Saison espagnole, 2014 - 2015

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 9 Mai - 20:33

Le Barça continue sa course en tête



Un but de Neymar et un spectaculaire ciseau de Pedro contre la Real Sociedad (2-0) ont permis au FC Barcelone de garder la tête du Championnat d'Espagne samedi pour la 36e journée, mettant sous pression le Real Madrid, opposé à Valence (20h00).

A deux journées de la fin, voici le Barça (1er, 90 pts) assuré de conserver ce week-end au moins deux points d'avance sur son dauphin merengue (2e, 85 pts). Lequel est contraint de l'emporter à domicile en soirée pour rester dans le sillage du leader blaugrana.

Évidemment, reste à savoir si ces deux dernières journées seront jouées alors que la Fédération espagnole (RFEF) et le syndicat des joueurs (AFE) ont menacé d'une grève illimitée du football à partir du week-end prochain, afin de protester contre un récent décret gouvernemental sur la question des droits télévisés.

Mais sans se préoccuper de ces querelles de coulisses, le Barça a poursuivi sa course en tête samedi après-midi au Camp Nou.

Une fois encore, l'étincelle est venue de Lionel Messi: déjà héros de la demi-finale aller de Ligue des champions remportée face au Bayern Munich mercredi (3-0), l'Argentin a fait la différence contre la Real Sociedad avec une ouverture lumineuse prolongée par un défenseur jusqu'à Neymar, buteur de la tête (51e).

La spéciale de Messi, le ciseau de Pedro -
C'est la fameuse "spéciale" de Messi cette saison, ce centre rentrant depuis l'aile droite qu'il aime distiller pour servir un partenaire au second poteau. Pour le moment, les adversaires du Barça restent impuissants devant ce geste: Neymar, trompé par un rebond (20e), ou Luis Suarez, auteur d'une tête au ras du poteau (32e), auraient d'ailleurs pu marquer plus tôt sur des ballons similaires de Messi.

Trois jours seulement après l'intense bataille contre le Bayern, les trois attaquants du trio "MSN" n'ont d'ailleurs pas été mis au repos: l'entraîneur barcelonais Luis Enrique, qui avait fait tourner l'effectif au coup d'envoi, a reconduit son trident offensif vu l'importance de ce match pour la conquête du titre, avant un rude déplacement prévu sur la pelouse de l'Atletico Madrid pour la 37e journée.

Les Sud-Américains ne l'ont pas déçu, même s'ils se sont souvent heurtés à l'excellent gardien du club basque Rulli (7e, 13e, 85e).

Pour ne rien gâcher, un autre attaquant barcelonais s'est signalé: Pedro Rodriguez, souvent réduit au rôle de remplaçant cette saison, a effectué une entrée en jeu remarquée avec un impeccable ciseau dos au but (85e) dont l'image fera probablement le tour de l'Europe.

David Moyes, l'entraîneur écossais de la Real Sociedad, pourra toujours se consoler en se disant que son équipe a bien défendu, fermant les espaces et empêchant une défaite plus lourde.

Mais il est difficile de battre ce Barça-là, qui s'achemine sereinement vers sa demi-finale retour de Ligue des champions en Bavière mardi et peut continuer à rêver d'un fabuleux triplé Liga-C1-Coupe du Roi.

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 14:38

Le Real freine, le Barça fonce



Un penalty manqué, trois tirs sur les montants, un festival d'occasions... Le Real Madrid a concédé un nul cauchemardesque contre Valence (2-2) samedi pour la 36e journée du Championnat d'Espagne, laissant s'envoler vers le titre le FC Barcelone, vainqueur de la Real Sociedad (2-0).

La "Maison blanche" était en mode chat noir: au stade Santiago-Bernabeu, le Real a encaissé deux buts contre le cours du jeu de Paco Alcacer (19e) et Javi Fuego (26e) et raté un penalty par Cristiano Ronaldo (45e+2e). Et la réduction du score de Pepe sur corner (56e), l'égalisation d'Isco sur une frappe limpide (84e) et une folle pression finale n'ont pas suffi pour l'emporter.

Bref, le Real Madrid (2e, 86 pts) a probablement fait une croix sur la Liga à deux journées de la fin. Le club merengue doit désormais espérer deux faux pas du Barça (1er, 90 pts), qui n'a besoin pour être sacré que d'une victoire contre l'Atletico Madrid ou bien à domicile face au Deportivo La Corogne.

Évidemment, reste à savoir si ces deux dernières journées seront jouées alors que la Fédération espagnole (RFEF) et le syndicat des joueurs (AFE) ont menacé d'une grève illimitée du football à partir du week-end prochain, afin de protester contre un récent décret gouvernemental sur la question des droits télévisés.

Mais cette menace n'est pas le plus grand souci du Real. Le club champion d'Europe 2014 n'a plus le choix pour sauver son printemps: il doit conserver sa couronne en Ligue des champions, où les joueurs de Carlo Ancelotti vont devoir remonter mercredi l'écart d'un but concédé en demi-finale aller contre la Juventus Turin (2-1).

Ronaldo rate un penalty
Il faut espérer pour eux qu'ils auront plus de chance que ce week-end contre Valence.

Le cauchemar a débuté par une pléiade d'occasions manquées: coup franc magistral de Gareth Bale sur l'équerre du but valencien (14e), tête de Cristiano Ronaldo sur la transversale (19e) et tir de "Chicharito" Hernandez sur le poteau (40e).

Pour ne rien arranger, le métronome allemand Toni Kroos a été contraint de sortir sur blessure (24e), apparemment touché au fessier, ce qui a complètement désorganisé le onze merengue, déjà privé de Karim Benzema (convalescent) et Raphaël Varane (ménagé).

Et il y a eu ces deux buts en forme de coups du sort: un contre conclu par Paco Alcacer (19e) et une tête de Javi Fuego (26e) qui a valu au gardien madrilène Iker Casillas les sifflets nourris du Bernabeu.

Enfin, pire que tout pour le mental, Gareth Bale a obtenu un penalty juste avant le repos (45e+1) mais Ronaldo a vu sa frappe stoppée par Diego Alves, un spécialiste de l'exercice.

Le Barça se frotte les mains
En seconde période, seul "Chicharito" Hernandez a tenté de secouer le Real, obtenant notamment le corner qui a amené la réduction du score de Pepe (56e). Et même si Isco a entretenu l'espoir par une frappe splendide (84e), Valence a fini par arracher un nul précieux dans sa quête d'une qualification pour la Ligue des champions.

Du coup, c'est le Barça qui se frotte les mains. Les Catalans peuvent être sacrés champions dès le week-end prochain, si la menace de grève ne l'empêche pas.

Au Camp Nou, les hommes de Luis Enrique ont remporté samedi un succès précieux contre la Real Sociedad ,solide en défense: but de Neymar sur une ouverture lumineuse de Lionel Messi (51e) et ciseau splendide de Pedro dos au but (85e), dont l'image fera probablement le tour de l'Europe.

Messi, déjà héros de la demi-finale aller de C1 face au Bayern Munich mercredi (3-0), a encore été très bon samedi. Et l'Argentin semble aborder en pleine forme le grand objectif de la fin de saison du Barça: remporter un fabuleux triplé Liga-C1-Coupe du Roi, comme 2009.

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 20:32

L'Atlético maintient Valence à distance du podium



Un but égalisateur de Fernando Torres contre Levante (2-2) a permis à l'Atletico Madrid de limiter les dégâts dimanche en Championnat d'Espagne, en laissant à distance Valence (4e) en vue de la troisième place, directement qualificative pour la Ligue des champions.

Lors de ce match de la 36e journée, les "Colchoneros" ont encaissé deux buts contre le cours du jeu de David Barral (32e) et Kalu Uche (63e) et ont réussi à égaliser deux fois grâce à Guilherme Siqueira d'une jolie volée (35e) et à Torres d'une tête sur corner (80e).

A deux rencontres du terme, le club champion d'Espagne 2014 (3e, 77 pts) garde quatre points d'avance sur Valence (4e, 73 pts), qui a décroché un bon nul (2-2) samedi au stade Santiago-Bernabeu et sans doute compromis les chances de titre du Real Madrid.

Une victoire dans l'un de ses deux derniers matches suffira donc à l'Atletico pour finir sur le podium, même si le club "rojiblanco" aura fort à faire lors de la 37e journée avec la réception du leader, le FC Barcelone, qui a l'opportunité d'être sacré champion en cas de succès au stade Vicente-Calderon.

Moindre mal
Pour l'Atletico une défaite sur la pelouse d'un mal-classé comme Levante aurait pu être une très mauvaise opération et ce nul est clairement un moindre mal.

Malgré la titularisation en attaque du Français Antoine Griezmann, récemment désigné meilleur joueur de Liga au mois d'avril, les hommes de Diego Simeone ont peiné face à la défense très resserrée de Levante.

D'autant que les "Granotas" ont marqué sur deux de leurs rares incursions, à chaque fois sur un centre du latéral Ivan Lopez, avec un plat du pied par Barral (32e) puis un but avec un peu de réussite d'Uche (63e).

Et il a fallu la hargne de Torres, entré en cours de jeu, pour tirer les "Colchoneros" de ce mauvais pas et entretenir leurs rêves de Ligue des champions.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 20:45

Pas de montée pour Zidane et la réserve du Real



La réserve du Real Madrid, entraînée cette saison par le Français Zinédine Zidane, a perdu dimanche toute possibilité de remontée en 2e division espagnole après un match nul lors de la 37e et avant-dernière journée du groupe II de la Segunda B (3e division).

Le Real Madrid Castilla a partagé les points à domicile (1-1) contre Guadalajara et l'équipe de "ZZ" pointe désormais à cinq longueurs de la quatrième et dernière place qualificative pour les play-offs d'accession, avec un seul match encore à disputer.

Mathématiquement, la réserve merengue est donc condamnée à rester au troisième niveau du Championnat d'Espagne la saison prochaine, loin de l'objectif de remontée immédiate évoqué après la relégation de 2e division subie il y a un an.

C'est une déception pour Zidane, qui vivait cette saison sa première expérience comme entraîneur principal après avoir été l'an dernier l'adjoint de Carlo Ancelotti sur le banc de l'équipe première.

Après des débuts difficiles cet été avec les jeunes pousses du Real, la star du football français a redressé la barre à l'automne, jusqu'à occuper en janvier la première place du groupe II de la Segunda B (3e division espagnole).

Mais le printemps a été compliqué, en particulier l'intégration du prodige norvégien Martin Odegaard, et son équipe n'a remporté que deux de ses dix derniers matches avant le nul concédé dimanche.

Vendredi, Zidane a annoncé avoir obtenu sa licence professionnelle européenne, à savoir le diplôme d'entraîneur UEFA que la Fédération espagnole de football (RFEF) lui avait reproché de ne pas avoir à l'automne, le sanctionnant d'une suspension, par la suite levée en appel.

L'obtention de cette licence pro-européenne est la dernière étape avant l'obtention du DEPF, le diplôme d'entraîneur professionnel de football que l'ancienne star des Bleus doit en principe passer en 2016.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 15:37

L'Atlético maintient Valence à distance



Un but égalisateur de Fernando Torres contre Levante (2-2) a permis à l'Atletico Madrid de limiter les dégâts dimanche en Championnat d'Espagne, en laissant à distance Valence (4e) en vue de la troisième place, directement qualificative pour la Ligue des champions.

En déplacement pour la 36e journée, les "Colchoneros" ont encaissé deux buts contre le cours du jeu de David Barral (32e) et Kalu Uche (63e) et ont réussi à égaliser deux fois grâce à Guilherme Siqueira d'une jolie volée (35e) et à Torres d'une tête sur corner (80e).

A deux rencontres du terme, le club champion d'Espagne 2014 (3e, 77 pts) garde quatre points d'avance sur Valence (4e, 73 pts), qui a décroché un bon nul (2-2) samedi au stade Santiago-Bernabeu et sans doute compromis les chances de titre du Real Madrid (2e, 86 pts).

Une victoire dans l'un de ses deux derniers matches suffira donc à l'Atletico pour finir sur le podium, même si le club "rojiblanco" aura fort à faire lors de la 37e journée avec la réception du leader, le FC Barcelone (1er, 90 pts), qui a l'opportunité d'être sacré champion en cas de succès au stade Vicente-Calderon.

Moindre mal

Reste à savoir si les deux dernières journées ne seront pas perturbées par la menace de grève illimitée formulée par la Fédération espagnole (RFEF) et le syndicat des joueurs (AFE) pour protester contre un récent décret gouvernemental sur la question des droits télévisés.

Pour l'Atletico, en tout cas, une défaite sur la pelouse d'un mal-classé comme Levante aurait pu être une très mauvaise opération et le nul acquis dimanche est clairement un moindre mal.

Malgré la titularisation en attaque du Français Antoine Griezmann, récemment désigné meilleur joueur de Liga au mois d'avril, les hommes de Diego Simeone ont peiné face à la défense très resserrée de Levante.

Et il a fallu la hargne de Torres, entré en cours de jeu, pour tirer les "Colchoneros" de ce mauvais pas et entretenir leurs rêves de Ligue des champions.

Une chose est sûre pour l'Atletico: grâce au match nul 1-1 de Séville (5e, 70 pts) en soirée sur la pelouse du Celta Vigo, avec notamment un but du Français Kevin Gameiro, le club madrilène est assuré de finir au moins à la quatrième place, synonyme de barrage pour la C1.

Autre certitude dans cette Liga, la victoire de Villarreal contre Elche (1-0) garantit au "sous-marin jaune" la 6e place, qualificative pour l'Europa League.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mer 13 Mai - 15:02

Real - Ancelotti suspendu deux matches



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti a écopé mercredi de deux matches de suspension pour avoir applaudi de manière ironique l'arbitre de la rencontre contre Valence samedi dernier, un match nul 2-2 qui a compromis les chances de titre du Real en Championnat d'Espagne.

Dans son rapport d'après-match, l'arbitre Carlos Clos Gomez a rapporté qu'Ancelotti avait "applaudi de manière ostensible et insistante" en sa direction au coup de sifflet final, avant de reproduire le même geste envers un des arbitres assistants.

Le Comité de compétition de la Fédération espagnole (RFEF) a fait savoir mercredi que le geste du technicien italien entrait dans le cadre de l'article 117 du code disciplinaire qui prévoit deux à trois matches de suspension pour les "attitudes de mépris" à l'égard des arbitres ou des dirigeants fédéraux.

Si Ancelotti ne fait pas appel de cette sanction, il devra donc suivre depuis les tribunes les deux dernières journées de Liga, d'abord un déplacement sur la pelouse de l'Espanyol Barcelone puis la réception de Getafe.

Fifa.com (13/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Jeu 14 Mai - 19:34

Barça - Suarez touché aux ischio-jambiers



L'attaquant du FC Barcelone Luis Suarez, touché contre le Bayern Munich mardi en Ligue des champions, souffre d'une contracture aux ischio-jambiers, a fait savoir jeudi le club catalan, sans préciser sa durée d'indisponibilité.

L'avant-centre uruguayen est sorti à la pause mardi en demi-finale retour de Ligue des champions, cédant sa place à Pedro.

"Luis Suarez souffre d'une contracture aux ischio-jambiers de la jambe gauche. Il va suivre un travail de kinésithérapie. De l'évolution de sa blessure dépendra sa disponibilité pour les prochains entraînements", a expliqué le Barça dans un communiqué.

Le club catalan, vainqueur 3-0 à l'aller puis battu 3-2 à Munich avec deux passes décisives de Suarez pour Neymar, s'est qualifié mardi soir pour la finale de la Ligue des champions contre la Juventus Turin le 6 juin.

En lice pour un fabuleux triplé C1-Liga-Coupe du Roi, comme en 2009, les Barcelonais (1ers, 90 pts) peuvent être sacrés champions d'Espagne dès la 37e et avant-dernière journée ce week-end, s'ils s'imposent sur la pelouse de l'Atletico Madrid (3e, 77 pts).

Le Real Madrid (2e, 86 pts), se rend pour sa part sur le terrain de l'Espanyol Barcelone (9e).

Fifa.com (14/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 15 Mai - 16:20

Messi-Suarez-Neymar, un trio pour un triplé



Trois victoires en trois semaines peuvent offrir au FC Barcelone un somptueux triplé en Ligue des champions, Championnat d'Espagne et Coupe du Roi, un défi à la mesure du trident offensif Messi-Suarez-Neymar, qui semble s'être réparti les rôles dans ces trois compétitions.

. Messi, empereur d'Europe
Évidemment, Lionel Messi a retrouvé un tel rendement qu'il semble étinceler à chaque match, peu importe l'épreuve. Mais la Ligue des champions est redevenue son jardin: double buteur en demi-finale aller face au Bayern Munich (3-0), à l'origine des deux buts de Neymar au retour en Bavière (2-3), Messi plane sur l'Europe avant la finale du 6 juin contre la Juventus Turin.

Depuis qu'il a effacé en novembre le record de buts en C1 de Raul, le petit gaucher livre une course-poursuite avec Cristiano Ronaldo pour le statut de meilleur marqueur du continent et le Ballon d'Or 2015. "C'est beau de pouvoir être le meilleur buteur d'un championnat aussi important, aussi spécial", résumait à l'automne Messi.

Les deux rivaux comptent pour le moment le même nombre de buts dans toute leur carrière en C1 (77) et cette saison (10) mais Ronaldo ne sera pas en finale à Berlin, au contraire de Messi. Et le "Roi Leo" espère triompher: il sait que son statut de star planétaire s'est construit grâce à ses trois sacres en Ligue des champions avec le Barça (2006, 2009, 2011).

. Suarez, grand d'Espagne
En Championnat d'Espagne, Messi devrait aussi avoir le premier rôle avec 40 buts en 36 rencontres. Mais Luis Suarez, qui n'a débuté en Liga que fin octobre après sa suspension pour morsure, n'a pas démérité: 16 buts en 27 matches. Surtout, l'attaquant uruguayen a souvent tiré le Barça d'un mauvais pas, avec par exemple deux passes décisives à Almeria (2-1) en novembre alors que le Barça s'acheminait vers une piteuse défaite.

Son chef d'oeuvre Un but de pur attaquant dans le clasico face au Real Madrid (2-1) fin mars, qui a mis le Barça en orbite vers le titre. Reste à finir le travail: pour remporter la Liga, Suarez et ses partenaires doivent décrocher une ultime victoire. Ce pourrait être dimanche pour la 37e et avant-dernière journée contre l'Atletico Madrid (17h00 GMT), un match pour lequel Suarez est néanmoins incertain en raison d'un pépin aux ischio-jambiers. Sinon, ce pourra être le week-end d'après, contre le Deportivo La Corogne.

. Neymar, roi de la Coupe
Le 30 mai, le Barça disputera contre l'Athletic Bilbao la finale de la Coupe du Roi, une compétition qui a particulièrement souri à Neymar cette saison avec six buts en cinq matches. Auteur de 37 buts toutes compétitions confondues cette saison, le Brésilien a pulvérisé son bilan de sa première saison à Barcelone en 2013-2014 (15 buts).

"Ney" reste en outre sur sept rencontres consécutives avec au moins un but et il rêve sans doute d'effacer la finale de Coupe du Roi perdue il y a un an face au Real (2-1). Mais au-delà du triplé C1-Liga-Coupe, déjà réalisé par le Barça en 2009, la fin de saison de Messi, Suarez et Neymar sera pimentée par un ultime défi.

Avec 114 buts inscrits cette saison, le trio "MSN" peut dépasser les 118 buts de Cristiano Ronaldo, Karim Benzema et Gonzalo Higuain avec le Real en 2011-2012. Histoire de marquer définitivement cette saison de leur empreinte.

Fifa.com (15/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 15 Mai - 16:36

Real - Ramos blessé à un mollet



Le défenseur du Real Madrid Sergio Ramos, touché à un mollet mercredi en Ligue des champions, souffre d'une blessure musculaire, a annoncé son club, ce qui sous-entend qu'il pourrait être indisponible lors des deux dernières journées de Liga.

Ramos s'est blessé lors de l'élimination du club madrilène en demi-finale retour de la C1 face à la Juventus Turin (1-2, 1-1). "Après les examens subis par Sergio Ramos (...), il a été diagnostiqué une blessure musculaire de niveau 1 au mollet de la jambe gauche", a déclaré le Real dans un communiqué, sans préciser sa durée d'absence.

Selon le site internet du quotidien madrilène Marca, le défenseur espagnol devrait être forfait pour les deux ultimes matches du club merengue en Championnat d'Espagne, dimanche sur la pelouse de l'Espanyol Barcelone puis le week-end suivant contre Getafe.

Le Real, deuxième (86 pts) à quatre longueurs du FC Barcelone (1er, 90 pts) n'a a priori qu'une infime chance de pouvoir briguer le titre de champion d'Espagne, que le Barça peut décrocher dimanche en cas de succès sur la pelouse de l'Atletico Madrid.

Ramos pourrait néanmoins revenir sur les terrains à temps pour être convoqué en sélection espagnole pour les matches contre le Costa Rica en amical puis le Bélarus en qualifications pour l'Euro-2016, les 11 et 14 juin.

Fifa.com (15/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 16 Mai - 16:09

Le Barça peut conclure à l'Atlético



Passation de pouvoir au stade Vicente-Calderon? Le FC Barcelone peut décrocher son 23e titre de champion d'Espagne dès la 37e et avant-dernière journée s'il s'impose dimanche (19h00) chez l'Atletico Madrid, sacré aux dépens des Catalans l'an dernier au Camp Nou.

C'est la première marche vers un fabuleux triplé blaugrana, déjà réussi en 2009: le Barça disputera ensuite la finale de la Coupe du Roi devant l'Athletic Bilbao, le 30 mai, et surtout celle de la Ligue des champions contre la Juventus Turin le 6 juin.

Pour être champion d'Espagne dès dimanche, le club catalan (1er, 90 pts) doit réussir un résultat au moins équivalent à celui du Real Madrid (2e, 86 pts), en déplacement au même moment sur la pelouse de l'Espanyol Barcelone.

Autant dire qu'une victoire assurerait le Barça du titre, sans être contraint d'attendre la réception du Deportivo La Corogne lors de la dernière journée le 23 mai. "Je veux gagner la Liga le plus tôt possible et j'espère que ce sera au Calderon", a résumé le défenseur barcelonais Gerard Piqué.

C'était il y a un an
Le joueur catalan se souvient sans doute de ce 17 mai 2014 où, au Camp Nou, le Barça aurait pu être sacré champion s'il avait battu l'Atletico dans une "finale" du championnat. Mais malgré l'ouverture du score barcelonaise, un but de la tête de Diego Godin (1-1) avait sacré les "Colchoneros".

Cette fois, l'Atletico n'est plus en course pour le titre. Et le Barça apprécierait sans doute d'être couronné sur le terrain du champion d'Espagne 2014, une revanche qui interviendrait un an plus tard jour pour jour.

Attention néanmoins à tout excès d'optimisme côté blaugrana. "Nous connaissons les difficultés de chaque match, nous sommes réalistes et conscients que nous n'avons rien gagné pour le moment", a prévenu samedi l'entraîneur Luis Enrique. "C'est une chose d'en arriver là mais c'en est une autre de conquérir les trois titres."

Autre motif d'inquiétude: si Lionel Messi et Neymar affichent une forme étincelante, leur troisième partenaire d'attaque, Luis Suarez, a souffert cette semaine d'un pépin aux ischio-jambiers avant de reprendre l'entraînement samedi. "Luis va relativement mieux mais nous évaluerons son état exact demain (dimanche)", a dit Luis Enrique.

L'Atletico vendra cher sa peau
Dimanche soir, l'Atletico devrait vendre cher sa peau sur sa pelouse, où le Barça est l'une des rares équipes à avoir réussi à s'imposer cette saison (3-2 en quart retour de Coupe du Roi en janvier).

Les "Colchoneros" (3e, 77 pts) doivent encore assurer leur troisième place, directement qualificative pour la Ligue des champions, face à la menace de Valence (4e, 73 pts), opposé au Celta Vigo.

C'est aussi l'occasion pour le Français Antoine Griezmann, troisième meilleur buteur de Liga (22 buts) derrière Cristiano Ronaldo (42) et Messi (40), de finir la saison en beauté après trois matches successifs sans marquer.

Le Real Madrid, lui, n'a d'autre choix que de se raccrocher à un exploit de son voisin "colchonero" pour espérer un miracle lors de la dernière journée.

Eliminé mercredi de la C1 par la Juventus (2-1, 1-1), le club merengue risque fort de vivre une année 2015 sans trophées, ce qui laisse anticiper une intersaison agitée.

La question de l'avenir de l'entraîneur Carlo Ancelotti, fragilisé mais désireux de rester en poste, pourrait aussi dépendre du visage montré par le Real sur ces deux dernières journées de Liga, aux airs d'opération rachat vis-à-vis du public merengue. "Nous allons tout donner et continuer à nous battre pour la Liga, jusqu'à ce que mathématiquement nous soyons condamnés", a promis Ancelotti.

Le programme

Dimanche
Villarreal - Malaga
Elche - Athletic Bilbao
Deportivo La Corogne - Levante
Atletico Madrid - FC Barcelone
Real Sociedad - Grenade
Cordoue - Rayo Vallecano
Getafe - Eibar
Espanyol Barcelone - Real Madrid
Valence - Celta Vigo
Séville - Almeria

Fifa.com (16/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 16 Mai - 16:11

Barça - Enrique : "Aucun esprit de revanche contre l'Atlético"



Le FC Barcelone peut être sacré dès l'avant-dernière journée du Championnat d'Espagne dimanche s'il bat l'Atletico Madrid (17h00 GMT). C'est une "occasion à saisir", a estimé samedi l'entraîneur barcelonais Luis Enrique, qui s'attend à un match "ouvert et intéressant" au stade Vicente-Calderon.

Comment abordez-vous ce premier match décisif pour le titre, sachant que vous aurez une autre occasion lors de la dernière journée ?
A priori, je m'attends à un match ouvert, très intéressant et avec beaucoup de choses en jeu pour chacun. Nous allons aborder cette rencontre avec le même état d'esprit que nos matches précédents. La particularité de cette journée est que nous pouvons être champions. C'est très motivant après un championnat aussi disputé et c'est une occasion à saisir.

Le Barça est-il revanchard après avoir perdu le titre face à l'"Atleti" à la dernière journée l'an dernier au Camp Nou ?
Je n'ai vu aucun esprit de revanche. L'an dernier, je crois que l'Atletico Madrid a mérité d'être champion après une saison extraordinaire et unique. Mais cette année, c'est une saison différente. Le calendrier prévoit qu'on joue notre avant-dernier match chez eux, c'est notre première occasion pour conquérir le titre et c'est une motivation suffisante. Cette saison, nous avons fait trois très bons matches face à eux (victoires 3-1 en Liga, 1-0 et 3-2 en quart de finale de Coupe du Roi, NDLR). Mais nous savons aussi que l'adversaire peut nous compliquer la tâche. A domicile, ils sont très solides. Ils ont besoin de points et ce sera très difficile. Mais nous n'attendons pas autre chose. Même si l'an dernier, ils ont gagné la Liga au Camp Nou, nous avons juste l'occasion de conquérir le titre et de le faire sur la pelouse du champion sortant.

Quel est l'état d'esprit de votre équipe, qui est à trois victoires d'un  triplé Ligue des champions-Liga-Coupe du Roi ?
Le même état d'esprit qu'il y a trois ou six mois. Il est évident que l'atmosphère qu'on respire à l'extérieur est pleine d'optimisme. Mais nous connaissons les difficultés de chaque match, nous sommes réalistes et conscients que nous n'avons rien gagné pour le moment. Cette semaine est la première où nous pouvons réussir de belles choses et nous allons nous y employer dès le début du match dimanche. Nous commençons à être conscients que nous pouvons réussir un triplé qui n'a été fait qu'une fois dans l'histoire du club (en 2009, NLDR). Certains joueurs ont même la possibilité de le réussir une deuxième fois. Mais nous sommes dans la dernière ligne droite et conquérir les trois titres est très difficile. Celui qui pense le contraire se trompe. Les joueurs en sont conscients, c'est une chose d'en arriver là, mais c'en est une autre de conquérir les trois titres. Pour cela, il va falloir faire trois grands matches.

Fifa.com (16/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 17 Mai - 22:39

Enrique, un fort caractère qui a réveillé le Barça



Avec Luis Enrique, le FC Barcelone a retrouvé un mental de fer: l'entraîneur asturien, nommé il y a un an, a insufflé son exigence et son caractère à une équipe riche en stars, qu'il a ramenée dimanche au sommet du Championnat d'Espagne.

Les fermes convictions et le verbe haut de Luis Enrique Martinez Garcia, 45 ans, ont pourtant fait des étincelles cette saison, notamment auprès de Lionel Messi, avec qui on l'a dit brouillé cet hiver. Mais le technicien, idole du Camp Nou lorsqu'il était joueur, a tenu bon et endigué le déclin annoncé du Barça: outre le titre de champion d'Espagne 2015, son équipe peut viser un épatant triplé avec la finale de la Coupe du Roi, fin mai, puis celle de la Ligue des champions début juin.

En cela, Luis Enrique marche sur les traces de son ami et prédécesseur Josep Guardiola. L'emblématique technicien catalan (2008-2012) avait lui aussi réussi cette razzia dès sa première saison sur le banc barcelonais, en 2009.

Cette année-là, "Lucho" avait succédé à "Pep" aux commandes de la réserve du club, pour sa toute première expérience d'entraîneur. Sous ses ordres, le Barça B était montré en deuxième division et Luis Enrique avait marqué des points pour diriger un jour l'équipe première de son club de coeur.

Héros au Barça, haï à Madrid

Contrairement à Guardiola le Catalan, pur produit de la "Masia" barcelonaise, le natif de Gijon (Asturies) est un converti à la cause blaugrana.

Et, trajectoire rare, c'est un ancien joueur du Real Madrid (1991-1996) qui a renié sa période merengue pour devenir un héros sous le maillot du FC Barcelone (1996-2004).

Déjà, ce joueur polyvalent, attaquant, ailier ou milieu de terrain, avait fait montre d'un caractère bien trempé, semblant se délecter de la détestation des supporteurs madrilènes.

International à 62 reprises avec l'Espagne, il a aussi connu les triomphes (or olympique à Barcelone en 1992) et les désillusions internationales. Comme par exemple l'élimination contre l'Italie en quarts du Mondial-1994 aux Etats-Unis, où son nez ensanglanté par un coup de coude non sanctionné était devenu l'emblème d'une "Roja" qui semblait alors condamnée à la défaite.

Ce bagage de joueur et ce caractère bien trempé ont servi par la suite à l'entraîneur Luis Enrique, tatouages sur le bras et physique toujours affûté par la pratique du triathlon.

De Totti à Messi
Si son passage plutôt réussi au Celta Vigo (2013-2014) a favorisé sa nomination au Barça, les choses avaient été plus mitigées à l'AS Rome (2011-2012), où le technicien osa écarter Francesco Totti, le capitaine et idole des tifosi.

De même, à Barcelone, l'entraîneur asturien a vu son autorité vaciller en janvier. Messi, laissé sur le banc au coup d'envoi d'un match perdu contre la Real Sociedad (1-0), s'est fait porter pâle dès le lendemain, une attitude qui a mis tout le Barça en alerte et déclenché une violente crise interne.

Mais Luis Enrique a eu la souplesse nécessaire pour ménager l'Argentin, dont le rendement est redevenu flamboyant cette saison. Et la presse a fait état d'une récente accolade réconciliatrice entre les deux hommes.

Dans cet épisode, Luis Enrique a montré ses qualités de meneur. "Le jour où je verrai que mes joueurs ne me suivent plus, j'arrête tout. Et cela ne s'est pas encore produit dans ma carrière d'entraîneur", a récemment expliqué le technicien.

Il compte aussi à son actif d'avoir rendu le jeu barcelonais plus pragmatique et moins prévisible.

Son Barça a la meilleure défense de Liga (19 buts encaissés), excelle en contre-attaque et sur coups de pied arrêtés et a retrouvé une intensité et un appétit spectaculaire pour une équipe qui avait pourtant tout gagné ces dernières années.

Signe que la fermeté, le caractère et la soif de vaincre de Luis Enrique ont bien déteint sur le FC Barcelone.

Fifa.com (17/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 17 Mai - 22:40

Messi couronne le Barça champion de Liga



Le roi, c'est lui: Lionel Messi, buteur et souverain contre l'Atletico Madrid (1-0), a offert dimanche au FC Barcelone son 23e titre de champion d'Espagne et son premier trophée majeur depuis 2013, jetant les bases d'un possible triplé Liga-Coupe-Ligue des champions, comme en 2009.

Avec 93 points à l'issue de cette 37e et avant-dernière journée, le club catalan ne peut mathématiquement plus être rejoint par le Real Madrid (2e, 89 pts), vainqueur en vain de l'Espanyol Barcelone (4-1) avec un triplé de Cristiano Ronaldo.

Ce titre national, le septième en l'espace de 10 ans pour le Barça, marque la reconquête d'une équipe annoncée en fin de cycle l'été dernier mais revenue au premier plan dans le sillage d'un Messi renaissant.

Le début d'un nouveau cycle vertueux pour Barcelone ? "Je ne sais pas, j'aimerais que cela soit ainsi", a répondu l'entraîneur Luis Enrique, sacré pour sa première saison sur le banc. "Il faudra mériter d'autres titres", a-t-il néanmoins prévenu.

En attendant, il fallait voir la joie de Lionel Messi et de ses partenaires dimanche soir, bondissant en cercle au moment du coup de sifflet final. Clin d'oeil de l'histoire, le Barça a été sacré sur la pelouse du champion sortant, l'Atletico, qui l'avait privé de la couronne d'Espagne il y a un an jour pour jour au Camp Nou.

Messi supersonique
Même sans Luis Suarez, le Barça ne s'est jamais affolé au stade Vicente-Calderon, à l'image d'une saison où il a brillé dans les moments-clés. Le gardien Claudio Bravo, à la tête de la meilleure arrière-garde de Liga (19 buts encaissés), s'est montré déterminant, avec notamment une claquette splendide sur corner (8e) ou une parade sur une frappe lointaine (87e).

Et Lionel Messi, fer de lance de la deuxième meilleure attaque de Liga (108 buts) derrière celle du Real (111 buts), a encore été intenable, dans la lignée d'une année 2015 qui l'aura vu revenir à un niveau supersonique, digne d'un possible cinquième Ballon d'Or l'hiver prochain.

L'Argentin a dribblé, percuté, multiplié les petits ponts ou les contrôles orientés déroutants... A plusieurs reprises, il a sollicité le gardien "colchonero" Jan Oblak: frappe trop centrée (11e), tête directement sur le portier (13e), tir au-dessus du cadre (18e), coup franc excentré sur le haut de la transversale (33e)...

A l'heure de jeu, Messi a fini par trouver la faille: percée dans la surface, une-deux avec Pedro, et frappe croisée dans le petit filet opposé (65e).

Fin de saison décevante au Real
Il y avait là un joli symbole: si le Barça est redevenu le Barça, c'est avant tout grâce au renouveau du petit gaucher, dont le 41e but en Liga cette saison a été synonyme de titre.

Certes, Ronaldo a signé un triplé contre l'Espanyol pour consolider sa première place en tête du classement des buteurs de Liga avec 45 buts. Mais ce n'est pas ce que l'histoire retiendra de ce dimanche, qui scelle une fin de saison décevante pour le Real Madrid.

Pour l'entraîneur Carlo Ancelotti, suspendu et contraint de suivre le match depuis les tribunes, la pression risque d'être forte après un printemps que son équipe achève officiellement sans trophée. L'Italien, sous contrat jusqu'en 2016, a émis le souhait de rester en poste et il faudra voir si le président Florentino Perez lui renouvelle sa confiance.

Pendant ce temps-là, la Catalogne a quelques jours pour savourer avant deux finales très attendues: celle de la Coupe du Roi devant l'Athletic Bilbao, le 30 mai, et surtout celle de la Ligue des champions contre la Juventus Turin le 6 juin.

Et les futurs adversaires du Barça sont prévenus: Messi règne à nouveau.

Fifa.com (17/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mar 19 Mai - 14:11

Barça - Le père de Xavi annonce son départ



Le capitaine du FC Barcelone Xavi Hernandez, 35 ans, va quitter son club de toujours pour l'équipe qatarie d'Al Sadd dès la fin de la saison, a annoncé mardi son père. "Le moment est venu pour Xavi de dire au revoir", a dit à la radio Cope Joaquin Hernandez, le père du champion du monde.

La décision du pilier "historique" du milieu de terrain barcelonais "a été mûrement réfléchie", a-t-il ajouté. "Il a eu la grande chance de recevoir une offre vraiment impressionnante qui lui permet de continuer à jouer au football, de se préparer comme futur entraîneur et de se reposer un peu", a-t-il ajouté.

Xavi Hernandez devrait faire ses adieux à Barcelone jeudi lors d'une conférence de presse, selon le journal El Mundo Deportivo. Al Sadd avait déjà annoncé son arrivée fin mars avant de la démentir. Xavi part sur un huitième titre de champion d'Espagne, assuré depuis la victoire du Barça dimanche contre l'Atletico Madrid.

Après ce succès, qui lui offre son 23e trophée au total avec son club, dont trois Ligues des champions, ce qui fait de lui le joueur le plus titré de l'histoire du Barça, Xavi Hernandez a pleuré de joie.

Il peut encore enrichir son palmarès en remportant les deux finales que doit encore jouer le FC Barcelone: celle de la Coupe du Roi face à l'Athletic Bilbao et celle de la Ligue des Champions face à la Juventus. Xavi n'a connu que le Barça depuis 1998, y jouant plus de 760 matches.

Fifa.com (19/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mar 19 Mai - 18:28

Xavi quitte le Barça, son club de toujours



Symbole du jeu barcelonais, Xavi Hernandez est sur le point de quitter, à 35 ans, le Barça, son club de toujours dont il fut le chef d'orchestre emblématique, pour l'équipe qatarie d'Al Sadd. "Le moment est venu pour Xavi de dire au revoir", a dit mardi à la radio espagnole Cope Joaquin Hernandez, père du champion du monde.

La décision du meneur de jeu "historique" du Barça "a été mûrement réfléchie". "Il a eu la grande chance de recevoir une offre vraiment impressionnante qui lui permet de continuer à jouer au football, de se préparer comme futur entraîneur et de se reposer un peu", a-t-il ajouté. Xavi Hernandez, capitaine du Barça, devrait officialiser son départ jeudi lors d'une conférence de presse, selon le journal El Mundo Deportivo.

Son départ va laisser un grand vide pour les supporteurs des Blaugranas après ceux de deux autres grandes figures du Barça en 2014, le défenseur Carles Puyol et le gardien Victor Valdes.Car Xavi incarne le jeu barcelonais fait de passes courtes et de possession de balle, qui a permis à la formation catalane d'empiler les titres et a conduit l'Espagne à son âge d'or (Mondial-2010, Euros 2008 et 2012).

Il part d'ailleurs sur un huitième titre de champion d'Espagne, assuré depuis la victoire dimanche contre l'Atlético à Madrid (1-0). De quoi expliquer ses larmes de joie après le match lui ayant offert son 23e trophée avec le club, dont trois Ligues des champions (2006, 2009, 2011), et qui fait de lui le joueur le plus titré de l'histoire du Barça.

Il peut d'ailleurs encore enrichir son palmarès en remportant les deux finales qui attendent le club cette saison: celle de la Coupe du Roi face à l'Athletic Bilbao, qui devrait être son dernier match au Camp Nou, puis en Ligue des Champions face à la Juventus.

17 ans en première division
Le Barça perd un enfant de la "Masia", le centre de formation du club où est entré Xavi en 1991, à l'âge de 11 ans. Arrivé en première division en 1998, il a joué plus de 760 matches. Samedi, lors de la dernière journée de championnat face au Deportivo La Corogne, le Camp Nou va lui rendre un hommage parallèlement aux célébrations du titre de Liga, selon la presse.

Le meneur de jeu était déjà sur le point de quitter le Barça à la fin de la saison 2013-2014, au creux de la vague pour le club qui n'avait décroché aucun titre. Mais le nouvel entraîneur Luis Enrique, qui le connaît bien pour avoir été son partenaire lorsqu'il était lui-même joueur du Barça (1996-2004), lui a alors demandé de rester un an de plus.

En sélection aussi, Xavi a plongé en 2014: considéré comme l'un des responsables de l'élimination précoce de l'Espagne au Mondial-2014, le milieu vieillissant a mis un terme à sa carrière internationale après 133 sélections et trois trophées internationaux (Mondial-2010, Euros 2008 et 2012). Et c'est pendant cette mauvaise passe que le petit meneur (1,70 m, 67 kg) a perdu son statut de titulaire. Xavi "nous aide tout le temps, qu'il joue ou qu'il ne joue pas", avait déclaré Luis Enrique en octobre à propos d'un joueur remplacé sur le terrain par la recrue croate Ivan Rakitic.

Al Sadd avait déjà annoncé l'arrivée de Xavi fin mars avant de la démentir. Le joueur s'était alors rendu à Doha pour rencontrer l'équipe dirigeante du club qatari. "Xavi a gagné le droit de décider de son avenir", avait pour sa part commenté le président du Barça Josep Maria Bartomeu. L'Espagnol suit les pas de son compatriote et ami Raul Gonzalez, légende du Real Madrid qui a joué deux saisons pour ce club champion d'Asie en 2011.

Fifa.com (19/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 22 Mai - 11:51

Barça - Xavi, génial maestro au palmarès unique



Le chef d'orchestre rend sa baguette: le meneur de jeu Xavi (35 ans), qui quittera cet été le FC Barcelone, a incarné pendant 17 saisons l'essence collective du jeu catalan, au point que son immense palmarès aurait pu mériter davantage de récompenses individuelles.

Meilleur interprète du "toque", ou "tiki-taka", ce jeu au sol fait de possession de balle et de redoublements de passes, l'emblématique maestro tire sa révérence au Barça après avoir tout gagné, dans son club de toujours comme en sélection espagnole.

Un Mondial (2010) et deux Euros (2008, 2012) avec l'Espagne, trois Ligues des champions (2006, 2009, 2011) et une ribambelle de titres nationaux avec le Barça, Xavi Hernandez a tout gagné, dont une huitième couronne de champion d'Espagne le week-end dernier.

Avec 23 trophées en plus de 760 matches au Barça, il est le joueur le plus titré du club catalan. Et il peut terminer en beauté en finale de Coupe du Roi fin mai, puis de Ligue des champions début juin, avant de rejoindre le club qatari d'Al Sadd cet été.

"C'est un joueur unique, extraordinaire, qui a été fondamental dans toutes les réussites du club et de la sélection", a résumé cette semaine son inséparable complice Andres Iniesta.

"On dirait qu'il joue en smoking!"
Mais malgré cette carrière exceptionnelle, le Catalan n'a jamais obtenu le Ballon d'Or. Par trois fois, il a été devancé par son équipier argentin Lionel Messi (2009, 2010, 2011).

Le petit milieu catalan (1,70 m, 67 kg) a sans doute été desservi par sa vision altruiste du football, qu'il ne conçoit qu'à travers un geste simple et pourtant primordial: la passe. "Pour moi, le football, c'est imaginer des combinaisons et des passes", a-t-il expliqué un jour.

Peu de buts décisifs, peu de dribbles virevoltants. Juste une protection de balle, une vista et surtout une précision presque mécanique dans la distribution du jeu, qui lui ont valu son surnom, "la Maquina", la Machine.

Le tout avec une sérénité qui avait fait dire à Luis Aragones, sélectionneur de la "Roja" championne d'Europe 2008: "On dirait qu'il joue en smoking!" C'est d'ailleurs Aragones qui a donné à Xavi les clés du jeu espagnol après 2006: "Ici, c'est vous qui commandez et ils peuvent bien me critiquer."

"Luis m'a fait me sentir important, quand mon estime de moi-même était désastreuse", a raconté le milieu catalan, qui était alors mis en concurrence au Barça en raison de son gabarit modeste.

Sa réponse a été lumineuse: meilleur joueur de l'Euro-2008, Xavi restera dans les mémoires pour sa passe décisive adressée à Fernando Torres en finale contre l'Allemagne (1-0), un triomphe européen qui a libéré l'Espagne après 44 ans sans titre majeur.

Avec le FC Barcelone, qu'il a rejoint à 11 ans, le natif de Terrassa a gravi tous les échelons, avant de débuter en équipe première en 1998.

Mais ce n'est que sous les ordres de l'entraîneur Pep Guardiola (2008-2012) qu'il a véritablement ébloui l'Europe, tout en restant souvent dans l'ombre des autres vedettes de l'équipe.

Discret, le joueur l'est aussi dans la vie. Tout juste lui connaît-on une passion pour la cueillette des champignons et une connaissance encyclopédique du football.

Xavi sait sans doute la trace qu'il a laissé dans l'histoire de ce sport et du Barça, dont il est devenu le capitaine N.1 après le départ de Carles Puyol l'été dernier.

Mais sa dernière saison barcelonaise a sans doute été frustrante: moins tranchant physiquement, retraité de l'équipe d'Espagne (133 sélections) après le fiasco du Mondial-2014, Xavi a se contenter d'un rôle de remplaçant.

Son départ au Qatar devrait lui permettre de continuer à jouer et à prendre du plaisir, sans pression. Avec la possibilité de devenir un jour entraîneur, pour garder ce rôle de passeur qui lui va si bien.

Fifa.com (21/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 22 Mai - 11:56

Xavi ouvre l'album à souvenirs



Icône du FC Barcelone, Xavi Hernandez a confirmé avec émotion jeudi son départ pour le club qatari d'Al-Sadd, tournant une page de 17 saisons avec le Barça que l'emblématique meneur de jeu de 35 ans a la ferme intention de retrouver.

"Je crois que c'est le meilleur moment pour partir", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, avant de répéter à plusieurs reprises que son objectif est de "revenir ici, au Barça".

Son club de toujours
Depuis ses grands débuts avec le Barça en 1998, Xavi a accumulé à ce jour 764 matches officiels (85 buts) avec le Barça, record absolu.

C'est la preuve de la fidélité de ce milieu de terrain de petit gabarit (1,70 m, 67 kg), pur produit de la "Masia", le centre de formation blaugrana, où il est arrivé à l'âge de 11 ans.

Certes, il portera désormais les couleurs d'Al-Sadd, mais cela ressemble davantage à une reconversion progressive qu'à une vraie rupture avec son club de toujours. "Non seulement cela me permettra de continuer à jouer au football, mais je pourrai me former comme entraîneur ou directeur sportif", a expliqué le milieu de terrain.

"La décision n'a pas été facile", a-t-il toutefois répété. D'autant que ces dernières semaines, le Barça "m'a fait une offre de rénovation de contrat qui m'a fait beaucoup hésiter", a-t-il révélé, précisant qu'il aurait pu rester jusqu'en 2018.

Sa relation avec le Barça a d'ailleurs toujours été viscérale: "ce que j'ai pu vivre est incroyable". "Je ne peux pas avoir eu une meilleure carrière. Je suis très heureux de la façon dont les choses se sont déroulées, de la façon dont j'ai pu profiter" du jeu.

Son immense palmarès
En 17 saisons à Barcelone, Xavi a connu les moments moroses du début des années 2000, mais aussi l'âge d'or du Barça, ponctué de trois triomphes en Ligue des champions (2006, 2009, 2011).

Au total, il compte 23 trophées avec le club blaugrana, un record, dont un huitième titre de champion d'Espagne conquis le week-end dernier.

Mais Xavi peut encore faire mieux: le 30 mai, son Barça disputera la finale de la Coupe du Roi contre l'Athletic Bilbao au Camp Nou, avant peut-être une fin en apothéose pour la finale la Ligue des champions face à la Juventus Turin le 6 juin à Berlin.

On peut d'ailleurs s'attendre à un émouvant hommage du Camp Nou à Xavi samedi pour la 38e et dernière journée de Liga face au Deportivo La Corogne.

Ses maîtres successifs
Dix entraîneurs du Barça ont successivement dirigé Xavi. Le premier à lui avoir fait confiance est le Néerlandais Louis Van Gaal (1997-2000): à l'été 1998, il avait lancé le jeune milieu de terrain contre Majorque en Supercoupe d'Espagne.

Ensuite, il y a eu notamment un autre Néerlandais, Frank Rijkaard (2003-2008), qui a repositionné Xavi plus haut sur le terrain, plus près des attaquants.

Et évidemment, Pep Guardiola (2008-2012), un ex-milieu de terrain. Devenu entraîneur, Guardiola a fait du petit catalan le dépositaire de son projet de jeu au sol, fait de passes courtes et redoublées.

Ses partenaires privilégiés
Xavi a eu la chance de côtoyer quelques-uns des meilleurs joueurs de l'histoire du football, notamment plusieurs lauréats du Ballon d'Or, une distinction qu'il a lui-même briguée sans succès (3e en 2009, 2010, 2011): Rivaldo, Luis Figo, Ronaldinho et surtout Lionel Messi ont tous bénéficié de la qualité de passe du maestro catalan.

Le cas d'Andres Iniesta est particulier: ce dernier a été un complice si proche de Xavi au Barça et au sein de la sélection espagnole championne du monde (2010) et double championne d'Europe (2008, 2012), que leur association a engendré un mot-valise, "Xaviniesta".

"Je ne pense pas qu'il y aura un autre joueur comme lui. C'est un joueur unique, inimitable qui a été fondamental pour le club et l'équipe national", a estimé mardi Iniesta.

Fifa.com (21/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 22 Mai - 16:56

Le Barça à la fête, course à l'Europe en tête



Le FC Barcelone va pouvoir fêter son récent titre de champion d'Espagne et honorer son emblématique capitaine Xavi Hernandez pour son ultime match de Liga, samedi lors de la 38e et dernière journée, où la course à l'Europe et au maintien s'annonce acharnée.

. Le Camp Nou célèbre Xavi et le titre
Sacré le week-end dernier sur la pelouse de l'Atlético Madrid (0-1), le Barça va faire la fête au Camp Nou samedi (16h30 GMT) pour la réception du Deportivo La Corogne. Le public catalan devrait en profiter pour rendre hommage au meneur de jeu Xavi, qui a annoncé jeudi son départ cet été pour le Qatar et le club d'Al-Sadd au terme de 17 saisons au Barça.

L'ex-maître à jouer de la "Roja" (35 ans, 133 sélections) soulèvera à cette occasion le huitième trophée de champion d'Espagne de sa carrière, en attendant mieux: le Barça disputera le 30 mai la finale de la Coupe du Roi contre l'Athletic Bilbao au Camp Nou, avant celle de la Ligue des champions face à la Juventus Turin, le 6 juin à Berlin.

Au stade Santiago-Bernabeu, en revanche, l'heure ne sera pas à la fête puisque le Real Madrid va clore une fin de saison sans titre majeur contre Getafe (18h30 GMT), qui pourrait être l'ultime match de Carlo Ancelotti, annoncé partant dans les médias espagnols. L'entraîneur italien, privé de banc pour cause de suspension, pourrait des tribunes lancer dans le bain le jeune prodige norvégien Martin Odegaard. Arrivé en janvier, le petit milieu offensif (16 ans) deviendrait ainsi le joueur le plus précoce à évoluer sous le maillot merengue en Liga.

. Atlético, Valence, Séville: qui en C1 ?
Derrière le Barça et le Real, déjà assurés d'être en Ligue des champions, l'Atlético Madrid (3e, 77 pts) est en position de force pour décrocher la 3e place, directement qualificative pour la phase de groupes de la C1. Mais les "Colchoneros" vont devoir obtenir au moins un point à Grenade: Valence (4e, 74 pts), qui bénéficie d'une différence de buts particulière favorable, peut encore déloger l'Atlético du podium s'il l'emporte contre Almeria.

De même, les Valenciens peuvent perdre leur quatrième place, synonyme de barrages pour la C1, s'ils ne gagnent pas et que Séville (5e, 73 pts) s'impose à Malaga. Les Sévillans auront aussi une autre possibilité de rejoindre l'épreuve-reine européenne en cas de succès en finale de l'Europa League mercredi prochain contre Dniepropetrovsk.

Derrière Villarreal (6e), assuré d'être en Europa League, reste un ultime strapontin européen: la septième place peut aussi donner accès à la C3 si le Barça remporte la Coupe du Roi contre Bilbao. Le club basque, actuel septième (52 pts), a donc tout intérêt à conserver sa position pour être assuré d'être européen l'an prochain. L'Athletic doit pour cela l'emporter contre Villarreal et résister à la menace de Malaga (8e, 50 pts) et de l'Espanyol Barcelone (9e, 49 pts).

. Quatre clubs menacés, deux condamnés
En bas de tableau, quatre équipes vont jouer samedi pour tenter de se sauver: Grenade (16e, 34 pts), le Deportivo La Corogne (17e, 34 pts), Eibar (18e, 32 pts) et Almeria (18e, 32 pts). Cordoue (20e) étant déjà relégué, il reste deux places de relégables à attribuer, sachant qu'en Espagne, c'est la différence de buts particulière qui départage les clubs en premier lieu.

Sur le papier, Eibar semble avoir le plus de chances de s'en tirer: le promu basque reçoit des Cordouans démobilisés. Le Deportivo, opposé à un Barça déjà champion, peut aussi croire à l'exploit au Camp Nou. En revanche, les choses s'annoncent compliquées pour Grenade, qui reçoit l'Atletico, et pour Almeria, qui reçoit Valence.

Almeria, en particulier, vit avec une épée de Damoclès: le Tribunal arbitral du sport (TAS) doit se prononcer la semaine prochaine sur un possible retrait de trois points lié à un litige financier lors d'un transfert. Une telle sanction condamnerait le club andalou même s'il se sauvait sur le terrain samedi.

Le programme

Samedi
Levante - Elche
Athletic Bilbao - Villarreal
FC Barcelone - Deportivo La Corogne
Grenade - Atletico Madrid
Rayo Vallecano - Real Sociedad
Eibar - Cordoue
Celta Vigo - Espanyol Barcelone
Almeria - Valence
Malaga - Séville
Real Madrid - Getafe

Fifa.com (22/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 22 Mai - 17:34

Real - L'avenir d'Ancelotti discuté dimanche ou lundi



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti rencontrera ses dirigeants "dimanche ou lundi" pour savoir s'il restera à son poste la saison prochaine, après un exercice 2014-2015 sans titre majeur, a-t-il indiqué vendredi.

"Dimanche ou lundi, nous nous rencontrerons et parlerons de mon avenir et de celui du club", a annoncé le technicien italien en conférence de presse. La réunion est donc prévue après le dernier match de la Liga, samedi contre Getafe à Santiago-Bernabeu.

"Je continue de penser que je suis entraîneur du Real Madrid jusqu'à ce que le club me dise quelque chose de différent", a ajouté celui qui a apporté aux Madrilènes leur dixième sacre continental en 2014 mais dont les médias espagnols prédisent le remplacement par Rafael Benitez, actuellement à la tête de Naples, dès la semaine prochaine.

"C'est un moment difficile pour le club parce qu'il va devoir prendre une décision importante", a admis Ancelotti, qui a relativisé un départ "sans importance" sur le plan personnel.  "En ce moment, je serais heureux de rester comme entraîneur, c'est mon souhait, mais si je ne continue pas, on me verra partir après deux années fantastiques", a-t-il ajouté.

Ancelotti avait lui-même remplacé José Mourinho à l'été 2013 après une saison blanche du Portugais, remportant en plus de la C1 la Coupe du Roi, la Supercoupe d'Europe et le Mondial des clubs, pour finir 2014 sur un record de 22 victoires consécutives.

Mais la suite de la saison fut moins glorieuse, avec une élimination en Coupe du Roi par l'Atletico Madrid, une autre en Ligue des champions par la Juventus Turin, et une 2e place en championnat derrière le grand rival, le FC Barcelone, après un passage à vide en février et mars.

Fifa.com (22/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 22 Mai - 17:49

Barça - Xavi capitaine pour son dernier match



Xavi Hernandez sera titulaire et capitaine du FC Barcelone pour son 505e et dernier match de Liga avec son club de toujours, samedi au Camp Nou contre La Corogne, a annoncé vendredi son entraîneur Luis Enrique.

"Xavi débutera demain" (samedi), a déclaré Enrique en conférence de presse en lui rendant hommage: "Sans Xavi dans les vestiaires, ce sera évidemment différent. Xavi a pris sa décision, ce qu'il pensait être le mieux pour lui."

"Les années passent et tout le monde vieillit. Nous avons parlé de tout ce qu'il a représenté, représente et représentera à l'avenir. Il a encore la possibilité de gagner deux titres de plus", a ajouté l'entraîneur.

Le champion du monde 2010, âgé de 35 ans, a annoncé jeudi son départ pour le Qatar et le club d'Al-Sadd après 17 ans au Barça, avec lequel il a déjà remporté 23 trophées.

Et il pourrait encore gonfler son incroyable palmarès avec les deux finales qui attendent les Catalans: celle de la Coupe du Roi samedi 30 mai contre l'Athletic Bilbao, pour sa toute dernière apparition au Camp Nou, et celle de la Ligue des champions contre la Juventus Turin, le 6 juin à Berlin.

Le Belge Thomas Vermaelen, ex-capitaine d'Arsenal, fera ses débuts après une saison gâchée par une blessure.  Luis Enrique a admis qu'il ferait tourner son effectif en prévision des deux finales à suivre.

Fifa.com (22/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 24 Mai - 13:06

Valence en C1, Eibar et Almeria en D2 avec Cordoue



Valence s'est qualifié pour la Ligue des champions en prenant la 4e place du Championnat d'Espagne, derrière le trio Barcelone-Real-Atletico, grâce à sa victoire 3-2 à Almeria, relégué en D2 avec Eibar et Cordoue, samedi, lors de la 38e et dernière journée.

Surpris par un but de Thomas Partey sur coup franc dès la 9e minute, les Valenciens n'ont égalisé par Nicolas Otamendi, d'une tête rageuse, que 20 minutes plus tard. Mais Almeria repartait de l'avant pour reprendre logiquement l'avantage (Soriano 37e) avant une nouvelle égalisation signée Sofiane Feghouli, d'un tir de près (45e).

Dès lors, Almeria était condamné à la relégation d'autant que Valence, qui désirait tellement retrouver la C1, allait marquer un troisième but par Paco Alcacer, à dix minutes de la fin de la partie.

Les Valenciens vont maintenant soutenir le FC Barcelone, couronné depuis la 37e journée, pour qu'il remporte la Ligue des champions, synonyme de phase de poules directe pour Valence, actuellement qualifié pour les barrages.

Au Camp Nou, le Barça menait tranquillement après un doublé de Lionel Messi (ses 42e et 43e en Liga), avant le réveil d'une vaillante équipe du Deportivo La Corogne se refusant à retourner en division inférieure.

Deux buts signés Lucas et Salomao en dix minutes, et voilà le Depor, 16e, sauvé tout en gâchant la fête pour le dernier match de Xavi Hernandez (2-2).

CR7 meilleur buteur
Pour sa première saison en Liga, Eibar a failli réussir son pari de maintien grâce son succès 3-0 devant Cordoue, condamné à la D2 depuis un moment. Mais, en dépit d'un total de 35 points, comme le Depor et Grenade 17e, le promu retrouvera la D2 en raison de résultats particuliers défavorables par rapport à ses deux rivaux pour le maintien.

L'Athletic Bilbao a réussi le score du jour en écrasant Villarreal 4 à 0 grâce notamment à un doublé d'Aritz Aduriz (ses 17e et 18e buts de la saison). Grâce à sa 7e place, il disputera l'Europa League la saison prochaine.

Enfin, le Real a offert un festival de buts à ses supporteurs, privés de titre cette saison, en battant le club de la banlieue Getafe 7 à 3, Cristiano Ronaldo réussissant un triplé pour fêter dignement son "Pichichi" avec un total galactique de 48 buts! Le Real termine meilleur attaque avec 118 buts.

Le prodige norvégien Martin Oodegard, transféré en janvier au Real Madrid, a participé à la fête: en entrant à la 57e minute de jeu, il est devenu, à 16 ans, le joueur le plus précoce à évoluer sous le maillot merengue en Liga.

Derrière CR7, le "roi" Messi doit se contenter de la deuxième place avec seulement... 43 buts! Mais la "Pulga" a encore l'occasion de battre son grand rival en Ligue des champions où les deux mégastars totalisent chacun 10 buts cette saison, tout en restant en course pour un triplé Liga-Coupe du Roi-C1...

Enfin, l'Atletico, champion sortant et finaliste de la C1 en 2013-14, va de nouveau disputer la Ligue des champions en montant sur la dernière marche du podium grâce à son nul 0 à 0 à 0 à Grenade.

Fifa.com (23/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 24 Mai - 16:25

Real - Ronaldo soutient Ancelotti



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti, dont le club semble vouloir se séparer, a reçu un soutien de poids, celui de la star Cristiano Ronaldo, qui espère continuer à travailler avec lui la saison prochaine.

"Super entraîneur et homme incroyable. J'espère que nous travaillerons ensemble la saison prochaine", a twitté le Portugais dans la nuit de samedi à dimanche, après la victoire contre Getafe (7-3) lors de la 38e et dernière journée du Championnat d'Espagne. Il a accompagné son message d'une photo le montrant le bras sur l'épaule de l'entraîneur italien.

De son côté, Ancelotti a assuré qu'il prendrait une année sabbatique s'il était renvoyé par le Real, deuxième du classement final de la Liga derrière le FC Barcelone, éliminé en demi-finales de la Ligue des champions par la Juventus Turin et en Coupe du Roi par l'Atletico Madrid.

"Dans ma tête, mon avenir est clair: soit je continue ici au Real Madrid, soit je m'arrête un an", a affirmé l'Italien à la presse après la victoire contre Getafe à Santiago-Bernabeu.

"Je pense que nous (lui et les dirigeants du club) allons nous rencontrer la semaine prochaine pour clarifier" les choses, a-t-il ajouté.

"Je veux rester, a-t-il martelé. Si le club estime que je ne peux pas continuer, je ne serai pas content, mais ce sont des choses courantes dans le football, ça m'est arrivé à la Juventus, à Chelsea, tandis qu'au PSG c'est moi qui ai demandé à partir".

"C'est le football, en particulier dans un club comme le Real, où il est normal de s'interroger lorsqu'une partie de la saison ne s'est pas bien déroulée", a-t-il reconnu.

"Il nous faut analyser la tête froide ce qui s'est passé cette saison et essayer d'améliorer les choses pour la prochaine", a poursuivi l'Italien.

La saison passée, Ancelotti avait apporté au Real sa dixième victoire en Ligue des champions. Mais au terme de cette saison décevante, les médias espagnols prédisent son remplacement par Rafael Benitez, actuellement à la tête de Naples.

Ancelotti avait lui-même remplacé José Mourinho à la tête du Real à l'été 2013, remportant ensuite, en plus de la C1, la Coupe du Roi, la Supercoupe d'Europe et le Mondial des clubs.

Fifa.com (24/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 25 Mai - 13:44

Real - Ancelotti, couperet pour le bien-aimé ?



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti nage en plein paradoxe: soutenu par le public et les joueurs, dont la star Cristiano Ronaldo, il risque pourtant d'être limogé par le président Florentino Perez au terme d'une saison décevante.

. Ancelotti veut rester
Le technicien italien l'a dit et l'a répété: son contrat court jusqu'en juin 2016 et il aimerait poursuivre ses fonctions la saison prochaine même s'il n'a remporté aucun des trois trophées majeurs en jeu cette saison (Liga, C1, Coupe du Roi). "Je veux rester", a martelé Ancelotti samedi après l'ultime match de la saison en Liga, remporté contre Getafe (7-3). "Si le club estime que je ne peux pas continuer, je ne serai pas content, mais ce sont des choses courantes dans le football."

Avec une Ligue des champions et une Coupe du Roi conquises au printemps 2014, puis une Supercoupe d'Europe et un Mondial des clubs, "Carletto" a laissé sa trace au Real. Mais il a aussi laissé beaucoup d'énergie, au point qu'il envisage à 55 ans de prendre une année sabbatique s'il est évincé. A moins que l'AC Milan, club qu'il a conduit à deux sacres en C1 (2003, 2007), ne se montre particulièrement convaincant. En campagne électorale samedi près de Naples, le président milanais Silvio Berlusconi a assuré qu'Ancelotti reviendrait "si le Real Madrid (le) laisse libre".

. Le vestiaire vote "Carletto"
Après les orages de l'ère José Mourinho (2010-2013), Carlo Ancelotti a su apaiser un vestiaire échaudé et profondément divisé. Par son calme, sa bonhomie et son immense expérience, l'Italien a gagné le soutien des poids lourds de l'effectif merengue.

"Super entraîneur et homme incroyable. J'espère que nous travaillerons ensemble la saison prochaine", a twitté Cristiano Ronaldo dans la nuit de samedi à dimanche. Cet appui de poids fait écho à celui de la plupart des joueurs madrilènes, à l'image de Marcelo la semaine dernière: "J'espère qu'il va rester, c'est un grand entraîneur", avait commenté le latéral brésilien.

. Le public n'a pas oublié la "Decima"
Samedi, Ancelotti a peut-être vécu son ultime match comme entraîneur du Real Madrid et il l'a fait loin du banc de touche, relégué en tribune en raison d'une suspension. Pourtant, son nom a été ovationné par le stade Santiago-Bernabeu. Dans un club comme le Real, propriété de ses "socios" (supporteurs-actionnaires), c'est le genre de détail qui peut peser.

Le public madrilène n'a pas oublié le sacre de Lisbonne il y a un an: Ancelotti a conduit le Real à sa 10e C1 ("La Decima"), attendue depuis douze longues années. Selon un sondage auprès de 725 "socios" publié lundi par le quotidien Marca, 73% des supporteurs souhaitent d'ailleurs voir Ancelotti continuer.

. Marge réduite pour Florentino Perez
Le cas Ancelotti rappelle celui de Vicente Del Bosque: le technicien espagnol (1999-2003) avait également été remercié par Perez un an après un sacre en Ligue des champions (2002) alors qu'il était apprécié du vestiaire et du public. Mais il n'est pas habituel dans le club "galactique" voulu par Florentino Perez qu'un entraîneur merengue reste en poste après une saison blanche.

Le président du Real va devoir prendre une décision dans les heures ou jours à venir et il semble qu'il n'y ait pas vraiment de remplaçant idéal disponible sur le marché. La presse espagnole a évoqué tour à tour les noms de Rafael Benitez (Naples), Jürgen Klopp (sur le départ de Dortmund) ou Michel (ex-Olympiakos), sachant que celui de Zinédine Zidane, entraîneur de la réserve merengue, n'est plus cité parmi les candidats crédibles.

Bref, la marge de manoeuvre est réduite pour Florentino Perez, qui va devoir trouver les bons arguments pour justifier l'éventuel limogeage d'Ancelotti le bien-aimé.

Fifa.com (25/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 25 Mai - 18:35

Barça - Alves évoque sa situation



Le latéral du FC Barcelone Dani Alves, en fin de contrat, a jugé lundi être "méprisé" par la direction du club catalan et a laissé son avenir en suspens tout en opposant un "non" catégorique à un éventuel transfert au Paris SG.

"Je me suis senti un peu méprisé, dévalorisé par le club", a dit Alves lors d'une longue conférence de presse.

"Mon avenir est une inconnue. J'ai encore les deux pieds au sein de l'équipe, mais j'ai un pied et demi hors du club", a ajouté le défenseur international brésilien (32 ans, 79 sélections), dont le contrat prend fin le 30 juin. "J'ai plusieurs options que j'étudie et je prendrai la décision après la finale de la Ligue des champions" le 6 juin contre la Juventus Turin, a encore affirmé Alves, arrivé au Barça en 2008.

"Le club ne voulait pas me prolonger, c'est certain, parce que sinon cela aurait été fait avant", a poursuivi le défenseur, répondant par un "non" catégorique à la question de savoir si le Paris SG, évoqué avec Manchester United comme une possible option selon la presse espagnole, était sa prochaine destination.

Un éventuel départ d'Alves laisserait un grand vide au poste de latéral droit, où le Barça n'a pas de doublure crédible.

En outre, cette conférence de presse sème le trouble au sein du club catalan, concentré sur la finale de la Coupe du Roi samedi contre l'Athletic Bilbao, puis celle de Ligue des champions le week-end suivant, avec la possibilité de réussir un fabuleux triplé Liga-C1-Coupe, comme en 2009.

Fifa.com (25/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 25 Mai - 21:06

Real - Ancelotti limogé malgré ses appuis



Le Real Madrid a limogé lundi son entraîneur Carlo Ancelotti, pourtant soutenu par ses joueurs et les supporteurs mais qui n'a pas survécu à une seconde année mitigée, après une première saison couronnée d'un sacre en Ligue des champions.

"Le comité directeur a pris la décision de relever Carlo Ancelotti de ses fonctions d'entraîneur du Real Madrid", a fait savoir le président madrilène Florentino Perez lors d'une conférence de presse au stade Santiago-Bernabeu.

"Au Real Madrid, l'exigence est maximale et c'est le moment de donner une nouvelle impulsion pour gagner de nouveaux titres et atteindre notre meilleur niveau", a-t-il poursuivi.

Un an et un jour après la conquête de la "Decima", la 10e C1 du club, voilà le technicien italien (55 ans) débarqué sans ménagement alors même que plusieurs figures du vestiaire, dont la star Cristiano Ronaldo, avaient pris publiquement position en sa faveur.

Arrivé à l'été 2013, Ancelotti aura réussi l'exploit de pacifier un vestiaire échaudé par les orages de l'ère José Mourinho (2010-2013), remportant au passage la C1 et la Coupe du Roi 2014, ainsi que la Supercoupe d'Europe et le Mondial des clubs.

L'entraîneur, dont le contrat courait jusqu'en juin 2016, a néanmoins terminé sa seconde saison à Madrid sans trophée majeur. Il répétait ces derniers jours qu'il souhaitait rester en poste.

Pour prendre la suite, la presse espagnole a évoqué les noms de Rafael Benitez (Naples), Jürgen Klopp (sur le départ de Dortmund) ou Michel (ex-Olympiakos), sachant que celui de Zinédine Zidane, entraîneur de la réserve du Real, n'est plus cité parmi les candidats crédibles.

Après avoir triomphé sur les bancs de l'AC Milan (2001-2009), de Chelsea (2009-2011) et du Paris SG (2011-2013), Ancelotti a affirmé quant à lui qu'il prendrait une année sabbatique en cas de départ.

Fifa.com (25/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison espagnole, 2014 - 2015

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 17 sur 18 Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum