CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:18

La Côte d'Ivoire au nom du frère



Frappés par le décès du frère de Kolo et Yaya Touré, les Éléphants de Côte d'Ivoire pourraient lui rendre hommage en décrochant leur premier 8e de finale de Coupe du monde en finissant le travail contre la Grèce.

La mort d'Oyala Ibrahim Touré, décédé à 28 ans d'un cancer jeudi à Manchester, a endeuillé le groupe ivoirien, qui l'a appris après le match perdu contre la Colombie (2-1). Il venait comme eux, comme Gervinho et bien d'autres joueurs du groupe, de l'Académie Sol Béni de Jean-Marc Guillou à l'ASEC Abidjan.

L'encadrement de l'équipe a annoncé que Kolo et Yaya restaient au Brésil pour le Mondial. Kolo Touré devrait d'ailleurs remplacer en défense centrale Didier Zokora, suspendu, pour décrocher enfin cette qualification après deux tentatives manquées en 2006 et 2010, qui leur tend les bras après le nul entre le Japon et la Grèce (0-0).

"C'est un bon résultat, assure Gervinho à l'AFP, à nous de jouer maintenant".

"Se qualifier, on ne l'a jamais fait, rappelle Serge Aurier, on veut donner de cette joie."

Un match nul mardi à Fortaleza contre les Grecs pourrait suffire, si le Japon ne bat pas la Colombie, déjà qualifiée, et les Ivoiriens semblent armés pour cela.

Gervinho souligne que le groupe "a beaucoup mûri, c'est différent des dernières Coupes du monde, on a évolué d'une compétition à l'autre, on a beaucoup d'expérience. Les autres années au bout de deux rencontres on rentrait déjà à la maison (il restait une infime possibilité au troisième match en 2010, ndlr)".

Pas de problème Drogba
Le dribbleur ivoirien, auteur en slalom d'un des plus beaux buts depuis le début du tournoi, son second but personnel, note également que les Éléphants montent en puissance. "Au premier match (2-1 contre le Japon) c'était un peu difficile, on était en progrès contre la Colombie, malgré la défaite, on espère être encore meilleurs contre la Grèce".

La Côte d'Ivoire doit surtout corriger un défaut récurrent: elle rentre mal dans ces matches. Menée par le Japon, elle s'était réveillée après l'entrée de Didier Drogba, encore menée, de deux buts, contre la Colombie, elle n'a répondu qu'une fois le totem sur le terrain. Les choix de Sabri Lamouchi ont-il créé un cas Drogba?

"Il n'y a pas de problème dans l'équipe, balaie le latéral Serge Aurier, encore très bon. Didier fait partie du collectif, sur le banc il encourageait aussi, c'est un grand homme, il sait gérer ces moments-là. C'est sûr que quand il rentre il nous apporte un plus."

La Côte d'Ivoire devra se méfier des roublards grecs, qui ont renversé la même situation pas plus tard qu'à l'Euro-2012: avec 1 point en deux matches ils semblaient éliminés mais ont battu les Russes (1-0) sur la dernière rencontre.

Les "Cafeteros", qui ont joué les deux adversaires, donnent l'avantage aux Éléphants. "Je n'aime pas faire de pronostic, mais je pense que la Côte d'Ivoire est légèrement supérieure", estime Carlos Sanchez, passé par Valenciennes.

Le gardien niçois David Ospina s'attend à une confrontation entre "des styles très différents, la Côte d'Ivoire c'est très costaud, ils poussent jusqu'à la fin, la Grèce est tactiquement très forte mais un peu plus attentiste".

L'absence de "Maestro" Zokora pourrait toutefois peser lourd, car l'autre central, Souleymane Bamba, s'est fait promener par les Colombiens. "Oui c'est dommage pour Zokora, il est aussi très important dans l'équipe, rappelle Gervinho, mais on peut compter sur tout le monde, et il y a Kolo." Au nom du frère.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:19

Colombie : La presse fête la qualification colombienne



"Qualifiés!" : un seul mot suffisait à la presse colombienne pour saluer vendredi l'accession de la sélection aux huitièmes de finale du Mondial-2014, obtenue la veille face à la Côte d'Ivoire (2-1).

El Espectador barrait la page d'accueil de son site internet de ce cri de joie, "Qualifiés!", en assurant que la victoire sur les Africains était "un pas historique au deuxième tour du Mondial-2014 au Brésil".

"Nous sommes qualifiés !", s'est également exclamé le journal El Tiempo en une, avec une photo des joueurs accompagnée du texte: "Comme prévu, le match contre la Côte d'Ivoire a été très difficile, mais l'équipe a été à la hauteur du défi. Elle a gagné et le plus jeune, (Juan Fernando) Quintero, a marqué le but du triomphe".

"En huitièmes !", s'est emballé pour sa part El Colombiano, journal de Medellin (nord-ouest), sur son site internet, affichant les buteurs Quintero et James Rodriguez en photo.

La Colombie s'est qualifiée "pour les huitièmes d'un Mondial pour la deuxième fois de l'histoire. Hier (jeudi), il y a 24 ans, nous avions obtenu la même chose au Mondial-1990 en Italie", a précisé le journal.

Les Colombiens, grâce au nul (0-0) du Japon et de la Grèce jeudi, sont en tête du groupe C avec six points et sont assurés de terminer devant la Grèce et le Japon qui n'en ont qu'un.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Ven 20 Juin - 19:21

Colombie : James Rodriguez fait le boulot de Falcao



Buteur lors des deux premiers matches qui ont suffi à la Colombie pour atteindre les 8e de finale du Mondial, le meneur de jeu James Rodriguez est en train de prendre en sélection le relais de Falcao, blessé, comme il l'a fait en club avec Monaco.

Il n'a pas encore 23 ans et un visage d'enfant mais, N.10 dans le dos comme la légende colombienne Valderrama, il assume déjà l'immense responsabilité de faire oublier Falcao, dont le forfait a démoralisé tout un pays.

"La responsabilité pèse plus sur moi, mais je ne suis pas seul", avait-il répondu lors de la préparation des Colombiens à une question sur l'absence de son coéquipier en club, star de la sélection.

De fait, "James" n'a pas été le seul attaquant cafetero à briller depuis le début du Mondial. Irrésistible à droite, Cuadrado a ainsi été le meilleur Colombien de la première période face à la Côte d'Ivoire.

Mais c'est bien James qui a débloqué la situation avec un but de la tête sur corner, aux faux-airs du premier de Zidane lors de la finale du Mondial-1998.

Pour inscrire son quatrième but sur les quatre derniers matches de la Colombie, le Monégasque s'est même permis de prendre le meilleur au duel sur Drogba, dont il n'a pas exactement le gabarit.

Il a ensuite de nouveau été décisif sur le deuxième but des Cafeteros en allant chiper le ballon dans les pieds de Dié pour lancer l'action qui aboutira au but de Quintero.

"James Rodriguez ? Excellent. Il a atteint un niveau très, très élevé. Ses progrès sont quotidiens, il a mûri. C'est un bon finisseur, il a une très bonne vision du jeu. Il marque même de la tête alors qu'il n'est pas le plus grand", a relevé le sélectionneur José Pekerman après la partie.

Révélation
Car à ses qualités naturelles de passeur et d'organisateur de jeu, Rodriguez, qui est marié à la soeur du gardien de la sélection David Ospina, est en train d'ajouter une adresse face au but qui lui avait déjà permis, avec Monaco, d'aider à compenser l'absence de Falcao.

Meilleur passeur (12) du Championnat de France dès sa première saison avec l'ASM, il a aussi inscrit neuf buts, un de moins seulement que le meilleur buteur de son équipe, Emmanuel Rivière.

"Ma saison avec Monaco a été bonne. J'ai dû m'adapter à un nouveau football, plus physique et plus tactique, mais aussi à une nouvelle vie. Le bilan est positif", avait-il dit à l'AFP avant le début du Mondial.

A 22 ans, le jeune Colombien s'est en tout cas déjà constitué un très joli palmarès avec une Europa League et trois championnats du Portugal avec le FC Porto, ainsi qu'un titre de champion en d'Argentine avec Banfield, le seul de l'histoire du club.

Peut-il voir encore plus haut ? "Il va encore s'améliorer. On a tous confiance en lui", assure Pekerman.

Le joueur, lui, ne voit pas pour l'instant au-delà de cette Coupe du monde qui est déjà une sorte de triomphe pour la Colombie qui, malgré un 8e de finale en 1990, n'avait jamais gagné deux matches dans un même Mondial.

"J'espère réaliser un bon Mondial. Pourquoi ne pas en être la révélation? Je l'espère", avait-il ainsi dit à l'AFP.

Fifa.com (20/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Dim 22 Juin - 13:38

Côte d'Ivoire : Gervinho, de Sol Béni au Brésil



Du football pieds nus à l'Académie de Sol Béni, à Abidjan, jusqu'au match décisif du Mondial-2014 contre la Grèce, le dribbleur-buteur de la Côte d'Ivoire Gervinho retrace avec l'AFP son parcours.

Une enfance "pas facile"
Je viens d'une famille nombreuse, ça n'a franchement pas été facile, maintenant mon père a arrêté le boulot, ma mère s'occupe de la famille, aujourd'hui ils sont fiers de leur fils, ils sont contents de voir ce que je suis devenu, au niveau où je suis arrivé. Aujourd'hui je suis content de pouvoir nourrir ma famille.

Sol Béni et le foot pieds nus
Ouah, Sol Béni... Je n'oublierai jamais ces moments dans cette école de foot, j'y ai passé huit années. J'ai eu la chance d'avoir d'immenses éducateurs comme Jean-Marc Guillou, des personnes qui nous ont aidé à devenir ce que nous sommes aujourd'hui. Moi je suis de la troisième fournée, Kolo (Touré) la première, Yaya (Touré) la deuxième. A l'Académie, tu commences pieds nus, parce qu'il y a des exercices à réaliser avant de pouvoir porter les chaussures, et ça dure trois ans, c'est énorme.

Le froid de Beveren (2005-2007)
J'y arrive à 18 ans, et le plus difficile commence pour moi. Heureusement mes coéquipiers ont déménagé aussi là-bas (Guillou a installé ses Académiciens dans le petit club belge, ndlr), c'était comme la famille. Le plus difficile c'était de pouvoir vivre seul, sans les parents, je devais prendre mes responsabilités, c'est là que ma carrière devait commencer. Quand je rentrais à la maison, je passais du temps au téléphone avec la famille. Ah, et j'oubliais le climat! Pour un Africain, le froid, c'est la première chose qu'on remarque en Europe! A Beveren l'hiver est difficile...

Le Mans (2007-2009), la rencontre avec Garcia
Au tout début ça ne s'est pas bien passé, j'ai eu des soucis avec le coach Frédéric Hantz, mon intégration n'a pas été facile au début. Puis le coach n'est pas resté. Puis j'ai changé de poste. A Beveren je jouais en pointe, avec deux attaquants, c'est au Mans que tout a changé pour moi. Les coaches Daniel Jeandupeux et Alain Pascalou ont trouvé que je pouvais apporter beaucoup à l'équipe sur les côtés à cause de ma vitesse et mes appels en profondeur. Le dribble, je le fais depuis toujours (rires)! Puis Rudi (Garcia) est arrivé et là tout a commencé à bien marcher. Garcia, c'est mon coach préféré, celui qui me connaît le mieux, celui que je suivrais partout.

Lille (2009-2011), "ma meilleure saison"
En 2011 j'y ai vécu ma meilleure saison, une saison fantastique, collectivement on a tous bien joué on était tous au top, il n'y a que (Mickael) Landreau qui n'a pas marqué, mais il a réussi des arrêts, il nous a sauvé.

Le "rêve" Arsenal (2011-2013)
J'avais d'autres choix en France ou à l'étranger, mais quand j'ai eu la proposition d'Arsenal j'ai tout de suite accepté, parce que c'était le club dans lequel j'ai toujours rêvé de jouer, avec un entraîneur comme Arsène Wenger. Pour moi, mon passage en Angleterre n'est pas un échec, j'ai pris beaucoup de plaisir. Si le coach m'avait donné plus de temps de jeu, je n'aurais jamais envisagé un départ. J'ai un rôle important en sélection, c'était important pour moi de pouvoir jouer en club. Même quand je jouais moins en club, le coach Sabri Lamouchi me faisait confiance aussi en Côte d'Ivoire, comme Rudi.

AS Rome (depuis 2013), "le plaisir"
Je suis venu parce que mon coach préféré m'a appelé, Rudi Garcia. Nous avons réussi une bonne saison, dommage d'être tombé sur une Juventus si forte. A Rome, je sens que j'apporte beaucoup de plaisir aux gens, les supporteurs aiment ma façon de jouer, mes qualités, ça me fait plaisir. Quand j'ai le ballon, il savent qu'il peut se passer quelque chose. Je suis content de leur apporter ce plaisir, et j'espère que cela va durer longtemps.

Fifa.com (22/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 16:36

Japon : Le long voyage d'un vieux maître



"J'ai tant voyagé. J'étais à l'Olympiastadion de Munich pour la finale de la Coupe du Monde 1974. Je me souviens tellement bien de Johan Cruyff en orange et de Franz Beckenbauer en blanc. J'étais tellement reconnaissant", raconte le vieil homme au visage ridé, mais à l'œil pétillant dès qu'il parle de football.

L'édition 1974 du tournoi est la première à laquelle Hiroshi Kagawa a assisté en tant que journaliste. Il a couvert les huit éditions suivantes, mais a manqué la dernière, il y a quatre ans en Afrique du Sud, en raison de problèmes de santé qui l'ont obligé à rester chez lui, dans sa maison de Kobe, au Japon. Cette année au Brésil, il couvre la dixième Coupe du Monde de sa vie. À 89 ans, il est le journaliste le plus âgé de Brésil 2014.

Dans l'agitation de la salle de travail des journalistes à l'Arena Pernambuco, Kagawa est calme, son visage bien planté derrière une paire de jumelles. Les jeunes journalistes sont agités et hurlent dans leur téléphone portable, pressés par les délais à respecter. Son entretien avec FIFA.com prendra plus d'une heure car ses collègues japonais, par pur respect, ne cessent de l'interrompre. Ils lui apportent de l'eau et s'inclinent devant lui, comme ils le feraient devant leur grand-père. Ils le prennent en photo et annoncent fièrement qu'ils sont amis avec lui. Ils l'aident à grimper les escaliers conduisant à la tribune des médias. Entouré de téléphones portables et de toutes sortes de dispositifs de haute technologie, Kagawa est assis avec pour tout équipement un bloc-notes et un stylo, les yeux rivés sur l'équipe du Japon en train de jouer.

Un endroit gigantesque
Né à Kobe en 1924, Kagawa a subi l'influence des nombreux étrangers passés par ce port international. "Kobe est une ville véritablement internationale", explique Kagawa à l'aide d'un traducteur. "J'ai rencontré des gens de beaucoup d'endroits différents, de toute la planète. Cela a probablement contribué à façonner ma vision du globe comme un endroit gigantesque."

Fervent footballeur dans ses jeunes années, il a été appelé au service militaire en 1944, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale. Plutôt doux et créatif de nature, Kagawa s'est retrouvé dans un avion chargé d'explosifs. Il s'est entraîné et a même effectué quelques missions comme pilote kamikaze. "J'ai eu beaucoup de chance de rester en vie à cette époque-là", se souvient-il. Après le désastre des bombes atomiques tombées sur Hiroshima et Nagasaki, Kagawa a tourné à nouveau son attention vers le football, aux liens que le sport roi pouvait créer et à tout le bien qu'il pouvait faire à son pays meurtri. "Le football était quelque chose de positif dans le monde et je pensais que c'était dans cette voie-là que je devais m'engager pour aider un peu le Japon", raconte Kagawa au sujet de ses premiers pas dans le journalisme.

Il a écrit son premier article pour un journal du soir de Kyoto, à propos de l'équipe suédoise d'Helsingborgs, en tournée sur l'archipel nippon en 1951. "Je voulais vraiment que le Japon devienne l'une des meilleures sélections de football au monde." Seul problème : après la guerre, le pays était obsédé par le base-ball, importé des États-Unis. "Le football arrivait très loin derrière le base-ball, et même le rugby", poursuit Kagawa, qui a ensuite écrit pour le journal Sankei Shimbun à Osaka, avant de devenir directeur de rédaction de Sankei Sports. "Le cliché à l'époque était de dire que les Japonais étaient trop petits pour jouer au foot. Il y avait beaucoup de pessimisme."

Un monde plus grand
Il a ensuite commencé à voyager, d'abord en Asie et ensuite au-delà, toujours à la recherche de bons papiers. Conscient de la passion générée par le football, il a décidé de se rendre en Allemagne de l'Ouest en 1974. Pour lui, c'était la fin d'un apprentissage et le début d'une carrière. À l'Olympiastadion de Munich, il est persuadé d'avoir assisté à un tournant dans l'histoire du football. "Ce match était la genèse du football moderne", résume Kagawa.

Le premier article qu'il envoie au Japon pour le compte d'un magazine passé à la postérité est nommé A World Cup Journey. On peut y lire : "Berti Vogts est quelqu'un de bien". Ces mots avaient quelque chose de provocateur quand on se souvient de la rugosité du défenseur allemand dans le marquage qu'il a imposé au meilleur joueur du monde à l'époque, Johan Cruyff.

Depuis, le football s'est répandu comme une traînée de poudre au Japon. Kagawa a été témoin de cette évolution. En 1998, il a assisté à la première qualification des Samouraïs bleus pour une Coupe du Monde. "Je n'ai jamais été aussi fier", se remémore-t-il. Le vieux reporter, aujourd'hui journaliste indépendant, n'a rien manqué des progrès du football nippon jusqu'à ce jour, des superstars comme Hidetoshi Nakata aux joueurs géniaux mais qui auraient pu faire mieux, comme Kazu Miura. Aujourd'hui, ses jeunes compatriotes évoluent dans les plus grands clubs européens et son pays a même déjà organisé une Coupe du Monde.

Soudainement, la salle des médias entre en éruption. L'Angleterre vient d'égaliser contre l'Italie lors du premier match des deux équipes à Brésil 2014, à Manaus, au fin fond de l'Amazone. Kagawa se lève et regarde partout, comme à l'affût. "On va peut-être finir l'interview plus tard", dit-il dans un anglais incertain. Pour lui, le match est forcément plus intéressant.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 16:55

Côte d'Ivoire : Encore un petit effort pour les Eléphants



La Côte d'Ivoire n'a plus qu'un petit effort à faire mardi face à la Grèce à Fortaleza (17h00 locales/22h00 françaises) pour se qualifier pour la première fois pour les 8e de finale de la Coupe du Monde, en dépit des états de forme incertains de ses stars Yaya Touré et Didier Drogba.

Malgré leur défaite face à la Colombie jeudi à Brasilia (2-1), les Ivoiriens restent en effet les mieux placés du groupe C pour rejoindre les Cafeteros en 8e de finale.

Un succès contre les Grecs les qualifierait ainsi à coup sûr et même un match nul aurait de bonnes chances de leur suffire. Dans ce cas de figure, il faudrait en effet que les Japonais battent la Colombie avec deux buts d'écart ou en marquant trois buts de plus que la Côte d'Ivoire pour que les Africains soient éliminés.

Pour une fois tombés dans un groupe accessible, les Elephants visaient ouvertement ces 8e de finale qu'ils n'ont jamais visités et ils doivent maintenant finir le travail. "Se qualifier, on ne l'a jamais fait. On veut donner de cette joie", a rappelé le latéral Serge Aurier, excellent depuis le début du tournoi.

Pour cela, les joueurs de Sabri Lamouchi vont encore s'appuyer sur la vitesse et la fantaisie de Gervinho, mais aussi sur un impact physique très net face au Japon, moins contre la Colombie.

La puissance ivoirienne est traditionnellement incarnée par le capitaine Yaya Touré, mais celui-ci, blessé en fin de saison avec Manchester City, ne joue pour l'instant qu'à 50 ou 60% de ses moyens. En outre, lui et son frère Kolo ont appris cette semaine le décès de leur frère Oyala Ibrahim, mort jeudi à 28 ans d'un cancer.

Le cas Drogba
Les deux Touré, cadres de la sélection, sont restés au Brésil et Kolo devrait d'ailleurs remplacer en défense centrale Didier Zokora, suspendu après deux avertissements.

Mais Sabri Lamouchi doit aussi gérer le cas Drogba. Remplaçant lors des deux premières rencontres, l'ancien de Chelsea et de Marseille, qui lui non plus n'est pas au top physiquement, se contentera-t-il longtemps d'un rôle de joker ?

Et le costume d'avant-centre titulaire n'est-il pas dans ces conditions trop large pour Wilfried Bony, quand Didier Drogba doit enfiler celui de remplaçant sur le banc ?

"Il n'y a pas de problème dans l'équipe. Didier fait partie du collectif. Sur le banc il encourageait aussi, c'est un grand homme, il sait gérer ces moments-là. C'est sûr que quand il rentre, il nous apporte un plus", a pourtant assuré Aurier.

En plus de leurs problèmes internes, les Ivoiriens vont aussi devoir gérer les Grecs qui sont toujours en vie grâce au match nul arraché face au Japon (0-0).

Et la Grèce n'est finalement pas si loin de la qualification. S'ils battent les Ivoiriens et que le Japon ne parvient pas à vaincre la Colombie, ce sont bien les joueurs de Fernando Santos qui iront en 8e de finale.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Lun 23 Juin - 17:02

Côte d'Ivoire : Lamouchi, jeune sage



L’homme est calme, ses gestes sont calculés, ses décisions sont réfléchies. Le sélectionneur de la Côte d’Ivoire Sabri Lamouchi, 42 ans, ressemble beaucoup au joueur qu’il était. Infatigable travailleur, l’ancien milieu relayeur français (18 sélections) a fait - par la justesse de son jeu - la pluie et le beau temps partout où il est passé, de l’AJ Auxerre à l’Inter Milan en passant par l’Olympique de Marseille. Sur le terrain, ses choix étaient toujours les bons. Aujourd’hui au bord, cela semble être encore le cas.

"Nous essayons de trouver notre propre style", analyse l’intéressé au micro de la FIFA. "Cela fait deux ans qu’on travaille ensemble, que nous construisons ce groupe. Nous avons appris à nous connaître et nous voulons imprimer notre patte sur le terrain." Lui a en tout cas imprimé la sienne sur un groupe où se côtoient talents débutant et génies vieillissants. Un groupe finalement à son image, fait de jeunesse et de sagesse.

S’il a suscité les doutes lors de sa prise de fonction en mai 2012 à la place de François Zahoui, Lamouchi les a balayés au fur et à mesure de sa mission. Pour sa première expérience sur un banc de touche, il est aujourd’hui à une victoire de qualifier les Eléphants, pour la première fois de leur histoire, pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde de la FIFA. Un début d’exploit dicté par des décisions courageuses, comme celles de se passer de Didier Drogba et de Kolo Touré et d’impliquer davantage les jeunes, tel Serge Aurier, l'une des révélations de Brésil 2014.

Les prestations des Eléphants depuis le début de l'épreuve reine donnent raison à Lamouchi. Brillants lors de la victoire inaugurale face au Japon (2:1), les Ivoiriens ont enchaîné avec un match plein de panache face à la Colombie qui aurait mérité mieux qu’une défaite (2:1) : "J’ai aimé la performance de mes joueurs face à cette équipe. Je pense qu’on peut voir de grandes victoires dans des défaites, et inversement. Si nous jouons comme ça, on ne devrait pas perdre beaucoup de matches" ,confirme le natif de Lyon d’origine tunisienne. "Et puis les adversaires n’auront pas forcément toujours la qualité de la Colombie…"

Un deuil et un écueil
Justement, le prochain adversaire est grec et n’a qu’un point au compteur à défaut de but. Mais sans surprise, la prudence est de mise : "Pas question de s’enflammer. On est focalisé sur cette rencontre. On sait qu’un succès nous permettrait d’écrire l’histoire du football ivoirien. Ce serait un grand accomplissement. Les joueurs en ont conscience, il serait inutile de leur mettre une pression supplémentaire", souligne Lamouchi. "N’oublions pas que la Côte d’Ivoire n’a joué que huit matches de Coupe du Monde, ce n’est pas beaucoup. Cette qualification n’a rien de certaine, il va falloir la décrocher sur le terrain face à une équipe grecque au bloc défensif très solide. On le sait, il faut donc se préparer en fonction."

Là est le souci. Car le groupe a été frappé par une tragique nouvelle après le match face aux Cafeteros, en apprenant le décès d’Oyala Ibrahim Touré, frère de Kolo et Yaya, à l'âge de 28 ans. Dès lors, la préparation d’un match de Coupe du Monde de football paraît bien futile face à tel drame. "C’est difficile de parler de football quand vous apprenez pareille nouvelle. Cela paraît indécent de le faire. Les séances d’entraînement ont été plus courtes que d’habitude", confie avec sagesse Lamouchi.


Et d’ajouter : "Yaya et Kolo ont vécu une véritable tragédie. Nous sommes à leurs côtés, et aux côtés de toute leur famille. Ils ont choisi de rester avec nous. Cette décision était cruciale et difficile. De mon côté, lorsque j’évoque le match à venir, j’essaye d’être le plus professionnel possible. Je m’adresse à des hommes qui eux même le sont. Ils ont pris une décision extrêmement difficile et je les remercie pour leur courage."

Le match de ce 24 juin à Fortaleza face aux Hellènes aura donc - cela va sans dire - une saveur particulière pour les frères Touré et la véritable famille que forment les Eléphants. "Le groupe est à leur côté. A travers leur choix, je crois que Yaya et Kolo voulaient également nous dire qu’ils étaient du nôtre", conclut Lamouchi, voix de la sagesse et voie du succès.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:08

Cîte d'Ivoire : Encore un petit effort pour les Elephants



La Côte d'Ivoire n'a plus qu'un petit effort à faire mardi face à la Grèce à Fortaleza (17h00 locales/22h00 françaises) pour se qualifier pour la première fois pour les 8e de finale de la Coupe du monde, en dépit des états de forme incertains de ses stars Yaya Touré et Didier Drogba.

Malgré leur défaite face à la Colombie jeudi à Brasilia (2-1), les Ivoiriens restent en effet les mieux placés du groupe C pour rejoindre les Cafeteros en 8e de finale.

Un succès contre les Grecs les qualifierait ainsi à coup sûr et même un match nul aurait de bonnes chances de leur suffire.

Dans ce cas de figure, il faudrait en effet que les Japonais battent la Colombie avec deux buts d'écart ou en marquant trois buts de plus que la Côte d'Ivoire pour que les Africains soient éliminés.

Pour une fois tombés dans un groupe accessible, les Elephants visaient ouvertement ces 8e de finale qu'ils n'ont jamais visités et ils doivent maintenant finir le travail.

"Ils ont tous envie de rentrer dans l'histoire. Nous avons fait 40 jours de préparation, nous avons deux ans de travail en commun. Et je ne les ai jamais vus aussi bien travailler", a assuré lundi en conférence de presse leur sélectionneur Sabri Lamouchi.

"Se qualifier, on ne l'a jamais fait. On veut donner de cette joie", a quant à lui rappelé le latéral Serge Aurier, excellent depuis le début du tournoi.

Pour cela, les joueurs de Lamouchi vont encore s'appuyer sur la vitesse et la fantaisie de Gervinho, mais aussi sur un impact physique très net face au Japon, moins contre la Colombie.

La puissance ivoirienne est traditionnellement incarnée par le capitaine Yaya Touré, mais celui-ci, blessé en fin de saison avec Manchester City, ne joue pour l'instant qu'à 50 ou 60% de ses moyens.

En outre, lui et son frère Kolo ont appris cette semaine le décès de leur frère Oyala Ibrahim, mort jeudi à 28 ans d'un cancer.

Le cas Drogba
Les deux Touré, cadres de la sélection, sont restés au Brésil et Kolo devrait d'ailleurs remplacer en défense centrale Didier Zokora, suspendu après deux avertissements.

Mais Sabri Lamouchi doit aussi gérer le cas Drogba. Remplaçant lors des deux premières rencontres, l'ancien de Chelsea et de Marseille, qui lui non plus n'est pas au top physiquement, se contentera-t-il longtemps d'un rôle de joker?

Et le costume d'avant-centre titulaire n'est-il pas dans ces conditions trop large pour Wilfried Bony, buteur face au Japon mais globalement décevant dans le jeu?

"Moi, je sais ce que je vais faire. Mais j'ai la chance de pouvoir compter sur 23 Ivoiriens", a simplement répondu Lamouchi lundi.

Le journal sportif national Supersport estimait en tous cas après le revers contre la Colombie qu'une "équipe de la trempe de la Côte d'Ivoire ne peut se permettre de faire ce qu'elle a fait. C'est-à-dire laisser sur la touche son meilleur buteur".

"Lamouchi saura sans doute tirer les enseignements de son erreur de coaching", ajoutait le journal.

"Il n'y a pas de problème dans l'équipe. Didier fait partie du collectif. Sur le banc il encourageait aussi, c'est un grand homme, il sait gérer ces moments-là. C'est sûr que quand il rentre, il nous apporte un plus", a pourtant assuré Aurier.

En plus de leurs problèmes internes, les Ivoiriens vont aussi devoir gérer les Grecs, qui n'ont pour l'instant strictement rien montré mais qui sont toujours en vie grâce au match nul arraché face au Japon (0-0).

Et la Grèce n'est finalement pas si loin de la qualification. S'ils battent les Ivoiriens et que le Japon ne parvient pas à vaincre la Colombie, ce sont bien les joueurs de Fernando Santos qui iront en 8e de finale.

Fifa.com (23/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 16:34

Colombie : Quintero sort encore du lot



À peine 20 ans et 168 centimètres de pur talent : Juan Quintero s'est fait connaître de la planète football à l'été 2013, en marquant le plus beau but de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA, Turquie 2013. Un an plus tard, il a encore franchi un palier pour devenir l'un des joueurs les plus prometteurs du football mondial. Il a signé ses grands débuts à Brésil 2014 par un but décisif.

Au micro de FIFA.com, il affirme avoir l'impression de jouer ce Mondial à domicile. "Il est vrai que ça s'est parfaitement bien passé pour moi. Je voulais absolument entrer en jeu. Sur le plan personnel, le fait d'avoir marqué me rend très fier, même si le plus important, c'est que mon but et cette victoire nous ouvrent les portes des huitièmes de finale", résume le milieu de terrain colombien, entré en jeu en deuxième période contre la Côte d'Ivoire. Il a inscrit le deuxième but des Cafeteros, vainqueurs 2:1 contre les Éléphants.

Sa réalisation de l'intérieur du pied fut de toute beauté. "J'ai réussi à marquer un joli but. Je suis content de ma performance, mais il faut rester humble car mon but n'aurait pas été possible sans la frappe de James Rodriguez et la belle passe de Teo Gutierrez. Mais il est vrai que ça reste une joie incroyable", reconnaît le milieu de terrain.

Grâce à cette victoire, la Colombie a fait d'une pierre deux coups, s'ouvrant les portes des huitièmes de finale, tout en réussissant à enchaîner deux victoires consécutives pour la première fois de son histoire en Coupe du Monde de la FIFA™. À chacune de ses deux sorties dans ce Mondial, la sélection colombienne a produit un football enthousiasmant, au point qu'on en oublierait presque l'absence de Falcao, blessé. "Cette équipe possède une grosse personnalité et sait souffrir quand il le faut. Nous l'avons montré contre la Côte d'Ivoire par exemple. C'est un adversaire très difficile à jouer et cette victoire a donné confiance à tout le groupe", poursuit-il.

Faire encore mieux
À Brasília, l'Estádio Mané Garrincha chatoyait de jaune, tant les supporters colombiens étaient nombreux en tribune. Le 24 juin à Cuiabá, pour le match contre le Japon lors de l'ultime journée du Groupe C, la même chose devrait se produire. Cette ferveur inspire Quintero, comme tous les Cafeteros. "On a vraiment l'impression de jouer chez nous, à Barranquilla. Les supporters sont inconditionnels et cela nous met dans de bonnes dispositions. Nous jouons pour notre peuple et nous voulons lui offrir le plus de bonheur possible", assure le milieu du FC Porto.

Avec leur place garantie en huitièmes de finale, les Colombiens pourraient être excusés d'avoir la tête ailleurs au moment d'affronter le Japon. Mais il n'en est rien. "Non, nous ne voulons pas penser à ça. Nous avons gagné nos deux premiers matches, nous sommes qualifiés, mais il reste une rencontre de groupe à disputer. L'enjeu de ce match est la première place. C'est tout ce qui nous intéresse pour l'instant", affirme Quintero.

"C'est vrai que nous jouons bien, mais je crois sincèrement que nous pouvons faire mieux. Nous voulons jouer un football plus solide et nous allons essayer d'y arriver peu à peu. Quand nous connaîtrons notre adversaire des huitièmes de finale, alors nous pourrons penser à ce match, avec l'objectif d'atteindre les quarts, et ainsi de suite. Toujours avec confiance", conclut le talentueux milieu de terrain.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:14

Côte d'Ivoire : Lamouchi démissionne



Le sélectionneur français de la Côte d'Ivoire Sabri Lamouchi a annoncé sa démission mardi à Fortaleza, à l'issue d'une défaite 2-1 contre la Grèce qui élimine les Elephants du Mondial.

"Mon contrat se terminait à cette Coupe du monde et il n'y aura pas de suite, vous comprenez bien pourquoi. C'est logique, alors qu'on n'a pas réussi à la Coupe d'Afrique et pas réussi à la Coupe du monde", a dit Lamouchi en conférence de presse. "On s'investit pendant deux ans mais mon histoire avec la Côte d'Ivoire s'arrête malheureusement ce soir. J'ai pris énormément de plaisir et c'était une grande fierté de représenter cette grande nation", a-t-il ajouté.

"Le scénario est cruel mais les Grecs n'ont pas volé leur victoire. A une minute près on faisait l'exploit mais ce sont les petits détails du haut niveau", a encore déclaré le technicien français. "Ca me laisse beaucoup de déception et de frustration. Tout le groupe a beaucoup travaillé et a fait d'énormes efforts. Je suis triste pour eux et pour tous les Ivoiriens. Ma carrière continue et il y aura encore des défaites, mais j'aurais aimé que ça se termine autrement", a-t-il ajouté.

Battue 2-1 mardi par la Grèce, la Côte d'Ivoire a fini seulement troisième du groupe C du Mondial derrière la Colombie et la Grèce.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:17

Colombie : Mondragon efface le record de Milla



Le gardien colombien Faryd Mondragon est devenu le plus vieux joueur à disputer un Mondial à l'âge de 43 ans et trois jours, mardi lors d'un match du Mondial-2014 contre le Japon à Cuiaba.

Mondragon, entré en jeu à la 84e minute, a battu le record du Camerounais Roger Milla, 42 ans, un mois et huit jours au moment du Mondial-1994 aux Etats-Unis.

Le nouveau recordman est un globe-trotter qui a joué dans un onze clubs de huit pays différents, au Paraguay, en Turquie, en Allemagne et aussi en France, à Metz, après avoir débuté sa carrière professionnelle en 1990 au Deportivo Cali, en Colombie.

"Je suis un privilégié de pouvoir être à un Mondial à 43 ans", avait déclaré Mondragon samedi, après avoir passé les deux premiers matches sur le banc.

Le sélectionneur José Pekerman a profité du large écart creusé par la Colombie (3-1) face aux Japonais pour faire entrer son vétéran à la 84e minute à la place du gardien de Nice David Ospina. Les "Cafeteros" ont marqué un quatrième but après son entrée.

Mondragon a battu par la même occasion deux autres records. Aucun joueur n'avait attendu seize ans, entre France-98 et Brésil-2014, pour participer de nouveau à un Mondial. Personne n'avait non plus joué deux Coupes du monde à vingt ans de distance, comme Mondragon, qui était déjà-là au Mondial-94 aux Etats-Unis.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:21

Japon 1 - Colombie 4
Les coiffeurs colombiens puissance quatre




Quand la Colombie aligne ses coiffeurs, cela donne une équipe avec le meilleur buteur du championnat portugais Jackson Martinez, le deuxième meilleur artilleur de celui d’Allemagne Adrian Ramos, l’un des plus grands espoirs du football mondial Juan Quintero, et un milieu titulaire à l’Inter Milan, Fredy Guarin. Rien que ça… En face, le Japon aligne son meilleur onze, avec notamment un trident offensif Shinji Kagawa – Keisuke Honda - Shinji Okazaki.

Mais dans sa surface, Yasuyuki Konno sort les ciseaux pour tailler Adrian Ramos. Eiji Kawashima s’essaie à l’arrêt sur le côté, mais Juan Cuadrado frappe de l’autre et s’en va secouer ses dreadlocks pour fêter ça (0:1, 17’). Les Asiatiques taillent dans le vif pour égaliser et Honda et Kagawa expédient des frappes lointaines que David Ospina renvoie (26’), ou voit raser son poteau (32’). Juste avant la pause, bien dégagé sur le côté, Honda trouve la tête d’Okazaki. Ospina est à un cheveu de la sortir, mais doit s’incliner (1:1, 45’+1).

Les Japonais se relancent, mais Jackson Martinez arrive comme un cheveu sur la soupe et inscrit un doublé (1:2, 55’ ; 1:3, 82’), avant que James Rodriguez ne consolide la première place des Cafeteros (1:4, 90'). Sur son banc, Alberto Zaccheroni s’arrache les cheveux blancs en voyant son équipe éliminée. En huitième, la Colombie affrontera l’Uruguay, dont les défenseurs peuvent déjà se faire des cheveux blancs…

Homme du Match : Jackson Martinez (COL)

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 13:29

Grèce 2 - Côte d'Ivoire 1
La Grèce pousse les Elephants dehors




Tout semblait jouer contre la Grèce. Pourtant, la pire attaque de la Coupe du Monde avec l'Iran au coup d'envoi contre la Côte d'Ivoire a réussi le coup parfait et s'est qualifiée pour les huitièmes de finale, laissant les Elephants sur le carreau.

Les champions d'Europe 2004 ne se sont jamais laissés abattre., même après avoir perdu sur blessure Panagiotis Koné (12') puis le gardien Orestis Karnezis(24'). Dominés, ils défendent en guerriers tout en jouant quelques coups à fond, à l'image de José Cholebas qui tape la barre (32') ou de Gorgios Karagounis qui contraint Boubacar Barry à une intervention sur sa ligne (34').

Mais le portier ivoirien sera finalement trahi par son propre camp, avec une boulette plein axe d'Ismael Tiote, dont profite Andreas Samaris (1:0, 42'). Les hommes de Sabri Lamouchi sont sonnés, surtout qu'ils dominent les débats, mais se montrent trop inoffensifs dans la zone de vérité où les espaces sont rarissimes.

L'inquiétude monte en seconde mi-temps, pour virer au désespoir. Il y a d'abord une bouffée de joie quand le mur grec cède enfin sur un superbe mouvement à trois conclut par Wilfried Bony (1:1). Mais une immense tristesse s'abat sur les Africains quand Georgios Samaras s'écroule dans la surface et transforme le penalty dans le temps additionnel (2:1, 90+3').

La Grèce et la Colombie, vainqueur du Japon, sont les deux qualifiés du Groupe D. Les Hellènes ont rendez-vous avec le Costa Rica en huitième de finale.

Homme du Match : Georgios Samaras (GRE)

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 16:30

Côte d'Ivoire, Lamouchi : "Mon histoire avec la Côte d'Ivoire s'arrête"



"Mon histoire avec la Côte d'Ivoire s'arrête", a déclaré mardi le sélectionneur français de la Côte d'Ivoire Sabri Lamouchi, qui a annoncé sa démission après l'élimination des Elephants au Mondial.

Cette élimination aura-t-elle une incidence sur votre carrière ?
Mon contrat se terminait à cette Coupe du monde et il n'y aura pas de suite, vous comprenez bien pourquoi. C'est logique, alors qu'on n'a pas réussi à la Coupe d'Afrique et pas réussi à la Coupe du monde. On s'investit pendant deux ans mais mon histoire avec la Côte d'Ivoire s'arrête malheureusement ce soir. J'ai pris énormément de plaisir et c'était une grande fierté de représenter cette grande nation.

Comment analysez-vous ce match ?
Le scénario est cruel mais les Grecs n'ont pas volé leur victoire. A une minute près on faisait l'exploit mais ce sont les petits détails du haut niveau. Ca me laisse beaucoup de déception et de frustration. Tout le groupe a beaucoup travaillé et a fait d'énormes efforts. Je suis triste pour eux et pour tous les Ivoiriens. Ma carrière continue et il y aura encore des défaites, mais j'aurais aimé que ça se termine autrement.

Pourquoi faites-vous entrer Bony, un attaquant, puis remplacez-vous Gervinho ?
Je fais entrer Wilfried parce qu'on est mené. Ensuite, on s'est créé un peu plus d'occasions. Après ce but, un nul nous suffisait. Et connaissant le résultat de l'autre match, il ne fallait surtout pas prendre de deuxième but. Voilà pourquoi je fais ce changement avec Gervinho. Mais à la fin, on avait de plus en plus de mal à défendre.

Sur quoi s'est joué le match ?
Je parle toujours d'équilibre, d'efficacité offensive et défensive. Contre la Colombie et la Grèce, nos adversaires n'ont pas besoin d'énormes situations puisqu'on leur donne la possibilité de nous faire mal. Ca ne pardonne pas. Nous, on n'a pas eu la chance de bénéficier d'erreurs adverses. C'est le football. C'est cruel mais c'est le football.

Que peut-on attendre maintenant pour la Côte d'Ivoire ?
Il y a six joueurs qui ont fait trois Coupes du monde, quatre qui en ont fait deux et treize dont c'était le premier Mondial. Je ne dis pas que la relève est assurée mais je dis que je suis triste pour tous ceux qui ont fait beaucoup d'efforts. Ces quarante jours se sont passés de la meilleure des façons. Ils ont très bien travaillé. Je suis triste car ils ne connaîtront pas le plaisir de savoir ce que c'est d'être parmi les seize meilleures nations du monde. Il faut maintenant un autre discours, un autre fonctionnement. Je souhaite aux Eléphants de connaître des jours meilleurs et ce sera le cas car une génération arrive avec beaucoup de talent.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 16:45

Grèce : Samaras écrit le nouveau mythe grec



Les pieds solidement ancrés dans la pelouse. Les yeux rivés sur le brazuca. Un, deux, trois, quatre pas en arrière. 60 000 personnes à l’affût du moindre geste dans le stade et des millions devant leur poste de télévision. Un pays entier priant pour que l’histoire ait enfin une fin heureuse. C’est parti pour la course d’élan... Le temps s’arrête pendant une fraction de seconde et le cri monte dans les gorges. Buuuuuuuuuuuuuuut ! Un but qui envoie tout un peuple au paradis.

C’est ainsi que Georgios Samaras a vécu les derniers instants de Grèce - Côte d’Ivoire. Son penalty, tiré avec assurance à la gauche du gardien, a propulsé les Hellènes au deuxième tour d’une Coupe du Monde de la FIFA™ pour la première fois de leur histoire. La pression, pour l'attaquant du Celtic, cela relevait de la routine. "Ce que j’ai senti au moment d’y aller ? Rien, absolument rien. J’ai pris le ballon, je l’ai posé sur le point de penalty. Il n’y avait plus que moi et le gardien", raconte le héros au micro de FIFA.com. "Faire le vide, se concentrer et tenter de l’envoyer au fond des filets. Je l’ai déjà fait des milliers de fois à l’entraînement, parfois même en match. Qu’il y ait une seule personne à la fin d’un entraînement ou des milliers dans un stade, ça ne change rien".

Cela pourrait être difficile à croire si l’homme ne dégageait pas une telle sérénité, une telle assurance. L'attaquant confie également qu'il savait parfaitement ce qu'il allait faire dès le coup de sifflet de l’arbitre. "Avant même de prendre mon élan, je savais où j’allais la mettre. C’était très clair dans mon esprit. Donc je n’avais plus qu’à concrétiser mon intention", précise-t-il.

Quel aplomb ! Non seulement le sien, mais également celui de tous ses coéquipiers, qui ont continué de se battre alors que tout le monde les croyait éliminés. "Nous n’avons jamais perdu espoir et nous nous sommes battus jusqu’à la dernière seconde. Nous connaissons tous des histoires de matches qui ont basculé sur la dernière action", assur Samaras. "Cela arrive aussi pour de gros matches où il y a encore deux buts d’écart. C’est pourquoi il faut toujours continuer de se battre jusqu’au coup de sifflet final", estime le buteur grec.

Changement d’approche
Il s’agit du résultat le plus important du football grec depuis l’incroyable exploit réussi à l’UEFA EURO 2004. Depuis, l’équipe hellénique traîne une réputation d’équipe ultra-défensive. Selon Samaras, la version 2014 est déterminée à faire évoluer cela. "Lors de cette Coupe du Monde, nous n’avons pas été défensifs", martèle le joueur du Celtic Glasgow. "Nous avons perdu 3:0 lors du premier match, mais nous avons essayé d’attaquer. Face au Japon, nous n’avons pas eu d’autre choix parce nous avons été réduits à 10, mais même dans ces conditions, nous avons essayé d’exploiter les occasions de contre", ajoute l'attaquant. "Aujourd’hui, nous avons contrôlé le match. Notre défense a bien joué et nous avons réussi à marquer dans les moments importants. À vrai dire, à 1:0 nous aurions dû tuer le match, mais nous avons trouvé les poteaux à trois reprises."

L'adversaire suivant est le Costa Rica, une équipe que la Grèce n’a jamais affrontée mais que ses joueurs ont pu découvrir au fil des derniers jours. Samaras prouve qu’au-delà de sa volonté inébranlable, il sait aussi prendre du recul et rire de tout, en particulier de sa ressemblance physique avec la star des Ticos Bryan Ruiz ! "Moi j’ai de la barbe et pas lui ! Il ne va pas avoir le temps de la faire pousser, donc on ne va pas nous confondre !", rigole-t-il. "C’est un super joueur qui réussit une belle carrière aux Pays-Bas. Nous allons les prendre très au sérieux." Et nous battre jusqu'au coup de sifflet final, serait-on tenté d'ajouter...

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 16:47

Colombie : L'éternel Mondragon dépasse le Vieux Lion



En temps normal, la sortie d’un gardien sur blessure n’est pas de bon augure pour une équipe. Pourtant, lorsque le quatrième arbitre a brandi le numéro de David Ospina alors que la Colombie menait 3:1 face au Japon, la fièvre est montrée d’un cran. En remplaçant le portier de l'OGC Nice, Faryd Mondragon est devenu le joueur le plus âgé à participer à une Coupe du Monde de la FIFA™.

La qualification des hommes de José Pekerman pour les huitièmes de finale vient égaler la meilleure performance des Cafeteros dans l’épreuve suprême, réussie à Italie 1990. Quant à Mondragon, il a fait tomber le record d’ancienneté établi par un certain Roger Milla à États-Unis 1994. Après avoir donné l’accolade à l’actuel titulaire est allé prendre place dans les cages, sûrement pour la dernière fois de sa carrière.

Aujourd’hui âgé de 43 ans et quatre jours, Mondragon côtoyait les Carlos Valderrama et autres Freddy Rincon lors de sa première Coupe du Monde, en 1994. La Colombie n’était pas parvenue à rééditer sa performance italienne. Quatre ans plus tard, à France 1998, rebelote. L’Angleterre avait barré la route des Sud-Américains. Seize ans plus tard, Mondragon est toujours de l’aventure. Rayonnant de fierté et se régalant des applaudissements qui pleuvent des tribunes, il accède aux huitièmes avec son équipe.

Depuis qu’il a réalisé une ultime intervention qui a permis aux siens de tenir le score de 4:1, il n’a pas quitté son immense sourire. "C’est un honneur pour moi d’être ici. En m’emparant de ce record, je deviens la personne qui incarne le football colombien et l’histoire du football colombien", estime-t-il au micro de la FIFA. Lorsqu’il s’est approché de la ligne de touche et que le quatrième arbitre a brandi son numéro, le stade est entré en éruption. "C’était incroyable. Je pense que tout le monde attendait ce moment. J’aimerais dire un grand merci à Jose Pekerman, à toute l’équipe et à mes amis. Grâce à eux, mon rêve est devenu réalité."

Figure emblématique d’une équipe dont plusieurs vedettes pourraient être ses enfants, Mondragon constitue une véritable source de motivation et de fierté auprès de laquelle tous les Cafeteros sont ravis de s’entraîner. "Cela couronne tous les efforts qu’il a faits pendant sa carrière et je suis ravi que ce record arrive aujourd’hui", indique Carlos Carbonero à la FIFA. "C’est merveilleux pour le football colombien d’avoir quelqu’un comme Faryd. Pas que pour le football colombien, d’ailleurs, mais pour le football mondial. C’est un grand monsieur et je suis ravi qu’il soit colombien."

Trait d'union entre deux générations
Après avoir effacé Roger Milla des tablettes, Mondragon estime son équipe capable d’améliorer sa meilleure performance en Coupe du Monde. "De par notre jeu et nos résultats, nous sommes déjà en train d’écrire l’histoire", estime-t-il. Et il n’a pas tort. Avec neuf buts inscrits en poules, les Cafeteros réalisent d’ores-et-déjà leur Coupe du Monde la plus offensive. "Les neuf points avec lesquels nous bouclons cette phase de poules nous permettent d’envisager la suite en toute confiance", ajoute le portier.

Invité à comparer le groupe actuel à la génération dorée des années 1990, le globe-trotter ayant évolué dans sept pays et 11 clubs estime que l’expérience acquise à l’étranger rend l’équipe actuelle encore plus forte. "L’avantage que nous avons, c’est que 95 % des joueurs actuels évoluent en Europe. Ils possèdent donc l’expérience individuelle et la maturité nécessaires pour affronter le plus haut niveau",juge-t-il. "Lors de la Coupe du Monde 1994, 95 % du groupe jouait en Colombie."

Le seul point commun entre ses deux générations ? Faryd Mondragon, présent dans les deux campagnes, et désormais doyen de l’histoire de la Coupe du Monde.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Mer 25 Juin - 19:45

Côte d'Ivoire : Le cimetière des Elephants



Eliminée du Mondial sur un penalty concédé à la dernière seconde face à la Grèce, la Côte d'Ivoire n'a jamais trouvé le bon rythme au Brésil et a confirmé son incapacité récurrente à être présente dans les grands rendez-vous.

Elle n'a plus de coach, certains joueurs vont arrêter et d'autres ont montré leurs limites: arrivée au Mondial pleine d'ambition, elle en repart en plein chantier.

Une occasion en or
En 2006 et en 2010, les Ivoiriens avaient l'excuse de poules affreusement difficiles pour justifier leur élimination. Rien de tel cette année, avec en dehors d'une séduisante Colombie, un Japon très faible et une Grèce qui n'a que sa bravoure comme réelle qualité.

L'échec ivoirien est d'autant plus regrettable que l'adversaire attendu en 8e de finale, le Costa Rica, était lui aussi accessible.

Lamouchi avait parlé avant le match de mardi de joueurs qui voulaient "entrer dans l'histoire". La porte était immense mais les Elephants sont pourtant restés coincés sur le seuil et ils ne parviennent pas à détacher cette étiquette d'équipe qui ne gagne jamais.

Finaliste de la Coupe d'Afrique en 2006 et 2012 (battue par l'Egypte et la Zambie), trois fois éliminée au premier tour du Mondial: la Côte d'Ivoire n'a jamais confirmé le potentiel qu'on lui prête depuis l'avènement de Didier Drogba.

Un champ de ruines
Le président de l'assemblée nationale s'était déplacé au Brésil pour annoncer le doublement de la prime de qualification. Le sélectionneur Sabri Lamouchi ne tarissait pas d'éloge sur le professionnalisme des joueurs et disait espérer qu'ils récolteraient "ce qu'ils ont semé pendant deux ans d'efforts et de sacrifices".

Mais après le match, tout cela était oublié et la zone mixte n'était que désolation, entre un coach démissionnaire mais très digne dans son discours et des joueurs dont certains sont apparus extrêmement abattus.

Yaya Touré, très marqué par le décès de son frère la semaine dernière, a ainsi expliqué aux journalistes qu'il avait "surtout besoin de dormir".

"Je veux juste rentrer chez moi", a de son côté déclaré Giovanni Sio, auteur de la faute qui a provoqué le penalty fatal aux Ivoiriens.

Quant à Kolo Touré, il était sans pitié pour lui et ses équipiers: "C'est ça le problème des équipes africaines, on ne réfléchit pas assez".

Et maintenant ?
En attendant la désignation d'un nouveau coach, le bilan individuel de ce Mondial est inquiétant. Après trois matches, il est bien difficile de dire quelle était l'idée de jeu des Ivoiriens et les vraies satisfactions sont rarissimes. A 21 ans, Serge Aurier a été presque parfait de bout en bout et il a une vraie carrière devant lui. Devant, Gervinho a parfois été brouillon mais il n'a cessé d'insuffler de la vie dans le triste jeu des Elephants.

Yaya Touré et Drogba, arrivés à court de forme, ont eux été très, très loin des joueurs qu'ils sont ou ont été. Drogba, 36 ans, n'a pas souhaité s'exprimer en zone mixte, traversée avec un petit sourire désabusé. C'était sa dernière Coupe du monde. Ira-t-il jusqu'à la prochaine CAN ?

Affecté par son deuil, Yaya n'a lui joué qu'à 50% de son potentiel physique. Il avait dans les jambes trois accélérations par match. Le reste du temps, il a traîné sa carcasse en trottinant.

L'attaquant Salomon Kalou a de son côté traversé ce Mondial sans la moindre influence. Au milieu, Tioté et Dié se sont succédé pour des pertes de balle terribles et fatales contre la Colombie puis la Grèce. Les autres ont été anonymes. La situation n'est pas brillante, mais le parcours des Ivoiriens l'a été encore moins.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Jeu 26 Juin - 15:00

Japon : Zaccheroni démissionne



L'entraîneur du Japon, l'Italien Alberto Zaccheroni, a annoncé sa démission mercredi, au lendemain de l'élimination de son équipe au premier tour du Mondial, ont rapporté les médias japonais.

"Je voulais vraiment faire avancer l'équipe et la qualifier pour le deuxième tour, je suis très déçu. J'ai choisi l'équipe, j'ai décidé de la tactique et de la façon de jouer et je veux en assumer l'entière responsabilité", a dit Zaccheroni.

"J'ai dit aux joueurs et autres personnels de l'équipe que j'avais été heureux et fier d'avoir été leur entraîneur. Au cours des quatre dernières années, j'ai mis mon coeur et mon âme au service de la croissance de cette équipe", a-t-il ajouté.

"Je pense que la culture du football japonais et la technique ou les caractéristiques particulières des joueurs peuvent marquer sur la scène mondiale, mais il leur manque la force physique", a expliqué l'entraîneur.

"J'ai essayé de créer une équipe avec de la vitesse et une intensité de jeu et je ne pense pas être allé dans la mauvaise direction. Il me semble que l'équipe doit continuer sur le même chemin que ces quatre dernières années", a insisté M. Zaccheroni.

"Ces joueurs peuvent se battre avec courage face à des équipes plus grosses et se créer leur propre identité", a-t-il assuré.

Les Japonais ont quitté la compétition après leur défaite contre la Colombie (4-1). Ils avaient auparavant fait match nul face à la Grèce (0-0) et perdu contre le Côte d'Ivoire (2-1).

Zaccheroni, 61 ans, était à la tête des "Samouraïs bleus" depuis 2010. Il a conduit l'équipe à la victoire en Coupe d'Asie en 2011.

Il s'était auparavant occupé de nombreux clubs en Italie, dont l'AC Milan, la Lazio et l'Inter.

Fifa.com (25/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 16:28

Aguirre d'accord avec le Japon



Le Mexicain Javier Aguirre, ancien entraîneur du Mexique et de l'Espanyol Barcelone, a accepté de prendre en mains la sélection du Japon en remplacement d'Alberto Zaccheroni, démissionnaire, a annoncé lundi un quotidien sportif local.

Selon le Nikkan Sports, Aguirre, 55 ans et qui avait conduit le Mexique en 8e de finale des Mondiaux 2002 et 2006, toucherait un salaire annuel de 2,45 millions de dollars (1,8 M EUR environ), soit plus du double de celui de son prédécesseur italien.

Selon le journal, la Fédération nippone et Aguirre seraient déjà parvenus à un accord et il devrait être présenté en juillet à Tokyo.

Contactée par l'AFP, la JFA a simplement dit qu'aucune décision formelle n'avait encore été prise.

Aguirre a entraîné de nombreux clubs en Espagne: Osasuna (2002-2006), l'Atletico Madrid (2006-2009) et le Real Saragosse (2010-2011). Il a été sélectionneur du Mexique en 2001-2002 et en 2009-2010. Il a quitté l'Espanyol Barcelone en mai dernier.

Au Brésil, le Japon, champion d'Asie, a terminé dernier du groupe C avec un point. Les Samourais bleus ont fait match nul avec la Grèce (0-0) et ont été battus par la Côte d'Ivoire (2-1) et la Colombie (4-1). Et Zaccheroni a présenté sa démission dans la foulée de la lourde défaite devant les Cafeteros.

Fifa.com (30/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : Groupe C (Colombie, Grèce, Côte d'Ivoire, Japon)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum