Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Page 28 sur 32 Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30, 31, 32  Suivant

Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 12:54

Le Barça facile, le Bayern impressionne

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592929_full-lnd

Le Bayern Munich, battu en quart aller 3 à 1, a pulvérisé 6 à 1 Porto au retour mardi, tandis que Barcelone s'est également qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions en dominant tranquillement le Paris SG (2-0; succès catalan 3 à 1 à l'aller).

Le Barça et le Bayern, deux des grands favoris (finale le 6 juin à Berlin) connaîtront leur adversaire en demi-finale (aller les 5 ou 6 mai, retour les 12 ou 13 mai) au tirage au sort vendredi au siège de l'UEFA à Nyon (Suisse).

Les deux grands d'Europe ont envoyé un message: Le Bayern, même sans Ribéry et Robben, peut faire très mal; le Barça, sans forcer, est une classe au dessus.

Porto avait cru faire la belle opération en quart aller avec son succès 3 à 1 à domicile ? Les "Dragons" auraient dû consulter les statistiques. A la mi-temps, mardi en Bavière, le score était de 5 à 0 pour les hommes de Pep Guardiola. La routine, en quelque sorte, puisque c'est la troisième fois que les Munichois marquent cinq buts en 45 minutes en C1 dans leur histoire.

Ils l'avaient déjà fait contre Lille (score final: 6-1) en 2012 et contre l'AS Rome (score final: 1-7) en 2014... Il faudra encore compter sur le club allemand aux cinq Ligue des champions pour la suite.Les buteurs ? Lewandowski, avec un doublé, Thiago Alcantara, Boateng, Müller et Xabi Alonso.

Iniesta, toujours la classe
Il n'y a pas eu de suspense non plus au Camp Nou: Neymar, avec un doublé en première période, a également tué le match. Sur le premier but du Brésilien, c'est le vétéran Iniesta qui illumine l'action en éliminant trois Parisiens. Du grand art.

Les Qataris ont dépensé presque un demi-milliard d'euros en transferts depuis leur arrivée au PSG au printemps 2011. Mais ils resteront encore une fois à la porte du cercle des grands clubs en Ligue des champions, pour la troisième fois consécutive éliminés au stade des quarts de finale. La faute à leur bête noire, le Barça, qui les avait déjà recalé à ce seuil de la prestigieuse compétition en 2013 (Chelsea s'en était chargé en 2014).

Au niveau individuel, les observateurs noteront qu'Ibrahimovic n'a, une nouvelle fois, pas brillé dans les grands rendez-vous.

Neymar, lui, n'a pas tremblé face au but, exploitant bien la première offrande d'Iniesta. Neymar, Iniesta, Messi, Suarez: les "cracks" du Barça n'ont pas cherché à humilier leur adversaire, semblant en garder sous les crampons pour la suite. Bon courage à leur adversaire en mai.

Fifa.com (21/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 12:56

Paris encore trop court pour Barcelone

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592890_full-lnd

Barcelone a encore surclassé un Paris SG inoffensif (2-0) et s'est qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 8e fois en dix ans, son adversaire quittant la compétition pour la troisième année de suite au même stade.

Le Barça l'a emporté sur un doublé de Neymar (14e et 34e), auteur de ses 5e et 6e buts dans la compétition et à qui Iniesta et Dani Alves ont offert de ces caviars qui font la gloire de la maison blaugrana, mettant une nouvelle fois la défense parisienne au supplice.

Le Brésilien rejoint au classement des buteurs de la compétition son coéquipier uruguayen Luis Suarez, héros du match aller (deux buts) et qui n'a pas eu besoin de briller, pas plus que Messi, dont un maigre lob n'a pas trompé Sirigu (51e).

A l'autre bout du terrain, les vedettes du PSG ont elles vécu une triste soirée: coupés de leurs partenaires, Cavani, Ibrahimovic et Pastore n'ont rien pu faire ou presque.

Résultat, le Barça, sorti "précocement" par l'Atletico Madrid en quarts en 2014 et Liverpool en 8e en 2007, disputera sa 8e demi-finale en une décennie, là où les Parisiens rêvaient de se montrer pour la deuxième fois de leur histoire après 1995. Une statistique qui montre le gouffre qui sépare encore les deux clubs, deux ans après leur première explication à ce stade de l'épreuve.

Paris, qui espérait franchir enfin ce pallier après son exploit à Chelsea au tour précédent, n'a jamais fait le poids. Et à la différence des deux saisons précédentes, où il avait été éliminé en vertu de la règle des buts inscrits à l'extérieur (2-2, 1-1 contre le Barça en 2013 et 3-1, 0-2 contre Chelsea en 2014), le PSG quitte cette fois le gratin du football européen sur deux nettes défaites.

Les Catalans ont été supérieurs dans tous les domaines et montré la division d'écart qui subsistait, malgré tous les efforts financiers des propriétaires du PSG, entre les deux clubs.

Deux pépites et un calvaire
Un joueur parisien symbolise cette impuissance: David Luiz, déjà humilié par Suarez au match aller (deux petits ponts). Quand Iniesta a parcouru 60 mètres balle au pied, effaçant tour à tour Cabaye, Cavani et Verratti, David Luiz a laissé Neymar s'engouffrer dans la surface, vu la balle lui passer dans le dos et regardé son coéquipier en Seleçao crocheter Sirigu et marquer dans le but vide (14e).

Vingt minutes plus tard, Dani Alves, sur l'aile droite, a éliminé superbement Maxwell et adressé un centre millimétré à Neymar, avec David Luiz une nouvelle fois trop avancé. L'attaquant brésilien, d'une tête parfaitement placée, n'a laissé aucune chance à Sirigu (34e).

Et Ibrahimovic ? Le Suédois, trop esseulé à l'avant avec ses coéquipiers bloqués dans les 30 derniers mètres, a reçu un nombre de ballons famélique et n'a cadré sa première frappe qu'à la 73e minute.

Mais c'était à un moment du match où les deux équipes ne se livraient déjà plus à fond, chacune ayant déjà les yeux tournés vers les étapes suivantes: le triplé championnat-Coupe du Roi-C1 pour Barcelone, le triplé national (championnat-Coupe de France-Coupe de la Ligue), seulement, pour le PSG. Un autre symbole de la classe d'écart entre les deux clubs.

Fifa.com (21/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 12:58

Le PSG réussit encore à Neymar

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592891_full-lnd

Le bourreau de Paris, c'est lui: Neymar a marqué à chacune des quatre confrontations contre le PSG en Ligue des champions cette saison, dont un doublé mardi en quart de finale retour (2-0), effaçant par ses folles arabesques une période frustrante pour lui.

Au total, le Brésilien aura trouvé la faille cinq fois face à ces défenseurs centraux parisiens qu'il connaît si bien, ses compatriotes Marquinhos et David Luiz, alignés mardi soir au Camp Nou, ou Thiago Silva, forfait.

Ce doublé porte à 30 unités son total de buts toutes compétitions confondues en 2014-2015 avec le Barça, soit deux fois plus que lors de sa première saison en Catalogne l'an dernier (15 buts), signe que Neymar s'épanouit désormais dans le onze catalan. "Je suis très heureux de ma saison et nous devons continuer ainsi pour atteindre nos objectifs", a-t-il réagi mardi soir au micro de la télévision publique espagnole TVE, se fixant déjà pour ambition d'atteindre sa première finale de C1.

Pourtant, après une première partie de saison en fanfare, l'étoile du Brésilien avait progressivement pâli à la fin de l'hiver, à mesure que celle de Luis Suarez s'élevait dans l'orbite de Lionel Messi.

"Ney" a notamment traversé un tunnel de huit matches sans but entre février et mars, seulement entrecoupé d'un maigre doublé en Coupe du Roi à Villarreal (3-1) début mars. Et sa frustration a commencé à se traduire par un peu trop d'égoïsme dans le jeu, un peu trop de provocations sur le terrain, comme lorsqu'il s'est ostensiblement curé le nez tout près d'un défenseur du Celta Vigo.

Gris-gris nonchalants
Il y a eu aussi des gestes d'agacement évidents à l'encontre de son entraîneur Luis Enrique, coupable à ses yeux de le faire sortir un peu trop tôt et un peu trop souvent par rapport à ses partenaires de l'attaque.

Pour autant, le technicien barcelonais l'a toujours soutenu, évoquant un "joueur déterminant" et saluant son investissement défensif.

Et mardi, tout a été balayé en quelques gestes, même s'il a parfois péché par gourmandise. Surtout, Neymar a enfin brillé dans la finition, avec deux buts qui ont expédié le Barça dans le dernier carré de la C1 aux dépens de ces Parisiens qui lui réussissent tant (3-1, 2-0). "Ils ne m'ont rien fait!, a-t-il lancé. J'ai seulement essayé d'aider mes partenaires. Je suis ravi d'avoir marqué deux buts aujourd'hui."

Sur l'ouverture du score, au bout d'une action individuelle merveilleuse d'Andres Iniesta, le Brésilien a pris l'espace dans le dos de la défense avant de crocheter le portier parisien avec sang-froid (14e). Et sur son second but, il a bien anticipé le centre de Dani Alves, partant à la limite du hors-jeu et doublant la mise d'une jolie tête piquée (34e).

Du même coup, son sens de la provocation a cessé d'être destructeur pour redevenir lumineux, entre passements de jambes taquins et gris-gris nonchalants. Ce qui n'a pas beaucoup plu au milieu parisien Marco Verratti, auteur d'une vilaine balayette sur l'artiste (68e).

Peu importe, "Ney" avait déjà réussi sa soirée. Et d'ailleurs, au moment de faire un dernier changement à 15 minutes de la fin, Luis Enrique a préféré faire sortir Suarez, laissant Neymar savourer jusqu'au bout la douceur printanière du Camp Nou.

Fifa.com (21/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 13:01

Le Bayern en mode démonstration

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592894_full-lnd

Six jours après une première manche cauchemardesque, le Bayern Munich a atomisé Porto (6-1) en quart de finale retour pour entrer dans le carré d'as de la Ligue des champions pour la quatrième année de rang, mardi à l'Allianz Arena.

Quelle revanche! Empruntée et auteur de trois bévues défensives à l'aller, l'équipe de Pep Guardiola, efficace et euphorique à l'image de Robert Lewandowski, auteur d'un doublé, a fait voler en éclats la défense de Dragons, invaincus jusque-là, qui ont terminé la rencontre à dix après l'exclusion de Marcano (87e).

Le tout avec une défense qui avait retrouvé rigueur et sérénité avec Holger Badstuber en remplacement de Dante, l'un des fautifs à Porto, en charnière centrale avec Jerome Boateng.

Et toujours sans des pièces-maîtresses telles Bastian Schweinsteiger, qui effectuait son retour sur le banc, et Franck Ribéry et Arjen Robben, qui pourraient réintégrer le groupe d'ici les demi-finales... "J'ai entièrement confiance en ce groupe", avait insisté Guardiola à la veille du second duel avec son ancien coéquipier du Barça, Julen Lapotegui.

Et ses joueurs ont répondu de la plus belle des manière à la confiance du Catalan, lui évitant la première sortie en quarts de sa carrière d'entraîneur après les quatre demies aux commandes du Barça et la première bavaroise la saison dernière. "Cette équipe est de très grande qualité et a un coeur énorme, a souligné le capitaine Philipp Lahm. On savait qu'il fallait changer quelque chose par rapport à l'aller. Et ça a payé."

Clairement vexés mais sans se précipiter, les Bavarois sont passés comme une tornade sur la première période, régalant d'un festival offensif un public qui n'a cessé de chanter son soutien à ses héros.

Les trois premiers buts sont venus sur autant de coups de tête: Thiago, l'homme qui avait maintenu l'espoir en marquant à l'aller, a repris au premier poteau un centre de Bernat (14), Boateng, à l'affut au second poteau, a doublé la mise (22) et Lewandowski, décalé par Müller, a coupé de la tête entre deux défenseurs (3-0, 27).

Alonso s'y met aussi
Mais ce n'était pas suffisant. Le champion d'Europe 2013 voulait clairement punir ce rival effronté qui a souffert des absences des défenseurs Danilo et Alex Sandro (suspendus).

Müller (36) puis Lewandowski (40) portaient deux nouvelles estocades sur deux frappes à ras de terre sur lesquelles Fabiano étaient impuissants. A 5-0 à la pause, la messe semblait dite. Mais cela n'empêchait pas les Bavarois de poursuivre ses assauts dès le retour du vestiaires.

Le but de Jackson Martinez (73) sauvait l'honneur et redonnait même quelques espoirs aux Portugais.

Porto finissait mieux mais été douché en fin de partie avec l'exclusion de Marcano (2e jaune/87) pour une faute sanctionnée par un splendide coup franc enroulé du droit de Xabi Alonso pour le but du 6-1.

La plus belle des manières pour l'Espagnol de se faire pardonner de sa bévue du match aller qui avait coûté le premier but...

Le Bayern a maintenu le rêve d'aller en finale le 6 juin à Berlin et réaliser un triplé comme en 2013 (avec championnat et Coupe). Encore une étape à franchir dont l'adversaire sera connu vendredi...

Fifa.com (21/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 13:06

Blanc : "Cela prendra du temps"

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592932_full-lnd

Le Paris SG, sèchement éliminé par le FC Barcelone en quart de finale de Ligue des champions (3-1, 2-0), rejoindra un jour le "gotha" européen mais "cela prendra du temps", a estimé mardi soir l'entraîneur parisien Laurent Blanc.

Estimez-vous que le PSG a montré un autre visage qu'au match aller ?
Selon moi, je m'attendais à ce qu'on fasse un meilleur match mais l'adversaire ne l'a pas permis, comme au match aller. Leur qualité individuelle et collective fait que tu as beau donner le maximum défensivement et offensivement... Défensivement ça n'a pas suffi mais je regrette qu'on n'ait pas marqué, on aurait pu être plus efficace offensivement. Si tu ne marques pas, c'est difficile de renverser quoi que ce soit. Le Barça mérite sa qualification. (...) Quand tu n'es pas arrivé à bousculer une équipe comme Barcelone, c'est que tu n'as pas réussi ce que tu voulais démontrer ce soir. Mais on a joué avec nos moyens, sans doute moins élevés que ceux de Barcelone, et on n'a pas dérogé à notre philosophie de jeu, en essayant de repartir de derrière.

Le PSG a-t-il affiché des progrès par rapport à ses précédentes éliminations en quart de finale ?
Je dirais qu'on a fait quelque chose d'important, on a battu une grosse équipe d'Europe, Chelsea, dans des circonstances importantes pour nous, pour prouver qu'on pouvait le faire. Ca ne suffit pas pour continuer l'aventure mais ce soir on est tombé contre une équipe qui a plus d'expérience. Il faut être patient en Ligue des champions, créer une grosse identité, un gros club, cela prend du temps. On veut des résultats tout de suite, cela prendra du temps mais Paris y arrivera.

Comment Paris peut-il se construire une telle identité européenne ?
Si vous êtes suiveur de Barcelone, vous savez la patience qu'il faut avoir pour gagner la Ligue des champions, combien de temps a mis le Barça pour en gagner une. C'est un grand club mais il a eu de la patience pour gagner. La première il l'a gagnée en 1992, pour un club centenaire... J'espère que Paris n'attendra pas aussi longtemps. Des moyens il en faut, mais de la patience aussi. Ce soir dans les demi-finalistes il y a le FC Barcelone et le Bayern Munich, ces clubs-là ont mis du temps pour arriver dans le gotha. Paris y sera certainement un jour, il faut être patient et se dire que cela prendra du temps.

Fifa.com (21/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 13:13

Le Bayern a encore des ressources pour viser le triplé

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592889_full-lnd

En passant comme un ouragan sur Porto (6-1) en quart de finale retour de Ligue des champions, le Bayern Munich a montré qu'il avait les ressources physiques et mentales pour surmonter les phases les plus critiques et prétendre au triplé C1-championnat-Coupe d'Allemagne, comme en 2013.

"Je suis un homme heureux", a lancé le coach Pep Guardiola après le match, encore sous le coup de l'impressionnante démonstration de force de sa troupe pour renverser la vapeur après la gifle (3-1) du match aller. En une soirée magique, le Catalan de 44 ans a pris une revanche sur le mauvais sort, qui frappait son effectif à travers l'accumulation des blessures de joueurs-cadres, et sur les sceptiques qui parlaient déjà de crise après le revers à Porto suivi de la démission du médecin historique du club, Hans-Wilhelm Müller-Wohlfahrt, en conflit avec lui.

Le géant bavarois a réussi le troisième carton de sa saison européenne, après la fantastique nuit romaine du 21 octobre lorsqu'il avait étrillé l'AS Rome en passant déjà un 5-0 à la pause (7-1 au final), puis celle du 11 mars contre Donetsk (7-0), facilitée par un adversaire réduit à dix dès les premières minutes. Couvert de louanges en Allemagne, qualifié de "bénédiction pour le Bayern" par son patron Karl-Heinz Rummenigge, Guardiola a été loué jusqu'au Nou Camp où son ancien club, le Barça s'est aussi hissé en demies mardi soir. "Je suis très heureux que Guardiola soit passé parce que j'aime qu'il arrive de bonnes choses à mes amis. De plus, après que beaucoup de gens l'ont donné pour mort, son équipe marque six buts avec beaucoup d'absents, a souligné Luis Enrique, le nouveau guide du Barça. Cela démontre quel entraîneur il est et quelle équipe est le Bayern".

Brillant Bernat
Guardiola avait promis de trouver une solution, un plan pour percer les rideaux défensifs portugais, même avec un groupe diminué depuis plus d'un mois par les blessures. Et "Pep" a tenu parole pour décrocher sa 6e demi-finale de rang, après les quatre avec le Barça (2009 à 2012) et celle de sa première saison bavaroise l'an dernier. Contrairement à l'aller, le Bayern ne s'est pas perdu dans une domination stérile. Il a écarté le jeu sur les flancs avec Philipp Lahm à droite et Juan Bernat à gauche, qui ont presque fait oublier l'absence du duo Ribéry-Robben, convalescents et toujours spectateurs.

Devant, la paire Lewandowski-Müller a multiplié les combinaisons pour torturer la défense des "Dragons", récompensée au final de trois buts dont un doublé pour l'avant-centre polonais. Le petit latéral Bernat a brillé de mille feux, particulièrement durant la première période de folie (5 buts), délivrant le centre parfait repris de la tête par Thiago Alcantara pour mettre le Bayern sur orbite dès le premier quart d'heure.

Retrouvailles Guardiola-Barça?
Pour sa sixième apparition cette saison, Thiago, l'homme du but de l'espoir à l'aller, a confirmé être revenu au niveau du talentueux stratège que "Pep" voulait à tout prix dans son effectif bavarois, mais qui avait succombé aux blessures durant près d'un an. De quoi surprendre même son entraîneur: "après un an de blessure, on ne l'attendait pas aussi vite en top forme. Thiago a de grosses qualités de battant mais c'est surtout quelqu'un qui, dans sa tête, est persuadé que tout est possible".

Le Catalan peut désormais envisager le retour en jeu du meneur d'hommes Bastian Schweinsteiger, réapparu sur le banc mardi, voire de Robben et/ou Ribéry, d'ici les demi-finales pour lesquelles il s'est refusé à tout commentaire sur de possibles retrouvailles avec le Barça. "On verra le verdict du tirage au sort (vendredi, ndlr), ce n'est pas quelque chose qu'on peut contrôler", a-t-il dit, tourné déjà vers le match de samedi contre le Hertha Berlin où il peut s'assurer son 2e titre national. "Le plus important pour moi", a-t-il souligné.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 13:15

PSG, et maintenant on fait quoi ?

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2589574_full-lnd

Nettement vainqueur à l'aller (3-1) comme au retour (2-0) en quart de finale de la Ligue des champions, Barcelone a brutalement mis fin aux ambitions européennes du Paris SG, ramené à ses obligations hexagonales avec un triplé Championnat-Coupe de France-Coupe de la Ligue à boucler.

A l'échelle de la Ligue des Champions, Paris se heurte encore au plafond des quarts de finale et n'échappera pas à une vaste réflexion cet été sur les moyens de le crever.

. Court terme ou long terme ?
La Coupe de la Ligue est acquise, la Coupe de France est un objectif très raisonnable (finale le 30 mai contre Auxerre, qui joue en 2e division) et le Championnat ne se présente pas trop mal. "Le triplé, c'est l'histoire", insiste Maxwell. Ce serait en effet inédit en France et cela devrait suffire à remobiliser les Parisiens, qui recevront Lille samedi puis Metz mardi en match en retard en championnat.Mais pour la Ligue des Champions, il faudra attendre. A leur arrivée en 2011, les dirigeants quataris avaient évoqué un succès à l'horizon 2015, avant de repousser l'échéance à 2018.

Cela reste un délai très court pour maîtriser tous les paramètres d'une compétition aussi exigeante. "On veut des résultats tout de suite, cela prendra du temps mais Paris y arrivera", assure Laurent Blanc, avant de prendre l'exemple du Barça. "C'est un grand club, mais il a eu de la patience pour gagner. La première il l'a gagnée en 1992, pour un club centenaire... J'espère que Paris n'attendra pas aussi longtemps."

En éliminant Chelsea en 8e de finale, le PSG avait semblé dépasser le statut de simple ambitieux pour atteindre celui de candidat à la victoire. Barcelone l'a remis à sa place.

. Avec quel effectif?
L'effectif parisien a touché ses limites à l'aller comme au retour. Au début du projet parisien, Leonardo (ex-directeur sportif) avait parlé d'une équipe plus taillée pour l'Europe que pour la Ligue 1. Aujourd'hui, ce diagnostic aussi s'avère erroné. Les joueurs qui ont semblé au niveau d'une équipe telle que le Barça se comptent sur les doigts d'une main. Matuidi en fait partie, ainsi que Verratti, Marquinhos, voire même Lucas, dont l'entrée mardi a été tranchante. La jeunesse de ces trois joueurs est une belle promesse. Ajoutés à Thiago Silva et Thiago Motta, qui ont beaucoup manqué, ils forment une ossature intéressante.

Mais pour le reste, il y a beaucoup à revoir. Le président Nasser Al-Khelaïfi n'aime pas se séparer de "ses" joueurs, mais cette fois, il va devoir s'y résoudre, le fair-play financier ne lui offrant pas une marge de manoeuvre suffisante. Cavani, Lavezzi, Van der Wiel, Cabaye ou Digne sont des partants possibles. Mais s'il s'en sépare, le PSG subira avec ces joueurs presque tous achetés trop cher des moins-values considérables. Ibrahimovic et Pastore devraient rester mais leur niveau à ces hauteurs reste une interrogation, ce qui est aussi le cas pour Sirigu.

. Avec Blanc?
"Le coach aussi a fait beaucoup de choses positives et j'espère que les médias ne vont pas trop l'attaquer". Mardi soir, Nasser Al-Khelaïfi a immédiatement eu un mot pour Laurent Blanc. Le technicien français a été conforté par l'exploit contre Chelsea et sa gestion de certaines vedettes de son groupe. Le capitaine Thiago Silva l'a complimenté à plusieurs reprises cette saison, ce qui n'est pas sans importance. Pour envisager une troisième saison parisienne, Blanc doit tout de même assurer le triplé national. Mais même dans ce cas, la direction du club pourrait penser que le groupe a besoin d'un discours nouveau.

Rafael Benitez (Naples) sera peut-être libre, Leonardo l'est toujours, le nom d'Arsène Wenger (Arsenal) est toujours cité. Celui d'Antonio Conte (sélectionneur d'Italie) l'est désormais. Qu'il y ait départ ou pas de Blanc, la direction devra peut-être aussi réfléchir à l'organigramme et à la question récurrente du directeur sportif. Cette saison, en dehors de quelques brèves déclarations du président, Blanc a été le seul à communiquer, sur tous les sujets.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 13:16

Barcelone - Iniesta, magicien des phases finales

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593085_full-lnd

D'un coup de baguette, Andres Iniesta a ébloui le Camp Nou: son époustouflant slalom mardi face au Paris SG (2-0) a expédié le FC Barcelone en demi-finale de Ligue des champions et rappelé que la magie de l'Espagnol opérait toujours lors des matches couperets.

A la 14e minute de jeu mardi soir, le génie de Fuentealbilla a sorti une merveille de la Manche, sa région natale. Parti de son propre camp, il a effacé un adversaire sur son contrôle, puis deux autres en dribble, avant de remonter tout le terrain, de fixer la défense et de servir Neymar, qui a marqué le premier de ses deux buts du match. Le stade a rugi de plaisir et a scandé le nom d'Iniesta, dont la saison avait été jusque-là plutôt discrète. Il faut dire que l'éclosion de Neymar et l'effacement progressif de Xavi ont complètement bouleversé le rôle du milieu international espagnol (30 ans, 103 sélections).

Autrefois plus déséquilibrant, plus haut sur l'aile gauche, il était souvent celui par qui la lumière arrivait. Mais Neymar occupe désormais le flanc gauche et il faut bien quelqu'un pour succéder à Xavi (35 ans) pour le capitanat et l'organisation du jeu. Alors, a-t-on retrouvé le grand Iniesta mardi soir? "Je ne suis jamais parti", a répondu l'intéressé au micro de Canal+ Espagne. "J'essaie toujours de bien faire les choses et je crois qu'on peut toujours tout améliorer." Même s'il n'a joué que la première période mardi et même s'il va devoir confirmer dans les prochaines semaines, ces 45 minutes ont été ses meilleures depuis bien longtemps, comme l'a unanimement reconnu la presse espagnole.

"Des tours dans son chapeau"
"Le magicien de Fuentealbilla a gardé des tours dans son chapeau en vue des plus beaux galas", s'est extasié le quotidien sportif barcelonais Mundo Deportivo. Outre son épatant slalom, le capitaine barcelonais a signé un récital complet, alors qu'il était à peine remis d'une contusion au niveau du bassin: 93% de réussite dans ses passes, une grande participation à la défense et au pressing, une belle complicité technique avec Neymar ou Lionel Messi et puis des gestes de classe, comme ce grand pont réussi en pleine surface adverse...

De quoi rappeler les meilleures heures de "Don Andres", unique buteur de l'Espagne en finale du Mondial-2010 (1-0 a.p.) face aux Pays-Bas et meilleur joueur de la finale de l'Euro-2012 gagnée contre l'Italie (4-0). Iniesta a d'ailleurs souvent été décisif dans ce genre de matches irrespirables, où sa technique et sa clairvoyance font merveille. On se souvient notamment de sa frappe salvatrice à la 93e minute de la demi-finale de C1 en 2009 face à Chelsea (1-1), qui avait expédié le Barça vers la finale et vers le titre européen.

Cela tombe bien, les matches décisifs arrivent: le Barça jouera une demi-finale de Ligue des champions début mai. Entre les deux manches, le 11 mai, Iniesta fêtera ses 31 ans, mais l'âge est loin de le faire renoncer à ses ambitions. "Nous en sommes là et nous devons essayer d'atteindre une possible finale", a déjà prévenu le magicien espagnol.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 20:33

LIVE : Quart de finale-Retour


(NB : Heure DZ-Algérie GMT+1)

Mercredi 22 Avril 2015
MIT : AS Monaco 0 - 0 Juventus de Turin (aller 0-1)
MIT : Real Madrid 0 - 0 Atlético de Madrid (aller 0-0)


Mardi 21 Avril 2015
FIN : Bayern Munich 6 - 1 FC Porto (aller 1-3) ............. Thiago Alcantara (14'); Jerome Boateng (22'); Robert Lewandowski (27', 40'); Thomas Muller (36'); Xabi Alonso (88') - Jackson Martinez (73')
FIN : FC Barcelone 2 - 0 Paris SG (aller 3-1) .............. Neymar (14', 34')

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 20:50

LIVE : Quart de finale-Retour


(NB : Heure DZ-Algérie GMT+1)

Mercredi 22 Avril 2015
46' : AS Monaco 0 - 0 Juventus de Turin (aller 0-1)
46' : Real Madrid 0 - 0 Atlético de Madrid (aller 0-0)


Mardi 21 Avril 2015
FIN : Bayern Munich 6 - 1 FC Porto (aller 1-3) ............. Thiago Alcantara (14'); Jerome Boateng (22'); Robert Lewandowski (27', 40'); Thomas Muller (36'); Xabi Alonso (88') - Jackson Martinez (73')
FIN : FC Barcelone 2 - 0 Paris SG (aller 3-1) .............. Neymar (14', 34')

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 21:31

LIVE : Quart de finale-Retour


(NB : Heure DZ-Algérie GMT+1)

Mercredi 22 Avril 2015
90' : AS Monaco 0 - 0 Juventus de Turin (aller 0-1)
90' : Real Madrid 1 - Atlético de Madrid (aller 0-0) ....... Javier Hernandez (88')


Mardi 21 Avril 2015
FIN : Bayern Munich 6 - 1 FC Porto (aller 1-3) ............. Thiago Alcantara (14'); Jerome Boateng (22'); Robert Lewandowski (27', 40'); Thomas Muller (36'); Xabi Alonso (88') - Jackson Martinez (73')
FIN : FC Barcelone 2 - 0 Paris SG (aller 3-1) .............. Neymar (14', 34')

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Mer 22 Avr - 21:37

LIVE : Quart de finale-Retour


(NB : Heure DZ-Algérie GMT+1)

Mercredi 22 Avril 2015
FIN : AS Monaco 0 - 0 Juventus de Turin (aller 0-1)
FIN : Real Madrid 1 - Atlético de Madrid (aller 0-0) ....... Javier Hernandez (88')


Mardi 21 Avril 2015
FIN : Bayern Munich 6 - 1 FC Porto (aller 1-3) ............. Thiago Alcantara (14'); Jerome Boateng (22'); Robert Lewandowski (27', 40'); Thomas Muller (36'); Xabi Alonso (88') - Jackson Martinez (73')
FIN : FC Barcelone 2 - 0 Paris SG (aller 3-1) .............. Neymar (14', 34')

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:13

Monaco - Kondogbia a pourtant tout tenté

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593281_full-lnd

A 22 ans, le milieu de terrain monégasque Geoffrey Kondogbia, auteur d'une excellente prestation en quart de finale de Ligue des champions contre la Juventus de Turin a, malgré l'élimination de son équipe (0-0), montré toute l'étendue de son talent mercredi.

Dès le début de la rencontre, Kondogbia, installé à la gauche de Jérémy Toulalan, en position un peu plus offensive que son capitaine, se montrait à son avantage. Servi par Bernardo Silva, il contrôlait du gauche puis frappait dans la foulée de peu à côté (6).

Encore une fois, à la 20e minute, il sollicitait Gianluigi Buffon après une belle série de dribbles pour trouver une position de tir.

Si Monaco a réalisé une belle première période, c'est surtout parce que l'équipe de Leonardo Jardim a pu jouer et récupérer les ballons en position haute. Durant les quarante-cinq premières minutes, l'ex-Sévillan n'a eu de cesse de harceler Marchisio, son adversaire direct. Et souvent (23, 29, par exemple), le jeune international français a récupéré des ballons, puis bonifié le jeu monégasque.

Avec Joao Moutinho, également excellent, Kondogbia était bel et bien au niveau de l'enjeu du match. Comme à l'aller au Juventus Stadium, d'ailleurs.

"C'est du lourd"

"Kondogbia, c'est du lourd, c'est la génération Pogba, disait Patrice Evra sur Canal+ avant la rencontre". Sans son alter ego -avec lequel il a été sacré champion du monde des moins de 20 ans durant l'été 2013- face à lui, Kondogbia a réalisé une première période de haut vol.

Après la sortie de Toulalan à la pause, remplacé par Berbatov pour tenter de forcer le verrou turinois, le rôle du gaucher monégasque évoluait.

Plus défensif, il devait, toujours en compagnie de Moutinho, permettre au quatuor Martial-Carrasco-Berbatov-Silva de s'exprimer librement. A la vue de la domination monégasque, il a réussi dans son entreprise personnelle mais sans que son équipe parvienne à concrétiser. Et l'avertissement qu'il reçut, était la preuve de sa frustration (76).

Devant les yeux du sélectionneur Didier Deschamps, le gaucher formé à Lens et transféré 20 millions d'euros la saison dernière par Monaco depuis Séville, a cependant montré que son avenir devrait bien s'écrire en Bleu désormais.

Déjà sélectionné, titulaire et passeur décisif pour Olivier Giroud lors du dernier match de l'équipe de France contre le Danemark (2-0 le 30 mars dernier en amical à Saint-Etienne), sa prestation de grande qualité comptera à coup sûr, lorsque l'entraîneur de l'équipe de France préparera sa prochaine liste pour les rencontres amicales du mois de juin (contre la Belgique le 7 et en Albanie le 13).

Au moment où certains internationaux, tel que Yohan Cabaye, marquent le pas, Deschamps voit émerger une nouvelle génération, dont Kondogbia, qu'il a lancé pour la première fois le 8 août 2013 contre la Belgique (0-0), et qui en est clairement un des leaders.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:14

Monaco domine en vain, la Juve en demies

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593283_full-lnd

Monaco a dominé, fait le jeu face à la Juventus Turin, mais n'est pas parvenu à trouver la faille pour effacer la défaite du match aller (1-0, 0-0), et a été éliminé de la Ligue des Champions au stade des quarts de finale, mercredi au stade Louis-II.

La Juventus Turin, venue à Monaco pour préserver l'avantage du match aller, a tenu bon face aux assauts monégasques et réussi son pari de faire son retour sur la scène européenne. Finaliste en 2003, elle s'invite dans un dernier carré prestigieux composé de clubs autrement plus habitués ces derniers temps à ce niveau, le Real Madrid, le Bayern Munich et le FC Barcelone.

Quant à Monaco, si l'équipe de la Principauté quitte la plus prestigieuse compétition européenne au même stade que le Paris SG, étrillé par Barcelone (3-1, 2-0), elle s'en satisfera sans doute d'autant plus que personne ne l'attendait en quarts - ni à ce niveau sur le terrain.

En Ligue 2 il y a deux ans, le club monégasque a tenu la dragée haute à Arsenal puis la Juventus Turin et s'en sort avec les honneurs, même s'il reste sans victoire à domicile depuis cinq rencontres.

Et pourtant, les Monégasques auront sans doute des regrets. Leur performance à l'aller, match perdu (1-0) sur un pénalty d'Arturo Vidal, aurait mérité de recevoir en ayant marqué à l'extérieur.

Reste que, malgré l'élimination, les Monégasques ont balayé les interrogations subsistant quant à leur niveau à ce stade de la compétition, au terme d'une performance franchement emballante.

Monaco balaie les interrogations
On se posait la question de la capacité des plus jeunes à se mettre au niveau d'un quart de Ligue des Champions? Fabinho a galopé, Bernardo Silva provoqué et Geoffroy Kondogbia tiré trois fois au but (5, 20, 61) et surtout gratté et nettoyé un nombre incalculable de ballons.

Seuls Layvin Kurzawa et Anthony Martial se sont encore montrés un peu tendres, dans la relance pour le premier, dans les duels avec la roublarde défense adverse pour le second. Martial a d'ailleurs cédé dès la mi-temps sa place d'avant-centre au plus expérimenté Dimitar Berbatov, qui a remplacé le capitaine Jérémy Toulalan.

On se demandait si les Monégasques sauraient faire le jeu? Ils ont fait le siège de la surface adverse sans discontinuer lors de la première période, tranchants et parfois même spectaculaires, comme sur cette merveille de combinaison dans un minuscule espace entre Fabinho, Joao Moutinho et Bernardo Silva, dont le centre était détourné in extremis en corner par Barzagli (19).

On disait la défense turinoise imprenable? Elle a plié, plié... mais réussi à contenir les assauts monégasques, par moments pas toujours dans les règles de l'art, comme sur ce ballon freiné façon "cuiller" de rugby par Chiellini (1) sous la pression de Moutinho, ou sur la tenaille du même avec Vidal pour bloquer, dans la surface, l'intenable Kondogbia (36).

Face à cet assaut Rouge et blanc, la Juve n'a pas montré grand-chose. A l'image de son maître à jouer Andrea Pirlo, tout de même auteur d'une passe en profondeur parfaite pour lancer le contre d'Alvaro Morata, freiné in extremis par le retour d'Aymen Abdennour (58), et d'un coup franc qui rasait la transversale (90) le champion d'Italie n'a pas tellement sollicité le gardien monégasque, Danijel Subasic.

Mais protégé par une muraille de deux lignes de quatre, Gianluigi Buffon non plus n'a pas eu grand-chose à faire. Monaco sort néanmoins de la compétition la tête haute, et aura sans doute à coeur de terminer la Ligue 1 sur le podium, pour retrouver l'hymne de la Ligue des Champions la saison prochaine. Et qui sait, peut-être aller un peu plus loin.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:17

Chicharito vient à bout de l'Atlético

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593354_full-lnd

Comme lors de la finale 2014, le Real Madrid a écoeuré l'Atletico avec un but tardif mercredi en Ligue des champions (1-0), signé "Chicharito" Hernandez, qui a qualifié les siens pour les demi-finales aux dépens de "Colchoneros" brutaux et réduits à dix.

A Madrid, c'est encore le Real qui règne: le champion d'Europe en titre a souffert pour dompter le vice-champion, mais il a su patienter jusqu'à un service de Cristiano Ronaldo pour le petit Mexicain (88e), peu après l'exclusion d'Arda Turan pour un second carton jaune (76e). Un but in extremis, à l'image du coup de tête de Sergio Ramos qui, en mai dernier à Lisbonne, avait expédié les deux équipes vers une prolongation remportée par le Real (4-1 a.p.).

Après sept matches sans victoire cette saison, plus longue série d'invincibilité de l'Atletico dans l'histoire des derbies madrilènes, voilà le sortilège levé pour la "Maison blanche".

Le Real était pourtant décimé au stade Santiago-Bernabeu avec les absences de Karim Benzema, Gareth Bale et Luka Modric sur blessures et la suspension de Marcelo. Mais il a eu le mérite de proposer plus de jeu que son adversaire, lequel était surtout venu pour défendre et mettre des coups.

Car après la fièvre de la finale de Lisbonne, c'était un match qu'aucun des camps ne pouvait perdre. Et dans l'électricité ambiante, les chocs et les duels ont été plus nombreux que les occasions franches.

Des coups de coude, des contacts, des grands dégagements... Clairement, les hommes de Diego Simeone étaient venus jouer le pourrissement, un jeu où généralement, l'Atletico est le plus fort. Disposés en bloc dans leur moitié de terrain, les "Colchoneros" ont montré une garde agressive et parfois à la limite de l'anti-jeu, Sergio Ramos, Isco ou Fabio Coentrao se plaignant tour à tour de coups de coude.

Au rayon des mauvais gestes, il y a eu aussi un coup de pied de Raul Garcia dans le genou droit de Raphaël Varane, qui avait été opéré de cette même articulation la saison dernière.

"Chicharito" libéré d'un poids
Il y a eu enfin deux tacles en retard d'Arda Turan, sanctionnés chacun d'un carton jaune, ce qui a provoqué l'exclusion du Turc (76e), sans doute le tournant de la rencontre.

Sur l'ensemble du match, c'est le Real qui a eu les meilleures occasions, même s'il s'est longtemps heurté au gardien slovène Jan Oblak, déjà héros du match aller et qui a notamment gagné son face-à-face avec Ronaldo (44e).

Au match aller aussi, le club merengue avait dominé sans marquer et l'absence de Bale et Benzema dans la finition a clairement pesé mercredi soir.

D'ailleurs, Javier "Chicharito" Hernandez, très peu utilisé cette saison par l'entraîneur Carlo Ancelotti, a commencé par manquer ses trois occasions les plus franches: une frappe de mule à angle fermé expédiée dans le petit filet extérieur (12e), un tir en pivot passé juste à côté du cadre (49e) et une tentative sortie par l'inévitable Oblak (79e).

Mais l'attaquant mexicain, prêté l'été dernier par Manchester United, a finalement saisi sa chance sur un déboulé de Ronaldo et il a marqué au point de penalty, envoyant le Real dans le dernier carré et se libérant d'un poids après des mois passés sur le banc de touche.

"Reyes de Europa" ("Rois d'Europe"), a chanté le Bernabeu, comme pour chambrer les supporteurs "colchoneros". Le club aux 10 C1 a encore fait parler son expérience européenne et remis son impétueux voisin à sa place... jusqu'à la prochaine revanche entre eux.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:30

Un carré de rêve

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2568056_full-lnd

La Juventus et le Real Madrid ont rejoint mercredi soir Barcelone et le Bayern Munich en demi-finales de la Ligue des champions, pour un dernier carré fantastique.

L'invité surprise des quarts, Monaco, a livré sans doute un de ses plus beaux matches de la saison, mais est tombé sur une Juve de fer (0-0 mercredi, victoire turinoise 1 à 0 à l'aller), avec un gardien imparable, Gianluigi Buffon. "On n'a pas été beaux, mais on est passé", a commenté Patrice Evra, latéral de la "Vieille Dame" sur beIn Sports.

Quant au Real, après le 0-0 de l'aller face à son rival de l'Atletico Madrid, il peut dire merci à "Chicharito" Hernandez qui a marqué dans un match tendu le but de la victoire, au bout du suspense (1-0, 88e).

C'est donc un plateau sensationnel qui constitue le dernier carré de la plus prestigieuse compétition de clubs. Au total, ce sont 21 Ligues des champions qui seront représentées avec ces quatre clubs !

Qui tombera contre le trio infernal du Barça Messi-Suarez-Neymar ? Les Catalans retrouveront-ils sur leur chemin leur ancien coach emblématique Pep Guardiola aujourd'hui aux commandes du Bayern Munich ?

Le suspense durera peu, puisque le tirage au sort des demi-finales (intégral, c'est à dire sans tête de série, ni protection nationale) aura lieu vendredi à la mi-journée au siège de l'UEFA à Nyon (Suisse).

Et dix jours plus tard, il faudra reprendre le chemin des terrains. Les demies se dérouleront les 5 ou 6 mai pour les matches aller, les 12 ou 13 mai pour les retour: les dernières marches avant la finale de Berlin le 6 juin.

Retour attendu de Pogba
La Juve (2 Ligues des champions) aura des arguments à faire valoir pour la suite, comme sa légende vivante, son architecte Andrea Pirlo, et son tueur en attaque, Carlos Tevez. Mais il y a une interrogation: quand et dans quel état de forme va revenir Paul Pogba, la nouvelle star de la Juve et des Bleus, actuellement à l'infirmerie ?

Le Real, avec ses 10 Ligues des champions, fait lui figure de monstre dans la compétition. Sa triplette offensive fait rêver l'Europe du foot, et effraie ses adversaires: la fameuse BBC (Benzema, Bale, Cristiano Ronaldo). Quand ils sont tous là (ce qui n'était pas le cas mercredi puisque Benzema et Bale étaient blessés), les défenses sont sur les dents.

Barcelone (4 Ligues des champions) fait évidemment aussi partie des favoris. Le trident magique MSN (Messi-Suarez-Neymar) attire la lumière, mais d'autres joueurs sont étincelants. Andres Iniesta, en éliminant à lui seul trois joueurs du Paris SG (2-0 mardi) dans une course folle pour servir Neymar, a prouvé qu'il avait encore de beaux restes. A bientôt 31 ans (le 11 mai), l'Espagnol reste cette machine à coudre du jeu qui avait fait les beaux jours de la Roja double championne d'Europe et championne du monde.

Des joueurs de classe, il y en a aussi au Bayern (5 Ligues des champions). Et quand ils ne sont pas là, comme Franck Ribéry et Arjen Robben, actuellement convalescents, "Pep" a suffisamment de ressources sur le banc pour écarteler son adversaire, comme Porto mardi soir (écrasé 6 à 1, alors que les Dragons avaient gagné l'aller 3 à 1). Qui ? Thiago Alcantara, Xabi Alonso, Thomas Müller ou encore Robert Lewandowski (auteur d'un doublé contre Porto mardi soir).

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:32

Real - Ancelotti : "Nous restons en vie"

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2592729_full-lnd

Le Real Madrid, qualifié mercredi pour les demi-finales de la Ligue des champions aux dépens de l'Atletico (0-0, 1-0), reste "en vie" et sera "dangereux" dans cette compétition dont il est le tenant du titre, s'est réjoui son entraîneur Carlo Ancelotti.

Êtes-vous satisfait du scénario du match et de vos choix de titulariser "Chicharito" en attaque et Sergio Ramos au milieu ?
Je voulais un match comme ça. Avoir un bon contrôle du jeu, essayer de trouver des solutions offensives sans se précipiter, éviter les problèmes en contre et sur coups de pied arrêtés, éviter les fautes inutiles... Tout s'est bien passé et l'équipe a bien travaillé. "Chicharito" a très bien joué, avec beaucoup d'envie. Il a beaucoup souffert cette saison, en jouant très peu, mais il mérite ce but très important pour nous. Il n'a jamais baissé les bras dans ces moments difficiles et cela a payé. Quant à Ramos, on m'avait tué à Barcelone lorsque je l'avais aligné au milieu (défaite 2-1 en 2013) mais je suis toujours vivant. L'idée était d'avoir plus de sécurité sur phases arrêtées. Il a la qualité pour jouer à ce poste et il s'est sacrifié pour l'équipe.

Comment le Real Madrid aborde-t-il les demi-finales ?
Nous respectons les trois autres équipes, elles ont mérité d'être là au tirage. Ce soir, c'est pour nous un match clé dans la saison, avec toute la pression qu'il y avait dans ce match, avec un Atletico très fort, défendant bien, se battant sur chaque ballon... Nous avons bien joué, sans nous précipiter. Le match aller nous avait donné confiance et nous avons attendu le bon moment pour marquer. C'était un match difficile mais le match qui m'a donné le plus de satisfaction reste la finale de Lisbonne (sacre en C1 en mai dernier). Nous avons le rêve de jouer une autre finale et ce soir c'est une étape importante pour cela. Nous restons en vie. Et en étant vivants, nous sommes très dangereux. Ce qui ne tue pas rend plus fort... (sourire) Je plaisante, je ne suis pas philosophe. (...) Si nous gardons cette envie, le Real Madrid peut rivaliser avec tout le monde, sans problème. Nous avons le temps pour récupérer nos blessés d'ici les demi-finales, les choses vont s'améliorer.

Vous sentez-vous conforté dans vos fonctions après les rumeurs qui vous donnaient partant en fin de saison ?
Chaque match est un examen et nous en aurons un autre dimanche (en Liga) mais c'est toujours comme ça pour nous, je n'ai aucune revendication personnelle. Je suis apprécié du club, des joueurs, de beaucoup de gens. La critique est parfois un moment positif. Mais pas quand je lis un journaliste qui demande de la compassion pour moi. Je n'ai pas besoin de compassion.

Fifa.com (22/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 13:39

Juve - La "Vieille Dame" de fer est de retour

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593394_full-lnd

"C'est moche mais ça passe": Patrice Evra a bien résumé la situation pour sa Juventus Turin, qui retrouve le dernier carré de la Ligue des champions après douze ans d'absence, grâce à un style hermétique qui tranche avec les flamboyants Barcelone, Real Madrid ou Bayern Munich. "On n'a pas été beaux à voir jouer sur les deux matchs mais à l'arrivée on a fait le boulot à l'italienne", développe Evra après les deux manches en quarts contre Monaco (succès 1 à 0 sur penalty à l'aller, 0-0 au retour mercredi).

Pour Massimiliano Allegri, "le résultat compte plus que la prestation", et l'entraîneur de la "Vieille Dame" a rempli sa mission: atteindre des demi-finales pour la première fois depuis 2003 et la finale 100% italienne perdue contre l'AC Milan aux tirs au but après un 0-0 (3 tirs au but à 2). "Je pensais attendre moins longtemps!" sourit Gianluigi Buffon, gardien et capitaine, trait d'union entre les deux dernières Juve demi-finalistes de C1.

Le scandale du "Calciopoli" en 2006 a emporté la Juve jusqu'en deuxième division et la reconstruction a été lente. En 2013, elle était revenue en quarts de finale de la Ligue des champions, mais elle avait mesuré contre le Bayern Munich (deux défaites 2-0), futur vainqueur, tout le chemin qui lui restait à parcourir. Pour retrouver ce niveau "il faut à la base un club solide, mais aussi de bons joueurs et... un bon entraîneur", sourit Allegri.

Ce style austère semble un peu limité si l'on se projette vers les demi-finales et les formidables armadas que la Juve va y retrouver. Mais sa science tactique a véritablement étouffé Monaco, qui n'a finalement eu que peu d'occasions dangereuses en deux manches. Les Turinois n'ont encaissé qu'un seul but dans la phase à élimination directe de C1 cette saison, sur une glissade de Giorgio Chiellini (qui a récidivé mercredi, mais cela ne lui a coûté qu'un jaune pour une main roublarde, pas un but).

Passé, futur
L'équipe "bianconera" a pris confiance, avec quatre saisons de domination en Italie. Elle pourrait même être sacrée championne ce week-end, avec six journées d'avance, si elle gagne le derby contre le Torino et que les deux clubs romains perdent. Allegri, arrivé cet été, a enrichi le patrimoine. Le 3-5-2 d'Antonio Conte fonctionne toujours parfaitement, les "Juventini" peuvent le ressortir comme mercredi à Louis II, et le technicien toscan y a ajouté un 4-4-2 plus classique.

Les automatismes de la Juve lui permettent même d'absorber l'absence de Paul Pogba, son meilleur joueur de la saison avec Carlos Tevez. Certes, contre Monaco la Juve n'a pas montré un visage très excitant, mais Allegri s'est adapté à la tactique elle aussi prudente de Leonardo Jardim, son collègue de la Principauté. Contre le Borussia, son équipe avait joué un football plus emballant, sublimé par un Carlos Tevez retrouvé.

"Il y a des moments où il faut jouer différemment", explique Allegri, qui reconnaît que la Juve "n'a pas fait de matchs sensationnels" contre Monaco. Mais ce nouveau pas, un an après avoir été éliminé en poules dans la boue du stade de Galatasaray, "confirme le passé de ce club et jette les bases pour le futur", ajoute l'entraîneur. L'institution turinoise vise encore plus haut. Buffon, à 37 ans, rappelle qu'il ne lui reste plus beaucoup de temps pour soulever ce trophée qu'il n'a jamais réussi à gagner.

"Les équipes qualifiées ne m'effraient pas", assure Allegri, même si "ce sont les meilleures d'Europe". Car "la Juve ne doute pas", conclut Evra.

Fifa.com (23/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 18:05

Les quatre fantastiques au tirage


Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2406670_full-lnd

"Real Madrid, Juventus, Barcelone, Bayern Munich, ça c'est ce qu'on appelle un plateau de demi-finales": l'ex-buteur star anglais Gary Lineker a résumé sur twitter l'excitation des fans de foot avant le tirage au sort des demi-finales de la Ligue des champions, vendredi à la mi-journée.

. CV de titans
Le CV du dernier carré donne le vertige. Avec ces quatre mastodontes du foot du Vieux Continent, il y a 21 Ligues des champions remportées au total. Le Barça s'est qualifié pour la 11e fois de son histoire dans le dernier carré, le Real, tenant du titre, pour la 10e (5e consécutive), le Bayern pour la 9e (4e consécutive).

La Juve est en demi-finales pour 6e fois de son histoire. Le club turinois a joué sa dernière finale en 2003 (perdue aux tirs au but contre l'AC Milan) mais il ne faudrait pas en faire pour autant l'équipe la plus abordable du tirage, qui se déroulera au siège de l'UEFA à Nyon (Suisse).

Les nouveaux riches d'Europe, Manchester City et le Paris SG, savent que l'expérience ne s'achète pas. La Juve en a plein ses coffres, dans les gants de Gianluigi Buffon (37 ans, 85 matches en Ligue des champions) et sous les crampons d'Andrea Pirlo (35 ans, 105 matches de Ligue des champions). Carlo Ancelotti, coach du Real, sait lui aussi de quoi il parle avec la C1: contre l'Atletico Madrid, mercredi en quart retour, c'était son 140e match de Ligue des champions sur un banc d'entraîneur. Il n'en a plus que 50 encore pour rejoindre dans l'histoire l'ancien gourou de Manchester United, Alex Ferguson, recordman des techniciens en C1.

. Spectacle annoncé
Les deux matches aller et retour en quart entre le Bayern Munich et Porto ont débouché sur 11 buts. Porto, qui avait gagné l'aller 3 à 1 chez lui, a déchanté au retour en Bavière, balayé 6 à 1. La bande à Pep Guardiola avait inscrit cinq buts à la mi-temps, une première dans les matches à élimination directe en Ligue des champions. Faire parler la poudre, le Bayern sait faire. C'est la 3e fois dans son histoire qu'il inscrit 5 buts dans une mi-temps en Ligue des champions. Les autres victimes, en phase de groupes, Lille (score final: 6-1) en novembre 2012 et l'AS Rome (score final: 1-7) en octobre 2014 s'en souviennent encore.

Tout les fans de foot rêvent évidemment d'un tirage donnant une affiche entre le Barça et le Bayern, les deux machines à marquer, ancienne et actuelle, de Pep Guardiola.

. Stars attendues

C'est la première fois depuis la saison 2005/06 que les cracks Lionel Messi et son grand rival Cristiano Ronaldo ne marquent pas un seul but en quarts de finale de la C1. C'est une anomalie et il y a fort à parier que ces deux phénomènes qui se partagent les Ballons d'or depuis 2008 restent encore muets en demi-finales (aller les 5 ou 6 mai; retour les 12 ou 13 mai; finale le 6 juin à Berlin).

Les deux hommes sont chacun les membres d'un trio qui fait rêver. Il y a la BBC du Real Madrid (Benzema-Bale-Cristiano Ronaldo) et le MSN du Barça (Messi-Suarez-Neymar). Mais il ne faudrait pas oublier d'autres étoiles. Andres Iniesta a montré en éliminant le PSG à lui seul pour servir Neymar au quart retour (2-0) qu'il faudrait compter avec lui. Toujours au Barça, Javier Mascherano est ce que les Anglais appellent un "one man army", une armée à lui tout seul.

Pour le Bayern et la Juve, les médecins auront une grande responsabilité pour la suite du générique en C1: Franck Ribéry et Arjen Robben sont convalescents en Bavière et Paul Pogba finit de se soigner dans le Piémont.

Avec eux complètement rétablis, la fête sera totale.

Fifa.com (23/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 18:05

Chicharito, larmes de joie pour le joker du Real

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593370_full-lnd

Des larmes au goût de délivrance: sur ce même banc de touche où "Chicharito" Hernandez a longtemps patienté cette saison, le joker mexicain du Real Madrid a pleuré de joie mercredi après son but contre l'Atletico (1-0), synonyme de demi-finale de Ligue des champions.

Habituel remplaçant dans l'ombre du trio offensif "BBC" (Bale-Benzema-Cristiano Ronaldo), Javier Hernandez a saisi sa chance à l'heure où le Real était diminué par les blessures. Et par son but à la 88e minute sur un service de Ronaldo, il a rejeté derrière lui plusieurs mois de doute et de frustration.

Il fallait voir l'émotion de l'attaquant, remplacé dans le temps additionnel et revenu s'asseoir en bord de terrain: il a fondu en larmes sur l'épaule du gardien costaricien Keylor Navas, autre habitué du banc de touche.

"J'étais très ému et particulièrement à côté de Keylor, parce que nous avons la même culture, celle de pays voisins", a expliqué "Chicharito" après la rencontre. "Nous avons vécu des moments forts ensemble et nous nous sommes serré les coudes, en étant proches et en nous soutenant moralement."

Ce but, son premier en C1 cette saison, est l'un des plus importants de la carrière du petit attaquant (1,75 m, 71 kg) prêté pour un an par Manchester United l'été dernier.

Non seulement ce but a délivré le stade Santiago-Bernabeu face à la rude défense de l'Atletico (0-0 à l'aller), mais il a aussi libéré Javier Hernandez.

- Ancelotti: 'Il n'a jamais baissé les bras' -

Lors de sa signature au Real, l'international mexicain (26 ans, 72 sélections) avait une chance inespérée de relancer sa carrière, au point mort à Manchester. Mais il a peiné à doubler Karim Benzema ou Gareth Bale dans la hiérarchie offensive et il s'est contenté de miettes: sept titularisations seulement, pour six buts.

Les récentes blessures du Français et du Gallois ont néanmoins rebattu les cartes pour "Chicharito": sur ses trois derniers matches, il a signé une passe décisive et deux buts, dont celui de mercredi, si précieux.

"C'est moi qui ai marqué mais ce but appartient à tout le monde, ceux qui ont eu confiance en moi, mes équipiers, ma famille", s'est réjoui le Mexicain, qui a retrouvé ces derniers temps une stabilité émotionnelle en officialisant sa relation avec une journaliste de la télévision espagnole.

"Ma famille et mes proches m'avaient dit d'être patient, de continuer à travailler parce que tôt ou tard, les opportunités arriveraient. Et elles sont arrivées", a-t-il poursuivi.

Plusieurs de ses équipiers ont d'ailleurs salué mercredi le professionnalisme de "Chicharito", travailleur malgré son faible temps de jeu.

Et l'entraîneur Carlo Ancelotti s'est joint à l'éloge: "Il a beaucoup souffert cette saison, en jouant très peu, mais il mérite ce but très important pour nous. Il n'a jamais baissé les bras dans ces moments difficiles et cela a payé", a conclu l'Italien.

Désormais, il reste un peu plus d'un mois à "Chicharito" pour infléchir le cours de son histoire au Real. Et, peut-être, pour obtenir l'été prochain de rester au Santiago-Bernabeu, ce stade qui a scandé son nom mercredi soir jusqu'à lui faire monter les larmes aux yeux.

Fifa.com (23/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Jeu 23 Avr - 18:07

Monaco veut maintenant capitaliser

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2581890_full-lnd

Éliminé sans démériter par la Juventus mercredi en quart de finale de la Ligue des champions (0-1, 0-0), Monaco doit désormais se servir de son très bon parcours européen pour poursuivre son évolution.

. Des joueurs et un coach à suivre
Monaco avait l'équipe la plus jeune des quarts de finale de la Ligue des champions. Elle est tombée contre la plus expérimentée. Cela s'est vu.

Les Chiellini, Barzagli, Marchisio, Evra, Tevez, n'ont jamais semblé perturbés par les assauts monégasques. Sans parler des dinosaures Pirlo et Buffon. Evra, quatre finales de C1 au compteur, le dit: "La Juve s'est qualifiée à l'Italienne".

A Monaco, ils étaient nombreux à découvrir la reine des compétitions. Ils ont appris. Très vite. Les plus jeunes (Kondogbia, Kurzawa, Fabinho, Wallace, Silva, Carrasco et Martial), tous âgés de moins de 22 ans, devront désormais faire le plus dur: confirmer.

Plus expérimentés, Abdennour, Subasic, Raggi, voire Dirar se sont, eux, fait un nom sur la scène continentale. A n'en pas douter, le premier, par exemple, sera sollicité cet été.

"Nous avons montré à l'Europe nos qualités individuelles et collectives et nous avons dignement représenté le football français", estime Leonardo Jardim. A lui aussi, ce parcours donne du crédit pour la suite de son aventure en Principauté.

Ou ailleurs, car le technicien portugais n'a jamais caché qu'il n'était pas venu à Monaco pour le projet actuel, celui de développer une politique de jeunes dans le but de les revendre avec une substantielle plus-value.

. Une politique à affiner

Alors qu'au mois d'août Vadim Vasyliev, le vice-président monégasque, avait toute les peines du monde à justifier le changement radical de la politique du club, il peut aujourd'hui s'enorgueillir des retombées positives du parcours européen.

"J'ai échangé avec le Prince (Albert), avec le président du club (Dmitry Rybolovlev). Nous sommes tous fiers de Monaco, de ce parcours, des efforts et de l'état d'esprit. On dit un grand merci aux joueurs, à l'entraîneur, car vous nous avez fait rêver", se félicite-t-il.

Reste désormais à savoir comment Monaco va pouvoir capitaliser. En 2004, après l'épopée jusqu'en finale, Didier Deschamps n'avait tenu qu'une seule saison, avant que le château de cartes ne s'effondre. Et que le club ne plonge en Ligue 2 après quelques saisons de gestion à vue.

Si, en interne, nombreux sont ceux qui raillent aujourd'hui le choix de Falcao d'avoir voulu quitter Monaco au dernier moment, d'autres continuent de s'interroger sur la capacité du club à progresser. Moutinho, auteur d'une excellente saison, est de ceux-là. Il n'est pas le seul. Les dirigeants monégasques devront donc savoir jongler habilement avec les transferts, avec les noms de leur effectif, afin que le club demeure attractif.

. Un élan à garder
Pour l'être au plus haut niveau, il faut offrir de forts salaires et une exposition médiatique importante, que seule la Ligue des champions permet.

Voilà pourquoi chacun au club est obnubilé par la troisième place en L1. Car sans Ligue des champions la saison prochaine, l'élan sera brisé.

Et si les plus de 40 millions d'euros tirés du parcours de cette saison ont des allures de trésor de guerre, la saison monégasque ne pourrait être considérée comme satisfaisante, en haut lieu, si Monaco n'était pas sur le podium. Il lui reste cinq matches de championnat.

Fifa.com (23/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Ven 24 Avr - 12:24

Barça-Bayern et Juve-Real en demi-finales

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2593900_full-lnd

Barcelone-Bayern Munich et Juventus Turin-Real Madrid sont les affiches des demi-finales de la Ligue des champions, selon le tirage au sort effectué vendredi au siège de l'UEFA à Nyon (Suisse).

Barça-Bayern est le match vedette, puisque Pep Guardiola est l'ancien entraîneur emblématique du club catalan et l'actuel coach de la formation bavaroise. Les matches aller se jouent sur le terrain du premier nommé les 5 ou 6 mai, les matches retour les 12 ou 13 mai. La finale aura lieu le 6 juin à Berlin.

Cette confrontation, c'est la revanche de la demi-finale d'il y a deux saisons: en 2013, le Bayern avait humilié les Catalans, 4-0 en demi-finale aller, et 3-0 au retour! Le Bayern avait gagné une finale 100% allemande ensuite face au Borussia Dortmund 2-1.

Le Bayern a remporté cinq fois la Ligue des champions, Barcelone quatre fois. Le spectacle promet d'être au rendez-vous, avec le Barça, qui possède un trio d'attaque monstrueux, le "MSN", Messi-Suarez-Neymar, et un Bayern mordant qui a explosé Porto 6-1 en quart de finale retour.

Le Real, tenant du titre, possède dix Ligues des champions dans son armoire à trophées, la Juventus l'a remportée deux fois. Ces deux mastodontes européens se sont déjà rencontrés, au même stade de la compétition, pour des matches devenus des classiques.

La planète foot se souvient ainsi de la demi-finale de la saison 2003 remportée par la Juventus face au Real Madrid. Le Real croyait avoir fait le plus dur à l'aller à la maison, avec un succès 2-1 (buts de ses Brésiliens Ronaldo et Roberto Carlos, contre un but de Trezeguet pour la "Vieille Dame"). Mais la Juve l'avait emporté chez elle 3-1 au retour (buts de Trezeguet, Del Piero, Nedved, contre une réalisation de Zidane pour le Real).

En finale, la Juve s'était cassée les dents contre un autre club italien, l'AC Milan, vainqueur aux tirs au but (3 à 2, 0-0 a.p.).

Fifa.com (24/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Ven 24 Avr - 18:55

Barcelone-Bayern, le match de Guardiola


Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2568151_full-lnd

Pep Guardiola se doutait bien que ça arriverait un jour: Barcelone-Bayern Munich est le match vedette des demi-finales de la Ligue des champions tirées au sort vendredi, soit son ancien club catalan et son actuelle formation bavaroise, tandis que le Real Madrid affrontera la Juventus de Turin. "Ce sera la première fois que je reviendrai à Barcelone, à la maison. Bien sûr, ce sera spécial pour moi, avec beaucoup d'émotions, a confié Guardiola. J'ai un grand respect pour ce club, mais nous devons gagner."

"Pep", c'est l'enfant de la Masia, le fameux centre de formation du Barça. "Pep", c'est aussi le coach des années dorées du club catalan, entre 2008 et 2012, dont deux Ligues des champions gagnées en 2009 et 2011. Mais maintenant Guardiola est assis sur le banc du Bayern. Avec une obligation de résultat. Faire par exemple aussi bien que Jupp Heynckes, coach qui avait conduit les Munichois à un triplé historique Ligue des champions-championnat d'Allemagne-Coupe d'Allemagne au printemps 2013.

Gros clin d'oeil de l'histoire, cette saison là, en 2013, le Bayern avait humilié les Catalans, 4-0 en demi-finale aller de la Ligue des champions, et 3-0 au retour! Le Bayern avait ensuite gagné une finale 100% allemande face au Borussia Dortmund 2-1. Guardiola n'était pas à ce moment-là sur le banc blaugrana, c'était Tito Vilanova (décédé depuis). L'émotion sera forcément grande sur les deux bancs pour l'affiche de 2015, car Luis Enrique, actuel entraîneur des Catalans, a joué au Barça aux côtés d'un certain... Guardiola. "C'est un match spécial car Pep est de l'autre côté, ce sera son premier contre le Barça, a commenté Luis Enrique. Et ce sera la première fois que je l'aurai en face de moi comme coach, alors ça sera spécial pour moi aussi, tout comme ça le sera aussi pour ses anciens joueurs ici".

Le Bayern aura l'avantage du match retour à domicile (aller le 6 mai, retour le 12). Et le géant bavarois aura forcément envie de jouer la finale dans son pays le 6 juin à Berlin.

Pluie de buts ?
Le spectacle promet d'être au rendez-vous, avec le Barça, qui possède un trio d'attaque monstrueux, le "MSN", Messi-Suarez-Neymar, et un Bayern mordant qui a explosé Porto 6-1 en quart de finale retour. Il y a cependant des inconnues médicales au Bayern: les deux stars Arjen Robben et Franck Ribéry sont convalescentes. Le Néerlandais pourrait rapidement retrouver les terrains, mais pour le Français, le flou est total. Matthias Sammer, le directeur sportif du Bayern Munich, a lâché dans Kicker: "on ne peut pas prédire le temps dont il (Ribéry) a besoin". Et le dirigeant d'avouer que "Francky" est "clairement perturbé par cette situation stupide".

L'autre demi-finale paraît plus déséquilibrée sur le papier, entre le Real, tenant du titre aux 10 Ligues des champions qui aura l'avantage de recevoir au retour (le 13 mai, après le match aller le 5), et une Juventus qui n'a plus atteint ce stade de la compétition depuis 2003. La "Vieille Dame" doit de plus se passer de sa nouvelle vedette Paul Pogba, pas encore guéri, alors que l'attaque madrilène danse au son de sa BBC (Benzema-Bale-Cristiano Ronaldo).

Ne pas enterrer la Juve trop tôt
Reste toutefois à connaître les conditions de rétablissement de Benzema et Bale, blessés et qui n'ont pu jouer le quart de finale retour. Et il conviendra de ne pas enterrer trop tôt une Juve qui possède avec Gianluigi Buffon (37 ans) et Andrea Pirlo (35 ans) des experts des matches sous haute pression.

Les plus passionnés se souviendront de la demi-finale de la saison 2003 remportée par la Juventus face au Real Madrid. Le Real croyait avoir fait le plus dur à l'aller à la maison, avec un succès 2-1 (buts de ses Brésiliens Ronaldo et Roberto Carlos, contre un but de Trezeguet pour la "Vieille Dame"). Mais la Juve l'avait emporté chez elle 3-1 au retour (buts de Trezeguet, Del Piero, Nedved contre une réalisation de Zidane pour le Real). Le retraité Pavel Nedved, ambassadeur de la Juve au tirage, a d'ailleurs déclaré: "Nous sommes très heureux d'être en demi-finale 12 ans après la dernière. Ce sera très excitant".

Fifa.com (24/04/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Ven 1 Mai - 17:22

Juve - Pogba pourrait jouer le retour

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2567995_full-lnd

La star française de la Juventus Turin Paul Pogba, blessé, devrait retrouver la compétition pour la demi-finale retour de Ligue des champions contre le Real Madrid, le 13 mai, a dit vendredi son entraîneur, Massimiliano Allegri.

"Les examens sont bons, nous sommes optimistes pour sa guérison, et espérons qu'il pourra revenir pour le match retour contre le Real", a dit Allegri à la chaîne Sky Sports vendredi.

Un communiqué de la Juventus évoquait "une bonne évolution de sa lésion musculaire" à la cuisse droite, ainsi que la mise en place d'"un programme personnalisé" d'entraînement pour le joueur avec un "retour dans le groupe pour mercredi", lendemain de la demie aller, afin de préparer la rentrée du N.6 français à Bernabeu pour le retour.

A propos de la rencontre de samedi en Championnat d'Italie à Gênes contre la Sampdoria, Allegri a parlé d'une "première balle de match" pour le titre de champion d'Italie. Un point suffit à la Juve pour un quatrième "scudetto" consécutif.

Mais "nous restons sur deux défaites en déplacement" à Parme et Torino, a prévenu Allegri. "Nous voulons régler la question du titre et penser à l'Europe", a-t-il ajouté, évoquant la possibilité de faire reposer son stratège Andrea Pirlo.

Fifa.com (01/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par rachid_as le Dim 3 Mai - 18:49

La Juve mise tout sur Tevez

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 2595412_full-lnd

La Juventus Turin n'a qu'une grande star de l'attaque à opposer à l'armada galactique du Real Madrid, l'idole "Carlitos Ier" Tevez, dans une forme exceptionnelle, mardi en demi-finale aller de Ligue des champions.

Le roi Carlos à l'assaut du Real. Pour sa deuxième saison "bianconera", le guérillero argentin a retrouvé toute sa hargne, et ses statistiques de jeunesse. Il en est à 28 buts cette saison toutes compétitions confondues, à une unité de son record personnel en Europe, 29 en 2009-2010 avec Manchester City.

Il a même retrouvé l'équipe d'Argentine, qui lui manquait tant.

Tevez débloque des matches comme à ses plus beaux jours, et marque même des buts de la tête en extension, du haut de son modeste 1,73 m, comme mercredi contre la Fiorentina, un but qui synthétise sa "grinta": question de timing plus que d'altitude.

Tevez, meilleur buteur de Serie A (20 buts), est devenu si important à la Juve, surtout en l'absence de l'autre star, Paul Pogba, qui devrait être rétabli de sa déchirure à la cuisse droite pour le retour, que chacun de ses éternuements inquiète.

Touché par un virus, il avait un peu calé la semaine dernière, mais son entraîneur, Massimiliano Allegri lui a réservé un traitement spécial à l'entraînement, un travail athlétique spécifique destiné à porter ses fruits dans le double défi contre le Real.

Tevez est d'autant plus important que l'autre avant-centre, Alvaro Morata, s'est un peu perdu. Le jeune Espagnol (22 ans) n'a plus marqué depuis le 14 mars à Palerme, au point de relancer la candidature de Fernando Llorente, qui avait marqué un doublé contre ce même Real en poules, la saison précédente (2-2 à Turin).

Deux passages à vide
L'Argentin est vite devenu un leader du groupe, et "quand il prend la parle dans le vestiaire, tous l'écoutent dans un silence religieux", assure Morata.

Il tient sa forte personnalité de son enfance difficile dans un des quartiers les plus chauds de Buenos Aires, Fuerte Apache, d'où lui vient son surnom, et l'a prouvé en remontant déjà deux fois la pente de sa carrière quand elle partait en vrille.

Tevez a connu un premier trou dans sa carrière à West Ham, en 2006, où il débarque avec Javier Mascherano. Mais il a su en sortir pour séduire Manchester United, avec qui il remporta la C1 2008. Il a vécu un second passage à vide après sa fâcherie avec Roberto Mancini à ManCity, à l'automne 2011, qui lui coûta six mois de banc.

Le phénix s'est réveillé une troisième fois, à la Juve, qui a maintenant peur de le perdre dès cet été, Tevez ayant promis de finir sa carrière à Boca Juniors, club de son coeur. "On parle trop" de Boca, assure-t-il à la chaîne ESPN, préférant parler du Real. "Jusqu'ici, cela a été une année fantastique, maintenant, il faut la conclure en beauté, dit-il. Parce que moi, je suis heureux quand je joue, mais encore plus quand je gagne".

Fifa.com (03/05/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
rachid_as
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 41

https://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015] - Page 28 Empty Re: Ligue des champions de l'UEFA [2014/2015]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 28 sur 32 Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30, 31, 32  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum