Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Page 3 sur 16 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 21:11

Suspense total, dynamique parisienne



La 27e journée de L1 n'a pas bouleversé la hiérarchie en tête du classement mais la dynamique est clairement du côté du Paris SG, revenu à un petit point du leader lyonnais malgré son nul à Monaco (0-0), dimanche.

Jeu : avantage Paris

Les apparences sont trompeuses avec le double champion de France. Certes, Paris a enregistré son 11e nul de la saison à Louis-II, un chiffre qui fait tache pour un candidat au titre, et son manque de réalisme, déjà criant à Lyon (1-1) et en Ligue des champions contre Chelsea (1-1), lui a encore joué des tours.

Mais sa supériorité sur ses rivaux est désormais manifeste dans le jeu, et la claque subie à Bastia en tout début d'année (4-2) a visiblement servi de leçon. "Ce soir on a joué contre la meilleure équipe du championnat", a d'ailleurs reconnu Leonardo Jardim, l'entraîneur monégasque.

A Lyon, c'est tout le contraire. Les derniers résultats apparaissent flatteurs par rapport au niveau affiché, et le coup d'arrêt connu à Lille (2-1) n'en est que plus logique. "C'est un retour sur terre, même si nous n'étions pas montés bien haut", a expliqué le coach Hubert Fournier, conscient des limites de la jeunesse de son groupe.

Idem pour Marseille, incapable de maîtriser une rencontre jusqu'au bout et qui doit en outre se débattre avec les conséquences morales du camouflet reçu au Vélodrome face à Caen (3-2).

OL et OM touchés à la tête
Champion d'automne et auteur d'une première partie de saison irréprochable, Marseille est au bord de la crise trois mois plus tard, et le message de Marcelo Bielsa semble moins bien passer auprès d'un groupe lassé par ses méthodes.

Le technicien argentin, dont les relations avec son président Vincent Labrune sont inexistantes, ménage lui-même le suspense autour de son avenir. Ce qui ne contribue pas à apaiser l'ambiance au sein du vestiaire marseillais, obligé désormais de surveiller Monaco (4e) et Saint-Etienne (5e) dans le rétroviseur.

A Lyon, ce sont aussi les têtes qui sont touchées, l'équipe n'ayant gagné qu'une seule de ses cinq dernières rencontres en L1, et l'encadrement n'a cessé de fustiger ce week-end le comportement des joueurs à Lille. "C'est un sacré coup d'arrêt moral. Certaines attitudes m'ont déplu. On a fait preuve d'impatience. Nous étions toujours en train de contester", a déclaré Fournier samedi.

Le retour délicat d'Alexandre Lacazette après sa blessure aux adducteurs ne facilite pas non plus la tâche des Lyonnais, pour qui le costume du leader apparaît sans doute un peu large. "C'est une pression nouvelle pour cette génération", selon Bernard Lacombe, le conseiller du président Jean-Michel Aulas, interrogé dans L'Equipe.

Si Paris, privé de Zlatan Ibrahimovic, suspendu, a payé cher l'inefficacité chronique en L1 d'Edinson Cavani (8 buts, aucun depuis le 18 janvier), ou d'Ezequiel Lavezzi à Monaco, il n'y a en revanche pas péril en la demeure. Laurent Blanc a parfaitement résumé le sentiment général, assez contrasté, qui anime les Parisiens: "Il y a la sensation qu'on pouvait prendre la tête, on ne l'a pas fait. J'espère qu'on n'aura pas à le regretter. Mais on se rapproche".

Calendrier : les chocs arrivent
La pression est très nettement sur l'OL, qui doit enchaîner avec deux autres déplacements compliqués, à Montpellier et à Marseille. Ce choc entre Lyon et l'OM au Vélodrome vaudra très cher, trois semaines avant un "clasico" OM-PSG (31e j.) qui sent déjà la poudre.  "On sait qu'on va rentrer dans le dur. C'est un enchaînement rare, qui arrive à un moment où on a moins de jus et où on est moins lucide", a indiqué Bernard Lacombe à L'Equipe.

Entre-temps, Paris aura un calendrier plutôt aisé (Lens et Lorient au Parc, déplacement à Bordeaux) et connaîtra son sort en Ligue des champions face à Chelsea (8e de finale retour le 11 mars). De la poursuite ou non de l'aventure européenne, pour le moment assez compromise, dépendra aussi son état physique et mental pour la fin de saison.

Fifa.com (02/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 21:13

Coupe de France
Saint-Etienne à Boulogne pour un billet pour les demies




Saint-Etienne tentera mardi sur le terrain de Boulogne (National) d'obtenir le premier billet pour le dernier carré de la Coupe de France, dont les quarts de finale seront aussi marqués mercredi par un nouveau choc entre le Paris SG et Monaco.

Les Verts n'ont plus disputé de demi-finale de Coupe de France depuis 1993 et il faut remonter encore beaucoup plus loin, en 1982, pour trouver trace d'une finale, perdue face au Paris SG.

Ce déplacement à Boulogne, 5e de National, a donc des allures d'affaire à saisir pour l'équipe de Christophe Galtier, un peu à la peine actuellement.

Les Verts restent en effet sur une défaite et deux matches nuls en championnat, et leur dernière victoire remonte justement à leur 8e de finale de Coupe de France remportée le 10 février à Paris face au Red Star.

Mercredi, l'affiche de ces quarts de finale mettra aux prises le PSG et Monaco, trois jours après une première manche en Ligue 1 conclue sur un match nul 0-0 en Principauté.

Toujours en lice sur quatre tableaux, les Parisiens devront retrouver au Parc des Princes l'efficacité qui leur a fait défaut à Louis II. Les Monégasques de leur côté devront mettre un peu plus de conviction dans leurs offensives après un match à un seul tir cadré dimanche.

Jeudi, les deux dernières places seront à distribuer. Brest et Auxerre s'affrontent pour un duel entre équipes de Ligue 2, alors que Concarneau (CFA, 4e div.), plus petite équipe encore en lice, recevra Guingamp, le tenant du titre. Le match se tiendra à Lorient.

Le programme

Mardi
Boulogne (NAT) - Saint-Etienne

Mercredi
Paris SG - Monaco

Jeudi
Brest (L2) - Auxerre (L2)
Concarneau (CFA) - Guingamp (Stade du Moustoir, Lorient)

Fifa.com (02/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 21:14

Coupe de France
Saint-Etienne - Clerc : "La Coupe, une super compétition"




L'arrière droit de Saint-Etienne, François Clerc, affirme que la coupe de France est l'un des objectifs de fin de saison des Verts qui jouent mardi (21h00) à Boulogne-sur-mer, contre un adversaire de National (3e div.)en quarts de finale de l'épreuve.

Quel intérêt l'AS Saint-Etienne porte-t-elle à la Coupe de France ?
C'est très intéressant de la jouer. On sait que c'est une super compétition que j'ai gagnée une fois (avec Lyon en 2008). C'est un très grand souvenir. Aujourd'hui, nous sommes en quarts de finale et l'on se rapproche des échéances importantes. Il faut la jouer à fond et ça peut nous permettre d'égayer notre fin de saison. Le championnat reste le fil rouge et on a la petite flamme qui peut être la coupe de France. Il faut qu'on en profite parce que c'est très dur de la gagner. Ce serait super de retourner au Stade de France après 2013 et la victoire en coupe de la Ligue. Ça commence dès mardi à Boulogne. On sait que l'on est attendu et, comme on l'a vu lors des précédents tours, nous nous attendons à un match compliqué. Si nous ne sommes pas à 100%, nous ne passerons pas.

Est-ce qu'une qualification peut être un déclic pour la suite de la saison de l'ASSE ?
Oui, je pense. Si nous passons, nous serons en demi-finale. Nous nous approcherons du but et la demi-finale serait dans un peu plus d'un mois. Quand on est joueur, on a toujours cet objectif, cette excitation. On a toujours dans un coin de la tête les tours suivants et ça remotive pour le championnat. La concurrence bat son plein et tout le monde a envie de se donner à fond pour se donner la possibilité de jouer.

Personnellement, comment s'est passée votre rentrée à Toulouse après cinq mois d'arrêt ?
Cela m'a fait très plaisir de me retrouver sur un terrain, de jouer 90 minutes après cinq mois sans compétition. Il me manque encore du rythme, mais ça viendra avec les entraînements et les rencontres. J'ai essayé de faire mon travail, d'apporter ce que je pouvais et, maintenant, je pense monter en puissance lors des prochaines semaines.

Comment avez-vous géré cette période sans jouer ?

Cela a été un peu compliqué, en particulier au début, parce que nous ne savions pas trop quel serait le délai. On se donnait un peu de temps, après je réessayais, cela me faisait un peu mal, je m'arrêtais à nouveau. Ce n'est pas comme lorsque l'on connaît dès le départ la durée d'indisponibilité. Là, il y en a eu pour cinq mois. C'est plus compliqué. On a eu des hauts et des bas. Ça allait bien deux, trois jours et la douleur revenait. J'ai un peu galéré. Ça fait partie du football malheureusement. Mais on oublie plus vite dès qu'on a repris. C'était quand même long, surtout que l'on avait une saison intéressante avec la coupe d'Europe. De ne pas y participer, ou si peu, c'était décevant, mais c'est la vie, c'est comme ça.

Fifa.com (02/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 2 Mar - 21:16

Monaco - Dirar : "Le plus important est la Ligue des champions"



L'international marocain Nabil Dirar, capitaine aux commandes d'un Monaco parfait mercredi à Arsenal (3-1), a reconnu que la qualification en quart de finale de la Ligue des champions reste "le plus important", avant son quart de finale de Coupe de France disputé mercredi à Paris.

"Si (Monaco) peut gagner quelque chose, c'est la Coupe", a-t-il toutefois précisé.


Monaco enchaîne tous les trois jours. Comment le groupe se sent-il physiquement ?
Contre Arsenal, on a beaucoup couru, dépensé beaucoup d'énergie, joué en contre. C'était un match costaud. On a eu peu de repos avant la réception de Paris. Mais le point pris n'est pas mal. A la fin de la rencontre, les joueurs étaient fatigués. Pourtant, il faut enchaîner. C'est ainsi. Même si on n'a pas un large effectif, on peut compter sur tout le monde. La concurrence existe à tous les postes. Chacun doit être prêt.

L'enjeu étant différent du Championnat, pensez-vous que ce sera plus ouvert que la rencontre de dimanche (0-0 à Monaco) ?
On a raté une qualification pour la finale de Coupe de la Ligue à domicile contre Bastia (0-0 a.p., 6 t.a.b. à 7). On veut jouer la Coupe de France à fond. On se déplace pour gagner. Ce sera ouvert. On n'a rien à perdre. Il faut aller chercher le match, même si je pense que coach va faire tourner dans la mesure du possible.

Même lorsque vous êtes en difficulté, on a le sentiment qu'il est dur de vous battre. Le ressentez-vous ?
Après un mauvais début de saison, on commence à bien s'entendre sur le terrain. On travaille les uns pour les autres. Cela aide vraiment notre groupe. On est solide.

Pourtant, les critiques sur votre jeu, comme celles du consultant de Canal+ Christophe Dugarry après Monaco-Paris SG (0-0), continuent...
Depuis le début de la saison, on se fait critiquer, mais on est là! Encore en Ligue des champions et en Coupe de France. On ne joue pas contre n'importe qui. Paris est une grande équipe. Le point arraché est bon. Je n'ai rien à dire d'autre. Lui est champion du monde. Il a joué avec Zizou. Je ne peux pas critiquer ces joueurs-là (sourires)...

Est-ce ironique ?
Non, je pense cela. C'est son boulot de critiquer. Il est payé pour ça. S'il n'est pas content, c'est ainsi. Nous, on était satisfait avec un point. On a bien vu que Paris était plus fort que nous, notamment physiquement.

A titre personnel, avez-vous le sentiment de vous épanouir ?
Pour le moment, je suis bien ici. On gagne, on est bien au classement, bien en Ligue des champions. Si on bat Paris en Coupe, on peut aller en finale. Je crois que si on peut gagner quelque chose, c'est la Coupe. Car en championnat, ce sera très difficile.

Les objectifs sont-ils hiérarchisés dans le vestiaire ?
Le plus important, c'est de parvenir à jouer les quarts de finale de Ligue des champions. Ces matches-là m'excitent vraiment. Jouer cette compétition était un de mes rêves.

Fifa.com (02/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 3 Mar - 21:25

Evian et Lorient à la recherche d'un peu d'air



Evian-Thonon et Lorient s'affrontent mercredi (19h00) dans un match en retard de la 26e journée du championnat de France qui pourrait permettre à l'une des deux équipes de prendre un tout petit peu d'air.

Rien n'est simple cette saison pour ces deux équipes qui naviguent depuis des mois dans le dernier tiers du classement.

Evian a tout de même pris un peu d'élan avec ses deux succès consécutifs à l'extérieur à Lens (2-0) et Metz (2-1), deux adversaires directs dans la lutte pour le maintien. Les joueurs de Pascal Dupraz restent pourtant en situation très précaire, à la 17e place, à égalité avec Toulouse (18e). Une défaite mercredi les expédierait donc à nouveau dans la zone rouge.

Lorient n'est guère mieux loti, avec sa 16e place et ses deux points d'avance sur son adversaire du jour. Mais les Merlus aussi sont sur une bonne dynamique, avec deux victoires (à Reims et contre Bastia) et un bon nul contre le leader lyonnais (1-1). Avec un succès, les joueurs de Sylvain Ripoll grimperaient à la 13e place.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 3 Mar - 21:26

PSG - Thiago Silva, le réveil du "Monstre"



"O Monstro" est bel et bien de retour: impressionnant depuis le début de l'année, le défenseur brésilien Thiago Silva semble avoir enfin digéré ses déboires du Mondial, une aubaine pour le PSG avant d'attaquer sept jours cruciaux.

Zéro. C'est le nombre de fautes commises par l'ancien Milanais en Ligue 1 en 2015. Une statistique qui permet d'évaluer à sa juste mesure son rendement actuel, à mille lieues du joueur emprunté, fébrile et nerveux qu'avait récupéré Paris après la Coupe du monde.

Impérial dans les duels, propre techniquement, Silva, 30 ans, enchaîne les prestations de classe et s'est totalement métamorphosé après sa période noire. Une résurrection qui tombe au meilleur moment pour Laurent Blanc et sa troupe, qui doivent aborder une étape charnière de la saison entre le quart de finale de Coupe de France face à Monaco, mercredi au Parc des Princes, et le 8e de finale retour de Ligue des champions à Chelsea, le 11 mars.

Entre-temps, le double champion de France tentera de s'emparer enfin de la tête de la L1 en recevant Lens, samedi.

Le technicien parisien, en bon connaisseur du poste, ne peut donc que savourer la renaissance de son capitaine. "Thiago Silva n'est pas un jeune joueur, ce n'est pas un enfant. On sait ce qu'il est capable de faire. La Coupe du monde au Brésil a été une déception à digérer, mais douter de son potentiel était une injustice et il fallait l'aider plutôt que de l'enfoncer. Il est en train de redevenir le joueur qu'il était", a déclaré Blanc après le succès contre Toulouse (3-1), le 21 février, conclu sur un but de la tête du Brésilien.

Effets désastreux
Il a fallu six mois à Thiago Silva pour évacuer la déception de ce rendez-vous manqué sur son sol et oublier les railleries dont il a fait l'objet.

Etiqueté "meilleur défenseur du monde" avant le Mondial, il a perdu beaucoup de crédit devant son public en l'espace d'un mois. Ses larmes lors de la séance des tirs au but en 8e de finale face au Chili (1-1 a.p., 3-2 t.a.b.), sa faute stupide au tour suivant qui l'a privé de la demi-finale, et l'humiliation contre les Pays-Bas pour la 3e place (3-0) ont eu des effets désastreux sur son image et son moral, finissant par plomber son début de saison.

Blessé à la cuisse droite en match amical à Naples en août 2014 pour avoir voulu reprendre la compétition trop vite, déchu de son brassard en Seleçao par le nouveau sélectionneur Dunga au profit de la pépite Neymar, il a payé très cher le fiasco brésilien.

"Ça n'a pas été facile, il y a eu beaucoup de critiques, a-t-il reconnu après le match face au Téfécé. Ce n'est pas facile de retrouver la manière juste de jouer. Surtout que j'ai été blessé deux mois. Mais maintenant, je pense que je joue bien, je donne de la motivation au groupe, de la confiance aussi". La page est donc tournée et Thiago Silva se dit même désormais "un petit peu meilleur" qu'en 2012, date de son arrivée dans la capitale.

"Il est en pleine forme, en pleine confiance", observe son compatriote Marquinhos, qui fait maintenant la paire avec lui en défense centrale depuis le replacement de David Luiz au milieu. "Il n'a pas perdu ses qualités comme ça, renchérit Zoumana Camara, le doyen du PSG, 35 ans. Il a connu un petit peu de doute mais il a fait le dos rond. Il revient en forme au meilleur moment de la saison pour les matches couperets. Sans faire offense aux autres joueurs, c'est le meilleur défenseur avec qui j'ai évolué".

Le doute n'est plus permis, "O Monstro" impose de nouveau le respect.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 3 Mar - 21:27

Coupe de France
Paris-Monaco, un choc et des buts ?




Le choc des quarts de finale de la Coupe de France oppose mercredi le Paris SG et Monaco, qui se retrouvent trois jours après leur match nul en championnat (0-0), avec cette fois l'assurance de voir les filets trembler, quitte à attendre pour cela les tirs au but.

Paris, qui était reparti la mine déçue de Louis II où il a manqué de s'imposer et surtout de prendre les commandes de la Ligue 1, préfèrerait ne pas en passer par cet exercice, à moins de l'entrevoir comme une répétition avant son autre quart de finale, retour, de Ligue des champions dans une semaine à Chelsea (aller: 1-1).

Dans la perspective de ce crucial rendez-vous, la demi-heure de jeu supplémentaire que lui imposerait une prolongation ne viendrait pas plus l'arranger.

Pour Monaco, ce scénario n'apparaît pas le plus souhaitable non plus, comme en atteste le mauvais souvenir de sa récente élimination en demi-finale de Coupe de la Ligue contre Bastia qui s'était offert le droit de défier le tenant du titre parisien (11 avril) après la séance de tirs au but remportée 7 à 6 (0-0 a.p.).

Tout est donc réuni, à l'exception notable d'Ibrahimovic qui purgera son second match consécutif de suspension, pour que ce match entre les deux derniers représentants français en coupe d'Europe puisse trouver son futur demi-finaliste après 90 minutes.

Jeudi, les deux derniers quarts de finale opposeront Brest à Auxerre, deux pensionnaires de Ligue 2, alors que Guingamp ira à Lorient défendre son titre contre Concarneau (CFA, 4e div.), plus petite équipe encore en lice.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 3 Mar - 21:29

Coupe de France
ASM - Le retour en force de Kondogbia




Le milieu de terrain défensif de Monaco, Geoffrey Kondogbia, blessé durant plus de deux mois suite à un claquage à une cuisse, réalise un retour à la compétition de haut niveau, qu'il devra confirmer mercredi contre Paris en Coupe de France.

Son but, sur une belle frappe lointaine à l'Emirates Stadium contre Arsenal lors de la magistrale victoire en 8e de finale de la Ligue des champions (3-1) il y a une semaine, l'a de nouveau propulsé sur le devant de la scène.

Pourtant, Geoffrey Kondogbia n'a pas vécu une saison facile. D'ailleurs, depuis son arrivée sur le Rocher, rien n'a été simple pour lui. Après son titre de champion du monde des moins de 20 ans en 2013, Kondogbia est certes devenu international A, mais il a eu beaucoup de mal à enchaîner. L'an dernier, Claudio Ranieri, alors entraîneur de l'ASM, n'était pas son plus grand fan.

Et cette saison, il s'est claqué le 29 novembre à l'échauffement juste avant Rennes-Monaco (2-0). "Onze semaines sans jouer, cela ne m'était jamais arrivé, explique-t-il. Dans ces moments-là, tu te rends compte que le football est toute ta vie. C'était une blessure très dangereuse, car il y a beaucoup de répétitions lorsque l'on se soigne mal."

"Depuis, j'évite de frapper à l'échauffement", sourit-il. Il se réserve pour les matches, comme contre Arsenal. "Je parle beaucoup avec Geoffrey, souligne Leonardo Jardim, son entraîneur. Je lui dis qu'il doit frapper beaucoup plus. Il a une bonne frappe du gauche. Un bon milieu doit être fort dans son jeu de passe, dans son jeu de récupération, mais il doit aussi savoir frapper au but".

Le déclic à Nice
Jardim lui demande également, notamment lorsque Toulalan est replacé en défense centrale, de s'imposer comme leader au milieu. Et après un retour compliqué à Guingamp, le 8 février (0-1), le déclic est survenu lors du derby de la Cote d'Azur à Nice (1-0), lors de la rencontre suivante.

A dix contre onze, Kondogbia a réalisé une deuxième mi-temps d'un très haut niveau à l'Allianz Riviera. Avant d'enchaîner sur la même lignée contre Arsenal et le Paris SG (0-0), dimanche en championnat. "Je ne suis pas surpris par ce que fait Kondogbia actuellement, juge Jardim. Il s'est arrêté de longues semaines. Il a pu bien récupérer et effectuer une bonne préparation avant son retour. Aujourd'hui, il va bien".

Vu le nombre de joueurs indisponibles côté monégasque mercredi, Kondogbia devrait être encore un homme de base de l'équipe, qui tentera de se qualifier pour les demi-finales de la Coupe de France au Parc des Princes.

A 22 ans, et après bien des mois de disette, il a soif de jeu et de terrain. "L'important, c'est de pouvoir répéter les performances", assure d'ailleurs l'ex-Lensois et Sevillan.

Histoire aussi de montrer à Didier Deschamps qu'à l'instar de ses compères de la même génération, Paul Pogba, Lucas Digne, Raphaël Varane ou Kurt Zouma, son avenir se dessine en Bleu. "Il a encore une grosse marge de progression, comme tous les jeunes joueurs de l'équipe. Mais j'ai confiance dans le sélectionneur français. Je sais qu'il est très attentif aux jeunes joueurs de Monaco", conclut Jardim.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 3 Mar - 21:30

Coupe de France
Guingamp - Gourvennec veut faire respecter la hiérarchie




Favori sur le papier de son quart de finale de Coupe de France, jeudi, contre Concarneau (CFA), Guingamp s'attend à un match difficile où il faudra "faire respecter la hiérarchie", a expliqué à l'AFP son entraîneur Jocelyn Gourvennec, mardi.

Après trois défaites consécutives, il est important pour votre équipe de réagir
On change de compétition, c'est complètement différent du championnat ou de la Coupe d'Europe. Concarneau va vouloir se qualifier, nous aussi. On est une Ligue 1 et on veut montrer qu'on est meilleur qu'une CFA. Il faudra faire respecter la hiérarchie. C'est toujours difficile en Coupe, parce que la Coupe nivelle les valeurs, mais on a envie de passer un tour supplémentaire.

Avec ce quart de finale, vous n'êtes qu'à trois matches de retrouver l'Europe. Est ce que c'est devenu le principal objectif de votre fin de saison ?
Je ne pense pas du tout à ça, les joueurs non plus. On est totalement focalisé sur le match qui arrive. On a encore besoin d'avancer en championnat, mais là on ne pense qu'au match de Concarneau, pas à la suite.

Vous avez déjà joué contre Concarneau l'an dernier (en 16e de finale, victoire 3-2 a.p.) et l'équipe vous avait donné beaucoup de mal. Avez-vous préparé ce match avec un soin particulier ?
Oui, on les connaît bien, on est allé les superviser depuis qu'on connaît le tirage. J'ai pu voir leur dernier match à Croix en vidéo (en 8e de finale, 0-0 et 4-1 aux tirs au but). C'est une bonne équipe, qui a monté de niveau par rapport à l'année dernière. C'est une très bonne équipe de CFA. L'an dernier, on avait aussi rencontré une équipe de CFA en quart de finale, à Cannes. On avait réussi à l'emporter. Ce sera un match difficile comme toujours en Coupe de France.

Le fait que le match se déroule sur la pelouse synthétique du Moustoir à Lorient et pas sur la pelouse difficile du petit stade de Concarneau est-il un avantage pour votre équipe ?
C'est sûr que c'est mieux de jouer sur un "synthé" que sur un terrain extrêmement difficile comme à Yzeure (au tour précédent) ou comme l'an dernier à Concarneau. Maintenant, ce sera une surface qui n'est pas habituelle ni pour nous, ni pour eux. Je ne sais pas qui s'adaptera le mieux. Mais ça reste un match à gagner et il faudra un bon Guingamp pour passer.

Cette année, vous avez plutôt eu des tirages favorables avec que des équipes de divisions inférieures...
(Il coupe) "Non je réfute ça. On a pas de chance au tirage. On a des matches difficiles contre des équipes hiérarchiquement inférieures, mais si c'était des tirages faciles, il n'y aurait que des équipes de Ligue 1 en quart de finale. Or, beaucoup de Ligue 1 tombent tous les ans contre des équipes de National, de CFA, de CFA2. On prend ce match très au sérieux.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 4 Mar - 14:17

Saint-Etienne par la petite porte



Saint-Étienne (L1), malmené par une valeureuse équipe de Boulogne-sur-Mer (National), a décroché son billet pour les demies-finales de la Coupe de France à l'issue des tirs au but, mardi au stade de la Libération (1-1, 4-3 tab).

Les Verts, pourtant menés 1-0 à six minutes de la fin, n'avaient pas atteint ce niveau de la compétition depuis 1993. A l'image de la première période, seulement ponctuée par des tentatives de Hamouma (5) et Corgnet (23), les Stéphanois n'ont pas réellement contrarié les pensionnaires du National durant le temps réglementaire.

Nullement impressionnés par le lustre de leur adversaire, les Boulonnais ont rapidement pris la maîtrise du milieu de terrain, notamment grâce à Dembélé, leur remuant milieu de terrain récupérateur de poche.

Sans Gradel, leur meilleur buteur, resté sur le banc de touche, les Verts manquaient de tranchant et d'imagination pour servir Van Wolfswinkel, aligné seul en pointe. Une indigence offensive qui obligeait Galtier à revoir sa copie, en lançant Monnet-Paquet et en replaçant Hamouma dans l'axe (64). Mais sans grand succès.

Saint-Etienne à réaction
Ce sont même les Boulonnais qui se montraient les plus entreprenants. Mercier, idéalement servi par Dembelé à la limite du hors-jeu, avait l'ouverture du score au bout du pied, mais ratait son face-à-face avec Ruffier (75). La persévérance des Boulonnais était finalement récompensée avec un penalty transformé par Soubervie, pour une faute de Ruffier, dont la sortie devant Bégue était jugée illicite, malgré les contestations des Verts (1-0, 79).

Jusque-là apathiques, les Stéphanois, piqués au vif, ne tardaient pas à réagir et revenaient rapidement au score grâce à Corgnet, qui reprenait de la tête un coup franc de Mollo pour tromper Viviani, le gardien de Boulogne-sur-Mer (1-1, 84). Chacune des deux formations a eu des opportunités de faire la différence au cours d'une prolongation débridée où le ballon a vadrouillé d'un camp à l'autre mais où la lucidité a fait défaut.

Durant les tirs au but, les tentatives ratées de Dia et Mercier pour Boulogne ont fait le bonheur des Stéphanois.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 4 Mar - 14:22

Coupe de France
Seznec et Concarneau veulent mettre Guingamp à la porte




Le quart de finale de Coupe de France contre Guingamp, jeudi à Lorient, aura "un petit goût de revanche" pour l'US Concarneau (CFA) et son gardien Ivan Seznec, éliminés en 16e de finale par les Rouge et Noir l'an passé.

"J'aurais préféré PSG, Monaco ou Saint-Étienne" comme adversaire, admet volontiers Ivan Seznec, 30 ans. "Guingamp c'est très bien aussi pour le prestige parce que c'est un derby breton", s'empresse-t-il d'ajouter, "mais ça fait deux ans qu'on les joue et on peut moins compter sur l'effet de surprise". L'an dernier, les thoniers - surnom du club du Finistère, petit poucet de ces quarts de finale - avaient bousculé l'En-Avant, menant 2-1 au cours de la prolongation, avant de céder (2-3). "On n'est tellement pas passé loin, forcément, il y aura un petit goût de revanche", confie Seznec.

Jouer Guingamp, qui sort juste d'une élimination en seizième de finale d'Europa League, "c'est notre Coupe d'Europe", souligne aussi le gardien. Pour se qualifier, l'US Concarneau a notamment écarté deux équipes de Ligue 2, Niort et Dijon (1-0 à chaque fois), avant d'arracher sa place en quart à Croix, club de CFA (0-0 a.p., 4-1 aux tirs au but), le tout en n'encaissant que trois buts en huit tours de Coupe de France. Il faut dire que leur gardien, commercial pour une entreprise de menuiserie spécialisée dans les portes et les fenêtres dans le civil, s'y connaît quand il s'agit de tout fermer à double tour.

Détournés du regard
Il la joue pourtant modeste: "Pour l'instant, en Coupe, je n'ai pas eu beaucoup d'arrêts à faire". Même à Croix, tous les tirs au but nordistes - sauf celui réussi - étaient hors-cadre ou sur ses montants. "Je les ai tous détournés du regard. Ou alors c'est mon maillot orange fluo qui leur a fait peur", plaisante Seznec.

Mais face à l'armada guingampaise, si "tenir le plus longtemps possible le 0-0" sera son objectif, la tâche sera rude car Concarneau ne jouera pas dans son stade Guy-Piriou, mais sur le synthétique du Moustoir, à Lorient. "Quand Niort et Dijon sont venus ici se casser les dents, ils ont été, plus que nous, gênés par le terrain", souligne Ivan Seznec. "Jouer sur synthétique contre une Ligue 1, ça baisse un petit peu nos chances de qualification".

Ivan Seznec sait que ce match sera le point d'orgue d'une carrière "plus proche de la fin que du début", comme il le dit lui-même. "Dans tout le Finistère-sud tout le monde m'en parle et des gens qui ne me connaissent pas me souhaitent bon match spontanément", raconte-t-il. Arrivé au foot à 6 ans, dans son village de Plogastel, à 40 km de Concarneau, c'est son entraîneur qui l'a mis aux cages parce qu'il ne tenait pas en place, aime-t-il à raconter.

Contrairement à beaucoup de joueurs de CFA, Ivan Seznec, passé par la filière universitaire (STAPS), n'a jamais rêvé de carrière professionnelle. "Je ne suis pas très impressionnant niveau taille et poids, alors j'essaye de compenser avec ma vivacité", explique modestement le portier qui place Peter Schmeichel, Iker Casillas et Fabien Barthez dans son panthéon. En attendant, il "profite à fond" des sollicitations médiatiques générées par l'aventure des Finistériens en Coupe. "Cela va laisser des traces de ce qu'on a fait, ça aussi c'est important", explique-t-il. Des traces qu'il a hâte de pouvoir montrer, dans quelques années, à son petit garçon, né il y a six mois.

Fifa.com (03/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 4 Mar - 18:58

OM - Bielsa : "Vous pensiez que j'étais meilleur que ce que je suis"



Actuellement en mal de réussite après un début de championnat tonitruant, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille Marcelo Bielsa estime avoir été surestimé par les médias français durant la période faste de l'OM.

"Vous pensiez certainement que j'étais meilleur que ce que je suis", a déclaré mercredi le technicien argentin lors d'une conférence de presse au Centre d'entraînement Robert-Louis-Dreyfus avant la rencontre de Ligue 1 vendredi à Toulouse.

"Durant la première moitié (de championnat) vous pensiez que j'étais très bon et que le foot français avait besoin de s'inspirer de mes méthodes", a ensuite expliqué Bielsa. "On s'éloigne de celui qui sent mauvais et la défaite fait que vous avait une mauvaise odeur", a-t-il ajouté.

Interrogé sur ses intentions à l'issue de la saison, Bielsa, que beaucoup d'observateurs jugent sur le départ, n'a pas donné beaucoup d'éléments.

L'Argentin s'est contenté de dire que la décision ne lui appartenait pas entièrement mais qu'il trouvait son contrat "convenable", les juristes olympiens ayant planché pour mettre en conformité ses désirs -ne s'engager que sur une année- avec le droit français qui impose un engagement de deux ans.

"De mon point de vue, il faut terminer le championnat et cette année sportive et que le club prenne les décisions auxquelles il croit", a-t-il lâché. "Je ne veux transmettre ni urgence, ni pression au club".

Sans entrer dans les détails, Bielsa a par ailleurs dit vouloir maintenir sa méthode de coaching, réputée exigeante avec les joueurs, mais a martelé qu'il ferait tout pour éviter "l'aveuglement".

Quelques minutes avant son entraîneur, le défenseur Jérémy Morel avait d'ailleurs confessé que joueurs et coach avaient "parlé longuement" après la défaite 3-2 contre Caen vendredi dernier, chacun livrant son analyse.

Fifa.com (04/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 5 Mar - 13:19

Evian enchaîne contre Lorient



Evian/Thonon a remporté face à Lorient (1-0), un troisième succès consécutif après ceux obtenus face à Lens (2-0) puis Metz (2-1), deux autres concurrents directs pour le maintien, mercredi lors du match en retard de la 26e journée de Ligue 1.

Grâce à ce succès, l'ETG remonte au 16e rang avec trois longueurs d'avance sur le premier relégable Toulouse (18e), et dépasse son adversaire du soir au classement. Lorient, qui n'avait plus perdu depuis le 24 Janvier (2-3 à Guingamp), rate l'occasion de s'éloigner du bas de tableau et occupe désormais la 17e place, avec deux unités d'avance sur la zone rouge.

Evian/Thonon a marqué l'unique but de la rencontre peu avant la demi-heure de jeu: sur un contre rapidement mené, Modou Sougou débordait sur le côté droit et centrait pour Clarck N'Sikulu, qui se jetait au deuxième poteau pour tromper Benjamin Lecomte (25).

Avant l'ouverture du score, Lorient avait maîtrisé les débats grâce à une supériorité technique lui permettant de mettre en place son jeu. Dès la 4e minute, Walid Mesloub déclenchait une frappe flottante que Leroy détournait en corner avant que Romain Philippoteaux, dans un angle fermé, n'oblige le gardien haut-savoyard à se détendre (Cool.

De son côté, Evian/Thonon a procédé essentiellement en contre. Sur l'un deux, N'Sikulu prenait le dessus sur la défense morbihanaise, mais sa frappe était repoussée par Lecomte (6). En seconde période, les Merlus ont essayé d'accélérer le jeu mais ont éprouvé de nombreuses difficultés face au bloc défensif très compact des joueurs de Pascal Dupraz.

Sur un corner de Raphaël Guerreiro, Leroy détournait la tête de Benjamin Jeannot (60) alors qu'une tentative de ce dernier heurtait le poteau en fin de match (84). Dans les arrêts de jeu, le gardien des Croix de Savoie se couchait parfaitement sur un coup-franc de Jordan Ayew accordé pour une faute de Djakaridja Koné sur Vincent Le Goff qui marquait sur l'action. Toutefois, l'arbitre, trop précipité, ne laissait pas l'avantage et refusait l'égalisation (90+1).

Fifa.com (04/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 5 Mar - 13:24

Coupe de France
Le PSG dans le dernier carré sans trembler




Le Paris SG a très tranquillement pris le meilleur sur Monaco mercredi en quart de finale de la Coupe de France (2-0) et a ainsi donné encore un peu plus corps à ses ambitions de triplé national.

Finaliste de la Coupe de la Ligue, demi-finaliste de la Coupe de France, revenu à un point du leader en Ligue 1: le PSG a vraiment mis de l'ordre dans ses affaires domestiques, à une semaine de son grand rendez-vous européen contre Chelsea à Stamford Bridge.

Et Laurent Blanc peut lui commencer à croire à un triplé, qui serait historique et qui renforcerait singulièrement son fragile statut.

Mercredi, le PSG a donc rejoint Saint-Étienne dans le dernier carré de la Coupe de France, un vrai objectif des dirigeants, et il l'a fait en surclassant Monaco, rival pourtant traditionnellement coriace et encore jamais battu sous l'ère qatari.

Dimanche à Louis II, 90 minutes et un wagon d'occasions n'avaient ainsi pas suffi aux Parisiens pour trouver la faille (0-0). Mercredi, il n'a fallu que trois minutes à David Luiz pour forcer le verrou, à la réception d'un corner sur lequel sa première tête a fait office de passe décisive pour lui-même.

Un but, enfin! Mais hélas, c'était à peu près tout pour une première période très pauvre, hachée par les fautes et le déchet, indigne de deux candidats crédibles aux quarts de finale de la Ligue des Champions. Monaco, très handicapé par les absences, avait au moins l'excuse d'un 11 de départ remanié, avec notamment une arrière-garde très expérimentale et très jeune. Touré et Diallo n'ont ainsi que 18 ans et ils ont d'ailleurs souvent fait leur âge.

Double poteau

Mais en laissant sur le banc Moutinho, Kurzawa, Ferreira-Carrasco ou Bernardo Silva, Leonardo Jardim s'était copieusement compliqué la tâche.

Vraiment plus embêtée quand il faut aller chercher un but et faire le jeu que pour contrer, l'équipe du technicien portugais a tout de même eu une superbe occasion, avec un coup franc limpide de Traoré qui a fini sur la transversale de Douchez (19). Deux frappes moyennes de Traoré (36) et Matheus (45) complétaient le bilan monégasque avant la pause.

Celui du PSG n'était pas beaucoup plus clinquant avec une tête au-dessus de Pastore (25), quelques jolis gestes du meneur argentin et une solidité défensive confirmée malgré la frayeur provoquée par le bel oeuf de pigeon apparu sur la pommette de Thiago Silva après un choc avec Berbatov.

La suite a été beaucoup plus convaincante. Cavani a d'abord donné deux buts de marge à Paris sur une action où tout a été impeccable, l'appel tranchant de l'Uruguayen comme le service au millimètre de Verratti (52).

Les Parisiens ont ensuite multiplié les opportunités de but, notamment lors d'une incroyable série qui a vu dans la même minute Pastore et Cavani frapper le poteau puis l'Argentin tirer au-dessus en excellente position (61). Lavezzi, Pastore et toujours Cavani ont encore menacé Stekelenburg ensuite, sans succès mais confirmant l'emprise parisienne.

Les pessimistes y verront peut-être la persistance des lacunes parisiennes dans l'efficacité. Mais Ibrahimovic revient de suspension pour le match de samedi contre Lens. Ensuite, il sera temps de se tourner vers Londres et un autre rêve de triplé, la qualification face à Chelsea pour les quarts de finale de la Ligue des Champions.

Fifa.com (04/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 5 Mar - 13:45

Sursaut obligatoire pour l'OM à Toulouse



En plein doute après un début d'année 2015 raté, Marseille doit absolument se reprendre vendredi (20h30) à Toulouse, lors de la 28e journée de Ligue 1, pour ne pas décrocher de la course au titre avant de recevoir Lyon et le Paris SG.

Renversés en vingt minutes par Caen vendredi dernier au Vélodrome (défaite 3-2) après avoir mené 2-0, les hommes de Marcelo Bielsa auront-ils été suffisamment blessés dans leur honneur pour réagir et inverser la tendance?

Il y a en tout cas urgence car après un début de saison tonitruant, le champion d'automne, qui reste sur quatre matches sans victoire, connaît un début d'année très compliqué avec seulement neuf points pris en huit journées. L'OM ne doit son maintien dans la course au titre qu'aux atermoiements de l'OL, attendu dimanche à Montpellier, et de Paris, qui reçoit Lens samedi.

L'OM ne peut donc plus se permettre le moindre faux pas s'il ne veut pas être lâché définitivement par le duo de tête. "Si on continue à piétiner comme on le fait actuellement, on ne va pas espérer longtemps", martèle le défenseur marseillais Jérémy Morel.

"On reste malgré tout troisième avec un parcours vraiment mauvais. Donc on a encore toutes nos chances. Ce serait dommage de tout lâcher aujourd'hui. On va essayer de se remettre dans le droit chemin", insiste-t-il.

En mal de réussite, Bielsa s'est lui justifié en ironisant sur la vision que la presse avait eu de lui: "Durant la première moitié (de championnat), vous pensiez que j'étais très bon et que le foot français avait besoin de s'inspirer de mes méthodes. On s'éloigne de celui qui sent mauvais et la défaite fait que vous avez une mauvaise odeur."

Une défense à reconstruire
Le déplacement à Toulouse, relégable (18e) depuis le week-end dernier, aura valeur de test à ne pas manquer pour les Phocéens avant les véritables tournants que seront la réception de Lyon dimanche prochain et celle du PSG début avril.

Mais l'OM, qui n'a pas gagné à l'extérieur depuis cinq mois, s'y rendra privé de trois éléments clés de sa défense. Brice Dja Djédjé et Rod Fanni sont suspendus tandis que Nicolas Nkoulou se remet d'une opération du genou.

La logique voudrait donc que Dja Djédjé soit remplacé par Mario Lemina, de retour après quatre matches de suspension, tandis qu'en défense centrale, Bielsa pourrait titulariser Baptiste Aloé aux côtés de Morel.

Face à eux, l'entraîneur du "Téfécé" Alain Casanova devrait miser sur deux attaquants après avoir aligné samedi dernier face à Saint-Etienne un Ben Yedder très décevant seul en pointe.

Devant, Bielsa devrait de nouveau faire confiance à André-Pierre Gignac, sur le banc face à Caen mais buteur dès son entrée en jeu, Michy Batshuayi n'ayant pas confirmé (un penalty manqué) tous les espoirs nés à Saint-Étienne.

En manque cruel de points, les Toulousains vont eux tenter de ressortir le nez de la zone rouge. Mais si la période peut sembler plus propice pour recevoir les Marseillais, ils ne se laisseront pas berner par leur mauvaise passe.

"Marseille est coutumier du fait, habitué à vivre des périodes un peu difficiles chaque saison et une de leurs forces est justement de savoir bien repartir", craint Casanova. Début de réponse vendredi soir au Stadium où l'OM n'a plus perdu depuis 2007 (deux victoires, cinq nuls).

Fifa.com (05/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 5 Mar - 13:47

Marseille à Toulouse, gare au décrochage



Marseille (3e) doit s'imposer à Toulouse (18e) pour garder le contact avec les deux premiers au classement du championnat de France chez un adversaire luttant, lui, pour son maintien, vendredi en match avancé de la 28e journée.

L'OM, qui n'a plus gagné à l'extérieur depuis cinq mois, reste sur quatre matches d'affilée sans victoire, et surtout un revers à domicile face à Caen (3-2) après avoir mené 2-0. A force de piétiner, il a perdu du terrain par rapport aux deux premiers, Lyon (4 points d'avance) et le Paris SG (3).

Entre les problèmes défensifs (absences de Dja Djédjé, Fanni et Nkoulou), les tracas de Gignac et les spéculations autour de l'avenir de Marcelo Bielsa, les Marseillais doivent trouver les ressources morales pour se relancer dans la seule compétition qu'ils disputent.

L'impératif de victoire s'aiguise aussi au vu du rendez-vous parisien: les joueurs de Laurent Blanc reçoivent samedi après-midi la lanterne rouge, Lens. Ils ont donc l'occasion de prendre au moins provisoirement la tête du championnat samedi et de préparer au mieux leur déplacement à Chelsea mercredi en 8e de finale retour de Ligue des champions (aller: 1-1).

La tâche semble en revanche plus ardue pour le leader lyonnais, qui sort d'un mois de février en demi-teinte (6 points en 5 matches) et va défier dimanche soir une équipe de Montpellier venue se mêler au deuxième wagon du classement.

Côté toulousain, et sur un plan plus critique, il s'agit de s'extraire vendredi de la zone de relégation où le Téfécé est tombé depuis deux journées. Une victoire permettrait de sortir le bec de l'eau en attendant les résultats de Reims, Evian et Lorient.

Le programme

Vendredi
Toulouse - Marseille

Samedi
Paris SG - Lens
Bastia - Nice
Caen - Bordeaux
Evian-Thonon - Monaco
Reims - Nantes
Rennes - Metz

Dimanche
Saint-Etienne - Lorient
Guingamp - Lille
Montpellier - Lyon

Fifa.com (05/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 12:04

Coupe de France
Guingamp au forceps contre Concarneau




Guingamp a battu in extremis (2-1) l'US Concarneau, qui évolue trois divisions plus bas, grâce à un but de son attaquant vedette Claudio Beauvue à la dernière minute, jeudi, en quart de finale de la Coupe de France à Lorient.

Comme l'an dernier les tenants du titre ont eu les pires difficulté à maîtriser les valeureux Finistériens.

L'entraîneur de Guingamp, Jocelyn Gourvennec, avait choisi une nouvelle fois de ne pas aligner d'entrée Beauvue, victime d'une grippe et d'une otite la semaine dernière, et de titulariser Ladislas Douniama aux côtés de Christophe Mandanne en pointe.

Les rouge et noir semblaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score dès la 3e minute par Mandanne, qui récupérait un ballon mal repoussé sur un corner pour fusiller le gardien concarnois, Ivan Seznec.

Mais l'En-Avant s'est alors endormi et a laissé les thoniers - le surnom de l'US Concarneau - retrouver de l'allant.

Il fallait d'abord un réflexe extraordinaire de Mamadou Samassa, titularisé en coupe dans les cages à la place de Jonas Lössl, pour contrer Guillaume Gegousse, qui avait repris à bout portant un ballon traînant de la surface.

Un quart d'heure plus tard, c'est le milieu Vincent Richetin, très actif, qui profitait de la passivité défensive de Guingamp pour centrer.

Christophe Gourmelon, l'avant-centre des bleus, tendait le pied et sa reprise en cloche lobait Samassa, pourtant le plus grand joueur de Ligue 1 par la taille, et égalisait (1-1, 21), dans un stade du Moustoir entièrement acquis à la cause finistérienne.

Concarneau décomplexé
Définitivement décomplexé, Concarneau se montrait encore dangereux par une frappe de Killian Gargam (30) bien repoussée par Samassa et par un tir trop écrasé de Le Joncour (36).

Les hommes de Gourvennec, recadrés par leur entraîneur, se décidaient enfin à profiter de leur supériorité technique, bien aidés par la surface synthétique du Moustoir, pour faire tourner le ballon et courir leurs adversaires.

La première période se terminait sur une frappe au-dessus de Pied (39) et une tête sans grand danger de Douniama (45) et la deuxième reprenait sur une domination sans partage de Guingamp.

Douniama se créait deux grosses occasions, de la tête (53) et un tête-à-tête avec le gardien, mais sa tentative de grand pont était bien reprise par Le Joncour (55), avant de laisser la place à Beauvue.

Ce dernier trouvait trois bonnes positions de frappe, sans arriver à en cadrer une seule (70, 76, 78), pas plus que Pied (87) qui avait bénéficié d'une bonne remise en retrait de Sylvain Marveaux, entré en jeu neuf minutes plus tôt.

C'est finalement un coup-franc de Beauvue, de 28 mètres décalé sur la droite qui terrassait la défense héroïque de Concarneau en atterrissant en pleine lucarne (2-1, 90).

Une victoire au forceps qui permet à Guingamp de rêver de doublé en Coupe de France, et une nouvelle défaite de justesse dont Concarneau, salué par ses supporteurs, peut être fier.

De son côté, Auxerre s'est qualifié aux tirs au but contre Brest après une rencontre vierge en but et des prolongations.

Le tirage au sort des demi-finales, programmées les mardi 7 et mercredi 8 avril, sera effectué dimanche.

Mercredi, le Paris SG avait battu Monaco 2 à 0 au Parc des Princes, tandis que Saint Etienne s'était qualifié aux tirs au but contre Boulogne-sur-Mer mardi.

Fifa.com (05/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:05

Lens - Kombouaré de retour dans son Parc



Antoine Kombouaré fera son grand retour samedi au Parc des Princes contre le PSG, "son" Parc, et il y aura "forcément" de l'émotion, contrebalancée par les "soucis" de son équipe de Lens, relégable. Le Kanak a passé plus de 10 ans sous les couleurs du PSG, comme joueur puis entraîneur de la réserve et de l'équipe première (Coupe de France 2010 à la clef).

Et samedi à 17h00, pour la 28e journée de L1, il s'agira donc d'un retour empreint d'impatience et d'anxiété pour un homme qui a tout connu dans ce club, avec notamment son fameux but de la tête face au Real Madrid, en 1993, qui lui vaudra le surnom du "Casque d'or".

Il a tout connu dans la capitale, y compris le limogeage, en décembre 2011, du PSG version qatari alors que son équipe pointait à la première place du classement de L1. Pas assez glamour, pas assez reconnu sur la scène internationale aux yeux des nouveaux propriétaires et du directeur sportif d'alors, Leonardo, qui lui avaient préféré le renommé Carlo Ancelotti.

Kombouaré n'a jamais exprimé de rancoeur. Pas publiquement en tous cas. "Je sais qu'il y a toujours un début et une fin dans ce boulot d'entraîneur, à moi de repousser l'échéance le plus tard possible", relativise-t-il.

"Il n'y a pas de situations d'échec, ce sont des épreuves, souligne-t-il. C'est la première fois que je retourne au Parc depuis mon éviction, donc ça va forcément me faire quelque chose. J'y ai occupé tous les postes, c'est un club qui reste gravé, où j'ai passé treize ans. Et en plus j'y ai gagné. Mais aujourd'hui, on a trop de soucis au RC Lens pour faire place aux sentiments avec ce retour au Parc".

'Fessée'
Pas de sentiments, alors que l'entraîneur lensois retrouvera son homologue parisien et ami de longue date, Laurent Blanc. Et il vaut mieux les éviter alors que la tâche est déjà compliquée pour les Nordistes, dans ce match des extrêmes entre un PSG (2e) qui revient en forme et met la pression sur le leader lyonnais, et une pâle équipe lensoise, 19e, qui n'a toujours pas remporté le moindre match cette année.

"Il faut continuer à y croire, on doit rester professionnel quelle que soit la situation, clame Kombouaré. Nous devons aller au Parc avec l'idée qu'on peut ramener un résultat. Sinon, ça ne sert à rien d'y aller, on envoie (l'équipe réserve de) la CFA et moi j'y vais pas!"

Il rêve de ramener au moins un point du Parc, en espérant secrètement que les Parisiens auront la tête déjà à Chelsea pour leur 8e de finale retour de Ligue des champions mercredi (aller: 1-1).

"Si Paris joue sur sa valeur, nous on n'existe pas, avance-t-il. Pour ramener un résultat, il faut qu'ils ne soient pas à 100% et qu'on coure beaucoup, qu'on défende bien sur les coups de pieds arrêtés... Mais le danger est qu'ils peuvent marquer de partout, avec n'importe qui. Il faut montrer un visage conquérant et leur poser des problèmes le plus longtemps possible. Il faut surtout ne pas perdre, je ne pense pas prendre une fessée, en tous cas je n'espère pas".

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:06

Lyon sur les traces de Montpellier 2012 ?



Lyon défend dimanche sa place de leader de Ligue 1 à Montpellier, l'occasion à dix journées de la fin du Championnat de comparer les actuels parcours et dispositions de l'OL avec ceux qui avaient guidé le club héraultais au titre de champion il y a trois ans.

. Effectif: des Lyonnais plus jeunes (ou presque)
A juste titre, depuis le début de saison et plus encore depuis sa prise de pouvoir en début d'année, a été mise en évidence la jeunesse de l'effectif lyonnais, dont l'âge moyen est d'un peu plus de 24 ans. Montpellier, lui, ne présentait pas un groupe aussi jeune, mais en n'atteignant pas tout à fait 26 ans de moyenne cela n'en faisait pas pour autant un effectif très expérimenté.

Surtout, à regarder de plus près, le onze-type aligné en Championnat par René Girard restait dans sa moyenne globale (25 ans), tandis que celui régulièrement reconduit par Hubert Fournier dépasse les 27 ans de moyenne. Comme Montpellier, qui a pu s'appuyer sur l'émergence de talents tels le défenseur Yanga-Mbiwa, les milieux défensif, Stambouli, et offensifs, Cabella et Belhanda, alors tous âgés de 21 ans, l'OL a dans ses rangs et plus ou moins aux mêmes postes respectivement Umtiti (21 ans), Tolisso (20), Ferri (22) et Fekir (21).

La seule différence notable concerne le poste d'avant-centre. Alors que le Montpelliérain Giroud se révélait au plus haut niveau à 25 ans avec ses 21 buts (co-meilleur buteur avec le Parisien Nene) et 10 passes décisives, Lacazette explose à 23 ans et compile déjà le même nombre de réalisations et cinq passes, alors qu'il reste onze journées à disputer.

. Temps de passage: Montpellier n'a jamais lâché
Comme Lacazette, qui fait statistiquement en 27 journées quasiment aussi bien que Giroud en 38, alors qu'il a manqué 4 matches après une blessure, son binôme favori Fekir a un apport comparable à celui de Belhanda, avec 9 buts et 7 passes décisives quand le Montpelliérain a fini la saison avec 13 réalisations et 5 offrandes. Il leur reste 11 matches pour faire mieux, ce qui ne sera pas de trop pour permettre à Lyon de tenir la distance alors qu'il domine le classement depuis le début de la phase retour.

Au même stade de la saison 2011-2012, à savoir la 27e journée, Montpellier était 2e derrière Paris, mais allait reprendre la tête lors de la suivante pour ne plus jamais la quitter et connaître son premier sacre. La notable différence est que le club de l'Hérault a, de la première à la dernière journée, toujours navigué entre la première place (19 fois) et la 4e (une seule fois), tel un infatigable marathonien, alors même qu'on lui promettait de craquer dans le final face à l'expérience et l'effectif du PSG d'Ancelotti.

Cette saison, après un laborieux début d'excerice, Lyon a dû attendre la 11e journée pour s'immiscer sur le podium, la 19e pour atteindre la 2e place et la 20e donc pour prendre les rênes du classement. Parmi ses 11 adversaires restants, Marseille (3e) est le plus compliqué, comme Lille, alors également 3e, l'avait été pour Montpellier, finalement vainqueur (1-0).

. Rivaux: Paris, plus fort cette saison
Alors qu'il y a trois ans, le sprint final a consisté en un duel entre Montpellier et le PSG naissant de l'ère qatarie, Lyon rivalise actuellement encore avec Paris mais également Marseille. Si les Héraultais ont fini par maintenir à distance des Parisiens au potentiel déjà pourtant supérieur avec Pastore ou Nene dans leurs rangs, les Lyonnais vont eux devoir tenir la dragée haute à une tout autre armada, celle d'Ibrahimovic, Cavani ou Thiago Silva qui domine la L1 depuis deux saisons.

Le rapport de force plaide en la défaveur des Lyonnais, mais face à eux se trouve une équipe parisienne qui doit encore gérer sa présence sur les quatre tableaux possibles, et donc ses efforts. Ce qui peut notamment expliquer que les hommes de Laurent Blanc n'aient pas encore une seule fois pris les commandes du classement, ayant déjà manqué quatre occasions de le faire.

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:07

Paris en leader à Chelsea ?



Le Paris SG reçoit samedi le relégable Lens, avec la possibilité d'aborder son rendez-vous à Chelsea en leader au moral gonflé à bloc en cas de défaillance de Lyon à Montpellier dimanche soir, lors de la 28e journée du championnat de France.

. Mano a mano PSG-OL
Quel que soit le résultat de Marseille à Toulouse vendredi soir en match avancé, le duel se poursuit entre Paris et Lyon avec une dynamique favorable au club de la capitale juste avant son rendez-vous crucial mercredi prochain en 8e de finale retour de Ligue des champions sur la pelouse de Chelsea (aller: 1-1). Le PSG a jusqu'à présent échoué à chaque occasion de détrôner le leader, position qu'il n'a toujours pas occupée cette saison à l'issue d'une journée, mais il a néanmoins grignoté son retard jusqu'à le réduire à un petit point. Paris a aussi singulièrement haussé son niveau de jeu ces derniers temps, à l'image des Verratti, Matuidi, Pastore, et récupère samedi Ibrahimovic, qui a purgé ses deux matches de suspension face à Monaco (0-0 dimanche en championnat et 2-0 mercredi en Coupe de France).

Surtout, il affronte Lens, relégable (19e) sans victoire en 2015, à la tête duquel Antoine Kombouaré fera son grand retour au Parc des Princes. Le PSG aura forcément la tête à Chelsea, et Laurent Blanc, à l'effectif diminué par les blessures, utilisera ses joueurs en fonction de cet affrontement de gala, en espérant ne pas vivre le même scénario qu'avant le match aller (1-1), le rocambolesque 2-2 face à Caen qui avait décimé l'effectif parisien...

Malgré le statut de leader, l'ambiance est plus lourde à Lyon, dont la qualité de jeu a baissé depuis la trêve hivernale et qui n'a gagné qu'un seul de ses cinq derniers matches de championnat. L'OL, qui se rendra à Marseille la semaine prochaine, reste sur un revers à Lille (2-1) lesté d'"attitudes" de joueurs stigmatisées par l'entraîneur Hubert Fournier, dont l'attaquant vedette Lacazette reste muet depuis son retour de blessure. C'est à Montpellier que l'OL avait subi sa pire déroute la saison dernière (5-1 en octobre 2013), et c'est là qu'il clôturera la 28e journée, avec comme enjeu la résistance à la probable poussée parisienne ou à une forme d'abdication.

. Monaco pour reprendre la main
Monaco mène toujours le deuxième wagon du championnat qui se tient en 2 points, devant Saint-Etienne, Montpellier et Bordeaux, un gruppetto pour les qualifications à l'Europa League (4e voire 5e places). L'ASM souffle le chaud et le froid dernièrement, entre son étonnant succès à Arsenal (3-1) et son innocuité dans la double confrontation face au PSG, avec un Berbatov transparent et un fond de jeu très critiqué. Mais Leonardo Jardim récupère le défenseur Abdennour, de retour de suspension, et plusieurs titulaires ménagés reviendront (Subasic, Kurzawa, Moutinho, Ferreira-Carrasco). Les Monégasques doivent rebondir, surtout s'ils souhaitent décrocher une nouvelle qualification pour la C1, sachant aussi qu'ils ont un match en retard. Ils ont l'occasion de le faire en se rendant samedi soir chez Evian, qui reste sur trois victoires d'affilée mais contre des concurrents pour le maintien.

Le rebond, Saint-Etienne l'attend depuis début janvier, empêtré dans une série de 7 matches sans victoire en championnat. La réception de Lorient dimanche après-midi semble idéale. Mardi, les Verts étaient venus à bout de Boulogne-sur-Mer, équipe de National, aux tirs au but en quart de finale de la Coupe de France: retiendront-ils la grisaille du jeu ou la lumière de la qualification? L'ASSE doit avancer car Montpellier s'est invité dans le bal des prétendants à la C3 en récoltant 16 points sur 21 possibles. S'ils battaient Lyon dimanche soir, les hommes de Rolland Courbis frapperaient un grand coup et confirmeraient leur candidature européenne.

Le Bordeaux de Willy Sagnol, après un début de saison en fanfare, grapille des points en marquant peu et n'encaissant pas davantage. Il vaut mieux prendre des points à Caen avant de recevoir le PSG. Sauf que les Normands connaissent un début d'année euphorique (19 points pris sur 24 possibles)...

Joué vendredi
Toulouse - Marseille

Samedi
Paris SG - Lens
Bastia - Nice
Caen - Bordeaux
Evian-Thonon-Gaillard - Monaco
Reims - Nantes
Rennes - Metz

Dimanche
Saint-Etienne - Lorient
Guingamp - Lille
Montpellier - Lyon

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:11

PSG - Motta apte, Silva ménagé contre Lens



Le milieu Thiago Motta, qui revient de blessure, est disponible pour le PSG contre Lens samedi en L1 tandis que le défenseur central et capitaine Thiago Silva sera laissé au repos, a annoncé vendredi l'entraîneur Laurent Blanc.

Samedi, "la composition de l'équipe sera différente de celle de Monaco mercredi" en quart de finale de Coupe de France (2-0), a aussi indiqué le technicien en conférence de presse, en prévision du 8e de finale retour de Ligue des champions mercredi à Chelsea (aller: 1-1).

"On récupère Thiago Motta qui en a fini avec sa blessure au mollet, a dit Laurent Blanc. Il est resté trois semaines sans compétition, on sera attentif à sa façon de gérer et de digérer ça. Dans la philosophie de jeu que je préconise, c'est un joueur très important".

"Il a reçu un coup au mollet contre Lyon (le 8 février en L1, 1-1), ce qui ne l'a pas empêché de jouer contre Nantes (le 11 février en Coupe de France, 2-0), et c'est contre Nantes qu'il s'est blessé, une petite lésion musculaire. Il s'est entraîné la veille du match de Chelsea (le 17 février en C1, 1-1), et malheureusement au bout de 25 minutes il est sorti du groupe parce qu'il ne pouvait pas jouer".

Thiago Silva "ne sera pas avec nous demain (samedi), je lui ai donné du repos", a dit Laurent Blanc. Le défenseur brésilien "a beaucoup joué, il a joué les huit ou neuf derniers matches comme titulaire avec une efficacité incroyable. Mais peut-être que d'autres se reposeront aussi".

Hormis quelques jeunes et donc Thiago Silva, Laurent Blanc a en tout cas convoqué tous les joueurs aptes. Aurier, Cabaye et Lucas, touchés contre Caen (2-2) le 14 février, restent absents du groupe.

Sans surprise, l'entraîneur a laissé entendre qu'Ibrahimovic, de retour après deux matches de suspension, serait aligné samedi: "Il est prêt. On l'a fait travailler pendant sa suspension et il a bien récupéré, il en avait besoin. Il a besoin de compétition, ce match contre Lens est une bonne chose pour lui, ça lui permettra d'avoir de la compétition avant Chelsea".

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:11

Saint-Etienne - Brison absent plusieurs semaines



Le défenseur stéphanois Jonathan Brison, sorti en cours de match mardi en quart de finale de la Coupe de France à Boulogne-sur-Mer, souffre d'une entorse au genou et sera indisponible plusieurs semaines, a-t-on vendredi auprès du club.

Brison rejoint à l'infirmerie les défenseurs Paul Baysse et Florentin Pogba ainsi que les milieux de terrain Renaud Cohade et Ismaël Diomandé.

Deux autres défenseurs sont très incertains pour recevoir Lorient dimanche: Franck Tabanou, qui souffre d'un muscle fessier, et Moustapha Bayal Sall, qui a terminé la rencontre à Boulogne, gagnée aux tirs au but, avec un énorme strapping à une cuisse.

En revanche, Fabien Lemoine, qui avait dû déclarer forfait pour ce match en raison d'une douleur aux adducteurs, sera opérationnel ce week-end.

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:12

PSG - Pastore a musclé son jeu



Auteur de sa meilleure saison avec Paris depuis son arrivée en 2011, Javier Pastore semble enfin être parvenu à muscler son jeu châtoyant, un élan qu'une blessure au mollet le mois dernier n'a pas coupé alors que les grands rendez-vous vont se succéder.

Touché lors de la victoire contre Rennes (1-0) le 30 janvier, Pastore n'a pas baissé la tête lors de son remplacement par Matuidi. La crainte d'une sérieuse rechute après s'être déjà blessé au même muscle en décembre ne l'a pas accablé, alors qu'il faisait montre ces derniers mois d'une régularité remarquable dans ses bonnes prestations.

Revenu le 17 février, sans peser, dans les dix dernières minutes du huitième de finale aller de Ligue des champions contre Chelsea (1-1), il a ainsi vite repris ses marques contre Toulouse (3-1), avant d'étinceler contre Monaco dimanche en Championnat (0-0) et mercredi en Coupe de France (2-0), deux matches où ne lui auront manqué que des buts.

"Il nous offre beaucoup de possibilités, on est très content de l'avoir et de le voir à ce niveau", déclarait cette semaine Laurent Blanc, alors que le PSG s'apprête à jouer sa survie en C1 à Londres mercredi prochain et reste en course pour réussir un triplé national historique (Championnat, Coupe de France, Coupe de la Ligue).

Car Pastore, dont le contrat devrait être prolongé au-delà de 2016, a fini par devenir un des hommes forts du PSG. Pourtant lorsqu'on regarde dans le rétroviseur de l'Argentin, on voit un joueur dont le talent n'a certes jamais prêté à discussion mais qui n'en avait jamais donné la pleine mesure, longtemps plombé par une fragilité, physique d'abord, mentale ensuite.

Arrivé en grandes pompes dans la capitale à l'été 2011, en provenance de Palerme pour 42 millions d'euros, avec le statut pas simple à assumer à 21 ans de tête de gondole du nouveau PSG version qatarie, l'Argentin avait somme toute réussi sa première saison (13 buts, 6 passes).

"Plus de maturité"
Dans l'ombre du géant Ibrahimovic qui a tout emporté sur son passage, sa deuxième saison n'a pas vraiment été celle de la confirmation. Pire encore, la troisième s'est apparentée à celle de la grande désillusion, entre performances parfois indignes de la L1 et une longue période à broyer du noir sans donner l'impression de pouvoir s'en relever.

Jusqu'à ce quart de finale aller de la Ligue des champions contre Chelsea en avril 2014, où Laurent Blanc, qui n'a, lui, jamais cessé de croire en Pastore, l'a fait entrer en fin de match. Et le numéro 27 du PSG a donné raison à son entraîneur avec un but superbe qui a amplifié le score à 3-1.

Un exploit personnel vain (les Blues ont renversé la situation au retour 2-0) comme l'avait été celui réussi un an plus tôt au Camp Nou contre le Barça, en quart de finale retour de la précédente édition de la C1 (1-1) également ponctué d'une élimination. Voilà alors à quoi se résumait le parcours de l'Argentin: de trop rares coups d'éclats dans un océan de médiocrité, qui se sont avérés bien insuffisants pour espérer disputer le Mondial-2014.

Déterminé à ne plus perdre de temps et prenant au mot la remarque de son entraîneur à son endroit - "il faut qu'il se mette dans la tête qu'il peut être un joueur majeur de l'équipe" -, "El Flaco" (le maigre) s'est préparé comme jamais l'été dernier.

Et il a vite endossé de nouveau le costume de titulaire, certes en profitant d'abord des états de forme divers de ses coéquipiers mais en finissant surtout par peser dans le collectif. Une influence qui peine à se traduire dans les chiffres (3 buts, 8 passes décisives toutes compétitions confondues). Mais avec lui, Paris joue mieux et se crée plus d'occasions.

"Le talent est là, il a progressé au niveau mental et il a peut-être un plus de maturité dans son jeu également. Javier a tout mis en oeuvre pour réaliser une grande saison", s'est encore récemment félicité Blanc, qui en a fait le joueur le plus utilisé cette saison en Ligue 1.

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:13

Montpellier prolonge les gardiens Jourdren et Ligali



Montpellier (L1) a prolongé les contrats de ses gardiens de but Geoffrey Jourdren et Jonathan Ligali, respectivement jusqu'en 2018 et 2019, a annoncé vendredi le club héraultais sur son site.

L'expérimenté Jourdren, âgé de 29 ans et lié jusqu'en juin 2016, a prolongé son bail de deux ans. Arrivé en provenance du centre national de Clairefontaine à l'âge de 15 ans, l'incontestable titulaire a effectué toute sa carrière à Montpellier, avec lequel il fut sacré champion de France en 2012 et a joué 196 matchs en Ligue 1.

Le jeune Ligali, âgé de 23 ans et également lié jusqu'en 2016, a prolongé pour sa part son contrat de trois ans. Il a disputé trois matchs en Ligue 1 cet automne pour suppléer Jourdren, blessé. Il a ainsi gagné la confiance de l'entraîneur Rolland Courbis et le statut de doublure aux dépens de l'expérimenté Laurent Pionnier, sous contrat jusqu'en 2016.

Jourdren et Ligali sont les 6e et 7e joueurs à poursuivre l'aventure avec Montpellier qui a prolongé ces dernières semaines les contrats de l'attaquant Souleymane Camara, du défenseur Mathieu Deplagne, des milieux Joris Marveaux et Morgan Sanson, et du défenseur central brésilien Vitorino Hilton, qui aura 37 ans en septembre.

Montpellier occupe la 6e place du classement de Ligue 1 avant d'accueillir le leader Lyon dimanche en clôture de la 28e journée.

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 6 Mar - 21:17

Evian - Plus d'un mois d'arrêt pour Sunu



Le milieu de terrain offensif d'Evian/Thonon, Gilles Sunu, victime d'une lésion musculaire à une cuisse, sera indisponible pour "une durée estimée cinq à six semaines", a annoncé vendredi l'ETG FC, 16e de la Ligue 1 de football.

Sunu s'est blessé mercredi contre Lorient (1-0), en match en retard de la 26e journée. Il a été recruté en toute fin du mercato hivernal.

Par ailleurs, le défenseur Youssouf Sabaly, victime également d'une lésion musculaire à une cuisse, reprendra l'entraînement la semaine prochaine.

Fifa.com (06/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 16 Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum