International -News (Part 2)

Page 18 sur 33 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19 ... 25 ... 33  Suivant

Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 24 Sep - 18:12

Portugal, Santos : "Gagner, gagner, gagner"

International -News (Part 2) - Page 18 2443587_FULL-LND

Le sélectionneur du Portugal Fernando Santos, nommé mardi jusqu'à la fin de l'Euro-2016, a clamé que sa philosophie était de "gagner, gagner et gagner" et qu'il verrait ensuite "si on peut le faire avec la manière", mercredi à Lisbonne, lors de sa première conférence de presse.

Que pensez-vous pouvoir apporter à l'équipe du Portugal?
Nous avons des joueurs de grand talent et nous n'allons penser qu'à gagner, gagner et gagner. Le reste c'est du blabla. Je déteste perdre, donc, je veux d'abord gagner et après on verra si on peut le faire avec la manière. Nous ne devons pas forcément être tous copains, mais nous devons être unis au service de la patrie. Je pense que nous avons déjà un groupe à l'esprit de vainqueur, mais je pense pouvoir apporter ma confiance. Ma confiance en eux et dans le fait que nous pourrons atteindre nos objectifs. Nous voulons aller en France en 2016 et donner aux Portugais une raison d'être fiers.

Après le départ de Paulo Bento, de nombreuses voix exigeaient un renouvellement rapide de la sélection nationale. Quel est votre avis à ce sujet?
Il faut que ce soit un processus normal et ouvert. Quand on veut forcer les choses et les faire à la hâte, normalement, cela se passe mal. Et je n'aime pas la notion de renouvellement car cela donne l'impression qu'il y a des joueurs trop vieux qu'il faut jeter à la poubelle. Dans le groupe de la Grèce que j'ai emmené au Mondial, il y avait un joueur de 35 ans et un autre de 36 ans, mais il y avait aussi 17 joueurs que j'avais moi-même lancés en sélection pendant quatre ans. Ce qu'il faut c'est du talent. Mais je peux vous assurer que nous serons attentifs à ceux qui pourront incarner l'avenir.

Vous avez écopé d'une suspension de huit matches lors de l'élimination de la Grèce au Mondial-2014, comment allez-vous diriger l'équipe dans ces circonstances?
Ca change un peu les choses, mais je ne pense pas que ce soit un handicap trop important. Nous avons les arguments pour que cela n'influence pas la prestation de l'équipe. Ilidio Vale (son adjoint) prendra ma place sur le banc pendant ma suspension. C'est un entraîneur très compétent avec lequel j'ai des rapports très forts depuis le temps où nous avons travaillé ensemble au FC Porto. J'ai confiance que nous pourrons être présents à l'Euro-2016 en dépit de ces questions.

Fifa.com (24/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 29 Sep - 19:54

Mexique, Herrera : "Quelque chose d'électrique"

International -News (Part 2) - Page 18 2389677_full-lnd

Football offensif, pression dans le camp adverse, latéraux participant aux attaques, jeu vertical : tous ceux qui ont vu le Mexique à l'œuvre pendant la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ ont eu du mal à croire qu'il s'agissait de la même équipe qui avait été la dernière à valider son billet pour le Mondial, à la faveur d'un barrage remporté contre la Nouvelle-Zélande.

La sélection aztèque devait absolument tourner la page d'une campagne qualificative pour le Brésil d'un niveau bien inférieur à ce qu'on attendait d'elle. Pour cela, il fallait un déclic. Il a eu lieu en octobre 2013, avec l'arrivée sur le banc de Miguel Herrera. C'est avec le souvenir encore frais de l'élimination à la dernière minute, en huitième de finale de Brésil 2014 contre les Pays-Bas, qu'El Piojo a assisté au Panama, les 11 et 12 septembre derniers, à la première d'une série de quatre conférences techniques pour faire le bilan sur la Coupe du Monde de la FIFA 2014.

"J'approuve complètement ce type d'événements, où l'on peut tirer les conclusions d'une Coupe du Monde qui a été fantastique", affirme-t-il à FIFA.com. "Tout a été excellent, de l'organisation aux rencontres en elles-mêmes. On appréhendait l'impact de la chaleur sur les joueurs, mais au final nous avons eu des matches disputés avec beaucoup d'intensité et une réelle volonté d'attaquer."

Alors que le Groupe d'études techniques était réuni pour mener une réflexion sur la technologie sur la ligne de but, l'arbitrage et les questions médicales, Herrera a discuté avec FIFA.com entre autres, de Brésil 2014 et de l'avenir du Mexique.


Deux mois se sont écoulés depuis l'élimination du Mexique au Brésil. Avec le recul, quelles conclusions tirez-vous de votre parcours ?
Les garçons ont assez bien fait les choses. Ils ont toujours été dans le rythme des matches, ils ont eu le contrôle du jeu et la possession du ballon dans la plupart des rencontres. Étant donné que le temps de travail a été très bref, on peut estimer que le résultat a été plutôt bon.

Le poste qui a suscité le plus de commentaires lors de votre préparation pour la Coupe du Monde a été celui de gardien. Vous aviez dit que vous feriez confiance à Guillermo Ochoa, même s'il n'avait plus de club. Vous attendiez-vous à ce qu'il atteigne un tel niveau ?
J'avais confiance dans les trois gardiens que j'ai emmenés au Brésil. Je savais que n'importe lequel d'entre eux, s'il était amené à jouer, saurait faire face à ses responsabilités. C'est exactement ce qu'a fait Memo. Il a été particulièrement brillant contre le Brésil, parce qu'il s'y était préparé.

On a découvert votre exubérance au moment de célébrer les buts de votre équipe. Quel but du Mexique vous a procuré le plus de joie et pourquoi ?
Le deuxième but contre la Croatie, car il était synonyme de qualification pour le deuxième tour. En plus, la Croatie était un adversaire solide, bien organisé sur le terrain, assez fort.

Que ressentez-vous quand vous célébrez un but ?
Je me sens comme un supporter au moment où son équipe marque. Dans le football actuel, il est de plus en plus dur de marquer. Par conséquent, quand votre équipe y arrive, vous n'allez pas vous retenir. Il faut laisser libre cours à ses émotions. Je dis toujours que lorsque mon équipe marque, c'est comme si quelque chose d'électrique me traversait le corps entier.

Et que se passe-t-il ensuite, quand vous vous voyez vous-même fêter un but à la télévision ?
Je me dis : "Mais qu'est-ce qui lui prend ? Il y a des gens qui font vraiment n'importe quoi" (rires). Quand je revois les buts de mon équipe à la télé, ça me rend de nouveau heureux pour mes joueurs.

En parlant de revoir des choses à la télévision : avez-vous visionné à nouveau le match contre les Pays-Bas ? Le Mexique a-t-il fait une erreur en voulant protéger son but d'avance ?
Nous n'avons pas attendu derrière. La possession de balle était partagée. Évidemment, ils ont essayé de nous mettre la pression, mais pas de façon vraiment dangereuse. Ils ont beaucoup tiré de loin. Je crois que nous avons commis une erreur dans les dernières minutes, en leur abandonnant le ballon. En leur donnant l'initiative, c'est comme si nous avions ressuscité un adversaire qui était mort.

Quelle est l'importance du mental dans ces situations ? Le Mexique essaie désespérément d'atteindre ce fameux "cinquième match" de la Coupe du Monde, mais n'y parvient jamais. Pensez-vous que cela puisse influencer les joueurs ?
Je ne crois pas, non. Nous pensions en jouer sept. Ils ont égalisé sur une erreur de marquage de notre part. Nous n'avons pas été présents au rebond. Ça a été le tournant du match. Pendant les 75 premières minutes, nous avons été supérieurs à eux. Nous récupérions assez facilement le ballon et nous étions dans leur moitié terrain. Ils étaient plus occupés à défendre qu'à attaquer. Je crois qu'aucune autre équipe n'a réussi à les mettre dans cette situation au Brésil.

L'Espagne a le tiki-taka, le Brésil le jogo bonito. L'heure est-elle venue pour le Mexique de définir son propre style ?
Oui. Je veux avoir une équipe dynamique, avec non seulement une bonne circulation du ballon, mais également beaucoup d'efforts physiques entre le moment où nous récupérons la balle et celui où nous nous projetons vers l'avant. J'aimerais que cela devienne notre style.

Vous n'avez eu que six mois pour préparer Brésil 2014. Maintenant, vous avez presque quatre ans avant Russie 2018. Comment allez-vous gérer ce processus ?
Les joueurs vont avoir plus de temps pour travailler et se familiariser avec mon système et ma philosophie de jeu. Nous allons être mieux préparés. Je ne veux plus être dans la situation d'arriver et d'avoir à prendre des décisions immédiates comme de savoir qui sera le gardien titulaire ou quel sera le onze de départ. Il y aura une structure parfaitement définie.

Carlos Salcido a pris sa retraite internationale. Rafael Márquez y songe. Comment allez-vous négocier ce changement de génération ?
Je n'ai aucune inquiétude à ce sujet. La relève est là. Chez les jeunes, le Mexique présente les meilleurs résultats de la CONCACAF. Entre 2005 et aujourd'hui, nous avons été deux fois champions du monde U-17, une fois vice-champions du monde U-17, troisièmes à la Coupe du Monde U-20 et médaillés d'or olympiques à Londres en 2012. Dans quatre ans en Russie, cette génération talentueuse aura déjà pas mal de rencontres internationales à son actif. Elle sera très forte.

Fifa.com (29/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 29 Sep - 20:00

AFC Champions League
Les anciens finalistes au pied du mur


International -News (Part 2) - Page 18 2440987_FULL-LND

Anciens finalistes de la compétition, Al Ain et le FC Séoul sont en ballotage défavorable avant les demi-finales retour de la Ligue des champions de l’AFC. Le club des Émirats Arabes Unis, vainqueur de la première édition, n’aura pas d’autre choix que d’attaquer après sa défaite 3:0, il y a deux semaines, face à Al Hilal. Tenus en échec à l’aller (0:0), les Sud-Coréens, finalistes en 2013, devront quant à eux faire preuve de davantage de réalisme sur le terrain des Western Sydney Wanderers.

L’affiche
Western Sydney Wanderers-FC Séoul
Si l’on se fie à leur parcours jusqu’ici, les Wanderers semblent bien partis pour être la première équipe australienne à atteindre la finale de la Ligue des champions de l’AFC depuis Adélaïde United en 2008. Les joueurs de Tony Popovic étaient pourtant les seuls, avec ceux d’Al Fateh, à découvrir le tournoi cette année. Deuxièmes de la dernière A-League, ils ont créé la surprise pour leur première campagne continentale, écartant notamment le champion en titre, Guangzhou Evergrande, sur la route des demi-finales. Les Australiens sont montés en puissance au fil de la compétition, à l’image de leur match aller face au FC Séoul, conclu sur un score nul et vierge malgré leur effectif réduit.

Avec les retours de suspension de son meilleur buteur Tomi Juric et de son duo défensif Shannon Cole et Brendon Santalab, Sydney disposera de toutes ses armes devant son public. "Ce sont des joueurs importants", confirme l’entraîneur, Popovic. "C’est toujours agréable d’avoir un effectif au complet. Nous savons ce que nous avons à faire. Il faut remporter ce match." Les Wanderers devraient à nouveau opérer en contre, tactique qui leur a plutôt bien réussi jusqu’ici, notamment lors de la phase de groupes, avec une victoire 2:0 en déplacement, face à Ulsan Hyundai, champion d’Asie 2012.

Un match nul 1:1 au Parramatta Stadium de Sydney suffirait au FC Séoul pour se qualifier en finale à la faveur des buts inscrits à l’extérieur. Les hommes de Choi Yongsso devront mettre un terme à leur série de 350 minutes sans marquer sur la scène continentale. "Je voudrais simplement demander aux joueurs de tirer davantage", confie l’entraîneur coréen. "Il y a toujours moyen de trouver la faille, même hors de nos bases." Le FC Séoul reste sur trois matches sans victoire au cours des deux dernières semaines, avec deux 0:0 face aux Wanderers et Jeonbuk Motors et un nouveau nul (1:1) contre Gyeongnam. Les Sud-Coréens devraient néanmoins pouvoir compter sur leur meilleur buteur Yun Illok, de retour de sélection, aux côtés de leur autre menace offensive, Mauricio Molina.

L’autre rencontre
Alors que beaucoup d’équipes baisseraient les bras devant un tel déficit, Al Ain pense être en mesure de créer l’exploit après sa défaite 3:0 sur le terrain d’Al Hilal à l’aller. Le premier vainqueur de la compétition avait réalisé jusqu’ici un parcours sans faute, éliminant notamment Al Ittihad en quart de finale sur le score de 5:1 au cumul des deux matches. Un résultat dont vont pouvoir s’inspirer les joueurs de Zlatko Dalic, impressionnants depuis le début de la saison en championnat, avec deux victoires convaincantes contre Al Wasl (2:0) et Ajman (4:0). Les Émiratis devront en revanche se passer des services de leur gardien numéro un, Khalid Eisa, exclu lors du match aller.

Al Hilal tentera de son côté de répéter sa performance remarquable d’il y a deux semaines. A l’instar de leur adversaire, les Saoudiens impressionnent en championnat. Toujours invaincus, ils ont dominé Al Khaleej 3:0 à domicile, avant de s’imposer 2:1 face à Al Fateh. Malgré cette avance confortable, Laurentiu Reghecampf reste prudent avant ce match retour à Dubaï. L’entraîneur sait que son équipe n’est pas toujours à l’aise en déplacement, avec une seule victoire en cinq matches. "Il peut se passer beaucoup de choses dans le football", prévient le Roumain. "Nous avons marqué trois fois à l’aller, mais cela ne veut pas dire que nous sommes déjà en finale."

Le joueur à suivre

Buteur à l’aller et au retour face au Guangzhou de Marcello Lippi en quart de finale, Tomi Juric a récemment été appelé en sélection pour les deux matches des Socceroos face aux Émirats Arabes Unis et au Qatar en octobre. Le joueur de 23 ans s’est imposé comme le leader de l’attaque des Wanderers. Suspendu à l’aller, il tentera de rattraper le temps perdu contre le FC Séoul.

La stat
3 : La défense à trois du FC Séoul a démontré sa solidité, avec seulement trois buts encaissés lors de ses six derniers matches toutes compétitions confondues.

Entendu…
"La tâche s’annonce particulièrement compliquée, presque une mission impossible. Mais nous ferons tout notre possible pour tenter de retourner la situation. Il nous faudra un peu de chance, mais je suis persuadé que nous avons les moyens de rendre ce match intéressant" - Zlatko Dalic, entraîneur d’Al Ain

Fifa.com (29/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 30 Sep - 21:06

Argentine : Kempes en miraculé

International -News (Part 2) - Page 18 2274968_FULL-LND

Mario Kempes, champion du monde avec l'Argentine en 1978, devait être soumis mardi aux Etats-Unis à un triple pontage, selon des déclarations de l'ancien footballeur à une chaîne de télévision argentine.

"Mes artères sont bouchées à 80%. Les médecins sont étonnés, ils ne comprennent pas comment j'ai pu vivre jusqu'ici", a déclaré Kempes depuis une clinique du Connecticut, aux Etats-Unis.

Kempes, 60 ans, a passé des examens préalables à une opération d'une hanche qui ont révélé la nécessité d'une opération cardiaque.

Ancien joueur de River Plate et de Valence, Kempes était le leader de la sélection argentine victorieuse du Mondial-1978 et avait inscrit un doublé lors de la finale face aux Pays-Bas (3-1).

Fifa.com (29/09/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 1 Oct - 18:43

AFC Champions League
Arrivée d'un Petit Poucet, retour d'un ogre


International -News (Part 2) - Page 18 2451130_FULL-LND

Al Hilal et les Western Sydney Wanderers sont entrés dans l'histoire en accédant à la finale de la Ligue des champions de l'AFC. Les Saoudiens sont venus à bout d'Al Ain 4:2 sur l'ensemble des deux manches, malgré leur défaite 2:1 au retour. Pour leur première participation, les Australiens ont créé la surprise en dominant le FC Séoul 2:0 sur leurs terres, après avoir arraché un nul vierge dans la capitale sud-coréenne. 

L'affiche

Western Sydney Wanderers 2:0 FC Séoul

En dépit du résultat du match aller, le FC Séoul conservait la faveur des pronostics avant son déplacement en Australie. Si la première manche avait été placée sous le signe de l'intelligence défensive et de l'art du contre, la seconde s'est révélée beaucoup plus ouverte. Les Wanderers ont ainsi pris l'avantage après trois minutes de jeu, sur une frappe puissante du milieu de terrain croate Mateo Poljak sur laquelle Yu Sanghun n'a rien pu faire. Vitor Saba a bien failli doubler la mise quelques minutes plus tard, mais sa frappe a manqué le cadre alors qu'il se trouvait seul face au gardien. Bien décidés à réagir, les Sud-coréens ont eux aussi eu leur lot d'occasions. Sur une frappe à bout portant, le capitaine Kim Jinkyu a ainsi contraint Ante Covic à une intervention spectaculaire.

La seconde période a débuté comme la première avec un festival offensif des Australiens. Sous pression suite à une superbe passe de Matthew Spiranovic, Kim Juyoung a bien failli tromper son propre gardien d'entrée. Les efforts des locaux ont finalement trouvé leur récompense. Idéalement servi sur une belle ouverture de Labinot Haliti, Shannon Cole a donné de la tête un avantage décisif aux siens. Grâce à ce résultat, Sydney poursuit sa belle aventure. L'équipe entraînée par Tony Popovic est la première formation australienne à atteindre la finale de la Ligue des champions depuis Adelaide United en 2008.

L'autre attraction
Al Hilal s'est qualifié pour sa première finale continentale depuis son second triomphe en Championnat des Clubs de l'AFC, en 2000. Sèchement battus 3:0 à l'aller, les hommes de Zlatko Dalic ont entamé la partie tambour battant. Il ne leur a ainsi fallu que dix minutes pour prendre l'avantage, sur une tête du milieu de terrain coréen Lee Myungjoo consécutive à un centre d'Omar Abdulrahman. Encouragés par un public enthousiaste, les joueurs d'Al Ain ont maintenu la pression sur leurs adversaires, grâce notamment aux actions inspirées du Ghanéen Asamoah Gyan et de Miroslav Stoch. Les locaux ont poursuivi leur domination au retour des vestiaires mais, contre le cours du jeu, Al Hilal a réussi à recoller au score. Non content de remettre les deux équipes à égalité, Al Shamrani a inscrit son dixième but de la compétition. Les ennuis du club émirati se sont encore aggravés quatre minutes plus tard avec l'expulsion de Gyan, auteur d'un mauvais geste sur Salem Al Dawsari. Kembo Ekoko a tout de même offert une victoire symbolique à Al Ain en fin de match, mais la qualification est revenue à Al Hilal. 

Le joueur
Malgré la défaite, Al Hilal peut remercier son gardien Abdullah Al Sudairy. Depuis le début du tournoi, le portier de 22 ans fait des étincelles. Avant d'affronter Al Ain, il n'avait plus concédé le moindre but depuis huit matches. Battu à deux reprises par les Émiratis, il a néanmoins réalisé des prouesses face à Gyan et Stoch.

La stat
9 – Al Hilal a beau s'être incliné sur le terrain d'Al Ain, il conserve néanmoins la meilleure défense des quatre demi-finalistes, avec neuf buts encaissés en douze matches.

Entendu…
"Mes joueurs n'ont pas l'expérience des demi-finales et des finales, mais l'âge n'est forcément synonyme d'expérience. Nous nous étions fixé pour objectif d'aller au bout. Nous voulons gagner le championnat, la Coupe du Roi et la Ligue des champions" - Laurentiu Reghecampf, entraîneur d'Al Hilal

Fifa.com (01/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 2 Oct - 19:12

France : Gignac et Payet de retour en bleu

International -News (Part 2) - Page 18 2452332_FULL-LND

Didier Deschamps n'a pas été insensible aux bons résultats de Marseille et a décidé jeudi de rappeler en équipe de France les attaquants André-Pierre Gignac et Dimitri Payet pour les deux amicaux face au Portugal et à l'Arménie, les 11 et 14 octobre.

Le sélectionneur ne pouvait longtemps ignorer le début de saison en fanfare de l'OM, leader de la Ligue 1. D'autant qu'il doit composer avec plusieurs absences (Giroud, Mavuba, Debuchy, Sakho) avant la reprise de la longue campagne de préparation pour l'Euro-2016.

Même si les 23 de la Coupe du monde restent prioritaires à ses yeux, les circonstances lui ont quelque peu forcé la main, faisant le bonheur des deux Marseillais ainsi que de Christophe Jallet, la troisième nouveauté par rapport au groupe de joueurs convoqués le mois dernier et vainqueurs de l'Espagne (1-0) avant d'obtenir un nul en Serbie (1-1).

Deschamps devait également tenir compte d'une petite contrainte: ne pas toucher aux Bleuets, qui disputent un barrage d'accession à l'Euro-2015 Espoirs contre la Suède (10-14 octobre), un tournoi auquel la France n'a plus participé depuis 2006.

Olivier Giroud sur le flanc (pied), le retour de Gignac paraissait logique dans ces conditions. Le Marseillais (28 ans, 17 sélections, 4 buts), meilleur buteur de Ligue 1 avec huit réalisations, marche sur l'eau en ce moment et va retrouver un maillot bleu qu'il n'a plus revêtu depuis le 6 septembre 2013 en Géorgie (0-0).

"Si je le prends, c'est parce que je considère que ce qu'il est en train de faire sur le terrain en ce moment est intéressant pour l'équipe de France", a expliqué Deschamps, qui a réfuté tout "choix par défaut".

Opportunité en or
De fait, le forfait de Giroud devrait durer au moins jusqu'en janvier, ce qui offre à Gignac une occasion en or de se réinstaller en bleu, lui qui avait été bombardé attaquant N.1 de 2009 à 2010 par Raymond Domenech avant de quasiment disparaître de la scène internationale au profit de Karim Benzema après le fiasco de Knysna et l'arrivée aux commandes de Laurent Blanc (2010-2012).

Une nouvelle fois, Deschamps a fait preuve de pragmatisme en donnant une chance supplémentaire à un joueur avec qui les relations n'avaient pas été très simples du temps de leur collaboration à l'OM entre 2010 et 2012.

Si Gignac est le buteur providentiel de l'OM de Marcelo Bielsa, Dimitri Payet en est le leader technique. Encore fallait-il lui trouver une petite place dans la liste en éjectant un mondialiste. L'indisponibilité de Rio Mavuba (cuisse) a finalement fait les affaires du Réunionnais (27 ans, 7 sélections), Deschamps ayant préféré suppléer le milieu défensif lillois par un élément offensif.

"Il fait partie des joueurs déçus de ne pas avoir été dans le groupe (pour le Mondial, ndlr), puisque c'était un des rares joueurs présents dans la période de qualification, a déclaré la patron des Bleus. Ça reste un joueur avec beaucoup de qualités. Ce qu'il est capable de réaliser en club est très intéressant, dans un rôle différent, axial, de meneur de jeu, où il est très influent dans le jeu et décisif par ses passes et ses buts".

Appelé en renfort le mois dernier à la place de Giroud, Alexandre Lacazette, efficace avec Lyon (4 buts en L1) mais jamais à l'aise en équipe de France, fait les frais des retours en grâce de Gignac et Payet, le reste de la troupe des attaquants étant d'un classicisme absolu (Benzema, Valbuena, Griezmann, Rémy, Cabella).

Hormis Gignac, Payet, Jallet, remplaçant de Mathieu Debuchy (cheville gauche), et Jérémy Mathieu, qui profite cette fois de la blessure de Mamadou Sakho après avoir pallié en septembre la défection de Laurent Koscielny, Deschamps est donc resté fidèle à l'ossature des mondialistes. Plus que jamais depuis la belle campagne brésilienne de l'été (quart de finale), les places valent cher en équipe de France.

Liste des 23 joueurs:

Gardiens: Hugo Lloris (Tottenham/ENG), Stéphane Ruffier (Saint-Etienne), Steve Mandanda (Marseille)

Défenseurs: Christophe Jallet (Lyon), Lucas Digne (Paris SG), Patrice Evra (Juventus Turin/ITA), Laurent Koscielny (Arsenal/ENG), Eliaquim Mangala (Manchester City/ENG), Bacary Sagna (Manchester City/ENG), Jérémy Mathieu (FC Barcelone/ESP), Raphaël Varane (Real Madrid/ESP)

Milieux de terrain: Yohan Cabaye (Paris SG), Blaise Matuidi (Paris SG), Paul Pogba (Juventus Turin/ITA), Moussa Sissoko (Newcastle/ENG), Morgan Schneiderlin (Southampton/ENG)

Attaquants: Mathieu Valbuena (Dynamo Moscou/RUS), Rémy Cabella (Newcastle/ENG), Karim Benzema (Real Madrid/ESP), Antoine Griezmann (Atletico Madrid/ESP), Loïc Rémy (QPR/ENG), Dimitri Payet (Marseille), André-Pierre Gignac (Marseille)

Fifa.com (02/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 3 Oct - 16:08

Pays-Bas : Kuyt ne jouera plus en Oranje

International -News (Part 2) - Page 18 2402806_FULL-LND

L'attaquant néerlandais Dirk Kuyt, 34 ans, a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale après avoir porté 104 fois le célèbre maillot orange de sa sélection nationale, a-t-il annoncé vendredi.

"Jouer peu tout en investissant beaucoup d'énergie pour la sélection néerlandaise pendant encore deux ans, je n'en ai plus envie", a déclaré Kuyt, cité dans un communiqué publié par la Fédération néerlandaise (KNVB).

"J'ai pris cette décision après quelques discussions très bonnes et très ouvertes avec le sélectionneur national", Guus Hiddink, a ajouté le joueur de Fenerbahçe, connu pour sa mentalité exemplaire et pour se dépenser sans compter sur le terrain.

Ancien joueur de Feyenoord et de Liverpool, Kuyt faisait partie de l'équipe des Pays-Bas vice-championne du monde en 2010 et troisième de la Coupe du monde en 2014. Il a marqué 28 buts en 104 sélections (2004-2014).

Kuyt sera toutefois disponible pour la sélection oranje "en cas de force majeure", a précisé le communiqué. "Cela pourrait donner une situation comme celle d'Edwin van der Sar en 2008, qui avait quitté la sélection mais avait encore joué deux rencontres en raison du grand nombre de blessés", souligne la KNVB.

Attaquant de pointe de formation, devenu ailier au cours de sa carrière, Kuyt n'avait pas hésité à se mettre au service de son équipe nationale lors de la Coupe du monde au Brésil, où le sélectionneur Louis van Gaal l'avait notamment aligné comme arrière gauche.

Fifa.com (03/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 3 Oct - 16:13

Brésil, Kaká : "Il faut s'inspirer des Allemands"

International -News (Part 2) - Page 18 2437067_FULL-LND

Kaká a commencé à briller à un si jeune âge que, avec son visage de gamin et ses 32 ans, il a déjà des allures de vétéran. S'il n'a pas le physique d'un ancien, il en a en tout cas toute l'expérience, comme on a pu le vérifier dans l'entretien qu'il a accordé à FIFA.com, avant un entraînement avec São Paulo. Son nouveau club, mais également celui de ses débuts dans le football professionnel.

Votre entraîneur Muricy Ramalho a beaucoup parlé de l'influence positive que vous avez sur le groupe, affirmant que malgré votre statut de star reconnue, vous restez l'un des joueurs qui se donnent le plus. Dans votre carrière, y a-t-il eu un joueur qui vous a particulièrement impressionné dans ce rôle ?
J'ai eu l'occasion de travailler avec de très grands joueurs qui étaient des leaders, sans forcément être capitaines. Je pense notamment à Gennaro Gattuso. Quel que soit le match, l'adversaire ou l'enjeu, il courait et se donnait à fond. Gennaro dépensait tellement d'énergie que quand je le voyais courir, je me sentais obligé de l'aider. Je ne pouvais pas faire autrement. Ce genre de comportement fait du joueur un leader naturel, car son attitude rejaillit forcément sur le reste du groupe.

Vous êtes arrivé au plus haut niveau dans le football à un très jeune âge. De fait, l'étiquette de "gamin" vous a longtemps collé à la peau. Aujourd'hui, cela doit vous paraître étrange d'assumer un rôle de vétéran ?
C'est une nouvelle étape dans ma carrière et dans ma vie professionnelle. J'ai commencé à me rendre compte de ce changement de statut quand j'ai été convoqué en équipe du Brésil pour la première fois après la Coupe du Monde 2010. Le changement de génération était frappant. Plusieurs joueurs me disaient : "Quand je jouais en benjamins à São Paulo, t'étais mon idole". C'est là que j'ai commencé à comprendre que quelque chose avait changé. Mais en même temps, c'est plutôt agréable. C'est sympa de voir chez les autres le même regard admiratif que j'avais quand j'étais petit. Parfois, quand toute l'équipe déjeune ensemble, je vois des jeunes qui lancent des regards furtifs dans ma direction. Je ne vais pas me plaindre.

Parlons un peu du football brésilien. Après ce fameux 7 à 1, on a évidemment beaucoup parlé des choses à améliorer...
Améliorer le football brésilien et améliorer la Seleção sont à mon avis deux choses bien distinctes. En équipe nationale, la plupart des joueurs évoluent à l'étranger et le sélectionneur fonctionne différemment. Mais dans le championnat du Brésil, oui, il y a beaucoup de choses à améliorer. Nous avons chez nous un potentiel technique qui pourrait faire du Campeonato Brasileiro l'une des meilleures ligues de la planète. Ce championnat est déjà extrêmement compétitif, mais on pourrait faire beaucoup mieux avec une meilleure organisation et de la planification à long terme. Ce n'est pas grave si pendant un ou deux ans, les résultats sont moyens. Il faut s'inspirer des Allemands. Ils ont mis en place une politique en 2006, l'année où ils ont organisé la Coupe du Monde, et ils en ont récolté les fruits en 2014. Ils ne sont pas partis de rien. Ils ont élaboré un projet, ils l'ont mis en place et ça s'est révélé payant.

Vous avez vous aussi traversé une période de critiques avec la Seleção éliminée en quarts de finale en 2006 et en 2010, lors du premier mandat de Dunga comme sélectionneur du Brésil. Dunga est-il l'entraîneur indiqué pour mettre en place un nouveau processus de rénovation ?
Dunga est un entraîneur qui réussit particulièrement bien à faire adhérer les joueurs au système et à la mentalité qu'il essaie de mettre en place. J'ai travaillé avec lui pendant quatre ans et au début, ça n'a pas été facile, précisément parce que j'étais l'un des rares rescapés de 2006. J'ai d'ailleurs commencé sur le banc et j'ai dû gagner ma place. Je crois qu'en ce moment, Dunga peut-être celui qui va redonner à l'équipe du Brésil un certain sens de l'engagement et du dévouement. "Redonner" n'est peut-être pas le bon mot, car en 2014, ce n'est pas le dévouement qui a manqué. C'est plutôt la combinaison d'une série de facteurs. Mais dans l'ensemble oui, je crois que c'est quelqu'un qui peut beaucoup apporter à la Seleção.

Vous n'avez jamais dit que la Seleção ne faisait plus partie de vos plans. Comment vous situez-vous par rapport à elle ?
Pour moi, la Seleção sera toujours une récompense en fonction de mes performances en club. Ma priorité est donc de jouer régulièrement et de fournir de bonnes prestations aussi souvent que possible. Ensuite, si l'encadrement technique de l'équipe du Brésil estime que je réponds aux critères de convocation, j'accepterai volontiers. Si l'on estime au contraire que je ne réponds pas aux critères, mon objectif sera toujours d'être régulier, de faire de bons matches et de maintenir un niveau élevé, ici à São Paulo.

Quand vous étiez au Real Madrid, pensiez-vous déjà revenir dans les deux clubs qui vous tiennent le plus à cœur, Milan et São Paulo ?
Non, ce n'était pas planifié. Au début, mon intention était de rester au Real Madrid pendant les six années de mon contrat. Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu. Ma priorité était de maintenir une continuité de temps de jeu. C'est ce qui m'a poussé à revenir à Milan. Mon idée était d'avoir le plus de temps de jeu possible et d'évoluer à un niveau suffisamment élevé pour avoir une chance de disputer la Coupe du Monde en 2014. C'était mon choix et je ne le regrette absolument pas. Je n'ai pas été sélectionné pour la Coupe du Monde, mais j'ai réussi à revenir et à bien jouer.

La prochaine étape pour vous est un saut dans l'inconnu, à Orlando City...
Plusieurs facteurs sont entrés dans ma décision d'aller jouer aux États-Unis. Ai-je décidé d'y aller seulement pour le championnat américain, qui est en pleine expansion ? Il est évident qu'il n'y a pas que ça, même si l'aspect professionnel a beaucoup compté dans ma décision. Mais pas seulement. Je souhaite aussi vivre dans un pays où je n'ai jamais vécu et découvrir une nouvelle culture. Après, le fait de jouer dans un championnat en pleine expansion est également très motivant. Pour l'instant, je n'y pense pas trop. Je suis concentré sur São Paulo, où je suis en train de vivre quelque chose de vraiment très sympa. Je penserai à cette nouvelle étape de ma carrière le moment venu.

Avez-vous déjà commencé à penser à ce que vous ferez après avoir raccroché les crampons ?
Non, je n'ai aucun plan pour l'instant. Aujourd'hui, j'ai un contrat avec São Paulo qui dure jusqu'au mois de décembre et après, j'irai pendant trois ans aux États-Unis. Je n'ai rien planifié à plus long terme. Tout dépendra de ma condition physique et de ma motivation. Aurai-je encore envie de jouer ? De faire autre chose ? Je ne sais pas.

Autre chose, ça pourrait être quoi ?
Si je devais arrêter de jouer aujourd'hui, je n'aurais pas envie de faire quelque chose directement lié au terrain, comme coach ou entraîneur-adjoint. Je préférerais faire quelque chose entre le terrain et l'administration, comme par exemple manager. Mais franchement, je n'ai aucune idée de ce que pourront être mes choix dans trois ou quatre ans.

Par rapport au rôle de manager, avez-vous eu l'occasion de côtoyer quelqu'un qui a suscité cette envie chez vous ?
Leo (Leonardo, directeur technique de Milan entre 2008 et 2009) a occupé cette fonction et s'en est très bien sorti. J'ai de bonnes relations avec lui et nous avons pas mal discuté de son boulot. Il y a aussi Zinedine Zidane. Quand il a rejoint l'encadrement technique de Carlo Ancelotti, je lui ai demandé pourquoi il revenait. Il m'a dit : "Parce que maintenant, le terrain me manque. Quand j'ai arrêté, le terrain ne me manquait pas. D'autres choses manquaient, comme de passer du temps avec ma famille et mes enfants. J'étais ambassadeur du club et j'intervenais de façon sporadique, mais je ne ressentais pas le manque du terrain. Aujourd'hui, je commence à le ressentir. J'ai d'abord donné des coups de main au Real et une opportunité est apparue avec Ancelotti. C'est là que j'ai décidé de revenir". Pour moi, c'est pareil. Je n'ai aucune idée de ce qui me passera par la tête dans quatre ans, si le terrain me manquera ou si au contraire, je n'aurai aucune envie de revoir une pelouse. Laissons le temps faire son travail.

Fifa.com (03/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 3 Oct - 16:27

France : Décès de l'ancien international Jean-Jacques Marcel



L'ancien international et ancien milieu de terrain de Marseille, Jean-Jacques Marcel, qui avait participé à la Coupe du monde 1958 où la France avait pris la troisième place, s'est éteint jeudi à l'âge de 83 ans, a annoncé l'OM.

Né à Brignoles (Var), le "demi-centre" (milieu défensif) avait fait ses débuts à Sochaux avant de rejoindre l'OM en 1954 et de disputer 175 matches sous les couleurs olympiennes.

International à 44 reprises, et quatre fois capitaine, il avait participé à la Coupe du monde en 1954 en Suisse et à la suivante en 1958 en Suède, où la France avait été battue en demi-finale par le Brésil de Pelé (5-2).

Fifa.com (03/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 6 Oct - 13:14

Argentine : Veron devient le président d'Estudiantes

International -News (Part 2) - Page 18 2338591_FULL-LND

L'ex-international argentin Juan Sebastian Veron a été élu dimanche président du club argentin d'Estudiantes de La Plata, où il a débuté et terminé une carrière qui l'a mené notamment à Manchester United et à l'Inter Milan, a indiqué le club.

"Je ressens un grande émotion car dans ce club j'ai tout connu", a déclaré l'ancien milieu de terrain de 39 ans, largement vainqueur du scrutin avec 6.061 votes contre 1.935 pour le président sortant Enrique Lombardi. Veron n'avait pas caché son intention de devenir dirigeant du club un jour.

Connu des terrains pour son crâne chauve et sa redoutable adresse balle au pied, Veron a débuté sa carrière à l'Estudiantes de La Plata avant de passer plus de dix ans en Europe notamment à Chelsea et à la Lazio Rome. Son retour à La Plata, pour finir une carrière remplie, a été consacrée notamment par une Copa Libertadores en 2009.

Fifa.com (05/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 6 Oct - 20:39

Allemagne : Müller couvert d'argent

International -News (Part 2) - Page 18 2454217_full-lnd

Le rideau est tombé sur la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™ et depuis, Thomas Müller a repris sa vie de tous les jours. L'international allemand et son club, le Bayern Munich, sont une fois de plus lancés dans la lutte pour le titre en Bundesliga, ainsi que par la conquête de la Ligue des champions de l'UEFA. 

Ce lundi, Müller a reçu ses titres individuels. Ses performances durant l'épreuve suprême ont convaincu le Groupe d'Étude Technique de la FIFA (TSG) de lui décerner le Ballon d'Argent adidas, qui récompense le deuxième meilleur joueur du tournoi. Müller a parcouru près de 84 kilomètres en sept matches, ce qui fait de lui l'homme le plus actif de cette édition 2014.

Dans le "World of Sports" situé au siège d'adidas à Herzogenaurach en Bavière, l'attaquant allemand a reçu son trophée des mains du président de la célèbre marque aux trois bandes, Herbert Hainer.

Avec cinq réalisations et quatre passes décisives, il s'est en outre adjugé le Soulier d'Argent adidas, attribué au deuxième meilleur buteur du tournoi. Pour mémoire, le jeune prodige allemand avait déjà été sacré roi des buteurs lors du grand rendez-vous mondial 2010 en Afrique du Sud. Cette année, Müller a dû céder la première place au Colombien James Rodriguez, auteur de six réalisations.

Le héros du jour n'a évidemment pas cherché à masquer sa joie en recevant ses récompenses, en présence de son frère Simon, invité surprise de la cérémonie. "Je suis plutôt un joueur d'équipe, mais je suis fier d'avoir mérité ces récompenses", s'est a confié Müller à FIFA.com.

Fifa.com (06/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 7 Oct - 17:39

Suisse, Petkovic : "L'avenir nous appartient"

International -News (Part 2) - Page 18 2453227_FULL-LND

Peu avant Noël 2013, la Fédération suisse de football (ASF) a choisi Vladimir Petkovic pour succéder à Ottmar Hitzfeld à la tête de l'équipe nationale. Celui-ci a officiellement pris ses fonctions au lendemain de la Coupe du Monde de la FIFA 2014™. Une mission de taille l'attend puisque sous son prédécesseur, la Nati est parvenue à se qualifier deux fois de suite pour l'épreuve suprême et a réussi à atteindre les huitièmes de finale lors de l'édition brésilienne.

Le 8 septembre, la Suisse conduite par Petkovic, que l'on a déjà pu voir entre autres sur le banc de Bellinzone, des Young Boys, de Samsunspor et de la Lazio, a débuté les préliminaires de l'UEFA EURO 2016. FIFA.com a rencontré l'ancien milieu de terrain pour évoquer sa nouvelle mission, le caractère de son équipe et les adversaires redoutables qui l'attendent.


Vladimir Petkovic, au lendemain de la Coupe du Monde, vous avez pris le relais d'Ottmar Hitzfeld à la tête de la Nati. Qu'avez-vous ressenti  ?
Cela m'a rempli de fierté. C'est un grand honneur pour moi de prendre la suite d'un grand entraîneur comme Ottmar Hitzfeld. C'est une opportunité en or de pouvoir poursuivre son travail avec cette jeune sélection.

Né à Sarajevo, vous entretenez des relations particulières avec la Suisse...
Il y a encore quelques années, ça m'aurait paru inimaginable. Ça me conforte dans l'idée que mon travail en Suisse a été positif. J'ai passé plus de la moitié de ma vie dans ce pays. J'y réside depuis 1987, je possède la nationalité helvétique depuis douze ans et je me sens Suisse à part entière. Le fait d'être nommé sélectionneur est une forme de reconnaissance pour tout ce que j'ai réalisé au fil de ces années.

Lors de la dernière Coupe du Monde, la Nati a créé la surprise en atteignant les huitièmes de finale. Peut-on dire que vous héritez de la meilleure équipe Suisse de tous les temps ?
Cette équipe est le résultat d'un travail de longue haleine au sein des sections jeunes. La moyenne d'âge est très basse, certains joueurs ont déjà passé plusieurs années à l'étranger dans de grands clubs. Cette sélection a un bel avenir devant elle, mais elle doit continuer à progresser. Produire du beau football et avoir du talent ne suffit pas, il faut également que les résultats soient au rendez-vous. Le problème actuellement, c'est que tous les joueurs ne sont pas titulaires dans leurs clubs.

Comment décririez-vous votre équipe ?
C'est une équipe passionnée, endurante et talentueuse. Sans oublier qu'elle est très bien organisée. Mais nous devons faire preuve de plus d'efficacité en attaque et en défense, comme nous avons pu le voir lors du dernier match face à l'Angleterre. Nous avons commis quelques erreurs à l'arrière qui nous ont coûté cher et avons laissé filer de bonnes occasions.

En plus de l'Angleterre, la Slovénie, l'Estonie, la Lituanie et Saint-Marin se trouvent dans votre poule qualificative pour l'EURO. Que pensez-vous de ce groupe E ?
J'ai dit dès le début que je considérais l'Angleterre comme la grande favorite. L'équipe est jeune, elle aussi, mais elle peut compter sur des joueurs relativement expérimentés. Ils évoluent tous dans de grands clubs. Le talent individuel fait la différence comme ils ont pu le montrer face à nous. Nous concernant, nous devons nous battre pour la deuxième place. Sur le papier, nous sommes peut-être meilleurs que nos concurrents, mais la Slovénie, par exemple, dispose de très bons éléments. Heureusement pour nous, elle a également perdu son premier match. Nous devons être prêts à décrocher trois points face à cette solide équipe. La Lettonie et l'Estonie sont elles aussi en mesure de créer la surprise à domicile. Il faut se donner à 120 % dans ces matches, sinon ça peut devenir dangereux. Contre San Marin aussi, il faudra faire preuve d'un mental solide, comme contre l'Angleterre, et être prêt à se donner à 120 %.

Dans l'idéal, quel type de football aimeriez-vous jouer avec la Suisse ?
J'aimerais voir un jeu audacieux à l'avant avec un bon équilibre à l'arrière. Je veux une défense qui soit préventive même si nous jouons avec un pressing haut, il faut que nous soyons prêts, chaque instant, à jouer dans les deux directions. Notre seule chance, c'est de fonctionner en bloc.

En 2009, la Suisse a été sacrée championne du monde U-17. Certains de ces joueurs sont aujourd'hui au sommet de leurs carrières. Quel rôle jouent-ils au sein de votre équipe ?
Ils sont très importants. J'espère que cette année, ils vont pouvoir s'imposer au sein de leurs clubs respectifs. Nous avons quelques problèmes à ce niveau. L'année dernière, cela concernait Haris Seferovic. Cette année, c'est au tour de Josip Drmic de passer beaucoup de temps sur le banc. J'espère aussi voir Xherdan Shaqiri jouer davantage. J'ai rappelé aux joueurs qu'il était essentiel qu'ils fassent leurs preuves en club et qu'ils passent davantage de temps sur le terrain afin d'en faire profiter l'équipe nationale. Il est essentiel qu'ils soient dans une bonne forme physique et mentale quand ils jouent en sélection.

Quel regard portez-vous sur l'avenir du football Suisse ?
Cette équipe a un bel avenir devant elle, tout comme le football Suisse de manière générale. Des investissements importants ont été réalisés en matière de formation, y compris celle des entraîneurs, et un travail considérable a été réalisé auprès des sections jeunes. Bien sûr, dans un petit pays comme la Suisse, il peut arriver que d'une génération à l'autre, la qualité et le talent fluctuent. Mais si nous ne ménageons pas nos efforts pour améliorer les choses. Il y a donc tout lieu de croire que l'avenir nous appartient.

Fifa.com (07/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Oct - 11:32

France, Jallet : "On sent qu'il s'est passé quelque chose"

International -News (Part 2) - Page 18 2454516_FULL-LND

De retour en équipe de France, le défenseur Christophe Jallet sent un changement d'atmosphère depuis l'accession en quart de finale du Mondial-2014 et a estimé mardi "qu'il s'est passé quelque chose" chez les Bleus.

Etes-vous surpris de revenir en équipe de France à 30 ans ?
Disons que je ne m'y attendais pas tout de suite. On m'a souvent posé la question quand je suis parti de Paris pour savoir si j'avais fait une croix sur l'équipe de France. Je répondais que non. Je suis parti de Paris pour avoir plus de temps de jeu et pourquoi pas être compétitif pour revenir en équipe de France. C'est arrivé finalement plus tôt que prévu, j'en suis le plus heureux. Il y a des circonstances qui ont fait que j'ai pu revenir ici avec les Bleus, notamment la blessure de Mathieu (Debuchy, ndlr). Cela prouve que j'ai pris une bonne option en partant du PSG, en ayant plus de temps de jeu à Lyon.

Si vous êtes aligné contre le Portugal, vous serez confronté à Cristiano Ronaldo sur votre côté. Comment on se prépare à l'affronter ?
C'est se frotter à ce qui se fait de mieux au niveau international. C'est un gros challenge, rien que d'y penser. Cela m'est déjà arrivé de le côtoyer amicalement lors d'un match entre le PSG et le Real Madrid. Il ne faut pas se poser de questions quand on joue face à des phénomènes. Si on se met la pression tout de suite, ça devient très très compliqué. On sait qu'on ne va pas forcément passer une soirée de pur plaisir mais si on arrive à contrecarrer ses plans, on sera content. Peu importe qui joue et sera dans sa zone, ce sera un gros défi et un challenge que tout le monde à envie de relever. C'est un joueur imprévisible, il a des qualités au-dessus de la moyenne, techniquement, physiquement. C'est le meilleur attaquant au monde, il est difficile à empêcher de jouer mais si on y arrive, ça montrera que c'est un humain comme tout le monde.

Sentez-vous que le groupe a changé depuis son beau parcours en Coupe du Monde ?
Je l'ai quitté juste avant les barrages. On sent qu'il s'est passé quelque chose. Il y a eu deux mois de vie commune. Les joueurs se sont rapprochés, ont vécu cette grande compétition ensemble et ça crée des liens. Il y a un état d'esprit agréable, tout le monde se sent bien, a envie de se retrouver, d'être ensemble et de rigoler. C'est plus facile d'arriver en sélection et d'être performant. C'était déjà le cas avant mais il y a ce petit truc en plus, cet effet compétition qui permet aux équipes de se transcender.

Pensez-vous avoir un bon coup à jouer au poste de latéral droit en vue de l'Euro 2016 ?
Il y a toujours quelque chose à faire. On a envie de s'accrocher et d'en faire partie. Ce sera compliqué, ce sera à moi de prouver sur le terrain que j'ai les qualités nécessaires. Mais ce retour en sélection me donne le droit d'y rêver.

Que pensez-vous de la nouvelle dimension prise par Paul Pogba et Raphaël Varane ?
Leur évolution est assez impressionnante et fulgurante. J'étais là lors de la première sélection de Paul et il m'avait déjà scotché. Mais ce qu'il arrive à faire avec la France et la Juventus, c'est du très très haut niveau. C'est la même chose pour Raphaël. On sentait qu'il avait des qualités incroyables. Ils montraient une assurance et une expérience incroyables pour leur âge. Ils ont su confirmer et c'est ce qui est le plus difficile. Ce sont deux modèles très forts pour les jeunes et deux atouts de poids pour l'équipe de France d'aujourd'hui et de demain.

Etes-vous d'accord qu'il manque du réservoir de haut niveau à votre poste ?
C'est un constat comme un autre. Il y a beaucoup moins de joueurs de haut niveau à ce poste. Le choix est peut-être plus restreint mais ça permet d'ouvrir une petite porte dans laquelle j'essaie de m'engouffrer de temps en temps, en essayant d'élever mon niveau de jeu. Et peut-être que ça me permettra d'entrevoir un peu plus loin que cette sélection.

Fifa.com (07/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Oct - 11:45

France : Benzema, plus qu'un buteur

International -News (Part 2) - Page 18 2194532_FULL-LND

Karim Benzema, dont Didier Deschamps a fait le leader d'attaque de l'équipe de France depuis le Mondial-2014 et le retrait de Franck Ribéry, s'apprête à vivre, contre le Portugal samedi, un duel à distance avec Cristiano Ronaldo, son habituel coéquipier au Real Madrid.

Respectivement auteur d'un triplé et d'un doublé, CR7 et "Benz" se sont également offert une passe décisive chacun le week-end dernier, lors de la fessée infligée à Bilbao (5-0), avant de se tresser des louanges par médias interposés.

Benzema, qui a écourté sa séance d'entraînement collectif mardi à Clairefontaine en raison d'une douleur à la hanche droite sans gravité, s'est vu estampillé "meilleur attaquant de la Liga" dimanche par Cristiano Ronaldo. Ce dernier était venu à sa rescousse alors que la presse espagnole lui reprochait de ne pas être assez "finisseur". Le Français s'est dit ravi du compliment "de la part du meilleur joueur du monde", mardi en conférence de presse.

"Il m'a dit qu'il le pensait réellement. C'est flatteur, surtout qu'il connait bien le foot", a commenté l'ancien Lyonnais de 26 ans, pour qui "c'est en ce moment très compliqué individuellement de prendre Ronaldo". Traduction à l'intention du ou des défenseurs qui seront dans sa zone samedi: ça risque d'aller trop vite, trop haut, trop fort, alors que l'attaquant lusitanien a marqué au moins une fois lors de ses 8 derniers matches avec Madrid.

Des bonnes stats

Les amabilités vont donc bon train entre les deux Madrilènes et ce n'est pas la confrontation au Stade de France, qui va remettre en cause cette réelle entente, forgée par les succès communs en cinq saisons au Real (une C1, une Liga, deux coupes du Roi) autant que par le penchant naturel collectif de Benzema, dont profite Ronaldo. Car il est une qualité de l'attaquant français qu'affectionne le double Ballon d'Or: son altruisme, qui favorise d'une certaine façon ses exploits individuels et l'explosion de ses lignes statistiques.

De fait, le statut de Benzema au sein de la constellation de stars chez les Merengue n'est pas le même qu'en équipe de France. Idem pour le poids qu'il a sur les épaules, autrement plus lourd en Bleu où on attend de lui qu'il fasse gagner. En marquant. Or depuis longtemps Benzema se défend de n'être qu'un avant-centre, non pas par souci d'échapper à la pression qui accompagne le buteur, mais parce que son "plaisir" passe aussi par le "jouer-ensemble". "Pour moi l'essentiel c'est de faire la différence, que ce soit en marquant ou en faisant des passes décisives", explique-t-il.

S'il était un joueur de hockey-sur-glace, Benzema serait sur son début de saison en haut des classements individuels: les buts (il en a inscrit 5) comptant autant que les passes (7 offertes), il en est à 12 actions décisives en 12 matches toutes compétitions confondues. En équipe de France, il en est à 24 buts et 15 passes en 73 sélections. Etayant les propos de Ronaldo - "il n'y a pas de meilleur avocat" -, Deschamps a aussi tenu à recadrer le débat lundi: "Même si on a tendance à remettre en cause les qualités de Karim, c'est un joueur de très haut niveau, il marque, il fait marquer aussi, sa participation dans le jeu est importante... Il est notre leader d'attaque".

Leader. Voilà peut-être le "fardeau" de Benzema en équipe de France, lui qui n'a pas en Bleu des coéquipiers de la trempe et du talent de Ronaldo pour changer le cours d'un match.

Au Mondial brésilien, après un départ en fanfare (3 buts contre le Honduras et la Suisse) Benzema avait rendez-vous avec l'histoire en quart de finale contre l'Allemagne, mais l'a manqué (1-0), certes de peu à l'image de son tir repoussé à la dernière minute par la main de fer de Neuer.

"C'est sûr, j'aurais aimé marquer, débloquer la situation. Mais je suis fier de ce premier Mondial", se défend-il, alors qu'il vient d'éviter au Real Madrid une petite humiliation en marquant le but du 2-1 à Ludogorets (2-1) en fin de partie, lors de la 2e journée de Ligue des champions.

Fifa.com (07/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Oct - 11:46

Brésil, Maxwell : "La Seleçaõ, c'est terminé pour moi"

International -News (Part 2) - Page 18 2226765_FULL-LND

Le défenseur latéral brésilien du Paris SG, Maxwell, a déclaré que sa carrière internationale était "terminée" lors d'une interview mardi, sur la radio France Bleu 107.1.

Longtemps ignoré par les sélectionneurs brésiliens, Maxwell avait connu sa première sélection en août 2013 avant de faire partie du groupe des 23 "auriverde" lors du Mondial organisé au Brésil cet été.

"A 33 ans et avec la concurrence, la Seleçaõ, c'est terminé pour moi", a pourtant déclaré Maxwell, invité mardi de l'émission Tribune 100% Ducrocq sur France Bleu 107.1.

"L'expérience de la Coupe du monde au Brésil a été au départ fantastique, mais la pression et le contexte économique ont joué contre nous. J'en garde quand même un souvenir fantastique. La défaite contre l'Allemagne (7-1) a été une catastrophe, mais la différence de niveau entre les deux équipes, ce n'est pas 7 buts à 1", a-t-il aussi expliqué.

"La première semaine de vacances au Brésil a été très difficile, mais après on en parle entre nous dans le vestiaire au PSG. Et puis nous sommes des professionnels, nous devons passer à autre chose et être positifs pour notre club", a-t-il ajouté.

Maxwell compte 10 sélections en équipe du Brésil. Il ne figurait pas dans les premières listes annoncées par Dunga, le nouveau sélectionneur du Brésil, qui a pris ses fonctions après le Mondial.

Fifa.com (07/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Oct - 11:50

Allemagne, Löw : "Le temps était venu"

International -News (Part 2) - Page 18 2454348_full-lnd

Depuis toujours, Joachim Löw donne l'image d'un homme flegmatique et sûr de lui. Aujourd'hui, le technicien de 54 ans semble habité de certitudes plus grandes encore. Grâce à un travail de longue haleine, le sélectionneur allemand a atteint l'objectif qu'il s'était fixé depuis le début de son mandat.

Löw est aujourd'hui champion du monde et il ne boude pas son plaisir. Pourtant, ce triomphe n'a pas étanché sa soif de succès. Il s'est donc immédiatement remis à l'ouvrage, afin d'étoffer au plus vite son palmarès.  Et les défis ne manquent pas. Suite aux départs du capitaine Philipp Lahm, du buteur Miroslav Klose et du défenseur Per Mertesacker, il lui faut désormais reconstruire son équipe. 

Et puis l'UEFA EURO 2016 en France approche à grands pas. Après son sacre brésilien, la Mannschaft n'a évidemment qu'une seule idée en tête : imposer son autorité sur le continent européen.

Lors de la conférence FIFA/UEFA pour les sélectionneurs et les directeurs techniques organisée à Saint-Pétersbourg (Russie), le technicien allemand a pris le temps d'évoquer pour nous son triomphe en Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™, son état d'esprit au cours des semaines qui ont suivi et son avenir.


Joachim Löw, vous vivez actuellement une période riche en émotions. Pouvez-vous nous donner une idée de ce que vous avez ressenti au cours des deux mois et demi qui ont suivi le sacre de l'Allemagne au Maracanã ?
Comme vous l'imaginez, j'ai éprouvé une joie immense au coup de sifflet final. Pendant deux ou trois jours, j'ai été envahi par une sorte d'ivresse à mesure que je prenais conscience de l'exploit que nous venions d'accomplir. C'est un sentiment extraordinaire. Quand on rentre au pays, huit semaines après notre départ pour le Brésil, on se rend soudain compte de l'enthousiasme fabuleux que notre parcours a suscité. Des centaines de milliers de personnes nous attendaient pour fêter le titre avec nous dans les rues de Berlin. C'était tout simplement magique.  

Et ensuite ?
Après un tel événement, on se demande toujours comment aller plus loin. Petit à petit, on mesure à quel point cette victoire a touché les supporters. Les semaines passent et on prend conscience que ce titre ne s'effacera jamais. Nous avons gagné notre place dans les livres d'histoire. C'est un sentiment magnifique.

Revenons un peu au terrain. À quel moment situez-vous le début de cette conquête ? Quels ont été le tournants de cette grande aventure ?
Le chemin a été long et difficile. Tout a commencé en 2004, avec l'arrivée de Jürgen Klinsmann. Nous avons connu des moments pénibles et nous n'avons pas été épargnés par les critiques. Mais nous avons toujours poursuivi sur la voie que nous avions tracée. Nous nous sommes demandé ce qui nous manquait pour gagner à nouveau un grand titre international. Nous avons travaillé sans relâche pour améliorer certaines choses. Nous n'avons jamais cédé à la complaisance. Bien entendu, il y a eu des moments-clés. Nous avons perdu la finale de l'Euro 2008. Ensuite, nous avons échoué en demi-finale de la Coupe du Monde 2010 et de l'Euro 2012. Malgré tout, j'ai toujours dit que nous étions sur une pente ascendante depuis 2004. Au fond de moi, je savais que cette équipe finirait par franchir le dernier palier. C'est ce qui s'est passé en 2014. Le temps était venu. Nous étions prêts.

Personne ne doute de la force de vos convictions, mais l'opinion publique allemande a tout de même exercé une énorme pression sur vous. Ce titre mondial vous donne-t-il davantage de crédit vis-à-vis de l'extérieur ? 
Ça ne change pas nécessairement les choses par rapport au public. En revanche, je me sens conforté face à mes joueurs et à mes collaborateurs. Nous avons sans cesse renouvelé nos objectifs, en cherchant toujours à aller plus loin. En tant qu'entraîneur, ma plus grande satisfaction est d'avoir atteint ces buts élevés, tout en permettant à chacun de progresser individuellement.

Avec les départs de Per Mertesacker, Miroslav Klose et Philipp Lahm, l'équipe d'Allemagne a perdu plusieurs cadres importants. Comment allez-vous repartir dans ces conditions ?
De tels changements ne sont pas inhabituels après une grande compétition internationale. C'est aussi une façon de laisser la place aux jeunes. Néanmoins, je ne vous cache pas que j'entretenais une relation privilégiée avec ces trois joueurs. Nous avons travaillé ensemble pendant plus de dix ans. Nous avons traversé de rudes épreuves et vécu de beaux moments. Ils vont énormément nous manquer sur le plan humain. Ils nous ont beaucoup apporté, tant par leur caractère que par les valeurs qu'ils incarnaient. Sportivement, il ne fait aucun doute que leur absence va se faire sentir. Per Mertesacker stabilisait la défense, Miro Klose a inscrit des buts importants et Philipp Lahm a enchaîné les prestations de très haut niveau pendant dix ans. Comment pourraient-ils ne pas nous manquer ? 

L'Allemagne compte beaucoup de jeunes joueurs prometteurs dans ses rangs. Ce constat a-t-il pesé dans votre décision de poursuivre votre mission à la tête de la Mannschaft ?
Certains postes posent problème. On entend souvent dire que nous manquons de joueurs de classe mondiale. Pourtant, nous avons aussi des footballeurs de grand talent. Je me suis interrogé et j'ai trouvé au fond de moi la motivation pour partir à la conquête de l'Euro 2016 avec cette équipe qui a déjà tant fait, mais qui reste finalement assez jeune. Nous avons beaucoup d'internationaux qui n'ont pas encore atteint leur apex. Il y a aussi de jeunes joueurs qui peuvent encore progresser. Je crois qu'il nous reste encore beaucoup de défis à relever.

Les analyses produites lors de grands rendez-vous comme la conférence FIFA/UEFA de Saint-Pétersbourg ont-elles une incidence sur votre travail ? 
Les statistiques jouent évidemment un rôle dans notre approche. Finalement, qu'attendons-nous de nos joueurs ? Je vous donne un exemple : nous attachons une grande importance aux déplacements de toute l'équipe, mais nous nous intéressons également à l'intensité des courses. Combien de fautes commettons-nous ? Combien de ballons avons-nous gagnés ? Combien de passes avons-nous réussies dans le camp adverse ? Ces chiffres sont une mine de renseignements qui me serviront pour le prochain match, mais aussi dans les mois et les années à venir.

Vous avez franchi la première étape sur le long chemin qui mène en France. La courte victoire 2:1 sur l'Écosse à Dortmund a cependant été plus difficile que prévu. Quels enseignements tirez-vous de cette rencontre ?
Disons-le clairement : le titre mondial était un grand moment, il nous a beaucoup apporté mais maintenant, nous repartons de zéro. Le fait d'atteindre la finale de la Coupe du Monde entraîne naturellement des difficultés supplémentaires. Les joueurs ont moins de temps pour préparer la saison et ils doivent se contenter de vacances réduites. En outre, nous avons vécu des changements en interne. Nous avons également dû nous passer de cinq ou six blessés. C'est une situation à laquelle nous aurons encore à faire face au cours des semaines à venir. J'ai déjà vécu ça en 2006 et 2010. Après une Coupe du Monde éprouvante, des joueurs manquent régulièrement à l'appel pour cause de blessure. Je sais que les mois d'octobre et de novembre sont placés sous le signe de l'instabilité. Il faut faire le dos rond en attendant. L'année prochaine, je pense que nous serons en mesure de dessiner les contours de l'équipe qui terminera les qualifications et abordera le prochain tournoi.

Quel regard portez-vous sur votre groupe ?
Nous avons déjà croisé la Pologne à plusieurs reprises. Elle possède des joueurs de haut niveau comme Robert Lewandowski ou Lukasz Piszczek. Plusieurs internationaux polonais évoluent en Bundesliga ou dans d'autres grands championnats. Ils nous connaissent bien et ils ont de l'expérience. C'est une formation qui a énormément progressé ces dernières années. Il faudra également compter avec l'Irlande et l'Écosse, deux sélections très combatives. Ce groupe n'a rien d'une sinécure. Nous avons les moyens de nous qualifier, mais il va falloir se méfier.

Devenir champion du monde n'est pas chose aisée. Maintenant, vous êtes l'équipe à battre. Est-ce quelque chose que vous avez ressenti depuis votre sacre ?
C'est difficile à dire. Je suppose que certaines équipes sont encore plus motivées à l'idée de jouer contre le champion du monde en titre. Nous étions numéro deux, nous sommes devenus numéro un. Tout le monde veut nous battre. Mais de toute façon, l'Allemagne est toujours un adversaire de prestige. Pour de nombreux pays, battre l'Allemagne en match officiel reste un exploit. Nous sommes donc habitués depuis longtemps à cette situation.

Fifa.com (08/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Oct - 11:55

Espagne : Diego Costa, pointe de discorde

International -News (Part 2) - Page 18 2436060_FULL-LND

Diego Costa en sélection, une histoire décidément houleuse: l'avant-centre, controversé pour avoir préféré l'Espagne à la Seleçao brésilienne, fait l'objet d'une nouvelle polémique depuis que son entraîneur à Chelsea, José Mourinho, a accusé l'encadrement de la "Roja" de ne pas respecter la santé du joueur.

C'est que le puissant attaquant hispano-brésilien (1,88 m, 85 kg) a un physique fragile. Poursuivi par les pépins musculaires en fin de saison dernière, Costa s'est blessé aux ischio-jambiers début septembre lors du match amical perdu par la sélection espagnole contre la France (1-0).

Cette nouvelle blessure a mis en rogne Mourinho, qui considère que l'actuel meilleur buteur du Championnat d'Angleterre (9 buts) ferait mieux de souffler pendant la trêve internationale qui vient de s'ouvrir, plutôt que d'accompagner l'Espagne en Slovaquie jeudi (18h45 GMT) puis au Luxembourg dimanche en qualifications pour l'Euro-2016.

"Il n'est pas en condition pour jouer trois matches par semaine", pestait le technicien portugais mi-septembre. "Quand il joue un match, il lui faut une semaine après ça pour se remettre. (...) Il s'est blessé avec sa sélection et c'est à nous de résoudre le problème."

Pour autant, l'entraîneur de Chelsea n'a pas ménagé ces dernières semaines son attaquant, transféré cet été de l'Atletico Madrid pour 40 M EUR. "Je ne vais pas le réserver pour qu'il soit en parfaite condition avec la sélection espagnole", a-t-il rétorqué vendredi.

Costa a donc été aligné dimanche face à Arsenal, sa cinquième titularisation sur les sept derniers matches des "Blues": il a inscrit le deuxième but de Chelsea (2-0) d'un joli lob après une ouverture de Cesc Fabregas, son partenaire en sélection.

Débloquer le compteur
Mais, paradoxalement, cet excellent rendement en club a sans doute convaincu Vicente del Bosque de passer outre les désirs de Mourinho et de convoquer l'avant-centre, qui a fêté mardi ses 26 ans.

"Nous l'avons pris parce que nous pensons qu'il va bien. Il joue tous les matches", a répliqué le sélectionneur espagnol vendredi en conférence de presse. "S'il n'est pas en condition, nous ferons comme nous avons toujours fait, en ne contraignant personne. Pour cela, nous avons des médecins, qui nous diront s'il est en condition de jouer ou non."

Ce débat par médias interposés ne place pas Costa dans les meilleures prédispositions pour honorer sa possible 6e sélection jeudi à Zilina (nord de la Slovaquie). D'autant que le Brésilien naturalisé espagnol, muet face aux Bleus il y a un mois, est toujours en quête de son premier but avec la "Roja".

"Je n'aime pas me retrouver au centre" de l'attention, a-t-il réagi lundi à son arrivée au rassemblement de l'équipe d'Espagne. "Ce que je souhaite le plus, c'est m'imposer ici. Je n'ai pas encore marqué mais je n'ai pas eu non plus beaucoup d'occasions claires. Je dois travailler pour mettre ce premier but, qui me fait rêver."

Assurant se sentir "de mieux en mieux" physiquement, Costa pourrait bénéficier de sa complicité croissante avec Fabregas pour briller enfin en sélection et faire oublier les polémiques, qui semblent autant le poursuivre que les blessures.

L'Espagne, double championne d'Europe en titre (2008, 2012) mais en reconstruction après le fiasco du Mondial-2014, a un besoin vital de son sens de la finition.

Fifa.com (08/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Oct - 22:51

France : Les nouveaux au banc d'essai

International -News (Part 2) - Page 18 2454445_FULL-LND

Ils sont six à avoir forcé la porte de l'équipe de France depuis le Mondial-2014, dont cinq (Gignac, Payet, Mathieu, Jallet, Costil) sont à pied d'oeuvre avant les matches amicaux face au Portugal samedi et l'Arménie, le 14 octobre, avec pour objectif de faire durer le plaisir jusqu'à l'Euro-2016.

L'attaquant lyonnais Alexandre Lacazette, appelé par Didier Deschamps pour les matches amicaux de septembre, n'a pas été convoqué pour ces nouvelles rencontres internationales.

André-Pierre Gignac (28 ans, 17 sélections, 4 buts): Meilleur buteur de Ligue 1 (9 réalisations), l'attaquant marseillais a vu sa belle forme actuelle récompensée par un retour en bleu, plus d'un an après sa dernière apparition en équipe de France (6 septembre 2013). Il y a un mois, Deschamps avait misé sur Lacazette pour remplacer Olivier Giroud (pied), indisponible jusqu'à janvier. Cette fois, il pouvait difficilement ignorer l'insolente efficacité de "Dédé", ex-homme de base de la sélection du temps de Raymond Domenech. "La vérité d'aujourd'hui ne sera pas celle du mois de mai 2016", a toutefois mis en garde le sélectionneur lors de l'annonce de sa liste. Le message est clair: Gignac part, pour le moment, de trop loin pour constituer une menace sérieuse pour Giroud et il devra garder un rendement identique la saison prochaine pour espérer bousculer la hiérarchie d'ici l'Euro. Même si, en dehors du "Gunner", la concurrence n'est pas si féroce au poste d'avant-centre, ses performances en Ligue 1 ne suffiront pas et Deschamps attend de voir ce qu'il a réellement dans le ventre sur le plan international. D'autant que Lacazette, auteur d'un triplé dimanche (7 buts en L1), n'a pas dit son dernier mot et incarne la jeunesse (23 ans), bien qu'il n'ait guère brillé en 3 sélections.

Dimitri Payet (27 ans, 7 sélections) : Si l'OM caracole en tête de la L1, Payet n'y est pas étranger. Reconverti meneur de jeu par Marcelo Bielsa, le Réunionnais rayonne par sa justesse technique et a une belle carte à jouer chez les milieux offensifs où personne n'est vraiment indiscutable hormis Mathieu Valbuena. Principale inconnue le concernant: sa capacité à maintenir le même niveau de jeu sur la durée. Régulièrement convoqué par Deschamps durant les premiers mois de son mandat, il avait en effet connu une nette baisse de régime en 2013-2014, lors de sa première saison marseillaise, qui avait fini par lui coûter sa place pour le Brésil.

Jérémy Mathieu (30 ans, 3 sélections) :
Son transfert-surprise au FC Barcelone a soudainement braqué les projecteurs sur ce défenseur, capable d'évoluer aussi bien à gauche que dans l'axe. Titulaire en Serbie le 7 septembre (1-1), il a plutôt réussi son examen de passage alors qu'il avait été appelé pour pallier le forfait de Laurent Koscielny. Le quatuor du Mondial-2014 chez les arrières centraux (Varane, Sakho, Koscielny, Mangala) possède encore une bonne longueur d'avance mais la polyvalence de Mathieu et l'exposition qu'offre le Barça en Liga et en Ligue des champions peuvent lui permettre de rêver.

Christophe Jallet (30 ans, 5 sélections, 1 but) : Appelé en raison de la blessure de Mathieu Debuchy (cheville gauche), l'arrière droit lyonnais apparaît clairement comme un choix par défaut, la France manquant cruellement de joueurs de haut niveau dans son secteur. Le réservoir étant bien pauvre à son poste, l'ancien Parisien, sans génie mais constant dans ses performances, est un candidat légitime pour l'Euro. Si Debuchy, le N.1 au Brésil, semble indéboulonnable sauf pépin physique, sa doublure Bacary Sagna, peu utilisé à Manchester City, est loin de présenter les mêmes garanties en dépit de son expérience (43 sélections). De quoi faire espérer Jallet. "Le choix est peut-être plus restreint mais ça permet d'ouvrir une petite porte dans laquelle j'essaie de m'engouffrer", a-t-il d'ailleurs admis mardi.

Benoît Costil (27 ans, aucune sélection) : Invité de dernière minute après la défection de Stéphane Ruffier (gros orteil), le gardien rennais découvre pour la première fois l'univers des Bleus. Costil est là avant tout pour observer et prendre la température de l'équipe de France, sans réelles garanties pour le futur.

Fifa.com (08/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 10 Oct - 18:00

Brésil : La réhabilitation par le Superclasico contre l'Argentine

International -News (Part 2) - Page 18 2113084_FULL-LND

Si le Brésil veut tourner la page du rêve brisé de son Mondial, c'est samedi face à l'Argentine, son meilleur ennemi, à l'occasion de ce "Superclasico", cet amical hors-normes, délocalisé dans un Pékin à l'air pollué.

En Chine, les conditions ne seront malheureusement pas à la hauteur de ce sommet, en raison d'une brume polluante particulièrement inquiétante, avec une concentration de microparticules atteignant jusqu'à 20 fois le plafond fixé par l'Organisation mondiale de la santé.

Dans les airs, ce sera l'"airpocalypse", situation chronique à Pékin, et sur la pelouse, il sera question de suprématie entre les deux géants du foot sud-américains (7 coupes du monde à eux deux), il sera question d'un duel entre Neymar et Messi, les deux stars du Barça, et il sera aussi question du Mondial-2014.

"Si nous voulons progresser, on ne doit pas penser à ce qui est arrivé (déroute 7-1 contre l'Allemagne en demi-finale du Mondial), la sélection veut repartir de l'avant, on ne doit penser qu'au futur", a d'abord voulu faire croire David Luiz, défenseur central au coeur de ce naufrage du Mineirão, selon des propos diffusés par le média brésilien O Globo.

Mais le joueur chevelu du Paris SG ne peut s'empêcher de mettre en parallèle une Argentine "vice-championne du monde" et une Seleçao "frustrée" après sa Coupe du monde, puisqu'il faut aussi rappeler la cuisante défaite lors du match pour la 3e place, sur un sévère 3-0 contre les Pays-Bas.

Après leur indigestion face à la Mannschaft, les joueurs de la Seleçao ont dû avaler les images d'une Albiceleste se hissant en finale (pour s'incliner finalement face l'équipe de Joachim Löw). Dire que l'ancienne idole Zico, comme beaucoup de Brésiliens, rêvait de voir la Seleçao en finale contre l'Argentine le 13 juillet au Maracana...

Les deux titans se retrouveront finalement à 17.300 km de Rio pour se mesurer dans leur traditionnel "Superclasico".

Depuis la Coupe du monde, les deux rivaux ont changé de coach, Dunga retrouvant le banc à la place d'un Luiz Felipe Scolari du côté Auriverde, tandis que "Tata" Martino a succédé à Alejandro Sabella chez les Argentins.

Pastore meneur de jeu

Dunga a décidé de faire du neuf avec du vieux en rappelant notamment Kaka et Robinho. Les médias brésiliens ont cependant révélé que ces deux joueurs figuraient parmi les remplaçants lors des dernières mises en place, l'attaque titulaire revenant évidemment à Neymar, épaulé par Diego Tardelli (Atletico Mineiro).

La Seleçao doit faire sans son capitaine emblématique Thiago Silva, toujours blessé, et n'a pu appeler Marquinhos, le défenseur qui monte, également pensionnaire en ce moment de l'infirmerie du PSG. Pour représenter le club parisien, il y aura donc David Luiz, qui évolue depuis le début de la saison avec une gêne persistante à un genou.

C'est une période à haute tension pour l'ex-défenseur de Chelsea, qui a affronté dernièrement un Barça avec Neymar et Messi en Ligue des champions et va de nouveau voir débouler dans sa surface le quadruple Ballon d'Or argentin.

"Tata" Martino, après avoir suivi les plans de jeu, peu ou prou, de son prédécesseur, devrait pour la première fois imprimer vraiment sa marque pour ce choc des Amériques. Privé lui aussi d'un joueur du PSG, Ezequiel Lavezzi blessé, l'ancien coach du Barça devrait placer un autre joueur parisien, Javier Pastore, au poste de meneur de jeu.

Pour l'enjeu, le coach de l'Albiceleste, interrogé par le média argentin TyC Sports, n'a pas fait dans la demi-mesure: "c'est le CHOC, le plus important que l'on puisse trouver au niveau des sélections"

Fifa.com (10/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 10 Oct - 18:03

France : Mangala, s'imposer à tout prix

International -News (Part 2) - Page 18 2293294_FULL-LND

Affublé du label "défenseur le plus cher du monde" depuis son transfert pour environ 54 millions d'euros du FC Porto à Manchester City, Eliaquim Mangala espère profiter de l'amical contre le Portugal pour s'imposer comme un premier choix aux yeux de Didier Deschamps.

Le joueur de 23 ans (3 sélections) est le seul avec le milieu offensif Rémy Cabella à ne pas avoir disputé une seule minute lors du Mondial-2014, et cela malgré les légers pépins physiques rencontrés par la charnière titulaire Raphaël Varane-Mamadou Sakho, tour à tour successivement suppléés par Laurent Koscielny durant la compétition.

Sa dernière apparition en Bleu date du match amical contre le Paraguay (1-1, le 1er juin), tandis que sa seule titularisation à ce jour remonte au 5 mars et la victoire contre les Pays-Bas (2-0) où il avait formé un tandem efficace avec Varane.

De fait, compte tenu des forfaits de Sakho et Koscielny, Mangala devrait à nouveau être associé avec le Madrilène contre les Portugais au Stade de France samedi (21h00). Un joueur avec lequel il a quelques automatismes en équipes de France: "Rapha, c'est vrai que je le connais bien, on a eu la chance d'évoluer ensemble en Espoirs. On se connait plus sur le terrain".

Même s'il est conscient de profiter des circonstances, le natif de Paris s'estime "légitime comme tous ceux qui font partie de ce groupe. Je n'ai pas de position différente. Certains ont un plus grand vécu mais je ne suis pas différent".

Pourtant, "différent", Mangala l'est en quelque sorte devenu en terme de statut lorsque Manchester City a cassé sa tire-lire pour le recruter lors du dernier mercato, le montant de son transfert (54 M EUR) étant un record pour un défenseur, devant ceux de David Luiz au Paris SG (environ 50 M EUR), ou de Rio Ferdinand en 2002 à Manchester United (47 M EUR).

"Ce n'est pas une pression"
Ce passage dans une autre dimension ne semble pas déstabiliser le solide stoppeur formé au Standard Liège. "Ce sont les résultats d'une négociation entre deux clubs. Ce n'est pas une pression, mais ça demande effectivement des responsabilités. City a payé une grosse somme, ils attendent que je sois performant", explique-t-il.

Arrivé tardivement chez le champion d'Angleterre après ses vacances post-Coupe du monde, Mangala a mis quelques semaines pour prendre ses marques dans un effectif où la concurrence à son poste se résume essentiellement à Vincent Kompany et Martin Demichelis. "J'ai eu mes 5 semaines de préparation avant mon 1er match (le 21 septembre contre Chelsea 1-1), ça été une gestion un peu différente vu mon cas."

S'il a enchaîné par un match à oublier contre Hull, se distinguant par un but contre son camp et un penalty concédé, certes sans conséquence sur le résultat (4-2), Mangala semble tout de même monter en puissance, à l'image de sa probante 4e titularisation en 15 jours, contre Aston Villa (2-0) le week-end dernier, et peut profiter d'une plus grande visibilité s'il s'installe dans le onze-type des Citizens

Contre le Portugal, dont il connaît pas mal de joueurs pour les avoir côtoyé (Quaresma) ou affrontés (Cedric, A. Silva, W. Carvalho, Joao Mario du Sporting Portugal; Eliseu de Benfica) avec le FC Porto, le défenseur français devrait surtout croiser la route de Cristiano Ronaldo.

"C'est le meilleur joueur du monde à l'heure actuelle, c'est beaucoup plus excitant (de l'affronter). C'est pour ça que l'on joue le foot au haut niveau, mais c'est un travail collectif (de le neutraliser), car le Portugal ce n'est pas que CR7", dit-il. En attendant, une prestation réussie face à la star du Real Madrid tomberait à pic pour marquer des points vis-à-vis du sélectionneur en vue de l'Euro-2016.

Fifa.com (10/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 10 Oct - 18:06

Portugal : La Selecção tente de faire du neuf avec du vieux

International -News (Part 2) - Page 18 2454458_FULL-LND

Chargé de sortir le Portugal et sa star Cristiano Ronaldo de la zone de turbulences de l'après-Mondial, le nouveau sélectionneur Fernando Santos a fait le pari risqué d'un renouvellement bâti sur le retour de trentenaires proscrits par son prédécesseur Paulo Bento.

Ricardo Carvalho (36 ans, 75 capes, absent depuis 2011), Tiago Mendes (31 ans, 58 capes, absent depuis 2010), Danny Gomes (31 ans, 26 capes, absent depuis 2013), Ricardo Quaresma (31 ans, 35 capes, absent depuis 2012) et Eliseu (31 ans, 4 capes, absent depuis 2011)...

Ils seront tous là pour l'amical France-Portugal de samedi à Saint-Denis, puis mardi à Copenhague pour relancer une campagne de qualification pour l'Euro-2016 très mal partie. Autrement dit, la moitié des dix nouveaux appelés par Fernando Santos par rapport au groupe des 23 Portugais qui ont perdu à domicile contre l'Albanie (1-0) le 7 septembre ne sont pas vraiment des débutants.

Si l'on ajoute Beto, gardien de 32 ans présent à la Coupe du monde cet été, et le défenseur central José Fonte, appelé pour la première fois à 30 ans, la liste des joueurs d'avenir lancés par l'ancien sélectionneur de la Grèce se réduit à Cédric Soares et Ivo Pinto, deux latéraux de 23 et 24 ans respectivement, puis au milieu de 21 ans Joao Mario.

La rupture avec le passé est surtout marquée par l'absence des milieux Miguel Veloso (28 ans, 53 capes) et Raul Meireles (31 ans, 76 capes), deux indéfectibles de l'ère Paulo Bento particulièrement visés par la critique suite à l'élimination précoce du mondial brésilien. A terme, ils devraient être remplacés dans l'équipe-type de Santos par le solide récupérateur du Sporting William Carvalho (22 ans, 7 capes) et le relayeur André Gomes (21 ans et une seule cape), très en vue avec Valence actuellement.

Personne 'à la poubelle'

"Je n'aime pas la notion de renouvellement car elle donne l'impression qu'il y a des joueurs trop vieux qu'il faut jeter à la poubelle. Avoir 17 ou 35 ans ça ne compte pas pour moi, ce qu'il faut c'est du talent", avait aussitôt prévenu Santos, qui fêtait vendredi son 60e anniversaire.

L'entraîneur a donc rouvert la porte de la sélection à des joueurs qui ne comptaient plus pour Bento, essentiellement pour des raisons d'ordre disciplinaire.

Ricardo Carvalho a été banni après avoir déserté un stage de la sélection en apprenant qu'il ne serait pas titulaire le lendemain. Danny a subi le même traitement, accusé d'avoir simulé une blessure afin de se ménager avant une rencontre importante avec son club du Zenit Saint-Pétersbourg. Quaresma, à qui la réputation d'enfant terrible colle à la peau, n'a jamais été appelé par l'ex-sélectionneur, tandis qu'Eliseu a mystérieusement disparu de son radar.

Le cas de Tiago est différent puisqu'il avait lui-même renoncé à représenter le Portugal dans la foulée du Mondial-2010. Mais une fois sa carrière relancée à l'Atletico Madrid, avec lequel il a disputé la finale de la Ligue des champions en mai dernier, Bento a refusé de l'emmener au Mondial comme beaucoup le réclamaient.

Se disant prêt à sacrifier la manière pour le résultat, Fernando Santos pourrait abandonner aussi l'éternel schéma tactique en 4-3-3 de la Selecçao, pour un 4-4-2 qui permettrait de placer Cristiano Ronaldo plus proche des buts adverses.

Il y a pourtant une chose qui ne changera pas: le Portugal compte sur un retour en force du double Ballon d'or qui, suite à son forfait face à l'Albanie, affiche une forme épatante avec le Real Madrid.

Fifa.com (10/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 10 Oct - 18:08

France, Deschamps : "On peut gagner en efficacité"

International -News (Part 2) - Page 18 2452336_FULL-LND

Le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a demandé vendredi à ses joueurs de "ne pas se focaliser" sur Cristiano Ronaldo, la superstar du Portugal, samedi au Stade de France.

Y a-t-il un risque d'être trop focalisé sur Ronaldo ?
Ce sera de votre faute alors (rires). C'est un joueur tellement décisif qu'évidemment, le neutraliser ce serait l'idéal mais il faudra au moins limiter son influence sur le jeu de son équipe. Toutes les équipes qui affrontent le Portugal prennent en considération sa surveillance pour avoir une sécurité supplémentaire mais il n'y a pas que Cristiano Ronaldo. Il y a une attention particulière à avoir sur ce joueur. On parle d'un joueur hors-norme mais il ne faut pas non plus se focaliser sur lui.

Avez-vous demandé des conseils à Benzema et Varane, ses coéquipiers au Real Madrid ?
Je les vois aussi les matches. Ce sont plus des petites infos que les joueurs peuvent se donner entre eux. Cela peut être utile.

Dans quel domaine les Bleus doivent-ils encore progresser ?
La marge de progression la plus importante c'est tout ce qui est offensif. Même si on est en progrès, on peut gagner en efficacité. Un autre secteur où on doit être capable d'être performant c'est la qualité de nos centres où on peut mieux faire.

Mandanda sera titulaire en l'absence de Lloris blessé...
Il a eu une blessure assez grave (qui l'a privé du Mondial, ndlr). A travers les performances qu'il réalise avec Marseille, il a retrouvé son meilleur niveau, avec un physique plus adapté au haut niveau. Aujourd'hui, le football de très haut niveau demande un corps d'athlète.

Que pensez-vous du Portugal ?
L'historique est en notre faveur. La sélection portugaise sort d'un Mondial difficile, ils ont eu un premier match en qualifications de l'Euro qui a coûté sa place à Paulo Bento. Il y a un nouveau sélectionneur avec de nouvelles idées, de nouveaux joueurs qui n'étaient pas à la Coupe du monde. On connaît la qualité individuelle des joueurs de cette équipe. Sur les dernières années, les résultats n'ont pas été à la hauteur du potentiel de ces joueurs, mais pour le nouveau sélectionneur et les joueurs le match le plus important c'est mardi contre le Danemark.

Votre grande victoire n'est-elle pas d'avoir constitué un noyau dur ?
La victoire qui compte est celle sur le terrain. Il y a des joueurs qui se connaissent bien, ont des affinités. Il n'y a pas eu des périodes faciles mais on est sur une dynamique en termes de résultats et d'état d'esprit depuis le barrage retour contre l'Ukraine. C'est un travail important pour mon staff de maintenir cela. Aux joueurs de cultiver cela de par les échanges qu'ils peuvent avoir sur le terrain ou en dehors du terrain.

Fifa.com (10/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 10 Oct - 19:32

Portugal, Santos : "Profiter de la bonne forme des joueurs"

International -News (Part 2) - Page 18 2454444_FULL-LND

Le nouveau sélectionneur du Portugal Fernando Santos a dit vendredi attendre de sa star Cristiano Ronaldo qu'il "fasse avec la Selecçao ce qu'il fait avec le Real Madrid", à la veille d'affronter la France en match amical et à quatre jours de défier le Danemark en qualification pour l'Euro-2016.


Votre match de mardi au Danemark étant plus important (le Portugal a perdu son premier match à domicile contre l'Albanie 1-0, ndlr), comptez-vous tout de même aligner votre onze-type contre la France ou allez-vous ménager certains joueurs ?
Déjà il faut profiter de la bonne forme des joueurs dans leurs clubs. Ensuite ça ne fait aucun sens d'arriver et ne pas mettre en place mes idées. S'il y a des ajustements à faire en vue de mardi je les ferai. Mais les joueurs vont vite assimiler ce que je veux faire.

Que représente au Portugal Cristiano Ronaldo et qu'attendez-vous de lui ?
Il représente chez nous ce qu'il représente au niveau mondial: il est le meilleur joueur du monde. C'est une fierté de l'avoir dans notre équipe. J'attends de lui son professionnalisme, sa rage de vaincre, ce qu'il fait au quotidien dans son club (du Real Madrid). Rien de plus. Qu'il continue de le faire pour la Selecçao, comme il l'a toujours fait. Avec nous, la pression reste la même pour lui. Ca n'affecte pas la sélection. La "Ronaldo-dépendance" ne l'affecte pas plus que ça, il est habitué.

Vous avez décidé de rappeler quelques anciens, seront-ils alignés dans votre onze-type ?
La question est simple la réponse le sera aussi. J'ai convoqué 23 joueurs, tous peuvent jouer. Les revenants, sont au même niveau que les autres. Ils ont très bien travaillé toute la semaine. Je ne suis pas surpris de leur professionnalisme. Après il y a toujours des discussions sur les éventuelles baisses de forme des uns et des autres... J'ai encore quelques doutes quant aux noms que je cocherai sur la feuille de match, mais pas sur la stratégie qui sera la nôtre durant le match.

Fifa.com (10/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 12 Oct - 18:11

Chili : Medel opéré

International -News (Part 2) - Page 18 2455818_FULL-LND

L'international chilien Gary Medel a été opéré après avoir perdu une dent à la suite d'un coup reçu au visage vendredi à Valparaiso lors d'un match amical face au Pérou, a indiqué samedi la Fédération chilienne.

Le défenseur de l'Inter Milan a reçu un coup de coude du Péruvien Rinaldo Cruzado, qui a valu à ce dernier une exclusion. Contraint de laisser sa place avant la fin de la première période, Medel a été opéré à l'issue de la rencontre, remportée 3-0 par le Chili.

Selon un bulletin de santé de la sélection chilienne, Medel a eu une dent déchaussée, une couronne fracturée et une coupure à la langue.

Fifa.com (11/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 12 Oct - 18:14

France 2 - Portugal 1
La France maintient sa dynamique


International -News (Part 2) - Page 18 2455915_FULL-LND

Deux buts de Karim Benzema et Paul Pogba ont permis à l'équipe de France de s'offrir un succès de prestige face au Portugal de Cristiano Ronaldo (2-1) et de maintenir sa dynamique dans l'optique de l'Euro-2016, samedi au Stade de France.

Un mois après avoir pris le dessus sur l'Espagne (1-0), les Bleus de Didier Deschamps ont de nouveau confirmé que les acquis du Mondial n'avaient pas été dilapidés en venant à bout d'un adversaire qui ne les a plus battus depuis une éternité, le 26 avril 1975.

Le double Ballon d'Or Cristiano Ronaldo a bien sorti quelques gestes techniques de sa botte, notamment ses passements de jambes interminables et une tête sortie du bout des doigts par Steve Mandanda (51e), mais il n'a globalement rien pu faire pour relancer son pays et a du coup perdu son duel à distance avec Benzema, son coéquipier et pourvoyeur de passes au Real Madrid.

CR7 a récemment présenté le Français comme le "meilleur attaquant de la Liga". Celui-ci a été à la hauteur du compliment en inscrivant un but de renard dès la 3e minute, à la réception d'un tir de Bacary Sagna repoussé par Rui Patricio. L'ancien Lyonnais, bien secondé par ses deux compères offensifs Antoine Griezmann et Mathieu Valbuena, a confirmé sa bonne forme du moment.

Milieu fétiche
En reconstituant son milieu à trois fétiche Cabaye-Pogba-Matuidi, Deschamps avait joué la sécurité et les Français en ont grandement profité en gagnant la bataille technique. Dommage que Pogba ait quelque peu gâché sa belle copie en concédant un penalty, transformé par Ricardo Quaresma (78e).

En difficulté en seconde période, les milieux français ont tout de même pu compter sur la vigilance de Mandanda, remplaçant du capitaine Hugo Lloris, blessé, et sur l'impressionnante maîtrise de Raphaël Varane.

Pour les Portugais, la véritable échéance se situe mardi contre le Danemark, une rencontre qu'il ne faudra pas louper sous peine de rendre très délicate la suite de la campagne qualificative pour l'Euro.

Pour la France, c'est au contraire une spirale positive qui se poursuit et va permettre à Deschamps de faire tranquillement tourner son effectif mardi en Arménie.

Fifa.com (11/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 18 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 18 sur 33 Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19 ... 25 ... 33  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum