Le forum de JS-Kabylie.fr (Jeunesse Sportive de Kabylie)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-60%
Le deal à ne pas rater :
-60% sur l’extracteur de jus FAURE FJ-4541
39.99 99.99 €
Voir le deal

International -News (Part 2)

Page 28 sur 33 Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29 ... 33  Suivant

Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 28 Mar - 18:54

Danemark : Kjaer, le maillon fort 

International -News (Part 2) - Page 28 1599604_full-lnd

Le défenseur central Simon Kjaer, qui porte le maillot lillois depuis deux ans, foulera dimanche la pelouse de Saint-Etienne avec la sélection du Danemark, contre la France en amical, en maillon fort de son équipe, actuellement en tête du groupe I des qualifications pour l'Euro 2016.

Un peu plus d'une semaine après la défaite du Losc à Saint-Etienne (2-0), Kjaer est donc de retour sur la pelouse de Geoffroy-Guichard. Dans la peau d'un leader cette fois, celui du groupe I.

"Pour nous, l'Euro en France est clairement un objectif, confie le défenseur nordique. On est bien parti, puisque les deux premiers seront qualifiés directement. La victoire en Serbie (3-1) a été importante pour le classement et pour les têtes".

Dimanche, les Danois n'auront pas de pression particulière puisque les matches face à l'équipe de France ne sont pas comptabilisés dans la cadre des qualifications à l'Euro 2016. Cela ne les empêche pas de prendre le rendez-vous très au sérieux.

Pour Kjaer, il s'agit d'un véritable test pour sa sélection nationale face à des Bleus blessés par la défaite concédée contre le Brésil jeudi soir au Stade de France. "Ce match contre la France est un rendez-vous très intéressant. C'est une grande nation du football mondial et cela nous permettra de nous situer face à une grande équipe", estime le Lillois d'adoption.

Les Danois de la Ligue 1
Pour le public français, les joueurs danois ne sont plus une découverte. A l'image de Kjaer, qui s'est imposé comme l'un des meilleurs éléments du Losc, le nombre de Danois est en nette augmentation dans les effectifs de Ligue 1 ces dernières années. Ils sont de plus en plus nombreux à se croiser chaque week-end sur les pelouses de l'hexagone.

"J'ai récemment croisé Jacobsen, à Guingamp. On aime bien se retrouver, échanger un peu avant les matchs. Même si on a chacun nos objectifs à atteindre, c'est un moment sympa à chaque fois", sourit Kjaer. "Au Danemark, la Ligue 1 est de plus en plus suivie, même si elle n'atteint pas encore la Premier League anglaise ou la Liga espagnole", détaille-t-il.

Débarqué de Wolfsburg à l'été 2013, Kjaer s'est fait remarquer en France. Ses performances avec le Losc n'ont pas échappé aux recruteurs étrangers. Le défenseur central devrait faire l'objet de nombreuses sollicitations à l'intersaison et il n'est pas certain que le son club soit en mesure de le conserver.

"Cela fait deux ans que je suis à Lille. Je suis content, je me sens bien, ma famille aussi. Pour l'instant, je n'ai pas envie de penser à la saison prochaine. On verra bien ce qui se passe. Je me concentre d'abord sur la fin de saison du Losc", coupe-t-il.

Fifa.com (28/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 29 Mar - 22:30

Zidane a l'ambition d'être un jour sélectionneur

International -News (Part 2) - Page 28 2522252_full-lnd

Zinedine Zidane a indiqué qu'il avait "cet objectif, cette ambition" d'être un jour sélectionneur de l'équipe de France, dimanche sur Canal+ lors d'un questions-réponses avec des abonnés de la chaîne.

"J'étais joueur de cette équipe (de France), oui ça serait bien, un jour (de l'entraîner), mais pour le moment il y a un entraîneur en place (Didier Deschamps) qui fait un boulot formidable, mais oui j'ai cet objectif, cette ambition", a expliqué Zizou.

"J'ai le temps, je n'ai pas d'objectif à court terme, je suis bien à Madrid, j'ai un président (Florentino Perez) qui me fait confiance", a ajouté l'ancien meneur de jeu qui entraîne actuellement l'équipe réserve du Real Madrid.

Interrogé pour connaître sa réponse si on lui proposait l'équipe première du Real Madrid, l'ancien joueur de la Juve a répondu: "Oui, je suis partant, mais encore fois, il y a un entraîneur en place (Carlo Ancelotti), il fait un formidable travail".

"Je suis dans un club ou j'apprends, quand j'étais joueur c'était pareil, je ne me suis pas fait en deux ans, j'ai pris mon temps, des clubs, je n'en ai pas fait beaucoup, Cannes, Bordeaux, la Juventus, le Real Madrid, oui, je comprends qu'on a envie de me voir numéro un à Madrid, mais j'ai le temps et j'apprends beaucoup avec Carlo, il est sur le terrain d'à côté, et contrairement à ce qu'on dit, il est l'entraîneur idéal à Madrid", a-t-il poursuivi.

"Est-ce que je me sens prêt si on me propose l'équipe première ? On n'est jamais prêt, mais si ça se passe comme ça, il faut dire oui", a-t-il enchaîné.

Et à la question "entraîner le PSG serait-il possible ?", le champion du monde 1998 a répondu: "Je suis Marseillais, je suis bien à Madrid, mais je ne m'interdis rien".

Fifa.com (29/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 14:26

Brésil, Firmino : "La Seleçao n'est pas si loin des meilleurs"

International -News (Part 2) - Page 28 2579865_full-lnd

La Coupe du Monde de la FIFA 2014™ a profondément marqué le Brésil. Le parcours décevant du pays hôte est aussi à l'origine d'un profond remaniement, dont Roberto Firmino a tiré les bénéfices. 

Arrivé de Tombense à Hoffenheim en 2011, le milieu offensif de 23 ans totalise six buts et sept passes décisives depuis le début de l'exercice en cours en Bundesliga.
Son habileté dans la dernière passe a séduit le nouveau sélectionneur brésilien, Dunga. Firmino a fêté sa première cape en novembre dernier,contre la Turquie. Quelques jours plus tard, il a expédié une superbe frappe en lucarne des vingt mètres pour offrir la victoire (2:1) à la Seleçao face à l'Autriche. Récemment, il s'est distingué en offrant une passe décisive lors du match contre la France, avant de signer le but de la victoire contre le Chili (1:0).

Au micro de FIFA.com, il évoque les sentiments que lui inspire sa promotion en équipe nationale, sa fonction sur le terrain et le rôle qu'a joué son transfert en Allemagne dans le cours de sa carrière.


La date du 12 novembre 2014 votre première sélection, a-t-elle une signification particulière à vos yeux ?
Ce jour-là, j'ai réalisé mon rêve. Tous les jeunes Brésiliens qui jouent au ballon rêvent de porter un jour le maillot de la Seleçao. Cette équipe représente le pays tout entier. Le Brésil a gagné plus de Coupes du Monde que n'importe quel autre pays et quelques-uns des plus grands joueurs de tous les temps ont défendu ses couleurs : Pelé, Zico, Ronaldinho, Ronaldo… Ces joueurs sont des légendes ; ils sont connus dans le monde entier, comme la Seleçao. Porter ce maillot, c'est quelque chose d'extraordinaire. Dans un premier temps, j'ai eu du mal à prendre la mesure de ce qui m'arrivait, mais je pense avoir depuis justifié la confiance du sélectionneur. 

Vous avez inscrit votre premier but en sélection lors de votre deuxième sortie, sur une frappe somptueuse. Qu'avez-vous ressenti à cet instant ?
Je ne trouve pas les mots pour en parler. C'était phénoménal. Dès que le ballon est parti, j'ai senti que la frappe était bonne. Ensuite, il a filé directement en lucarne. C'était magique.

Pensez-vous être encore convoqué en équipe nationale à l'avenir ?
Pour ça, je dois continuer à faire mes preuves chaque semaine à Hoffenheim. Si j'y parviens, je pense que je peux nourrir des ambitions. Mais tout doit partir de mes performances en club. Pour le moment, je veux être appelé le plus souvent possible pour pouvoir démontrer mon utilité sur le terrain.

La Coupe du Monde 2014 est encore dans toutes les têtes. Vous arrive-t-il encore d'en parler lors des rassemblements de la sélection ?
Depuis que je suis là, je n'en ai pas entendu parler. Notre élimination face à l'Allemagne reste évidemment un énorme traumatisme. J'ai regardé le match depuis notre camp d'entraînement à Westerburg. J'étais dans la salle commune et je ne pouvais pas en croire mes yeux. Je pense que tous les Brésiliens auraient voulu que cette Coupe du Monde se termine autrement. 

La Seleção a subi un profond remaniement suite à la Coupe du Monde. Qu'est-ce qui doit changer pour que le Brésil puisse à nouveau prétendre au titre mondial ?
Comme partout, l'entraîneur joue un rôle très important. C'est lui qui définit le style de jeu et la philosophie de son équipe. Je ne crois pas que la Seleçao soit si éloignée des premières places mondiales et je pense que nous aurons l'occasion de le prouver très prochainement. 

Quelle relation entretenez-vous avec Dunga ?
Il est le premier à m'avoir convoqué en équipe nationale. C'est donc quelqu'un qui a beaucoup compté dans ma carrière. Le sélectionneur et les autres joueurs m'ont vraiment facilité la tâche à mon arrivée. C'était une expérience magnifique. Pour l'instant, j'ai joué quatre matches. Je suis un jeune joueur, qui doit encore trouver sa place. J'espère qu'on m'en donnera l'occasion. Neymar a un rôle à tenir en sélection, tout comme Oscar ou David Luiz. Ces joueurs-là ont derrière eux une carrière beaucoup plus riche que la mienne.

Vous réalisez une bonne saison avec Hoffenheim. Quels ont été vos points forts en 2014 ?
Les personnalités au sein du groupe s'accordent bien. Il règne une ambiance sympathique dans les vestiaires. C'est déjà un point très important. À son arrivée en avril 2013, Markus Gisdol a immédiatement mis en place une philosophie claire. Nous voulons progresser au fil des matches. Cette continuité et le sérieux de notre travail sont des éléments essentiels de la réussite que nous connaissons actuellement. 

Vous êtes arrivé en Allemagne en 2011. Avez-vous le sentiment d'avoir progressé au contact du football allemand ? 
Je le crois. En débarquant à Hoffenheim, je savais déjà jouer au football mais j'ai le sentiment de m'être amélioré physiquement, techniquement et tactiquement. La Bundesliga est l'un des meilleurs championnats au monde. Pour m'imposer ici, j'ai dû franchir un palier. J'ai atteint un niveau intéressant, mais je sais qu'il me reste une marge de progression. Désormais, ma propre exigence est devenue ma plus grande source de motivation.

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 14:31

Espagne : La Roja face à ses démons

International -News (Part 2) - Page 28 2579649_full-lnd

Neuf mois après, l'Espagne est toujours hantée: la "Roja" a été durablement marquée par sa descente aux enfers au Mondial-2014 mais elle a l'occasion d'exorciser ses démons mardi en match amical (20h45, 18h45 GMT) face aux Pays-Bas, qui l'avaient tant tourmentée au Brésil (5-1).

. Le cauchemar de Casillas
Des 23 mondialistes humiliés par les Néerlandais l'été dernier, plus de la moitié sont toujours dans le groupe qui se déplace cette semaine à Amsterdam, dont le gardien et capitaine Iker Casillas (34 ans, 160 sélections).

Son Espagne est tombée de haut ce jour-là. Championne du monde en titre (2010), double championne d'Europe (2008, 2012), la "Roja" arrivait au Brésil en favorite avant que la furia "Oranje" n'emporte ses certitudes et ses espoirs de doublé. Un moment "très dur", comme l'a reconnu Casillas.

"Après quatre ou cinq années à jouer brillamment, nous ne méritions pas de tomber comme ça", a-t-il analysé en janvier au micro de la radio Cadena Cope. "Nous n'avons pas su réagir et nous révolter. Nous n'avons pas montré le visage que nous aurions voulu montrer, moi le premier."

L'image d'un Casillas rampant piteusement devant l'intenable Arjen Robben a symbolisé la chute de l'Espagne, sacrée championne du monde quatre ans plus tôt face au même adversaire. "Le Brésil est peut-être ma plus grande +gamelle+", a résumé le gardien du Real Madrid.

Depuis, "San Iker" n'a pas connu que des moments simples, avec plusieurs bourdes en club et avec l'Espagne, même si son niveau global et son expérience lui valent d'être toujours convoqué en sélection, où il joue en alternance avec le jeune David de Gea (Manchester United). Casillas a annoncé qu'il prendrait "probablement" sa retraite internationale après l'Euro-2016. Avec, auparavant, l'envie d'effacer le mauvais rêve brésilien.

. Chasser les fantômes
Pour la "Roja", il y a des motifs d'espoir: depuis le fiasco du Mondial, certains cadres espagnols semblent avoir retrouvé leur niveau perdu, comme le défenseur Gerard Piqué, redevenu tranchant avec le FC Barcelone.

Mais cela ne garantit pas que l'Espagne redevienne conquérante: il faudra auparavant retrouver la confiance et le beau jeu qui faisaient de cette sélection une machine à gagner. "Au-delà du football, notre intention est de retrouver la joie", a résumé ce mois-ci le sélectionneur Vicente del Bosque.

Les débuts de la campagne de qualification pour l'Euro-2016 n'ont pas forcément été brillants, avec notamment une défaite en Slovaquie (2-1), et une petite vicoite contre l'Ukraine vendredi dernier à Séville (1-0). "Pour le moment, le pessimisme ne doit pas nous envahir", a prévenu Del Bosque, reconduit dans ses fonctions après le Mondial avec la charge de redonner de l'allant à cette équipe.

. Retrouver la lumière

Montrer un visage séduisant mardi aux Pays-Bas, neuf mois après la débâcle brésilienne et face à une équipe néerlandaise en crise, aiderait sans doute à refermer les plaies encore ouvertes.

L'identité espagnole, ce "toque" fait de jeu court et de redoublement de passes, ne semble pas voué à changer. Mais de nouvelles têtes, absentes ou sous-utilisées au Brésil, peuvent donner une seconde jeunesse à ce style. Koke, le milieu tout-terrain de l'Atletico, a été adoubé par l'ex-meneur de jeu de la "Roja" Xavi Hernandez comme son héritier.

Quant à Isco (22 ans), étincelant avec le Real Madrid ces dernières semaines, sa fantaisie et ses dribbles peuvent en faire à terme le digne successeur d'Andres Iniesta (30 ans). "C'est le prochain joueur majeur que peut avoir ce pays", a prophétisé Casillas.

Et même si l'attaquant de Valence Paco Alcacer, épatant pour ses premières sélections à l'automne (5 matches, 3 buts), est absent (retour de blessure), Alvaro Morata (22 ans, Juventus Turin), auteur du but contre l'Ukraine vendredi, et les surprises Vitolo (25 ans, Séville) et Juanmi (21 ans, Malaga) peuvent apporter l'étincelle en attaque. Et rendre ainsi tout son éclat à la "Roja".

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 14:42

Grèce : Trois joueurs blessés dans un accident

International -News (Part 2) - Page 28 1592419_full-lnd

Trois footballeurs de l'équipe de Grèce ont été légèrement blessés lundi matin dans l'accident d'un taxi qui les conduisait à l'aéroport de Budapest au lendemain du match Hongrie-Grèce (0-0), qualificatif pour l'Euro-2016, et ont été hospitalisés.

Ioannis Fetfatzidis, Vangelis Moras et Panagiotis Tachtsidis devraient pouvoir quitter l'hôpital dès ce lundi, selon la Fédération grecque citée par l'agence de presse hongroise MTI.

Une personne à bord du véhicule entré en collision avec le taxi est décédée.

Les trois joueurs évoluent en clubs à Vérone, en Italie: Fetfatzidis, 24 ans, au Chievo, Moras, 33 ans, et Tachtsidis, 24 ans, au Hellas.

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 22:29

Pays-Bas : Hiddink redoute des Espagnols revanchards

International -News (Part 2) - Page 28 2475109_full-lnd

Le sélectionneur des Pays-Bas, Guus Hiddink, très critiqué à la suite des mauvais résultats des Oranje depuis sa prise de fonction l'été passé, fait le gros dos et s'attend à rencontrer des Espagnols "revanchards" mardi en match amical à Amsterdam, après le 5-1 infligé à la Roja lors du dernier Mondial.

Vous êtes sous le feu des critiques depuis le partage contre la Turquie samedi qui a hypothéqué la qualification pour l'Euro-2016. Comment le vivez-vous ?
J'ai mis mon gilet pare-balles (pour venir à cette conférence de presse, ndlr). A dire vrai, je n'ai pas vraiment lu les journaux. J'avais une séance d'entraînement à préparer en vue du match de demain: je n'ai pas porté attention aux tirs qui me visent. L'opinion publique est mécontente ? Les médias manipulent très bien l'opinion publique.

Il n'y a pas que les médias. Que répondez-vous aux critiques de Johan Cruyff qui vous reproche notamment d'avoir aligné De Jong et d'être trop conservateur ?
Chacun a le droit d'avoir son avis. Moi, je referai les mêmes choix. Certes, Jordie Clasie aurait peut-être aussi bien joué que De Jong. Mais j'avais besoin d'expérience au milieu de terrain. Je pense que mes choix n'étaient pas mauvais car durant la première partie du match, nous avons largement dominé les Turcs, notamment grâce à mes arrières latéraux (Blind et Van der Wiel) qui ont fait du bon boulot offensivement. Malheureusement nous avons commis une faute et nous avons permis aux Turcs de prendre l'avance. Cela complique forcément la tâche. Mais après ce buts, les Turcs n'ont plus eu une seule occasion. C'est que nous n'étions pas si mauvais.

Qu'attendre de la suite et du match amical face à l'Espagne mardi ?
Les Espagnols seront revanchards et vont vouloir laver l'affront de la défaite (5-1) du Mondial brésilien. Ce sera donc un match compliqué mais qui va me permettre de faire des essais. Car le match crucial, ce sera celui contre la Lettonie en juin prochain. Il faudra gagner là-bas pour récupérer les points perdus à domicile. J'espère que d'ici là, j'aurai récupéré Arjen Robben et Robin van Persie (actuellement blessés). Je reste optimiste concernant l'Euro. J'étais très déçu après notre défaite lors du premier match en République tchèque car je sais d'expérience que le premier match des qualifications conditionne la suite. Quand ça démarre bien, en général les résultats positifs suivent. Ici, ça n'a pas été le cas et nous le payons aujourd'hui.

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 22:34

Espagne : Del Bosque défend son bilan

International -News (Part 2) - Page 28 2578976_full-lnd

Vicente del Bosque, l'homme du doublé Mondial-2010/Euro-2012 de l'Espagne, a défendu lundi avec force son bilan à la tête de la Roja en dépit d'une élimination calamiteuse au premier tour au Mondial-2014, ajoutant qu'il n'avait pas de revanche à prendre face aux Pays-Bas, mardi, en amical.

"Je n'ai pas soif de revanche face aux Pays-Bas", a affirmé Del Bosque en faisant allusion à la terrible défaite (5-1) infligée aux Espagnols par les Oranje au premier match de poule du Mondial l'été dernier.

"Les Pays-Bas ont été sur le podium des deux dernières Coupes du monde et l'Espagne, qui avait dominé ces dernières années, a donné des signes de faiblesse depuis quelques mois. Bon, nous avons quand même marqué 14 buts contre trois concédés. En 31 rencontres et quatre séries de qualifications, nous avons obtenu 28 victoires, deux nuls et une défaite. Je ne pense pas que ça soit mauvais...", a-t-il dit.

"Même si je reconnais que nous n'avons pas bien joué après la Coupe du monde, je vois quand même du positif. Nous allons dans la bonne direction", a ajouté Del Bosque.

Son vis-à-vis néerlandais, Guus Hiddink, très critiqué par les médias de son pays, a lui plaisanté en lançant qu'il allait devoir porter un gilet pare-balles après le médiocre parcours des Pays-Bas en qualifications pour l'Euro-2016 : 3e du groupe A après deux victoires, un nul et deux défaites.

L'Espagne est elle deuxième du groupe C (4 victoires, 1 défaite).

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 31 Mar - 10:46

Colombie : Falcao égale le record d'Iguaran

International -News (Part 2) - Page 28 2580568_full-lnd

Radamel Falcao, en transformant un penalty lors de la victoire 3-1 de la Colombie devant le Koweït en amical lundi, a rejoint Arnoldo Iguaran comme co-meilleur buteur de l'histoire des "Cafetero" avec 24 réalisations.

"Je suis content d'avoir marqué mais le plus important, c'est la victoire de l'équipe. Aujourd'hui (lundi), nous avons affronté une bonne équipe du Koweït qui s'est créé des occasions de but et ça nous aide à nous préparer à faire face à ce genre de situation", a commenté Falcao.

Pour Falcao, âgé de 29 ans (56 sél.), le plus important durant cette tournée au Moyen-Orient, où la Colombie avait écrasé Bahreïn 6-0 jeudi dernier, est d'engranger de "la confiance en vue de la Copa America" (du 12 juin au 4 juillet au Chili).

Iguaran avait marqué 24 buts pour la Colombie en 68 matches entre 1979 et 1993.

Au Chili, la sélection colombienne est versée dans le groupe C en compagnie du Brésil de Neymar, du Pérou et du Venezuela.

Fifa.com (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 31 Mar - 10:50

Espagne : De Gea relève le gant

International -News (Part 2) - Page 28 2473770_full-lnd

Il était resté à quai pour la Coupe du Monde de la FIFA, Afrique du Sud 2010™ et l'UEFA EURO 2012, les deux derniers grands succès de l’Espagne. "J’étais jeune et je savais qu’il y avait des gardiens très bons et très expérimentés devant moi. J’ai dû continuer à travailler, en sachant que d’autres opportunités allaient se présenter", explique David Gea à FIFA.com.

Les opportunités n’ont pas manqué de se présenter, malgré son jeune âge. Car oui, le gardien titulaire de Manchester United n’a que 24 ans, même si l’on a l’impression qu’il évolue dans l’élite depuis des lustres. À son palmarès, le portier espagnol compte déjà une Premier League ainsi que deux sacres européens U-19 et U-21, et un titre de vice-champion du monde U-17.

L’an dernier, De Gea est enfin monté dans le train de la Roja. "J’ai eu la chance de pouvoir aller au Brésil", savoure-t-il. "C’est sûr que c’est un souvenir mitigé. J’étais enthousiaste car c’était ma première Coupe du Monde, mais c’est clair qu’il faut oublier ce résultat. Et pour ne rien arranger, je me suis blessé là-bas. Une Coupe du Monde, c’est très dur. Il faut arriver en forme et rester très concentré. Et on paie les petits détails", analyse-t-il avec sang-froid.

Changement d’air

De Gea est du genre posé, tout en réflexion… "Je suis un garçon tranquille, calme. Ça m’est utile dans mon travail car c’est important que le gardien, depuis son poste, puisse inspirer la sérénité au reste de l’équipe", estime-t-il, à propos de ses caractéristiques qui, avec son énorme talent dans les cages, ont conquis Sir Alex Ferguson. En 2011, les Red Devils ont ainsi réglé une indemnité de transfert record en Premier League pour un gardien en le faisant venir de l’Atlético de Madrid.

"Le football anglais m’a beaucoup changé, vraiment. J’ai beaucoup progressé physiquement, je suis beaucoup plus concentré, je me suis amélioré dans tous les domaines… Je suis arrivé très jeune. Au bout de quatre ans, je tire un très bon bilan. Ça m’a fait beaucoup de bien de venir dans ce championnat. On y apprend beaucoup de choses", explique l'athlète d’1m93.

Aujourd’hui, le Néerlandais Louis Van Gaal occupe le banc de MU et garde sa confiance en De Gea, même s'il lui a adjoint une doublure qui faisait partie de la sélection espagnole en 2010 et 2012… "Je travaille très bien avec Víctor Valdés, je suis très content d’être avec lui", assure l'ancien Colchonero. "J’apprends beaucoup de choses à son contact, non seulement en tant que gardien car il a beaucoup d’expérience, et mais aussi en tant qu’homme. C’est un gars qui va droit devant, qui a beaucoup de caractère. Il est toujours disponible, il essaie de donner un coup de main avec ses conseils, surtout pendant les matches."

Concurrents en sélection, les deux hommes partagent les mêmes objectifs en club. Après un mauvais début de saison 2014/15, les Mancuniens ont redressé le cap et poursuivent un objectif très clair : "Nous devons nous qualifier pour la Ligue des champions, quoi qu’il arrive. L’an dernier, nous ne nous étions pas qualifiés. Manchester ne peut pas se permettre de manquer à l’appel deux années de suite", prévient-il

L’avenir et le présent
Dans le camp de la Roja, les choses sont claires aussi, surtout après le camouflet brésilien. Il s’agit de défendre fièrement la couronne européenne. "L’équipe a toujours autant envie de faire plaisir aux gens avec du beau jeu et des buts", affirme le dernier rempart espagnol, même si les résultats ne sont pas pleinement convaincants. Deuxièmes de leur groupe de qualification pour l'UEFA EURO 2016 derrière la Slovaquie, qui les a battus 2:1 à Zilina, les Espagnols viennent tout juste de retrouver le rythme et le football avec lequel ils ont enflammé les foules il y a quelques années. "Nous sommes sereins. Nous savons que ce groupe est difficile. Nous devons jouer des matches compliqués, mais nous les abordons sans pression, avec la même confiance et la même sérénité", assure le portier.

De Gea est tout près de réussir là où d’autres - notamment Valdés - se cassent les dents depuis de nombreuses années : succéder au titulaire indiscutable des cages espagnoles, Iker Casillas... "Pour le moment, ce n’est pas à l’ordre du jour", coupe-t-il cependant. "Aujourd’hui, nous sommes trois et Iker reste le numéro un. On ne sait pas de quoi l’avenir sera fait. Il faut vivre le moment présent, essayer de bien d’entraîner et saisir les opportunités que donne le sélectionneur. Ce qui est important, c’est de vivre le moment présent."

L’actualité, c’est un nouveau match contre les Pays-Bas, une nation face à laquelle l’Espagne a été championne du monde à Afrique du Sud 2010 puis éliminée à Brésil 2014. "C’est toujours un plaisir d’affronter de grosses équipes. Nous avons très envie de gagner et de démontrer que cette équipe est très forte", lance l’ancien Madrilène, qui pourrait débuter dans les cages à Amsterdam et avoir une nouvelle opportunité de prouver son talent et de franchir une nouvelle étape. "Je veux jouer une Coupe du Monde, pas seulement y aller. Je veux gagner beaucoup de titres avec mon club et en sélection. C’est ça qui fait un grand joueur. Il me reste encore beaucoup de chemin à parcourir dans ma carrière."

Alors qu’il se dépêche pour ne pas arriver en retard au dîner, nous demandons à David son pronostic… pour l’Eurovision ! La question n’est pas innocente puisque le joueur partage depuis deux ans la vie d'Edurne, la chanteuse qui représentera l’Espagne. "J’espère que tout va bien se passer pour elle. Je lui accorde une grande confiance et j’espère qu’elle en profitera."

Fifa.com (31/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 31 Mar - 21:53

Arménie : Démission du sélectionneur suisse Challandes

International -News (Part 2) - Page 28 1120607_full-lnd

Le sélectionneur suisse de l'Arménie Bernard Challandes a démissionné en raison des mauvais résultats de son équipe lors des qualifications à l'Euro-2016, a annoncé mardi la Fédération arménienne.

Challandes (63 ans) avait pris la tête de la sélection arménienne en juillet 2014. Il s'en va après une défaite 2-1 concédée en Albanie dimanche en qualifications à l'Euro-2016.

En quatre matches dans le groupe I des qualifications pour l'Euro sous la conduite de Challandes, l'Arménie n'a pris qu'un point grâce à son match nul contre la Serbie (1-1) et occupe la dernière place du groupe.

Fifa.com (31/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 31 Mar - 21:59

Norvège : Riise ou le besoin d'expérimenter

International -News (Part 2) - Page 28 2580751_full-lnd

Le Norvégien John Arne Riise a derrière lui une carrière bien remplie, jalonnée de nombreux titres remportés sous les couleurs de plusieurs grands clubs européens. Mais parmi les 500 matches qu'il a disputés, il y en a un qui lui restera tout particulièrement en mémoire.

Le 25 mai 2005, sur la pelouse du stade olympique Atatürk d'Istanbul, "son" Liverpool affronte l'AC Milan en finale de la Ligue des champions de l'UEFA. À la mi-temps, les Italiens mènent 3:0 et personne n'imagine alors les Reds capables de revenir dans la partie. Le public assiste pourtant ce jour-là à l'un des plus grands moments de l'histoire du football. Riise lui-même sert Steven Gerrard, qui permet aux siens de revenir au score et d'atteindre la séance de tirs au but à l'issue d'un match palpitant. Liverpool parvient finalement à s'imposer 6:5, malgré l'échec de Riise depuis le point de penalty.

"Pour moi, ce match surpasse tous les autres. La manière dont nous sommes revenus au score est tout simplement incroyable", se souvient le défenseur au micro de FIFA.com. Le Norvégien portera jusqu'en 2008 les couleurs de Liverpool, club pour lequel il a à ce jour joué le plus longtemps. Ses autres étapes, à Monaco  de 1998 à 2001, à l'AS Rome de 2008 à 2011 et à Fulham de 2011 à 2014, n'auront duré que trois ans chacune.

"J'aime me lancer dans des expériences inédites et découvrir de nouvelles cultures", souligne Riise. "À l'été 2014, je me suis retrouvé sans club et lorsque la proposition de l'APOEL est arrivée, j'ai dit oui." Difficile de refuser un nouveau défi. Une nouvelle pige de trois ans ? Rien n'est encore sûr. Le globe-trotter n'est pas encore prêt de s'arrêter. "Je veux jouer jusqu'à 40 ans. Physiquement, je suis en pleine forme. L'APOEL ne sera pas mon dernier club. Une fois ma carrière de joueur terminée, j'aimerais devenir entraîneur. Je suis toujours prêt pour de nouvelles aventures."

Voisin de chambrée, meilleur ami, frère
Il a par contre tourné définitivement la page de l'équipe nationale. En 2013, après 13 années de loyaux services, Riise a annoncé qu'il mettait fin à sa carrière internationale. Une décision difficile qu'il assume totalement aujourd'hui et qui lui a permis de se concentrer davantage sur son parcours en club. "Je suis heureux d'avoir fait ce choix, je ne regrette rien."

Ligue des champions, championnat de France, Coupe d'Angleterre, Supercoupe de l'UEFA : en 17 années de carrière, Riise a enchaîné les titres. Mais les temps forts de sa carrière ne se résument pas aux trophées. Il n'oubliera jamais l'époque où il a porté les couleurs de Fulham en compagnie de son frère Bjørn Helge. "C'est mon meilleur ami. Nous avons joué ensemble en sélection pendant cinq ans, nous partagions la même chambre. À Fulham, nous avons été coéquipiers pendant un an. J'ai vu un de mes rêves se réaliser. Il est plus jeune que moi et je veux m'occuper de lui. Ce n'est pas toujours facile d'être le frère d'un joueur qui, comme moi, a connu tant de succès."

Malgré une carrière réussie en club, Riise n'a cependant jamais eu la chance de disputer un grand tournoi international. Depuis l'UEFA EURO 2000, la Norvège n'a plus réussi à se qualifier pour une Coupe du Monde de la FIFA™ ou un Championnat d'Europe. "Nous n'avons pas été assez bons. C'est aussi simple que ça. À l'issue de ces longues qualifications, seules les meilleures équipes sont retenues. Nous n'en faisions pas partie", avance-t-il sans chercher d'excuses. Le constat s'impose de lui-même pour le défenseur. "Ces dix dernières années, le football norvégien a traversé une grosse crise. Je pense que nous devrions nous concentrer davantage sur la formation des jeunes, en leur donnant la possibilité de se mesurer à d'autres équipes pour progresser. Il faut aussi proposer un entraînement plus relevé." L'entraîneur en devenir a passé son message...

Fifa.com (31/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 7 Avr - 15:47

Mexique : Tijuana - Arango suspendu deux matches pour morsure

International -News (Part 2) - Page 28 2526866_full-lnd

Le milieu de terrain vénézuélien de Tijuana, Juan Arango, a écopé de deux matches de suspension lundi pour avoir mordu un adversaire samedi lors d'un match du championnat du Mexique perdu (4-3) contre Monterrey.

Arango, 34 ans, a mordu à l'épaule gauche le défenseur mexicain de Monterrey, Jesus Zavala, à la fin de la rencontre entre les deux équipes. Un geste qui n'est pas sans rappeler celui de l'Uruguayen Luis Suarez, auteur d'une morsure sur l'Italien Giorgio Chiellini, au Mondial au Brésil.

Ce vilain geste d'Arango a fait sensation ce week end au Mexique et la Commission de discipline de la Fédération mexicaine s'est saisie du cas lundi.

Arango, ancien jouer du Borussia Moenchengladbach et Majorque, a présenté ses excuses publiquement à Zavala après le match et a expliqué son geste en disant qu'il était "frustré et énervé".

Fifa.com (07/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 7 Avr - 15:59

Iran : Ivankovic au chevet de Persépolis

International -News (Part 2) - Page 28 2166892_full-lnd

Le Croate Branko Ivankovic a été nommé entraîneur du club iranien de Persépolis, en remplacement de Hamid Derakshan, limogé dimanche pour manque de résultats, ont rapporté mardi les médias locaux.

Persépolis, le club le plus populaire d'Iran, pointe à la 9e place du classement (sur 16) après 23 journées. Le club affronte mercredi à Téhéran l'équipe saoudienne d'al-Nassr en Ligue des champions d'Asie.

Ivankovic, 61 ans, a signé un contrat de 18 mois. Il connaît bien le football iranien pour avoir été le sélectionneur de l'équipe d'Iran entre 2003 et 2006. Il avait notamment mené la sélection au Mondial-2006 en Allemagne (élimination au premier tour).

"Je suis heureux d'être de retour en Iran, nous allons tenter de rendre heureux la majorité des supporteurs de Persépolis", a-t-il déclaré dans une vidéo diffusée sur le site internet officiel du club (www.fc-perspolis.com).

Derakshan avait été nommé en septembre 2014, après le limogeage de l'ex-international Ali Daei qui payait un début de saison catastrophique du club.

Fifa.com (07/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 7 Avr - 22:48

Verratti, prince du Parc mais pas encore roi d'Italie

International -News (Part 2) - Page 28 2583037_full-lnd

Simple espoir de 19 ans en juillet 2012 quand il débarque au Paris Saint-Germain, Marco Verratti est devenu en deux ans le chouchou du Parc des Princes, au milieu d'une pléiade de stars, et le centre de gravité de l'ambitieux PSG.

L'Italie suit naturellement avec intérêt les prestations du "Gufetto" (le petit hibou). Pourtant, malgré 12 sélections avec la Nazionale depuis août 2012, Verratti n'a pas encore réussi à décrocher une place de titulaire dans une formation en pleine reconstruction sous la houlette de l'intransigeant Antonio Conte.

Loin d'être une conséquence de la méfiance naturelle manifestée souvent en Italie à l'égard des jeunes, il s'agit avant tout d'un problème technico-tactique. FIFA.com vous propose de faire le point sur l'utilisation de Verratti dans le 3-5-2 hyper-technique de Conte tout en partant du principe que personne ne remet en question son talent ni l'influence qu'il a sur le jeu.

"Il y a parfois des jugements trop rapides alors que l'on a besoin de patience. Je dis non aux estimations péremptoires, qu'il s'agisse de promotion ou d'échec", précise Conte en parlant de la nouvelle vague italienne, avant de préciser : "J'ai été appelé à la tête de la Nazionale pour lui faire un électrochoc dans un moment difficile pour le football italien. Je voudrais plus d'unité dans cette équipe, que tout le monde rame dans la même direction".

Héritier de Pirlo ?
Le jugement hâtif auquel se réfère Conte a été de considérer Verratti comme l'héritier naturel d'Andrea Pirlo dans un rôle de meneur de jeu évoluant devant la défense. Or, contre la Bulgarie (2:2), alors que Pirlo et Daniele De Rossi étaient absents, Verratti est passé à côté de son match. "Je dois naturellement essayer de profiter des occasions pour m'imposer, mais ne me dites pas que le sort de l'Italie repose sur moi. Si tu n'es pas Messi ou Maradona, une équipe nationale ne peut dépendre d'une seule personne. Nous sommes un groupe et Conte est en train de construire une grande équipe avec une philosophie différente et en développant un football particulier. Nous voulons faire un grand Euro", se défend Verratti.

Il parait cependant évident que l'ancien joueur de Pescara est plus à son aise en évoluant plus haut au milieu du terrain que cantonné dans un rôle de milieu défensif chargé de distribuer le jeu dans le 3-5-2 de Conte. "C'est vrai que le PSG joue d'une manière différente. Mais je n'ai pas beaucoup de temps pour m'exprimer à fond avec la Nazionale où mes déplacements sont différents. J'aurai besoin de nouvelles expériences pour bien définir ma position sur le terrain", reconnait le jeune père de famille, avant d'aller plus loin dans son analyse : "Jouer milieu excentré avec la Nazionale comme je le fais à Paris me parait difficile car les milieux de terrain de Conte bougent beaucoup sans le ballon, couvrent beaucoup de terrain, se lancent en profondeur pour ouvrir des brèches aux attaquants. Cela ne correspond pas à mes caractéristiques mais on peut toujours essayer. De toute façon j'ai toujours respecté les choix de Conte. Sur le plan tactique c’est le meilleur entraîneur que je n’ai jamais eu. Je ne sais pas si je correspond au joueur idéal pour le type de jeu qu'il prône mais avec l'équipe nationale, c'est à toi de t'adapter, même si naturellement je ne peux me transformer demain en défenseur central".

En fait, Conte recherche avant tout un joueur capable de sauter une phase de jeu au milieu en portant directement le danger dans le camp adverse sur la base de longues ouvertures. Les longues passes millimétrées de Pirlo, son coup d'œil, ses coups francs répondent parfaitement à ces options alors que Verratti est plus à l'aise dans les duels et balle au pied. "Quand il y a Pirlo et De Rossi, c’est normal que ce soient eux qui jouent. C’est à moi de gagner ma place et ça ne serait pas un drame que je retourne sur le banc quand Pirlo reviendra. Pour un entraîneur c’est une bonne chose d’avoir plusieurs joueurs forts à chaque poste. La concurrence t’aide à gagner des trophées", concède "le petit hibou", en sachant que le temps joue pour lui.

Fifa.com (07/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 8 Avr - 13:26

CONCACAF Champions League
Ruiz, "frère de" mais pas que...


International -News (Part 2) - Page 28 2583236_full-lnd

À l'approche de la demi-finale aller de la Ligue des champions de la CONCACAF, Herediano veut accomplir l’exploit : devenir la première équipe costaricienne à battre un représentant du Mexique lors d'une phase à élimination directe. Le milieu de terrain Verny Scott reçoit le ballon à cinq mètres de la surface de réparation de l'América et transmet vers l'avant sans hésiter. Deux défenseurs et le gardien voient alors la balle retomber dans la surface de réparation, mais le numéro 7 de la Team Florense parvient à se hisser au-dessus des trois autres pour marquer de la tête. Le tableau d'affichage indique 2:0 ; la victoire est en marche.

Cette deuxième réalisation des hôtes a surpris tout le monde sauf les Ticos. Yendrick Ruiz, actuel meilleur buteur dans son pays, était particulièrement en réussite depuis plusieurs mois. La perspective alléchante d'une première finale continentale représente un premier succès au-delà des frontières de son pays. Seul son frère avait jusqu'alors eu ce privilège, lui qui avait enthousiasmé le monde entier avec la sélection costaricienne pendant la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014™.

Les deux frères ont débuté leur parcours à Alajuelita, une petite ville de la province de San José. Rubén González, chauffeur de taxi, n'a pas seulement fait en sorte que ses petits-enfants Bryan et Yendrick ne manquent de rien, il a également trouvé le temps de créer une équipe de football : les "Petits-fils du grand-père". Leur grande passion du ballon rond s'y est révélée.

"Je n'ai pas eu de figure paternelle, c'est mon grand-père qui a rempli ce rôle. Nous lui sommes extrêmement reconnaissants de tout ce qu'il a fait pour nous, de l'aide qu'il nous a apportée et de tout ce qu'il nous a appris. Le football en fait partie", raconte avec une pointe de nostalgie Yendrick, 27 ans et benjamin des Ruiz.

Des chemins différents
Après cinq ans, le maillot des "Petits-fils du grand-père" n'était plus vraiment à leur taille. Rubén González s'est alors mis en quête d'une formation de plus grande envergure pour les deux frères. Le cœur l'a conduit à tenter sa chance à deux reprises auprès du Deportivo Saprissa, mais les deux footballeurs en herbe n'ont pas été retenus, à cause de leur frêle physique. Leur carrière professionnelle a finalement commencé à Alajuelense, rival historique du Monstruo Morado.

"Notre grand-père nous a toujours appris à bien nous comporter et à ne jamais renoncer. J'y pense quand je suis sur le terrain, dans les bonnes ou les mauvaises situations, pour m'en sortir grâce à ma personnalité et à mon caractère", explique Yendrick.

Bryan, créatif, élégant et gaucher, a eu de la chance plus rapidement. Trois ans après ses débuts en 2003, il partait en Europe pour ne jamais en revenir, sauf à l'occasion des rassemblements des Ticos. Il aura fallu plus de patience à Yendrick, attaquant-né, droitier et puissant.

Il a démarré en 2006 dans l'équipe des Manudos. En 2010, il a rejoint Brujas, toujours au Costa Rica. Cette même année, il a intégré Alajuela Junior, avant de partir pour Puntarenas en 2011. La stabilité n'est venue qu'en 2012 lorsqu'il a rallié son club actuel, Herediano.

Écrire sa propre histoire
En 2013, il a participé à la Gold Cup de la CONCACAF au sein de la sélection costaricienne. Il n'a toutefois pas fait partie du voyage au Brésil l'été dernier. Durant l'épreuve suprême, son frère a joué un rôle-clé dans le parcours du pays, qui s'est achevé sur un quart de finale historique. L'heure de gloire de Yendrick est arrivée juste après, avec son club. Herediano a réussi à s'extraire de la phase de groupes de la Ligue des champions en évinçant León, double champion du Mexique, prolongeant ainsi l'état de grâce du football tico.

"Je ne pense pas qu'on puisse parler de chance, ni au Brésil l'année dernière, ni avec l'Herediano cette année. J'évoquerais plutôt le sens du sacrifice et du travail. Ce qui s'est passé pendant la Coupe du Monde était incroyable, personne n'avait misé sur nous… C'est pareil avec le club. Nous sommes tombés dans le groupe de León, alors double champion du Mexique, et nous l'avons éliminé. Voilà comment nous avons commencé à écrire une nouvelle page de notre histoire", résume l'attaquant, pour l'instant en tête du classement des buteurs de la compétition avec cinq réalisations.

Herediano a amélioré son meilleur résultat dans un tournoi continental grâce à sa victoire 3:1 en quart de finale contre Olimpia, club du Honduras. América, l'un des géants de la région, s'est ensuite retrouvé sur sa route. "C'était un rêve pour nous. À l'aller, tout s'est bien passé. Nous savions que nous pouvions l'emporter, mais pas forcément sur un tel score", reconnaît Yendrick.

Ruiz est cependant conscient que le plus dur est à venir. "J'ai parlé avec Bryan, qui nous a donné des conseils basés sur son expérience. Il sait à quoi va ressembler ce match. Il nous a demandé de rester concentrés, de bien gérer les blocs pendant toute la durée de la partie pour obtenir un résultat positif. Je crois qu'aujourd'hui la marque de fabrique du Costa Rica est de relever des défis qui semblent impossibles sur le papier", estime le numéro 7.

Il y a huit mois, c'est Bryan qui a fait parler de lui ; aujourd'hui, c'est au tour de Yendrick de se faire sa place, loin de l'ombre de son grand frère. Dans un scénario idéal, la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA se profile à l'horizon…

Fifa.com (08/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 10 Avr - 12:36

Angleterre : Les quarantièmes rugissants

International -News (Part 2) - Page 28 1333078_full-lnd

Pour certains, la vie commence à 40 ans. En football, jouer au-delà de cet âge requiert cependant un dévouement à toute épreuve. Rares sont les joueurs à pouvoir rester en forme aussi longtemps. Il est d’ailleurs commun aujourd’hui de raccrocher ses crampons dans la trentaine.

Ryan Giggs, lui, a attendu d’avoir soufflé ses 40 bougies avant de tirer le rideau sur sa remarquable carrière à Manchester United. Du haut de ses 42 ans, Marck Schwarzer a également effectué récemment une apparition en Premier League, sous le maillot de Leicester City. De son côté, Faryd Mondragon est devenu lors de Brésil 2014 le plus vieux joueur à évoluer en Coupe du Monde, à 43 ans et trois jours.

FIFA.com a recueilli les témoignages exclusifs de plusieurs joueurs qui ont repoussé l’âge de la retraite. Ils évoquent leurs motivations, leurs secrets de longévité, et leur rôle dans le vestiaire.

Maman et entraînement
"Certains joueurs sont capables, année après année, d’encaisser un haut niveau d’entraînement", confie Peter Shilton, recordman du nombre de sélections en équipe d’Angleterre. "D’autres ne peuvent pas, évidemment, mais si vous avez la chance d’être né avec de telles capacités physiques, c’est formidable de pouvoir continuer à faire ce que vous aimez aussi longtemps que possible."

Shilton ne s’en est pas privé. L’ancien portier international a raccroché les gants à 47 ans, après avoir disputé 1005 matches dans le championnat anglais. Il avait sept ans de moins lorsqu’il a disputé la Coupe du Monde de la FIFA, Italie 1990™, où son âge avancé et son poste de gardien de but lui ont permis de bénéficier d’un traitement particulier.

"Bobby Robson avait fait venir Mike Kelly, un entraîneur des gardiens, afin de nous donner quelques séances, ce qui était appréciable", se souvient Shilton. "La plupart du temps, il me demandait ce que je voulais faire et j’étais suffisamment expérimenté pour le savoir. J’étais prêt à 100 % pour cette Coupe du Monde. Je pense que j’étais à mon meilleur niveau."

"Je tiens beaucoup de ma mère, qui est très résistante physiquement", ajoute-t-il. "Elle s’est brisée la hanche une fois, mais elle était sortie de l’hôpital deux jours après. Elle a 93 ans aujourd’hui. Je crois que c’est dans les gènes ! Les chiens ne font pas des chats."

Kevin Phillips doit lui aussi avoir de bons gènes. L’ancien attaquant a disputé son dernier match de Premier League, avec Crystal Palace, à l’âge de 40 ans et deux mois, avant de marquer cinq mois plus tard le dernier but de sa carrière professionnelle, sous les couleurs de Blackpool. Son témoignage rejoint celui de Shilton quant à la nécessité d’adopter une approche différente en fin de carrière.

"Tout devient forcément un peu plus difficile lorsque vous vieillissez", reconnaît Phillips au micro de FIFA.com. "Il faut travailler deux fois plus dur que les autres pour rester au niveau. Je n’ai jamais pratiqué le yoga, mais j’ai entendu Ryan Giggs dire qu’il en faisait. Je portais pour ma part beaucoup d’attention aux étirements, ce qui n’est pas très éloigné du yoga. Je m’étirais chaque jour dès que j’en avais l’opportunité."

Mentalement et physiquement
Brad Friedel estime de son côté devoir à sa retraite internationale sa longévité au plus haut niveau. Particulièrement brillant avec l’équipe des États-Unis lors de la Coupe du Monde 2002, le portier américain avait 40 ans, en 2011, lorsqu’il s’est engagé avec Tottenham. Il a disputé chaque match de Premier League cette saison-là, contribuant à son record de 310 apparitions consécutives en première division, sur huit campagnes différentes.

"Ne plus jouer en sélection m’a beaucoup aidé", relève Friedel. "Ça m’a permis de prolonger ma carrière en club. C’est une question de mental également. Ce n’est pas évident d’être toujours en déplacement." L’aspect mental semble tenir une importance toute particulière pour les joueurs ayant franchi la barre des 40 ans. Il n’est pas toujours évident pour eux de faire face aux critiques des médias, toujours prompts à comparer leurs performances à celles de leurs jeunes années. Shilton se souvient ainsi d’un but concédé face à l’Uruguay lors d’un match de préparation à la Coupe du Monde 1990.

"J’ai toujours été fier de ne pas faire beaucoup d’erreurs avec l’Angleterre", raconte-t-il. "Le tir en question n’était pas évident à arrêter, je n’aurais pas appelé cela une bourde. Mais lorsque j’ai ouvert les journaux le lendemain, l’un des gros titres disait que j’étais trop vieux et que je n’avais rien à faire à la Coupe du Monde. Chacune de vos erreurs laisse la porte ouverte aux commentaires sur votre âge. Certains sont sans doute encore assez bons pour continuer, mais n’ont peut-être pas envie d’être traités de cette façon."

De ce côté-là, les choses n’ont pas vraiment évolué depuis l’époque de Shilton, il y a une vingtaine d’années. "Lorsque vous prenez un but, le commentateur va prouver par A plus B que c’est à cause de vos vieilles jambes et de votre âge", confirme Friedel. "Cela m’énerve beaucoup d’entendre ce genre de choses. Certains gardiens de moins de 30 ans font des erreurs encore plus grosses, mais on ne leur reproche rien. En règle générale, encaisser un but n’a rien à voir avec votre âge."

Tempérament et encadrement

Friedel est d’autant plus sensible à la question qu’il aspire un jour à prendre une équipe en main. L’ancien international américain a déjà accompli la moitié de sa Licence Pro UEFA, l’une des meilleures formations d’entraîneur. Celui qui le dirige aujourd’hui à Tottenham, Mauricio Pochettino, lui rend un an, alors que son prédécesseur, André Villas-Boas, avait six ans de moins. Comment se passe donc la relation entre un joueur et un entraîneur dans un tel cas de figure ?

"Lorsqu’André est arrivé, j’ai tenu à lui faire savoir que je ne serais pas une menace. J’ai toujours essayé de l’aider", répond Friedel. "A cette époque, j’entraînais également un peu au centre de formation. Si la communication est bonne, ça ne pose aucun problème. C’est la même chose désormais avec Mauricio. C’est un super entraîneur, toujours très organisé. C’est facile de parler avec lui et le reste du staff car nous avons le même âge. Je fais de mon mieux pour donner quelques conseils et il sait que je ne suis pas là pour lui mettre des bâtons dans les roues, mais pour l’aider."

A l’instar de Friedel, Shilton, qui a d’ailleurs été entraîneur-joueur lors de son passage à Plymouth Argyle, entretenait une relation privilégiée avec le staff. "On m’a souvent demandé pourquoi je n’avais jamais rejoint un gros club", note l’ancien gardien anglais. "J’ai failli signer avec Manchester United et Arsenal à plusieurs occasions, mais la plupart du temps, je choisissais ma destination pour travailler avec un technicien que je respectais. J’avais moi-même beaucoup de caractère et il fallait que je puisse travailler avec des entraîneurs dignes de confiance."

Ce respect mutuel est précisément ce que les joueurs semblent attendre de leur encadrement, des supporters et des commentateurs lorsqu’ils ont le courage de poursuivre leur carrière au-delà des 40 ans.

"Dans la vie, l’âge n’est jamais une barrière", résume Shilton. "Il suffit d’avoir la bonne attitude et que le physique suive. Les gens arrivent souvent à un point où ils pensent qu’ils sont en âge de vieillir. Ce n’est qu’une question de perception, beaucoup restent très jeunes dans leur tête."

Fifa.com (10/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 13 Avr - 13:10

Belgique, Witsel : "J'ai toujours eu Zidane comme idole"

International -News (Part 2) - Page 28 2381267_full-lnd

A 26 ans, Axel Witsel est l’une des figures de proue de la fameuse "génération dorée" de la Belgique, celle qui a donné tant de fil à retordre à l'Argentine en quart de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Brésil 2014. Avec plus de 50 sélections au compteur, le milieu de terrain du Zénith Saint-Pétersbourg est l'un des relais privilégiés du sélectionneur Marc Wilmots sur le terrain. Leader technique naturel par son élégance et sa justesse, il possède en outre toute l'intelligence, la maturité et le calme pour remplir le rôle de courroie de transmission du stratège des Diables Rouges.

Formé au Standard de Liège, il a mené son club formateur deux fois au titre en 2008 - année où il a été élu Soulier d'or belge - et en 2009. Convoité par les plus grands clubs européens, il a décidé de poursuivre son évolution au Benfica Lisbonne avant de s'engager en 2012 avec le Zénith.

Du fait de ce parcours, Witsel reste relativement peu connu par rapport aux autres stars de la sélection belge qui évoluent dans les plus grands clubs européens. FIFA.com vous propose donc avec cette interview de mieux connaître celui que ses coéquipiers surnomment "Chaloupe".


Axel Witsel, vous recevez davantage d'attention médiatique depuis la Coupe du Monde. Est-ce quelque chose que vous appréciez ?
J'ai toujours eu un bon rapport avec les médias, que ce soit en Belgique, au Portugal ou maintenant en Russie. Le championnat ici n'est pas très médiatisé, donc on ne parlait pas beaucoup de moi quand je suis arrivé au Zénith. Mais tout ça a changé notamment depuis que Hulk et d'autres sont est arrivés. La Coupe du Monde a aussi fait beaucoup, on parle plus de moi qu'avant. J'aime bien ça. De toute façon, ça fait partie du métier et on n'a pas vraiment le choix.

Marc Wilmots dit que vous et le capitaine Vincent Kompany êtes ses bras droits sur le terrain. Quelles qualités faut-il avoir pour remplir ce rôle ?
Ça s'est fait naturellement à partir du moment où l'entraîneur m'a repositionné milieu défensif et où j'ai commencé à faire de très bons matches. Cette confiance qu'il m'a donnée et mes bonnes prestations ont fait de moi un joueur important pour la sélection. J'ai toujours été un leader, même plus jeune quand j'étais au Standard. Aujourd'hui, je donne simplement le maximum pour assumer ce rôle en équipe nationale.

Outre vos qualités techniques, qu'est-ce qui, dans votre personnalité, fait de vous un leader ?
Ça fait pas mal d'années que je suis là, puisque j'avais 18 ans quand j'ai commencé en sélection et que j'en ai maintenant 26. C'est vrai qu'on ne le devient pas que par ses qualités de jeu sur le terrain. Il faut aussi savoir communiquer, parler à ses coéquipiers au bon moment. Quand je le fais, que j'essaie de corriger quelque chose, je le fais toujours en prenant le côté positif. J'ai toujours été quelqu'un de calme.

Qu'est-ce qui peut vous faire perdre votre sang-froid ?
Il fait vraiment y aller pour me le faire perdre (rires) ! C'est vraiment rare, mais quand ça m'arrive j'essaie de rester quand même le plus calme possible, même si ça n'est pas facile. Sur le terrain, ça peut arriver quand je reçois deux ou trois coups d'affilée, quand je vois que mon adversaire vient juste pour me faire mal. C'est le lot de tous les joueurs techniques. Quand je vois un joueur comme Eden Hazard, je trouve qu'il reste très calme malgré tous les coups qu'il prend à chaque match.

Quels enseignements avez-vous tiré de la dernière Coupe du Monde ?
Nous avons vraiment une équipe avec des grands joueurs qui ont beaucoup de qualités. Même si c'était notre premier grand tournoi, nous restons sur un goût amer après notre quart de finale contre l'Argentine, car je pense que nous aurions pu faire beaucoup mieux. C'est ce que nous devons retenir : dans les grandes compétitions, il faut être là au bon moment, être toujours au top. Aujourd'hui, nous avons tourné la page, mais juste après le match ce n'était pas facile à digérer.

Parlons de votre sélectionneur. Qu'est-ce qu'il a apporté à la Belgique ?

Il a restauré une certaine discipline dans le groupe, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Il a amené aussi de la confiance et il nous a ressoudés. Nos qualités naturelles sont alors ressorties et nous avons commencé à faire peur à pas mal d'équipes. Aujourd'hui, peu importe contre qui nous jouons, nous n'avons plus cet effet de surprise. Avant, nos adversaires pouvaient se dire "on va jouer contre la Belgique, ils ont des bons joueurs mais ça va". Maintenant, c'est "on va jouer contre la Belgique : attention !". On doit s'habituer à jouer contre des équipes qui restent derrière avec deux lignes de quatre, et qui partent en contre-attaque. On avait plus d'espace avant.

La Belgique semble avoir un groupe très uni…
On se connait depuis pas mal de temps maintenant, en sélection ou en club, sur le terrain comme en dehors. C'est une de nos forces. Nous ne sommes pas seulement des collègues, mais aussi une bande de potes, une bande d'amis. Tout le monde le voit quand on fait des vidéos pour l'équipe nationale, pour les sponsors ou autres.

Quel est votre rôle dans cette bande de potes ? Avez-vous un surnom ?
Je suis celui qui reste toujours calme, tranquille. Je suis un peu le sage (rires). Mon surnom, c'est "Chaloupe", pour mon style, ma façon d'être, ma façon de marcher, de dribbler… C'est Siramana Dembélé, qui était avec moi au Standard, qui m'a donné un jour ce surnom quand j'avais 18 ans. Depuis, tout le monde à commencé à m'appeler ainsi, "Chaloupe, Chaloupe" !

Quelle est votre plus grande qualité sur le terrain ? Qui sont vos références et en quoi vous inspirent-elles dans votre progression ?
Ma plus grande qualité, je pense que c'est ma protection de balle, ma capacité à perdre le moins de ballons possible. Même si on ne joue pas au même poste, j'ai toujours eu comme idole Zinedine Zidane. Ses contrôles, sa technique… c'est pour moi le meilleur au monde. J'adore aussi Andrea Pirlo. C'est tout simplement la classe. Il joue un peu plus défensif que moi. Ce sont deux joueurs qui m'inspirent pour progresser, notamment avec mon pied gauche ou mon jeu long.

Êtes-vous satisfait de jouer milieu défensif avec les Diables Rouges, alors que vous évoluez plus haut en club ?
Le sélectionneur connait bien mes qualités et il sait bien que je peux évoluer en numéro huit, en box to box, comme je le fais au Zénith. Nous verrons bien à l'avenir où je suis positionné. Je peux jouer numéro six s'il faut le faire, mais c'est vrai que je suis un joueur qui aime aller vers l'avant.

Vous avez joué au Standard, à Benfica et désormais au Zénith. Pour quels autres clubs auriez-vous pu évoluer ?
Quand j'étais à Benfica, j'aurais pu aller au Real Madrid. Ça ne s'est pas fait pour x raisons. Voilà, je ne suis pas non plus resté déçu trop longtemps et j'ai vite tourné la page. J'ai 26 ans, c'est jeune encore. Je suis quelqu'un d'assez patient. Après, c'est vrai que c'était quand même le Real Madrid… Quand on m'en a parlé, j'ai forcément imaginé des choses.

Jouer en Russie, qui n'a pas le championnat le plus exposé médiatiquement, n'empêche pas Marc Wilmots de vous faire confiance. Le manque de visibilité vous oblige-t-il à prouver davantage ? N'avez-vous pas envie de goûter, à moyen terme, au top 5 européen ?
Oui, c'est certain que ça nous pousse à nous montrer davantage en Ligue des champions ou en Europa League, par rapport à des joueurs qui jouent en Angleterre, en Italie, en Espagne ou en Allemagne. Sincèrement, j'essaie de ne pas trop y penser pour le moment. J'ai toujours eu l'objectif de jouer un jour dans un club du top en Europe, et cet objectif reste toujours en moi, mais j'essaie de me focaliser sur mon club car nous devons absolument gagner le championnat. On verra bien ce qu'il se passera pour moi en fin de saison.

Fifa.com (13/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 16 Avr - 13:24

Japon, Halilhodzic : "Plein d'espoir et d'ambition"

International -News (Part 2) - Page 28 2580908_full-lnd

Vahid Halilhodzic, nouveau sélectionneur de l'équipe de football du Japon, s'est dit jeudi très optimiste quant à la capacité de qualification des "Samouraïs bleus" pour la prochaine Coupe du monde en 2018 en Russie.

"Je suis arrivé il y a un mois dans ce merveilleux pays pour relever un challenge sportif très intéressant, qui est de qualifier l'équipe du Japon pour la Coupe du monde", a expliqué M. Halilhodzic lors d'une brève rencontre avec la presse après un entretien à Tokyo avec le ministre français des Sports, Patrick Kanner.

"Les Japonais me font confiance depuis le départ et les débuts se sont extrêmement bien passés", a assuré ce Bosniaque d'origine qui a aussi la nationalité française. "J'ai plein d'espoir, plein d'ambition pour cette équipe et j'espère qu'on va réussir avec un bon travail. Comme chaque équipe, celle du Japon a ses défauts et ses qualités: il y a quelques points faibles que l'on va essayer de corriger et pas mal de points forts à amplifier, mais les talents et l'enthousiasme sont là".

Et de saluer les traits de caractère particuliers des Japonais: "ils sont très disciplinés, aiment travailler et sont très respectueux, ce qui constitue une super bonne base de travail".  L'homme se dit "persuadé d'être capable de remonter le niveau" d'une équipe "qui traverse un moment délicat", avec la déception des précédentes Coupes du monde et d'Asie.

La victoire en match amical 5 buts à 1 contre l'Ouzbékistan à Tokyo fin mars "donne confiance et trace le chemin pour la suite", car "les joueurs se sont alors montrés appliqués, disciplinés, combatifs et agressifs". "Il faudra certes faire des changements de méthode de travail, avec des exigences de haut niveau, mais ensuite le succès va arriver", croit-il.

Halilhodzic, 62 ans, qui a mené l'Algérie en 8e de finale de la Coupe du monde pour la première fois de son histoire, en 2014 au Brésil, a succédé au Japon au Mexicain Javier Aguirre, limogé en février.

"J'ai fait ce choix sportif alors que j'avais beaucoup d'offres par ailleurs, mais j'ai décidé de venir ici car j'adore la capacité de travail des Japonais, un état d'esprit qui convient très bien à ma personnalité", dit celui qui assure "ne jamais lire les articles le concernant", mais garder quand même une pensée pour la "lointaine France", particulièrement pour ses "amis des clubs lillois, parisiens, rennais et nantais" auxquels il a appartenu comme joueur et/ou entraîneur.

"Je serais ravi qu'on puisse organiser un match Japon-France, à Paris ou Tokyo", confie-t-il.

Fifa.com (16/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 16 Avr - 13:25

Saint-Kitts-et-Nevis
Harris, sain patron de Saint-Kitts


International -News (Part 2) - Page 28 2591012_full-lnd

Quand il déambule dans les rues de Basseterre, Atiba Harris n'est pas un promeneur lambda. Les gens l'interpellent, l'arrêtent et lui demandent s'ils peuvent prendre un selfie avec lui. "C'est une ville conviviale", explique Harris à FIFA.com, comme s'il voulait écarter l'idée que cette adulation pouvait avoir quelque chose à voir avec son statut de plus grand footballeur de l'histoire de Saint-Kitts-et-Nevis.

Harris a quitté dès l'âge de 17 ans son pays d'un peu plus de 50 000 habitants répartis sur deux îles. Originaire de la paroisse de St Peter près de Monkey Hill, le grand et longiligne attaquant prend la direction de l'Espagne, où il devient le premier Saint-Christophien à signer un contrat professionnel. "Je ne connaissais personne", résume-t-il au sujet de son séjour à Cadix. "Ici, tout le monde est heureux", poursuit au sujet de Basseterre celui qui partage son temps entre le Texas, où il porte les couleurs du FC Dallas, et la capitale de son île natale. "J'essaie de rentrer au pays au moins une fois par an".

Harris globe-trotter
Depuis 2005, Harris a connu plusieurs clubs de Major League Soccer. En neuf saisons, il a porté six maillots différents, le plus souvent comme remplaçant. Sa polyvalence lui permet d'occuper à peu près tous les postes du secteur offensif, parfois dans un rôle d'ailier, d'autres fois comme attaquant de pointe. Footballeur professionnel, il n'est cependant pas une star de la MLS. S'il a connu six villes différentes aux États-Unis, il n'est reconnu par les passants dans aucune d'entre elles.

Aujourd'hui, Harris honore son deuxième contrat avec le FC Dallas, où il avait réalisé sa saison la plus aboutie en 2009, avec à la clé une finale de MLS. Pensionnaire des San Jose Earthquakes l'an passé, Harris est aujourd'hui titulaire dans une formation texane qui occupe la deuxième place de la Conférence Ouest. Aligné d'entrée lors de cinq des six premiers matches lors de l'exercice en cours, le joueur de 30 ans a gagné la confiance de l'entraîneur Oscar Pareja et définitivement tourné la page d'une grave blessure au genou qui lui avait fait manquer l'intégralité de la saison 2011.

Si Dallas est son lieu de travail, Saint-Kitts-et-Nevis est son berceau. "Là-bas, c'est la famille. Tout est différent. Les gens ont beaucoup plus souvent le sourire. Dans la rue, vous rencontrez vos copains d'enfance", raconte celui qui a fait ses débuts en équipe nationale à l'âge de 15 ans.

Pour son dernier retour en date parmi les siens, fin mars, Harris a aidé la sélection de Saint-Kitts-et-Nevis à atteindre le tour suivant des qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018, à la faveur entre autres d'une victoire 6:2 à l'aller sur les voisins de Turks et Caicos. Auteur de l'ouverture du score à cette occasion, le capitaine porte un regard professionnel sur cette performance : "C'est un bon résultat, mais nous aurions dû marquer plus de buts encore. Je ne suis pas content non plus des deux buts que nous avons concédés".

Une histoire de famille

Harris a pris l'avion pour Dallas avant le match retour, également remporté 6:2. Malgré cette qualification, Saint-Kitts-et-Nevis n'en a probablement plus pour très longtemps dans cette compétition préliminaire. Les insulaires n'ont en effet jamais atteint la Coupe du Monde, ni même la Gold Cup de la CONCACAF. Mais l'important n'est pas là. "Quand vous jouez pour votre pays, a fortiori quand vous êtes capitaine de la sélection, vous ne jouez pas pour l'argent", explique le cousin germain de l'international anglais Micah Richards. "Vous jouez pour votre mère, votre père, votre grand-mère et votre grand-père. C'est beaucoup plus important, au sens où c'est votre âme que vous défendez." En conséquence, les attentes des spectateurs sont élevées. "Dans notre stade, on entend tout ce qui se dit ou se crie. Vous sentez la pression. Les gens attendent des buts, un point c'est tout. Peu importe l'adversaire, Turks et Caicos ou États-Unis, ils veulent nous voir marquer."

Saint-Kitts-et-Nevis a désormais rendez-vous avec le Salvador en juin. Par comparaison avec les Saint-Christophiens, les Salvadoriens font office de géants du football régional. Au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, ils sont situés 27 rangs plus hauts que les Sugar Boyz et ont participé à deux Coupes du Monde, en 1970 et 1982. Récemment en match amical, les Cuscatlecos ont même donné du fil à retordre à l'Argentine, vice-championne du monde en titre, avec à la clé une défaite 2:0.

Mais qu'importe. Selon Harris, quand c'est la famille qui est en jeu, tout est possible. "Ici, vous jouez pour votre sang. Vous n'avez pas le droit d'abandonner."

Fifa.com (16/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 16 Avr - 19:05

Argentine : G. Milito devient entraîneur à Estudiantes

International -News (Part 2) - Page 28 1648585_full-lnd

L'Argentin Gabriel Milito, ancien défenseur international du FC Barcelone avec lequel il a gagné deux Ligues des champions (2009 et 2011), va entamer une carrière d'entraîneur dans son pays, à l'Estudiantes La Plata, a-t-on appris jeudi au sein du club.

Milito, 34 ans, devait être présenté officiellement dans l'après-midi, selon cette source. Il succèdera à Mauricio Pellegrino, écarté de son poste mardi.

Estudiantes n'a pas encore assuré sa qualification pour les 8e de finales de la Copa Libertadores, 3e de son groupe où il lui faut battre le club équatorien Barcelona de Guayaquil mardi prochain. En championnat, le club occupe une modeste 16e place.

Frère cadet de Diego Milito, l'ancien attaquant international de l'Inter Milan, Gabriel a joué au Barça de 2007 à 2011, ajoutant à ses deux Ligues des champions trois titres de champion d'Espagne (2009-2010-2011), et en 2009 une Coupe d'Espagne et une Supercoupe d'Espagne (également en 2010), une Coupe du monde des clubs et une Supercoupe de l'UEFA.

Il avait terminé sa carrière de joueur au CA Independiente, le club argentin de ses débuts professionnels.

Fifa.com (16/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 17 Avr - 18:38

Le Bhoutan veut briller un bout de temps

International -News (Part 2) - Page 28 2591565_full-lnd

Au lendemain de son premier succès dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA™, le Bhoutan a le vent en poupe, comme en témoigne sa progression historique de 46 places pour atteindre le 163ème rang du Classement mondial FIFA/Coca-Cola.

"Le succès du football bhoutanais est le fruit de nos efforts et de nos investissements dans tous les domaines, malgré nos ressources limitées", explique le président de la Fédération bhoutanaise de football (BFF) Ugen Tsechup Dorji, à l'occasion d'un atelier financier de deux jours proposé par la FIFA aux associations membres d'Asie du sud et d'Asie centrale. La réunion, ouverte officiellement par le ministre des Finances du Bhoutan Namgay Dorji, s'est conclue le 17 avril.

Premier événement de ce genre organisé au Bhoutan, cet atelier a réuni les secrétaires généraux et responsables des finances de dix pays. Son premier objectif était de présenter et de discuter du nouveau Règlement général des programmes de développement de la FIFA, mais aussi d'évoquer les questions des associations membres concernant les exigences en matière de conformité et de gouvernance, de budgets, d'audits et de rapports.

Conformément aux nouveaux règlements, les associations membres de la FIFA devront présenter un rapport d'audit complet d'ici au 31 mars 2015. "Le soutien et l'expertise de la FIFA et de l'AFC sont essentiels à tous les niveau, notamment en ce qui concerne le football de base, le football féminin et la création d'infrastructures de qualité", rappelle le président de la BFF. "Nous avons élargi notre base pour répondre aux attentes et aux défis à venir, qui réclameront des investissements et des ressources importants. Au cours des prochains mois, nous allons mettre en place des stratégies pour attirer les sponsors et obtenir des financements de nos partenaires commerciaux et des organisations internationales."

Depuis 2001, cinq projets Goal et six activités techniques et PERFORMANCE ont été financés par la FIFA au Bhoutan. Ces initiatives portent sur des domaines essentiels comme la construction du siège de la BFF et d'un centre technique ou encore l'installation de terrains artificiels et de mini-terrains.

Avant le début des qualifications pour la Coupe du Monde 2018, l'équipe nationale du royaume himalayen pointait en dernière position du Classement mondial FIFA/Coca-Cola.

Fifa.com (17/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 18 Avr - 13:58

Mexique, Queretaro - Ronaldinho : "Pas de retraite"

International -News (Part 2) - Page 28 2442746_full-lnd

La star brésilienne Ronaldinho, 35 ans, a démenti vendredi vouloir prendre sa retraite à la fin de la saison lors d'une conférence de presse de son club mexicain de Queretaro.

"Pas de retraite", a martelé à plusieurs reprises le Brésilien, champion du monde au Japon et en Corée en 2002, démentant des rumeurs le disant prêt à raccrocher les crampons en fin de saison.

Il a également déclaré à cette occasion qu'il avait l'intention de continuer à jouer tant qu'il se sentirait "compétitif", disant vivre actuellement ses "meilleurs moments" au Mexique.

Espérant être là "encore de nombreuses années", l'ancien joueur du PSG, du FC Barcelone et de l'AC Milan a dit qu'il remplirait son contrat avec le modeste club de Querataro, auquel il est lié jusqu'en juin 2016.

Cette semaine, la presse brésilienne avait rapporté que Ronaldinho pensait mettre fin à sa carrière à la fin de cette saison et qu'il était même déjà en train de préparer sa fête d'adieu.

Fifa.com (18/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 20 Avr - 16:58

CONCACAF Champions League
L'Impact défie l'América et l'Azteca


International -News (Part 2) - Page 28 2566264_full-lnd

Le Club América est, par son histoire et son palmarès, l'un des plus grands clubs de la CONCACAF. L'équipe basée à Mexico abordera donc en position de grandissime favorite la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF face à l'Impact de Montréal. Pour sa première apparition en finale de l'épreuve, le pensionnaire de Major League Soccer aura le redoutable honneur de se produire au mythique stade Azteca. 

L'affiche
Club America - Impact de Montréal
Mercredi 22 avril, stade Azteca, Mexico (aller)

Les supporters du Club América ne manquent pas une occasion de rappeler que leur équipe fait la loi aussi bien chez elle qu'au-delà des frontières mexciaines. Les Aguilas ont récemment remporté leur douzième championnat mexicain et comptent désormais un titre de plus que Chivas de Guadalajara, leur plus grand rival. Ils espèrent également inscrire une sixième Ligue des champions à leur palmarès, ce qui leur permettrait d'égaler Cruz Azul au niveau continental. L'América, qui fêtera bientôt son centenaire, peut s'appuyer sur l'efficacité et l'expérience de l'international mexicain Oribe Peralta, actuel meilleur buteur de la compétition. Pour atteindre la finale, le champion du Mexique a battu le Deportivo Saprissa, du Costa Rica, 5:0 sur l'ensemble des deux manches en quart de finale. Battus 3:0 sur le terrain de Herediano, autre formation costaricaine, dans le dernier carré, les hommes de Gustavo Matosas ont fait preuve d'une belle force de caractère pour inverser la tendance, en s'imposant 6:0 à l'Azteca au retour.   

Pensionnaire de la MLS depuis 2012, l'Impact de Montréal s'est déjà illustré à plusieurs reprises en Ligue des champions. En 2009, les Québécois étaient devenus le premier représentant canadien à atteindre les quarts de finale. L'Impact se trouve pour l'heure englué dans les bas-fonds de la Conférence Ouest, même si le championnat vient tout juste de débuter. Le club est concentré sur les échéances internationales, d'autant que le vainqueur de la compétition sera qualifié pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. "La Ligue des champions reste notre priorité actuellement", confirme le capitaine de Montréal Patrice Bernier, l'une des stars de l'équipe aux côtés de l'ancien joueur d'Aston Villa Nigel Reo-Coker. "Les Canadiens ne partiront pas en terre totalement inconnue, après avoir dominé Pachuca, une autre équipe mexicaine, en quart de finale. 

Le duel

Rubens Sambueza - Patrice Bernier
Les choses s'accélèrent pour le Club América dès que Rubens Sambueza touche le ballon. En première division mexicaine, le meneur de jeu s'est taillé une solide réputation grâce à ses passes millimétrées et à son excellente vision du jeu. Élevé aux vertus du hockey sur glace, le Québécois Patrice Bernier n'a jamais eu peur d'enfiler le bleu de chauffe pour le bien de son équipe. La tâche consistant à museler le créateur mexicain lui incombera. "Le hockey m'a appris à ne jamais baisser ma garde", confirme l'international canadien de 35 ans, passé notamment par l'Allemagne, la Norvège et le Danemark.  

Le saviez-vous ?

Le Club América n'a jamais perdu en finale de la Ligue des champions. Ses cinq apparitions à ce stade de la compétition se sont soldées par autant de victoires en 1977, 1987, 1990, 1992 et 2006.

La stat
104 000 - Soit le nombre de places que compte le stade Azteca, l'une des enceintes les plus célèbres de la planète football. Inaugurée en 1966, cette arène a été le théâtre de deux finales de Coupe du Monde de la FIFA™. Elle est aussi le foyer spirituel de la sélection mexicaine. Installé à plus de 3 600 mètres d'altitude, l'Azteca est considéré comme l'un des terrains les plus inhospitaliers pour les visiteurs. Les joueurs de Montréal ont passé toute la semaine sur place, afin de s'adapter au manque d'oxygène.

Entendu…
"Tout le monde connaît l'histoire de l'Azteca : deux finales de Coupe du Monde, les exploits de Pelé et Maradona… Toutes les finales sont bonnes à jouer, mais se produire devant plus de 100 000 spectateurs avec une place en Coupe du Monde des Clubs à la clé, c'est tout simplement extraordinaire."  Nigel Reo-Coker, milieu de terrain de l'Impact de Montréal

"C'est un magnifique exploit. Je viens de vivre ma plus belle soirée de footballeur." - Dario Benedetto, attaquant argentin du Club América, après avoir inscrit quatre buts en demi-finale retour

À suivre
Le match retour de la finale de la Ligue des champions 2015 aura lieu au stade olympique de Montréal le 29 avril.

Fifa.com (20/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 20 Avr - 17:21

Danemark, Laudrup : "Un entraîneur doit s'adapter à son groupe"

International -News (Part 2) - Page 28 2592262_full-lnd

Michael Laudrup, crampons aux pieds, a brillé la Juventus, au FC Barcelone et au Real Madrid. L'ancien milieu de terrain du Danemark s'est fondu dans le rôle d'entraîneur avec la même aisance. Ses passages réussis à la tête de Brondby au Danemark, de Getafe en Espagne ou encore de Swansea en Angleterre en sont les premières preuves. Plus récemment, sa première saison en tant qu'entraîneur de Lekhwiya s'est soldée par un titre de champion du Qatar.

Le joueur vif qui avait mené le Danemark en quart de finale de la Coupe du Monde de la FIFA, France 1998™ est devenu un technicien reconnu. À l'en croire, son nouveau pays d'adoption s'apprête à voir percer une nouvelle génération prometteuse et motivée à l'idée d'accueillir l'édition 2022 de l'épreuve mondiale. 

Après la conquête du titre en Qatar Stars League, Laudrup revient avec FIFA.com sur la philosophie qui lui a permis d'ajouter une ligne supplémentaire à son impressionnant palmarès. L'un des rares joueurs à avoir disputé le clasico espagnol dans les deux camps donne également un léger avantage à Barcelone dans la course au titre en Liga.


Michael Laudrup, vous venez de remporter la Qatar Stars League dès votre première saison à Lekhwiya. Qu'avez-vous ressenti en décrochant ce titre ?
Je suis très satisfait. C'est agréable de gagner un trophée. Nous avons dû relever pas mal de défis, à commencer par les internationaux retenus pour disputer la Coupe du Golfe, remportée par le Qatar, la Coupe d'Asie et la Coupe des Nations. Dans ces conditions, nous avons eu beaucoup de mérite à gagner ce championnat, surtout avec un tel total. La saison dernière, Lekhwiya avait été sacré avec 53 points et ses premiers poursuivants affichaient respectivement 48 et 47 points. Cette année, avant le dernier match, nous avons 59 points contre 54 à Al Sadd. Il nous a donc fallu être encore plus performants pour remporter le titre. Nous sommes également engagés en Ligue des champions et nous comptons bien franchir la phase de groupes. Lekhwiya n'a encore jamais réussi le doublé. Nous pouvons encore entrer dans l'histoire en décrochant la Coupe du Qatar ou la Coupe de l'Emir.

Votre philosophie s'inspire-t-elle directement de votre façon de jouer ? Comment avez-vous réussi à vous adapter aux environnements très différents dans lesquels vous avez travaillé ?
Si vous regardez la façon dont nous nous entraînons, je pense que oui. Le niveau est très différent dans les grands championnats européens, mais ce que je fais ici n'est pas si éloigné de ce que j'essayais d'inculquer aux joueurs de Swansea ou de Getafe. Un entraîneur doit s'adapter à son groupe, à la culture, au niveau du club… mais quel que soit l'endroit où l'on officie, il y a des choses simples que l'on peut transmettre. Ici, nous avons beaucoup d'internationaux. Ces joueurs sont techniquement doués. Nous travaillons sur la position du ballon, sur le meilleur moyen de le conserver et ça se passe plutôt bien. 

Avez-vous eu l'occasion de suivre les progrès des jeunes espoirs qataris, notamment de ceux qui représenteront leur pays lors de la prochaine Coupe du Monde U-20 de la FIFA en Nouvelle-Zélande ?
Bien entendu. Cette nouvelle génération sait que la Coupe du Monde 2022 aura lieu au Qatar. Ces joueurs de demain ont été formés différemment. Ils ont affronté de nombreuses équipes européennes et issues d'autres continents. Ils sont donc habitués à évoluer à un bon niveau. Ça leur sera très utile. Dans la perspective de la Coupe du Monde, ils auront besoin de pouvoir se mesurer aux meilleurs. 

Quand vous pensez à la Coupe du Monde 2022, vous imaginez-vous présent en tant que sélectionneur, peut-être avec le Danemark, ou plutôt dans le rôle du simple supporter ?
En 2022, je serai vieux ! Je promets que je suivrai les matches, mais je crois que ce sera en tant que spectateur. C'est une bonne chose que les fans aient moins de déplacement à effectuer. S'ils restent au même endroit, ils feront des économies.

Avec le recul, quel jugement portez-vous sur votre passage à Swansea ?

Nous avons vécu un moment historique. Pour la première fois, le club a terminé parmi les dix premiers du championnat. Nous lui avons également offert son premier titre en 100 ans. C'est ça, écrire l'histoire. Dans dix ans, les supporters parleront encore de ce trophée et de l'équipe qui l'a remporté. J'espère qu'il en sera de même ici. Les entraîneurs, les joueurs et les clubs doivent toujours chercher à aller plus loin. Pour ça, il faut identifier les éléments à améliorer. Il faut aussi en avoir la possibilité.

Avez-vous le sentiment d'avoir laissé un héritage à Swansea ?
Le club a évolué. Les joueurs que j'avais recrutés sont partis. Sur le terrain aussi, le style a changé. Je dois bien admettre que le club ne fait pas une grande saison en Premier League. Quand nous avons gagné la Coupe, j'ai dit à mes hommes de savourer ce moment car on ne sait jamais quand le succès reviendra. Ça peut être l'année prochaine, dans cinq ans ou dans 20 ans. Mais ce trophée restera pour toujours.

Auparavant, vous avez connu une belle réussite en Espagne, à Getafe. Peut-on comparer le niveau technique en Premier League et en Liga ?
C'est difficile. Il s'agit de deux compétitions fantastiques, animées par des joueurs d'exception. À quoi ressemble une équipe anglaise caractéristique ? Il y a tellement de styles de jeu différents, du bon vieux kick and rush au football raffiné d'équipes comme Arsenal ou Manchester City. Il y a plus de variété en Premier League qu'en Liga, où tout le monde essaye de conserver le ballon. L'intensité est plus élevée en Angleterre, mais ça n'empêche pas ses représentants de connaître des heures difficiles en compétitions européennes. Ça fait deux ans de suite qu'il n'y a aucune équipe en quarts de finale. Pour les supporters et pour les organisateurs du championnat le plus populaire et le plus riche du monde, c'est difficile à accepter. Pendant des années, les Anglais ont régné sur l'Europe. Maintenant, tout le monde se demande ce qui se passe. Certes, il y a Barcelone et le Real Madrid, mais il y a aussi la Juventus, le PSG, Monaco, Porto… des clubs issus de championnats moins huppés obtiennent de bons résultats. Qu'est-ce qui se passe ?

En parlant de compétition, le FC Barcelone et le Real Madrid, deux clubs que vous connaissez bien, sont actuellement à la lutte pour le titre en Espagne. Quel est votre favori ?
Difficile de faire un choix. Les deux équipes ont un calendrier chargé. Quatre points, c'était un matelas confortable ; maintenant que l'écart s'est réduit à deux unités, les choses vont devenir plus compliquées. Les résultats en Ligue des champions vont aussi avoir un impact. Une qualification ou une élimination représente deux matches en plus ou en moins. Barcelone et le Real veulent tout gagner. Ils se préparent en conséquence et ils sont prêts à aller jusqu'au bout. Pour nous, spectateurs, c'est la meilleure partie de la saison. Selon moi, le Barça conserve un léger avantage parce qu'il fait la course en tête mais il suffit d'un mauvais match pour repasser derrière. D'une manière générale, il vaut toujours mieux être devant. C'était la même chose pour nous contre Al Sadd. Le poursuivant doit absolument gagner, en espérant un faux pas du leader. 

Lorsque vous suivez certains matches, vous arrive-t-il d'avoir du mal à choisir entre deux de vos anciennes équipes ?
Non, pas du tout. Je suis fier d'avoir porté les couleurs de ces deux clubs. Les cinq années passées à Barcelone ont été les meilleures de ma carrière de joueur. À Madrid, j'ai reçu un accueil merveilleux. Je ne suis pas né ici, j'étais un étranger. Pourtant, je suis très heureux d'avoir fait partie de ces deux gigantesques institutions.

Certains joueurs parmi les effectifs actuels vous rappellent-ils le joueur que vous étiez ?
Ils sont nombreux. Je ressens toujours une certaine fierté lorsque quelqu'un réussi un geste hors du commun et que l'on entend dire : c'est le nouveau Laudrup. Ça fait 18 ou 19 ans que j'ai quitté l'Espagne et on se souvient encore de moi. C'est beau.

Fifa.com (20/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 20 Avr - 21:05

Allemagne : Löw veut une Nationalmannschaft imprévisible

International -News (Part 2) - Page 28 2224555_full-lnd

Joachim Löw veut une Nationalmannschaft "imprévisible" pour ses adversaires des qualifications à l'Euro-2016 en France, a déclaré lundi le sélectionneur des champions du monde en titre.

"L'idée est d'avoir d'une part un plan de jeu clairement défini et d'autre part d'être imprévisible", a souligné Löw dans une interview au site de la Fédération allemande de football (DFB).

Pour lui, l'objectif est de défendre le rang de N.1 mondial au classement Fifa conquis depuis le triomphe au Brésil en juillet dernier. "Notre tâche est de confirmer ces succès. On veut revivre le moment où on a reçu le trophée. C'est cela notre motivation", a insisté Löw, qui a prolongé son contrat jusqu'en 2018.

L'Allemagne, affaibli par les départs à la retraite (Lahm, Mertesacker, Klose) et les blessures, n'a pas particulièrement brillé durant la première phase des qualifications européennes. Elle figure à la 2e place du groupe D derrière la Pologne, qui s'est payé le scalp de la Mannschaft.

"Notre équipe est encore jeune mais je vois un gros potentiel et c'est valable pour tous les joueurs", a souligné Löw, qui veut créer "un vent d'optimisme" en vue de l'Euro en France. "Mais avant tout, il faut d'abord se qualifier, tout le reste est secondaire", souligne le sélectionneur de 55 ans, dont la prochaine sortie aura lieu en juin chez le Petit Poucet de la compétition, Gibraltar.

Les choses sérieuses débuteront en septembre avec la réception de la Pologne, avant deux déplacement en Ecosse puis en Irlande, ses trois rivaux pour les deux billets menant directement en France en 2016.

Fifa.com (20/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 28 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 28 sur 33 Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29 ... 33  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum