Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Page 6 sur 16 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Mar - 20:39

Monaco se méfie du retour à l'ordinaire



En pleine euphorie après la qualification en Ligue des champions, l'entraîneur monégasque Leonardo Jardim a prévenu ses joueurs qu'il ne tolèrerait ni relâchement ni autre résultat qu'une victoire, dimanche à Reims lors de la 30e journée de L1.

Si la qualification face à Arsenal pour les quarts de finale de la Ligue des champions, dans une douleur extrême, a fait chavirer tout le Rocher et tout un club, la direction sportive pense déjà au futur. Pour valider la politique actuelle basée sur les jeunes à fort potentiel et continuer à les attirer, Monaco doit de nouveau faire partie du gotha européen la saison prochaine et donc disputer la Ligue des champions.

Certes, en fin de saison, certains cadres quitteront l'équipe. Jérémy Toulalan aurait donné son accord pour s'engager à l'Inter Milan pour un contrat de trois ans. Moutinho est à l'écoute de propositions. Kurzawa a un bon de sortie si une très belle offre se présente. Carvalho, Raggi et Berbatov, qui veulent tous rester, sont en fin de contrat. Mais une qualification pour la C1 offrirait forcément un potentiel de séduction supérieur, accompagné de l'éclosion d'un nouvel entraîneur portugais de haut niveau avec Jardim.

Il est donc question de tout cela, ce dimanche à Reims pour l'AS Monaco. Et après l'euphorie de la Ligue des champions, Jardim a encore quelques craintes sur l'implication de tous. "Ce n'est pas facile de passer à Reims, explique-t-il. Pour 90% du groupe, c'est le premier quart de finale de Ligue des champions. Il y a eu la qualification, les sollicitations, le tirage au sort vendredi avec ses commentaires. Le groupe est très heureux. Il a beaucoup parlé de ça. Voilà pourquoi le club, le staff et le coach doivent effectuer un travail mental pour dire que le match de Reims est désormais le plus important pour nous."

'Avril sera chaud'
Les plus expérimentés, tels Ricardo Carvalho, savent cette obligation de constance au plus haut niveau d'exigence. "On a la pression pour revenir en championnat, souligne le défenseur. On sait que c'est important pour le club d'être dans les trois premiers. J'espère que tous le monde l'a bien compris. On doit un peu oublier le parcours de Ligue des champions. Il faut gagner à Reims."

Pour permettre à son groupe de rester en éveil, Jardim peut toutefois compter sur un point important: la concurrence. Progressivement, les blessures et les suspensions se terminent. L'effectif redevient étoffé. Germain était en tribune contre Arsenal, par exemple. "Elle est bonne pour le groupe, se satisfait le Portugais. Il est important que tout le monde soit disponible car notre mois d'avril sera très chaud."

Même si la LFP décidait de reporter à nouveau Monaco-Montpellier, il passerait certainement du 7 au 28 ou 29 avril. Monaco disputera donc sept matches le mois prochain.  Mais avant ce nouveau marathon, Jardim entend clore "de façon positive" son hiver. "Il faut gagner avant la trêve internationale, dit-il. On est dans l'obligation de remonter au classement."

"Même si je respecte beaucoup Reims, un nul serait un mauvais résultat, conclut, offensif, l'entraîneur portugais. Oui, on doit battre Reims. Mais le football n'est pas toujours logique. Il faudra fournir une opposition d'une grande intensité. Physiquement, l'équipe sera présente. Le plus important, c'est la tête, la concentration."

Fifa.com (21/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Mar - 20:40

Lens - Chavarria, la grinta jusqu'au bout



L'attaquant argentin de Lens Pablo Chavarria, qui a essuyé beaucoup de critiques cette saison, n'a jamais lâché et incarne à merveille l'état d'esprit de son club, qui espère battre Marseille dimanche pour croire encore au maintien.

Le natif de Las Perdices, près de Cordoba (centre de l'Argentine), est l'un des seuls attaquants lensois à se procurer des occasions, mais il a souvent du mal à les convertir. Décisif deux fois en sortant du banc ces dernières semaines, il a fait taire les critiques, notamment après son but "zlatanesque" qui a offert la victoire aux Sang et Or contre Toulouse le week-end dernier (1-0). Un but qui a permis au RCL de décrocher sa première victoire de l'année 2015 et a redonné espoir à tout un groupe.

"C'est vrai que c'est un beau but et ça fait du bien. Le coach avait décidé de me mettre sur le banc et je respecte son choix. A Saint-Etienne (3-3), j'étais aussi entré en cours de jeu et j'avais réussi à marquer. Là, j'ai eu une part de chance face à Toulouse, j'espère que ça va continuer", explique le joueur de 27 ans, formé au CA Belgrano (D1 argentine).

Chavarria est un véritable paradoxe du côté du RC Lens. Débarqué de Courtrai (D1 belge) à l'été 2013, l'Argentin avait réussi sa première saison sous les couleurs Sang et Or. Aligné sur le côté droit de l'attaque lensoise, il avait inscrit la bagatelle de dix buts en Ligue 2.

'Très généreux'
"C'est un joueur très généreux, capable de faire mal sur le plan athlétique, bon dans le jeu aérien. Tant qu'il est efficace pour l'équipe, ça me va", estime son entraîneur Antoine Kombouaré. Auteur de quatre buts cette saison, l'attaquant lensois a été repositionné dans l'axe, sans pour autant marquer davantage. Mais à quelques jours d'affronter l'OM et son technicien argentin Marcelo Bielsa, Chavarria entend bien faire parler de lui. "J'ai la grinta et je ne lâcherai pas. Chez nous, en Argentine, on sait que c'est difficile d'être footballeur alors je m'estime heureux. C'est pourquoi on joue chaque match à fond, insiste l'attaquant lensois. Même si je ne joue que cinq minutes, je sais que je peux faire quelque chose."

Englué dans la zone rouge, à sept longueurs d'Evian/Thonon, le premier non-relégable, le club artésien espère obtenir la victoire contre l'OM pour rester dans la course en vue du maintien. "Après notre victoire contre Toulouse, on est mieux dans nos têtes et concentrés pour faire le maximum contre Marseille. Ils sont très forts, mais on peut faire un bon match et gagner. C'est très important si on peut enchaîner. Il faudra tout donner pour avoir les trois points," martèle-t-il.

Ce n'est pas Kombouaré, qui croit en ses joueurs et au maintien en L1, qui dira le contraire. Et il compte sur son attaquant argentin pour faire la différence. "Sur les quatre buts qu'il a inscrits cette saison, trois l'ont été lorsqu'il a débuté sur le banc, alors forcément, je me pose des questions, avance-t-il. Chavarria fera partie des joueurs clés de cette rencontre."

Fifa.com (21/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Mar - 21:00

Lyon a perdu la tête



Lyon a laissé la tête de la Ligue 1 de football au Paris SG après s'être incliné devant Nice (2-1), samedi sur son terrain de Gerland au terme d'un match de la 30e journée dominé par les Lyonnais, stériles offensivement en l'absence d'Alexandre Lacazette.

Les Rhodaniens, 2e, qui accusent désormais un point de retard sur le PSG, n'ont gagné que deux fois sur les huit dernières journées (4 nuls, 2 défaites) et surtout jamais sans Lacazette, suspendu face aux Aiglons comme Samuel Umtiti et Henri Bedimo.

L'entraîneur Hubert Fournier avait, en revanche, pu compter sur le retour de Yoann Gourcuff en meneur de jeu, absent dimanche dernier à Marseille.

Toutefois le Breton s'est de nouveau blessé en début de seconde période avant de quitter son poste sans attendre l'entrée en jeu de son remplaçant, Mohamed Yattara, laissant alors, dans une attitude aussi surprenante que désinvolte, ses coéquipiers jouer à dix.

De leur côté, les Niçois, réduits à dix après l'exclusion de Lloyd Palun (56) qui avait provoqué le penalty égalisateur (1-1), transformé par Maxime Gonalons accordé pour une faute sur Nabil Fekir, ont mis un terme à une série de quatre revers de suite. Ils remontent au 12e rang (37 points) en attendant les matches de samedi soir et dimanche.

Reprise acrobatique

C'est l'OGCN qui avait ouvert la marque en première période avec un but de Carlos Eduardo qui trouvait la faille d'une reprise acrobatique à la suite d'un corner joué par Valentin Eysseric et une première tête de Mathieu Bodmer (23).

Les Niçois ont repris l'avantage en fin de partie sur un penalty transformé par Eysseric, sifflé pour une faute de Bakary Koné sur Alassane Plea (86).

Laborieux dans l'animation offensive, les Lyonnais ont bien eu quelques occasions avec une reprise de Gonalons, arrêtée par le gardien Simon Pouplin après un coup franc joué par Gourcuff (15).

Pouplin détournait aussi d'une claquette une tentative de Mouhamadou Dabo (20) avant qu'Eric Bauthéac ne repousse sur la ligne un tir de Corentin Tolisso après une première reprise de la tête de Bakary Koné (33).

Le portier azuréen Pouplin intervenait ensuite sur une tentative de Jordan Ferri (33).

Malgré sa domination en seconde période, l'OL, en avantage numérique, n'a guère été précis.

Hormis le penalty de Gonalons, deux tirs non cadrés de Gourcuff et Christophe Jallet concrétisaient les entreprises lyonnaises (47, 74). Dans le temps additionnel, Jallet se montrait encore dangereux à deux reprises (90+2, 90+6).

Du côté des Aiglons, le gardien de l'OL, Anthony Lopes est bien intervenu sur deux tentatives de Carlos Eduardo et Alassane Plea (15, 21) alors que Jallet s'interposait devant Valentin Eysseric à la réception d'un centre de la droite (35).

Après la mi-temps, Eysseric, malgré une belle position manquait l'opportunité de donner l'avantage à son équipe (52). Avant d'y parvenir en toute fin de match en transformant le pénalty qui offrait une victoire précieuse aux Niçois, mais aussi aux Parisiens qui sont désormais en tête de la Ligue 1.

Fifa.com (21/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Mar - 21:05

OL - Fournier : "Pas mal d'insuffisances"



L'entraîneur de Lyon, Hubert Fournier a reconnu que son équipe avait affiché "pas mal d'insuffisances" samedi à l'occasion du match perdu contre Nice au stade de Gerland (1-2) et s'est montré agacé et sur la réserve au moment d'évoquer le cas Gourcuff, sorti de manière étonnante du terrain en abandonnant ses coéquipiers sur une nouvelle blessure.

Hubert Fournier, quel est l'état d'esprit de l'équipe après cette défaite ?
Le groupe est déçu de la performance et du résultat, surtout sur la dernière demi-heure où nous avons manqué de maturité collective. Au lieu de faire tourner, d'être patient et de contourner le bloc niçois, on s'est précipité. Nous avons été brouillons dans la zone de finition mais comment en vouloir à une ligne offensive qui a 21 ans de moyenne d'âge et à une équipe manquant d'expérience pour gérer ce genre de rencontre. On savait que c'était un match piège car on affrontait une équipe niçoise luttant pour le maintien et il nous manquait des joueurs cadres et cela s'est ressenti par moments. Nous avons affiché pas mal d'insuffisances. Cela permettra d'acquérir l'expérience et la maturité qui nous ont manqué ce soir. Nous n'avons pas le même effectif que Marseille, Paris ou Monaco mais jusqu'à présent, nous y sommes bien arrivés.

Il y a eu une scène bizarre avec la sortie inopportune de Gourcuff en début de seconde période ?
Je ne souhaite pas commenter. On verra avec le staff médical... Je ne ferai pas de commentaires individuels. Je m'exprime uniquement sur le plan collectif...

Paris a un gros calendrier et peut perdre des points. Avez-vous l'espoir de lui repasser devant ?
On ne se pose pas cette question. Nous allons déjà nous occuper à bien réagir. Il faut une réaction avec ce déplacement compliqué à Guingamp. Nous ne sentions pas une pression particulière. C'était une bonne pression et nous aurions aimé prendre les trois points et rester premiers.

Fifa.com (21/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 22 Mar - 12:26

Lyon perd, Paris s'installe en tête



Le championnat de France a-t-il vécu un tournant décisif lors de la 30e journée ? En s'inclinant à domicile face à Nice samedi (2-1), Lyon a en tous cas permis au Paris SG de prendre les commandes du championnat, pour la première fois cette saison.

. Lyon craque
C'est une défaite aussi inattendue que malvenue. Battu à domicile par Nice (2-1), qui n'avait pas gagné un seul de ses sept matches précédents et perdu les quatre derniers, l'OL est tombé de la première marche du podium qu'il occupait depuis début janvier et la 20e journée.

Sans doute l'équipe de Hubert Fournier était-elle trop handicapée par les absences. Sans le meilleur buteur de la Ligue 1 Alexandre Lacazette, l'OL n'est ainsi pas la même équipe. Mais c'est en défense aussi que Lyon a souffert, privé de Bisevac et Umtiti. Et en prime, Yoann Gourcuff s'est à nouveau blessé, le Breton quittant le terrain dès la 48e minute, sans un regard ni un mot pour son banc.

Nice, qui remonte à la 12e place, avait ouvert le score sur une sublime bicyclette du Brésilien Carlos Eduardo (23e). Lyon a réagi en deuxième période avec un penalty provoqué par Fekir, appelé pour la première fois cette semaine en Bleu par Didier Deschamps, et transformé par Gonalons (57).

Le Niçois Palun étant expulsé sur le coup, on pensait que l'OL allait finir par l'emporter. Mais au contraire, c'est Nice qui a fait la différence en fin de match sur un nouveau penalty, inscrit par Eysseric (86).

"Nous n'avons pas beaucoup de marge pour atteindre les objectifs. Nous ne devons absolument pas lâcher. C'est ce que nous nous sommes dits à la fin du match même si ça fait mal de perdre sur son terrain. Il faut rester positif", a estimé le capitaine Gonalons. Avec quatre points pris en quatre journées, l'OL doit tout de même réagir.

. Paris en profite
Immense et incontestable favori en début de saison, le Paris SG finira peut-être par être champion mais il aura pris son temps pour prendre les commandes. Cette 30e journée est en effet la première de la saison à l'issue de laquelle on verra les Parisiens tout en haut du classement.

Leur succès 3-1 vendredi contre Lorient, combiné au revers lyonnais, permet en effet aux joueurs de Laurent Blanc de prendre un point d'avance sur l'OL. Marseille ne jouera que dimanche, face à Lens au Stade de France, mais les Provençaux ne pourront au mieux que se rapprocher à un point de l'OL et deux du nouveau leader parisien.

Vendredi face aux Merlus, le PSG avait pourtant disputé un match comme il en a livré beaucoup trop cette saison: dominateurs mais incroyablement inefficaces, les joueurs de la capitale ont multiplié les passes, les talonnades, les gestes superflus, semblant parfois refuser les positions de frappe.

Mais il y a Ibrahimovic. Auteur d'un triplé (dont deux penaltys), le Suédois a relancé Paris qui n'était pas au mieux quand Lorient est revenu à 1-1. Après une semaine marquée par la polémique sur ses propos contre les arbitres français, il a conclu son festival par un geste de la main où il semblait inviter tout le monde a se taire.

. Toulouse et Evian se relancent
Après la fin de l'ère Alain Casanova, Toulouse a renoué avec la victoire pour la première du nouvel entraîneur Dominique Arribagé. Le TFC a battu Bordeaux (6e) 2-1 grâce à Ben Yedder et Kana-Biyik. Le but girondin a été inscrit par Rolan. Toulouse reste relégable (18e), mais revient à deux longueurs de Lorient, 17e.

Evian-Thonon a aussi réussi une bonne opération dans l'optique du maintien en battant Montpellier 1-0 grâce à Nsikulu. Les Haut-Savoyards remontent au 16e rang.

Pour le reste, la Ligue 1 était samedi soir un désert de buts. Trois rencontres se sont terminées sur le score de 0-0: Rennes-Nantes, Caen-Metz et Bastia-Guingamp. Ce dernier match s'est en outre disputé à huis-clos au stade Parsemain de Fos-sur-Mer, sous un véritable déluge.

Fifa.com (21/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 22 Mar - 19:37

Lyon n'était pas suffisamment armé



Lyon, qui a perdu la tête de la Ligue 1 au profit du Paris SG après son revers samedi à domicile contre Nice (2-1), paie les contours étriqués de son effectif et sa dépendance à son buteur Alexandre Lacazette sans lequel il n'a jamais gagné cette saison.

Meilleur buteur du championnat (23 buts), Lacazette était suspendu contre les Niçois tout comme le défenseur central Samuel Umtiti et l'arrière gauche Henri Bedimo.

Or, depuis huit matches, l'OL, qui avait pris la tête après avoir battu Toulouse (3-0) à la 20e journée, tourne au ralenti avec seulement deux victoires sur Nantes (1-0) et Montpellier (5-1), quatre résultats nuls face à Monaco (0-0), PSG (1-1), Lorient (1-1) et Marseille (0-0) pour deux défaites à Lille (2-1) et face à l'OGCN.

Dès lors, perdre cette première place qui ne tenait plus qu'à un fil paraissait inéluctable.

La médiocre série lyonnaise correspond en outre à la période au cours de laquelle Lacazette a manqué quatre matches dont trois en raison d'une blessure.

3 sur 12 sans Lacazette
Et sans lui, l'Olympique lyonnais n'a engrangé que trois points sur douze possibles.

Ces chiffres attestent que même s'il ne joue qu'un match par semaine, l'OL n'a aucune marge en terme d'effectif et est vulnérable dès lors que s'enchaînent blessures et autres suspensions au moment d'aborder la dernière ligne droite du championnat.

A cet égard, les retours des milieux Gueïda Fofana ou Clément Grenier avant la fin de saison sont espérés pour étoffer le groupe mais la question sera celle de leur apport véritable après respectivement un an et dix mois d'absence.

A Guingamp, le capitaine et tour de contrôle de l'entrejeu, Maxime Gonalons, blessé en fin de partie samedi, sera en outre suspendu.

Autre problème, le rendement de Nabil Fekir (21 ans), orphelin de Lacazette, n'est plus le même alors que Lyon a terminé face à Nice avec les inexpérimentés Mohamed Yattara (21 ans) et Maxwel Cornet (18 ans) en pointe.

Alors que le Serbe Milan Bisevac (31 ans), opéré d'un genou, ne rejouera pas de la saison et qu'Umtiti affiche des progrès considérables qui en font le chef de la défense à seulement 21 ans, la charnière alignée de manière contrainte composée de Lindsay Rose et Bakary Koné, ne donne pas non plus les mêmes gages.

Encore un problème Gourcuff

"C'est sûr que nous n'avons peut-être pas le même effectif que Marseille, Paris ou Monaco mais jusqu'à maintenant, nous y sommes arrivés. Contre Nice, il manquait quelques joueurs importants et forcément cela impacte sur la performance de l'équipe", a reconnu l'entraîneur Hubert Fournier, qui doit en prime gérer un nouveau problème avec Yoann Gourcuff.

Son attitude lors de sa sortie inopinée du terrain pour une blessure samedi en début de seconde période tend à prouver encore une fois qu'il semble étranger aux projets du club et de son équipe.

L'agacement sur le sujet est perceptible à trois mois et demi de la fin de son contrat de cinq ans au cours desquels il n'aura joué que 23 matches en totalité sur 179 rencontres de L1 jouées par Lyon depuis son arrivée fin août 2010.

"J'espère qu'il est blessé. Il est sans doute blessé s'il est sorti", a lâché, crispé, Fournier devant les médias.

Souvent interrogés sur le titre, les Lyonnais repoussaient la réponse au terme de la série de trois déplacements consécutifs qu'ils avaient à effectuer à Lille, Montpellier et Marseille.

Leur courte avance sur le PSG après celle-ci (2 points) avait encore éludé leur avis sur la question. Désormais deuxième, l'OL est-il libéré d'un poids ?

"C'était une bonne pression d'être en tête. Nous aurions préféré prendre les trois points sur Nice et rester premiers", rétorque Fournier. Une relance à Guingamp serait bienvenue moralement pour la suite sous peine de voir revenir aussi Marseille et Monaco.

Fifa.com (22/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 22 Mar - 19:38

Doublé de Gradel, et de trois pour Saint-Etenne



Un doublé de Max-Alain Gradel a permis à Saint-Etienne, en supériorité numérique pendant près d'une période, de remporter sa troisième victoire consécutive dimanche aux dépens de Lille (2-0) lors de la 30e journée de Ligue 1.

Grâce aux neuvième et dixième buts de son international ivoirien, qui vient de marquer six fois au cours des cinq dernières journées, Saint-Etienne monte provisoirement à la 4e place du championnat (52 points) en attendant Reims-Monaco (17h00).

De leur côté, les Lillois (8e, 41 points) perdent pour la première fois après trois victoires de rang.

Gradel a donné l'avantage à l'ASSE d'un tir en pivot, se jouant de Sébastien Corchia à la réception d'un centre délivré de l'aile droite par François Clerc (63).

L'attaquant stéphanois doublait la mise peu après à la suite d'un coup franc joué par Franck Tabanou, accordé dans la surface de réparation après que le gardien Vincent Enyeama eut pris le ballon à la main sur une passe en retrait d'un défenseur (74).

"C'est bien d'avoir fait ce doublé mais le plus important ce sont les trois points. C'est une belle période pour moi et la première fois en Ligue 1 que cela m'arrive. Il faut profiter de notre réussite car il n'y a pas si longtemps, les attaquants étaient critiqués. Ca va mieux en ce moment car nous marquons des buts", a déclaré Gradel.

C'est la deuxième fois de suite à domicile que les Verts terminent la rencontre en supériorité numérique après le succès obtenu dans des conditions similaires il y a deux semaines devant Lorient (2-0).

Une seule occasion pour Lille
L'exclusion de Lopes, pour une faute sévère sur Tabanou (52), a libéré des espaces et l'entrée de Benjamin Corgnet, à la place de Landry Nguemo (61), dans un entrejeu manquant de joueurs créatifs, a donné plus d'allant à l'équipe stéphanoise de laquelle Romain Hamouma (8 passes décisives cette saison) est sorti à la mi-temps encore pour une blessure à un mollet.

"C'est sûr qu'il vaut mieux jouer à onze qu'à dix mais nous avons su en profiter comme nous en avions profité contre Lorient (2-0). Est-ce que c'est le tournant ? Est-ce que cette exclusion est justifiée ? Nous avons su l'emporter sur un adversaire qui restait sur une très bonne dynamique", a commenté l'entraîneur stéphanois Christophe Galtier.

"C'est peut-être ce qu'il fallait pour que Saint-Etienne gagne. Je ne pense pas que cela méritait le rouge pour Rony Lopes. Il y a plus de maladresse dans ce qu'il fait mais c'est le tournant du match. Jusqu'alors, le match était plus qu'équilibré et nous avions pris la partie par le bon bout", a répondu René Girard.

En première période, l'ASSE aurait toutefois dû obtenir un penalty sur un tir de Gradel repoussé du coude devant la ligne par Sébastien Corchia (30).

Enyeama, à la réception d'un corner de Gradel, encore lui, intervenait sur une reprise de la tête décroisée de Mevlut Erding (37) pour les deux seules opportunités des Verts avant la mi-temps.

De son côté, le LOSC n'a obtenu qu'une occasion, sur un tir passant légèrement à côté de Kevin Koubemba (77).

Fifa.com (22/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Mar - 12:07

Monaco enchaîne une nouvelle victoire



Cinq jours après sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue des Champions face à Arsenal, Monaco s'est imposé dimanche à Reims (3-1) en match décalé de la 30e journée de Ligue 1.

Le membre du grand huit européen 2015 enchaîne ainsi trois victoires de suite en championnat.

L'ASM, 4e (53 points), qui compte un match de retard contre Montpellier et qui pointe à six longueurs du leader parisien, est un candidat sérieux à la qualification directe pour la prochaine Ligue des Champions. Voire au titre, comme l'a évoqué Laurent Blanc en conférence de presse cette semaine.

Si Reims (15e, 35 points) ne comptait sans doute pas sur cette réception de Monaco pour faire le plein, les succès, lors de cette journée, de Toulouse et d'Evian rapprochent les joueurs de Vasseur de la zone de relégation, à seulement trois points.

Lors des quinze premières minutes, Monaco a marché sur l'eau. A la 5e minute, Fabinho profitait d'une belle ouverture de Moutinho et d'une coupable faute de marquage pour tromper Agassa d'une frappe croisée imparable (0-1) et marquer son premier but en Ligue 1.

Martial doublait la mise avant la fin du premier quart d'heure. Héritant d'une déviation de la tête de Moutinho, encore lui, le jeune attaquant monégasque se présentait seul face à Agassa qu'il battait d'un lob inspiré (0-2, 14).

Sans doute un peu faciles, les joueurs de la Principauté laissaient ensuite l'initiative aux Rémois, ce qui n'empêchait pas Martial (45, 50) et Kurzawa (48) de se procurer de belles munitions.

De son côté, Reims faisait preuve d'une coupable inefficacité (3 tirs cadrés sur 17 tentatives, contre 5 sur 12 à Monaco).

Suspense tué dans l'oeuf
Oniangue (22, 43), Moukandjo (38), Mandi (39) et Fortes (62) ne convertissaient pas. Jusqu'à la magistrale frappe de Diego, qui trompait Stekelenburg d'une position quasiment sans angle (1-2, 70).

Le but champenois relançait le suspense pendant... 9 minutes, durant lesquelles les Rémois poussaient. Mais la défense monégasque ne s'affolait pas, et le troisième but monégasque venait couper les ailes rémoises. Sur coup franc, Carrasco trouvait Dirar laissé étrangement seul au second poteau (1-3, 79).

Reims continuait à tenter de revenir au score. Oniangue, sur une frappe détournée, était à deux doigts de lober Stekelenburg (85) tandis que Fabinho tentait la dernière salve, avec une frappe au-dessus (90).

Après la débauche d'énergie consécutive aux deux matchs face à Arsenal en Ligue des Champions, Monaco voit arriver une trêve bienvenue de deux semaines, même si plusieurs cadres sont concernés par des rencontres internationales.

Il sera temps, ensuite, de penser à Saint-Étienne (3 avril), Montpellier (7 avril) et Caen (10 avril), avant d'aller défier la Juventus, à Turin, en quarts de finale aller de la Ligue des Champions (14 avril).

Fifa.com (22/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Mar - 12:44

Marseille et Monaco dans la course



Avec les victoires de Marseille contre Lens et de Monaco à Reims dimanche lors de la 30e journée de Ligue 1, tout est en place pour un sprint final passionnant entre ces deux équipes, Lyon et le Paris SG, leader à la fin d'une journée pour la première fois de la saison.

. Marseille au rendez-vous

On n'attendait plus qu'eux et les Marseillais n'ont pas déçu. En écrasant Lens 4-0 en clôture de cette 30e journée, les Provençaux ont scellé un incroyable resserrement des positions en tête de classement, où le suspens va être superbe pendant les huit dernières journées.

C'est une première cette saison, Paris est donc leader après son succès vendredi contre Lorient (3-1, triplé d'Ibrahimovic) couplé à l'étonnant revers de Lyon à domicile contre Nice (2-1) samedi.

Mais Paris n'a qu'un point d'avance sur l'OL et deux sur l'OM. Et si Monaco semble un peu décroché avec quatre points de retard sur Marseille, il faut rappeler que les Monégasques ont un match en retard, à disputer le 7 avril contre Montpellier. Et le 5 avril, après la trêve internationale, il y aura au stade Vélodrome un brûlant sommet OM-PSG !

Dimanche au Stade de France, face à des Lensois valeureux mais loin au classement (19e), c'est Batshuayi qui a débloqué les choses après la pause, alors qu'il venait d'entrer. Le Belge est un spécialiste des buts ultra-rapides: après 38 secondes de jeu contre Lens, 55 secondes après son entrée contre Saint-Etienne et 96 secondes après le début du match contre Toulouse, où il était titulaire.

Le deuxième but est signé Romao qui avait bien suivi un coup franc de Payet, remarquable tout le match, renvoyé par le poteau. C'est ensuite Ayew qui a inscrit le but du 3-0 puis Batshuayi s'est offert un doublé (4-0).

. Et si Monaco...
"Nous avons montré que nous savions proposer un football offensif". L'entraîneur monégasque Leonardo Jardim en avait peut-être assez d'entendre parler du jeu défensif de son équipe car depuis trois matches, les choses ont complètement changé.

Lors de ces trois rencontres, toutes remportées, le club du Rocher s'est lâché avec neuf buts inscrits, dont encore trois à Reims (3-1) dimanche. L'extérieur du pied de Moutinho sur le premier but signé Fabinho, le lob parfait de Martial pour le 2-0: Monaco montre en plus de très belles choses. Quatre victoires et un nul lors des cinq derniers matches de Ligue 1: l'ASM tourne à un rythme de champion.

Monaco n'est donc plus si loin de la tête de classe et, surtout, le club de la Principauté met clairement la pression sur Lyon et Marseille pour une place en Ligue des Champions.

Reims, qui a aussi marqué un but superbe grâce à Diego, reste de son côté 15e et va encore trembler.

. Les Verts s'accrochent
Devant, ça va très vite, mais Saint-Etienne parvient à tenir le rythme. En battant Lille 2-0 grâce à un doublé de l'Ivoirien Gradel, les Verts conservent leur 5e place, à une longueur de Monaco. Surtout, leur position est confortable, avec quatre points d'avance sur Bordeaux (6e), battu 2-1 samedi à Toulouse où Dominique Arribagé a réussi ses débuts.

"C'est une belle opération comptable avec les résultats de samedi qui nous ont été favorables. Nous sommes sur une dynamique. Nous marquons des buts, nous n'en prenons pas et nous concédons peu de situations. Il faut en profiter après des périodes difficiles", a résumé l'entraîneur stéphanois Christophe Galtier.

A Geoffroy-Guichard, le match s'est décanté peu avant l'heure de jeu, quand le meneur de jeu lillois Ronny Lopes a été exclu pour un tacle absolument pas maîtrisé sur Tabanou.

Dix minutes plus tard, à la 63e minute, les joueurs de Christophe Galtier prenaient l'avantage grâce à Gradel, qui était à la conclusion d'un joli mouvement collectif.

Et à la 74e, c'est encore l'Ivoirien qui inscrivait le but du 2-0 sur un coup franc indirect dans la surface, sifflé après qu'Enyeama a pris à la main un ballon adressé en retrait par Basa. Lille reste 8e.

Fifa.com (22/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Mar - 12:46

L'OM surclasse Lens et s'offre un clasico de feu



Marseille s'est imposé face à Lens (4-0) dimanche au Stade de France et revient à deux points du leader, le Paris SG, qu'il recevra lors de la prochaine journée dans un clasico qui s'annonce bouillant.

L'OM, qui s'est imposé grâce à des buts en seconde période de Romao, Ayew et Batshuayi -qui a inscrit son troisième doublé en cinq matches- reste troisième avec 57 points, mais ne pointe qu'à deux longueurs du PSG et à une seule de Lyon.

En cas de victoire au Vélodrome le 5 avril, les Phocéens repasseraient ainsi devant leur meilleur ennemi.

Une semaine après avoir buté sur l'OL devant son public (0-0) en dépit d'avoir disputé le "meilleur match de la saison" selon leur entraîneur Marcelo Bielsa, les Phocéens n'ont cette fois pas manqué l'occasion de réduire l'écart sur les Lyonnais, battus à domicile par Nice samedi (1-2).

Pourtant, ce ne fut pas simple pour les Marseillais qui, après un début de rencontre tonitruant, ont bafouillé leur football lors d'une bonne partie du premier acte.

Les entrées de Batshuayi (à la place de Gignac) au retour des vestiaires, et de Lemina quelques minutes plus tard, ont redonné de l'allant à l'OM, qui a copieusement dominé la seconde période, mais qui devra toutefois montrer un meilleur visage, notamment défensivement, pour espérer battre le PSG.

Lens, de son côté, n'a pas démérité et a fait douter l'OM, mais une mauvaise relance du gardien dès la reprise a anéanti ses espoirs d'exploit. Le RCL, qui est toujours avant-dernier, compte désormais neuf points de retard sur le premier non-relégable, Lorient, et voit la L2 se rapprocher à grand pas.

La rencontre était partie sur les chapeaux de roue avec une frappe de Gignac détournée juste à côté du but par un défenseur lensois au bout de vingt secondes de jeu. L'attaquant marseillais se procurait peu après une nouvelle occasion en reprenant de volée un superbe centre de Payet, sans toutefois trouver le cadre (3e).

Batshuayi encore décisif
C'est tout ce qu'on verra de l'OM jusqu'à la 40e minute quand Dja Djédjé manquait de peu l'ouverture du score. A la retombée d'une lumineuse ouverture de l'extérieur du pied de Payet, l'Ivoirien était contré in extremis par Valdivia.

Entre-temps, Lens avait inquiété Mandanda par l'intermédiaire de Coulibaly, contré de justesse (4e), puis de Touzghar à deux reprises: d'abord de la tête (27e) et ensuite sur une reprise de volée (39e).

Dès la retour des vestiaires, l'OM ouvrait le score en profitant d'une erreur de Riou, le gardien artésien. Après une sortie ratée dont Ayew ne profitait pas, il tentait une relance dans l'axe qui était interceptée. Payet débordait côté droit et centrait pour Batshuayi, tout juste entré en jeu, qui reprenait en extension (0-1, 46).

Marseille poussait et après une nouvelle occasion du Belge, c'est Romao qui doublait la mise en reprenant un coup franc de Payet repoussé par le poteau (0-2, 67).

Dans la foulée, l'OM enfonçait le clou au terme d'une superbe action collective conclue par Ayew après un centre de Mendy (0-3, 72).

Enfin, après un énième raid d'Ayew, qui voyait sa frappe repoussée, c'est Batshuayi qui clôturait la marque en inscrivant son troisième doublé lors des cinq dernières rencontres (0-4, 90+3).

Fifa.com (22/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Mar - 19:49

L'OM hausse le ton avant le PSG



Ligne par ligne, de Michy Batshuayi, auteur d'un doublé dimanche contre Lens (4-0), à Steve Mandanda, les Marseillais ont haussé leur niveau de jeu après un début d'année raté... et avant un clasico de première importance contre le Paris SG.

La trêve internationale arrive presque au mauvais moment pour l'OM, qui a retrouvé de l'allant offensif et de la stabilité défensive. Mais les Marseillais ne devraient pas avoir trop de mal à se remettre dans le bain de la Ligue 1: leur prochain match sera un clasico décisif dans la course au titre, dans un Vélodrome rempli jusqu'à la gueule.

. Batshuayi, tout feu tout flamme
Pour ce match, sans doute le plus important de la saison à Marseille, Marcelo Bielsa osera-t-il mettre sur le banc son attaquant star, André-Pierre Gignac? A nouveau maladroit contre Lens, après avoir joué de malchance contre Lyon, il a été remplacé dès la mi-temps par Batshuayi.

Et comme contre Saint-Etienne, et comme contre Toulouse, le Belge appelé pour la première fois en sélection cette semaine a marqué sur son premier ballon, avant de clore le score. Plus en réussite devant le but, Batshuayi est toutefois encore moins efficace que Gignac dans le travail défensif, une donnée essentielle face à l'armada parisienne.

. Payet et Ayew, le bon état d'esprit
Dimitri Payet a marché sur l'eau en fin d'année 2014? Marseille a terminé champion d'automne. Il a moins pesé en début d'année 2015? Son équipe a souffert pour marquer. Contre Toulouse, Lyon, Lens, le meneur de jeu a distribué des caviars dans tous les sens, éclairé et dynamisé le jeu. De bon augure.

D'autant que le Réunionnais affiche une volonté et une envie d'"aller chercher la première place", sur et en dehors du terrain, pas encore aperçue jusqu'à présent. Au diapason d'André Ayew, vrai leader d'attaque marseillais et exemplaire dans son état d'esprit. Depuis le retour du Ghanéen de la CAN, l'OM a retrouvé la marche avant.

. Qui pour remplacer Imbula ?
C'est la grande inconnue du clasico côté marseillais: Giannelli Imbula, essentiel dans le dispositif de Marcelo Bielsa, sera suspendu après un carton reçu en fin de match contre Lyon. Aucun autre joueur de l'effectif ne combine ses atouts, qualité de passe, vision de jeu et conservation du ballon.

Imbula s'est mis très en valeur contre Lyon, une performance qu'il serait inspiré de rééditer en fin de saison. Car, quand il hausse le ton, et qu'il ne pèche pas par gourmandise, lui aussi éclaire tout le jeu marseillais.

. La défense ne prend plus l'eau
Ca ne devrait avoir l'air de rien, de la part d'un prétendant aux premières places. Mais face à Lens, Marseille s'est offert une deuxième "clean sheet" consécutive. Une "série" que l'équipe de Marcelo Bielsa n'avait plus connue depuis... fin septembre!

La défense a, en effet, donné quelques gages de solidité contre Toulouse, Lyon ou Lens. Jérémy Morel et Rod Fanni restent sur de bonnes prestations, Alaixys Romao semble plus à l'aise en défense centrale qu'en milieu de terrain et Benjamin Mendy fait de moins en moins d'erreurs de placement. Seul Brice Dja Djédjé semble un peu à la peine, après un début d'année flamboyant.

. Mandanda vaut des points
Le nombre de buts encaissés par l'OM est injuste pour son gardien. Car Steve Mandanda a réalisé des arrêts de très grande classe contre Caen, ou Lens. En fin de match contre Lyon, il a en outre préservé le point du match nul, alors que son équipe était encore secouée par le but non accordé à Lucas Ocampos et l'exclusion de Jérémy Morel.

Il avait alors écoeuré la meilleure attaque de Ligue 1 (à ce moment-là) et le meilleur buteur, Alexandre Lacazette. Pas du luxe pour la confiance, avant de se frotter à Zlatan Ibrahimovic...

Fifa.com (23/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Mar - 19:51

Pourquoi Monaco joue désormais le titre



Monaco, 4e de L1, qui a empilé sa troisième victoire consécutive dimanche à Reims (3-1) et pointe à six longueurs du leader parisien avec un match en retard, peut désormais logiquement prétendre se mêler à la course au titre.

. Une dynamique positive
Si elle traîne encore son début de saison catastrophique comme un boulet, l'équipe de la Principauté a tout fait, depuis novembre, pour s'en défaire au moment du sprint final. Depuis la reprise en janvier, la formation de Leonardo Jardim a disputé dix rencontres de L1, pour six victoires, trois nuls et une seule défaite.

Ses trois dernières sorties, entrecoupées d'une exceptionnelle qualification en quart de finale de Ligue des champions, ont même été très abouties. Etre désormais reconnus en France et à travers l'Europe comme membres d'une équipe renommée a soudé les joueurs.

A l'Emirates Stadium contre Arsenal (3-1) comme progressivement au long de la Ligue des champions, le groupe monégasque a pris conscience de ses qualités. Des joueurs expérimentés comme Moutinho, Carvalho ou Toulalan le déclarent en interne comme en externe: il ne faut pas banaliser leur épopée européenne, signe d'un talent intrinsèque.

Mais si, pour eux, le discours de Jardim est désormais bien plus lisible qu'en juillet dernier, les joueurs savent que, contrairement au Paris SG, leur marge de manoeuvre demeure réduite. Voilà pourquoi personne ne claironne une ambition différente de celle du podium. Mais celle, secrète, d'aller chercher plus haut -au moins la 2e place directement qualificative pour la Ligue des champions- existe aussi bien dans l'encadrement qu'au sein de l'effectif.

. Une attaque qui marque enfin
Comme ses devanciers au classement, Monaco fait désormais peur. Car, à une défense de fer (trois buts encaissés en L1 depuis janvier), se conjugue, fait nouveau, une attaque en plein renouveau (neuf buts inscrits sur les trois derniers matches). Moutinho, émancipé des tâches défensives et revenu à un niveau international, se révèle véritable maître à jouer.

Berbatov, lui, toujours aussi élégant techniquement mais qui ne peut enchaîner tous les trois jours, n'est plus seul. Martial, qui a enfin débloqué son compteur en L1, est devenu son alter ego. Sur un côté ou dans l'axe, il fait des différences qui, s'il continue ainsi, pourraient prochainement lui dégager un avenir international.

Comme Ferreira Carrasco, de retour de blessure et qui devrait connaître sa première cape avec la sélection belge cette semaine, prend lui aussi de plus en plus de volume, le volant des possibles devient intéressant pour Jardim. D'autant que Silva, Matheus, voire Germain peuvent également jouer un rôle intéressant.

. Un effectif qui s'étoffe
Jardim a très longtemps dû bricoler et s'accommoder des nombreuses et longues blessures qui n'ont épargné aucun cadre cette saison. Mais, à chaque fois, il a su habilement se passer des Carvalho, Raggi, Toulalan ou Berbatov en promouvant des jeunes, même dans les matches les plus importants de la saison. Les Wallace, Touré, Martial, Silva, Bakayoko ou Diallo, le lui ont bien rendus. Ils savent qu'ils peuvent désormais être utilisés à tout moment dans n'importe quelle situation.

Il a également su démontrer à chacun l'importance de savoir être polyvalent pour permettre à l'équipe de rester performante. Raggi, Toulalan, Moutinho ou Fabinho représentent cette capacité à se mettre au service de l'intérêt général. A des degrés divers, Kondogbia, Kurzawa, Fabinho et Abdennour ont aussi su franchir un cap.

Signe tangible : les deux jeunes Français et le Brésilien ont déjà été appelés cette saison en sélection A de leur pays. Et comme désormais, l'infirmerie se vide progressivement (Raggi reviendra à la compétition après la trêve internationale, Bakayoko et Traoré devraient bientôt le suivre), Jardim pourra davantage encore profiter de l'état d'esprit général.

Fifa.com (23/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 24 Mar - 18:33

OL - Gourcuff absent au moins un mois



Le milieu de terrain de Lyon, Yoann Gourcuff, sorti à la 47e minute du match Lyon-Nice (1-2), samedi, de la 30e journée de Ligue 1 souffre d'une déchirure derrière la cuisse droite, a annoncé l'OL mardi.

Le joueur devrait être absent quatre semaines selon le club rhodanien précisant que Gourcuff, comme Maxime Gonalons, lui aussi victime d'une déchirure derrière la cuisse gauche et forfait pour les matches de l'équipe de France contre le Brésil et le Danemark (26 et 29 mars), passerait un nouvel examen médical la semaine prochaine explique un communiqué de l'OL.

Yoann Gourcuff, en fin de contrat en juin prochain et dont c'est la 20e blessure depuis son arrivée à Lyon fin août 2010, était sorti du terrain en début de seconde période face à Nice sans avertir ni l'arbitre, ni l'encadrement technique pour rentrer au vestiaire, faisant naître une nouvelle polémique sur son comportement désinvolte vis-à-vis de l'équipe lyonnaise.

Fifa.com (24/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Mar - 21:08

PSG - Prolongation pour Marquinhos



Le défenseur brésilien du Paris SG Marquinhos a prolongé d'un an son contrat avec le club de la capitale, avec lequel il est désormais lié jusqu'en 2019, a annoncé jeudi le PSG.

Marquinhos, 20 ans, est arrivé à Paris en juillet 2013 en provenance de l'AS Rome. Formé comme défenseur central, il a aussi souvent évolué cette saison au poste de latéral droit. Il compte quatre sélections avec le Brésil.

"C'est une belle réussite, une bonne nouvelle. Cela signifie que le travail est bien fait. Je suis très heureux que l'on m'accorde cette confiance. C'est une nouvelle étape dans ma vie", a déclaré le joueur, cité par le site internet du PSG.

"Le Paris Saint-Germain est une grande équipe, reconnue dans le monde entier. On dispute la "Champions League" et la Ligue 1, dont le niveau progresse. Je suis en train de progresser ici", a-t-il ajouté.

"Marquinhos représente l'avenir du club et le renouvellement de son contrat est un geste fort de son attachement au Paris SG. Nous sommes très heureux de pouvoir prolonger notre aventure avec ce jeune joueur très talentueux, ce qui confirme notre politique de conservation de nos meilleurs jeunes", a de son côté déclaré le président parisien Nasser Al-Khelaïfi.

"Alors que les plus grands clubs d'Europe suivaient Marquinhos, cette prolongation renforce de nouveau l'ambition du projet à long terme du Paris SG", a-t-il ajouté.

Fifa.com (26/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 27 Mar - 23:22

OL - Fournier met les choses au clair



L'entraîneur de l'Olympique lyonnais, Hubert Fournier a démenti vendredi avoir le moindre problème avec son club, ses dirigeants ou son milieu de terrain international Yoann Gourcuff, de nouveau blessé.

Des rumeurs ont récemment fait état de contentieux entre Fournier et ses dirigeants, notamment à propos de son contrat, et les commentaires se sont multipliés quand il s'est montré agacé par la sortie de Gourcuff, sans un mot ni un regard pour son banc, au cours du match contre Nice perdu 2-1 à Gerland samedi dernier.

"Ca commence à me déplaire un petit peu. Je n'ai aucun mécontentement, que ce soit sur mon contrat, mes relations avec mon encadrement technique, avec mes dirigeants, qui se passent très bien. Ce serait malheureux qu'à cette période de la saison, alors que nous sommes deuxièmes de la Ligue 1, cela se passe mal", a déclaré Fournier en conférence de presse.

"Je peux comprendre que ce soit quelque chose pour déstabiliser le club et cela fait partie des désagréments que l'on est appelé à vivre quand on fait des envieux", a-t-il ajouté.

'Le seul souci, c'est sa blessure'
"Je n'ai aucun problème non plus avec Yoann Gourcuff. J'ai été désagréablement surpris de la façon dont il a quitté le terrain samedi au cours du match contre Nice mais nous nous sommes expliqués. Je suis déçu qu'il soit de nouveau blessé, forcément, car cela nous handicape. Le seul souci, c'est sa blessure", a-t-il souligné.

Il a également réfuté une rumeur selon laquelle Gourcuff aurait signalé avoir ressenti une douleur à la mi-temps de cette rencontre, et qu'il aurait été contraint à reprendre le jeu par l'encadrement.

"Cela aurait été une faute professionnelle de notre part si nous l'avions remis sur le terrain alors qu'il nous aurait prévenu. Il ne nous a pas prévenus. Il avait à coeur de repartir et malheureusement, ça a lâché. Cela aussi ce sont des choses erronnées qui sont sorties. D'ailleurs, ni Yoann, ni son avocat (Me Didier Poumaire, ndlr), qui est un peu son porte-parole, n'ont avancé cette chose-là", a-t-il expliqué.

"Nous avons espoir de le retrouver (d'ici la fin de saison). Il y a encore huit matches à jouer, mais cela dépend de sa faculté à récupérer car il s'agit quand même d'une rechute. Cela peut être un peu plus long pour sa reprise, et cela peut nous amener à être d'autant plus vigilants", a-t-il conclu.

Fifa.com (27/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 14:34

Parenthèse internationale fermée, place à OM-PSG



La parenthèse internationale se referme et le clasico de la Ligue 1 Marseille-Paris SG, dimanche, peut s'inviter dans les têtes, comme celle de Zlatan Ibrahimovic qui lui a bien servi avec la Suède.

Zinedine Zidane s'est chargé de lancer le match des petites phrases en pronostiquant une victoire 3 à 0 pour Marseille, sa ville natale. Tour d'horizon des joueurs en vue ces derniers jours, côté PSG et côté OM.

. Ibrahimovic forte tête, Silva solide
"Zlatan" est une forte tête et il l'a encore montré durant la trêve internationale. L'icône suédoise a totalement assumé sa bordée d'insultes qui a fait polémique en France: "Je me contrôlais parfaitement. Ça ne change rien que je sois filmé ou pas." A l'issue d'une défaite à Bordeaux (3-2 le 15 mars), le colosse au catogan avait dérapé. Il sera convoqué le 9 avril devant la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) pour ses propos injurieux.

Cette tempête médiatique l'obsède-t-elle? Pas vraiment: il a inscrit un doublé contre la Moldavie en éliminatoires de l'Euro-2016 (2-0), avec un but gag -- quand il a renvoyé d'une tête chanceuse un mauvais dégagement du gardien adverse -- et un penalty tiré sans trembler.

Thiago Silva s'est lui montré solide dans ses deux matches amicaux gagnés avec le Brésil, face à la France (3-1, c'est Miranda qui est coupable sur le but des Bleus) et contre le Chili (1-0), où il a montré qu'il pouvait jouer dur (un carton jaune) et n'était pas qu'un défenseur technique.

Blaise Matuidi a eu du mal contre le Brésil (il était titulaire, avant d'être ménagé contre le Danemark), tout comme Salvatore Sirigu et Marco Verratti avec l'Italie contre la Bulgarie en éliminatoires de l'Euro-2016 (2-2).

. Batshuayi marque, Payet rayonne
Michy Batshuayi vit une saison de rêve. Il crève l'écran avec Marseille et a montré le même opportunisme et le même réalisme avec l'équipe nationale de Belgique. En éliminatoires de l'Euro-2016, dans un match facile contre Chypre (5-0) il est entré à un quart d'heure du terme et a fêté sa première sélection par un but rapide sur sa première touche de balle. Une action qu'il a conclu dans les bras de son sélectionneur, Marc Wilmots, ravi de l'entrée de son joker.

Son équipier à l'OM, André-Pierre Gignac, n'avait cette fois pas été appelé par Didier Deschamps contre le Brésil et le Danemark. Il a dû se contenter d'un nul en amical avec l'OM contre Nîmes (2-2) où il a profité d'une passe décisive de Florian Thauvin pour marquer le deuxième but de son équipe (le premier a été inscrit par Thauvin).

Steve Mandanda, titularisé chez les Bleus en l'absence d'Hugo Lloris blessé, a livré un bon match en dépit de la défaite face à la Seleçao au Stade de France. Il a notamment brillé face à Neymar. Le gardien de l'OM n'a rien à se reprocher, ayant plutôt été desservi par sa défense.

Dimitri Payet est lui entré pour les huit dernières minutes de France-Brésil, avant d'être titularisé contre le Danemark. Le Réunionnais s'est montré particulièrement à l'aise dans le rôle du meneur de jeu. Passes en profondeur, frappe enroulée: l'ancien joueur de Saint-Etienne, où avait lieu le match des Bleus contre les Danois, a sorti toute sa panoplie pour offrir sa plus belle prestation en bleu.

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 22:31

Lyon - Jallet absent quatre semaines



L'arrière droit de Lyon, Christophe Jallet sera indisponible pour une durée de l'ordre de quatre semaines en raison d'une luxation antérieure de l'épaule gauche, a annoncé l'Olympique lyonnais lundi.

Le joueur, qui s'est blessé à la 89e minute du match amical international France-Danemark (2-0), dimanche soir à Saint-Etienne a passé des examens lundi matin au Centre orthopédique Paul-Santy à Lyon auprès des docteurs Gilles Walsch et Lionel Neyton qui ont confirmé le premier diagnostic de l'encadrement médical de l'équipe de France.

Jallet, joueur champ de l'OL le plus utilisé en Ligue 1 cette saison par Hubert Fournier, devrait donc manquer au moins les matches contre Guingamp, Bastia, Saint-Etienne et Reims.

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 31 Mar - 21:56

OM-PSG, les clasicos marquants du Vélodrome



De "Kaiser" Sauzée à "Zlatan" roi du kung-fu, entre exploits et passions, six clasicos ont jalonné l'histoire des matches pas comme les autres entre Marseille et le Paris SG au Vélodrome, avant celui de dimanche soir.

"Kaiser" Sauzée

5 mai 1989 (35e j.), 1-0
Ce sont les prémices de la rivalité, attisée par les présidents Bernard Tapie et Francis Borelli, entre deux clubs à la lutte pour le titre et avant que cette surenchère n'explose en 1991 sous l'impulsion de TF1 et Canal+. Le match, âpre, est décidé par une frappe lointaine de Franck Sauzée, qui met l'OM sur la voie d'un premier titre de champion depuis 17 ans et des hégémoniques années Papin (quatre sacres consécutifs).

Basile "Bolide"
29 mai 1993 (37e j.), 3-1
L'OM est encore sur son nuage après avoir décroché la première coupe d'Europe pour un club français (la C1), contre le grand AC Milan trois jours plus tôt (1-0). Vincent Guérin ouvre le score pour Paris, Rudi Völler égalise, puis vient le moment de grâce, à la 36e minute. Basile Boli, qui a déjà inscrit le but du "jour de gloire" européen, récidive, encore d'une tête, à l'issue d'une action extraordinaire avec Jean-Philippe Durand et Abedi Pelé. Affaire VA-OM oblige, Marseille sera destitué de son cinquième titre consécutif, sans que son dauphin parisien n'en hérite.

Leroy des rouges
15 février 2000 (26e j.), 4-1
18e minute: tout près des bancs de touche, Jérôme Leroy le Marseillais tacle violemment Laurent Leroy le Parisien, qui se relève et lui fait un croc-en-jambe. L'autre réplique, et c'est une bagarre générale qui se déclenche. Carton rouge pour les deux Leroy, et huit cartons jaunes dans le match. Sur le terrain, les Marseillais classés dans le ventre mou écrasent des Parisiens qui luttent pour la deuxième place, à distance du leader Monaco qui finira titré.

Ronaldinho samba
9 mars 2003 (30e j.), 0-3
Dribbles, vitesse, feintes de corps: c'est le chef-d'oeuvre parisien de Ronaldinho, qui éclabousse de sa classe le match, comme à l'aller au Parc (déjà 3-0). Auteur d'un but et d'une passe décisive, le jeune prodige brésilien permet au PSG de l'emporter au Vélodrome au bout de quinze ans d'insuccès. Le champion du monde 2002, en conflit avec son entraîneur Luis Fernandez qui ne supporte plus ses frasques nocturnes, relève de son génie une saison achevée à la onzième place, alors que l'OM finit troisième.

Heinze s'agrippe
20 novembre 2009 (10e j.), 1-0
Un clasico pas comme les autres. Le 25 octobre, le match est reporté en raison de l'épidémie de grippe A qui touche l'effectif parisien. Mais des supporters du PSG sont déjà à Marseille ce jour-là: des échauffourées éclatent entre les deux camps en centre-ville, marquées par une image spectaculaire, celle d'un fan parisien renversé par une voiture. Un mois plus tard se tient le match, dans le calme cette fois. Et c'est Gabriel Heinze, ancienne idole du Parc, qui donne la victoire à Marseille d'une tête, en s'agrippant à son coéquipier Souleymane Diawara, sur un coup franc de Fabrice Abriel, formé au... PSG. Le club de la capitale finira treizième, la dernière de ses années médiocres, tandis que l'OM version Didier Deschamps renouera avec le titre de champion après 17 ans sans le moindre trophée.

"Zlatan" roi du kung-fu
7 octobre 2012 (8e j.), 2-2
En deux minutes, Ibrahimovic "zlatane" la Ligue 1 et entre dans l'histoire du clasico par un doublé retentissant. Sur un corner tiré par son ami Maxwell, il place une reprise de l'extérieur du pied autoritaire, un but très "kung-fu" (23e minute) inscrit par cet adepte des arts martiaux. Puis "Ibra" marque sur un coup franc lointain et surpuissant (25e). André-Pierre Gignac y va aussi de son doublé, mais le Suédois hors norme a donné le ton: le "Qatari SG" se dirige vers le premier de ses deux titres de champion consécutifs.

Fifa.com (31/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 1 Avr - 21:05

OM-PSG : le coeur du jeu au coeur de l'enjeu



Le clasico Marseille-Paris SG offre toujours une belle bataille au milieu de terrain, en voici les ingrédients pour dimanche: l'OM fera sans Imbula suspendu, l'état de forme de Motta conditionnera l'équilibre parisien, et le duel à distance Payet-Matuidi, deux Bleus, est très attendu.

. OM: Imbula, absence pesante
Pour la première fois de la saison, l'OM sera privé de sa plaque tournante, Giannelli Imbula, suspendu pour un troisième avertissement en moins de 10 matches reçu en fin de rencontre contre Lyon (0-0). Le milieu est le joueur le plus aligné cette saison par Marcelo Bielsa (2828 minutes disputées, toutes compétitions confondues contre 2700 pour Steve Mandanda selon les statistiques de l'OM). Il faudra faire sans sa qualité de passe, sa conservation de ballon et sa relance.

Qui pour faire ce travail ? Ce rôle devrait logiquement échoir à Mario Lemina, un peu plus offensif mais moins serein, qui sent un peu moins le jeu. Aligné pendant 60 minutes dans un rôle de milieu offensif lors d'un match amical à Nîmes vendredi (2-2), le Gabonais de 21 ans s'est montré à son aise. Mais Nîmes n'est pas Paris...

L'autre architecte du jeu marseillais, Dimitri Payet (meilleur passeur de L1 avec 11 "caviars"), sera lui bien là. Et en ce moment, quels que soient ses partenaires, le Réunionnais semble à l'aise pour distribuer le jeu. Il l'a encore montré lors de la trêve internationale, au bénéfice de l'équipe de France, contre le Danemark dimanche.

L'autre secteur clé chez Marcelo Bielsa dans l'animation, les ailes, n'est quant à lui pas dégarni, au contraire. L'OM peut compter sur André Ayew, l'un des rares Olympiens actuels à avoir déjà gagné contre Paris - et le dernier à avoir marqué lors d'un clasico -, sur Florian Thauvin lui aussi très convaincant contre Nîmes, sans oublier Benjamin Mendy, en forme, et Lucas Ocampos comme "impact player".

. PSG: Motta, l'interrogation
Pastore dans le coeur du jeu, ou pas ? Dans le traditionnel 4-3-3 parisien, l'Argentin peut jouer en faux ailier gauche, en fait en soutien des attaquants (dans un 4-4-2 en losange du coup), ou en milieu relayeur. En attendant le retour de Lucas, qui relève de blessure et paraît trop juste pour être titularisé, "El Flaco" pourrait être aligné à la place de Lavezzi.

Pas besoin dès lors pour Laurent Blanc de démanteler son trio fétiche: Thiago Motta en sentinelle épaulé de Verratti et Matuidi. Mais ce trio, un des tout meilleurs d'Europe la saison dernière, apparaît moins souverain en 2014-2015. Pas au point cependant d'être menacé par Cabaye ou Rabiot.

Seul Verratti maintient invariablement son haut niveau, à la fois utile dans le harcèlement défensif, précieux par sa technique et sa vista dans le jeu offensif (5 passes décisives en L1). L'Italien de 22 ans est devenu l'incontournable patron technique de l'entrejeu. Mais il a aussi une agressivité parfois limite et les nerfs à fleur de peau (déjà 14 cartons jaunes en 38 matches toutes compétitions confondues), une donnée qui peut peser dans un clasico.

Matuidi connaît une saison moins transcendante, moins "marathonienne" qu'à l'accoutumée. Le relayeur n'a d'ailleurs disputé que onze matches de championnat dans leur intégralité (contre 21 la saison dernière au même stade), preuve d'une certaine érosion de son statut. Et en équipe de France, il a grandement souffert face au Brésil (1-3). Mais l'ancien Stéphanois a rarement déçu dans les clasicos.

La principale interrogation porte sur Thiago Motta, qui à 32 ans présente des signes d'usure. Il compense néanmoins sa lenteur par son expérience, son agressivité et sa malice (ses provocations disent ses détracteurs), une caractéristique non négligeable dans une rencontre forcément plus bouillante qu'une autre...

Fifa.com (01/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 1 Avr - 21:07

Saint-Étienne - De nombreux absents contre Monaco



L'AS Saint-Étienne comptera de nombreux joueurs absents dans ses rangs pour le déplacement vendredi à Monaco, au cours duquel la quatrième place sera en jeu.

Aux blessés longue durée que sont les défenseurs Moustapha Bayal Sall et Florent Pogba, ainsi que le milieu de terrain Renaud Cohade, viennent en effet s'ajouter deux suspendus, le buteur Max-Alain Gradel et le milieu de terrain Jérémy Clément.

Comme si cela ne suffisait pas au malheur de l'entraîneur Christophe Galtier, Romain Hamouma, deuxième meilleur passeur du championnat de Ligue 1, est également indisponible pour une douleur à un mollet. En défense, une incertitude plane aussi sur la participation de Jonathan Brison, victime d'une petite entorse à un genou voici un mois et qui n'a participé qu'à la moitié des séances d'entraînement de la semaine.

Fifa.com (01/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 2 Avr - 18:07

Bielsa-Blanc, exposition et pression



Marseille-Paris SG, c'est aussi une histoire de bancs: Marcelo Bielsa et Laurent Blanc, entraîneurs les plus exposés médiatiquement de Ligue 1, ont chacun connu une saison à haute de dose de pression, leur management et les questions sur leur avenir rythmant l'actualité.

. Management: Blanc a durci le ton, Bielsa adouci
L'hiver a marqué un tournant pour les deux techniciens. Champion d'automne en étouffant ses adversaires, l'OM, à partir de janvier, a vu ses résultats décliner: défaites à Montpellier et Nice, nuls contre Reims ou Rennes... Surtout, le vestiaire a commencé à envoyer des signaux d'usure mentale, la faute aux entraînements intensifs et à une méthode Bielsa qui, en l'absence de résultats probants, lessive les organismes.

Depuis, comme l'a confié le défenseur olympien Rod Fanni au journal Le Parisien, "Bielsa a mis de l'eau dans son maté". Après une invraisemblable défaite contre Caen au Vélodrome (3-2), alors que Marseille menait 2-0, staff et joueurs se sont réunis pour se dire les choses. Bielsa a ensuite reconnu avoir "fait des concessions qui ont affaibli (sa) manière de faire les choses", pour relâcher la pression qui commençait visiblement à devenir pesante dans la cocotte-minute marseillaise.

Pour Blanc, la bascule s'est produite lors du stage hivernal au Maroc. Alors qu'il venait d'annoncer à la presse "la fin de certains passe-droits", Edinson Cavani et Ezequiel Lavezzi manquaient la reprise de l'entraînement en informant leur club, comme si de rien n'était, qu'ils avaient décidé de prolonger leurs vacances... Comment allait réagir le coach dans un club où le président Nasser Al-Khelaïfi est réputé proche des joueurs ? Blanc a su être ferme, privant l'Uruguayen (transfert record en France pour 64 millions d'euros) et l'Argentin des trois premiers matches de 2015, toutes compétitions confondues. Le coach, qui a su gagner l'appui de son président dans cette gestion de crise interne, est sorti vainqueur et grandi de cet épisode.

. Avenir: "Bielsa, no se va", Blanc et le bilan
"Bielsa, no se va" ("Bielsa ne part pas"): depuis quelques semaines, les supporteurs marseillais ont ressuscité le chant de leurs homologues chiliens, qui demandaient en 2010 à l'Argentin, alors à la tête de leur sélection nationale, de ne pas s'en aller. "El Loco" reste acclamé par le Vélodrome à chaque match, et s'est même vu rebaptisé "San Marcelo de Marseille" sur certaines affiches. Son football offensif, son intransigeance et sa capacité de travail lui permettent de jouir d'une belle cote de popularité à Marseille, qui réclame presque unanimement - le président Vincent Labrune compris - une pige d'un an supplémentaire au club.  Lui n'a pas donné d'indices, garde le cap dans ses interventions publiques (le jeu, le mérite aux joueurs, ses responsabilités en cas de défaite...) et persiste à ne se focaliser que sur le match à venir.

Blanc, qui aura 50 ans le 19 novembre, a déjà vécu tant de choses comme joueur (champion du monde en 1998, entre autres) et comme coach (Bordeaux, sélectionneur de l'équipe de France, le PSG) qu'il sait forcément qu'il sera jugé sur son bilan en fin de saison. Contractuellement, l'ancien défenseur central est en poste jusqu'au printemps 2016. Mais dans un club repris par les Qataris au printemps 2011, qui ont dépensé presque un demi-milliard d'euros en transferts depuis cette date, les trophées comptent.

Pour l'heure, "Le Président" remplit tous les objectifs de son deuxième mandat, puisque la formation de la capitale est encore engagée sur quatre tableaux: demi-finale de Coupe de France, finale de la Coupe de la Ligue, quart de finale de Ligue des champions et place de leader de L1. Le succès parisien contre Chelsea et José Mourinho a en outre contribué à faire taire les critiques sur l'envergure de Blanc en tant que technicien.

Mais l'avenir du Cévenol dépendra en grande partie de la fin de sa saison, qui n'aura pas la même tonalité si elle se termine le 23 mai au Parc des Princes, dernière journée de L1, le 30 mai au Stade de France, jour de la finale de la Coupe de France, ou le 6 juin, jour de la finale de la Ligue des champions à Berlin.

Fifa.com (02/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 2 Avr - 18:09

Monaco-Saint-Etienne, ça sent l'Europe



L'éventuel vainqueur de la rencontre entre Monaco (4e) et Saint-Étienne (5e), qui ouvrira vendredi la 31e journée de L1 (20h30), prendrait une belle option pour s'offrir un accessit européen en fin de saison, en attendant peut-être mieux...

Même si la cinquième place de L1 est potentiellement qualificative pour la l'Europa League la saison prochaine (si par exemple le vainqueur de la Coupe de la Ligue se qualifie par le biais de la L1 pour l'Europe), ce n'est pas le cas aujourd'hui. Il faut donc terminer dans le quatuor de tête pour assurer une qualification continentale.

Monaco et Saint-Étienne, à la lutte pour cette place au pied du podium, disputent donc un vrai match couperet dans l'optique de la saison prochaine. Si pour Monaco, c'est un minimum -car l'ambition est de disputer à nouveau la Ligue des champions-, les Azuréens reconnaissent l'enjeu de ce match.

Wallace, jeune défenseur central brésilien qui sera une nouvelle fois titulaire après deux matches au Brésil avec sa sélection espoir, en est conscient. "On a l'opportunité de distancer des poursuivants et de revenir sur les trois premiers, lance-t-il. Surtout que Paris et Marseille se rencontrent dimanche."

Une victoire rapprocherait automatiquement les Monégasques, auteurs d'une remontée fantastique au classement en 2015, du trio de tête. D'autant que mardi prochain, ils reçoivent Montpellier pour se mettre à jour d'une 25e journée reportée pour cause d'intempéries sur le Rocher le 14 février dernier. "Monaco va faire un grand match vendredi, annonce alors Wallace. Gagner contre Saint-Étienne et Montpellier serait bon. Car il ne resterait ensuite plus beaucoup de matches pour se refaire." Avec deux victoires et si Marseille ne remporte pas le clasico dimanche, Monaco passera alors à la troisième place.

Ce début avril est donc considéré comme crucial en Principauté pour retrouver le podium. Car chacun sait que le quart de finale de Ligue des champions contre la Juventus de Turin concentrera ensuite toutes les attentions. "Pour nous, chaque match est important et décisif, souligne cependant l'entraîneur Leonardo Jardim. Le championnat sera dur jusqu'à la fin. Je suis focalisé sur Saint-Étienne qui viendra chercher la victoire."

Galtier: "Pas de choix à faire"
Après un bon mois de mars, et même sans Ball, Clément, Hamouma ou Gradel, les Verts ambitionnent effectivement un gros coup. Leur entraîneur Christophe Galtier ne cache pas ses intentions. "C'est un match important pour l'Europe, lâche-t-il. Il faut aller à Monaco avec la détermination de vouloir gagner. Il faut gagner vendredi pour nous qualifier mercredi (en coupe de France contre le Paris SG, ndlr). Il n'y a pas de choix à faire."

Stéphane Ruffier, en grande forme et de retour sur une pelouse qui l'a vu grandir avant de s'émanciper, ne sous-entend pas autre chose. "Monaco fait partie des favoris en raison de son budget mais tout est possible. Et nous avons un objectif: être européen." Excellents à l'extérieur cette saison (23 points engrangés en 15 matches), Saint-Étienne possède les moyens de battre Monaco, vendredi.

Mais Galtier, bien trop subtil, ne demandera pas à ses joueurs de partir à l'abordage pour l'emporter à tout prix. "Monaco est une formation redoutable, la meilleur en 2015", insiste-t-il. "Et son retour est dû à la qualité de son entraîneur et de son effectif." Il cherchera donc à contrer. Tout comme son adversaire qui, malgré neuf buts inscrits sur ses trois derniers matches de L1, peine toujours à faire le jeu à domicile. Le duel sera très tactique. "Nous entrons dans le sprint final, conclut d'ailleurs Ruffier. Le premier qui fera une erreur, sera pénalisé."

Fifa.com (02/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 2 Avr - 18:10

Gignac, dernières semaines avant inventaire



Si André-Pierre Gignac n'affiche plus la même réussite devant le but qu'en septembre, il reste un des meilleurs attaquants du Championnat de France, et un cadre dont l'état de forme aura des conséquences sur le sprint final de Marseille.

Nul doute qu'il entend finir sur un dernier coup. A 29 ans, "APG" est en fin de contrat avec l'OM et devrait donc quitter la France pour trouver un niveau de salaire équivalent à l'actuel (aux alentours de 300.000 euros par mois selon les estimations). Déjà à 16 buts cette saison, il passerait la barre des 100 buts inscrits en Ligue 1 depuis le début de sa carrière s'il en marquait encore trois contre Paris dimanche (21h00), ou lors des sept journées suivantes. Pas mal pour ce Martégal formé à Lorient qui aura, en cas de départ, disputé dix saisons dans l'élite française, avec une moyenne honorable de 10 buts par saison, sous les maillots de Lorient (2006-07, 9 buts), Toulouse (2007-10, 34 buts) puis Marseille (2010-15, 54 buts).

Pourtant, à l'image d'une carrière de buteur débutée en fanfare par un triplé pour sa première titularisation en Ligue 1 avec Lorient, le 26 août 2006 contre Nantes (dont un sublime coup franc dans la lucarne dès la 2e minute), cette dernière saison donne - pour l'instant - un sentiment d'inachevé. "Je vous ai trop bien habitués !", avait plaisanté Gignac lors de son dernier passage en conférence de presse, mi-décembre, alors qu'on lui demandait pourquoi son ratio de buts avait baissé. C'est un peu ça.

Succès ou gâchis ?
Car après un début de saison tonitruant sous l'ère Bielsa, l'avant-centre a coincé: inscrivant 12 buts lors de la phase aller, il est pour le moment bloqué à quatre, avant de recevoir le Paris SG pour la 31e journée. En manque total de confiance, il a traversé le mois de février comme une ombre, et gâché des offrandes qu'il aurait catapultées dans le but quelques semaines auparavant. A tel point qu'il en a perdu son poste de titulaire contre Caen, puis Toulouse, au bénéfice de Michy Batshuayi. Lequel, tout feu tout flamme et sur une trajectoire inverse, a inscrit 6 buts en cinq matches depuis fin février. Titulaire contre Lyon, Gignac a manqué de réussite malgré une grinta exemplaire, et contre Lens, il a été remplacé à la mi-temps après 45 minutes quelconques.

En dents de scie, "Dédé" ? La régularité a toujours été le point faible de ce grand affectif, même si, depuis 2012, il a marqué au moins 13 buts en championnat dans chacune des trois saisons. Du strict point de vue comptable, la dernière en date ne pourrait donc être considérée comme un échec. Mais alors que Gignac, et Marseille avec lui, a fait le spectacle lors de la première partie de saison sous les ordres de Bielsa, l'impression de gâchis prédominerait sans doute si l'OM, premier à la trêve, terminait derrière Paris et Lyon. Voire quatrième, coiffé au poteau par Monaco.

Tandis qu'un titre, auquel les Marseillais croient encore, ou même une deuxième place directement qualificative pour la Ligue des champions, donneraient à la saison de l'attaquant une toute autre saveur. Et permettrait peut-être d'attirer l'oeil de recruteurs prestigieux, s'il en profite pour retrouver confiance et réussite devant le but.

Fifa.com (02/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 2 Avr - 18:12

Monaco et Saint-Étienne pour l'Europe avant OM-PSG



Avant le grand choc de dimanche entre Marseille (3e) et le Paris SG (leader), le Championnat de France s'offre dès vendredi une belle affiche en ouverture de sa 31e journée avec un duel de prétendants à l'Europe entre Monaco et Saint-Étienne.

Avec ses trois succès consécutifs à trois buts marqués (3-1 à Reims et à Annecy face à l'ETG, 3-0 contre Bastia), Monaco est redevenu un candidat très crédible au podium. D'autant que l'équipe de Leonardo Jardim compte un match en retard, à disputer le 7 avril contre Montpellier. En cas de succès contre les Verts, l'ASM mettrait ainsi une pression supplémentaire sur Marseille, qui n'est que quatre points devant et qui sera bien sûr en danger dimanche avec la réception du PSG. Jardim devra tout de même faire sans son défenseur central Ricardo Carvalho, touché au genou droit avec sa sélection. Mais il récupère Andrea Raggi, de retour après deux mois d'absence.

Du côté des Verts, l'objectif est sans doute plutôt la 4e que la 3e place. Mais la forme actuelle des joueurs de Christophe Galtier (trois victoires en trois matches, sept buts marqués) permet tous les espoirs. Un bon résultat à Louis II lancerait en plus idéalement les Verts dans l'optique de leur demi-finale de Coupe de France mercredi à Paris face au PSG.

Samedi, Lyon devra se reprendre après son revers à domicile contre Nice. Lacazette et ses équipiers seront à Guingamp qui, après trois défaites consécutives, a bien redressé le cap avec une victoire à Nice et un nul à Bastia.

Le programme

Vendredi
Monaco - Saint-Étienne

Samedi
Guingamp - Lyon
Lille - Reims
Lorient - Rennes
Metz - Toulouse
Montpellier - Bastia
Nice - Evian-Thonon

Dimanche
Bordeaux - Lens
Nantes - Caen
Marseille - Paris SG

Fifa.com (02/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 2 Avr - 23:07

Bastia peut rejouer à Furiani



Le stade de Bastia a été suspendu un match par la commission de discipline de la LFP jeudi, une sanction déjà purgée lors de la 30e journée par les Corses qui pourront retrouver l'enceinte de Furiani le 18 avril pour la réception de Reims.

Les autres sanctions
Deux matches ferme : Ronny Lopes (Lille), Dragos Grigore (Toulouse)

Fifa.com (02/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 16 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum