Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mer 9 Nov - 8:34

Lui et cinq de ses ex-coéquipiers en EN ont eu des enfants handicapés Shocked Shocked Shocked
Djamel Menad veut savoir...


C’est un véritable cri d’alarme qu’a lancé avant-hier l’ex-international kabyle Djamel Menad à propos d’une affaire qui remonte à plus de vingt cinq ans et dont lui et certains de ses ex-coéquipiers chez les Verts en sont victimes.

Il s’agit de l’handicap qui a touché les enfants de ces ex-internationaux et dont les raisons seraient liées à des substances prodiguées aux joueurs par les staffs médicaux de l’EN lorsqu’ils étaient encore en activité durant les années quatre-vingts. «Ce n’est pas normal que pas moins de six joueurs de l’équipe nationale des années quatre-vingts ont tous eu, au moins, un enfant né handicapé», lance Djamel Menad dans un reportage diffusé lundi soir sur la Chaîne de télévision tunisienne Nessma. Pour l’ex-baroudeur des Verts et de la JSK, ce phénomène n’est pas fortuit, il serait certainement lié, selon lui, à la période des années quatre-vingts lorsque lui et certains de ses coéquipiers avaient ingurgité des médicaments prescrits par le staff médical de la sélection nationale, dont un médecin russe qui travaillait avec eux. Pour Djamel Menad, qui ne comprend toujours pas le silence observé par les responsables de notre football sur cette histoire, ce n’est que plusieurs années après avoir raccroché les crampons que lui et certains de ses coéquipiers ont enfin découvert le pot aux roses. «C’est par pur hasard que nous avions découvert cela. Un jour, je discutais avec mon ami et ex-coéquipier Mohamed Chaïb lorsqu’il m’informa qu’il a trois enfants nés handicapés. Je lui ai répondu que j’ai moi aussi une fille handicapée. Au cours de notre discussion, j’appris que nous ne sommes pas les seuls à en souffrir, mais qu’il y a également notre coéquipier Kaci Saïd Mohamed qui en est victime», lance Djamel Menad qui a ensuite précisé que des enfants d’autres joueurs en sont également victimes, à l’instar de ceux de Salah Larbes, Djamel Tlemçani, et Tedj Bensaoula.

«Le médecin de l’EN nous donnait des comprimés bizarres» Shocked Shocked Shocked
«Nous sommes au moins six joueurs de l’équipe nationale à avoir au moins un enfant né handicapé. Ce n’est pas une simple coïncidence, et il est temps pour nos responsables d’ouvrir une véritable enquête pour connaître la cause de ce phénomène». Djamel Menad qui a eu le courage, tout en restant prudent dans ses propos, de parler pour la première fois de cette affaire, a toutefois avoué que les médicaments que lui et ses ex-coéquipiers prenaient lors des stages de l’EN, seraient peut-être derrière leur drame. Menad est allé jusqu'à citer l’exemple de ce médecin russe qui faisait partie en 1985 du staff médical des Verts et qui donnait aux joueurs des pilules sous forme de vitamines, sans que nous ne sachions les effets de ces substances. «Je me souviens très bien de ce médecin russe qui nous donnait des pilules de couleur jaune que nous prenions à l’époque sans savoir quoi que ce soit. Personnellement, je trouvais leur forme un peu bizarre, mais comme le médecin insistait que c’était de simples vitamines, on les prenait alors sans aucune crainte», confie l’ex-international, qui a tenu à évoquer avec beaucoup de peine sa propre histoire. «J’ai une fille âgée aujourd’hui de 18 ans. C’est mon deuxième enfant et elle est née handicapée. Je souffre au quotidien avec elle surtout qu’elle ne peut pas vivre sans ses médicaments», confie Menad tout en insistant sur l’urgence de prendre en considération cette affaire qui le fait souffrir lui et ses ex-coéquipiers depuis plus de vingt ans.

DDK (09/11/2011à

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par idir321 le Mer 9 Nov - 8:43

rachid_as a écrit:Lui et cinq de ses ex-coéquipiers en EN ont eu des enfants handicapés Shocked Shocked Shocked
Djamel Menad veut savoir...


C’est un véritable cri d’alarme qu’a lancé avant-hier l’ex-international kabyle Djamel Menad à propos d’une affaire qui remonte à plus de vingt cinq ans et dont lui et certains de ses ex-coéquipiers chez les Verts en sont victimes.

Il s’agit de l’handicap qui a touché les enfants de ces ex-internationaux et dont les raisons seraient liées à des substances prodiguées aux joueurs par les staffs médicaux de l’EN lorsqu’ils étaient encore en activité durant les années quatre-vingts. «Ce n’est pas normal que pas moins de six joueurs de l’équipe nationale des années quatre-vingts ont tous eu, au moins, un enfant né handicapé», lance Djamel Menad dans un reportage diffusé lundi soir sur la Chaîne de télévision tunisienne Nessma. Pour l’ex-baroudeur des Verts et de la JSK, ce phénomène n’est pas fortuit, il serait certainement lié, selon lui, à la période des années quatre-vingts lorsque lui et certains de ses coéquipiers avaient ingurgité des médicaments prescrits par le staff médical de la sélection nationale, dont un médecin russe qui travaillait avec eux. Pour Djamel Menad, qui ne comprend toujours pas le silence observé par les responsables de notre football sur cette histoire, ce n’est que plusieurs années après avoir raccroché les crampons que lui et certains de ses coéquipiers ont enfin découvert le pot aux roses. «C’est par pur hasard que nous avions découvert cela. Un jour, je discutais avec mon ami et ex-coéquipier Mohamed Chaïb lorsqu’il m’informa qu’il a trois enfants nés handicapés. Je lui ai répondu que j’ai moi aussi une fille handicapée. Au cours de notre discussion, j’appris que nous ne sommes pas les seuls à en souffrir, mais qu’il y a également notre coéquipier Kaci Saïd Mohamed qui en est victime», lance Djamel Menad qui a ensuite précisé que des enfants d’autres joueurs en sont également victimes, à l’instar de ceux de Salah Larbes, Djamel Tlemçani, et Tedj Bensaoula.

«Le médecin de l’EN nous donnait des comprimés bizarres» Shocked Shocked Shocked
«Nous sommes au moins six joueurs de l’équipe nationale à avoir au moins un enfant né handicapé. Ce n’est pas une simple coïncidence, et il est temps pour nos responsables d’ouvrir une véritable enquête pour connaître la cause de ce phénomène». Djamel Menad qui a eu le courage, tout en restant prudent dans ses propos, de parler pour la première fois de cette affaire, a toutefois avoué que les médicaments que lui et ses ex-coéquipiers prenaient lors des stages de l’EN, seraient peut-être derrière leur drame. Menad est allé jusqu'à citer l’exemple de ce médecin russe qui faisait partie en 1985 du staff médical des Verts et qui donnait aux joueurs des pilules sous forme de vitamines, sans que nous ne sachions les effets de ces substances. «Je me souviens très bien de ce médecin russe qui nous donnait des pilules de couleur jaune que nous prenions à l’époque sans savoir quoi que ce soit. Personnellement, je trouvais leur forme un peu bizarre, mais comme le médecin insistait que c’était de simples vitamines, on les prenait alors sans aucune crainte», confie l’ex-international, qui a tenu à évoquer avec beaucoup de peine sa propre histoire. «J’ai une fille âgée aujourd’hui de 18 ans. C’est mon deuxième enfant et elle est née handicapée. Je souffre au quotidien avec elle surtout qu’elle ne peut pas vivre sans ses médicaments», confie Menad tout en insistant sur l’urgence de prendre en considération cette affaire qui le fait souffrir lui et ses ex-coéquipiers depuis plus de vingt ans.

DDK (09/11/2011à

J'ai lu ça dans le journal électronique du Matin ... Kaci Saïd (celui des années 80) semble le plus touché.

_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mer 9 Nov - 8:56

Ils doivent soit saisir la justice ou aller vers la FIFA, c'est un témoignage poignant.....

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par idir321 le Mer 9 Nov - 9:00

Kaci Saïd : pourquoi des joueurs de la glorieuse EN ont des enfants handicapés ?

Mohamed Kaci Saïd, l’ancien joueur de l’équipe nationale de football, appelle a l’ouverture d’une enquête sur l’affaire des enfants handicapés des anciens joueurs de l’équipe nationale.

La question posée par Mohamed Kaci Saïd mérite attention. L'ancien joueur et père de famille veut que la vérité éclate. Mais surtout pas d'indemnisation. Non. Ayant eu une fille handicapée, il souhaite vivement confirmer ou infirmes les doutes qui le tourmentent. A savoir : si cela est lié à la prise de dopants interdits sans sa connaissance durant la période ou il défendait les couleurs nationales. Ou alors il y aurait une autre raison.

L’ancien défenseur du RC Kouba nous a présenté lorsque nous lui avons rendu visite à son domicile de Jolie-Vue (Alger), sa fille Madina. Elle est âgée de 26 ans, elle souffre d’un handicap mental.

L’ancien international raconte : "Cela fait de ma vie un enfer. J’ai reçu un choc lorsqu’elle est née et cela s’est clairement répercuté sur mon parcours sportif. J’ai refusé pendant quatre ans d’avoir d’autres enfants de peur que cela ne se reproduise, j’ai souffert et je souffre encore pour elle, j’ai pensé au début que c’était la volonté de dieu et que je devais l’accepter, certains ont penser que cela pouvait être lié à la consanguinité entre moi et mon épouse mais cela est faux, je suis d’origine kabyle et mon épouse est d’origine turque il n’y aucun lien de parenté entre nous".

L'étrange explication du médecin français
L’ancien milieu de terrain des Verts des années 1980 jette un pavé dans la mare et révèle qu’il n’est pas le seul des anciens de l’équipe nationale de son époque à avoir un enfant handicapé. "J’ai par la suite appris que je n’étais pas le seul et que de nombreux camarades étaient dans le même cas, j’ai été convaincu que ce qui est arrivé n’était pas un hasard et ce que le médecin français avait dit à Chaïb - sur un lien entre les médicaments pris par le joueur et le handicap de ses enfants - m’a fait douter", déclare Kaci Saïd. Alors, pourquoi tous ces joueurs ont-ils eu des enfants handicapés ? Ont-ils pris des médicaments dopants, sachant que l’Algérie à l’époque était proche des anciens pays de l’Est où le dopage dans le milieu sportif était une pratique très courante ?

Souris de laboratoire des Russes ?
Pour autant Kaci Saïd reste prudent, il insiste sur le fait qu’il n’accuse personne et qu’il ne dit pas qu’il a été obligé de prendre des dopants. Mais le père qu’il est veut que la vérité soit faite. "Je ne dis pas que nous étions des souris de laboratoire des médecins russes durant l’ère Rogov notamment, et que nous prenions des dopants à notre insu, explique l’ancien milieu de l’EN. Mais le doute persiste tant qu’une enquête n’a pas été ouverte pour que la vérité soit faite".

Chaïb, Larbès, Menad, Bensaoula…
De nombreuses gloires de l’équipe nationale des années 1980 ont eu des enfants handicapés. On ignore leur nombre, la question est trop sensible à évoquer. Mais l’ancien joueur revient à la charge, plus précis, il s’interroge sur le fait que les cas connus sont nombreux et que ceux ne le sont pas pourraient être plus nombreux. "Ce que je sais c’est que moi, Chaib, Larbès, Menad, Bensaoula et un ancien joueur de handball, Omar Azeb avons des enfants handicapés et qu’il est sûr qu’il y a d’autres noms que nous ignorons, comme c’était le cas de mon ancien co-équipiers en équipe nationale Abdelkader Tlemcani qui m’a récemment appelé et m’a assuré être dans la même situation", ajoute Kaci Saïd

Bien entendu, en révélant ces informations par ailleurs d’une extrême gravité sur le fonctionnement de l’équipe nationale de l’époque, Kaci Saïd ne souhaite pas "porter atteinte à l’image et à la réputation de l’équipe nationales des années 80 ni à la crédibilité de ce qu’elle a réalisé mais la vérité doit être faite".

Le meneur de jeu de l’équipe nationale des années 1980 Lakhdar Belloumi a assuré avoir été surpris par les déclarations de Kaci Saïd sur le dossier des médicaments inconnus que certains médecins donnaient à des joueurs, puisqu’il a indiqué que ce dossier n’avait jamais été évoqué. "Même si à l’époque où j’étais en équipe nationale, nous nous rencontrions, nous discutions et nous n’avions jamais abordé ce dossier, même si Kaci Saïd a le droit de fait part de son point de vue, mais j’ai personnellement, après avoir fait face à l’équipe allemande lors de la coupe du monde 1982, subi des analyses anti-dopage, ainsi que Merzekane Chaâbane et le résultat avait été négatif et je pense qu’a cette époque, il n’y avait pas de médicaments inconnus, qui étaient utilisés, les médecins algériens et étrangers nous donnaient tout simplement des médicaments pour atténuer les douleurs", a confié Belloumi qui précise que "les médicaments avaient un effet sur nous". L’explication avancée par Lakhdar Belloumi ne répond pas à la question dans sa globalité, car, il faut préciser le contrôle au cours de la coupe du monde n’exclut pas une possibilité de dopage lors des éliminatoires par exemple, surtout quand on sait que les effets des produits dopants se révèlent parfois sur plusieurs années.

L’interrogation de l’ancien milieu de terrain de la glorieuse équipe nationale mérite réponse. C'est le moindre des hommage à ces hommes qui ont porté haut les couleurs nationales. Mohamed Kaci Saïd et tous ceux qui sont directement ou indirectement touché par ses révélations méritent une réponse eu égard à ce qu’ils avaient donné pour l’Algérie.

Yacine K./El Khabar

http://www.lematindz.net/news/6054-kaci-said-pourquoi-des-joueurs-de-la-glorieuse-en-ont-des-enfants-handicapes.html

_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mer 9 Nov - 9:12

C'est du sérieux......

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par adsm le Mer 9 Nov - 17:48

Shocked

adsm

Messages : 19445
Date d'inscription : 05/11/2009
Age : 70
Localisation : Diguendin diguenda

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par idir321 le Ven 18 Nov - 12:50

Les médias étrangers parle de cette affaire

Gloire : L'EN 1982 dopée à son insu ?

L'affaire pourrait faire grand bruit. Plusieurs footballeurs algériens ayant participé aux Coupes du monde de 1982 et de 1986 évoquent publiquement le lien entre les médicaments consommés lors des stages et les handicaps de leurs enfants.

«Nous avons décidé d'évoquer publiquement cette affaire lorsque nous avons découvert qu'il y avait pas moins de huit ex-internationaux qui ont engendré des handicapés », a ainsi déclaré, mercredi 16 novembre, l'ancien défenseur Mohamed Chaïb, père de trois filles handicapées. «Nous avons des doutes sérieux sur les effets des médicaments que nous consommions lors des stages de préparation. Nous voulons juste la vérité », poursuit Mohamed Chaïb.

Djamel Menad, un des Fennecs qui avaient participé au Mondial 1986 au Mexique, a quant à lui donné naissance à une fille souffrant d'une agnésie du corps calleux, qui entraîne essentiellement une faiblesse musculaire et des crises d'épilepsie. «Depuis que j'ai découvert que je n'étais pas le seul, j'ai commencé à me poser des questions », affirme-t-il. Pour l'ancien buteur de l'équipe algérienne, le fait que plusieurs joueurs de la même génération ont eu des enfants handicapés n'est pas une coïncidence.


L’Algérien Mahmoud Guendouz face au Brésilien Careca lors de la Coupe du monde 1986 au Mexique.

L'ancien milieu de terrain Mohamed Kaci Saïd, père d'une fille handicapée de 26 ans, demande quant à lui l'ouverture d'une enquête. «Je ne dis pas que nous étions des souris de laboratoire de médecins russes (...) et que nous prenions des dopants à notre insu. Mais le doute persistera tant qu’une enquête n’aura pas été ouverte pour que la vérité soit faite », explique l'ex-international.

L'hypothèse défendue par ces anciens joueurs est toutefois réfutée par l'ancien capitaine de la sélection algérienne à la Coupe du monde de 1982 en Espagne, Ali Fergani. Pour lui, «le nombre de joueurs parents d'enfants handicapés est minime comparé au nombre total de joueurs sélectionnés entre 1980 et 1990 ». Ali Fergani dément également la présence de Russes dans l'équipe médicale de la sélection. «Tous les médecins étaient algériens et nous ne prenions pas de médicaments, à part de la vitamine C ».

L'entraîneur de l'Algérie au mondial mexicain, Rabah Saâdane, abonde dans le même sens. «Quand je dirigeais la sélection, de 1984 à 1986, il n'y avait pas de médecin européen avec nous », explique-t-il à la presse algérienne. L'ancien sélectionneur précise toutefois qu'entre 1981 et 1988, il y a eu un entraîneur, Evegueni Rogov, et un kinésithérapeute russes. Un entraîneur d'ex-Yougoslavie, Zdravgo Rajkov, a également dirigé l'équipe en 1980. Les autorités algériennes n'ont pour l'instant pas commenté ces accusations.

Le Monde
17/11/2011

_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par idir321 le Mer 13 Juin - 15:17


_________________
Connectez vous sur la Web TV de la JSK WebTV.JS-Kabylie.fr

idir321

Messages : 5698
Date d'inscription : 04/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Sam 11 Mai - 12:43

Un comité de soutien pour Menad

Ecœuré par la lourde sanction infligée à Menad, quelques anciens joueurs de la JSK se mobilisent afin de créer un comité de soutien à l’ancien international des Canaris. Ils estiment que celui-ci a beaucoup donné au football algérien et que la moindre des choses à lui rendre est de lui accorder des circonstances atténuantes, d’autant qu’il n’est ni dirigeant ni membre du CA, mais juste l’entraîneur du MCA.

Compétition (11/05/2013)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mar 22 Avr - 15:29

Menad : «Je préfère rester neutre par respect à la JSK et au MCA, et que le meilleur gagne !»

Finaliste malheureux de l’édition précédente, Djamel Menad était parvenu à mettre son équipe sur orbite, mais le manque de réalisme affiché par ses joueurs face à l’USMA a été fatal au vieux club algérois. Figure emblématique de la JSK en tant que joueur, le champion d’Afrique avec les Verts en 1990 a aussi marqué son passage au Mouloudia. Forcément, lorsqu’on a approché Djamel Menad pour nous parler du rendez- vous du 1er Mai, c’est avec des propos très mesurés qu’il évoque cette finale historique entre le Mouloudia et la JSK. «Les gens ont tendance à oublier que c’est le Mouloudia qui a créé la JSK. Jadis, le club kabyle se produisait en vert et rouge, et cette partie de l’histoire il ne faut surtout pas l’omettre. De ce fait, il y a des liens historiques entre les deux clubs que personne ne pourra remettre en question. Je pense que ce sera une grande fête de football, car cette finale opposera deux très grands clubs. J’espère qu’on assistera à une très belle affiche sur le terrain. Maintenant, j’ai fait ma grande carrière à la JSK en tant que joueur et je ne peux oublier mon passage au Mouloudia en tant qu’entraîneur. A partir de là, je préfère rester neutre et que le meilleur gagne», dira Menad qui a refusé de se mouiller en donnant un pronostic ou en affichant son penchant pour l’une des deux équipes.

«Je suis sûr d’une chose, ce sera un entraîneur local qui brandira la coupe»
Ayant toujours été un apôtre et un défenseur de la compétence locale, Menad se réjouit de cette affiche qui opposera deux techniciens algériens. Fouad Bouali et Azzedine Aït Djoudi. Forcément, la coupe sera la propriété d’un technicien local. «Je suis surtout très content et rassuré, car je suis sûr que ce sera un entraîneur local qui brandira la coupe le 1er Mai. Bouali et Aït Djoudi ont prouvé que l’entraîneur algérien est capable de faire de l’excellent boulot, surtout que depuis quelque temps, on a tendance à nourrir des complexes envers les entraîneurs étrangers. Cette finale entre la JSK et le MCA prouve que nous avons des entraîneurs locaux très compétents et qu’il faut faire confiance à la pâte locale», dira Menad qui fut souvent le bourreau des entraîneurs étrangers. Hubert Velud en sait quelque chose.

«Les propos de Boumella et Hannachi n’auront aucune incidence sur la finale»
Interrogé sur cette guerre par presse interposée enclenchée par Moh Chérif Hannachi et Boudjemaâ Boumella, Menad estime que cette polémique ne devrait avoir aucune incidence sur le déroulement de la finale qui se jouera entre les 22 acteurs sur le rectangle vert. «Je pense qu’il faut dépassionner les débats, mais je tiens aussi à rassurer que les propos tenus par Boumella ou Hannachi n’auront aucune incidence sur la finale, car ce sera au terrain de trancher», nous a dit le meilleur baroudeur de la Coupe d’Afrique des nations 1990. 

«Même le geste de Bencheikh en 1983 envers Khalef n’a pas détérioré les relations entre les deux clubs»
Djamel Menad, très nostalgique du passé qui a forgé l’histoire et la notoriété des deux clubs, n’a pas hésité à faire un petit parallèle avec l’incident qui avait marqué le match de Coupe d’Algérie entre le Mouloudia et la JSK en 1983. «Il faut rappeler que même le geste d’Ali Bencheikh envers Mahieddine Khalef lors de la rencontre de Coupe d’Algérie en 1983 n’a pas du tout détérioré les relations entres les deux clubs. Je suis persuadé que les liens historiques qui existent entre les deux clubs sont au-dessus de tout le monde», a conclu Menad par des propos lourd de sens, lui qui est toujours adulé par les Chnaoua pour le très bon travail qu’il avait accompli durant son passage au club.

Le Buteur (22/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mar 28 Oct - 16:16

Menad : « Aouedj va montrer lors du clasico qu'il ne méritait pas de quitter la JSK de cette manière »

Depuis son retour d’Arabie Saoudite, Djamel Menad ne s’est pas du tout exprimé. L’ancien buteur des Verts et ex-entraîneur du Mouloudia d’Alger s’est exprimé au sujet de la JSK, du CRB et même du clasico MCA-JSK. On vous laisse le soin de découvrir cette interview.

Bonjour coach, comment allez-vous ?
Ça va bien. Je vous remercie. J’étais malade à mon retour d’Arabie Saoudite où j’avais contracté une grippe. Je me suis aussi fait opérer du talon, cela n’est pas grave dans la mesure où je me suis rétabli.

Votre nom a circulé dernièrement au sein de plusieurs clubs…
Sincèrement, les clubs où mon nom a été cité ne m’ont pas contacté. Même si on m’a contacté, je n’aurai pas accepté car j’ai pris la décision de prendre du repos pendant un moment. Je veux me reposer. S’il y a un club qui correspond à mes objectifs, je préfère le prendre dès le mercato afin de me reposer et surtout pour bien connaître les joueurs.

Tout d’abord, on vous a évoqué pour succéder à Zvunka au CRB avant que la direction ne décide de prendre Alain Michel…
Croyez-moi. J’ai lu mon nom dans la presse comme tout le monde. Je vous confirme aujourd’hui que le CRB ne m’a pas contacté, ni par le biais de son président ni un autre dirigeant. Toutefois, si le CRB m’avait contacté, je n’aurais pas accepté. Le club traverse une situation très difficile et je n’ai pas de baguette magique. Le CRB ne mérite pas une telle situation. C’est un grand club et je suis persuadé qu’il retrouvera son lustre d’antan.

La JSK a engagé un entraîneur français alors que le public vous a réclamé…
Là, je veux préciser que les responsables de la JSK ne m’ont pas contacté. Je dis ça aux supporters du club. Je défie quiconque qui dira que le président du club m’a appelé au téléphone. D’ailleurs, vous m’avez appelé pour demander s'il était vrai que j’avais un RDV avec Hannachi, je vous avais dit que je ne peux pas parler de RDV avec une personne avec laquelle je n’ai eu aucun contact. Même la question concernant mon retour tardif n’est pas un argument parce que le nouvel entraîneur a été désigné après mon retour à Alger. Les supporters de la JSK doivent comprendre que Menad n’a pas refusé l’appel de la JSK. Je refuse aussi qu’on utilise mon nom pour calmer les supporters et faire de la propagande.  

A votre avis, Ciccolini est-il capable de redresser la barre ?
J’espère du fond du cœur que cet entraîneur réussisse avec la JSK pour retrouver le haut du tableau. Toutefois, je pense que le problème de la JSK est plus profond que le changement d’entraîneur. Il faut que l'équipe retrouve Tizi-Ouzou et joue devant ses supporters. Pour cela, tous les enfants de la Kabylie doivent intervenir. Les joueurs manquent de motivation puisqu’ils jouent à huis clos.

Vous accusez donc ceux qui ont sanctionné le club ?
Oui, je pense que la suspension est très sévère pour la JSK. Il ne faut pas oublier que ce club a honoré le pays. Il faut voir aussi ce qu’ont donné les enfants de la Kabylie à l’Algérie et à la sélection. Les scènes de violences, il y a eu pire. Je peux vous citer l’exemple du match MC Saïda - USM Alger. Mais dans cette affaire de la JSK, les gens veulent régler des comptes avec une personne bien précise.

Comment s'annonce le clasico de ce jeudi entre le Mouloudia et la JSK ?
Je ne peux pas parler sur le plan technique car je n’ai pas vu les deux équipes  cette saison. D’après mes informations, les deux équipes traversent une période difficile et ont besoin de gagner. Je pense que la pression sera du côté de la JSK beaucoup plus puisque ses joueurs doivent impérativement s’imposer à Bologhine. Ils doivent réagir pour effacer la défaite lors du dernier match face à l’ASM Oran.

Mais même le Mouloudia s’est incliné lors de son dernier match face à l’USMBA…
Oui, je suis d’accord avec vous mais il ne faut pas oublier que le Mouloudia a eu deux semaines pour se préparer. Cela dit, l’entraîneur Boualem Charef a eu devant lui tout le temps nécessaire pour trouver des solutions aux problèmes constatés au sein de son équipe, contrairement à la JSK. Les joueurs kabyles n’ont pas eu le temps de corriger toutes les erreurs par rapport au Mouloudia.

Doit-on comprendre que le Mouloudia part favori dans ce clasico ?
Il est vraiment difficile de donner le moindre pronostic concernant ce match. Les deux équipes sont dans une situation délicate, elles doivent toutes deux s’imposer. Le Mouloudia va avoir des atouts, comme le terrain et surtout le public. Du côté de la JSK, les joueurs vont avoir un atout important qui est la compétitivité par rapport à ceux du Mouloudia qui sont restés sans compétition officiel depuis deux semaines.

Comment vous trouvez les résultats enregistrés par le Mouloudia cette saison ?
Le Mouloudia est en pleine période de transition. Donc, il faut donner du temps à Charef pour réorganiser la maison. Je suis sûr que Charef est en train de faire du bon travail. Le Mouloudia, c’est comme la sélection nationale. Il y a un environnement très difficile. Il y a une révolution au sein du club avec des changements à la direction, au sein des joueurs et même le staff technique. La direction du club doit protéger Charef parce qu’il peut conduire le club vers les sommets, mais à une condition…

Laquelle ?
Je vous ai dit à maintes reprises que le Mouloudia est un grand club qui ne peut pas jouer à Bologhine. Ce stade est un avantage pour les visiteurs qui défendent. J’ai entendu dire que les dirigeants voulaient aller à Rouiba. Je leur conseille d’aller vite régler ça.

Le joueur qui, selon vous, va faire la différence lors de ce clasico ?
J’ai vu le dernier match de la JSK, j’étais vraiment surpris par le rendement faible de cette équipe. La JSK manque d’un attaquant, un buteur et ce malgré la présence de Kerrar. Je pense que Ebossé a laissé un grand vide. Pour ce qui est du joueur qui va s’illustrer lors de ce clasico, je pense que ce sera Aouedj. Il a d’énormes qualités et il va répondre à ceux qui l’ont fait sortir par la petite porte.

Sincèrement, quel club souhaitez-vous voir remporter ce clasico ?
Il me sera très difficile de vous répondre. C’est une question très difficile. J’ai d’excellents souvenirs à la JSK en tant que joueur. Avec le Mouloudia, j’ai passé de bons moments comme entraîneur. J’espère que ça se terminera par un nul (rire). En fin de match, je sais que je vais être gagnant, que se soit avec le Mouloudia ou la JSK.

Le Buteur (28/10/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Lun 15 Déc - 18:14

Menad : «Du moment que Hannachi s’est immiscé dans les prérogatives de Broos, j’ai refusé de revenir à la JSK»

Après une expérience en Arabie Saoudite, l’ancien entraîneur du MC Alger, Djamel Menad, est rentré au pays en compagnie de son frère. Annoncé à la JSK, au CRB et au MCA, l’ancien buteur des Verts n’a pris les commandes d’aucune équipe. Invité de l’émission 100% Foot diffusée sur la chaîne El Heddaf TV, Djamel Menad, et comme on s’y attendait, a répondu aux questions de l’animateur concernant la période difficile que la JSK traverse depuis le décès d’Albert Ebossé ainsi que son refus de prendre le club en main, après le départ d’Hugo Broos. En répondant aux questions, l’ex-coach du Doyen estime que la manière avec laquelle Broos a quitté la JSK ne l’a pas encouragé à prendre le relais : «Du moment que Hannachi s’est immiscé dans les prérogatives de Broos, j’ai refusé de revenir à la JSK.»

«Dans toute cette histoire, la victime c’est la JSK»
D’après l’ancien international, la JSK n’est qu’une victime dans toute cette histoire et que le club ne mérite pas d’être sévèrement sanctionné : «La JSK est victime dans toute cette histoire. Le club n’est pas responsable de la mort d’Ebossé. Je pense que c’est très difficile pour le club de jouer sans ses supporters. L’équipe aurait dû être sanctionnée sans quitter le stade du 1er-Novembre.»

«Matoub était le supporter le plus fidèle de la JSK»
Avant de conclure, Menad estime que le chanteur kabyle, Matoub Lounès, était le supporter le plus fidèle de la JSK : «Il faut le dire, Matoub Lounès était le supporter le plus fidèle de la JSK.

Le Buteur (15/12/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Lun 23 Fév - 13:23

Menad : «Même la JSK a remporté un trophée équivalent en 1982»

Consultant à l’émission 100% Foot, l’ancien joueur de la JS Kabylie, Djamel Menad, après avoir félicité Hassan Hammar d’avoir remporté la Supercoupe d’Afrique devant Al Ahly d’Égypte au stade Mustapha-Tchaker de Blida, a déclaré que même la JSK a déjà eu la chance de remporter ce trophée. «Je tiens tout d’abord à féliciter l’Entente de Sétif pour la Supercoupe d’Afrique. J’aimerais aussi dire que même la JSK a remporté un trophée équivalent en 1982, mais il n’est pas reconnu.»

«Le match des quarts de finale s’annonce difficile pour les deux équipes»
Évoquant le match des quarts de finale de la Coupe d’Algérie qui mettra aux prises l’Entente avec la JSK, Djamel Menad estime que la rencontre ne sera pas facile. «Le match des quarts de finale entre l’ESS et la JSK s’annonce difficile pour les deux équipes, notamment pour la JSK qui sera dans l’obligation de défier l’Entente chez elle. J’espère qu’on assistera à un beau spectacle.»

«Le retour des supporters a redonné confiance aux joueurs»
Toujours concernant la JSK, Djamel Menad pense qu’avec le retour des supporters, les choses iront en s’améliorant. «Le retour des supporters redonnera confiance aux joueurs et les résultats seront encore meilleurs à l’avenir.»

Le Buteur (23/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par Dégage Hannachi le Dim 8 Mar - 23:06

Pour moi, c'est le meilleur joueur de la JSK de tous les temps. Ça reste un avis personnel.

Dégage Hannachi

Messages : 398
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation : Amérique du Nord

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mar 17 Mar - 18:52

Menad : «Iboud a le droit de parler de la JSK et les anciens peuvent critiquer Hannachi»

Apparemment, les anciens joueurs de la JSK commencent à critiquer le président Hannachi qui, selon eux, se dirige avec le club vers le purgatoire. Après Mouloud Iboud, c’est au tour de Djamel Menad de critiquer la gestion du président Hannachi. Selon l’ancien goleador kabyle, Mouloud Iboud a le droit de critiquer la mauvaise gestion au sein du club kabyle vu que le club n’arrive toujours pas à relever la tête depuis le décès d’Ebossé : «On récolte ce qu’on sème ! Je le dis aujourd’hui, Iboud a le droit de parler de la JSK en tant qu’ancien joueur. Il est libre de donner son avis. S’il a parlé, c’est parce qu’il constate que la JSK est en danger. A mon avis, les anciens peuvent critiquer Hannachi et la méthode qu’il utilise.»

«Le recrutement a été fait de manière anarchique»
Parlant du recrutement réalisé lors du mercato, Menad dira : «Il ne faut pas se voiler la face. La JSK ne pourra pas jouer le titre avec un tel effectif. Le recrutement a été fait de manière anarchique avec aucune stratégie. Il faut reconnaître que la JSK est en danger. Les supporters ne méritent vraiment pas tout ça.»

«Le problème de la JSK réside dans la mauvaise gestion»
D’après Menad, le problème de la JSK réside dans la mauvaise gestion, du moins, c’est ce qu’il a déclaré : «La JSK traverse une période très difficile et le problème réside dans la mauvaise gestion. Tout le monde est responsable de cette situation. Il ne faut pas oublier que la JSK est le seul club qui n’est pas descendu en deuxième division. C’est ce qui fait de cette équipe l’un des monuments du football algérien.»

«J’aime la JSK depuis que je suis né»
Pour Djamel Menad, les anciens joueurs ont le droit de critiquer leur ancienne équipe tant que les résultats sont absents : «Je suis un ancien joueur et j’aime la JSK depuis que je suis né. Ce qui veut dire que j’ai le droit de critiquer tant que les résultats ne sont plus présents. Les anciens joueurs ont beaucoup donné pour cette équipe et il est de leur droit de donner leur avis.»

Le Buteur (17/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Lun 30 Mar - 14:17

Menad : «La JSK est victime de son recrutement»

Djamel Menad, l’ancien joueur international de la JSK, croit savoir pourquoi les Canaris volent très bas. Pour lui, c’est parce que trop d’erreurs de casting ont été effectuées lors du recrutement.

Que pensez-vous du match JSK-MCA, gagné par le Mouloudia 2-1 ?
Je n'en ai retenu que le résultat, à savoir la victoire du MCA. Chacun a son appréciation sur le niveau de la rencontre, chacun peut dire ce qu'il veut, mais, personnellement, je n'ai pas apprécié du tout. Au-delà du résultat, le MCA a fait une bonne affaire en quittant la zone rouge. Le Mouloudi a atteint son objectif, ce qui n'est pas le cas de la JSK. Les Canaris se sont mis dans le doute.

Comment expliquez-vous la mauvaise passe de la JSK ?
Le club ne cesse d'enchaîner les résultats en dents de scie, il gagne à l'extérieur puis fait match nul à la maison, quand il ne perd pas ; ses performances sont très irrégulières. L'explication est toute simple, je la résume en une phrase : il y a eu un mauvais recrutement durant l'intersaison. Sincèrement, l'effectif de la JSK ne m'a pas convaincu, il ne m'a jamais emballé. Là, je ne parle pas de certains joueurs seulement, mais plutôt de la plupart. D'habitude, en phase de recrutement, la JSK marque sa présence en faisant signer de grosses pointures, qui font croire qu'elle va jouer le titre ou les premiers rôles.

Donc, la JSK est victime de son recrutement avant tout ?
Absolument ! Tout le monde le dit, il n'y a pas que moi. Les gens sont unanimes à dire qu'il y a eu un mauvais recrutement.

Le public kabyle a scandé : «Ils l'ont vendu», lors du Clasico, y croyez-vous ?
Je ne peux ni l'affirmer ni l’infirmer parce que je n'ai pas de preuve à ce propos. C'est bien beau de parler de match combiné, mais il faut en apporter les preuves. Cela étant dit, je sais que durant les derniers matches de championnat, il y a de la suspicion dans l'air, le doute plane. Comme par hasard, toutes les équipes qui occupent le bas du tableau se sont mises à gagner en dehors de leurs bases. En plus, elles parviennent toutes à battre des équipes bien classées. Comment cela est-il devenu possible tout d'un coup ? Prenons l'exemple de Sétif, qui constitue une énigme. D'abord, je précise que je n'accuse pas, et que je n'ai aucune preuve que l'ESS a donné le match à Chlef. Simplement, je note que l'Entente a raté une occasion inouïe de prendre la tête du championnat et de filer vers le titre. C'était une occasion en or, quand même.

La suite du championnat s'annonce pénible pour la JSK, pensez-vous qu'elle pourra s'en sortir ?
Je ne peux rien affirmer, encore au moins assurer à ce propos parce que tout est possible actuellement. Il y a beaucoup de choses qui se passent dans les coulisses. Même si on n'a pas de preuve, il y a largement de quoi douter et penser à beaucoup de choses extra-sportives.

Compétition (30/03/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Dim 31 Mai - 22:39

Sur notre site, Djamel Menad : « L’histoire retiendra que nous avons agi pour sauver le club »

Pour lire l'interview ==> http://www.js-kabylie.fr/index.php/informations/interviews/3764-djamel-menad-l-histoire-retiendra-que-nous-avons-agi-pour-sauver-le-club


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Sam 20 Juin - 13:02

Menad : «L’USMA, le NAHD, l’USMB, le MOB et la JSMB me voulaient»

L’ancien buteur et lauréat de plusieurs titres locaux et internationaux avec la sélection national de football, la JS Kabylie et l’USM Alger, Djamel Menad, nous livre ses impressions sur toute l’actualité de la discipline localement. Connu pour son franc-parler et surtout pour son amour incommensurable pour la JSK, le natif d’El-Bayadh a bien voulu répondre aux questions de Compétition non sans lever le voile sur plusieurs points qui vont certainement éclairer la lanterne de l’opinion publique et des supporters des Canaris en particulier.

Bonjour Djamel, comment se passent pour vous les deux premiers jours de Ramadhan ?
Ça se passe très bien. Pas le moindre souci. C’est mon mois préféré. Je le vis le plus normalement du monde comme tous les autres jours de l’année.

Pour être plus explicite. Pendant ce mois de Ramadhan, allez-vous poursuivre votre action dans le cadre du comité de sauvegarde de la JSK ?
Le combat continue. Il n’y a plus aucune raison d’arrêter notre action en si bon chemin. D’autant plus qu’une grande majorité des supporters, des fidèles et des amoureux de la JSK y adhère. Avec le concours de tout le monde et la patience, nous tenterons d’atteindre l’objectif principal pour lequel a été fondé ce comité de sauvetage.

Il semble toutefois que la mission ne sera pas du tout facile puisque l’actuel président fait fi de votre mouvement et poursuit sa mission normalement. Un commentaire…
Quoi qu’on dise, il y a, en tout cas, une nette détermination pour mener à bien notre mission. Et puis, notre appel consiste particulièrement à l’ouverture du capital du club. C’est l’une des conditions les plus importantes qui pourraient conduire à un changement au niveau de la direction du club.

Mais tenez, supposons que le capital est ouvert et que cela conduirait à l’arrivée d’un gros investisseur lequel maintiendrait Hannachi en poste. Qu’en dites-vous ?
Ce sont juste des supputations de médias. Je ne crois pas, franchement, à un tel scenario. Il ne trouvera jamais un actionnaire majoritaire qui accepte d’un dirigé par une autre personne. La clé du changement demeure l’ouverture du capital. La suite du changement s’ensuivra selon la logique des choses.

Maintenant que le capital n’est pas encore ouvert. Hannachi demeure le maître à bord avec un conseil d’administration acquis à sa cause. Un commentaire…
Soyons sérieux. Y a-t-il un conseil d’administration à la JSK ? C’est pourquoi je ne cesserai de dire que la solution du changement dans notre cher club passe inévitablement et systématiquement par l’ouverture du capital.

Revenons un peu, si vous le voulez bien, à votre cas. Vous êtes resté cette saison sans activité pourtant vous demeurez un technicien assez courtisé. Que se passe-t-il au juste ?
Je ne vous cache rien, j’ai été contacté par plusieurs clubs du pays en vue de prendre en charge leurs barres techniques respectives. Pour le moment, je ne suis nullement intéressé à bosser chez les clubs. Il ne faut pas oublier que j’ai décidé de m’engager pleinement dans cette action de sauvegarde de la JSK. J’ai cette nette ambition, à l’instar de tous mes compères du comité, d’atteindre nos objectifs. La JSK doit changer de main pour retrouver son lustre d’antan.

Si vous persistez dans votre position, il y a un grand risque de passer une année sabbatique. N’est-ce pas ?
Ça m’est égal. Je suis prêt à tous les sacrifices pour conduire notre action de sauvegarde de la JSK à des résultats positifs et ceux souhaités par les milliers, voire les millions de fans de la grande et emblématique JS Kabylie. Prêt à passer une année sabbatique en vue de poursuivre le combat pour la cause de la JSK

Mais avouez tout de même que vous avez besoin, comme tout père de famille, à un job pour nourrir les siens. Sans boulot, votre vie ne risque-t-elle pas d’être compliquée ?
C’est un peu logique ce que vous dites. Sachez, par ailleurs, que je ne suis pas quelqu’un qui se nourrit uniquement du football. Cette discipline coule dans mon sang, elle compte beaucoup dans ma vie. Le football est pratiquement la source de mon existence. Mais cela ne m’a pas empêché, pour autant, de me débrouiller pour assurer une source de vie à ma famille. Dieu merci, les choses évoluent bien pour moi et ma famille. Nous ne manquons absolument de rien. Je ne suis pas un demandeur d’emploi, je peux subvenir à mes besoins.

A la lumière de vos propos, il semble que vous avez obtenu plusieurs offres pour la saison prochaine. Quelles sont les équipes qui vous ont contacté ?
Il y en a plusieurs. Je remercie mon bon Dieu. Je peux vous citer l’USM Alger qui n’a encore d’ailleurs pas trouvé un coach. Je cite aussi l’autre club de la capitale, à savoir le NA Hussein Dey. Le nouveau promu en Ligue 1, l’USM Blida, a cherché après moi. Je tiens à préciser seulement que le contact avec Blida n’était pas officiel. C’était juste des touches avec des proches de l’USMB. Il ne faut pas oublier aussi mes contacts avec les deux clubs de la belle ville de Béjaïa, à avoir le MOB et la JSMB.

Pour revenir au comité de sauvetage. Quels sont les objectifs personnels de Djamel Menad ?
Croyez-moi, je n’ai aucune ambition à entretenir à travers cette action menée depuis plusieurs jours. On m’a même cité comme potentiel président du club. Cela ne m’intéresse pas de tout. Ce n’est pas le genre de boulot que je maîtrise d’ailleurs. Je l’ai toujours dit, Djamel Menad est plus adapté au travail du terrain. En d’autres termes, le coaching. En somme, un retour à la JSK ne figure pas dans mes ambitions.

Les choses tardent cependant à donner leurs fruits. Il semble que Hannachi résiste bien. Qu’en pensez-vous ?
Il y a une certaine ambigüité venue déranger le travail de notre comité de sauvegarde. Je crois qu’il a un certain changement de positition qu’on ne comprend pas de la part des autorités locales. Il y a comme un retournement de leur part. Que chacun assume ses responsabilités. Permettez-moi de préciser quelque chose sur des contre-vérités de Hannachi.

Allez-y…
Hannachi dit n’avoir rien bénéficié de mon transfert à Montpellier. Je lui précise d’abord que c’était Nîmes et non pas Montpelier. Je suis parti à Nîmes en 1987 pour un contrat de trois ans. Sachez que la JSK a beaucoup bénéficié de ce transfert. Chaque année le club était pris en charge pour un stage de 15 jours en France avec une délégation d’une trentaine de personne. Chacun a eu droit également à un argent de proche. N’était mon frère aîné, j’aurais été arnaqué pendant ma carrière de footballeur. Il m’a vraiment protégé des vautours qui tournent dans ce monde ingrat du football.

Comment se guérit votre genou après l’opération subie dernièrement ?
Mon opération au genou guérit bien. Je pense que le plus dur est derrière moi. La preuve, je joue régulièrement au football avec les copains. Je ne ressens plus rien. Hamdoulah.

De quoi qualifierez-vous le scénario vraiment unique du championnat de la saison passée ?
C’est un exercice hors pair. Dans ma carrière de footballeur je n’ai jamais vu cela. 15 point séparent le champion du dernier au classement. Vous ne trouvez jamais cela ailleurs. Certains pensent que cette situation est le fruit de la progression du niveau. C’est bien le contraire, le championnat a enregistré une régression importante. Je suis désolé seulement pour le MC Eulma, l’ASO Chlef et l’USM Bel- Abbès pour leur rétrogradation. Ce sont des équipes qui pratiquent du beau football et disposent de stades plutôt valables.

Compétition (20/06/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Jeu 2 Juil - 19:08

Menad : «Le Ramadhan et le foot sont incompatibles»

Djamel Menad, l'ancien international de la JS Kabylie, a connu le haut niveau en France et au Portugal. Pour lui, la pratique du foot n'est pas l'allié de Ramadhan.

Le football est-il compatible avec le Ramadhan ?
Les Saoudiens sont censés être les plus connaisseurs en matière de religion musulmane. Si le football était compatible avec le mois sacré, pensez-vous qu'ils auraient hésité à programmer le championnat durant cette période ? En Arabie Saoudite, on ne joue pas au foot pendant Ramadhan, cela veut tout dire à mon sens. C'est aussi l'avis des nutritionnistes, des médecins et des scientifiques en général. En plus, l'Algérie est un pays chaud, comme ceux du Golfe, il faut éviter au maximum la pratique du foot durant le mois sacré.

Que faire, donc, quand le mois survient en période de préparation d'intersaison ?
Il faut se contenter de petites préparations fractionnées, des petits regroupements essentiellement pour entretenir le volet mental. On peut travailler un peu le physique, mais on ne peut pas le faire comme en dehors du Ramadhan. Vous savez, le corps humain s'use à la longue. Les deux premières semaines, le corps humain garde encore son énergie, il puise dans ce qu'il a emmagasiné auparavant. Le joueur peut donc avoir du répondant, tenir et travailler correctement. Mais les deux dernières semaines, c'est l'enfer !

A ce point !
Ecoutez, j’en parle en connaissance de cause. C'est l'épuisement, la souffrance, la perte de poids et de l'énergie. Le joueur descend en dessous de son poids de forme. Quand on perd du poids et de l'énergie, le mental est affecté et on n'est alors plus réceptif. Le joueur devient moins consciencieux dans son travail. Il y a aussi le gros souci de l'hydratation.

Et que dites-vous à ce propos ?
Après la rupture du jeûne, c'est l'envie de boire qui finit par esquinter le joueur. Parce qu'il faut le dire, dans un pays chaud, on songe essentiellement à s'hydrater. C'est la réalité. Cela n'est malheureusement pas suffisant. Il faut également manger pour apporter un équilibre.

Comment ça se passait pour vous quand vous jouiez en France et au Portugal ?
Je vais vous dire la stricte vérité. Pendant la semaine, je jeûnais. Quand il y avait des séances biquotidiennes, on essayait de me ménager au maximum. Cela ressemblait à une double séance de déshydratation, c'est trop. Mais le jour du match, ce n'était pas possible de jeûner ! Les efforts déployés lors d'un match officiel sont le double de ceux à l'entraînement. Lors d'une séance d'entraînement, on peut s'arrêter à tout moment, on peut tricher même, mais, pendant une rencontre officielle c’est quasiment impossible. Tous ont le regard braqué sur toi : le coach, le public, les journalistes...  Dans ce cas, si tu triches ou si ton niveau baisse les gens le remarquent vite et la sanction sportive est souvent au bout. Ça ne pardonne pas.

Compétition (02/07/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par rachid_as le Mar 11 Aoû - 15:02

Décès de la maman de Djamel Mened
C’est avec beaucoup d’amertume et de consternation que nous avions appris le décès de la mère de Djamel Mened , ancien international et ex-joueur de la JS Kabylie.

En ces moments douloureux et pénibles, l’équipe du site/forum js-kabylie.fr tient à présenter ses sincères condoléances au sympathique Djamel et lui assure de son soutien. Que Dieu accueille la défunte dans sa miséricorde.

A Dieu nous appartenons et à Dieu nousretournons.

Rédaction

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Djamel MENAD, Retour sur une riche carrière avec la JSK

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 22:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum