Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Page 13 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 7 Mai - 13:20

Lyon - Fournier n'imagine pas de départ de Fekir ou Lacazette



L'entraîneur de Lyon, Hubert Fournier, a affirmé jeudi ne pas "imaginer de départ" de Nabil Fekir ou Alexandre Lacazette en fin de saison malgré l'intérêt supposé de Paris Saint-Germain pour les recruter, évoquant "une déstabilisation".

"Je n'imagine pas de départ. Le président (Jean-Michel Aulas) a été assez ferme là-dessus. Nous n'allons pas y revenir maintenant", a commenté Fournier en conférence de presse.

"C'est simplement une vraie déstabilisation. C'est de bonne guerre. Espérons que cela n'ait pas un impact négatif sur les joueurs", a-t-il ajouté.

"Nous allons en parler avec eux. Ce sont des grands garçons. Cela fait aussi partie des choses qui alimentent une fin de saison quand on joue le titre. Il faut l'assumer. Cela fait partie des contraintes que l'on est amené à subir", a-t-il souligné.

Sur Fekir (12 buts, 9 passes), novice et déjà au plus haut niveau, qui pourrait être plus exposé que Lacazette, meilleur buteur de la Ligue 1 (27 buts), Fournier a estimé "que cela faisait partie de son apprentissage".

"C'est un apprentissage accéléré depuis un an au cours duquel il a vécu pas mal de choses, entre le choix qu'il a eu à prendre pour la sélection (entre l'Algérie et la France), ses performances en club, sa présence en équipe de France. Cela fait beaucoup. On peut penser que cela n'a pas toujours été simple", a-t-il expliqué.

"Jusqu'à maintenant, nous l'avons assez bien géré, lui, le club et son entourage. Il reste trois matches. A lui de continuer à briller avec le club, c'est le meilleur pour qu'il poursuive sa progression", a-t-il conclu.

Fifa.com (07/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 7 Mai - 13:27

Guingamp - Mathis, l'âme rouge et noir



Capitaine de Guingamp depuis cinq ans, Lionel Mathis incarne parfaitement le club breton avec lequel il a tout connu et dont les valeurs de travail et d'abnégation collent à la peau de ce joueur également technique. Son arrivée à Guingamp, en 2009, ressemblait fort à une erreur d'aiguillage ou à une voie sans issue pour cet ancien espoir du football français. Formé à Auxerre, au sein de la génération des Djibril Cissé, Jean-Alain Boumsong, Philippe Mexès, et élu meilleur espoir de Ligue 1 en 2003, le milieu offensif goûte à la Ligue des champions en Bourgogne et semble promis à des clubs plus huppés.

En fin de contrat au terme d'une saison 2006/2007 pourrie par les blessures, il signe à Sochaux, qui vient de gagner la Coupe de France et affiche quelques ambitions. Mais là encore, toujours handicapé par des pépins physiques, il n'arrive pas à s'imposer et est d'abord prêté dans les Côtes d'Armor, en Ligue 2 pour la fin de saison 2008/2009, avant d'y signer définitivement à l'été.

Le garçon ne nourrit ni remords quant à son parcours, ni nostalgie vis-à-vis de son âge d'or auxerrois. "Même dans mes années auxerroises, je ne me suis pas senti aussi épanoui qu'ici. Sans polémiquer, tout ne me plaisait pas dans le coaching de Guy Roux. Notamment dans le traitement de l'humain", avait-il confié il y a quelques semaines au Parisien. Quant à son passage raté dans le Doubs, il plaide coupable : "à Sochaux, j'aurais dû plus me battre. Mais je me suis laissé un peu couler et j'ai mérité de me planter".

Toujours embêtant, jamais méchant
Sa première année à Guingamp n'est pas non plus reluisante, puisque le club descend en National. Mathis et Guingamp semblent alors au fond du trou, mais c'est ensemble qu'ils renaîtront, notamment grâce à l'arrivée de Jocelyn Gourvennec sur le banc. Le technicien ne tarit pas d'éloges au sujet de son principal relais sur le terrain : "il a beaucoup de réflexion au coeur du jeu, très peu de déchets, du métier. Il est unanimement reconnu. Lionel est exemplaire à tous les niveaux."

Gourvennec lui a d'ailleurs confié dès son arrivée le brassard de capitaine qu'il porte depuis cinq ans, un bail presque aussi long que les emblématiques Coco Michel (8 ans) ou Jacky Vidot (6 ans). Avec Guingamp, Mathis a enrichi son palmarès de deux nouvelles Coupes de France - il l'avait remportée en 2003 et 2005 avec Auxerre - et il a retrouvé la scène européenne avec le parcours très réussi des Costarmoricains en Europa League, achevé à Kiev en 16e de finale.

Repositionné milieu défensif, Mathis comble les brèches. Et grâce à sa technique encore très sûre, même si sa vitesse s'est émoussée, il assure la première relance vers les flèches de devant : Jérémy Pied, Claudio Beauvue, Christophe Mandanne... S'il a parfois la réputation d'être un joueur dur sur l'homme, il sait surtout faire ces fautes "utiles" qui ralentissent l'adversaire.

"Toujours embêtant, jamais méchant" pourrait être sa devise, puisqu'il ne totalise "que" 39 fautes et cinq cartons jaunes en 28 matches de Ligue 1 cette saison, au sein d'une équipe condamnée à défendre dans la plupart de ses rencontres. A 34 ans, alors qu'il lui reste un an de contrat, Mathis savoure cette plénitude retrouvée dans un club enfin à sa mesure : modeste mais ambitieux, travailleur mais pas dénué de talent.

Fifa.com (07/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 7 Mai - 17:26

Nerfs solides exigés



Il ne reste plus que trois matches en Ligue 1 et c'est le mental qui va arbitrer les duels, à distance pour le titre entre le Paris SG et Lyon, ou directs pour les places européennes, avec Monaco-Marseille, et le maintien avec Evian-Reims.

Le PSG ouvre le bal vendredi soir en accueillant Guingamp. L'enjeu pour les Parisiens est de garder leurs trois points d'avance sur Lyon, qui se rendra à Caen samedi.

Et il y aura les matches de la peur. Comme celui de Marseille, qui reçoit Monaco avec l'espoir de repousser le cauchemar d'une saison sans Ligue des champions. Et surtout comme celui d'Evian, 18e, contre Reims, 17e, essentiel pour la survie dans l'élite.

Programme

Vendredi 8 mai
Paris SG - Guingamp

Samedi 9 mai
Caen - Lyon
Bordeaux - Nantes
Evian-Thonon - Reims
Metz - Lorient
Rennes - Bastia
Toulouse - Lille

Dimanche 10 mai
Lens - Montpellier
Saint-Etienne - Nice
Marseille - Monaco

Fifa.com (06/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 12:23

Jallet, la modeste ambition d'un Lyon



On a beaucoup loué cette saison la jeunesse éclatante de l'Olympique lyonnais, incarnée par Alexandre Lacazette, Nabil Fekir ou Clinton Njie. Pourtant, si l'OL est en passe de réussir sa meilleure saison depuis la fin de son règne dans les années 2000, il le doit également à Christophe Jallet et ses 31 ans.

"J'ai moins de fraîcheur qu'à 20 ans, mais j'ai plus d'experience", sourit le défenseur au micro de FIFA.com. "J'ai vécu plus de choses et j'ai un statut qui a évolué au fur et à mesure des années". Son parcours au plus haut niveau que l'on peut résumer en trois étapes - éclosion à Lorient de 2006 à 2009, puis explosion au PSG pendant cinq ans, et enfin épanouissement avec Lyon cette saison, où "le meilleur latéral droit de France" - comme le qualifiait Carlo Ancelotti quand il entraînait Paris - a confirmé cette progression régulière.

Ses coéquipiers et le public rhodanien sont conquis par ce guerrier au crane rasé. "C'est un vrai sentiment de fierté", admet l'intéressé. "Je ne doutais pas de ma capacité d'adaptation, mais on ne sait jamais, étant donné que ça faisait cinq ans que j'étais à Paris. J'ai découvert un club et des supporters qui m'ont très bien accueilli, et j'essaie de le leur rendre au mieux sur le terrain. Même si je ne réussis pas toujours tout ce que je fais, une des mes qualités premières, c'est la combativité. Généralement, quand on ne lâche rien, les gens aiment ça. Ça fait partie des qualités qui font que les supporters lyonnais m'apprécient".

De Paris à Lyon
Mais ne comptez pas sur le bonhomme pour pousser trop loin dans l'autosatisfaction, même s'il a grandement contribué par sa justesse et sa hargne à faire de l'OL un candidat à la Ligue des champions de l'UEFA, voire au titre si Paris venait à laisser filer ses trois points d'avance en tête. "Je serai satisfait quand nous aurons atteint nos objectifs collectifs", tempère-t-il. "Généralement, la performance individuelle se fait au détriment du collectif. Je le vois de cet oeil là, parce que c'est ce qu'il y a de plus important dans notre sport. Mais, oui, je suis très satisfait sur le plan personnel. Je prends beaucoup de plaisir. Je ne m'attendais pas à vivre une saison comme celle-ci".

Il est vrai qu'en quittant le PSG l'été dernier avec deux titres de champion en poche, Jallet avait peu de certitudes, sauf peut-être celle d'avoir davantage de temps de jeu. Le recrutement parisien avait ajouté Serge Aurier à la liste de ses concurrents sur le flanc droit, en plus de Gregory van der Wiel. Un jeu de chaises musicales à trois dans lequel il aurait malgré tout eu sa chance. "Peut-être que si j'avais été encore là cette saison, j'aurais eu ma carte à jouer. Mais avec des si, on mettrait Paris en bouteille", sourit le natif de Cognac.

Pas de regret donc, notamment parce que le jeu proposé par Lyon n'a pas grand-chose à envier à celui du club de la capitale, avec même une meilleure différence de buts qui pourrait s'avérer précieuse en fin de course. Jouer ainsi des coudes dans la dernière ligne droite avec le tout puissant PSG est d'autant plus remarquable que le septuple champion de France l'a fait avec les moyens du bord, en misant sur la jeunesse de son centre de formation, avec comme seule recrue phare à l'intersaison… Christophe Jallet !

S'il reconnait que son experience a pesé dans la balance, en bon coéquipier, il ne s'en arroge pas le monopole : "Tout le monde me dit que je suis le plus âgé, le plus expérimenté, mais ces jeunes-là ont commencé à jouer au très haut niveau très tôt. C'est un échange, et chacun a à prendre des plus jeunes et des plus vieux".

Horizon bleu
Le discours est le même avec l'équipe de France, elle aussi rajeunie, dont il fait partie désormais des éléments les plus expérimentés même s'il n'a que huit sélections au compteur. Il les doit toutes à Didier Deschamps, qui l'avait intronisé dès sa prise de fonction en 2012 et l'a rappelé cette saison après s'être passé de ses services au Brésil. "Quand il y a une Coupe du Monde et qu'on a fait partie du groupe France pendant deux ans, c'est sûr qu'on a le droit d'y penser", admet Jallet. "La saison passée, j'ai été opéré en janvier, j'avais beaucoup moins de temps de jeu avec Paris. Je n'avais pas de légitimité pour revendiquer quoi que ce soit. Le sélectionneur a fait son choix et je n'ai pas considéré qu'il avait fait des erreurs au moment de la Coupe du Monde. Je n'ai pas à être déçu. Ceux qui sont partis à ma place le méritaient largement, ils ont fait du super boulot pour arriver en quart de finale".

"Je ne le vis pas comme une déception, et ça donne encore plus envie de participer à l'Euro 2016", conclut Jallet avec ce dosage de modestie et d'ambition qui lui a si bien réussi jusqu'ici, et il n'y a pas de raison que ça s'arrête...

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 21:39

Lyon veut maintenir le suspense



Lyon se rend samedi à Caen avec la ferme intention de maintenir le suspense en tête de la L1 et de rester aux basques du PSG à trois journées de la fin, alors que le choc Evian/Thonon-Reims s'annonce crucial pour le maintien.

. Lyon, le terrain après les polémiques

Place au terrain pour l'OL après la grosse polémique causée par son président Jean-Michel Aulas, qui conteste la réduction de quatre à trois matches de la suspension de la superstar du PSG Zlatan Ibrahimovic pour ses insultes.  Lyon claironne qu'il sera en mesure de jouer sa chance à fond pour le titre jusqu'à la dernière journée. Cela passe nécessairement par un succès à Caen.

Attention au piège: les Normands ne se sont plus imposés depuis quatre rencontres et ont un besoin urgent de points pour assurer leur maintien. L'attaque lyonnaise devra également se passer de son homme en forme, Clinton Njie, touché à la cuisse droite.

Mais Alexandre Lacazette, qui domine le classement des buteurs avec 27 réalisations, aura sans doute à coeur de se rapprocher de la barre symbolique des 30 buts. Et il y a toujours le néo-international Nabil Fekir pour mettre le feu dans la défense caennaise. Reste à savoir si l'article de L'Equipe évoquant mercredi un intérêt du PSG pour les deux joueurs les perturbera. L'entraîneur lyonnais Hubert Fournier a dénoncé jeudi "une vraie déstabilisation".

. OM - Monaco, choc pour la 3e place
Marseille (4e) joue peut-être sa dernière carte contre Monaco (3e) pour le gain de la 3e place, qualificative pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des champions. Les Phocéens comptent cinq points de retard sur les hommes du Rocher, autant dire que tout autre résultat qu'une victoire hypothèquerait (nul) ou même tuerait (défaite) les espoirs marseillais de finir sur un podium qu'ils ont occupé durant les deux tiers de la saison.

Finir un championnat où il a longtemps brillé sans être récompensé par un accessit pour la C1 serait un échec cuisant pour l'OM et son entraîneur Marcelo Bielsa, sans parler du manque à gagner financier. Mais Marseille, après un mois d'avril catastrophique (4 revers en autant de matches), s'est finalement ressaisi la semaine passée à Metz (2-0) et veut faire douter l'ASM.

Pour renforcer la pression sur Monaco, l'OM peut compter sur le retour au premier plan d'André-Pierre Gignac, qui a enfin atteint et dépassé la barre des cent buts en Ligue 1 (101) face aux Messins. Il devra en revanche faire sans Lucas Ocampos, qui ne jouera pas contre son club prêteur, conformément à l'accord passé entre le vice-président de l'ASM Vadim Vasilyev et le patron de l'OM Vincent Labrune.

Côté monégasque, la sérénité est au beau fixe après la victoire cotre Toulouse (4-1) et Leonardo Jardim, non retenu à l'instar de Bielsa dans la liste des quatre meilleurs entraîneurs de L1 pour les trophées UNFP, sait qu'il a aussi un homme en forme, Bernardo Silva, auteur de cinq buts lors des quatre derniers matches.

. Metz au bord du gouffre, match de la peur à Annecy
Lens, officiellement relégué en L2 la semaine dernière, pourrait être accompagné ce week-end par le FC Metz, qui accueille Lorient (15e). Pour repousser cette échéance qui semble inéluctable, les Lorrains n'ont plus leur destin en mains et doivent l'emporter tout en comptant sur un nul dans le match de la peur entre Evian/Thonon (18e) et Reims (17e), deux équipes en concurrence pour éviter le 3e ticket pour la L2.

Le programme

Vendredi
Paris SG - Guingamp

Samedi
Caen - Lyon
Bordeaux - Nantes
Evian-Thonon - Reims
Metz - Lorient
Rennes - Bastia
Toulouse - Lille

Dimanche
Lens - Montpellier
Saint-Etienne - Nice
Marseille - Monaco

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 21:40

Bordeaux - Sans Sané mais avec Sertic



Le défenseur et capitaine de Bordeaux Lamine Sané, touché aux adducteurs, a déclaré forfait pour la réception de Nantes samedi, pour le dernier match de l'histoire du club au stade Chaban-Delmas, à l'occasion de la 36e journée de L1 .

Sané, annoncé incertain jeudi par son entraîneur Willy Sagnol, avait déjà manqué le déplacement à Lorient la semaine dernière.

L'attaquant Thomas Touré, touché au péroné contre Lens, a repris l'entraînement cette semaine mais est encore indisponible.

En revanche, le milieu Grégory Sertic, qui avait quitté l'entraînement mercredi en se plaignant du genou gauche, fait bien partie des 19 joueurs retenus pour le derby de l'Atlantique.

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 21:41

Bordeaux - De Lescure à Chaban, la fin d'une époque



Les années Bez et Giresse, l'exploit contre le grand Milan, les célébrations du sacre de 1999 : le stade Chaban-Delmas, ex-Parc Lescure, fait ses adieux samedi aux Girondins de Bordeaux après avoir vibré huit décennies durant à leurs exploits.

L'avenir de Chaban restera sportif avec l'installation à la rentrée et à temps complet des rugbymen de l'Union Bordeaux-Bègles mais les footballeurs se produiront à compter du 23 mai dans le Grand Stade (42.115 places), construit dans le quartier du Lac en prévision de l'Euro-2016.

Stade Vélodrome, Parc Lescure, stade Chaban-Delmas depuis 2001... S'il est un nom de joueur résumant ce stade citadin construit pour la Coupe du monde 1938 sans pilier pour soutenir la toiture, une prouesse pour l'époque, c'est bien celui d'Alain Giresse.

En seize années passées sous les couleurs marine et blanche (592 matches en tout de 1970 à 1986), le lutin (1,63 m) bordelais originaire du proche village de Langoiran y a inscrit la bagatelle de 118 buts.

La légende de Milan
Durant cette période, "Gigi" a croisé dans ce stade tous les plus grands du ballon rond de son temps, à l'exception de Johan Cruyff. Pelé s'y est produit en tournée avec Santos (1973), Diego Maradona lors d'un tournoi amical de pré-saison avec Barcelone (1983) -l'Argentin y est revenu avec Naples en 1989-, Franz Beckenbauer en Coupe de l'UEFA avec Hambourg (1981), et bien sûr Michel Platini, que ce soit avec Nancy, Saint-Étienne ou la Juventus Turin en avril 1985 pour une demi-finale retour de C1 aussi belle que cruelle.

Battus 3-0 à l'aller en Italie, les hommes d'Aimé Jacquet, qui règnent alors sur la France du football, livrent une partie homérique dans un stade comble (40.211 spectateurs selon la presse locale), remontent deux buts grâce à Dieter Müller et Patrick Battiston d'une frappe de plus de 30 mètres, mais échouent d'un rien pour la qualification. Ce sont les Bianconeri qui iront défier Liverpool au Heysel, à Bruxelles, lors d'une finale de sinistre mémoire.

Les Bordelais prendront une revanche éclatante sur le football italien onze ans plus tard, le 17 mars 1996 en quarts de finale de la Coupe de l'UEFA face à l'AC Milan de Franco Baresi, Paolo Maldini et George Weah, vainqueur 2-0 à l'aller. Portés par Zinédine Zidane et Christophe Dugarry, ils renversent les Lombards au retour (3-0), comme dans un rêve, au terme d'une soirée inoubliable, légendaire, dans un stade en fusion.

Rempli jusqu'à la gueule

Trois ans plus tard, la magie reprend au terme d'un mano a mano endiablé avec Marseille. Avec deux points d'orgue : le match retour le 29 janvier 1999 face à l'OM, plié en une demi-heure avec quatre buts d'école (4-1 au final), trois jours après la disparition de Claude Bez, mythique président de 1979 à 1990 ; puis la nuit suivant le sacre du 29 mai après une victoire au Parc des Princes (3-2) grâce à un but du jeune Pascal Feindouno inscrit à la 89e minute.

Ouvert à minuit, le Parc Lescure se remplit jusqu'à la gueule dans une ambiance bon enfant, mêlant chants partisans et bandas, pour accueillir leurs héros peinturlurés sur le coup de quatre heures du matin pour une nuit de folie.

Dans l'esprit des plus anciens, deux autres matches resteront à jamais inscrits dans la légende de Lescure : la réception du grand Lille, le 12 février 1950, se soldant par un nul (1-1) qui n'empêcha pas les hommes de Jean Swiatek de conquérir leur premier titre de champion de France trois mois plus tard, mais aussi le match retour de 16e de finale de Coupe de l'UEFA en 1982 contre les Yougoslaves d'Hajduk Split, renversés 4-0 après une défaite 4-1 à l'aller.

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 21:43

OM - Bielsa - "Manquer la C1 serait frustrant"



"Ne pas aller en Ligue des champions serait une frustration, parce qu'on avait les moyens de réussir", a expliqué Marcelo Bielsa vendredi, à deux jours de la réception de Monaco au Vélodrome dimanche (21h00) pour la 36e journée de Ligue 1.

Marseille, 4e à cinq longueurs de Monaco, perdrait toute possibilité de terminer la saison sur le podium en cas de défaite dimanche, et n'aurait pratiquement aucune chance d'atteindre son objectif de début de saison en cas de match nul.


Face à Monaco, il s'agira de la dernière chance pour Marseille de terminer la saison sur le podium. La pression avant ce match est-elle positive, et que représenterait une non qualification à vos yeux ?
A chaque match, on a pour objectif de gagner et je pense que cette fois aussi on aura la possibilité. C'est très important pour nous de pouvoir jouer cette compétition, et ne pas aller en Ligue des champions serait une frustration parce qu'on avait les moyens de réussir. Mais on n'a jamais été désunis face au but qu'on poursuivait.

Marseille n'a plus gagné à domicile depuis trois mois, allez-vous procéder à des changements tactiques contre Monaco ?
Ce ne sera pas des changements tactiques mais des améliorations. Pendant l'année vous avez vu jouer l'équipe, elle a un style, une manière de jouer, et des fois cette manière on la développe bien, et d'autres fois non. Ce que nous devons faire c'est améliorer notre style de jeu. Changer de style de jeu, c'est très difficile, et cela ne se fait pas en une semaine. Une fois que le style de jeu a été établi, ce que l'on recherche c'est le polir. Il n'y a pas de style bon ou mauvais, c'est l'exécution qui est bonne ou mauvaise.

Avez-vous déjà votre équipe de départ ?
Je n'ai pas encore la composition de l'équipe. Brice Dja Djédjé ne pourra pas jouer. Florian Thauvin va réintégrer le groupe. Avec lui, il n'y a eu aucun problème d'aucune nature, c'était un choix (de ne pas le prendre dans le groupe contre Metz, ndlr), j'ai pris un autre joueur que lui.

Vous ne faites pas partie des quatre entraîneurs nommés par l'UNFP - Laurent Blanc (Paris SG), Hubert Fournier (Lyon), Christophe Galtier (Saint-Etienne) et Jocelyn Gourvennec (Guingamp) -, êtes-vous déçu que le football offensif que vous prônez n'ait pas été récompensé ?
C'est un vote auxquels ont participé tous les entraîneurs, et il me semble que c'est une évaluation collective. Il faut l'accepter, et en plus de l'accepter je suis d'accord avec leur évaluation. Je ne considère pas devoir être signalé comme l'un des meilleurs entraîneurs du championnat car le travail que j'ai fait ne le mérite pas. Il y a des entraîneurs étrangers qui ont été récompensés en France, comme Carlo Ancelotti, et que cela ait ou non à voir avec moi, l'opinion des entraîneurs français est à prendre en considération et à écouter car c'est un environnement qui a généré de grands entraîneurs.

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 23:40

Paris fonce vers le titre



Le Paris SG, porté par son duo d'attaquants Cavani-Ibrahimovic, a fait un pas de plus vers un troisième titre de champion de France d'affilée en écrasant Guingamp (6-0), vendredi au Parc des Princes.

Cette victoire offre provisoirement six points d'avance au club de la capitale sur son dauphin lyonnais à deux journées de la fin. Le PSG a d'ores et déjà assuré sa place en phase de poules de Ligue des champions et soigné son goal-average.

La pression est désormais sur les épaules de l'OL, obligé de l'emporter à Caen samedi pour nourrir encore un mince espoir de renverser la tendance. En cas de faux-pas, la messe serait quasiment dite et le PSG pourrait être sacré dès la semaine prochaine à Montpellier.

Le message à l'attention des Lyonnais est très clair: Paris est en "mode combat" depuis son élimination contre Barcelone en quart de finale de C1 et rien ne lui résiste sur la scène nationale. Obnubilés par la perspective d'un triplé inédit en France (L1, Coupe de la Ligue, Coupe de France), les joueurs de Laurent Blanc viennent d'enchaîner sept victoires consécutives en championnat.

Contre Guingamp, Edison Cavani y est allé de son triplé (2e, 51e, 70e) et Zlatan Ibrahimovic de son doublé (18e et 90e), alors que Maxwell (55e) avait aussi trouvé le chemin des filets.

Avec 106 réalisations sous le maillot parisien depuis 2012, Zlatan n'est plus qu'à trois petites unités du détenteur du record, le Portugais Pedro Pauleta (109).

L'absence sur blessure de Thiago Motta, le métronome du milieu parisien, n'a eu aucune conséquence sur la maîtrise du PSG, dont les vedettes sont injouables en France quand elles évoluent à leur réel niveau. A ce rythme, l'issue du championnat ne fait guère de doute.

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 9 Mai - 15:51

Bielsa, Jardim, trajectoires contraires



L'un a été porté aux nues puis contesté, l'autre a été sévèrement brinquebalé avant d'être conforté par ses résultats: à Marseille et Monaco, qui s'affrontent dimanche (21h00), Marcelo Bielsa et Leonardo Jardim ont connu des trajectoires contraires pour leur première saison en Ligue 1.

Le contraste est saisissant. Alors qu'on l'interrogeait vendredi sur son absence de la présélection pour le titre de meilleur entraîneur de la saison, celui de Monaco, Leonardo Jardim a surpris tout le monde avec... une blague.

"Les quatre meilleurs entraîneurs français de Ligue 1 sont nommés. Moi, je vais peut-être gagner le prix du meilleur maçon portugais de France! D'ailleurs, je les salue." Si le clin d'oeil a autant à voir avec la qualité de la défense monégasque qu'avec la nationalité de Jardim, arrivé l'été dernier du Sporting Portugal, il tranche aussi avec la situation du Portugais quelques mois plus tôt.

Au sortir de l'été, alors que l'ASM venait d'enregistrer les départs de Radamel Falcao, James Rodriguez ou Emmanuel Rivière et de perdre trois de ses cinq premiers matches, Jardim avait été beaucoup contesté. Avait-il les épaules pour entraîner Monaco? A tout juste 40 ans, il avait la tâche difficile de succéder à l'expérimenté Claudio Ranieri, et son expérience à ce niveau a été mise en question.

Mâchoires serrées en conférence de presse, il a fait le dos rond et réussi à s'adapter au changement de projet sportif monégasque - désormais centré sur le recrutement de jeunes à fort potentiel, comme Martial ou Kondogbia -, qui n'était pas celui pour lequel il était venu en Principauté.

Et en s'appuyant sur les qualités de son groupe, l'entraîneur portugais a construit une équipe solide, confiante et capable de tenir tête à la Juventus Turin ou à Arsenal. Une équipe qui, avec cinq points d'avance à trois journées de la fin de la saison, est en situation de finir sur le podium de Ligue 1, derrière Paris et Lyon.

Jeu offensif débridé

Au contraire de Jardim, qui peut en outre se satisfaire d'avoir accédé aux quarts de finale de Ligue des champions, Marcelo Bielsa risque fort de ne pas remplir ses objectifs de début de saison.

L'entraîneur argentin de 59 ans, dont la méthode et la tactique exigeantes avaient porté leurs fruits auparavant sur la sélection chilienne ou à l'Athletic Bilbao, bénéficiait pourtant d'une côte de popularité énorme à son arrivée à Marseille.

Après une saison ratée, l'OM comptait sur lui pour retrouver la Ligue des champions. Et alors que l'équipe n'avait été que faiblement renforcée (Batshuayi, Barrada, Doria) après avoir perdu Lucas Mendes notamment, et que le groupe marseillais apparait plus faible et moins dense que le voisin monégasque, il a d'abord comblé ses supporteurs en leur offrant le titre de champion d'automne, et un jeu offensif débridé et séduisant.

Puis la machine s'est grippée en janvier, certains joueurs n'ont pas su tenir le rythme effréné imposé par leur entraîneur, qui, de son côté, "n'a pas réussi à maintenir la forme de l'équipe face à l'adversité", comme il l'expliquait mi-avril. Perdant de son autorité au sein de son groupe, Bielsa reste pourtant acclamé par les supporteurs et, au moins publiquement, soutenu par son club.

Mais alors que son avenir à l'OM n'est pas encore clarifié, l'expérimenté Argentin convenait encore le mois dernier que "ce n'est pas pareil de faire avec un entraîneur qui a atteint ses objectifs qu'avec un entraîneur qui ne les a pas atteints". Et ce n'est pas Jardim qui lui dira le contraire.

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 9 Mai - 15:52

Marseille-Monaco, le match à gagner



"S'il n'y a qu'un seul match à gagner cette saison, c'est celui-là", a résumé le Marseillais André Ayew à propos de la réception de Monaco, dernière chance pour l'OM d'accrocher une place en Ligue des champions, dimanche (21h00) pour la 36e journée de Ligue 1.

"Même si on gagne, on n'aura pas notre destin entre les mains, a toutefois relativisé vendredi l'international ghanéen. Mais on pourra toujours espérer une place sur le podium." Tout autre résultat qu'une victoire contre de solides monégasques, et l'OM fera en effet une croix sur sa qualification pour la C1.

Relégué à cinq longueurs du podium, après un mois d'avril catastrophique (quatre défaites), Marseille, 4e, ne pourra pas refaire son retard lors des deux dernières journées si Monaco gagne. Et en cas de match nul, il faudrait un très improbable concours de circonstances pour que l'équipe de Marcelo Bielsa accroche cette qualification, son objectif de début de saison.

Autant dire que Monaco, quart-de-finaliste de Ligue des champions et deuxième meilleure équipe de France sur la phase retour du championnat (derrière le Paris SG), aborde ce déplacement en position de force.

L'entraîneur monégasque, Leonardo Jardim, a beau jeu d'affirmer que Marseille "est une très bonne équipe, avec de l'expérience, beaucoup de supporteurs", et que le match à Marseille, qui pourrait se jouer à guichets fermés, se fera dans un "stade très difficile".

Car même si "Marseille et Saint-Etienne ont toujours la possibilité de terminer troisième", comme a analysé le meneur de jeu de l'ASM, Joao Moutinho, Monaco "a cinq points d'avance". "C'est considérable", poursuit-il.

Et face à des Monégasques en confiance et dopés par leur beau parcours en Ligue des champions, l'Olympique de Marseille affiche bien peu de certitudes.

Sans Dja Djédjé ni Ocampos

Les coéquipiers d'André Ayew n'ont jamais fait mieux qu'un nul (pour quatre défaites) cette saison contre une équipe du top 4 (Paris, Lyon, Monaco) et, malgré un succès à Metz (2-0) lors de la précédente journée, leur dynamique est tout sauf positive.

D'autant que Marcelo Bielsa, s'il enregistre le retour de Jérémy Morel de suspension, sera à nouveau privé de son latéral droit, Brice Dja Djédjé, forfait sur blessure. Il devra aussi faire sans son compatriote Lucas Ocampos, prêté par Monaco, et qui ne disputera pas le match en raison d'un accord entre les présidents des clubs.

"Ne pas être dans les trois premiers, ce serait un échec pour nous tous, surtout au vu des six premiers mois", a averti André Ayew, qui sur le terrain aussi n'hésite pas à haranguer ses coéquipiers. "On va tout faire pour finir sur le podium et terminer cette saison dignement".

En plus de cette motivation, les Marseillais ont retrouvé à Metz un semblant de cohésion collective et un André-Pierre Gignac porté disparu depuis son doublé contre le Paris SG. Ils auront aussi à coeur de se racheter auprès de leurs supporteurs après la déculottée concédée contre Lorient (5-3) lors du dernier match au Vélodrome.

Reste à savoir s'ils pourront enfin transformer cette générosité dans l'effort et l'engagement en résultat comptable, face à des Monégasques qui, comme ils l'ont démontré au match aller (1-0), sont passés maîtres dans l'art de repousser les assauts adverses pour empocher les points en fin de match.

Il vaudrait mieux s'ils veulent s'éviter de revivre l'immense bronca tombée du Vélodrome contre Lorient. Et, accessoirement, sauver leur saison.

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 9 Mai - 20:30

Lyon craque à Caen



Battu (3-0) à Caen, samedi, au terme d'un match spectaculaire, Lyon a dit adieu à ses dernières chances d'être champion, à deux journées de la fin, à cause d'un Nicolas Benezet auteur d'un doublé et d'un Rémy Vercoutre impérial.

Mathématiquement, ce n'est pas fait, mais avec 6 points de retard sur un PSG qui écrase tout sur son passage, qui a une différence de but favorable - +45 contre +38 - et qui recevra Reims lors de la dernière journée, Lyon sait bien que le trophée de champion restera dans la capitale cette année encore.

Caen, avec 42 points, soit 5 de plus qu'Evian (18e) et 4 de plus que Reims (17e) qui s'affrontent dans la soirée, est bien parti pour assurer définitivement son maintien en Ligue 1.

Pour croire encore un peu au titre, les Rhodaniens se devaient de l'emporter et largement, après le 6-0 infligé par Paris contre Guingamp vendredi.

Face à des Caennais accrocheurs, comme ils l'ont presque toujours été à domicile face aux grosses écuries cette saison, Lyon a beaucoup tenté, s'est créé pléthore d'occasions, mais s'est heurté à un Rémy Vercoutre survolté face à l'équipe dont il a été longtemps le gardien numéro 2.

Il a tenu en échec le meilleur buteur du championnat, Alexandre Lacazette, que ce soit sur une frappe croisée du droit (16e) ou un tir du gauche qu'il est allé chercher dans le coin inférieur gauche de son but (29e).

Il a également repoussé des deux poings une tête de Corentin Tolisso sur corner et remporté un face-à-face avec Clément Grenier. Le milieu de terrain a voulu piquer son ballon, mais il a trouvé sur son chemin un Vercoutre encore bien sur ses appuis (32e).

On pourrait encore citer cette manchette décisive à la 72e devant Fékir ou son arrêt devant Yattara (74e) seul à six mètres, pour montrer que la victoire de Caen doit largement autant à son portier qu'au doublé de Benezet.

Benezet survolté
Car comme c'est souvent le cas quand une équipe ne concrétise pas sa domination, Lyon s'est fait surprendre deux fois dans le dernier quart d'heure.

Il y avait eu une première alerte dès la 12e minute, sur une tête de Sloan Privat qui avait frôlé le poteau d'Anthony Lopes.

Le gardien avait ensuite dû s'employer sur une frappe de Benezet, auteur d'un raid en solitaire depuis le milieu de terrain, effaçant Jordan Ferri et Bakary Koné de son chemin (26e).

Ce sont encore une volée trop croisée de Bangaly Koita (33e), et une reprise de N'Golo Kanté devant le but vide, détournée in-extremis par Samuel Umtiti, après un centre tendu dévié par Lopes (40e) qui ont montré que le vent tournait dans ce match.

Et c'est finalement Benezet, déjà buteur la semaine dernière à Nice (1-1), qui a marqué sur un centre apparemment anodin, mais que tout le monde laissait filer, y compris Lopes, gêné par Privat (1-0, 41e).

Deux minutes plus tard, un relais en pivot de Kanté permettait au même Benezet de s'infiltrer dans la surface de réparation côté droit et sa frappe décroisée imparable trouvait le poteau rentrant (2-0, 44e).

Le troisième but de Privat, sur une contre-attaque d'école (85e, 3-0), achevait de mettre le feu à un stade Michel-d'Ornano survolté, et envoyait définitivement par le fond les rêves de la jeune génération lyonnaise à qui l'avenir appartient.

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 14:42

Lyon lâche le PSG, Metz relégué



Et Lyon craqua... La 36e journée du Championnat de France a quasiment sonné le glas des espoirs de titre de l'OL, qui a sombré à Caen (3-0) et laissé Paris sur une voie royale vers son troisième sacre d'affilé.

. Lyon s'effondre à Caen
"Lorsqu'on perd 3 à 0 à Caen, c'est qu'on ne mérite pas le titre". La phrase, en forme de sentence, a été prononcée par Hubert Fournier, forcément déçu d'avoir vu son équipe sombrer à D'Ornano et de devoir dire adieu à la première place.

Car à présent, le suspense n'est plus que mathématique, donc infime. A deux journées du terme, l'OL compte six points de retard sur le PSG, qui a étrillé Guingamp la veille (6-0). Un score qui a par ailleurs permis aux Parisiens de soigner leur différence de buts, désormais largement à leur avantage de sept unités sur les Lyonnais.

Un avantage qui sera très difficile à combler pour l'OL, quand bien même il profiterait de deux faux pas de son rival. Un scenario assez improbable, alors que le PSG n'aura besoin que d'un nul à Montpellier pour être sacré dès la prochaine journée, samedi prochain.

Si le titre s'envole pour Lyon, sa deuxième place, directement qualificative pour la Ligue des champions, peut encore être contestée par Monaco, qui reviendrait à trois longueurs en cas de succès à Marseille dimanche. L'OL devra donc se remobiliser contre Bordeaux pour offrir à ses supporteurs et à son futur "grand stade" des mardis et des mercredis de frisson en C1 la saison prochaine.

Face à la furia caennaise, les Lyonnais ont craqué en trois minutes en fin de première période avec Benezet dans le rôle du bourreau. Le milieu offensif a d'abord vu son centre rentrant passer dans une forêt de joueurs avant de surprendre Lopes (41e). Le suppléant de Julien Féret a ensuite doublé le score grâce au poteau, après un petit slalom dans la surface (44e), avant que Privat n'alourdisse l'addition en fin de match (85e).

Mais l'autre héros de Caen fut Rémy Vercoutre, qui a mis de côté ses onze années passées à l'OL pour écoeurer ses anciens adversaires avec huit arrêts déterminants dont quatre duels remportés, qui ont aussi contribué à rapprocher son équipe du maintien.

. Bordeaux fête Lescure, avec l'Europe en tête
Pour la dernière au stade Chaban-Delmas, les Girondins ont fait en sorte que la fête soit encore plus belle, avec un match enlevé aux alllures vintage face à son vieux rival nantais (2-1) et une victoire qui sent bon l'Europe.

Car Bordeaux, non content de s'approcher à une longueur de Saint-Etienne (5e), s'accroche fermement à sa 6e place (avec six points d'avance sur Montpellier et Lille), également susceptible de lui ouvrir les portes de l'Europa League si Paris remporte la Coupe de France le 30 mai contre Auxerre (L2).

. Metz en Ligue 2, Evian y est presque
Le sort des Messins était connu et ce n'était plus qu'une question de temps. La lourde défaite à domicile face Lorient (4-0), qui respire un peu mieux du même coup, est venu la régler de façon sommaire. Le club mosellan, qui accuse un retard irrattrapable de onze points sur Reims (17e), est donc le deuxième à descendre à l'étage inférieur, après Lens la semaine passée.

Le troisième malheureux élu devrait être Evian/Thonon (18e), qui a perdu (3-2) "le match de la peur" sur sa pelouse d'Annecy face à Reims dans un match complètement fou et qui va forcément laisser des traces. Ngog a ouvert le score avant d'égaliser à 2-2 pour les Rémois, avant que Moukandjo ne propulse les Champenois quatre points devant les Hauts-Savoyards. Un retard qui risque d'être trop difficile à combler pour les hommes de Pascal Dupraz, pourtant rompus à l'exercice.

Comme Lorient (14e), Toulouse (16e) est un autre grand gagnant de la soirée. Mené par deux fois au score par Lille, le TFC mû par son instinct de survie, a su revenir à chaque fois à hauteur par Ben Yedder et Trejo, avant que Braithwaite n'offre le succès à son équipe (3-2).

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 20:31

Les jeunes lyonnais ont fini par craquer



Les jeunes Lyonnais ont fini par craquer dans la lutte pour le titre de champion de France désormais promis au Paris SG pour la troisième fois de suite, mais doivent faire un dernier effort pour consolider leur 2e place directement qualificative pour la Ligue des champions.

"On ne va pas parler du titre quand on vient d'en prendre trois", a lâché l'entraîneur de l'OL Hubert Fournier, après la lourde défaite à Caen (3-0) samedi.

"La déception vient surtout du fait que nous n'avons pas eu les épaules assez solides pour prétendre aller jusqu'au bout. Nous avons lâché prise sur un match où nous avons affiché beaucoup trop de suffisance, mais aussi d'insuffisances (...) dans plein de domaines", a-t-il souligné.

En outre, la victoire éclatante du PSG, la veille face à Guingamp (6-0), a certainement été perturbante, voire démobilisatrice.

"C'est peut-être une explication. Cela a pu jouer mentalement sur le groupe", a reconnu Fournier, arrivé l'été dernier de Reims et qui vit sa première expérience de course au titre en Ligue 1 en tant qu'entraîneur.

Ses joueurs, à l'image de Nabil Fekir, 21 ans, inexistant à Caen, mais qui compte seulement 43 matches de L1 à son actif, n'avaient sans doute pas non plus le vécu nécessaire pour supporter jusqu'au bout la pression liée à l'enjeu du titre.

Avec en moyenne huit titulaires formés au club, l'OL, 17e fin août, a été en tête dix journées de suite et huit fois deuxième depuis fin décembre. L'apprentissage de ces jeunes professionnels se fait en accéléré.

Cohabitation des egos naissants
L'usure physique de certains joueurs est peut-être aussi à considérer dans la baisse de régime de l'OL constatée depuis plusieurs semaines. Les Lyonnais, privés de coupe d'Europe dès la fin août, n'ont certes disputé pour l'essentiel qu'un match hebdomadaire cette saison, mais avec très souvent le même onze de base.

Ainsi, à Caen, Fekir a encore joué malgré des douleurs dorsales récurrentes alors que l'homme en forme de l'OL, Clinton Njie, victime d'une blessure musculaire, était forfait. Quant à Jordan Ferri, il subit une nette baisse de forme depuis janvier.

En défense, deux cadres étaient absents : Christophe Jallet, suspendu, et Milan Bisevac, indisponible depuis fin février après une opération à un genou.

Et samedi, davantage encore que contre Reims (4-2 le 26 avril) ou face à Evian/Thonon (2-0 le 2 mai), la qualité de jeu a été décevante. Probablement en raison d'une nouvelle répartition des rôles qui reste à améliorer.

"A nous d'afficher d'autres attitudes, un autre comportement contre Bordeaux (le 16 mai, ndlr) pour notre dernier match de la saison à Gerland", a d'ailleurs insisté Fournier.

Ce dernier doit maintenant parvenir à faire cohabiter les egos naissants de ses joueurs majeurs que le club assure vouloir conserver : Alexandre Lacazette et Fekir, sans oublier Clément Grenier, absent la majeure partie de la saison mais dont le retour semble altérer l'influence de Fekir.

Car si Lyon veut à nouveau jouer le titre la saison prochaine, en parallèle de la Ligue des champions, il devra parfaire l'alchimie entre tous ses talents sur la durée. Et bientôt dans un stade flambant neuf de 60.000 places.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 20:35

Montpellier peut toujours rêver d'Europe



Montpellier s'est imposé de justesse à Lens (1-0) en marquant dans le temps additionnel, dimanche lors de la 36e journée de L1, et peut continuer à rêver d'une qualification européenne.

Alors que la rencontre touchait quasiment à sa fin, Mounier délivrait son équipe et achevait le RCL, déjà relégué depuis une semaine, d'un plat du pied imparable (90+1).

Le MHSC, qui avait concédé le nul à domicile le week-end dernier contre Rennes (0-0), a engrangé trois points précieux dans la lutte pour la sixième place, qui sera qualificative pour l'Europa League si le Paris SG remporte la Coupe de France face à Auxerre fin mai.

A deux rencontres de la fin de la saison, la mission des Héraultais s'annonce toutefois délicate puisqu'ils comptent trois longueurs de retard sur Bordeaux, 6e, qu'ils iront défier dans leur nouveau stade lors de la dernière journée.

Lens a lui enchaîné une quatrième défaite consécutive et n'a plus gagné depuis sept matches (un nul, six défaites).

Les Sang et Or, toujours derniers et qui ont pour objectif d'atteindre les 30 points, restent bloqués à 26 unités.

La rencontre, disputée sous un soleil estival, n'a pas atteint des sommets, sans pour autant être ennuyeuse.

Montpellier s'est créé plusieurs occasions, sans parvenir à concrétiser...jusqu'à la dernière obtenue par Mounier.

Sur un coup franc, Tiéné butait d'abord sur Riou (16e), qui allait sortir sur blessure peu après, puis Martin, idéalement placé, envoyait sa frappe dans les nuages (49e) et était imité par Barios quelques minutes plus tard (56e). Ensuite, Saihi tirait de peu à côté (67e) et Skhiri tentait sa chance de la tête, mais ne trouvait pas le but de Belon (78e).

Côté lensois, la seule véritable occasion était une reprise lointaine de Moore, le jeune latéral droit, que Ligali détournait de justesse (30e).

Malgré les options offensives prises par Rolland Courbis et l'exclusion de Landre pour un second avertissement (65e), Montpellier, dominateur mais maladroit, se dirigeait vers un match nul peu flatteur.

Mais Mounier, bien servi par Skhiri, lui donnait encore le droit de rêver (0-1, 90+1).

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 20:40

Saint-Étienne maintient la pression



Saint-Étienne a provisoirement repris la 4e place de L1, en s'imposant brillamment aux dépens de Nice (5-0), dimanche au stade Geoffroy-Guichard, et met ainsi la pression sur Marseille (4e) et Monaco (3e) qui s'affrontent dimanche soir au Vélodrome (21h00).

Les Verts ont très bien réagi après la défaite concédée à Bastia (1-0), samedi dernier. Elle avait suscité de vives critiques de la part de l'entraîneur Christophe Galtier regrettant "le manque d'implication" de ses joueurs.

Ils possèdent une longueur d'avance sur l'OM, mais encore deux points de retard sur les Monégasques dans la course au podium et une place qualificative pour le 3e tour préliminaire de la Ligue des Champions.

Pour sa part, l'OGC Nice reste 15e avec cinq points d'avance sur Évian/Thonon 18e et premier relégable et une meilleure différence de buts qui lui donne de bons espoirs de maintien.

Le défenseur central et capitaine Loïc Perrin, absent lors des deux derniers matches sur blessure, a ouvert la marque en reprenant d'une tête plongeante un corner de Max-Alain Gradel (25).

Perrin marquait ainsi son premier but de la saison, et a ainsi montré la voie à suivre, lui qui avait estimé dans la semaine, "nécessaire" le recadrage opéré par Galtier auprès de ses joueurs après la défaite à Bastia.

Le capitaine stéphanois avait déjà failli ouvrir la marque dès la 8e minute à la suite d'un corner, avec une reprise repoussée par le gardien Mouez Hassen.

Celui-ci s'est aussi interposé devant Benjamin Corgnet à deux reprises (7, 10) puis Gradel (52).

Peu avant la mi-temps, le milieu Jérémy Clément a doublé la mise en reprenant de volée un ballon mal renvoyé par la défense azuréenne (2-0, 40).

En seconde période, Mevlut Erding ajoutait un troisième but, son huitième cette saison en L1, après un service de Corgnet (3-0, 62).

Gradel, quant à lui, portait la marque à 4-0 avec son 13e but personnel en championnat, en reprenant un ballon mal négocié par la défense niçoise.

Kevin Monnet-Paquet (85) ajoutait le cinquième but de son équipe (5-0, 88) alors qu'il n'avait plus marqué depuis la 2e journée contre Reims (3-1).

Pour leur part, les Niçois ont seulement été dangereux sur une tentative d'Alassane Plea, arrêtée par le gardien Stéphane Ruffier après un mauvais renvoi défensif des Verts (59).

Plea était encore repris in-extremis par Tabanou après une première parade de Ruffier devant Alexy Bosetti à la suite d'un centre de la gauche de Niklas Hult (82).

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 15:46

L'OM se relance aux dépens de Monaco



Mené pendant près de 80 minutes par Monaco, Marseille a fini par obtenir un succès précieux au Vélodrome (2-1), dimanche en clôture de la 36e journée de Ligue 1, et s'est donné le droit de rêver de qualification en Ligue des Champions.

Grâce à des buts d'André Ayew (79) et Romain Alessandrini (87), Marseille reprend la 4e place à Saint-Etienne, vainqueur 5-0 contre Nice, et pointe à deux longueurs de son adversaire du soir. Il lui faudra encore s'imposer contre Lille puis Bastia, en espérant un autre faux-pas monégasque, pour accrocher une place sur le podium.

Les Marseillais ont aussi mis fin d'un coup à deux malédictions: ils n'avaient plus gagné au Vélodrome depuis le 31 janvier (contre Evian/Thonon, 1-0), ni battu cette saison d'équipe du Top 4 (1 nul, quatre défaites).

"Vaincre, pour ramener l'Europe au Vel'", réclamait le tifo déployé par les supporters de la tribune Sud du Vélodrome. Car tout autre résultat qu'une victoire et Marseille disait adieu au podium. Et partant aux places qualificatives pour la Ligue des Champions.

Mais la banderole n'avait pas encore fini d'être repliée que le meneur de jeu monégasque, Joao Moutinho, cueillait le stade à froid d'une frappe qui rasait le poteau droit de Steve Mandanda, trop court (1). Le Portugais venait de profiter d'une relance plein axe de Mario Lemina, alors que la défense marseillaise était bien revenue sur Anthony Martial.

Abdennour remplacé, Marseille marque
Un départ catastrophique, évidemment, pour des Marseillais en perdition, face à une équipe en pleine confiance, qui restait sur cinq victoires à l'extérieur en championnat et dont la défense est la meilleure de Ligue 1.

L'international tunisien Aymen Abdennour s'échinait d'ailleurs rapidement à le démontrer, écoeurant les Marseillais en venant tacler un centre d'André Ayew pour Gignac à la conclusion d'une magnifique action offensive (10) ou prenant le meilleur à la course sur Payet, lancé dans la profondeur par Gignac (37).

C'était encore lui qui venait fermer l'angle à Florian Thauvin (77), action sur laquelle il devait être remplacé, se tenant la cuisse droite... Et c'est sur l'action suivante qu'André Ayew, de la tête dans un but vide, exploitait un centre de Romain Alessandrini pour redonner un peu d'espoir au Vélodrome (79).

Ce dernier manquait ensuite l'immanquable, un contre à 2 contre 1 avec Florian Thauvin, mais se rattrapait sur un centre de Payet en retrait, qui libérait le Vélodrome... Qui n'allait plus cesser de chanter (87).

La différence de qualité technique des deux équipes, qui revendiquent toutes deux le même "projet" - miser sur des jeunes talents à fort potentiel - s'est longtemps fait sentir quand la jeunesse monégasque est passée à l'attaque.

Il a fallu un très grand Steve Mandanda pour sortir à toute vitesse sur Anthony Martial lancé dans la surface par un tacle d'André Ayew (22), pour fermer le premier poteau sur une frappe de Fabinho (39). Il a aussi fallu de la chance, et le poteau, juste avant la mi-temps pour repousser la frappe de Bernardo Silva à la conclusion d'une belle combinaison entre Ferreira Carrasco et Martial (45+2).

Mais la réaction d'orgueil marseillaise l'a emporté. Il était temps.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 15:48

Suspense relancé pour la troisième place



Marseille peut encore rêver à la 3e place et à la Ligue des champions après sa victoire renversante contre Monaco (2-1), dimanche en clôture d'une 36e journée du Championnat de France qui a relancé le suspense pour la course au podium.

. Marseille, c'est fou !
Marseille a tout donné et a été récompensé au centuple. Mené au score dès la 46e seconde après un but de José Moutinho, l'OM s'est longtemps cassé les crampons sur la défense monégasque et sa confiance alors au beau fixe alors que se concrétisait la perspective de sécuriser sa 3e place. Puis André Ayew a surgi pour égaliser à la 79e minute, avant qu'Alessandrini marque le but de la victoire par KO huit minutes plus tard dans une indescriptible ambiance au Vélodrome.

L'exploit des Marseillais les relance de façon inespérée pour la course au podium et à la C1. Ils restent 4e, à égalité de points (63) avec Saint-Etienne (5e), et ce duo ne pointe désormais plus qu'à deux longueurs de Monaco (3e). Les deux dernières journées promettent un suspense terrible entre ces trois.

Et ce resserrement des positions de redonner le sourire à Lyon, qui a certes perdu quasiment le titre, désormais promis au Paris SG, mais qui est quasiment aussi certain de finir à la 2e place directement qualificative pour la C1, avec six points d'avance sur l'ASM.

Il reste donc ce dernier accessit pour le 3e tour préliminaire de Ligue des champions et Monaco, même avec son avance réduite à deux points, reste le favori, au regard de son calendrier (réception de Metz et déplacement à Lorient) et de sa remarquable deuxième partie de saison remarquable, alors même qu'il est parvenu jusqu'en quart de finale de l'actuelle édition (éliminée par la Juventus Turin).

. Les Verts grappillent aussi
L'autre gros gagnant de ce sprint dominical est Saint-Étienne, large vainqueur de Nice (5-0) et qui grappille des points à Monaco. Comme l'OM, l'ASSE peut encore rêver de déloger l'ASM, même si sa différence de buts pourrait le plomber.

Mais les Verts se mettent justement à marquer ! Et c'est Nice qui en a fait les frais. Un succès largement mérité, qui s'est dessiné avec deux buts en première période. D'abord par le capitaine Loïc Perrin, d'une tête après un corner (25e), ensuite par Jérémy Clément, auteur d'une volée placée à l'entrée de la surface (40e).

Erding, aidé par le poteau, a ajouté le troisième but en contre peu après l'heure de jeu. Gradel (84e) a alourdi une addition devenue bien plus salée encore avec le dernier but de Monnet-Paquet (88e), pour des Niçois englués à la 15e place et pas mécontents d'avoir une marge de cinq points sur le 18e Évian/Thonon.

. Montpellier zieute l'Europa League
Montpellier s'est aussi donné les moyens de croire encore à l'Europe, après sa victoire à Lens (1-0). Le club héraultais (7e) compte désormais 56 points, soit trois de moins que Bordeaux qui a battu Nantes samedi (2-1). Un retard rattrapable, alors qu'il reste deux matches à disputer, dont celui de la 38e journée qu'il jouera chez les Girondins.

L'enjeu sera la 6e place, susceptible d'être qualificative pour le 3e tour préliminaire de l'Europa League si le Paris SG remporte la Coupe de France le 30 mai contre Auxerre (L2).

Le héros montpelliérain, qui a fait oublier la morosité ambiante dans une rencontre où il ne s'est pas passé grand-chose et où le club héraultais semblait trahir un manque de motivation coupable, a été Anthony Mounier, buteur dans les arrêts de jeu, sa huitième réalisation de la saison.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 16:39

Marseille - Alessandrini, bientôt la confirmation ?



Romain Alessandrini, longtemps blessé et en manque de temps de jeu cette saison, n'a certes pas encore confirmé tous les espoirs que Marseille place en lui, mais son statut de sauveur dimanche contre Monaco (2-1) est encourageant.

La minute fut à l'image de sa saison: lancé par Florian Thauvin en contre, à deux contre un, Alessandrini, 26 ans, gâche une première occasion en or de mettre son équipe à 2-1 en n'assurant pas sa passe (86e). Le Vélodrome lui fait comprendre qu'il a manqué l'immanquable. Souvent maladroit mais jamais abattu, il se rachète immédiatement en expédiant dans le but de Danijel Subasic la quinzième offrande de Dimitri Payet cette saison (87e). Son deuxième en championnat, en 24 matchs (11 titularisations). Auparavant, c'est lui déjà qui avait surpris le gardien croate en contrôlant laborieusement le ballon pour finalement adresser le centre de l'égalisation à André Ayew (79e).

"Je suis déçu de ne pas avoir donné cette balle à Flo, je suis déçu aussi de ne pas avoir pris mes responsabilités pour tenter tout seul", a-t-il expliqué après la rencontre. "Mais j'ai la chance de marquer ce deuxième but, c'est bien pour moi et pour la confiance, et c'est bien pour l'équipe." C'est bien aussi pour l'appréciation globale de son match. Car l'ancien Rennais, arrivé à l'été 2014 à Marseille, s'est beaucoup agacé cette saison de manquer de temps de jeu, éclipsé par Florian Thauvin dans les plans de Marcelo Bielsa.

Alessandrini s'accroche
Mais sur l'ensemble de ses dernières prestations, et même si Thauvin est devenu la tête de Turc du Vélodrome en raison de sa propension à oublier ses coéquipiers, Alessandrini continue à souffrir de la comparaison. Moins puissant dans la percussion, pas toujours assuré dans les transmissions, il est aussi moins efficace dans le repli défensif. Mais alors que l'Orléanais a semblé lâcher dans la tête ces dernières semaines, au point de ne pas être retenu lors du déplacement à Metz (victoire 2-0), Alessandrini lui a eu le mérite de toujours s'accrocher et de ne jamais renoncer.

Même si physiquement il semble encore parfois en dedans, comme à Bordeaux où il s'était éteint en seconde période après avoir touché deux fois les montants en première, cette motivation fait du bien à l'OM, surtout dans les périodes de doute. "On a nos chances de finir troisièmes, ce serait magnifique. On donne tout pour le club, on ne lâche jamais le club, on essaie de faire au mieux", a-t-il expliqué en zone mixte. Cette mentalité lui a d'ailleurs coûté cher quand, pas assez remis d'une entorse à la cheville qui l'avait éloigné du terrain pendant deux mois, il avait rechuté fin janvier en voulant précipiter son retour.

Cette blessure, intervenue au pire moment pour le club, qui était alors privé de l'international André Ayew, parti à la CAN et titulaire du flanc gauche de l'attaque, l'a empêché de démontrer l'étendue de son talent. Et semble, par moments, avoir inhibé le natif de la région, fréquemment présenté comme un joueur fragile. Reste que son allant et son envie de bien faire seront précieux pour Marseille, qui va devoir lutter jusqu'au bout pour tenter de se qualifier pour la Ligue des Champions. Le club devra aussi pallier le départ probable d'André Ayew la saison prochaine. Alessandrini devrait alors avoir l'occasion de refaire parler de lui.

Fifa.com (11/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 20:51

OL - Fournier : "Je n'ai pas de fierté personnelle"



L'entraîneur de Lyon Hubert Fournier a estimé lundi que la qualification directe pour la phase de poules de la Ligue des champions, quasiment acquise, obligeait "à renforcer le groupe qualitativement et quantitativement".

Après la défaite de Monaco à Marseille (2-1) dimanche, l'OL compte six points d'avance et une meilleure différence de buts (+16) que l'ASM (3e).


Quel est votre sentiment après la défaite de Monaco à Marseille, qui assure presque à l'OL la qualification directe en Ligue des Champions ?
Forcément satisfait, même si ce n'est pas très glorieux par rapport à notre dernier match. Il ne faut pas oublier tout ce qui a été fait depuis l'été. Pour que ce soit plus glorieux après notre défaite à Caen samedi (3-0), il faut faire ce qu'il faut de notre côté, contre Bordeaux et à Rennes, pour clôturer de la meilleure des façons cette belle saison.

Est-ce une fierté personnelle de ramener Lyon en Ligue des Champions ?
Non. Je n'ai pas de fierté personnelle. C'est le travail collectif qui a été accompli au sein du club, les administratifs, ceux qui oeuvrent dans l'ombre, le staff, les joueurs. Ils ont travaillé ensemble dans le même but. C'est une réussite collective.

Fin août, l'OL était 17e. Qu'est ce qui a contribué à amener Lyon jusqu'à la 2e place ?

Il n'y a pas qu'une raison, mais plein de petites choses. Il y a la progression des joueurs, une prise de conscience de leurs qualités et une grande croyance en notre capacité à pouvoir nous améliorer, jouer un rôle intéressant, voire décisif dans ce championnat.

Cet accès direct à la Ligue des Champions change beaucoup de choses pour l'intersaison ?
Oui. Cela change en bien pour tout le monde. Il y a les moyens financiers, bien sûr, mais aussi la préparation d'avant-saison, la capacité à déjà préparer la saison prochaine en termes de recrutement. On peut se projeter sur l'effectif 2015-2016. La Ligue des Champions nous oblige à renforcer le groupe qualitativement et quantitativement, sinon nous nous exposerons à des difficultés.

A partir de quand avez-vous pensé possible la qualification en Ligue des Champions ?
Depuis janvier, nous sommes sur le podium (2e à la 19e journée). Cela donne des idées. Nous avons aussi été longtemps leaders du championnat. C'était donc quelque chose d'ancré dans les têtes. Ensuite, il fallait avoir de la continuité dans les résultats malgré la forte pression qu'imposent ces places sur le podium.

Le 1er septembre, lorsque vous étiez 17e, quel était l'objectif ?
Cela a toujours été de nous qualifier pour une coupe d'Europe. Nous étions très déçus de l'entame du championnat, mais des éléments nous laissaient croire qu'avec le retour de certains joueurs clés, blessés, la mise en place d'une nouvelle méthode de travail, cela porterait ses fruits. Il ne fallait pas se désunir et garder notre cap. C'est ce que nous avons tenté de faire dans la tempête. Il y a eu une progression pour beaucoup de joueurs.

Fifa.com (11/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 12 Mai - 18:55

Monaco - Jardim jusqu'en 2019



L'entraîneur portugais de Monaco, Leonardo Jardim, 40 ans, a prolongé son contrat jusqu'en juin 2019, a annoncé mardi le club de la Principauté dans un communiqué sur son site internet.

Vadim Vasilyev, le vice-président du club, a indiqué souhaiter "construire sur la durée avec Leonardo Jardim", arrivé l'été dernier en provenance du Sporting Portugal pour une durée initiale de deux ans.

Jardim "est l'entraîneur qui correspond à notre philosophie pour permettre au club d'être un acteur majeur sur la scène nationale et internationale, tout en permettant à nos jeunes joueurs talentueux de progresser", a-t-il ajouté.

"Nous avons travaillé dur cette saison pour mettre en place ce nouveau projet et je suis convaincu que le meilleur est à venir", a réagi Leonardo Jardim, faisant référence aux nombreux "jeunes de qualité dans cette équipe".

Sous les ordres du Portugais, Monaco a atteint cette saison les quart-de-finales de la Ligue des champions, éliminé par la Juventus Turin (0-1, 0-0), les demi-finales de la Coupe de la Ligue, éliminé par Bastia (0-0, aux t.a.b.) et les quart-de-finales de la Coupe de France, battu par le Paris SG (2-0).

A deux journées du terme du championnat de Ligue 1, le club princier reste troisième (65 points) au classement, avec deux points d'avance sur Marseille et Saint-Etienne qui lui disputent cette place qualificative pour les barrages de la Ligue des champions.

Fifa.com (12/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 14 Mai - 13:24

Un match de suspension pour Lacazette



Le Lyonnais Alexandre Lacazette, meilleur buteur de Ligue 1, a été sanctionné mercredi d'un match de suspension par la commission de discipline de la Ligue professionnelle de football.

Lacazette, qui mène largement le classement des marqueurs avec 27 réalisations, est suspendu un match ferme en raison du troisième avertissement en moins de dix rencontres reçu samedi lors de la déroute à Caen (3-0).

Il avait déjà écopé de cartons jaunes lors des deux précédents déplacements de l'OL, à Guingamp le 4 avril et à Reims le 26 avril.

L'ensemble des sanctions

Deux matchs de suspension dont un avec sursis : Loïck Landre (Lens)

Un match ferme : François Kamano (Bastia)

Un match ferme pour accumulation d'avertissements : Diego Contento (Bordeaux), Alexandre Lacazette (Lyon), Lenny Nangis (Caen), Benjamin Mendy (Marseille), Alaixys Romao (Marseille), Andrea Raggi (Monaco), Yannick Cahuzac (Bastia), Gelson Fernandes (Rennes), Jérémy Clément (Saint-Etienne), Jordan Amavi (Nice)

Fifa.com (13/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 14 Mai - 13:37

Saint-Etienne - Fin de saison pour Hamouma



L'attaquant de Saint-Etienne, Romain Hamouma, sera indisponible pour la fin de saison en raison d'une entorse à la cheville gauche, a-t-on appris jeudi auprès du club stéphanois.

Le joueur, blessé en début de rencontre face à Nice (5-0), dimanche au stade Geoffroy-Guichard, est plâtré pour quatre semaines, a précisé l'entraîneur Christophe Galtier en conférence de presse.

Hamouma a inscrit trois buts cette saison et délivré huit passes décisives en championnat.

Saint-Etienne doit jouer samedi à Annecy contre Evian/Thonon puis à domicile contre Guingamp pour terminer le championnat.

Fifa.com (14/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 14 Mai - 17:16

Lille - Girard : "Je ne suis pas encore parti"



L'entraîneur de Lille René Girard, annoncé sur le départ par la presse, a martelé jeudi qu'il n'était "pas encore parti" et a qualifié certaines critiques comme de "l'indécence".

Comment abordez-vous ce match contre Marseille alors que vous ne pouvez plus finir sixième ?
Je me demande encore comment on a pu perdre à Toulouse (Lille a perdu 3-2 après avoir encaissé deux buts dans les dix dernières minutes, ndlr). Mais on est passé à autre chose. On ne va pas s'apitoyer sur notre sort. On ne pouvait pas mieux espérer pour fermer cette saison à domicile que ce match de gala contre l'OM. C'est un match très intéressant à jouer. Les joueurs sont concernés mais c'est sûr que dans les têtes ce n'est plus pareil de ne pas avoir d'objectif. Mais c'est l'OM en face, ça devrait motiver les joueurs.

A quel type de match vous attendez-vous ?
Marseille est une équipe joueuse, généreuse, pleine de qualité, mais qui a aussi des faiblesses. Le fait d'avoir renversé la situation contre Monaco dimanche leur donne un esprit conquérant. Ils ont cette troisième place à aller chercher donc ça sera difficile, ça ne sera pas un match amical. Nous, on a besoin de faire une belle sortie à domicile. Ce match ne va pas conditionner le championnat qui s'est écoulé, mais pour le regard et le respect que nos supporters peuvent avoir, c'est important.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les informations faisant état de votre départ en fin de saison ?
Vous pouvez tout croire. C'est vous qui l'écrivez, je vous laisse assumer. Si je peux vous faire fantasmer tant mieux, ça serait bien la première fois ! Moi je prépare Marseille. Le championnat n'est pas terminé et il faut bien finir la saison. Ma petite personne ce n'est pas important. Moi je n'ai rien dit, hormis que j'ai rencontré mon président il y a 15 jours et qu'on discutait.

Vous démentez ces rumeurs ?

Ca ne sert à rien d'alimenter les rumeurs. Dans un sens comme dans l'autre, 50% seront contents et 50% vont "pleurer". Ce qui est sûr, c'est que je ne ferai pas toute ma vie ici. Mais je me régale, je suis bien ici. J'ai passé deux ans superbes, après il y a d'autres choses qui rentrent en ligne de compte. A un moment donné ça va aboutir, peut-être après Marseille, lundi ou mardi. Je réserverai la primeur de ma décision à mes joueurs, c'est essentiel. Mais je ne suis pas encore parti contrairement à ce qui se dit.

Vous êtes-vous senti aimé à Lille ?

Aimé, je ne sais pas, mais je ne me suis pas senti haï. Dans l'ensemble, ça s'est très bien passé. Un noyau a été virulent à mon arrivée, pour des raisons qui ne se justifient pas toujours. Mais je suis tombé dans une ville de football, avec des gens reconnaissants et capables de prendre le recul nécessaire. On ne fait pas ce métier pour être aimé, mais pour se donner à fond. Je trouve dommageable qu'on mette ma bonne foi en cause. C'est de l'indescence ce qui s'est passé (certaines critiques, ndlr).

Pourriez-vous ne pas entraîner l'an prochain ?
Si je décide de partir, ça peut arriver. Il y a du monde qui se retrouve sans banc, donc c'est compliqué. Mais je ne suis pas usé, au contraire, j'ai une envie farouche de continuer ce métier. Je suis encore jeune, frais et dispo.

Fifa.com (14/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 14 Mai - 17:18

St Etienne - Galtier : "On ne maîtrise pas notre destin"



L'entraîneur de Saint-Etienne, Christophe Galtier, a rappelé jeudi en conférence de presse que les Verts, qui joue sur le terrain d'Evian/Thonon, samedi, en match de la 37e journée, ne maîtrisaient pas leur destin dans la lutte pour le podium.

Christophe Galtier, la victoire de Marseille sur Monaco, dimanche, a-t-elle rebattu les cartes dans la lutte pour le podium ?
Pour la 4e place, si Marseille (ex aequo avec l'ASSE, 63 pts) ne l'avait pas emporté, nous serions devant au classement et aurions notre destin entre nos mains mais cela aurait été compliqué d'aller chercher le 3e rang. Même avec un calendrier défavorable notamment par rapport à Monaco (qui reçoit Metz et va à Lorient), la 3e place est à deux longueurs. En étant très lucide, je ne vois pas l'ASM s'effondrer comme cela. Evidemment, elle est là, cette 3e place, à deux points mais pour le podium nous ne maîtrisons pas notre destin. Nous pouvons gagner nos deux derniers matches mais si Monaco et Marseille gagnent leurs rencontres, nous serons 5es. C'est comme ça.

L'an dernier, vous aviez fini à deux points du podium. Est-ce que ce serait aussi cruel cette année ?
A partir d'un moment, on termine là où l'on mérite de finir. Nous sommes toujours en course pour la 3e place. Nous ferons tout pour y accéder mais Monaco ou Marseille mériteraient sur leur saison de figurer sur le podium. Toutefois, nous ne sommse pas en vacances. Il y a aussi des enjeux financiers pour finir 4e.

Comment abordez-vous cette rencontre face à Evian/Thonon, en situation alarmante pour le maintien ?
Si Evian/Thonon devait être relégué et ayant connu cette situation (d'un maintien difficile, avec les Verts) il y a quelques années, cela se joue souvent dans les confrontations directes aussi bien pour le maintien que pour les places d'honneur. Or, malheureusement pour l'ETG, il a reçu Bastia et Reims, des concurrents directs contre lesquels cette équipe n'a pas pris de points. Elle est toujours en vie. Il lui faut à tout prix une victoire pour espérer mais elle est comme nous, elle n'a pas son destin entre ses mains.

Les Haut-Savoyards ont l'habitude de gérer ces fins de saisons compliquées. Qu'en pensez-vous ?
Celle-là est très compliquée mais nous aussi nous avons l'habitude de bien gérer notre sprint.

Estimez-vous le match contre Evian/Thonon comme un match de coupe ?

Si vous considérez qu'Evian/Thonon est condamné, vous considérez donc que Bordeaux, 6e, ne peut pas nous rattraper ? Là, l'ETG n'est pas condamné. Malheur au vaincu. Si nous gagnons, nous serons très heureux et nous aurons l'occasion de jouer la semaine suivante un dernier match peut-être très excitant avec un enjeu important. Mais si l'ETG ne gagne pas, il est relégué mais cela n'engendre pas de notre part une préparation similaire à celle précédent un match de coupe de France. Je n'ai rien inventé pour dire que la pression est sur l'équipe d'Evian/Thonon dont j'apprécie l'entraîneur. Mais, lui comme moi, on laissera l'affect de côté.

Fifa.com (14/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 16 Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum