CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 19:44

Estádio Castelão Fortaleza (BRA)
29 juin 2014 - 13:00 Heure Locale (17:00 DZ)
Huitièmes de finale


PAYS-BAS - MEXIQUE

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Mar 24 Juin - 20:06

Pays-Bas : Kuyt lance des fleurs à Robben



L'attaquant néerlandais Dirk Kuyt estime que son compatriote Arjen Robben est pour le moment "le meilleure joueur du Mondial" et ne l'échangerait "contre aucun autre joueur", a-t-il déclaré mardi à Rio en conférence de presse.

"Pour le moment, c'est le meilleur. Cela fait déjà longtemps qu'il reste à un très haut niveau en équipe nationale. Ses performances sont incroyables", a dit le joueur de Fenerbahce. "Je ne l'échangerais contre aucun autre joueur de ce tournoi, a-t-il ajouté. J'espère qu'il maintiendra ce niveau jusqu'au bout du Mondial"

Son équipier Memphis Depay a abondé dans le même sens. "Même à l'entraînement je n'en crois pas mes yeux... Ce qu'il parvient à faire avec le ballon, c'est exceptionnel", s'est félicité l'attaquant du PSV Eindhoven. "Avec le ballon, c'est le joueur le plus rapide du monde", a ajouté Depay, lui aussi considéré comme un joueur très rapide balle au pied.

Lundi sur Twitter, le commentateur anglais Gary Lineker avait lui aussi estimé que "Robben (était) le meilleur joueur de la phase des poules".

Robben, déjà auteur de trois buts et d'une passe décisive, est l'un des artisans des succès des Oranje sur l'Espagne (5-1), l'Australie (3-2) et le Chili (2-0).

Les Pays-Bas affronteront le Mexique en huitième de finale dimanche à Fortaleza.

Fifa.com (24/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Ven 27 Juin - 16:22

Pays-Bas : Sneijder, stratège devenu marathonien



Le Néerlandais Wesley Sneijder, l'un des joueurs les plus en vue de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, a accepté un rôle plus dans l'ombre au Brésil, davantage marathonien, moins stratège, au service de Pays-Bas plus réactifs qu'entreprenants.

Les Oranje, qui rencontrent le Mexique en quart de finale dimanche à Fortaleza, peuvent compter sur un joueur "dévoué", assure-t-il dans la presse de son pays.

"Je n'ai jamais autant couru que durant ce tournoi, constate le joueur de Galatasaray en Turquie. J'étais habitué à recevoir les ballons pour les distribuer. Maintenant, c'est à moi de les chasser. Je suis dans une super condition donc ça ne pose pas de problème".

"Je n'ai aucun problème avec cela", assure le N.10 de la sélection Oranje, qui court en moyenne 11 kilomètres par match depuis le début du Mondial, selon les statistiques de la Fifa. "Beaucoup plus qu'auparavant", assure-t-il.

Démarche collective

La situation ne doit toutefois pas être facile à vivre pour celui qui était le maître à jouer des Pays-Bas en 2010 et voit, quatre ans plus tard, la presse internationale s'extasier devant les prestations de Robin van Persie et Arjen Robben.

Face à l'Espagne (5-1), Sneijder a réussi deux passes décisives avant d'être moins déterminant face à l'Australie (3-2) et au Chili (2-0).

"Si vous me jugez sur mes buts et mes +assists+, alors oui, mon bilan n'est pas fameux, concède-t-il. Mais ce que je dois faire, je le fais. Je m'inscris dans une démarche collective. Et le coach est content de ce que je produis".

Aux Pays-Bas, certaines critiques (de Johan Cruyff notamment) se font entendre sur la tactique adoptée par van Gaal. Contre le Chili, la possession de balle néerlandaise ne fut que de 36%. Au pays du "football total", cela passe difficilement.

"Nous avons neuf points sur neuf, dix buts inscrits. C'est la meilleure réponse aux critiques", estime Sneijder, ajoutant que ce système prônant "le jeu en contre-attaques fonctionne".

Pas d'excès de confiance

"J'ai le sentiment que nous pouvons aller très loin dans ce Mondial. Je suis beaucoup plus optimiste qu'il y a un mois, ajoute le joueur formé à l'Ajax. La défense est solide et, devant, Arjen et Robin sont dans une forme étincelante".

L'excès de confiance ne gagnerait-il pas, comme souvent, le camp néerlandais ? Sneijder ne le pense pas.

"Les anciens, nous avons le souvenir de l'Euro-2008, explique l'ex-joueur du Real Madrid et de l'Inter Milan. En phase de poules, nous avions écrasé l'Italie, la France et la Roumanie. Avant de chuter en quart de finale face à la Russie".

"C'est vrai qu'à l'époque, nous nous étions emballés. Il est possible que notre excès de confiance ait précipité notre perte, se rappelle Sneijder. Avec Arjen et Robin, nous nous sommes chargés cette semaine de mettre en garde nos jeunes équipiers".

Et Sneijder de conclure qu'il s'attend à un Mexique qui "va peut-être adopter une tactique attentiste".

"Ce sera alors peut-être à nous de prendre le jeu en mains en revenant à nos anciennes recettes. Louis van Gaal n'écarte pas ce scénario".

Le néo-marathonien pourrait-il dans ce cas redevenir stratège ?

Fifa.com (27/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Ven 27 Juin - 16:24

Mexique : Herrera, un entraîneur qui fait le spectacle



Nul ne sait si l'alléchant huitième de finale entre les Pays-Bas et le Mexique tiendra ses promesses dimanche, mais il y aura à coup sûr du spectacle à Fortaleza sur le banc d'"El Tri" grâce à l'exubérant entraîneur Miguel "El Piojo" Herrera.

"Le Poux" avait prévenu tout le monde avant le Mondial: garder son calme pendant les matches ne fait pas partie de ses priorités.

Dès que le coup d'envoi est donné, l'entraîneur entre en ébullition. Les photos qui le montrent explosant après chaque but, houspillant ses joueurs ou se rebellant contre les arbitres font le tour du web.

Cet homme petit et replet ne dégage pas au premier abord un immense charisme. Erreur, car ses hommes le suivent les yeux fermés. Comme il n'a pas le droit de quitter la zone assignée aux entraîneurs, ce sont eux qui viennent l'embrasser, voire s'empiler sur lui, après chaque but.

C'est qu'Herrera, 46 ans, a tiré le Mexique d'une très mauvaise passe. Lorsqu'il a été appelé à la rescousse, en octobre dernier, "El Tri" venait juste d'arracher in extremis une place de barragiste dans la peu relevée zone Concacaf. Les joueurs s'étaient même sentis obligés de présenter leurs excuses à leurs supporteurs, passés à deux doigts de ne pas voir leur équipe au Mondial pour la première fois depuis 28 ans.

Le nouveau sélectionneur, un ancien international qui n'eut toutefois jamais le plaisir de disputer une Coupe du monde en tant que joueur, a su mobiliser ses troupes pour remporter le ticket aux dépens de la Nouvelle-Zélande en repêchage.

Conscient de la bouderie des supporteurs, il a lancé une campagne à la télévision et sur Twitter pour les convaincre de croire de nouveau en l'équipe. Son succès est allé au-delà de tout ce qu'il espérait. Aujourd'hui, il est lui-même l'objet d'un début de culte dans son pays.

Des choix payants

Au Brésil, le grand défi d'Herrera était de ne pas décevoir ces attentes toutes neuves, malgré un tirage au sort peu clément, avec le Brésil, la Croatie et le Cameroun pour adversaires du premier tour.

Dépourvu de toute expérience en dehors de son pays natal, le sélectionneur n'en a pas moins démontré qu'en plus de son talent de meneur d'hommes, il avait de solides compétences tactiques. Depuis le début de la compétition, tous ses paris se sont révélés gagnants.

Ainsi, le gardien Guillermo Ochoa, choisi à la dernière minute, est devenu une des figures du Mondial grâce à un match monumental contre le Brésil (0-0).

Le rappel de Rafael Marquez, qui s'est laissé convaincre de rempiler à 35 ans, a offert au défenseur central comme une seconde jeunesse au Brésil, où il a même marqué un but lors de la victoire décisive sur la Croatie (3-1).

Au milieu du terrain, le secteur qui suscitait le plus d'inquiétudes, son choix d'un trio plus dynamique que puissant - Vazquez (1,64 m), Guardado (1,67 m) et son homonyme Herrera (1,80 m) - a payé, même face à la redoutable paire croate Modric-Rakitic.

Et devant, on ne se souvient même plus de Carlos Vela, naguère considéré comme le meilleur attaquant mexicain mais qui refuse d'être sélectionné. L'utilisation comme joker de Javier "Chicharito" Hernandez, pourtant l'un des membres les plus prestigieux du groupe avec son estampille Manchester United, n'est même pas contestée.

Résultat, le Mexique s'est qualifié sans perdre un match et en ne prenant qu'un seul but, tout en privilégiant un style offensif qui séduit les foules.

Il ne manque plus qu'un exploit contre les Pays-Bas, qui conduirait le Mexique en quart de finale pour la première fois depuis 28 ans, pour que le travail du "Poux" se transforme en chef d'oeuvre.

Fifa.com (27/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 15:04

Pays-Bas : Le délicat virage de la mort subite



Les Pays-Bas, épouvantail de ce début de Mondial, doivent chasser toute euphorie avant d'aborder dimanche (18h00) la phase à élimination directe en huitièmes face au Mexique, qui espère de son côté franchir enfin l'obstacle après cinq éliminations consécutives à ce stade.

A Fortaleza, c'est le début des matchs couperets pour ces deux équipes qui ont chacune par le passé peiné à négocier le passage de la phase de poules à celle dite de la "mort subite".

Sur le papier, les "Oranje" partent favoris avec leur attaque de feu, la meilleure du tournoi avant les 8es de finale (10 buts): ils ont battu tour à tour les tenants du titre espagnols (5-1), les Australiens (3-2) et les Chiliens (2-0).

Trois buts pour la flèche Arjen Robben, trois autres pour le capitaine Robin van Persie, et la sensation que les hommes de Louis van Gaal, qui bénéficient d'une moitié de tableau plutôt dégagée, peuvent rêver du titre qui leur a échappé il y a quatre ans.

Mais les finalistes du Mondial-2010 ont déjà connu jadis des emballements prématurés suivis de désillusions cruelles au moment des matchs décisifs.

Il y a notamment eu le précédent de l'Euro-2008 où les Néerlandais avaient impressionné en poules avec trois victoires (Italie, France, Roumanie) avant de s'effondrer face à la Russie dès le passage au second tour.

"Gare à l'euphorie"
"C'est vrai qu'à l'époque, nous nous étions emballés", se remémore Wesley Sneijder. "Il est possible que notre excès de confiance ait précipité notre perte. Avec Arjen et Robin, nous nous sommes chargés cette semaine de mettre en garde nos jeunes équipiers".

L'échec de l'élimination au premier tour de l'Euro-2012 pèse également sur cette équipe, dont les plus jeunes éléments doivent encore faire leurs preuves à l'heure de monter au feu.

"Avant d'arriver au Brésil, beaucoup d'observateurs aux Pays-Bas étaient pessimistes et pensaient que nous ne survivrions pas à la phase de poules", note le milieu de terrain Georginio Wijnaldum.

"Les mêmes pensent aujourd'hui que nous pouvons décrocher le titre, ajoute-t-il. C'est le grand écart. Mais gare à l'euphorie. Rien ne sera simple. Le Mexique a autant envie que nous d'atteindre la finale."

Cette ambition, les Mexicains n'ont pas hésité à l'afficher cette semaine. "Nous allons nous battre avec nos armes et nous allons gagner", a assuré sur une radio mexicaine le sélectionneur du "Tri", Miguel Herrera.

Sauf que depuis 1994, le Mexique échoue immanquablement en huitièmes de finale de chaque Mondial, au moment où le droit à l'erreur disparaît.

Ochoa face à Robben et Van Persie
Battre les Pays-Bas serait probablement ressenti comme la fin d'une malédiction pour les Mexicains, qui peuvent égaler leur meilleur résultat en Coupe du monde (quarts en 1970 et 1986). Et même voir plus loin, car le vainqueur du match Pays-Bas - Mexique affrontera celui du duel des invités-surprises entre la Grèce et le Costa Rica.

"Nous sommes sur la voie pour atteindre l'objectif que nous nous sommes fixés, entrer dans l'histoire, atteindre le septième match", c'est-à-dire la finale, a prévenu "El Piojo" Herrera.

A l'instar des Pays-Bas, le Mexique a déployé un jeu plutôt offensif pour battre le Cameroun (1-0) et la Croatie (3-1). Mais il dispose aussi en défense d'un gardien en état de grâce, Guillermo Ochoa, qui a écoeuré à lui tout seul le Brésil de Neymar (0-0) et est prêt à récidiver face à Robben et Van Persie.

Ce sera là l'une des grandes attractions du match, même si les Néerlandais, vrais "tueurs" en contre-attaque, ne devraient pas bénéficier des mêmes espaces qu'en poules. Sneijder a d'ailleurs prévenu qu'il s'attendait à voir le Mexique adopter "une tactique attentiste".

"Ce sera alors peut-être à nous de prendre le jeu en mains en revenant à nos anciennes recettes", c'est-à-dire le 4-3-3 plutôt que le 5-3-2, a conclu le meneur néerlandais.

Fifa.com (27/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 15:05

Pays-Bas : Van Gaal, avocat de sa défense



Craquera ? Craquera pas ? La défense des Pays-Bas, pointée à l'entame du Mondial comme l'éventuel point faible de l'équipe, demeure une énigme au moment d'aborder les huitièmes de finale face au Mexique dimanche à Fortaleza.

Le sélectionneur Louis van Gaal, avocat de sa défense, a pour le moment fait taire toutes les critiques, celles de son compatriote (et meilleur ennemi) Johan Cruyff notamment, ce dernier estimant que les Néerlandais jouaient "contre-nature, trop bas", en se reposant sur une arrière-garde "très inexpérimentée".

"Je fais avec les qualités des joueurs dont je dispose. Je pense que ça se passe très bien", plaide depuis plusieurs semaines le futur entraîneur de Manchester United.

Le manque d'expérience des défenseurs au niveau international, la mise en place d'un nouveau système (5-3-2 au lieu du 4-3-3) et l'utilisation de joueurs à des places qui ne sont pas les leurs en club, avaient fait naître des doutes dans le camp Oranje.

Mais la défense néerlandaise n'a concédé que trois buts en trois matchs lors de la phase de poules, dont deux sur penaltys.

Cruyff : "Notre jeu ? Pas bon'"
Et le gardien Jasper Cillessen n'a guère dû s'employer lors de ces trois premières rencontres face à l'Espagne (5-1), l'Australie (3-2) et le Chili (2-0).

Comment donner tort à Van Gaal ? Cruyff, souvent en désaccord avec son compatriote, s'y est pourtant risqué dans sa tribune hebdomadaire au quotidien De Telegraaf.

"Nous sommes qualifiés, OK. Mais notre jeu n'est pas bon. Notre défense est très jeune. Supportera-t-elle la pression ?", écrit-il après la qualification pour les 8es de finale.

"J'aime la façon qu'a l'Allemagne de jouer, dans son propre style. C'est ce que devraient faire les Pays-Bas. Les résultats sont là, mais maintenant il est temps de jouer notre football", poursuit-il.

En d'autres termes, voir les Oranje évoluer avec cinq défenseurs et deux (voire trois) milieux récupérateurs ne plairait pas du tout à l'adepte du football total.

Selon Cruyff, donc, les défenseurs néerlandais seraient trop immatures pour supporter la tension du Mondial.

Il est vrai qu'avant leur arrivée au Brésil, les Janmaat, De Vrij, Vlaar, Martins Indi, Blind et autre Wijnaldum (la plupart évoluant en Eredivisie, dans le Championnat néerlandais, peu compétitif) manquaient de repères dans un grand tournoi qu'ils découvraient avec un peu de crainte.

Kuyt, nouvel arrière gauche
"Il y a deux semaines, certains au pays se demandaient à quelle sauce nous allions être mangés, estimant que nous ne survivrions pas à la phase des poules, racontait vendredi le milieu défensif Georginio Wijnaldum. Aujourd'hui les mêmes personnes nous sentent capables d'aller en finale. C'est que nous avons réussi, non ?".

Reste que pour rêver de finale, il faudra d'abord résister en 8es à des Mexicains habiles manieurs de ballon. Et au plat pays, la possible absence de Bruno Martins Indi sur le côté gauche de la défense fait naître l'inquiétude.

Contre le Chili, Martins Indi (souffrant d'une commotion cérébrale depuis le duel face à l'Australie en deuxième match) avait été remplacé vaille que vaille par Dirk Kuyt. Le Rotterdamois, avant-centre de formation et ailier droit en club (Fenerbahce), se muant donc en... arrière gauche.

"J'ai été surpris par le choix du coach, mais je pense avoir répondu à ses attentes", a indiqué Kuyt, qui pourrait à nouveau évoluer au même poste dimanche face au Mexique. Avec le même bonheur ?

La défense néerlandaise, façon Van Gaal, tient sans doute la clé du futur Oranje au Brésil. Car si les attaquants Robin van Persie et Arjen Robben focalisent les attentions par leur aptitude à faire la différence à tout instant, c'est peut-être derrière que tout se jouera.

Fifa.com (28/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 15:13

Mexique : Guardado guide le Tri vers le quart



Andrés Guardado est en train de réussir sa Coupe du Monde de la FIFA™ à son poste de milieu gauche avec le Mexique. Face à la Croatie, trois minutes après l'ouverture du score de Rafael Márquez, le joueur du Bayer Leverkusen pénètre dans la surface adverse et déclenche une frappe victorieuse, qui donne deux longueurs d'avance à son équipe et place El Tri en ballottage plus que favorable pour la qualification en huitièmes de finale de Brésil 2014.

"C'est mon but le plus spécial et en plus, je le marque en Coupe du Monde", savoure le joueur de 27 ans, tout sourire, au micro de FIFA.com. On comprend son bonheur. C'est sa troisième participation au Mondial et lors de ses six premières prestations dans l'épreuve suprême, il n'a jamais réussi à trouver le chemin des filets. "C'est une sensation que les mots ne peuvent pas traduire. C'est de l'adrénaline à l'état pur. Je suis très heureux, surtout parce que toute l'équipe a très bien joué. Nous nous sommes tous donnés à fond, pour le même objectif", ajoute-t-il.

L'union avait donné au Mexique la force de s'extirper d'un tournoi qualificatif pourtant très mal engagé. C'est le même état d'esprit qui lui a permis de sortir d'un Groupe A périlleux, en ne concédant qu'un seul but en trois rencontres. "Non seulement nous nous qualifions, mais nous y avons mis la manière. Cette qualification est totalement méritée. Elle nous a mis en confiance, car nous avons réussi à passer tout en pratiquant le football que nous aimons. Maintenant, il ne faut pas s'emballer, car nous n'avons encore rien gagné. Notre objectif est loin d'être atteint", précise le milieu aztèque.

Ne pas s'arrêter à l'Oranje
L'adversaire du Mexique en huitième de finale, à Fortaleza, sera les Pays-Bas, brillants depuis le début du tournoi. "Ce sera forcément un match très difficile, comme l'ont été du reste les trois matches de groupe, surtout celui contre le Brésil, qui fait partie des favoris", annonce Guardado. "Mais nous allons aborder cette rencontre avec le même objectif : celui de permettre au Mexique d'entrer dans l'histoire."

Bien emmenés par leur capitaine Robin van Persie, les Pays-Bas possèdent une équipe jeune et rapide, redoutable lorsqu'il s'agit de profiter des espaces laissés par l'adversaire. Les Mexicains sont prévenus. "Nous travaillons énormément la défense. Ce n'est pas seulement le travail du gardien et des arrières", estime l'ancien joueur de La Corogne. "Toute l'équipe est concernée, y compris Oribe Peralta et Giovani dos Santos. C'est à eux de créer un premier rideau. Si le ballon passe, c'est à nous, les milieux de terrain, d'essayer de le récupérer et si ça ne marche pas, il y a encore notre ligne défensive à cinq joueurs. Comme dernier recours, il y a Guillermo Ochoa, qui est en train de réaliser un très bon tournoi."

L'un des secrets de cette défense mexicaine parfaitement rodée et quasiment infaillible depuis le coup d'envoi de la compétition s'appelle Rafael Márquez. Le capitaine d'El Tri dispute actuellement sa quatrième Coupe du Monde. "C'est un leader et sa méthode est simple : il parle toujours individuellement au coéquipier qu'il pense pouvoir aider", explique Guardado, passé par le FC Valence. "Après, Rafa a tout gagné. Il a 35 ans, joue son quatrième Mondial et ses performances sur le terrain parlent pour lui. Il n'a pas besoin de faire de grands discours. Nous sommes très fiers de l'avoir dans l'équipe."

Le Mexique est à 90 voire 120 minutes du quart de finale tant convoité. "Rien ne nous fait peur. Nous sommes heureux d'affronter n'importe quelle équipe avec l'espoir de la battre", annonce Guardado. "Nous savons que rien ne sera facile. De toute façon, pour le Mexique, ce n'est jamais facile. Pour l'instant, nous ne pensons qu'à ce match contre les Pays-Bas", conclut-il.

Fifa.com (28/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Sam 28 Juin - 20:08

Pays Bas, Van Gaal : "La chaleur affectera le match"



Le sélectionneur néerlandais Louis van Gaal a estimé samedi que la chaleur et l'humidité allaient "affecter" le déroulement du 8e de finale du Mondial Pays-Bas-Mexique dimanche à Fortaleza (nord), jugeant les Mexicains "beaucoup plus habitués" à ces conditions climatiques.

Craignez-vous que la chaleur de Fortaleza soit un désavantage pour votre équipe ?
Ca va, j'étais ici il y a un an et le temps était beaucoup plus chaud. Malgré tout, l'humidité est si haute que cela affectera le match. Nous avons essayé de préparer les joueurs au mieux. Je reconnais que ça affectera aussi la sélection mexicaine mais ils sont sans doute beaucoup plus habitués que nous. Lorsque j'entraînais l'Ajax (Amsterdam), nous avons joué à Mexico et mes joueurs avaient eu toutes les difficultés du monde à rivaliser pendant la moitié du match. C'est un élément additionnel qu'il faut prendre en compte, et c'est ce que nous avons fait.

A ce sujet, vous sentez-vous suffisamment préparés ?
J'espère que nous nous sommes assez entraînés et j'espère que les conditions climatiques seront un adversaire non seulement pour nous, mais aussi pour le Mexique. Nous avons communiqué avec les joueurs, nous avons pris des mesures pendant la préparation. Nous espérons que nous aurons des pauses pour boire (décidées par l'arbitre, NDLR). Si ce n'est pas le cas, nous placerons des petites bouteilles d'eau autour du terrain pour que nos joueurs puissent prendre quelques gorgées. C'est extrêmement important. La déshydratation est une chose que nous avons pris en compte dans nos entraînements. Certains joueurs peuvent perdre jusqu'à 4 litres, soit 4 kg, vous vous rendez compte ? Nous espérons que l'arbitre jugera d'une manière sensée.

Pensez-vous que ce match contre le Mexique ressemblera à celui que vous avez remporté contre le Chili (2-0) en phase de poules ?

Si vous considérez l'ensemble de la sélection du Mexique, je dirais que c'est une meilleure équipe, même s'ils jouent un peu de manière identique. Les Mexicains jouent avec leurs qualités et ils ont soif de victoire. C'est pareil pour le Chili, mais le Mexique a sans doute un peu plus soif (...) Je m'attends à un match un peu comme contre le Chili. Les Chiliens ont deux joueurs qui sortent du lot (Sanchez et Vidal, NDLR), c'est moins vrai pour le Mexique, c'est pourquoi c'est peut-être une meilleure équipe.

Fifa.com (28/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 17:18

Mexique, Herrera : "Ecrire une histoire différente"



Le Mexique, qui reste sur cinq éliminations consécutives en 8e de finale de Mondial, espère "écrire une histoire différente" dimanche face aux Pays-Bas à Fortaleza (16h00 GMT) pour passer en quarts, a expliqué samedi le sélectionneur Miguel "Piojo" Herrera.

Comment la sélection mexicaine aborde-t-elle ce match décisif ?
Il y a une ambiance extraordinaire, les joueurs prennent du plaisir. Nous allons affronter un grand adversaire, qui possède un grand entraîneur (Louis van Gaal). Nous sommes certains de notre détermination, nous avons confiance dans le fait que demain (dimanche), ce sera un match difficile mais que nous allons le gagner. L'atmosphère au sein du groupe est idéale. L'adversaire est très fort, il a montré beaucoup de solidité pour sortir de la phase de poules et ce sera compliqué (...) Nous savions que nous allions jouer dans un groupe difficile, puis croiser une équipe difficile en huitièmes. Mais nous sommes convaincus, étant donné notre travail et notre mentalité, que nous allons écrire une histoire différente. Mes sensations personnelles ? Elles sont liées à la pression de l'enjeu, de jouer des matches au Mondial. Demain (dimanche), nous allons en jouer un autre et nous y allons pas à pas. Nous savons l'importance de ce match, de le gagner et d'accéder à une phase à laquelle nous n'avons pas réussi à accéder sur les derniers Mondiaux.

Après cinq éliminations consécutives depuis 1994, le Mexique a-t-il aujourd'hui les ingrédients pour franchir ce cap des huitièmes ?
Mis à part le Mondial-2006 en Allemagne, il nous a manqué par le passé des idées, de l'implication, la capacité à surprendre l'adversaire. En 2006, en revanche, le Mexique avait été infiniment supérieur à l'Argentine et il méritait mieux, mais les buts n'ont pas voulu venir (2-1 a.p.). Il n'arrivera pas la même chose à mon équipe, car nous allons donner notre maximum (...) A chaque match, nous allons nous laisser notre vie, laisser notre peau sur le terrain pour que les supporteurs soient heureux.

La chaleur de Fortaleza (nord du Brésil) peut-elle être un avantage pour le Mexique par rapport à une équipe européenne comme les Pays-Bas ?
J'espère. La chaleur pèse sur les deux équipes, mais il est possible que nous soyons plus habitués, parce que nous avons ce type de climat au Mexique, avec des stades qui présentent des conditions similaires. Mais nous avons aussi plusieurs joueurs mexicains qui évoluent en Europe. Physiquement, l'équipe va être au top et va tout donner.

Fifa.com (28/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 22:42

Pays-Bas : Sneijder, de l'ombre à la lumière



Qui peut tromper Guillermo Ochoa, l'incroyable gardien du Mexique ? Wesley Sneijder, joueur relégué au travail de l'ombre avec les Pays-Bas, l'a fait, propulsant les "Oranje" en quarts de finale du Mondial-2014 au Brésil dimanche.

Certes c'est Klaas-Jan Huntelaar qui inscrit le penalty de la victoire dans les dernières minutes (2-1). Mais c'est Sneijder qui avait fait le plus dur en égalisant d'une demi-volée de l'extérieur du droit superbe peu de temps avant (88e).

Sa frappe n'a laissé aucune chance au gardien mexicain, qui avait été infranchissable avant ça.

A la 57e, protégé par les dieux du foot, Ochoa s'était trouvé sur la trajectoire d'une balle de De Vrij, sur un corner de Robben. Il touchait le ballon des gants, du visage, avant de le voir trouver un poteau sortant.

Puis à la 74e minute, juste avant la seconde pause hydratation du match, dans la fournaise de Fortaleza (près de 38° selon certains commentateurs), "Memo" Ochoa fermait bien l'angle face à Robben. Impassable... Jusqu'à Sneijder.

Ochoa quitte donc un Mondial brésilien qui l'a fait star. Il avait crevé l'écran au premier tour face au Brésil, en écoeurant les attaquants de la Seleçao (0-0). Sa parade réflexe sur une tête de Neymar avait notamment fait beaucoup parler. La twittosphère avait comparé ce sauvetage incroyable à celui, légendaire de l'Anglais Gordon Banks face à Pelé au Mondial-1970.

Et revoilà donc Sneijder, joueur aujourd'hui relégué dans le peu huppé Galatasaray Istanbul, revenu en pleine lumière. C'est une belle revanche pour lui, qui était la plaque tournante du jeu au Mondial-2010 en Afrique du Sud, aujourd'hui dédié à un travail dans l'ombre, celui de récupérateur-porteur de ballons dans le système de Louis Van Gaal.

"Je n'ai jamais autant couru que durant ce tournoi, constate l'ancien joueur du Real Madrid. J'étais habitué à recevoir les ballons pour les distribuer. Maintenant, c'est à moi de les chasser. Je suis dans une super condition donc ça ne pose pas de problème".

Sneijder voit loin

Derrière les sourires de façade, la situation ne doit toutefois pas être facile à vivre alors que la presse internationale s'extasie autour les prestations de Robin van Persie et Arjen Robben.

Pourtant, son apport au Mondial n'était pas à négliger. Face à l'Espagne (5-1), l'ancien de l'Inter Milan avait signé deux passes décisives. Mais il s'était ensuite un peu éteint face à l'Australie (3-2) et au Chili (2-0).

"J'ai le sentiment que nous pouvons aller très loin dans ce Mondial. Je suis beaucoup plus optimiste qu'il y a un mois, ajoute le joueur formé à l'Ajax. La défense est solide et, devant, Arjen et Robin sont dans une forme étincelante".

Sneijder assure que cette fois, les "Oranje" se verseront pas dans l'excès de confiance.

"Les anciens, nous avons le souvenir de l'Euro-2008, explique-t-il. En phase de poules, nous avions écrasé l'Italie, la France et la Roumanie. Avant de chuter en quarts de finale face à la Russie".

"C'est vrai qu'à l'époque, nous nous étions emballés. Il est possible que notre excès de confiance ait précipité notre perte, se rappelle-t-il. Avec Arjen et Robin, nous nous sommes chargés de mettre en garde nos jeunes équipiers". Un autre travail de l'ombre, tout aussi important.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 22:54

Pays-Bas 2 - MExique 1
Les Oranjes refont surface au bon moment




Premiers du Groupe B avec trois victoires, qui sont venues confirmer leur parcours royal en qualifications, les Pays-Bas n’avaient pas grand-chose à craindre d’un Mexique quasiment éliminé en qualifications, avant un miracle et un coup de pouce des Etats-Unis. Mais c’est peut-être le fait d’avoir touché le fond qui a permis aux Mexicains de mettre un coup de talon pour remonter à la surface.

La surface, parlons-en. Celle des Néerlandais est en feu sur une action collective mexicaine conclue par un tir d’Hector Herrera au pied du poteau (17’). Carlos Salcido en reste éloigné et fait presque mouche sur une fusée de 34 mètres (24’) ! Giovani Dos Santos y revient juste avant la pause, mais Jasper Cillessen sauve du genou (42’). En revanche, il reste sans réaction sur la frappe soudaine du même Dos Santos après le repos (0:1, 48’).

C’est ce qui réveille les Oranjes, invisibles en attaque jusqu’à la tête de Stefan De Vrij sur corner. Manque de chance, ça réveille aussi un Guillermo Ochoa au chômage jusque-là et qui sort une parade miraculeuse (57’), avant de récidiver sur un débordement d’Arjen Robben (75’). Mais le portier aztèque ne peut rien sur une reprise de Wesley Sneijder à la retombée d’un corner (1:1, 88’). Prolongation ? Même pas... Dans la foulée, Robben obtient un penalty que transforme Klaas Jan Huntelaar dans les arrêts de jeu. Cette fois, pas de miracle pour aider les Mexicains à remonter à la surface...

Homme du Match : Guillermo Ochoa (MEX)

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 22:58

Pays-Bas : De Jong blessé à l'aine



Le milieu néerlandais Nigel De Jong, remplacé précocement dimanche à Fortaleza en huitième de finale du Mondial face au Mexique, souffre d'une "blessure à l'aine" et pourrait manquer le quart de finale.

"Je ne sais pas s'il sera remis (pour les quarts), pour être honnête il lui sera difficile de jouer le prochain match", a déclaré le sélectionneur Louis Van Gaal en conférence de presse.

Le joueur de l'AC Milan a été contraint de sortir dès la 9e minute de jeu et a été remplacé par le défenseur Bruno Martins Indi.

Les Pays-Bas doivent affronter le vainqueur du match entre le Costa Rica et la Grèce, prévu un peu plus tard dimanche.

Malgré la qualification obtenue face au Mexique (2-1), la blessure de De Jong est un coup dur pour les "Oranje" après plusieurs prestations remarquées du milieu défensif depuis le début du Mondial.

"C'est l'un de mes éléments les plus importants. C'est un très gros revers pour nous", a conclu Van Gaal.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 23:05

Pays-Bas, Van Gaal : "La foi jusqu'au bout"



Le sélectionneur des Pays-Bas Louis van Gaal a jugé que ses joueurs avaient eu "la foi jusqu'au bout" dimanche pour arracher leur qualification en quarts de finale du Mondial aux dépens du Mexique (2-1), qui menait pourtant au score jusqu'à la 88e minute.

Quel est votre sentiment après ce retournement de situation et cette victoire ?
Je crois que les joueurs ont montré qu'ils avaient la foi jusqu'au bout du bout. On ne serait pas passé sans ça. Mais dans les dernières minutes, nous avons été plus en forme, plus frais que les Mexicains. Mes joueurs avaient la foi, mais ils étaient aussi physiquement préparés à jouer ce match.

Il semble que vous ayez changé de dispositif tactique après la deuxième "pause hydratation" en seconde période ?
Avant ça, j'étais passé au 4-3-3 et nous nous sommes créés beaucoup d'occasions. Il y a eu ce tir sur le gardien puis le poteau, un fantastique arrêt de la part de (Guillermo) Ochoa. Puis, je suis passé à mon plan B. Alors oui, je l'ai fait au moment de la +pause hydratation+ mais c'est une manière intelligente de profiter de cette pause.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consistait ce "plan B" par rapport au 5-3-2 initial et au 4-3-3 de la seconde période ?

Lorsque nous jouions en 4-3-3, nous avions (Dirk) Kuyt en tant qu'arrière droit, Memphis Depay et (Arjen) Robben sur les ailes et (Robin) Van Persie en pointe, avec un milieu de terrain composé de Wijnaldum, Sneijder et Blind. (...) Puis, il y a eu cette +pause hydratation+ et j'ai pu lancer le +plan B+. J'ai pu le dire à tout le monde. C'était évidemment un système que nous avions travaillé, avec Huntelaar (remplaçant de Van Persie) et Kuyt comme pointes. Nous devions jouer de longs ballons en profondeur, avec ces deux joueurs proches du but et Robben et Depay sur les ailes. Après l'égalisation, j'ai replacé Kuyt comme arrière droit et nous sommes revenus au 4-3-3. On a pu trouver Robben très souvent parce que les adversaires reculaient et Robben a obtenu ce penalty.

Comment jugez-vous la performance de Wesley Sneijder, auteur de l'égalisation ?
C'est un des joueurs les plus en forme de l'équipe néerlandaise. Il a couru plusieurs kilomètres et il a toujours eu cette excellente technique de frappe, que je connais déjà depuis plusieurs années. Ca ne m'a pas surpris.

Le remplacement de Robin van Persie par Klaas-Jan Huntelaar était-il tactique ou physique ?
Avant que Robin ne rejoigne le rassemblement de la sélection, il se remettait tout juste d'une blessure, donc, c'est difficile pour lui de tenir 90 minutes, surtout dans ces conditions. Un entraîneur veut toujours gagner, donc, je devais le remplacer.

Quel système appliquerez-vous en quarts ?
Nous allons analyser notre prochain adversaire. Il faut voir quelle est la meilleure chose à faire. Cela a à voir avec nos qualités mais aussi celles de l'adversaire (...) Mais que ce soit la Grèce ou le Costa Rica, ce sera un adversaire très difficile, sinon ces deux équipes ne seraient pas en huitièmes.

Les Pays-Bas ont-ils confirmé ce dimanche qu'ils étaient les favoris du Mondial ?
Les médias néerlandais pensaient que nous ne sortirions pas vivants du premier tour, alors pourquoi deviendrions-nous aujourd'hui des favoris ? Les joueurs restent modestes, nous allons continuer notre chemin, l'ambiance de l'équipe est très bonne.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Dim 29 Juin - 23:09

Mexique : Moreno souffre d'une fracture du tibia



Le défenseur mexicain Hector Moreno souffre d'une fracture du tibia de la jambe gauche contractée lors du 8e de finale du Mondial perdu contre les Pays-Bas (2-1), a annoncé dimanche son club, l'Espanyol de Barcelone.

Moreno a dû être remplacé à la mi-temps du match à Fortaleza après un choc avec l'attaquant néerlandais Arjen Robben quelques minutes avant la pause.

"Hector Moreno souffre d'une fracture du tibia à la jambe gauche, a confirmé le service médical de la sélection mexicaine", indique l'Espanyol dans un communiqué publié sur son site internet.

Le joueur âgé de 26 ans devrait être écarté des terrains pendant plusieurs mois.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 12:50

Pays-Bas : Un bonheur de dernière heure



Des milliers d'utilisateurs de FIFA.com, de Twitter et de l'App FIFA avaient déjà fait de Guillermo Ochoa l'Homme du Match Budweiser. À cet instant, la victoire était encore promise au Mexique... Mais ce huitième de finale réservait encore quelques surprises. Les changements opérés par Louis van Gaal ont fini par se révéler payants. Après avoir débuté le match en 3-4-1-2, les Pays-Bas sont passés en 4-3-3 puis en 4-2-4 dans les derniers instants, lorsqu'il n'y avait plus rien à perdre.

À la 88ème minute, les Oranje ont obtenu un corner. Arjen Robben s'est chargé de le tirer, le remplaçant Klaas-Jan Huntelaar a dévié le ballon de la tête et Wesley Sneijder a remis les deux équipes à égalité, d'une superbe demi-volée. Les Mexicains ont accusé le coup. Certains se sont sans doute imaginés en prolongation. D'autres ont vu leurs rêves d'un quart de finale à Salvador se briser d'un seul coup. Les Néerlandais, eux, ont continué à enfoncer le clou. Dans le temps additionnel, Robben s'est écroulé dans la surface de réparation et l'arbitre a sifflé penalty. Huntelaar s'est avancé et a fait le nécessaire. La qualification avait changé de camp.

Pour Dirk Kuyt, ce match héroïque avait une saveur particulière. L'ancien attaquant de Liverpool honorait sa 100ème sélection. En l'espace de 90 minutes, le joueur de Fenerbahçe a joué latéral gauche, latéral droit et ailier droit. Malgré cette débauche d'efforts, il a longemps cru se retrouver dans le camp des perdants. "C'est incroyable. Quelle journée", s'exclame l'intéressé à l'issue de la partie. "Je suis devenu le septième joueur de l'histoire du football néerlandais à atteindre les 100 capes. Je ne suis pas près de l'oublier, surtout après un tel match. Je suis vraiment très fier, fier de cette équipe et de son état d'esprit. Nous avons lutté jusqu'au bout et nous sommes évidemment très heureux du résultat."

Patients et combatifs
"Ce qui compte, c'est de gagner", ajoute-t-il. "Nous l'avons sommes tombés sur une équipe redoutable, dotée d'une excellente défense et de bons attaquants. Nous avons eu du mal à nous créer des occasions. Nous avons donc dû nous montrer patients et continuer à nous battre. C'est ce que nous avons fait. Nous n'avons pas baissé les bras. Nous avons utilisé trois systèmes différents et, finalement, nous avons fait la différence. Nous avons des joueurs capables de changer le destin d'un match. Quand Huntelaar est rentré, il a fait pencher la balance en notre faveur."

Aux côtés de Kuyt, le héros du jour ne cache pas sa joie en entendant les compliments de son partenaire. "On rêve tous de vivre une telle situation. C'est difficile de revenir, mais nous avons réussi à inverser la tendance", poursuit Huntelaar. "Dans un tournoi à élimination directe, c'est important de pouvoir réaliser un tel exploit. Nous savions que ce serait dur. Mais nous avons fait de notre mieux et nous avons tout donné. Puis, nous avons obtenu ce corner. J'ai vu le ballon arriver sur moi, mais je savais que je ne pourrais pas le cadrer, alors j'ai choisi de faire une remise. Je ne savais pas s'il y aurait quelqu'un à cet endroit. Mais Wesley était sur le coup et son tir était parfait. Nous avons repris espoir et, dans la foulée, nous avons obtenu le penalty."

La suite restera longtemps dans les annales de cette journée. Tandis que les Néerlandais fêtaient déjà cet incroyable coup du sort, les Mexicains suppliaient en vain l'arbitre de revenir sur sa décision. Un seul homme est resté étrangement calme au milieu de toute cette agitation : Huntelaar, qui s'est contenté de faire rebondir la balle à la manière d'un basketteur, indifférent au fracas qui l'entourait. "Je ne voulais pas perdre ma concentration. Tout le monde essayait de me faire perdre mon sang-froid", explique-t-il. "Ce geste devait m'aider à ne pas me laisser distraire. J'étais totalement focalisé sur la tâche à accomplir. J'ai choisi mon côté et le ballon est parti au fond des filets. J'ai ressenti quelque chose d'incroyable. C'était un rêve qui se réalisait." Ou qui se brisait si on est dans le camp mexicain.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par rachid_as le Lun 30 Juin - 12:51

Mexique : El Tri, si près et si loin...



La détresse se lit sur tous les visages mexicains. Difficile, en effet, d’accepter une élimination en Coupe du Monde de la FIFA™ après avoir encaissé deux buts dans les cinq dernières minutes. El Tri est passé tout près de la qualification pour les quarts de finale, mais il quitte la compétition dès les huitièmes après une défaite 2:1 face aux Pays-Bas, au terme d’une rencontre riche en coups de théâtre.

Malgré tout, les Aztèques ne veulent pas jeter le bébé avec l’eau du bain après leurs parcours remarquable. Des larmes ont coulé, mais les têtes sont hautes et les discours se veulent apaisants. C’est notamment le cas chez le gardien, Guillermo Ochoa, encore brillant sur le terrain de l’Estádio Castelão de Fortaleza.
Désigné Homme du Match Budweiser malgré la défaite, Ochoa estime que le Mexique ne doit pas sombrer dans la sinistrose. "C’est très dur de perdre comme ça, dans les dernières minutes, surtout après avoir aussi bien joué. Il ne faut pas oublier qu’on a affronté une grande équipe et qu’on est vraiment passés tout près", regrette Memo.

Cette défaite face aux Oranje a beau entériner la sixième élimination consécutive du Tri dès les huitièmes de finale de l’épreuve suprême, le dernier rempart aztèque réfute la thèse du blocage psychologique. "Certainement pas. On aurait pu gagner ce match, mais il faut reconnaître que les Néerlandais sont de grands joueurs. Cette défaite a une explication footballistique, pas psychologique", précise-t-il.

Certes, mais comment se relève-t-on d’un coup aussi rude ? Aux yeux de celui qui gardait les cages de l’AC Ajaccio lors de la saison 2013/14, il est capital de se remettre en selle au plus vite. "On aura assez de temps pour analyser tout ça, pour réfléchir à ce qu’on doit faire. Pour l’instant, on peut s’en aller la tête haute. Tout ce qu’il nous reste à faire maintenant, c’est nous préparer et revenir plus forts à la prochaine Coupe du Monde", lance-t-il, plein de détermination.

Les fameux petits détails
Le sélectionneur mexicain, Miguel Herrera, a eu des propos encourageants pour ses joueurs. "Je leur ai dit de ne pas se morfondre, que nous avions été meilleurs. Tout le monde disait que cette sélection néerlandaise était la grande équipe de la compétition, mais nous avons su la contrôler. Hélas, on prend ce but égalisateur sur une saute de concentration et puis il y a eu ce penalty", analyse El Piojo. Qu’a-t-il manqué aux Nord-Américains pour tenir le résultat ? "Du métier, je crois. Jouer sur la largeur, ajuster les passes. On a fait de mauvais choix sur certaines situations qu’on aurait pu mieux négocier pour gérer les dernières secondes. Mais j’insiste : à aucun moment je ne nous ai trouvés inférieurs", assure Herrera.

À l’image de son fantastique gardien, l’entraîneur estime que la sélection va devoir tirer des enseignements de ses erreurs afin de revenir plus forte à Russie 2018. "Nous avons une bonne base, qui nous a permis de bâtir une grande équipe, avec des joueurs très talentueux et très vaillants. Je suis très fier de mes hommes et je pense que l’avenir nous réserve encore de belles choses."

Puisqu’il est question d’avenir, Herrera évoque le sien : "J’ai envie de rester à la tête de cette équipe. Je me suis entretenu avec les dirigeants de la fédération mexicaine et je crois qu’ils sont satisfaits de mon travail. J’adorerais finir le travail que nous avons commencé ensemble."

"J’ai pris beaucoup de plaisir sur cette Coupe du Monde, la première que j’ai connue sur le terrain. Sur le plan personnel, je suis satisfait, même si j’aurais bien entendu préféré gagner et prolonger l’aventure. Mais je suis sûr qu’on reviendra plus forts", conclut Ochoa, optimiste lui aussi quant à l’avenir du Mexique.

Fifa.com (29/06/2014)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie
avatar
rachid_as
Admin

Messages : 76528
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 39

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: CM 2014 : 8ème de finale, Pays-Bas - Mexique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum