CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:37

Estádio Nacional Brasília (BRA)
12 juil. 2014 - 17:00 Heure Locale (21:00 DZ)

Match pour la troisième place

BRÉSIL - PAYS-BAS



Dernière édition par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:41, édité 1 fois

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:40

Brésil : Et il faut encore jouer un match...



Après la catastrophe contre l'Allemagne (7-1), la cicatrisation risque d'être longue mais le Brésil doit proposer un visage présentable dès samedi pour le match pour la troisième place, la rencontre de tous les dangers devant ses supporteurs à Brasilia.

L'idéal pour la plupart des membres de la délégation aurait sans doute été de rentrer à la maison et d'oublier le désastre.  Les risques d'implosion du groupe ainsi que d'une nouvelle défaite sont énormes et ce fameux match de la troisième place, qui met souvent aux prises des équipes démotivées, est une sacrée épine dans le pied des Brésiliens.

L'ambiance dans les vestiaires mercredi était "horrible", a reconnu Luiz Felipe Scolari. "On a tous parlé les uns aux autres, pour être ensemble dans ce moment (difficile). On a vu la solidarité", a souligné le capitaine David Luiz. "Je ne veux pas esquiver la responsabilité. On est tous responsables, chacun a une part (de responsabilité) dans tout ce qui arrive", a souligné Dani Alves, sur le banc contre l'Allemagne après des performances décevantes, mais qui botte en touche pour le match de la troisième place.

"Pour moi, l'important c'est la première place. Quand on ne l'obtient pas, le reste n'a pas d'importance. On porte un maillot, on représente des millions de personnes, un écusson, une nation. Il nous faut avaler cette défaite mais pour moi un match ça doit être pour être premier", a-t-il admis.

Que va faire Scolari? "Personne n'attendait ce résultat mais on va travailler pour récupérer le mental", a-t-il déclaré mardi soir. Les joueurs qui devaient avoir une journée de repos en famille selon le programme initial de la Seleçao avant le "Mineirazo"seront finalement à Teresopolis au camp de base du Brésil dès mercredi pour notamment "un entraînement régénérateur".

Par le passé, les sélectionneurs avaient tendance à faire jouer des remplaçants plus motivés en signe de remerciement pour leur implication dans la campagne. Mais on est loin de cette perspective. Il faut gagner et tenter de le faire avec la manière pour redorer un blason souillé par une défaite qui restera gravée dans toutes les mémoires. Les onze joueurs qui seront sur le terrain au stade Mané Garrincha de Brasilia vont devoir affronter une atmosphère pesante, tendue... Tout sauf un cadeau. L'accueil des supporteurs, qui ont sifflé les joueurs à la sortie du Mineirao, risque d'être mouvementé.

Des volontaires ?
Il faut savoir aussi quel sera le crédit accordé par les joueurs au coach. Car, c'est une évidence, si tout le monde était obligé d'adhérer au discours et à la méthode Scolari lorsqu'ils fonctionnaient (victoire Coupe des confédérations, avancée jusqu'en demi-finale), le 7-1 a fragilisé sa position. Des joueurs, comme de nombreux journalistes dans le stade au coup d'envoi, ont dû se demander si Scolari avait bien toute sa tête en alignant Bernard, un attaquant inexpérimenté jouant au Shakhtar Donetsk comme solution à l'absence de Neymar face à la machine allemande... S'interroger sur son renoncement à renforcer le milieu de terrain ou à tenter de trouver une autre voie... Et certains vont terminer en se demandant si Scolari était bien la bonne personne pour mener la barque.

Toutes les petites vexations, les erreurs, oubliées dans la victoire, vont ressurgir avec ce désastre. "La vie continue", a souligné Scolari, qui a tenté de prendre sur lui le poids de la déroute tout en avançant la thèse de l'accident d'une équipe dont la majorité des joueurs continueront à être sélectionnés par le prochain entraîneur. Thiago Silva, Neymar les absents, mais aussi David Luiz, Luiz Gustavo, Willian paraissent incontournables pour l'avenir. Seront-ils sur le terrain samedi? Les joueurs présents n'auront pas grand-chose à gagner et beaucoup à perdre. Pas sûr qu'il y ait beaucoup de volontaires même si certains voudront se racheter ou prouver qu'ils avaient leur place.

Fifa.com (09/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 18:50

Brésil : Scolari prendra une décision après samedi



Sous le feu des critiques après le naufrage du Brésil en demi-finale du Mondial-2014 (7-1 contre l'Allemagne), le sélectionneur Luiz Felipe Scolari a joué en défense devant la presse mercredi, refusant d'annoncer son départ et revalorisant son bilan.

Felipao en défenseur rugueux

En voyant débarquer Scolari et tout son staff en jogging, les traits tirés après une courte nuit, beaucoup de journalistes ont cru qu'une démission collective allait être annoncée au camp de base de la Seleçao à Teresopolis. Mais non. "Nous avons encore du travail, a expliqué Scolari, surnommé Felipao. Nous avons un engagement avec la CBF (fédération brésilienne) jusqu'à la fin de la Coupe du monde. Et maintenant, la fin de la Coupe du monde, c'est le match de samedi, pour la troisième place. C'est après ce match seulement qu'on va parler avec la direction de la CBF".

Le sosie de Gene Hackman s'accrochera-t-il à son poste ? En tout cas, il a cherché à revaloriser le bilan de "sa" Seleçao. Et il s'est montré combatif. Felipao n'a pas voulu commenter les déclarations d'un des dirigeants du foot brésilien, Delfim Peixoto, un des futurs vice-présidents de la CBF, qui a assuré dans les médias brésiliens qu'il n'entraînerait plus jamais la sélection. Mais le coach lui a mis un bon tacle au niveau de la rotule: "Le seul titre de l'Etat de Santa Catarina, en 1991, c'est moi qui lui ai donné comme coach. Il devrait se mettre à genoux et me bénir pour ça". Il faut dire que Delfim Peixoto l'a vertement tancé: "Felipao a été trop têtu. Depuis le départ. Pour le groupe choisi, la préparation, la tactique. Tout a été mal fait".

2002 oublié un peu vite
Oui, Felipao, "le grand Philippe", sait bien que cette déroute "est la pire" de l'histoire de la Seleçao, que cette "tache", ce sentiment de "honte" ne partira jamais. Mais pour l'ex-coach de Chelsea il ne faut pas tout jeter dans ce tournoi. "N'oubliez pas que le Brésil est arrivé en demi-finale d'une Coupe du monde pour la première depuis 2002", a insisté le technicien. Ca tombe bien, en 2002, c'était lui qui était à la tête de la Seleçao, championne du monde cette année-là face à... l'Allemagne, battue (2-0) en finale. Depuis, avec d'autres sélectionneurs, le Brésil a échoué en quarts en 2006 et 2010.

"Tout n'a pas été si mauvais dans ce Mondial. Contre l'Allemagne, il y a eu comme une coupure d'électricité pendant six minutes", a-t-il ajouté pour parler de ces 360 secondes pendant lesquelles l'Allemagne a inscrit quatre buts en première période. Le chef de troupe brésilien n'a pas voulu s'étendre sur le match de mardi --"ça ne sert à rien à chaud"-- mais a seulement souligné que "l'Allemagne est une grande équipe, trois fois championne du monde" et qui travaille "sur un bon projet depuis huit ans".

Le match pour la 3e place
"Au début de la compétition, nous avions un rêve, celui d'être champion du monde, pour la sixième fois, d'écrire l'histoire, a encore confié le technicien. Maintenant, nous avons un autre rêve, celui de remporter le match pour la troisième place samedi".

"Felipao" sait que son équipe doit sortir la tête haute de ce dernier match. "Si nous n'avions perdu que 1 à 0, les choses seraient différentes, a-t-il analysé. Mais nous avons perdu 7 à 1, la catastrophe est arrivée. Nous sommes des compétiteurs et nous devons trouver des solutions pour surmonter cela. Nous nous battrons pour la troisième place.".

Cela n'atténuera pas la douleur d'un peuple de 200 millions de fans de foot, mais c'est la moindre des choses maintenant. Et, habilement, le sélectionneur a envoyé un message aux supporters: "C'était beau de voir tout ce soutien pendant la Coupe du monde. Je sais qu'aujourd'hui les sentiments sont mélangés. L'affection que nous avons reçue jusqu'ici était spectaculaire. C'était merveilleux".

Fifa.com (09/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Jeu 10 Juil - 19:23

Brésil : Thiago Silva, capitaine de déroute



Le capitaine brésilien Thiago Silva, qui a échappé au massacre par l'Allemagne (7-1) en raison d'une suspension, assume la difficile mission de réconforter ses partenaires et les remotiver pour le match de la 3e place.

Il sera peut être l'un des rares Brésiliens à sortir grandi du désastre du Mondial-2014 à la maison.

C'est dans les moments difficiles qu'on reconnait les grands capitaines et c'est un euphémisme de dire que la Seleçao est en pleine crise. Thiago Silva n'était pas présent sur le terrain en demi-finale en raison d'un deuxième carton jaune reçu contre la Colombie. Mais là où d'autres auraient été tentés de se cacher derrière cette absence pour échapper à la responsabilité de la déroute, il a choisi de faire face avec solidarité.

Dès le coup de sifflet final au Mineirao, il est entré sur le terrain pour réconforter ses partenaires. Il a tenu Oscar en pleurs pendant de longs moments et a été étreindre son compagnon de charnière et capitaine remplaçant David Luiz, qui sanglotait.

Il a ensuite guidé ses coéquipiers dans le rond central pour recevoir les huées, sifflets et insultes des supporteurs brésiliens.

Les Allemands auraient-t-ils marqué le premier but si Thiago avait défendu sur le corner? Ses partenaires auraient-ils "disjoncté" comme ils l'ont fait s'il avait été là ?

Impossible de le savoir.

Ne pas chercher de coupable
Mais, dans la zone mixte - où les journalistes peuvent interviewer les joueurs -, il a accepté de répondre aux interrogations, utilisant le "on", le "nous", là où il aurait pu jouer du "ils".

"Il ne faut pas chercher un coupable", a-t-il lancé, demandant aux journalistes de ne pas faire de chasse aux sorcières.

Cette attitude est d'autant plus étonnante que le personnage, qui se dit "timide et n'aimant pas trop parler en public", était surtout vu comme un leader technique et tactique, pas comme un chef de gang.

Le joueur, très croyant, avait en plus perdu beaucoup de son crédit en 8es de finale en s'isolant de ses coéquipiers pour aller prier en pleurs avant la séance de pénalties, refusant la responsabilité et sollicitant la place de 11e tireur.

Il s'était ensuite justifié: "je suis un émotif, je m'émeus facilement. C'est naturel, l'émotion chez l'être humain. Mais à aucun moment ça ne m'affecte sur le terrain. Les gens disent des bêtises, que ça peut affecter le rendement. Moi, mon opinion, c'est que non seulement ça ne pose pas de problème sur le terrain mais qu'au contraire ça m'aide".

Mais, plus que par les paroles, il avait répondu par des actes contre la Colombie, en quarts, en ouvrant le score. Mais aussi avec une partie presque parfaite défensivement et quelques interventions spectaculaires.

Tuberculose
Lors de ce quart et sur le bord du terrain en demi, il a montré qu'il avait du caractère et l'âme d'un patron.

Thiago affirme avoir puisé sa force dans les moments difficiles, notamment lors d'une grave maladie pendant son passage en Russie en 2005. Il avait alors séjourné plusieurs semaines à l'hôpital, sans que les médecins lui garantissent qu'il allait s'en sortir.

"J'ai eu des moments difficiles dans ma vie. J'ai eu la tuberculose, ma vie était en péril. Aujourd'hui, je peux dire: je suis un champion, sur et hors du terrain. J'ai mes responsabilités, ma maturité, le respect de tous".

Et son ascension vers le maillot brésilien n'a pas été une partie de plaisir. Il a dû revenir au pays après un premier échec européen pour s'imposer finalement au Milan AC et au Paris SG. Et a hérité du surnom admiratif de "monstre". Souvent considéré comme le meilleur défenseur de la planète en raison de son sens tactique, de ses tacles mais aussi de sa relance, le joueur de 30 ans (51 sélections) sera sans doute un des cadres de la future équipe brésilienne que le prochain entraîneur devra rebâtir sur le champ de ruines du Mineirao.

Et cette reconstruction passe sans doute par une bonne performance samedi contre les Pays-Bas lors du match pour la 3e place. Lors de cette rencontre à haut risque, il est fort probable que le sélectionneur Luiz Felipe Scolari l'alignera comme titulaire.

Le capitaine a échappé au Titanic brésilien, il lui faut désormais guider le sauvetage.

Fifa.com (10/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Ven 11 Juil - 15:32

Neymar rend visite à la Seleçao



La star de l'équipe brésilienne Neymar, absent lors de la déroute face à l'Allemagne, a rendu visite jeudi à ses coéquipiers à l'entraînement à Teresopolis.

Attendu en hélicoptère, il est finalement arrivé en voiture en raison du brouillard et de la pluie. Vêtu d'un jean, portant une casquette NJR (Neymar junior), le joueur, victime d'une fracture de la troisième vertèbre lombaire, a paru un peu gauche dans sa démarche.

Il a salué ses coéquipiers qui ont coupé leur entraînement pour l'entourer.

La star a embrassé presque tous ses partenaires un à un mais aussi les membres de l'encadrement technique. Il est ainsi resté de longs instants dans les bras du sélectionneur Luiz Felipe Scolari, très critiqué depuis la défaite et notamment par un des agents de Neymar.

Les quelques centaines de supporteurs présents ont hurlé à la vue de la star.

Neymar avait dû déclarer forfait pour le Mondial après une charge dans le dos du Colombien Juan Camilo Zuñiga en quart de finale.

Il n'a donc pas joué lors de la catastrophique défaite contre l'Allemagne (7-1).

Il devait donner une conférence en fin d'après-midi.

Fifa.com (10/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Ven 11 Juil - 15:48

Pays-Bas : Sneijder, ce bourreau



Le Néerlandais Wesley Sneijder, qui avait inscrit les deux buts de la victoire des Pays-Bas sur le Brésil en quarts de finale du Mondial-2010, ambitionne une nouvelle fois d'être le bourreau de Thiago Silva et Cie, samedi 12 juillet à Brasília.

"Ce match il y a quatre ans reste un de mes plus beaux souvenirs", raconte le meneur des Oranje, l'un des Néerlandais les plus populaires au Brésil.

En début de tournoi, le joueur de Galatasaray avait provoqué un attroupement lors d'une promenade sur la plage d'Ipanema, les fans brésiliens s'arrachant des selfies avec "le petit" comme ils le surnomment.

Il est vrai que les deux buts inscrits par Sneijder face à l'Auriverde en juin 2010 sont toujours dans les mémoires du côté de Rio. Alors que le Brésil menait 0-1 grâce à Robinho à la 10e minute, Sneijder avait renversé la rencontre en seconde période grâce à deux buts. Au total, le joueur formé à l'Ajax Amsterdam avait trouvé cinq fois le chemin des filets en Afrique du Sud lors d'un tournoi dont il avait été l'une des stars, au point d'être candidat au Ballon d'Or.

69,6 kilomètres
Les choses ont changé quatre ans plus tard: Sneijder a délaissé ses habits de lumière au profit d'une salopette de travailleur de l'ombre.

Le génial stratège s'est mué en ratisseur de ballons, rôle ingrat que lui a confié le sélectionneur Louis van Gaal dans sa stratégie ultra-défensive au sein d'un 5-3-2 pas forcément chatoyant. "Je n'ai jamais autant couru que durant ce tournoi, constate l'ancien joueur du Real Madrid. J'étais habitué à recevoir les ballons pour les distribuer. Maintenant, c'est à moi de les chasser. Je suis dans une super condition donc ça ne pose pas de problème".

Les statistiques indiquent que Wesley Sneijder est le joueur qui a le plus couru durant cette Coupe du monde: 69,6 km. Même s'il assure n'avoir aucun mal "à se dévouer" de la sorte, la situation ne doit toutefois pas être facile à vivre pour celui qui était le maître à jouer des Pays-Bas en 2010 et voit, quatre ans plus tard, la presse internationale s'extasier devant les prestations d'Arjen Robben.

Face à l'Espagne (5-1), Sneijder a réussi deux passes décisives avant d'être moins déterminant face à l'Australie (3-2) et au Chili (2-0) puis d'incrire un but face au Mexique en huitième de finale. "Si vous me jugez sur mes buts et mes "assists", alors oui, mon bilan n'est pas fameux, concède-t-il. Mais ce que je dois faire, je le fais. Je m'inscris dans une démarche collective. Et le coach est content de ce que je produis".

Reste qu'en manquant la conversion d'un tir au but face à l'Argentine en demi-finales, Sneijder a précipité la défaite de ses couleurs.

20 millions pour un transfert
"Ce ne serait pas arrivé si nous avions mis au fond l'une de nos occasions durant les 120 minutes de jeu", pestait mercredi soir le petit meneur de jeu.

Samedi à Brasilia, Sneijder aura une dernière occasion de rappeler au monde qu'il reste un joueur d'exception. "Le Brésil m'inspire. Je sais que Louis van Gaal va aligner la plus forte équipe possible. Il n'est pas question de bâcler ce match. Nous tenons à cette médaille de bronze", prévient un joueur qui pourrait quitter Galatasaray cet été.

Selon la presse néerlandaise, le club turc aurait fixé le montant d'un éventuel départ à 20 millions d'euros. Sneijder peut rêver à 30 ans d'un ultime transfert de prestige lui qui a déjà porté les maillots de l'Ajax, du Real Madrid et de l'Inter Milan.

Le futur entraîneur de Manchester United, un certain Louis van Gaal, ne verrait pas d'un mauvais oeil l'arrivée de son compatriote en Premier League.

Fifa.com (11/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Sam 12 Juil - 16:22

Pays-Bas : Van Gaal aurait préféré perdre 7:1



Le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, a affirmé vendredi qu'il aurait préféré "perdre 7-1 (...) plutôt qu'aux tirs au but" la demi-finale du Mondial face à l'Argentine (0-0 a.p., 4-2 t.a.b.), le mercredi 9 juillet.

"C'est rageant. C'est mieux de perdre 7-1 car là, tu sais clairement que tu as perdu... Etre écarté de la finale aux tirs au but sans avoir été battu, c'est le pire qui puisse arriver", a expliqué Van Gaal, en faisant allusion à la déroute brésilienne devant l'Allemagne.

Le Brésil, que les Pays-Bas rencontrent samedi pour la 3e place, a vécu une terrible humiliation en s'inclinant 7-1 en demi-finale face à l'Allemagne.

Au cours de la conférence de presse d'avant match vendredi à Brasilia, Van Gaal a insisté à plusieurs reprises sur le fait que les Oranje sont toujours invaincus depuis le début du tournoi.

"Ce que je retiens de cette demi-finale, c'est que nous ne l'avons pas perdue. C'est ça qui est dur", a-t-il dit.

"Nous allons tout faire pour terminer à la troisième place. Nous voulons quitter le tournoi en restant invaincus. Une performance qu'aucune équipe des Pays-Bas n'a encore jamais réussie. Le Brésil n'aura pas la partie facile. Je le dis depuis le début du tournoi (et les faits me donnent raison), nous sommes l'équipe la plus difficile à battre", a-t-il affirmé.

Fifa.com (11/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Sam 12 Juil - 16:24

Brésil : Dernier entraînement dans la bonne humeur



Le Brésil a effectué son ultime entraînement dans une ambiance décontractée vendredi 11 juillet à son camp de base de Teresópolis, dans les montagnes de Rio de Janeiro, avant de s'envoler pour Brasília où il disputera le match pour la troisième place, samedi 10, face aux Pays-Bas.

Le dernier entraînement, effectué sous une pluie fine et le froid, s'est fait sans le capitaine Thiago Silva qui devrait quand même réintégrer le onze de départ après avoir purgé son match de suspension en demi-finale devant l'Allemagne (déroute 7-1). C'est Dante qui tenait sa place dans la mise en place tactique réalisée par Luiz Felipe Scolari.

A la différence des entraînements antérieurs, les joueurs brésiliens étaient de bonne humeur, souriaient beaucoup. A la fin de la séance, David Luiz est même allé à la rencontre d'un groupe de supporteurs pour se faire prendre en photo ou signer des autographes.

L'entraînement a duré une heure avec une mise en place tactique sur la moitié du terrain.

Fifa.com (11/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Sam 12 Juil - 16:32

Brésil : La Seleçao pour terminer la tête haute



Pour son deuxième passage à la tête du Brésil, Luiz Felipe Scolari cumule 19 victoires, six matches nuls et trois défaites, avec 70 buts inscrits contre 26 encaissés. Depuis la victoire à la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013, la Seleçao a décroché neuf succès en dix rencontres. Le problème est que son seul revers s’est avéré à la fois lourd de conséquences et extrêmement douloureux. L’Allemagne a mis fin à 64 années de rêve - celui de recevoir une Coupe du Monde de la FIFA et de la gagner sur le sol national - au pays du futebol en infligeant une défaite historique 7:1 aux Brésiliens.

Quatre jours plus tard, un délai éminemment court pour digérer une telle déception, l'Auriverde repart au combat à Brasília pour essayer de conquérir la médaille de bronze. Cette place sur la troisième marche du podium pourrait avoir bien plus qu’une valeur honorifique. Contre les Pays-Bas, les protégés de Scolari vont essayer de confirmer le bon travail global qu’ils ont effectué, mais qui s’est arrêté à deux pas du grand objectif.

"Désormais, l’important est de concrétiser notre nouveau rêve, qui est de finir troisièmes de cette Coupe du Monde", a souligné le sélectionneur lors d’un point-presse. "On sait bien qu’une victoire n’effacera pas la déception que nous venons de subir, mais il faut savoir se fixer des objectifs. L’idée était d’aller en finale, mais nous avons été éliminés et nous avons décidé de lutter pour un rêve moins important."

Historique
Ce sera la quatrième fois que le Brésil disputera la "petite finale", ses précédentes incursions remontant à 1938, 1974 et 1978. Il est curieux de constater que ces trois parcours ont des ressemblances avec la campagne actuelle, à la différence près que les Auriverdes n’évoluaient pas devant leur public.

L’édition de 1938 constitue la première épreuve où la Seleção dévoile son immense potentiel. Après avoir écarté la Pologne et la Tchécoslovaquie dans les matches à élimination directe, elle s'incline 2:1 en demi-finale contre le futur champion du monde, l’Italie. Or, c’est sans leur grande vedette, Leônidas da Silva, forfait sur blessure, que les Verdeamarelhos ont dû disputer cette rencontre. En revanche, à l’inverse de Neymar, le Diamante Negro dispute la rencontre suivante et marque un doublé assurant la victoire 4:2 sur la Suède. Il bouclera d’ailleurs l’épreuve au sommet du classement des buteurs, avec sept réalisations.

À Allemagne 1974, le format de l’épreuve est différent. En lieu et place des demi-finales, on trouve deux poules de quatre équipes, le Brésil héritant de l’Argentine, la RDA et les Pays-Bas. Lors de la dernière journée de cette phase, les champions du monde en titre sont dominés 2:0 par une équipe qui deviendra la légendaire Oranje mécanique. Si le score (2:0) s’avère moins impressionnant que celui obtenu par les Allemands quarante ans plus tard, le déroulement du match n’a pas spécialement souri aux Brésiliens, que le sélectionneur Zagallo voyait pourtant vainqueurs. La petite finale va échapper à la Seleçao après une défaite 1:0 contre la Pologne.

Le format est conservé pour la Coupe du Monde 1978 chez le voisin argentin. Pourtant invaincus, les Auriverdes ne parviennent pas à s’extraire du groupe qu’ils partagent avec la Pologne, le Pérou et les organisateurs. La formation de Claudio Coutinho avait pourtant abordé la compétition avec un bilan flatteur, un peu comme comme celle de Felipao. Dans le match pour la troisième place, le Brésil se reprend et défait l’Italie 2:1, avec notamment un but d’anthologie du latéral Nelinho.

Finir sur une bonne note
Le Brésil affiche donc un bilan de deux victoires en trois matches dans ce type de situations. Les protégés de Scolari vont essayer de s’inspirer de leurs aînés pour sceller dignement leur participation à leur Coupe du Monde et faire plaisir à un public qui les aura soutenus inconditionnellement, même dans les moments les plus difficiles.

"Nous n’avions pas prévu d’encaisser une défaite aussi catastrophique, avec un score aussi large. Mais il faut noter que c’est la première fois depuis 2002 que la Seleção atteint le dernier carré", souligne le sélectionneur. "C’est une défaite très douloureuse, marquée notamment par six minutes de panne générale. Si je pouvais vous dire ce qui s’est passé, je le ferais, mais je ne sais pas."

Ce que Felipão sait, en revanche, c’est que le groupe actuel compte nombre d’éléments qui n’en ont pas fini avec le football international et qui doivent reprendre la main, ce samedi 12 juillet, face aux Pays-Bas. "Notre vie n’est pas faite uniquement de défaites. Il faut aller de l’avant. Mes joueurs vont poursuivre leur travail pour le Brésil. Mais au moins 70 % d’entre eux seront encore là en 2018, avec une expérience différente."

Fifa.com (11/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Sam 12 Juil - 16:33

Thiago Silva soutient Scolari



Le capitaine brésilien Thiago Silva a soutenu le sélectionneur Luiz Felipe Scolari après l'humiliation subie contre l'Allemagne (7-1) à la veille du match pour la troisième place Brésil - Pays-Bas.

"Ce n'est pas le moment de crucifier" Scolari, a affirmé Thiago, qui se présentait devant la presse aux côtés du coach à Brasilia.

"Ce n'est pas parce que je suis à côté de lui, je l'ai déjà dit au groupe et à lui personnellement comment on avait confiance en lui et comme on avait grandi comme équipe avec lui", a-t-il ajouté.

"On est ensemble. Quand on échoue, on échoue ensemble. Le responsable de la défaite, ce n'est pas lui, mais nous les joueurs, on était sur le terrain, même-moi qui n'y étais pas", a-t-il précisé.

Scolari a lui refusé de dire s'il poursuivrait ou non, défendant son bilan et soulignant: "Mon travail se termine après le dernier match de la Coupe. C'est demain (...) après, je fais mon rapport et après" les dirigeants de la Confédération "décideront ce qui leur semble correct".

La presse demande le départ de Felipao dont le contrat se termine à la fin du Mondial et s'inquiète de voir celui-ci renouvelé. Arrivé à la tête de la sélection en novembre 2012, après le limogeage de Mano Menezes, Scolari, champion du monde 2002, avait redressé la barre mais le jeu poussif de la Seleçao pendant le Mondial et surtout la défaite 7-1 contre l'Allemagne lui a enlevé beaucoup de son crédit.

Fifa.com (11/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Sam 12 Juil - 16:34

Brésil : Le match d'après...



Vingt-quatre heures avant la grande finale Allemagne-Argentine, le Brésil retrouve le terrain face aux Pays-Bas samedi (20h00 GMT) à Brasilia, l'occasion d'atténuer la claque reçue en demi-finale (7-1) et de terminer à la troisième place du Mondial-2014.

Cette déroute appartient à l'histoire. Les sept buts encaissés mardi face aux Allemands ont provoqué une onde de choc dans le monde du football. Dans la foulée, les anciens internationaux (Zico, Raï, Romario...) et le monde politique, dont la présidente Dilma Rousseff, ont donné leur avis sur les causes du naufrage et les solutions à apporter. Pèle-mêle, on hésite entre revoir le choix et la formation des joueurs (Zico), créer un véritable championnat, retenir les mercenaires (Rousseff) ou bien emprisonner les dirigeants (Romario).

Avant la révolution, il reste un match à jouer. Et il importe de relever (un peu) la tête et de rafraîchir l'image sérieusement écornée. Voilà pourquoi le sélectionneur Luiz Felipe Scolari a élevé cet habituel pensum au rang de priorité nationale.

"Au début de la compétition, nous avions un rêve, celui d'être champion du monde, pour la sixième fois, d'écrire l'histoire, a rappelé le technicien. Maintenant, nous avons un autre rêve, celui de remporter le match pour la troisième place samedi."

Neymar dans les tribunes
Pour remobiliser ses joueurs, Scolari a d'ailleurs bénéficié de l'aide de Neymar qui est allé jeudi au centre d'entraînement de Teresopolis, quitté quelques jours plus tôt dans un hélicoptère médicalisé avec une vertèbre fracturée.

L'attaquant vedette ne sera certes pas sur le terrain, mais il devrait être dans les tribunes du stade Mané-Garincha. Sur la pelouse, la Seleçao enregistrera le grand retour de son capitaine Thiago Silva, suspendu lors de la sinistre demi-finale perdue face aux Allemands.

Seul problème pour les Brésiliens, les Néerlandais, meurtris par leur chute en demi-finale (0-0, 4 t.a.b. à 2) face à l'Argentine, nourrissent eux aussi une envie de revanche. Sur les braises de l'élimination, le sélectionneur Louis van Gaal avait rangé ce match au rang d'anomalie, "qui n'a rien à voir avec le sport".

Mais depuis, le discours a changé. Le futur manageur de Manchester United assure que la motivation de ses joueurs sera "très élevée". Et il a trouvé un levier à actionner: "Nous allons tout faire pour terminer à la troisième place. Nous voulons quitter le tournoi en restant invaincus. Une performance qu'une équipe des Pays-Bas n'a encore jamais réussie".

"C'est mieux de perdre 7-1..."
Au passage, Van Gaal a mis un peu de sel sur les plaies brésiliennes: "C'est mieux de perdre 7-1 car là, tu sais clairement que tu as perdu... Etre écarté de la finale aux tirs au but sans avoir été battu, c'est le pire qui puisse arriver".

Qualifiés sans avoir battu les Néerlandais, les Argentins savourent eux les dernières heures qui les séparent de la finale de dimanche. Après une journée à huis clos à leur camp de base de Cidade do Galo, près de Belo Horizonte (centre), ils doivent rejoindre Rio samedi.

L'avant-finale devrait notamment permettre de prendre une décision concernant la participation du milieu Angel Di Maria, contraint de renoncer à la demi-finale en raison d'un problème musculaire.

Côté allemand, aucune incertitude. Les joueurs et leur encadrement naviguent eux entre "concentration" et décontraction à leur camp de base de Santo Andre, face à l'océan, qu'ils doivent abandonner pour Rio dans la matinée de samedi.

La ville-hôte de la finale s'apprête à vivre 24 heures sous très haute tension, puisque près de 26.000 agents des forces de sécurité seront déployés dans la ville. Une mobilisation bien plus importante que celle mise en place pour la visite du pape François en juillet 2013 pour les Journées mondiales de la jeunesse.

Fifa.com (12/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Sam 12 Juil - 16:40

Brésil, Scolari : "Difficile pour le reste de nos vies"



Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari a reconnu que l'humiliation subie face à l'Allemagne était dure à digérer et que les joueurs et lui auraient "des jours difficiles pour le reste de (leurs) vies".

Il a toutefois tenté de trouver des points positifs pour motiver ses joueurs et rappeler que l'Allemagne avait fini 3e de son Mondial, en 2006.


Comment vit-on après une telle défaite et comment abordez-vous la finale de consolation?
L'objectif principal n'a pas été atteint. On a eu des jours difficiles, le mardi, le mercredi, le jeudi... Et, on aura des jours difficiles pour le reste de nos vies. On se rappellera de ça pendant longtemps. Ce qu'on a essayé de faire c'est une récupération psychologique des joueurs, en travaillant des détails pour qu'ils puissent jouer contre les Pays-Bas comme si c'était l'objectif principal. On va continuer à travailler pour obtenir cette 3e place et donner une petite joie au peuple brésilien.

Votre image en a pris un coup...
Je l'ai déjà dit: elle a été abimée par le résultat catastrophique. On a eu des opportunités de marquer en début de deuxième période, mais on n'a pas eu assez de qualités ou le gardien (allemand) a fait des parades merveilleuses, mais si on avait marqué, on aurait un peu réduit la défaite... On a perdu, ils ont été supérieurs. On n'a pas à avoir honte de quoi que ce soit... On peut avoir honte d'un résultat que le Brésil n'avait jamais encaissé en 10, 20, 50, 100 ans de football. Mais, il faut aussi voir les bonnes choses. On a bien travaillé avec les joueurs. On a subi une défaite face à une équipe qui était meilleure (...). Cette défaite restera marquée dans l'Histoire, comme la victoire lors de la Coupe des Confédérations, comme les cinq titres mondiaux. C'est la vie de celui qui joue ou travaille dans le football.

Cette coupe du monde vous a-t-elle changé?
Oui, il y a tant de choses qui ont changé, et que j'ai vécues pendant ces deniers jours et semaines (il a notamment perdu deux membres de sa famille). Pour le meilleur et le pire".

Quel bilan faites vous?
Je sais qu'en une année et demie (il était arrivé en novembre 2012), on a eu une série de bons résultats. C'est pour ça que je ne comprends pas pourquoi les gens ne regardent que le résultat d'un match. Quand un travail est bon, un désastre ne doit pas le changer".

Mais vous aviez dit que vous iriez en finale? Ne regrettez-vous pas de l'avoir promis?
Ce qu'on voulait c'est y arriver et je n'y suis pas arrivé. Je pensais qu'en insufflant de la confiance au groupe et aux supporteurs, on pouvait aller plus loin que là où nous sommes arrivés (...) Mais je ne crois pas que ce soit si négatif (échouer en demi-finale) à part le résultat de 7-1, qui a été catastrophique. Mais, si on avait perdu 1-0, on aurait perdu aussi... On a commencé un rêve, on ne l'a pas fini. Maintenant, nous voulons un rêve mineur. La 3e place. Quand j'étais sélectionneur du Portugal, j'ai perdu la 3e place 3 à 1 contre l'Allemagne (en 2006). J'ai vu comment elle a donné de la valeur à cette 3e place et comment ils ont travaillé en se reposant sur cette 3e place pour arriver où ils sont maintenant".

Fifa.com (12/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 0:39

Brésil 0 - Pays-Bas 3
Les Pays-Bas achèvent le Brésil



Le Brésil voulait laver l'affront subi face aux Allemands (7:1), et comptait notamment sur le retour de suspension du capitaine Thiago Silva pour remettre un peu d'ordre dans une maison en ruine. C'est pourtant le défenseur central du Paris Saint Germain qui a d'entrée mis cette ultime déroute du Brésil sur les rails en retenant Arjen Robben qui filait seul dans la surface, provoquant un penalty transformé par Robin van Persie (0:1, 3').

C'était le 100ème but encaissé en Coupe du Monde par la Seleçao, un chiffre rond qui ne tenait qu'un quart d'heure avec Blind Daley qui double la mise sur une mauvaise relance (0:2, 17'). Après cette entame catastrophique, on pensait revivre le cauchemar du "Mineirazo", mais les hommes de Luiz Felipe Scolari parvenaient provisoirement à stopper l'hémorragie pour montrer un meilleur visage en seconde période, mais l'énergie du désespoir était largement insuffisante pour transpercer un mur Oranje intraitable.

Celui-ci s'inquiétait un peu sur une frappe en pivot de Ramires (60'), mais c'était à peu près tout. Le Brésil restait décidément en panne d'idée, et prenait même un ultime coup de poignard sur un contre conclut par Georginio Wijnaldum (0:3, 90'+1).

Homme du Match :
Arjen Robben (NED)

Fifa.com (12/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 12:37

Brésil, Scolari : "C'est au président de décider"



"C'est au président d'en décider", a affirmé le sélectionneur Luiz Felipe Scolari en défendant son bilan et ses joueurs, samedi, après le match pour la 3e place perdu face aux Pays-Bas (3-0).

Etes-vous le mieux placé pour rénover la Seleçao?
C'est au président d'en décider. Nous allons lui remettre un rapport final et c'est à lui d'analyser ce qui doit être fait. Il était prévu dès le début que je remettrais mon poste entre les mains du président (de la Confédération brésilienne) que nous gagnions ou pas. C'est ce que je vais faire, en même temps que lui remettre le rapport de la commission technique. Il a toute la capacité pour décider ce qu'il y a lieu de faire.

Resterez-vous plus marqué par votre victoire en 2002 ou la défaite en 2014?
C'est la troisième Coupe (du monde) que je dispute comme sélectionneur, deux avec le Brésil et une avec le Portugal (2006). Lors des trois, j'ai fini dans les quatre meilleurs du monde. Une fois, j'ai gagné, en 2002, les deux autres fois, j'ai perdu et j'ai fini parmi les quatre meilleurs. Donc, je ne vais pas me lamenter toute la vie. Parce que dans le football très souvent, une minute de jeu peut modifier le résultat d'un match et un classement. Le résultat de 7 à 1 contre l'Allemagne (en demi-finale) a été le pire de l'histoire. Je le sais. Mais il faut aussi voir le côté positif. En 2006, 2010, nous n'avons pas fini parmi les quatre meilleurs. Et en 2014, si.

Le Brésil semble figé dans le temps, un peu attardé. Avez-vous besoin d'un recyclage par rapport aux sélectionneurs européens?
Quand nous gagnons la Coupe des confédérations (juin-juillet 2013), les autres devraient donc venir au Brésil se recycler? Non. Ce sont des compétitions avec de très bonnes équipes et à un moment ou à un autre, il est toujours possible de perdre. Même comme cela, je rappelle qu'en un an et demi, nous avons gagné une Coupe des confédérations et terminé dans les quatre premiers du monde. Cela n'a rien à voir avec les entraîneurs. Nous avons une équipe qui est encore très jeune. Une équipe qui vient de prendre sept buts et qui le match suivant (face aux Pays-Bas) prend un but dès les premières minutes. Il y a de quoi être abattu. Mais même comme cela, l'équipe a bien joué, elle s'est battue, elle s'est créé des opportunités. Cette génération n'a pas à être marquée. Elle va rester marquée par le résultat des sept buts, oui. Mais elle va aussi être marquée comme une génération qui a commencé une étape pour le Mondial-2018 avec un classement parmi les quatre meilleures du monde.

Fifa.com (13/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 12:38

BRA-NED : Les déclarations



Louis van Gaal, sélectionneur des Pays-Bas
Ce match est arrivé très vite pour nous. En trois jours, nous avons dû remobiliser l’équipe après la grande déception de ne plus pouvoir jouer le titre, ce qui était notre objectif. Nous avions besoin de voir la lumière au bout du tunnel et c’est chose faite. Malgré la résistance du Brésil, nous avons réussi à nous imposer. C'est merveilleux ! Nous avons inscrit 15 buts lors de cette Coupe du Monde et je trouve que notre élimination était injuste. Mais nous avons réussi un super tournoi. Je suis fier de mon équipe et de mon staff. Je tiens à remercier le peuple brésilien, les autorités et la FIFA pour la qualité de l’organisation. Nous avons toujours réussi à faire les choses comme nous l’avions prévu.

?Arjen Robben, Homme du Match Budweiser (NED)
J’aimerais remercier le peuple brésilien du soutien qu’il nous a témoigné. C’est un honneur d’avoir pu jouer ici ; c’est une expérience unique. Le succès que nous venons d’obtenir est le meilleur moyen de clore notre parcours. Nous méritions cette troisième place, c’est certain, même si personne ne nous voyait à ce niveau. C’est une belle performance. Nous avons battu 3:0 le Brésil, qui n’avait pas complètement fini de digérer sa défaite 7:1 contre l’Allemagne. Je lui souhaite le meilleur pour l’avenir. Je ne sais pas ce qu’il se passera d’ici à Russie 2018. Il reste quatre ans, ce qui est très long. On verra bien. En ce qui me concerne, si cela m’amuse encore et que mon corps répond bien, je voudrai sans doute en être. C’est toujours une fierté de porter le maillot des Pays-Bas.

Luiz Felipe Scolari, sélectionneur du Brésil
Nous avons mal fini cette compétition. Nous pensions que ce match serait très équilibré, mais nous avons pris un but d’emblée et tout est devenu plus facile pour eux. Mais je ne pense pas que nous ayons mal joué et il faut reconnaître aux joueurs ce qu’ils ont fait sur le terrain. Cette équipe n’a jamais cédé et elle s’est créé des occasions. Maintenant, c’est au président de la fédération de prendre une décision à mon égard. Nous avions décidé que nous proposerions notre démission à la fin de la compétition, quel que soit le résultat. Nous allons boucler notre rapport, le transmettre au président, et il saura prendre les décisions qui s’imposent.

Fifa.com (13/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 12:41

Le Brésil tend l'autre joue



 Il y a fort à parier que le Brésil n’avait pas encore réussi à évacuer les séquelles du KO reçu quatre jours plus tôt au moment d’affronter le match pour la troisième place de la Coupe du Monde de la FIFA 2014, qui l’opposait à des Pays-Bas invaincus. Comme si cela ne suffisait pas, elle a reçu d’entrée de jeu un méchant uppercut, de ceux qui vous empêchent d’aborder le combat dans les meilleures conditions. Dès la troisième minute, Robin van Persie a envoyé au fond des filets un penalty sifflé après une faute de Thiago Silva sur Arjen Robben.

Mise d’emblée sur le reculoir devant son public de Brasília, la Seleçao s’est relevée tant bien que mal et a tenté de rendre des coups, mais elle a quitté l’épreuve sur une nouvelle déception. C’est comme si sa défaite avait commencé à Belo Horizonte, face à l’Allemagne, et s’était terminée aujourd’hui, 180 minutes plus tard…

Après avoir salué l’Estádio Nacional Mané Garrincha, qui avait accueilli le succès 4:1 sur le Cameroun, les Auriverdes ont tenté de trouver des réponses, de tirer des leçons, de rechercher un quelconque réconfort. L’explication commençait systématiquement par la défaite 7:1 de Belo Horizonte. Malgré les titularisations de Maxwell, Willian, Ramires et Jô, le groupe avait encore en tête cet incroyable score, le plus lourd jamais subi par cette Seleção quintuple championne du monde. Aujourd’hui, ce fardeau aura été trop lourd à porter.

"Toutes nos erreurs de la demi-finale nous ont complètement minés et, aujourd’hui, on n’était pas prêts. On avait réussi un très bon parcours, le groupe progressait match après match, le succès sur le Chili nous avait galvanisés et celui sur la Colombie nous avait confortés dans notre jeu. Mais d’un coup, cette panne totale nous a totalement anéantis. Le rêve a été brisé et il a été impossible de se relever", explique à la FIFA David Luiz, le capitaine de la demi-finale. "Aujourd’hui, on avait des ambitions mais on a pris un but dès les premières minutes. D’un coup, tous les mauvais souvenirs ont afflué… On a essayé de réagir, on a parfois dominé les Pays-Bas, mais le but n’est jamais venu", complète le nouveau joueur du Paris Saint-Germain.

Dix buts en deux matches

Titulaire pendant toute la campagne, Hulk a été lancé en seconde mi-temps face aux Pays-Bas et a quitté la pelouse la tête basse, incapable de percer les raisons profondes de ces deux défaites. "C’est inexplicable d’encaisser dix buts en deux matches !", dit-il, avant de lancer un message d’espoir aux supporters. "On est conscients de ce qui est arrivé, mais on est des êtres humains et on fait des erreurs. On va continuer à travailler. La Seleção va encore offrir de bons moments aux Brésiliens."

Paulinho cherche ses mots. Ses phrases sont entrecoupées de pauses. Titulaire au début de la Coupe du Monde, le milieu de terrain a perdu sa place au profit de Fernandinho. De retour dans le onze de départ, il ne parvient toujours pas expliquer ce qui est arrivé à son équipe. "C’est trop tôt, c’est très récent, mais c’est le football. C’est vrai qu’on voulait être champions du monde chez nous, mais le football en a décidé autrement", regrette-t-il en quittant la pelouse de Brasília. "C’est triste, c’est sûr. La défaite contre l’Allemagne va nous poursuivre pendant de nombreuses années, mais on ne doit pas se laisser abattre."

Autre titulaire à avoir perdu sa place pendant l’épreuve, Dani Alves propose une explication similaire. "On n’a pas su se relever. C’était un coup très dur. On n’avait pas envie de finir la Coupe du Monde de cette façon, mais il faut savoir accepter ce qui arrive et en tirer les leçons pour devenir plus forts", estime le latéral. "Globalement, il y a eu de bonnes choses et des choses un peu moins bonnes. Il faut parvenir à analyser ce qui n’a pas marché pour aborder la prochaine épreuve avec plus d’expérience et de maturité."

Pour une équipe habituée aux victoires et à l'or, il n’est jamais facile de quitter une Coupe du Monde avant l’heure. A fortiori devant un public, le sien, qui n’a pas hésité à la couvrir de huées en guise d’au revoir. Il ne sera pas facile d’effacer des mémoires cette désillusion face à l’Allemagne. Reste maintenant à la Seleção à faire le bilan, préparer des réponses et imaginer la manière de se construire un nouvel horizon.

Fifa.com (13/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 12:43

Pays-Bas : Blind et De Guzman repartent avec le sourire



Avant leur match à Brasilia, le sélectionneur des Pays-Bas, Louis van Gaal, et ses joueurs n’avaient pas caché leur déception de ne pas être au rendez-vous du Maracanã ce 13 juillet. Après avoir cédé aux tirs au but face à l’Argentine en demi-finales, les Oranje faisaient grise mine. Toutefois, en s’imposant confortablement 3:0 face au Brésil à Brasilia, les Néerlandais ont prouvé que leur soif de victoire avait pris le dessus sur la déception.

Après la rencontre, Jonathan De Guzman se réjouissait de revenir au pays avec une preuve matérielle de tous ses efforts en Amérique du Sud. "C’était notre dernier match dans cette Coupe du Monde. C’était l’occasion d’aller chercher une médaille", reconnaît le pensionnaire de Swansea City au micro de FIFA.com. "Je trouve qu’on a fait une très bonne compétition de bout en bout. La demi-finale contre l’Argentine aurait pu basculer d’un côté ou de l’autre. Aujourd’hui, on avait l’occasion de quitter le Brésil sur une bonne note. On a obtenu ce penalty très tôt et ça nous a mis sur les bons rails. L’équipe a fait un très bon match."

À l’instar de leurs coéquipiers plus expérimentés, les jeunes loups débordent d’enthousiasme après la rencontre, arborant fièrement leurs médailles de bronze. Les cadres que sont Arjen Robben, Dirk Kuyt, Robin van Persie et Wesley Sneijder atteignant le crépuscule de leur carrière, le futur sélectionneur des Pays-Bas, Guus Hiddink, va devoir faire confiance à la nouvelle vague pour rester dans cette lignée de bons résultats.

Du pur bonheur
À Brésil 2014, dix des 23 joueurs de l’effectif de Van Gaal étaient nés en 1989 ou plus tard. Les Pays-Bas peuvent donc compter sur un solide noyau de jeunes joueurs déjà rompus aux joutes mondialistes pour mener la barque orange lors des compétitions à venir. Auteur du deuxième but des siens, le défenseur Daley Blind espère que cette nouvelle génération sera chargée d’écrire l’avenir. "On a des jeunes exceptionnels. Ils sont vraiment très bons. Si quelqu’un prend sa retraite, un autre joueur peut lui succéder. C’est comme ça que ça se passe. On va voir ce que nous réserve l’avenir mais j’espère qu’on va rester ensemble", annonce le joueur de l’Ajax d’Amsterdam.

Quelque peu surpris en voyant David Luiz dégager directement sur lui dans la surface brésilienne, Blind a fait preuve de sang-froid pour concrétiser, lui qui n’est pourtant pas habitué à rôder dans cette zone. "J’ai fait un contrôle et je me suis dit : 'Frappe, c’est tout !' Du pur bonheur", raconte le défenseur.

Titularisé suite à la blessure de Sneijder pendant l’échauffement, De Guzman est fier du résultat de son équipe et de sa progression collective tout au long de la compétition brésilienne. "Notre équipe a grandi au cours du tournoi. Que ce soit sur ou en dehors du terrain, on n’a pas arrêté de travailler pour faire mieux. On s’est tous aidés les uns les autres", résume-t-il. "Ce qui est positif, c’est qu’on a joué ensemble. On a joué collectif à chaque match. On est restés soudés dans la victoire comme dans la défaite. C’est ça qui fait la force de notre groupe", rajoute Blind en conclusion.

Fifa.com (13/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 16:59

Brésil : Julio Cesar va probablement quitter la sélection



Le gardien du Brésil Julio Cesar a admis après la défaite (3-0) contre les Pays-Bas pour la 3e place du Mondial que sa carrière internationale était probablement terminée au terme d'une campagne brésilienne décevante.

"C'est probablement ma dernière Coupe du monde. Jouer à la Copa America en 2015, à l'âge de 35 ans, serait vraiment compliqué", a déclaré samedi le joueur de Toronto.

"Aller à cette Copa America sans avoir la Coupe du monde 2018 à l'esprit serait égoïste de ma part", a expliqué Julio Cesar.

"Le temps est venu pour d'autres gardiens et je pense que le Brésil en a 7 ou 8 capables de revêtir le maillot national", a estimé le portier de la Seleçao qui s'était illustré en 8e de finale lors de la séance de tirs au but contre le Chili.

Fifa.com (13/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par rachid_as le Dim 13 Juil - 19:47

Brésil : Fred ne jouera plus pour la Seleçao



L'attaquant brésilien Fred, transparent pendant le Mondial, a confié qu'il ne jouerait plus pour la Seleçao dans un entretien au quotidien Estado de Sao Paulo paru dimanche.

"Pour moi, la Seleçao c'est fini", a déclaré Fred, dont l'inefficacité dans le jeu et face au but a synthétisé les problèmes offensifs du Brésil, qui a fini quatrième de "son" Mondial.

L'avant-centre brésilien n'a marqué qu'un seul but pendant tout le tournoi, le troisième de la victoire de la Seleçao contre le Cameroun (4-1) le 23 juin lors de la phase de groupes.

Le Brésil a été humilié par l'Allemagne en demi-finale (7-1), puis samedi par les Pays-Bas (3-0) lors du match pour la troisième place.

"J'assume ma part de responsabilité. Je voulais faire plus. Je n'étais pas blessé, je n'avais pas de problèmes physiques. Mais la responsabilité est de tous. Nous sommes une équipe et nous avons été ensemble jusqu'à la dernière minute", a ajouté Fred.

Au passage, l'attaquant règle quelques comptes. "Quand je vais rejouer (ndlr: en club à Fluminense) et marquer à nouveau des buts, les gens pourront penser que je n'ai pas marqué avec la Seleçao aussi parce que je n'ai pas beaucoup reçu de ballons", a-t-il encore dit.

Fifa.com (13/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 3ème place, Brésil - Pays-Bas

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum