CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 13:12

Estádio Nacional Brasília (BRA)
05 juil. 2014 - 13:00 Heure Locale
Quarts de finale

ARGENTINE - BELGIQUE


_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Mer 2 Juil - 18:54

Belgique : Diables, qu'il faudrait marquer plus vite !



Les Diables Rouges, auteurs d'une prestation cinq étoiles pour éliminer les Etats-Unis, se sont toutefois fait peur en raison d'un manque de réalisme offensif criant malgré une déferlante d'occasions durant les 90 premières minutes.

Selon le fournisseur de statistiques Opta, il a fallu attendre la 32e tentative belge pour l'ouverture du score dans la prolongation, à la 93e minute, par Kevin De Bruyne, grand artisan du succès (2-1) des Diables Rouges à Salvador.

D'après les mêmes chiffres, les Belges ont tiré 39 fois au but. Vingt-six de ces tentatives étaient cadrées: dix-sept ont été arrêtées ou déviées par le gardien Tim Howard, les neuf autres contrées par des joueurs de champ.

39 ! C'est le total le plus élevé lors d'un match de cette Coupe du Monde 2014.

De quoi soulever l'enthousiasme de la presse belge et internationale qui attendaient depuis le début de la compétition que cette génération dorée sorte enfin une prestation offensive à la hauteur du talent des Hazard, De Bruyne, Lukaku, Witsel, Mertens et autre Mirallas.

"La Belgique, peut-être l'équipe la plus attractive du Mondial par la quantité de ses jeunes talents, a joué la meilleure rencontre de tout ce Mondial", s'est enflammée la Gazzeta dello Sport. Mais le quotidien italien a aussi mis un bémol important: "La Belgique n'a eu qu'un seul tort, qui n'est pas le moindre en football, manquer une quantité de buts importante".

Match référence

Car, effectivement, s'il faut attendre la 32e de ses 39 occasions pour faire trembler les filets adverses, cela a un côté inquiétant que Marc Wilmots n'a pas tenté de dissimuler mardi soir.

"Ce n'était pas bon pour mon coeur. Normalement quand tu domines et que tu rates tout, tu ne passes pas. C'est souvent comme ça... C'est la vie. J'ai donc eu un peu peur", reconnaissait le sélectionneur belge.

"Willie" ne souhaitait cependant pas accabler le jeune Divock Origi qui s'est créé de nombreuses occasions sans toutefois concrétiser. "Divock était encore frais quand je l'ai changé mais il venait de buter quatre fois sur un grand Howard. Je me suis donc dit que ce n'était pas son jour", a constaté Wilmots, plaçant alors Lukaku en pointe, ce dernier marquant le deuxième but belge à la 105e minute.

"On avait critiqué Romelu au pays. Je lui avais dit: "en 8ème c'est toi qui va mettre dedans". J'ai toujours eu confiance. En football, rien n'est jamais noir ou blanc pourtant vous (les journalistes) ne semblez pas connaître le gris", s'est fâché Wilmots.

Reste que face à l'Argentine, samedi à Brasilia, il serait préférable d'être plus efficace pour pouvoir prétendre aux demi-finales.

Jamais depuis le début de cette Coupe du monde, les Belges n'ont marqué avant la 70e. Heureusement, ils possèdent la défense la moins perméable de ce tournoi avec seulement deux buts concédés en quatre rencontres.

Si la Belgique tient donc enfin son match référence en terme de spectacle, il serait toutefois dommage pour les Diables de ne pas capitaliser sur ce remarquable jeu en mouvement, sur ces jolies combinaisons qu'ils peuvent se permettre grâce à des techniciens hors pair.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 0:10

Argentine : Agüero s'est entraîné avec un ballon



L'attaquant argentin Sergio Agüero, qui récupère d'une blessure musculaire contractée il y a une semaine, a commencé mercredi à travailler avec un ballon mais ne sera pas apte contre la Belgique en quart du Mondial, samedi à Brasilia.

L'équipe d'Alejandro Sabella s'est rendue à l'entraînement dans son bunker de Cidade do Galo, près de Belo Horizonte, au lendemain de sa difficile victoire (1-0 a.p.) contre la Suisse à Sao Paulo.

Agüero a effectué des mouvements physiques et des exercices avec le ballon.

"Agüero va mieux. Hier (mardi) après le match il a travaillé et ce matin aussi", a indiqué le porte-parole de la sélection argentine, Andres Ventura, sans préciser quand pourrait avoir lieu un éventuel retour de l'attaquant de Manchester City.

Agüero souffre d'une "lésion musculaire de niveau 1" à la jambe gauche contractée pendant la première période du match de poule contre le Nigeria remporté 3-2 par l'Albiceleste mercredi dernier.

Il avait dû déclarer forfait pour le huitième de finale contre la Suisse et avait été remplacé par Ezequiel Lavezzi.

Fifa.com (02/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 14:37

Messi contre Hazard, l'élève dans les pas du maître



Le Belge Eden Hazard, 23 ans, qui refuse pour l'heure d'être comparé à la star argentine Lionel Messi, 27 ans, envisage pourtant de marcher dans les pas de la "Pulga", à qui beaucoup le comparent même si les deux joueurs diffèrent sur bien des points.

. TECHNIQUE
Ce sont bien sûr deux artistes. Jusqu'à son arrivée à Chelsea, Hazard jouait au football "d'abord pour s'amuser". Ses talonnades, roulettes et désormais célèbres coups du foulard s'effectuaient donc parfois au détriment de l'efficacité. Son entraîneur à Chelsea José Mourinho l'a recadré, même s'il cède encore parfois à la facilité. Messi dispose, lui, de la conduite de balle la plus parfaite qu'on puisse imaginer. Même quand il est lancé à pleine vitesse, le ballon semble ne jamais s'éloigner à plus de quelques centimètres de son pied gauche. Et comme ont pu le constater Nigérians et Iraniens, sa technique de frappe est elle aussi impeccable.

. PHYSIQUE
Les deux joueurs ont des morphologies assez semblables. Messi est un peu plus petit (1,69 m contre 1,72 m), mais avec leurs centres de gravité bas et beaucoup de puissance dans les cuisses, ils résistent bien aux duels. Longtemps réputé indestructible, l'Argentin a subi quelques blessures depuis un an et demi.

. VISION DU JEU
Tous deux portent le numéro 10. Mais Hazard est davantage un ailier alors que Messi, installé à droite à ses débuts, joue vraiment dans l'axe. Le sélectionneur Marc Wilmots a déjà utilisé Hazard comme meneur de jeu, voire en pointe. Mais le joueur de Chelsea préfère le poste d'ailier gauche. "Cela me permet de rentrer dans le jeu et d'utiliser mon pied droit", dit-il. Passeur décisif pour Di Maria contre la Suisse, Messi, lui, est un attaquant qui voit le jeu comme tous les meneurs de jeu du monde aimeraient le faire.

. VITESSE

D'après les statistiques proposées par la Fifa, ils n'ont jamais été flashés à plus de 30 km/h lors de ce Mondial, loin des 37 km/h du Néerlandais Arjen Robben. Mais balle au pied, ils sont très largement au-dessus de la moyenne. Et sur des sprints courts et en dribble, ils ont peu d'équivalents.

. SENS DU BUT

Du fait de sa position, Hazard n'affole pas les compteurs. Lors de sa meilleure saison à Lille (2011-12) il avait inscrit 20 buts en Ligue 1. La saison passée à Chelsea, il a marqué à 14 reprises en championnat. C'est honorable, mais loin des statistiques stratosphériques de Messi. "C'est la raison pour laquelle je ne veux pas que l'on me compare à lui. Je ne suis pas encore à son niveau d'efficacité. Ce qu'il fait à longueur de saison est exceptionnel", a-t-il dit. Messi vient d'enchaîner une sixième saison d'affilée à plus de 40 buts toutes compétitions confondues (Barcelone et équipe nationale). En 2011-2012, il a inscrit 82 buts en 59 matches. Cette saison, plutôt moyenne pour lui, il en a encore marqué 48 en 54 matches! Unique.

. EXPERIENCE

Quatre ans de différence en football, c'est énorme. Hazard avec ses 23 ans sort à peine du statut d'espoir. Mais il a fait ses premiers pas professionnels tellement tôt avec le LOSC (16 ans et 10 mois pour ses débuts en L1) qu'il a déjà sept années de professionnalisme derrière lui. Reste que ce Mondial brésilien est le premier grand tournoi pour le Belge. A ce niveau, il est encore en phase d'apprentissage. L'Argentin dispute son troisième Mondial et il a déjà remporté trois Ligues des Champions. Dans ce domaine non plus, les deux joueurs ne sont pas comparables.

. DEFENSE
Dans cette équipe d'Argentine pour l'instant décevante, où il est déjà chargé de marquer ou de faire marquer tous les buts, on ne va pas en plus demander à Messi de défendre. L'Argentin est l'un des rares joueurs au monde à être totalement déchargé des tâches défensives. Hazard non plus n'aime pas défendre. Ses lacunes sont encore énormes, comme Mourinho l'a souligné plusieurs fois cette saison. Avec la Belgique, il fait le boulot. Irréprochable depuis le début du Mondial. Mais, par précaution, Wilmots a demandé au latéral gauche de ne pas trop monter. On ne sait jamais...

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 15:04

Belgique : Il n'y a pas que Hazard pour forcer la chance



La Belgique, au contraire d'une Argentine largement dépendante des prouesses de Lionel Messi, n'est pas tributaire des seules prestations de sa star Eden Hazard lors de ce Mondial-2014.

Les Diables Rouges, c'est bien plus qu'Eden Hazard ! Quatre matches, quatre victoires, six buts inscrits, mais aucun par Hazard, alors que Messi en est déjà à quatre réalisations.

La pépite de Chelsea a pourtant sorti son équipe du pétrin à deux reprises en signant deux passes décisives face à l'Algérie et la Russie. Et sa seconde période face aux Etats-Unis en 8ème de finale fut de très haut niveau.

Dès qu'il avait la balle au pied, on voyait les défenseurs américains s'agiter. Il les a bluffés à quelques reprises, se heurtant toutefois à un très grand Tim Howard. "Je dois apprendre à être plus constant et davantage décisif", répète le Diable Rouge à longueurs d'interviews ces dernières semaines.

Six buts, six buteurs différents
Hazard ne marque pas. Mais heureusement pour la Belgique, des joueurs comme Mertens, Fellaini, Origi, Vertonghen, De Bruyne et Lukaku ont fait preuve de réalisme. Et de la réussite qui a manqué à l'ancien Lillois. Six buteurs différents pour six buts.

"Chez les Belges, le danger vient de partout, expliquait mardi soir le sélectionneur des Etats-Unis Jurgen Klinsmann, après la défaite des siens (2-1). "Et pour tout dire, à l'entame de match, je me méfiais moins de Mertens et Hazard que de leurs trois milieux (De Bruyne, Fellaini, Witsel, ndlr)", affirmait l'Allemand.

Les Argentins seraient bien inspirés de surveiller tous ces joueurs dont certains ont tendance à voler la vedette à la star de Chelsea. Kevin De Bruyne surtout. Celui dont José Mourinho ne voulait justement plus à Londres l'hiver dernier, est occupé à réussir un grand Mondial. Le joueur de Wolfsburg est le vrai numéro 10 de la Belgique. Un numéro floqué sur le maillot d'Eden Hazard alors que ce dernier est davantage un ailier qu'un meneur de jeu.

Car celui qui distribue, qui s'infiltre, qui passe sans relâche de la zone défensive aux avant-postes, c'est De Bruyne. Et quand ce n'est pas lui, c'est Marouane Fellaini à qui Wilmots peut demander en cours de match de passer du poste de "ratisseur" à celui de deuxième attaquant, rôle qu'il avait rempli à merveille face à l'Algérie.

"Même Hazard peut être sur le banc"

Aux qualités techniques d'Eden Hazard s'ajoute aussi la vitesse sur les flancs de Kevin Mirallas et Dries Mertens. Et les attaquants de pointe Divock Origi (libérateur face à la Russie) et Romelu Lukaku (bourreau des Etats-Unis) ont démontré qu'ils méritent une aussi grande surveillance que celle imposée par les défenses adverses à Hazard, souvent serré de près par deux joueurs au moins.

Wilmots insiste constamment sur la notion de groupe, allant jusqu'à assurer (avec un brin de mauvaise fois ?) que "même Hazard pourrait se retrouver sur la banc".

Car l'apparente nonchalance du Wallon peut parfois irriter, même si Wilmots concède qu'il a "beaucoup de mal à se fâcher avec quelqu'un d'aussi gentil". "On (la presse, ndlr) tourne toujours autour d'Eden. On demande beaucoup à un garçon qui a déjà beaucoup donné. Lui il est tranquille et ne se met pas de pression mais il a beaucoup d'ambition", assure le sélectionneur belge qu'Eden Hazard appelle "Marc".

"Quand l'adversaire se livre, il est dangereux mais c'est la même choses avec Mertens et De Bruyne. Eden est peut-être pointé par la presse internationale comme la star de notre groupe mais moi, ce que je vois, c'est que la Belgique est un bloc qui ne dépend pas de la prestation d'un seul joueur".

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 20:47

Argentine : Il y a Leo et les bas



Littéralement portée par le génie de Lionel Messi, l'Argentine s'est frayé un chemin jusqu'aux quarts de finale, où elle affrontera la Belgique samedi à Brasilia, mais elle donne pour l'heure l'image d'un collectif terriblement médiocre.

L'Argentine a marqué sept buts depuis le début du tournoi. Messi en a inscrit quatre, il a donné une passe décisive et a provoqué le but contre son camp du Bosnien Kolasinac. Six sur sept.

"Il y a toujours une dépendance de l'Argentine vis-à-vis de Messi", a reconnu le sélectionneur Jorge Sabella.

L'exemple de Maradona en 1986 montre que l'on peut gagner un Mondial avec un génie, un ou deux lieutenants de valeur et quelques soldats pour faire le nombre. Mais aujourd'hui, comme le souligne le quotidien sportif Olé, "l'Argentine n'est toujours pas une équipe, elle en est même loin".

Par choix ou par contrainte, Sabella a déjà utilisé plusieurs joueurs et plusieurs systèmes, sans pour l'instant trouver d'autre formule que "tout sur Leo et advienne que pourra".

Critiqué pour la défense à cinq du match inaugural contre la Bosnie, le sélectionneur argentin est revenu à un système à quatre derrière et a d'abord installé un trio offensif Agüero, Messi, Higuain.

Mais Agüero s'est blessé et l'avant-centre de Naples traverse lui ce Mondial sans le moindre impact. Le retour du "Kun" pourrait faire du bien, mais il est très improbable, du moins pour le match contre les Belges.

Car l'option Lavezzi n'a pas mieux fonctionné. "El Pocho" est le même joueur sous le maillot argentin que sous celui du Paris SG: travailleur, volontaire, mais brouillon et limité techniquement à ce niveau. Et il fait des blagues.

Pour l'heure, le seul joueur offensif à tenir son rang est Di Maria. Pas aussi brillant que lors de sa folle fin de saison madrilène, Di Maria a tout de même marqué le but de la qualification contre la Suisse et a bien accompagné Messi, lui offrant des solutions comme Burruchaga le faisait pour Maradona en 86.

Romero donne des frissons
Ces soucis offensifs pourraient apparaître comme mineurs si l'Argentine disposait d'un socle défensif pleinement rassurant. Mais ce n'est pas le cas.

Au milieu, Mascherano tient la baraque comme il le fait depuis maintenant plus de 10 ans. Mais à ses côtés, Gago déçoit, comme il le fait depuis maintenant bientôt 10 ans.

Considéré à ses débuts comme le successeur du grand Redondo, Gago, joueur effectivement élégant, n'a jamais atteint les mêmes sommets. Son retour en sélection après une bonne saison avec Boca Juniors est pour l'instant insuffisant.

En défense aussi, ça tangue. La charnière Garay-Fernandez est solide mais sans génie. Sur les côtés, Zabaleta et surtout Rojo avaient été plutôt à l'aise au Brésil, mais Rojo sera suspendu contre la Belgique.

"José Maria Basanta va probablement jouer le prochain match, Rojo est très bon mais nous avons confiance en Basanta aussi", a assuré Sabella.

A 30 ans, Basanta est un joueur méconnu, qui a fait toute sa carrière en Argentine et au Mexique. Il ne compte que 11 sélections et ne présente pas beaucoup de garantie à ce niveau.

Le problème est assez similaire avec le gardien Sergio Romero, remplaçant en club avec Monaco. Plutôt rassurant en début de tournoi, il l'est moins depuis deux matches, avec notamment une séquence inquiétante face à la Suisse où il semble incapable de contrôler pendant plusieurs secondes un ballon soudain devenu savonnette.

Tout cela est-il vraiment important quand on a Messi ? Vaincus en 1986 par Maradona et presque lui seul, les Belges sont en tous cas conscients du danger.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Jeu 3 Juil - 20:57

Belgique : Vermaelen reprend, Dembélé blessé



Le défenseur belge Thomas Vermaelen, qui semble bien remis d'une élongation à la cuisse droite, a repris les entraînements collectifs jeudi à Mogi das Cruzes où il s'est livré sans retenue, a constaté un photographe de l'AFP.

Vermaelen faisait partie des treize joueurs qui se sont entraînés en fin de matinée, principalement les remplaçants du huitième de finale remporté mardi face aux Etats-Unis (2-1).

Comme les titulaires de ce match, le défenseur Vincent Kompany a effectué une sortie à vélo.

D'après le sélectionneur Marc Wilmots, son capitaine "récupère bien". Kompany ressent depuis plusieurs jours des douleurs à l'aine. Il avait dû déclarer forfait pour la dernière rencontre de la phase des poules face à la Corée du Sud il y a une semaine.

Le milieu de terrain Moussa Dembélé est resté aux soins. Il n'est pas encore remis de la "béquille" reçue face aux Coréens.

Les Diables devaient s'envoler en soirée pour Brasilia où aura lieu le quart de finale contre l'Argentine samedi.

Fifa.com (03/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:54

L'inefficacité d'Higuain inquiète l'Argentine



L'inefficacité devant le but de Gonzalo Higuain, qui n'a pas encore marqué depuis le début du Mondial, inquiète l'Argentine au moment d'affronter la Belgique à Brasilia dans un quart de finale qui fait figure de première grande épreuve pour l'Albiceleste.

Pour le moment, les Argentins se sont tirés d'affaire sans convaincre grâce à Lionel Messi, auteur de quatre buts, mais tout le génie de la "pulga" ne suffira peut-être pas face à une équipe belge bourrée de talent.

Le sélectionneur Alejandro Sabella a donc besoin d'un Higuain en forme, d'autant que l'autre attaquant-vedette Sergio Agüero est blessé et ne jouera probablement pas contre les Diables Rouges.

Plutôt grand (1,84 m) et costaud (82 kg), Higuain est censé apporter une touche de puissance à une attaque où les centimètres et les kilos sont rares. Ayant commencé très jeune, il a aussi, à 26 ans seulement, des automatismes bien rodés avec ses partenaires. C'est donc le complément idéal. En théorie au moins. Car dans la réalité, c'est un "Pipita" bien fade qu'on a vu jusqu'à présent au Brésil.

Certes, son entrée en seconde période lors du premier match contre la Bosnie (2-1) a correspondu à un sursaut de l'Albiceleste et lui a valu d'être titularisé, mais ses trois matches suivants face à l'Iran (1-0), au Nigeria (3-2) et à la Suisse (1-0) ont été autant de flops.

Higuain a été lent dans ses courses et imprécis dans ses passes. Non seulement il n'a pas marqué, mais il a très peu contribué au jeu offensif de son équipe, en particulier en huitième de finale.

Préparation tronquée

Le joueur se montrait pourtant confiant avant ce test face aux Helvètes. "Tout attaquant a besoin de marquer des buts. J'espère que ça arrivera bientôt, mais de ce côté là, je suis tranquille", avait-il dit.

Si l'on jette un coup d'oeil à ses statistiques avec l'Albiceleste, il n'y a aucune raison pour que la réussite fuit le buteur plus longtemps. "Pipita" a marqué plus d'une fois sur deux en matches internationaux, soit 21 buts en 36 sélections.

Et ces bons moments ne datent pas d'il y a bien longtemps. Il avait encore joué un rôle majeur dans la campagne de qualification pour le Mondial avec neuf buts en onze matches.

Certes, Higuain n'a pas fait l'unanimité partout où il est passé. Fils d'un joueur professionnel argentin né à Brest, en France -il aurait d'ailleurs pu choisir de porter le maillot bleu- le Sud-Américain n'a pas complètement confirmé des débuts qui furent fulgurants.

Repéré par River Plate après avoir fait ses premiers pas au Club Palermo, il ne lui a pas fallu plus de 36 matches avec le populaire club de Buenos Aires pour convaincre le Real Madrid de le recruter.

Malgré un bilan chiffré honorable de 121 buts en 264 matches en Espagne, il est toujours resté dans l'ombre de Cristiano Ronaldo, voire de Karim Benzema, et n'a jamais totalement convaincu la presse espagnole ni les supporteurs des Merengues.

Rafael Benitez, lui, n'a pas hésité à demander à Naples de débourser 40 millions d'euros pour s'offrir ses services. Dans le sud de l'Italie, Higuain a réussi à faire oublier non pas Diego Maradona, qui reste une légende intouchable, mais l'Uruguayen Edinson Cavani, parti au Paris SG, avec 17 buts en Championnat et une victoire en Coupe d'Italie.

La pression serait-elle trop grande sur les épaules de ce joueur, intronisé parmi les "Quatre fantastiques" de l'Argentine aux côtés de Messi, Agüero et Angel Di Maria ? Elle ne l'est pas plus en tout cas qu'au Mondial-2010 en Afrique du Sud, où il avait marqué trois buts en poule contre la Corée du Sud puis un autre en huitième de finale face au Mexique.

Le problème serait-il physique? Gêné par une entorse de la cheville pendant tout le mois de mai, Higuain a eu une préparation tronquée et ce n'est peut-être qu'un demi "Pipita" qui participe au Mondial.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:58

Messi, Hazard et des fantômes



L'Argentine de Lionel Messi, inconstante et laborieuse, affronte l'ambitieuse Belgique d'Eden Hazard samedi à Brasilia (13h00 locales, 16h00 GMT) pour un quart de finale du Mondial qui convoque quelques fantômes vieux de près de 30 ans.

C'était en 1986, en demi-finale du Mondial mexicain. La Belgique avait payé pour savoir qu'il n'y a parfois pas besoin de plus qu'un génie et dix fidèles soldats pour gagner un match de ce niveau.

Le génie en question était Diego Maradona, qui avait inscrit les deux buts de la victoire argentine (2-0), dont un à l'issue d'une percée magnifique, éclipsée dans la mémoire collective par son chef d'oeuvre du tour précédent contre l'Angleterre.

Jusqu'à cette année, les Diables Rouges n'avaient plus connu une génération aussi douée, et pour tenter de faire aussi bien qu'en 1986 ils vont donc retrouver l'Albiceleste, guidée par un autre génie du jeu, Lionel Messi.

Le match de Brasilia évoque d'abord l'idée d'un affrontement entre le N.10 argentin et son homologue belge Eden Hazard.

Mais il est en réalité plus complexe que cela car depuis le début du tournoi, il y a côté belge Hazard et les 10 autres, quand en face, c'est Messi sans les autres.

Avec quatre buts marqués, un provoqué et un offert sur un plateau à Di Maria contre la Suisse, l'attaquant de Barcelone est au coeur de six des sept buts de son équipe, qu'il a sans exagérer portée presqu'à lui seul jusque dans le Top 8.

"Sporting Messi"
"Messi est très seul. L'équipe ne fait pas de changements de rythme, il n'y a pas de mouvements en attaque", a ainsi relevé jeudi à la télévision vénézuélienne un Maradona très inquiet.

"Ils doivent se mettre dans la tête que nous ne pouvons pas être le "Sporting Messi". Peut-être qu'il peut marquer un superbe but. Mais si ça ne marche pas pour le gamin, qu'on ne vienne pas lui sauter dessus demain pour en faire le coupable du désastre argentin", a ajouté le maître.

Alors que l'Albiceleste attend désespérément une montée en puissance qui ne vient pas et s'en remet à une hypothétique guérison express d'Agüero pour soutenir Messi et son lieutenant Di Maria, la Belgique, elle, continue à voir grand.

"Je ne suis pas là pour fêter, je suis là pour gagner des matchs, c'est ça notre but. Les places d'honneur, ça ne m'intéresse pas", a ainsi lâché jeudi le sélectionneur Marc Wilmots.

"Je crois qu'on fête quand on a un titre ou quand on est dans les quatre derniers, mais pas maintenant, c'est beaucoup trop tôt. Une fois en quart, on doit avoir une seule idée: aller en finale. Les joueurs veulent y aller", a-t-il ajouté.

La Belgique et sa jeunesse ont des atouts et des raisons d'y croire.

A défaut d'être régulier, Hazard a souvent été décisif. Et s'il ne l'a pas été contre les Etats-Unis en 8e de finale, il a en revanche sans cesse provoqué et participé au festival offensif, avec plus de 30 tirs recensés au total pour les Diables.

De Bruyne, positionné dans l'axe comme un meneur de jeu, réussit lui un excellent Mondial, alors que Lukaku, Origi ou Mirallas ont tous été dangereux à un moment ou à un autre.

"Tu sais..."

La Belgique peut aussi compter sur une défense certes un peu moins jeune que son attaque, mais qui n'a pris que deux buts en quatre matchs. Et dans les buts, Courtois est l'un des meilleurs gardiens de ce Mondial, qui en compte pourtant beaucoup d'excellents.

Alors de quoi la Belgique peut-elle avoir peur ? D'un Messi qui peut tout renverser d'une course, d'un dribble ou d'une frappe ?

"Tu sais... Ca peut être un De Bruyne, ou un Hazard, ou, ou, ou... On en a aussi", répond Wilmots.

"Moi je préfère une équipe collectivement très forte que de dépendre d'une individualité. Il y aussi Di Maria, Agüero, tu as vu le potentiel offensif... Mais tout le problème de l'Argentine est de trouver de l'équilibre là-dedans. C'est pas évident", ajoute-t-il.

Peur des supporters argentins, alors, qui devraient être 30.000 dans le magnifique Mané-Garrincha de Brasilia ?

"Je crois que le public brésilien n'attend qu'une chose, c'est qu'on batte les Argentins", répond le sélectionneur belge, qui espère donc avoir le soutien de près de 40.000 personnes.

Vingt-huit ans plus tard, les Diables Rouges veulent une revanche et ils n'ont peur de rien. Mais gare aux fantômes.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 18:59

Belgique : Et si le N.10 c'était De Bruyne ?



Kevin De Bruyne, grand artisan de la victoire face aux Etats-Unis en 8e de finale, est le vrai meneur de la Belgique qui tentera de se hisser en demi-finale du Mondial samedi à Brasilia aux dépens de l'Argentine.

Avec un but et une passe décisive (sa deuxième du tournoi) pour Romelu Lukaku dans la prolongation, le joueur de Wolfsburg avait marqué la rencontre de son empreinte.

Sa Coupe du monde est impressionnante. Il est le vrai N.10 de la Belgique, même si ce numéro est floqué au dos du maillot d'Eden Hazard.

"Avec Kevin, tout est possible. C'est un garçon qui a tout: volume de course, qualité de passe, il sait marquer et faire marquer, il sait travailler défensivement et offensivement", explique, admiratif, le sélectionneur Marc Wilmots.

"Dans mon triangle (devant Wistel et Fellaini), c'est quelqu'un qui peut toujours aller chercher un homme et mettre la pression sur l'adversaire. C'est le genre de joueur généreux que j'aime bien", poursuit l'entraîneur.

Mourinho le délaisse

Lors du match initial face à l'Algérie, De Bruyne avait débuté en tant qu'ailier droit. "Un poste où il est très fort aussi", estime Wilmots.

Replacé dans l'axe par la suite, De Bruyne a alors donné la pleine mesure de son talent. Face aux Etats-Unis, il est le Diable qui a le plus tenté sa chance face à Tim Howard (6 tirs !).

Garçon affable et courtois, celui qui est passé par La Gantoise, Genk, Brême et Chelsea avant de débarquer en Allemagne à Wolfsburg, n'est pas un adepte des déclarations fracassantes.

Même quand José Mourinho le délaissait en début de saison sur le banc de Chelsea, lui reprochant de ne pas suffisamment s'entraîner, il ne s'est jamais plaint.

"Je continuais à travailler en attendant ma chance. Elle n'est pas venue à Chelsea, il valait donc mieux, dans la perspective du Mondial, que je trouve du temps de jeu ailleurs", se rappelle le Flamand, qui s'est engagé pour quatre saisons en Allemagne. Montant du transfert: un peu plus de 20 millions d'euros pour un garçon de 23 ans.

Monsieur 50%
Kevin De Bruyne ne "s'affole jamais", comme il le dit lui même. Cette zénitude masque une ambition débordante.

"L'Argentine est prévenue: on veut gagner samedi aussi ! On a beaucoup couru durant 120 minutes contre les Américains, mais eux aussi, ils ont joué une prolongation", annonce-t-il.

Les bonnes performances de "KVDB" en équipe nationale ne datent pas de cette Coupe du monde. Durant la campagne qualificative déjà, il a été le Belge le plus déterminant.

Avec 4 buts et 5 passes décisives, De Bruyne est concerné dans 9 des 18 buts belges de cette campagne longue de 10 matchs. Vous avez dit Monsieur 50% ?

Le N.7 de la sélection belge ne veut pas en rester là. "Nous n'avons pas fait la fête longtemps, après la victoire face aux USA. Nous sommes tellement ambitieux que nous nous sommes vite tournés vers le match suivant". Les Argentins seraient bien inspirés de surveiller ce garçon...

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 19:00

La Belgique regardera l'Argentine dans les yeux



Demandez à un Belge la première image qui lui vient à l’esprit à la simple évocation de l’Argentine. Vous aurez toutes les chances de le voir décrocher un sourire jusqu’aux lèvres, dont seule la Coupe du Monde de la FIFA a le pouvoir. La Belgique a signé l’un des plus grands exploits de son histoire lors du match d'ouverture d’Espagne 1982 en battant 1:0 l'Albiceleste de Diego Maradona. Quatre ans plus tard, elle imprimait définitivement sa marque dans l’épreuve reine. Il a fallu un Pibe de Oro à son sommet pour mettre fin à l’aventure belge dans le dernier carré de Mexique 1986 (0:2). Deux résultats opposés, mais un même arrière-goût positif.

Eden Hazard et sa bande n’étaient pas encore nés pour la plupart. Mais ils auront l’occasion d’entretenir l’association positive avec le double champion du monde ce samedi 5 juillet en quart de finale de Brésil 2014. Et le milieu de terrain de prendre la place des héros dans l’imaginaire collectif belge. "Tout le monde parle sans arrêt de la génération 86. Nous aimerions tellement écrire l’histoire en surpassant nos ainés", précise-t-il au micro de la FIFA.

Jean-Marie Pfaff ne demande pas mieux. A l’instar de ses amis de la promotion mexicaine, l’ancien gardien est convaincu d’avoir joué un rôle de précurseur. "Notre génération a montré que c’était possible d’aller loin dans le tournoi. A celle-ci de suivre nos traces" a-t-il récemment confié à FIFA.com. "Notre situation est semblable à celle du Danemark qui a remporté l'EURO en 1992. Les Diables d’aujourd’hui ont d’ailleurs plus de talent individuel et d'expérience du haut niveau."

La Belgique avait sué sang et eau pour s’extraire de la phase de groupes au Mexique avant de trouver son football en huitième contre l’URSS, l’un des favoris. Marc Wilmots s’en souvient encore. Pendu à son poste de télévision, le sélectionneur avait déjà pu prendre la mesure de la capacité à se transcender que peut provoquer une Coupe du Monde. "Nous n’avions jamais été aussi mauvais de notre vie lors de nos trois premiers matches. Cela avait été catastrophique mais nous nous étions finalement qualifiés. Ensuite, l’équipe s’est métamorphosée en deux matches sous l’effet de l’euphorie avant d'affronter l’Argentine", s'est souvenu Willy, il y a peu, au micro de la FIFA.

Même pas peur

Sur le papier, la qualification belge pour la deuxième phase de Brésil 2014 semble avoir été une formalité. En pratique, les Belges ont été contraints, comme en 1986, de puiser dans leurs ressources mentales et physiques. La machine offensive a ensuite tourné à plein régime contre les Etats-Unis en huitième, même si elle a mis du temps à conclure. "J’ai pris du plaisir à voir mes joueurs aller de l’avant en se créant autant d’occasions, mais ce n’était pas bon pour mon cœur", soulignait-t-il quelques minutes après le coup de sifflet final.

Il risque de battre encore très fort lorsque Lionel Messi prendra possession du brazuca à Brasília, et Wilmots pourrait revivre les sensations qu’il avait eues à 17 ans, 28 ans plus tôt quand Maradona s’emparait du ballon. Le sélectionneur s'embarrasse pourtant plus de la force collective argentine que de celle de la Pulga : "L’Argentine a des valeurs et des traditions. Ses joueurs n’abandonnent jamais. En 86, le mérite revenait essentiellement à Maradona. Avec Angel Di Maria, Gonzalo Higuaín, Sergio Agüero et Ezequiel Lavezzi, ils sont cinq à pouvoir faire la différence aujourd'hui."

Wilmots sait que le développement passe par l’adversité. Il se réjouit du défi qu’il attend et, à l’entendre, son plan d’attaque est déjà dans le tiroir. "J'ai déjà tout en tête. Messi, on ne va pas le regarder jouer. Je sais comment les prendre. Par contre, je me demande comment ils vont faire pour nous contrer. Ça va être intéressant", annonçait-il en conférence de presse encore sous l’émotion de la qualification au forceps de ses protégés.

Au Mexique, les Diables Rouges étaient déjà contents de s’inviter à la table des grands. Ils y avaient ouvert grands les yeux contre l'ogre argentin. Les équipiers du capitaine Vincent Kompany ont atteint leur objectif avoué avec une place parmi les huit meilleurs élèves de Brésil 2014. Mais contrairement à leurs prédécesseurs, ils ne veulent pas se contenter de jouer les spectateurs, même devant un monument du football. Les Argentins sont prévenus : les Belges ne se présenteront plus uniquement pour échanger leur maillot.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 19:01

Argentine, Sabella : "Il y a une équipe qui soutient Messi"



Le sélectionneur de l'Argentine Alejandro Sabella, de nouveau interrogé sur la "Messi-dépendance" de l'Albiceleste, a défendu vendredi l'idée d'une "équipe qui soutient Messi", à la veille du quart de finale de Coupe du monde contre la Belgique.

L'Argentine joue-t-elle gros sur ce match ?
On veut tous gagner et aller en finale. Mais trois ans de travail ne se résument pas en un résultat. Bien sûr, c'est ce qu'il y a de plus important. Mais il y a d'autres choses, ce qu'a fait le coach, si les joueurs ont progressé. C'est pareil en club ou en sélection. Si vous gagnez, vous êtes extraordinaire, si vous perdez, vous ne valez plus rien. Je suis responsable. On n'est pas au niveau que l'on voulait atteindre.

Mais ce serait un échec de s'arrêter en quart de finale...
Bien sûr, ce serait une frustration. On a la foi, on pense qu'on va avancer. Quand j'étais enfant, j'ai toujours entendu qu'on était les meilleurs. Mais parfois, on ne finissait pas champions du monde. Les gens en Argentine pensent toujours que nous sommes les meilleurs, ou meilleurs que ce que nous sommes réellement. Ca a ses bons et ses mauvais côtés.

Comment expliquez-vous vos difficultés contre la Suisse ?
On a vu le Costa-Rica battre l'Italie et l'Uruguay... Il faut jouer les matches. On a eu des matches très serrés. On cherche à s'améliorer, mais on voit que le tournoi est très dur, avec beaucoup de prolongations. Les équipes moins connues sont très bien préparées, physiquement et tactiquement. C'est la réalité du football actuel.

Que pensez-vous de la Belgique ?
La Belgique a une très bonne équipe. Ils ont une sorte de génération dorée. C'était déjà le cas en 1982, quand ils ont battu l'Argentine. Ils ont beaucoup de joueurs qui sont en Angleterre et en Espagne. Il faudra faire très attention quand ils ont la balle. Ils ont de superbes individualités qui forment une très bonne équipe. Ils ont l'un des meilleurs gardiens du monde et il suffit de regarder où jouent leurs défenseurs, Bayern, City, Tottenham... Il n'y a pas besoin de faire plus de commentaire.

Comment gérer cette Messi-dépendance ?

Je le répète, toute équipe qui a un joueur comme Messi sera dépendante. Il est le meilleur du monde, mais il y a un vrai travail d'équipe. Contre la Suisse, sur le but, ça part d'un ballon récupéré par Palacios, un attaquant qui était placé au milieu. S'il n'avait pas été là, on n'aurait pas marqué. On attend toujours quelque chose de différent de Messi. Il y a une équipe qui soutient Messi, qui le fait se sentir bien et fort. Il y a quatre ans il était critiqué, aujourd'hui on dit qu'on dépend trop de lui. Ca n'est pas simple.

Pourquoi Higuain est-il aussi décevant ?
Il a eu un problème en fin de saison et il n'a pas pu s'entraîner à 100%. Il progresse chaque jour. Il se sacrifie pour le bien de l'équipe. Lors du dernier match, c'est lui qui a le plus couru. On a tous confiance en lui parce que c'est un super joueur. Il lui manque un but. Il a eu quelques occasions mais il n'a pas pu marquer."

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 19:02

Pfaff : "La Belgique peut être championne du monde"



L'ancien gardien Jean-Marie Pfaff, demi-finaliste du Mondial-1986 avec les Diables Rouges, estime que la Belgique "peut devenir championne du monde", a-t-il déclaré dans un entretien à l'agence SID, filiale allemande de l'AFP.

"La Belgique peut-être championne du monde, assure l'ancien N.1 du Bayern. Elle a très bien joué (en 8es) contre les Etats-Unis et je ne suis pas convaincu par l'Argentine qui dépend trop de Messi", déclare-t-il à propos de l'adversaire des Belges en quarts de finale samedi.

"Il suffit que Messi soit dans un mauvais jour pour que l'Albiceleste devienne inoffensive. En 1986, à l'époque de Maradona, c'était un bloc plus compact. Maintenant, c'est uniquement Messi", juge Pfaff qui estime que les grandes équipes dépendent trop des individualités à l'exemple du Brésil avec Neymar.

Jean-Marie Pfaff loue "la mentalité de la jeune équipe belge" et de son sélectionneur Marc Wilmots. "Nous avons des talents comme De Bruyne, Hazard, Lukaku ou Kompany, mais personne ne veut faire la star; chacun joue pour l'équipe".

Quant à Wilmots, "Marc est un très bon coach mental. Il s'est aussi entouré de spécialistes dans différents domaines et a donc professionnalisé l'équipe. Un entraîneur qui gagne a toujours raison. Je pense qu'il est exactement l'homme qu'il fait. Il est jeune, dynamique et dispose d'une équipe est très forte".

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Ven 4 Juil - 20:55

Belgique, Wilmots : "On peut écrire l'histoire"



"On peut écrire l'histoire", a affirmé le sélectionneur belge Marc Wilmots avant d'affronter l'Argentine samedi à Brasilia en quart de finale du Mondial, alors que la presse l'invitait à évoquer le Belgique-Argentine de 1986.

Le sélectionneur de la Suisse Omar Hitzfeld a déclaré que l'Argentine, ça n'était pas que Messi...
Je crois qu'il a entièrement raison. On se focalise sur Messi et c'est normal. Mais j'ai regardé Argentine-Suisse et c'est vraiment une équipe, un collectif, pas un ou deux joueurs. Ils se mettent au service de Messi.

Comment abordez-vous ce match ?
Même si je m'attends à un match très tactique et très fermé, nous allons garder notre philosophie qui est d'aller de l'avant. On peut écrire l'histoire. Les joueurs le savent."

Quels souvenirs gardez-vous du match de 1986 ?
En 1986, j'étais un gamin qui suivait les exploits des Diables Rouges. Il y avait une grosse euphorie. On se souvient de Maradona qui a fait gagner l'Argentine. Il nous a marqué. Mais c'est bien loin. C'est une autre génération. On parle du futur et de ce qu'on peut écrire avec cette nouvelle génération. C'est plus important que le passé.

Vous n'avez pas encore marqué sur coup de pied arrêté...
Il faut mieux les tirer. On a travaillé nos lignes de course mais parfois il y a un manque de chance, parfois c'est bien défendu. Mais je préfère faire du jeu. Et puis travailler les corners une semaine et penser qu'on va marquer comme ça, c'est de la foutaise.

Après la prolongation contre l'Algérie, vos joueurs sont-ils fatigués ?
Il faut s'attendre à tout. Physiquement et mentalement, on est prêt. On a pu faire tourner. On est prêt à aller à la limite et je sais que mon banc peut faire la différence.

Les Argentins ne dépassent plus les quarts de finale depuis 1990...
L'Argentine a une culture du football. Depuis 1990, elle a des difficultés à partir des quarts, mais je vois qu'ils sont toujours là et qu'il ne leur manque pas grand-chose. Et puis, le passé c'est le passé. Ces deux équipes ont le potentiel pour le dernier carré, ça c'est sûr.

Pouvez-vous dire quelques mots sur votre gardien Courtois ?

Avec un bon avant-centre et un bon gardien, tu as déjà de bonnes chances. Il est extraordinaire depuis trois ans. Il reste calme, il continue à travailler, tout de suite après les matches. Il est dans le détail et il y a une entente parfaite avec les deux autres gardiens.

Comment Hazard peut-il encore progresser ?
Il ne lui manque pas grand-chose. Il a bien évolué, avec du travail défensif. Je lui ai parlé hier soir de ce qu'il pouvait faire de plus, pour être plus efficace. Il veut avancer, mais en équipe. J'aime bien dépendre de plusieurs joueurs, pas un mais 23. Ca c'est bien.

Craignez-vous la chaleur ?
Les dates et les heures sont fixées à l'avance. C'est comme ça. Quand on planifie une Coupe du monde, on n'est pas monsieur météo. Je préfère jouer là qu'à Orlando en 1994, par 42 degrés à midi. On ne se plaint pas.

Fifa.com (04/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:55

Argentine, Bilardo : "On a nos chances"



L'Argentine est à 90 minutes d'une nouvelle demi-finale de Coupe du Monde de la FIFA™. Lors de la précédente intrusion de l'Albiceleste dans le dernier carré, il y a 24 ans, Carlos Bilardo occupait le poste de sélectionneur.

À Italie 1990, El Doctor s'apprêtait à boucler un cycle exceptionnel à la tête d'une équipe qu'il avait menée jusqu'au titre mondial quatre ans plus tôt, au Mexique. Lors de la demi-finale de 1986 justement, les coéquipiers de Diego Maradona avaient dû se mesurer à la Belgique, adversaire qui croisera de nouveau le chemin des Argentins le samedi 5 juillet, à Brasilia.

Quelques heures avant le coup d'envoi du match qui pourrait permettre aux Sud-Américains de revenir sur les devants de la scène internationale, Bilardo compare les deux campagnes et aborde différents thèmes au micro de la FIFA. L'actuel coordinateur général des sélections argentines évoque notamment Lionel Messi, Maradona et le football moderne. Il estime par ailleurs que les joueurs sont conscients de l'occasion qui s'offre à eux. 


En quarts de finale, l'Argentine devra se mesurer à la Belgique, une nation qu'elle avait déjà croisée en demi-finales de Mexique 1986. Que pouvez-vous nous dire sur ces deux rencontres ?
À l'époque, il s'agissait également d'un match à élimination directe. La Belgique possédait un très bon milieu de terrain et plusieurs joueurs de qualité. Je me souviens très bien de cette rencontre.

Y a-t-il des points communs entre l'actuelle équipe belge et celle de 1986 ?
Oui, le style de jeu est similaire. Ils avaient de bons joueurs à l'époque et c'est encore le cas cette année. Le niveau est évidemment différent et il est très compliqué de comparer le football d'hier et d'aujourd'hui. Je l'avais déjà remarqué en discutant avec mon père. Il avait vu évoluer des joueurs comme Vicente de la Mata ou Alfredo Di Stefano et répétait sans cesse "ça, c'était du football".

On a souvent tendance à penser que le football, c'était mieux avant, non ?
Ils sont nombreux à le penser, mais mon neveu, qui a cinq ans, ne parle que du football moderne. Il sort ses jouets et nomme les joueurs de Barcelone, de Manchester United. Il les connaît tous !

Passons au petit jeu des comparaisons. Vous aviez dans vos rangs un joueur de la trempe de Diego Maradona alors qu'Alejandro Sabella peut compter sur Lionel Messi…
C'est très important d'avoir des joueurs capables de faire la différence. Ceux qui ont vu évoluer Di Stefano assurent que le fait qu'il soit ou non sur le terrain changeait la donne. C'était la même chose avec Maradona et c'est le cas aujourd'hui avec Messi. Même si tous deux ont été critiqués à un moment ou à un autre en Argentine, je pense qu'ils restent les meilleurs joueurs de leur génération.

Certaines personnes affirment que Maradona n'était pas aussi bien entouré que Lionel Messi. Vous êtes d'accord ?
Nous possédions une bonne équipe et de grands joueurs. Nous avons remporté le Mondial ! Et nous avions affronté des adversaires de talent. Je peux difficilement comparer le football de l'époque et le foot actuel. Je pourrais comparer d'autres domaines comme la médecine, la qualité de vie ou encore la science. Mais avec le football, c'est très compliqué.

L'Argentine dépend-elle trop de Messi ?
Je ne pense pas. De nombreuses personnes affirment qu'il possède des coéquipiers de qualité, des joueurs qui brillent sur la scène européenne. Cela contribue à élever le niveau de jeu. Si j'apprécie le joueur ? Évidemment, j'aime beaucoup. Je me souviens avoir entendu de nombreuses critiques à son égard et m'être dit "il va finir par s'énerver, par se vexer et par arrêter de venir. On va devoir aller le chercher en Espagne à genoux". Il fait la différence, il trouve toujours la faille, quel que soit le système de jeu adverse.

Le niveau affiché jusqu'à maintenant par l'Argentine sera-t-il suffisant pour passer au tour suivant ?
Le niveau est très homogène et je ne pense pas qu'il y ait de différence notable entre les équipes encore en course. Il suffit de voir les résultats, tout se joue dans les dix dernières minutes ! On pense que le match est plié et bam ! c'est l'autre équipe qui s'impose. Moi je voyais l'Angleterre, l'Espagne et l'Italie aller loin dans ce tournoi et regardez où ils en sont.

La défense argentine a été largement critiquée. De son côté, la Belgique pourra s'appuyer sur un joueur du niveau d'Eden Hazard. Comment voyez-vous cette opposition ?
Il est l'un des meilleurs joueurs belges mais le cours du match va dépendre de beaucoup de choses : de son niveau à lui et de celui de nos défenseurs. Mais il y a un autre élément à prendre en compte, à savoir le respect que peuvent éprouver les Belges vis-à-vis de l'Argentine.

Carlos, si l'Argentine gagne, elle disputera sa première demi-finale depuis 1990, époque à laquelle vous étiez sélectionneur. Qu'est-ce qui explique que tant d'années se sont écoulées sans que l'Argentine ne se hisse à ce stade-là ?
Le fait que les autres nations aussi aient progressé ! Regardez la Colombie. Auparavant, gagner contre cette équipe était une simple formalité. Nos principaux adversaires étaient le Brésil, l'Uruguay, le Paraguay… Ça a changé. Aujourd'hui, quand on affronte la Colombie, on se dit "méfiance" !

L'Argentine peut-elle s'imposer face à la Belgique ?
On a nos chances. Les joueurs sont en forme, ils ont envie de gagner. Ça compte beaucoup. Ce que vous avez rappelé aussi est important : de nombreuses années ont passé sans que l'on atteigne les demies. Les joueurs savent qu'ils peuvent changer ça, qu'ils en sont capables.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Sam 5 Juil - 11:56

Courtois, bête noire et Diable Rouge



Pour étonnant que cela puisse paraître, les univers du football et de la BD ont beaucoup de choses en commun. Du suspense, de l'émotion, des exploits et une frontière ténue entre les gentils et les méchants. Mais les similarités ne s'arrêtent pas là.

Sur le pré, les tout-puissants ont également leurs points faibles. Prenez par exemple Lionel Messi, le héros argentin de Brésil 2014. Le joueur originaire de Rosario affrontera ce 5 juillet Thibaut Courtois, le gardien belge, qu'il n'est plus parvenu à prendre en défaut depuis sept rencontres !

"Je sais très bien comment prendre Messi", affirme le gardien de 22 ans, pensionnaire de l'Atlético de Madrid de Diego Simeone, qui a dominé le FC Barcelone lors de la saison dernière. Les statistiques lui donnent raison puisque la Pulga, qui lui a marqué 6 buts lors de leurs premiers matches, semble avoir perdu de son efficacité.

Sept rencontres ont eu lieu depuis le 16 décembre 2012, date du dernier but marqué par le Barcelonais, qui n'a pu le défaire ni en Liga, ni en Ligue des champions de l'UEFA, ni en Supercoupe d'Espagne, pas même sur penalty ! En effet, lors de la Supercoupe, la frappe depuis les 11 mètres du gaucher argentin s'est écrasée sur la transversale (0:0).

"Ce qui est bien pour moi qui le connais si bien, c'est que je n'ai même pas besoin de voir des vidéos", a indiqué le gardien à ESPN. Et de reconnaître : "De toute façon, ça ne sert à rien avec lui, les vidéos, parce qu'il est imprévisible. Quand il veut frapper et qu'il trouve un espace, il le fait. Il faut juste rester tout le temps bien concentré".

Néanmoins, dans le QG argentin, on nage dans l'optimisme. Carlos Bilardo, qui entraînait l'Argentine lors de la victoire sur la Belgique en route vers le sacre à Mexique 1986, n'a pas hésité à affirmer au micro de la FIFA que "Messi est le meilleur joueur du monde à l'heure actuelle. Je n'en ai aucun doute. Il sera encore très important, comme il l'a été jusqu'à maintenant".

Toutes les données du choc de Brasilia sont désormais connues. D'un côté, Messi, auteur de quatre buts et d'une passe décisive lors du parcours albiceleste ; de l'autre, Courtois, battu seulement à deux reprises sur les quatre premiers matches de la Belgique. Gentils et méchants, comme dans les BD. Bientôt nous saurons qui joue chaque rôle dans cette histoire.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:00

Messi proche du but, Hazard loin du compte



Lionel Messi n'a pas marqué mais a été omniprésent et s'approche du but, puisque l'Argentine est qualifiée pour les demi-finales du Mondial-2014, après avoir éliminé (1-0) la Belgique d'Eden Hazard trop loin du compte.

Les premiers tours et les 8e de finale ont permis aux jeunes joueurs prometteurs de s'exprimer au pays du "futebol" roi. Mais avec les quarts et une pression devenue palpable à trois matches de la finale au Maracana le 13 juillet, seuls les joueurs "fuoriclasse" passent au niveau suivant.

Pour Messi, quadruple Ballon d'Or, la marche des quarts fut facile à franchir. Pour Hazard, le match contre l'Albiceleste a tourné à l'escalade en haute altitude. Et l'oxygène fut rare pour lui, tout là-haut.

Le Belge de 23 ans a pu prendre la mesure des années d'expérience --quatre-- qui le séparent de l'Argentin (27 ans).

La "Pulga" fut ainsi à l'origine du but argentin. Le joueur du Barça dansa la samba balle au pied au milieu de terrain pour transmettre à Di Maria, qui vit sa balle contrée pour le plus grand bonheur d'Higuain, auteur d'une belle volée (1-0, 8e).

Et Hazard alors ? Le jeune belge de Chelsea avait la tête des mauvais jours, sourcils froncés et regard charbonneux. Comme un symbole de son impuissance à marquer le match de son tempo, il récolta le premier carton jaune du match à la 53e minute pour un petit geste d'énervement de la hanche sur Biglia.

Et la sanction, inimaginable avant ce quart, tant l'ancien "Dogue" de Lille était jusqu'ici incontournable dans le jeu des Diables Rouges, tomba à la 75e minute. Marc Wilmots sortit Hazard pour Chadli.

Hazard quitte le Brésil sans avoir marqué
Et Hazard quitta donc le Brésil sans avoir marqué un seul but, et sans avoir réalisé de passe décisive pour son dernier match.

La décision de Wilmots est logique. Le joueur de Chelsea a passé la première période à côté de son match, à enguirlander Origi quand les ballons étaient mal exploités ou n'arrivaient pas dans ses pieds.

Il a fallu attendre les 20 dernières minutes pour voir Hazard décaler De Bruyne. Trop tard, trop rare.

Hazard commit aussi quelques pertes de balle inhabituelles, dont une faillit bien être convertie en but par un Higuain enfin retrouvé à la 55e minute.

Messi, lui, porta constamment le ballon pour faire douter la défense des Belges. Comme les Suisses auparavant, les Diables Rouges ont tenté une prise à trois sur le natif de Rosario. Mais comme les Helvètes avant eux, ils n'ont pu stopper le joueur du Barça dans ses courses, notamment sur le flanc droit. Le capitaine argentin aurait même pu marquer en toute fin de match, sans une bonne sortie de Courtois.

Messi n'est donc plus qu'à deux marches du rêve, la finale au Maracana le 13 juillet, l'année où le Ballon d'Or lui a échappé au profit de son grand rival Cristiano Ronaldo, après quatre années d'un règne sans partage.

Mais Cristiano Ronaldo, lui, n'est plus au Brésil, éliminé au premier tour avec le Portugal. Tout comme d'autres attaquants de premier plan, Balotelli avec l'Italie ou Rooney avec l'Angleterre.

Hazard a au moins eu le mérite d'aller jusqu'en quart de finale. Comme d'autres promesses du foot, Pogba, avec la France ou encore James Rodriguez avec la Colombie. Tous ces jeunes joueurs se sont frottés au très haut niveau en quart de finale, et tous s'y sont écorchés.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:10

Argentine 1 - Bélgique 0
L'Argentine solide et réaliste




Après leur victoire contre les Etats-Unis, les Belges se réjouissaient de se mesurer à une autre équipe joueuse pour faire briller leur potentiel offensif. Mais ce sont les défenses qui ont brillé lors du quart de finale disputé à l'Estadio Nacional de Brasilia, ce 5 juillet.

Après 45 minutes de lutte âpre, les deux équipes sont retournées aux vestiaires avec chacune une seule action brûlante à leur actif, avec une prime au réalisme pour les Sud-Américains grâce à Gonzalo Higuain suite à une passe contrée (1:0, 8'). Côté belge, on attendait l'approche de la mi-temps pour enfin surprendre l'arrière-garde albiceleste, mais Kevin Mirallas mettait sa tête juste à côté (42').

Les hommes de Marc Wilmots se montraient plus entreprenants au retour des vestiaires, mais manquaient de se faire prendre en contre par une chevauchée épique d'Higuain qui échouait sur la barre transversale de Thibaut Courtois (56'). Sergio Romero n'a pas eu beaucoup de travail pour conserver l'avantage de l'Argentine. Habituée aux buts de fin de matches depuis le début de cette Coupe du Monde, la Belgique a cette fois fait attendre ses supporters en vain, et aurait même pu prendre un second but sur un duel perdu par Lionel Messi face à Courtois (90'+3)

Les Argentins égalisent leur record de cinq victoires consécutives en Coupe du Monde et en espéreront une sixième face au vainqueur de Pays-Bas - Costa Rica, le 9 juillet à São Paulo.

Homme du Match : Gonzalo Higuain (ARG)

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:18

Belgique, Wilmots : "L'Argentine très ordinaire avec un joueur extraordinaire"



Le sélectionneur belge Marc Wilmots n'a presque rien dit sur son équipe après la défaite en quart de finale du Mondial face à l'Argentine (1-0), mais il a été très sévère avec l'Albiceleste, "une équipe très ordinaire avec un joueur extraordinaire".

Qu'est-ce qu'il vous a manqué aujourd'hui (samedi) ?
C'est difficile à dire. On a vu l'expérience de l'Argentine. Ils cassent le rythme. Nous, on a fait de toutes petites erreurs mais on a beaucoup appris ce soir. On est très déçu, tout le monde est très abattu mais je suis très fier des garçons. On était sans doute le plus jeune des quart-finalistes et on a des choses positives pour l'avenir. On a eu une ou deux occasions, pas vraiment franches. Mais je ne suis pas du tout impressionné par l'Argentine. C'est une équipe très ordinaire avec un joueur extraordinaire.

Hazard vous a-t-il déçu ?
Je parle de l'équipe dans son ensemble, je ne veux pas discuter des cas individuels. On a vu que la Belgique a une très bonne équipe. On doit en être fier. L'adversaire ne nous a laissé aucun espace. On a eu la qualité et l'engagement mais c'était une première à ce niveau pour ces joueurs.

Pouvez-vous dire un mot sur Messi ?
J'espère pour l'Argentine qu'il n'arrivera rien à Messi. Il ne perd jamais le ballon. Il a montré sa capacité à conserver le ballon pour faire respirer son équipe. Ils étaient fatigués et si on égalise je crois qu'ils sont morts. C'est une déception d'être battus par une équipe qui ne nous était pas supérieure. Vous trouvez qu'ils ont fait un bon match ? Pour moi, ça n'est pas du tout le cas.

Pouvez-vous expliquer vos changements en fin de match ?
On a fait entrer Mertens et Lukaku pour avoir plus de force, de fraîcheur et de qualité de centre. Puis Van Buyten est passé avant-centre, on a tout essayé. A ce moment-là, ça ne servait plus à rien de garder Hazard parce qu'on ne jouait plus dans les pieds. On a tenté le tout pour le tout, on a amené de la taille. Parfois aussi on a pris les mauvaises décisions.

Apparemment, l'Argentine ne vous a pas séduit...
Aujourd'hui ils ont deux joueurs qui sont au-dessus du lot, Messi et Di Maria. C'est dans le Top 5 mondial. L'Argentine joue avec ses qualités, avec deux N.6. Nous on a un collectif, eux ils ont quatre ou cinq joueurs offensifs. C'est une équipe scindée en deux. Mais c'est elle qui a raison, c'est elle qui passe.

Espériez-vous mieux de votre équipe ?
On peut toujours attendre plus, mais on avait dépensé pas mal d'énergie contre les Etats-Unis. Mais eux, combien de frappes cadrées ? Si j'avais fait ça, je suis sûr que la presse belge m'aurait reproché de ne pas faire de jeu.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:23

Belgique : Et la fête tant attendue n'a pas eu lieu



Ils avaient tout prévu pour faire la fête: maillots des "Diables", visages peinturlurés aux couleurs nationales, drapeaux sur épaules et bière à la main; mais les espoirs des supporteurs belges d'atteindre comme en 1986 les demi-finales d'un mondial se sont brisés samedi face à l'Argentine de Lionel Messi.

Sur le coup de 18H00, la Belgique s'est arrêtée, les magasins se sont vidés et des dizaines de milliers de fans ont rallié les écrans géants érigés un peu partout: devant le stade Roi Baudouin à Bruxelles, sur les grand-places de Wallonie et de Flandre et dans d'innombrables bistrots.

Galvanisés par le sans faute du premier tour et, surtout, par la manière avec laquelle les Hazard, Lukaku et autres De Bruyne avaient écarté les USA en huitième, les Belges s'étaient mis à rêver à un miracle, malgré la présence du "Messi" dans le camp adverse.

Alors que la Brabançonne retentissait là-bas, à Brasilia, le soleil parvenait même à percer les lourds nuages qui surplombaient la capitale belge depuis le début de la journée.

Durant les toutes premières minutes, les deux équipes s'observaient, mais, sur la place Dumont, dans la périphérie de la capitale belge, les visages des quelque 2000 ou 3000 supporteurs réunis devant l'écran étaient pour la plupart tendus, signe que la confiance n'y était pas tout à fait.

Comme au Mexique...
Et le but d'Higuain, qui tombait dès la 8e minute, confirmait les craintes.

"C'est pas fini, il vaut mieux qu'ils marquent maintenant qu'à la 85e minute", tentait de (se) rassurer un jeune père de famille. Mais les Belges rentraient au vestiaire avec un but de retard.

"Comme toujours, le banc va faire la différence. L'engagement y est. Si on retrouve la Belgique qui a gagné contre les USA, il y a moyen d'avoir les Argentins en contre", voulaient croire Nathan, Antoine et Thibaut, trois étudiants.

Avec leur maillots et drapeaux argentins, Ornella et Naomi, deux copines, se sentaient "un peu perdues" au milieu des Belges. "Mais on gère. Si on continue comme cela, ça ira", disent-elles.

Et jusqu'au bout, les successeurs de Maradona --l'homme qui avait crucifié les Diables au Mexique, en demi-finale-- ont géré... Un peu trop d'ailleurs pour les supporteurs belges, qui leur reprochaient de gagner du temps et ne cachaient plus leur énervement.

Malgré l'entrée au jeu de Lukaku et la pression belge dans les dernières minutes, la messe était dite. Et l'averse finissait par éclater dans le ciel bruxellois, douchant les derniers espoirs en même temps que le coup de sifflet final de l'arbitre, salué par des applaudissements, un peu contenus il est vrai.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:27

Argentine, Sabella : "Messi, c'est de l'eau dans le désert"



Le sélectionneur argentin Alejandro Sabella a comparé Lionel Messi à "de l'eau dans le désert" après la victoire de l'Albiceleste sur la Belgique en quart de finale du Mondial, samedi à Brasilia.

Quel est votre sentiment après ce match ?
Nous sommes très, très heureux. C'est du bonheur pour tous les Argentins qui attendent ça depuis 24 ans. Mais c'est une joie modérée parce qu'il faut garder de l'énergie pour les matches qui restent. On a fait un match très sérieux au plan tactique, dans le respect des consignes, la façon de gérer le match. On a toujours voulu donner plutôt que recevoir et on a voulu faire avancer le ballon. Je suis ravi de ce que nous avons réalisé. On attend encore plus, mais on a atteint l'objectif minimum, qui était d'arriver à ce niveau que l'on n'avait plus atteint depuis très longtemps.

Comment expliquer le réveil de Higuain ?
Il a eu une fin de saison délicate avec Naples. Il a raté une partie de la préparation et a manqué quelques entraînements. C'est celui dont j'attendais le plus. Il a beaucoup couru, il a beaucoup aidé ses équipiers et il a marqué un but très important. C'est ce qu'on attend des buteurs.

Visez-vous désormais le titre ?
Je pense déjà au prochain match, qui sera très difficile. On verra comment les joueurs se sentent. On a déjà joué cinq matches, dont quatre à 13h. Il y aura beaucoup de récupération dans les prochains jours.

Comment jugez-vous le match de Messi ?
Messi a fait un grand match. Il n'est pas seulement utile pour marquer, mais pour avoir la possession, attirer des défenseurs. Chacun de ses déplacements est intelligent. Il met en danger l'équipe adverse dès qu'il a le ballon ou qu'il se déplace. Ce ne sont pas seulement les buts qui m'intéressent. Il ne perd jamais le ballon, il crée des espaces. Ce joueur, c'est de l'eau dans le désert. Il trouve les solutions quand on croit qu'il n'y en a pas.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:28

Argentine, Messi : "Nous sommes de plus en plus près"



"Profitez-en, continuons de rêver tous ensemble, nous sommes de plus en plus près", a lancé Lionel Messi à la presse, après la victoire de l'Argentine en quarts de finale du Mondial face à la Belgique (1-0) à Brasilia.

Quand on lui a demandé si l'Argentine avait joué son meilleur match de la Coupe du monde, l'attaquant a répondu: "Je crois que oui. Nous avons fait un match très complet, même si nous n'avons pas eu beaucoup d'occasions, eux n'en ont pas eu de claires", a-t-il ajouté.

Messi s'est réjoui du retour de l'Argentine dans le dernier carré après 24 ans d'absence. "C'est extraordinaire. Nous savions que ça allait être difficile, que l'Argentine n'avait plus réussi depuis très longtemps et c'est nous qui franchissons la barrière", a-t-il dit.

Le N.10 a souligné le travail collectif de l'Albiceleste. "Nous nous étions tous engagés à courir, nous savions que nous allions devoir aider. Nous ne leur avons pas donné d'espace", a dit Messi.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:30

Belgique : Hazard se projette pour oublier



Quart de finale de Coupe du Monde. En face, un double vainqueur (1978, 1986), un quadruple FIFA Ballon d’Or, le tout dans un stade de Brasília acquis à la cause argentine. La Belgique a rêvé éveillée mais ses héros n’ont pas pu prendre la mesure de l’événement, si l'on en juge par les sourires émerveillés à l’entrée dans l’arène.

Très vite, l’ouverture de la marque par Gonzalo Higuain fait tomber les sourires belges. L’Albiceleste a mis les choses au point et frustré les Diables Rouges d’entrée, à commencer par son chef d’orchestre."Il nous a manqué le petit brin de chance. Ce but d’entrée a fait très mal", se désole Eden Hazard au micro de la FIFA.

"Je suis très déçu mais nous avons tout même réalisé une très bonne Coupe du Monde en atteignant notre objectif", précise le milieu de terrain. Mais le ton dans la voix cache bien mal le sentiment d’être passé à côté d’une demi-finale de Coupe du Monde. Son visage défait disait tout. La Belgique a tenté l’option longs ballons en laissant son meilleur soliste jouer avec ses armes favorites. Elles n’ont jamais fait mouche. La partition tactique argentine était trop bien rodée.

Goût de trop peu
Tout le monde en convient : la génération belge a un grand avenir devant elle. Le Brésil est arrivé un peu tôt pour elle. Elle doit d’abord se faire les dents en se frottant aux plus grands. "Les Argentins ont l’habitude des matches au plus haut niveau quand la tension atteint des sommets. Ils ont l’expérience pour faire la différence avec des petits détails", confirme Hazard. Expérience, le mot est lâché. Les Diables Rouges n’avaient plus goûté à une Coupe du Monde depuis 12 ans.

La Belgique va devoir capitaliser sur son tout nouvel apprentissage de Coupe du Monde. "Nous avons reçu une bonne leçon, à nous d’en tirer profit", insiste la plaque tournante belge. "Nous avons une équipe jeune avec beaucoup de talent. Nous devons nous projeter sur l’avenir. C’est déjà une performance en soi de pouvoir jouer à ce niveau", essaie de se convaincre le joueur de Chelsea pour retrouver son sourire.

Mais qu’a-t-il manqué aux Diables pour trouver la clé du verrou argentin ? Hazard ne fuit pas les responsabilités et assume. Avec ses coéquipiers, ils n’ont jamais su inverser la tendance. "Nous devons travailler nos automatismes encore et encore", estime-t-il. L’élimination face à l’Argentine a beau être dans l’ordre des choses, le joueur de 23 ans ne peut pourtant s’empêcher de penser que les siens avaient une carte à jouer. "Je sentais qu’il y avait tellement mieux à faire... Mais on doit garder la tête haute."

C'est un mélange de frustration et de fierté qui anime les Belges avant de rentrer à la maison. Le but est atteint mais l’arrière-goût reste dans les bouches des Diables. Hazard conclut son séjour par une satisfaction, celle d’avoir beaucoup appris, et une promesse au nom de ses coéquipiers, celle de revenir encore plus fort.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 0:32

Argentine, Sabella : "Messi, c'est de l'eau dans le désert"



Le sélectionneur argentin Alejandro Sabella a comparé Lionel Messi à "de l'eau dans le désert" après la victoire de l'Albiceleste sur la Belgique en quart de finale du Mondial, samedi à Brasilia.

Quel est votre sentiment après ce match ?
Nous sommes très, très heureux. C'est du bonheur pour tous les Argentins qui attendent ça depuis 24 ans. Mais c'est une joie modérée parce qu'il faut garder de l'énergie pour les matches qui restent. On a fait un match très sérieux au plan tactique, dans le respect des consignes, la façon de gérer le match. On a toujours voulu donner plutôt que recevoir et on a voulu faire avancer le ballon. Je suis ravi de ce que nous avons réalisé. On attend encore plus, mais on a atteint l'objectif minimum, qui était d'arriver à ce niveau que l'on n'avait plus atteint depuis très longtemps.

Comment expliquer le réveil de Higuain ?
Il a eu une fin de saison délicate avec Naples. Il a raté une partie de la préparation et a manqué quelques entraînements. C'est celui dont j'attendais le plus. Il a beaucoup couru, il a beaucoup aidé ses équipiers et il a marqué un but très important. C'est ce qu'on attend des buteurs.

Visez-vous désormais le titre ?
Je pense déjà au prochain match, qui sera très difficile. On verra comment les joueurs se sentent. On a déjà joué cinq matches, dont quatre à 13h. Il y aura beaucoup de récupération dans les prochains jours.

Comment jugez-vous le match de Messi ?
Messi a fait un grand match. Il n'est pas seulement utile pour marquer, mais pour avoir la possession, attirer des défenseurs. Chacun de ses déplacements est intelligent. Il met en danger l'équipe adverse dès qu'il a le ballon ou qu'il se déplace. Ce ne sont pas seulement les buts qui m'intéressent. Il ne perd jamais le ballon, il crée des espaces. Ce joueur, c'est de l'eau dans le désert. Il trouve les solutions quand on croit qu'il n'y en a pas.

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par rachid_as le Dim 6 Juil - 14:14

Belgique : La presse entre fierté, déception et réalisme



La presse belge avait des sentiments mêlés, entre fierté et déception, après l'élimination des "Diables rouges" face à l'Argentine (1-0) samedi à Brasilia, tout en reconnaissant que la Belgique finissait sans doute le tournoi à sa juste place.

"En se hissant en quarts de finale (...) la génération actuelle des Diables n'a pas à rougir: elle a parfaitement rempli son contrat. Mais aujourd'hui, elle est tout simplement retombée sur terre", estime sur son site internet le quotidien Le Soir.

"La liesse populaire, mélange parfois détonnant de marketing et de spontanéité, a peut-être tronqué la perception de son niveau exact par rapport au contingent des quarts de finaliste", ajoute le journal, alors que le pays n'avait plus autant vibré pour ses Diables depuis la demi-finale perdue en 1986 au Mexique face, déjà, à l'Argentine.

Pour la nouvelle "génération dorée" du Plat pays, "il faut avoir l'humilité de reconnaître que l'Albiceleste a donné à son adversaire une leçon de réalisme", souligne Le Soir, en jugeant que "les Diables quittent la Coupe du monde en quarts à l'endroit exact où se situe leur valeur réelle".

"Une fin décevante"

Un brin plus déçu, le quotidien La Dernière Heure-Les Sports juge que "les Diables rouges n'ont pas à rougir de leur prestation, même s'il y avait la place pour se qualifier", en relevant néanmoins que l'accès aux quarts de finale du mondial brésilien constitue "la seconde meilleure performance belge de l'histoire en Coupe du monde".

Les journaux du groupe SudPresse regrettent pour leur part que "les Diables n'ont pas réalisé leur meilleur match, face à une équipe argentine toujours aussi peu séduisante", après le fol espoir né après leur prestation convaincante contre les États-Unis, la meilleure de leur tournoi.

En Flandre, Het Laatste Nieuws estime que "le livre d'histoire de cette coupe du monde a eu son lot de friandises, des victoires 'cliniques' mais fêtées avec faste, mais aussi quelques fausses notes dans son cinquième chapitre". "Une fin décevante, mais la fierté nationale en sort renforcée", estime le plus gros tirage de la presse néerlandophone.

"Les Diables rouges sont éliminés, mais ils sortent du tournoi la tête haute", juge également un autre quotidien flamand, De Morgen. "Pendant cinq matches, leurs prestations ont mis la Belgique en extase. Mais le rêve belge s'est achevé en quart".

Fifa.com (05/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Quart de finale, Argentine - Belgique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum