International -News (Part 2)

Page 7 sur 33 Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 20 ... 33  Suivant

Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 6 Jan - 21:35

Blatter rend hommage à Eusébio

International -News (Part 2) - Page 7 2247982_FULL-LND

Le Président de la FIFA Blatter, a envoyé ce 6 janvier 2014 une lettre de condoléances au Président de la Fédération portugaise de football (FPF), Fernando Gomes, suite au décès de l'ancien footballeur portugais Eusébio da Silva Ferreira.

"Je souhaite exprimer ma profonde tristesse suite au décès d'Eusébio, une légende du football dont l'absence se fera douloureusement sentir, mais qui conservera à jamais une place parmi les plus grands du beau jeu", a écrit Joseph S. Blatter dans une lettre envoyée à la FPF, dans laquelle il rappelle également les hauts faits du joueur portugais né au Mozambique.

"Eusébio a été un grand joueur et un grand ambassadeur pour le football et pour la FIFA. Il possédait non seulement un talent magnifique, mais également un sens aigu du fair-play. Vainqueur de nombreux titres avec son club de Benfica et meilleur buteur de la Coupe du Monde 1966, il a également été récompensé individuellement par le Ballon d'Or en 1965. Il a par ailleurs été élu parmi les meilleurs joueurs du siècle par la FIFA", a souligné Blatter.

"J'aimerais présenter mes condoléances à sa famille, à tous les amoureux de Benfica et à la communauté footballistique portugaise en général. Je vous prie de bien lui faire savoir qu'en ce jour, le monde du football est à ses côtés. J'espère que ces quelques mots pourront lui apporter un peu de consolation dans ce moment de deuil. Par respect pour ce moment, le drapeau du Portugal, ici à la FIFA, sera mis en berne pendant trois jours", a conclu le Président de la FIFA.

Fifa.com (06/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 9 Jan - 13:20

Israël, Sousa : "Ronaldo mérite la reconnaissance"

International -News (Part 2) - Page 7 2258414_FULL-LND

L'ancien milieu de terrain portugais Paulo Sousa est l'un des trois joueurs de l'histoire à avoir remporté la Ligue des champions de l'UEFA deux années de suite avec deux clubs différents. Depuis cinq ans, l'ancien joueur du Borussia Dortmund et de la Juventus officie comme entraîneur. À la fin de la saison passée, il a pris les rênes du Maccabi Tel-Aviv, champion d'Israël en titre.

Son équipe est particulièrement en forme cette saison, aussi bien dans le championnat national que sur la scène européenne. Au micro de FIFA.com, Sousa évoque sa façon d'envisager son métier à Tel-Aviv, ses progrès en tant qu'entraîneur et les chances de son compatriote Cristiano Ronaldo de gagner le FIFA Ballon d'Or.


Paulo Sousa, votre équipe est qualifiée pour les seizièmes de finale de l'UEFA Europa League et en tête du championnat d'Israël. Vos premiers six mois sur le banc du Maccabi sont une réussite...
La première moitié de saison a été vraiment fantastique, avec cette première place en championnat et de bons parcours dans deux compétitions difficiles, auxquelles les joueurs ne sont pas habitués. En tant qu'entraîneur, je suis toujours positif. Au moment de préparer la saison, nous avons fixé comme principal objectif de gagner le championnat. Pour un club qui vient d'être champion après dix ans de disette, il est toujours difficile de conserver son titre. Nos adversaires se sont renforcés et cherchent à nous battre à tout prix.

Justement, le fait d'arriver dans un club qui venait juste d'être champion, avec toutes les attentes que cela suppose, vous a-t-il mis une pression supplémentaire dès le début ?
Il faut répondre aux attentes. C'est mon objectif principal et celui des joueurs. Nous devons aussi assurer une forme de continuité en championnat d'Israël. Nous voulons gagner le championnat le plus souvent possible et figurer le mieux possible en Europe. C'est comme ça que nous progresserons.

Votre prochain adversaire en Europa League est Bâle, une équipe qui a impressionné dans la phase de groupes de la Ligue des champions. Que vous inspire-t-elle ?
C'est un très grand club, impressionnant d'équilibre et de régularité, et qui possède des joueurs de grande qualité. Pour nous, c'est un rendez-vous fantastique et je crois sincèrement que nous avons de vraies chances de passer. Nous les avons rencontrés au début de la saison, en phase préliminaire de la Ligue des champions (Tel-Aviv s'était incliné 4:3 sur l'ensemble des deux matches), ce qui nous permet de ne pas partir de zéro. J'en ai parlé à mes joueurs. Nous savons que nous allons devoir être plus créatifs que la dernière fois. Nous allons jouer le premier match à domicile. J'espère que d'ici là, nous allons pouvoir recruter quelques joueurs pendant le mercato, pour nous donner toutes les chances de réussir un résultat historique.

C'est votre cinquième poste d'entraîneur chez les seniors en club. Quel regard portez-vous sur votre progression depuis votre première expérience aux Queens Park Rangers ?
Je progresse en permanence, avant tout parce que c'est ma volonté la plus profonde et que j'essaie d'utiliser toutes les expériences quotidiennes pour cela. Avant de me lancer dans la carrière d'entraîneur, je me suis très bien préparé et je continue de le faire. Le développement d'un entraîneur, comme celui de tout être humain, dépend de son comportement au quotidien.

Joueur, vous avez eu comme entraîneurs Sven-Goran Eriksson, Bobby Robson, Marcelo Lippi ou Ottmar Hitzfeld. L'un d'eux vous a-t-il particulièrement influencé ?
Ils m'ont tous influencé. Le style de football que j'essaie de mettre en pratique est défini à la fois par la qualité de l'effectif, la culture du club, la compétition que nous disputons et les objectifs que nous nous fixons. J'ai beaucoup travaillé avant de me lancer dans ce métier, pour comprendre quelle méthode d'entraînement je voulais utiliser afin d'obtenir les meilleurs résultats. De fait, ce que j'essaie de mettre en place au quotidien m'appartient en propre et possède un caractère très personnel. En termes de leadership, tous les entraîneurs m'ont énormément apporté pendant le temps que j'ai passé avec eux. Ils ont réellement influencé ma vision du football et de la vie, et donc ma personnalité. Un entraîneur se doit de parfaitement se connaître. C'est une des conditions pour être crédible auprès des joueurs. Nous devons être cohérents, honnêtes avec nous-mêmes, respecter nos valeurs et proposer une bonne méthode d'entraînement, qui évolue de jour en jour.

La dernière finale de la Ligue des champions, avec le Borussia Dortmund, vous a-t-elle rappelé votre victoire dans cette compétition avec ce club ?
Oui, car c'est un club auquel je suis toujours très, très attaché. J'ai eu l'occasion de suivre tout cela de très près car le club m'a donné l'opportunité de venir comme observateur dans son centre d'entraînement. La préparation des matches y est réellement très impressionnante. J'entretiens toujours un lien très fort avec le Borussia. Le club méritait de gagner la finale. Il a réalisé une Ligue des champions merveilleuse la saison dernière. Cela fait honneur au football fantastique qu'il pratique. Quand on joue un tel football, on mérite de grands résultats.

Le Portugal s'est qualifié dans la douleur pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Que pensez-vous de la forme actuelle de la sélection entraînée par Paulo Bento ?
Ces derniers temps, le Portugal est toujours parvenu à montrer qu'il pouvait être compétitif jusqu'à la fin d'une compétition, que ce soit en Europe ou en Coupe du Monde. Dès lors, on attend toujours de grands résultats de cette équipe, qui a l'habitude de se qualifier, même dans des groupes difficiles. Les attentes sont élevées, mais j'ai confiance. Le Portugal devrait atteindre les huitièmes de finale.

La performance de Cristiano Ronaldo, en barrage contre la Suède, a été décisive. A-t-il dépassé Eusebio et Luis Figo dans le panthéon du football portugais ?
Quand on regarde ses statistiques et les résultats qu'il a permis d'obtenir, on peut effectivement dire qu'il a hissé le Portugal au meilleur niveau de son histoire. Cristiano est extraordinaire en ce sens que malgré son niveau exceptionnel, il continue encore de progresser. Avec l'image qu'il projette dans le football mondial, je suis convaincu qu'il va tout faire pour obtenir les meilleurs résultats pour le Portugal et devenir le meilleur footballeur portugais de tous les temps.

Pensez-vous que le prochain FIFA Ballon d'Or lui reviendra ?
En tant que Portugais, je m'attends à ce qu'il le gagne. Pas seulement pour ça, mais aussi bien sûr pour l'ensemble de son œuvre ces dernières saisons. Il est à un niveau exceptionnel et progresse encore d'année en année. En plus, il est encore jeune. Comme personne, il est extrêmement courtois. J'ai eu l'occasion de le rencontrer et de travailler avec lui. J'ai remarqué qu'il fonctionnait en se fixant des objectifs, pour pouvoir les atteindre et faire encore mieux après. C'est quelqu'un de très ambitieux. Il mérite la reconnaissance.

Fifa.com (09/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 9 Jan - 22:44

Brésil : Atlético Mineiro - Ronaldinho prolonge

International -News (Part 2) - Page 7 2156493_FULL-LND

L'attaquant brésilien Ronaldinho, 33 ans, a prolongé son contrat à l'Atlético Mineiro, a annoncé jeudi le président du club brésilien, vainqueur de la Copa Libertadores, Alexandre Kalil sans fournir aucun détail.

"Les supporteurs sont très exigeants, mais ce type (Ronaldinho) les adore. Il a donc renouvelé" son contrat, a écrit Kalil sur son compte Twitter.

Le dirigeant doit se réunir avec le frère et agent du joueur, Roberto Assis, pour signer le nouveau contrat.

L'annonce du renouvellement du contrat de Ronaldinho, vainqueur de la Coupe du monde avec le Brésil en 2002 et dont le contrat se terminera en fin de saison, intervient après une nouvelle offre de Besiktas.

Selon la presse brésilienne spécialisée, le club turc a proposé à "R10" six millions d'euros annuels contre les trois millions avancés en novembre.

Arrivé à Mineiro en juin 2012 en provenance de Flamengo de Rio de Janeiro, Ronaldinho a marqué 35 buts pour l'Atlético en 70 matches. Il a notamment inscrit le deuxième but de son club lors de sa victoire (3-2) devant les Chinois de Guanghzou Evergrande pour la 3e place du Mondial des clubs au Maroc, en décembre 2013.

Fifa.com (09/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 15 Jan - 19:56

Liban : Touré règle son pas sur celui de ses frères

International -News (Part 2) - Page 7 2261459_FULL-LND

Pas facile de vivre dans l'ombre de deux frères talentueux. Malgré la pression qui l'entoure, Ibrahim Touré, le petit frère des deux stars ivoiriennes Yaya et Kolo, est pour l'instant satisfait de sa carrière. Après ses débuts à l'ASEC Mimosas, Ibrahim est parti en Europe, sur les traces de ses aînés, avant de se balader ensuite au Moyen-Orient, foulant les pelouses de Syrie, d'Égypte et de Libye.

En début de saison, il a signé chez le champion du Liban, Safa, dont il est actuellement le meilleur buteur avec sept réalisations."J'ai commencé avec un grand club ivoirien avant de partir pour l'Europe", raconte à FIFA.com un Touré aujourd'hui âgé de 28 ans. "J'ai effectué des périodes d'essai avec plusieurs clubs, dont l'Olympiakos, mais je n'ai pas été prolongé.

Finalement, c'est un club ukrainien, le Metalurh Donetsk, qui lui offre sa première expérience professionnelle sur le Vieux Continent. "Les conditions climatiques étaient très difficiles car je n'y étais pas du tout habitué, sans compter le niveau de jeu élevé. Malgré tout, j'ai réalisé de belles performances et inscrit de nombreux buts. C'est mon meilleur souvenir", confie-t-il, à propos d'un parcours qui l'a ensuite vu prendre une direction bien plus ensoleillée, Nice. Il n'a toutefois jamais joué pour l'équipe A du club azuréen. "L'entraîneur venait de compléter l'effectif avec des joueurs comme Bakari Koné, Matt Moussilou, David Bellion ou Souleymane Camara. Il m'était difficile de me faire une place parmi ces attaquants réputés, d'autant que j'étais très jeune".

Comble de malchance, l'Ivoirien se blesse sévèrement au dos et doit dire adieu à ses rêves de se faire un nom - ou un prénom ! - en Ligue 1. Une fois rétabli, il a mis le cap sur la Syrie, où il fait la connaissance de son entraîneur actuel, le Roumain Valeriu Tita, dans les rangs d'Al Ittihad d'Alep.

Supporter confiant
Conscient de la pression qui pèse sur ses épaules à cause du succès de ses frères, Ibrahim apprend beaucoup de ses aînés, qui lui donnent constamment des conseils. Il faut dire qu'ils s'appellent en moyenne trois fois par semaine. La dernière fois qu'il a eu Yaya au téléphone, ce dernier venait de remporter pour la troisième fois le titre de meilleur joueur africain. "Bien sûr, il y a une grosse pression sur moi où que j'aille car je suis le frère de Yaya et Kolo Touré", confirme le benjamin de la famille. "Mais il ne faut pas oublier que je suis attaquant, tandis que Yaya est milieu de terrain et Kolo défenseur."

Ibrahim sera l'un des premiers supporters de ses deux frères et de la Côte d'Ivoire à la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014, où les Éléphants affronteront la Colombie, le Japon et la Grèce dans le Groupe C. il. "Notre équipe regorge de talents et de joueurs de haut niveau, mais il nous faut former une équipe. Et puis, ce groupe est facile en comparaison des deux éditions précédentes, où nous sommes tombés avec le Brésil en 2010, et l'Argentine en 2006 !"

Ibrahim sait qu'il lui sera difficile de vivre l'événement de l'intérieur avec la sélection, mais il ne perd pas espoir de porter un jour le maillot orange. "Si je parviens à rejoindre une équipe européenne, peut-être que je serai un jour convoqué". Ce jour-là, il ne sera sans doute plus seulement le "frère de"...

Fifa.com (15/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 15 Jan - 19:58

Mexique : Herrera, de Montpellier, prêté aux Tigres

International -News (Part 2) - Page 7 2009446_FULL-LND

Montpellier a négocié le prêt avec option d'achat pour une durée de six mois de l'attaquant argentin Emanuel Herrera au club mexicain des Tigres Unal de Monterrey, a-t-on appris mercredi auprès du club héraultais.

Herrera, arrivé à l'été 2012, ne s'est jamais imposé à Montpellier, où il n'a inscrit que six buts en Ligue 1 en 41 matchs (23 comme titulaire).

L'avant-centre argentin, âgé de 26 ans, avait été recruté (2,8 M EUR) au club chilien Union Espanola par Montpellier en 2012 pour remplacer l'attaquant international Olivier Giroud, transféré à Arsenal.

Auteur de dix buts toutes compétitions confondues l'an passé, il n'a pas inscrit le moindre but depuis le début de l'actuelle saison où il a été remplacé par l'attaquant colombien Victor-Hugo Montano, également peu efficace. Lors du mercato d'hiver, Montpellier a obtenu le prêt sans option d'achat de l'attaquant de l'AC Milan Mbaye Niang.

Après 20 journées de Championnat, l'équipe héraultaise désormais dirigée par Rolland Courbis occupe la 17e place avec un point d'avance sur le premier relégable, Valenciennes.

Fifa.com (15/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 15 Jan - 20:00

Brésil : Willian d'une année parfaite à l'autre

International -News (Part 2) - Page 7 2261460_FULL-LND

Fin 2012, à l'heure de choisir ses résolutions pour l'année à venir, Willian nourrissait de grands projets d'avenir. Mais il aurait difficilement pu imaginer une telle succession d'événements en un laps de temps aussi court. Car en l'espace de quelques mois, la vie de l'ancien joueur de Corinthians a changé du tout au tout.

Entre février et août 2013, Willian a connu trois clubs et trois championnats différents. Il a animé le mercato estival avec deux transferts remarqués avant de terminer la saison en beauté sous le maillot du Brésil, entrant en jeu contre le Honduras et le Chili. "J'ai connu de nombreux bouleversements dans ma vie cette année, c'est vrai. Mais cela a été une période très riche et je pense être arrivé là où je voulais", confirme Willian au micro de FIFA.com. "J'ai toujours rêvé de jouer pour un grand club comme Chelsea et de défendre les couleurs du Brésil. Et aujourd'hui, tout ceci est devenu une réalité. Je n'ai pas été ridicule dans ces matches amicaux, j'ai même marqué. Alors oui, on peut dire que 2013 a été un très bon cru !"

Tout n'a pourtant pas été un long fleuve tranquille. Son transfert du Shakhtar Donetsk à l'Anzhi Makhachkala a tourné court, et le contrat de quatre ans paraphé en février n'a finalement tenu que six petits mois. Déterminé à dégraisser leur effectif, les Russes ont ensuite laissé filer Willian à Chelsea pour 35 millions d'euros.

Le club du sud de Londres, qui faisait depuis longtemps les yeux doux à Willian, s'était systématiquement heurté au refus du Shakhtar. Mais la patience a fini par payer. "Après l'offre initiale de Chelsea, j'ai commencé à m'intéresser davantage au club et à suivre ses résultats. Malheureusement, le Shakhtar ne voulait rien entendre. Au final, c'est l'Anzhi qui a sorti le carnet de chèque", explique-t-il. "Mais cela n'a fait que renforcer mon envie de jouer à Chelsea. C'était reculer pour mieux sauter."

Chelsea, la révélation
Au milieu de ces changements incessants, le milieu de terrain a pu fourbir ses armes au contact de techniciens aussi renommés que Guus Hiddink, José Mourinho ou Luiz Felipe Scolari. S'il a tiré des enseignements précieux de son passage sous la houlette du Néerlandais, Willian s'est d'emblée senti chez lui à Chelsea, où il a trouvé un allié de poids avec son entraîneur. "Mon premier contact avec Mourinho a été excellent. C'est l'un des meilleurs entraîneurs au monde. Il m'a dit qu'il était ravi de mon arrivée et qu'il appréciait mon style", se souvient-il. "Nous avons pas mal discuté et cela porte ses fruits. Je continue d'apprendre."

Bien accueilli également par ses compatriotes David Luiz, Oscar et Ramires, Willian était dans les conditions idéales pour s'épanouir chez les Blues. Sur le terrain, le natif de São Paulo a justifié la confiance de Mourinho en trouvant le chemin des filets la première fois d'une jolie frappe en octobre contre Norwich City, et par des prestations probantes en Premier League et en Ligue des champions de l'UEFA.

Entouré de stars, Willian ne s'est pas laissé intimider et a su utiliser la pression pour se sublimer. "Au Shakhtar, je m'étais déjà forgé une identité. A Chelsea, je dois courir encore plus, car la concurrence est impitoyable", souligne-t-il. "Mais ça me plaît, ce jeu rapide avec des marquages serrés. Je progresse chaque jour et je sais que je ne vais pas m'endormir sur mes lauriers : quand je joue bien, j'ai envie de mettre la barre encore plus haut."

Insatiable
C'est justement grâce à cette détermination implacable que Willian a connu une année 2013 aussi faste. Sa convocation en Seleção fut directement liée à son transfert à Chelsea, un club médiatiquement exposé où évoluaient déjà trois joueurs cadres de Scolari. Et ce n'est pas une coïncidence si le déclic s'est produit quelques semaines seulement après son arrivée en Angleterre. "Tout s'est débloqué d'un coup", analyse l'intéressé.

Contre le Honduras, Willian a confirmé sa forme du moment, entrant en seconde période pour participer à la démonstration 5:0 face aux Catrachos. Quelques jours plus tard face au Chili, il se distingue à nouveau sur le côté gauche, remplaçant l'attaquant Jô dans une formation expérimentale sans véritable numéro 9. L'occasion d'apporter une preuve supplémentaire de sa polyvalence.

"C'est une bonne chose que la Seleção puisse opter pour différents styles de jeu, que ce soit avec un avant-centre seul en pointe ou un attaquant mobile qui décroche, entouré de milieux de terrain rapides. Il était important pour Scolari d'effectuer ces tests", explique Willian. "Tous ceux qui sont entrés en jeu ont été bons. Cela élargit le champ des possibles et grâce à cela, l'équipe produit à nouveau un football agréable et l'ambiance est fabuleuse. Scolari y est pour beaucoup."

Willian sait qu'il a marqué des points dans l'esprit du sélectionneur en vue de l'épreuve phare l'été prochain. Et que l'année 2014 sera peut-être encore plus inoubliable que la précédente. "Si 2013 a été une bonne cuvée, j'espère que le millésime 2014 sera encore meilleur, avec des titres à la clé sous le maillot de Chelsea et la Coupe du Monde avec mon pays", annonce-t-il. "Alors là, ce serait une année parfaite, la plus belle de ma vie."

Fifa.com (15/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 16 Jan - 19:31

Zidane a reçu son diplôme de manager sportif

International -News (Part 2) - Page 7 2219003_FULL-LND

Zinédine Zidane, un des adjoints de l'entraîneur Carlo Ancelotti au Real Madrid, a reçu son diplôme de manager général de club sportif professionnel, a-t-on appris sur le compte Twitter de l'ancien footballeur Olivier Dacourt, également diplômé.

"Zizou" a suivi le cursus du Centre de droit et d'économie du sport de Limoges (CDES).

Interrogé sur les possibilités qui s'offrent à Zidane dans le futur, le président du Real Madrid Florentino Perez avait déclaré lundi sur la chaîne L'Equipe 21: "Zinédine fait partie de l'histoire du Real et je crois que nous serions fiers qu'il puisse devenir un jour l'entraîneur numéro 1. Zinédine travaille de façon très intelligente avec le staff, il a tout compris".

José Anigo, actuel entraîneur de Marseille, avait également estimé dimanche sur Canal+ que Zidane "est programmé pour aller dans un très grand club, notamment dans le sien, au Real Madrid, où il est l'icône et la grande star".

Zidane avait joué au Real et y avait fini sa carrière de joueur (2001-06).

Fifa.com (16/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 21 Jan - 20:38

Argentine : Nouvelles rassurantes d'Ardiles après son accident

International -News (Part 2) - Page 7 1617423_FULL-LND

L'ancien international argentin Osvaldo César Ardiles a assuré, dans un communiqué diffusé mardi par les autorités des îles Malouines, qu'il allait "bien" après avoir été blessé à la tête dans un accident de la route la veille.

"Depuis l'accident, l'attention et les soins que nous avons reçu de la police, des sauveteurs de l'armée britannique, des médecins et des infirmières ont été de premier ordre", a commenté Ardiles, 61 ans, toujours hospitalisé à Port Stanley, capitale des Malouines. "Merci à tous pour votre soutien, je vais bien".

Plus tôt, le fils d'Ardiles, Pablo, avait annoncé à la BBC que son père s'était fait poser 20 points de suture à la tête après l'accident.

"Je ne connais pas les détails mais, d'après ce que j'ai compris, mon père conduisait et a perdu le contrôle du véhicule", a-t-il expliqué. "J'ai entendu dire qu'il avait fait une embardée pour éviter un mouton mais je ne peux pas le confirmer". L'essentiel c'est qu'il va bien, qu'ils vont tous bien".

L'ancien milieu de terrain conduisait au côté d'une autre star du football argentin, Ricardo Villa. "L'essentiel c'est qu'il (Osvaldo Ardiles) va bien, qu'ils vont tous bien", a ajouté Pablo Ardiles.

Les deux hommes se trouvaient aux Malouines pour le tournage d'un documentaire sur la façon dont la guerre de 1982 entre l'Argentine et la Grande-Bretagne pour cet archipel les avait affectés alors qu'ils jouaient pour Tottenham, dans le Championnat d'Angleterre.

Le club que les deux joueurs avaient rejoint en 1978 leur a d'ailleurs souhaité un "bon rétablissement" dans un communiqué.

Fifa.com (21/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 23 Jan - 15:21

Japon : Forlan, de l'Internacional, à Cerezo Osaka

International -News (Part 2) - Page 7 2028105_FULL-LND

L'attaquant international uruguayen Diego Forlan a résilié son contrat avec le club brésilien de l'Internacional Porto Alegre et s'est engagé pour un an avec la formation japonaise de Cerezo Osaka, a-t-il annoncé mercredi sur son compte Twitter.

"Je signe pour le Cerezo Ozaka jusqu'à décembre 2014", écrit le joueur de 34 ans en trois langues (espagnol, anglais et japonais) avec une photo le montrant attablé devant des documents et entouré de trois personnes.

L'Internacional a confirmé le départ de Forlan, qui a disputé 55 matches et marqué 22 buts depuis juillet 2012 pour ce club de Porto Alegre.

L'Uruguayen, passé notamment par Manchester United, l'Inter Milan et l'Atletico Madrid, avait été élu Ballon d'Or du Mondial-2010, où il était arrivé jusqu'en demi-finales avec l'Uruguay. Il a aussi remporté la Copa America 2011.

Fifa.com (22/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 23 Jan - 15:31

Australie : Le Melbourne Heart racheté par Man City

International -News (Part 2) - Page 7 2139588_FULL-LND

Manchester City a racheté un club du championnat d'Australie, le Melbourne Heart, a annoncé jeudi la Fédération australienne de football (FFA).

Le club anglais, propriété du richissime cheikh Mansour d'Abou Dhabi, a pris une part majoritaire de 80% dans le Heart, le reste allant notamment au Melbourne Storm, une franchise de rugby à XIII.

Selon l'agence AAP, le montant de la transaction est d'environ 11 millions de dollars australiens (7,16 millions d'euros).

"Nous voulons faire du Melbourne Heart l'un des meilleurs clubs d'Australie", a déclaré le directeur général de Manchester City Ferran Soriano.

Le Melbourne Heart est pour le moment dernier de la A-League australienne.

Manchester City a déjà pris pied aux Etats-Unis l'an passé en prenant le contrôle du New York City FC, une franchise qui fera ses débuts dans la Major League Soccer en 2015. City s'est associé aux New York Yankees, la franchise de base-ball, pour mener à bien cette opération.

Fifa.com (22/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 23 Jan - 16:25

Décès de l'ancien international hongrois Varady



L'ancien footballeur international hongrois Bela Varady, qui joua à Tours dans les années 1980, est mort à l'âge de 60 ans, a annoncé jeudi sa famille.

Cet ailier très technique avait marqué 13 buts pour la Hongrie en 36 sélections entre 1972 et 1982, dont l'ouverture du score lors de la finale des jeux Olympiques finalement perdue par les Magyars contre la Pologne (2-1) en 1972.

Il avait aussi participé à la Coupe du monde 1978 en Argentine.

Lors de la saison 1976-77, Varady avait reçu le Soulier d'argent de deuxième meilleur buteur européen après avoir marqué 36 buts avec son club, le Vasas Budapest.

Il avait ensuite joué à Tours de 1983 à 1985.

Fifa.com (23/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 23 Jan - 16:29

Brésil : Rivaldo rejoue à 41 ans dans le club qu'il préside

International -News (Part 2) - Page 7 2264386_FULL-LND

L'attaquant brésilien Rivaldo a rejoué, à 41 ans, pour le club de Mogi Mirim dont il est le président, mercredi soir lors de la 2e journée du Championnat de l'Etat de Sao Paulo, alors que sa carrière semblait compromise.

Le Ballon d'Or 1999 et champion du monde en 2002 avec la Seleçao était titulaire et a été remplacé à la 62e minute du match perdu face à Sao Paulo (4-0), dont le gardien et capitaine Rogerio Ceni fêtait ses 41 ans.

Rivaldo avait résilié son contrat avec le club de Sao Caetano en novembre dernier en raison de douleurs à un genou. Début janvier, il avait dit sur le site de Mogi Mirim: "Je n'ai encore rien confirmé et, aujourd'hui, je suis plus proche de ne pas jouer que de jouer".

Fait insolite, l'ancien joueur du FC Barcelone (1997-2002) et de l'AC Milan (2002-2004) se trouve actuellement dans le même groupe de joueurs que son fils, Rivaldo Junior (18 ans), qui n'est toutefois pas apparu sur le terrain mercredi.

Fifa.com (23/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Jan - 11:17

Argentine, Zanetti : "Je veux continuer à servir l'Inter"

International -News (Part 2) - Page 7 2264884_FULL-LND

Javier Zanetti, qui compte parmi les meilleurs joueurs de l'histoire de l'Inter Milan, fêtera au mois d'août son 41ème anniversaire. Avec les Nerazzurri, il a connu en 2010 les plus grands succès de sa carrière : championnat, Coupe d'Italie, Ligue des champions de l'UEFA et Coupe du Monde des Clubs de la FIFA.

En Italie, l'homme aux 145 sélections en équipe d'Argentine est depuis longtemps une légende vivante. Mais Il Capitano ne compte pas raccrocher les crampons de sitôt, comme il le confie au micro de FIFA.com.


Javier Zanetti, vous êtes à Milan depuis 1995. Après 19 ans, n'êtes-vous pas devenu un peu italien ?
Oui, c'est vrai. Quand on vit tant d'années dans la même ville et qu'on joue pour la même équipe, on finit par s'identifier. Le club a été fantastique avec moi dès le début et ça m'a permis de me sentir rapidement chez moi. Je n'oublie pas mes racines, mais après si longtemps, je suis effectivement devenu un peu italien.

Votre famille et vos amis à Buenos Aires n'ont-ils pas envie de vous voir rentrer à la maison ?
Non, parce qu'ils savent que tout se passe très bien pour moi à Milan. Ils savent aussi ce que cette ville et ce club signifient à mes yeux. Ils sont très heureux pour moi. J'y passe une partie de mes vacances et je m'y rends pour certains jours fériés. Je vais voir ma famille et mes amis. Mais je m'occupe aussi de ma fondation "Pupi", avec laquelle nous venons en aide aux enfants des quartiers défavorisés de Buenos Aires. J'y retourne toujours avec plaisir.

Durant ces 19 années, l'Inter Milan a compté de nombreux footballeurs argentins dans css rangs. Vos compatriotes sont-ils devenus vos amis les plus proches ?
Pas seulement eux. Ivan Zamorano, qui vient du Chili, est par exemple devenu le parrain de ma fille. Le Colombien Ivan Cordoba est lui le parrain de mon deuxième fils et un très bon ami italien est le parrain du premier. La nationalité ne rentre pas en ligne de compte.

Qu'ont les Italiens et les Argentins en commun ?
Nous sommes très semblables, sans aucun doute. Par le passé, beaucoup d'Italiens ont émigré vers l'Argentine. Maintenant, ce sont nous autres Argentins, et dans mon cas nous autres footballeurs, qui retournons en Italie. Mais nous essayons toujours de conserver notre identité.

Revenons quelques années en arrière. Quels sont vos souvenirs de votre arrivée à l'Inter Milan en provenance de Banfield, en 1995 ?
C'était un gros défi. J'avais 21 ans à l'époque. J'avais encore beaucoup à apprendre, beaucoup à découvrir. Débarquer dans une ville comme Milan, pour un jeune homme comme moi, ça n'était pas évident. De nombreuses choses, ainsi que les expériences réalisées, m'ont permis de grandir et d'acquérir de la maturité. Je ne parle pas seulement de ma carrière de footballeur, mais aussi de ma vie privée. Le club m'a toujours soutenu et aidé. Ça a été une décision importante de venir ici et aujourd'hui je peux dire que c'était la bonne. J'ai vécu intensément les 20 dernières années. Je suis toujours aussi fier et honoré de faire partie de ce club fantastique. L'Inter m'a tout donné.

Peut-on parler d'un amour éternel entre Javier Zanetti et l'Inter Milan ?
Tout à fait. J'éprouve des sentiments sincères pour ce club magnifique, pour la famille Moratti et pour tous les supporters. Ça a été un véritable coup de foudre et cet amour a grandi jour après jour, semaine après semaine, mois après mois, année après année. Le respect que l'on me témoigne m'importe énormément.

Votre femme Paula n'a-t-elle jamais été jalouse devant tant d'affection ?
Non, au contraire ! Après toutes ces années, elle aussi est devenue une véritable Interista. Elle est consciente que l'Inter tiendra toujours une place très importante de notre vie.

Vous êtes connu pour votre combativité, votre ambition et votre discipline. Est-il vrai que vous vous êtes entraîné quelques heures seulement après votre mariage ?
Oui. Nous nous sommes mariés le 23 décembre 1999. Pendant les vacances de Noël, nous recevons toujours un programme spécial pour rester en forme. Je me suis donc effectivement entraîné juste après que nous nous sommes dit "oui". C'est ma façon d'être, ça fait partie de ma culture et de ma philosophie. Depuis le jour où j'ai décidé de devenir footballeur professionnel, je suis resté fidèle à ces principes.

Vous avez trois enfants. À quoi ressemble le papa Javier Zanetti ? Est-il aussi déterminé, fier et exemplaire que le joueur ?
Oui, bien sûr. J'accorde beaucoup d'importance à mes enfants et je leur donne tout. Quand je peux être à la maison, je passe beaucoup de temps avec eux. J'en ai besoin et ça me permet de me sentir bien. Je ressens une grande sérénité quand je suis avec mes enfants.

Parlons du 9 novembre 2013. Vous êtes entré sur la pelouse à la 82ème minute d'un match à domicile contre Livourne, après une rupture du tendon d'Achille et un repos forcé de six mois. Les spectateurs vous ont réservé un accueil triomphal. Que retenez-vous de ce moment ?
C'était incroyable. Cette ovation assourdissante m'a donné la chair de poule, mon cœur battait à 100 à l'heure. Nos supporters m'ont fait un cadeau exceptionnel, je leur en serai toujours reconnaissant. Quand je me suis blessé, je n'avais qu'un seul objectif en tête : je voulais rejouer encore au moins une fois dans notre stade, devant nos supporters. Grâce à un travail acharné et à un soutien indescriptible, j'ai pu y parvenir.

Pendant les matches, lorsque vous êtes remplacé ou que vous rentrez sur le terrain, vous êtes toujours chaleureusement applaudi, dans tout le pays. Comment vivez-vous ce signe de respect de la part des supporters d'autres clubs ?
Ça me rend très fier et ça me touche. Le football est un sport formidable. Malgré les rivalités, il réunit les gens. Au-delà des titres, un footballeur ne peut rêver mieux que de gagner le respect et les applaudissements des fans dont le cœur bat pour les couleurs d'une autre équipe.

Que vous réserve l'avenir ? Comment l'histoire entre Javier Zanetti et l'Inter Milan va-t-elle se poursuivre ?
Mon souhait est toujours de rester au sein de cette fantastique famille à l'issue de ma carrière. Ce qui est certain, c'est que je veux continuer à servir l'Inter et à me rendre utile.

Votre fondation "Pupi" revêt également une grande importance à vos yeux. Faut-il voir dans votre engagement la preuve que les footballeurs ne pensent pas qu'à l'argent ?
Ce que je vais dire n'engage que moi, mais non, les footballeurs ne sont pas obnubilés par l'argent. Certains se lancent dans des projets similaires. Il est important de penser à ceux qui n'ont pas la vie facile. J'ai pris conscience de cette responsabilité et j'ai créé cette fondation. Nous sommes heureux de travailler pour ces enfants des quartiers défavorisés de Buenos Aires qui ont réellement besoin d'aide.

Vous êtes le propriétaire de deux restaurants à Milan. Vous voit-on parfois derrière les fourneaux ?
Oh non, certainement pas ! Je suis un très mauvais cuisinier. Je laisse ça aux spécialistes. Quand je vais au restaurant, c'est pour manger. C'est mieux pour tout le monde.

Avez-vous le sentiment d'accuser le poids des ans ? En vous voyant sur le terrain, on ne croirait pas que vous allez bientôt avoir 41 ans…
Je me sens toujours jeune. Chacun ressent les choses différemment. L'âge est là, bien sûr, mais tout dépend de comment on le gère. Quand on est en accord avec soi-même, il devient facile de se maintenir au plus haut niveau.

Fifa.com (24/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Jan - 12:24

Capello prolongé jusqu'à Russie 2018

International -News (Part 2) - Page 7 2258191_FULL-LND

Le contrat de Fabio Capello, sélectionneur de la Russie, est prolongé jusqu'à la fin du Mondial-2018 qui sera organisé "à domicile", a annoncé vendredi la Fédération russe (RFU).

Les modalités financières de cette prolongation de deux ans n'ont pas été précisées.

Capello, 67 ans, arrivé à Moscou en juillet 2012 pour succéder au Néerlandais Dick Advocaat, démissionnaire après l'élimination en phase de groupes de l'Euro-2012, a qualifié la Russie pour le Mondial-2014 au Brésil, 12 ans après la dernière apparition du pays en phase finale. La non-qualification pour les Mondiaux 2006 et 2010 avait été ressentie comme une humiliation nationale.

"Je tiens à remercier le président de la RFU et le ministre des Sports pour leur confiance en moi", a déclaré Capello en signant son nouveau contrat.

"Le nouveau contrat que nous avons signé stipule que M. Capello sera également à la tête des équipes nationales des différentes classes d'âge", a précisé le président de la RFU, Nikolai Tolstykh.

Fifa.com (24/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 24 Jan - 18:56

Hierro : "Les occasions passent et ne reviennent pas"



Il est l'une des figures importantes de l'histoire de la sélection espagnole. Fernando Hierro a été appelé 89 fois en équipe nationale et a disputé quatre Coupes du Monde de la FIFA™. Toutefois, il n'a pas connu avec la Roja le même succès en termes de titres qu'avec le club qui l'a révélé, le Real Madrid.

FIFA.com a effectué un petit voyage dans le temps avec l'ancien défenseur central afin qu'il nous fasse part des souvenirs qu'il a gardés de certaines éditions du tournoi le plus important de sa vie.


Fernando Hierro, quelle image vous vient en tête lorsqu'on vous dit "Espagne 1982" ?
Le Mondial que nous avons joué à domicile ! J'avais 14 ans et je l'ai regardé à la télévision. Naranjito, notre mascotte, a bien résisté au temps ! Je me souviens d'un pays enthousiaste et motivé par cette Coupe du Monde, même si sportivement, nous n'étions pas capables d'aller très loin. Je me rappelle de plein d'autres choses : du but de Marco Tardelli en finale et de sa célébration, de la joie du Premier ministre italien dans la tribune et de Diego Maradona, ma grande idole.

Avançons rapidement le film et arrêtons-nous en Italie, en 1990. Il s'agit de votre première expérience en Coupe du Monde en tant que joueur. Quels souvenirs en gardez-vous?
Pour moi cela signifiait vivre pour la première fois la tension quotidienne d'un Mondial. J'étais jeune quand je suis arrivé en sélection espagnole, j'avais peu d'expérience, mais j'ai pu me rendre compte de ce que représentait cette compétition, de son ampleur, de tout ce qu'il y a derrière... J'ai compris que j'étais un privilégié car j'avais la chance de participer à une Coupe du Monde. Quand vous êtes joueur, vous avancez étape par étape. Maintenant, je me dis que certains footballeurs incroyables, qui avaient un niveau extraordinaire en club, n'ont pas pu y aller.

Je n'ai pas eu l'occasion de jouer, j'ai tout vu depuis le banc, mais cela a été une expérience magnifique. Les images que j'ai en tête ? Les trois buts de Michel face à la République de Corée, l'Allemagne championne... Pour moi, le niveau tactique n'était pas élevé au cours de ce tournoi, mais la compétitivité était exceptionnelle. Nous avons été éliminés en huitième de finale (contre la Yougoslavie). Nous avions l'impression de nous trouver face à un mur que nous étions incapables de franchir.

Que pensez-vous des États-Unis 1994 ?
Au niveau de l'organisation, la Coupe du Monde s'est révélée parfaite. Tout s'est passé comme sur des roulettes. Les stades étaient combles alors qu'on s'était inquiété parce que le football n'était pas un sport très populaire dans ce pays. Nous avons eu droit à une grande fête. Nous avons découvert une fantastique équipe de Bulgarie avec un jeu spectaculaire ainsi qu'un Brésil avec des joueurs décisifs.

Abordons à présent la France. En 1998, l'Espagne ne s'est même pas qualifiée pour les huitièmes de finale. Est-ce votre plus grande déception ?
Nous avions une belle équipe. C'était le moment de profiter de la rencontre de deux générations : les anciens avaient accumulé de l'expérience et les jeunes étaient bourrés de talent. Je qualifierais cela de grande occasion manquée. Nous croyions que nous étions capables et nous sommes partis après la troisième rencontre. Là, tu mesures toute l'importance d'un mauvais jour. Je me souviens qu'après notre premier match perdu, contre le Nigeria, nous sommes rentrés à l'hôtel et n'avons pas pu nous endormir. À quatre heures du matin, nous analysions encore la partie. Je partageais ma chambre avec Rafa Alkorta et nous n'arrivions pas à comprendre comment nous avions pu perdre.

Corée/Japon 2002 a constitué le point final de votre carrière internationale avec l'Espagne. Comment l'avez-vous vécu ?
Les occasions passent et ne reviennent pas. Ce groupe progressait. Nous avons beaucoup souffert face à l'Irlande en huitième de finale, mais nous avons tenu bon. L'équipe était en forme, très unie et très confiante... Mais nous avons croisé le pays hôte et, même si nous n'avons pas livré une grande prestation, je crois que nous avons fait un match respectable et que nous méritions plus. Moi, j'avais déjà décidé qu'il s'agirait de mon quatrième et dernier Mondial, de la fin de ma carrière internationale. Cela a été un honneur de porter le maillot de la Roja pendant 12 ans et je me suis retiré à 34 ans, en faisant partie du onze idéal de la plus grande des compétitions. Quand on quitte les Coupes du Monde et les événements majeurs, on garde en tête toute la grandeur de ces tournois. Oui, il y a de la pression, beaucoup de tension... Mais nous sommes de sacrés privilégiés car nous avons pu défendre les couleurs de notre pays à un Mondial. Je me considère comme un privilégié.

Lors de l'édition suivante, vous vous êtes retrouvé dans la peau du supporter...
Pour Allemagne 2006, j'étais fraîchement retraité. J'ai pris la décision de regarder la Coupe du Monde chez moi, comme un spectateur, dans une position plus passive, mais en collaborant avec les médias. C'est ainsi que tu vois vraiment ce que vit ton pays. Heureusement, quand tu es joueur, tu ne le remarques pas, parce que tu es plus isolé et concentré sur le volet purement sportif. Parfois, le footballeur n'est plus conscient de ce que le tournoi suscite et de la passion qu'il génère. C'est ce qui m'est à nouveau arrivé en 2010, lorsque j'ai eu l'occasion de partir en Afrique du Sud, en tant que directeur sportif, beaucoup plus impliqué dans l'organisation et le quotidien avec les joueurs et l'entraîneur. Des images et des informations nous arrivent, mais jamais nous n'aurions pu imaginer ce qui nous attendait à Madrid.

Qu'a représenté cette victoire à Johannesburg ?
Nous savions tous qu'un jour nous devrions franchir ce maudit mur des quarts de finale et qu'à partir de là, l'Espagne s'envolerait et se sentirait libre. Cette victoire a amené la tranquillité et la paix à de nombreuses générations de footballeurs espagnols. Ce jour-là a été reposant car il signifiait que nous n'entendrions plus que l'Espagne n'avait encore jamais remporté de Coupe du Monde, que nous étions une éternelle promesse... Cela a été une satisfaction merveilleuse.

Mais il y a eu des moments difficiles...
Quand nous sommes arrivés, tout était négatif... On doutait sur l'organisation et émettait des réserves sur les stades... Pour finir, ça a été un Mondial splendide ! Nous avons été enchantés de l'accueil que nous a réservé la population là-bas. Du point de vue sportif, après le match contre la Suisse, nous avons vécu une période incroyablement difficile. Mais la sérénité nous a fait du bien. La sérénité dont ont fait preuve Vicente del Bosque, notre entourage, les joueurs et la Fédération a contribué à notre succès. Et puis, que la Coupe est jolie… et très lourde !!!

Et Brésil 2014 ?
Quand la Suisse nous a battus, toute le monde disait "aucune équipe ayant perdu la première rencontre ne gagne une Coupe du Monde". Maintenant, on entend qu'aucune équipe tenante du titre... Bref, c'est le défi. Les statistiques sont faites pour être contredites.

Fifa.com (24/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 25 Jan - 13:54

Hongrie : Fehér, dix années qui n'ont rien effacé

International -News (Part 2) - Page 7 2263999_FULL-LND

Il y a exactement dix ans ce 25 janvier 2014, l'attaquant international hongrois Miklos Fehér décédait sur le terrain lors d'un match du Benfica Lisbonne, victime d'une crise cardiaque. Fehér s'est effondré dans le temps additionnel d'une rencontre contre le Vitoria Guimaraes. Il est resté allongé, inerte. Les secouristes, appelés par ses coéquipiers désespérés, ainsi qu'une équipe de médecins ont essayé en vain de réanimer l'attaquant. Fehér a été conduit à l'hôpital où, en dépit de près de deux heures de tentatives de réanimation, son décès a finalement été prononcé.

En 2004, Fehér était considéré comme l'un des joueurs-clés de la Hongrie. Il devait aider les Magyars à décrocher leur qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006™. Fehér était un jeune homme modeste, calme et dévoué à son métier. Après sa mort, les fans sont venus lui rendre un dernier hommage dans le stade du Benfica. À l'annonce de ce tragique décès, de nombreuses bougies ont été allumées et des fleurs ont été déposées en souvenir de l'attaquant.

"C'était à peine un an après la terrible disparition de Marc-Vivien Foé et nous avons bien sûr tous été choqués par les décès de ces deux grands joueurs, survenus à si peu d'intervalle", se souvient le Professeur Jiri Dvorak, médecin en chef de la FIFA, au micro de FIFA.com. "Nous avions besoin d'agir. Il a été décidé que tous les footballeurs entamant une carrière professionnelle ou semi-professionnelle feraient l'objet d'examens médicaux approfondis, y compris dans le domaine cardiologique. En outre, il est devenu obligatoire que lors des tournois de la FIFA et des matches de qualification, il y ait au moins un défibrillateur au bord du terrain et qu'on puisse l'utiliser immédiatement en cas d'urgence. Sinon, le match n'a pas lieu."

"Le dernier cas que nous avons enregistré remonte à septembre 2013", poursuit le Pr. Dvorak. "À Katmandou au Népal, le défibrillateur offert par la FIFA a été employé lors d'un match de qualification pour la Coupe d'Asie. Un joueur afghan en arrêt cardiaque a pu être traité tout de suite, avant d'être conduit à l'hôpital. Aujourd'hui, il rejoue normalement au football."

Un geste magnifique

Ces mesures sont arrivées trop tard pour Fehér, mais celui-ci n'est pas près d'être oublié. En son honneur, au Benfica Lisbonne, le numéro 29 a définitivement été supprimé par la direction du club. Pourtant, ces deux chiffres sont réapparus au stade de la Luz un soir de novembre 2006.

Plus de deux ans après la mort tragique du Hongrois, lors d'une rencontre de Ligue des champions de l'UEFA entre le club portugais et le Celtic Glasgow, les supporters écossais ont déployé une banderole portant le numéro 29 et l'inscription en portugais Fehér, nunca caminharas sozinho ("You'll never walk alone").

Très émus, les joueurs portugais ont apprécié l'hommage, à l'image de l'attaquant international Nuno Gomes : "C'était un moment inoubliable et un geste magnifique, une belle marque de fair-play".

Fifa.com (25/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 27 Jan - 19:49

France, Ribéry : "Je n’ai peur de rien"



Franck Ribéry a presque tout gagné en 2013 - la Bundesliga, la Ligue des champions de l'UEFA, la Supercoupe d’Europe, la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA et la Coupe d’Allemagne -, et n’a peut-être jamais été aussi fort. De quoi propulser le Boulonnais dans la liste des trois meilleurs joueurs du monde, aux côtés de Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, au FIFA Ballon d’Or 2013.

Présent à Zurich, l’ancien joueur de l'Olympique de Marseille a accordé un entretien exclusif à FIFA.com avant la cérémonie. "C’est un peu comme les Oscars ici…", remarquait-il un brin émerveillé. Sur son 31, visiblement très fier et nerveux d’être de la fête, il s’est cependant livré sans détour sur l’équipe de France, sur le Bayern Munich, sur cette année 2013 exceptionnelle et sur sa force de caractère.


Franck, en 2013, tout vous a réussi. Est-ce le genre de périodes où l’on se sent invincible ?
Oui… Quand ça t’arrive de plus en plus, à chaque match, chaque entraînement, chaque compétition, tout te réussit, tu prends confiance. Tout ce que tu tentes, tu le réussis et à un moment donné, tu te dis "j’espère que ça va continuer le plus longtemps possible…"

Du coup, pensez-vous qu’il sera possible pour vous de faire mieux en 2014 ?
Ce sera très difficile. Mais je ne me pose pas de question inutile, je continue de travailler dur. Je suis impliqué dans ce que je fais, je prends du plaisir. Nous avons l’équipe et l’effectif pour reproduire ce que nous avons réussi l’année passée. Mais c’est vrai que 2013 a été une année extraordinaire pour nous et qu’il sera donc d’autant plus difficile de faire mieux.

Que partagez-vous avec les Bleus de cette expérience à Munich ?
J’apporte mon expérience, ma maturité. J’ai 30 ans maintenant, j’ai vécu beaucoup de choses dans ma carrière. Je parle très souvent avec les plus jeunes en équipe de France, en particulier ceux qui n’ont que peu de sélections. On représente un grand pays, le maillot bleu est assez lourd à porter. Il y a beaucoup de pression et ce n’est pas toujours facile à vivre. J’essaie donc de mettre ces jeunes joueurs dans les meilleures conditions. Il faut prendre le maximum de plaisir, s’éclater. D’autant que nous ne sommes pas souvent réunis.

Vous avez connu des moments très délicats dans votre vie, tout le monde connaît votre histoire, cet accident automobile lorsque vous étiez très jeune notamment. Ces expériences ont-elles construit ce que vous êtes ?
En fait, depuis que je suis né, j’ai connu des situations difficiles. Mais c’est précisément ce qui m’a donné cette force, cette envie de réussir. Je n’ai peur de rien. C’est aussi pour ça que j’ai toujours su rebondir lorsqu’il y a eu des situations difficiles, j’ai un mental très fort. J’ai un gros caractère. Je ne baisse jamais les bras, j’ai toujours envie d’aller de l’avant et de travailler dur pour réussir à obtenir quelque chose.

Et si vous deviez retenir un match dans votre carrière, lequel serait-ce ?
Question difficile… Ce que je peux dire c’est que j’ai eu des émotions très fortes en Coupe du Monde en 2006 lors du match contre l’Espagne, mais aussi l’an passé en Ligue des champions contre le FC Barcelone. En fait il y a beaucoup de matches sur lesquels j’ai pris du plaisir, c’est bien !

Et votre but préféré ?
J’ai marqué un but important contre Chelsea en Supercoupe d’Europe : nous étions menés 1:0, j’ai égalisé et ça a redonné confiance à toute l’équipe. Ensuite nous avons gagné aux tirs au but. Oui, c’était un but important et beau, une frappe de loin. Mais je me souviens aussi d’un but à Mönchengladbach en Bundesliga : nous sommes menés 3:2, je marque une superbe volée et ensuite je donne une passe décisive pour Arjen Robben qui marque le but de la victoire.

Tout le monde sait que vous faîtes beaucoup de blagues, mais de laquelle êtes-vous le plus fier ?
Le seau d’eau sur Oliver Kahn ! C’est une grande personnalité, ça a été un vrai bonheur de jouer avec lui. J’ai beaucoup de respect pour ce joueur. Faire des blagues fait partie de mon caractère, je suis comme ça. Maintenant je suis plus âgé, je suis père de famille, je fais peut-être un peu moins de plaisanteries mais j’aime toujours autant rigoler. Quand Ribéry ne "déconne" pas et n’a pas le sourire, c’est que quelque chose ne va pas !

En tant que nominé au FIFA Ballon d’Or, vous avez rejoint une liste restreinte de joueurs exceptionnels comme Zinedine Zidane, Michel Platini, Johan Cruyff, Franz Beckenbauer, etc. Que ressentez-vous ?
Je suis très flatté. Quand je vois d’où je suis parti et où je suis maintenant, c’est juste magnifique. Ce n’est que du bonheur. Ça fait du bien de faire partie de cette liste de grands joueurs.

Le prochain objectif des Bleus, c’est la Coupe du Monde de la FIFA. Que ressentez-vous à l’idée de jouer l’épreuve reine au Brésil ?
C’est magnifique. Nous sommes ravis de faire partie des 32 équipes privilégiées qui se rendront là-bas. Le Brésil représente beaucoup dans le monde en général, et dans le monde du football en particulier. Ce sera un grand plaisir à n’en pas douter. En plus, pour moi, ce sera peut-être la dernière Coupe du Monde... On va essayer de faire en sorte que ça se passe bien et de donner du plaisir aux supporters français, ça compte pour nous.

Qu’a apporté Didier Deschamps à l’équipe ?
Il nous a redonné confiance. Il a su trouver les mots au bon moment. Je ne l’ai jamais senti abattu, même après le match aller contre l’Ukraine. On a toujours senti qu’il y croyait et ça nous a fait du bien. Grâce à cela aussi, nous avons pu faire un grand match retour au Stade de France. Je crois que ce match fera référence, c’est un moment inoubliable pour tous les joueurs de l’équipe de France.

Que pensez-vous de votre groupe, composé du Honduras, de l’Équateur et de la Suisse ?
Nous ne sommes peut-être pas dans le groupe le plus difficile, mais il ne faut surtout pas prendre ces équipes à la légère. Il faut rester concentré. Il va falloir jouer notre chance à fond pour passer ce premier tour. C’est crucial.

Fifa.com (27/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 29 Jan - 17:17

Japon : Forlan au Cerezo Osaka

International -News (Part 2) - Page 7 2109561_FULL-LND

L'attaquant international uruguayen Diego Forlan a été engagé par le club Cerezo Osaka pour un salaire annuel de 5,8 millions de dollars (4,2 M EUR), un record pour le Championnat du Japon.

Forlan, 34 ans, jouait lors de la saison écoulée au club brésilien du SC Internacional pour lequel il avait marqué 22 buts en 55 rencontres.

L'attaquant aux 107 sélections (36 buts) avait notamment porté le maillot de Manchester United, l'Inter Milan ou encore l'Atlético de Madrid. Au Mondial-2010, il avait obtenu le ballon d'or de meilleur joueur de la compétition qu'il avait terminée co-meilleur buteur (5 buts).

L'Uruguay disputera le Mondial brésilien (12 juin-13 juillet) dans le groupe D en compagnie du Costa Rica, de l'Angleterre et de l'Italie.

Fifa.com (29/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 30 Jan - 18:26

Brésil : Juninho prend sa retraite

International -News (Part 2) - Page 7 2148800_FULL-LND

Le milieu de terrain brésilien Juninho, joueur majeur du grand Lyon des années 2000, a décidé d'arrêter sa carrière après une blessure, a annoncé jeudi, jour de son 39e anniversaire, son club brésilien de Vasco de Gama.

"Je veux officialiser la décision de Juninho Pernambucano", a dit à la presse le président du club, Roberto Dinamite. "Nous avons discuté et il a décidé d'arrêter sa carrière. Lundi prochain, il donnera une conférence de presse pour prendre congé du Vasco en tant que joueur".

Le joueur s'était blessé à la cuisse droite en novembre dans le Championnat du Brésil et n'était plus apparu depuis dans un match. Il avait prolongé son contrat jusqu'au 30 mai pour disputer le Championnat de l'Etat de Rio de Janeiro.

"Juni", international brésilien, était un des joueurs-clefs de l'Olympique lyonnais, dont il a été le capitaine et avec lequel il a remporté sept titres de champion de France d'affilée (record national), entre 2001 et 2008. Il avait marqué pour l'OL 100 buts, toutes compétitions confondues, dont de nombreux coups francs, parfois lointains, exercice dans lequel il fut l'un des meilleurs spécialistes.

Il avait ensuite évolué deux ans au Qatar (Al-Gharafa) puis était retourné au club carioca de Vasco de Gama, celui de ses débuts, outre un bref passage aux Red Bulls New York (décembre 2012-juillet 2013).

Fifa.com (30/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 30 Jan - 22:15

Brésil : Juninho tire sa révérence

International -News (Part 2) - Page 7 2150111_FULL-LND

Le milieu brésilien Juninho, indétrônable roi des coups francs qui a marqué de son empreinte la Ligue 1 où il fut septuple champion de France au sein du grand Lyon des années 2000, a pris sa retraite de joueur.

L'annonce a été faite dans la nuit de mercredi à jeudi par le président du Vasco de Gama. "Je veux officialiser la décision de Juninho Pernambucano, a dit à la presse Roberto Dinamite. Nous avons discuté et il a décidé d'arrêter sa carrière. Lundi prochain, il donnera une conférence de presse pour prendre congé du Vasco en tant que joueur".

La retraite était dans l'air depuis quelques semaines, depuis la blessure à la cuisse en novembre du joueur, qui a eu 39 ans ce jeudi. Le "Reizinho" (petit roi) avait alors pensé raccrocher les crampons, avant de céder à l'amicale pression du club carioca pour prolonger son contrat jusqu'au 30 mai et disputer le Championnat de l'Etat de Rio de Janeiro. Mais cette blessure l'a démoralisé, et si le Vasco a encore tenté de le retenir, il s'est cette fois montré inflexible.

L'émotion était aussi grande du côté de Rio que de Lyon, où le joueur a laissé une trace indélébile. A l'OL entre 2001 et 2008, "Juni" (1,79 m, 74 kg), leader et capitaine, a été un des trois joueurs à remporter les sept titres de champion consécutifs, avec Grégory Coupet et Sidney Govou, égalant le record national de sacres en France de Jean-Michel Larqué et Hervé Revelli.

"Je retiens autant ses immenses qualités de footballeur que ses profondes qualités humaines, a commenté le président lyonnais Jean-Michel Aulas sur le site du club. En plus de 25 ans de présidence, je ne pense pas avoir rencontré un seul joueur qui soit à la fois aussi brillant, déterminé, tenace, compétiteur, professionnel et intelligent que Juninho et d'une incroyable maturité même quand je l'ai rencontré pour la première fois en 2001".

"Il restera le plus grand joueur de l'histoire de l'OL, a confié à l'AFP Bernard Lacombe, conseiller du président. Car s'il y a eu d'énormes joueurs comme Fleury Di Nallo ou Sonny Anderson, ceux-ci n'ont pas eu le bonheur de disputer la Ligue des champions, à l'inverse de Juninho qui s'est illustré dans de grands matches comme face au Werder Brême, au Real Madrid, au Bayern Munich ou au FC Barcelone".

"Presque un penalty"

Notamment par le biais des coups francs, dont il était l'incontesté spécialiste. Il a fait mouche 44 fois dans cet exercice sur les 100 buts marqués pour Lyon, toutes compétitions confondues. "On estimait qu'un coup franc situé à 25 mètres de la cage adverse était presque un penalty pour Lyon", se souvient Bernard Lacombe.

Le président Aulas espère une reconversion de "Juni" au sein de l'OL. D'ici là, il commentera pour RMC les matches de la Coupe du monde (12 juin-13 juillet).

Idole à Lyon, mais aussi à Rio, c'est le Vasco de Gama qui l'a consacré "Reizinho" en le dénichant à Recife, sa ville natale, dans l'Etat du Pernambouc (nord-est du Brésil), d'où la mention de Pernambucano associée à son surnom Juninho, dérivé de Junior (il porte les mêmes noms que son père, Antônio Augusto Ribeiro Reis).

Au Vasco, il a par exemple été champion du Brésil (1997 et 2000) et gagné la Copa Libertadores 1998, équivalent sud-américain de la Ligue des champions. Il y a fini sa carrière après une parenthèse au Qatar (à Al-Gharafa, 2009-2011) et une pige frustrante aux Red Bulls New York (décembre 2012-juillet 2013). La presse brésilienne fait état d'un total frôlant les 1.000 matches dans sa carrière (959), pour 226 buts.

Mais c'est sans doute son histoire avec l'équipe du Brésil qui l'a le plus frustré. S'il a décroché une quarantaine de sélections (7 buts) entre 1999 et 2006 et remporté la Coupe des Confédérations 2005, il était absent du titre mondial de 2002. Et bien présent pour l'humiliation infligée à la Seleçao par Zinédine Zidane en quart de finale du Mondial-2006 (1-0 pour la France).

Fifa.com (30/01/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 1 Fév - 13:15

Luis Aragones est mort

International -News (Part 2) - Page 7 2271438_FULL-LND

D'une Espagne talentueuse, il a fait une équipe victorieuse: Luis Aragones est mort samedi à 75 ans, laissant l'image d'un sélectionneur de caractère qui a fixé l'identité du jeu espagnole (le "toque") et ouvert un cycle de triomphes avec le sacre à l'Euro-2008.

Cet ancien joueur et entraîneur de l'Atletico Madrid, qui a dirigé de nombreux clubs de Liga au cours de plus de trois décennies passées sur les bancs de touche, s'est éteint samedi matin à 6h15 (5h15 GMT) "après avoir été victime d'une maladie hématologique", a annoncé la clinique madrilène Cemtro.

"C'est un jour triste pour notre football. Nous avons perdu un homme clé dans l'histoire moderne de ce sport. (...) Sans aucun doute, il a ouvert le chemin de cette période si brillante", a réagi Vicente Del Bosque, qui lui a succédé en 2008 à la tête de l'Espagne, reprenant les mêmes bases pour remporter le Mondial-2010 puis l'Euro-2012.

Aragones a été l'un des grands artisans de cette montée en puissance de la "Roja": il a su fixer le jeu de passes ("toque" ou "tiki-taka"), chasser les démons d'une sélection talentueuse mais souvent défaite, et décrocher en Suisse et en Autriche un deuxième triomphe européen après celui de 1964. Il a aussi su écarter des grands noms trop encombrants, comme l'attaquant du Real Madrid Raul, alors capitaine de la sélection, au profit d'une équipe rajeunie avec notamment Fernando Torres, unique buteur en finale de l'Euro contre l'Allemagne (1-0).

"Un mental très fort"
Mais cette renaissance ne s'est pas fait sans heurts. Lors des qualifications pour l'Euro-2008, l'Espagne a été notamment défaite par l'Irlande du Nord (3-2). "Fuera!" ("dehors!"), exige alors la presse. "J'ai entendu les critiques et j'ai toujours su qu'un jour on verrait qui a raison et qui a tort, réagira Aragones sitôt le titre conquis. Soyez plus clément avec le sélectionneur qui me remplacera. Moi, j'avais un mental très fort."

Après le triomphe, les "Luis, quedate" ("Luis, reste") sont scandés par la foule, mais Aragones, comme il l'avait annoncé avant l'Euro, laisse son poste et rejoint pour quelques temps le club turc de Fenerbahçe. Car, comme il l'a prophétisé, les fondations de la "Roja" sont solides et elle "peut avoir d'autres triomphes".

"Sa personnalité nous a marqué à vie. RIP Don Luis", a écrit le milieu de terrain Xabi Alonso sur Twitter.

Celui qu'on appelait "Grandes bottes" quand il était joueur (11 sélections) ne laisse toutefois pas un palmarès d'entraîneur à la hauteur de sa réputation. Il a entraîné une dizaine de clubs différents en 35 ans, dont l'Atletico Madrid à trois reprises, avec un titre national en 1977 et trois Coupes du Roi, ainsi que le Barça (1987-88), avec lequel il a aussi remporté la coupe.

Début décembre, il avait annoncé dans une interview prendre sa retraite, avant de revenir sur ses propos.

L'Atletico a fait savoir que le corps de Luis Aragones serait transféré à la mi-journée au funérarium de Tres Cantos, près de Madrid, et qu'il serait enterré dimanche "dans l'intimité".

Fifa.com (01/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 1 Fév - 16:36

Casillas : "Aragones a changé l'histoire du football espagnol"

International -News (Part 2) - Page 7 1322328_FULL-LND

L'ancien sélectionneur Luis Aragones, décédé samedi à 75 ans, a "changé l'histoire du football espagnol" en jetant les bases de sa domination et en le conduisant jusqu'au titre à l'Euro-2008, a estimé samedi le gardien de but de la "Roja" Iker Casillas.

"Sans aucun doute, Luis a un peu été celui qui a changé l'histoire du football espagnol", a dit en conférence de presse le portier emblématique de la sélection championne du monde en 2010 et championne d'Europe en 2008 et 2012.

"Même Vicente Del Bosque (successeur d'Aragones après 2008, NDLR) l'a toujours remercié d'avoir laissé un tel legs. Luis a pris des décisions à un moment donné, fait des paris, en bien ou en mal, mais je suis convaincu qu'il faisait tout cela pour le bien du football espagnol. Il faut le remercier de nous avoir donné ce qu'il nous a donné en 2008, cet Euro qui a changé le cours des événements qui ont suivi."

Luis Aragones s'est éteint samedi matin, laissant l'image d'un sélectionneur de caractère qui a fixé l'identité du jeu espagnole (le "toque") et ouvert un cycle de triomphes avec le sacre à l'Euro-2008 avant de passer la main à Del Bosque.

"Luis était une bonne personne, parce qu'il travaillait de manière bon enfant, franche, sincère, honnête. Ma relation avec lui était excellente. C'était une personne qui a beaucoup influencé les joueurs de cette génération", a conclu Casillas.

Fifa.com (01/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 3 Fév - 21:33

Juninho évoque son jubilé

International -News (Part 2) - Page 7 2138794_FULL-LND

Le milieu brésilien Juninho, septuple champion de France et joueur majeur du grand Lyon des années 2000, a évoqué lundi l'éventualité d'un match amical de pré-saison entre Vasco de Gama et l'OL, les deux principaux clubs de la carrière qu'il vient de clore.

"Le but, c'est de faire un match contre l'équipe actuelle de Lyon dans une rencontre amicale de préparation pour la saison prochaine", a dit le retraité de 39 ans à quelques médias français dont l'AFP après sa conférence de presse d'adieux, à Rio de Janeiro. "Même si je ne joue plus, je vais retourner à Gerland souvent. Ca me tient à coeur".

Interrogé sur l'invitation ouverte du président de l'OL Jean-Michel Aulas de revenir au sein du club, il a répondu: "J'y pense toujours, ça me fait plaisir de savoir qu'il compte sur moi et qu'il fait confiance à mon travail après le foot. Bien sûr, je dois me préparer, j'aimerais bien vivre cette Coupe du monde au Brésil, ce sera une compétition spéciale. Après, avec des choses bien calées on peut faire quelque chose d'important pour Lyon encore".

"Juni" n'avait pu se retenir de pleurer plus tôt lors de son propos liminaire avant la séance de questions-réponses avec les journalistes, lorsqu'il a évoqué ses débuts à Recife (son premier club, dans sa ville natale du nord-est) et tous les joueurs qu'il a côtoyés au long de sa carrière.

"C'est là que tout a commencé, à Recife, mais c'est ici (à Vasco de Gama, ndlr) où je me suis réalisé, devenu un joueur complet, a-t-il dit en se ressaisissant après de longues secondes de silence et de larmes. Mes meilleurs moments comme joueur, c'était à Lyon: c'est là que j'ai joué pratiquement toujours à un haut niveau".

"La page qui m'a manqué, c'est le titre de champion du monde (lors du Mondial-2006, ndlr), mais ça n'efface pas toutes mes réalisations professionnelles", a-t-il ajouté.

"Aujourd'hui, je commence une nouvelle vie, je sais pas où ni comment", a aussi dit le joueur retraité qui compte rester dans le milieu du football et dans un premier temps au Brésil, pour "apprendre".

Fifa.com (03/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 3 Fév - 21:35

Juninho : "Mes meilleurs moments, c'était à Lyon"

International -News (Part 2) - Page 7 1379332_FULL-LND

Le milieu brésilien Juninho, septuple champion de France avec l'OL dans les années 2000, a dit avoir vécu ses "meilleurs moments de joueur" à Lyon, club où il s'imagine bien revenir, lundi lors de ses adieux empreints d'émotion à Rio de Janeiro.

Pourquoi avez-vous arrêté?
J'avais presque décidé d'arrêter après avoir contracté ma blessure, mais on m'a convaincu de faire la pré-saison pour tenter de revenir et disputer le Championnat de l'Etat de Rio. J'avais des difficultés à enchaîner les entraînements et les matches. J'étais le papy de l'équipe, on me chambrait, mais le foot d'aujourd'hui n'est pas une plaisanterie. Je considère chaque match comme une finale, et chaque entraînement comme un match. Je veux remercier tous mes coéquipiers, depuis mes débuts (il s'arrête, larmes d'émotion). C'est à Recife que tout a commencé, mais c'est ici (à Vasco de Gama, ndlr) où je me suis réalisé, devenu un joueur complet. Mes meilleurs moments comme joueur, c'était à Lyon: c'est là que j'ai joué pratiquement toujours à un haut niveau. La page qui m'a manqué, c'est le titre de champion du monde (lors du Mondial-2006, ndlr), mais ça n'efface pas toutes mes réalisations professionnelles. J'ai passé deux ans au Qatar, pour des raisons financières que je ne pouvais refuser, et six mois aux Etats-Unis, ma pire période sur le plan technique, mais je ne regrette pas l'expérience de vie. Aujourd'hui commence une nouvelle vie, je sais pas où ni comment.

Justement, en avez-vous une petite idée ?
La tendance, c'est de continuer dans le foot, sans savoir dans quelle fonction. Après tant de temps à jouer, il y a déjà un manque, même si je ne m'entraîne plus.

Allez-vous vivre au Brésil ou en France ?
Je vais continuer à vivre au Brésil pour mieux me préparer. Ma relation avec Lyon reste très forte, l'affection qu'on m'y porte me rend heureux.

Y aura-t-il un jubilé ?
On va organiser un match entre Vasco et River Plate, équipe contre laquelle j'ai marqué un but important (en demi-finale de la Copa Libertadores remportée en 1998, ndlr). Le but, c'est de faire un match contre l'équipe actuelle de Lyon dans un match amical de préparation pour la saison prochaine. Même si je ne joue plus, je vais retourner à Gerland souvent. Ca me tient à coeur.

Le président Jean-Michel Aulas a dit souhaiter votre retour à l'OL...
J'y pense toujours, ça me fait plaisir de savoir qu'il compte sur moi et qu'il fait confiance à mon travail après le foot. Bien sûr, je dois me préparer, j'aimerais bien vivre cette Coupe du monde au Brésil, ce sera une compétition spéciale. Après, avec des choses bien calées on peut faire quelque chose d'important pour Lyon encore.

Quel est votre héritage ?
Le travail. J'ai vécu huit ans à Lyon et je ne suis jamais monté sur la Tour Eiffel, je me suis complètement consacré au foot. On me trouvait très lent à mes débuts, à Recife, et je me suis dit qu'il était impossible de ne pas réussir si je travaillais. Alors j'ai beaucoup travaillé, sur le plan technique, physique. J'ai essayé de devenir plus rapide, je le suis devenu un peu plus, mais pas trop (sourire).

Avez-vous des regrets ?
Maintenant que tout est fini, la seule chose que je regrette, c'est de ne pas avoir assez savouré les titres, parce que je pensais à chaque fois déjà au suivant.

Et il y a eu l'amertume du Mondial-2006 (élimination en quarts face à la France)...
Je pensais que la Seleçao devait finir championne du monde, avec tous ses talents, mais ça n'est pas arrivé, parce qu'elle ne le méritait pas. La génération de 2002 (championne du monde) a eu du mal à répéter le succès. Peut-être qu'on avait perdu un peu la notion de la force du travail, mais cela a été un privilège d'avoir joué avec d'aussi grands joueurs.

Fifa.com (03/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 5 Fév - 13:03

Argentine, Kempes : "Tant que Messi est content, tout va bien"



Mario Alberto Kempes fait partie des footballeurs les plus marquants de l'histoire du football argentin. Audacieux, percutant et très adroit dans les derniers mètres, l'ancien joueur de Rosario Central, River Plate et Valence, entre autres, a joué un rôle déterminant dans l'obtention par l'Argentine de la Coupe du Monde de la FIFA 1978. Il a notamment inscrit six buts qui l'ont propulsé au sommet du classement des meilleurs buteurs de l'épreuve.

"J'étais un buteur inhabituel, parce que je ne jouais pas vraiment dans la surface", reconnaît volontiers celui qui n'avait pas inscrit un seul but pendant la phase de groupes de l'édition 1978. Pourtant, son apport dans les tours décisifs, notamment le doublé en finale face aux Pays-Bas, le situe au cœur de l'histoire du football argentin.

De passage au Brésil, où il a pris part au Tirage au sort final de Brésil 2014, le Matador a partagé ses impressions avec FIFA.com concernant le tournoi de juin, les chances de l'équipe d'Alejandro Sabella et les pressions que le Brésil devra affronter en tant qu'équipe hôte.


Mario, comment analysez-vous le parcours de qualification de l'Argentine pour la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014 ?
Il a été bon, voire très bon, malgré un démarrage un peu poussif, comme souvent. Mais Sabella a su marquer un cap et atteindre son objectif. Tant que Lionel Messi est content, l'équipe marche bien. Enfin, pas seulement Messi. Il faut que tout le monde soit content.

Comment faut-il s'y prendre pour préserver la cohésion pendant les périodes de cohabitation ?
C'est très compliqué et il faut être habile. Ils jouent tous dans de grands clubs et personne ne veut parcourir 13 ou 14 000 km pour rester assis sur le banc. Et parfois ce n'était pas juste un match, mais deux ! Mais je pense que Sabella, comme n'importe quel autre sélectionneur, essaie de faire plaisir à tout le monde lors des matches amicaux. Cela permet à tous les joueurs de se sentir importants au sein du groupe.

Qu'est-ce que cela signifie une Coupe du Monde dans la carrière d'un footballeur ? Est-ce la même chose aujourd'hui qu'en 1978 ?
Non, bien sûr que  non. Aujourd'hui, tout acquiert beaucoup plus d'importance. Quand on gagne une Coupe du Monde à l'heure actuelle, ou un autre titre important d'ailleurs, on ne peut pas en profiter. Les journalistes n'arrêtent pas et on finit par se lasser. Mais quelques années plus tard, on se remémore ces instants-là et on mesure toute l'importance de ce que l'on a fait ! En tout cas, il ne suffit pas d'un joueur pour y parvenir : il faut que tout le groupe travaille à l'unisson.

On parle beaucoup de la pression que va subir le Brésil devant son public et de la façon dont il va le gérer. Quelle est l'influence de ce paramètre lors d'une telle compétition ?
C'est un peu différent, c'est vrai. Certains disent qu'il n'y a pas de pression et que le public est là pour soutenir les joueurs, mais ce n'est pas vrai. Si tout se passe bien, il n'y a pas de problème. Mais pour peu que ce ne soit pas le cas… Je pense que ceux qui sont en bas, sur le terrain, doivent entraîner ceux qui sont en haut, dans les gradins, et surtout pas l'inverse. Sauf peut-être dans une finale, où c'est du 50/50. Mais en poules, l'enthousiasme doit aller du bas vers le haut. Toute équipe qui joue à domicile doit sentir à un moment donné qu'elle est dominée par son rival et qu'elle a besoin de soutien, mais si on n'enthousiasme pas son public, le soutien ne viendra jamais.

A quel tournoi vous attendez-vous en juin ?
J'espère qu'on va sortir un peu des sentiers battus et qu'il y aura peu d'équipes mesquines, qui s'en remettent exclusivement à la contre-attaque. Il y en aura, bien sûr, parmi les débutants ou les équipes les moins huppées. Mais moi j'aimerais bien voir du beau spectacle, des matches où le ballon va d'une surface à l'autre. J'espère que les meilleurs joueurs du monde seront là à chaque match. Pas forcément pendant les 90 minutes, mais au moins par intermittence.

Si on vous dit "Brésil", à quoi pensez-vous en premier ?
Samba, bonheur, carnaval, plages… Et football !

Quelles sont les vraies chances de l'Argentine ?
Elle a ses chances même si je trouve qu'il commence à y avoir trop de différences entre l'attaque et la défense. Mais si Sabella a cru en ces joueurs, qu'il s'agisse d'un gardien qui n'est pas titulaire dans son équipe - Sergio Romero à l'AS Monaco -, ou des défenseurs, il faut lui faire confiance.

Trouvez-vous que l'équipe dépend trop de Lionel Messi ?
On dit toujours que l'entraîneur choisit les joueurs et la tactique, mais qu'ensuite ceux-ci se déplacent et les systèmes changent. Cependant, je crois que Messi a un truc en plus et que tous les joueurs de champ doivent le soutenir. Un joueur seul ne peut pas gagner la Coupe du Monde. Il peut jouer un rôle important, mais il ne va pas remporter tout seul tous les matches. C'est impossible.

Quel genre de joueur était Mario Kempes ?
J'étais différent de joueurs tels que Gabriel Batistuta ou Gerd Müller dans ma façon de me déplacer dans la surface de réparation. Je n'avais pas de grandes qualités à cet endroit-là, j'avais besoin d'espaces. Mais bon, je n'étais pas si mauvais non plus ! J'essayais de saisir les opportunités. J’étais plus un milieu de terrain, donc un attaquant d'un autre genre. Je n'étais pas un numéro neuf, comme tout le monde le croit aujourd'hui. Quand j'évoluais à cette place, je n'étais pas bon. En venant de loin, j'avais plus d'espace, une meilleure vision du jeu et plus de temps avec le ballon, ce que j'appréciais plus.

Fifa.com (05/02/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 7 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 33 Précédent  1 ... 6, 7, 8 ... 20 ... 33  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum