CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 18:40

Estádio Castelão Fortaleza (BRA)
04 juil. 2014 - 17:00 Heure Locale (21:00 DZ)

Quarts de finale

BRESIL - COLOMBIE


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Mar 1 Juil - 0:54

Brésil : Neymar jouera contre la Colombie



L'attaquant du Brésil Neymar jouera contre la Colombie en quart de finale du Mondial malgré les deux coups qu'il a reçus en huitième face au Chili, a déclaré lundi la Fédération brésilienne de football (CBF).

"Cela ne pose pas de problème pour disputer le match. Il suit un traitement après avoir reçu un gros coup au genou et un autre moins fort (à la cuisse). Il manquera peut-être un entraînement, mais il n'y a aucun risque pour le match", a déclaré le responsable de la communication de la CBF, Rodrigo Paiva.

Il a ajouté que le défenseur David Luiz avait "beaucoup moins mal au dos" et que le milieu de terrain Oscar avait "une grande éraflure" à la cuisse.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 1:03

Brésil : Neymar récupère bien de sa cuisse



La vedette Neymar, touché à la cuisse gauche, récupère bien, a souligné le médecin du Brésil José Luiz Runco alors que les autres titulaires ont été dispensés d'entraînement pour effectuer des exercices au camp de base du Brésil à Teresopolis.

La récupération de Neymar, qui avait un bandage, est "très bonne (...) Il a effectué les mêmes exercices que les autres. Il s'entraînera normalement demain (mercredi). ce n'est plus une source de préoccupation", a expliqué le médecin précisant que le joueur n'avait pas reçu "des électrochocs" comme cela avait été dit par certains médias.

Le médecin a aussi défendu le programme critiqué par une partie de la presse qui estime que l'équipe ne s'entraîne pas assez: "Il faut que mon équipe joue pas qu'elle s'entraîne. L'équipe doit se reposer. Elle a joué 120 minutes à 13h00. Il y a une très grande dépense physique et émotionnelle".

Les remplaçants ont eux fait un petit match contre les moins de 20 ans de Fluminense. Paulinho, qui a été sorti de l'équipe contre le Chili mais devrait être titulaire contre la Colombie en raison de la suspension de Luiz Gustavo, a marqué un des buts des titulaires alors que Jo, qui avait remplacé Fred contre le Chili sans être convaincant, ne s'est en revanche pas montré à son avantage.

Fifa.com (01/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 13:05

Colombie : Les Cafeteros n'ont pas peur du Brésil



Fière de son parcours sans faute au Mondial, la Colombie n'a aucune intention de se présenter en victime expiatoire du Brésil, vendredi à Fortaleza, en huitième de finale.

"Peur? non. Du respect oui, parce que c'est le Brésil, le pays organisateur, à cause de ses joueurs, de ses entraîneurs et pour tout ce que représente le Brésil", résume le milieu de terrain Carlos Sanchez lors d'une conférence de presse à Cotia, le camp de base des "Cafeteros", à une quarantaine de kilomètres de Sao Paulo.

Sortis premiers de leur groupe avec trois victoires sur la Grèce, la Côte d'Ivoire et le Japon, les Colombiens ont de nouveau séduit (2-0) en huitième face à des Uruguayens dépassés par la vitesse des Rodriguez, Cuadrado, Zuniga et Armero.

Depuis le début de la compétition, ce sont les "Cafeteros" qui pratiquent le "jogo bonito" (beau jeu) et non des Brésiliens souvent laborieux, comme dans leur huitième de finale gagné aux tirs au but face au Chili.

Mais Sanchez, surnommé "le roc", refuse de tirer des conclusions hâtives des hésitations brésiliennes.

"Si le Brésil est là, c'est qu'il a obtenu les résultats qu'il fallait. Qu'ils n'aient pas été les meilleurs aux yeux des gens, c'est possible, mais s'ils sont là c'est bien pour quelque chose", a-t-il dit.

Comme un rêve
Sanchez ne veut pas non plus se laisser obnubiler par Neymar. "C'est une star mondiale, mais ce serait manquer de respect (à l'équipe) de ne parler que de lui. Cette sélection du Brésil a beaucoup de vedettes, c'est donc de l'équipe brésilienne que je veux parler et pas seulement de Neymar. D'ailleurs, pour ma part, il va falloir que je marque tout le monde à cause de la position que je tiens sur le terrain. Ce sera une lutte contre tous, pas seulement contre Neymar", a ajouté le milieu de terrain.

Et d'ailleurs, la Colombie aussi a ses étoiles montantes. "Nous tombons sur un rival très dur, une équipe du Brésil qui possède de grands joueurs, mais eux aussi doivent penser que nous avons de grands joueurs", a souligné le N.10 James Rodriguez, meilleur buteur du Mondial avec cinq buts, dont un sublime face aux Uruguayens.

"Nous avons les armes", assure Sanchez, qui joue à Elche en Espagne. "Nous avons nos chances de poursuivre l'aventure. Nous pouvons faire mal à n'importe quelle équipe. Nous allons tout donner contre le Brésil", assure-t-il.

Même espérance chez son coéquipier Carlos Valdes. "Nous savons que nous affrontons un adversaire difficile, la sélection qui pour beaucoup de gens est la favorite, mais ce que nous avons fait jusqu'ici, le travail que nous avons effectué et les bons moments que sont en train de vivre les joueurs nous ont donné confiance", a-t-il dit.

"Tout a commencé comme un rêve, comme une grande aventure, mais aujourd'hui, tout en gardant les pieds sur terre, nous sommes très contents de pouvoir dire que nous avons de bonnes possibilités (d'aller plus loin)", a-t-il ajouté.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 18:50

Neymar contre James, duel au soleil à Fortaleza



Ils rendent fous défenseurs et jeunes femmes, ils portent le 10 couleur jaune, ils ont 22 ans mais il n'y en aura qu'un en demi-finale! Neymar contre James Rodriguez, c'est l'affiche du quart de finale Brésil Colombie.

. TECHNIQUE

Les deux hommes ont une technique incroyable. James Rodriguez et Neymar peuvent passer n'importe quel défenseur. On a l'impression que le ballon leur colle au pied. Ils peuvent contrôler des ballons difficiles et sont d'une agilité exceptionnelle. James est gaucher alors que Neymar est plutôt droitier mais surtout ambidextre, comme en témoigne son but contre la Croatie. Pour la technique, léger avantage à Neymar qui est aussi plus funambule.

. PHYSIQUE

1,80 m pour James "Bond". Cinq centimètres de moins pour Neymar qui fait figure de poids plume. Dans le style Cristiano Ronaldo, James peut déménager et passer en force là où Neymar est souvent déséquilibré. Le Brésilien n'est toutefois pas un joueur fragile: il peut prendre des coups et ne se laisse pas intimider. Avantage au Colombien quand même.

. VITESSE
Les deux sont capables de prendre leur défenseur de vitesse mais Neymar va très vite alors que James va seulement... vite. Neymar devant.

. JEU DE TETE
C'est dit-on le point faible des deux joueurs. Mais, James a montré au Mondial qu'il pouvait marquer de la tête et qu'il était à l'aise dans la surface. Neymar tire les corners de la droite mais malgré son 1,75 m il peut aussi sauter très haut dans la surface ou plonger pour mettre une tête rasante. Match nul.

. VISION DU JEU
Les deux portent le numéro 10 mais James est plus un vrai 10 que Neymar. Rodriguez a été meilleur passeur du championnat de France, il excelle dans les passes en aveugle, les centres, les coups de pieds arrêtés ou les petites déviations. Neymar est plus un 10 attaquant qui peut aussi signer des passes décisives mais qui préfère être à l'arrivée des actions. Avantage au Colombien qui semble ne jamais regarder le ballon pour mieux voir le jeu.

. SENS DU BUT

James Rodriguez est le meilleur buteur (5) du Mondial pour le moment. Difficile donc de dire qu'il n'a pas ce talent mais ses réalisations sont plus des oeuvres d'art que des buts d'avant-centre. Auteur de 35 buts (dont 4 pour ce Mondial) en 53 sélections, Neymar peut lui aussi signer des chefs d'oeuvre mais il a ce sixième sens qui lui permet d'anticiper et d'être un véritable tueur dans et hors de la surface. But pour Neymar.

. EXPERIENCE
A 22 ans, Neymar a déjà remporté la Coupe des Confédérations, disputé plusieurs grands tournois (Copa America et jeux Olympiques), joué près de deux fois plus de matches avec l'équipe nationale que James (26 sélections, 10 buts). Avantage Neymar.

. PRESSION

Le Brésil joue avec une énorme pression sur les épaules. Contre le Chili, les Brésiliens ont paru paralysés par l'enjeu. Neymar un peu moins que ses coéquipiers mais quand même... Il a écopé d'un carton jaune stupide contre la Croatie. A sa décharge, c'est lui qui a pris ce match-là en main et il a transformé les deux penalties qu'il a eu à tirer (un contre la Croatie dans le match et le cinquième tir au but contre le Chili). A l'inverse, James joue complètement libéré et réussit tout ce qu'il tente. La Colombie sans Falcao avait été sous-estimée. De plus, ses camarades et ses entraîneurs soulignent régulièrement son "sang-froid" malgré son jeune âge. Avantage James.

. DEFENSE
On remarque les stars pour leurs actions offensives mais leurs entraîneurs leur demandent souvent aussi de défendre. De ce point de vue, James fait le métier sans plus. Rien à voir avec le boulot défensif abattu par Neymar, souvent cité en exemple par Scolari. Avantage Neymar

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 18:57

Colombie : Vingt ans sans Escobar



María Ester n’oubliera jamais ce 2 juillet 1994 à Los Angeles. Le téléphone a sonné au petit matin, à un moment où on ne peut recevoir que de mauvaises nouvelles. Quand elle a enfin décroché, elle avait un nœud dans le ventre. La voix chevrotante de Barrabás Gómez, qui l’appelait depuis la Colombie, a confirmé le mauvais augure. "María, j’ai une très mauvaise nouvelle pour toi. C’est Andrés… Ils ont tué Andrés".

Pour le monde du football, Andrés était le talentueux défenseur de l’Atlético Nacional de Medellín et de l’équipe nationale. Mais pour María Ester et pour le reste de la famille Escobar, le joueur de 27 ans représentait bien plus. "C’était notre petit frère, notre fierté", raconte-t-elle à FIFA.com, la voix teintée de nostalgie.

"Parfois je préfèrerais que les gens ne se souviennent pas d’Andrés tous les jours, parce que c’est vraiment douloureux pour nous. Mais il a laissé sa trace et c’est normal", ajoute José, l’un des frères du défenseur assassiné de six coups de feu à la sortie d’un bar de Medellín. Il venait alors de se défendre face à des provocations de compatriotes qui lui reprochaient son but contre son camp à États-Unis 1994.

Vingt années se sont écoulées depuis lors. Vingt années implacables et douloureuses, comme les décrivent ses frères, présents à Rio de Janeiro sur invitation de la FIFA et en proie à des sentiments contrastés. "La Coupe du Monde a commencé avec un but contre son camp (ndlr : celui du Brésilien Marcelo face à la Croatie), signale María Ester. Cela évoque chez nous de mauvais souvenirs. Mais ça fait du bien d’entendre que ça fait partie du jeu et que ça peut arriver à tout le monde. Nous sommes ravis d’être ici et de partager la joie du football avec les supporters".

La vie continue
L’assassinat d’Andrés n’a pas éloigné les Escobar du football, bien au contraire. Pour chaque match de l’équipe de Colombie à Brésil 2014, ses frères et neveux se rendent au stade avec le maillot cafetero floqué du numéro 2 et de leur nom de famille. Parce que "La vie ne se termine pas aujourd’hui", ainsi qu’avait déclaré Andrés cinq jours avant sa mort dans un article du journal El Tiempo, en référence à l’élimination de son équipe à États-Unis 1994.

Petit à petit, cette phrase est devenue le moteur de la famille pour surmonter son absence. "C’est long, vingt ans. Et c’est très dur pour nous. Mais je préfère remercier Dieu de m’avoir permis de passer 27 ans avec lui, de nous l’avoir prêté pendant cette période. Je sais que ce n’était pas beaucoup, mais c’était des années importantes", affirme María Ester, visiblement émue, qui semble soulagée de ne pas passer ces journées en Colombie.

"Oui, je préfère être loin de Medellín, parce qu’on va sans doute parler d’Andrés dans tous les journaux télévisés, tous les quotidiens, ce qui est dur à supporter. Il vaut mieux être ici en famille et organiser une messe à notre retour au pays". Justement, le pays s’en souvient. Et il rêve aussi. Parce que l’équipe nationale, où évoluent Faryd Mondragón et Mario Yepes, anciens camarades d’Escobar, est pour la première fois en quarts de finale de la Coupe du Monde de la FIFA.

"L’esprit d’Andrés est en eux et dans toute l’équipe, précisent les frères, qui lancent un message à l’attention de la Colombie et du monde entier pour ce 2 juillet si particulier. "Il faut vivre le football avec intensité, mais comme un jeu. Que cela serve de leçon à tout le monde, qu’il n’y ait pas de violence. Le football doit rassembler le pays autour d’un message de paix et d’amour".

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 0:08

Brésil : Neymar ne pense pas au spectacle



Le but du Brésil n'est pas de "faire le spectacle" mais de gagner, a rappelé mercredi l'attaquant de la Seleçao, Neymar, à deux jours du quart de finale du Mondial-2014 contre la Colombie.

"Je ne veux pas un spectacle. C'est la dernière chose que nous essayons de faire. On n'est pas là pour le spectacle. On est là pour courir, jusqu'à plus de fatigue et sortir vainqueur", a-t-il déclaré.

"Tu ne peux pas toujours t'amuser et gagner 4-0 ou 5-0. Le foot est difficile aujourd'hui, le niveau est égal. Le plus investi sur le terrain finit par gagner", a-t-il analysé.

Neymar a aussi évoqué son duel dans le match avec James Rodriguez, la star de la Colombie, meilleur buteur du tournoi.

"C'est un excellent joueur, un crack malgré son jeune âge. Il a 22 comme moi. Avec tout mon respect, j'espère que son cycle va se terminer ici et que le Brésil va continuer sa route", a-t-il précisé.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 14:41

Colombie : Pékerman, la force tranquille



Et si la star c'était lui? Bien que privée de Falcao, la Colombie brille au Mondial-2014 avec un collectif séduisant qui porte la marque du sélectionneur José Pékerman, un taiseux qui fuit la lumière.

"C'est un type très introverti, qui parle peu, mais quand il doit dire quelque chose, il le dit très bien", résumait Falcao l'an passé, quand Pékerman avait qualifié la Colombie pour le Mondial brésilien, seize ans après sa dernière participation.

L'Argentin de 64 ans fuit les longs discours, les médias et les polémiques et, surtout, s'attache constamment à refroidir l'enthousiasme de Colombiens toujours prompts à s'enflammer pour leurs "Cafeteros".

A coup sûr, il saura garder la tête froide quand ses hommes défieront le Brésil, vendredi dans la chaleur de Fortaleza, pour le premier quart de finale de leur histoire.

Les victoires et les louanges ont beau se multiplier, le discours de "Don José" ne varie jamais: "nous devons garder notre calme", ou "l'important est que chacun fasse son travail, cela apporte de la tranquillité".

Le calme du sélectionneur couplé à une équipe joueuse mais appliquée, voilà la recette gagnante d'une formation qui ne se repose jamais sur ses lauriers, ni sur ses stars, mais toujours sur son collectif.

Ex-chauffeur de taxi
La Colombie réalise le meilleur parcours de son histoire, avec des statistiques de haute volée (11 buts pour 2 encaissés), malgré la cascade de forfaits qui s'est abattue sur elle avant le Mondial.

A l'absence de Falcao, insuffisamment remis d'une grave blessure à un genou, se sont ajoutées celles de Luis Perea, Luis Muriel, Aldo Leao Ramirez et Edwin Valencia. Et dire que Carlos Bacca, l'attaquant de Séville, a manqué les trois derniers matches...

Pour le capitaine et doyen Mario Yepes, 38 ans, l'insolente réussite des siens s'explique simplement: l'équipe a "confiance dans son travail. Nous croyons en ce que nous faisons et c'est très important dans une équipe".

La confiance comme seule explication? Pas seulement. Depuis son arrivée à la tête de la sélection, en janvier 2012, Pékerman "a corrigé certains points tactiques et il a travaillé la partie psychologique", selon Falcao.

"Nous avons changé d'attitude, nous avons appris à davantage presser l'adversaire et nous nous sommes ouvert le chemin du but", résume le "Tigre" de l'AS Monaco.

Pékerman, ex-footballeur (Argentinos Juniors, Independiente Medellin) devenu chauffeur de taxi avant d'être entraîneur, est obsédé par la peur de se voir trop haut. Pour conserver les pieds sur terre, une seule méthode prévaut: ne pas voir plus loin que le match suivant.

Se racheter
"Nous devons nous concentrer sur ce que nous faisons. Nous devons toujours nous améliorer, continuer à travailler dur", disait-il après la victoire contre l'Uruguay en 8e de finale.

En cas de récidive contre le Brésil vendredi, le "Prof" deviendra le premier sélectionneur à aligner dix matches consécutifs sans défaite en Coupe du monde, effaçant le record du "vieux maître" Vittorio Pozzo, champion du monde avec l'Italie en 1934 et 1938.

En 2006, Pékerman avait aussi mené l'Argentine jusqu'en quart de finale, perdu aux tirs au but (ce qui n'est pas considéré comme une défaite par la Fifa). Il avait démissionné dans la foulée, critiqué pour son mauvais coaching.

En fin de contrat en août, il pourrait se racheter auprès de son peuple s'il arrachait le scalp du Brésil, voisin et rival éternel de l'Argentine.

Comment réaliser l'exploit? Une fois encore, il espère que la force du collectif triomphera de la multitude de stars de la galaxie auriverde.

"Parfois une équipe avec beaucoup de potentiels, quand elle ne trouve pas la faille et qu'elle doit gagner, ne peut pas jouer aussi brillamment que d'habitude. Le tournoi devient alors intéressant, parce que l'équipe qui a le moins de talents individuels peut perturber l'équilibre de l'autre".

S'il y parvient, "Don José" ne pourra plus échapper à la lumière.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 14:48

Un Brésil fragilisé par la pression



"Il faut faire valoir le poids du maillot", a lancé le milieu brésilien Fernandinho. Si l'expression signifie que la tradition doit l'emporter, elle interpelle aussi sur l'énorme pression exercée sur la seleçao avant son quart de finale et sur une Colombie libérée avec un James Rodriguez marchant sur l'eau.

Contre le Chili, le Brésil a perdu ses moyens, paralysé par la peur, et il n'a dû sa qualification qu'à un tir échouant sur la transversale à la dernière minute, puis un poteau sortant au dernier penalty.

Les 200 millions de Brésiliens qui veulent voir leur équipe éliminer la Colombie touchent du bois pour que leurs joueurs se réveillent enfin et jouent au niveau attendu.

Luiz Felipe Scolari doit faire face à trois chantiers en quelques jours: guérir les joueurs de leur peur, retrouver une animation offensive digne de ce nom et... bloquer James Rodriguez.

Le coach a fait appel en urgence à une psychologue, Regina Brandao, chargée de redonner confiance à une équipe dont le capitaine Thiago Silva a fondu en larmes avant même la séance de penalties contre Chili.

"Felipao", qui pense que tout est lié, espère qu'avec la confiance le jeu reviendra; mais il a reconnu en petit comité ce que tout le monde crie haut et fort depuis le début du Mondial: le Brésil n'a pas de fond de jeu et s'en remet uniquement à Neymar, auteur de 4 buts jusque-là. Le ballon n'arrive jamais à l'avant-centre Fred, donnant l'impression que le Brésil joue à 10.

Jogo bonito colombien

Privé d'une des rares satisfactions du Mondial, son régulateur Luiz Gustavo, suspendu, Scolari devrait redonner sa chance à Paulinho, médiocre lors des trois premiers matchs mais au comportement de patron, même s'il n'a pas joué, avant la séance de tirs aux buts contre le Chili.

L'idée de Scolari est simple: retrouver la circulation du ballon vers l'avant de Hulk et Oscar, qui pour le moment jouent souvent vers l'arrière.

Dernier chantier, il faut stopper James "Bond" Rodriguez et la Colombie. Car, depuis le début du Mondial, l'équipe qui pratique le Jogo bonito (beau jeu), c'est l'autre pays du café, la Colombie ! Pas le Brésil.

Les Cafeteros, qui jouent aussi en jaune, sont la seule équipe des huit quart-de-finalistes à être arrivée là en dégageant une impression de facilité déconcertante.

Pas là pour le spectacle

La Colombie s'attaque toutefois à un gros morceau avec le pays hôte. Le sélectionneur argentin de la Colombie, José Pékerman, sait qu'il faut se méfier. La rencontre doit lui rappeler quelques souvenirs: il s'était fait sortir aux penalties avec l'Argentine en 2006, par l'Allemagne en Allemagne, en quart de finale...

Mais avec un James Rodriguez étincelant, tout est possible. Car le meilleur buteur du tournoi (5) est aussi un passeur et il est soutenu par un Cuadrado ouvrant des brèches et libérant de l'espace pour le maître à jouer. Radamel Falcao paraît déjà de l'histoire ancienne...

James, prononcé "Ramess", contre Neymar, c'est d'ailleurs le match dans le match. Un duel entre deux gamins de 22 ans qui cristallisent sur leurs personnes les espoirs de leur pays respectif. "Nous tombons sur un rival très dur, une équipe du Brésil qui possède de grands joueurs. Mais eux aussi doivent penser que nous avons de grands joueurs", a souligné James Rodriguez.

Neymar lui renvoie la politesse: "C'est un excellent joueur, un crack malgré son jeune âge (...) Avec tout mon respect, j'espère que son cycle va se terminer ici et que le Brésil va continuer sa route".

Et le jeune prodige brésilien se moque bien de la manière, du jogo bonito et tout le reste: "On n'est pas là pour le spectacle. C'est la dernière chose que nous essayons de faire. On est là pour courir, jusqu'au bout de nos forces, et sortir vainqueurs". En mouillant un maillot qui pèse lourd.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 14:58

La Seleçao cherche le juste milieu



Le Brésil est confronté à un casse-tête, il semble jouer à 10 avec un avant-centre qui ne voit jamais le ballon. Le sélectionneur Luiz Felipe Scolari doit peaufiner son schéma sans vraiment toucher à la structure.

En théorie le système marche, c'est le même qu'à la Coupe des conféderations remportée par le Brésil. Fred ouvre des brèches et de l'espace pour Neymar en servant de point d'appui à Hulk et Oscar en rampes de lancement. Sans oublier les latéraux, Dani Alves et Marcelo, qui doivent apporter le danger.

En pratique, la machine ne tourne plus lors de ce Mondial pour le Brésil. A l'exception du match contre le Cameroun, la Canarinha marque uniquement --quand elle marque-- sur des coups de pieds arrêtés ou des exploits de Neymar. Difficile d'aller au bout sans fonds de jeu! Et, même s'il ne l'avoue pas ouvertement, Scolari est préoccupé. Lui qui déteste plus que tout changer son onze n'arrête pas d'y toucher...

Contre le Cameroun, il avait lâché Paulinho pour faire confiance à Fernandinho. Cela avait fonctionné (4-1) mais contre le Chili, le Brésil est retombé dans ses mêmes travers même avec le milieu de Manchester City.

Privé de Luiz Gustavo, suspendu, Scolari va à nouveau revoir sa copie et devoir toucher au 11. Il devrait faire reculer Fernandinho et espérer que Paulinho, qui a fédéré autour de sa personne contre le Chili en délivrant le discours avant les tirs au but, retrouve son jeu après 165 minutes sur le banc. L'idée force est qu'il faut qu'Oscar et Hulk puissent accomplir leur mission d'animation offensive en créant du jeu et proposer des options.

S'ils le font, Fred touchera à nouveau le ballon et Neymar aura plus d'espaces. Mais, preuve que Scolari est dans le dilemme, il a même testé un nouveau système. L'autre schéma ? Une défense à 5 avec Henrique en chien de garde devant la défense afin de soulager les milieux de leur travail défensif et de couvrir les montées des latéraux. Et donc d'enfin inclure Fred dans le jeu....

Utiliser les couloirs
Mieux défendre, mieux récupérer pour mieux attaquer. On verra alors si le Brésil joue vraiment sans attaquant. Depuis le début du Mondial, Fred, qui a marqué un maigre but contre le Cameroun, ne pèse pas et concentre sur lui de nombreuses critiques d'autant qu'il est tout sauf un monstre technique.

Jô a joué près d'une heure contre le Chili sans faire mieux. La preuve que c'est moins le joueur que la position qui est isolée. Contre la Colombie, Scolari, qui compte aussi beaucoup sur un Hulk retrouvé, espère qu'Oscar renouera avec sa performance contre la Croatie. Si les deux milieux offensifs s'expriment, Neymar devient un diamant capable de rayer la défense colombienne. Quand ils brillent, Neymar rayonne. Mais, s'ils sombrent Neymar a tout le poids d'un jeu prévisible et Fred se tourne les pouces.

Chacun dans leur registre, Oscar en finesse et Hulk en percussion doivent porter leur danger. Mais, il faut aussi que les latéraux fassent mieux leur boulot: monter et créer du jeu sans se dégarnir et laisser des boulevards à une Colombie au jeu direct et très entreprenante. Il faut utiliser les couloirs.

Si Marcelo n'est pas au sommet, c'est surtout Dani Alves qui est dans le collimateur. En alignant Maicon avec les titulaires lors de la seconde période de l'entraînement d'avant-veille du match contre la Colombie, Scolari a sans doute voulu rappeler au Barcelonais que la continuité n'est pas aveugle. On veut plus et tout de suite du latéral.

Milieu, latéraux, attaque... Ce sont finalement 8 joueurs sur 11 qui sont concernés par la remise en question. Scolari qui devrait aligner un onze sans surprise déteste les révolutions mais il attend une révolte à tous les niveaux: mentale, technique et tactique.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 20:48

Colombie : Armero veut faire danser les Cafeteros



Le premier à marquer a été Pará. Il a célébré la chose d'une danse du ventre, réalisée avec les mains sur la tête. Ensuite, ce fut le tour de Neymar, qui a opté pour une autre chorégraphie. Mais ce que peu de gens attendaient ce jour-là à l'Estadio Vila Belmiro du Santos, c'est qu'au pays de la samba, le meilleur danseur de la journée vienne de Colombie.

"C'était au cours d'un match entre Santos et Palmeiras. Ils menaient au score. Neymar, Robinho et Ganso ont célébré leurs buts en dansant, mais nous avons égalisé. J'ai centré, mon coéquipier Robert a marqué et nous avons commencé une danse. Les supporters adverses ont commencé à nous chahuter et puis finalement, en voyant notre danse, ils se sont mis à rire." L'Armeration était née.

La danse frénétique de Pablo Armero en ce jour de 2010 a été célébrée comme il se doit par les supporters de Palmeiras. Au vu de ce qui s'est passé lors des premières sorties de la Colombie à Brésil 2014, cette nouvelle danse se porte mieux que jamais. Dans le match des Cafeteros contre la Grèce, Armero a inscrit le premier but. Le latéral de West Ham a fêté ça en effectuant quelques pas de cette Armeration, qui depuis fait le buzz Twitter au Brésil. "C'est sympa de voir que les gens se souviennent", explique Armero tout sourire au micro de FIFA.com.

La Colombie est l'une des sensations de cette Coupe du Monde de la FIFA™ grâce à son football spectaculaire et à la forme exceptionnelle de James Rodríguez, actuel meilleur buteur de la compétition, mais grâce aussi aux chorégraphies organisées par Armero et réalisées par la plupart des joueurs colombiens à chacun des buts qu'ils marquent.

Une équipe solidaire et motivée
Après être entrée dans l'histoire en battant l'Uruguay et s'être ouvert ainsi pour la première fois de son histoire les portes des quarts de finale d'une Coupe du Monde, le bonheur est plus que jamais présent dans le camp colombien. Mais Armero veut garder les pieds sur terre et rappelle que lui et ses coéquipiers n'ont pas encore atteint leur objectif. "Nous travaillons pour aller le plus loin possible. Depuis le premier match, nous savons que ce sera difficile. Nous ne sommes pas venus ici nous promener. Nous sommes là pour tout donner et décrocher la gloire", garantit-il.

Au prochain match, la Colombie devra se mesurer au pays hôte, le Brésil. "Ce sera un grand match, car ce sont deux équipes qui pratiquent un football de très bonne qualité", explique-t-il. Et même si les hommes de Luiz Felipe Scolari ont dû avoir recours aux tirs au but pour venir à bout du Chili en huitième de finale, Armero voit dans le pays hôte un redoutable adversaire. "Le Brésil n'est pas fragile. Ça se passe avec toutes les sélections qui veulent aller loin et nous le voyons depuis le début du Mondial. Toutes les équipes veulent gagner et personne ne se cache. Et puis, il ne faut pas oublier que le Chili est très fort lui aussi. Il a de très grands joueurs dans ses rangs."

Face au Brésil, l'une des clés sera de bien défendre face à une vieille connaissance d'Armero. "Pour neutraliser Neymar, toute l'équipe devra aider les joueurs chargés de le marquer", confie-t-il, rappelant ainsi que l'une des principales qualités de cette Colombie est la solidarité. "Nous devons rester unis, sans jamais nous déconcentrer. Nous sommes une équipe compacte et nous savons que le meilleur moyen d'obtenir le résultat que nous souhaitons est de rester unis", affirme-t-il avec conviction.

Pendant les années qu'il a passées à Palmeiras, Armero a battu plusieurs fois Neymar, en particulier ce jour où est né l'Armeration. À cette occasion, le Verdão s'était imposé 4:3, à l'issue d'un match où le latéral colombien avait surpassé l'actuel attaquant du Brésil, aussi bien sur le plan footballistique qu'artistique. Maintenant, reste à savoir qui dansera après le coup de sifflet final, le 4 juillet prochain à l'Estadio Castelao de Fortaleza.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 20:49

Le Brésil compte sur la loi des séries



Essayez de trouver une quelconque logique géographique pour justifier le degré potentiel d'émotion à venir dans un match à élimination directe en Coupe du Monde de la FIFA™ est une véritable gageure, pour ne pas dire une tentative d'avance vouée à l'échec. Cela est d'autant plus vrai dans une édition comme Brésil 2014, où cinq rencontres de huitièmes de finale sont allées en prolongation, ce qui constitue un record historique. En résumé, chaque match de ce Mondial peut nous laisser espérer un déroulement et une issue dramatiques.

Pour le Brésil, la présente édition de la Coupe du Monde présente pourtant des similitudes avec les cinq précédentes remportées par la Seleção. Les cinq fois où elle a été championne du monde, elle a battu en finale une équipe européenne. Mais chacune de ces cinq fois également, les Auriverdes ont d'abord écarté de leur route des sélections sud-américaines.

Que peut-on conclure exactement de ces données ? "Jouer contre une équipe sud-américaine, c'est toujours différent", analyse Ramires dans un entretien avec FIFA.com, après une bataille physique et psychologique épique contre le Chili, en huitième de finale. "On a parfois l'impression que les sélections sud-américaines ont encore plus envie de nous battre que les autres. Ce sont des matches très difficiles."

Il y a une explication relativement simple à cela. Lorsque le Brésil affronte un adversaire sud-américain, deux scénarios sont possibles : il s'agit ou bien d'une équipe qui a l'habitude de perdre contre la Seleção, et qui souhaite donc faire le match de sa vie, ou alors de l'un des deux éternels rivaux des Brésiliens sur la scène continentale et même internationale, à savoir l'Argentine et l'Uruguay.

Des chiffres favorables,et pourtant...
Sur les 13 matches qu'il a disputés contre un adversaire sud-américain dans l'épreuve reine, le Brésil n'en a perdu que deux : la dernière rencontre, qui faisait office de finale, en 1950 contre l'Uruguay, et le huitième de finale contre l'Argentine en 1990. Le reste de ce bilan est de neuf victoires et deux nuls pour le Brésil, y compris celui d'il y a quelques jours face au Chili (1:1), à Belo Horizonte. Avec la Colombie, adversaire du Brésil en quart de finale à Fortaleza, le bilan est largement en faveur du pays hôte : 15 victoires, huit nuls et seulement deux défaites. Sur la scène sud-américaine, seul le Venezuela compte moins de victoires que la Colombie sur le Brésil - une seulement -. Malgré ces chiffres, personne n'imagine un instant que la confrontation du vendredi 4 juillet puisse être une formalité pour le Brésil. La raison en est simple : il s'agit d'un quart de finale, entre deux équipes sud-américaines. Rien à ajouter.

"Émotionnellement, ce sont des matches très compliqués. Les équipes européennes ne sont pas habituées à jouer contre le Brésil, alors que les sélections sud-américaines nous rencontrent sans arrêt, en Copa América, lors des qualifications… Et puis il y a un côté technique. C'est un football différent", affirme Dani Alves au micro de FIFA.com. "Mais même cet aspect-là des choses a évolué. Aujourd'hui, la quasi-totalité des grands joueurs sud-américains évoluent en Europe. Cela se traduit par des matches encore plus intenses qu'auparavant entre sélections sud-américaines, avec un niveau très élevé."

Pour être complet avant cette confrontation entre le Brésil et la Colombie à l'Arena Castelão, il faut encore donner quelques chiffres. Sur 449 matches officiels entre le Brésil et un rival continental, la Seleção n'en a perdu que 87, dont plus de la moitié contre l'Argentine ou l'Uruguay. "De toute façon, ça ressemblera à un match de Copa America, à ceci près que la pression sera beaucoup plus forte", conclut Dani Alves.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 20:53

Brésil : Neymar, l'origine d'un futur mythe



Auteur de quatre buts à la Coupe du Monde de la FIFA et porteur du maillot numéro 10 de la Seleção, Neymar est réputé pour ses dribbles et ses actions de classe sur le rectangle vert. Tandis que le joueur du FC Barcelone se prépare à disputer les quarts de finale de la compétition contre la Colombie, FIFA.com s'intéresse aux origines de cet attaquant qui essaie d'offrir le sixième titre mondial à son peuple

La promenade démarre sur la Rua B, une rue en légère montée où le buteur auriverde a habité. Dans le football de quartier de l'époque, on surnommait Neymar "l"attaquant de la descente" car il préférait marquer dans la partie la plus basse de la chaussée. Nous irons également à la rencontre de l'un de ses premiers supporters, quelqu'un qui considérait le jeune Neymar comme un diamant brut. On revient sur sa fameuse coiffure mohican, que le premier coiffeur de Neymar avait qualifiée de "style Beckham en un peu plus radical”.

Enfin, nous arrivons à Praia Grande, où le prodige de la Seleção a cohabité dans son enfance avec des enfants issus de milieux moins favorisés. Cette connaissance a poussé Neymar a venir en aide à la communauté locale.

La vidéo vous permet de découvrir ces histoires et bien d'autres sur la grande vedette de la Seleção lors de cette Coupe du Monde.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:40

Brésil : Thiago Silva explique ses pleurs



Le capitaine brésilien Thiago Silva, qui avait pleuré avant la séance de penalties en 8e de finale contre le Chili, s'est justifié devant la presse jeudi, assurant que cela n'affectait pas son rendement sur le terrain.

"Je suis un émotif, je m'émeus facilement. C'est naturel, l'émotion chez l'être humain. Mais à aucun moment ça ne m'affecte sur le terrain. Les gens disent des bêtises, que ça peut affecter le rendement. Moi, mon opinion, c'est que non seulement, ça ne pose pas de problème sur terrain, mais qu'au contraire ça m'aide", a-t-il précisé.

"Je n'ai rien en travers de la gorge. Je n'ai pas écouté (les critiques). C'est normal la pression, les commentaires... Psychologiquement, on est bien quand on fait le don de soi pour ce qu'on aime faire. La chose que j'ai eue, c'était pour me soulager. La pression était très forte lors du match. Si tu perds, tu rentres à la maison. Alors c'est pour ça que je voulais enlever la pression, je me donne à fond. Alors forcément je suis ému", a-t-il assuré.

"J'ai eu des moments difficiles dans ma vie. J'ai eu la tuberculose, ma vie était en péril. Aujourd'hui je peux dire: "Je suis un champion, sur et hors du terrain". J'ai mes responsabilités, ma maturité, le respect de tous", a-t-il conclu.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:42

Brésil, Scolari : "Pas une guerre contre la Colombie"



Le sélectionneur brésilien Luiz Felipe Scolari a affirmé jeudi que le Brésil ne disputait pas "une guerre" contre la Colombie en quart de finale du Mondial, espérant un beau match et souligné que le Brésil continuait à viser le titre.

Y a-t-il une pression plus grande contre les équipes sud-américaines ?
Les joueurs savent que tous les matches sont éliminatoires et qu'ils peuvent être vaincus. Il le savent. Mais, on a fixé un objectif (remporter le titre). On discute tous les jours avec les joueurs. Je leur demande : "C'est moi qui vous ai mis la responsabilité (de gagner) ?. Ils me répondent: "Non, coach, c'est pas ça..." Si on n'avait pas fixé l'objectif, le supporteur ne nous soutiendrait pas comme il le fait. Il faut assumer et chercher à gagner. Les joueurs, avec leur qualité, ils doivent chercher le résultat sur le terrain. Si l'autre équipe est meilleure et nous bat, ce ne sera pas la fin de notre vie. Ce n'est pas la fin du monde. Mais, il faut continuer à insister sur cet objectif d'aller en finale. Il faut qu'on s'améliore, mais on a les moyens d'y arriver.

La Colombie a un plus beau jeu que le Chili ?
Des équipes ont des caractéristiques qui font que l'on peut mieux jouer contre A que contre B. On joue contre la Colombie, on respecte, on admire son football, mais probablement de l'autre côté, ils disent la même chose. L'autre jour Thiago me dit: "Tu te rappelles du nul qu'on a fait contre la Colombie". Je lui réponds: "J'ai jamais joué contre cette équipe". Il me dit: "Si aux Etats-Unis". Je me suis demandé si je n'avais pas oublié! En fait, ce n'était pas moi le coach (rires). J'aime bien voir jouer la Colombie. Elle est bien organisée, fait bien circuler le ballon, a une bonne discipline tactique. Mais, rien que n'a pas notre équipe. Alors, ca va être un bon match. On aime, on admire, mais on sait qu'on a certaines qualités qui peuvent leur faire mal.

Allez-vous faire un marquage sur James Rodriguez ?
On ne va pas faire de marquage sur le Colombien. Je n'ai pas vu de marquage homme à homme pendant le Mondial à l'exception de quelques matches comme Hollande-Chili, Kuyt sur Alexis Sanchez (...) Nous, on va jouer comme on joue toujours.

Après l'incident à la mi-temps contre le Chili, Fred risque-t-il quelque chose ?
Il n'y a pas de problème avec Fred. En ce qui concerne le Chili, Fred n'a pas eu de problème de bagarre. De ce que j'ai vu de l'incident à la vidéo (...), Rodrigo (Paiva, chef de presse) est entré pour défendre et après il y a eu une confusion à laquelle Fred n'a pas participé.

Vous avez fait appel à une psychologue pour les problèmes de pression après le Chili...
Vous avez tort. Arrêtez avec ça, de croire que Dupont va ici ou là. Tout est prévu à l'avance, organisé de longue date. Elle participe et c'est sympa. Elle ne gagne pas un centime. Les joueurs adorent les réunions ou les contacts téléphoniques. Je vois des choses malveillantes qui sont écrites. Des psychologues donnent leur opinion, mais ils ne savent pas ce qui se passe dans l'équipe. C'est faux. Toutes les visites étaient planifiées.

Carlos Alberto Parreira avait dit avant le Mondial que le Brésil avait une main sur la Coupe. Vous continuez à être optimiste ?
Il continue à être optimiste. On continue (à avoir une main sur la Coupe). On est au cinquième pas, il y en a sept. Les déclarations de Parreira étaient sensationnelles. Il ne pouvait pas en être autrement. Ca ne doit pas l'être. Le peuple, notre supporteur n'attendait pas quelque chose de différent. Il veut qu'on dise ce que nous voulons faire, ce que nous voulons atteindre. On continue avec le même discours. J'ai demandé à Paulinho. Il a répondu : "C'est normal la pression. On joue la Coupe du monde à la maison, c'est normal".

Le jeu colombien s'emboîte-t-il mieux avec le jeu brésilien ?
Ce n'est pas une question que ça s'emboîte mieux. La Colombie est plus technique. Le Chili se regroupe mieux derrière, joue avec esprit, une dynamique de jeu différent. Dans mon esprit, on pourrait dire que la Colombie est meilleure techniquement avec un football avec du jeu... Il n'y pas de guerre contre la Colombie, nos guerres sont contre le Chili, l'Uruguay, l'Argentine. On n'a rien contre la Colombie. Nos matches amicaux ou officiels sont des matches joyeux, disputés avec conviction, avec vigueur, mas il n'y pas cette rivalité (...) Ils sont bons, nous aussi on a des qualités. Quand, il n'y a pas la guerre, nos joueurs sont plus à l'aise. Les Chiliens, les Uruguayens, les Argentins, ils truquent quand ils jouent contre nous.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:50

Neymar-James , le duel en chiffres



Attendu par tout un pays, Neymar a su répondre présent pour conduire le Brésil à la victoire lors de la Coupe des Confédérations de la FIFA 2013. La pression est encore plus forte un an plus tard sur les épaules de l'attaquant de la Seleção. Le joueur du FC Barcelone a su se montrer jusqu’ici à la hauteur des attentes, avec quatre buts en autant de matches. Il s’est également chargé d’inscrire face au Chili le penalty qui a envoyé le pays organisateur en quart de finale.

Impressionnant depuis le début de la Coupe du Monde de la FIFA™, James Rodriguez fait également beaucoup parler de lui. Auteur de cinq buts en quatre sorties, dont un doublé en huitième de finale face à l’Uruguay, le Colombien a été désigné Homme du Match Budweiser à trois reprises. Autant dire qu'il n’est pas étranger au parcours sans-faute des Cafeteros.

Alors que la compétition s’apprête à perdre l’une de ses stars, FIFA.com passe en revue les statistiques marquantes des deux joueurs avant leur face à face.

Taille
Neymar : 175 cm
Rodriguez : 180 cm
Dotés d’un gabarit plutôt modeste, les deux joueurs pointent en-dessous de la taille moyenne du tournoi (182 cm). Ils parviennent néanmoins à rivaliser physiquement avec des adversaires de plus grande taille. L’ancien Blaugrana Michael Laudrup avait évoqué le sujet lorsque le Brésilien a signé à Barcelone l’an dernier : "Tout le monde est impatient de le voir évoluer en Europe, au plus haut niveau, mais je ne sais pas si sa taille le pénalisera ou pas. Sans faire de comparaison hâtive, Lionel Messi n’est pas très grand non plus, mais on sait tous ce qu’il est capable de faire."

Date de naissance
Neymar : 5 février 1992 (22 ans)
Rodriguez : 12 juillet 1991 (22 ans)
Malgré leur jeune âge, les deux numéros 10 ont une pression énorme sur les épaules. Neymar est le porte-drapeau de Brésil 2014. Son large sourire vous accompagne un peu partout, sur les panneaux publicitaires, où que vous soyez dans le pays. Rodriguez a été quant à lui propulsé sur le devant de la scène après la blessure de Radamel Falcao, contraint de manquer la deuxième partie de la saison avec Monaco avant de déclarer forfait pour la Coupe du Monde. Son jeune coéquipier a repris le flambeau avec succès. Élu joueur de l’année par les supporters monégasques, il a aidé le club à terminer à la deuxième place du championnat de France, synonyme de qualification pour la prochaine Ligue des champions de l’UEFA. Le meneur de jeu colombien a confirmé tout son talent au Brésil. Il fêtera ses 23 ans la veille de la finale.

Buts en Coupe du Monde de la FIFA (huitièmes de finale inclus)
Neymar : Quatre
Rodriguez : Cinq
Neymar et Rodriguez ne font aucun complexe pour leur première participation à la Coupe du Monde, avec un ratio d’au moins un but par match. Le Brésilien a signé un doublé à l’occasion du match d'ouverture, face à la Croatie, avant de frapper à nouveau à deux reprises lors du dernier du match de groupe contre le Cameroun. Son homologue colombien a marqué dans les arrêts de jeu contre la Grèce, pour ses grands débuts dans la compétition, avant de récidiver face aux deux autres équipes du Groupe C, la Côte d’Ivoire et le Japon. Il a ensuite inscrit face à l’Uruguay l’un des plus beaux buts du tournoi, d’un enchaînement contrôle de la poitrine - reprise de volée qui a fini sa course dans les cages après avoir percuté la barre transversale. Son deuxième but a définitivement scellé la qualification de la Colombie pour les quarts de finale de la Coupe du Monde, dont il domine pour l’instant le classement des buteurs.

Trophées majeurs
Neymar : Six
Rodriguez : Six
Neymar a remporté la plupart de ses trophées avec Santos : trois championnats du Brésil (2010, 2011 et 2012) et la Coupe en 2010. Sa plus belle consécration en club reste néanmoins la Copa Libertadores 2011. Buteur lors du match retour de la finale, il a permis à Santos de décrocher son troisième sacre continental. Médaillé d’argent du Tournoi Olympique de Football Masculin 2012, le prodige brésilien a également remporté la Coupe des Confédérations de la FIFA en 2013 avec la Seleção.

Rodriguez a soulevé son premier trophée à l’âge de 18 ans, après avoir gagné le championnat d’ouverture argentin avec Banfield en 2009. Le Colombien a enrichi son palmarès au Portugal, avec le FC Porto. Artisan du triplé historique Coupe-championnat-UEFA Europa League lors de sa première saison au club, il y a ajouté deux autres titres de champion du Portugal les saisons suivantes.

Palmarès dans les compétitions de la FIFA (avant la Coupe du Monde)
Neymar : 14 matches, huit buts (11 victoires, trois défaites)
Rodriguez : huit matches, trois buts (cinq victoires, un nul et deux défaites)
Neymar a connu des débuts plutôt difficiles dans les compétitions de la FIFA, avec une élimination prématurée lors de la Coupe du Monde U-17 de la FIFA 2009. Alors âgé de 17 ans, l’attaquant auriverde avait pourtant marqué lors de l’entrée en lice victorieuse de son équipe face au Japon. Mais le parcours brésilien s'était arrêté dès la phase de groupes après deux défaites 1:0 contre le Mexique et la Suisse, futur vainqueur de la compétition. Auteur de trois buts lors du Tournoi Olympique de Football Masculin, il a dû se contenter de la médaille d’argent suite à la défaite 2:1 du Brésil en finale face au Mexique. La Coupe des Confédérations 2013 s’est achevée sur une note plus positive, avec la victoire du pays organisateur et quatre réalisations à son compteur.

Rodriguez, 16 ans à l’époque, a également tiré un trait dès la phase de groupes sur l’édition 2007 de la Coupe du Monde U-17, sans avoir pu trouver le chemin des filets. Il s’est rattrapé quatre ans plus tard en inscrivant trois buts lors de la Coupe du Monde U-20, dont la Colombie a atteint les quarts de finale devant son public. Le Monégasque et ses coéquipiers se sont alors inclinés 3:1 face au Mexique.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:52

Colombie, Pekerman : "La clé est de ne pas penser qu'il y a un favori"



Le sélectionneur argentin de la Colombie José Pekerman "parie sur le jeu" et estime que "la clé est de ne pas penser qu'il y a un favori" lors du quart de finale qui l'oppose au Brésil vendredi.

Vous savez quelle équipe vous allez aligner, vous changer souvent?
Sur les différentes possibilités de l'équipe, on travaille depuis avant le Mondial. Déjà lors des matches de préparation, il y a eu des changements. Au début, il y a eu des décisions à prendre, et il y a eu des forfaits. On s'est préparés. Tous les joueurs savent qu'ils peuvent être appelés à jouer à tout moment. On fait des changements, il y a des variantes à l'équipe. On n'écarte aucune variante car on a beaucoup de joueurs capables de jouer. On va évaluer demain matin le onze de départ, mais quel qu'il soit, il faut garder le même état d'esprit: jouer, être équilibré et marquer des buts comme on le fait depuis le début du Mondial.

Vous avez un Christ que vous regardez dans votre main pendant les matches. Qu'est ce que c'est?
Je l'ai toujours à portée, au camp d'entraînement, dans la chambre, sur le terrain. Je ne le montre pas, c'est très personnel.

Dans quel état d'esprit êtes vous avant ce match?
Je suis très content de rencontrer le Brésil, qui est 5 fois champion du monde, c'est le grand de l'histoire, que tout le monde du football admire pour son football, ses gens, ses joueurs ses entraîneurs et son style de jeu. Ce style qu'on a appris et qui nous plait. Les joueurs et moi on est contents de jouer ce match mais on sait que la concurrence est dure, que le rival est de très haut niveau mais on va se faire plaisir. La clé du match, c'est de ne pas penser aux situations d'avant-match. Il faut aller de l'avant. Chaque match est un nouveau défi et chaque rival plus exigeant. On ne peut pas penser à ce qui s'est passé avant, ni pour nous et ni pour le Brésil. Il faut qu'on fasse notre match comme nous savons le faire, avec confiance. La clé c'est de ne pas penser qu'il y a un favori.

Sentez-vous le soutien venant de Colombie?
L'amour qui nous est donné par les Colombiens est immense. Chaque effort réalisé correspond à ce soutien. On sait qu'ils prennent du plaisir à nous regarder. Ils savent qu'on va lutter jusqu'au bout. Nous, on a une responsabilité avec l'espoir suscité après tant de temps sans Mondial. On parlait toujours d'histoire ancienne. Je crois qu'on a été à la hauteur de ce qu'a toujours été la Colombie mais aussi du football d'aujourd'hui.

On parle beaucoup du poids du maillot, du passé du Brésil
Il faut prendre en compte le passé, les dernières Coupes du monde. Dans quelque temps, ce Mondial sera du passé et on le commentera. On ne peut pas ignorer le passé de chaque équipe. Le passé, l'histoire, la hiérarchie, les traditions ont leur poids (...) Le passé a son importance mais ca ne veut pas dire que tu vas gagner un match en raison de qui s'est passé avant. La situation a changé. Aujourd'hui, on travaille beaucoup la tactique, le physique, l'état d'esprit, la psychologie, le mental... Tout se travaille mais on ne peut jamais oublier d'où nous venons, notre histoire. Nous admirons les idoles avec qui nous avons appris. Nous les footballeurs, on a appris avec les grandes stars. C'est pour ca qu'on aime le football! On s'attend à match très difficile. C'est un quart de finale. A ce niveau, ce sera durissime pour les deux. On respecte le Brésil qui a de grands joueurs mais vous avez pu constater que la Colombie aussi. Ce sera équilibré.

Vous allez avoir le public contre vous...
Ce sera nouveau pour nous. C'est sans doute un facteur important pour le Brésil de se sentir soutenu par tous ces gens pour un match si difficile. Ce sera une épreuve pour nous et il faut nous mettre rapidement dans le match pour faire ce qu'on sait faire et développer notre jeu qui nous a donné tant de satisfactions.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:35

Le Brésil chavire dans la liesse



Le coup de sifflet final du quart de finale du Mondial Brésil-Colombie (2-1) a été accompagné vendredi d'une immense clameur à travers le Brésil, où les festivités devaient durer une bonne partie de la nuit.

A la "Fan-fest" de Rio de Janeiro sur la plage de Copacabana, où près de 30.000 personnes s'étaient massées vendredi soir, la victoire brésilienne a été fêtée à coups de feux d'artifice, alors que plusieurs dizaines de fans survoltés plongeaient dans la mer, certains tout habillés.

"On va gagner cette Coupe. Cette sélection a beaucoup de coeur. Tout est possible avec Neymar!", s'extasiait Vinicius Morais, un vendeur de 18 ans, au milieu des cris de "Je suis Brésilien!".

A Sao Paulo, dans la foule réunie devant un grand écran du centre-ville, les buts des deux défenseurs centraux Thiago Silva et David Luiz ont été accompagnés d'embrassades et de douches de bière.

"J'ai beaucoup souffert pendant le match, mais moins que contre le Chili" en 8e de finale, lorsque le Brésil ne s'en était tiré qu'aux tirs au but, expliquait Erik Silva, 28 ans. "Nous allons gagner la finale contre l'Argentine!", jurait-il, alors que le grand rival argentin joue son quart de finale samedi contre la Belgique.

Dans les bars et restaurants de la mégapole, malheur aux patrons qui avaient fait l'économie d'écrans de télévision. Dans les autres, une ambiance surchauffée est montée crescendo pendant la partie avant la liesse, les feux d'artifice et les coups de klaxon.

"Nous avons trop souffert", tempérait pourtant la quinquagénaire Lucienne Aparecida dos Santos, précisant que "l'Allemagne sera un adversaire difficile" lors de la demi-finale mardi prochain à Fortaleza (nord-est).

Dans la capitale Brasilia, prise d'assaut depuis quelques jours par des milliers de supporteurs argentins, les célébrations étaient accompagnées de défis lancés à l'ennemi sportif intime. "Argentine, attends, ton heure va venir!", criaient des Brésiliens survoltés.

Relevant le défi, les supporteurs de l'Albiceleste scandaient "Messi, tu vas nous apporter la Coupe!"

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:37

Brésil 2 - Colombie 1
Le Brésil défend son rêve




La Colombien n'avait rien à perdre, tout le contraire du Brésil lors de ce deuxième quart de finale de Brésil 2014. Grâce à deux buts signés de ses défenseurs centraux, le pays hôte s'est offert le droit d'affronter l'Allemagne en demi-finale, ce sera le 8 juillet à Porto Alegre.

Face à une équipe joueuse et rapide, les Auriverde ont eu la bonne idée d'ouvrir le score rapidement par le genou de son capitaine Thiago Silva suite à un corner (1:0, 7'). La Colombie tentait de revenir par Cuadrado (11'), mais c'est bel et bien la Seleçao qui est la plus mordante, et il faut un David Ospina vigilant pour empêcher Hulk (20', 28') de doubler la mise.

Le portier de l'OGC Nice devait en revanche s'incliner après la pause devant le superbe coup franc signé David Luiz, qui trouvait la lucarne d'un tir de 30 mètres (2:0, 68'). Voilà qui calmait les ardeurs des Cafeteros qui poussaient pour égaliser depuis le retour des vestiaires. Pourtant, ces derniers se sont offert un final haletant, avec James Rodriguez à la baguette et à la transformation d'un penalty (2:1, 80'), mais la défense brésilienne a tenu le coup jusqu'au bout des arrêts de jeu.

Homme du Match : David Luiz (BRA)

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:39

Brésil : Défenseurs "monstrueux", selon la presse



"Monstrueux!" : la presse en ligne brésilienne rendait hommage vendredi soir aux défenseurs centraux Thiago Silva et David Luiz, auteurs des buts qui ont assuré la qualification du Brésil pour les demi-finales aux dépens de la Colombie (2-1).

"Le duo qui pleure et qui marque. Les défenseurs conduisent le Brésil en demi-finale", commentait le site du journal sportif Lance, dans une allusion aux larmes versées par certains joueurs brésiliens, dont le capitaine Thiago Silva, lors du 8e de finale remporté de justesse aux tirs au but face au Chili.

"Après une semaine remplie de discussions sur le supposé déséquilibre émotionnel de la sélection, l'équipe a apporté sa réponse sur le terrain, effectuant une bonne prestation, spécialement en première période", souligne Lance.

"Oubliez le Thiago Silva abattu et assis sur un ballon" d'avant la séance de tirs au but contre le Chili, renchérit Globo. Son surnom de "Monstre" est peu de chose pour décrire sa première mi-temps contre la Colombie".

Après la solide performance des Brésiliens, les médias se remettent du coup à rêver à une victoire finale qui effacerait la tragédie nationale vécue en 1950 par le Brésil avec la défaite contre l'Uruguay au Maracana de Rio.

En demi-finale mardi "contre la traditionnelle et puissante Allemagne, la Seleçao va aborder l'avant-dernier chapitre de ce livre qui a commencé à être écrit il y a 64 ans avec le "Maracanazo" uruguayen, et qui attend toujours un final heureux", écrit G1.

Ce sera sans son capitaine Thiago Silva, suspendu, et peut-être sans son attaquant vedette Neymar, sorti en fin de match après un choc violent au dos.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:41

Colombie, Pékerman : "On a lutté jusqu'au bout"



Le sélectionneur argentin de la Colombie José Pékerman a rendu hommage à ses joueurs qui ont "lutté jusqu'au bout" et souligné que l'ouverture rapide du score par le Brésil, en quart de finale du Mondial-2014, avait été la "clé" de l'élimination.

Pouvez-vous faire un bilan de la Colombie lors de ce Mondial?
Ce n'est pas facile de faire une analyse maintenant. C'est un moment dur pour nous. On a toujours eu le sentiment qu'on pouvait gagner. On savait que ça allait être très dur contre le Brésil mais on n'a pas abandonné le rêve de gagner. Dans ces matches à élimination, une erreur peut toujours être déterminante. La Colombie avait les armes pour gagner mais le Brésil a réussi deux coups de pied arrêtés... Cela ne nous était pas arrivé avant (de prendre des buts sur coups de pied arrêtés). Ca a donné de la tranquillité au Brésil pour le match. Ce Mondial a été bref pour nous après cette longue absence mais cette équipe a fait beaucoup de choses. Je pense qu'elle a bien rendu hommage au football de Colombie. On a montré des joueurs de talent et on a fait un bon Mondial en démontrant qu'on n'était pas venu simplement pour participer.

Il y a eu 55 fautes, le record pour ce Mondial...
C'était un match équilibré de même niveau. Il y avait de très bons joueurs de chaque côté et quand il y a ça, il y a souvent des frictions, parce que chacun veut gagner son duel, sa zone et que le niveau est similaire. La tension a été forte. Le Brésil avait besoin d'une victoire et nous on n'a jamais renoncé. Il y avait de l'intensité dans chaque action. Ca a un peu haché le match. Les deux équipes peuvent produire du jeu mais le fait que le niveau soit égal peut avoir cette conséquence: qu'il y ait des fautes et que ces bons joueurs n'aient pas de la continuité dans le jeu. On a perdu un peu de fluidité avec ces frictions.

Le Brésil peut-il être champion? Est-ce son meilleur match?
Au Mondial, le plus important est de gagner et continuer. On peut toujours s'améliorer au match suivant. On est près de la finale. Il ne faut pas avoir d'avis définitif. Gagner aide à s'améliorer, te tranquillise et quand il y a des bons footballeurs, tu peux mieux réussir le match suivant. Je ne peux pas analyser tous les matches du Brésil. Je pense surtout à la Colombie! On savait que le Brésil aurait tiré les enseignements du match contre le Chili et on savait qu'ils allaient monter en régime.

Quelle a été la clé du match?
Le match s'est décidé en raison de la rapidité avec laquelle ils ont marqué. Marquer un but rapidement dans ce genre de match est la clé, (primordial). Ca leur a donné de la tranquillité, ils ont pu être meilleurs que nous en première période. Tandis que nous, on a peut-être cherché l'égalisation trop rapidement et on a déstabilisé notre jeu. Le Brésil aurait pu marquer mais on est bien revenu en seconde période. On savait qu'on pouvait leur faire mal avec des passes et notre circulation de balle. On a lutté jusqu'au bout. On était proche de l'égalisation. Il y a une occasion douteuse, qui aurait pu changer le résultat.

Le bilan de James Rodriguez?
Le travail de James Rodriguez a été super. On le savait depuis longtemps. C'est un joueur exceptionnel qui a un talent énorme et qui a des ambitions. Il a essayé de faire le mieux dans un match difficile. Ce match laisse un des meilleurs joueurs du monde en dehors du Mondial... Il a fait ce qu'il a pu pour l'équipe et l'équipe le soutenait. On pensait qu'on pouvait faire un petit pas de plus. Je l'ai félicité. Il va démontrer à l'avenir qu'il peut être dans les meilleurs du monde.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 15:55

Brésil : Deux coups d'éclat et un coup dur



Tout dans le vestiaire brésilien laisse à penser que la soirée s’est passée conformément aux plans. La Seleçao est qualifiée pour les demi-finales suite à une victoire 2:1 sur la Colombie, les joueurs rigolent et on analyse déjà ce qui a marché et ce qui n’a pas marché en vue du prochain choc face à l’Allemagne. Mais soudain, cette belle harmonie est perturbée par une intervention du Dr. Rodrigo Lasmar, qui devient la cible principale de tous les micros.

Les mots "fracture de la troisième vertèbre" laissent entrevoir une nouvelle dimension, où le Brésil est privé de son meilleur élément pour la suite de la compétition. "Je ne peux pas être complètement heureux aujourd’hui parce que j’ignore où en est vraiment Neymar. Il ne nous reste plus qu’à prier pour que ce ne soit rien et pour qu’il puisse nous aider", confie David Luiz à FIFA en conclusion d’un entretien qui respirait jusque-là l’optimisme et la satisfaction.

C’étaient des déclarations prémonitoires. Quelques minutes se sont écoulées et la majorité des joueurs ont pris la direction du bus. Le ballet des téléphones portables a démarré, le temps que l’annonce du Dr. Lasmar se diffuse aux quatre coins du pays. "Malheureusement Neymar est forfait jusqu’à la fin de l’épreuve. Il s’agit cependant de ce que l’on appelle une fracture bénigne, c’est-à-dire qu’il n’y pas de séquelles et que le traitement ne requiert pas de chirurgie. Les délais de récupération varient d’un joueur à l’autre, cela va de quatre à six semaines. C’est vraiment très variable", explique le médecin à FIFA.com, lui-même un brin pris de court.

Quelques minutes plus tôt, le docteur attendait impatiemment un appel du Dr. José Luiz Runco, responsable de l’encadrement médical de la Seleção, qui accompagnait Neymar à l’hôpital. Lorsque l’appel est enfin arrivé, il est devenu le porte-parole de la plus mauvaise nouvelle que le Brésil pouvait imaginer. Et elle est tombée alors même que l'équipe célébrait ses bonnes performances et se focalisait sur l’absence de son capitaine Thiago Silva et sur la solidité de l’Allemagne pour aborder cette première demi-finale après 12 ans d’attente. Mais soudain, toutes ces considérations n’avaient plus d’importance.

Comme avant ?
Dans la zone mixte, alors qu’il répondait aux journalistes au sujet du match et de sa suspension, Thiago Silva a été averti du diagnostic. Lequel lui importait d’ailleurs beaucoup moins que le corollaire immédiat, qui tenait en six mots : "Coupe du Monde terminée pour Neymar". Malgré la rudesse du coup, Thiago Silva n’a pas semblé spécialement affecté. Il a respiré profondément avant d’évoquer la prochaine étape, comme s’il s’agissait d’une énième mauvaise nouvelle. "Nous avons d’autres solutions. Il y a dans le groupe d’autres joueurs capables de trouver des failles", a poursuivi le défenseur du Paris Saint-Germain, tout en voyant s’accumuler des journalistes autour du Dr. Rodrigo Lasmar. "Dis-moi, Rodrigo, c’est vraiment confirmé alors ?", a lancé le capitaine, un peu perdu, comme s’il commençait à peine à digérer ces six mots entendus précédemment…

"C’est triste", a-t-il répondu avant de faire une pause. "C’est triste parce que ce garçon a vraiment tout donné pour cette Coupe du Monde." Nouvelle pause, le temps d’assimiler la nouvelle réalité. Le temps aussi de reprendre la phrase précédente là où il s’était arrêté. "Mais j’ai la certitude que nous avons des joueurs de qualité prêts à le remplacer. Je pense à Willian, qui présente les mêmes caractéristiques. Nous allons remporter cette Coupe du Monde. Pas seulement pour Neymar, mais pour nous tous. Nous le méritons."

Impossible d’obtenir un autre discours de la part du capitaine. Pas dans ces moments-là. D’un coup, cette réalité parallèle est devenue la seule réalité de la Seleção demi-finaliste. Il convient donc d’imiter Thiago Silva et de reprendre la vie là où elle s’était arrêtée avant la blessure de Neymar. Mais est-ce vraiment possible ?

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 18:46

Colombie : La presse dit "gracias" aux Cafeteros



La presse colombienne dit à l'unisson "gracias" (merci) aux "Cafeteros" dont le parcours au Mondial s'est terminé par une défaite de justesse, 2 à 1, en quarts de finale face au Brésil, vendredi à Fortaleza.

"Merci à la Colombie!", titre El Tiempo, sur une photo de la révélation de la Coupe du monde, James Rodriguez, et du sélectionneur José Pekerman.

Le journal estime que la sélection est tombée dans le premier quart de finale de son histoire "sans être inférieure au quintuple champion du monde et laisse derrière elle beaucoup de joie et de fierté".

El Espectador barre sa première page d'un "Merci les gars!" et souligne qu'après "une première période à oublier" les Colombiens ont de nouveau montré "le football éblouissant" du début du Mondial.

Même le quotidien économique Portafolio délaisse l'actualité financière pour titrer "Merci beaucoup la Colombie!" sur une photo des "Cafeteros". "La sélection a perdu mais est partie la tête haute. Plusieurs de ses joueurs auraient leur place dans les meilleures équipes du monde".

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par rachid_as le Lun 7 Juil - 21:00

Accueil triomphal pour la Colombie



Les Colombiens ont réservé dimanche 6 juillet à Bogota un accueil triomphal à l'équipe de football, de retour du Brésil après avoir atteint pour la première fois de son histoire les quarts de finale de la Coupe du Monde.

Oubliée la défaite contre le Brésil (2-1). Les joueurs et leur entraîneur argentin Jose Pekerman ont eut droit au tapis rouge et à des jets d'eaux des pompiers pour leur arrivée à l'aéroport, où même les agents de sécurité se sont bousculés pour obtenir des autographes.

Accompagnés par des supporteurs, ils ont été transférés en bus décapotable jusqu'au parc Simon Bolivar, le principal la capitale, pour une fête en présence d'une marée jaune -la couleur du maillot de l'équipe- de plusieurs dizaines de milliers de personnes. "Colombien, Colombien, Pekerman est Colombien ! Grâce à la sélection, nous sommes tous des frères", ont chanté les fans à l'arrivée des joueurs, qui ont chacun dit un petit mot à la foule.

Au milieu des concerts et des chants, l'équipe de Colombie, dont la dernière participation à un Mondial remontait à 1998, a aussi reproduit la chorégraphie désormais célèbre qui accompagnait ses buts sur le terrain. "Merci d'avoir toujours été là, merci pour votre soutien, on vous aime", a lancé James Rodriguez, l'attaquant vedette et actuel meilleur buteur de la compétition avec six réalisations.

"Nous sommes à la hauteur des meilleurs" et "soyez fiers", a clamé l'entraîneur argentin, qui a dominé sa timidité pour esquisser quelques pas de danse.

Fifa.com (06/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Brésil - Colombie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum