Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Page 38 sur 39 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 29 Avr - 21:47

LIVE : Demi-finale (Retour)


(NB : Heure DZ-Algérie GMT+1)

Mardi 29 avril 2014 :
FIN : Bayern Munich 0 - 4 Real Madrid (aller 0-1) ..... Sergio Ramos (16', 20'); Cristiano Ronaldo (34', 90')

Mercredi 30 avril 2014 :
19h45 : Chelsea - Atlético de Madrid (aller 0-0)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 29 Avr - 21:49

Atletico - Simeone : "Pas qu'une façon de jouer"



"Il n'y a pas qu'une façon de jouer", a déclaré mardi l'entraîneur de l'Atletico Madrid Diego Simeone avant la demi-finale retour de Ligue des champions contre Chelsea mercredi et après le visage défensif des Blues à l'aller (0-0).

Quel est votre degré d'optimisme après le 0-0 de l'aller?
Nous avons toujours confiance. Une demi-finale de C1 est toujours un gros match. C'est clair que les joueurs sont impatients d'en découdre, très excités. On sait qu'il faudra beaucoup travailler. Ce sera un match différent de l'aller et on va faire les efforts pour ramener un résultat positif.

Eprouvez-vous de la fierté d'être là?
Vous me connaissez. Je ne regarde pas où nous sommes, ce que nous avons accompli mais je regarde devant, pour avancer. Je laisse habituellement les médias parler de nos progrès, du rôle du club ces deux-trois dernières saisons mais je ne me hasarde pas à comparer Chelsea à l'Atletico. Ce sera juste un match de football et le meilleur l'emportera. Avec notre envie, on peut rivaliser et peut-être obtenir un résultat positif.

Regrettez-vous le comportement ultra-défensif de Chelsea à l'aller?
Je suis un amateur de ce sport et je respecte les différentes façons de construire une équipe. Tout dépend de ce que vous pensez être la plus efficace mise en place et de contre qui vous jouez. Il faut féliciter les équipes qui défendent bien mais aussi celles qui attaquent bien car ce n'est pas facile non plus. Le foot évolue et personne ne peut dire quelle est la meilleure façon de jouer. Cela dépend aussi de l'entraîneur, qui passe du temps avec ses joueurs, essaye différentes tactiques pour résoudre les problèmes qui se posent à lui. Le plus important, c'est la victoire, quelle que soit la façon de l'obtenir. Il n'y a pas qu'une façon de jouer. Si on jouait tous pareil, ce serait ennuyeux. On ne peut pas jouer à dix devant ou dix derrière.

A quel visage de l'adversaire vous attendez-vous?
On fera face au meilleur adversaire possible. On va affronter une équipe qui, même en ayant fait de nombreux changements, a dominé le leader de son championnat. Cela montre la richesse de leur effectif et cela force notre respect. Je n'ai pas vu de roublardise de sa part.

Peut-on comparer cet Atletico au Porto de Mourinho qui a gagné en 2004?
C'est difficile à dire. C'était une grande équipe, jeune, pleine de vie. La réalité, c'est que c'est un match important, face à une équipe qui a de formidables individualités, des joueurs tournés vers l'attaque qui peuvent trouver des espaces et des solutions. C'est aussi une équipe qui excelle sur coup de pied arrêté.

Votre gardien Courtois sera-t-il à la hauteur de l'événement?
Il saura gérer la pression, l'atmosphère, sans aucun problème. Il a travaillé dur pour devenir l'un des meilleurs gardiens du monde mais c'est toujours un jeune joueur qui grandit et a besoin de temps pour devenir mature.

Fifa.com (29/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 29 Avr - 21:50

Chelsea - Terry et Hazard joueront, pas Cech



Annoncés forfaits, John Terry et Eden Hazard joueront mercredi en demi-finale de Ligue des champions contre l'Atletico, mais pas Petr Cech qui, comme Samuel Eto'o, a pourtant pu s'entraîner mardi, a indiqué l'entraîneur de Chelsea José Mourinho.

Il y a une semaine, Cech et Terry avaient dû être remplacés lors du match aller (0-0). Le gardien tchèque s'était blessé à l'épaule (18e) et le défenseur anglais à une cheville (73e).

Immédiatement après, le rusé entraîneur José Mourinho avait assuré que le premier était forfait jusqu'à la fin de la saison et que le retour du second n'était, au mieux, pas possible avant fin mai et la finale de C1.

"Il est prêt, il a envie, comme tout le monde, c'est le message que l'on voulait donner mais sa condition ne lui donne pas une chance de jouer, a déclaré ensuite l'entraîneur portugais des Blues au sujet de son gardien apparu à l'entraînement dans la matinée. Aujourd'hui, tout le monde était sur le terrain pour aider l'équipe avant un match très important et mettre les autres en bonne position".

"Mon capitaine joue au même niveau que quand j'ai quitté Chelsea en 2007, c'est aussi simple que ça, a-t-il continué ensuite à propos de Terry. Bien sûr qu'il va commencer demain. Il mérite plus que ce que la C1 lui a donné jusque-là".

Blessé à un mollet, le Belge Hazard n'a lui plus joué depuis le quart de finale retour de C1 contre le Paris SG (3-1, 0-2).

"Je dois décider s'il jouera ou pas, mais Hazard est prêt", a enfin poursuivi le "Special One".

Le technicien n'a en revanche eu aucun mot pour l'attaquant camerounais Eto'o, freiné par des douleurs récurrentes à un genou et qui n'a plus joué depuis le 19 avril.

Fifa.com (29/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 29 Avr - 21:51

Chelsea - Mourinho : "C'est équilibré"



"On ne peut pas dire qui a l'avantage, c'est équilibré", a assuré mardi l'entraîneur de Chelsea Jose Mourinho qui affronte mercredi l'Atletico en demi-finale retour de la Ligue des champions après avoir réalisé un nul à l'aller (0-0).

Que pensez-vous de votre adversaire?
C'est une très bonne équipe, pas une équipe de contre-attaques. Ils défendent bien, marquent des buts, gagnent des matches. Ils sont en demi-finale de C1 et à deux victoires d'être champions en Espagne. Cela me semble juste d'analyser cette équipe de cette façon-là et de reconnaître qu'elle est bonne. Cela a été mon adversaire direct pendant trois ans mais j'ai toujours eu du respect pour ce club et le président Gil y Gil et ce qu'il fait. Tout le monde n'arrive pas en demi-finale de C1. Et c'est exceptionnel d'avoir la possibilité de gagner devant le Real et le Barça. Cela mérite mon respect.

Votre expérience de cinq demi-finales vous servira-t-elle?
Cela m'aidera peut-être à trouver le sommeil ce soir mais pendant le match, ça ne compte pas. Pendant 90 minutes, les joueurs sont plus importants que moi. J'ai énormément confiance en eux et ça, par contre, cela m'aide à être calme.

Conseillez-vous à vos joueurs de se lâcher comme avant le PSG en quart?
On va aussi apprécier ce match, c'est ce que j'ai dit aux joueurs de faire encore. Contre Paris, on était dans une situation où l'on n'avait rien à perdre. Là, c'est propre. Les deux équipes ont la même chance de passer. On ne peut pas dire qui a l'avantage, c'est équilibré. Un nul avec des buts est bon pour eux. Après la finale, le 2e match de la demi-finale est celui que les joueurs ont le plus envie de jouer. Lisbonne, j'y serai, au moins pour mes vacances, c'est été. On verra si on peut y aller ensemble.

Une élimination serait-elle un échec?
Et si on gagne? Je refuse de répondre. On verra demain après le match".

Que pensez-vous des critiques après votre victoire à Liverpool?
Le foot est plein de philosophes, de gens qui comprennent mieux que moi. Mais la réalité, c'est qu'une équipe qui ne défend pas n'a aucune chance de gagner. une équipe qui ne met pas de but a de gros problèmes si elle en encaisse. Et une équipe sans équilibre n'est pas une équipe. Il n'y a pas grand chose d'autre à dire. Je me souviens avoir déjà dit ici que si vous avez un gardien comme Cech et un attaquant comme Drogba, pourquoi jouer court? Si vous le faites, vous êtes stupide. Après, les critiques...

Jouerez-vous comme il y a une semaine?
Est-ce-que Villa va jouer ou seulement entrer cinq minutes à la fin comme à l'aller? Je ne le sais pas. On va peut-être jouer comme on a fini contre le PSG. Je crois qu'on est la seule équipe jusque-là à avoir joué avec trois avant-centres.

Fifa.com (29/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 29 Avr - 21:52

C. Ronaldo entre dans la légende



Cristiano Ronaldo (Real Madrid) est entré mardi dans la légende de la Ligue des champions en devenant le premier joueur à inscrire 15 buts en une seule édition de la prestigieuse compétition.

Ce 15e but, le Portugais, à la finition d'un mouvement porté par Benzema et Bale, l'a marqué du pied droit, pour tromper Neuer, le gardien des tenants du titre, le Bayern Munich.

"CR7" dépasse ainsi Lionel Messi (2011-12/Barcelone) et José Altafini "Mazzola" (1962-63/AC Milan), co-détenteurs d'une marque restée jusque là à 14 buts.

Pourquoi pas, maintenant, viser le record d'un autre attaquant mythique de la "Maison blanche", Raul, meilleur buteur de l'histoire de la C1 avec 71 buts à partir de la phase de poules ?

Ronaldo n'en est pas loin avec 65 buts dans cette catégorie. Et dire que le Portugais a été blessé cette saison, absent au printemps trois semaines en raison de gênes persistantes au genou gauche puis d'une blessure à la cuisse gauche.

Sa participation à la demi-finale aller n'avait été confirmée que moins de deux heures avant le match mercredi dernier. Il n'avait pas marqué à Madrid à l'aller, mais au retour, il a trouvé la cible.

Ce record témoigne en tout cas d'une saison faste pour l'attaquant de Madère, sur et en dehors des terrains.

Il a signé en septembre un nouveau contrat mirobolant avec le Real Madrid, a obtenu en janvier son deuxième Ballon d'Or après 2008, et il pointe actuellement en tête du classement des buteurs de la Liga (30 buts) et de la C1 (15 buts).

"L'important ? Gagner des titres"
Mais même si ces statistiques flattent l'ego du Portugais, elles resteront toujours accessoires par rapport aux trophées, comme il l'a expliqué en début de saison.

"Je crois que les records sont faits pour être battus. Mais ce n'est pas ma priorité parce que je crois que ces choses se font de manière naturelle. L'important sera de gagner des titres", a souligné Ronaldo mi-septembre, au moment de signer sa prolongation de contrat jusqu'en 2018.

Entrer dans la légende merengue, à ses yeux, passe davantage par le fait de garnir la galerie des trophées du Real, où une place est prête depuis 2002 pour la tant attendue "Decima", la dixième C1 de l'histoire du club.

La Ligue des champions, Ronaldo l'a déjà gagnée. C'était en 2008 et c'était sous le maillot de son précédent club, Manchester United. Or, depuis son arrivée à Madrid en 2009, il n'a pas dépassé le stade des demi-finales dans cette compétition.

Le défi est clair: pour faire taire ceux qui l'ont sifflé après le clasico perdu contre le FC Barcelone (4-3), "CR7" doit gagner la plus belle, la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

"Je n'ai pas de doute qu'un jour ou l'autre nous gagnerons la "Decima" et, comme nous avons de grands joueurs, un grand entraîneur, je suis convaincu que ce sera cette année", a assuré Ronaldo mi-septembre.

Finalement, les records importent peu: seule compte cette promesse.

Fifa.com (29/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mer 30 Avr - 19:49

Le Real corrige le Bayern et va en finale



Le Real Madrid, avec des doublés de Ramos et Ronaldo, a humilié le Bayern (4-0), mardi à Munich, pour glaner le premier billet pour la finale de Lisbonne et maintenir le rêve de triompher une 10e fois en Ligue des champions.

Coup de tonnerre à l'Allianz Arena! L'enfer promis par le patron du Bayern Karl Heinz Rummenigge, c'est finalement son tenant du titre qui l'a vécu, assommé par trois buts dès la première période pour concéder sa plus lourde défaite à domicile dans l'histoire de cette compétition.

Adieu l'espoir d'une 3e finale de rang et pour le coach Guardiola celui de réaliser, dès sa première saison en Bavière, le triplé (Championnat-Coupe-C1) réussi un an plus tôt par Jupp Heynckes...

Après quatre échecs de rang en demies, dont le dernier contre le Bayern en 2012, le Real a enfin décroché le sésame pour la finale. Et maintenu le rêve d'enrichir la vitrine de la "Maison Blanche" d'un 10e trophée, cette "decima" qui lui échappe depuis celui de 2002.

La veille, Carlo Ancelotti avait promis un match offensif, décidé à ne pas se reposer sur le but de Benzema inscrit au Bernabeu, et une entame de match moins timide qu'à l'aller.

Le coach madrilène a tenu sa promesse en alignant son trident "BBC", Bale, Benzema, buteur à l'aller, et Cristiano Ronaldo. Et ses joueurs ont répondu par un jeu agressif d'entrée, tuant tout suspense en guère plus d'une demi-heure par un doublé de Ramos et le 15e but de CR7 cette saison sur la scène européenne.

La tension était palpable dès le coup d'envoi entre deux formations décidées à se livrer corps et âme pour le billet en finale, à l'image de Ribéry qui se chauffait avec Pepe dès la 10e minute.

Le match basculait six minutes plus tard en faveur des Merengue !

Le navire bavarois prend l'eau
Sur un corner tiré par Modric de la droite, Ramos s'élevait au-dessus de la mêlée pour catapulter de la tête un missile qui trompait Neuer (16). Première douche froide dans l'arène qui devenait glaciale lorsque le défenseur doublait la mise quatre minutes plus tard!

Sur un coup franc de Di Maria, à l'angle droit de la surface, Pepe prolongeait de la tête pour celle de Ramos au second poteau (20).

Cette réussite insolente était récompensée d'un troisième but, cette fois par Ronaldo qui s'offrait enfin ce 15e but lui permettant de s'emparer seul du record en une saison de C1!

Sur une nouvelle contre-attaque, Benzema effaçait Dante et lançait Bale dans l'axe en pleine course. Le Gallois fixait Boateng et servait parfaitement l'international portugais à l'angle gauche de la surface qui trompait Neuer du pied droit (34).

Le navire bavarois avait pris l'eau. Et CR7 était tout près d'alourdir le score en tentant un lob depuis le milieu de terrain sur une sortie hasardeuse de Neuer, qui était tout heureux de voir le ballon rebondir devant son but et sortir juste au-dessus de la barre.

3-0, la mission était quasi-impossible. Le moral était sérieusement entamé et les Bavarois montraient d'ailleurs des signes d'énervement.

Certes, ils ont repris possession du ballon au retour du vestiaire. Mais ils ont tourné autour du pot sans quasiment jamais trouver la clé d'un système défensif aussi perméable qu'à l'aller.

Le Real était en pleine confiance et leur gardien Casillas faisait le petit nécessaire sur les rares tentatives de Ribéry (60) et Götze (76), entré en cours de jeu.

Ramos pouvait céder sa place la tête haute (75), histoire d'éviter un éventuel carton jaune qui le priverait de la finale de la seule grande compétition qu'il n'ait jamais remporté.

Et le dernier coup de poignard était porté par Ronaldo qui, sur un coup de franc de 25 m, glissait le ballon sous le mur laissant Neuer sans réaction (4-0, 90). Ce Real était trop fort !

Fifa.com (29/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mer 30 Avr - 20:00

Le Bayern et Guardiola à l'épreuve de l'échec



Le Bayern Munich et Josep Guardiola doivent surmonter la plus terrible humiliation de leur histoire, subie mardi face au Real Madrid (4-0), pour lever les doutes sur le style de jeu imposé par l'entraîneur catalan au géant bavarois.

Le terme débâcle revenait comme un refrain dans la presse allemande où le Süddeutsche Zeitung parlait même de soirée de "torture" qui "a altéré" le bilan d'une saison pourtant lancée sur des bases exceptionnelles avec le braquage en temps record de la Bundesliga.

Face au "plus vite, plus haut, plus fort" de Ronaldo and Co, le tenant du titre a été dépassé, enregistrant son revers le plus cuisant sur la scène européenne, qui plus est devant son public et en demi-finale d'une Ligue des champions.

Guardiola, l'homme aux 14 trophées conquis en quatre ans avec le Barça, dont deux triomphes européens, n'avait jamais vécu une telle déroute, d'autant plus douloureuse qu'infligée par l'ennemi madrilène.

Système de jeu à revoir ? Guardiola doit-il repenser sa philosophie de jeu, ce style axé sur la possession du ballon (encore 64% contre 37 au Real) ? La question, posée déjà après la défaite à Madrid (1-0), était sur toutes les lèvres au lendemain de l'élimination.

"Erreur tactique"
L'échec, Guardiola l'a assumé mardi en tant qu'entraîneur. "On a mal joué et j'en prends la responsabilité. J'ai commis une erreur tactique", a-t-il concédé, en référence particulièrement à son choix d'associer Toni Kroos à Bastian Schweinsteiger en milieux défensifs.

Mais pour la philosophie de jeu, pas question de changement, pas même une once de football total dont l'Allemagne est très friand.

A 43 ans, le Catalan reste convaincu que la possession du cuir est la clé de la réussite. Ce système avec lequel il a grandi depuis son arrivée à 13 ans au centre de formation de Barcelone. Qu'il a appliqué ensuite avec succès durant ses "quatre glorieuses" aux commandes du Barça. Et dans lequel il a tenté d'intégrer les Ribéry et Robben dès son arrivée en Bavière l'été dernier.

"Mais bien sûr, on peut se demander si nous avons les bons joueurs pour jouer ce style de jeu", a-t-il glissé. Comme un appel à ses dirigeants à envisager quelques modifications durant la période estivale, notamment dans une défense dépassée par la vitesse madrilène.

L'arrivée du buteur Robert Lewandowski va probablement apporter une solution à la pointe de l'attaque où Mario Mandzukic n'a pas pesé durant le double choc avec les Madrilènes, pas plus que Thomas Müller.

Mais le plus important est certainement le retour de blessure de Thiago Alcantara. L'ex-Barcelonais a exactement ce dont a besoin le coach: l'intelligence du jeu, une technique parfaite et les coups de pattes de génie qui peuvent déstabiliser l'adversaire, ce qui a cruellement manqué contre Ronaldo and Co. Et ce que n'a pas encore apporté le jeune Mario Götze...

En attendant ? "Il faut arrêter de se poser des questions sur les systèmes et se bouger le cul", a lancé Müller. Car à défaut de triplé, le champion d'Allemagne a encore un doublé à défendre avec la finale de la Coupe nationale le 17 mai à Berlin.

Guardiola doit trouver les mots pour relancer ses troupes car l'adversaire, Dortmund, qui a lui fait trembler le Real en quarts avant d'infliger un 3-0 au Bayern à Munich en Bundesliga, veut saisir l'unique trophée encore disponible.

Pour cela, le Catalan a deux semaines et deux matches de Bundesliga -samedi à Hambourg puis une semaine plus tard contre Stuttgart- pour justifier sa ligne de pensée...

Fifa.com (30/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 1 Mai - 12:51

L'Atlético tout en maîtrise



L'Atletico, tenu en échec à domicile par Chelsea à l'aller (0-0), a réussi à renverser les Blues à Stamford Bridge (3-1) mercredi en demi-finale retour de la Ligue des champions et rejoint ainsi le Real pour une finale 100% madrilène.

La fin de saison s'annonce du coup passionnante pour les Colchoneros, toujours invaincus en C1 et qui ont également un avantage psychologique sur les Merengue puisqu'ils dominent également la Liga à trois journées de la fin. Les Espagnols, déjà titrés en Europa League en 2013, essaieront donc de décrocher la timbale après leur finale perdue de 1974, leur dernière apparition à ce niveau.

Après la C1 en 2012, la C3 en 2013, il n'y aura en revanche pas de troisième finale pour les Londoniens et, pour eux, la consolante visera, après leur victoire dimanche à Anfield (2-0), à essayer de remporter le Championnat en finissant devant le leader actuel, Liverpool.

Tout heureux du nul ramené de Madrid, les Anglais, qui avaient pourtant déjà été éliminés à deux reprises après un tel scenario à l'aller, ont peut-être péché par suffisance ou par crainte.

Chelsea pèche défensivement
Toujours est-il qu'ils ont commencé timidement, à l'image du défensif Mourinho qui avait préféré fermer le couloir droit avec deux latéraux plutôt que de titulariser Oscar. Cela aurait pourtant pu payer puisque, après un énorme travail de Willian, Torres, l'ex-enfant chéri de Vicente-Calderon, a ouvert le score en inscrivant un but 100% espagnol après un centre en retrait d'Azpilicueta (36).

Après avoir posé le pied sur le ballon, les Rojiblancos se sont alors décidés à le remonter plus vite et cela a rapidement fait tourner de l'oeil à la défense de Chelsea, déjà moins rassurante avec Cahill dans un jour sans et Schwarzer moins en réussite qu'à l'aller.

Lopez, titulaire surprise, a donc vite égalisé au 2e poteau (44). Qualifié à la pause, l'Atletico, qui avait déjà touché la barre de l'attentiste vétéran australien (4), ne s'est pas contenté de cela et Chelsea, très fade, a même pris le bouillon ensuite.

Pourtant peu en vue dans le jeu, le buteur Diego Costa a fini par inscrire sur penalty son 8e but en C1, après une faute d'Eto'o, tout juste entré en jeu (61).

Diego Simeone, l'ex-bouillonnant milieu de terrain a en effet parfaitement su transmettre son calme à ses joueurs et Mourinho, expert en coaching gagnant, sera pour une fois tombé sur son maître. Car Hazard, relancé après sa blessure à un mollet en quart de finale retour contre le PSG, a logiquement manqué de rythme et a été transparent quand Schürrle, héros du tour précédent, aurait sûrement pu faire mieux.

Courtois brille
Déjà décisif sur l'égalisation, Juanfran a continué de se faire plaisir, permettant à Turan d'inscrire le 3e but après qu'il eut lui-même touché de la tête la barre (72).Comme souvent pour les Blues face aux Espagnols, l'aventure s'arrête donc logiquement à un pas de la dernière manche lors de la 7e demi-finale du club.

Pour Mourinho, c'est même la 5e fois d'affilée qu'il trébuche dans le dernier carré.

Encore plus rageant, il aura eu le mérite de voir briller Thibaut Courtois, son gardien qui est prêté au camp d'en face depuis trois saisons. Le Belge a en effet réalisé deux parades décisives sur une tête de Terry (53) et une autre de Luiz (64)

L'Atletico, au jeu nettement plus rafraichissant et spontané, obtient même un résultat encore plus impressionnant que lors de la Supercoupe d'Europe contre les Blues (4-1) en 2012 alors qu'ils avaient pris le bouillon ici-même lors de leur découverte de Stamford Bridge en 2009 (4-0).

Près de leur premier titre de champion national depuis 18 ans, les Madrilènes sont désormais invaincus depuis 15 matches et avancent vers un possible doublé retentissant... que peut aussi encore leur ravir le Real.

Fifa.com (30/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 1 Mai - 12:52

Costa rejoint Messi au classement des buteurs



L'attaquant espagnol de l'Atletico Madrid Diego Costa, buteur face à Chelsea en demi-finale retour, a rejoint mercredi Lionel Messi à la troisième position du classement des buteurs cette saison en Ligue des Champions, avec huit buts.

Costa a inscrit le deuxième des trois buts de l'Atletico (3-1) sur un penalty qu'il avait lui-même obtenu, pour une faute d'Eto'o.

Mardi, Cristiano Ronaldo (Real Madrid) était devenu le premier joueur de l'histoire de la Ligue des champions à inscrire 16 buts en une seule saison, grâce à un doublé face au Bayern Munich, corrigé (4-0) en demi-finale retour.

Avec 14 buts, il partageait auparavant ce record avec Lionel Messi (2011-12/FC Barcelone) et José Altafini "Mazzola" (1962-63/AC Milan).

Fifa.com (30/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 1 Mai - 12:53

Madrid au sommet de l'Europe



L'Atletico Madrid a nettement battu Chelsea 3-1 mercredi à Londres en demi-finale retour de la Ligue des Champions et s'est ainsi qualifié pour la finale, qui sera 100% madrilène puisque l'Atletico y affrontera son voisin, le Real.

Après la finale allemande de la saison dernière (victoire du Bayern Munich contre le Borussia Dortmund), c'est donc un face-à-face entièrement espagnol qui, le 24 mai à Lisbonne, décidera du vainqueur de la Ligue des Champions.

C'est la cinquième fois que le titre se jouera entre deux équipes du même pays, mais c'est bien la première fois que la finale de la plus grande compétition européenne de clubs mettra aux prises deux équipes de la même ville. Pour atteindre cette finale aux airs de derby madrilène ou de finale de Coupe du Roi, l'Atletico, toujours invaincu cette saison en C1, a pris le meilleur sur le Chelsea de José Mourinho, dont les choix défensifs n'ont pas payé.

Les Londoniens avaient pourtant ouvert le score par Torres (36), formé à l'Atletico Madrid, mais ils n'ont pas pu maintenir leur avantage jusqu'à la pause et l'égalisation d'Adrian Lopez (44) les mettait déjà en très mauvaise posture. En deuxième période, un penalty de Diego Costa (60) après une faute d'Eto'o et un but d'Arda Turan (72) concrétisaient la supériorité collective manifeste des "Colchoneros".

Les neuf titres du Real
L'Atletico, en position de remporter le Championnat d'Espagne, réussit une immense saison sous les ordres de Diego Simeone et tentera donc à Lisbonne de remporter sa première Ligue des Champions à l'occasion de sa deuxième finale.En 1974, l'Atletico avait été battu par le Bayern Munich. Après un premier match où les deux équipes n'avaient pu se départager (1-1 a.p.), le club bavarois s'était imposé 4-0 lors d'un deuxième match deux jours plus tard.

Face à eux, les Colchoneros vont retrouver le Real, club le plus titré en C1 avec neuf sacres et qui court depuis 2002 après une dixième Ligue des Champions, la fameuse "decima". Mardi, l'équipe de Carlo Ancelotti, portée par son trio offensif Bale-Benzema-Ronaldo et par une très impressionnante charnière Ramos-Pepe, avait écrasé 4-0 (1-0 à l'aller) le Bayern Munich, tenant du titre dépassé.

Ancelotti a déjà remporté deux fois la Ligue des Champions en tant qu'entraîneur, en 2003 et 2007 avec l'AC Milan. Il avait aussi perdu la finale en 2005 avec le même club, face à Liverpool.

En championnat cette saison, l'Atletico s'est imposé 1-0 face au Real en début de saison, avant un match nul 2-2 lors de la phase retour. En Coupe du Roi en revanche, le Real s'est imposé deux fois, 3-0 et 2-0.

Fifa.com (30/04/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 1 Mai - 13:04

Chelsea - Mourinho, une déception et des questions



Si Mourinho s'est pour une fois pris les pieds dans le tapis: battu par l'Atletico Madrid en demi-finale de Ligue des champions (0-0, 1-3), l'entraîneur de Chelsea devra se poser des questions de fond à l'issue d'une prometteuse saison de transition.

. José Mourinho a déjoué.
Expert en coups tactiques et en surprises de dernière minute pour déstabiliser l'adversaire, le maître s'est pour une fois emmêlé les pinceaux.

"Mou" n'a certes pas failli complètement à sa réputation, avec la titularisation comme ailier droit de l'habituel latéral gauche Azpilicueta, qui a étonné tout le monde. Mais le Portugais n'est pas parvenu cette fois à fermer le jeu à 1-0. Et l'égalisation juste avant la pause a semblé un coup trop dur au moral de son équipe.

Comme cela avait bien fonctionné contre le Paris SG, le "Special One" a empilé les buteurs pour conjurer le sort. "Il fallait que Chelsea marque, a résumé son adversaire Diego Simeone. On savait qu'ils allaient ajouter un autre avant-centre. On est donc passé à cinq au milieu. Cela nous a permis d'avoir plus d'espace et de mieux contrôler le match".

La titularisation d'un Hazard à court de rythme après un petit mois d'absence n'était pas non plus une bonne idée et n'a pas aidé les Blues à trouver l'équilibre.

. Pas pour autant une saison ratée.
Mais malgré cette défaite, Mourinho reste plus souvent gagnant que perdant à ce petit jeu. Il l'avait encore rappelé dimanche à Liverpool, l'emportant 2-0. Et si la saison des Blues ne sera pas un triomphe, elle peut encore se terminer en beauté et ne constituera sûrement pas un échec.

Même si le club est riche, que l'effectif est dense et de qualité, le Portugais n'a en effet repris les choses en main que cet été, avec des cadres en devenir et d'autres un peu "passés". Inconstants, les Blues peuvent pour autant devenir champions s'ils comblent leurs deux points de retard sur les Reds. Ou finir 4e.

Les propos de "Mou" en forme de bilan, mercredi soir, dessinaient en creux l'image d'une équipe qui s'est peut-être vue trop belle. "On est aussi réaliste qu'optimiste. Quand cela avance dans une certaine direction, il y a un moment où vous vous mettez à rêver et vous pensez que des choses deviennent possibles. Et parce qu'à un moment on a été bon en championnat et en C1, on a pensé qu'on pouvait le faire", a-t-il reconnu.

"En championnat, j'ai arrêté d'y croire après le match contre Aston Villa. Ensuite, on a retrouvé une dynamique mais il y a eu une autre mauvaise surprise contre Sunderland. En C1, c'est pareil: on savait que d'autres équipes étaient plus avancées que nous pour remporter le titre, mais parce qu'on a élevé notre niveau contre le PSG, on s'est mis à rêver".

. Une réflexion tactique ?
Attaqué pour le cynisme de son équipe après son nul à Madrid (0-0) et sa victoire ultra-réaliste à Liverpool (2-0), Mourinho va écoper de critiques plus dures encore après cette défaite face à l'Atletico.

Chantre auto-proclamé du beau jeu à son retour, ce qu'il n'avait jamais accompli auparavant, le Portugais est revenu à ce qu'il sait faire le mieux: exploiter les failles de l'adversaire et le crucifier en contre. Mais cela ne semble plus forcément correspondre ni aux qualités ni à l'état d'esprit de ses joueurs.

"Chelsea n'est pas fait pour jouer au foot mais plus pour jouer en contre, comme le Real l'a fait contre le Bayern, a semblé regretter Hazard sur beIN Sports. C'est un peu notre tactique qui marche le mieux".

Mais avec un groupe amélioré cet été, il sera sûrement temps pour Mourinho d'avoir une réflexion tactique à l'aube d'une deuxième saison qui annonce officiellement le retour des ambitions des Blues.

Fifa.com (01/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Ven 2 Mai - 10:21

Madrid capitale de l'Europe



L'Atlético a rejoint mercredi le Real en finale de la Ligue des champions et c'est toute l'Europe qui vit désormais à l'heure madrilène avant le choc du 24 mai à Lisbonne, première finale entre deux clubs d'une même ville dans l'histoire de la C1.

. L'Atlético a bien grandi

Qui aurait parié en début de saison sur les Colchoneros ? L'été dernier, l'Atlético semblait bien démuni: tandis que le Real achetait Gareth Bale pendant que le Barça accueillait Neymar, l'Atletico revendait à Monaco son meilleur attaquant, le Colombien Radamel Falcao.

Seul peut-être le manageur d'Arsenal Arsène Wenger avait jugé en octobre dernier que le club rojiblanco était "un des postulants à la victoire finale" en C1. La suite lui a donné raison: cet Atlético, solide leader du Championnat d'Espagne, peut conquérir la Liga au nez et à la barbe du Real et du Barça, qui disposent pourtant de budgets au moins quatre fois supérieurs.

Et le club est désormais en lice pour un somptueux doublé, encore plus beau que le mythique doublé Championnat-Coupe de 1995-1996, époque où l'actuel technicien Diego Simeone faisait la loi comme milieu de terrain dans l'entrejeu colchonero.

Aujourd'hui entraîneur, l'Argentin a modelé un groupe à son image: batailleur, accrocheur, solide et solidaire. "Le Mister a toujours les mots qu'il faut dans les moments clés", a résumé l'attaquant Diego Costa après la victoire contre Chelsea mercredi (3-1).

Tous ensemble, ils ont gravi les échelons: sacre en Europa League en 2012, troisième place de Liga et victoire en Coupe du Roi en 2013 aux dépens du Real (2-1 a.p.). Reste les deux dernières marches: conquérir la Liga et remporter la finale de C1 face au grand voisin, le Real Madrid.

. "Tout Madrid à Lisbonne"
Quelque 500 km à vol d'oiseau séparent Madrid de Lisbonne. Et le trajet risque d'être assez embouteillé le 24 mai pour rejoindre la capitale portugaise.

"Nous sommes ravis d'affronter une autre équipe espagnole. C'est une finale madrilène, ce sera une journée très spéciale parce que tout Madrid se déplacera à Lisbonne", a résumé le milieu de l'Atlético Koke, un Madrilène pur jus.

Peu de villes en Europe pourraient espérer un tel derby en finale de la Ligue des champions, mis à part peut-être Londres (Arsenal et Chelsea), Manchester (United et City) et Milan (AC et Inter).

Mais Madrid est décidément ville de football: elle dispose de trois clubs de 1re division (Real, Atlético, Rayo Vallecano) et sa banlieue en compte un autre club (Getafe). Et entre le Real que le Roi d'Espagne Juan Carlos aime à venir applaudir, et l'Atlético que son fils et héritier le Prince Felipe suit assidûment, c'est tout Madrid qui va se diviser l'espace d'un week-end.

Si El Atleti l'emporte, la fontaine de Neptune, sur le Paseo del Prado, se couvrira de supporteurs rojiblancos. Si le titre va à "El Madrid", c'est en revanche la fontaine de la déesse Cybèle ("Cibeles"), à 500 mètres de là, qui accueillera les réjouissances.

. La Liga résiste au déclin
On l'annonçait sur la pente descendante, mais le football espagnol est loin d'être moribond. Outre deux clubs qualifiés en finale de la Ligue des champions, la Liga comptera aussi un représentant en finale de l'Europa League à Turin puisque l'une des affiches des demi-finales était Valence-Séville.

Certes, il y a eu en 2013 les échecs du Real et du Barça en demi-finale de C1 face à une Allemagne triomphante. Il y a eu aussi une fuite des talents à l'intersaison (Navas, Negredo, Falcao, Higuain...) et des difficultés financières persistantes pour les petits clubs derrière les mastodontes Real-Barça.

Mais à un peu plus d'un mois de la Coupe du monde où la "Roja" espère conserver son titre mondial, l'Espagne du football est déjà assurée de régner sur l'Europe.

Fifa.com (01/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Ven 9 Mai - 20:52

Real - Pepe incertain pour la finale de C1



Le défenseur du Real Madrid Pepe, touché au mollet gauche, souffre d'une "blessure musculaire", a annoncé vendredi son club, et le Portugais pourrait être incertain pour la finale de Ligue des champions le 24 mai, selon les médias espagnols.

"Après les examens subis (...) par notre joueur Pepe, il a été diagnostiqué une blessure musculaire de niveau 1 au muscle soléaire de la jambe gauche", écrit le club merengue, sans préciser la durée d'absence attendue.

Sur leurs sites internet, les quotidiens madrilènes Marca et As évoquent une indisponibilité de 15 jours, ce qui laisserait planer le doute sur la participation de Pepe à la finale contre l'Atletico Madrid.

Le joueur de 31 ans s'est blessé lors du match nul concédé mercredi à Valladolid (1-1) en match en retard de la 34e journée du Championnat d'Espagne.

Fifa.com (09/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 18 Mai - 14:43

L'Atletico à mi-chemin d'un fabuleux doublé



Où s'arrêtera l'Atletico Madrid ? Le bolide "colchonero" est parvenu au titre samedi en Championnat d'Espagne devant les grosses cylindrées Barça et Real et sa route passe désormais par Lisbonne, où il peut atteindre un retentissant doublé Liga-C1 samedi prochain contre son voisin merengue.

. L'Atletico proche d'un autre "Doblete"
A peine remis de l'ivresse d'un premier titre de champion depuis 18 ans, l'Atletico de l'entraîneur Diego Simeone peut déjà voir plus grand. Après tout, lors de la saison 1995-1996, le club avait réussi le "Doblete" Liga-Coupe du Roi, avec un certain Simeone en patron du milieu de terrain "rojiblanco".

L'Argentin, nommé entraîneur fin 2011, a conduit ses joueurs à soulever quasiment tous les trophées en deux ans et demi: Europa League et Supercoupe d'Europe (2012), Coupe du Roi (2013) et donc Liga en (2014).

Outre la négligeable Supercoupe d'Espagne, il ne lui reste plus qu'à aller chercher la prestigieuse Ligue des champions samedi prochain à Lisbonne face au Real.

L'"Atleti" a déjà joué une finale de C1. C'était en 1974 et Luis Aragones et ses équipiers s'étaient inclinés (1-1 a.p., 4-0 en finale rejouée). Quarante ans plus tard, et alors que s'est éteint en février Aragones, mythique entraîneur "colchonero" et sélectionneur espagnol, le club peut enfin panser la plaie.

"Je suis sûr que Luis était là en seconde période, placé dans la surface, avec les garçons", a dit Simeone samedi après le nul (1-1) au Camp Nou, arraché malgré les sorties précoces sur blessures de Diego Costa et Arda Turan.

Pour Aragones, pour l'histoire, pour le "Doblete", reste à aller chercher la C1.

Cette semaine est un beau résumé de cette folle saison, qui a permis à l'Atletico, jadis perdant magnifique, de faire vaciller le duopole Barça-Real: les "Matelassiers" ont gagné la Liga devant Barcelone et peuvent désormais s'offrir la Ligue des champions devant la "Maison blanche".

Et les finales, les hommes de Simeone ont prouvé qu'ils savaient les gagner.

. Le Real décimé avant la "Decima" ?
Les jours passent et l'inquiétude grandit au stade Bernabeu, où les pépins physiques s'accumulent à l'approche du grand rendez-vous: une nouvelle finale de Ligue des champions et l'opportunité de décrocher enfin la "Decima", cette 10e C1 que le Real attend depuis sa dernière victoire, en 2002.

Samedi, toutes les alarmes se sont enclenchées quand Cristiano Ronaldo s'est retiré en cours d'échauffement avant le match contre l'Espanyol Barcelone. Idem lorsque le Français Karim Benzema a été remplacé après l'heure de jeu, se tenant la cuisse.

Les deux attaquants souffrent chacun d'une contracture, a expliqué l'entraîneur Carlo Ancelotti, qui s'est montré rassurant quant à leur participation à la finale.

Mais alors que le milieu Xabi Alonso sera suspendu à Lisbonne et que le défenseur Pepe souffre d'une blessure musculaire qui le rend très incertain, ces nouveaux pépins compliquent nettement la tâche de l'Italien.

. Une page se tourne au Barça
Le FC Barcelone, pour la première fois depuis 2008, achève une saison sans titre majeur. Et l'entraîneur Gerardo Martino a annoncé samedi son départ du club après seulement une saison en Catalogne.

Une sensation de gâchis domine à propos de cette équipe, qui a tout gagné ces dernières années dans le sillage de Lionel Messi mais qui, à l'image de son quadruple Ballon d'Or, a manqué d'allant aux moments décisifs.

"Cette saison se termine et beaucoup de choses se terminent", a résumé Andres Iniesta samedi soir.

Sans Martino, sans le capitaine Carles Puyol et le gardien Victor Valdes, partants, le Barça va devoir remodeler en profondeur son effectif. Ce sera peut-être avec l'entraîneur Luis Enrique, donné favori par la presse pour succéder à Martino.

Il faudra que le nouvel arrivant résolve une équation compliquée: garder le brillant jeu de passes forgé par Pep Guardiola (2008-2012) mais le rendre à nouveau redoutable. Vaste programme.

Fifa.com (18/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 20 Mai - 13:07

Costa incertain à Lisbonne



L'attaquant de l'Atletico Madrid Diego Costa, sorti en cours de match samedi, souffre à nouveau d'une "blessure musculaire" à la cuisse droite, a annoncé lundi son club, ce qui le rend très incertain pour la finale de la Ligue des champions samedi à Lisbonne.

"Diego Costa souffre d'une blessure musculaire de niveau 1 au muscle biceps fémoral de la face postérieure de la cuisse droite", écrit le club sur son compte Twitter, précisant que sa présence face au Real Madrid samedi soir dépendrait de l'évolution de la blessure.

C'est un nouveau coup dur pour l'attaquant hispano-brésilien, déjà victime d'une blessure similaire il y a dix jours juste avant le match contre Malaga en Championnat d'Espagne (1-1).

Tout juste de retour samedi dernier, il a été contraint de céder sa place au bout de seulement 15 minutes de jeu sur la pelouse du FC Barcelone, assistant depuis le banc de touche au triomphe de l'Atletico Madrid, sacré champion d'Espagne.

Selon le site internet du quotidien sportif As, Costa souffre d'une déchirure musculaire qui pourrait lui valoir deux semaines d'absence. Si cette durée était confirmée, elle priverait l'attaquant de 25 ans de la finale de C1 mais pas de la Coupe du monde au Brésil, où il est pressenti dans le groupe des 23 de l'équipe d'Espagne.

L'entraîneur "colchonero" Diego Simeone n'a toutefois pas exclu que son avant-centre puisse jouer à Lisbonne. "Nous commençons juste la semaine, nous n'allons pas anticiper en décidant dès maintenant. Ce serait très tôt à l'approche d'un match important", a dit le technicien argentin en conférence de presse. "Je suis convaincu que c'est un match qu'on ne peut pas jouer en étant à 80%", a-t-il néanmoins prévenu.

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 20 Mai - 15:39

Atlético - Simeone : "Tourner la page de la Liga"



L'Atletico Madrid, sacré samedi champion d'Espagne, ne peut pas se reposer sur ses lauriers et doit "tourner la page" pour se reconcentrer sur la finale de la Ligue des champions contre le Real samedi à Lisbonne, a estimé lundi son entraîneur argentin Diego Simeone.

Le titre de champion obtenu ce week-end vous donne-t-il davantage d'assurance pour la finale de samedi ?
Je l'ai toujours dit, gagner est toujours le mieux. Mais maintenant, il faut tourner la page. Nous avons plusieurs jours devant nous pour bien travailler, en sachant que nous allons affronter une équipe très puissante (...) Nous devons être à 100% de notre concentration et je suis sûr que les joueurs répondront présent, comme ils l'ont toujours fait dans les rendez-vous les plus difficiles. En football, c'est toujours la dernière chose que tu fais qui compte. Nous sommes contents de ce que nous avons fait mais les joueurs seront jugés sur ce qu'il leur reste à faire. Ils sont déjà entrés dans l'histoire. (A titre personnel) je suis très content d'être où je suis, il y a eu une très belle progression. Nous avons gagné la Liga et le club reste en croissance. Si nous gardons une équipe compétitive nous allons batailler avec les meilleurs. Je serai encore là l'an prochain.

Laquelle des deux équipes est-elle favorite pour ce match? Le Real, habitué de la C1, ou l'Atletico et sa dynamique actuelle ?
En termes de pourcentages, c'est 50-50. Ils ont de meilleurs joueurs individuellement. Nous arrivons avec une motivation importante et eux avec un désir important. Ce sera un match très équilibré. Le milieu du terrain sera déterminant (...) Notre motivation vient de notre maillot. La motivation de ce club, c'est de jouer ici, et non pas contre qui nous jouons. Je ne crois pas que (jouer contre le Real) nous motive davantage. Jouer une finale en soi est motivant, peu importe l'adversaire. Il faut arriver fort, en s'éloignant des choses qui peuvent nous trotter dans la tête.

Préférez-vous que la star du Real Cristiano Ronaldo, incertain, ne puisse pas jouer? Craignez-vous également un joueur comme Karim Benzema ?
"Je ne veux pas m'arrêter à penser à l'adversaire. Je prépare toujours les matches comme si les meilleurs joueurs d'en face allaient jouer et Ronaldo et l'un d'entre eux. Le Real a beaucoup progressé en tant qu'équipe et Benzema a été très important. Il fait le lien entre les lignes, il est bon face au but, il travaille, il est très dangereux. Nous verrons quel système ils utilisent, 4-3-3 ou 4-4-2, mais dans tous les cas Benzema est un joueur très important pour eux.

Fifa.com (19/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 20 Mai - 15:56

Morientes : "Le sommet d'un palmarès"



Il compte à son palmarès trois Ligues des champions de l'UEFA remportées sous le maillot du Real Madrid, qu'il a porté pendant sept saisons. Ce sont d'ailleurs les trois dernières à avoir garni la vitrine de la Maison blanche en 1998, 2000 et 2002. Il a décroché un quatrième titre avec Liverpool en 2005, sans toutefois fouler la pelouse. La pression était cependant bien présente, même dans les gradins. Nous avons rencontré l'ancien attaquant Fernando Morientes, qui entraîne aujourd'hui les jeunes du Real, pour évoquer la finale qui verra s'affronter à Lisbonne les deux formations phares de la capitale espagnole : le Real Madrid et l'Atlético de Madrid.

Morientes ne sait pas encore s'il se rendra à Lisbonne pour assister à la rencontre. Il se décidera à la dernière minute. À présent simple supporter, la pression est nettement moindre. "Un supporter vit les rencontres beaucoup plus sereinement qu'un joueur", sourit-il au micro de FIFA.com. "Il ne ressent pas la pression qui pèse sur les épaules des joueurs, celle qui leur impose de faire des résultats pour se sentir valorisés et se lever le lendemain matin avec le sentiment du devoir accompli. Aujourd'hui, plus rien ne dépend de nous".

Tout dépendra en l'occurrence de Diego Simeone, de Carlo Ancelotti et de leurs troupes. "Si on cherche les joueurs qui peuvent faire la différence dans ce match, on pense immédiatement aux attaquants : Cristiano Ronaldo ou Diego Costa peuvent faire basculer une rencontre à tout moment", estime l'Espagnol, même si le buteur de l'Atlético doit finalement déclarer forfait sur blessure. "Il ne faut pourtant pas négliger l'apport de leurs équipiers. Au Real, Sergio Ramos et Pepe sont indispensables en défense et sont en grande forme actuellement. À l'Atlético, je pointerais le milieu de terrain, avec Gabi et Arda Turan, des joueurs qui ont parfaitement équilibré le jeu des rouges et blancs", ajoute-t-il, même si le Turc est toujours incertain.

Alonso indispensable, Casillas déterminant
Il faudra aussi tenir compte des absents. Xabi Alonso, suspendu, en fait partie. "Il apporte une grande stabilité à l'équipe. C'est le moteur du Real. Son absence se fera sentir car c'est un élément indispensable", regrette l'ancien attaquant, qui a aussi défendu les couleurs de Saragosse, Monaco, Valence et l'Olympique de Marseille.

Il y a un an, le gardien Iker Casillas semblait lui aussi indispensable. Malgré son statut de remplaçant en Liga, il défendra les filets du Real lors de la finale. "Ça m'étonne de ne pas le voir sur le terrain", assure son ancien coéquipier merengue. "En plus de ses qualités, il possède ce petit brin de chance nécessaire, mais tout le reste, il le doit à son travail, ses efforts et son énorme expérience. C'est un joueur déterminant dans les moments décisifs."

Dans son costume d'entraîneur, Morientes fait preuve de beaucoup d'empathie envers ses confrères et n'hésite pas à considérer Simeone comme l'une des clés du succès des Colchoneros : "Il a beaucoup de mérite parce qu'il a amené de la stabilité au club. Il est parvenu à transmettre les valeurs qu'il défendait en tant que joueur et à faire en sorte que ses joueurs soient capables de les appliquer sur la pelouse. L'Atlético est une équipe coriace et très difficile à battre. C'est la philosophie de Simeone."

Sur l'autre banc, Ancelotti a déjà remporté la Coupe du Roi lors de sa première saison aux commandes du Real. "Il a apporté la sérénité dont le club avait besoin après une période relativement confuse concernant le staff technique", ajoute Morientes, qui a participé aux éditions 1998 et 2002 de la Coupe du Monde de la FIFA™. L'Italien était sur le banc de l'AC Milan lors de la défaite en finale de la Ligue des champions 2005 face à Liverpool. El Moro, prêté par le Real, faisait partie de l'effectif des Reds mais n'a pas pu participer à la campagne avec les Anglais parce qu'il avait joué les tours précédents avec Madrid. "Ça a été le point négatif mais d'un autre côté, j'ai eu la chance de pouvoir admirer la ferveur des fans de Liverpool après tant d'années sans remporter ce trophée", raconte lancien buteur de 38 ans raconte. "Le fait d'être sacré loin du Real Madrid a également été une expérience positive".

Au sommet d'un palmarès
Fernando se souvient en riant : "J'étais dans la tribune et je ne voulais pas regarder. Remonter de 3:0 à 3:3, puis la séance des tirs au but… Je fermais les yeux parce je ne pensais pas qu'on pouvait gagner. Du coup, j'ai raté le show de Dudek mais je l'ai regardé ensuite plusieurs fois à la télévision !", poursuit Morientes qui, s'il a vécu cette finale en retraitil a pleinement participé aux trois autres sacres conquis sous le maillot merengue. "La victoire la plus spéciale pour moi a été la première, le septième titre du Real Madrid, à Amsterdam, contre la Juventus : cela faisait 32 ans que le tournoi échappait au Real, nous ne partions pas favoris, nous n'étions pas au mieux en championnat… La Ligue des champions a vraiment apaisé toutes les blessures de cette époque".

Trente-deux années de disette qui avaient forcément provoqué une certaine nervosité chez les supporters madrilènes. Aujourd'hui, cette nervosité est de nouveau palpable, aussi bien au Real, qui peut décrocher son dixième titre, que dans les rangs de l'Atlético, qui n'a plus disputé de finale de Ligue des champions depuis 40 ans. L'ancien champion Morientes a-t-il un conseil à donner ? "Cette nervosité touche plus l'entourage du club que l'équipe. Les joueurs se montrent plus sereins et professionnels. Il faut toutefois essayer de faire abstraction de cette pression extérieure et se concentrer sur les entraînements", confie l'attaquant, qui a pris sa retraite en 2010.

Sans pression mais avec une idée à garder en tête : "Une Ligue des champions figure au sommet d'un palmarès", conclut Morientes, qu ien compte trois à son tableau de chasse.

Fifa.com (20/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 20 Mai - 19:21

Real - Ronaldo et Bale joueront, Benzema incertain



Cristiano Ronaldo et Gareth Bale (Real Madrid), joueront la finale de la Ligue des Champions, samedi à Lisbonne face à l'Atletico Madrid, a annoncé mardi leur entraîneur Carlo Ancelotti, qui a des doutes sur Karim Benzema, blessé.

Bale, tout comme Benzema et le défenseur portugais Pepe, ne se sont pas entraînés avec le reste de l'équipe mardi, tandis que Cristiano Ronaldo a effectué un travail individuel avec un kinésithérapeute.

Ancelotti s'est dit cependant convaincu que Bale et Ronaldo seraient prêts pour le coup d'envoi du match.

"Bale ne s'est pas entraîné parce qu'il a fait un travail individuel au gymnase. Nous avons préféré cela plutôt qu'il sorte sur le terrain," a assuré l'entraîneur en conférence de presse.

"Tous les deux vont jouer. C'est cela l'important pour nous", a ajouté Ancelotti.

Cristiano Ronaldo a lui-même affirmé qu'il serait au rendez-vous dans son pays natal pour le choc au sommet entre les deux clubs madrilènes.

"Ces choses là peuvent arriver. Nous nous entraînons tous les jours et nous jouons tous les week-ends, et aussi en semaine. Il est normal que parfois le corps réagisse de manière négative. Je n'ai pas eu de chance et des petits problèmes en fin de saison, mais c'est normal", a ajouté l'attaquant portugais.

Ronaldo avait renoncé samedi au match de championnat contre l'Espanyol Barcelone pendant l'échauffement, après avoir ressenti une douleur à la cuisse, une même douleur qui l'avait déjà contraint au forfait contre le Celta Vigo une semaine plutôt.

"Tous, nous avons des problèmes, des blessures. Cela peut arriver mais le plus important, c'est que je me sens bien. Je suis sûr que samedi, je serai au meilleur niveau", a-t-il promis.

Bale a aussi souligné que son absence mardi n'avait rien d'inquiétant.

"Evidemment, je n'ai pas joué pendant deux matchs avant le week-end et j'ai dû faire un peu de travail de récupération", a expliqué le Gallois. "Il est assez normal de manquer un jour pendant la semaine et il en reste quatre avant la finale".

Ancelotti s'est montré moins confiant sur le sort de Benzema, qui avait cédé sa place sur blessure aux adducteurs samedi face à l'Espanyol, et de Pepe, blessé il y a deux semaines.

"Benzema et Pepe sont les deux seuls joueurs sur lesquels nous avons des doutes. Pour le moment, je ne suis ni pessimiste, ni optimiste. Il nous reste quatre jours pour prendre la décision finale", a dit l'entraîneur.

Fifa.com (20/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mar 20 Mai - 19:23

Real - Ancelotti : "Entrer dans l'histoire du club"



Si l'Atletico Madrid peut compter sur "l'euphorie" de sa victoire en Championnat d'Espagne, le Real espère réussir à briser son jeu compact pour remporter, enfin, sa dixième Ligue des champions samedi à Lisbonne et entrer ainsi "dans l'histoire du club", a estimé mardi son entraîneur, Carlo Ancelotti.

Y-a-t-il un favori pour la finale de samedi? Le titre de champion obtenu ce weekend par votre rival lui donne-t-il un avantage?
Comme pour toutes les finales, ce sera un match équilibré. Il se peut que l'Atletico, après sa victoire en Championnat, soit dans un moment d'euphorie mais nous, nous avons espoir de gagner cette compétition car jusqu'à maintenant, nous avons fourni un bon travail en Ligue des champions. Les bonnes nouvelles peuvent leur donner plus envie, plus d'espoir, il est possible que cela leur donne plus d'énergie mais je ne pense pas que cela puisse changer l'issue du match. Notre objectif en début de saison était d'arriver jusqu'en finale. Beaucoup d'équipes devront la regarder à la télévision. Nous avons la chance de la jouer.

Préféreriez-vous que les stars de l'Atletico, Arda Turan et Diego Costa, incertains, ne jouent pas?
Sincèrement, ce sont deux joueurs très importants mais cela ne changerait pas la force de cette équipe, qui a très souvent fait des matchs fantastiques sans Costa et sans Turan. L'Atletico est forte en tant qu'équipe et non en tant que groupe d'individus. Nous allons jouer contre une équipe très solide, qui travaille très bien ensemble. Il n'y a pas de secret pour ce match. Nous avons joué quatre fois contre eux cette saison et nos deux équipes se connaissent très bien. Nous n'allons pas tenter de bloquer l'adversaire. C'est une équipe très compacte même lorsqu'elle attaque. Il nous faudra trouver des solutions.

L'obsession, la pression pour remporter la dixième Ligue des champions, palpable chez les supporteurs, entre-t-elle jusque dans les vestiaires?
Ce n'est pas une obsession, c'est une grande motivation, une énorme opportunité pour nous tous qui travaillons ici, qui avons commencé à travailler ici en début de saison avec la motivation d'arriver en finale pour tenter de remporter la Dixième. Nous avons l'immense opportunité d'entrer dans l'histoire du club. Nous allons employer toute notre énergie pour y parvenir. La première chose à faire, c'est être serein. C'est la septième finale que je vais disputer. Je suis fier d'être en finale avec le Real Madrid. Je suis heureux et je ne sens pas la pression.

Fifa.com (20/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Mer 21 Mai - 17:51

Tranquille Carletto contre fougueux Cholo



Samedi à Lisbonne, la finale 100% madrilène de la Ligue des Champions mettra aussi aux prises deux entraîneurs aux caractères opposés, le placide Carlo Ancelotti, qui a su ramener le calme au Real, et l'impétueux Diego Simeone qui a fait renaître la passion à l'Atletico.

Carlo Ancelotti, 54 ans, vivra samedi au Stade da Luz sa quatrième finale de Ligue des Champions en tant qu'entraîneur. Il en a remporté deux (2003 et 2007) et en a perdu une (2005), toujours avec l'AC Milan. Sur le banc d'à côté, ou plutôt devant puisqu'il ne tient pas en place, Diego Simeone, 44 ans, vivra lui sa première expérience à ce niveau, même s'il a remporté avec l'Atletico l'Europa League en 2012.

Leur expérience est donc incomparable et, en dehors de leur passé de milieux défensifs, les deux hommes n'ont d'ailleurs pas grand-chose de commun. Arrivé l'été dernier en provenance du Paris SG, Ancelotti avait pour mission principale de ramener la sérénité au sein de la "Maison Blanche" après trois saisons de furie Mourinho. "Je ne pense pas que le Real Madrid ait besoin d'un pacificateur", avait pourtant affirmé l'Italien lors de sa première conférence de presse madrilène.

Avec sa placidité, sa maîtrise rapide de l'espagnol, son humour et l'incroyable mobilité de son sourcil gauche, "il mister" s'est en tous cas très vite installé dans la fonction, gérant sans difficulté l'intégration d'un joueur à 100 millions d'euros (Bale) et assumant le choix de laisser Casillas sur le banc en Liga. D'un point de vue sportif, sa première saison madrilène est plus difficile à évaluer malgré la victoire en Coupe du Roi.

En championnat, les Merengue ont marqué beaucoup de buts, ce qui était une promesse de "Carletto" à sa prise de fonction, mais ils ont laissé filer le titre et finir 3e ne peut pas être satisfaisant pour un club comme le Real. Pourtant, tout sera oublié si Ancelotti est celui qui ramène "la decima", la fameuse 10e C1 du Real, sur la Plaza de Cibeles.

Le "cholismo"
Pour cela, il faudra donc battre l'Atletico, sacré champion samedi et transfiguré depuis l'arrivée aux commandes de Simeone en décembre 2011. Simeone, champion avec les rouge et blanc comme joueur puis comme entraîneur, "a été capable de transmettre au groupe ce que signifie l'Atletico", expliquait en 2012 Gabi, le capitaine des Colchoneros. Ce que signifie l'Atletico pour "El Cholo", c'est un mélange de rigueur, de hargne et de sueur, un cocktail baptisé "cholismo" par les médias espagnols.

Le joueur (106 sélections avec l'Argentine) était un meneur d'hommes et un guerrier. L'entraîneur est le même, qui promet de la sueur et du combat et qui veut que ses hommes jouent "le couteau entre les dents". "Il faut féliciter les mères des joueurs car aujourd'hui, vu comment ils ont joué, ils ont montré qu'ils avaient des couilles", avait-il ainsi lâché après la qualification pour la finale décrochée à Stamford Bridge face à Chelsea.

Mais le talent de Simeone, sans cesse en mouvement devant son banc, bondissant et alpaguant, va au-delà de l'exaltation des valeurs guerrières et de la virilité de ses joueurs. Derrière son look de gangster soigné, cheveux gominé et costume noir cintré, fine cravate, Simeone cache un très habile tacticien. Invaincu cette saison en Ligue des Champions, son Atletico est un bloc sans faille et remarquablement organisé.

"Son équipe a les caractéristiques qu'il avait en tant que joueur. Tactiquement elle est parfaite, elle est très concentrée et elle a beaucoup de caractère", a résumé un spécialiste. Son nom ? Carlo Ancelotti.

Fifa.com (21/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 22 Mai - 19:29

Real - De 2002 à 2014, de Zidane à Zidane 



De 2002 à 2014, l'histoire récente des finales de Ligue des Champions du Real Madrid est marquée par la présence de Zinedine Zidane, joueur puis entraîneur-adjoint et trait d'union entre deux équipes et deux époques.

La dernière finale de C1 disputée par le grand club espagnol remonte maintenant à 12 ans, une époque où Zidane, N.5 sur le dos, était le meneur de jeu du Real.

Depuis cette date, les grands joueurs et les grands coaches se sont succédés au Real mais jusqu'à cette saison, les Merengue n'étaient plus parvenus à se hisser jusqu'à la finale.

Samedi à Lisbonne, Zidane sera encore là côté Real, mais dans le rôle et le costume de l'adjoint de l'entraîneur Carlo Ancelotti. L'ancien N.10 des Bleus portera-t-il chance au Real, en quête de sa dixième Ligue des Champions ?

La neuvième, décrochée en 2002 à Glasgow face au Bayer Leverkusen (2-1), doit en tous cas beaucoup à Zidane, alors au sommet de son art et auteur ce jour-là d'un but inoubliable.

"On peut rester indéfiniment à l'entraînement pour tout préparer. Mais il peut toujours arriver quelque chose de spécial, pour lequel on ne peut rien prévoir. Dans notre cas, ça a été le but de Zidane", dira ensuite l'entraîneur de Leverkusen Klaus Toppmöller.

Ce but, Zidane l'a marqué de volée, en lucarne, depuis l'entrée de la surface de réparation et de son (théoriquement) mauvais pied, le gauche, qui lui a pourtant servi à marquer quelques-uns de ses plus beaux buts.

Surtout, il avait su par sa précision technique et son impeccable équilibre transformer en pure beauté un épouvantable ballon en cloche balancé de la gauche par Roberto Carlos. "Il m'a jeté une pierre", plaisantera ensuite le Français.

Mais depuis, rien. Club le plus titré en C1 (neuf titres sur 12 finales disputées), le Real n'avait plus retrouvé ces hauteurs.

Charisme et personnalité
Alors, retrouver samedi Zidane sur le banc pour cette nouvelle finale peut apparaître comme un signe pour les supporters de la "Maison Blanche".

D'abord conseiller sportif du président Florentino Pérez puis directeur sportif du Real, Zidane s'est en effet considérablement rapproché du terrain cette saison avec un rôle d'adjoint d'Ancelotti loin d'être symbolique pour celui qui ne cache plus ses envies d'entraîner au plus haut niveau.

"Il est en train d'apprendre le travail d'entraîneur. Il est consciencieux, il a le charisme et la personnalité nécessaires pour cela. Il est en train d'apprendre comment programmer les entraînements, comment parler aux joueurs, comment les motiver. Par conséquent, je crois qu'il est prêt à entraîner n'importe quelle équipe", a déclaré Ancelotti la semaine dernière.

En janvier, le technicien italien avait donné un peu plus de détails sur le travail de son adjoint.

"Zidane effectue parfois un travail individuel avec les joueurs. Il intervient à l'entraînement pour prendre du temps avec les attaquants, leur donner des conseils pour se démarquer", avait-il dit.

On a aussi souvent vu cette saison Benzema courir jusqu'au banc de touche pour se jeter dans les bras de son compatriote, qui a su lui rendre confiance quand il traversait une période compliquée en Bleu.

Et en cas de succès samedi, c'est toute l'aficion du Real qui serait reconnaissante à Zidane pour un nouveau triomphe. L'intéressé, lui, pourrait partir l'esprit tranquille, à Bordeaux ou ailleurs, apprendre le métier d'entraîneur. Pour viser, encore, la Ligue des Champions.

Fifa.com (22/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 22 Mai - 19:34

Koke, rejeton de l'Atlético et héritier de Xavi



Formé à l'Atlético, Koke est devenu à seulement 22 ans un rouage indispensable de son équipe de coeur, qualifiée pour la finale de Ligue des champions contre le Real samedi à Lisbonne, au point que le meneur barcelonais Xavi l'a adoubé comme son héritier en sélection espagnole.

Jorge Resurreccion "Koke" n'a pas perdu de temps: vainqueur de l'Europa League à 20 ans, de la Coupe du Roi à 21 ans et du Championnat d'Espagne samedi dernier sur la pelouse du FC Barcelone, ce pur "Colchonero" a l'opportunité samedi soir de décrocher aussi la C1 aux dépens du Real Madrid.

Cette précocité n'est pas étonnante, tant le milieu de terrain international espagnol (7 sélections) rayonne sur le terrain: c'est un caméléon, capable de jouer indifféremment meneur, milieu offensif excentré ou milieu défensif.

"C'est une pièce extrêmement importante de l'Atlético", résume son entraîneur Diego Simeone, qui en a fait un de ses hommes de base.

Il lui a notamment confié la charge de tirer les coups de pieds arrêtés et Koke est devenu le meilleur passeur de l'"Atleti" cette saison, avec 17 passes décisives toutes compétitions confondues. Sa dernière en date, sur un corner samedi en Liga, a permis à Diego Godin de marquer de la tête le but du titre (1-1).

'Il a tout'
"Koke est un footballeur extraordinaire", a estimé début avril Xavi Hernandez, meneur de jeu de l'Espagne et du Barça. "Il a tout. Il a le talent, le physique, c'est un footballeur pour le présent et pour l'avenir. Il est appelé à être à la baguette en sélection pour les 10 prochaines années", a souligné le Catalan, admiratif.

Xavi sait de quoi il parle: il a affronté l'Atlético de Koke à six reprises cette saison et les Madrilènes n'ont pas perdu une seule fois. C'est d'ailleurs un but du jeune milieu en quart de finale retour de Ligue des champions qui a éliminé le Barça au stade Vicente-Calderon (1-0).

Un tel éloge, venant d'un joueur aussi emblématique que Xavi ferait tourner bien des têtes, mais les rumeurs de transfert vers plusieurs grands clubs européens, comme Manchester United, laissent Koke de marbre: "Pour l'instant je ne pense pas du tout à partir. Je suis heureux à la maison", a-t-il rappelé le mois dernier.

Car le jeune milieu (1,78 m, 74 kg) n'affiche qu'une seule ambition: briller avec l'Atlético, son club de toujours, lui qui est né à Madrid et a grandi dans le quartier de Vallecas.

Interim en latéral droit
"Être de l'Atlético, c'est être fier de ton équipe, explique-t-il. C'est être fier de tes joueurs parce que chaque fois qu'ils sont sur le terrain, ils donnent tout et on ne peut rien leur demander de plus."

Koke est un mélange réussi entre cette culture de l'engagement physique de l'Atlético et celle du "toque", le jeu de passes léché pratiqué au Barça ou en sélection espagnole.

"Je n'ai pas de problème pour interpréter l'une ou l'autre, a-t-il dit dans un entretien à El Pais. Avec l'Atlético on joue plus directement, avec plus de travail défensif et en guettant la contre-attaque. Mais je suis allé dès 15 ans dans les sélections de jeunes (de l'Espagne, ndlr) et on t'apprend à avoir la possession et à rechercher des espaces grâce à la circulation de balle".

Adaptable, il n'a pas eu de problème non plus à dépanner dans une position inhabituelle de latéral droit avec la sélection en Finlande lors des qualifications pour le Mondial-2014 (2-0). Et son talent comme son esprit de sacrifice lui vaudront sans doute d'être au Brésil ce été.

Un joueur complet, donc, qui peut compléter samedi son palmarès déjà fourni avec une Ligue des champions. Et Koke, de "l'Atleti", ne pouvait pas rêver d'une plus belle finale que face au Real.

Fifa.com (22/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 22 Mai - 20:35

Real - Atlético : cinq matches dans le match



Pour la première fois dans l'histoire de la Ligue des champions de l'UEFA, la finale mettra aux prises deux clubs de la même ville, le Real Madrid et l'Atlético de Madrid. Avec neuf sacres européens à son actif, l'ogre merengue est un monument de la compétition. Quant aux Colchoneros, qui disputeront leur deuxième finale, ils représentent l'espoir de voir une équipe décrocher le graal à force de travail et de sacrifices.

Avant la grande finale de Lisbonne ce 24 mai, qui verra la meilleure attaque - celle du Real - défier la meilleure défense - celle de l'Atleti -, FIFA.com aborde le duel sous l'angle de face-à-face avec les grandes figures des grandes équipes.

Carlo Ancelotti - Diego Simeone
Joueurs, ils excellaient dans l'entrejeu. Devenus entraîneurs, ils présentent plusieurs points communs malgré des bagages bien différents : leur capacité d'écoute, leur acuité tactique et leur recours au contre comme arme principale. Ancelotti a bâti une équipe qui aspire à contrôler la possession de balle mais dont la plus grande force reste la vitesse de ses attaquants. Quant à Simeone, il aime voir son équipe étouffer son adversaire au moyen d'un pressing intense pour récupérer le ballon et partir en contre-attaque.

Expert dans la gestion d'effectifs à forte concentration de stars, l'Italien a déjà gagné la Ligue des champions de l'UEFA en tant que joueur en 1989 et 1990, et qu'entraîneur, en 2003 et 2007, avec l'AC Milan. Cette expérience lui a servi à guider le Real vers une nouvelle finale continentale, 12 ans après sa dernière participation. Pour sa première saison sur le banc madrilène, il a remporté la Copa del Rey face au FC Barcelone, mais son grand objectif est d'offrir à la Casa Blanca un dixième trophée continental qu'elle attend impatiemment.

Simeone était déjà une idole à l'Atlético depuis le doublé Liga - Copa del Rey auquel il avait participé en tant que joueur en 1996. Il a alimenté son aura au cours de ses trois années passées sur le banc rojiblanco en conquérant l'UEFA Europa League, la Supercoupe d'Europe, la Copa del Rey - face au Real en 2013 - et, tout dernièrement, la Liga 2013/14. Quarante ans après sa première et unique participation à la finale de la Coupe d'Europe, qu'il avait perdue face au Bayern Munich (1:1 et 4:0), le club colchonero compte sur El Cholo pour lui rapporter un premier trophée européen suprême.

Iker Casillas - Thibaut Courtois
Casillas, 33 ans, légende vivante du football espagnol. Courtois, 22 ans, admirateur déclaré du capitaine merengue, l'un des meilleurs gardiens du moment. Le football est fait de paradoxes. C'est ainsi que le jeune Belge est considéré comme un pilier indiscutable de son équipe, tandis que le vétéran a dû se contenter d'un rôle de remplaçant en Liga, et a dû se battre pour sa place en Copa del Rey et en Ligue des champions. En quart, San Iker a évité le pire à son équipe à Dortmund (2:0) et en demi-finale aller, son intervention face à Mario Goetze contre le Bayern Munich (1:0) a permis au Real de se rendre en Bavière avec plus de sérénité. Si l'Atlético est le seul club invaincu de cette édition, il le doit certainement aux prestations exceptionnelles de Courtois, qui n'a pris que six buts en 11 matches, contre neuf en 12 rencontres pour son aîné.

Sergio Ramos - Diego Godín
Leaders naturels sur et en dehors du terrain, les deux hommes constituent un plus pour l'arrière-garde des Blancos et des Colchoneros. Ramos a été le héros du Real à Munich en inscrivant deux buts de la tête qui ont terrassé le Bayern (0:4). L'Andalou s'est montré rayonnant lors des dix matches européens qu'il a disputés, combinant vitesse, solidité et intelligence balle au pied, avec plus de 83 % de passes réussies. Quant à Godín, il incarne la défense intraitable de l'Atlético. L'Uruguayen a su imposer son physique pour neutraliser des attaquants de la trempe de Jackson Martínez, Mario Balotelli, Lionel Messi ou Samuel Eto’o. Son but face au FC Porto a initié le come-back de son équipe (1:2), qui a ainsi pu conforter sa pole position dans le Groupe G.

Luka Modric - Arda Turan
Les deux hommes sont des générateurs de brèches dans l'entrejeu. Pour sa deuxième saison à la Casa blanca, le Croate a littéralement explosé, s'affirmant comme le complément idéal à Xabi Alonso. Quant à Turan, pour son troisième exercice à Vicente Calderón, il a franchi un cap, comme le lui demandait Simeone. Les deux créateurs savent aussi se sacrifier et se replier si l'équipe en a besoin. Modric a fait preuve d'une grande assurance dans ses passes, dont 85 % ont trouvé leur destinataire. Outre son but face à Copenhague, ses passes décisives face au Borussia et au Bayern ont été capitales. Turan a davantage brillé à la finition avec quatre buts, tous décisifs, car ils ont soit offert la victoire à son équipe, comme à Porto, soit apporté de la sérénité aux troupes colchoneras, comme face à Chelsea, soit tiré son club de mauvais draps, comme face au Zénith Saint-Pétersbourg ou à l'AC Milan.

Cristiano Ronaldo - David Villa
La grande star du Real Madrid face à l'unique joueur rojiblanco à avoir déjà marqué et triomphé en finale de la Ligue des champions de l'UEFA, en 2011 avec le Barça. Cristiano Ronaldo a inscrit 16 buts dans la compétition, ce qui fait de lui le recordman de réalisations sur une même édition. Son absence sur blessure à Dortmund a bien failli coûter cher à son équipe, battue 2:0. Du côté de l'Atleti, le forfait quasi-certain de Diego Costa, meilleur buteur de son équipe avec huit unités en autant de rencontres, reporte les responsabilités à la finition sur les épaules de David Villa. Si El Guaje n'a pas encore fait trembler les filets dans cette Ligue des champions, son expérience et son parcours parlent d'eux-mêmes.

Avec tous ces ingrédients, la finale de l'Estadio da Luz promet d'être inoubliable.

Fifa.com (22/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Ven 23 Mai - 18:30

Decima pour le Real ou primera pour l'Atlético ?



La Ligue des Champions partira à Madrid samedi après la finale de Lisbonne, qui verra pour la première fois s'affronter deux clubs de la même ville, le Real, obsédé par sa quête d'un 10e titre, et l'Atlético, qui vise un invraisemblable doublé.

La joie et la détresse seront immenses samedi soir dans la capitale espagnole, que ce soit autour de la fontaine de Cibeles, rendez-vous des supporteurs du Real les soirs de triomphe, ou de celle de Neptune, 500 mètres plus loin, où se retrouvent les fans de l'Atlético.

Mais la fête va commencer dès vendredi à Lisbonne, où on attend autour de 120.000 Espagnols, bien plus que ce que pourrait en accueillir le stade da Luz et ses 65.000 places.

L'année dernière à Londres, la finale 100% allemande entre le Bayern Munich et le Borussia Dortmund avait été un sommet de jeu et d'ambiance.

Celle de cette saison, 100% madrilène, lui ressemble un peu avec son géant du jeu, le Real, qui s'avance en léger favori, face à un Atlético outsider malgré son titre de champion d'Espagne tout neuf.

Le Real est le champion de la C1. Il en a été le premier vainqueur et il est de loin le recordman des titres avec ses neuf sacres. Mais le dernier remonte à 2002 et une soirée inoubliable à Glasgow, où Zidane avait transformé en or une passe en plomb de Roberto Carlos et où avait débuté la canonisation de Casillas en San Iker.

Un match pour Ronaldo
Depuis, dix entraîneurs dont certains des plus grands (Capello, Pellegrini, Mourinho...) s'y sont cassé les dents et le Real n'est plus revenu en finale.

Carlo Ancelotti le sait donc parfaitement, sa décevante 3e place en Liga sera immédiatement et totalement oubliée s'il ramène cette fameuse "decima", véritable obsession du madridisme.

"Nous avons l'immense opportunité d'entrer dans l'histoire du club. Nous allons employer toute notre énergie pour y parvenir. La première chose à faire, c'est être serein", a d'ailleurs déclaré le technicien italien, qui a soulevé cette coupe deux fois comme joueur et deux fois comme entraîneur.

Le Real s'avance toutefois avec quelques soucis. Xabi Alonso est suspendu, Pepe est très incertain et Benzema et Ronaldo ont dû gérer des petits pépins physiques.

Mais les deux devraient jouer et cette finale pourrait être celle de l'attaquant portugais, qui a débuté en professionnel au Sporting, dont le stade José Alvalade est à quelques centaines de mètres à peine du stade da Luz.

Le Ballon d'Or de l'attaquant du Real Madrid ne fait plus beaucoup de débat mais avec une deuxième Ligue des Champions, il mettrait tout le monde d'accord et pourrait regarder Lionel Messi d'un peu plus haut avant le Mondial.

Avec Costa ?
Face à lui, le Real retrouve pour la cinquième fois cette saison son voisin de l'Atlético, qui vise pour sa part une première Ligue des Champions et un incroyable doublé Liga-C1.

Après avoir renversé les deux grands d'Espagne, Real et Barça, en championnat, et sorti les Catalans en quart de la C1, les "Colchoneros" peuvent-ils reproduire l'exploit ?

Invaincu cette saison en C1, l'Atlético de Diego Simeone est en tous cas à un match d'un des plus retentissants exploits de ces dernières années dans le football européen.

Nommé fin 2011, le technicien argentin a déjà remporté l'Europa League et la Supercoupe d'Europe (2012), la Coupe du Roi (2013) et donc la Liga.

La Ligue des Champions permettrait en plus au club rojiblanco d'oublier le traumatisme de sa finale perdue en 1974 face au Bayern Munich (1-1 a.p., 4-0 en finale rejouée). L'Atlético comptait alors dans ses rangs Luis Aragones, buteur de la 1re finale contre le Bayern et devenu la saison suivante entraîneur des "Colchoneros", à qui le club rendra hommage samedi après son décès en février.

Comme d'habitude, "El Cholo" et ses hommes miseront tout sur une solidarité, une hargne et une science tactique au-dessus de la moyenne.

Mais ils auraient aussi bien besoin du talent de l'attaquant hispano-brésilien Diego Costa, soigné cette semaine à Belgrade avec du placenta de jument pour un problème à la cuisse. Sa présence samedi sur la pelouse reste très incertaine et il fera un dernier galop d'essai ce vendredi à l'entraînement.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Sam 24 Mai - 13:17

Atlético - Tiago : "Simeone est comme un dieu pour nous"



Le milieu de terrain portugais de l'Atletico Madrid Tiago a déclaré vendredi que son entraîneur Diego Simeone était "comme un dieu" pour ses joueurs, qui affronteront le Real Madrid samedi en finale de la Ligue des Champions.

"Pour nous il est comme un dieu. Il est arrivé et il a tout changé. Ce qu'il nous a dit s'est réalisé. On le suit et s'il nous dit de sauter du pont, on le fait. Il connaît parfaitement le foot", a déclaré l'ancien joueur de Chelsea et de Lyon.

"On croit en lui", a renchéri le milieu et capitaine Gabi. "Il nous a aidés à gagner et nous sommes encore là pour gagner. Il nous a fait croire en ce que nous faisons", a-t-il dit.

A propos du match de samedi, Tiago a aussi assuré que l'Atletico serait "fort". "Nous l'avons prouvé tout au long de la saison. On sera fort, on sera l'Atletico que tout le monde connaît. On sera là", a promis le Portugais.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:06


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 39 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum