Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mar 8 Oct - 14:59

Mesbah : «Les Burkinabés ont Pitroïpa, l’Algérie a aussi de bons joueurs»

PUBLIE LE BUTEUR: 08-10-2013 |

«Je suis prêt pour ce match car ça va se jouer beaucoup plus sur le plan mental. Je suis confiant car je l’ai été déjà même lorsque je ne jouais pas beaucoup.»




Le compte à rebours pour le match du Burkina Faso a commencé. Comment voyez- vous cette rencontre ?
Pour être honnête avec vous, on pense à ce match du Burkina Faso, depuis le tirage au sort des barrages de la Coupe du monde. Depuis ce jour, on pense à cette rencontre. Maintenant, on est là, on va se préparer durant quelques jours pour cette rencontre, afin d’être en forme le jour J et surtout bien en place.

Etes-vous prêt pour ce match ?
Oui, bien sûr. Je suis en forme ces jours-ci ainsi qu’en pleine confiance. Mentalement, je suis prêt pour ce match car ça va se jouer beaucoup plus sur le plan mental. Je suis confiant car je l’ai été déjà même lorsque je ne jouais pas beaucoup.

Pour ce match, êtes-vous confiant ou nourrissez-vous des appréhensions, surtout que l’adversaire n’est autre que le dernier finaliste de la CAN ?
Comme je vous l’ai dit, on est vraiment confiants. Contrairement à ce qui a été dit par la presse ces derniers jours, le Burkina Faso reste une très bonne équipe, qui a réalisé un très bon parcours durant l’année 2013. Ils ont tout d’abord réussi à atteindre le stade de la finale de la CAN. Puis, ils ont réussi aussi à se qualifier aux barrages de la Coupe du monde. Cela veut dire tout simplement qu’on va affronter une équipe respectable, qu’on doit prendre très au sérieux. Il ne faut surtout pas sous-estimer les Burkinabés car ça sera une grosse erreur. Nous de notre côté, on a aussi une bonne équipe. Je pense qu’on a réalisé de bons résultat dernièrement, ce qui démontre que nous avons un bon niveau et surtout qu’on peut être parmi les meilleures nations d’Afrique. Donc, on fera de notre mieux pour revenir à Alger avec un très bon résultat, afin de donner la joie à notre public.

A votre avis, quel est le scénario idéal pour ce match ?
Pour tout match aller, il ne faut pas prendre de buts et essayer de marquer. Mais je vous dis une chose, le scénario idéal est d’aller gagner là-bas à Ouagadougou, même si on sait tous que ce sera un match extrêmement difficile, du fait qu’on va affronter une bonne équipe chez elle. Cette semaine, on va travailler et on verra avec le coach quelle stratégie sera adoptée.

Il va y avoir environ 1400 supporters qui vont se rendre à Ouagadougou pour vous soutenir. Pensez-vous que ce sera un atout de plus pour vous ou bien une pression supplémentaire ?
Je ne vous le cache pas, j’ai été très content quand j’ai appris que des supporters vont se rendre à Ouagadougou pour soutenir les Verts. Vraiment, c’est une très bonne chose pour nous, on va avoir du soutien de la part de nos supporters. Je pense que ce sera un atout pour nous. On sait aussi qu’il y aura trente-cinq millions d’Algériens qui seront derrières nous, sans oublier ceux qui vivent en Europe.

Vous avez joué dans ce stade face au Mali et vous avez perdu justement à cause des conditions climatiques. Pensez-vous à ce paramètre ?
Ah, oui bien sûr. On pense beaucoup aux conditions climatiques. Je me souviens qu’on avait perdu cette rencontre face au Mali à cause des conditions climatiques difficiles. Bien que le coup d’envoi de cette rencontre ait été donné dans la soirée, le climat était quand même lourd. En tout cas, on sait que les conditions climatiques seront difficiles, mais nous allons tout de même faire le maximum pour revenir de Ouagadougou avec un bon résultat. On est devenu habitués de l’Afrique, on a fait pas mal de déplacements dans le continent avec cette jeune génération.
En face, vous allez avoir un certain Pitroïpa…

Pitroïpa est un bon joueur, mais sachez que même nous, nous avons de très bons joueurs, qui chaque dimanche, démontrent qu’ils sont à la hauteur du niveau européen. Le Burkina Faso n’a pas uniquement Pitroïpa, il y a aussi d’autres joueurs qu’il faut surveiller de près. Il faut faire attention au collectif du Burkina Faso.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mar 8 Oct - 15:02

Bougherra : «On va à la guerre !»

PUBLIE LE BUTEUR: 08-10-2013 |

«L’emporter par 1 à 0 ou faire 1 à 1 serait le scénario idéal pour nous» «Si on ne respecte pas le Burkina Faso, ça se retournera contre nous»




C’est un Madjid Bougherra très serein et assez précis dans sa vision de ce premier match qui attend les Verts, ce samedi, contre le Burkina Faso, que nous avons accroché, hier, lors de la zone mixte réservée aux journalistes, juste avant le début de la seconde séance d’entraînement de l’EN, à Sidi Moussa. En véritable meneur d’hommes, le capitaine d’équipe de l’EN estime qu’il est inutile de trop se mettre la pression, à quelques encablures du rendez-vous crucial face au Burkina Faso, au risque de rater une occasion en or d’offrir à l’Algérie une seconde qualification d’affilée au Mondial.



Comment se déroule la préparation ?

Tout se passe bien, on fait tout pour éviter la pression inutile. On essaye de garder notre concentration intacte, avant cette première manche qui précède notre double confrontation face au Burkina Faso. En cas de succès inch’Allah, on prendra part pour la seconde fois à un Mondial.

Cette première manche, justement, se présente comment ?

Ça va être dur, on le sait. Tout le monde est conscient de la difficulté de la mission, mais je pense qu’on aura 5 jours pour bien préparer ce rendez-vous. On doit absolument se montrer très solidaires et déterminés pour espérer revenir avec un bon résultat. C’est ce genre de détails qui font la différence dans des matchs comme ça.

Les conditions de jeu ne seront pas très faciles : la chaleur, l’humidité et tout ce que vous connaissez des contextes des matchs en Afrique ; qu’avez-vous à dire ?

Vous savez, tout le monde sait qu’en Afrique, les conditions de jeu que vous venez de citer pourraient faire la différence, je dis ça par expérience. Il est clair que les Africains sont plus habitués à jouer dans des conditions climatiques aussi difficiles. Je pense que ça va nous pénaliser, dans le sens où tu ne peux pas t’exprimer comme tu sais le faire en Europe. Dans des matchs comme ça, il faut être intelligent, jouer collectivement et former un bloc soudé, pour éviter de trop se fatiguer.

On dit beaucoup que l’Algérie part favorite ; n’avez-vous pas peur que cela puisse influer sur le mental de vos jeunes coéquipiers ?

J’espère qu’ils ne prêtent pas beaucoup attention à ce qui se dit. Quand on en parle entre nous, tout le monde avoue que le Burkina Faso est une équipe qui peut être redoutable. Dans le football, il faut respecter ses adversaires. Tu perds le respect de ton vis-à-vis, ça se retourne contre toi. C’est sûr. C’est du 50/50.

C’est donc ce que pensent vos camarades ?

A l’heure actuelle, je peux vous assurer qu’aucun de mes coéquipiers ne pense qu’on est déjà qualifiés. Ils savent que ça va être dur, je peux vous dire qu’ils ont en conscience.

Vous transmettez ce que vous avez vécu à Oum Dourman et toute cette joie qui a suivi la qualification de l’Algérien au Mondial-2010 ?

C’est sûr, à chaque fois que l’occasion se présente, on en profite pour en parler. Ils savent maintenant ce que cela peut représenter pour eux, pour leur famille et la fierté qu’on ressent en hissant les couleurs de l’Algérie très haut. Maintenant, on n’a pas trop envie de leur mettre la pression, il faut attendre un peu pour mieux discuter de ça.

Le coach appréhende le manque du temps de jeu de certains joueurs…

C’est sûr que le top serait que tous nos joueurs soient compétitifs avant cette rencontre aller face au Burkina. Après, sur des matchs comme ça, il faut se surpasser et se montrer costaud mentalement. Même si tu n’es pas à 100% physiquement, quand tu veux faire un effort intense, tu peux le faire. On doit tous êtres prêts à se faire mal, et jouer solidaires. On va à la guerre. Il faut aller à la guerre, c’est tout. C’est notre état d’esprit maintenant.

L’ambiance est parfaite, ressentez-vous les mêmes sensations d’avant ce déplacement au Caire qui a précédé la rencontre barrage jouée par la suite à Oum Dourman ?

Ce sont deux matchs différents, ce n’est pas la même sensibilité. Avant, on a vécu beaucoup temps ensemble, et là, c’est une jeune équipe mais qui dégage une sérénité sans faille et travaille dans une parfaite ambiance. Là, tout le monde est arrivé et on commencera, ce soir inch’Allah, à parler de tout et de rien.

Le meilleur scénario possible que vous imaginez pour ce premier match ?

Gagner ! Après, il faut au moins marquer un but là-bas pour bien préparer le match retour chez nous. L’emporter par 1 à 0 ou faire 1 à 1 serait le scénario idéal pour nous. Maintenant, ce n’est qu’un scénario, tout se jouera sur le terrain.

On compte sur votre expérience et celle de Yebda pour réaliser cet objectif.

Il est clair parce qu’on est les plus anciens, notre rôle sera de canaliser les jeunes et leur dire comment aborder ce match et surtout les protéger de la pression et leur montrer les choses positives avant ce match.

Ils seront pas moins de 2 000 supporters à effectuer le déplacement à Ouagadougou, ça vous fait quoi ?

C’est très important d’avoir des supporteurs derrière nous, comme ça on ne se sentira pas seuls. Nos fans vont faire du bruit, donc cela va nous pousser à nous transcender dans chaque effort durant le match. On est très contents. Juste un mot pour les supporteurs : respectez l’adversaire et que le combat commence.

Un mot sur Essaïd Belkalem qui commence sa carrière professionnelle en Angleterre ?

C’est un championnat difficile et je crois qu’il réalise de belles choses avec Watford. Parfois, il joue et comme je lui ai dit, il faut qu’il soit patient. Il vient d’arriver, donc il aura besoin d’un temps d’adaptation. A mon avis, c’est un championnat qui lui va bien.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mar 8 Oct - 15:06

Les Verts ont effectué leur 2e séance hier

PUBLIE LE BUTEUR: 08-10-2013 |

Soudani le dernier arrivé.


Les Verts ont effectué leur deuxième séance d’entraînement hier après-midi au stade annexe du CTN à Sidi Moussa. Programmée à 16h30, elle a commencé de manière effective à 16h50. Elle a connu la participation de l’ensemble des joueurs retenus pour ce rendez-vous important de samedi prochain contre le Burkina Faso. Vahid Halilhodzic a regroupé ses joueurs au centre du terrain pendant un peu plus de 20 minutes pour leur expliquer au moindre détail le programme de la séance.
Travail technico-tactique au menu
Ainsi, exception faite à Hilal Al Arbi Soudani, arrivé en retard, ce lundi, les camarades du capitaine d’équipe Madjid Bougherra ont tous répondu présents à ce premier sérieux entraînement depuis le début du stage de préparation, avancé, pour rappel, d’une journée. Ils ont été soumis à un travail technico-tactique mis en place par l’entraîneur Vahid Halilhodzic.

Décrassage pour Djabou

Feghouli, Mostefa, Ghilas et Medjani
Arrivés hier matin au Centre technique national de Sidi Moussa, Mehdi Mostefa Sbaâ, Carl Medjani, Nabil Ghilas, Abdelmoumen Djabou et Sofiane Feghouli se sont entraînés seuls. Ils se sont contentés donc d’une séance de décrassage avec quelques tours de piste sous la houlette du préparateur physique Biscoti.

Mesbah a intégré directement le groupe
Contrairement aux autres joueurs de l’Equipe nationale qui sont arrivés hier matin, Djamel Mesbah a intégré le reste du groupe directement. Il s’est entraîné normalement avec le reste de ses coéquipiers du début jusqu’à la fin de la séance.

Bougherra a fêté son anniversaire
Madjid Bougherra a fêté hier son anniversaire au milieu de ses camarades en sélection. Né le 7 octobre 1982, le capitaine d’équipe de l’EN a soufflé ses 31 ans, dans une ambiance familiale. Bouggy, qui a été félicité par l’ensemble du staff technique, médical et administratif de l’Equipe nationale, était très touché de cette surprise qui lui a été réservée aussi par ses camarades. Cela s’est passé en début de soirée, soit juste après le dîner.
--------------
Saïd Haddouche a suivi le début de séance
Le directeur technique national, Saïd Haddouche, était présent hier au Centre technique national. Haddouche, qui était un petit retiré, a suivi le début de la séance d’entraînement des Verts.

Séance tactique
cet après-midi

Les Verts effectueront leur troisième séance d’entraînement cet après-midi. L’entraîneur national compte profiter de cette unique séance programmée pour aujourd’hui afin de passer à la vitesse supérieure en matière de préparation tactique.

Raouraoua, un tour puis s’en va
Mohamed Raouraoua a lui aussi fait apparition au Centre technique national. Venu certainement apporter son soutien aux joueurs de l’EN, avant le début de la séance d’entraînement, Raouraoua n’est pas resté.

Rien de grave pour Ghoulam
---------------------
Le latéral gauche de l’EN sera bien du rendez-vous face au Burkina Faso. Le jeune prodige de Saint-Etienne, donné forfait pour le déplacement à Ouagadougou, s’est entraîné le plus normalement du monde hier avec le reste de ses camarades à Sidi Moussa. L’Algérien est même animé d’une farouche volonté à se battre avec ses camarades pour revenir avec un résultat à même de donner plus de chances à l’Algérie de se qualifier pour le Mondial.

Il s’est entraîné le plus normalement
C’est ce qui est sûr, Faouzi Ghoulam ne souffre d’aucune blessure qui suscite l’inquiétude. C’est du moins ce que nous avons pu constater hier à sur place à Sidi Moussa lors de la seconde séance d’entraînement des Verts. Ghoulam qui a été soumis à la même charge de travail que ses camarades ne s’est plaint de rien du tout. Il a effectué des tours de piste d’échauffement et une série de vitesse. Ce qui rend son départ du stage peu plausible voire improbable.
---------------------------
Le groupe désormais au complet
C’est hier que le groupe des Verts s’est complété pour ce stage de préparation qui va durer jusqu’à jeudi matin, avant que l’EN ne se déplace à la capitale burkinabé, Ouagadougou, pour disputer le match aller des barrages de la Coupe du monde 2014, samedi prochain. Au vu du caractère capital de cette rencontre, Vahid Halilhodzic a décidé d’avancer le stage de quelques jours afin de pouvoir gagner du temps, étant donné que le sélectionneur national n’a que de deux jours pour préparer cette rencontre. Ainsi, pour la séance de décrassage qui a eu lieu dimanche après-midi au centre technique national de Sidi-Moussa, dix-neuf joueurs y ont pris part. Il y avait treize joueurs professionnels et six locaux, dont trois gardiens de but. Ce n’est qu’hier seulement que le groupe de l’EN s’est complété. Le premier arrivé hier matin, c’est l’attaquant du Club Africain, Abdelmoumen Djabou. L’ex-Sétifien a en effet rejoint Alger à 11h30 à bord d’un vol de la compagnie tunisienne Tunisair. Juste après, c’était le tour de Sofiane Feghouli de rejoindre l’aéroport international d’Alger en provenance de Paris. A ce moment-là, il était midi. 12h05, l’avion en provenance de Barcelone s’est posée sur le tarmac de l’aéroport Houari-Boumediene. Ce vol concernait Medhi Lacen, milieu de terrain de Getafe CF ainsi que l’attaquant du FC Porto, Nabil Ghilas. Enfin, quelques minutes plus tard, c’était au tour de Djamel Mesbah et Carl Medjani de rejoindre Alger. Ils sont venus tous deux en provenance de Rome.

Soudani le dernier arrivé
Hillal Soudani est le dernier arrivé. En raison d’un problème de vol, le secrétariat de la FAF a pu comme même trouver un moyen pour que l’attaquant du Dinamo Zagreb rejoigne le CTN de Sidi-Moussa, le plus rapidement possible. Ainsi, le joueur était hier en fin d’après-midi à Alger. Il a quitté Zagreb pour rallier Genève, avant d’être ici Alger. Hillal Soudani est le joueur sur lequel Vahid Halilhodzic mise beaucoup du fait que l’ex-Chélifien affiche une excellente forme depuis plus d’un an.

---------

La retransmission du match sur la terrestre pas encore assuré
Alors que certaines informations évoquaient il y a quelques jours qu’un accord avait été trouvé entre les responsables de l’ENTV et Sport Five au sujet de la retransmission en direct du match Burkina Faso -Algérie sur la chaîne terrestre, il semblerait en vérité que rien n’ait été officialisé puisque, jusqu’à hier après-midi, «les négociations étaient toujours en cours» a annoncé l’Entreprise de télévision publique hier à l’APS.

Un accord devrait être trouvé dans les prochaines heures pour la retransmission de cette rencontre sur la terrestre uniquement. Nos compatriotes qui vivent un peu partout dans le monde, auront la possibilité de suivre la rencontre sur Al Jazeera Sport et aussi sur la chaine française, Canal+ Sport, en image haute définition.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mar 8 Oct - 15:09



Bonne nouvelle pour nos supporters en France, le match aller Algérie - Burkina Faso sera diffusé en direct sur Canal+ Sport. Pour rappel, la rencontre aura lieu le 12 octobre à 17h00 (Heure Algérienne) 18H00 à Paris.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 9 Oct - 12:43

Brama Traoré : «Les joueurs algériens peuvent cracher sur l’un de nos joueurs»

PUBLIE LE BUTEUR: 09-10-2013 |

Les autorités cassent les prix des tickets pour remplir le stade. Kaboré : «L’Algérie est une bonne équipe, mais nous ne devons penser qu’à nous.»




Les Burkinabés n’ont pas donné pour rien le nom de «Ouaga-Alger, l’assaut final» à la double confrontation qui opposera les Etalons du Burkina Faso aux Verts d’Algérie. Déjà, ils ont commencé par un assaut médiatique, celui de Brama Traoré, l’adjoint du sélectionneur Paul Put. Dans une interview accordée à une radio locale, il a déjà commencé à faire monter la sauce de la guerre psychologique en plaçant ses joueurs d’ores et déjà dans la peau de la victime avant même que le match aller se déroule.

«Les Arabes provoquent de l’aéroport jusqu’au lieu d’hébergement et, surtout, au stade»
D’ailleurs, il a commencé son assaut très fort en affirmant : «Le match retour ne m’inquiète pas. Le seul point que je peux donner comme conseil est surtout de ne pas se laisser entraîner par la provocation parce que, dans les pays arabes, lorsque vous partez pour des matches retour et qu’ils savent qu’ils sont perdants, ils vont tout faire non seulement depuis l’accueil à l’aéroport, mais aussi à l’hébergement et, surtout, au stade, pour créer des provocations. Donc, il faut que les jeunes soient solidaires, qu’ils restent serrés et que personne ne réponde aux provocations.» Autant dire qu’il prépare déjà l’opinion publique à une éventuelle défaite à l’extérieur.

Les Algériens diabolisés
Brama Traoré pousse plus loin la «diabolisation» des Algériens en les soupçonnant même d’avoir recours à une forme précise d’agression : «Ils peuvent arriver qu’à un moment donné, des joueurs algériens crachent sur un de nos joueurs sur le terrain. Donc, si tu n’arrives pas à te maîtriser et si tu n’es pas préparé pour ça, tu peux riposter et, quand tu ripostes, l’arbitre te voit et te donne un carton rouge. Nos joueurs doivent donc faire beaucoup attention à la provocation.» On pourrait cracher une insulte à la face d’un adversaire, on ne ferait pas mieux.

Il parle déjà du match de Blida, car il a déjà «gagné» celui de Ouaga
C’est que l’adjoint de Paul Put est très sûr de lui. Il ne sous-estime nullement la force de son équipe, bien au contraire et n’hésite pas à l’affirmer clairement : «Sinon, pour le match en lui-même, et étant donné la manière dont les joueurs sont soudés, on peut très bien jouer parce que nous sommes très efficaces à l’extérieur.» Il parle là du match retour, prévu le 19 novembre 2013 à Blida, soit dans… un mois et demi. Pourquoi ne parle-t-il donc pas de la confrontation aller qui aura lieu dans trois jours ? Parce que, selon lui, il est déjà dans la poche car les Etalons «peuvent s’affirmer à Ouagadougou en gagnant le match».

«L’entraîneur prépare deux ou trois scénarios»
Pour la manche aller de ce samedi, tout semble être prévu sur le plan technique, si l’on en croit M. Traoré. Des variantes tactiques ont été préparées suivant la tournure que prendra le match. «L’entraîneur prépare le match avec deux ou trois scénarios. On va commencer avec le premier et, si ça marche, on peut continuer avec. Si ça ne marche pas, on passe au deuxième scénario que l’entraîneur a inculqué aux joueurs. Donc, il y a plusieurs scénarios que l’entraîneur donne à ses joueurs. Un match peut se jouer même en dix minutes s’il y a un changement approprié», assure-t-il.

«Le match peut être serré, mais nous pouvons marquer 3 buts en 10 minutes»
Ce qui est sûr, c’est qu’il n’écarte pas que le match soit serré jusqu’au bout et il ne manque pas de préparer les supporters burkinabés à se montrer patients avec leur équipe jusqu’à la fin de la partie. «Ça peut être serré pendant 60 minutes, puis le match peut s’ouvrir et on pourra marquer 3 buts en 10 minutes. Quelle que soit la situation, même si le match est serré au début, on doit continuer à jouer sérieux et appliqués. Tant qu’on n’encaisse pas, on doit se créer des occasions de but, surtout que nos joueurs sont vifs, techniques, mobiles», a-t-il insisté.

----------

Les autorités cassent les prix des tickets pour remplir le stade
Y a-t-il vraiment un match qualificatif pour la Coupe du monde qui aura lieu dans quatre jours à Ouagadougou ? On est en droit de se poser cette question somme toute absurde, mais ô combien pertinente au vu du calme plutôt ordinaire qui régnait hier matin dans la capitale du Burkina Faso. Rien, vraiment rien, n’indiquait qu’on est à l’orée d’un tel événement. On ne sait pas si c’est parce que les Burkinabés ont d’autres priorités dans leur vie ou bien parce qu’ils pensent que l’essentiel est de s’activer le jour J.

Indifférence la matinée, un peu plus d’intérêt dans l’après-midi
Toujours est-il que la vente des tickets a débuté hier dans une quasi-indifférence. Si on devait mesurer l’engouement populaire autour du match à l’aune de l’affluence vers les guichets du stade du 4-Août, le résultat serait surprenant : c’est nul. Jusqu’à l’après-midi d’hier, il n’y avait que quelques dizaines de supporters à avoir acquis des places parmi les quelque 35 000 mises en vente. Certes, il y a eu un peu plus d’affluence l’après-midi, mais le rythme des ventes n’a pas encore atteint la vitesse de croisière. Ce n’était que le premier jour de vente, mais l’importance de l’événement laissait supposer un plus grand empressement auprès de la population.

«Je peux vous certifier une chose : le stade sera plein»
Le guichetier chargé de la vente au niveau stade du 4-Août ne s’inquiète pas pour autant. «Je peux vous certifier une chose : le stade sera plein», nous a-t-il affirmé d’un ton très rassuré. Et de poursuivre : «Ici, les gens n’ont pas pour habitude d’acheter tôt. D’habitude, ils achètent les tickets le jour du match, mais comme il s’agit d’une confrontation à guichets fermés, la majorité des supporters vont acquérir les tickets la veille du match, soit vendredi.» Cette prédiction a été confirmée par des habitués du stade.

500 CFA le ticket pour les Burkinabés, 5000 CFA pour les Algériens
Une chose est sûre : tout est fait pour susciter un engouement populaire. Même les prix des billets ont été étudiés de manière à ramener le plus de gens possible. Ainsi, si l’accès à la tribune principale est logiquement le plus cher (10 000 CFA la place, soit environ 15 euros), celui des gradins est à prix bas, voire symbolique : 500 CFA seulement, soit moins d’un euro. Autant dire que c’est gratuit ! Reste que les autorités burkinabaises ont surfé sur l’engouement des Algériens autour des tickets d’entrée en vendant les places qui leur sont destinées à 5000 CFA (environ 7,5 euros) l’unité.

Des points de vente partout
Pour permettre aux Burkinabés de tout le pays de pouvoir acheter des tickets, les points de vente ont été multipliés. Ainsi, outre le stade du 4-Août, les points de vente sont les hôtels Indépendance, Palace et Splendide ainsi que les agences agréées de Artel, l’opérateur de téléphone mobile étatique. Autant dire que cette politique de casser les prix a pour but de contrecarrer la présence des supporters algériens.

----------

Les Etalons du Burkina confinés au huis clos
A première vue, rien n’indique que l’hôtel Joly, situé dans un coin plutôt retiré du centre-ville de Ouagadougou, à quelque 200 mètres du siège de la Présidence de la République, héberge la sélection du Burkina Faso qui se prépare à disputer une confrontation décisive pour une qualification à une phase finale de Coupe du monde. Aucun supporter aux alentours, aucun bus aux couleurs de la sélection, aucun va-et-vient tape-à-l’œil. Tout ça est voulu, car la Fédération burkinabé de football a pris des mesures strictes pour que le stage des Etalons se déroule sous black-out médiatique, sans aucune perturbation étrangère.

Mandetiguiri voulait nous parler, mais…
Excepté deux ou trois officiels costumés, croisés à leur sortie de l’établissement, l’hôtel donne l’air d’un endroit plutôt peu fréquenté. Le vigile de la sécurité ne s’est pas opposé à notre intrusion dans le hall, croyant sans doute que nous étions des touristes. A notre (bonne surprise), un joueur était assis avec un monsieur venu lui rendre visite : Madi Mandetiguiri. Après qu’il eut terminé avec son interlocuteur, nous l’avons abordé poliment et, après nous être présentés, nous l’avons sollicité pour une déclaration sur le match. «Je n’y vois pas d’inconvénient, mais le fait est qu’on nous a interdit toute déclaration si on n’a pas d’autorisation du manager de l’équipe. Si vous obtenez son autorisation, il n’y aura pas de problème de mon côté», nous a-t-il affirmé.

Deux policiers nous chassent de l’hôtel
A ce moment-là, deux policiers se sont présentés à nous et nous ont demandé ce que nous cherchions. Ils étaient assis discrètement en retrait et ont réagi en nous voyant parler au joueur. En apprenant notre qualité de journalistes, ils nous ont priés poliment de quitter les lieux. «Le huis clos a été instauré et nous sommes chargés de le respecter. Nous avons reçu des consignes strictes : aucun journaliste ne peut approcher les joueurs jusqu’à la conférence de presse de vendredi», nous ont-ils expliqué. «Même les résidents de l’hôtel ne peuvent pas communiquer avec les joueurs», a assuré l’un d’eux. En plus clair, les journalistes algériens étaient indésirables.

Les joueurs confinés à l’hôtel
En tout cas, les joueurs burkinabés semblent être confinés dans l’hôtel. Ils n’en sortent que pour aller s’entraîner sur le terrain principal du stade du 4-Août à l’heure du match, soit à 16h heure locale. Ils ont droit également à quelques séances physiques qui ont lieu sur un terrain qui se trouve non loin du siège de la Fédération burkinabaise de football. En somme, la sélection refait le coup de la préparation de la finale de la CAN-2013 où elle était entourée par un black-out médiatique, excepté pour les médias détenteurs des droits.

Le Laico beaucoup plus huppé que le Joly
Ce qui est certain, c’est que l’hôtel Joly, lieu d’hébergement des Etalons, n’est pas un modèle en matière de luxe, bien qu’il soit classé 4 étoiles. Son principal atout est qu’il est situé dans un quartier calme et retiré. A titre de comparaison, le Laico Hotel, lieu d’hébergement des Verts, est beaucoup plus grand et plus huppé, avec toutes les caractéristiques et commodités d’un établissement hôtelier international. Cet élément est en lui-même suffisant pour montrer à quel point la différence des moyens est grande entre la sélection algérienne et celle du Burkina Faso. Raison supplémentaire qui met les Verts dans l’obligation de se qualifier pour le Mondial.

----------

Sangare (Pdt de la Fédération du Burna Faso) : « La pression sera sur l’Algérie au retour»
Le président de la fédération burkinabé de Football, Sangare a commenté longuement le prochain Burkina Faso-Algérie. Grosso modo, ce dernier estime que « L’Algérie est favorite sur le papier. Mais nous allons tout faire pour nous qualifier pour la Coupe du Monde pour la première fois de notre histoire. Je suis satisfait que le match retour se joue en Algérie, car la pression sera sur notre adversaire»

Kaboré : «L’Algérie est une bonne équipe, mais nous ne devons penser qu’à nous»
Dans une interview accordée au journal burkinabé Sidway, l’ancien milieu de terrain de l’Olympique de Marseille, Charles Kaboré a donné son avis sur la rencontre face à l’Algérie, prévu ce samedi pour le compte de la manche aller des barrages pour le Mondial 2014. Kaboré n’a pas tari d’éloges sur la sélection algérienne, assurant toutefois que le Burkina Faso avait tous les moyens pour se qualifier pour la première fois de son histoire à une Coupe du Monde. «Il n’y a pas de commentaire à faire présentement sur l’Algérie. C’est une très bonne équipe qui a déjà participé à des coupes du monde. Mais nous ne devons penser qu’à nous. Nous devons nous dire que ça sera notre première participation à cette compétition et que la chance est de notre côté.» A t-il dit.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 9 Oct - 12:47

Brahimi : «Ce match est l’affaire de tous les Algériens»

PUBLIE LE BUTEUR: 09-10-2013 |

«Tout ce qu’on a réalisé jusque-là n’aura pas de valeur si on passe à côté samedi» «Les anciens nous parlent beaucoup de leur Mondial, on a envie de vivre le nôtre»




Yacine Brahimi parle comme un ancien. Bien qu’arrivé presque au même moment que tous les autres «bleus», le milieu offensif de Granada CF a ce recul nécessaire qui fait qu’il a la lucidité d’analyser un aussi important Burkina Faso-Algérie, comme s’il n’en était pas à son premier du genre. Ses déclarations mesurées restent, néanmoins, empreintes de l’ambition d’écrire une autre page de l’histoire du football algérien, comme l’ont fait les Ziani, Yahia, Matmour, Gaouaoui… avant lui.

Comment se déroule la préparation de ce match aller face au Burkina Faso, dernier écueil avant le Brésil ?
On essaye de se remettre en question. Le plus important sera de rester concentrés. De ne pas se focaliser sur l’adversaire. On a tous conscience que c’est un tournant dans notre vie. Une Coupe du monde ne se joue pas tous les mois !

L’Algérie voyage bien, croyez-vous que cet état de fait vous donnera plus de confiance avant ce match ?
C’est bien de s’appuyer sur nos statistiques à l’extérieur, mais gare à l’excès de confiance. En tout cas, on a un coach qui ne cesse de nous rappeler ça (rires). La meilleure manière de préparer ce rendez-vous est d’oublier les bons et les mauvais résultats enregistrés jusque-là. L’important est de répondre présents, samedi à 16h. C’est ce jour-là qu’il faudra gagner. Ce match aller à Ouagadougou nous donnera plusieurs réponses à nos interrogations

Pour vous, ce match sera celui des joueurs ? Des supporteurs ? ou….
(Il nous coupe) Ecoutez, c’est le match de tout le monde. C’est celui des joueurs, du coach, de toute l’Algérie ! On est tous concernés par cet objectif.

Certains de vos camarades manquent de temps de jeu, cela ne risque-t-il pas de poser problème ?
Avec la détermination et la rage, il y a des choses qu’on peut surmonter dans un match comme ça. On a le devoir de se surpasser, samedi, on n’aura pas le droit de passer à côté, c’est le match qu’il ne faut pas rater. La différence, on la fera en restant ensemble, compacts et collectifs pendant 90 minutes. Ne rien lâcher jusqu’au bout !

Vous côtoyez Jonthan Pitroipa, connaissez-vous d’autres joueurs du Burkina ?
Je connais bien Pitroipa et je connais aussi trois ou quatre autres joueurs qui évoluent en Europe. Après, c’est sûr qu’ils ont de très bons joueurs. Ça reste une bonne équipe, mais l’important, c’est de ne penser qu’à notre jeu.

Rolland Courbis a dit que le groupe algérien est supérieur à son homologue burkinabé en matière de talent intrinsèque, est-ce votre avis ?
Je ne dirais pas qu’on est largement supérieurs aux Burkinabés, maintenant si c’est le cas, on le montrera sur le terrain, samedi. Ça ne sert à rien de parler comme ça, avant un match. Une chose est sûre, on ne pourra dire qu’on est supérieurs au Burkina que lorsqu’on aura réussi à se qualifier.

Physiquement, ils sont supérieurs, non ?
On sait que les équipes africaines sont impressionnantes physiquement, mais lorsqu’on est déterminés, on peut aller les chercher.

Quelle est votre état de forme actuelle ?
Personnellement, ça va de mieux en mieux. J’ai connu une petite période difficile, après ma blessure à la cuisse, mais là je reviens bien.

Le fait de savoir qu’il y aura beaucoup de supporteurs qui seront du voyage avec vous au Burkina doit vous réconforter…
Bien sûr. Lorsqu’on entend dire qu’il y aura beaucoup supporteurs à Ouagadougou, forcément on est réconfortés. On a des supporteurs magnifiques. Ça va nous pousser à être plus déterminés , ça nous donnera plus de motivation à nous surpasser.

Parmi vous, il y a encore des joueurs qui ont vécu la qualification de l’Algérie en 2012, est-ce qu’ils vous transmettent cette expérience?
Oui, c’est normal, ils essayent surtout de nous parler du match barrage qu’ils ont joué contre l’Egypte et des moments fantastiques qu’ils ont vécus. Les anciens nous ont surtout expliqué qu’une qualification en Coupe du monde est quelque chose d’inoubliable qui ne se produit pas 10 fois dans une carrière. Petit à petit, on prend conscience de ce qui nous attend.

Cette jeune génération dont vous faites partie a-t-elle pris conscience de la responsabilité de la mission ?
Notre responsabilité se limite à la qualification. Donc, c’est sûr qu’on est conscients de cela. On sait aussi que disputer une Coupe du monde, ça reste dans l’histoire. C’est quelque chose d’énorme, mais pour réussir ces deux matchs, il faudra tout donner.

Le fait de recevoir à Blida arrange certainement vos affaires ?
A mon avis, c’est un petit avantage qu’il faudra valoriser sur le terrain. Il va falloir d’abord sortir un gros match à Ouagadougou. Il faut gagner là-bas. C’est vous dire que le match retour chez nous ne sera décisif que si l’on revient avec une bonne performance de là-bas.

Tout le monde dit que vous êtes les favoris, cela ne risque-t-il pas de vous mettre plus de pression ?
Nous restons sereins. On a une bonne équipe, ça on le sait bien, mais dans des matchs comme ça, le favori se vérifie sur le terrain.

Comment est l’ambiance au sein du groupe ?
Tout le monde est arrivé aujourd’hui (lundi, ndlr). On rigole tous ensemble, on travaille tous pour le même objectif, l’ambiance est magnifique. La sélection, c’est notre seconde famille.

Concernant l’état du terrain, avez-vous des appréhensions ?
Non, sincèrement, on ne le calcule même pas. On est tellement déterminés que quel que soit l’état du terrain, on va se bagarrer. C’est vrai qu’au niveau du jeu, ça va nous pénaliser un peu, mais on est prêts à tout pour relever le défi.

Avez-vous revu les matchs de votre adversaire, avez-vous une idée sur sa manière d’évoluer ?
Ah, ça je ne peux pas vous le dire, c’est au coach de voir. Nous les joueurs, on est là pour exécuter ses plans. On n’est arrivés qu’hier, on n’a pas encore eu le temps de voir ça, franchement. Maintenant, c’est sûr qu’on va le faire, comme d’habitude.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 9 Oct - 12:52

Halilhodzic se méfie des Burkinabés

PUBLIE LE BUTEUR : 09-10-2013 |

Il a fait plusieurs constats, après le visionnage. La ligne d’attaque des Etalons sera surveillée de près.




Alors qu’on est au troisième jour du stage de l’Equipe nationale qui se déroule au centre technique national de Sidi-Moussa, Vahid Halilhodzic a entamé la dernière ligne droite à partir de lundi, soit depuis que le groupe s’est complété. Seulement, ce qu’il faut savoir, c’est que le sélectionneur national a décidé cette fois-ci d’être très méfiant pour ce match. Pas de conférence de presse, ne pas dévoiler l’équipe ni la stratégie de jeu et éviter tout contact avec la presse. Pas seulement, Vahid Halilhodzic affiche une certaine méfiance par rapport à l’adversaire. Vahid Halilhodzic sait que l’équipe du Burkina Faso ne sera pas facile à manier, surtout chez elle en présence de ses supporters. Le sélectionneur est, en effet, conscient que les Etalons ont réalisé de bons résultats durant la dernière CAN et lors des éliminatoires de la Coupe du monde.

Il a fait plusieurs constats, après le visionnage
Selon une source bien informée, Vahid Halilhodzic a fait plusieurs constats, après avoir visionné des matchs des Etalons. Il a, en effet, tout d’abord visionné les matchs du Burkina Faso disputés au cours des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, à Ouagadougou. C’était face au Gabon, le Niger et puis le Congo. Par la suite, Halilhodzic a décidé de superviser les matchs des Etalons durant la dernière CAN. Au cours de cette opération, Vahid Halilhodzic avait fait plusieurs constats et établi des rapports sur l’équipe de Paul Put pour pouvoir la contrer. Ainsi, Halilhodzic a décidé de se méfier du Burkina Faso, après l’avoir supervisée, en relevant surtout ses points forts.

La ligne d’attaque des Etalons sera surveillée de près
Parmi les points forts constatés par Vahid Halilhodzic, après avoir supervisé son adversaire, c’est la rapidité du jeu offensif des Burkinabés. Malgré l’absence du stratège Alain Traoré, le jeu offensif des Burkinabés sera quand même une sérieuse menace pour les Verts. L’expérimenté Moumouni Dagano en pointe de l’attaque, le redoutable Aristide Bancé ainsi que le maestro Pitroïpa font quand même peur et obligera les Algériens à être très attentifs. Du coup, la ligne offensive du Burkina Faso sera surveillée de très près, afin d’éviter d’encaisser des buts, notamment durant les vingt premières minutes, du fait que les Burkinabés marquent souvent dans les premières minutes.

Le sélectionneur insiste sur le physique et le mental
En tout cas pour ce match aller des barrages face au Burkina Faso, Vahid Halilhodzic mise sur deux points très importants. Le premier point, c’est le physique. L’entraîneur national sait que pour réaliser un bon résultat à Ouagadougou, il faudra être costauds physiquement, afin de gagner la bataille du milieu de terrain. Aussi, pour faire face aux conditions climatiques très difficiles, il faut aussi être forts sur le plan physique. Le deuxième point, c’est le volet mental. Halilhodzic mise aussi sur le volet psychologique. Pour le coach national, le mental est très important dans ce genre de rencontre.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 9 Oct - 12:55

Les Algériens débarquent à Ouaga, les Burkinabés leur promettent 3 buts

PUBLIE LE BUTEUR: 09-10-2013 | 00:00 | PAR F. A.-S.

Les supporters vont souffrir samedi à l’aéroport.




Les Burkinabés de Ouagadougou qui ne le savaient pas encore sont à présent avertis : il y aura un match contre l’Algérie samedi prochaine. Une trentaine de supporters algériens, qui ont débarqué dans la capitale du Burkina-Faso dans la nuit de lundi à mardi à bord d’un vol régulier de la compagnie Air Algérie, se sont chargés de les en informer. «One, two, three ! Viva l’Algérie !» a fusé dans le ciel de Ouaga avant même les aurores, tel un coq annonçant un nouveau jour.

Même le commandant de bord y est allé de son «Viva l’Algérie !»
Dans l’avion transportant les supporters, on avait déjà un avant-goût de l’ambiance qui règnera samedi sur le vols charter. D’ailleurs, on s’y croyait presque, puisque, outre les supporters, il y avait aussi des responsables de la FAF, dont Walid Sadi et Djahid Zefizef, ainsi que Farid, le cuisinier des Verts. Même le commandant de bord s’est pris au jeu en souhaitant, lors de son message de bienvenue aux passagers, «que la fête soit à Ouaga». D’ailleurs, en annonçant l’atterrissage lors de l’approche vers la piste de l’aéroport de Ouagadougou, il ne s’est pas empêché d’y aller d’un «Viva l’Algérie !» de circonstance.

La population locale déjà charmée
Après une nuit de sommeil réparatrice, les supporters ont fait connaissance hier avec la ville, ne manquant pas de sympathiser avec la population locale. D’ailleurs, des supporters burkinabés ont même invité les Algériens à assister à la séance d’entraînement des Etalons, mais le service d’ordre les en a empêchés. Tant pis, c’est le geste qui comptait ! Cependant, tout gentils qu’ils sont, les Burkinabés n’en sont pas moins ambitieux : ils croient dur à la qualification de leur équipe.

Elle s’est donné le mot : «Nous gagnerons 3-0 !»
D’ailleurs, il est curieux de retrouver, sur les lèvres des habitants, presque le même pronostic : «Nous gagnerons 3-0 !» Rien que ça ! On dirait qu’ils se sont donné le mot pour dire la même chose. A moins que ce soient les joueurs ou les responsables de la fédération qui avancent un tel pronostic pour le plus grand plaisir de la population. Les résultats réalisés par le Burkina Faso en 2013 les ont poussés à croire à même aux miracles et éliminer l’Algérie, Mondialiste en 2010, en est un, à leurs yeux.

Un match entre supporters algériens et burkinabés aujourd’hui
Le match Burkina Faso-Algérie aura un prélude ce soir puisqu’il y aura un match entre les supporters algériens et d’autres Burkinabés sur un terrain de football situé pas loin de l’aéroport. L’initiative est très sympa et pourrait constituer une tradition pour les futures confrontations panafricaines. Que le meilleur gagne ! Pour peu que ce soit les nôtres…

----------

Les supporters vont souffrir samedi à l’aéroport

L’aéroport de Ouagadougou a beau être international, il n’est pas aménagé pour accueillir

5 vols charters successifs durant une matinée, en sus des vols réguliers que l’aérodrome accueille durant la première partie de la journée. En effet, le hall de la zone international est plutôt exigu –et c’est logique vu que le trafic à l’aéroport n’exige pas un hall plus grand - et le nombre de guichets de la PAF réduit (3 au rythme habituel, quoique c’est aménagé pour fonctionné avec 7 guichets à plein temps).

Contrôle sanitaire, fiche à remplir, saisie des coordonnées, scannage des empreintes…
Le plus grand problème est que les procédures sont plutôt assez lentes. Il y a d’abord un contrôle du carnet de vaccination (on ne badine pas avec ça au Burkina Faso). Après, il faut remplir une fiche de débarquement avec une seule table pour agglutiner autour. Le passage au contrôle de police en lui-même peut durer plusieurs minutes car, en plus de la saisie sur ordinateur des coordonnées de chaque passager, les empreintes digitales de chacun sont également scannées (les deux mains y passent). Dans certains cas, on prend même la photo du passager. Avec au bas mot 150 passagers pour chaque vol (ne parlons pas des vols sur avions gros porteurs qui peuvent faire débarquer jusqu’à 250 passagers en même temps) et un intervalle virtuel d’une demi-heure entre deux arrivés des avions des supporters, on a à craindre, pour ces derniers, de passer une bonne heure –sinon plus - à l’aéroport pour les formalités.

Les organisateurs des vols charters doivent prendre leurs dispositions
Les organisateurs algériens du déplacement des supporters sont donc avertis. Déjà, pour accélérer les formalités, il serait intelligent de transporter à Alger, par le prochain vol régulier d’Air Algérie Ouagadougou-Alger, une quantité suffisante de cartes de débarquement pour qu’elles soient distribuées aux supporters dans l’avion le jour du voyage et qu’elles puissent donc être remplies avant même l’arrivée à Ouagadougou. Les autorités algériennes peuvent aussi s’entendre avec leurs homologues du Burkina Faso pour que tous les guichets soient ouverts afin de réduire les délais d’attente des supporters.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Mer 9 Oct - 18:09

Travail spécifique pour les gardiens de but

PUBLIE LE BUTEUR: 09-10-2013 |

Halilhodzic a mis en place l’équipe type hier.




Au cours de la séance d’entraînement d’hier, les gardiens de but ont eu droit durant une partie de la séance à un travail spécifique sous la houlette de leurs entraîneurs Hassan Belhadji et Michael Booly.

Halilhodzic a mis en place l’équipe type hier
Bien que nous ayons décidé de ne pas dévoiler l’équipe type, pour l’intérêt de l’Equipe nationale, nous tenons quand même à informer nos aimables lecteurs que l’équipe type a été essayée hier au cours de l’entraînement. En effet, Vahid Halilhodzic, au cours d’un exercice technico-tactique, a essayé le onze qui va commencer la rencontre de samedi prochain, à Ouagadougou face à la sélection burkinabée. Seulement, une source bien informée nous a révélé que le sélectionneur national tranchera aujourd’hui, à l’occasion de la dernière séance d’entraînement précédant le départ à Ouagadougou, la question du onze rentrant. Il devrait réessayer cette équipe encore une fois, ainsi que certaines variantes qu’il a en tête, après avoir visionné les Etalons du Burkina Faso.

Aucun blessé jusqu’à présent
Le seul point positif de ce stage, c’est qu’il n’y a eu aucun blessé. C’est peut-être la première fois depuis des années qu’il n’y a pas eu de blessé. Vahid Halilhodzic, qui s’est souvent plaint de ce syndrome des blessures, va sans aucun doute être content. Pourvu que ça dure !

Séance de visionnage lundi soir
Comme nous l’avons souligné dans une de nos précédentes livraisons, Vahid Halilhodzic a programmé une séance de visionnage vidéo, lundi soir. Le visionnage a commencé, après que le groupe se soit complété. C’était une occasion aux joueurs de constater les points forts et points faibles de leur adversaire.

Vers la programmation d’une autre séance jeudi soir à Ouagadougou
Le staff technique national dispose de sept matchs de l’équipe burkinabée, entre autres le match amical disputé entre les deux sélections à Alger, en juin dernier. Raison pour laquelle Halilhodzic envisage la programmation d’une quatrième séance de visionnage, seulement elle devrait avoir lieu à l’hôtel Laico de Ouagadougou, jeudi dans la soirée, ce sera la dernière puisque Halilhodzic va laisser ses joueurs décompresser un peu la veille du match.

Décrassage jeudi après-midi à Ouagadougou
La sélection nationale algérienne effectuera jeudi après-midi, éventuellement à 18h (heure locale), une séance de décrassage sur le terrain situé juste à côté de l’hôtel Laico où l’EN élira domicile. Cette séance sera effectuée, après que les joueurs aient effectué une courte sieste pour se reposer du voyage.

Le choix de l’horaire étudié
Selon une source bien informée, le choix de l’horaire du décollage de l’avion d’Alger vers Ouagadougou a été étudié, afin de mettre les joueurs à l’aise. Ainsi, c’est Halilhodzic et les responsables de la FAF qui ont pris cette décision. Après le petit déjeuner, les joueurs rejoindront l’aéroport d’Alger, quelques minutes avant le départ puisqu’il s’agit d’un vol spécial. Après quatre heures de vol, l’EN atterrira à Ouagadougou, en début d’après-midi. Les joueurs auront droit à une sieste d’une heure et demie ou deux, avant de s’entraîner, l’après-midi même.

Une autre prévue hier…
Par ailleurs, une seconde séance de visionnage était prévue hier soir, après le dîner, au centre technique national de Sidi-Moussa. Cette séance devrait permettre aux joueurs et au staff technique d’avoir des idées plus précises sur l’adversaire.

… et aujourd’hui
Avant le départ de l’Equipe nationale pour le Burkina Faso, ce jeudi, Vahid Halilhodzic profitera de la soirée d’aujourd’hui pour programmer une troisième séance vidéo, puisque le staff technique a prévu de visionner une seconde fois, avec les joueurs, l’équipe burkinabée.

La séance du vendredi au stade du 4-Août
Vendredi, les joueurs de l’Equipe nationale effectueront une seule séance. Ce sera sur la pelouse principale du stade du 4-Août de Ouagadougou, comme le stipulent les règlements de la FIFA. Du coup, on peut dire que l’EN n’effectuera au Burkina Faso qu’une seule séance d’entraînement qui servira pour effectuer les ultimes réglages, avant le match.

Sadi et Zefzef depuis lundi soir à Ouagadougou
Le vice-président de la FAF, Djahid Zefzef, ainsi que le président de la commission des équipes nationales, Walid Sadi, sont depuis lundi soir à Ouagadougou. Ils ont pris le vol régulier d’Air Algérie. Les deux hommes se sont rendus au Burkina Faso en compagnie du cuisinier de l’EN, Farid Nemiri, pour préparer le séjour de l’EN.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 14:25

Kadir : «Ça va se jouer au mental, nous n’avons pas peur du Burkina»

PUBLIE LE BUTEUR: 10-10-2013 | 00:00 | PAR Moumen Aït Kaci Ali

«Jouer 5, 10 minutes ou rester sur le banc m’importe peu, l’essentiel est que l’Algérie gagne» «Charles Kaboré est connu, je n’ai pas besoin de le présenter à mes camarades»




Foued Kadir revient en sélection avec d’autres ambitions. Dans cet entretien, le buteur du Stade Rennais met en garde contre les conditions climatiques et promet que ses camarades et lui sont prêts à laisser leur vie sur le terrain pour garder leurs chances intactes, avant cette seconde explication prévue le mois de novembre à Blida. Kadir, en confiance depuis quelques matchs avec Rennes, se dit prêt à prendre sa place à n’importe quel moment.

De retour en sélection, un mot sur cette convocation ?
Je suis très heureux d’avoir retrouvé mes camarades et ma famille en sélection, il ne faut pas oublier que si j’ai quitté l’Olympique de Marseille, c’est pour justement bénéficier d’un meilleur temps de jeu pour pouvoir retrouver mon niveau et du coup ma place en Equipe nationale. J’ai eu une discussion avec le coach avant ma sélection et il m’a expliqué qu’il fallait retrouver du temps et du rythme de jeu, et voilà, je suis à Rennes et je réalise tout ce qu’il a exigé pour revenir.

Vous avez joué contre le Mali à Ouagadougou, des appréhensions par rapport à cette pelouse du stade du 4-Août…
C’est surtout par rapport aux conditions climatiques qu’on a des appréhensions. On sait que ça va être assez compliqué. On a joué face au Mali à 19h et il faisait super chaud et là, on joue à 16h, assurément qu’il fera aussi chaud. Ainsi, c’est surtout par rapport à cela qu’il faudra être attentif et bien savoir gérer ses efforts.

Vous vous attendez à un match similaire à celui livré contre le Mali à Ouagadougou…
Pas vraiment, parce que cette fois, on aura en face de nous une équipe du Burkina assistée par son grand public, donc la pression et la gestion du match ne seront pas comme face au Mali.

Comment se déroule ce stage de préparation ?
On se prépare sereinement. Le groupe s’est complété aujourd’hui (lundi) et on est tous conscients de la mission qui nous attend dans ce match aller contre le Burkina Faso. On est tous motivés et il règne une excellente ambiance au sein du groupe qui vit très bien ensemble.
Ce match aller se présente comment pour vous ?
C’est un match très difficile. On s’attend à une confrontation très costaud face au vice-champion d’Afrique. A partir de là, l’important est de ne pas trop penser à notre adversaire ; à mon avis, le mieux serait de bien canaliser nos forces pour être prêts le jour J, inch’Allah.

Vous évoluez en France, certains joueurs burkinabés jouent aussi en Ligue 1, que connaissez-vous de cette équipe ?
On sait déjà qu’on aura affaire au dernier finaliste de la CAN. Après tout, le Burkina Faso est une solide équipe avec de bonnes individualités. Il faudra donc faire très attention. Je connais Charles Kaboré qui est un peu la star de cette équipe, on a évolué ensemble à Marseille. On respecte le Burkina, mais on n’a pas peur de cette équipe.

Vous connaissez aussi Pitroipa qui évolue avec vous à Rennes, vous allez certainement donner des tuyaux à vos camarades sur cet attaquant…
C’est normal, je vais les conseiller, c’est sûr, mais je pense que tous mes camarades connaissent un peu la qualité des joueurs, comme Kaboré ou Pitroipa, et leur rôle dans cette sélection du Burkina. Même le coach a aussi une bonne idée sur eux.

Et avec Pitroipa, ça se chambre un peu ?
Pas du tout. Pitroipa est quelqu’un qui ne parle pas beaucoup, il est un peu dans son coin, et qui préfère s’exprimer sur le terrain donc voilà, on a eu certes une petite occasion pour en parler, mais pas plus que ça.

Quel est pour vous le scénario idéal pour cette rencontre aller ?
Le top, c’est d’essayer de revenir avec une victoire mais bon, l’important dans ce genre de match serait de ne pas prendre de but. Si on ne prend pas de but, on aura effectué la moitié du chemin.
L’équipe se comporte bien à l’extérieur, avec cette bonne campagne du mois de juin et ces deux succès arrachés face au Bénin et au Rwanda…
Ces victoires-là nous ont été très utiles. Elles nous ont fait gagner en confiance et en expérience. Les matchs à l’extérieur étaient un peu notre point négatif en Equipe nationale, mais depuis quelques mois, ça marche bien, on arrive à gagner et à enchaîner les performances en dehors de nos bases. On a franchi ce cap là, mais ça reste un match très difficile d’autant plus qu’on va jouer à 16h, donc les conditions climatiques ne seront pas en notre faveur, donc, il faudra être méfiants et bien se préparer.

Certains de vos camarades n’ont pas assez de temps de jeu, donc ils ne sont pas si compétitifs qu’on le souhaite, cela ne risque-t-il pas de vous jouer un mauvais tour ?
Pour ce match-là ?
Non, je ne crois pas, parce que ça va se jouer sur 90 minutes. On connaît tous l’importance de ce match, on est prêts à tout donner, le mental va faire la différence.

Pensez-vous que c’est le match des joueurs ?
Oui, il y a une Coupe du monde au bout qui va se jouer en plus au Brésil. Personnellement, j’ai déjà disputé un Mondial en 2010, et j’aimerais tant jouer un autre au Brésil. C’est le rêve de tout joueur de participer à une Coupe du monde.

Vous avez joué une Coupe du monde sans prendre part aux qualifications, c’est l’occasion cette fois pour vous, Mesbah, Medjani et les autres de connaître cet exploit…
C’est exactement ça. On a à cœur d’offrir au peuple cette joie de qualifier l’Algérie au Mondial 2014.

Ça s’est passé comment les retrouvailles avec vos équipiers ?
(Rires) Tout s’est passé naturellement, je reviens dans un groupe que je connais, je ressens exactement ce que peut ressentir quelqu’un qui retrouve sa famille. Il n’y a aucun souci par rapport à ça.

Le coach Vahid est certainement content d’avoir retrouvé un joueur compétitif et en confiance, vous a-t-il touché un mot ?
C’est sûr que c’est toujours bien de rallier la sélection en ayant beaucoup de matchs dans les jambes. Ça rassure tout le monde quoi, mais on n’en a pas encore parlé.

Êtes-vous prêt à prendre votre place ?
Si je suis ici, c’est que je suis prêt à prendre ma place. Tout comme mes camarades en stage, je ferai de mon mieux pour convaincre le coach. Après, jouer 5, 10 minutes, une mi-temps ou un match complet, cela m’est égal, l’important est que l’Algérie revienne avec une victoire de Ouaga.

Le public algérien sera en nombre important à vous soutenir à Ouagadougou, cela sera-t-il un atout ou une pression supplémentaire ?
C’est toujours bien d’être soutenus par ses supporteurs. On connaît les Algériens, ils ne lâchent jamais leur équipe, et croyez-moi, leur présence va nous transcender et nous pousser à puiser au fond de nous-mêmes pour les rendre heureux.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 14:28

Halilhodzic aborde le Burkina avec sérénité

PUBLIE LE BUTEUR: 10-10-2013 |

Vahid a essayé deux variantes et hésite toujours




Bien que le sélectionneur national n’ait cessé d’afficher sa grosse inquiétude au sujet du manque de compétition accusé par la plupart de ses joueurs, la préparation pour ce match aller face au Burkina Faso se déroule dans de parfaites conditions. Le moins que l’on puisse dire est que Vahid, n’a pas trop de tracas. En effet, mis à part l’enjeu du match qui peut mettre sous pression le technicien bosnien, le fait que ses joueurs (les 26 convoqués) soient en bonne santé et qu’il n’y a aucun blessé à signaler constitue un avantage considérable, lorsqu’on sait que l’EN avait souvent été pénalisée par les blessures de ses meilleurs joueurs, avant chaque grand rendez-vous et autres compétitions internationales. Halilhodzic a eu la chance de convoquer tous ses joueurs habituels abordant, du coup, la rencontre de samedi avec une certaine sérénité. Un facteur important qui permettra aux Verts de garder toutes leurs chances de revenir avec un bon résultat de ce périlleux déplacement à Ouagadougou.

En 2009, avant le match face à l’Egypte, la moitié des titulaires étaient blessés
L’on se rappelle qu’à l’époque de Rabah Saâdane, et avant chaque match important, la liste des joueurs blessés ne cessait de s’allonger. Les Algériens se souviennent de la frénésie qui avait précédé la rencontre face à l’Egypte, au Caire, le 14 novembre 2009. Ce match, le dernier de la phase des poules des éliminatoires, avant celui du barrage, avait été préparé dans des conditions très compliquées. En effet, la moitié des joueurs titulaires souffraient de blessures et n’étaient pas certains de tenir leur place lors de cette rencontre décisive. On citera Bougherra, Antar Yahia, Ziani, Matmour et Meghni. Le staff technique de l’époque avait eu toutes les peines du monde pour travailler sereinement lors des séances d’entraînement. Tous ces joueurs avaient été contraints de suivre des entraînements spécifiques, et cela avait mis dans l’embarras Rabah Saâdane. Ce dernier, contrairement à Vahid, ne pouvait pas réellement se targuer d’avoir un effectif de qualité très riche. A cette époque, l’EN avait fait avec les moyens du bord, mais surtout a joué avec beaucoup de cœur et de volonté. Ce samedi, le peuple algérien espère voir le même état d’esprit sur la pelouse du stade du 4-Août.


Cela s’est passé lors de la séance de mardi
Vahid a essayé deux variantes et hésite toujours

Avant de prendre le vol à destination de Ouagadougou aujourd’hui, les joueurs de la sélection nationale continuaient leur préparation pour ce match barrage, au centre technique national de Sidi Moussa. Avant-hier après-midi, une nouvelle séance d’entraînement s’est tenue sur la pelouse principale du centre. Durant cette séance, le coach national a axé essentiellement son travail sur le volet tactique, mettant en place plusieurs ateliers. Un match d’application a été programmé vers la fin et a permis à Halilhodzic de mettre déjà en place son probable onze qui débutera ce samedi. Selon les échos qui nous sont parvenus, le sélectionneur national a essayé deux variantes de jeu durant ce test d’application, ce qui signifie qu’il n’est pas encore fixé de manière définitive sur le dispositif tactique qu’il mettra en place lors de la rencontre.

Il devait trancher hier sur son onze
Par ailleurs, et comme la dernière séance, à huis clos, était prévue pour hier après-midi, Vahid en a profité pour trancher quasiment sur le onze qui débutera face aux Etalons et le schéma tactique à utiliser. A 90%, le sélectionneur national a dans sa tête son plan de bataille. Reste à espérer que d’ici à là, il n’y aura pas de joueurs blessés qui pourraient compliquer davantage la tâche aux Verts.


Les joueurs ont encore supervisé les Etalons
Après une première séance de visionnage de l’adversaire effectuée lundi soir, le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, a de nouveau regroupé ses joueurs, avant-hier soir, dans la grande salle du centre technique de Sidi Moussa, afin de superviser deux autres matchs des Etalons. L’occasion pour les Verts de connaître davantage leur futur adversaire et se fixer de manière plus précise sur ses points forts et faibles. Halilhodzic, qui accorde une grande importance à l’étude du jeu des Burkinabés, dispose désormais d’une plus grande idée sur l’équipe, de quoi l’aider à mettre en place son meilleur dispositif tactique ce samedi.

Vahid met en garde son groupe
Lors de cette séance de visionnage, Vahid Halilhodzic ne se privait pas d’arrêter presque systématiquement la vidéo pour expliquer à ses poulains le jeu des Burkinabés. Le coach national a tenu une énième fois à mettre en garde ses joueurs contre tout relâchement qui pourrait coûter très cher à l’EN lors de cette manche aller. Il a aussi donné beaucoup de consignes. Rigueur et concentration seront donc les maîtres-mots au stade du 4-Août de Ouagadougou, ce 12 octobre. Soulignons, enfin, qu’une nouvelle séance de visionnage, la dernière sans doute avant le déplacement pour le Burkina Faso, a eu lieu hier.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 14:31

Les détails du séjour des Verts réglés

PUBLIE LE BUTEUR: 10-10-2013 | 00:00 | PAR F. A.-S. et A. C.

Dernière vérification des chambres à 11
h


Les derniers détails sur l’arrivée et le séjour de la sélection algérienne de football à Ouagadougou ont été réglés, hier, entre les émissaires de la Fédération algérienne de football, Djahid Zefizef, vice-président de la FAF, et Walid Sadi, responsable des sélections nationales, d’une part, et les responsables de l’hôtel Laico et de la Fédération burkinabée de football, d’autre part. A leur arrivée aujourd’hui dans la capitale du Burkina Faso, tout sera prêt pour leur prise en charge efficace.

Dernière vérification des chambres à 11h
Ainsi, les chambres qui seront mises à la disposition de la délégation algérienne, composée des joueurs, des membres des staffs technique, médical et administratif, du président de la FAF et des agents de sécurité affectés à leur garde rapprochée, ont été identifiées et réquisitionnées. Deux heures avant l’arrivée des Verts, soit aux alentours de 11h, une dernière inspection sera effectuée dans les chambres pour vérifier leur état (propreté, climatisation, télévision, Internet…) Même la qibla (direction de La Mecque) sera indiquée dans chaque chambre pour faciliter la tâche aux pratiquants.

L’arrivée des Verts prévue à 13h30
L’arrivée de l’avion transportant les Verts est prévue à 13h30, heure locale, soit après trois heures et demie de vol. Ce sera donc un vol plutôt court, sachant que le Burkina Faso est situé dans l’Afrique subsaharienne.Il faut savoir qu’il a été décidé que la sélection arrive 48 heures seulement avant le match. C’est une option qui a déjà fait ses preuves les mois passés, car deux jours est une période d’adaptation suffisante pour la sélection nationale, sans qu’elle ne tombe dans la routine.

Le déjeuner dans l’avion
Détail important : les joueurs prendront le déjeuner dans l’avion. En effet, depuis plusieurs jours, il a été décidé que tout ce qui sera consommé à Ouagadougou doit être acheminé par les Algériens. Les ingrédients pour préparer les plats de la délégation seront transportés dans l’avion des Verts, les cuisiniers n’auront pas le temps de préparer le déjeuner. Ce n’est qu’après la séance de décrassage que les membres de la délégation pourront déguster les plats préparés par Farid, le cuistot «officiel» des Verts.

Les formalités de police seront allégées
Un accord a été également trouvé avec les autorités du Burkina Faso pour que les formalités de police à l’aéroport international de Ouagadougou soient allégées et se fassent avec célérité. Le hall international étant relativement exigu, les joueurs ne vont pas y rester longtemps. La vérification des visas et l’apposition des cachets d’entrée se feront collectivement. Le scannage des empreintes biométriques sera supprimé pour les joueurs. Les carnets de vaccination seront, en revanche, réclamés et contrôlés.

Impossible d’utiliser la Salon d’honneur de l’aéroport
En fait, la question d’accueillir la délégation algérienne au Salon d’honneur de l’aéroport avait été évoquée à un certain moment, mais elle a été abandonnée pour deux raisons. Primo, ce salon n’est pas très grand, car réservé généralement pour le président de la République et pour les chefs d’Etat en visite au Burkina Faso. Secundo, la délégation algérienne viendra avec beaucoup de matériel (équipements, matériel pédagogique, nourriture…), ce qui ne peut être acheminé dans ce lieu. Ainsi, il a été décidé de faire sortir les Verts par le hall des arrivées.

A l’accueil, l’ambassadeur, le président de la FBF et…
les supporters

A l’accueil des Verts, il y aura Son Excellence l’ambassadeur d’Algérie à Ouagadougou et ses proches collaborateurs, des représentants du ministère algérien des Affaires étrangères dépêchés dans la capitale du Burkina Faso pour préparer l’arrivée des supporters algériens et le président de la Fédération burkinabée de football (FBF), M. Sangaré. Evidemment, les supporters algériens déjà présents à Ouagadougou ne manqueront pour rien au monde l’arrivée de la sélection nationale.

Pas plus d’un quart d’heure de l’aéroport à l’hôtel
De l’aéroport international de Ouagadougou au Laico Hotel, lieu d’hébergement des Verts, la circulation est souvent dense à la mi-journée, surtout que le parcours se fait par le centre-ville. Cependant, le bus des joueurs sera conduit sous escorte avec consignes données aux services de sécurité d’ouvrir la voie suivant la priorité. La Fédération burkinabée s’est engagée à ce que le trajet ne dure qu’un quart d’heure, un délai raisonnable, si la police balise le parcours.

Une sieste à l’arrivée, un décrassage à 16h45
Une fois arrivés au lieu d’hébergement, les joueurs rejoindront directement leurs chambres, puisque des enveloppes contenant la clef et le code d’accès à Internet leur seront remises de suite. Ils feront une sieste d’une heure à une heure et demie pour récupérer du voyage. A 16h45, ils passeront au terrain situé à une centaine de mètres de l’hôtel pour une séance de décrassage qui ne devrait pas excéder une heure et demie. Ce sera surtout une séance destinée à s’adapter aux conditions climatiques qui prévaudront à l’heure du match.

Protection rapprochée pour éviter les supporters «collants»
Bien entendu, la délégation algérienne sera mise sous protection policière par mesure de sécurité. Le peuple burkinabé est très pacifique et il est à écarter toute tentative répréhensive à l’encontre des Algériens, mais la protection est destinée surtout à éviter que les joueurs soient déconcentrés par des gens qui voudront s’en approcher de trop près. Ce sera aussi et surtout pour empêcher les supporters algériens de se montrer trop «collants», alors que l’équipe prépare un match capital.

La température est remontée hier
Après la fraîcheur relative qui avait caractérisé la journée de mardi, la température est remontée hier à Ouagadougou, dépassant largement les 34°. Il a fait chaud et le temps était lourd, même si le taux d’humidité était relativement supportable. En somme, la température d’hier a été conforme à la moyenne saisonnière.

Des policiers se sont installés au Laico Hotel
Des policiers burkinabés et quelques soldats étaient visibles hier à l’entrée du hall du Laico Hotel, lieu d’hébergement des Verts. Ils se sont installés sur les lieux, en prévision de l’arrivée aujourd’hui de la délégation algérienne. Instruction leur a été donnée d’empêcher tout intrus d’y entrer à partir de cet après-midi.

Burkina Faso 2 Algérie 3
Le Burkina Faso a été battu par l’Algérie 2-3. Non, il ne s’agit pas du résultat du match aller des barrages pour la qualification au Mondial-2014. C’est juste le score du match amical disputé, hier en début de soirée, entre les supporters algériens et des fans burkinabés. Les nôtres se sont montrés plus adroits et plus efficaces. Gageons que ça donnera des idées aux Verts.

Les supporters enflamment l’avenue Houari-Boumediène
Beaucoup d’Algériens ne le savent sans doute pas, mais il y a une artère à Ouagadougou dénommée avenue Houari-Boumediène (au nom du défunt président Houari Boumediène). Elle est située au centre-ville, pas loin de l’aéroport. Quelques supporters algériens déjà présents au Burkina Faso s’y sont rendus, hier, créant une ambiance de feu qui a amusé et surpris les Burkinabés dont les plus jeunes ne comprenaient pas le lien entre les Algériens et Houari Boumediène.

Sankara, le «Che» de l’Afrique, admirait Boumediène
En fait, c’est le défunt président Thomas Sankara qui avait donné au pays son appellation actuelle (Burkina Faso) et supprimé le nom colonial de Haute-Volta, et qui a baptisé cette artère. Durant la courte période où il avait été chef de l’Etat (entre 1983 et 1987), il était connu comme un révolutionnaire invétéré qui chérissait les leaders qui tenaient tête à l’Occident et, pour lui, le défunt Boumediène en était un. C’est en signe d’estime que Sankara, le «Che Guevara» de l’Afrique, avait fait ce geste envers l’Algérie.


siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 15:12

Halilhodzic se contente de 2 séances tactiques

PUBLIE LE BUTEUR: 10-10-2013 |

Les Verts dès aujourd’hui à Ouagadougou. L’arrivée à 13h30 (heure locale).





Afin de préparer comme il se doit cette bataille de Ouagadougou, le sélectionneur national a axé le plus gros de son travail sur l’aspect psychologique. C’est ainsi qu’il s’est contenté de 2 séances tactiques seulement, exécutées à Sidi Moussa pour peaufiner la stratégie de jeu qui sera adoptée, ce samedi, face au Burkina Faso.

Les Verts dès aujourd’hui à Ouagadougou
Après s’être bien préparée ici à Alger, l’Equipe nationale se rendra aujourd’hui à Ouagadougou où se jouera le match aller de la double confrontation face au Burkina Faso, décisive pour une qualification au prochain Mondial 2014. Les Verts, décidés à revenir avec un résultat probant, à même de leur permettre d’entrevoir la seconde manche à Blida avec plus de sérénité, rallieront la capitale burkinabée à bord d’un vol affrété par la compagnie aérienne Air Algérie. En plus de la délégation algérienne, 15 gardes du corps seront aussi du voyage avec eux, pour sécuriser le séjour de l’EN au pays des hommes intègres.

L’arrivée à 13h30 (heure locale)
Le départ du vol spécial d’Air Algérie qui transportera les coéquipiers de Madjid Bougherra est prévu ce matin à 11h, heure algérienne. Le voyage durera au moins 3 heures et demi. Les capés sont donc attendus à l’aéroport de Ouagadougou vers 13h30, heure locale, 14h30 heure algérienne. Ce qui permettra aux joueurs de l’EN de s’acclimater aux conditions métrologiques qui règnent au Burkina Faso, avant cette empoignade cruciale qui les attend samedi à partir de 16h (heure locale).

Séance de décrassage cet après-midi
Comme cela est de coutume, le sélectionneur national a prévu une séance de décrassage ce jeudi. Après leur long voyage, les joueurs vont se dégourdir les jambes durant quelques minutes sur un terrain gazonné, situé non loin du lieu d’hébergement des Verts, à l’hôtel Laico.

Plusieurs séances vidéo pour décortiquer le jeu des Etalons
Le driver des Verts a surtout préféré bien expliquer l’aspect technique à ses capés, en visionnant plusieurs fois quelques séquences des matchs des Etalons. Convaincu que tout se jouera au mental, comme l’ensemble des joueurs de l’EN interrogés à propos de ce premier match qui aura lieu à Ouagadougou nous l’ont signifié à travers leurs déclarations, Halilhodzic ne rate aucune occasion pour les motiver et les exhorter à bien appliquer ses consignes sur le terrain.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 15:16

Les tickets pour les supporters «indépendants» au bureau d’Air Algérie

PUBLIE LE : 10-10-2013 |

20 bus réquisitionnés pour les supporters.


La question de la distribution des tickets aux supporters algériens qui viendront à Ouagadougou a été tranchée hier, suite à une réunion de coordination entre les représentants de la Fédération algérienne de football et des cadres de l’ambassade d’Algérie au Burkina Faso. Ainsi, les supporters qui viendront à travers les vols charters de Touring Voyages Algérie (les fameux 1000) se verront remettre leurs tickets d’entrée à leur débarquement à l’aéroport international de Ouagadougou. Il faut rappeler que lesdits tickets sont inclus dans le package du voyage organisé.

Un lieu à mi-distance entre l’aéroport et le centre-ville
Reste le quota des 500 tickets destinés à la communauté algérienne résidant au Burkina Faso ainsi qu’aux supporters qui sont déjà là et ceux qui viendront par leurs propres moyens, que ce soit d’Algérie ou d’Europe. Il a été décidé qu’il sera vendu dans le local du bureau d’Air Algérie à Ouagadougou, situé à la sortie de l’aéroport international. Après concertation, les responsables ont trouvé que c’est un point de collecte le plus pratique, vu qu’il se situe à mi-distance entre l’aéroport et le centre-ville.

Le siège de l’ambassade est trop éloigné
Au départ, il était prévu que les tickets soient distribués au siège de l’ambassade d’Algérie à Ouagadougou. Cependant, l’éloignement du lieu par rapport au centre-ville a été un facteur dissuasif. En effet, il y a environ une douzaine de kilomètres entre l’aéroport et Zone de bois, le quartier résidentiel où se trouve l’ambassade, ce qui fait un peu loin pour des Algériens étrangers à la ville et démunis de moyen de transport.

Les tickets disponibles dès ce matin
Les 500 tickets en question seront disponibles à partir d’aujourd’hui vers 08h30, au bureau d’Air Algérie. Seuls les Algériens pourront en bénéficier (le cas échéant, il sera demandé le passeport) afin d’éviter toute déperdition et, surtout, tout trafic de ces tickets, surtout que la FAF a dû insister auprès de la Fédération burkinabée de football, afin d’obtenir ce nombre relativement important de tickets.

200 tickets pour les invités de la FAF
Comme nous vous l’indiquions hier, la FAF a également obtenu 200 tickets supplémentaires. Ils sont destinés aux familles des joueurs, au personnel de l’ambassade d’Algérie à Ouagadougou ainsi qu’aux invités de Mohamed Raouraoua, président de la FAF, comme c’est l’usage dans pareils matchs officiels.


----------

20 bus réquisitionnés pour les supporters
Les supporters algériens qui effectueront le déplacement à Ouagadougou pour assister au match Burkina Faso-Algérie seront mis dans les meilleures conditions possibles. A cet effet, 20 bus ont été réquisitionnés pour les transporter de l’aéroport au stade, puis du stade à l’aéroport. Ces bus, équipés de toutes les commodités, ont été triés «au volet» par un membre du ministère des Affaires étrangères. D’autres bus sont mobilisés pour parer à tout imprévu.


siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 15:20

Halilhodzic aborde le Burkina avec sérénité

PUBLIE LE BUTEUR: 10-10-2013 |

Vahid a essayé deux variantes et hésite toujours


Bien que le sélectionneur national n’ait cessé d’afficher sa grosse inquiétude au sujet du manque de compétition accusé par la plupart de ses joueurs, la préparation pour ce match aller face au Burkina Faso se déroule dans de parfaites conditions. Le moins que l’on puisse dire est que Vahid, n’a pas trop de tracas. En effet, mis à part l’enjeu du match qui peut mettre sous pression le technicien bosnien, le fait que ses joueurs (les 26 convoqués) soient en bonne santé et qu’il n’y a aucun blessé à signaler constitue un avantage considérable, lorsqu’on sait que l’EN avait souvent été pénalisée par les blessures de ses meilleurs joueurs, avant chaque grand rendez-vous et autres compétitions internationales. Halilhodzic a eu la chance de convoquer tous ses joueurs habituels abordant, du coup, la rencontre de samedi avec une certaine sérénité. Un facteur important qui permettra aux Verts de garder toutes leurs chances de revenir avec un bon résultat de ce périlleux déplacement à Ouagadougou.

En 2009, avant le match face à l’Egypte, la moitié des titulaires étaient blessés
L’on se rappelle qu’à l’époque de Rabah Saâdane, et avant chaque match important, la liste des joueurs blessés ne cessait de s’allonger. Les Algériens se souviennent de la frénésie qui avait précédé la rencontre face à l’Egypte, au Caire, le 14 novembre 2009. Ce match, le dernier de la phase des poules des éliminatoires, avant celui du barrage, avait été préparé dans des conditions très compliquées. En effet, la moitié des joueurs titulaires souffraient de blessures et n’étaient pas certains de tenir leur place lors de cette rencontre décisive. On citera Bougherra, Antar Yahia, Ziani, Matmour et Meghni. Le staff technique de l’époque avait eu toutes les peines du monde pour travailler sereinement lors des séances d’entraînement. Tous ces joueurs avaient été contraints de suivre des entraînements spécifiques, et cela avait mis dans l’embarras Rabah Saâdane. Ce dernier, contrairement à Vahid, ne pouvait pas réellement se targuer d’avoir un effectif de qualité très riche. A cette époque, l’EN avait fait avec les moyens du bord, mais surtout a joué avec beaucoup de cœur et de volonté. Ce samedi, le peuple algérien espère voir le même état d’esprit sur la pelouse du stade du 4-Août.


Cela s’est passé lors de la séance de mardi
Vahid a essayé deux variantes et hésite toujours

Avant de prendre le vol à destination de Ouagadougou aujourd’hui, les joueurs de la sélection nationale continuaient leur préparation pour ce match barrage, au centre technique national de Sidi Moussa. Avant-hier après-midi, une nouvelle séance d’entraînement s’est tenue sur la pelouse principale du centre. Durant cette séance, le coach national a axé essentiellement son travail sur le volet tactique, mettant en place plusieurs ateliers. Un match d’application a été programmé vers la fin et a permis à Halilhodzic de mettre déjà en place son probable onze qui débutera ce samedi. Selon les échos qui nous sont parvenus, le sélectionneur national a essayé deux variantes de jeu durant ce test d’application, ce qui signifie qu’il n’est pas encore fixé de manière définitive sur le dispositif tactique qu’il mettra en place lors de la rencontre.

Il devait trancher hier sur son onze
Par ailleurs, et comme la dernière séance, à huis clos, était prévue pour hier après-midi, Vahid en a profité pour trancher quasiment sur le onze qui débutera face aux Etalons et le schéma tactique à utiliser. A 90%, le sélectionneur national a dans sa tête son plan de bataille. Reste à espérer que d’ici à là, il n’y aura pas de joueurs blessés qui pourraient compliquer davantage la tâche aux Verts.


Les joueurs ont encore supervisé les Etalons
Après une première séance de visionnage de l’adversaire effectuée lundi soir, le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, a de nouveau regroupé ses joueurs, avant-hier soir, dans la grande salle du centre technique de Sidi Moussa, afin de superviser deux autres matchs des Etalons. L’occasion pour les Verts de connaître davantage leur futur adversaire et se fixer de manière plus précise sur ses points forts et faibles. Halilhodzic, qui accorde une grande importance à l’étude du jeu des Burkinabés, dispose désormais d’une plus grande idée sur l’équipe, de quoi l’aider à mettre en place son meilleur dispositif tactique ce samedi.

Vahid met en garde son groupe
Lors de cette séance de visionnage, Vahid Halilhodzic ne se privait pas d’arrêter presque systématiquement la vidéo pour expliquer à ses poulains le jeu des Burkinabés. Le coach national a tenu une énième fois à mettre en garde ses joueurs contre tout relâchement qui pourrait coûter très cher à l’EN lors de cette manche aller. Il a aussi donné beaucoup de consignes. Rigueur et concentration seront donc les maîtres-mots au stade du 4-Août de Ouagadougou, ce 12 octobre. Soulignons, enfin, qu’une nouvelle séance de visionnage, la dernière sans doute avant le déplacement pour le Burkina Faso, a eu lieu hier.



siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 16:58

Vidéo: L'arrivée des Verts à l'Hôtel


siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Jeu 10 Oct - 19:21

Arrivée, dans la confusion, des Verts à Ouaga



L’équipe algérienne de football est arrivée jeudi après-midi à Ouagadougou en vue de son match face à la sélection burkinabé samedi (17h00, heure algérienne) en barrage aller de la coupe du monde 2014 du Brésil. En raison de la présence massive de supporters algériens à l’aéroport de Ouagadougou, les coéquipiers de Madjid Bougherra ont eu du mal à se frayer un chemin vers le bus qui allait les conduire ensuite à leur lieu de résidence, l’Hôtel Laico, distant de 5 km de l’aéroport international de Ouagadougou. Après leur descente d’avion, l’entraîneur national, Vahid Halilhodzic, a été le premier à faire son apparition dans le hall de l’aéroport. Il a vite rebroussé chemin face à la ruée des supporters qui voulaient chacun l’approcher. Cela a dissuadé également les joueurs de sortir. Les accompagnateurs des Verts ont tenté, tant bien que mal, de mettre un terme à la cohue, mais sans succès. Ce n’est donc que très difficilement que tout le groupe a fini par rejoindre le bus au parking de l’aéroport. Sans escorte policière, le bus des Verts a parcouru en un quart d’heure le trajet menant à l’hôtel. Il était suivi par des groupes de supporters, dont certains ont même loué des motos pour accompagner leurs idoles jusqu’à leur lieu d’hébergement. Bougherra et ses coéquipiers pouvaient dès lors souffler. Ils sont vite montés dans leurs chambres au niveau des étages supérieurs. Cela n’a pas pour autant décourager les fans qui se sont ainsi rassemblés devant le portail de l’hôtel. Ils attendaient que les joueurs redescendent pour effectuer leur séance de décrassage juste en face de leur quartier général de "Ouaga". En attendant, Ils sont déjà rassurés qu’ils ne seront pas "orphelins" sur le terrain du stade du 4-août après avoir vécu un avant-goût de l’ambiance que les supporters algériens comptent créer samedi dans l’antre préféré des Etalons. Source : aps.dz

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par rachid_as le Jeu 10 Oct - 22:34

تقرير الجزيرة الرياضية عن المنتخب الوطني الجزائري


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:31

Burkina Faso - Algérie J-1 : Les joueurs sommés de faire la queue à l’hôtel et de passer leurs objets personnels au scanner

PUBLIE LE BUTEUR : 11-10-2013 |

Aucun cadre important de la FBF pour accueillir des Verts. Yebda : «C’est réconfortant d’être suivis par nos supporters.»




Une guerre psychologique prend parfois des formes inattendues. Il y en a une que les joueurs de la sélection nationale avaient cru découvrir à leur arrivée à Ouagadougou : les mesures de sécurité sélectives. On peut être laxiste dans le contrôle et la protection des joueurs comme on peut être à cheval sur les moindres détails. Etait-ce donc une nouvelle bataille qui leur était livrée ?

A l’arrivée, laxisme en matière de protection et absence même d’escorte
Quelques détails les a fait douter. Par exemple, à la sortie du hall des arrivées internationales, les policiers n’avaient presque rien fait pour éviter aux joueurs le contact et la bousculade avec les supporters algériens, à tel point que ce sont Djahid Zefizef, vice-président de la FAF, et les agents de sécurité algériens ayant accompagné l’équipe qui ont été obligés de constituer, avec leurs corps un cordon de sécurité afin d’ouvrir le chemin aux joueurs et à leurs accompagnateurs. Plus même : le bus a rejoint l’aéroport sans les fameux motards qui ouvrent et balisent le parcours. Cela n’a pas eu de graves conséquences puisqu’il n’y avait pas d’encombrements à cette heure-là, mais le bus aurait pu être retardé si la circulation était moins fluides ou si des Algériens ou Burkinabés avaient eu l’idée d’obstruer le chemin de la délégation.

Des joueurs ont dû poireauter à l’entrée de l’hôtel durant une dizaine de minutes
A l’inverse, les mesures de sécurité ont été strictes à l’entrée de l’hôtel. Inexplicablement strictes. Que l’accès au hall soit surveillé afin d’éviter les intrus, surtout les supporters et les journalistes, est on ne peut plus normal, mais que le large portail soit réduit à une porte étroite par où ne peut accéder qu’une seule personne à la fois et qu’obligation soit faite à chaque membre de la délégation de faire passer tous ses objets par un scanner, c’est une mesure inédite s’agissant d’une délégation officielle. Les joueurs ont dû faire la queue devant la porte et ceux qui étaient en «dernier» ont dû poireauter jusqu’à une dizaine de minutes pour pouvoir entrer.

Durant les jours précédents, l’accès se faisait sans contrôle par scanner
Cette mesure est d’autant plus étonnante, durant les jours passés, le portail était non seulement largement ouvert, mais l’accès n’était pas soumis à la fouille à travers le portique de sécurité. Nous avons nous-mêmes accédé au Laico Hotel mardi et mercredi sans qu’on ne nous ai demandé de faire passer nos objets par le scanner. Comment exiger cette mesure pour des joueurs venus jouer un match, de surcroit en délégation officielle, et pas à des étrangers à l’hôtel ? Aux yeux de certains joueurs, il y a de la provocation et de la déstabilisation dans l’air.

2 ministres étaient à l’hôtel, tout simplement
Or, l’explication est toute autre. En fait, le Laico Hotel, qui est l’hôtel le plus huppé du Burkina Faso, s’apprête à accueillir un congrès international qui verra la participation de 38 pays, dont certains représentés par leurs chefs de l’Etat. De plus, deux ministres étaient hébergés hier dans cet établissement. C’est ce qui explique les mesures de sécurité prises exceptionnellement hier et qui ne visaient nullement la délégation algérienne. Fausse alerte, donc. Il ne s’agissait pas d’une bataille dans la «guerre psychologique» que se livrent les deux sélections.

-----------

Aucun cadre important de la FBF pour accueillir des Verts
La délégation algérienne ne s’attendait sûrement pas à un accueil royal à son arrivée à l’aéroport international de Ouagadougou, mais elle espérait juste un accueil cordial. Finalement, les Verts ont été accueillis d’une manière correcte, sans plus. En effet, il n’y a eu aucune personnalité importante de la Fédération burkinabèe de football à l’aéroport, si ce n’est un représentant. En plus clair, le responsable du football du pays, Sita Sangaré, n’était pas présent. En fait, ce n’est pas ce que la délégation algérienne n’a pas appréciée, mais plutôt la qualité du représentant envoyé, qui est un fonctionnaire sans un «grade» important.

Raouraoua n’a pas apprécié et peut rendre la pareille aux Burkinabés
Mohamed Raouraoua, président de la FAF, qui présidait la délégation algérienne, n’a rien laissé paraître officiellement, mais il n’a certainement pas apprécié. Les Verts étaient en droit de trouver un comité d’accueil qualitatif, vu l’enjeu du match et, surtout, la qualité de la composante de la délégation algérienne, à sa tête un membre du Comité exécutif de la FIFA et de celui de la CAF. Il n’est pas à écarter que le patron de la FAF rende la pareille aux Burkinabés au match retour en leur envoyant un banal fonctionnaire à leur accueil à l’aéroport Houari-Boumediène.

Pour les Burkinabés, c’est une riposte à l’accueil qui leur a été réservé à Alger
Du côté burkinabé, on se refuse de dramatiser la situation. Des voix ont même avancé que c’était juste une riposte à l’attitude des Algériens à l’égard de la sélection du Burkina Faso lors de son déplacement à Alger, en fin mai, pour y disputer une rencontre amicale contre l’Algérie le 1er juin. Elles rappellent qu’il n’y avait aucun membre du Bureau fédéral à l’accueil et qu’il était donc tout fait équitable que la politesse soit rendue aux Algériens.

En mai, ce n’était pas un match officiel, ce n’était pas une date FIFA et Sangaré n’était pas chef de délégation
Ce que ces voix oublient de préciser, c’est qu’à l’époque, il s’agissait d’une simple confrontation amicale, de surcroit en dehors des dates FIFA. Donc, la FAF n’était pas dans l’obligation de dérouler le tapis rouge. De plus, la sélection burkinabée était arrivée à l’avance pour ’effectuer un stage à Alger en prévision de son déplacement au Niger la semaine d’après, pour y affronter la sélection locale. Encore plus : la délégation burkinabèe n’était pas présidée par Sita Sangaré. Donc, nul besoin, à l’époque, que Raouraoua se déplace en personne pour l’accueillir. Le contexte est donc différent et c’est pour ça que le patron de la FAF ne décolère pas.

-----------

Il ne s’est pas entraîné hier
Ghilas incertain

Nabil Ghilas est incertain pour le match de demain face au Burkina Faso, pour le compte de la première manche des barrages de la Coupe du monde. Selon une source bien informée, l’attaquant du FC Porto souffre d’une blessure au niveau de la cheville, qu’il a contractée durant le stage de Sidi Moussa. Du coup, Vahid Halilhodzic va se retrouver dans une situation très embarrassante demain, dans le cas où le forfait de Nabil Ghilas venait à se confirmer. Hier au cours de la séance de décrassage, l’attaquant du club portugais ne s’est pas entraîné. Le sélectionneur national a pris la décision de laisser le joueur à la disposition du staff médical de l’EN, dans le but de le préparer pour cette rencontre importante, face aux Etalons. Le joueur est en train de subir des soins intensifs et sa participation devrait être décidée ce soir ou au plus tard demain, dans la matinée. Ainsi, Halilhodzic pourrait se retrouver avec uniquement deux solutions en pointe de l’attaque de l’EN, au lieu de trois.

-----------

Yebda : «C’est réconfortant d’être suivis par nos supporters»
Hassan Yebda est l’un des rares rescapés de la campagne de Omdourman à être présent dans ces barrages pour le Mondial-2014. Il sera un élément important de par son expérience. A son arrivée à l’aéroport de Ouagadougou, il a bien voulu s’exprimer sur le match qui attend ses coéquipiers samedi contre le Burkina Faso.

Vous êtes à présent à Ouagadougou. Comment se présentent les choses pour vous ?
On espère faire un bon match. Nous sommes venus pour ça. Nous nous sommes bien préparés pour cette confrontation et il est évident que nous soyons motivés. Nous allons faire de notre mieux pour réaliser le meilleur résultat possible.

L’ambiance que vous avez trouvée ici ne vous rappelle-t-elle pas quelques bons souvenirs d’il y a quatre ans ?
Oui, ça me rappelle forcément des souvenirs inoubliables d’une certaine époque. Nous vivons maintenant le moment présent et j’espère personnellement construire de bons souvenirs de nouveau.

Bien préparés pour ce match ?
Oui. Psychologiquement et physiquement, nous nous sentons prêts. Nous sommes surtout motivés vu l’importance de l’enjeu. En tout cas, ce que nous pouvons promettre, c’est de faire de notre mieux et donner le meilleur de nous-mêmes.

Est-ce réconfortant de trouver des supporters algériens à votre accueil dans un match à l’étranger ?
Oui, très réconfortant. Cela fait très plaisir de nous voir suivis partout par nos supporters. Nous avons l’assurance d’être soutenus pendant le match. On verra ce que ça va donner sur le terrain.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:38

Burkina Faso-Algérie J-1 : Raouraoua en colère

PUBLIE LE BUTEUR: 11-10-2013 |

La salle d’attente trop exiguë pour les fans de l’EN. Ils ont envahi la salle d’arrivée pour accueillir les Verts. Halilhodzic est sorti difficilement.




L’arrivée de l’Equipe nationale hier en début d’après-midi à Ouagadougou était un événement qui ne pouvait pas échapper aux Burkinabés, même ceux qui n’ont rien à voir avec le football. A l’aéroport international de Ouagadougou, on dirait qu’on était à Alger, tellement les couleurs algériennes dominaient. En effet, environ 200 supporters se sont rendus à l’aéroport pour accueillir les protégés de Vahid Halilhodzic et les encourager, en vue de cette rencontre importante prévue demain au stade du 4-Août de Ouagadougou. A l’arrivée des Verts à Ouagadougou, et avant qu’ils quittent la salle d’embarquement, l’anarchie a régné à l’aéroport, car tout le monde voulait voir les joueurs de près et prendre des photos souvenirs avec eux. Cette situation n’a pas du tout plu au président de la Fédération algérienne de football, Mohamed Raouraoua. Il était dans une colère noire. D’ailleurs, sollicité par nos soins, le président de la FAF nous a déclaré : «De quelles impressions vous parlez, pas dans ces conditions.»

La salle d’attente trop exiguë pour les fans de l’EN
Les supporters des Verts et la presse algérienne présente en force ici à Ouagadougou ont commencé à envahir l’aéroport plus d’une heure avant l’atterrissage de l’avion de la compagnie nationale Air Algérie sur le tarmac de l’aéroport de Ouaga. Au fur et à mesure, le nombre de supporters augmentait, sans parler des journalistes présents sur les lieux. Ainsi, la salle d’attente s’est avérée trop exiguë pour contenir tout ce monde. A ce moment-là, il fallait s’attendre à ce que les choses débordent face à la présence très faible de policiers.
Ils ont envahi la salle d’arrivée pour accueillir les Verts
Une fois les joueurs de l’EN sont apparus de la salle d’attente, les supporters ont commencé à s’approcher de la porte qui mène vers la salle d’arriver. Soudain, ils ont commencé à s’infiltrer à l’intérieur, alors qu’il leur est strictement interdit d’y pénétrer. L’un après l’autre jusqu’à ce que la salle soit envahie par les supporters et les journalistes algériens en même temps. Ce qui a rendu la sortie des Verts pratiquement impossible.

La police burkinabé dépassée
Les Burkinabés étaient complètement dépassés, que ce soit les responsables de l’aéroport ou la police locale, qui était censée être présente en grand nombre à l’aéroport, comme au Joly Hôtel, lieu d’hébergement des Etalons. L’ambassadeur d’Algérie à Ouagadougou et tous les représentants de la diplomatie algérienne dans ce pays, le vice-président de la FAF, Djahid Zefzef, et Brahim Benyacine, ont tenté de régler le problème en essayant de convaincre les supporters de laisser les joueurs quitter l’aéroport pour aller se reposer, après un harrasant long voyage.

Les Burkinabés ont laissé faire les choses pour déconcentrer les Verts
La question qui se pose actuellement, c’est pourquoi les autorités burkinabé n’ont pas pris les mesures nécessaires pour permettre à la délégation algérienne de quitter l’aéroport de Ouagadougou immédiatement, pour lui permettre de se reposer à l’hôtel Laico. Celle-ci reste sans réponse, puisque les aéroports du monde entier sont très sécurisés, y compris en Afrique noire. D’ailleurs, à Cotonou au Bénin, il y avait une cinquantaine de fans des Verts et de nombreux journalistes, mais les autorités avaient maîtrisé la situation à l’intérieur de l’aéroport en donnant des instructions fermes aux policiers. De leur côté, les Burkinabés étaient plus indulgents. Pire, c’est qu’ils ont fermé les yeux sur tout. A-t-on fait exprès pour tenter de déstabiliser les Verts ? C’est fort possible que ce soit le cas car, souvent en Afrique, on a recours à ce type de pratique.

Halilhodzic est sorti difficilement
Le premier à quitter l’aéroport était le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic. Il était surpris de voir tout ce beau monde à l’attente des Verts. D’ailleurs, il a trouvé les pires difficultés à se libérer de ce lieu. Entouré de la presse, Halilhodzic a refusé de faire la moindre déclaration, alors que les supporters voulaient prendre avec lui des photos souvenirs.

Les joueurs sont allés en marche vers le bus… à cause de son stationnement
Un autre point qu’il faut signaler aussi, le bus qui devait transporter les Verts de l’aéroport était resté au parking. Le chauffeur ne pouvait garer devant l’aéroport, comme d’habitude. On ignore jusque-là les raisons, mais il faut savoir que cela a tout simplement rendu la tâche des joueurs difficile. Pour rejoindre le bus, il fallait faire plus de cent mètres avec les supporters.

Le bus a quitté l’aéroport difficilement
Une fois dans le bus, le chauffeur a trouvé les pires difficultés pour avancer, ne serait-ce d’un mètre. Les supporters ont couvert le bus entièrement en scandant «One, two, three, viva l’Algérie !» Il aura fallu une dizaine de minutes pour qu’il quitte le parking et rejoindre l’hôtel Laico.

Les agents de police algériens ont fait le travail des Burkinabés
Si les joueurs ont réussi à quitter l’aéroport de Ouagadougou, c’est quelque part grâce aux agents de sécurité algériens qui essayaient par tous les moyens de leur frayer un chemin au milieu de la foule. C’est pour dire que les policiers algériens dépêchés par la DGSN ont fait le travail de leurs homologues burkinabés.

Les joueurs étaient contents de l’accueil chaleureux
De leur côté, les joueurs étaient très ravis de l’accueil chaleureux du public. La majorité d’entre eux ne s’attendaient pas à une telle réception, au point où Liassine Cadamuro, le défenseur de la Real Sociedad, a déclaré : «C’est un accueil chaleureux. Nos supporters sont formidables et on les remercie pour la circonstance.»

Les Verts n’étaient pas escortés
Le plus étonnant dans toute cette affaire, c’est que l’Equipe algérienne n’a pas eu droit à une escorte de la police burkinabé. D’ailleurs, le bus a mis du temps pour arriver à l’hôtel Laico. Autour du bus, il y avait des supporters de l’EN et des représentants de la diplomatie algérienne au Burkina Faso. Un comportement grave de la part des responsables de la Fédération burkinabé, lesquels n’ont pas daigné faire le moindre effort.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:41

Les Verts ont pris leurs quartiers au Laico Hotel

PUBLIE LE BUTEUR: 11-10-2013 |

Halilhodzic : «Il fait chaud, Il fait chaud, le match sera très chaud !»




Les Verts sont à Ouagadougou. Après cinq jours de préparation au Centre technique de Sidi-Moussa, ils sont arrivés hier dans la capitale du Burkina Faso où la première manche des barrages pour la qualification à la Coupe du monde 2014 les attend.

Le commandant Barache fait atterrir l’avion à 13h40
Comme c’est devenu une habitude, c’est par vol spécial que la délégation algérienne a rallié l’aéroport international de Ouagadougou. L’avion, piloté par le commandant Barache, a atterri sur l’aérodrome à 13h40, heure locale, soit presqu’à l’heure d’arrivée prévue. Comme le trafic n’est pas important dans cet aéroport, l’avion a fait moins de trois minutes pour arriver à son aire de stationnement. La navette a transporté les passagers jusqu’à la zone internationale des arrivées.

Les formalités de police facilitées
Comme promis par les autorités du Burkina Faso, les formalités de police ont été allégées. La vérification des visas et l’apposition du cachet d’entrée se sont faits de manière collective par l’intermédiaire d’un membre de l’ambassade d’Algérie à Ouagadougou. Les joueurs ont été rapidement regroupés et sortis du hall international. Restait à les sortir de l’aérogare, une tâche qui n’a pas été facile vu la présence de nombreux supporters algériens et l’absence d’un cordon de sécurité clair.

Pas facile aux joueurs de se frayer un chemin vers le bus
Toujours est-il que les joueurs se sont plus ou moins facilement frayés un chemin jusqu’au parking de l’aéroport où le bus qui leur a été affecté était stationné. Entre les sollicitations des journalistes, celles des supporters pour des photos souvenirs et la présence curieuse de plusieurs badauds, cela n’a pas été chose aisée. Il aura fallu une dizaine de minutes pour que l’ensemble des joueurs et quelques membres des staffs technique et administratif montent dans le bus.

Le bus escorté par des véhicules de l’ambassade et… des supporters
Le transfert de l’aéroport vers le Laico Hotel, lieu d’hébergement des Verts, s’est fait en une vingtaine de minutes. Finalement, il n’y a pas eu d’escorte policière, comme c’était prévu, et cela était bien curieux. Le bus était escorté uniquement par des véhicules de l’ambassade d’Algérie à Ouagadougou et ceux de… supporters algériens. Pas de motards ni de policiers. Il a donc roulé à une vitesse normale, s’arrêtant même aux feux de signalisation, mais heureusement qu’il n’y avait pas d’encombrement à ce moment-là.

Les joueurs dans leurs chambres à 14h30
Les joueurs ont pu regagner leurs chambres vers 14h30 pour s’installer et effectuer une courte sieste réparatrice. Le reste de la délégation est arrivé par minibus quelques minutes plus tard. Quant au matériel transporté (équipements et nourriture), il a été ramené dans un camion. La journée s’est terminée par une séance de décrassage qui a débuté à 16h, heure locale, soit à l’heure du match, et par le dîner préparé par le cuisinier attitré des Verts, Farid, avec des ingrédients ramenés d’Algérie. Les joueurs ont donc pris leurs quartiers à Ouagadougou. Le match, dans les esprits, a déjà commencé.


Halilhodzic : «Il fait chaud, Il fait chaud, le match sera très chaud !»
Vahid Halilhodzic n’a pas souhaité communiquer tout au long des jours qui ont précédé Burkina Faso- Algérie. Le sélectionneur national n’a pas communiqué de liste (la FAF s’est contenté d’envoyer les convocations aux joueurs» et n’a pas organisé de point de presse, comme il est de coutume chez lui depuis sa venue. Très stoïque, le Bosnien est resté longtemps de marbre aux sollicitations des journalistes avant de lâcher, à l’arrivée à Ouagadougou, une petite phrase à chaud ! «Il fait chaud, il fait chaud ! Le match sera très chaud !» Prometteur !


Les supporters «algérianisent» Ouaga et conquièrent les Burkinabés
L’espace d’un après-midi, l’aéroport international de Ouagadougou a été «algérianisé». La présence conjuguée d’une cinquantaine de supporters algériens et d’autant de représentants des médias a fait qu’un brouhaha terrible a été vécu dans le hall des arrivées. Cela conforte l’impression constatée ici depuis quelques jours : ce sont les supporters algériens qui font l’ambiance dans la capitale burkinabèe.

Tambour, drapeau, maillots et même les drapeaux de la Palestine et du… Brésil
Hier, toute la panoplie du parfait supporter était de sortie : le tambour, la vuvuzela, l’emblème national, les maillots de la sélection, les écharpes… On a vécu en miniature ce que ce même aéroport va vivre demain, samedi. L’ambiance folle était de mise. Pour la circonstance, deux drapeaux nationaux n’ont pas été oubliés : celui de la Palestine, devenu presque une «constante» dans les déplacements des supporters algériens, et celui du… Brésil. En effet, on ne perd pas le nord parmi les fans. C’est bien pour aller au Brésil que cette aventure a lieu et c’est la moindre des choses que l’emblème du pays que les Verts veulent visiter à titre «officiel» l’été prochain soit exhibé.

Les joueurs apprécient, même si les «collants» les énervent
«Qui aime trop mal étreint.» C’est ainsi qu’on pourrait expliquer la relation aussi passionnée que tendue entre les joueurs algériens et les supporters. Autant les Verts ont été ravis et rassurés de voir des Algériens présents à Ouagadougou pour les soutenir, autant ils ont été dérangés par leur présence un peu trop «collante», ce qui les a quelque part exaspérés. Ce n’est pas simple, mais il faut faire avec. Même si des joueurs ont refusé de prendre des photos à l’aéroport, estimant que le moment était inapproprié, ils étaient au fond très heureux de se voir soutenus même au pays des Burkina.

«On espère que vous serez tout aussi sympas avec nous»
La plus belle image de l’avant-match Burkina Faso-Algérie a été incontestablement la communion fraternelle entre les supporters algériens et la population locale. Les Burkinabés sont d’une gentillesse inouïe et, tous patriotes et motivés qu’ils sont dans l’espoir de voir le Burkina Faso pour la première fois dans un Mondial, ils n’en font pas une question de vie ou de mort. Ils veulent que le Burkina gagne, mais sans plus, d’où leur amusement à voir les Algériens créer une ambiance festive dans la ville en s’adhérant totalement. On se chambre, on se taquine, mais sans plus. «On espère que vous serez tout aussi sympas avec nous au match retour», a «osé» Soumaïla, chauffeur de taxi. Ça reste à voir…


Le bus des Verts a failli tomber en panne
Imaginez une sélection nationale qui arrive dans un pays où elle doit jouer un match officiel et qui ne trouve pas le bus chargé de la transporter vers l’hôtel. N’est-ce pas une situation embarrassante ? Les Verts ont failli vivre cette situation insolite, à cause de la mauvaise appréciation d’un chauffeur.

Zefizef avait demandé de maintenir la climatisation allumée, en attendant les joueurs
Tout a commencé avec l’arrivée à l’aéroport international de Ouagadougou du bus affecté au transport des Verts. Djahid Zefizef, vice-président de la FAF, envoyé au Burkina Faso trois jours à l’avance, pour préparer l’arrivée de la délégation algérienne, a demandé au chauffeur de maintenir la climatisation allumée, afin que les joueurs ne trouvent pas une atmosphère lourde lorsqu’ils y monteront. Mais voilà que ledit chauffeur se présente à l’entrée du hall des arrivées internationales et fait transmettre à Zefizef qu’il doit se déplacer avec le bus, pour faire le plein d’essence.

Le chauffeur a voulu aller faire le plein car la climatisation a consommé le carburant
Informé, le vice-président de la FAF a accouru vers lui pour lui demander des explications. «Je lui ai expliqué qu’à force d’avoir laissé la climatisation fonctionner, la quantité du carburant a baissé dans le réservoir et que j’étais obligé de passer à la pompe, si la délégation tarderait encore à arriver», nous a expliqué le malheureux chauffeur. Furieux, Zefizef lui a demandé : «Comment osez-vous venir à une mission avec un manque de carburant ? Et si le bus tombait en panne d’essence ?» Impassible, le chauffeur lui a rétorqué qu’il y avait encore assez de carburant pour aller à l’hôtel, à condition que l’attente ne soit pas trop longue.

Pas question que le bus se déplace, avant l’arrivée des joueurs
Le représentant de la FAF a été catégorique : pas question que le bus quitte l’aéroport sans les joueurs. Il pourrait tarder en allant refaire le plein et les joueurs seraient condamnés à attendre debout dans le parking, puisqu’il n’y avait pas de salon où ils pourraient patienter. Pour le bonheur des Algériens, l’avion des Verts a atterri quelques minutes plus tard et le bus a pu les transporter vers leur hôtel en ayant maintenu la climatisation allumée et sans panne d’essence en chemin. Ouf ! Zefizef a eu… chaud !

Le bus changé pour le décrassage
Ce qui est sûr, c’est que le bus a été changé –et le chauffeur avec, certainement- puisque, pour la séance de décrassage qui a eu lieu une heure et demie après l’arrivée des joueurs au Laico Hotel, c’est un bus bleu (le premier était vert) qui a fait faire aux Verts le très court trajet entre l’hôtel et le terrain. Sûr que, désormais, les responsables de la délégation vérifieront l’indicateur de carburant, avant de démarrer…

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:46

Un décrassage d’une heure sans ballon dans l’après-midi

PUBLIE LE BUTEUR: 11-10-2013 |

Soudani : «On s’est habitués aux conditions climatiques difficiles»




Comme prévu, la sélection algérienne a effectué une séance de décrassage dans l’après-midi d’hier sur un terrain situé à quelques encablures du Laico Hotel. Ce qui n’était pas prévu, c’est l’heure à laquelle ce décrassage a eu lieu. Prévu initialement à 16h45, il a été avancé à 16h.

Halilhodzic a avancé la séance à 16h, heure du match
Vraisemblablement, c’est sur décision de Vahid Halilhodzic que la séance de décrassage a eu lieu à cette heure-là. Il a voulu à ce qu’elle se fasse à l’heure du match afin que les joueurs soient dans les mêmes conditions de chaleur que celles qui devraient régner au coup d’envoi du match. Trois quarts d’heure de différence en fin d’après-midi, c’est quelques degrés de moins en matière de température. Cela pourrait se ressentir samedi, d’où la précaution d’effectuer l’entraînement dans les conditions climatiques de la confrontation.

4 km courus par 36° pour s’habituer aux conditions de jeu
En fait, il n’y a pas eu d’entraînement technique à proprement dit. Il s’agissait d’un vrai décrassage, c’est-à-dire une séance destinée plus aux muscles et aux articulations afin d’évacuer la fatigue du voyage. D’abord, le groupe des 26 joueurs (Kamel Ghilas, blessé, manquait à l’appel) a été soumis à environ une demi-heure de footing sous la conduite de l’inusable Vahid Halihodzic, qui a couru en tête. Quelque dix tours de piste ont été effectués, soit l’équivalent de 4 kilomètres environ. 4 kilomètres de course à 36° de chaleur, c’est une très bonne préparation pour une adaptation aux conditions de jeu, où les Burkinabés tenteront de faire le pressing pour épuiser physiquement les Algériens.

Une vingtaine de minutes d’étirement afin de récupérer du voyage
La deuxième partie de la séance a été une longue séance d’étirement. On dit longue car elle a quand même duré une vingtaine de minutes. On sait que les joueurs ont généralement horreur des étirements, un exercice que beaucoup d’entre eux estiment fastidieux, mais le staff médical a jugé nécessaire d’axer dessus afin de permettre aux corps des joueurs de bien récupérer du voyage et du footing qu’ils venaient d’effectuer. En somme, le décrassage, qui a duré une heure, sans ballon, n’a rien montré aux éventuels «espions» du sélectionneur du Burkina Faso qui, peut-être, étaient tapis quelque part autour du terrain.
-------------------------
Soudani : «On s’est habitués aux conditions climatiques difficiles»
Une fois à l’aéroport de Ouagadougou, Hillal Soudani s’est exprimé sur le match de demain face aux Etalons du Burkina Faso. L’attaquant du Dinamo Zagreb estime que l’EN est devenue habituée à ce genre de climat en Afrique noire. Il a déclaré à ce propos : «Je ne veux pas parler du climat. On est devenus habitués au climat. Pour moi, ce n’est pas un grand problème.»

Ultime séance de visionnage hier soir
Le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, a programmé hier soir une séance de visionnage vidéo, au niveau de l’hôtel Laico de Ouagadougou. Ce sera, en effet, la dernière séance visionnage, avant le coup d’envoi du match de demain, et ce, après avoir effectué trois séances de visionnage au Centre technique national de Sidi Moussa, durant le stage.
-------------------------
Sadi a refusé le scannage des empreintes biométriques
Même si les autorités burkinabé ont tout fait pour faciliter les formalités de police pour les membres de la délégation algérienne, la police des frontières a insisté quand même pour que tous subissent le scannage des empreintes digitales. Walid Sadi, responsables des sélections nationales, a catégoriquement refusé, arguant qu’il s’agissait d’une délégation officielle et qu’un accord avait été obtenu des autorités pour ne pas appliquer cette mesure. Devant son intransigeance, la PAF a renoncé.
-------------------------
Les motards ne sont apparus que dans l’après-midi
Le bus ayant transporté la délégation algérienne de l’aéroport de Ouagadougou vers leur hôtel a circulé sans escorte policière. Ce n’est que l’après-midi, à l’occasion de la sortie pour le décrassage, que des motards ont fait leur apparition pour ouvrir la voie au véhicule transportant les Verts. Ça valait peu la peine puisqu’il y avait une centaine de mètres seulement entre l’hôtel et le terrain sur lequel le décrassage a été effectué.
-------------------------
L’agence d’Air Algérie prise d’assaut pour les tickets
L’agence Air Algérie de Ouagadougou a été prise d’assaut hier par les supporters algériens présents pour acquérir les tickets réservés à ceux qui sont venus par leurs propres moyens. Les tickets leur étaient délivrés sur simple présentation de leurs passeports.
-------------------------
Plusieurs supporters rentreront deux heures avant l’Aïd
Plusieurs supporters algériens ne rentreront en Algérie que le 15 octobre à l’aube, soit deux heures seulement avant l’Aïd El Adha. Pour ceux qui habitent Alger et ses environs, il n’y aura pas de problème, mais ce sera différent pour ceux qui résident loin de la capitale, surtout que ce ne sera pas évident de trouver des taxis en cette matinée de jour sacré. D’ailleurs, les supporters ont scandé à l’aéroport : «Allah ou Akbar ou Lillah el hamd» qui est psalmodié dans les mosquées avant la prière de l’Aïd, comme pour dire qu’ils ont fait un sacrifice en ratant ce jour.
-------------------------
Burkina Faso - Algérie diffusé sur 5 chaînes
Après plusieurs jours de négociations, les responsables de la télé nationale ont fini par trouver un accord avec la boîte Sport Five et acheter enfin les droits de retransmission de la rencontre barrage aller mettant aux prises le Burkina Faso avec notre sélection nationale. Cependant, le match sera diffusé uniquement sur la chaîne terrestre, puisque l’accord ne comprend pas la retransmission directe sur les autres chaînes satellitaires que compte l’entreprise publique. Par ailleurs, le groupe qatari Al Jazeera Sport a annoncé que le match sera diffusé en clair sur la chaîne JSC 1, en plus des JSC+8 et JSC HD2 et sur la chaine française Canal+Sport. Le commentaire du match sera assuré par les deux Algériens, Hafid Derradji et Abdelkader Cheniouni. Rappelons que le coup d’envoi du match est prévu pour 16h, heure locale, 17h heure algérienne.

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:48

Halilhodzic prévient ses joueurs : «Jouez à fond, mais faites attention aux cartons !»

PUBLIE LE BUTEUR: 11-10-2013 |

Il faudra maîtriser ses nerfs et ne pas contester les décisions arbitrales


On est désormais à J-1 du match très important face au Burkina Faso, comptant pour la manche aller du barrage qualificatif au Mondial-2014. La pression s’accentue et la ferveur commence à s’emparer des supporters. Un match que les Verts se doivent de bien négocier afin de mieux aborder celui prévu à Blida le mois prochain et ainsi obtenir le billet qualificatif au Mondial-2014. Justement, pour ne pas rater déjà ce premier rendez-vous, le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, n’a rien laissé au hasard, préparant son équipe dans de parfaites conditions. Le coach a insisté beaucoup sur l’étude de jeu de l’adversaire avec ses poulains, leur donnant de nombreuses consignes. Aussi, et selon les échos qui nous sont parvenus, Vahid a mis en garde ses joueurs contre les cartons gratuits. En effet, celui-ci leur a certes demandé de jouer «à fond et de donner tout» lors de la rencontre de demain, mais a insisté sur le fait de rester calme dans le jeu et éviter les fautes bêtes, qui conduiraient à l’avertissement. Le match parfait pour le technicien bosnien : un bon résultat, avec un minimum de cartons et surtout pas de blessés.

Six joueurs risquent de rater la manche retour
Dans son discours, Vahid Halilhodzic a surtout visé les joueurs qui cumulent déjà un avertissement et qui, en cas d’un nouveau carton demain après-midi, manqueraient à l’appel le 19 novembre prochain à Blida. En effet, comme rapporté déjà dans l’une de nos précédentes éditions, six joueurs de l’EN sont sous la menace : Sofiane Feghouli, Islam Slimani, Adlène Guedioura, Essaïd Belkalem, Madjid Bougherra et, enfin, Hassan Yebda. Ces éléments devront faire très attention et éviter de tomber dans le piège des Burkinabés pour ainsi pouvoir répondre présents lors du match retour. La catastrophe serait que nos deux défenseurs centraux, Bougherra et Belkalem, prennent tous les deux un nouvel avertissement. Cela poserait un énorme problème au coach et à l’EN, en vue de la manche retour.

Il faudra maîtriser ses nerfs et ne pas contester les décisions arbitrales
Evidemment, la meilleure des solutions pour éviter les cartons bêtes sera de se contrôler au maximum et maîtriser ses nerfs. Nos joueurs devront rester calmes et ne pas entrer dans le jeu des joueurs adverses, eux qui savent pertinemment qui sont nos joueurs sous la menace. Aussi, il faudra éviter de contester les décisions arbitrales et insister dans la réclamation. A ce propos, Vahid Halilhodzic a fait un gros travail psychologique, pour sensibiliser son groupe et les mettre devant le fait accompli.

Sikazwe un adepte des cartons, donc, attention !
Les contestations arbitrales, c’est surtout ça dont a peur Vahid et il l’a bien fait savoir à ses joueurs et plus particulièrement à son capitaine, Madjid Bougherra, lui qui avait justement reçu un avertissement pour contestation de décision de l’arbitre lors du dernier match face au Mali. La crainte du sélectionneur demeure pour le moins légitime, quand on sait que l’arbitre zambien qui va officier la rencontre de demain, Janny Sikazwe, est un adepte des cartons et ne se prive en aucun cas de mettre sa main à la poche pour avertir les acteurs sur le terrain. On l’a déjà rapporté ici que le referee zambien avait distribué en une seule année seulement, pas moins de 33 cartons jaunes et expulsé 4 joueurs. Celui-ci avait arbitré un match entre le Maroc et l’Algérie des U23, il y a deux ans, où il a sorti 9 avertissements. Donc, on peut dire que ce ne sont pas uniquement les joueurs sous la menace qui devront faire très attentioan, car le rouge peut sortir lui aussi très rapidement. Alors, les gars, donnez-vous à fond, mais surtout faites attention !



siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:51

Burkina Faso-Algérie J-1 : A Alger, tout allait pourtant bien

PUBLIE LE : 11-10-2013 |

Tahmi (MJS) : «Les joueurs sont sereins, ils seront au rendez-vous ce samedi.» Slimani : «Qu’importe celui qui marquera, mais je suis prêt à refaire le coup du Bénin.»




C’est en fin de matinée que les joueurs de l’Equipe nationale ont pris le vol en direction de Ouagadougou où aura lieu le match aller du dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 prévue au Brésil, qui opposera le Burkina Faso à l’Algérie, demain à 16h, heure locale (17h, heure algérienne), au stade du 4-Août. Arrivés vers 10h05 au salon d’honneur de l’aéroport Houari-Boumediène, les coéquipiers de Foued Kadir se sont envolés à bord d’un vol spécial d’Air Algérie dans la détente et la bonne humeur. L’ambiance sereine est loin de ressembler au «souk» qui a régné à Ouaga, quelques heures plus tard.26 joueurs, les staffs technique et médical de l’EN ainsi que le président de la FAF étaient concernés par ce voyage à Ouagadougou.

Les joueurs sous haute sécurité
Afin de les protéger des quelques fans de l’EN venus souhaiter bonne chance aux Verts dans ce périple africain et des nombreux journalistes présents pour la couverture du départ des joueurs de l’Equipe nationale, un cordon de sécurité impressionnant a été mis en place par les organisateurs de ce voyage des Verts au Burkina Faso. Des mesures de sécurité prises pour éviter toute déconcentration des capés de Vahid Halilhodzic, à la veille cet important rendez-vous.

Les ministres Tahmi et Mebarki étaient présents
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi, s’est déplacé hier matin à l’aéroport Houari-Boumediène, pour encourager les joueurs de l’EN. Accompagné du ministre de l’Enseignement supérieur, Mohamed Mebarki, les deux représentants du gouvernement ont serré la main à toute la délégation concernée par ce voyage à Ouagadougou, avant de souhaiter bonne chance aux camarades de Madjid Bougherra dans ce match aller décisif face au Burkina Faso.

Ils ont eu une longue discussion avec Halilhodzic
Les deux représentants du gouvernement, venus afficher leur soutien aux Verts avant leur départ, ont eu une longue discussion avec le sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, au salon d’honneur de l’aéroport international d’Alger. Bien entendu, les trois hommes ont beaucoup parlé de ce match difficile qui attend l’EN à Ouagadougou et de la nécessité de revenir avec un bon résultat.

--------------

Tahmi (MJS) : «Les joueurs sont sereins, ils seront au rendez-vous ce samedi»
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, docteur Mohamed Tahmi, présent hier matin à l’aéroport d'Alger pour encourager les Verts avant leur départ pour Ouagadougou, a bien voulu répondre à la sollicitation des journalistes à propos de ce match aller qui attend l'Algérie, demain. Dans une brève déclaration, le premier responsable du sport dira : «J'ai ressenti une grande sérénité dans le langage des joueurs, ils sont tous motivés à bien honorer l'Algérie. C'est de bon augure. J'espère que le match se déroulera dans de bonnes conditions et Inch'Allah, ils seront au rendez-vous pour revenir avec un bon résultat.»

Les journalistes présents en force
Comme c’est le cas depuis le mois de juin dernier, les journalistes des différents médias algériens se sont rendus en force, hier, au salon d’honneur de l’aéroport Houari-Boumediène, pour assurer la couverture du départ de l’Equipe nationale pour Ouagadougou. A signaler que malgré le nombre assez important de confrères, nous avons pu recueillir quelques déclarations des joueurs, dans un cadre organisé.

Raouraoua et Vahid ensemble
Quelques instants avant le départ pour Ouagadougou, Mohamed Raouraoua, le président de la FAF, et l’entraîneur Vahid Halilhodzic sont restés un bon moment ensemble pour certainement mettre les derniers réglages organisationnels avant le décollage, concernant cette prochaine joute qui attend l’EN face au Burkina Faso.

--------------

Slimani : «Qu’importe celui qui marquera, mais je suis prêt à refaire le coup du Bénin»
Islam Slimani, meilleur buteur de l’Equipe nationale lors de ce premier tour des éliminatoires CM-2014, se dit prêt à rééditer l’exploit ce samedi contre le Burkina Faso. En dépit de son manque de temps de jeu, Islam, qui reste sur deux réalisations signées à l’extérieur face respectivement au Mali et le Bénin, est déterminé à frapper de nouveau demain !

Quelques instants avant le départ pour Ouaga, on imagine que ça y est, vous êtes dans le match, parlez-nous un peu de cette confrontation ?
Le match ne sera pas facile, on affrontera un adversaire qui va jouer son va-tout et qui sera soutenu par tout un peuple pour réaliser un bon résultat. De notre côté, on est conscients de l’importance de cette rencontre, surtout que le match retour se déroulera chez nous. C’est pour cela qu’on doit revenir avec une belle performance, à même de nous permettre de faire un pas vers la qualification.

Islam, vous avez déjà joué au stade du 4-Août et vous avez même inscrit un joli but là-bas, vous avez bien des repères sur ce terrain ?
C’est vrai que c’est important pour un joueur d’avoir des repères, mais vous n’êtes pas sans savoir que nous n’avons joué qu’un seul match sur ce terrain, donc on n’est pas forcément habitué à l’état de cette pelouse du stade du 4-Août. Je suis sûr que l’état du terrain a beaucoup changé depuis notre dernière confrontation disputée face au Mali. Maintenant, je ne sais pas si elle s’est améliorée ou non. De toutes les façons, on est parés à toute éventualité, parce qu’on sait qu’en Afrique noire, les conditions sont souvent défavorables. On doit s’attendre à tout.

Vous avez souvent marqué à l’extérieur. Une fois face au Mali sur ce même terrain, vous avez marqué aussi contre le Bénin, êtes-vous prêt à refaire le coup cette fois-ci contre le Burkina Faso ?
Bien sûr que je suis prêt. Je suis un attaquant, mon rôle est de marquer des buts. C’est même important pour moi de marquer. Seulement, dans ce match face au Burkina Faso, croyez-moi, le nom du buteur importera peu, l’important est de réaliser notre objectif, à savoir revenir avec un très bon résultat pour mieux aborder le match retour à Blida. Si le coach décide de me faire confiance, je ferai tout pour rééditer l’exploit des deux derniers matchs joués à l’extérieur et marquer au moins un but, inch’Allah et, pourquoi pas, revenir avec le gain du match de ce déplacement difficile.

L’Algérie est proche d’une seconde qualification d’affilée au Mondial, avez-vous envie de revivre cette joie vécue par les anciens ?
Vous savez, 2009, c’est du passé, maintenant on est en 2013. Cette génération a envie d’écrire sa propre page d’histoire. On sait que la responsabilité est lourde mais on est obligés de revenir avec un bon résultat du Burkina Faso.

Avez-vous peur des conditions climatiques qui règnent en cette période au Burkina Faso, on parle de chaleur et de taux d’humidité très élevé ?
Les conditions métrologiques ne me font pas peur du tout. On sait que le climat au Burkina Faso comme tout ailleurs en Afrique noire ne sera pas facile à gérer, comme ce fut le cas d’ailleurs au Bénin et au Rwanda où le contexte du match était très difficile. Tout ne sera pas en notre faveur, mais je crois qu’il ne faut pas donner trop d’importance à ce genre de détails, au risque de perdre notre concentration. Il faut penser aux 90 minutes qu’on va livrer là-bas et inch’Allah, on va revenir avec un très bon résultat.

--------------

Belkalem : «Prêt à jouer, je suis à la disposition du coach»
Le défenseur central de Watford, Essaïd Belkalem, se dit prêt à prendre sa place, si le coach Vahid Halilhodzic lui accorde sa confiance. L’ex-Kabyle, de retour en force à la compétition, souhaite que l’Algérie parvienne à maintenir ses chances intactes, avant ce duel retour prévu à Blida au mois de novembre prochain : «La rencontre sera très difficile, lorsqu’on connaît les conditions climatiques là-bas. C’est sûr qu’on ne va pas s’attarder sur ces conditions, on a un seul objectif : se qualifier au prochain Mondial-2014. Cela passe bien entendu par une belle performance à Ouagadougou. Je suis prêt à jouer. Si le coach décide de me faire confiance, je répondrai présent, il n’y a aucun problème.»

Doukha : «Nous n’avons aucune excuse, on ne doit pas passer à côté»
Pour Azzedine Doukha, le gardien de but de l’EN, l’erreur n’est pas permise lors de ce match aller face au Burkina Faso. Le portier harrachi estime que les mauvaises conditions ne doivent pas être un prétexte en cas d’échec : «On s’est très bien préparés par rapport aux conditions climatiques difficiles que nous allons affronter là-bas à Ouagadougou. Tout le monde sait que ce ne sera pas facile pour nous, mais nous n’avons aucune excuse, on doit revenir avec un bon résultat de ce déplacement.»

siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par siberian84 le Ven 11 Oct - 14:56

Burkina Faso-Algérie J-1 : Le match, une affaire d’Etat à Ouaga !

PUBLIE LE BUTEUR: 11-10-2013 |

Bancé : «On va battre l’Algérie»


Dans la matinée d’hier à Ouagadougou, toute la presse algérienne attendait avec impatience la tenue de la conférence de presse des Burkinabés, à Joly hôtel. Au départ, il était prévu que Paul Put anime ce point de presse, finalement, il a décidé hier matin d’envoyer son adjoint, Brama Traoré, pour affronter la presse locale, en compagnie de trois joueurs, Aristide Bancé, le meilleur buteur, Moumouni Dagano, le défenseur Bakary Koné, et le défenseur de l’Olympique Lyonnais. Seulement, la déception était grande chez les journalistes algériens qui voulaient à tout prix interviewer les joueurs burkinabés. En effet, cette décision a été prise par de hauts responsables de la Fédération burkinabée. C’est ce qui nous a été d’ailleurs confirmé par le responsable de la communication de cette instance.

La Fédération burkinabée met à exécution ses menaces
A l’arrivée des journalistes algériens à Joly hôtel, une question était sur toutes les lèvres : Pourquoi les responsables burkinabés ont pris cette décision d’empêcher les journalistes algériens de couvrir ce point de presse, alors qu’ils ouvrent le droit de le faire, pour récolter les impressions des camarades de Jonathan Pitroïpa ? Cette instance avait, en effet, demandé, par le biais de son chargé de communication, Gabriel Baroua, de permettre aux journalistes burkinabés de couvrir la séance de jeudi après-midi avec quelques impressions des joueurs. Une proposition refusée catégoriquement par la FAF, qui a jugé utile d’imposer un black-out total, une fois à Ouagadougou, même sur la presse algérienne. Bref, on pensait au départ que ce n’était qu’une menace de la partie burkinabée, finalement, elle a exécutée hier.

«Pas question que les journalistes algériens assistent à la conférence de presse»
Une fois à l’hôtel, les policiers étaient catégoriques : «Pas de journalistes algériens à l’intérieur de l’hôtel.» C’est ce que nous a signifié un officier supérieur de la police du Burkina Faso qui a reçu des instructions fermes dans ce sens. La presse algérienne a tenté par tous les moyens d’y accéder, en vain. Un membre du comité exécutif de la Fédération burkinabée était même venu voir la presse : «Pas question que des journalistes algériens assistent à la conférence de presse. C’est une décision qui a été prise par de hauts responsables.»

Des arguments qui ne tiennent pas la route
En tout cas, il aura fallu attendre plus d’une heure, avant que le responsable de la communication de la Fédération burkinabée de football, Gabriel Baroua, ne décide de descendre jusqu’à la porte principale de l’hôtel pour affronter les journalistes algériens, furieux contre cette décision. Pour Gabriel Baroua, cette décision a été prise par réciprocité à la partie algérienne. Un argument qui ne tient pas la route, étant donné que la presse algérienne ne peut même pas accéder à l’hôtel Laico, lieu de résidence des Verts.

La FAF accusée d’être derrière cette décision
Néanmoins, pour Gabriel Baroua, le responsable de communication de la FBF, cette décision a été prise par rapport à celle prise lors de la réunion qui a regroupé la FBF et la FAF, à Ouagadougou, en expliquant : «Cette décision a été prise, après la réunion que nous avons eue avec des responsables algériens. La délégation algérienne qui s’est rendue à Ouagadougou et qui était conduite par le vice- président de la fédération (ndlr : Djahid Zefzef) nous a fait savoir que les journalistes burkinabés ne seront pas autorisés à accéder à l’hôtel, ni couvrir la séance d’entraînement. C’est la Fédération algérienne qui est derrière cette décision, je vous l’assure.»

Les policiers encerclent l’hôtel
En tout cas, les autorités burkinabées ont pris les mesures nécessaires pour qu’il n’y ait pas de dérapage devant l’hôtel, puisqu’il était prévu qu’un nombre important de journalistes algériens se rendent à Ouagadougou pour couvrir la rencontre (environ 75 accréditations). Du coup, un nombre impressionnant de policiers s’est déployé à l’hôtel et aux alentours. Il y avait, en effet, près de six policiers devant la porte d’entrée, pour filtrer tous les passants. A la réception, il y avait aussi cinq autres policiers.

Des instructions fermes ont été données d’en haut
Par ailleurs, les autorités burkinabées ont demandé aux policiers d’être plus sévères que d’habitude, histoire de mettre tous les atouts du côté des Etalons qui joueront, demain après-midi, leur premier match important de l’histoire, pour essayer de faire la différence et se qualifier à la phase finale de la Coupe du monde prévue au Brésil, en juin 2014. Par rapport au match Mali-Algérie qui s’est déroulé à Ouagadougou, le 10 juin 2012, où les forces de sécurité burkinabées étaient très indulgentes, cette fois-ci, pas question de fauter. Les journalistes ont même été sommés à plusieurs reprises par les policiers de quitter les lieux.

Même les journalistes burkinabés sont sommés de ne pas faire de déclarations aux Algériens
Le plus drôle et étonnant dans toute cette affaire, c’est que même les journalistes burkinabés ont reçu des ordres pour ne pas collaborer avec leurs homologues algériens, une manière de montrer qu’ils sont solidaires avec les leurs dans ce rendez-vous important. Certes, on comprend l’enjeu de ce match, mais il n’y a aucun prétexte qui puisse inciter les journalistes burkinabés à ne pas collaborer avec leurs homologues algériens, ne serait-ce que pour avoir les impressions des joueurs du Burkina Faso au cours de ce point de presse.

Deux heures devant l’hôtel, en vain…
Les journalistes algériens sont restés devant le Joly hôtel, lieu d’hébergement des Etalons, près de deux heures, avant de quitter les lieux, après leurs homologues burkinabés aient commencé à quitter les lieux, synonyme de la fin de ce point de presse. On a même eu du mal à avoir les impressions des joueurs, tellement la presse locale ne s’est pas montrée du tout collaboratrice avec ses homologues algériens, bien qu’elle sache pertinemment qu’il y aura une seconde manche à Alger, le 19 novembre prochain.

L’équipe d’Al Jazeera Sport empêchée d’accéder à l’hôtel
Même l’équipe d’Al Jazeera Sport a rencontré les mêmes difficultés que la presse algérienne. Conduite par deux journalistes de nationalité algérienne, l’équipe dépêchée par la chaîne qatarie a été, elle aussi, empêchée d’accéder à l’hôtel pour couvrir le point de presse. Les policiers présents devant la porte ne voulaient rien comprendre, bien qu’Al Jazeera Sport détienne l’exclusivité des droits de télévision. Une réaction qui démontre que mis à part la presse locale qui a été favorisée, tous les autres médias sont indésirables à Ouagadougou.

Sport Five demande aux Burkinabés de faciliter le travail à la chaîne qatarie
Néanmoins, les responsables d’Al Jazeera Sport ne sont pas restés les bras croisés, puisqu’ils ont avisé Sport Five, la société française qui a vendu les droits à Al Jazeera Sport. Sur place, la Fédération burkinabée de football a été sommée de faciliter le travail à la chaîne qatarie qui a déboursé une somme colossale pour avoir les droits de transmission.

Les Burkinabés veulent gagner à tout prix demain
En conclusion, on peut tout simplement dire que les Burkinabés veulent gagner le match de demain par tous les moyens, afin de se déplacer à Alger aisément, en prévision du match retour.

------------------------

Bancé : «On va battre l’Algérie»
L’attaquant d’Augsbourg Aristide, Bancé, a été interviewé par la chaîne burkinabée nationale, ORTB. Il est sûr de battre l’équipe algérienne demain : «On se prépare dans la sérénité pour ce match. On veut à tout prix cette victoire pour être à l’aise à Alger, lors du match retour. Je suis persuadé que nous allons atteindre notre objectif. Je pense que tous les atouts sont de notre côté pour réaliser un bon match et surtout prendre une sérieuse option pour la qualification.»

-------------------

Dagano : «On promet un grand match»
Pour le meilleur buteur des Etalons, le match sera difficile, certes, mais le groupe est conscient de ce qui l’attend : «On sait qu’un match difficile nous attend, mais on va réaliser une grande partie. On veut cette victoire. On promet au peuple burkinabé un grand match.»


siberian84

Messages : 2560
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 32
Localisation : Barcelone - Turin

http://gazzettatennis.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Match Barrage - Aller : Burkina Faso 3 - 2 Algérie (Après Match)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum