles comme en Copa Libertadores, lors des matches à élimination directe face à Grêmio et Cruzeiro disputés au Brésil. Contre le Real Madrid, la tâche sera bien plus relevée, mais Mercier continue à se montrer paisible et déterminé. "Nous montrerons pourquoi nous sommes ici dès le coup d'envoi."

Fifa.com (19/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:24

Cruz Azul Futbol Club 1 (2) - 1 (4) Auckland City FC
Auckland écrit son histoire




CAFC : ROJAS (57')
ACFC : DE VRIES (45'+2)

Le Grand Stade de Marrakech (MAR)
20 déc. 2014 - 16:30 Heure Locale
Match pour la troisième place

Auckland City FC se frotte à Cruz Azul pour son douzième match en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Seul Al Ahly a fait aussi bien. Les Océaniens ont marqué le coup en se qualifiant pour la première fois de leur histoire pour le dernier carré. Ils ont l'occasion de faire encore mieux en décrochant une place sur le podium.

Et les Néo-Zélandais ne sont pas du genre à attendre gentiment que le train passe. Fabrizio Tavano se fait un plaisir de le démontrer d'entrée mais sa frappe est détournée. Cette occasion semble réveiller les Mexicains, qui commencent à s'installer dans la rencontre grâce à un football inspiré et une circulation de balle fluide. Marco Fabian se charge de faire chauffer les gants de Jacob Spoonley. Mais Ryan de Vries est plus concret. Sur son premier ballon dangereux, l'attaquant réalise un petit numéro dans la surface avant d'afficher son sang froid (45'+2, 0:1).

Cruz Azul ne compte pas accepter la fatalité sans se battre. Joao Rojas le premier, même s'il doit s'y reprendre à deux fois pour tromper le dernier rempart néo-zéalandais (57', 1:1). Chacune à sa façon, les deux équipes se montrent alors davantage préoccupées par les cages adverses plutôt que par les leurs. Les gardiens sont aussi bien décidés à ne plus de se retourner dans leurs filets. La fin de l'histoire s'écrira finalement aux tirs au but et la dernière ligne par un Petit Poucet toujours aussi inspiré.

Auckland peut inscrire une troisième place en Coupe du Monde des Clubs à son palmarès.

Fifa.com (20/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:34

Real Madrid 2 - 0 CA San Lorenzo
Le Real est bien sur une autre planète




RM : SERGIO RAMOS (37'); BALE (51')

Le Grand Stade de Marrakech (MAR)
20 déc. 2014 - 19:30 Heure Locale
Finale

Ligue des champions de l'UEFA, Supercoupe d'Europe et Coupe du Roi, avant le sacre mondial ? Le Real Madrid est sur une autre planète en 2014. Après sa promenade en demi-finale, les Madrilènes se mesurent aux Argentins de San Lorenzo en finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

Le Grand Stade de Marrakech est déjà chauffé à blanc avant le coup d'envoi. Les supporters locaux ont choisi le camp de la Casa Blanca. Les champions d'Europe sont reconnaissants. Après cinq minutes, ils leur ont déjà offert des sensations, Cristiano Ronaldo en tête. Il faut cependant attendre les dix dernière minute pour assister aux nouvelles vagues offensives. Sergio Ramos traduit finalement la domination au tableau d'affichage avec sa spéciale : une tête imparable (37', 1:0).

C’est avec le sentiment du devoir accompli que les Européens regagnent les vestiaires. Ils en reviennent tout aussi déterminés et encore plus efficaces. Gareth Bale dépose calmement une ouverture d'Isco dans le but d'un Sebastian Torrico trop court (51', 2:0). Maîtres du jeu, les Madrilènes multiplient les situations dangereuses, soit en s'infiltrant dans la surface, soit en tentant leur chance de loin. Karim Benzema, Bale et Ronaldo s'amusent et courent après un troisième but qui ne vient cependant pas. De son côté, San Lorenzo se contente de tentatives d'Enzo Kalinski et d'Emmanuel Mas pour exister devant Iker Casillas.

Si le Real voulait donner une bonne impression au public du Maroc et boucler l'année d'une main de maître, c'est réussi. Les Merengue décrochent leur 22ème victoire consécutive et égalent l'AC Milan au nombre de victoires (4) en Coupe du Monde des Clubs, Coupes Intercontinentales comprises. Maroc 2014 a plus que jamais couronné la meilleure équipe de l'année.

Fifa.com (20/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:37

L’insigne des champions du monde de la FIFA au Real



Le Real Madrid s’est vu remettre l’insigne de champions du monde des clubs pour la première fois de son histoire, après avoir décrocher la Cooupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014. Les Madrilènes intègrent le groupe exclusif des équipes ayant le droit de porter cet insigne sur leur maillot officiel.

Lors de l’édition précédente, les Allemands du Bayern Munich avaient aussi obtenu ce droit, tout comme les Brésiliens des Corinthians un an auparavant. Le Real portera donc fièrement l’insigne des champions tout au long de l’année 2015 jusqu’à ce qu’un nouveau champion ne s’impose l’an prochain.

Précédents détenteurs de l’insigne
Une série d’insignes de champions du monde sont attribués aux vainqueurs de chaque compétition majeure de la FIFA, chaque insigne représentant le trophée de la compétition respective et l’année de l’édition La première équipe à s’être vu remettre l’insigne des champions du monde de la FIFA est l’équipe nationale masculine italienne après sa victoire lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2006.

L’Espagne a obtenu cet honneur après avoir remporté Afrique du Sud 2010, puis ce fut récemment au tour de l’Allemagne grâce à sa victoire lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.  L’insigne est également porté par l’équipe nationale féminine du Japon depuis son triomphe lors de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2011™, et par l’équipe nationale brésilienne de futsal à la suite de son succès lors de la dernière édition de la Coupe du Monde de Futsal de la FIFA

La dernière compétition à avoir introduit cet honneur exclusif a été la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Tahiti 2013, où le vainqueur, la Russie, s’est vu décerner l’insigne des champions du monde de beach soccer

Fifa.com (20/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:42

Ramos au-dessus de la mêlée



À l'issue de la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Sergio Ramos a été élu meilleur joueur du tournoi par le Groupe d'Étude Technique de la FIFA (TSG). Auteur de deux performances de haut niveau ponctuées de deux buts, le défenseur du Real Madrid CF repart avec le Ballon d'Or adidas et le Prix TOYOTA. Voici un résumé de l’ensemble des distinctions décernées :

Ballon d'Or adidas et Prix TOYOTA : Sergio Ramos (Real Madrid CF)
Non content de se comporter en patron de la défense et en leader de son équipe, le défenseur central du Real a inscrit des buts décisifs en demi-finale et en finale. Sa sortie à quelques minutes du coup de sifflet final de l'ultime rencontre au grand stade de Marrakech a été saluée par un tonnerre d'applaudissements. Le Ballon d'Or adidas et le Prix TOYOTA viennent couronner un mois de décembre riche en succès pour Ramos.

Ballon d'Argent adidas : Cristiano Ronaldo (Real Madrid CF)
Chaque intervention de l'attaquant portugais a suscité des murmures d'admiration en tribunes. Cristiano Ronaldo a brillé par ses dribbles rapides, ses feintes, ses gestes techniques et ses coups d'éclat. En attirant les défenseurs adverses, il a également libéré des espaces pour ses partenaires. Le candidat au FIFA Ballon d'Or s'est également montré très efficace sur coups de pied arrêtés. Toutefois, Ronaldo ne s'est pas contenté d'une partition de soliste ; il a aussi régulièrement servi ses coéquipiers. Ses efforts ont été récompensés par le Ballon d'Argent adidas.

Ballon de Bronze adidas : Ivan Vicelich (Auckland City FC)
Auckland City s'est imposé comme l'équipe surprise du tournoi. Considérée comme simple outsider, la formation néo-zélandaise a forcé les portes des demi-finales, avant d'échouer de justesse devant San Lorenzo. Par la suite, Vicelich et ses coéquipiers sont devenus les premiers représentants océaniens à monter sur la troisième marche du podium de cette prestigieuse compétition. Véritable trait d'union entre la défense et le milieu de terrain, le capitaine d'Auckland City a été l'un des principaux artisans de cet exploit. Le Ballon de Bronze adidas vient souligner ses excellentes prestations tout au long du tournoi. 

Prix du Fair-play de la FIFA : Real Madrid CF
Le vainqueur de la Ligue des champions de l'UEFA était non seulement l'équipe la plus performante de cette Coupe du Monde des Clubs, mais aussi la plus correcte. La fabuleuse moisson réalisée par les Merengue au Maroc s'enrichit donc fort logiquement du Prix du Fair-play de la FIFA.

Fifa.com (20/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:43

Kroos : "Maintenir notre avance"



Grâce à sa victoire sur San Lorenzo en finale, le Real Madrid CF s'est adjugé l'édition 2014 de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. Les Merengue en profitent pour ajouter à leur collection l'un des rares titres qui leur manquaient encore. Toni Kroos a joué un rôle essentiel dans ce triomphe. L'ancien joueur du Bayern Munich a tiré les ficelles en milieu de terrain, offrant notamment le but de la victoire à Sergio Ramos en finale. Kroos fête en outre son deuxième sacre mondial cette année, après le triomphe de la Mannschaft en Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. À l'issue de la finale, le milieu de terrain allemand a évoqué sa joie au micro de FIFA.com.

Que représente cette victoire pour le Real Madrid et pour vous ?
C'est toujours beau de remporter un titre. C'est d'autant plus fort qu'il faut avoir préalablement remporté la Ligue des champions. J'ai déjà eu la chance d'avoir gagné cette compétition avec le Bayern Munich l'année précédente. J'ai pu rééditer l'exploit, ce qui n'est pas si fréquent.

Le Real reste sur une incroyable série de 22 victoires consécutives. Quelle est sa grande force cette année ?
Nous arrivons toujours à nous motiver. Nous avons faim de victoires et de titres. Ça vaut également pour la Liga, que le Real n'a plus remportée depuis quelques années. Nous voulons absolument maintenir notre avance. Pourtant, nous allons certainement connaître un revers un jour ou l'autre. Il faudra alors réagir calmement.

Vous n'êtes à Madrid que depuis six mois. On a cependant le sentiment que vous faites déjà partie des meubles. Vous attendiez-vous à une adaptation aussi rapide ?
Ça ne m'a pas surpris car je suis conscient de mes qualités.

Comment considérez-vous votre rôle au sein de cette équipe ?
Je tiens le même rôle que les dix autres joueurs qui sont avec moi sur le terrain. J'essaye d'appliquer au mieux les consignes que me donne l'entraîneur. J'évolue au centre du terrain et je suis donc naturellement amené à toucher beaucoup de ballons. Jusqu'à présent, ça se passe très bien.

Quels sont vos objectifs pour 2015 ?
Nous faisons toujours le maximum pour remporter toutes les compétitions auxquelles nous participons. Mais nous sommes conscients de l'ampleur de la tâche. L'Atlético et le FC Barcelone sont de rudes concurrents en Espagne. Au niveau de la Ligue des champions, nous sommes confrontés à des formations du calibre de Chelsea ou du Bayern. Ce sera une année très difficile, mais nous relèverons le défi avec plaisir. Nous sommes dans une bonne phase et nous allons tout faire pour la prolonger. Mais ce sera certainement très difficile.

Fifa.com (20/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:45

Romagnoli : "Nous aurions dû être plus audacieux"



Au coup de sifflet final, il avait les larmes aux yeux et ne cherchait pas à cacher sa déception. Cela dit, Leandro Romagnoli peut se consoler en étant certain d'avoir tout donné dans la finale de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2014, remportée 2:0 par le Real Madrid sur San Lorenzo.

Romagnoli, 33 ans, n'a pas débuté la finale. Entré à la 57ème minute, il a toutefois apporté un plus à son équipe. Le capitaine de l'équipe vice-championne du monde s'est confié au micro de FIFA.com.


Quelle est votre analyse de ce match ?
Nous savions que ce serait très difficile, mais nous ne sommes pas passés loin. Nous avons fait deux erreurs d'attention et contre une équipe et des joueurs de cette classe, l'inattention se paie très cher. Dans l'ensemble, nous avons fait un bon match, mais il aurait fallu avoir un peu plus de possession de balle et de maîtrise pour les inquiéter. En deuxième période, nous avons été un peu meilleurs, mais ça n'a pas suffi.

Le Real Madrid a-t-il un reculé après son deuxième but ?
Oui, j'ai eu cette impression. Ils ont commencé à jouer un peu plus en contre. Nous avons commencé à avoir plus d'espace et de possession. Nous avons eu quelques situations dangereuses aux abords de leur surface, mais elles n'ont rien donné.

Avez-vous réussi à réduire l'écart théorique entre les deux équipes ?
En première période, ça a été assez compliqué. Nous avons essayé de résister, mais sans vraiment réussir à déployer notre jeu. Ils ont eu quelques situations intéressantes, mais pas si dangereuses que ça. Simplement, ils ont su profiter de nos erreurs. Nous aurions dû être plus audacieux. Nous l'avons été en fin de match, mais il était trop tard.

Quelle est votre conclusion générale sur la participation historique de San Lorenzo à cette compétition ?
Ce fut un grand moment pour tous les joueurs et pour le club, mais nous sommes tristes de ne pas avoir réussi à gagner ce tournoi, car c'était l'objectif du groupe. Nous sommes extrêmement reconnaissants à tous les gens qui nous ont accompagnés, et qui nous soutiennent en permanence. Ils sont notre plus grande source de bonheur.

Quel est le point le plus positif que vous retenez de la participation de votre équipe à ce tournoi ?
Le dévouement du groupe. Nous avons essayé en permanence de donner le meilleur de nous-mêmes.

Fifa.com (21/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par rachid_as le Dim 21 Déc - 17:47

Vicelich : "Ce bronze est notre or"



Arrivé au Maroc avec l'étiquette de Petit Poucet et habitué aux éliminations immédiates dans le tournoi, Auckland City s'est transformé en grande révélation de la 11ème édition de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, qui restera à jamais gravée dans les annales du club amateur. Pour son capitaine Ivan Vicelich, cette médaille de bronze est le point culminant d'une longue carrière.

Après plusieurs participations frustrantes, le capitaine de 38 ans n'a jamais envisagé de jeter l'éponge. Au contraire. Année après année, il a insisté, convaincu qu'il était qu'Auckland avait les moyens de faire meilleure figure que les années précédentes. Il n'avait cependant jamais imaginé aboutir à une place sur le podium de la compétition.

Après la victoire de son équipe sur Cruz Azul aux tirs au but, Vicelich a répondu aux questions de FIFA.com. Au-delà de l'aspect historique de ce succès, la performance d'Auckland City représente peut-être aussi une révolution pour le football kiwi.


Cette troisième place est-t-elle la conclusion parfaite d'une grande aventure ?
Oui. Nous sommes très heureux de cette troisième place dans une Coupe du Monde de la FIFA. C'est un moment très spécial pour une équipe de Nouvelle-Zélande. Après les 120 minutes de la demi-finale, nous avons réussi à bien récupérer, à nous entraîner de nouveau et à sortir un autre grand match. Nous sommes fiers non seulement du résultat, mais également de notre prestation sur l'ensemble de la compétition. Je pense qu'il n'est pas exagéré de dire que nous venons d'entrer dans l'histoire.

À la fin de la demi-finale contre San Lorenzo, on vous a senti vraiment très triste. Une telle réaction est presque étrange vu le statut d'Auckland.
C'est vrai, mais en même temps, nous étions tous très déçus car nous avons fait un grand match et nous sommes passés très près de la victoire. Maintenant, quand on sait que l'adversaire était San Lorenzo, c'est-à-dire le champion d'Amérique du Sud, on peut se dire qu'il n'y avait aucune raison d'être triste. Après la demi-finale, nous avons vite réussi à nous concentrer sur le match suivant, en nous disant que le bronze serait notre or. Nous avons abordé ce match en nous disant que gagner une médaille dans une Coupe du Monde de la FIFA serait quelque chose de très spécial. Nous y sommes parvenus et nous en sommes extrêmement fiers.

Quel moment vous a le plus marqué ?
Je retiens avant tout la manière dont nous avons joué chaque match. Nous voulions absolument montrer au monde entier que nous étions capables d'être compétitifs, et nous y sommes parvenus. À chaque match, nous avons montré de belles choses, et c'est quelque chose de très important pour une équipe venant de Nouvelle-Zélande. Chaque joueur et chaque membre de l'encadrement technique doit être félicité. Je crois que pas une seule personne au monde ne nous voyait aller aussi loin.

Votre style peut-il devenir une marque de fabrique pour le football néo-zélandais ?
C'est un style sur lequel nous travaillons depuis cinq ou six ans, et qui est assez différent de ce qui se fait en Nouvelle-Zélande. Nous voulions prouver que nous étions capables d'apporter un peu de nouveauté. Cette démarche nous a aidés non seulement à gagner des matches et trophées, mais également à attirer de nouveaux joueurs et à faire du club une sorte de modèle dans notre pays. Nous sommes petits, mais nous sommes également passionnés de football, à l'image de nos supporters. J'espère que notre exemple pourra avoir un effet positif sur la manière de pratiquer le football en Nouvelle-Zélande, des sélections de jeunes jusqu'aux seniors. La génération qui vient est très prometteuse de ce point de vue.

À quel accueil vous attendez-vous à votre retour en Nouvelle-Zélande ?
Ça va être quelque chose d'incroyable. Nous avons reçu un soutien énorme dans notre pays, aussi bien de la part de la presse que de nos supporters et de nos familles. Le football n'est pas le sport le plus populaire du pays, mais nous avons réussi à mobiliser l'attention. Maintenant, l'heure est venue de faire la fête. Ce n'est pas tous les jours qu'un club néo-zélandais réussit à décrocher une médaille dans ce sport.

Avez-vous déjà pensé à revenir dans cette compétition pour faire encore mieux ?
Ça, c'est une autre histoire. En 2009, nous avions terminé cinquièmes et nous pensions qu'il serait très difficile de répéter une telle performance. Alors finir troisièmes, c'est quelque chose de réellement incroyable. Évidemment, ce serait un rêve d'aller aussi loin tous les ans. Mais nous savons à quel point c'est difficile.

À 38 ans, comment voyez-vous la suite de votre carrière ?
Pour être honnête, je crois que je ne réalise pas encore. Il va me falloir un peu de temps pour penser à la suite. Cela fait très longtemps que je joue et j'ai disputé pas mal de matches en équipe nationale. Pour l'instant, je savoure l'instant présent. Je sais que je peux aider à transmettre un peu de mon expérience, en participant au développement de ce sport dans mon pays et auprès des plus jeunes dans ce club.

Fifa.com (21/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Coupe du Monde des Clubs - Maroc 2014

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum