CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:38

Arena de São Paulo São Paulo (BRA)
09 juil. 2014 - 17:00 Heure Locale (21:00 DZ)

Demi-finales

PAYS-BAS - ARGENTINE


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 22:18

Argentine : Higuain sort du désert et rejoint Messi



Auteur de son premier but au Brésil et d'un match plein face à la Belgique, Gonzalo Higuain s'est enfin réveillé au moment où l'Argentine s'approche des sommets et il a montré que Lionel Messi n'était finalement pas tout seul dans cette équipe.

"Messi, c'est de l'eau dans le désert. Il trouve les solutions quand on croit qu'il n'y en a pas", a déclaré le sélectionneur argentin Alejandro Sabella après la qualification des siens pour les demi-finales.

Le compliment est beau, mais l'évocation du désert rappelait en creux combien l'Albiceleste devait tout à Messi et presqu'à lui seul depuis le début du tournoi.

La blessure dès la demi-heure de jeu d'Angel Di Maria, le seul joueur offensif à suivre à peu près le rythme du maestro depuis le début du tournoi, aurait pu enfoncer les ciel et blanc mais le match d'Higuain a rassuré tous les supporters argentins.

Dès la 8e minute, l'avant-centre de Naples a réussi un geste de pur buteur pour reprendre sans contrôle un ballon de Di Maria détourné par Vertonghen et mettre fin à une longue période sans but avec l'Argentine (plus de 500 minutes).

"Je travaillais, je faisais mon boulot à l'entraînement et j'attendais ce but. Ce but allait arriver. Je me sentais bien aujourd'hui", a déclaré Higuain après le match.

"J'avais confiance en mes qualités. L'entraîneur et le staff étaient derrière moi. C'est ça qui importe pour moi. Tous les attaquants veulent marquer, c'est notre travail. Mais je pense déjà à la demi-finale. On a encore deux matches pour entrer dans l'histoire", a ajouté celui qui avait scoré à quatre reprises en 2010.

Comme Valdano
Pour expliquer son début de Mondial raté, Sabella est à nouveau revenu sur la blessure qui a perturbé à partir d'avril la saison de son joueur.

"Il a eu une fin de saison délicate avec Naples. Il a raté une partie de la préparation et a manqué quelques entraînements. C'est celui dont j'attendais le plus. Il a beaucoup couru, il a beaucoup aidé ses équipiers et il a marqué un but très important. C'est ce qu'on attend des buteurs", a dit le technicien.

Libéré par son but, Higuain a effectivement réussi ensuite une partie presque parfaite, avec énormément de travail en pointe, offensivement comme défensivement puisqu'il n'a jamais cessé de harceler les relanceurs belges.

A la 55e minute, il aurait même pu s'offrir un beau doublé à l'issue de ce rush ponctué d'un petit-pont heureux sur Kompany et conclu d'une frappe sur le sommet de la transversale de Courtois.

Le public argentin ne s'y est pas trompé, qui à plusieurs reprises a scandé "Pipa ! Pipa !" pour saluer les efforts du Napolitain, vraiment transformé par rapport aux quatre premiers matches.

Il sait aussi que comme le Maradona de 1986 pouvait compter sur Valdano (quatre buts), Messi se sentira moins seul avec un Higuain qui a retrouvé des jambes et son flair.

Le réveil de Higuain est aussi une excellente nouvelle pour Sabella, qui a sans doute perdu Di Maria, mais qui a peut-être trouvé une équipe.

En défense centrale, Demichelis a été plus sûr que Fernandez et malgré un gardien qui a toujours l'air du portier N.2 qu'il est en club, l'ensemble a paru un peu plus solide qu'en début de tournoi.

Le remplacement de Gago par Biglia va dans le même sens: l'Argentine n'est pas là pour séduire mais pour gagner. Et l'Argentine peut y croire.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 22:39

Pays-Bas : Vlaar incertain face à l'Argentine



Le défenseur central néerlandais Ron Vlaar, touché à un genou en fin de match samedi face au Costa Rica, est très incertain pour la demi-finale de mercredi face à l'Argentine, a annoncé la Fédération néerlandaise (KNVB) dimanche.

Vlaar s'est blessé en fin de match mais n'a pas été remplacé par le sélectionneur Louis van Gaal qui a préféré faire entrer le gardien Tim Krul en vue de la séance de tirs au but.

Le défenseur d'Aston Villa, qui n'a pas encore manqué une seule minute de cette Coupe du monde, ne s'est pas entraîné dimanche à Rio.

A l'instar des autres titulaires du match de samedi, il s'est contenté de faire du vélo d'appartement pendant une demi-heure.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 22:40

Pays-Bas : Kuyt, la vieille garde peut compter sur la jeune



"Il y a une seule chose à faire. C’est assez simple de tirer un penalty : soit on le loupe, soit on le met." Difficile de contredire Dirk Kuyt. Tir exécuté seul face au gardien depuis le point de réparation, le penalty devrait faire partie des gestes les plus simples du football. Pourtant, quand il faut le réaliser lors d’une séance de tirs au but en Coupe du Monde de la FIFA™, l’affaire se corse sérieusement.

Dans un tel contexte, le tireur a le pouvoir de faire pleurer de joie ou de tristesse tout un peuple. Un geste tenant a priori de la formalité peut ainsi prendre des airs de mission quasi impossible, comme certains grands noms du football peuvent en attester. Plutôt fâchés avec les séances de tirs au but de par leur histoire en Coupe du Monde, les Pays-Bas étaient opposés samedi 5 juillet à un gardien, Keylor Navas, qui avait fait des misères aux Grecs en huitième. De quoi gamberger sérieusement...

C’est pourtant à ce moment précis, lorsque tous les pronostics semblaient pencher en faveur du Costa Rica, que les grandes stars oranje sont montées au créneau. Difficile de trouver trace, dans les annales de la Coupe du Monde, d’une série de tirs au but aussi parfaite que celle réussie par Kuyt, Robin van Persie, Arjen Robben et Wesley Sneijder. Malgré tous les efforts consentis par ces quatre hommes 120 minutes durant, leur sang-froid n’a eu d’égal que leur justesse technique au moment de frapper.

Kuyt relativise pourtant au micro de la FIFA l'impact de la fatigue accumulée. "Franchement, quand on se retrouve là, on n’y pense pas", assure le joueur de Fenerbahçe. "On est plein d’adrénaline. Il y a beaucoup de pression, donc on essaie de se concentrer exclusivement sur le geste. En fait, on ne ressent rien du tout. C’est à ce moment-là qu’on va savoir si ça valait le coup de courir pendant 120 minutes."

"Les joueurs ont bien tiré les penaltys et Krul a été magique. Il intimidait les joueurs adverses et il s’est donné à fond. On a 23 joueurs et chacun est très fort dans son domaine. Quand l’entraîneur a besoin de l’un d’entre nous, il répond présent. On a prouvé une fois encore qu’on ne réussit pas avec seulement 11 joueurs. On forme une équipe, une équipe avec un objectif", lance l’ancien pensionnaire de Liverpool.

Une nouvelle chance ?
Les propos du joueur semblent tenir du cliché mais ils correspondent à une réalité. Avec 21 joueurs utilisés sur 23 disponibles, Louis van Gaal est le sélectionneur qui a puisé le plus généreusement dans son effectif. Pour l’instant, seuls le milieu de terrain Jordy Clasie et l’autre gardien, Michel Vorm, n’ont pas encore été sollicités par le futur manager de Manchester United. Voilà la preuve irréfutable que le parcours des Néerlandais répond à un authentique projet collectif. Cette volonté d’impliquer tout le groupe a créé une unité vitale à ce stade de la compétition.

Au lieu de se déliter face à l’héroïque résistance des Ticos, l'harmonie s’est renforcée, comme le confirme Kuyt. "Tout le monde était présent. Je trouve qu’on a fait un très bon match. C’est juste que le ballon ne voulait pas aller au fond. Normalement, avec les occasions que nos attaquants ont eues, on aurait dû en mettre cinq ou six. Mais ce genre de choses arrive dans le football", résume celui qui a fêté sa 100ème sélection en huitième de finale contre le Mexique.

"Je suis très fier de cette équipe car on n’a jamais lâché, que ce soit dans le temps réglementaire, en prolongations ou aux tirs au but. On a montré, pendant ces 120 minutes et la séance de tirs au but, qu’on voulait vraiment cette victoire. Au final, on a obtenu ce que l’on mérite", se réjouit le guerrier néerlandais.

En guise de récompense, les Pays-Bas vont avoir droit à un test encore plus difficile, sûrement le plus difficile depuis le début de la compétition, face à l’Argentine, le mercredi 9 juillet à Sao Paulo. Si les Albicelestes ne se sont pas montrés éblouissants lors de leur victoire 1:0 face à la Beglique, Kuyt mesure parfaitement la difficulté de la tâche qui attend son équipe en demi-finales.

"L’Argentine est une équipe de classe mondiale", estime le numéro 15 oranje. "Elle mérite sa place dans le dernier carré. Mais on veut se mesurer aux meilleurs et les battre. On est venus pour ça. Les demi-finales, c’est fantastique, mais on connaît la sensation d’une défaite en finale de Coupe du Monde. Ce serait génial d'avoir une nouvelle chance. C’est notre objectif", conclut Kuyt.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 21:01

Bonne humeur argentine



Les Argentins ont repris l'entraînement dans la bonne humeur et la joie, dimanche à leur bunker de Cidade do Galo, près de Belo Horizonte, après leur victoire 1-0 devant la Belgique, synonyme de demi-finale face aux Pays-Bas.

L'unique point d'interrogation de l'Albiceleste concernait Ángel di María, qui souffrait d'un problème musculaire en première période face aux Belges. Il avait été remplacé à la 33éme minute par Enzo Pérez. Le Dr Daniel Martínez devra publier un communiqué en soirée et on saura alors si le milieu de terrain pourra ou non tenir sa place mercredi à Sao Paulo.

L'Argentine prévoit de voyager mardi matin à destination de Sao Paulo, site de la demi-finale, avec une inspection suivie d'une séance de travail le soir à l'Arena Corinthians, où les Argentins avaient battu la Suisse en 8e de finale grâce à un but de... Di Maria (118e).

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 21:08

Pays-Bas : Kuyt le voulait coûte que coûte



"Il y a une seule chose à faire. C’est assez simple de tirer un penalty : soit on le loupe, soit on le met." Difficile de contredire Dirk Kuyt. Mais un geste tenant a priori de la formalité peut parfois prendre des airs de mission impossible, comme certains grands noms du football peuvent en attester. Plutôt fâchés avec les séances de tirs au but de par leur histoire en Coupe du Monde, les Pays-Bas étaient opposés samedi 5 juillet à un gardien, Keylor Navas, qui avait fait des misères aux Grecs en huitième. De quoi gamberger sérieusement...

C’est pourtant à ce moment précis, lorsque tous les pronostics semblaient pencher en faveur du Costa Rica, que les stars oranje sont montées au créneau. Pour Kuyt, Robin van Persie, Arjen Robben et Wesley Sneijder, malgré tous les efforts consentis 120 minutes durant, leur sang-froid n’a eu d’égal que leur justesse technique au moment de frapper.

Kuyt relativise pourtant au micro de la FIFA l'impact de la fatigue accumulée. "Franchement, quand on se retrouve là, on n’y pense pas", assure le joueur de Fenerbahçe. "On est plein d’adrénaline. Il y a beaucoup de pression, donc on essaie de se concentrer exclusivement sur le geste. En fait, on ne ressent rien du tout. C’est à ce moment-là qu’on va savoir si ça valait le coup de courir pendant 120 minutes."

"Les joueurs ont bien tiré les penalties et Krul a été magique", poursuit l’ancien pensionnaire de Liverpool. "Il intimidait les joueurs adverses et il s’est donné à fond. On a 23 joueurs et chacun est très fort dans son domaine. Quand l’entraîneur a besoin de l’un d’entre nous, il répond présent. On a prouvé une fois encore qu’on ne réussit pas avec seulement 11 joueurs. On forme une équipe, une équipe avec un objectif."

Une nouvelle chance ?
Avec 21 joueurs utilisés sur 23 disponibles, Louis van Gaal est le sélectionneur qui a puisé le plus généreusement dans son effectif. Pour l’instant, seuls le milieu de terrain Jordy Clasie et l’autre gardien, Michel Vorm, n’ont pas encore été sollicités par le futur manager de Manchester United, preuve que le parcours des Néerlandais répond à un authentique projet collectif. Cette volonté d’impliquer tout le groupe a créé une unité vitale à ce stade de la compétition.

Au lieu de se déliter face à l’héroïque résistance des Ticos, l'harmonie s’est renforcée, comme le confirme Kuyt. "Tout le monde était présent. Je trouve qu’on a fait un très bon match. C’est juste que le ballon ne voulait pas aller au fond. Normalement, avec les occasions que nos attaquants ont eues, on aurait dû en mettre cinq ou six. Mais ce genre de choses arrive dans le football", résume celui qui a fêté sa 100ème sélection en huitième de finale contre le Mexique. "Je suis très fier de cette équipe car on n’a jamais lâché, que ce soit dans le temps réglementaire, en prolongation ou aux tirs au but. On a montré qu’on voulait vraiment cette victoire. Au final, on a obtenu ce que l’on mérite."

En guise de récompense, les Pays-Bas vont avoir droit à un test encore plus difficile face à l’Argentine, le 9 juillet à São Paulo. Si les Albicelestes ne se sont pas montrés éblouissants lors de leur victoire 1:0 face à la Beglique, Kuyt mesure parfaitement la difficulté de la tâche qui attend son équipe en demi-finale. "L’Argentine est une équipe de classe mondiale", estime l'attaquant oranje. "Elle mérite sa place dans le dernier carré. Mais on veut se mesurer aux meilleurs et les battre. On est venus pour ça. Les demi-finales, c’est fantastique, mais on connaît la sensation d’une défaite en finale de Coupe du Monde. Ce serait génial d'avoir une nouvelle chance. C’est notre objectif."

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 21:10

Argentine : Di Maria forfait contre les Pays-Bas



L'Argentin Ángel di María, qui souffrait d'un problème musculaire en première période face aux Belges, a été contraint de déclarer forfait pour la demi-finale du Mondial face aux Pays-Bas mercredi à Sao Paulo, a annoncé dimanche le médecin de la sélection.

"Ce que nous avons observé c'est que Angel (Di Maria) a une blessure de degré un dans le muscle droit du quadriceps de la jambe droite", a expliqué le Dr Daniel Martinez. Le médecin a confirmé que Di Maria "ne jouera pas le prochain match avec l'Argentine", mais n'écartait pas qu'il pourrait être présent au cas où l'Argentine d'Alejandro Sabella se qualifiait pour la finale.

Di Mari, qui ressentait une douleur musculaire, avait été remplacé à la 33e minute par Enzo Pérez.

Auparavant, les Argentins ont repris l'entraînement dans la bonne humeur et la joie, à leur bunker de Cidade do Galo, près de Belo Horizonte, après leur victoire 1-0 devant la Belgique, synonyme de demi-finale face aux Pays-Bas mercredi.

L'Argentine prévoit de voyager mardi matin à destination de Sao Paulo, site de la demi-finale, avec une inspection suivie d'une séance de travail le soir à l'Arena Corinthians, où les Argentins avaient battu la Suisse en 8ème de finale grâce à un but de... Di Maria (118e).

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 21:19

Pays-Bas : Les Oranje tous fous de Robben



Arjen Robben est couvert d'éloges ces derniers jours aux Pays-Bas où beaucoup estiment que l'ailier du Bayern Munich est le meilleur joueur du Mondial-2014.

"L'Argentine a Messi. Nous avons Robben. Et franchement, le meilleur, c'est Arjen", clame Bert van Marwijk, sélectionneur de l'équipe finaliste au Mondial-2010 en Afrique du Sud.

"Quand je vois le Robben d'aujourd'hui, j'avoue que je suis un peu jaloux. Quelle différence avec 2010", affirmait l'entraîneur ce week-end à la télévision publique NOS.

"Il y a quatre ans, Arjen s'était blessé juste avant le début du Mondial lors d'un match amical face à la Hongrie. Il avait traîné cette blessure durant tout le tournoi et n'avait jamais évolué à 100%. Cette année, il est inarrêtable."

Entre les lignes, Van Marwijk se dit qu'avec le Robben version 2014, les Oranje auraient peut-être remporté la Coupe du monde en Afrique du Sud.

En finale, Robben avait manqué de réussite et de lucidité en butant à deux reprises sur le gardien espagnol Iker Casillas, loupant de peu l'occasion d'offrir un premier sacre mondial aux Pays-Bas.

Ancien international aujourd'hui entraîneur du PSV, Philipp Cocu estime lui qu'avec un "Robben dans un telle forme", les Pays-Bas peuvent rêver.

Duel Messi-Robben
A 30 ans, "il est dans la forme de sa vie. Avec lui, on ne doit pas craindre l'Argentine. Nous avons certainement autant de qualités que les Sud-Américains", affirme Cocu au magazine Voetbal International.

"Quand je vois les sprints qu'Arjen est encore capable de faire dans la prolongation face au Costa Rica... C'est incroyable", poursuit Cocu.

Auteur de trois buts depuis le début de la Coupe du monde ainsi que de nombreuses actions d'éclat, Robben est aussi vanté "pour son influence sur le collectif" orange.

"Durant la pause boisson de la deuxième période du match contre le Mexique (les Pays-Bas étaient alors menés 1-0, ndlr), c'est lui qui a pris la parole pour remonter le moral des autres joueurs", explique le sélectionneur Louis van Gaal.

"Arjen est un capitaine, un vrai meneur d'hommes", insiste le milieu de terrain Georginio Wijnaldum.

"Sur le terrain, c'est quelqu'un qui facilite la tâche des autres joueurs. Et en dehors, c'est un leader qui nous tient en éveil", ajoute le joueur du PSV Eindhoven.

"A plusieurs reprises, il a rappelé aux plus jeunes la frustration de l'Euro-2008 quand les Pays-Bas avaient écrasé la France, l'Italie et la Roumanie au premier tour avant d'être éliminés au tour suivant", raconte Wijnaldum.

"Arjen nous empêche de planer et il demande que l'on mette souvent beaucoup d'intensité lors des entraînements," ajoute-t-il.

Au Pays-Bas, il ne fait donc guère de doute que Robben est "LE" joueur du tournoi.

Le Colombien James Rodriguez est à la maison. Le Brésilien Neymar est forfait pour le reste du tournoi. Personne ne sort du lot dans l'équipe allemande.

Le titre honorifique de meilleur joueur du Mondial devrait donc se jouer entre Robben et Messi. Les deux hommes se livreront un duel dans le match mercredi en demi-finale à Sao Paulo. Et celui dont l'équipe se qualifiera pour la finale, sera peut-être considéré comme le joueur marquant de cette édition.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 21:31

Les Pays-Bas ont l'esprit de famille



Louis van Gaal, le sélectionneur des Pays-Bas, a instauré "un véritable esprit de famille", atout du groupe néerlandais au Mondial brésilien, encore renforcé par la présence des proches des joueurs à Rio.

A 48 heures d'une demi-finale forcément stressante face à l'Argentine, les joueurs néerlandais parviennent donc à se détendre grâce au climat instauré par leur entraîneur, pourtant réputé austère et strict.

La scène se répète avant chaque match. Dès sa montée sur le terrain pour la séance d'échauffement, Arjen Robben se tourne vers les tribunes et cherche du regard son épouse et son fils Luka, cinq ans.

Une fois repérés, il leur souffle un baiser, se frappe la poitrine avec le poing puis la pointe du doigt comme pour dire "je joue pour vous!".

Robin van Persie et Dirk Kuyt n'agissent pas autrement.

Et une fois le match terminé, après le traditionnel tour d'honneur, les papas de la sélection néerlandaise s'en vont étreindre leurs proches, prendre leurs enfants dans les bras. Ces images sympathiques ont fait le tour des télévisions.

Chez les Oranje, on vit la Coupe du monde en famille, et le groupe de 23 joueurs semble uni par une vraie joie de vivre ensemble.

Ipanema et tourisme

Les lendemains de match, Van Gaal autorise les familles à assister aux entraînements. A la fin de ceux-ci, les enfants des joueurs montent sur le terrain et tapent le ballon avec les paternels. Et Van Persie y prend beaucoup de plaisir, comme l'ont montré des images avec sa fille.

C'est très relax chez les Oranje. "C'est très rafraichissant de pouvoir se retrouver en famille avec femmes et enfants les lendemains de match", expliquait Kuyt en conférence de presse.

Et lors des trois jours de congé offerts par Van Gaal à ses ouailles durant ce Mondial, tous ont profité de la plage d'Ipanema ou des sites touristiques de Rio pour décompresser. L'ambiance au sein même du groupe s'en ressent.

"Par rapport à l'atmosphère de l'Euro-2012, c'est le jour et la nuit. J'ai l'impression de revivre le Mondial-2010, où, là aussi, l'ambiance au sein du groupe était très bonne", explique Wesley Sneijder dans les médias néerlandais.

Van Gaal se félicite aussi de cet état d'esprit, qui est selon lui "pour beaucoup" dans les performances de son équipe. Le sélectionneur loue en outre "le sens des responsabilités" de ses hommes.

Trois finales perdues
"Notre stage au Portugal fut merveilleux et a permis de former un groupe soudé", apprécie le futur entraîneur de Manchester United.

"C'est la première fois que nous passions du temps ensemble en tant que groupe. Je n'ai jamais dû intervenir ou les contrôler pour quoi que ce soit", racontait samedi soir le sélectionneur, après la victoire aux tirs au but face au Costa Rica.

"C'est peut-être, à ce niveau, le meilleur groupe de joueurs que j'ai jamais entraîné. Ils savent exactement quand ils doivent prendre leurs responsabilités", avait-il encore dit.

Il y a donc une vraie complicité à l'intérieur du groupe, ce qui a régulièrement manqué par le passé. Les grands tournois ont de fait souvent été marqués par des querelles au sein du vestiaire Oranje.

Samedi soir, après avoir été remplacé par Tim Krul pour la séance de tirs au but, le gardien Jasper Cillessen a eu un mouvement d'humeur, shootant dans une bouteille d'eau.

Un geste de frustration qui ne l'empêcha pas ensuite d'être le premier à féliciter son remplaçant, ravalant son orgueil et sa frustration. Le groupe d'abord.

Cette ambiance pourra peut-être aider les Néerlandais à remporter un premier titre mondial après les finales perdues de 1974, 1978 et 2010.

Fifa.com (07/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 22:00

Pays-Bas - Argentine : les matches dans le match



Deux défenses renforcées pour contrer Robben d'un côté et Messi de l'autre: les matches dans le match de la demi-finale opposant mercredi les Pays-Bas à l'Argentine tournent forcément autour de la façon de bloquer les deux génies offensifs.

. Messi contre un double rideau

A l'image du Maradona du Mondial-86, la star argentine a jusqu'ici tenu son équipe à bout de bras et il ne lui reste plus que deux marches à franchir pour devenir l'égal de l'idole albiceleste à 27 ans. Sans crier gare, Leo en est déjà à 4 buts inscrits et une passe décisive mais ses statistiques traduisent mal la main-mise technique qu'il exerce sur le jeu de sa sélection. Après des années de mal-entendus avec son pays, le quadruple Ballon d'Or est enfin au rendez-vous sous le maillot national et la statique défense néerlandaise pourrait vivre un enfer pour le contenir. Angel Di Maria, forfait sur blessure (problème musculaire), ne sera pas là mais Messi a-t-il vraiment besoin de quelqu'un pour l'épauler ? Le génial attaquant argentin sort tellement de l'ordinaire que les arrières adverses auront de toute façon l'impression d'avoir plusieurs joueurs en face d'eux. De quoi torturer les méninges du maître tacticien Louis Van Gaal. Comment ce dernier va-t-il s'y prendre pour bloquer l'Argentin ? Le sélectionneur reste secret et doit vraiment regretter le forfait de Nigel de Jong qui en aurait fait un garde-chiourme parfait. Louis van "G(éni)aal" pourrait aligner deux milieux défensifs (Blind, Martins Indi ou Wijnaldum) qui s'occuperait à tour de rôle de "La Pulga" en fonction de sa zone de couverture. A voir. Les amateurs de stratégie sont curieux de voir...

. Robben face aux latéraux
Et si Alejandro Sabella avait trouvé la bonne formule en défense ? Le quart de finale contre la Belgique a été le match-référence que celle-ci attendait depuis trop longtemps. Le remplacement de Fernandez, en grande difficulté au Brésil, par le vétéran Martin Demichelis (33 ans) a solidifié un secteur de jeu qui reste le maillon faible de l'équipe. Eden Hazard n'a quasiment pas existé samedi et l'ensemble a constitué une bonne répétition avant de croiser un autre sacré client en la personne de Robben. Pour museler le rapide attaquant néerlandais, le sélectionneur argentin n'a pas des options en pagaille et ce sont les deux arrières latéraux, Zabaletta à droite, Rojo ou Basanta à gauche, qui risquent d'être mis à rude épreuve. S'ils arrivent à contenir l'insaisissable star batave, ils auront quasiment effectué l'essentiel du travail pour l'Albiceleste. L'une des façons les plus efficaces de stopper Robben est de tendre le piège du hors-jeu. L'ailier du Bayern est déjà tombé dans le panneau à 21 reprises depuis le début du Mondial (pour 14 fois à Messi). Mais attention si l'attaquant déjoue cette stratégie. Avec sa vitesse, c'est danger de but quasiment à chaque fois. Robben est aussi l'un des joueurs qui a tenté le plus sa chance au but en tirant à neuf reprises (sept tirs cadrés). Il faudra aussi surveiller cet aspect.

. Higuain pour profiter du forfait de Vlaar?
L'attaquant argentin s'était fait très discret depuis le début du tournoi mais il s'est réveillé en quart de finale pour mettre à genoux la Belgique (1-0). Il est également passé tout près du doublé, l'une de ses frappes terminant sa course sur la barre transversale après une chevauchée fantastique. Messi ne sera donc peut-être pas tout seul si l'ancien Madrilène parvient à maintenir ce niveau. Perturbé par des problèmes physiques en fin de saison avec Naples, l'attaquant, auteur de 4 buts en 2010 en Afrique du Sud, attendait un déclic pour lancer sa Coupe du monde. Il est intervenu au meilleur moment. Mais cette belle prestation attend une confirmation car cela faisait tout de même plus de 500 minutes qu'Higuain n'avait plus trouvé le chemin des filets avec l'Argentine. Higuain pourrait profiter du possible forfait de Ron Vlaar, le meilleur défenseur néerlandais du tournoi. C'est le jeune Stefan de Vrij (22 ans) qui devra sera chargé de la surveillance d'Higuain.

Fifa.com (07/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 22:01

Argentine : Sabella dans les pas de Bilardo



Alejandro Sabella peut-il refaire avec Lionel Messi le coup réussi par son mentor Carlos Bilardo avec Diego Maradona en 1986? Le parcours des deux hommes ne manque en tout cas pas de similitudes, porté par le génie d'un joueur hors catégorie.

Depuis le début de la Coupe du monde, une seule question obsède les médias du monde entier: l'Argentine peut-elle exister sans Messi? La réponse est négative bien sûr et le sélectionneur de l'Albiceleste ne se cache même pas derrière une savante langue de bois pour nier l'évidence.

"Ce joueur, c'est de l'eau dans le désert", a-t-il ainsi déclaré après la qualification pour les demi-finales samedi face à la Belgique (1-0). Une semaine auparavant, il avait avoué la "dépendance de l'Argentine vis-à-vis de Messi", osant la comparaison avec la légende Diego Maradona.

Quand vous disposez d'un extra-terrestre dans votre équipe, autant tout organiser autour de lui. Sabella a parfaitement retenu la leçon et c'est peut-être cette recette, réaliste et pragmatique, qui permettra à l'Argentine d'en finir avec une longue période de disette (pas de trophée majeur depuis la Copa America-93 si l'on excepte les deux médailles d'or olympiques en 2004 et 2008). Du Bilardo tout craché.

A 59 ans, "Pachorra" (qui signifie "calme, silencieux", voire "terne" en argot argentin) doit une bonne partie de sa carrière à celui qui a bâti une formation au service du "Pibe de oro" pour mener son pays vers son deuxième sacre mondial, le dernier à ce jour. Le patron des champions du monde 1986 veille toujours aux destinées de la sélection dont il est le directeur technique au sein de la Fédération argentine. Son rôle a été décisif lors de la nomination de Sabella en 2011.

Les deux hommes s'étaient auparavant croisés en clubs, Bilardo dirigeant en 1982 le futur sélectionneur à l'Estudiantes de la Plata. Joueur aux qualités techniques évidentes, Sabella est mal tombé à une époque où il était difficile de rivaliser avec Maradona, son compteur en équipe nationale n'ayant pas dépassé huit matches.

Austère
C'est surtout son succès à la Copa Libertadores 2009 à la tête de l'Estudiantes qui le propulse sur le devant de la scène et en fait un candidat crédible pour prendre en main une sélection incapable de revenir au premier plan.

Austère, Sabella l'est aussi dans le jeu et suit en cela les préceptes de Bilardo, qui avait créé en 1986 au Mexique une armée toute dévouée à Maradona. A l'époque, Valdano et Burruchaga s'étaient mués en porteurs d'eau et c'est un peu ce que demande aujourd'hui Sabella aux autres joueurs offensifs, chargés de se sacrifier pour "Leo".

Il s'est toujours montré réticent vis-à-vis du concept des "Quatre Fantastiques", rechignant à aligner ensemble Messi, Aguero, Di Maria et Higuain malgré la pression écrasante de la presse argentine. Les circonstances lui ont donné raison, Aguero ayant été blessé (jambe gauche) depuis le 3e match contre le Nigeria (3-2) et Di Maria étant forfait pour la demi-finale face aux Pays-Bas, mercredi, en raison de problèmes musculaires.

Sabella ne cesse de le répéter: il aime les équipes "équilibrées". Aux artistes adeptes du beau geste mais sans efficacité, il préfère parfois les besogneux, d'où le retour en grâce d'Ezequiel Lavezzi, chargé de combler en attaque ces absences de poids.

Le facétieux Parisien l'a d'ailleurs remercié à sa façon en l'arrosant avec sa gourde pendant qu'il lui donnait quelques consignes avant son entrée en jeu contre les Nigérians. Une image qui a fait le tour du monde, mais qui n'a pas froissé Sabella, en passe de gagner le respect des siens et de retourner les sceptiques en sa faveur. Exactement comme Bilardo.

Fifa.com (07/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 22:15

Un grand classique en vidéos



Depuis le Tirage au sort final pour Brésil 2014, Argentins et Néerlandais s'observaient de loin, parfaitement conscients que s'ils ne trébuchaient pas dans leur campagne, leurs routes se croiseraient forcément dans cette Coupe du Monde de la FIFA™. Ce sera chose faite mercredi, avec la demi-finale qui opposera les deux pays.

Ce match marquera la cinquième confrontation entre les deux nations dans un Mondial. La première date d'Allemagne 1974, lorsque que l'Orange mécanique avait pulvérisé l'Albiceleste 4:0 dans un deuxième tour qui faisait office de demi-finale. Ce jour-là, Johan Cruyff avait inscrit deux buts merveilleux.

Quatre ans plus tard, l'Argentine prend sa revanche. Organisatrice de l'épreuve, elle s'impose 3:1, dans une finale où Mario Kempes marquera le but décisif dans la prolongation. L'avant-centre confiera plus tard à FIFA.com : "Ce n'est pas mon plus beau but, mais c'est de loin le plus émouvant. Les gens ont dû souffler pour aider le ballon à entrer. Il y a eu du suspense, mais il est entré".

Il faut ensuite attendre deux décennies pour trouver trace d'un nouveau duel entre les deux sélections. À France 1998, en quarts de finale, un but de grande classe de Dennis Bergkamp inscrit à l'ultime minute de la partie permet aux Pays-Bas de s'imposer 2:1 sur une équipe d'Argentine alors conduite par un certain Daniel Passarella, capitaine de la sélection championne du monde en 1978. Là encore, il y a un air de revanche dans l'air.

La dernière rencontre entre l'Argentine et les Pays-Bas remonte à Allemagne 2006. Ce match est l'un des plus beaux de la phase de groupes, ce que ne reflète pas le tableau d'affichage, nul et vierge au coup de sifflet final. Ce point permet toutefois à l'Albiceleste de remporter son groupe.

Nous vous invitons à revoir les meilleures actions de ces quatre matches entre les Pays-Bas et l'Argentine. Si vous n'avez pas vu les buts merveilleux de Cruyff en 1974 ou le coup de patte crucial de Mario Kempes dans la finale de 1978, sans oublier la merveilleuse finition de Bergkamp, modèle de sang-froid, le moment est venu de rattraper votre retard.

Fifa.com (07/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 16:59

Pays-Bas : Fin de malédiction pour Van Persie ?



Robin van Persie n'a jamais marqué à un Mondial dès lors qu'il s'agit d'un match à élimination directe: muet face aux buts depuis le deuxième match de cette Coupe du monde brésilienne, le "Hollandais volant" veut mettre fin à cette malédiction face à l'Argentine.

Après avoir débuté sa Coupe du monde en trombe avec trois buts lors des deux premiers matchs, "RVP" est depuis à l'arrêt. Et, physiquement, les duels face au Mexique en 8e et au Costa Rica en quart ont mis en évidence un manque de fraîcheur.

"Après les 120 mn face au Costa Rica, j'étais perclus de crampes, mais j'ai néanmoins tenu, en tant que capitaine, à prendre mes responsabilités lors des tirs au but", a-t-il expliqué samedi soir.

Sa tête splendide pour tromper Iker Casillas lors du 5-1 face à l'Espagne avait permis au monde de se rappeler que le joueur de Manchester United est un buteur d'exception. En marquant deux fois lors de ce match, et une fois encore contre l'Australie, il s'était placé dans le bon sens de la marche.

Il avait particulièrement "savouré" ce moment, rêvant même ouvertement de devenir "le meilleur buteur du tournoi". Désormais, avec trois buts de retard sur le Colombien James Rodriguez, la tâche est ardue.

Van Persie a vécu une saison compliquée, et avant le duel de samedi dernier, il n'avait plus disputé une rencontre complète depuis mars, la faute à une entorse d'un genou en Ligue des champions face à l'Olympiakos. Verdict: six semaines de repos total, ajoutées à d'autres arrêts pour blessure plus tôt dans l'année.

L'ombre de Robben
Cette saison à ManU, le buteur n'aura finalement disputé que 21 matchs de Premier League, inscrivant toutefois 12 buts.

Et si son Mondial n'a jamais vraiment été en danger, il ne s'est pas présenté au Brésil dans les meilleures conditions, n'ayant disputé que quelques bouts de match en fin de championnat anglais.

Aujourd'hui, Van Persie vit dans l'ombre d'un Arjen Robben exceptionnel depuis le début du tournoi. Il ne lui déplairait sans doute pas de revenir sous les feux de la rampe, en inscrivant pour la première fois de sa carrière un but lors d'un match à élimination directe d'un tournoi majeur.

En Coupe du monde, il avait réussi un but en 2006, en phase des poules face à la Côte d'Ivoire. Un but aussi en 2010 face au Cameroun, au même stade. En championnat d'Europe, le bilan n'est pas plus brillant: deux buts en phase de groupes en 2008 et un seul en 2012.

"Je me suis souvent mis trop de pression", reconnaît Van Persie, qui pourrait mercredi profiter de l'attention dont fera l'objet Robben.

Tout le monde attend ce dernier et Messi pour forcer la décision à Sao Paulo, mais Higuain côté argentin comme Van Persie chez les Oranje aimeraient jouer un rôle déterminant sur la route menant à la finale.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 17:00

Pays-Bas : Krul et Cillessen, deux lions en cage



Tim Krul et Jasper Cillessen, les deux gardiens Oranje héros du quart de finale face au Costa Rica, sont prêts à se partager à nouveau les rôles mercredi contre l'Argentine, pour conduire les Pays-Bas à leur quatrième finale d'un Mondial.

Tel des lions (l'emblème figurant sur le blason des Pays-Bas) en cage, les deux hommes trépignent.

"S'il y a de nouveau une séance de tirs au but et que Louis van Gaal fait appel à moi, je serai prêt", assure Krul, qui a connu son heure de gloire samedi à l'Arena Fonte Nova de Salvador de Bahia.

Entré à la 120e minute pour remplacer un Cillessen aussi surpris que frustré, le gardien de Newcastle avait détourné les tirs des Costariciens Ruiz et Umana et propulsé son équipe en demie.

"J'ai réalisé un rêve de gosse en étant déterminant lors d'un Mondial", dira-t-il ensuite, sans pour autant revendiquer la place de titulaire. "Jasper reste notre numéro un. La hiérarchie est bien établie et je le soutiens à 100%".

Cillessen lui-même estime ne pas être menacé dans son statut de premier gardien : "Je ne m'inquiète pas, a-t-il dit dimanche. Je sais que j'ai la confiance de tous. Sans un arrêt de ma part dans les dernières minutes, jamais nous n'aurions atteint la séance des tirs au but", plaide-t-il.

Je me suis excusé
N'empêche que l'image qui restera de Cillessen durant cette Coupe du monde sera sans doute celle d'un gardien remplacé par un autre lors d'un moment déjà historique.

Cillessen s'est-il senti humilié ? Au moins en colère, lui qui a passé ses nerfs en explosant du pied des bouteilles d'eau dès sa sortie du terrain. Mais, dès la frustration passée, le gardien de l'Ajax a ensuite été le premier à féliciter Krul.

"Et le lendemain, je suis allé trouver le sélectionneur pour lui présenter mes excuses. L'incident est clos", explique Cillessen.

Le fait est que Van Gaal n'avait pas mis son gardien N.1 dans la confidence d'un éventuel changement, "pour ne pas lui saper le moral avant le match", dira Van Gaal.

Krul savait lui que la possibilité d'une telle manoeuvre existait. "Depuis sept semaines, nous nous exercions aux tirs au but avec l'entraîneur des gardiens Frans Hoek, explique Krul. Et dans cet exercice, il est apparu que j'étais le meilleur".

"Nous avons mis au point une technique qui consiste à rester sur ses appuis le plus longtemps possible, pour empêcher le tireur de deviner le côté où nous allons plonger, avance-t-il. Puis au moment du tir, il faut se précipiter "vollen bak" (le plus vite possible, ndlr) vers un coin".

Avec son 1,93 m et ses longs bras, Krul a fait merveille. Avant cette séance incroyable, il n'avait pourtant qu'un taux de réussite de 10% dans cet exercice. Cillessen, qui a entamé cette saison sa carrière au plus haut niveau, n'avait lui encore jamais arrêté un penalty chez les pros.

N.4 à l'Ajax, N.1 Orange

Quelle année pour le jeune (25 ans) gardien de l'Ajax !

Il y a un peu plus d'un an, Cillessen n'était encore que le gardien de l'équipe réserve du club d'Amsterdam, soit le 4e portier de la formation ajacide, avant d'entamer la saison comme titulaire entre les perches.

En quelques mois, il a réussi une ascension fulgurante et a pleinement profité de la saison moyenne de Maarteen Stekelenburg à Fulham.

Victime de blessures, le gardien N.1 de la sélection lors du Mondial-2010 et de l'Euro-2012 a dû céder sa place à Cillessen, devenu titulaire à l'Ajax et N.1 des Oranje fin 2013.

Stekelenburg, lui, ne fait même pas partie des 23 Néerlandais présents au Brésil.

"Techniquement, Jasper est très fort, il possède un bon jeu au pied, mais il manque forcément encore d'expérience", juge Edwin van der Sar, gardien légendaire aux Pays-Bas. Ne reste plus à Cillessen qu'à s'améliorer lors des penaltys et tirs au but...

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 17:03

Argentine : Mascherano des sanglots au gros lot



Abou Dabi, 15 décembre 2003. Javier Mascherano fixe le sol et craque. Les larmes coulent à flots sur son jeune visage. La tape amicale de son entraîneur, Hugo Tocalli, ne parvient pas à le réconforter. La raison de sa détresse ? L’Argentine vient de s’incliner face au Brésil de Daniel Alves en demi-finale de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA. "Ce maillot représente beaucoup de choses pour moi, c’est difficile à expliquer", balbutie-t-il au micro de FIFA.com.

Cette scène remonte à plus de dix ans. Depuis, l’enfant de San Lorenzo, dans la province de Santa Fe, a décroché deux médailles d’or olympiques, disputé trois Coupes du Monde de la FIFA™ et accumulé 100 sélections, lui qui a été lancé en équipe nationale alors qu’il n’avait pas encore débuté en première division avec River Plate.

Lui, le leader charismatique de l’équipe Alejandro Sabella, le capitaine sans brassard - propriété de Lionel Messi -, a de nouveau pleuré après le match contre la Belgique. Mais cette fois, ce sont des larmes de joie qui ont perlé sur son visage. Car pour la première fois depuis 24 ans, l’Argentine se retrouve dans le dernier carré de la Coupe du Monde.

"Ça fait de nombreuses années que l’on se bat pour ça et on y est enfin arrivés", explique-t-il le surlendemain à la FIFA, lui qui avait connu les éliminations en quart de finale d’Allemagne 2006 et Afrique du Sud 2010. "Oui, c’est du bonheur, évidemment, mais il faut transformer ce bonheur en espoir et vite recharger les batteries. Il faut bien avoir à l’esprit que l’on est à un match d’une finale de Coupe du Monde. Pour l’instant, on n’a pas écrit l’histoire", relativise le joueur du FC Barcelone.

Rivalité traditionnelle

Les statistiques de l’ancien joueur de Liverpool sont éloquentes : il a disputé l’intégralité des 480 minutes que l’Argentine a passées sur le terrain depuis le début de Brésil 2014, donné 406 passes à ses coéquipiers et récupéré 37 ballons. Un tel bilan suffit à justifier l’idolâtrie dont il faut l’objet ces temps-ci dans son pays. "Quand j’entre sur le terrain, j’essaie d’appliquer mes principes. On peut sortir vainqueur ou perdant de chaque match, mais il faut rester fidèle aux mêmes valeurs", précise Mascherano.

L’euphorie retombée, l’heure est venue de se plonger dans la préparation de la demi-finale contre les Pays-Bas, que l’Argentine a déjà croisés aux stades décisifs de l’épreuve suprême. "Il existe une rivalité traditionnelle entre les deux pays", reconnaît le milieu relayeur, qui se souvient encore de l’élimination albiceleste en quart de finale de France 1998 sur un but magistral de Dennis Bergkamp. "Je le regardais chez moi à la télé et j’ai ressenti la même déception que tous les Argentins. Cette équipe a de l’expérience et elle a faim, après sa défaite en finale de l’édition 2010, donc il va falloir faire attention", prévient-il.

Pas question, pour autant, de partir la peur au ventre. Ce n’est pas le genre de la maison. "On est motivés, on se sent forts et on se sait capables de sortir un autre grand match", garantit le patron de l’entrejeu d'une Argentine dont le sort de reposera en grande partie sur les épaules de Lionel Messi. "Leo nous a sauvé la mise sur quelques matches, mais on ne peut pas être dépendants de lui", estime son coéquipier blaugrana. "L’équipe doit être présente à ses côtés, comme face à la Belgique, où elle a contrôlé le jeu avec l’aide de tout le monde. On sait qu’on a des individualités mais l’équipe passe avant tout."

Ce 9 juillet à São Paulo, la sélection albiceleste se battra pour s’offrir une finale au Maracaña, le rêve de Mascherano. "On va y laisser les tripes pour s’offrir un autre bonheur", annonce le Jefecito.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 17:04

Robben et Messi, un air de finale



Les Pays-Bas, vice-champions du monde, défient l'Argentine pour une place en finale du Mondial, mercredi à Sao Paulo, un affrontement qui sent la poudre et sera pimenté par le duel à distance entre deux des meilleurs joueurs de la planète, le supersonique Arjen Robben et le quadruple Ballon d'Or Lionel Messi.

Qui de "Leo" ou de Robben restera au tapis? C'est en filigrane l'un des enjeux de la lutte que vont se livrer les Oranje et l'Albiceleste dans ce remake de la finale si controversée de la Coupe du monde 1978. A l'époque, les Argentins, hôtes de l'épreuve, avaient soulevé le trophée tant convoité à l'issue d'une rencontre restée en travers de la gorge des Néerlandais (3-1, a.p.) et disputée à Buenos Aires en pleine dictature militaire. 36 ans plus tard, les Pays-Bas dénoncent toujours les intimidations" subies ce soir-là.

Les deux équipes s'étaient retrouvées en quarts de finale en 1998, les Pays-Bas ayant pris leur revanche (2-1), avant de se neutraliser en phase de poules en 2006 (0-0). Mais cette fois, il s'agit ni plus ni moins que de l'avant-dernière étape avant la conquête du Graal, le 13 juillet au Maracana de Rio de Janeiro. La bataille s'annonce donc spectaculaire.

Elle le sera d'autant plus qu'Argentine et Pays-Bas comptent dans leurs rangs deux immenses stars du jeu. Côté argentin, Messi cherche à devenir l'égal du légendaire Diego Maradona en remportant l'unique titre qui manque encore à son prestigieux palmarès.

Avec 4 buts inscrits, l'attaquant du FC Barcelone a jusqu'ici tenu à bout de bras sa sélection, assez quelconque depuis le début du tournoi. Comme "El pibe de oro" en 1986, il est la planche de salut à laquelle se raccrochent ses coéquipiers et son entraîneur Alejandro Sabella.

Assez décevant d'habitude sous le maillot national, Messi est en passe de réparer cette anomalie. Mais pour arriver à la hauteur de l'idole Maradona, il ne devra pas relâcher son effort au sein d'une formation qui, sans lui, paraît démunie sur le front offensif, Angel Di Maria étant forfait (problème musculaire) et Sergio Aguero se remettant à peine d'une blessure à la jambe gauche. Heureusement il reste Gonzalo Higuain, qui a ouvert son compteur au Brésil en quarts de finale face à la Belgique (1-0).

Quel traitement pour Messi
Robben est quant à lui inarrêtable et devrait recevoir le soutien du public brésilien, traditionnellement très hostile aux Argentins. Alors que Robin Van Persie s'est éteint après le 1er tour (3 buts), l'ailier du Bayern Munich multiplie les rushs aux quatre coins du terrain. En plus de ses trois réalisations, il a effectué une passe décisive et a tenté neuf fois sa chance au but. Et ses dribbles (62 réussis depuis le début de la compétition) provoquent à chaque fois la panique dans la défense adverse.

Le match se jouera également sur le banc de touche. Tout oppose Louis Van Gaal, tacticien hors pair et futur entraîneur de Manchester United, et l'austère Sabella. Le technicien néerlandais est qualifié de "plus grand entraîneur des Pays-Bas" par Dick Advocaaat (l'un de ses prédécesseurs) depuis qu'il a réussi un fabuleux coup de bluff en quarts de finale contre le Costa Rica (0-0 a.p., 4-3 t.a.b) en changeant de gardien pour la séance de tirs au but.

Bonne pioche, le remplaçant Tim Krul a écoeuré les Ticos. Reste à savoir comment le portier N.1 Jasper Cillessen aura digéré cet affront en mondovision.

En adepte du tableau noir, Van Gaal devrait en tout cas réserver un traitement de choc à Messi. Le 3-4-3 de mise en quarts pourrait être reconduit mais Louis "van G(éni)aal", tel qu'il est désormais surnommé aux Pays-Bas, reste très secret sur ses intentions. Et la possible indisponibilité de son meilleur défenseur central, Ron Vlaar (genou), l'ennuie sans doute beaucoup.

Le pragmatique Sabella espère de son côté marcher sur les traces de son mentor Carlos Bilardo, l'homme qui avait bâti une armée toute dévouée à Maradona en 1986 lors du dernier sacre mondial de l'Albiceleste, et refaire le même coup avec Messi pour décrocher enfin une 3e étoile. Mais une seule question l'obsède: sa défense tiendra-t-elle le coup face à la vitesse de Robben?

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 17:06

Argentine : Messi, un leader tous terrains



D'un naturel plutôt timide, la star argentine Lionel Messi a su se faire violence pour s'imposer comme le véritable patron de l'Albiceleste et assumer pleinement son rôle de leader de vestiaire et de capitaine.

Le génial N.10 du FC Barcelone est habitué à capter toute la lumière. Mais il a longtemps rechigné à endosser en sélection les habits du chef, la faute à son caractère réservé et peut-être à l'envie de ne pas trop se disperser pour laisser libre cours à son formidable talent sur le terrain.

Cette époque paraît révolue et le Mondial-2014 aura acté la métamorphose totale du quadruple Ballon d'Or en homme à tout faire de son équipe nationale. Il y a d'abord des petits signes qui ne trompent pas. Messi est toujours le premier à descendre du bus de sa formation, le premier à pénétrer dans le stade et surtout il n'hésite plus à dire tout haut ce qu'il pense, gardant sa langue de bois habituelle au placard.

Après le succès contre la Bosnie (2-1) lors du premier match de la Coupe du monde, il a laissé échapper son scepticisme sur le jeu pratiqué par l'Argentine. Le propos n'avait rien de véhément, loin de là, mais dans la bouche de Messi, il sonnait comme une critique à peine voilée. "Nous sommes l'Argentine et je crois que nous devons être bons quel que soit l'adversaire", a-t-il ainsi déclaré.

Alejandro Sabella a parfaitement compris le message et a opéré les changements tactiques réclamés par la "Pulga" avec notamment un retour au 4-3-3. Le sélectionneur, en disciple de Carlos Bilardo, sait bien que sans Messi son équipe n'aurait aucune chance de remporter une troisième fois la Coupe du monde. Comme avec Diego Maradona en 1986, il se doit d'obéir au doigt et à l'oeil à sa vedette et la mettre dans les meilleures dispositions.

Contraste
Le contraste est total avec le Messi emprunté de 2006 et 2010, couvé par les anciens mais encore trop tendre pour élever la voix. L'étoile du Barça a mûri, s'est affirmée au fil des ans et impose désormais sa loi.

Sabella a très vite saisi qu'il était temps de confier les rênes et les responsabilités de l'équipe à ce joueur hors catégorie. Le tournant majeur a eu lieu en 2011 avec l'organisation d'une réunion à Barcelone avec Messi et Javier Mascherano, le capitaine de l'Albiceleste. Un pacte a été scellé ce jour-là et le brassard confié à "Leo", officialisant ainsi sa prise de pouvoir totale.

Mascherano reste l'aboyeur sur la pelouse, une tâche que n'a jamais appréciée Messi, mais ce dernier est bien le nouveau "boss".

"C'est une référence pour nous tous", déclare ainsi le défenseur Ezequiel Garay alors que le milieu Lucas Biglia évoque à son sujet "un leader positif".

Le parallèle avec le Maradona de 1986 s'impose d'autant plus que Messi survole la compétition et tient à bout de bras une formation argentine totalement démunie sans lui. Avec quatre buts, des actions de classe, une passe décisive à Angel di Maria pour délivrer les siens en huitième de finale contre la Suisse (1-0), le parcours de la "Pulga" rappelle étrangement celui au Mexique du "Pibe de oro", qui avait à sa disposition une armée toute dévouée.

Oubliées les remarques acerbes le concernant au pays, qu'il a quitté très tôt pour rejoindre la "Masia" du Barça (à 13 ans) et où il n'a donc pas toujours joui d'une totale reconnaissance. Ses prestations passées en sélection, très décevantes, n'avaient pas non plus aidé sa cause.

L'anomalie est en train d'être réparée au Brésil. Avec 42 buts en équipe nationale à 27 ans, le record de Gabriel Batistuta (56) ne sera bientôt plus qu'un souvenir et viendra s'ajouter à ses nombreux faits d'armes sous la tunique blaugrana. Il ne lui reste plus qu'à monter sur le toit du monde dimanche au Maracana pour regarder enfin Maradona droit dans les yeux. En patron.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 20:29

Les Pays-Bas au complet à l'entraînement



Les vingt-trois joueurs néerlandais étaient présents mardi à l'entraînement sur le terrain du stade Paulo Machado de Carvalho à Sao Paulo, à l'instar de Nigel de Jong qui a effectué l'échauffement avec ses équipiers, a constaté l'AFP.

De Jong s'était blessé à l'aine lors du 8e de finale face au Mexique et les médecins de l'équipe des Pays-Bas avaient annoncé le lendemain son forfait pour le reste du Mondial, après avoir diagnostiqué une déchirure nécessitant deux à quatre semaines de repos.

Le joueur de l'AC Milan se serait rétabli beaucoup plus vite que prévu mais rien n'indique toutefois qu'il sera apte à disputer la demi-finale face à l'Argentine à Sao Paulo mercredi.

Les autres joueurs blessés ou incertains pour mercredi se sont aussi entraînés sous la pluie et devant la presse internationale, qui a pu assister au premier quart d'heure de la session dispensée par Louis van Gaal.

Touché à un genou en quart face au Costa Rica, le défenseur central Ron Vlaar a semblé courir sans gêne de même que le milieu de terrain Leroy Fer qui se remet d'une contracture à une cuisse.

Se plaignant de fatigues musculaires, l'attaquant Robin van Persie et le défenseur Daryl Janmaat se sont eux entraînés à l'écart du groupe, se contentant de trottiner.

Après l'entraînement à huis clos de lundi, Louis van Gaal n'a laissé apparaître aucune indication sur la tactique qu'il mettra en place mercredi soir à l'Arena Corinthians de Sao Paulo pour contrer l'Argentine et Lionel Messi.

Les Pays-Bas ont l'occasion de se qualifier pour la finale d'un Mondial pour la deuxième fois d'affilée, la quatrième au total après les finales perdues de 1974, 1978 et 2010.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 20:34

Argentine : Romero en plein paradoxe



Drôle de saison pour le gardien Sergio Romero, qui s'apprête à disputer avec l'Argentine une demi-finale de Coupe du monde contre les Pays-Bas, mercredi à Sao Paulo, après avoir ciré le banc à Monaco durant un an.

Il y a de quoi devenir schizophrène pour le portier âgé de 27 ans. En Principauté où il a débarqué en 2013, il a dû se contenter d'apparitions en Coupes ou des rares espaces laissés par le titulaire du poste Danijel Subasic. En tout et pour tout, neuf matches, toutes compétitions confondues, dont des rendez-vous pas très glamours face à Vannes ou aux amateurs de Chasselay.

Mais cette doublure de luxe se transforme en N.1 dès qu'elle enfile la tunique albiceleste, jusqu'à connaître l'ivresse du dernier carré d'un Mondial. Un paradoxe pour celui qui a rongé son frein en Ligue 1 tout au long des douze mois écoulés.

Dans l'esprit du sélectionneur Alejandro Sabella, Romero est toujours resté le taulier. Mais à l'ASM, où il a été prêté par la Sampdoria Gênes (avec option d'achat), il a été maintenu dans l'ombre. Claudio Ranieri, sans doute par défi envers ses dirigeants et le propriétaire russe, le milliardaire Dmitry Rybolovlev, n'a jamais daigné modifier sa hiérarchie au profit d'un joueur dont il n'a pas réellement souhaité la venue.

"Subasic reste le n°1. Après, c'est l'autre", avait déclaré le technicien italien à son arrivée l'été dernier, ce qui en disait long sur sa joie à l'idée de l'accueillir.

Pas très académique

Romero tient sa revanche puisque Ranieri, remplacé par Leonardo Jardim, a plié bagage au terme du Championnat de France (2e derrière le Paris SG), alors que lui va tenter d'accéder à la finale de l'épreuve-reine avec la possibilité d'accrocher une troisième étoile à la tunique albiceleste et de se remettre en selle en vue du mercato.

Si sa situation à Monaco avait de quoi intriguer, le voir défendre les buts argentins depuis 2009 n'est pas vraiment une surprise, "Chiquito" ayant toujours brillé en sélections de jeunes. Vainqueur du Mondial U20 en 2007, il a remporté la médaille d'or olympique l'année suivante à Pékin avec le futur quadruple Ballon d'Or Lionel Messi, dont il est devenu très proche. En 2009, il est sacré champion des Pays-Bas avec l'AZ Alkmaar.

Romero, qui a survécu au naufrage argentin en quart de finale de la Coupe du monde 2010 contre l'Allemagne (4-0), n'est pas une référence mondiale à son poste mais il inspire visiblement confiance à ses coéquipiers du haut de ses 192 cm, malgré un style pas toujours très académique. Après des débuts plutôt rassurants au Brésil, il a donné des sueurs froides à ses partenaires, notamment face à la Suisse en huitième de finale (1-0).

Pas de quoi toutefois remettre en cause l'ordre établi, les réservistes Mariano Andujar (Catane) et Agustin Orion (Boca Juniors) ne s'étant jamais imposés.

Romero n'a pas la prétention de supplanter dans le coeur des argentins le modèle absolu, Ubaldo Matildo Fillol, lauréat en 1978. La simple évocation d'une possible victoire finale, le 13 juillet au Maracana de Rio de Janeiro, lui inspire pour l'instant de l'incrédulité. "Ce serait de la folie", affirme-t-il. Mais au vu de sa saison, ce serait surtout un sacré pied de nez.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 20:38

Pays-Bas : Van Persie incertain face à l'Argentine



L'attaquant néerlandais Robin van Persie, qui souffre de problèmes digestifs, est incertain pour la demi-finale de mercredi face à l'Argentine, a déclaré le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, mardi à Sao Paulo.

"Robin a des problèmes d'estomac, des soucis intestinaux, a dit Van Gaal après l'entraînement que le joueur de Manchester United a effectué à l'écart du groupe, se contentant de trottiner en compagnie de Darel Janmaat, lui aussi malade.

"Je ne voulais pas qu'il s'entraîne, que l'on prenne des risques inutiles. On verra demain. Il reste plus de 24 heures avant le match", a poursuivi l'entraîneur.

"En principe, mon capitaine joue toujours. Robin est très important pour l'équipe. Mais il faut qu'il soit à 100% ce qui ne sera peut-être pas le cas demain", a encore dit Van Gaal.

Le défenseur latéral Daryl Janmaat souffre du même mal que Van Persie et est lui aussi incertain, à l'instar de Ron Vlaar, toujours en délicatesse avec un genou après s'être blessé en fin de match face au Costa Rica samedi.

"Pour lui aussi, il faut attendre demain (mercredi)", a précisé Van Gaal.

L'entraîneur néerlandais a enregistré une bonne nouvelle avec le retour à l'entraînement de Nigel de Jong.

De Jong s'était blessé à l'aine lors du 8e de finale face au Mexique et les médecins de l'équipe des Pays-Bas avaient annoncé le lendemain son forfait pour le reste du Mondial, après avoir diagnostiqué une déchirure nécessitant deux à quatre semaines de repos.

Le joueur de l'AC Milan se serait rétabli beaucoup plus vite que prévu mais rien n'indique toutefois qu'il sera apte à disputer la demi-finale face à l'Argentine à Sao Paulo mercredi.

"Je ne sais pas (s'il sera en mesure de jouer), a indiqué Van Gaal. Je n'en ai aucune idée. Il a essayé aujourd'hui à l'entraînement. Il faut maintenant voir comment son corps va réagir. Là aussi, attendons demain".

Les Pays-Bas ont l'occasion de se qualifier pour la finale d'un Mondial pour la deuxième fois d'affilée, la quatrième au total après les finales perdues de 1974, 1978 et 2010.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Mar 8 Juil - 20:43

Pays-Bas, Van Gaal : "On joue contre l'Argentine, pas contre Messi"



"Nous jouons contre l'Argentine et non contre Lionel Messi. Je réfléchis en termes de stratégie d'équipe", a affirmé mardi le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, à la veille de la demi-finale du Mondial face à l'Albiceleste.

Monsieur Van Gaal, qui est le favori ?

Il n'y a pas de favori. Nous sommes en demi-finale et à ce niveau les équipes sont plus ou moins du même niveau. Ce sera du 50/50. Sur ces matches, il faut parfois de la chance. J'espère que demain (mercredi) la pièce tombera du bon côté.

Quelle sera votre stratégie pour bloquer Messi ?
Nous jouons contre l'Argentine et non contre Lionel Messi. Je réfléchis en termes de stratégie d'équipe. Cela dit, c'est vrai que Messi est l'un des meilleurs joueurs du monde. Il sera très motivé car il n'a pas encore réussi en équipe nationale ce qu'il a fait en club où il marque énormément. Je pense qu'il veut changer cela.

Laisserez-vous la possession de balle aux Argentins comme vous l'aviez fait contre l'Espagne ou le Chili ?
Je ne sais pas quelle sera la tactique et le onze de base de l'Argentine. L'Albiceleste a joué selon plusieurs schémas différents depuis le début du tournoi. Je ne sais pas à quoi m'attendre demain. J'affinerai mes consignes une fois que j'aurai vu la composition de l'équipe. Wait and see.

Jasper Cillessen reste-t-il votre gardien N.1 après les tirs au but arrêtés par Krul en quart ?
Oui. Aucun doute là-dessus. Je suis très content des prestations de Jasper. La seule chose, c'est que j'estime qu'il est moins fort que mes deux autres gardiens (Krul et Vorm, ndlr) sur les penaltys.

Quel impact peut avoir un coach sur une demi-finale de Mondial ?
Le job du coach est de prendre des décisions dans des circonstances parfois difficiles, dans des moments de tensions qui nécessitent de garder la tête froide. Mais pour le reste, le mérite revient aux joueurs qui, au Brésil, ont joué dans les conditions climatiques très éprouvantes. Et contre ça, un coach ne peut rien.

Nigel de Jong s'entraîne à nouveau. C'est un miracle de Lourdes ? Il va jouer demain ?
Je ne sais pas. Je n'en ai aucune idée. Il a essayé aujourd'hui (mardi) à l'entraînement. Il faut maintenant voir comment son corps va réagir (le joueur souffrait d'une déchirure à l'aine, ndlr). Attendons demain.

Van Persie s'est entraîné à part mardi. Il est blessé ?
Robin a des problèmes d'estomac, des soucis intestinaux. Je ne voulais pas qu'il s'entraîne, que l'on prenne des risques inutiles. Deryl Janmaat a aussi des problèmes gastriques. On s'est donc entraîné à 11 contre 9, ce qui est un problème pour moi. Pour ces joueurs aussi on verra demain. Il nous reste plus de 24 heures. En principe, mon capitaine joue toujours. Robin est très important pour l'équipe. Mais il doit être à 100%.

Les joueurs manquent-ils de fraîcheur après les 120 mn contre le Costa Rica (samedi) ?

Nous avons bénéficié d'un jour de repos en moins par rapport aux matches précédents. Généralement je laisse deux jours de récupération aux joueurs puis nous avons deux jours pour la mise en place tactique. Ici, j'ai eu un jour de moins. C'est pour cela que j'ai demandé le huis-clos (mardi) pour le dernier entraînement. Mais ce qui m'ennuie le plus c'est que nous n'ayons pu nous entraîner à 11 contre 11.

Fifa.com (08/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:56

Pays-Bas 0 - Argentine 0 (tab 2-4)
L'Albiceleste sur la voie royale



"Lorsque les Argentins prennent l’avantage, ils ferment la porte à tous les joueurs adverses. Donc mieux vaut ne pas les laisser marquer en premier". Louis van Gaal avait donné des consignes. Mais celles de son homologue Alejandro Sabella n’étaient pas différentes. Résultat des courses, tout le monde se regarde pendant 45 minutes. Lionel Messi est le seul à faire sourciller Jasper Cillessen sur coup franc (15’).

Les maisons argentines et néerlandaises restent fermées les 45 minutes suivantes. Arjen Robben et Robin van Persie d’un côté, Gonzalo Hinguain et Lionel Messi de l’autre, trébuchent à chaque fois aux abords de la surface. Tour à tour, le brazuca est laissé  l’adversaire… qui ne sait pas trop quoi en faire. Pour les occasions, il faut se contenter d’une frappe de Marcos Rojo qui file sur Cillessen (84’), et d'une incursion de Robben annihilée par un tacle de Javier Mascherano (90'). Les 22 acteurs n’ont rien fait pour éviter la prolongation.

Ils y restent sur leurs positions et les spectateurs sur leur faim. Rodrigo Palacio de la tête (115’) et Maxi Rodriguez (117’) tentent de donner des frayeurs aux Oranje mais leur dernier rempart a juste besoin de sauter pour cueillir le cuir. La fin de l’histoire s’écrit aux penalties et du pied droit de Rodriguez.

Quatre ans après être tombés sur la dernière marche, les Pays-Bas craquent sur l’avant-dernière. L’Argentine a rendez-vous avec l'Allemagne au Maracanã ce 13 juillet, pour espérer décrocher, sur les terres de son meilleur ennemi, le trophée suprême.

Homme du Match : Sergio Romero (ARG)

Fifa.com (09/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:58

Pays-Bas, Van Gaal : "J'ai appris à Romero à arrêter les penalties"



"C'est un terrible scénario de perdre aux tirs au but et c'est une grande déception. Mais on a fait un tournoi fantastique", a déclaré le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, après l'échec en demi-finale face à l'Argentine mercredi à Sao Paulo.

Pourquoi ne pas avoir tenté le même coup que contre le Costa Rica en remplaçant votre gardien titulaire avant la séance des tirs au but ?
Si j'avais eu l'opportunité de remplacer le gardien, je l'aurais fait mais j'avais déjà effectué mes trois changements et je n'en avais plus la possibilité. J'ai remplacé Bruno Martins Indi car il avait été averti et n'était pas dans son match. Puis Nigel de Jong qui revenait de blessure ne pouvait tenir tout le match. Enfin, Robin van Persie était à bout de force. Je n'avais d'autre choix que de le remplacer.

Au Brésil, le public et les médias avaient fait de vous un possible champion du monde...
Je ne m'intéresse pas à ce que disent les gens de moi ou de mon équipe. C'est bien que les gens soient positifs à notre égard mais le but du jeu est de marquer un but de plus que l'adversaire et on n'a pas réussi à le faire ce soir. On ne s'est pas créé beaucoup d'occasions contrairement aux matches précédents. L'Argentine n'a pas non plus beaucoup attaqué et il y a eu une sorte d'équilibre dans ce match. C'était un match tactique.

Quel bilan tirez-vous de votre tournoi ?
C'est un terrible scénario de perdre aux tirs au but et c'est une grande déception. Mais on a fait un tournoi fantastique. Personne ne s'attendait à ce qu'on sorte du premier tour. Après, on a rencontré une équipe du Mexique qui est très difficile à battre puis le Costa Rica qui est très solide. Et enfin on a affronté l'Argentine qui fait partie des équipes du top avec des joueurs fantastiques et de très haut niveau. Et on n'a pas perdu cette demi-finale. Nous n'avons d'ailleurs toujours pas perdu durant ce tournoi... On a simplement été moins bons aux tirs au but.

Ron Vlaar, qui n'est pas vraiment un spécialiste des tirs au but et a d'ailleurs manqué sa tentative, a tiré le premier. Pourquoi ?
J'ai d'abord demandé à deux autres joueurs de tirer en premier. Mais tous les deux ont décliné. Je suis alors allé voir Ron qui avait été à mes yeux le meilleur de mes joueurs durant le match. Malheureusement, il a échoué.

Vous avez connu Sergio Romero à l'AZ Alkmaar. Lui aviez-vous donné des conseils sur les tirs au but ?
J'ai appris à Romero comment arrêter les penalties quand je l'entraînais à Alkmaar. Alors, oui, ça fait mal.

Fifa.com (09/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:59

Argentine : Romero remercie Van Gaal



Le gardien de but argentin Sergio Romero, héros de la séance des tirs au but qui a qualifié l'Argentine pour la finale du Mondial mercredi à Sao Paulo, a remercié le sélectionneur néerlandais Louis van Gaal pour le rôle joué dans sa carrière.

Louis van Gaal "a tellement compté pour moi", a déclaré le portier de l'AS Monaco.

"Il n'est pas seulement un grand entraîneur mais aussi un grand monsieur. Il m'avait fait venir à AZ Alkmaar et avait participé à mon intégration car il parle espagnol alors que je ne parle pas néerlandais. En dehors du terrain, il avait été très important pour moi. Je lui serai éternellement reconnaissant pour cela", a expliqué celui qui a stoppé mercredi les tirs au but de Ron Vlaar et Wesley Sneijder.

"A Alkmaar, je lui avais appris comment arrêter les tirs au buts. Donc, oui, c'est difficile", a déclaré de son côté Louis van Gaal après la défaite des siens.

Romero et Van Gaal ont travaillé ensemble à Alkmaar en 2008-2009, remportant le titre de champion des Pays-Bas lors de la première expérience du gardien en Europe.

Fifa.com (09/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 19:00

Argentine, Sabella : "Une performance qui peut nous inspirer"



Alejandro Sabella, le sélectionneur de l'Argentine, qualifiée pour la finale du Mondial-2014 face à l'Allemagne, a estimé mercredi que la prestation de son équipe contre les Pays-Bas pouvait "inspirer" ses joueurs en vue du grand rendez-vous de dimanche au Maracana de Rio.

Que ressentez-vous en cet instant historique ?
Je suis heureux pour les joueurs, ce groupe extraordinaire que je dirige, ma famille, pour tous ceux qui ont collaboré avec moi, la Fédération argentine qui m'a donné la possibilité d'être le sélectionneur de cette équipe et je suis heureux pour tout le peuple argentin.

Comment analysez-vous le match ?
C'était un match équilibré. On a eu les meilleures occasions. Le résultat nul ne dit pas tout, il faut tenir compte de la performance d'ensemble des joueurs et je suis très satisfait d'eux. Je crois que c'est une performance qui peut nous inspirer pour notre prochain objectif. Avec notre sérieux, notre application, on peut espérer atteindre les sommets.

Que pensez-vous de la finale qui vous attend contre l'Allemagne, qui a terrassé le Brésil ?
Vous voulez me faire peur ? J'ai une grande admiration pour l'Allemagne et le Brésil sur le plan sportif. L'Allemagne a toujours montré une puissance physique, tactique, avec des joueurs qui ont toujours eu une touche sud-américaine avec Gunter Netzer, Andreas Brehme, Berndt Schuster, Wolfgang Overath, Felix Magath, Lothar Matthäus, Franz Beckenbauer, etc. Le fait d'avoir des bi-nationaux a encore renforcé cela. C'est un pays qui sait ce que travailler veut dire, ce qu'est une organisation. Elle possède de nombreuses vertus. Le match sera difficile. L'équipe qui occupera le mieux les espaces l'emportera. Vous n'avez pas besoin d'avoir 5 attaquants. Mais on doit d'abord se reposer et nous verrons ce qui se passera dimanche prochain. Il ne faut pas oublier que nous avons joué deux prolongations et eux une seule.

Mascherano a encore effectué un match de très haut niveau...
Il est le symbole, l'emblème de notre équipe nationale. On a été capable d'aller en demi-finale et il a pris toute la responsabilité de l'équipe sur ses épaules. Il est le seul joueur argentin à avoir remporté deux médailles d'or olympiques, c'est un joueur exceptionnel.

Quel rôle joueront les fans argentins dimanche en finale ?
Je dois remercier tous les fans et les suiveurs qui nous ont accompagnés au Brésil. On leur est très reconnaissant. Mais ce ne sera pas une mince affaire de jouer avec un jour de repos en moins et une demi-heure de jeu en plus dans les jambes.

Fifa.com (10/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Demi-finale, Pays-Bas - Argentine

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum