Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Page 39 sur 39 Précédent  1 ... 21 ... 37, 38, 39

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Sam 24 Mai - 13:19

Atlético - Simeone : "Le poids des responsabilités"



L'entraîneur de l'Atletico Madrid, Diego Simeone, a reconnu vendredi "sentir le poids des responsabilités" avant la finale de la Ligue des Champions samedi contre le Real Madrid, "une des meilleures équipes du monde".

Diego Costa et Arda Turan sont-ils aptes à jouer ?
On va regarder. Ils se sont entraînés un peu mieux jeudi mais il faut voir comment ils se sentent. Ensuite on en discutera et on décidera en fonction de la façon dont ils se sentent, de ce que nous avons vu et de ce dont nous avons besoin.

Comment réagirez-vous s'ils sont absents ?
Ce ne sont que des noms. Ce sont des joueurs importants bien sûr, mais il y a d'autres joueurs qui savent qu'ils devront répondre présents si Costa et Turan ne jouent pas.

Est-ce qu'une finale se prépare différemment ?
Non. On travaille en fonction des besoins des joueurs, comme d'habitude. On va essayer de trouver des façons d'aller de l'avant. Nous avons été sacrés en championnat mais il y a encore du travail pour ce match unique qui nous attend. Il y a eu une grande joie après le titre. Mais après on a travaillé comme d'habitude, on a observé notre rival. On doit jouer de la même façon qu'on l'a fait jusque là.

Comment jugez-vous le chemin parcouru depuis votre arrivée à l'Atletico ?
Fantastique. On a grandi grâce au travail des joueurs. Ils m'ont donné cette opportunité de grandir. Ils ont vraiment réussi à retranscrire sur le terrain ce que l'on pense du football. Les mots ne sont jamais assez quand vous devez remercier les gens pour leur passion, leur engagement. Samedi nous aurons une grande occasion. Je sens le poids des responsabilités et j'espère que nous allons apporter de la joie à ceux qui l'attendent.

Regrettez-vous que l'on parle plus du courage de votre équipe que de ses qualités tactiques ou techniques ?
La critique existe et tout le monde peut dire ce qu'il pense. On connaît nos forces et nos faiblesses. Nous sommes compacts, bien organisés et nous interprétons bien les situations. C'est ce qui nous a mené ici. En football, on peut dominer avec la possession, par l'espace ou par la contre-attaque. C'est un jeu formidable. Toutes les options sont possibles et personne n'a la réponse.

Que pensez-vous du Real ?
C'est une équipe très complète, une des meilleures du monde. On jouera avec humilité, en sachant que l'on va affronter les meilleurs.

Des quatre matches contre le Real cette saison, lequel avez-vous le plus revu ?
Celui qu'on a gagné. Mais ce ne sera pas le même Real. C'était la sixième ou la septième journée et aujourd'hui ils sont beaucoup plus compétitifs. Leur coach cherchait encore le bon équilibre et nous, on travaillait ensemble depuis plus longtemps. C'est celui que j'ai le plus aimé mais ce ne sera pas le même samedi.

Quel est votre état d'esprit ?
Je me sens bien. Je sens la responsabilité mais je sais que ce n'est qu'un match à jouer. Je suis concentré là-dessus, aider mes joueurs à bien jouer samedi. Mais je vois bien avec cette foule que c'est un grand match.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Sam 24 Mai - 13:24

Real - Ancelotti : "J'ai des rêves en tête"



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti a reconnu vendredi avoir "des rêves en tête" avant la finale de la Ligue des Champions samedi contre l'Atletico Madrid, qui peut permettre aux Merengue de décrocher un 10e titre dans cette épreuve.

Les finales sont-elles des matches particuliers ?
Une finale est toujours une finale. On a commencé la saison en sachant qu'on visait cette 10e Ligue des Champions. On sait que c'est un moment spécial. C'est une finale, on se sent un peu plus inquiet, il y un peu plus de pression, mais c'est le propre de ce travail.

Et quel est votre état d'esprit ?
Je ne suis pas tendu, mais concentré. C'est un match majeur. Ce sont les matches ou il n'y a pas besoin de beaucoup travailler pour motiver les joueurs. J'ai des rêves en tête. Un de ceux-là est qu'on joue comme contre le Bayern Munich (1-0; 4-0 en demi-finale, ndlr). Si c'est le cas, on aura une chance de gagner. Personnellement, c'est ma septième finale. Je ne peux pas demander plus à cette épreuve. Tout le monde sait l'importance de cette compétition pour le Real Madrid. Je l'ai dit dès le premier jour, je suis là pour aider l'équipe à gagner cette coupe. Nous en sommes très proches.

Comment préparer ce genre de match ?
Ce qui compte vraiment c'est être calme, bien s'entraîner, que les joueurs aient les idées claires. Après, il faut espérer et en profiter. En 2007, j'avais dit en conférence de presse que c'était peut-être ma dernière et qu'il fallait me laisser en profiter. Ce n'était pas la dernière. Mais peut-être que celle-là va l'être.

Est-ce que vous avez des motifs d'inquiétude ?
L'imprévisible. Tout peut arriver et c'est ça qui m'inquiète. On ne peut rien faire contre ça. On travaille sur ce qu'on peut prévoir.

Cette "decima", c'est un rêve ou une obsession ?
Moi je pense que c'est un rêve. On essaie de l'atteindre.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Sam 24 Mai - 13:37

La Coupe à Madrid, mais quel Madrid ? 



La finale de la Ligue des champions mettra pour la première fois aux prises deux équipes de la même ville samedi à Lisbonne (18h45 GMT): le Real Madrid qui vise un dixième titre et son voisin l'Atletico en quête d'un formidable doublé.

Depuis 2002 et une finale remportée contre le Bayer Leverkusen sur une volée inoubliable de Zidane, le compteur du Real Madrid reste bloqué à neuf.

C'est de très loin le record de victoires en C1, mais le dixième titre, la fameuse "decima", est devenu une véritable obsession pour le club "merengue". "Tout le monde sait l'importance de cette compétition pour le Real Madrid. Je l'ai dit dès le premier jour, je suis là pour aider l'équipe à gagner cette coupe. Nous en sommes très proches", a déclaré vendredi l'entraîneur du Real Carlo Ancelotti, qui préfère parler de "rêve".

Après trois ans de tumulte sous le règne de José Mourinho, le technicien italien a ramené le calme au Real. Mais il sait bien que c'est la Coupe qui est attendue près de la fontaine de Cibeles, où les supporters du Real fêtent leurs triomphes.

A Lisbonne, où près de 120.000 Espagnols devraient arriver (le double de la capacité du stade da Luz), un autre homme sera particulièrement attendu: Cristiano Ronaldo. L'attaquant portugais a commencé sa carrière professionnelle au Sporting, dont le stade José Alvalade est à quelques centaines de mètres à peine du stade da Luz.

Avec Costa ?
FIFA Ballon d'Or en janvier, il se verrait bien décrocher une deuxième Ligue des Champions après celle de 2008 avec Manchester United avant de guider la sélection portugaise au Mondial.

Mais Ronaldo, comme Benzema et Pepe, a été gêné par des soucis physiques ces dernières semaines et ne sera peut-être pas à 100% samedi. "Cristiano n'a pas de problème. Il jouera", a tout de même tranché Ancelotti vendredi.

Côté Atletico, c'est la cuisse droite du buteur Diego Costa qui pose problème. L'Hispano-brésilien a été jusqu'à Belgrade pour y suivre un traitement à base de placenta de jument. Il s'est entraîné vendredi et pourrait tenter le coup.

Mais les "Colchoneros" comptent d'abord sur leur entraîneur Diego Simeone, qui en moins de trois ans a transfiguré le club et lui a déjà offert une belle collection de trophées. Europa League et Supercoupe d'Europe (2012), Coupe du Roi (2013) et cette année le championnat d'Espagne au nez et à la barbe des beaucoup plus riches Real et Barcelone, le bilan est éloquent.

"Comme un dieu"
"Pour nous il est comme un dieu. Il est arrivé et il a tout changé. Ce qu'il nous a dit s'est réalisé. On le suit et s'il nous dit de sauter du pont, on le fait. Il connaît parfaitement le foot", a expliqué vendredi Tiago, milieu de terrain de l'Atletico.

Malgré le titre en Liga, l'Atletico s'avancera donc en outsider de cette finale, la deuxième seulement de son histoire.

En 1974, le club madrilène avait été battu 4-0 par le Bayern Munich lors d'un deuxième match, le précédent s'étant soldé par un nul 1-1 après prolongation.

Samedi, "El Cholo" et ses hommes miseront comme d'habitude tout sur une solidarité, une hargne et une science tactique au-dessus de la moyenne. "On connaît nos forces et nos faiblesses. Nous sommes compacts, bien organisés et nous interprétons bien les situations. C'est ce qui nous a menés ici", a résumé Simeone vendredi.

Fifa.com (23/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 19:52

Le Real décroche sa Decima en miraculé



Le Real Madrid est enfin parvenu samedi à décrocher sa dixième Ligue des Champions en battant en finale son voisin de l'Atletico 4-1 après prolongation, au prix d'un incroyable retournement de situation.

Ce triomphe, dont la Maison Blanche rêvait depuis 2002 et l'inoubliable volée de Zidane à Glasgow, couronne également Carlo Ancelotti qui a réussi là où dix autres entraîneurs avaient échoué depuis 12 ans.

Avec son troisième titre en C1 en tant qu'entraîneur (après 2003 et 2007 avec l'AC Milan), il rejoint Bob Paisley qui était jusqu'alors le seul coach à trois sacres (1977, 1978 et 1981 avec Liverpool).

On a pourtant longtemps cru que l'énorme erreur de Casillas sur l'ouverture du score de l'Atletico allait être fatale au Real et que sans Iker il ne pouvait être question de "decima". Mais alors que tout était joué et que l'Atletico se voyait déjà fêter autour de la fontaine de Neptune un fantastique doublé Liga-Ligue des Champions, Sergio Ramos a placé un magnifique coup de tête sur un corner de Modric et a tout relancé (90+3).

On a alors vu Diego Simeone, l'entraîneur des Colchoneros, se ruer vers la tribune des rouge et blanc pour exhorter son public à ne pas lâcher ses joueurs. De l'autre côté, Pepe, remplaçant et déchaîné, haranguait la tribune merengue du stade da Luz de Lisbonne, où avait donc été délocalisée cette finale de Coupe du Roi en beaucoup plus grand.

Calvaire en prolongation
Mais malgré les gesticulations de Simeone, la prolongation allait être un calvaire pour l'Atletico et ses joueurs terrassés par les crampes.

C'est d'abord Bale qui mettait le Real devant de la tête (110), avant que Marcelo (118) et Ronaldo sur penalty (120) donnent à la victoire des blancs un ampleur cruelle pour leur adversaire.

La fin de match a alors été très tendue, Simeone ne cessant d'entrer sur la pelouse alors que se multipliaient les foyers de crispation entre joueurs.

L'Atletico Madrid, déjà champion d'Espagne, n'a donc pas réussi l'immense exploit de s'offrir un doublé, mais il s'en est fallu de très peu et le succès du Real tient presque d'un miracle.

Celui-ci ne doit rien à San Iker, déjà là lors des deux précédents succès du Real en 1999 et 2002, mais coupable samedi d'une énorme erreur d'appréciation sur le but de l'Atletico, signe Godin (36).

Déjà auteur la semaine dernière face à Barcelone du but du sacre en Liga, l'Uruguayen a marqué de la tête, encore, en sautant plus haut que Khedira et en profitant de l'hésitation de Casillas.

Costa trop juste
Auparavant, la partie avait commencé par un événement un peu trop prévisible pour être qualifié de coup de théâtre: la sortie sur blessure de Diego Costa dès la 9e minute. Le fameux traitement à base de placenta de jument reçu cette semaine à Belgrade n'a donc pas suffi et l'attaquant de l'Atletico a perdu son pari, qui en était un aussi, très risqué, pour Simeone.

Mais les Colchoneros n'ont pas paru désemparés par la sortie de leur avant-centre et se sont concentrés sur ce qu'ils savent faire le mieux: défendre, bloquer les initiatives adverses, presser sans relâche et souvent aussi pourrir le jeu.

Vraiment fermée, la première période a donc été dure et tendue, avec plusieurs débuts de frictions entre joueurs et quelques interventions limite comme l'horrible tacle de Raul Garcia sur Di Maria. Seuls Ronaldo sur coup franc (28) et surtout Bale, gêné par Miranda au moment d'ajuster Courtois (32) ont eu des occasions en première période.

Même après, le grand gardien belge n'a eu que très peu d'arrêts à faire, sortant un coup franc de Ronaldo (54) et regardant quelques tentatives de Bale ou du Portugais passer à côté.

La suite a tout de même été largement à l'avantage du Real, qui sans un grand Ronaldo, sans Xabi Alonso non plus, dont l'absence a pesé, a eu le mérite de continuer à y croire.

Il a fallu presque un miracle pour contrarier le destin de cet Atletico.

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 19:53

San Iker sauvé de l'enfer



Malgré une erreur grossière qui permettait à l'Atletico de prendre l'avantage en finale de Ligue des Champions, samedi à Lisbonne, le gardien du Real Madrid Iker Casillas a été sauvé de l'enfer par ses coéquipiers.

L'émotion du gardien espagnol de 33 ans était bien visible quand il tombait dans les bras de Marcelo, troisième buteur au Stade da Luz après un renversement de situation signé Ramos et Bale.

Le capitaine du Real savait que, grâce à eux, il aurait quelques minutes plus tard l'honneur de lever la Coupe, symbole de cette "Decima" (10e titre) que le club espagnol recherchait depuis si longtemps.

Censé apporter un surplus d'expérience à son Real Madrid de toujours, le portier, double champion d'Europe et champion du monde en titre avec l'Espagne, a pourtant commis une faute grave qui aurait pu être fatale, alors que ses coéquipiers avaient les choses en main.

A la 36e minute, un ballon mal dégagé sur corner était remis dans la surface par Juanfran et Casillas ratait complètement sa sortie, se retrouvant perdu au milieu du guet, incapable de contrer la tête en lob de Godin...

Preuve que ce n'était pas sa soirée, même peu sollicité par les attaquants de l'Atletico, il commettait une nouvelle erreur très semblable en prolongation, mais Tiago n'en profitait pas et dévissait sa frappe (114).

Remplaçant en Liga
Habituellement d'un sang-froid remarquable, Casillas a cette fois succombé sous le poids de la responsabilité au terme d'un parcours en dents de scie ces derniers mois. Blessé pendant plusieurs mois la saison dernière, il n'avait ensuite pas réussi à reprendre sa place d'incontestable N.1, devant se contenter de jouer les doublures de Diego Lopez en Liga.

Comme son prédécesseur José Mourinho, l'entraîneur de la Maison blanche Carlo Ancelotti avait tranché en début de saison en faveur de Lopez, choisissant de titulariser Casillas uniquement en Coupe du Roi et en Ligue des Champions.

La qualification du Real pour la finale de samedi permettait donc à l'emblématique portier de rejouer les premiers rôles. Car dans l'effectif des "Merengue", l'expérience et le palmarès de Casillas, qui jouait son 140e match en Ligue des Champions, n'ont pas d'égal.

Le gardien était déjà là lors de la finale de 1999 face à Valence (3-0) qui permettait au Real de s'offrir sa huitième Coupe aux grandes oreilles. Et, surtout, il était là pour faire naître la légende de "San Iker" en remplaçant brillamment César Sanchez, blessé, lors de la finale de Glasgow en 2002, emportée par les Madrilènes face au Bayer Leverkusen (2-1).

Avec une succession de bonnes prestations récemment en Coupe du Roi et en C1, le portier avait encore une fois fait preuve d'un mental de fer, ne se laissant pas abattre par sa difficulté à convaincre Mourinho, puis Ancelotti, que son heure de gloire n'était pas révolue.

Affichant des réflexes intacts malgré un moindre temps de jeu, il a même établi un nouveau record d'invincibilité (952 minutes) entre novembre et février.

Iker Casillas avait ainsi rassuré beaucoup de personnes ces dernières semaines, à commencer par le sélectionneur Vicente Del Bosque, qui compte encore sur lui pour défendre le titre de champion du monde le mois prochain au Brésil lors du Mondial-2014.

Comme au Real, Casillas avait été mis en ballottage à l'automne par un excellent Victor Valdes mais le gardien barcelonais s'est ensuite blessé à un mollet. Si Del Bosque garde le suspense, il reste peu de doutes que le Madrilène sera son gardien en Coupe du monde.

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 19:54

Ronaldo améliore son record avec 17 buts



L'attaquant portugais du Real Madrid Cristiano Ronaldo, buteur samedi en finale face à l'Atletico Madrid (4-1), a amélioré son record de buts inscrits en une saison de Ligue des Champions, bouclant l'exercice avec 17 buts.

Le FIFA Ballon d'Or s'était emparé du record à l'issue de la demi-finale retour gagnée face au Bayern Munich, fin avril en Bavière, où il s'était illustré par un doublé.

Lionel Messi (2011-12/FC Barcelone) et José Altafini "Mazzola" (1962-63/AC Milan) étaient les précédents détenteurs de ce record.

Le penalty converti par le Portugais, samedi à Lisbonne face à l'Atletico, lui permet de revenir à hauteur de Messi, jusque-là seul deuxième meilleur buteur de l'histoire de la C1 (67) derrière Raul (71).

Meilleurs buteurs de la saison 2013/2014
17 buts : Cristiano Ronaldo (Real Madrid)
10 buts : Ibrahimovic (Paris SG)
8 buts : Messi (FC Barcelone), Diego Costa (Atletico Madrid)
6 buts : Agüero (Manchester City), Lewandowski (Dortmund)
5 buts : Reus (Dortmund), Negredo (Manchester City), Vidal (Juventus), Bale (Real Madrid), Benzema (Real Madrid), Müller (Bayern Munich)
4 buts : Cavani (Paris SG), Higuain (Naples), Hulk (Zénit Saint-Pétersbourg), Robben (Bayern Munich), Neymar (FC Barcelone), Raul Garcia (Atletico Madrid), Arda Turan (Atletico Madrid), van Persie (Manchester United)

Meilleurs buteurs en Ligue des champions (depuis 1992-1993, à partir de la phase de groupes)
1. Raul (Al Sadd) 71 buts
2. Lionel Messi (Barcelone) 67. Cristiano Ronaldo (Real Madrid) 67
4. Ruud van Nistelrooy (*) 56
5. Thierry Henry (Red Bulls New York) 50
6. Andreï Chevtchenko (*) 48
7. Filippo Inzaghi (*) 46
8. Alessandro Del Piero (FC Sydney) 42. Didier Drogba (Galatasaray) 42
10. Zlatan Ibrahimovic (Paris SG) 41
11. Karim Benzema (Real Madrid) 36

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 19:56

Euphorie des supporteurs du Real, larmes à l'Atlético



Face aux écrans géants du stade Santiago-Bernabeu, des dizaines de milliers de supporteurs du Real Madrid, euphoriques, ont accueilli samedi en hurlant la victoire de leur équipe (4-1) sur l'Atletico, en finale de la Ligue des Champions à Lisbonne, le dixième trophée du club.

Comme face à un vrai match, la foule, survoltée, explose au coup de sifflet final. "Le moment était venu pour la dixième victoire. Cela faisait tellement de temps que nous l'attendions", lance Angela Suarez, une étudiante de 20 ans, le visage peint en blanc.

A l'autre bout de la ville, les supporteurs de l'Atletico quittent le stade Vicente-Calderon en silence, en larmes ou la tête dans les mains.

Après la victoire en championnat d'Espagne le 17 mai, ils espéraient arracher une première Ligue des Champions pour leur club, qui avait perdu sa précédente finale de C1 -sa première- en 1974. Jusqu'à la 93e minute et l'égalisation de Sergio Ramos pour le Real, ils ont rêvé à la victoire.  "C'est très dur de perdre comme ça, parce que nous étions tellement près de la victoire. Les supporteurs y croyaient vraiment", confie Aitor Ramos, un directeur de banque de 44 ans, fan de toujours de l'Atletico. A peine se console-t-il en évoquant "la très bonne saison" du club.

Nuit électrique
Les supporteurs du Real, dans un concert de klaxons et de pétards, portant le maillot blanc ou agitant le drapeau de leur équipe, ont aussitôt envahi la ville, se précipitant par milliers vers la place de Cibeles, leur lieu de célébrations traditionnel dans le centre de Madrid, pour une nuit de fête aux pieds de la déesse Cybèle sur son char.

Ils devaient attendre le retour des joueurs prévu à l'aube.

Quelques heures plus tôt, des dizaines de milliers de supporteurs frénétiques, ceux de l'Atletico, vêtus de rouge et blanc, ou du Real, drapés dans des foulards blancs, avaient rempli les travées des deux stades pour suivre à distance cette finale, inédite entre deux clubs d'une même ville, chantant, hurlant, retenant leur souffle. Sur les gradins du Bernabeu, ils applaudissent, soulagés, quand Diego Costa, l'attaquant vedette de l'Atletico, est remplacé dès la 9e minute.

"Le Real est le roi de l'Europe. L'Atletico a très bien joué cette saison. Mais le Real, en Europe, c'est beaucoup", lance Jesus Angosto, un fonctionnaire de 27 ans, qui porte une coupe en papier argenté imitant le précieux trophée. Nerveux, tous veulent croire à la victoire, mais craignent aussi l'adversaire qui achève une saison très brillante. Dans les gradins du Calderon, la foule, euphorique, se déchaîne, trépigne, quand Diego Godin ouvre le score pour l'équipe à la 36e minute. Un gigantesque "Goal" retentit dans le stade. Au même moment, au Bernabeu, les supporteurs restent muets, pétrifiés.

Alors que la fin du match approche, la foule s'échauffe dans le Vicente-Calderon. Déjà, ils célèbrent la victoire. Jusqu'à ce but de Ramos.

"C'est un coup très dur. Nous étions à deux minutes d'être champions d'Europe", regrette David Montero, un étudiant ingénieur de 23 ans, les yeux mouillés de larmes. Autour de lui, les supporteurs se prennent la tête dans les mains pendant qu'au Bernabeu la foule y croit à nouveau, bondit, hurle "Real Madrid, Real Madrid".

La ville, divisée entre ses deux équipes de football, mais unie par une même passion pour ce sport, s'apprêtait à vivre une nuit électrique.

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 19:58

Real - Ancelotti : "C'est pour ça qu'on a tous bossé très dur"



L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti, qui a réussi à offrir au club merengue une dixième Ligue des Champions, a raconté samedi avoir dit en début de saison à son président qu'il "manquait une coupe" dans la salle des trophées.

Quel est votre état d'esprit ?
Je suis extrêmement heureux. On a réussi à obtenir un titre qui est très important pour le Real Madrid. C'est pour ça qu'on a tous bossé très dur cette saison. On est très fier de ce résultat. Personnellement aussi je me sens très heureux. Cette joie que l'on ressent, elle en donne aussi à ceux qui nous suivent. Les fans sont heureux et cela nous rend heureux.

Qu'est-ce qui a été le plus dur dans ce match ?
Ca a été très difficile d'égaliser. On n'avait pas d'espace, l'Atletico a très bien défendu. Mais on a essayé jusqu'au bout. Quand on a marqué, le match a changé complètement. Ce but nous a donné beaucoup de force.

On a vu le président Florentino Perez vous enlacer et vous parler. Que vous a-t-il dit ?
Il m'a dit "félicitation". Il est très heureux. Dès le premier jour, dans la salle des trophées, je lui au dit "il en manque une coupe ici, allons la gagner". C'est fait, grâce aux joueurs et aux efforts du club. J'ai senti beaucoup de confiance de la part du club. On a toujours eu la tranquillité dont on a besoin pour gagner des matches. C'est une première saison avec un groupe très professionnel, toujours motivé. Par exemple, Marcelo n'était pas content d'être remplaçant et quand il est rentré il a été l'un des plus déterminés.

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 20:00

Atlético - Simeone : "C'est une leçon de vie"



L'entraîneur de l'Atletico Madrid Diego Simeone a estimé que ses joueurs pouvaient "garder la tête haute" malgré leur défaite en finale de la Ligue des Champions samedi à Lisbonne contre le Real Madrid.

Comment analysez-vous ce résultat qui doit être une grande déception ?
R: "Il faut regarder tout le match. Le Real a été meilleur en deuxième période, ils nous ont gardés dans notre camp et c'est très dur contre une équipe comme le Real. Gagner reste ce qu'il y a de plus important mais le soutien des gens et vos applaudissements (il a été applaudi à son entrée et à sa sortie de la conférence de presse, ndlr) montrent qu'il n'y a pas que ça. J'ai dit aux joueurs qu'il n'y avait pas de quoi pleurer car quand on fait un match comme ça, on peut garder la tête haute. On peut gagner ou perdre. On sait qu'on a tout donné.

Comment vous sentez-vous ?
Je ne suis pas triste. Je suis amer de ne pas avoir atteint l'objectif. J'aurais aimé gagner, mais je suis calme et je peux surmonter ça. Il y a d'autres matches, d'autres joueurs. C'est une leçon de vie. On peut passer de tout à rien et il faut continuer.

Que s'est-il passé avec Diego Costa ?
C'est ma responsabilité. J'ai manifestement fait une erreur. Il n'était pas aussi bien que ce qu'on a cru vendredi. On s'est regardé et on a compris. On ne voulait pas perdre de temps donc il est sorti rapidement.

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 20:07

La presse salue la Decima du Real



La presse espagnole saluait dimanche la "dixième" victoire européenne du Real Madrid, qui a écrasé à Lisbonne l'Atletico (4-1) en finale de la Ligue des Champions, mais soulignait la "cruelle" défaite de son rival, passé tout près d'une coupe attendue depuis 40 ans.

L'image du capitaine du Real Madrid, le gardien Iker Casillas, soulevant, euphorique, la coupe occupait la une de la plupart des journaux espagnols, après la finale inédite jouée entre deux clubs d'une même ville.

"Des héros à Lisbonne", proclamait le journal de centre droit El Mundo. "Le (Real) Madrid renforce sa légende", affirmait le premier quotidien d'Espagne, El Pais, de centre gauche, rappelant que le club met ainsi "fin à une absence de 12 ans du plus important titre européen".

"La dixième!", s'exclamait le premier journal sportif du pays, Marca, sous une photo du héro de l'équipe merengue, samedi: le défenseur central Sergio Ramos, auteur du but à la 93e minute qui a bouleversé le match alors que l'Atletico menait jusque-là (1-0).

"L'Atleti, à deux minutes de la gloire. Destin cruel, un autre central portant le numéro "4" lui arrache d'entre les doigts la Coupe d'Europe", poursuivait Marca, en référence au cruel précédent de la seule finale de Champions jouée jusque-là par l'Atletico.

"Maléfice"
Il y a quarante ans, son rival, le Bayern de Munich avait égalisé (1-1) à la 119e minute, après prolongation, grâce à un but du défenseur central allemand Hans-Georg Schwarzenbeck, portant aussi le numéro 4. Deux jours plus tard, l'équipe allemande avait gagné 4-0 lors de la finale rejouée.

"Malefice", écrivait en grosses lettres le journal sportif catalan, Mundo Deportivo en une. "Quarante ans plus tard, l'Atletico de Madrid perd à nouveau une finale de coupe des Champions. Quarante plus tard, elle le fait en suivant un scénario très semblable à celui de 1974", soulignait-il.

"La coupe européenne a tellement respectée son histoire que pour la dixième fois elle a couronné le Real Madrid, son roi parmi les rois, et a condamné l'Atletico d'une façon aussi cruelle qu'il y a quatre décennies. Alors aussi les rouge et blanc étaient restés à quelques secondes du trône", pouvait-on lire dans El Pais.

"L'Atletico fut champion pendant 56 minutes, presque une heure, à laquelle il faudrait ajouter les six minutes durant lesquels il fut champion il y a 40 ans. Il est tombé de la même façon qu'à cette époque. Quand il se croyait vainqueur, quand tout le monde le croyait, sauf le (Real) Madrid", écrivait le chroniqueur du journal sportif As, Juanma Trueba.

Fifa.com (24/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 20:10

Le Maison Blanche entretient son mythe



Le Real Madrid a remporté au bout du suspense samedi 24 mai la dixième Coupes d'Europe des champions / Ligues des champions de l’UEFA de son histoire en mettant K.O. en prolongation (4:1) son vieux rival madrilène, l'Atletico de Madrid, battu pour la seconde fois en finale après celle de 1974.

Les Merengues ont ainsi décroché le droit de représenter l’Europe lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, Maroc 2014.

Le score ne reflète pourtant pas la physionomie d'une rencontre haletante entre deux équipes se connaissant sur le bout des crampons et qui se retrouvaient pour la cinquième fois de la saison. Le Real a eu le mérite de se battre jusqu'à la dernière seconde pour revenir au score, après avoir été mené depuis la 36ème minute.

Mais la finale s'est peut être jouée dès la neuvième minute quand Diego Costa, mal remis de blessure, a dû quitter le terrain. Son remplacement a en effet empêché par la suite Diego Simeone de faire sortir son défenseur Juanfran qui a fini sur une jambe et n'a pu contenir Angel di Maria sur le but du 2:1 de Gareth Bale en prolongations.

FIFA.com revient sur les temps forts de la saison 2013/14 de la Ligue des champions de l'UEFA :

Le champion
Cela faisait 12 ans, depuis le but d’anthologie de Zinedine Zidane à Glasgow, que le Real Madrid courait après sa 10ème victoire dans la plus prestigieuses des coupes européennes. Avec l'arrivée de Carlo Ancelotti, le Real a trouvé la sérénité et la confiance en ses moyens qui lui a fait défaut l'an dernier contre le Borussia Dortmund. Après une spectaculaire mise en jambes en huitième de finale contre Schalke (9:2 en score cumulé), les Madrilènes ont écarté le vice-champion d'Europe, le Borussia Dortmund, en avant de réaliser le match le plus abouti de leur saison, en allant s’imposer 0:4 chez le champion sortant, le Bayern Munich. En finale, malgré les absences de Pepe et Xabi Alonso, deux piliers du système défensif, le Real a fait preuve d'une grande abnégation. Le coup est cruel pour l'Atlético, qui a craqué physiquement et moralement en prolongation, après un parcours exemplaire lui ayant notamment permis de sortir l’AC Milan, le FC Barcelone et Chelsea.

Les enseignements
Comme la saison dernière, on retrouvait huit pays représentés en 8ème de finale. Mais cette fois, cinq pays ne comptaient qu'un seul représentant (Italie, France, Russie, Turquie, Grèce) alors que l'Espagne (3) et surtout l'Angleterre et l'Allemagne qui avaient qualifiés leurs quatre clubs se retrouvaient en position de force.

Mais on assistait à une véritable hécatombe chez ces deux derniers pays, tandis que l'Espagne faisait un carton plein. Puis, contrairement à la saison dernière, la Bundesliga ne pouvait plus compter que sur son champion, le Bayern Munich, en demi-finale alors que Chelsea retrouvait une place perdue la saison dernière, sauvant ainsi l'honneur de la Premier League. L'Espagne, qui avait perdu Barcelone dans une lutte fratricide en quarts contre l'Atlético, restait en position de force avec les deux formations madrilènes.

Les surprises
Souverain en Bundesliga, où il était sacré dès mars, le Bayern semblait intouchable. Les Bavarois restaient en bonne position après le match aller des demi-finales au Bernabeu contre le Real Madrid en ramenant une courte défaite (1:0). Mais ils passaient à côté de leur copie au match retour (0:4), en subissant la plus lourde défaite européenne de leur histoire à domicile. En 399 matches européens à domicile, les champions d’Allemagne n'avaient jamais perdu par plus de deux buts d'écart.

En phase de groupes, la Juventus, double championne d'Italie, ne parvenait pas à sortir d'une poule à leur portée en s'inclinant à Copenhague et à Istanbul, avant de terminer sur la troisième marche du groupe. Benfica terminait également troisième mais battait ensuite la Juve en demi-finale de l'UEFA Europe League avant de s'incliner en finale aux tirs au but face au FC Séville.

Dortmund et Arsenal ont décroché leur billet pour les huitièmes de finale à la différence particulière : les trois premiers se retrouvant à égalité de points. Naples était ainsi éliminé tout en comptant six points de plus que le Zénith Saint-Pétersbourg, qualifié dans le groupe G avec six points seulement.

Les joueurs clés
Cristiano Ronaldo a laissé son empreinte sur la C1 en portant le record de buts sur une saison à 17 réalisations, soit trois de plus que l’ancien record de Lionel Messi.

Le défenseur uruguayen Diego Godin, 28 ans, est l'anti-star par excellence. Très sûr en défense, il a également joué un rôle décisif sur le plan offensif en marquant le but du titre pour l'Atlético à Barcelone et celui de l'espoir contre les Merengues.

Auteur de 10 buts, Zlatan Ibrahimovic a une nouvelle fois joué un rôle décisif dans la qualification du PSG en quarts de finale. Il possède le meilleur ratio temps de jeu/nombre de buts avec 10 buts en 670 minutes de jeu.

Gareth Bale a traîné longtemps cette saison son étiquette de transfert le plus cher de l’histoire, avec Cristiano Ronaldo. Il sera désormais l'auteur du but décisif dans la conquête de la "Decima".

Le saviez-vous ?
L'Invincibilité de Chelsea à Stamford Bridge phase de groupes est tombée dès la première journée le 18 septembre 2013 face à Bâle (1:2). Cela faisait 29 rencontres que les Blues n'avaient pas mordu le gazon à domicile en poules.

Dix sur 12, comme le nombre de finales victorieuses pour le gardien du Real Iker Casillas au cours de sa longue carrière.

La stat
362 - Comme le nombre de buts inscrits en 125 matches de Ligue des champions de l’UEFA cette saison, soit une moyenne de 2,896 buts par match. Si la première mi-temps a été moins prolifique avec 150 buts, 209 ont en revanche été inscrits après la pause, dont 18 dans le temps additionnel de la seconde mi-temps, et trois en prolongation.

Fifa.com (25/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Dim 25 Mai - 20:29

Ancelotti était la pièce manquante du Real



Le triomphe du Real Madrid samedi à Lisbonne en finale de la Ligue des Champions porte la signature de Carlo Ancelotti, qui a su ramener la sérénité au sein de la "Maison Blanche" et qui est devenu le deuxième entraîneur de l'histoire à décrocher trois fois la C1.

Ancelotti était donc l'homme qu'il fallait au Real, dont le compteur était bloqué à neuf depuis 2002 et le sacre de l'équipe de Del Bosque, pour assouvir son rêve de cette fameuse "decima".

Avant lui, 10 entraîneurs, de Queiroz à Mourinho en passant par Capello et Pellegrini, avaient échoué, aucun ne parvenant ne serait-ce qu'à hisser le Real en finale.

Mais l'Italien est un vrai spécialiste de la compétition, remportée deux fois avec l'AC Milan en tant que joueur (1989 et 1990) puis trois fois comme coach, en 2003 et 2007 avec le Milan, en plus de celle de samedi.

"Son bilan chiffré commence à faire peur", estime dimanche le quotidien sportif espagnol Marca, rappelant qu'Ancelotti était devenu samedi le deuxième coach à trois sacres après Bob Paisley, titré avec Liverpool en 1977, 1978 et 1981.

Le Real a donc tardé à trouver la bonne formule et la solution est venue de ce technicien de 54 ans, ambitieux, expérimenté et surtout calme et tranquille, un vrai changement à Madrid après le tumulte incessant des années Mourinho.

Pour Marca, la soirée de samedi a d'ailleurs bien été "le triomphe de l'homme tranquille". Le quotidien met aussi à sa Une une photo d'Ancelotti porté en triomphe par ses joueurs, titrée: "L'équipe, un groupe uni par Carlo".

"Cette saison on est plus tranquille, plus posé. On travaille tous ensemble. Ancelotti a apporté beaucoup de sérénité. Il ne met pas beaucoup de pression sur les joueurs et ça se ressent sur le terrain", a aussi expliqué après la partie l'attaquant français Karim Benzema.

"Il manque une coupe"
Une autre preuve de la très grande popularité d'Ancelotti auprès de ses joueurs a été donnée par une demi-douzaine d'entre-eux, débarqués en pleine conférence de presse d'après-match pour l'arroser et lui chanter "Como no te voy a querer" ("Comment ne pas t'aimer", une chanson des supporters merengue).

Ancelotti a souri, levé son fameux sourcil gauche et est resté absolument placide, se contentant d'un "ce n'était pas prévu".

Mais après une expérience frustrante au Paris SG, Ancelotti n'est pas venu à Madrid avec sa bonhommie comme seule arme et samedi soir, il a raconté une anecdote qui illustrait son ambition et sa compréhension des enjeux et responsabilités liés à sa fonction.

"Dès le premier jour, dans la salle des trophées, je lui (le président Florentino Pérez, ndlr) ai dit 'il manque une coupe ici, allons la gagner'", a-t-il ainsi dit.

Avant cela, Ancelotti avait aussi su peser directement sur le match avec des changements qui ont fait mal à l'Atletico, au moment où les jambes pesaient lourd.

Les entrées de Marcelo et Isco aux places de Coentrao et Khedira aux alentours de l'heure de jeu ont ainsi modifié profondément le visage de cette finale.

En face, le tempétueux Diego Simeone avait tenté un pari fou en lançant Diego Costa, blessé, au coup d'envoi. L'hispano-brésilien a tenu huit minutes et Simeone a perdu un remplacement qui lui aurait été bien utile en fin de match ou en prolongation.

Fifa.com (25/05/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par rachid_as le Jeu 17 Juil - 19:20

Sanctions contre Simeone, Alonso, le Real et l'Atlético



L'entraîneur de l'Atletico Madrid Diego Simeone et le milieu de terrain du Real Madrid Xabi Alonso ont été suspendus pour un match jeudi par la commission de discipline de l'UEFA pour leur comportement lors de la finale de la Ligue des Champions le 24 mai.

Simeone est sanctionné d'un match de suspension en compétition européenne pour avoir quitté sa zone technique. A la fin du match, remporté 4-1 par le Real après prolongation, Simeone s'était précipité sur la pelouse et avait eu une explication houleuse avec le défenseur français du Real Raphaël Varane.

Xabi Alonso est de son côté sanctionné pour "violation des principes généraux de comportement". Sa suspension devrait être purgée lors de la SuperCoupe d'Europe entre le Real et Séville le 12 août à Cardiff.

Les deux clubs ont par ailleurs été sanctionnés pour usage d'engins pyrotechniques et pour "conduite incorrecte" de l'équipe. En l'occurrence, il leur est reproché d'avoir reçu au moins cinq avertissements (5 pour le Real, 7 pour l'Atletico).

L'Atlético devra payer 21.000 euros d'amende et le Real 18.000 euros.

Fifa.com (17/07/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ligue des champions de l'UEFA [2013/2014]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 39 Précédent  1 ... 21 ... 37, 38, 39

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum