CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Ven 27 Juin - 16:47

Arena Fonte Nova Salvador (BRA)
01 juil. 2014 - 17:00 Heure Locale (19:00 DZ)

Huitièmes de finale

BELGIQUE - ETATS UNIS


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 9:22

Etats-Unis : Altidore disponible contre la Belgique



L'attaquant américain Jozy Altidore sera probablement disponible mardi pour le huitième de finale du Mondial contre la Belgique après avoir manqué les deux précédents matches en raison d'une blessure.

"Nous sommes très optimistes. Il progresse beaucoup tous les jours et nous avons très bon espoir qu'il puisse prendre part au match contre la Belgique", a déclaré vendredi le sélectionneur Jurgen Klinsmann.

Altidore s'est fait mal aux ischio-jambiers lors du premier match contre le Ghana le 16 juin et n'avait pas joué contre le Portugal et l'Allemagne.

Un porte-parole a par ailleurs confirmé que le milieu de terrain Jermaine Jones s'était cassé le nez dans un choc avec son coéquipier Alejandro Bedoya contre l'Allemagne. Il pourra malgré tout jouer avec un masque de protection.

Fifa.com (27/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 18:06

Belgique : Kompany et le spectre des blessures



Le capitaine de la Belgique, Vincent Kompany, tellement important sur l'échiquier des Diables Rouges, fait frémir ses partisans, ses pépins physiques à répétition menaçant de gâcher son Mondial.

Souffrant depuis une semaine des adducteurs, le joueur de Manchester City ne s'est plus entraîné depuis mercredi et il était forfait lors de la victoire (1-0) face à la Corée du Sud jeudi.

Un éventuel forfait contre les Etats-Unis mardi à Salvador serait hautement préjudiciable pour la Belgique qui doit déjà se passer d'un autre défenseur, son ami Anthony Vanden Borre définitivement forfait à cause d'une fissure du péroné.

Il y a un mois, Kompany avait évoqué dans la presse belge ses récurrents soucis de santé. Celui qui est considéré comme l'un des meilleurs défenseurs centraux de la planète est aussi un joueur de verre, souvent sur la touche pour des problèmes musculaires.

Deux ans d'absence

Au total, depuis ses débuts professionnels, les blessures lui ont déjà valu deux ans d'arrêt. Evidemment énorme pour ce joueur de 30 ans "C'est difficile de parler de ça. Depuis le début de ma carrière, j'ai toujours fait tout ce qui était en mon pouvoir pour éviter les blessures. Si je suis épargné durant le Mondial, je serais le plus heureux de tous".

"S'il y a une appréhension? Non, je n'y pense jamais! Je me donne toujours à fond", assurait le joueur. Le médecin chef de la sélection belge, Chris Van Crombrugge, confie ce samedi au journal Le Soir que "Vincent n'est pourtant pas plus fragile qu'un autre international".

"Mais il a une musculature au-dessus de la moyenne, qui lui octroie une explosivité et une rapidité de geste qui constitue un facteur risque amplifié par les exigences de la Premier League où les matchs s'accumulent à une cadence d'enfer, sans trêve hivernale", note-t-il.

Kompany, c'est le leader de la formation de Marc Wilmots. "Avec Axel (Witsel), c'est mon relais sur la terrain", confie le sélectionneur qui espère pouvoir compter sur son défenseur central mardi.

Auprès des joueurs, l'espoir de voir le capitaine sur le terrain est bien sûr le même. "Vincent a le sens du sacrifice. Il a toujours été présent pour l'équipe quand il le fallait. Il sais surmonter la douleur physique. Je suis convaincu qu'il sera des nôtres", indique Jan Vertonghen.

Mais Kompany est-il aussi indispensable que cela ? Durant les qualifications, des blessures à répétition l'ont privé de nombreux matchs, notamment face à l'Ecosse, la Croatie, et le Pays de Galles sans que cela porte à conséquence: la Belgique a terminé invaincue en tête de son groupe.

Pas la même équipe sans lui
"Peut-être mais lors des amicaux contre la Colombie (0-2 en novembre 2013) et le Japon (2-3 à la même époque), l'absence de Vincent s'est faite ressentir, notait récemment Thomas Vermaelen. La défense avait pris l'eau en commettant des erreurs de placement que lui n'aurait pas commises".

"Une équipe avec Kompany n'est plus la même sans lui", indiquait au printemps dernier l'entraîneur français d'Arsenal Arsène Wenger. "Manchester City sans Kompany est une équipe beaucoup moins forte", constatait-il à raison puisque quand le Belge joue, City gagne les deux tiers de ses matches alors que quand il est absent, le champion d'Angleterre s'impose moins d'une fois sur deux.

D'où l'importance d'avoir Kompany sur le terrain mardi à Salvador. "On va tout faire pour le réintégrer à temps, de préférence à 100% car un match de Coupe du monde ne peut se jouer à 80% de ses moyens", déclare Wilmots.

Fifa.com (28/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 18:08

Belgique : Kompany toujours absent de l'entraînement



Le capitaine de la Belgique, Vincent Kompany, touché à l'aine, était à nouveau absent de l'entraînement samedi à Mogi das Cruzes, à l'instar d'Anthony Vanden Borre, Laurent Ciman et Moussa Dembélé, a constaté un photographe de l'AFP.

Kompany ne s'est plus entraîné depuis mercredi. Il n'avait pas disputé le match face à la Corée du Sud jeudi (1-0).

Sa participation au quart de finale face aux Etats-Unis mardi à Salvador est donc très incertaine, tout comme celle de Dembélé (dont on ignore pour le moment s'il est malade ou blessé) et Ciman (adducteurs).

Le défenseur Thomas Vermaelen, qui se remet d'une élongation aux ischios-jambiers, s'est entraîné en solitaire en compagnie d'un kiné pendant que le reste du groupe effectuait des exercices d'opposition et de possession de balle, à sept contre sept, et avec Divock Origi dans un rôle d'homme libre.

Le milieu de terrain Steven Defour manquera lui le duel face aux Américains. Suspendu automatiquement un match après son exclusion face à la Corée du Sud, le joueur du FC Porto fait l'objet d'une mesure disciplinaire et pourrait voir sa sanction aggravée par la Fifa.

Dans le pire des cas de figure, le sélectionneur Marc Wilmots ne disposera donc que de 14 joueurs de champ mardi.

Fifa.com (28/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 22:09

Belgique : Wilmots brise les codes



Le sélectionneur de la Belgique, Marc Wilmots, qui a utilisé 20 des 23 joueurs à sa disposition durant le premier tour de ce Mondial, bouscule les codes du coaching et s'affirme comme un tacticien hors norme.

Face aux Etats-Unis en huitième de finale mardi, l'entraîneur des Diables pourrait une nouvelle fois aligner un onze inédit.

Pas d'équipe type
Bien malin qui pourrait dire quelle est l'équipe type de la Belgique. Certes, les cadres (Courtois, Hazard, Kompany, Witsel et De Bruyne) sont assurés de leur place, sauf blessure. Mais pour le reste, Wilmots aime surprendre. "J'ai 23 joueurs. Ce serait stupide de ma part de ne pas les utiliser en fonction des qualités de l'adversaire. Mon onze de départ n'est donc jamais le même, puisque l'adversaire n'est forcément jamais le même non plus", expliquait "Willie" avant le début du Mondial. Quand on dit qu'une Coupe du monde se joue à 23, pour la Belgique c'est presque vrai...

Des changements tôt dans le match
Là où de nombreux entraîneurs attendent souvent les vingt dernières minutes pour réaliser leurs changements en fonction de la physionomie du match ou de l'état physique des joueurs, Wilmots n'hésite pas à modifier son équipe beaucoup plus tôt. Face à l'Algérie, il a effectué tous ses changements avant la 65e (46e, 58e, 65e). Contre la Russie, l'entrée d'Origi avant l'heure de jeu a été décisive. Pareil contre la Corée du Sud, où les entrées de Januzaj et Origi à la 60e ont changé le match. L'argument que Wilmots répète à l'envi est celui-ci: "De nombreux matchs se jouent dans le dernier quart d'heure. Mais faire monter un joueur dans les dernières minutes est souvent inutile car il n'a pas le temps de se mettre dans le rythme. A l'heure de jeu, un entrant apporte sa fraîcheur quand les adversaires commencent à fatiguer. Et le substitut a le temps de se faire une place dans le match".

Risqué en cas de blessure ?
Sur les trois premiers matchs belges, les neuf changements disponibles ont été effectués et sept ont été faits avant la 65e minute. Et les quatre buts marqués l'ont tous été après la 70e minute. Constat implacable donc: ce coaching façon Wilmots fonctionne, même s'il comporte le risque de ne pouvoir remplacer un éventuel blessé. Mais qu'est-ce qui est préférable ? Se retrouver à dix en menant au score ou conserver onze joueurs sur le terrain sans avoir marqué ? Wilmots, d'un caractère fonceur, penche largement pour la première hypothèse.

L'importance de la fraîcheur
Si Wilmots fait tourner son effectif, c'est aussi "pour une question de fraîcheur physique". Face à la Corée du Sud, les Diables Rouges (certes déjà qualifiés pour les 8es) se sont alignés avec sept nouveaux joueurs, Wilmots laissant souffler la plupart des titulaires de la victoire sur la Russie. Résultat: à l'exception des deux gardiens remplaçants et du défenseur Laurent Ciman, tous les Belges ont déjà foulé les pelouses brésiliennes. "Mes joueurs seront frais pour affronter les Etats-Unis et ce sera bien nécessaire, car les Américains sont très athlétiques", justifie Wilmots.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 22:10

Etats Unis : Klinsmann adepte de la pensée positive



Adepte de la pensée positive, le sélectionneur allemand des Etats-Unis, Jürgen Klinsmann, pense déjà au delà du 8e de finale contre la Belgique, au point d'exhorter ses joueurs à réserver leurs vols retours pour après le 13 juillet, jour de la finale.

En charge des Stars and Stripes depuis 2011, "Klinsi", 49 ans, avait été critiqué par plusieurs médias américains à la veille de la phase finale au Brésil pour avoir déclaré que les Américains n'étaient pas des candidats réalistes à la victoire finale.

Mais après la convaincante qualification pour les 8e de finale, au détriment du Portugal et du Ghana, et après une courte défaite (1-0) contre l'Allemagne, le champion du monde 1990 avec la Mannschaft a instillé un état d'esprit positif.

"Ils ont la force de caractère de joueurs habitués à être présentés comme des outsiders", avait relevé USA Today après la qualification. Et dès avant le 8e contre les Diables Rouges, Klinsmann a annoncé que son équipe prévoyait de rester plus longtemps au Brésil.

"Je pense que si tout le monde va au bout de ses limites personnelles dans le contexte de l'équipe, nous allons aller plus loin dans ce tournoi", a confié l'ancien sélectionneur de l'équipe d'Allemagne (2004-2006).

"Mais vous devez prendre conscience de ce moment. Aussi, j'ai demandé à tout le monde, à tous les joueurs de s'assurer que tous leur vols sont réservés après le 13 juillet", a expliqué Klinsmann.

"C'est juste comme cela que vous devez approcher une Coupe du monde, peu importe ce qui se passe maintenant. Vous pouvez toujours changer vos vols, ainsi commençons avec la fin en tête. La fin est le 13 juillet", a-t-il insisté.

Klinsmann a admis que les Etats-Unis manquaient de consistance pour jouer au haut niveau sur une année entière. Mais dans une compétition avec des matchs à élimination directe, ils ont une chance.

Approche mentale

"Chaque jour où nous allons avoir un match à élimination directe, pouvons nous le faire ? Oui, nous pouvons", a martelé le sélectionneur des Eagles, en recyclant le fameux "Yes, we can" de Barack Obama.

"Cela est maintenant un de nos repères. Nous voulons être un jour dans le top 10 - top 12 mondial. Aussi si nous voulons y être, c'est maintenant le moment", a-t-il poursuivi.

Avec l'arrivée de ces matchs à élimination, Klinsmann, un habitué des séances de tirs au but en tant que joueur avec des victoires en demi-finales contre l'Angleterre au Mondial 1990 et à l'Euro 1996, a indiqué que son équipe travaillait déjà cet exercice depuis des semaines.

"Cela fait juste partie d'une préparation normale. Vous devez être préparé pour ces choses", a-t-il fait remarquer.

"Vous dites aux joueurs comment aborder un penalty. C'est une approche mentale. Si vous n'êtes pas préparé pour ce moment d'aller de la ligne médiane jusqu'au point de penalty, devant 60.000 spectateurs, et de faire le travail, je pense que c'est un tort", selon Klinsmann.

Des billets de retour au pays à partir du 14 juillet aux répétitions de séances de tirs au but, le sélectionneur allemand a décidément tout prévu. De quoi vous forger un mental !

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 22:31

Belgique : Fellaini touché au mollet



Le milieu de terrain Marouane Fellaini a quitté l'entraînement de la Belgique dimanche après-midi à Mogi das Cruzes, a constaté un photographe de l'AFP.

"Marouane a reçu un coup au mollet, comme Moussa Dembélé la veille", a commenté le sélectionneur Marc Wilmots qui ne semblait pas inquiet à propos des deux joueurs.

Par contre, le coach des Diables est moins optimiste concernant son capitaine, Vincent Kompany, qui n'a toujours pas participé à la séance collective en raison d'une douleur à l'aine qui l'empêche de s'entraîner depuis mercredi.

"Vincent va mieux. On verra s'il pourra s'entraîner demain (lundi). Sa participation (au quart de finale contre les Etats-Unis mardi à Salvador) reste un point d'interrogation. Pour jouer, il devra être à 100%", a précisé Wilmots.

Thomas Vermaelen se remet lui d'une élongation aux ischios-jambiers. Il va mieux mais continue de s'entraîner à l'écart du groupe.

Les Diables Rouges devaient s'envoler pour Salvador dans la soirée. Leur entraînement prévu initialement lundi après-midi à l'Arena Fonte Nova a été déplacé sur un autre terrain.

De fortes pluies se sont abattues ces dernières heures sur Salvador et l'état du terrain inspire quelques inquiétudes.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 13:04

Belgique : Faire trembler les filets américains



La Belgique, l'une des quatre équipes à avoir réalisé le sans-faute lors de la phase des poules, rêve désormais de rejoindre les quarts de finale du Mondial, confiante en ses moyens de dominer mardi (à 20h00 GMT) des Américains toutefois redoutés "pour leurs qualités athlétiques".

"Ce match, ce sera la guerre", a osé le sélectionneur Marc Wilmots, "impressionné par la force physique des Etats-Unis".

"Cette équipe n'a peur de rien et est convaincue de pouvoir battre tout le monde. Mais nous aussi, explique-t-il. Quand je vois les qualités de course et la fraîcheur de mes médians (milieux de terrain, ndlr), je n'ai pas peur".

La Belgique en quart de finale d'une Coupe du monde, ce serait une première depuis 1986.

Pour les Américains, pareille performance remonte à 2002.

"Nous avons les qualités pour passer, se convainc Eden Hazard, auteur de deux passes décisive depuis le début du tournois, qui affirme "pouvoir faire beaucoup mieux".

Car si les Belges ont aligné trois victoires face à l'Algérie (2-1), la Russie (1-0) et la Corée du Sud (1-0), beaucoup d'observateurs ont été déçus par la qualité du spectacle proposé.

2-4 en mai 2013 à Cleveland
"Ca ne me préoccupe pas, rétorque Wilmots. J'ai vu une équipe en place, un bloc collectif qui défend ensemble, qui attaque ensemble. Un équipe qui se crée des occasions et qui en concède peu. Je ne sais pas ce que vous voulez", a-t-il lancé dimanche à la presse.

"Le neuf sur neuf va nous permettre de jouer libéré. Les gars ont faim. Ils vont tout faire pour ne pas avoir de regret", ajoute "Willie", qui sent son équipe prête à faire trembler les filets américains, nom évocateur d'une fameuse spécialité culinaire belge à base de boeuf hâché.

Sur le papier, les Diables Rouges partent favoris. La Belgique a, dans un passé récent, battu les USA à deux reprises. En mai 2013 à Cleveland (2-4) et en septembre 2011 à Bruxelles (1-0).

"Il s'agissait de matches amicaux. La Coupe du monde, c'est autre chose. On ne peut pas se baser sur ces matches", tempère Hazard.

Le sélectionneur allemand des Etats-Unis, Jurgen Klinsman ne dit pas autre choses en affirmant que "malgré ces deux échecs en amicaux, notre confiance est grande".

Klinsman: "Yes, we can !"
"La Belgique a fini en tête de son groupe et nous pas. Cela dit, on entre maintenant dans la partie à élimination directe du tournoi. C'est une autre compétition qui commence. C'est le message que j'ai déjà fait passé à mes gars : on ne doit absolument pas avoir peur de la Belgique. J'ai dit: +Yes, we can !+ dans le vestiaire".

"Sortir d'un groupe avec l'une des meilleures nations de la planète foot (NDLR : l'Allemagne), un outsider à la victoire finale (le Portugal) et la meilleure équipe d'Afrique (le Ghana), c'est déjà une sacrée performance. Mais on ne veut pas s'arrêter là", rappelle Klinsman.

Le coach allemand est d'autant plus confiant qu'il est au courant des pépins physiques qui accablent les défenseurs belges.

Wilmots pourrait devoir se passer de son capitaine Vincent Kompany (aine) et de Thomas Vermaelen (ischio-jambiers) alors qu'Anthony Vanden Borre est forfait pour le reste du mondial (fissure du péroné gauche) et que d'autres joueurs (Fellaini, Dembélé, Ciman) ont connu des pépins physiques ces derniers jours.

Ajouté à la suspension de Steven Defour, cela peut faire beaucoup pour Wilmots.

L'entraîneur belge ne s'inquiète pourtant pas.

"Kompany ne jouera que s'il est à 100%. Si ce n'est pas le cas, la charnière centrale Van Buyten-Lombaerts est de toute façon compétitive", explique-t-il.

Quant à la fraîcheur physique de son groupe, elle pourrait être déterminante mardi à Salvador. Wilmots a largement fait tourner son effectif face à la Corée du Sud. Des cadres comme Hazard, Witsel, Lukaku, Alderweireld, avaient été épargnés. Ils seront sans doute beaucoup moins fatigués que de nombreux joueurs américains.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 13:05

Belgique : Hazard fera-t-il bien les choses ?



La star belge Eden Hazard, auteur de deux passes décisives lors du premier tour, sait que ses partisans attendent plus de lui et promet de "jouer plus libéré", face aux Etats-Unis mardi (20h00 GMT) en 8e de finale à Salvador.

Dans les chiffres, le début de Mondial de l'ancien Lillois n'est pas mauvais. A deux reprises, il a sorti son équipe du pétrin et est pour beaucoup dans le neuf sur neuf réussi par les Diables Rouges.

Mais dans la manière, on attend encore de voir le joueur qui avait porté Chelsea quasiment à lui tout seul en deuxième partie de saison en Premier League.

"À partir de maintenant, avec la confiance accumulée par trois victoires, nous devrions pouvoir jouer de manière libérée. Ce devrait être mon cas aussi", a-t-il déclaré ces derniers jours.

Manque de soutien à gauche
"Maintenant, ce sont les huitièmes de finale. Plus aucune équipe, enfin j'espère, ne va calculer, indique-t-il. Depuis le début du tournoi, nous avons dû buter sur des équipes très compactes et très renforcées. Des formations qui n'avaient qu'une seule intention : nous attendre et partir en contre. Mardi, à Salvador, ce devrait être un match ouvert avec un peu plus d'espaces. Ce qui a priori devrait nous permettre de davantage développer notre jeu".

Lors des premiers matches, Hazard a souffert du manque de soutien de l'arrière-gauche à qui Marc Wilmots interdisait de trop monter. Le petit ailier a souvent dû se débrouiller seul sur son flanc.

"Je trouve qu'il n'y a pas assez de mouvements dans l'équipe. Sans cela, c'est difficile de bien jouer", s'est plaint la pépite belge, regrettant avec sa franchise habituelle "un jeu pas assez fluide".

Marc Wilmots n'est "pas déçu" par le rendement de son prodige. Le sélectionneur sait que "la pression est grande sur ses épaules".

"Eden veut faire plus, il peut nous apporter énormément. J'attends de le voir mardi, qu'il s'impose", explique l'entraîneur belge.

"Il veut être plus décisif. Mais en aura-t-il la possibilté ? Quelle sera l'approche des USA ?", s'interroge Wilmots.

"On a les qualités pour passer"
Hazard abordera la rencontre dans les meilleures conditions au niveau physique. Face à la Corée du Sud jeudi, il n'a joué qu'une dizaine de minutes, son entraîneur lui ayant permis de souffler alors que la Belgique était déjà qualifiée.

"Je n'avais pas forcément besoin de repos mais Marc a choisi de faire tourner. Quand on gagne, on ne discute pas, sourit-il. Moi, j'aime jouer, tout le temps au besoin, mais je comprends que le besoin de conserver la fraîcheur prime dans une telle compétition. Ma condition est excellente".

La preuve: face à l'Algérie (2-1) et le Russie (1-0), c'est dans les dernières minutes de jeu que Hazard a fait la différence.

"Quand les adversaires sont fatigués, ma technique et mon coup de rein peuvent faire la différence", explique le Wallon, "optimiste" avant d'affronter les Américain.

"C'est une équipe qui sait bien jouer au football. Clint Dempsey est la star. C'est lui qui doit faire la différence, analyse-t-il. Mais c'est jouable. On a les qualités pour passer mais il faudra le démontrer sur le terrain".

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 13:15

Etats-Unis : Howard encadre la jeune garde



Tim Howard est un véritable concentré d'énergie. Sautillant sans cesse sur ses appuis, le dernier rempart des États-Unis semble monté sur ressorts. Ses coéquipiers se sont depuis longtemps habitués à ses rugissements lorsqu'il veut remettre de l'ordre dans son arrière-garde. Barbu et recouvert de tatouages, Howard règne en maître dans sa surface de réparation, avec un talent qui a fait de lui l'un des meilleurs portiers de la Premier League anglaise.

Il raconte au micro de FIFA.com sa satisfaction de s'être qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ - ce 1er juillet contre la Belgique)= - à la faveur d'un succès contre le Ghana (2:1) et d'un match nul contre le Portugal (2:2), suivis d'une courte défaite sans conséquences contre l'Allemagne (0:1). "Nous avons pu nous extirper du fameux 'groupe de la mort'. Peu de monde nous croyait capables d'y arriver avant le début du tournoi", savoure-t-il.

Après le tirage au sort en décembre 2013, les médias américains affichaient en effet clairement leur inquiétude. Alexi Lalas, ancien défenseur international reconverti commentateur, clamait ainsi son pessimisme quant à aux chances des Stars and Stripes. "Cela fait forcément du bien de remettre à leur place quelques personnes toujours négatives à notre sujet", avoue Howard, à la voix aussi calme et douce en interview qu'elle peut être forte et agressive sur un terrain. "Le seul moyen de faire taire les critiques est de prouver à ces gens qu'ils ont tort. C'est ce que nous avons fait. Avec de l'envie et du cœur."

Rôle prépondérant
Indépendamment du parcours américain au Brésil, le rôle joué par Howard en équipe nationale est prépondérant. Le sélectionneur Jürgen Klinsmann ayant décidé d'emmener avec lui une défense inexpérimentée, le gardien de 35 ans, qui dispute sa deuxième Coupe du Monde, a pour mission de guider cette nouvelle génération. "De toute façon, je passe mon temps à crier", rigole-t-il à l'évocation de sa réputation d'aboyeur. "Il faut que les joueurs devant moi comprennent parfaitement ce que j'attends d'eux."

Quand ils font bien leur travail, les défenseurs américains reçoivent félicitations et autres tapes dans la main de la part d'Howard, aux côtés duquel ils engrangent de l'expérience à vue d'œil. Geoff Cameron, Omar Gonzalez, John Brooks et autres Matt Besler ne sont pas exactement des grands noms du football mondial, mais avec Howard derrière eux, ils se surpassent. "Nous savons tous de quoi Tim est capable", explique Gonzalez, défenseur central de Los Angeles Galaxy, qui a eu droit à une chaleureuse étreinte de son gardien après avoir dégagé un centre dangereux sur sa ligne contre l'Allemagne. "Il est au top niveau depuis des années."

Le vétéran porte l'équipe sur ses épaules. Du haut de ses 102 sélections, Howard est aujourd'hui porté par l'enthousiasme débordant de ses coéquipiers. "Le groupe a été rajeuni et comme je le dis toujours, la jeunesse apporte son appétit", assure le numéro un d'Everton, club avec lequel il a terminé sixième du dernier championnat anglais. "L'appétit est essentiel en Coupe du Monde ou dans n'importe quelle grande compétition."

Soif de victoire contagieuse
Né dans le New Jersey, Howard a disputé sa première rencontre professionnelle alors qu'il était encore au lycée. Il a ensuite découvert la Major League Soccer et rapidement, son dynamisme et son potentiel ont suscité l'intérêt de grandes écuries européennes. C’est ainsi qu’il a débarqué en 2003 à Manchester United, où il a dû prendre la suite du légendaire Fabien Barthez. Après quelques années chez les Red Devils, il a rejoint Everton, où il est devenu une véritable icône et le chouchou du public. "Si vous voulez mon avis, il n'y a pas meilleur que lui en Premier League", avance même Roberto Martinez, son entraîneur sur les bords de la Mersey. "Son intelligence, sa connaissance du football et sa soif de succès sont contagieuses."

Avec une carrière aussi riche qu'aucun autre Américain avant lui, Howard sait reconnaître du beau jeu quand il en voit. Et cela tombe bien, puisqu'au Brésil, il le voit devant ses propres yeux : "Nous proposons un football de très grande qualité", estime ainsi le dernier représentant d'une longue lignée de grands gardiens américains, de Tony Meloa à Brad Friedel en passant par Kasey Keller, son mentor. "Nous en avons fait souffrir plus d'un. Nous ne sommes pas encore au sommet, mais nous sommes capables de rivaliser avec de grosses équipes", conclut Howard, sous les yeux et les sourires respectueux de certains de ses jeunes collègues.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 16:29

Etats-Unis : Dempsey le Flash gladiateur



Un match débuté par un but "flash" en 30 secondes puis fini le nez en sang comme un gladiateur: Clint Dempsey, capitaine des Etats-Unis, incarne une équipe qui aime quand il faut "souffrir pour réussir".

A Natal, le 16 juin, l'ancien attaquant de Fulham et Tottenham est entré dans l'histoire de la Coupe du monde en devenant le 5e buteur le plus rapide avec un but inscrit en 30 secondes contre le Ghana.

Dempsey est encore loin de Hakan Sukur, qui en 2002 a inscrit avec la Turquie contre la Corée du Sud le but le plus rapide en Coupe du monde, en 11 secondes (3-2 score final) lors du match pour la 3e place. Mais il fut suffisamment rapide pour que le vice-président des Etats-Unis Joe Biden, arrivé en retard au stade ce jour là, manque cette attaque éclair.

L'exploit du capitaine US a déclenché des vagues de joie devant les écrans géants aux Etats-Unis, notamment à Seattle où il joue désormais avec les "Sounders".

Puis le héros du match se prenait de plein fouet, sur un coup de pied haut involontaire, le protège tibia du Ghanéen John Boye dans le visage et finissait la rencontre le nez enflé et en sang.

De quoi enflammer la twittosphère, les stars du basket US s'en donnant à coeur joie, admirant le côté dur à cuire du joueur, comme LeBron James --"j'espère que son nez n'est pas cassé"-- ou Kobe Bryant: "en mode bestial".

Après cette victoire contre le Ghana (2-1), les Etats-Unis de Jürgen Klinsmann ont longtemps cru éliminer le Portugal et se qualifier en 8e dès leur deuxième match à Manaus. Dempsey, cocard sous l'oeil droit, avait inscrit son deuxième but à la 81e minute mais dans le temps additionnel, Varela égalisait sur une passe décisive de Cristiano Ronaldo (2-2). Tout était à refaire.

"C'est dur, mais c'est comme ça. Nous sommes Américains, nous aimons souffrir pour réussir", a alors commenté Dempsey, pas vraiment affecté par la touffeur de l'Amazonie, lui qui a grandi sous la chaleur du Texas.

Tout commence par un rêve
Et la qualification pour les 8e de finale s'est finalement dessinée lors du dernier match, une défaite 1 à 0 contre l'Allemagne, grâce au résultat de l'autre rencontre (Portugal-Ghana).

A 31 ans, pour sa troisième Coupe du monde (il a marqué dans chaque édition), Dempsey ne tire pas de plan sur la comète et attend le prochain match, contre la Belgique.

"Nos attentes n'ont pas changé: il fallait sortir du groupe et entrer dans la phase à élimination directe, nous y sommes", a déclaré sur le site de la Fifa celui qui arbore un large tatouage d'aigle, symbole des Etats-Unis, sur son son épaule gauche, côté du coeur et du brassard.

Ce fan de pèche, père de trois enfants, se réjouit de la présence massive des fans US au Brésil, preuve qu'il se passe quelque chose autour de la sélection: "Maintenant, les choses commencent à changer, et là, au Brésil, nous avons parfois l'impression de jouer à domicile. Ca montre que le jeu entre chez les gens aux Etats-Unis".

Et pour la suite du tournoi ? L'homme aux 107 sélections et 38 buts a fait passer un message sur son compte Twitter: "tout commence par un rêve", avec une photo d'un de ses enfants endormi avec un ballon de foot aux couleurs du drapeau américain. Dempsey veut prolonger le songe.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 16:30

Belgique : Van Buyten prend de la hauteur d'esprit



Il reste 20 minutes à jouer le 17 juin, l’Algérie mène au tableau d’affichage et dans le combat tactique face à la Belgique. Cinq jours plus tard, les Diables Rouges ne sont pas plus à l’aise devant le mur de la Russie. A quelques minutes du terme, le Maracaña se prépare à fermer ses rideaux sur un match nul 0:0. Le scénario semble encore plus noir à la mi-temps à São Paulo pour le dernier acte du Groupe H : les Belges se retrouvent en infériorité numérique avec une panne d’inspiration offensive face à la République de Corée. Et pourtant. Pour la première fois de son histoire, la Belgique a décroché son affiche en huitième de finale sur le tapis rouge au prix de trois happy end.

Daniel Van Buyten n’en revient toujours pas. "Si quelqu’un nous avait dit avant la Coupe du Monde que nous allions terminer avec neuf points sur neuf la phase de poules, on ne l’aurait jamais cru". Difficile d’y voir uniquement la main de Dame Chance : elle n’a pas l’habitude de frapper trois fois d’affilée à la même porte. La FIFA a fait appel à la sagesse du doyen de l’effectif noir-jaune-rouge pour comprendre le phénomène. Seul Diable à avoir été de la dernière aventure belge à Corée/Japon 2002, Van Buyten a plusieurs longueurs d’avance pour identifier les clefs mentales de la réussite de la Belgique.

En élèves studieux, les Belges ont préféré s’assurer d’avancer par la petite porte, plutôt que de prendre le risque de sortir par la grande. "Nous aurions bien fait le spectacle, mais cela n’aurait pas eu beaucoup de sens si c’était pour récolter une élimination à la fin", insiste Van Buyten. Ses coéquipiers n’ont pas cherché la lumière lors de leurs trois premières sorties brésiliennes. "Tout le monde a pu voir que nous avons été en difficulté, en particulier face à l’Algérie", reconnaît le défenseur du Bqyern Munich. "Il est difficile de forcer les choses quand on a affaire à des équipes qui construisent un mur en face de leur but", ajoute la tour de contrôle belge pour justifier le manque de folie dans le jeu.

Pouvoir du moment présent
L'ancien Marseillais évoque un deuxième ingrédient du cocktail mental belge : la capacité à être dans le moment, sans regarder derrière soi ou devant. "Le plus important, c’est de ne pas penser au futur, ou de nous laisser distraire. On aura tout le temps de faire les comptes plus tard. C’est maintenant que la Coupe du Monde se passe. Nous devons répondre présent". La vraie force ne réside pas dans la capacité à éviter les problèmes mais de bien y faire face quand ils se présentent. Van Buyten et les Diables l'ont compris. "L’important est d’avoir su nous montrer solides et bien organisés dans la difficulté."

Le dernier élément de la formule gagnante tient à l’état d’esprit des jeunes troupes. "Ils sont posés, à l’écoute et toujours prêts à se mettre au travail", juge le doyen du groupe belge, collectionneur de titres avec le Bayern, qui sait de quoi il parle du haut de ses 36 ans. "C’est normal que des bonnes choses arrivent à ces jeunes capables de rester détendus et détachés."

Son objectif minimum assuré avec une place au second tour, la Belgique va commencer un nouveau tournoi. L’arrière central l’imagine avec une dynamique plus ouverte et offensive dans le jeu. Lors du du duel face aux Etats-Unis pour commencer, même si le joueur d’1m96 ne cache pas qu’il aurait préféré éviter les Stars and Stripes, quitte à devoir affronter le Portugal. "Je ne suis pas surpris de voir les Américains sur la deuxième marche de le groupe à voir leur montée en puissance continue, et leur performance face à l’Allemagne malgré la défaite (1:0)", précise Van Buyten.

Les Diables Rouges auront l’occasion d'encore prouver mardi 1er juillet sur le champ de bataille de Salvador qu’ils ont les meilleures armes dans les guerres des nerfs.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 0:43

Etats-Unis, Klinsmann : "Nous allons bousculer ces Belges"



Le sélectionneur allemand des Etats-Unis Jürgen Klinsmann, "enthousiaste" à l'idée d'entrer dans la phase à élimination directe, a promis que son équipe allait "bousculer la Belgique" en huitième de finale du Mondial mardi à Salvador.

Comment se sentent vos joueurs avant ce match ?
Nous sommes très enthousiastes à l'idée de jouer ce match. C'est enfin la phase à élimination directe. Ca me plaît beaucoup. Nous avons beaucoup de respect pour ces Belges mais nous n'avons pas peur. On a faim. Il faudra les bousculer, être agressifs. Mais il faudra surtout ne pas leur laisser trop d'occasions car ils en marquent une sur deux. Notre défense sera une forteresse.

Les Belges sont très forts en fin de match. Par trois fois, ils se sont imposés dans les dernières minutes. Cela vous inquiète ?
Il faudra aussi présenter une équipe performante dans les derniers instants. Voire 120 minutes et même davantage. Ce type de rencontre, c'est une des situations extrêmes du football. Les joueurs en sont conscients. Nous avons travaillé pour nous y préparer. Il y a six semaines, nous étions à l'Université de Standford en Californie pour construire un effectif capable de jouer 120 minutes. Les joueurs sont tellement frais qu'on a l'impression que le tournoi vient à peine de commencer. On a la pêche.

Le football progresse aux Etats-Unis. Beaucoup disent que vous serez encore plus forts en 2018 ?
Chaque équipe, chaque cycle doit faire ses preuves. Je ne pense pas à 2018. Je veux aller loin ici et maintenant. Des joueurs comme Dempsey, Jones, Altidore... c'est leur moment. Ce qui vient après, on aura le temps d'en discuter. Parlons donc uniquement de cette génération dont on doit tirer le maximum de son potentiel. Nous nous sentons poussés par les fans américains qui ont fait le déplacement en masse au Brésil.

Jasy Altidore pourrait-il jouer mardi ?
On ne sait pas mais il est disponible, c'est ce qu'on voulait. Les médecins ont fait un travail formidable. Combien de minutes peut-il jouer ? On verra pendant le match. Il est revenu à l'entraînement avec l'équipe il y a trois jours.

Votre gardien Tim Howard redoute-t-il ces Belges qu'il croise régulièrement en Angleterre ?
Tim connaît bien les Belges puisqu'il a joué avec et contre eux en Premier League. C'est donc un bon "scout" (une personne chargée par un club de superviser les différents championnats en vue de recruter). Dans l'éventualité d'une séance de tirs au but, c'est un avantage. Il faut être préparé à ce genre d'exercice. Nous sommes prêts, ce qui ne veut pas dire qu'on mettrait les cinq tirs.

Le sélectionneur belge Marc Wilmots est un de vos amis, non ?
Oui. J'admire sa personnalité. C'est quelqu'un de sérieux mais qui ne se prend pas au sérieux. C'est un blagueur. Il est toujours de bonne humeur. Il insuffle beaucoup d'énergie à son équipe. Ce qu'il réussit est admirable. On est en contact régulier. Nous devions disputer un match amical face aux Belges quelques jours avant le début du Mondial. Mais nous l'avions annulé à cause du trafic à Sao Paulo.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 0:48

Belgique, Wilmots : "Le groupe va tout faire pour forcer les quarts"



Le sélectionneur de la Belgique Marc Wilmots considérerait comme un échec une élimination en 8e de finale mardi face aux Etats-Unis.

Comment abordez-vous ce match face aux Américains ?
Un autre tournoi commence. C'est fini les calculs. Le groupe est à sa place en 8e et va tout faire pour forcer les quarts de finale. On veut le faire.

Ce serait un échec de ne pas être en quarts ?
Oui, ce serait un échec. Mais tellement de choses peuvent se passer et influencer un résultat. Regardez le tir chilien sur la latte à la dernière minute du match face au Brésil !

Justement, le sélectionneur Jurgen Klinsmann a critiqué la désignation d'un arbitre algérien, parlant français...
Et moi je pourrais me plaindre de cette désignation car nous avons battu l'Algérie au premier tour. Je ne veux pas rentrer dans ce jeu-là. Francophone... De toute façon, je ne parle pas avec les arbitres. Globalement, je trouve qu'ils font un bon Mondial. Webb a été formidable lors de Brésil-Chili.

Vous aviez battu les Etats-Unis l'an passé, 2-4 en amical à Cleveland...
... Mais un Mondial c'est très différent. C'est une grosse équipe. Bradley et Jones vont vite pour s'infiltrer. Il faudra éviter ça. Mais c'est à nous de faire le jeu. On a l'habitude d'avoir le contrôle du match.

Comment vivez-vous les critiques sur votre niveau de jeu alors que vous avez aligné trois victoires ?
Je laisse les gens se plaindre, nous on avance. On ne va pas se taper la tête au mur. Quand je vois que l'équipe donne tout, je n'ai pas de regret. On a une équipe jeune, invaincue depuis longtemps en matches de compétition...

Vous marquez toujours en fin de matches. Une explication ?
Ça ne se travaille pas mais tu injectes du sang frais, il est logique que cela ait un impact. Je coache en fonction du déroulement du match. Quand il faut faire un changement, je le sens dans mon ventre. J'ose. Les joueurs aussi. Le foot c'est aussi question de feeling.

La Belgique a joué dans le fraîcheur du sud au premier tour, les Etats-Unis dans la chaleur du nord. Les Américains ont aussi beaucoup plus voyagé. Cela aura-t-il un impact ?
On sera peut-être plus frais même si je pense que les USA ont été très bien préparés à la chaleur. De mon côté, j'ai pu gérer mon noyau comme je l'espérais et aucun de mes joueurs n'est fatigué. Si la chaleur sera un critère, je ne pense pas que les longs déplacements en avion des Américains auront une influence sur le match.

Vincent Kompany, Thomas Vermaelen et Marouane Fellaini sont-ils prêts à jouer ?
Vincent, je ne sais pas. On surveille son évolution. Thomas est trop court pour demain. Mais pour un éventuel quart, il sera là. Il reprend le collectif dans un jour ou deux. Pour Marouane, il est apte, sans problème.

Eden Hazard est prêt à sortir un gros match ? Il est sous pression ?
On tourne toujours autour d'Eden. On demande beaucoup à un garçon qui a déjà beaucoup donné. Lui il est tranquille et ne se met pas de pression mais il a beaucoup d'ambition. Quand l'adversaire se livre, il est dangereux mais c'est la même choses avec Mertens et De Bruyne.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 0:51

Etats-Unis : Dempsey veut une tactique offensive



L'attaquant Clint Dempsey veut voir des Etats-Unis entreprenants comme contre le Portugal et moins frileux que contre l'Allemagne, mardi en 8e de finale face à la Belgique, a-t-il déclaré lundi.

"Contre le Portugal, nous nous étions créé beaucoup d'occasions car nous misions sur la possession de balle. Les attaquants étaient mieux soutenus et plus en confiance que contre l'Allemagne", a expliqué Dempsey à propos de deux matches du premier tour.

Se tournant vers son sélectionneur Jurgen Klinsmann, Dempsey a toutefois ajouté que c'était "au coach de décider".

"Quels que soient les choix que le coach a fait lors de ces matches, ils étaient bons puisque nous sommes qualifiés", a-t-il ajouté.

L'attaquant texan s'est dit "heureux de faire partie du top-16" mais assure que lui et ses équipiers en veulent "plus".

"Nous sommes sortis d'un groupe terrible avec l'Allemagne, le Ghana et le Portugal. Donc, désormais, nous n'avons peur de rien", a-t-il affirmé.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 0:54

Belgique : Witsel souligne l'importance du mental face aux USA



Le milieu de terrain belge Axel Witsel a souligné lundi "l'importance du mental" avant d'affronter les Etats-Unis en 8e de finale du Mondial mardi à Salvador, estimant que la clé du match se trouve "au mileu de terrain".

"C'est un match qui se jouera au mental et au milieu de terrain. Les Américains ont d'excellents infiltreurs mais nous aussi", a indiqué en conférence de presse le joueur du Zénit St-Petersbourg.

Witsel a aussi fait part de son admiration pour son coéquipier en sélection, Eden Hazard, en qui il fait confiance "pour faire la différence".

"Je suis convaincu qu'on va voir du grand Eden demain (mardi), on lui fait confiance", a-t-il ajouté.

Witsel serait suspendu pour un éventuel quart de finale en cas d'avertissement mardi.

"Je jouerai comme d'habitude, sans y faire attention", a-t-il assuré.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 1:08

Belgique 2 - Etats Unis 1
L’histoire belge continue




Depuis le début de la Coupe du Monde de la FIFA 2014, la Belgique a toujours pris un malin plaisir à faire trembler ses supporters pour finalement faire la différence dans les dernières minutes. 100% de ses buts ont été inscrits dans les 20 dernières minutes. Elle n’a pas dérogé à la règle, s’offrant une victoire dans les prolongations, les cinquièmes à ce stade de la compétition. Un record.

Les Diables Rouges ont pourtant tenté de briser cette routine dès le début de match. Le coup d’envoi est à peine donné que Divock Origi s’offre une occasion en or (1'). Tim Howard brille déjà. Puis De Bruyne d’un tir aux 20 mètres (23’) et Vertonghen d’un raid suivi d’un centre mettent le feu à la défense américaine (27’). En vain. La Belgique domine stérilement, ne laissant qu’une demi-occasion à son adversaire, un tir lointain de Jermaine Jones largement à côté (33’).

La  deuxième mi-temps ressemble étrangement à la première : les Rouges mettent la pression sur les Stars and Stripes dès le début, mais les tentatives de Dries Mertens (47’, 60’), et d’Origi (56’) trouvent les gants d’Howard, le panneau d’affichage ou le poteau. Axel Witsel (67’) et Kevin Mirallas (76’) n’ont pas plus de succès sur leur tir croisé.  De leur côté, les USA procèdent par contre et n’inquiétent vaguement Courtois que sur des tirs de loin signés Clint Dempsey (71’ et 74’). Rentrés dans le "Belgique-time", les Diables accentuent leur pression, mais Howard se montre impérial (76, 79’, 87’, 88’). 

Il faut la prolongation pour finalement voir le portier américain aller chercher le brazuca au fond de ses filets. Servi par Romelu Lukaku, Kevin de Bruyne ouvre la marque d’un shoot croisé (1:0, 93') avant de rendre la pareille à son passeur quelques minutes plus tard (2:0, 105'). La réduction du jeune Julian Green, 19 ans, sonne la révolte américaine (2:1, 107'). Mais le happy end est européen : l’histoire belge continue.

Homme du Match : Tim Howard (usa)

Fifa.com (01/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 12:54

Etats-Unis, Klinsmann : "Howard nous a gardés dans le match, mais..."



Le sélectionneur allemand des Etats-Unis Jurgen Klinsmann regrettait que son équipe n'ait "pas profité de la performance" du gardien Tim Howard grâce à qui (son) équipe a pu y croire" face à la Belgique avant de s'incliner mardi à Salvador.

Quel est votre sentiment après cette défaite en prolongation ?
C'est dur pour nous d'avoir perdu un match de 120 minutes en donnant tout pour nos supporters. C'était dramatique. Nous avons eu beaucoup de possibilités sur la fin mais bravo aux Belges. C'était un match qui est allé au bout du bout et je suis très fier car c'était une bataille énorme et tout le monde a donné le maximum. Nous avons été courageux face à des adversaires que nous avons peut-être trop respectés.

Que pensez-vous du match de votre gardien Tim Howard ?
Tim a été phénoménal, il a réalisé une performance d'anthologie en nous gardant dans le match. Extraordinaire ! Il aurait pu nous permettre de gagner mais il aurait fallu marquer pour cela. Il a réalisé une quinzaine d'arrêts, je me suis dit que la chance allait nous sourire sur contre-attaque. On a pu y croire grâce à lui. On en a eu des occasions, c'est positif, surtout grâce aux remplaçants. On aurait pu marquer, dommage.

Les Etats-Unis ont perdu la bataille pour la possession du ballon. Pourquoi ?
La bataille du milieu était la clé du match. Je craignais plus leurs trois milieux que les ailiers (Hazard et Mertens) mais les milieux de terrain belges ont été très forts dans le contrôle du ballon.

Pourquoi avoir attendu si tard pour effectuer vos changements?
Tout le monde était cuit. On est très généreux dans l'effort. Je ne voulais pas remplacer trop tôt par crainte d'une blessure ou de crampes d'un joueur. Donc j'attendais le dernier moment. Mes joueurs ont tous joué à fond. Je leur ai dit dans le vestiaire qu'ils avaient de quoi être fiers.

Les USA sont éliminés en 8e comme en 2010. Vous voyez des progrès ?
C'est à vous de le dire, c'est votre travail. On a travaillé très très dur ces deux dernières années. Je continue sur les fondations de Bob Bradley, de très, très bonnes base. Et je le fais en lançant de nouveaux joueurs. Je crois que le travail effectué est bon depuis deux ans. Ici, c'est dur, on est déçu mais on va se relever et passer à l'étape suivante. Certains jeunes ne sont pas encore niveau mais on va progresser. On débute un nouveau cycle. Dans deux ans on revient à Rio pour les JO. Et dans quatre ans, nous serons prêts pour la Russie-2018.

Il y a eu beaucoup de blessures musculaires... Pourquoi ?
Ce qui amène les blessures, c'est la fatigue. L'intensité jamais connue avant pour beaucoup de mes gars. Mais je trouve que nous n'avons pas eu tant de problèmes que cela compte tenu des conditions extrêmes au Brésil. Et le Mondial, c'est un niveau très différent de ce que nos joueurs connaissent.

Quel est la base sur laquelle vous aller construire l'avenir ?
Grâce à l'expérience, on va beaucoup apprendre de ce qu'est vraiment le haut niveau, le rythme. Le haut niveau, c'est un style de vie, une philosophie: nos jeunes ont beaucoup appris ici.

Fifa.com (01/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 12:55

Belgique, Wilmots: "Vous avez eu du spectacle, ça, c'est fait !"



Le sélectionneur de la Belgique Marc Wilmots était heureux de la qualification pour les quarts de finale mais également d'avoir offert du spectacle: "Maintenant, vous en avez eu. Comme ça c'est fait", a-t-il déclaré mardi à Salvador.

Quel est votre avis sur la match ?
On a vu une Belgique conquérante, avec un dispositif fait de beaucoup de mouvements. 26 ou 27 tirs cadrés mais un grand gardien en face, Howard. C'est une victoire méritée. Nous étions critiqués sur la qualité de notre jeu, sur le manque de spectacle ? Maintenant vous en avez vu. Comme ça c'est fait ! Mais pas besoin de crier que c'est magnifique. En terme de résultat on ne peut pas faire mieux, on aligne les matches en étant invaincus depuis deux ans. Mais ce qui m'intéresse, ce ne sont pas les commentaires mais le match suivant face à l'Argentine.

C'était un match très intense. Quelles sensations avez-vous éprouvées ?
Normalement quand tu domines et que tu rates tout, tu ne passe pas. C'est souvent comme ça... C'est la vie, c'est comme ça. J'ai donc eu un peu peur. Mais on a un gros mental et une super condition physique. Je crois que le public a apprécié. Moi aussi.

Vous êtes resté longtemps à discuter avec Klinsmann en fin de match. Que vous-êtes vous dit ?
Il a gardé le sourire. On a discuté comme deux supporteurs, tranquillement. C'était amical. On s'est dit qu'on s'était bien amusé, moi peut-être plus que lui.

Etiez-vous inquiet de voir vos joueurs fatigués pendant la prolongation ?
Mes joueurs étaient fatigués, c'est normal. Donc on recule. Heureusement, ils ont compensé par de l'intelligence en jouant les contre-attaques. Nos jeunes n'ont pas encore eu l'occasion de jouer ce genre de match

Votre équipe est-elle la meilleure équipe de Belgique de l'histoire ?
C'est justement l'histoire qui le dira. C'est la deuxième fois seulement que la Belgique atteint les quarts de finale d'un Mondial. On place la barre très très haut et on en veut encore plus. L'entraîneur qui va suivre (dans quatre ans) ne va pas s'amuser. Le problème c'est que cela risque d'être moi !

Lukaku a enfin marqué. C'est un déclic ?
On avait critiqué Romelu au pays. Je lui avais dit: "en 8e c'est toi qui va mettre dedans". J'ai toujours eu confiance. En football, rien n'est jamais noir ou blanc pourtant vous (les journalistes) ne semblez pas connaître le gris. Lukaku a bien remplacé Divock Origi qui lui faisait un grand match. Il était encore frais quand je l'ai changé mais il venait de buter quatre fois sur un grand Howard. Je me suis donc dit que ce n'était pas son jour.

Maintenant, voilà l'Argentine...
Ça c'est un question pour demain ou après-demain. Ce sera un autre match. Elle joue en 5-3-2 avec ses quatre fantastiques et deux défenseurs latéraux qui montent beaucoup. Mais c'est une équipe qui manque d'équilibre. Cette fois, on ne sera pas favoris mais en quart, être un peu plus fort, ça ne veut rien dire. J'ai déjà tout en tête. Messi, on ne va pas le regarder jouer. Je sais comment les prendre. Par contre, je me demande comment ils vont faire pour nous contrer. Ca va être intéressant.

Fifa.com (01/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 13:03

Belgique : Le Plat Pays ne fait plus le dos rond



Le discours était unanimement positif après la qualification de la Belgique en quart de finale, au bout de la souffrance et des prolongations contre les Etats-Unis. Au delà de la victoire, le football champagne proposé par les Diables Rouges et le feu d'artifice d'occasions a de quoi donner le sourire. S'ils ont décroché haut la main leur ticket pour les huitièmes avec trois victoires en trois matches dans le Groupe H, ils peuvent enfin confesser qu'ils n’étaient à l’aise avec leur jeu. "La manière n’y était vraiment pas. Nous étions trop tendus. Nous n’avons pas trouvé nos sensations faces aux blocs compacts que nous avons affrontés", avoue à FIFA.com Kevin Mirallas, auteur d’une entrée remarquée à l’heure de jeu contre les USA.

Ce mardi 1er juillet à Salvador, Divock Origi a donné le ton dès la première minute, à la conclusion d’une action collective. Tim Horward aussi, en remportant avec brio ce face-à-face, le premier d’une longue série. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : 38 tirs dont 27 cadrés. Vincent Kompany n’en revient toujours pas. "Nous avons été impressionnant offensivement. Le gardien a bien retardé l’échéance", souligne le défenseur pour la FIFA.

Le capitaine sait que le visage offensif qu'a souvent affiché son équipe suscite des attentes et que de nombreux spectateurs sont restés sur leur faim lors des trois premières sorties. "Il faut deux équipes pour produire un match spectaculaire", rappelle-t-il. "Les Américains ont voulu jouer offensivement. On ne demandait que ça. Les deux équipes voulaient la même chose aujourd'hui."

Au bord des larmes
Kevin de Bruyne, également interrogé par la FIFA, renchérit "Les Etats-Unis ont plus cherché à gagner qu’à éviter la défaite. Nous avons pu profiter des espaces." Celui qui a débloqué la situation au début des prolongations (93') avoue qu'il s’est amusé, avec Eden Hazard en particulier. Leur complicité a enfin pu éclater au grand jour brésilien. "Quel plaisir de pouvoir jouer sans avoir le frein à main" sourit-il. Du haut de son expérience, Daniel Van Buyten regrette néanmoins le manque d’efficacité devant le but. "Nous aurions dû mettre fin au suspense tôt dans la partie", tempère pour la FIFA le défenseur qui a souffert de voir ses attaquants tourner autour du pot. Néanmoins, il savoure lui aussi le jeu produit : "La Belgique a pu montrer qu’elle savait jouer au football. Cette fois, nous n’avons pas été contraints de livrer une guerre des nerfs. Cela s’est plus joué au niveau physique et technique."

Romelu Lukaku avait rasé les murs en avalant sa frustration après ses premières sorties brésiliennes face l’Algérie puis la Russie, lors desquelles le colosse n’avait jamais trouvé l’inspiration. Marc Wilmots avait ensuite décidé de se passer de ses services en lui rappelant qu’il ne devait pas avoir être obsédé par sa propre performance. Touché au vif, l’attaquant a eu l’occasion de prendre sa revanche lors de son entrée en jeu à la place de Divock Origi. Cela valait sans doute la peine, à l'entendre revenir pour la FIFA sur ses émotions après doublé la mise (105') : "J’ai failli pleurer après mon but. Je viens de vivre le meilleur moment de ma vie. A 21 ans, je marque en Coupe du Monde. Je me suis entraîné toutes ces années pour vivre une telle émotion."

Quant au prochain match, c'est au capitaine que revient l'honneur de l'évoquer : "Nous avons une belle à carte à jouer contre l’Argentine en quart de finale, s’ils jouent avec la volonté d’aller vers le but adverse", espère Kompany. Cela tombe bien. Ce n’est pas dans les habitudes de la bande à Lionel Messi de faire autrement…

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 18:52

Belgique : Diables, qu'il faudrait marquer plus vite !



Les Diables Rouges, auteurs d'une prestation cinq étoiles pour éliminer les Etats-Unis, se sont toutefois fait peur en raison d'un manque de réalisme offensif criant malgré une déferlante d'occasions durant les 90 premières minutes.

Selon le fournisseur de statistiques Opta, il a fallu attendre la 32e tentative belge pour l'ouverture du score dans la prolongation, à la 93e minute, par Kevin De Bruyne, grand artisan du succès (2-1) des Diables Rouges à Salvador.

D'après les mêmes chiffres, les Belges ont tiré 39 fois au but. Vingt-six de ces tentatives étaient cadrées: dix-sept ont été arrêtées ou déviées par le gardien Tim Howard, les neuf autres contrées par des joueurs de champ.

39 ! C'est le total le plus élevé lors d'un match de cette Coupe du Monde 2014.

De quoi soulever l'enthousiasme de la presse belge et internationale qui attendaient depuis le début de la compétition que cette génération dorée sorte enfin une prestation offensive à la hauteur du talent des Hazard, De Bruyne, Lukaku, Witsel, Mertens et autre Mirallas.

"La Belgique, peut-être l'équipe la plus attractive du Mondial par la quantité de ses jeunes talents, a joué la meilleure rencontre de tout ce Mondial", s'est enflammée la Gazzeta dello Sport. Mais le quotidien italien a aussi mis un bémol important: "La Belgique n'a eu qu'un seul tort, qui n'est pas le moindre en football, manquer une quantité de buts importante".

Match référence

Car, effectivement, s'il faut attendre la 32e de ses 39 occasions pour faire trembler les filets adverses, cela a un côté inquiétant que Marc Wilmots n'a pas tenté de dissimuler mardi soir.

"Ce n'était pas bon pour mon coeur. Normalement quand tu domines et que tu rates tout, tu ne passes pas. C'est souvent comme ça... C'est la vie. J'ai donc eu un peu peur", reconnaissait le sélectionneur belge.

"Willie" ne souhaitait cependant pas accabler le jeune Divock Origi qui s'est créé de nombreuses occasions sans toutefois concrétiser. "Divock était encore frais quand je l'ai changé mais il venait de buter quatre fois sur un grand Howard. Je me suis donc dit que ce n'était pas son jour", a constaté Wilmots, plaçant alors Lukaku en pointe, ce dernier marquant le deuxième but belge à la 105e minute.

"On avait critiqué Romelu au pays. Je lui avais dit: "en 8ème c'est toi qui va mettre dedans". J'ai toujours eu confiance. En football, rien n'est jamais noir ou blanc pourtant vous (les journalistes) ne semblez pas connaître le gris", s'est fâché Wilmots.

Reste que face à l'Argentine, samedi à Brasilia, il serait préférable d'être plus efficace pour pouvoir prétendre aux demi-finales.

Jamais depuis le début de cette Coupe du monde, les Belges n'ont marqué avant la 70e. Heureusement, ils possèdent la défense la moins perméable de ce tournoi avec seulement deux buts concédés en quatre rencontres.

Si la Belgique tient donc enfin son match référence en terme de spectacle, il serait toutefois dommage pour les Diables de ne pas capitaliser sur ce remarquable jeu en mouvement, sur ces jolies combinaisons qu'ils peuvent se permettre grâce à des techniciens hors pair.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 0:13

Etats-Unis : Howard met le monde à ses pieds



La Belgique venait tout juste de se qualifier pour les quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA™ pour la première fois depuis 28 ans. Mais le premier tweet d’après-match du capitaine des Diables Rouges – âgé de deux mois seulement lorsque Jan Ceulemans, Enzo Scifo et leurs coéquipiers ont brillé lors de Mexique 1986 – était bel et bien destiné à l’un de ses adversaires.

Deux mots.. TIM HOWARD #Respect #BelUSA

— Vincent Kompany (@VincentKompany) 1er juillet, 2014

Vincent Kompany n’est pas le seul à avoir salué la performance du gardien américain. Héroïque, Howard a longtemps repoussé l’échéance, réalisant pas moin de 16 arrêts, un record depuis l’arrivée des statistiques en Coupe du Monde. Maigre consolation, il est logiquement devenu le troisième joueur depuis le début du tournoi à être désigné Homme du Match Budweiser malgré la défaite de son équipe.

Les prouesses d’Howard ont fait l’unanimité auprès de ses collègues et des supporteurs des deux camps. Jürgen Klinsmann lui-même n’a pas été avare en compliments – "phénoménal", "remarquable", "incroyable" – à l’égard de son joueur. Le Wall Street Journal a évoqué, de son côté, "l’une des plus belles performances jamais observées de la part d’un gardien". 

L’Américain de 35 ans a également fait sensation sur Internet. Son nom a ainsi été mentionné 1,8 million de fois sur Twitter pendant la rencontre. Le hashtag #ThingsTimHowardCouldSave (les choses que Tim Howard pourrait sauver) a connu un certain succès, avec de nombreux montages mettant le joueur en scène auprès de dinosaures, du Titanic ou du Soldat Ryan.

Les supporteurs américains sont encore allés plus loin en lançant une pétition officielle à destination de la Maison Blanche pour que l’aéroport de Washington soit rebaptisé du nom de leur nouvelle idole, devenu un trésor national en l’espace d’une soirée.

Le tout dans la défaite

On en oublierait presque que le portier d’Everton, malgré ses arrêts spectaculaires, a terminé dans le camp des perdants. Mais comme l’ont très vite relevé ses coéquipiers et son sélectionneur, les Stars and Stripes n’auraient sans doute jamais vu les prolongations sans le talent d’Howard.

"Il a été formidable ce soir", a confié Michael Bradley à la FIFA. "C’est un joueur très important pour nous, un vrai leader. On se repose beaucoup sur lui." Les partenaires du milieu de terrain partagent à coup sûr son point de vue. Malgré la déception et toute la fatigue d’un match de 120 minutes indécis jusqu’au bout, tous ont tenu à rendre hommage à leur dernier rempart, dont l’avenir en sélection – il aura 39 ans lors de Russie 2018 – est encore incertain. "Timmy sait que nous lui faisons confiance, c’est un joueur clé de notre équipe", a confirmé à la FIFA Jermaine Jones, l’une des autres stars américaines de Brésil 2014. "Il a réalisé une très grande performance. Je ne peux que lui tirer mon chapeau."

Le héros s’est également confié à la FIFA, mais sa modestie et sa discrétion ont pris le dessus, le poussant à souligner plutôt la performance de l’ensemble du groupe. "Nous pouvons sortir du tournoi la tête haute", a-t-il déclaré. Le gardien se félicite de l'état d'esprit collectif affiché par les siens. "Nous avons réussi à sortir d’un groupe de la mort avant de faire jeu égal avec la Belgique, l’une des meilleures équipes européennes, qui devrait causer pas mal de problèmes à l’Argentine en quart de finale. Nous avons grandi collectivement, en tant qu’équipe, mais aussi humainement. La fierté l’emporte pour le moment."

Howard peut effectivement être fier de ce qu’il a accompli. Et Twitter est là pour le lui rappeler.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Belgique - Etats Unis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum