Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Page 19 sur 21 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 15 Mai - 14:23



Lewis Hamilton : "Fernando Alonso a autant de talent que Schumi"

Lewis Hamilton ne tarit pas d’éloges sur son ancien équipier Fernando Alonso, qu’il place au même niveau que Michael Schumacher, septuple champion du monde de Formule 1.

Selon Hamilton, l’Asturien aurait mérité de remporter plus que deux titres depuis ses débuts en F1 en 2001 mais il s’est parfois retrouvé dans la mauvaise équipe au mauvais moment.

"Vous prenez vos propres décisions, mais il faut aussi être au bon endroit au bon moment pour être champion", déclare le pilote Mercedes dans des propos rapportés par El Pais.

"Alonso est responsable des choix qu’il a faits, mais quand vous voyez le niveau de Ferrari cette saison… Quand vous pensez qu’il est parti alors qu’il avait toujours un contrat valide, vous vous dites : ‘Punaise !' "
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Mar 19 Mai - 12:39



GP de Monaco - Daniel Ricciardo : "Monaco ? Comme faire des tours dans un supermarché"

GRAND PRIX DE MONACO - Daniel Ricciardo se réjouit que la F1 se rende à Monaco ce week-end pour y disputer le plus glamour des Grands Prix du calendrier.

Daniel Ricciardo est à Monaco comme chez lui. Et pour cause, il s’agit de la seconde course à la maison de la saison pour l’Australien, qui a élu domicile en Principauté depuis deux ans. "Ce qu’il y a de bien avec Monaco, c’est que c’est un circuit où le pilote peut encore faire la différence", juge-t-il. "Piloter une monoplace de Formule 1 où que ce soit est spécial – la vitesse, la puissance et l’accélération vous décoiffent. Mais ici, c’est comme essayer de faire un tour dans un supermarché, c’est tellement cool !"
Un circuit à part

"La piste est étroite, les rails sont proches et vous devez aussi veiller à ne pas vous faire avoir par les bosses", prévient Ricciardo. "Ce circuit a beaucoup de caractère, vous pouvez le sentir quand vous êtes derrière le volant."

Pour l'Australien, Monaco est définitivement à part : "Vous ne pouvez pas vous permettre la moindre erreur. Votre niveau de concentration atteint son maximum et vous vous surprenez vous-même par votre rapidité à faire les choses. Terminer juste un tour du circuit est déjà un accomplissement en soi. C’est un défi permanent."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Mar 19 Mai - 12:42



Fernando Alonso : "Pour l’instant, nous sommes en cage"

Fernando Alonso accepte de prendre son mal en patience chez McLaren, voyant cette saison 2015 comme une vaste session d’essais afin de mieux préparer le futur.

McLaren et Honda connaissent un début de saison difficile. Après cinq Grands Prix disputés, leur compteur affiche toujours un score vierge, la MP4-30 ayant jusqu’ici été incapable de terminer dans les points. Fernando Alonso est, de fait, un brin fataliste : "Je pars du principe que cette saison a, pour nous, valeur d’essais", a déclaré le pilote espagnol dans les colonnes de L’Equipe.

"OK, nous sommes en course, mais l’objectif premier est d’apprendre", continue Alonso. "Recueillir un maximum d’enseignements sur cette voiture et ses systèmes, sur le fonctionnement des batteries, les températures. Quand je prends le départ d’un Grand Prix, je sais que je vais courir différemment. Et ce n’est pas un problème. Pour l’instant, nous sommes en cage, et quand la voiture sera compétitive, on ouvrira la porte…"

"Le jour où on gagnera, ç’en sera d’autant meilleur", ajoute-t-il. "Ça ne me dérange pas de repartir de zéro, il y a quelque chose de beau à construire, cet esprit me plaît. Aujourd’hui, je pense avoir assez d’expérience pour aider l’équipe et lui faire gagner du temps, pour la guider dans la bonne direction. Je peux lui être utile." "Plus jeune, j’étais dans une tout autre démarche, reconnaît l’Espagnol. J’allais vite, le plus vite possible pour apporter les meilleurs résultats possibles au team, j’étais agressif en piste, mais pas aussi analytique." La Formule 1 se rend à Monaco ce week-end, un Grand Prix qu’Alonso espère bien terminer dans les points.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Mer 20 Mai - 14:05



Lewis Hamilton signe un nouveau contrat de trois ans avec Mercedes

TRANSFERTS - Mercedes a officialisé mercredi, à la veille des premiers essais à Monaco, un nouveau contrat de trois ans avec Lewis Hamilton. Les deux parties sont désormais liées jusqu'à la fin de 2018.

Lewis Hamilton négociait seul depuis des mois ce contrat de trois ans qui l'a poussé à en saisir les moindres termes juridiques. Sa signature avait été considérée comme imminente à plusieurs reprises et paraissait acquise depuis le dernier Grand Prix, en Espagne, aux dires du pilote et de ses principaux dirigeants.

Mercedes a donc choisi la veille des premiers essais du Grand Prix de Monaco, le plus prestigieux la saison où il a triomphé en 2013 et 2014, pour officialiser l'accord, mercredi.

Arrivée de McLaren en 2013, le champion du monde 2008 et 2014 s'est bien engagé pour trois saisons supplémentaires, à compter de 2016. Avec l'objectif d'augmenter son capital de 36 victoires, toutes obtenues avec un propulseur de la marque à l'Etoile.

"Mercedes est ma maison et je ne peux être plus heureux d'y rester trois ans de plus", a expliqué Britannique de 30 ans. "Cette une société remplie de vrais passionnés de la course, du conseil d'administration à l'usine, et d'un incroyable appétit de victoire."

"Même après le succès de l'an passé (ndlr : 16 victoires en 19 courses), cette faim est toujours plus grande et c'est la même chose pour moi", a-t-il poursuivi. "La Mercedes est désormais la meilleure voiture que j'ai eue dans toute ma carrière ; c'est tellement réjouissant de la piloter chaque week-end à la limite et de se battre pour la victoire, sur chaque piste."

"Mercedes-Benz me soutient depuis 1998, je suis donc très fier que ce contrat marque mes 20 ans avec Mercedes en 2018", a-t-il conclu.

"La continuité est un des facteurs-clés du succès en Formule 1 et nous avons désormais ça en place", a commenté Toto Wolff, le directeur de Mercedes-Benz Motorsport. "Lewis a connu une saison historique en championnat du monde avec Mercedes-Benz l'an dernier et c'était la priorité pour cette saison de renouveler son contrat. Nous avons pris le temps qu'il fallait pour ça et nous ne nous sommes pas précipités."

"Le résultat est un accord fort qui va mettre en exergue l'association entre Lewis et la marque Mercedes-Benz, et qui reconnait et respecte la valeur marchande de Lewis et de Mercedes en Formule 1. Les états de service de Lewis en piste parlent d'eux-même et il est une grande personnalité pour la société", a-t-il conclu.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:18



Romain Grosjean (Lotus) pénalisé

On s'en doutait, mais là c'est sûr : Romain Grosjean (Lotus) ne partira pas de la position à Monaco suite à une pénalité de 5 places qui est tombée mercredi.

Ce Grand Prix de Monaco commence mal pour Romain Grosjean, qui vient d’être papa pour la seconde fois en début de semaine. Le Français, qui évolue pratiquement à domicile ce week-end en Principauté, a écopé d’une pénalité de cinq places sur la grille de départ.

Lotus a dû changer la boîte de vitesses de sa E23 Hybrid, qui avait été endommagée lors du précédent Grand Prix, disputé en Espagne.

Grosjean avait terminé dans les points au Circuit de Catalunya, en huitième position, mais il avait dû accomplir la quasi-totalité des 66 tours de course sans pouvoir utiliser le quatrième rapport.

Les dépassements étant pratiquement impossibles en Principauté, un Grand Prix difficile attend malheureusement le pilote tricolore ce dimanche.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:21



5 raisons qui font de Monaco un Grand Prix unique à suivre

Des changements de vitesse par milliers dans un labyrinthe de rails, le virage le plus lent du Mondial, les dépanneurs les plus rapides du monde : le Grand Prix de Monaco va vous en mettre plein la vue de jeudi à dimanche.

33 kilomètres de rails

Le circuit mesure 3,340km. Mais pour ses installateurs, il est bien plus long car il faut plusieurs rangées de rails pour le sécuriser. Et là, le total s'élève à 33 kilomètres. Comme vous n'avez pas de Doliprane sous la main, on vous épargne le nombre de boulons que ça représente…  Mais pas celui des pneus de protection (5000) ni des commissaires (650).

3744 changements de rapport de boîte

Monaco, c'est un enfer où il est quasiment impossible de gagner sans aimer la promiscuité et la précision. La preuve ? Il faut changer 48 fois de vitesse par tour (de 3340 mètres), soit un tous les 69 mètres ! Pour les 78 tours du dimanche, l'addition monte donc à 3744 changements de rapports. A ce tarif-là, il faut faire attention parce que le moindre loupé peut se traduire par la perte d'une place.

Le virage le plus lent et le virage presque le plus rapide

On a tous vu le drôle de spectacle des F1 à la queue leu-leu à l'épingle du Grand Hôtel (ex-Loews). Vous vous dites que ça n'avance pas et vous avez raison : elles tapent royalement les 47km/h. Normal pour le virage le plus refermé du Mondial.

Monaco, un circuit lent ? Pas totalement : quelques centaines  de mètres plus loin, le tunnel abrite le 5e virage le plus rapide du championnat. 295km/h, c'est juste un peu moins que le n°1 à Sotchi (310km/h), Blanchimont à Spa et la Grande Courbe à Monza (305) et le n°4 à Abou Dabi (300).

Dépannage express

Si vous êtes pilote et que vous avez jeté votre voiture dans le rail, vous n'allez pas voir honte longtemps. Moins d'un tour, grâce à l'une des 10 grues qui ne manquera pas de vous l’enlever illico. Les autres circuits ont essayé mais ils ne sont jamais parvenus à faire aussi bien.

Monaco, du show et du cinéma

La Principauté, c'est l'endroit idéal pour se montrer, faire le buzz en plein festival de Cannes. C'est peut-être pour ça qu'on y retrouve régulièrement des références cinématographiques. En 2005, les mécaniciens de Red Bull étaient déguisés en stormtroopers de Star Wars et en 2006 David Coulthard était "podiumisé" avec la cape de Superman. Un délire ? Complètement.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:24



Erci Boullier (McLaren) estime que Ferrari n'a pas encaissé le départ de Fernando Alonso

Eric Boullier (McLaren) estiem que les rumeurs d'Italie ou d'Allemagne sur le transfert de Fernando Alonso sont font partie d'une campagne de déstabilisation.

Pour le responsable de la compétition de l’équipe McLaren, Eric Boullier, il est évident que la Scuderia Ferrari n’a toujours pas "digéré" le départ de Fernando Alonso. D’où les nombreuses critiques en provenance d’Italie adressées au pilote espagnol ces derniers mois…

"Les critiques que l’on lit ici et là, venues d’Italie ou d’Allemagne, sont calculées, elles font partie d’une campagne de déstabilisation", déclare Boullier dans les pages du magazine Auto Hebdo.

"Tout le monde s’accorde à dire qu’il est le meilleur pilote du monde en activité, et certains sont ‘verts’ qu’il ait choisi de privilégier le projet McLaren-Honda. D’autres, tout en répétant qu’ils sont emballés de leur nouvelle recrue (ndlr : Sebastian Vettel), n’ont encore pas digéré qu’il ait quitté Ferrari ou que rien ni personne n’ait pu le retenir, même face à la perspective d’une année sabbatique", conclut-il.

Alonso est lié à McLaren jusqu’en 2017. Il a signé un contrat de trois ans avec l’écurie de Ron Dennis alors que Ferrari lui proposait de rester jusqu'en 2019.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:26



Avec 140 millions d’euros sur 3 ans, Lewis Hamilton a signé le plus gros contrat de l’histoire du sport britannique

Lewis Hamilton a bien fait de prendre son temps pour négocier son nouveau contrat avec Mercedes. Car la prolongation de trois ans signée par le pilote est finalement le plus gros accord de l’histoire du sport britannique.

Selon le Mirror, il porte sur 140 millions d’euros.

Mieux que Beckham

Le record était jusque là détenu par David Beckham, qui avait quitté le Real Madrid en 2007 pour signer un deal de 5 ans et 225 millions d’euros avec le Los Angeles Galaxy. Si le montant total était plus important pour le footballeur, la moyenne annuelle était de 45 millions d’euros. Pour Hamilton, ce sera plus de 46 millions.

Moins bien que Vettel

Si le champion en titre a dépassé tous les sportifs de son pays, il ne sera pas le pilote le mieux payé de la Formule 1. Cet honneur reste la propriété de Sebastian Vettel, qui émarge à 63,5 millions d’euros par saison chez Ferrari.

Hamilton va quand même évoluer dans une autre galaxie avec ce contrat. Dans le monde, Floyd Mayweather, Vettel, Lionel Messi et Cristiano Ronaldo seront les seuls autres sportifs à toucher plus d’argent que lui sur une année. De quoi entretenir son jet privé et sa collection de voitures de luxe en toute sérénité. De quoi aussi attiser la rivalité avec Nico Rosberg ?
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:28



Lewis Hamilton (Mercedes) : "Je n'ai pas volé mes 10 % !"

Lewis Hamilton a négocié lui-même son contrat Mercedes 2016-2018. A ce titre, il va empocher la commission qui revient ordinairement à un agent.

Lewis Hamilton a commenté la signature de son nouveau contrat avec Mercedes lors de la conférence de presse FIA cet après-midi à Monaco. Le champion du monde n'a jamais douté poursuivre avec son employeur, il a simplement pris son temps pour étudier le contrat. Pour la première fois, le pilote anglais n'était pas assisté par un manager, et il a personnellement négocié ce nouvel accord portant jusqu'en 2018.

"Il n'y avait pas raison de se presser, dans la mesure où nous étions liés encore toute cette saison, a expliqué Lewis. Cela a pris du temps, mais il n'y a jamais eu aucun doute, c'était juste moi qui devait apprendre certaines nuances juridiques avant de signer."

"C'était un gros boulot et je n'ai pas volé mes 10 % !" plaisante-t-il en faisant allusion à la commission habituellement versée à un agent dans ce cas de figure. Hamilton s'est aussi exprimé sur le fait qu'il aura le choix de sortir le premier ou pas en Q3 samedi, une stratégie qu'il établira avec ses ingénieurs le moment voulu.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:29



Lewis Hamilton (Mercedes) s'installe, Max Verstappen (Toro Rosso) surprend

Hamilton prévient, Verstappen surprend GRAND PRIX DE MONACO - Lewis Hamilton (Mercedes) a réalisé le meilleur chrono des essais libres 1 en Principauté, jeudi matin. Un souffle devant Max Verstappen (Toro Rosso).

Lewis Hamilton (Mercedes) prépare au mieux la conquête de sa toute première pole position à Monaco, la seule qui manque à sa collection sur des circuits réguliers du championnat, et qui lui permettra de contrecarrer le retour en forme de son coéquipier, vainqueur princier en 2013 et 2014 et du dernier au Grand Prix d'Espagne, Nico Rosberg.

Jeudi matin, le Britannique a établi, en pneus "tendre", le tour de référence des essais libres 1 de la 5ème manche du Mondial en 1'18"750. En prenant la mesure d'une piste humide à l'ouverture de la session après les averses des précédentes heures.

Derrière lui, c'est une surprise, on trouve le débutant néerlandais Max Verstappen (Toro Rosso), 17 ans, qui a profité d'un regain de grip en fin de session pour passer à 0"149 du meilleur temps. Une fois encore, l'écurie B a battu l'équipe d'usine de Red Bull puisque Daniel Ricciardo n'a signé que le 3e temps, à 0"336. Sebastian Vettel (Ferrari) et Carlos Sainz (Toro Rosso) ont complété le Top 5, à respectivement à 0"384 et 0"495.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 14:31



Fernando Alonso (McLaren) appelle à une nouvelle guerre des pneus

Fernando Alonso (McLaren) souhaite que le pneu redevienne un réel paramètre de la victoire et prône pour cela le retour de Michelin.

Fernando Alonso déclare que les dirigeants de la Formule 1 devraient renoncer à avoir un seul manufacturier de pneumatiques dans le sport. Il pense qu’une guerre des pneus, avec un retour de Michelin en catégorie reine, serait bénéfique pour la F1 car cela permettrait de pimenter le spectacle. "Une compétition entre manufacturiers de pneumatiques aiderait la F1, tout le monde pousserait à nouveau à la limite", a indiqué L’Espagnol.

"J’ai connu la guerre des pneus que se livraient Michelin et Bridgestone il y a quelques années. Quand elle s’est terminée, nous n’avons plus eu que Bridgestone et le changement fut assez radical."

"En 2006, les deux compagnies proposaient des pneus incroyables car elles se livraient une lutte sans merci. Et nous avions un pneumatique hyper rapide avec lequel nous pouvions effectuer la totalité de la distance d’un Grand Prix en 2005. Puis, en 2007, avec juste Bridgestone, les pneus étaient complètement différents, a poursuivi le pilote de McLaren. Sans compétition avec un autre manufacturier, ils s’étaient un peu relâchés, nous avions effectué un pas en arrière."

"On peut toujours attaquer avec ces composés, grâce à l’expérience et la technologie qu’ils avaient acquises les années précédentes durant la guerre des pneus. Revenir à une compétition entre manufacturier de pneumatiques serait donc une bonne chose pour la Formule 1. Pour la stratégie, on pourrait avoir un composé qui serait bon en qualification, moins bon en course, ou vice versa."

"Certains circuits pourraient mieux convenir à un manufacturier, d’autres circuits à l’autre manufacturier, cela changerait donc la donne d’un circuit à l’autre", a-t-il conclu.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Jeu 21 Mai - 16:32



Lewis Hamilton (Mercedes) s'est pressé avant la pluie

GP DE MONACO - Les pilotes n'ont réellement eu qu'un quart d'heure de roulage utile, jeudi après-midi. Une contrainte qui a servi Lewis Hamilton (Mercedes), auteur du meilleur temps.

Les essais libres 2 du Grand Prix de Monaco, la sixième manche du Mondial, ont duré moins d'un quart d'heure, jeudi après-midi en Principauté. Juste le temps pour Lewis Hamilton (Mercedes) de tourner en 1'17"192 en pneus "tendre" à la 14e minute des tests, avant l'interruption de séance provoquée par le léger accident du débutant espagnol Roberto Merhi (Marussia) à la sortie du tunnel, et le retour de la pluie à la réouverture de la piste, à la 21e minute.

La piste désertée de 14h13 à 15h19, quelques téméraires ont chaussé les "intermédiaire" et les plus sages des "pluie" dans les dernières minutes pour d'ultimes impressions et enregistrements de données. Des essais de départ aussi.

Sans grande signification donc, Nico Rosberg (Mercedes) a enregistré le 2e temps à 0"740, Sebastian Vettel (Ferrari) le 3e à 1"103, son coéquipier Kimi Räikkönen le 4e à 1"351 et Daniel Ricciardo (Red Bull) le 5e à 1"356. Tout ça devant les débutants de Toro Rosso, Carlos Sainz et Max Verstappen, déjà auteur du 2e chrono en essais libres 1, qui poursuivent un apprentissage fructueux.

Samedi matin, la pluie pourrait venir encore perturber le dernier entraînement et priver les pilotes de précieux repères. Sans avoir tourné avec les "super tendre" qu'il faudra avoir pour la qualification.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 22 Mai - 15:18



Un an après l'exploit, le monde de la course pense à Jules Bianchi

Un an après l'incroyable 9e place de Jules Bianchi au volant de sa Marussia, de nombreuses actions de soutien au pilote et à sa famille accompagnent le Grand Prix de Monaco.

Personne dans le paddock n'a oublié l'exploit de Jules Bianchi au Grand Prix de Monaco 2014 - une 9e place aux allures de "miracle" à bord d'une Marussia comme l'a attesté Fernando Alonso (McLaren) - et chacun reste sous le choc de son effroyable accident, le 5 octobre dernier au Grand Prix du Japon. Une trajectoire brisée, mais on l'espère pas une vie.

A l'heure où le Mondial revient en Principauté, non loin de Nice, la ville de naissance du malheureux toujours plongé dans le coma, l'espoir, l'amitié et le respect animent ceux qui l'ont connu, côtoyé, ou simplement vu, admiré dans son métier de pilote. Ceux qui ont compris comme une évidence que le Français n'avait que le meilleur à offrir, à partager pour faire vibrer sur et en dehors des circuits.

Beaucoup se mobilisent pour souligner qu'ils restent optimistes, et insuffler de la force à ses proches. Les autocollants #JB17 - ses initiales complétées par son numéro de course - restent omniprésents depuis le drame. Pas seulement sur les casques ou les monoplaces des concurrents. Pas seulement en F1 ; bien au-delà.

Les membres de l'écurie Marussia, qui lui doit ses deux points princiers et sa présence sur les circuits cette année grâce aux 43 millions d'euros de récompenses distribués par le promoteur du championnat du monde, portent cette semaine un bracelet rouge "Monaco 2014 P8 #JB17". Parce que l'Azuréen avait terminé 8e l'an dernier sur le port avant une pénalité pour un passage au stand à contre-temps en course, lors d'une intervention de la voiture de sécurité.

Cette année aussi, la tradition a prévalu en Principauté mardi, et le match de football opposant les pilotes de Formule 1 et des stars, a été l'occasion d'un émouvant hommage au n°17. A jamais particulier.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 22 Mai - 15:20



Philippe Bianchi : Jules "est en vie" et "il se bat"

Pour Philippe Bianchi, le soutien témoigné à son fils Jules, accidenté en octobre dernier en course, est fondamental et infiniment précieux au quotidien.

Jules Bianchi, dans le coma depuis un grave accident au GP du Japon le 5 octobre dernier, "est en vie" et "il se bat, c'est sûr", a affirmé son père Philippe Bianchi, dans une interview exclusive à la chaîne française Canal+, en marge du GP de Monaco de Formule 1.

"Jules est en vie, c'est le plus important pour nous. Il se bat, c'est sûr, avec les armes qu'il a, c'est-à-dire son physique aujourd'hui. Neurologiquement, je ne suis pas certain qu'il ait le pouvoir aujourd'hui de faire beaucoup de choses. Le fait de le voir se battre, ça nous donne beaucoup de force, à tous ses proches, et c'est important pour nous", confie le père du pilote français, toujours hospitalisé à Nice, sa ville natale.

"Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, ajoute Philippe Bianchi, même si à un moment donné, on se doit d'attendre un miracle quand il y a des chocs aussi violents (...) Chaque jour qui passe, on se dit qu'il est toujours là, qu'il est toujours en vie, on arrive quand même à trouver des motivations et ça nous garde la tête hors de l'eau."

"On dort avec le téléphone à côté de nous. Quand on se lève le matin, on pense à la vie de Jules. On pense aussi à la mort. De toutes façons, on est obligés de penser à la mort dans une situation où on sait qu'il peut se passer beaucoup de choses pour lui, et que c'est terrible", confie le père de Jules dans cette interview très émouvante, largement diffusée sur les réseaux sociaux.
Un an après les deux points

Il y a un an, Jules Bianchi marquait à Monaco ses deux premiers points en F1, grâce à une 9e place acquise de haute lutte en partant du fond de la grille et malgré deux pénalités de cinq secondes, sur un circuit où il est très difficile de dépasser. C'était "l'aboutissement pour Jules, parce que c'était vraiment son rêve de marquer des points en F1, et il a réussi à le faire avec une Marussia", ajoute le père.

"Moi, j'étais présent. J'ai eu la chance, quand Jules est arrivé à la fin du GP, d'être le premier qu'il prenne dans ses bras, parce qu'il était tout seul quand il est arrivé. Ce sont des moments extraordinaires", dit-il encore.

Grâce à ses deux points, et aux revenus commerciaux qui vont avec, l'écurie Marussia a été sauvée cet hiver alors qu'elle avait déposé son bilan en octobre, après l'accident. "Je pense que tous ces gens qui pensent à Jules, ça lui donne de la force, souligne aussi Philippe Bianchi. Je pense qu'il la ressent et c'est beau. Nous sommes très touchés, parce que Jules n'était pas Michael Schumacher." Le septuple champion du monde a été gravement accidenté en faisant du ski à Méribel, le 29 décembre 2013.

"Quand on a vu le soutien qu'on a pu avoir, c'est touchant, parce qu'au moins pour Jules, c'est important, conclut Philippe Bianchi. On lui dit, quand on va le voir, qu'il a du soutien, qu'il est reconnu, que tout le monde l'aime, qu'il est reconnu comme étant un grand pilote et un mec bien."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 22 Mai - 15:24



Lewis Hamilton (Mercedes) tourne à 900.000€ par semaine et les mérite bien selon Niki Lauda

TRANSFERTS - Pas de doute pour Niki Lauda, le président non-exécutif de Mercedes F1 : Lewis Hamilton (Mercedes) n'a pas volé ses 140M€ sur 2016-2018.

641.000 livres ou 900.000 euros au taux de change actuel. C’est le salaire hebdomadaire que percevra Lewis Hamilton dès 2016 selon la BBC. Le double champion du monde a reconduit son contrat avec Mercedes en début de semaine pour trois années supplémentaires, gagnant au passage une jolie augmentation.

Sa rémunération annuelle s’élèvera à 33 millions de livres, quelque 46 millions d’euros, et devrait faire de lui le pilote le mieux payé de l’histoire de la Formule 1.

Hamilton, actuel leader du championnat, mérite-t-il tout cet argent ou s’agit-il d’un salaire démesuré ? La question a été posée à Niki Lauda, le président non-exécutif de l’écurie Mercedes, dans le paddock de Monaco.

"Les champions du monde comme Vettel, Alonso et Lewis méritent tous de gagner beaucoup d’argent", affirme-t-il dans des propos relayés par l’AFP.

"Quand vous voyez ce qu’ils accomplissent en piste et les résultats qu’ils obtiennent, ce que réalise Lewis depuis le début de cette année, c’est vraiment quelque chose d’exceptionnel."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 22 Mai - 15:25



Felipe Massa l'atteste : Williams peut choisir de garder Valtteri Bottas en 2016

TRANSFERTS - Valtteri Bottas est mis en concurrence avec Kimi Räikkönen par Ferrari pour 2016 mais Felipe Massa sait que Williams à la liberté de prolonger le contrat de son coéquipier.

Valtteri Bottas est devenu, à en croire la rumeur, un candidat possible au remplacement de Kimi Räikkönen chez Ferrari pour 2016 ou 2017.

Toutefois, d’après son équipier Felipe Massa, le Finlandais ne pourra pas quitter Williams pour la Scuderia à la fin de cette saison même s’il le souhaite. "Il pourrait très bien se retrouver à Maranello dans le futur, mais je ne pense pas que cela se fera l’année prochaine", a révélé Massa à Monaco.

"Williams dispose d’une option dans son contrat avec Valtteri qui lui permet de prolonger la durée du contrat d’une saison supplémentaire si elle décide d’exercer cette option. Mais Ferrari sera plus compétitive dans le futur. Elle a déjà montré cette année qu’elle avait le potentiel pour gagner et pour se battre à nouveau pour le titre. S’il [Bottas] reçoit donc une offre de la Scuderia, pourquoi ne devrait-il pas la saisir ?"
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Ven 22 Mai - 17:23



5 choses - bonnes ou mauvaises - qui pourraient bientôt changer la face des Grands Prix

Avec des pneus choisis par chaque équipe dès 2016 et le retour des ravitailllements en 2017, la F1 va changer. Et ça pourrait ne pas s'arrêter là. Que des bonnes idées ? Bah non.

2016 : Des pneus au choix

C'est décidé : chaque équipe pourra choisir juste avant un Grand Prix les deux types de pneus qu'elle a retenus pour le week-end.

Pourquoi : le choix de Pirelli sur un meeting est parfois unanimement critiqués. Le manufacturier unique italien est souvent accusé d'imposer des gommes trop dures pour se débarrasser de tout problème de dégradation.

C'est bien : les pilotes ne se plaindront plus d'avoir des pneus en bois et ils pourront attaquer avec des gommes 5 ou 6 secondes plus rapides par tour. Avec jusqu'à six types de gommes "sec" en piste, les stratégies de courses seront plus variées et forcément plus surprenantes.

C'est moins bien : pour surprendre jusqu'au bout, il faudra supprimer l'indicateur de couleur sur les flancs des enveloppes. Du coup, on ne verra pas qui roule avec quoi.

2016 : 21 courses

C'est (presque) décidé puisque Bernie Ecclestone le veut : le retour du Grand Prix d'Europe, en Azerbaïdjan l'an prochain, allongera l'agenda à 21 dates.

C'est bien :on ne supprime pas une belle course pour en créer une autre d'un intérêt incertain.

C'est moins bien : une banalisation des nouveaux Grands Prix qui ont déjà un mal fou à se distinguer sur des circuits formatés. Le non respect de la position unanime des patrons d'équipes, qui voient bien que leurs employés sont épuisés en fin de saison.

2017 : Retour aux ravitaillements

C'est décidé : on reverra les pilotes rentrer pour faire le plein.

C'est bien : des voitures plus légères pour attaquer.

C'est moins bien : une stratégie moins souple lors du premier relais car il sera impossible de repousser l'arrêt. Des pilotes exposés à des erreurs de remplissage. Jusqu'à le payer par un titre comme Felipe Massa à Singapour en 2008 ?

C'est moins bien : du spectacle artificiel, des courses qui se décideront encore plus devant les garages.

2018 : La fin du manufacturier unique

C'est un projet : la Fédération internationale de l'Automobile pourrait renoncer au monopole d'un manufacturier de pneus en vigueur depuis 2007. Mais il ne s'agit peut-être que d'une volonté de mettre la pression sur Pirelli, qui est en fin de contrat.

C'est bien : la Formule 1 doit être une compétition technique à tous les niveaux.

C'est moins bien : une explosion des coûts difficilement gérable en raison des besoins de tests et un Mondial à deux vitesses en cas de domination d'un fournisseur.

2018 : 2 courses par week-ends

C'est une vague idée, un peu folle : deux courses - sans doute plus courtes qu'un Grand Prix - par week-end.

C'est bien : un vendredi enfin intéressant avec une qualification (ou deux) et un spectacle plus consistant le samedi que la seule heure de qualification pour les spectateurs sur le circuit. Une course de consolation pour un pilote ou une équipe en cas d'échec dans la première.

C'est moins bien : la désacratlisation du Grand Prix. Deux courses, deux vainqueurs, et un double barême comme en GP2 avec ça ? Illisible, incompréhénsible pour le grand public. Une dangereuse perte d'identité.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 13:58



Michael Schumacher "fait beaucoup de progrès"

Sabine Kehm, la porte-parole de Michael Schumacher, a indiqué ce vendredi que l'état du pilote allemand s'améliorait.

Dix-sept mois après avoir subi de graves blessures à la tête lors d'un accident de ski, Michael Schumacher va un peu mieux. C'est le message délivré en substance par sa porte-parole, Sabine Kehm, ce vendredi dans une entrevue vidéo à l'occasion d'un événement promotionnel.

Si le mystère qui entoure l'état de santé du pilote allemand, sorti du coma en juin dernier, reste épais, il semble s'améliorer de jour en jour : "Il a fait beaucoup de progrès, depuis un an, tenant compte de la gravité de son accident", a-t-elle fait savoir. "Mais il est aussi certain qu’il aura besoin de beaucoup, beaucoup de temps pour récupérer."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 14:00



Bernie Ecclestone détaille son idée des voitures clientes

SAISON 2017 - Bernie Ecclestone, le promoteur de la F1, pense que des châssis avec une seule marque de moteur seront disponibles pour 15 millions de dollars.

Bernie Ecclestone a expliqué son idée des châssis clients ce vendredi dans le paddock de Monaco. Le sujet a été longuement discuté lors de la dernière réunion du groupe stratégique de la Formule 1, avec une possible introduction dès 2017.

"Il nous faut un seul châssis, et nous passerions aussi un accord avec un seul des motoristes impliqués en F1. Cela devrait marcher", a déclaré le promoteur du championnat du monde de Formule 1. "Nous fournirions deux châssis complets d’ici le premier janvier pour 15 millions de dollars (13,6 millions d'euros)", a-t-il poursuivi, ajoutant que la FOM était même disposée à mettre la main au portefeuille.

"Si cela coûte plus cher que la somme annoncée, alors c’est nous qui paierions la différence en tant qu’intermédiaire. Si cela coûte moins cher, ce serait une bonne chose pour nous. Quand on prend la situation actuelle, la plus petite équipe du plateau court avec un budget de 50 millions de dollars. Si l’idée des châssis clients était adoptée, cela lui en laisserait au moins 35, ce qui est plus qu’assez."
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 14:02



Daniel Ricciardo : "Je n'en pouvais plus de l'Angleterre et de son climat"

GRAND PRIX DE MONACO - Daniel Ricciardo (Red Bull) est un nouveau résident monégasque heureux. Loin de la pluie anglaise qui lui sapait ses plans et son moral.

A l’instar de Nico Rosberg, Lewis Hamilton ou encore Felipe Massa, Daniel Ricciardo court à domicile ce week-end en Principauté.

Cela fait maintenant près de deux ans que le pilote australien de l’équipe Red Bull a quitté l’Angleterre pour venir s’installer à Monaco. Un choix qu’il ne regrette pas…

"Oui, c’est sympa. Je n’en pouvais plus de l’Angleterre et de son climat. Chaque été c’était pire, le temps était de plus en plus moche", confie-t-il au journal L’Equipe.

"A un moment, je me suis dit : ‘Il va falloir faire quelque chose’. David Coulthard et d’autres pilotes installés en Principauté m’avaient déjà parlé de l’agrément qu’ils y trouvaient. Un week-end, je suis venu me rendre compte tranquillement. J’ai visité des appartements. Deux mois plus tard, je déménageais."

Et le petit confort fiscal n’est pas le seul bienfait du Rocher...

"C’est génial de vivre ici ! Surtout pour l’entraînement. C’est vrai, ce n’est pas de l’intox : au niveau de l’entraînement, j’y trouve vraiment mon compte", souligne Ricciardo.

"En Angleterre, on se lève le matin, on jette un œil par la fenêtre : il pleut. On va donc s’entraîner en salle. Pour la variété du programme, ce n’est pas le rêve."

"Ici, je prends mon vélo de route ou mon VTT, et je vais rouler. Il y a plein de beaux coins. Sur le port, je peux faire des sprints, du fractionné. Si je veux courir, je trouve de chouettes pistes tout le long de la côte."

"En gros, en Angleterre je devais faire à peine 10% de mon entraînement à l’extérieur. Ici, c’est 75%. Le plaisir n’est pas le même…"
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 14:05



Pour Alain Prost, si Monaco reste "vraiment magique", la F1 a perdu beaucoup de son caractère

GRAND PRIX DE MONACO - Alain Prost, quadruple champion du monde, quadruple vainqueur en Principauté et aujourd'hui amabassadeur de la marque Renault, juge l'épreuve hors pair. Dans un championnat qui a dilué son intérêt en multipliant les courses, et où les pilotes se plaignent bien trop.

Le Grand Prix de Monaco reste-t-il un mythe, et comment a-t-il préservé sa magie ?

A.P. : C'est l'un des Grand Prix qui conserve sa magie, comme on l'a vu plus récemment avec Singapour, Abou Dabi, Austin, où il y a une sorte de communion entre ce qui se passe et la fête qui va avec. Il y a le travail, les relations publiques, c'est un vrai événement. On a Cannes, avec le Festival du film, qui n'est pas très loin, et la course restera la course.

Faut-il toujours réaliser un numéro de funambule pour s'imposer ici ?

A.P. : Les gens l'ont bien compris. Monaco reste spécial, ça reste vraiment magique, mais c'est en même temps un exercice extrêmement compliqué pour les pilotes. Et peu importe la performance des voitures, spectaculaires ou pas. Monaco a une complexité qui fait que, sur quatre jours, le circuit va beaucoup évoluer. Alors le travail des techniciens est un peu différent des circuits traditionnels, tout comme le travail des pilotes : il y a beaucoup plus de concentration, ils n'ont pas le moindre droit à l'erreur. Ils ont énormément de possibilités d'être déconcentrés, perturbés par tout ce qui se passe autour, ne serait-ce que par leurs proches, les événements, les relations publiques, les dîners qu'il faut faire. Pour un pilote, c'est un travail plus compliqué, et ça les gens le comprennent. C'est un Grand Prix qui reste à part et il le restera.

Est-ce que la F1 est à la fin d'un cycle ?

A.P. : Oui certainement. Si on regarde ce qui s'est passé l'an dernier, les moteurs, à puissance égale, consomment 30 à 40% de moins avec une technologie très innovante qui servira sur les voitures de série. C'était quand même une motivation des constructeurs, Renault en premier, Mercedes. Honda est revenu pour ça, Ferrari est toujours là. Mais on dirait que les fans n'adhèrent pas à cela, peut-être parce qu'il n'y a pas assez de show, de spectacle, que la technologie ne vient pas remplacer l'ADN pur de la F1. C'est une vraie déception et il faut réfléchir là-dessus pour reconstruire quelque chose.

Est-ce qu'il y a moins de glamour, moins de pilotes charismatiques ?

A.P. : Oui, et il y a aussi plus de courses, plus de messages tronqués, le fait que les voitures semblent plus faciles à conduire, qu'un pilote de 17 ans (Max Verstappen) arrive en F1 aujourd'hui. Il y a plein d'exemples. Les voitures sont un peu moins spectaculaires, très limitées par les règlements, par les pneus. Quand je regarde un Grand Prix de F1 comme un fan, de temps en temps, je me dis que c'est moins intéressant. Et en plus, quand un pilote se fait toucher, il pleure à la radio et il va réclamer à la direction de course.

Est-ce que ces impressions sont trompeuses ?

A.P. : Ce qui se passe en réalité n'est pas ce que l'on voit. Parce que le pilote a toujours une importance considérable, pour aller chercher les deux ou trois derniers dixièmes, il a toujours le même travail qu'avant. Techniquement et technologiquement, les voitures sont absolument fabuleuses, mais on a donné petit à petit, à l'extérieur, un message qui n'est pas le bon : autant sur les règlements, sur les changements de règlement, que sur l'esprit général des gens qui font changer la F1 par rapport à cela.

Y a-t-il une solution miracle pour la F1 ?

A.P. : Certainement pas. Ça dure depuis deux ou trois ans. Les audiences avaient déjà baissé avant l'arrivée des nouveaux moteurs. La réflexion globale est naturelle, mais les axes sont compliqués: il y a le coût, car on peut changer les choses mais il faut que ça coûte moins cher. Il faut aussi mettre le spectacle en exergue, que les voitures soient plus difficiles à piloter. L'esprit est là, mais il faut prendre les bonnes décisions techniques et sportives. C'est un peu plus compliqué.

Où en est la réflexion sur l'avenir de Renault, dont vous êtes ambassadeur, en F1 ?

A.P. : Tout est ouvert, c'est une décision vraiment globale et stratégique d'un constructeur, et ce n'est pas seulement le cas de Renault. Il y a des cycles et c'est une question simple : quelle est la meilleure stratégie possible autour de la F1, en fonction des nouvelles données ? La situation n'est pas facile, car la F1 traverse une crise. C'est aussi dans ces moments-là qu'on peut voir les choses de manière différente. Donc tout est encore ouvert, pour l'instant.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 14:08



Avant la qualif, Kimi Räikkönen (Ferrari) fait le rail, son coéquipier Sebastian Vettel fait le beau

GRAND PRIX DE MONACO - Kimi Räikkönen (Ferrari) a tapé lors des derniers essais libres, samedi matin, alors que Sebastian Vettel (Ferrari) s'est invité dans la course à la pole position.

Le décor idéal pour une séance de qualification à Monaco. Samedi matin, Sebastian Vettel (Ferrari) est venu perturber des plans que Mercedes croyait bien ordonnés en réalisant le meilleur chrono du dernier entraînement avant la séance qui décidera la grille de départ de la 6ème manche du Mondial.

En pneus "super tendre", les préférés de la Ferrari SF-15T, le quadruple champion du monde allemand a déjoué les pronostics en se plaçant en tête après un tour en 1'16"143, à la 55e des 60 minutes de tests.

Au sommet de la hiérarchie dès les premières minutes, Lewis Hamilton (Mercedes) s'est agacé en fin de session de ne pouvoir surrenchérir le 2e chrono de son coéquipier, Nico Rosberg, et s'est contenté du 3e temps au volant d'une W06 dont la pression des pneus est à revoir.

Ferrari, seule écurie à avoir soufflé un meilleur chrono de séance cette année aux Gris, à Bahrein et en Chine, aurait aimé que Kimi Räikkönen menace également les Mercedes mais il a tapé au n°1, à la 28e minute, ce qui a motivé une interruption de session.



avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 14:12



3 difficultés qui font de la qualification à Monaco un plaisir ou une punition

GRAND PRIX DE MONACO - Monaco abrite toujours la qualification la plus périlleuse et la exitante de la saison. Où ne pas respecter le circuit conduit à la désillusion.

Vaut mieux ne pas détester Monaco

Tous les concurrents insistent là-dessus : il faut aimer un minimum rouler en ville, "sentir" la piste et avoir une voiture inspirant confiance pour aller à la vraiment limite, celle des rails. Un pilote comme Nelson Piquet ne s'est jamais caché de détester l'endroit. "Courir à Monaco, c'est comme faire du vélo dans son salon", disait-il. Et ce n'est pas un hasard si le champion du monde en 1981, 1983 et 1987 n'y a jamais gagné.

Mais s'il est encore envisageable de se faire violence sur un tour, il est impossible de jouer avec le décor pendant 78 tours le dimanche sans risquer à la grosse sanction.

Aucun droit à l'erreur du jeudi matin au samedi midi

En Principauté, la performance en qualification découle des précédentes séances d'essais, toutes parties intégrantes d'un cercle vertueux. En clair, toute erreur entame la confiance et un temps de roulage - donc de réglage - réduit se paie au bout du compte.

En 2013, Romain Grosjean (Lotus) s'était crashé le jeudi après-midi et le samedi matin. Gagné par l'euphorie au volant, il avait payé ces contretemps le reste du week-end. En qualification (13e) et le dimanche, lorsqu'il avait oublié de freiner derrière Daniel Ricciardo (Toro Rosso).

Bref, c'est facile de passer à côté avant la qualification. Fernando Alonso (Ferrari) l'avait expérimenté de façon plus dommageable en 2010. Accidenté en essais libres 3 le samedi matin, il n'avait pu disputer la qualification. Sixième en course, il avait perdu des précieux points dans la course au titre.

Des passages où il ne faut pas se louper

"Monaco est surtout une affaire de spécialistes", déclarait Romain Grosjean en 2013. "La piste est bosselée sur les lignes droites et le revêtement offre un très faible grip. Tout cela signifie que vous ne savez jamais à quoi vous attendre. Sur un circuit plus normal, vous savez un peu plus ce qui va se passer."

Tout ça malgré le fait que les organisateurs resurfacent tous les ans un tier du tracé pour le lisser toujours plus.

Sur le tour chrono, il y aura encore trois points à soigner spécialement, samedi après-midi :

Le virage n°1. Il s'appelle aussi Saint-Dévote en raison de la chapelle située au bout de la zone de dégagement. Là, vaut mieux ne pas tenter le "freinage Ave Maria" qui est celui du dernier recours dans la frénésie de la bagarre. C'est le premier instant de vérité parce que le pilote teste son matériel, en espérant avoir bien chauffé ses freins et ses pneus dans le tour de mise en condition. L'erreur est sans rémission : au mieux c'est l'échappatoire, au pire le rail.




Le freinage à la sortie du tunnel. Les monoplaces déboulent à 295km/h avant de descendre à 69 km/h en 1"68 à la chicane du port. En passant sur une petite bosse qui peut produire un déséquilibre dévastateur, comme pour Sergio Pérez (Sauber) dont le week-end en 2011 s'était arrêté dès le samedi matin. A cet endroit, ça peut aussi devenir tendu en raison d'un dépassement de concurrent. Le blocage d'une roue n'est jamais loin non plus.

Le esse de la piscine. La chicane rebaptisée "Louis Chiron" il y a quelques années est un juge de paix, un exercice pour les grands garçons. Le changement de cap est brutal et la marge d'erreur nulle. Après le gauche de l'entrée à 215km/h, les voitures sont à 200km/h, pour freiner brutalement à 95km/h. Sortie périlleuse : monter trop haut sur la bordure et c'est l'assurance de dédicacer le rail à droite.

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 19:52



Il attendait ça depuis ses débuts : Lewis Hamilton (Mercedes) a enfin décroché la pole à Monaco

FORMULE 1 - Lewis Hamilton a signé la pole position samedi à Monaco. Le pilote Mercedes devance son coéquipier Nico Rosberg et Sebastian Vettel (Ferrari). C'est une première pour le Britannique, qui n'avait jamais réussi le meilleur temps des qualifications dans les rues de la Principauté.

C'est difficile à croire, mais Lewis Hamilton n'avait jamais conquis la pole position à Monaco. Sur le terrain de jeu de son coéquipier de Mercedes, Nico Rosberg, auteur de la pole et de la victoire en Principauté en 2013 et 2014, le Britannique a comblé ce vide en obtenant la position de pointe de la 6e manche du Mondial, samedi.

Après 42 distinctions dans le genre depuis 2007, le champion du monde 2008 et 2014 a brillé sur le tour chrono le plus important de la saison par deux fois, en proposant 1'15"304 puis 1'15"098 en Q3. Quand son coéquipier allemand, en retard de 0"136 lors de sa première tentative, se loupait dans la seconde en détruisant son pneu avant droit au n°1. Comme en fin de Q2...

"Ça faisait longtemps que j'attendais ce moment. Vous ne pouvez pas savoir à quel point c'est spécial pour moi", a confié Hamilton, qui avait connu la satisfation d'une pole position monégasque seulement en F3 2005 et en GP2 2006. "J'ai un peu perdu le fil de cette séance", a de son côté avoué Rosberg, irrésistible le matin et étrangement fébrile dans le money time.

Rosberg ayant vite relâché son effort, Mercedes n'a pas appelé Hamilton dans la dernière minute. Pour ne pas le troubler, et surtout s'éviter une désillusion face à la menace que consistait Sebastian Vettel (Ferrari), finalement troisième à 0"751.

Pour la marque à l'Etoile, il s'agit d'un rare triplé en qualification à Monaco, que seules Lotus (5 fois de 1960 à 1964), Ferrari (3 fois de 1974 à 1976) et McLaren (4 fois de 1988 à 1991) avaient réalisé en Mondial.

En grande difficulté moteur depuis le début de la saison, Red Bull a rangé les RB11 de Daniel Ricciardo et Daniil Kvyat aux 5e et 6e places devant la Ferrari de Kimi Räikkönen (Ferrari), qui reste le seul pilote systématiquement battu cette saison par son coéquipier.
avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par siberian84 le Sam 23 Mai - 19:54



Romain Grosjean (Lotus), recalé en Q2, assume son erreur

GRAND PRIX DE MONACO - Romain Grosjean (Lotus) a commis une petite erreur en Q2 qui l'a privé de la Q3 en Principauté. Mais il sait que tout reste possible en course.

Abonné à la Q3 lors des quatre premiers rendez-vous du championnat du monde, Romain Grosjean vient donc de rater le coche une deuxième fois de suite. Samedi, à Monaco, il est resté en Q2 comme à Montmelo il y a deux semaines. Onzième, il a même été battu pour la première fois de la saison par son coéquipier vénézuélien de Lotus, Pastor Maldonado. Laissant Sebastian Vettel seul invincible, chez Ferrari vis-à-vis de Kimi Räikkönen.

A chaud, le Français n'a pas éludé sa responsabilité dans cet échec, plus embarrassant que sur n'importe quel autre circuit. Tant il est difficile de doubler dans les rues de la 6ème manche du Mondial. Tant il le sera encore plus en partant 16e, après un recul de cinq places acté avant même les premiers essais, suite à un changement de boîte de vitesses avec le cycle normal des six meetings.

"Pour être honnête, j'aurais dû passer", a-t-il confié, au micro de la chaîne cryptée. "J'ai fait une erreur au virage 15, c'est de ma faute. J'ai bloqué la roue, j'ai tiré tout droit, j'ai perdu 0"35. A partir du moment où j'avais cinq places de pénalité sur la grille ça allait être difficile quoiqu'il en soit mais c'est vrai que j'aurais pu faire mieux. L'an dernier, je n'ai pas doublé une voiture, je suis passé de 19e à 8e. Donc dimanche il faudra être patient."

avatar
siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 33
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spécial Sebastian Vettel (Formule un)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 19 sur 21 Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20, 21  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum