CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 18:41

Arena Fonte Nova Salvador (BRA)
05 juil. 2014 - 17:00 Heure Locale (21:00 DZ)

Quarts de finale

PAYS-BAS - COSTA RICA


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 18:45

Costa Rica : Miller incertain contre les Pays-Bas



Le défenseur costaricien Roy Miller, touché à l'entraînement vendredi et absent contre la Grèce en 8e, est incertain pour le quart de finale face aux Pays-Bas, samedi à Salvador.

"L'IRM qu'il a passée a révélé que le joueur présente une lésion aux ischio-jambiers de la jambe gauche. Il sera tenu éloigné du terrain pendant quelques jours", a indiqué la Fédération costaricienne dans un communiqué lundi.

Miller, 29 ans, qui évolue latéral gauche ou au centre aux New York Red Bulls, a disputé le troisième match du premier tour face à l'Angleterre.

En cas de forfait de Miller, la "Sele" sera à court de défenseurs, Duarte ayant été exclu en 8e face à la Grèce dimanche.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 18:46

Pays-Bas : De Jong pourrait manquer la fin de tournoi



Le milieu de terrain néerlandais Nigel de Jong souffre d'une blessure à l'aine et pourrait être forfait pour la fin de la Coupe du monde, a-t-on appris auprès de sa fédération (KNVB).

Le joueur de l'AC Milan a été examiné lundi matin par le personnel médical des Oranje et "cela ne semble pas bon", a redouté un porte-parole de la KNVB.

De Jong subira un scanner dans quelques jours qui déterminera précisément la gravité de la blessure et la longueur de l'indisponibilité, a encore indiqué la fédération sans autre précision.

"Cela semble grave", avait déclaré Van Gaal après la qualification obtenue au détriment du Mexique (2-1) dimanche soir à Fortaleza.

De Jong s'était blessé après huit minutes seulement et avait été remplacé par Bruno Martins Indi quelques instants plus tard.

Le milieu de terrain défensif était présent sur le terrain de Flamengo lundi matin où il a écouté la "causerie" de Louis van Gaal avant de regagner les vestiaires pendant que ses équipiers s'entraînaient.

Ce probable forfait de De Jong est un coup dur pour Van Gaal en vue du quart de finale face au Costa Rica samedi à Salvador.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 18:53

Pays-Bas : La leçon tactique de van Gaal



Un tableau noir dont jaillit la lumière: le sélectionneur des Pays-Bas Louis van Gaal a su modifier avec brio son schéma tactique dimanche pour battre le Mexique 2-1 en 8e de finale du Mondial et son équipe s'avère d'autant plus redoutable qu'elle est modulable.

Du 5-3-2 au 4-3-3 en passant par un "plan B" avec quasiment quatre attaquants, le technicien néerlandais a tiré profit de l'adaptabilité de ses hommes, à l'image de Dirk Kuyt: pour sa 100e sélection, l'ailier a joué dans trois positions successives: arrière gauche, arrière droit et avant-centre !

Le 5-3-2, pour contrer

Depuis le début du Mondial, les Pays-Bas de Van Gaal ont basé leur jeu sur une défense à cinq assez inhabituelle pour le pays du "football total", où le 4-3-3 a longtemps été un horizon indépassable.

Johan Cruyff, ancien attaquant vedette des "Oranje", s'est d'ailleurs élevé contre cette hérésie, estimant que les Néerlandais jouaient "contre-nature, trop bas".

Mais ce dispositif à cinq défenseurs, avec deux latéraux très entreprenants, a payé d'entrée: c'est dans ce schéma que les Pays-Bas ont balayé l'Espagne (5-1), championne du monde en titre, avec notamment deux passes décisives de l'arrière gauche Daley Blind.

C'est un système où les Pays-Bas ne font pas le jeu, voire abandonnent la possession de balle à l'adversaire. Mais cela ouvre des opportunités de contres aux attaquants Arjen Robben et Robin van Persie, bien alimentés par le meneur Wesley Sneijder.

Le 4-3-3, pour réagir
Depuis leur arrivée au Brésil, les Pays-Bas ont été menés au score au cours de trois de leurs quatre matches: contre l'Espagne, l'Australie (3-2) et le Mexique (2-1). Et ils ont su l'emporter à chaque fois grâce aux adaptations tactiques de Van Gaal, qui n'a pas hésité à revenir au 4-3-3.

"C'est une formation naturelle que tout joueur néerlandais connaît", expliquait le technicien juste après le match contre l'Australie.

Dimanche, sous la chaleur de Fortaleza, ses hommes se sont retrouvés menés au score à la 48e minute.

Pour réagir, Van Gaal a fait entrer Memphis Depay (56) comme ailier gauche et placé Robben à droite et Van Persie en pointe, ce qui a offert plusieurs occasions franches aux "Oranje", bien stoppées néanmoins par le gardien mexicain Guillermo Ochoa.

"Tactiquement, (Van Gaal) est l'un des meilleurs, peut-être le meilleur, a jugé Dirk Kuyt après la rencontre. Peu importe le système, les joueurs savent exactement quoi faire. Il nous avait prévenu avant le match que nous pourrions passer au 4-3-3 si nous étions menés 1-0."

Le "plan B", pour pilonner
A 15 minutes de la fin, Van Gaal a profité de la seconde "pause hydratation" accordée par l'arbitre pour demander à ses joueurs d'appliquer ce qu'il a appelé son "plan B".

"C'est une manière intelligente de profiter de cette pause", a-t-il expliqué avec malice. "C'était évidemment un système que nous avions travaillé, avec (Klaas-Jan) Huntelaar et Kuyt comme pointes. Nous devions jouer de longs ballons en profondeur, avec ces deux joueurs proches du but et Robben et Depay sur les ailes."

Soit quatre attaquants et une stratégie de pilonnage qui a porté ses fruits: sur un corner, un ballon repoussé est retombé dans les pieds de Wesley Sneijder, qui a égalisé d'une puissante frappe (88), avant que Robben n'obtienne un penalty polémique mais synonyme de victoire (90+4).

Désormais en quarts de finale, les Pays-Bas affronteront le Costa Rica. Et Van Gaal a déjà prévenu: son dispositif dépendra des "qualités de l'adversaire" costaricien, qui peut déjà redouter les inspirations tactiques du maître à jouer des "Oranje".

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 0:27

Le Costa Rica fait la fiesta !



Le Costa Rica a vécu un dimanche 29 juin 2014 historique qui s'est achevé par sa première qualification pour les quarts de finale d'une Coupe du Monde de la FIFA™.

Dès l'aube, la fièvre s'est emparée de la population. Une marée de maillots rouges a déferlé dans les rues, tandis que le chant traditionnel "Oé oé oé, ticos, ticos" résonnait aux quatre coins d'un pays sans doute au comble du bonheur. Dans les grandes villes telles Alajuela, San José et Cartago, des milliers de supporters se sont rassemblés devant les écrans géants installés dans les rues et la vie s'est arrêtée dans la nation toute entière pendant les plus de 120 minutes de l'intense rencontre.

L'optimisme régnait parmi les plus de quatre millions de Costaricains, qui piaffaient d'impatience avant le coup d'envoi. Tous étaient convaincus que leur sélection avait les moyens de franchir le cap atteint à Italie 1990."Le Costa Rica gagne 2:0. Aujourd'hui, on écrit  l'histoire", criait un fan enthousiaste au visage entièrement peint et vêtu des couleurs du drapeau national. D'autres allaient plus loin encore : "5:0 ! Aujourd'hui, le monde entier verra de quoi le Costa Rica est capable !"

Les maisons se sont transformées en points de rendez-vous, où famille et amis ont profité de l'heure du match, à 14h heure locale, pour se réunir autour d'un barbecue et soutenir la Sele comme s'ils étaient à Recife. "C'est de la folie. Ça fait deux jours qu'on organise ce déjeuner. Notre famille et nos amis sont tous venus habillés de rouge", commentait Kenneth Villalobos, dont la maison a servi de centre de ralliement.

Calvaire et euphorie

Environ 2000 personnes ont assisté au duel sur écran géant dans un parc Juan Santamaría d'Alajuela plein à craquer. Captivées, elles ont vigoureusement encouragé de la voix les actions des Ticos. Une même liesse a envahi les sept provinces costaricaines lors du but du capitaine, Bryan Ruiz. "Et d'un", ont hurlé les fans, entre accolades et sauts de joie.

Le but grec a fait souffler un vent glacial sur le pays. Les Centraméricains ont suivi la prolongation avec angoisse. Puis sont venus les tirs au but, une nouvelle épreuve demandant nerfs d'acier et confiance. "Éclaire-les, Seigneur", priait une dame, les larmes aux yeux. Tout le pays savait qui allait endosser le costume de héros : après sa superbe saison en Espagne, Keylor Navas, le portier aux réflexes de félin, a donné le coup d'envoi de la fiesta tica.

La Fuente de la Hispanidad de San José a accueilli un immense rassemblement. Drapeaux à la main, la population s'est répandue dans toutes les artères du pays, hurlant à pleins poumons : "On l'a fait !". "On ne veut pas s'arrêter là, on veut battre les Pays-Bas !", hurlaient les supporters, qui ont célébré l'événement toute la nuit, sans penser au lendemain… un lundi, jour de retour au bureau.

Mais ce 30 juin, peu importe si on est en retard, peu importe si on troque sa tenue de travail contre un maillot de football, peu importe si on ne parle que de ballon rond. C'est un lundi inoubliable parce que le football costaricain est entré dans l'histoire au Brésil.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 14:14

Pays-Bas : Chez les Oranje, c'est tous les jours carnaval



Les Néerlandais, qui ont souvent vécu des tournois difficiles sur le plan de l'ambiance en interne, vivent cette fois en parfaite harmonie, donnant l'impression d'une bande de copains venus fêter le carnaval à Rio.

"Par rapport à l'atmosphère de l'Euro-2012 (en Ukraine), c'est le jour et la nuit. J'ai l'impression de revivre le Mondial 2010 où là aussi l'ambiance au sein du groupe était très bonne", explique Wesley Sneijder dans les médias néerlandais.

Chez les Oranje, les batailles d'ego font partie de l'histoire de la sélection nationale.

L'exemple le plus spectaculaire remonte à l'Euro-1996, quand le milieu de terrain Edgar Davids s'était lâché dans la presse, accusant le sélectionneur Guus Hiddink d'être un "incapable" et de se laisser "manipuler par les frères De Boer et Dennis Bergkamp".

trous du cul
"Hiddink doit cesser de suivre les conseils de certains trous du cul", avait dit le joueur néerlandais avant d'être immédiatement exclu de l'équipe.

Deux ans auparavant, Ruud Gullit avait contesté l'autorité de Dick Advocaat et le positionnement qu'il lui imposait sur le terrain.

La génération dorée des Kluivert, Bergkamp et autre Seedorf n'a jamais rien gagné, minée par des egos "XXL".

En 2004, c'est Edgar Davids encore lui, qui était entré au conflit avec Advocaat.

L'Euro 2012 avait été chahuté également, Rafael van der Vaart et Klaas-Jan Huntelaar étalant leur mal-être dans la presse.

"Il y a de gros ego dans l'équipe, avait alors reconnu Sneijder, le patron du vestiaire Oranje. L'ambiance n'est pas la même qu'au Mondial 2010. Mais il n'est pas nécessaire que nous soyons tous amis pour jouer ensemble et gagner des matches".

Une affirmation en forme d'aveu. Avec les Pays-Bas, c'était un peu toujours la même rengaine...

Mais au Brésil, promis, pas de conflits. Au contraire. Si l'on pouvait craindre l'apparition de deux clans entre les finalistes du Mondial-2010 (Robben, Sneijder, Kuyt, Van Persie, Huntelaar, De Jong) et les jeunes De Vrij, Cillessen, Depay et autre Lens, il n'en est rien.

"J'avais des doutes avant le tournoi mais ils ont été vite levés. Ce groupe vit extrêmement bien. L'ambiance est super", déclare Sneijder.

Pour Dirk Kuyt, "la présence régulière des épouses (ou compagnes, ndlr) joue un rôle important".

"C'est très rafraichissant de pouvoir se retrouver en famille avec femmes et enfants les lendemains de matches", notait l'attaquant de Fenerbahce il y a quelques jours en conférence de presse.

Entraînements avec enfants
Aux entraînements, il n'est pas rare de voir les enfants des joueurs monter sur la pelouse et taper la balle avec les papas après la séance.

Et tout ce beau monde prend régulièrement du bon temps sur les plages et sites touristiques de Rio, puisque le sélectionneur Louis van Gaal a déjà accordé trois jours de congé à ses joueurs depuis le début du tournoi. C'était encore le cas ce mardi.

Les sourires sont nombreux sur les visages néerlandais même si, bien sûr, c'est toujours plus facile quand on gagne.

Van Gaal se félicite de cet état d'esprit qui est selon lui "pour beaucoup dans la qualification arrachée dimanche" face au Mexique.

"Vous avez vu comment les joueurs se sont battus pour leurs partenaires!", insistait-il en pointant notamment l'attaquant Dirk Kuyt "qui accepte de jouer arrière gauche pour le bien de l'équipe".

Fifa.com (01/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 0:36

Pays-Bas : Mondial terminé pour De Jong



Le Néerlandais Nigel de Jong, qui souffre d'une déchirure au niveau de l'aine, est forfait pour le reste de la Coupe du monde, a annoncé sa Fédération (KNVB) après avoir pris connaissance des résultats des analyses médicales mardi.

Selon la KNVB, le milieu défensif sera absent des terrains pour une période estimée à deux à quatre semaines.

C'est un coup dur pour les Pays-Bas qui affrontent le Costa Rica en quarts de finale samedi à Salvador.

De Jong, 30 ans, est l'un des joueurs d'expérience de la sélection Oranje, titulaire indiscutable en milieu de terrain. Il compte 75 sélections sous le maillot Oranje et était l'un des rescapés de l'aventure de 2010 quand les Pays-Bas avaient atteint la finale du Mondial sud-africain.

Dans la tactique défensive des Pays-Bas, il occupait un rôle de sentinelle devant la défense à cinq des Oranje. Depuis le début du tournoi, il était considéré comme l'un des meilleurs joueurs de l'équipe.

De Jong restera avec ses équipiers néerlandais jusqu'à la fin du tournoi. Il entamera sa rééducation à Rio.

Dans le onze de Louis van Gaal, le joueur de l'AC Milan pourrait être remplacé samedi par Leroy Fer ou Daley Blind.

Nigel de Jong s'était blessé après une dizaine de minutes de jeu face au Mexique en huitième de finale. Il avait été remplacé un peu plus tard par Bruno Martins Indi.

L'ancien joueur de l'Ajax, Hambourg SV et Manchester City a vécu une saison en dents de scie, marquée d'abord par des blessures à l'automne puis un retour au premier plan au printemps. Il a été l'un des meilleurs éléments d'un AC Milan à la dérive.

"Nigel est un des moteurs de l'équipe, son absence serait très préjudiciable", avait dit lundi Wesley Sneijder.

"Il est indispensable à l'équilibre de l'équipe. On est toujours plus tranquille quand il est sur le terrain", avait renchéri au cours de la même conférence de presse Arjen Robben.

Fifa.com (01/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 13:04

Costa Rica : Pinto ou la réussite costaricienne personnifiée



Le sélectionneur Jorge Luis Pinto vit pleinement son rêve et personnifie mieux que quiconque la réussite insolente du petit Costa Rica au Mondial-2014, où il affrontera la grande armée Oranje samedi à Salvador en quart de finale.

"Toute ma vie, j'ai rêvé de disputer un Mondial!", a récemment confié Jorge Luis Pinto, à la tête des "Ticos" depuis 2011.

A 61 ans, le Colombien n'avait rien fait de bien particulier pour attirer l'attention (un 1er tour de Copa America avec la Colombie en 2007, un quart de finale de Gold Cup avec le Costa Rica en 2013) jusqu'à, bien sûr, la retentissante victoire (3-1) sur l'Uruguay de Cavani et Suarez, demi-finaliste du Mondial-2010, en poules. L'un des trois poids-lourds du fameux groupe D, avec l'Italie et l'Angleterre, a été dépassé, bousculé et assommé.

"Victoire surprise", décrétaient les spécialistes. "Je ne sais pas quelle est la limite supérieure du Costa Rica, mais aujourd'hui, elle a très bien joué", reconnaissait, plus prudent et en fin connaisseur, Oscar Tabarez, le sélectionneur de l'Uruguay.

Pinto, lui, savait que le meilleur était à venir. Depuis le tirage au sort qui avait placé son équipe dans le "groupe de la mort", il a méthodiquement étudié les forces et faiblesses de ses adversaires. Il a aussi tenté de faire appliquer à ses joueurs la philosophie et les méthodes de travail des sélections qui obtiennent de bons résultats.

"Le football est ma vie, ma passion, ma profession et ma distraction!" En une phrase, Pinto a résumé sa philosophie du football moderne: un jeu où chacun des joueurs doit pouvoir retirer du plaisir même si chacun doit respecter les règles et donner le meilleur de soi-même.

Mourinho en modèle
Passionné, méthodique, exigeant, Pinto n'a qu'un modèle et maître: José Mourinho, le manageur de Chelsea.

"Mon premier travail réside dans la formation et la méthodologie afin d'obtenir la meilleure stratégie d'entraînement possible. Je suis d'accord avec Mourinho qui clame que le football est d'abord une méthodologie de l'entraînement: la conception, la pratique et bien sûr la stratégie", dit-il.

Sa réaction après la victoire sur l'Italie (1-0), une qualification en 8e de finale à la clé, illustre parfaitement cet état d'esprit: "nous ne nous reposons pas sur nos lauriers. Notre Coupe du monde est loin d'être terminée".

Le travail et encore le travail, comme aime à répéter "The Special One". Et mettant ses paroles en actes, ses hommes ont tenu en échec l'Angleterre (0-0) pour sortir invaincus des poules. Renvoyant au pays Italiens et Anglais, anciens champions du monde.

"Nous avons montré que nous pouvions jouer du bon football et cela me rend fier", s'est alors autorisé Pinto, qui a démarré sa carrière d'entraîneur en 1984 aux Millonarios de Bogota.

Les médias internationaux étaient, eux, obligés de se pencher sur le cas du Costa Rica, un pays de 51.100 km² de 4,8 millions d'habitants, coincé entre le Nicaragua au nord et le Panama au sud.

Même s'il se trouve à la tête de l'une des plus "petites" Fédérations des 32 pays présents au Brésil, Pinto avait préparé "sa" première Coupe du monde en ne laissant rien au hasard.

"Le football évolue comme fait le monde, les voitures, les ordinateurs. Nous devons donc évoluer, nous aussi, pour être en phase avec ces changements", a-t-il expliqué.

A dix contre onze Grecs en 8e de finale, les Costaticiens ont fait étalage d'un extraordinaire courage et une rare abnégation, sans jamais perdre de vue l'objectif final: la qualification.

"On va affronter une équipe extraordinaire, mais on est heureux de le faire. Je ne sais pas jusqu'où on peut aller. Nous respectons les Pays-Bas, mais on veut gagner. On va tout donner, c'est un moment qui ne revient pas souvent dans une vie", a clamé Pinto.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 18:47

Pays-Bas, Robben : "Je prends énormément de plaisir"



"Je n'échangerais Robben contre aucun autre joueur. Il fait une Coupe du Monde exceptionnelle." L'hommage de Dirk Kuyt est l'un des plus élogieux entendus au Brésil. Et si la première partie de son satisfecit trouvera sans doute des contradicteurs chez les fans de Messi, Neymar ou autres Ronaldo, la seconde fait l'unanimité.

Arjen Robben est sans conteste l'un des acteurs les plus brillants de cette Coupe du Monde de la FIFA™. Flamboyant depuis le début de la compétition, il est l'âme et le moteur des Pays-Bas.

Le tournoi n'a pas été tendre pour les hommes de Louis van Gaal, contraints pour la troisième fois de revenir au score pour s'imposer sur le Mexique en huitièmes. Mais quand les choses se compliquent, Robben répond présent. Fer de lance des attaques oranje, il s'est jeté dans la bataille à coup de buts et de passes décisives.

Le Costa Rica a sans aucun doute repéré d'où viendrait le danger lors des quarts de finale de samedi. Un danger d'autant plus grand que l'ailier du Bayern Munich goûte chaque seconde de son aventure brésilienne, comme il l'a confié à la FIFA. Il n'est donc pas prêt à laisser qui que ce soit y mettre un terme.


Comment avez-vous vécu la rencontre contre le Mexique ?
Un match épique ! Juste après, on n'arrivait pas à y croire. À deux ou trois minutes près, on quittait le tournoi. Et on a même évité les prolongations. Deux buts en cinq minutes… Quel retournement fantastique !

Avez-vous toujours cru en votre victoire ?
Non. Pendant la première période, on a déjoué quand le Mexique avait la possession, alors qu'on avait gardé la maîtrise dans nos trois premières sorties. Il faudra qu'on améliore cet aspect face au Costa Rica. D'une façon générale, je pense qu'on était plus forts quand on avait le ballon, et ça, c'est un gros avantage. Mais ils nous ont légèrement dominés en première mi-temps. On les a trop laissés jouer.

Comment l'équipe a-t-elle réussi à renverser la situation ?
On a changé de dispositif à un moment, mais je pense que c'est venu des deux côtés. On voulait marquer à tout prix et à la fin, on jouait avec trois à quatre attaquants, tandis qu'eux reculaient. Je crois qu'ils ont même fait sortir leur attaquant. Ils ont joué de plus en plus bas et nous ont laissé l'initiative. On en a profité pour se créer un maximum d'occasions.

Les remplaçants se sont une fois encore montrés décisifs. Après Memphis Depay, buteur en phase de poules, Klaas-Jan Huntelaar a marqué face au Mexique. Cela en dit long sur la qualité du groupe bâti par Louis van Gaal.
Nous avons un grand entraîneur, qui sait exactement qui faire entrer, à quel moment et comment faire bouger les choses sur le terrain. C'est fabuleux. Klaas-Jan et Memphis ont marqué, c'est vrai, mais jusqu'ici, tous les joueurs impliqués dans les matches ont fait un boulot fantastique et ont pesé sur le résultat. C'est un atout essentiel pour gagner une Coupe du Monde.

Pourquoi est-ce Huntelaar qui a tiré le penalty ?
C'était la bonne décision. Il est entré en cours de jeu, il était frais et concentré. Il a une excellente technique de frappe qui lui permet de trouver le cadre aisément, même depuis le point de penalty. J'avais confiance en lui et lui était convaincu de pouvoir marquer.

Vous avez joué un rôle clé dans toutes les rencontres jusqu'ici, ce qui pourrait vous valoir d'être élu meilleur joueur de la compétition. Comment vous sentez-vous en ce moment ?
Je me sens bien, je suis en pleine forme, du coup je peux tout donner sur le terrain. Je m'amuse beaucoup et je prends énormément de plaisir ici. Dans la deuxième période contre le Mexique, j'ai touché plus de ballons et j'ai pu porter le danger dans le camp adverse. C'est une bonne sensation. Je me sens fort sur le plan mental et physique. Je joue mon football et je suis très heureux de pouvoir aider l'équipe. Je crois que les cadres doivent prendre en charge les plus jeunes. On essaie de les accompagner et je pense qu'on a un bon mélange d'expérience et de jeunesse en ce moment. Comme je l'ai dit, on forme un bloc et on a réussi un magnifique tour de force collectif face au Mexique.

Malgré le respect qu'ont inspiré les victoires oranje, certains regrettent que l'équipe ne pratique pas le style de football propre aux Pays-Bas. Qu'en pensez-vous ?
C'est vrai, on était habitués à un jeu offensif en 4-3-3 avec deux ailiers. Mais il faut aussi prendre la qualité de l'équipe en considération. C'est ce qu'on a fait. On en a beaucoup parlé avec le sélectionneur et on a décidé de modifier légèrement le dispositif. Pour moi, c'est un système très fonctionnel, peut-être moins axé sur la domination qu'auparavant, mais quand même extrêmement efficace. En quatre matches, on a inscrit 12 buts, c'est plutôt positif.

Vous avez disputé la finale en 2010. Vous sentez-vous investi d'une mission au Brésil ?
Je pense qu'on se sent collectivement investis d'une mission. Nous ne sommes pas venus au Brésil pour profiter du beau temps et paresser sur la plage à Rio. On est ici pour gagner des matches et aller le plus loin possible. Je ne crois pas qu'on s'attendait à nous voir atteindre ce stade de la compétition, alors on peut être fiers de ce qu'on a accompli.

Que pensez-vous du Costa Rica, votre adversaire en quarts de finale ?
C'est une équipe dangereuse. Il faudra rester concentré. Les Costaricains ont prouvé leur talent dans un groupe très relevé, qui comprenait l'Italie, l'Angleterre et l'Uruguay. Ils ont été impressionnants. On devra se préparer à fond pour arriver à les battre.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 18:51

Pays-Bas : La vie sans De Jong



"Une catastrophe" pour Ron Vlaar. "Un manque énorme", pour Wesley Sneijder. L'annonce mardi du forfait de Nigel de Jong pour le reste du Mondial a jeté un froid sur l'équipe des Pays-Bas pour qui tout roulait depuis le début de la compétition.

Le milieu de terrain défensif, touché à l'aine dès la neuvième minute du huitième de finale face au Mexique (2-1), ne devrait plus fouler les pelouses brésiliennes, son absence étant estimée à deux semaines minimum, quatre semaines sans doute.

Dans l'ombre des stars Robben et Van Persie, De Jong avait été impressionnant lors des rencontres initiales face à l'Espagne (5-1), l'Australie (3-2) et le Chili (2-0), au point de recevoir les compliments publics de Louis van Gaal, qui l'avait qualifié d'"élément indispensable" à son équipe.

"Le travail qu'abat Nigel est impressionnant. Si la défense est si solide et si mes attaquants peuvent parfois se permettre de délaisser leur travail défensif pour conserver de la fraîcheur, c'est grâce à lui", avait expliqué le sélectionneur.

"Savoir montrer les dents"

"La Bête", son surnom aux Pays-Bas, est une sentinelle devant la défense Oranje, un arracheur de ballons "qui fait peur aux adversaires", dit van Gaal.

L'homme n'a pas que des partisans. Son jeu est souvent qualifié de "limite". "J'essaie toujours d'être correct mais sur un terrain il faut savoir montrer les dents", indiquait De Jong il y a quelques jours.

Son absence face au Costa Rica samedi à Salvador risque donc de pénaliser les Oranje si l'on en croit les joueurs eux-mêmes.

"Bien sûr, c'est pour lui que c'est le plus grave. Mais pour l'équipe aussi c'est une catastrophe, déclare le défenseur central Ron Vlaar. C'est tellement confortable pour les défenseurs d'avoir un gars comme lui devant nous". "Nigel est un des moteurs de l'équipe, son absence serait très préjudiciable. Il y aurait un manque énorme", avait dit lundi Wesley Sneijder. "Il est indispensable à l'équilibre de l'équipe. On est toujours plus tranquille quand il est sur le terrain", avait renchéri au cours de la même conférence de presse Arjen Robben.

A sa place, Blind

Pour remplacer le milieu de l'AC Milan, une solution s'impose: Daley Blind, qui évolue souvent dans le même registre en club, à l'Ajax Amsterdam. Il laisserait alors son poste d'arrière gauche à Dirk Kuyt.

"Je préfère vraiment évoluer à gauche de la défense, a pourtant fait savoir Blind, 24 ans, auteur de trois passes décisives depuis le début du tournoi (pas mal pour un défenseur !) dont celle, exceptionnelle, pour la tête de Robin van Persie face à l'Espagne.

"Mais Nigel est "out". Je ne dois donc pas penser à moi mais à l'équipe, poursuit-il. Je jouerai où l'entraîneur me dira de jouer", conclu le fils de Danny Blind, l'adjoint de Van Gaal.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 14:44

Costa rica : Navas, la bonne affaire



Combien faut-il débourser pour s'offrir un grand gardien? Pas forcément les 20 ou 30 millions que vaudraient un Neuer ou un Courtois, mais seulement 10 dans le cas de Keylor Navas, l'un des artisans majeurs de l'étonnant parcours du Costa Rica au Mondial.

Navas appartient au Levante, le deuxième club de Valence, jusqu'au mois de juin prochain, mais possède dans son contrat une clause libératoire fixée à 10 millions d'euros, une somme relativement modeste pour un joueur de sa trempe et que de nombreux clubs huppés semblent disposés à mettre sur le tapis.

Selon les dernières rumeurs, l'Atletico Madrid, à la recherche d'un remplaçant pour Thibaut Courtois, se serait mis sur les rangs, comme plusieurs clubs de Premier League anglaise.

Navas, lui, fait comme si de rien n'était et affirme qu'"il y a des choses plus importantes en ce moment", c'est-à-dire le parcours historique du Costa Rica, qualifié pour la première fois pour les quarts de finale du Mondial, et le choc à venir contre les Pays-Bas, samedi à Salvador de Bahia, auquel il devrait participer malgré une douleur à une épaule.

Si les "Ticos" sont encore en course, c'est en grande partie grâce aux exploits de leur portier. En quatre matches, Navas n'a encaissé que deux buts, dont un sur un penalty de Cavani lors de la victoire initiale sur l'Uruguay (3-1).

Sa performance contre la Grèce, battue aux tirs au but sur un arrêt de Navas après avoir joué en supériorité numérique pendant près d'une heure, a été saluée comme un chef d'oeuvre jusque dans le camp adverse.

Explosif, rapide, bon dans les duels
"Il a été le grand homme de la soirée. Il a évité trois ou quatre buts sur des occasions très franches. Il a été la star. Sans lui, le résultat aurait été différent", a reconnu admiratif le sélectionneur portugais de la Grèce, Fernando Santos.

Pas très grand (1,85 m) pour son poste par rapport aux stars de la spécialité, mais doté d'excellents réflexes, d'un sang-froid irréprochable dans les moments-clé et d'un courage précieux dans les duels, ce gardien de 27 ans fait penser à l'Espagnol Iker Casillas, celui de la grande époque bien entendu.

Au Costa Rica, c'est plutôt la comparaison avec l'ancien gardien de la "Sele" Luis Gabelo Conejo qui s'impose. Ce joueur, désormais passé dans l'encadrement de l'équipe nationale, avait multiplié les exploits au Mondial-90 en Italie, au point que France Football l'avait désigné meilleur gardien de la compétition, à égalité avec l'Italien Zenga. Les Costariciens l'avaient surnommé "Le lapin (conejo) qui porte bonheur", en référence aux propriétés supposées de la patte de ce mammifère.

Ravi d'avoir trouvé un digne héritier, Gabelo Conejo ne tarit pas d'éloges sur Navas. "Il est explosif, rapide, bon dans les duels. Il n'y a pas beaucoup de joueurs qui possèdent ces qualités-là dans le football européen", dit l'ancien, comme pour pronostiquer l'arrivée de Navas dans un grand club une fois le Mondial terminé.

En attendant, le petit pays d'Amérique central et son gardien vedette ont bien l'intention de jouer leur chance à fond contre les Pays-Bas.

"Ils sont favoris à cause de leurs antécédents. Mais dans un match tout peut arriver. Nous devons croire en nos chances, avec prudence et respect mais sans crainte", dit Navas, en pleine confiance après les victoires sur l'Uruguay, l'Italie et la Grèce.

"Personne ne pariait sur nous, tout le monde pensait que nous allions perdre dès le premier tour, sans le moindre point et après avoir encaissé beaucoup de buts. Ca nous a aidés et motivés. Nous croyons en nous-mêmes comme nous y avons toujours cru".

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 20:44

Pays-Bas : Blind, bien plus que le fils de Danny



Le Néerlandais Daley Blind, qui s'entraîne sous les ordres de son père Danny, l'adjoint de Louis van Gaal, s'est fait un prénom lors du Mondial brésilien en étant l'un des joueurs les plus en évidence de son équipe.

Le défenseur de l'Ajax Amsterdam, 24 ans, s'est fait remarquer dès le premier match des Oranje en offrant à Robin van Persie un ballon parfait pour que ce dernier inscrive de la tête l'un des plus beaux buts du tournoi.

Une transversale de plusieurs dizaines de mètres, qui avait déstabilisé toute la défense espagnole ainsi que le gardien Iker Casillas et qui tourne en boucle sur les télévisions du monde entier.

Pour l'icône brésilienne Zico, cette longue passe, c'est "LA" passe du Mondial.

"La beauté de ce but ne tient pas tant dans sa réalisation par Van Persie que dans la qualité et la précision de frappe de Blind. Je suis très impressionné par ce garçon", avait indiqué l'ancien N.10 du Brésil, technicien hors pair, qui n'aurait pas renié pareil exploit.

Et c'est Blind, encore lui, qui avait lancé Arjen Robben sur l'un de ses deux buts face à la Roja.

Trois passes décisives
Blind est, comme tout défenseur formé à l'Ajax, naturellement porté vers l'offensive.

Depuis le début de la Coupe du monde, il a déjà délivré trois passes décisives, ce qui démontre qu'il est bien plus qu'un garde-chiourme.

Polyvalent, le numéro 5 Oranje est capable d'évoluer en défense centrale, sur le côté gauche de la défense et du milieu de terrain ainsi qu'au poste de milieu défensif, place qu'il a occupée avec bonheur cette saison à Amsterdam où il a garni son palmarès d'un quatrième titre national consécutif.

Cette polyvalence tombe à pic au moment où le sélectionneur Louis van Gaal doit se priver de son "ratisseur" Nigel de Jong, forfait pour le reste du tournoi en raison d'une déchirure à l'aine.

Une absence considérée comme une "catastrophe" par le défenseur Ron Vlaar et un manque "immense" par le meneur Wesley Sneijder.

Une absence qui devrait entraîner le déplacement de Blind sur l'échiquier néerlandais, ce dernier prenant la place de son malheureux équipier à charge pour l'attaquant Dirk Kuyt d'évoluer au poste d'arrière gauche.

"En équipe nationale, je préfère de loin le poste d'arrière latéral, déclare Blind. Mais ce n'est pas moi qui compte mais bien l'équipe. Je jouerai où les entraîneurs me disent de jouer. Pas de problème".

Papa Danny
Parmi ces entraîneurs, un certain Danny Blind, qui officie comme premier adjoint de Van Gaal aux côtés notamment de Patrick Kluivert.

Danny Blind est un ancien grand joueur de l'Ajax avec qui il a remporté le Ligue des champions en 1995 sous les ordres de... Van Gaal.

"Ce n'est pas parce que papa est sur le banc que je suis sûr moi d'être sur le terrain", insiste Daley qui trouve pourtant très agréable d'avoir son père à ses côtés.

"Je suis très famille. Après les matches, je vais souvent le questionner sur ce qu'il a pensé de ma prestation. Je fais la même chose avec ma mère qui a assisté aux rencontres de la phase des groupes", raconte le fils prodige sans s'épancher davantage.

Blind est l'un des quatre défenseurs titulaires de la formation Oranje à évoluer en Eredivisie (avec Darel Janmaat, Stefan de Vrij et Bruno Martins Indi, tous de Feyenoord).

Pointée comme l'éventuel point faible de l'équipe, la défense, dirigée par Ron Vlaar (Aston Villa), tient plutôt bien le coup. Ce qui amène Blind à ce constat: "le championnat des Pays-Bas est souvent décrié. Moi, je vois qu'il n'est finalement pas si mauvais que cela".

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:47

Costa Rica : Campbell, le minot du clan tico



En général, le benjamin d'une équipe passe son temps à suivre les débats depuis le banc et à retenir les leçons prodiguées par les vétérans. Plus jeune joueur du Costa Rica à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, Joel Campbell, 22 printemps, apprend pourtant à nager dans le grand bain. Titulaire lors des quatre matches de la Sele, il s’affirme comme l’une des révélations de la compétition.

"Il est encore jeune, mais ce n’est pas un enfant", précise le milieu de terrain Christian Bolanos au micro de FIFA.com après une nouvelle séance d’entraînement animée. Le doyen de l’effectif centraméricain esquisse un sourire lorsqu’on l’interroge sur l'étoile montante du football costaricain. "Joel grandit vite. Dans les duels, il peut faire mal. Il est rapide et il est capable de marquer des buts."

L’œil de Wenger
Campbell n’a que 19 ans quand il est détecté par l’œil aiguisé d’Arsène Wenger. Le manager d’Arsenal lui fait signer un contrat de cinq ans. L’attaquant a beau être un parfait inconnu en dehors des frontières costaricaines, l’Alsacien, réputé pour avoir fait décoller les carrières des Thierry Henry, Robin van Persie et autres Cesc Fabregas, lui trouve un "truc" en plus. Depuis son engagement avec les Gunners, le natif de San José a passé trois saisons en prêt au FC Lorient (2011-12), au Betis Séville (2012-13) et à l’Olympiakos 2013-14) pour se frotter aux rigueurs du football européen. Loin de chez lui, il va apprendre le métier à la vitesse grand V.

La saison dernière avec l’Olympiakos, Campbell a fait grimper sa cote à l’échelle mondiale en signant un but face à Manchester United en huitième de finale de la Ligue des champions de l’UEFA. "On essaie de l’accompagner", assure l’élégant capitaine et meneur de jeu Bryan Ruiz, dont le style tout en retenue tranche avec la démarche un tantinet arrogante de Campbell. "Il a beaucoup de choses à apprendre, mais il joue un rôle important dans l’équipe. On fait attention à lui. Il est allé très haut, très vite".

Musclé et puissant, doté d’un centre de gravité bas, Campbell est affecté à un rôle à la fois ingrat et exigeant au Brésil. Seul en pointe dans un dispositif tourné vers le contre, il se retrouve à ferrailler avec des armadas de défenseurs aguerris. Sa mission consiste à contrôler le ballon, le protéger et attendre l’arrivée du soutien. Dans cet exercice qui requiert patience, maîtrise de soi, puissance physique et équilibre, le jeune homme affiche l’assurance et le calme d’un vieux briscard.

Égal à lui-même, Campbell promène sa silhouette pleine d’orgueil, d’enthousiasme et de bravoure dans le camp de base costaricain. Le garçon est très sûr de lui, voire effronté. Quand il réussit un geste d’exception à l’entraînement, ses coéquipiers plus âgés échangent petits coups de coude et regards entendus. "C’est un niveau nouveau pour moi", reconnaît l’intéressé. "C’est la Coupe du Monde, il n’y a rien de plus grand. Je veux être performant ici. Je veux marquer des buts et aider mon équipe d’une façon ou d’une autre. Ce n’est pas parce que je suis jeune que l’on attend moins de choses de moi."

Un vrai rôle
Campbell fait partie de ces joueurs capables de transformer une bonne équipe en grande équipe. Face à l’Uruguay, il a marqué un but et a poussé à bout le défenseur charrua Maxi Pereira, exclu pour lui avoir donné un mauvais coup. Contre l’Italie, il a fait passer 90 minutes très délicates au grand défenseur central de la Juventus Giorgio Chielini. En huitième, face à la Grèce, il a su garder son sang-froid pour réussir son tir au but sans sourciller. "On a une équipe extraordinaire", lance Campbell, qui est encore novice dans l’art de la langue de bois. Brut de décoffrage, le garçon dit ce qu’il pense. "On a travaillé très dur et on a certains des meilleurs joueurs que le Costa Rica ait jamais vus."

Jetant un coup d’œil au banc de touche, Campbell montre du doigt les Ruiz, Bolanos et Junior Diaz, artisans selon lui du succès sans précédent de la sélection tica. "Ces joueurs sont extraordinaires. Leur expérience n’a pas de prix", estime Campbell, qui souligne aussi l’apport de l’entraîneur assistant Paulo Wanchope, l’ancien attaquant vedette des Ticos, auquel il est souvent comparé. "Ils ont déjà tout connu. Ils ont joué au plus haut niveau. Ils donnent des conseils et s’assurent que les choses soient faites comme il faut."

Pour sa première coupe du Monde, le benjamin du Costa Rica s’apprête à disputer un quart de finale face aux Pays-Bas, grande puissance européenne. À la veille de ce rendez-vous de prestige, ses coéquipiers ne sont pas peu fiers de ses performances. "Il a encore beaucoup de choses à apprendre, mais on va lui donner les armes dont il a besoin", conclut le capitaine Ruiz.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:55

Costa Rica : Ruiz en terrain connu



L'attaquant du Costa Rica Bryan Ruiz, qui a posé ses valises sur la terre des polders pour la deuxième fois de sa carrière au mercato d'hiver, est un familier du football néerlandais.

De cette expérience, il tire une conviction: les Pays-Bas sont prenables en quart de finale du Mondial samedi à Salvador de Bahia.

"La Hollande est une grande équipe, mais pour être sincère, je dois dire que nous avons de bonnes chances de les battre. Je sais qu'après ce que nous avons fait ici, ils nous respectent et nous considèrent comme une sélection difficile à battre", estime le N.10 des "Ticos" et du PSV Eindhoven, âgé de 28 ans.

Bien entendu, Ruiz a beaucoup parlé de ses futurs adversaires avec son sélectionneur, le Colombien Jorge Luis Pinto. "Je connais les joueurs hollandais à la perfection. J'ai joué contre nombre d'entre eux. Bien sûr, l'entraîneur m'a posé des questions. Nous savons quel jeu ils peuvent proposer. Ce sera un match très intense", ajoute le joueur, réputé humble et affable malgré sa grande popularité au pays.

Une autre finale
Parmi les 23 Néerlandais, il n'y a que deux de ses coéquipiers à Eindhoven, le milieu de terrain Georginio Wijnaldum et l'attaquant Memphis Depay, car le PSV ne traverse pas une de ses périodes les plus fastes de son histoire. Mais huit autres, de Feyenoord ou de l'Ajax Amsterdam, ont été les adversaires de Ruiz cette saison en Eredivisie, sans compter ceux qu'il avait connus lors son premier passage entre 2009 et 2011 au FC Twente. Un séjour particulièrement fructueux qui avait été récompensé par un titre national et 24 buts inscrits en 2009-2010.

Beau gosse au pied gauche efficace, Ruiz était l'un des rares joueurs costariciens à bénéficier d'une certaine notoriété en dehors de son pays avant le Mondial grâce à son expérience en Europe. Outre la Hollande, il a aussi fréquenté la Belgique à La Gantoise et l'Angleterre à Fulham, qui l'a prêté au PSV en janvier dernier avant de sombrer en D2.

Aux côtés du gardien Keylor Navas et de l'attaquant Joel Campbell, les deux autres joueurs connus de la "Sele", ce bon manieur de ballon, adroit de la tête, a été à la hauteur de son statut au Brésil.

C'est lui qui a marqué le but de la victoire contre l'Italie (1-0), grâce à laquelle le Costa Rica est sorti vainqueur à la surprise générale du "groupe de la mort", devant l'Uruguay, battu lui aussi par les "Ticos" (3-1).

Ruiz a encore frappé lors du huitième de finale remporté aux tirs au but contre la Grèce en marquant le seul but costaricien (1-1). "Le match le plus important de nos vies", dit Ruiz.

"Mais maintenant, c'est une autre finale contre les Pays-Bas, et nous ne voulons pas en rester là", conclut-il.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:57

Pays-Bas : Van Persie à la relance



Robin van Persie, qui avait débuté son Mondial en trombe avec trois buts lors des deux premiers matches, a marqué ensuite un coup d'arrêt, et est à la relance samedi à Salvador lors du quart de finale des Pays-Bas face au Costa Rica.

Un tête splendide pour tromper Iker Casillas lors du 5-1 face à l'Espagne avait permis au monde de se rappeler que "RVP" est un buteur d'exception. En marquant deux fois lors de ce match, et une fois encore contre l'Australie, il s'était placé dans le bon sens de la marche.

Le joueur de Manchester United avait particulièrement "savouré" ce moment, rêvant même ouvertement de devenir "le meilleur buteur du tournoi".

Mais sa suspension contre le Chili, puis un match plus anonyme contre le Mexique, l'ont stoppé dans sa progression. Voire dans son retour en forme.

Mais il ne faudrait pas oublier qu'il a vécu une saison compliquée et n'a plus disputé une rencontre complète depuis le mois de mars.

Six semaines à l'arrêt
Le 22 mars, Van Persie s'était fait une entorse d'un genou en Ligue des champions face à l'Olympiakos. Verdict: six semaines de repos total, après d'autres arrêts pour blessure plus tôt dans l'année.

Cette saison à ManU, le buteur n'aura finalement disputé que 21 matches de Premier League, inscrivant toutefois 12 buts.

Et si son Mondial n'a jamais vraiment été en danger, il ne s'est pas présenté au Brésil dans les meilleures conditions, n'ayant disputé que quelques bouts de match en fin de championnat anglais.

"Je suis revenu, c'est le principal. Je manque encore de rythme mais j'ai l'avantage d'être frais", avait-il dit à l'entame du stage de préparation des Oranje, en mai.

Louis van Gaal est très prudent avec son buteur, qu'il aura sous ses ordres la saison à venir avec ManU.

Le sélectionneur ne veut pas brûler son attaquant, qu'il a retiré du jeu avant terme face à l'Espagne, l'Australie et la Mexique.

Van Persie dit "comprendre" ces remplacements, d'autant plus que Klaas-Jan Huntelaar, monté au jeu à un quart d'heure du terme en 8e de finale face au Mexique, avait été décisif, grâce à une passe décisive et un but.

"Nous sommes un groupe de 23 joueurs. L'ambiance est excellente. Je n'ai pas à me plaindre de quoi que ce soit", assure "RVP".

2006, 2010: un seul but
On sent le prodige néerlandais avide de réussir une grande Coupe du monde, lui qui n'a jamais vraiment brillé dans les grands tournois.

Un but lors de la Coupe du monde 2006, face à la Côte d'Ivoire. Un but au Mondial-2010 face au Cameroun, alors qu'il y a quatre ans, les Oranje avaient atteint la finale et donc disputé sept rencontres.

"Je me suis souvent mis trop de pression", reconnaît Van Persie qui, à sa décharge, a souvent été soumis à rude concurrence au poste d'avant-centre depuis le début de sa carrière en Oranje, avec des joueurs tels Ruud van Nistelrooy, Dirk Kuiyt ou Huntelaar, son principal rival ces dernières années.

Après avoir confisqué le brassard de capitaine à Wesley Sneijder l'an passé, l'attaquant formé à Feyenoord serait devenu "plus serein", dit-il. Il est avide de reconnaissance, et ce cadeau de Van Gaal lui aurait démontré qu'il n'a désormais plus rien à prouver.

Si ce n'est en réussissant cette fois un grand Mondial.

"Je joue libéré. L'équipe est meilleure qu'annoncée par certains observateurs. La finale est possible", assure-t-il avant le duel face au Costa Rica.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 21:07

Pays-Bas, Van Gaal : "Nous ne sommes pas une équipe fantastique"



Le sélectionneur des Pays-Bas Louis van Gaal ne dispose pas "d'une équipe fantastique" mais "d'une équipe difficile à battre", a-t-il déclaré en conférence de presse vendredi à Salvador à la veille du quart de finale face au Costa Rica.

M. Van Gaal, les Pays-Bas sont favoris de ce match. N'y a-t-il pas un risque de sous-estimer le Costa Rica ?
Absolument aucun. Les joueurs sont ambitieux. Ils savent que le match de samedi est une étape importante pour la finale. Sous-estimer un adversaire pourrait nous priver de cet objectif. Mes joueurs ont l'occasion de devenir champions du monde lors du meilleur mondial de ces 30 dernières années. Les médias néerlandais ne s'attendaient pas à ce qu'on aille si loin. Mais nous, notre objectif a toujours été le titre.

Vous revenez à Salvador où vous aviez écrasé l'Espagne en début de tournoi. Quelle évolution voyez-vous depuis ce premier match ?
A l'époque, tout le monde était en forme. Ce n'est plus le cas maintenant. J'ai perdu Nigel de Jong qui est un joueur difficile à remplacer car il est le seul à disposer de certaines caractéristique. Il met la pression sur l'adversaire comme personne. C'est une grosse perte qu'il faudra compenser. Mais par rapport au match face à l'Espagne, mon groupe a gagné en confiance. C'est ma principale satisfaction.

Le jeu n'est pas toujours au rendez-vous. Vous ne misez pas sur la possession de balle...
Nous ne sommes pas une équipe fantastique mais nous sommes une équipe difficile à battre. Quand l'adversaire est en possession de balle, nous sommes une des meilleures équipes du monde, si pas la meilleure. Mais nous savons nous adapter, changer de système. Nous l'avons prouvé en revenant au score à deux reprises. En général, au fil de la rencontre, on devient plus créatif".

Quel Costa Rica attendez-vous ?
Nous avons déjà affronté le Chili et le Mexique qui ont un jeu un peu similaire. Le Costa Rica attaque un peu de la même façon. Ils mettent de la pression. On sait comment ils vont jouer. Je vais anticiper.

Les Pays-Bas ont déjà concédé quatre buts. Cela vous préoccupe ?
Deux des quatre buts ont été inscrits sur penalty. Il faut relativiser. Ce que je constate c'est que nous avons été capables de revenir au score à deux occasions. Demain (samedi), on débutera comme d'habitude avec l'objectif de marquer. On a un plan tactique que les joueurs vont tenter d'appliquer mieux possible".

Votre plus grande expérience pourra-t-elle faire la différence samedi ?
Mon groupe est jeune mais j'ai cinq joueurs (Kuyt, De Jong, Robben, Van Persie et Sneijder) qui ont déjà vécu une finale de Coupe du monde et qui ont beaucoup d'influence sur le reste du groupe. C'est très plaisant pour un coach de disposer de tels éléments".

Beaucoup de buts tombent en fin de match durant ce Mondial. Comment l'expliquez-vous ?
En première période, les joueurs sont très disciplinés. On voit les équipes jouer en bloc. Mais cette discipline s'évapore avec la chaleur et la fatigue. Il y a donc davantage de buts en fins de matches. Mais ça ne me fait pas peur nous concernant. On s'est entraîné dur. On ne dois pas s'en faire concernant la condition physique de mes joueurs".

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:28

Costa Rica, Pinto : "Une occasion unique et historique"



Le sélectionneur du Costa Rica Jorge Luis Pinto veut saisir "cette occasion unique et historique" d'atteindre les demi-finales d'un Mondial en "faisant le maximum pour battre les Pays-Bas" samedi à Salvador.

Avez-vous conscience de vivre un grand moment avec le Costa Rica ?
Bien sûr. Samedi, ce sera une occasion unique et historique. Nous allons donner le maximum. Tout le monde veut bien jouer. On veut et on peut gagner. Je suis conscient que les Pays-Bas disposent d'une équipe difficile à jouer. Mais nous allons attaquer. On n'aura pas peur. J'espère qu'on offrira un bon match demain et que nous serons les meilleurs.

Qu'avez-vous appris du 8e entre les Pays-Bas et le Mexique ?
Le Mexique, qui faisait un très bon match, a perdu le contrôle car les Néerlandais ont changé de système et il a été très difficile de s'adapter. Contre nous, je ne pense pas qu'ils joueront en 4-3-3; il nous laisserons la possession. Mais on verra demain. Nous somme prêts à tout. Il faudra surtout neutraliser leur attaque qui est très dangereuse. On a une idée très claire de ce qui nous attend. J'ai donc préparé l'équipe en fonction de ce à quoi je m'attends.

Avez-vous gagné en maturité durant ce tournoi ?
Oui, en ayant survécu à des situations compliquées, contre l'Uruguay notamment, on gagne forcément en confiance. Je le ressens très fort dans l'approche qu'ont les joueurs pour le match de demain.

Vous n'avez concédé que deux buts, comme la Belgique. La défense, c'est votre force ?
Quand on analyse les matches, on réalise que la plupart des équipes qui ont gagné l'ont fait car elles défendent bien, à l'exception peut-être de l'Allemagne et des Pays-Bas. C'est la raison pour laquelle j'ai bâti mon équipe sur une défense solide et un incroyable gardien. Keylor Navas a pris du coffre en Espagne et est devenu très important au point de donner de la confiance à ses équipiers.

Il sera bien utile pour contrer Van Persie et Robben...
Nous avons joué contre l'Angleterre, l'Italie, la Grèce, des équipes avec de grands attaquants que l'on a su contrôler. J'espère que l'on pourra faire de même face aux Pays-Bas, même si ce ne sera pas facile. J'ai surtout peur des plongeons de Robben. Je demande à la Fifa d'être attentive à ça car c'est très important pour le bon déroulement du match. Il est un des quatre meilleurs joueurs du monde, mais d'un autre côté, on sait que les arbitres peuvent se tromper quand il plonge et cela me fait peur. J'espère que les arbitres seront très prudents et qu'ils ne commettront pas d'erreur.

Le Costa Rica a gagné la sympathie des spectateurs brésiliens. Le stade pourrait vous soutenir samedi...
Ca pourrait être utile. Je les remercie pour ce soutien. Les Sud-américains se sont toujours soutenus dans des circonstances similaires. Nous aussi, nous supportons le Brésil quand nous en avons l'occasion.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:20

Pays-Bas 0 - Costa Rica (tab 4-3)
Krul, et tout s'écroule




Les Oranje ont dominé la rencontre, mais ont perpétuellement buté sur un Costa Rica héroïque. Les Ticos ont défendu avec hargne, tout en se montrant habile sur quelques contres, avec ce feu sacré qui leur a permis d'arriver jusqu'à ce quart de finale.

Keylor Navas était dans un grand soir. Robin van Persie, Wesley Sneijder et Memphis Depay en ont tous fait les frais en première période. Les Ticos se montraient dangereux après l'heure de jeu avec une tête au dessus de Giancarlo Gonzalez (65'), mais les vagues oranje ont repris de plus belle. Navas était sauvé par son poteau, ses réflexes ou sa transversale pour pousser les Néerlandais en prolongation.

Le show Navas se poursuivait avec une horizontale sur une tête piquée de Ron Vlaar (93') alors que Jasper Cillessen répondait présent sur la tentative de hold up de Michael Urena (117'). Le portier néerlandais était remplacé juste avant les tirs au but par Tim Krul, dont les arrêts sur les tentatives de Bryan Ruiz et d'Umana libéraient enfin les Pays-Bas, qui ont rendez-vous avec l'Argentine le 9 juillet à Sao Paulo, en demi-finale.

Homme du Match : Keylor Navas (CRC)

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:22

Costa Rica, Pinto : "Le Costa Rica peut être fier"



Le sélectionneur du Costa Rica, Jorge Luis Pinto, était "heureux et fier" de la prestation de ses joueurs qui "ont montré une visage positif et digne du pays et de son football" durant le Mondial, a-t-il déclaré samedi soir à Salvador.

M. Pinto, quel est votre sentiment après cette élimination ?
Nous nous sentons heureux. Il n'y a pas de tristesse mais de la joie d'avoir été ici. Merci aux Brésiliens qui nous ont soutenus. Merci au public de toutes les villes. Personne ne croyait en nous sauf tous ces gens peut-être. Mais on a réussi de superbes choses. On a joué contre de grandes formations. Mes joueurs ont été admirables. Nous n'avons pas à rougir de notre prestation.

Quel est l'héritage que vous laissez au foot costaricien ?
Nous avons prouvé que nous pouvions faire jeu égal avec les grandes nations. Nous avons fait preuve de puissance physique, d'engagement. Et nous avons proposé du beau football. Nous avons montré une visage positif et digne du pays et de son football. Le peuple costaricien doit être fier de son équipe nationale. Nous étions venus avec beaucoup de respect pour l'Italie, l'Angleterre et l'Uruguay mais nous n'avons eu peur de personne.

Echouer aux tirs au but est ce qu'il y a de plus frustrant ?
Oui car les tirs au but c'est souvent une question de chance. Dommage car on a montré un beau spectacle face à une équipe composée de joueurs qui évoluent dans les grands championnats. On était bien dans le match, parfois chanceux mais nous avons eu nous aussi des possibilités de l'emporter.

Qu'avez-vous dit à Robben à la fin du match ?
Je lui au dit qu'il aurait pu nous laisser gagner lui qui a déjà tellement remporté de prix. C'est un excellent joueur. Je l'ai félicité pour son gros match.

Le changement de gardien chez les Néerlandais à la 120e minute a-t-il eu un effet psychologique sur vos joueurs ?
Krul est peut-être un spécialiste des pénaltys, je ne sais pas. Un tel changement, je n'avais jamais vu cela avant. Mais cela ne nous a pas intimidé. Il a certes stoppé deux tirs au but mais c'est une question de chance comme souvent dans cet exercice.

Votre défense à cinq n'aura finalement concédé que deux buts en cinq matches ?
Ce n'est pas seulement la défense à cinq qui nous rendait imperméable mais le travail de toute l'équipe et d'un grand gardien (Navas). Tout le monde presse l'adversaire. On a souvent perdu la balle bêtement mais globalement, on a toujours bien résisté. On a joué cinq matches et concédé deux buts dont un sur penalty. Notre défense, c'est onze joueurs.

Un mot sur Navas, à nouveau incroyable, mais qui n'a rien pu faire lors des tirs au but ?
Navas été le meilleur gardien du tournoi. Ce joueur ne pouvait pas tout arrêter. Je répète que pour stopper un tir au but, il faut de la chance. On ne peut pas toujours en avoir.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:23

Pays-Bas : Euphorie hollandaise après la guerre des nerfs



Les Pays-Bas étaient euphoriques samedi soir après la qualification de leur équipe pour les demi-finales du Mondial-2014, laissant exploser leur joie après une rencontre "épuisante pour les nerfs".

Chapeaux, vareuses, maquillage ou perruques, les supporteurs affichaient fièrement l'orange, couleur nationale, au moment de tomber dans les bras les uns des autres.

Après plus de deux heures de nervosité, ils ont finalement exulté au terme d'une séance de tirs au but remportée avec brio.

"On a eu peur, mais au final, on passe au prochain tour et c'est cela qui compte", souligne Robin, 33 ans, qui a bravé la pluie pour venir regarder, avec 5000 autres personnes, la rencontre sur des écrans géants près de la gare centrale de Rotterdam.

"Je crois qu'on peut enfin être champions du monde", soutient de son côté Rémi, 23 ans, alors que les voitures klaxonnaient en continu.

A La Haye, les bars du centre-ville ne désemplissaient pas et les commentaires allaient bon train.

"C'était un match à sens unique, on méritait de gagner mille fois, on a touché les poteaux ou la barre plusieurs fois, cela aurait été très injuste qu'on ne passe pas", a soutenu à l'AFP Maarten, 31 ans.

Tout comme lui, les Néerlandais avaient les regards de plus en plus anxieux au fur et à mesure que les minutes s'écoulaient.

"C'était une rencontre épuisante pour les nerfs", soutient de son côté Alicia, 38 ans, une bière à la main et un chapeau de cowboy orange sur la tête : "ce n'est jamais rentré dans le but pendant la rencontre, j'ai eu peur que ce soit aussi le cas pour les tirs au but".

"Heureusement, nous sommes passés et maintenant on va jouer pour le titre", a-t-elle ajouté : "cela fait tellement longtemps qu'on le mérite, il est temps que les Pays-Bas gagnent une Coupe du monde".

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:24

Van Gaal : "Il faut utiliser les qualités des joueurs"



"Il faut utiliser les joueurs selon leurs aptitudes et leurs qualités", a expliqué Louis van Gaal pour justifier l'entrée en jeu à la 120e minute du gardien Tim Krul, héros de la séance des tirs au but face au Costa Rica, samedi à Salvador.

Quel est votre analyse de ce match ?
Je ne connais pas encore les statistiques concernant la possession de balle, le nombre d'occasions ou de ballons ayant frappé le cadre de Navas. Mais le plus important en foot, c'est le nombre de buts. Et nous n'avons pas marqué. Le match fut donc très stressant et le Costa Rica a même eu une occasion de s'imposer en fin de match. Cela n'aurait jamais dû arriver mais c'est le football et c'est la dure vie d'un entraîneur.

Pourquoi avoir changé de gardien juste avant la séance de tirs aux buts ?
Chaque joueur de ma sélection à des aptitudes et il faut les utiliser quand on pense que ça peut servir. Tim (Krul) est le plus approprié pour stopper des tirs au but. Il a une grande détente et est très imposant. On avait préparé cette session avec lui notamment. Nous sommes fiers de lui et de l'aide qu'il a apportée à l'équipe. On connaissait le règlement, on savait qu'il fallait qu'il rentre avant la fin du match mais on a attendu la 120e en prenant un risque d'attendre les toutes dernières secondes, c'est vrai.

A quel moment avez-vous pris cette décisions ?
J'ai pris la décision peu avant la 90e minute. J'ai senti que le match pourrait aller jusqu'aux tirs au but. Donc j'ai évité de faire trois changements pour avoir la possibilité d'utiliser Krul.

Aviez-vous prévenu Jasper Cillessen qu'il serait ainsi remplacé ?
Non. Lui dire avant le match c'était risquer de provoquer de la déception chez lui. Il n'était pas au courant. Un coach décide qui joue, qui est remplacé et qui entre. J'ai tenu compte des meilleures statistiques de Krul dans cet exercice. Je ne pense pas avoir pris la mauvaise décision.

Vous avez opté pour un tout nouveau schéma tactique. Pourquoi ?
Nigel de Jong n'était pas là, il est forfait. Il fallait trouver une solution pour le remplacer. Mais je n'ai pas d'autre joueur comme lui dans mon effectif. J'ai donc changé de système. Je pensais que jouer avec trois attaquants et un milieu de terrain fourni serait la meilleure solution.

Comment aller vous contrer l'Argentine ?
Contre les Belges, l'Argentine s'est quasiment contentée de défendre. La Belgique a dominé et était la meilleure équipe mais n'a pas eu de réussite. Peut-être que ce sera à nouveau un match comme contre le Costa Rica où nous nous trouverons face à un mur. Mais attention, il y a des individualités très fortes dans cette équipe. Messi notamment, bien sûr.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:30

Costa Rica : Fin d'un parcours fantas-Tico



Les Costaricains peinent à avancer dans les coursives de l’Arena Fonte Nova de Salvador de Bahía. Leur tristesse est aussi vive que les crampes qui traversent leurs jambes, lesquelles ont accumulé 240 minutes de jeu et deux séances de tirs au but au cours de la semaine écoulée.

Et pourtant, les perdants du jour restent positifs. Comment ne le serait-on pas en ayant battu l’Uruguay, l’Italie et la Grèce, en quittant Brésil 2014 sans avoir connu la défaite, et en s’arrêtant au seuil du dernier carré suite à une épreuve de vérité perdue face aux Pays-Bas ? "Le monde entier a réalisé l’existence du Costa Rica. La performance de notre groupe est très importante pour le football costaricain", assène Michael Umaña au micro de FIFA.com, qui l’invite à faire le bilan du parcours des Ticos, depuis leur surprenante victoire inaugurale face à l’Uruguay jusqu’à leur sortie de piste avec les honneurs.

Il aura fallu attendre 24 ans. Depuis qu’il avait passé le premier tour à Italie 1990, le Costa Rica s’était systématiquement arrêté au premier tour, que ce soit en 2002 ou en 2006. La Sele est donc arrivée au Brésil avec la ferme intention de mettre fin à cette tendance. "On voulait surprendre le monde entier et le Costa Rica. On voulait écrire l’histoire et je crois qu’on a réussi, grâce à tout ce que l’on a réalisé. On a réussi à conquérir les supporters brésiliens, qui ont fini par s’identifier à notre jeu, et aux fans qui ont fait le voyage depuis chez nous. Dans les tribunes, ils se sont donnés à 100 %, tout comme nous sur le terrain", raconte Giancarlo González, patron d’une défense qui ne s’est inclinée qu’à deux reprises en cinq rencontres.

L'esprit tranquille
En plus d’établir un parcours inédit pour leur pays, les protégés du Colombien Jorge Luis Pinto ont également fait mieux que tous leurs collègues de la CONCACAF, qui sont tombés en huitième ou dès le premier tour. Pourtant, les Ticos préfèrent ne pas s’adonner au jeu des comparaisons. "On n’était pas en concurrence avec les États-Unis ou le Mexique, ou aucune autre équipe de la CONCACAF. On est venus faire notre travail, on voulait atteindre nos objectifs", confirme Umaña. Son capitaine, Bryan Ruiz, ajoute en écho : "On se réjouit du parcours qu’on a réalisé et non pas d’avoir fait mieux que les autres".

Même si l’objectif de tous les participants à une Coupe du Monde de la FIFA™ est de brandir le trophée, les représentants du Costa Rica parviennent à savourer leur performance. "Je ne suis pas satisfait, mais je suis tranquille. Quand on enchaîne les victoires, on a envie de continuer. Je suis tranquille parce que je sais que l’équipe a tout donné", soutient González. "On abordait cette Coupe du Monde avec des rêves plein la tête et, finalement, on en a concrétisé plusieurs. Aujourd’hui, on est conscients d’avoir réussi quelque hose d'important. Malheureusement, on est éliminés, mais dans un match, il faut toujours un vainqueur et un vaincu", complète Umaña.

Les joueurs continuent à marcher dans les couloirs du stade et à s’encourager. Leur aventure brésilienne est terminée, mais ils savent que beaucoup de choses ont changé pendant ces quelques semaines. "On a appris à gagner. Et, pour tout dire, on avait bien envie d’aller au bout ! Mais on a de jeunes joueurs avec lesquels on va continuer de travailler. Rendez-vous en Russie !", conclut González.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:33

Pays-Bas : Les coups de poker de Louis van "Génial"



Le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, rebaptisé "Van Génial", a de nouveau pris tout le monde de court samedi à Salvador en abattant plusieurs cartes tactiques et psychologiques étonnantes pour hisser son équipe en demi-finales du Mondial-2014.

Krul : de l'influence et un choix rationnel.
Le changement de gardien de but peu avant la séance des tirs au but est évidemment le choix le plus spectaculaire. "Chaque joueur de ma sélection a des aptitudes et il faut les utiliser quand on pense que ça peut servir. Tim (Krul) est le plus approprié pour stopper des tirs au but. Il a une grande détente et est très imposant", a expliqué Van Gaal estimant "n'avoir pas fait un mauvais choix". Sauf que Krul, malgré son 1m93 et sa grande envergure, n'est pas spécialement réputé pour être un grand spécialiste des penaltys. D'après plusieurs sites de statistiques, depuis son début de carrière à Newcastle, il a stoppé seulement deux pénalties sur vingt concédés. Un taux de réussite pas forcément impressionnant mais supérieur à celui de Cillessen qui n'a lui toujours arrêté aucun pénalty depuis ses débuts chez les pros ! Van Gaal aurait aussi voulu perturber les tireurs costariciens qui ont buté deux fois sur Krul.

Trois défenseurs, trois attaquants.
Adepte du 4-3-3 cher à l'école hollandaise, Louis van Gaal avait déjà surpris tout le monde en optant pour un curieux 5-3-2 quelques semaines avant le Mondial. Malgré des matches amicaux peu convaincants, le mentor Oranje avait maintenu ce système lors du premier tour avec le succès que l'on sait et notamment le triomphe face à l'Espagne (5-1). Ce système a été très critiqué au plat pays car il force l'équipe à jouer très bas et à miser sur les contres. Ce n'est pas conforme aux habitudes néerlandaises misant davantage sur la possession de balle. Face au Costa Rica, Van Gaal a une nouvelle fois innové en évoluant avec trois attaquants et trois défenseurs. "Nigel de Jong était forfait. Il fallait trouver une solution pour le remplacer. Mais je n'ai pas d'autre joueur comme lui dans mon effectif. J'ai donc changé de système. Je pensais que jouer avec trois attaquants et un milieu de terrain fourni serait la meilleure solution", a expliqué Van Gaal. Les Pays-Bas se sont créés de nombreuses occasions. Ce système a tenu la route même si ce fut parfois poussif. Face à l'Argentine, Van Gaal pourrait conserver ce même assemblage. "Face aux Belges, l'Argentine n'a pensé qu'à défendre. Peut-être allons nous à nouveau nous retrouver face à un bloc comme le Costa Rica" a dit Van Gaal.

Kuyt, attaquant, arrière gauche puis milieu droit.
Dirk Kuyt doit se demander à quel poste il évoluera face à l'Argentine... Attaquant de pointe de formation, devenu ailier en club, le joueur de Fenerbahce a été aligné au poste d'arrière gauche face au Chili puis le Mexique avant d'émigrer de l'autre côté de l'échiquier contre le Costa Rica, dans un poste lui faisant arpenter tout le couloir droit des Pays-Bas. Van Gaal a misé sur les qualités physiques d'un joueur qui ne semble jamais fatigué. Et surtout, il peut compter sur la mentalité exemplaire de cet élément formé à Feyenoord. "Devant ou derrière, à gauche ou à droite, peu m'importe tant que je peux aider l'équipe", déclare Kuyt.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:35

Pays-Bas : Krul entre pour sortir le grand jeu



Pendant 120 minutes à l'Arena Fonte Nova de Salvador, les Pays-Bas ont cherché la faille dans la défense du Costa Rica, sans jamais la trouver. Finalement, les deux équipes ont dû se résoudre à jouer leur qualification aux tirs au but. Mais Louis van Gaal avait tout prévu. Le sélectionneur néerlandais a remplacé son gardien titulaire Jasper Cillessen par Tim Krul à la fin de la prolongation. Son pari n'a pas tardé à se révéler payant. Le portier de 26 ans a repoussé deux tentatives adverses, devenant par la même occasion le héros de la qualification pour les demi-finales de la Coupe du Monde de la FIFA 2014. 

"Nous avions dit à Tim Krul qu'il serait certainement le meilleur en cas de tirs au but, car il est plus grand. En revanche, nous n'avons rien dit à Cillessen, pour ne pas perturber sa préparation", explique le futur entraîneur de Manchester United. "Cillessen débutera le prochain match, ça ne fait aucun doute. Mais nous avons pensé que Krul serait plus efficace dans ces circonstances. Il nous a donné raison. Sur chaque tir au but, il est parti du bon côté"

Exploit surréaliste
"C'est surréaliste. Je ne trouve pas les mots pour décrire ce qui vient de se passer", s'est exclamé le dernier rempart néerlandais, très sollicité par les médias à l'issue de la partie. "J'ai vu tout le monde se précipiter vers moi. À la télévision, on voit souvent des gardiens arrêter des penaltys et offrir la victoire à leur équipe. C'est ce que je viens de réaliser, en quart de finale d'une Coupe du Monde. C'est incroyable. Je crois qu'il va me falloir encore quelques jours pour prendre la mesure de cet exploit."

Krul a su rester calme. Le joueur de Newcastle ne s'est pas contenté de deviner les choix des tireurs costaricains, il a pris la peine d'informer chacun de ses adversaires qu'il savait où il tirerait.  "J'ai bien observé les Costaricains contre la Grèce. Je leur ai donc dit que je savais où ils allaient tirer, histoire de les rendre un peu plus nerveux. Peut-être que ça a marché", poursuit le dernier rempart, un sourire malicieux aux lèvres. "J'avais déjà fait le coup à Frank Lampard. Je l'avais assuré que je savais où il mettrait le ballon et j'avais arrêté son tir. Ça a de nouveau marché aujourd'hui et j'en suis ravi."

Tout le monde n'aurait pas eu l'audace de changer de gardien juste avant une séance de tirs au but, mais la décision de Van Gaal fait évidemment l'unanimité. "Tim est étonnant", constate l'inusable Dirk Kuyt au micro de FIFA.com. "Ce n'est pas évident de rentrer en jeu pour les penalties. Mais nous savons qu'il est très à l'aise dans cet exercice. Il a été impressionnant. Il peut être fier de lui. En tout cas, nous, nous le sommes et tout le pays l'est également."

Au prochain tour, les Pays-Bas devront en découdre avec l'Argentine. En cas de nouvelle séance de tirs au but, Krul sera prêt. "Je vais étudier le profil des tireurs argentins. Les gardiens et les entraîneurs des gardiens le font avant chaque match. Nous n'avons pas de raison de changer", annonce-t-il déjà.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Pays Bas - Costa Rica

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum