Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Page 1 sur 16 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 14:00

Bordeaux - Une défense enfin d'attaque ?



Bordeaux, marqué par le naufrage lyonnais (0-5), puis obligé de composer lors de la CAN, semble avoir trouvé la formule du renouveau en densifiant son bloc défensif avant le déplacement samedi (20h00) à Rennes.

Lors de la phase aller, les Girondins n'avaient gardé leur cage inviolée qu'à trois reprises. En six journées en 2015, le gardien Cédric Carrasso est resté invaincu déjà quatre fois, dont les deux derniers matches (1-0 à Évian et contre Saint-Étienne) durant lesquels son entraîneur Willy Sagnol disposait de toutes ses armes défensives. "Le fait d'avoir récupéré quasi tout le monde - seuls les latéraux Julien Faubert et Théo Pellenard manquent encore à l'appel - permet d'installer une vraie concurrence dans l'équipe, reconnaît Sagnol. Tout le monde est obligé de se bouger. Du coup, c'est beaucoup plus facile en termes de management et de coaching. Le joueur est dans l'obligation d'être performant et d'avoir la bonne attitude s'il veut intégrer le onze de départ".

Au côté de l'indéboulonnable gaucher Nicolas Pallois, véritable révélation, Sagnol a tâtonné depuis le début de saison pour composer sa charnière en raison des blessures à répétition du Portugais Tiago Ilori (7 matches disputés), de la gestion du cas Marc Planus (6 matches), et des sorties plutôt quelconques avant la trêve de son capitaine sénégalais Lamine Sané (14 matches). Le milieu Grégory Sertic y a aussi joué les pompiers de service, de même que le capitaine de l'équipe de CFA Cédric Yambéré (7 matches). A l'automne, le technicien bordelais a même tenté le passage à trois axiaux pour libérer ses latéraux avant de revenir à un système plus classique... qui a pris l'eau face à Lyon le 21 décembre. 

'Forcément qu'il y a du déchet'
En panne de victoire en janvier mais en amélioration sur le plan de la solidité (0-0 à Monaco et à Bastia), les Girondins ont retrouvé le succès avec les retours du Tunisien Wahbi Khazri à la création (contre Saint-Étienne) et à la finition (à Evian), et du Gabonais André Poko dans le harcèlement et le replacement de Sané en sentinelle. "Lamine en 6, ça fonctionne bien, cela nous permet d'avoir un triangle (avec Ilori et Pallois) très complémentaire. Il y a de la taille (1,91 m de moyenne), de la force, c'est très bon dans les duels", décortique Sagnol. "Physiquement, nous sommes au niveau, nous faisons mal à nos adversaires, renchérit Sané. Concernant mon positionnement, je suis prêt à me sacrifier pour l'équipe. Tant que je suis sur le terrain et que je prends du plaisir, c'est le principal".

Bien sûr, tout cela reste fragile. Le Stéphanois Max-Alain Gradel, avec davantage de lucidité dimanche, aurait pu replonger Bordeaux dans ses tourments. Dans ce même match, Ilori s'est aussi raté quatre fois avec des relances axiales très hasardeuses. "Forcément qu'il y a du déchet, coupe Sagnol. Mais ce qui me rassure, c'est que les deux bonnes occasions de Saint-Étienne sont la conséquence d'erreurs individuelles de notre part, de concentration, et non pas d'une déstabilisation du bloc défensif. De là d'où on revient, on ne va pas faire la fine bouche. On a volontairement remis un peu plus de solidité ces derniers matches car il fallait retrouver de la confiance et repartir vers l'avant, ce qui est chose faite".

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 14:01

Toulouse - Ahamada, dernier rempart ressorti du placard



Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani: voilà le menu de samedi pour le gardien Ali Ahamada, sorti du purgatoire il y a trois mois à Toulouse, club engagé dans une course au maintien qui pèse lourd dans ses gants.

C'était le 8 novembre dernier, le Téfécé recevait Metz, et à la surprise générale Alain Casanova titularisait Ahamada, 23 ans, dans les buts pour la première fois depuis le 19 janvier 2014. La traversée du désert aura été longue pour l'ancien international Espoirs (11 sélections). Titulaire indiscutable du poste depuis le printemps 2011, Ahamada, dont le but d'une tête retournée en septembre 2012 face à Rennes dans les arrêts de jeu (2-2) est encore dans les mémoires, est éclipsé du jour au lendemain par Zacharie Boucher, arrivé du Havre (L2) lors du mercato hivernal. "Ça a été instantané. Dès que 'Zac' est arrivé, on m'a mis à l'écart le week-end suivant. J'ai été sorti du groupe, soi-disant pour ne pas qu'il se sente mal à l'aise. Pour ne pas déranger, quoi", confiait-il, amer, dans les colonnes de l'Équipe en octobre.

Une mise à l'écart due, selon le portier d'origine comorienne, à son refus de prolonger aux conditions offertes par le club "J'étais dans une période où mes performances étaient moins bonnes, c'est vrai. Mais ils étaient déjà à la recherche d'un gardien bien avant. Comme je viens du centre de formation, on m'a fait comprendre que j'étais un peu redevable. On ne s'est pas entendus sur certaines conditions et, pour eux, c'était à prendre ou à laisser. Du coup, je leur ai dit qu'on se reverrait plus tard. Mais il n'y a pas eu de plus tard (...) Ils se sont braqués", ajoutait-il.

Depuis, il a retrouvé sa place (13 titularisations en 13 matchs en Ligue 1) et a prolongé son contrat jusqu'en juin 2018.

Pas de 'titulaire indiscutable'
Mais hors de question pour Casanova de le laisser se reposer sur ses lauriers. D'autant plus que ses statistiques ne sont pas franchement élogieuses: 20 buts encaissés en 13 matchs contre 17 en 12 matchs pour Boucher. "Dans mon esprit, il n'y a pas de titulaire indiscutable. Donner un chèque en blanc à un joueur, c'est la pire des choses qui peut arriver aussi bien pour lui que pour le reste de l'effectif. Il a profité d'une situation où on avait des résultats moyens et où Zacharie Boucher n'était peut-être pas au niveau qu'on espérait, mais on sait qu'il peut faire mieux, qu'il doit encore faire mieux et il le sait lui-même", insiste Casanova, lui-même ancien gardien.

Une pression nécessaire, car Ahamada va se retrouver jusqu'à la fin de la saison en première ligne dans la lutte pour le maintien du TFC, 17e au classement à seulement deux points du premier relégable, Évian. "Pour mener à bien notre mission qui est vraiment une mission avec un grand M, on aura besoin d'un effectif avec des joueurs à 100% mais on aura surtout besoin d'un très grand gardien de but. Avec du recul, les saisons précédentes, les équipes qui ont été en difficulté et les équipes qui sont descendues, c'est souvent celles qui ont eu des problèmes de gardien", conclut le technicien.

Et nul doute qu'un grand match face aux Parisiens permettrait à Ahamada de demeurer dans les plans de son coach.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 14:02

Toulouse - Qu'arrive-t-il à Ben Yedder ?



Arme offensive numéro un des Toulousains ces deux dernières saisons, Wissam Ben Yedder est méconnaissable depuis plus de trois mois et son dernier but le 8 novembre. Un mutisme qui plombe son équipe engagée dans la course au maintien.

WBY n'est d'ailleurs plus indiscutable et est resté sur le banc samedi lors de la victoire face à Rennes au Stadium (2-1). Une première depuis le 9 mars 2013 pour le Franco-tunisien de 24 ans aux 69 titularisations lors des 72 derniers matchs de son équipe. Meilleur buteur des Violets lors des deux dernières saisons avec 15 et 16 buts en Ligue 1, Ben Yedder (39 buts en 109 matchs de L1) voit son compteur bloqué cette saison à 7 buts depuis le 8 novembre face à Metz (3-0), après avoir inscrit six buts lors des neuf premières journées de championnat.

Qu'arrive-t-il à ce joueur cité comme une possible surprise dans la liste de Didier Deschamps pour les matchs amicaux de l'automne dernier?

'Le laisser tranquille'
"Il faut arrêter avec ça, c'est un formidable joueur mais il n'a que deux ans et demi de haut niveau, commente son entraîneur Alain Casanova. Mentalement il a déjà été mieux mais il travaille bien. Il faut le laisser tranquille et travailler, il connaît une période de moins bien mais je ne veux pas lui rajouter une pression supplémentaire". Casanova le voyait pourtant, en début de saison, marquer 20 buts lors de l'exercice actuel...

Longtemps incontournable dans l'esprit de "Casa", Ben Yedder doit aujourd'hui faire face à la concurrence de l'international danois Martin Braithwaite (3 buts) et du jeune espoir serbe Aleksandar Pesic, qui le talonne avec 6 buts et a inscrit celui de la victoire face à Rennes. "Pour avoir de bons résultats, on aura besoin de joueurs qui soient capables d'être très efficaces et réalistes et (Ben Yedder) sera sûrement un de ceux-là", tente de rassurer Casanova. Sans toutefois vouloir confirmer la présence ou non de WBY sur la pelouse du Parc des Princes, samedi face au PSG.

"Plus les jours passent, plus il se rapproche de redevenir le Wissam que l'on connaît et sûrement en mieux même", conclut le coach. Une rédemption de WBY ferait le plus grand bien à Toulouse, 17e avec seulement deux points d'avance sur Evian, premier relégable, et qui enchaîne après Paris, la réception de Saint-Etienne et de Marseille.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 19:23

PSG et OL à la maison, OM dans le Chaudron



Le PSG diminué et l'OL, leader renforcé par Lacazette, ont un coup à jouer à domicile tandis que l'OM dispute un choc périlleux à Saint-Etienne: de quoi rebattre les cartes du podium ce week-end pour la 26e journée du championnat de France ?

. PSG retrouve le championnat, l'OL sa gâchette

Une semaine après l'incroyable scénario vécu face à Caen (2-2), le PSG, handicapé par son lot d'absences, reçoit Toulouse (17e) samedi après-midi. Paris compte ses blessés (Aurier, Thiago Motta), ses suspendus (Verratti, David Luiz) et ceux qui sont l'un et l'autre (Lucas, Cabaye). Mais Ibrahimovic sera bien présent avant d'être suspendu pour la double confrontation contre Monaco, en championnat puis en Coupe de France.

Les Parisiens ont surmonté le traumatisme caennais en dominant Chelsea mardi en Ligue des champions, sinon dans le résultat (1-1), du moins dans le jeu. Seront-ils capables de revenir au pain quotidien du championnat avec la même exigence ? Car l'occasion est belle de prendre la tête du championnat au moins provisoirement et de mettre ainsi la pression sur les deux autres membres du podium.

Et d'abord sur Lyon, leader qui reste sur un match très mitigé à Lorient (1-1), son troisième nul consécutif. L'OL a cependant des motifs de se réjouir: Gourcuff a fait une belle entrée en jeu en Bretagne et Hubert Fournier peut surtout de nouveau compter sur Lacazette, le meilleur buteur du championnat (21 réalisations en 22 matches), après un mois d'absence.

Dimanche après-midi, Lyon reçoit Nantes (10e), toujours sans victoire en 2015 en championnat. L'OL a tout intérêt à prendre les trois points avant une séquence de trois déplacements d'affilée, à Lille, Montpellier et... Marseille.

. OM : quelle cuisson pour le Chaudron ?
L'OM justement pourrait donc connaître une pression intensifiée à l'heure de pénétrer dans le Chaudron de Saint-Etienne. Si Andre Ayew est revenu de la Coupe d'Afrique en grande forme malgré sa cruelle défaite en finale avec le Ghana, le nul concédé in extremis face à Reims la semaine dernière (2-2) symbolise l'essoufflement de l'équipe en 2015 (8 points pris sur 18 possibles).

Marseille vient dans l'antre d'une bête blessée: les Verts n'ont pas gagné le moindre de leurs cinq derniers matches en championnat et font figure de "bons sparring-partners", selon la formule acide employée par leur entraîneur Christophe Galtier pour piquer leur orgueil. Cette série noire a du coup fragilisé la 4e place des Stéphanois.

. Maintien : tracas au fond
Pour les deux derniers de la classe, Lens et Metz, la situation empire de semaine en semaine au point de compter désormais respectivement 6 et 7 points de retard sur le premier non relégable.

Les deux promus se déplacent chez des équipes qui n'ont pas encore assuré leur maintien mais viennent de neutraliser le PSG et l'OM, Lens à Caen (15e), et Metz à Reims (14e).

Toulouse (17e), en visite au Parc des Princes, a également du souci à se faire, et dépendra aussi du résultat entre Evian (18e) et Lorient (16e), qui peut chambouler le bas de tableau entre deux équipes séparées par deux points. L'ETG sera cependant privé de son meilleur joueur, le milieu Daniel Wass, suspendu.

Joué vendredi
 Nice - Monaco

Samedi
Paris SG - Toulouse
Bastia - Lille
Caen - Lens
Evian-Thonon - Lorient
Rennes - Bordeaux

Dimanche
Guingamp - Montpellier
Lyon - Nantes
Reims - Metz
Saint-Etienne - Marseille

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 19:28

Rennes - Le grand manège



Sans victoire en championnat depuis 9 journées, Rennes n'arrive pas à se relancer, ni à afficher un jeu cohérent, la faute sans doute à un jeu de chaises musicales permanent, surtout sur les postes offensifs. La statistique est assez parlante: en 31 matches officiels depuis le début de la saison, jamais Rennes n'a aligné deux matches de suite le même onze de départ.

Dans une équipe dont la principale caractéristique cette saison aura été l'inconstance dans les prestations, difficile de ne pas faire de lien entre ce jeu de chaises musicales permanent et ses résultats en dents de scie.

Sans la réfuter totalement, l'entraîneur Philippe Montanier relativise la relation de cause à effet. "Oui et non. Parfois, quand on a alterné, ça a bien marché. D'autres, non. Il y a des fois, où on a aligné un peu la même équipe et où ça n'a pas fonctionné non plus. Il n'y pas, malheureusement, de martingale là-dessus", a-t-il souligné.

Il est vrai que lors de la belle série rennaise d'octobre-novembre, avec ses 7 victoires et deux nuls toutes compétitions confondues, la composition de Rennes n'avait pas été plus stable. Il faut aussi reconnaître que le club breton n'a pas été épargné par les blessures. Sa rechute cet hiver correspond - et ce n'est pas un hasard - aux blessures successives de Gelson Fernandes et de Paul-Georges Ntep, deux acteurs majeurs de l'été indien rennais.

On peut aussi comprendre que le grand chambardement estival dans l'effectif, avec une dizaine de départs et une douzaine d'arrivées, devait nécessairement générer une phase d'essais et de tâtonnements.

Joueurs 'dézonés'
"On ne change pas pour changer", répète aussi souvent le technicien, qui a expliqué vouloir mettre à chaque fois le onze le plus performant et le plus en forme sur le terrain. Mais cette recherche du onze idéal semaine après semaine se fait au détriment des automatismes, d'autant qu'il n'hésite jamais à "dézoner" ses joueurs, en les faisant jouer à des postes qui ne sont pas les leurs, voire en les utilisant à trois ou quatre postes différents.

Outre les ailiers de métier Kamil Grosicki, Pedro Henrique et Paul-Georges Ntep, on a déjà vu Ermir Lenjani, Benjamin André, Steven Moreira, Christian Brüls, Vincent Pajot, Sanjin Prcic, Habib Habibou ou même Philipp Hosiner, débuter des matches à ces postes très spécifiques, qu'ils soient défenseurs, milieu ou avant-centre au départ.

Malheureusement pour Montanier, ce ne sont pas les performances décevantes ces derniers matches de ses leaders au milieu et en attaque - Gelson Fernandes, Abdoulaye Doucouré, Paul-Georges Ntep ou Ola Toivonen, malgré ses deux buts récents - qui vont lui permettre de dégager rapidement un onze indiscutable.

Seule consolation pour le technicien, il est à peu près assuré de ne pas être concerné par ces chaises musicales cet été, puisqu'il vient d'être conforté publiquement par son président, René Ruello. "Ce n'est pas en le fragilisant ou en envisageant déjà son remplacement que le Stade Rennais FC réussira à construire un club", a notamment déclaré M. Ruello sur le site internet du club, vendredi.

Une philosophie qui mériterait d'être expérimentée sur les joueurs.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 19:36

OM - Ayew : "La porte est ouverte"



L'attaquant ghanéen André Ayew, en fin de contrat avec Marseille à la fin de la saison, a assuré que la "porte" était "ouverte" concernant son avenir et précisé vendredi qu'il rencontrerait bientôt son président Vincent Labrune.

"La porte est ouverte", a expliqué Ayew, 25 ans. "Franchement et honnêtement, je ne sais pas de quoi mon futur sera fait. Je vais regarder ce qu'il y a autour de moi, je dois voir M. Labrune très prochainement avec mon père, on va écouter ce que le président a à dire et je verrai par la suite."

Alors qu'il rentrait à peine d'une Coupe d'Afrique des nations perdue aux tirs au but en finale par sa sélection contre la Côte d'Ivoire, André Ayew avait été titularisé d'entrée vendredi contre Reims. Auteur d'un but et d'un match très complet, il a ensuite été acclamé par le Vélodrome et sur Twitter, où a émergé le mot-clé (hashtag) #ProlongationdusoldatAyew.

"Cette mobilisation m'a quand même surpris, et ça m'a vraiment touché, pas seulement moi, aussi ma famille", a réagi Ayew, qui avait terminé la CAN-2015 en larmes après la défaite. "Ce que le club et les supporteurs m'ont montré depuis quelques années c'est formidable, mais ce que j'ai vécu depuis le retour de la CAN ça ne m'était jamais arrivé, et ça me donne encore plus envie de me surpasser pour ce club."

Ayew fait partie, au même titre qu'André-Pierre Gignac, des plus gros salaires du club. Or l'OM, qui aimerait réduire sa masse salariale, souhaiterait revoir ces salaires à la baisse en cas de prolongation de contrat.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 19:37

Bielsa évoque son avenir à l'OM



"Rester à l'OM? Je ne l'écarte ni ne le confirme": l'entraîneur de Marseille Marcelo Bielsa, interrogé vendredi sur son avenir, est resté vague, alors que de nouvelles rumeurs l'envoient à la tête de la sélection d'Arabie Saoudite.

Avez-vous des regrets quant aux changements effectués contre Reims (2-2), après le but encaissé dans les arrêts de jeu ?

J'ai mis trop de temps à effectuer les changements. De la 70e à la 80e minute, l'équipe n'était pas équilibrée au niveau défensif. J'ai pris cinq minutes de trop pour faire rentrer Bill Tuiloma et cinq de plus pour faire rentrer Baptise Aloe. Dans ces 10 minutes l'équipe adverse a réussi à se créer des occasions franches. Je résiste à faire des modifications dues aux nécessités du jeu. Les grandes équipes s'adaptent a toutes les situations avec les mêmes joueurs.

Des informations indiquent que vous pourriez devenir sélectionneur de l'Arabie Saoudite à la fin de la saison. Pouvez-vous confirmer avoir été contacté à ce sujet ?
Dans cette période de l'année, les rumeurs de ce type sont habituelles, et toujours autour des entraîneurs. Il n'y a rien de neuf que je puisse vous dire à ce sujet. Moi je parle de faits concrets, alors je ne confirme ni n'infirme ce que vous dites et je pense que c'est suffisant comme réponse. Je vous dis ce que j'ai déjà dit. J'ai un arrêt de mon contrat à la fin du championnat, et c'est un accord entre le club et moi, il n'y a aucune différence ni de conflit sur ce thème. Cet arrêt est automatique, et pour les deux parties, sans aucun doute, le contrat se termine à la fin de la saison.

Peut-on en conclure que vous ne serez plus l'entraîneur de Marseille la saison prochaine ?
On ne peut pas faire cette conclusion. Ce que moi je peux dire, c'est que les deux parties, nous sommes tombés d'accord sur cela. Au moment où le championnat se termine, le lien contractuel se termine. De sorte que si l'on continue on devra établir un nouveau lien contractuel parce que celui-ci serait caduc. Rester à l'OM? Je ne l'écarte ni ne le confirme. Sur des suppositions il est normal que je ne réponde pas, et réfléchissez à la quantité d'entraineurs qui ont des problèmes parce qu'ils répondent à des suppositions.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 19:38

Paris en reconquête



Malgré le poids des blessés et des suspendus, le PSG est condamné au succès contre Toulouse samedi au Parc des Princes (17h00) pour ne pas perdre de terrain dans la course au titre et évacuer sa frustration après Chelsea.

Quel moral ?

Le 8e de finale aller de C1 face aux Blues (1-1), mardi, a forcément laissé des traces dans les têtes. D'un côté, les hommes de Laurent Blanc peuvent se targuer d'avoir dominé les Londoniens de bout en bout et d'être tombés sur un Thibaut Courtois en état de grâce.

De l'autre, il y a ces gros regrets liés au résultat, qui obscurcit l'avenir européen du PSG, et à un scénario devenu récurrent. Paris a en effet connu la même mésaventure en Ligue 1, le 8 février (1-1) à Lyon, se cassant les dents sur le gardien Anthony Lopes.

Si on ajoute à ces deux déceptions les deux points perdus la semaine dernière à domicile face à Caen (2-2) à 9 contre 11 après les sorties sur blessure de quatre joueurs, le bilan comptable est loin d'être glorieux et le PSG, bien que de nouveau souverain dans le jeu, a payé cher son incapacité à tuer les matches.

Le constat est implacable: le double champion de France reste en course sur les quatre tableaux, mais paradoxalement, il n'arrive toujours pas à dépasser en L1 un duo Lyon-Marseille pourtant guère vaillant. Et son futur en C1 parait assez compromis. De quoi douter de la capacité du club à atteindre les objectifs élevés fixés par le propriétaire qatari. Et rendre la venue du Téfécé cruciale.

"Notre problème c'est que la Ligue des champions nous a fait perdre des points en L1 et on en a besoin", analyse Laurent Blanc, qui pointe du doigt une différence de "motivation et d'état d'esprit" entre les joutes nationales et continentales.

Quelle équipe ?
Les sorties contre Caen et Chelsea ont fait des dégâts, et Blanc ne va pas avoir beaucoup de choix pour composer son onze de départ. L'attaquant Lucas (cuisse), les milieux Thiago Motta (mollet) et Yohan Cabaye (cuisse) et le défenseur Serge Aurier (cuisse) sont indisponibles et le milieu Marco Verratti et le défenseur David Luiz sont suspendus.

La pénurie est surtout problématique dans l'entre-jeu, où l'entraîneur parisien devra se débrouiller avec trois joueurs: Blaise Matuidi, Javier Pastore et Adrien Rabiot. "Je n'ai que 13 professionnels disponibles, constate Blanc. Par déduction, ce n'est pas un casse-tête pour moi et ce sera facile de faire l'équipe. Mais je pense qu'on a un effectif qui peut être performant dans plusieurs compositions différentes. C'est notre atout et c'est peut-être pour ça qu'on est encore engagé dans toutes les compétitions."

Quel Cavani ?
Buteur face à Chelsea en Ligue des champions, Edinson Cavani a effacé en une soirée la désagréable impression laissée lors de ces dernières prestations en L1. Planté à huit petits buts en championnat (contre six en C1), "El Matador", joueur le plus cher de l'histoire en France (64 millions d'euros), sera donc particulièrement attendu samedi.

Reverra-t-on le joueur emprunté, maladroit et fébrile devant le but souvent aperçu en Ligue 1, ou au contraire cet attaquant conquérant sur la scène européenne, passé non loin du doublé mardi? "Sur le cas Cavani, j'ai été toujours clair et je n'ai pas changé de position. J'ai dit que c'était un super joueur et un grand buteur, que ça allait passer et que ça allait revenir", affirme Blanc. Avec un Zlatan Ibrahimovic qui retrouve petit à petit sa plénitude physique, Paris n'aura en tout cas plus d'excuses en cas de nouveau faux-pas.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Ven 20 Fév - 19:39

Rennes - Ablation du rein gauche pour Hosiner



L'attaquant international autrichien de Rennes Philipp Hosiner a subi une ablation du rein gauche sur lequel une tumeur avait été détectée lors d'une visite médicale, a annoncé vendredi le joueur.

"Je suis rentré en Autriche, où je me suis fait opérer la semaine dernière", a-t-il précisé.

"Tout s'est bien passé, mais le rein gauche a dû être retiré en totalité. Comme mon autre rein est en parfaite santé, cela n'aura pas d'impact sur ma carrière de footballeur professionnel", a-t-il rassuré. "Je serai de retour dans quelques mois."

Philipp Hosiner a été meilleur buteur et champion d'Autriche en 2013 avec l'Austria Vienne. Il est arrivé à Rennes à l'été 2014, mais ne s'est jamais imposé à Rennes, avec seulement douze matches disputés dans le Championnat de France (plus un match de Coupe de la Ligue), dont seulement trois titularisations.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 16:42

Nantes - Der Zakarian : "Se battre du début à la fin"



L'entraîneur de Nantes Michel Der Zakarian a affiché jeudi son ambition de "ramener des points" de son déplacement chez le leader de la Ligue 1 Lyon, dimanche lors de la 26e journée, même si son équipe est "dans la charette" depuis janvier.

Après la défaite contre Bastia à domicile (2-0), comment comptez-vous remobiliser vos troupes ?
On a bien travaillé! On va jouer contre la meilleure équipe à domicile. En plus, elle va retrouver le meilleur buteur du championnat (Lacazette, NDLR). A priori, on devrait donc revenir avec zéro point. Mais nous sommes la seule équipe à les avoir joués deux fois cette saison et qu'ils n'ont pas "tapé" ! J'espère que la troisième confrontation nous vaudra aussi des points.

Allez-vous vous appuyer sur cette double confrontation pour préparer ce match ?
En championnat, nous les avions bousculés en première période, avant que les débats s'équilibrent. Nous aurions pu gagner ce match (1-1). En Coupe de France, ils ont eu le ballon, ils nous ont malmenés par moments mais on a su être efficaces dans les situations de contre (3-2). On sait que ça va être une rencontre difficile, mais on y va pour ramener des points, même si tout le monde nous voit perdant! On dit de mes joueurs qu'ils ne sont pas bons actuellement, c'est vrai. On n'a pris que trois points sur les 18 depuis la reprise. On est dans la charrette depuis janvier.

Comment expliquer cette mauvaise passe ?
Il y a un peu de tout dans notre mauvais passage. Contre Bastia, on s'est fait exploser dans tous les duels. On a récupéré également le ballon très très bas et vu le déchet technique que nous avons eu, c'était voué à l'échec. Après, nous avons joué à dix, c'était plus compliqué... Est-ce un problème physique? Mental? On ne sait pas. La réponse est dans la volonté de ne pas lâcher, de courir ensemble. C'est là qu'on pêche. Dès qu'on prend un but, on abandonne, on lâche dans les têtes. À nous de retrouver cette volonté d'aller au fond des choses, de se battre du début à la fin, même quand certains épisodes nous sont défavorables.

Malgré cette spirale négative, Nantes reste paradoxalement plutôt bien classé...
D'autres formations, comme Lorient sont dans une meilleure dynamique que nous mais ne possèdent que 28 points... Il faut que l'on reste uni. On n'a pas réalisé que de mauvais matches même si le contenu contre Bastia était néant. Je ne suis pas plus inquiet que ça. On n'a jamais été une équipe qui possède plus le ballon que l'adversaire, et de toute façon, la possession de balle ne veut rien dire. Moi, ce qui m'intéresse, c'est une fois qu'on l'a récupéré, comment on l'utilise. Il faut qu'on soit meilleurs dans ce domaine et sur les phases arrêtées, car je pense que nous avons du potentiel pour la mettre au fond.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 16:45

Monaco décroche le derby au réalisme



Monaco, réduit à dix durant toute la seconde période, a forcé la décision dans les dernières minutes grâce au Portugais Bernardo Silva pour s'offrir le derby qui l'opposait à Nice (1-0), vendredi en ouverture de la 26e journée.

Les Monégasques, qui ont une fois fait preuve de réalisme sur un énorme cadeau de Kevin Gomis exploité par Ferreira Carrasco et transformé par Bernardo Silva (85e), se replacent provisoirement à la quatrième place du classement.

De quoi faire le plein de confiance après une défaite contre Guignamp (1-0) lors de la 24e journée et surtout avant un déplacement à Londres pour défier Arsenal mercredi en Ligue des Champions. Les Monégasques devront toutefois vraisemblablement faire sans leur défenseur latéral gauche Layvin Kurzawa, qui a dû quitter la pelouse de l'Allianz Riviera à la 35e minute sur blessure à la cuisse gauche.

Victime d'une béquille à la cuisse gauche dans un choc avec Lloyd Palun (17e), l'international de l'ASM, strappé, a tenté de poursuivre, avant de laisser sa place peu après la demi-heure au jeune Almamy Touré, 19 ans (35e). Jérémy Toulalan est descendu d'un cran en défense centrale tandis que Aymen Abdennour a glissé à gauche, avant d'être exclu (45e+3) pour une semelle sur le genou droit du Niçois Romain Genevois.

Toile de Gomis
Le défenseur tunisien de l'ASM avait auparavant initié la seule véritable occasion de la première période, trouvant dans l'axe Berbatov qui voyait Mouez Hassen capter sur sa ligne de but sa volée du droit (41e).

Beaucoup moins sereins derrière que lors de leurs trois derniers matches de championnat sans prendre de but, les Aiglons ont tenu tant bien que mal face à des Monégasques un peu plus entreprenants. Ils ont aussi été aidés par des fautes techniques adverses, comme sur l'ouverture de Moutinho gâchée par le jeune Touré (48e) ou la frappe enlevée de Matheus Carvalho (67e) titularisé pour la première fois en L1.

Un autre Brésilien, le Niçois Carlos Eduardo, avait trouvé la transversale de Subasic sur sa reprise de la tête d'un corner d'Eysseric (65e), alors qu'une tête de Gomis avait été repoussée sur la ligne par un défenseur adverse.

Mais comme souvent cette saison, Monaco a décroché la timbale à la sujite d'une toile de K. Gomis, qui seul, a dégagé dans l'axe. Le ballon est parvenu à Bernardo Silva, qui a poussé le ballon au fond de l'intérieur du gauche (85e) et a clôturé la série de six matches sans défaite d'une formation niçoise qui reste 9e, sous la menace de Nantes.

Fifa.com (20/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 21:26

Saint-Etienne - L'avenir de Galtier en questions



A un an et demi de la fin de son contrat avec Saint-Etienne, l'avenir de l'entraîneur Christophe Galtier reste en suspens, même s'il se défend de vouloir quitter les Verts à l'issue de la saison pour rejoindre éventuellement Marseille, adversaire de l'ASSE dimanche au stade Geoffroy-Guichard (21H00).

Cet hiver, le technicien stéphanois, en poste depuis décembre 2009, un record de longévité dans le club forézien depuis Robert Herbin (1972-janvier 1983, 1987-1990), aurait intéressé Newcastle. Mais le coach a démenti avoir été approché.

Galtier, 48 ans, qui a une belle cote de popularité à Saint-Etienne qu'il a contribué à sauver de la relégation en 2010 (17e) avant de gagner la Coupe de la Ligue (2013), serait tenté par une expérience à l'étranger, plutôt dans un club de premier plan.

A l'ASSE, actuellement 5e de la Ligue 1, 4e au classement final la saison dernière, les possibilités de progresser dans la hiérarchie du championnat, et d'atteindre le podium, paraissent minces sans augmentation du budget -- estimé à 70 millions d'euros -- et de moyens pour recruter.

Le risque serait plutôt de régresser et de retomber dans le ventre mou du championnat.

C'est le dilemme qui se présentera à Galtier au printemps. "Il sait ce qu'il doit à Saint-Etienne. Il ne va pas partir comme cela. Il a une cote c'est sûr. Mais en France, comme à l'étranger, il est compliqué de viser le gratin. Je suis convaincu qu'il a le profil pour entraîner Marseille", avait notamment déclaré, fin janvier, son agent, Jean-Pierre Bernès dans le Journal du Dimanche.

Rumeurs et démentis

Cette phrase a laissé libre cours à toutes les rumeurs que Galtier a encore tenu à démentir vendredi en conférence de presse alors que le départ de l'actuel titulaire du poste à l'OM, l'Argentin Marcelo Bielsa, est évoqué.

"Mon devoir et ma conscience font que je dois préparer la saison prochaine. Après, on est sûr de rien dans le football et il est difficile d'évoquer l'avenir d'un entraîneur", a commenté "Galette".

"Tout ça parce que je suis de Marseille et à Saint-Etienne depuis cinq ans. On trouve ça bizarre, alors on s'interroge", a-t-il encore ajouté.

Lui-même a alimenté la rumeur le 26 janvier face à Luis Fernandez sur RMC Info, en lançant: "Est-ce que tu n'aurais pas rêvé d'entraîner le club dans lequel tu as grandi ?"

"Je suis en contrat jusqu'au 30 juin 2016", a encore martelé Galtier vendredi. "Je n'ai jamais dit que je voulais quitter l'ASSE et l'OM n'a jamais dit qu'il pensait à moi. J'ai une mission très importante, amener l'équipe le plus haut possible et essayer de faire mieux que la saison dernière (4e) et aller le plus loin possible en coupe de France", a poursuivi l'entraîneur.

Le 3 mars prochain, les Verts tenteront sur le terrain de Boulogne (National, 3e div.) de se qualifier pour les demi-finales de la Coupe. L'espoir de gagner un nouveau trophée et de se qualifier pour l'Europa League pour la troisième fois de suite existe encore mais l'ASSE doit surmonter une période difficile avec une attaque atone et des joueurs blessés ou à court de forme en défense.

Fifa.com (21/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 21:27

En-Avant, mais jusqu'où ?



Inarrêtable depuis décembre, Guingamp a repointé son nez dans le haut du classement de Ligue 1, et la réception de Montpellier dimanche pourrait même rapprocher les Bretons des places européennes.

Avec la victoire à Metz la semaine dernière (2-0), les hommes de Jocelyn Gourvennec ont enregistré leur 11e succès de la saison en championnat, soit autant que sur toute la saison dernière.

Confortablement installés à la 8e place, avec 35 points au compteur - on considère que 42 points, voire 40 suffisent pour se maintenir - et 9 points d'avance sur le premier relégable, les rouge et noir se sont rarement trouvés à pareille fête après 25 journées.

Plutôt habitués à regarder dans son rétroviseur à cette époque de l'année, pour jauger de sa situation par rapport à la zone rouge, l'En-Avant peut cette fois regarder droit devant lui.

Et que voit-il, pas si loin, à juste 6 points ? La 5e place, occupée pour l'heure par Saint-Étienne. Dimanche, la venue de Montpellier au Roudourou est une nouvelle occasion de s'en rapprocher encore un peu, puisque les Héraultais sont 7e, avec un point d'avance sur les Bretons.

L'En-Avant disputera aussi bientôt un quart de finale de Coupe de France très abordable contre Concarneau (CFA).

Un succès le placerait à deux matches seulement d'un incroyable doublé dans cette compétition qui lui a ouvert les portes de l'Europa League.

Match après match
La perspective de voir les Costarmoricains enchaîner une deuxième campagne continentale consécutive, après celle encore en cours mais déjà réussie de cette saison, n'a donc rien de farfelue.

Guingamp est ainsi le seul club à soutenir le rythme du leader lyonnais depuis décembre en championnat, avec 23 points pris sur 30 possibles, contre 24 pour l'OL.

Et si personne n'évoque encore le sujet ouvertement au sein du club, on ne s'interdit certainement pas de rêver.

"On a pas envie de se fixer des limites, on prend match après match et on verra où ça va nous mener", a ainsi répondu Claudio Beauvue jeudi soir, après le match aller de 16e de finale de C3 remporté contre Kiev (2-1).

Toutefois, avec déjà 38 matches dans les jambes et des adversaires désormais prévenus, on peut se demander si Guingamp tiendra ce rythme encore longtemps.

Sur le plan athlétique, le club a récupéré tous ses blessés et semble disposer d'un effectif suffisamment étoffé et homogène pour faire face à toutes ses échéances, mais c'est plus dans les têtes que cela se jouera, à en croire son entraîneur.

"Ça a bien marché en décembre, ça a bien marché en janvier, ça continue de bien marcher en février... Mais on sait aussi que c'est parce qu'on fait beaucoup d'efforts. Tant qu'on sera dans les efforts comme ça, on continuera à bien marcher", estime Gourvennec.

"Il y plein de choses qui font qu'on doit être fiers de notre parcours, mais en même temps, les choses sont encore à écrire et les efforts à faire", a-t-il averti.

Fifa.com (21/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 21:28

Ayew et Nkoulou, retours contrastés de la CAN



Si Marseille peut se réjouir d'avoir enregistré le retour du Ghanéen André Ayew de la CAN-2015, son autre cadre parti disputer la compétition africaine, Nicolas Nkoulou, est lui revenu blessé et sera forfait contre Saint-Etienne dimanche (21h00).

Un contraste saisissant: André Ayew, juché devant la tribune Nord du Vélodrome, célébrant le but qu'il vient d'inscrire contre Reims (69e) et qui, pense-t-il alors, va permettre à l'OM de s'offrir un douzième succès consécutif à domicile (score final 2-2).

Cinq jours plus tôt, le même attaquant ghanéen criait son désespoir sur la pelouse de Bata, en Guinée équatoriale, inconsolable après la séance de tirs au but perdue par sa sélection en finale de la CAN contre la Côte d'Ivoire. "Vraiment abattu", selon son équipier marseillais et ami Brice Dja Djédjé.

Face à Reims pourtant, et alors qu'il n'était rentré d'Afrique qu'un jour auparavant, Ayew avait été titularisé d'entrée par Marcelo Bielsa. Une décision qu'il a justifié en se montrant dangereux à plusieurs reprises, et surtout en apportant ce qui semble par moment manquer à l'effectif olympien depuis janvier: l'envie.

Un 'fighting spirit' qui vaut au fils d'Abédi Pelé, formé au club, d'être l'un des chouchous du public olympien. Dont une partie, à la suite du match contre Reims, se mobilise sur les réseaux sociaux en faveur de la prolongation de son contrat, qui expire à la fin de la saison. Faute d'accord avec le club, qui aimerait revoir son salaire à la baisse, le joueur polyvalent de 25 ans sera libre de s'engager ailleurs.

"Me surpasser pour ce club"

S'il a laissé "la porte ouverte" concernant son avenir, Ayew a aussi assuré que cette mobilisation l'a "vraiment touché": "Ce que le club et les supporteurs m'ont montré depuis quelques années, c'est formidable, mais ce que j'ai vécu depuis le retour de la CAN ça ne m'était jamais arrivé."

"Ca me donne encore plus envie de me surpasser pour ce club", a-t-il ajouté. Et avant de penser à la saison prochaine, l'OM va en avoir besoin, à treize journées de la fin du championnat et alors qu'il lui faut encore affronter Lyon, Paris, Monaco et donc, Saint-Etienne, ses principaux rivaux pour les places européennes.

Dans ce long sprint final, il faudra toutefois faire - temporairement - sans Nicolas Nkoulou. Le défenseur central de 24 ans, cadre de l'OM et de la sélection camerounaise, est revenu blessé de la CAN après une élimination dès le premier tour. Déjà fragile au niveau du genou gauche, le Camerounais pourrait ne pas revenir avant avril.

Selon plusieurs médias, le défenseur songerait même à se faire opérer pour se débarrasser définitivement de cette gêne. Interrogé sur le sujet, son entraîneur Marcelo Bielsa a simplement indiqué que Nkoulou était "en phase de récupération de sa blessure" et que, sur l'opération, il n'avait "pas les capacités pour développer ce thème purement médical".

Seule certitude: le patron de la défense marseillaise ne sera pas du périlleux déplacement à Geoffroy-Guichard, au cours duquel l'OM s'efforcera, comme à chaque déplacement depuis le 4 octobre, de mettre un terme à sa série de matches sans victoire à l'extérieur.

Un gros défi: en 49 déplacements à Saint-Etienne, Marseille ne est imposé qu'à sept reprises en championnat.

Fifa.com (21/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 21:29

OL - Retour de Lacazette et fin de la disette ?



Absent lors des trois dernières journées, le meilleur buteur de la L1 (21), l'attaquant de Lyon Alexandre Lacazette, revient face à Nantes dimanche (17h00), un renfort bienvenu pour une équipe en panne de victoire.

L'OL reste sur trois résultats nuls, à Lorient (1-1), dimanche dernier, mais surtout contre Monaco (0-0) et Paris SG (1-1), deux autres prétendants au podium, comme l'a rappelé l'entraîneur Hubert Fournier.

Mais "le seul couac est le match à Lorient où nous aurions souhaité faire mieux", a-t-il concédé.

Lacazette s'était blessé derrière la cuisse droite lors de la réception de Metz, le 25 janvier, après avoir ouvert la marque d'un match gagné 2-0 à Gerland, soit le dernier succès du leader du championnat. Et l'OL compte bien profiter du retour de son serial-buteur pour se relancer, avant trois déplacements consécutifs à Lille, Montpellier et Marseille.

Trois matchs qui permettront de savoir si l'OL a vraiment les épaules pour conserver son costume taille-patron.

"C'est rassurant pour tout le monde. C'était plus compliqué de ne pas l'avoir. Mais il ne faut pas croire que cela va régler tous nos problèmes, quelques uns sans doute, mais pas tous", a tempéré Fournier.

"Nous avons vu aussi, durant son absence, que nous avons fait des choses probantes. Cela a permis à Clinton Njie de marquer deux buts. Nous avons gagné beaucoup de matchs avec Alex, mais nous en avons aussi perdu avec lui", a-t-il ajouté, sans doute dans le but de protéger son groupe à l'adresse de ceux qui penseraient que l'OL souffre d'une "Lacazette-dépendance".

Gare aux contres des Canaris
Reste que l'Olympique lyonnais n'a gagné aucun des six derniers matchs manqués par son leader d'attaque (2 défaites, 4 nuls), dont trois la saison passée.

"Il a très envie de reprendre, car il est un compétiteur qui aime être sur le terrain. Il aspire aussi à reprendre la dynamique qu'il avait avant sa blessure", a témoigné Fournier.

"La dynamique de l'équipe est toujours positive. Il n'a pas été arrêté très longtemps. Il faut voir cette blessure comme une opportunité pour lui de souffler et peut-être de repartir avec plus de jus pour la fin de saison", a poursuivi l'entraîneur lyonnais, qui n'a pas indiqué si Lacazette débuterait ou non la rencontre.

Côté bilan, l'OL n'a gagné, contre Metz (2-0), qu'un seul de ses cinq derniers matchs, même s'il n'a perdu qu'une fois, en coupe de France, à Nantes justement (3-2). Un match disputé par Lacazette, qui avait notamment marqué.

A l'aller, en championnat, les Lyonnais avaient concédé un résultat nul (1-1) chez les Nantais. Ils avaient mené sur un but de Bakary Koné à la suite d'un coup franc joué par Lacazette: une action de jeu arrêté qui généralement ne sourit guère à Lyon cette saison.

La faute selon Fournier à des qualités athlétiques insuffisantes de la plupart de ses joueurs, qui nourrissent des carences dans le domaine aérien notamment.

Face aux Canaris, les Lyonnais devront aussi respecter les équilibres, ce qu'ils n'avaient pas su faire notamment en coupe de France.

Sur les quatre buts concédés aux Nantais cette saison, tous l'ont été à la suite d'attaques menées sur des contres.

Fifa.com (21/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Sam 21 Fév - 21:34

Paris dans le fauteuil du leader



Le Paris SG s'est installé provisoirement dans le fauteuil du leader de la Ligue 1, en dominant facilement Toulouse (3-1) avec notamment un doublé d'Adrien Rabiot, samedi au Parc des Princes lors de la 26e journée.

Le double champion de France n'a qu'un point d'avance sur Lyon, qui reçoit Nantes dimanche, et trois sur Marseille, en déplacement à Saint-Etienne. Mais cette position a tout de même une grosse portée symbolique pour le grandissime favori de la L1, qui avait jusqu'ici gâché toutes les occasions d'occuper les sommets du classement.

Quatre jours après le nul concédé face à Chelsea (1-1) en 8e de finale aller de Ligue des champions, Paris n'a pas spécialement brillé, mais il s'est placé à un rang beaucoup plus conforme à sa puissance financière et au statut de ses joueurs achetés à prix d'or. C'était bien là l'essentiel pour Laurent Blanc: remettre les choses à l'endroit sur le plan national, alors que l'avenir européen du club de la capitale est loin d'être assuré, au grand dam des propriétaires qataris.

La revanche de Rabiot
"Cela faisait trois ou quatre fois qu'on avait la possibilité de prendre la première place et on n'y était pas arrivé. C'est peut-être un signe, une prise de conscience collective qu'il n'y a plus de points à perdre. Malgré quelques imperfections dans notre jeu, des matches à domicile mal négociés et la perte de quelques points avant et après la Ligue des champions, on est encore là et c'est très encourageant pour la suite", a réagi l'entraîneur parisien après la rencontre.

Timide et manquant particulièrement de dynamisme durant près d'une mi-temps, les Parisiens ont fait la différence sur deux actions de classe, toutes deux conclues par Rabiot, d'abord un enchaînement collectif à une touche de balle (27e) puis une inspiration de Javier Pastore (47e).

Une belle revanche pour le jeune milieu formé au club (19 ans), qui a finalement prolongé son contrat après un long bras de fer avec sa direction durant les six premiers mois de la saison. Souvent pris en grippe par le public, il est cette fois sorti sous une belle ovation.

"Je suis bien content pour Adrien, a commenté Blanc. Quand un de mes joueurs est attaqué, j'essaye toujours de le défendre. N'oublions pas que c'est un jeune joueur, à peine 20 ans, le futur du Paris SG."

La renaissance de Thiago Silva
Même si Wissam Ben Yedder a retrouvé le chemin de filets après plus de trois mois de disette pour réduire le score de la tête (50e), le PSG n'a cette fois pas vacillé, contrairement au scénario incroyable vécu il y a une semaine face à Caen (2-2) avec un match terminé à 9 contre 11 et deux points perdus dans les dernières minutes. Et c'est Thiago Silva, en bon capitaine, qui a douché définitivement les espoirs du Téfécé (73e).

Paris était pourtant très diminué avec quatre blessés (Lucas, Thiago Motta, Yohan Cabaye, Serge Aurier) et deux suspendus (David Luiz, Marco Verratti) et Laurent Blanc avait révélé vendredi n'avoir que 13 joueurs professionnels sous la main. Mais la victoire était primordiale dans la course au titre et le PSG a donc fait le nécessaire pour s'éviter un dénouement fâcheux et un 11e nul en championnat, qui aurait été une aubaine de plus pour le duo Lyon-Marseille.

Zlatan Ibrahimovic, sur un tir enroulé (55e), puis Edinson Cavani (57e) et Lucas Digne (75e), de la tête, ont ainsi manqué d'un rien de corser l'addition.

Le retour en grande forme de Thiago Silva constitue l'autre bonne nouvelle pour Paris. Impérial dans les duels, propre techniquement, le défenseur brésilien, dont les fans du Parc ont scandé le nom à plusieurs reprises, semble avoir évacué la grosse déception du Mondial-2014 à la maison et enchaîne les prestations de classe.

"Thiago Silva n'est pas un jeune joueur, ce n'est pas un enfant. On sait ce qu'il est capable de faire. La Coupe du monde au Brésil a été une déception à digérer, mais douter de son potentiel était une injustice et il fallait l'aider plutôt que de l'enfoncer. Il est en train de redevenir le joueur qu'il était", s'est réjoui Blanc. Une renaissance qui arrive au meilleur moment pour le PSG, à l'image de ce succès.

Fifa.com (21/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 22 Fév - 19:01

Montpellier surprend Guingamp



Guingamp a bien mal préparé son 16e de finale retour d'Europa League, jeudi à Kiev, en perdant à domicile contre un Montpellier diablement réaliste (0-2), dimanche, pour la 26e journée de Ligue 1.

On l'avait senti jeudi lors de la victoire aller en C3 contre un Dynamo Kiev réduit à neuf (2-1), cela s'est confirmé contre Montpellier, Guingamp semble marquer le pas.

Jocelyn Gourvennec avait choisi de ménager son milieu défensif Lionel Mathis et son stoppeur Jérémy Sorbon, mais a reconstitué le duo d'attaque Sylvain Marveaux-Claudio Beauvue, laissant Christophe Mandanne sur le banc au coup d'envoi.

Après deux mois et demi passés sur un nuage, qui leur auront permis de remonter de la dernière à la 8e place en championnat, les Rouge et Noir paraissent moins tranchants. "Il y avait trop de vents contraires, trop de choses contre nous, pas assez de justesse... C'était trop compliqué aujourd'hui", a déploré Gourvennec après le match, citant aussi l'état du terrain, rendu très gras par les pluies des derniers jours.

Au cours des 10 dernières journées de championnat, Guingamp avait toujours inscrit au moins un but - la plus longue série de l'histoire du club en Ligue 1. Mais dimanche, l'En-Avant est resté muet. Un sauvetage du latéral Daniel Congré devant Claudio Beauvue sur un centre en retrait de Marveaux (13e) puis un tir de Dorian Lévêque de l'extérieur du gauche frôlant la lucarne de Geoffrey Jourdren (23e), étaient les seules actions notables des Bretons en première période.

Dans le second acte, une tête de Younousse Sankharé (62e) et un tir trop enlevé de Beauvue qui s'était ouvert le chemin du but (74e) ont fait espérer le Roudourou en vain.

Lössl brille pour rien
A l'inverse, les hommes de Rolland Courbis ont été redoutables d'efficacité, marquant sur le premier tir de la partie, d'une frappe à ras de terre de Morgan Sanson, placée hors de portée de Jonas Lössl (0-1, 2e).

"On était venu, comme on a l'habitude de faire, avec l'objectif et l'espoir de gagner. L'objectif a été atteint et c'est pas simplement trois points que nous avons pris comme-ci comme-ça. On les a pris en construisant notre victoire de belle façon du début jusqu'à la fin", s'est réjoui à juste titre le technicien en conférence de presse.

Seulement dix minutes de jeu en deuxième période et les Montpelliérains doublaient la mise. Sur un ballon perdu par Younousse Sankharé, Kévin Bérigaud, démarqué côté droit de la surface, profitait d'un contre favorable et glissait le ballon sous le ventre de Lössl (0-2, 55e).

Le portier guingampais a pourtant été excellent, avec des arrêts devant Bérigaud (14e), Mathieu Deplagne (31e) ou sur une tête lobée de Souleymane Camara que le Danois allait chercher sous sa barre (44e). A la 58e, il remportait encore un face-à-face avec Camara, d'un arrêt façon gardien de hockey-sur-glace.

Dans le temps additionnel, il empêchait encore Montpellier d'aggraver le score sur un beau plongeon pour dévier une reprise des visiteurs, après un pénalty envoyé sur la transversale par Djamel Bakar (91e).

"Maintenant on va être supporteurs de Guingamp jeudi. On espère avoir été de bons sparring partners, et les avoir aidés pour la qualification qui est encore possible à Kiev", a glissé en guise d'encouragement, Courbis. Avec son très maigre avantage, jeudi, en Ukraine, face aux rugueux défenseurs de Kiev, Guingamp aura en tout cas intérêt à retrouver plus d'allant devant le but adverse, pour croire au miracle.

Fifa.com (22/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 22 Fév - 22:13

Reims-Metz, un match nul qui n'arrange personne



Le match nul (0-0) entre Reims et Metz, dimanche lors de la 26e journée de L1, n'arrange aucune des deux équipes, qui poursuivent leurs séries peu reluisantes.

Reims (15e, 31 points) n'a toujours pas gagné en championnat en 2015 (3 nuls, 4 défaites) et ne compte que cinq points d'avance sur le premier relégable, Evian/Thonon, qui compte un match en moins.

La saison dernière à ce stade de la compétition, le club champenois comptait huit points de plus et l'Europe était plus évoqué que le maintien...

Pour l'équipe mosellane, dernière avec 22 points, soit le même total que Lens, la série record de 14 matches de L1 sans victoire n'inspire rien de bon. Toulouse (17e) pointe à six longueurs et il va vite falloir retrouver le chemin de la victoire pour pouvoir éviter la relégation.

Les bonnes intentions n'ont pas suffi à proposer un spectacle alléchant. Les Rémois sont toujours atteints d'inefficacité offensive chronique, illustrée dimanche par les occasions manquées de De Préville (9), Moukandjo (17, 60) ou encore par un centre de Mandi qui a filé devant le but (18).

Final intense mais stérile
Reims aurait mérité d'ouvrir la marque sur un contre ultra-rapide mené par Fortes, Moukandjo et De Préville, ce dernier butant sur Carrasso (41). Mandi (42, 55) a tenté d'apporter depuis l'arrière, sans plus de réussite. Bourillon, de loin, a effleuré le cadre (68).

Côté lorrain, on s'est surtout appliqué à commettre le moins d'erreurs possibles, avec peu de choses proposées sur le plan offensif.

Une frappe lointaine de Rivierez (11) et un coup franc de Sarr que Mandi a failli convertir contre son camp (30) ont égayé la première période. Dans le second acte, Agassa a sauvé Reims sur un contre de Métanire (65) et sur un ballon piqué de Maïga (67).

Les dernières minutes ont été intenses, Reims cherchant à faire la différence jusqu'au bout, mais sans jamais trouver le décalage nécessaire. Sur deux contre-attaques, Agassa s'est montré irréprochable devant Maïga (85, 87).

Fifa.com (22/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Dim 22 Fév - 22:14

Lyon retrouve le chemin de la victoire



Après trois résultats nuls, Lyon a renoué avec la victoire en s'imposant logiquement à domicile aux dépens de Nantes (1-0), au terme d'un match de la 26e journée de Ligue 1 de faible niveau surtout en première période.

L'Olympique lyonnais conserve la tête du classement avec 54 points, deux de mieux que le Paris Saint-Germain (2e), vainqueur samedi de Toulouse (3-1).

De leur côté, les Nantais, qui n'ont gagné aucune de leur six dernières rencontres (4 défaites, 2 nuls), depuis leur victoire face à l'OL en 16e de finale de la Coupe de France (3-2), le 20 janvier, sont 11es (33 points).

Après une première période très pauvre de part et d'autre, Lyon a su hausser le rythme pour prendre l'avantage juste après l'heure de jeu sur un but inscrit contre son camp par le milieu danois Kian Hansen sous la grosse pression de Nabil Fekir (67). Le but a finalement été accordé par la Ligue de football professionnel (LFP) à ce dernier.

"Je ne savais même pas que le but avait été attribué à Nabil (Fékir)", a souri Alexandre Lacazette au micro de BeIn Sports, rétabli d'une lésion musculaire derrière la cuisse droite après avoir manqué les trois dernières rencontres jouées par l'OL.

Lacazette, le meilleur buteur du championnat (21 buts), a dans la foulée de cette action victorieuse, laissé sa place à Clinton Njie, buteur à deux reprises durant son absence, contre le PSG (1-1) et à Lorient (1-1) mais qui a manqué l'opportunité de creuser l'écart dans le temps additionnel en manquant son duel avec le gardien Rémy Riou (90+1).

Gonalons rate un penalty
En première période, l'OL n'avait été dangereux que sur un coup franc heurtant le poteau tiré par Fekir (40), dont une tentative en début de match passait aussi de peu au dessus (5), tout comme un tir lointain de Corentin Tolisso manquait le cadre (16).

Par la suite, la pression lyonnaise a été plus forte avec plus de mouvement dans le jeu. Lacazette (46, 62), Fekir (48) tiraient à côté alors que Riou sauvait sa cage, dans les airs, devant Lacazette à la réception d'un centre délivré de l'aile droite par Gourcuff (64).

En toute fin de partie, Maxime Gonalons manquait un penalty accordé après une faute du gardien nantais sur Fekir (90+3).

De leur côté, les Canaris, solides et bien organisés en défense, posaient ainsi beaucoup de problèmes aux Lyonnais trop statiques notamment en première période, surtout en contres. Serge Gakpé, après un relais avec Lucas Deaux manquait le cadre de justesse (28) tout comme Issa Cissokho (35) pour les deux seules réelles occasions nantaises.

Fifa.com (22/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Fév - 14:24

L'OM se laisse distancer par l'OL et le PSG



Marseille a cru mettre fin à quatre mois sans victoire à l'extérieur à Saint-Etienne, mais s'est fait reprendre en fin de partie (2-2), et se laisse distancer par Paris et Lyon, dimanche pour la 26e journée de Ligue 1.

En difficulté lors de la première mi-temps, les Marseillais ont subi jusqu'à l'ouverture du score sur un pénalty de Max-Alain Gradel (54), et un triple changement qui a permis à Michy Batshuayi de s'offrir un doublé (64, 68).

Mais comme lors de la précédente journée contre Reims, ils se sont fait reprendre dans les arrêts de jeu, après un ballon mal renvoyé par la défense et mis dans les buts marseillais par Mevlut Erding (90+1).

Les Marseillais, mis sous pression par les victoires respectives de Paris contre Toulouse (3-1), et de Lyon face à Nantes (1-0), n'avaient d'autre choix que de s'imposer pour rester au contact. Une gageure, sans doute, alors qu'ils n'ont plus gagné depuis plus de quatre mois à l'extérieur, et que Geoffroy-Guichard n'a historiquement jamais réussi à l'OM: seulement sept petites victoires en 50 matches de championnat.

Avec ce nul, Marseille se retrouve à 50 points, deux de moins que Paris, et 4 de moins que le leader lyonnais. Quant aux Stéphanois, ils limitent la casse au terme d'une seconde période où ils ont subi, en restant à deux points de Monaco, en cinquième position.

Pari presque payant

Le pari de Marcelo Bielsa était à trois minutes d'être payant. Alors que son équipe subissait et se retrouvait menée au score après un pénalty de Gradel (54) pour une faute de Morel sur Hamouma, il a remplacé consécutivement Dja Djédjé, averti, par Baptiste Aloé, Alaixys Romao par Romain Alessandrini et André-Pierre Gignac, touché physiquement, par Michy Batshuayi (63).

Et c'est sur son premier ballon que le jeune attaquant belge a trompé Ruffier, s'y reprenant à deux reprises à la réception d'un bon centre de Benjamin Mendy (64). Et quatre minutes plus tard, il reprenait de l'intérieur du pied un bon centre d'un autre entrant, Romain Alessandrini, pour mettre l'OM en tête (68).

Auparavant, et alors que la presse se fait l'écho de plus en plus pressant d'un malaise d'au moins une partie du vestiaire olympien quant à la "méthode Bielsa", ce sont bien plutôt les Stéphanois qui, portés un Chaudron bouillant, se sont rués à l'attaque du but de Mandanda.

Et il a fallu toute la vigilance de celui-ci pour que les Marseillais n'encaissent pas de but avant la pause. Mandanda avait en effet capté un ballon mal contrôlé par van Wolfswinckel (18) sur une touche intelligemment déviée par Lemoine, puis un nouveau ballon rentrant sur corner (27) et un centre de Gradel (32).

Auparavant, van Wolfswinckel avait manqué le cadre de la tête sur un coup franc bien enroulé par Max-Alain Gradel (5), ou encore cafouillait un ballon dangereux devant le but (32). Portés par un milieu très offensif composé de Giannelli Imbula, très bon dimanche, et André Ayew, les Marseillais ont poussé pour se mettre à l'abri, mais Alessandrini a vu sa tête s'envoler à la réception d'un coup franc de Payet (81) et Ocampos a manqué le cadre alors qu'il était seul devant Ruffier (81).

Et ce sont donc les Stéphanois qui ont marqué les derniers instants, privant Marseille de deux points et d'une sérénité qui n'a visiblement pas fini de lui manquer.

Fifa.com (22/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Fév - 14:47

Lyon tout sourire



Tout sourit à Lyon: sa victoire contre Nantes (1-0) lui a permis de conserver sa place de leader, subtilisée brièvement samedi soir par Paris, et le nul de Marseille à Saint-Etienne (2-2) l'éloigne de la course au titre, dimanche au terme d'une 26e journée du championnat de France mouvementée.

Lyon : Le titre ? Quel titre ?
Lyon, avec 54 points, a donc toujours deux unités de plus que Paris (2e, 52 pts), vainqueur de Toulouse samedi (3-1), mais désormais quatre de plus sur Marseille (3e, 50 pts), neutralisé par Saint-Etienne.

Le championnat (38 journées au total) avance mais Lyon refuse toujours -- du moins devant les micros -- de parler du titre. "Il y a encore pleins de situations d'ici la fin de saison pour revoir nos objectifs. Pour l'instant, nous cherchons à rester le plus haut et le plus longtemps possible pour pouvoir espérer nous qualifier en Ligue des Champions", a ainsi commenté sobrement Lacazette, titulaire pour son retour de blessure, qui a joué une grosse heure, sans marquer.

Son coach Hubert Fournier n'en dit pas beaucoup plus: "La victoire est importante pour bien aborder trois déplacements consécutifs chez des équipes difficiles à manoeuvrer (Lille, Montpellier, Marseille). Il sera plus sage d'attendre ce passage pour savoir si nous pouvons encore embêter Paris et rester sur le podium".

Le but de la victoire lyonnaise, au terme d'une action confuse, a été attribué par la Ligue de football française à Fekir. C'est donc son 9e but en championnat cette saison (il peut aussi s'enorgueillir de 6 passes décisives). Gonalons, lui, a manqué son penalty dans les arrêts de jeu.

Saint-Etienne fait plaisir au président de Lyon

Jean-Michel Aulas, le roublard président de Lyon, a crié "Allez les Verts (Saint-Etienne, ndlr) !" devant les caméras de beIn Sports avant le match contre Marseille. Aulas a été en grande partie exaucé. Marseille s'éloigne un peu de la tête du classement. Il y a des dates terribles: la dernière fois que Marseille a gagné à l'extérieur, c'était le 4 octobre à Caen (2-1) ! Si Marseille n'est pas champion, ses pauvres résultats à l'extérieur en seront la cause.

A Saint-Etienne, c'est Gradel qui a ouvert la marque pour son équipe sur penalty à la 54e minute. Huit minutes plus tard, Bielsa, l'entraîneur de Marseille, a effectué trois changements, avec notamment la sortie de Gignac remplacé par Batshuayi. Et c'est ce dernier qui a inscrit un doublé en l'espace de trois minutes. Mais Erding a égalisé en toute fin de match pour Saint-Etienne! Quel scénario fou ! Et quelle frustration pour Marseille.

Guingamp, la tête à Kiev
Plus tôt dans l'après-midi, sur une pelouse indigne, Guingamp, qui avait peut-être déjà la tête tournée vers l'Ukraine, est tombé contre Montpellier (2-0). L'addition aurait pu être plus lourde, si la transversale n'avait renvoyé le penalty de Bakar en toute fin de match. C'est un petit coup d'arrêt pour Guingamp qui n'avait plus perdu depuis le 18 janvier et un déplacement à Marseille (2-1).

Guigamp doit désormais se remobiliser pour le match qui les attend à Kiev (entre 2 et 4 degrés selon les prévisions) contre le Dynamo, battu 2 à 1 en 16e de finale aller de l'Europa League.

Dans le bas du classement, la lutte pour le maintien fait rage. Metz, dernier, est allé chercher un précieux nul à Reims (0-0). Et voilà les hommes d'Albert Cartier à égalité de points (22) avec le 19e, Lens, qui a fait une très mauvaise opération en explosant à Caen (4-1) samedi soir.

Fifa.com (22/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Fév - 15:00

Marseille à la recherche de la confiance perdue



Marseille, qui se retrouve à deux points de Paris et quatre du leader de la Ligue 1 Lyon après son nul à Saint-Etienne (2-2) dimanche, n'en finit plus de courir après un peu de confiance et de sérénité.

De la confiance, il en fallait pourtant pour effectuer trois changements d'un coup, une demi-heure avant la fin. Marcelo Bielsa n'en manque pas, et a voulu créer l'électrochoc dans une équipe dominée par Saint-Etienne et un stade Geoffroy-Guichard bouillant. Bingo: sur son premier ballon, Michy Batshuayi trouvait le cadre (64), et s'offrait un doublé quatre minutes plus tard sur un service de l'autre entrant, Romain Alessandrini (68). Le jeune attaquant belge, qui n'avait pas joué du mois de février, venait suppléer efficacement André-Pierre Gignac, de plus en plus fébrile au fil de ses matches sans réussite.

Cela aurait dû être suffisant pour l'OM. Mais comme le dit le meneur de jeu olympien Dimitri Payet, "on doit mettre ce troisième but et tuer le match". Faute de quoi, comme contre Reims lors de la précédente journée (2-2), et comme contre Saint-Etienne, les Marseillais lâchent des points et voient s'éloigner les autres prétendants au titre. "On est à quatre points de Lyon, donc ce n'est pas fini non plus, d'autant qu'on reçoit tout le monde au Vélodrome", a pourtant relativisé Payet. "Le sprint final n'a pas encore commencé, et là on prend déjà un bon point à Geoffroy-Guichard, où ce n'est jamais évident de faire un résultat."

Cinq matches comme révélateur
Malgré un début d'année 2015 loupé, entamé avec une élimination peu glorieuse en 32e de finale de Coupe de France contre Grenoble, et neuf points pris en sept matches de championnat, et malgré un fond de jeu très inquiétant contre Evian-Thonon ou Rennes, Marseille a en effet réussi à rester au contact. Et la seconde période contre Saint-Etienne, avec de l'allant offensif et davantage d'assurance dans les transmissions, peut certes remettre un peu de baume au coeur des Marseillais.

Il va en falloir pour tenir bon au Vélodrome, d'abord face à Caen, meilleure équipe sur l'année 2015 avec 16 points pris en sept matches, puis face à deux grands de L1: le leader lyonnais, et Paris. Entre chaque réception, l'OM aura un déplacement a priori plus accessible, à Toulouse puis Lens. Mais Marseille ne gagne plus à l'extérieur depuis quatre mois... Un gros morceau, qui sera révélateur de ce à quoi l'OM peut prétendre dans le "sprint final", au moment où les échos d'un vestiaire en délicatesse avec les méthodes de son entraîneur se font de plus en plus présents dans la presse.

Cette semaine, des joueurs ont en effet, sous couvert d'anonymat, expliqué être lassé par les entraînements intensifs programmés par Marcelo Bielsa, les longues causeries tactiques et les séances vidéos, et par le manque de communication qui les empêche de pouvoir s'en ouvrir auprès d'un encadrement en majorité hispanophone. Dimanche, Bielsa a d'ailleurs revendiqué une "erreur" de sa part sur le triple changement: il a "interprété de manière erronée le message" de Brice Dja Djédjé, qui voulait rester sur la pelouse, et l'a remplacé par Baptiste Aloé.

Alors pas d'autre solution pour l'OM que de gagner à nouveau, pour retrouver la confiance, oublier la lassitude physique et morale, rester au contact... et abolir la barrière de la langue.

Fifa.com (23/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Fév - 15:19

Monaco - Traoré absent six à huit semaines



L'attaquant ivoirien de Monaco Lacina Traoré, récent champion d'Afrique des nations, doit être "opéré cette semaine d'une fracture de fatigue du tibia droit" et son absence "est estimée entre 6 et 8 semaines", a annoncé son club.

Lacina Traoré, qui n'avait joué que quelques minutes en demi-finale de la Coupe d'Afrique des nations avec la sélection ivoirienne, est rentré blessé en Principauté.

Le joueur de 24 ans "sera opéré cette semaine à Monaco pour une fracture de fatigue du tibia droit, connue et traitée depuis le début de saison, mais avec une aggravation récente", indique ainsi le communiqué médical du club de la Principauté.

L'absence "est estimée entre 6 et 8 semaines", précise encore le communiqué. Lacina Traoré a disputé 8 rencontres pour un seul but inscrit cette saison avec Monaco, toutes compétitions confondues.

Fifa.com (23/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Lun 23 Fév - 19:43

Toulouse - Ahamada touché à l'épaule



Ali Ahamada, le gardien de but du Toulouse FC, souffre d'une "petite entorse de l'épaule gauche", a-t-on appris lundi auprès de l'encadrement du TFC qui n'a pas souhaité communiquer sur la durée d'une éventuelle indisponibilité.

En cas d'absence prolongée, son remplaçant devrait être Zacharie Boucher, alors que Toulouse, 17e à deux points du premier relégable, s'apprête à accueillir en Ligue 1 deux clubs du haut du tableau: Saint-Etienne samedi, puis Marseille le 6 mars.

Fifa.com (23/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par rachid_as le Mar 24 Fév - 18:49

OM - Nkoulou absent jusqu'en avril



Le défenseur camerounais de Marseille, Nicolas Nkoulou, a été opéré lundi d'un genou et ne devrait pas faire son retour sur un terrain avant avril, a-t-on appris mardi auprès du Dr Franceschi, confirmant une information du quotidien La Provence.

Nkoulou, défenseur central de 24 ans et cadre de l'OM, est revenu blessé de la CAN dont il a été éliminé dès le premier tour avec le Cameroun. Déjà fragile au niveau du genou gauche depuis le début de saison, il a été victime d'un contact lors de la compétition qui a causé un "traumatisme par choc direct" et nécessité une intervention, a expliqué le docteur Jean-Pierre Franceschi à l'AFP.

C'est ce médecin qui a pratiqué l'arthroscopie sur le joueur lundi matin. "Avec le cartilage, les délais sont aléatoires", a-t-il expliqué à La Provence, évoquant une absence de "six à huit semaines". "C'est difficile de donner des délais très précis concernant les lésions du cartilage, en règle générale, on table sur un mois et demi à deux mois", a-t-il confirmé à l'AFP, en précisant qu'il s'agit de "valeurs moyennes, car les cicatrisations ne se font pas à la même vitesse."

Nkoulou, titulaire à 17 reprises cette saison, est un élément clé de la défense marseillaise. Le statisticien Opta a indiqué mardi sur Twitter avoir calculé que Marseille a remporté 71% de ses matches de championnat avec lui cette saison, et seulement 33% en son absence.

Nkoulou devrait manquer le choc contre l'actuel leader, Lyon, mi-mars, mais "l'objectif de la présence de Nicolas Nkoulou pour le match OM-PSG, le dimanche 5 avril, est une motivation pour le joueur et pour le staff médical", a indiqué l'OM mardi après-midi sur son site.

Fifa.com (24/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015 (Part 2)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:08


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 16 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum