Le forum de JS-Kabylie.fr (Jeunesse Sportive de Kabylie)
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -54%
Aspirateur Balai sans fil et sans sac – Bosch ...
Voir le deal
91.09 €

International -News (Part 2)

Page 29 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 21 Avr - 13:29

CONCACAF Champions League
Bernier, hockey sur glace et OK sur gazon


International -News (Part 2) - Page 29 2592452_full-lnd

L'Impact de Montréal a emporté avec lui une arme secrète pour son déplacement au stade Azteca. Le Canadien Patrice Bernier, qui a fait ses classes dans le hockey sur glace au Québec, n'est pas un milieu offensif comme les autres. "J'ai apporté dans le football beaucoup de choses que j'utilisais sur la glace", confie le capitaine de 35 ans à FIFA.com.

"Un milieu doit toujours avoir la tête levée, comme sur la glace", explique l'international aux 53 sélections, qui a vu le jour et grandi sur la rive opposée du Saint-Laurent par rapport à Montréal, berceau des Canadiens, membres fondateurs de la NHL. "Une seconde d'inattention et vous pouvez vous faire démolir par un type deux fois plus costaud que vous", résume celui qui a fait partie du Major League Soccer All-Star 2013 et peut être aussi dangereux en attaque qu'intraitable en défense.

Un rendez-vous historique
Enfant, Bernier pratiquait le hockey et le football à Montréal, où les plus grandes légendes du sport ont une crosse à la main. Dans sa jeunesse, Bernier, dont les parents sont originaires d'Haïti, combinait les deux activités parfois au cours d'une même journée. En Major Junior Hockey League, il a ainsi côtoyé des joueurs qui évolueraient plus tard en NHL, comme Steve Begin et Roberto Luongo. Un jour cependant, l'entraîneur de Bernier lui a dit que ses 177 centimètres étaient un peu justes pour faire de lui un défenseur dans le hockey professionnel.

Cette taille n'étant pas rédhibitoire dans le football, Bernier a joué deux ans aux États-Unis dans le circuit universitaire, avant de signer en 2000 pour l'Impact, qui évolue alors dans les divisions inférieures du football professionnel en Amérique du Nord. Bernier décide donc de tenter l'aventure outre-Atlantique. Il sera tour à tour pensionnaire des championnats de Norvège, du Danemark et d'Allemagne, pour le compte de Kaiserslautern. Quand l'Impact devient la 19ème équipe de Major League Soccer en 2012, Bernier en est l'une des premières recrues.

Meilleur buteur de l'Impact pour sa première saison en MLS avec neuf réalisations, Bernier est aujourd'hui le capitaine et le leader d'une formation qui compte également dans ses rangs un ancien pensionnaire de Premier League anglaise, Nigel Reo-Coker, ainsi que le meneur de jeu argentin Ignacio Piatti. Tous s'apprêtent aujourd'hui à disputer le match le plus important du football de clubs au Canada, la finale de la Ligue des champions de la CONCACAF. Actuellement bons derniers de la Conférence Est de MLS, les Canadiens feront office d'outsiders dans cette finale continentale, dont le vainqueur disputera la prochaine Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. "C'est un rendez-vous historique, mais ça ne va pas être facile. Le Club América est l'équipe la plus titrée de la CONCACAF", estime Bernier.

Sur la carte du sport mondial et canadien

Contrairement à Montréal, Mexico n'a de passion que pour un seul sport : le fútbol. Club le plus titré du Mexique, l'América a par ailleurs remporté la Ligue des champions de la CONCACAF à cinq reprises. Dans la présente édition, il affiche la moyenne vertigineuse de près de quatre buts par match. L'Estadio Azteca est le pré carré de l'América mais surtout l'un des temples du football mondial qui peut accueillir, officiellement, 105 000 spectateurs. "Autant de monde dans un stade, c'est difficile à imaginer, mais c'est ce qui nous attend", prévient le Canadien.

Autre paramètre amené à compliquer un peu plus encore la tâche de l'Impact : l'Azteca est situé à près de 2 300 mètres d'altitude. "Il va falloir faire avec", poursuit Bernier, qui avait sept ans lorsque le Canada a décroché son unique participation à la Coupe du Monde de la FIFA™, en 1986 au Mexique. "Il est évident qu'ils vont essayer de nous asphyxier. Nous devrons être solides derrière pour pouvoir finir le travail chez nous au match retour."

Le défi est immense. Si Bernier et ses coéquipiers parviennent à le relever, ils inscriront leurs noms en lettres d'or dans les annales du sport canadien. "C'est l'occasion pour nous de mettre le football canadien sur la carte du monde." Et sur celle du sport national, en le rapprochant du hockey.

Fifa.com (20/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 21 Avr - 18:50

Afrique du Sud : Décès de John Moshoeu

International -News (Part 2) - Page 29 2592812_full-lnd

L'ex-milieu de terrain international sud-africain John "Shoes" Moshoeu, champion d'Afrique 1996, est décédé mardi d'un cancer à l'âge de 49 ans, a annoncé son agent, cité par l'agence Sport24.

Moshoeu comptait 73 sélections dans l'équipe nationale des "Bafana Bafana". A l'étranger, il avait joué en Turquie, à Fenerbahce puis à Bursaspor, de 1997 à 2003.

Mais il est resté dans le coeur des supporteurs sud-africains pour son rôle dans la victoire en Coupe d'Afrique des nations (CAN) 1996 à Johannesburg, succès historique deux ans après la fin du régime de l'apartheid et l'élection de Nelson Mandela à la présidence.

Il avait marqué quatre buts durant le tournoi.

Fifa.com (21/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 13:12

Mexique : Blanco gagne la Coupe et prend sa retraite

International -News (Part 2) - Page 29 2593106_full-prt

Le vétéran mexicain Cuauhtémoc Blanco, 42 ans, a brandi mardi la Coupe du Mexique du tournoi de clôture avec son club de Puebla, vainqueur de Guadalajara 4-2, pour son dernier match professionnel.

L'ancien international aux 118 sélections, entré en jeu à la 70e minute de la finale, passera de la carrière sportive à la politique: il a annoncé sa candidature à la mairie de Cuernavaca (centre du Mexique).

Blanco a gagné là sa deuxième Coupe du Mexique, après celle du tournoi d'ouverture 2012 avec Sinaloa.

Il avait débuté en D1 mexicaine en 1992 avec l'America, sous les couleurs duquel il a remporté son unique titre de champion national en 2005. Il n'a quitté le Mexique que pour deux saisons à Valladolid, en Espagne, et deux autres aux Etats-Unis à Chicago.

Il a participé aux Mondiaux 1998 en France, 2002 en Corée du Sud et au Japon, et 2010 en Afrique du Sud.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:35

Le Japon se prépare à accueillir les meilleurs clubs du monde en 2015 et 2016

International -News (Part 2) - Page 29 2593195_full-lnd

Les préparatifs de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA ont débuté au Japon. Après avoir accueilli la compétition pour la dernière fois en 2012, le Japon en sera de nouveau l’hôte en 2015 et 2016, les dates de l’édition de cette année ayant été confirmées entre le 10 et le 20 décembre.

Le Secrétaire Général de la FIFA, Jérôme Valcke, a indiqué que l’expérience de la Fédération Japonaise de Football (JFA) pour ce qui est d’organiser des compétitions majeures sera un élément clé de la réussite de l’événement : "Avec entre autres six Coupes du Monde des Clubs accueillies avec brio, ce pays a un beau CV en matière de compétitions de la FIFA, et nous savons que l’organisation sera parfaite, avec un public nombreux et une atmosphère de fête. La popularité et la reconnaissance de la compétition grandissent année après année et, au vu de l’énorme soutien fourni par le Japon, il est certain que cette tendance se confirmera."

Le président de la JFA, Kuniya Daini, a quant à lui déclaré que la compétition était importante pour le Japon à la fois en termes de développement et de divertissement : "C’est une grande occasion pour les joueurs comme pour les amateurs de football d’observer les tendances mondiales du football de clubs. La Coupe du Monde des Clubs propose en effet un football spectaculaire en plus de laisser entrevoir la philosophie de jeu et la culture footballistique des différents clubs et de leur championnat. Avec la FIFA, nous allons tout faire pour assurer le succès de cette compétition. Cela sera par ailleurs une expérience importante pour nous car nous organiserons également les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020."

Le coup d’envoi des préparatifs de la compétition a été donné et la JFA annoncera prochainement le nom des villes hôtes. La compétition rassemblera les champions continentaux des six confédérations (AFC, CAF, CONCACAF, CONMEBOL, OFC et UEFA) ainsi que le champion du Japon.

Organisée pour la première fois au Brésil en 2000, la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA se dispute chaque année depuis 2005 et le Japon l’a organisée en 2005, 2006, 2007, 2008, 2011 et 2012.

La liste des prestigieux vainqueurs comprend : SC Corinthians (2000 et 2012), São Paulo FC (2005), SC Internacional (2006), Milan AC (2007), Manchester United (2008), FC Barcelone (2009 et 2011), Inter Milan (2010), Bayern Munich (2013) et Real Madrid (2014).

Fifa.com (23/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 26 Avr - 14:35

OFC Champions League
Auckland conserve sa couronne


International -News (Part 2) - Page 29 2594277_full-lnd

Les Néo-Zélandais d'Auckland City a du s'employer au penalties contre leurs compatriotes de Team Wellington pour conserver leur couronne de roi de l'OFC pour la cinquième année consécutive, et se qualifier pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015.

Cette finale de la Ligue des champions de l'OFC, disputée à Suva, à Fidji, a été particulièrement haletante. Joao Moreira a ouvert rapidement le score pour Auckland en première mi-temps sur penalty (1:0, 15'), puis Ian Hogg a égalisé à dix minutes du terme (1:1, 79').

En prolongations, Darren White voyait son penalty repoussé par Michael O’Keefe, le portier de Wellington, réduit à dix après l'exclusion de Chris Bale (113'). Les deux équipes se sont donc acheminées vers une séance de penalties, remportée 4:3 par le tenant du titre.

Fifa.com (26/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 27 Avr - 19:18

OFC Champions League
Auckland City au septième ciel


International -News (Part 2) - Page 29 2594633_full-lnd

Quelques mois seulement après avoir créé la sensation lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2014, Auckland City a de nouveau été sacré champion d’Océanie. Les Néo-Zélandais ont décroché leur cinquième titre continental consécutif, le septième de leur histoire. Mais qui se souviendra, dans le futur, à quel point leur suprématie a été mise à mal lors de cette édition 2015 ?

Les Navy Blues d’Auckland n’étaient qu’à un tir au but de la défaite, dimanche 26 avril, lors de la finale contre leurs compatriotes de la Team Wellington, qui découvraient la compétition. Vainqueur 4:3 d’une séance de tirs au but riche en suspense, le tenant du titre est néanmoins parvenu à tenir son rang après avoir été tenu en échec 1:1 au terme de 120 minutes très intenses.

Issues de huit des 11 associations membres de la Confédération Océanienne de Football (OFC), 12 équipes ont participé au tournoi qui s'est déroulé pendant 15 jours, aux îles Fidji. Les Samoans de Lupe Ole Soaga avaient décroché leur billet l’an dernier à l’occasion d’un tour préliminaire face à des représentants des Samoa Américaines et des îles Cook.

Renforts étrangers
Les novices ont été particulièrement à la fête, à l’image du FC Gaïtcha, club de Nouvelle-Calédonie, qualifié pour les demi-finales, ou de la Team Wellington, finaliste surprise. Dans le sillage de Bertrand Kaï, élu à deux reprises Joueur océanien de l’année, et de l’inoxydable Pierre Wajoka, les Néo-Calédoniens se sont appuyés sur la meilleure attaque de la compétition (13 bus) pour se hisser dans le dernier carré. Ils ont alors poussé Auckland City dans ses retranchements, avant de s'incliner sur la plus petite des marges (1:0).

Après l’élimination de Suva dès la phase de groupes, les derniers espoirs du public reposaient sur Ba. Les Men in Black ont mordu la poussière (2:0) face à la Team Wellington dans la seconde demi-finale, elle aussi très accrochée malgré le doublé de Michael Gwyther en début de match. Auteur d’un sans-faute dans son groupe, Ba a porté haut les couleurs du football fidjien. Plusieurs de ses joueurs auront à nouveau l’occasion de faire leurs preuves le mois prochain, lors de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA.

La Ligue des champions de l’OFC n’avait jamais affiché un tel niveau auparavant et les nombreux renforts étrangers n’y sont sans doute pas pour rien. Des joueurs originaires d’Espagne, d’Italie, du Portugal et du Costa Rica ont en effet participé à la compétition, dont la réputation grandit d’année en année. "Le niveau s’est élevé", confirme l’entraîneur d’Auckland Ramon Tribulietx. "Le nombre croissant de joueurs étrangers évoluant dans cette partie du monde permet de tirer tout le monde vers le haut."

Les Navy Blues couverts d’or

La pression était indiscutablement sur les épaules des joueurs d’Auckland City avant la finale. Le club néo-zélandais a récemment remporté son championnat national, après avoir écrit l’une des plus belles pages de son histoire au mois de décembre, en atteignant les demi-finales de Maroc 2014. Le représentant océanien y avait poussé jusqu’à la prolongation le champion d’Amérique du Sud, San Lorenzo, échouant aux portes d’une finale de rêve contre le Real Madrid.

L’attaquant portugais des Navy Blues, Joao Moreira, a rapidement ouvert le score, sur penalty. Son équipe semblait alors se diriger vers une victoire logique, mais elle a manqué l’occasion de se mettre à l’abri sur une tête de Marko Dordevic repoussée par la barre transversale. La Team Wellington en a profité pour revenir au score à 11 minutes du coup de sifflet final, grâce à un but de son milieu de terrain Ian Hogg. Alors que les deux clubs avaient déjà chacun manqué un tir au but, l’international néo-zélandais a échoué à son tour, laissant à Daewook Kim le soin de valider le billet d'Auckland pour la prochaine Coupe du Monde des Clubs au Japon. Malgré la défaite, les joueurs de Wellington peuvent être fiers d’avoir tenu tête au tenant du titre, vainqueur jusque-là de ses 17 derniers matches toutes compétitions confondues.

L’attaquant de Ba Saula Waqa, international fidjien U-20, a terminé meilleur buteur de la compétition, alors que le titre honorifique de meilleur gardien est revenu au dernier rempart d’Auckland, Tamati Williams. Son capitaine, l’infatigable Ivan Vicelich, a été désigné meilleur joueur du tournoi. Âgé de 38 ans, il pourrait participer cette année à sa sixième Coupe du Monde des Clubs.

Fifa.com (27/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 28 Avr - 12:58

CONCACAF Champions League
L'Impact veut laisser une trace


International -News (Part 2) - Page 29 2593468_full-lnd

Le parcours de l'Impact de Montréal en Ligue des champions de la CONCACAF en a surpris plus d'un. La modeste formation canadienne a écarté de vieux habitués de la compétition comme Pachuca ou Alajuelense. Opposés en finale au Club América, quintuple lauréat de l'épreuve, les pensionnaires de MLS savaient que le match aller au stade Azteca avait des allures d'obstacle infranchissable.

Mais une fois de plus, Montréal a déjoué les pronostics pour arracher un précieux résultat nul (1:1) loin de ses bases. La deuxième manche aura lieu le 29 avril au Canada. FIFA.com s'est penché sur cette rencontre capitale, qui ouvrira les portes de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Japon 2015 à l'une des deux équipes.

Le match
Impact de Montréal - Club América
Mercredi 29 avril, stade olympique, Montréal, Canada

L'Impact de Montréal n'est plus qu'à 90 minutes d'un exploit inédit. Cette équipe sans grande star occupe actuellement la dernière place de la Conférence Est de la MLS. L'an dernier, les Canadiens avaient déjà hérité de la lanterne rouge du championnat américain. Toujours en quête d'un premier succès en Major League Soccer cette saison, l'Impact se trouve en position d'écrire l'une des plus belles pages de l'histoire du football canadien. Le nul 1:1 arraché la semaine dernière à Mexico face à l'América permet aujourd'hui aux hommes de Frank Klopas de rêver à une qualification pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. La rencontre décisive aura lieu au Big O, le surnom donné au stade olympique de Montréal. En tout, 60 000 personnes devraient se masser en tribunes dans l'espoir de voir leurs favoris créer une dernière surprise. Les locaux miseront sur l'expérience de Patrice Bernier et Nigel Reo-Coker, les coups de génie de l'Argentin Ignacio Piatti et la vivacité de Dominic Odura en contre.

En face, le Club América compte parmi les clubs les plus prestigieux de la région. Toutefois, les Mexicains ont disputé trois matches dans les huit derniers jours et risquent de devoir se passer de leur meneur de jeu Rubens Sambueza, blessé lors du match de championnat contre le grand rival Chivas Guadalajara. En son absence, Oribe Peralta n'aura peut-être pas le même rendement offensif. Malgré ce coup du sort, les Aguilas espèrent faire honneur à leur riche histoire. Quintuple vainqueur de la compétition, le Club América ne se rendra pas sans combattre.

Le duel
Oribe Peralta - Kristian Nicht
À 31 ans, Oribe Peralta s'est construit une solide réputation au Mexique. Son statut de meilleur buteur de la Ligue des champions 2014/15 lui confère en outre un statut particulier. À l'aller, l'international mexicain a inscrit le but égalisateur quelques secondes après son entrée en jeu. On s'attend donc à le voir débuter à Montréal. Toutefois, il ne trouvera pas face à lui l'expérimenté Evan Bush, auteur de huit interventions décisives à l'Azteca, mais Kristian Nicht, débarqué en dernière minute du club de NASL d'Indy Eleven pour sortir l'Impact de l'embarras. Bush suspendu, son remplaçant Eric Kronberg blessé, tout comme le prometteur Maxime Crépeau, et John Smits manquant encore d'expérience, les Québécois se sont tournés vers Nicht, 33 ans, qui a passé l'essentiel de sa carrière entre la deuxième et la troisième division allemande. .

Le saviez-vous ?
Durant le match aller à Mexico, Montréal a tiré 4 fois au but, tandis que les joueurs du Club América ont tenté leur chance à 28 reprises. Les visiteurs ont dû se contenter de 33 % de possession de balle et ont concédé 16 corners.

La stat
0 - La Major League Soccer n'a jamais été représentée en Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. En revanche, neuf clubs mexicains ont participé aux dix éditions du tournoi organisées depuis 2000.

Entendu…

"En nous qualifiant pour la finale, nous avons replacé Montréal sur la carte du football. Les supporters sont enthousiastes et le monde a les yeux rivés sur la ville. Les gens ont envie de vivre ce grand moment avec nous et de faire partie de l'histoire que nous sommes en train d'écrire. Nous ne sommes toujours pas favoris, mais nous avons nos chances." - Nigel Reo-Coker, milieu de terrain de Montréal

"Si nous jouons comme nous l'avons fait la semaine dernière, nous serons champions. Si nous rééditons cette performance, nous atteindrons les objectifs que nous nous sommes fixés." - Oribe Peralta, attaquant du Club América

Fifa.com (28/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 30 Avr - 13:12

CONCACAF Champions League
L'América écoeure Montréal


International -News (Part 2) - Page 29 2595442_full-lnd

La formation mexicaine de Club America a remporté la Ligue des champions de la CONCACAF en s'imposant 4:2 lors de la finale retour sur le terrain de Montréal, ce 29 avril. L'Impact avait pourtant obtenu un nul prometteur (1-1) à l'issue du match aller à l'Atzeca Stadium de Mexico. Montréal avait même ouvert la marque dès la 8ème minute grâce à Andres Romero.

Mais l'équipe canadienne s'est effondrée lors de la deuxième période au grand désespoir des 61.000 spectateurs du Stade olympique. Club America a renversé la vapeur grâce à son attaquant argentin Dario Benedetto, auteur d'un triplé (50e, 66e et 81e min).

Ce nouveau succès d'un club mexicain confirme la suprématie de la "Primera Division" sur la plus prestigieuse compétition de clubs de la CONCACAF (Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes). Il faut en effet remonter à 2005 pour trouver une équipe non-mexicaine sacrée en C1, le Deportivo Saprissa, champion du Costa Rica.

Ce succès permet à Club América d'obtenir son sésame pour la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA 2015 où il représentera la CONCACAF. La compétition reine des clubs se déroulera du 10 au 20 décembre 2015 au Japon.

Fifa.com (30/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 30 Avr - 21:30

G.Mertens décède après une crise cardiaque

International -News (Part 2) - Page 29 2595626_full-prt

Le défenseur de Lokeren Gregory Mertens, 24 ans, victime d'une crise cardiaque lors d'un match de réserves contre Genk lundi soir, est décédé jeudi, a annoncé l'agence Belga, citant l'hôpital où avait été admis le joueur.

Le jeune défenseur avait perdu connaissance après 20 minutes de jeu. Réanimé par les médecins des deux clubs au moyen d'un défibrillateur cardiaque avant l'intervention de médecins urgentistes, il avait ensuite été plongé dans un coma artificiel dans une situation "désespérée", selon les médecins.

Formé à Anderlecht, Gregory Mertens était arrivé à Lokeren en janvier 2014 en provenance du Cercle de Bruges où il jouait depuis 2011. Il a porté à plusieurs reprises le maillot de l'équipe nationale belge chez les Espoirs.

Fifa.com (30/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 4 Mai - 14:39

Abidal : "Messi reste et restera le numéro un"

International -News (Part 2) - Page 29 1394784_full-lnd

Tout le monde connait l'histoire d'Eric Abidal. En 2011, en pleine apogée avec le FC Barcelone, il apprend qu'il a une tumeur au foie et suspend sa carrière pour se soigner. Le 6 avril 2013, il a de nouveau porté le maillot blaugrana après une greffe du foie et 402 jours de combat contre la maladie, avec une force et une sérénité qui ont forcé l'admiration de tous.

Le défenseur français ne s'est pas contenté de rejouer. Il a également remporté un quatrième titre de champion d'Espagne avant d'aider l'AS Monaco, le club de ses débuts, à décrocher la deuxième place du championnat de France 2013/14 au terme de sa dernière saison complète qui lui a valu de porter à nouveau le maillot de l'équipe de France.

Retraité depuis fin 2014 après six mois sous les couleurs de l'Olympiakos, Abidal peut aujourd'hui se retourner avec fierté sur son parcours et son palmarès, avec notamment trois titres de champion de France avec l'Olympique lyonnais, deux Ligues des champions de l'UEFA avec le Barça et une finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Allemagne 2006 avec les Bleus. FIFA.com l'a rencontré.


Eric Abidal, comment vivez-vous votre retraite ? Qu'avez-vous retrouvé ou redécouvert en arrêtant votre carrière ?
Au départ, j'étais quand même bien content de pouvoir jouer au foot et d'en faire mon métier. Maintenant que j'ai arrêté, je retrouve cette liberté que l'on a pas en étant joueur, cette tranquillité dans la vie quotidienne. Il y a moins de stress, moins d'énervement. Il y a plus de temps en famille, avec les enfants, des week-ends… bref, la vraie vie. C'est un avantage énorme d'avoir le choix de dire stop, et de ne pas arrêter par blessure ou autre chose. J'avais vraiment besoin d'arrêter pour me sentir épanoui.

Y a-t-il des choses qui vous manquent ?
Oui et non. Mon métier était un sport d'équipe, avec le partage au quotidien avec le staff et les joueurs. Ce côté me manque, parce qu'on crée des liens très forts et intenses pendant des années. Aujourd'hui, je le vis de manière différente quand je retourne dans les clubs pour revoir les uns et les autres. Il y a toujours autant de passion et d'amitié, même si on ne se voit plus au quotidien.

Avez-vous des plans de reconversion ?
Contractuellement, je n'en ai pas. Je travaille un peu en tant que consultant pour la télévision, j'aide l'Olympiakos pour le sponsoring et le marketing, je travaille également pour l'UEFA. Et il y a aussi ma fondation, qui porte mon nom, pour lutter contre le cancer. Je suis bien placé pour en parler… C'était important pour moi de pouvoir aider à ma manière, même si c'est un combat qui est difficile.

Quel est l'objectif de votre fondation ?
Récolter de l'argent, financer les traitements, sensibiliser au don d'organes… Tout le monde n'a pas accès à la sécurité sociale et les médicaments coûtent cher. Nous voulons aider les enfants et les adolescents, et nous voulons aussi soutenir les familles en leur apportant un confort dans les hôpitaux avec un soutien psychologique et matériel.

Avec la retraite, on peut se retourner et faire un bilan sur sa carrière. De quoi êtes-vous le plus fier ?
Ça ne concerne pas forcément ma carrière, mais ce que j'ai essayé de retranscrire sur le terrain, c'est l'éducation que j'ai reçue de mes parents. C'est ce qui m'a aidé à grandir et à m'adapter dans tous les clubs dans des pays différents. Au final, c'est ça qui fait la personne, et rien d'autre. Mes parents m'ont appris le respect, la politesse, à être bon dans tous les sens du terme.

Vous faites partie des rares Français à avoir réussi au FC Barcelone. Êtes vous surpris de ce qu'a réalisé Jeremy Mathieu cette saison ?
Non, je ne suis pas surpris, car c'est une bonne personne, très éduquée. Je le connais bien, et maintenant qu'il est à Barcelone, on se voit plus souvent. Il a eu un parcours normal et a franchi les étapes une par une. Il a passé un palier entre Valence et Barcelone. Son objectif était de jouer dans un grand club et de s'imposer en sélection. Je pense qu'il n'en est vraiment pas loin aujourd'hui. C'est un joueur polyvalent, ce qui est toujours très utile pour un entraîneur.

Vous avez vu passer du beau monde au Barça. Comment jugez-vous le trio infernal Messi-Suarez-Neymar par rapport à ce que vous avez pu connaître ?
En six ans passés là-bas, j'ai vu que le club faisait toujours en sorte d'avoir un trident d'attaque de grande classe, où chaque joueur finissait très fort en termes de statistiques. La difficulté, c'est que trois joueurs de ce niveau puissent s'entendre. Aujourd'hui, je suis content parce qu'ils le font de belle manière et qu'ils font peur à toutes les défenses d'Europe. Ils sont tous les trois différents et font chacun leur boulot à leur manière pour le collectif.

Vous avez joué avec d'immenses attaquants durant votre carrière. Qui vous a le plus impressionné en tant que défenseur à l'entraînement ?
A l'entraînement, on a peu l'occasion de faire des vraies confrontations à 11 contre 11. C'est plus des petits jeux sur 30 mètres où ça frappe plus que ça ne dribble. Pour moi, Messi reste le top. Je me suis aussi entraîné avec des Zidane, Henry, Anelka… Chacun est différent avec ses qualités, mais tous étaient très durs à prendre et à marquer. C'est ce qui m'a aidé à grandir et à m'affirmer au poste de défenseur.

Comment voyez-vous l'évolution de Messi cette saison ?
Leo a une grande intelligence de jeu. Il a commencé très jeune à Barcelone et franchit un palier chaque saison. Il reste un vrai buteur, tout en étant un joueur complet capable de venir au milieu de terrain pour faire la différence, ou faire un show de 40 mètres pour donner la dernière passe ou marquer lui même. Pour moi, il reste et restera le phénomène numéro un.

Parlons un peu de l'équipe de France. Patrice Evra a récemment déclaré que "le vieux ne lâchera rien", et que ceux qui veulent lui prendre sa place d'arrière gauche devaient "se réveiller". Quels conseils donneriez-vous à Gael Clichy, Lucas Digne, Benoit Trémoulinas ou Layvin Kurzawa pour le déloger ?
(Rires) Je n'ai pas forcément de conseils à leur donner, car je pense que ce passage-là se fera naturellement. C'est bien qu'il tienne ce discours, ça peut faire du bien aux jeunes et les pousser à hausser leur niveau de jeu pour lui succéder de belle manière.

Le football moderne demande beaucoup aux défenseurs latéraux. Il faut à la fois ne rien laisser passer et apporter en attaque. Trouvez-vous que c'est un poste ingrat ?
Ingrat, non, parce que si vous demandez à tous les latéraux s'ils sont contents de jouer à ce poste-là, ils vont vous répondre oui. Autrefois, un défenseur était là pour défendre. Depuis quelques années, il doit être capable de monter et de faire des rushs pour être là aussi à la conclusion. C'est passionnant d'être défenseur et d'avoir des stats de milieu de terrain en fin de saison. Physiquement, il faut être prêt, et il ne faut pas perdre de vue que la défense reste la priorité.

Qui est à vos yeux le meilleur défenseur latéral du monde aujourd'hui ?
Je vais dire Philipp Lahm, du Bayern Munich. Il est multiposte, il peut jouer à droite, à gauche, au milieu de terrain… Après, en latéral gauche, David Alaba est très fort, Jordi Alba ou Kurzawa aussi… Mais pour moi, le plus complet reste Philipp Lahm.

Fifa.com (04/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 6 Mai - 19:03

Daniel Carreno, nouveau sélectionneur du Qatar

International -News (Part 2) - Page 29 2580590_full-lnd

Daniel Carreno, 52 ans, ancien attaquant uruguayen du RC Lens (1985-87), est le nouveau sélectionneur du Qatar, pays organisateur du Mondial-2022, a annoncé mercredi la Fédération qatarie de football sur son site internet.

Carreno, qui entraînait le club qatari Al Arabi SC en 2014, succède à l'Algérien Djamel Belmadi, en poste depuis mars 2014 et dont le départ avait été annoncé la semaine dernière.

Carreno, tentera de qualifier le Qatar pour le Mondial-2018 en Russie, ce qui constituerait une première, avant l'édition 2022 à laquelle ce pays est assuré de participer en tant qu'organisateur.

L'Uruguayen a effectué la plus grande partie de sa carrière de joueur professionnel au club de Montevideo des Wanderers.

Il y a commencé sa carrière d'entraîneur, avant d'officier dans des clubs en Equateur, en Colombie et au Chili. Avant le Al Arabi SC, il avait entraîné Al Nassr, en Arabie Saoudite.

Fifa.com (06/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 8 Mai - 21:47

Zidane, entraîneur diplômé

International -News (Part 2) - Page 29 2592661_full-lnd

Zinedine Zidane a annoncé vendredi via le réseau social Instagram, avoir obtenu sa licence professionnel européenne, à savoir le diplôme d'entraîneur UEFA que la Fédération espagnole de football (RFEF) lui avait reproché de ne pas avoir pour justifier sa brève suspension à l'automne.

"Très fier d'avoir reçu mon diplôme d'entraîneur. Mission accomplie. ZZ", a écrit Zidane sur son compte où il apparaît en photo tout sourire.

L'obtention de cette licence pro européenne est la dernière étape avant l'obtention du DEPF, le diplôme d'entraîneur professionnel de football que l'ancienne star des Bleus doit en principe passer en 2016.

Après des débuts difficiles avec le Real Madrid Castilla, Zidane a redressé la barre pendant l'automne, jusqu'à occuper la 1re place du groupe II de la Segunda B (3e division espagnole).

Mais le printemps a été compliqué, en particulier l'intégration du prodige norvégien Martin Odegaard, et son équipe n'a remporté que deux de ses dix derniers matches. Elle est actuellement septième du classement à deux journées de la fin de la phase régulière, à cinq longueurs de la quatrième et dernière place donnant accès aux play-offs de montée en 2e division.

Fifa.com (08/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 9 Mai - 20:32

Brésil : Dunga à la tête de la sélection olympique

International -News (Part 2) - Page 29 2602287_full-lnd

Le sélectionneur du Brésil Dunga sera à la tête de l'équipe olympique qui disputera les Jeux de Rio en 2016, a annoncé samedi la Fédération brésilienne de football (CBF).

Il remplacera Alexandre Gallo, qui dirigeait la sélection olympique et celle des moins de 20 ans depuis un peu plus de deux ans.

Dunga avait pourtant déclaré qu'il ne s'occuperait pas de l'équipe olympique pour se consacrer entièrement à la préparation du Mondial-2018 en Russie.

Le Brésil n'a jamais gagné la médaille d'or olympique en football.

Fifa.com (09/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 10 Mai - 14:51

Pelé quitte l'hôpital après une opération

International -News (Part 2) - Page 29 2558268_full-lnd

Le légendaire footballeur brésilien Pelé a quitté samedi l'hôpital de Sao Paulo où il a subi une opération de la prostate, a déclaré l'hôpital dans un communiqué.

L'intervention réalisée mardi à l'hôpital Albert Einstein visait à réduire cette hypertrophie bénigne de la prostate. Pelé, âgé de 74 ans, "a quitté l'hôpital à 18h30 locales (21h30 GMT)", a indiqué l'établissement.

L'hôpital a publié des photos montrant un Pelé souriant, habillé d'un survêtement, au côté de sa compagne.

"Les examens ont montré que ce n'était qu'une hypertrophie bénigne de la prostate, et qu'aucune tumeur n'avait été détectée", a indiqué samedi un rapport médical.

Le seul joueur ayant remporté trois coupes du monde a été hospitalisé pendant quatre jours. L'opération visait à soigner cette pathologie bénigne très fréquente chez les hommes d'un certain âge et qui, faute de traitement, peut entraîner une détérioration progressive du fonctionnement de la vessie et des infections urinaires.

Pelé avait été opéré de calculs rénaux le 13 novembre à l'hôpital Albert Einstein puis était sorti quelques jours plus tard. Mais il avait dû être hospitalisé à nouveau le 24 novembre en raison d'une infection urinaire.

"Je n'ai pas eu peur de mourir car je suis un homme à trois coeurs", avait-il glissé à sa sortie de l'hôpital, une allusion à sa ville natale "Tres coraçoes" (Trois coeurs), dans l'État du Minas Gerais (sud-est du Brésil).

Le "roi Pelé" n'a qu'un rein depuis l'époque où il était encore joueur. Une côte cassée pendant un match avait endommagé son rein droit qui avait fini par être retiré. Il avait également été opéré du fémur en novembre 2012.

Couronné "athlète du siècle" par le Comité olympique en 1999, le joueur est célébré comme l'un des meilleurs footballeurs de tous les temps, au cours d'une carrière qui s'est étendue des années 1950 aux années 1970.

Né le 23 octobre 1940, Pelé a gagné trois titres mondiaux avec le Brésil en 1958 (alors qu'il n'avait que 17 ans), en 1962 et en 1970.

Fifa.com (10/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 15:52

Bolivie : Bolivar remporte le tournoi de clôture

International -News (Part 2) - Page 29 2339495_full-lnd

Bolivar, le club le plus titré du championnat de Bolivie, a encore ajouté une ligne à son palmarès dimanche en remportant le tournoi de clôture 2015 après une victoire (1-0) contre San José.

Déjà vainqueur du tournoi d'ouverture en décembre, Bolivar doit son 20e titre au but de Damir Miranda à la 68e minute de jeu. A une journée de la fin du tournoi, Bolivar compte 4 points d'avance sur son premier poursuivant, The Strongest, qui ne peut donc plus revenir.

Bolivar est qualifié pour la Copa Libertadores-2016 et la Copa Sudamericana-2015.

Fifa.com (11/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 11 Mai - 15:58

Etats-Unis, Klinsmann : "Nous nous sommes fixé des objectifs très élevés"



Au micro de FIFA.com, Jürgen Klinsmann évoque le changement de mentalité qui s’opère actuellement dans le football aux Etats-Unis. Ancien champion du monde avec l’Allemagne, le sélectionneur américain revient sur les qualités nécessaires pour faire jeu égal avec les poids lourds du football mondial et la nécessité pour les Stars and Stripes de devenir une équipe de tournoi au cours des trois années à venir pour forcer les portes du dernier carré de Russie 2018.

Jürgen Klinsmann, en prenant les commandes de la sélection américaine en 2011, vous vous étiez engagé à mettre en place un nouveau style de jeu, plus actif et moins réactif. Avez-vous atteint votre objectif aujourd’hui ?
Nous avons décidé de passer d’un jeu réactif à une stratégie plus agressive et active car c’est ce que font les meilleures équipes au monde actuellement. Pour progresser, il faut observer les formations de pointe et essayer de s’en approcher le plus possible.

Dans quels domaines cette transition est-elle sensible ?
Nous ne sommes plus passifs. Nous tentons de faire jeu égal avec les grands pays de football. Sur le terrain, nous évoluons un cran plus haut. Nous n’hésitons plus à presser dans le camp adverse. Petit à petit, nous apprenons à relancer proprement de l’arrière. Tous ces éléments font partie d’un style plus dynamique. Mais nous sommes encore en phase d’apprentissage. Il faudra certainement des années pour arriver au bout de ce processus.

Durant la dernière Coupe du Monde de la FIFA™, vous avez affronté quelques adversaires de renom. Quel regard portez-vous sur votre succès face au Ghana et le nul face au Portugal ?
Certains ont été surpris de nous voir prendre l’initiative. Dans ces rencontres, nous avons joué notre jeu. Nous sommes sortis d’un groupe extrêmement relevé, ce qui n’est pas un mince exploit. Malheureusement, nous avons un peu régressé face à l’Allemagne et à la Belgique. Nous sommes retombés dans nos vieux travers. Nous avons sans doute un peu trop respecté ces deux équipes.

Les changements dont vous parlez concernent-ils uniquement le terrain ?
Non, il doit aussi y avoir une évolution au niveau des mentalités. Lorsque nous affrontons de grandes équipes, il faut que les joueurs croient en eux et qu’ils puissent se dire : "c’est possible." Ce changement de mentalité prend lui aussi des années. Nous ne sommes qu’à mi-chemin, mais c’est un projet enthousiasmant.

Vous faut-il d’autres joueurs pour mettre en place ce nouveau style de jeu ?
Pas nécessairement. Tous les entraîneurs doivent faire avec l’effectif dont ils disposent. Tous les joueurs ont leurs forces et leurs faiblesses. Notre travail consiste à compenser ces faiblesses et à valoriser ces forces. La formation n’a pas vraiment d’importance. Ce qui compte, c’est la façon dont vous associez les individualités sur le terrain. Tout ça s’apprend. Nous devons enseigner aux joueurs à établir une connexion sur le terrain, du gardien de but aux défenseurs jusqu’aux attaquants. Des équipes comme l’Allemagne ou l’Espagne se déplacent en bloc. C’est la marque des grandes sélections. Lorsqu’elles défendent, elles forment une unité compacte et resserrée mais dès qu’elles passent à l’offensive, elles explosent littéralement. Ce sont les éléments que nous essayons de transmettre. Quel que soit le système choisi, les joueurs qui sont sur le terrain doivent absolument avoir assimilé ces notions.

Vous avez testé de nombreux joueurs. Certains des nouveaux internationaux viennent d’Europe, du Mexique, de NASL ou même d’universités. Que cherchez-vous exactement ?
Nous nous devons de remporter de grandes compétitions, comme la Gold Cup. Si nous y parvenons, nous serons qualifiés pour la Coupe des Confédérations en 2017. Mais il y a aussi des périodes consacrées au développement. C’est justement le cas actuellement. Bien sûr, nous voulons remporter tous nos matches amicaux, mais ces affiches représentent aussi une bonne occasion de mettre en avant de nouveaux joueurs. Je veux savoir ce qu’ils valent et s’ils comprennent les exigences du niveau international. Nous avons des représentants en Europe, en Amérique du Sud et au Mexique. La seule façon de créer un lien entre eux, c’est de les lancer dans le grand bain.

La culture du football a-t-elle changé aux Etats-Unis depuis la Coupe du Monde ?
L’édition brésilienne a été un accélérateur. Les gens se sont rendu compte que cette compétition pouvait être riche en spectacle et en émotions. Pour la première fois, il y a eu des retransmissions publiques dans tout le pays. Les bars étaient pleins à craquer de gens qui s’étaient évadés du travail pour suivre les matches. L’équipe nationale joue naturellement un rôle de locomotive ici. Elle suscite de grandes émotions. Nous nous appuyons là-dessus, nous essayons de trouver notre place mais j’ai le sentiment que cette place grandit de plus en plus vite.

Vous avez déclaré que vous visiez une place en demi-finale de Russie 2018. Est-ce un objectif réaliste ?
Nous avons placé la barre très haut car nous voulons que les joueurs comprennent ce qu’il est nécessaire de faire pour accéder au dernier carré. L’an dernier au Brésil, nous avons laissé le Ghana et le Portugal derrière nous. Nous avons failli arracher le point du nul à l’Allemagne et nous aurions pu battre la Belgique. Ces nations sont des références. Mes joueurs savent désormais qu’ils peuvent battre de telles équipes si tout se passe bien le jour J. Maintenant, il faut leur faire comprendre ce que nous attendons d’eux une fois que les huitièmes de finale sont passés. Il faut réfléchir aux conditions à remplir pour gagner en quart de finale et s’inviter en demi-finale. Tout ça réclame avant tout de la régularité. Durant les trois ans et demi à venir, nous allons rappeler sans cesse aux joueurs que tout est possible. Ils peuvent le faire, mais ils doivent pour ça devenir une équipe de tournoi.

Quelle est la différence entre une équipe de tournoi et une bonne équipe ?
Briller en préliminaires mais arriver en phase finale sans ambition, ça ne sert à rien. Il y a un monde entre les deux. L’Angleterre se qualifie pratiquement systématiquement pour la Coupe du Monde mais pour une raison ou pour une autre, elle souffre toujours au premier tour. Il faut progresser à chaque match afin de créer une courbe ascendante. Personne n’a envie de se retrouver en méforme à l’issue de la phase de groupes. Il y a énormément de choses à apprendre. C’est un défi technique, tactique et mental. Il faut être capable de montrer ce dont on est capable. Il ne faut pas se contenter de tout maîtriser pendant six semaines ; la compétition dure huit semaines. Nous avons entamé ce processus en prévision de Russie 2018. Nous allons expliquer aux supporters, aux médias et aux joueurs que nous nous sommes fixé des objectifs très élevés.

Joueur, vous avez remporté la Coupe du Monde 1990. Cette expérience vous est-elle utile aujourd’hui dans votre rôle de sélectionneur ?
Toute expérience est bonne à prendre. Je peux dire aux joueurs de ne pas se soucier de certaines choses ou de ne pas s’inquiéter dans certaines circonstances. J’ai déjà vécu tout ça. Je ne me contente pas de leur parler des bonnes choses ; j’ai aussi connu des moments difficiles. J’ai perdu deux Coupes du Monde. J’ai donc une victoire pour deux revers. Je peux leur expliquer pourquoi j’ai échoué à certains moments dans des grandes compétitions. S’ils comprennent de quoi je parle, je sais qu’ils me font confiance. On peut leur détailler ce qui a marché et ce qui n’a pas marché en leur donnant des exemples. C’est utile. Il faut aussi garder à l’esprit que la marge entre les deux est souvent très, très mince. 

Vos commentaires jugés négatifs sur la Major League Soccer vous ont valu quelques critiques. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ? 
Mes remarques ne se voulaient pas négatives. C’est ce qu’on a pu lire dans les médias mais ce n’était pas mon intention. J’ai dit que je voulais que nos joueurs évoluent au plus haut niveau possible… Beaucoup de gens ont cru y voir une critique implicite de notre championnat. Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire. La MLS progresse à une vitesse phénoménale. C’est indéniable. Elle se rapproche de plus en plus des grands championnats européens. L’encadrement de l’équipe nationale suit cette évolution avec le plus grand intérêt. Je suis le premier supporter de la MLS. Regardez l’équipe que j’ai emmenée au Brésil : il y avait 11 ou 12 pensionnaires de MLS.

Mais voulez-vous toujours voir vos joueurs évoluer au plus haut niveau ?
Ma responsabilité en tant que sélectionneur est d’encourager chaque joueur à se fixer les objectifs les plus élevés. Si un international américain jouait au Bayern Munich, au Real Madrid ou à Barcelone, je ne crois pas que les supporters ou les médias y trouveraient à redire. Un professionnel doit tout faire pour réaliser ses rêves.

Quelles sont les plus grandes qualités des joueurs américains ?
Ils sont ouverts et ils ont faim. Ils veulent apprendre. Ce sont de vraies éponges ! Ils savent écouter…

N’avez-vous rien perdu de votre enthousiasme sur les bancs de touche ?
L’entraîneur est là pour aider. Il doit donner une autre perspective aux joueurs. Depuis le bord du terrain, on ne sait pas ce qu’ils comprennent car ils sont soumis à un énorme stress sur la pelouse. Ils sont au cœur de l’action et tout va très vite autour d’eux. Souvent, le message se perd. Au final, c’est à eux qu’il revient de prendre les bonnes décisions pour jouer leur jeu.

Dans quels domaines les Américains peuvent-ils encore progresser ?
Ils peuvent encore s’améliorer dans la lecture du jeu. Sur le plan tactique, ils doivent encore intégrer certains éléments, comme la défense haute et la transition rapide entre la défense et l’attaque et vice-versa. Ils doivent apprendre à rester connectés en permanence sur le terrain. Il reste aussi du travail à accomplir en termes de concentration. Il ne faut pas se disperser. Tout ça viendra avec l’expérience et la compétition. Plus les joueurs seront au contact de ces deux éléments, plus vite ils progresseront. Au fur et à mesure, ils vont gagner en régularité. Ils vont progresser dans tous ces secteurs, ce n’est qu’une question de temps. Nous allons combler notre retard. Le positif l’emporte largement sur le négatif. Le football a de beaux jours devant lui aux Etats-Unis. 

Fifa.com (11/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Jeu 14 Mai - 13:40

RP Chine : Le Klinsmann chinois sur la bonne voie

International -News (Part 2) - Page 29 2052754_full-lnd

Pour ses exploits en Coupe du Monde de la FIFA™, Jürgen Klinsmann jouit d'une grande popularité jusqu'en RP Chine. Parmi ses supporters les plus enthousiastes, on trouve un certain Gao Lin. À 29 ans, l'attaquant de Guangzhou Evergrande est même surnommé Gao-Linsmann pour son efficacité devant le but et ses prouesses dans le domaine aérien rappellent. "Klinsmann est mon idole", avoue l'intéressé au micro de FIFA.com. "J'aime sa façon de jouer. C'était un joueur et un buteur extraordinaire. Depuis des années, il me sert de modèle. Je suis heureux que les supporters me comparent à mon joueur favori. Ça prouve que mes performances sont correctes."

Ses statistiques témoignent de son instinct de prédateur avec déjà six réalisations en neuf sorties cette saison. Depuis son éclosion en Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Pays-Bas 2005, Gao Lin s'est forgé un palmarès et une réputation. Guangzhou a ainsi remporté les quatre dernières éditions du championnat de RP Chine. "Pour marquer, il faut être prêt à se battre et à faire le maximum sur chaque occasion", explique-t-il. "Mais tous les attaquants n'ont pas la même personnalité pour autant. En ce qui me concerne, je travaille dur pour être performant sur le terrain quand l'entraîneur me donne ma chance, mais dès que le coup de sifflet final retentit, je redeviens moi-même."

Progesser dans la mentalité
Lui-même, c'est à dire un homme discret, presque timide, et rarement reconnu dans les rues de Guangzhou. Puissant et rapide, il s'était fait remarquer en trouvant le chemin des filets lors de la large victoire (4:1) de la RP Chine sur le Panama en 2005 aux Pays-Bas. Qualifiés pour la deuxième phase du tournoi, les Chinois s'étaient inclinés au tour suivant face à l'Allemagne (3:2), après avoir pourtant mené deux fois au score. Malgré la défaite, Gao Lin était ressorti grandi de ce baptême du feu. Il n'a pas tardé à faire ses débuts en Premier League chinoise sous les couleurs de son club de l'époque, Shanghai Shenhua. La saison suivante, Gao Lin a propulsé son équipe sur la deuxième marche du podium, tout en inscrivant cinq buts en Ligue des champions de l'AFC. 

Dans la foulée, il a représenté son pays dans le Tournoi Olympique de Football Masculin, Pékin 2008, et a signé son premier triplé en sélection à l'occasion d'un match de qualification pour la Coupe d'Asie de l'AFC face au Viêt-Nam. En 2010, il s'est à nouveau illustré en marquant contre la République de Corée au cours d'une rencontre remportée 3:0 par la RP Chine, mettant fin à une longue traversée du désert de 32 ans face aux Guerriers Taeguk. "J'ai toujours pensé que les Chinois pouvaient faire jeu égal avec n'importe quel adversaire en Asie", estime Gao Lin. "Si nous n'avons rien à envier aux autres sur le plan technique, nous pouvons encore progresser au niveau de la mentalité. Pour gagner un match, il faut être fort dans les moments-clés. Il faut tirer les enseignements de nos leçons passées et gagner de l'expérience."

Une dernière chance
Fabio Cannavaro, qui a succédé à Marcello Lippi sur le banc de Guangzhou Evergrande au début de la saison, semble accorder sa confiance à l'international chinois. Ce dernier est, pour l'heure, le seul local parmi les quatre premiers du classement des buteurs de la Premier League. "Je joue plus haut cette saison, alors j'ai naturellement plus d'occasions", explique celui qui va bientôt être père et se sent plus responsable. "Je veux dédier chacun de mes buts à mon enfant", promet-il d'ailleurs déjà.

Son emploi du temps s'annonce chargé, d'autant que les qualifications pour la Coupe du Monde 2018 en Russie se profilent déjà à l'horizon. Vétéran des campagnes pour Afrique du Sud 2010 et Brésil 2014, Gao Lin espère que le succès sera au rendez-vous cette fois-ci. "Je ne suis plus tout jeune. C'est peut-être ma dernière chance de réaliser mon rêve de jouer en Coupe du Monde", reconnaît-il. "L'environnement ne cesse de s'améliorer en Chine. Les scandales sont devenus rares, ce qui permet aux joueurs de se concentrer sur la compétition. Nous avons une très bonne équipe aujourd'hui, comme nous l'avons prouvé en janvier pendant la Coupe d'Asie en atteignant les quarts de finale."

La RP Chine retrouvera sur sa route le Qatar, une équipe qui lui a causé bien des soucis par le passé. Les Maldives, Hongkong et le Bhoutan figureront également au sein du groupe. Sur la route d'Afrique du Sud 2010, les Qataris s'étaient imposés 1:0 face aux Chinois au même stade de la compétition. "J'étais présent ce jour-là. Nous avons lutté sans relâche, mais nous avons concédé un penalty qui nous a été fatal", se souvient Gao. "Au moins, nous n'aurons pas de problèmes de motivation." Un autre point commun avec son idole...

Fifa.com (14/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 17 Mai - 14:18

Australie : Melbourne Victory remporte son troisième titre

International -News (Part 2) - Page 29 2605716_full-lnd

Le Melbourne Victory, le club du défenseur français Matthieu Delpierre et du milieu franco-tunisien Fahid Ben Khalfallah, a remporté dimanche son troisième titre de champion d'Australie de football, après sa victoire en finale à domicile 3-0 contre le Sydney FC.

C'est le troisième sacre pour Melbourne, premier à l'issue de la saison régulière, après ceux de 2007 et 2009.

L'équipe entraînée par l'ancien défenseur international australien Kevin Muscat, l'a emporté en finale grâce à des buts de l'Albanais Besart Berisha (34), du Néo-Zélandais Kosta Barbarouses (84) et de l'Australien Leigh Broxham (90).

Berisha, buteur vedette du Victory, a encore fait progresser ses statistiques: 63 buts en 104 apparitions en A-League et un troisième titre, après ceux obtenus avec son ancien club de Brisbane.

Il s'agît de la première défaite à l'extérieur cette saison pour le Sydney FC, qui compte dans ses rangs l'ancien défenseur franco-sénégalais de Marseille et Sochaux, Jacques Faty. Deuxième de la saison régulière, l'équipe de Graham Arnold, ancien attaquant international australien, n'a pas réussi à développer son jeu devant les 30.000 supporteurs réunis à l'AAMI Park de Melbourne.

Fifa.com (17/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 18 Mai - 13:18

Barthez : "Pilote, c'est ma passion. Le foot, c'est ma vie !"

International -News (Part 2) - Page 29 1997344_full-lnd

"Véritable accro aux plaisirs de la vie" comme il se présente lui-même, Fabien Barthez vit à 100 l’heure. Après une carrière de gardien de but remplie de titres, notamment la Ligue des champions de l’UEFA 1993 avec l’Olympique de Marseille, la Ligue 1 avec Monaco en 1997 et 2000, la Premier League avec Manchester United en 2001 et 2003, la Coupe du Monde de la FIFA en 1998 et l'UEFA EURO 2000 avec la France, le natif de Lavenalet, dans l'Ariège, s’est rangé des voitures en devenant… pilote de course !




Et cette reconversion lui a plutôt réussi. Engagé en Championnat de France FFSA GT, les voitures de grand tourisme, à partir de 2010, il gagne cette compétition trois ans plus tard avant de participer à d’autres rallies automobiles telles que les fameuses 24 Heures du Mans en 2014. "Le pilotage c’est une grande passion, mais le football passe avant. Le foot, c’est ma vie", prend-il tout de même soin de souligner au micro de FIFA.com.




Impossible d’en douter. Il suffit de voir avec quel entrain le Divin chauve a participé au récent Match contre la Pauvreté aux côtés des Zinedine Zidane et autres Ronaldo le 20 avril dernier, et en marge duquel FIFA.com l’a rencontré. Il suffit de lire sur son visage le bonheur pris à chaque frappe arrêtée. Il suffit enfin de voir ses yeux briller à l’évocation de ses souvenirs de joueur. Entretien.

Fabien, avez-vous le sentiment que le poste de gardien de but a évolué ces dernières années ?
Il n’a pas assez évolué ! Beaucoup de gardiens de championnats majeurs d’Europe ont par exemple beaucoup de mal avec le jeu au pied. On voit des Manuel Neuer, Thibaut Courtois, Hugo Lloris, jouer assez haut… mais la majorité des gardiens manquent encore de profondeur dans leur jeu. On revient presque en arrière ! Dans les années 80, il s’agissait pour un gardien d’être grand, qu’il prenne le plus de place possible dans un but. On est un peu revenu à cela. A titre personnel, ce n’est évidemment pas comme ça que je vois le rôle de gardien. Il me semble qu’il est un petit plus important que cela.

Manuel Neuer a eu une part importante dans le succès de l’Allemagne lors de la Coupe du Monde de la FIFA. Avez-vous été déçu qu’il ne soit pas récompensé du FIFA Ballon d’Or ?
Cela ne m’a pas vraiment surpris. C’est un fait, le gardien de but passe au second plan. Il est rarement mis en avant. J’ai souvent entendu des entraîneurs dire que pour faire une équipe il fallait un bon gardien de but, un bon attaquant, et construire autour d’eux… Mais mis à part les techniciens, ce poste souffre d’un manque de reconnaissance. Depuis que le football existe, le gardien de but a toujours été sous-estimé. Un exemple : quand on est jeune, que des parties de foot s’improvisent, on met toujours le plus mauvais dans les buts…

Ne nous dites pas que c’est comme ça que vous avez eu votre vocation…
Non, en toute modestie, j’étais un bon joueur de champ ! (rires) Je parle en règle générale…. Dans les années 80-90, vous n’aviez pas d’entraîneurs de gardien. Cela également en dit long sur le manque historique de considération du poste. Mais c’est comme ça ! On préfère les "mecs" qui marquent des buts plutôt que ceux qui les arrêtent. C’est plus spectaculaire !

Et quels sont les gardiens que vous préférez aujourd’hui ?
J’aime beaucoup Hugo Lloris. En plus du gardien, j’aime la personne qu’il est. Et puis il y a Thibaut Courtois… Pour moi, c’est le futur très grand. Et je crois qu’il le restera pendant de nombreuses années !

Et vous, à qui rêviez-vous de ressembler ?
A Joël Bats (gardien de l’équipe de France de 1983 à 1989) ! D’abord parce que c’était un gaucher, comme moi. Ensuite, parce qu’il avait un jeu sobre et propre. Et puis il sortait beaucoup sur les coups de pied arrêtés. Il a toujours été mon modèle.

Au cours de votre carrière, y’a-t-il un match dont vous êtes particulièrement fier ?
(silence) La demi-finale de Coupe d’Europe contre le Portugal en 2000 fait partie de mes meilleurs souvenirs personnels… Il y avait beaucoup d’intensité, de pression. On a joué les prolongations, il y eu ce but en or inscrit par Zinedine Zidane. Il y aussi, bien sûr la finale de Coupe du Monde en 1998, celle de Ligue des champions 1993 avec l’Olympique de Marseille. Bref, il y en a quelques-uns de sympas…

Ne vous sentiez-vous pas invincible avec Laurent Blanc, Marcel Desailly, Lilian Thuram, et Bixente Lizarazu devant vous ?
Plus que de l’invincibilité, c’était davantage un sentiment de facilité. On était vraiment complémentaire. C’était ça notre force. On comprenait la lecture du jeu de chacun. On savait exactement comme chacun jouait.

Et quels attaquants vous ont posé le plus de problème ?
Pauleta et Ronaldo. En sélection, ça allait à peu près, mais en clubs c’était une autre histoire… Je me rappelle d’une douloureuse double confrontation Manchester United -Real Madrid en quart de finale de Ligue des champions 2003 où Ronaldo m’a fait très mal…

Désormais vous êtes pilote. Quels étaient vos acquis en tant que footballeur qui vous ont permis d’être performant au volant ?
En tant que sportif de haut niveau, j’ai la faculté d’écoute, l’humilité… ce sont, je crois, des atouts pour performer dans un sport. Et puis, bien sûr, il y a les réflexes et l’anticipation.

Diriez-vous que vous êtes "accro" à l’adrénaline ?
Non, je suis véritablement "accro" aux plaisirs de la vie… Je suis un jouisseur : je profite à fond de l’instant présent.

Et quel pourrait être le point commun entre le Barthez-pilote et le Barthez-gardien ?
Les deux prennent des risques calculés ! Chaque dribble que j‘ai fait dans ma surface, chaque sortie hors de mes 18 mètres ont été réfléchis. Je n’ai jamais voulu faire le spectacle. En pilotage, c’est pareil. Et puis il y a la passion…

Y’en a-t-il une qui prend le pas sur l’autre ?
Oui. Le pilotage est une très grande passion, mais le football passe avant. Le foot, c’est ma vie !

Fifa.com (18/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 20 Mai - 13:17

Brésil : Gremio - Démission de Scolari

International -News (Part 2) - Page 29 2460901_full-lnd

L'ancien sélectionneur du Brésil, Felipe Scolari a démissionné mardi en raison des mauvais résultats de son équipe de Gremio (1ère division brésilienne) dont il a repris les rênes quelques semaines à peine après son fiasco au Mondial-2014.

"Scolari a remis sa démission ce matin. Il a compris que son cycle et sa capacité à faire avancer l'équipe et le club touchaient à leur fin", a déclaré le président du club Romildo Bolzan, lors d'une conférence de presse.

Le démarrage timide de son équipe avec seulement 1 point de pris sur 6 possibles et les demandes en vain de renforts pourraient être les causes du départ du technicien brésilien.

Scolari, 66 ans, avait trouvé refuge au Gremio de Porto Alegre, club de sa région natal du Sud, quelques mois après la déroute de la Seleçao -dans ce qui devait être son mondial à domicile- dont le cinglant 7-1 en demi-finale face à l'Allemagne. Il avait déjà repris les rênes de l'équipe du Gremio par deux fois (1987, 1993) avec laquelle il a remporté 11 titres dont une Copa Libertadores en 1995.

Fifa.com (19/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 22 Mai - 16:50

Le Viêt-Nam convaincu par Cong Vinh

International -News (Part 2) - Page 29 2607364_full-lnd

1973, Séoul. À 3 000 km de leurs bases, Sud-Vietnamiens et Thaïlandais s'apprêtent à en découdre à des fins de classement dans les qualifications asiatiques pour la Coupe du Monde de la FIFA 1974™. La confrontation s'annonce d'autant plus compliquée qu'elle se déroule sur fond de tensions politiques et sociales. Le président Richard Nixon a, certes, promis le retrait des troupes américaines du Viêt-Nam, mais le conflit n'en est pas terminé pour autant. Un match de football pourrait paraître dérisoire aux yeux d'un pays déchiré par la guerre depuis des décennies. Les Guerriers Rouges vont pourtant tout donner pour remporter une victoire surprise 1:0, dans l'une des trois seules rencontres de qualification mondialiste disputées par la sélection en 26 ans d'existence.

Quarante-deux ans plus tard, le Viêt-Nam se prépare à croiser le fer avec la Thaïlande dans un contexte on ne peut plus différent. Le face-à-face prévu le 24 mai à Bangkok donnera le coup d'envoi du deuxième tour des préliminaires de l'AFC pour l'épreuve mondiale. C'est la première fois que les deux formations s'affrontent dans ce cadre depuis leur duel de 1973 en terres coréennes. "Nous jouerons chaque match à fond pour ramener le meilleur résultat possible", annonce à FIFA.com Le Cong Vinh, né près de dix ans après la réunification, et qui n'a pas connu les affres de la guerre. "

L'attaquant faisait partie de l'étonnante équipe qui avait atteint les quarts de finale de la Coupe d'Asie de l'AFC 2007 co-organisée par son pays. Il a aussi gardé de bons souvenirs du championnat de l'AFF 2008 arraché aux Thaïlandais grâce à son égalisation sur le fil. "J'ai confiance. J'essaierai d'être à la hauteur des attentes et même de les dépasser", annonce l'attaquant avant les débuts du Viêt-Nam dans le Groupe F des qualifications de l'AFC comptant, outre la Thaïlande, l'Irak, l'Indonésie et Chinese Taipei.

Dans la force de l'âge

Au Classement Mondial FIFA/Coca-Cola, le Viêt-Nam, 124ème, affiche son meilleur classement depuis 2011 à la faveur de sa place de demi-finaliste en Coupe de l'AFF 2014. Son joueur fétiche attribue les récents succès des siens au travail et au développement de la formation dans son pays. "On a fait un beau tournoi", se souvient Cong Vinh. "Notre style de jeu et notre condition physique se sont considérablement améliorés. Reste maintenant à cultiver les jeunes talents, en leur donnant la possibilité de jouer et d'affiner leurs qualités techniques, afin d'être en mesure de rivaliser avec les grandes équipes de la région."

Les statistiques récentes favorisent la Thaïlande, contre laquelle les Guerriers Rouges n'ont remporté qu'une victoire sur leurs 13 dernières confrontations. Mais Cong Vinh aborde les qualifications en grande forme. Champion de V-League en 2014 sous les couleurs de Binh Duong et meilleur réalisateur vietnamien dans la Coupe de l'AFF 2014, il a inscrit le but de la victoire face à Kashiwa Reysol lors du dernier match de son équipe en Ligue des champions de l'AFC. "Je suis toujours à l'affût d'une occasion de but", confie Cong Vinh. "À 29 ans, je possède aujourd'hui la force et l'enthousiasme nécessaires pour me consacrer à l'équipe nationale. Je me donnerai toujours à 100 % et j'espère rester performant."

Fifa.com (22/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 25 Mai - 13:40

Smicer : "On voulait sortir de ce match la tête haute"

International -News (Part 2) - Page 29 2608278_full-lnd

Jamais les chœurs de Liverpool ne se sont fait autant entendre que ce 25 mai 2005. Nous sommes à la mi-temps de la finale de la Ligue des champions de l’UEFA, une compétition que les Reds n’ont plus gagnée depuis 19 ans. Le panneau d’affichage indique une avance au score de trois buts en faveur de l'AC Milan. Personne n’ose imaginer un retournement de situation dans ce stade Olympique Atatürk d’Istanbul plein à craquer. Personne, sauf peut-être les milliers de supporteurs des Reds présents ce jour-là.



"Honnêtement, on n’y croyait plus", raconte Vladimir Smicer au micro de FIFA.com. "Mais on a 45 000 spectateurs qui ont fait l’effort de faire le déplacement, qui ne lâchent rien, qui continuent à supporter leur équipe. On se donne donc pour mission d’essayer de leur faire plaisir et de nous faire plaisir un peu au passage. Pour cela, il fallait arrêter de prendre des but, et en marquer un… et si on en inscrit un, on peut peut-être relancer la machine".




Et puis Steven Gerrard, d’une tête, rallume la flamme de l’espoir à la 54ème minute. Puis Smicer ajoute un deuxième but, d’une jolie frappe deux minutes plus tard. Enfin, Xabi Alonso égalise à la 60ème minute du temps réglementaire pour offrir une prolongation et une séance de tirs au but, inespérées à une équipe de Liverpool transcendée après la pause. La suite on la connaît. Jerzy Dudek sort le grand jeu et Liverpool est sacré champion d’Europe.




Auteur du dernier tir au but victorieux de Liverpool lors de cette fameuse séance, l'ancien milieu international tchèque (81 sélections, 27 buts) Vladimir Smicer revient sur ce match mémorable dont on fête aujourd’hui les 10 ans. Il évoque également sa carrière de joueur en France, et celle d’entraîneur et de politicien chez lui, en République tchèque.

Vladimir, vous avez raccroché les crampons en 2009. Jouer au football vous manque-t-il ?
Figurez-vous que je n’en ai pas tout à fait fini avec ma carrière de joueur (rires) ! Je joue encore, en sixième division tchèque, sous le maillot du petit village où j’habite. Cela me permet de garder la forme. Mais oui, jouer devant 30 000 spectateurs, dans des stades pleins d’ambiance, cela ça me manquera toute ma vie.

Vous avez réalisé une grande partie de votre carrière en France. En avez-vous de bons souvenirs ?
Bien sûr, j’ai passé cinq superbes années en France. Trois ans d’abord à Lens, trois années exceptionnelles dans ce club familial : j’étais jeune, je partais à l’étranger pour la première fois pour y évoluer. J’ai appris une langue, une nouvelle culture. C’était très enrichissant. J’ai été un peu déçu de ma deuxième expérience à Bordeaux, de 2005 à 2007. On avait une grosse équipe, on était très compétitif, mais j’ai été éloigné des terrains pendant de nombreux mois à cause d’une blessure. J’aurais aimé donné plus à ce club. Mais globalement, la France m’a laissé de super souvenirs.



Entre ces deux expériences, il y a Liverpool…
Un club extraordinaire d’où vient MON meilleur souvenir de footballeur…

Vous devez sans doute parler de cette finale de Ligue des champions 2005, remportée aux tirs au but face au Milan après avoir été mené 3:0…
Effectivement, c’est le sommet de ma carrière. L’enjeu était de taille. Pour Liverpool d’abord, qui courait après son cinquième titre dans cette compétition 19 ans après. Et puis pour moi, qui avais 32 ans à cette époque. Je savais que c’était mon dernier "gros" match : à cet âge, c’est difficile d’espérer mieux ! J’avais déjà joué une finale de Coupe d’Europe avec la République tchèque quelques années auparavant. La chance de jouer ce genre de match se représente rarement. Et puis cette rencontre était vraiment spéciale… Une finale, contre le grand Milan, on perd 3:0 à la mi-temps, je marque un but, puis un penalty dans la séance de tirs au but. C’était une soirée vraiment exceptionnelle, le plus grand match de ma carrière.

Honnêtement, y croyiez-vous encore à la mi-temps ?
Honnêtement, non. Mais on a 45 000 spectateurs qui ont fait l’effort de faire le déplacement, qui ne lâchent rien, qui continuent à supporter leur équipe. On se donne donc pour mission d’essayer de leur faire plaisir et de nous faire plaisir un peu au passage. Pour cela, il fallait arrêter de prendre des but, et en marquer un… et si on en inscrit un, on peut peut-être relancer la machine. On ne sait jamais ce qui peut se passer dans le foot. Mais au vu de la première mi-temps, c’était impensable. Le Milan était injouable, Kaka faisait un festival, Hernan Crespo était en feu… on ne pensait pas gagner le match mais on voulait quand même sortir de ce match la tête haute. Et puis en six minutes, on marque trois buts. Match de fou.

Vous-même inscrivez le second but d’un tir à ras de terre des 20 mètres…
Oui, ce but redonne quand même beaucoup d’espoir. Mais sur le moment, je n’étais même pas sûr d’avoir marqué… Je suis un peu caché, Dida touche le ballon, et surtout aucun de mes coéquipiers ne célèbre le but. Ils étaient déjà prêts à aller inscrire le troisième…

Xabi Alonso égalise. Puis arrive la prolongation, et surtout la séance de penalties. Comment se fait le choix de tirer un tel penalty ?
En l’occurrence, l'entraîneur Rafael Benitez est venu me demander si je me sentais d’en tirer un… J’étais en confiance, j’avais marqué et j’avais déjà inscrit quelques penalties avec Liverpool. Il m’a dit : "tu veux y aller ?" J’ai répondu spontanément "oui". Il a répliqué : "Ok, tu seras le quatrième tireur." Et d’un coup, j’ai ressenti une énorme pression m'envahir… Mais je me suis raisonné. J’avais, je crois, l’âge et l’expérience, pour prendre mes responsabilités. Je me devais de faire preuve de maturité. On n’est jamais sûr de marquer un penalty. Je savais que c’était mon ultime shoot à Liverpool. Je n’avais pas le choix : le dernier souvenir que je laissais au club devait être un bon.

Les blessures ont gâché la suite de votre carrière de joueur. Vous avez raccroché les crampons quatre ans après, et enchaîné avec un rôle de manager au sein de votre sélection. Quel bilan faites-vous de cette expérience ?
Cela a été une très bonne expérience. J’ai arrêté ma carrière au Slavia Prague le 9 novembre 2009 et le lendemain, on me proposait ce "job" de manager. Le but était de faire un peu ce que fait Oliver Bierhoff avec l’Allemagne. J’ai passé quatre bonnes années à ce poste, surtout les deux premières ! On s’est qualifié pour le championnat d’Europe 2012. On a atteint les quarts de finale, On a perdu contre le Portugal de Cristiano Ronaldo. Après, on rate la qualification pour la Coupe du Monde… Ça m’a vraiment déçu, parce que c’était à notre portée. Le staff a changé après cela, moi je suis retourné au Slavia en tant qu'entraîneur et j’ai décidé peu après de prendre mes distances avec le football. Je ne m’étais jamais arrêté. J’avais besoin de souffler, de me reposer, de me retrouver en famille. Je me suis lancé dans un autre combat, plus politique : je combats l’obésité chez les jeunes.

Cela va mieux pour la République tchèque. Elle est première de son Groupe A dans les qualifications pour l’UEFA EURO 2016. Quel regard portez-vous sur ses performances ?
On a bien commencé ces qualifications pour l’Euro 2016. Le premier match nous a mis sur une bonne dynamique : on a gagné contre les Pays-Bas à la maison. C'était le déclic dont nous avions besoin après l’échec de notre qualification pour la Coupe du Monde au Brésil et les quatre matches amicaux sans victoire qui s’en ont suivi. On était donc sous pression, et d’un coup, tout s’enchaîne : on gagne en Turquie, au Kazakhstan, face à l’Islande…  On a récemment fait une moins bonne opération face à la Lettonie mais on est tout de même bien parti, pour mon plus grand plaisir. L’EURO se déroulant en France, je tiens tout spécialement à ce que ma République tchèque y soit… ça aura forcément une valeur spéciale pour moi.

Fifa.com (25/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 25 Mai - 18:41

Philippines : Patino assume le statut de héros

International -News (Part 2) - Page 29 2608197_full-lnd

Les Philippines, qui occupent le 137ème rang au Classement mondial FIFA/Coca-Cola, ont peu d'éléments qui brillent dans un grand championnat d'Asie. L'attaquant Javier Patino, qui évolue en Super League chinoise, est l'exception qui confirme la règle.

Lorsque le joueur de 27 ans passé par Cordoue et Buriram United a rejoint Henan Jianye au début de l'année, cela s'est fait dans le plus grand anonymat. Dix matches et cinq buts plus tard, Patino a déjà dépassé le meilleur buteur de la saison dernière, le Brésilien Elkeson, ainsi le Monténégrin Dejan Damjanovic ou l'Australien Tim Cahill. "C'est une entame idéale", confie Patino à FIFA.com. "C'est rare qu'un joueur réussisse un doublé lors de son premier match dans un nouveau championnat. J'espère continuer à ce rythme et finir la saison avec un bon total."

Ce souhait est partagé par le sélectionneur des Philippines Thomas Dooley, dont l'équipe s'apprête à disputer un match qui s'annonce difficile contre Bahreïn. Ce sera la première sortie des Philippins dans les qualifications pour la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, contre les demi-finalistes de la Coupe d'Asie de l'AFC 2004.

Mais l'ancien capitaine des États-Unis, aujourd'hui âgé de 53 ans, estime qu'avec Patino dans ses rangs, la sélection philippine est une autre équipe. "Il nous est indispensable car en général, nous nous créons des occasions, mais nous avons énormément de mal dans la finition. Patino est un attaquant qui a le sens du placement et celui de la finition. C'est un véritable renard des surfaces", explique Dooley. "Il va jouer avec le numéro 9 et ça va être exactement son rôle : il devra être en pointe et concrétiser nos actions. Je suis très heureux de pouvoir compter sur lui pour les qualifications."

Toujours en forme
Patino a manqué la Challenge Cup de l'AFC l'an passé, où les Philippines s'étaient inclinées en finale contre la Palestine (1:0), ce qui les avait empêchées de participer pour la première fois de leur histoire à la Coupe d'Asie de l'AFC. "Cela fait un bout de temps que nous faisons appel à lui. Mais plusieurs blessures et son transfert en Chine ont fait qu'il a très peu joué pour nous. Je suis heureux qu'il n'ait rien perdu de sa forme", ajoute le sélectionneur.

Né à Madrid d'une mère philippine, Patino a fait ses classes avec les équipes de jeunes d'Alcobendas, avant de s'engager il y a quatre ans avec Cordoue, en deuxième division espagnole. En 2013, il rejoint Buriram United, qui réalise cette année-là une saison particulièrement aboutie, avec un titre de champion de Thaïlande et place de quart de finaliste de la Ligue des champions de l'AFC. "Le championnat de Thaïlande reste un souvenir très particulier, car c'est là que j'ai commencé mon aventure en Asie. C'est un championnat très compétitif, où j'ai beaucoup appris. Et puis, le fait de jouer la Ligue des champions m'a aidé à progresser encore plus vite comme attaquant", explique Patino.

Contre Bahreïn, Patino disputera le premier match de sa carrière dans les qualifications pour la Coupe du Monde et son quatrième, toutes compétitions confondues, pour le compte des Philippines. Il avait fait ses débuts en équipe nationale en mars 2013 et avait fêté son baptême du feu d'un doublé contre le Cambodge (8:0). "C'est la première fois que je participe aux éliminatoires pour la Coupe du Monde. Ça va être une expérience merveilleuse", annonce-t-il, même s'il s'attend à souffrir. "Le tirage n'a pas été clément avec nous", fait-il remarquer au sujet d'un groupe qui comprend également l'Ouzbékistan, le Yémen et la RDP Corée. "Ça va être très dur, mais nous avons des joueurs de qualité dans notre équipe." Patino est bien placé pour le savoir.

Fifa.com (25/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 26 Mai - 13:06

Brésil : Flamengo - Luxemburgo licencié

International -News (Part 2) - Page 29 2463623_full-lnd

L'ancien sélectionneur du Brésil Vanderlei Luxemburgo a été licencié de son poste d'entraîneur de Flamengo, a annoncé le club de Rio de Janeiro mardi.

"Vanderlei Luxemburgo n'est plus entraîneur de Flamengo. Il quitte ses fonctions après dix mois à la tête de l'équipe", a écrit le club dans un bref communiqué.

De retour à Flamengo en juillet 2014, Luxemburgo a d'abord sauvé le club de la relégation, avant de connaitre un début de saison 2015 catastrophique. Flamengo a en effet été éliminé du Championnat de Rio, alors qu'il en était le champion sortant. En Championnat du Brésil, le club n'a pas fait mieux puisqu'il n'a toujours pas remporté un match après trois journées (deux défaites et un match nul) et pointe en position de relégable.

Luxemburgo, âgé de 63 ans, ancien joueur de Flamengo, a été notamment sélectionneur du Brésil (1998-2000) vainqueur de la Copa America 1999, ainsi qu'entraîneur du Real Madrid (2004-2005) et des plus grands clubs brésiliens. Il a remporté cinq titres de champion du Brésil avec Palmeiras (1993, 1994), les Corinthians (1998), Cruzeiro (2003) et Santos (2004).

Fifa.com (26/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par rachid_as le Mer 27 Mai - 18:18

Argentine : Martino encense Pastore

International -News (Part 2) - Page 29 2581216_full-lnd

Le sélectionneur argentin Gerardo "Tata" Martino salue la montée en puissance du milieu de terrain Javier Pastore au PSG et estime qu'il s'est imposé comme le patron footballistique" du club parisien.

Dans un entretien au quotidien sportif argentin Olé, l'ancien entraîneur de Barcelone a encensé "El Flaco" (le maigre), avant de dévoiler mercredi sa liste de 23 joueurs pour participer à la Copa América.

"Quelques mois avant le Mondial, la situation du Flaco était une chose, aujourd'hui, elle a changé. Les entraîneurs, surtout les sélectionneurs, nous faisons ce que les joueurs nous invitent à faire (...) Au PSG, j'ai vu que Pastore est le patron footballistique. Cela démontre la progression, dans une équipe où il y a de grandes figures comme Thiago Silva, el Pocho (Ezequiel Lavezzi). Sur quatre compétitions, ils en ont gagné deux et en C1 ils ont été éliminés par Barcelone".

Pastore et son coéquipier du PSG font partie de la pré-sélection de 30 joueurs communiquée par Martino le 11 mai.

Auteur d'une belle saison avec le PSG, Pastore, 27 ans, a été rappelé en sélection à l'automne par Martino, alors que son prédécesseur Alejandro Sabella ne l'avait pas convoqué pour la Coupe du monde au Brésil.

Lundi, les 23 joueurs argentins convoqués pour la Copa América (11 juin-4 juillet) sont attendus au camp d'entraînement de la sélection à Ezeiza, près de Buenos Aires, sauf ceux qui, comme Messi ou Tevez, sont encore engagés dans des compétitions avec leur club.

Fifa.com (27/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

International -News (Part 2) - Page 29 Empty Re: International -News (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 29 sur 33 Précédent  1 ... 16 ... 28, 29, 30, 31, 32, 33  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum