Eliminatoires Coupe du monde 2018

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:40

Zone Europe : Groupe D



Gareth Bale s'annonce comme l'un des grands animateurs du Groupe D des qualifications européennes pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. L'attaquant gallois ne fait pas mystère de son ambition de mener son pays en phase finale de l'épreuve mondiale pour la première fois depuis six décennies. FIFA.com s'est penché sur cette section, qui verra le Pays de Galles affronter la République d'Irlande dans un duel entre voisins.

Les deux équipes évolueront aux côtés de l'Autriche et de la Serbie, deux nations ambitieuses, mais aussi de la Moldavie et de la Géorgie, bien décidées à provoquer quelques surprises sur la route de la Russie.

Les équipes
Pays de Galles
Autriche
Serbie
République d'Irlande
Moldavie
Géorgie

Ce qu'il faut retenir
Un insatiable buteur gallois rejoint un grand club européen pour une somme record et conduit son équipe à la qualification pour la Coupe du Monde. Le scénario est bien connu des supporters des Dragons, qui rêvent de voir l'histoire se répéter. En 1958, John Charles, l'attaquant de la Juventus, avait propulsé la sélection galloise en phase finale de l'édition suédoise. Celui que tout le pays considère comme son héritier espère mettre un terme au long exil gallois sur la scène mondiale. Toutefois, d'autres grands noms ont tenté de relever le défi par le passé, sans réussite : Mark Hughes, Ian Rush ou encore Ryan Giggs ont tour à tour échoué dans cet exercice périlleux.

Bale, Aaron Ramsey et leurs coéquipiers devront surmonter quelques épreuves difficiles avant d'entrevoir la Russie. Le court déplacement en République d'Irlande s'annonce particulièrement périlleux. Les deux pays n'ont encore jamais eu l'occasion de se mesurer dans les préliminaires du rendez-vous mondial. Les Irlandais commencent eux aussi à trouver le temps long depuis leur dernière apparition en Coupe du Monde, qui remonte à 2002. Pour des joueurs comme John O’Shea ou Robbie Keane, cette campagne représente sans doute une dernière occasion de disputer la plus prestigieuse des compétitions.

La Serbie et l'Autriche sont les nations les plus expérimentées au sein de ce Groupe D, avec 17 participations à elles deux. Néanmoins, seules quatre d'entre elles sont postérieures à 1990. La Géorgie et la Moldavie partagent quant à elles un passé commun. Les Jvarosnebi ont signé leur première victoire en préliminaires de la Coupe du Monde face aux Moldaves, en 1997. Ces derniers voudront poursuivre sur la lancée des qualifications pour Brésil 2014, au cours desquelles ils avaient obtenu trois succès soit plus du double de leur nombre total de victoires dans cette épreuve.

Le saviez-vous ?
La valeur n'attend pas le nombre des années : Aaron Ramsey est le plus jeune capitaine de l'histoire du Pays de Galles. Le regretté Gary Speed lui avait confié le brassard en 2011, alors qu'il n'avait que 20 ans et 90 jours.

Du nouveau : Neuf affiches au programme sont inédites en qualifications pour la Coupe du Monde. Quatre d'entre elles - Autriche-Géorgie, Serbie-Moldavie, Serbie-Géorgie et République d'Irlande-Moldavie - n'ont jamais été disputées chez les seniors. 

Assurer l'avenir : Seules deux équipes - l'Union soviétique en 1979 et le Portugal en 1990 et 1994 - n'ont pas réussi à se qualifier pour la Coupe du Monde qui a suivi leur sacre en Coupe du Monde U-20 de la FIFA. La Serbie, sacrée en 2015, n'a aucune envie de devenir la troisième.

La stat
20 - La République d'Irlande est l'une des trois nations, avec le Luxembourg et le Portugal, à avoir disputé tous les tournois préliminaires de la Coupe du Monde. Russie 2018 marquera sa 20ème apparition.

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:42

Zone Europe : Groupe E



Rien à perdre et beaucoup à gagner. Les six équipes engagées dans le Groupe E des qualifications européennes pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ partent toutes dans cet état d’esprit. Pas de grandissime favori, et les trois équipes qui ont déjà une expérience mondiale ont certes une longueur d’avance, mais pas de marge d’erreur face à trois outsiders ambitieux.

Les équipes
Roumanie
Danemark
Pologne
Monténégro
Arménie
Kazakhstan

Ce qu’il faut retenir
La Roumanie, tête de série lors du tirage au sort préliminaire en juillet 2015, le Danemark et la Pologne ont tous déjà goûté à la scène mondialiste et ne rêvent que d’une chose : la retrouver en 2018 après avoir tous les trois manqué le rendez-vous brésilien de 2014. Mais il n’y aura qu’une seule place directe dans l’avion pour la Russie, et une sur liste d’attente en barrages. Du coup, il y aura au moins un malheureux dans ce trio.

"Au moins" un, parce que les trois équipes qui complètent la poule ont aussi leur mot à dire, non seulement pour la qualification, mais également pour la première place, au moins pour le Monténégro et l’Arménie. Car pour le Kazakhstan, l’occasion est belle de marquer quelques points, mais la marche semble encore trop haute. En revanche, Monténégrins et Arméniens, avec des joueurs confirmés comme Stevan Jovetic ou Stefan Savic d’un côté, ou Roman Berezovsky ou Henrikh Mkhitaryan de l’autre, espèrent profiter de l’absence des grandes puissances européennes comme l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne ou l’Italie pour s’approcher le plus près possible du rêve d’une première participation à la Coupe du Monde. Dans un groupe très ouvert, le mot d’ordre est "maintenant ou jamais."

Le saviez-vous ?
En terrain connu : Anghel Iordanescu, Morten Olsen, Adam Nawalka et Branco Brnovic, respectivement sélectionneurs de la Roumanie, du Danemark, de la Pologne et du Monténégro au coup d’envoi des qualifications pour Russie 2018, ont tous déjà participé à la Coupe du Monde en tant que joueurs. En tant qu'entraîneur, le Roumain a été quart de finaliste d’Etats-Unis 1994 et huitième de finaliste de France 1998, le Danois, alors capitaine, a mené les Danish Dynamites au deuxième tour de Mexique 1986, tandis que le Monténégrin a atteint les huitièmes de finale de France 1998 avec la Serbie-et-Monténégro, 11 ans après avoir remporté la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 1987 avec la Yougoslavie.

Une revanche à prendre : Le Danemark était bien décidé à prendre part à sa cinquième Coupe du Monde à Brésil 2014, sa deuxième consécutive, et espérait bien le faire par le biais des barrages, condamné à la deuxième place de son groupe derrière l’Italie. Mais les Scandinaves n’ont finalement pas fait partie des meilleurs deuxièmes,  et n’ont donc pas pu disputer ce repêchage. Peut-être la faute à une lourde défaite 0:4 concédée en juin 2013 face à une équipe alors jugée modeste : l’Arménie…

Mauvais et bon souvenirs : Tout d'abord membre de la Confédération Asiatique de Football, le Kazakhstan écrit les premiers chapitres de son histoire en Coupe du Monde de la FIFA lors des éliminatoires pour France 1998 et Corée/Japon 2002, les deux fois sans succès. Membres de la Zone Europe depuis 2004, les Kazakhs ont également échoué dans leur quête pour les éditions 2006, 2010 et 2014 décrochant en cumulé trois victoires : deux contre Andorre et une contre les Îles Féroé. Pour se donner du courage sur la route de Russie 2018, ils se rappelleront que l’un de leurs rares victoires en qualifications pour l’UEFA EURO avait eu lieu en 2007 contre la Serbie, grande sœur du Monténégro qu’ils affronteront dans le Groupe E.

La stat
3 - Les Tricolorii de Roumanie font partie des trois nations à avoir disputé les trois premières éditions de la Coupe du Monde. Ils ont aussi disputé trois éditions consécutives dans les années 90. Mais après leurs échecs en 2002, 2006, 2010 et 2014, les Roumains ont aussi manqué les quatre dernières épreuves.

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:43

Zone Europe : Groupe H



La Belgique fait figure d’épouvantail du Groupe H devant une Grèce de plus en plus fidèle aux grands rendez-vous et une Bosnie-et-Herzégovine qui veut assumer son statut d'étoile montante de la scène européenne. Derrière, l'Estonie et Chypre tenteront d'accrocher les gros bras le plus longtemps possible.

Les équipes

Belgique
Bosnie-et-Herzégovine
Grèce
Estonie
Chypre

Ce qu’il faut retenir
De Thibaut Courtois à Christian Benteke en passant par Eden Hazard ou Kevin de Bruyne, les Diables Rouges n'ont jamais aussi bien porté leur nom. Quart de finaliste à Brésil 2014 et en bonne place dans le peloton des plus gros bras du Classement mondial FIFA/Coca-Cola, le Plat Pays fait figure de montagne du groupe. Si les quatre autres équipes rêvent secrètement d'accrocher la Belgique, elles ambitionnent avant tout de suivre son rythme, avec une place de barrage en bout d’ascension. C'est même l'objectif minimum pour la Bosnie-et-Herzégovine et la Grèce.

Deux qualifications pour l'UEFA EURO, et deux autres participations pour la Coupe du Monde : les Hellènes connaissent la formule pour décrocher un ticket international depuis leur sacre à l'UEFA EURO 2004. A Brésil 2014, ils avaient encore misé sur leur cocktail favori, fait d'engagement de tous les instants, de discipline tactique et d'esprit collectif, avec un huitième de finale à la clé. Les Bosniens n'étaient pas loin d'y goûter non plus pour leur baptême dans le grand bain mondialiste. Mais la bande à Edin Dzeko et Miralem Pjanic a dû se rendre à l'évidence : la différence au plus haut niveau se joue souvent sur des détails et le manque d'expérience pardonne rarement. La Bosnie est déterminéé à s'offrir une deuxième aventure au sommet pour corriger le tir, la Grèce à garder sa place à la table des grands.

"Il y a de moins en moins de matches faciles sur le chemin d'une Coupe du Monde." Le refrain est connu et les résultats en attestent plus que jamais. Le temps où l'Estonie et Chypre offraient une partie d'entraînement grandeur nature aux grosses cylindrées internationales semble révolu. Les Petits Poucets ont bien grandi en une bonne décennie. Ils tutoient désormais les plus grands, en les accrochant parfois au passage. Avec une dose de régularité en plus, ils pourraient leur jouer un mauvais tour au moment de faire les comptes.

Le saviez-vous ?
Quand le hasard fait bien les choses : Considérant la Belgique comme un exemple à suivre pour un petit pays, la Fédération d’Estonie cherchait depuis plusieurs années à se frotter à ses Diables Rouges en match amical. Elle a pu compter sur le hasard d'un tirage au sort de Coupe du Monde pour rendre le rendez-vous possible.

L'hôte contre le Groupe H : La Russie se frottera deux fois aux membres du Groupe H -  le seul avec le I qui ne compte que cinq équipes dans les qualifications dans la Zone UEFA - pour se préparer au mieux à faire honneur à son statut d'hôte de la Coupe du Monde.

"Merci Dame chance" : Tirages au sort ou séances de tirs au but, la Belgique semblait dans les bons papiers de Dame Chance pendant le règne de Guy Thys, entre 1976 et 1989, puis de 1990 à 1991. Au point de voir coller à son nom l’étiquette de porte-bonheur de la sélection. Au sortir du tirage, le sélectionneur Marc Wilmots n'avait pas caché sa satisfaction en lui faisant référence : "J’ai retrouvé la patte de lapin de Guy Thys".

La stat
3 - Comme le nombre d'équipes du Groupe H - la Belgique, la Bosnie-et-Herzégovine et Chypre - qui ont déjà fait connaissance en qualifications pour l'UEFA EURO France 2016.

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:45

Zone Europe : Groupe A



"C'est un groupe solide, compact, avec de bonnes nations européennes." Tel est le résumé fait par Didier Deschamps, sélectionneur de la France, à propos du Groupe A. Aux côtés de ses Bleus, on retrouve notamment les Pays-Bas, troisièmes de la dernière Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014, ainsi que la Suède, championne d’Europe Espoirs en 2015. La Bulgarie, le Bélarus, et le Luxembourg complètent cette poule délicate, qui laissera forcément un gros sur le carreau.

Les équipes
Pays-Bas
France
Suède
Bulgarie
Belarus
Luxembourg

Ce qu'il faut retenir
Si Deschamps est aussi méfiant à l’heure d’aborder ces éliminatoires, c’est aussi parce que deux de ses adversaires du Groupe A lui rappellent de douloureux souvenirs. Lors des qualifications pour USA 1994 - dernière épreuve reine manquée par les Tricolores - La Suède et la Bulgarie avaient fini devant la France, dont DD était à l’époque l’un des piliers. Mais plus encore que les Scandinaves, qui avaient finalement terminé en tête du Groupe 6, ce sont les Bulgares que les Français auraient davantage tendance à redouter. Et pour cause, ceux-là les avaient privés du ticket mondialiste à l’ultime minute du dernier match des qualifications, le 17 novembre 1993, au Parc des Princes, à Paris. Il ne manquait alors qu’un point aux Français pour décrocher le précieux sésame. La Bulgarie, elle, avait besoin d’une victoire pour se qualifier.

Éric Cantona avait ce jour-là parfaitement lancé les siens à la 32ème minute de jeu. Mais c’était sans compter sur Emil Kostadinov. Celui-ci égalisait cinq minutes plus tard sur corner, avant de crucifier Bernard Lama à la 89ème minute du temps réglementaire et transformer d’une frappe sous la barre le rêve américain des Bleus en un cauchemar. "Nous sommes des ânes...", avait lâché Deschamps. 22 ans plus tard, pour son entrée en lice dans la campagne qualificative pour Russie 2018, l’actuel sélectionneur des Bleus et ses ouailles auront à cœur de tourner pour de bon cette page lourde d’histoire.

Le saviez-vous ?
Voyants au vert pour les Oranjes : Avec 28 points au compteur, et une différence de buts de +29, les Pays-Bas ont terminé avec le meilleur bilan comptable de la zone EURO lors des dernières qualifications pour la Coupe du Monde. Les Oranjes ont également été les premiers du Vieux Continent à empocher leur billet pour le Brésil en compagnie de l’Italie

Fallait pas narguer la Suède : Le barrage retour pour l'UEFA EURO Espoirs entre la Suède et la France disputé en octobre 2014 a connu une fin rocambolesque : après sa victoire (2:0) à l'aller, la France a rapidement été menée mais elle a cru arracher la qualification quand Layvin Kurzawa a marqué à la 87ème minute (1-3). Le défenseur a laissé exploser sa joie, chambrant les Suédois en leur adressant un salut militaire. Mais ses adversaires ont renversé la tendance deux minutes plus tard (4:1) pour assurer leur présence à l'EURO. Ils s'en sont alors donné à cœur joie pour se moquer de Kurzawa, mimant son geste, sur le terrain puis dans les vestiaires… puis lors de leur sacre en juin. Les deux camps vont maintenant se retrouver à l’échelon supérieur.
 
Les premières du Bélarus : La première victoire biélorusse en match officiel date de 1994 et a été signée face au Luxembourg (2:0), que le Bélarus retrouvera dans le Groupe A. Leur second succès est intervenu quelques mois plus tard face Aux Pays-Bas (1:0), autre adversaire de la poule.

La stat
7 - Le Luxembourg est l’équipe que la France et les Pays-Bas ont le plus affrontée dans des épreuves éliminatoires (7 fois).

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:46

Zone Europe : Groupe C



 Avec quatre étoiles sur leurs maillots, les Allemands font figure de grands favoris et aimeraient placer leurs pions en vue de la défense du titre tandis que les Tchèques, les Norvégiens et les Nord-Irlandais espèrent tirer leur épingle du jeu en terminant à la deuxième place. Quant à l'Azerbaïdjan et Saint-Marin, ils souhaitent avant tout créer la surprise en remportant l'une ou l'autre de leurs rencontres. Le suspense réside davantage dans la faculté de l'Allemagne à négocier le virage suite aux départs du capitaine Philipp Lahm et du buteur Miroslav Klose.

Les équipes
Allemagne
République tchèque
Irlande du Nord
Norvège
Azerbaïdjan
Saint-Marin

Ce qu'il faut retenir
Si l'Allemagne, tenant du titre, dispose d'un important réservoir de joueurs talentueux, on peut s'interroger sur la manière dont elle va négocier le passage de relais suite aux départs de Lahm et Klose. Bastian Schweinsteiger, qui s'est vu confier le brassard de capitaine, sera au centre de l'attention.

Avec plus de 100 matches internationaux, le milieu de terrain a beau avoir déjà remporté la Coupe du Monde de la FIFA et la Ligue des champions de l'UEFA, il doit encore prouver qu'il peut mener une équipe composée de joueurs expérimentés tels que Thomas Müller, Marco Reus, Mats Hummels, Mario Götze ou encore Toni Kroos, capable lui aussi d'endosser le rôle de leader. C'est à Schweinsteiger que revient la charge de créer de nouveau un collectif solide. Ce sera l'une des clés du succès si l'Allemagne souhaite devenir la première équipe depuis la Seleção brésilienne en 1958 et 1962 à enchaîner deux titres mondiaux consécutifs.

Le saviez-vous ?
Un duel entre voisins historiques : "Les matches contre les Tchèques ne sont jamais des matches comme les autres", estimait Oliver Bierhoff après le tirage au sort préliminaire de Saint-Pétersbourg. Pour le directeur sportif de la sélection allemande, la République tchèque est synonyme de souvenirs pour le moins agréables. Lors de la finale de l'UEFA EURO 1996, il est entré en cours de partie et a marqué le but de l'égalisation contre les Tchèques avant de signer un but en or historique lors de la prolongation.

L'Azerbaïdjan et la connexion allemande : Berti Vogts ancien défenseur et sélectionneur de l'Allemagne, a été l'entraîneur de l'Azerbaïdjan pendant six ans. Grâce à lui, ce pays situé entre le Caucase et la mer Caspienne remportera son premier match à l'extérieur lors d'une campagne de qualifications pour une Coupe du Monde (2:0 contre le Liechtenstein). Vogts a eu quatre fois l'occasion d'affronter son pays d'origine, dont deux matches éliminatoires pour Afrique du Sud 2010, avant de démissionner en octobre 2014 et de céder sa place à Robert Prosinecki. Né en Allemagne, l'ancien international croate a quant à lui passé les 11 premières années de sa vie dans la région de Stuttgart.

Retrouvailles mémorables : C'est aux dépens de Saint-Marin que le 15 octobre 2008, l'Irlande du Nord a signé sa plus large victoire lors d'un match de qualification pour une Coupe du Monde (4:0). Les chemins des deux équipes vont de nouveau se croiser à deux reprises. Pour le petit état enclavé à l'intérieur de l'Italie, un 0:0 constituerait un score pour le moins honorable. D'un point de vue statistique, ses chances ne sont d'ailleurs pas si mauvaises puisque l'Irlande du Nord détient le record de matches nuls vierges de l'histoire des qualifications pour la Coupe du Monde (15).

Nouvel assaut des Landslaget : Lors des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2010, les Norvégiens ont terminé deuxièmes de leur groupe derrière les Pays-Bas, futurs vice-champions du monde. Mais l'équipe scandinave n'a pas eu la chance d'accéder aux barrages puisque de tous les groupes européens, c'était elle la moins bien placée. Quatre ans plus tôt, elle s'est inclinée face à la République tchèque lors des barrages pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006. La Norvège espère à présent prendre sa revanche et, pour la quatrième fois de son histoire après 1938, 1994 et 1998, décrocher un ticket pour la phase finale de l'épreuve mondiale.

La stat
2 - L'Allemagne a toutes les raisons d'entamer avec confiance sa course en vue de Russie 2018. Sur un total de 84 matches de qualification disputés (64 victoires, 18 nuls), elle n'a concédé que deux défaites et reste invaincue à l'extérieur. Ses deux échecs datent de 1985 contre le Portugal (0:1) et de 2001 face à l'Angleterre (1:5).

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:48

Zone Europe : Groupe B



Trois des six équipes du Groupe B ont déjà pris part à une Coupe du Monde de la FIFA™. Si le Portugal et la Suisse étaient tous deux présents lors de la dernière édition au Brésil, la dernière participation de la Hongrie remonte quant à elle à 1986. Andorre dispute les éliminatoires depuis 2002, contre 1992 pour la Lettonie et les Iles Féroé. Aucune de ces trois nations n'a toutefois encore pu se qualifier pour une phase finale.

Les équipes
Portugal
Suisse
Hongrie
Îles Féroé
Lettonie
Andorre

Ce qu'il faut retenir
Malgré son élimination dès le premier tour à Brésil 2014, le Portugal fait figure de favori dans ce groupe devant la Suisse qui, elle, avait atteint les huitièmes de finale. L'une des principales raisons est la présence dans les rangs de la Selecção das Quinas de Cristiano Ronaldo. Lors de la dernière campagne qualificative, il a inscrit huit des 24 buts de sa formation et a délivré trois passes décisives. Les Lusitaniens ont rencontré plus de difficultés en défense, avec dix buts encaissés en 12 rencontres. Cette faiblesse a d'ailleurs failli leur être fatale puisqu'ils ont dû passer par les barrages grâce, là encore, au talent de leur meilleur buteur. Si les adversaires du Portugal veulent espérer terminer en tête du groupe et ainsi rejoindre la Russie, ils devront museler Ronaldo, mais aussi faire preuve de sang-froid en phase offensive.

La Suisse entend pour cela se servir de l'expérience accumulée lors de la dernière Coupe du Monde. Lors de son huitième de finale face à l'Argentine, elle a parfaitement su maîtriser Lionel Messi et ses coéquipiers, au point de garder ses cages inviolées jusqu'à la 118ème minute. Elle a certes perdu deux des piliers de sa défense avec les retraites internationales de Diego Benaglio et Philippe Senderos, mais elle peut faire confiance à ceux qui les remplacent, qui évoluent dans les meilleurs championnats européens et se retrouvent confrontés chaque semaine au plus haut niveau. Les Hongrois, Lettons, Féringiens et autres Andorrans ne disposent peut-être pas de ce vécu, mais ils peuvent s'inspirer de leurs collègues israéliens, qui ont arraché deux matches nuls 1:1 et 3:3 contre le Portugal lors des qualifications pour le tournoi brésilien.

Le saviez-vous ?
Longue attente : Depuis sa défaite 3:2 face à la R.F.A. en finale de la Coupe du Monde de la FIFA 1954™ en Suisse, la Hongrie est revenue à sept reprises en terre helvète pour s'y imposer à quatre reprises, à chaque fois en match amical. Mais son dernier succès remonte au 30 avril 1976.

Singularité : La plus grande performance de la Lettonie sur la scène internationale est sa qualification pour l'UEFA EURO 2004. Elle n'a en revanche encore jamais pu fêter une participation à un grand rendez-vous mondial. Il s'agit à ce jour du seul pays à avoir été engagé dans un championnat d'Europe, mais pas dans une Coupe du Monde.

Mauvais bilan : Alors qu'elle a participé à quatre phases qualificatives, Andorre ne totalise qu'une seule victoire. Le 13 octobre 2004, sur la route d'Allemagne 2006, elle avait ainsi pu disposer de l'ARY Macédoine. Lors des derniers éliminatoires, la petite principauté nichée entre l'Espagne et la France n'a pas pu engranger le moindre point, ni même inscrire le moindre but.

La stat
4 - Après s'être qualifiée pour les éditions 2006, 2010 et 2014, la Suisse espère participer en Russie à sa quatrième Coupe du Monde d'affilée. Elle n'est parvenue à réaliser cette performance qu'une seule fois au cours de son histoire, en 1934, 1938, 1950 et 1954. Le Portugal, lui, n'a plus manqué la grand-messe du football mondial depuis 2002. Une nouvelle qualification lui permettrait de porter son total à cinq fois consécutives.

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:50

Zone Europe : Groupe I



Les Croates font figure de favoris dans le Groupe I avec quatre Coupes du Monde, soit une de plus que tous leurs futurs adversaires réunis. Comptant dans ses rangs des joueurs comme Luka Modric, Ivan Rakitic ou Mario Mandzukic, tous vainqueurs ces dernières années de la Ligue des champions de l'UEFA, la Croatie est la seule sélection de ce groupe à avoir été présente lors de la précédente édition de l'épreuve mondiale. Deux autres équipes de ce groupe étaient quant à elles passées à deux doigts du ticket brésilien. La Finlande s'apprête à vivre deux grandes premières au cours de ces qualifications : elle n'a en effet encore jamais affronté ni l'Ukraine ni la Croatie en match officiel.

Les équipes
Croatie
Islande
Ukraine
Turquie
Finlande

Ce qu'il faut retenir
L'Islande est l'une des grandes surprises des dernières qualifications européennes. Sa deuxième place, derrière la Suisse, lui avait alors ouvert la porte des barrages où elle avait croisé le chemin de la Croatie. Après un nul vierge à domicile, les insulaires s'étaient inclinés 0:2 lors du match retour. Les deux buts signés Mandzukic et Darijo Srna avaient mis fin au rêve islandais. Lors de chacune de ces deux rencontres, un joueur de chaque équipe avait été exclu. Alors que Mandzukic avait vu rouge lors du match retour, Olafur Skulason l'avait précédé lors du match aller. Une sanction d'autant plus amère pour l'attaquant croate qu'elle avait ensuite été synonyme d'une suspension lors du match d'ouverture contre le Brésil lors de la dernière Coupe du Monde.

C'était la troisième fois que ces deux équipes s'affrontaient lors de qualifications pour l'épreuve mondiale. Leurs chemins s'étaient ainsi déjà croisés à l'approche d'Allemagne 2006. La Croatie s'était alors imposée 4:0 sur la pelouse de Zagreb avant de confirmer à Reykjavik en l'emportant 3:1. L'Islande réussira-t-elle enfin à inverser la tendance ? Sur le banc de touche, on retrouve les mêmes protagonistes qu'en 2013, à savoir Niko Kovac et Lars Lagerbäck, deux entraîneurs aux parcours très différents. Tandis que le Croate découvre avec la Croatie les joies du métier d'entraîneur, le Suédois peut lui s'appuyer sur près de 40 ans d'expérience sur le banc.

Le saviez-vous ?
Habitués des barrages : Outre l'Islande, l'Ukraine s'était elle aussi qualifiée pour les barrages de Brésil 2014 et avait quasiment validé son billet après s'être imposée 2:0 lors du match aller contre la France. Mais les champions du monde de 1998 avaient ensuite réussi à renverser la vapeur sur la pelouse du Stade de France grâce au score sans appel de 3:0.

Petit pays, grandes ambitions : Comptant seulement 320 000 habitants, l'Islande pourrait devenir le plus petit pays à se qualifier pour l'épreuve reine du ballon rond.

En terrain peu connu : Avec la Croatie (4 participations), seules la Turquie (2) et l'Ukraine (1) ont déjà eu la chance de disputer une Coupe du Monde.

La stat

3 - Au cours des dernières années, la Finlande a terminé à deux reprises à la troisième place des qualifications pour une Coupe du Monde. Sur le chemin menant à l'Afrique du Sud, elle a tout d'abord dû céder la place à l'Allemagne et à la Russie avant de devoir s'avouer vaincue la fois suivante par l'Espagne et la France. La troisième place est également la meilleure performance réalisée par les équipes du Groupe I lors de Coupes du Monde de la FIFA™. En 1998, les Croates s'étaient qualifiés pour le dernier carré avant de s'incliner 1:2 face à la France. Dans la "petite finale", les Croates avaient eu raison des Pays-Bas (2:1). En 2002, la Turquie a quant à elle réussi à se hisser sur le podium en prenant l'ascendant sur les deux pays organisateurs, le Japon en huitième de finale, la République de Corée lors du match pour la troisième place.

Fifa.com (11/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mer 12 Aoû - 19:39

Zone Europe : Groupe G



Un pronostic se dégage à la suite du Tirage au sort préliminaire de Saint-Pétersbourg : sans manquer de respect aux autres concurrents, le Groupe G de la zone Europe devrait se jouer sur la double confrontation entre deux anciens vainqueurs de la Coupe du Monde, l'Espagne et l'Italie. L'expérience et la tradition font penser que ce duel constituera l'élément décisif qui déterminera quelle équipe validera directement son billet pour Russie 2018 et laquelle devra passer par les barrages.

Les équipes
Espagne
Italie
Albanie
Israël
ARY Macédoine
Liechtenstein

Ce qu'il faut retenir

À l'image de son parcours pour Brésil 2014, l'Espagne devra se mesurer à une équipe championne du monde pour décrocher une qualification directe en phase finale de la Coupe du Monde. À l'époque, elle avait envoyé la France en barrages grâce à une victoire sur le plus petit des scores à Paris. En route vers la Russie, l'adversaire sera l'Italie, quatre fois championne du monde, en 1934, 1938, 1982 et 2006. Après les performances décevantes des deux équipes lors de la dernière Coupe du Monde, avec une élimination en phase de groupes, Espagnols et Italiens abordent le chemin vers le rendez-vous russe comme une opportunité de présenter le potentiel de leur nouveau projet.

Les résultats récents ont de quoi rendre la Roja optimiste. C'est un match contre la Squadra Azzurra qui a marqué le début de l'épopée fantastique de l'Espagne. En quart de finale de l'UEFA EURO 2008, Cesc Fábregas a chassé les vieux démons en inscrivant un penalty, point de départ de la conquête du titre. Quatre ans plus tard, auréolée du titre mondial, l'Espagne conservait la couronne européenne en venant à bout en finale de… l'Italie.

Parmi les quatre autres nations en course, seul Israël a connu une Coupe du Monde. Et pourtant, son sélectionneur estime, quelque peu abattu : "C'est le tirage au sort le plus difficile que nous ayons jamais eu". L'Albanie est la sélection qui a le plus évolué ces derniers temps. Ses victoires en 2014 et 2015 sur le Portugal et la France respectivement devraient mettre en garde les autres équipes qui la prendraient à la légère.

Le saviez-vous ?
Jouer dans quatre confédérations différentes : Israël a pris part à Mexique 1970 en se qualifiant en tant que membre de l'AFC. La sélection israélienne a en effet disputé les phases de qualification en Asie, Océanie et Afrique avant de rejoindre la zone Europe.

Lanterne rouge habituelle : Le Liechtenstein a participé aux cinq dernières phases de qualification de la Coupe du Monde mais n'a réussi à éviter la dernière place de son groupe qu'une seule fois. C'était en route vers Allemagne 2006, quand il a fini avant-dernier devant le Luxembourg, qu'il a battu 4:0 lors de leur rencontre en 2004.

Souvenir d'un score écrasant : La plus grande victoire qu'ait connue jusqu'alors l'ARY Macédoine a eu lieu lors des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998TM : 11:1 contre le Liechtenstein.

La stat
3 - L'Espagne et l'Italie ne s'étaient jamais affrontées lors d'une phase de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA™, mais leurs chemins s'étaient croisés plusieurs fois en phase finale du tournoi, à trois reprises précisément, toujours en quart de finale. La dernière rencontre s'est déroulée lors d'États-Unis 1994. À cette occasion, les buts de Dino et Roberto Baggio ont annulé celui de José Luis Caminero pour envoyer l'Italie en demi-finale. Le premier duel a eu lieu lors d'Italie 1934. Après un match nul 1:1 en quart de finale, les deux équipes ont disputé un deuxième match pour se départager (à l'époque, il n'y avait pas de séance de tirs au but) : la réalisation de l'Italien Giuseppe Meazza s'est alors révélée décisive.

Fifa.com (12/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Dim 16 Aoû - 12:32

Canada : Ledgerwood déraciné et surmotivé



Lorsqu'en 2003, il quitte le Canada pour venir s'installer en Allemagne, Nikolas Ledgerwood se rend rapidement compte du décalage qui existe entre les deux pays. "C'est toute l'histoire du football. Ce sport est légendaire ici, c'est presque une religion. Chaque ville a son stade, son centre de formation, il y a trois divisions professionnelles qui proposent du très beau football et attirent de nombreux spectateurs. On n'a pas ça au Canada. Les meilleures équipes évoluent toutes en MLS américaine. Si le football canadien souhaite continuer à se développer, nous avons besoin de notre propre championnat", analyse le milieu de terrain au micro de FIFA.com, le tout dans un allemand impeccable.

Depuis son arrivée, 12 années se sont écoulées et le Canadien se sent comme un poisson dans l'eau au pays des quadruples champions du monde, où il a porté les couleurs de six équipes évoluant en deuxième ou troisième division allemande. "Je me suis très bien intégré. La vie autour du football, toute cette culture, c'est vraiment génial", asure-t-il. "Mais mon pays me manque, surtout ma famille et mes amis."

Une fois sa carrière en Allemagne terminée, il a d'ailleurs prévu de retourner vivre sur le continent nord-américain. "J'aimerais beaucoup jouer en MLS, pas loin de chez moi", annonce-t-il. "J'ignore quand ce sera, j'ai encore le temps. Si l'opportunité se présente de signer aux États-Unis ou au Canada, j'y réfléchirai sérieusement." Mais pour le moment, son objectif premier, c'est de monter en seconde division avec l'Energie Cottbus.

Le retour au Canada de Ledgerwood simplifierait également la vie du sélectionneur Benito Floro. De l'autre côté de l'Atlantique, il n'est en effet pas toujours facile d'avoir accès aux comptes rendus des matches des divisions inférieures européennes, même si Ledgerwood reste en contact par téléphone et par e-mail. Avec 43 matches internationaux depuis 2007, il espère enfin créer l'événement. "Si nous réussissons à décrocher notre deuxième ticket mondial après 1986, ce serait fabuleux pour le Canada", juge-t-il. "Je dirais même que ce serait encore plus important que la victoire en Gold Cup de la CONCACAF, en 2000."

Un sport basé sur le succès
A l'époque, ce titre l'avait inspiré et avait donné espoir à l'ensemble des joueurs canadiens. "Malheureusement, ce n'était qu'un tournoi", regrette-t-il. "Il est important pour nous d'atteindre à présent le dernier tour des qualifications pour la Coupe du Monde afin qu'un miracle puisse se produire. Pour l'instant, la prochaine étape, c'est le Belize. Avec deux bons matches, nous pouvons nous qualifier pour le tour suivant. Ensuite, il s'agira de montrer que nous avons évolué."

Ce serait alors la troisième participation de Ledgerwood à une Coupe du Monde puisqu'il était déjà présent lors des éditions U-20 de 2003 et 2005. "J'ai adoré cette expérience", confie-t-il. "Tous les joueurs rêvent de participer à un tournoi international. À l'époque, à Dubaï, de nombreux grands joueurs étaient présents, comme Lionel Messi et Andres Iniesta. J'ai ensuite rejoint le TSV 1860 Munich. Ce tournoi m'a ouvert des portes."

Il espère aujourd'hui que la jeune génération saura tirer profit des manifestations qui ont récemment eu lieu dans son pays. Après avoir accueilli la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, le Canada a co-organisé la Gold Cup, des événements qui devraient contribuer au développement du football national. "Le football est un sport basé sur le succès. Si nous ne gagnons pas, les spectateurs ne font pas le déplacement", tempère-t-il cependant. "Si nous gagnons, les gens répondent présents et l'enthousiasme grandit."

Le meilleur moyen de susciter l'enthousiasme du public serait bien sûr de décrocher un ticket pour Russie 2018. En cas de victoire contre le Belize, les Canucks croiseront ensuite la route du Mexique et du Honduras. "Nous devrons récolter le maximum de points à domicile si nous voulons avoir une chance de nous qualifier", prévient Ledgerwood. "Tout le monde espère que nous allons y arriver."

Fifa.com (13/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mer 19 Aoû - 17:38

Sherman, recette gagante des Îles Cook



A 28 ans, le sélectionneur des Îles Cook Drew Sherman est l'un des plus jeunes entraîneurs engagés dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018. Après avoir évolué avec les juniors de Swansea City, Sherman a décidé que la carrière de footballeur professionnel n'était pas pour lui. Le Gallois s'est alors tourné vers le métier d'entraîneur. Les analyses et les discussions tactiques l'ont toujours passionné.

Rien d'étonnant quand on sait que son père, Rob, est l'actuel sélectionneur de la Nouvelle-Zélande. "Si vous demandez son avis à ma mère, elle vous dira probablement que chaque match de foot à la télévision était un cauchemar", raconte Drew au micro de FIFA.com. "Quand j'étais petit, mon père et moi discutions de chaque détail tactique du match que nous étions en train de regarder. Ça a duré pendant toute mon enfance et mon adolescence. En ce sens, je peux dire qu'il a eu une influence énorme sur moi. Il a longtemps travaillé dans la formation des entraîneurs. Il a également entraîné des joueurs de très haut niveau comme Gareth Bale et Aaron Ramsey. Il connaît le métier. C'est bien d'avoir quelqu'un comme lui, qui peut réagir à vos idées et vous soutenir. En dépit du fait d'habiter à 20 000 kilomètres de distance, il a réussi à me donner pas mal de conseils."

Drew Sherman est passé par Everton et Wolves, avant de prendre en charge le centre de formation d'Aldershot Town. Il a ensuite travaillé avec les équipes de jeunes à Southampton, un club réputé pour ses qualités de formation. "J'ai commencé dans le métier 10 ou 15 ans plus tôt que la plupart des entraîneurs", admet-il. "À 21 ans, j'avais déjà ma licence A de l'UEFA. Je dois être l'un des plus jeunes Britanniques à avoir obtenu ce diplôme."

Tirer le meilleur de chacun

Ensuite, l'opportunité s'est présentée de travailler dans un coin éloigné d'Océanie. "Sur le plan footballistique, mais également sur un plan humain, c'est une occasion formidable", poursuit Sherman au sujet de la vie sur l'île principale de Rarotonga. Il est également responsable du développement général du football dans l'archipel. Certains joueurs de sa sélection sont plus âgés que lui, mais cela ne lui pose aucune espèce de problème. "Si vous avez des joueurs qui veulent apprendre et progresser et si de votre côté, vous faites tout pour les y aider, alors ils vous suivront", assure-t-il. "Tout le travail de l'entraîneur revient à ceci : essayer de tirer le meilleur de chaque joueur et lui donner les moyens de réaliser tout son potentiel."

Sherman et ses joueurs vont bientôt avoir l'occasion de montrer ce dont ils sont capables sur la scène internationale. Presque quatre ans jour pour jour après leur dernière apparition dans les qualifications pour Brésil 2014, les insulaires s'apprêtent à retrouver le tournoi préliminaire océanien, qui débutera le 31 août prochain à Tonga et réunira quatre nations : le pays hôte, les Iles Cook, les Samoa américaines et les Samoa. Une seule sélection émergera avec en poche un billet pour le deuxième tour de la zone.

L'effectif réuni par le sélectionneur est constitué de trois sous-groupes, l'un basé sur les Iles Cook, l'autre en Nouvelle-Zélande et un troisième en Australie. Les Iles Cook présentent la particularité d'avoir plus de citoyens à l'étranger que sur leurs propres terres. "C'est un véritable défi de trouver les meilleurs joueurs originaires des Iles Cook. Il y a à peu près 14 000 habitants ici, mais il y en a 70 000 en Nouvelle-Zélande et 20 000 en Australie", explique Sherman.

Surprendre et grandir
La sélection n'est en outre pas aidée par le calendrier du championnat local, qui débute cette semaine. Les internationaux dirigés par Sherman risquent donc de manquer de rythme. Malgré cela, Sherman affiche une ambition solide au moment d'entamer la sixième campagne des Iles Cook dans les qualifications pour la Coupe du Monde. Lors de la dernière édition, les insulaires avaient terminé à la dernière place de la zone Océanie. De plus, ils n'ont encore jamais gagné un match de qualification contre une sélection d'une association membre de la FIFA.

"Il ne faut pas se tromper d'objectif. Le nôtre est d'essayer d'être fidèle au système sur lequel nous travaillons depuis un certain temps. Pour cela, nous devons faire preuve d'une grande cohésion", annonce Sherman au sujet du tournoi à Tonga. "J'ai confiance. Nous avons un groupe de joueurs doués, qui ont fait preuve jusqu'ici d'une attitude exemplaire. La dernière fois, nous avons terminé derniers de notre groupe et personne n'attend beaucoup de nous. Par conséquent, notre défi est de surprendre les gens. L'objectif est de faire le mieux possible avec nos moyens et d'aider le football à grandir dans ce pays. Si nous y parvenons, nous aurons accompli notre mission."

Fifa.com (19/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mer 19 Aoû - 17:49

Danemark : Un pas en arrière et deux en avant pour Højbjerg



 Pierre-Emile Højbjerg a longtemps été considéré comme un grand espoir. Peu avant son 17ème anniversaire, le Danois a quitté sa patrie pour rejoindre le Bayern Munich. A 20 ans, il est aujourd'hui l’un des fers de lance de la nouvelle génération des Danish Dynamites, qui a pour objectif la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™.

Sa décision de quitter le Danemark après des passages au FC Copenhague et à Brøndby a cependant soulevé certaines questions. N’était-ce pas trop tôt pour tenter une telle aventure. La solution la plus sage n'aurait-elle pas consisté à accumuler de l’expérience dans un environnement familier, avant de se lancer à la conquête d’un grand championnat ? Højbjerg, lui, reste convaincu d’avoir fait le bon choix. "Je suis sorti de ma zone de confort et ça m’a fait du bien. Il était important pour moi de relever un nouveau défi. J’avais besoin d’un bon coup de pied au derrière pour me relancer", explique-t-il au micro de FIFA.com. "Quand on évolue avec des joueurs du même âge et que l’on est un peu avance, on n’a pas toujours besoin de se dépasser, on n’a pas souvent l’occasion de repousser ses limites."

Les choses sont différentes au Bayern. "Ici, je joue avec des footballeurs de classe mondiale. Je dois sans cesse me donner au maximum et même aller au-delà", poursuit le milieu de terrain, qui a disputé 17 matches de Bundesliga avec son club, auxquels il faut ajouter trois sorties en Ligue des champions de l’UEFA et sept sélections en équipe nationale.

Une finale chaque jour
Dès son arrivée en Bavière, l'espoir danois n’a pas perdu de temps avant de commencer à s’entraîner avec le groupe professionnel, dirigé à l’époque par Jupp Heynckes. Eligible chez les U-19, Højbjerg a été promu au sein de l’équipe amateur après seulement un match. Quelques semaines plus tard, il intégrait l’équipe première. "Les professionnels trouvaient le rythme soutenu, mais ils avaient l’habitude ; moi, j’avais l’impression de disputer chaque jour une finale", se souvient-il. "Je voulais me faire remarquer. C’était tout ce qui comptait à mes yeux. J’ai connu une progression très rapide mais lorsqu’on vit les événements, on a toujours le sentiment que les choses avancent trop lentement. Je suis quelqu’un de très ambitieux", souligne-t-il, même s'il avoue avoir connu des moments difficiles. "Au bout d’un certain temps, j’ai ressenti une grande fatigue sur le plan psychologique."

Mais il reste convaincu qu’un jeune footballeur doit parfois faire un pas en arrière pour mieux enchaîner deux foulées vers l’avant. Son prêt à Augsbourg, une autre équipe de Bundesliga, s’inscrit dans cette logique. "Cette période m’a été très utile pour apprendre à mieux me connaître, physiquement et mentalement", estime-t-il. "Elle m’a aussi permis de prendre le bon rythme. J’ai découvert comment il fallait s’entraîner durant la semaine qui précède le match et comment préparer la rencontre elle-même. J’ai aussi pu me rendre compte de la façon dont l’organisme réagit à cette charge de travail et j’ai appris à gérer la répétition des efforts."

Un bilan positif
La période d'apprentissage a pris la forme 16 matches de l’élite allemande sous les couleurs de l’invité-surprise de l'UEFA Europa League, avant de rentrer au Bayern. Ce temps de jeu a permis à Højbjerg de se faire remarquer par le sélectionneur danois Morten Olsen, qui le convoque régulièrement. "J’ai parlé avec lui récemment. Il pense que sept sélections à 20 ans, c’est un bilan très positif. Mais il reste encore beaucoup à faire et nous avons de nombreux objectifs à atteindre", juge-t-il.

La qualification pour Russie 2018 figure sur cette liste, et elle se jouera dans un groupe avec la Roumanie, la Pologne, le Monténégro, l’Arménie et le Kazakhstan. Malgré son enthousiasme, Højbjerg ne cache pas que la tâche s’annonce difficile car au sein de cette section très équilibrée, aucune équipe ne paraît invincible. "Au moins, nous avons évité l’Espagne, la France, les Pays-Bas et l’Allemagne !", se félicite celui a rêvé devant les exploits de ses aînés. "J’avais sept ans en 2002. Nous rejouions chaque match dans la rue ou dans le jardin. Nous étions comme des fous", se souvient-il, des étoiles dans les yeux, prêt désormais à jouer ces rencontres dans les stades de Russie...

Fifa.com (19/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Sam 22 Aoû - 14:06

Chhetri et l'Inde au défi



Sunil Chhetri est l'un des rares membres de l'équipe nationale indienne à avoir fait l'expérience du professionnalisme à l'étranger, lors d'un passage au Sporting Kansas City (MLS). Meilleur buteur de l'histoire de la sélection, le capitaine devance au classement Baichung Bhutia, l'idole des supporters des Blue Tigers. En 2011, son sens du but a permis à l'Inde de mettre fin à une longue absence de 27 ans en Coupe d'Asie de l'AFC.

À 31 ans, l'attaquant reste l'un des joueurs les plus en vue du pays. Sous son impulsion, l'Inde espère bien se faire remarquer lors des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ et franchir un palier sur la scène continentale.

Les préliminaires de l'épreuve reine occupent actuellement tous les esprits, et les supporters indiens qui rêvaient d'assister à l'aube d'une nouvelle ère ont dû revoir leurs ambitions à la baisse. Battus par Oman et par le modeste Guam, les Blue Tigers vont devoir puiser dans leurs réserves pour se replacer dans un groupe composé également du Turkménistan et de l'Iran.

"Notre route s'annonce semée d'embûches", juge Chhetri au micro de FIFA.com. "Mes partenaires étaient très abattus après le match contre Guam. Ils sont encore jeunes. Je leur ai parlé et je leur ai dit qu'il fallait prendre les matches les uns après les autres. Qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes à chaque sortie et nous verrons bien où ça nous mènera. Pour être franc, ça ne sera pas facile, mais nous sommes les seuls responsables de notre situation."

"Maintenant, il faut se concentrer sur l'Iran", poursuit le meilleur buteur des qualifications asiatiques avec quatre réalisations. "C'est une chance pour nous d'affronter cette équipe. Elle a du talent à revendre et elle compte plusieurs participations à la Coupe du Monde. Nous sommes en phase de transition. Plusieurs internationaux expérimentés nous ont quittés et nous avons appelé de jeunes joueurs pour les remplacer. Une équipe ne se construit pas en un jour."

Partir de la base
L'an dernier, le lancement de la Super League indienne a permis au pays de se retrouver un temps sous les feux des projecteurs. L'arrivée de grands noms du football international a contribué à rendre cette compétition très attractive aux yeux du public et des médias. Le premier tournoi FIFA organisé en Inde, la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2017, se profile également à l'horizon.

Le contexte est aujourd'hui bien différent de celui qu'a connu Chhetri à ses débuts. Le futur international indien s'est initié très jeune au ballon rond, grâce notamment à sa mère et à sa tante, anciennes internationales népalaises. Son père, quant à lui, a joué dans une équipe militaire. Mais à l'époque, le football ne pouvait rivaliser avec le cricket en termes de popularité. Depuis, le fossé s'est encore accru.

"C'est une bonne chose", répond Chhetri lorsqu'on l'interroge sur l'impact de la Super League. "Le nombre de spectateurs a augmenté et davantage de gens s'intéressent désormais au football. C'est important. Mais il ne faut pas se reposer uniquement sur un pilier, qu'il s'agisse de l'ISL, de l'I-League, de la fédération, du gouvernement, des supporters, des joueurs ou des médias. Chacun a un rôle à tenir. Si l'amélioration des infrastructures et du championnat sont au cœur de nos préoccupations, l'équipe nationale doit aussi suivre le mouvement. Les deux projets vont de pair."

"Attention, les choses ne se feront pas par magie, prévient-t-il. "Il y a une procédure à suivre. En raison de l'immense intérêt que génère le football et du statut de l'Inde, il nous arrive de croire que tout peut changer du jour au lendemain. C'est une erreur. Ça n'arrivera pas. Sur le plan national, il nous faut des entraîneurs qualifiés à tous les niveaux pour travailler avec les enfants. La formation est un aspect capital. C'est un domaine dans lequel notre pays peut encore progresser."

"Si nous pouvons créer un environnement dans lequel tous ceux qui veulent jouer au football, garçons et filles, bénéficient du soutien d'entraîneurs de haut niveau et de bons équipements, nous aurons fait la moitié du chemin. C'est à la fois mon rêve et mon ambition pour ce pays. Si nous y parvenons, je suis certain que nous progresserons rapidement au classement mondial", conclut Chhetri.

Fifa.com (22/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mer 26 Aoû - 16:52

Sierra Leone : La baraka de Kamara



Le CV de Kei Kamara ne tient pas en quelques lignes. Aujourd'hui âgé de 30 ans, le Sierraléonais a déjà vécu un certain nombre d'expériences qui vous forgent un homme. Après avoir grandi dans un pays en proie à la guerre civile, il trouve refuge aux États-Unis à l'adolescence. Il entame alors des études universitaires puis, à l'âge de 20 ans, une carrière de footballeur professionnel. Brillant en MLS, il décide de tenter l'aventure en Angleterre. Il devient ainsi le premier footballeur de la Sierra Leone à faire trembler les filets de la Premier League. Cette expérience européenne est suivie d'un retour en MLS, où il occupe aujourd'hui la tête du classement des buteurs.

Dans le même temps, un documentaire a été réalisé sur sa vie, pour mettre en lumière un autre aspect de son travail : l'aide aux organisations caritatives qui sont à pied d'œuvre en Sierra Leone. Papa pour la deuxième fois cette année, il est également très présent dans les médias américains, auprès desquels sa personnalité ouverte et affable passe particulièrement bien. Les chaînes de télévision sont friandes de ses célébrations de but. Bref, Kamara est un homme comblé, à la fois bon, humble et heureux.

"Je ne changerais pas une virgule à l'histoire de ma vie", raconte l'avant-centre du Columbus Crew au micro de FIFA.com. "Je suis la somme de tout ce que j'ai vécu. Mon passé m'a appris le respect pour mon pays et le sens du sacrifice. Cela dit, je ne souhaite à personne de grandir dans l'environnement qui était le mien lorsque j'étais petit. J'ai eu la chance de trouver refuge aux États-Unis. Je serai éternellement reconnaissant à ce pays pour tout ce qu'il m'a donné. Aujourd'hui, j'essaie d'utiliser ma situation et mon exemple pour aider mon pays natal."

En termes footballistiques, "aider son pays" n'a pas toujours été une sinécure pour Kamara, en raison de difficultés non seulement économiques, mais également sanitaires avec l'épidémie d'Ebola, qui a longtemps empêché la sélection sierraléonaise d'évoluer à domicile. La maladie semble avoir été enfin éradiquée dans le pays natal de Kamara, ce qui permet aux Leone Stars de pouvoir se concentrer sur les qualifications pour la Coupe d'Afrique des Nations de la CAF 2017 et la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Leur premier rendez-vous sera au mois d'octobre prochain, avec une confrontation en deux manches face au Tchad.

Le Ghanéen Sellas Tetteh est actuellement sélectionneur par intérim de l'équipe de Sierra Leone. Kamara n'a pas encore eu l'occasion de rencontrer le coach qui avait conduit son pays au sacre dans la Coupe du Monde U-20 de la FIFA 2009, mais cela ne l'empêche pas de souligner le potentiel de la sélection nationale. "Il y a toujours eu des joueurs talentueux dans notre pays, des joueurs qui sont aussi prêts à tout donner sur le terrain pour défendre les couleurs nationales. Mais tout n'a peut-être pas été fait pour exploiter au mieux ces ressources. Nous avons progressé, mais avec un peu plus de préparation, nous pourrions obtenir des résultats bien meilleurs..."

Kamara évolue depuis sept ans en équipe nationale. Il a parfois même porté le brassard. "Je suis toujours prêt à aider mon pays et j'essaie d'avoir un rôle de leader avec les Leone Stars. J'adore jouer dans cette équipe, car il y a une ambiance merveilleuse. Quand on met la musique dans le vestiaire, le courant commence à circuler entre nous tous."

Gagner le respect
La période dorée de la sélection sierraléonaise date des années 1990, où elle avait décroché les deux seules qualifications de son histoire pour la CAN. Plus récemment, les Leone Stars avaient impressionné en faisant un bond de 80 places au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, après avoir notamment battu l'Afrique du Sud et l'Égypte. Pour rééditer de telles performances, il faudra d'abord obtenir un respect qui se fait parfois attendre. Kamara en sait quelque chose. En 26 matches de MLS cette saison, il inscrit 18 buts et donné sept ballons décisifs. Pourtant, il n'a pas fait partie de l'équipe type de la mi-saison en MLS. Les fans lui ont préféré des joueurs comme Steven Gerrard et Frank Lampard, qui n'ont encore jamais foulé les pelouses de la MLS...

De quoi décourager les footballeurs les plus endurants. Les passages de Kamara à Norwich et Middlesbrough, en Angleterre, ont eux aussi été quelque peu décourageants. Mais l'intéressé préfère retenir le côté positif. "C'est l'une des plus belles réussites de ma carrière. J'ai beaucoup appris dans ces deux clubs. J'aurais aimé jouer un peu plus à Norwich, mais le football est fait de beaucoup d'inconnues. Actuellement, je me sens au sommet de mon art. Je suis meilleur buteur de première division américaine. Que demander de plus ? Je suis un homme heureux."

Si l'équipe de Sierra Leone doit réaliser un exploit pour s'ouvrir les portes de Russie 2018, la perspective pour Crew de remporter la deuxième MLS Cup de son histoire semble beaucoup plus réaliste. Si cela devait arriver, l'année 2015 serait celle de toutes les réussites pour Kamara, qui vient de voir naître son deuxième enfant, une petite fille. "Elle est merveilleuse. Elle est mon porte-bonheur en ce moment."

Fifa.com (26/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 28 Aoû - 21:28

Hongkong : Lam aiguise ses armes



Pour la plupart des footballeurs asiatiques, la perspective d'un duel face à un poids lourd du football mondial comme Manchester United représente une opportunité extraordinaire. Mais le milieu de terrain hongkongais Lam Ka Wai, lui, ne s'est pas contenté de rêver : il a livré une performance exceptionnelle face aux Red Devils, se payant même le luxe d'inscrire un but d'anthologie. 

Nous sommes le 29 juillet 2013. Manchester United mène confortablement (4:0) après 53 minutes de jeu face à Kitchee, en amical. L'issue ne fait plus guère de doute et le Hong Kong Stadium entonne même quelques chants en l'honneur des prestigieux visiteurs. À la surprise générale, les champions de Hongkong en titre réduisent subitement l'écart. Lam Ka Wai se débarrasse de Michael Carrick et décoche une frappe brossée à l'entrée de la surface de réparation. Ben Amos, le portier remplaçant de MU, touche le ballon mais ne peut l'empêcher de finir sa course dans sa lucarne gauche. Quelques minutes plus tard, Lam sert Alex sur une magnifique passe en profondeur. Ce dernier conclue sans trembler.

Manchester United remporte tout de même la partie (5:2), mais pour certains, la défaite n'est pas si amère... "C'est l'un de mes plus beaux buts", estime le jeune trentenaire au micro de FIFA.com, lorsque l'on évoque le souvenir de ce match. "Les supporters et les médias ont disséqué cette frappe, mais je crois qu'elle doit davantage à ma confiance et à mon état d'esprit qu'à mes qualités techniques. Quand on se retrouve face à des stars de ce niveau, c'est le courage qui fait la différence."

Connu pour la justesse de ses passes et sa technique de frappe, le petit milieu offensif est considéré comme l'un des meilleurs footballeurs de l'histoire récente de Hongkong. Lam est passé par le centre de formation du Yee Hope FC, avant de rejoindre les Hong Kong Rangers en 2002. Toutefois, c'est à Kitchee qu'il s'est fait un nom. 

Depuis son arrivée en 2008, il a remporté quatre championnats et une coupe. Au niveau international, il a permis à son club de franchir la phase de groupes des trois dernières Coupes de l'AFC. Sous son impulsion, Kitchee a même atteint les demi-finales l'an passé. Aucun représentant de Hongkong n'avait réussi une telle performance depuis le lancement de cette compétition, réservée aux clubs les moins huppés du continent. "Ces dernières années, nous avons bien progressé. "Nous faisons désormais partie des équipes qui comptent en Coupe de l'AFC. Ça prouve que nous sommes sur la bonne voie," lance Lam.

Toujours plus haut

Lam s'illustre avec la même régularité en équipe nationale. Son compteur personnel affiche huit réalisations en 33 sélections. International depuis dix ans, il est le meilleur buteur en activité de la sélection. Sa dernière réalisation en date remonte au match de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ face aux Maldives. Son superbe coup franc avait permis aux siens de l'emporter 2:0.

"L'Espagnol David Silva est mon idole", confie le numéro dix. "J'apprécie aussi énormément les anciens internationaux hongkongais Wu Kwok Hung, Cheung Sai Ho et Chiu Chung Man. Je me suis inspiré de leur exemple. Je ne suis peut-être pas le meilleur sur le plan technique, mais je lis bien le jeu. J'essaye d'aider mon équipe en m'appuyant sur mes dix années d'expérience."

Sous son impulsion, Hongkong a débuté son parcours sur la route de la Russie par deux succès. Il a ainsi contribué à la large victoire (7:0) sur le Bhoutan en transformant un penalty, avant d'inscrire ce fameux coup franc décisif face aux Maldives. Grâce à ce bilan impeccable, Hongkong fait la course en tête devant des équipes comme la RP Chine ou le Qatar.

"Nous avons pris un bon départ. Mais la Chine et le Qatar nous sont supérieurs. Je pense tout de même que nous avons nos chances, à condition d'obtenir des résultats face à nos deux rivaux dans les prochains matches", poursuit Lam, en référence aux prochaines échéances programmées début septembre.

Il y a trois décennies, Hongkong avait créé la surprise en dominant la RP Chine 2:1 dans un match décisif dans les préliminaires de Mexique 1986. La petite nation du sud-est asiatique avait ainsi validé son billet pour le tour final aux dépens de sa puissante voisine. Lam souhaite évidemment voir l'histoire se répéter ce 3 septembre, à l'occasion du choc entre les deux équipes à Shenzhen (RP Chine).

"J'ai hâte d'y être. Nous n'avons rien à perdre" conclut-il. "Nous allons étudier de nombreuses vidéos. Face à un adversaire de ce calibre, nous allons devoir travailler dur si nous voulons être prêts."

Fifa.com (28/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 16:46

Îles Cook et Samoa partent du bon pied



La longue route qui mène de l'Océanie à la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018 a débuté par les rencontres de la première journée du tournoi qualificatif de la Zone OFC, disputé à Tonga. Les Samoa et les Îles Cook ont respectivement pris le meilleur sur les Samoa Américaines et le pays hôte.

Les Îles Cook ont à cette occasion décroché leur première victoire en qualifications mondialistes pour leur sixième participation. L'histoire retiendra que le principal artisan de ce succès est un certain Taylor Saghabi, auteur des trois buts du succès 3:0, acquis en 22 minutes de part et d'autre de la mi-temps (38', 53', 60') et premier auteur d'un triplé dans l'histoire du football national.

Malgré la lourde défaite, cette rencontre est aussi historique pour les Tonga, qui ont disputé leur première rencontre de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA à domicile depuis 19 ans, en l'occurrence sur un terrain bâti grâce à l'aide du Programme Goal de la FIFA en 2001.

Dans l'autre rencontre de ce 31 août 2015, le derby samoan a tourné à l'avantage des Samoa, qui ont battu leurs voisines américaines 3:2 notamment grâce à un excellent début de match. Après 26 minutes, le score était déjà de 3:0 grâce à Desmond Faaiuaso (4'), Faitalia Hamilton-Pama (18') puis Andrew Mobberley (26'). Le doublé de Démétrius Beauchamp - un but avant la pause et un autre à quatre minutes du terme - a permis aux Samoa Américaines de croire au partage des points, mais la défense samoane a tenu bon dans les derniers instants.

Fifa.com (30/08/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 18:56

RP Chine : Yang Xu, du fond du trou à la lumière



Yang Xu, attaquant de Shandong Luneng sort d'une saison cauchemardesque, ponctuée d'une série de blessures qui ont limité son temps de jeu avec la RP Chine, jusqu'à le recaler sur le banc des remplaçants. "Quand j'y repense, je me dis que cette période délicate m'a permis de tirer quelques leçons", assure-t-il au micro de FIFA.com. "Je sais maintenant qu'il n'y a pas de raccourcis sur le chemin de la réussite. Il n'y a que du travail, beaucoup de travail.

À force de travail acharné et de détermination, l'attaquant a retrouvé son meilleur niveau. Ses six buts dans la présente édition de la Ligue des champions de l'AFC, et ce malgré l'élimination précoce de Shandong, font de lui l'un des meilleurs réalisateurs de la compétition. Dans le même temps, il a déjà fait trembler les filets à six reprises dans la Chinese Super League. "Les gens disent que je suis à l'apogée de ma carrière mais c'est grâce à des efforts énormes que j'ai atteint ce niveau", lance encore le joueur de 28 ans.

Xu a été brillant lors de la première sortie de la RP Chine dans les qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, face au Bhoutan, avec trois buts et un ballon décisif, dans un match remporté 6:0 en déplacement. Avec son style imposant, il est souvent comparé à Hao Haidong, meilleur buteur de l'histoire de la RP Chine. "De nos jours, un joueur ne peut plus symboliser une époque. C'était possible du temps de Hao mais aujourd'hui, nous ne pouvons plus compter sur un seul joueur pour être performants au plus haut niveau", estime l'homme aux 17 réalisations en sélection. "Si nous voulons franchir un palier, il faudra avancer collectivement", insiste-t-il.

Rêves de Coupe du Monde
Formé à la Dongbeilu Primary School de Dalian, au même titre que le gardien de l'équipe nationale Wang Dalei et l'ancienne Joueuse de l'année de l'AFC Ma Xiaoxu, Xu s'est révélé sur la scène internationale à l'occasion du Championnat U-16 de l'AFC 2004, en inscrivant trois buts dans une compétition finalement remportée par la RP Chine, qui a validé cette année-là son billet pour la Coupe du Monde U-17 de la FIFA au Pérou.

"Nous abordions la compétition comme champions d'Asie, mais nous n'avions aucune idée de la qualité des autres équipes", se souvient-il au sujet de sa première participation à un tournoi de la FIFA. "Cela nous a permis de comprendre la différence entre le niveau continental et le niveau mondial. Nous avons réalisé qu'il y avait encore beaucoup de travail pour prétendre rivaliser avec les meilleures sélections de la planète."

Dix ans plus tard, Xu peut espérer participer pour la deuxième fois à une compétition de la FIFA, en l'occurrence Russie 2018. La RP Chine a bien débuté dans les qualifications et espère s'ouvrir les portes du dernier tour qualificatif du continent pour la première fois depuis 2002 en sortant d'un groupe composé du Qatar, de Hongkong, du Bhoutan et des Maldives. "Ce groupe se jouera entre la Chine et le Qatar même s'il ne faut surtout pas sous-estimer les autres adversaires", conclut-il en repensant à sa propre expérience, longtemps au fond du trou et désormais en pleine lumière.

Fifa.com (01/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:05

Irak : Sabri de retour parmi les Lions



"Le courage est la grâce sous pression", écrivait l'Américain Ernest Hemingway. Ce courage a dicté la décision du gardien Noor Sabri de sortir de sa retraite internationale et de revenir en sélection, deux ans après avoir raccroché les gants. Son objectif : contribuer à la qualification de l'Irak pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, 11 ans après avoir conduit les Lions de Mésopotamie au sacre en Coupe d'Asie des Nations de l'AFC 2007.

"J'ai décidé de prendre ma retraite durant l'un des stages avec la sélection. Certaines circonstances m'ont poussé à prendre cette décision, comme la baisse de niveau et les conditions de travail difficiles en sélection. Je voulais aussi laisser une chance aux jeunes", explique le portier de 31 ans au micro de FIFA.com. Toute son attention s'est alors porté sur son club, le Naft Alwasat, qu'il a mené sur le toit de l'Irak, pour la première fois de son histoire.

Malgré cet exil, Sabri est resté proche de l'équipe nationale "par le cœur et l'esprit". "Je suis sentimentalement lié à la sélection et, lorsque j'ai décidé de prendre ma retraite, j'ai quand même continué à la suivre. Elle était toujours dans mon cœur. Je regardais les matches à la télévision et à chaque fois, j'avais envie d'être avec l'équipe sur le terrain", précise-t-il.

Ses performances en championnat, ainsi que l'absence d'alternative convaincante à ce poste - l'Irak a terminé deuxième plus mauvaise défense de la Coupe d'Asie 2015 avec neuf buts encaissés - ont été des éléments déterminants dans le retour de Noor Sabri, international depuis 2003. "Il y avait une grosse pression car les supporters n'étaient pas satisfaits des performances au poste de gardien. Les jeunes manquaient de confiance. Il y a eu des campagnes sur les réseaux sociaux et des demandes qui m'ont poussé à revenir" explique l'intéressé, qui a fait son retour à l'occasion du match amical face au Liban le 26 août. Il s'est immédiatement illustré en arrêtant un penalty en première mi-temps. Sous son impulsion, l'Irak s'est imposé 3:2, quelques jours avant le début des qualifications pour Russie 2018.

Faire face à la pression
Mais cette décision n'a pas été si facile à prendre pour Sabri. Le retour de l'ange-gardien des Lions intervient dans un contexte délicat : les attentes sont immenses à l'approche des qualifications pour Russie 2018. "Pour moi, cette pression fait partie du jeu. Je suis capable de la surmonter. Mon objectif est d'apporter mon expérience aux autres gardiens pour que ce poste soit entre de bonnes mains à l'avenir," annonce Sabri qui s'apprête à participer à sa troisième campagne préliminaire pour l'épreuve suprême, alors que la seule et unique participation de l'Irak remonte à 1986.

"Depuis la qualification pour Mexique 1986, chaque génération a échoué à cause de la crise que traverse le pays", explique Sabri. "L'équipe actuelle possède 14 joueurs professionnels évoluant à l'étranger, ce qui nous donne le droit d'être optimistes." Pour atteindre leur objectif, Sabri et ses coéquipiers devront réaliser un bon départ dans le Groupe F des qualifications de la Zone Asie. Ils commenceront cette aventure le 3 septembre face à Chinese Taipei, cinq jours avant de rencontrer la Thaïlande, leader du groupe. "Ces deux matches seront importants. Notre déplacement en Thaïlande sera déterminant. Certains diront que le groupe est facile, mais je ne suis pas d'accord. Les autres équipes sont de l'est du continent, ce qui nous oblige à gérer de longs déplacements et des conditions climatiques inhabituelles", prévient il.

Mais les supporters irakiens peuvent avoir confiance en leur gardien, qui a prouvé qu'il savait résister à la pression.

Fifa.com (01/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:09

Zone Océanie
Coup double pour les Cook




Les Îles Cook ont enchaîné un deuxième succès historique dans les qualifications de la Zone OFC pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018, tandis que les Samoa Américaines ont décroché leur première victoire dans le tournoi à quatre qui se dispute à Tonga.

Après les résultats de la deuxième journée dont les matches se sont disputés au Nuku’Alofa’s Loto-Tonga Soka Centre ce 2 septembre 2015, les Îles Cook sont en tête avec deux victoires en autant de matches, la dernière en date face aux Samoa. Le seul but du match, un coup franc splendide de Taylor Saghabi sous la barre, permet aux insulaires d'espérer atteindre le deuxième tour des qualifications océaniennes pour la première fois de leur histoire. Un point leur suffit le 4 septembre prochain lors de leur dernière rencontre face aux Samoa Américaines.

Celles-ci se sont d'ailleurs bien remises de leur défaite en ouverture dans le derby face aux Samoa pour s'imposer 2:1 face à Tonga après avoir pourtant été menées 0:1. Après une première période sans but, les filets ont tremblé trois fois en quatre minutes au retour des vestiaires. Sione Uhatahi pensait avoir fait le plus dur en ouvrant le score pour les locaux (47'), mais les Samoa Américaines ont réagi immédiatement grâce à Justin Mana'o, avant que le capitaine Ramin Ott n'inscrive ce qui allait être le but de la victoire.

Ce résultat permet aux Samoa Américaines de continuer à rêver d'un billet pour le tour suivant, tandis que pour les Tonga, l'aventure s'arrête déjà.

Fifa.com (02/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:22

La Jamaïque et Haïti entrent dans la course



La Jamaïque, finaliste de la dernière Gold Cup de la CONCACAF, et Haïti, qui a disputé la Coupe du Monde 1974, font leur entrée ce 4 septembre dans la compétition qualificative pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. Le troisième tour de la zone CONCACAF est le dernier avant de passer à la phase de groupes. Les équipes qui ont frappé un grand coup depuis le premier tour, le Nicaragua, le Belize et Curaçao, vont tenter de continuer sur leur lancée en route vers la Russie.

L'affiche
Canada - Belize
Les Canadiens ont quelques comptes à régler dans cette phase préliminaire de la Coupe du Monde. Ils n'ont pas mis le moindre ballon au fond des filets lors de la Gold Cup de la CONCACAF. Pour de nombreux joueurs, la défaite 8:1 contre le Honduras lors des qualifications pour Brésil 2014 reste un souvenir douloureux. L'équipe de l'Espagnol Benito Floro, ancien entraîneur du Real Madrid, a signé six buts sur les deux manches contre la Dominique lors de son premier tour. Cependant, le Belize sera une tout autre histoire. La formation centraméricaine qui compte dans ses rangs le toujours dangereux Deon McCaulay est l'une des nations qui a le plus progressé dans la région. Elle ne sera pas à prendre à la légère après ses victoires contre les Îles Caïmans et la République dominicaine aux tours précédents. Rapide et dynamique, la sélection du Belize en veut et est en pleine réussite. "Je veux juste continuer d'inscrire des buts", a confié McCaulay à FIFA.com. Avec déjà 20 réalisations sur 34 sorties, le Canada sait à quoi s'en tenir.

Les autres rencontres
Saint-Vincent-et-les-Grenadines poursuit son parcours après son duel contre le Guyana marqué par une avalanche de buts (6:6). Au cours de ce premier tour, son attaquant phare Tevin Slater a signé trois réalisations. La formation a prouvé qu'elle peut être efficace dans la finition, mais s'est montrée vulnérable en défense. Aruba, qui a validé son billet à la faveur d'un point de procédure, essaiera d'en profiter.

Haïti débute sa campagne après une prestation remarquable lors de la Gold Cup, décrochant une place en quarts de finale. Les Spice Boys de Grenade, qui étaient connus pour leur tactique rugueuse, sont en pleine mutation. Ils sont donc pressés d'en découdre pour tenter de créer la surprise. "Nous sommes un groupe neuf", assure le capitaine Marc Marshall.

Le Salvador part clairement favori contre Curaçao après avoir battu au tour précédent Saint-Kitts-et-Nevis 6:3. Curaçao est entraîné par l'ancien international néerlandais Patrick Kluivert, mais son effectif constitué de professionnels de moindre niveau basés aux Pays-Bas et de locaux pleins de bonne volonté aura peut-être du mal à rivaliser.

La Jamaïque est sur une lancée plus que positive avec le meilleur résultat de son histoire en Gold Cup de la CONCACAF, où elle est venue à bout des États-Unis pour décrocher une place en finale. Giles Barnes, Jobi McAnuff et Wes Morgan ne sont que quelques-unes des joueurs-clés des Reggae Boyz. Le Nicaragua, qui évolue à un niveau plus respectable que ces dernières années, aura du pain sur la planche face à une équipe jamaïcaine dirigée par l'Allemand Winfried Schäfer et avide de marcher dans les pas de la sélection qui s'était qualifiée pour la Coupe du Monde 1998.

Antigua-et-Barbuda poursuit sa campagne contre le Guatemala. Les Antiguais n'ont que difficilement battu Sainte-Lucie au tour précédent mais espèrent faire mieux cette fois-ci, sous la houlette de leur sélectionneur Piotr Nowak, ancien capitaine de la Pologne et légende de la MLS.

Le joueur à suivre
Ancien international junior anglais, Giles Barnes était destiné à accomplir de grandes choses dès ses débuts au club de Derby County. Attaquant rapide, il a connu des moments difficiles qui l'ont conduit au Houston Dynamo, club de la Major League Soccer, en espérant s'y refaire une santé. Quand la Jamaïque fait appel à lui en 2015, Barnes est prêt à se reconstruire sur le plan international également. Il a prouvé son sens du but lors de la Gold Cup, et a d'ailleurs inscrit l'un des plus beaux buts de la compétition, un coup franc à l'occasion de la victoire de la Jamaïque contre les États-Unis, favoris, en demi-finale.

Le saviez-vous ?
Aruba est la seule équipe encore en lice à avoir perdu au tour précédent. Bien qu'ils aient montré beaucoup de courage, les insulaires ont été dominés par la Barbade qui avait envoyé sur le terrain un joueur inéligible au match retour. Sa punition a été synonyme d'élimination malgré une victoire facile. La sélection d'Aruba revient de loin.

La stat
0 - Comme le nombre de buts inscrits par le Canada lors de la dernière Gold Cup de la CONCACAF. Sur ces presque 300 minutes de disette, les Canucks n'en ont encaissé qu'un seul. Il faudra donc que les hommes de Benito Floro marquent contre le Belize.

Entendu...
"On a concrétisé 30% peut-être de nos occasions contre la Dominique au tour précédent. Ça n'est pas assez. Si on parvient à porter ce nombre à 50%, les vannes s'ouvriront et on pourra réaliser des choses auxquelles les gens ne s'attendent pas" - Julian de Guzman, capitaine du Canada, au micro de FIFA.com

Troisième tour de la CONCACAF (matches aller) pour Russie 2018
4 septembre
Saint-Vincent-et-les-Grenadines - Aruba
Grenade - Haïti
Curacao - Salvador
Canada - Belize
Jamaïque - Nicaragua
Antigua-et-Barbuda - Guatemala

Fifa.com (03/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:25

Samoa américaines : Le sergent Ott a pris du galon



Si un groupe avait besoin d'un certain encadrement militaire, c'était bien celui des Samoa américaines. Alors que les statistiques en faisaient à une époque la pire équipe au monde, cette nation isolée de Polynésie est aujourd'hui clairement sur une pente ascendante et Ramin Ott n'y est pas étranger.

Le cru 2015 des Samoa américaines est un mélange de plusieurs cépages disposant d'un temps de maturation sensiblement limité. Menées à la baguette par l'emblématique capitaine Ott – un sergent de l'armée américaine ayant servi en Afghanistan –, elles semblent pourtant sur le point, à la veille de la dernière journée du premier tour des qualifications de l'OFC pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, de réaliser l'impensable : se qualifier pour le tour suivant.

La petite nation du Pacifique n'avait pas encore remporté le moindre match international il y a seulement quatre ans. Elle avait enchaîné les revers pendant plus d'une décennie, dont un fameux 31:0 contre l'Australie, record peu enviable. Ott, 29 ans, est l'un des rares rescapés de cette période. Il a donc vu son équipe passer du statut de victime expiatoire à celui de nouvelle force régionale.

Ott a grandi dans la capitale des Samoa américaines, Pago Pago, avant de mettre le cap sur les États-Unis au début de la vingtaine. Il a rejoint l'armée américaine il y a cinq ans, atteignant rapidement le grade de sergent. Ses qualités évidentes de meneur d'hommes lui ont alors valu d'être envoyé en Afghanistan pour une mission délicate de neuf mois.

Désormais basé à Hawaï après avoir traîné sa bosse et ses crampons aux quatre coins des États-Unis, il reconnaît que son expérience militaire est un atout pour sa carrière de footballeur. "J'essaie de transposer sur le terrain mes compétences en termes de leadership", confie-t-il à FIFA.com depuis la capitale des Tonga, Nuku'alofa. "Les militaires portent énormément d'attention au détail. Je n'hésite pas à faire savoir à quelqu'un si son attitude n'est pas correcte. Les gars savent à quel point je suis direct."

"Cela s'est vu hier lorsque le soldat qui est en moi a pris le dessus", ajoute-t-il à propos de la victoire face aux Tonga, ce 2 septembre. "J'ai été élevé à la dure et l'expérience accumulée au fil des années est ressortie. Je ne sais pas être docile et je pense que les gars ne comprendraient pas si je l'étais. Je leur ai dit hier de continuer à jouer, que rien n'était fait lorsque nous avons concédé ce but et nous sommes finalement revenus."

Une affaire de famille
L'histoire footballistique des Samoa américaines sera indissociablement liée à son nom pour les décennies à venir. Ott a en effet marqué lors de la première victoire de son équipe en qualifications pour la Coupe du Monde, en 2011, après avoir déjà fait trembler les filets lorsqu'elle a décroché son premier point dans les catégories jeunes, il y a une dizaine d'années. Il vient d'inscrire plus récemment le but de la seconde victoire des Samoans américains en Coupe du monde.

Son grand frère Diamond aurait également pu participer à ce premier tour des qualifications, au Tonga, s'il n'avait pas été déployé pour la cinquième fois à l'étranger par l'armée américaine. Ce dernier est passé tout près, il y a quatre ans, d'envoyer son équipe au deuxième tour, mais sa frappe a heurté le poteau dans les dernières minutes de la rencontre face aux Samoa.

Buteur décisif face aux Tonga, le cadet des frères Ott a rejoint un cercle fermé de joueurs ayant marqué lors de trois campagnes mondiales consécutives. Il est également devenu le meilleur buteur des Samoa américaines, avec un total modeste de trois réalisations, mais la nation polynésienne n'affichait après tout, jusqu'à cette semaine, que quatre buts à son compteur en Coupe du Monde.

Elle a démarré le premier tour par une défaite étriquée 3:2 contre les Samoa, mais son dernier succès lui permet de rêver du prochain tour, à condition de dominer les Iles Cook ce 4 septembre. A en croire Ott, l'équipe actuelle, au sein de laquelle figurent de nombreux joueurs basés aux États-Unis, n'a jamais disposé d'autant de qualités. "Celle de 2011 était très physique", insiste Ott. "Nous sommes davantage créatifs aujourd'hui et nous pouvons jouer au ballon."

Lorsqu'il a effectué ses premiers pas en Coupe du Monde, le militaire a vu les Samoa américaines concéder la bagatelle de 38 buts en quatre matches, mais le développement de l'équipe a été incroyable en l'espace de deux cycles mondiaux. "Je n'aurais jamais imaginé la voir atteindre ce niveau. Nous commençons à faire peur dans ces qualifications, c'est le signe de nos progrès", conclut-il. "Nous regardons désormais vers le haut. J'espère que nous allons disputer plus de matches et rester ensemble plus longtemps."

Fifa.com (03/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:31

Zone Asie
Surprises et scores fleuves




Lors de la troisième journée des qualifications asiatiques, les favoris ont confirmé leur statut : les quatre représentants du continent à la Coupe du Monde de la FIFA,Brésil 2014™ ont signé de larges victoires à domicile. L'Australie et la République de Corée ont enregistré un troisième succès consécutif, tandis que le Japon et l'Iran ont empoché les trois points pour la première fois depuis le début de la présente phase.

Dans une soirée riche en buts, le Qatar a réalisé le plus gros carton, avec un succès 15:0 à domicile contre le Bhoutan. Les Émirats Arabes Unis, l'Arabie Saoudite et le Koweït se sont eux aussi très largement imposés. Les surprises sont venues de Jordanie et de RP Chine, toutes deux tenues en échec 0:0 sur leur pelouse. FIFA.com fait le bilan de toute l'action de cette troisième journée sur le continent asiatique.

L'affiche
RP Chine 0:0 Hongkong
Les ambitions de la RP Chine ont été quelque peu fragilisées : devant leur public, les quart de finalistes de la Coupe d'Asie de l'AFC 2015 ont concédé le nul 0:0 face à Hongkong. Le gardien Yapp Hung Fai et ses montants ont empêché les hôtes d'engranger trois points dont ils avaient pourtant bien besoin. Hongkong avait déjà joué un mauvais tour à la RP Chine il y a trois décennies en allant s'imposer 2:1 chez les représentants de l'Empire du Milieu dans les qualifications pour Mexique 1986.

Hung Fai a été héroïque dans ses cages. Zheng Zhi et Yu Hanchao ont quant à eux frappé sur les montants pour l'équipe d'Alain Perrin. Grâce à ce point, Hongkong conserve la tête du Groupe C, devant le Qatar.

Les autres rencontres
Dans le Groupe A, les Émirats Arabes Unis n'ont pas fait de détail face à la Malaisie, avec un 10:0 au coup de sifflet final. Ahmed Khalil a réussi un quadruplé et Ali Mabkhout un triplé pour les demi-finalistes de la Coupe d'Asie 2015. Le meneur de jeu Omar Abdulrahman a donné six ballons décisifs. Dans l'ultime confrontation de la journée, l'Arabie Saoudite a facilement disposé du Timor Oriental 7:0, ce qui lui permet d'occuper la première place du groupe, à égalité de points avec les Émirats Arabes Unis.

L'Australie abordait son troisième rendez-vous dans le Groupe B en l'absence de son capitaine Mile Jedinak et de son gardien Matt Ryan, tous deux blessés. Cela n'a pas empêché les Socceroos de s'imposer chez eux 5:0 devant le Bangladesh. Mathew Leckie et Tom Rogic ont porté le score à 2:0 dès la huitième minute. Topu Barman inscrivait le but du 3:0 et à la demi-heure de jeu, Nathan Burns trouvait lui aussi le chemin des filets. À l'heure de jeu, Aaron Mooy inscrivait le cinquième et dernier but d'une sélection australienne qui reste installée dans le fauteuil de leader.

Au coup d'envoi de cette journée, Guam était en tête du Groupe D. En déplacement en Iran, le leader a bu la tasse avec une défaite 6:0. Les jeunes Sardar Azmoun et Mehdi Taremi ont chacun réussi un doublé pour la Melli. Oman, de son côté, a battu le Turkménistan 3:1 et rejoint Guam en tête du groupe, avec six points.

Pour sa dernière sortie à domicile cette année, le Japon a battu le Cambodge 3:0 dans le Groupe E. Keisuke Honda a ouvert le score à la 28ème minute. En deuxième période, Maya Yoshida et Shinji Kagawa ont alourdi l'addition. Dans l'autre rencontre du groupe, la Syrie l'a emporté à domicile 1:0 sur Singapour, ce qui lui permet de conserver la tête de la poule, avec deux longueurs d'avance sur les Japonais.

Aucun problème pour la République de Corée dans le Groupe G, avec une victoire 8:0 sur ses terres face au Laos. La nouvelle recrue de Tottenham Son Heung-Min, a fait trembler les filets laotiens à trois reprises et son coéquipier Kwon Chang-Hoon a inscrit un doublé, permettant aux Guerriers Taeguk d'empocher une deuxième victoire. Sur son terrain, le Koweït a facilement disposé de Myanmar (9:0). Il occupe la tête de la poule, à égalité de points (6) avec la République de Corée.

Dans le Groupe F, l'expérimenté attaquant Younis Mahmoud a fait parler la poudre en contribuant à la victoire à domicile de l'Irak, pour sa première sortie, sur Chinese Taipei (5:1). Lors de la prochaine journée, les Irakiens iront défier la Thaïlande, actuel leader du groupe.

La RDP Corée est en forme : elle vient de s'imposer 1:0 à Bahreïn, grâce à un but de Jong Il-Gwan. Avec cette troisième victoire en autant de sorties, les Chollima consolident leur place de leader dans le Groupe H. Dans l'autre rencontre de la poule, Alexander Geynrikh a signé son retour en marquant le seul but du match pour l'Ouzbékistan, qui se relance dans la course à la qualification en s'imposant sur son terrain face au Yémen sur la plus étroite des marges (1:0).

Le joueur
Sardar Azmoun est l'un des grands espoirs du football iranien. Il l'a confirmé en contribuant à offrir à la Melli sa première victoire dans les qualifications asiatiques pour Russie 2018. Âgé de 20 ans, l'attaquant de Rostov a d'abord obtenu le penalty qui a permis à Ashkan Dejagah d'ouvrir le score. Il a ensuite inscrit lui-même deux buts dans la large victoire de son équipe face à Guam.

Le saviez-vous ?
En l'emportant 15:0 contre le Bhoutan, le Qatar a signé le plus large succès de son histoire. Son précédent record datait de 1998, avec une victoire 6:0 sur l'Inde.

Entendu…
"C'est un résultat décevant, qui montre à quel point le football peut être imprévisible. Nous nous sommes créé de bonnes occasions. Il ne manque que la victoire. Nous avons quand même pris un point. C'est mieux que d'en perdre trois" - Alain Perrin, sélectionneur de la RP Chine

Résultats de la troisième journée :

3 septembre
Groupe A : Émirats Arabes Unis 10:0 Malaisie ; Arabie Saoudite 7:0 Timor Oriental
Groupe B : Australie 5:0 Bangladesh ; Jordanie 0:0 Kirghizistan
Groupe C : RP Chine 0:0 Hongkong ; Qatar 15:0 Bhoutan
Groupe D : Iran 6:0 Guam ; Oman 3:1 Turkménistan
Groupe E : Japon 3:0 Cambodge ; Syrie 1:0 Singapour
Groupe F : Irak 5:1 Chinese Taipei*
Groupe G : République de Corée 8:0 Laos ; Koweït 9:0 Myanmar
Groupe H : Bahreïn 0:1 RDP Corée, Ouzbékistan 1:0 Yémen

*Tous les matches impliquant l'Indonésie ont été annulés en raison de la suspension de la Fédération de football de ce pays.

Fifa.com (04/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:36

Palestine : Maraaba-Seyam, milieux mais pas que...



Pour sa première apparition en Coupe d'Asie des Nations de l'AFC en 2015, personne n'attendait quoi que ce soit de la Palestine. Elle avait déjà écrit l'histoire en parvenant à ce stade de la compétition. Son élimination dès le premier tour n'a donc pas été une surprise, qui plus est dans un groupe relevé composé du Japon, de l'Irak et de la Jordanie. Mais les Palestiniens ont été déçus par leur manque de réalisme offensif puisqu'ils n'ont inscrit qu'un but dans la compétition.

A l'aube des qualifications de la zone Asie pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, les fans palestiniens ont donc craint que la stérilité offensive ne perdure. Les joueurs les ont rassurés en inscrivant huit buts dans les premiers matches de qualification : deux lors de la défaite face à l'Arabie Saoudite (3:2) et six lors du succès face à la Malaisie (0:6). Sept de ces huit buts ont été inscrits par des milieux de terrain, dont quatre par le tandem Sameh Maraaba - Tamer Seyam, face à la Malaisie. "Je joue au milieu de terrain, mais je me projette toujours vers l'avant et j'ai des consignes dans ce sens", confie au micro de FIFA.com Maraaba, auteur de 10 buts en 14 matches avec les sélections A et olympique. "J'attendais avec impatience ces qualifications pour représenter l'équipe nationale, après n'avoir pas pu participer à la Challenge Cup et à la Coupe d'Asie. Mes deux buts inscrits face à la Malaisie m'ont forcément comblé."

De son côté, Seyam a ouvert le festival offensif et adressé le centre à Maraaba sur le cinquième but. C'est également un habitué des réalisations offensives puisqu'il a inscrit 18 buts en championnat avec lThakafi Tulkarm. "Tout le monde avait peur pour nous après la façon dont nous avions perdu face à l'Arabie Saoudite, dans le temps additionnel, mais nous nous sommes efforcés d'oublier cette rencontre durant le voyage en Malaise pour accomplir ce que l'on attendait de nous", raconte-t-il. "A titre personnel, j'ai inscrit deux buts et adressé une passe décisive. C'était donc une victoire formidable à tous les niveaux".

"Inscrire des buts fait partie de mes responsabilités car je soutiens les attaquants", poursuit-il avant de revenir en détails sur ceux marqués face à la Malaisie : "Quand on marque à l'extérieur, on ne s'attend pas à être applaudi... C'est pourtant ce qui est arrivé et cela m'a rendu heureux. J'ai eu l'impression d'avoir réalisé quelque chose de grand, comme lorsque nous avons remporté la Challenge Cup. J'ai aussi vu l'image de mon père décédé, qui aurait été heureux de ma performance. Je vais continuer à jouer ainsi en hommage à lui."

L'esprit compétitif
Personne ne croyait aux chances de la Palestine dans un groupe comportant l'Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis. Le match face à l'Arabie Saoudite, avec deux égalisations pour tenir le nul jusqu'aux derniers instants a inspiré les Palestiniens avant le match de la troisième journée face aux Émirats. "Malgré la défaite à Dammam, nous avons dépassé nos appréhensions et sommes convaincus que nous pouvons faire jeu égal avec nos adversaires", souligne Marraba. "Rencontrer les Émirats donne de la motivation à tous les joueurs. Nous voulons retrouver à nouveau le chemin des filets et obtenir une victoire, qui signifiera beaucoup pour nous".

Autre source de motivation : ce match va se disputer à Jérusalem. "Rien que de porter le maillot de la sélection nationale et disputer un match à Jérusalem est déjà un événement heureux", se réjouit Seyam avant de conclure : "Ce sera une fête pour tout le monde. Je suis sûr que les supporters seront nombreux et nous soutiendrons. J'espère que le succès sera avec nous au coup de sifflet final".

Fifa.com (04/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Ven 4 Sep - 19:47

Zone OFC
Les Samoa assurent, l'Océanie progresse




Les qualifications océaniennes pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™ ont débuté avec des matches serrés et un niveau sensiblement plus élevé qu'au même stade du tournoi il y a quatre ans. Les Samoa faisaient figure de favoris et ont fait respecter la logique, non sans avoir souffert au cours d'une compétition répartie sur trois journées et où la marge d'erreur était faible.

Les Samoa ont terminé en tête du groupe qualificatif unique, à égalité de points avec les Samoa américaines et les Iles Cook, mais avec une meilleure différence de buts. Au coup d'envoi de l'ultime journée, les Iles Cook pouvaient se contenter d'un nul contre les Samoa américaines pour terminer en tête de la poule. Au final, les Cookiens ont été battus 2:0 par les Samoa américaines, à qui ce résultat ne suffisait pas pour décrocher la qualification. Dans l'autre confrontation de la dernière journée, les Samoa ont battu Tonga, qui organisait l'épreuve, 3:0 au Loto-Tonga Soka Centre.

Les Samoa sont donc qualifiées pour la deuxième phase, où elles retrouveront Tahiti, champion d'Océanie en titre, la Nouvelle-Calédonie, vice-championne en 2012, et une Papouasie-Nouvelle-Guinée qui n'arrête pas de progresser. Ces qualifications feront également office de Coupe des Nations de l'OFC. Les huit équipes participantes auront également l'occasion de se qualifier pour la Coupe des Confédérations de la FIFA, Russie 2017.

Les vainqueurs
Les Samoa ont frôlé l'élimination après avoir concédé une étonnante défaite 1:0 contre les Iles Cook. L'équipe avait il est vrai effectué une préparation un peu précipitée, mais une bonne dose de chance lui a permis de combler ce désavantage. L'inusable Desmond Faaiuaso, ainsi que ses jeunes coéquipiers du secteur offensif Andrew Mobberley et Silao Malo, ont fait la différence.

Les autres équipes
Les Samoa américaines, au même titre que les Iles Cook, ont montré qu'elles avaient beaucoup progressé, grâce notamment au renfort d'un certain nombre d'internationaux expatriés. Elles ont pris la deuxième place, à égalité de points avec le leader, ce qui constitue une belle réussite. Avec l'appui de leurs joueurs évoluant aux États-Unis, les Samoa américaines ont séduit par leur jeu en milieu de terrain. Si l'on doit tirer une conclusion, c'est que les jours où elles faisaient office de souffre-douleur de la zone Océanie appartiennent au passé.

Les Iles Cook ont elles aussi toutes les raisons d'être fières de leur parcours dans ces qualifications, où elles ont notamment signé leur première victoire dans un tournoi préliminaire de Coupe du Monde. Elles regretteront d'avoir laissé échapper la qualification dans la dernière demi-heure de leur ultime match. Parfaitement organisée sous la houlette du jeune entraîneur gallois Drew Sherman, la sélection cookienne n'a pas concédé le moindre but pendant les 240 premières minutes de jeu à Tonga. Elle a fini par craquer sur une frappe lointaine. Lors des dernières qualifications, les Iles Cook n'avaient pris qu'un seul point sur neuf possibles.

Tonga accueillait la compétition. Son bilan est de trois défaites en trois matches, pour un seul but marqué. Parfois dépassés par les événements, les Tonguiens ont également été assez malchanceux. Seule équipe du tournoi à n'avoir convoqué aucun joueur expatrié, Tonga a parfois manqué de profondeur dans son effectif, au sein duquel on trouvait notamment le joueur le plus âgé de la compétition  - Kilifi Uele, 40 ans - ainsi que le plus jeune - Anthony Likiliki, 15 ans.

Le joueur
Desmond Faaiuaso défie les lois du temps. En 2001, il débutait en équipe nationale à l'âge de 17 ans. Aujourd'hui âgé de 31 ans, Faaiuaso reste le joueur le plus rapide, le plus habile et le plus charismatique de la sélection samoane. Il devra être à son meilleur niveau au prochain tour si cette dernière veut avoir une chance de poursuivre son aventure mondialiste.

La stat
2 - En s'imposant à deux reprises en trois journées, les Samoa américaines et les Iles Cook ont établi un nouveau record personnel. Avant cela, les Samoa américaines ne s'étaient imposées qu'une seule fois, et les Iles Cook aucune, en qualifications pour la Coupe du Monde.

Entendu…
"Notre équipe est très jeune mais avec un peu plus d'expérience et l'apport de joueurs plus mûrs, nous allons être encore plus forts. Mes attentes pour le prochain cycle de qualifications sont très élevées" - Larry Mana'o, sélectionneur des Samoa américaines

Fifa.com (04/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Lun 7 Sep - 20:58

Zone Asie
Les géants en déplacement




Les grandes puissances footballistiques de la zone Asie évolueront loin de leurs bases lors de cette quatrième journée des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™. L'Iran et le Japon, tous deux présents à Brésil 2014, chercheront à enregistrer une deuxième victoire en cinq jours contre l'Inde et l'Afghanistan respectivement. La République de Corée devra se méfier d'un Liban toujours tenace tandis que l'Australie, de son côté, partira dans l'inconnu au Tadjikistan.

L'Irak se rendra en Thaïlande et l'Ouzbékistan aux Philippines avec la même ambition : prendre les trois points face à deux nations qu'il ne faudra pas sous-estimer, car elles ont signé deux victoires en autant de sorties depuis le début de la présente phase. La RP Chine et la Jordanie tenteront quant à elles de passer la vitesse supérieure dans ces éliminatoires. FIFA.com vous dit tout ce qu'il y a à savoir sur cette quatrième journée de qualifications en Asie.

L'affiche
Philippines - Ouzbékistan

Pour l'Ouzbékistan, ce périple aux Philippines a tous les attributs d'un voyage en eaux troubles. Favoris de leur groupe avant le coup d'envoi du tournoi préliminaire, les Ouzbeks se sont fait cueillir à froid dès leur entrée en matière, avec une défaite 4:2 contre la RDP Corée. Dans le même temps, les Philippins ont engrangé six points sur six possibles depuis le début de la compétition, ce qui constitue l'une des grosses surprises à ce jour de ces qualifications asiatiques.

Sous la houlette de leur nouveau sélectionneur Samvel Babayan, les Ouzbeks ont redressé la barre en dominant le Yémen 1:0 lors de la troisième journée. L'attaquant Alexander Geynrikh n'a pas manqué son retour : il a inscrit le seul but de la partie après être entré en cours de jeu. Le double Joueur de l'année de l'AFC Server Djeparov revient lui aussi de blessure, tandis qu'Odil Ahmedov, qui évolue dans le championnat russe, héritera du brassard de capitaine au détriment du gardien Ignatiy Nesterov, remplacé par le nouveau venu Aleksandr Lobanov.

À Manille, l'Ouzbékistan devra se méfier d'une sélection philippine qui vient de battre les Maldives 2:0 en match amical. Entraînés par Thomas Dooley, les Azkals pourront en outre compter sur le soutien de leur chaud public du Philippine Sports Stadium, qui affichera complet pour l'occasion. L'expérimenté Phil Younghusband portera le brassard de capitaine, tandis que les responsabilités offensives seront confiées à Misagh Bahadoran, meilleur buteur de l'équipe, et à son coéquipier Javier Patino, en forme depuis quelque temps.

Les autres rencontres
Dans le Groupe A, la Malaisie sera dirigée par l'entraîneur intérimaire Ong Kim Swee pour la réception de l'Arabie Saoudite, après la démission de Dollah Salleh suite à la défaite 10:0 contre les Émirats Arabes Unis. Les Émiratis se rendent quant à eux en Cisjordanie pour y défier la Palestine et tenter d'enregistrer un troisième succès consécutif.

Même objectif pour le leader du Groupe B, l'Australie, qui effectuera le long déplacement jusqu'au Tadjikistan après remporté ses deux premières rencontres dans ces qualifications. Mathew Leckie, pensionnaire de la Bundesliga s'est montré à son aise lors de la victoire 5:0 sur le Bangladesh, qui accueillera la Jordanie. Celle-ci espère faire oublier son fâcheux match nul contre le Kirghizistan.

Objectif similaire pour la RP Chine face aux Maldives, qui ne se sont encore jamais imposées dans le Groupe C. À la surprise générale, les hommes entraînés par Alain Perrin n'ont pas réussi à battre Hongkong lors de la précédente journée. Les Chinois évolueront non pas à Male, comme prévu à l'origine, mais à Shenyang, où ils devraient recevoir un fervent soutien. L'autre match du groupe opposera le Qatar à Hongkong, avec comme enjeu pour les deux équipes la tête du groupe.

Dans le Groupe D, l'Inde aura besoin d'un Subrata Paul au meilleur de sa forme pour repousser les assauts de l'Iran. Devant son public, le gardien et capitaine indien aura fort à faire face aux protégés de Carlos Queiroz, qui viennent de passer six buts (6:0) à Guam. Mais depuis l'arrivée aux commandes de Stephen Constantine, l'Inde montre de belles choses, en particulier à domicile. Son attaquant Sunil Chhetri a déjà fait trembler les filets adverses à quatre reprises dans ces qualifications. Dans l'autre match de la poule, Guam accueille le leader Oman, qui veut conserver sa pole position.

Les deux rencontres du Groupe E mettront aux prises la Syrie et le Cambodge d'un côté, le Japon et l'Afghanistan de l'autre. Les premiers nommés seront en déplacement, ce qui n'enlèvera rien à leur statut de favoris. Dans le Groupe F, les Irakiens se rendront en Thaïlande pour y défier une équipe contre laquelle ils n'ont jamais perdu en match de compétition. Les Thaïlandais, de leur côté, s'appuieront sur deux victoires à domicile en amical.

Dans le Groupe G enfin, la République de Corée se rendra à Beyrouth avec un esprit de revanche, après la défaite inattendue 2:1 subie au Liban dans les qualifications pour Brésil 2014. Cela dit, les statistiques sont largement en faveur des Guerriers Taeguk, qui affichent six victoires en neuf matches de qualification pour la Coupe du Monde face au même adversaire. En plus de ce retentissant succès, les Libanais ont enregistré deux matches nuls face aux Sud-Coréens. Dans l'autre confrontation du groupe, le Laos reçoit le Koweït.

Le joueur à suivre
Il y aura de la revanche dans l'air pour la République de Corée contre le Liban, après la défaite subie au même stade de la compétition il y a quatre ans. Le milieu de terrain Koo Ja-Cheol avait joué la totalité de cette étonnante défaite des Guerriers Taeguk. La nouvelle recrue de Augsbourg, en Bundesliga, est aussi précieux en attaque qu'en défense, des qualités indispensables pour que les Sud-Coréens conservent leur fauteuil de leader du Groupe G.  

Le saviez-vous ?
Le match contre les Émirats Arabes Unis marquera la troisième rencontre de qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA disputée par la Palestine au Faisal Al-Husseini International Stadium d'Al-Ram. Les Palestiniens n'ont encore jamais connu la défaite à domicile, après avoir tenu en échec l'Afghanistan (1:1) et la Thaïlande (2:2) dans le tournoi préliminaire pour Brésil 2014.

Entendu…
"Nous respectons l'Iran, car c'est une grande équipe. Mais nous nous portons le maillot de l'Inde et nous représentons 1,24 milliard de personnes. C'est une grosse motivation pour nous tous" - Subrata Paul, capitaine de l'Inde

Quatrième journée :
8 septembre


Groupe A : Malaisie - Arabie Saoudite ; Palestine - Émirats Arabes Unis
Groupe B : Bangladesh - Jordanie ; Tadjikistan - Australie
Groupe C : Maldives - RP Chine ; Hongkong - Qatar
Groupe D : Inde - Iran ; Guam - Oman
Groupe E : Afghanistan - Japon ; Cambodge - Syrie
Groupe F : Thaïlande - Irak ; Chinese Taipei - Viêt-Nam
Groupe G : Liban - République de Corée ; Laos - Koweït
Groupe H : Yémen - Bahreïn ; Philippines - Ouzbékistan

Fifa.com (07/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par rachid_as le Mer 9 Sep - 15:48

Barrera ouvre le chemin nicaraguayen



Ambidextre, créatif, charismatique, Juan Barrera attire l'attention pour un certain nombre de raisons. Mais ce qui le différencie de tous ses compatriotes d'hier et d'aujourd'hui est qu'il a été le premier joueur nicaraguayen à signer dans un club européen. En avril 2015, à 26 ans, le meneur de jeu pinolero s'est embarqué à destination de l'Autriche. Mais le chemin jusqu'aux Alpes a été semé d'embûches pour le milieu de terrain de Rheindorf Altach.

Originaire d'une famille humble et travailleuse, Barrera n'a pas eu un parcours facile pour atteindre le haut niveau. À l'âge de cinq ans, il est forcé d'émigrer au Costa Rica en raison de la situation politique au Nicaragua. Il devra attendre dix ans avant de pouvoir retourner dans son pays natal. Entre-temps, ses parents ont divorcé. "Comme disait toujours l'un de mes entraîneurs : 'Dieu a créé le football pour les pauvres'. Depuis tout petit, j'ai toujours rêvé de jouer à l'étranger. J'ai été surpris quand on m'a dit qu'on s'intéressait à moi en Autriche. Certains entraîneurs m'avaient dit que j'avais le potentiel pour jouer en Europe, mais aucune vraie opportunité ne s'était présentée jusque-là. Quand j'ai signé, j'ai ressenti une joie immense. J'étais en train de réaliser l'un de mes grands rêves", explique au micro de FIFA.com le joueur d'1m75 qui, avant de signer en Autriche, portait les couleurs du Real Estelí au Nicaragua.

Ce transfert a marqué un tournant pour le natif d'Ocotal. Il est devenu une référence, ce qui lui a conféré des responsabilités… qu'il a acceptées très volontiers. "Je n'avais jamais porté le brassard en sélection et j'ai été très heureux de le faire, car ce sont mes coéquipiers qui m'ont choisi", assure-t-il. "Aujourd'hui, je représente mon pays à l'étranger et j'essaie de faire les choses le mieux possible pour que d'autres joueurs du Nicaragua suivent mon exemple et tentent leur chance eux aussi."

El Iluminado cherche désormais à faire profiter la sélection de l'expérience qu'il a acquise sur le Vieux Continent. "Chaque fois que je rentre au Nicaragua, j'essaie d'expliquer que le football est quelque chose de mondial. La nationalité ne veut plus dire grand-chose. La scène internationale n'est plus réservée aux Italiens, aux Anglais ou aux Argentins… Quand on est bon foot, peu importe d'où on vient. Je dis à mes coéquipiers en équipe nationale qu'ils doivent travailler et continuer de se battre. Ils doivent continuer à rêver aux grands championnats et essayer de les intégrer pour améliorer leur propre vie", poursuit Barrera.

Un projet nouveau… et solide
"Quand les choses commencent bien, en général elles se terminent bien également", explique Barrera quand on lui parle des bonnes performances du Nicaragua depuis quelque temps. "Le nouveau sélectionneur, Henry Duarte, a changé notre mentalité. Il nous a beaucoup fait travailler l'aspect psychologique. Nous avons progressé dans ce domaine. Notre équipe ne ressent plus de peur ou de nervosité en déplacement."

Au troisième tour des qualifications de la CONCACAF pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, l'adversaire du Nicaragua est la Jamaïque, finaliste de la Gold Cup de la CONCACAF 2015. Au match aller à Kingston, Barrera et ses coéquipiers ont prouvé balle au pied qu'ils avaient réellement progressé sur le plan psychologique : ils l'ont emporté 3:2. "Après le travail effectué depuis quelques mois, nous savions que nous étions sur la bonne voie. Nous avons joué avec sérénité. Sur le plan individuel, j'ai ressenti que mon expérience en Europe m'avait beaucoup apporté. Je me sens plus mature, plus réfléchi. Je crois que cela profite aussi à l'équipe", analyse Barrera, qui a également joué dans les championnats du Panama et du Venezuela. "Nous avons profité de leurs erreurs et nous avons toujours mené au score. En deuxième période, nous avons un peu baissé de rythme à cause du climat. Il est toujours très difficile de jouer en Jamaïque, à cause de l'humidité."

Barrera est parfaitement conscient que rien n'est encore fait. Il reste 90 minutes à disputer. "Pour l'instant, nous n'avons encore rien gagné, mais nous sommes maîtres de notre destin. Ce match retour à Managua, nous allons devoir le jouer avec la même mentalité qu'à Kingston. Nous devrons nous battre. C'est le seul moyen."

À force de sueur, de larmes et de travail, Barrera s'est fait une place dans l'histoire du football national. Il voudrait maintenant aider le Nicaragua à trouver la sienne dans l'histoire du football mondial.

Fifa.com (08/09/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eliminatoires Coupe du monde 2018

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum