Saison française, 2014 - 2015

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 6 Fév - 19:24

Rennes - L'effet Montanier se fait attendre



Entraîneur de Rennes depuis un an et demi, Philippe Montanier n'a pas encore réussi à faire des Bretons un prétendant sérieux aux places européennes, une situation qui le fragilise forcément, avant la réception de Marseille, samedi.

Au moment de sa signature pour trois ans, Philippe Montanier semblait l'homme providentiel pour un club qui voulait franchir un palier en mettant fin à une instabilité chronique dans ses résultats. Tout ce que l'ancien gardien de but avait jusque-là entrepris comme entraîneur avait été couronné de succès, prônant en outre un jeu séduisant.

Il avait fait monter Boulogne de CFA en Ligue 1, amené Valenciennes à son meilleur classement dans l'élite - 10e en 2009/2010 - et permis à la Real Sociedad de participer à la 4e C1 de son histoire. Preuve que ces succès ne devaient rien au hasard: ces trois clubs sont vite retombés dans l'anonymat après son départ.

"On avait pas parlé d'objectif. L'objectif c'était de reconstruire quelque chose (...), de retrouver une dynamique", a-t-il assuré en conférence de presse jeudi, évoquant son arrivée à l'été 2013. Après une première saison morose, achevée sur une 12e place et surtout une finale de Coupe de France désastreuse contre Guingamp (0-2), le club lui a laissé les coudées franches cet été.

Amateurs, recrutement, formation et même une bonne partie de la communication: rien ne se fait sans son aval. Il a totalement remanié l'effectif pour coller au 4-3-3 dont il ne démord jamais, quitte à faire évoluer des joueurs loin de leur poste de prédilection.

Après les ailiers Paul-Georges Ntep et Kamil Grosicki ou l'avant-centre Ola Toivonen lors du premier mercato d'hiver, une douzaine de joueurs ont rejoint Rennes cet été, dont certains sont devenus rapidement indiscutables, comme le stoppeur Edson Mexer ou le milieu de terrain défensif Gelson Fernandes.

En dépit de toutes ces évolutions, le bilan sportif à mi-chemin de son contrat reste indigent et il doit bien constater que son équipe a encore une "marge de progression sur les résultats et sur le jeu".

Montanier en 'Sir Alex'
Partie sur des bases plus élevées, avec une 5e place au soir de la 16e journée, la deuxième saison a de nouveau sombré cet hiver dans la médiocrité, avec deux mois sans victoire en championnat. Les Rennais pourraient même basculer dans la deuxième moitié du classement s'ils n'interrompent pas cette série dès samedi contre Marseille.

"Il y a eu une première année où il fallait voir l'effectif et le club. Et là on redémarre, avec beaucoup de départs. On est toujours en phase de construction", a plaidé Montanier, qui reconnaît être lui-même déçu de son apport. "L'impatience elle n'est pas qu'au sein du club, elle est chez nous tous, moi le premier", a-t-il assuré.

"Forcément on a beaucoup d'espoirs, quand on arrive dans un club. On a envie que tout aille vite et bien, et que ça marche. Mais depuis 30 ans je sais très bien que le foot ne fonctionne pas systématiquement comme ça", a-t-il commenté. Les efforts consentis à nouveau cet hiver pour recruter trois joueurs montrent que Montanier jouit encore du soutien de la famille Pinault, propriétaire du club.

Mais même si le seul objectif officiel est le maintien, Montanier sait qu'il devra rapidement apporter des résultats tangibles de son action. Début décembre, Montanier s'imaginait volontiers comme "l'Alex Ferguson de Rennes", façonnant le club sur "dix ou quinze ans". Pas sûr que la patience des Pinault aille jusque là.

Fifa.com (06/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 6 Fév - 19:24

Fekir-Lucas, duel de sprinteurs funambules



D'un côté Nabil Fekir, 21 ans, gaucher, dribbleur-éclaireur de Lyon, de l'autre le Brésilien Lucas, 22 ans, droitier, dribbleur-perforateur du Paris SG: le choc au sommet de la 24e journée entre le leader de la L1 et le champion en titre promet d'être riche en fulgurances.

. Fekir, le slalomeur
Nabil, "c'est un mix de Robben et de Messi". La comparaison en forme d'éloge est faite par Bernard Lacombe, conseiller du président Aulas, qui en a vu passer des talents du côté de Gerland, avec ce profil d'attaquants au gabarit modeste mais à la technique très au-dessus de la moyenne, tels Di Nallo, Chiesa ou Ben Arfa...

Le compliment a le mérite de classer le garçon. Mais l'intéressé n'a pas eu un parcours rectiligne au centre de formation de l'OL où il a été incorporé à 13 ans, écarté à 15, puis réintégré à 18. Et il ne se laisse pas griser: "Ca fait plaisir mais je suis encore très loin de ces deux joueurs. Il faut encore beaucoup de travail."

Son poste de prédilection est meneur de jeu, juste derrière les attaquants mais, toujours selon Lacombe, "il peut jouer tous les postes offensifs, à droite comme à gauche".

La détermination comme le potentiel du Lyonnais sont grands. Et sa progression rapide. Preuve en sont ses 8 buts et 5 passes décisives en L1 en 19 matches disputés (10 buts en 24 rencontres toutes compétitions confondues), qui font de lui "LA" révélation de la saison alors qu'on aborde à peine son dernier tiers.

Au-delà des chiffres, son impact sur le jeu lyonnais se traduit par sa capacité à faire la différence ballon au pied, à faire la bonne passe au bon moment. Et le premier a en profiter est Alexandre Lacazette, avec lequel la complémentarité fait des ravages, et qui caracole en tête du classement des buteurs (21 réalisations).

L'absence de Lacazette (en phase de reprise après sa blessure à une cuisse) contre Paris, déjà préjudiciable à Monaco dimanche dernier (0-0), oblige Fekir à plus de responsabilités. Ce qui n'est pas pour lui déplaire. "J'aime bien les duels. C'est mon jeu. Je suis un joueur de duels et je ne vais pas changer mon style."

. Lucas, le perce-muraille
Arrivé avec l'étiquette de "futur grand", pour quelque 40 millions d'euros en janvier 2013, Lucas effectue sa meilleure saison avec Paris, où Laurent Blanc en fait l'indiscutable troisième trident d'attaque aux côtés d'Ibrahimovic et de Cavani.

Prié de ne pas uniquement faire se lever le Parc des Princes par ses dribbles ou ses chevauchées - qui ont parfois tutoyé le "fantastique" comme celle contre Marseille l'an passé, avortée par un sauvetage de Fanni -, l'ancien joueur de Sao Paulo s'efforce depuis le début du championnat d'ajouter à sa palette de couleurs le trait de réalisme qui manque à son jeu.

Car, maintenant qu'est digérée sa non-sélection pour le Mondial-2014 dans son pays, Lucas sait que c'est à cette condition qu'il franchira les paliers et pourra pérenniser sa présence autant dans le onze-type de Paris qu'au sein de la Seleçao.

Les chiffres plaident pour sa progression puisqu'il en est à 7 buts (2 passes décisives) en 22 matches de L1, dont deux dans des matches très importants contre Marseille (2-0) et Monaco (1-1).

Alors qu'Ibrahimovic peine à retrouver son éclat, que Cavani alterne trop souvent entre vaillance et indigence et que Lavezzi ne semble vraiment débuter sa saison que depuis quelques matches, le jeune Brésilien est celui qui fait montre de tonus et de vivacité au sein d'une équipe ronronnant un peu trop son football.

En l'absence possible de Pastore (blessé), sa vitesse et sa percussion ne seront pas de trop pour aider le PSG à faire un gros coup Gerland.

Fifa.com (06/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Ven 6 Fév - 19:25

Ce qu'Ocampos peut apporter à Marseille



Le milieu offensif argentin Lucas Ocampos, prêté par Monaco, doit permettre d'insuffler de la nouveauté et de la variété dans le jeu de Marseille, qui tentera à Rennes (samedi, 16h00) de décrocher son premier succès à l'extérieur depuis quatre mois.

Les Marseillais, qui restent sur une série de huit matches sans victoire loin du Vélodrome (dont un seul nul et une défaite aux tirs au but), sont à la recherche d'un second souffle depuis la reprise.

En manque de résultats rassurants, ils ont aussi vu leur supériorité dans le jeu se déliter au fil des matches, avec en point d'orgue un 1-0 très laborieux contre la plus mauvaise défense de L1, Evian TG, qui plus est sur pénalty et à domicile.

Au fil des conférences de presse d'avant et d'après matches, l'entraîneur argentin Marcelo Bielsa a dessiné les contours de son explication à ce "moment creux". A ses yeux, la défense n'est pas en cause; c'est l'animation offensive et l'efficacité devant le but qui pêchent.

Autant dire que l'arrivée de son compatriote de 20 ans, Lucas Ocampos, qui sera "probablement et même sûrement" dans le groupe pour affronter Rennes, peut faire du bien à l'OM.

André Ayew toujours retenu à la CAN, où il dispute la finale dimanche contre la Côte d'Ivoire, et Romain Alessandrini en manque de rythme depuis son retour de blessure, Bielsa n'avait plus d'autre alternatives dans ce secteur de jeu que Bilal Boutobba, 16 ans, ou Bilel Omrani, qui évoluait la saison dernière avec la réserve d'Arles-Avignon (L2).

"Buena, Lucas!"
Ocampos, lui, est "en très bonne forme et sans aucune difficulté", assure Bielsa. En manque de temps de jeu à Monaco (17 apparitions en L1 dont 7 titularisations), l'international argentin des moins de 15 ans et moins de 17 ans, très actif sur les réseaux sociaux, doit apporter de l'enthousiasme à des Marseillais en manque de confiance.

"Il a l'air très motivé, il va amener de l'allant et c'est toujours bien de rajouter des gens surmotivés, ça pousse les autres à en faire un peu plus", a expliqué Rod Fanni en conférence de presse, précisant qu'Ocampos "s'est vite acclimaté, dès le premier entraînement".

Sur une vidéo mise en ligne par le club, on voit en effet André-Pierre Gignac, le leader technique marseillais, accueillir d'un "Buena, Lucas!" ("bonne balle Lucas") un bon centre de l'Argentin lors de la séance d'entraînement de jeudi.

Mais Ocampos, un joueur "dynamique, rapide, direct" et capable de jouer des deux côtés selon son nouvel entraîneur, devrait aussi permettre à l'OM de varier son jeu offensif.

"Les adversaires ne sont pas fous, ils voient que la connexion Giannelli-Payet, les ballons passent par là", expliquait Dimitri Payet après la courte victoire de l'OM contre Evian. "Il y avait deux lignes très très serrées donc c'est plus compliqué de me trouver. Après c'est à moi de bouger pour pouvoir faire les appels."

Imbula et Payet, les deux principaux architectes de l'animation offensive marseillaise, sont en effet de mieux en mieux marqués par leurs vis-à-vis. Dans ce contexte, Lucas Ocampos devrait apporter sa qualité de percussion pour offrir à l'OM de nouvelles possibilités d'arriver au but adverse. Et de cesser, enfin, d'abandonner des points à l'extérieur.

Fifa.com (06/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:24

Saint-Etienne peut nourrir des regrets



Saint-Étienne, qui menait 2-0, et Lens se sont séparés sur un score de parité (3-3) vendredi au stade Geoffroy-Guichard, au terme d'un match à rebondissements de la 24e journée de Ligue 1 de football, au cours duquel les remplaçants ont été déterminants.

Les Verts, qui restent sur quatre rencontres sans succès (deux matches nuls, deux défaites), demeurent quatrièmes (41 points) avec une longueur d'avance sur Monaco (cinquième avec un match en moins).

Les Lensois, qui n'ont toujours pas gagné en 2015, battus trois fois, dont une en coupe de France, et qui sont sur une série de trois résultats nuls de suite en L1, occupent toujours l'avant-dernière place (22 points).

Landry Nguemo, recruté en janvier, a donné l'avantage à l'ASSE en première période, d'un tir du gauche qui s'est logé dans la lucarne (1-0, 18), peu après que Pierrick Valdivia a manqué l'ouverture du score, en manquant le cadre après un centre de Lalaïna Nomenjanahary (14).

Yohan Mollo a creusé l'écart peu avant l'heure de jeu (2-0, 57) en glissant le ballon dans le but, après un bon travail de Mevlut Erding, entré peu avant (54), et Fabien Lemoine.

Toutefois, après ce second but, les Verts se sont relâchés.

Touzghar relance les Lensois
Entré à la mi-temps, Yoann Touzghar a relancé les Artésiens. Il a rapidement réduit la marque d'un tir du droit (60), avant d'égaliser en transformant un penalty accordé pour une faute de main de Kevin Théophile-Catherine (2-2, 69)

Autre remplaçant décisif, l'Argentin Pablo Chavarria a donné l'avantage à Lens en reprenant victorieusement un centre en retrait délivré de l'aile droite par Dimitri Cavare (2-3, 77).

C'est finalement Mevlut Erding, entré à la place de Ricky Van Wolfswinkel, qui a égalisé pour les Verts qui reviennent ainsi de loin.

Servi par Allan Saint-Maximin, également remplaçant au coup d'envoi, il a logé le ballon dans la lucarne d'un tir du gauche (3-3, 83).

Pour le reste, les Stéphanois ont été dangereux à plusieurs reprises et auraient dû assurer leur succès avec plus de rigueur tactique.

Yohan Mollo tirait de peu au dessus (23), mais c'est Van Wolfswinkel qui a réellement manqué d'opportunisme.

Ce dernier ne pouvait reprendre un bon centre délivré de la droite par Romain Hamouma (31), ratait le cadre malgré une position très favorable après un corner joué par Mollo (37) alors que le gardien Rudy Riou détournait un bon tir du Néerlandais (35).

De leur côté, les Sang et Or ont manqué le coche en première période où ils auraient pu ouvrir le score.

Stéphane Ruffier repoussait du pied un tir de Wylan Cyprien (29) avant que Fabien Lemoine ne repousse sur la ligne une reprise d'Ahmed Kantari après un corner (30).

Alors que le score était de 2-1 pour l'ASSE, Chavarria envoyait le ballon au dessus à la réception d'un centre délivré de l'aile gauche (67).

Fifa.com (06/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:29

Lyon attend Paris au tournant



Le Championnat de France pourrait changer de visage dimanche à Lyon (20h00 GMT), où le Paris SG viendra disputer face au leader un choc déjà brûlant, dont il espère sortir vainqueur et aux commandes.

Double champion en titre, a priori supérieurement armé pour le championnat, Paris n'a pourtant jamais été en tête cette saison. A la 24e journée, il serait temps, même si avec la Ligue des Champions et les deux Coupes, le PSG a d'autres fers au feu.

Mais en attendant, le match à trois avec l' Olympique lyonnais et l'Olympique de Marseille se poursuit et le grand rendez-vous de Gerland a des airs de possible tournant.

Face à un OL leader avec la meilleure attaque et la meilleure défense du championnat, Paris se présente dans la peau du chasseur, assis sur six victoires consécutives depuis le naufrage à Bastia (défaite 4-2).

Ces succès, par un but d'écart cinq fois sur six, ont dessiné un PSG qui fait le boulot, sans plus, à l'économie et en s'appuyant sur une défense 100% auriverde solidifiée par Marquinhos et le retour au premier plan de Thiago Silva.

La cruelle absence de Lacazette
A l'assaut de cette arrière-garde haut de gamme s'avance l'attaque lyonnaise, la meilleure de L1. Le problème, c'est qu'elle doit en grande partie ce statut à la réussite d'Alexandre Lacazette, absent pour cause de blessure à la cuisse gauche.

Le forfait de Lacazette est un terrible coup dur pour l'OL, mais c'est aussi une triste nouvelle pour le spectacle. L'avant-centre de l'OL est en effet, et de loin, le meilleur buteur du championnat.

Avec ses 21 buts, il fait mieux qu'Ibrahimovic, Cavani et Lavezzi réunis (9, 8 et 3). En six mois de L1, il a aussi plus marqué que Lavezzi en deux saisons et demi de compétitions domestiques (19).

Sans lui, Hubert Fournier va donner encore plus de responsabilités à Fekir, son autre arme offensive majeure et révélation de la saison (8 buts et 5 passes décisives en L1). A ses côtés, la place se jouera entre Njie et Benzia, guère habitués aux sommets de ce genre.

Mais Lyon, qui vise une 11e victoire consécutive à domicile en championnat, a aussi choisi de lancer le match en amont, sur le terrain des petites phrases.

'Ce personnage'

Fournier a tiré la première salve en direction d'Ibrahimovic, au risque d'ailleurs de réveiller le géant actuellement un peu assoupi (un seul but en L1 depuis la trêve).

"On en parle mais c'est M. Turpin qui sera le plus provoqué, comme tous les arbitres du championnat qui se font insulter par ce personnage", a ainsi dit Fournier.

Pour le reste, le technicien lyonnais, qui devra aussi faire sans Bisevac blessé, a fait dans le classique, endossant volontiers le costume du petit.

"L'OL a envie de rester leader car on prend goût à cette place. Mais notre vrai match c'est contre l'OM, sans oublier Saint-Etienne, car il faut penser que le PSG va mettre la surmultipliée. Il faut garder un oeil dans le rétro", a assuré Fournier.

Mais ses joueurs ont vite levé ce secret de Polichinelle: Lyon croit au titre et n'a pas l'intention de regarder faire Zlatan et les autres.

"A la fin, on pourra se fixer de nouveaux objectifs ou les baisser. Mais il ne faut pas se fixer de limites, nous avons le droit de rêver. Il ne faudra pas oublier de jouer. Il ne faut pas changer, ne pas déjouer, ne pas se prendre la tête et jouer comme nous savons le faire", a promis Christophe Jallet, qui connaît bien la maison d'en face et ses (rares) failles.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:33

Lyon - Lopes a l'avenir devant lui



Invaincu en Ligue 1 depuis 566 minutes, le gardien Anthony Lopes, en pleine progression, paraît promis à un bel avenir et sera l'un des principaux atouts de Lyon face au Paris SG, dimanche pour le choc de la 24e journée de Ligue 1.

Il n'a plus pris de but depuis celui inscrit à la 64e minute par Cédric Barbosa, auteur d'un doublé, à l'occasion du déplacement victorieux de l'Olympique lyonnais à Annecy contre Evian/Thonon (3-2).

Plus globalement, si Lyon possède la meilleure défense du championnat (17 buts encaissés) depuis les trois buts concédés par les Verts vendredi contre Lens (3-3), il le doit en partie aux progrès de son portier franco-portugais, né à Givors (Rhône), à mi-chemin sur la route menant de Lyon à Saint-Etienne.

"Sa part dans cette performance est très importante", souligne l'entraîneur Hubert Fournier.

"Au même titre que Danijel Subasic pour Monaco (qui lui est invaincu depuis 791 minutes, record de la saison en cours, ndlr), si l'on a pas un bon gardien, il est difficile d'avoir ces statistiques mais c'est aussi une performance collective à mettre en valeur car c'est le fruit du travail de tout le monde dans le repli défensif et le harcèlement que font nos attaquants", insiste le technicien.

Maturité et sobriété
A 24 ans, Lopes, international dans les équipes de jeunes et espoirs du Portugal, attend, sans impatience particulière, sa première cape chez les A après avoir été recalé pour le Mondial au Brésil, l'été dernier, auquel il espérait participer comme numéro trois de la sélection qu'il fréquente depuis septembre 2013.

Ses performances à l'OL, où il est devenu officiellement titulaire à la place de Rémy Vercoutre en janvier 2014 après avoir débuté en Europa League en décembre 2012 et fin avril 2013 en L1, pourraient contribuer toutefois à apporter un regard nouveau de la part du sélectionneur Fernando Santos.

"Il a gagné en maturité et en sobriété, apprécie Fournier. Il n'en rajoute pas. Il fait les gestes justes."

Son style s'est effectivement épuré depuis ses débuts, quand il était déjà très fort sur sa ligne mais beaucoup moins sur ses sorties, aériennes notamment.

Sa propension aux interventions spectaculaires ou mal maîtrisées nuisait à son efficacité au risque même parfois de se blesser comme face à Guingamp le 2 novembre 2013 pour une indisponibilité de cinq semaines en raison d'une fracture aux vertèbres.

"Dans son jeu au pied, on voit également qu'il prend confiance dans son grand potentiel", se réjouit par ailleurs, Hubert Fournier.

"Contre Paris, ce sera compliqué de marquer deux ou trois buts. Déjà d'en inscrire un, ce sera une bonne chose. Si on est solide derrière, cela nous permettra peut-être de prendre trois points. La part d'Anthony est prépondérante derrière. Il est rassurant. Chaque fois qu'il y a un arrêt à faire, il est là", analyse Christophe Jallet.

"Il est en pleine confiance et un gardien en pleine confiance, ça fait partie des grandes forces d'une équipe. On le voit à Monaco avec Subasic et cela a contribué à la remontée des Monégasques au classement", ajoute-t-il encore.

"C'est de bon augure pour nous qu'il soit en pleine forme en ce moment", conclut-il.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:34

L'attaque du PSG est émoussée



Depuis plusieurs semaines, le Paris SG bâtit ses qualifications en coupes et sa remontée vers les sommets de la Ligue 1 sur une défense imperméable. Mais l'attaque tourne elle a minima, à l'image d'un Ibrahimovic redevenu humain.

. Ibra à l'ordinaire

Ces dernières semaines, on a souvent vu le Suédois à terre, dominé dans les duels par des adversaires auxquels il fait moins peur et face auxquels sa marge physique a, si ce n'est disparu, au moins rétréci.

Sa fameuse talalgie, qui l'a laissé huit semaines loin des terrains, semble avoir laissé des traces. "Zlatan" paraît moins souple, plus lent, alourdi.

Les chiffres s'en ressentent. Depuis son retour début novembre, le Suédois n'a inscrit que quatre buts en L1, plus une passe décisive. Il faut y ajouter un but dans chacune des deux coupes et deux en Ligue des champions.

L'explication pourrait être tactique, avec un Ibrahimovic plus organisateur que buteur, de plus en plus reculé sur le terrain.

"Il aime ça, il aime participer au jeu, il aime décrocher. Pour être performant dans ce rôle, il faut qu'il soit très bien physiquement et il commence à l'être", a ainsi assuré Laurent Blanc il y a quelques semaines.

L'argument convainc moyennement. Contre Lille mardi, Ibra a peiné physiquement et a perdu énormément de ballons.

. Cavani et Lavezzi, rentrés dans le rang

Les frondeurs de Noël ont été sanctionnés et ils ont désormais réintégré le groupe. Toujours exilé contre son gré sur un côté, Cavani réussit une saison paradoxale. Souvent emprunté, voire franchement maladroit, l'Uruguayen maintient un bilan qui le rend indispensable (15 buts en 31 matches).

Le positionnement de plus en plus éloigné de la surface d'Ibrahimovic lui ouvre aussi d'autres perspectives. "Quand Ibra décroche, les deux attaquants redeviennent axiaux, ça les arrange aussi", a dit Blanc.

Le statut de l'ancien Napolitain a tout de même changé. Blanc peut se permettre en public de dire du joueur le plus cher de l'histoire de la L1 que ses prestations sont "insuffisantes". Il se garde bien d'en faire de même avec Ibrahimovic.

Lavezzi, de son côté, joue les utilités. Même s'il a été buteur contre Rennes, l'Argentin pâtit de la saison aboutie de Lucas, son concurrent pour le troisième poste offensif.

Sa décision de prolonger ses vacances en Amérique du Sud, où vit son fils, n'a en outre rien fait pour améliorer sa côte auprès du staff, qui ne peut se satisfaire des "stats" faméliques du vice-champion du monde (trois buts en 22 matches).

. Lucas a eu le déclic

"Mon jeu est comme ça: toujours accélérer, faire mal à l'adversaire", disait début novembre le jeune Brésilien à l'AFP.

Cette saison, le contrat est plus que rempli. Déçu d'avoir manqué le Mondial au Brésil, le dribbleur a su rebondir sur cet échec et a enfin trouvé la constance qui lui faisait défaut.

Il y a du déchet encore dans son jeu, mais il y a aussi toujours des idées, des étincelles. Avec sept buts et deux passes décisives en championnat, il a aussi nettement progressé sur le plan de l'efficacité. Aujourd'hui, sa présence dans le 11 de départ ne fait plus débat.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:39

Monaco puise dans ses réserves



Monaco, qui vient de tomber en Coupe de la Ligue contre Bastia mais reste sur une bonne dynamique en L1, doit composer avec de nombreux blessés en cette période intense de matches à répétition.

Après de très intenses mois de novembre et décembre, Monaco a enchaîné en 2015 son marathon. A Guingamp dimanche (14h00), les hommes de Leonardo Jardim disputeront leur 9e match en cinq semaines. Avant de poursuivre par cinq rencontres sur les trois prochaines semaines.

Les joueurs de la Principauté sont au coeur du moment le plus important de leur saison. Se pointent à l'horizon la Coupe de France (Rennes), la Ligue des champions (Arsenal), Montpellier, le derby contre Nice et, pour terminer, la réception du Paris SG. Cette cadence infernale commence à laisser de sacrées traces sur les organismes.

La période hivernale étant propice à la blessure, les staffs technique et médical monégasques tentent de gérer au plus près les nombreux pépins physiques. Avec un objectif précis: détecter en amont les faiblesses des joueurs.

Les jeunes plus touchés
Les protocoles de retour à la compétition sont donc sévèrement contrôlés. Celui de Layvin Kurzawa en est un exemple. Touché contre la Suède avec l'équipe nationale, il tarde à revenir à son niveau. Son retour est échelonné. Titulaire contre Lyon, il n'a joué qu'un quart d'heure contre Bastia et devrait être aligné à Guingamp.

Pour les blessures musculaires, les craintes de rechutes sont toujours plus aigües. Ainsi, l'expérimenté Ricardo Carvalho explique: "J'ai été touché aux jumeaux (muscles du mollet, ndlr), puis aux ischios (muscles de la cuisse, ndlr). Ce sont des petites blessures, mais il faut y faire attention. L'an passé, je n'ai pas été blessé. Cette saison, deux fois."

A 37 ans, de retour en sélection portugaise, ce professionnel très aguerri et parfait dans la gestion de son corps est toujours en alerte. Histoire de ne pas être obligé de s'arrêter six à huit semaines, mais plutôt deux.

Les jeunes joueurs ont plus de mal à cettte autogestion. Ce n'est pas une surprise si Kurzawa, Kondogbia et Bakayoko, tous victimes de claquages, ont dû s'arrêter plus de six semaines, avant d'être astreints à un protocole de retour drastique.

Récemment, Jardim a pointé du doigt le trop grand nombre de blessures musculaires des jeunes joueurs français, et pas seulement à Monaco. Les raisons sont difficiles à trouver. Pêle-mêle sont cités une hygiène de vie encore en décalage avec la répétition des matches, le manque d'investissement avant et après les entraînements en ce qui concerne le travail personnel de renforcement musculaire (musculation ou massage) ainsi que l'impact des terrains synthétiques, très souvent utilisés par les clubs professionnels dans les catégories de jeunes (de U13 à U19).

"C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de blessés, souligne Carvalho. A chaque fois, il y a des petites blessures de joueurs importants. Les blessures peuvent gêner les automatismes d'équipe. Toutefois, c'est bon pour l'état d'esprit du groupe. Car les entrants peuvent se montrer."

A Monaco, c'est le cas. D'ailleurs, outre les blessures, Jardim s'oblige à une gestion de groupe méthodique. "Quand on joue trois fois par semaine, il est difficile d'aligner toujours la même équipe, dit-il. Il faut trouver des solutions. Sinon, un jour, tu regardes et il sont tous +morts+."

Contre Guingamp, il devrait, par exemple, économiser Aymen Adbennour de retour d'une CAN "très éprouvante" en prévision d'une possible sanction contre Wallace, convoqué par la commission de discipline pour son geste sur Umtiti contre Lyon.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 16:44

PSG - Blanc : "Verratti doit apprendre"



L'entraîneur du Paris SG Laurent Blanc est revenu samedi sur les critiques adressées à son milieu de terrain Marco Verratti qui, selon lui, doit "apprendre" et "prendre conscience qu'il doit changer de comportement".

"Sincèrement, j'ai connu des entraîneurs beaucoup plus virulents que ça avec les joueurs", a d'abord déclaré Blanc, interrogé sur ses propos de mardi, jugés sévères à l'encontre de Verratti.

"Qu'est-ce que j'ai dit ? Qu'il prenait trop de cartons et qu'il allait avoir des problèmes s'il continuait comme ça", a-t-il dit.

"C'est surtout pour lui faire prendre conscience qu'il doit changer de comportement. Il le sait mais le problème c'est qu'il le sait depuis deux ans et demi. C'est un grand joueur, qui fait une grande saison, mais quand il fait des bêtises, il faut lui dire", a-t-il ajouté.

"Moi je pense à l'équipe. A dix contre onze, on ne gagne pas beaucoup de matches. D'autant que Marco n'est ni un jouer méchant, ni un joueur d'impact. Donc ses cartons on sait comment il les prend", a-t-il expliqué, en référence aux contestations récurrentes de Verratti face aux arbitres.

"Il doit éliminer ce mauvais penchant. Ca ne sera pas facile. On dit 'il est jeune', mais il doit apprendre", a conclu le technicien parisien.

Interrogé mardi à propos des nombreux accrochages entre Verratti et le Lillois Florent Balmont lors de la demi-finale de Coupe de la Ligue remportée par le PSG (1-0), Blanc avait d'abord estimé qu'"avec Marco, c'est toujours chaud".

Il avait ensuite reproché au jeune Italien de prendre trop de cartons.

"Il se pénalise. Je ne plaisante pas avec ça. Et donc tant pis pour lui. Ça va quoi, ça fait deux ans qu'on lui dit et c'est toujours la même chose", avait dit Blanc.

"S'il n'a pas l'intelligence de comprendre, il va avoir de gros problèmes (...) Avec lui, on fait de la prévention depuis deux ans et Carlo (Ancelotti) en a fait aussi pendant un an", avait-il ajouté.

Cette sortie avait surpris le président lyonnais Jean-Michel Aulas qui avait réagi sur Twitter: "Drôle de déclaration de L. Blanc sur Marco V : pour le spectacle il doit jouer dimanche, n'est ce pas le meilleur joueur du PSG en ce moment ?", avait-il écrit.

"Ce n'est pas mon président. C'est un bon président mais ce n'est pas le mien. Je ne parle pas de ça", a répondu Blanc samedi.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Sam 7 Fév - 20:49

Marseille cale mais remercie déjà Ocampos



Marseille a raté l'occasion de prendre la tête du championnat en ne faisant que match nul samedi à Rennes (1-1), pour la 24e journée de Ligue 1, même si les Phocéens peuvent s'estimer heureux de ce point pris.

Au terme d'une partie animée, où ils ont été malmenés par des Rennais retrouvés, Marseille reste à une longueur derrière Lyon (1er, 49 pts) et un point devant le Paris SG (3e, 47 pts) qui s'affronteront à Gerland dimanche soir.

Rennes poursuit sa difficile série de huit matches sans victoire, entamée depuis début décembre. La seule recrue marseillaise du mercato, Lucas Ocampos, qui est entré au début de la deuxième période, a signé son arrivée chez les Ciel et Blanc en profitant d'une erreur de marquage sur un corner de Dimitri Payet (1-1, 60).

Une égalisation plutôt contre le cours du jeu, tant Rennes s'était montré solide jusque-là, face à des Marseillais apathiques, entre un Payet bien muselé, un Florian Thauvin qui ne montrait rien et un André-Pierre Gignac sans bon ballon à négocier. "Nous sommes une équipe faite pour attaquer (avec) sept joueurs offensifs (...) Mais aujourd'hui tout ce dispositif ne s'est pas traduit par une équipe dangereuse offensivement pour l'adversaire", a déploré l'entraîneur marseillais Marcelo Bielsa après le match, qu'il a néanmoins jugé "équilibré".

Il a fallu toute l'activité et la percussion d'un Giannelli Imbula pour remettre Marseille dans le sens de la marche dans le deuxième acte de la partie et éviter la défaite. Avant l'égalisation, la seule action notable était une reprise de volée de Gignac qui était partie dans les tribunes (40).

Rennes, en revanche, a vraiment montré de belles choses, rappelant par moment l'équipe qui avait aligné neuf matches sans défaite à l'automne.

Prudence
L'entraîneur Philippe Montanier avait pourtant choisit une option prudente. Il a laissé Paul-Georges Ntep, qui a ressenti une douleur à une cuisse, une heure sur le banc, pour aligner Steven Moreira, un défenseur latéral de métier, sur l'aile droite.

L'ailier gauche Pedro Henrique a une nouvelle fois été un poison pour l'arrière-garde adverse, frappant au dessus à la 9e minute après avoir bien repiqué dans l'axe ou trouvant Steeve Mandanda sur son chemin, sur un coup-franc excentré tiré directement (15e) ou sur un centre-tir tendu (19e).

L'ouverture du score par les Rouge et Noir était tout à fait logique. Sur une longue ouverture de Sylvain Armand, Vincent Pajot remisait de la tête en retrait pour Ola Toivonen qui contrôlait de la poitrine et enchaînait une reprise de volée croisée imparable (1-0, 27e), son premier but depuis fin novembre.

"On a le sentiment avec les évènements qu'on était plus près de la victoire que du nul", a regretté Philippe Montanier en conférence de presse, reconnaissant éprouver de la "frustration".

Pour l'OM, il s'agit du septième match consécutif sans victoire à l'extérieur - la dernière remonte à Caen, le 4 octobre (2-1) - un rythme qui risque de coûter cher au final dans la course au titre.

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 8 Fév - 14:21

L'OM n'avance plus



Marseille, tenu en échec à Rennes (1-1), a manqué l'occasion de prendre provisoirement la tête du championnat de France de football et de mettre la pression sur ses deux rivaux, Lyon et le Paris SG, qui s'affrontent dimanche dans le choc de la 24e journée.

L'OM mi-figue mi-raisin

Marseille a vécu un après-midi contrasté à Rennes, où il a encore échoué à renouer avec la victoire qui le fuit depuis désormais plus de quatre mois. Mais il n'a en revanche pas perdu, comme il en avait pris la fâcheuse habitude lors de ses trois dernières sorties. Et même à cinq reprises lors de ses six derniers déplacements.

L'équipe de Marcelo Bielsa a donc en quelque sorte stoppé l'hémorragie, mais ce nul qui a récompensé sa capacité de réaction après une première période indigne d'un prétendant au titre, s'avère insuffisant pour lui permettre de tirer un grand profit du choc dominical entre l'OL (1er) et le PSG (3e), qu'elle suit et précède dans cet ordre pour un point.

A ce rythme, s'ils persistent à ne pas s'imposer hors de leurs bases, et quand bien même ils continuent à le faire au Vélodrome, les Marseillais risquent de ne plus pouvoir rivaliser avec les Lyonnais et les Parisiens dans le dernier tiers du championnat. Au mieux devraient-ils se contenter du podium, leur objectif à l'orée de la saison.

Mais à l'image de leur prestation au stade de la Route de Lorient, chez des Rennais (11e) tenus de se relancer alors qu'ils sont, eux, en panne de victoire depuis deux mois, ils ont montré qu'il savaient réagir dans la tourmente.

Apathique et sans inspiration en première période, l'OM s'est retrouvé logiquement mené au score après un beau but de Toivonen, qui a parfaitement enchaîné contrôle de la poitrine et volée pour tromper Mandanda (27e). Autrement plus entreprenant et déterminé lors du second acte, il a égalisé par l'intermédiaire d'Ocampos, auteur d'une belle reprise après un corner de Payet.

Drôle de première avec l'OM pour l'attaquant argentin prêté lors du mercato par Monaco, entré en jeu après la pause, buteur un quart d'heure plus tard et finalement remplacé à cinq minutes du terme, suite à l'exclusion de Lemina (pour un coup porté à Toivonen) qui a obligé Bielsa à réorganiser son équipe réduite à dix.

Lille et Bordeaux se relancent
René Girard a souvent le sourire quand il revient à La Mosson, où il a entraîné Montpellier quatre saisons durant, avec au bout le titre de champion de France 2011-2012. Et plus encore cette fois, puisque son équipe de Lille s'est relancée dans la première partie du tableau (10e) en s'imposant (2-1).

Privés de Mounier, les Monteplliérains ont manqué de peps offensivement, au contraire des Lillois au réalisme retrouvé. Fin de série donc pour les Héraultais (7e) après sept matches sans défaites, et qui laissent Bordeaux remonter à la 6e place après leur succès à Evian/Thonon (18e), grâce à un beau but de Khazri.

Pour les Girondins, c'est la fin heureuse d'une série de six matches sans victoire.

Caen ne s'arrête plus

Le feuilleton du bas de tableau continue et cette fois les grands gagnants de la journée sont Caen (14e), Bastia (15e) et Lorient (16e), tous vainqueurs au dépens de concurrents dans la lutte pour le maintien.

Les Caennais ont replacé Toulouse aux portes de la zone rouge (17e) avec un succès assez tranquille (2-0), leur quatrième de rang tout de même en L1.

Les Bastiais sont eux venus (2-0) à bout d'une équipe de Metz (20e) réduite à dix après 50 minutes et l'exclusion de Milan. C'est un quart d'heure plus tard que Kamano d'un lob magnifique a lancé le succès corse, ensuite parachevé par un penalty de Boudebouz.

Enfin, les Lorientais, menés à la pause, ont renversé une situation mal embarquée à Reims (13e), Gassama, Guerreiro et Jeannot offrant un bol d'oxygène à leur équipe (3-1).

Fifa.com (07/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Dim 8 Fév - 17:14

Monaco et Subasic chutent à Guingamp



Guingamp a réussi à venir au bout de la défense monégasque, invincible depuis huit matches (1-0) dimanche, lors de la 24e journée de Ligue 1, au terme d'une rencontre hachée et intense en deuxième période.

Les Bretons basculent dans la première partie du classement (10e) pour la première fois de la saison, et empêche Monaco de reprendre du terrain à Marseille, les Monégasques abandonnant la 5e place à Saint-Etienne.

C'est un petit évènement: après 841 minutes d'invincibilité, le portier monégasque Danijel Subasic a fini par aller chercher le ballon au fond de ses filets.

Très laborieux dans la conservation de balle et les combinaisons vers l'avant jusque là, les Guingampais ont développé un jeu en contre parfait.

En début de deuxième période, le latéral Dorian Lévêque, sur une récupération, donnait la balle à Younousse Sankharé dans le rond central, qui décalait Jérémy Pied sur sa droite. Le milieu lançait Claudio Beauvue dont le centre écrasé était repris au deuxième poteau par Lévêque, venu de l'autre bout du terrain et oublié par Kurzawa, pour inscrire son premier but en Ligue 1 (1-0, 51e).

Un but d'autant plus méritoire que les Bretons évoluaient à dix depuis la 22e minute et un carton rouge direct contre Moustapha Diallo pour un contact rugueux avec Jérémy Toulalan.

L'expulsion du milieu défensif de Guingamp - la quatrième contre les hommes de Jocelyn Gourvennec cette saison, qui devient l'équipe la plus sanctionnée du championnat - reste l'événement majeur d'une première mi-temps assez brouillone.

Jonas Lössl décisif
Monaco s'est montré aussi peu inspiré offensivement que lors de ses deux dernières rencontres, avec un Moutinho transparent, un Nabil Dirar perdu sur le terrain, et un Dimitar Berbatov à la nonchalance parfois agaçante.

Les blancs s'en sont remis aux fulgurances de Yannick Ferreira Carrasco pour se montrer dangereux, par une frappe de 28m déviée sur son poteau au prix d'une magnifique détente par Jonas Lössl (18), et par une frappe qui a frôlé la transversale (73).

Jonas Lössl aura joué une part déterminante dans le succès breton, avec un réflexe du pied droit devant Geoffrey Kondogbia, lancé à la suite d'un une-deux avec Anthony Martial (79).

Le Danois a ensuite eu un nouveau réflexe incroyable de la main gauche à ras de terre, sur une reprise aux six mètres de Layvin Kurzawa, après une remise de la tête de Berbatov (83) et encore sur un coup de billard devant son but à la 90e.

A défaut d'être aussi séduisant que d'habitude à domicile, Guingamp aura donc su faire le dos rond .

Jérémy Pied au milieu a été excellent dans sa disponibilité et sa capacité à donner le bon ballon au bon moment et Christophe Mandanne a rempli son rôle de poison pour la charnière monégasque.

Claudio Beauvue, un ton au-dessous de ses prestations récentes, s'est illustré en oubliant Pied, seul devant le but, sur un contre où il était parti à la limite du hors-jeu (75).

Un raté sans conséquence pour des Guingampais qui se déplaceront à Yzeure mercredi en huitièmes de finale de Coupe de France à Yzeure pour défendre leur trophée.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 17:51

Nice et Nantes se contentent d'un point



L'OGC Nice a concédé le nul (0-0)face au FC Nantes au terme d'un match tristounet, le seul score vierge du week-end en attendant le choc Paris SG-Lyon, dimanche à l'Allianz Riviera, lors de la 24e journée de L1.

Nice (8e)continue cependant d'une unité sa série de rencontres sans défaite démarrée le 10 janvier 2015. Nantes (9e), s'est peut-être rassuré avant d'affronter mercredi le Paris SG en Coupe de France, mais n'a guère convaincu dans le jeu et court toujours après le succès depuis le 20 décembre (victoire sur Lorient 2-1).

Après une entame timide devant des Canaris ne leur ayant que très rarement souri dans l'histoire, les Niçois, privés au dernier moment de Grégoire Puel claqué à l'échauffement, cherchaient à étirer le bloc-équipe adverse en empruntant les couloirs.

C'est par cette voie qu'ils parvenaient à se créer les principales occasions d'une période assez fermée jusqu'à un but de Carlos Eduardo, refusé par M.Chapron pour un hors-jeu (42). D'une remise de la gauche Pléa avait trouvé Carlos Eduardo dans le dos de la défense nantaise. Le Brésilien devançait la sortie de Riou et marquait de la tête le but immédiatement refusé.

Hésitant et brouillon
Plus mauvaise attaque en 2015 avec un seul but inscrit, Nantes a fait preuve de solidité défensive. A l'image de Hansen qui dégageait de la tête devant la ligne la reprise de Hult parfaitement trouvé à l'entrée de la surface par le centre en retrait de Genevois (26).

Dans une dynamique ascendante depuis le début de la phase retour, les Aiglons dominaient plus franchement la seconde période et soutenaient le choc dans des duels engagés sans toutefois profiter de plusieurs situations intéressantes.

Echaudés par la gifle montpelliéraine contre le cours du jeu, le FCN était de plus en plus hésitant et brouillon dans son amorce de contre pour briguer mieux qu'un triste 0-0, comme c'était déjà le cas la saison passée.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 17:55

Lopes met en échec les Parisiens



Auteur de multiples parades au cours du choc au sommet Lyon-Paris SG (1-1), dimanche au stade de Gerland, le gardien de l'OL Anthony Lopes a longtemps mis en échec les Parisiens, ne s'inclinant que sur un penalty transformé par Zlatan Ibrahimovic.

Le Suédois a égalisé à la 69e minute après que l'arbitre Clément Turpin a sanctionné une faute dans la surface de Lindsay Rose sur Marco Verratti, mettant pour l'occasion fin à l'invincibilité du gardien rhodanien qui durait depuis 635 minutes.

En championnat, Lyon n'avait plus concédé de but depuis la victoire à Annecy sur Evian/Thonon (3-2), le 7 décembre. Lopes peut être malheureux sur le coup: il avait brillamment repoussé une première tentative de Zlatan avant que M. Turpin ne donne penalty à retirer en raison de la présence de joueurs lyonnais dans la surface.

Auparavant, le portier franco-portugais, numéro trois dans la hiérarchie de l'équipe du Portugal mais non retenu pour le Mondial au Brésil l'été dernier, s'était interposé plusieurs fois au plus fort de la domination du PSG, mené à la mi-temps sur un but de Clinton Njie.

"Le gardien fait son travail. Il est là pour arrêter les tirs et livrer le meilleur match possible. Je dois dire que le meilleur joueur de Lyon durant la rencontre a été le gardien de but", a reconnu l'entraîneur du PSG, Laurent Blanc, en conférence d'après-match.

Celui de l'Olympique lyonnais, Hubert Fournier, a admis de son côté que son équipe avait eu "la chance d'avoir eu un grand gardien qui nous a permis de rester dans la partie". "Sans un grand Lopes, les Parisiens auraient marqué bien avant. Il a livré une énorme performance à l'image de ce qu'il fait depuis le début de saison", a-t-il ajouté.

Dès le début de la rencontre, le portier rhodanien avait préservé sa cage face à Edinson Cavani, idéalement servi par Ibrahimovic (12e).

Mais le festival Lopes a réellement débuté en seconde période face à Zlatan devant lequel il intervenait, sur deux reprises de la tête du géant parisien à la réception de deux centres délivrés par le Brésilien Maxwell (50e, 54e).

"En pleine confiance"
Il était encore présent face à Cavani, qui reprenait un centre adressé, toujours de l'aile gauche, par Blaise Matuidi (60e) et encore dans un duel au sol avec l'attaquant uruguayen (62e).

Après un début de saison raté, l'OL doit beaucoup, non seulement à Alexandre Lacazette en attaque (21 buts en L1), mais aussi à Anthony Lopes dans la solidité de sa défense, la meilleure du championnat (18 buts encaissés), dans sa remontée au classement jusqu'à en prendre la tête.

"Sa part dans cette performance est très importante", soulignait fort justement vendredi l'entraîneur Hubert Fournier. "Il a gagné en maturité et en sobriété, appréciait encore Fournier. Il n'en rajoute pas. Il fait les gestes justes", avait-il ajouté. "Il est en pleine confiance et un gardien en pleine confiance, ça fait partie des grandes forces d'une équipe", a confié pour sa part l'arrière droit Christophe Jallet.

Lors du précédent sommet joué à Gerland, contre Marseille, leader à l'époque, Anthony Lopes avait pris une part prépondérante dans la victoire 1-0 face à l'OM.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 17:57

Lyon tient tête à Paris



Statu quo en tête du championnat de France de football: Lyon garde la tête du classement après le match nul (1-1) obtenu contre le Paris SG, toujours 3e, dimanche au terme du choc de la 24e journée qui a tenu toutes ses promesses.

Lyon résiste, Paris peut s'en vouloir
Rien ne bouge donc en tête du classement après ce résultat de parité, et compte tenu du match nul de Marseille (1-1) à Rennes samedi. Les Lyonnais conservent donc leurs deux points d'avance sur l'OM (2e) et sur le PSG (3e), qui a donc encore manqué l'occasion de prendre les rênes du championnat pour la première fois cette saison.

A défaut de constituer un tournant dans la saison à l'entame de son dernier tiers, l'affiche, très relevée, a été une belle publicité pour le championnat de France, avec pléthore d'occasions de buts, de beaux gestes et de faits de jeu qui ont donné son lot de dramaturgie à la rencontre.

Le penalty donné à retirer par M. Turpin à Ibrahimovic, qui venait voir sa première tentative repoussée par Lopes, passé à un rien d'être le grand héros de la soirée avec tous ses arrêts, a été le paroxysme du match. L'abitre, sanctionnant l'entrée dans la surface de joueurs avant le tir du Suédois, qui n'a pas manqué sa seconde chance (69).

Zlatan a été le sauveur et le grand bonhomme côté parisien et répondu de la meilleure façon aux attaques de Hubert Fournier à son endroit vendredi. Pourtant, lui aussi a cru devoir s'incliner jusqu'au bout face au portier lyonnais, qui a stoppé ses deux têtes en début de second acte, après s'être vu refuser un but sublime pour hors-jeu en début de rencontre.

En face, en l'absence de Lacazette, toujours convalescent, les Lyonnais ont tenu la dragée haute aux Parisiens, surtout en première période où ils ont ouvert le score grâce à Njie, buteur sans tremblement (31) au moment de conclure un mouvement collectif de son équipe, magnifié par un amour de passe décisive de Kéfir (sa 6e offrande cette saison).

Paris a eu chaud, mais peut aussi s'en vouloir de ne pas repartir de Lyon avec une victoire qui n'eut pas été immérité au regard de sa domination d'ensemble. Mais l'équipe de Laurent Blanc a gâché trop d'occasions pour nombreuses plus que franches.

Cavani a été l'incarnation de la maladresse parisienne, perdant par deux fois le duel face à Lopes (12, 62). David Luiz s'est aussi distingué en réussissant à ne pas cadrer sa tête à cinq mètres des cages (22).

Monaco a flanché
C'est une semaine noire qui s'est conclue dimanche pour Monaco, avec une défaite concédée en supériorité numérique pendant plus d'une heure à Guingamp (1-0), qui marque un sérieux coup d'arrêt après plus de deux mois d'invincibilité.

L'ASM (5e) a ainsi manqué l'occasion de prendre la 4e place, synonyme d'Europa League et toujours occupée par Saint-Etienne, une contre-performance qui suit l'élimination manifestement mal digérée en demi-finale de la Coupe de la Ligue, contre Bastia mercredi.

La Bretagne ne réussit décidément pas à l'ASM, dont le précédent revers avait été subi à Rennes (2-0) le 29 novembre dernier. Après ce match le gardien Subasic avait entamé sa longue période d'invincibilité, à laquelle le but de Lévèque a donc mis un terme à 842 minutes.

Précisément c'est peu après la mi-temps que le latéral de l'En Avant a offert la victoire aux siens en se projetant en contre pour prolonger dans les cages un centre de Beauvue qui sait aussi passer quand il le faut.

Réduit à dix dès la 22e minute après l'exclusion de Diallo pour une semelle appuyée sur Toulalan, Guingamp a su faire corps jusqu'au bout, autour de son impérial gardien Lossl, pour une victoire loin d'être imméritée.

Ce 6e succès consécutif au Roudourou permet aux Guingampais de se hisser dans le top 10. Une performance d'autant plus louable qu'elle s'opère après un début de saison pénible et qu'elle se conjugue avec une présence maintenue en Europa League dont ils disputeront les 16e de finale face au Dynamo Kiev à la fin du mois.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:01

L'OL garde le PSG à distance



Lyon et le Paris SG se sont séparés sur un match nul 1-1 dimanche à l'issue d'un très spectaculaire sommet de la 24e journée de Ligue 1, qui fige les positions en tête de classement, l'OL conservant les commandes.

Lyon en tête avec deux points d'avance sur Marseille (2e) et le PSG (3e): c'est comme s'il ne s'était rien passé à Gerland, alors qu'il s'est en fait passé énormément de choses dans ce duel indécis et magnifique.

Le vrai coup de théâtre a eu lieu après l'heure de jeu, quand l'arbitre Clément Turpin a fait retirer un penalty d'Ibrahimovic repoussé par Lopes, exceptionnel tout au long du match, plusieurs joueurs étant entrés dans la surface. Ibrahimovic bien sûr n'a pas manqué cette deuxième occasion tombée du ciel et a égalisé pour Paris (69).

Le résultat et la manière dont il s'est construit est à la fois dur pour Lyon et mérité pour le PSG, qui a eu énormément d'occasions, notamment lors d'une deuxième période, où il a enfin montré un visage conquérant. Mais cet OL que personne n'attendait là après 24 journées peut se satisfaire de ce résultat qui maintient le désordre en Ligue 1, car Paris n'est toujours pas devant.

Enjeu, ambiance, grands joueurs: il n'a rien manqué dimanche à Gerland, sauf peut-être Alexandre Lacazette. Et encore, car Njie et surtout Fekir ont été à la hauteur du match et de son enjeu.

Dans la somptueuse action lyonnaise qui a amené le but de Njie, c'est ainsi la superbe passe de Fekir, imperméable à la pression de Silva, Marquinhos et David Luiz, qui a fait la différence. Mais lors du travail préparatoire, avec Jallet, Ferri et Gourcuff, il y avait tout ce qui manque cruellement au PSG en ce moment, et même cette saison: du mouvement, de la disponibilité et surtout du rythme.

Superbe Lopes
En première période, le PSG a comme toujours été le maître des passes (latérales) et de la possession de balle (vaine, le plus souvent), mais il ne peut pas se permettre de jouer toujours au rythme de Motta et Ibrahimovic.

Paris a pourtant eu deux énormes occasions en première période avec un échec de Cavani face à Lopes après un gros travail d'Ibrahimovic (12) et surtout une tête au ras du poteau de David Luiz, seul à six mètres (22). Mais Lyon, qui avait démarré prudemment, avait aussi fait trembler le champion avec une surprenante frappe lointaine de Tolisso sur le poteau de Sirigu, parti un peu tard.

En deuxième période, tout a été beaucoup plus dur pour l'OL. Les Parisiens, peut-être secoués à la pause par leur entraîneur, sont revenus avec un peu plus d'engagement et ont commencé à faire beaucoup courir les Lyonnais.

Mais c'est alors Anthony Lopes qui a maintenu l'OL à flots, avec une série d'arrêts magnifiques, mettant en échec Ibrahimovic (50 et 54, les deux fois de la tête) puis Cavani (60 et 61), encore très insuffisant.

A huit jours de son grand rendez-vous contre Chelsea en Ligue des Champions, Paris doit s'appuyer sur une deuxième période où il a enfin mis l'implication requise. S'il joue comme en première période, il n'aura aucune chance.

Et quoi qu'il advienne en C1, les Parisiens devront aussi se souvenir qu'ils ont encore du boulot en championnat. Car pour l'instant, c'est toujours Lyon qui fait la course en tête.

Fifa.com (08/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:12

Coupe de France
Red Star-Saint-Etienne affiche vintage




Les 8e de finale de la Coupe de France débutent mardi avec quatre rencontres, dont une affiche à la saveur d'antan entre le Red Star (NAT) et Saint-Etienne (L1), deux anciens spécialistes de l'épreuve.

Avant ce match qui se déroulera à 21h00 au stade Jean-Bouin, l'antre rénovée du Stade Français plutôt habituée aux rebonds du ballon ovale, six clubs de divisions inférieures à la Ligue 1 s'affronteront: Boulogne (NAT) - Quevilly (CFA), Le Poiré-sur-Vie (NAT) - Auxerre (L2), Croix (CFA) - Concarneau (CFA).

Mais c'est bien le rapport de forces a priori déséquilibré entre les verts et blancs évoluant dans l'équivalent de la 3e division et les "Verts" actuellement au pied du podium de l'élite qui concentrera les regards, avec ce parfum de nostalgie qui les entoure.

Fondé en 1897 par Jules Rimet, l'homme qui plus tard créera la Coupe du monde, le Red Star a connu son heure de gloire dans les années 1920, décennie au cours de laquelle il a remporté quatre de ses cinq coupes de France (1921, 1922, 1923, 1928, 1942). L'ASSE l'a elle accrochée à son palmarès à six reprises durant son apogée oscillant entre les années 1960 et 1970 (1962, 1968, 1970, 1974, 1975, 1977).

Les routes de ces deux clubs emblématiques de différentes époques du foot français ne se sont pas souvent croisées. Clin d'oeil de l'histoire, la dernière confrontation eut lieu il y a quinze ans, au même stade de la Coupe de la Ligue, et c'est le Red Star, déjà en National, qui avait créé la surprise à Geoffroy-Guichard (3-1) face à des Stéphanois alors en D1. Les Verts, qui seront privés de nombreux joueurs, blessés, suspendus ou pas encore de retour de la Coupe d'Afrique des Nations, sont prévenus.

Quevilly, habitué des exploits en Coupe de France, dont il a atteint les demi-finales en 2010 (éliminé par le PSG) et la finale en 2012 perdue face à Lyon, ne devrait pas faire de complexe d'infériorité sur la pelouse de Boulogne. D'autant plus que les Normands ont éliminé Orléans (L2) et Bastia aux tirs au but, aux tours précédents.

Auxerre, 7e de Ligue 2 et toujours en course pour la remontée en L1 malgré un début de saison très poussif, se verrait bien renouer avec sa réussite d'un passé encore assez récent en Coupe de France, marqué par quatre titres en 1994, 1996, 2003 et 2006. Le Poiré-sur-Vie, qui lutte pour ne pas descendre du National, peut-il contrarier ses plans ?

Enfin, l'indécision sera totale s'agissant du match entre Croix et Concarneau, si ce n'est qu'il assure la présence d'au moins un club de CFA en quarts de finale.

Le programme

Mardi
Boulogne-sur-Mer (NAT) - Quevilly (CFA) (Stade de la Libération)
Le Poiré-sur-Vie (NAT) - Auxerre (L2) (Stade de l'Idonnière)
Croix (CFA) - Concarneau (CFA) (Complexe sportif Henri-Seigneur)
Red Star (NAT) - Saint-Etienne (L1) (Stade Jean-Bouin)

Mercredi
Yzeure (CFA) - Guingamp (L1) (Stade de Bellevue)
Monaco (L1) - Rennes (L1)
Paris SG (L1) - Nantes (L1)

Jeudi
Metz (L1) - Brest (L2)

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:18

Coupe de France
Saint-Etienne - Erding, retour sur investissement ?




Blessé une grande partie de la première moitié de saison, repris de volée par son entraîneur fin janvier pour son manque d'investissement, l'attaquant de Saint-Etienne Mevlut Erding a enfin sorti la tête de l'eau en sauvant son équipe de la défaite contre Lens vendredi (3-3).

Le Turc de 27 ans, resté de longues semaines indisponible, et qui n'a, de fait, participé qu'à 14 rencontres de Ligue 1 cette saison, n'avait plus marqué en championnat depuis la 2e journée contre Reims (3-1).

Et il y a deux semaines, Christophe Galtier l'avait cloué au pilori en fustigeant sa pauvre performance face au PSG. Extraits: "Il a été très moyen. Je l'ai trouvé très en dedans. On peut l'être car on manque de rythme, même si cela fait un moment qu'il rejoue, mais il y a la détermination que l'on doit avoir sur certaines situations et c'est là que je suis déçu. Il le sait. Je ne supporte pas qu'un joueur ne donne pas 100% de ses moyens".

En progrès

Le discours a été entendu. Face à Lens, Erding, entré en jeu à la 54e minute à la place du Néerlandais Ricky Van Wolfswinkel, a été impliqué sur le deuxième but stéphanois inscrit par Yohan Mollo peu avant l'heure de jeu qui a permis à l'ASSE de mener 2-0.

Puis, au moment où les Stéphanois, repris, puis dépassés (2-3), couraient après le score, c'est encore l'ancien joueur du PSG qui a égalisé d'un magnifique tir du gauche dans la lucarne (3-3).

"Je reviens d'une longue blessure. Je commence à retrouver de bonnes sensations. Je suis sur le bon chemin", se réjouit celui qui s'est révélé à Sochaux. Victime d'un claquage à une cuisse une première fois lors du déplacement à Marseille (défaite 2-1) en septembre, il avait rechuté à l'occasion d'une rencontre internationale Turquie-Brésil à Istanbul (0-4) en novembre.

L'ex-joueur de Rennes n'a mis, face à Lens, que son quatrième but en L1 cette saison alors qu'il en avait marqué douze en 2013-2014 dont un avec Rennes avec qui il avait disputé trois rencontres avant d'être transféré chez les Verts en fin de mercato 2013.

"Je suis content pour lui. Il est à l'origine du deuxième but et en met un très beau pour finir contre Lens", s'est félicité Galtier. "S'il n'avait pas eu cet état d'esprit, il y aurait sans doute eu une défaite à l'arrivée".

Son entrée percutante face aux Lensois, malgré le résultat nul décevant, a dû rassurer l'entraîneur des Verts à un moment où Van Wolfswinkel, qui a beaucoup joué, semble émoussé et en manque de confiance devant le but.

"Nous avons eu un échange. Il a, cette fois, apporté une plus-value à l'équipe, c'est bien", a noté Galtier, comme un professeur qui aurait écrit, "en progrès, doit continuer" sur le bulletin de notes.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 18:21

OL-OM-PSG, équation à trois inconnues



A l'abord du dernier tiers du championnat le suspense reste à son comble pour la course au titre, Lyon, le leader, disposant de deux longueurs d'avance sur Marseille (2e) et le Paris SG (3e). Passage en revue des atouts et des faiblesses de chacun.

. Lyon a de quoi tenir

LES PLUS
L'OL, qui a déjà joué deux fois Monaco et le PSG, bénéficie d'un calendrier favorable, d'autant qu'il n'a plus que le championnat à disputer. Le club de Jean-Michel Aulas sait aussi qu'il peut s'appuyer sur un grand gardien, Lopes. Prépondérant dans la remontée au classement, il a été déterminant dimanche contre Paris pour préserver le nul (1-1) et, de fait, la première place. Enfin, l'OL va enregistrer le retour de Lacazette d'ici deux semaines contre Nantes. Lyon n'a gagné aucun des cinq matches de L1 disputés cette saison sans le meilleur buteur du championnat (21 réalisations).

LES MOINS
Même si l'OL a récupéré Bédimo et Koné après la CAN, l'absence en défense centrale de l'expérimenté Bisevac jusqu'à la fin de saison est un handicap. Quand il joue, Gourcuff hisse le niveau de jeu de l'équipe, mais l'incertitude plane toujours sur son état de santé et sur sa capacité à enchaîner les matches. Il faudra gérer trois matches d'affilée à l'extérieur fin février début mars, à Lille, Montpellier et Marseille.

. Marseille doit s'accrocher

LES PLUS
Dans le sillage d'Ocampos, prêté par Monaco et déjà buteur samedi à Rennes (1-1) pour sa première, l'attaque marseillaise peut retrouver un peu d'allant. Incapable de gagner depuis quatre mois à l'extérieur, l'OM peut aussi compter sur son public rugissant pour accueillir Lyon, Paris et Monaco. "Ne gâchez pas tout", "Réagissez"... Le Vélodrome a d'ailleurs titillé l'ego des Olympiens lors des récentes réceptions de Guingamp et d'Evian.

LES MOINS
Le niveau de jeu de l'OM s'appauvrit de semaine en semaine, avec en point d'orgue une première période indigne d'un prétendant au titre, dans l'implication comme dans le jeu contre Rennes, une semaine après un match anémique contre Evian/Thonon (1-0). A l'image de Gignac, en proie au doute, et de Payet, en dedans par rapport au début de saison, les Marseillais pêchent aussi au niveau individuel. Imbula ou Thauvin ne sont pas plus exempts de mauvais choix. Marcelo Bielsa n'a en outre aucune alternative sur le banc, et retrouve ses deux cadres partis à la CAN, Nkoulou et André Ayew, dans un piteux état. Le Camerounais est touché au genou et le Ghanéen, défait en finale aux tirs au but, était inconsolable dimanche.

. Paris doit se multiplier

LES PLUS
L'atout le plus évident du Paris SG, c'est son effectif. Paris a les meilleurs joueurs. Le seul souci est qu'ils en sont eux-mêmes tellement convaincus qu'ils oublient parfois d'en faire la preuve sur le terrain. Mais dès que Paris accélère, comme en deuxième période à Lyon, cela va trop vite pour l'ordinaire de la Ligue 1. "On voit que les Parisiens mettent la surmultipliée", a résumé l'entraîneur lyonnais Hubert Fournier. Sur le plan individuel, la défense a retrouvé beaucoup plus de tranchant grâce à Marquinhos et à la réaction de Thiago Silva. Et sans être à 100%, Ibrahimovic reste un atout unique en L1 au rayon offensif.

LES MOINS
Aux côtés du Suédois, en revanche, Cavani est loin du compte et Lucas a disparu depuis deux matches. Vivement le retour de Pastore (mollet). Paris a par ailleurs un calendrier compliqué avec des déplacements chez tous les "gros" du championnat. Après Saint-Etienne et Lyon, il doit encore jouer à Monaco, Bordeaux et Marseille. Toujours en course sur les quatre tableaux, les Parisiens voient en outre arriver le double choc contre Chelsea. Difficile de prévoir quel impact il aura sur la suite. Une élimination allégerait le calendrier mais installerait une immense pression autour de Blanc et des cadres. Une qualification pourrait détourner l'attention des compétitions domestiques.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 22:29

Monaco - Carvalho et Moutinho blessés



Les internationaux portugais de Monaco Ricardo Carvalho et Joao Moutinho, blessés, seront absents "trois matches" pour le premier, et "deux matches" pour le second, a indiqué lundi leur entraîneur Leonardo Jardim en conférence de presse.

Touché au mollet droit face à Guingamp samedi, le défenseur Carvalho a été victime d'une rechute musculaire, et est actuellement en soin. Son retour est prévu pour la rencontre de 8e de finale aller de Ligue des champions à Londres contre Arsenal, le 25 février.

Le milieu de terrain Moutinho, victime d'une entorse à une cheville à Guingamp, pourrait être à nouveau disponible pour le court déplacement à Nice le 20 février lors de la 26e journée de Ligue 1, a estimé Leonardo Jardim.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 22:29

OM - Doria règle ses comptes avec Bielsa



Le défenseur brésilien Doria, prêté vendredi par Marseille avec option d'achat à Sao Paulo, est revenu lundi sur sa mésaventure marseillaise, liée selon lui à un conflit "entre le président et l'entraineur" argentin de l'OM Marcelo Bielsa.

"Ce qui s'est produit vient d'un problème extra-sportif. Ce n'était pas avec moi mais entre le président et l'entraîneur de l'OM", a déclaré Doria, en conférence de presse lors de sa présentation à Sao Paulo.

"Ce qui est arrivé c'est que j'ai été acheté par le président sans qu'il (Bielsa, NDLR) ne soit consulté et cela ne lui a pas plu", a ajouté le joueur, qui n'a pas porté une seule fois le maillot officiel de l'OM.

"Je pense qu'il (Bielsa) a voulu montrer qu'il pouvait se passer de moi", a ajouté Doria, arrivé à l'OM dans les dernières heures du mercato d'été 2014 en provenance de Botafogo (Brésil) et qui n'a pas disputé le moindre match officiel avec Marseille.

L'OM avait payé entre 6 et 10 millions d'euros, selon les estimations, pour un contrat de cinq ans. Le club phocéen s'était à l'époque félicité d'avoir "certainement réussi l'une des très belles opérations de ce mercato 2014-15". Mais son entraîneur argentin n'était pas du même avis, expliquant s'être "opposé à son arrivée", car on ne lui avait "pas demandé (son) opinion" à son sujet.

"Mon épouse m'a beaucoup aidé, car j'étais déprimé de ne jouer qu'avec la réserve. Quand il y avait des blessés, l'OM alignait toujours d'autres joueurs à leur place alors que ce n'était même pas leur poste!", a commenté Doria.

"Les fans, le président et même les joueurs me soutenaient et demandaient à ce que je sois aligné. Des fois, j'en venais à penser que j'avais désappris à jouer à football. Mais je voyais que tout le monde me soutenait, que ce problème ne venait pas de moi", a encore déclaré le défenseur brésilien de 20 ans.

"Marcelo Bielsa ? Je ne veux pas parler de lui car il n'a jamais parlé de moi", a ajouté Doria, qui s'est dit "bien plus mûr après ces cinq mois de turbulences" et ravi de pouvoir bientôt rejouer au football.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Lun 9 Fév - 22:31

Sans but, Monaco se retrouve en errance



Monaco, 5e de Ligue 1, ne sait plus marquer et vit une période très délicate après son élimination en demi-finale de Coupe de la Ligue mercredi contre Bastia, et sa défaite à Guingamp (0-1) dimanche.

Décidément, l'air de la Bretagne ne sied pas aux hommes de Leonardo Jardim. Défaits à Rennes (0-2) le 29 novembre dernier, ils sont cette fois-ci tombés à Guingamp (0-1).

Entre temps, ils avaient pourtant su enchainer 14 rencontres sans défaite (10 victoires et 4 nuls, toutes compétitions confondues). Il faut cependant dire que cette belle série avait déjà subi un sérieux accroc, mercredi avec l'élimination en demi-finale de Coupe de la Ligue contre Bastia (0-0 a.p., 4-5 t.a.b.).

"Elle a été difficile pour les têtes, reconnaît Jardim. Quant à Guingamp, ce n'est pas notre première défaite de la saison. On termine une série sans défaite. J'espère en débuter une nouvelle (contre Rennes, mercredi en Coupe de France, ndlr)."

Cependant, dans les Côtes-d'Armor, Monaco a perdu plus qu'une rencontre de L1. L'équipe de la Principauté a étalé ses limites au grand jour.

D'abord, Subasic a vu son record d'invincibilité de la saison s'arrêter à 842 minutes. Sur le but encaissé, le replacement défensif, notamment de Fabinho, n'a pas été bon. Mais c'est sur le plan offensif que les Azuréens ont, une fois encore, démontré leurs faiblesses.

Excepté Ferreira Carrasco, meilleure arme offensive parfois trop individualiste, cette équipe ne semble pas avoir la capacité pour développer un jeu d'attaques placées. Monaco n'a pas l'habitude de prendre le jeu à son compte. Dès qu'une formation se recroqueville en défense pour la prendre à son propre jeu du contre, l'équipe devient friable.

Certes, Lössl, le gardien guingampais, a sorti au moins quatre arrêts de grande classe dimanche. Mais Monaco n'a jamais su tirer profit de sa longue supériorité numérique.

334 minutes de disette
Et l'ASM enchaîne les rencontres sans marquer. Depuis un coup de tête victorieux de Berbatov à la 56e minute à Lille (1-0) le 24 janvier, c'est morne plaine sur le Rocher.

"On ne prend pas les meilleures décisions dans les 30 derniers mètres", regrette Jardim. Cela fait 334 minutes que l'attaquant bulgare et ses coéquipiers n'ont plus inscrit le moindre but.

D'ailleurs, l'ex-Mancunien est en difficulté actuellement, comme lassé. "Il reste confiant, conteste cependant Jardim. Il a 34 ans, beaucoup de matches derrière lui. Mais sa saison est différente des deux ou trois dernières qu'il a vécues, où il ne jouait pas trois fois par semaine."

Monaco possède la 12e attaque de L1 avec 25 buts, soit une seule unité de plus que Lens (19e), Evian/Thonon (18e), Toulouse (17e), Bastia (15e) ou Rennes (12e). C'est bien trop faible pour espérer rivaliser avec les meilleurs, pour viser, comme le souhaitent les dirigeants, un podium, désormais à 8 points.

"Cette inefficacité offensive existe depuis le début de la saison, souligne Jardim, préoccupé. Ce n'est pas une surprise pour moi. Avoir un buteur, ça ne se décrète pas comme ça (il claque des doigts, ndlr). Il faut du temps et du travail. Il n'y a rien de magique."

Le problème, pour l'entraîneur portugais, c'est que Monaco enchaîne les matches à grande vitesse et que se profile, dans deux semaines, Arsenal en Ligue des champions.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mar 10 Fév - 16:29

Ibrahimovic entre au musée



L'attaquant vedette du Paris SG Zlatan Ibrahimovic a inauguré lundi soir son double de cire, sous les cimaises du musée Grévin, "très fier" de rejoindre le temple populaire des illustres, a constaté l'AFP.

"C'est vraiment incroyable d'être ici. C'est un grand honneur. N'oubliez pas de prendre plein de photos de moi!", a plaisanté le Suédois, un brin cabot, dont le personnage de cire va trôner près de ceux de la star légendaire du ballon rond, le Roi Pelé, du champion automobile Sébastien Loeb et du judoka Teddy Riner.

Visiblement intimidé et bien loin de ses insolences qui nourrissent sa renommée et sa popularité, Zlatan a découvert un double très ressemblant, en présence de Nasser Al-Khelaifi, président et directeur général du Paris SG, mais aussi de l'ambassadeur de Suède à Paris.

Le footballeur est représenté à Grévin dans la tenue officielle du PSG, les bras levés vers le ciel.

Zlatan Ibrahimovic a été élu à l'unanimité par l'académie Grévin, présidée par le journaliste Stéphane Bern, pour son statut "d'icône du ballon rond" et plusieurs titres de meilleur butteur.

"Vous êtes déjà statufiés, avant d'entrer à Grévin. Nous aimons vos insolences qui participent à votre légende", a glissé Stéphane Bern.

Pour réaliser le double de Zlatan, six mois de travail depuis le premier rendez-vous avec les équipes du musée Grévin, ont été nécessaires. Le footballeur s'est prêté de bonne grâce aux nombreuses séances de poses, "exercice qu'il a assuré avec humour et gentillesse", a assuré Grévin.

Depuis Raymond Kopa en 1962, le musée a accueilli d'autres stars du ballon rond dont Michel Platini, Thierry Henry, Marcel Desailly, Fabien Barthez, Zinedine Zidane ou encore Ronaldo.

Zlatan a toutefois eu droit à un privilège: à sa demande, il est reparti du musée avec un double de son buste réalisé par le sculpteur Éric Saint Chaffray.

Fifa.com (09/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mar 10 Fév - 16:38

Coupe de France
Deaux, l'excentrique du FC Nantes




Personnage haut en couleur dans un milieu où il y en a peu, le milieu défensif Lucas Deaux a regagné un statut de titulaire, menacé en début de saison au FC Nantes, qui affronte le Paris SG mercredi en 8e de finale de Coupe de France.

Lucas Deaux, 26 ans, est ce qu'on appelle dans le journalisme "un bon client": quelqu'un qui parle volontiers et qui ne mâche pas ses mots, avec en prime une "gueule", avec sa barbe fournie et ses yeux bleu glacés.

Mais ces derniers temps, le joueur s'était fait discret et refusait les interviews. Il ne boudait pas ou n'en avait pas après la presse, mais il s'applique une maxime simple, résumée il y a quelques semaine dans L'Équipe: "je joue moins donc j'ai moins à parler".

En deux ans à Nantes, Deaux s'est pourtant taillé une solide réputation de chambreur et de plaisantin - l'entraîneur Michel Der Zakarian l'a qualifié de "jobard" - à la franchise parfois débridée.

On trouve encore sur internet la vidéo d'une conférence de presse d'après-match en 2009, lorsqu'il jouait en National avec Reims, où spectateurs, joueurs cadres de l'équipe rémoise, staff et direction du club en prenaient pour leur grade après une défaite (1-2) contre Créteil.

"Cette descente en National avec Reims, ce fut mon premier échec (...) J'ai été professionnel à 17 ans. J'avais eu beaucoup de chance jusqu'ici. Alors là, en plus, on se fait taper deux fois lors des deux premières journées. Il fallait que je le dise. J'assume. Au final, après on n'a plus perdu et on est monté", avait-il raconté des années après dans So Foot.

Né et formé à Reims, artisan de la première remontée en Ligue 1 depuis 33 ans du club champenois en 2012, Deaux n'est pourtant pas conservé.

"Aller au charbon"
Nantes saute sur l'occasion et il participe également à la montée des Canaris la saison suivante, disputant presque tous les matches. L'année d'après, alors que lui même se décrit encore comme "un joueur formaté pour la Ligue 2, c'est-à-dire pour aller au charbon", il prend part à 36 matches dans l'élite et finit troisième meilleur récupérateur de ballons de Ligue 1.

Le début de l'exercice 2014/15 est pourtant plus difficile pour Deaux, victime de l'éclosion inattendue du stoppeur Danois Kian Hansen au poste de milieu défensif. Sa générosité et son impact physique apportent moins au jeu plus ambitieux prôné par Der Zakarian que la technique du Danois, et il est souvent relégué sur le banc de touche.

Mais la blessure de Hansen puis le départ à la CAN du stoppeur sénégalais Papy Djilobodji lui ont permis de revenir en équipe première, au milieu ou en charnière centrale aux côtés d'Oswaldo Vizcarrondo.

Depuis mi-décembre, il a débuté tous les matches, pour le plus grand plaisir du public nantais chez qui sa cote de popularité n'a jamais faibli, notamment parce qu'il fait gagner deux places pour chaque rencontre à la Beaujoire via son compte twitter, où il poste une photo du lieu dans la ville où il a caché les tickets.

Le huitième de finale de Coupe de France au Parc contre le Paris SG arrive à point nommé pour le milieu, sous contrat jusqu'en 2016 et qui devra bientôt se poser la question de son avenir. Une question qui ne fera pas perdre son détachement à celui qui avait avoué à So Foot: "le football n'a jamais été mon objectif suprême. Je ne me suis jamais dit: 'Il le faut absolument' ".

Fifa.com (10/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par rachid_as le Mar 10 Fév - 16:40

Coupe de France
Le PSG défie le temps, Yzeure défie le tenant




Le Paris SG est toujours en mode cadence infernale, engagé sur quatre tableaux, avec un 8e de finale de Coupe de France mercredi contre Nantes, tandis qu'Yzeure (CFA), un des petits poucets de l'épreuve, affronte le tenant du titre, Guingamp, en pleine réussite.

Mercredi, les trois représentants français en Coupe d'Europe vont batailler en coupe nationale. Il y a donc le PSG, dernière équipe française à jouer sur quatre niveaux: la Coupe de France, la course au titre en L1 (à deux points du leader Lyon), la finale de la Coupe de la Ligue le 11 avril contre Bastia et les 8e de finale de la Ligue des champions, avec la venue du redouté Chelsea au Parc des Princes mardi prochain pour la manche aller.

L'équipe de Laurent Blanc résiste pour l'heure à la pression et n'a plus perdu, toutes compétitions confondues depuis le 10 janvier et le revers à Bastia (4-2) en L1. La Coupe de France est un des objectifs assignés en début de saison par les dirigeants qataris. Mais après la débauche d'efforts à Lyon (1-1) pour le sommet de la L1 dimanche, l'équipe parisienne pourrait connaître quelques rotations.

L'autre représentant en C1, Monaco, est moins fringant. La formation de Leonardo Jardim est 5e à 10 points du leader Lyon en L1. Elle vient d'être battue par Guingamp (1-0) en championnat et a été éliminée par Bastia en Coupe de la Ligue.

Le match contre Rennes serait l'occasion pour l'équipe de la Principauté de retrouver le chemin des filets alors que l'attaque est atone (3 matches sans marquer, en dehors de la séance des tirs au but en Coupe de la Ligue).

Et puis il y a Guingamp, qui représente la L1 en Europa League, tenant du titre en Coupe de France, et qui devra éviter le traditionnel piège du petit poucet en se rendant sur la pelouse d'Yzeure, équipe de 4e division. Mais tout semble sourire en ce moment pour l'En Avant, invaincu depuis quatre matches toutes compétitions confondues.

Le programme

Disputés Mardi
Boulogne-sur-Mer (NAT) - Quevilly (CFA) (Stade de la Libération)
Le Poiré-sur-Vie (NAT) - Auxerre (L2) (Stade de l'Idonnière)
Croix (CFA) - Concarneau (CFA) (Complexe sportif Henri-Seigneur)
Red Star (NAT) - Saint-Etienne (L1) (Stade Jean-Bouin)

Mercredi
Yzeure (CFA) - Guingamp (L1) (Stade de Bellevue)
Monaco (L1) - Rennes (L1)
Paris SG (L1) - Nantes (L1)

Jeudi
Metz (L1) - Brest (L2)

Fifa.com (10/02/2015)

_________________
13 Octobre 1946 : JS Kabylie

rachid_as
Admin

Messages : 76526
Date d'inscription : 03/11/2009
Age : 38

http://jskabylie.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Saison française, 2014 - 2015

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum