International -News (Part 2)

Page 16 sur 33 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17 ... 24 ... 33  Suivant

Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 13:19

Stielike nouveau sélectionneur sud-coréen

International -News (Part 2) - Page 16 2259342_FULL-LND

L'ex-international allemand Uli Stielike a été nommé vendredi au poste de sélectionneur de la Corée du sud qu'il doit emmener au Mondial-2018 en Russie, a annoncé la Fédération sud-coréenne (KFA) qui était à la recherche d'un sélectionneur étranger.

Stielike, aujourd'hui âgé de 59 ans, a porté 42 fois le maillot de l'Allemagne de l'Ouest (RFA). Il remplace Hong Myung-bo, démissionnaire en juillet après la décevante élimination de la Corée à l'issue de la phase de poules du Mondial au Brésil.

Forte de l'expérience Guus Hiddink, le sélectionneur néerlandais qui avait mené la sélection en demi-finale du Mondial-2002 avec Hong comme capitaine, la KFA voulait un technicien étranger à la tête de son équipe.

En tant que joueur, Stielike présente un palmarès fourni avec notamment plus de 200 matches avec le Real Madrid et un titre de champion d'Europe avec la RFA en 1980.

Il avait ensuite enchaîné sur une carrière d'entraîneur et sélectionneur: il a notamment dirigé la Suisse et la Côte d'Ivoire, ainsi que deux clubs au Qatar (Al-Arabi et Al-Sailiya) et le FC Sion (Suisse).

Avant le Mondial-2018, Stielike doit préparer la Corée du sud en vue de la Coupe d'Asie 2015 programmée en janvier en Australie.

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 19:46

Italie : Conte, le Sauveur de l'Italie ?

International -News (Part 2) - Page 16 2423575_FULL-LND

Antonio Conte a ragaillardi l'Italie en trois jours de stage et un amical réussi contre les Pays-Bas (2-0) jeudi: Est-il le guide que la "Nazionale" attendait après une Coupe du monde catastrophique?

"Mais non je ne suis pas le Sauveur, je l'ai déjà dit, les sauveurs ça n'existe pas", répond Conte après le succès probant contre les Oranje, balayés en dix minutes.

"Un homme seul ne peut jamais rien faire tout seul, ajoute le nouveau sélectionneur. Je peux apporter mon travail, ma façon d'être, mes idées, mais comme dans toutes mes expériences précédentes, j'ai besoin d'un club, là, en l'occurrence, d'une fédération, qui me soutienne."

Appelé au chevet d'"Azzurri" dépassés au Brésil par le Costa Rica et l'Uruguay, le successeur de Cesare Prandelli a, au moins, déjà remis l'équipe sur les rails, grâce surtout à son fameux système 3-5-2, "plus important que les joueurs", insiste-t-il.

L'ex-mentor de la Juventus triple championne d'Italie (2012-2014) a rabâché son concept, détaillé à micros éteints pour les journalistes dans une salle du centre technique de Coverciano en début de semaine.

Faute de "fuoriclasse" (joueurs d'exception) du genre Roberto Baggio ou Alessandro Del Piero, l'Italie doit construire un système qui mette en confiance ses hommes

'L'organisation exalte le talent'
La victoire de Bari "est la démonstration que l'organisation exalte le talent individuel, cela ne peut pas être l'inverse pour nous, pas encore, pas maintenant", martèle-t-il.

Conte répète qu'en six entraînements seulement, il a pu travailler le système qui a amené les deux buts marqués aux Hollandais. Avec des latéraux actifs tout le long de leur côté, son équipe peut "défendre à cinq et attaquer à cinq", son concept.

Un latéral monte pour centrer, l'autre rejoint dans la surface les deux pointes et celui des trois milieux de terrain qui s'est inséré.

Matteo Darmian (à droite) et Mattia De Sciglio (à gauche) ont parfaitement tenu leur rôle contre les Pays-Bas, défendant et attaquant avec beaucoup d'énergie.

Conte a également déniché un duo d'attaque prometteur. Ciro Immobile (un but) dans la profondeur a fait oublier qu'avant-match on parlait surtout de la non-convocation de Mario Balotelli.

Le "marteau"
"Conte, je le connais depuis Sienne, c'est toujours un 'marteau' ", commente Immobile. Un "marteau" (martello) en italien rend l'idée d'une personne qui enfonce ses idées comme des clous dans la tête de ses hommes, un portrait parfait de Conte. Paul Pogba, à la Juve, racontait que Conte pouvait reprendre des dizaines de fois le même mouvement tactique à l'entraînement, jusqu'à ce que ça rentre.

Le petit nouveau, Simone Zaza, dont la tâche est de se rapprocher du ballon quand Immobile prend les espaces, a parfaitement combiné avec le buteur de Dortmund.

"Je n'ai pas "offert" une première sélection à Zaza, vous savez que je ne fais jamais de cadeau, souligne Conte. S'il a joué, c'est parce qu'il a gagné sa place. Je n'ai pas fait une expérience mais la meilleure équipe, en tenant compte des blessés. Zaza a de la personnalité, il l'a démontré, et qu'il joue une équipe de milieu de tableau (Zaza est à Sassuolo) ou du haut du classement ne change rien pour moi."

Enfin, Conte a déjà apporté l'esprit de celui qui "n'aime pas employer le verbe perdre", comme il le répète. Il a apprécié l'esprit de revanche de ses joueurs.

"Je parle avec les "i" (du pluriel), pas les "o" (du singulier)", lance encore Conte, en veine de formules.

S'il ne boude pas son plaisir, Conte prévient toutefois qu'il faut déjà préparer le début des qualifications pour l'Euro-2016 en Norvège, mardi. Le chemin est encore long pour le Sauveur.

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 19:48

France, Rémy : "Je reviens d'assez loin"

International -News (Part 2) - Page 16 2436349_FULL-LND

Buteur providentiel contre l'Espagne jeudi en match amical (1-0) après être entré en jeu, Loïc Rémy sait que "toutes les occasions sont bonnes pour marquer des points" aux yeux de Didier Deschamps et espère "avoir l'opportunité de démontrer (qu'il peut) apporter un plus".

Vous venez de vivre une semaine faste en signant à Chelsea. Ce but ne tombe-t-il pas au meilleur moment pour marquer des points aux yeux de Didier Deschamps, mais aussi désormais de José Mourinho ?
Il n'y pas de meilleur moment, tous sont bons. Dès que je peux jouer, je donne le maximum. Mais c'est vrai que ça fait plaisir de marquer contre ce genre d'équipe. Ce type de rencontres conforte un peu plus l'entraîneur dans ses choix. Toutes les occasions sont bonnes pour marquer des points et hier, j'avais à coeur de bien entrer en jeu et d'aider mon équipe.

Votre transfert chez les Blues vous donne-t-il confiance ?
Quand une opportunité comme ça arrive, on ne peut pas refuser. Pour moi, ma marge de progression, pour plein d'autres choses, je n'ai pas hésité une seule seconde. C'est sûr que pour la confiance c'est toujours bien. Il y a aussi un certain niveau d'exigence à avoir, je sais que j'ai beaucoup de travail à effectuer pour pouvoir jouer le plus possible. Je sais que je ne pars pas comme premier attaquant, mais rien n'est figé. J'ai aussi des objectifs.

Quelle est votre position préférentielle ?
Je n'ai pas de préférence, je peux jouer sur un côté, dans l'axe. J'aime bien l'axe, c'est vrai, mais il y a du monde. Karim est bien installé dans l'équipe, Olivier a aussi fait un bon travail. Je suis là pour aider le collectif au maximum, d'où que ce soit.

Quels sont vos domaines de progression ?
Il y a beaucoup de choses. Je dois améliorer mon jeu dos au but, je dois muscler mon jeu, comme le coach le répète souvent. J'ai la chance d'être dans un club qui peut m'aider à faire ça mieux. Devant le but, aussi, j'ai des opportunités que je dois mieux concrétiser.

Vous avez 27 ans, est-il temps pour vous de vous installer en Bleu d'ici l'Euro ?
Je prends match par match, je ne me mets pas de pression. Ca fait un moment que je suis en sélection, je sais que tout peut aller très vite. A moi d'être surtout dans les meilleures conditions pour être dans le groupe. De toute façon, il n'y a que onze places, tout le monde ne peut pas jouer. Si j'ai la possibilité de démontrer que je peux apporter un plus, après, les choix seront faits par l'entraîneur au final.

Des doutes avaient entouré votre départ en Angleterre à Queens Park Rangers, vous devez être fier de la tournure des évènements...
On fait des choix de carrière, après forcément beaucoup de gens se sont dit que c'était un passage qui allait me faire tomber dans les oubliettes, et là, je suis devant vous, j'ai signé à Chelsea... Quand je regarde la position dans laquelle je me trouve aujourd'hui, je sais que je reviens d'assez loin avec les problèmes que j'ai rencontrés. Je m'en sors très bien, mais ce n'est pas le fruit du hasard, j'ai travaillé beaucoup pour être là. Je le dois à mon entourage et moi-même. Je sais où je veux aller et je m'en donne les moyens.

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 19:55

Allemagne : Reus prêt pour plus de responsabilités

International -News (Part 2) - Page 16 2436474_FULL-LND

L'attaquant Marco Reus s'est déclaré prêt à assumer plus de responsabilités au sein de l'équipe d'Allemagne, vendredi, à l'avant-veille de la réception de l'Ecosse, pour son 2e match depuis son retour avec la Mannschaft après une blessure qui l'avait privé de Mondial.

"Plus vous êtes sélectionné, plus vous devez prendre des responsabilités au sein de l'équipe", a déclaré Reus avant le premier match des qualifications à l'Euro-2016 dans son stade de Dortmund.

"Je joue régulièrement d'entrée, aussi avec l'équipe nationale. Et c'est donc automatiquement qu'on se retrouve dans le cercle de joueurs qui prennent d'importantes décisions", a ajouté le joueur aux 22 capes à l'age de 25 ans.

Blessé à la veille du voyage au Brésil, Reus semble sur la bonne voie tant avec son club de Dortmund, où il a joué les trois premiers matches officiels de la saison, qu'avec la sélection nationale, auteur d'une prestation honnête contre l'Argentine (2-4).

"Ca fait plaisir de rejouer. j'étais triste de ne pas être au Mondial. mais j'ai travailler dur pour revenir, et je vais tout donner car en plus c'est à Dortmund", a-t-il assuré.

Interrogé sur son avenir en club, le milieu offensif, qui serait dans le viseur du Real Madrid et des clubs de Premier League: "Ici, on ne parle que de l'équipe nationale", a-t-il répondu.

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 20:16

Suède : Ibrahimovic doute de battre le record de sélections

International -News (Part 2) - Page 16 2436404_FULL-LND

L'attaquant Zlatan Ibrahimovic a déclaré vendredi qu'il ne pensait pas battre le record de sélections avec la Suède, qui est encore très loin pour lui.

"Non, on ne va pas rayer des tablettes Anders Svensson", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Stockholm au lendemain de son record de buts en sélection (50 réalisations), selon des propos rapportés par l'agence de presse TT.

Ibrahimovic, 32 ans, en est à 99 capes, tandis que Svensson, milieu de 38 ans toujours en activité, a arrêté sa carrière internationale en décembre après 148 sélections.

Battre ce record exigerait pour Ibrahimovic de jouer encore quatre saisons au moins. Le capitaine suédois s'est cependant toujours refusé à fixer une date pour arrêter la sélection, déclarant qu'il répondrait aux convocations tant qu'il aurait le niveau et la motivation.

Il a dit sa fierté d'avoir battu un record de buts qui datait de 1932.

"Quand j'ai dépassé Henrik Larsson (auteur de 37 buts, ndlr) c'est devenu concret. J'ai pensé que j'étais numéro un à ce moment-là, mais non. C'est agréable de posséder ce record maintenant", a-t-il expliqué.

Selon l'attaquant du Paris SG, "c'est ça qu'on regarde quand on arrête. J'ai 23 titres collectifs et une paire d'autres en individuel. C'est pour ça qu'on joue".

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 20:22

Espagne : La Roja cherche une nouvelle voie

International -News (Part 2) - Page 16 2376478_FULL-LND

Après six années au pinacle du football international, ponctuées de deux titres européens et d’une couronne mondiale, l'Espagne traverse une phase de transition. Le fiasco de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014, qui a vu la Roja s’incliner lourdement face aux Pays-Bas et au Chili avant de sauver la face contre l’Australie, a marqué la fin d’un âge d’or pour le football espagnol.

Les qualifications pour l'UEFA EURO 2016, qui débutent ce 8 septembre, seront un véritable révélateur : pour le sélectionneur Vicente del Bosque, pour la nouvelle génération mais aussi pour les anciens qui ont conservé leur place dans l’effectif.

"Nous entamons un nouveau cycle. Jusqu’à présent, il nous fallait gérer notre succès, ce qui n’avait rien d’évident. Aujourd’hui, nous devons gérer l’échec, ou plutôt le fait de ne pas avoir répondu aux attentes", reconnaissait le technicien au début du stage, au cours duquel on a pu apercevoir huit nouvelles têtes. "Nous verrons si nous parvenons à renouer avec le succès qui a été le nôtre", ajoutait-il avant de se plonger activement dans les préparatifs en vue du match amical face à la France.

Se renouveler ou mourir
La retraite du défenseur Carles Puyol et la défection d’autres cadres comme Xavi Hernández, David Villa ou Xabi Alonso, ont été les premiers signes laissant augurer d’un changement générationnel, nécessaire et inévitable. Dans cette première liste post-mondialiste, manquent Fernando Torres, Pepe Reina et Juan Mata. Gerard Piqué, Andrés Iniesta et Javi Martínez pointent quant à eux à l’infirmerie. Conséquence directe de cette hécatombe, de nouveaux visages font leur apparition : Kiko Casilla, Mikel San José, Dani Carvajal, Raúl García ou Paco Alcácer.

D’autres joueurs déjà sélectionnés par le passé, à l’image d’Ander Iturraspe, Marc Bartra et Isco Alarcón, comptent bien s’installer durablement. "Les nouveaux sont très motivés et prennent leurs responsabilités très au sérieux. Nous avons également des joueurs qui possèdent beaucoup d’expérience. Nous sommes prêts à tout pour faire oublier les errances de la dernière Coupe du Monde", souligne Raúl García, le milieu de l’Atlético de Madrid.

Dans sa gestion du succès, del Bosque avait choisi de rester fidèle au fond de jeu, se contentant de changer quelques pièces du puzzle. Une nouvelle problématique se pose désormais : faut-il uniquement injecter du sang neuf ou apporter des modifications au système de jeu ? Au-delà du renouvellement de l’effectif, il semblerait logique que le système évolue lui aussi et ce pour deux raisons : tenir compte de la spécificité des nouveaux éléments, d’une part, mais surtout pour diversifier le fameux style espagnol fondé sur la possession de balle, progressivement digéré et neutralisé par les défenses adverses.

L’une des premières mesures fortes du nouveau système del Bosque semble être le retour à un authentique numéro 9, en la personne de Diego Costa. Malgré des débuts poussifs au Brésil et un compteur buts toujours vierge en sélection, l’attaquant de Chelsea suscite beaucoup d’espoir.

Nouveau style, nouvel objectif
La route de l’UEFA EURO 2016 a débuté à Paris avec un revers 1:0 en amical contre les Bleus, dans un match avec peu de surprises finalement. Probablement frustrée par sa possession de balle importante et son manque d’occasions franches, la Roja a tenté de casser le rythme en tentant parfois un jeu plus direct avec davantage de longues passes en avant. "C’est un nouveau projet qui voit le jour et je pense qu’il est assez prometteur malgré la défaite", estime Cesc Fábregas au sortir de la défaite. "Nous entrons dans un processus de rénovation. Les nouveaux joueurs se sont bien adaptés, le groupe est soudé et c’est quelque chose d’essentiel. L’effectif a bien compris la vision de Del Bosque."

Cette nouvelle génération a démontré au sein des catégories inférieures qu’elle possède de nombreuses qualités. Reste désormais à confirmer à l'échelon international. "À présent, il ne reste plus qu’à développer la cohésion au sein du groupe, à nous entraîner dur et à enchaîner les matches tous ensemble. Je suis certain que nous allons atteindre un très bon niveau", poursuit le champion du monde, passé du FC Barcelone à Chelsea durant l'été.

Les qualifications pour le prochain rendez-vous européen, au cours duquel l’Espagne défendra son titre, passeront par l'ARY Macédoine, l’Ukraine, le Bélarus, la Slovaquie et le Luxembourg. Un programme aux allures de promenade de santé, diront certains. Mais c’est justement là le piège : un carton plein ne suffirait pas à redorer le blason espagnol et une séquence de mauvais résultats pourrait vite plomber ce bel optimisme. "Il faut initier un nouveau cycle, oublier le passé et tenter de redevenir ce que nous avons été. Nous devons retrouver la conviction que nous pouvons réaliser de grandes choses", conclut Sergio Ramos, promu capitaine suppléan d'une équipe dont l’avenir dira si la route choisie par Del Bosque conduit de nouveau au sommet de la hiérarchie du ballon rond.

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 5 Sep - 20:25

Suède : Ibra, cinq œuvres d’art pour construire une légende

International -News (Part 2) - Page 16 2106092_FULL-LND

On a longtemps pensé que le buteur au sang-froid ne pouvait être un artiste, un rôle en général dévolu au numéro 10 créateur de jeu. Mais le Suédois Zlatan Ibrahimovic adore bouleverser les tabous. Pour la  petite histoire, il a marqué le 4 septembre contre l'Estonie son 50ème but, devenant le meilleur buteur de l’histoire de sa sélection. Tout sauf un hasard, le but qui lui a permis d’effacer des tablettes Sven Rydell, attaquant des années 1920 et 1930, est un petit bijou. Mais surtout, 13 ans après sa première sélection, il affiche la même envie de mêler esthétisme et efficacité.

"Gagner c'est bien, mais avec la manière c'est mieux" : telle pourrait être la devise de ce joueur hors normes auquel FIFA.com rend hommage en revenant sur cinq de ses 50 buts internationaux.

- Premier d’une longue série
7 octobre 2001, Solna. Suède - Azerbaidjan (3:0), qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2002™
Huit mois après sa première sélection, le 31 janvier 2001 contre les Iles Féroé (0:0), Ibrahimovic inscrit son premier but avec la Suède à la 69ème, soit trois minutes après son entrée en jeu contre l'Azerbaïdjan. Sur un long dégagement de son gardien Magnus Hedman, légèrement dévié de la tête au passage par Tobias Linderoth, Ibrahimovic récupère le ballon à 25 mètres des buts sur un mauvais renvoi adverse. Il se débarrasse de deux défenseurs sur deux ailes de pigeons, dont une dos au but, avant de servir Anders Svensson qui déborde avant de centrer à ras de terre. C'est encore Ibrahimovic qui est à la réception pour catapulter la balle au fond des filets.

- Premier geste fou, manière kung-fu
18 juin 2004, Porto. Suède - Italie (1:1), UEFA EURO 2004 

A la 85ème minute, la Suède, menée au score, fait le forcing pour égaliser. Sur un énième corner, le ballon vole de tête en tête dans la surface de réparation avant de rebondir à la hauteur du point de penalty. Gianluigi Buffon se jette sur le ballon mais Ibrahimovic le devance en réussissant un geste de kung-fu, une sorte d'aile de pigeon de dos, le pied complétement tordu qui frappe le ballon avant qu'il ne redescende et l'expédie dans la lucarne gauche, juste au-dessus de la tête de Christian Vieri replié sur sa ligne. "Une talonnade était le seul geste que je pouvais faire. Je n'avais pas vu Vieri, mais j'étais aux anges quand j'ai vu la balle aller au fond des filets. C'était une sensation fantastique", expliquait Ibrahimovic après ce premier but hors normes d'une longue série.

- Ibracadabra
14 novembre 2012, Solna. Suède - Angleterre (4:2), Match amical

Zlatan Ibrahimovic a inauguré à sa manière le nouveau stade de la Friends Arena de Solna en devenant au passage le premier joueur à inscrire quatre buts à l'Angleterre (4:2). Mais au-delà de ce quadruplé, l'histoire retiendra sans doute le quatrième but du suédois. Sur une sortie hasardeuse hors de la surface du gardien anglais Joe Hart, qui dégageait faiblement le ballon de la tête, Ibrahimovic se retrouvait dos au but le ballon devant lui, à 25 mètres des buts, totalement excentré. En confiance après son coup du chapeau, Ibrahimovic osait, et réussissait, un incroyable ciseau retourné. Sous le regard effondré de Hart, lobé, le ballon allait terminer sa course au fond des filets. Un but de magicien qui allait lui valoir de recevoir le Prix Puskas de la FIFA lors de la cérémonie du FIFA Ballon d’Or 2013, récompensant le plus beau but de l’année.

- L'homme de tête
16 octobre 2012, Berlin. Allemagne - Suède (4:4), qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA 2014™

L’un des matches les plus fous de l'histoire des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA. A la 56ème, l'Allemagne, dominatrice, menait 4:0 à domicile. A priori, match plié. On cherchait en vain Zlatan Ibrahimovic sur le terrain malgré son brassard de capitaine. Puis, se sentant sans doute humilié, il lançait la révolte en réduisant le score : à la réception d'une longue ouverture en profondeur de Kim Källström il se débarrassait du marquage d'Holger Badstuber pour lober Manuel Neuer d'un coup de tête rageur. Ce n'est sans doute pas le plus spectaculaire de sa carrière mais il résume parfaitement sa rage de vaincre et à sa capacité à sublimer ses coéquipiers. Dans la foulée, les Scandinaves en inscrivent trois autres et arrachent le point du match nul face à des Allemands qui seront champions du monde quelques mois plus tard.

- La talonnade du record
4 septembre 2014, Solna. Suède - Estonie (2:0), match amical

Zlatan Ibrahimovic est devenu le meilleur buteur de l'histoire du football suédois en inscrivant un doublé qui porte son total à 50 buts en 99 sélections. Conscient de l'importance de ce but qui lui permet de devancer Sven Rydell (49 buts en 43 matches), Zlatan le magnifique s'est offert une magnifique Madjer, au nez et à la barbe du dernier défenseur et du gardien estonien. Quand on lui demande quel est celui que vous préférez ? Il répond sans hésitation: ""Le plus beau, c'est celui marqué contre l'Angleterre". C'est à dire un choix pour la beauté du geste dans un match amical.

Mais l'histoire n'est pas terminée. Ibrahimovic disputera son 100ème match international le 8 septembre à Vienne, première étape des qualifications pour l'UEFA EURO 2016. Le spectacle continue…

Fifa.com (05/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 6 Sep - 14:03

Mexique : Ronaldinho rejoint Queretaro

International -News (Part 2) - Page 16 2409720_FULL-LND

L'ancien joueur vedette brésilien Ronaldinho a signé vendredi un contrat de deux ans en faveur du club mexicain de Queretaro.

Agé de 34 ans, Ronaldinho, vainqueur de la Coupe du monde en 2002 et désigné deux fois joueur mondial de l'année, était sans club depuis son départ de l'Atletico Mineiro en juillet dernier.

"J'ai choisi le Mexique pour l'affection que j'ai toujours reçue ici. Je suis très motivé pour représenter" Queretaro, a écrit le Brésilien sur Twitter.

L'ancien joueur du Paris SG, du FC Barcelone et de l'AC Milan a indiqué qu'il porterait le maillot avec le numéro 49, son chiffre bonheur. Ronaldinho a porté à 97 reprises le maillot de la Seleçao et inscrit 33 buts. Il n'avait pas été retenu dans la sélection pour le Mondial brésilien.

En club, il a gagné la Ligue des champions avec le Barça en 2006 et la Copa Libertadores avec l'Atletico Mineiro en 2013. Il a en outre remporté deux fois (2005 et 2006) la Liga avec Barcelone et la Série A avec l'AC Milan en 2011.

Fifa.com (06/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 6 Sep - 14:07

Serbie : Le nouveau défi du globe-trotter Advocaat

International -News (Part 2) - Page 16 2076999_FULL-LND

L'entraîneur néerlandais Dick Advocaat, qui a déjà fait le tour du monde des sélections nationales, relève un nouveau défi: qualifier la Serbie pour l'Euro-2016 en France, qu'elle affronte dimanche en match amical.

Celui qui, tout au long de sa carrière, n'a pas hésité à se charger de tâches délicates, ambitionne désormais de replacer sur la scène internationale une équipe qu'il considère "talentueuse et pleine de qualités".

Jamais qualifiée pour l'Euro depuis qu'elle existe en tant que sélection propre, la Serbie a aussi raté le Mondial-2014, devancée en éliminatoires par la Croatie et la Belgique. "J'ai découvert une équipe qui sait jouer, mais qui ne sait pas gagner et cela doit changer", a déclaré Advocaat en prenant ses fonctions.

L'été dernier, le Néerlandais a surpris l'opinion nationale en succédant, à la demande de la Fédération serbe (FSS), au sélectionneur par intérim, le Serbe Ljubinko Drulovic, qui venait pourtant tout juste de stabiliser l'équipe. "Je ne suis pas venu pour de l'argent. J'en ai gagné suffisamment. Je voulais travailler avec une équipe jeune qui a du potentiel", avait déclaré le Néerlandais.

Advocaat assure avoir "une vision" du jeu que devrait dorénavant déployer la Serbie pour atteindre son premier objectif impératif, une qualification à l'Euro-2016. "Tout simplement, nous devons nous qualifier. Il n'existe pas d'autre option. Nous avons la qualité requise et nous allons devoir la montrer", a affirmé l'entraîneur qui a accepté dans son contrat d'être démis de ses fonctions s'il échoue à qualifier l'équipe.

Habitué aux exploits
Adepte d'une discipline sans faille, Advocaat entend insister sur la possession du ballon et sur un jeu collectif avec beaucoup de mouvement. Mais il ne dévoile pas les détails, assurant qu'il souhaite tout d'abord parler de ses projets avec les joueurs.

Il aura à sa disposition des individualités très appréciées au sein de grandes équipes européennes. Le défenseur Branislav Ivanovic et le milieu Nemanja Matic sont des éléments clés à Chelsea, Aleksandar Kolarov et Matija Nastasic jouent à Manchester City alors que le talentueux attaquant Lazar Markovic vient de signer à Liverpool.

Durant sa longue carrière, l'entraîneur a déjà réussi des exploits avec des équipes peu cotées, comme lorsqu'il a mené la Corée du Sud jusqu'aux demi-finales du Mondial-2002.

Avec le Zénith Saint-Pétersbourg, en 2008, il a encore frappé en remportant la Coupe de l'UEFA. Il a également entraîné la sélection de Russie, qu'il a mise sur les rails du renouveau, de même que les équipes de Belgique, des Pays-Bas et des Émirats Arabes Unis.

Advocaat fera donc ses débuts avec la Serbie dimanche à Belgrade face à la France, dont les joueurs viennent de réussir une belle aventure brésilienne.

Les qualifications de l'Euro proprement dites débuteront ensuite pour la Serbie le 11 octobre à Erevan contre l'Arménie. "Il ne faut pas se faire piéger par l'idée que cela sera facile contre l'Arménie ou l'Albanie. Il n'y a plus de matches faciles, il y a des rencontres qu'il faut à tout prix gagner", a mis en garde Advocaat.

Fifa.com (06/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 6 Sep - 21:05

France, Deschamps : "L'équilibre est fragile"

International -News (Part 2) - Page 16 2436790_FULL-LND

Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps est ravi de se frotter à la Serbie, dimanche à Belgrade en amical, l'occasion pour ses joueurs d'être confrontés à un adversaire coriace à l'extérieur et de se tester "dans la difficulté".

Comment la France aborde ces rencontres sans enjeu dans ce groupe de qualification ?
On a une période de deux ans de matches amicaux même si on a été reversé dans un groupe de 5. On a fait le choix d'avoir des équipes de haut niveau sur d'autres matches amicaux comme l'Espagne, jeudi. Dans ce groupe de qualification, la Serbie, le Danemark et le Portugal sont les candidats à une qualification directe. J'ai pas mal regardé cette équipe de Serbie. Elle a changé de sélectionneur et quand on regarde poste par poste, la majorité des joueurs évoluent dans de grands clubs à l'étranger. Individuellement, cette équipe a beaucoup de qualités. C'est bien pour nous, on aura un adversaire qui va donner le meilleur de lui-même. C'est bien pour nous d'être dans la difficulté.

Allez-vous aligner la meilleure équipe possible ?
Je vais aligner une équipe qui sera différente de celle qui a joué contre l'Espagne. Je considère que c'est normal de donner du temps de jeu à tous les joueurs qui sont là et qui ont eu peu de temps de récupération. Ce ne sera pas la même équipe.

Depuis votre prise de fonctions en 2012, tout se déroule-t-il comme prévu pour vous ?
(Ironique) Tout était prévu bien évidemment, avec l'objectif de se qualifier pour la Coupe du monde. Après ce match aller en Ukraine (défaite 2-0 en barrage, ndlr) tous les feux étaient au vert. On se sentait tellement sûrs de nous (rires). Non, ça a mis du temps. Cela s'est construit dans la difficulté. Le match retour du barrage a changé l'histoire des joueurs, de la mienne et de mon staff. Le fait d'être à cette Coupe du monde, d'avoir vécu 50 jours ensemble, ce vécu est important et rien ne le remplace. Mais ce n'est pas parce que certains n'étaient pas là, qu'ils ne pourront pas être là en 2016. J'ai pris une équipe qui sortait d'un quart de finale de l'Euro éliminé par le vainqueur mais j'ai amené des choses différentes et des choix différents, comme c'est le cas quand il y a un changement de sélectionneur.

Loïc Rémy a-t-il à vos yeux un statut de joker ou peut-il être à terme un titulaire ?
Il a commencé des matches aussi. Je ne vais pas cantonner un joueur à un rôle de joker. Il a la capacité, comme Griezmann, d'apporter quelque chose quand il rentre. C'est important qu'il ait cette aptitude-là. Débuter, c'est une préparation différente aussi, psychologiquement, et il faut être prêt aux deux. Remy a beaucoup de qualités, ce n'est pas que la vitesse. C'est un joueur qui a toujours marqué des buts mais il est encore irrégulier, il doit gagner en agressivité. Certains matches, au bout de 30 secondes, il se prend une bonne gifle et il a tendance à tendre l'autre joue pour en prendre une 2e. Là, il est dans un club, à Chelsea, avec la concurrence et le manageur qu'il aura (José Mourinho, ndlr), il ne faudra pas qu'il dorme beaucoup.

En faisant arriver des nouveaux joueurs, n'y aurait-il pas le risque de casser l'équilibre du groupe ?
L'équilibre est fragile mais on n'est pas en vase clos. La porte est ouverte. Si eux restent compétitifs, ce sera peut-être plus compliqué, mais j'ouvrirai la porte de toutes façons. Parce que c'est logique que certains puissent venir. C'est plus à ceux qui sont là de faire en sorte que les nouveaux puissent être intégrés et être bien dans ce groupe.

Fifa.com (06/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 17:42

Deschamps : "Unité de pensée et d'objectif"

International -News (Part 2) - Page 16 2436041_FULL-LND

Malgré le nul concédé en Serbie (1-1), le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps s'est montré satisfait dimanche du premier rassemblement post-Coupe du monde des Bleus, marqué également par un succès de prestige face à l'Espagne (1-0), jeudi.

Ce résultat reflète-t-il la physionomie du match ?
Plus ou moins. Si je dois avoir des regrets, c'est sur le début de la seconde période où on a eu deux belles occasions par Rémy Cabella et Loïc Rémy. On a été en difficulté sur les coups de pieds arrêtés, les Serbes ont 6 ou 7 joueurs qui culminent à 1,90 m. On a eu une fin de match laborieuse. La Serbie a poussé avec pas mal de changements et ils ont marqué ce but sur une belle frappe de Kolarov. Notre objectif était de gagner mais je n'oublie pas non plus que Hugo Lloris a fait une double parade. Mais on aurait pu être plus efficace ce soir.

Les coups de pied arrêtés, c'est un vrai chantier ?
Tout dépend des adversaires. Lutter dans les airs c'est toujours difficile. C'est aussi arrivé en Coupe du monde. Pour ne pas être en difficulté, il ne faut pas leur donner de coups de pied arrêtés. Mais même si on a un déficit de taille, il faut pouvoir lutter. Mais il y avait beaucoup, beaucoup de taille en face de nous.

On a senti Jérémy Mathieu très à l'aise en défense...
Il confirme ce qu'il faisait très bien avec Valence. Il est à Barcelone, il a une grande expérience et il s'est reconverti en défense centrale avec beaucoup de tranquillité et de lucidité. C'est important et ça rassure.

Quel bilan tirez-vous de ce rassemblement d'après Coupe du Monde ?
Il y a beaucoup de satisfaction. Les joueurs se connaissent tous depuis deux ans. Il y a une base, c'est important. Il y a une vie de groupe, ils ont envie de faire les choses ensemble avec des objectifs communs. C'est un plaisir pour moi et mon staff de les voir évoluer. Ils s'impliquent dans le quotidien, il y a cette unité de pensée et d'objectif sur laquelle on doit travailler et maintenir dans l'avenir.

Le résultat est-il anecdotique ?
Il y a un ordre de priorité dans les objectifs. Dans les priorités, il y a encore des priorités. On prend ce but sur un coup franc, ça nous est déjà arrivé. Je ne veux pas jouer les matches en disant: "on va faire du mieux possible et puis arrive ce qui pourra". Gagner c'est dur au haut niveau. Quand on arrive à gagner, il faut continuer à gagner. Il y a des exigences. Plus on gagnera mieux ce sera, comme ça il y aura une ambiance assez tranquille. On ne joue pas les matches juste pour participer. Ceux qui commencent, ceux qui rentrent ont l'obligation de tout donner et d'être performants. Après, le résultat n'est pas une science exacte.

Fifa.com (07/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 17:44

Japon, Aguirre : "Bien jouer... et gagner, évidemment"

International -News (Part 2) - Page 16 2437215_FULL-LND

Javier Aguirre est un pionnier. En 2002, il est devenu le premier entraîneur né au Mexique à diriger une équipe en Europe, à savoir le club espagnol d'Osasuna. Douze ans plus tard, après avoir obtenu la reconnaissance sur le Vieux Continent grâce à son travail efficace sur les bancs de l'Atlético de Madrid, de Saragosse et de l'Espanyol, le technicien a débuté dans un nouveau rôle, comme sélectionneur du Japon.

Nommé à la tête de la sélection nipponne il y a quelques semaines, le stratège mexicain de 55 ans aborde cette nouvelle aventure avec enthousiasme et optimisme, malgré la défaite 0:2 en amical contre l'Uruguay pour ses débuts. Avec sa bonne humeur habituelle, et conscient de l'importance de la tâche qui l'attend, Aguirre a dialogué avec FIFA.com.


Javier Aguirre, comment avez-vous vécu ces premiers jours à la tête des Samouraïs bleus ?
Je commence à peine à me familiariser avec mes nouvelles fonctions. Ma première tâche est d'apprendre à mieux connaître les joueurs japonais qui évoluent dans le championnat local. Nous avons 19 internationaux en Europe mais dans l'immédiat, mon équipe technique et moi-même nous focalisons sur la J-League. Nous avons déjà fait une première liste, mais de façon un peu précipitée, car les "Européens" doivent être prévenus 15 jours à l'avance. Ce n'est que le début, mais j'ai déjà de bonnes sensations.

Connaissiez-vous le Japon ? Quelles sont vos premières impressions concernant ce pays ?
J'étais déjà venu plusieurs fois, notamment avec le Mexique pour la Coupe du Monde 2002. Les choses ont pas mal changé depuis. Je me souviens qu'à cette époque, il était assez difficile de trouver des produits d'autres pays. Peu de gens parlaient ou comprenaient l'anglais. Aujourd'hui, vous pouvez y vivre comme dans n'importe quelle grande capitale mondiale. Il faut y mettre un peu du sien pour s'adapter, mais dans l'ensemble, il n'y a aucun problème. Je suis très heureux. Je m'adapte peu à peu aux horaires, à la culture. Quand vous débarquez dans un nouveau pays, c'est à vous de vous adapter à lui, pas l'inverse.

Vous êtes le premier entraîneur mexicain à devenir sélectionneur en dehors de la CONCACAF. Comment en êtes-vous venu à diriger le Japon ?
Le premier contact date de 2010. Après la Coupe du Monde en Afrique du Sud, la Fédération japonaise m'a fait une offre. Mais à l'époque, mon fils cadet était encore à l'école et il m'était difficile de quitter l'Espagne. Quatre ans plus tard, les dirigeants japonais m'ont recontacté en m'expliquant qu'ils étaient toujours intéressés. Je venais de dire non à l'Espanyol, car le club m'avait fait savoir qu'il n'y avait pas d'argent pour renforcer l'équipe. J'étais donc libre. J'ai eu quelques offres en Europe, mais mon objectif était de tenter une expérience complètement différente. Quand la Fédération japonaise m'a contacté pour me présenter son projet, j'ai tout de suite adhéré. J'en ai parlé avec ma femme. Nous avons pensé que c'était une belle opportunité pour tenter de participer à un cinquième Mondial (Aguirre a participé à Mexique 1986 comme joueur, à France 1998 comme entraîneur-adjoint et à Corée/Japon 2002 et Afrique du Sud 2010 comme sélectionneur).

Qu'est-ce qui a retenu votre attention dans le projet japonais ?
D'abord le fait que le projet s'appuie sur des bases économiques solides. Le championnat du Japon est de bonne qualité et il y a de plus en plus de joueurs nippons dans les clubs européens. D'un autre côté, je dois reconnaître qu'après avoir vu quelques matches de J-League, ma première impression est qu'on a parfois l'impression d'assister à des rencontres amicales ou des jubilés. Et il y a pas mal de naïveté aussi. On met le ballon en touche huit ou dix fois par match parce qu'un joueur est à terre. On s'arrête dix ou 12 fois par rencontre pour se réhydrater. Cela se reflète sur la sélection. Ce n'est ni bien, ni mal, c'est seulement différent de ce à quoi j'étais habitué au Mexique ou en Espagne, où chaque minute est disputée à la vie à la mort.

Pour répondre à cette naïveté, comment peut-on introduire un peu de "ruse" dans le football japonais ?
Ce n'est pas facile à expliquer. C'est probablement lié en partie au fait que l'on apprend de moins en moins à jouer au foot dans la rue. À notre époque, il fallait faire attention aux adversaires… et aux voitures. On jouait beaucoup dans les cours d'école. De nos jours, l'enseignement est beaucoup plus rigide. Il faut essayer de réintroduire un peu de naturel, dans le cadre du règlement évidemment. Mon rôle sera d'introduire quelques notions, comme le fait qu'un ballon n'est jamais perdu, ou l'idée de gérer un résultat. Le tout sans tricherie, sans mauvais coups, mais de façon à faire comprendre à l'adversaire que vous êtes complètement dans la partie.

"Gérer le résultat", c'est exactement de cela que parlait un autre entraîneur mexicain, Miguel Herrera, après l'élimination du Mexique face aux Pays-Bas à Brésil 2014…
Parfois, c'est absolument nécessaire. Si vous menez à la 85ème minute, vous devez absolument ralentir le rythme, jouer les corners à deux, refaire vos lacets, etc. Il faut savoir gagner ces secondes précieuses. Ce n'est pas contre le règlement. Que peut faire l'arbitre ? La ruse fait partie du jeu, dans les limites du règlement, je le répète.

Culturellement, qu'est-ce qui a le plus attiré votre attention depuis votre arrivée au Japon ?
Le respect profond de la personne humaine. Je l'ai ressenti dès les premières conférences de presse. Il y a également une discipline impeccable et le respect des êtres et des choses. Les gens s'adressent à vous avec beaucoup de politesse. Tokyo est une métropole de plusieurs millions d'habitants et on pourrait s'attendre à ce que le chaos règne, mais ce n'est pas le cas. Il existe une qualité de vie impressionnante. Les rues sont très propres et on ressent un grand calme. Après, il est évident que la langue reste une barrière, mais j'ai bien l'intention d'apprendre un minimum, au moins pour pouvoir comprendre les gens qui s'adressent à moi. Je suis venu avec ma femme et l'un de mes fils. On travaille ensemble pour apprendre le japonais.

Vous avez évoqué les conférences de presse. Parlez-nous de l'anecdote plutôt amusante qui s'est produite lors de votre première rencontre avec les journalistes japonais, à propos de votre nom…
Ils m'appelaient "Aguile", parce qu'ils n'arrivent pas à rouler les "r". J'ai essayé de leur expliquer quelle était la forme correcte (rires). Tout cela s'est déroulé sur un ton très cordial. Mais le plus important pour moi, c'est que les matches commencent. Ils ont de moi l'image d'un entraîneur aguerri, et ça leur plaît. Nous allons pratiquer un football combatif, mais sans laisser de côté la qualité du jeu. Mon objectif est de construire une équipe capable de rivaliser avec n'importe qui.

Pour combien de temps avez-vous signé ?
Pour deux ans, avec une option pour deux années supplémentaires. Il y aura une évaluation à mi-chemin, mais l'idée est d'aller tous ensemble jusqu'à Russie 2018. C'est le grand objectif.

Curieusement, c'est la première fois que vous allez diriger une sélection en commençant à zéro. Cela vous motive-t-il ?
Oui, et j'en suis très heureux. Dans le football actuel, il est très difficile d'obtenir la moindre stabilité. Peu importe le nombre d'années de votre contrat, vous savez que vous êtes sur un siège éjectable dès que les défaites arrivent. Il n'y a aucune garantie. Les deux fois où j'ai qualifié le Mexique pour la Coupe du Monde, je n'ai pas eu beaucoup de temps pour travailler. J'ai surtout colmaté les brèches et essayé de grappiller des points à gauche et à droite. Aujourd'hui, c'est différent. Je pars de zéro. À mon âge, je pense que c'est un changement pour le mieux. Dix années à la tête d'équipes de club, en Espagne, c'est usant. Les exigences sont les mêmes à la tête d'une sélection, mais sans l'intensité des matches tous les dimanches.

Quel regard portez-vous sur le parcours de votre pays natal à Brésil 2014 ? Le Mexique semble inexorablement buter sur les huitièmes de finale…

J'aime en général le jeu pratiqué par la sélection mexicaine. Le mérite en revient à Miguel Herrera. En quatre ou cinq mois, il a mis sur pied une équipe travailleuse et compétitive. Cela fait six Coupes du Monde consécutives que nous nous qualifions pour le deuxième tour. Seuls le Brésil et l'Allemagne ont fait aussi bien. Le championnat mexicain a lui aussi beaucoup progressé, grâce à l'amélioration des infrastructures. De plus en plus de joueurs de notre pays évoluent en Europe. Si on laisse travailler Miguel tranquillement pendant quatre années supplémentaires, je pense que nous pourrons franchir l'obstacle. Nous n'en sommes vraiment pas loin. Je pense même qu'avec le petit coup de pouce du destin dont chaque équipe a besoin dans les grandes compétitions, nous y serions déjà parvenus.

Quand vous parlez du Mexique, vous dites toujours "nous". Aimeriez-vous affronter votre pays natal avec le Japon ?
(Rires) C'est compliqué. J'espère que cela arrivera à la Coupe des Confédérations 2017 !

Pour terminer, quel message voudriez-vous faire passer aux supporters japonais au sujet des Samouraïs bleus ?
Qu'ils doivent être fiers de leur sélection. Je peux leur promettre que nous allons nous battre à chaque match. L'idée est de bien jouer au football, et de gagner, évidemment.

Fifa.com (07/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 18:04

République tchèque : Cech, roi ou proscrit ?

International -News (Part 2) - Page 16 2292349_FULL-LND

Parfois surnommé "Monsieur Parfait", Petr Cech traverse une période désastreuse après la perte du statut de gardien titulaire à Chelsea et une bévue en sélection tchèque, avant les débuts des qualifications à l'Euro-2016 mardi face aux Pays-Bas.

"La ligne de but ça va, mais ses sorties, une catastrophe", déplore un chauffeur de taxi pragois. "Il ne joue pas à Chelsea, pourquoi joue-t-il en sélection ?", crie un client du bar "U Sumavy", lors d'un débat acharné. Le sujet fait débat à Prague, la veille du match contre les "Oranje", 3es au Mondial-2014.

"Sans vouloir lancer des piques au sélectionneur Pavel Vrba, je dois dire que la décision qu'il devra prendre n'est pas enviable", constate Ladislav Vizek, médaillé de bronze à l'Euro-1980, ex-attaquant du Dukla Prague. "C'est malheureux. Vrba a peur de confiner Cech au banc de touche, à cause de sa réputation", raisonne Vizek, en référence aux multiples trophées et 108 capes du portier.

Une épée de Damoclès tangue d'ailleurs aussi au-dessus de la tête du technicien, auteur d'un bilan piteux depuis sa prise de fonctions en janvier: matches nuls contre la Norvège (2-2) et la Finlande (2-2) et défaites face à l'Autriche (1-2) et aux Etats-Unis (0-1) mercredi dernier.

Ne jamais montrer de faiblesse
"La série est embêtante mais ce sont les matches qualificatifs qui comptent", assure Cech, 32 ans, soucieux de ne jamais montrer de faiblesse. Celui dont le nom signifie "le Tchèque" était le titulaire indiscutable de Chelsea depuis son arrivée en 2004, en provenance du club français de Rennes. Mais la fin du prêt à l'Atletico Madrid du Belge Thibaut Courtois, de dix ans son cadet, a brutalement changé la donne. D'autant plus que le nouveau titulaire entre les perches de Stamford Bridge devrait signer un contrat de 5 ans, assorti d'un salaire astronomique.

En dépit des spéculations tous azimuts (Real Madrid, AS Monaco, Paris Saint-Germain, Queens Park Rangers), Cech reste à Chelsea où son contrat court jusqu'en 2016. Avant la rencontre contre les USA, Vrba a voulu se montrer réconfortant: "Petr enverra un message à l'entraîneur Mourinho: 'Regarde, j'ai bien joué en équipe nationale, réfléchis à mon retour en cage'". Cela n'a pas marché: les Américains se sont imposés grâce à une erreur de ... Cech. A la 39e minute, il a relancé sur le milieu Vladimir Darida, pourtant marqué par pas moins de trois joueurs adverses. Ces derniers ont profité de l'aubaine.

Longtemps intouchable, le gardien a récolté cette fois-ci une salve de critiques de la presse et surtout de ses coéquipiers. "On ne peut jamais faire une chose aussi risquée, lancer le ballon à un joueur sous pression", s'est indigné le milieu Petr Jiracek. "C'était un cadeau de notre part. Une erreur grossière", a dit le capitaine, Tomas Rosicky.

L'opinion qui prévaut est cependant que Cech devrait rester dans les buts pour le match crucial contre les Néerlandais. "La situation risque certes de laisser des traces sur son moral mais Cech est assez expérimenté. Il a déjà su maîtriser pas mal de troubles dont sa grave blessure (au crâne en 2006)", souligne l'entraîneur Jozef Jarabinsky. "Si Pavel Vrba se sépare de chaque joueur qui fait une erreur, il n'aura bientôt personne à aligner et devra faire appel aux gens du secrétariat de la Fédération", sourit l'ex-gardien de but de Bohemians Prague, Zdenek Hruska, participant au Mondial-1982.

Fifa.com (08/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 18:05

Italie : Pirlo prêt à revenir en équipe nationale

International -News (Part 2) - Page 16 2386336_FULL-LND

Le meneur de jeu italien Andrea Pirlo, qui avait annoncé sa retraite internationale lors du Mondial-2014 pour "laisser la place aux jeunes", s'est dit prêt à revenir à 35 ans sous le maillot de l'Italie.

"J'ai eu une discussion avec (le nouveau sélectionneur Antonio) Conte, il m'a demandé si j'étais prêt à revenir en bleu et je lui ai dit que oui", a déclaré Pirlo à Gazzetta TV.

"La décision a été difficile, je voulais arrêter avec la +Nazionale+, mais il est arrivé et il m'a demandé un coup de main. Je suis content de pouvoir le faire et nous espérons pouvoir faire quelque chose de bien", a-t-il ajouté.

Fin août, Conte avait lui-même assuré que Pirlo, qu'il a entraîné durant les trois dernières saisons à la Juventus Turin, était prêt à revenir.

Conte "a toutes les qualités pour bien faire", a ajouté Pirlo. "En quelques jours, il a déjà donné une identité à une équipe qui semblait en déroute après un Mondial aussi mauvais".

Blessé à la hanche droite, Pirlo n'a pas été convoqué pour le match amical contre les Pays-Bas (2-0) jeudi à Bari ni pour le début des qualifications pour l'Euro-2016 contre la Norvège, mardi à Oslo.

Fifa.com (08/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 18:06

Italie : Zaza-Immobile, voilà la nouvelle paire

International -News (Part 2) - Page 16 2378609_FULL-LND

L'Italie en reconstruction compte sur deux buteurs encore méconnus au niveau international, Ciro Immobile et Simone Zaza, dont l'association pourrait être reconduite contre la Norvège, mardi en ouverture des qualifications pour l'Euro-2016.

Signe de son déclin, la "Nazionale", giflée au premier tour du Mondial, s'appuie sur un remplaçant et la star d'un club luttant pour le maintien, mais leur premier match ensemble contre les Pays-Bas fut plein de promesses (2-0).

Immobile s'est mis en route
Meilleur buteur de Serie A la saison dernière au Torino (22 buts), Ciro Immobile semble prêt à exploser. Il a tenté cet été l'aventure à l'étranger, au Borussia Dortmund, où il n'est pas encore indispensable. Comme un autre jeune génie du Pescara de Zdenek Zeman, Marco Verratti, parti progresser au Paris SG, Immobile a fait le pari de l'étranger, confirmant au passage la fuite des cerveaux qui frappe la Serie A. Antonio Conte, le nouveau sélectionneur, s'est déjà plaint du manque d'Italiens en championnat, remplacés par des étrangers de niveau moyen, si en plus les internationaux quittent la mère-patrie...

Mario Balotelli n'en finissant plus de décevoir, Immobile représente désormais l'avenir de la "Nazionale". Au Brésil, la scène a semblé encore un peu grande pour lui, mais il n'est pas le seul à avoir déçu, d'autres avec un plus gros pedigree ont échoué, et son premier but "azzurro" contre les Pays-Bas, pour sa cinquième sélection, a un peu plus éloigné le fantôme de "Super Mario", non convoqué.

L'association avec Zaza a fait des étincelles jeudi à Bari, pour le premier match de l'ère Conte. Ils se sont réparti les tâches, "l'Allemand" prenant la profondeur et Zaza revenant vers le porteur du ballon pour ouvrir deux pistes au passeur. Immobile a même servi une passe en or à son partenaire, il pourrait le refaire à Oslo pour lui offrir à son tour son baptême du but azzurro.

Zaza, destin de star
Avec un tel nom et son look de Hell's Angel, chauve à barbe fournie, Simone Zaza est taillé pour la célébrité. Sur le terrain il ne se débrouille pas mal non plus. La seule entorse sur son CV est le manque de sex-appeal de son club, Sassuolo, plus petite ville promue dans l'élite italienne (40.000 habitants), qu'il a contribué à maintenir la saison dernière.

D'abord en co-propriété avec la Juventus, Zaza a vu son petit club racheter pour 7,5 millions d'euros sa part, cet été. Mais Conte a assuré qu'il ne regardait pas le palmarès des clubs de ses joueurs au moment de composer son équipe. Le sélectionneur a également rappelé qu'il n'avait "pas fait cadeau à Zaza de sa première sélection". Le buteur de Sassuolo l'a gagnée sur le terrain.

S'il a manqué l'occasion de marquer pour sa première cape sur l'excellent service de son nouveau partenaire, il a obtenu un penalty et une exclusion d'un défenseur (Martins Hindi), et délivré une géniale passe de la poitrine pour Immobile. Zaza fut le meilleur sur le terrain.

Un petit défaut reste à corriger selon son entraîneur de club, Eusebio Di Francesco: "Il doit comprendre que la règle numéro un d'un attaquant est de marquer les buts faciles. Mais je suis certain qu'il réussira, il a encore une grande marge de progression."

Un personnage de dessins animés très célèbre en Italie porte le même nom que lui, l'inspecteur Zenigata, dit Zaza, toujours à la poursuite du gentleman cambrioleur Lupin IIIème. Évidemment il ne met jamais la main dessus, mais Simone Zaza pourrait bien, lui, rattraper son destin.

Fifa.com (08/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 18:12

Allemagne : Pas de défense à trois pour la Mannschaft

International -News (Part 2) - Page 16 2437245_FULL-LND

Le sélectionneur allemand Joachim Löw estime que la défense à trois sans véritables latéraux, utilisée par le Bayern Munich, ne convient pas au jeu de l'équipe nationale, a-t-il dit après la victoire sur l'Ecosse (2-1) en lancement des qualifications à l'Euro-2016.

"Cela fait longtemps que j'y pense. Cette variante a des avantages mais ce n'est pas facile à mettre en place avec nos joueurs, a concédé Löw, en quête principalement de bons latéraux pour pallier notamment le départ à la retraite de Philipp Lahm.

Le sélectionneur veut que ses ailiers "comme Andre Schürrle, Thomas Müller, Marco Reus ou Julian Draxler restent sur l'offensive". "Le risque avec une défense à trois est qu'ils soient trop défensifs et que l'équipe perde en qualité, force et dynamisme".

Plutôt satisfait de prestations des jeunes latéraux Sebastian Rudy et Erik Durm, Löw veut continuer de "superviser quelques joueurs de Bundesliga et peut-être en tester un ou deux" durant le mois à venir.

Il cite les latéraux de Fribourg Oliver Sorg et Christian Günter, qui se sont déjà entrainés avec l'équipe nationale, et le défenseur de Stuttgart Antonio Rüdiger, "qui fait une excellente impression à l'entrainement".

Pour le reste, Löw compte bien récupérer les absents de marque tels le nouveau capitaine Bastian Schweinsteiger, Mats Hummels, Sami Khedira et Mesut Özil d'ici les prochains rendez-vous en octobre.

La Mannschaft championne du monde reprendra sa campagne européenne le 11 octobre par un déplacement à Varsovie, face à une Pologne qui a cartonné Gibraltar (7-0), avant d'accueillir l'Irlande, trois jours plus tard à Gelsenkirchen.

Fifa.com (08/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 8 Sep - 18:14

Le Brésil veut garder la ligne

International -News (Part 2) - Page 16 2436736_FULL-LND

L'opération reconstruction du Brésil, après le fiasco du Mondial et la victoire pour sa première sortie, passe par un match amical contre l'Equateur, dans la nuit de mardi à mercredi à New York, l'occasion pour Dunga de poursuivre ses essais.

Le Brésil n'a plus enchaîné deux victoires d'affilée depuis le début du Mondial, lorsque son entrée en lice contre la Croatie (3-1) avait suivi un succès en match de préparation face à la Serbie (1-0).

Vendredi dernier, le but sur coup franc de Neymar à la 82e minute, synonyme de victoire contre la Colombie vendredi à Miami (1-0), a permis à la Seleçao de bien redémarrer après sa Coupe du monde cataclysmique (écrasée 7-1 en demi-finales par l'Allemagne puis 3-0 par les Pays-Bas dans le match pour la 3e place).

Dunga, déjà en poste entre 2006 et 2010 et qui remplace Luiz Felipe Scolari, n'a pas fait la révolution, et procède à des essais avec en ligne de mire le rendez-vous face à l'Argentine le 11 octobre. Il a pris 10 des 23 mondialistes, convoqué des jeunes, rappelé des anciens et pioché dans le Championnat brésilien.

Et il a donc dû sa première victoire à l'inévitable Neymar, qui semble toujours esseulé: le chantier brésilien autour de son unique star offensive, promue capitaine en l'absence de Thiago Silva, demeure entier.

Dunga va-t-il l'associer de nouveau à Diego Tardelli en attaque ? Il a aussi convoqué deux éléments majeurs du Cruzeiro champion en 2013 et toujours en tête du championnat brésilien: les milieux offensifs Everton Ribeiro, qui a étrenné sa première cape vendredi, et Ricardo Goulart (2e meilleur buteur du championnat, 9 buts).

Tout reste ouvert

Signe que tout reste ouvert, Dunga a fait entrer pour le dernier quart d'heure Robinho et Philippe Coutinho, soit un attaquant polyvalent qui était dans le groupe du Mondial... 2010, et un jeune milieu offensif.

Dans l'entrejeu justement, Dunga avait misé sur l'expérience en alignant ensemble Luiz Gustavo, Willian, Ramires et Oscar, tous remplacés en cours de match. Fernandinho et Elias représentent des alternatives.

Mais c'est désormais derrière que ça tourne. L'équipe a stoppé l'hémorragie vendredi en gardant sa cage inviolée après cinq matches poreux, mais elle a perdu le défenseur central David Luiz, blessé à un genou en fin de match, et l'arrière droit Maicon, qui a quitté le groupe officiellement pour "problèmes internes", en fait pour indiscipline selon la presse brésilienne.

Marquinhos, qui avait suppléé son coéquipier de club, a un coup à jouer aux côtés de Miranda, à moins que Gil n'ait sa chance. Sur le côté droit, Danilo tient la corde, plutôt que Fabinho, latéral monégasque convoqué pour la première fois chez les A.

Marcelo, appelé seulement en raison de la blessure d'Alex Sandro, pourrait récupéer son poste d'arrière gauche, occupé par Filipe Luis vendredi.

Fifa.com (08/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 9 Sep - 16:43

Espagne : Ce Munir d'impatience

International -News (Part 2) - Page 16 2437482_FULL-LND

"Munir brûle les étapes avec une vitesse difficile à gérer", avait prévenu Luis Enrique, son entraîneur en club. Ces paroles avaient été prononcées le 24 août dernier, alors que la dernière petite merveille du centre de formation du FC Barcelone s'était illustrée lors de ses débuts en Liga en inscrivant un but.

Deux semaines plus tard, Munir El Haddadi a franchi une nouvelle étape : avec deux matches en tout et pour tout avec le Barça et une sélection chez les U-21 espagnols, il a été convoqué par Vicente Del Bosque pour intégrer la Roja. Le jeune joueur a en effet profité de la blessure de Diego Costa pour rejoindre les champions d'Europe en titre, sur le point de disputer le premier match de leur campagne de qualification pour l'UEFA EURO 2016.

Après 77 minutes de jeu face à l'ARY Macédoine, le Blaugrana a fait son entrée sur le terrain, avec sur le dos le maillot floqué du numéro 19. Le chiffre était hautement symbolique pour lui, puisqu'il s'agit également de son âge. Natif du 1er septembre, Munir est devenu le quatrième plus jeune joueur de l'histoire de la sélection espagnole derrière Bojan Krkic, José Samitier et Sergio Ramos.

Luis Enrique avait raison. En l'espace de cinq mois seulement, son protégé est passé des matches U-18 aux ovations du Camp Nou. Le New York Times lui a même consacré un article d'une page. "Munir El Haddadi a intégré l'équipe comme s'il était né pour ça", estime Rob Hughes après les débuts en fanfare du prodige barcelonais.

"Je suis heureux d'avoir commencé le match et d'avoir marqué. Je sais que c'est très compliqué, mais je vais continuer à travailler chaque jour pour tenter de franchir de nouveaux paliers", affirme l'intéressé dans une interview télévisée.

L'école de la rue
Il est resté le garçon peu loquace, timide et introverti qui jouait sur un terrain de la banlieue madrilène quand Antonio Gabaldón, celui-là même qui découvrit Emilio Butragueño, a remarqué son pied gauche d'exception.

Munir est né à El Escorial, à environ 60 km au nord de Madrid. C'est là que ses parents se sont installés à la fin des années 90. Son père marocain a quitté son pays dans une embarcation de fortune et sa mère espagnole a laissé sa Melilla natale pour chercher un avenir meilleur près de la capitale espagnole. Tous deux sont les témoins privilégiés de la réussite inespérée de leur fils.

Après être passé par Galapagar, ville où réside sa famille, et Santa Ana, le jeune Munir a rejoint le Rayo Majadahonda, équipe affiliée à l'Atlético de Madrid. Son talent a pourtant échappé aux Rojiblancos et le Real Madrid lui a fermé les portes de son centre de formation malgré les 32 buts inscrits en 29 matches avec les U-16. En revanche, les recruteurs du Barça ne sont pas restés insensibles à une telle performance.

Un délégué s'est même rendu sur place pour assister à une rencontre en direct et vérifier ses sources. Le joueur l'a gratifié d'un triplé parfait (but du gauche, du droit et de la tête). Dans la foulée, il a atteint son premier objectif en intégrant La Masía en 2011. Depuis, il marche sur les pas de Lionel Messi, son modèle.

Trois ans après, il a vécu le début de saison aux côtés du génie argentin et s'est offert une place de titulaire dans le premier match de championnat du Barcelone version Luis Enrique. Ce jour-là, les Catalans se sont imposés 3:0 contre Elche et Munir a signé le deuxième but de son équipe. "C'est un rêve de jouer avec Messi, mais on n'arrive à rien sans travail et sacrifices", déclarait en toute humilité celui qui, à l'âge de 18 ans et 357 jours, est devenu le troisième plus jeune buteur du Barça, derrière Bojan et La Pulga.

Rester au sommet
"C'est un joueur très complet, qui fait preuve d'intelligence dans ses courses et dans ses choix. Il possède la roublardise des footballeurs d'autrefois qui savaient instinctivement où allait le ballon. Il sait quand il doit chercher la profondeur, quand il vaut mieux dribbler ou servir un coéquipier", analyse Eusebio Sacristán, son entraîneur en équipe réserve. Le football tel qu'il l'a appris dans la rue, avant de passer en centre de formation, fait de Munir un joueur à part. Chez lui, tout est talent et intuition.

Son prénom signifie source de lumière en arabe et Munir est bien décidé à lui faire honneur. Son objectif : s'affirmer comme une étoile née pour briller sur le long terme plutôt que le temps d'un éclair, éblouissant mais éphémère. Il est d'ailleurs conscient de n'avoir franchi que la première étape d'un chemin long et tortueux. "C'est difficile d'arriver au sommet, mais c'est encore plus dur d'y rester. Je dois donc continuer à travailler", affirmait-il sur son compte Twitter il y a quelques jours.

"Il sait marquer, bouger et c'est un gagneur. Il va nous aider. Mais il ne faut pas s'enflammer, il lui reste encore beaucoup de travail même s'il a un très gros potentiel", précise de son côté Luis Enrique. Tout laisse à penser qu'on peut lui faire confiance...

Fifa.com (09/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 10 Sep - 16:02

Décès de Désir Carré, ancien capitaine de l'OGC Nice

International -News (Part 2) - Page 16 2291212_FULL-LND

Désir Carré, tour à tour milieu de terrain offensif et capitaine de l'OGC Nice (1947-1952) sacré deux fois champion de France, est décédé lundi à l'âge de 91 ans, a annoncé le club azuréen sur son site internet.

Ancien capitaine du "Gym" pour lequel il avait inscrit 74 buts, l'élégant Désir Carré était l'un des cadres de la grande équipe azuréenne titrée en 1951 et 1952.

Appelé en sélection nationale une fois en 1949, il avait également porté les couleurs du Havre, de Strasbourg et du Cercle Athlétique de Paris.

Une fois sa carrière de footballeur achevée et une saison passée (1957-1958) sur le banc des entraîneurs avec Tours, ce tennisman accompli avait entamé sa reconversion professionnelle à Nice comme journaliste. Il avait alors couvert avec une passion égale tous les sports à tous les échelons de compétition.

Nice, qui reçoit samedi Metz lors de la 5e journée de Ligue 1, lui dédiera cette rencontre.

Fifa.com (09/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 11 Sep - 20:12

Argentine : Le futur stade de San Lorenzo sera baptisé "Pape François"

International -News (Part 2) - Page 16 2423966_FULL-LND

Le nouveau stade du club argentin de San Lorenzo sera baptisé "Pape François", a annoncé le club de la banlieue de Buenos Aires, dont le souverain pontife est un ardent supporteur.

"San Lorenzo va rendre éternel le Pape François, à Boedo", a déclaré le club qui va construire un nouveau stade sur l'emplacement de l'ancienne enceinte du "Gasometro", détruite en 1979 dans ce quartier historique du club où se trouve son siège social.

Après avoir gagné la Coupe Libertadores cette année pour la première fois de son histoire, une délégation du club avait été reçue fin août par le Pape François au Vatican, pour lui présenter le trophée.

Après la destruction du "Gasometro", San Lorenzo avait émigré plus au sud, dans le quartier de Flores, où il avait érigé le "Nuevo Gasometro", mais le rêve des supporteurs était de revenir un jour à Boedo.

Fifa.com (11/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 11 Sep - 20:17

Eduardo, l'asile au Brésil

International -News (Part 2) - Page 16 2437803_FULL-LND

 Le Maracanã est plein à craquer, et la série de tirs au but se dispute à proximité de l'endroit le plus bruyant du stade, devant les supporters fanatiques de Flamengo. Eduardo da Silva pose le ballon, recule pour prendre de l'élan, puis regarde son adversaire. Le gardien part d'un côté, le ballon de l'autre. Sans nervosité. Sans céder à la pression du moment. Loin de l'euphorie de l'attaquant qui, peu de temps auparavant, dans le temps réglementaire, avait fêté de façon si exubérante son but, le troisième du Rubro-Negro, qui avait permis au club carioca de décrocher un sursis, sous la forme d'une série de penalties contre Coritiba en huitième de finale de la Coupe du Brésil. À l'endroit même où il y a deux mois, on a disputé la finale de la Coupe du Monde de la FIFA™, Eduardo da Silva se sent chez lui, une sensation qu'il n'a pas souvent eu l'occasion de goûter au cours de sa carrière.

Né à Rio de Janeiro en 1983, l'attaquant de Flamengo a suivi un parcours atypique pour un footballeur brésilien. À l'âge de 16 ans, il quitte la Ville merveilleuse pour rejoindre les juniors du Dinamo Zagreb. Il prend la nationalité croate, ce qui lui permet d'évoluer dans la sélection nationale de son pays d'adoption. Eduardo joue ensuite à Arsenal, en Angleterre, puis au Shakhtar Donetsk, en Ukraine. À 31 ans, il signe le premier contrat de sa carrière avec un club brésilien. Ce retour dans son pays natal se passe de la meilleure des façons.

*Lors des sept premiers matches qu'il a disputés, il est entré en cours de partie à cinq reprises et a fait trembler les filets adverses cinq fois également. "Je suis né ici, mais mes habitudes sont là-bas. J'ai passé 15 ans en Europe et ma mentalité est européenne", affirme-t-il en cherchant ses mots, dans un entretien avec FIFA.com. Il lui arrivait de passer jusqu'à trois années consécutives sans revenir au Brésil. "A l'époque, il n'y avait pas Internet et toute cette technologie. J'achetais des cartes téléphoniques et je dépensais une fortune pour parler une minute avec ma famille." Il a été très longtemps sans donner d'interviews en portugais. Aujourd'hui, il affirme comprendre parfaitement sa langue natale, sans toutefois pouvoir la parler comme il le souhaiterait. "J'utilise toujours les 200 mêmes mots", plaisante-t-il.

Eduardo dit se sentir chez lui à Rio de Janeiro, mais seulement quand il est à la maison, avec son épouse, Andrea, et ses deux enfants, Lorena et Matheus. Hors du domicile, lorsqu'il s'agit par exemple de trouver son chemin en ville, les choses se compliquent. "Je me sens comme un étranger ici. La circulation est différente, les supermarchés et les magasins aussi… Je ne suis pas habitué. Quand j'étais enfant au Brésil, je vivais dans une communauté. Il n'y avait pas beaucoup d'argent. Ensuite, je suis allé en Croatie et je me suis habitué à cette vie. Aujourd'hui, je vois la différence avec l'Europe. La circulation est infernale. Je suis un peu perdu."

Depuis son arrivée à Flamengo, Eduardo est déjà devenu une idole pour les supporters. Quand il a posé ses valises à Rio en provenance d'Europe, le club le plus populaire du Brésil était dans la zone de relégation. Aujourd'hui, il est dixième. "Quand vous allumez la télévision ou la radio, on parle sans arrêt de football, et souvent de Flamengo. Lorsque j'avais des vacances au Dinamo, je venais au Brésil. J'étais déjà international croate, mais je pouvais me balader incognito. J'achetais mon pain toujours dans la même boulangerie. Personne ne savait qui j'étais. Aujourd'hui, ce n'est plus possible. Les gens me reconnaissent."

Et sur le terrain ?
Depuis son arrivée à Rio, Eduardo da Silva marque des buts avec une régularité déconcertante pour quelqu'un qui doit s'adapter à un climat et un style de jeu complètement différents. C'est d'autant plus surprenant qu'il a eu très peu de contacts avec le football brésilien au cours des 15 dernières années. "J'ai toujours voulu regarder le foot brésilien à la télé. Mais il n'y avait quasiment rien. Seulement les buts. À cette époque, le championnat du Brésil n'était pas reconnu à sa juste valeur. Ça ne fait que trois ou quatre ans qu'on peut voir des matches du Campeonato Brasileiro en direct en Croatie ou en Ukraine", explique-t-il.

Avant de s'engager avec Flamengo, Eduardo a tâté le terrain auprès de ses collègues brésiliens. "Aucun problème pour toi", lui répétaient-il à l'envi. Cela a conduit l'international croate à faire une erreur d'appréciation. "Je pensais que ce serait assez facile. Mais dès les premiers matches, j'ai vu que c'était complètement différent de ce que j'avais imaginé. Le championnat du Brésil est difficile, très compétitif. Les joueurs sont très techniques et aiment avoir le ballon."

À quoi donc attribuer la réussite d'Eduardo da Silva dans son pays natal ? Au mérite ? À la chance ? "Je ne sais pas", répond-il avec un sourire. "Dans tous les clubs par lesquels je suis passé, j'ai laissé une image positive. C'est un moment crucial dans ma carrière et je suis content de le vivre ici, à Flamengo."

Fifa.com (11/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 11 Sep - 20:23

Iran : Queiroz accepte de rester sélectionneur

International -News (Part 2) - Page 16 2380023_FULL-LND

Le Portugais Carlos Queiroz a accepté l'offre de l'Iran pour rester à son poste de sélectionneur et devrait signer rapidement un nouveau contrat, a indiqué jeudi un responsable de la Fédération iranienne de football.

Queiroz avait annoncé son départ en juin, estimant ne pas avoir le soutien du gouvernement et de la fédération pour poursuivre sa mission à la tête de la sélection, éliminée en phases de poules au Mondial brésilien.

Les négociations avaient toutefois continué après le tournoi, mais butaient sur certains termes du contrat, notamment les conditions salariales demandées par le Portugais.

"Queiroz a envoyé par mail une réponse positive la nuit dernière et il doit venir en Iran le plus vite possible pour signer son contrat",a expliqué Abbas Torabian, responsable de la commission économique de la fédération, cité par l'agece Isna.

Il devrait signer son nouveau contrat "probablement dimanche", a-t-il ajouté sans donner de détails sur le contenu du texte.

Agé de 61 ans, l'ancien adjoint d'Alex Ferguson à Manchester United avait été nommé en avril 2011. Il avait réussi à qualifier l'Iran pour la quatrième Coupe du monde de son histoire malgré les difficultés financières en raison des sanctions internationales qui frappent le pays.

Fifa.com (11/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 11 Sep - 20:25

Brésil : Aránguiz, la différence par la polyvalence

International -News (Part 2) - Page 16 2419373_FULL-LND

En janvier 2014, quand l'Internacional Porto Alegre a engagé Charles Aránguiz, le club a annoncé qu'il avait recruté un milieu de terrain chilien pour renforcer son effectif. Assez vite, les supporters colorados ont pu se rendre compte que la réalité était toute autre. Le joueur qui a débarqué au Beira-Rio était bien plus qu'un renfort… Bien plus également qu'un milieu de terrain. Le Chilien a complètement transformé le visage de l'équipe, grâce à une polyvalence extraordinaire.

"Ma capacité à jouer n'importe où sur le terrain, à n'importe quel poste, vient du fait que je ne sais pas me positionner", reconnaît Aránguiz avec un sourire entendu au micro de FIFA.com. "Je me suis beaucoup discipliné depuis mon arrivée au Brésil. De nature, je suis un joueur très désordonné. J'ai du mal à savoir si je suis dans une position favorable pour attaquer ou pas. C'est pour ça que je cours sans arrêt partout. Abel Braga, mon entraîneur, n'arrête pas de me repositionner. Quand je suis à gauche, il me demande de revenir à droite. Il sait que je suis désordonné mais en même temps, il voit que je progresse de ce point de vue."

La sincérité et l'autocritique sont beaucoup plus faciles quand ce manque de discipline aboutit à des résultats positifs. Aránguiz a été le grand protagoniste du sacre de l'Inter dans le Campeonato Gaúcho, dont il a été élu meilleur joueur. En 25 matches à ce jour, il a déjà inscrit sept buts, dont un devant le grand rival, Grêmio, en championnat du Brésil, à l'issue d'un Gre-Nal remporté 2:0. Difficile effectivement de décrire la position exacte du Chilien de 25 ans. On le présente comme un milieu de terrain, mais en 90 minutes, il exerce à la fois un rôle de récupérateur, de relanceur, d'ailier de débordement et de buteur.

Amateurisme… et fierté
Tout a commencé au Club Deportivo Nueva Esperanza, club amateur chilien. Cousins, frères, oncles : beaucoup d'Aránguiz ont porté les couleurs de l'équipe de Puente Alto. "C'est une famille pour moi. Aujourd'hui encore", explique-t-il. Il faut préciser que lorsqu'il y évoluait, le joueur de l'Inter a même eu comme entraîneur… sa propre mère, qui maintenant dirige les entraînements d'une équipe de jeunes au club. Le dimanche après-midi, elle ne manque jamais les matches de l'équipe première. "Le club cherchait quelqu'un pour entraîner les jeunes. Il n'y avait personne, alors ma mère s'est proposée. Parfois, elle vient voir les matches de l'Inter, mais ceux de Nueva Esperanza passent avant. Sa priorité va à ce club", souligne Charles.

Sur le chemin qui a conduit l'international chilien de Puente Alto à la Roja, seule Mariana Sandoval, sa maman, a eu plus d'importance qu'un autre mentor dans la vie de Charles, à savoir Jorge Sampaoli. C'est sous la houlette de l'Argentin, lorsque ce dernier entraînait l'Universidad de Chile, qu'Aránguiz a été encouragé dans sa polyvalence et sa capacité à couvrir autant de terrain. En 2012, il a même été élu meilleur joueur de l'année au Chili. Les deux hommes se sont retrouvés à l'occasion de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™. Dans le match qui a scellé l'élimination de l'Espagne, championne du monde en titre, Aránguiz a marqué un but et adressé une passe décisive à Mauricio Pinilla, avec à la clé une victoire 2:0 pour le Chili au Maracanã. Quelques jours plus tard, il faudra un Julio César des grands jours pour empêcher la Roja de battre le Brésil, en huitième de finale.

"Sampaoli a réalisé un travail important qui lui a permis d'obtenir le respect des joueurs. Il n'a jamais hésité à faire jouer des gars moins connus que d'autres, à partir du moment où ils étaient performants. Nous avons des cadres comme Alexis Sánchez, Gary Medel, Arturo Vidal, Eduardo Vargas, autant de joueurs qui peuvent aller encore beaucoup plus haut." Effectivement, ces cadres ont tous 27 ans ou moins et se caractérisent par les mêmes qualités qu'Aránguiz, à savoir une endurance exceptionnelle et la capacité d'être performants à peu près à n'importe quel endroit du terrain.

Quant à celui qui est déjà devenu une idole à l'Inter, l'un de ses compatriotes lui souhaite un avenir doré à Porto Alegre : "Il n'est pas facile pour un étranger de réussir dans le football brésilien", écrivait récemment Elías Figueroa, joueur chilien devenu l'une des légendes de l'Internacional dans les années 1970. "Je crois qu'au Chili, les gens ne réalisent pas bien l'importance du phénomène Aránguiz à l'Inter." Peut-être parce que dans son pays natal, les amateurs de ballon rond ne voient en lui qu'un milieu de terrain. Or, et les supporters colorados le savent mieux que quiconque, Charles Aránguiz est beaucoup plus que cela...

Fifa.com (11/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 11 Sep - 20:29

Portugal : Bento quitte son poste

International -News (Part 2) - Page 16 2438840_FULL-LND

Paulo Bento a quitté jeudi le poste de sélectionneur de l'équipe du Portugal dans la foulée d'une défaite humiliante face à l'Albanie en ouverture des qualifications pour l'Euro-2016, qui a mis en évidence sa difficulté à surmonter le fiasco du Mondial-2014.

Le départ de l'entraîneur portugais de 45 ans a été décidé d'un commun accord et son successeur "sera connu brièvement", a annoncé la Fédération nationale de football (FPF) dans un communiqué.

La presse portugaise évoquait en début de semaine deux candidats pour prendre sa place: les Portugais Fernando Santos, ex-sélectionneur de la Grèce, et Vitor Pereira, ancien entraîneur du FC Porto.

Emmené par la vedette du Real Madrid Cristiano Ronaldo, le Portugal a été éliminé dès le premier tour à la Coupe du monde jouée cet été au Brésil. Sa participation a été marquée notamment par la lourde défaite subie face à l'Allemagne (4-0), qui a remporté le tournoi, et une inhabituelle série de blessures qui ont réduit l'effectif lusitanien à peau de chagrin.

Malgré cette contre-performance très remarquée, la fédération portugaise avait défendu le maintien de Bento au poste qu'il occupait depuis septembre 2010. L'ancien joueur international (35 capes) avait prolongé en avril dernier son contrat à la tête de la Seleçao jusqu'à l'Euro-2016.

La surprenante défaite (1-0) subie dimanche dernier à domicile devant la modeste Albanie aura pourtant sonné l'heure du départ pour le sélectionneur.

Absence de Ronaldo
A sa décharge, Bento n'avait pas pu compter alors sur son principal atout offensif, l'incontournable Ronaldo, qui était blessé. L'absence de "CR7" face à l'Albanie, comme sa méforme au Mondial brésilien, auront sans doute été décisives pour le sort de l'entraîneur qui l'avait côtoyé en tant que joueur au Sporting. C'était déjà la prestation remarquable de l'astre madrilène qui avait donné à Bento son meilleur résultat, en portant le Portugal jusqu'en demi-finales de l'Euro-2012.

La qualification pour l'Euro-2016, devenue plus facile car cette compétition se jouera pour la première fois à 24 équipes, reste un objectif accessible pour le Portugal, versé dans le groupe I avec, outre l'Albanie, le Danemark, la Serbie et l'Arménie.

Mais le temps presse pour restaurer le moral d'une équipe en net manque de qualité individuelle et collective. La Seleçao se rendra en France dans un mois exactement pour y affronter en amical le pays hôte du prochain championnat d'Europe, avant un déplacement risqué au Danemark le 14 octobre.

Ancien milieu défensif ayant notamment joué pour le Benfica Lisbonne, Paulo Bento a débuté sa carrière d'entraîneur en 2005 au Sporting Portugal, peu après y avoir raccroché les crampons.

Ironie du sort, il avait lui aussi accédé au poste de sélectionneur après un mauvais début de campagne de qualification. A l'époque, son prédécesseur Carlos Queiroz était tombé en disgrâce après un Mondial-2010 décevant.

Fifa.com (11/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 12 Sep - 18:29

River Plate - Gallardo à la baguette, la renaissance du beau jeu 

International -News (Part 2) - Page 16 2437136_FULL-LND

Marcelo Gallardo est devenu en juillet l'entraîneur de River Plate dont il fut un joueur emblématique et a redonné au club des beaux quartiers de Buenos Aires, vainqueur laborieux du dernier tournoi de clôture du Championnat d'Argentine, le beau jeu qui a fait sa réputation

A 38 ans, l'ancien Monégasque et Parisien a toujours un visage poupin, et réussit un début de saison presque parfait, alors qu'il n'a qu'une année d'expérience comme entraîneur, au Nacional de Montevideo (2011-2012), le temps d'être sacré champion.

Beaucoup lui prédisaient un échec. En effet, Gallardo, pur produit de River Plate, avait la lourde de tâche de succéder à l'entraîneur le plus titré du club: Ramon Diaz, lui aussi ancien de Monaco, qui a jeté l'éponge, faute de pouvoir renforcer l'équipe comme il le souhaitait.

Avec les mêmes joueurs, moins le meneur de jeu Lanzini transféré à Al-Jazira, "El Muneco" (le poupon) a imprimé son style.

"J'aime ce River. Marcelo (Gallardo) a apporté une fluidité dans le jeu, beaucoup plus de dynamisme", estime l'ancien entraîneur du club Diego Simeone, désormais à l'Atletico Madrid et dont le fils Giovanni est actuellement sous les ordres de Gallardo.

Tout au long de l'histoire du club, les spectateurs du stade Monumental ont été habitués à un style de jeu porté sur l'attaque, spectaculaire, grâce à des figures comme Di Stefano, Pasarella, l'Uruguayen Francescoli, qui a intégré début 2014 l'équipe dirigeante, Caniggia, Saviola, ou le Colombien Falcao.

Lors des six premières journées, un jeu à une touche de balle, des reprises de volée et des actions de classe ont remplacé le jeu besogneux des dernières saisons.

Boca le 5 octobre
L'attaquant colombien Teofilo Gutierrez, qui a remplacé Falcao pour le Mondial, est l'artificier de l'équipe. Il a marqué 6 des 15 buts de River en championnat.

"Cette équipe presse haut, pour jouer, c'est sa caractéristique. Une équipe solidaire, très agressive pour récupérer et repartir à l'attaque", décrit Gallardo. "Les gens sont enthousiastes car ils s'identifient à cette manière de jouer. C'est ce que je ressens", dit-il au sujet de la métamorphose.

Fernando Cavenaghi, leader du vestiaire, considère que River Plate peut à nouveau "marquer l'histoire". "Pour cela il faut des bons résultats, du beau football, des titres", estime l'ancien Bordelais. Pour lui, les principales qualités de Gallardo sont "la manière d'imposer ses idées aux joueurs et la méthodologie de travail", toutes deux "excellentes" selon l'attaquant.

"Peut-être qu'avant, si on marquait un but, on défendait à mort pour garder le résultat et on jouait en contre. Aujourd'hui, si on mène 1-0, on continue d'attaquer", rappelle Cavenaghi, blessé depuis le début de saison.

Après l'enfer de la descente en D2 en 2011, les supporteurs de River s'autorisent à rêver de nouveau. Gallardo leur a promis de batailler sur tous les fronts. Engagé en Copa Sudamericana (équivalent de l'Europa League), le club du quartier de Nunez fera en 2015 son retour en Copa Libertadores, la plus prestigieuse compétition de clubs d'Amérique latine.

Après six journées (5 victoires, un nul; 15 buts marqués, 2 encaissés), River est leader du Tournoi d'ouverture du championnat d'Argentine avec 3 points d'avance sur Velez Sarsfield, et 7 points sur le rival éternel, Boca Juniors, qui se redresse après avoir mis Carlos Bianchi à la porte.

Mais les supporteurs de River ne seront pleinement satisfaits que si l'équipe s'impose le 5 octobre à domicile contre Boca, lors du Clasico argentin.

Fifa.com (12/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 16 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 16 sur 33 Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17 ... 24 ... 33  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum