Saison espagnole, 2014 - 2015

Page 5 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 3 Oct - 16:05

Record en vue pour Messi, suite et fin du marathon



Lionel Messi peut entrer encore davantage dans l'histoire du FC Barcelone en devenant le meilleur buteur absolu du Championnat d'Espagne samedi contre le Rayo Vallecano, lors d'une 7e journée qui marque pour les ténors la fin d'un marathon de sept matches en trois semaines.

. Barça : Messi peut doubler Zarra

Déjà détenteur du record des buts marqués sous le maillot du Barça, Lionel Messi peut devenir samedi le plus grand buteur de l'histoire de la Liga: l'Argentin de 27 ans a en ligne de mire le record de Telmo Zarra, mythique attaquant de l'Athletic Bilbao dans les années 1940 et 1950.

Au fil de sa carrière, Messi a inscrit au total 248 buts en Championnat d'Espagne et il n'est plus qu'à trois longueurs de Zarra (251 buts).

"C'est vrai que c'est quelque chose de beau de pouvoir devenir le meilleur buteur d'un championnat aussi important, aussi spécial, dans lequel ont joué d'immenses buteurs", a expliqué jeudi à la presse le quadruple Ballon d'Or. "Ce serait très spécial pour moi mais pour l'instant je n'y pense pas, cela arrivera quand ce sera le moment."

Le moment, ce pourrait être dès samedi après-midi (18h00) lors du déplacement du Barça sur la pelouse du Rayo (9e). Les Catalans, terrassés par le PSG mardi en Ligue des champions (3-2), doivent aussitôt rebondir pour continuer à faire la course en tête en Liga.

Même si le club blaugrana a concédé cette semaine ses trois premiers buts de la saison, il est toujours invaincu en championnat (16 pts) avec 17 buts marqués et aucun encaissé. Et s'il l'emporte samedi, il sera assuré de virer en tête avant la pause réservée aux sélections nationales.

. Valence-Atlético, qui tiendra la cadence ?
Deux équipes se disputent le statut de dauphin du FC Barcelone: Valence, qui retrouve des couleurs après une saison mitigée, et l'Atlético Madrid, champion d'Espagne en titre.

Ces deux clubs à 14 points s'affrontent samedi (16h00) à Mestalla et ce sera la fin d'une semaine à hauts risques pour l'Atlético. La force collective du club "colchonero" semblait s'être émoussée à l'intersaison mais deux victoires probantes contre Séville en Liga (4-0) puis la Juventus en C1 (1-0) ont ravivé la flamme.

"C'était une semaine décisive et difficile pour nous et nous sommes à deux victoires en deux matches, donc nous verrons", a déclaré le latéral madrilène Juanfran.

Valence, de son côté, arrive également lancé, avec en outre l'avantage d'avoir pu souffler en semaine faute de compétition européenne à disputer.

Il lui faudra néanmoins resserrer les boulons en défense: le gardien valencien Diego Alves a fait des miracles le week-end dernier face à la Real Sociedad pour sauver le point du nul (0-0).

. Le Real défie un Athletic au ralenti
Le Real Madrid, pour sa part, vient d'enchaîner cinq victoires consécutives toutes compétitions confondues et si sa défense semble encore fragile, son attaque flambe: 22 buts sur cette période.

En outre, tous ses attaquants ont contribué au festival: mercredi, face au club bulgare de Ludogorets en C1, c'est le Français Karim Benzema qui a surgi pour donner la victoire aux siens (2-1) et faire taire les critiques sur son rendement.

Cristiano Ronaldo, lui, reste sur sept matches consécutifs avec au moins un but inscrit, dont 10 buts sur les cinq derniers. Toutefois, il a été touché à une cheville mercredi et il faudra voir s'il peut tenir sa place sans difficultés dimanche contre l'Athletic Bilbao.

La réception des Basques est un bon test pour le Real, qui devra se méfier du club basque: les "Lions", 4e de Liga l'an dernier, sont des bêtes blessées après un début de saison raté en championnat comme en C1. Mais ils sont encore capables de rugir au stade Bernabeu (21h00).

Le programme

Vendredi 3 octobre :
Getafe - Cordoue

Samedi 4 octobre :
Valence - Atletico Madrid
Rayo Vallecano - FC Barcelone
Eibar - Levante
Almeria - Elche
Malaga - Grenade

Dimanche 5 octobre :

Séville - Deportivo La Corogne
Celta Vigo - Villarreal
Espanyol Barcelone - Real Sociedad
Real Madrid - Athletic Bilbao

Fifa.com (02/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 3 Oct - 16:11

Ochoa, Navas, Bravo, des joies du Mondial aux défis de la Liga



Ils ont en commun d'être gardiens, Latino-Américains, et d'avoir brillé au Brésil: Guillermo Ochoa (Malaga), Keylor Navas (Real Madrid) et Claudio Bravo (FC Barcelone) ont profité du Mondial pour changer de club mais ils doivent désormais s'imposer dans le quotidien ultra-concurrentiel de la Liga.

. Ochoa, l'erreur de parcours ?
La dernière fois qu'on a vu Guillermo Ochoa jouer en compétition, c'était en juin, lors des huitièmes de finale du Mondial: malgré les multiples parades de son portier, le Mexique s'était incliné 2-1 face aux Pays-Bas dans la chaleur torride de Fortaleza.

Et depuis, plus rien, à part un match amical avec la sélection mexicaine face au Chili de Claudio Bravo (0-0) début septembre. Où est passé "Memo" Ochoa, l'homme aux arrêts spectaculaires qui avait écoeuré le Brésil (0-0) à la Coupe du monde?

L'ex-gardien d'Ajaccio (2011-2014) a profité de son exposition planétaire pour signer à Malaga. Sauf que le joueur de 29 ans n'a pour l'instant joué aucun match officiel, barré par le Camerounais Carlos Kameni (30 ans), lequel donne entière satisfaction à Javi Gracia, le nouvel entraîneur de Malaga.

"Je préfère ne pas parler de celui qui ne joue pas. Pour le moment, je suis très satisfait de mes deux gardiens", a expliqué le technicien fin août. "Si Kameni joue et non Guillermo, c'est parce que je l'ai décidé et nous verrons ce qui se passera à l'avenir."

Pas sûr qu'Ochoa, qui s'est présenté à son arrivée à Malaga comme un "gagneur" et un "ambitieux", s'accommode de cette situation.

. Navas, la patience comme vertu
Avec son sourire timide et sa voix douce, Keylor Navas (27 ans) semble vivre un rêve éveillé depuis sa signature au Real Madrid, dans le prolongement d'un Mondial réussi avec le Costa Rica (défaite en quart de finale).

Certes, malgré l'arrivée de l'ex-portier de Levante cet été, c'est l'emblématique Iker Casillas (33 ans) qui a été choisi comme titulaire.

Mais après deux défaites consécutives en Liga, "San Iker" a été pris en grippe par une partie du stade Bernabeu et le débat qui fait rage à son sujet peut favoriser l'émergence de Navas.

Lors de son unique titularisation sous le maillot merengue, contre Elche (5-1), le Costaricien a d'ailleurs semblé plutôt solide, s'attirant les compliments de son entraîneur Carlo Ancelotti: "Keylor s'est montré sûr, il a joué avec tranquillité."

Pour le moment, Navas et Casillas "s'entendent bien", a assuré l'Italien. Navas a d'ailleurs défendu Casillas contre les sifflets et Iker a félicité Keylor pour ses débuts.

Portier d'avenir, conscient de l'opportunité d'être un jour le gardien titulaire du Real, le Costaricien peut se permettre d'attendre son heure, patiemment.

. Bravo, l'heure de la reconnaissance
Avec le départ à l'intersaison de Victor Valdes et de José Manuel Pinto, le FC Barcelone a recruté deux gardiens cet été. Mais si l'arrivée du jeune allemand Marc-André ter Stegen (22 ans) était programmée de longue date, celle de Claudio Bravo (31 ans), solide portier du Chili et de la Real Sociedad, était plus inattendue.

Sa bonne performance avec le Chili au Mondial (éliminé en huitièmes de finale) a sans doute joué, mais aussi, selon la presse espagnole, le feu vert de l'entraîneur Luis Enrique à son recrutement.

Aussitôt, Bravo a dû s'adapter à un monde nouveau: "le cadre, l'aspect médiatique, le niveau de jeu", a-t-il détaillé. Et aussi l'exigence de Luis Enrique, qui maintient ses gardiens sous pression en ne leur dévoilant qu'au dernier moment le nom du titulaire.

Malgré cela, Bravo est devenu le N.1 en Liga, avec à la clé un sans-faute défensif: aucun but encaissé en six journées.

D'ailleurs, les trois buts concédés par Ter Stegen face au Paris SG en Ligue des champions (3-2) pourraient valoir au Chilien de disputer aussi cette compétition. Pour le trentenaire, c'est l'heure de la reconnaissance.

Fifa.com (03/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 5 Oct - 11:06

Nouveau tir groupé Neymar-Messi



Lionel Messi et Neymar ont marqué à une minute d'intervalle samedi contre le Rayo Vallecano un nouveau doublé après celui contre le Paris SG mardi en Ligue des Champions, qui a permis cette fois au club catalan de s'imposer et de reprendre la tête de la Liga.

Valence, qui s'est imposé grâce à trois buts en 7 minutes contre l'Atletico Madrid (3-1), terminera cette 7e journée à la 2e place à deux longueurs du Barça.

Après avoir résisté en début de match à la pression du Rayo, le FC Barcelone a tué le match en moins de deux minutes grâce à son intenable duo Messi-Neymar.

L'Argentin a ouvert le score à la 36e minute, signant son 249e but en Liga et se rapprochant à deux réalisations du record de Telmo Zarra (251). Le Brésilien l'a imité dès la 37e minute.

Devant un Rayo réduit à neuf en fin de match après les exclusions de Jorge Morcillo (60e) et Javier Aquino (90e+1) en seconde période, le gardien chilien du Barça Claudio Bravo a su préserver son invincibilité depuis le début de la Liga, un nouveau record.

Le Barça est maintenant en tête et devance l'Atletico de 5 points et le Real Madrid de 7, mais le Real peut rattraper un peu de son retard lors de son match contre Bilbao dimanche.

Dans son match contre Valence perdu 3 buts à 1, l'Atletico, champion sortant, est apparu diminué après les efforts consentis pour battre la Juventus mercredi en Ligue des champions.

Symbole d'un manque de lucidité dans les rangs de l'Atletico, ce but contre son camp de Miranda à la 6e, avant qu'Andres Gomes puis Nicolas Otamendi ne triplent la mise. Le tout en seulement 7 minutes !

L'attaquant madrilène Mario Mandzukic a ensuite réduit le score rapidement (29e), inscrivant son quatrième but de la saison, mais les espoirs de remonter ont été psychologiquement douchés lorsque le latéral Guillherme Siqueira a manqué son penalty juste avant la mi-temps (44e).

Les Rojiblancos ont terminé le match à 10 après l'expulsion d'Alessio Cerci dans les arrêts de jeu, concluant une après-midi noire pour les hommes de Simeone.

Fifa.com (04/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 5 Oct - 11:20

Benzema voit C. Ronaldo favori pour le Ballon d'Or



Karim Benzema place son partenaire du Real Madrid Cristiano Ronaldo en "numéro un" dans sa liste des favoris pour le Ballon d'Or, selon des propos accordés dimanche à Téléfoot sur TF1.

"Pour le Ballon d'Or, je le mettrai en numéro un sur la saison qu'il a faite, pour moi, c'est le meilleur joueur", explique l'attaquant français.

Le trophée, dont CR7 est tenant du titre, sera décerné le 12 janvier 2015. Le Portugais a aussi été sacré fin août meilleur joueur UEFA de la saison passée.

"Cristiano est attiré vers le but, il marque des tonnes de buts, c'est bien pour nous, au Real on se fait des passes, on essaie de combiner ensemble, mais je ne dirais pas que je me sacrifie pour lui, je joue mon foot", a encore ajouté l'ancien joueur de Lyon.

Les deux partenaires du Real seront adversaires samedi prochain lors de France- Portugal en amical au Stade de France.

"Ce match, on en a parlé un peu tous les deux, ça va être difficile, même si c'est amical, moi j'espère qu'il ne jouera pas (sourire), mais s'il joue, ça va être difficile de l'arrêter", a confié "Benzegol".

CR7 a été convoqué contre les Bleus. Il était absent lors du premier match de qualification du Portugal pour l'Euro-2016 contre l'Albanie. Sans sa star, blessée, la sélection portugaise avait essuyé une douloureuse défaite à domicile face à l'Albanie (0-1) le 7 septembre. Après ce revers, qui faisait suite à l'élimination au premier tour du Mondial-2014, le sélectionneur portugais Paulo Bento a été limogé et remplacé par Fernando Santos, ex-sélectionneur de la Grèce.

"Cristiano sait (ce que fait l'équipe de France en ce moment), lui, Pepe ou Coentrao (aussi au Real), ils savent, ils pensent qu'on est une très bonne équipe", a conclu Benzema.

Fifa.com (05/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 6 Oct - 13:24

Le Real reste sur son nuage



Le Real Madrid, lancé à pleine vitesse, a enfoncé l'Athletic Bilbao (5-0) dimanche en Championnat d'Espagne avec un triplé de Cristiano Ronaldo et un doublé de Karim Benzema, restant à portée du wagon de tête à l'issue de la 7e journée.

Ce nouveau coup du chapeau de Ronaldo (2, 55, 88) et le premier doublé de Karim Benzema cette saison (41, 70) ont permis à la "Maison blanche" d'écarter le club basque, méconnaissable en ce début de saison.

Au classement, le Real pointe au quatrième rang et se maintient à quatre longueurs du FC Barcelone, vainqueur du Rayo Vallecano samedi (2-0) et toujours leader en solitaire. Après un début de saison poussif, ce Real-là semble avoir gagné en confiance et en contrôle: jamais Bilbao n'a paru en mesure de l'inquiéter, mis à part sur des frappes lointaines de Markel Susaeta (2) et d'Iker Muniain (23) ou sur une tête piquée d'Ibai (58).

Mais à chaque fois, le gardien Iker Casillas s'est montré souverain et il semble avoir dissipé les sifflets dont le stade Bernabeu l'avait gratifié ces derniers temps. Un beau symbole de l'embellie que connaît la "Maison blanche" depuis la mi-septembre.

Son attaque, en particulier, se porte comme un charme. Le club merengue a inscrit au total 27 buts en six matches toutes compétitions confondues, bien aidé par son double Ballon d'Or Cristiano Ronaldo. Le Portugais a ainsi enchaîné un huitième match consécutif avec au moins un but inscrit, ouvrant le score d'une tête piquée sur un centre de Gareth Bale dès la 2e minute de jeu.

Ronaldo buteur et passeur
Remis du coup à une cheville subi contre Ludogorets (2-1) mercredi en Ligue des champions, "CR7" a ensuite récidivé sur une nouvelle passe de Bale. Le Gallois, très actif sur l'aile droite, a pris de vitesse son défenseur et décalé le Portugais dans la surface, buteur sur un plat du pied (55).

Enfin, Ronaldo, déjà auteur d'un triplé puis d'un quadruplé en septembre, a clos la marque avec un peu de chance en détournant un ballon dans la surface (88), soit son 13e but en Liga cette saison.

Egalement passeur, il a aussi offert un but à Karim Benzema en seconde période, perçant plein axe avant de servir le Français sur un plateau (70). Ce dernier, décidement en veine après son but décisif contre Ludogorets en C1, avait auparavant marqué le deuxième but merengue d'une imparable tête piquée sur corner (42).

Il n'aura finalement manqué à l'attaque du Real qu'un petit but pour Bale mais le coup de canon du Gallois (60) ou son tir à bout portant (80) ont été sortis par le gardien adverse. En tout cas, ces cinq buts ont récompensé un match sérieux et sans frayeur du Real, dont le milieu de terrain commence à donner des gages de l'"équilibre" tant souhaité par l'entraîneur Carlo Ancelotti, avec notamment Luka Modric et James Rodriguez.

De son côté,, l'Athletic Bilbao a continué de renvoyer l'image d'une équipe malade. Où sont passés les "Lions de San Mames" qui avaient fini 4e de Liga en mai dernier ? Privés de leur attaquant Aritz Aduriz dimanche, les Basques ont été bien timides et leur situation en championnat (18e) comme en Ligue des champions (aucune victoire en deux matches) commence à inquiéter.

C'est tout l'inverse pour Séville, qui semble s'être bien remis de la gifle reçue il y a une semaine contre l'Atletico Madrid (4-0): les Andalous ont corrigé dimanche le Deportivo La Corogne (4-1), avec notamment un doublé du Camerounais Stéphane Mbia.

Au classement, Séville est troisième à trois longueurs du leader, le FC Barcelone, et à un point de Valence, son dauphin. Et la Liga semble plus ouverte que jamais à trois semaines du clasico entre Real et Barça.

Fifa.com (05/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Jeu 16 Oct - 19:26

Duel entre victimes du Barça, Messi à la fête ?



Grenade et le Rayo Vallecano, récentes victimes du FC Barcelone, s'affrontent vendredi pour la 8e journée du Championnat d'Espagne, une compétition dont Lionel Messi peut devenir ce week-end le meilleur buteur absolu à l'occasion du 10e anniversaire de ses débuts officiels avec le Barça.

L'attaquant argentin a balayé Grenade fin septembre, avec deux buts et deux passes décisives pour une victoire 6-0 au Camp Nou, puis il a fait de même début octobre contre le Rayo, dompté 2-0 au stade de Vallecas grâce notamment à un but de "La Puce".

Les Andalous (13e) et les Madrilènes (12e), stoppés dans leurs dynamiques positives par ces défaites face au leader de la Liga, doivent rebondir dès vendredi soir (19h00 GMT) en ouverture de la 8e journée.

Hasard du calendrier, Messi fête ce jeudi le 10e anniversaire de ses débuts en match officiel avec l'équipe première du Barça. C'était le 16 octobre 2004 dans le derby catalan de la Liga face à l'Espanyol Barcelone.

Avec la réception du promu Eibar samedi (18h00 GMT), le quadruple Ballon d'Or peut célébrer cette date en beauté: il a l'opportunité d'égaler voire de dépasser le record du mythique attaquant Telmo Zarra, actuel meilleur buteur de l'histoire de la Liga avec 251 buts.

Messi, 27 ans, en est à 249 buts en Championnat d'Espagne au cours de sa carrière et s'il ne réussit pas de doublé samedi soir, il pourra tenter de se rattraper le week-end suivant dans le clasico face au Real Madrid (4e).

Le club merengue, pour sa part, aborde une semaine compliquée avec un déplacement sur la pelouse de Levante samedi (14h00 GMT), puis un autre à Liverpool mercredi en Ligue des champions, avant la réception du Barça trois jours plus tard au stade Bernabeu.

Le programme

Vendredi
Grenade - Rayo Vallecano

Samedi
Levante - Real Madrid
Athletic Bilbao - Celta Vigo
FC Barcelone - Eibar
Cordoue - Malaga

Dimanche
Atlético Madrid - Espanyol Barcelone
Deportivo La Corogne - Valence
Elche - Séville
Villarreal - Almeria

Lundi
Real Sociedad - Getafe

Fifa.com (16/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 17 Oct - 17:10

Coupe du Roi
Tirage ardu pour le Real, possible clasico en quarts




Le Real Madrid, tenant de la Coupe du Roi, va devoir réussir un parcours du combattant pour conserver ce trophée, le tirage effectué vendredi lui promettant un possible derby avec l'Atlético en huitièmes et un éventuel clasico avec le FC Barcelone en quarts.

Victorieux du Barça l'an dernier en finale (2-1), le Real débutera en seizièmes face au club catalan de Cornella, qui évolue en Segunda B (3e division).

En raison du Mondial des clubs prévu fin décembre, le club merengue devrait jouer le match aller le 29 octobre en Catalogne et le retour au stade Bernabeu le 3 décembre, date des matches aller des autres seizièmes.

Les choses pourraient ensuite se corser pour la "Maison blanche" si l'Atlético, opposé à L'Hospitalet, autre club catalan de Segunda B, se qualifie à son tour les 3 et 17 décembre.

Dans ce cas, un double derby madrilène opposerait en huitièmes les deux derniers finalistes de la Ligue des champions, qui s'étaient affrontés en finale en 2013 (victoire de l'Atlético 2-1 a.p.) et en demi-finale en 2014 (qualification du Real 3-0, 2-0).

En quarts, la route du Real croiserait celle du FC Barcelone. Le Barça affronte Huesca (D3) en seizième avant de défier le vainqueur du duel entre Valladolid (D2) et Elche en huitième.

La finale de l'édition 2014-2015 de la Coupe du Roi est programmée pour le samedi 30 mai.

Le tableau complet des 16e de finale (match aller le 3 décembre sur le terrain du premier cité, retour le 17 décembre):

HAUT DE TABLEAU
Deportivo La Corogne - Malaga
Albacete (D2) - Levante
Las Palmas (D2) - Celta Vigo
Alcoyano (D3) - Athletic Bilbao
Rayo Vallecano - Valence
Deportivo Alaves (D2) - Espanyol Barcelone
Grenade - Cordoue
Sabadell (D2) - Séville FC

BAS DE TABLEAU
Huesca (D3) - FC Barcelona
Valladolid (D2) - Elche
L'Hospitalet (D3) - Atletico Madrid
Cornella (D3) - Real Madrid (*)
Cadix (D3) - Villarreal
Real Oviedo (D3) - Real Sociedad
Betis Séville (D2) - Almeria
Getafe - Eibar

Fifa.com (17/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 17 Oct - 17:23

Barça - Luis Enrique : "Suarez est en forme"



L'attaquant du FC Barcelone Luis Suarez est "en forme" à l'approche de la fin de sa suspension, a estimé vendredi son entraîneur Luis Enrique, ce qui laisse entendre que l'Uruguayen pourrait postuler pour le clasico face au Real Madrid dans une semaine.

La sanction de l'ancien joueur de Liverpool, interdit de compétition pour avoir mordu l'Italien Giorgio Chiellini lors du Mondial au Brésil cet été, prend fin vendredi prochain, ce qui le rend éligible pour faire son grand retour en match officiel le lendemain au stade Bernabeu.

Auteur de deux buts en amical avec la sélection uruguayenne lundi (3-0 face à Oman), Suarez a dit cette semaine se sentir "à 100%", ce qu'a confirmé Luis Enrique.

"Il est difficile d'évaluer s'il est à 70, 80, 90 ou 100%, mais il est certain que son ressenti par rapport aux entraînements s'est beaucoup amélioré", a dit l'entraîneur barcelonais vendredi en conférence de presse.

"Il est dans une dynamique depuis un certain temps et le fait d'avoir pu jouer en sélection lui a permis de retrouver le quotidien d'un joueur professionnel. Nous le voyons s'entraîner chaque jour, c'est un joueur comme les autres depuis plusieurs semaines et ce qui est clair, c'est qu'il n'est pas gros", a poursuivi Luis Enrique, coupant court aux spéculations concernant un éventuel surpoids, apparu le mois dernier lors d'un match amical joué par Suarez.

"Il ne l'a jamais été, malgré tout ce qui s'est dit. Il est en forme depuis plusieurs mois, donc tout va bien", a conclu le technicien.

Le Barça, leader du Championnat d'Espagne, reçoit samedi le promu Eibar (18h00 GMT) lors de la 8e journée pour tenter de conserver les commandes du classement à une semaine du choc face au Real Madrid samedi prochain.

Fifa.com (17/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 17 Oct - 17:39

Real - Benzema et Varane forfaits



Les internationaux français du Real Madrid Karim Benzema et Raphaël Varane se sont réveillés vendredi matin "avec de la fièvre", a annoncé l'entraîneur merengue Carlo Ancelotti, ce qui devrait les priver du match sur le terrain de Levante samedi en Championnat d'Espagne.

"Ce matin, nous avons eu un problème avec Varane et Benzema qui se sont réveillés avec de la fièvre. Je crois qu'ils ne vont pas être disponibles pour demain (samedi)", a expliqué le technicien italien en conférence de presse.

En leur absence, qui s'ajoute à celle de Sergio Ramos (mollet), Ancelotti a dévoilé que le jeune Nacho (24 ans) devrait accompagner le Portugais Pepe en défense centrale.

Sur le front de l'attaque, le forfait de Benzema pourrait offrir au Mexicain Javier "Chicharito" Hernandez sa première titularisation en Liga depuis son arrivée cet été de Manchester United, à moins que l'entraîneur merengue ne préfère faire monter d'un cran un milieu de terrain, comme le Colombien James Rodriguez ou le meneur espagnol Isco.

"Isco va jouer. Pour James, je dois encore voir, parce qu'il est rentré (de sa sélection) jeudi matin après avoir voyagé toute la nuit", a poursuivi Ancelotti.

Par ailleurs, le Real a enregistré le retour à l'entraînement du milieu allemand Sami Khedira, remis d'une blessure à une cuisse. "Il a totalement récupéré, il s'est entraîné avec l'équipe et il est prêt à jouer", a souligné l'entraîneur merengue, assurant au passage que le Real envisageait de prolonger le contrat du joueur de 27 ans, qui s'achève en juin prochain.

Actuellement quatrième de Liga, le Real aborde une semaine compliquée avec un déplacement sur la pelouse de Levante samedi (14h00 GMT), puis un autre à Liverpool mercredi en Ligue des champions, avant la réception du Barça trois jours plus tard pour le clasico de la Liga au stade Bernabeu.

Fifa.com (17/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 17 Oct - 17:42

Repétition avant le clasico, Messi en récital ?



A une semaine du clasico, c'est l'heure de la répétition générale pour le FC Barcelone et le Real Madrid samedi en Championnat d'Espagne, lors d'une 8e journée qui peut permettre à Lionel Messi d'entrer dans l'histoire comme meilleur buteur absolu de la Liga.

. Le virtuose Messi attendu au Camp Nou
C'est peut-être la semaine de Lionel Messi: après avoir fêté jeudi le 10e anniversaire de ses débuts en match officiel avec le Barça, le quadruple Ballon d'Or a l'occasion de rejoindre voire de dépasser Telmo Zarra dans la légende du football espagnol.

L'ex-attaquant mythique de l'Athletic Bilbao est pour le moment le meilleur buteur de l'histoire du Championnat d'Espagne avec 251 buts inscrits dans les années 1940 et 1950.

Mais Messi, à seulement 27 ans, compte déjà 249 buts en Liga: un doublé contre le promu Eibar samedi au Camp Nou (18h00 GMT) lui permettrait d'égaler Zarra au sommet.

Pour autant, comme l'a rappelé l'entraîneur Luis Enrique vendredi, les Catalans ne doivent pas se focaliser sur ce record et se méfier de leur modeste adversaire basque, surprenant 9e de Liga pour sa découverte de l'élite.

Tout oppose Barcelone et Eibar: selon la presse espagnole, le budget des Basques est 30 fois inférieur à celui du géant catalan. Et l'ensemble des habitants d'Eibar, soit 27.000 personnes, ne suffirait pas à remplir à moitié le Camp Nou!

"Ce qui nous intéresse, c'est de battre Eibar, de prendre les trois points, c'est la seule chose que nous pouvons contrôler. Le reste, ce sont des records qui tomberont s'ils doivent tomber", a prévenu le technicien barcelonais, dont l'équipe, leader de Liga, n'a toujours pas encaissé le moindre but dans cette compétition.

. Difficile tournée pour le Real
Avant de recevoir le Barça (1er, 19 pts) dans une semaine au stade Bernabeu, le Real Madrid (4e, 15 pts) doit enchaîner deux déplacements délicats: d'abord samedi sur la pelouse de Levante (17e) en Liga (14h00 GMT) puis mercredi à Liverpool en Ligue des champions.

Pour le club merengue, il s'agit d'éviter toute fausse note dans cette semaine décisive, d'autant que Barcelone, qui reçoit l'Ajax Amsterdam mardi en C1, aura l'avantage d'avoir un jour de plus de repos avant le clasico.

Mais la grande forme de l'attaque madrilène est une garantie pour l'entraîneur Carlo Ancelotti: avant la mini-trêve internationale, ses joueurs ont inscrit 27 buts en six matches toutes compétitions confondues, grâce notamment au virevoltant trio d'attaque "BBC" formé de Gareth Bale, Karim Benzema et Cristiano Ronaldo, actuel meilleur buteur de Liga avec 13 buts.

"Je crois que nous pouvons continuer la bonne série que nous avons connue avant la pause internationale", a assuré Ancelotti vendredi.

Néanmoins, le technicien italien devra faire samedi sans Benzema et Raphaël Varane, fiévreux.

Et, en l'absence de Sergio Ramos (mollet), le Real devra remanier son onze de départ: le jeune Nacho (24 ans) devrait accompagner le Portugais Pepe en défense centrale tandis que sur le front de l'attaque, le Mexicain Javier "Chicharito" Hernandez pourrait avoir sa chance, à moins qu'Ancelotti ne préfère faire monter d'un cran un milieu de terrain, comme le Colombien James Rodriguez ou le meneur espagnol Isco.

. Un dimanche pour se placer
Dimanche, trois prétendants au podium ont l'opportunité de se placer en embuscade avant le clasico.

A la mi-journée (10h00 GMT), l'Atlético Madrid (5e, 14 pts) reçoit l'Espanyol Barcelone pour effacer sa déconvenue du début de mois à Valence (3-1).

Les Valenciens (2e, 17 pts), eux, peuvent rêver d'être leaders le week-end prochain s'ils continuent leur beau parcours dimanche après-midi (15h00 GMT) face au Deportivo La Corogne, lanterne rouge de Liga.

Enfin, Séville (3e, 16 pts) se rendra à Elche (17h00 GMT) avec l'envie de conserver sa place sur le podium.

Le programme

Vendredi
Grenade - Rayo Vallecano

Samedi
Levante - Real Madrid
Athletic Bilbao - Celta Vigo
FC Barcelone - Eibar
Cordoue - Malaga

Dimanche
Atletico Madrid - Espanyol Barcelone
Deportivo La Corogne - Valence
Elche - Séville
Villarreal - Almeria

Lundi

Real Sociedad - Getafe

Fifa.com (17/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 20 Oct - 15:02

Le Real en impose à une semaine du clasico



Le Real Madrid, en démonstration devant Levante (5-0), et le FC Barcelone, patient vainqueur d'Eibar (3-0), ont fait le plein de points et de confiance samedi pour la huitième journée du Championnat d'Espagne, ce qui promet un clasico de haute volée le week-end prochain.

Toute l'Espagne salive déjà avant ce choc entre deux équipes irrésistibles ces dernières semaines: avec un Cristiano Ronaldo encore double buteur, le Real Madrid vient de marquer plus de trente fois en un mois, tandis que Lionel Messi s'est rapproché à seulement une longueur du record historique de buts en Liga, qu'il pourrait égaler ou battre samedi prochain au stade Bernabeu.

Au classement, Barcelone est toujours leader avec 22 points, soit quatre de plus que le Real, ce qui assure aux Catalans de rester devant les Madrilènes quel que soit l'issue du choc à venir. Entre-temps, les deux rivaux joueront en milieu de semaine en Ligue des champions, respectivement contre l'Ajax Amsterdam et Liverpool, des échéances que les larges succès enregistrés samedi ont permis de préparer dans la sérénité.

Au stade Ciutat de Valencia de Levante, le Real Madrid a infligé une "manita" à Levante, c'est-à-dire cinq buts, conservant sa folle cadence offensive malgré un onze assez remanié en l'absence de Karim Benzema, Gareth Bale, Raphaël Varane et Sergio Ramos.

L'inévitable Cristiano Ronaldo a ouvert le score sur un penalty (13) obtenu par "Chicharito" Hernandez, lui-même auteur du deuxième but sur une tête piquée (38). Ronaldo a ensuite alourdi le score sur un exploit personnel (61), son quinzième but en Liga, avant que le Colombien James Rodriguez (66) et l'Espagnol Isco (82), très en vue, ne scellent la marque sur deux beaux buts.

Seul bémol de cette après-midi idéale pour le Real, les oublis défensifs persistent, en particulier sur coup de pied arrêté. Ainsi, Luka Modric a dégagé sur sa ligne un ballon après un corner (26) et il faudra faire mieux à Liverpool et contre le Barça.

Pas encore de record pour Messi
Le club catalan, lui aussi, a affiché quelques faiblesses défensives contre Eibar, avec notamment deux occasions brûlantes sur des ballons dans le dos de la défense.

Heureusement pour Barcelone, le modeste promu basque, qui réalise un excellent début de saison pour sa découverte de l'élite, n'a pas réussi à concrétiser: Ander Capa a inexplicablement raté son plat du pied devant le but vide (41) et Saul Berjon a buté sur le portier barcelonais Claudio Bravo (44), qui a réussi à éviter au Barça son tout premier but encaissé en Liga cette saison.

Face à cet adversaire décomplexé, les Catalans ont eu le mérite de la patience. Ainsi, Lionel Messi a persévéré malgré une pluie d'occasion manquées: face-à-face perdu devant le gardien basque Xabi Irureta (20), frappe à mi-hauteur qui frôle le poteau (25), centre-tir qui file au ras du cadre (36), tir à angle fermé sorti par le gardien (66)...

Pas très heureux dans la finition, l'Argentin est redescendu d'un cran pour se faire passeur, un rôle qu'il assume avec bonheur depuis plusieurs semaines. Et c'est sur une passe en profondeur de Messi que le capitaine Xavi a ouvert enfin le score sur un petit ballon piqué (60).

Neymar a ensuite doublé la mise avec une belle reprise instantanée au point de penalty sur une louche de Dani Alves (72), ce qui a permis à Messi de viser le record de buts du mythique attaquant Telmo Zarra, meilleur marqueur de l'histoire de la Liga (251 buts).

L'Argentin a ainsi marqué son 250e but en championnat sur un déboulé magnifique, ponctué d'un une-deux avec Neymar (74), mais il a ensuite buté sur l'excellent gardien basque pour tenter d'égaler Zarra.

Ce sera peut-être pour samedi prochain au stade Bernabeu !

Fifa.com (18/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 20 Oct - 15:51

Valence cède, Séville et l'Atlético en profitent



Valence a perdu dimanche son invincibilité en Championnat d'Espagne face au Deportivo La Corogne (3-0), ce qui profite au FC Barcelone, conforté en tête, ainsi qu'à Séville et l'Atletico Madrid, vainqueurs respectifs d'Elche et de l'Espanyol 2-0, lors de la 8e journée.

La première défaite de la saison des Valenciens est dure à avaler: au stade de Riazor, les hommes de l'entraîneur portugais Nuno ont cédé devant un club qui était lanterne rouge avant cette journée, avec un but contre son camp très polémique de Valence (36), un tir croisé de Lucas Pérez (43) et un contre de Toché (79).

Les Valenciens rêvaient de doubler le Barça ?  Quoi qu'il en soit, voici Valence dépossédé de sa deuxième place au profit de Séville (19 pts), qui est allé s'imposer à Elche sur un tir à bout portant du Colombien Carlos Bacca (60) et une belle tête du Français Kevin Gameiro (73). Un but au goût de rédemption pour l'ancien Parisien, qui faisait dimanche soir son retour à la compétition après cinq mois difficiles en raison d'une blessure à un genou.

Derrière Séville, le Real Madrid (18 pts) est troisième à quatre longueurs du leader barcelonais (22 pts), unique équipe encore invaincue en Liga. Les deux géants s'affronteront samedi prochain au stade Bernabeu pour un clasico très attendu.

L'Atlético létal sur corners
Désormais écarté du podium, Valence (4e, 17 pts) a vu en outre revenir à sa hauteur l'Atletico Madrid, vainqueur de l'Espanyol Barcelone dimanche en milieu de journée.

Pour l'"Atleti", ce succès au stade Calderon a fait du bien et effacé les problèmes de concentration affichés lors de la défaite contre Valence début octobre à Mestalla (3-1). Cette fois, les hommes de Diego Simeone se sont montrés sérieux et appliqués avec à nouveau une efficacité létale sur coups de pied arrêtés.

Le portier barcelonais Kiko Casilla a pourtant longtemps été intraitable mais le club champion d'Espagne s'est montré persévérant. Sur un corner repoussé, le capitaine Gabi a alerté dans la surface Tiago, dont la tête lobée a fini au fond (43).

Ensuite, les choses ont été plus faciles et un énième corner a permis aux Madrilènes de se mettre à l'abri. Le jeune défenseur uruguayen José Maria Gimenez a placé une tête aux six mètres et Mario Suarez n'a eu qu'à pousser le ballon dans les filets (71), assurant la victoire à l'Atletico avant de retrouver la Ligue des champions mercredi contre Malmö.

En fin de match, Simeone a lancé Antoine Griezmann pour la dernière demi-heure, mais le Français n'a pas eu beaucoup de réussite, trouvant le poteau à angle fermé alors que la cage était vide (83).

Fifa.com (19/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 20 Oct - 16:36

Premier échec pour Valence



Valence a perdu son invincibilité en Championnat d'Espagne dimanche face au Deportivo La Corogne (3-0), laissant le FC Barcelone s'échapper en tête, tandis que l'Atletico Madrid a battu l'Espanyol (2-0) pour se replacer au pied du podium lors de la huitième journée.

Cette première défaite de la saison pour les Valenciens est dure à avaler: au stade Riazor, les hommes de l'entraîneur portugais Nuno ont cédé devant un club qui était lanterne rouge avant cette journée et l'a emporté sur un but contre son camp de Valence (36), un tir croisé de Lucas Pérez (43) et un contre de Toché (79).

Les Valenciens rêvaient de prendre le pouvoir en marge du clasico Real-Barça le week-end prochain ? Ce rêve-là s'est évanoui en Galice, même si Valence contestera peut-être la validité du premier but du "Depor", le défenseur valencien José Luis Gaya ayant dégagé le ballon au moment où il franchissait la ligne.

Quoi qu'il en soit, Valence a désormais perdu la deuxième place provisoire au profit du Real Madrid (18 pts) et se retrouve temporairement troisième, à cinq longueurs du leader barcelonais, unique équipe encore invaincue en Liga.

Avec 17 points, Valence est en outre sous la menace de Séville (16 pts), en déplacement dimanche soir à Elche, et il a vu revenir à sa hauteur l'Atletico Madrid (17 pts), vainqueur de l'Espanyol Barcelone en milieu de journée.

Griezmann entre à la fin
Pour l'"Atleti", le succès de dimanche au stade Calderon a fait du bien et effacé les problèmes de concentration affichés lors de la défaite contre Valence début octobre à Mestalla (3-1). Cette fois, les hommes de Diego Simeone se sont montrés sérieux et appliqués avec à nouveau une efficacité létale sur coups de pied arrêtés.

Le portier barcelonais Kiko Casilla a pourtant longtemps été intraitable mais l'Atletico s'est montré persévérant. Sur un corner repoussé, le capitaine Gabi a alerté dans la surface Tiago, dont la tête lobée a fini au fond (43).

Ensuite, les choses ont été plus faciles et un énième corner a permis aux Madrilènes de se mettre à l'abri. Le jeune défenseur uruguayen José Maria Gimenez a placé une tête aux six mètres et Mario Suarez n'a eu qu'à pousser le ballon dans les filets (71), assurant la victoire à l'Atletico avant de retrouver la Ligue des champions mercredi contre Malmö.

En fin de match, Simeone a lancé Antoine Griezmann pour la dernière demi-heure, mais le Français n'a pas eu beaucoup de réussite, trouvant le poteau à angle fermé alors que la cage était vide (83).

Fifa.com (19/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 20 Oct - 16:55

Arda Turan : "Notre jeu n’est pas beau à voir, mais on gagne"



Impossible, malgré sa barbe fournie, de ne pas remarquer son sourire lumineux : Arda Turan est un homme heureux. Le "Léonidas" de l’Atlético de Madrid fait partie des spartiates les plus remarqués de Diego Simeone. Il a intégré comme personne les clés de la philosophie du technicien argentin, à savoir le travail et un engagement de tous les instants. Ainsi, même s’il aime le ballon par-dessus tout, le milieu de terrain créatif est un fervent défenseur du style qui a fait de l’Atleti l’une des équipes les plus performantes du Vieux Continent.

Le Turc reconnaît sans faux-semblant que des cinq titres remportés par le club colchonero, parmi lesquels la dernière Liga, une Ligue Europa ou une Supercoupe d’Espagne, le plus savoureux a été la Copa del Rey remportée face au Real Madrid dans son Bernabéu. "Ça faisait 14 ans qu’on n’avait pas gagné là-bas. J’ai pleuré et j’ai ressenti beaucoup de choses. Je me suis même coupé les cheveux, comme je l’avais promis à un supporter !", se souvient-il. Pas étonnant, donc, que la seule évocation de la finale de la Ligue des champions perdue face à l’éternel rival merengue assombrisse son visage l’espace de quelques instants. "Je ne peux pas parler de ça. Ça me fait encore mal", assure-t-il.

Flanqué de son inséparable ami et interprète Ata, le Turc se présente au rendez-vous fixé avec FIFA.com et revient sur les clés de l’Atleti de Simeone et sur son espoir de ramener la Turquie dans l’élite.


Arda Turan, l’Atlético traverse l’une de ses meilleures périodes, mais son jeu ne convainc pas tout le monde. Que répondez-vous à ceux qui critiquent votre style ?
Que je le regrette. Peut-être que notre jeu n’est pas beau à voir, mais on gagne. Il arrive que certaines équipes qui jouent bien ne gagnent pas de matches ni de titres. C’est vrai que parfois, on aimerait avoir davantage le ballon, mais nous, on n’a ni Cristiano Ronaldo ni Lionel Messi, donc on doit jouer collectif et travailler dur, défendre davantage que Madrid ou Barcelone. Mais c’est ce style qui nous a permis d’être champions. Je respecte toutes les opinions et j’apprécie également le jeu de Barcelone ou du Bayern Munich, mais je préfère le nôtre.

Quand vous arrivez à l’Atlético en 2011, l’équipe vient de gagner une UEFA Europa League et une Supercoupe d’Europe, mais vous ne parvenez pas à rivaliser avec le FC Barcelone et le Real Madrid jusqu’à l’arrivée de Simeone. Comment le déclic s’est-il produit ?
Quand Simeone arrive, la première chose qu’il nous dit, c’est : "si on arrive à ne pas prendre de buts, il nous suffit d’en mettre un pour gagner". L’essentiel, c’était de ne pas encaisser de buts et pour ça, l’équipe devait rester compacte et défendre en bloc. Notre recette, c’est du travail, du travail et encore du travail. Chaque match est une finale et on doit se concentrer sur chaque adversaire. Le Barça et le Real ont plus d’argent et de qualités que nous, mais en restant soudés, on est capables de rivaliser avec eux.

Simeone vous définit comme un joueur "différent", mais en plus de cette dose d’art, il exige beaucoup de travail de vous. Comment conciliez-vous les deux choses ?
Je ne pense pas être le seul joueur "spécial" ou talentueux de l’équipe. On a Antoine Griezmann, Koke et bien d’autres. Et avant, il y avait Diego Costa, Diego Ribas… Au bout du compte, on forme un groupe et on sait que notre travail, c’est de rendre l’équipe meilleure. On doit laisser notre égo aux vestiaires, se fondre dans le collectif et appliquer les consignes de l'entraîneur. La réussite passe par là.

C’est à vous que revient la charge de mettre le pied sur le ballon dans les moments les plus délicats. Comment faites-vous pour garder votre calme dans ces instants-là ?
C’est mon boulot ! (rires) Je me charge d’organiser le jeu offensif. Quand l’équipe est en difficulté, je suis capable de garder le ballon pour faire souffler mes coéquipiers, provoquer une faute par-ci par-là… Avant le début du match, mon cœur bat à fond… "Boum, boum, boum…" (il se tape la poitrine). Mais quand l’arbitre donne le coup d’envoi, je retrouve mon calme. Je ne ressens pas de trac, mais une grosse confiance en moi. C’est comme si je passais en mode "zen". Sur le terrain, je suis serein. Je ne sais pas ce qui m’arrive. Je dois être fou (il éclate de rire).

On vous voit parfois sourire en plein match. Ce n’est pas commun chez les joueurs de haut niveau. Est-ce lié à votre façon d’aborder le football ?
Pour moi, c’est important d’être heureux et de sourire. C’est ma philosophie de vie. J’aime aussi rendre les gens heureux. Aujourd’hui, on peut être une star, avoir la gloire et gagner des titres, mais à la fin de notre carrière, on se souvient de la personne et pour moi, c’est important que les gens se souviennent de moi comme quelqu’un de bien. Je comprends l’attitude du joueur qui se montre très sérieux ou distant. Les grandes stars ont beaucoup de pression. Il faut les comprendre aussi. Je ne les juge pas, mais moi, je montre un visage heureux parce que je suis heureux. En fin de compte, je vis mon rêve d'enfant.

Après avoir remporté la Liga et atteint la finale de la Ligue des champions de l'UEFA, vous avez gagné la Supercoupe d’Espagne aux dépens du Real Madrid et décroché une victoire de prestige face à la Juventus. Vous voyez-vous encore jouer sur tous les tableaux ?
Comme l’an dernier, nous voulons essayer d’aller en finale. En Ligue des champions, on aimerait passer le premier tour en remportant notre groupe, car ça permet de jouer les matches retour à la maison, mais ça va être difficile. Franchement, en quatre ans ici, le match le plus difficile de tous a été celui contre la Juve à Calderón (victoire de l’Atlético 1:0 avec un but d’Arda Turan). Contre Barcelone, on sait qu’ils vont dominer la possession de balle et il faut bien défendre. Contre le Real, il faut éviter les contres. Mais contre la Juve, ils nous ressemblent et ils sont très physiques. On a dû beaucoup courir et travailler dur. On n’a pas bien joué mais on a appliqué notre style. Et on est allés chercher la victoire.

Lors de votre prochain match, vous affrontez Malmö. Comment voyez-vous cette opposition ?
Attention à Malmö ! On les respecte beaucoup. Chez eux, ils jouent très bien et contre la Juve, ils étaient à 0:0 à la pause. C’est ça, la Ligue des champions. Si on ne fait pas attention, si on se dit "on est une grande équipe et on va gagner tous les matches", on va vite rentrer à la maison.

À l’UEFA EURO 2008, vous vous êtes taillé une réputation à l’échelle internationale. En 2012, la Turquie ne s’est pas qualifiée. L’augmentation du nombre de participants à France 2016, est-ce une grande opportunité pour la Turquie de retrouver une grande compétition ?
Je l’espère. Je prie tous les jours pour que l’on y arrive. Ce serait très fort de décrocher la qualification. En 2008, on est allés jusqu’en demi-finale (défaite 3:2 contre l’Allemagne) et on a vécu une expérience incroyable. Maintenant, on a du potentiel. On a une grande équipe. Ce qui nous manque, c’est un peu plus de concentration en défense. C’est l’un de mes grands rêves et je crois qu’on peut le réaliser.

Comme en 2008, Fatih Terim est le sélectionneur. Que signifie son retour pour vous ?
Le jour où il a annoncé son retour a été très spécial pour moi. Il m’a fait signer à Galatasaray à l’âge de 12 ans. C’est mon entraîneur, mon père, mon ami. Je parle beaucoup avec lui. C’est l’entraîneur le plus influant de ma carrière. Son style me rappelle celui du Cholo Simeone, même si Fatih insiste davantage sur l’attaque et Simeone sur la défense. C’est l’histoire de mon pays et j’espère qu’ensemble, nous arriverons à envoyer la Turquie à l’Euro 2016.

Fifa.com (20/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 20 Oct - 18:35

Barça - Neymar élogieux sur Messi et Suarez



Le trio 100% sud-américain Messi-Suarez-Neymar, qui pourrait jouer ensemble pour la première fois samedi lors du "clasico" de la Liga face au Real Madrid, devrait réussir "beaucoup de bonnes choses" pour le FC Barcelone, a jugé lundi l'attaquant brésilien Neymar.

"Leo (Messi), pour moi, c'est le meilleur du monde. Et maintenant, arrive Luis Suarez qui est un crack, également l'un des meilleurs. Nous allons faire beaucoup de bonnes choses pour cette équipe", a déclaré l'attaquant vedette de 22 ans en conférence de presse.

"Je n'ai jamais vu jouer quelqu'un comme Messi, c'est un honneur de jouer avec lui, je suis un de ses fans", a poursuivi Neymar. Quant à Suarez, "j'ai été impressionné de la manière dont il s'entraîne au quotidien", a-t-il assuré.

Suspendu jusqu'à vendredi pour avoir mordu un adversaire lors du Mondial, l'Uruguayen Luis Suarez sera autorisé à reprendre la compétition ce week-end avec son club, à l'occasion d'une affiche au sommet entre les deux rivaux du Championnat d'Espagne samedi au stade Santiago-Bernabeu de Madrid.

Auparavant, le Barça doit négocier la réception mardi soir de l'Ajax d'Amsterdam au Camp Nou en Ligue des champions (18h45 GMT), même si Neymar a reconnu que le "clasico" était déjà dans les têtes catalanes.

"Dire qu'on ne pense pas au Real serait mentir, mais le duel contre l'Ajax est très important", a souligné le Brésilien, qui a dit espérer marquer lors "des deux" matches.

Leader invaincu du Championnat d'Espagne, le Barça est plus en difficulté en C1, dont il occupe actuellement la deuxième place du groupe F (3 pts) après sa défaite fin septembre face au Paris SG (1er, 4 pts).

Fifa.com (20/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mar 21 Oct - 20:27

Levante se sépare de son entraîneur Mendilibar



Levante, actuellement avant-dernier du Championnat d'Espagne, a annoncé lundi soir se séparer de son entraîneur José Luis Mendilibar, deuxième technicien de Liga à être démis de ses fonctions en quelques heures après Albert Ferrer chez la lanterne rouge Cordoue.

"Le conseil d'administration du Levante s'est réuni en session extraordinaire (...) et a décidé de résilier le contrat de José Luis Mendilibar", a écrit le club basé à Valence dans un communiqué publié sur son site internet.

Levante n'a pas précisé le nom du successeur de Mendilibar, qui avait été nommé à l'intersaison et se voit contraint de quitter le club au bout de seulement deux mois de compétition.

En huit journées de Liga, son équipe n'a remporté qu'une seule victoire et essuyé cinq défaites, la dernière en date samedi face au Real Madrid à domicile (5-0).

Mendilibar, 53 ans, avait entraîné par le passé Eibar (2004-2005), l'Athletic Bilbao (2005), Valladolid (2006-2010) et Osasuna Pampelune (2011-2013).

Son limogeage est intervenu quelques heures seulement après celui d'Albert "Chapi" Ferrer, premier technicien destitué cette saison en Liga.

Le club de Cordoue, lanterne rouge au classement, a annoncé dans la foulée le remplacement de Ferrer par le Serbe Miroslav Djukic, ex-entraîneur de Valence et Valladolid.

Fifa.com (20/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mer 22 Oct - 18:24

Messi : "Le Barça ira à Madrid pour gagner"



Le FC Barcelone se rendra samedi sur la pelouse du Real Madrid pour remporter le clasico, a assuré mardi la star barcelonaise Lionel Messi, tout en estimant que ce choc au sommet ne serait pas "décisif" pour l'issue du Championnat d'Espagne.

"Nous irons là-bas pour gagner, pour essayer de faire de notre mieux, mais ce match ne sera en rien décisif. Il restera une grande part du Championnat à jouer ensuite", a dit l'Argentin au micro de la chaîne catalane TV3 mardi soir après la victoire contre l'Ajax Amsterdam en Ligue des champions (3-1).

Leader invaincu de la Liga, le Barça compte quatre points d'avance sur le Real avant le clasico prévu samedi après-midi (16h00 GMT) pour la 9e journée de Liga.

Au stade Bernabeu, Messi a l'opportunité de devenir le meilleur buteur absolu du Championnat d'Espagne, puisqu'il n'est plus qu'à un but du mythique attaquant basque Telmo Zarra (251 buts). Pour autant, le quadruple Ballon d'Or a assuré ne pas se préoccuper de ce record.

"C'est n'est pas le plus important. L'important est de bien jouer et, si on peut l'emporter, c'est encore mieux", a-t-il déclaré, ajoutant attendre beaucoup du renfort de Luis Suarez.

L'attaquant uruguayen, transféré pour 81 M EUR de Liverpool à Barcelone cet été, pourrait enfin faire ses premiers pas en match officiel samedi, sa suspension pour avoir mordu l'Italien Giorgio Chiellini au Mondial prenant fin vendredi.

"Nous attendons avec impatience l'arrivée de Luis (Suarez), parce qu'il va apporter de la force à l'équipe. C'est un attaquant impressionnant, qui marque beaucoup. Je suis content (qu'il rejoue, NDLR) parce qu'il a passé un long moment sans fouler une pelouse", a conclu Lionel Messi.

Fifa.com (21/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mer 22 Oct - 18:27

Levante - Alcaraz remplace Mendilibar



Lucas Alcaraz, ancien entraîneur de Grenade, succède a José Luis Mendilibar, l'entraîneur de Levante évincé lundi, a annoncé le club basé à Valence, avant-dernier en Championnat d'Espagne.

"Lucas Alcaraz est devenu le nouvel entraîneur de Levante pour le reste de la saison, avec une autre saison en option", précise le club sur son site internet.

Alcaraz, 48 ans, était jusqu'à cet été l'entraîneur de Grenade, dont il avait pris les rênes en début d'année 2013 et qu'il avait maintenu dans l'élite au printemps suivant, puis en 2013-2014. Il a aussi entraîné par le passé les clubs d'Almeria, du Recreativo de Huelva ou du Racing Santander.

José Luis Mendilibar, nommé cet été sur le banc de Levante, a été démis de ses fonctions lundi soir, après la lourde défaite samedi en championnat face au Real Madrid (5-0).

Fifa.com (22/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Jeu 23 Oct - 17:35

Barça - Mathieu : "Faire changer d'avis les gens" 



A quelques jours du choc Real Madrid-FC Barcelone, le défenseur international français Jérémy Mathieu évoque dans un entretien avec l'AFP son adaptation réussie au Barça, où il est en train de "faire changer d'avis les gens".

Qu'avez-vous ressenti en signant au Barça cet été ?
De la joie, forcément, beaucoup de plaisir. Quand j'ai su que j'allais signer à Barcelone, c'était le top de ma carrière. A mon âge (31 ans, NDLR), je ne pouvais que dire oui. Dans ma tête, j'étais parti pour rester à Valence. Par rapport à mon âge, on ne s'attend pas à ce que Barcelone vienne te chercher. (...) Mais si Barcelone vient te chercher, c'est que tu as le niveau pour.

A près de 31 ans, vous n'étiez pas forcément cité comme un premier choix de recrutement. La défiance de certains supporteurs vous a-t-elle pesé ?
Ce n'était pas une pression, même si c'est sûr que dans la tête, on y pense. Quand je suis arrivé, les gens ont beaucoup critiqué mon âge, le prix payé par Barcelone (20 millions d'euros, NDLR), mais ce n'est pas moi qui le décide. J'ai ma part de responsabilité (dans ce transfert, NDLR) et j'essaie de le démontrer sur le terrain. C'est en train de se faire petit à petit, je suis en train de gagner ma place, de faire changer d'avis les gens.

Quels conseils vous a donné l'entraîneur Luis Enrique pour faciliter votre adaptation ?
Il me connaissait, il m'a beaucoup regardé quand je jouais à Valence. C'est lui qui me voulait absolument ici, il a tout fait pour me faire venir. Il m'a dit de ne pas me prendre la tête, de jouer mon jeu, et que ça roulerait tout seul.

Est-ce que son arrivée à l'intersaison peut remettre le Barça sur la voie du succès ?
L'année dernière, on n'a pas vu un très grand Barcelone, leur jeu était prévisible, c'était un peu plus compliqué pour eux de gagner leurs matches. Cette année, on est dans une nouvelle dynamique. (Luis Enrique) nous demande de presser à chaque ballon, d'être des morts de faim sur le terrain pour gagner plus facilement.

L'attaquant uruguayen Luis Suarez, dont la suspension pour morsure prend fin vendredi, pourrait rejouer dès samedi contre le Real. Que peut-il apporter au Barça ?
Je pense qu'il peut faire de grandes choses. Sur le terrain, à l'entraînement, ça se ressent qu'il a envie de faire de grandes choses, il a la "gnaque" et hâte de pouvoir commencer avec Barcelone. On ne sait pas encore qui jouera le clasico mais (le trio Messi-Suarez-Neymar) peut peser sur une défense. On verra le "jour J" mais ça peut faire des étincelles.

Comment abordez-vous ce clasico, le premier de votre carrière ?
C'est toujours un match que j'ai regardé à la télévision. Toutes ces stars, ça fait rêver. J'espère être sur le terrain. Mon premier clasico, c'est sûr qu'on y pense un peu. Mais je ne me mets jamais de stress avant les matches, c'est une rencontre comme une autre même s'il y a des enjeux plus grands. C'est un match à ne pas perdre parce qu'on a des gens derrière nous, un club, toute une ville.

Barcelone étant leader invaincu du championnat, un match nul au stade Bernabeu serait-il profitable pour vous ?
Ça peut être un bon résultat, d'autant plus à l'extérieur. Pour l'instant, on n'a pas encaissé de but, j'espère que ça va continuer. On est dans une bonne dynamique. Madrid aussi revient à son niveau, ça annonce un bon match.

Vous aviez marqué un but en mai avec Valence au Bernabeu (2-2). Rêvez-vous d'un même scénario ?
Forcément, d'autant plus avec le maillot du Barça. Si je marquais, ce serait énorme. Au total, l'année dernière, j'ai marqué deux buts contre Madrid sur corner. Il faudra essayer de faire de même, si c'est possible !

Fifa.com (22/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Jeu 23 Oct - 17:36

Barça - Suarez veut mordre le clasico à pleines dents



Le "serial mordeur" est affamé: Luis Suarez, dont la longue suspension prend fin vendredi, a l'opportunité de revenir en beauté samedi lors du clasico Real Madrid-FC Barcelone et de prouver que son appétit pour le foot reste intact.

. Scandale digéré ?
Ces images ont fait le tour de la planète en juin: Luis Suarez plantant ses dents dans l'épaule de l'Italien Giorgio Chiellini en plein match du Mondial-2014.

Quatre mois après, cette scène risque d'être encore dans toutes les têtes samedi lorsque l'attaquant uruguayen se présentera au stade Bernabeu avec le FC Barcelone.

Après ce scandale planétaire, Suarez a confié avoir été "très déprimé", endurant les critiques et les quolibets ("vampire", "cannibale", "requin"...).

Mais, paradoxalement, il a peut-être saisi cet été l'opportunité de sa carrière en quittant Liverpool pour le Barça, un transfert s'élevant à 81 M EUR.

Lors de sa présentation en Catalogne, "Luisito" a assuré qu'il avait consulté des "professionnels adaptés" pour se soigner, éviter toute nouvelle rechute et tenter de faire oublier par ses performances ses écarts de conduite.

Parlant désormais de "sujet à oublier", le joueur de 27 ans va néanmoins devoir se confronter dès samedi à un public hostile, puisque les hasards du calendrier lui valent d'être autorisé à rejouer à l'occasion du clasico du Championnat d'Espagne sur la pelouse du Real Madrid.

. Il a mangé son pain noir
S'agissant d'un attaquant qui n'a plus rejoué en compétition depuis juin, il n'est pas dit que l'entraîneur barcelonais Luis Enrique le lance comme titulaire d'entrée au stade Bernabeu.

Mais l'Uruguayen, lui, est prêt. Il a pu mettre à profit ces quatre mois pour se roder physiquement et le fait que le TAS l'ait autorisé à disputer des matches amicaux pendant sa suspension lui a également permis de garder le rythme.

Suarez a ainsi vécu ses premières minutes sous le maillot du Barça mi-août lors d'un match amical de pré-saison contre les Mexicains du Club Leon (6-0) et il vient d'enchaîner deux matches amicaux sous le maillot de la sélection uruguayenne, avec à la clé un doublé contre Oman (3-0).

"Je me sens très bien physiquement, mieux que ce que j'espérais. Je peux dire que je suis à 100%", a-t-il assuré la semaine dernière, ce qui en fait un postulant sérieux pour le clasico.

. Messi et Neymar, convives d'un festin ?
Toute la Catalogne attend de voir ce que peut donner le trio offensif 100% sud-américain "MSN", Messi-Suarez-Neymar. D'ailleurs, l'Argentin et le Brésilien ont hâte de jouer avec l'Uruguayen, meilleur buteur du Championnat d'Angleterre la saison dernière (31 buts).

"Luis Suarez est un crack, l'un des meilleurs du monde. Nous allons faire beaucoup de bonnes choses pour cette équipe", assure Neymar.

"Nous attendons avec impatience l'arrivée de Luis (Suarez), parce qu'il va apporter de la force à l'équipe. C'est un attaquant impressionnant, qui marque beaucoup", prévient Messi.

Reste à savoir si les trois seront alignés d'entrée samedi, une association qui, selon les mots du défenseur barcelonais Jérémy Mathieu, pourrait "faire des étincelles".

Fifa.com (22/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Jeu 23 Oct - 17:38

Real - James, moins en pointe pour mieux percer



James Rodriguez a beau avoir a illuminé le Mondial-2014 de ses buts, c'est dans un registre plus reculé et plus défensif qu'il a l'opportunité de percer dans l'entrejeu au Real Madrid et de briller samedi dans le clasico face au FC Barcelone.

. Une mentalité à adapter
A 23 ans, le milieu offensif colombien a été l'une des grandes attractions de la Coupe du monde au Brésil, qu'il a terminée avec le titre de meilleur buteur (6 réalisations) et le prix du plus beau but de la compétition, une merveille de reprise de volée contre l'Uruguay (2-0).

Peu après, le joueur de Monaco a profité de cette exposition planétaire pour faire le grand saut: il a quitté le Rocher pour le Real Madrid, moyennant 80 millions d'euros qui l'ont placé directement au rang des "Galactiques" comme Cristiano Ronaldo ou Gareth Bale.

Pour tous les observateurs, la vista et la qualité technique de James (prononcer "Ramess") en font un attaquant hors pair, comparé par le sélectionneur uruguayen Oscar Tabarez à "Maradona et Messi, des joueurs qui réussissent des choses parce qu'ils sont spéciaux".

Sauf que les tâches défensives ne sont pas vraiment son fort. Il y a un an, son entraîneur à Monaco Claudio Ranieri avait évoqué un "problème de mentalité" de la part du Colombien.

"Il pense comme un attaquant mais il doit aussi défendre", avait estimé le technicien italien, anticipant les problèmes qu'allait connaître James Rodriguez à Madrid.

. Une équipe à équilibrer
La signature du Colombien au Real a supposé un vrai casse-tête pour l'entraîneur Carlo Ancelotti: comment faire cohabiter cette nouvelle pépite offensive avec le trio "BBC" Bale-Benzema-Cristiano ?

Ces trois-là étant indéboulonnables après avoir conquis en mai la "Decima", 10e Ligue des champions de l'histoire du club, la seule option pour Ancelotti était de faire reculer le milieu offensif colombien dans l'entrejeu du 4-3-3 merengue.

"Quand nous avons recruté James, ses tests physiques ont montré qu'il était un joueur très résistant. Il a des caractéristiques physiques de milieu de terrain", a expliqué la semaine dernière Ancelotti au micro de Real Madrid TV.

Le "Cafetero" a donc dû apprendre un rôle plus obscur et plus travailleur. Ce temps d'adaptation a peut-être déséquilibré le Real, qui a chancelé en défense au début de la saison.

. Une recette qui commence à marcher
Mais les récentes performances de l'ancien joueur de Porto à ce poste ont sans doute rassuré les supporteurs madrilènes. Ainsi, contre Levante samedi (5-0), le N.10 a été impliqué défensivement et offensivement, marquant un très beau but et participant à deux autres.

Il faut dire qu'Ancelotti est un spécialiste pour faire redescendre d'un cran les milieux offensifs, opération qu'il a déjà réussie avec Andrea Pirlo à l'AC Milan ou Angel Di Maria à Madrid.

L'intéressé, lui, assure s'épanouir: "Je dois courir mais je commence à m'habituer, c'est ce que veut l'entraîneur. Et je le ferai parce que je suis heureux ici.".

Samedi, lors du clasico, l'international colombien a toutes les chances d'être titulaire, surtout en l'absence de Bale, blessé. Face à l'armada offensive barcelonaise, c'est l'occasion pour James Rodriguez de briller, en attaque comme en défense.

Fifa.com (23/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Jeu 23 Oct - 17:41

Electrochoc à l'essai en attendant le clasico



Toute la Liga retient son souffle avant le clasico Real Madrid-FC Barcelone samedi à l'occasion de la 9e journée du Championnat d'Espagne, qui débute vendredi par un duel entre le Celta Vigo et un Levante qui espère un électrochoc après avoir changé d'entraîneur.

Levante, avant-dernier du classement, a eu du mal à encaisser la gifle infligée par le Real le week-end dernier (5-0), ce qui l'a conduit à remplacer l'entraîneur José Luis Mendilibar par Lucas Alcaraz, ancien technicien de Grenade.

Le déplacement vendredi soir (21h00) à Vigo s'annonce néanmoins très compliqué pour le club de Valence. Il en sera de même pour Cordoue, lanterne rouge, qui a remercié lundi Albert Ferrer et nommé Miroslav Djukic avec l'obligation de réagir lors de la réception de la Real Sociedad samedi soir (22h00).

Un peu plus tôt samedi, tous les regards seront tournés vers le stade Bernabeu, qui accueillera le premier clasico de la saison (18h00).

Bien malin qui pourrait en déterminer le favori: le Real comme le Barça affichent une forme éclatante, confirmée cette semaine en Ligue des champions avec la victoire 3-0 de Madrid à Liverpool et celle de Barcelone contre l'Ajax Amsterdam (3-1).

Ce sera peut-être le premier match officiel avec le club catalan pour l'Uruguayen Luis Suarez, dont la suspension pour morsure doit être levée vendredi. Et ce sera à n'en pas douter le premier clasico pour beaucoup de recrues de l'intersaison de part et d'autre, comme le Colombien James Rodriguez et l'Allemand Toni Kroos côté Real, ou bien le Français Jérémy Mathieu dans le camp catalan.

Si le Barça, leader invaincu de la Liga, venait à l'emporter, il prendrait sept points d'avance sur son rival, qui, à l'inverse, a l'opportunité de revenir à une petite longueur en cas de victoire.

Le programme


Vendredi
Celta Vigo - Levante

Samedi
Almeria - Athletic Bilbao
Real Madrid - FC Barcelone
Valence - Elche
Cordoue - Real Sociedad
Eibar - Grenade

Dimanche
Malaga - Rayo Vallecano
Espanyol Barcelone - Deportivo La Corogne
Séville - Villarreal
Getafe - Atletico Madrid

Fifa.com (23/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 24 Oct - 19:16

Embarquement pour un clasico supersonique



Le Real Madrid comme le FC Barcelone semblent ne plus toucher terre à la veille d'un clasico de haute volée, samedi au Bernabeu, qui promet d'embraser le ciel de la 9e journée du Championnat d'Espagne.

. Ça plane pour les buteurs

Sera-ce le jour de Cristiano Ronaldo, actuel meilleur buteur du championnat (15 buts)? Ou le match de Lionel Messi, qui n'est plus qu'à un but du record en Liga du mythique Telmo Zarra (251 buts)? Ou encore le moment de Luis Suarez, qui a faim de football alors que sa suspension prend fin?

Un quart à peine de la Liga 2014-2015 a été jouée et voilà que se profile la première bataille décisive entre deux équipes en pleine confiance ces dernières semaines: le Real, 3e du classement (18 pts) et meilleure attaque (30 buts inscrits), reçoit le leader barcelonais (22 pts), invaincu en championnat avec zéro but encaissé.

Avec des artilleurs du calibre de Ronaldo, Karim Benzema ou James Rodriguez d'un côté, et Messi, Neymar et Suarez de l'autre, le festival offensif est garanti de part et d'autre.

Du coup, les défenses pourraient faire la différence, a estimé l'entraîneur madrilène Carlo Ancelotti, qui a soif de victoire dans le clasico en Liga après n'avoir remporté l'an dernier que celui de la finale de la Coupe du Roi (2-1).

"Aucun autre match dans le monde ne concentre autant de qualité, a expliqué l'Italien vendredi. Bien défendre est très important, cela peut être la clé du match."

. Les nouveaux déploient leurs ailes
Au stade Bernabeu, plusieurs recrues de l'été s'apprêtent à découvrir l'ivresse des cimes d'un tel match.

C'est le cas du Barcelonais Luis Suarez, qui "aura du temps de jeu", selon l'entraîneur Luis Enrique. L'Uruguayen, arrivé de Liverpool cet été pour 81 M EUR, a purgé quatre mois sans jouer en compétition pour avoir mordu un adversaire au Mondial-2014 en juin.

Et il espère faire un retour tonitruant: "Débuter face au Real Madrid va être beau. C'est quelque chose de spécial étant donné cette rivalité absolue. Je vais essayer d'en profiter et faire tout ce qui est en mon pouvoir", a prévenu le buteur de 27 ans la semaine dernière.

Même impatience pour ses équipiers: le gardien chilien Claudio Bravo, le milieu croate Ivan Rakitic ou bien le Français Jérémy Mathieu, qui devrait lui aussi disputer son premier clasico. "Toutes ces stars, ça fait rêver. J'espère être sur le terrain", a dit le défenseur dans une interview à l'AFP.

Côté madrilène, les novices ont pour nom Toni Kroos, "Chicharito" Hernandez ou James Rodriguez. "J'aborde ce match avec tranquillité, responsabilité et beaucoup d'envie", a assuré le Colombien James, qui aura la lourde tâche de faire oublier l'absence de l'ailier gallois Gareth Bale, forfait sur blessure.

. S'envoler ou piquer du nez
C'est un match à quitte ou double pour les deux rivaux: en cas de succès, c'est l'opportunité pour le Barça de s'envoler à sept points devant son rival merengue. Et à l'inverse, si le Real l'emporte, c'est l'occasion pour lui de recoller à une petite longueur et d'effacer définitivement ses ratés de début de saison.

Toute cette semaine, les acteurs ont néanmoins minimisé la portée comptable de cette rencontre. "Pas décisif" selon Messi, trop tôt dans le championnat pour l'entraîneur Luis Enrique.

Reste que Séville (2e, 19 pts), qui reçoit Villarreal, Valence (4e, 17 pts), qui accueille Elche, et l'Atlético Madrid (5e, 17 pts), en déplacement à Getafe, pourraient profiter de ce choc pour se rapprocher au classement.

Et l'impact mental d'une défaite dans le clasico pourrait enrayer les dynamiques du Real comme du Barça, a reconnu Andres Iniesta jeudi: "Ce n'est jamais un match comme les autres. Pour celui qui gagnera, évidemment que les sensations seront très bonnes", a conclu le milieu barcelonais.

Le programme

Vendredi
Celta Vigo - Levante

Samedi
Almeria - Athletic Bilbao
Real Madrid - FC Barcelone
Valence - Elche
Cordoue - Real Sociedad
Eibar - Grenade

Dimanche
Malaga - Rayo Vallecano
Espanyol Barcelone - Deportivo La Corogne
Séville - Villarreal
Getafe - Atlético Madrid

Fifa.com (24/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 24 Oct - 19:27

Ancelotti promet des surprises, Enrique un clasico chaud



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti a promis vendredi "des surprises" dans son onze de départ samedi dans le clasico du Championnat d'Espagne (16h00 GMT), tandis que son homologue du FC Barcelone Luis Enrique a dit espérer un match "chaud" et spectaculaire.

A quel type de match vous attendez-vous pour ce clasico au stade Bernabeu ?
Carlo Ancelotti : Dans un clasico, la pression est absolument normale. C'est vrai que l'an passé nous n'avons pas bien réussi (dans les clasicos du championnat). Nous allons essayer de faire mieux. Nous abordons ce match dans une meilleure condition que lors du match aller de l'an dernier (défaite du Real 2-1), c'est clair. (...) Aucun autre match dans le monde ne concentre autant de qualité. Ce n'est pas seulement la qualité offensive des deux équipes, mais aussi celle des milieux ou des défenseurs. Bien défendre peut être la clé du match.

Luis Enrique : Les clasicos doivent être chauds, amusants, divertissants. Les joueurs et les entraîneurs doivent donner le meilleur spectacle sur le terrain et que tout se décide sur le plan sportif. Nous sommes là pour divertir les supporteurs et leur donner de la joie.

Comment jugez-vous la forme actuelle de votre adversaire et comment comptez-vous le stopper ?
C.A : Je vois une équipe de Barcelone davantage motivée (que la saison passée, NDLR), surtout parce qu'un nouvel entraîneur est arrivé avec de nouveaux joueurs. Après une saison où ils n'ont pas gagné de grand titre, c'est une équipe qui a plus de motivation. Au niveau du football, ils vont garder leurs principes même s'ils jouent de manière plus verticale avec une défense très solide. (...) Je pense préparer des surprises sur le terrain pour ce match. J'aime le faire, je l'ai déjà fait par le passé. J'ai des idées dans la tête. (...) Il est possible que j'enlève un attaquant et que je rajoute un milieu, ou bien que je rajoute un milieu et que j'enlève un attaquant.

L.E : Une qualité très spéciale du Real Madrid est sans aucun doute sa capacité à réaliser ses transitions (vers l'attaque) et l'impact qu'il a avec ses joueurs de devant, qui est digne de l'une des meilleures équipes du monde. Mais indépendamment du onze d'Ancelotti, notre manière de jouer restera la même. (...) Nous voulons le ballon, nous voulons l'avoir plus longtemps que le Real Madrid et à partir de là commettre le moins d'erreurs possible et être efficaces offensivement.

Fifa.com (24/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 25 Oct - 17:27

Le Celta Vigo déroule contre Levante



Celta Vigo a battu Levante 3 à 0, grâce notamment à un doublé de Larrivey, en ouverture de la 9e journée du Championnat d'Espagne, vendredi, dans l'attente du choc au sommet entre le Real et le Barça, premier clasico de l'année samedi.

Celta Vigo occupe la 6e place, juste derrière l'Atlético, le champion en titre qui clôtura la journée dimanche sur le terrain de Getafe, dans la banlieue de la capitale.

Fifa.com (24/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 18 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11 ... 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum