Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Page 2 sur 16 Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 24 Fév - 21:13

Lille - Balmont : "Lyon est l'exemple à suivre"



Le milieu de terrain de Lille Florent Balmont a estimé mardi que Lyon, leader de L1 qui se déplace samedi sur la pelouse du Losc, était "l'exemple à suivre".

"Lyon est l'exemple à suivre. Ils sont repartis sur un nouveau cycle, une autre dynamique, avec des jeunes qu'ils ont préparé depuis deux ou trois ans et qui cette année sont très performants", a estimé le joueur formé à l'OL. "A mon époque (2002-2004), il n'y avait pas autant de jeunes dans l'équipe", a déploré Balmont, qui n'a jamais réussi à s'imposer dans l'équipe rhodanienne avec qui il a tout de même été sacré champion de France en 2003.

Interrogé sur la saison difficile que vit le Losc, englué à la 12e place du championnat avec seulement six points de plus que le premier relégable, Evian/Thonon, le joueur le plus âgé de l'effectif lillois (35 ans) n'a pas caché sa déception et a martelé qu'il fallait assure le maintien au plus vite. "Samedi on va recevoir une équipe en pleine confiance donc il va falloir vite digérer la déception de Bastia (défaite 2-1 samedi). C'est frustrant mais il faut viser le maintien. C'est bien d'être ambitieux et de viser haut, mais à un moment il faut regarder derrière. Il faut arriver à 43 points pour avoir une fin de saison tranquille", a-t-il expliqué.

Balmont est également revenu sur l'incertitude qui règne autour de l'avenir sportif et financier du club, qui pourrait être vendu et changer d'entraîneur en fin de saison. "C'est particulier, c'est sûr. Ce n'est pas la sérénité complète. À nous, les anciens, de faire abstraction et de bien gérer, a-t-il insisté. Que les jeunes se concentrent sur le terrain. Si le maintien intervient plus vite, les décisions seront plus tranquilles."

Enfin, le milieu de terrain, qui dispose encore de deux années de contrat, a évoqué sa situation personnelle: "Je joue un peu moins mais je suis un compétiteur donc être sur le banc et ne pas rentrer, c'est frustrant. Mais je suis toujours à fond quand on me demande de jouer. Mon cas personnel je m'en tape complètement. Il faut prendre les points et assurer ce maintien, c'est ce qui importe pour le club."

Fifa.com (24/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 25 Fév - 19:56

OM - Bielsa : "Il nous faut une victoire"



"Il nous faut ajouter une victoire à la série de nos derniers matches": après trois nuls consécutifs, le message de Marcelo Bielsa, convaincu que Marseille peut faire mieux, est simple avant la réception de Caen, meilleure équipe de L1 en 2015, vendredi (20h30) au Vélodrome.

Votre triple changement contre Saint-Etienne, qui vous a permis de marquer deux buts, a été salué par la presse. Pourtant, vous avez plutôt insisté sur vos erreurs à la fin de la rencontre. Pourquoi?
C'est quelque chose de normal d'analyser les changements comme positifs quand leur effet est bon, et négatifs quand ils sont défavorables. Mais les conséquences d'un changement ne sont pas les seules choses à prendre en compte pour l'analyser. Il y a des changements bien faits qui ont des conséquences négatives et vice versa. Avec un changement, l'entraîneur cherche un problème a corriger. Il faut d'abord voir si cette analyse est correcte ou non, et ensuite l'entraîneur propose une alternative. Par exemple contre Saint-Etienne, j'ai vu que le secteur gauche de leur attaque était une zone où ils développaient leur jeu offensif. Je crois que cette observation était correcte, mais pas la solution. Car le jeu offensif de Saint-Etienne a continué à être plus incisif sur ce secteur (après le remplacement de Brice Dja Djédjé par Baptiste Aloé, ndlr). Le joueur qui est rentré à ce poste n'y était pas habitué, ce qui lui ôte toute responsabilité. Quand je m'attribue les erreurs, je le fais avec la conviction que c'est réellement le cas.

Que pensez-vous des dernières performances de vos concurrents pour les premières places, notamment Lyon et le Paris SG?
Comme toujours je privilégie l'analyse de nos propres ressources. Sans qu'il se soit passé des événements sensiblement différents, on pourrait avoir, aujourd'hui, quatre points que nous n'avons pas (perdus après des égalisations de dernière minute contre Reims puis Saint-Etienne, ndlr), mais qui, je crois, étaient mérités. Ce qui se passe est qu'on tire des conclusions très différentes, en analysant des séquences très semblables. On aurait pu gagner, sans que ce résultat soit injuste, les deux derniers matches. Mais comme cela ne s'est pas terminé de la sorte, les conclusions nous sont défavorables. Si on n'avait pas encaissé ces deux buts, notre manière de jouer sur ces matches n'aurait pas été différente, mais les conclusions auraient changé. Je suis certain que le développement du championnat ne dépend pas des forces et faiblesses des adversaires, mais de ce dont nous sommes capables. Bien évidemment notre équipe a réussi moins de choses que ce dont elle est capable au vu de ses qualités et au vu de ce qu'elle mérite.

Comment analysez-vous l'état de forme de Caen et que pouvez-vous dire sur leur attaquant argentin, Emiliano Sala?
Les équipes ont des cycles. En ce qui concerne l'équipe que nous allons affronter vendredi, elle a vu un très mauvais cycle être remplacé par un très bon cycle. Et nous aussi nous devons changer la succession de nos derniers résultats et il nous faut ajouter une victoire à la série de nos derniers matches. Quant à Sala, c'est un joueur référence avec beaucoup de présence physique, un joueur opportuniste, qui marque et intuitif.

Fifa.com (25/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 25 Fév - 20:00

OL - Aulas : "Il m'arrive de rêver au titre"



Il l'a gagné sept fois et rêve d'y goûter à nouveau: En marge de la présentation à Paris des résultats financiers de l'OL Groupe, le président lyonnais Jean-Michel Aulas est revenu mercredi devant la presse sur les perspectives sportives de son club et la possibilité du titre de champion.

. Croire au titre
Leader à 12 journées de la fin, l'OL ne peut plus faire semblant: il est candidat au titre.

"On va continuer dans la discrétion, avec les vertus de la jeunesse et du jeu offensif", explique pourtant d'abord le président lyonnais, sans se mouiller. Mais quand on insiste un peu, il finit par reconnaître: "Il m'arrive d'en rêver. Assez souvent. Mais y croire c'est différent."

Champion avec cet effectif et face à une telle concurrence, "ce serait un exploit sans précédent", juge M. Aulas. "Nous sommes partis avec 1% de chance mais on y a toujours cru. Et on aborde le sprint final avec de bonnes nouvelles", ajoute-t-il, avec en tête le retour de blessure de Lacazette, meilleur buteur de L1 (21 buts).

"J'espère aussi que Gourcuff va faire la demi-saison qui peut crédibiliser tout ce qui a été fait avant avec lui. Grenier peut revenir. On peut penser que nous aurons plus d'atouts en fin de championnat qu'au début", estime le président de l'OL.

Mais pour lui, "évidemment, le PSG va rester favori". Quant à l'OM, "ils peuvent espérer", même si Aulas est sceptique quant aux relations entre le président Labrune et l'entraîneur Marcelo Bielsa.

"Je crois que l'ambiguïté du début de saison entre Vincent et son entraîneur fait qu'il n'y a peut-être pas cette complicité à tous les niveaux qui peut aider dans les moments difficiles. C'est comme s'il n'y avait pas le même projet. Mais c'est une impression et je ne sais pas tout."

. Garder les meilleurs

Nouveau stade, Ligue des Champions, perspective de l'Euro-2016: les dirigeants lyonnais ne manquent pas d'arguments pour convaincre leurs meilleurs éléments (Lacazette, Fekir, Gonalons...) de prolonger l'aventure.

"On peut dire qu'on a un alignement de planètes favorables", reconnaît JMA. "Avec l'arrivée d'un stade magnifique, dans lequel je ne peux pas imaginer qu'ils ne s'expriment pas, avec l'Euro-2016 et six matches à Lyon, avec l'équipe de France renforcée par la prolongation de Didier Deschamps... C'est un environnement qui est susceptible d'apporter à nos joueurs des éléments de réflexion."

Reste la question financière, avec de jeunes joueurs qui pourraient réclamer des salaires beaucoup plus élevés.

"Ils sont déjà venus me voir. On a tenu compte de leur évolution mais on a aussi en tête ce qui s'est passé à Lille et Montpellier (les masses salariales avaient explosé après les titres 2011 et 2012, ndlr)", a confié le dirigeant.

"Donc on fait attention même si on va avoir de bonnes conditions de négociation. On aura un arbitrage de bonne gestion à faire. On part sur l'hypothèse de pas faire de cession mais s'il y a une très bonne opération à faire... Ce sont des joueurs formés chez nous et il n'y a pas d'amortissement, donc on a de la marge", a-t-il ajouté.

. Le cas Fekir
Parmi les meilleurs éléments de l'OL, il y a Nabil Fekir. Révélé cette saison, le milieu offensif n'a pas encore tranché entre l'Algérie et la France. Sans prendre parti directement, le boss de l'OL semble pousser en faveur du maillot bleu: "On a de bonnes relations avec l'Algérie et on sait qu'il y a une très importante communauté algérienne à Lyon. Mais on pense aussi que Nabil a un potentiel gigantesque en Bleu. On espère que les conseils de Deschamps seront les meilleurs possibles. On ne fait pas d'ingérence mais on souhaite que Nabil soit au mieux dans sa peau pour réussir au mieux. Je pense qu'il préfèrerait l'équipe de France".

Fifa.com (25/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 25 Fév - 20:03

Hilton prolonge à Montpellier jusqu'en 2016



Le défenseur brésilien de Montpellier Vitorino Hilton a prolongé son contrat, qui expirait en juin prochain, jusqu'en juin 2016, a annoncé mercredi le club héraultais.

Le capitaine de Montpellier, âgé de 37 ans, a disputé l'intégralité des matchs depuis le début de la saison, toutes compétitions confondues. "Vitorino est l'une des pièces maîtresses de Montpellier, sur et en-dehors des terrains", indique le club héraultais sur son site.

Hilton, arrivé à l'été 2011 en provenance de Marseille, s'apprête à boucler sa quatrième saison à Montpellier avec lequel il a remporté le titre de champion de France en 2012.

Hilton est le cinquième joueur à prolonger son contrat à Montpellier depuis début 2015, après Morgan Sanson, Mathieu Deplagne, Souleymane Camara et Joris Marveaux.

Montpellier, qui compte un match en retard, occupe la 7e place de la Ligue 1 à l'issue de la 26e journée de championnat.

Fifa.com (25/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Fév - 14:41

OM - La relance par la libre concurrence ?



Marseille, qui coince au classement général malgré du mieux dans le jeu, pourrait s'appuyer sur les bonnes prestations de ses doublures pour bousculer ses titulaires habituels et se relancer, dès vendredi (20h30) contre Caen en ouverture de la 27e journée.

Marcelo Bielsa va devoir faire sans le patron de sa défense, le Camerounais Nicolas Nkoulou, opéré du genou. Et ce au moins jusqu'en avril. Mais si le manque de profondeur de banc de l'OM a été criant pendant l'hiver, les dernières prestations de Michy Batshuayi, Romain Alessandrini ou André Ayew pourraient offrir à l'entraîneur argentin des alternatives convaincantes aux titulaires les plus inamovibles.

. Ayew, le juste milieu ?
Il n'est pas à proprement parler une doublure. Son état d'esprit, ses qualités techniques font d'André Ayew, de retour de la CAN-2015, le titulaire indiscutable du côté gauche de l'attaque. Mais contre Reims (2-2) et Saint-Etienne (2-2), il a été replacé en cours de match comme milieu de terrain, à la place d'Alaixys Romao, en grande difficulté.

Dans les deux cas, ce changement tactique a métamorphosé l'OM... qui a inscrit ses quatre buts dans cette configuration. "Ca rend l'équipe plus offensive", explique Bielsa. Inconvénient: ce changement force Giannelli Imbula, le métronome de Marseille, a évoluer plus bas, dans un rôle défensif qu'il apprécie moins - et où il a tendance à moins peser sur le jeu.

. Embouteillage sur les ailes
L'entraîneur argentin a dû bricoler pendant une partie de l'hiver pour soigner les ailes de son équipe. Plus maintenant: outre André Ayew et Florian Thauvin, l'effectif marseillais s'est enrichi d'un autre Argentin, Lucas Ocampos, prêté par Monaco. En dedans pour sa première titularisation contre Saint-Etienne, il a davantage pesé lors de ses deux précédents matches, contre Rennes puis Reims, en tant qu'"impact player".

Longtemps blessé, Romain Alessandrini a de son côté été à l'origine des deux buts olympiens contre Saint-Etienne. "Il a été prépondérant", a noté Bielsa. "Il a participé de manière continuelle au jeu, c'est un joueur méritant pour tous les efforts qu'il consent." Encore décrit comme "un joueur explosif" par son entraîneur, Alessandrini a lui aussi le bon profil pour redonner de la fraîcheur à son équipe en cours de match. "Mais cela n'est pas quelque chose qui l'empêche d'être titulaire", nuance Bielsa.

. Une pointe pour deux
Mettre en concurrence un buteur qui doute n'est pas la chose à faire pour l'aider à retrouver son niveau. Mais André-Pierre Gignac, en grande souffrance depuis le début de l'année, l'a dit lui-même: la présence de Michy Batshuayi dans l'effectif le pousse à se surpasser pour garder sa place.

Et si le jeune Belge restait sur de mauvaises performances lors de ses titularisations contre Nice ou Montpellier, il a frappé un grand coup contre Saint-Etienne, inscrivant un doublé en quatre minutes. Pas suffisant sans doute pour pousser sur le banc de touche le leader d'attaque marseillais, toujours aussi précieux défensivement et irréprochable dans l'état d'esprit. Mais peut-être de quoi gagner plus de temps de jeu... Et aussi de donner à Gignac encore plus envie de redevenir "tueur" face au but. Marseille n'attend que ça.

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Fév - 16:28

OM, la victoire sinon rien



Après trois matches nuls d'affilée, l'Olympique de Marseille doit absolument se ressaisir face à Caen, vendredi au Vélodrome en ouverture de la 27e journée du Championnat de France, pour ne pas laisser filer Lyon et le PSG en tête du classement.

"Il nous faut une victoire", a expliqué mercredi Marcelo Bielsa, conscient que l'OM est en train de perdre petit à petit le fil d'une saison démarrée sur les chapeaux de roue.

Eliminés de toutes les coupes et distancés de quatre points par Lyon, leader, les Marseillais sont encore solidement accrochés à leur 3e place mais un nouveau faux-pas ne ferait qu'alourdir le climat alors que l'entraîneur argentin entretient le flou sur son avenir.

A en croire certaines fuites dans la presse, les méthodes rigoureuses et le manque de communication de Bielsa ont fini par lasser certains joueurs et cela pourrait expliquer une lente mais inexorable dégringolade depuis le début de l'année.

Pour ne rien arranger, Marseille sera privé du patron de sa défense, le Camerounais Nicolas Nkoulou, opéré lundi du genou gauche, et du milieu Mario Lemina, qui purgera son 3e match de suspension. Et Caen arrive au Vélodrome avec un moral au plus haut après une série de six matches sans défaite (5 succès, 1 nul), qui lui ont permis de s'éloigner de la zone de relégation (14e).

Malgré ce sombre tableau, il suffirait d'un petit succès pour relancer tout de même l'OM et le suspense, Lyon et le PSG ayant deux déplacements compliqués à effectuer, respectivement à Lille (samedi) et à Monaco (dimanche).

Le programme


Vendredi
Marseille - Caen

Samedi
Lille - Lyon
Bordeaux - Reims
Lens - Rennes
Lorient - Bastia
Metz - Evian-Thonon
Toulouse - Saint-Etienne

Dimanche
Nantes - Guingamp
Montpellier - Nice
Monaco - Paris SG

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Fév - 16:29

Caen - Sala, jamais aussi bon que loin de chez lui



Comme à Orléans il y a deux ans, comme à Niort la saison dernière, l'attaquant argentin Emiliano Sala s'est vite distingué à Caen, où il a été prêté par Bordeaux, seul club incapable de profiter de son talent.

Sala, 24 ans, est pourtant un pur produit de la politique de formation girondine. À 15 ans, il quitte son petit village de la province de Santa Fe pour Proyecto Crecer, le centre de formation du club français dans ce pays. En 2010, il arrive à Bordeaux et signe professionnel deux ans plus tard. Jugé encore un peu tendre, il est prêté à Orléans en National. Partir de chez lui à l'adolescence puis pour l'Europe, c'était son rêve.

Sur le terrain, il impressionne avec 19 buts en 37 matches de championnat. "J'avais beaucoup de détermination, je n'aimais pas les études à l'inverse du foot", a-t-il raconté peu après son arrivée à Caen. Mais hors du terrain, c'est la période la plus difficile de son parcours. "A Orléans, je ne parlais pas encore bien français, je n'avais pas encore de mobilité. Je dépendais des autres pour aller à l'entraînement, faire des courses", a-t-il détaillé.

Il démontre ensuite -- encore sur la pelouse -- son incroyable faculté d'adaptation la saison suivante, à Niort (L2) où il "claque" 21 buts en 41 matches. Insuffisant pour convaincre Willy Sagnol, qui ne l'utilise qu'avec parcimonie: 4 titularisations, 8 entrée enjeu, pour un but sur pénalty contre Monaco (2e journée) en 21 journées.

Envol cet été ?

Il se résout à faire ses bagages pour Caen fin janvier. Dirigé par des attaquants, de Patrice Garande l'entraîneur, à Xavier Gravelaine, le manageur, en passant par Alain Caveglia, le directeur sportif, on peut faire confiance au club normand pour ne pas se tromper sur un avant-centre.

En choisissant Sala, ils ont opté pour un attaquant capable de prendre la profondeur, comme de venir combiner au milieu. Fan de Tevez et de Batistuta, avec un physique qui rappelle plus David Trézéguet, avec son 1,87m, il est aussi bon de la tête.

Lors de ses premières minutes sous son nouveau maillot, contre Saint-Étienne, Sala rate un but réputé immanquable en toute fin de match. "Il ne faut pas qu'il se mette à douter parce qu'il manque un but comme ça. Moi je vais lui montrer une cassette avec tous ceux que j'ai loupé et puis ça va aller...", avait plaisanté Garande en conférence de presse après le match.

La suite lui donne raison. Entré en jeu contre Toulouse au match suivant, Sala provoque le penalty du 2-0. Titularisé ensuite au Parc des Princes, il enclenche la remontée des Caennais en marquant le premier but du nul 2-2 arraché dans les arrêts de jeu, contre des Parisiens réduits à neuf, avant d'inscrire un doublé et de provoquer encore un penalty contre Lens (4-1).

"Je me sens déjà très bien dans ce club, je prends du plaisir, et marquer si vite m'a redonné beaucoup de confiance, c'est parfait", a-t-il commenté, ravi. Prêté sans option d'achat et sous contrat avec Bordeaux jusqu'en 2017, Sala devrait retourner cet été dans un club réputé pour être passé à côté de joueurs comme le stoppeur Bruno Ecuele-Manga, le milieu Grzegorz Krychowiak ou Mathieu Valbuena.

A moins qu'il ne décide de prendre son envol définitivement. Ce ne sont pas les pistes d'atterrissage qui manqueront pour l'accueillir.

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Fév - 16:34

Toulouse - Didot arrêté quatre semaines



Le milieu Étienne Didot souffre d'une "rupture d'un nodule dans le tendon d'Achille" et sera arrêté "quatre semaines" a annoncé jeudi Alain Casanova, l'entraîneur du Toulouse FC, qui a confirmé le forfait du gardien de but Ahamada contre Saint-Etienne.

"L'indisponibilité on ne la connaît pas exactement pour le moment, on est obligé d'attendre, mais on espère que cela ne va pas dépasser quatre semaines" a précisé le technicien toulousain.

Étienne Didot (31 ans) avait quitté la pelouse au Parc des Princes à la 44e minute de la rencontre de la 26e journée opposant le TFC au PSG lors de la dernière journée (3-1).

Pour la réception de Saint-Étienne, samedi lors de la 27e journée, le TFC sera également privé du gardien Ali Ahamada, victime d'une "entorse acromio-claviculaire" de l'épaule gauche selon Alain Casanova, qui a confirmé que Zacharie Boucher le remplacera.

Ahamada reste également très incertain pour la réception de Marseille le 6 mars.

Toulouse est actuellement 17e de L1 à deux points du premier relégable, Evian/Thonon, qui compte un match en moins.

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Fév - 20:03

Lille - Girard : "Il nous manque des points"



L'entraîneur de Lille René Girard, qui s'attend à un match "très compliqué" samedi pour la réception du leader, Lyon, a reconnu jeudi qu'il "manquait des points pour assurer le maintien" tout en estimant qu'il "n'y a pas péril en la demeure".

Comment abordez-vous le match de samedi contre Lyon, leader du championnat ?
C'est un gros défi qui nous attend. On sait que ça sera très compliqué et qu'il faudra être à 150%. Il nous manque des points pour être tranquille et assurer le maintien donc il faut les prendre, contre Lyon ou n'importe quelle équipe. Il faudra être rigoureux. L'effectif est concentré, malheureux que ses efforts ne soient pas récompensés. Il faut aborder ce match avec beaucoup de confiance.

Que pensez-vous du parcours de Lyon cette saison ?
C'est une équipe jeune, qui revient à des bases de formation plus importantes. Ils ont trouvé un bon équilibre, enchaîné les bons résultats et sont dans le trio de tête depuis longtemps (octobre, ndlr). A part lors du début de saison, Lyon est très régulier et fait un parcours remarquable. Ils ont les ingrédients pour faire quelque chose de grand.

Pensez-vous que l'OL puisse être sacré champion en fin de saison ?
Je ne sais pas s'il y arriveront, car ils ont en face Paris, une énorme cylindrée qui se doit d'être championne et qui sera là jusqu'au bout. Ce que j'espère, c'est que Lyon ne gagnera pas les trois points de samedi. Pour être champion, il faut du talent et de la régularité pour aller au bout. Lyon, comme Paris, a cela.

Comment expliquez-vous votre saison moyenne alors que la précédente avait été excellente ?
Il n'y a rien d'écrit en football. On peut avoir la même équipe, et la même préparation deux saisons de suite, sans avoir les mêmes résultats. L'an dernier on a pu se concentrer pleinement sur le championnat et on avait eu un peu de réussite. Après, c'est une dynamique qui nous porte. Il n'y a pas toujours d'explication.

Aujourd'hui, n'est-ce pas difficile de se dire que vous jouez le maintien ?
On n'est pas européen, mais ni relégable non plus. On doit être professionnel dans tous les cas. Il faut revenir dans la première partie du classement pour que ce soit satisfaisant. Il faut positiver et avancer. On est là, les garçons sont conscients qu'il faut prendre les dix points qu'il nous manquent. Mais il n'y a pas péril en la demeure, des équipes sont plus mal que nous.

Au match aller, Lyon vous avait infligé une correction (3-0). Vos joueurs sont-ils capables de prendre leur revanche ?
C'est vrai qu'à l'aller on prend 3-0 avec un triplé de Lacazette. Mais on revenait d'un match à Wolfsbourg (1-1, en Europa League, ndlr) et on avait quand même neuf absents. Il faut que les garçons croient en leur potentiel. Je suis persuadé qu'ils peuvent mener la vie dure à Lyon.

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 26 Fév - 20:08

PSG-Metz et Lyon-Bastia reportés



En raison de la finale de la Coupe de la Ligue le samedi 11 avril au Stade de France entre Bastia et le Paris SG, les deux matches de la 32e journée de L1 prévus le dimanche 12 avril les concernant, Paris SG-Metz et Lyon-Bastia, ont été reportés, a indiqué jeudi la Ligue de football professionnel (LFP).

Le match Lyon-Bastia a été fixé au mercredi 15 avril à 18h30. Le match entre le Paris SG et le FC Metz est programmé soit le mercredi 15 avril à 18h30 (en cas d'élimination du Paris SG en 8es de finale de la Ligue des champions), soit le mardi 28 avril ou le mercredi 29 avril (horaire à fixer), en cas de qualification des Parisiens pour les quarts de finale de la C1.

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 27 Fév - 16:42

PSG - Lucas absent au moins un mois



Le milieu international brésilien du Paris SG Lucas a été opéré au niveau de l'adducteur droit et son indisponibilité est de "quatre semaines au minimum", a indiqué jeudi le club parisien.

L'ancien joueur de Sao Paulo va donc manquer des rendez-vous importants comme la double confrontation entre le PSG et Monaco, en Championnat dimanche et en quart de finale de la Coupe de France mercredi, sans oublier le 8e de finale retour de Ligue des champions contre Chelsea le 11 mars.

Le joueur ne sera pas disponible non plus pour sa sélection alors que le Brésil affrontera la France en amical au Stade de France le 26 mars. Il risque d'être un peu juste pour le clasico français le 4 avril, Marseille-PSG.

Fifa.com (26/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 27 Fév - 16:56

Lyon en voyages d'affaires



Lyon, leader de L1, qui joue à Lille samedi (16h00) en match de la 27e journée, s'engage dans une série de trois déplacements consécutifs, qui le mènera aussi à Montpellier puis Marseille et déterminera si l'OL peut vraiment envisager de briguer le titre.

Lors de la phase aller, le match Montpellier-Lyon avait été inversé en raison de l'indisponibilité du stade de la Mosson ravagé par de fortes inondations, début octobre.  L'Olympique lyonnais avait profité de ses trois matches de suite à domicile pour faire le plein de points en s'imposant sur Lille (3-0), Montpellier (5-1) et Marseille (1-0), ce qui avait contribué à son redressement après un début de championnat raté.

A l'issue de cette série, Lyon était monté sur le podium (3e) qu'il n'a plus quitté depuis. "C'est un tournant important dans notre saison. Pour le titre, nous aurons une idée sans doute après car il ne restera ensuite que neuf rencontres. Nous saurons où en sont nos adversaires, sur ce qu'ils auront glaner dans le même temps", admet l'entraîneur lyonnais, Hubert Fournier assurant ne pas avoir de "tableau de marche" pour ces trois rencontres.

"A chaque match, nous jouons pour gagner en sachant que ce n'est pas toujours possible d'autant qu'à l'extérieur, l'environnement est différent", prévient-il. L'Olympique lyonnais a mis du temps à trouver ses marques sur terrain adverse où il vient de gagner, depuis début décembre, en championnat, trois fois (Evian, Bordeaux, Lens) pour deux résultats nuls (Monaco, Lorient).

Auparavant, les voyages de l'OL étaient moins fructueux. Les Lyonnais n'avaient gagné qu'une fois, à Nice (3-1) pour trois résultats nuls (Paris SG, Nantes, Bastia) et trois défaites (Toulouse, Metz, Saint-Etienne).

"Il a fallu trouver un équilibre, imparfait en début de saison, entre la volonté d'attaquer qui font partie des caractéristiques et de la culture de notre club, et celle d'avoir des sécurités défensives qui nous permettent d'être à l'heure actuelle la meilleure défense du championnat", explique encore Fournier.

Petite baisse de régime
Le coach doit faire face aussi à une petite baisse de régime de sa formation, bien qu'elle ait renoué avec la victoire contre Nantes (1-0), dimanche à Gerland, après trois résultats nuls contre Lorient (1-1) et, ce qui est plus excusable, contre les grosses écuries Monaco (0-0) et au PSG (1-1).

"Toutes les équipes ont rencontré ces difficultés à un moment donné. Nous avons eu l'absence d'Alexandre Lacazette qui est un élément important de notre dispositif offensif. Il y a eu aussi une petite crispation en abordant la dernière ligne droite", plaide Fournier évoquant la "position de leader jamais facile à supporter".

De son côté, le défenseur Henri Bedimo évoque aussi "la météo hivernale et la qualité moins bonne des terrains en cette période", qui peuvent avoir contribué à perturber le jeu technique et rapide de l'OL. "Il y a une pression constante sur l'équipe et les adversaires affrontent le premier et ça change beaucoup de choses. Les adversaires nous respectent et nous imposent des défenses renforcées comme Nantes ce week-end", souligne aussi Fournier.

C'est certainement ce à quoi l'OL peut s'attendre à Lille face à un adversaire, 12e, qui n'a concédé que cinq buts sur son terrain. "Nous irons avec ambition mais nous voyons l'ampleur de la tâche qui nous attend. C'est une équipe qui a déploré des blessés. Elle a perdu son leader d'attaque, Salomon Kalou, et été perturbée par son parcours européen", met en avant l'entraîneur de l'OL, qui attend des progrès dans le jeu de sa formation sur les plans de la patience et de la maîtrise technique.

Fifa.com (27/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 27 Fév - 17:04

Lyon se teste à l'export, Paris sans Ibra



Le duel à distance entre Lyon, leader qui va jouer trois fois loin de Gerland, et le Paris SG, privé de son colosse Zlatan Ibrahimovic, se poursuit lors de la 27e journée de Ligue 1, les deux rivaux devant négocier au mieux deux déplacements à Lille et Monaco, samedi et dimanche.

. Paris, un choc sans Ibra
La L1 s'offre un choc de dimension européenne au stade Louis II avec d'un côté le double champion de France parisien, lancé à la poursuite de l'OL, et de l'autre Monaco, auteur d'une sensationnelle victoire sur la pelouse d'Arsenal (3-1), mercredi en Ligue des champions.

Paris aborde ce rendez-vous sans sa superstar "Ibra", suspendu, et son infirmerie est toujours aussi garnie (Lucas, Thiago Motta, Yohan Cabaye, Serge Aurier). Mais le club de la capitale a pour une fois bénéficié d'une semaine de repos complet.

En l'absence de "Zlatan", Edinson Cavani sera donc en première ligne pour défier la meilleure défense de L1 (à égalité avec l'OL) et contrecarrer les plans tactiques de Leonardo Jardim, qui vient tout juste d'humilier Arsène Wenger dans son antre de l'Emirates.

Si l'ASM (4e), qui compte un match en moins, lorgne sur le podium, la pression sera évidemment sur le PSG et Laurent Blanc. Le club des Qataris, soumis à la forte concurrence de Lyon et de Marseille, ne peut plus se permettre de laisser des points en route.

. Lyon en classe grand voyageur
Le leader entame à Lille une série de trois déplacements qui serviront de révélateurs sur sa capacité à tenir le rythme jusqu'au bout et à ramener un titre qui le fuit depuis 2008.  "Il m'arrive d'en rêver. Assez souvent. Mais y croire c'est différent", a lâché cette semaine Jean-Michel Aulas à propos du championnat. 

Après ses voyages à Montpellier (28e journée) et surtout à Marseille (29e journée), le président lyonnais saura s'il peut passer du rêve à la réalité.

Même si les dernières sorties de l'OL ont été assez poussives, la première étape de ce triptyque hors de ses bases ne devrait pas lui poser trop de soucis. Lille, 12e avec seulement six points d'avance sur le premier relégable, est en effet en plein marasme et n'a gagné qu'une rencontre depuis le 17 janvier.

René Girard a eu beau expliquer qu'il n'y avait pas "péril en la demeure", la fin de saison du Losc s'annonce morose et le maintien reste son seul horizon.

. Metz-Evian, match de la peur

Metz joue peut-être l'une de ses ultimes cartes dans sa bataille, très mal engagée jusque-là, pour le maintien. La lanterne rouge, qui ne s'est plus imposé depuis le 1er novembre en L1, possède six points de retard sur Toulouse, 17e et premier non relégable, et doit absolument l'emporter contre Evian/Thonon (18e), un rival direct et qui a un match en moins, pour continuer à espérer.

La tension est également à son comble à Lens, avant-dernier avant de se frotter à Rennes. Le club nordiste devait déjà se débattre avec des résultats calamitieux et les ennuis financiers de son actionnaire majoritaire azerbaïdjanais Hafiz Mammadov. Il doit désormais y ajouter la colère de ses supporteurs qui ont provoqué des incidents en tribunes samedi à Caen, obligeant l'arbitre à interrompre la partie.

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a tranché jeudi en interdisant les fans Sang et Or de déplacement à Paris à titre conservatoire, le 7 mars.

Le Téfécé, aux portes de la zone rouge et qui reçoit Saint-Etienne, évolue aussi la boule au ventre, tout comme Lorient (16e) qui accueille Bastia.

Le programme

Vendredi
Marseille - Caen

Samedi
Lille - Lyon
Bordeaux - Reims
Lens - Rennes
Lorient - Bastia
Metz - Evian-Thonon
Toulouse - Saint-Etienne

Dimanche
Nantes - Guingamp
Montpellier - Nice
Monaco - Paris SG

Fifa.com (27/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 28 Fév - 10:44

Marseille renversé par Caen



Marseille, qui se croyait à l'abri avec une avance de deux buts, s'est finalement fait battre par de renversants Caennais (3-2) vendredi en ouverture de la 27e journée, et voit s'éloigner un peu plus ses rêves de titre.

Les Marseillais, qui restent troisièmes à 50 pts, avaient pourtant réussi à s'offrir deux buts d'avance par l'intermédiaire d'André Ayew juste avant la mi-temps (45+2), puis par André-Pierre Gignac tout juste enté en jeu (63). Ils se sont même payé le luxe de rater un pénalty dès l'entame, par Michy Batshuayi, préféré au coup d'envoi à Gignac (2).

Mais comme au Parc des Princes (2-2), les Caennais ont inscrits deux buts en deux minutes par Seube (67) et Sala (70), avant que Nicolas Benezet ne mette un terme à la série marseillaise de douze matches sans défaite à domicile (87). Ils remontent provisoirement en 9e position, et confirment leur statut de meilleure équipe de l'année 2015.

L'OM avait pourtant largement dominé la rencontre et, chose rare depuis le début de l'année 2015, retrouvé de l'efficacité offensive. Il faut dire que Marcelo Bielsa avait fait des choix forts avant le coup d'envoi, laissant Gignac sur le banc et positionnant André Ayew en milieu de terrain.

Roulette russe
C'était le schéma tactique qui avait permis à Marseille d'inscrire ses quatre derniers buts en championnat. Et en alignant le Ghanéen André Ayew aux côtés de Gianelli Imbula, Marcelo Bielsa a effectivement permis à l'OM de mieux se porter vers l'avant.

Dès la 6e minute, Thauvin puis Payet tentaient leur chance, forçant Vercoutre à bien se coucher. Ocampos tentait sa chance de loin après un coup du sombrero mais sans cadrer (30), Thauvin dévissait sa frappe (32), et Ayew voyait sa tête surpuissante repoussée par la transversale sur un bon centre de Brice Dja Djédjé (37).

Juste avant la mi-temps, Ayew, très en jambes, jaillissait devant Yahia pour mettre son équipe devant à la pause (1-0, 45+2).

Mais l'alternative du "tout pour l'attaque" a un inconvénient, qui peut lui donner des allures de roulette russe: en cas de perte de balle en phase offensive, Marseille se met immédiatement à portée de son adversaire.

Il a fallu toute la dextérité de Steve Mandanda pour préserver le 0-0 en première période, avant que les deux principales armes offensives caennaises, Lenny Nangis (27) puis Hervé Bazile (40) ne sortent sur blessure. D'abord sur une frappe de ce dernier, avant que Jérémy Morel ne sauve sur sa ligne une frappe d'Imorou (16), puis à nouveau sur une grosse frappe d'Emiliano Sala que le gardien marseillais dévie sur sa transversale (24).

Mandanda était encore là sur un tir puissant de Bazile boxé des deux poings (27), puis sur un service de Julien Féret promis à la tête d'Emiliano Sala (43), encore du poing. Sans oublier un tir du futur buteur Nicolas Seube, dévié par Morel (51) et un autre de Nicolas Benezet (58), alors que Marseille avait du mal à se remettre dans son match.

Mais Mandanda ne peut pas tout. Et après une faute de marquage de Benjamin Mendy permettant à Seube de réduire la marque à la suite d'un corner (67), et un tir entre les jambes de Sala à la conclusion d'un contre de N'Golo Kante (70), Marseille se retrouvait à 2-2. André-Pierre Gignac s'était auparavant consolé de n'être que remplaçant en poussant le ballon dans le but (63) après une frappe de Mendy repoussée.

Et puis Benezet, pas attaqué par Dja Djédjé, a inscrit le troisième but caennais (87)... Plongeant encore un peu plus un OM dans ce qui commence sérieusement à ressembler à une crise.

Fifa.com (27/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 28 Fév - 18:51

Qu'est-ce qui empêche Marseille d'avancer ?



Ca n'est pas encore la crise à l'OM, mais ça y ressemble: en ne prenant que neuf points lors de ses huit derniers matches, le champion d'automne, battu chez lui par Caen vendredi (2-3), n'avance plus au classement de L1 et va de désillusion en désillusion.

. Des résultats décourageants
L'entraîneur Marcelo Bielsa le fait souvent remarquer: au vu de leur jeu et des occasions créées, les Marseillais auraient tout aussi bien pu remporter des matches où ils ont partagé les points (à Saint-Etienne 2-2, contre Reims 2-2) ou perdu (contre Caen, ou Nice 1-2) depuis le début de l'année.

Mais c'est à l'aune de leur résultat que leurs performances sont jugées et à ce titre, elles sont inquiétantes: seulement deux victoires, contre Guingamp et Evian TG, et une série de trois matches nuls contre Rennes, Reims et Saint-Etienne, avant la peu reluisante défaite à domicile contre Caen. Sur la phase retour du championnat, Marseille n'est que la 10e meilleure équipe du championnat.

Un niveau finalement pas si éloigné de la mauvaise saison précédente, qui avait vu l'OM terminer en 6e position, sans qualification européenne.

. Une usure mentale dans le vestiaire
C'est le revers de la médaille de l'exigeante méthode Bielsa: elle demande à ses joueurs d'être très performant, de répéter les efforts, de faire des sacrifices. Tant qu'elle se traduit en points au classement, tout va bien. Dans le cas contraire, les joueurs risquent de la supporter de moins en moins.

Sous couvert d'anonymat, certains ont confessé une forme d'"usure mentale" auprès de RMC, qui a publié une enquête sur son site les 20 et 21 février. "Il n'y a plus d'étonnement", explique ainsi un membre de l'effectif à la radio. "On ressent parfois le besoin de s'amuser, de prendre plus de plaisir, tout simplement."

Particulièrement ciblé, le manque de "chaleur humaine" et de communication interne, notamment entre Marcelo Bielsa et ses joueurs, ainsi qu'avec une partie du staff technique, uniquement hispanophone.

. Des joueurs lessivés?
RMC indique pourtant que les joueurs, conscients de tout ce que Marcelo Bielsa leur a apporté en terme de méthode comme de résultats, ne veulent pas lâcher leur entraîneur. Mais ils paient peut-être aussi sur le plan physique tous les efforts consentis jusque-là.

Après le match, qu'ils ont retourné en 25 minutes vendredi alors qu'ils étaient menés 2-0, les Caennais ont insisté sur la fatigue de leurs adversaires du soir. "J'ai senti Marseille très émoussé, fatigué à partir de la 70e", a expliqué le gardien de Caen Rémy Vercoutre. "Ils avaient moins de pêche et on a su en profiter."

Marseille ne joue pourtant plus qu'une fois par semaine, alors que son voisin monégasque, qui reçoit Paris dimanche, dispute encore trois compétitions...

. Une équipe indéfendable
Mais contrairement à Monaco, Marseille doit beaucoup donner pour compenser ses errements défensifs. Car avec treize buts encaissés en 8 matches, l'OM paye au prix fort l'absence du patron de sa défense, Nicolas Nkoulou, parti à la CAN-2015 d'où il est revenu blessé.

La défense marseillaise n'est toutefois pas montrée du doigt par son entraîneur: elle fait en réalité les frais de la stratégie très offensive de l'Argentin, qui laisse beaucoup d'espaces à l'adversaire en cas de perte de balle.

En conséquence, Marseille doit très vite tuer le match pour éviter d'être repris au score. Ce qui lui semble être mission impossible depuis le début de l'année, même une avance de deux buts n'ayant pas suffi contre Caen.

Inquiétant, alors que l'OM s'apprête à recevoir Lyon puis le Paris SG au Vélodrome. Il lui faudra sans doute miser sur la réaction d'orgueil pour croire à un résultat contre ses deux principaux adversaires pour le titre. Il ne lui reste de toute façon pas beaucoup d'autres motifs d'espérer.

Fifa.com (28/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 28 Fév - 18:58

Monaco - Le grand huit de Kurzawa



Pour Layvin Kurzawa, la saison a tout d'un grand huit: annoncé comme un futur grand, moqué pour un geste déplacé, sélectionné en Bleu puis handicapé par des blessures, le défenseur de Monaco espère reprendre sa progression, dès dimanche contre le Paris SG.

"Tout a été très vite, mais ma blessure a ralenti les choses", avoue le joueur de 22 ans avant le choc de la 27e journée de L1. "J'ai été freiné mais je ne vais rien lâcher. J'ai un bon mental. Je l'ai déjà dit: pour moi, ce n'est que le début. Je vise un retour en sélection en mars."

Sa saison a connu un tournant -malheureux- le 18 novembre à Marseille. Pour sa deuxième sélection et sa première titularisation avec l'équipe de France A, contre la Suède (1-0), le natif de Fréjus se claque une cuisse sous les yeux de sa famille. Résultat: huit semaines d'arrêt et plus aucun match disputé en 2014. Puis un retour laborieux à la compétition, avec une certaine appréhension.

Et le 20 février, contre Nice, nouvelle blessure. "Un simple coup qui n'a rien à voir avec sa blessure musculaire de la cuisse gauche", assure alors le communiqué médical.

Ce coup vaut à Kurzawa de manquer le match de l'année: l'exploit de Monaco sur le terrain d'Arsenal en Ligue des champions cinq jours plus tard (3-1), où il n'entre en jeu qu'à la 82e minute.

"Il était raisonnable de ne pas débuter contre Arsenal. J'en ai discuté avec le +coach+. C'était mieux de faire débuter Elderson (Echiejile)", assure Kurzawa.

"Après le coup reçu contre Nice, j'ai voulu revenir trop vite pour être prêt contre Arsenal. J'ai eu du mal à me soigner, explique-t-il. Désormais, j'effectue des soins matin et après-midi. Je ne suis pas encore à 100%, je suis à 95%. Mais petit à petit je me sens mieux."

Salut militaire
Même s'il a raté quelques rendez-vous importants, le jeune latéral gauche vit une année folle, en club, où il a découvert la Ligue des champions, et en sélection.

En octobre, il devient la risée des réseaux sociaux et le symbole de l'arrogance des jeunes footballeurs lors d'un match de barrages de l'équipe de France Espoirs pour l'Euro: après avoir marqué, il chambre ses adversaires suédois en mimant une sorte de salut militaire... Mais les Suédois marquent à leur tour, éliminent les Bleuets et inondent Twitter en posant façon Kurzawa.

Un mois plus tard, il arrive en équipe de France A pour pallier le forfait de Benoît Trémoulinas lors de deux amicaux, contre l'Albanie puis... la Suède.

"Kurzawa a été sélectionné grâce à son travail", souligne Leonardo Jardim, son entraîneur. "Il a encore besoin de travailler beaucoup car il est jeune. Mais je pense qu'il aura un grand futur."

Entre le technicien portugais et l'international, la connexion fonctionne. "Il est très proche des joueurs, ce qui peut mettre en confiance", dit Kurzawa. "Il a souvent des paroles qui aident l'équipe à se révolter."

Ce devra être le cas une nouvelle fois dimanche contre le Paris SG. "Après notre très belle victoire à Arsenal, on est en confiance", lance Kurzawa, qui dit regretter l'absence d'Ibrahimovic. Avant de nuancer: "Il faut tout craindre du Paris SG, qui est favori. En France, Paris est toujours favori."

Fifa.com (28/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 28 Fév - 18:59

ASM-PSG : Choc au parfum d'Europe, sans Ibra



Paris veut rester au contact du leader, Monaco est au pied du podium de la Ligue 1: tout est réuni pour faire du choc entre les deux représentants français en C1 un grand spectacle, dimanche (21h00), même si le PSG doit faire sans sa superstar Ibrahimovic.

Contrairement à la saison passée, les deux plus gros budgets de la Ligue 1 (490 millions d'euros pour Paris, 160 millions d'euros pour l'ASM) ne dominent pas les débats et doivent jouer les poursuivants.

Leurs prestations récentes en Ligue des champions face à deux mastodontes anglais (Chelsea, Arsenal) donnent une saveur toute particulière à cette rencontre, en clôture de la 27e journée de L1.

Un gros écart (9 points) sépare au classement Paris (2e) de Monaco (4e avec un match en moins) et les enjeux ne sont pas identiques pour l'un et l'autre. Il n'empêche. Cet affrontement, situé juste après les 8es de finale aller de Ligue des champions, aura forcément un petit parfum européen. Il y aura d'ailleurs un match retour dès mercredi, puisque les deux équipes se retrouveront au Parc des Princes en quart de finale de la Coupe de France.

La pression est très nettement sur le Paris des Qataris, distancé par Lyon et qui s'expose à de fortes turbulences en cas d'échec dans la course au titre.

Le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev, propriétaire de l'ASM, a lui revu ses ambitions à la baisse en se séparant de Falcao et de James Rodriguez l'été dernier. Mais les récents déboires de Marseille lui ont ouvert de nouvelles perspectives et la 3e place, avec un ticket pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions, est clairement dans les cordes des Monégasques.

Le coup réussi sur la pelouse d'Arsenal (3-1) mercredi a marqué les esprits sur le continent et ne peut que renforcer la confiance des joueurs de Leonardo Jardim. Seul souci pour le technicien: il devra bricoler une défense centrale de fortune avec la suspension du Tunisien Aymen Abdennour et la blessure du Portugais Ricardo Carvalho.

Cavani en première ligne
L'avenir de Paris en Ligue des champions paraît beaucoup plus compromis après le nul concédé au Parc des Princes contre le Chelsea de José Mourinho (1-1). Mais le club de la capitale s'est depuis consolé en championnat, où il est invaincu depuis six rencontres, en dominant Toulouse (3-1).

"Monaco a fait non seulement une très bonne performance au niveau du score à Arsenal mais aussi un très bon match donc bravo à eux et bravo à l'entraîneur. Mais le contexte sera différent. Ce sera un autre match. C'est une équipe qui est sur une très très bonne dynamique, qui arrive en forme. Mais avec tout le respect que l'on a pour Monaco, on y va avec l'ambition de prendre des points", a expliqué l'entraîneur Laurent Blanc.

Reste à savoir comment le PSG va pouvoir se débrouiller sans son colosse Ibrahimovic, qui purge le premier de ses deux matches de suspension pour sa semelle sur le Stéphanois Romain Hamouma.

C'est à Edinson Cavani que reviendra la lourde charge de mener l'attaque parisienne. "El Matador", auteur de l'égalisation face aux Blues, est plus malheureux en L1 où son dernier but remonte au 18 janvier. Quoi de mieux pour se relancer que de se frotter à la meilleure défense du championnat?

Les blessures de Thiago Motta (mollet) et de Yohan Cabaye (cuisse) pourraient également inciter Laurent Blanc à placer David Luiz dans l'entre-jeu, une formule qui avait pas mal fonctionné contre Chelsea. Un choix tout destiné pour ce rendez-vous qui sent bon l'Europe.

Fifa.com (28/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 28 Fév - 19:02

Lyon tombe à Lille et laisse la voie ouverte à Paris



Après une première mi-temps catastrophique, Lille s'est merveilleusement repris et a fait tomber le leader Lyon (2-1) samedi lors de la 27e journée, offrant au Paris SG la possibilité de s'emparer de la tête dimanche en cas de succès à Monaco.

L'OL, qui avait ouvert le score dès la troisième minute par Tolisso et avait archi-dominé un premier acte avec des Nordistes affligeants, a finalement craqué après la pause sur des buts de Gueye et Lopes.

Les Rhodaniens, qui ont mal entamé leur série de trois déplacements consécutifs (Lille, Montpellier et Marseille), possèdent toujours 54 points, soit deux de plus que le PSG, tandis que l'OM, battu à domicile vendredi par Caen (2-3), pointe à quatre longueurs. Les joueurs d'Hubert Fournier, qui restaient sur deux résultats nuls à l'extérieur (à Lorient et Monaco), ont enchaîné un troisième match sans victoire hors de leurs bases. Pas de bon augure avant les déplacements à la Mosson et au Vélodrome.

Lille, de son côté, a évité de justesse la crise profonde qui semblait se profiler à la fin de la première mi-temps. Ulcéré par le niveau de jeu affiché par le Losc, le kop lillois avait en effet réclamé la démission de René Girard avant la demi-heure de jeu et s'en était même pris au président Michel Seydoux.

Avec ce succès inattendu, le deuxième seulement lors de ses sept derniers matches de L1, le Losc remonte provisoirement à la septième place (35 points) et a quasiment assuré son maintien. Lyon avait pourtant ouvert le score sur sa première incursion dans la surface lilloise: un corner de Fékir, pourtant mal tiré, était repris au point de penalty par Tolisso, qui avait devancé Béria (0-1, 3e).

Les Gones géraient ensuite le résultat sans trop forcer face à des Lillois apathiques, à l'image de Mendes, remplacé par Delaplace dès la 40e minute. Furieux, le Cap-Verdien passait sa colère sur une bouteille d'eau... qui terminait sa course en plein milieu du terrain!

Lopes passeur et buteur
Probablement secoués par leur entraîneur à la pause, les Lillois revenaient toutefois sur le terrain avec de bien meilleures intentions.

Origi, lancé par Koubemba, gâchait une première occasion en se faisant reprendre à l'entrée de la surface (47e). La deuxième occasion était la bonne pour les Dogues. Au terme d'une superbe action collective à une touche de balle initiée par Béria puis Koubemba, Gueye réalisait un une-deux avec Lopes dans la surface et trompait de près le gardien lyonnais (1-1, 56e).

Dans la foulée de sa passe décisive, Lopes y allait de son but. Trouvé par Corchia à 35 mètres du but, le Portugais résistait à Gonalons et plaçait une frappe enroulée au ras du poteau droit (2-1, 60e).

Comme par enchantement, le public, hostile envers son équipe un demi-heure plus tôt, explosait de joie et encourageait enfin ses troupes. En face, Lyon était sonné et n'allait jamais se remettre de ce retournement de situation. Delaplace (72e) puis Origi (83e), manquaient même le K-O, tandis qu'Enyeama, comme d'habitude, répondait présent au bon moment en repoussant des tirs de Bedimo (71e) puis Jallet (90+1).

Fifa.com (28/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 1 Mar - 16:47

Lyon sous la menace de Paris



Le leader lyonnais a chuté à Lille (2-1), samedi, et se trouve désormais sous la menace directe du PSG, qui pourrait s'emparer de la tête du classement en cas de victoire à Monaco, dimanche en clôture de la 27e journée du Championnat de France.

Paris n'a pu que se frotter les mains en voyant l'OL se faire piéger dans le Nord, subissant ainsi sa première défaite en championnat depuis le 30 novembre. Le double champion de France, 2e à deux points, sait qu'il lui suffit de s'imposer sur le Rocher pour s'installer pour la première fois de la saison dans le fauteuil de leader (au terme d'une journée) et prendre ainsi un ascendant psychologique sur ses concurrents directs.

Tout avait pourtant parfaitement démarré pour Lyon avec un but de Corentin Tolisso dès la 3e minute. Mais la seconde période a été cauchemardesque, Lille (8e) faisant la différence par Idrissa Gueye (56e) puis Rony Lopes (60e) sur un exploit individuel.

Alexandre Lacazette, le meilleur buteur de Ligue 1 (21 buts), n'a pas vraiment pesé sur le match et n'a toujours pas retrouvé le chemin des filets en deux rencontres après sa blessure à la cuisse droite.

Tout est allé de travers pour Lyon pour qui les prochaines semaines ne s'annoncent pas simples, puisqu'il devra enchaîner deux autres déplacements très compliqués, à Montpellier et surtout à Marseille.

Le revers des Lyonnais constitue aussi une belle aubaine pour l'OM (3e), terrassé par Caen (3-2) au Vélodrome vendredi, mais qui s'accroche à quatre points.

L'ASSE n'avance plus
Saint-Étienne (4e) a enfoncé Toulouse (1-1), 18e et en position de relégable, mais n'en finit pas de stagner (7e match sans succès d'affilée), tout comme Bordeaux, qui a manqué le coche à domicile contre Reims (1-1), mais reste encore dans la course à l'Europe (6e).

En bas de tableau, il y avait une rencontre à ne pas perdre entre Metz et Évian/Thonon. La défaite de la lanterne rouge messine (2-1) la condamne quasiment à la relégation en Ligue 2, alors que les Haut-Savoyards prennent un peu d'air à la 17e place.

Sale soirée également pour Lens (19e), battu par Rennes (1-0). Le calvaire se poursuit pour les Sang et Or, qui combinent malheurs sportifs et gros soucis financiers.

Lorient, vainqueur de Bastia (2-0), a mis fin à la série corse (9 matches sans revers) et s'éloigne quelque peu de la zone rouge (16e).

Fifa.com (28/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 1 Mar - 16:50

Lyon a encore raté une belle occasion



Battu à Lille samedi (2-1), Lyon a affiché des carences, autant morales que sportives, qui ne lui permettent pas pour l'heure d'avoir le profil d'un champion, bien qu'il soit leader depuis la 20e journée.

Lyon est désormais sous la menace du PSG (2e), qui se déplace à Monaco dimanche soir et prendra la première place en cas de victoire.

Les carences morales n'ont pas échappé à l'entraîneur Hubert Fournier, qui a pointé du doigt "le comportement de ses joueurs". Cette défaite lors de la 27e journée de L1 est la première de l'OL depuis le 30 novembre à Saint-Etienne (3-0) et la seconde sur les 23 dernières rencontres.

"C'est un sérieux coup d'arrêt moral. Lille a procédé à un changement tactique mais c'est notre léthargie en seconde période qui a été le facteur de cette défaite", insiste l'entraîneur de l'OL, dont l'équipe a mené dès la 3e minute avant de s'effondrer et de concéder deux buts en quatre minutes (56, 60).

"Ce qui m'a déplu, ce sont les attitudes que l'on a pu avoir", peste-t-il. "Nous avons fait preuve d'impatience, nous étions toujours en train de contester. C'est un visage que nous ne devons pas montrer", souligne-t-il encore en évoquant "un retour sur terre, même si nous n'étions pas montés bien haut".

Fournier a en effet souvent rappelé que la première place de ses hommes restait fragile par rapport, notamment, aux moyens sportifs et financiers du PSG.

"Chaque fois qu'on a l'occasion de faire un petit break avec les poursuivants, nous la manquons", constate aussi le technicien, qui confesse "une colère légitime". Ainsi, Lyon a raté l'opportunité de reléguer l'OM, 3e, battu vendredi par Caen (3-2), à sept points.

Un problème sans doute lié à l'inexpérience de l'équipe face à la pression des événements majeurs, comme le derby perdu contre Saint-Etienne.

Gourcuff remplaçant
La défaite de samedi s'inscrit dans une période difficile pour l'OL, dont la qualité de jeu a baissé depuis la trêve hivernale et qui n'a gagné qu'un seul de ses cinq derniers matches de championnat, contre Nantes (1-0).

Durant cette série, il a néanmoins affronté Paris Saint-Germain et Monaco, ainsi que Lorient sur son terrain synthétique avec un bilan de trois résultats nuls sans Alexandre Lacazette, le meilleur buteur de la Ligue 1 (21 buts).

Celui-ci, rétabli d'une lésion derrière la cuisse droite, a fait sa rentrée face aux Nantais après trois semaines d'absence mais il n'est pas encore revenu à son meilleur niveau, et n'a pas retrouvé le chemin des filets. Cela nuit au rendement de l'équipe lyonnaise, qui déplore aussi l'absence pour le reste de la saison du défenseur central international serbe, Milan Bisevac, gravement blessé à un genou.

Son expérience peut faire défaut dans ce secteur de jeu alors que la valeur du banc de touche ne permet pas de multiplier les changements. Ce qui est forcément un handicap dans la lutte pour le titre.

Face à Lille, la titularisation de Rachid Ghezzal comme meneur de jeu, à la place de Yoann Gourcuff, est sujette à caution, quand bien même le Breton n'aurait semble-t-il pas été suffisamment impliqué aux entraînements de la semaine.

L'avis est unanime : sa présence sur le terrain bonifie très souvent le jeu offensif de l'OL. Le constat avait été identique à Lorient où il avait, là aussi, débuté comme remplaçant avant de contribuer à l'égalisation des Lyonnais (1-1).

Fifa.com (01/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 1 Mar - 20:43

Guingamp cède devant un Nantes volontaire



Nantes a arraché une victoire courte (1-0) mais qui lui donne de l'air au classement, dimanche pour la 27e journée de Ligue 1, face à des Guingampais émoussés par leurs aventures européennes en Ukraine, jeudi.

Grâce à ce succès, Nantes repasse dans la première moitié du classement (8e) et devant Guingamp (11e).

Après l'élimination jeudi en Europa League à Kiev (2-1, 1-3), au terme d'un match tendu, tout le monde attendait de voir comment les Guingampais avaient digéré leur déception.

Peu enclin à faire tourner d'habitude, Jocelyn Gourvennec avait décidé cette fois de se priver de Claudio Beauvue absent de la feuille de match, tout comme Sylvain Marveaux, déjà hors du groupe à Kiev, alors que Lionel Mathis débutait le match sur le banc. Gourvennec avait même opté pour un système à une seule pointe, Christophe Mandanne évoluant seul dans l'axe, avec Jérémy Pied en soutien, alors que Thibault Giresse et le jeune Marcus Coco (19 ans) occupaient les flancs.

Dès les premières minutes, il était clair que Guingamp comptait laisser l'initiative à une équipe de Nantes à l'attaque moribonde, avec un but en sept matches, soit la pire série de l'histoire du club, à égalité avec la saison dernière et celle de 1990/91.

Match très pauvre
Une stratégie qui a débouché sur un match très pauvre offensivement, et qui aurait pu être payante pour les rouge et noir, tant les locaux ont été incapables d'approcher de la surface adverse dans de bonnes conditions. "Il était impératif de remporter la victoire dans n'importe quelles conditions. On s'en fichait de bien jouer, pas bien jouer, il fallait remporter les trois points. C'est ce qu'on a fait", a sobrement commenté l'entraîneur nantais Michel Der Zakarian.

La première période a d'ailleurs été très hachée par de miltiples mauvais gestes, l'arbitre distribuant pas moins de 6 cartons jaunes lors des 45 premières minutes. Côté actions, on notait seulement un ballon volé par Mandanne à Papy Djilobodji (7e), mais mis dans le petit filet de Rémy Riou, et une frappe écrasée mais cadrée de Serge Gakpé de 25 mètres, facilement captée par Jonas Lössl (18e).

En deuxième période, Nantes a montré un visage légèrement meilleur, mais ce sont surtout les Guingampais qui ont logiquement semblé émoussés. L'entrée de Yacine Bammou à la 55e minute, à la place d'un Ismaël Bangoura transparent, a aussi dynamisé l'attaque des Canaris. Dès la 62e, sur une belle remise en retrait d'Adama Niane, sa frappe décroisée inquiétait Lössl.

Cinq minutes plus tard, sur pratiquement la même action, Bammou décidait cette fois de croiser sa frapper et Lössl était trop court (1-0, 68e). A un quart d'heure de la fin, après un cafouillage dans la surface guingampaise, Bammou avait la balle du doublé au bout du pied, mais il était contré in extremis.

En toute fin de match, Guingamp poussait de façon désordonnée et il fallait un Riou très vigilant pour venir repousser une tentative de Thibault Giresse dans les arrêts de jeu. "On perd le match sur pas grand chose, c'est une déception parce qu'on méritait mieux. Je crois que les joueurs peuvent être fiers de ce qu'ils ont fait aujourd'hui", a jugé Gourvennec après le match.

Guingamp, qui semble marquer le pas dans le jeu depuis quelques matches devra se ressaisir d'ici jeudi prochain, pour le quart de finale de la Coupe de France contre Concarneau (CFA).

Fifa.com (01/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 1 Mar - 20:50

Montpellier renverse Nice



Montpellier a entamé sa série de trois matches consécutifs à domicile par une victoire (2-1) sur l'OGC Nice, qui avait pourtant ouvert le score, dimanche lors de la 27e journée de Ligue 1.

L'équipe de Rolland Courbis, irrésistible depuis début décembre à l'exception d'une défaite contre Lille (1-2), s'est emparé de la 6e place et ne compte qu'un point de retard sur Saint-Etienne, 4e en attendant le sommet dimanche soir (21h00) entre Monaco et Paris.

Montpellier a confirmé à la fois son probant succès à Guingamp (2-0) et effacé l'accroc face à Lille en affichant sa force de frappe. Menés à la suite d'un penalty transformé par Bauthéac (36), les Héraultais ont renversé le cours de la rencontre grâce à deux buts, du milieu de terrain Bryan Dabo (44) et de l'attaquant international paraguayen Lucas Barrios (66)

Nice, battu chez lui la semaine passée par Monaco (1-0), connaît un véritable coup d'arrêt. Avec seulement trois points pris lors des cinq dernières journées, l'OGCN chute de la première partie du tableau pour retomber à la 13e place. Les Niçois s'étaient pourtant créé les deux premières occasions par une frappe de Carlos Eduardo (7) et une tête de Alassane Pléa, et avait même réussi à ouvrir la marque sur un penalty du milieu de terrain Eric Bauthéac, provoqué par une faute évitable de Mathieu Deplagne sur Hult (36).

Gêné par l'agressivité des Niçois durant la première demi-heure, Montpellier réagissait en fin de première période. Après avoir échoué par Mounier (40) et Barrios (42), le MHSC égalisait sur une frappe puissante de Dabo (44), qui reprenait un centre de Mounier pour inscrire son second but de la saison.

L'équipe de Courbis élevait son niveau de jeu et le rythme après la pause pour prendre en main la rencontre. Après avoir gâché une occasion par Mounier (53), qui perdait son duel face à Hassen, elle prenait l'avantage par l'intermédiaire de Barrios qui inscrivait son septième but de la saison en exploitant un ballon renvoyé par l'excellent gardien azuréen (66).

Et à défaut de convertir plusieurs ballons de break, notamment par Souleymane Camara (73, 83, 86), Montpellier finissait d'assurer sa 12e victoire de la saison.

Fifa.com (01/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 15:24

Paris laisse passer une occasion



Le Paris SG, trop maladroit, n'est pas parvenu à l'emporter à Monaco (0-0) dimanche soir au Stade Louis-II en clôture de la 27e journée de Ligue 1, et demeure dauphin de Lyon, à un point du leader.

Certes, le club de la capitale se rapproche de Lyon et Monaco, pour sa part, quatre jours après son exploit à Londres contre Arsenal (3-1) en Ligue des champions, retrouve sa quatrième place à six points du podium avec un match de moins que Marseille.

Mais, à la vue des résultats de leurs adversaires ce week-end, aucune des deux formations ne réalise une bonne opération au terme du sommet de cette journée. Le plus grand perdant, Paris, où le trio offensif Pastore-Cavani-Lavezzi fut trop maladroit, peut s'en vouloir, tant il a eu des possibilités.

Le gros pressing monégasque, dès l'engagement parisien annonçait pourtant le début des hostilités. Les hommes de Jardim n'avaient aucune intention de laisser Paris maîtriser le tempo du jeu. Avec Toulalan placé en défense centrale et Moutinho en soutien de Martial, l'équipe azuréenne avait d'ailleurs pour vocation de jouer dans le camp adverse.

Il fallait de longues minutes aux Parisiens pour parvenir à échanger quelques passes, d'autant plus que David Luiz, placé au milieu, avait, de prime abord, tendance à abuser du jeu long ou à garder trop le ballon (5 et 7). Les hommes de Laurent Blanc parvenaient cependant à se créer la première opportunité de la rencontre. Pastore ouvrait pour Lavezzi, dont la remise pour Cavani après un bon contrôle de la poitrine, était magnifique. A la sortie de son dribble, l'Uruguayen butait sur un excellent Subasic (16).

Dès lors, Paris reprenait la possession de la balle. Sur une passe longue de Maxwell, Matuidi servait Lavezzi en position idéale. Mais ce dernier ratait sa reprise (25). Quelques instants plus tard, en contre, l'Argentin croisait, cette fois-ci, trop sa tentative du gauche (29). Paris dominait, se créait des possibilités sans parvenir à faire la différence. Et ce n'est pas le première frappe cadrée de Monaco, celle, "topée", de Moutinho (35) aisément captée par Sirigu, qui allait estomper cette impression de domination parisienne. Mais jusqu'à la pause, malgré une dernière frappe non cadrée de Cavani (45), la formation de la Principauté, fidèle à ses habitudes, ne rompait pas.

Quatre nuls en quatre matches
Dès la reprise, le PSG poursuivait sa domination. Au terme d'un une-deux avec Lavezzi, Pastore tombait sur Subasic, toujours vigilant (52). Dans la foulée, une reprise de l'extérieur du gauche de Matuidi n'était pas cadrée (55).

Monaco souffrait. Touré cédait sa place à Dirar (60). Fabinho, jusqu'alors milieu défensif, repassait latéral droit dans un 4-4-1-1, avec Dirar et Ferreira Carrasco en milieux excentrés. Cela n'empêchait pas Verratti de servir Pastore, dont le ballon piqué passait encore à côté (62).

Blanc décidait de lancer du sang neuf en incorporant Rabiot et Bahebeck (74) afin d'accélérer la fin de rencontre. Si Pastore butait encore sur Subasic (80), si un centre de Maxwell était détourné de façon suspecte en corner par Wallace (86), Paris ne déstabilisait pas la défense monégasque.

Et, pour la quatrième fois depuis le retour de Monaco en L1, les deux équipes se quittaient dos à dos, avant de se retrouver mercredi, au Parc des Princes, en quart de finale de la Coupe de France. Il y aura alors forcément un vainqueur.

Fifa.com (01/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 15:25

Coup d'arrêt pour les gros bras



Lyon a préservé sa première place après le nul concédé dimanche par le Paris SG à Monaco (0-0) mais ne compte plus qu'un point d'avance sur le double champion de France à l'issue de la 27e journée du Championnat de France.

Paris rate le coche
Le PSG avait l'occasion de s'emparer pour la première fois de la tête du classement et de prendre ainsi un ascendant psychologique sur ses rivaux. Pari a manqué cette occasion, malgré une nette domination à Monaco.

Edinson Cavani, aligné à la pointe de l'attaque en raison de la suspension de Zlatan Ibrahimovic, et Ezequiel Lavezzi, son ex-compères au Napoli, ont bien tenté de combiner, Javier Pastore a eu plusieurs grosses opportunités mais l'efficacité a fait défaut.

Le grand spectacle attendu entre les deux représentants français en Ligue des champions n'a pas été au rendez-vous mais le résultat a de quoi satisfaire l'ASM. Quatre jours après son exploit à l'Emirates d'Arsenal (3-1) en C1, le club de la Principauté, 4e avec un match en moins, continue d'avoir le podium en vue.

Paris peut de son côté s'en vouloir mais la dynamique est clairement en sa faveur dans son duel à distance avec Lyon. Hasard du calendrier, Parisiens et Monégasques vont se retrouver mercredi au Parc des Princes en quart de finale de la Coupe de France.

Lyon, une fin de série qui tombe mal
Après 11 rencontres sans défaite, Lyon a fini par trébucher à Lille (2-1) et a fragilisé sa position de leader. Il fallait remonter au 30 novembre pour trouver trace d'un revers lyonnais mais celui-ci a parfaitement traduit les difficultés actuelles de l'équipe.

Les derniers matches l'avaient déjà suggéré: la jeunesse lyonnaise est encore un peu tendre pour asseoir une réelle domination sur le championnat. A quoi s'ajoute les malheurs du meilleur buteur de L1 Alexandre Lacazette (21), toujours muet depuis son retour la semaine dernière après une blessure à l'adducteur.

Hubert fournier a lui fustigé l'état d'esprit de ses troupes. "C'est un sacré coup d'arrêt moral. Certaines attitudes m'ont déplu. On a fait preuve d'impatience. Nous étions toujours en train de contester", a déclaré l'entraîneur de Lyon.

Au moment d'enchaîner par deux autres déplacements compliqués, à Montpellier puis à Marseille, l'OL est déjà dans le dur.

L'OM au bord de la crise
Le dénouement de vendredi et la victoire 3-2 au Vélodrome de Caen, pourtant mené 2-0, risquent de trotter pendant longtemps dans les têtes marseillaises. Les matches se suivent et se ressemblent pour l'OM, incapable de tenir un résultat et qui n'a récolté que 9 points sur ses 8 derniers matches.

L'OM est encore dans le coup sur le plan comptable (3e avec 4 longueurs de retard sur Lyon) mais quelque chose s'est brisée au sein de la mécanique mise en place par Marcelo Bielsa. Celle-ci a fait illusion durant la première partie du championnat mais le message de l'entraîneur argentin ne passe visiblement plus et lui-même ménage le suspense quant à son avenir à Marseille.

Au bord de la crise et déjà éliminé de toutes les coupes, l'OM doit désormais jeter un oeil sur son rétroviseur, Monaco et Saint-Etienne (5e), tenu en échec à Toulouse (1-1), n'étant pas très loin.

En bas, les jeux sont faits ?
La situation devient désespérée pour Metz (20e) et Lens (19e), distancés de 7 longueurs par le premier non relégable (Evian/Thonon). La lanterne rouge a perdu le match qu'il ne fallait pas perdre contre un concurrent direct, Evian/Thonon (2-1), et les Sang et Or, déjà empêtrés dans de sérieux problèmes financiers, n'ont rien pu faire face à Rennes (0-1).

Les supporteurs, qui avaient provoqué des incidents la semaine dernière à Caen, se sont bien tenus mais c'est la résignation qui commence maintenant à gagner le peuple lensois.

Il faudra en revanche attendre un peu avant de connaître l'identité du 3e relégué, quatre points séparant Bastia (14e) de Toulouse (18e).

Fifa.com (01/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 15:40

Coupe de France
Viviani retrouve les Verts avec Boulogne




Boulogne-sur-Mer (National), qui accueille Saint-Etienne (L1) mardi en quarts de finale de la Coupe de France, compte sur l'expérience de son gardien de but Jody Viviani, qui a passé quatre saisons dans la cage des Verts, pour réaliser l'exploit.

A 33 ans, Viviani est le joueur le plus expérimenté de Boulogne-sur-Mer. Formé à Montpellier (2002-2005), puis passé par Saint-Etienne (2005-2009) et Grenoble (2009-2011), le portier est de retour en France après deux saisons en Grèce (Skoda Xanthi, D1) et une en Belgique, au Bruxelles White Star (D2). "Boulogne, c'est un challenge pour moi et s'il y a quelque chose au bout, ce sera encore mieux", explique le natif de La Ciotat, venu "apporter son expérience" à un groupe boulonnais largement inexpérimenté au plus haut niveau.

Après une série de 14 matches sans défaite, qui a pris fin vendredi avec la victoire de Strasbourg au stade de la Libération (2-1), Boulogne fait partie des outsiders pour la montée en Ligue 2. Un objectif pour le club de la Côte d'Opale, qui a connu le monde professionnel entre 2007 et 2011, épisode ponctué par un passage éphémère en Ligue 1, durant la saison 2009-2010. "La Coupe peut nous faire grandir et nous servir pour le championnat, qui reste notre objectif prioritaire", explique Viviani, qui retrouvera mardi un club qu'il connaît bien.

Retour dans la lumière
Viviani a gardé à 32 reprises les buts de Saint-Etienne dans l'élite, où il était la doublure de Jérémie Janot. "C'est sympa de retrouver Saint-Etienne, je connais encore pas mal de monde là-bas, notamment Loïc Perrin et Moustapha Bayal Sall avec qui j'ai joué". Le portier boulonnais sait que "Saint-Etienne aura peut-être plus d'occasions de marquer que nous" mais veut croire aux qualités techniques et de maîtrise du ballon de son équipe, éprouvées en championnat cette saison.

Après la défaite face à Strasbourg, qui laisse Boulogne à trois points du podium en National, l'entraîneur nordiste Stéphane Le Mignan (finaliste malheureux de la Coupe de la Ligue en 2009 avec Vannes) admettait que "la Coupe de France peut être quelque chose de perturbant" pour son effectif, qui doit ainsi disputer trois matches en une semaine.

Mais Boulogne, tombeur de Quevilly (CFA) au tour précédent (2-0), ne boude pas ce retour dans la lumière et compte poursuivre sa route pour atteindre la deuxième demi-finale de son histoire, après celle de 1937. "Il ne faudra pas trop regarder Saint-Etienne jouer, et faire les efforts tous ensemble pour se mettre rapidement à la hauteur de notre adversaire", prévient Viviani, qui met en perspective : "Après tout, on n'est qu'à deux matches du Stade de France". Ce n'est pas la première fois cette saison que Viviani affronte un de ses anciens clubs en Coupe de France : en seizièmes de finale, Boulogne avait battu Grenoble 1-0. Il espère la même issue face à Saint-Etienne.

Fifa.com (02/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:06


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 16 Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum